Version classiqueVersion mobile

La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du 11e siècle. Tome 2. Volume 2

 | 
André Miquel

Chapitre X. Les colonies musulmanes à l’étranger

Texte intégral

1Notre tour du monde est achevé. Il ne reste plus qu’à installer sur la carte ces pays d’Islam dont la description doit fournir la matière d’un autre livre. Mais auparavant, il est des hommes que nous ne devons pas oublier : les Musulmans de l’étranger, habitant d’un bout à l’autre ou presque de l’œcoumène.

  • 1 HUR, 70 (Corée ; assez vague toutefois : des commerçants musulmans s’y installent), 163 i. f.-164 (...)
  • 2 Sans doute parce que le commerce, comme on l’a dit, échappe ici aux mains des Musulmans.

2Réservons les détails à l’annotation1, et regardons la carte (fig. 34) : Afrique occidentale, Nil et mer Rouge, côtes de l’Afrique orientale, bouches de la Volga, steppes de l’Asie centrale, Indes, Malaisie et îles de la Sonde, Cambodge, Chine, Corée peut-être, autant de noms qui sont ceux-là mêmes du commerce lointain : il n’y manque que l’Europe de l’Ouest2.

3Mais qu’entendre par Musulmans ? Nos textes se contentent de ce mot seul, qui, en l’espèce, peut rester ambigu. Car il ne s’agit pas ici de marchands isolés, d’espions ou d’ambassadeurs, qui passent sans s’arrêter, mais de colonies, dans l’un des sens où nous prenons ce mot, à savoir un groupe d’hommes de même origine, mais installés ailleurs, et coupés de cette origine même. L’arabe moderne emploie le mot ğāliya, qui ne se trouve, pas plus qu’un autre, dans nos textes : Musulmans, disent-ils, parfois Arabes, Persans, et rien de plus.

  • 3 Cf. supra, p. 76.

4Un premier critère de la définition de ces colonies est, par opposition aux individus de passage, la stabilité en tant que groupe. Un mot ici, une fois de plus, de la diachronie. Il est vrai que ces groupes ont pu connaître des vicissitudes : exemple célèbre, pour s’en tenir à celui-là, que les colonies musulmanes de Chine, décimées par les troubles locaux3. Notre propos, on le sait, n’est pas de nous substituer aux historiens du commerce musulman : il est de décrire, avec nos auteurs, ces colonies, et, avec eux, de nous les représenter, parfois à plusieurs milliers de kilomètres de distance.

5Le critère du groupe stable est nécessaire, mais non suffisant. Complétons-le par le caractère minoritaire du groupe dans la société qui l’héberge. Mais pourrons-nous alors prendre en compte les Musulmans guerriers de la Garde-Freinet ? Il ne le semble pas, si l’on se réfère aux autre groupes : car les colonies dont nous traitons ici sont des institutions pacifiques, plus que cela : suprêmement attachées à la paix, sans laquelle elles ne pourraient mener à bien les opérations commerciales qui sont leur principale raison d’être.

  • 4 Si un minimum de liberté de culte (avec mosquée) leur est laissé, ils semblent bien dépouillés, à (...)

6Enfin, on ne pourra parler de colonies, au plein sens du terme, que là où elles sont véritablement organisées comme telles : l’existence, sur ce plan, de structures administratives et hiérarchiques internes à la communauté, et en relations officialisées avec celles de la société d’accueil, élimine par exemple, si importants soient-ils, les rassemblements de prisonniers comme ceux qu’on a vus à Byzance4.

Fig. 34. — Les colonies musulmanes à l’étranger.

Activités et organisation

  • 5 Rel, § 43, MAS (p), § 452, 500, 515, USW, 253, 274, Ḥud, 164.
  • 6 MAS (p), § 452, 500.

7Le commerce d’abord, on vient de le dire : si la place des colonies sur la carte ne suffisait pas à le prouver, nous pourrions nous retourner vers les textes eux-mêmes5, lesquels soulignent aussi, à l’occasion, les activités artisanales6.

