Version classiqueVersion mobile

Les ouvriers en grève. Tome 3

 | 
Michelle Perrot

Sources et bibliographie

Texte intégral

I. SOURCES MANUSCRITES

Elles constituent pour ce sujet l’essentiel, et de très loin.

1. ARCHIVES NATIONALES

BB 18 : Ministère de la Justice, Correspondance de la Division Criminelle.

Fondamentale pour l’étude des coalitions sous le Second Empire1 et sous la Troisième République postérieurement à 1889, cette série comporte une énorme lacune pour les années 1870-1890. « Les dossiers de BB 18 pour ces vingt années... ont été détruits au Ministère même de la Justice aux environs de 1895. C’est une perte irréparable... Seuls les dossiers de F 7 (Police générale) peuvent en partie la combler. Par contre à partir de 1890, les dossiers de la Division Criminelle ont été versés aux Archives nationales sans aucune lacune2. »

J’ai dépouillé tous les dossiers existants sur les grèves pour 1864-1890.

  • 1688 à 1691, 1694, 1695, 1698, 1702 à 1704 : coalitions, 1864.
  • 1709, 1710, 1713 à 1715, 1719, 1720, 1723 : coalitions, 1865.
  • 1731, 1746, 1747 : coalitions dans les ressorts de Douai, Paris et Grenoble (1866-1867).
  • 1726, 1731, 1732, 1734, 1735, 1741 : coalitions, 1866.
  • 1749, 1751, 1755, 1757 : coalitions, 1867.
  • 1763, 1766 à 1772, 1776, 1777, 1779 : coalitions, 1868.
  • 1815 : grèves dans le ressort de la cour d’appel de Bourges, 1890.
  • 1816 : rapports des procureurs généraux sur les manifestations du Premier Mai 1890 dans leur ressort (très intéressant).
  • 1819 : grèves dans le ressort de Paris, 1890.
  • 1821 : grèves dans le ressort de Caen, 1890.
  • 1822 : grèves dans le ressort de Bordeaux, 1890.
  • 1822 : rixes entre les habitants de Sarton (Pas-de-Calais) et des ouvriers belges (1890).
  • 1823 : agitations à Decazeville (août 1890).
  • 1825 : grèves, Ardennes, Algérie, 1890.
  • 1826 : grèves cour d’appel de Toulouse, 1890.
  • 1828 : grèves cour d’appel de Rouen, 1890.
  • 1834 : agitation des chaussonniers de Fougères, 1890.
  • 1947 : troubles franco-italiens d’Aigues-Mortes (16-17 août 1893). (On trouvera de nombreux autres dossiers concernant les rapports entre ouvriers français et étrangers postérieurement à 1893, dans BB 18.)

BB 24 : Grâces demandées, accordées ou refusées.

  • 851 : grévistes d’Anzin, 1878.
  • 875 : troubles de Montceau-les-Mines (1882).
  • 876 : meeting des Invalides (mars 1883).

BB 30 : Rapports des procureurs généraux sur « la situation morale et politique » (série continue de 1849 à 1868 ; puis rapports dispersés pour second semestre 1868, 1869 et 1870, très dispersés pour 1871-1875).

  • 370-388 : dossiers classés par cours d’appel, 1848-1868 ; vus pour 1864-1870.
  • 389 et 390 : 1868, 1869, 1870 ; pièces diverses 1871-1875.

C : Archives parlementaires, versements des Assemblées.

  • C 3018 à 3026 : Enquête sur la situation des classes ouvrières 1872-1875 (dépouillement intégral).
  • 3018 : réponses du Nord-Est : Meurthe-et-Moselle, Vosges, Meuse, Marne, Pas-de-Calais, Haut-Rhin, Haute-Saône, Haute-Marne, Aube.
  • 3019 : Somme, Nord, Saône-et-Loire, Jura, Côte-d’Or, Doubs, Seine-et-Marne, Oise, Aisne, Ardennes.
  • 3020 : région du Nord-Ouest : Maine-et-Loire, Mayenne, Sarthe, Orne, Calvados, Eure-et-Loir, Morbihan, Eure, Finistère, Côte-du-Nord, Manche, Ille-et-Vilaine, Loire-Inférieure, Vendée, Deux-Sèvres, Seine, Seine-et-Oise, Seine-Inférieure.
  • 3021 : région du Sud-Est : Corse, Bouches-du-Rhône, Var, Alpes-Maritimes, Basses-Alpes, Hautes-Alpes, Gard, Hérault, Vaucluse, Drôme, Isère, Rhône, Ain, Haute-Savoie.
  • 3022 : Savoie, Lozère, Loire, Haute-Loire, Ardèche.

Région du Sud-Ouest : Basses-Pyrénées, Landes, Gironde, Charente, Charente-Inférieure, Cantal, Lot, Tarn-et-Garonne, Haute-Garonne, Pyrénées-Orientales, Aude, Tarn, Aveyron.

  • 3023 : Ariège, Basses-Pyrénées, Gers, Lot-et-Garonne, Dordogne.

Région du Centre : Loiret, Cher, Corrèze, Indre, Creuse, Haute-Vienne, Puy-de-Dôme, Allier, Nièvre, Yonne, Loir-et-Cher, Indre-et-Loire, Vienne.

  • 3024 : a) sténographie des dépositions (Passy, Cochut, Rondelet, Audiganne, Laroche-Joubert, Maine, Leroy-Beaulieu, Michel Chevalier) ;
  • b) correspondance (1872-1873) ;
  • c) documents divers (1872-1873).
  • 3025 : Correspondance ; dossier de la sous-commission ; catalogue des brochures.
  • 3026 : Procès-verbaux de la commission d’enquête et des sous-commissions (1872-1874) (4 volumes).

Note sur cette enquête : Cette enquête est un paradoxe. Ouverte sur l’initiative du duc d’Audiffred-Pasquier, gentilhomme normand imbu de l’exemple anglais, et en dépit de bien des objections — « dans une situation financière, économique et morale aussi troublée que la nôtre, la question était peut-être inopportune et... il eût mieux valu ne pas la soulever »3 — elle aboutit à la seule publication du Rapport Ducarre (Journal officiel, 15-22 novembre 1875 et publication en un volume) qui n’utilise aucun des documents accumulés et se trouve même fréquemment en complète contradiction avec eux : exemple type d’un discours idéologique surimposé aux données sociologiques suscitées.

Le questionnaire comporte 64 questions réparties en trois grandes sections :

1°) « Situation matérielle et économique » (20) ; 2°) « Des salaires et des rapports entre les ouvriers et les patrons » (13) ; 3°) « Situation intellectuelle et morale. Conditions de la famille. Instruction générale et professionnelle s» (31).

2 000 questionnaires furent envoyés par la voie préfectorale : 644 réponses furent reçues dont 327 émanant d’industriels : textile : 110 ; métallurgie : 60 ; mines : 25 ; papeteries : 21 ; industries alimentaires : 20 ; sucreries-fabriques de porcelaine : 15 ; industries chimiques : 16 : etc. Il s’agit presque toujours d’établissements importants.

Ces réponses contiennent de nombreux renseignements et documents sur la vie ouvrière, mais leur grand intérêt réside dans le spectacle de la psychologie patronale. Utilisées de façon parcellaire (Simiand, Duveau, Léon, etc.), elles n’ont jamais fait l’objet d’une étude d’ensemble.

  • C 3326 à 3373 : « Enquête sur la situation des ouvriers en France » (1884) : 48 cartons :
  • 3326 : rapports, réponses, projets et pétitions, correspondance.
  • 3327 : correspondance (dossiers 5 à 7) ; enquêteurs, lettres.
  • 3328 : correspondance (dossiers 1 à 3).
  • 3329 : procès-verbaux séances de la commission ; dépositions, réponses de la Chambre de commerce.
  • 3330 à 3372 : 43 cartons concernant les réponses aux questionnaires (industrie, commerce, agriculture), classées par ordre alphabétique des départements ; densité très inégale : 3 cartons pour les Ardennes, l’Eure, le Rhône, la Seine-Inférieure..., presque rien pour le Nord, le Pas-de-Calais, ou la Seine.
  • 3373 : brochures.

Note sur cette enquête : En vertu d’une résolution du 2 février 1884, la Chambre des députés constitua une commission de 44 membres, présidée par Spuller et comprenant de nombreux députés radicaux (Clemenceau, de Lanessan, etc.) chargée d’enquêter sur la crise, mais aussi de « proposer toutes les mesures qu’elle jugera nécessaire ». Contrairement à ce qui avait été prévu en 1872, où prévalait une politique du secret, les dépositions devaient paraître au Journal officiel ; on solliciterait tous les avis, notamment ceux des syndicats ouvriers ; selon les propos de Spuller, l’enquête devait être « entreprise et poursuivie dans un esprit profondément social ; je dirais volontiers socialiste »4.

L’enquête se fixait pour objectif d’étudier « la situation des ouvriers de l’Industrie et de l’Agriculture en France » et, d’autre part, « la crise industrielle à Paris ».

Les méthodes adoptées différaient : pour la capitale et le département de la Seine, questionnaire simplifié en onze points et dépositions orales ; pour la province, voie unique du questionnaire écrit. Ce questionnaire se présente comme un cahier imprimé, 21 X 27, de 46 pages, questions à gauche, place pour les réponses à droite. Le nombre des questions est très élevé : Industrie : 241 questions ; Commerce : 202 ; Agriculture : 196.

Le questionnaire « Industrie » paraît fortement inspiré de L’Enquête ouvrière rédigée pour La Revue socialiste (20 avril 1880 ; 101 questions) par Karl Marx (Œuvres, Pléiade, t. I, p. 1525) ; j’ignore par quelle filiation. C’est un questionnaire « ouvert », intéressant, mais extrêmement touffu, qui exige des réponses circonstanciées, qualitatives : on imagine la difficulté d’obtenir des réponses !

Les questionnaires étaient distribués par le canal des préfets et des maires. Un cahier du Rhône (C 3363), intitulé « Etat indicatif des questionnaires envoyés par l’administration », donne une idée des destinataires : outre les maires, présidents de sociétés de secours mutuels, syndicats professionnels de patrons et d’ouvriers, sociétés de production, de consommation, de prévoyance, de retraites, cercles, soit 767 questionnaires ; en outre 182 formulaires furent envoyés sur demande. Au total pour 949 envois, 587 réponses.

Qui a répondu ? Les maires surtout. Certains, de leur propre chef ; d’autres, après consultation du conseil municipal ou de personnes jugées compétentes dans la commune ; d’autres encore tentèrent de susciter les dépositions volontaires : le maire de Bacouel (Oise) fait battre tambour pour annoncer un jour d’audience publique pour recueillir les témoignages : « Personne ne s’étant présenté et l’heure fixée pour la clôture de l’enquête étant expirée, nous avons arrêté le présent procès-verbal » (C 3360).

Les syndicats ouvriers étaient réticents : dans le Rhône, « la majorité des syndicats lyonnais ont décidé qu’il n’y avait pas lieu de répondre »5 ; en fait sur 58 questionnaires à eux envoyés, on dénombre 22 réponses.

Enfin, comme en 1872, le fait même d’enquêter suscitait la réprobation de certains : tel président de mutuelle du Rhône (Montmélas - Saint-Sorlin) « ne croit pas avoir à répondre à un questionnaire plein d’excitations à la haine des citoyens les uns contre les autres et d’appels à la délation » (C 3362 ; n° 483).

