Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du 11e siècle. Tome 2. Volume 2

 | 
André Miquel

Chapitre VIII. Au plus près du monde musulman : Byzance

Texte intégral

  • 1 Je suis largement redevable à l’amitié de Gilbert Dagron, qui a bien voulu revoir le brouillon de c (...)

1Byzance1 ! Héritière des Grecs et de Rome, ennemie de l’Islam : voilà pour l’histoire. Quant à la carte : d’un côté, l’Islam encore, et, de l’autre, les deux Europes : de l’Est et de l’Ouest. Par où qu’on la prenne, Byzance se définit comme le carrefour de trois mondes et, chaque fois, l’Islam est là.

  • 2 Cf. ḤAW, 223, qui dit son pessimisme sur l’avenir de la ville d’Āmid, en Haute-Mésopotamie, à 600 k (...)

2De tous les étrangers, de tous les voisins du monde musulman, l’Empire byzantin est le plus menaçant, le plus proche : il interpelle, il attaque, à une centaine de parasanges de cette Mésopotamie qui abrite un des centres nerveux de l’Islam2. Le géant, le monstre est à la porte, dérobant au loin, dans les replis de son territoire et de son administration, la tête de ce grand corps, Constantinople, rêve et regret : car si le jeune Islam put jadis égratigner cette ville des villes, le souvenir du miracle non renouvelé s’accompagne, avec la constatation du présent, de son contrepoint obligatoire : Byzance est plus forte que jamais.

Les géographes face à Byzance

3Ici plus qu’en toute autre façade de la frontière, la géographie avoue ses compromissions avec la politique, selon le vieux principe qu’il faut connaître ceux dont on se méfie : la puissance de l’Empire byzantin, son organisation, ses limites territoriales, autant de thèmes-clés de l’enquête. Mais pour une fois au moins, ces thèmes et, de façon plus générale, l’intérêt porté à l’étranger ne seront pas l’apanage des géographes : car la politique, justement, fait que, en l’espèce, tout le monde ou presque a un œil sur Byzance.

4La tradition, sacrée ou profane, donne le ton : depuis le Coran, on le dira, le Rūm apparaît comme l’ennemi irréconciliable de l’Islam et, du coup, pour l’Islam, comme l’ennemi privilégié, le test premier de sa propre aptitude à résister et à vaincre. Que ce soit bien l’enjeu, l’histoire est là qui le démontre : sur fond de relations d’ambassades et de commerce jamais totalement interrompues, se poursuit la guerre endémique, avec ses lieux d’élection, ses vicissitudes, sa régularité aussi : campagnes d’été ou d’hiver, elle a, comme le temps, ses saisons.

  • 3 Cf. aussi les « auteurs divers » traduits par M. Canard, dans Byzance et les Arabes, op. cit., p. 2 (...)

5Ainsi le combat avec Byzance relève-t-il de l’ordre naturel des choses. A preuve ce qui se passe dans les textes : nés chez les historiens ou chez les géographes-administrateurs comme Ibn Hurdāḏbeh, les thèmes des campagnes, des places fortes, des frontières ou de l’organisation de l’Empire byzantin passent ensuite aux encyclopédistes : et pas seulement à ceux qui, avec Qudāma, visent la formation générale, une fois encore, de l’administrateur intéressé au premier chef par ces renseignements, mais aussi à tous ceux qui, tels Mas’ūdī ou Maqdisī, n’ont en tête que l’honnête homme3.

  • 4 Cf. Canard, op. cit., p. 299 sq.

6Encyclopédies, mais aussi littérature pure : à la poésie arabe, Byzance fournit des images, des comparaisons, arrache des cris de victoire ou d’inquiétude. Plus près des frontières, autour des princes ḥamdānides d’Alep, Mutanabbī et ses émules chantent la lutte de l’Islam, tandis que l’un de ces mêmes princes, prisonnier à Constantinople, porte en lui, côte-à-côte avec le souvenir des batailles gagnées, les douleurs de l’exil4.

7Qu’elles soient ainsi de l’ordre du calcul, de la tradition ou du vécu, les données relatives à Byzance mettent en jeu, on le voit, d’immenses secteurs de la littérature arabe. Alors, pourquoi la géographie, et la géographie seule ? Outre les raisons générales de méthodologie du présent ouvrage, qui font que l’étude de Byzance doit s’opérer à partir des sources exploitées jusqu’ici, la position de la géographie, au sein même de l’amas de textes évoqué, n’est pas si mauvaise. Par sa situation de confluence, au carrefour de disciplines diverses, elle n’ignore rien des optiques signalées : les visées utilitaires sur l’ennemi à combattre y sont présentes dès Ibn Hurdāḏbeh, mais aussi les traditions avec Ibn al-Faqīh — pour ne parler que de lui — et les relations d’aventures vécues : celles des ambassadeurs, des soldats, des prisonniers. La géographie nous offre ainsi comme un échantillonnage des différentes sources d’information sur Byzance et, partant, des regards que l’on porte sur elle.

  • 5 A propos de traitement littéraire de thèmes (point qui peut paraître moins net à première vue), je (...)
  • 6 A une réserve près : cf. p. 387 i.f. -388. On signalera, à propos de l’histoire, qu’on n’en exploit (...)

8Il y a plus encore : la démarche de la géographie n’est ni le récit de l’histoire, ni la citation de l’encyclopédie, ni l’exploitation littéraire d’un thème, même si elle y puise, même si, à l’occasion, elle prend leur forme5. A la vérité, elle les déborde, les rassemble, dans une vision et une méthode propres qui sont finalement celles de l’enquête. C’est ce mot, déjà employé plus haut, qui livre au mieux l’esprit dans lequel la géographie opère : il s’agit pour elle de savoir et de décrire. Cette double exigence peut certes s’affirmer plus nettement à propos de Byzance que de toute autre contrée étrangère : la minutie de maints détails, tout comme le volume des textes, prouve que la géographie arabe est à plein engagée, avec l’Islam dont elle est fille, dans l’aventure byzantine. Traitement de faveur, donc, si l’on veut, mais selon des points de vue et des démarches inchangés6.

Le monde des informateurs

9De Byzance, tout intéresse : non seulement ce qu’elle est, mais ce qu’elle fut, et aussi ce qu’elle est appelée à être : victorieuse de l’Islam ou sa proie, au contraire. Ainsi en ira-t-il de ce chapitre-ci : la description de l’Empire byzantin débouchera sur l’interrogation fondamentale que l’Islam adresse à son ennemi de toujours : d’où viens-tu, qui t’a mis sur mon chemin, et lequel de nous deux fut créé pour la ruine de l’autre ?

  • 7 Cas de la bataille de Mu’ta, dès l’époque du Prophète, en 8/629 (cf. F. Buhl, dans EI, t. III, p. 8 (...)
  • 8 Cf. FAQ, 139, 145, 146, 149. Sur Ka’b, mort en 32 ou 34/652-654, cf. M. Schmitz, dans EI, t. II, p. (...)

10A cette dernière question, à cette visée eschatologique, la tradition religieuse de l’Islam donne sa formulation la plus solennelle. Mais si Byzance est ainsi désignée, le hasard n’y est pas pour grand chose : c’est elle, elle d’abord, que le jeune Islam trouve en face de lui dès qu’il entreprend de sortir d’Arabie7, elle qui, des siècles durant, contient sa poussée, et où donc ? A deux pas, on l’a dit, de la Mésopotamie : ce monde musulman qui étire ses membres aussi loin que l’Inde ou l’Espagne, voilà qu’une menace rôde à portée de son cœur. Alors, il veut comprendre, se retourne vers une autre tradition : celle qui, à la voix des prédictions, ajoute les données de l’histoire. Les clés du passé et du devenir byzantins, Ibn al-Faqīh les demande à ce abar dont il cite, sans plus, le nom générique, comme une autorité en soi, ou alors quelques représentants : Ka’b al-Aḥbār, Ḥuḏayfa b. Manṣūr al-Kūfī, Sayf b. ‘Umar et Hišām al-Kalbī8.

  • 9 Géographie I, p. 29-31, et Rosenthal, op. cit., p. 95 sq.

11Mais Kalbī, c’est déjà plus que la tradition : presque l’histoire proprement dite, qui se dégage peu à peu du abar, même si celui-ci, pour longtemps encore, la marque de son esprit et de ses méthodes9. Encore doit-on distinguer, dans cette histoire, deux niveaux : aux données du passé, celui, notamment, des grandes campagnes musulmanes contre Constantinople, s’ajoutent, avec le ive/xe siècle, les enquêtes de l’histoire présente, de celle qui, hic et nunc, est en train de se jouer.

  • 10 MAS (p), § 305, 739, AW, 197.
  • 11 AW, 197, et Canard, op. cit., p. 413, n. 2.
  • 12 Tel paraît être, notamment, le cas de MUQ, 147-148.
  • 13 ḤAW, 195.
  • 14 Sur Muslim, cf. MAS (t), 257-258, et Géographie I, p. XVIII. Sur Hārūn, cf. supra, p. 368-369, et G (...)

12On interroge ainsi les gouverneurs des régions-frontières (uġūr) ou des bordures maritimes soumises aux raids byzantins10, ainsi que la piétaille des corps francs agissant, dans ces régions contestées de l’Asie Mineure orientale, pour leur propre compte ou dans le cadre des armées régulières11. Piétaille encore que celle des prisonniers musulmans, qui séjournent, des mois, des années durant, à Constantinople ou dans d’autres villes de l’Empire, et dont les rachats font partie de l’histoire régulière de cette lutte jamais essoufflée. Ils fournissent une foule de renseignements sans obtenir en échange de voir citer le nom des leurs, ni même signaler, de façon générale, que c’est d’eux, les prisonniers, qu’on tient telle ou telle information12. A une exception près13, ceux-là seuls sont cités qui ont mis à profit leur séjour forcé pour écrire sur l’Empire byzantin et ses voisins : Muslim al-Ğarmī et Hārūn b. Yaḥyä14.

  • 15 Sauf la réserve des espions (voir toutefois, pour le cumul des fonctions d’ambassade et d’espionnag (...)
  • 16 Cf. FAQ, 137 (et note e), MAS (p), § 769 (avec indication d’espionnage), MUQ, 153, NAD, 243 (cf. Ca (...)
  • 17 MAS (p), § 739 (t), 255 sq.
  • 18 MAS (p), § 838 (espion byzantin), ḤAW, 197 i. f. (sur les visées pro-fāṭimides de l’auteur en la ma (...)
  • 19 HUR, 106 ,MAS (p), § 730, MUQ, 153. Sur Muḥammad b. Mūsä, cf. infra, p. 461, n. 2.

13Il en est qui ont plus de chance encore, parce que plus notables, et voient presque toujours15 indiquer leurs nom et qualité : ce sont les ambassadeurs. Sous ce terme, à la vérité, il faut entendre, de façon très large, tous ceux que le monde musulman charge d’une mission officielle en territoire byzantin : ambassadeurs au sens courant du terme, sans doute16, mais aussi plénipotentiaires organisant les trêves et les rachats de captifs17, espions18, explorateurs de lieux sacrés, notamment de la célèbre caverne des Sept Dormants, où fut dépêché, dit-on, l’astronome Muhammad b. Mūsä al-Huwārizmī19.

  • 20 On pense surtout à eux compte tenu de la longueur de leur séjour en pays byzantin. Mais on peut ima (...)
  • 21 On reviendra plus loin sur la question des thèmes. Relevons ici seulement, pour l’instant, les deux (...)
  • 22 Cf. Canard, op. cit., p. 436-437, citant Ibn Ḥawqal (fin du ive/xe siècle), qui se réfère lui-même (...)

14Une question, toutefois, se pose : dans le sens qui nous intéresse ici, c’est-à-dire de Byzance vers l’Islam, cette information relève-t-elle seulement du vécu, ou du livresque aussi ? Dans quelle mesure les prisonniers, pour ne parler que d’eux20, apprenaient-ils le grec, et savaient-ils, à l’occasion, le lire ? Plus généralement, à la faveur de ces échanges de guerre ou de trêve, est-il possible que certaines données de la littérature byzantine aient passé dans le savoir arabo-musulman ? Le catalogue des circonscriptions de l’Empire (thèmes) que nous livrent nos géographes, vient-il de renseignements recueillis de vive voix ou pris aux ouvrages théoriques de l’administration impériale21 ? Telles réflexions sur les grades supérieurs de l’administration byzantine, les taxes, les libéralités, ne peuvent-elles s’inspirer de la lecture des Tactica de Léon VI ou du De Cerimoniis de Constantin VII Porphyrogénète22 ?

  • 23 Cf. MAS (t), 257.
  • 24 Cf. ud, 419 sq. Ibn Hurdāḏbeh (et donc, à travers lui, Muslim) constituent des sources essentielle (...)
  • 25 Son séjour à Constantinople prend place dans les toutes premières décennies du ive/xe siècle ou les (...)
  • 26 Cf. infra, à propos du tableau des thèmes chez Ibn al-Faqīh, Qudāma et Mas’ūdī.
  • 27 Tarse, conquise par Nicéphore Phocas en 965, est signalée comme perdue par MUQ, 152 i. f., qui décl (...)

15Ces questions attendent, peut-être pour toujours, une réponse. Constatons à tout le moins que les données de nos auteurs, quelle que soit leur origine, touchent à plus d’un siècle d’histoire byzantine : libéré en 231/84523, Muslim al-Ğarmī a donc connu, comme prisonnier à Constantinople, la fin de la dynastie amorienne, avec Théophile et Michel III (829-867) ; c’est cette époque de Byzance que reflètent, à travers Muslim, Ibn Hurdāḏbeh, Ibn al-Faqīh, Qudāma, Mas’ūdī et même les udūd al-’ālam, à la fin du ive/xe siècle24. La dynastie macédonienne, de Basile Ier à Romain II (867-963), donne le cadre chronologique des renseignements pris par Ibn Rusteh à Hārūn b. Yaḥyä25 (mais la même époque, il est vrai, semble étrangement absente de passages ou on l’attendrait)26. Enfin, la brèche ouverte dans la dynastie macédonienne par les règnes de Nicéphore Phocas et Jean Tzimiscès (963-976) est l’époque de Muqaddasī et surtout d’Ibn Ḥawqal, chez lequel le tableau de la Syrie du Nord renvoie, de toute évidence, aux conquêtes des deux empereurs27.

  • 28 Du côté byzantin et, plus généralement, du côté des chrétiens d’Orient, voir les textes réunis par (...)

16Pour conclure sur ces préliminaires, une remarque, toujours la même à vrai dire. Ici pas plus qu’ailleurs, nous ne nous proposons, en nous substituant aux historiens, de faire la critique de ces textes. Sauf exception, nous les livrons tels quels, comme des témoins d’une mentalité28, étant bien entendu que, par endroits, l’histoire, comme on aura l’occasion de le voir, a sa place à faire dans l’image même que l’on se donne de Byzance.

Byzance voisine et lointaine

  • 29 AW, 196 i. f.-197.
  • 30 AW, 200, trad., 195.

17Premier étonnement : malgré la foule des informateurs, ce pays est mal connu, ou plutôt connu sous un certain angle. Expliquons-nous : Ibn Ḥawqal, qui pourtant amasse des renseignements sérieux, qui se rend lui-même en territoire byzantin, au moins sur ses marges29, avoue, à propos des fleuves : « Leur cours n’est pas exactement celui que j’ai tracé et figuré sur la carte ; je me suis simplement fié à leur source et à leur embouchure pour les insérer »30.

18La phrase donne le ton d’une « mal-connaissance » d’ensemble du pays byzantin, d’une discrétion générale de la notation lorsqu’il s’agit d’évoquer sa réalité concrète. Le trait s’accuse d’autant plus si on le confronte au luxe de détails avec lequel on nous présente l’organisation même de ce pays, de ses circonscriptions ou thèmes. Qu’est-ce à dire, sinon que le pays s’efface devant l’État ?

  • 31 Supra, p. 383.

19Est-ce parce qu’un certain modèle byzantin d’ordre, d’administration, d’efficacité, fascine ? Ou si le rêve de conquête implique, d’abord, la connaissance des rouages de l’adversaire ? Les deux raisons sont valables sans doute : la seconde en tout cas inciterait à nuancer, sur ce point particulier, ce que nous disions plus haut31 quant à l’enquête de type géographique : sans s’écarter notablement de ses démarches ordinaires, elle trahirait pourtant, ici plus qu’en tout autre secteur de l’immense frontière du monde musulman, les intentions d’une société et d’une époque.

  • 32 HUR, 155, HAM, 6, 32 et passim, RST, 97-98, FAQ, 6, 82, 136, 145, ISḤ, 416-417, MAS (t), 120 (avec (...)
  • 33 RST, 79, situe « au pays du Rūm », en une ville appelée al-Mustaṭīla, ces traits qu’il emprunte à H(...)

20Second sujet de perplexité : cet Empire voisin, trop voisin, est en même temps lointain en sa démesure. De l’autre côté du détroit, il quitte les limites du quatrième climat pour toucher jusqu’au septième, jusqu’aux pays de Thulé et aux terres inhabitées, couvrant ainsi une bonne partie de l’Europe (Arūfä) de l’antiquité et relevant à plein des régions du grand Nord32. Il y neige, il y pleut sans arrêt, au moins en certains cantons : sous l’eau incessante, on ne peut dépiquer ni vanner ; aux gerbes engrangées telles quelles, on prend ensuite, selon les besoins, les épis que l’on frotte à mains nues pour en extraire le grain33.

  • 34 HUR, 104, 122 i. f.-123, 174, FAQ, 136 (variante ibid., 145), 197, ud, 157-158, et supra, p. 345, (...)
  • 35 HUR, 104, 112, QUD, 230-231, RST, 85, 98, MAS (p), § 276, 911, (t), 89, IṢṬ, 51, ḤAW, 179, 203-204, (...)
  • 36 HUR, 104, qui compte, avec la Sicile, Rome dans les territoires byzantins. Il est à supposer que la (...)
  • 37 MAS (p), loc. cit. ; sur ces « Francs », cf. référ. supra, p. 355.
  • 38 MAS (p), IṢṬ et ḤAW.
  • 39 Iṣṭaẖrī écrit vers 318-321/930-933, Mas’ūdī (Prairies) en 332/943, et Ibn Ḥawqal (première version (...)
  • 40 Ibn Ḥawqal développe ici Iṣṭaẖrī, qui parle de minorités (nuba) chrétiennes.

21Même gigantisme en longitude : depuis les pays turcs, l’Arménie ou la Géorgie, jusqu’à l’Espagne, l’Empire du Rūm en arrive parfois, on l’a dit, à recouvrir l’Europe occidentale ou même, en partie au moins, slave34. On n’aurait garde, ici, d’oublier les îles35 : si la Sicile est encore donnée, au mépris de l’histoire, comme byzantine par Ibn Hurdāḏbeh36, c’est sur les trois autres, Rhodes, la Crète et Chypre, que l’on fait, au ive/xe siècle, s’appesantir le pouvoir de Constantinople. La première, jadis occupée par les « Francs »37, abrite un chantier naval ennemi. La seconde, ravie à ces mêmes « Francs » par l’Islam, fut ensuite perdue au profit de Byzance38 : de Mas’ūdī à Ibn Ḥawqal se lisent la domination musulmane sur l’île, inaugurée en 210/825, puis les expéditions byzantines, prélude à la reconquête par Nicéphore Phocas à partir de 349/96039. La déploration entonnée par Ibn Ḥawqal sur le sort de la Crète est d’autant plus vive que l’Islam y avait une position dominante, écrasante même40, bien propre, en tout cas, à lui garantir tous les succès possibles pour peu qu’il fūt resté fidèle à son idéal de concorde communautaire.

  • 41 Sur l’île, le condominium arabo-byzantin et la reconquête byzantine, cf. Ostrogorsky, op. cil., p. (...)

22La situation, au départ, était différente pour Chypre, partagée en deux zones, byzantine et musulmane, les Chrétiens relevant de l’une et de l’autre. Mais, turbulente aux yeux de Byzance, qui ne pouvait supporter ce tremplin ennemi à deux pas de ses côtes, riche aussi, de céréales, soie, lin et résine notamment, l’île a trop attiré les regards de Constantinople, que favorisèrent, une fois encore, les dissensions de l’Islam : la longue série des entreprises byzantines s’achève, ici aussi, sur le nom de Nicéphore Phocas41.

Byzance d’Asie

  • 42 Cf. infra, p. 404, n. 8. P. Lemerle écrit (op. cit., p. 107) : l’Asie Mineure « est l’Empire. » San (...)

23Domaine immense, donc, à la fois sur terre et sur mer. Et pourtant... Toute cette Europe, toute cette Méditerranée byzantines ne pèsent guère devant le reste, je veux dire cette Anatolie où attend l’Islam. Sans doute n’y a-t-il rien d’étonnant à ce que les Musulmans voient Byzance de leur côté à eux, avec l’Asie Mineure au premier plan, et Constantinople au loin, au bout, comme le rêve final. Mais cette perspective, bien naturelle, recoupe la réalité historique de Byzance elle-même : pressée, en Europe, par l’expansion slave, elle voit basculer son destin, de plus en plus, vers l’Anatolie que d’autres lui contestent, mais à laquelle elle est bien forcée de s’adosser, plus encore : de s’identifier42.

24Ainsi l’Empire est-il alors puissance asiatique beaucoup plus qu’européenne, et ce, il faut y insister, dans la réalité des faits comme dans l’optique du monde musulman. Mais tenons-nous en à celle-ci, en tant qu’objet du présent livre : c’est un fait que, chez nos auteurs, itinéraires, villes, organisation administrative, tout tire Byzance du côté de l’Asie, que l’on considère le volume des données ou le détail de la description. A une exception près, celle de la capitale elle-même, l’Europe ne donne lieu qu’à mise en place générale — et très vague — sur la carte, à complément ou digression : toutes choses qui, on le verra, apparaîtront assez d’elles-mêmes sans qu’on ait besoin chaque fois d’y insister. Pour l’instant, deux remarques ou, si l’on préfère, deux auteurs suffiront.

  • 43 Cf. par exemple ud, 156-157. On reviendra sur cette évocation générale infra, p. 473.
  • 44 ḤAW, 200.
  • 45 Maāmīr, pl. de mamūra : d’ordinaire silo, et plus généralement : toute construction enterrée (cf. (...)

25La description du paysage ne s’exprime que par des notations très générales où reviennent les thèmes de la prospérité, agricole ou artisanale, des villes, des forteresses43. Un seul géographe entre vraiment plus avant dans les détails : Ibn Ḥawqal44. « L’essentiel de l’Empire, écrit-il, consiste en montagnes, citadelles, forteresses, constructions enterrées45, villages montagnards creusés [dans le roc] et enfouis sous terre. Le golfe qui va de Constantinople à Trébizonde longe la plus grande partie du territoire, où ne se trouvent ici d’autres villes connues que celles que j’ai décrites et fixées [sur la carte]. Les rivières, nombreuses et puissantes, loin de couler d’un trait, en droite ligne, se faufilent entre les montagnes sans direction précise ni cours orienté. » L’Anatolie apparaît-elle assez, dans ses délimitations, au moins septentrionales, son hydrographie et l’habitat typique de sa Cappadoce ?

  • 46 ud, 54-55 et 183-185.
  • 47 ud, 67-69 et 203-205, avec, peut-être, indication (68 et 204) des montagnes de la région d’Ephèse.
  • 48 ud, 78-79 et 220-221. Même attitude chez les autres géographes traitant des cours d’eau : Ibn Hurd (...)

26Voici maintenant l’auteur anonyme des udūd al-’ālam. Sous des graphies parfois incertaines, les noms de lacs qu’il donne comme expressément situés dans le Rūm renvoient au Tuz-gölū et à son voisin, le Murad-gölū (nord-est de Konya), au lac de Nicée et à celui d’Akchehir46. Quant aux montagnes du Rūm, réserve faite des Balkans (Bulġarī), toutes les indications désignent les barrières montagneuses de l’Anatolie orientale47. Parmi les cours d’eau, enfin, la Maritsa, confondue avec l’aqueduc approvisionnant Constantinople, le cède de fort loin à l’Halys (Kizil-irmak), au Sangarios (Sakarya) et à leurs affluents48. En tout cela, on le voit, l’Asie Mineure, résolument, domine.

Le pays organisé : les thèmes

  • 49 Les principales sont indiquées supra, p. 386, n. 1.
  • 50 Aux auteurs qui suivent Muslim, il faudrait ajouter, hors de la période qui nous occupe, Idrīsī : c (...)

27Depuis Héraclius, le thème est, on le sait, la base même de l’organisation du territoire byzantin (fig. 30). Redoutable problème que l’histoire de cette institution : le nombre des circonscriptions, leurs limites n’ont cessé de varier, et les sources, byzantines49 ou arabes, n’éclaircissent pas toujours les choses. Pour nos auteurs en tout cas, les noms et la description des thèmes sont parfois l’occasion de graphies incertaines, de localisations approximatives, sans parler des entorses faites à l’histoire par le procédé de l’emprunt : de la seconde moitié du iiie/ixe siècle à la fin du suivant, ce sont les données d’un même informateur, Muslim al-Ğarmī, qui inspirent Ibn Hurdāḏbeh, Ibn al-Faqīh, Qudāma et les udūd al-’ālam, Mas’ūdī seul semblant, sur certains points, avoir pris quelques libertés avec cette tradition50.

  • 51 HUR, 105-108.
  • 52 Cf. Brooks, op. cit., p. 71 i. f.-72, ud, 421, Janin, op. cit., p. 261, et Canard, dans Vasiliev, (...)
  • 53 Bar al-Hazar : cf. supra, p. 388, n. 3.

28Entrons dans ce dédale, et suivons le plus ancien de nos géographes, Ibn Hurdāḏbeh51, lui-même dans les pas de Muslim, expressément cité comme son guide. De l’autre côté des Détroits, il y aurait trois thèmes : celui de Constantinople, appelé aussi Ṭāflā, ce qui renvoie peut-être à taphros, c’est-à-dire au fossé bordant le Long Mur, et désignerait donc la campagne constantinopolitaine52 ; ensuite, la Thrace, forte de dix citadelles et comprise entre le Mur, la mer Noire53, les Bulgares et le thème voisin de Macédoine qui, avec trois forteresses, touche par le sud à la Méditerranée, par l’ouest aux Slaves et par le nord aux Bulgares.

  • 54 On rejoint presque ainsi, mais par le canal d’une fausse étymologie (auti mati : cf. Du Gange, Glos (...)
  • 55 Sur le sens d’obsequium, cf. MAS (t), 241, n. 1.
  • 56 Le nom du thème rappelle « les régiments d’Europe jadis stationnés dans cette région » (Ostrogorsky (...)
  • 57 Il était en effet « démesuré » (Ostrogorsky, op. cit., p. 186) avant son dédoublement sous Léon III (...)
  • 58 Burūg ; on reviendra un peu plus loin sur cette évocation d’Amorium.
  • 59 Cf. E. Honigmann, « Charsianon kastron », dans Byzantion, X (1935), p. 129-160, et Vasiliev, op. ci (...)
  • 60 D’après « les anciens Bucellaires (sur ce mot, cf. MAS (t), 242, n. 3) cantonnés dans cette région  (...)
  • 61 Semalouos kastron : cf. ud, 220, Vasiliev, op. cit., t. I, p. 234 (avec références et classement d (...)
  • 62Āmil ad-durūb : allusion au statut initial de kleisourai de ce thème et de quelques autres : cf. i (...)
  • 63 Cf. Besnier, op. cit., p. 687.
  • 64 Cf. Brooks, op. cit., p. 75, n. 8, Vasiliev, op. cit., t. I, p. 101, n. 3.
  • 65 « La fortifiée » ; les Byzantins la nomment Kasin : cf. Vasiliev, op. cit., t. I, p. 112, n. 1, t. (...)
  • 66 Anigū : cf. Vasiliev, op. cit., t. I, p. 111, n. 3.
  • 67 Graphie incertaine ; cf. ibid., p. 112, n. 2.
  • 68 Le nom de Ḏū l-Kilā’ est donné comme équivalent (après un relâchement de l’articulation : inadara, (...)
  • 69 Maāmīr : cf. supra, p. 390, n. 3. Ces Maāmīr constituent, à l’intérieur du thème, une véritable r (...)
  • 70 Cf. Vasiliev, op. cit., t. I, p. 101, n. 2, t. III, p. 47.
  • 71 Valisa ou Balbissa : cf. Vasiliev, op. cit., t. III, index, s. v.
  • 72 Souvenir conservé dans la toponymie moderne : Melendiz-dag et Melendizova : cf. ibid., p. 46.
  • 73 Ne pas la confondre avec Konya (Iconium) : la ville dont il est question ici est sans doute Gönye, (...)
  • 74 Malakopea (aujourd’hui Melegob : cf. Vasiliev, op. cit., t. III, p. 47), où se lisent en effet mala (...)
  • 75 Lecture préférée à Badāla ; Tawāla serait Andabalis (Andaval) : cf. ibid.
  • 76 Lecture très incertaine : ce serait l’Orbadôn kômè (aujourd’hui Eski Aravan) : cf. ibid., p. 46.
  • 77 Aujourd’hui vallée de Selme : cf. ibid., p. 47, n. 8.

29En Asie Mineure, sont cités, dans l’ordre, les onze thèmes suivants : Paphlagonie, avec cinq forteresses ; Optimates (al-Ufṭī-Māṭī), dont le nom signifierait « l’oreille et l’œil », de l’Empereur évidemment54 ; ce thème abrite trois forteresses et la ville de Nicomédie, ruinée ; Opsikion55, avec dix forteresses relevant de Nicée, elle-même proche de la mer, sur un lac d’eau douce dont les trois îles escarpées offrent, en cas de danger, un refuge aux femmes et enfants de la ville ; Thracésiens56, avec cinq forteresses dont Éphèse, la ville des Sept Dormants ; Anatoliques (Nāṭulūs, ce qui veut dire Orient, précise Ibn Hurdāḏbeh), le plus grand de tous les thèmes57, et donc le plus riche en défenses : quantité de villes fortes (plus de trente), dont Amorium et ses quarante-quatre tours58 ; Charsianon, gardant les approches de Mélitène, avec Haršana59 et quatre forteresses ; Bucellaires60, le thème d’Ancyre, de Ṣamālu61 et de treize autres forteresses ; Arméniaques, avec seize forteresses et Colonée ; Chaldie, près de l’Arménie : six forteresses ; Séleucie, c’est-à-dire les régions méditerranéennes tirant vers Tarse et soumises à un « préfet des défilés »62, avec la ville de Séleucie63 et dix forteresses ; Cappadoce enfin, que limitent les monts de Tarse, Adana et Mopsueste : ici, les forteresses s’appellent Koron (Qurra)64, Ḥaṣīn65, Nigdé66, al-Ağrab67 et Ḏū l-Kilā’ ou Ğusasṭrūn, ce dernier nom laissant entendre que la ville « veut se hausser au niveau des étoiles »68 ; mais la Cappadoce compte encore quatorze autres forteresses et ses villes souterraines69 : Māğida70, Balīsa71, Malandasa72, Qūniya73, Malaqūbiya (dont le nom renvoie aux carrières de pierre meulière situées dans les montagnes voisines)74, Tawāla75, Bārbawā76 et Sālmūn77.

Fig. 30. – Les thèmes byzantins, d’Ibn Hurdāḏbeh à Mas’ūdī

  • 78 Cf. supra, p. 386.
  • 79 Cf. Brooks, op. cit., p. 70-71. Sur la prise d’Amorium, cf. Vasiliev, op. cit., t. I, p. 144-174.

30Les deux versions de l’œuvre d’Ibn Hurdāḏbeh se situant vers 232/846 et 272/885, la première est d’un an postérieure à la libération de Muslim al-Ğarmī par les Byzantins78 : intervalle trop bref pour qu’on ne renvoie pas à la seconde édition l’exploitation des données de Muslim. C’est dire qu’à la fin du iiie/ixe siècle, Ibn Hurdāḏbeh livre, sur Byzance, des renseignements déjà vieux d’un demi-siècle au moins : à preuve le tableau d’Amorium, évoqué plus haut, alors que la ville fut prise et détruite par les armées musulmanes en 223/838. La prudence est de mise, donc, et doublement : car Ibn Hurdāḏbeh brouille parfois la piste en se référant, de ci de là, aux données de son temps79.

  • 80 Et aussi celui de Crète (au moins jusqu’à la conquête de l’île par les Musulmans) et celui de Chers (...)
  • 81 Cf. Ostrogorsky, op. cit., p. 126, 163, 223-224 et passim.

31Si l’on admet que le tableau des thèmes fourni par Muslim est antérieur à 231/845, on est renvoyé à une première époque de création et d’organisation des thèmes qui va des débuts du viie siècle, avec Héraclius, jusqu’à la fin du règne de Théophile, en 842. Première constatation, qui ne nous surprendra pas : les thèmes européens ne sont pas tous connus ; sans parler des îles, il manque à la liste de Muslim les thèmes d’Hellade, du Péloponnèse, de Thessalonique, de Dyrrachium et de Sicile80. Au reste le poids de ces thèmes-ci, compromis par l’expansion slave ou arabe (pour la Sicile), ne doit-il pas faire illusion81 : il ne met pas en cause, de toute façon, la prédominance anatolienne, comme on le verra un peu plus loin.

  • 82 Cf. Brooks, op. cit., p. 71 i. f.-72.
  • 83 Sur les thèmes maritimes, cf. H. Ahrweiler, Byzance et la mer, op. cit., passim (ouvrage essentiel (...)

32Si la liste de Muslim pèche par défaut, inversement, le thème de Ṭāflā n’est pas mentionné dans les sources grecques. Sans doute faut-il comprendre que l’administration militaire du pays suburbain ne relevait pas de la Thrace, mais, en la personne du Domestique des Scholes, de la capitale elle-même82. Sur les mers, enfin, ignorance totale83.

  • 84 Ainsi le thème des Anatoliques, sur lequel est pris celui des Thracésiens, l’Opsikion, sur lequel c (...)
  • 85 Elles gardent les défilés de Cilicie et de Cappadooe : cf. Ostrogorsky, op. cit., p. 237, Vasiliev, (...)
  • 86 « Le premier thème maritime de l’Empire, celui des Cibyrrhéotes, englobant les côtes méridionales d (...)

33Reste l’Asie, c’est-à-dire l’essentiel : onze thèmes. Le tableau fourni par Muslim n’est rien moins que diachronique : des dédoublements qui marquèrent si souvent l’évolution de ces cellules administratives84, nulle trace. La seule apparition, fort discrète, d’une histoire serait l’allusion au statut initial de Séleucie : cette région, la Cappadoce et Charsianon furent d’abord kleisourai (pays de défilés, de passes) avant d’être thèmes85. Pour le reste, la liste de Muslim donne, statiquement, une situation qui paraît être celle du règne de l’Empereur Théophile (829-842). A une réserve près cependant : les Kibyrrhéotes manquent ; mais il est vrai que c’est un thème à part, essentiellement maritime, et que nos auteurs traitent comme tel : par l’indifférence86.

Les thèmes après Ibn Hurdāḏbeh

  • 87 ud, 156, avec évocation globale du pays byzantin et mention de la Macédoine comme du pays natal d’ (...)
  • 88 QUD, 256 i. f.-259.
  • 89 A noter la variante Ṭāyalā pour Ṭāflā : la description des autres thèmes européens suit, très fidèl (...)

34Sur le canevas de Muslim, les successeurs d’Ibn Hurdāḏbeh rognent ou renchérissent. Les udūd al-ālam le réduisent pratiquement à une liste de noms87. Plus intéressant est Qudāma88, qui donne le titre du gouverneur (wālī) de la Thrace : stratège (iṣṭaraīqūs), et les effectifs de ses troupes : 5 000 hommes89.

  • 90 La mention du « préfet des défilés » ne figure pas ici, mais le mot de darb est présent (pl. durūb  (...)
  • 91 Le total donne en effet 70 000 hommes si l’on exclut la Thrace, 71 000 si on la compte, mais en exc (...)

35Pour les thèmes anatoliens, dont il précise, chemin faisant, les positions respectives, quitte à être plus discret sur les villes, Qudāma note 10 000 hommes en Paphlagonie et 4 000 chez les Optimates. Reprenant la traduction arabe de ce dernier mot par Ibn Hurdāḏbeh, il en donne l’explication : ce thème est « le nombril du Rūm » ; les expéditions militaires, musulmanes ou autres, n’arrivent pas jusqu’ici, ce qui fait que les Optimates ne sont pas gens de guerre. Viennent ensuite, dans l’ordre : Opsikion (6 000 hommes) ; Thracésiens (6 000) ; Anatoliques (15 000), à propos desquels on rectifie Ibn Hurdāḏbeh en rappelant qu’Amorium fut conquise par le calife al-Mu’taṣim ; Séleucie (5 000 hommes)90 ; Cappadoce (4 000) ; Charsianon (4 000) ; Bucellaires (8 000) ; Arméniaques (4 000) ; Chaldie (4 000). Au total, conclut Qudāma, très sensible à ces questions de logistique, ce sont 70 000 hommes qui « nous font face »91, cavaliers ou fantassins dûment enrôlés, sans compter l’appoint de renforts éventuels.

  • 92 Il écrit vers 290/903. Son texte relatif aux thèmes ne figure pas dans la BGA, mais chez Yāqut, Mu’ (...)
  • 93 Sans parler des udūd al-ālam, qui la réduisent, on l’a vu, à l’essentiel.
  • 94 Ou, directement, celui de Muslim.
  • 95 Il est un autre auteur qui s’inspire de Hārūn, directement ou à travers Ğayhānī : Ibn Rusteh. Mais, (...)

36Par rapport à Ibn Hurdāḏbeh, mieux informé sur les villes et les places fortes, et à Qudāma, plus prolixe sur les effectifs et la situation topographique des thèmes, la version, chronologiquement intermédiaire, d’Ibn al-Faqīh92 constitue une espèce de somme. Ceci nous amène au problème, toujours difficile, de la transmission des œuvres et de l’origine de leurs informations. La tradition de Muslim al-Ğarmī, telle que nous la connaissons à travers Ibn Hurdāḏbeh, se poursuit chez Qudāma et Ibn al-Faqīh93, mais, on l’a dit, avec quelques différences, en moins ou en plus. D’où viennent celles-ci ? Sauf le cas où ces deux derniers auteurs auraient lu l’ouvrage d’Ibn Hurdāḏbeh94en une version légèrement dissemblable de celle qui nous est parvenue, ne peut-on penser à un autre informateur, Hārūn b. Yahyä en l’occurrence, dont nous savons qu’il a été exploité par Ğayhānī, lui-même suivi à son tour par Ibn al-Faqīh et Qudāma95 ? Bien que posant de sérieux problèmes de chronologie, l’hypothèse n’est pas irrecevable ; elle aurait, en tout cas, le mérite d’éclairer les décalages qui existent entre Ibn Hurdāḏbeh et ses deux successeurs.

  • 96 Malheureusement trop souvent gâtées par des hésitations considérables dans la graphie des noms prop (...)

37Quoi qu’il en soit, l’intervention éventuelle d’un autre informateur que Muslim ne change rien à la nomenclature même des circonscriptions de l’Empire. Seuls, on l’a vu, quelques renseignements varient d’Ibn Hurdāḏbeh à Qudāma, ainsi que l’ordre de présentation des thèmes. Suivant, sur ce dernier point, Qudāma, Ibn al-Faqīh brasse ses données avec celles d’Ibn Hurdāḏbeh, en ajoutant diverses informations de son cru, souvent fort intéressantes96, et en procédant à quelques révisions pour ce qui touche aux effectifs. Faisons le point de ces nouveautés.

  • 97 Le mot de stratège, absent de la description des thèmes d’Ibn Hurdāḏbeh, exceptionnel dans celle de (...)
  • 98 On peut lire aussi Abidus (Abydos), à exclure puisque située de l’autre côté des Détroits. Plus vra (...)
  • 99 Ayalāy reste obscur; quant à la graphie Nīqūs (Nicopolis, Nicée, Nicomédie étant exclues), elle doi (...)
  • 100 Et, toujours, non touchés par la guerre.
  • 101 Sans doute graphie aberrante pour Nicée (Nīqīya) : FAQ, 99/74 (n. 4).
  • 102 Le texte arabe appelle la résidence du stratège Ḥiṣn al-Wāriṯūn, littéralement : la Forteresse des (...)
  • 103 « La prairie de la graisse » ; ou : Burğ at-Taẖm : la tour de la frontière : FAQ, 99/74 (n. 9).
  • 104 Sont citées comme villes, outre Marğ aš-Šaḥm, Amorium (dite en ruines) et Burġūṯ (cf. HUR, 107 i. f(...)
  • 105 Cf. supra, p. 392 et 395.
  • 106 Allusion au titre ek prosopou : cf. Brooks, op. cit., p. 75, n. 4.
  • 107 Le chef-lieu est Qurra et les villes Qūniya, Malaqūniya (pour Malaqūbiya) (sur ces trois villes, cf (...)
  • 108 Cf. supra, p. 392.
  • 109 Cf. Vasiliev, op. cit., t. III, p. 49-51, qui les situe au nord de l’Halys.
  • 110 La mention de la tombe d’Imru l-Qays est de la main de Yāqūt : cf. Brooks, op. cit., p. 76, n. 4.
  • 111 Amāsiya : c’est la patrie de Strabon : cf. Besnier, op. cit., p. 40.
  • 112 Ce nom est probablement tiré d’akritai, mais il reste obscur : cf. Vasiliev, op. cit., t. III, p. 5 (...)

38Le thème de Ṭāflā abrite les domaines et les pâtures des troupeaux appartenant à l’Empereur et aux patrices. Le stratège de Thrace réside à Arqada (Arcadiopolis), celui97 de Macédoine, qui commande 5 000 hommes, à Bāndus98 ; celui de Paphlagonie (5 000 hommes) à Ayalāy, un canton rural (rustāq) dont relève une bourgade du nom de Nīqūs99. Les Optimates sont voués au service de l’Empereur100. A Baṭana101siège le stratège de l’Opsikion ; à al-Wāriṯūn, celui des Thracésiens, nommé Qāniyūs, et chef de 10 000 hommes102 ; à Marğ as-Šaḥm103, celui des Anatoliques, assisté de trois turmarques (armūīn)104. Intéressante précision pour Séleucie : le nom du préfet (āib al-’aml) est ici kīlīruğ, où se lit, même de loin, kleisourarque, qui signifie « maître des défilés » (āib ad-durūb)105 ou « visage de l’Empereur »106, et marque un rang inférieur à celui de stratège. Kleisourarques encore en Cappadoce107 et Charsianon : pour cette dernière circonscription, on cite, outre le chef-lieu, Haršana, quatre autres forteresses (uūn) qui pourraient bien être celles que mentionne, sans les nommer, Ibn Hurdāḏbeh108 : Ṣāriẖa, Ramḥasū(?), Bārūqṭa (Pedachtoé ?) et Mākṯīrī109. Retour aux stratèges avec les Bucellaires, qui comptent aussi deux turmarques110, les Arméniaques (9 000 hommes, trois turmarques ; chef-lieu : Amasée)111et la Chaldie (10 000 hommes, deux turmarques ; chef-lieu : Aqrīṭa)112.

  • 113 FAQ, 99 i. f./76 i. f.
  • 114 Cf. Ostrogorsky, op. cit., p. 277.
  • 115 Cf. ibid. A propos des Thracésiens, je remarque en effet (ce qui semble confirmer l’hypothèse final (...)
  • 116 Brooks (op. cit., p. 77, n. 2) pense au kommerkiarios.

39Conclusion, selon les propres termes d’Ibn al-Faqīh113 : « Voilà donc tous les thèmes (a’māl) terrestres que nous connaissons dans le Rūm. Chacun d’eux est soumis, de par délégation de l’Empereur, à un gouverneur nommé stratège, réserve faite des Optimates, dont le responsable s’appelle domestique114, ainsi que de Séleucie et de Charsianon, gouvernés par des kleisourarques. » A quoi il faudrait ajouter qu’il existe aussi, comme on vient de le voir (et d’après Ibn al-Faqīh lui-même), un kleisourarque en Cappadoce, sans parler du comte (komes), qui n’est pas, comme notre auteur semble le croire, le commandant des Thracésiens, mais celui de l’Opsikion115. Enfin, le tableau de l’administration des thèmes se complète à cette dernière notation : « A chaque forteresse (ḥiṣn) du Rūm est affecté, en permanence, un homme nommé brqlīs, qui juge entre les habitants116. »

  • 117 Même pour les forteresses, signalées par Ibn Hurdāḏbeh et négligées par Qudāma, il donne, on l’a vu (...)
  • 118 Cf. Brooks, op. cit., p. 76, n. 6, Vasiliev, op. cit., t. III, p. 53.
  • 119 Selon Brooks (op. cit., p. 71), la liste de Muslim renvoie à l’époque 838-848.
  • 120 Ces changements vont être indiqués infra, à propos de Mas’ūdī.

40A notre tour de conclure : avant Qudāma, et beaucoup plus que lui, Ibn al-Faqīh enrichit les données de la tradition Muslim-Ibn Hurdāḏbeh de façon non négligeable117, peut-être par recours à des sources légèrement différentes : celles, par exemple, qui lui permettent de faire allusion aux luttes religieuses qui dressent, contre l’autorité impériale, les Pauliciens d’Asie Mineure118. Il reste toutefois qu’en ce qui concerne la liste même des circonscriptions de l’Empire, l’ensemble des textes examinés jusqu’ici renvoie à une situation qui est celle du milieu du iiie/ixe siècle119 : on chercherait en vain chez Ibn al-Faqīh, lequel compose vers 290/903, ou Qudāma (après 316/928), quelque trace des changements survenus entre l’époque à laquelle ils se réfèrent et celle où ils écrivent120. Le décalage qui semble ainsi de mise nous force à chercher ces traces plus avant encore dans l’histoire de nos textes : chez Mas’ūdī, peut-être.

Les thèmes chez Mas’ūdī

  • 121 Cf. supra, p. 396. Pour la fin du ive/xe siècle, Ibn Ḥawqal, par ailleurs assez bien informé sur le (...)
  • 122 Cf. Vasiliev, op. cit., t. III, p. 64-80.

41C’est dans le Tanbīh (345/956) que Mas’ūdī donne sa liste des thèmes : la dernière, en vérité, que fournissent nos auteurs, si l’on refuse, à bon droit, de tenir pour telle la simple énumération des udūd al-’ālam121. En ce milieu du ive/xe siècle, diverses transformations sont intervenues dans la structure des territoires byzantins d’Anatolie : les trois kleisoures de Cappadoce, de Charsianon et de Séleucie, notamment, ont été élevées au rang de thèmes. Pour le reste, si l’on néglige à la fois les créations d’autres kleisoures, embryons de thèmes nouveaux, et le caractère volontiers mouvant des limites entre les circonscriptions, l’essentiel peut se résumer ainsi : les Arméniaques ont été amputés pour former les deux thèmes de Sébaste et de Colonée ; mais la poussée byzantine en Asie Mineure a suscité aussi l’éclosion d’autres thèmes : ceux de Mésopotamie, sous Léon VI (886-912), de Lykandos (vers 914), de Leontokomis, celui-ci très mytérieux (entre 913 et 935), enfin, dans les années 936-952, de Kharpezikion, d’Asmousaton, de Khoza-non et de Theodosiopolis122.

  • 123 MAS (t), 109, 257.
  • 124 MAS (t), 239 sq. ; autre traduction par M. Canard, dans Vasiliev, op. cit., p. 399 sq.
  • 125 Cf. du Cange, op. cit., cité dans MAS (t), 239, n. 1, et L. Bréhier, Les institutions de l’Empire b (...)
  • 126 Cf. Ostrogorsky, op. cit., p. 125.

