Version classiqueVersion mobile

La règle de l'exception

 | 
Olivier Alexandre

Deuxième partie. Les trois cercles du cinéma français

La production comme trait d’union

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Les producteurs de cinéma ? J’en ai connu beaucoup de ruinés, aucun de pauvre. »
Henri Jeanson

Le mythe du producteur nabab d’inspiration américaine est particulièrement inadapté à la réalité française du métier. La notoriété des producteurs y dépasse à de rares exceptions près les frontières du secteur. L’aura de Claude Berri, Luc Besson ou Thomas Langmann ne rivalise pas avec l’emprise des capitaines d’industrie et des légendes hollywoodiennes, de Louis Mayer à David O. Selznick. Ce paradoxe, associant centralité de la fonction et défaut de reconnaissance, a partie liée au régime de production instauré dans le courant des années 1980.

Le producteur « à la française »

La première conséquence de ce changement de configuration tient à la diversification de la fonction et à la multiplication des sociétés de production. Les génériques rappellent ainsi au néophyte qu’une même dénomination est accolée aux responsables juridiques du film (producteur délégué), aux garants effectifs de sa bon...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search