Au total, il y a beaucoup de questionnaires vides dans les cartons des Archives nationales, avec çà et là quelques réponses fort intéressantes, globalement ou sur un point particulier, notamment sur la biographie professionnelle des individus (question 4 : « Comment avez-vous appris votre métier ? Faites-nous l’histoire de votre apprentissage et de celui de vos enfants »...). Rien de tout cela n’a fait l’objet de dépouillement systématique, à peine d’exploitation partielle. Lorsque Simiand parle, d’ « une enquête oubliée sur une grande crise méconnue », c’est visiblement aux seuls rapports imprimés (Spuller, Clemenceau, de Lanessan...) qu’il se réfère.

Pour ma part, j’ai dépouillé 26 cartons, soit les réponses d’une quarantaine de départements parmi les plus industriels ; j’y ai trouvé, entre autres, 293 réponses d’origine ouvrière, dont 201 individuelles ; j’y ai recherché moins des faits que des attitudes (cf. première partie, les ouvriers et leur « budget »).

F 7 : Police générale.

Sur cette importante série, plusieurs inventaires correspondant aux versements successifs :

  • Inventaire Charles Schmidt (jusqu’à l’article 12713) ; histoire des versements jusqu’en 1922.
  • Inventaire analytique des documents provenant de la Direction de la Sûreté générale, versés depuis 1917, par G. Ritter et J. Chaumié, 1940 (Inventaire 837 : articles 12428 à 12944) (années 1870-1930).
  • Inventaire analytique des dossiers versés en août et septembre 1944, par la Direction générale de la Sûreté nationale (renseignements généraux), documents datés de 1884 à 1938 (articles 12948 à 13685), par Bautier, Mathieu, Claudel, Claude Pris (inventaire 1066).

Ces inventaires font état d’importantes lacunes : « les rapports des préfets sur la situation générale des départements sont perdus pour la période antérieure à 1924 et ces lacunes, que l’on constate, permettent de supposer que d’autres destructions ont été opérées » (Inventaire 837, p. 44).

Sur les grèves :

  • F 7 12773 : instructions ministérielles ; plans de protection, jurisprudence ; emploi des troupes, usage des armes, dessous politiques, amnistie, état chronologique des grèves (1849-1914). (Nombreux et intéressants documents : on trouvera notamment le texte de la circulaire Waldeck-Rousseau, 1884, sur les grèves et un ensemble de coupures de presse sur les réactions suscitées.)
  • 12912 : rapports divers : du commissaire spécial chargé du contrôle au directeur de la Sûreté générale, 31 mai 1890, dénonçant la grève « comme un danger social et politique très menaçant », préconisant « un tribunal arbitral dont les membres élus d’avance appartiendraient aux syndicats corporatifs de patrons et d’ouvriers » ; statistiques des grèves de 1884 à 1890 (un cahier par année) faites à la demande du Président du Conseil Waldeck-Rousseau ; « tableau proportionnel des grèves sous chaque cabinet depuis le 1er Mai 1890 » jusqu’en 1900 ; dossier sur « le droit de grève, le contrat de travail, l’arbitrage obligatoire » ; projet préconisant l’institution de « délégués permanents élus des ouvriers » (1904) ; dispositifs en cas de grève (troupes).

F 7 contient deux séries de dossiers très fournis, mais postérieurs à 1894 : 1°) 12 774 à 12 792 : 1894-1909 (notamment sur grèves de mineurs) ; 2°) 12913 à 12920 : 1900-1913.

Sur les congrès ouvriers et socialistes, ont été dépouillés :

F 7 12488 : « agissements socialistes, 1876-1879 » : congrès ouvriers de Paris (1876), Lyon (1878), Marseille (1879) ; fiches de militants, rapports sur la situation ouvrière, nombreux documents ; on trouve, par exemple, la totalité des quinze numéros du Bulletin officiel du congrès ouvrier (Marseille), introuvables ailleurs.

  • 12489 : congrès du Havre (1880), de Reims (1881), de Paris (1881), de Saint-Etienne et Roanne (1882), de Bordeaux (1882).
  • 12526 : affaire de Montceau-les-Mines (1882-1883) ; les événements, les réactions ouvrières dans les divers départements.

En dépit de démarches réitérées, je n’ai pu obtenir communication de 12 357 à 12 376 b, « Sociétés, associations ; autorisation et surveillance (classement par départements), 1870-1912 » (probablement intéressant pour le syndicalisme).

Les dossiers sur le 1er Mai (12 528 à 12 534) ne commencent qu’en 1898 (1898-1911).

F 11 : Mercuriales du marché.

  • 2331 à 2571 : 1871-1890 (un registre par mois) (pour l’étude du coût de la vie).
  • F 12 : Commerce et industrie.
  • 4651 à 4689 : « grèves et coalitions, 1853-1899 ».

Importante série, constituée en vertu de la circulaire ministérielle du 18 septembre 1860 demandant aux préfets des rapports annuels sur les coalitions.

  • 4651 : 1853-1865 (environ 700 pièces) : quelques pièces dispersées avant 1860 ; rapports pour 1860, 1861, 1862 (47 départements) ; à partir de 1863, rapports d’ensemble plus rares.
  • 4652 : 1866-1870 (550 pièces).
  • 4653 : 1870-1876 (très incomplets, les années 1872 et 1873 font totalement défaut).
  • 4654 : 1877-1878.
  • 4655 : 1879.

A partir de 4656, classement par départements, 1880-1889 :

  • 4656 : Ain à Aveyron.
  • 4657 : Bouches-du-Rhône à Gironde.
  • 4658 : Hérault à Lozère.
  • 4659 : Maine-et-Loire — Haut-Rhin.
  • 4660 et 4661 : Nord.
  • 4662 : Rhône.
  • 4663 : Haute-Saône à Seine.
  • 4664 : Seine-et-Marne à Yonne et Algérie.
  • 4665 : tous départements, 1889.
  • 4666 : relevés généraux, 1864-1872 (très lacunaires) ; rien pour 1872 à 1881 ; à partir de 1882, très intéressants relevés statistiques et rapports de synthèse pour chaque année ; tableaux synoptiques regroupant les grèves par département et industrie à partir de 1885, et à partir de 1886, effectifs, durée, motifs, résultats ; rapports annuels pour divers départements, etc.
  • 4667 : tous départements, 1890.
  • 4668 : tous départements, 1891.
  • 4669 : 1892.
  • 4670 à 4688 : classement par département, jusqu’en 1899.
  • 4689 : grèves à l’étranger ; documents transmis par le ministère des Affaires étrangères au ministère du Commerce ; rapports émanant la plupart du temps des consuls de France, quelques-uns très volumineux (exemple : grèves des mineurs gallois), les autres, insignifiants. Années : 1873-1878 (les mieux fournies), 1880, 1886. Rien pour la France.
  • 5749 : grèves en France ; registres portant le relevé mensuel des grèves pour 1879, janvier 1880, 1882 (rien pour 1881). Colonnes du registre : département, localité, industrie (avec effectifs en grèves), durée (commencement-fin), analyse des renseignements, observations.
  • 5750 : grèves à l’étranger, 1879 : un registre à peu près vide.

Sur la situation industrielle des départements, 1870-1887 :

  • F 12 4479 à 4 550 : états trimestriels dressés par les préfets en vertu des instructions du 10 mars 1856; ne figurent dans F 12 qu’à partir de 1870, avec des lacunes (rien pour la Seine, l’Aube, le Pas-de-Calais...). Sur cette source, cf. J. Néré, 1955 et sa thèse, 1958. Sondages sur de nombreux points.

F 22 : Travail et Sécurité sociale.

Cette série a été ouverte pour recevoir les archives du ministère du Travail, créé par décret du 25 octobre 1906 ; la plupart des services qui ont contribué à former ce ministère étaient rattachés au ministère du Commerce, et leurs dossiers, versés dans F 12. F 22 est donc la continuation de F 12 pour toutes les questions sociales et notamment ouvrières. L’inventaire imprimé de E. Guillemot et S. Clémencet-Vitte, 1957, donne de nombreuses indications sur l’histoire des versements et aussi des destructions opérées et envisagées. F 22 n’est malheureusement qu’un résidu.

F 22 comporte une importante série de dossiers de grèves, mais postérieurs à 1905.

Antérieurement, un dossier : 234, « grèves anciennes, 1852-1904 » comporte : 1°) grèves à l’étranger, 1897-1903 (rapports des consuls de France) ; 2°) statistiques des grèves 1852-1884, destinées aux premières publications de la Statistique générale de la France ; 3°) études étrangères de statistiques de grèves, notamment texte traduit de l’allemand, de l’étude du Docteur Mataja ; 4°) divers documents concernant la législation des grèves.

45 AP 6 : Archives Rouher.

Ces papiers, qui m’ont été signalés par Mme Jeanne Gaillard, donnent des tableaux statistiques sur les grèves à Paris en 1864-1865.

2. ARCHIVES DE LA PRÉFECTURE DE POLICE DE PARIS, 36, quai des Orfèvres.

D’une extrême richesse pour cette période ; très bien classées et généralement répertoriées.

Sur les grèves :

• A Paris :

  • BA 167 à 184 (1871-1890) : ces cartons comprennent des dossiers classés par profession et d’inégale importance, de quelques pièces à plusieurs centaines. Exemples : dans 172, raffineurs de sucre (1882), 424 pièces ; dans 173, tailleurs d’habits, 1885-1889, 615 pièces ; dans 174, charpentiers (18751881), 1010 pièces ; dans 175, selliers de l’équipement militaire (1874-1889), 448 pièces. Les dossiers les plus volumineux sont ceux de la grève des terrassiers de Paris (1888), 183 et 184, 1707 pièces.

Ces dossiers comprennent : rapports quotidiens des commissaires, des officiers de police, des indicateurs, fiches de « meneurs », documents saisis de tous ordres, coupures de presse, etc. Un fichier classé par ordre alphabétique des professions permet de se repérer aisément.

En outre :

  • 895 : lithographes (1880-1907).
  • 1371 : débardeurs, coltineurs (1877-1908).
  • 1405 : verriers de Paris, 1890.
  • 1406 : grèves, département de la Seine 1876-1919.
  • 1612 : ouvriers des omnibus (1881-1896) (coupures de presse).

• En province :

  • 169 : grèves des métallurgistes de Vierzon (1886 et 1887), 232 pièces ; des verriers de Lyon (1878-1888) et de Vierzon.
  • 170 : verriers de la Seine et Seine-et-Oise : 1880-1889 (419 pièces) ; 1890 (73 pièces).
  • 171 : teinturiers de Saint-Chamond (1878), ouvrières en lacets de la même ville ; grèves de Saint-Etienne (1878).
  • 172 : ouvriers du port de Marseille (11 pièces), 1883 : les rapports de l’agent « Dey », envoyé à la préfecture de police, s’attachent surtout au rôle des anarchistes italiens.
  • 182 : porcelainiers de Limoges (1872-1883) et Vierzon (1873-1887).
  • 185 : grèves des mineurs : Nord (1872-1884) 319 pièces. Montceau-les-Mines (1878-1882), 486 pièces.
  • 186 : mineurs du Pas-de-Calais (1872-1889) ; de la Loire (1880-1890) ; de l’Allier (1873-1878) ; de l’Aveyron (Decazeville, 1878 et 1886, 500 p.).
  • 187 : mineurs de Decazeville, 1886 (important dossier de 675 p.).