  • 7 Rel, § 12 ; on notera que ce « rassemblement » laisse entendre une installation fixe, une base à p (...)
  • 8 Et aussi, en commençant, l’invocation de l’autorité musulmane en exercice, comme la suite le prouv (...)

8Quant à l’organisation, deux auteurs peuvent la résumer : « A Canton, qui est le point de rassemblement des commerçants, est-il écrit dans la Relation7, il y a un homme, un Musulman, que le maître de la Chine investit du pouvoir de juger entre les Musulmans qui se rendent dans cette région : et cela, par une intention particulière du souverain de la Chine. Aux fêtes, cet homme dirige la prière des Musulmans, fait le prône8 et prononce les vœux pour l’autorité légale qui régit les Musulmans. »

  • 9 ḤAW, 320.

9A propos de l’Inde, Ibn Ḥawqal9 déclare : « Des Musulmans y vivent et sont gouvernés par l’un des leurs, qui en a reçu délégation du Ballaharâ actuellement régnant. C’est une coutume que j’ai observée dans de nombreuses régions des frontières, où le pouvoir est entre les mains d’infidèles, comme les pays des Khazars, des Sarīr et des Alains, ainsi qu’au Ğāna et à Kūġa. Les Musulmans n’acceptent d’être gouvernés que par un des leurs, lequel administre les peines de droit (ḥudūd), et l’on ne peut invoquer contre eux que le témoignage d’un homme de la même religion. »

  • 10 Cf. aussi FAḌ, 172, MAS (p), § 451 (Khazars : deux juges).
  • 11 Merv, 279-280, 291, MAS (p), § 515 (hazma, à rectifier certainement en honarman, comme y incline, (...)
  • 12 Merv, 291, MAS (p), § 451.
  • 13 Sur ce dernier cas, cf. FAḌ, 172 ; Merv, 291, dit que le vol commis, aux Indes, par un Musulman es (...)
  • 14 MAS (p), § 872.

10L’essentiel est là, dans ce gouvernement de la communauté par elle-même, sous la forme d’une délégation de pouvoir à l’un de ses membres, avec l’agrément de l’autorité locale. Ce primus inter pares se retrouve un peu partout : en Afrique, en Chine, au Caucase et aux Indes, comme on vient de le voir10. En ce dernier pays, il porte le nom de honarman11. Exerçant les charges d’un véritable cadi12, il juge des affaires opposant les Musulmans entre eux, et aussi, parfois, des litiges commerciaux entre les Musulmans et d’autres sujets du pouvoir13. Un cas spécial : à Zanzibar, la communauté serait régie par une royauté héréditaire14.

  • 15 Ce rôle ressort assez bien de Merv, 279-280.
  • 16 Merv, 280.
  • 17 Rel, § 40 et 43 ; pour l’observation de l’étiquette, cf. Merv, 286-287.
  • 18 Sur les mosquées, cf. infra.
  • 19 USW, 274, 277.
  • 20 USW, 291. Sur le baqṭ, cf. supra, p. 154.
  • 21 MAS (p), § 877, ḤAW, 512.
  • 22 FAḌ, 172, et supra, p. 294, n. 3.

11Le chef de la colonie la représente auprès de l’autorité locale15. Les rapports entre elles deux sont régis par des conventions16, dont nous pouvons nous faire une image assez précise : moyennant le paiement des impôts et l’observation des règlements en vigueur17, les Musulmans obtiennent, outre le droit de s’administrer eux-mêmes et de commercer, la liberté de culte18. Dans certaines contrées où l’Islam, en tant que puissance politique, est assez proche pour faire sentir son poids, c’est lui-même qui, prenant en charge le sort de ses fils au delà de la frontière, signe un traité en bonne et due forme : les Bedja, par exemple, sont tenus d’assurer la protection des Musulmans et leur liberté de commercer19, et le baqṭ passé avec la Nubie ajoute à ces clauses la fondation de mosquées et leur entretien par les Nubiens eux-mêmes20. En sens inverse, c’est le pouvoir local qui accentue parfois son contrôle : le lien de vassalité est souligné, par exemple, vis-à-vis du souverain d’Abyssinie ou des Turcs de la mer d’Aral21 ; chez les Khazars, c’est le roi qui choisit, parmi les gens de son entourage militaire (ġilmān), un Musulman pour diriger la communauté22.

