Version classiqueVersion mobile

La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du 11e siècle. Tome 2. Volume 2

 | 
André Miquel

Chapitre XI. Le monde musulman sur la terre

Texte intégral

  • 1 Cf. supra, p. 1-2.

1Ce dernier chapitre est en fait le premier d’une série nouvelle, qu’on espère entreprendre après ce livre-ci et qui sera consacrée à la peinture du monde de l’Islam : nature et hommes. On a dit plus haut1 pourquoi cette peinture devait ne venir qu’après celle de la terre totale et de l’étranger. Le présent chapitre fournit tout naturellement et une conclusion au livre, en traitant du dernier des grands ensembles qui composent la terre des hommes, et une introduction à d’autres recherches, en situant sur la carte ce monde de l’Islam qui est le cœur du monde tout court.

Définition du « domaine » de l’Islam : la mamlaka

2Mamlaka, ce peut être le nom verbal (maṣdar) de la racine mlk : tenir, détenir. Mais c’est, surtout, l’expression de la chose possédée : un royaume ou un domaine notamment, et par excellence celui de l’Islam. Seulement, la notion d’apanage musulman qu’implique l’emploi du terme en son sens absolu (al-mamlaka : le Domaine) ne s’est pas forgée ni acquise d’emblée. Il a fallu un siècle et plus pour que ce cheminement s’accomplisse à travers les textes géographiques : un peu comme si l’Islam, dans l’appréhension de son aire propre, avait procédé selon le même rythme que pour d’autres définitions, celle de son éthique par exemple. Est-ce un hasard si, de Ğāḥiẓ à Muqaddasī, la maturation est sensiblement de même durée que celle qui mène d’Ibn Qutayba à Miskawayh ?

  • 2 ĞĀH (a), 181.
  • 3 Supra, p. 32.

3Dans ses Amṣār2, Ğāḥiẓ distingue la mamlaka des Arabes de celle des non-Arabes, Persans au premier chef (Ağam). Il déclare, à propos des Banū Hāšim, ce fleuron de l’arabicité, que tel de leurs mérites est inconnu « dans l’ensemble du domaine arabe comme du domaine non-arabe, et même sur toute la surface de la terre (littéralement : dans l’ensemble des sept climats). » Ébauche, on le voit, de distinctions essentielles, et pourtant rien qu’ébauche : le monde étranger à l’Islam est bien à part, sans « domaine » propre, mais le « domaine » n’est pas dit explicitement de l’Islam : il se répartit entre les frères contestataires, Arabes et Persans, engagés dans la longue controverse de ce nationalisme culturel avant la lettre que fut, on l’a dit3, la šu’ūbiyya.

  • 4 QUD, 234 ; autre exemple ibid., 249.
  • 5 QUD, 259.

4Étape décisive, quelque soixante-dix ans plus tard, vers 316-320/ 928-932, avec le Kitāb al-ẖarāğ (Livre de l’impôt foncier) de Qudāma. Nous voici devant un chrétien converti : converti à l’Islam en tant que message de foi, mais aussi d’égalité et d’unité. Pour ceux qui, comme Qudāma, veulent finalement dépasser le débat de la šu‘ūbiyya, la diversité des cultures abritées par l’Islam va de pair avec l’exclusivité de la religion coranique et la primauté de la langue arabe : car c’est l’Islam et son expression en arabe qui fondent la communauté des croyants. Rien d’étonnant dès lors à ce que l’expression de mamlakat al-Islām apparaisse dans l’intitulé du chapitre que Qudāma consacre à la description de ce monde musulman désormais saisi comme un tout4. Quelques pages encore, et l’on va trouver mamlaka en son sens absolu : le Domaine5.

  • 6 QUD, 252, cité aussi supra, p. 472, n. 9, et 477, n. 3.
  • 7 Du moins est-ce l’interprétation choisie par Qudāma, parmi les deux que l’exégèse donne aux verset (...)

5Un autre passage6 offre lui aussi le mot de mamlaka à l’état brut, isolé, mais dans une ambiguīté extrêmement révélatrice. Le texte appelle véritablement à la fraternité musulmane contre l’ennemi commun : le Byzantin. Qudāma note d’abord que l’Islam est environné de tous côtés par des peuples qui lui sont hostiles ; et de citer, sans transition aucune, l’exemple des rois persans successeurs d’Alexandre qui payèrent tribut, cinq cent onze années durant, au roi du Rūm, jusqu’à ce qu’Ardešīr b. Bābek, « après de longs efforts, regroupe la mamlaka » et lui rende l’indépendance. Sur quoi Qudāma conclut en s’abritant derrière l’autorité coranique, qui, selon lui, désigne nommément les Rūm comme « les ennemis dont l’Islam doit se défier le plus »7.

  • 8 QUD, 234 : qasabatu mamlakati l-Islāmi baladu l-’Irāq, le mot de qaṣaba désignant très précisément (...)

6On voit l’ambiguīté de ce texte allégrement à cheval sur les siècles et les nations : l’Orient restant, comme dans la tradition iranienne, le pivot du « domaine », la mamlaka dont il est ici question n’est politiquement persane, pourrait-on dire, que de façon provisoire : car elle est bien ressentie comme en attente de cet Islam qui la fera se regrouper définitivement contre l’ennemi numéro un. Et c’est l’Irak, le nombril du monde, qui, devenu siège du califat, se retrouvera du même coup, dans la perfection historique de l’Islam, « pôle de la mamlaka musulmane »8.

7L’évolution si vigoureusement amorcée par des esprits comme Qudāma trouvera son point extrême avec les représentants de l’école de Balẖī et leur conception d’un atlas de l’Islam et de lui seul, le reste du monde étant confiné soit à l’introduction de l’œuvre, sous la forme de la carte générale des terres et des mers, soit à des excursus traitant des peuples frontaliers dont la connaissance est particulièrement utile à la défense de la mamlaka.

  • 9 IṢṬ, 15, ḤAW, 5.
  • 10 IṢṬ, 15-19, avec, également, les expressions de mamlakat Fārs et mamlakat Irān-šahr, cette dernièr (...)

8Une différence reste toutefois perceptible entre Iṣṭaẖrī ou Ibn Ḥawqal d’une part, et Muqaddasī de l’autre. Chez les deux premiers, l’expression de mamlakat al-Islam, parfois employée concurrentiellement avec celle de pays d’Islam (bilād al-Islām)9, n’est pas lavée encore des vieilles préoccupations géopolitiques chères à cet Iran dont les géographes arabes, Balẖī comme les autres, ont été si largement tributaires. Dans la présentation générale de la terre, la mamlakat al-Islām s’oppose, selon le thème des grands rois du monde, aux mamlaka-s, de l’Inde, de la Chine ou du Rūm10.

  • 11 Supra, p. 67.
  • 12 Sans doute admet-elle la réserve des colonies musulmanes de l’étranger. D’où quelques excursus pou (...)
  • 13 MUQ, 58-62.
  • 14 MUQ, 62-66.
  • 15 Muqaddasī ne prend même pas la peine de le replacer dans la présentation de l’ensemble des climats (...)
  • 16 MUQ, 65.
  • 17 Autres exemples de mamlaka au sens absolu : MUQ, 11 et 19. Je note une autre manière de formuler c (...)