Sur le syndicalisme :

• Généralités :

  • BA 1439 : projet de loi Lockroy (1876).
  • 1440 : législation (1880-1884) ; travaux divers.
  • 1441 : associations ouvrières de production, 1886-1913.
  • 1442 : années 1881-1885 et 1872-1883 (rapports d’ensemble, tableaux statistiques utiles).
  • 1443 : 1872 à 1878 et 1884-1886.

• Sur les chambres syndicales parisiennes, très importante documentation :

BA 150 à 166 et 1408 à 1445, avec fichier classé par ordre alphabétique des professions. J’ai consulté seulement BA 161, chambre syndicale des mécaniciens (1872-1880) (507 pièces) et Union des ouvriers mécaniciens de la Seine (1880-1889, 413 p.).

Sur le socialisme, dépouillement de :

  • BA 199 : « Socialisme en France, 1872-1881. »
  • 200 : « Socialisme en France, 1882-1884. »
  • 201 : « Socialisme en France, 1885-1892 » (en fait comporte de nombreux documents antérieurs, 1879-1884).

Sur le 1er Mai 1890 :

  • BA 41 et 42 (début d’une importante série, allant jusqu’au 1er Mai 1898, BA 50) et BA 882.

Sur les congrès ouvriers : BA 28 à 40 et notamment :

  • 28 et 29 : congrès ouvrier socialiste international (1878).
  • 33 : congrès de Paris (1876).
  • 34 : congrès de Lyon (1878).
  • 35 : congrès de Lyon (1878).
  • 37 : congrès de Marseille (1879).

Situation industrielle et commerciale (principalement à Paris) :

  • BA 500 à 505 : 1877-1897 (avec lacunes pour 1881, 1882, 1888, 1891, 1895). (D’intérêt très inégal, appréciations surtout qualitatives, peu de statistiques, notamment sur l’emploi.)

Divers :

  • BA 406 : « l’esprit des ouvriers en France », 1875-1891 (339 pièces) (intéressant surtout pour la période de l’ordre moral).
  • BA 486 : situation des loyers à Paris, 1871-1891 (1526 pièces) (nombreuses indications de prix, problème de la cherté des loyers).

3. A RCHIVES DÉPARTEMENTALES

La série M, formée par les versements des préfectures (an VIII — 1940), constitue la grande source d’archives contemporaines. Pour son histoire et les principes de classement adoptés, on se reportera à R. Gandilhon, 19696. Les sous-séries « Police », « Industrie », « Travail et main-d’œuvre » sont en principe les plus riches pour mon sujet.

Mais nombre de séries M ne sont pas classées, et l’étaient moins encore quand j’ai entrepris ces recherches. La situation se présentait (et se présente encore partiellement) ainsi :

  1. Séries M classées, avec inventaires imprimés. Il y en a actuellement 20 ; j’ai pu en utiliser quinze, notamment : Isère, Loire, Marne, Var, Pas-de-Calais (1958).
  2. Séries M classées, avec inventaire manuscrit ou sur fiches. J’ai eu parfois communication de l’inventaire manuscrit par microfilm (exemple : Aube). Le plus souvent, les services des archives départementales me communiquaient une liste de cotes susceptibles de m’intéresser. Ainsi pour le Nord qui, avec 43 000 articles, a certainement la plus belle série M, d’une inépuisable richesse ; les Bouches-du-Rhône, dépôt très remarquable aussi, et d’autres, moins fournis, mais aisément utilisables : Cher, Ardèche, Gard, Haute-Vienne, Orne, etc.
  3. Séries M non classées (ou en cours de classement), dépourvues d’inventaires. Les dossiers devaient être repérés sur les travées, dans les dépôts glacés, au milieu d’un énorme fatras mal identifié. C’était malheureusement le cas du Rhône, où l’extrême obligeance de M. Lacour, directeur des Archives, et de ses adjoints (M. Nicot, notamment) suppléait au maquis d’une série M informe ; de l’Allier aux cotes changeantes, de la Gironde, de la Seine-Maritime surtout où le désordre, alors, était légendaire ; chaque hiver, les caves, où étaient entreposés les dossiers « M », étaient inondées et les feuillets flottaient, peu à peu délavés... Dans tous ces cas, des déplacements s’imposaient, souvent fort pittoresques.

J’ai effectué ainsi une quinzaine de « voyages » et consulté à peu près tous les dépôts7. Les directeurs des archives départementales et leurs adjoints ont mis, très généralement, la plus grande obligeance à me renseigner, en dépit de conditions matérielles difficiles, me fournissant parfois de véritables bibliographies locales sur la question. Les dossiers repérés, d’une façon ou d’une autre, m’étaient ensuite communiqués aux archives départementales du Calvados, à Caen, où j’ai commencé ce travail, puis rue des Francs-Bourgeois.

J’ai dépouillé quatre types de dossiers :

  1. de façon exhaustive : grèves, manifestations ouvrières, Premier Mai 1890 ;
  2. syndicats, associations ouvrières : de même ;
  3. socialisme, anarchisme (souvent confondus alors, et l’un et l’autre intimement mêlés aux mouvements ouvriers) pour la plupart des départements importants : Nord, Bouches-du-Rhône, Loire, Isère, Gard, Marne, Aube, etc. ;
  4. industries, salaires : quelques sondages seulement (Nord, Pas-de-Calais, Somme...) dans la mesure où je disposais d’une importante série parisienne (F 12) et de documents imprimés plus que suffisants pour mon sujet.

Comment apprécier l’apport des dossiers de M, sur les grèves, notamment, par comparaison avec ceux des Archives nationales (F 12) ? Dans l’ensemble, M est infiniment plus riche ; elle comporte non seulement les doubles des rapports de synthèse envoyés par les préfets au ministre du Commerce, fondement de F 12, mais encore les rapports aux autres ministères (Intérieur ; Guerre, lorsqu’il y a appel aux troupes) et surtout les matériaux qui ont servi à leur élaboration : rapports des sous-préfets, des commissaires, normaux et spéciaux, de la gendarmerie, des ingénieurs des mines ; correspondance échangée avec les maires, les patrons, lettres et pétitions ouvrières, documents saisis de toute nature : affiches, tracts, listes de souscription, dépêche de correspondant de presse, etc. On y trouve aussi des dossiers de coupures de presse, fort utiles dans la mesure où il est impossible de consulter directement toute la presse locale. La documentation ainsi rassemblée, si elle présente d’inévitables lacunes, est dans l’ensemble abondante, voire volumineuse. Sur la grève d’Anzin (1884), on dispose de 1870 pièces réparties en quatre dossiers.

Voici la liste sommaire, par ordre alphabétique des départements, des dossiers dépouillés.

Allier :

  • M : « Grèves (1875-1914) » : un dossier non coté de 602 pièces : sociétés secrètes ouvrières (La Marianne), 1872-1875 ; grève des mineurs, 1881, grèves diverses.
  • « Grèves 1879-1891 » (167 pièces), non coté (lacunaire et désordonné).
  • « Grève de 1890 » (métallurgistes de Commentry) : gros dossier comprenant notamment les papiers saisis chez Raoul Fréjac lors de son arrestation (dossier devenu introuvable lors d’une seconde demande de consultation).
  • M 945 : « Syndicats, 1881-1888 ».
  • M 958 : « Syndicats professionnels existant dans le département, états annuels au 1er janvier, 1880-1889 ».
  • M 7 : « Sociétés coopératives de production et de consommation, banques populaires, sociétés de crédit, etc. » (1876-1889).

Alpes-Maritimes :

  • V M(1) : « Grèves, 1880-1898 ».
  • V M(1) : « Syndicats professionnels, 1871-1880 ; rapports, statuts ».
  • VI M(9 à 16) : statuts de syndicats, 1870-1890.
  • M : « Socialisme, anarchisme », 1880-1900.

Ardèche :

  • 141 M 1 : « Grèves, 1882-1898 » (riche, surtout après 1890).
  • 19 M 47 à 52 : rapports de police, procès-verbaux, correspondance.

J’ai eu, en outre, communication d’un dossier constitué par M. Elie Reynier sur les industries et le mouvement ouvrier en Ardèche.

Aube :

  • M 12b3 : grèves de 1881 à 1894. grèves, 1848-1900. »
  • 791 M 3c2 : « Associations, syndicats ouvriers, 1876-1900 ».
  • 1280 : « Conférences, réunions publiques, 1878-1882 ».

Aude :

  • 15 M 134 : « Grèves, 1870-1905 ».
  • 142 M 1 : « Syndicats, états de situation, feuilles signalétiques, 1845-1890 »,
  • wM 3452 à 3458 : « Dossiers de constitution des syndicats ».
  • wM 867 et 868 : « Syndicats professionnels et Bourses du travail, statuts, rapports annuels, listes des membres du bureau, 1887-1936 ».
  • 28 M 4 : « Congrès, manifestations, 1885-1895 ».
  • 28 M 4 à 12 : « Le parti socialiste dans l’Aude, 1885-1899 ».

Aveyron :

  • 52 M 1 : « Grèves d’ouvriers, 1857-1882 ».
  • 52 M 2 : « Grèves d’ouvriers, 1884-1912 » (rien sur Decazeville, 1886).
  • M 220/1 : « Correspondance du cabinet, 1870-1897 » (intéressant pour l’époque de la Commune).

Bouches-du-Rhône :

Série M 6, Cabinet du préfet, est essentielle.

  • M 6 1747 : grèves diverses.
  • M 6 2009 : grève des ouvriers du port de Marseille, 1883 (245 pièces).
  • M 6 2020 : grèves, 1881-1889 (660 pièces).
  • M 6 2031 : grèves, 1880-1890.
  • M 6 2032 : rapports des ouvriers français et italiens (1885-1888).
  • M 6 2033 : grèves, 1886-1887.
  • M 6 2035 : ouvriers italiens, 1885-1901 (quelques documents sur les répercussions à Marseille des troubles d’Aigues-Mortes, 1893).
  • M 6 2339 : grèves, 1883.
  • M 6 2340 : grèves, 1886-1890 : contient les rapports annuels des préfets pour 1886, 1887, 1888, 1889 et 1890.
  • M 6 1923 : syndicats professionnels, 1881-1883 (états annuels).
  • M 6 1924 : syndicats professionnels, 1883-1884 (états et statuts).
  • M 6 1925 : syndicats 1852-1854 (en fait plutôt, 1872-1879).
  • M 6 2341 : syndicats, statistiques, 1880-1889.
  • M 6 2453 : syndicats professionnels, demandes d’autorisation, de réunions, rapports (1879-1880), statuts divers.
  • M 6 2454 : syndicats professionnels, demandes d’autorisation, 1881-1882.
  • M 6 2529 : sociétés de secours mutuels dissoutes.
  • M 6 3161 : police générale, rapports confidentiels, affaires diverses (peu intéressant).
  • M 6 3285 à 3 287 : police ; rapports quotidiens du commissaire central 1872-1889 (nombreux renseignements sur le socialisme).
  • M 6 3291 bis : rapports du préfet au ministre de l’Intérieur sur la situation politique et économique (1866-1894).
  • M 6 3385 : boulangisme, 1888-1890 (renseignements intéressants sur les tentatives d’alliance avec le mouvement syndical ; iconographie).
  • M 6 3387 : Parti socialiste, 1876-1895 : cercles et groupes, réunions, fiches de militants, etc. Fédération des chambres syndicales.
  • M 6 3392 : anarchistes et socialistes, 1883-1896 (nombreux documents sur la vie des groupes et les militants).
  • M 6 3005 : 1er Mai 1890.
  • M 6 3409 : troubles à Marseille lors de l’embarquement du corps expéditionnaire en Tunisie (1881) ; manifestations contre les Italiens.