Colonie musulmane et société d’accueil

  • 23ud, 93, 164.
  • 24 USW, 253.
  • 25 MAS (p), § 883, MUH (f), loc. cit. (supra, p. 515, n. 1), MAS (p), § 515, ḤAW, 390 (ce chiffre de (...)

12Voilà pour la règle. Mais dans les faits ? Quel type de relation la colonie musulmane entretient-elle avec la société d’accueil ? On peut poser en principe que le rapport est d’autant plus favorable aux représentants de l’Islam qu’ils constituent, tout en restant minoritaires, un groupe compact, étoffé. Nos textes évoquent parfois la taille de ces communautés : exiguës au Tibet ou aux îles de la Sonde23, sans doute d’importance moyenne en Nubie24, populeuses parfois, comme aux confins de la Haute-Égypte, en Malaisie, où toute une ville serait musulmane, aux Indes et sur la basse Volga, Mas’ūdī et Ibn Ḥawqal donnant ici un chiffre, le même au demeurant : dix mille individus dans le seul district de Saymùr ou pour la seule ville d’Atil25.

  • 26 Cf. supra, p. 291 (pour la Khazarie ; mais MAS (p), § 447, est moins net) ; MAS (p), § 330 (Chine) (...)
  • 27ud, 88 (Indes), MAS (p), § 244 (version, un peu différente § 215 : Zanğ, en réalité, réduits à l’ (...)
  • 28 Rel, § 25, 40, 43 (Inde et Chine) ; on peut évidemment penser que le mot d’Arabes renvoie, globale (...)
  • 29 MUH, loc. cit., qui ne précise pas du reste si ces Hindous sont islamisés ou non.
  • 30 MAS (p), § 515; sur les bayāsira (sg. baysar ou baysarī), cf. Blachère-Chouémi-Denizeau, op. cit., (...)

13L’intégration à la société d’accueil fournit d’autres indices : parfois isolée de celle-ci, comme en Khazarie, en Chine ou dans telle ville nubienne26, la colonie musulmane, ailleurs, s’intègre à elle : cas des Indes ou de Zanzibar27. Au reste le terme même de Musulmans recouvre-t-il une population mêlée : si la Relation parle d’Arabes28, en Malaisie au contraire, ces Arabes se retrouvent avec des Iraniens et des Hindous29 et, pour l’Inde, Mas’ūdī apporte une précision intéressante en distinguant, des gens originaires de Sīrāf, de l’Oman, de Basra et de Bagdad (Persans et Arabes, donc), les bayāsira, nés, en Inde même, de parents déjà musulmans30.

  • 31 Excepté le cas de soubresauts locaux, comme en Chine (supra, p. 516, n. 2).
  • 32 ḤAW, 320 (cas de communautés peu importantes).
  • 33 RST, 133.
  • 34 Merv, 287.
  • 35 RST, loc. cit. (commune horreur du vin) ; si le texte précise que les Hindous ne sont pas, en la m (...)
  • 36 Rel, § 25 (et n. 5)-26 (démarqué dans MAS (p), § 425). On se rappellera aussi ce qui a été dit de (...)

