Version classiqueVersion mobile

La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du 11e siècle. Tome 2. Volume 2

 | 
André Miquel

Chapitre IX. Au plus loin du monde musulman : les pays de la légende

Texte intégral

  • 1 Cf. supra, p. 33-34.
  • 2 Avec les variations qu’on a dites supra, au début du chapitre III.
  • 3 On dira que Sallām l’Interprète est allé jusqu’aux parages de la grande Muraille de Chine, le « ba (...)

1Et maintenant, le bout du monde, les terres où la vie, sous l’excès du froid ou du chaud, s’exalte en des formes aberrantes avant de disparaître tout à fait1. Jusqu’ici, la représentation de l’étranger s’alliait toujours à la conscience d’un rapport entre cet étranger et l’Islam, que ce rapport fût de l’ordre du fait, guerre ou commerce par exemple, ou du jugement2 : ressemblances ou différences, sympathie ou hostilité. Nous voici maintenant dans la représentation pure, voire dans le rêve : ces pays sont de ceux auxquels l’Islam n’a jamais atteint3, et le merveilleux règne ici en maître.

  • 4 Avec des nuances à l’intérieur de chaque secteur : il est plus perceptible, par exemple, pour l’It (...)

2Au reste celui-ci fournit-il une échelle commode d’accession aux pays légendaires : depuis Byzance, où sa place reste mince, jusqu’à l’Afrique et à l’Extrême-Orient, en passant par les pays turcs et l’Europe, de l’Est et de l’Ouest4, où il marque peu à peu son emprise, il nous achemine, toujours plus loin, vers des horizons où la nature échappe à ses lois propres, pour un dépaysement cette fois absolu.

De quelques caractéristiques du merveilleux

  • 5 Ce véridique est explicitement souligné par Ibrāhīm b. Ya’qūb à propos de la ville des Femmes, sur (...)

3Libéré qu’il est de la confrontation avec le réel, le merveilleux peut donner ici toute sa mesure. Première constatation : si délirant qu’il soit, ce ’ağīb n’en est pas moins donné pour véridique : merveilleux, fabuleux, mythique, légendaire, aucun de ces mots ne doit ici s’accompagner de ce doute constant, parfois de la franche incrédulité que nous leur adjoignons comme des attributs nécessaires5.

4La seconde caractéristique de ce merveilleux est la liberté qu’il peut prendre avec la géographie. Comment s’en étonner ? Tant qu’à rêver, on le fait ici ou ailleurs. Sans doute la localisation sur la carte n’est-elle pas toujours absente : dans la mesure, par exemple, où tel pays fabuleux est donné comme dans les parages ou aux limites de tel autre, connu celui-là, nous pourrons lui assigner une place, vague peut-être, mais enfin une place sur la terre. Ainsi sait-on que le peuple de Gog et Magog est enfoui au fin fond de l’Asie continentale, que Thulé est à l’extrême Nord. Mais ce n’est pas toujours le cas, tant s’en faut : où situer, pour ne parler que de lui, l’énigmatique Wāq-Wāq ? La localisation s’efface d’autant mieux que certains thèmes se retrouvent à des endroits différents — aux deux extrémités du monde par exemple — quand on n’oublie pas, purement et simplement, de les situer, même mal. Cette mobilité du merveilleux nous entraînera finalement à une démarche empirique, les pays restant la référence de base chaque fois que possible, et les thèmes prenant le relais chaque fois que les pays disparaissent dans la contradiction, l’imprécision ou même l’anonymat.

  • 6 On a déjà eu l’occasion de citer quelques exemples : cf. notamment supra, p. 81, 91-92, 182-185.

5Le troisième trait du merveilleux tient à l’incapacité de l’esprit humain à l’imaginer tout à fait. Car existe-t-il un merveilleux véritable ? Si on le définit par une coupure radicale avec l’ordre naturel, qui ne voit qu’il est inaccessible ? Il faut donc qu’il y ait autre chose, né des moyens de notre pensée, mais qui échappe en même temps à ses habitudes. Le plus probable est que le merveilleux se définit non par la qualité de ses composantes, mais par un décalage intervenant dans dans leur taille ou leur agencement. Dans la taille, et c’est le gigantisme ; dans l’agencement, et c’est l’assemblage non-naturel d’éléments qui restent naturels si on les prend un à un6. Quantitatif ou associatif, ou éventuellement les deux à la fois, le merveilleux se définit par un traitement non-naturel de la nature, non par l’intervention d’un extra-naturel qui reste, au propre, inimaginable en soi.

  • 7 Cf. supra, p. 77, avec référence à Géographie I, p. 131-132.
  • 8 Cf. supra, p. 119 sq. (voir notamment la formule citée p. 122, n. 11).

6Une dernière remarque tiendrait à la fonction du merveilleux. On a dit plus haut qu’une certaine katharsis s’opérait à travers lui, dans la mesure où l’équation étranger-étrange présupposait et préservait l’homogénéité du monde de l’Islam, en reportant au delà de ses frontières l’intérêt pour l’insolite, l’anormal, le péché7. Encore ce report ne résolvait-il pas tout à fait le problème : une chose est de se décharger sur l’étranger du merveilleux nécessaire à tout homme, une autre d’empêcher qu’il ne s’y complaise jusqu’à la contagion. Or, les pays étudiés avant ce chapitre-ci étaient connus, réellement connus, et des Musulmans s’y rendaient. D’où la mise en place de ce garde-fou qui consistait, tout en satisfaisant le goût pour le curieux, à évoquer un Islam qui, heureusement, préservait des anomalies signalées8. Point n’en est besoin ici : par le fait même que le pays du bout du monde est posé en même temps comme réel et inaccessible, le merveilleux peut exercer à plein et tout haut son rôle de rêverie pure sans donner à craindre les effets de la moindre tentation.

Les îles

7L’île, c’est une « géographie ambiguë ». Car, « entre l’Océan qui est la limite de l’inconnu et de l’infranchissable, et le continent qui s’identifie au connu et à la civilisation, il y a ces terres médiatrices que sont les îles, qui participent de l’un et de l’autre, géographiquement, psychologiquement et peut-être métaphysiquement. Elles sont, en quelque sorte, sur la limite du monde, ni en dehors de lui, ni en lui, sur la frange indiscernable de l’intérieur et de l’extérieur, comme à l’ourlet du monde, sur cette ligne sans épaisseur où il cesse d’être monde, où il commence de l’être : l’île, marque de la limite et de la différence. »

  • 9 « Discours utopique et récit des origines », dans Annales ESC, t. XXVI (2), mars-avril 1971, p. 29 (...)
  • 10 Cf. supra, p. 81.

8Ces lignes, empruntées à un article de G. Dagron et L. Marin comparant l’Histoire des Goths de Cassiodore-Jordanès et l’Utopia de More9, donnent la clé de la situation des îles sur la carte, réelle ou imaginaire, du monde. Même si leur rôle est ici différent de la Scanza ou d’Utopie, elles conservent leur éminente aptitude à ménager tous les paliers possibles entre le vrai et le rêvé. Aussi bien les avons-nous vues déjà participer de régions connues, comme pour les îles méditerranéennes, ou injecter peu à peu, comme dans l’océan Indien10, le fabuleux dans le contexte vécu des navigations.

  • 11 Cf. supra, loc. cit. (n. 3 et 4), Merv, 268, 293, WAṢ, 57.

9Fabuleux, d’abord, le nombre même de ces îles orientales : trente mille, dont douze mille seulement sont habitées. Mais fabuleux aussi leurs êtres : femmes si dévorées d’amour qu’on meurt sous leurs exigences jamais assouvies, hommes munis de deux « ailerons » comme ceux des tortues marines, ou d’une queue, comme tout vulgaire animal, chevaux nés de l’onde, avec de longues crinières tombant jusqu’à terre, et l’Antéchrist lui-même, enfin11.

  • 12 HUR, 93, RST, 85 (à la latitude de l’Abyssinie), FAQ, 7, 88 (sans mention explicite du nom, mais, (...)
  • 13 Dans Ḥud, 58 (ẖaliya au lieu de ẖālida).

10A l’autre bout du monde, les six îles Fortunées, ou Eternelles12, symbolisent l’inaccessibilité même de l’Océan qui les abrite : sans doute les Canaries ; certains les disent vides13, hantées seulement par les chercheurs d’or, que la chaleur implacable a tôt fait d’éloigner de ces lieux, mais d’autres habitées et même, pour la justification de leur nom, paradisiaques : parfaitement soumis à Dieu, les habitants ne sèment ni ne labourent ni ne moissonnent, trop heureux de demander leur nourriture aux fruits d’un arbre, et leur habillement à ses larges feuilles, qu’ils attachent les unes aux autres. Leur pays recèle la perle, l’hyacinthe et, dans les montagnes, l’or et l’argent. Et lorsqu’Alexandre parvint jusque là, dans sa course universelle, les hommes de cet eldorado lui dirent tout bonnement de prendre tout ce qu’il voulait, sauf le pouvoir sur eux-mêmes, dont ils n’avaient jamais consenti à se dessaisir. Mais Alexandre protestant que sa seule intention était de connaître les lieux où se levait et se couchait le soleil : « Eh bien ! répondirent-ils, le couchant est là, tu y es ! »

  • 14 RST, 83 i. f., Ḥud, 58, 188-190, et supra, p. 8, n. 3.

11A mi-chemin de l’est et de l’ouest, l’île équatoriale (Nāra) se distingue, comme on peut s’y attendre, par l’égalité permanente du jour et de la nuit : un pas de plus, et l’on ferait glisser jusqu’à elle la ville indienne d’Arīn (Uğğayn), réputée « coupole de la terre », point zéro des latitudes et longitudes14.

  • 15 Ḥud, 56-57, 186-187. Le même ouvrage mentionne, sous la rubrique « îles », deux péninsules montagn (...)

12D’autres îles tirent leur qualification et même, dirait-on, leur existence, d’une particularité. Celle, par exemple, de leur sol, de leur sol précieux. Ainsi en va-t-il des deux îles de l’argent et de l’or, lesquelles reprennent de vieux souvenirs, extrêmement confus, de la géographie antique15. La première, située dans la partie orientale de l’Océan, serait connue pour ses bois, d’ébène et de teck, sans parler des mines d’argent. Sept fleuves l’arroseraient ; prospère et peuplée, elle relèverait, selon certains, de la Chine.

13L’île de l’or, prospère et peuplée elle aussi, aurait trois cents parasanges de tour et devrait sa renommée au métal que les marchands chinois viendraient y échanger, par troc muet, contre des vivres et du fer. La population de l’île serait anthropophage et vivrait nue. L’ensemble des traits ainsi rapportés nous renvoie à la fois aux îles de la Sonde et à l’Afrique sud-orientale ; à preuve le nom porté par les habitants : Zanğ du Wāq-Wāq, et aussi l’absence de localisation précise : dans la grande Mer, nous dit-on, c’est-à-dire l’Océan, le seul qui, de par son amplitude, soit à même d’embrasser l’immensité du pays légendaire du Wāq-Wāq, sur lequel nous reviendrons.

  • 16 Ḥud, 58-59, 191 ; il est précisé qu’au delà se trouvent les douze îles de Bretagne et Thulé.

14Autre thème : celui d’une société de femmes seules. Les Ḥudūd al-’ālam16 nous parlent de deux îles, arrosées l’une de trente-six rivières et l’autre de trois, et peuplées uniquement d’hommes pour la première, de femmes pour la seconde. Chaque année, pendant quatre jours, les deux populations se rencontrent « pour les besoins de la procréation ». Les garçons nés de ces unions rejoignent l’île des Hommes à l’âge de trois ans.

  • 17 Autres exemples supra, p. 78 et 191.
  • 18 Ainsi se confirment, par les thèmes eux-mêmes, les options retenues p. 484 : description par régio (...)

15Ainsi les îles nous livrent-elles, dans leur désordre même, quelques-uns des thèmes essentiels des pays fabuleux : le métal, jaune ou blanc, l’existence de sociétés féminines17, enfin la situation aux limites du monde ou dans des parages réputés inaccessibles. Telles seront les voies de notre recherche18. Mais, avant de les parcourir, un regard est nécessaire sur un catalogue systématique des îles mystérieuses : celui que dresse Ibrahim b. Waṣīf Šāh, dans son Abrégé des Merveilles.

Les îles chez Ibrāhīm b. Waṣīf Šāh

  • 19 En général la partie méridionale de la mer Rouge (cf. C. H. Becker et C. F. Beckingham, « Baḥr al- (...)

16Tout concourt ici au fabuleux. La situation des îles, d’abord : qu’on le baptise mer Verte, mer du Yémen19 ou grande Mer, il s’agit de l’Océan et les îles y flottent, parfois au sens propre, indécises en tout cas, dans une géographie non précisée. Les explorateurs, ici, s’appellent al-Hiḍr, Alexandre ou Salomon. Les thèmes, enfin, qu’ils se partagent les îles ou interfèrent sur l’une d’elles, couvrent quatre champs majeurs : monstres (humains, animaux ou végétaux), sol et paysage, procédés magiques, sagesse paradisiaque ou démesure de Satan.

  • 20 WAṢ, 45-54, et 71-74.
  • 21 MAQ, IV, 91, parle, avec une description semblable, des Nasnās du Pamir, que l’on chasserait et ma (...)
  • 22 On pourra comparer ces monstres avec ceux des Collectanea rerum memorabilium, de C. Julius Solinus (...)
  • 23 Peut-être déformation de Mlyān, île entre Ceylan et le détroit de Malacca, ou dans le Wāq-Wāq : cf (...)
  • 24 En principe pl. d’arwad : qui va et vient, sans précipitation, mais de façon ininterrompue.
  • 25 Cf. ġamīs (douteux, incertain) ; le mot de ġamis (ptc. de ġamasa : plonger, tremper) renverrait, l (...)

17Pour la mer Verte20, voici d’abord l’île habitée par les descendants du peuple des Nasnās21, en d’autres termes des hommes à une seule jambe, se déplaçant par bonds22. Puis, sur une autre île, une idole entourée d’ossements et dégageant une odeur soporifique qui fait périr ceux qui l’approchent. Ailleurs, les insulaires, roux, portent leur visage gravé sur la poitrine, mangent l’herbe, vont nus et sont hermaphrodites. A l’île de Malkān23, ils ont des têtes d’animaux sur des corps d’hommes et se nourrissent de poisson ; là vit un monstre qui servait de monture à un roi des djinns de la mer. Sur l’île des Rūd24, on porte poil et trompe effilée, on est bipède ou quadrupède, on peut voler : bref, l’on est diable, ou fils du diable. L’île du Ġāmis, quant à elle, tire son nom d’une bête ronde vivant six mois en mer et six mois sur terre, si mystérieuse25 qu’on ne sait ni ce qu’elle mange ni d’où sortent les cris qu’elle pousse.