42Mas’ūdī, sans nul doute, connaît la tradition de Muslim et Ibn Hurdāḏbeh : il les cite tous deux dans son œuvre123. Mais sa liste124, quoique reprenant des noms connus, offre d’incontestables originalités. Et d’abord, une terminologie : les circonscriptions de l’Empire byzantin sont désignées sous le terme de band, lequel renvoie évidemment à bandon : l’étendard, les soldats qu’il réunit, enfin les troupes cantonnées dans un camp, une ville, une région125 ; et Mas’ūdī de comparer le band byzantin au ğund syrien, en signalant au passage que le premier l’emporte en étendue. Sans doute peut-on rectifier ces données en relevant que le band n’est pas le thème, lequel rassemble, en tant que corps d’armée126, tous les banda de sa circonscription. Mais à tout le moins peut-on estimer que, sous cette désignation métonymique du thème, Mas’ūdī pressent bien son caractère essentiellement militaire, que symbolise son commandant : le stratège.

  • 127 Héraclée du Taurus (aujourd’hui Eregli), attenante à Kybistra, plus couramment comptée dans la Capp (...)
  • 128 Cf. Canard, dans Vasiliev, op. cit., p. 400, n. 2. La lecture du mot est très incertaine (cf. MAS ( (...)
  • 129 Mas’ūdī dit : à gauche.

43Notre auteur entame son itinéraire administratif par les Anatoliques, second nom, dit-il, des Optimates : simple étourderie puisqu’il revient sur ceux-ci un peu plus loin. Les Anatoliques sont le plus grand des thèmes, avec Amorium, Héraclée127 et Augustopolis128, où se tient chaque année un marché aux parfums. Des parages de cette dernière ville jusqu’aux Détroits s’étend le thème de Nicée : l’Opsikion. Puis, à l’ouest129 des Anatoliques, viennent les Thracésiens, avec Smyrne et surtout Éphèse, la ville des Sept Dormants, la patrie des savants, philosophes ou médecins comme Rufus.

  • 130 Le premier de ces deux derniers noms étant évidemment une aphérèse du second : cf. MAS (t), 240, n. (...)
  • 131 Loc. cit.
  • 132 Cf. Canard, op. cit., p. 401, n. 2.
  • 133 Lecture incertaine.
  • 134 Il est vrai que c’est par ce mot de ‘aml que les auteurs précédemment cités désignent les thèmes ; (...)
  • 135 Cf. Brooks, op. cit., p. 69 (et n. 2).

44Le nom du thème suivant est fort énigmatique : Carra de Vaux le lisait Pamphylie, Brooks Natolique, pour Anatoliques, déjà cités130 ; M. Canard131 suggère Attalia (arabe Anṭāliya). Mas’ūdī donne en outre, comme équivalent, Dekapolis132 ; il déclare que c’est un pays tout en longueur, exposé aux attaques musulmanes, par terre ou par mer, et dont l’extrémité est constituée par la préfecture (‘aml) de Séleucie, avec la forteresse de Būqiya133 et le fleuve Lamos près duquel s’opèrent, entre Byzance et l’Islam, les échanges de captifs. Aucun doute : la description renvoie au thème maritime des Kibyrrhéotes, avec mention, sous le nom de « préfecture »134, de la kleisoure de Séleucie135.

  • 136 Ou Yadaqsī. Sur une fausse interprétation en Eudoxias, cf. Vasiliev, op cit., t. III, p. 47, n. 10- (...)
  • 137 Cf. Canard, op. cit., p. 401, n. 3 i. f.
  • 138 Cf. supra, p. 394, n. 1.
  • 139 Cf. supra, p. 394, n. 6.
  • 140 Cf. supra, p. 394, n. 10.
  • 141 Cf. Vasiliev, op. cit., t. III, p. 47, n. 9. Ne pas confondre avec Tomisa, sur la rive gauche de l’ (...)
  • 142 Cf. supra, p. 390, n. 3, et 394, n. 3.
  • 143 Près de Faustinopolis : cf. Vasiliev, op. cit., t. I, p. 116, n. 1, t. III, p. 42, 44-45 et passim.

45C’est ensuite la Cappadoce, avec Koron (Qurra), Badaqsī136, Salandū137, Ḏū l-Kilā’ (Kybistra de son nom grec)138, Qūniya139, Wādī Sālmūn140 et Wādī Ṭamisa141. Mas’ūdī cite ensuite la ville troglodytique (mamūra) de Māğida142, située à ving milles de la forteresse de Lu’lu’a (Loulon)143et formant la frontière avec les pays musulmans.

  • 144 Grec hals, halos. Mas’ūdī signale la particularité qu’il a de couler du sud au nord, contrairement (...)
  • 145 Le dernier trait a déjà été dit des Anatoliques.
  • 146 Dite mer des Khazars (cf. supra, p. 388, n. 3) ou aussi Māyuṭis (Palus Maeotis, mer d’Azov : cf. D. (...)
  • 147 Il faut sans doute lire, derrière ‘qrūblī, Argyropolis. Mais celle-ci est située sur la rive europé (...)
  • 148 A droite, selon Mas’ūdī.
  • 149 Littéralement : « la mer Māyuṭis, que beaucoup nomment mer des Khazars, alors qu’elles sont, en réa (...)

46Séparés de la Cappadoce par le fleuve Halys (c’est-à-dire : le sel)144, voici les Bucellaires, le thème d’Ancyre, le plus peuplé et le plus étendu de tous145, qui irait jusqu’à la mer Noire146. Entre lui et l’Opsikion se placent les Optimates, avec Nicomédie et, sur les Détroits, Acropolis147. Les Arméniaques, à l’est148 des Bucellaires, avec la ville d’Amasée, bordent la mer Noire149 ; tout au bout de ce thème se trouve la préfecture (‘aml) de Charsianon, tout comme celle de Colonée par rapport au dernier thème d’Asie Mineure : la Paphlagonie.

  • 150 Cf. Vasiliev, op. cit., t. III, p. 44.

47Résumons : neuf thèmes et trois préfectures ; derrière le second mot, ce sont évidemment les kleisoures qu’il faut chercher. Nous serions ainsi ramenés à une époque antérieure à celle où écrit Mas’ūdī150. Pourtant, sa liste des thèmes présente, on a pu le remarquer, quelques différences sensibles avec toutes celles que nous avons examinées jusqu’ici. Alors, où situer Mas’ūdī ?

  • 151 Cf. supra, p. 386, n. 1.
  • 152 Encore que les Kibyrrhéotes ne soient pas, on l’a vu, expressément nommés par Mas’ūdī.
  • 153 Pour Constantin Porphyrogénète, cf. ud, 421, et Brooks, op. cit., p. 69.
  • 154 Les différences subsistent, selon d’autres modalités, si l’on prend en compte d’autres thèmes (supr (...)
  • 155 Exemple typique que celui de Colonée : kleisoure selon Mas’ūdī, elle est en réalité thème depuis 86 (...)

48La liste donnée par Constantin Porphyrogénète dans son De Thematibus, vers 934-944151, donne, comme thèmes d’Asie Mineure : Anatoliques, Arméniaques, Thracésiens, Opsikion, Optimates, Bucellaires, Paphlagonie, Chaldie, Mésopotamie, Colonée, Sébaste, Lykandos, Séleucie et Kibyrrhéotes, au total quatorze thèmes. Concordances et divergences éclatent à la première lecture : les Kibyrrhéotes et Colonée (celle-ci comme thème ou kleisoure) sont présents chaque fois152, mais, inversement, Brooks affiche un bel optimisme lorsqu’il réduit à Sébaste et à la Chaldie l’écart entre Mas’udī et le Porphyrogénète. Autre épreuve : celle de Charsianon ; si les deux auteurs le rattachent aux Arméniaques153, son intégration à ce thème s’opère directement chez Mas’ūdī, mais passe, chez Constantin, par la Cappadoce, laquelle relève, selon lui, des Arméniaques, tandis qu’elle constitue, pour Mas’ūdī, un autre thème, indépendant154. Que conclure, sinon que Mas’ūdī mêle la tradition ancienne, celle de Muslim al-Ğarmī peut-être, avec des renseignements plus récents, quoique ne reflétant pas, et de loin, la situation de son époque155 ?

  • 156 Cf. Vasiliev, op. cit., t. III, p. 50, Ostrogorsky, op. cit., p. 237. A moins qu’un nouveau regroup (...)

49La position de Mas’ūdī ressemblerait peut-être, sur ce point, au delà des divergences de leurs listes respectives, à celle du Porphyrogénète : en rangeant Charsianon dans la Cappadoce et celle-ci dans les Arméniaques, l’Empereur-encyclopédiste ne se réfère-t-il pas — sans trop d’exactitude du reste — à une situation bien antérieure, puisque Charsianon et la Cappadoce se sont dégagés, en tant que kleisoures, des thèmes des Arméniaques et des Anatoliques sous le règne de Théophile (829-842)156 ?

  • 157 Détail en MAS (t), 244 ; le total de cinq est repris, sans plus de précision, ibid., 248.
  • 158 Avec notation prise à Ibn al-Faqīh, sur les domaines et pâturages appartenant à l’Empereur et aux p (...)
  • 159 Confusions entre Pelops, polus et polis.
  • 160 Harqīdiya : Chalcis d’Eubée, d’Elide ou, moins probablement, d’Etolie, certainement pas la Chalcidi (...)
  • 161 On notera la forme abrégée (Sālūnīkīya) pour Thessalonique.
  • 162 En réalité, elle est bien antérieure ; d’abord nommée Therma, elle fut rebaptisée Thessalonikè, du (...)
  • 163 Le 31 juillet 904 (cf. Ostrogorsky, op. cit., p. 284) ; Mas’ūdī donne comme date 290/903. Il cite p (...)

50Bornons-nous à constater, entre les encyclopédistes byzantin et musulman, ces quelques ressemblances. A les constater et à les déplorer, en tant que telles et rien que telles : trop visibles pour ne pas susciter une question, un trouble, trop discrètes pour apporter la moindre certitude. Serons-nous plus heureux avec les thèmes d’Europe157 ? Ici, Mas’ūdī, incontestablement, creuse la distance qui le sépare de ses prédécesseurs. Outre Ṭāblā158, la Thrace et la Macédoine, il mentionne le Péloponnèse et Salonique. Du premier, dont le nom signifierait « îles nombreuses » ou « pays nombreux »159, il nous dit qu’il renferme les villes de Chalcis160, Méthone, Corinthe et enfin Athènes, où il prend le Lycée pour la maison natale d’Aristote. De Salonique161, il rappelle l’ancienneté — supérieure, dit-il, à celle de Constantinople, puisque aussi bien la ville fut fondée par Alexandre162 — et la chute sous les coups d’une flotte musulmane commandée par Léon de Tripoli163.

  • 164 Aussi bien Mas’ūdī signale-t-il, en conclusion (Tanbīh, 244, i. f.-245), la pression bulgare sur ce (...)
  • 165 Cf. Brooks, op. cit., p. 69, n. 4, qui souligne ce manque de précision et d’ampleur des données de (...)
  • 166 Sans parler des thèmes maritimes (Egée, Samos ou Céphallénie), relevons l’absence des thèmes suivan (...)
  • 167 Au reste mouvante, dans l’histoire comme dans les sources : Constantin Porphyrogénète, qui donne do (...)
  • 168 Cf. (supra, p. 403 n. 4) le cas de la Cappadoce, kleisoure dans la tradition transmise par Muslim a (...)
  • 169 Ainsi se présente le De Thematibus : cf. Lemerle, op. cit., p. 278 (encore que la démarche de l’aut (...)

51Sans doute ces données ne compromettent-elles pas le poids de l’Asie Mineure dans la présentation des thèmes164 : le désintérêt pour tout ce qui n’est pas, dans l’Empire, sa capitale ou son domaine anatolien, reste flagrant165. Sans doute aussi manque-t-il, à ce tableau européen, la plupart des thèmes166. Il reste que l’apparition du Péloponnèse et de Salonique place Mas’ūdī un peu plus près de la réalité byzantine167que ne l’étaient ses prédécesseurs. Mais comment entendre ce « plus près » ? A qui en attribuer le mérite ou la chance ? A Muslim encore, mais un Muslim que Mas’ūdī aurait connu dans une version plus développée que celle qu’Ibn Hurdāḏbeh nous a transmise ? A d’autres informateurs ? Sans doute, au moins sur quelques points, car Muslim seul, ici, n’eūt pas suffi168. Mais quels informateurs ? Ceux qui se sont — si l’on peut ainsi parler — formés sur le tas, oralement : prisonniers curieux, ambassadeurs, espions ? Ou ceux qui ont voulu aller plus loin, jusqu’aux livres, jusqu’à ces « traités »169 sur les thèmes dont Constantin Porphyrogénète a donné le plus célèbre des modèles ?

Un essai de cartographie : Ibn Ḥawqal

  • 170 ḤAW, 8, 63, 191-194. Sur la cartographie de cet auteur, cf. supra, p. 354, n. 1.
  • 171 Au demeurant le plus complet des trois, et retenu dans M. Canard, Histoire de la dynastie des H’amd (...)
  • 172 Cf. supra, p. 18-20.

52De ces renseignements sur l’Empire byzantin, certains, bravement, tentent de faire une carte, tel Ibn Ḥawqal, qui s’y prend à trois fois170 : Byzance sur la terre, Byzance dans le Maġrib, celui-ci entendu en son sens le plus large de « pays d’Occident », Byzance et la Méditerranée. Disons tout de suite que nous n’entrerons pas dans ce jeu : trop d’hésitations, de contradictions d’une carte à l’autre empêchent de dresser la carte de l’Empire byzantin, mal représenté à l’intérieur de ses frontières comme dans sa situation par rapport à ses voisins. Impuissant à fondre ces trois représentations en une, nous nous contenterons de donner un échantillon (fig. 31) : Byzance et la Méditerranée171, et ne tenterons l’aventure d’une cartographie globale qu’au niveau de la nomenclature. Au reste celui-ci est-il pleinement pertinent : d’abord, les noms des êtres géographiques se reprennent ou se complètent, d’une carte à l’autre, sans ces contradictions qui marquent la situation ou la représentation de ces mêmes êtres ; mais surtout, ces noms nous éclairent sur les résultats d’un tri opéré — spontanément ou non — dans la toponymie byzantine ou le tableau des thèmes. A la limite, la carte dessinée, par ailleurs si utile pour rendre sensible le donné172, importe moins que son lexique, que son commentaire, elle parle moins qu’eux, et la meilleure représentation, les meilleurs signes seraient du côté du langage : car si le trait est incertain, le mot enferme l’essence des choses.

Fig. 31. — L’Empire byzantin d’après Ibn Ḥawqal

  • 173 On ne parle pas de Constantinople, régulièrement présente sur les trois cartes.
  • 174 Le mille arabe vaut le tiers de la parasange, elle-même l’équivalent de 5,7628 km. Si l’on enferme (...)
  • 175 Wiet (op. cit., p. 60) applique le nom de Ksmīlī au Péloponnèse, mais on pourrait l’appliquer aussi (...)
  • 176 Soit 11,5 km ; s’il s’agit du mille ancien (= 1 000 pas ou 8 stades ; 1 stade = 600 ou 625 pieds), (...)
  • 177 Si l’on peut faire fond sur les positions indiquées par la carte, il ne s’agirait pas d’Héraclée du (...)
  • 178 Le premier lac nous renvoie au thème de l’Opsikion ; le second, qui peut être le golfe d’Izmit ou l (...)
  • 179 Le mot est régulièrement employé sous cette forme de pluriel pour tous les cas cités ici.
  • 180 Ou région de Tarse : cf. ḤAW, 190, 201, et M. Canard, Sayf al Daula, recueil de textes, Alger, 1934 (...)
  • 181 La carte dit Anṭākiya (Antioche), mais l’éditeur corrige fort justement en Anṭāliya (Attalia, Adali (...)
  • 182 Ce nom se lit ici aṣ-Ṣrhūh, mais la graphie semble très hésitante, et même laisse deviner une corre (...)

53Sur le planisphère, l’Empire n’apparaît173 que par les régions (nawāī) de Trébizonde et de Macédoine, ainsi que par le Péloponnèse, rattaché au continent par un isthme, évidemment celui de Corinthe, où se lit le nom de Ksmīlī. L’explication de ce dernier mot nous est fournie à la carte suivante, celle du Maġrib : le Péloponnèse, nous dit-on, est un territoire (ar) de mille milles de tour174 ; il abrite des nations (umam) qui relèvent du Rūm, et plus de soixante-dix forteresses ; il touche au continent par un isthme du nom175 de Ksmīlī, ce qui veut dire « six milles » : évidemment un décalque du grec (he)ks mili(a)176. S’ajoutent au Péloponnèse, sur cette même carte, le thème (band) des Anatoliques et celui d’Héraclée177, les lacs de Nicée et de Nicomédie178, les régions179d’Aqlīmiya, c’est-à-dire le Taurus occidental180, Anṭāliya (Attalia)181et le territoire d’ar-Rahwa182.

  • 183 La jonction avec 1’Amanos est indiquée dans une autre carte, celle de la Ğazīra (Haute-Mésopotamie) (...)

54La troisième et dernière carte, celle de la Méditerranée, reprend le texte, déjà connu, sur le Péloponnèse ; loin au delà de Constantinople et de la Macédoine, elle parle de populations voisines les unes des autres, mais de langages divers, chrétiennes, et dont seule une minorité relève de l’obédience byzantine : une fois encore, l’Europe apparaît comme une marge de l’Empire du Rūm. Dans ces mêmes régions, une montagne, interrompue sur la carte, nous est présentée, dans le texte qui court tout au long, comme rejoignant en réalité, par le territoire byzantin, les monts d’Arménie et le Lukkām (Amanos)183.

  • 184 Et non, comme le veut la réalité, dans la mer Noire.
  • 185 Cf. Canard, H’amdânides, p. 251, 253, qui propose une seconde identification possible : à l’Iris ; (...)
  • 186 Avec, pour la graphie, la même remarque que supra, p. 407, n. 10.
  • 187 La finale, très incertaine, peut se lire aussi -īs ou -īq.
  • 188 Cf. Besnier, op. cit., p. 98.
  • 189 Tzimiscès appartenait en effet à une grande famille arménienne. Sur la région, cf. Vasiliev, op. ci (...)
  • 190 Cf. Besnier, op. cit., p. 226, Canard, H’amdânides, 253.
  • 191 Ce nom me reste obscur. A proximité de Chalcédoine, je ne vois guère que Demonnesi ou Demonesoi (le (...)
  • 192 Cf. supra, p. 401, n. 1.
  • 193 Le fleuve Sangarios : cf. Canard, H’amdânides, p. 253.
  • 194 Cf. Besnier, op. cit., p. 42 (s. v. « Amisus »).

55La rive asiatique commence avec Chalcédoine. Au delà, un premier groupe de pays est délimité par deux fleuves : l’Alis (Halys), naissant à la ville de même nom et se jetant dans la Méditerranée184, et le Wādī 1-L(i)qān (le Lykos ?), qui en serait une dérivation vers la mer Noire185. De Constantinople à l’embouchure de l’Halys, on trouve, dans l’ordre fantaisiste de la carte, Attalia186, Éphèse, pays des « gens de la Caverne » (les Sept Dormants), et une région du nom d’Asṭrābalīn187 : c’est, me semble-t-il, Astropalia (ou Astypalaea), capitale de l’île de même nom, une des dernières Cyclades, à l’ouest-nord-ouest de Rhodes188. En remontant F Halys, puis en descendant le Wādī 1-L(i)qān, s’égrènent Sébaste et le « pays d’Ibn aš-Šumuskī » (Tzimiscès), c’est-à-dire les régions arméniennes correspondant aux thèmes de Mésopotamie et de Khozanon, dans la région comprise, de fait, entre l’Euphrate et l’Arsanās (Murad-su)189 ; viennent ensuite Qūmana, évidemment Comana Pontica190, et Amasée. En nous enfonçant dans le continent, à partir de Chalcédoine, nous trouvons : Nicomédie et Nicée, avec leurs lacs, Ṭamūḏiya191, l’Opsikion, les Bucellaires et Afẖā’iṭa (?). Enfin, sur la rive droite du système Halys-Wādī 1-L(i)qān, d’amont en aval, ce sont les « pays d’Héraclée » (-Kybistra : la Cappadoce)192, des Anatoliques et des Thracésiens, Ṣāġira193, le canton (rustāq) de Hūnaṣ (?) et, au débouché du fleuve sur la mer, les Bucellaires, qui apparaissent ainsi à deux places différentes ; à côté d’eux, sur le rivage, un nom mal déchiffrable : Samsūn194 ?

  • 195 Sauf précisions supplémentaires, on renvoie globalement, pour tout ce secteur, à l’étude minutieuse (...)
  • 196 Ce « roux » pouvant, selon les traditions, s’entendre d’Esaū (sur ces généalogies, cf. supra, p. 36 (...)
  • 197 Celui-ci non nommé.
  • 198 « Fleuve de l’huile » ; mais il vaut mieux vocaliser, semble-t-il, Nahr az-Zīt (cf. Canard, H’amdân (...)
  • 199 Avec la ville de Qubāqib, au confluent du Nahr Qubāqib et de l’Euphrate, et légèrement en amont de (...)
  • 200 Lecture préférable à Altī (trad. Wiet, p. 188). Sur Alqī (Elki), dans la région montagneuse au sud (...)
  • 201 Ou aš-Šrhūh, avec les hésitations signalées supra, p. 407, n. 11. Ce pourrait être, évidemment dépl (...)
  • 202 Avec rectification de la leçon du manuscrit, si tant est qu’on puisse parler de rectification pour (...)
  • 203 Déformation de Romanopolis ? Sur cette kleisoure de la région de Mélitène, rangée ensuite dans le n (...)
  • 204 Territoire relevant du thème de Colonée et rattaché ensuite à celui de Mésopotamie : cf. Vasiliev, (...)
  • 205 Ou Aẖlāṭ, sur la rive occidentale du lac de Van : cf. V. Minorsky, dans EI (2), t. I, p. 339.
  • 206 C’est la localité qui sera rendue célèbre par la victoire d’Alp-Arslan sur Romain IV Diogène en 463 (...)
  • 207 Theodosiopolis, Erzerum.
  • 208 Bitlīs, qui commande, par le sud-ouest, les accès au lac de Van : cf. Canard, H’amdânides, p. 184 s (...)
  • 209 Localité non identifiable : cf. Canard, H’amdânides, p. 257.
  • 210 La carte la place sur la rive droite du cours d’eau de même nom : cf. Vasiliev, op. cit., t. III, p (...)
  • 211 Cf. supra, n. 8.
  • 212 Ou Tāmūzan : peut-être le Muzūr (-dagh), Mezūr, Mountzaron oros, dans le thème de Mésopotamie : cf. (...)
  • 213 En réalité sur la rive droite, et à quelque quinze kilomètres du fleuve.
  • 214 Aujourd’hui Hasankeyf, à une centaine de kilomètres en aval de Diyar Bekir : cf. Vasiliev, op. cit. (...)
  • 215 Cf. Canard, H’amdânides, cartes p. 240 et 254.
  • 216 Et non Qūniya, comme plus haut à propos des thèmes (supra, p. 394, n. 6). Étant donné l’imprécision (...)
  • 217 Tzamandos, sur le Zamanti-su (Karmalas), affluent principal du Sayḥān (Saros) : cf. Canard, H’amdân (...)
  • 218 L’ancienne Sozopetra, à une cinquantaine de kilomètres au sud-ouest de Mélitène : cf. Canard, H’amd (...)
  • 219 A 130 km environ à l’ouest-nord-ouest de Mélitène : cf. Canard, H’amdânides, p. 264, 271, 272 (n. 5 (...)
  • 220 Lecture proposée par Wiet (ḤAW, trad. 188).
  • 221 Historiquement, le domaine byzantin va au delà — et Ibn Ḥawqal le sait bien (cf. supra, p. 386-387 (...)

56Un autre canton de la carte, le plus vaste, rassemble les pays les plus orientaux de l’Empire195 et ses marches : toute cette zone nous est suggérée comme relevant de la mouvance byzantine, puisque, de l’Halys à Tarse, court l’expression balad wald al-Afar (pays des enfants du Roux), qui est une autre façon de renvoyer au Rūm196. La cartographie s’articule ici autour des systèmes hydrographiques de l’Euphrate et, secondairement, du Tigre197. Le premier apparaît sous la mention « bras de l’Euphrate », que jouxte celle de Nahr az-Zayt198 ; en rive gauche, il reçoit l’Arsanās, et, en face, le Nahr Salqiṭ (Khozat-su), lequel est en réalité tributaire de l’Arsanās, et le Nahr Qubāqib (Tokhmasu)199. Entre le « bras de l’Euphrate » et le Nahr Salqiṭ, la carte donne le nom d’Alqī200. Dans la région comprise entre ce dernier cours d’eau, le Nahr Qubāqib et l’Halys, nous relevons le pays d’ar-Rahwa201, Ṭanas (Tonosa)202, Haršana, Ṣāriẖa, ar-Ranlīn203 et Kamaẖ204. L’Arsanās et le « bras de l’Euphrate» enserrent, de leur côté, Hilāt205, Manāzğird (Mantzikert)206, Qālīqalā207, Badlīs208, al-Ardīs209, Arsanās210, Hubāb211 et Tall Mūzan212. Un peu plus en aval, en rive gauche de l’Euphrate, ce sont Mélitène213, Āmid (Diyar Bekir), Kāfā (Kiphas, Ḥiṣn Kayfā)214 et at-Tall (Tall Fàfān)215. Avec ces trois dernières villes, nous sommes sortis du domaine byzantin. Le dernier secteur de la carte, celui où s’inscrit la mention de balad wald al-Afar, nous y ramène, par Ḏū l-Kilā’, Kūniya216, Samandū217, Zibaṭra218, ar-Rummāna219, Césarée (de Cappadoce)220 et, enfin, Tarse221.

  • 222 Voir la collection réunie dans K. Miller, Mappae arabicae, 3 v., Stuttgart, 1926-1927. Un progrès c (...)
  • 223 Contre une quinzaine pour l’Italie et quatre à peine pour l’Espagne. La perspective se renverse ave (...)

57Au total, bien des hésitations, des insuffisances, des contre-vérités géographiques. Mais ne boudons pas trop la carte d’Ibn Ḥawqal, qui fait, quand on la compare à tant d’autres222, la part si belle à Byzance : presque soixante noms223, de thèmes, régions, rivières ou villes, des noms en ordre dispersé, hors de toute exhaustivité ou de toute systématique, des noms qui témoignent, dans leur spontanéité et leur gratuité mêmes, de l’assimilation, par la géographie de l’honnête homme, de quelques connaissances fondamentales sur le Rūm : une sorte de teinture byzantine, si l’on veut. Et puis, cette vérité, déjà signalée, mais que le dessin et la nomenclature de la carte, pour une fois d’accord, soulignent si nettement : l’Empire byzantin est d’abord, est surtout, pays d’Asie.

Byzance, ville des villes, et son « fleuve »

  • 224 Aux mentions déjà faites, on ajoutera RST, 119 et 127 (brève évocation de Nicée et de Salonique ; s (...)
  • 225 MAS (t), 170, 244 [cf. supra, p. 404), IṢṬ, 51, ḤAW, 202, ud, 158.
  • 226 On reviendra plus loin sur cette question des uġūr.
  • 227 Ces itinéraires, avec leurs étapes, ont été systématiquement étudiés par Honigmann (Vasiliev, op. c (...)

58La lecture de nos textes met en lumière un fait capital : l’abondance des villes. Mais il y a ville et villes : les unes, on l’a vu, apparaissent dans le cadre des thèmes, comme support de l’administration et de la défense224. Athènes, gloire des anciens philosophes, détrônée ensuite par Alexandrie, doit sa présence à l’histoire225. D’autres cités ne sont là que pour illustrer la situation des régions frontières (uġūr) : Mopsueste, Adana, Tarse, Antioche, pour ne parler que d’elles226. D’autres enfin sont purement et simplement synonymes d’étapes sur le chemin qui doit — ou devait — mener l’Islam victorieux jusqu’à Constantinople227.

  • 228 MAS (p), § 1291, (t), 192.

59Différentes de par leurs fonctions, toutes ces villes se ressemblent par cela même qu’elles se définissent, précisément, par une fonction. Byzance, au contraire, ne doit sa justification, sa présence dans nos textes, qu’à elle-même, qu’au fait qu’elle est Byzance, la Ville tout court. Mas’ūdī, qui lui donne228, avec ce nom de Byzance, l’ancien, celui de Constantinople, ajoute que les Grecs la nomment Polin (Būlin), ou Istan-būlin s’ils veulent insister sur sa grandeur : le faux-sens sur l’étymologie (eis tèn polin) est évident, mais non moins évidente l’exaltation de la ville des villes.

  • 229 Traduit aussi par « golfe » ; nous préférons « canal », en nous souvenant que c’est le mot de alīğ (...)
  • 230 La longueur réelle est d’environ 300 km. Qudāma (loc. cit.) donne 260 milles (environ 500 km).
  • 231 RST, loc. cit.
  • 232 Soit 11-19 km ; largeur réelle : 4 km.
  • 233 60 milles = 114 km ; distance réelle : 31 km ; 3-4 milles = 5,7-7,6 km ; largeur réelle : 2 km à Co (...)
  • 234 100 milles = 190 km ; 120 milles = 228 km ; distance réelle : 240 km.
  • 235 En 97/716 : cf. J. H. Mordtmann, dans EI, t. I, p. 889. Sur « les expéditions des Arabes contre Con (...)
  • 236 La portée de flèche (ġalwa) est égale à 1/8 de mille (cf. supra, fig. 6), soit environ 240 m. La la (...)

60Que l’existence et le destin de l’Empire, du Rūm, soient d’abord les siens à elle, Byzance, que sa magnificence, connue autant que rêvée, ponctue, aux yeux de l’Islam, le terme de la longue marche d’Asie Mineure, le soin avec lequel nos auteurs évoquent la ville somptueuse suffit déjà à le prouver. Et d’abord son cadre, cet immense « canal » (alīğ)229, long de 320 ou 350 milles (soit 600-665 kilomètres)230, qui passe, « tel un fleuve »231, devant Constantinople et lui emprunte son nom (fig. 32). Issu de la mer Noire, il est large alors de six ou dix milles232. Soixante milles après, devant Byzance, la largeur s’est rétrécie à trois ou quatre milles233. Cent ou cent vingt milles encore, et c’est Abydos234, avec la source célèbre où se désaltéra le conquérant musulman, Maslama235, qui fît halte ici en attendant d’être rejoint par la flotte. Deux montagnes compriment les eaux à une portée de flèche236, largeur qu’elles n’excéderont plus jusqu’à leur débouché en Méditerranée, si bien qu’en toute cette région, on peut se parler d’une rive à l’autre.

  • 237 MAS (p), § 739.
  • 238 MAS (p), loc. cit.

61Puissance de ce fleuve d’eau salée, richesse de ses rives, tout animées de champs et de villes, mais plus encore labyrinthe enserrant Byzance de toutes ses défenses, naturelles ou de main d’homme. Les courants étranges, « sorte de flux et de reflux »237, les eaux tumultueuses à un bout, vers la mer Noire, mais dormantes à l’autre, la longueur ou l’étroitesse folles, exagérées, du alīğ, tout cela intrigue, désarçonne l’observateur (ou le conquérant) aux aguets, tout contribue à lui compliquer l’accès à la ville merveilleuse, aussi dérobée, derrière ses goulets multipliés, qu’elle l’est au fond des horizons anatoliens. Parlant des marins engagés dans les détroits, Mas’ūdī238 a cette phrase, révélatrice d’un comportement plus qu’inquiet : « Quand ils sentirent que l’eau baissait, ils s’empressèrent de sortir du canal pour regagner la Méditerranée » : la Méditerranée, c’est-à-dire la mer libre, le salut des grands espaces, loin de la nasse où Byzance est tapie.

  • 239 Peut-être allusion au Mauros Molos (le Môle noir), un peu après l’entrée des Détroits, en rive euro (...)
  • 240 Abydos, très fortifiée, est en effet poste douanier de l’Empire byzantin : cf. Ostrogorsky, op. cit (...)

62Les hommes ont joué de ces défenses, ont renchéri sur le « fleuve », tournant sa configuration à leur profit et au détriment de l’étranger. Que le mouvement naturel des eaux porte à Constantinople ou en déporte, les deux accès principaux, de toute manière, sont barrés : sur la mer Noire, une ville contrôle le passage des navires, russes surtout : c’est Musannāt, la « digue »239. Au débouché sur la Méditerranée, un rocher porte une tour commandant la chaîne qui permet d’arrêter et de fouiller les bateaux musulmans240.

  • 241 MAS (p), § 738 ; MAS (t), 194-195, parle de la chaîne, mais au passé, et avec les mêmes formules (« (...)
  • 242 MAS (t), 192 sq.

63Mas’ūdī, qui reprend sur ce point le texte d’Ibn Hurdāḏbeh, ne parle plus de chaîne ; seule reste la tour, comme une survivance des temps anciens, lorsque « les Musulmans possédaient des vaisseaux pour attaquer le pays byzantin, car aujourd’hui, c’est la flotte du Rūm qui désole les pays soumis à l’Islam »241. Ainsi l’histoire, avec le ressaisissement byzantin, tend-elle à prouver que les défenses ennemies — celles des choses et des hommes — sont insurmontables, sinon inaccessibles. Cela pour les détroits, quand on prend Constantinople à la traverse. Mais de face, en attaquant le « fleuve » à la perpendiculaire ? Mas’ūdī cite six points de passage « pour qui veut se rendre à Constantinople depuis les régions du territoire musulman qui touchent les marches (uġūr) de Syrie, de Haute-Mésopotamie ou d’ailleurs »242. La terre, l’Anatolie, reprend, on le voit, tous ses droits, mais il en est de ces défenses-ci comme des autres : sur les six passages indiqués, trois ont joué contre Byzance, au profit de l’Iran, puis de l’Islam qui en recueille l’héritage ; mais c’est un héritage d’entreprises déçues, dans une histoire révolue ; les trois autres passages, au contraire, ouvrent et continuent d’ouvrir, aux troupes du Rūm, les chemins de l’Asie Mineure et, plus loin, musulmane. Ici encore, la nature et le temps ont choisi leur camp.

  • 243 Sur ce lieu, cf. supra, p. 402, n. 10, et MAS (p), § 1406.
  • 244 Et aussi, peut-être, projection dans une histoire antérieure des campagnes de Chosroès II en Asie M (...)

64Acropolis, tout d’abord243. Un temple du feu y rappela longtemps le souvenir du siège de Constantinople par le Sassanide Sābūr, fils d’Ardešīr. Après lui, Anūširwān creusa un canal où tournaient des moulins ; mais la chaussée, de pierre et de sacs de sable, qu’il édifia pour passer de l’autre côté, fut emportée par les courants. Acropolis, on le voit, projette dans une histoire postérieure de vieux souvenirs déformés de l’époque achéménide244 : passage de Darius, en marche vers la Thrace et la Scythie, tempête drossant la flotte perse de la première guerre médique, franchissement des Dardanelles par Xerxès et percement de l’isthme de l’Athos.

  • 245 Le lieu indiqué est un cap situé au débouché du golfe de Nicomédie (golfe d’Izmit), à 45 km environ (...)
  • 246 Que Mas’ūdī, au reste, range expressément dans ces mêmes parages.
  • 247 Sur la route du Sangarios, cf. RST, 119, Marquart, op. cit., p. 210 sq. (sur la Sangaros maritime, (...)
  • 248 HUR, 109, i. f.-110.
  • 249 Dorylée est en effet célèbre par ses sources thermales : cf. V. Cuinet, La Turquie d’Asie, t. IV, P (...)

65Second passage à al-Afqāṭī : Leukadion ou Leukatè, à trente milles du précédent, le détroit étant ici large de neuf milles, et traversé par les troupes grecques en direction des pays d’Islam245. Trente milles plus loin, nouveau passage à Sankara, où la largeur du détroit serait de douze milles. Il s’agit là de la ville de Sangaros, que l’on peut chercher sur les rivages septentrionaux du promontoire séparant les golfes de Nicomédie (Izmit) et de Kios (Gemlik), ou encore, plus justement sans doute, dans ce dernier golfe. De là, on gagnait Nicée246, par la boucle du fleuve Sangarios, avec une seconde ville de Sankara (Sanqara) : Leukai (Lefkè)247. Ici encore, nous pouvons entendre les bruits de l’armée byzantine : Ibn Hurdāḏbeh248 l’évoque, Empereur en tête, au camp de Dorylée, dans un paysage de prairies et de sources249, sur un cours d’eau (évidemment lé Tymbres) affluent du Ṣāġarī (ou Saqarī) : par où nous retrouvons notre Sangarios et les approches de Nicée.

Fig. 32. – Les accès à Constantinople d’après Mas’ūdī

  • 250 C’est sensiblement la largeur de la mer de Marmara, entre les rivages méridionaux du golfe de Gemli (...)
  • 251 Cf. Marquart, op. cit., p. 214. On s’interdira, pour des raisons de localisation (proximité de Sang (...)

66Quatrième passage en face de la côte thrace, à Fīlās, où se lisent les Pylai grecques : les portes, le défilé. A huit milles (soit à peu près quinze kilomètres) de Sangaros, sur un détroit vaste ici de quarante milles (76 kilomètres)250, le port en question a vu son nom conservé, mais reporté à l’intérieur des terres : Fīlāh-dār, dans le bassin du Nilu-fer251. La distance à couvrir sur mer, en tout cas, semble être une des raisons qui poussent les Byzantins à choisir cette voie pour acheminer les prisonniers musulmans qu’ils s’en vont échanger sur les bords du fleuve Lamos, en Cilicie : à en croire Mas’ūdī, on voudrait effrayer, mater les captifs en leur imposant la plus longue traversée possible.

  • 252 Sur ce passage, les renseignements ont été donnés supra, p. 412.
  • 253 Sur ces campagnes, voir une bonne vue d’ensemble par J. H. Mordtmann, dans EI, t. I, p. 889-890.
  • 254 A l’embouchure du fleuve formé par la réunion du Makestos (Simav, Susurlu) et du Rhyndakos (Orhanel (...)
  • 255 C’est la distance effective entre Bogaz et les rives méridionales du golfe de Gemlik. Quant à la la (...)

67Vingt milles ensuite jusqu’au cinquième passage, où, cette fois, c’est l’Islam qui fait — ou plutôt, qui fit — entendre la voix des armes. Par là en effet, nous dit-on, Constantinople subit l’approche des chefs de guerre musulmans : Yazīd b. Mu’āwiya, Maslama et Hārūn (ar-Rašīd), le futur calife. Or, Mas’ūdī se trompe pour les deux derniers personnages : Maslama traversa par Abydos, le sixième et dernier passage252, et Hārūn arriva sur le Bosphore même, à Chrysopolis253. La mention de Yazīd, en revanche, est plus intéressante : les troupes arabes de son expédition ont hiverné dans la région de Cyzique, et tout semble bien concorder pour nous faire placer par là le cinquième passage : le nom même qui lui est donné, Lubādū, Loupadion, dans les parages de l’actuelle Bogaz254, et la distance qui sépare celle-ci de Fīlās : vingt milles (38 kilomètres)255.

68Ainsi s’esquisse un paysage des accès byzantins. Paysage : « étendue de pays que l’on voit d’un seul aspect » ; paysage historique ou antique : « celui dans lequel sont représentés des personnages héroïques, mythologiques, un trait de l’histoire ou de la Fable, un souvenir de l’antiquité » ; paysage héroïque : « représentant un site choisi et noble » ; paysage mixte : « copié de quelque site ou paysage naturel, mais que l’artiste a modifié pour l’effet pittoresque. » Toutes ces définitions du Littré s’appliquent à la vision de nos textes, lesquels embrassent, exaltent, racontent les défenses de Byzance, et les déforment parfois aussi, en s’accommodant d’un défaut d’information qui sert trop bien la cause de l’imaginaire. Quoi qu’il en soit, rien de tout cela n’est gratuit, et notamment le « pittoresque » : tout, au contraire, dans ce paysage, contribue à fixer la mémoire, l’intérêt, le rêve à la Ville prestigieuse, dont la conquête est au bout des Détroits ou de la longue marche anatolienne.

Byzance : la mer et les murs, la pierre et l’eau

  • 256 HUR, 104 (cité supra, p. 369), MAS (p), § 473, 734, (t), 191-192. Cette notion de capitale demande (...)
  • 257 FAQ, 6, RST, 98, HAM, 9 ; ISḤ, 416 (cf. HUW (s), 31, et SER, éd. von Mźik, p. 39) précise : 45° de (...)
  • 258 MAS (p), § 740, (t), 195.
  • 259 MAS (p), § 473.

69De la nouvelle Rome, nos auteurs connaissent moins la « situation » que le « site ». S’ils savent qu’elle devint capitale avec Constantin256, les raisons de stratégie impériale qui dictèrent ce choix semblent leur échapper : sur la carte du monde, Constantinople n’est qu’un point parmi d’autres, dans le cinquième ou sixième climat257. En revanche, l’emplacement de la ville prend tout le relief nécessaire. Des inconvénients, certes : l’air, l’eau ni la terre ne sont pas des meilleurs et, dans l’humide et venteuse insalubrité qui règne, les chevaux ne trouvent pas la force de sauter ni de hennir258. Mais que de grâces ! Ce cap de verdure entre le détroit et la mer, « la beauté de cette vaste prairie tout émaillée de fleurs », le site spacieux et protégé, et jusqu’à ce faucon, du plus heureux augure, qui, sous les yeux de Constantin venu chasser là, fond sur ses proies avec « rapidité, ardeur et audace », tout séduit l’Empereur ; et de choisir aussitôt ces lieux pour y fonder sa nouvelle capitale259.

  • 260 MAS (t), 191-192.
  • 261 Sur ces défenses (enceintes et portes), cf. HUR, 104-105, RST, 119, MAS (p), § 739-740, (t), 244, 2 (...)
  • 262 RST, 119, précise que la parasange grecque est de moitié plus courte que l’arabe, puisque égale à u (...)
  • 263 Sg. bāšūra : barbacane ou, plus souvent, porte en chicane : cf. Dozy, op. cit., t. I, p. 89, et K.A (...)
  • 264 Selon HUR, loc. cit. ; MAS dit « plusieurs », et mentionne une bastille.
  • 265 Cf. supra, p. 397, 404 (n. 2). Sur le Long Mur, cf. HUR, 105, FAQ (chez Yāqūt, op. cit., t. III, p. (...)

70Cette ville, il mettra « tous ses soins à la fortifier, à la bâtir avec solidité »260. Des murs, donc, des murs d’abord. Ou plutôt, le dialogue des murs avec la mer : car les défenses naturelles commandent tout le système261. L’ensemble à protéger est de toute façon impressionnant : une ville aussi grande qu’al-Baṣra, dit Muqaddasī, qui est raisonnable, peut-être un peu trop ; douze parasanges dans les deux sens, selon Ibn Rusteh, soit une superficie de douze cents kilomètres carrés environ262. Mais combien d’enceintes ? Une, pour Muqaddasī, qui connaît mal son affaire. Ibn Hurdāḏbeh et Mas’ūdī précisent les choses : au nord et à l’est, le détroit protège la ville, et une seule muraille suffit, « coupée par une bastille (qar) et par force tours ou portes en chicane (bawāšīr) »263. A l’ouest, du côté de la terre, deux remparts264, hauts de dix à trente coudées, aux murs épais de vingt et une coudées pour l’enceinte extérieure, de dix pour l’autre, laquelle devient défense unique sur la mer, au midi : ici, l’épaisseur du mur peut tomber à cinq coudées, mais la hauteur s’accentue et, surtout, un glacis de cinquante coudées court entre les fortifications et le rivage. Enfin, un dispositif d’ensemble boucle Constantinople du côté du continent : le Long Mur (maqrūn tayus, makron teichos) s’étire de la Méditerranée à la mer Noire, sur quatre journées de marche, délimitant, entre lui et la ville, un espace large de deux journées, où l’on voit les propriétés de l’Empereur et des patrices265.

  • 266 Cf. Janin, op. cit., p. 263 sq. Il est difficile de savoir, notamment, quand on nous parle de deux (...)
  • 267 ISḤ, 417.
  • 268 ISḤ, 416-417, parle de trois seulement, peut-être de quatre, car son texte est imprécis : cette min (...)
  • 269 La première (porte de Selybria, Silivri Kapu) au nord de la porte Dorée, la seconde (porta Puteae, (...)
  • 270 Dans RST, 119, la présence de la garde semble bien liée à la valeur même de cette porte « appelée p (...)
  • 271 Il s’agissait en réalité d’un arc de triomphe de Thodose. « Le groupe des éléphants représentait ce (...)

71Ces détails, exacts ici, faussés ailleurs, cumulent les souvenirs de Constantin et de ses successeurs : pas plus que Rome, Byzance ne s’est faite en un jour. L’historien manifestera donc, selon les cas, son approbation ou ses réserves266. Nous retiendrons, nous, l’image d’une cité aux « murailles très puissantes »267, dont l’économie s’accorde parfaitement aux protections naturelles du site ou, si l’on préfère, de l’eau. Puissance et beauté culminent dans cette débauche de portes qui égaie le rempart. Il y en aurait de trente à cent268, un bon nombre d’entre elles donnant sur la mer, où leur fonction guerrière s’accuse. Des noms apparaissent : la porte Bīġās, en réalité deux en une (la Pylè tès pègès et la Pylè eis pègas)269 et, plus haut que toutes, la porte Dorée, celle qui ouvre sur Rome, dans la région où se rejoignent les murs sud et ouest. Autant qu’une porte, c’est un trésor, très bien gardé comme il se doit : que cache-t-il, ce nom ? Du cuivre doré, plaqué sur fer ? Ou de l’or, de l’or vrai270 ? L’art, de toute façon, s’y étale, avec un groupe sculpté représentant cinq éléphants tenus en bride par un homme debout271.

  • 272 MAS (p), § 740, et surtout RST, 126-127, à qui on emprunte les données qui suivent.
  • 273 Comme le fait remarquer M. Izeddin (dans M. Izeddin et P. Therriat, « Un prisonnier arabe à Byzance (...)
  • 274 Dayr Sāṭira, le second terme renvoyant évidemment au grec Soter. Comme il nous est dit que ce monas (...)
  • 275 Sur Mūnis, cf. supra, n. 2. Je ne trouve, de fait, aucune mention des saints Menas et Menaios pour (...)
  • 276 Si la localisation à l’ouest est bien exacte, on pourra penser aux deux couvents de la Thoetokos et (...)

72Cette fièvre de bâtir sous le signe de laquelle Constantin avait voulu placer sa ville ne s’arrête pas, on s’en doute, à ses murs. Sous l’ombre protectrice du rempart, les constructions, de part et d’autre, n’ont pas manqué d’éclore. Au dehors, le périmètre urbain se complète d’églises et de couvents272 : du côté du nord, celui de Munis (1 000 moines)273, qui répond au monastère du Saint-Sauveur (500 moines), intérieur à l’enceinte celui-là274 ; à l’est, regroupant 12 000 moines, ceux de Munis, Fusādir, Qūqiyāy et Maryam275 ; à l’ouest, enfin, deux couvents anonymes, avec 6 000 moines276.