9Muqaddasī, une fois encore, tranche par son originalité résolue. Il déclare, on l’a vu11, sans ambages, qu’il n’entend pas réserver la moindre parcelle de son effort à décrire les pays étrangers à l’Islam. Après une profession de foi aussi fracassante12, on ne s’étonnera pas que la traditionnelle présentation du monde soit bannie de l’introduction de l’œuvre et confiée, beaucoup plus loin13, à un chapitre assez bref, sorte de concession au genre, du reste parfois maladroite et à laquelle fait suite, superbement à part, un autre chapitre consacré celui-là à la présentation d’ensemble de la mamlakat al-Islām14. Ainsi retranché du monde15, l’Islam se suffit désormais à lui-même : tant et si bien qu’en ce chapitre où on le présente, on débouche finalement sur le terme pur, isolé et absolu de mamlaka, sans complément aucun : le Domaine16. Et qu’on se rassure sur la solidité du concept : cet absolu n’est pas un hapax17.

La mamlaka, pôle à deux ou trois pôles

  • 18 Cf. supra, p. 68-70. Noter à ce propos que l’appellation d’Irak (’ağamī et ’arabī) est commune à c (...)
  • 19 HUR, trad., 3-4, QUD, 234, RST, 104, IṢṬ, 15, ḤAW, 9, 234, MUQ, 32-33, 66 (où la concession à ce g (...)

10Le glissement du califat depuis Damas jusqu’à Bagdad, s’il a fait retrouver les anciennes traditions irano-mésopotamiennes quant à la position centrale de ces pays18, n’a pas empêché l’Islam, en tant que religion, de contester ce choix, et jamais la qibla ou pôle de la foi n’a été tout à fait oubliée au profit du pôle politique. En gros, si Ibn Hurdāḏbeh, Ya‘qūbī et Mas‘ūdī suivent la première tendance, Qudāma, Ibn Rusteh et Ibn al-Faqīh soulignent, eux, avec force, dans leur classement, la position centrale des lieux saints d’Arabie, par lesquels est entamée la description des pays : et telle sera encore, après eux, la leçon de l’école de Balẖī, avec Iṣṭaẖrī, Ibn Ḥawqal et Muqaddasī. Pourtant, la distinction entre les deux tendances reste grossière, et les choix réticents. Chaque auteur, peu ou prou, sacrifie à l’une et à l’autre, l’eulogie sur l’Irak, voire l’affirmation de sa place privilégiée dans la mamlaka, venant, selon les cas, corriger ou remettre en cause la prééminence arabique, et réciproquement : ainsi Ibn Hurdāḏbeh et Ibn Rusteh, « irakiens » d’inspiration, soulignent-ils la position hors de pair de la Ka‘ba, tandis qu’à l’inverse Ibn Ḥawqal ou Muqaddasī, qui commencent leur description de la mamlaka par l’Arabie, sacrifient au vieux thème mésopotamien19.

  • 20 ṮA’Ā, 102.
  • 21 IṢṬ, 19, repris par ḤAW, 17.
  • 22 FAQ, 3.

11Quoi qu’il en soit, irakien ou arabique, l’Orient demeure bien le pôle de la mamlaka et de l’univers. Thème essentiel et rebattu que celui-là, parfois littérairement exprimé jusqu’à la boutade : « L’Irak est le centre du monde, al-Baṣra le centre de l’Irak, le mirbad (esplanade aux caravanes) le centre d’al-Basra et ma maison le centre du mirbad »20 ; thème qui implique aussi, par contre-coup, le mépris ou à tout le moins la condescendance pour l’Occident lointain, qu’il soit musulman ou non. Tout comme le Magrib vient chercher la culture en Orient, de même, sur la carte, il n’est, comme le dit sans ménagement Iṣṭaẖrī21, que « la manche du vêtement ». Autre formule chez Ibn al-Faqīh22 : le Magrib occupant la queue de l’oiseau-monde, il nous est précisé que, dans un oiseau, « la queue est bien ce qu’il y a de plus mauvais ».

  • 23 MAS (p), § 773 sq. (notamment 777) (t), 33-36, 55 sq., ḤAW, 135, MUQ, 36, 193. Systématisation de (...)

12Reste l’Égypte, le vieux pays toujours en lice, sûr de lui, en tout cas pôle supplémentaire de l’Islam au moins en ce ive/xe siècle où le califat ismaélien des Fāṭimides s’installe au Caire. Ici encore, en fixant un centre politique, l’Islam retrouve les traditions de l’orgueil local, en l’occurrence celles qui brodent autour de l’originalité puissante du pays, de son fleuve et de son histoire, tous trois uniques de par le monde. Sans doute le thème ne revêt-il pas, statistiquement parlant et même servi par l’allant des Fàtimides, l’ampleur de ceux qui exaltent l’Irak ou l’Arabie. Mais il existe, incontestablement, et chez les plus grands : Mas‘ūdī, Ibn Ḥawqal et, renchérissant sur tous, Muqaddasī, lequel baptise l’Égypte, terre d’un fleuve paradisiaque et carrefour des deux mers, « une des deux ailes du monde », et sa capitale « coupole de l’Islam »23.

13Telles sont les grandes distributions, tels sont les grands pôles de la mamlaka. Ils tranchent sur toutes les autres villes auxquelles la faveur des écrivains, leurs choix politiques, leur culture historique ou le souvenir de l’accueil reçu réservent une place enviable dans la géographie arabe : Buẖārā, Samarqand, Hamaḏān, Šīrāz, Mossoul, Damas, Cairouan et même Cordoue, pourtant elle aussi capitale califienne à partir de 315/928. Très haut au-dessus d’elles, en dehors même, ces trois phares de l’Islam que sont la Mekke, Bagdad et le Caire éclairent son histoire, fondent la plus récente dans un passé auquel il n’avait pas encore part : monde immense et divers, qui se résout mal à l’uniformité, au pôle unique, et pourtant monde un, car la lumière de ses villes est la même : c’est bien à celle de l’Islam, à elle seule pourrait-on dire, qu’il reconnaît son identité. A preuve le sentiment aigu qu’il a de ce qui n’est pas lui, de ses limites sur la carte. L’Islam, tel qu’il se pense à travers sa propre variété, sait très bien où il commence et où il finit.

La mamlaka face à la mer24

  • 24 On ne traite ici des mers qu’en tant que limites. Le thème marin proprement dit sera repris plus t (...)
  • 25 La mer Noire est, à cette époque, en dehors du domaine musulman.
  • 26 Au mieux, les jonques chinoises s’arrêtent à Sīrāf : Rel, § 13.
  • 27 MUQ, 15-16.
  • 28 HAM, 127, MUQ, 11-12.
  • 29 ĞĀḤ (a), 202, MUQ, 14.