  • 26 Sur ce personnage, cf. A. J. Wensinck, dans EI, t. II, p. 912-916.
  • 27 Souvenir de Sidon (en arabe Ṣaydā’) : cf. Rois I, XI, 1-5.
  • 28 « Mais un jour, amie, nous irons ensemble au Pays Fortuné dont nul ne retourne. Là s’élève un chât (...)

18Voici maintenant les héros : sur son île, al-Hiḍr (al-Haḍir)26 apparaît comme un grand vieillard chenu, couché sur les eaux et indiquant aux marins le bon chemin : au delà, on parvient à un pays dont les habitants, en guise de cannes ou d’armes, se servent de bâtons d’or. Dans l’île de Ṣīdūn27, Salomon a connu le péché avec une femme idolâtre. Alexandre enfin, voguant sur cette mer des Ténèbres, est attaqué par un peuple semblable à de grands chiens vomissant le feu de leurs gueules. Après quoi, le héros parvient à l’île du Château enchanté, où les murs, bâtis de pierre phosphorescente, illuminent la nuit : c’est le pays de l’arbre de vie28. Plus loin, en une autre île, Alexandre tuera le dragon (tinnīn). A l’île Blanche, arrosée par un fleuve blanc, il trouvera des hommes à têtes de lions, et un arbre qui croît avec le soleil, disparaît quand il se couche et renaît le lendemain. Gare à qui veut prendre de ses fruits : l’imprudent se retrouve comme meurtri de coups. L’île des Ascètes est faite de pierres précieuses, mais on les méprise, et vit simplement : de végétaux ou de poisson. Vient enfin, pour Alexandre, l’île des Troglodytes, le pays de la paix, où le conquérant reçoit d’un potier les secrets de l’éternelle sagesse.

  • 29 WAṢ, 66-68.
  • 30 Références supra, p. 488, n. 1.
  • 31 Aucune trace d’elles chez un spécialiste de l’Arabie comme Hamdānī.
  • 32 Cf. ṣarafa : détourner, éloigner.
  • 33 Cf. sindarūs : sandaraque, « résine odoriférante qui découle du thuya aphylla ou cupressoides » (L (...)

19Avec la mer du Yémen29, la géographie aspire à plus de précision : il s’agit théoriquement de la partie méridionale — et fort connue — de la mer Rouge30. En réalité, le merveilleux exclut qu’on puisse chercher ces îles ailleurs que dans l’immensité de l’océan Indien, au large des côtes de l’Arabie ou de l’Afrique nord-orientale31. Salaṭā est tout simplement le paradis terrestre, aux habitants très accueillants, mais invisibles. Farš tirerait son nom d’un fruit préservant de toutes les maladies, et ad-Diẖlāt d’un diable à forme humaine, anthropophage, mais vaincu un jour par la prière d’un homme au cœur pur qui se trouvait être de ses prisonniers. Aṣ-Ṣarīf recule au fur et à mesure qu’on s’en approche32. Al-Bīdağ abrite une idole en larmes, qui renvoie les flèches et les coups. Sindarūsa, enfin, est peuplée et regorge d’or33.

  • 34 WAṢ, 69-71.
  • 35 « Ressemblance ».
  • 36 A rapprocher peut-être de ṭawarān : tourner autour (cf. l’île suivante).
  • 37 « La voyageuse ».
  • 38 As-si’lāt.
  • 39 Relève encore de cette « grande Mer » une île où passa Alexandre (l’île Blanche) ; nous avons préf (...)

20Sur la « grande Mer », enfin34, s’égrènent l’île insaisissable, où l’on ne peut aborder qu’en portant sur soi un petit poisson nommé šākil35, puis Ṭāwrān36, du nom de son roi, entouré de quatre mille femmes ; là pousse un arbre aux propriétés aphrodisiaques considérables ; puis as-Sayyāra37, qui se déplace avec les vents, car elle est faite d’une terre si légère qu’un homme peut y soulever tout un pan de montagne ; une île où tout est d’or : sol, pierres et le reste ; l’île des Femmes, que le roi de Chine, sur la foi d’un marin échappé à leur pouvoir, dut renoncer à trouver malgré trois ans d’efforts : vivant rigoureusement entre elles, ces femmes sont fécondées par le veut et ne donnent naissance qu’à des filles ; enfin, l’île des Ogresses38, où se cacherait un monstre39.

21Ainsi l’île ajoute-t-elle le fabuleux au fabuleux. Riche de sa situation ambiguë, elle joue sur tous les claviers possibles d’une nature dérobée, exaltée, inversée ou désordonnée, bref d’une nature dont on conserverait les éléments tout en changeant, quantitativement ou qualitativement, les règles de leur association. De toutes ces virtualités, c’est Ibrahim b. Waṣīf Šāh qui donne, dans son inventaire des îles merveilleuses, le panorama le plus complet. Mais peut-être aussi, en vertu de la multiplicité des possibles, le moins approfondi. Si l’on veut des descriptions plus détaillées, plus exigeantes dans le rêve et finalement plus riches de résonances, c’est vers les thèmes — du métal et des femmes — qu’il faudra maintenant se tourner, et aussi vers ces pays-phares du bout du monde que sont Thulé, Gog-Magog et le Wāq-Wāq.

Les pays du métal

22Les métaux, et d’abord les métaux précieux, animent les grands postes du commerce international et, partant, la rêverie des hommes. On a dit plus haut les prestiges dorés des sols d’Asie et d’Afrique. Ainsi se dessine, du sud à l’est extrêmes, un vaste croissant de métal fabuleux que l’imagination, poussant jusqu’au fin fond de la terre, appellera le Wāq-Wāq.

  • 40 Cf. Das Steinbuch des Aristoteles, éd. J. Ruska, Heidelberg, 1912, p. 178-179, Qazwīnī, éd. Wüsten (...)
  • 41 FAQ, 71 (variante dans RST, 117 i. f.).
  • 42 HUR, 116, RST, 78, FAQ, 72, MAS (p), § 1419.
  • 43 On traitera de ces limites infra, chap. XI.
  • 44 RST, 80.

23Mais laissons l’or pour l’instant, et parlons du cuivre, qui, dans la hiérarchie des sept métaux nés de l’amalgame du mercure et du soufre, vient immédiatement après l’or et l’argent40. Il est partout chez lui à Rome, on l’a vu, mais il apparaît dans des lieux célèbres, consacrés par l’histoire pré-musulmane et occupés par l’Islam : c’est en cuivre que sont faites les deux colonnes du phare d’Alexandrie41, ou la statue équestre du pays des ’Ād, ce peuple qui, dit-on, hantait les déserts de l’Arabie méridionale et disparut dans la colère de Dieu42. Il y aurait aussi, pour s’en tenir à ces exemples, un autre cavalier de cuivre, aux limites légendaires de l’Occident musulman43, et les colliers ornant les colonnes d’Héliopolis44. C’est à Rome toutefois, on doit y insister, que le cuivre atteint aux dimensions d’une ville entière ; à Rome, c’est-à-dire à l’étranger, et fort loin : Rome, à demi légendaire, n’est finalement qu’une des formes possibles de la cité fabuleuse du bout du monde.

  • 45 FAQ, 71, 84 sq., 88 sq., MAS (p), § 409, 1423, Mille et une Nuits (« La ville de cuivre : madīnat (...)

24Car voici maintenant, chargée de propriétés magnétiques et hallucinatoires, la pierre de l’aigle ou aétite (baht), qui tient du fer par sa composition, mais du cuivre par sa couleur ; comme le cuivre à Rome, elle donne corps et nom à toute une ville : la madīnat al-baht, cheval de bataille de l’encyclopédie des merveilles, où Ibn al-Faqīh se montre une fois de plus imbattable45.

  • 46 . Cf. aussi MAS (p), § 1423 : « dans les déserts de l’Andalus ».

25Sait-on seulement qui l’a découvert, ce pays perdu, et où il est ? Est-ce Alexandre, dans sa rage de savoir qui l’entraîne en une course folle à tous les horizons du soleil levant et couchant ? Ou bien Mūsä b. Nusayr, le prestigieux conquérant du Magrib, qui court, lui, sur l’ordre du calife de Damas, après les richesses de la ville mystérieuse ? L’un et l’autre personnage, en fait, se superposent. Mais jusqu’où sont-ils arrivés ? Alexandre partait de l’Égypte, et la ville est dite une merveille du Magrib ; quant à Mūsä, il est aussi, il est surtout le conquérant de l’Espagne, et cette qualité rejaillit sur son aventure, qu’Ibn al-Faqīh situe alors, brouillant les cartes à quatre pages d’intervalle, « en Andalus »46.

26C’est bien, pourtant, dans un contexte désertique que se situe la madīnat al-baht. En une région peuplée d’enfants d’Israël (Banū Isrā’īl), un fleuve de sable, le wādī r-raml, arrête toute progression. Mais ce sable, qui s’écoule comme l’eau, se fige le jour du sabbat. Alexandre saisit l’occasion, arrive ainsi aux extrémités occidentales de l’univers. Pays pieux que celui-là, heureux et sage, et libre. On s’y nourrit des produits que la terre donne à foison sans qu’il soit besoin de la solliciter, et l’on s’y vêt de feuillages. L’égalité des fortunes règne, et du reste, sait-on ce qu’est la fortune, peut-on craindre ses dangers quand on se refuse à exploiter la féerique richesse du sol en pierres précieuses ? Aucun doute : c’est le pays de cocagne, le paradis, et Dieu est avec ceux qui L’aiment : un autre roi, aux intentions peut-être moins pures, tente l’exploit. Mais la fin du sabbat surprend ses troupes, attardées dans la nuit, en plein passage du sable. Alors, pour rappeler le drame de son armée engloutie, ce roi fait placer au bord du fleuve une idole, avec une inscription déconseillant de passer outre.

  • 47 Cette précision est de Mas’ūdī.
  • 48 En langue himyarite (comme pour un autre endroit du bout du monde, aux limites légendaires de l’Is (...)

27A la poursuite du pays légendaire, le jeune Islam sera-t-il plus heureux ? Avec mille cavaliers, Mūsä b. Nusayr parvient, après un mois et demi de marche, en vue de la ville dont les créneaux étincellent à cinq jours de distance. Elle est ronde, cernée du désert, et ses coupoles sont de plomb47. Au pied des murailles, Mūsä dépêche un éclaireur qui en fait le tour et revient à son point de départ sans avoir trouvé aucun accès, aucune porte. Le conquérant fait alors entasser contre le rempart tout le matériel dont il dispose. Peine perdue : l’amoncellement n’atteint pas au quart de la hauteur nécessaire. On recourt aux échelles, et c’est le drame : tous ceux qui réussissent à gravir le mur sont frappés, à la vue de la ville, d’un rire dément et disparaissent de l’autre côté. Désespéré, Mūsä entreprend à son tour d’explorer le rempart : et il comprend tout. Une inscription48 lui dit que la ville est l’œuvre de Salomon, avec l’aide des génies : génies que Mūsä va connaître un peu plus loin vers l’ouest, mais encore dans les environs de la ville. Là, debout sur les eaux d’un étang, se tient un djinn dont Salomon, sous ces mêmes eaux, a emprisonné le père. Des plongeurs trouvent des jarres de cuivre jaune, au couvercle clouté de même. Ouvertes, elles laissent échapper des génies qui, un épieu en main, toujours de cuivre jaune, s’envolent en invoquant « le prophète de Dieu », Salomon, qui les avait enfermés là.

  • 49 Sur Salomon et les génies, cf. Coran, XXI, 82, XXVII, 17, XXXIV, 11/12, XXXVIII, 36/37-37/38.
  • 50 Le « château d’airain » est un des thèmes majeurs de la légende du roi de Touran, Afrāsiyāb, dans (...)

28Roman d’Alexandre, récit de Mūsä b. Nusayr, réminiscences coraniques49, tradition antique des colonnes d’Hercule, tout se conjugue ici pour auréoler du poids désordonné de la légende le thème du bout du monde. Mais il y a plus : le pays paradisiaque de l’extrême Occident, qu’on a déjà trouvé, en mer, aux îles Fortunées, interfère avec certains mythes persans ; à quoi il est permis de superposer aussi la légende du Mahdī, qui attend, dans un lieu dérobé, l’heure où il pourra instaurer le règne de la justice absolue50.

  • 51 Loc. cit.
  • 52 MAS (p), § 1423 (à l’extrémité des déserts de l’Inde) ; noter aussi ibid., § 480 (aux fins fonds d (...)
  • 53 MAS (p), § 795 et 1419. Le mystère de la cité s’est sans doute trouvé recouper une situation écono (...)

29Puissance des images du mystère et du bonheur : le conte s’en empare, avec les Mille et une Nuits51, et ils envahissent d’autres domaines géographiques : l’Extrême-Orient, où Mas’ūdī52 veut retrouver la même ville, mais aussi le Sahara de l’est : l’aigle y donne son nom à la madīnat al-’uqāb, située à cinq jours et cinq nuits de marche à l’ouest des Pyramides, dans les oasis « du côté du Maġrib et de l’Abyssinie », en d’autres termes dans une région confuse qui permet le croisement du thème de la ville en pierre d’aigle avec le souvenir des cités disparues de l’antique Égypte53.

Le monde des femmes

  • 54 Merv, 201-207 (cité supra, p. 80 et 486). Cf. aussi WAṢ, 27 (pays de femmes grandes, parfumées et (...)
  • 55 Le feu produit par les vagues sur les récifs prend, la nuit, le relais du soleil : l’île devient a (...)
  • 56 Le récit relatif à l’île se situe bien à l’extrémité orientale du monde : Merv, 201.
  • 57 Fait confirmé par l’adoration du soleil.