  • 277 RST, 126.
  • 278 Cf. supra, p. 313, n. 2, ud, 41 (n. 1), 221, 423 (n. 2).
  • 279 Cf. Janin, op. cit., p. 198.
  • 280 Ces derniers mots semblent atténuer le caractère exclusivement public de l’aqueduc. En fait, il est (...)

73Les édifices utilitaires occupent une part importante de l’espace architectural byzantin. Les aqueducs, d’abord, ou plutôt l’aqueduc qui, sur une distance de vingt jours de marche, amène l’eau d’un pays appelé Bulġar277. Nous avons, après d’autres, restitué, derrière ce nom que donne Ibn Rusteh, celui de Belgrade, une petite localité située à quelques kilomètres au nord de Constantinople278. On peut penser alors à l’aqueduc dit de Justinien, qui court en effet dans la forêt de Belgrade, et dont l’eau était réservée au Palais, aux thermes ou nymphe es publics, et non aux maisons particulières279. Ibn Rusteh le dit à sa manière : « en pénétrant dans la ville, il (l’aqueduc) se divise en trois branches, l’une vers le palais de l’Empereur, l’autre vers la prison des Musulmans, la dernière vers les bains des patrices et le reste de la population280. »

  • 281 Cf. Janin, op. cit., p. 200.
  • 282 Patriographes, cités ibid., p. 192.
  • 283 ud, 79, 221. Les monts Bulgari sont évidemment les Balkans (Rhodope).

74Pourtant, un peu plus loin, il nous est dit qu’une de ces branches traverse le monastère du Saint-Sauveur. Dès lors, c’est à un autre aqueduc, le plus grand, celui de Valens, que nous serions renvoyés, car il pénètre en ville dans les environs de ce couvent, près de la porte de Charisios (ou d’Andrinople)281. Dernier problème : Ibn Rusteh, pour distinguer cette amenée d’eau, parle de qanāt (canal), mais aussi de nahr (rivière, fleuve, canal principal). Simple allusion à la puissance du débit ? Cela n’est pas si sûr. Répudier, comme nous l’avons fait, Bulġar pour Belgrade ne lève pas la difficulté des vingt jours de marche, distance énorme qui s’accorde mieux à la situation, par rapport à Constantinople, du pays bulgare qu’à celle d’une petite localité suburbaine ou presque. Or, c’est une tradition de certaine littérature byzantine que d’exalter les travaux de Constantin pour faire couler jusqu’à sa capitale l’eau de la Bulgarie282. Ne peut-on penser qu’à la confusion des deux aqueducs de Justinien et de Valens s’en ajoute une autre, qui les transforme tous deux en un véritable fleuve descendu des approches bulgares, la Maritsa par exemple ? Pour nous en convaincre, lisons les udūd al-’ālam : « Des monts Bulġarī, à l’ouest du pays de Rum, vient un fleuve qui, suivant la direction de l’est, atteint les contrées des Slaves vivant en pays de Rūm. Après avoir traversé le territoire des Buršān (Burğān, Bulgares), ce fleuve longe le thème de Thrace, où (sic) il arrose Constantinople, le trop-plein de ses eaux se déversant dans le détroit. Ce fleuve a pour nom Bulġarī 283. »

  • 284 Cf. Janin, op. cit., p. 201 sq.
  • 285 RST, 122.
  • 286 Ibn Rusteh dit simplement : « au jour de la fête. » Les Rameaux (aš-ša’ānīn) sont une précision due (...)
  • 287 Nabī, littéralement : liqueur spiritueuse faite avec des dattes ou des raisins secs, et aussi vin  (...)
  • 288 Le texte dit : une charge (iml) d’une bête de somme, c’est-à-dire (cf. Dozy, t. I, p. 327) une gra (...)
  • 289 Il s’agit du bassin de marbre qui se trouve sous les douze statues : nous le retrouverons un peu pl (...)

75Pour les citernes, autre parure de la ville, le ravissement joue sur un autre plan : alors qu’on grandissait un aqueduc aux dimensions d’un fleuve, et d’un fleuve triple, on réduit les innombrables réserves d’eau, souterraines ou non284, à une seule. Mais on en fait285 la pièce essentielle d’une machinerie d’où l’eau s’élève jusqu’aux bouches de douze statues figurant, sous une coupole proche, faucon, agneau, taureau, coq, lion, lionne, loup, perdrix, paon, cheval, éléphant et ange. Raffinement des raffinements : « Au jour de la fête des Rameaux286, on emplit la citerne d’environ dix mille jarres de vin287 et mille de miel blanc, le tout parfumé de force288 nard, girofle et cannelle ; puis, on couvre la citerne pour la dérober à la vue. Quand l’Empereur sort pour se rendre à l’église, ses regards tombent sur ces statues et sur le breuvage qui, coulant de leurs yeux et de leurs oreilles, vient emplir le bassin289 où il se recueille. Chacun des personnages de la suite de l’Empereur, en accompagnant celui-ci à la fête, s’abreuve d’une gorgée. »

Byzance : des églises et des palais

  • 290 ISḤ, 417.

76On voit comment procède Ibn Rusteh pour évoquer le réseau des aqueducs et des citernes : non pas en les dénombrant, de façon réelle ou fictive, mais, tout au contraire, en réduisant chacune des deux catégories à l’unité, par le choix d’un représentant dont on exagère la taille ou transfigure le rôle. Pour être moins nette dans les autres secteurs de l’urbanisme byzantin, cette attitude affecte cependant, peu ou prou, le regard qu’on jette sur Constantinople : on a beau signaler sa richesse en « monuments des temps anciens »290, on n’en procède pas moins, dans chaque cas, en triant dans le lot, comme si l’on voulait, sur un clavier de signes innombrables, résumer la ville en quelques-uns, voire en un seul.

  • 291 MAS (p), § 740, ISḤ, 417, 459.
  • 292 RST, 123 i. f., la désigne comme « la grande église destinée à l’ensemble du peuple » ; elle est si (...)
  • 293 « L’église de l’Empereur (littéralement : du roi )» : RST, 121-122 ; cf. références supra, p. 422, (...)
  • 294 Cf. supra, p. 98, n. 5.

77La pierre ne sert pas qu’à doubler, comme aux remparts, les défenses de l’eau marine, ni qu’à amener, dans les replis des aqueducs et des citernes, l’eau vivifiante des rivières. Elle a, cette pierre, bien d’autres fonctions édilitaires, qu’elle assume seule pour le coup. Exemple : les églises, nombreuses et vastes291, mais dont une seulement retient l’attention : non pas Sainte-Sophie, à peine mentionnée292, mais l’église palatine293, la Nea de Basile Ier ou, plus vraisemblablement, Saint-Etienne de Daphné. La splendeur, d’entrée, éclate, avec quatre portes d’or et six d’argent. A l’intérieur, la loge impériale s’émaille de perles et de rubis sur une surface de seize coudées carrées. Mêmes pierres sur les accoudoirs du trône et sur la pièce d’aloès294, de trente empans carrés, qui compose l’autel. Le cancel est fait, lui, de quatre colonnes monolithes de marbre. Tous les plafonds, voûtés, se rehaussent d’or et d’argent.

78L’église marque le centre d’un complexe de quatre cours, chacune de deux cents pas sur cent. Seule, celle de l’est nous est décrite, avec un bassin merveilleux, tout de marbre, large de dix coudées et profond de même, supporté par une colonne, de marbre encore et s’enlevant à quatre coudées du sol. Sur le bassin, une coupole de plomb supporte, par douze colonnes de quatre coudées, une seconde coupole, d’argent cette fois. Ce sont ces mêmes colonnes, terminées en forme d’animaux ou d’ange, qui distribuent l’eau — ou le vin — de la citerne toute proche dont on a parlé un peu plus haut.

  • 295 MAS (t), 228. Cf. Janin, op. cit., p. 131.
  • 296 Cf. RST, 120 (lignes 1, 3 et 10-12), MUQ, 147. Peut-être y a-t-il, chez Ibn Rusteh, une distinction (...)
  • 297 RST, 120, et Canard, op. cit., p. 384.

79A côté de l’église, les palais, plus justement : le palais. Mas’ūdī mis à part, qui cite celui d’Irène, dit al-Abtārū (Eleuthère)295, nulle trace ici des constructions successives, Daphné, Chalcé, Magnaure, Triconque, Chrysotriclinos et tant d’autres, qui composèrent peu à peu une véritable ville dans la ville. Pour nos auteurs, il n’est qu’un palais (ou château) impérial : le dār (balā, qar) al-malik296, peuplé d’une foule de statues de bronze297, et qu’Ibn Rusteh seul décrit avec quelques détails.

  • 298 RST, 120-121, 123 ; cf. Canard, op. cit., p. 384-385, 389 (et n. 4), 434 (avec corrections de M. Iz (...)
  • 299 Cf. Janin, op. cit., p. 108, 116, 119, 187.
  • 300 Sur le problème qu’ils posent, cf. Canard, op. cit., p. 435.
  • 301 Correction de l’éditeur pour al-Mankabā. Le nom paraît clair : il s’agirait des Manganes, à l’extré (...)
  • 302 Sur ces prisons, cf. Canard, op. cit., p. 385, n. 1 (qui signale, à propos des Tarsiotes, l’invitat (...)
  • 303 ḤAW, 195.
  • 304 Ce dernier trait est de MUQ, 148.

80Le palais, c’est d’abord une enceinte, unique, et trois accès298, par des portes de fer. La première, dite de l’Hippodrome (bāb al-bīdrūn), peut-être celle des Skyles ou la Monothyre299, donne sur une galerie longue de cent pas et large de cinquante, avec estrades recouvertes de coussins et tapis de brocart, où se tiennent des Noirs christianisés300, porteurs de boucliers et de lances rehaussés d’or. La seconde porte, d’al-Mankanā301, ouvre sur une galerie de même largeur que la précédente, mais de longueur double, pavée de marbre et commise à la garde d’archers khazars. C’est ici le quartier des geôles : une pour les Musulmans, une autre pour les gens de Tarse, une troisième pour le peuple et la dernière pour les prisonniers du chef des gardes302. Ibn Ḥawqal303précise, mais en débordant le cadre de Constantinople, les noms et le régime de divers ensembles pénitentiaires : ceux des Thracésiens et de l’Opsikion sont les moins durs, car on n’y a pas de chaînes. En revanche, les Bucellaires et an-Nūmara (les Nouméra) joignent la rigueur à l’obscurité. Une cinquième prison, dite du Palais, semble réservée à ceux dont on veut adoucir le sort, soit qu’ils aient déjà passé par les Nouméra, soit qu’on veuille marquer un traitement de faveur à des personnages « distingués », notamment parmi les captifs musulmans304.

  • 305 Au Boukoleon, port du palais : cf. Canard, op. cit., p. 384, n. 5, Janin, op. cit., p. 297.
  • 306 Cf. Janin, op. cit., p. 115 sq. ; Marquart (op. cit., p. 227-228) incline à penser que les mots ind (...)

81La dernière porte, celle de la Mer305, voit la longueur de la galerie portée à trois cents pas, pour une largeur inchangée. Ici, le sol est carrelé de rouge, et la garde assurée par des Turcs armés d’arcs et de boucliers. La galerie mène à une esplanade de trois cents pas de large, puis à la tenture masquant la porte de la résidence impériale (sans doute le Chrysotriclinos)306, tandis qu’à gauche se trouve l’église palatine.

  • 307 RST, 122.
  • 308 Sur les divers édifices auxquels il peut être fait allusion sous cette appellation, cf. Canard, op. (...)
  • 309 Halanğ ; cf. supra, p. 226, n. 6. i. f.
  • 310 Le texte dit, parlant de l’Empereur : qa’ada ‘alä mā’idati - ahab : il s’assied au-dessus de la (...)

82Passé la tenture307, une cour de quatre cents pas dans les deux sens, pavée de marbre vert, aux murs ornés de mosaïques et autres parures. A droite, le Trésor impérial308, avec « la statue d’un cheval monté, dont les yeux sont deux rubis rouges. » A gauche, une salle de deux cents pas sur cinquante, meublée de trois tables, l’une d’ivoire, l’autre d’érable309 et la dernière d’or : c’est à elle que s’assied l’Empereur, après la messe du jour de Noël310.

  • 311 RST, 119 i. f., cite, près de la porte Bīġās, un lieu où l’Empereur vient se détendre (yatanazzahu) (...)
  • 312 HUR, 109 ; sur l’Hippodrome et les courses, cf. aussi ibid., 112, RST, 120, MUQ, 147-148, et Janin, (...)
  • 313 Une plate-forme (dakka) à degrés, au milieu de l’Hippodrome : MUQ, loc. cit.
  • 314 Cf. supra, p. 423, n. 6.
  • 315 Le trait est en contradiction avec ce qui a été dit supra, p. 424, n. 4 i. f.

83Parmi les dépendances du palais, relevons les parcs311 et surtout l’Hippodrome (al-Baḏrūm, al-Bīdrūn), si célèbre qu’il donne parfois son nom à la ville entière312. De ce champ de courses (maydān), nos textes, bien qu’imprécis, évoquent la spina centrale313 et la tribune de l’Empereur (kathisma)314. Les courses ont lieu au début du mois de mars ār), et les chevaux engagés appartiennent à l’Empereur ou aux princes. On les amène par deux portes donnant à l’ouest, dans la direction de la porte Dorée315, et on les attelle, par deux, à des chars, rangés de front au moment du départ et conduits par des esclaves.

  • 316 Sur l’ornementation de la spina, cf. Janin, op. cit., p. 189 sq.
  • 317 Je traduis ainsi, après M. Canard (op. cit., p. 423 i. f.), la notion de cri de ralliement, de devi (...)

84Parfois, deux rivaux seulement sont en lice : alors, le nombre des chevaux attelés monte à quatre par équipage, et For resplendit sur les chars comme aux vêtements des cochers. Les concurrents tournent trois fois autour des « idoles »316, le vainqueur recevant un collier et une livre d’or. « Tous les habitants de Constantinople, écrit Ibn Rusteh, assistent à ce spectacle », et Muqaddasī d’évoquer la fièvre des jours de course : d’abord, délimité par une corde et orné d’un cheval de bronze, l’enclos où l’on retient les bêtes : notre paddock ; et puis le jeu, avec ses cris317 : celui de l’Empereur (waynaū) et celui de son « ministre » (barāsiyānā), où l’on reconnaîtra, en réalité, les deux partis des Bleus (Ouenetoi) et des Verts (Prasinoi).

Byzance et ses merveilles

  • 318 MUQ, 148. C’est un exemple où les constructions publiques ne sont pas ramenées à un ou deux types p (...)
  • 319 ISḤ, 417.
  • 320 On en trouve la trace dans MUQ, 147, qui agrandit la stipulation aux dimensions d’une résidence, di (...)
  • 321 D’autres seront vues plus loin, à l’occasion de l’étude de l’étiquette impériale.
  • 322 RST, 125-126.
  • 323 C’est évidemment la colonne de Justinien. On pourra noter la vérité de nombre de traits (notamment (...)

85Voilà presque achevé notre tour de ville : il n’y manque guère que les marchés, « très beaux, où les prix sont bas et les fruits nombreux »318, et les mosquées319 pour les prisonniers musulmans, en réalité la mosquée dont la tradition fait un des articles du traité accepté par Byzance lors de l’expédition de Maslama320. Il manque, surtout, ces merveilles dont l’art, gratuit ou non, peuple l’intérieur et les approches des grands édifices : fontaines ou statues, nous en avons déjà vu quelques-unes321. Ibn Rusteh, que nous prendrons pour guide, nous mène devant d’autres322. Dix pas à l’ouest de Sainte-Sophie, un enclos de chaînes d’argent protège la base d’une colonne faite de plusieurs fûts superposés, qui élèvent à plus de cent coudées du sol une table de marbre, de quatre coudées sur quatre, supportant elle-même le tombeau, de marbre encore, où repose Justinien, le fondateur de l’église toute proche. Sur le tombeau, une statue de bronze, figurant l’Empereur à cheval, main droite levée « comme s’il appelait le monde à Constantinople », et tête couverte d’une couronne — celle-là même qu’il porta vivant — toute d’or, de rubis et de perles323.

  • 324 Sur cette horloge, cf. Canard, op. cit., p. 436, et Janin, op. cit., p. 102-103.
  • 325 Il s’agit sans doute, en réalité, des quatre chevaux de bronze pris à Chio sous le règne de Théodos (...)
  • 326 Marquart, op. cit., p. 236, estime que nous avons là un souvenir de la Colonne Serpentine, sur laqu (...)

86Autre monument célèbre : l’horloge dite d’Apollonios. Aux murs d’un pavillon situé sur le flanc occidental de Sainte-Sophie, vingt-quatre volets s’ouvrent et se referment d’eux-mêmes, chacun à son heure324. Dans le voisinage du palais impérial, trois chevaux de bronze, également d’Apollonios, servent de talismans et empêchent leurs pareils de hennir et de s’agacer les uns les autres325. Dans ces mêmes parages, un autre talisman figure quatre serpents de bronze entrelacés : grâce à eux, les enfants de Byzance peuvent jouer avec les reptiles sans craindre le moindre mal326.

  • 327 Littéralement : marché (sūq).
  • 328 Sans doute faut-il comprendre : avant qu’on procède aux préparatifs de leur acheminement. A moins q (...)
  • 329 Sur le Forum Amastrianum et la fonction, des deux mains de justice figurant sur le monument en ques (...)

87Enfin, a en allant vers la porte Dorée, au milieu du forum327 de la ville, on voit la voûte d’un arc, avec deux idoles dont l’une fait un signe de la main, comme pour dire : approche ! et l’autre comme pour dire : attends un peu ! Ce sont deux talismans devant lesquels on amène les captifs dont la libération est envisagée. On les fait s’arrêter là pendant qu’un messager s’en va informer l’Empereur. Si, à son retour, il trouve les prisonniers à la même place, il les ramène à la prison328. S’ils ont, au contraire, dépassé les deux idoles, ils sont mis à mort jusqu’au dernier329. »

88Telle est la Constantinople de nos textes : immense et donc largement méconnue, fragmentaire et splendide. Impériale, de toute façon. Car tous ses monuments, palais, églises, statues, rappellent l’autorité par qui et pour qui ils ont été conçus. L’Empereur n’est pas seulement le maître de la ville ou, s’il l’est, cela revient à souligner que cette ville, et lui avec, se dépassent : tous deux, comme on va le voir, sont à la mesure du monde entier, de l’espace et du temps universels.

L’Empereur : une histoire

  • 330 On reprendra ce thème infra, p. 463.
  • 331 MAS (p), § 772. L’éditeur et traducteur, Ch. Pellat, fait remarquer que la durée est en réalité de (...)
  • 332 MAS (p), § 734 sq. et 755 sq. (t), 190 sq. et 214 sq.(voir également, à propos de Constantin, un an (...)

89L’Empereur — le roi, comme disent les textes, arabes et byzantins — est un des grands souverains de la terre : il est partie prenante au partage du globe330. Mas’ūdī chiffre à 507 ans la durée de l’autorité impériale depuis Constantin jusqu’à l’époque où il écrit, et à 42 le nombre des monarques331. Les Prairies d’or et le Tanbīh donnent la liste de ces souverains, avant et après l’apparition de l’Islam332, ainsi que la durée de leurs règnes et leur correspondance avec ceux des califes musulmans ; le Tanbīh précise par un chiffre l’ordre de leur succession :

avant l’islam

avant l’islam
  • 333 Son souvenir est régulièrement associé à celui d’Hélène.
  • 334 Le Tanbīh distingue entre Constantin (II, Qusṭanṭīn, en réalité empereur d’Occident), qu’il fait hé (...)

Note 5333 Note 6334

  • 335 En réalité empereur d’Occident de 364 à 375, pendant que Valens règne sur l’Orient. On remarquera q (...)
  • 336 Valentinien II est, de façon plus théorique que réelle, empereur d’Occident de 375 à 392. C’est son (...)
  • 337 Cf. n. 2.
  • 338 Les Prairies réservent une mention spéciale à l’épouse de cet empereur, Pulchérie, sœur de Théodose (...)
  • 339 Avec interruption au profit de Basiliscus (475-476), dont on retrouve de vagues traces dans les Pra (...)

Note 1335 Note 2336 Note 3337 Note 4338 Note 5339

apres l’apparition de l’islam

apres l’apparition de l’islam
  • 340 A partir d’ici, les Prairies ne donnent plus, sauf exception, la durée des règnes.
  • 341 Sous le nom de César, fils de Phocas. Il n’est pas précisé à quelle date du règne l’Hégire prend pl (...)
  • 342 Un an après l’Hégire, nous est-il précisé.
  • 343 Fils de César, c’est-à-dire d’Héraclius : Constantin III.
  • 344 Fils de César, c’est-à-dire, sans doute, Héracléonas (fils d’Héraclius et demi-frère de Constantin (...)
  • 345 Fils d’Héraclius (?) ou d’Héracléonas (?).
  • 346 Moins les deux premières années du califat de ‘Uṭmān (sous Héraclius).
  • 347 Fils de Maurice.
  • 348 Il nous est précisé ensuite, à propos de Constantin IV, qu’il commence à régner dans les dernières (...)

Note 1340 Note 2341 Note 3342 Note 4343 Note 5344 Note 6 345 Note 7346 Note 8347 Note 9348

  • 349 Surnommé al-Aẖram (Rhinotmète).
  • 350 Sans doute Léon l’Isaurien, puisque l’Empereur suivant est dit « fils de Léon » ; ce Ğirğis aurait (...)

Note 1349 Note 2350

  • 351 Ce qui ne correspond guère aux dates précédentes, à moins d’entendre ce « jusqu’à l’époque » (ilä a (...)
  • 352 Ce Constantin nous est donné comme « fils de Pogonat ».
  • 353 Le Tanbīh donne ce règne-ci comme le second règne de Michel Ier, un temps écarté du pouvoir par Léo (...)

Note 1351 Note 2352 Note 3353

  • 354 Erreur manifeste dans les dates : le règne d’al-Musta’īn s’achève en 866, et non en 870, comme il n (...)
  • 355 Donné comme « fils de Michel, fils de Théophile », sans plus de précision.
  • 356 Cf. n. 1.
  • 357 Suivent, dans (p), § 771, quelques indications assez confuses sur les Lécapène (famille de Romain I(...)

Note 1354 Note 2355 Note 3356 Note 4357

90Ce long tableau montre des réussites et des faiblesses. Dans l’ensemble, les informations du Tanbīh, postérieures à celles des Prairies, serrent de plus près la réalité. Curieusement, les époques de flottement ne se situent pas toutes dans la plus haute antiquité : une fois l’Empire d’Occident disparu d’une histoire qu’il embrouillait, celle-ci devient beaucoup plus sūre ; les hésitations reprennent ensuite dans la zone de naissance de l’Islam et enfin, au moins pour les Prairies, dans ce qui était alors, au moment où écrivait Mas’ūdī, l’actualité ou le passé proche. Trois moments d’incertitude apparaissent donc : l’avènement de l’Empire byzantin, celui de l’Islam, et l’aujourd’hui.

  • 358 Cf. supra, p. 428, n. 3.
  • 359 Le premier chiffre est obtenu, en l’absence de données historiques sûres pour nos auteurs (date de (...)
  • 360 Cf. MAS (p), § 504 (cité et expliqué supra, p. 271-272, à propos du Caucase ; on relèvera, pour le (...)
  • 361 On reviendra sur cette question en fin de chapitre.

91Simples flottements de la connaissance ou indice de troubles plus profonds ? Les chiffres donnés doivent, dans les Prairies en tout cas, piquer notre curiosité : les 42 empereurs se partagent exactement entre les deux périodes pré-musulmane et musulmane et, malgré les 507 ans avancés par Mas’ūdī pour la durée totale des règnes358, les comptes respectifs s’établissent, pour les deux périodes, à 323 et 321 années359. L’Empire byzantin est né, puis, au bout d’une époque déterminée, l’Islam, et voici qu’on se trouve au terme d’une époque égale. Qui sait si ce n’est pas une croisée de chemins ? Dans la vision inquiète et même pessimiste de l’avenir360, est-ce l’Islam qui doit vaincre à la fin, ou Constantinople, deux fois plus ancienne que lui, indéracinable jadis, conquérante aujourd’hui ? Jusque par le poids de ses institutions, ancrées dans les siècles, Byzance pose à l’Islam, de façon implicite, le problème de sa survie à lui361.

L’institution impériale

  • 362 Pour les pages qui suivent, on consultera L. Bréhier, Les institutions de l’Empire byzantin, Paris, (...)
  • 363 Pour les pages qui suivent, on consultera L. Bréhier, Les institutions de l’Empire byzantin, Paris, (...)
  • 364 HUR, 109, MAS (t), 234 (où les deux bottines rouge et noire apparaissent aussi comme les insignes d (...)
  • 365 HUR, 109.
  • 366 MAS (t), 234-235.

92L’Empereur362 porte le titre de César (Qayṣar) ou de Basileus (Bāsīl, Bāsīlī)363. Les insignes de son pouvoir sont le trône d’or, la couronne, la soie de pourpre foncée et les bottines rouges : chausser celles-ci sans être empereur entraîne la mort ; seule exception, et à demi encore : l’héritier désigné porte une bottine rouge et une noire364. Aucun code, écrit ou dynastique, ne règle la succession, ouverte à la seule force, et même des femmes peuvent y prétendre365. Le souverain détient « le pouvoir du glaive », en d’autres termes de la guerre et de l’impôt, la seule entrave à son autorité touchant les questions religieuses, qui relèvent de la compétence du patriarche de Constantinople366.

  • 367 HUR, 109, MAS (t), 234.
  • 368 On sait que le récit se trouve dans les deux relations d’ambassade à Constantinople et chez les Nor (...)

93Premier personnage dans l’Etat comme dans le cœur des Byzantins, l’Empereur ne s’incline que devant le trône de fer du chef de l’Eglise367. Partout ailleurs, c’est devant lui, le maître suprême, qu’on se prosterne : la ruse de Ġazāl, l’ambassadeur des Umayyades d’Espagne, pour échapper à l’obligation (sous sa variante du joug), peut symboliser, aux yeux d’un public musulman, et ce rite et les réserves qu’il suscite368.

  • 369 Soit de Noël à l’Épiphanie. Cf. RST, 122-123, traduit et commenté dans Marquart, op. cit., p. 232-2 (...)
  • 370 Supra, p. 425.
  • 371 Les deux premiers plateaux (ou tables : mawā’id) sont dits incrustés de perles et de rubis. Sur le (...)

94Une rigoureuse étiquette préside aux audiences et déplacements : écoutons Ibn Rusteh. Après la messe de Noël et pendant les douze jours qui suivent369, l’Empereur festoie à la table d’or de la grande salle que nous avons déjà visitée370. On lui apporte d’abord, sur des chariots, quatre plateaux d’or, dits de Salomon, de David, de Qārūn et de Constantin ; plateaux étranges, auxquels on ne touche pas, et qu’on enlève seulement lorsque l’Empereur quitte la salle371. Devant les prisonniers musulmans invités, le héraut jure, sur la tête du souverain, que les mets, apportés sur des plats d’or et d’argent, ne contiennent aucune parcelle de porc. Le repas est suivi d’une audition d’orgue et de cymbales. Au dernier des douze jours, chaque prisonnier reçoit deux dinars et trois dirhems.

  • 372 RST, 123-125, Marquart, op. cit., p. 219-223, 234, Canard, op. cit., p. 389-381 et 435.
  • 373 Sur les fonctions et les corps qui peuvent être représentés dans ce cortège, cf. Bréhier, op. cit., (...)
  • 374 Ces haches sont bipennes (cf. référ. dans RST, trad., 139, n. 6), ce qui pourrait nous faire penser (...)
  • 375 Cf. supra, p. 98, n. 5.
  • 376 C’est évidemment le Silentiaire ; sur les problèmes posés par le mot de raūm, cf. Canard, op. cit. (...)

95Voici maintenant l’Empereur en marche372. Du palais à Sainte-Sophie, l’itinéraire est jonché de nattes, de feuillage et de plantes odoriférantes, et les murs tendus de brocart. Extraordinaire cortège373 : viennent d’abord dix mille vieillards vêtus de brocart rouge, tête nue et cheveux dénoués, puis dix mille jeunes hommes, en brocart blanc, dix mille pages, en brocart vert, dix mille valets, en brocart bleu ciel et tenant en main des haches dorées374. Suivent cinq mille eunuques, d’âge moyen, habillés de popeline blanche du Hurāsān et portant croix d’or, puis dix mille pages, turcs ou khazars, avec gilets rayés, boucliers et lances rehaussés d’or. Ce sont ensuite cent patrices de haut rang, en brocart multicolore, tenant des encensoirs d’or où brûle l’aloès du Khmer375 ; douze patrices, les premiers de leur ordre, en tenues brochées d’or, et baguette d’or en main ; cent pages dont les vêtements s’ornent de perles et d’une bande de couleur, et qui portent, dans un coffre d’or, l’habit de prière de l’Empereur ; un homme appelé ar-Raḥūm, dont le cri répété de : « Silence ! » fait taire le public376 ; un vieillard porteur d’une aiguière et d’un bassin d’or, incrustés de perles et de rubis.

  • 377 Ce qui laisserait entendre que Hārūn b. Yaḥyä, dont Ibn Rusteh reprend le récit, n’a pas vu l’Emper (...)

96Et, enfin, l’Empereur. Revêtu des habits précieux dits al-aksīmūn (les allaxima), en soie entremêlée de pierres précieuses, il porte la couronne et les deux bottines rouge et noire377. Derrière lui vient le « premier ministre » (al-wazīr). L’Empereur, à pied, tient une boîte d’or renfermant de la terre. Tous les deux pas, le ministre lui dit : « Memnesthe tou thanatou ! », ce qui veut dire en grec, précise le texte : « Souvenez-vous de la mort ! » A ces mots, l’Empereur s’arrête, ouvre la boîte, regarde la terre, la baise et pleure.

  • 378 Cette formule semble confirmer (cf. note précédente) qu’il s’agit bien d’une association à l’empire (...)

97Devant l’église, aiguière et bassin sont présentés au souverain, qui se lave les mains et dit au ministre : « Je suis innocent du sang du peuple tout entier ; Dieu ne m’en tiendra pas responsable, car je m’en suis déchargé sur ta nuque. » Il se dépouille alors de ses vêtements, dont il habille le ministre, et, prenant l’écritoire de celui qui voulut se rendre innoncent du sang du Christ, Pilate, il le pose sur la nuque du ministre en proférant ces mots : « Gouverne avec justice, comme Pilate le fit ! » Et le ministre de faire le tour des places de Constantinople, cependant qu’on lui crie : « Gouverne avec justice les affaires du peuple, dont l’Empereur t’a investi378 ! »

  • 379 On introduit également, dans l’église, trois chevaux : nous les retrouverons plus loin, à propos de (...)

98On introduit les prisonniers musulmans dans l’église. Ils regardent toute cette pompe (zīna) et l’Empereur, en s’écriant par trois fois : « Dieu donne à l’Empereur de longues années ! » Après quoi, on leur remet des vêtements d’honneur379.

  • 380 Sauf la réserve d’une conversion possible de Hārūn b. Yaḥyä (cf. supra, p. 426, n. 5) ; on peut se (...)

99Tout n’est pas clair, tant s’en faut, dans ce monde chrétien vu par des yeux musulmans380 : pour ne prendre que cet exemple, rien ne nous est dit sur un éventuel symbolisme des nombres, des âges et des couleurs ; mais au moins nous éclaire-t-on, à travers cette cérémonie, sur deux aspects essentiels de la fonction impériale : son association avec la religion et sa prééminence, si bien traduite par la lenteur de la procession, le luxe inouï du décor et la place même du souverain, au terme, longtemps attendu, d’un cortège qui n’en finissait pas. Cette prééminence, Ibn al-Faqīh va l’accentuer encore dans le sens du fabuleux.

Les merveilles de l’audience impériale

  • 381 FAQ, 140 i. f. sq. (l’ambassade se place sous les califats d’Abū Bakr ou de ‘Umar, compte tenu de s (...)

100Ibn al-Faqīh reproduit le récit d’une ambassade califienne à Constatinople381. Ses membres s’entendent interdire d’approcher la capitale sur leurs montures, des chameaux : ils doivent prendre des mulets ou autres bêtes de somme. Refus. On en réfère au palais, qui cède. Les ambassadeurs entrent dans la ville sur leurs chameaux, sabre au côté et tête ceinte du turban. Ils font halte devant une salle ouverte, d’où on les regarde arriver. A l’audience, ils trouvent le souverain entièrement vêtu de rouge et entouré des patrices.

  • 382 FAQ, 137-139. Sur ce personnage, cf. les références données par l’éditeur, dans FAQ, 137, note e.
  • 383 Trois fois à partir de cette seconde attente, ou trois fois au total : le texte ne permet pas de tr (...)

101Le plus intéressant, dans ce récit, n’est pas là : gardons-le pour l’instant en réserve, et tournons-nous vers un autre passage où l’on nous parle de ‘Umāra b. Ḥamza, lui aussi envoyé du calife auprès de l’Empereur382. Première halte à une assez longue distance du palais. Première autorisation, accès à un nouveau lieu, et nouvelle attente. Ce cérémonial se renouvellera trois fois383. Entrée dans le palais, enfin. Mais il faut passer entre deux lions. Hésitation de l’ambassadeur, qui prend cependant son courage à deux mains. Les lions se tiennent tranquilles. Encore une pièce, avec deux sabres qui coupent, au sens propre, le chemin, et ne laisseraient pas se glisser une mouche. Invocation à Celui qui sauve des lions. Les sabres s’immobilisent, on franchit l’obstacle.

102Troisième salle, où siège l’Empereur, mais si loin qu’on l’aperçoit à peine. Au tiers de la distance, un nuage rouge enveloppe l’ambassadeur. Son chemin perdu, il reste là, un long moment, puis, le nuage dissipé, reprend sa route. Au second tiers, nouveau nuage, vert cette fois ; même attente, au bout de laquelle, enfin, l’accès à l’Empereur est permis.

  • 384 Umira bi l-qiyām (FAQ, 139) : le trait (ordre est donné de se lever) doit s’entendre comme mettant (...)

103C’est le souverain lui-même qui donnera, plus tard, l’explication de ces merveilles, l’envers de ces machineries (iyal) destinées à effrayer l’arrivant. Elles ne sont pas les seules : lorsque l’Empereur veut mettre fin à une audience, des mains, sorties du mur, poussent les assistants dans le dos. L’injonction est claire : la séance est levée384.

  • 385 Cf. Janin, op. cit., p. 117. Il faudrait ajouter à ces merveilles le thème des oiseaux de métal (cf (...)

104Merveilles peut-être, mais merveilles réelles. Les récits d’autres ambassadeurs, Liutprand par exemple, recoupent les nôtres, nous permettant de situer ces réceptions et leur cérémonial au palais de la Magnaure385. On pourrait toutefois se demander, avec nos auteurs, si tant d’efforts atteignent leur but. Qu’un Empereur, prenant en sympathie un envoyé du calife, révèle les « trucs » des divers mécanismes employés, et voilà tout l’effet par terre. Car peu importe que cet effet ait joué auparavant ; l’important est qu’il ne se reproduira plus. Le mystère n’est mystère que s’il le reste, et la crainte disparaît avec lui.

105Encore n’a-t-on affaire qu’aux hommes. Mais Dieu, parfois, s’en mêle. Le premier récit d’ambassade, cité plus haut, est moins intéressant par la description, au demeurant très brève, de l’apparat recherché en vue de susciter une frayeur révérentielle, que par le démontage dudit apparat. Voyons comment les choses se passent.

  • 386 Le but officiel de l’ambassade est d’inviter l’Empereur à se convertir à l’Islam (FAQ, 140).

106A l’arrivée devant la grande salle ouverte, les envoyés de l’Islam386s’écrient : « Il n’y a de Dieu que Dieu, et Dieu seul est grand ! » A ces mots, la salle tremble comme palme sous le vent. Un messager de l’Empereur vient dire aux ambassadeurs qu’ils n’ont pas à afficher leur foi à la porte du souverain. Un peu plus tard, à l’audience, l’entretien, facilité par l’arabe impeccable que parle l’Empereur, se déroule en ces termes :

107« Qu’est-ce qui vous a empêchés, dit le souverain avec un brin d’ironie, de me saluer avec les formules de votre Prophète ? Cela vous serait mieux allé.

    • 387 Cf. Coran, CIX, 6 : A vous votre religion, à moi ma religion.

    Nos formules de salut ne te conviennent pas, et celles par lesquelles on te salue ne nous conviennent pas, à nous387.

  • Et quelles sont les vôtres ?

  • « Le salut soit sur toi ! »

  • Et pour votre roi ?

  • La même chose.

  • Et sa réponse ?

    • 388 Ici, deux questions très brèves sur des points d’institution : héritage, jeûne et prière.

    La même encore388

  • Et que dites-vous de plus solennel ?

  • « Il n’y a de Dieu que Dieu, et Dieu seul est grand ! »

108Les plafonds tremblent, comme s’ils allaient s’écrouler sur les assistants : « Ces mots, ces mots, s’écrie l’Empereur, ce sont eux qui ont secoué la salle ! » Et, sur la confirmation que lui en donnent les ambassadeurs :

109« Et chaque fois que vous les dites, vos plafonds tremblent ainsi ?

  • Que non pas !

  • Et si vous les dites en pays ennemi, produisent-ils cet effet-là ?

  • Pas davantage. Ce n’est arrivé qu’ici, chez toi.

  • La sincérité est une belle chose. Je vous aurais bien cédé la moitié de mon pouvoir, à charge pour vous d’agiter n’importe quoi avec ces paroles-là.

  • Explique-toi.

  • Les choses eussent été tellement plus simples et plus normales s’il s’était agi de quelque stratagème humain, et non pas d’un avertissement prophétique ! Ces mots que vous dites : « Il n’y a de Dieu que Dieu ! », ils veulent bien dire qu’il est seul à l’être ?

  • Évidemment.

  • Et « Dieu seul est grand », qu’il est plus grand que tout ?

  • Oui. »

  • 389 Cf. supra, p. 439, n. 1.
  • 390 On notera qu’ils ne se récrient même pas lorsque l’Empereur laisse entendre qu’il avait caressé le (...)

110Et l’Empereur de poser ensuite, sans qu’on nous les précise, « des questions pleines de sens ». Par où l’on voit que la situation est définitivement renversée au profit de l’Islam : les inventions des hommes, faites pour effrayer leurs semblables, se retournent contre eux dès lors qu’elles ne sont pas inspirées. A l’inverse, d’où vient le succès — rien moins que prémédité — des envoyés de l’Islam ? Du fait, justement, que, venus parler en son nom389, ils se contentent d’affirmer sincèrement leur foi, hors de tout calcul, qu’ils refusent d’en galvauder la formule, de laisser croire qu’elle pourrait être, elle aussi, un de ces tours dont n’importe qui pourrait faire son profit390. Car on joue des tours aux hommes, mais pas à Dieu.

  • 391 Comparer avec ce qui se passe lors des secousses : l’Empereur est hostile (lors de la première), un (...)
  • 392 On traitera du thème du Rūm ennemi suprême de l’Islam, infra, p. 477 sq.

111Et du reste, Dieu se garde bien d’épuiser ses effets : quand on débat sérieusement de la foi, en fin de récit, quand le cœur des hommes consent au moins à écouter ce qu’elle dit391, la terre ne tremble plus. Sans doute fallait-il cette intervention suprême, s’agissant de l’Empereur : car ce fabuleux monarque est, aux yeux de l’Islam, le chef incontesté de l’impiété. Contentons-nous d’en relever ce signe éminent392 : c’est chez lui, chez lui seulement, à Constantinople et en son palais, que la terre, d’ordre de Dieu, s’insurge : parce que c’est ici que Dieu est le plus bafoué et d’abord, peut-être, le plus oublié au milieu d’un luxe démentiel, qui insulte à la modestie que doit garder la créature. Les merveilles impériales ne sont finalement que la brillante façade d’un édifice qui pourra toujours éblouir les hommes, mais qui ne laissera pas d’être vide, vide de toute la méconnaissance de Dieu.

L’entourage de l’Empereur

  • 393 HUR, 105, 109, FAQ, 146. La garde du palais et de la ville sera étudiée plus en détail avec Qudāma (...)
  • 394 QUD, 256. Sur ces corps d’armée, cf. H. Glykatzi-Ahrweiler, op. cit.
  • 395 Le domestique des Scholes apparaît souvent en effet comme le chef suprême de l’armée ; sur lui et l (...)
  • 396 Si l’ordre suivi par Qudāma est bien celui qu’on observe dans la hiérarchie des quatre corps d’armé (...)
  • 397 Le texte donne un mot, non diacrité, qui peut se lire arimūs. Il ne semble y avoir aucun doute : la (...)
  • 398 Il y a ici beaucoup d’incertitudes. La mission assignée à ce corps est, en réalité, une de celles q (...)
  • 399 Lecture très incertaine ; sur le corps des Optimates, cf. ibid., p. 274, et H. Glykatzi-Ahrweiler, (...)
  • 400 Ici, le mot donné par le texte arabe semble prêter à moins d’incertitudes ; sur le corps fantassin (...)

112On a déjà pu s’en rendre compte, chemin faisant : l’Empereur et Constantinople, c’est tout un. Et d’abord, les patrices : qu’ils résident tous les douze dans la capitale, ou six seulement d’entre eux, ils apparaissent, dans nos textes, comme les compagnons privilégiés du souverain. Ils commandent à une garde de quatre mille cavaliers et autant de fantassins. En outre, un corps de quatre cents hommes, revêtus de manteaux verts rehaussés d’or, conseillent l’Empereur, exécutent ses ordres et ceux des patrices, certains d’entre eux étant plus particulièrement chargés de la garde personnelle du souverain et de l’exécution des prisonniers musulmans393. Qudāma394 donne des chiffres différents : il y aurait, à Constantinople, vingt-quatre mille soldats : seize mille cavaliers et huit mille fantassins. La cavalerie rassemble quatre corps de quatre mille hommes chacun : les Ishulāriya (les Scholes), gouvernés par le Grand Domestique, qui est par ailleurs commandant suprême et dispensateur des soldes395 ; les Hašf (Excubites ?)396 ; l’Arithmos, préposé à la garde, sous l’autorité du Drongaire (turunğār)397 ; enfin, les Fédérés (Phoideratoi), qui accompagnent le souverain dans ses déplacements398. Quant aux fantassins, ils constituent deux corps égaux de quatre mille hommes : les Optimates (?)399 et les Nouméra400.

  • 401 HUR, 112 (repris dans FAQ, 147).
  • 402 FAQ, 147, fait de lui aussi un logothète ; on penserait évidemment au Logothète des Bureaux, mais l (...)
  • 403 De Goeje traduit ainsi le mot muraqqib du texte arabe (cf. HUR, 3 (glossaire) et trad., 84, n. 3).
  • 404 Le texte, incertain il est vrai, disant ‘ard al-kutub (présentation des pièces écrites), on peut pe (...)
  • 405 Cf. ibid., p. 103 et pass., avec lequel on nuancera quant aux dates et à l’histoire de ces charges, (...)
  • 406 Cf. ibid., p. 81.
  • 407 Cf. D. Sourdel, Vizirat, p. 589 sq. et passim, et A. A. Duri, « Dīwān », dans EI (2), t. II, p. 334 (...)

113Ibn Hurdādbeh, dans un autre passage401, précise quelques postes de la haute administration impériale. Au sommet de la hiérarchie, le Patrice de rang suprême, premier ministre (vizir) et lieutenant de l’Empereur ; puis, le logothète (luġutī), chef du département de l’impôt foncier (harāğ) ; le chef de la chancellerie402 ; le chambellan ; le chef du département de la poste ; le grand juge ; le chef des gardes ; enfin le garde du palais403. Sans doute peut-on reconnaître ici, de près ou de loin, quelques-uns des plus hauts dignitaires de l’appareil byzantin : Logothète général, Questeur404, Maître des Cérémonies, Logothète du Drome, Quaesitor, Domestique des Scholes, Curopalate405. Mais la mention d’un premier ministre (vizir), lequel n’existe pas à Constantinople, au moins en titre406, nous inviterait à nous demander si, en regardant Byzance, ce n’est pas à Bagdad que pense Ibn Hurdādbeh407.

  • 408 HAW, 195-196.
  • 409 Le Domestique est sans doute celui des Scholes. Le mot de zarāwira (sg. zirwār) provient sans doute (...)
  • 410 Sur le mot de tunnā’ (sg. tāni’), cf. Canard, op. cit., p. 413, n. 1.
  • 411 Soit drongaire (en fait, grade inférieur) et patrice (en fait, une dignité).

114Ibn Hawqal408 ambitionne d’être plus précis. Au plus haut de la hiérarchie, naturellement, l’Empereur ; puis le Logothète, assimilé à un premier ministre (vizir) ; puis l’Eparque, chaussé d’une bottine rouge et d’une noire : privilège exclusif d’un personnage qui exerce la justice sans devoir en référer au souverain, y compris pour les peines capitales. Viennent ensuite, dans l’ordre, le Domestique et les Patrices, ces derniers toujours au nombre de douze, le vide laissé par la disparition de l’un d’eux étant aussitôt comblé ; puis, les Zarāwira, en quantité innombrable, qui jouent le rôle de chefs de corps attachés aux commandants d’armées409 ; enfin, au dernier échelon de la hiérarchie, les turmarques, donnés comme représentants de l’aristocratie foncière410et des riches familles de Constantinople. Ce grade donne accès aux deux autres immédiatement supérieurs411. A tout fils de turmarque né dans la capitale, l’Empereur accorde une solde, pour la vie durant : elle lui permet de gravir régulièrement, dans son corps, les différents degrés de la hiérarchie, les sommes versées augmentant en conséquence, et aussi à proportion des capacités démontrées. Mais si l’intéressé se fait moine, l’Empereur le fait rayer des contrôles et supprime la solde.

  • 412 MAS (t), 229, 437.
  • 413 Hud, 157.
  • 414 Cf. supra, p. 396-398 (où apparaissent également, d’après FAQ, les turmarques).
  • 415 MAS (t), 234. L’association des deux personnages, indiscutable, n’est pas aussi tranchée que le veu (...)

115A ces renseignements, joignons-en d’autres, glanés ici ou là. On a vu plus haut, à l’occasion de la procession impériale décrite par Ibn Rusteh, apparaître, à défaut du nom, la fonction du Silentiaire, et aussi le vizir, ce premier ministre qu’Ibn Ḥawqal assimile au Logothète. Mas’ūdī semble hésiter : il fait du Logothète le chef du département du foncier, mais parle ailleurs d’un vizir gouvernant au nom du souverain412 : définition qu’Ibn Ḥawqal applique, on l’a vu, à ce même Logothète. Les udūd al-’ālam413 parlent du commandant en chef (sipāhsallar) de chaque province : à l’évidence le stratège, gouverneur du thème, que nous connaissons déjà414. Enfin, il y aurait un mot à dire du Patriarche de Constantinople, chef religieux sans doute, mais aussi personnage de la hiérarchie étatique : le seul devant qui l’Empereur lui-même s’incline, le Patriarche, titulaire du trône de fer, apparaît comme l’associé, au spirituel, du souverain415.

116La référence à la réalité de l’histoire byzantine montre que ces renseignements, malgré l’intérêt de nombre d’entre eux, pèchent souvent par défaut. Et par confusion aussi : entre charges civiles ou militaires, entre différents stades d’une même institution, entre fonctions et dignités enfin. De tout cela, Byzance, elle d’abord, est responsable : s’il arrive, aujourd’hui encore, qu’on puisse hésiter sur divers points de son organisation administrative, extraordinairement complexe et presque toujours en évolution, comment s’étonner qu’avec les moyens dont ils disposaient, nos géographes n’aient ni tout dit, ni même, souvent, signalé l’essentiel, ni pas toujours opéré les distinctions indispensables ?