14Le dialogue de la mamlaka et de la mer admet trois modes, selon la réponse que la seconde donne à la volonté d’appropriation de la première. Si l’Islam se retrouve encore au delà des flots, le sentiment très fort domine, d’une possession intégrale, d’une maîtrise musulmane de la mer, d’une vieille connaissance réciproque, fût-elle orageuse. La mer Rouge (baḥr al-Qulzum, du nom arabisé de l’ancienne Klysma, près de Suez) et le golfe Persique (baḥr Fāris : la mer de Perside)25 sont à plein pratiqués et adoptés comme lacs de l’Islam. Tout comme règnent sur leurs eaux les marins arabes et persans26, semblablement, dans les esprits, Islam et mer sont synonymes : un ḥadīṭ fait dire, à cette nappe de navigation musulmane continue depuis Suez jusqu’à al-Basra : « Seigneur, je porterai tes serviteurs sur mon dos ! Quand ils diront : gloire à Dieu ! je dirai avec eux : gloire à Dieu ! Quand ils diront : Dieu est saint ! je dirai avec eux : Dieu est saint ! Quand ils diront : Dieu est grand ! je dirai avec eux : Dieu est grand ! » A quoi Dieu répond : « Va ! Sois bénie ! Je te ferai plus belle et plus poissonneuse ! »27 Qu’importe, dès lors, que naviguer soit difficile, que, du détroit de Tiran jusqu’au Šaṭṭ al-’Arab, itinéraires et cimetières de navires se confondent aussi souvent28 ? Cette mer-là est bien la mer privilégiée, la plus riche, « notre mer », « la mer sur toutes mers souveraine »29.

  • 30 On la fait parfois communiquer avec la Caspienne : MAS (t), 96, (p), § 223, exagérant seulement su (...)
  • 31 Cf. par exemple, ḤAW, 451 (où le « lac du Huwārizm » est dit s’appeler aussi « lac de l’Oxus » : b (...)
  • 32 IṢṬ, 163, ḤAW, 467, et supra, chap. V.
  • 33 Lequel nom, par extension ou confusion, est parfois aussi donné à la mer Noire ou Pont (Buntus), q (...)
  • 34 HUR, 124, 154, FAQ, 7, RST, 83, MAS (p), § 281.
  • 35 ḤAW, 376, distingue et isole « les contrées en bordure de la Caspienne qui appartiennent à l’Islam (...)
  • 36 MAS (p), § 442 sq., ḤAW, 386 sq., et supra, chap. VI, à propos du Caucase.
  • 37 IṢṬ, 128, ḤAW, 388.
  • 38 Dimensions moyennes réelles : 1200 X 300 km. HUR, 154 : 500 parasanges de diamètre (= environ 3 00 (...)
  • 39 MAS (p), § 296, 463, IṢṬ, 125 (ḤAW, 382-383), 128 (ḤAW, 388), ḤAW, 347.
  • 40 MAS (p), § 295-296, 462, IṢṬ, 128 (ḤAW, 388).
  • 41 MAS (p), § 455 sq., IṢṬ, 130 (ḤAW, 393), ḤAW, 389.

15Le ton change quand l’Islam n’est qu’une partie prenante parmi d’autres aux rivages des grands lacs internationaux. Le plus modeste, la mer d’Aral, parfois mal connu30, voire ignoré, ne se dégage guère, finalement, du contexte de la terre, du pays du Sir-Darya (Iaxarte, Sayḥūn) et de l’Amu-Darya (Oxus, Ğayḥūn)31, du pays, plus encore, des Turcs. Car si la mer d’Aral porte le nom de lac du Huwārizm (buḥay-rat Huwārizm), c’est qu’on renvoie au domaine, extrêmement mouvant, des marges islamiques battues par ces peuples belliqueux et jamais complètement soumis, appuyés, vers le nord, à leurs steppes traditionnelles et impies32. Plus dégagée de la terre environnante, et davantage mer pourrait-on dire, puisque aussi bien elle est désignée sous ce terme (baḥr), voici la Caspienne : baḥr al-Hazar33, du nom des peuplades qui hantent ses rivages septentrionaux. Ici, la possession est mieux ressentie, la mer appelée parfois d’après ses rivages musulmans du sud : Ṭabaristān, Ğīlān, Daylem, Ğurğān, Hurāsān34. Mais ce sont là régions où l’Islam s’est aventuré plus que fixé35, avant que de disparaître tout à fait plus au nord, dans les steppes courues ou tenues par les Turcs, les Khazars de la Volga touchés par le judaīsme et, à l’ouest, par une mosaīque de peuples dont les géographes ont peine à épuiser et clarifier la nomenclature36. Pas de doute : cette nappe inhospitalière aux fonds sales37, d’une immensité que les imaginations exagèrent38, cet espace où la navigation musulmane aime au moins autant rester chez elle, cantonnée au midi, que se risquer à l’autre bout39, cette mer close40 dont le grand tributaire, la Volga, arrive des pays perdus du nord41, cette Caspienne pour tout dire, est bien sentie comme le dégradé d’un Islam qui peu à peu se dilue et disparaît, sur ses eaux comme sur ses rives.

  • 42 Réserve faite des raids, ou de repaires comme la Garde-Freinet. Bonne description d’ensemble de la (...)
  • 43 C’est si vrai qu’on a pu songer, au moins sur le plan de la représentation cartographique, à réuni (...)
  • 44 MUQ, 15.
  • 45 MUQ, loc. cit.

16Dernier des grands lacs : la Méditerranée, qui se partage entre l’Islam et l’Infidèle, représentés tous deux dans les dénominations privilégiées de baḥr aš-Šām (mer de Syrie-Palestine) et baḥr ar-Rūm (mer du Rūm). Ici, l’Islam sait très bien qu’il est chez lui sur les rivages du sud, à demi chez lui sur les eaux, et pas du tout chez lui au nord, au pays des « Romains », des Slaves ou des Francs42. Mais si les côtes, les îles ou les golfes sont d’autant mieux connus qu’on revient à la mouvance musulmane, c’est bien l’ensemble de la mer qui est entaché d’une réserve, d’une défiance fondamentales : globalement, génériquement parlant, cette mer est celle du Magrib (baḥr al-Maġrib), en d’autres termes d’une contrée, on l’a dit, un peu marginale, en tout cas non entièrement possédée43. Contrairement à sa sœur d’Orient, cette mer-ci s’est insurgée, à sa création, contre Dieu qui, pour la punir, l’a faite « moins belle et moins poissonneuse »44. Ainsi l’Islam, qui historiquement ne la dompta jamais, ne la reconnut jamais non plus pour tout à fait sienne : et Muqaddasī d’éterniser, à travers le thème des deux mers, le conflit entre le vrai Dieu et l’impiété, entre l’obéissance de la créature et une rébellion seulement à moitié matée, qui se manifeste par un grondement chaque fois que revient le vendredi, jour de l’Islam45.

  • 46 Cf. supra, p. 21, n. 4.

17Troisième et dernière confrontation de l’Islam avec la mer : il en tient les rivages, mais ignore ce qui est au delà, et même s’il y a un au-delà. C’est le défi de l’Océan, source de toutes les mers du monde. Mais encore faut-il voir que la notion de limite est différemment ressentie selon que l’on est, une fois de plus, à l’est ou à l’ouest. Dans le premier cas, l’Islam, dont les commerçants ont poussé au moins jusqu’à la Chine, sait très bien qu’il n’est pas à l’extrême orient du monde connu : ainsi perçoit-il son achèvement moins du côté de la mer que sur les terres qui bornent son avance ; la confrontation avec la mer définitive, l’Islam la partage ici avec l’Inde, la Chine ou, plus au sud, avec l’Afrique46. Il la partage et, partant, l’affaiblit, la dilue, l’humanise : l’Océan, rejeté au delà encore de la mer proche, au delà de l’horizon, ne s’appelle la plupart du temps qu’à travers des visages connus, ceux, précisément, de la terre : il est, pour ne retenir que ses plus grands noms, la mer de Chine (baḥr aṣ - Ṣīn), de l’Inde (baḥr al-Hind) ou des Noirs de l’Afrique orientale et australe (baḥr az-Zanğ).

