Version classiqueVersion mobile

La règle de l'exception

 | 
Olivier Alexandre

Deuxième partie. Les trois cercles du cinéma français

Le distributeur, le je du catalogue

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Le film que je choisis de distribuer est le film qui me plaît… Mais les distributeurs n’ont pas tous les mêmes goûts… »
Emmanuel Durand, Warner Bros. France.

Cinéphile et vénal, homme de goûts et de coups, le distributeur tire de son rôle d’interface entre la création et sa commercialisation une réputation équivoque.

À la manière du galeriste1, il cristallise les attentes et les reproches au fil d’un parcours courant des festivals à la sortie DVD. Inventé par Charles Pathé en 1907 sur le modèle du négociant et du grossiste, le métier de distributeur s’est longtemps limité à une activité de banque : le versement d’une avance, dite à-valoir ou minimum garanti (« MG ») sur le montant des recettes au producteur lui assurait le monopole de la location des copies et des ventes des droits du film sur un territoire donné (Pathé, 1970, p. 61 : Garçon, 2006, p. 9-18). Dans le courant des années 1970, les distributeurs couvraient sur ce principe entre 18 % et 25 % des besoins de financement. L’...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search