  • 416 Cf. supra, p. 436.
  • 417 Même s’il arrive que la première s’attache à telle ou telle charge de l’appareil étatique.
  • 418 HUR, 112, FAQ, 147.
  • 419 HUR, 109.
  • 420 Sur la Sicile, cf. supra, p. 404, n. 10 ; sur la Sardaigne, supra, p. 378, n. 6.
  • 421 Comme pour les udūd : supra, p. 443.
  • 422 HUR, 111 (FAQ, 147, QUD, 255, i. f.-256, MAQ, IV, 63-64).
  • 423 Les noms sont transcrits : birīq, urmāh, urunğār, qūmas, qunarh, dāqarh. Sur ces grades et ces (...)
  • 424 Le Drongaire du ploïmon, « chef de la flotte stationnant dans la capitale » : cf. H. Ahrweiler, Byz (...)

117Les patrices, justement, fournissent un bon exemple de ces insuffisances et de ces confusions. On a vu plus haut qu’ils constituent un corps de douze « immortels », ou un ensemble beaucoup plus vaste dont ces douze forment le noyau416. De toute façon, rien qui indique que le titre de patrice fut, dans l’histoire, le signe d’une dignité, non d’une fonction417. Ainsi s’explique sans doute qu’Ibn Hurdādbeh fasse courir une hiérarchie patricienne parallèlement à celle des charges, le « vizir » et lieutenant de l’Empereur étant aussi le patrice de plus haut rang418 ; ou encore, que le même Ibn Hurdādbeh 419, parlant des six patrices ne résidant pas à Constantinople, leur assigne, en fait de résidences, ce que nous savons, nous, être les thèmes, lesquels relèvent des stratèges : Amorium (Anatoliques), Ancyre (Bucellaires), Arméniaques, Thrace, Sicile et Sardaigne420 : interprétation que confirme421un autre passage d’Ibn Hurdādbeh422, où il nous dit qu’un patrice commande à dix mille hommes, avec l’aide de deux turmarques, chacun d’eux étant assisté de cinq drongaires, chaque drongaire de cinq comtes, chaque comte de cinq centeniers, et chaque centenier de quatre dizainiers. Aucun doute : nous sommes ici en pleine administration militaire423, et pas seulement terrestre : Mas’ūdī parle d’un « patrice de la mer », lequel est évidemment, dans la réalité, le Drongaire de la flotte424.

  • 425 Chaque communauté conserve, on ne l’oubliera pas, « ses lois et usages internes avec ses chefs prop (...)
  • 426 Cf. sa présence au sommet de la hiérarchie des Sabéens de Ḥarrān, elle-même présentée comme héritée (...)
  • 427 Cf. I. Kawar, dans EI (2), t. I, p. 1287-1288. MAS (p), § 1291 (texte arabe, n. 5), hésite entre le (...)

118Conclusion : pour nos auteurs, le patrice, omniprésent dans l’appareil aulique et étatique, est le signe de la proximité impériale. Mais pourquoi lui, et lui seul ? Du dédale des charges et des titres qu’offre l’histoire de Byzance, pourquoi nos textes ne retiennent-ils que ce nom, ce nom seul dès qu’il s’agit d’évoquer l’entourage du prince ou la délégation du pouvoir souverain ? La raison est sans doute à chercher dans une confusion entre les deux formes birīq (barīq) : patrice, et baṭrak : patriarche. Comme ce dernier était connu, à l’intérieur même du monde musulman, pour le chef d’une hiérarchie qui n’était pas seulement religieuse425, et comme son nom était, de notoriété publique grec426, nos auteurs, très vraisemblablement, ont fait du baṭrak, mais sous le terme voisin de biṭrīq, le symbole, privilégié et quasiment unique, de la hiérarchie byzantine427.

De quelques particularités de l’administration byzantine

  • 428 HUR, 111-112, FAQ, 140, HAW, 196-197 (cf. Canard, dans Vasiliev, op. cit., t. II/2, p. 414, n. 2, 4 (...)
  • 429 Cf. Sourdel, Vizirat, p. 587-588, C. Cahen « aā’ », dans EI (2), t. I, p. 751-752. Les « excès » (...)
  • 430 Ceux-ci incluant, à l’évidence, ceux de la hiérarchie militaire, que nos auteurs, on l’a vu, ne sép (...)
  • 431 Cf. Sourdel, op. cit., p. 694 (de 10 à 7 000 dinars mensuels). Sur les traitements dans l’administr (...)

119Particularités ? En fait, ne cherche-t-on pas à retrouver dans Constantinople ce que l’on connaît déjà par Bagdad ? Et si originalité il y a, faut-il la déceler dans l’existence même des institutions, ou, plutôt, dans certaines de leurs modalités ? Prenons le cas des agents de l’État : ce qui frappe nos auteurs, c’est, pour les traitements en général et pour la solde des officiers en particulier, la hiérarchisation, et, pour la solde des troupes, l’irrégularité. En livres d’or, pour les officiers, l’échelle s’établit ainsi : 1, 12, 24, 36, 40 ; pour la troupe, elle s’écrase : de 12 à 18 dinars annuels, mais les sommes peuvent être payées, en bloc, tous les trois, quatre, cinq ou même six ans428. Sur ce dernier point, nul doute que l’étonnement ne joue au détriment de Byzance : même si les termes des soldes allouées aux troupes califiennes tombent selon des « mois » extrêmement lâches (de trente à cent quatre-vingts jours), on est loin des retards signalés ici, des excès que l’on sent se profiler derrière eux : troubles, grognes et mutineries429. Pour les traitements430, c’est l’inverse, dirait-on, qui se produit : les services de l’administration bagdadienne nous offrant une échelle de l’ordre de 1 à 700431, la référence à Constantinople peut être l’indice du rêve — formulé avec prudence et de très loin — d’un appareil d’État moins dispendieux et plus juste.

  • 432 Cf. D. Sourdel, « barīd », dans EI (2), t. I, p. 1077-1078, et Bréhier, op. cit., p. 266 sq.
  • 433 HUR, 102, 112, 113, RST, 119, HAW, 195, 201 i. f. Sur la parasange, cf. W. Hinz, « farsakh », dans (...)

120De la poste432, on retient qu’elle s’effectue non seulement par terre, mais aussi par mer, lorsqu’il s’agit des marchandises appartenant à l’Empereur. A travers les témoignages de Hārūn b. Yaḥyä (chez Ibn Rusteh) et d’Ibn Ḥawqal, on peut lire les grands itinéraires du courrier officiel à travers l’Asie Mineure, par Ancyre ou Nicée. Le service est assuré par des bêtes de bât et de petits mulets agiles, à la queue coupée, et l’organisation générale comporte des centres de ravitaillement et de remonte : Ibn Hurdādbeh évoque celui de Malāğina, avec ses « étables » (iṣṭablāt). La base du système, toutefois, ce sont les relais, distants d’une parasange, soit six kilomètres environ : indice d’un réseau très dense et, par suite, de vitesses soutenues : avec des relais de deux ou quatre parasanges, comme dans le monde musulman, Hārūn b. Yaḥyä aurait-il traversé l’Asie Mineure en quelques jours à peine433 ?

  • 434 HUR, 111 (FAQ, 147) ; cf. Bréhier, op. cit., p. 213-214.
  • 435 Un seul pour FAQ, loc. cit.
  • 436 ḤAW, 197-199.
  • 437 Le chef du très important thème maritime des Kibyrrhéotes : cf. Bréhier, op. cit., p. 170, 288, 291 (...)
  • 438 ḤAW, 197 i. f.-198, précise qu’à la suite du dépérissement des marches musulmanes, on est passé du (...)

121L’impôt foncier (harāğ) de l’Empire434 est fondé sur le cadastre, l’assiette étant de trois dinars l’an pour deux cents boisseaux (mudy) de récolte. Sont perçus aussi : la dîme des céréales, stockée dans des greniers et destinée à l’approvisionnement des troupes ; un dinar par tête, pour les Juifs et les Zoroastriens (Mağūs) ; enfin, six dinars435par feu. Ibn Ḥawqal436 apporte, quant à lui, d’intéressantes précisions pour les pays de Trébizonde et d’Anāliya. Tout le butin en provenance des pays d’Islam, prisonniers, navires ou marchandises, est frappé d’une taxe impériale, le percepteur trouvant à ces opérations meilleur compte encore que son souverain. En outre, le commandant de la flotte d’Anṭāliya437, chargé des incursions maritimes contre les rivages musulmans, percevait438 en impôts la valeur de trois cents quintaux d’or, ce qui, joint à d’autres droits et à des gratifications diverses, assurait une somme de trente mille dinars annuels, à quoi s’ajoutait encore le produit de la vente de cent prisonniers. A Trébizonde, la dîme est prélevée, au nom de l’Empereur, sur toute marchandise importée ou exportée, l’administration des douanes assurant son propre budget par des contributions imposées aux commerçants.

  • 439 FAQ, 76 (Égypte), ḤAW, 197 (Maġrib = possessions fāimides), MUQ, 64 (n’importe quelle iya du mo (...)
  • 440 FAQ, 139.

122La question que l’on se pose, lorsqu’on est musulman, est celle du montant global de l’impôt et, à travers lui, de la puissance du Rüm. D’un côté, on veut se rassurer : avec tous ses revenus, l’Empire byzantin n’égale pas telle province, voire tel canton du monde musulman439. Mais l’inquiétude demeure, dont le signe éminent reste le trésor, le trésor impérial enfoui dans les replis du palais, au fin fond de la Constantinople lointaine. Trésor inaccessible ou presque : celui-là seul le vit qui gagna, à l’occasion d’une ambassade, la faveur du souverain440.

123Dans un pavillon aux portes scellées, des alignements de sacs blancs. A l’invitation de l’Empereur, l’envoyé du calife fait prélever, sur le contenu d’un des sacs, de quoi emplir un vase. Le pavillon fermé, on passe à un autre, où les sacs sont rouges. Même scène. Retour à la résidence impériale. On installe un soufflet de forge. Dans une livre de plomb fondu, on verse la substance blanche prise au premier sac, en quantité infime : ce qui peut tenir sur l’ongle du pouce. Et voilà le plomb changé en argent. Puis, c’est le tour du cuivre et de la substance rouge, qui donnent l’or.

124Le plus fabuleux, le plus inquiétant, on le voit, c’est que le trésor n’existe pas. Ou plutôt que, dormant dans une mesquine poudre blanche ou rouge, il peut exister d’un coup, à volonté et jusqu’à l’infini. Mais ce n’est pas tout : ce trésor virtuel est, comme nous le disions, le signe de toute la puissance byzantine, la poudre est le gage du métal précieux, de la monnaie forte, et donc de l’État. Écoutons la conclusion de l’histoire : la preuve faite de son pouvoir, l’Empereur dit à l’envoyé du calife : « Va dire à ton maître que c’est là mon trésor ; et tu sais, toi, que ce n’est rien encore, si l’on songe au nombre et à la qualité de mes hommes ou de mes chevaux. » La leçon sera entendue : sur le rapport de son ambassadeur, le calife al-Manūr s’initiera à l’alchimie.

  • 441 FAQ, 140.

125Cette démarche hésitante, faite de fascination devant une puissance byzantine posée comme colossale, et du souci de se rassurer face à la même puissance posée comme inconsistante, nous la retrouvons, à une page d’intervalle, chez un même auteur. Après avoir dépeint, pour l’époque du calife al- Manūr (136/754-158/775), le trésor impérial sous les couleurs que l’on sait, Ibn al-Faqīh441, remontant à une époque antérieure, celle des empereurs Maurice et Phocas (582-610), nous conte comment ce dernier, tyran menacé de déposition, chargea sur des vaisseaux tout ce qu’il pouvait du trésor public et jeta le reste à la mer ; comment il parvint jusqu’en Syrie, où ses richesses lui furent prises par le gouverneur sassanide ; et comment, de ce fait, Byzance se trouva pour toujours démunie et ne put jamais plus assurer au personnel de ses services de gratification supérieure à cinq dinars ou, pour les dignitaires, à dix.

  • 442 Cf. Bréhier, op. cit., p. 30, 66, 80, 84-85, 105-106, 109-112, 114-115, 217 i. f.-218, et R. Guilla (...)
  • 443 MAS (p), § 771, VIII, 148, (t), 234, MUQ, 242.

126Autre institution parallèle de Byzance et du monde de l’Islam : les eunuques. A Constantinople, ils sont partout ou à peu près partout, avec une nette dominante dans les services palatins442. Mais nos auteurs n’entendent pas l’histoire de cette façon : pour eux, les eunuques sont voués à l’Église. Les Byzantins, nous dit-on, châtrent leurs propres enfants pour leur éviter la tentation de la femme, et ils les affectent au culte. Ainsi, l’église garde l’eunuque et l’eunuque l’église : excellente aubaine pour les Musulmans, dont les raids visent en priorité les édifices religieux, où ils s’approvisionnent facilement en jeunes esclaves443.

  • 444 Cf. Sourdel, Vizirat, p. 670-671 et passim, et « ghulām », dans EI (2), t. II, p. 1104-1106.

127Pourquoi cette équation castration-clergé, alors que, dans la réalité des faits, la situation offre tant de points communs entre les deux mondes du Rūm et de l’Islam444 ? Ce qui est dit de l’Église byzantine ne saurait s’entendre comme un reproche : dans les civilisations de ce temps, esclavage et castration sont des faits, pris comme tels. La critique, latente, s’énoncerait autrement : à travers l’opération pratiquée par les parents sur leurs propres enfants, ce qu’on se refuserait à comprendre, ce serait qu’un corps social s’émasculât lui-même et fabriquât les eunuques chez lui, au lieu de les demander au dehors.

  • 445 C. Pellat, dans sa traduction partielle de Muqaddasï (Description de l’Occident musulman au IVe/Xe (...)
  • 446 Cf. Bréhier, op. cit., p. 403-408 et 419 sq. (sur la dévotion d’enfants, dès leur naissance, à des (...)
  • 447 C’est le lieu de se rappeler que nous sommes, avec nos auteurs, dans un Islam moyen, la mystique et (...)

128Mais il resterait alors à expliquer pourquoi l’Église est la seule utilisatrice. En réalité, il semble que nos textes confondent ses institutions séculières avec la règle monastique445 : si les clercs, à la différence des évêques, peuvent être mariés, la loi de l’ascèse conventuelle est autrement plus contraignante446. De la part d’un Islam qui conçoit mal, sinon la chasteté, du moins ses excès447 (ce qui revient à refuser une ascèse absolue), il faudrait, pour croire cette ascèse possible, pousser jusqu’à ses limites extrêmes le refus du corps : l’émasculation, dès lors, ne serait, pour nos auteurs, que la seule explication logique, la seule représentation possible d’une chasteté exacerbée.

  • 448 HUR, 111, FAQ, 147, MAQ, IV, 63 ; YA’Q, 323, réduit le chiffre à 40 000.
  • 449 Cf. Bréhier, op. cit., p. 276 (pour la haute époque), 297.
  • 450 Cf. supra, p. 445, n. 3.
  • 451 Caractère renforcé par le secret dont les Byzantins entourent les chiffres de leurs effectifs : cf. (...)

129Terminons sur l’armée, indissociable du reste de l’appareil étatique, et déjà étudiée dans le cadre de celui-ci. Resteraient à noter deux choses, qui revêtent une grande importance dans cet enjeu qu’est la guerre endémique entre Byzance et l’Islam. La première est le montant total des effectifs : une tradition tenace le fixe à 120 000 hommes448 : ordre de grandeur raisonnable, semble-t-il, mais sans qu’on puisse préciser davantage449. Il faut voir toutefois qu’il ne s’agit là que de soldats réputés inscrits au rôle officiel (dīwān) de l’armée : de jeunes mercenaires esclaves (ġilmān), à en croire Ibn Hurdādbeh450. Du coup, l’effectif réel doit être, dans l’esprit même de nos auteurs, beaucoup plus considérable, et prêter à Byzance une redoutable puissance numérique451.

  • 452 HUR, 109 i. f.
  • 453 A ne pas confondre avec un autre bandon, petite unité de base. Cf. H. Glykatzi-Ahrweiler, op. cit., (...)
  • 454 Le dernier terme est peu clair : šāğird, du persan šāgird (cf. gloss. dans HUR, 4) : apprenti, serv (...)
  • 455 A propos de Malāğina (supra, p. 446, n. 3), citée dans un itinéraire, Ibn Hurdādbeh, outre les étab (...)
  • 456 HUR, 112 i. f. ; sur l’intendance, cf. Bréhier, op. cit., p. 279-280, 302-303.
  • 457 En galette ou couronne (ka’k) : cf. Dozy, op. cit., t. II, p. 474.

130Mais les chiffres ont-ils une valeur en soi ? Ce à quoi nos auteurs s’attachent surtout, on l’a vu, c’est à l’organisation, à la hiérarchie imposante et impeccable de cet Empire en armes. Le même regard revient s’attarder sur la logistique des troupes en campagne. Elles se répartissent452 alors en quatre corps (bunūd, sg. band)453 de cavalerie, chacun d’eux placé sous l’autorité d’un patrice et composé de douze mille hommes : six mille chevaliers et six mille écuyers454. Dans ses déplacements, cette armée bénéficie, bien entendu, de toute l’infrastructure de la poste impériale455. Trait marquant456 : les camps militaires ne comportent aucun marché, chaque homme emportant avec lui son pain457, son vin, son huile, son fromage.

  • 458 ḤAW, 198-199.

131Vue par le haut, à l’échelon global de l’armée, l’intendance mobilise d’autres moyens, notamment dans les zones où la guerre est, pour ainsi parler, institutionnelle : celles qui touchent aux pays d’Islam458. Pour subvenir aux besoins des campagnes maritimes, chaque foyer des populations riveraines est imposé à deux dinars. Le produit de la collecte alimente le budget général de l’expédition et permet de verser, à chaque soldat enrôlé, douze dinars, à charge pour lui de participer à la réparation et au gréement des navires. A la solde, il joint le petit butin en nature qui lui permet de vivre sur le pays, mais le produit de la vente des prisonniers et des marchandises va au trésor impérial.

  • 459 ḤAW, 199. Sur la politique suivie, de fait, par Nicéphore, cf. Bréhier, op. cit., p. 292-293, Ostro (...)
  • 460 Ibn Ḥawqal précise : d’or. Ici comme dans tous les autres passages, le mot de dinar, appliqué par n (...)
  • 461 Cf. supra, p. 450, n. 3.
  • 462 La politique de Nicéphore suscita en effet des critiques (cf. Ostrogorsky, op. cit., p. 216, 220), (...)

132Pour les expéditions par voie de terre, Ibn Ḥawqal attribue à Nicéphore Ier459 l’imposition d’une taxe de dix dinars460 à tout notable possédant champs cultivés, domesticité, grand et petit bétail ; aux plus riches, l’équipement d’un soldat, armes, monture et écuyer compris, plus trente dinars pour l’entretien du tout. Aucun doute : c’est à la classe des euporoi461 qu’Ibn Ḥawqal fait ici allusion. Mais sa conclusion vaut d’être soulignée : la guerre était une trop bonne aubaine, l’Empereur, sans bourse délier, n’ayant qu’à thésauriser le produit des prises. D’où un mécontentement général qui finit par l’assassinat462.

  • 463 MUQ, 147.
  • 464 Pour ces rachats, on emploie plutôt le mot de fidā’, pl. afdiya : cf. MAS (t), 255 sq. (contexte d’ (...)

133Ainsi s’achève notre tour d’horizon de l’administration byzantine. Incomplet, c’est sûr ; mais nos auteurs ne prétendent pas à n’importe quelle connaissance du Rūm : le critère, en l’espèce, est beaucoup moins l’exhaustivité que l’intérêt. Écoutons, en manière de conclusion, Muqaddasī, qui résume si bien cet état d’esprit463 : « Il nous faut traiter de Constantinople, car les Musulmans y ont une maison où ils se réunissent, où ils professent l’Islam, et il y a eu trop de discussions, trop de contre-vérités à ce sujet comme à propos du pays byzantin, de son étendue, de ses édifices. Aussi ai-je pensé à mettre tout cela sous les yeux, à le rendre clair aux cœurs et à mentionner les itinéraires qui mènent à Constantinople, tant est grand, en la matière, le besoin des Musulmans, qui doivent se rendre là-bas pour racheter les prisonniers464, s’acquitter d’une ambassade, mener la guerre ou faire du commerce. »

Byzance : une Église ou l’Église ?

134L’intérêt — considérable — manifesté à l’Église byzantine s’explique sans doute par des raisons de même ordre : je veux dire des raisons qui tiennent au monde musulman lui-même. Ce qu’il demande à Byzance, c’est de lui expliquer, partiellement au moins, les communautés chrétiennes qu’il abrite, l’origine de certains rites, croyances ou hiérarchies. Sans doute la place de Rome dans le christianisme n’est-elle pas ignorée, on l’a vu au chapitre précédent. Mais Rome est loin, plus mystérieuse encore que Constantinople. Et puis, l’État byzantin et son Église vont de pair, soudés l’un à l’autre, indissociables dans la réalité des choses comme dans le rapport que l’on en fait.

135Surtout, il faut y revenir, s’il existe un domaine dont on ne peut séparer l’Église de Constantinople, ce sont bien ces chrétientés d’Orient qui sont les premières, presque les seules, dont l’Islam ait à connaître, et chez lui : chrétientés liées à Byzance, jusque dans les rivalités de dogme ou de hiérarchie. De ce point de vue, un auteur comme Mas’ūdī place notre étude devant un problème de méthode. La description de l’Église byzantine est prétexte, chez lui, à des digressions sur le christianisme en général. Puisqu’il s’agit ici de traiter de Constantinople et de son Empire, nous ne pourrons, bien entendu, prendre en compte que ce qui s’avérera directement relié au sujet du présent chapitre. Mais l’attitude de Mas’ūdī est significative, et inadéquat le mot de « digressions » : il s’agit, pour l’écrivain musulman, d’une seule et même étude, et l’Église byzantine est bien vue comme une Église de référence pour la chrétienté en général.

  • 465 MAS (p), § 1382-1384. Baalbek et Damas (temple de Jupiter) sont citées dans un chapitre consacré à (...)
  • 466 Sur les vestiges archéologiques d’Antioche, cf. M. Rostrovtzeff, The social and économic History of (...)

136Historiquement, le passé païen des Rūm n’a guère laissé de traces chez nos auteurs. Mas’ūdī465 cite seulement trois édifices honorés par les Grecs anciens (al-Yūnāniyyūn), et encore deux d’entre eux nous surprendront-ils : une Pyramide et le temple de Jérusalem. Le troisième seul appartient au monde hellénique, ou plutôt hellénistique : il s’agit du temple d’Antioche, bâti, nous dit-on, par Séleucus ; détruit par Constantin ou par l’Islam, il aurait laissé place à des installations nées des besoins de la guerre arabo-byzantine, en l’espèce un poste de guet, d’où les vigiles musulmans surveillent les mouvements des armées ou des flottes de Constantinople, et un marché où se vendent lances et cottes de mailles466.

  • 467 MAS (p), § 737, (t), 191. La fixation d’un signe religieux au sommet des lances n’est pas sans rapp (...)
  • 468 MAS (t), 190-191.
  • 469 MAS (p), § 734, ISH, 417. C’est Zosime qui est à l’origine de cette version des événements.

137Beaucoup mieux connu, au contraire : le passage au christianisme. C’est au cours d’une guerre, alors qu’il régnait depuis un an seulement ou, selon une autre tradition, depuis plus de vingt, que Constantin vit, en rêve ou dans la mêlée même, descendre du ciel une ou plusieurs croix, cependant qu’une voix disait : « Cherche là ton secours contre l’ennemi, et tu vaincras. » L’Empereur fit alors fixer des croix aux lances de ses soldats et fut vainqueur en effet467. Selon une autre version468, Constantin n’aurait choisi la religion chrétienne qu’en raison d’une lèpre qui lui interdisait de régner, selon les coutumes du paganisme romain. D’autres fois enfin, la conversion est liée à la fondation de Constantinople, le plus net à l’affirmer étant Ishāq b. al-Husayn, pour lequel le transfert de Rome à Byzance eut tout l’air d’une fuite : à Rome, la conversion de l’Empereur lui avait aliéné la sympathie de ses sujets469.

  • 470 Chez MAS (p), § 772, on trouve, appliquée à Constantin, la qualification de muhir li-dīn an-Narān (...)
  • 471 MAS (p), § 734-735 (comparer avec ibid., § 753 : l’église d’Édesse fut bâtie par Justinien) (t), 19 (...)

138Si le christianisme doit à Constantin son statut de religion officielle, c’est un autre personnage qui apparaît, dans nos textes, comme son véritable promoteur470 : la mère de l’Empereur, Hélène, inventrice du bois de la vraie Croix, fondatrice de « toutes les églises de Syrie, d’Égypte et du Rūm », notamment des plus célèbres : à Émèse (Ḥim), Jérusalem (église de la Résurrection) et Édesse (ar-Ruhā’)471.

  • 472 Évidemment par confusion entre synodos et senatus : MAS (p), § 736 (t), 195 i. f., 218-219. L’autre (...)
  • 473 MAS (p), § 736, (t), 195-197, 201 i. f. Le concile eut lieu, on le sait, en 325.
  • 474 Sur la réalité de la représentation romaine au concile, cf. MAS (t), 196, n. 4.
  • 475 Cela se passa, en réalité, au concile de Chalcédoine, qui sanctionna une évolution entamée à partir (...)

139Pour la suite, l’histoire de l’Église est d’abord celle de ses six conciles ou, selon un mot emprunté « aux chrétiens d’Égypte », de ses sun(h) ū-dus, pl. sun(h) ūdusāt ou sanādisāt : synodes, c’est-à-dire « sénats » (sanātus)472. Ce fut d’abord Nicée473, le 19 juin de l’an 636 d’Alexandre, soit en 19 ou 21 du règne de Constantin ; 2 048 évêques présents, dont 318 qui paraissent seuls investis du droit de décision ; président de l’assemblée : Alexandre, patriarche d’Alexandrie, assisté d’Eustathius, patriarche d’Antioche, de Marcus (Macarius), évêque de Jérusalem, et « Polius, patriarche de Rome »474. Résultats du concile : codification du credo, celui-là même que récitent chaque jour, à l’office, les Melchites, les Jacobites et les Nestoriens ; fixation du dimanche de Pâques à celui « qui suit la Pâque juive » ; condamnation de l’hérésie d’Arius ; élévation du siège épiscopal de Constantinople au rang de patriarcat475.

  • 476 MAS (p), § 736, 747, (t), 201. Le concile eut lieu en 381.
  • 477 Même évolution que pour le siège de Constantinople : Chalcédoine entérine une tendance antérieure : (...)

140Second concile476 à Constantinople, avec 150 évêques sous la présidence de Timothée, patriarche d’Alexandrie, assisté de Meletius (Antioche) et de Cyrille (Jérusalem). Décisions : élévation du siège de Jérusalem au patriarcat477, condamnation de l’hérésie de Macedonius et fixation du dogme du Saint Esprit.

  • 478 MAS (p), § 736, (t), 204-207.
  • 479 Sur la date effective de la création du patriarcat de Jérusalem, cf. supra, n. 8.
  • 480 Sur la date effective de la création du partriarcat de Constantinople, cf. supra, p. 453, n. 6.
  • 481 Cf. E. Honigmann, « Naībīn », dans EI, t. III, p. 918 (2), et Le Couvent de Baraumā et le patriar (...)
  • 482 En fait, le refus nestorien de considérer Marie comme theotokos revient à juxtaposer, plutôt qu’à u (...)

141Avec le concile d’Éphèse478, nous entrons dans le vif des chrétientés orientales. Cyrille, patriarche d’Alexandrie, Célestin, « patriarche » de Rome, et Polanius (Juvénal), patriarche479 de Jérusalem, président aux débats de 200 évêques. Tranchant le conflit qui opposait Nestorius, patriarche480 de Constantinople, à Cyrille, le concile, après force hésitations et force manœuvres, condamne Nestorius, lequel ira finir ses jours en Haute-Égypte. Quant à ses adeptes, les chrétiens « orientaux » comme les appelle Mas’ūdī, ils deviendront la bête noire de leurs frères et rivaux « occidentaux », les Melchites ; ayant, un temps, accusé le choc de la condamnation, ils connaîtront de nouveaux succès avec leur métropolite de Nisibe, Barsawmā481, qui étendra à toute la chrétienté « d’Orient » sa théorie de la divinité, avec ses trois hypostases et son essence unique, et de l’union christique de la nature divine, éternelle, avec la nature humaine, créée482.

  • 483 MAS (p), § 736, 750-751 (t), 207-209. Le concile s’est tenu en 451 et a condamné les monophysites ; (...)
  • 484 Dans le Tanbīh, Mas’ūdī écrit, par inadvertance (cf. Prairies, § 751) : de Constantinople.
  • 485 Le monophysisme alexandrin, opposé au dualisme de l’école d’Antioche dont Nestorius était le représ (...)
  • 486 Le couvent « de Macarius » relève de la partie sud-orientale du complexe de monastères installé dan (...)
  • 487 Sur le Hābūr, affluent de l’Euphrate : sur la ville, qui fut en effet un centre jacobite important, (...)

142Si le problème nestorien domine le troisième concile, ce sont les Jacobites qui, par une anticipation de nos textes, sont au centre du quatrième, tenu à Chalcédoine et rassemblant 630 ou 660 évêques483. Ceux-ci condamnent Eutychès et Dioscore, patriarche d’Alexandrie484, pour avoir repris les thèses485 de Sévère et Jacques Baradée. Scindés de la communauté chrétienne, les Jacobites possèdent deux sièges patriarcaux : à Antioche et dans un monastère de la région d’Alexandrie, Abū Maqār486. Leur audience est fort vaste : ils dominent en Égypte, avec les Coptes, en Nubie et en Abyssinie. Autres groupes importants en Arménie, et deux sièges de métropolite : à Takrīt, entre Mossoul et Bagdad, et à Ra’s al-‘Ayn487, ce dernier siège semblant s’être ensuite déplacé dans la région de Qinnasrīn, au sud-ouest d’Alep.

  • 488 MAS (p), § 736, (t), 209-210. Date du concile : 553.
  • 489 Sur Origène et l’origénisme, cf. P. Hadot, dans Encyclopaedia Universalis, t. XII, p. 230-233.

143Au cinquième concile (Constantinople, 160 ou 164 évêques) sont présents les quatre patriarches d’Antioche, d’Alexandrie, de Rome et, bien entendu, de Constantinople, celui de Jérusalem étant représenté par ses coadjuteurs488. On condamne trois évêques : Théodore de Mopsueste, Théodoret d’Ancyre et Ibas d’Édesse, ainsi que les thèses d’Origène : une métempsycose revue à la lumière du christianisme et conçue comme un châtiment du péché489.

  • 490 MAS (p), § 736, (t), 217-218. Date du concile : 680-681.
  • 491 MAS (t), 211-212, qui ajoute que les Maronites sont nombreux au Liban et en Syrie du Nord. Sur leur (...)

144Le dernier concile (Constantinople, 289 évêques)490 condamne Cyrus d’Alexandrie qui, contre les Melchites, avait soutenu, sur la volonté et l’acte, des doctrines rappelant celles des Maronites. Originaire de Hamāt, en Syrie, et fondateur d’un riche couvent regroupant, près de l’Oronte, trois cents moines, Maroun se situait, nous dit-on, entre les Nestoriens et les Melchites : tout en admettant deux natures dans le Christ, il ne voyait en celui-ci qu’une seule personne et une seule volonté491.

  • 492 Pour les conciles, on comparera le tableau général donné par Mas’ūdī avec celui de B. D. Dupuy, dan (...)
  • 493 MAS (t), 208, 212-213.
  • 494 MAS (p), § 448, 744-745, 748, (t), 207, 208. Sur les persécutions anti-juives, très rares, dans l’h (...)

145On concédera que ce tableau général des chrétientés orientales n’est pas si inexact492. Rien d’étonnant : Mas’ūdī les connaît toutes par quelques-uns de leurs principaux écrits, et pour avoir discuté sur le dogme avec leurs représentants493. Encore les conciles n’épuisent-ils pas toute l’histoire de l’Église ; au fil de notre lecture des Prairies d’or et du Tanbīh, nous relèverons l’ « apostasie » de Julien et la vigoureuse réaction de Jovien en faveur du christianisme ; les démêlés de saint Jean Chrysostome avec l’impératrice Eudoxie ; l’hérésie paulicienne, qui prolonge, en pleine chrétienté byzantine, le dualisme manichéen ; les persécutions anti-juives de Romain Ier494.

  • 495 MAS (p), § 211, qui ajoute : « dont se sont séparés, par un schisme, les chrétiens orientaux (mašār (...)

146De toutes les branches du christianisme oriental, c’est celle des Melchites qui serait, au bout du compte, la moins définie, théoriquement s’entend ; car, dans les faits, sa position se précise, de concile en concile, par différenciations successives avec les hérésies exclues. Ni arianiste, ni nestorienne, ni jacobite, ni maronite, l’Église melchite, « pilier et pôle du christianisme »495, apparaît à la fois comme l’orthodoxie, la majorité et, si nous nous référons à son nom, comme un symbole du lien avec l’État : les Melchites, ce sont « les gens du roi », de l’Empereur (malik).

  • 496 Au sens où nous l’entendons aujourd’hui, et non en celui où l’entend Mas’ūdī Jacobites et Nestorien (...)
  • 497 On lui concède, comme on va le voir un peu plus loin, une certaine prééminence historique.

147C’est bien ainsi que le ressent Mas’ūdī, qui, dans les Prairies et le Tanbīh, imbrique l’histoire des conciles dans celle des Empereurs : deux listes numérotées courant l’une dans l’autre. L’Empire byzantin, lieu géométrique de tous les conciles, apparaît ainsi comme le rassembleur de la seule Église possible, celle qui est en même temps orthodoxe et catholique. Mais cette catholicité, vue d’où on la voit alors, est surtout orientale496 : la présence de quatre patriarcats à Constantinople, Antioche, Jérusalem et Alexandrie, le rayonnement spirituel du second et du quatrième, le poids politique du premier, comme soudé au trône impérial, enfin, l’intérêt secondaire que l’on attache, dans nos textes, à tout ce qui relève d’un Occident lointain et méconnu, tout cela explique que Rome semble ici bien marginale : glorieuse, certes497, mais enfin une partie prenante parmi d’autres — et rien de plus — à la catholicité d’une Église dont la tête et la vie sont à l’est. Le pape saint Léon Ier, pourtant inspirateur premier des définitions christologiques retenues à Chalcédoine, est inconnu.

L’Église : organisation et culte

  • 498 Donné en effet, par le martyrologe romain, comme un des soixante-douze disciples du Christ, second (...)
  • 499 MAS (p), § 1291, (t), 201-202, 219, ḤAW, 202, et supra, p. 371-372. Paul est également (Prairies, l (...)

148Au sommet de la hiérarchie, les cinq patriarcats. Les plus récents : Constantinople et Jérusalem. Les plus anciens : Alexandrie, fondé par Marc, et surtout Antioche et Rome, qui remontent à Pierre. Encore faut-il remarquer qu’une certaine prééminence s’attache à Rome : Pierre quitta Antioche, où il se fit remplacer par Evodus498, pour s’installer à Rome, qui lui « appartint plus particulièrement »499.

  • 500 MAS (t), 202.
  • 501 Cf. supra, p. 443 (et n. 6).
  • 502 MAS (t), 234-235.
  • 503 Sg. ubs : bien de mainmorte destiné à une fondation pieuse (on notera par ce mot, la référence à l (...)
  • 504 Sur les rapports entre clergé séculier et monastères, cf. Bréhier, op. cit., p. 419 sq.

149Ce tribut payé à son ancienneté, l’Église de Rome, comme nous le disions, rentre dans l’ombre ou presque. Comme tous les autres patriarcats, elle relève du christianisme melchite500 ; mais surtout, dans ce bloc compact de l’orthodoxie, le patriarcat, c’est d’abord, c’est surtout Constantinople : le seul, au moins, sur lequel on nous donne quelques détails. On a dit plus haut sa place dans la hiérarchie de l’État501. Mas’ūdī précise502 que le patriarche byzantin a un pouvoir absolu sur toutes les affaires religieuses : fondations pieuses (ahbās)503, entretien des églises et couvents, autorité sur les évêques et les moines504. Le patriarche ne mange pas de viande, n’a aucun commerce avec les personnes de l’autre sexe, ne porte pas l’épée, ne monte pas à cheval, mais à âne, « en mettant ses deux pieds du même côté, comme font les femmes. »

  • 505 Littéralement : dans chaque thème (band).
  • 506 « Résidant au chef-lieu d’une ancienne province civile » : Bréhier, op. cit., p. 403. « Son nom sig (...)
  • 507 MAS (p), § 210 ; (t), 224, ne détaille pas les neuf degrés, mais y intègre, évidemment au rang le p (...)

150Surtout, il dirige, à l’instar de l’Empereur, sa propre administration, sa propre hiérarchie. Dans chaque province505, un « préfet (‘āmil) semblable à celui du souverain » : sans nul doute le métropolite506. Celui-ci occupe en effet le plus élevé des neuf degrés (tabaqāt, marātib) qui, dans l’Église, reflètent les neuf sphères ou les neufs chœurs angéliques, conception héritée des Sabéens de Harrān507 : le patriarche, « père des pères », est en dehors, à l’image de Dieu. Sous le métropolite, donc, et dans l’ordre : les évêques, les archiprêtres, qui sont « les vicaires des évêques », les prêtres, les diacres, les acolytes, les exorcistes, les lecteurs, les portiers.

  • 508 MAS (p), § 734.
  • 509 Cf. supra, p. 453.
  • 510 Cf. supra, p. 422 et 435.
  • 511 MAS (t), 221.
  • 512 MAS (t), 218 (avec un long passage sur divers aspects du christianisme en général) ; ailleurs, en M (...)
  • 513 Assimilation des mutilations légales (cf. Bréhier, op. cit., p. 197) au talion ? La donnée est de F (...)
  • 514 WAṢ, 126, avec deux autres notations : la part des femmes dans l’héritage est le double de celle de (...)
  • 515 ‘Ibādatuhum bi-n-niyya.
  • 516 Sur la nécessité de la niyya avant tout acte qui engage le croyant, cf. Laoust, La profession de fo (...)

151De l’Église elle-même, la première chose que l’on voit, ce sont ses fêtes : celle de la Croix, qui remémore, le 14 septembre, son invention par Hélène508, Pâques509, surtout les Rameaux et Noël, associés, on l’a vu, aux cérémonies impériales510. Plus difficile à cerner serait le culte, et pourtant nos auteurs livrent là dessus des informations pertinentes souvent, intéressantes toujours. Ils notent que les Byzantins, dans leur énorme majorité, prient vers l’Orient511 ; qu’ils se réfèrent, en tant que melchites, aux six conciles dans leur messe (qudās), laquelle est « la prière quotidienne sur l’offrande (qurbān) »512 ; qu’ils jugent en s’inspirant de la Loi Mosaïque et lisent l’Évangile en araméen513. Enfin et surtout, un texte : celui d’Ibrāhīm b. Waīf Sāh514 : jour de la Résurrection, jour de l’Ascension, le dimanche est sacré aux yeux des Byzantins. « Ils ne consomment pas les offrandes avant d’avoir dit, s’adressant à Jésus, le Messie : « Ceci est ta chair et ton sang. » Ils croient qu’alors il n’y a plus de vin ni de pain. Lorsqu’ils se séparent après avoir reçu l’offrande, ils échangent un baiser, et ne se parlent pas avant de s’être purifié la bouche. » En dehors de ce rite, le formalisme ne les obsède guère, tant il est vrai que leur religion est faite d’intention515 : par où la chrétienté byzantine retrouve la spiritualité de l’Islam516.

Christianisme byzantin et Islam

  • 517 FAQ, 142-143.
  • 518 ‘Aīm al-alyatayn ; alya désigne la partie charnue du mollet, de la cuisse, de la fesse, du pouce p (...)

152Une histoire commune aux deux religions se lit à Constantinople même, au cœur de la ville, au cœur du palais, au cœur de la nuit. C’est de nuit en effet, et tous ses gens renvoyés, que l’Empereur convoque les messagers du calife517 pour leur montrer un grand coffret d’or, à plusieurs volets. Il ouvre le premier compartiment, en extrait un lambeau de soie noire ; sur l’étoffe déployée apparaît un homme aux yeux immenses, aux cuisses démesurées518, au cou très long : « Savez-vous de qui il s’agit ? demande l’Empereur. — Non. — C’est Adam. » Dans la seconde case, sur un fond blanc, l’homme a des cheveux « comme ceux des Coptes », les yeux rouges, une grosse tête : c’est Noé. Sur la troisième image, plus blanche encore, les yeux sont beaux, les joues étirées, le nez dressé, les cheveux grisonnants, la barbe blanche : pour un peu, on verrait le personnage sourire. C’est Abraham. La quatrième étoffe est noire et représente Muhammad. Les ambassadeurs fondent en larmes, croient se trouver, de vrai, devant leur Prophète. Une heure passe.

  • 519 Texte incertain : sbh kaīra. Autre interprétation, moins recevable dans un contexte qui ne présen (...)

153« En réalité, c’était le dernier des compartiments, explique l’Empereur. Mais je voulais ne pas trop vous le faire attendre, pour en avoir le cœur net. » Et de reprendre, dans l’ordre, la série des cases. Sur un lambeau noir, une image ocre et fauve : cheveux drus et crépus, yeux caves, regard perçant, mine sombre, dents bien plantées, lèvres retroussées ; tout à côté, une autre image, semblable, à la réserve de la tête, ronde, du front, énorme, et des yeux, ornés d’amulettes : Moïse et son frère Aaron. Dans le compartiment suivant, l’image est blanche sur fond noir, les fesses et les jambes rappelant celles d’une femme : c’est David. Autre lambeau noir, autre image blanche, avec un cou et un dos très courts, mais de grands pieds ; l’homme monte un cheval ailé : Salomon et, sous lui, le vent. Puis vient encore une étoffe noire, avec l’image, jaune, d’un homme aux cheveux très noirs et plats519, l’œil et le visage fort beaux, mais la silhouette imprécise : Jésus.

154Les figures sont exactes, déclarent les ambassadeurs, si nous en jugeons par celle de notre Prophète. Mais d’où viennent-elles ? L’Empereur explique qu’Adam obtint de Dieu qu’il lui montrât les prophètes de sa descendance. Alexandre trouva ces figures dans le trésor d’Adam, à l’extrême Occident du monde. Daniel les reproduisit ensuite sur des étoffes de soie, celles-là mêmes que voient les ambassadeurs.

  • 520 MAS (p), § 345-348.
  • 521 Cf. supra, p. 124, n. 5.
  • 522 Supra, p. 437 (ligne 24) et 438 (lignes 34 sq.).
  • 523 FAQ, 140 i. f.

155Le thème de la galerie des Prophètes n’est pas spécial à Byzance : on le trouve aussi pour l’Extrême-Orient520, mais dans un contexte auquel certain indifférentisme chinois en matière religieuse donnait sa marque521. Ici, c’est la foi, la vraie foi, qui est au centre du débat. L’ambassade, qui est celle dont on a parlé plus haut522, a pour mission d’inviter l’Empereur à embrasser l’Islam : mission qui trouve un prologue dès l’oasis de Damas, chez ces Ġassānides523 qui s’essaient, par l’étiquette de l’audience souveraine, à imiter le suzerain byzantin, qui savent que l’Islam revendique leur disparition, tout comme il rêvera, plus tard, de celle de Constantinople, qui utilisent, déjà, ce noir que nos ambassadeurs vont retrouver dans les dépôts les plus secrets du palais impérial.

  • 524 Au demeurant faudrait-il que fût assurée au préalable l’exacte connaissance du vocabulaire arabe de (...)
  • 525 Cf. Coran, III, 37 sq., V, 76, sq., et passim.

156Sans entrer dans le dédale des attitudes prophétiques et des couleurs utilisées par elles524, on notera au moins l’essentiel : la présence de Muhammad inscrite, depuis le début des âges, au terme de la lignée, et la filiation abrahamique de l’Islam, que traduit, à son insu, l’Empereur lorsqu’il saute, une première fois, par dessus la tradition mosaïque : une tradition dont on souligne au passage la dureté (opposée au sourire d’Abraham) ou, au contraire, une afféterie excessive (un David féminisé s’opposant à la vigueur d’Adam), le goût d’une certaine superstition ou du fabuleux (absents de la première phase de l’histoire prophétique), le flou enfin (celui de Jésus, objet des controverses avec les Chrétiens525).

  • 526 Cf. supra, p. 439.
  • 527 FAQ, 143 i. f. (et ibid., XXXII, LX).

157L’Empereur offrait tout à l’heure la moitié de sa couronne pour n’avoir affaire qu’à des hommes, et non pas à Dieu526. Le voici maintenant qui reconnaît la Vérité, tout en s’avouant trop faible pour la suivre : « Dieu sait, dit-il aux ambassadeurs, si j’aurais aimé que mon âme prît plaisir à se détacher de mon royaume pour qu’enfin, devenu adorateur de Dieu, je participasse avec vous au royaume de votre Prophète. Mais voilà : ce plaisir-là, mon âme n’en veut pas527. » D’où il suit que, pour que la Vérité, reconnue mais non acceptée, éclate à Constantinople, il faut et il suffit que Constantinople disparaisse, en tant que puissance au moins.

  • 528 HUR, 106-107, 110-111, FAQ, 147, MAS (p), § 125, 730, 746, (t), 202-203, ISH, 417, MUQ, 153-154.
  • 529 Selon MAS (p), § 746 ; leur réveil est plus couramment placé sous Théodose.
  • 530 Cf. Coran, XVIII, 8 sq. (trad. Blachère, op. cit., t. II, p. 327-328), G. Massignon, « Le culte des (...)
  • 531 Une récupération au profit du monde musulman (dans le pays transjordanien) dans MUQ, 175-176 (avec (...)

158Une autre relation, très ambiguë elle aussi, unit l’Islam à Byzance : le souvenir des gens de la Caverne528, qui s’endormirent sous Décius, se réveillèrent sous Valens529, et dont le Coran conserve la légende, tout comme la chrétienté celle des sept Dormants d’Ephèse530. A priori, nulle réflexion ne porte ici nos textes au delà de la constatation des hasards de la géographie ou de l’histoire, qui font du domaine byzantin le dépositaire de ces reliques : entre Amorium et Nicée, ou en Cappa-doce, ou encore sur les rivages de la Méditerranée, sans parler, bien entendu, de la région d’Éphèse et de Smyrne531.

159La caverne, qui ne peut donner qu’au nord en vertu des révélations coraniques, s’ouvre au bas d’une montagne, sous la forme d’une galerie recoupant un immense puits naturel dont un lac occupe le fond. Au delà, la galerie reprend jusqu’à la salle des morts : treize corps momifiés dont les explorateurs musulmans ont toutes les peines du monde à s’approcher : on essaiera même de les empoisonner.

160La pauvre population de ces lieux est en effet commise à la garde des reliques, enduites d’aloès, de myrrhe et de camphre, vêtues de manteaux, chaussées de sandales ou de bottines. Malgré leur état de dessication absolue, elles dégagent, nous dit-on, une extraordinaire impression de vie ; à chaque année nouvelle, leurs gardiens, pour les dépoussiérer, peuvent les mettre debout, sans dommage pour elles, et, trois fois l’an, on leur coupe les ongles.