  • 47 Mis à part les notions, toutes théoriques, héritées de Ptolémée (ex. chez MAS (t), 41, 43, 100 sq. (...)
  • 48 La seule terre soupçonnée (et peut-être explorée) au delà est l’archipel des Canaries (îles Fortun (...)
  • 49 Au détroit de Gibraltar, en face de Cadix ou aux îles Fortunées : MAS (p), § 273, (t), 101, WAṢ, 3 (...)
  • 50 FAQ, 7, MAS (p), § 272 et 408.

18A l’ouest au contraire, c’est le défi absolu. Ignorant les rivages du golfe de Guinée et connaissant fort mal, de façon extrêmement discontinue et parcellaire, les mers du nord, au delà de l’Espagne47, l’Islam, andalou, marocain ou saharien, porte tout entier, face à l’Océan, le poids de la terre48. Ici, il atteint, avec la sienne propre, la limite du monde habité : le thème des colonnes d’Hercule se croise avec celui de la statue marquant le terme de la vie sur le globe49. Sans doute l’Islam intercale-t-il encore, entre l’Océan et lui, une mer intermédiaire, le baḥr al-Maġrib, cette Méditerranée que l’opinion générale prolonge, après le détroit de Gibraltar, jusqu’aux côtes espagnoles et africaines de l’Atlantique50. Mais on sait bien que cet écran d’eaux connues est mince, que l’Océan est là, à portée et inquiétant, et du coup l’Islam lui restitue, juste à l’horizon de ces rivages où il l’affronte seul à seul, ses dénominations privilégiées, affranchies de tout contexte territorial : la mer Environnante (al- baḥr al-muḥīṭ), la mer Verte (al- baḥr al-aẖḍar), la mer des Ténèbres (baḥr aẓ- ẓulumāt), la mer, enfin.

Sur les terres : la mamlaka installée

  • 51 Sauf, bien entendu, en ce qui concerne les œuvres qui incluent la géographie dans des perspectives (...)

19C’est un fait que la géographie arabe, en ses premiers âges, trouve l’empire de l’Islam installé dans des limites à peu près stables. L’expansion marque le pas avant sa seconde lancée, celle des Turcs. Un peu partout dans le monde en contact avec l’Islam, le commerce a pris le relais de la conquête. Preuve de la stabilisation de la mamlaka : le silence de la géographie arabe sur la distinction, fondamentale en droit musulman, entre le pays d’Islam (dār al-Islām) et le reste, le pays voué à la guerre pour la foi (dār al- ḥarb). Peu soucieux de ces concepts et de ces termes51, les auteurs prennent la mamlaka comme un tout constitué, semble-t-il, définitivement, avec ses frontières : limites à l’occasion mouvantes, ici ou là, mais enfin limites quand même, sans rien qui indique que cette situation soit provisoire, révocable.

  • 52 Le parallèle avec Ibn Ḥawqal est éclairant : cf. Géographie I, p. 304-309 et 326.
  • 53 MUQ, 152 et 154.
  • 54 MUQ, 353, 355, 360-361.

20Le plus schématique en l’affaire est Muqaddasī : intéressé exclusivement, comme on l’a dit un peu plus haut, par la mamlaka, et soulignant cette exclusivité avec force, plus que d’autres il décrit l’Islam hic et nunc, statiquement, presque hors du temps ou du moins de la diachronie, dans une immobilité rigoureuse qui comble son goût des choses en place, répertoriées, classées52. Découpant province après province, c’est peu de dire qu’il néglige presque totalement ce qui est au delà de l’Islam, par exemple les colonies musulmanes de l’étranger : il fixe, avec quelque arbitraire, une sorte de frontière idéale séparant une fois pour toutes, au moins dans la synchronie où il s’installe, l’Islam d’avec les pays infidèles. Ainsi fait-il pour la Syrie, dont il conserve grosso modo, à l’exclusion de Tarse, les régions traditionnelles du nord, pourtant alors ravagées, occupées même, par les Byzantins53 ; de même, plus audacieusement encore, pour les pays de la Volga, que les intérêts musulmans l’incitent à élever au rang de circonscription (kūra) de la province du Daylem54.

  • 55 MUQ, 15, 60, 151 et 189 : mention du mot, sans exploitation.
  • 56 MUQ, 152, 160, 242.
  • 57 MUQ, 274-286, passim. Le mot de ḥaġr est plus rare (p. 274 : 3 fois), mais il est revêtu ici de to (...)

21Ce parti pris de la limite idéale est bien l’indice d’un refus du concept de zone-frontière, de marche (ṭaġr, pl. ṭugūr), pourtant essentiel alors, sur la carte comme dans les esprits. Bien sûr, Muqaddasī parle lui aussi de ṭuġūr syriennes, mais sur le mode de la concession au déjà connu55 ; qu’il indique, ici ou là, leur situation catastrophique56 n’empêche pas qu’il récuse, on l’a vu, la frontière née de cet état de choses. Peut-être y a-t-il davantage de sensibilité aux dangers de la frontière du côté de l’Asie centrale, où les mots de forteresse, de ravages et de Turc reviennent avec régularité, mais même ici, on ne dégage pas finalement du tableau l’image d’une région mouvante : le corset de la description enserre l’Islam et l’Infidèle, les fige l’un et l’autre sur le terrain que la science géographique leur impose57.

  • 58 MUQ, 232.
  • 59 MUQ, 231, où le mot de ḥaġr est logé au sein d’un contexte qui ne laisse aucun doute sur son inter (...)
  • 60 MUQ, 286 ; double parallèle, sur le plan des mœurs et de la richesse commerciale (le Huwārizm est (...)

22Voici qui est plus net encore : Muqaddasī peut, à propos de la Sicile, évoquer la présence byzantine dans les parages et énumérer les fortifications des villes côtières sans écrire, noir sur blanc, qu’il y a là relation de cause à effet, que cette sentinelle avancée de l’Islam est précaire58. Point ultime de cet estompage du concept de ṯaġr : le mot s’emploie au simple sens de frontière, appliqué à des villes ou des pays dont toute la fonction, facilitée par leur situation même au contact de l’étranger, est de paix, je veux dire de commerce : et passe encore pour Sigilmàsa, ce nœud du transit caravanier au nord du Sahara59, mais que dire du lointain Huwārizm, authentique région de marche et pourtant qualifiée, en raison de son importance stratégique sur les routes du commerce avec l’Asie centrale et la Russie du sud, d’« analogue de Siğilmāsa »60 ?

Frontières tranquilles et marches mouvementées

23Tout cela se ressent de l’esprit de système, et la superbe construction du Aḥsan at-taqāsīm a son revers : comme l’œuvre, la carte est inébranlable. Mais on doit bien se dire qu’il ne s’agit là que de la formulation maximaliste de ce sentiment diffus, déjà signalé, que la mamlaka est définitivement installée dans ses frontières. Les modalités de la situation, paisible ou guerrière, qui règne aux abords de celle-ci, ne remettent pas en cause, il faut y insister, leur existence en tant que telles.

  • 61 MIS (a), 26-27, ḤAW, 316, 321-323 (IṢṬ, 102-104), MUQ, 474, 479-480, 483-485. MAS (p), § 417 et 42 (...)