Calvados : divers dossiers non cotés sur :

  • Grèves, 1870-1890.
  • Syndicats professionnels, sociétés coopératives, etc., 1880-1890.
  • Une liasse « Police administrative, rapports mensuels, faits politiques, économiques, industriels, 1870-1881 ». Consulté également quelques dossiers de la série Z (sous-préfecture) de Falaise.

Cantal :

  • 40 M 13 : grèves, rapports et correspondance, 1871-1919.
  • 176 M 1 : grèves et coalitions, rapports, correspondance, 1878-1924.
  • 178 M 1 et 2 : syndicats professionnels, feuilles signalétiques, états annuels, 1887-1920.

Charente-Maritime :

  • 14 M 2/3 : police, surveillance, grèves, diverses.
  • 14 M 2/1 : « Bourse du travail, syndicats (concerne surtout le début du 20e siècle).

Cher :

  • M : grèves :

1 : rapports généraux, 1878-1892.

2 : états récapitulatifs, 1883-1894 (manque 1882).

3 : états pour 1892.

4 : ouvriers agricoles, 1892-1936.

5 : bûcherons, 1861-1893 ; 6 : bûcherons, 1894-1937.

13 : grèves à Bourges, 1876-1927.

14 : grèves à Dun, 1862-1927.

15 : grèves à Germiny, Grossouvre, 1888-1891.

16 : à Mehun-sur-Yèvre, 1876-1887 (dossier sur la grande grève de 1887).

18 : à Sancoins (1873).

22 : à Torteron (1869-1873).

23 : grève de la Société française de matériel agricole à Vierzon, 1886 (gros dossier divisé en quatre « tomes » chronologiques).

24 : grèves de Vierzon-Ville, 1887, 1888, 1890 et pièces sur 1886.

26 : Vierzon et Forges, 1880-1936 (une seule grève antérieure à 1908).

27 : Vierzon-Village, 1875-1936.

  • M : industrie et travail :

1 : syndicats professionnels, états annuels, 1885-1913 (très complet).

9 : syndicats : renseignements, situation, correspondance, circulaires (renseignements circonstanciés sur les origines et le développement du syndicalisme, rapports avec le Cercle socialiste, états annuels 1880-1885, etc.). (N.B. : les cotes ci-dessus sont provisoires, la série étant en cours de reclassement).

Côte d’Or :

  • M : grèves, 1871-1890 (non coté).
  • M 14 Vcl : affaires générales, 1870-1909, syndicats.

Creuse :

  • M 0 170 : grève de Lavaveix-les-Mines, 1876-1877 (187 pièces).
  • M0 1050 : grèves, 1883-1885.
  • M 0 723 : syndicats professionnels, 1878-1894 ; états annuels, statuts, pièces diverses (400 pièces).

Dordogne :

  • 12 M : grèves.

Doubs (inventaire imprimé) :

  • 16 M 65 : mouvement ouvrier et socialiste ; manifestations du 1er Mai, 1890-1908.
  • 144 M 1 : syndicats patronaux, ouvriers, agricoles, 1881-1890.

Drôme :

  • 84 M 1 : grèves et conflits, 1875-1900 (92 pièces pour 1875-1890).
  • 80 M 1 : états adressés par les préfets au ministre du Commerce pour 1878, 1880, 1881, 1885 à 1919.
  • 80 M 2 à 7 : correspondance, comptes rendus et états de 1872 à 1910.

Eure :

  • 9 M 31 : instructions générales, grèves de 1879 à 1919 (documents concernant surtout le début du 20e siècle ; rapports pour 1878 et 1889) ; documents sur les ouvriers étrangers résidant dans le département).
  • 9 M 32 : grèves, affaires diverses, 1871-1919 (nombreux documents avec lacunes).
  • 15 M 30 : états des syndicats professionnels, 1882-1893.
  • 15 M 50 : rapports sur l’exécution des lois relatives au régime industriel : 1°) 1884-1886

2°) 1887-1889 (nombreux éléments sur les conditions du travail).

Finistère ;

  • M non coté : « Régime industriel, rapports annuels, grèves et coalitions, 1861-1894 ».
  • M non coté : « Affaires politiques, 1880-1893 ».
  • M non coté : « Mouvement ouvrier, 1876 ; propagande politique à l’arsenal de Brest, 1872 ».

Gard :

Deux sous-séries intéressantes : 14 M, Commerce et Industrie ; 15 M, Cabinet du préfet. Documents nombreux.

  • 14 M 444 : grèves à Alès et dans le bassin de Bessèges, 1890.
  • 14 M 447 : grèves, 1882 à 1890 (important dossier sur la grève des mineurs de Bessèges, 1882 ; sur la grève des filatures de soie, 1888, sur celles du 1er Mai 1890 ; rapports sur la crise économique).
  • 15 M 132 : grèves dans les bassins houillers, 1881-1886.
  • 6 M 1008 : associations, syndicats ouvriers, 1879-1886 (états assez complets pour l’ensemble du département).
  • 6 M 1114 : associations syndicales, autorisations, statuts, 1884-1890.
  • 6 M 1022 : Compagnie des forges de Terre-Noire, La Voulte et Bessèges, liquidation, 1888-1889 (gros dossier concernant la situation des ouvriers et des créanciers).
  • 6 M 1243 : cabinet du préfet, 1890-1893 (important dossier sur le 1er Mai 1890).
  • 6 M 1414 (1) : « Menées anarchistes » : dossier de premier ordre donnant les fiches individuelles des militants repérés en 1886-1887 ; rapports sur groupes, manifestations, réunions, brochures diverses.
  • 6 M 1414 (2) : « Menées anarchistes » (1886-1887) (suite du précédent, et aussi intéressant).
  • 6 M 1416 (1) : propagande révolutionnaire, 1876-1887.
  • 6 M 1416 (2) : diverses manifestations ouvrières ; rixes avec ouvriers italiens (1885-1886) ; état des chambres syndicales en 1885 ; manifestation anti-boulangiste à Nîmes (27 avril 1888) ; activités anarchistes, etc.

Haute-Garonne :

  • M 196 : grèves, 1868-1885.
  • M 198 : grèves 1890-1911 (quelques pièces antérieures à 1890).
  • 4 M 97 : « Réunions politiques, 1883-1887 » (quelques documents sur le mouvement ouvrier).
  • 4 M 98 : « Faits politiques, 1885-1887 et divers » (tournées Paule Minck, réunions du groupe « le Vengeur » ; mais surtout documents sur les groupes de droite).
  • 4 M 99 : « Réunions socialistes, révolutionnaires, syndicales, 1888-1889 » (documents sur les manifestations des chômeurs en mars 1889, sur le boulangisme, etc.).
  • 4M 100 : « Faits politiques, 1890-1892 » (documents sur le 1er Mai).

Gironde (la situation était particulièrement mouvante dans ce dépôt : je n’ai à peu près rien obtenu en 1955 et beaucoup en 1962, à l’issue d’une nouvelle démarche) :

  • 4 M 7 : « Questions ouvrières, 1875-1892 » (avec état des chambres syndicales).
  • Grèves, liasses n° 1186 à 1189, 1869-1890 (quatre dossiers assez riches, notamment 1189, sur les grèves de 1890).
  • 4 M : police générale, liasse n° 51 : année 1888 (réunions socialistes).
  • 4 M : police générale, congrès ouvriers et divers (1876-1894).
  • « Menées révolutionnaires », 1886-1887, deux liasses.
  • « Parti boulangiste, 1887-1893 », deux liasses (intéressantes en raison de la collusion très poussée entre Parti ouvrier et boulangisme).

Hérault :

  • 4 M 3613 : « Grèves, 1874-1898 » (très incomplet).
  • 4 M 3627 (160) : « Affaires diverses », 1875-1900 (les principaux documents sont postérieurs à 1887 ; 1889-1890 : chômage et manifestations de sans-travail).
  • 21 M 220 (156 pièces) : propagande anarchiste, presse politique.
  • 21 M 225 (105 pièces) : police générale et administrative (1881-1882), rapports de police (socialisme, conférences de Louise Michel, de Tortelier...) ; 50 pièces sur la grève de Cholet (1887) et sur la propagande à laquelle elle a donné lieu.

Marne : Répertoire numérique, par Just Berland et Jean Lhuissier, 1940 (plus de 7000 liasses ou registres constituent ces archives de série M, demeurées intactes au cours des guerres et présentant des séries bien complètes). Cf. également, R. Gandilhon, Inventaire des affiches conservées aux archives de la Marne, 1957.

  • 194 M : grèves, classées par ordre alphabétique des communes.

9 : Reims, 1834-1879.

10 : Reims, 1880 (important en raison de la grande grève de 1880).

11 : Reims, 1880 (surtout rapports du préfet).

12 : Reims grèves, 1881-1890 (troubles chez Rogelet, 1885). 13 à 21 inclus : autres communes (moins riche).

  • 197 M : syndicats professionnels :

4 : états statistiques, rapports (1885-1890).

  • 198 M : sociétés et associations professionnelles, commerciales et industrielles :

1 : Enquête de 1876.

2 : Etats de statistiques, 1880-1885.

3 : Etats de statistiques, 1886-1896.

  • 30 M : police politique : 33 à 36 : police de la presse (1866-1925). 37 à 42 : réunions, manifestations, propagandes, manifestations de sans travail (1888) ; socialisme, syndicalisme, boulangisme, anarchisme, 1871-1890).

61 : réunions syndicales corporatives, 1878-1925.

67 : activités et réunions socialistes, 1881-1885 et 1890 (documents sur le 1er Mai 1890).

71 : anarchistes, 1882.

72 : anarchistes, 1883-1884.

  • 47 M : rapports des commissaires de police ; consultés :

30 : commissaire de police de Reims, 1872-1925.

54 : rapports des commissaires spéciaux des chemins de fer de Reims (1876-1923).

  • 186 M 12 : situation industrielle, 1871-1873 (brochure imprimée, Notes sur Reims et le département de la Marne, Chambre de commerce de Reims, 1873).
  • 189 M 11 : enquête sur la situation des ouvriers (1872-1884) (plus de formulaires que de rapports).

Haute-Marne (répertoire numérique imprimé) :

  • 60 M 33 : « Politique générale, Affaires politiques et diverses, 18711880 » (sans grand intérêt).
  • 61 M 33 : « Politique générale. Affaires politiques et diverses, 18811911 » (quelques documents sur les ouvriers étrangers).
  • 230 M 1 : syndicats professionnels, 1883-1900 (états annuels).

Meuse (inventaire imprimé)

  • 577 M 1 à 3 : grèves, depuis 1887, 1 : 1887-1901 (463 pièces), mais peu de choses avant 1890.
  • 583 M 1 : syndicats professionnels (statuts, correspondance, depuis 1884).
  • Morbihan :
  • M, non coté, grèves 1880-1904 : une liasse.