14Ces indications, parfois trop confuses pour tel ou tel cas particulier, permettent cependant d’imaginer, dans l’ensemble, diverses situations possibles, depuis la simple tolérance jusqu’à la coexistence et même à l’ouverture de la société locale. Les modes de l’accueil, des influences possibles, suivent un dessin analogue. La tonalité générale de nos textes est au beau fixe31. Dans un sens, on voit des Musulmans, en cas de nécessité, accepter de s’en remettre à un étranger du soin de régler leurs propres affaires32. Dans l’autre sens, c’est l’autorité locale qui couvre de cadeaux les Musulmans33, dispense tel des leurs des obligations de l’étiquette34, manifeste le respect où elle tient les coutumes de l’Islam35; parfois même, en raison du poids de ce monde arabo-musulman qu’elle se trouve représenter, la colonie est en état de jouer, comme aux Indes, sa propre carte politique dans le contexte local, qui lui demande son appui et lui ménage le sien36.

  • 37 Cf. supra, p. 293-295.
  • 38 Trad. Canard, 141-142 (texte absent de l’éd. Dahan).
  • 39 Dans quel pays ? La question est confuse : cf. trad., p. 142, n. 381. On se souviendra, à propos d (...)

15La société khazare représente un cas-limite : celui où, de par l’importance et le rôle des groupes musulmans, on voit s’accentuer à la fois les effets de leur influence et les réactions possibles. L’Islam s’appuie ici sur deux communautés : celle de militaires d’élite de l’armée royale, jouissant d’un statut spécial, et celle de la colonie musulmane proprement dite, dont les responsables semblent avoir un prestige et même une action dépassant largement le cadre de leur communauté37. Cette position explique peut-être les chocs en retour qui se manifestent à l’occasion : Ibn Faḍlān38 déclare qu’en 310/922, le roi des Khazars, apprenant la destruction d’une synagogue par les Musulmans39, fait, en représailles, abattre le minaret et tuer les muezzins de la grande mosquée d’Atil. Il ne pousse pas plus loin cependant et s’abstient de détruire l’édifice lui-même, de peur de susciter des réactions en chaîne et des démolitions d’autres synagogues en pays d’Islam.

  • 40 Cf. supra, p. 520, n. 1.
  • 41 Sans parler des complications internes (attitude des corps musulmans de l’armée).
  • 42 Que la défense du judaïsme soit sincère ou simple prétexte politique ne change évidemment rien à c (...)

16Le champ et les limites de la politique royale témoignent bien de la juste taille, de la juste place de la communauté musulmane d’Atil. Celle-ci n’est sans doute ni majoritaire, comme le dit Ibn Ḥawqal40 — car alors, que seraient devenus le pouvoir souverain et l’armature même de la société khazare ? —, ni trop modeste : nos textes se trouvent d’accord pour évoquer une colonie puissante, quantitativement et socialement, et d’ailleurs, qui se fût soucié des difficultés d’une poignée d’hommes ? La réaction, mais aussi la prudence du souverain prouvent que les Musulmans d’Atil ne sont pas si nombreux qu’on n’ait pas les moyens d’une politique de rappel à l’ordre, mais qu’ils restent néanmoins assez forts pour qu’on se soucie des complications que leurs malheurs entraîneraient avec le monde arabo-musulman41, et même trop forts pour qu’on n’éprouve pas le besoin de rappeler ses limites à une communauté dont le poids est sans doute jugé par moments excessif42.

Islam et langue arabe

  • 43 RST, 140, FAḌ, trad. Canard, 141, MAS (p), § 425, 452, 883, USW, 274, 291, ḤAW, 320, 390, Ḥud, 88, (...)

17L’accueil fait aux colonies musulmanes peut se mesurer à un autre critère : celui du culte, les mosquées fournissant du reste une échelle grossière de l’importance des communautés : que les grandes mosquées (ğawāmi’, sg. ğāmi’) apparaissent, et l’on pourra parler de groupes assez puissants pour constituer les assemblées de la prière collective, celle du vendredi d’abord. D’autres indices peuvent être demandés aux minarets, aux muezzins, aux écoles coraniques (katātīb, sg. kuttāb). Une vue d’ensemble de cette carte religieuse confirme, pour l’essentiel, ce que nous savons déjà : les communautés les plus étoffées se trouvent près de la Haute-Égypte, chez les Khazars et aux Indes43.

