Version classiqueVersion mobile

La règle de l'exception

 | 
Olivier Alexandre

Première partie. L'écologie du cinéma français

L’exception audiovisuelle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Quand je suis arrivé dans le cinéma, le cinéma avait un ennemi, la télévision, et mes confrères rêvaient d’une grève de l’ORTF pour remplir les salles. »
Michel Seydoux,
PDG de Gaumont, juin 2013.

Le modèle français peut se lire à partir d’une série de paradoxes noués dans le courant des années 1980. Entre 1984 et 1992, la production française s’élève alors que le niveau de fréquentation chute de 191 à 116 millions. Dans le même temps, le tissu industriel se développe, là où les cinémas allemand, italien et britannique traversent une crise historique. Et alors que l’effacement des frontières sociales, économiques et esthétiques entre le cinéma et la télévision s’impose comme une donnée de base aux États-Unis, en Inde et au Japon, le cinéma français réaffirme son identité à partir d’une double opposition au cinéma américain et à la télévision. Ce parcours à contre-pente est la conséquence d’un système juridictionnel spécifique, entendu comme un ensemble des dispositifs légaux et insti...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search