30L’île des Femmes54 nous donne déjà quelques repères : par sa situation, cette société unisexuée est inaccessible, comme à l’abri des atteintes du monde connu : protégée par le feu des vagues et dérobée sous les horizons de Canope, elle baigne dans cette fin du monde où l’est et l’ouest, la boucle terrestre fermée55, se rejoignent : au plus loin des mers orientales56, l’embrasement qui marque les approches de l’île s’aperçoit depuis l’Espagne. Mais par le fait même qu’il est inaccessible, un tel pays peut être, selon le cas, à l’abri ou à l’écart du monde : pur des perversités des hommes, comme telle ou telle île paradisiaque, ou, au contraire, absolument étranger à toute forme d’ordre, ce qui, en l’espèce, est le cas de l’île des Femmes : sirènes dévoreuses d’hommes, mais à force d’amour, elles symbolisent un monde pécheur non gardé par la Loi57.

  • 58 Cf. supra, p. 487 et 490, et les références données p. 487, n. 3.

31Encore doit-on souligner que cette société de femmes fonctionne, dans le cadre de l’île, comme trop-plein d’une autre société définie, elle, par les hommes. C’est parce que les femmes de ces parages perdus de l’Océan enfantent régulièrement deux filles pour un garçon, que les hommes se débarrassent, sur l’île en question, des femmes excédentaires : d’où le besoin que celles-ci ont du mâle, et le sort qui attend les marins égarés par là. Mais il est d’autres sociétés qui se définissent par les femmes seules, dans une exclusion jalouse et délibérée de l’autre sexe. On en a évoqué plus haut deux exemples, toujours à propos des îles58. Le plus net, toutefois, reste celui de l’énigmatique ville des Femmes.

  • 59 FAQ, 6.
  • 60 HAM, 38 (lignes 5-6 et 22), 39 (18-24), cité supra, p. 42 et 43. On sait que les Sarmates passaien (...)
  • 61 HUW (s), 89 (SER, 70-71), mais sans les détails donnés par les Ḥudūd (supra, p. 487).
  • 62 . Plus exactement de « la mer extérieure de l’Ouest » (baḥr al-Maġrib al- ẖāriğ : HUR) ou de « la m (...)
  • 63 En fait, seul le diacritisme (les manuscrits donnent le choix entre r ou z, et entre t ou n) peut (...)
  • 64ud, 191.
  • 65 On pourrait ajouter, à ces indices d’une localisation vers le nord, l’existence, dans la Scandia d (...)

32Ibn al-Faqīh59 parle des femmes qui, dans leur jeune âge, s’amputent d’un sein et cautérisent la blessure : on reconnaîtra évidemment les Amazones, peuple du nord puisqu’il nous est donné comme relevant du sixième climat : Hamdānī appelle leur pays Sawrūmāṭiyā (Sarmatie)60. Huwārizmī61, traitant, avant les Ḥudūd, des deux îles des Hommes et des Femmes, lesquelles relèvent de l’Océan62, donne, pour la seconde, un nom qui peut se lire Amazānūs63. La perspicacité de Minorsky, toujours en éveil64, a eu tôt fait de découvrir, dans les parages septentrionaux du golfe de Botnie, une tribu finnoise, du nom de Kwen-en, où l’on retrouve le kwen (femme) germanique. D’autre part, une île au large de Tallinn, Nargen, est nommée, en finnois, Naissaar : l’île des Femmes (ou de la Femme)65.

  • 66 . IBR (s), 5/169 sq.

33C’est encore dans les pays du Nord, plus précisément : dans les plaines du Nord, à l’ouest des Russes et à l’est des Wiltzes slaves, qu’Ibrāhīm b. Ya’qūb66, sur la foi, dit-il, de l’empereur Othon, place la ville des Femmes. Les seuls hommes qu’elles connaissent sont leurs esclaves, qui leur donnent des enfants : mais les mâles sont impitoyablement tués à la naissance par ces rudes, ces audacieuses guerrières à cheval.

34Ainsi les textes nous offrent-ils, à travers le continent et les îles, tout un clavier de rapports possibles entre les sexes. Tantôt, un vice de leur relation entraîne une fécondité déséquilibrée au profit des femmes ; ailleurs, la relation est régulière, mais éphémère, ou franchement épisodique, mais alors intense, et relevant même de la nymphomanie ; d’autres fois, la relation unit les femmes à des hommes qui ne sont pas hommes au sens plein du terme : les esclaves ; enfin, la relation peut être tout à fait inexistante, le vent procréant à la place des hommes.

35C’est bien, dans tous les cas, un écart par rapport à la règle que sanctionne la rupture, en faveur des femmes, de l’ordre naturel (prolifération de leur sexe) ou culturel (organisation de sociétés féminines). D’où il suit que l’équilibre ne peut se trouver que dans une société où les hommes soient, quantitativement, à égalité avec les femmes et, sur le plan de l’autorité, supérieur à elles. C’est dans cette référence au modèle implicite qu’on mesurera la distance entre le merveilleux, d’une part, et, d’autre part, la réalité d’une société dont l’Islam n’est, après tout, qu’une forme classique parmi d’autres.

Le Nord légendaire

  • 67 HUW (s), 84-89 (SER, 68-71) ; c’est cette liste d’îles qui se termine par les deux îles des Hommes (...)
  • 68 Le panorama de ces îles part, peut-être, des côtes cantabriques ; un nom, Hārā, peut renvoyer à l’ (...)

36Parlant de l’Océan occidental, Huwārizmī67 cite un grand nombre d’îles ou d’archipels, pour la plupart anonymes ; quand on les désigne, ils ne sortent qu’à grand-peine des ombres de la géographie antique et des incertitudes de leur propre nom ; à peine est-on sûr de Caesarea (Jersey), des Cassitérides (les Scilly), de l’Hibernia (Irlande), de Thulé et, enfin, de la Scandie (Scanza)68.

  • 69 Tūliya, Tūlī, Tūlī.
  • 70 HUW (s), 87-88 (SER, 70), HUR, 93, FAQ, 8, 136, 145, MAS (p), § 188, 297, (t), 41, 98 (et n. 2), ẖ(...)
  • 71 Cf. Besnier, op. cit., p. 766.
  • 72 Supra, p. 311, 312 (n. 3).

37Thulé69, seule, franchit le cap de la simple nomenclature70 : si l’on s’en rapporte aux indications fournies par Ptolémée, ce serait l’une des Shetland, au nord de l’Écosse71. Un fait certain : elle marque la limite septentrionale du monde habité, sur les bords d’une mer où ne navigue pas la moindre barque, d’une mer qui n’apporte aucune contribution aux échanges internationaux. Mais quelle mer ? De façon très générale, l’Océan, bien sûr ; mais des confusions, que nous avons déjà signalées72, resurgissent : Thulé serait située au delà des pays slaves, sur une mer Maeotis qui pousserait jusqu’au pôle ; en même temps, on place l’île en arrière de la Bretagne, et parfois même on la considère comme relevant de celle-ci.

  • 73 Les trois autres étant l’océan Indien, la Méditerranée et la Caspienne.

38Ne tranchons pas dans tant d’incertitude : de l’Océan de l’Ouest à une mer d’Azov démesurée, il est évident que nos auteurs n’ont pas, et pour cause, une idée précise de ce que nous appelons aujourd’hui mer du Nord et mer Baltique : Ibn al-Faqīh recouvre ce vaste ensemble sous le nom d’une « quatrième mer » qui s’étendrait entre Rome et le Huwārizm73.

  • 74 Et entre 26° 20’ et 32° 20’ de longitude ouest.
  • 75 Cf. MAS (t), 98, n. 2, et ẖud, 191.

39Mêmes flottements dans les pays par lesquels on accède à Thulé : les Slaves, mais tout aussi bien, pour Ibn al-Faqīh encore, le Rūm, « terre d’Ouest », dont Thulé constituerait comme la limite. La position exacte en latitude est tout aussi incertaine : 60° nord, dit Mas’ūdī dans les Prairies, mais 63 dans le Tanbīh ; pour Huwārizmi, l’île s’étendrait entre 63° et 68° 10’74. Les Ḥudūd ajoutent que certaines villes du nord comptent leur position en longitude à partir de Thulé et que son parallèle a pour caractéristique de marquer la limite nord de l’œcoumène : confusion entre le parallèle de Thulé, auquel Ptolémée attachait, de fait, une importance particulière, et le cercle polaire arctique75.

  • 76 Donné comme la mer d’Azov par le Tanbīh, comme un lac, sans plus, par les Prairies.
  • 77 Cf. G. Dagron et L. Marin, op. cit., p. 316.

40Le pays lui-même émerge à peine des brumes de ce grand Nord inconnu : longue de cent parasanges, l’île a des jours pouvant aller jusqu’à vingt heures. Elle est sévère, sèche même, mais arrosée par un grand fleuve qui se jette dans la mer Maeotis. Enfin, elle renferme un lac76, ce qui pourrait renvoyer à d’anciennes traditions touchant la Scandia, l’île des Goths77.

41Rien d’étonnant à ce que Thulé reste finalement dans des contours aussi flous : il en était déjà de même, on l’a vu, pour d’immenses parties de l’Europe de l’Ouest et du Nord, moins perdues qu’elle. Pourtant, si Thulé échappe à la connaissance concrète, l’intérêt qu’on lui porte est certain. Fidélité à l’héritage antique ? Ou simple fascination devant le pays mystérieux, le point-limite avant que l’humanité disparaisse tout à fait dans le froid qui est néant ? Une chose est notée, en tout cas : cette île a un peuple, puisqu’on la dit habitée, mais la légende n’est pas allée jusqu’à le peindre : peut-être parce que l’effort à faire était trop grand, la distance à franchir décidément trop immense, d’autant plus que les terres et les mers qui séparaient l’Islam de Thulé étaient déjà noyées de brumes. De Gog et Magog, au contraire, l’antichambre est connue : ce sont les hautes terres d’Asie centrale. Et de vieilles traditions assurent cette fois la légende, la confortent : Gog et Magog ne sont pas seulement un pays, ce sont des êtres vivants.

Au bout de l’Asie centrale : Gog et Magog

42A la base des légendes relatives à Gog et Magog, un récit : celui de Sallām l’Interprète qui, pour le compte du calife al-Wāṯiq, s’en alla explorer les pays perdus de l’Asie du Nord-Est. Avec des variantes, le récit se retrouve d’Ibn Hurdāḍbeh à Muqaddasī, en passant par Ibn Rusteh, et sans parler d’autres notations, plus ou moins compactes, chez Ibn al-Faqīh, Ibn Faḍlān, Mas’ūdī, Maqdisī ou Ibrāhīm b. Waṣīf Šāh.

  • 78 Coran, XVIII, 91/92-98.
  • 79 Coran, XXI, 95-96.

43Mais le récit de Sallām garde à son tour en mémoire les passages où le Coran traite des deux peuples : Alexandre suivit une corde céleste et, parvenu entre les deux digues, il trouva, en deçà, un peuple qui ne pouvait comprendre aucun langage : « Ô Alexandre, lui dit-on, Gog et Magog sèment le désordre sur la terre. Te remettrons-nous une redevance, à charge pour toi d’établir une digue entre eux et nous ? — Le pouvoir que Dieu m’a donné vaut bien mieux, répondit Alexandre. Aidez-moi avec ardeur, et j’établirai, entre eux et vous, un rempart. Apportez-moi des blocs de fer ! » Quand il eut comblé l’espace entre les deux versants, il dit : « Soufflez ! », puis, le fer devenu brasier : « Apportez-moi de l’airain, que je le verse sur ce fer ! » Gog et Magog ne purent ni escalader le rempart, ni y pratiquer une brèche, et Alexandre s’écria : « C’était une grâce de mon Seigneur. Mais quand viendra ce qu Il a promis, Il fera du rempart une terre rase; car ce qu’Il a promis est réalité78 ! » Et le Coran dit un peu plus loin : Il est interdit à une cité détruite par Nous que les habitants y reviennent jusqu’au jour où Gog et Magog seront lâchés : alors, les hommes, hors de chaque sépulcre, surgiront79.

  • 80 Genèse, X ; MAS (p), § 910, déclare Gog et Magog descendants de Japhet.
  • 81 Cf. A. J. Wensinck, dans EI, t. IV, p. 1204-1205.
  • 82 Sur ces divers points, cf. référ. dans EI, loc. cit., et M. Canard, dans FAḌ, trad., 109, n. 252 ( (...)
  • 83 Sur cette dernière situation, cf. Ṭabarī, Tafsīr (cité dans EI, loc. cit.). On se souviendra, à pr (...)

44En amont encore du récit coranique, nous trouvons un Magog fils de Japhet80 et la légende syriaque d’Alexandre81. Mais en aval, ces souvenirs se croisent avec la réalité de l’expédition de Sallām jusque dans les parages de la grande Muraille de Chine, et avec la tradition musulmane, laquelle a. développé toute une série de données sur la réapparition, au dernier Jour, des peuples contenus par le barrage82. La hantise de leur irruption, depuis les pays situés au delà de l’Asie des steppes ou du Caucase83, peut expliquer en partie l’inquiétude, voire l’obscure terreur qui s’attache, on l’a vu, au nomade turco-mongol ou au montagnard d’entre mer Noire et Caspienne : ils sont, sur la carte au moins, comme l’approche, l’annonce du grand peuple barbare et inconnu, du peuple qui reste le dernier, dans la géographie et dans l’histoire.

  • 84 Cf. référ. dans EI, loc. cit., et Ezéchiel, XXXIX, 12.

45La tradition arabe saisit ainsi, dans la même visée, l’entrée en scène de Gog et Magog et leur fin, lorsque les fleuves et les lacs s’assécheront sous la soif de cette masse humaine et qu’ensuite celle-ci, rongée des vers en une seule nuit, empuantira la terre84. Mais que disent nos textes ? L’essentiel est donné par le récit de Sallām l’Interprète, auquel il importe de réserver une place de choix.

Gog et Magog : le récit de Sallām l’Interprète

  • 85 HUR, 162-170, RST, 149 (de Goeje s’est contenté, dans 1 édition de HUR, de signaler les variantes (...)

46C’est Ibn Hurdāḍbeh qui fournit la première version de ce récit, qu’il tient de la bouche de Sallām lui-même ; Ibn Rusteh, Ibn al-Faqīh et Muqaddasī se contentent de le reprendre, avec quelques variantes85.