24Cela posé, paix et guerre précisément peuvent définir, à quelques nuances près, les deux types de frontière de l’Islam. Commençons par la paix, qui fait le moins parler d’elle. A l’extrême orient de la mamlaka, la province de l’Indus, le Sind, apparaît sans doute comme une zone reculée, isolée, parfois incertaine, mal dégagée du contexte indien qui l’environne et défie même l’Islam jusque chez elle : c’est « la frontière de la Maison d’or », du nom du grand temple de Multān, avec sa fastueuse et célèbre idole. Mais enfin, le pays est tenu par les Musulmans, dont nombre de descendants des Arabes conquérants, et il participe des vocations politico-religieuses du reste de l’Islam : région marginale, donc, mais au bout du compte peu contestée61.

  • 62 YA’Q, 359-360, ḤAW, 81-82, 91-93, 102-103, 444 i. f., MUQ, 241-242.
  • 63 YA’Q, 343-346, MAS (p), § 894, ḤAW, 61, 153-156, MUQ, 201.

25A l’autre extrémité du domaine, le Sahara est là pour faire du Maġrib une pièce plus solide encore de l’échiquier musulman. En deçà du grand désert où les Musulmans, non sans difficulté, commencent à assurer leur impact sur les Berbères maîtres du trafic caravanier avec le Soudan nigérien, l’Islam n’est guère égratigné, peut-on dire, que de l’intérieur, par les relents de paganisme ou d’indocilité que continuent à traîner, toujours eux, les Berbères des côtes marocaines ou des montagnes62. La même protection de ses sables plus ou moins imbibés d’Islam, le Sahara l’assure aussi plus à l’est, dans l’arrière-pays de la Tripolitaine, de la Cyrénaīque et des oasis d’Egypte, où l’ancienne chrétienté copte est peu à peu digérée63.

  • 64 Supra, chap. IV, auquel on renvoie globalement pour ce paragraphe.
  • 65 On se souviendra que la Nubie est un cas célèbre de dār as-sulh, cette catégorie marginale de pays (...)

26Plus au sud enfin, en remontant le Nil, l’Islam, on l’a vu64, considère que son domaine finit à Assouan, « jadis marche de défense contre les Nubiens aujourd’hui pacifiés », ainsi que l’écrit Ibn Ḥawqal : thème rebattu que celui de cette paix, avec le tribut en esclaves (baqṭ) dont elle s’assortit65. Le glacis nubien se complète, de façon plus diluée, entre Nil et mer Rouge, par la région des Bedja nomades, frottés d’Islam mais volontiers indociles, installés sur le territoire des fameuses mines d’or et d’émeraude du Wàdī ‘Allāqī. Au delà, les pays côtiers avec Ayḏāb, et même certaines îles, subissent le contrôle éthiopien.

  • 66 Exposé systématique sur les uġūr dans QUD, 252 sq.
  • 67 MAQ, IV, 86-87, MIS (b), 30, MUQ, 488-493, Ibn ’Abd Rabbih, ’Iqd, VI, 254 ; cf. aussi ḤAW, 81-82 ( (...)
  • 68 Le mot de ḥaġr est moins employé à leur propos (voir toutefois QUD, 265) que celui de ribā, qui r (...)
  • 69 Loc. cit.

27Ailleurs, le mot de limite (ḥadd) s’efface devant celui de ṭaġr (marche), à proportion des entreprises menées du dehors contre la frontière66. Cette ligne plus ou moins continue d’ouvrages militaires, de villes ou couvents fortifiés (ribāṭ-s) a évidemment suivi la progression, plus rarement le repli, de l’Islam, quitte parfois, dans le premier cas, à subsister aux confins de régions demeurées indociles comme les déserts irano-indiens67. Pour l’essentiel toutefois, les marches sont les avant-postes de l’Islam, en cinq secteurs privilégiés : l’Espagne, le Caucase, les pays syro-anatoliens et l’Asie centrale, à quoi il faut ajouter les côtes méditerranéennes, soumises aux raids byzantins68. Maqdisī, quant à lui69, systématise en attribuant à chaque peuple, en dedans ou en dehors de l’Islam, un ennemi attitré : énumération qui ne fait guère que recouvrir le classement proposé.

  • 70 YA’Q, 338-339, 350, RST, 119, QUD, 255, MAS (p), § 828, ISṬ, 446, ḤAW, 118, 179, 203, 205, MUQ, 15 (...)
  • 71 Cf. supra, p. 470-471.

28Contre les incursions des navires byzantins embusqués en Crète, à Rhodes et à Chypre, les rivages méditerranéens sont décrits comme ponctués d’un réseau régulier de points fortifiés, particulièrement dense en Syrie, en Égypte et en Tunisie, le système se complétant, plus au nord, avec les défenses des villes côtières de Sicile70. Envers du décor : la mer voit passer aussi les prisonniers musulmans, hommes et femmes, enlevés sur ces côtes ou lors des opérations militaires de Syrie et d’Anatolie71.

  • 72 YA’Q, 354, MAS (p), § 404, RĀZ, 97, 99, ḤAW, 113. Situation analogue sur les côtes du Maroc : trac (...)
  • 73 HUR, 90, YA’Q, 354 i. f.-355, FAQ, 82, MAS (p), § 403, RĀZ, 75, 77, 81, 82, IṢṬ, 33, 35, 51, ḤAW, (...)

29Autre point chaud de la frontière : l’Espagne, avec ses côtes visitées des Normands72 et surtout ses marges septentrionales, face à la chrétienté insoumise : au ive/xe siècle, il n’est guère qu’Ibn al-Faqīh pour affirmer, imperturbable, que la limite de l’Islam espagnol est à Narbonne. Plus sagement, plus objectivement, les auteurs la ramènent bien en deçà, aux bassins du Tage et de l’Ebre moyen et inférieur, protégés vers le nord par une région mouvante, plus ou moins large, sillonnée par les expéditions des deux camps, tandis qu’en mer la domination musulmane se prolonge aux Baléares et à l’« île » de la Garde-Freinet, qu’Ibn Ḥawqal fait relever, on l’a vu, de la mouvance espagnole. Au total, la péninsule ibérique offre à l’Islam une frontière à la fois floue et stable, en tout cas une frontière dangereuse : le mot de ṭaġr revient régulièrement dans son évocation, face à ces autres qui désignent l’ennemi : Francs, Basques, Galiciens, Infidèles pour tout dire. Le plus pertinent est finalement Ibn Ḥawqal, qui évoque explicitement deux frontières, sur l’Océan et face aux pays chrétiens du nord, et implicitement une autre, celle des rivages méditerranéens depuis Murcie jusqu’à Tortose : même solide comme elle l’est alors, c’est bien d’un réduit ou d’une tête de pont que l’Espagne musulmane donne l’image73.