  • 532 Ou Muhammad b. Mūsä b. Šākir : cf. Géographie I, p. XIX.
  • 533 Cf. supra, n. 1.

161Mais une question perce sous l’enquête : furent-elles vraiment, ces reliques, les saints dont le Coran a parlé ? Le climat général est au doute et certains, carrément, nient : tel l’astronome Muḥammad b. Mūsä al-Huwārizmī532, le plus célèbre de ces explorateurs, tel encore cet Arabe qui, au cours d’une péripétie guerrière qui mit la caverne au pouvoir de l’Islam, trancha le cou d’un des dormants. Tout se passe comme si, d’être en pays byzantin, les saints perdaient le pouvoir d’être saints, ou, en tout cas, d’être des saints de l’Islam : tant qu’à ne pas les posséder chez soi, au moins peut-on contester que ceux de l’étranger, de l’ennemi, soient les vrais533.

Une Byzance d’où la vie quotidienne est absente

  • 534 ĞAH (t), 158-159 ; MUQ, 147, parle des étoffes de laine et de lin qui transitent par Āmid vers la H (...)

162Les historiens savent la place tenue par Byzance dans les échanges internationaux des iiie-ive/ixe-xe siècles. Nos textes s’en font l’écho : le Kitāb at-tabaṣṣur bi t-tiğāra du pseudo- Ğàḥiẓ révèle les postes majeurs des exportations en direction des pays d’Islam534 : les chevaux, les esclaves (femmes et eunuques), les produits fabriqués (vaisselle d’or, d’argent ou de cuivre rouge, serrures, lyres), les simples, les brocarts et autres étoffes précieuses ; enfin, deux postes particulièrement intéressants : la monnaie d’or et l’exportation des techniques en la personne d’ingénieurs hydrauliciens, d’experts agronomes et de marbriers.

  • 535 MUQ, 242, qui les appelle « slaves ».
  • 536 HUR, 102, 111.

163En sens inverse, on ne nous signale guère que les esclaves de l’Europe occidentale535, qui transitent par l’Espagne, où ils sont châtrés, puis par l’Égypte, la Syrie et la Haute-Mésopotamie, avant de gagner le pays byzantin, mais cela dans la mesure où les opérations militaires et la ruine des régions frontières ne compromettent pas ce trafic. Enfin, à l’intérieur même du Rum, Ibn Hurdādbeh nous parle de l’approvisionnement de Constantinople en légumes, assuré par la région de Nicée, et, de façon générale, de la production fruitière, indifféremment en plaine ou en montagne, et dont septembre est le mois536.

164Nous connaissons déjà ce type de commerce, ou plutôt ce type de représentation économique, qui voit les échanges surtout dans un sens et imagine le négoce international comme une sorte de pompe aspirante au bénéfice d’un monde musulman qui ne rendrait rien ou presque rien. Tout de même, pour Byzance, on s’étonne : est-elle vraiment traitée comme n’importe quel pays étranger, elle qui, jusque dans la relation de conflit, est l’étranger privilégié ?

  • 537 Cf. supra, p. 334 (notamment n. 1) et 357 ; cf. aussi p. 302 (sur les relations commerciales entre (...)
  • 538 Cf. supra, p. 446 et 450 (n. 4).

165On dira sans doute que les itinéraires mondiaux des marchands russes ou juifs rādānites537 replacent Constantinople dans les réseaux du grand commerce. Soit ; mais elle partage ce rôle avec l’ensemble des autres pays, depuis l’extrême Occident jusqu’à la Chine. On dira aussi qu’aucun autre domaine étranger ne voit, dans nos textes, préciser avec autant de soin les chemins qui mènent vers lui. C’est vrai ; mais ces longues et patientes approches à travers l’Asie Mineure sont-elles celles du commerce, ou de la poste, ou de la guerre538 ?

166On devine la réponse : elles sont certainement tout cela en même temps. Ainsi, une fois de plus, une Byzance officielle, celle d’un État, se superpose à la Byzance réelle : à preuve, pour les itinéraires, l’absence de tout commerçant au nombre des références citées. La Constantinople que nous connaîtrons décidément, au bout du compte, risque fort de ne pas être autre que celle où nous avons déjà porté nos pas : un cadre pour un appareil administratif ou pour les fastes d’un Empire.

  • 539 Des notations comme celle de la n. 2, supra, p. 458, font figure d’exception.

167Une ville sans peuple. Sans vie quotidienne. Comment cela s’est-il fait, quand tant de prisonniers, pour ne parler que d’eux, ont vécu cette Byzance au jour le jour, prêts à la raconter une fois rentrés ? A en croire nos auteurs, on y aurait passé son temps à gouverner, à obéir ou à prier539.

  • 540 Supra, p. 418.
  • 541 Le trait cité supra, p. 388, n. 3, est un stéréotype pris à une liste des « mirabilia (‘ağā’ib) de (...)
  • 542 A signaler aussi les animaux domestiques (bovins, chevaux, ovins) qui entrent dans un répertoire tr (...)
  • 543 On développe ici ce qu’on a laissé entendre supra, p. 387-388.

168Mais il n’y a pas que les hommes : Constantinople est aussi une ville sans animaux (sinon que ceux, pétrifiés ou métalliques, des monuments), sans plantes, presque sans ciel. Dieu sait si, pour les autres pays étrangers, la vision de la faune et de la flore était, comme nous l’avons dit, intéressée, utilitaire ; mais au moins pouvions-nous, même au travers de ces préoccupations, nous faire une idée du pays vivant. Ici, rien de tel : mis à part ce qu’on a dit du micro-climat et du site de la capitale540, le Rūm n’a aucun paysage, aucune atmosphère spécifiques à opposer à ceux de l’Afrique, des contrées turques ou de l’Asie des moussons541. Les animaux ? Ce seront les mulets officiels de la poste, ou les chevaux des courses de l’Hippodrome, ou les faucons, inclus dans le répertoire traditionnel des spécialités et techniques byzantines542. Tout se passe comme si la vision, prégnante, d’une Constantinople officielle entraînait, en lieu et place d’une description vraie, un catalogue de stéréotypes officialisés par les règles de la culture générale (adab)543.

L’espace et l’histoire

  • 544 HUR, 15, 155, FAQ, 4-5, 197, MAS (t), 120.

169Comme ils le font pour tous les grands ensembles humains qui constituent l’œcoumène, nos textes fixent la place de l’Empire byzantin sur la terre. Relevant de la troisième nation (umma) de l’antiquité, ou de la vieille Europe (Arūfä), ou encore rangé dans l’une des parts de l’héritage universel que Farīdūn, roi d’Iran, distribua entre tous ses fils, le Rūm compose, ailleurs, une des sept régions du globe, à côté des Arabes, des Abyssins, des Indiens, des Turcs, des Chinois et de Gog-Magog : toutes régions rigoureusement distinctes, sans interférence de peuple de l’une à l’autre544.

  • 545 MUQ, 62 (autres références supra, p. 62, n. 5), MAS (p), § 1367.
  • 546 Le thème de la richesse byzantine est un de ceux autour desquels tourne le problème de l’avenir du (...)
  • 547 Sur son titre, cf. supra, p. 434. Sur le thème des rois du monde, cf. supra, p. 60-61.

170Pour la superficie, le Rūm occupe, sur les 24 000 parasanges qui nombrent l’espace total du monde habité, 8 000 parasanges, ou encore, évaluées autrement, 2 100 000 parasanges carrées545 : situation intermédiaire entre les immensités de l’Afrique Noire ou de Gog-Magog, d’une part, et la modestie des territoires arabes, de l’autre ; situation qui, si l’on tient compte de la population et des richesses de l’Empire byzantin, doit sans nul doute conférer à celui-ci un rang enviable parmi les puissances de ce monde546 ; situation, enfin, que consacre le statut du monarque lui-même, lequel a sa place chez les rois titrés de la terre547.

  • 548 FAQ, 136.
  • 549 Il s’agit du calife de Bagdad : d’où notre préférence, à propos du mot māl, pour « richesses » en g (...)
  • 550 Iksīr ; variante : l’alchimie (kīmiyā).
  • 551 MAS (p), § 344 (partiellement cité supra, p. 61) ; repris, pour Byzance seulement, ibid., § 397.
  • 552 Les hommes, l’espèce humaine (an-nās), disait-on pour la Chine ; ici, il s’agit des individus du se (...)

171D’autres classements se fondent sur la répartition des aptitudes et des insuffisances entre les divers peuples. Cela commence, encore un coup, comme une véritable titulature royale : « Il y a cinq souverains en ce monde, nous dit Ibn al-Faqïh548 : celui des biens meubles, et c’est le roi de Chine ; des montures, et c’est le roi des Turcs ; des richesses, et c’est le roi des Arabes549 ; des éléphants, et c’est le roi de l’Inde; de la pierre philosophale550, et c’est le roi du Rum. » Et Mas’ūdī, citant Abū Zayd as-Sīrāfī551, lequel fait parler le roi de Chine : « Le roi le plus largement pourvu est celui de l’Irak, qui occupe le milieu du monde, entouré des autres puissances : aussi le nommons-nous roi des rois. Après cet Empire vient le nôtre ; nous le regardons comme celui des hommes, car aucun royaume n’est mieux gouverné, ni plus régulièrement administré, et nulle part non plus on ne voit sujets aussi obéissants : voilà pourquoi nous parlons de roi des hommes. Après nous vient le roi des bêtes féroces, notre voisin, le roi des Turcs, bêtes féroces parmi les hommes. Il est suivi du roi des éléphants, celui de l’Inde, que nous reconnaissons comme le roi de la sagesse, laquelle est originaire de ce pays. Le dernier enfin est le roi des Rum, que nous regardons comme celui des mâles552, car aucun pays ne possède des hommes d’une taille aussi parfaite ni d’une figure plus belle. »

  • 553 FAQ, 136-137 (repris dans WA, 127). On se rappellera aussi, comme exemple de cette habileté, ce qu (...)

172D’où viendrait-il, cet idéal de la beauté virile, sinon de la statuaire grecque, dont les sujets de l’Empereur continueraient à fournir l’impérissable modèle ? C’est un fait : « de toutes les nations, les Byzantins sont les plus habiles à figurer l’homme. Tel de leurs artistes, pour le représenter, ne laissera pas de le faire, à volonté, jeune, adulte ou vieux, puis encore, insatisfait, beau, puis encore, agréable, et puis encore, riant ou en larmes ; enfin, il choisira entre le rire sardónique ou gêné, le fou rire, le sourire, la joie ou la niaiserie ; bref, il composera, registre sur registre553. »

  • 554 FAQ, 114, 148, MAQ, IV, 64 (qui donne en même temps les Byzantins pour roux), ISḤ, 417.
  • 555 Cf. supra, p. 66, n. 6.
  • 556 HUR, 156, FAQ, 114, 136 i. f., 148, 162, 197, 252 (ponts de pierre ou de bateaux), RST, 79 (faucons (...)

173Ainsi se poursuit, exalté par l’art, l’idéal de perfection technique et d’accomplissement humain qui fut celui de la Grèce. Mais l’art n’est qu’une forme parmi d’autres : une certaine survivance du kalos kagathos pourrait se reconstituer à partir des qualités signalées par nos textes554 : aménité, bravoure, vaillance, beauté, propreté. Surtout, la liste est considérable, des aptitudes prêtées aux Rūm en tant qu’un des grands peuples de la terre555 : aptitudes techniques, d’abord, au nombre desquelles on comptera l’équitation, l’orfèvrerie, les machines de guerre, la taille des pierres, l’hydraulique, l’agronomie, le tissage (satin et brocart), la cuisine, les gommes (mastic et styrax), la fauconnerie et l’architecture : construction de ponts, de silos, d’ouvrages civils et militaires556.

  • 557 RST, 123 (trad. 138), avec mention, également, de cymbales; sur l’orgue et la musique, cf. aussi MA (...)

174L’art des iyal (automates) nous a fourni plus haut quelques spécimens remarquables lors de notre visite du palais impérial. Il trouve aussi une application de choix dans la musique, avec l’orgue dont Ibn Rusteh — ou plutôt Hārūn b. Yaḥyä — nous donne une bonne description : imaginons un cube de bois, affectant la forme d’un pressoir, recouvert d’une peau solide et muni de soixante courts tuyaux disposés par rang de taille. Sur une des faces de l’orgue est un trou auquel on adapte un soufflet que deux hommes actionnent à l’aide de trois potences : une à chaque bout et la dernière au milieu du soufflet. L’artiste, quant à lui, sélectionne les airs grâce au jeu des tuyaux. L’orgue est un instrument officiel : il chante en l’honneur du souverain557.

  • 558 RST, 126, MAQ, IV, 64, ISH, 417.
  • 559 FAQ, 139, 252.
  • 560 FAQ, 136 i. f., 138 (avec exemples de médecines naturelles, gardées dans le palais impérial, contre (...)
  • 561 Celle-ci signalée, avec l’arithmétique, comme une spécialité byzantine : FAQ, 252, MAQ, IV, 64.
  • 562 Cf. supra, p. 115 ; MAQ, loc. cit., la cite au nombre des gloires du Rūm.
  • 563 FAQ, 137.
  • 564 MAS (p), § 1297, (t), 265 ; en (t), 287, ce sont les mois syriens qui sont donnés aussi comme ceux (...)

175Autres spécialités byzantines : les talismans558 et l’alchimie559, déjà signalés au passage. Ajoutons-y, non moins célèbres, la médecine560et la mathématique, celle-ci aux frontières des sciences pures et appliquées : on vient de voir, avec l’architecture, la forme sensible de la géométrie561. L’astronomie, plutôt donnée comme indienne562, est connue de même à travers les nécessités quotiennes de décompte du temps : horloges et calendriers. Pour les premières, au carrefour de l’astronomie et de l’art des automates, on rappellera celle de Sainte-Sophie, et aussi cette étrange machine à endormir qu’un empereur de Byzance offrit un jour, en cadeau de paix, à un souverain sassanide : une statue de jeune fille qui, à un moment donné de la nuit, faisait entendre une mélopée porteuse de sommeil563. Pour les calendriers, Mas’ūdī cite les mois des Rūm, nos mois, de janvier à décembre, tout en rappelant les anciennes computations, fondées sur les règnes de rois célèbres, dont Alexandre564.

  • 565 On leur ajoute parfois, de façon très générale et vague, les sciences (‘ulūm), les lettres (ādāb ; (...)
  • 566 FAQ, 148-149.

176Reste enfin ce dernier, ce lointain avatar de l’ancienne sagesse grecque que sont les maximes (ikam)565. Dans un assez long texte, Ibn al-Faqīh566, évoquant les inscriptions d’une coupole de plomb perdue dans quelque solitude du pays des Rūm, y déchiffre des sentences qui pourraient, à la lettre, être celles qu’Ibn al-Muqaffa’ demandait à l’Iran. Que reste-t-il donc d’une Grèce ainsi remodelée, qui ne fait guère plus que prêter son patronage à d’autres cultures, plus proches et mieux connues ?

Byzance et la Grèce

  • 567 Cf. supra, p. 369-370.
  • 568 FAQ, 160.
  • 569 MAS (p), § 741. On rappelle aussi le souvenir d’Athènes : MAS (p), § 667, ḤAW, 202, ud, 158.

177On a entamé, dans le chapitre précédent, l’historique des relations entre Byzance et les Grecs anciens (al-Yūnān, al-Yūnāniyyūn)567. Malgré la confusion entre Rūm-Romains et Rūm-Byzantins, on lit clairement la double histoire de Constantinople par rapport à la Grèce. Elle est faite, cette histoire, de continuités et de ruptures : continuités que résume par exemple, au plan de l’histoire, l’attitude d’Alexandre, qui, embarrassé des multiples trésors de ses conquêtes, en consigna les emplacements sur une peau de bœuf que détiennent encore les empereurs de Byzance568. Mais c’est la culture, surtout, qui exalte les continuités : « Du temps des Grecs anciens et pendant les premiers âges de l’Empire byzantin, écrit Mas’ūdī569, la science ne cessa de se développer et de grandir. Les savants et les philosophes, comblés de témoignages de respect et de considération, appliquèrent leurs recherches aux sciences physiques, à l’étude du corps, de la raison, de l’âme, ainsi qu’au quadrivium comprenant : l’arithmétique, qui est la science des nombres, la géométrie, qui est celle des surfaces, c’est-à-dire la handasa, l’astronomie, ou science des corps célestes, et la musique, qui est l’art d’agencer les sons. »

  • 570 FAQ, 196 i. f.-197.
  • 571 FAQ, 330.
  • 572 Supra, p. 369.

178Mais encore une fois, que reste-t-il de tout cela ? Les qualités des Byzantins, relevées un peu plus haut, sont compromises par des insuffisances aussi notoires : un Iranien vaut à lui seul dix hommes du Rūm570, et Platon lui-même stigmatise l’absence de générosité de ces mêmes Rūm571 ! On dira que tout cela est artificiel, parce que participant d’un procédé littéraire, celui de l’antithèse ou du parallèle (muqābala) : ici, entre les mérites et les défauts. Soit. Mais d’autres textes sont plus éclairants, tel celui de Mas’ūdī, cité au chapitre précédent572, selon lequel les Rūm ne sont que les pâles continuateurs des Grecs pour tout ce qui touche au langage, à la littérature, à l’éloquence. De même, ces sciences du quadrwium, florissantes dans les débuts de l’Empire comme aux temps de la Grèce antique, sont devenues, nous l’avons vu, essentiellement pratiques, et aucun de nos textes ne mentionne le quadrvium pour la Constantinople des iiie-ive/ixe-xe siècles.

  • 573 FAQ, 138.
  • 574 FAQ, 149.

179Enfin, tout un courant conteste la réalité d’une quelconque supériorité byzantine, en quelque matière que ce soit. Ibn al-Faqīh s’y emploie à plusieurs reprises. Il fait rire sous cape l’ambassadeur de l’Islam lorsque l’Empereur lui montre les secrets de la médecine byzantine : des secrets qui, pour le monde arabo-musulman, seraient, dirions-nous, de Polichinelle573. On objectera peut-être que cette attitude s’inscrit dans le contexte particulier des rapports entre Byzance et l’Islam, sur fond de lutte toujours ouverte et d’enjeu incertain, où la volonté de se rassurer le dispute toujours à la crainte d’avoir à craindre. Sans doute n’en fallait-il pas moins pour faire reconnaître à l’Empereur lui-même la suprématie arabe574. Mais la contestation de toute supériorité byzantine dépasse parfois le simple cadre du règlement de comptes pour s’élargir à celui, universel, de la répartition des aptitudes entre tous les peuples du monde. Écoutons, une fois encore, Ibn al-Faqīh.

  • 575 FAQ, 143-145.
  • 576 Pour l’interprétation de cette dernière phrase, cf. FAQ, gloss., p. XXXVII. Voir la conclusion du t (...)

180« En quoi consiste, demande Anūširwān, le souverain sassanide, à l’un de ses sujets envoyé se documenter sur les Byzantins, en quoi consiste leur part de sciences575 ? » L’homme répond qu’elle est très mince et que le seul titre de gloire des Rūm réside dans les ouvrages de logique, où ils excellent. « Et où situer leur génie en médecine ? — Ils connaissent les natures et les substances, le traitement de l’inflammation ou du refroidissement des humeurs, de l’excès de bile ou de pituite, à l’aide de simples aux noms particuliers. Mais, cela mis à part, ils ne connaissent rien des trésors de l’Inde : traitement des esprits vitaux et des maladies graves, magie, exploitation des esprits vitaux les uns contre les autres. — Et l’astronomie ? — Leur part en ce domaine est très réduite. — Et que sais-tu de la prétention de certains d’entre eux à fabriquer l’or, l’argent ou des substances dans lesquelles ils baigneraient les pierres précieuses pour en changer la nature ? Que sais-tu aussi de ces talismans dont on nous parle ? — Je dirais que nous tenons là une des plus intéressantes aptitudes des Rūm, si j’arrivais à en savoir quoi que ce fût ; mais je n’ai rien découvert de vrai. Quant aux talismans, c’est chose fort ancienne : tout homme doué de quelque pouvoir en ce monde a su composer, sur des statues, ce genre de paroles, chants ou nœuds magiques que j’ai pu voir et dont les temps passés nous ont déjà montré comment on les faisait576. »

  • 577 MAS (p), § 699 (chapitre spécial dont l’existence souligne, telle quelle, la coupure apportée par l (...)
  • 578 MAS (p), § 717, (t), 162, 247.

181Ainsi, par la réduction des aptitudes supposées, leur transfert à d’autres peuples, ou la simple esquive, le prétendu modèle byzantin, peu à peu, s’efface. D’où viennent donc toutes ces carences, et ne seraient-elles pas liées à l’abâtardissement du génie grec ? Pour se convaincre de la réponse, il faut d’abord souligner les ruptures historiques : entamées avec les rois successeurs d’Alexandre, qui n’étaient plus grecs, mais égyptiens ou syriens577, elles se consomment avec l’essor de la puissance romaine et le passage de la Grèce antique sous son joug578.

  • 579 FAQ, 144.
  • 580 NAD, 243.
  • 581 MAS (p), § 741 ; cf. aussi FAQ, 145, qui conclut en ces termes la réponse, citée un peu plus haut, (...)

182Mais la grande coupure est celle du christianisme. Si la déficience des qualités personnelles des Byzantins est parfois donnée comme l’effet d’une infraction aux principes de la religion579, en revanche, tout ce qui concerne le déclin de la science antique est directement rapporté à l’intervention de la foi nouvelle. Ibn an-Nadīm580 nous décrit un temple aux portes de fer, où l’on adorait les astres et les idoles, et fermé depuis le triomphe de la chrétienté. Dans cet édifice de marbre, aux inscriptions et sculptures remarquables, se trouvent quantité de livres — de quoi charger mille chameaux — dont certains sont en excellent état et d’autres mangés par les vers. Plus explicite encore Mas’ūdī581, qui conclut en ces termes le tableau, évoqué plus haut, des sciences dans la Grèce antique et la première Byzance : « Les sciences étaient en honneur et jouissaient d’un crédit universel ; assises sur des bases solides et grandioses, elles s’élevaient chaque jour davantage, lorsque la religion chrétienne fit son apparition chez les Rūm ; ce fut alors un coup fatal pour l’édifice scientifique : ses vestiges disparurent et ses chemins s’effacèrent. Tout ce que les anciens Grecs avaient mis en lumière s’évanouit et les découvertes dues au génie antique s’altérèrent. »

  • 582 Le premier humanisme byzantin, op. cit., p. 300, 304 et passim.
  • 583 Dans ar-Radd ‘alä n-Naārä, cité par Ch. Pellat, « Al- Ğàḥiẓ ; les nations civilisées et les croyan (...)
  • 584 Kitāb al-milal wa n-nial, Būlāq, 1263/1847, p. 2-3 (cité dans Ğ. alībā, Mustaqbal at-tarbiya fi š (...)

183La recherche contemporaine, avec P. Lemerle582, a fait justice de ce genre d’affirmations, sinon en les contestant tout à fait, du moins en les ramenant à des proportions plus raisonnables. Il reste que le mot essentiel est bien : « s’altérèrent ». Car tout est là. Les aptitudes byzantines ne sont plus qu’un lointain souvenir, dans les domaines pratiques, des anciennes sciences dont les Grecs avaient élevé, au plus haut, la théorie. Comme l’écrit Ğāḥiẓ583, « les Grecs étaient des savants, les Byzantins sont des artisans. » Et plus tard, au vie/xiie siècle, l’historien des religions Šahrastānī584 pourra écrire : « Les grandes nations sont au nombre de quatre : Arabes, Persans, Rūm et Indiens, mais les uns et les autres se sont appariés. Arabes et Indiens, se rapprochant par une commune façon de voir, ont une tendance particulièrement prononcée à établir les propriétés des choses, à juger d’après les quiddités et les réalités essentielles, à suivre les données spirituelles. Rūm et Persans, se rapprochant par une commune façon de voir, ont une tendance particulièrement prononcée à établir les éléments matériels des choses, à juger d’après les qualités et les quantités, à suivre les données corporelles. »

  • 585 Kitāb al-ahbār wa kayfa taiḥḥu, dans Ch. Pellat, art. cité.
  • 586 On se contentera d’indiquer que la philosophie musulmane a produit, entre le ive/xe siècle et celui (...)

184On nous pardonnera cette excursion en dehors de notre période ; elle a au moins le mérite de mettre en évidence un fait capital : le passage historique de la Grèce antique à Byzance fait basculer les classements traditionnels et force à reconsidérer les distributions mondiales. Dans un premier système, dont un autre texte de Ğāḥiẓ nous offre les traces585, les nations que nous appellerions scientifiques, Indiens et Grecs, s’opposeraient à celles que nous dirions pratiques : Arabes et Persans. D’un côté, les mathématiques, la médecine, l’astronomie et la philosophie. De l’autre, le langage, l’expérience sensible, l’art de la politique. Tout change avec Šahrastānī, en vertu du principe sous-entendu que la science grecque est devenue technique byzantine. Dès lors, qui serait mieux à même de prendre la place laissée libre par la Grèce, que la nouvelle civilisation, la nouvelle pensée auxquelles la langue arabe a donné et son expression et sa promotion dans l’univers586 ?

Byzance et l’Islam : le cas des prisonniers

  • 587 « Les relations politiques et sociales entre Byzance et les Arabes », dans Dum-barton Oaks Papers, (...)
  • 588 Cf. RST, 226 (sur l’émigration à Byzance du dernier prince ġassānide, Ğabala b. al-Ayham, un temps (...)
  • 589 Les controverses ou la méfiance n’empêchent pas la courtoisie de l’accueil, régulièrement indiquée  (...)

185L’image que le monde musulman se fait des Rūm n’est pas seule en cause dans nos textes. Tout aussi important est le type de relations qu’il entend avoir avec l’ennemi et voisin byzantin. Il importe d’abord, pour l’historien, de souligner que ces rapports existent, dans la guerre et dans la paix : M. Canard leur a consacré un important article587, auquel on renverra une fois pour toutes, ainsi qu’à tout ce qu’on a déjà pu écrire, ici même, sur les diverses formes de communication entre les deux mondes. On se contentera de relever cette fois l’importance des transfuges ou immigrants588, la cordialité des relations d’ambassade589, enfin le sort des prisonniers, sur lequel on insistera un peu plus.

  • 590 MAS (t), 241, 255-263. Cf. aussi Canard, H’amdânides, p. 760, 824, Vasiliev, op. cit., t. I, passim(...)

186Mas’ūdī consacre de longues pages du Tanbīh590 a évoquer, sur les bords du Lamos, en Cilicie, ces rachats de prisonniers qui s’égrenèrent régulièrement, comme une routine dans l’histoire des relations entre les deux puissances. Qu’on en juge par les dates : šawwāl 181/février 798, 189/805, 192/808, dū l-qa’da 194/août 810, dū l-qa’da 201/juin 817, muḥarram 231/septembre 845, šawwāl 241/mars 856, début afar 246/ mars 860, 247/861, 253/867, ramaḍān 258/juillet 872, ša’bān 283/septembre 896, dū l-qa’da 292/septembre 905, šawwāl 295/juillet 908, rabī II 305/septembre 917, rağab 313/octobre 925, fin dū l-qu’da et début dū l-ḥiğğa 326/octobre 938, rabī’I 335/octobre 946. Au total : deux intervalles seulement supérieurs à vingt ans, deux de onze et treize ans, sept intervalles de six à neuf ans et six intervalles de cinq ans ou moins.

  • 591 Indiqué seulement pour le douzième rachat, auquel Mas’ūdī assista personnellement ; il s’agit d’un (...)

187Il est vrai que tous ces rachats n’ont pas la même importance. Mas’ūdī en isole douze auxquels le nombre des prisonniers, hommes et femmes, arrachés à la captivité confère un éclat spécial : d’un à six milliers d’âmes. Mais la solennité vient aussi de la qualité des parties en présence : du côté de l’Islam, un familier du vizir ou du calife, un gouverneur des régions frontières ; du côté byzantin, un plénipotentiaire591. La scène est impressionnante : sur mer, la flotte byzantine, « splendidement ornée » ; sur terre, la foule musulmane : plusieurs centaines de milliers de personnes, dont beaucoup en armes, avec les plus beaux équipements qui se puissent voir. L’ardeur à racheter les frères en la foi est certaine ; mais elle ne suffit pas toujours, l’argent manque, il faut l’intervention d’un prince, qui acquitte le solde. Parfois aussi la perfidie byzantine s’en mêle, l’ennemi se retire sans avoir libéré tous les prisonniers ; au mieux, il faut alors prolonger la trêve, et courir ailleurs pour terminer l’affaire.

  • 592 Titre du chapitre (p. 255) : « Rachats de captifs entre les Musulmans et les Rūm » ; p. 256 : « ceu (...)
  • 593 Ils sont échangés contre un certain nombre de « barbares » (a’lāğ), « car il n’est pas, légalement, (...)
  • 594 On leur demande, sous le califat d’al-Wāṯiq (troisième grand rachat, p. 257 i. f.-258) de reconnaît (...)

188Notons que le terme de rachat, par lequel nous traduisons l’arabe fidā’, correspond aux données de Mas’ūdī : il ne nous parle en effet que de captifs musulmans. Pourtant, à certaines expressions592, on devine qu’il s’agit bel et bien d’échanges. L’essentiel, l’évident, c’est que l’Islam ne s’intéresse, en la matière, qu’à ses propres enfants. Mais encore doit-on nuancer : il rachète aussi les Chrétiens que les Byzantins étaient venus ravir sur son sol593 ; à l’inverse, il se montre parfois si sourcilleux envers les Musulmans eux-mêmes, contrôle de si près leur credo, que certains préfèrent retourner chez les Rūm594 : est-ce à dire qu’ils s’y trouvaient si bien ?

  • 595 MUQ, 148 ; cf. Canard, dans Vasiliev, op. cit., t. II/2, p. 424, n. 4, et supra, p. 424.
  • 596 MAS (t), 232 i. f.-233, MUQ, loc. cit.
  • 597 HUR, 109, et supra, p. 427 i. f-428.
  • 598 ISH, 417, 459, ḤAW, 195 i. f., MUQ, loc. cit., et supra, p. 424, 426 (n. 4-5), 435, 437.
  • 599 MUQ, 148 : « les hommes prudents sont ceux qui, interrogés sur leur métier, ne l’avouent pas. »

189La question mérite d’être posée. Sans doute la captivité traîne-t-elle les malheurs que l’on sait : nous retrouvons chez nos auteurs l’écho, modeste, des accents du poète prisonnier, Abū Firās al- Ḥamdānī. Ces captifs — à Byzance, mais aussi à Trébizonde, en Bithynie ou ailleurs595 — ne sont pas toujours bien traités : on les trouve dans les mines, enrôlés de force dans l’armée, esclaves dans les manufactures596. Leur condition s’achève parfois tragiquement, sous la hache ou les pierres, ou encore dans une fournaise597. Dans l’ensemble, pourtant, la tendance est à reconnaître que la captivité n’est pas tout à fait la catastrophe qu’on imaginerait : outre les concessions relatives au culte ou aux usages comme l’abstinence de la viande de porc, on voit les prisonniers banqueter aux frais de l’État, recevoir des vêtements d’honneur, pratiquer entre eux le commerce ; on leur épargne la mutilation du nez ou de la langue, et ce sont les services de la poste impériale qui les transportent à Constantinople598. L’impression générale est que, pour qui sait cacher qu’il peut travailler de ses mains599, Byzance se montre finalement accommodante : assez, en tout cas, pour qu’en certaines circonstances exceptionnelles, on la préfère à un Islam qui déçoit ceux-là mêmes pour lesquels il avait nom retour.

Byzance et l’Islam ; le bilan d’une histoire : la frontière

  • 600 MAS (t), 239 i. f., avec correction de la version Armāniyā en Rūmāniyā.
  • 601 Cf. par exemple MAS (p), § 456, 494 sq.
  • 602 YA’Q, 321, 362, FAQ, 115-116, 137, 143 i. f., 199, QUD, 252, MAS (p), § 639-640, 1406, (t), 184, 19 (...)
  • 603 Cf. QUD, 252 (sur lequel on reviendra infra, p. 477, et chap. XI, à propos de la mamlaka), et supra(...)
  • 604 Cf. entre autres HUR, 104, 106, RST, 193, FAQ, 113, 140, i. f.-141, MAS (p), § 738, 756 sq., 760 sq(...)
  • 605 Cf. supra, p. 383, n. 3.

190Le tableau général de l’histoire du Rūm, de la Romania comme dit Mas’ūdī600, est celui d’une puissance résolument affirmée dans les relations avec les peuples voisins : Bulgares, Turcs601 et surtout Iran pré-musulman : dans cette alternance de combats et de trêves, de poussées et de replis602, se lit déjà, en filigrane, la succession que la Perse offrira à l’Islam603. De cette dernière histoire, dont l’enjeu est toujours ouvert à l’époque où écrivent nos auteurs, nous avons des pages et des pages604 ; mais ce ne sont pas elles qui nous intéressent, puisque aussi bien nous pouvons les retrouver, et avec plus de détails, chez les historiens605 ; infiniment plus éclairantes pour notre propos sont celles qui s’interrogent sur les résultats, le bilan, hic et nunc, de l’histoire passée, et sur l’avenir de l’histoire à vivre.

  • 606 HUR, 109.
  • 607 RST, 119, 127, FAQ, 136 i. f., 148 (début), ud, 156-157, ḤAW, 201-202, 204, MUQ, 148.
  • 608 Cf. supra, p. 447, n. 2.
  • 609 Hud, 157.

191Byzance semble indéracinable, à commencer par sa capitale, enfouie, on l’a vu, au fond de ses repaires : « le refuge des Rūm », comme dit Ibn Hurdāḏbeh606. Par ailleurs, la puissance économique de l’Empire, riche de ses champs et de ses troupeaux, éclate607. Et pourtant, certains nuancent : les revenus fiscaux sont parfois réduits à des dimensions modestes608, les villes ont périclité609 et, pour tout dire, on peut se demander si l’épouvantail byzantin n’est pas, précisément, que cela : un épouvantail.

  • 610 MAS (t), 9.
  • 611 ḤAW, 200-201.
  • 612 Ici interviennent la comparaison entre les impôts fonciers du Rūm et du Maġib (supra, p. 447, n. 2) (...)

192Contre Mas‘ūdī610, qui déclare que « l’Empire du Rūm a toujours eu des institutions solides et une organisation cohérente », Ibn Ḥawqal611écrit : « L’Empire byzantin apparaît trop souvent, à des Musulmans notables ou à ceux qui composent des livres, comme différent de ce qu’il est réellement : il ne tient qu’une place modeste et ne pèse pas très lourd, avec ses maigres revenus, ses pauvres hommes, ses richesses rarissimes et ses finances chiches de ressources612... C’est l’Islam, un Islam trop porté, dans le cœur et l’esprit de ses fils, à la discussion sans fin, au désordre, à la rébellion et à la contestation, un Islam trop occupé à se chercher noise, c’est l’Islam, dis-je, qui laisse le champ libre aux Byzantins, leur délie les mains là où elles étaient réduites à l’impuissance et libère leurs ambitions là où elles étaient tranchées net. »

  • 613 Cf. supra, p. 272 et 413.
  • 614 ḤAW, 178 i. f.-179, 180, 182, 188-189, 198, 200-201, 203-205, 211, 213-214, 216, 221, 223 (idéal mu (...)

193Ainsi se formule la question véritable : est-ce Byzance qui est forte, ou l’Islam faible ? Aucun doute à ce sujet : si Mas‘ūdī se contente de déplorer les succès byzantins613, Ibn Ḥawqal, lui, renchérit, preuves en mains, sur le thème qu’il vient d’énoncer. Tout en évoquant l’époque, encore récente, où la frontière tenait, face à l’ennemi, il explique, comme en un discours enflammé, ce qui l’a fait céder : l’incurie et l’avidité des gouvernants, l’insouciance de tous614. Les espions byzantins, dit-il, ont opéré en toute tranquillité, « au vu et au su des autorités musulmanes qui, pour la plupart, leur fournissaient toute l’aide désirable, fortifiant ainsi l’ennemi par une arme de choix et un outil fort précieux, tout cela dans l’espoir de recueillir quelques miettes sur les profits du commerce réalisé avec le pays du Rūm. Mais quoi ! Le bénéfice était sordide, le feu, caché, les dévorait, le malheur tournoyait sur leurs gains, le maléfice rôdait autour de leur butin. Pour parler d’eux, on exhumait d’anciens vers, dont la leçon, comble de ridicule, leur échappait. N’alla-t-on pas, chez les plus diserts, jusqu’à dire et redire :

  • 615 Mètre wāfir ; sur l'auteur de ces vers, cf. ḤAW, trad. 193, n. 948.

« Sous la cendre, je vois les lueurs d’une braise,
Une braise où le feu est tout près de jaillir615 ? »

  • 616 Ara‘' : cf. BGA, IV, 242.
  • 617 Fī kulli baliyyatin yašra‘u : cf. Dozy, op. cit., t. I, p. 747.
  • 618 Āfa : cf. BGA, t. IV, p. 302.

194Et plus loin, à propos des courses byzantines contre les rivages syro-égyptiens : « Aucun secours, aucune aide, aucune attention prêtée aux Musulmans ; le pouvoir est à la dérive, vacant ; le prince amasse pour lui et prive les autres ; le savant vole, insatiable, et porte des sentences frauduleuses à l’encontre de ce qu’il veut dévorer, sans aucune crainte d’avoir à retourner devant Dieu ; le juriste est un loup affamé616, expert en calamités617, qui va et navigue par tout vent ; le marchand, trompeur et fort en gueule, ne s’interdit618 aucun interdit ni rien de ce à quoi le portent ses désirs ; les demeures et les dîmes aux mains ennemies sont livrées, les propriétés accablées, amputées, et la terre, contre ses maîtres, porte plainte devant le Très-Haut. »

  • 619 Sur l'historique de cette frontière, cf. Honigmann, dans Vasiliev, op. cit., t. III, Canard, H'amdâ (...)
  • 620 QUD, 254.
  • 621 Cf. par exemple HUR, 97, 99 sq., 110, 113.
  • 622 IṢṬ, 43 (ḤAW, 168).
  • 623 Cf. notamment YA‘Q, 327, RST, 119, MAS (p), § 879.

195Ce tableau, signé Ibn Ḥawqal, c’est celui des régions frontières, des marches (uġūr), dont le thème est inséparable de Byzance elle-même619 : aussi bien commandent-elles les passes620 et, au delà, les itinéraires qui mènent à Byzance621. Bien que la tradition distingue entre marches syriennes et marches de Haute-Mésopotamie, il s’agit là, comme le voit justement Iṣṭaẖrī622, d’une seule et même région : le front byzantin, que la mer, du reste, prolonge, tout au long des côtes, jusqu’à l’Égypte623.

  • 624 ḤAW, 343-344, 350-351, MUQ, 373, et supra, p. 268 i. f.-269.
  • 625 HUR, 99-108, FAQ, 111 i. f., 176, QUD, 216, 253 sq., MAS (t), 87, 194, 248, ḤAW, 177, 181-184, 209 (...)
  • 626 QUD, 253, sq., ḤAW, 179. Cf. M. Canard, dans EI (2), t. I, p. 783-784.
  • 627 Particulièrement chez MAQ, IV, 72.

196Mais restons sur les terres : au nord, l’Arménie joue un rôle d’intermédiaire commercial et surtout de glacis, au profit de l’un ou l’autre camp, en tout cas régulièrement exploité par le vainqueur du jour624. Plus au sud reviennent, marquant les points forts d’une frontière traditionnelle mais extensible, les noms de Mélitène, Samosate, Mopsueste, Adana, Tarse et leurs pareilles625. En arrière se déploie une seconde ligne de défenses, celle des villes « protectrices » (‘awāim), notamment Antioche626 ; mais le concept est plus flou627, et la distinction entre ‘awāim et uġūr souvent flottante, dans les vicissitudes qu’a connues la frontière.

  • 628 Supra, p. 387, n. 1.
  • 629 Cf. supra, p. 424 (sur l'importance de Tarse dans la lutte, cf. ḤAW, 184). Sur les luttes dont il e (...)

197Car si on la considère comme stabilisée, au moins en ce ive/xe siècle, c’est au détriment, parfois catastrophique, de l’Islam. Il faut bien, comme on l’a laissé entendre en commençant628, parler de repli général sur toute la longueur du front : les sources du Tigre menacées, Mélitène, Tarse et Antioche aux mains de l’ennemi, Alep et Homs saccagées, les rivages pressurés de tributs jusqu’à la Palestine et les Byzantins poussant leur emprise, par l’intermédiaire de certains groupes bédouins, en direction de l’Euphrate moyen : tel est le tableau sinistre de la lutte, dont l’ampleur, attestée par Ibn Ḥawqal’ et Muqaddasī, peut se mesurer à un seul fait, déjà signalé : à Constantinople, les gens de Tarse peuplent à eux seuls toute une prison629.

  • 630 Cf. supra, p. 474, n. 6.
  • 631 QUD, 216, 253, sq., 259.
  • 632 HUR, 102-103.
  • 633 ḤAW, 188, déclare quant à lui l'opération impossible.
  • 634 HUR, 99-100 (traduction inspirée de celle de de Goeje) ; mètre rağaz

198Ce n’est pas l’histoire même de ces fluctuations, au demeurant largement étudiée630, qui intéresse notre propos, mais bien son écho dans les consciences. Où est le temps où Qudāma631 pouvait encore, malgré les revers déjà subis, donner comme une théorie générale des uġūr, à peine dégagée du souvenir des premières expéditions musulmanes contre Constantinople, des itinéraires poussés, chez Ibn Hurdāḏbeh par exemple632, jusqu’à la ville fabuleuse ? Mais peut-on, en cette fin du ive/xe siècle, distinguer encore, comme Qudàma le faisait, entre marches maritimes et terrestres, entre uġūr et ‘awāim, évaluer le revenu de ces régions633, décrire la ventilation de leur budget, fixer les saisons et les durées des campagnes militaires ? Tarse, pour ne parler que d’elle, n’est plus l’objet de la rêverie du poète, qui chantait à son propos634 :

« Ah ! si, descendues jusqu’à Tarse,
Jusqu’à ce fleuve familier,
Nos chamelles nous amenaient
Les belles fleurs de nos demeures,
Avec leur démarche gracieuse,
Avec leurs hanches généreuses,
Qui ravissent si bien les cœurs ! »

  • 635 ḤAW, 184 ; citation de Coran, XIX, 98 (à propos des générations disparues par ordre de Dieu).

199Car Tarse n’est plus, du moins plus à l’Islam, et face aux vieux souvenirs épiques des chevauchées anatoliennes ou des campagnes maritimes, la déploration lancinante d’un Ibn Ḥawqal se clôt et sonne comme un glas : a Mais les hommes sont morts, et mortes les choses; mais les hommes s’en sont enfuis, et enfuies les choses. Quelqu’un a-t-il jamais habité là, quelqu’un a-t-il jamais hanté ces lieux ? Tout est effacé, tout rappelle la parole de Celui qu’il faut évoquer et exalter : Perçois-tu, de ces morts, une seule présence, et les entends-tu, une fois, murmurer3635 ?

La fin de Byzance ou la fin de l’Islam ?

  • 636 FAQ, 258 ; cf. aussi le texte traduit infra (p. 478 i. f.).
  • 637 MAS (t), 216. A noter toutefois que d'autres interprétations sont possibles : s'agissant de la Syri (...)

200Sur quel devenir peut déboucher un aussi triste bilan ? L’histoire vécue assombrit, à n’en pas douter, l’histoire à vivre, dont les zones-frontières risquent bien d’offrir l’image sinistre. Sans doute, d’un côté, cherche-t-on à se rassurer. Ibn al-Faqīh636 annonce la conquête de Constantinople par un Hāšimite, et Mas‘ūdī rappelle l’adieu lancé par l’Empereur Héraclius à la Syrie, dont venait de le chasser le jeune Islam victorieux, porteur de fléaux encore à naître : « Salut à toi, Syrie ! salut d’adieu, dernier salut en attendant que naisse le garçon néfaste — qui puisse ne pas naître ! — l’enfant qu’il est doux d’allaiter, mais amer de sevrer637 ! »

  • 638 RST, 125.
  • 639 MUQ, 148.

201Mais à d’autres, l’avenir apparaît plus tristement ouvert. A Byzance, lors de la procession impériale à Sainte-Sophie, viennent, derrière le souverain, trois chevaux de robe cendrée, non montés, mais harnachés de brocart et sellés d’or, le tout parsemé de perles et de rubis. « On les introduit dans l’église, où pend une bride : si une bête la saisit dans sa gueule, c’est, dit-on, le triomphe de Byzance sur l’Islam. Mais si elle vient flairer la bride et retourne résolument en arrière, on dit alors qu’elle est de la race d’un cheval qui appartenait à Julien l’Apostat638. » Muqaddasī, quant à lui639, fait des Bleus et des Verts, à l’Hippodrome, de simples parieurs : le triomphe des premiers, c’est-à-dire de l’Empereur, est présage de victoire byzantine ; celui des seconds, du parti du « vizir », présage de victoire de l’Islam : auquel cas l’on s’en va fêter les prisonniers musulmans, auxquels on remet des vêtements d’honneur.

202On notera ici deux choses extrêmement intéressantes : l’institutionnalisation de l’alternance des succès et des défaites, d’un enjeu qui semble bien à jamais ouvert, incertain, mais surtout, la prise en charge, par Byzance, de cet avenir alterné d’espérances et de pessimisme, dont il suffit de renverser les signes pour retrouver celui-là même auquel l’Islam est confronté. Mais pourquoi, justement, l’Islam le fait-il dire à Byzance ? On peut penser que, tout en reconnaissant cet avenir pour une réalité historique, il hésite pourtant à l’assumer comme telle, fuyant devant un futur aussi partagé. Par une sorte de réflexe apotropaïque, de transfert de défense, il rejetterait sur Byzance la responsabilité de dire en clair un devenir sur lequel il n’oserait pas, lui, mettre de nom. Mais en même temps, il reconnaîtrait, de façon détournée et discrète, l’existence, pour lui-même et Byzance, d’un destin commun dont ni l’un ni l’autre ne peuvent s’exclure, rivés, soudés, mêlés qu’ils sont tous deux, inextricablement.

  • 640 QUD, 252, comme introduction à un tableau des uġūr où revient plusieurs fois (p. 253), à propos du (...)
  • 641 Cf. supra, p. 439-440.
  • 642 Coran, XXX, 1/2-3/4 (trad. Blachère, op. cit., t. II, 419-420). Un autre passage (VIII, 26 : Rappel (...)
  • 643 La joie des croyants semble, dans la première version, pouvoir s'interpréter de deux façons : celle (...)

203Crainte d’autant plus tenace que, de tout temps, Byzance fut l’ennemi le plus puissant, le plus acharné : l’ennemi premier. Dès la jeunesse de l’Islam, et même avant sa naissance, il était là, barrant le chemin. La Perse sassanide, dont l’Islam recueillera la succession, a dû consentir de lourds sacrifices pour réussir enfin à se rassembler et à secouer le joug étranger640. Après elle, l’Islam, d’instinct pourrait-on dire, reprend le flambeau, dans l’éclairage nouveau de la vraie foi à défendre641. Le Coran642 donne le ton, qui dit : Les Rūm ont été vaincus, sur les confins de cette terre, mais après cette défaite, ils vaincront : affaire de quelques années. A Dieu appartient le sort, dans le passé comme dans le futur. Alors, les croyants se réjouiront. Relevons, une fois de plus, l’avenir ambigu : une autre version donne : Les Rūm ont vaincu, sur les confins de cette terre, mais après cette victoire, ils seront vaincus643. On dira qu’ici, par cette double lecture possible, l’Islam semble prendre, quant à la vision de l’avenir, cette responsabilité dont nous le faisions, il y a un instant, se décharger sur Byzance. Mais c’est qu’entre-temps, trois siècles après, l’histoire, porteuse de craintes renouvelées, aura parlé.