  • 86 RST : « qui traduisait pour al-Wāṯiq billāh les documents turcs qui parvenaient à 1 administration (...)
  • 87 Ce calife abbasside règne de 227/842 à 232/847.
  • 88 Ḏū l-Qarnayn (le Bicornu) : cf. E. Mittwoch, dans EI, I, p.987-988.
  • 89 Sur ce chef turc, mort en 230/845 (ce qui fixe un terminus ad quem pour la date du départ de Sallā (...)
  • 90 Muqaddasī laisse entendre ici que ce n’était pas la première tentative du calife pour s’informer s (...)
  • 91 Pour éviter les effets des montagnes magnétiques, comme celles dont on a parlé supra, p. 90 (avec (...)
  • 92 Suit la description du périple à travers les principautés des régions caucasiennes (Arménie, Sarīr (...)

47« Sallām l’Interprète86 m’a raconté ce qui suit : al-Wāṯiq billāh87, ayant vu en songe que la digue bâtie par Alexandre88 entre Gog-Magog et nous s’était fissurée, chercha quelqu’un à envoyer là-bas pour s’informer de la chose. Ašnās89 lui dit que le seul à faire l’affaire était Sallām l’Interprète, qui parlait trente langues90. Al-Wāṯiq, donc, me fit appeler : « Je veux, me dit-il, que tu ailles voir, de tes yeux, la digue et reviennes me rendre compte. » Il m’adjoignit cinquante hommes, jeunes et vigoureux, me remit cinq mille dinars et une indemnité personnelle de dix mille dirhems, chacun des cinquante hommes recevant pour sa part une prime de mille dirhems et la solde d’une année. Sur l’ordre du calife, on nous prépara des jaquettes de feutre recouvertes de cuir, des couvertures fourrées, des étriers de bois91, deux cents mulets pour le transport des vivres, et nous partîmes de Sāmarrā92...

  • 93 Variantes du man. et MUQ : vingt-sept.

48Nous restâmes un jour et une nuit chez le roi des Khazars, qui dépêcha cinq guides pour nous accompagner. Vingt-six jours de marche nous amenèrent à un pays noir et puant ; nous nous étions munis, avant d’y parvenir, de vinaigre, que nous respirions pour nous défendre de cette affreuse odeur. Dix jours encore dans ces régions, et nous voilà, vingt jours durant93, à travers des villes en ruines, qu’on nous dit avoir été envahies et dévastées par Gog et Magog.

  • 94 Ši’b ou šu’ba.
  • 95 Katātīb ; MUQ : makātib.
  • 96 Al-Wāṯiq mourut à l’âge de 32, 34 ou 36 ans.

49Après quoi, nous parvînmes à des forteresses situées près de la montagne qui abrite, dans ses replis94, la digue. Il y avait là des gens parlant arabe et persan. Musulmans, ils lisent le Coran, ont des écoles95 et des mosquées. Comme ils nous demandaient d’où nous venions, nous leur apprîmes que nous étions des envoyés du Commandeur des Croyants. Et eux de s’étonner : « Le Commandeur des Croyants ? — Oui. — Il est vieux ? jeune ? — Jeune96. » Nouvel étonnement. « Et où est-il ? — En Irak, dans une ville appelée Sāmarrā. — Tout cela est nouveau pour nous. » Chaque forteresse est séparée de sa voisine par une distance d’une à deux parasanges, parfois plus et parfois moins.

  • 97 Igu, aujourd’hui Ha-mi (Kumul), dans le Sin-kiang : HUR, 164, note g.
  • 98 Trait caractéristique de la ville chinoise : cf. supra, p. 116.

50Nous arrivâmes ensuite à une ville nommée Ika97, enfermée dans un carré98 de dix parasanges, avec des portes de fer qui coulissent de haut en bas. Dans l’enceinte de la ville, on voit des champs et des moulins. C’est là qu’Alexandre campa avec ses troupes. Jusqu’à la digue, il y a trois jours de marche, coupés de villages et de forteresses. La montagne où se trouvent Gog et Magog est de forme circulaire. Gog et Magog représentent deux types de population, Gog étant, nous dit-on, plus grand que Magog, la taille d’un individu, ici ou là, variant, en plus ou en moins, entre une coudée et une coudée et demie.

  • 99 Var., RST et MUQ : « lisse et sans végétation » ; Ibn Hurdāḍbeh place, on le verra, cette notation (...)
  • 100 Les mêmes : « une vallée (wādin) large de cent cinquante coudées. »
  • 101 Sic (labin, libna).
  • 102 RST : « un empan. »

51Puis, nous touchâmes à une haute montagne99 avec un fort. La digue bâtie par Alexandre est dans un défilé entre deux montagnes, large de deux cents100 coudées : c’est par là que Gog et Magog sortaient pour s’éparpiller sur la terre. Alexandre creusa les fondations de la digue sur une profondeur de trente coudées et même plus bas ; il les fit de fer et de cuivre, jusqu’à la surface du sol. Puis, sur chacun des deux côtés du défilé, il éleva une pile appuyée à la montagne, large de vingt-cinq coudées pour une épaisseur de cinquante, et venant faire saillie de dix coudées par rapport à la porte. Le tout est construit en briques101 de fer doublées de cuivre, chacune d’une coudée et demie en long et en large, pour une épaisseur de quatre doigts102.

  • 103 Bien que la formulation soit assez incertaine, on peut imaginer que chaque créneau, sur chacun de (...)

52Sur les deux piles reposent les extrémités d’un linteau de fer long de cent vingt coudées — dont dix, de chaque côté, sur les piles — et large de cinq. Ce linteau supporte une construction faite des mêmes briques de fer doublées de cuivre, et qui court jusqu’au faîte de la montagne. Sa hauteur, autant qu’on puisse voir, est d’environ soixante coudées au-dessus du linteau. L’ensemble est surmonté de créneaux de fer, chacun d’eux muni, à l’extrémité, de deux coins de fer repliés l’un sur l’autre103. La longueur des créneaux est de cinq coudées, leur largeur de quatre, et leur nombre total de trente-sept.

  • 104 Le texte ajoute ici mu’laqayn ou mu’allaqayn : suspendus (par souvenir, peut-être, de ce qui est d (...)
  • 105 FAQ, et MUQ : « cinquante ».
  • 106 Littéralement : de la taille (qadr).
  • 107 Lā yaḥtaḍinuhu rağulān, littéralement : deux hommes ne peuvent l’entourer, le prendre dans leurs b (...)
  • 108 Rectifier la trad. (RST, 171), qui ajoute : « de fer » ; sauf erreur, je ne vois pas de lecture po (...)
  • 109 RST et MUQ : « du plus gros pilon de mortier qui se puisse voir. » MUQ, au lieu de dastağ (pilon), (...)
  • 110 Littéralement : en extension (basṭ) ; RST et MUQ ont samk : en épaisseur. Le chiffre concorde bien (...)
  • 111 Soit l’équivalent de 0,5404 m ; cf. W. Hinz, « dhirā’ », dans EI (2), t. II, p. 238-239.

53La porte a deux battants de fer104, chacun d’eux large de cinquante coudées, haut de soixante-quinze105 et épais de cinq. Les montants sont pris dans un tourillon de la largeur106 du linteau. Aucun air ne passe ni par la porte ni par la montagne, comme si le tout avait été fait d’un seul jet. La porte est munie, à vingt-cinq coudées au-dessus du sol, d’un verrou long de sept coudées et épais, du calibre d’une brasse : à deux, on ne peut le tirer107. A cinq coudées au-dessus du verrou est une serrure, plus longue encore que lui et dont les deux pênes sont longs de deux coudées chacun. Une clef pend au dessus, longue d’une coudée et demie, et d’un calibre de quatre empans ; elle comporte douze dents108 dont chacune rappelle un pilon de mortier109, et pend à une chaîne rivée à la porte, longue de huit coudées et d’un calibre de quatre empans ; l’anneau qui la retient est semblable à celui d’un mangonneau. Le seuil de la porte est large de dix coudées et long110 de cent, compte non tenu de ce qui est encastré sous les deux piles ; le seuil fait, par rapport à la porte, une saillie de cinq coudées, ce dernier mot s’entendant, comme partout ici, en coudées noires111.

  • 112 Sur le nombre d’arbres par fortin (un ou deux), voir la variante signalée dans HUR, 167, note a.
  • 113 Variante des manuscrits : « comme les plus grands de ceux qu’on utilise... ».

54Avec la porte vont deux fortins de deux cents coudées sur deux cents, deux arbres à la porte de chacun d’eux112 et, entre eux, une source d’eau douce. On conserve, dans un des fortins, les outils qui ont servi à la construction de la muraille, notamment des chaudrons et des cuillers de fer : pour chaque trépied, quatre chaudrons comme ceux qu’on utilise113 pour fabriquer le savon ; on voit aussi quelques restes de briques de fer, soudées entre elles par la rouille.

  • 114 Dans le pays précédant l’arrivée à la digue.
  • 115 Partout ailleurs : « le vendredi » et, plus loin : « dix cavaliers ».
  • 116 Partout ailleurs : « de fer et d’un poids de cinquante fois deux livres ».

55Le commandant des forteresses114 sort à cheval tous les lundis et jeudis115 ; la garde de la porte est héréditaire chez les siens, tout comme le califat pour les califes. Il sort donc à cheval, avec trois hommes qui portent au cou un maillet116. Or, il y a, contre la porte, un escalier. Le commandant monte tout en haut et, au début du jour, frappe un coup sur le verrou. On entend alors comme le bourdonnement d’un nid de guêpes, qui s’apaise bientôt. Vers midi, on frappe un autre coup et l’on écoute, l’oreille à la porte : le bruit monte plus haut que la première fois, puis tombe de nouveau. A la fin de l’après-midi, on frappe encore : même vacarme, qui se maintient jusqu’au coucher du soleil, puis disparaît. Pourquoi frapper le verrou ? Pour faire entendre le bruit derrière la porte, de façon qu’on y sache qu’une garde est présente, et pour s’assurer soi-même que les autres n’ont touché à rien. Dans le voisinage se voit un grand fort de cent parasanges carrées.

  • 117 C’est, on s’en souvient, la question posée par le rêve d’al-Wāṯiq.
  • 118 C’est évidemment du dirhem en tant que poids qu’il s’agit ici : l’équivalent de quelques grammes : (...)

56Je demandai, poursuit Sallām, aux gens des forteresses qui accompagnaient le commandant, si la porte n’avait jamais souffert d’aucun dommage117. « Il n’y a, me répondit-on, que cette fissure. » Elle était de la minceur d’un fil. « Ne craignez-vous rien pour la porte ? demandai-je encore. — Non, car elle est épaisse de cinq coudées d’Alexandre, dont chacune vaut une coudée noire et demie. » Je m’approchai, tirai de ma bottine un couteau et grattai l’endroit de la fissure ; j’en recueillis pour un demi-dirhem118 de poussière, que je serrai dans un mouchoir pour pouvoir la montrer à al-Wāṯiq billāh.

  • 119 Celle du Coran, dont la citation suit (cf. supra, p. 497), ou une autre langue, réputée ancienne, (...)

57Sur le battant droit de la porte, il y a, tout en haut et en lettres de fer, une inscription dans la langue première119 : Mais quand viendra ce qu Il a promis, Il fera du rempart une terre rase ; car ce qu’Il a promis est réalité. A qui la regarde, la construction, dans son ensemble, apparaît comme striée, un rang jaune de cuivre sur un rang noir de fer. Dans la montagne, on voit le creuset où furent fondues les portes, l’endroit des chaudrons dans lesquels se faisait l’alliage du cuivre, un autre endroit, où l’on faisait bouillir ensemble le plomb et le cuivre, et, enfin, des chaudrons, apparemment en cuivre et munis chacun de trois anses, avec des chaînes et des crochets qui servaient à guinder le cuivre jusqu’en haut de la muraille.

  • 120 C’est-à-dire depuis ce côté-ci du mur.
  • 121 En d’autres termes abrupte, comme on va le voir (qā’im : raide ; littéralement : droit, perpendicu (...)

58Nous demandâmes aux gens du pays s’ils avaient vu un individu de Gog et Magog. A ce qu’on nous dit, on en aurait aperçu plusieurs, un jour, sur la montagne, mais un vent noir les aurait rejetés de leur côté ; la taille de ces gens était, à vue d’œil, d’un empan et demi. La montagne, quand on la regarde de l’extérieur120, paraît sans crête ni pente121, sans végétation, herbe, arbre, ni rien de tout cela; elle s’étend très loin, raide, lisse et blanche. »

  • 122 Il comprend encore quelques lignes évoquant le voyage de retour, par Samarqand et le Hurāsān, et c (...)

59Tel est le récit de Sallām, que nous arrêtons ici122. Des accents de vérité, incontestablement : trente-six hommes morts de maladie ou d’épuisement, avec cent quatre-vingt-sept mulets, la poudre recueillie dans la fissure de la porte et montrée, comme témoignage, au calife de Sāmarrā. Et Ibn Hurdāḏbeh de conclure : « C’est Sallām l’Interprète qui m’a fait ce récit dans son intégralité, avant de me le dicter à partir de la relation même qu’il en avait écrite pour al-Wāṯiq billāh. »

  • 123 Ibn Rusteh prend soin d’ajouter, pour conclure, que « sa version est conforme à l’original ».
  • 124 Les créneaux sont un indice sérieux ; de même, peut-être, vue à travers les variations de couleur (...)
  • 125 On n’a pas, dans la partie supérieure, reproduit les 37 créneaux, le sommet du mur équivalant à (3 (...)
  • 126 Sur l’attitude d’Ibn Faḍlān vis-à-vis du merveilleux, cf. Géographie I, p. 136-138. On y reviendra (...)
  • 127 Cf. les manifestations concrètes du contentement du calife, dans HUR, 170.
  • 128 Ibn Rusteh lui-même, malgré les distances qu’il prend, se garde bien de ne pas reproduire le récit (...)