  • 44 ḤAW, 320 (Indes).

18Reste à savoir si l’Islam rayonne ou non au delà de ces colonies, si son prosélytisme est de fait autant que d’intention : qu’il se proclame hautement, avec la tolérance de la société d’accueil44, ne signifie pas forcément qu’il morde sur elle. Autre problème : l’expansion éventuelle de l’Islam entraîne-t-elle celle de l’arabe, ou s’opère-t-elle par les parlers locaux ? Ou si c’est l’usage de l’arabe, comme langue d’échanges commerciaux par exemple, qui suscite le désir de l’Islam ?

  • 45 Rel, § 14.
  • 46 Rel, § 72 (et n. 6, qui marque la différence entre cette situation et les conversions postérieures (...)
  • 47 USW, 253, MAS (p), § 885-886.
  • 48 Cf. supra, p. 163-165.
  • 49 Cf. supra, p. 195.
  • 50 MAS (p), § 215.

19Les renseignements nous font cruellement défaut. A peine pouvons-nous signaler quelques faits touchant l’Extrême-Orient ou l’Afrique. On nous dit que l’arabe n’est pas parlé aux îles Nicobar45, et que ni lui ni l’Islam ne sont pratiqués en Inde ou en Chine46. Pour l’Afrique, on notera, avec Uswānī et Mas’ūdī47, que, si l’arabe ne pénètre que difficilement dans la vallée du haut Nil, il n’en est pas de même pour l’Islam, en tant que phénomène religieux et même socio-économique, les marchands d’Assouan acquérant des terres loin en amont et, par ce biais, s’assurant une situation spéciale dans la société nubienne. Pour le pays bedja, on a dit plus haut les influences arabes, les succès, mais aussi les limites de l’Islam48. Enfin, pour l’Afrique orientale, on pourra mesurer les progrès d’une implantation musulmane en comparant Ğāḥiẓ et Mas’ūdī. Le premier49, au iiie/ixe siècle, évoque des marchands qui ne font que passer, et ne pratiquent guère les langues locales. Le second, traitant, un siècle après, de la communauté musulmane de Zanzibar, nous dit qu’elle parle zanğ50.

Colonies musulmanes et monde musulman

  • 51 Tel est du moins le sens du mot dans l’arabe classique. Aujourd’hui, il désigne simplement la colo (...)

20Une dernière question : quelles relations les colonies musulmanes de l’étranger entretiennent-elles avec le monde dont elles partagent la religion ? Le représentent-elles, et comment ? Le mot de ğāliya, qui, on l’a dit, n’est pas employé alors pour les désigner, traduit la situation de l’exilé ou du captif loin du pays d’origine51 : des enfants un peu perdus, dirait-on de ces Musulmans, si justement le mot de ğāliya était utilisé. Or, il ne l’est pas. Alors, comment les voit-on, ces Musulmans du dehors ?

21Leurs communautés sont avant tout, il faut y insister, des supports du transit et du négoce, nés des initiatives privées et des besoins du grand commerce lointain. Rien, donc, qui soit moins colonialiste que ces colonies, rien qui évoque l’idée d’une extension possible, en force, de l’Islam à partir de ces microcosmes noyés dans une masse impie. On peut parfois, comme en Afrique orientale, approcher d’un système d’exploitation de type pré-colonial, dans la mesure où l’on s’occupe de traite autant que d’or ; mais l’expression politique de cette situation ne viendra, pour l’essentiel, que plus tard, lorsque seront mises en place de fortes cités-États à rayonnement plus ou moins vaste et surtout plus ou moins intégrées à la mouvance impériale de l’Islam de la mer Rouge ou du golfe Persique. En ces iiie-ive/ixe-xe siècles, dans tousles cas, rien qui annonce, de près ou de loin, un rêve d’expansion.