Nord :

• Sur les grèves :

  • M 617/1 : instructions ministérielles sur les grèves (1849-1905).
  • 617/7 : manifestations ouvrières à Lille le 24 février 1889.
  • 619/1 à 7 : grèves : rapports de police classés par année, 1867-1890 :
  • 1 : 1867-1878 et 2 : 1878-1879, ont disparu.
  • 3 : 1880 (nombreux documents sur les grèves du textile au printemps).
  • 4 : 1881 ; 5 : 1882 ; 6 : 1883 ; 7 : 1885-1890.
  • 621/1 : distilleries, sucreries (1862-1876); 2 : cloutiers, chaîneurs ; 3 à 6 : marbriers, sculpteurs (1869-1900) ; 9 : chaudronniers, 1881-1883 ; 10 : tordeurs d’huile, 1883-1900 ; 11 : blanchisseurs, 1886-1892 ; 12 : mégissiers et teinturiers en peaux ; 13 : cordonniers ; 14 : tabacs (manufacture de Lille» 1888) ; 17 : brodeurs, 1890 ; 18 : chaisiers, 1890.
  • 624/3 : charpentiers constructeurs de bataux, Condé 1872-1884 ; 6 : pétition des ouvriers chômeurs de Dunkeque, conflits entre ouvriers belges et français, 1883-1885.
  • 625/44 à 60 inclus : grèves des tisseurs, 1871-1890 (importante série).
  • 626/6 à 18 inclus : grèves des mineurs, 1862-1892 (la grève d’Anzin occupe les cotes 13 à 17 (1 870 pièces au total).
  • 627/1 à 18 inclus : grèves des métallurgistes (grève de Lille, 1880 : 2 : 276 pièces).
  • 628/2 et 3 : grèves des verriers, 1868-1893.
  • 629/2 : terrassiers, 1879-1907 ; 3 : maçons et manœuvres, 1867-1911 ;

5 : plombiers, 1882 ; 7 : peintres, 1872-1906 ; 8 : charpentiers et menuisiers, 1863-1909 ; 9 : scieurs de long, 1890.

  • 630/1 à 16 : série de dossiers sur les grèves en Belgique, 1877-1900, les liens avec la France ; 7 : rapport sur le sieur Fauviaux, 1884.

• Sur les syndicats :

  • 595/4 à 13 : syndicats, généralités, correspondance, 1865-1885 ; 33 : syndicats divers, rapports, correspondance, 1880-1905.
  • 596/1 : états des syndicats, 1883-1894.
  • 598/1 à 15 : syndicats ouvriers.
  • 154 : police politique, socialisme.

57 à 63 : parti socialiste, 1879-1887.

79 : organisation du Parti ouvrier, diverses campagnes, 1879-1901.

92 : rapports de police sur les anarchistes, 1884-1896 (quelques placards).

  • 159/1 : 1er Mai 1890 (mesures d’ordre) ; 2 : préparation ouvrière, liste des pétitions remises aux patrons, aux autorités, tracts imprimés.

• Divers : situation industrielle, ouvriers étrangers :

  • 610/8 : agglomération d’ouvriers, rapports sur les ouvriers étrangers, 1881.

16 : conflits avec les ouvriers français, 1893 (réponse à l’enquête ministérielle du 13 septembre 1893).

  • 616/9 : fermeture d’établissements industriels, renvoi d’ouvriers, 18761878 ; 10 : idem, 1881-1884 (documents dispersés)_ 653/44-46 : statistique des industries principales par arrondissement 1874-1890.
  • 581/141 : industrie textile, 1878, situation des ouvriers tisseurs (documents intéressant sur la situation du tissage à la main essentiellement dans l’arrondissement de Cambrai).

Orne :

  • M, non coté : « Grèves, 1866-1895 » (525 pièces).
  • M, non coté : « Syndicats, 1883-1895 » (453 pièces) : divers états annuels, rapports, statuts.

Pas-de-Calais (inventaire numérique imprimé, 1958) :

  • M 59 : police générale, grèves, affaires diverses, 1871-1876.
  • 1229 : grèves partielles, charbonnages, 1880-1896.
  • 1232 : grèves partielles, charbonnages, 1880-1896.
  • 1802 à 1809 : grèves partielles, charbonnages, 1877-1900.
  • 4869 : grèves, 1852-1876 (concerne surtout le Second Empire ; quelques faits illustrant la pression électorale des Compagnies, 1871).
  • 1658 : rapports divers pour 1876-1879 (notamment des ingénieurs des mines sur accidents et salaires ; affaire Maillard, mineur arrêté à l’Escarpelle).
  • 2284 : grèves, émeutes, manifestations, 1885-1914 (la plupart des documents intéressent la période 1891-1900).
  • 2439 : rapports sur les grèves et autres, 1884-1911 (liasse très hétéroclite ; rien sur les grèves antérieures à 1890 ; documents sur le 1er Mai 1891, rôle de Salembier et Delcluze).
  • 1723 : associations et syndicats, notice, 1884-1910 (en fait, cercles, sociétés diverses), de Lens à Wizernes.
  • 2288 : associations et syndicats, notices 1884-1910, de Aire à Hénin-Liétard (très incomplet, rien sur syndicats ouvriers).
  • 4884 : situation générale des partis politiques dans le département, 18781901 (rapports dispersés, la plupart postérieurs à 1890).
  • 1804 : bagarres aux mines de Liévin (15 août 1892) avec des mineurs belges (simple récit des faits).

Puy-de-Dôme :

  • M 045-56 : grève de Brassac-les-Mines (1884) (71 pièces).
  • M 045-57 : crise industrielle à Saint-Eloy-les-Mines en 1878 ; influence de mineurs venus de l’Allier.
  • M 045-64 : grèves diverses, 1880-1881.
  • M 0159 : grève de Brassac-les-Mines, 1871-1872 (47 pièces), d’ouvriers agricoles (1874), etc. ; rapports des sous-préfets sur situation morale et matérielle, 1872-1874.
  • 4M 372 : situation aux mines de Graissessac en 1886 ; situation des syndicats en 1880 ; troubles franco-italiens, 1888.

Ille-et-Vilaine :

  • 60 Mb 1 : grèves, 1855-1890 (325 pièces).
  • 61 Ma 1 : syndicats professionnels (1876-1890) (130 pièces).

Indre-et-Loire :

  • M non coté : grèves 1880-1890.
  • M non coté : deux dossiers sur syndicats professionnels, 1880-1890 (états annuels très complets, révélant une vie syndicale assez active à Tours).

Isère (inventaire imprimé) :

  • 166 M 1 : grèves 1858-1877 (506 pièces) (nombreux documents intéressants sur les grèves du Second Empire).
  • 166 M 2 : grèves 1879-1890 (riche).
  • 167 M 1 : syndicats professionnels (états annuels 1883-1906, complets et détaillés).
  • 167 M 2 : syndicats professionnels ; état des syndicats professionnels,
  • statuts, correspondance, 1886-1893 (incomplet, peu de statuts).
  • 75 M 2 : anarchistes ; émeutes du 1er Mai 1890 à Vienne ; procès devant la cour d’assises en août 1890 (321 pièces, très intéressant).

Loire-et-Cher :

  • M, non coté, grèves et coalitions, 1878-1911 (travée 310, 3) (435 pièces).
  • M, non coté, syndicats professionnels, 1880-1885 (travée 310, 4).

Loire (inventaire imprimé très détaillé ; source riche) :

  • 92 M : grèves :

13 à 40 : grèves 1871-1890 (27 dossiers d’inégale importance, allant de quelques dizaines à plusieurs centaines de pièces : ainsi pour les tisseurs de Roanne, 18, 19 et 20 ; des lacunes, par exemple pour grève des mineurs de 1888).

  • 93 M : syndicats : une centaine de dossiers dont il est inutile de donner ici le détail ; consultés :

2 à 6 : industrie textile. 8 à 18 : industrie métallurgique.

21 à 33 : mineurs. 44 à 72 : affaires générales, congrès, rapports avec le socialisme (notamment pour 1871-1890), 44, 47, 52, 53 (mouvements de sans-travail, 1882), 69 (fédérations).

  • 10 M : événements et affaires politiques : dossiers dépouillés : de 10 M 70 (procès de l’Alliance républicaine, 1871-1872) à 10 M 83 inclus (18851886) ; puis 10 M 87 : manifestations du 1er Mai 1890 (165 pièces, nombreuses pièces originales).

Haute-Loire :

  • 20 M 29 : grèves, circulaires (à peu près rien).
  • 20 M 30 : grèves diverses (1832-1927) (assez peu de chose pour 1871-1890).
  • 20 M 32 à 38 bis : syndicats professionnels (1832-1927).
  • 5 M bis 5 : situation politique (1852-1937) (très mince).

Loire-Atlantique (archives très décevantes à l’époque où je les ai consultées) :

  • 1 M 2309 : grèves et coalitions, 1871-1890 (334 pièces) (quelques pièces sur la manifestation de février 1889 et sur la préparation du 1er Mai 1890).
  • 1 M 2380 (405 pièces : syndicats professionnels, affaires diverses, correspondance, rapports, 1876-1889 (peu d’états annuels, peu de statuts ; un rapport du préfet sur la situation du syndicalisme en 1880 et ses rapports avec le socialisme).

Lot :

  • M, non coté : grèves, conditions du travail (depuis 1880).
  • M XIV n° 174, syndicats professionnels, 1888-1900.

Lot-et-Garonne :

  • M, non coté, syndicats (1884-1892) (complet pour cette période).

Maine-et-Loire :

  • 71 M 1 : grèves et coalitions d’ouvriers, 1875-1888 (280 pièces) (bonne documentation sur les grèves du Choletais).
  • 71 M 2 : grèves et coalitions d’ouvriers, 1888-1891 (711 pièces) (grèves du Choletais, des ardoisières en 1890 et 1891).
  • M 0747 : chambres syndicales, 1876-1893 (états annuels, statuts).
  • M 0269 : rapports et pièces diverses sur la situation politique, 18721885 (en août 1876, à Saint-Rémy, réunion chez un cordonnier pour envoyer un délégué au congrès de Paris).

J’ai également consulté deux dossiers de la série S (travaux publics) :

  • S 042 : grèves, mines, 1863-1881 (grève de Brassac, 1871, de Pontgibaud, en 1881).
  • S 086 : mines de Pontgibaud, 1873.

Rhône : Les indications ici fournies sont sujettes à caution, la série étant en cours d’un classement qui s’avère difficile étant donné l’importance de la documentation et l’état d’abandon où elle avait été laissée par le passé.