60Mais Ibn Rusteh ajoute : « Nous l’avons transcrit à notre tour, pour qu’on se rende compte des confusions et des exagérations qu’il contient, car comment croire à l’authenticité de tout cela123 ? » On ne saurait dire moins : que Sallām ait été jusqu’aux approches de la grande Muraille, qu’il l’ait vue même, pourquoi pas124 ? Mais comment expliquer le côtoiement d’un certain vraisemblable avec un légendaire certain ? La description de la muraille, par exemple, est arithmétiquement cohérente (cf. fig. 33)125, mais, telle quelle, insoutenable dans ses affabulations. On mesure, à cet exemple, la place du merveilleux (’ağīb) dans le goût du temps : il va jusqu’à se superposer, chez un calife, aux nécessités de l’information objective. Si un Ibn Faḍlān, à propos de Gog et Magog126, fait montre, une fois de plus, d’une prudence critique très ferme face à la légende, on peut apprécier inversement, avec un Sallām, l’impunité, que dire ? les honneurs127 dont bénéficient, même en haut lieu, ceux qui jouent résolument la carte d’un fantastique que tout le monde accepte, que tout le monde attend128.

Au pays de Gog et Magog

61Le récit de Sallām n’épuise pas, tant s’en faut, la tradition arabo-musulmane relative à Gog et Magog. Mais au moins a-t-il le mérite de nous livrer une vision extrêmement intéressante du Mur. Bâti par les « royaumes combattants » du nord de la Chine, qui voulaient se protéger, entre autres ennemis, des nomades de la steppe, le Mur remplit, du côté de l’Islam, la même fonction, mais transfigurée par la légende : la Chine se garde du nomadisme réel de la géographie, l’Islam du nomadisme fabuleux d’une histoire eschatologique qui le fait, sur la terre où il se répand, devenir loi générale de l’homme.

  • 129 Cf. supra, p. 271-272.
  • 130 Cf. supra, p. 233.

62Ainsi le Mur recule-t-il, aux limites du monde, une vision qui était, déjà, un peu celle du Caucase129. En deçà du Mur règne le Turc, dont nous avons vu avec quelle ambiguïté on le considère ; mais le Turc n’est lui-même qu’une fraction de Gog et Magog, qui, surprise par les travaux d’Alexandre alors qu’elle guerroyait à l’ouest du Mur, se trouva pour toujours bloquée du côté du monde civilisé130. C’est dire que le nomade mythique supposé au delà du Mur, et dont le Turc dessine comme une esquisse imparfaite, risque d’être beaucoup plus dangereux pour l’Islam que le Turc, lequel jouait, lui, sur les deux claviers de la bonne et de la mauvaise réputation. Si, pour l’Islam, le Turc peut être périlleux ou secourable, il n’en est pas de même pour son frère légendaire de l’autre côté : l’apparition de Gog et Magog est bien le signe du cataclysme, de la ruine. De ce débat entre Gog-Magog et l’Islam, notre texte porte discrètement les traces : c’est au début du jour, à midi et au déclin du soleil, soit à trois des cinq moments de la prière musulmane quotidienne, qu’on frappe sur la porte pour rappeler que l’on est là. Autre indice dans une variante du récit originel de Sallàm : ce n’est plus les lundis et jeudis que se feront les inspections du Mur, mais les vendredis.

  • 131 MAS (p), § 730, (t), 43, 163, FAḌ, 139, WAṢ, 114-115.
  • 132 FAQ, 298.
  • 133 FAQ, 299.
  • 134 Aṭ-Ṭūr, mais le mot peut désigner aussi le Thabor ou le mont des Oliviers : cf. E. Honigmann, dans (...)
  • 135 FAQ, 95, 104.

63En dehors même du récit de Sallām, nos textes abondent en renseignements de tous ordres. Et d’abord, ceux de la tradition : à l’origine, la construction du Mur par Alexandre131, le « désordre » évoqué par le Coran renvoyant au comportement de Gog et Magog qui, avant l’intervention d’Alexandre, se répandaient sur les terres d’Asie en dévorant toute verdure et en emportant tout ce qui était sec132. Pour la fin des temps, on annonce le déferlement de Gog et Magog, puis leur perte. D’un côté, avec eux, apparaîtra l’Antéchrist, de l’autre, Jésus qui, au milieu des Musulmans, s’écriera : « Secours, ô Dieu, les moins nombreux, ceux qui t’obéissent, contre les plus nombreux, ceux qui te bravent133 ! » L’anéantissement de Gog et Magog aura pour cadre les Lieux Saints : contre les envahisseurs, le Sinaï134 sera le refuge imprenable de l’Islam, et Jérusalem épargnée les verra périr tout autour d’elle135.

Fig. 33. — Schéma des principales dispositions du mur de Gog et Magog (vu de front) (La clé a été grossie de dix fois et la chaîne de deux)

  • 136 RST, 83, FAQ, 298-300, MAS (p), § 731.

64Autres précisions, quant au Mur : Mas’ūdī nous parle de cent cinquante parasanges en largeur, en se récriant lui-même sur ce chiffre, mais sans résister à la tentation de le donner. Ailleurs, on insiste sur la qualité du monument, l’un des plus beaux du monde ; on le dit d’une seule pièce, absolument compact, tant le travail des métaux a été soigné : on compare les « blocs de fer » du récit coranique à des rochers, que le cuivre souderait entre eux comme, en d’autres murs, l’argile unit les pierres, tandis qu’aux créneaux, le noir du fer, le jaune et le rouge du cuivre composent comme un tissu rayé136.

  • 137 FAQ, 298, FAḌ, 138-139 (ces Slaves étant les Bulgares et la mer, peut-être, celle d’Aral ; de l’au (...)
  • 138 RST, 98, MAS (t), 39-40, 51-52 (dans une répartition étoilée des climats : cf. fig. 14), HAM, 6 (l (...)
  • 139 Répartition de la terre en sept aqālīm (sg. iqlīm), littéralement : « climats » (en un sens généra (...)
  • 140 FAQ, 300 (cité supra, p. 63, avec ḤAW, 527, sur lequel on reviendra un peu plus loin).
  • 141 FAQ, 3 (cité supra, p. 21 et 70).

65Sallām nous a dit plus haut la durée de son voyage. Ibn al-Faqīh, lui, estime à deux mois de marche la distance séparant les Khazars de Gog et Magog ; Ibn Faḍlān parle de trois mois, mais en partant de chez les Slaves et en longeant le bord d’une mer137. A l’orient ou au nord extrêmes des sixième et septième climats138, Gog et Magog ont reçu en partage un canton assez vague, mais immense, de la terre : un septième139 ou, selon une autre tradition, les cinq sixièmes, le reste de l’humanité s’entassant dans le sixième restant140, ou encore l’aile gauche de l’oiseau-monde d’Ibn al-Faqīh, dans laquelle Gog et Magog voisinent, au delà des Khazars, avec un autre peuple nommé Man-sak et Māšak141.

  • 142 MAQ, II, 177, ḤAW, 527.
  • 143 Cf. supra, p. 63, 82-83, 114 i. f., 134, 141-142, 201-202, 232, 322 et 463 i.f.-464.
  • 144 MAQ, loc. cit., FAQ, 3, 298 i. f.-299 ; WAṢ, 114-115, parle de 40 peuplades.
  • 145 Un test : il échappe aux évaluations chiffrées (en parasanges) que MAS (p), § 1366-1367, donne de (...)

66D’autres, plus ambitieux, essaient de chiffrer, tels Maqdisī ou Ibn Ḥawqal : sur les cent ou cent-quatre années de marche que représente la terre habitée, Gog et Magog seraient preneurs pour quatre-vingts ou quatre-vingt-dix142. On a dit à plusieurs reprises143 comment une notion très vague de civilisation tend à se faire jour d’après le rapport de la superficie du sol à la quantité de population qui l’occupe. Or, nous sommes en présence, pour Gog et Magog, d’une population qu’on nous dit très nombreuse (n’oublions pas qu’elle doit submerger d’immenses espaces au dernier Jour) : 400 000 peuplades, d’après Maqdisī, six seulement de connues pour Ibn al-Faqīh, mais chacune représentant, à elle seule, autant que le reste de l’humanité144. Est-ce à dire que le rapport terre-hommes serait favorable à Gog et Magog ? Certes pas. Car, si nombreux que soient les êtres, leur pays apparaît bien, lui, comme infini dans les incertitudes où il se noie145.

Gens de Gog et Magog

  • 146 ḤAW, 11, 12, 14-15 (l’évocation des montagnes et des habitants du pays peut tout aussi bien renvoy (...)
  • 147 Cf. M. Canard, dans FAḌ, trad., p. 109, n. 252 (avec bibl.), et infra, p. 509, n. 5.

67Surtout, s’agit-il vraiment d’hommes ? Sans doute met-on parfois Gog et Magog en rapport avec des sociétés connues : Ibn Ḥawqal, par exemple, tout en les rangeant dans les contrées froides et désolées qui tirent vers l’Océan, les fait dépendre de l’Empire de Chine et ajoute que les Russes et les Huwārizmiens vont chez eux s’approvisionner en peaux de castor ou autres fourrures, de première qualité146. Il s’agit là, à l’évidence, de vagues souvenirs de récits de marchands, renvoyant aux pays du grand Nord, vers les longitudes de notre Russie ou de notre Sibérie occidentale147. Mais, pour l’essentiel, Gog et Magog — qu’Ibn Ḥawqal, au reste, se garde bien de décrire — apparaissent comme une des formes marginales de l’humanité, quand ils ne lui échappent pas totalement.

  • 148 WAṢ, 29-30, MAQ, II, 64 (Gābulsa pour Gābursā) (cités supra, p. 21, n. 1).
  • 149 Le texte de WAṢ précise qu’il y a une porte toutes les deux parasanges : il faut donc comprendre q (...)
  • 150 Cf. le texte cité supra, p. 489, n. 2.
  • 151 Cf. F. Buhl, dans EI (2), t. I, p. 174.

68Distinguons, pour y voir plus clair, entre l’organisation sociale et la description physique des individus. Pour ce qui touche à la première, Gog et Magog relèvent d’un ensemble, très vague, de peuples inconnus. Voici d’abord une ville, Ğābulqā, qui, à l’orient de la terre, répond à son homologue occidentale, Ğāburṣā148. Créations de Dieu, elles ont chacune une longueur de dix mille parasanges et dix mille portes149, que dix mille hommes gardent toutes les nuits, leur tour ne devant pas revenir jusqu’à la Résurection : peuple innombrable, donc, mais aussi peuple heureux, puisque la vie humaine est ici d’à peu près sept mille ans ; peuple béni enfin : nobles, moraux, savants et pieux, les gens des deux cités reçoivent leur lumière non pas de nos pauvres astres, mais directement du Tabernacle150. Quoi d’étonnant ? Gābulqā abriterait ceux des ’Ādites qui avaient cru au prophète Hūd151, et Muhammad, qui les aurait vus dans son Voyage céleste, aurait dit : « Ce qui est bien chez eux est bien chez vous, ce qui est mal chez eux est mal chez vous. »

  • 152 WAṢ, 115.
  • 153 Cf. supra, p. 233 et 504.
  • 154 MAQ, II, 64 ; Tāwīl fait ombre à ce tableau, comme on le verra un peu plus loin : nul doute que Ma (...)

69Les deux cités paradisiaques sont comme l’antithèse de Gog et Magog. Car le Prophète, qui les avait vus et appelés eux aussi, dans son Voyage, ne les entendit pas répondre à sa voix152. D’où le rejet de Gog et Magog en dehors de l’humanité et des pays édéniques : en les coupant de l’humanité sous sa forme turque153, le Mur les renvoie à ces extrémités du monde où le bien absolu, comme le mal absolu, peut exister sans doute, mais pas pour ce peuple d’exclus. Le bonheur et la vertu sont pour Ğābulqā, ou pour d’autres peuples encore, si on se réfère à leurs noms : Nāsik et Mutanassik, variations sur la racine nsk (piété, dévotion), Tāwīl et Hāwīl, un de ces doublets phonétiques chers à l’arabe, dont le second terme, en l’occurrence, ressemble de très près à Abel (Hevel, Hābīl), qui fut juste154.

  • 155 24 (dont les Turcs, qui comptent pour une : référ. supra, n. 3), 40 ou 400 000 : FAQ, 299, et supr (...)
  • 156 FAQ, 298 i. f.-299 (également MAQ, II, 177 : Mansik, Tāwīl et Tadrīs).
  • 157 Supra, p. 506.
  • 158 Cf. FAQ, 299, notes a-b (avec interprétation moins satisfaisante, semble-t-il, de Tārīs), Vigourou (...)

70En revanche, l’organisation du peuple de Gog et Magog lui-même, en un nombre indéterminé de peuplades155, rappelle d’antiques réprobations bibliques : outre Gog et Magog proprement dits, qui seraient les plus rapprochés du Mur, il y aurait, en s’éloignant de celui-ci et avant de toucher aux peuples sans nom : Tāwīl, Tārīs, Mansak et Kumārä156. Tāwīl est Tubal, et Tārīs Taršīš ; Mansak (ou Manšak) se partage, on l’a vu157, l’aile gauche de l’oiseau-monde avec Gog, Magog et Māšak, lequel renvoie à Mosoch ; enfin, il n’est pas difficile de lire Gomer derrière Kumārä. Or, Gog, Magog, Tubal, Taršīš, Mosoch et Gomer sont associés étroitement dans les prophéties vengeresses d’Ézéchiel158.

  • 159 FAQ, 298-299, MAS (p), § 369, (t), 39 i. f.-40 (cf. supra, p. 233, n. 2), MAQ, IV, 60, IHW, I, 175 (...)
  • 160 HAM, 38 (cité supra, p. 42), MAS (t), 40.
  • 161 FAQ, 299-300 (avec VIe forme yatadā’awna), FAḌ, 138.
  • 162 Sur ces traits, cf. FAQ, 299, FAḌ, 137, MAQ, II, 177, WAṢ, 114-115, et supra, p. 502.

71Ces préventions, latentes, s’accusent lorsqu’on passe à l’évocation des individus. L’éloignement vers le Nord accentue, chez Gog et Magog, des traits qui se dessinaient déjà chez les Turcs, les Bulgares ou les Slaves : corps trapu, crâne chauve, visage large, laideur, sauvagerie, maladresse et stupidité159. Commandée par les influences astrales sur les régions du Nord-Est, la complexion de Gog et Magog les fait « fiers, violents, inhumains, durs, robustes, sauvages et bourrus : de vrais tempéraments de fauves », tranchons le mot : des bêtes160, qui s’accouplent là où elles se trouvent, hurlent comme des loups et s’appellent par des cris semblables à ceux des pigeons161. En guise d’ongles, ils ont des griffes, en guise de dents, des crocs ; finalement, au bout de la légende, ce sont des êtres fabuleux, en dehors de toute norme : tantôt gigantesques, plus souvent nains, d’une taille d’un empan ou deux ; tantôt comme des cèdres, tantôt aussi larges que hauts ; munis d’oreilles si vastes que, pour dormir, ils en étendent une sur le sol et s’enveloppent dans l’autre ; certains porteurs de cornes, de défenses, ou d’une queue, d’autres se déplaçant par bonds, d’autres ne parlant que par grognements, ou même franchement muets162.