  • 52 Cette mise à part est toute formelle : ce sont les marchands, leurs itinéraires, qui fournissent s (...)
  • 53 Rel, § 12.
  • 54 Merv, 279-280.

22Mis à part le commerce lui-même52, qui reste essentiel, la seule relation que les colonies entretiennent avec le monde musulman, et aussi la seule supériorité dont cet Islam de l’exil puisse et veuille se prévaloir vis-à-vis des sociétés d’accueil, sont de l’ordre de la culture et plus précisément de la religion. D’un côté, souci avéré de ne pas profiter de l’éloignement pour en prendre à son aise avec les préceptes de l’Islam : la manière dont le chef de la communauté musulmane de Canton exerce sa charge « ne suscite chez les marchands irakiens aucun désaveu : ses sentences et son action sont conformes aux stipulations du Livre de Dieu — le Puissant, le Grand — et au droit de l’Islam »53. Entre les négociants installés en Chine et ceux qui font la navette avec l’Irak, une relation, on le voit, perpétuellement se tisse, faite d’information et d’estime. Car commercer et se bien tenir vont de pair : dans le sens colonie-société d’accueil, la sévérité même de la morale communautaire a pour but, comme chez ce honarman de Ṣaymūr jugeant un matelot coupable d’avoir souillé une statue, « de rehausser le prestige de l’Islam devant les Hindous ».54

  • 55 A la limite, cf. MIS (a), 15-16 : il existe, dans les régions tibétaines, d’anciennes communautés (...)

23Sans doute sommes-nous loin ici des groupes isolés que Sallām l’Interprète évoquait dans son itinéraire d’Asie centrale55. Mais il reste que, dans la mesure où le contact n’est pas rompu entre la colonie musulmane et le monde lointain dont elle se réclame, ce contact a, du même coup, dans le contexte local, valeur exemplaire. L’expansion de l’Islam, c’est ici, c’est d’abord, servi par les relations du commerce, l’apostolat, et l’apostolat, c’est, d’abord, rayonner en étant ce que l’on doit être.

24Ainsi, perdus dans l’espace, les enfants lointains de l’Islam ne sont pas, tant s’en faut, perdus de cœur. Sans doute ne relèvent-ils pas, au propre, du monde arabo-musulman, de cette mamlaka que nous allons maintenant installer sur la carte, et dans la description de laquelle on ne les comprend pas. Ils sont pourtant, dans les faits, comme un trait d’union entre la mamlaka et cet autre monde, immense, qui est, à la fois, l’étranger et le païen.

Notes

1 HUR, 70 (Corée ; assez vague toutefois : des commerçants musulmans s’y installent), 163 i. f.-164 (récit de Sallām l’Interprète : groupes musulmans d’Asie centrale), Rel, § 12 (Canton), 25 (États du Rallaharâ : sur la localisation, cf. ibid., n. 1), 40 (Chine), RST, 133 (Cambodge), 139-140 (Khazars de la Volga), FAḌ, 172 (Khazars de la Volga), MAS (p), § 215, 244 et 872 (Zanzibar), 223 (cours inférieur du Sir-Darya), 330 (Canton), 447 et 450 sq. (Khazars de la Volga), 495 (commerçants chez les Alains, à Derbend et chez les Khazars ; la présence de ces derniers, si on les prend comme référence pour l’ensemble cité, semble indiquer qu’il s’agit de colonies), 500 (Caucase ; peu sûr : il s’agit plutôt de régions à populations diverses), 515 (Ṣaymūr, aux Indes : sur la localisation, voir un peu plus loin, pour Ḥud), 877 (mer Rouge : Zayla’ Dahlak et Bādi’ (Massaoua)), 883 (Bilāq : Philae), Merv, 279-280 (Saymūr : voir plus loin, pour Ḥud), 291 (Indes), USW, 253 (sud d’Assouan), 263 (à Sūba, en Nubie), 265 (étrangers à Dongola, en Nubie), 272 et 274 (pays bedja), MUH (f), trad., II, 131 (texte au t. I de la Géographie d’Abū l-Fidā’, op. cit., p. 375 : Malaisie), ḤAW, 320 (Khazars, Caucase, Afrique occidentale et États du Ballaharâ), 390 (Khazars), 512-513 (cours inférieur du Sir-Darya), Ḥud, 88 (Ṣaymūr, Sindān, Sūbāra et Kanbāya : sur la localisation, cf. ibid., 244-245), 93 (Lhasa, au Tibet), 164 (Zābag : Sumatra-Java : cf. ibid., 472-473).