  • 644 Cf. A. J. Wensinck, A Handbook of early Muhammadan Tradition, Leyde, 1960, p. 101 et 207.
  • 645 FAQ, 196.
  • 646 RST, 27, FAQ, 145, MAS (p), § 1427. La confusion avec Rome (chez Ibn al-Faqīh) est évidente, mais c (...)
  • 647 FAQ, 146-147 ; sur Ka‘b al-Aḥbār, cf. M. Schmitz, dans EI, t. II, p. 620-621.
  • 648 Hamr et amīr (littéralement : toute substance fermentée, et notamment pâtisserie, sucreries ou cos (...)
  • 649 Je rajoute « le plat » pour la clarté de la traduction. On peut aussi penser, pour traduire fi'ūs, (...)
  • 650 Nafha (cf. FAQ, LX et 147, note d) : littéralement : un coup de souffle (ici : dans la trompette du (...)

204Après le Coran, la Tradition (adī). Les Rūm, triomphants ou défaits, annonciateurs, en tout cas, du dernier Jour644, sont, d’après le Prophète lui-même, « les hommes les plus éloignés de l’Islam645 ». Ils sont toujours à l’affût, prêts à menacer les lieux saints d’Arabie, tout comme ils menaçaient, avant l’Islam, le temple d’Abraham à la Mekke, tandis qu’à Jérusalem, ils ont fait pis que cela : évidemment confondus avec Rome, ils ont détruit le Temple et, pour ce crime, sont maudits, condamnés à payer, année après année, leur tribut à l’esclavage646. Car c’était peu de détruire, il fallait encore être fier de l’exploit : « On rapporte, d’après Kab647, que Constantinople se félicita de la ruine de Jérusalem, si fièrement, si prétentieusement qu’on l’appela l’Orgueilleuse. « Si, dit-elle, le trône de mon Seigneur — exaltée soit sa majesté ! — était bâti sur l’eau, c’est sur l’eau que je serais bâtie ! » Alors, le Très-Haut la menaça du châtiment avant même le jour de la Résurrection : « Par ma puissance et ma gloire, je t’arracherai tes parures, ta soie, tes vins, tes douceurs648, je ne te laisserai pas un seul coq pour chanter, je te donnerai, pour toute vie, celle des renards et des chacals, je ferai pleuvoir sur toi trois feux de poix, de soufre et de naphte, je t’abandonnerai pelée et teigneuse, sans rien qui s’interpose entre le ciel et toi, et ton cri montera jusqu’aux nues : car on m’a trop longtemps, chez toi, associé à d’autres dieux, on a trop longtemps refusé de m’adorer seul. On déflorera des filles dont la beauté éclipsait le soleil, et même la mer mugissante pourra entendre ton appel. Alors, tous ceux qui auront atteint ce terme pourront librement aller jusqu’au palais impérial ; on y trouvera les trésors de douze empereurs, chacun d’eux ne faisant qu’ajouter aux autres. On démembrera tout cela : sacs sur boucliers et pièces sur le plat des haches649, on emportera tout ce que l’on pourra de trésors pour le partager à Chalcédoine. Alors, il viendra quelqu’un de Syrie, disant que l’Antéchrist est apparu, et on laissera là tout ce que l’on avait ; mais, arrivé en Syrie, on s’apercevra que la nouvelle était fausse, et qu’il ne s’agissait que du coup de trompette650d’un farceur. »

  • 651 FAQ, 37.
  • 652 RST, 206.
  • 653 L'expression est courante : cf. Canard, dans Dumbarton Oaks Papers, op. cit., p. 47 ; on la trouve (...)
  • 654 Cf. Canard, loc. cit., et MUQ, 147.
  • 655Ulūğ ou a‘lāā, sg. ‘i(cité supra, p. 471, n. 3) : MAS (p), § 765-766 : âne sauvage, d'où : homm (...)

205C’est finalement, on le voit, dans l’impiété même de Byzance que l’Islam met son espoir, se reposant moins sur ses propres forces que sur un Dieu contraint au châtiment de ceux qui le bafouent. Si la Mekke, Médine, Jérusalem et Damas appartiennent au Paradis, le feu éternel est déjà réservé à Constantinople, comme à Antioche, Tyane et Ṣan‘ā’651. Comment s’étonner alors du mépris ou de la franche haine qui percent çà et là ? N’auraient-ils pas à répondre à l’hostilité invétérée de Byzance envers les Arabes652, qu’ils apparaîtraient presque, pourrait-on dire, comme une obligation. Après tout, c’est à peine contre des hommes qu’on lutte : l’Empereur, c’est a-āġiya, le tyran rebelle à la loi divine et naturelle653, en deux mots l’incarnation même du mal ; ou, plus brutalement encore, « le chien du Rūm »654, régnant sur un peuple de barbares, de bêtes brutes655.

206Comment conclure sur une histoire qui ne s’achève pas, ou dont l’heureuse issue, au mieux, s’inscrit sur des horizons eschatologiques ? Ce qu’on espère ou redoute de Byzance, mais aussi, plus simplement, ce que l’on pense d’elle, tout cela relève de l’éternel incertain. Lointaine et proche, connue et dérobée, méprisée ou forçant l’intérêt, différente et semblable, ennemie sans doute, mais par là même engagée avec l’Islam dans un destin commun, Byzance, un peu comme le pays turc, est un être ambigu.

207Mais la comparaison s’arrête là. Car l’histoire de l’Islam et de Constantinople ne peut s’achever qu’avec la ruine de l’un ou de l’autre. Ici, aucune récupération possible de l’ennemi, aucune assimilation possible de l’étranger dans le vaste corps du monde musulman : là où l’Islam est, Byzance n’est pas, et réciproquement. Les similitudes, les relations, l’objectivité même des jugements parfois, ne réussissent pas à déboucher sur une compréhension authentique. Ces hommes que l’on connaît, avec qui l’on se bat, parlemente ou commerce, pourquoi sont-ils, au bout du compte, rejetés ? Ce n’est pas, ici, le merveilleux qui en est responsable : contrairement à ce qui se passe pour d’autres pays, la terre et la société des hommes n’échappent pas à un ordre naturel des choses : l’État offre, on l’a dit, des analogies évidentes avec celui du monde musulman ; et quant au pays byzantin, il est tout proche, il a même été parcouru, jadis, par les armées de l’Islam, et continue de l’être : par les prisonniers, les ambassadeurs, les commerçants ; bref, il est connu, et si peu déconcertant qu’on ne signale à son propos aucune merveille naturelle, aucun animal étrange ou monstrueux.

208Est-ce la religion ? Sans doute Constantinople est-elle le siège d’une impiété particulière. Mais enfin, pour n’être qu’une approche imparfaite et coupable de la vraie foi, le christianisme est toléré, respecté au sein même du monde musulman. Alors ? La réponse est bien, en définitive, à chercher du côté de la politique, dût-elle s’exprimer parfois en termes religieux. Byzance, on l’a dit, est vue d’abord, est vue surtout comme un État, une organisation engagés, presque de décret divin, dans une lutte où l’Islam doit faire la preuve de son droit. Mais longue est l’épreuve de la preuve, interminable l’aventure où Byzance et l’Islam sont enchevêtrés l’un à l’autre.

209Comment, dès lors, ne pas comprendre que l’enjeu fantastique, sans merci, puisse, à l’occasion, obnubiler tout le reste ? Si parfois le voile se déchire, si parfois quelque chose se noue qui ressemblait à une compréhension hésitante, et même à l’estime, toujours l’enjeu revient réclamer ses droits, exiger que l’on n’oublie pas que Byzance existe, que Byzance est ambitieuse, que Byzance menace. Ainsi l’alternative qui se partage les esprits répond-elle à celle qui se joue sur le terrain : la guerre suspend toujours une paix où chacun reprend souffle, le commerce fait son chemin au travers ou à côté des campagnes militaires. Finalement, la vision qu’on emporte de Byzance est celle-là même qu’inspire l’histoire : favorable ou hostile, apaisée ou haineuse, irrésolue en tout cas, elle reflète les oscillations du vécu, enserré entre les hasards, toujours renouvelés, de la guerre et l’impuissance de la paix.

Notes

1 Je suis largement redevable à l’amitié de Gilbert Dagron, qui a bien voulu revoir le brouillon de ce chapitre et m’indiquer bien des corrections ou des compléments indispensables. M. Paul Lemerle m’a donné, de son côté, les orientations essentielles de lecture. De longues conversations avec R. Paret m’ont ouvert, enfin, de nombreuses perspectives. Je les remercie vivement tous trois, en précisant, s’il en était besoin, que les erreurs et déficiences de ce chapitre relèvent évidemment de ma seule responsabilité.

2 Cf. ḤAW, 223, qui dit son pessimisme sur l’avenir de la ville d’Āmid, en Haute-Mésopotamie, à 600 km environ à vol d’oiseau de Bagdad ; elle a, de fait, subi plusieurs attaques et a même été prise (cf. Ostrogorsky, op. cit., p. 303 et passim).

3 Cf. aussi les « auteurs divers » traduits par M. Canard, dans Byzance et les Arabes, op. cit., p. 285 sq.

4 Cf. Canard, op. cit., p. 299 sq.

5 A propos de traitement littéraire de thèmes (point qui peut paraître moins net à première vue), je renvoie aux longues déplorations de ḤAW, 205, 223, sur l’état de l’Islam face à Byzance ; cf. également la réflexion de M. Canard, op. cit., p. 420, n. 3.

6 A une réserve près : cf. p. 387 i.f. -388. On signalera, à propos de l’histoire, qu’on n’en exploitera ici (cf. Géographie I, p. XIV-XV, a-b) que les données incluses dans les œuvres des géographes ; les données historiques des encyclopédistes comme Mas’ūdī (dans la partie plus proprement historique de son œuvre : Prairies, § 1441 sq., Tanbīh, p. 301 sq.) feront l’objet, à l’occasion, de simples références.

7 Cas de la bataille de Mu’ta, dès l’époque du Prophète, en 8/629 (cf. F. Buhl, dans EI, t. III, p. 826).

8 Cf. FAQ, 139, 145, 146, 149. Sur Ka’b, mort en 32 ou 34/652-654, cf. M. Schmitz, dans EI, t. II, p. 620-621 ; sur Huḏayfa, mort après 148/765, cf. Kaḥḥāla, Mu’ğam al-mu’allifīn, III, 190 ; sur Sayf b. ‘Umar, mort en 180/796-797, cf. GAL, Sup., I, 213 sq. ; sur Hišām al-Kalbī (cité ici sous sa kunya d’Abū l-Munḏir), mort en 204 ou 206/819-821, cf. C. Brockelmann, dans EI, t. II, p. 730-731. On rangera au nombre des données de la tradition celles que HUR, 112, déclare tenir du ‘àlim bi-bilàdi r-Rūm (« le connaisseur du pays du Rūm »).

9 Géographie I, p. 29-31, et Rosenthal, op. cit., p. 95 sq.

10 MAS (p), § 305, 739, AW, 197.

11 AW, 197, et Canard, op. cit., p. 413, n. 2.

12 Tel paraît être, notamment, le cas de MUQ, 147-148.

13 ḤAW, 195.

14 Sur Muslim, cf. MAS (t), 257-258, et Géographie I, p. XVIII. Sur Hārūn, cf. supra, p. 368-369, et Géographie I, p. XXII.

15 Sauf la réserve des espions (voir toutefois, pour le cumul des fonctions d’ambassade et d’espionnage, MAS (p), § 769, cité infra, n. 5).

16 Cf. FAQ, 137 (et note e), MAS (p), § 769 (avec indication d’espionnage), MUQ, 153, NAD, 243 (cf. Canard, op. cit., p. 295, n. 2). On se souviendra aussi d’un autre ambassadeur, pour le compte de l’Espagne musulmane : Ġazāl, de la mission duquel l’historien Ibn Ḥayyān nous a rapporté quelques détails (cf. supra, p. 345, et Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. I, p. 251-253 ; nos renvois à cette ambassade sont faits d’après le compilateur Maqqarī : cf. Géographie I, bibl.) : en sens inverse, on se souviendra que l’ambassade de Ġazāl répondait à une ambassade byzantine en Espagne ; sur un ambassadeur byzantin à Bagdad, cf. YA’Q, 243.

17 MAS (p), § 739 (t), 255 sq.

18 MAS (p), § 838 (espion byzantin), ḤAW, 197 i. f. (sur les visées pro-fāṭimides de l’auteur en la matière, cf. Canard, op. cit., p. 410). L’espionnage se renforce au jeu des transfuges, d’un côté ou de l’autre : cf. RST, 226, MAS (p), § 495 (Arabes convertis au christianisme ?), (t) 231, 236, 257 i. f.-258, ḤAW, 211-212.

19 HUR, 106 ,MAS (p), § 730, MUQ, 153. Sur Muḥammad b. Mūsä, cf. infra, p. 461, n. 2.

20 On pense surtout à eux compte tenu de la longueur de leur séjour en pays byzantin. Mais on peut imaginer aussi que les commerçants (dont nos textes parlent peu : on reviendra sur ce point infra, p. 462) pouvaient, compte tenu de leurs obligations, connaître le grec, au moins le grec courant.

21 On reviendra plus loin sur la question des thèmes. Relevons ici seulement, pour l’instant, les deux séries chronologiques : du côté arabe, Muslim al-Ğarmī (milieu du iiie/ixe siècle), Ibn Hurdāḏbeh (deux versions : 232/846 et 272/885), Ibn al-Faqīh (vers 290/903), Qudāma (après 316/928), Tanbīh de Mas’ūdī (345/ 956) et udūd al-ālam (vers 372/982) ; du côté byzantin, Taktikon d’Ouspenskij (845-856), Kletorologion de Philothée (vers 900), Taktikon de Benechevitch (921-934) et De Thematibus de Constantin Porphyrogénète (règne de 913 à 959 ; le premier livre du De Thematibus, celui-là seul qui nous intéresse ici, est peut-être de 934-944) : cf. Ostrogorsky, op. cit., p. 244, et Lemerle, op. cit., p. 278-279.

22 Cf. Canard, op. cit., p. 436-437, citant Ibn Ḥawqal (fin du ive/xe siècle), qui se réfère lui-même à des informations fournies notamment par des prisonniers (ḤAW, 195, trad. 190 i. f.) ; Léon VI règne de 886 à 912. Sur le De Cerimoniis, cf. Lemerle, op. cit., p. 275-277, qui signale que le livre II « était encore sur le chantier à la fin du règne » (913-959). Nous avons peut-être un exemple d’accès à des sources byzantines, pour l’histoire proprement dite, avec MAS (p), § 751, qui se réfère à une « chronique byzantine » (ta’rī ar-Rūm) ; mais il est vrai que ce peut être un livre écrit, en arabe, par l’une des communautés chrétiennes du monde musulman : cf. MAS (t), 212-213.

23 Cf. MAS (t), 257.

24 Cf. ud, 419 sq. Ibn Hurdāḏbeh (et donc, à travers lui, Muslim) constituent des sources essentielles pour Ibn al-Faqīh et Qudāma (cf. Brooks, op. cit., p. 71), et Mas’ūdī semble avoir connu lui aussi le livre de Muslim (cf. MAS (t), 257). On sera toutefois amené à nuancer, chemin faisant, ce problème des sources.

25 Son séjour à Constantinople prend place dans les toutes premières décennies du ive/xe siècle ou les dernières du siècle précédent : cf. Canard, op. cit., 381-382.

26 Cf. infra, à propos du tableau des thèmes chez Ibn al-Faqīh, Qudāma et Mas’ūdī.

27 Tarse, conquise par Nicéphore Phocas en 965, est signalée comme perdue par MUQ, 152 i. f., qui déclare par ailleurs que les marges syriennes sont dévastées par les Byzantins (MUQ, 152) ; ḤAW, 177, signale la prise d’Alep (par Nicéphore, pas encore empereur, en 351/962 : cf. J. Sauvaget, dans EI (2), t. III, p. 88, mais aussi ḤAW, trad., 174, n. 852), d’Antioche (ḤAW, 180 : début 359/novembre 969; 29 octobre 969, six semaines avant la mort de Nicéphore : Ostrogorsky, op. cit., p. 315 et 317), de Homs (Ḥims ; par Jean Tzimiscès, en 364/975 : ḤAW, 176, Ostrogorsky, op. cit., p. 321). Cf. également, en ḤAW, 188, l’aveu qu’une grande partie de la Syrie du Nord échappe au contrôle musulman. A noter toutefois que certaines informations d’Ibn Ḥawqal, sur l’organisation de l’Empire notamment, renvoient « à une époque plus ancienne ou ont une portée générale » : Canard, op. cit., p. 410.

28 Du côté byzantin et, plus généralement, du côté des chrétiens d’Orient, voir les textes réunis par A. Ducellier, Le miroir de l’Islam, Paris, 1971.

29 AW, 196 i. f.-197.

30 AW, 200, trad., 195.

31 Supra, p. 383.

32 HUR, 155, HAM, 6, 32 et passim, RST, 97-98, FAQ, 6, 82, 136, 145, ISḤ, 416-417, MAS (t), 120 (avec notation de l’appartenance du Rūm à la troisième nation (umma) selon les classifications de l’antiquité), 239, ud, 156.

33 RST, 79, situe « au pays du Rūm », en une ville appelée al-Mustaṭīla, ces traits qu’il emprunte à HUR, 156 (cité supra, p. 289, n. 2) : chez ce dernier, la ville, al-Mustaṭilla, est située « au pays du Rūm, sur la mer des Khazars » : cette dernière appellation semble renvoyer ici non pas, comme à l’habitude, à la Caspienne, mais à la mer Noire : cf. ud, 420. Sur la neige, cf. HUR, 90.

34 HUR, 104, 122 i. f.-123, 174, FAQ, 136 (variante ibid., 145), 197, ud, 157-158, et supra, p. 345, 353, 355.

35 HUR, 104, 112, QUD, 230-231, RST, 85, 98, MAS (p), § 276, 911, (t), 89, IṢṬ, 51, ḤAW, 179, 203-204, MUQ, 15 (trad. § 36), Hud, 59, et supra, p. 377-378.

36 HUR, 104, qui compte, avec la Sicile, Rome dans les territoires byzantins. Il est à supposer que la notation remonte à la première version (vers 232/846), postérieure de 19 ans aux premières opérations musulmanes de conquête et de 15 ans à la prise de Palerme. Le laps de temps est tout de même assez long pour que l’on s’interroge sur la raison de l’indication fournie par Ibn Hurdāḏbeh : allusion — mais alors bien lointaine — au fait que la conquête de l’île n’est pas totale encore ? Sur la présence de la Sardaigne dans la mouvance byzantine (HUR, 109), cf. supra, p. 378, n. 6.

37 MAS (p), loc. cit. ; sur ces « Francs », cf. référ. supra, p. 355.

38 MAS (p), IṢṬ et ḤAW.

39 Iṣṭaẖrī écrit vers 318-321/930-933, Mas’ūdī (Prairies) en 332/943, et Ibn Ḥawqal (première version avant 356/967) révise son œuvre vers 378/988 (cf. trad. Wiet, XIII, et ud, 168 et 406). Sur la Crète, cf. F. Giese, dans EI, t. I, p. 901, et Ostrogorsky, op. cit., p. 235, 249, 260, 308, 310.

40 Ibn Ḥawqal développe ici Iṣṭaẖrī, qui parle de minorités (nuba) chrétiennes.

41 Sur l’île, le condominium arabo-byzantin et la reconquête byzantine, cf. Ostrogorsky, op. cil., p. 146, 160, 265, 315, et R. Hartmann, dans EI, t. I, p. 905. A noter que l’imprégnation religieuse de l’Islam semble avoir été ici assez superficielle : Iṣṭaẖrī déclare l’île entièrement chrétienne.

42 Cf. infra, p. 404, n. 8. P. Lemerle écrit (op. cit., p. 107) : l’Asie Mineure « est l’Empire. » Sans doute vise-t-il, par cette formule, la période qui va du milieu du vie siècle à la fin du viiie (ibid., p. 74) ; mais la notation vaut, me semble-t-il, pour les siècles suivants, jusqu’à Basile II qui aura, à sa mort (1025), rétabli, provisoirement au moins, l’équilibre entre les domaines européen et asiatique de Byzance. A noter que l’importance de l’Asie Mineure se traduit jusque dans les préséances de l’étiquette : cf. Ostrogorsky, op. cit., p. 278.

43 Cf. par exemple ud, 156-157. On reviendra sur cette évocation générale infra, p. 473.

44 ḤAW, 200.

45 Maāmīr, pl. de mamūra : d’ordinaire silo, et plus généralement : toute construction enterrée (cf. Dozy, Supplément, t. II, p. 60). Wiet (ḤAW, trad. 194-195) traduit par : villages troglodytiques.

46 ud, 54-55 et 183-185.

47 ud, 67-69 et 203-205, avec, peut-être, indication (68 et 204) des montagnes de la région d’Ephèse.

48 ud, 78-79 et 220-221. Même attitude chez les autres géographes traitant des cours d’eau : Ibn Hurdāḏbeh (103, 109-110) connaît le Rhyndakos (ar-Runḏāq, Adirnas : Anatolie nord-occidentale), « le fleuve de Dorylée » (le Tymbres, Pursak : même région), le Podandos (cf. Vasiliev, op. cit., I, p. 116, n. 1) et le Ṣāġarī (Sangarios : cf. ud, 220). Muqaddasī (22, trad. § 55) ne connaît que les fleuves de l’Anatolie sud-orientale. Chez Ibn Ḥawqal, enfin, lacs et fleuves n’excèdent pas le cadre des itinéraires anatoliens ; au reste leurs noms n’apparaissent-ils pas, sauf pour l’Halys (7s) : sur cette imprécision d’ensemble, cf. citation d’Ibn Ḥawqal, supra, p. 387.

49 Les principales sont indiquées supra, p. 386, n. 1.

50 Aux auteurs qui suivent Muslim, il faudrait ajouter, hors de la période qui nous occupe, Idrīsī : cf. ud, 419-421, et surtout Brooks, op. cit., p. 67 sq. A propos de Mas’udī, précisons qu’il s’agit du Tanbīh : les Prairies ne parlent pas des thèmes. Sur les thèmes des ixe-xe siècles, cf. l’article, fondamental, de H. Glykatzi-Ahrwei-ler, « Recherches... », op. cit., p. 78 sq.

51 HUR, 105-108.

52 Cf. Brooks, op. cit., p. 71 i. f.-72, ud, 421, Janin, op. cit., p. 261, et Canard, dans Vasiliev, t. II/2, p. 403, n. 1.

53 Bar al-Hazar : cf. supra, p. 388, n. 3.

54 On rejoint presque ainsi, mais par le canal d’une fausse étymologie (auti mati : cf. Du Gange, Glossarium ad scriptores mediae et infimae graecitatis, Lyon, 1688, p. 156, 888, 1041), le sens général d’« élite » du mot d’optimatoi (optimates) ; sur sa signification plus précise, dans le contexte de l’histoire byzantine, cf. MAS (t), 240, n. 1 (avec renvoi à la première édition d’Ibn Hurdāḏbeh par Barbier de Meynard, Paris, 1865, p. 225, n. 2), et infra, p. 395, n. 7.

55 Sur le sens d’obsequium, cf. MAS (t), 241, n. 1.

56 Le nom du thème rappelle « les régiments d’Europe jadis stationnés dans cette région » (Ostrogorsky, op. cit., p. 186).

57 Il était en effet « démesuré » (Ostrogorsky, op. cit., p. 186) avant son dédoublement sous Léon III (717-741), qui prit sur lui le territoire du thème précédent.

58 Burūg ; on reviendra un peu plus loin sur cette évocation d’Amorium.

59 Cf. E. Honigmann, « Charsianon kastron », dans Byzantion, X (1935), p. 129-160, et Vasiliev, op. cit., I, p. 104, n. 4.

60 D’après « les anciens Bucellaires (sur ce mot, cf. MAS (t), 242, n. 3) cantonnés dans cette région » : Ostrogorsky, op. cit., p. 186.

61 Semalouos kastron : cf. ud, 220, Vasiliev, op. cit., t. I, p. 234 (avec références et classement dans le thème des Arméniaques). Sur la terminaison arabe en -uh, cf. IBR (e), trad., 1055, n. 3.

62Āmil ad-durūb : allusion au statut initial de kleisourai de ce thème et de quelques autres : cf. infra.

63 Cf. Besnier, op. cit., p. 687.

64 Cf. Brooks, op. cit., p. 75, n. 8, Vasiliev, op. cit., t. I, p. 101, n. 3.

65 « La fortifiée » ; les Byzantins la nomment Kasin : cf. Vasiliev, op. cit., t. I, p. 112, n. 1, t. III, p. 45, n. 9.

66 Anigū : cf. Vasiliev, op. cit., t. I, p. 111, n. 3.

67 Graphie incertaine ; cf. ibid., p. 112, n. 2.

68 Le nom de Ḏū l-Kilā’ est donné comme équivalent (après un relâchement de l’articulation : inadara, littéralement : descendre )de Ḏū l-Qilā’ : la [ville] aux citadelles. Quant à l’expression munāġayat (ou : munāġiyat) al-kawākib (chercher à coller aux astres, comme un nuage qui s’élève très haut dans le ciel, ou encore : vouloir cāliner, se concilier les astres), elle traduit le grec eggus asterôn (près des astres), d’où est tiré Ğusasṭrūn (Gusasṭrūn) : la ville, dont le nom courant est Kybistra, s’appelle parfois aussi Sideropolis. Cf. HUR, 108 (note r), MAS (t), 242 (n. 2), Vasiliev, op. cit., t. I, p. 110, n. 2, 399, n. 1, t. II/l, p.217. n. 3, t. III, p. 46 et passim.

69 Maāmīr : cf. supra, p. 390, n. 3. Ces Maāmīr constituent, à l’intérieur du thème, une véritable région. : cf. Brooks, op. cit., carte p. 68, Vasiliev, op. cit., t. I, p. 100, n. 1.

70 Cf. Vasiliev, op. cit., t. I, p. 101, n. 2, t. III, p. 47.

71 Valisa ou Balbissa : cf. Vasiliev, op. cit., t. III, index, s. v.

72 Souvenir conservé dans la toponymie moderne : Melendiz-dag et Melendizova : cf. ibid., p. 46.

73 Ne pas la confondre avec Konya (Iconium) : la ville dont il est question ici est sans doute Gönye, dans le Melendiz-dag, mais d’autres lectures sont possibles, Kanna entre autres : cf. Brooks, op. cit., p. 75, n. 9, Vasiliev, op. cit., t. III, p. 46, n. 8, 47, n. 1.

74 Malakopea (aujourd’hui Melegob : cf. Vasiliev, op. cit., t. III, p. 47), où se lisent en effet malakos (mou, tendre) et kopè (incision ; de koptô).

75 Lecture préférée à Badāla ; Tawāla serait Andabalis (Andaval) : cf. ibid.

76 Lecture très incertaine : ce serait l’Orbadôn kômè (aujourd’hui Eski Aravan) : cf. ibid., p. 46.

77 Aujourd’hui vallée de Selme : cf. ibid., p. 47, n. 8.

78 Cf. supra, p. 386.

79 Cf. Brooks, op. cit., p. 70-71. Sur la prise d’Amorium, cf. Vasiliev, op. cit., t. I, p. 144-174.

80 Et aussi celui de Crète (au moins jusqu’à la conquête de l’île par les Musulmans) et celui de Cherson, regroupant les territoires tenus sur les rivages septentrionaux de la mer Noire : cf. Ostrogorsky, op. cit., p. 163, 186, 223-224, 237, et index, s. v. « thèmes ».

81 Cf. Ostrogorsky, op. cit., p. 126, 163, 223-224 et passim.

82 Cf. Brooks, op. cit., p. 71 i. f.-72.

83 Sur les thèmes maritimes, cf. H. Ahrweiler, Byzance et la mer, op. cit., passim (ouvrage essentiel que l’on consultera pour tout ce qui touche à l’organisation maritime de Byzance et notamment pour la définition des thèmes spécifiquement maritimes).

84 Ainsi le thème des Anatoliques, sur lequel est pris celui des Thracésiens, l’Opsikion, sur lequel celui des Bucellaires, les Bucellaires à leur tour, sur lesquels celui de Paphlagonie, les Arméniaques, sur lesquels la Chaldie, etc. : cf. Ostrogorsky, op. cit., p. 186, 237.

85 Elles gardent les défilés de Cilicie et de Cappadooe : cf. Ostrogorsky, op. cit., p. 237, Vasiliev, op. cit., t. I, p. 104, n. 4 i. f., 253, et supra, p. 392.

86 « Le premier thème maritime de l’Empire, celui des Cibyrrhéotes, englobant les côtes méridionales de l’Asie Mineure et les îles voisines... », « seul thème purement maritime de l’époque » : H. Ahrweiler, Byzance et la mer, p. 51 et 81. On s’explique que ce thème ne soit pas ressenti comme tout à fait analogue aux thèmes anatoliens. Sur l’histoire des thèmes jusqu’à l’époque de Théophile, cf. Ostrogorsky, op. cit., p. 125-126, 163, 186, 236-237. Sur le thème des Optimates, prélevé sur l’Opsikion (peut-être à l’époque de Constantin V : 741-775) et qui devait sans doute son nom aux propriétés de grands personnages situées là, cf. C. Diehl, dans The Cambridge Medieval History, t. IV, 1923, p. 3. Sur le régime et l’histoire des thèmes, en général, cf. bibl. dans Ostrogorsky, op. cit., p. 125, n. 1.

87 ud, 156, avec évocation globale du pays byzantin et mention de la Macédoine comme du pays natal d’Alexandre. A noter quelques variantes de graphie, notamment Ṭāblān pour Ṭāflā. L’ordre de présentation des thèmes d’Asie Mineure (par rapport à la numération 1-11 d’Ibn Hurdāḏbeh) est ici le suivant : 7, 3, 2, 1, 5, 9, 6, 10, 11, 4, 8.

88 QUD, 256 i. f.-259.

89 A noter la variante Ṭāyalā pour Ṭāflā : la description des autres thèmes européens suit, très fidèlement, celle que nous connaissons déjà.

90 La mention du « préfet des défilés » ne figure pas ici, mais le mot de darb est présent (pl. durūb : cf. supra, p. 392, n. 9).

91 Le total donne en effet 70 000 hommes si l’on exclut la Thrace, 71 000 si on la compte, mais en excluant les Optimates, étant donné ce qui est dit à leur propos.

92 Il écrit vers 290/903. Son texte relatif aux thèmes ne figure pas dans la BGA, mais chez Yāqut, Mu’ğam al-buldān, t. III, p. 98-100 (sous le nom d’Ahmad b. Muhammad al-Hamaḏānī) ; nos références (sous le sigle FAQ) s’entendront, pour le présent propos, comme renvoyant à cette édition (le second chiffre renvoyant, lui, à la traduction de Brooks, op. cit., p. 72 sq.).

93 Sans parler des udūd al-ālam, qui la réduisent, on l’a vu, à l’essentiel.

94 Ou, directement, celui de Muslim.

95 Il est un autre auteur qui s’inspire de Hārūn, directement ou à travers Ğayhānī : Ibn Rusteh. Mais, ne parlant pas des thèmes, il ne nous intéresse pas ici. La filiation Ğayhānī-Ibn al-Faqīh est hors de doute : cf. Géographie I, p. 157, n. 5. Gomme Ibn al-Faqīh écrit vers 290/903, ceci ramènerait la composition de l’ouvrage de Ğayhānī aux années 900 (cf. Géographie I, p. XXIII), et donc celle du livre de Hārūn b. Yaḥyä (connu surtout, semble-t-il, à travers Ğayhānī) aux toutes dernières années du iiie/ixe siècle : sur ces questions, cf. ud, 419, et Canard, dans Vasiliev, op. cit., p. 380-382. La relation Ğayhānī-Qudāma est possible, sinon tout à fait probable : cf. Makki, op. cit., p. 276 (peu convaincant, il est vrai), et MUQ trad., p. 45.

96 Malheureusement trop souvent gâtées par des hésitations considérables dans la graphie des noms propres.

97 Le mot de stratège, absent de la description des thèmes d’Ibn Hurdāḏbeh, exceptionnel dans celle de Qudāma, va revenir ici régulièrement.

98 On peut lire aussi Abidus (Abydos), à exclure puisque située de l’autre côté des Détroits. Plus vraisemblablement, l’auteur a confondu avec le nom commun bandon (division ou subdivision militaire : cf. MAS (t), 239, n. 1) : FAQ, 98 i. f.-99/73 (et n. 8).

99 Ayalāy reste obscur; quant à la graphie Nīqūs (Nicopolis, Nicée, Nicomédie étant exclues), elle doit peut-être se lire Biyūfus ou Babūfus : forme abrégée de Pompeiopolis (Besnier, op. cit., p. 617) ? L’assimilation entre une autre lecture, Nīfūs, et Sinope, me paraît encore plus hasardeuse. Quant à la mention de Siwās (Sébaste), tout à fait aberrante, elle n’est pas de la plume d’Ibn, al-Faqīh : cf. FAQ, 99/73 (et n. 10).

100 Et, toujours, non touchés par la guerre.

101 Sans doute graphie aberrante pour Nicée (Nīqīya) : FAQ, 99/74 (n. 4).

102 Le texte arabe appelle la résidence du stratège Ḥiṣn al-Wāriṯūn, littéralement : la Forteresse des Héritiers (?). Or, c’est « Wāriṯīn » qu’exigerait la syntaxe. Si la forme en -un a été conservée, ne serait-ce pas parce qu’elle garde mieux le souvenir de la finale -us du mot Afsūs : Éphèse ? Quant au nom du stratège, il peut se lire Gaīnas (nom goth) ou, plus vraisemblablement, être une mauvaise lecture (et une erreur) pour homes (comte) : cf. infra, à propos des conclusions d’Ibn al-Faqīh.

103 « La prairie de la graisse » ; ou : Burğ at-Taẖm : la tour de la frontière : FAQ, 99/74 (n. 9).

104 Sont citées comme villes, outre Marğ aš-Šaḥm, Amorium (dite en ruines) et Burġūṯ (cf. HUR, 107 i. f.-108), Balīs (Barbalissos, à ne pas confondre avec Balīsa : supra, p. 394, n. 4), Manbiğ (Hierapolis) et Mar’as (Germanicée), placées là par l’intervention intempestive d’un copiste : cf. Brooks, op. cit., p. 74, n. 10. Sur les turmarques, cf. ḤAW, 196 (cité infra, p. 442-443).

105 Cf. supra, p. 392 et 395.

106 Allusion au titre ek prosopou : cf. Brooks, op. cit., p. 75, n. 4.

107 Le chef-lieu est Qurra et les villes Qūniya, Malaqūniya (pour Malaqūbiya) (sur ces trois villes, cf. supra, p. 392 et 394) et Ğardīliya (?).

108 Cf. supra, p. 392.

109 Cf. Vasiliev, op. cit., t. III, p. 49-51, qui les situe au nord de l’Halys.

110 La mention de la tombe d’Imru l-Qays est de la main de Yāqūt : cf. Brooks, op. cit., p. 76, n. 4.

111 Amāsiya : c’est la patrie de Strabon : cf. Besnier, op. cit., p. 40.

112 Ce nom est probablement tiré d’akritai, mais il reste obscur : cf. Vasiliev, op. cit., t. III, p. 53.

113 FAQ, 99 i. f./76 i. f.

114 Cf. Ostrogorsky, op. cit., p. 277.

115 Cf. ibid. A propos des Thracésiens, je remarque en effet (ce qui semble confirmer l’hypothèse finale de la n. 4, p. 398) que la formule employée (ismuhu qāniyūs) rappelle celle par laquelle on mentionne la fonction de kleisourarque en Séleucie : ismu āibi hāā l-’amli kīlīruğ. Il se pourrait fort bien, dans ces conditions, que qāniyūs (graphie aberrante pour qūmis, comes, komes, comte : cf. supra, p. 358, n. 2) fūt à placer sur le même plan que kīlīruğ, et donc à considérer comme un titre, non comme un nom propre.

116 Brooks (op. cit., p. 77, n. 2) pense au kommerkiarios.

117 Même pour les forteresses, signalées par Ibn Hurdāḏbeh et négligées par Qudāma, il donne, on l’a vu (supra, p. 398, n. 10), des compléments intéressants et il signale de façon régulière, à défaut de leur nombre, la présence de ces forteresses.

118 Cf. Brooks, op. cit., p. 76, n. 6, Vasiliev, op. cit., t. III, p. 53.

119 Selon Brooks (op. cit., p. 71), la liste de Muslim renvoie à l’époque 838-848.

120 Ces changements vont être indiqués infra, à propos de Mas’ūdī.

121 Cf. supra, p. 396. Pour la fin du ive/xe siècle, Ibn Ḥawqal, par ailleurs assez bien informé sur les conquêtes byzantines en Syrie [cf. supra, p. 387), ne signale aucun thème : pourtant, Antioche, rattachée à l’Empire en 359/969, deviendra thème et même duché : cf. Ostrogorsky, op. cit., p. 315, 339. Aucune trace non plus des commandements militaires installés par Jean Tzimiscès en pays conquis (cf. ibid., p. 321-322, Vasiliev, op. cit., t. III, p. 99).

122 Cf. Vasiliev, op. cit., t. III, p. 64-80.

123 MAS (t), 109, 257.

124 MAS (t), 239 sq. ; autre traduction par M. Canard, dans Vasiliev, op. cit., p. 399 sq.

125 Cf. du Cange, op. cit., cité dans MAS (t), 239, n. 1, et L. Bréhier, Les institutions de l’Empire byzantin, op. cit., p. 286, 297 et passim.

126 Cf. Ostrogorsky, op. cit., p. 125.

127 Héraclée du Taurus (aujourd’hui Eregli), attenante à Kybistra, plus couramment comptée dans la Cappadoce : cf. Ostrogorsky, op. cit., p. 136-137 ; sur Héraclée, cf. référ. dans Besnier, op. cit., p. 247, et Vasiliev, op. cit., t. I, p. 110.

128 Cf. Canard, dans Vasiliev, op. cit., p. 400, n. 2. La lecture du mot est très incertaine (cf. MAS (t), 240, n. 3). On pourrait aussi bien y voir le nom de la ville d’Abrostola, à l’est-nord-est d’Amorium (cf. Besnier, op. cit., p. 3) ; la position, aux confins des Anatoliques et de l’Opsikion, correspondrait à ce que Mas’ūdī dit tout de suite après, sur les limites de ce dernier thème. Sur Augustopolis de Phrygie, cf. Pauly-Wissowa, Real-Encyclopädie, t. II, p. 2369, et W. M. Ramsay, The Cities and Bishopries of Phrygia, t. II, Oxford, 1897, p. 754.

129 Mas’ūdī dit : à gauche.

130 Le premier de ces deux derniers noms étant évidemment une aphérèse du second : cf. MAS (t), 240, n. 2.

131 Loc. cit.

132 Cf. Canard, op. cit., p. 401, n. 2.

133 Lecture incertaine.

134 Il est vrai que c’est par ce mot de ‘aml que les auteurs précédemment cités désignent les thèmes ; mais ceux-ci, chez Mas’ūdī, sont désignés, on l’a vu, par un terme spécial : band, pl. bunūd (quelquefois aussi, il est vrai, par ‘aml, visiblement employé comme synonyme ; mais band réapparaît régulièrement dès qu’on veut spécifier, à l’intérieur du thème, un ‘aml particulier).

135 Cf. Brooks, op. cit., p. 69 (et n. 2).

136 Ou Yadaqsī. Sur une fausse interprétation en Eudoxias, cf. Vasiliev, op cit., t. III, p. 47, n. 10-12.

137 Cf. Canard, op. cit., p. 401, n. 3 i. f.

138 Cf. supra, p. 394, n. 1.

139 Cf. supra, p. 394, n. 6.

140 Cf. supra, p. 394, n. 10.

141 Cf. Vasiliev, op. cit., t. III, p. 47, n. 9. Ne pas confondre avec Tomisa, sur la rive gauche de l’Euphrate, dans la région de Mélitène : cf. Besnier, op. cit., p. 776.

142 Cf. supra, p. 390, n. 3, et 394, n. 3.

143 Près de Faustinopolis : cf. Vasiliev, op. cit., t. I, p. 116, n. 1, t. III, p. 42, 44-45 et passim.

144 Grec hals, halos. Mas’ūdī signale la particularité qu’il a de couler du sud au nord, contrairement à tous les grands fleuves de la terre, exception faite, avec l’Halys, de l’Oronte, du Nil et du Mihrān (Indus), ce qui est faux pour ce dernier fleuve et s’explique par le fait que Mas’ūdī a poussé jusqu’à son terme une assimilation traditionnelle entre l’Indus et le Nil (cf. supra, p. 87, n. 3).

145 Le dernier trait a déjà été dit des Anatoliques.

146 Dite mer des Khazars (cf. supra, p. 388, n. 3) ou aussi Māyuṭis (Palus Maeotis, mer d’Azov : cf. D. M. Dunlop, dans EI (2), t. I, p. 962).

147 Il faut sans doute lire, derrière ‘qrūblī, Argyropolis. Mais celle-ci est située sur la rive européenne du Bosphore, et c’est Chrysopolis qui lui fait face sur l’autre rive : cf. Janin, op. cit., p. 468, 494-495 et carte XI, et MAS (t), 192, n. 1. Autre interprétation : Arkla, îlot de Chrysopolis, avec une forteresse où était fixée l’une des deux extrémités de la chaîne fermant le Bosphore : cf. ibid., p. 491.

148 A droite, selon Mas’ūdī.

149 Littéralement : « la mer Māyuṭis, que beaucoup nomment mer des Khazars, alors qu’elles sont, en réalité, voisines. »

150 Cf. Vasiliev, op. cit., t. III, p. 44.

151 Cf. supra, p. 386, n. 1.

152 Encore que les Kibyrrhéotes ne soient pas, on l’a vu, expressément nommés par Mas’ūdī.

153 Pour Constantin Porphyrogénète, cf. ud, 421, et Brooks, op. cit., p. 69.

154 Les différences subsistent, selon d’autres modalités, si l’on prend en compte d’autres thèmes (supra, p. 400) cités dans le De Cerimoniis et le De administrando Imperio : cf. Brooks, op. cit., p. 69, n. 7, et Vasiliev, op. cit., t. III, p. 75, n. 2, 77, n. 8, et 79, n. 3. Mais il s’agit d’oeuvres que Mas’ūdī a pu ne pas connaître, vu leurs dates : le De administrando Imperio est composé dans les années 948-959 (cf. Vasiliev, op. cit., t. III, p. 75, et Lemerle (beaucoup plus réservé quant à une datation exacte), op. cit., p. 277, n. 36) ; sur le De Cerimoniis, cf. supra, p. 386, n. 2.

155 Exemple typique que celui de Colonée : kleisoure selon Mas’ūdī, elle est en réalité thème depuis 863 (cf. Vasiliev, op. cit., t. III, p. 52), mais son apparition marque tout de même un progrès par rapport aux listes des prédécesseurs, dont elle est absente ; de même, la Cappadoce, kleisoure dans ces listes, est devenue thème chez Mas’ūdī : cf. Brooks, op. cit., p. 70, 71 (qui date la liste de Muslim de 838-848 et celle de Mas’ūdī de 845-863).

156 Cf. Vasiliev, op. cit., t. III, p. 50, Ostrogorsky, op. cit., p. 237. A moins qu’un nouveau regroupement, cette fois dans le cadre unique des Arméniaques, n’ait eut lieu ensuite, pour un temps limité ? Absent du De Thematibus en tant que thème, Charsianon apparaît en tout cas, comme tel, dans le De administrando Imperio : cf. Vasiliev, op. cit., t. III, p. 66 i. f.

157 Détail en MAS (t), 244 ; le total de cinq est repris, sans plus de précision, ibid., 248.

158 Avec notation prise à Ibn al-Faqīh, sur les domaines et pâturages appartenant à l’Empereur et aux patrices.

159 Confusions entre Pelops, polus et polis.

160 Harqīdiya : Chalcis d’Eubée, d’Elide ou, moins probablement, d’Etolie, certainement pas la Chalcidique (cf. Besnier, op. cit., p. 199-201). Il est clair que Mas’ūdī ne distingue pas entre les deux thèmes d’Hellade et du Péloponnèse, le second tiré du premier à la fin du viiie siècle ou au début du ixe : cf. Canard, op. cit., p. 403, n. 3, Ostrogorsky, op. cit., p. 223.

161 On notera la forme abrégée (Sālūnīkīya) pour Thessalonique.

162 En réalité, elle est bien antérieure ; d’abord nommée Therma, elle fut rebaptisée Thessalonikè, du nom de la sœur d’Alexandre, en 315, soit neuf ans avant le début des travaux de fondation de Constantinople et quinze ans avant l’inauguration solennelle de celle-ci comme capitale : cf. Besnier, op. cit., p. 760, et Ostrogorsky, op. cit., p. 71.

163 Le 31 juillet 904 (cf. Ostrogorsky, op. cit., p. 284) ; Mas’ūdī donne comme date 290/903. Il cite par ailleurs le même Léon comme son informateur, dans Prairies, § 305. Sur Léon de Tripoli, cf. Vasiliev, op. cit., t. II/l, p. 163, n. 2.

164 Aussi bien Mas’ūdī signale-t-il, en conclusion (Tanbīh, 244, i. f.-245), la pression bulgare sur cette Europe byzantine : cf. supra, p. 303-305 et 307-308.

165 Cf. Brooks, op. cit., p. 69, n. 4, qui souligne ce manque de précision et d’ampleur des données de nos auteurs sur l’Europe byzantine.

166 Sans parler des thèmes maritimes (Egée, Samos ou Céphallénie), relevons l’absence des thèmes suivants : Strymon, Hellade, Nikopolis, Dyrrachium, Dalmatie, Longobardie, Sicile, Chypre, Crète et Cherson (ce dernier à part, il est vrai : cf. supra, p. 395, n. 1) : cf. Ostrogorsky, op. cit., p. 163, 186, 223-224, 237, 274. Au total, ce sont dix-sept thèmes (avec Thrace, Macédoine, Péloponnèse et Thessalonique, et moins Ṭāflā (Ṭāblā), qui n’apparaît pas dans les sources grecques) que l’on relève théoriquement pour l’Europe byzantine. Sur la Sardaigne, cf. supra, p. 378, n. 6.

167 Au reste mouvante, dans l’histoire comme dans les sources : Constantin Porphyrogénète, qui donne douze thèmes européens dans le De Thematibus, ignore la Dalmatie dans cet ouvrage, mais la cite dans le De Cerimoniis (et surtout, me signale G. Dagron, dans le De administrando Imperio, XXIX-XXX), tandis que c’est l’inverse pour Chypre ; la Longobardie est omise dans le De Cerimoniis, etc. Cf. ud, 421, et Brooks, op. cit., p. 69, n. 7.

168 Cf. (supra, p. 403 n. 4) le cas de la Cappadoce, kleisoure dans la tradition transmise par Muslim al-Ğarmī, et devenue thème chez Mas’ūdī : cf. Vasiliev, op. cit. t. III, p. 44.