  • 163 FAḌ, 136-137, 139-140 ; ce sont les Wīsū (peuplade finnoise des rivages du lac Onega : cf. supra, (...)
  • 164 On corrigera la version qafā en ṭafā.
  • 165 Qafīz : mesure pour denrées sèches (grains, farine ou fruits), d’une valeur de 25 à 50 litres envi (...)
  • 166 Cf. supra, p. 228 et 284.

72Ibn Faḍlān163, qui ne s’engage pas personnellement en l’affaire, rapporte des propos recueillis chez les Bulgares : on aurait capturé un individu de Gog et Magog, alors qu’il surnageait164 sur la Volga en crue. Muet et gigantesque, le nez, par exemple, aussi long qu’un empan, il aurait, par sa seule vue, fait mourir les petits enfants et avorter les femmes, mais aussi, pour peu que l’occasion s’en présentât, assassiné des hommes en les prenant dans ses mains. Lassé d’un prisonnier aussi dangereux, le roi des Bulgares l’aurait fait pendre à un arbre, au pied duquel il emmène Ibn Faḍlān. Ce dernier, avec sa prudence coutumière, se contente de dire ce qu’il voit : des os énormes, un crâne de la taille d’une grande mesure à grains165, des côtes et des jambes comme des rafles de palmier : n’importe quel gisement d’animal préhistorique peut, on le voit, expliquer la présence et la taille de ces vestiges166.

  • 167 MAQ, IV, 60, qualifie la vie de Gog et Magog de misérable, et leur nourriture de vile ; les autres (...)

73La nourriture de Gog et Magog relève, elle, à plein du surnaturel167. Variations sur le thème du poisson : chaque année, la mer rejette deux poissons dont la longueur peut s’évaluer à dix jours de marche. D’autres fois, c’est un poisson quotidien, dans lequel chacun, à l’aide d’un couteau, taille pour ses besoins et ceux des siens : s’il excède la quantité nécessaire, il ressent, avec sa famille, des douleurs de ventre parfois mortelles. Quant au poisson, une fois tout le monde servi, il retourne à la mer.

  • 168 Contrepoint du thème du désert classique : ici, ce n’est pas l’eau qui ne vient pas (du ciel) qui (...)
  • 169 Sur le thème du tinnīn et ses origines, cf. M. Canard, dans FAḌ, trad., 109, n. 252 ; cf. aussi su (...)

74Nourriture unique, ce poisson : c’est si vrai que, lorsque Dieu veut faire sortir Gog et Magog de leurs repaires, il fait s’infiltrer dans le sol les eaux de la mer, qui emportent la provende168. Nourriture fabuleuse aussi, on s’en est déjà rendu compte : mais ce n’est rien encore. Le poisson se change en dragon (tinnīn). Sur la foi d’Hippocrate, on le dit long de deux parasanges, large de quantité de coudées, le corps cylindrique, avec des couleurs rappelant celles des panthères, des écailles, comme les poissons, et deux nageoires immenses, près de la tête : une tête humaine, mais aussi grosse qu’une énorme colline ; et aussi : deux oreilles, longues et larges comme celles d’un éléphant, et, prenant naissance à partir de la tête, six cous longs de dix coudées et munis chacun d’une tête de serpent ; au total, on le voit, l’hydre : les sept têtes y sont169.

75C’est en Méditerranée que le tinnīn prend naissance. Son apparition change la mer elle-même : le bruit des vagues se tait pour laisser place à un autre, plus violent, qui est celui des bêtes, dérangées dans les flots à l’approche du phénomène : un nuage survient et disparaît dans l’eau, puis un autre et un autre, jusqu’à sept au total, qui passent en mer et réapparaissent, fouettés par le vent et produisant enfin quelque chose où l’on peut voir le monstre, tête en plein ciel et queue étendue jusqu’aux pays de Gog et Magog. La puanteur est affreuse, mortelle : Hippocrate, appelé à la rescousse, sauve le pays en répandant du sel sur la mer.

  • 170 MAS (p), § 281-285 (comparer avec Merv, 215).

76A peine voit-on, dans cette transfiguration de la légende, qu’il s’agit d’une tornade. Mas’ūdī seul170, qui en fait un phénomène spécifique de la Caspienne et de la Méditerranée, orientale surtout, l’explique par l’action du vent sur les eaux, et déclare tout net qu’« en voyant ce sombre nuage accompagné d’obscurité et de tempêtes, on a cru que c’était un serpent noir sorti de la mer. » Mais Mas’ūdī ne résiste pas, ici non plus, au plaisir de livrer l’autre hypothèse, celle qui fait du tinnīn le monstre que nous connaissons déjà par Ibn al-Faqīh : attirée par le nuage comme le fer par l’aimant, la bête lui résiste, et il faut que le nuage l’aille chercher au fond des eaux à grand renfort d’éclairs et de tonnerre, dans un fracas d’arbres et de rochers soulevés.

Quand l’Est et le Sud se confondent : le Wāq-Wāq

  • 171 FAQ, 7.
  • 172 MAQ, IV, 57 et 91 (le second texte ajoutant que « ces hommes sont anthropophages et qu’aucun d’ent (...)

77Ibn al-Faqīh, parlant du pays du Wāq-Wāq, précise : le Wàq-Wàq de la Chine et celui du Yémen171. Maqdisī déclare qu’il existe, à l’est de la Chine, un peuple vivant dans des tanières, à cause de l’excessive chaleur qui pèse sur lui. Et plus loin : « Dans les régions les plus éloignées du pays des Zanğ, il y a un peuple qui n’a d’autre nourriture que les animaux marins brûlés par le soleil à son coucher, d’autres vêtements que les feuilles des arbres, d’autres constructions que des tanières souterraines172. »

  • 173 Cf. supra, p. 132-133, et RST, 88.
  • 174 Cf. G. Ferrand, dans EI, t. IV, p. 1164-1168, Relations, I, p. III-IV, et « Le Wāḳ-Wāḳ est-il le J (...)

78Qu’est-ce à dire, sinon que, pour des raisons que nous connaissons bien173, l’Extrême-Orient et l’extrême Afrique se rejoignent en un pays fabuleux couvrant tout un arc de la terre, du sud à l’est ? Madagascar, Japon, Philippines ou quelque île de la Sonde, nos textes renvoient, selon le cas, à l’une ou l’autre de ces directions, ou à aucune, ou à toutes, ce qui revient au même. Sagement, nous refuserons d’opérer un choix entre tel ou tel Wāq-Wāq, et nous prendrons le pays pour ce qu’il nous est donné : gigantesque, lointain et à demi fabuleux174.

  • 175 Cf. HUR, 69-70, FAQ, 3-7, MAS (p), § 246, 847-848, Merv. 194-196, 221, 230-231, 293, 299, 300-301, (...)
  • 176 Ḥud, 84 (avec mention d’une ville nommée Mqys), MAS (p), § 847.
  • 177 A signaler, à ce propos, que les populations dont il est question pour ces importations (les escla (...)
  • 178 HUR, 69-70, FAQ, 7, Ḥud, 84, WAṢ, 57. Merv, 196, signale ici, en échange, les dattes et la pacotil (...)

79La description du Wāq-Wāq insiste sur ce dernier aspect : à preuve le rôle écrasant, presque exclusif, qu’y jouent les Merveilles de l’Inde175. Du pays lui-même, tantôt terre et tantôt îles, au bout du monde et sur l’Océan, on nous dit finalement fort peu de choses : sévère et chaud, avec des villes peu importantes, il regorge pourtant de richesses176. Dans la mesure où ce nom de Wāq-Wāq peut référer à des pays situés aux franges du commerce international, on ne s’étonnera pas de les voir apparaître à la rubrique des échanges : ils importent l’ivoire, l’écaille, les peaux de panthère, l’ambre gris et les esclaves177, exportent l’ébène, les aromates et, surtout, l’or178.

  • 179 MAS (p), § 847 (nombreuses merveilles), WAṢ 57 (statues merveilleuses), Ḥud, 84 (chefs portant col (...)
  • 180 HUR, 69, FAQ, 7, MAS (p), § 847, Ḥud, 84, WAṢ, 57.

80De l’or, de l’or partout : parmi les merveilles dont on fait ce pays synonyme179, le métal précieux se taille une place de choix ; il envahit tout, tant il abonde : on en tisse des vêtements, on en fait des armes, des rênes, des chaînes pour les chiens et des colliers pour les singes180. Mais plus que lui encore, les animaux accaparent la curiosité : voici des scorpions volants, sous la piqûre desquels le corps enfle, la peau tombe, et c’est la mort ; des lièvres passant alternativement d’un sexe à l’autre ; un oiseau nommé samandal (salamandre), rouge, blanc, vert et bleu, qui peut passer dans le feu sans se brûler, et rester plusieurs jours sans manger autre chose que de la terre ; qui ne boit pas d’eau tant qu’il couve ses œufs ; qui laisse ses petits se nourrir des mouches et moustiques voltigeant autour d’eux, et ne commence à leur donner la becquée que lorsque leurs plumes ont poussé.

  • 181 Thème d’origine chinoise : cf. G. Ferrand, dans EI, t. IV, p. 1166.

81Les végétaux sont tout aussi étranges, au moins l’un d’eux, un arbre aux feuilles tantôt rondes et tantôt allongées, aux fruits plus gros que des courges, gonflés d’air, mais s’aplatissant dès qu’on les cueille, affectant une forme humaine, et auxquels le vent tire comme une voix181.

  • 182 Cf., outre Merv, Ḥud, 84, WAṢ, 26-27.

82Et les hommes ? Car, contrairement à ce qu’on a pu dire de Gog et Magog, et comme on prend soin de nous le préciser, il s’agit bien d’hommes : rappelant les Turcs, au moins pour certains d’entre eux, ils sont par ailleurs fort nombreux, noirs, nus, habiles en tous arts, mais fourbes et méchants, peureux et assez bornés pour se laisser facilement réduire en esclavage182.

  • 183 ĞĀḤ (h), I, 189 (qui cite avec eux les Nasnās : supra, p. 488), croisement de l’homme et de l’anim (...)
  • 184 WAṢ, 26-27 (et dans Ferrand, Relations, p. 138, 677-678). On notera, à propos d’Ibrāhīm b. Wasīf S (...)

83Il en est, toutefois, qui contestent cette humanité, tel Ğàḥiẓ qui, dans le Kitāb al-ḥayawān183, fait des Wāq-Wāq le produit du croisement entre l’animal et la plante. Trop heureux d’un tel thème, Ibrāhīm b. Waṣīf Šāh entreprend de décrire ces êtres : ils pendent par leur chevelure à de grands arbres, ont des seins, des vulves, le teint coloré et, pour toute parole, un cri : wāq-wāq. Quand l’un d’eux est capturé, il se tait et tombe mort184.

  • 185 Nouveaux développements encore après l’an mil : cf. Ferrand, dans EI, article cité.
  • 186 Cf. supra, p. 98.

84La conclusion est simple : de l’absence du Wāq-Wāq dans la Relation de la Chine et de l’Inde à sa présence insistante dans les Merveilles de l’Inde ou l’Abrégé des Merveilles185, de la fleur portant écrite la profession de foi musulmane186 au fruit d’apparence humaine et à l’homme-arbre, la légende suit régulièrement un chemin ascendant. En germe déjà pour les pays connus de l’Extrême-Orient, elle ne peut que proliférer dès que cet Extrême-Orient s’efface à son tour derrière un autre Orient plus extrême que lui : le bout du monde, en principe jamais atteint et qui, ici comme à l’ouest, au nord ou au sud, libère à plein les charges de rêve comprimées jusque-là par les pudeurs de la réalité.

Notes

1 Cf. supra, p. 33-34.

2 Avec les variations qu’on a dites supra, au début du chapitre III.

3 On dira que Sallām l’Interprète est allé jusqu’aux parages de la grande Muraille de Chine, le « barrage » de Gog et Magog. Mais le peuple de Gog et Magog, la description que l’on en donne, sont au delà du voyage lui-même. Autant pour certaines îles de l’océan Indien, même si celui-ci est connu des navigateurs musulmans.

4 Avec des nuances à l’intérieur de chaque secteur : il est plus perceptible, par exemple, pour l’Italie (cf. l’évocation de Rome) que pour l’Espagne chrétienne, pour les îles de la Sonde que pour la Chine. Rien d’étonnant : il supplée à la connaissance vraie dès que celle-ci tend à s’estomper.

5 Ce véridique est explicitement souligné par Ibrāhīm b. Ya’qūb à propos de la ville des Femmes, sur la foi de l’empereur Othon, comme on le dira plus loin.

6 On a déjà eu l’occasion de citer quelques exemples : cf. notamment supra, p. 81, 91-92, 182-185.

7 Cf. supra, p. 77, avec référence à Géographie I, p. 131-132.

8 Cf. supra, p. 119 sq. (voir notamment la formule citée p. 122, n. 11).

9 « Discours utopique et récit des origines », dans Annales ESC, t. XXVI (2), mars-avril 1971, p. 297 et 315 (article cité supra, fin du chapitre V).

10 Cf. supra, p. 81.

11 Cf. supra, loc. cit. (n. 3 et 4), Merv, 268, 293, WAṢ, 57.

12 HUR, 93, RST, 85 (à la latitude de l’Abyssinie), FAQ, 7, 88 (sans mention explicite du nom, mais, vu la position des îles et leur description, il s’agit bien des îles Fortunées), 145, QUD, 231, MAS (p), § 187-188, Ḥud, 58, 188. Elles ont été, à la vérité, certainement connues, au moins de l’Islam espagnol : cf. Géographie I, p. XXVIII, 146-147, et D. M. Dunlop, « Baḥr Muḥīṭ », dans EI (2), t. I, p. 962-963.