2 Sans doute parce que le commerce, comme on l’a dit, échappe ici aux mains des Musulmans.

3 Cf. supra, p. 76.

4 Si un minimum de liberté de culte (avec mosquée) leur est laissé, ils semblent bien dépouillés, à de rares exceptions près, du minimum de liberté de mouvement qui est la règle pour ces colonies, et tout ce qu’on nous dit d’eux à ce sujet paraît renvoyer à des situations de fait plus qu’à un statut dûment officialisé : cf. supra, p. 472.

5 Rel, § 43, MAS (p), § 452, 500, 515, USW, 253, 274, Ḥud, 164.

6 MAS (p), § 452, 500.

7 Rel, § 12 ; on notera que ce « rassemblement » laisse entendre une installation fixe, une base à partir de laquelle on rayonne dans le pays.

8 Et aussi, en commençant, l’invocation de l’autorité musulmane en exercice, comme la suite le prouve.

9 ḤAW, 320.

10 Cf. aussi FAḌ, 172, MAS (p), § 451 (Khazars : deux juges).

11 Merv, 279-280, 291, MAS (p), § 515 (hazma, à rectifier certainement en honarman, comme y incline, semble-t-il, l’éditeur : loc. cit., n. 6).

12 Merv, 291, MAS (p), § 451.

13 Sur ce dernier cas, cf. FAḌ, 172 ; Merv, 291, dit que le vol commis, aux Indes, par un Musulman est justiciable non du juge hindou, mais du honarman.

14 MAS (p), § 872.

15 Ce rôle ressort assez bien de Merv, 279-280.

16 Merv, 280.

17 Rel, § 40 et 43 ; pour l’observation de l’étiquette, cf. Merv, 286-287.

18 Sur les mosquées, cf. infra.

19 USW, 274, 277.

20 USW, 291. Sur le baqṭ, cf. supra, p. 154.

21 MAS (p), § 877, ḤAW, 512.

22 FAḌ, 172, et supra, p. 294, n. 3.

23ud, 93, 164.

24 USW, 253.

25 MAS (p), § 883, MUH (f), loc. cit. (supra, p. 515, n. 1), MAS (p), § 515, ḤAW, 390 (ce chiffre de dix mille s’accompagnant de deux réflexions contradictoires : « une partie de la population est musulmane » et « la majorité est musulmane » : on reviendra sur ce texte un peu plus loin). Un indice de la taille des communautés peut être fourni par les mosquées, desquelles on parlera infra.

26 Cf. supra, p. 291 (pour la Khazarie ; mais MAS (p), § 447, est moins net) ; MAS (p), § 330 (Chine), est peu clair : on le complétera avec les indications données par Sauvaget dans Rel, § 12, n. 1 ; sur la Nubie (ville de ’Alwa : un faubourg isolé), cf. USW, 263. La séparation d’avec la société d’accueil peut d’ailleurs aller de pair avec un côtoiement d’autres communautés, non-musulmanes celles-là : cas de la Chine, dans MAS, loc. cit.

27ud, 88 (Indes), MAS (p), § 244 (version, un peu différente § 215 : Zanğ, en réalité, réduits à l’esclavage, ce qui, d’ailleurs, ne contredit pas, en soi, la « population mêlée » dont il est question au § 244).