30Situation plus confuse au Caucase, en raison du relief et de l’inextricable mosaīque des populations, que reflète la carte religieuse et linguistique : toutes choses déjà vues, pour lesquelles on voudra bien se reporter au cinquième chapitre de ce livre. Résumons : réserve faite de Muqaddasī, qui repousse, on l’a dit, la frontière islamique aux pays de la Volga, les auteurs s’accordent à faire finir la mamlaka à Bàb al-Abwāb, la Porte des Portes (Derbend) : après la période épique des premières chevauchées musulmanes et des ripostes des peuples du Nord, la limite s’est stabilisée à ce port actif, hérité de l’époque sassanide. Au delà, c’est la steppe menant à la ville de Samandar et à la Volga. Plus à l’ouest, la marche de Tiflīs apparaît comme isolée en milieu hostile ; mais c’est un point vital des défenses musulmanes, le support logistique de la garnison qui tient, à cinq jours de marche de là, le défilé des Portes Caspiennes ou Porte des Alains (Bāb al-Lān) : un peuple synonyme d’impiété, de puissance et de menace, comme bon nombre de ceux qui hantent la grande montagne et ses abords : Géorgiens, Abkhazes, Avars, Lesghiens, Tcherkesses, Arméniens et tant d’autres, en coquetterie ou en conflit avec l’Islam, sans oublier, plus au nord, les Khazars, les Bulgares et même, au delà, les Russes des incursions desquels les mémoires conservent le souvenir douloureux.

  • 74 Cf. les analyses faites au chap. V. Sur les marches du pays turc et leurs couvents fortifiés (ribā (...)
  • 75 Un indice dans ḤAW, 514 i. f.
  • 76 QUD, 262, et A. J. Wensinck, A Handbook of Early Muhammadan Tradition, Leyde, 1960, p. 232 (Turcs (...)

31Mais plus encore qu’aux anciens échos guerriers de la frontière du Nord, c’est dans les luttes jamais closes sur les confins syro-anatoliens que l’Islam des iiie/ixe et ive/xe siècles écrit son épopée. C’est là qu’il affirme trouver son ennemi le plus redoutable, Byzance, là qu’il pose, on l’a vu, le problème crucial de sa destinée, dans le souvenir des élans passés et le constat des catastrophes présentes : beaucoup plus là, en tout cas, que face au monde de l’Asie centrale, depuis la Caspienne jusqu’à la mer d’Aral et au Ferġāna. En ce dernier canton de la frontière, l’espoir le dispute à l’inquiétude, l’Islam réussit à « récupérer » le Turc autant qu’à le combattre, et c’est moins au mot de conquête qu’il faut songer qu’à celui, anthropologique, d’osmose74. Aucun doute : l’Islam, par les conversions, le négoce et les coups de main, progresse75, quitte à se turquifier. Ce serait beaucoup, certes, que de parler de sympathies franches, mais enfin force est de reconnaître que certaines arrière-pensées politiques, liées à la place éminente que les Turcs se sont taillée dans l’État ou dans les États musulmans, estompent ici quelque peu les notions de marches et de guerre à l’Infidèle, le tout avec la sanction de la tradition religieuse : un ḥadīṯ fait dire explicitement au Prophète : « Laissez les Turcs tranquilles tant qu’ils vous laisseront tranquilles76 ! »

Frontière et légende

32En certaines régions particulièrement mal connues ou hostiles, la légende supplée à l’information, l’étranger et l’étrange se confondent, le merveilleux prêté au monde non musulman reflue jusqu’à la frontière.

  • 77 Cf. supra, p. 491-492.
  • 78 Elles se situaient, on le sait, de part et d’autre du détroit de Gibraltar : cf. Besnier, op. cit. (...)
  • 79 HUR, 116, SER, 52, RST, 78, FAQ, 71-72, MAQ, IV, 88 ; IBR (e), 1053 i. f.-1054, reporte le monumen (...)
  • 80 Kāna (il y avait), dit HUR, loc. cit. ; FAQ, 71, en rattachant le thème au cycle d’Alexandre, évoq (...)
  • 81 Hésitation du man., HUR, loc. cit. : naml (fourmis) ou naḥl (abeilles). La première lecture est sa (...)

33Le Sahara et l’Espagne dominent ce paysage des limites imaginaires. Le premier abrite les cités perdues et le fleuve de sable, qu’on ne franchit pas77. La seconde, qui dérobe une chrétienté insoumise dans ses repaires montagneux, conjugue mystère et « finistère », ajoute à l’irréductible secret du Nord la singularité qu’elle tient de sa position, au bout du monde en même temps que de l’Islam. Alors, on a pu voir se dresser là comme une nouvelle forme des colonnes d’Hercule78. Dans un pays mal défini79, dans un temps qui relève à la fois d’un passé vague et d’un futur eschatologique80, bref au bout du monde et à la fin du monde, se dresse un cavalier de cuivre, mains étendues en une défense qu’explicite, dans une langue de l’Arabie du Sud, une inscription menaçant le voyageur téméraire d’être dévoré par les fourmis s’il passe outre81.

  • 82 MAS (p), § 273. Cf. également A. Huici Miranda, « Djillīḳiyya », dans EI (2), t. II, p. 555.
  • 83 Cf. supra, p. 492, n. 2. Il est vrai qu’ici la présence du himyarite peut s’interpréter comme réfé (...)
  • 84 Coran, XXVII, 18.
  • 85 Cf. ĞĀH (h), à l’index, s. v. « naml ».
  • 86 Cf. Idrīsī, Ibn Sa’īd et Dimašqī, cités dans Ferrand, Relations de voyages et textes..., p. 194, 3 (...)

34Variations sur le thème monumental : pour Mas‘ūdī, le plus proche de la tradition antique, il s’agit du phare de cuivre et de pierre bâti par Hercule (Hirqil)82. Ibrāhīm b. Ya‘qūb parle d’une simple idole, et Ibn Serapion de deux statues de cuivre supportant une troisième, debout sur leur mains. L’essentiel est la conjonction de thèmes qui sont autant de signes de bout du monde : le cuivre, sur lequel on n’insistera pas, la langue de l’Arabie du Sud, himyarite plus précisément, que nous avons déjà rencontrée dans les sables d’un Sahara inaccessible83, la fourmi enfin : avec elle, l’animal coranique84, le support d’une société mystérieusement organisée85, c’est bien la connaissance licite qui s’achève d’un coup en même temps que la terre : à preuve le cheminement du thème de la statue-limite, mêlé ici aux ténèbres où le soleil s’engloutit, et qui repartira bientôt pour l’autre extrémité de l’univers, dans la lumière insoutenable de l’astre naissant86.

  • 87 Étant entendu que cette dilution ménage encore, au delà des marges, une mutation brusque : le saut (...)

35Voilà donc la mamlaka circonscrite. Mais circonscrite comment, et par quoi ? On ne force guère la vérité en disant que la frontière n’existe pas, même du côté de la mer, qui n’est souvent qu’une protection illusoire contre le voisin incertain ou l’ennemi. Marches mouvementées ou étendues dissolvantes des sables ne sont, après tout, que des approximations du concept de limite ; finalement, la meilleure définition de la mamlaka doit être demandée non à un terrain qui ne l’enclôt pas fermement, mais à ce qui la constitue comme telle : l’Islam. C’est par la domination ou l’inexistence de celui-ci qu’on sait si, oui ou non, l’on est encore dans le Domaine. Ainsi retrouvons-nous, à travers l’idée de la frontière diffuse, une donnée majeure de la tradition géographique arabe : la notion de mamlaka est inséparable de celle du centre vivant, du cœur arabe, syrien, irakien ou égyptien, à partir duquel s’opère, quoi qu’on en ait, une dilution vers les marges87 : au total, moins un champ clos qu’une nébuleuse, moins un Empire qu’une mouvance.

Notes

1 Cf. supra, p. 1-2.

2 ĞĀH (a), 181.