169 Ainsi se présente le De Thematibus : cf. Lemerle, op. cit., p. 278 (encore que la démarche de l’auteur soit bien différente de ce que notre mot de traité recouvre sur le plan de l’organisation et de l’exposition). Pour l’histoire, voir un exemple possible d’accès aux sources byzantines supra, p. 386, n. 2.

170 ḤAW, 8, 63, 191-194. Sur la cartographie de cet auteur, cf. supra, p. 354, n. 1.

171 Au demeurant le plus complet des trois, et retenu dans M. Canard, Histoire de la dynastie des H’amdânides de Jazîra et de Syrie, t. I, Alger, 1951, p. 254. L’auteur souligne, comme nous, les incertitudes de cette cartographie : ibid., p. 250 i. f.-251.

172 Cf. supra, p. 18-20.

173 On ne parle pas de Constantinople, régulièrement présente sur les trois cartes.

174 Le mille arabe vaut le tiers de la parasange, elle-même l’équivalent de 5,7628 km. Si l’on enferme le Péloponnèse dans un triangle grossier, ne tenant évidemment pas compte de l’extraordinaire découpage des côtes, on arrive à 700 km environ.

175 Wiet (op. cit., p. 60) applique le nom de Ksmīlī au Péloponnèse, mais on pourrait l’appliquer aussi, grammaticalement s’entend, à cette extrémité (araf) en forme d’isthme ; en tout état de cause, le sens exige que l’on comprenne de cette dernière façon : le texte écrit sur la troisième carte, du reste, le confirme.

176 Soit 11,5 km ; s’il s’agit du mille ancien (= 1 000 pas ou 8 stades ; 1 stade = 600 ou 625 pieds), soit l’équivalent d’un peu moins d’1,5 km, on arrive à un total d’environ 8,6 km. La réalité est de l’ordre de 6 km (le canal perçant l’isthme est long de 6,5 km).

177 Si l’on peut faire fond sur les positions indiquées par la carte, il ne s’agirait pas d’Héraclée du Pont (cf. Besnier, op. cit., p. 359-360), donc des Bucellaires, mais d’Héraclée du Taurus, donc de la Cappadoce (cf. supra, p. 401, n. 1).

178 Le premier lac nous renvoie au thème de l’Opsikion ; le second, qui peut être le golfe d’Izmit ou le lac de Sapanca, au thème des Optimates.

179 Le mot est régulièrement employé sous cette forme de pluriel pour tous les cas cités ici.

180 Ou région de Tarse : cf. ḤAW, 190, 201, et M. Canard, Sayf al Daula, recueil de textes, Alger, 1934, p. 68, n. 2 ; ḤAW, 201, dit que cette région est aux mains des Musulmans, ce qui contredit toutes les informations données par ailleurs sur l’avance byzantine en ces contrées.

181 La carte dit Anṭākiya (Antioche), mais l’éditeur corrige fort justement en Anṭāliya (Attalia, Adalia) : cf. F. Taeschner, dans EI (2), t. I, p. 533.

182 Ce nom se lit ici aṣ-Ṣrhūh, mais la graphie semble très hésitante, et même laisse deviner une correction en : ar-Rahwa (cf. M. Canard, H’amdânides, p. 251) : on reviendra sur ce nom à propos de la troisième et dernière carte d’Ibn Ḥawqal.

183 La jonction avec 1’Amanos est indiquée dans une autre carte, celle de la Ğazīra (Haute-Mésopotamie) : ḤAW, 208.

184 Et non, comme le veut la réalité, dans la mer Noire.

185 Cf. Canard, H’amdânides, p. 251, 253, qui propose une seconde identification possible : à l’Iris ; cf. Besnier, op. cit., p. 398, 448.

186 Avec, pour la graphie, la même remarque que supra, p. 407, n. 10.

187 La finale, très incertaine, peut se lire aussi -īs ou -īq.

188 Cf. Besnier, op. cit., p. 98.

189 Tzimiscès appartenait en effet à une grande famille arménienne. Sur la région, cf. Vasiliev, op. cit., t. III, p. 7, n. 1, 69, 77, 78, n. 12, Canard, H’amdânides, p. 247-248 et carte p. 184, Besnier, op. cit., p. 795.

190 Cf. Besnier, op. cit., p. 226, Canard, H’amdânides, 253.

191 Ce nom me reste obscur. A proximité de Chalcédoine, je ne vois guère que Demonnesi ou Demonesoi (les îles des Princes, au débouché du Bosphore dans la mer de Marmara : cf. Besnier, op. cit., p. 266, Janin, op. cit., p. 506) qui puisse rappeler (de bien loin, il est vrai) le nom que nous avons ici. Reste Tomous (Muš, dans le Taron arménien : cf. Vasiliev, op. cit., t. III, p. 59, 98, index p. 259) ; c’est prêter, dira-t-on, à la cartographie d’Ibn Ḥawqal une excessive fantaisie ; mais ce qui a été dit de l’Halys et ce qu’on dira plus loin des Bucellaires ne confirment que trop bien cette fantaisie.

192 Cf. supra, p. 401, n. 1.

193 Le fleuve Sangarios : cf. Canard, H’amdânides, p. 253.

194 Cf. Besnier, op. cit., p. 42 (s. v. « Amisus »).

195 Sauf précisions supplémentaires, on renvoie globalement, pour tout ce secteur, à l’étude minutieuse de M. Canard, H’amdânides, p. 241-286.

196 Ce « roux » pouvant, selon les traditions, s’entendre d’Esaū (sur ces généalogies, cf. supra, p. 369) ou des Flaviens : cf. FAQ, 149, et I. Goldziher, dans EI (2), t. I, p. 708-709.

197 Celui-ci non nommé.

198 « Fleuve de l’huile » ; mais il vaut mieux vocaliser, semble-t-il, Nahr az-Zīt (cf. Canard, H’amdânides, carte p. 254), qui rappelle, même de loin, le nom de cette région : l’Anzitène (Hinzīṭ). Le Nahr Hinzīṭ est en réalité un affluent de l’Euphrate : le Böyük-tchai.

199 Avec la ville de Qubāqib, au confluent du Nahr Qubāqib et de l’Euphrate, et légèrement en amont de Mélitène : Tchermük ? Keban Maden ? Cf. Canard, H’amdânides, carte p. 240.

200 Lecture préférable à Altī (trad. Wiet, p. 188). Sur Alqī (Elki), dans la région montagneuse au sud du lac de Van, cf. Canard, H’amdânides, p. 191, et Times Atlas of the World, 37, G/8.

201 Ou aš-Šrhūh, avec les hésitations signalées supra, p. 407, n. 11. Ce pourrait être, évidemment déplacée, Rahwat Malik, dans le bassin supérieur du Ğayḥān : cf. Vasiliev, op. cit., t. III, p. 87, n. 1.

202 Avec rectification de la leçon du manuscrit, si tant est qu’on puisse parler de rectification pour une leçon fort énigmatique : cf. Canard, H’amdânides, p. 253-254 ; sur Tonosa, cf. Besnier, op. cit., p. 776.

203 Déformation de Romanopolis ? Sur cette kleisoure de la région de Mélitène, rangée ensuite dans le nouveau thème de Mésopotamie, cf. Vasiliev, op. cit., t. III, p. 70-72, 90-92 et passim.

204 Territoire relevant du thème de Colonée et rattaché ensuite à celui de Mésopotamie : cf. Vasiliev, op. cit., t. III, p. 69 sq., et passim, Canard, H’amdânides, p. 245-251.

205 Ou Aẖlāṭ, sur la rive occidentale du lac de Van : cf. V. Minorsky, dans EI (2), t. I, p. 339.

206 C’est la localité qui sera rendue célèbre par la victoire d’Alp-Arslan sur Romain IV Diogène en 463/1071.

207 Theodosiopolis, Erzerum.

208 Bitlīs, qui commande, par le sud-ouest, les accès au lac de Van : cf. Canard, H’amdânides, p. 184 sq.

209 Localité non identifiable : cf. Canard, H’amdânides, p. 257.

210 La carte la place sur la rive droite du cours d’eau de même nom : cf. Vasiliev, op. cit., t. III, p. 183, n. 2 (bassin supérieur), et Canard, H’amdânides, p. 249, 260 (Tell Arsanas, en amont de Mélitène).

211 Cf. supra, n. 8.

212 Ou Tāmūzan : peut-être le Muzūr (-dagh), Mezūr, Mountzaron oros, dans le thème de Mésopotamie : cf. Canard, H’amdânides, p. 248, Vasiliev, op. cit., t. III, p. 54-55.

213 En réalité sur la rive droite, et à quelque quinze kilomètres du fleuve.

214 Aujourd’hui Hasankeyf, à une centaine de kilomètres en aval de Diyar Bekir : cf. Vasiliev, op. cit., t. III, p. 12, 18, 26 et passim, Times Atlas of the World, 37, F/8, et Besnier, op. cit., p. 668.

215 Cf. Canard, H’amdânides, cartes p. 240 et 254.

216 Et non Qūniya, comme plus haut à propos des thèmes (supra, p. 394, n. 6). Étant donné l’imprécision générale, on peut toutefois, ici, penser à Iconium (Qūniya, Konya).

217 Tzamandos, sur le Zamanti-su (Karmalas), affluent principal du Sayḥān (Saros) : cf. Canard, H’amdânides, p. 274 sq., Vasiliev, op. cit., t. III, p. 65 sq.

218 L’ancienne Sozopetra, à une cinquantaine de kilomètres au sud-ouest de Mélitène : cf. Canard, H’amdânides, p. 267.

219 A 130 km environ à l’ouest-nord-ouest de Mélitène : cf. Canard, H’amdânides, p. 264, 271, 272 (n. 540).

220 Lecture proposée par Wiet (ḤAW, trad. 188).

221 Historiquement, le domaine byzantin va au delà — et Ibn Ḥawqal le sait bien (cf. supra, p. 386-387 — mais non sur la carte, qui semble arrêter le balad wald al-Afar au niveau de Tarse.

222 Voir la collection réunie dans K. Miller, Mappae arabicae, 3 v., Stuttgart, 1926-1927. Un progrès certain, quant à la nomenclature tout au moins, sera réalisé plus tard seulement, avec Idrīsī.

223 Contre une quinzaine pour l’Italie et quatre à peine pour l’Espagne. La perspective se renverse avec la carte du Maġrib, qui, malgré le sens général de « pays d’Occident » où Ibn Ḥawqal déclare employer ce dernier mot, offre un Rūm presque désert face à une Italie regroupant plus de vingt villes (cf. chap. VII) et, surtout, aux pays musulmans abondamment peuplés, depuis le Nil jusqu’à l’Espagne. On relèvera toutefois, dans cette même carte, que la Syrie-Palestine est moins bien représentée encore que le Rūm. Byzance n’est donc pas l’objet, ici, d’une discrimination systématique. Simplement, les renseignements qui la concernent sont censés être réservés à la carte « Méditerranée », tout comme ceux du Maġrib et du Šām aux cartes qui traitent spécifiquement d’eux. Quant à l’Italie, son classement intermédiaire sur les deux cartes pourrait bien refléter son statut de pays étranger mais soumis en même temps, au moins en sa partie méridionale (cf. son nom générique de Calabre), à la pression musulmane. Au total, pour revenir à Byzance, un intérêt certain, et même exceptionnel dans l’ensemble de cette cartographie.

224 Aux mentions déjà faites, on ajoutera RST, 119 et 127 (brève évocation de Nicée et de Salonique ; sur Kitros, cf. supra, p. 313).

225 MAS (t), 170, 244 [cf. supra, p. 404), IṢṬ, 51, ḤAW, 202, ud, 158.

226 On reviendra plus loin sur cette question des uġūr.

227 Ces itinéraires, avec leurs étapes, ont été systématiquement étudiés par Honigmann (Vasiliev, op. cit., t. III) et Canard (H’amdânides), au moins pour leurs parties orientales. Voir un échantillon de ces itinéraires dans HUR, 99 sq.

228 MAS (p), § 1291, (t), 192.

229 Traduit aussi par « golfe » ; nous préférons « canal », en nous souvenant que c’est le mot de alīğ qui désigne un autre canal célèbre : celui qui dérivait les eaux du Nil vers la mer Rouge. Sur le alīğ de Constantinople, cf. HUR, 100, 103-104, FAQ, 145, RST, 85-86, QUD, 231, MAS (p), § 279, 283, 738-739, (t), 194, 243, IṢṬ, 50, ḤAW, 191, 202, ud, 83, 156, 158.

230 La longueur réelle est d’environ 300 km. Qudāma (loc. cit.) donne 260 milles (environ 500 km).

231 RST, loc. cit.

232 Soit 11-19 km ; largeur réelle : 4 km.

233 60 milles = 114 km ; distance réelle : 31 km ; 3-4 milles = 5,7-7,6 km ; largeur réelle : 2 km à Constantinople, beaucoup moins en amont. MAS (t), 243, donne toutefois 1 mille (1,9 km) à Acropolis : cf. infra, à propos des passages des Détroits.

234 100 milles = 190 km ; 120 milles = 228 km ; distance réelle : 240 km.

235 En 97/716 : cf. J. H. Mordtmann, dans EI, t. I, p. 889. Sur « les expéditions des Arabes contre Constantinople, dans l’histoire et dans la légende », cf. M. Canard, dans Journal Asiatique, CVIII (1926), p. 61 sq.

236 La portée de flèche (ġalwa) est égale à 1/8 de mille (cf. supra, fig. 6), soit environ 240 m. La largeur moyenne des Dardanelles varie, dans la réalité, de 1 à 5 km.

237 MAS (p), § 739.

238 MAS (p), loc. cit.

239 Peut-être allusion au Mauros Molos (le Môle noir), un peu après l’entrée des Détroits, en rive européenne ? Sur ce site, cf. Janin, op. cit., p. 474 et carte XI. L’antiquité connaissait, dans ces parages, la ville de Phinopolis (cf. Besnier, op. cit., p. 600). De Goeje (cf. MAS (t), 194, n. 1) propose Hieron, en face du Mauros Molos : cf. Janin, op. cit., p. 485. La région est, de toute façon, très contrôlée, de par sa situation commandant l’entrée des Détroits : cf. ibid., p. 472, s. v. « Kataskepè » (vigie, sentinelle).

240 Abydos, très fortifiée, est en effet poste douanier de l’Empire byzantin : cf. Ostrogorsky, op. cit., p. 211, 218, Vasiliev, op. cit., t. II/l, p. 165, 339, et H. Antoniadis-Bibicou, Recherches sur les douanes à Byzance, Paris, 1963, p. 91 et passim. Quant à la tour, ce peut être une réminiscence de celle de la légende de Héro et Léandre.

241 MAS (p), § 738 ; MAS (t), 194-195, parle de la chaîne, mais au passé, et avec les mêmes formules (« au temps où les Musulmans possédaient une flotte »).

242 MAS (t), 192 sq.

243 Sur ce lieu, cf. supra, p. 402, n. 10, et MAS (p), § 1406.

244 Et aussi, peut-être, projection dans une histoire antérieure des campagnes de Chosroès II en Asie Mineure et jusqu’à Chalcédoine, sous le règne de Phocas (602-610) : cf. Ostrogorsky, op. cit., p. 115.

245 Le lieu indiqué est un cap situé au débouché du golfe de Nicomédie (golfe d’Izmit), à 45 km environ du passage précédent (cf. Janin, op. cit., p. 500-501, et cartes XIII-XIV). Notre texte dit 30 milles, soit 57 km. Quant à la largeur du passage (9 milles = 17 km), elle pèche par excès, s’il s’agit du seul golfe, mais par défaut, et de loin, s’il s’agit de rejoindre, depuis Leukatè, le rivage européen.

246 Que Mas’ūdī, au reste, range expressément dans ces mêmes parages.

247 Sur la route du Sangarios, cf. RST, 119, Marquart, op. cit., p. 210 sq. (sur la Sangaros maritime, cf. notamment p. 211, n. 2), Vasiliev, op. cit., t. II/l, p. 302, Canard, dans Vasiliev, op. cit., t. II/2, p. 383, n. 4. Du cap Leukatè à Sangaros, il y aurait, selon Mas’udī, 30 milles, soit 57 km : c’est exactement la distance entre ce cap et celui de Boz, lequel sépare les golfes d’Izmit et de Gemlik. Mais la dimension du détroit (12 milles = 23 km) est très sous-estimée par rapport à la longueur du trajet maritime jusqu’à Constantinople. A noter enfin une autre ville empruntant son nom au Sangarios (Sakarya) : celle qui, aujourd’hui, se nomme Adapazar, à l’est d’Izmit. La description de son site par RST, 119 (« au milieu d’une plaine dénudée ») correspondrait assez bien. Mais on retombe alors dans toute une série de difficultés : Marquart, op. et loc. cit., a fort justement remis en ordre un texte apparemment très perturbé. G. Wiet, dans sa traduction de RST (p. 134), suit l’ordre de Marquart ; M. Canard, dans Vasiliev, op. cit., t. II/2, p. 383 (et n. 3-4), garde l’ordre initial du texte d’Ibn Rusteh (qui fait passer Nicée, dans l’itinéraire Attalia-Constantinople, avant Sanqara), mais en indiquant que cette Sanqara est Leukai (Lefkè), ce qui va contre le cours de l’itinéraire : aussi bien la n. 3 signale-t-elle la remise en ordre opérée par Marquart ; plus loin (p. 434), M. Canard semble revenir à l’ordre initial, mais en proposant de lire, au lieu de Nicée, Nacoleia (Seīd Ghazi), au sud de Dorylée (sur Nacoleia, cf. Besnier, op. cit., p. 509).

248 HUR, 109, i. f.-110.

249 Dorylée est en effet célèbre par ses sources thermales : cf. V. Cuinet, La Turquie d’Asie, t. IV, Paris, 1894, p. 41.

250 C’est sensiblement la largeur de la mer de Marmara, entre les rivages méridionaux du golfe de Gemlik et Constantinople.

251 Cf. Marquart, op. cit., p. 214. On s’interdira, pour des raisons de localisation (proximité de Sangaros et de Fīlās), de chercher ces Pylai dans la ville de Bogaz, située plus à l’ouest, tout en reconnaissant que ce rapprochement est fort séduisant en soi : bogaz = gorge, d’où : défilé (ou détroit). On reviendra sur Bogaz un peu plus loin.

252 Sur ce passage, les renseignements ont été donnés supra, p. 412.

253 Sur ces campagnes, voir une bonne vue d’ensemble par J. H. Mordtmann, dans EI, t. I, p. 889-890.

254 A l’embouchure du fleuve formé par la réunion du Makestos (Simav, Susurlu) et du Rhyndakos (Orhaneli, puis Mustafa Kemalpacha). Le nom a remonté ensuite le fleuve : Alexis Comnène l’a donné à une ville fondée près de Miletopolis (Mikhalitch) pour défendre cette région contre les attaques musulmanes. Sur ces Loupadion, cf. Marquart, op. cit., p. 214, et Cuinet, op. cit., t. IV, p. 148, 150.

255 C’est la distance effective entre Bogaz et les rives méridionales du golfe de Gemlik. Quant à la largeur donnée au détroit (20 milles = 38 km), elle est évidemment très sous-estimée. Signalons, pour en terminer avec ces localisations, que Bogaz est à une cinquantaine de km à l’est de Cyzique, et que Mas’ūdī ne précise pas la distance entre ce cinquième passage et le dernier, Abydos.

256 HUR, 104 (cité supra, p. 369), MAS (p), § 473, 734, (t), 191-192. Cette notion de capitale demande à être précisée à la lumière de l’ouvrage fondamental de G. Dagron, Naissance d’une capitale : Constantinople et ses institutions de 330 à451, Paris, 1974. Ibn Hurdāḏbeh (op. cit., p. 104) dit dār mulkihim : siège, résidence de leur pouvoir royal (des rois du Rūm). Mas’ūdī, dans Tanbīh, 191, dit que Constantin choisit Byzance pour dara mamlakatin lahu : siège d’un Empire à lui ; un peu plus loin (ibid., p. 192), Constantinople est dite dar al-mulk : résidence du pouvoir royal.

257 FAQ, 6, RST, 98, HAM, 9 ; ISḤ, 416 (cf. HUW (s), 31, et SER, éd. von Mźik, p. 39) précise : 45° de latitude (nord) et 49° de longitude (ouest, par rapport au méridien d’Uğğayn, réputé passer par Ceylan) ; réalité : 41° de latitude nord et 47° de différence, en longitude, entre Constantinople et Uğğayn (52° avec Ceylan). On. ne saurait tirer quelque conclusion, quant à une position éminente sur la terre, de cette graduation médiane qui place Constantinople à mi-chemin entre équateur et pôle, et presque à mi-chemin entre le méridien central et l’extrême ouest. La seule région considérée comme médiane et éminente est, on l’a vu, le quatrième climat (supra, p. 68 sq.).

258 MAS (p), § 740, (t), 195.

259 MAS (p), § 473.

260 MAS (t), 191-192.

261 Sur ces défenses (enceintes et portes), cf. HUR, 104-105, RST, 119, MAS (p), § 739-740, (t), 244, 248, ISḤ, 416-417, MUQ, 147.

262 RST, 119, précise que la parasange grecque est de moitié plus courte que l’arabe, puisque égale à un mille et demi et non à trois milles.

263 Sg. bāšūra : barbacane ou, plus souvent, porte en chicane : cf. Dozy, op. cit., t. I, p. 89, et K.A.C. Creswell, « bāb », dans EI (2), t. I, p. 854.

264 Selon HUR, loc. cit. ; MAS dit « plusieurs », et mentionne une bastille.

265 Cf. supra, p. 397, 404 (n. 2). Sur le Long Mur, cf. HUR, 105, FAQ (chez Yāqūt, op. cit., t. III, p. 98), MAS (t), 244, 248, et Janin, op. cit., p. 262-263.

266 Cf. Janin, op. cit., p. 263 sq. Il est difficile de savoir, notamment, quand on nous parle de deux enceintes extérieure et intérieure, s’il s’agit de celles de Théodose et de Constantin (mais cette dernière tombe évidemment en désuétude après la construction du mur de Théodose : cf. ibid., p. 263), ou du double mur de l’enceinte théodosienne, ou de l’enceinte théodosienne et du Long Mur.

267 ISḤ, 417.

268 ISḤ, 416-417, parle de trois seulement, peut-être de quatre, car son texte est imprécis : cette minimisation fait en tout cas figure d’exception dans nos textes. La réalité dit une cinquantaine (cf. Janin, op. cit., carte I et passim).

269 La première (porte de Selybria, Silivri Kapu) au nord de la porte Dorée, la seconde (porta Puteae, Djubali Kapusi) sur le bord de la Corne d’Or. Cf. Canard, dans Vasiliev, op. cit., t. II/2, p. 384, n. 1, Marquart, op. cit., p. 224-225, Janin, op. cit., p. 268, 275-276, 289-290, et carte I.

270 Dans RST, 119, la présence de la garde semble bien liée à la valeur même de cette porte « appelée porte d’Or » parce qu’elle est « en or » (min ahab).

271 Il s’agissait en réalité d’un arc de triomphe de Thodose. « Le groupe des éléphants représentait ces animaux attelés à son char » (Canard, op. cit., p. 383, n. 6) ; cf. Marquart, op. cit., p. 224, et Janin, op. cit., p. 269 sq.

272 MAS (p), § 740, et surtout RST, 126-127, à qui on emprunte les données qui suivent.

273 Comme le fait remarquer M. Izeddin (dans M. Izeddin et P. Therriat, « Un prisonnier arabe à Byzance au ixe siècle, Hārūn b. Yaḥyä », dans Revue des Études Islamiques, 1947, p. 41 sq., cité dans Canard, op. cit., p. 436), Munis peut tout simplement être le génitif de monè (monastère), qui aura été pris pour un nom propre. On ne peut songer en tout cas à l’église des Saints-Menas et Menaios, laquelle se trouve dans le quartier de l’Hebdomon, à l’ouest de la ville : cf. Janin, op. cit., p. 446. En revanche, ou pourra penser, à travers Munis, à une déformation de type Qūsm(u)s, lequel renverrait à Côme et Damien, dont le célèbre monastère est en effet situé au nord de la ville : cf. ibid., p. 461-462.

274 Dayr Sāṭira, le second terme renvoyant évidemment au grec Soter. Comme il nous est dit que ce monastère reçoit une des branches de l’aqueduc (celui de Valens, qui pénètre dans la ville près de la porte de Charisios, dite aussi d’Andrinople : cf. Janin, op. cit., p. 200), il ne peut s’agir que du monastère du Saint-Sauveur de Chora (Kahrie Djami), au nord de la ville, entre les murs de Constantin et de Théodose : cf. ibid., p. 38. Le monastère est dit situé « à la porte de Constantinople » (‘alä bāb Qusanîniyya), sans plus de précision, mais, le canal ne se ramifiant qu’après son entrée dans la ville, ledit couvent ne peut être, d’après le texte d’Ibn Rusteh lui-même, qu’intérieur au rempart.

275 Sur Mūnis, cf. supra, n. 2. Je ne trouve, de fait, aucune mention des saints Menas et Menaios pour la banlieue est (asiatique) de Constantinople où ces couvents sont dits êtres situés (exactement à 4 parasanges de la ville, soit un peu moins de 24 km). En revanche, sur la rive européenne du Rosphore, au nord-est de Constantinople, dans l’actuel quartier de Rechiktach, il existait une église de Saint-Mamas (déformé en Mūnis ?) : cf. Janin, op. cit., p. 473, 475. Fusādir, si l’on s’en rapporte aux deux dernières syllabes, pourrait être une déformation de Satyros, dans la banlieue asiatique, avec un monastère de Saint-Michel : cf. Canard, op. cit., p. 394, n. 1, et 436 (d’après Izeddin, op. cit.), et Janin, op. cit., p. 505. Je verrais volontiers dans Qūqiyāy une déformation de Kekonion, près de Chrysopolis, avec un monastère : cf. ibid., p. 487. Enfin, le nom de Marie peut renvoyer à un des nombreux couvents ou églises de la Theotokos en rive asiatique : cf. ibid., p. 484, 486, 489, 490, 492, 498, 501.

276 Si la localisation à l’ouest est bien exacte, on pourra penser aux deux couvents de la Thoetokos et de Kanstrision, près de la porte Pègè (cf. Janin, op. cit., p. 451) ; d’autres monastères (mais ils sont trois, peut-être quatre, et non pas deux, comme dit notre texte) peuvent être cherchés plus loin vers l’ouest : ceux de Kloubos, Kyklobion (ou Strongylon) et Rhesion (cf. ibid., p. 450, 451, 453).

277 RST, 126.

278 Cf. supra, p. 313, n. 2, ud, 41 (n. 1), 221, 423 (n. 2).

279 Cf. Janin, op. cit., p. 198.

280 Ces derniers mots semblent atténuer le caractère exclusivement public de l’aqueduc. En fait, il est possible que se cachent, derrière eux, les nymphées, réservoirs de distribution de l’eau aux quartiers (cf. Janin, op. cit., p. 200). C’est finalement, semble-t-il, la fourniture directe de l’eau aux particuliers, et ce jusqu’en leurs demeures, qui semble interdite à l’aqueduc de Justinien.

281 Cf. Janin, op. cit., p. 200.

282 Patriographes, cités ibid., p. 192.

283 ud, 79, 221. Les monts Bulgari sont évidemment les Balkans (Rhodope).

284 Cf. Janin, op. cit., p. 201 sq.

285 RST, 122.

286 Ibn Rusteh dit simplement : « au jour de la fête. » Les Rameaux (aš-ša’ānīn) sont une précision due à Qazwīnī, op. cit., p. 407. La coupole fait partie de constructions annexes d’une église dite « église du roi », identifiée à la Nea de Basile Ier ou, plus justement, à Saint-Étienne de Daphné : cf. Canard, dans Vasiliev, op. cit., t. II/2, p. 386, n. 1, Izeddin, cité ibid., p. 435, Marquart, op. cit., p. 228, Janin, op. cit., p. 113. Les douze figures rappellent celles qui ornaient le bassin envoyé au calife umayyade d’Espagne ‘Abd ar-Raḥmān III : cf. Izeddin, op. cit., p. 433, 435. On remarquera que parmi ces figures se trouvent peut-être les symboles des quatre Evangélistes : homme (ange), taureau, aigle (faucon ?) et lion (ce dernier deux fois : lion et lionne ; indice de faveur à Marc, qui connut Rome, où il partagea la captivité de saint Paul ?). Sur les citernes des quartiers palatins de Constantinople, cf. Janin, op. cit., p. 211 et carte VII.

287 Nabī, littéralement : liqueur spiritueuse faite avec des dattes ou des raisins secs, et aussi vin : cf. Dozy, op. cit., t. II, p. 635.

288 Le texte dit : une charge (iml) d’une bête de somme, c’est-à-dire (cf. Dozy, t. I, p. 327) une grande quantité.

289 Il s’agit du bassin de marbre qui se trouve sous les douze statues : nous le retrouverons un peu plus loin, à propos des églises de Constantinople.

290 ISḤ, 417.

291 MAS (p), § 740, ISḤ, 417, 459.

292 RST, 123 i. f., la désigne comme « la grande église destinée à l’ensemble du peuple » ; elle est simplement présentée comme le terme d’une procession impériale, et connue seulement par des monuments annexes (RST, 125-126) : on traitera plus loin de ces monuments ainsi que de la procession.

293 « L’église de l’Empereur (littéralement : du roi )» : RST, 121-122 ; cf. références supra, p. 422, n. 3.

294 Cf. supra, p. 98, n. 5.

295 MAS (t), 228. Cf. Janin, op. cit., p. 131.

296 Cf. RST, 120 (lignes 1, 3 et 10-12), MUQ, 147. Peut-être y a-t-il, chez Ibn Rusteh, une distinction entre le qasr (ensemble fortifié) et le dār (kathisma, tribune impériale d’où le souverain assistait aux jeux de l’Hippodrome) : cf. Canard, op. cit., p. 384, n. 4, et Janin, op. cit., p. 107, 184, 188-189.

297 RST, 120, et Canard, op. cit., p. 384.

298 RST, 120-121, 123 ; cf. Canard, op. cit., p. 384-385, 389 (et n. 4), 434 (avec corrections de M. Izeddin).

299 Cf. Janin, op. cit., p. 108, 116, 119, 187.

300 Sur le problème qu’ils posent, cf. Canard, op. cit., p. 435.

301 Correction de l’éditeur pour al-Mankabā. Le nom paraît clair : il s’agirait des Manganes, à l’extrémité orientale de la presqu’île, mais il y a erreur dans la localisation, ce qui est dit des prisons renvoyant plutôt à la Chalcé (cf. Canard, op. cit., p. 384, n. 5, Marquart, op. cit., p. 225 sq., Izeddin, dans Canard, op. cit., p. 434 i. f.). Une solution me paraît pouvoir être trouvée en partant de la direction des portes : par rapport au palais, l’Hippodrome occupe une position allant du sud-ouest au nord-ouest (cf. Janin, op. cit., pl. I), et la mer (direction de la troisième porte) une position sud. C’est donc vers l’est-nord-est qu’il faudrait chercher la porte d’al-Mankanā : or, c’est bien au nord-est, au delà de l’extrémité de l’Hippodrome, que se trouvent « les carceres (dites mangana à Constantinople), par où débouchaient les chars ou les animaux sauvages » (ibid., p. 186). Cela semble concorder avec la situation de la Chalcé, qui donne vers l’Augusteon et Sainte-Sophie, c’est-à-dire vers le nord-est (cf. ibid., p. 111).

302 Sur ces prisons, cf. Canard, op. cit., p. 385, n. 1 (qui signale, à propos des Tarsiotes, l’invitation faite à ces prisonniers, en 334-335/946, de participer à un banquet en l’honneur d’ambassadeurs musulmans), RST, trad., 136, n. 1 (avec citation de HAW, 183) ; ces prisons sont situées dans la Chalcé ou dans ses parages (cf. Marquart, op. cit., p. 226, Janin, op. cit., p. 169 sq.), sauf la cinquième, dite du Palais (cf. infra), qui est peut-être le Prétoire (sur celui-ci, cf. Canard, op. cit., p. 423, n. 2, et Janin ,op. cit., p. 165-169).

303 ḤAW, 195.

304 Ce dernier trait est de MUQ, 148.

305 Au Boukoleon, port du palais : cf. Canard, op. cit., p. 384, n. 5, Janin, op. cit., p. 297.

306 Cf. Janin, op. cit., p. 115 sq. ; Marquart (op. cit., p. 227-228) incline à penser que les mots indiquant l’accès au palais par cette galerie ont été déplacés et qu’il faut chercher cet accès par la galerie de la porte précédente. Par ailleurs, si l’on suivait notre texte à la lettre, l’église palatine serait, pour qui vient par cette dernière porte, celle des Saints-Serge et Bacchus, et non celle de Saint-Etienne de Daphné.

307 RST, 122.

308 Sur les divers édifices auxquels il peut être fait allusion sous cette appellation, cf. Canard, op. cit., p. 387, n. 1, Izeddin, ibid., p. 435, Janin, op. cit., p. 112, 116.

309 Halanğ ; cf. supra, p. 226, n. 6. i. f.

310 Le texte dit, parlant de l’Empereur : qa’ada ‘alä mā’idati - ahab : il s’assied au-dessus de la table d’or. L’allusion au lit de table (triclinium), à la mode romaine, et la mention de la table d’or renvoient de toute évidence à la salle dite des Dix-neuf Lits : cf. Janin, op. cit., p. 112, Marquart, op. cit., p. 228-231, Canard, op. cit., p. 387, n. 3, et infra, p. 435.

311 RST, 119 i. f., cite, près de la porte Bīġās, un lieu où l’Empereur vient se détendre (yatanazzahu) : il s’agit du palais et du parc situés près de la Pylè tès pègès ; cf. Canard, op. cit., p. 381, 384, n. 1, et Janin, op. cit., p. 141-142, où les lieux attenant à ce palais sont décrits comme « une sorte de parc avec des bois de platanes et de cyprès et des prairies verdoyantes. »

312 HUR, 109 ; sur l’Hippodrome et les courses, cf. aussi ibid., 112, RST, 120, MUQ, 147-148, et Janin, op. cit., p. 183 sq.

313 Une plate-forme (dakka) à degrés, au milieu de l’Hippodrome : MUQ, loc. cit.

314 Cf. supra, p. 423, n. 6.

315 Le trait est en contradiction avec ce qui a été dit supra, p. 424, n. 4 i. f.

316 Sur l’ornementation de la spina, cf. Janin, op. cit., p. 189 sq.

317 Je traduis ainsi, après M. Canard (op. cit., p. 423 i. f.), la notion de cri de ralliement, de devise, que l’original arabe évoque simplement par ism, : nom. Muqaddasī indique ensuite que le résultat de la course peut s’interpréter comme un présage pour l’issue de la luttre entre Byzance et l’Islam : on y reviendra plus loin, en traitant de cette question (infra, p. 477).

318 MUQ, 148. C’est un exemple où les constructions publiques ne sont pas ramenées à un ou deux types parlants, contrairement à ce qu’on a pu voir pour les aqueducs, citernes, églises ou’ palais, et encore le texte reste-t-il, on le voit, très vague. Les prisons fournissaient peut-être (en raison de l’intérêt porté aux Musulmans captifs) une autre exception, mais englobée, on l’a vu, dans la description générale du palais.

319 ISḤ, 417.

320 On en trouve la trace dans MUQ, 147, qui agrandit la stipulation aux dimensions d’une résidence, dite du Palais (dār al-balā), dont on a parlé plus haut à propos des prisons. La mosquée dont il est ici question ne doit pas être confondue avec celle que Maslama est censé avoir bātie à Abydos. Sur ces traditions, cf. J. H. Mordtmann, dans EI, t. I, p. 889. L’absence de toute allusion à une mosquée dans la relation de Hārūn b. Yahyä (reprise par Ibn Rusteh) a pu faire croire à une abjuration de l’Islam par ce prisonnier : cf. Canard, dans Vasiliev, op. cit., t. II/2, p. 380, n. 2, et Izeddin, ibid., p. 434.

321 D’autres seront vues plus loin, à l’occasion de l’étude de l’étiquette impériale.

322 RST, 125-126.

323 C’est évidemment la colonne de Justinien. On pourra noter la vérité de nombre de traits (notamment la main droite levée, la couronne d’or et la situation par rapport à Sainte-Sophie) en les comparant avec Janin, p. 74-75. M. Canard (op. cit., p. 392, n. 1) signale que la colonne sera, plus tard, décrite aussi par Harawī et Qazwīnī.

324 Sur cette horloge, cf. Canard, op. cit., p. 436, et Janin, op. cit., p. 102-103.

325 Il s’agit sans doute, en réalité, des quatre chevaux de bronze pris à Chio sous le règne de Théodose II, et qui ornent aujourd’hui la façade de Saint-Marc à Venise : cf. Izeddin, dans Vasiliev, op. cit., t. II/2, p. 436, et Janin, op. cit., p. 186. Évoqués peut-être aussi par MUQ, 148. On notera que le trait final est en contradiction avec l’assertion de Mas’ūdī citée supra, p. 418.

326 Marquart, op. cit., p. 236, estime que nous avons là un souvenir de la Colonne Serpentine, sur laquelle cf. Janin, op. cit., p. 191-192 ; M. Izeddin, cité par M. Canard (dans Vasiliev, op. cit., t. II/2, p. 436) conteste cette interprétation. G. Dagron me signale la légende des serpents alliés de Constantinople, rapportée par Hesychios de Milet.

327 Littéralement : marché (sūq).

328 Sans doute faut-il comprendre : avant qu’on procède aux préparatifs de leur acheminement. A moins que le mot de farağ (littéralement : soulagement) doive s’entendre non au sens absolu de libération, mais en celui, relatif, d’adoucissement de la condition des détenus.

329 Sur le Forum Amastrianum et la fonction, des deux mains de justice figurant sur le monument en question, cf. Canard, op. cit., p. 393, n. 2, et Janin, op. cit., p. 68-69.

330 On reprendra ce thème infra, p. 463.

331 MAS (p), § 772. L’éditeur et traducteur, Ch. Pellat, fait remarquer que la durée est en réalité de 637 ans, de 306 ap. J.-C. à 332 H./943 ap. J.-C, date indiquée par Mas’ūdī lui-même (cf. loc. cit., n. 10). Le chiffre de 42 correspond au total des empereurs donné par les Prairies (cf. liste ci-après). Si l’on comptait, comme le dit Mas’ūdī, Romain Ier et « le fils de Romain », on arriverait non à 42 comme il le dit, mais à 44.

332 MAS (p), § 734 sq. et 755 sq. (t), 190 sq. et 214 sq.(voir également, à propos de Constantin, un anachronisme flagrant dans (p), § 111). Quelques noms aussi (certains énigmatiques) dans FAQ, 139-140.

333 Son souvenir est régulièrement associé à celui d’Hélène.

334 Le Tanbīh distingue entre Constantin (II, Qusṭanṭīn, en réalité empereur d’Occident), qu’il fait hériter de Constantinople, Constance (Qusṭans, pour l’Orient) et Constant (Qasṭūs, pour l’Occident).

335 En réalité empereur d’Occident de 364 à 375, pendant que Valens règne sur l’Orient. On remarquera que la durée du règne prêtée à Valens par le Tanbīh correspond à peu près au laps de temps séparant sa mort de celle de Valentinien Ier.

336 Valentinien II est, de façon plus théorique que réelle, empereur d’Occident de 375 à 392. C’est son frère aîné, Gratien, qui dirige l’Empire d’Occident de 375 à 383. Le Tanbīh signale que Gratien mourut avant Valentinien.

337 Cf. n. 2.

338 Les Prairies réservent une mention spéciale à l’épouse de cet empereur, Pulchérie, sœur de Théodose II.

339 Avec interruption au profit de Basiliscus (475-476), dont on retrouve de vagues traces dans les Prairies et le Tanbīh.

340 A partir d’ici, les Prairies ne donnent plus, sauf exception, la durée des règnes.

341 Sous le nom de César, fils de Phocas. Il n’est pas précisé à quelle date du règne l’Hégire prend place, et Mas’ūdī fait même état, avec une incroyable confusion, de théories plaçant les débuts de l’Islam sous d’autres empereurs : MAS (p), § 755.

342 Un an après l’Hégire, nous est-il précisé.

343 Fils de César, c’est-à-dire d’Héraclius : Constantin III.

344 Fils de César, c’est-à-dire, sans doute, Héracléonas (fils d’Héraclius et demi-frère de Constantin III).

345 Fils d’Héraclius (?) ou d’Héracléonas (?).

346 Moins les deux premières années du califat de ‘Uṭmān (sous Héraclius).

347 Fils de Maurice.

348 Il nous est précisé ensuite, à propos de Constantin IV, qu’il commence à régner dans les dernières années de Mu’āwiya.

349 Surnommé al-Aẖram (Rhinotmète).

350 Sans doute Léon l’Isaurien, puisque l’Empereur suivant est dit « fils de Léon » ; ce Ğirğis aurait donc régné de 717 à 736, ce qui ne coïncide pas, de toute façon, avec le début du règne suivant.

351 Ce qui ne correspond guère aux dates précédentes, à moins d’entendre ce « jusqu’à l’époque » (ilä ayyām) comme débordant assez largement sur les débuts du règne de Hārūn.

352 Ce Constantin nous est donné comme « fils de Pogonat ».

353 Le Tanbīh donne ce règne-ci comme le second règne de Michel Ier, un temps écarté du pouvoir par Léon V.

354 Erreur manifeste dans les dates : le règne d’al-Musta’īn s’achève en 866, et non en 870, comme il nous est dit.

355 Donné comme « fils de Michel, fils de Théophile », sans plus de précision.

356 Cf. n. 1.

357 Suivent, dans (p), § 771, quelques indications assez confuses sur les Lécapène (famille de Romain Ier).

358 Cf. supra, p. 428, n. 3.

359 Le premier chiffre est obtenu, en l’absence de données historiques sûres pour nos auteurs (date de l’Hégire par rapport à l’histoire byzantine), par l’addition des durées des règnes (Héraclius étant compté pour un seule année : cf. supra, p. 430, n. 2 et 3). Le second est tiré d’une soustraction globale entre la date de rédaction (943) et celle de l’Hégire (622).

360 Cf. MAS (p), § 504 (cité et expliqué supra, p. 271-272, à propos du Caucase ; on relèvera, pour le présent propos, le passage : « ... aujourd’hui que la puissance de l’Islam faiblit et décline, que les Byzantins l’emportent sur les Musulmans... ») et 738 (cité supra, p. 413).

361 On reviendra sur cette question en fin de chapitre.

362 Pour les pages qui suivent, on consultera L. Bréhier, Les institutions de l’Empire byzantin, Paris, 1970.

363 Pour les pages qui suivent, on consultera L. Bréhier, Les institutions de l’Empire byzantin, Paris, 1970.

364 HUR, 109, MAS (t), 234 (où les deux bottines rouge et noire apparaissent aussi comme les insignes de celui qui est associé à l’Empire), 246, WAṢ, 126.

365 HUR, 109.

366 MAS (t), 234-235.

367 HUR, 109, MAS (t), 234.

368 On sait que le récit se trouve dans les deux relations d’ambassade à Constantinople et chez les Normands : cf. supra, p. 345 sq. Je suis, à la vérité, quant à l’existence d’un récit d’ambassade à Constantinople écrit par Ġazāl, moins sūr que je ne l’étais jadis (cf. Géographie I, p. XIV). C’est peut-être, originellement, à partir d’un récit oral qu’ont été consignées, dans les œuvres des historiens de l’Espagne musulmane, les données relatives à cette ambassade. Il faut bien convenir, en tout cas, que rien ne prouve, dans le texte de Maqqarī par exemple, l’existence d’un récit écrit par Ġazāl. A signaler par ailleurs la notation de MAS (t), 234 : personne ne peut se tenir assis en présence de l’Empereur.

369 Soit de Noël à l’Épiphanie. Cf. RST, 122-123, traduit et commenté dans Marquart, op. cit., p. 232-233, et Canard, dans Vasiliev, op. cit., t. II/2, p. 387-389 et 435.

370 Supra, p. 425.

371 Les deux premiers plateaux (ou tables : mawā’id) sont dits incrustés de perles et de rubis. Sur le personnage de Qārūn (Coran, XXVIII, 76-82, XXIX, 38, XL, 25), symbole de la richesse et du savoir impies, cf. D. B. Macdonald, dans EI, t. II, p. 827-828. Pour les cérémonies dont il est question, cf. commentaire dans Canard (op. cit., annotation), inspiré du De Cerimoniis. Le texte d’Ibn Rusteh présente quelques flottements dans la succession du cérémonial.

372 RST, 123-125, Marquart, op. cit., p. 219-223, 234, Canard, op. cit., p. 389-381 et 435.

373 Sur les fonctions et les corps qui peuvent être représentés dans ce cortège, cf. Bréhier, op. cit., p. 109-114.

374 Ces haches sont bipennes (cf. référ. dans RST, trad., 139, n. 6), ce qui pourrait nous faire penser au corps des Varanges, « soldats géants, armés de la grande hache à deux tranchants (romphaia), qui formaient une haie imposante dans les cérémonies, sur le passage du basileus et de sa suite » (Bréhier, op. cit., p. 287 ; mais cf. ibid., p. 299 : hache à un seul tranchant). Mais l’institution du corps des Varanges est bien postérieure à l’époque où se situe Hārūn b. Yaḥyä, l’informateur d’Ibn Rusteh. Il est vrai, du reste, que la hache à double tranchant a longtemps été une pièce traditionnelle de l’armement byzantin (cf. ibid., p. 278) ; il faut donc rechercher le corps de guerriers en question dans les cinq compagnies des basilikoi, « à caractère militaire, mais uniquement décoratif » (ibid., p. 113).

375 Cf. supra, p. 98, n. 5.

376 C’est évidemment le Silentiaire ; sur les problèmes posés par le mot de raūm, cf. Canard, op. cit., p. 390, n. 6, et 435.

377 Ce qui laisserait entendre que Hārūn b. Yaḥyä, dont Ibn Rusteh reprend le récit, n’a pas vu l’Empereur lui-même, mais un personnage partageant avec lui le pouvoir : sur ce problème, cf. Canard, op. cit., p. 382, et infra, p. 437, n. 1.

378 Cette formule semble confirmer (cf. note précédente) qu’il s’agit bien d’une association à l’empire. Mais la difficulté vient de ce qu’elle ne s’applique pas au personnage que les deux bottines rouge et noire désignent comme investi de cette association.

379 On introduit également, dans l’église, trois chevaux : nous les retrouverons plus loin, à propos des pratiques de divination du conflit Byzance-Islam.

380 Sauf la réserve d’une conversion possible de Hārūn b. Yaḥyä (cf. supra, p. 426, n. 5) ; on peut se demander au reste si Hārūn a été le témoin oculaire de tout ce qu’il décrit : avoir été à Constantinople ne signifie pas s’être privé d’enregistrer des données par voie orale (cf. Canard, op. cit., p. 382).

381 FAQ, 140 i. f. sq. (l’ambassade se place sous les califats d’Abū Bakr ou de ‘Umar, compte tenu de son passage à la cour du Ġassānide Ğabala b. al-Ayham). Une traduction (posthume) d’Ibn al-Faqīh par H. Massé est en voie de publication.

382 FAQ, 137-139. Sur ce personnage, cf. les références données par l’éditeur, dans FAQ, 137, note e.

383 Trois fois à partir de cette seconde attente, ou trois fois au total : le texte ne permet pas de trancher.

384 Umira bi l-qiyām (FAQ, 139) : le trait (ordre est donné de se lever) doit s’entendre comme mettant fin à une prosternation, si l’on s’en rapporte à ce que dit MAS (t), cité supra, p. 435, n. 5 i. f.