13 Dans Ḥud, 58 (ẖaliya au lieu de ẖālida).

14 RST, 83 i. f., Ḥud, 58, 188-190, et supra, p. 8, n. 3.

15 Ḥud, 56-57, 186-187. Le même ouvrage mentionne, sous la rubrique « îles », deux péninsules montagneuses qui seraient les deux caps Notion et des Satyres, de Ptolémée : Ḥud, ibid. A noter enfin deux îles d’or et d’argent en Méditerranée : cf. supra, p. 378, n. 6.

16 Ḥud, 58-59, 191 ; il est précisé qu’au delà se trouvent les douze îles de Bretagne et Thulé.

17 Autres exemples supra, p. 78 et 191.

18 Ainsi se confirment, par les thèmes eux-mêmes, les options retenues p. 484 : description par régions légendaires ou par thèmes.

19 En général la partie méridionale de la mer Rouge (cf. C. H. Becker et C. F. Beckingham, « Baḥr al-Ḳulzum », dans EI (2), t. I, p. 960), mais il est probable que l’expression doit désigner ici, de façon plus vaste, l’océan Indien au large des côtes d’Arabie : on reviendra un peu plus loin sur ce point.

20 WAṢ, 45-54, et 71-74.

21 MAQ, IV, 91, parle, avec une description semblable, des Nasnās du Pamir, que l’on chasserait et mangerait.

22 On pourra comparer ces monstres avec ceux des Collectanea rerum memorabilium, de C. Julius Solinus, compilateur romain du iiie siècle ; cf. aussi J. Le Goff, La civilisation de l’Occident médiéval, Paris, 1965, p. 417 et ill. 151.

23 Peut-être déformation de Mlyān, île entre Ceylan et le détroit de Malacca, ou dans le Wāq-Wāq : cf. Ḥud, 473.

24 En principe pl. d’arwad : qui va et vient, sans précipitation, mais de façon ininterrompue.

25 Cf. ġamīs (douteux, incertain) ; le mot de ġamis (ptc. de ġamasa : plonger, tremper) renverrait, lui, au caractère amphibie de l’animal.

26 Sur ce personnage, cf. A. J. Wensinck, dans EI, t. II, p. 912-916.

27 Souvenir de Sidon (en arabe Ṣaydā’) : cf. Rois I, XI, 1-5.

28 « Mais un jour, amie, nous irons ensemble au Pays Fortuné dont nul ne retourne. Là s’élève un château de marbre blanc ; à chacune de ses mille fenêtres brille un cierge allumé ; à chacune, un jongleur joue et chante une mélodie sans fin ; le soleil n’y brille pas, et pourtant nul ne regrette la lumière : c’est l’heureux pays des vivants » (J. Bédier, Le roman de Tristan et Iseut, Paris, 1946, p. 66).

29 WAṢ, 66-68.

30 Références supra, p. 488, n. 1.

31 Aucune trace d’elles chez un spécialiste de l’Arabie comme Hamdānī.

32 Cf. ṣarafa : détourner, éloigner.

33 Cf. sindarūs : sandaraque, « résine odoriférante qui découle du thuya aphylla ou cupressoides » (Littré).

34 WAṢ, 69-71.

35 « Ressemblance ».

36 A rapprocher peut-être de ṭawarān : tourner autour (cf. l’île suivante).

37 « La voyageuse ».

38 As-si’lāt.

39 Relève encore de cette « grande Mer » une île où passa Alexandre (l’île Blanche) ; nous avons préféré, pour une meilleure clarté dans la présentation, en traiter plus haut, avec celles que le conquérant est censé avoir visitées. Aussi bien s’agit-il toujours, on l’a dit, de l’Océan sous des noms différents.

40 Cf. Das Steinbuch des Aristoteles, éd. J. Ruska, Heidelberg, 1912, p. 178-179, Qazwīnī, éd. Wüstenfeld (Kosmographie, t. I), Göttingen, 1849, p. 204-208. A noter que le cuivre se prévaut, avec l’or, l’argent et le fer, d’une référence sacrée (Coran, LV, 35). Je remercie vivement Maxime Rodinson qui m’a donné, sur ces pays du métal, nombre de références, que je n’ai pu toutes utiliser, à ce stade de la composition.

41 FAQ, 71 (variante dans RST, 117 i. f.).

42 HUR, 116, RST, 78, FAQ, 72, MAS (p), § 1419.

43 On traitera de ces limites infra, chap. XI.

44 RST, 80.

45 FAQ, 71, 84 sq., 88 sq., MAS (p), § 409, 1423, Mille et une Nuits (« La ville de cuivre : madīnat an-nuḥās » et « Abū Muḥammad le fainéant »). Chez MAS et dans les Nuits, l’aétite cède la place non seulement au cuivre (nuḥās), mais aussi au ṣufr (cuivre jaune, ou airain).

46 . Cf. aussi MAS (p), § 1423 : « dans les déserts de l’Andalus ».

47 Cette précision est de Mas’ūdī.

48 En langue himyarite (comme pour un autre endroit du bout du monde, aux limites légendaires de l’Islam occidental : cf. infra, chap. XI), précisera plus tard Yāqūt (Mu’ğam al-buldān, éd. de Beyrouth, t. V, p. 81). Le texte d’Ibn al-Faqīh autorise du reste cette précision, puisqu’il parle (p. 90) d’une inscription en arabe qu’il fallut traduire.

49 Sur Salomon et les génies, cf. Coran, XXI, 82, XXVII, 17, XXXIV, 11/12, XXXVIII, 36/37-37/38.

50 Le « château d’airain » est un des thèmes majeurs de la légende du roi de Touran, Afrāsiyāb, dans le Šāh-nāmè de Firdōsī. Cf. aussi Ṯa’ālibī, éd. Zotenberg, t. II, p. 303 sq. Sur le rôle de l’Occident mystérieux dans le thème du Mahdī, cf. A. Abel, « L’apocalypse de Baḥīra et la notion islamique de Mahdī », dans Annuaire de l’Institut de philologie et d’histoire orientales, Bruxelles, III, 1935, p. 9.

51 Loc. cit.

52 MAS (p), § 1423 (à l’extrémité des déserts de l’Inde) ; noter aussi ibid., § 480 (aux fins fonds du pays turc).

53 MAS (p), § 795 et 1419. Le mystère de la cité s’est sans doute trouvé recouper une situation économique : l’abandon des routes commerciales menant directement, à travers le désert, de l’Égypte aux pays du Niger : cf. MAS (p), § 795, et surtout ḤAW, 61, 153.

54 Merv, 201-207 (cité supra, p. 80 et 486). Cf. aussi WAṢ, 27 (pays de femmes grandes, parfumées et voluptueuses).

55 Le feu produit par les vagues sur les récifs prend, la nuit, le relais du soleil : l’île devient ainsi le point fixe de l’astre, celui où il est toujours présent, annihilant, à la limite, les notions d’est et d’ouest : Merv, 206-207.

56 Le récit relatif à l’île se situe bien à l’extrémité orientale du monde : Merv, 201.

57 Fait confirmé par l’adoration du soleil.

58 Cf. supra, p. 487 et 490, et les références données p. 487, n. 3.

59 FAQ, 6.

60 HAM, 38 (lignes 5-6 et 22), 39 (18-24), cité supra, p. 42 et 43. On sait que les Sarmates passaient pour être issus de l’union des Scythes et des Amazones : cf. Besnier, op. cit., p. 671.

61 HUW (s), 89 (SER, 70-71), mais sans les détails donnés par les Ḥudūd (supra, p. 487).

62 . Plus exactement de « la mer extérieure de l’Ouest » (baḥr al-Maġrib al- ẖāriğ : HUR) ou de « la mer extérieure du Nord-Ouest » (al-baḥr al-maġribī wa š-šamālī al- ẖāriğ : SER) : « extérieure » par rapport à la Méditerranée (baḥr al-Maġrib : cf. D. M. Dunlop, « Baḥr Muḥīḥ » et « Baḥr ar-Rūm », dans EI (2), t. I, p. 963). Les Ḥudūd parlent de l’Océan de l’Ouest.

63 En fait, seul le diacritisme (les manuscrits donnent le choix entre r ou z, et entre t ou n) peut permettre de distinguer entre les noms des deux îles ; mais l’essentiel est que la lecture Amazānūs soit possible pour le nom de la seconde.

64ud, 191.

65 On pourrait ajouter, à ces indices d’une localisation vers le nord, l’existence, dans la Scandia de l’antiquité, d’un peuple, les Sitones, gouverné par une femme : cf. Besnier, op. cit., p. 709 (référ. : Tacite, Germanie, 45).

66 . IBR (s), 5/169 sq.

67 HUW (s), 84-89 (SER, 68-71) ; c’est cette liste d’îles qui se termine par les deux îles des Hommes et des Femmes dont on a parlé plus haut.

68 Le panorama de ces îles part, peut-être, des côtes cantabriques ; un nom, Hārā, peut renvoyer à l’île d’Aran (Arranna) ; un autre, à Albion (Alouīon) ou aux îles Alociae. Cf. Ptolémée, Géographie, éd. C. Müller, t. I, Paris, 1883, t. II, 2 (10), 3 (14) et 11 (16).

69 Tūliya, Tūlī, Tūlī.

70 HUW (s), 87-88 (SER, 70), HUR, 93, FAQ, 8, 136, 145, MAS (p), § 188, 297, (t), 41, 98 (et n. 2), ẖud, 59 (sous deux noms : ẖuwas (ẖūs) et ẖūlī), 191.

71 Cf. Besnier, op. cit., p. 766.

72 Supra, p. 311, 312 (n. 3).

73 Les trois autres étant l’océan Indien, la Méditerranée et la Caspienne.

74 Et entre 26° 20’ et 32° 20’ de longitude ouest.

75 Cf. MAS (t), 98, n. 2, et ẖud, 191.

76 Donné comme la mer d’Azov par le Tanbīh, comme un lac, sans plus, par les Prairies.

77 Cf. G. Dagron et L. Marin, op. cit., p. 316.

78 Coran, XVIII, 91/92-98.

79 Coran, XXI, 95-96.

80 Genèse, X ; MAS (p), § 910, déclare Gog et Magog descendants de Japhet.

81 Cf. A. J. Wensinck, dans EI, t. IV, p. 1204-1205.

82 Sur ces divers points, cf. référ. dans EI, loc. cit., et M. Canard, dans FAḌ, trad., 109, n. 252 (avec bibl.). On se rappellera que, pour l’Occident chrétien lui aussi, Gog s’identifia parfois au barbare, goth en l’occurrence : cf. le De Fide ad Gratianum Augustum de saint Ambroise (II, 16, au t. XVI de la Patrologie latine), avec référence à Ézéchiel (XXXVIII-XXXIX : cf. infra, p. 508, n. 8).

83 Sur cette dernière situation, cf. Ṭabarī, Tafsīr (cité dans EI, loc. cit.). On se souviendra, à propos de ce qui est dit ici, que les Turcs (cf. infra) sont parfois considérés comme relevant de Gog et Magog.

84 Cf. référ. dans EI, loc. cit., et Ezéchiel, XXXIX, 12.

85 HUR, 162-170, RST, 149 (de Goeje s’est contenté, dans 1 édition de HUR, de signaler les variantes de RST, sans reproduire 1 intégralité du texte ; cf. RST, trad., 167-172), FAQ, 301 (même remarque pour le parti pris par de Goeje : cf. FAQ, loc. cit., note h), MUQ, 362-365. Nous n indiquerons en note que les variantes importantes ou les adjonctions, très rares, par rapport à la version d’Ibn Hurdāḏbeh (les suppressions ne seront pas signalées).

86 RST : « qui traduisait pour al-Wāṯiq billāh les documents turcs qui parvenaient à 1 administration. »

87 Ce calife abbasside règne de 227/842 à 232/847.

88 Ḏū l-Qarnayn (le Bicornu) : cf. E. Mittwoch, dans EI, I, p.987-988.

89 Sur ce chef turc, mort en 230/845 (ce qui fixe un terminus ad quem pour la date du départ de Sallām), cf. Sourdel, Vizirat, p. 262, 264, 268.

90 Muqaddasī laisse entendre ici que ce n’était pas la première tentative du calife pour s’informer sur Gog et Magog : il avait, dit-il, envoyé auprès de Ṭarẖān, roi des Khazars, l’astronome Muḥammad b. Mūsä al-Huwārizmī ; sur le problème posé par ce personnage, cf. Géographie I, p. XIX.

91 Pour éviter les effets des montagnes magnétiques, comme celles dont on a parlé supra, p. 90 (avec renvoi à Merv, 247, qui parle en effet d’étriers de bois).

92 Suit la description du périple à travers les principautés des régions caucasiennes (Arménie, Sarīr, Alains, Fīlān), jusqu’à l’arrivée chez les Khazars.

93 Variantes du man. et MUQ : vingt-sept.

94 Ši’b ou šu’ba.

95 Katātīb ; MUQ : makātib.

96 Al-Wāṯiq mourut à l’âge de 32, 34 ou 36 ans.

97 Igu, aujourd’hui Ha-mi (Kumul), dans le Sin-kiang : HUR, 164, note g.

98 Trait caractéristique de la ville chinoise : cf. supra, p. 116.

99 Var., RST et MUQ : « lisse et sans végétation » ; Ibn Hurdāḍbeh place, on le verra, cette notation (au reste plus développée chez lui) en fin de récit.

100 Les mêmes : « une vallée (wādin) large de cent cinquante coudées. »

101 Sic (labin, libna).

102 RST : « un empan. »

103 Bien que la formulation soit assez incertaine, on peut imaginer que chaque créneau, sur chacun de ses deux côtés, est muni d’un crampon assujetti à celui du créneau voisin, les crampons occupant ainsi les intervalles entre les créneaux.

104 Le texte ajoute ici mu’laqayn ou mu’allaqayn : suspendus (par souvenir, peut-être, de ce qui est dit des portes de la ville d’Īka, mais ceci est incompatible avec la description qui suit). D autres versions donnent muġlaqayn : fermés.

105 FAQ, et MUQ : « cinquante ».

106 Littéralement : de la taille (qadr).

107 Lā yaḥtaḍinuhu rağulān, littéralement : deux hommes ne peuvent l’entourer, le prendre dans leurs bras.

108 Rectifier la trad. (RST, 171), qui ajoute : « de fer » ; sauf erreur, je ne vois pas de lecture possible justifiant cette adjonction.

