Version classiqueVersion mobile

La règle de l'exception

 | 
Olivier Alexandre

Troisème partie. L'auteur comme fétiche

Le singulier collectif

L’auteur à travers ses réseaux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Le cinéma, c’est un tout petit milieu, qui se connaît, qui se rencontre tout le temps, où les gens s’entraident et se combattent. C’est une famille… Mais la famille des Atrides. »
Pierre Chevalier

Un jeu d’alliances à la frontière du professionnel et de l’intime

Dans le proche environnement des réalisateurs, rôles privés et professionnels se confondent quotidiennement1. La famille, souvent prise pour objet par le cinéma français, constitue un cadre d’élection de cet entrelacement. Au sein d’une fratrie, dans un rapport de descendance ou d’union conjugale, la relation d’intimité est irisée de considérations professionnelles. Les unions conjugales forment le point saillant de structures complexes de parenté, à l’image des systèmes Bonitzer, Garrel, Doillon ou Besson. Le scénariste-réalisateur Pascal Bonitzer est le conjoint de la réalisatrice Sophie Fillières : ils ont pour enfant l’actrice Agathe Bonitzer, nièce de l’actrice Hélène Fillières qui fut la compagne d’Arnaud Desplechin. L’...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search