28 Rel, § 25, 40, 43 (Inde et Chine) ; on peut évidemment penser que le mot d’Arabes renvoie, globalement, aux Musulmans. Mais la Relation parle aussi, quand il le faut, de Musulmans (cf. § 12) ; peut-être a-t-on voulu indiquer, à tout le moins, le poids particulier des Arabes dans les communautés musulmanes de Chine : sur le rôle et la place des Arabes dans le commerce de l’Extrême-Orient, cf. Sauvaget, dans Rel, XXXVIII-XXXIX.

29 MUH, loc. cit., qui ne précise pas du reste si ces Hindous sont islamisés ou non.

30 MAS (p), § 515; sur les bayāsira (sg. baysar ou baysarī), cf. Blachère-Chouémi-Denizeau, op. cit., t. II, p. 940.

31 Excepté le cas de soubresauts locaux, comme en Chine (supra, p. 516, n. 2).

32 ḤAW, 320 (cas de communautés peu importantes).

33 RST, 133.

34 Merv, 287.

35 RST, loc. cit. (commune horreur du vin) ; si le texte précise que les Hindous ne sont pas, en la matière, guidés par un principe religieux, il leur fait dire tout de même, du Musulman surpris en train de boire du vin, que c’est un homme peu considéré dans son pays : ce qui revient, on le voit, à l’approbation de l’interdiction en tant même que trait d’une civilisation musulmane.

36 Rel, § 25 (et n. 5)-26 (démarqué dans MAS (p), § 425). On se rappellera aussi ce qui a été dit de la Nubie et des Bedja (supra, p. 519 ; ajouter, dans ce même contexte, USW, 253, qui signale la liberté d’action des Musulmans dans les régions au sud d’Assouan, et MAS (p), cité infra, p. 522, n. 7).

37 Cf. supra, p. 293-295.

38 Trad. Canard, 141-142 (texte absent de l’éd. Dahan).

39 Dans quel pays ? La question est confuse : cf. trad., p. 142, n. 381. On se souviendra, à propos de l’épisode raconté ici, que le roi des Khazars, comme on l’a dit au chapitre VI, est de confession judaïque.

40 Cf. supra, p. 520, n. 1.

41 Sans parler des complications internes (attitude des corps musulmans de l’armée).

42 Que la défense du judaïsme soit sincère ou simple prétexte politique ne change évidemment rien à cette politique même.

43 RST, 140, FAḌ, trad. Canard, 141, MAS (p), § 425, 452, 883, USW, 274, 291, ḤAW, 320, 390, Ḥud, 88, 93.

44 ḤAW, 320 (Indes).

45 Rel, § 14.

46 Rel, § 72 (et n. 6, qui marque la différence entre cette situation et les conversions postérieures). A signaler évidemment que le mot « Inde » doit s’entendre comme excluant la province musulmane du Sind (vallée de l’Indus). Sur l’attitude chinoise, cf. supra, p. 124, n. 5.

47 USW, 253, MAS (p), § 885-886.

48 Cf. supra, p. 163-165.

49 Cf. supra, p. 195.

50 MAS (p), § 215.

51 Tel est du moins le sens du mot dans l’arabe classique. Aujourd’hui, il désigne simplement la colonie au sens où nous l’avons définie en commençant.

52 Cette mise à part est toute formelle : ce sont les marchands, leurs itinéraires, qui fournissent souvent le support de pénétrations possibles, dans la société d’accueil, des valeurs de l’Islam.

53 Rel, § 12.

54 Merv, 279-280.

55 A la limite, cf. MIS (a), 15-16 : il existe, dans les régions tibétaines, d’anciennes communautés yéménites parlant l’arabe ancien et idolâtres.

Table des illustrations

Légende Fig. 34. — Les colonies musulmanes à l’étranger.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/631/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 515k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search