109 RST et MUQ : « du plus gros pilon de mortier qui se puisse voir. » MUQ, au lieu de dastağ (pilon), a yad, littéralement : main.

110 Littéralement : en extension (basṭ) ; RST et MUQ ont samk : en épaisseur. Le chiffre concorde bien avec la largeur totale des deux battants : 2 X 50 coudées.

111 Soit l’équivalent de 0,5404 m ; cf. W. Hinz, « dhirā’ », dans EI (2), t. II, p. 238-239.

112 Sur le nombre d’arbres par fortin (un ou deux), voir la variante signalée dans HUR, 167, note a.

113 Variante des manuscrits : « comme les plus grands de ceux qu’on utilise... ».

114 Dans le pays précédant l’arrivée à la digue.

115 Partout ailleurs : « le vendredi » et, plus loin : « dix cavaliers ».

116 Partout ailleurs : « de fer et d’un poids de cinquante fois deux livres ».

117 C’est, on s’en souvient, la question posée par le rêve d’al-Wāṯiq.

118 C’est évidemment du dirhem en tant que poids qu’il s’agit ici : l’équivalent de quelques grammes : cf. G. C. Miles, dans EI (2), t. II, p. 328-329.

119 Celle du Coran, dont la citation suit (cf. supra, p. 497), ou une autre langue, réputée ancienne, inconnue de Sallām et dont les mots seraient donnés comme la traduction du passage coranique ?

120 C’est-à-dire depuis ce côté-ci du mur.

121 En d’autres termes abrupte, comme on va le voir (qā’im : raide ; littéralement : droit, perpendiculaire) ; si l’on tient compte de ce qui a été dit plus haut sur la forme ronde de la montagne, elle doit affecter la forme d’un cylindre grossier reposant sur une de ses bases.

122 Il comprend encore quelques lignes évoquant le voyage de retour, par Samarqand et le Hurāsān, et certaines précisions sur l’ensemble du voyage et l’arrivée à Sāmarrā, dont nous allons parler ici même.

123 Ibn Rusteh prend soin d’ajouter, pour conclure, que « sa version est conforme à l’original ».

124 Les créneaux sont un indice sérieux ; de même, peut-être, vue à travers les variations de couleur du cuivre et du fer, la variété même des matériaux employés : pierre ou argile. De même encore, pour quelqu’un qui vient de Ha-mi (Kumul, Īka), la porte vue peut être celle de Kia-yu, à l’extrémité ouest de la grande Muraille. Cf. Enciclopedia Italiana, XXIV (1934), p. 47-48 (avec bibl.), et Times Atlas of the World, 22, C/5, D/7.

125 On n’a pas, dans la partie supérieure, reproduit les 37 créneaux, le sommet du mur équivalant à (37 (créneaux) + 36 ( intervalles)) X 5 = 365 coudées.

126 Sur l’attitude d’Ibn Faḍlān vis-à-vis du merveilleux, cf. Géographie I, p. 136-138. On y reviendra infra, à propos de Gog et Magog.

127 Cf. les manifestations concrètes du contentement du calife, dans HUR, 170.

128 Ibn Rusteh lui-même, malgré les distances qu’il prend, se garde bien de ne pas reproduire le récit. Sur une justification possible du merveilleux dans la littérature officielle, cf. Géographie I, p. 137 (lignes 2-6).

129 Cf. supra, p. 271-272.

130 Cf. supra, p. 233.

131 MAS (p), § 730, (t), 43, 163, FAḌ, 139, WAṢ, 114-115.

132 FAQ, 298.

133 FAQ, 299.

134 Aṭ-Ṭūr, mais le mot peut désigner aussi le Thabor ou le mont des Oliviers : cf. E. Honigmann, dans EI, t. IV, p. 913-914.

135 FAQ, 95, 104.

136 RST, 83, FAQ, 298-300, MAS (p), § 731.

137 FAQ, 298, FAḌ, 138-139 (ces Slaves étant les Bulgares et la mer, peut-être, celle d’Aral ; de l’autre côté, le pays de Gog et Magog serait délimité par des montagnes) ; HAW, 12, donne quarante jours à partir des Bulgares et des Slaves.

138 RST, 98, MAS (t), 39-40, 51-52 (dans une répartition étoilée des climats : cf. fig. 14), HAM, 6 (lignes 8 et 20) ; ḤAW, 9 (carte) et 14 : à l’extrême Nord.

139 Répartition de la terre en sept aqālīm (sg. iqlīm), littéralement : « climats » (en un sens général et non géographique stricto sensu) ; les autres climats sont attribués respectivement aux Arabes, Rūm, Abyssins, Indiens, Turcs et Chinois, aucun des sept peuples n’empiétant sur le domaine des autres : FAQ, 5 (cité supra, p. 60).

140 FAQ, 300 (cité supra, p. 63, avec ḤAW, 527, sur lequel on reviendra un peu plus loin).

141 FAQ, 3 (cité supra, p. 21 et 70).

142 MAQ, II, 177, ḤAW, 527.

143 Cf. supra, p. 63, 82-83, 114 i. f., 134, 141-142, 201-202, 232, 322 et 463 i.f.-464.

144 MAQ, loc. cit., FAQ, 3, 298 i. f.-299 ; WAṢ, 114-115, parle de 40 peuplades.

145 Un test : il échappe aux évaluations chiffrées (en parasanges) que MAS (p), § 1366-1367, donne de tous les grands royaumes ou autres ensembles humains. En fait, l’immensité de Gog et Magog est à mettre en rapport avec celle de l’Asie dans la légende d’Alexandre (sur laquelle cf. QUD, 263 sq.).

146 ḤAW, 11, 12, 14-15 (l’évocation des montagnes et des habitants du pays peut tout aussi bien renvoyer aux Turcs), 110, 169 (début de la grande chaîne mondiale de montagne : cf. supra, fig. 21), 202, 392, 482.

147 Cf. M. Canard, dans FAḌ, trad., p. 109, n. 252 (avec bibl.), et infra, p. 509, n. 5.

148 WAṢ, 29-30, MAQ, II, 64 (Gābulsa pour Gābursā) (cités supra, p. 21, n. 1).

149 Le texte de WAṢ précise qu’il y a une porte toutes les deux parasanges : il faut donc comprendre que la « longueur » de la ville représente en réalité la moitié de son périmètre.

150 Cf. le texte cité supra, p. 489, n. 2.

151 Cf. F. Buhl, dans EI (2), t. I, p. 174.

152 WAṢ, 115.

153 Cf. supra, p. 233 et 504.

154 MAQ, II, 64 ; Tāwīl fait ombre à ce tableau, comme on le verra un peu plus loin : nul doute que Maqdisī l’a fait figurer ici pour former un doublet phonétique avec Hāwīl.

155 24 (dont les Turcs, qui comptent pour une : référ. supra, n. 3), 40 ou 400 000 : FAQ, 299, et supra, p. 507, n. 1.

156 FAQ, 298 i. f.-299 (également MAQ, II, 177 : Mansik, Tāwīl et Tadrīs).

157 Supra, p. 506.

158 Cf. FAQ, 299, notes a-b (avec interprétation moins satisfaisante, semble-t-il, de Tārīs), Vigouroux, Dictionnaire de la Bible, s. v. « Mosoch » et « Tubalcaïn », The Jewish Encyclopedia, t. XII, p. 65 (s. v. « Tarshish »), Ézéchiel, XXXVIII-XXXIX ; cf. aussi Apocalypse de saint Jean, XX, 8. On notera qu’un mot tiré de la racine nsk (Mansak) et Tāwīl sont susceptibles d’une double lecture, en mal ou en bien, selon qu’on les associe à Gog-Magog ou qu’on les en détache.

159 FAQ, 298-299, MAS (p), § 369, (t), 39 i. f.-40 (cf. supra, p. 233, n. 2), MAQ, IV, 60, IHW, I, 175 ; WAṢ, 114, parle de courage.

160 HAM, 38 (cité supra, p. 42), MAS (t), 40.

161 FAQ, 299-300 (avec VIe forme yatadā’awna), FAḌ, 138.

162 Sur ces traits, cf. FAQ, 299, FAḌ, 137, MAQ, II, 177, WAṢ, 114-115, et supra, p. 502.

163 FAḌ, 136-137, 139-140 ; ce sont les Wīsū (peuplade finnoise des rivages du lac Onega : cf. supra, p. 332) qui, consultés par lettre, déclarent qu’il s’agit d’un individu de Gog et Magog.

164 On corrigera la version qafā en ṭafā.

165 Qafīz : mesure pour denrées sèches (grains, farine ou fruits), d’une valeur de 25 à 50 litres environ : cf. E. von Zambaur, dans EI, t. II, p. 662.

166 Cf. supra, p. 228 et 284.

167 MAQ, IV, 60, qualifie la vie de Gog et Magog de misérable, et leur nourriture de vile ; les autres auteurs parlent, comme on va le voir, de poisson merveilleux ou du tinnīn : FAQ, 299-301, FAḌ, 138-139, MAS (p), § 286-288.

168 Contrepoint du thème du désert classique : ici, ce n’est pas l’eau qui ne vient pas (du ciel) qui force au nomadisme, mais l’eau qui s’en va (de la terre).

169 Sur le thème du tinnīn et ses origines, cf. M. Canard, dans FAḌ, trad., 109, n. 252 ; cf. aussi supra, p. 268. On se rappellera aussi que le sang de l’hydre, dans lequel Hercule avait trempé ses flèches, causait des blessures mortelles (cf. ce qui a été dit plus haut sur les douleurs de ventre, mortelles elles aussi parfois).

170 MAS (p), § 281-285 (comparer avec Merv, 215).

171 FAQ, 7.

172 MAQ, IV, 57 et 91 (le second texte ajoutant que « ces hommes sont anthropophages et qu’aucun d’entre eux ne connaît son père, l’institution du mariage n’existant pas chez eux »). Les habitations troglodytiques ont été signalées comme une défense contre la chaleur, supra, p. 229 (pour l’Asie centrale), 159, 198, n. 4 (pour l’Afrique). La notation sur le fils qui ne connaît pas son père se retrouve aussi pour l’Afrique : supra, p. 161. Sur les cavernes, contre la chaleur, à l’est de la Chine, cf. aussi WAṢ, 130.

173 Cf. supra, p. 132-133, et RST, 88.

174 Cf. G. Ferrand, dans EI, t. IV, p. 1164-1168, Relations, I, p. III-IV, et « Le Wāḳ-Wāḳ est-il le Japon ? », dans Journal Asiatique, avril 1932, p. 193-243, M. Bittner et W. Tomaschek, Die topographischen Capitel des Indischen Seespiegels Moḥîṭ, Vienne, 1897, pl. I, II et XXVIII, Devic, L’Afrique des Zendjs, op. cit., 88 sq., J. Faublée et M. Urbain-Faublée, « Madagascar vu par les auteurs arabes avant le xie siècle », dans Studia (Centro de Estudos Históricos Ultramarinos), Lisbonne, XI (janvier 1963), 448 sq., et supra, p. 81 et 171. A noter que « le pays de l’or » peut être, lui aussi, celui des Zanğ ou d’un Extrême-Orient mal précisé (Merv, 192-194). Il faudrait rattacher enfin, au Wāq-Wāq, certains pays situés dans ces parages du sud ou de l’est extrêmes : cf. Mas (t), 51 (pays des Aromates : cf. aussi FAQ, 5), WAṢ, 130 (pays au delà de la Chine, avec des gens vivant dans des tanières (supra, p. 511, n. 2), d’autres sans cheveux, d’autres blancs et aux cheveux roux, chez lesquels les femmes sont propriété collective) ; FAQ, 3, dit qu’il existe au delà du Wāq-Wāq des peuplades dont Dieu seul connaît le nombre.

175 Cf. HUR, 69-70, FAQ, 3-7, MAS (p), § 246, 847-848, Merv. 194-196, 221, 230-231, 293, 299, 300-301, 309, ISḤ, 460, HUW (m), 216, WAṢ, 26-27, 38, 57, 61-62, ḤAW, 276, Ḥud, 52, 83-84, 187, 228, 472. Le Wāq-Wāq apparaît aussi dans les Mille et une Nuits (premier voyage de Sindbād le Marin). Afin de ne pas alourdir l’annotation, et compte tenu du rôle majeur des Merveilles de l’Inde dans l’information (les autres œuvres ne donnant que de brèves indications d’ensemble), on ne signalera en note, sauf exception, que les références qui n’appartiennent pas aux Merveilles : le reste devra être considéré comme pris à elles.

176 Ḥud, 84 (avec mention d’une ville nommée Mqys), MAS (p), § 847.

177 A signaler, à ce propos, que les populations dont il est question pour ces importations (les esclaves, notamment, sont dits zanğ) sont sans doute malgaches : ce sont les mêmes qui ont attaqué Zanzibar : cf. supra, p. 173.

178 HUR, 69-70, FAQ, 7, Ḥud, 84, WAṢ, 57. Merv, 196, signale ici, en échange, les dattes et la pacotille.

179 MAS (p), § 847 (nombreuses merveilles), WAṢ 57 (statues merveilleuses), Ḥud, 84 (chefs portant colliers de corne de rhinocéros).

180 HUR, 69, FAQ, 7, MAS (p), § 847, Ḥud, 84, WAṢ, 57.

181 Thème d’origine chinoise : cf. G. Ferrand, dans EI, t. IV, p. 1166.

182 Cf., outre Merv, Ḥud, 84, WAṢ, 26-27.

183 ĞĀḤ (h), I, 189 (qui cite avec eux les Nasnās : supra, p. 488), croisement de l’homme et de l’animal fabuleux nommé šiqq, et les êtres d’au delà du mur de Gog et Magog, croisement de l’homme, des Nasnās, du šiqq et de Gog-Magog), VII, 178 (simple mention).

184 WAṢ, 26-27 (et dans Ferrand, Relations, p. 138, 677-678). On notera, à propos d’Ibrāhīm b. Wasīf Sāh, qu’il hésite finalement, pour les Wāq-Wāq, entre une apparence humaine et une nature d’homme-arbre.

185 Nouveaux développements encore après l’an mil : cf. Ferrand, dans EI, article cité.

186 Cf. supra, p. 98.

Table des illustrations

Légende Fig. 33. — Schéma des principales dispositions du mur de Gog et Magog (vu de front) (La clé a été grossie de dix fois et la chaîne de deux)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/630/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 650k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search