3 Supra, p. 32.

4 QUD, 234 ; autre exemple ibid., 249.

5 QUD, 259.

6 QUD, 252, cité aussi supra, p. 472, n. 9, et 477, n. 3.

7 Du moins est-ce l’interprétation choisie par Qudāma, parmi les deux que l’exégèse donne aux versets 1-4 de la Sourate XXX, dite du Rūm : cf. R. Blachère, Coran, t. II, p. 418-420, et supra, p. 478.

8 QUD, 234 : qasabatu mamlakati l-Islāmi baladu l-’Irāq, le mot de qaṣaba désignant très précisément ici le point central à partir duquel s’ordonnent, sur la carte comme dans la description qu’on en donne, les quatre régions cardinales.

9 IṢṬ, 15, ḤAW, 5.

10 IṢṬ, 15-19, avec, également, les expressions de mamlakat Fārs et mamlakat Irān-šahr, cette dernière dans une phrase justiciable d’une analyse analogue à celle qu’on a faite à propos de Qudàma. Repris dans ḤAW, 9-11. Comparer encore avec MAS (p), § 1366-1367, qiu emploie, dans le tableau où il présente les grands États de ce monde, le terme plus général de ’aml : circonscription relevant d’une autorité.

11 Supra, p. 67.

12 Sans doute admet-elle la réserve des colonies musulmanes de l’étranger. D’où quelques excursus pour l’Afrique noire (surtout ses esclaves), le Rūm, l’Asie centrale ou l’Inde (mais pratiquement pas l’Extrême-Orient). Mais il s’agit là de fort peu de choses, une concession mineure et d’ailleurs souvent refusée : cf. p. 152 i. f. : « Nous éviterons de faire mention de Tarse et de sa région, qui sont sous la domination du Rūm. »

13 MUQ, 58-62.

14 MUQ, 62-66.

15 Muqaddasī ne prend même pas la peine de le replacer dans la présentation de l’ensemble des climats terrestres, dont la description précède.

16 MUQ, 65.

17 Autres exemples de mamlaka au sens absolu : MUQ, 11 et 19. Je note une autre manière de formuler cette originalité islamique, ibid., 1, où il est question des provinces de l’Islam (al-aqālīm al-islāmiyya), avec l’intention évidente d’opposer, en ce sens de province, de région de l’Islam, très fortement illustré par l’ouvrage, le mot d’iqlīm à son ancien sens grec, celui de « climat » dans la description de la terre dans son ensemble, employé ibid., 58-62.

18 Cf. supra, p. 68-70. Noter à ce propos que l’appellation d’Irak (’ağamī et ’arabī) est commune à ces pays : en vertu de quoi Ibn ’Abd Rabbih peut écrire (’Iqd, VI, 248) qu’Ispahan est « le nombril de l’Irak ».

19 HUR, trad., 3-4, QUD, 234, RST, 104, IṢṬ, 15, ḤAW, 9, 234, MUQ, 32-33, 66 (où la concession à ce genre d’eulogie est soulignée), 113, MAQ, IV, 77 et 92-93, HAM, 1 et 6, etc. Cf. aussi Géographie I, p. 72-74.

20 ṮA’Ā, 102.

21 IṢṬ, 19, repris par ḤAW, 17.

22 FAQ, 3.

23 MAS (p), § 773 sq. (notamment 777) (t), 33-36, 55 sq., ḤAW, 135, MUQ, 36, 193. Systématisation de l’exaltation de l’Égypte chez WAṢ, 161 sq.

24 On ne traite ici des mers qu’en tant que limites. Le thème marin proprement dit sera repris plus tard, avec la description du monde musulman, dans un autre volume.

25 La mer Noire est, à cette époque, en dehors du domaine musulman.

26 Au mieux, les jonques chinoises s’arrêtent à Sīrāf : Rel, § 13.

27 MUQ, 15-16.

28 HAM, 127, MUQ, 11-12.

29 ĞĀḤ (a), 202, MUQ, 14.

30 On la fait parfois communiquer avec la Caspienne : MAS (t), 96, (p), § 223, exagérant seulement sur l’étendue de la mer : un mois de navigation ; exagération accrue encore dans MAS (t), loc. cit. Opinion avancée également par IṢṬ, 170, mais discutée par ḤAW, 13, 481. QUD, M 62, semble la confondre avec la Caspienne.

31 Cf. par exemple, ḤAW, 451 (où le « lac du Huwārizm » est dit s’appeler aussi « lac de l’Oxus » : buhayrat Ğayḥūn), 475, 477 et 481.

32 IṢṬ, 163, ḤAW, 467, et supra, chap. V.

33 Lequel nom, par extension ou confusion, est parfois aussi donné à la mer Noire ou Pont (Buntus), qui échappe, elle, entièrement à l’Islam de cette époque : cf. notamment HUR, 103-104, et supra, p. 388, n. 3, et 402, n. 9.

34 HUR, 124, 154, FAQ, 7, RST, 83, MAS (p), § 281.

35 ḤAW, 376, distingue et isole « les contrées en bordure de la Caspienne qui appartiennent à l’Islam » (trad., 366) : sur ces contrées elles-mêmes, aux populations belliqueuses, non arabes et parfois à peine touchées par l’Islam, cf. IṢṬ, 121 (confirmé encore par ḤAW, 377). MAS (p), § 281, nomme carrément la Caspienne « mer des Barbares » (baḥr al-A’āğim).

36 MAS (p), § 442 sq., ḤAW, 386 sq., et supra, chap. VI, à propos du Caucase.

37 IṢṬ, 128, ḤAW, 388.

38 Dimensions moyennes réelles : 1200 X 300 km. HUR, 154 : 500 parasanges de diamètre (= environ 3 000 km) ; RST, 86 : 1 800 X 600 milles (= environ 3 500 X 1 200 km) ; FAQ, 8 : 100 parasanges de diamètre (= environ 600 km) ; ibid., 289-290 : 300 X 300 parasanges (= environ 1 800 X 1 800 km) ; MAS (p), § 281 (t), 90 : 800 X 600 milles (= environ 1 500 X 1 200 km).

39 MAS (p), § 296, 463, IṢṬ, 125 (ḤAW, 382-383), 128 (ḤAW, 388), ḤAW, 347.

40 MAS (p), § 295-296, 462, IṢṬ, 128 (ḤAW, 388).

41 MAS (p), § 455 sq., IṢṬ, 130 (ḤAW, 393), ḤAW, 389.

42 Réserve faite des raids, ou de repaires comme la Garde-Freinet. Bonne description d’ensemble de la Méditerranée chez ḤAW, 190-205.

43 C’est si vrai qu’on a pu songer, au moins sur le plan de la représentation cartographique, à réunir le Magrib à l’Empire byzantin : ḤAW, 60. Cf. aussi ce qui est dit infra, à propos des frontières et des marches.

44 MUQ, 15.

45 MUQ, loc. cit.

46 Cf. supra, p. 21, n. 4.

47 Mis à part les notions, toutes théoriques, héritées de Ptolémée (ex. chez MAS (t), 41, 43, 100 sq., 247), de rares notations se trouvent chez IBR (e), 369, 388-390, ou dans le souvenir des attaques normandes : MAS (p), § 404. Cf. aussi supra, p. 21.

48 La seule terre soupçonnée (et peut-être explorée) au delà est l’archipel des Canaries (îles Fortunées) : MAS (p), § 274, et MAĠ : supra, p. 20-21.