  • M, non coté : grèves antérieures à 1879 (en fait 1871-1879).
  • M, non coté : grèves, 1888 (documents sur l’importante grève des verriers, 1888).
  • M, non coté : grèves 1888-1891 (dossiers sur la grève de Cours, 18891890 ; grèves de 1890 : rapport d’ensemble, grève générale des tisseurs de Thizy, des ouvriers des usines à gaz, rapport d’ensemble sur 1888 et 1889, et 1891, etc.).
  • M, non cote : 1er Mai 1890 (dossier très volumineux et riche).
  • M, non coté, travée 105 : situation industrielle de 1860 à 1884 (rapports de la Chambre de commerce).
  • M 265 (cote provisoire) : syndicats ouvriers, 1870-1892 et sociétés coopératives, 1865-1898 (dossier bien documenté ; rapport sur la Fédération nationale des syndicats, liste des adhérents au 1er janvier 1890...).
  • M 264 (cote provisoire) : renseignements statistiques sur les syndicats professionnels du Rhône (1876-1895) (tableaux pour 1876, 1877, 1878, 1881, 1882, 1891, 1892).
  • M 266 : association des ouvriers tisseurs, 1870-1885.
  • M 218 : « Sociétés collectivistes, 1882-1890 » (sous ce titre curieux, on trouve des rapports hétéroclites dont plusieurs sur le mouvement ouvrier et le socialisme).
  • M 219 : police politique, 1872-1873 (affaire du comité de la « rue de Grôlée » et de l’Alliance républicaine, affaire de la Ligue du Midi, situation de l’Internationale...).
  • M 220 : « Parti révisionniste, rapports au ministère, 1874-1899 » (concerne essentiellement le boulangisme).
  • M 221 : journée du 30 avril 1871 ; congrès ouvrier de Lyon, 1878, rapports ; réunions ouvrières en vue du Congrès de Philadelphie (1876).

Haute-Saône :

  • 112 M 1 : grèves, 1892-1906.
  • 14 M 2 et 3 : grèves, 1893-1898, avec quelques pièces antérieures.
  • 24 M 15 : rapports politiques et administratifs, 1867-1879.
  • 25 M 3 et 4 : rapports de gendarmerie, 1870-1877 (peu de chose).
  • 51 M 3 à 9 : syndicats (peu d’intérêt; associations sportives, de musique, etc.).

Saône-et-Loire :

  • 194 M 10 : grèves, arrondissement de Châlon, 1870-1885.
  • 194 M 12 : grèves, Le Creusot, 1870-1885.
  • 194 M 18 : grèves, Epinac, 1871-1885.
  • 194 M 23 : grèves, Montceau-les-Mines, 1871-1885 (essentiellement sur grève de 1878).

Sarthe :

  • M sup. 369 : grèves et coalitions, La Flèche, 1855-1920.
  • M sup. 370 : grèves et coalitions, Saint-Calais, 1855-1920.
  • M sup. 371 : grèves et coalitions, instructions, 1849-1918.
  • M sup. 373 ; grèves et coalitions, rapports, 1886-1892.
  • M sup. 374 : grèves et coalitions, Le Mans, 1855-1899 (grève des cordonniers du Mans en 1884 ; gros dossier sur grèves de manufacture des tabacs (1894).
  • M 86 ter : « Surveillance spéciale dans la région de l’Ouest des ouvriers de passage sans ouvrage et autres voyageurs suspects, 1873-1875 » (intéressant pour les migrations ouvrières).

Savoie :

  • 33 M IV/2 : grèves, 1872-1897.
  • 33 M IV/1 : chômage, 1863-1897.
  • 9 M 11/8 et 11 : correspondance des préfets (grèves, chômage, socialisme).

Evidemment très peu de choses étant donné la minceur des événements ouvriers dans ce département, à cette époque.

Seine-Maritime :

  • M, non coté : « Grèves et chômage, rapports et affaires diverses, 18821889 » (en fait va jusqu’en 1899) (documents sur 1880, 1886, 1887, 1888, 1889, etc.).
  • M, non coté : « Cabinet du préfet, grèves 1882-1890 » (bien documenté).
  • 14 M : industrie et commerce, grèves, 1871-1881.

Seine-et-Marne :

  • 14 M : industrie et commerce : chambres syndicales, 1876-1887.
  • 14 M : industrie et commerce : chambres syndicales, 1888-1891.

Seine-et-Oise :

  • IV M 11/2 : grèves (peu de chose).

Deux-Sèvres :

  • 11 M 8/1 : sociétés et chambres syndicales (1876-1884).
  • 11 M 8/2 : sociétés et chambres syndicales, 1884-1900.
  • 11 M1 9 à 13: grèves et conflits, depuis 1840 (peu de chose pour la période antérieure à 1890).

Somme :

  • M 106 730 : situation industrielle, 1872-1878 (rapports trimestriels ; renseignements sur les grèves).
  • M 106 731 : situation industrielle, 1874-1878.
  • M 106 732 : rapports mensuels, 1874-1878.
  • M 80 244 : rapports mensuels et trimestriels, 1880-1882.
  • M 80 245 : rapports mensuels et trimestriels, 1883-1884.
  • M 90 020 : syndicats professionnels, 1881-1888.
  • M 98 014 : syndicats professionnels, 1887-1899.
  • M 95 918 : syndicats professionnels, 1888-1898 (aucun de ces trois dossiers ne comporte d’état antérieur à 1885).

Tarn :

  • IV M : cabinet du préfet ; sous-série IV M 2 : grèves, mouvement ouvrier :

65 : grèves, 1872-1876 (grève de Castres, 1872).

67 : grèves, 1878.

68 : grèves 1881-1883 (410 pièces) (important dossier sur la grève de Carmaux, 1883).

69 : grèves, 1883-1887 (339 pièces) (grève de Carmaux, suite, situation politique du département ; appréciation du préfet sur les chances d’une candidature Jaurès, en 1885).

70 : grèves, 1888-1889 (364 pièces) (grève des mégissiers de Graulhet en 1889 ; 1er Mai 1891).

  • M 12 : syndicats professionnels (depuis 1880).

Tarn-et-Garonne :

  • 30 M 8 : activité syndicale, salaires, grèves (1878-1923).
  • 171 M 1 : syndicats professionnels, 1881-1887 (293 pièces) (nombreuses lacunes).

Var (inventaire imprimé, 1956) :

  • 4 M 56/1 : grèves, 1840-1895 (un dossier sur la grève des bouchonniers de la Garde-Freinet, 1881-1882).
  • 16 M 19/1 : syndicats professionnels (1882-1908).
  • 16 M 21/1 : syndicats professionnels, 1876-1888.

Vendée :

  • 11 M 1 : instructions gouvernementales et rapports du préfet au ministère du Commerce au sujet des grèves et coalitions, 1880-1890.
  • 11 M 260-261 : syndicats professionnels, 1880-1888.

Haute-Vienne :

Série riche, bien classée, inventaire sur fiches.

  • M 1166 : grèves : incidents, rapports, correspondance (1853-1866 et 1873, 1880, 1883).
  • M 1167 : grèves 1889-1894 (ensuite dossiers 1169-1198, grèves, jusqu’à la grève générale du 30 novembre 1938).
  • M 1132 : syndicats ouvriers, 1870-1892 (495 pièces, statuts).
  • M 1140 : 1878-1899 (états annuels très complets entre ces deux dates).
  • M 1146 : syndicats patronaux, 1882-1913.
  • M 758, 1 et 2 : police générale : 1870-1875.
  • M 759 : police générale, esprit public, 1875-1878.

Yonne (inventaire numérique imprimé, 1937) :

  • M 174 (cote provisoire) : syndicats.
  • III M 1 : événements politiques, 284, documents sur 16 mai 1877.
  • 287 : boulangisme.

Vosges :

  • 8 M 25 : grèves, 1877.
  • 39 M 144 : grèves, 1890, 1891 (dossiers très incomplets, grèves importantes n’y figurent pas).
  • 39 M 133 : syndicats, 1885-1895 (états annuels) (288 pièces).
  • 39 M 85 : syndicats, 1880-1884 (475 pièces) (états, quelques statuts).

4. ARCHIVES JUDICIAIRES

Il y a, en principe, beaucoup connaissance des mouvements sociaux et celle, capitale, de leurs acteurs8. Malheureusement, si la situation de la série M laissait à désirer, celle de la série U, destinée à recevoir les versements des tribunaux depuis l’an VIII, était, il y a une quinzaine d’années, totalement chaotique. Le désordre le plus complet régnait dans les greffes qui avaient effectué des pilonages massifs. Peu de versements avaient été faits, et de façon trop récente pour que les archives départementales aient pu y mettre de l’ordre. En outre, les archives judiciaires ne sont, en principe, consultables qu’après cent ans écoulés ; il faut, autrement, une autorisation du procureur général, rarement refusée, il est vrai, pour des travaux historiques, mais qui retarde inévitablement le zèle apporté au classement.

Il ne faut pas, de surcroît, trop espérer de cette source en ce qui concerne les grèves. Les poursuites pour faits de coalition sont matière correctionnelle. L’intérêt serait de retrouver les dossiers de procédure : malheureusement, ceux-ci ont été l’objet privilégié des destructions opérées. On a conservé de préférence les registres de jugement, formés par les feuilles reliées des divers jugements. Sur celles-ci, figurent les mentions suivantes :

  • Prévenu : nom, prénom, âge, lieu de naissance, profession, domicile (ces mentions existent toujours).
  • Etat civil : célibataire, veuf, marié, nombre des enfants (celles-ci sont très souvent omises).
  • Nature du délit (simple mention conformément à la nomenclature en vigueur).
  • Attendus du jugement (ceux-ci peuvent atteindre un certain développement).
  • Condamnation.

Au total, ce sont là des renseignements biographiques sommaires et externes, qui vaudraient surtout par leur masse, en vue d’une utilisation quantitative. Mais nombre de registres eux-mêmes ont disparu ; existants, ils pèsent lourd : trois kilos pat registre, m’écrivait le directeur des archives du Gard, affolé par la perspective d’envois successifs, et m’offrant, plutôt, de me fournir copie des jugements désirés. Mais, dans ce cas, on doit pouvoir donner une datation extrêmement précise du jugement, renseignement qu’on ne possède pas toujours.

D’une prospection systématique dans les divers départements où des grèves avaient donné lieu à des poursuites notables, je n’ai donc pas tiré grand-chose. J’en dresserai un rapide bilan, étant entendu que la situation a certainement évolué depuis9. Seul succès à mon actif : avoir obtenu le versement aux archives départementales de l’Aveyron du dossier de l’affaire Watrin (cour d’assises de Rodez) dossier captivant que d’autres avaient tenté, en vain, d’obtenir (par exemple Jean Maitron, 1951, p. 552). En l’occurrence, la chance m’a servie.

Situation des archives judiciaires, d’après les renseignements recueillis auprès des directeurs des archives départementales.

Aisne : destruction totale au cours du bombardement du 23 juin 1940 des archives des greffes qui avaient été versées effectivement.

Allier : les archives des tribunaux antérieurs à 1860 se trouvent aux archives départementales, ainsi que les dossiers d’assises jusqu’en 1912. Pour la période 1871-1890, seuls les dossiers correctionnels du tribunal de Montluçon ont été versés ; pour les autres, voir aux tribunaux de Gannat, Cusset et Moulins.

Ardèche : archives des tribunaux versées et classées ; « ne renferment aucune affaire relative à des conflits du travail » (lettre du 23 novembre 1956). Aube : les versements effectués par les tribunaux aux archives départementales n’étaient pas consultables à la fin de 1956 (lettre du 9 novembre).

Bouches-du-Rhône : le gros du greffe de Marseille et de celui de Tarascon sont aux archives départementales. Celui d’Aix est en partie au dépôt annexe d’Aix-en-Provence (mal classé). Pour Marseille, les liasses d’affaires correctionnelles sont classées par ordre chronologique. « L’ensemble représente un volume considérable pour une quantité exploitable assez faible » (lettre du 23 juillet 1954).

