Version classiqueVersion mobile

La règle de l'exception

 | 
Olivier Alexandre

Troisème partie. L'auteur comme fétiche

Le mur invisible du cinéma français

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Il n’y a plus d’ascenseur social dans le cinéma français… »
Pascale Ferran

Le réalisateur est la pierre d’achoppement du cinéma français. Cette centralité juridique et sociale est indissociable de l’influence exercée par l’imaginaire de la Nouvelle Vague sur les réformes juridictionnelles des années 1980. Cette généalogie, au même titre que les confusions, reconstructions et malentendus entretenus par cette filiation, autorisent le recours à la notion de mythologie, entendue comme un récit enchanté des origines.

Une métaphorique des lettres

Cette mythologie prend sa source dans l’analogie littéraire systématisée dans le « petit monde » de la critique française au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Au tournant des années 1950, une métaphorique des lettres structure un répertoire cinématographique en formation dans les revues d’avant-garde que sont L’écran français, Arts ou les Cahiers du cinéma. La caméra devient stylo avec Alexandre Astruc, le cinéma vaut par ses ressources synt...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search