49 Au détroit de Gibraltar, en face de Cadix ou aux îles Fortunées : MAS (p), § 273, (t), 101, WAṢ, 32 (comparer avec Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, éd. P. Moreau, Paris, t. I, 1947, p. 266). L’interdiction de passer outre, explicitée à propos de ce thème, se retrouve aussi sur les terres : cf. infra, « Frontière et légende ».

50 FAQ, 7, MAS (p), § 272 et 408.

51 Sauf, bien entendu, en ce qui concerne les œuvres qui incluent la géographie dans des perspectives qui la dépassent : administratives, encyclopédiques, etc. Cf. par exemple les développements juridiques de Qudāma au livre VII du Kitāb al- ḥarāğ. Mais c’est un fait que l’école de Balhī, celle de l’atlas de l’Islam, est insensible à ces concepts : une exception (douteuse au demeurant) chez MUQ, trad., 152, n. 41.

52 Le parallèle avec Ibn Ḥawqal est éclairant : cf. Géographie I, p. 304-309 et 326.

53 MUQ, 152 et 154.

54 MUQ, 353, 355, 360-361.

55 MUQ, 15, 60, 151 et 189 : mention du mot, sans exploitation.

56 MUQ, 152, 160, 242.

57 MUQ, 274-286, passim. Le mot de ḥaġr est plus rare (p. 274 : 3 fois), mais il est revêtu ici de toute la force que lui donne le contexte. Mêmes constatations pour les marches de Haute-Mésopotamie (p. 140).

58 MUQ, 232.

59 MUQ, 231, où le mot de ḥaġr est logé au sein d’un contexte qui ne laisse aucun doute sur son interprétation.

60 MUQ, 286 ; double parallèle, sur le plan des mœurs et de la richesse commerciale (le Huwārizm est qualifié d’emporium : maṭraḥ).

61 MIS (a), 26-27, ḤAW, 316, 321-323 (IṢṬ, 102-104), MUQ, 474, 479-480, 483-485. MAS (p), § 417 et 420, et RST, 135-136, insistent davantage sur les entreprises indiennes, mais sur un ton optimiste quant aux capacités de résistance de l’Islam.

62 YA’Q, 359-360, ḤAW, 81-82, 91-93, 102-103, 444 i. f., MUQ, 241-242.

63 YA’Q, 343-346, MAS (p), § 894, ḤAW, 61, 153-156, MUQ, 201.

64 Supra, chap. IV, auquel on renvoie globalement pour ce paragraphe.

65 On se souviendra que la Nubie est un cas célèbre de dār as-sulh, cette catégorie marginale de pays non conquis, mais liés à l’Islam par un traité de paix (cf. QUD, 265, et D. B. Macdonald-A. Abel, dans EI (2), t. II, p. 134-135).

66 Exposé systématique sur les uġūr dans QUD, 252 sq.

67 MAQ, IV, 86-87, MIS (b), 30, MUQ, 488-493, Ibn ’Abd Rabbih, ’Iqd, VI, 254 ; cf. aussi ḤAW, 81-82 (tribus des côtes marocaines au sud de Salé : à comparer avec 91 i. f., 93 et 444 i. f.).

68 Le mot de ḥaġr est moins employé à leur propos (voir toutefois QUD, 265) que celui de ribā, qui revient sans cesse sur ces côtes comme aux autres points chauds de la frontière.

69 Loc. cit.

70 YA’Q, 338-339, 350, RST, 119, QUD, 255, MAS (p), § 828, ISṬ, 446, ḤAW, 118, 179, 203, 205, MUQ, 15, 184, 232.

71 Cf. supra, p. 470-471.

72 YA’Q, 354, MAS (p), § 404, RĀZ, 97, 99, ḤAW, 113. Situation analogue sur les côtes du Maroc : traces chez YA’Q, 360.

73 HUR, 90, YA’Q, 354 i. f.-355, FAQ, 82, MAS (p), § 403, RĀZ, 75, 77, 81, 82, IṢṬ, 33, 35, 51, ḤAW, 62, 109-111, 114-115, 190, 204, MUQ, 222-224. Cf. É. Lévi-Provençal, dans EI (2), t. I, p. 504-505, et supra, chap. VII, passim.

74 Cf. les analyses faites au chap. V. Sur les marches du pays turc et leurs couvents fortifiés (ribāṭāt), cf. HUR, 31 i. f., 34, 37 i. f., 173, 178, YA’Q, 292, 295, FAQ, 304, 316, 325, RST, 150 (la trad. Wiet, p. 173, semble ne pas très bien distinguer entre la « muraille » du Ğurğān, à l’angle sud-est de la Caspienne, et celle, plus célèbre, qui se trouve de l’autre côté, à Bāb al-Abwāb), QUD, 207-208, 212, 243, 261-263, IṢṬ, 186 (n. 1), 187, 192, ḤAW, 383, 445 (avec indications sur la vie dans un ribāṭ), 467-468, 480, 481 i. f., 504-505, 507, 509, 511-514, 525, MUQ, 272, 274-275, 282-283, 285-286, 294, Hud, 100 i. f., et, de façon générale, Barthold, Turkestan, passim.

75 Un indice dans ḤAW, 514 i. f.

76 QUD, 262, et A. J. Wensinck, A Handbook of Early Muhammadan Tradition, Leyde, 1960, p. 232 (Turcs et Abyssins).

77 Cf. supra, p. 491-492.

78 Elles se situaient, on le sait, de part et d’autre du détroit de Gibraltar : cf. Besnier, op. cit., p. 362.

79 HUR, 116, SER, 52, RST, 78, FAQ, 71-72, MAQ, IV, 88 ; IBR (e), 1053 i. f.-1054, reporte le monument à Bordeaux.

80 Kāna (il y avait), dit HUR, loc. cit. ; FAQ, 71, en rattachant le thème au cycle d’Alexandre, évoque la présence de l’ange détenteur de la trompette (ṣūr) du Jugement Dernier.

81 Hésitation du man., HUR, loc. cit. : naml (fourmis) ou naḥl (abeilles). La première lecture est sans doute préférable, pour les raisons qu’on va dire.

82 MAS (p), § 273. Cf. également A. Huici Miranda, « Djillīḳiyya », dans EI (2), t. II, p. 555.

83 Cf. supra, p. 492, n. 2. Il est vrai qu’ici la présence du himyarite peut s’interpréter comme référant discrètement aux généalogies que se donnaient volontiers les Arabes d’Espagne. A l’autre bout du monde, on se souviendra que l’Arabie du Sud est également présente dans la ville fabuleuse de Ğābulqā (supra, p. 507), qui abriterait les survivants du peuple des ’Ād, réputés, par la tradition, originaires de l’Arabie du Sud : cf. F. Buhl, dans EI (2), t. I, p. 174. Pour le cuivre, on renvoie à ce qui a été dit au chap. IX.

84 Coran, XXVII, 18.

85 Cf. ĞĀH (h), à l’index, s. v. « naml ».

86 Cf. Idrīsī, Ibn Sa’īd et Dimašqī, cités dans Ferrand, Relations de voyages et textes..., p. 194, 346-347, 371 (statues situées aux limites de la Corée).

87 Étant entendu que cette dilution ménage encore, au delà des marges, une mutation brusque : le saut dans l’étranger (cf. supra, p. 73).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search