Cher : les archives des greffes des tribunaux de Bourges ont été versées aux archives départementales et sont utilisables ; malheureusement en matière correctionnelle la plupart des dossiers de procédure ont disparu, il ne reste que les jugements (par exemple 32 U 347, 1886) pour poursuites liées à la grève de Vierzon). Les archives des tribunaux de Saint-Amand sont également versées, utilisables, et comportent des dossiers de procédure (par exemple 31 U 601, affaire de Torteron, avril 1870 ; remarquable dossier).

Corrèze : les archives des greffes versées jusqu’à présent ne dépassent pas le milieu du 19e siècle (lettre du 9 juillet 1957). Côte-d’Or : dans leur ensemble, les archives des greffes des cours et des tribunaux du département ont été versées aux archives départementales. Elles sont classées : il existe un répertoire chronologique sommaire (lettre du 16 novembre 1956). Creuse : documents judiciaires nullement classés, inutilisables (lettre du 19 septembre 1957).

Eure : archives versées, mais non classées (lettre du 13 juillet 1957).

Gard : les archives des greffes de tous les tribunaux du département sont versées. Ces documents sont classés, répertoriés, cotés et consultables. Toutefois, en ce qui concerne le tribunal de première instance d’Alès, le greffe de ce tribunal avait procédé à des éliminations massives avant versement : il n’y a aucun dossier de procédure correctionnelle. Il n’y a que les registres de jugements, cotés 7 U 3 (lettre du 30 octobre 1956). Malheureusement, le ressort du tribunal d’Alès est le plus important en l’occurrence.

Haute-Garonne : archives des greffes versées ; seuls sont classés les dossiers correctionnels pour 1855-1866 (un dossier, « grèves et mouvements sociaux, archives du Parquet, liasse n° 3). « Les papiers de la période postérieure sont malheureusement dans le plus grand désordre et le seul moyen est de les consulter sur place. Nous avons en outre les registres de jugements correctionnels classés jusqu’en 1899 » (lettre du 8 novembre 1956).

Gironde : « Nous ne possédons pas les archives du greffe correctionnel mais seulement celles des assises et du tribunal civil » (lettre du 20 juillet 1954).

Hérault : importants versements ; nombreux dossiers sur la première moitié du 19e siècle (grève de tisserands, de journaliers viticoles sous la Monarchie de Juillet, H.S. 30, n° 423, 821). Les archives criminelles du ressort de la cour d’appel ne peuvent être communiquées que jusqu’en 1860. Celles du correctionnel sont communicables jusqu’en 1906 (lettre du 12 octobre 1956).

Indre-et-Loire : série U en cours de classement, assez riche (lettre du 26 juin 1957).

Loire : « Nous ne possédons à peu près rien en fait d’archives judiciaires : les dossiers ne sont pas postérieurs à 1820. Le plus grand désordre régnait au palais dans ces archives, il y a quelques années » (lettre du 7 septembre 1954).

Loire-Inférieure : archives des greffes versées pour le 19e siècle.

Maine-et-Loire : l’archiviste ne donne pas de détails sur les versements. Il écrit : « les archives judiciaires ne contiennent de dossiers intéressants que vers 1850 » (lettre du 15 mai 1957).

Marne : les papiers des greffes ont tous été versés aux archives départementales. Mais ceux des greffes d’Epernay et de Reims ont été détruits soit en 1914, soit en 1940. Ce qui reste des autres tribunaux n’est pas consultable pour le moment (lettre du 13 novembre 1956).

Nièvre : les archives des tribunaux viennent d’être classées ; on peut y faire des recherches (lettre du 14 février 1957, qui ne donne pas d’autres détails).

Nord : « Nous avons aux archives du Nord les minutes civiles et correctionnelles reliées en registres ou classées en liasses annuelles, des tribunaux de première instance de Douai, Dunkerque et Lille. Aucun dossier civil ou correctionnel, dans le département du Nord, n’a survécu pour la période qui vous intéresse ; ils ont été soit détruits à la guerre de 1914, soit supprimés depuis longtemps, pour manque de place, par les autorités judiciaires et sans intervention des archives » (lettre du 14 janvier 1954).

Oise : archives judiciaires versées jusqu’en 1830 environ ; pour période postérieure, voir aux greffes des tribunaux (14 novembre 1956).

Pas-de-Calais : les archives départementales possèdent les archives judiciaires pour les greffes d’Arras, Béthune, Montreuil et Saint-Pol. « A priori celles du greffe de Béthune auraient le plus de chance de contenir quelque chose pour votre étude. En fait on n’y trouve pas de dossiers correctionnels antérieurs à 1890 et la collection des jugements correctionnels eux-mêmes ne commence qu’en 1895. J’ai eu l’occasion de suivre le dépouillement pour les années 1900-1920 ; ils sont d’une pauvreté navrante ; à peine si l’on y trouve trace des grèves de 1906... » (lettre du 19 juillet 1954).

Puy-de-Dôme : les archives départementales possèdent les jugements correctionnels pour les tribunaux d’Issoire (1871-1895), U 0569-0593, d’Ambert (1865-1876), U 01249, et de Clermont, U 02202-02206, ainsi que les procédures correctionnelles pour ce dernier tribunal (1871-1884), U 02316-02333.

Rhône : les archives judiciaires, notamment les dossiers correctionnels versés en décembre 1959, « mais dans un état de désordre et de saleté tel que les recherches seront assez longues » (lettre du 13 mai 1960).

Saône-et-Loire : « Je ne possède aucun dossier d’archives judiciaires de quelque catégorie que ce soit, pour la période 1871-1889 qui vous intéresse et je ne compte pas en recevoir avant plusieurs années » (lettre du 10 juin 1960).

Sarthe : archives des greffes versées, encore non classées (29 juillet 1957). Seine-Maritime : les archives des greffes n’ont pas été versées, sauf les registres d’arrêt de la cour d’appel de Rouen (15 juin 1961).

Somme : archives judiciaires versées. « On y trouve, notamment dans le fonds de la cour d’appel d’Amiens, des dossiers de procédure concernant les grèves. Les dates de ces pièces n’intéressent malheureusement pas la période 1871-1890 » (lettre du 9 juillet 1954).

DOSSIERS CONSULTÉS.

Allier : — Tribunal correctionnel de Montluçon, 1877 (15 pièces) : cris séditieux à Doyet, 14 octobre 1877 (l’instruction est impossible à faire, écrit le commissaire de police).

  • Tribunal correctionnel de Montluçon, 1878 (8 pièces) : drapeau rouge à Commentry, exhibé par le maréchal ferrant, 4 sepetmbre 1878.
  • Tribunal correctionnel de Montluçon, 1881 (5 dossiers, 119 pièces) : grèves des mineurs de 1881, interrogatoire des prévenus et témoins (très intéressant).
  • Tribunal correctionnel de Montluçon, 1881 (34 pièces).
  • Cour d’assises de Moulins (15 mars et 25 avril 1883) : 1°) affaire Dormoy (95 pièces) ; 2°) affaire Lafargue, Guesde, Bazin, 179 pièces (pour ces deux dossiers, l’autorisation du procureur de la République a été sollicitée et obtenue).

Aveyron : le dossier d’instruction de l’affaire Watrin, jugée aux assises de Rodez, du 15 au 20 juin 1886 comprend :

  1. commission rogatoire et ordonnance de renvoi (11 pièces) ;
  2. certificats pour les inculpés (12 pièces) ;
  3. liste des pièces (12 pages) ;
  4. interrogatoire des inculpés (58 pièces) ;
  5. réponses de la Compagnie au questionnaire à elle envoyée par le juge d’instruction (185 pièces) ;
  6. informations et dépositions des témoins (331 pièces).

Gard : 7 U 3 : registres des jugements du tribunal correctionnel d’Alès (les jugements de quelques affaires ont été transcrits à mon intention ; ainsi celui du 30 décembre 1887, sur la chambre syndicale de Bessèges ; assez peu d’intérêt).

Haute-Marne : 177 U 2 : rapports du juge de paix au procureur de la République sur l’esprit public, 1871, 1872 et 1873 ; 220 U 1 : rapports du même au même, 1er trimestre 1871 (réactions devant la commune de Paris ; agitation parmi les ouvriers de Saint-Dizier).

Puy-de-Dôme : U 0575, jugements de 1877 (tribunal correctionnel d’Issoire). Deux-Sèvres ; série U, Bressuire : « attroupement de cheminots à Thouars,

1882 ».

Somme : U 424 989 : violences à agents par des grévistes à Saint-Quentin, 1889 (cour d’appel d’Amiens) ; U 424 990 : blessures à la suite d’incidents provoqués par des grèves à Etreaupont (1890).

II. SOURCES IMPRIMÉES

1. LA PRESSE

L’étude critique de la presse comme source de l’histoire des grèves a été faite de façon liminaire. Je rappellerai seulement les principes qui m’ont guidée dans cet immense maquis. Pour l’information sur le monde de la grève, j’ai eu recours évidemment aux périodiques qui lui font place, ayant des sollicitudes, une clientèle ou une direction ouvrières, à savoir : la presse radicale à la fin du Second Empire et dans la première décennie de la Troisième République ; Le Rappel y tient la vedette ; la presse socialiste (au sens encore assez vague du mot) représentée par des quotidiens parisiens : Le Citoyen, La Bataille et l’irremplaçable Cri du Peuple de Vallès et Séverine, et par des hebdomadaires d’un grand intérêt, tels Le Prolétaire, L’Egalité, Le Socialiste, enfin par une pléiade de petites feuilles éphémères, souvent plus doctrinaires que réalistes, mais parfois aussi — comme dans le Nord, la Marne ou les Ardennes — en prise directe sur les milieux ouvriers. Le présent sujet n’imposait pas de les lire tous. Mais j’avais pensé d’abord en faire l’objet d’une thèse complémentaire (quelque chose comme : « Aux origines de la presse socialiste. Inventaire critique, 1877-1893 »), abandonnée avec l’allégresse qu’on imagine : cette quête à double fin était néanmoins assez avancée; on en trouvera ici les éléments. Quant à la presse corporative et syndicale, elle débute à peine.

La presse moins directement liée au monde ouvrier a été consultée de façon ponctuelle, soit pour renforcer une information insuffisante, soit pour diversifier les points de vue sur des conflits importants, soit enfin pour mesurer les réactions variées des familles politiques à l’occasion de quelques grandes grèves, telle celles du printemps 1880, celle de Decazeville (1886), ou le 1er Mai 1890. Je projetais, à partir de ces sondages sur l’opinion, une étude plus vaste, montrant la société dans sa diversité face à la grève. Mais il m’aurait fallu opérer beaucoup plus systématiquement, connaître non seulement la couleur, mais la représentativité de chaque périodique, la nature de ses liens avec son public. Nous savons bien, aujourd’hui, que la presse ne reflète que médiocrement l’opinion. Bref, les problèmes méthodologiques étaient tels que, là aussi, je renonçai : les thèses, comme l’enfer, sont pavées de bonnes intentions !