385 Cf. Janin, op. cit., p. 117. Il faudrait ajouter à ces merveilles le thème des oiseaux de métal (cf. ibid., et p. 115), que nos auteurs rapportent plutôt à Rome, on l’a vu : cf. supra, p. 376, n. 5.

386 Le but officiel de l’ambassade est d’inviter l’Empereur à se convertir à l’Islam (FAQ, 140).

387 Cf. Coran, CIX, 6 : A vous votre religion, à moi ma religion.

388 Ici, deux questions très brèves sur des points d’institution : héritage, jeûne et prière.

389 Cf. supra, p. 439, n. 1.

390 On notera qu’ils ne se récrient même pas lorsque l’Empereur laisse entendre qu’il avait caressé le rêve que la formule soit un tour comme tant d’autres.

391 Comparer avec ce qui se passe lors des secousses : l’Empereur est hostile (lors de la première), uniquement préoccupé de faits sociaux (à la seconde ; c’est bien dans un contexte encore formel et profane que sont posées les questions sur le jeûne et la prière, en même temps que sur les successions).

392 On traitera du thème du Rūm ennemi suprême de l’Islam, infra, p. 477 sq.

393 HUR, 105, 109, FAQ, 146. La garde du palais et de la ville sera étudiée plus en détail avec Qudāma (infra). Pour la garde personnelle du souverain, on peut songer aux corps des Scholes ou des Excubites (cf. Bréhier, op. cit., p. 272-273) et, pour les exécutions, à l’Eparque (Préfet de la Ville) ou au Quaesitor (cf. ibid., p. 153-155, 158, 185 i. f.). Quant aux quatre cents conseillers, on peut voir en eux le Sénat, qu’il est bien difficile alors de distinguer du Consistoire impérial (cf. ibid., p. 86-87 et 149-151).

394 QUD, 256. Sur ces corps d’armée, cf. H. Glykatzi-Ahrweiler, op. cit.

395 Le domestique des Scholes apparaît souvent en effet comme le chef suprême de l’armée ; sur lui et les Scholes, cf. Janin, op. cit., p. 111-112, Ostrogorsky, op. cit., p. 277, Bréhier, op. cit., p. 273, 285-286, 296 et passim.

396 Si l’ordre suivi par Qudāma est bien celui qu’on observe dans la hiérarchie des quatre corps d’armée (tagmata) cantonnés à Constantinople ou dans la région, ce second corps serait celui des Excubites (excubare : passer la nuit hors de la maison, et, par suite : veiller, monter la garde) ; sur eux, cf. Bréhier, op. cit., p. 285-286. Reste à savoir quel mot arabe se cache derrière la graphie non diacritée donnée par le texte : h (ğ, h)-s (š)-f (q). Sur un thème de pluriel en fa’al ou de collectif-pluriel en fa’l, on peut penser à la racine hšf, dont un des sens est : rôder pendant la nuit. Une autre possibilité, moins satisfaisante, avec finale r, renverrait à la racine ğšr, cf. ptc. ğāšir : qui garde (les troupeaux), y compris la nuit.

397 Le texte donne un mot, non diacrité, qui peut se lire arimūs. Il ne semble y avoir aucun doute : la place dans la hiérarchie des tagmata, le titre du chef de corps (à ne pas confondre avec le Drongaire de la flotte) et la fonction de ces hommes, spécialement chargés de la garde (du palais), tout renvoie à l’Arithmos : cf. Bréhier, op. cit., p. 286.

398 Il y a ici beaucoup d’incertitudes. La mission assignée à ce corps est, en réalité, une de celles qu’assume l’Arithmos. En outre, le mot donné par le texte arabe, bien que non diacrité, ne semble pas susceptible d’une autre lecture que fīdāraiyyīn. Mais « l’ancien corps des Fédérés, composé de quatre divisions de cavalerie et chargé de la défense de Constantinople », a disparu « avant l’avènement de Michel III » (842), pour laisser place à l’Hétairie, garde personnelle de l’Empereur (ibid., p. 286).

399 Lecture très incertaine ; sur le corps des Optimates, cf. ibid., p. 274, et H. Glykatzi-Ahrweiler, op. cit., p. 25, n. 2.

400 Ici, le mot donné par le texte arabe semble prêter à moins d’incertitudes ; sur le corps fantassin des Nouméra, issu des Excubites, cf. Bréhier, op. cit., p. 286,

401 HUR, 112 (repris dans FAQ, 147).

402 FAQ, 147, fait de lui aussi un logothète ; on penserait évidemment au Logothète des Bureaux, mais l’institution de cette fonction semble postérieure (cf. Bréhier, op. cit., p. 119).

403 De Goeje traduit ainsi le mot muraqqib du texte arabe (cf. HUR, 3 (glossaire) et trad., 84, n. 3).

404 Le texte, incertain il est vrai, disant ‘ard al-kutub (présentation des pièces écrites), on peut penser aussi au Maître des Requêtes (cf. Bréhier, op. cit., p. 103, 140).

405 Cf. ibid., p. 103 et pass., avec lequel on nuancera quant aux dates et à l’histoire de ces charges, et quant aux distinctions éventuelles entre charges véritables et dignités (cas du Maître des Cérémonies et, surtout, du Curopalate).

406 Cf. ibid., p. 81.

407 Cf. D. Sourdel, Vizirat, p. 589 sq. et passim, et A. A. Duri, « Dīwān », dans EI (2), t. II, p. 334 : dīwān al- harāğ, dīwān ar-rasā’il, āğib, dīwān al-barīd, qāī l-quāt, aras, dīwān al-asām (ou dīwān al-mawālī wa l-ġilmān).

408 HAW, 195-196.

409 Le Domestique est sans doute celui des Scholes. Le mot de zarāwira (sg. zirwār) provient sans doute du persan server (prince, chef, seigneur) ou ser-hezār (chef de mille) : cf. gloss. BGA, IV, 253 (cité dans Canard, op. cit., p. 412, n. 4). Compte tenu de cette indication de mille, il s’agirait des drongaires (cf. Bréhier, op. cit., p. 297), mais alors la hiérarchie suivie par Ibn Hawqal est fausse, les turmarques (le drongos = 1/3 de tourme) devant venir en principe avant les drongaires.

410 Sur le mot de tunnā’ (sg. tāni’), cf. Canard, op. cit., p. 413, n. 1.

411 Soit drongaire (en fait, grade inférieur) et patrice (en fait, une dignité).

412 MAS (t), 229, 437.

413 Hud, 157.

414 Cf. supra, p. 396-398 (où apparaissent également, d’après FAQ, les turmarques).

415 MAS (t), 234. L’association des deux personnages, indiscutable, n’est pas aussi tranchée que le veut Mas’ūdī : cf. Bréhier, op. cit., p. 346-348. Sur la réalité de la fonction, des pouvoirs et des insignes du Patriarche, cf. un substantiel exposé ibid., p. 369-402.

416 Cf. supra, p. 436.

417 Même s’il arrive que la première s’attache à telle ou telle charge de l’appareil étatique.

418 HUR, 112, FAQ, 147.

419 HUR, 109.

420 Sur la Sicile, cf. supra, p. 404, n. 10 ; sur la Sardaigne, supra, p. 378, n. 6.

421 Comme pour les udūd : supra, p. 443.

422 HUR, 111 (FAQ, 147, QUD, 255, i. f.-256, MAQ, IV, 63-64).

423 Les noms sont transcrits : birīq, urmāh, urunğār, qūmas, qunarh, dāqarh. Sur ces grades et ces effectifs, cf. Bréhier, op. cit., p. 297. Sur l’institution militaire (on reviendra un peu plus loin sur ce sujet), cf. l’article fondamental de H. Glykatzi-Ahrweiler, op. cit., p. 3 et passim.

424 Le Drongaire du ploïmon, « chef de la flotte stationnant dans la capitale » : cf. H. Ahrweiler, Byzance et la mer, p. 73-76 ; cf. également Bréhier, op. cit., p. 328. Le passage cité est de MAS (t), 234.

425 Chaque communauté conserve, on ne l’oubliera pas, « ses lois et usages internes avec ses chefs propres » (C. Cahen, dans EI (2), t. II, p. 234).

426 Cf. sa présence au sommet de la hiérarchie des Sabéens de Ḥarrān, elle-même présentée comme héritée du grec : MAS (p), § 210.

427 Cf. I. Kawar, dans EI (2), t. I, p. 1287-1288. MAS (p), § 1291 (texte arabe, n. 5), hésite entre les deux mots pour désigner les patriarches de Rome, Constantinople, Alexandrie, Antioche et Jérusalem. C’est sans doute aussi dans le sens de patriarche qu’il faut interpréter FAQ, 145 : « c’est à Antioche que se réunissent (ou : se réunirent) les baṭāriqa (pl. de birīq) » : allusion à l’importance du siège patriarcal d’Antioche, « la ville de Dieu (Theopolis), véritable capitale de l’Orient avant l’essor de Constantinople », et à « l’origine apostolique de son Église, que sa fondation par saint Pierre faisait sœur de l’Église romaine » (Bréhier, op. cit., p. 362).

428 HUR, 111-112, FAQ, 140, HAW, 196-197 (cf. Canard, dans Vasiliev, op. cit., t. II/2, p. 414, n. 2, 436-437). Légère variante en HUR, 112 (lignes 10-14) : les officiers (ru’asā’) touchent de 1 à 3 livres d’or. Quant aux jeunes mercenaires (ġilmān) imberbes, seuls inscrits aux rôles officiels de l’armée, ils touchent 1 dinar la première année, 2 la seconde, etc., jusqu’à concurrence de 12 dinars. Sur la solde et son versement, cf. Glykatzi-Ahrweiler, op. cit., p. 7-8.

429 Cf. Sourdel, Vizirat, p. 587-588, C. Cahen « aā’ », dans EI (2), t. I, p. 751-752. Les « excès » signalés ne sont pas, évidemment, l’apanage de Byzance ; mais le péril est d’autant plus grave que la solde est faible au regard de celles que pratique le monde musulman : C. Cahen (op. cit.) donne 70 dinars pour un fantassin et 140 pour un cavalier.

430 Ceux-ci incluant, à l’évidence, ceux de la hiérarchie militaire, que nos auteurs, on l’a vu, ne séparent pas du reste de l’administration, les 12 à 18 dinars annuels ne pouvant s’entendre, de toute façon, que de la troupe. On reviendra là-dessus un peu plus loin, à propos de l’armée.

431 Cf. Sourdel, op. cit., p. 694 (de 10 à 7 000 dinars mensuels). Sur les traitements dans l’administration byzantine, cf. Bréhier, op. cit., p. 134-135.

432 Cf. D. Sourdel, « barīd », dans EI (2), t. I, p. 1077-1078, et Bréhier, op. cit., p. 266 sq.

433 HUR, 102, 112, 113, RST, 119, HAW, 195, 201 i. f. Sur la parasange, cf. W. Hinz, « farsakh », dans EI (2), t. II, p. 832. L’évaluation « grecque » de cette mesure, donnée par Ibn Rusteh (cf. supra, p. 418, n. 6), renforcerait encore, si on la suivait, l’impression de densité. Sur les distances de la poste dans le monde musulman, cf. MUQ, trad., § 115 (et n. 20). Malāğina est située entre Dorylée et Nicée : cf. HUR, 113, Bréhier, op. cit., p. 301 i. f.-302. Sur la vitesse des courriers impériaux, cf. ibid., p. 264-265, 267.

434 HUR, 111 (FAQ, 147) ; cf. Bréhier, op. cit., p. 213-214.

435 Un seul pour FAQ, loc. cit.

436 ḤAW, 197-199.

437 Le chef du très important thème maritime des Kibyrrhéotes : cf. Bréhier, op. cit., p. 170, 288, 291, 329, H. Ahrweiler, Byzance et la mer, p. 82 et passim, et supra, p. 395, n. 7. M. Canard (dans Vasiliev, op. cit., t. II/2, p. 414, n. 6) pense aux Mardaïtes, Libanais qui avaient, à l’intérieur du thème des Kibyrrhéotes, leur propre chef (katepano) nommé directement par l’Empereur : cf. Bréhier, op. cit., p. 330, Ahrweiler, op. cit., p. 82-83.

438 ḤAW, 197 i. f.-198, précise qu’à la suite du dépérissement des marches musulmanes, on est passé du système de la ferme à celui de l’impôt direct : cf. Canard, op. cit., p. 414, n. 7, 415, n. 2, et 437.

439 FAQ, 76 (Égypte), ḤAW, 197 (Maġrib = possessions fāimides), MUQ, 64 (n’importe quelle iya du monde musulman ; sur ce terme, cf. Géographie I, p. 325).

440 FAQ, 139.

441 FAQ, 140.

442 Cf. Bréhier, op. cit., p. 30, 66, 80, 84-85, 105-106, 109-112, 114-115, 217 i. f.-218, et R. Guilland, Recherches sur les institutions byzantines, Berlin, 1967, t. I, p. 165-197.

443 MAS (p), § 771, VIII, 148, (t), 234, MUQ, 242.

444 Cf. Sourdel, Vizirat, p. 670-671 et passim, et « ghulām », dans EI (2), t. II, p. 1104-1106.

445 C. Pellat, dans sa traduction partielle de Muqaddasï (Description de l’Occident musulman au IVe/Xe siècle par al-Muqaddasī, Alger, 1950), p. 57, traduit kanā’is par « monastères » et « cloîtres ».

446 Cf. Bréhier, op. cit., p. 403-408 et 419 sq. (sur la dévotion d’enfants, dès leur naissance, à des monastères, cf. p. 446).

447 C’est le lieu de se rappeler que nous sommes, avec nos auteurs, dans un Islam moyen, la mystique et l’ascèse faisant figure, dans cette religion comme dans les autres, d’expériences hors du commun. Il faudrait remarquer aussi qu’à l’époque où se situent les auteurs cités (ive/xe siècle), la mystique musulmane et surtout les regroupements en collectivités n’ont pas atteint encore leur plein développement. Sur un exemple de refus des excès de l’ascèse, cf. supra, p. 122. Sur l’attitude modérée de l’Islam sunnite vis-à-vis de l’ascèse (zuhd), cf. L. Massignon, dans EI, t. IV, p. 1310, et Laoust, La profession de foi d’Ibn Batta, op. cit., p. 159-160.

448 HUR, 111, FAQ, 147, MAQ, IV, 63 ; YA’Q, 323, réduit le chiffre à 40 000.

449 Cf. Bréhier, op. cit., p. 276 (pour la haute époque), 297.

450 Cf. supra, p. 445, n. 3.

451 Caractère renforcé par le secret dont les Byzantins entourent les chiffres de leurs effectifs : cf. H. Glykatzi-Ahrweiler, op. cit., p. 4. Il y aurait 400 000 hommes, selon les historiens arabes, dans l’armée de Nicéphore Phocas : cf. référ. dans Bréhier, op. cit., p. 535, n. 2206. Ya’qūbī (cité supra, n. 4) déclare, lui, que personne ne reçoit de solde : les 40 000 hommes donnés pourraient donc s’entendre comme un maximum, sans aucun doute sous-évalué pour le coup.

452 HUR, 109 i. f.

453 A ne pas confondre avec un autre bandon, petite unité de base. Cf. H. Glykatzi-Ahrweiler, op. cit., p. 3 (n. 1) et passim, Bréhier, op. cit., p. 291 i. f.-292, et supra, p. 400, n. 5.

454 Le dernier terme est peu clair : šāğird, du persan šāgird (cf. gloss. dans HUR, 4) : apprenti, serviteur. Le premier terme, murtaziq, signifie : « qui dispose de ressources », mais à partir de quoi ? Le mot peut, a priori, renvoyer à une solde ou à l’équipement du cavalier, aux frais d’une communauté territoriale ou aux siens propres : je pencherais pour cette dernière solution, murtaziq me paraissant être une traduction du grec euporos (aisé, qui dispose de ressources) : sur les euporoi, cf. Bréhier, op. cit., p. 292-293, et H. Glykatzi-Ahrweiler, op. cit., p. 5-6. L’interprétation semble confirmée par ce qui sera dit un peu plus loin, à propos du financement des expéditions terrestres.

455 A propos de Malāğina (supra, p. 446, n. 3), citée dans un itinéraire, Ibn Hurdādbeh, outre les étables impériales, parle d’un centre « de bagages et de ravitaillement », également impériaux. Sur les liaisons poste-armée, cf. Bréhier, op. cit., p. 263, 265, 267.

456 HUR, 112 i. f. ; sur l’intendance, cf. Bréhier, op. cit., p. 279-280, 302-303.

457 En galette ou couronne (ka’k) : cf. Dozy, op. cit., t. II, p. 474.

458 ḤAW, 198-199.

459 ḤAW, 199. Sur la politique suivie, de fait, par Nicéphore, cf. Bréhier, op. cit., p. 292-293, Ostrogorsky, op. cit., p. 217-220.

460 Ibn Ḥawqal précise : d’or. Ici comme dans tous les autres passages, le mot de dinar, appliqué par nos auteurs à Byzance, renvoie au nomisma d’or.

461 Cf. supra, p. 450, n. 3.

462 La politique de Nicéphore suscita en effet des critiques (cf. Ostrogorsky, op. cit., p. 216, 220), mais c’est dans la guerre contre les Bulgares qu’il trouva la mort, en 811.

463 MUQ, 147.

464 Pour ces rachats, on emploie plutôt le mot de fidā’, pl. afdiya : cf. MAS (t), 255 sq. (contexte d’échanges de prisonniers entre le monde musulman et Byzance). Mais le texte de Muqaddasī ne semble pas laisser place au doute : cet « achat » (širā’) ne porte pas sur des esclaves (‘abīd, sg. ‘abd), mais bien sur des prisonniers (asārä, sg. asīr).

465 MAS (p), § 1382-1384. Baalbek et Damas (temple de Jupiter) sont citées dans un chapitre consacré à divers anciens monuments du monde : ibid., § 1413 (« il y avait un grand nombre de temples chez les Grecs ») et 1417.

466 Sur les vestiges archéologiques d’Antioche, cf. M. Rostrovtzeff, The social and économic History of the Hellenistic World, t. III, Oxford, 1953, p. 1424.

467 MAS (p), § 737, (t), 191. La fixation d’un signe religieux au sommet des lances n’est pas sans rappeler, aux yeux d’un Musulman, formellement au moins, le procédé dont usa Mu’āwiya à la bataille de iffīn.

468 MAS (t), 190-191.

469 MAS (p), § 734, ISH, 417. C’est Zosime qui est à l’origine de cette version des événements.

470 Chez MAS (p), § 772, on trouve, appliquée à Constantin, la qualification de muhir li-dīn an-Narāniyya : non pas, comme traduit l’éditeur, « propagateur du christianisme », mais son proclamateur, celui qui le produit au jour, officiellement.

471 MAS (p), § 734-735 (comparer avec ibid., § 753 : l’église d’Édesse fut bâtie par Justinien) (t), 197-198.

472 Évidemment par confusion entre synodos et senatus : MAS (p), § 736 (t), 195 i. f., 218-219. L’autre confusion consiste à identifier le synode (local) au concile (qui a vocation œcuménique, universelle).

473 MAS (p), § 736, (t), 195-197, 201 i. f. Le concile eut lieu, on le sait, en 325.

474 Sur la réalité de la représentation romaine au concile, cf. MAS (t), 196, n. 4.

475 Cela se passa, en réalité, au concile de Chalcédoine, qui sanctionna une évolution entamée à partir du second concile : cf. Bréhier, op. cit., p. 359-360.

476 MAS (p), § 736, 747, (t), 201. Le concile eut lieu en 381.

477 Même évolution que pour le siège de Constantinople : Chalcédoine entérine une tendance antérieure : dès Nicée, l’évêque de Jérusalem s’était vu reconnaître des honneurs spéciaux.

478 MAS (p), § 736, (t), 204-207.

479 Sur la date effective de la création du patriarcat de Jérusalem, cf. supra, n. 8.

480 Sur la date effective de la création du partriarcat de Constantinople, cf. supra, p. 453, n. 6.

481 Cf. E. Honigmann, « Naībīn », dans EI, t. III, p. 918 (2), et Le Couvent de Baraumā et le patriarcat jacobite d’Antioche et de Syrie, Louvain, 1954.

482 En fait, le refus nestorien de considérer Marie comme theotokos revient à juxtaposer, plutôt qu’à unir, les deux natures. A relever, à propos du nestorianisme, l’erreur de MAQ, IV, 64, qui en fait la religion du Rūm.

483 MAS (p), § 736, 750-751 (t), 207-209. Le concile s’est tenu en 451 et a condamné les monophysites ; mais Jacques Baradée vit au vie siècle.

484 Dans le Tanbīh, Mas’ūdī écrit, par inadvertance (cf. Prairies, § 751) : de Constantinople.

485 Le monophysisme alexandrin, opposé au dualisme de l’école d’Antioche dont Nestorius était le représentant.

486 Le couvent « de Macarius » relève de la partie sud-orientale du complexe de monastères installé dans la dépression du Wādī Narūn, à l’ouest-nord-ouest du Caire ; sur ces couvents, cf. H. C. Evelyn White, The Monasteries of the Wâdi n’Natrûn, 2 vol., New York, 1926-1933.

487 Sur le Hābūr, affluent de l’Euphrate : sur la ville, qui fut en effet un centre jacobite important, cf. E. Honigmann, dans EI, t. III, p. 1197-1199.

488 MAS (p), § 736, (t), 209-210. Date du concile : 553.

489 Sur Origène et l’origénisme, cf. P. Hadot, dans Encyclopaedia Universalis, t. XII, p. 230-233.

490 MAS (p), § 736, (t), 217-218. Date du concile : 680-681.

491 MAS (t), 211-212, qui ajoute que les Maronites sont nombreux au Liban et en Syrie du Nord. Sur leur « monothélisme » (unicité de volonté dans le Christ), voir un bon aperçu d’ensemble dans H. Legrand, « Liban, Église maronite », dans Encyclopaedia Universalis, t. IX, p. 973. Pour plus de détails, cf. P. Dib, Histoire de l’Église maronite, Beyrouth, 1962.

492 Pour les conciles, on comparera le tableau général donné par Mas’ūdī avec celui de B. D. Dupuy, dans Encyclopaedia Universalis, t. IV, p. 827.

493 MAS (t), 208, 212-213.

494 MAS (p), § 448, 744-745, 748, (t), 207, 208. Sur les persécutions anti-juives, très rares, dans l’histoire de Byzance, cf. Ostrogorsky, op. cit., p. 114, 189. Sur une conséquence des persécutions sous Romain Ier, cf. supra, p. 294. Pour l’époque romaine, Bardésane et Marcion sont évoqués dans MAS (p), § 211, et (t), 145, 179, 182, 188.

495 MAS (p), § 211, qui ajoute : « dont se sont séparés, par un schisme, les chrétiens orientaux (mašāriqa), c’est-à-dire les ‘Ibād (Nestoriens) et les Jacobites. »

496 Au sens où nous l’entendons aujourd’hui, et non en celui où l’entend Mas’ūdī Jacobites et Nestoriens par rapport aux Melchites : cf. supra, p. 371-372. (n. 7)

497 On lui concède, comme on va le voir un peu plus loin, une certaine prééminence historique.

498 Donné en effet, par le martyrologe romain, comme un des soixante-douze disciples du Christ, second évêque d’Antioche, et martyr.

499 MAS (p), § 1291, (t), 201-202, 219, ḤAW, 202, et supra, p. 371-372. Paul est également (Prairies, loc. cit.) mentionné à propos d’Antioche.

500 MAS (t), 202.

501 Cf. supra, p. 443 (et n. 6).

502 MAS (t), 234-235.

503 Sg. ubs : bien de mainmorte destiné à une fondation pieuse (on notera par ce mot, la référence à l’Islam).

504 Sur les rapports entre clergé séculier et monastères, cf. Bréhier, op. cit., p. 419 sq.

505 Littéralement : dans chaque thème (band).

506 « Résidant au chef-lieu d’une ancienne province civile » : Bréhier, op. cit., p. 403. « Son nom signifie : chef de la ville » (MAS (p), cité infra, n. 5).

507 MAS (p), § 210 ; (t), 224, ne détaille pas les neuf degrés, mais y intègre, évidemment au rang le plus haut, le patriarche ; le mot donné, au singulier, est aġm (« dans la langue syriaque, qui est la langue première »), ṭaġmātus (« dans la langue des Rūm » : c’est évidemment le génitif tagmatos de tagma) et taġm (« en arabe » ; c’est plutôt uġma : cf. Dozy, op. cit., t. II, p. 47). Les Prairies donnent un nom très incertain (’āt) où l’on peut voir une déformation du même mot. Cf aussi une reprise de ces thèmes chez WA 125-126.

508 MAS (p), § 734.

509 Cf. supra, p. 453.

510 Cf. supra, p. 422 et 435.

511 MAS (t), 221.

512 MAS (t), 218 (avec un long passage sur divers aspects du christianisme en général) ; ailleurs, en MAS (p), § 751, il est précisé que les Jacobites ne reconnaissent pas le concile de Chalcédoine : de fait, les Églises monophysites copte, arménienne et syrienne ne le reconnaissent pas, contrairement aux autres Églises orthodoxes et à l’Église romaine.

513 Assimilation des mutilations légales (cf. Bréhier, op. cit., p. 197) au talion ? La donnée est de FAQ, 136 i. f., qui reprend par ailleurs un texte (ibid., p. 77 i. f.) où il est dit que les Rūm sont malkāniyya (melchites, mais le mot usuel, malkī, est employé aussi trois lignes plus haut) et lisent l’Évangile dans la langue ğarmaqāniyya : sur le groupe persan des Ğarāmiqa, transplanté dans la région de Mossoul et dans la Syrie du Nord-Est, cf. référ. dans Blachère-Chouémi-Denizeau, Dictionnaire, t. II, p. 1462. A priori, on ne voit guère ce à quoi peut faire allusion Ibn al-Faqīh ; tout semble pourtant s’éclairer si l’on se réfère non au groupe, mais à la région qu’il habite, région où sont installées de puissantes communautés jacobites ou nestoriennes usant de l’araméen (oriental : syriaque). C’est encore à l’araméen que l’on pensera (mais l’hypothèse est moins recevable, compte tenu de l’origine iranienne d’Ibn al-Faqīh) si l’on retient Ğarmaq (cf. Yāqūt, Mu’ğam al-buldān, s. v.) comme le nom d’une vallée près de aydā (Sidon) : l’araméen résista longtemps, on le sait, dans les refuges de la montagne libanaise. De toute façon, malgré la référence explicite aux Rūm, Ibn al-Faqīh, à l’évidence, parle moins de l’Église byzantine que de christianisme, sous une forme ou sous une autre : le contexte est du reste consacré, à propos de la Nubie, aux diverses formes du christianisme : les qualifications attribuées au christianisme du Rūm sont peut-être motivées par les seuls besoins classificatoires de la constitution d’une typologie.

514 WAṢ, 126, avec deux autres notations : la part des femmes dans l’héritage est le double de celle des hommes ; le divorce n’est pas admis.

515 ‘Ibādatuhum bi-n-niyya.

516 Sur la nécessité de la niyya avant tout acte qui engage le croyant, cf. Laoust, La profession de foi d’Ibn Baṭṭa, op. cit., p. 4 (n. 2), 78 (n. 1), Le précis de droit d’Ibn Qudāma, Damas-Beyrouth, 1950, p. 7, 22, 236, Le traité de droit public d’Ibn Taimīya, Damas-Beyrouth, 1948, p. 51, 52 (et n. 50).

517 FAQ, 142-143.

518 ‘Aīm al-alyatayn ; alya désigne la partie charnue du mollet, de la cuisse, de la fesse, du pouce parfois.

519 Texte incertain : sbh kaīra. Autre interprétation, moins recevable dans un contexte qui ne présente que des personnages isolés : à la tribu (sib : une des douze tribus d’Israël) nombreuse.

520 MAS (p), § 345-348.

521 Cf. supra, p. 124, n. 5.

522 Supra, p. 437 (ligne 24) et 438 (lignes 34 sq.).

523 FAQ, 140 i. f.

524 Au demeurant faudrait-il que fût assurée au préalable l’exacte connaissance du vocabulaire arabe des couleurs.

525 Cf. Coran, III, 37 sq., V, 76, sq., et passim.

526 Cf. supra, p. 439.

527 FAQ, 143 i. f. (et ibid., XXXII, LX).

528 HUR, 106-107, 110-111, FAQ, 147, MAS (p), § 125, 730, 746, (t), 202-203, ISH, 417, MUQ, 153-154.

529 Selon MAS (p), § 746 ; leur réveil est plus couramment placé sous Théodose.

530 Cf. Coran, XVIII, 8 sq. (trad. Blachère, op. cit., t. II, p. 327-328), G. Massignon, « Le culte des sept Dormants d’Éphèse », et C. Molette, « La tradition des sept Dormants d’Éphèse chez L. Massignon », dans Louis Massignon, Paris, 1970 (avec bibl.), R. Paret, « Aḥāb al-kahf », dans EI (2), t. I, p. 712-713 (voir aussi l’ancien article d’A. J. Wensinck, dans EI, t. I, p. 485-486), MUQ, trad., § 123, n. 59.

531 Une récupération au profit du monde musulman (dans le pays transjordanien) dans MUQ, 175-176 (avec variations notables dans le thème).

532 Ou Muhammad b. Mūsä b. Šākir : cf. Géographie I, p. XIX.

533 Cf. supra, n. 1.

534 ĞAH (t), 158-159 ; MUQ, 147, parle des étoffes de laine et de lin qui transitent par Āmid vers la Haute-Mésopotamie. Les udūd, 156, mentionnent les brocarts, les soies, les tapis, les chaussettes et les pantalons de grosse toile.

535 MUQ, 242, qui les appelle « slaves ».

536 HUR, 102, 111.

537 Cf. supra, p. 334 (notamment n. 1) et 357 ; cf. aussi p. 302 (sur les relations commerciales entre Byzance et les Magyars).

538 Cf. supra, p. 446 et 450 (n. 4).

539 Des notations comme celle de la n. 2, supra, p. 458, font figure d’exception.

540 Supra, p. 418.

541 Le trait cité supra, p. 388, n. 3, est un stéréotype pris à une liste des « mirabilia (‘ağā’ib) de la terre ».

542 A signaler aussi les animaux domestiques (bovins, chevaux, ovins) qui entrent dans un répertoire traditionnel des caractéristiques de tous ordres du Rūm (FAQ, 148). Sur les faucons, cf. infra, p. 465, n. 4.

543 On développe ici ce qu’on a laissé entendre supra, p. 387-388.

544 HUR, 15, 155, FAQ, 4-5, 197, MAS (t), 120.

545 MUQ, 62 (autres références supra, p. 62, n. 5), MAS (p), § 1367.

546 Le thème de la richesse byzantine est un de ceux autour desquels tourne le problème de l’avenir du conflit entre Constantinople et l’Islam : on y reviendra plus loin. Sur l’évaluation de la puissance, à l’échelon mondial, par comparaison entre superficie et population, cf. supra, p. 62, 201, n. 6, 232, n. 8, et 322.

547 Sur son titre, cf. supra, p. 434. Sur le thème des rois du monde, cf. supra, p. 60-61.

548 FAQ, 136.

549 Il s’agit du calife de Bagdad : d’où notre préférence, à propos du mot māl, pour « richesses » en général, plutôt que pour « troupeaux ».

550 Iksīr ; variante : l’alchimie (kīmiyā).

551 MAS (p), § 344 (partiellement cité supra, p. 61) ; repris, pour Byzance seulement, ibid., § 397.

552 Les hommes, l’espèce humaine (an-nās), disait-on pour la Chine ; ici, il s’agit des individus du sexe masculin : ar-riğāl.

553 FAQ, 136-137 (repris dans WA, 127). On se rappellera aussi, comme exemple de cette habileté, ce qui a été dit plus haut sur divers monuments de Constantinople et sur les portraits des prophètes.

554 FAQ, 114, 148, MAQ, IV, 64 (qui donne en même temps les Byzantins pour roux), ISḤ, 417.

555 Cf. supra, p. 66, n. 6.

556 HUR, 156, FAQ, 114, 136 i. f., 148, 162, 197, 252 (ponts de pierre ou de bateaux), RST, 79 (faucons si nombreux qu’on ne peut élever de poules), 126, MAS (p), § 475, (t), 9, MAQ, IV, 64, ṮVĀ, 125, WAS, 127 (avec noms de mets). Sur la taille des pierres (marbre), l’hydraulique et l’agronomie, cf. supra, p. 461 ; FAQ, 148, signale la récolte du corail rouge (bussa).

557 RST, 123 (trad. 138), avec mention, également, de cymbales; sur l’orgue et la musique, cf. aussi MAS (p), VIII, 91-92, 146, 148, WAS, 127.

558 RST, 126, MAQ, IV, 64, ISH, 417.

559 FAQ, 139, 252.

560 FAQ, 136 i. f., 138 (avec exemples de médecines naturelles, gardées dans le palais impérial, contre les ulcères, la démence, pour la guérison des blessures ou pour faciliter la digestion), MAQ, IV, 64, WA, 127.

561 Celle-ci signalée, avec l’arithmétique, comme une spécialité byzantine : FAQ, 252, MAQ, IV, 64.

562 Cf. supra, p. 115 ; MAQ, loc. cit., la cite au nombre des gloires du Rūm.

563 FAQ, 137.

564 MAS (p), § 1297, (t), 265 ; en (t), 287, ce sont les mois syriens qui sont donnés aussi comme ceux des Rūm.

565 On leur ajoute parfois, de façon très générale et vague, les sciences (‘ulūm), les lettres (ādāb ; peut-être aussi le savoir-vivre) ou la philosophie (falsafa) : FAQ, 136 i. f., 251 i. f., MAQ, IV, 64, MAS (t), 9, WAS, 127.

566 FAQ, 148-149.

567 Cf. supra, p. 369-370.

568 FAQ, 160.

569 MAS (p), § 741. On rappelle aussi le souvenir d’Athènes : MAS (p), § 667, ḤAW, 202, ud, 158.

570 FAQ, 196 i. f.-197.

571 FAQ, 330.

572 Supra, p. 369.

573 FAQ, 138.

574 FAQ, 149.

575 FAQ, 143-145.

576 Pour l’interprétation de cette dernière phrase, cf. FAQ, gloss., p. XXXVII. Voir la conclusion du texte infra, p. 469, n. 1.

577 MAS (p), § 699 (chapitre spécial dont l’existence souligne, telle quelle, la coupure apportée par la mort d’Alexandre).

578 MAS (p), § 717, (t), 162, 247.

579 FAQ, 144.

580 NAD, 243.

581 MAS (p), § 741 ; cf. aussi FAQ, 145, qui conclut en ces termes la réponse, citée un peu plus haut, à la question sur les talismans : « cela jusqu’à la venue de Jésus ; car aujourd’hui, il n’est plus personne qui prétende à cet art, dont la pratique n’a plus cours. »

582 Le premier humanisme byzantin, op. cit., p. 300, 304 et passim.

583 Dans ar-Radd ‘alä n-Naārä, cité par Ch. Pellat, « Al- Ğàḥiẓ ; les nations civilisées et les croyances religieuses ». dans Journal Asiatique, CCLV, 1967, p. 71.

584 Kitāb al-milal wa n-nial, Būlāq, 1263/1847, p. 2-3 (cité dans Ğ. alībā, Mustaqbal at-tarbiya fi š-Šarq al-’arabī, Damas, 1962, p. 62). Je dois la communication de ce texte à l’amabilité de Jacques Berque.

585 Kitāb al-ahbār wa kayfa taiḥḥu, dans Ch. Pellat, art. cité.

586 On se contentera d’indiquer que la philosophie musulmane a produit, entre le ive/xe siècle et celui où écrit Šahrastānī (vie/xiie), Avicenne et Ġazālī, pour ne parler que d’eux.

587 « Les relations politiques et sociales entre Byzance et les Arabes », dans Dum-barton Oaks Papers, t. XVIII (1964), p. 35-56.

588 Cf. RST, 226 (sur l’émigration à Byzance du dernier prince ġassānide, Ğabala b. al-Ayham, un temps converti à l’Islam), MAS (p), § 495 (12 000 cavaliers convertis au christianisme, armés de lances à la mode arabe), (t), 231 (populations hurramites du Ğibāl et de l’Ādarbayğān passées au service de l’Empereur), 236 (dans le sens Byzance-Islam, puis Islam-Byzance, en la personne d’un prince byzantin, puis de son fils), ḤAW, 211-212 (émigration en territoire byzantin de 10 000 cavaliers de la tribu des Banū Ḥabīb).

589 Les controverses ou la méfiance n’empêchent pas la courtoisie de l’accueil, régulièrement indiquée : cf. FAQ, 138 (lignes 3-6), 142 (7-8), 149 (5 ; mais il n’est pas sûr qu’il s’agisse d’un ambassadeur), NAD, 243.

590 MAS (t), 241, 255-263. Cf. aussi Canard, H’amdânides, p. 760, 824, Vasiliev, op. cit., t. I, passim, et supra, p. 451, n. 4.

591 Indiqué seulement pour le douzième rachat, auquel Mas’ūdī assista personnellement ; il s’agit d’un religieux, Jean, Anthypatos Patrikios (dignité aulique) Mystikos (secrétaire).

592 Titre du chapitre (p. 255) : « Rachats de captifs entre les Musulmans et les Rūm » ; p. 256 : « ceux qui furent rachetés, du côté des Musulmans… » ; cf. aussi la note suivante.

593 Ils sont échangés contre un certain nombre de « barbares » (a’lāğ), « car il n’est pas, légalement, de contrat de rachat pour un Chrétien » (p. 258). Sur le mot de a’lāğ, cf. supra, p. 246, n. 9, et infra, p. 479, n. 7.

594 On leur demande, sous le califat d’al-Wāṯiq (troisième grand rachat, p. 257 i. f.-258) de reconnaître le dogme mu’tazilite du Coran créé.

595 MUQ, 148 ; cf. Canard, dans Vasiliev, op. cit., t. II/2, p. 424, n. 4, et supra, p. 424.

596 MAS (t), 232 i. f.-233, MUQ, loc. cit.

597 HUR, 109, et supra, p. 427 i. f-428.

598 ISH, 417, 459, ḤAW, 195 i. f., MUQ, loc. cit., et supra, p. 424, 426 (n. 4-5), 435, 437.

599 MUQ, 148 : « les hommes prudents sont ceux qui, interrogés sur leur métier, ne l’avouent pas. »

600 MAS (t), 239 i. f., avec correction de la version Armāniyā en Rūmāniyā.

601 Cf. par exemple MAS (p), § 456, 494 sq.

602 YA’Q, 321, 362, FAQ, 115-116, 137, 143 i. f., 199, QUD, 252, MAS (p), § 639-640, 1406, (t), 184, 192, 200, 211, 213, 215-216, 338.

603 Cf. QUD, 252 (sur lequel on reviendra infra, p. 477, et chap. XI, à propos de la mamlaka), et supra, p. 414.

604 Cf. entre autres HUR, 104, 106, RST, 193, FAQ, 113, 140, i. f.-141, MAS (p), § 738, 756 sq., 760 sq. (t), 216-217, 226, 227 i. f., 230-231, 328 sq., ISḤ 417, ḤAW, 197-198, 201, MUQ, 147.

605 Cf. supra, p. 383, n. 3.

606 HUR, 109.

607 RST, 119, 127, FAQ, 136 i. f., 148 (début), ud, 156-157, ḤAW, 201-202, 204, MUQ, 148.

608 Cf. supra, p. 447, n. 2.

609 Hud, 157.

610 MAS (t), 9.

611 ḤAW, 200-201.

612 Ici interviennent la comparaison entre les impôts fonciers du Rūm et du Maġib (supra, p. 447, n. 2) et la mention d'incursions musulmanes en Italie du Sud (supra, p. 366, n. 1).

613 Cf. supra, p. 272 et 413.

614 ḤAW, 178 i. f.-179, 180, 182, 188-189, 198, 200-201, 203-205, 211, 213-214, 216, 221, 223 (idéal musulman rappelé p. 212 et 223).

615 Mètre wāfir ; sur l'auteur de ces vers, cf. ḤAW, trad. 193, n. 948.

616 Ara‘' : cf. BGA, IV, 242.

617 Fī kulli baliyyatin yašra‘u : cf. Dozy, op. cit., t. I, p. 747.

618 Āfa : cf. BGA, t. IV, p. 302.

619 Sur l'historique de cette frontière, cf. Honigmann, dans Vasiliev, op. cit., t. III, Canard, H'amdânides, et H. Ahrweiler, « L'Asie Mineure et les invasions arabes », dans Revue Historique, 227 (1), 1962, p. 1-32.

620 QUD, 254.

621 Cf. par exemple HUR, 97, 99 sq., 110, 113.

622 IṢṬ, 43 (ḤAW, 168).

623 Cf. notamment YA‘Q, 327, RST, 119, MAS (p), § 879.

624 ḤAW, 343-344, 350-351, MUQ, 373, et supra, p. 268 i. f.-269.

625 HUR, 99-108, FAQ, 111 i. f., 176, QUD, 216, 253 sq., MAS (t), 87, 194, 248, ḤAW, 177, 181-184, 209 et passim, Ibn ‘Abd Rabbih, ‘Iqd, t. VI, p. 252. La discrétion de Ya‘qūbī sur ce thème (voir toutefois p. 362-363) s'explique soit par une importante lacune du manuscrit (cf. p. 323), soit, comme il le dit ibid., parce qu'il a réservé ce sujet à son ouvrage historique (trad., p. 168, n. 3).

626 QUD, 253, sq., ḤAW, 179. Cf. M. Canard, dans EI (2), t. I, p. 783-784.

627 Particulièrement chez MAQ, IV, 72.

628 Supra, p. 387, n. 1.

629 Cf. supra, p. 424 (sur l'importance de Tarse dans la lutte, cf. ḤAW, 184). Sur les luttes dont il est ici question, cf. MAS (p), § 283, 753 (t), 248, ḤAW, 176-177, 179-184, 188, 201-202, 209, 211-213, 221-222, 226-227, MUQ, 148, 152 i. f., 160, 242.

630 Cf. supra, p. 474, n. 6.

631 QUD, 216, 253, sq., 259.

632 HUR, 102-103.

633 ḤAW, 188, déclare quant à lui l'opération impossible.

634 HUR, 99-100 (traduction inspirée de celle de de Goeje) ; mètre rağaz

635 ḤAW, 184 ; citation de Coran, XIX, 98 (à propos des générations disparues par ordre de Dieu).

636 FAQ, 258 ; cf. aussi le texte traduit infra (p. 478 i. f.).

637 MAS (t), 216. A noter toutefois que d'autres interprétations sont possibles : s'agissant de la Syrie, le garçon néfaste peut être, dans le climat ‎šī'ite de l'œuvre de Mas‘ūdī, tel ou tel umayyade, et surtout Yazīd b. Mu'āwiya, sous lequel périt Husayn et qui naît au moment même où meurt Héraclius (642). On peut penser aussi à l'Antéchrist. On tiendra compte enfin des nuances possibles de la particule attä (cf. A. Miquel, « La particule hattä dans le Coran », dans Bulletin d'Études Orientales, XXI (1968), p. 411-436). De toute façon, les mots d'Héraclius sonnent bien comme un adieu éternel.

638 RST, 125.

639 MUQ, 148.

640 QUD, 252, comme introduction à un tableau des uġūr où revient plusieurs fois (p. 253), à propos du Rūm, le mot d'ennemi (‘aduww) ; on reviendra sur ce texte de Qudāma au dernier chapitre, à propos de la définition du terme de mam-laka (texte de Qudāma également ciét supra, p. 472, n. 9).

641 Cf. supra, p. 439-440.

642 Coran, XXX, 1/2-3/4 (trad. Blachère, op. cit., t. II, 419-420). Un autre passage (VIII, 26 : Rappelez-vous : vous étiez une poignée, abaissés sur la terre, craignant que les hommes ne vous ravissent !) est lu (FAQ, 196) comme s'appliquant aux Rūm.

643 La joie des croyants semble, dans la première version, pouvoir s'interpréter de deux façons : celle où ils seront, dans l'adversité, de recevoir une fois de plus le secours divin, ou celle, plus générale, de savoir qu'en tout état de cause Dieu juge et finalement, dans le futur eschatologique, sauvera.

644 Cf. A. J. Wensinck, A Handbook of early Muhammadan Tradition, Leyde, 1960, p. 101 et 207.

645 FAQ, 196.

646 RST, 27, FAQ, 145, MAS (p), § 1427. La confusion avec Rome (chez Ibn al-Faqīh) est évidente, mais c'est bien de Byzance qu'il s'agit, comme le prouve le texte d'Ibn al-Faqīh qu'on, cite ensuite. On se rappellera à ce propos que Rome, elle aussi, est maudite (cf. supra, p. 376 i.f.) : ne serait-ce pas pour la même raison ?

647 FAQ, 146-147 ; sur Ka‘b al-Aḥbār, cf. M. Schmitz, dans EI, t. II, p. 620-621.

648 Hamr et amīr (littéralement : toute substance fermentée, et notamment pâtisserie, sucreries ou cosmétique : cf. umra et racine mr dans Dozy, op. cit., t. I, p. 403 i. f.-404). On peut aussi penser, pour le premier mot, à imr (armée nombreuse) ou à amar (foule, multitude), encore que cette interprétation ne s'accorde guère au contexte.

649 Je rajoute « le plat » pour la clarté de la traduction. On peut aussi penser, pour traduire fi'ūs, à « houes » ou « bêches », mais la présence des boucliers (pl. de pl. atrisa) m'incline à rester dans un contexte d'outillage guerrier.

650 Nafha (cf. FAQ, LX et 147, note d) : littéralement : un coup de souffle (ici : dans la trompette du Jugement, attendu dans cette atmosphère de fin du monde ; mais c'est une fausse fin, un coup pour rien, compte tenu de la menace proférée par Dieu : a avant même le jour de la Résurrection »).

651 FAQ, 37.

652 RST, 206.

653 L'expression est courante : cf. Canard, dans Dumbarton Oaks Papers, op. cit., p. 47 ; on la trouve chez MUQ, 153.

654 Cf. Canard, loc. cit., et MUQ, 147.

655Ulūğ ou a‘lāā, sg. ‘i(cité supra, p. 471, n. 3) : MAS (p), § 765-766 : âne sauvage, d'où : homme grossier, sans religion. Sauf erreur, je n'ai jamais relevé, pour les Byzantins, l'expression d'Ahl al-Kitāb (Gens du Livre).

Table des illustrations

Légende Fig. 30. – Les thèmes byzantins, d’Ibn Hurdāḏbeh à Mas’ūdī
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/629/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 31. — L’Empire byzantin d’après Ibn Ḥawqal
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/629/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Fig. 32. – Les accès à Constantinople d’après Mas’ūdī
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/629/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre avant l’islam
Légende Note 5333 Note 6334
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/629/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Note 1335 Note 2336 Note 3337 Note 4338 Note 5339
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/629/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre apres l’apparition de l’islam
Légende Note 1340 Note 2341 Note 3342 Note 4343 Note 5344 Note 6 345 Note 7346 Note 8347 Note 9348
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/629/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Note 1349 Note 2350
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/629/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Légende Note 1351 Note 2352 Note 3353
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/629/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Légende Note 1354 Note 2355 Note 3356 Note 4357
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/629/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 670k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par

Acheter