Il convient de faire une place à part à :

Gazette des Tribunaux : F 810 Dépouillement intégral, 1864-1890, rendu aisé par l’existence de tables annuelles extrêmement détaillées. Mais la densité d’informations fournie par la Gazette, source cardinale du temps que le simple fait de coalition était un délit, ne cesse de s’amenuiser. En 1872, elle mentionne trois grèves, en 1873, deux, en 1874, trois, en 1889, deux... Elle est même bien éloignée de rendre compte des poursuites importantes. On ne peut évidemment plus s’y fier. Mais ce qu’elle apporte demeure vivant et coloré, notamment pour les manifestations populaires urbaines et leurs cris séditieux.

A. Presse parisienne (quotidienne et hebdomadaire)

La Bataille (10 mai 1882-25 janvier 1886). Quot. Lc2 4107. 1 350 numéros parus au total avec des interruptions et plusieurs séries :

  1. La Bataille, politique et sociale (10 mai-1882-15 octobre 1882). Réd. : Lissagaray.
  2. Le Citoyen et la Bataille (17 octobre 1882-27 mai 1883). Quot. Lc2 4042. Réd. : Lissagaray, Crié, Maës, L Victor-Meunier...
  3. La Bataille (28 mai 1883-4 novembre 1883, 45 X 59 ; 5 novembre-25 janvier 1886, 29 X 45). Quot. Lc2 4107.

Ce quotidien créé par Lissagaray se veut socialiste sans école, propriété seulement de « tous ceux qui veulent la suppression des classes par l’avènement des travailleurs », ouvert à tous les groupes sans distinction. En fait, il n’échappe pas aux querelles du temps : une première équipe broussiste donne sa démission en août 1882, et le journal disparaîtra dans l’affrontement avec Le Cri du Peuple, auquel il reproche essentiellement son organisation financière. Il a de bonnes rubriques sociales.

Le Blanquiste, Organe hebdomadaire du Comité central socialiste révolutionnaire (18 mars 1890-25 mai 1890 : dernier n° de la B.N.). JO 11 911. Hebdo (samedi), 64 X 46. Réd. : Granger, Ernest Roche, Breuillé.

Organe des blanquistes « révisionnistes » et partisans de Boulanger, vu comme la voie vers la révolution pacifique.

Le Citoyen (10 janvier 1880-8 mars 1884 : dernier n° de la B.N.). 1 375 numéros parus, avec interruptions, plusieurs séries, et des changements d’orientation et d’équipes :

1°) Le Citoyen (de Paris, à partir du n° 17) (10 janvier 1880-28 août 1881). Quot. Lc2 3989. Sous-titres variés : Journal radical quotidien (n° 1) ; Journal radical socialiste quotidien (n° 2) ; Journal radical socialiste quotidien de Paris (n° 17) ; Organe quotidien du Parti ouvrier socialiste (à partir du 18 avril 1881) ; Journal quotidien socialiste (n° 469) ; Journal politique socialiste républicain (n° 524). 29 X 45, puis à partir du 18 avril 1881, 44 X 60. Dir. politique : Achille Secondigné.

D’abord d’orientation radicale, puis plus nettement socialiste, ce quotidien a pour rédacteurs : Léon Cladel, Casimir Bouis, Olivier Pain, puis H. Brissac, J. B. Clément, E. Massard ; et après la disparition de L’Emancipation, de Lyon, Benoît Malon, Emile Digeon ; un peu plus tard encore, Jules Vallès (plusieurs articles et un roman, La Dompteuse), Jules Guesde (premier article, 16 janvier 1881) et Paul Lafargue (premier article, 12 février 1881). A partir du 18 avril 1881, Le Citoyen de Paris change de format (44 X 60) et déclare qu’il « a été désigné comme l’organe officiel du Parti ouvrier socialiste » et Guesde y écrit régulièrement ; il défend la position du Parti ouvrier à propos des élections législatives de 1881. Des dissenssions se produisent à ce sujet et notamment à propos de la candidature Guesde à Roubaix (n° du 13 août 1881). D’où une scission et la naissance d’une nouvelle série du journal.

2°) Le Citoyen français, Journal quotidien socialiste républicain (29 août 1881-17 décembre 1881). Quot. Lc2 3989 bis. 45 X 60. Dir. politique : Achille Secondigné ; réd. : Guesde, Massard, C. Bouis, jusqu’au 1er octobre : ce numéro publie la lettre de démission de l’équipe guesdiste qui annonce la fondation du Citoyen, Organe socialiste quotidien. Très appauvri, Le Citoyen français cesse de paraître le 17 décembre.

3°) Le Citoyen, Organe socialiste quotidien (1er octobre 1881-16 octobre 1882). Quot. Lc2 4042, 45 X 60. Comité de réd. : C. Bouis, Henri Brissac, Jules Guesde, E. Massard, L. Picard ; en 1882, s’y adjoignent Paul Lafargue et Gabriel Deville. Ce dernier se retire à partir du 16 juillet, tout en continuant à donner quelques articles.

Ce quotidien, qui publie de nombreux articles de Guesde et Lafargue, est une bonne source d’informations, pour l’histoire du socialisme surtout, mais aussi pour les grèves : cf. rubrique « Mouvement social », en p. 2. Les grèves de Bessèges et de Roanne plus encore y trouvent un large écho. En mai 1882, le journal organise une « Loterie nationale au profit des grévistes parisiens » que le gouvernement interdit.

Evincée par le bailleur de fonds du journal, un certain Blommestein-Audigé, qui fait appel à Lissagaray, pour lancer Le Citoyen et la Bataille, présenté comme la fusion des deux quotidiens, l’équipe guesdiste semble avoir tenté de continuer la parution du journal quelque temps sous le titre : Le Citoyen Universel, le Citoyen des Deux-Mondes (rien à la B.N. sous ces titres), puis elle se replie sur une nouvelle série de L’Egalité (ancien Citoyen), quotidien.

4°) Le Citoyen et la Bataille (17 octobre 1882-27 mai 1883). Quot. Lc2 4042. En fait, suite de La Bataille ; cf. ci-dessus.

5°) Le Citoyen (28 mai 1883-8 mars 1884). Quot. Lc2 4042.

Ce quotidien, qui se présente comme une édition du soir marchant de pair avec La Bataille, perd rapidement tout caractère socialiste, devient plutôt radical (éditoriaux signés Tony Révillon) et, bientôt, presque uniquement publicitaire.

Le Combat, Organe quotidien des travailleurs socialistes, puis Organe socialiste quotidien (26 mai 1890 — Lc2 4131 ; 29 mars 1890-21 décembre 1890). 37 X 51.

Le Combat existait depuis le 6 juin 1882 mais n’avait pas de ligne politique bien définie ; il devient socialiste sous la direction d’Antide Boyer, député du Rhône, avec une équipe composée de Guesde, Ferroul, Vaillant, Chauvière, Louis Besse, etc. Le journal se donne pour tâche essentielle de préparer le 1er Mai 1890. On y trouve de nombreuses informations à ce sujet.

Le Cri du Peuple (28 octobre 1883-10 juin 1889). Quot. 45 X 59. 1 935 numéros parus.

Création de Jules Vallès, dirigé, après la mort de ce dernier, par Séverine, Le Cri du Peuple, tient dans la presse socialiste du temps une place exceptionnelle : il réussit à être, un bref moment, et notamment durant la grève de Decazeville, une sorte de Petit Journal socialiste très original ; son tirage atteignit alors près de 60 000 exemplaires, haut niveau à l’époque pour la presse révolutionnaire. Pour l’histoire du Cri, cf. H. Feller, 1965.

Intimement mêlé aux luttes ouvrières, dépêchant ses reporters-militants dans toutes les grèves importantes, Le Cri est une remarquable source d’information, que les services de la préfecture de police épluchaient d’ailleurs avec soin. En 1887-1888, Le Cri jouissait parmi les ouvriers parisiens d’une véritable popularité, personnalisée par de fréquentes ovations.

La Constitution (6 septembre 1871-27 mars 1872). Quot. Lc2 3498.

Le Corsaire (25 février 1872-9 juin 1876). Quot. Lc2 3099.

Le dix-neuvième siècle (17 novembre 1871-1921). Quot. Lc2 3524. Quotidien « républicain conservateur ». E. About en prend la direction en mai 1872 (sondages).

Les Droits de l’homme (11 février 1876-15 février 1877). Quot. Lc2 3826. (Puis 15 mars 1878-3 juin 1878 ; même cote.) Réd. : Yves Guyot, Sigismond Lacroix, Henri Maret, Gabriel Deville ; au moment du congrès de Paris, série d’articles de Guesde.

Ce journal, de nuance radicale, accorde une place importante aux questions sociales ; en p. 3, la « Chronique ouvrière », tenue par Oudin, occupe régulièrement la moitié de la page ; mais il est peu question des grèves, considérées comme des incidents mineurs et, beaucoup plus, des associations.

L’Egalité. Quot. Lc2 4505.

De 1877 à 1883, L’Egalité de Jules Guesde et Paul Lafargue, qu’on peut considérer comme le premier journal marxiste français, a eu trois séries hebdomadaires (113 numéros), deux séries quotidiennes (56 numéros), un numéro isolé en 1886. Cf. M. Perrot, 1959a, pour la fiche bibliographique et la monographie de ce périodique. Intéressant surtout sur le plan socialiste et doctrinal, il contient cependant beaucoup d’informations concrètes.

L’Evénement (7 janvier 1872-décembre 1926). Quot. Lc2 3544.

Fondé en 1872 par Edmond Magnier, ex-rédacteur du Figaro, il veut être une sorte de « Figaro républicain » et se montre zélé défenseur de la République, avec Alfred Naquet. Apogée vers 1878, avec une pléiade de collaborateurs distingués. (Sondages.)

Le Figaro (1854-1944...). Quot. Lc13 9 (sondages).

Le Français (1868-1887). Quot. Lc2 3149 (sondages). Monarchique et catholique, adversaire déterminé de la République, avec le duc de Broglie, Buffet, Thureau-Dangin.

Le Gaulois (5 juillet 1868 mars 1929). Quot. Lc2 3139 (sondages).

Bonapartiste, puis légitimiste, puis simplement conservateur monarchiste, puis seulement conservateur, mondain, parisien, avec H. de Pène, J. Cornély, Arthur Meyer, etc.

La Gazette de France (23 septembre 1905-septembre 1915). Quot. Lc2 1 (sondages). Résolument légitimiste. Porte en sous-titre « fondée en 1631 ».

L’Homme libre (7 octobre 1876-3 mai 1877). Quot. Lc2 3834. Dir. : Louis Blanc ; Julien Dupire devait y rédiger la tribune sociale ; lui fait suite,

Le Réveil.

L’Homme libre, Journal politique quotidien (21 juin 1888-29 août 1888).

Quot. Lc2 4616. 45 X 60. 70 numéros parus.

Quotidien blanquiste, avec Emile Eudes, Roche, Place, Goullé, Féline, Vaillant, Breuillé ; porte en exergue : « Ni Dieu ni Maître. » Benoît Malon y publie « les lundis socialistes ». Ce journal joue un certain rôle au moment de la grève des terrassiers. Le dernier numéro annonce la fusion avec Le Cri du Peuple qui devient effectivement d’orientation blanquiste à cette date.

L’Intransigeant (14 juillet 1880-1933). Quot. Lc2 3980 (sondages).

Fondé par Rochefort après l’amnistie, avec C. Bouis, Olivier Pain, Edmond Bazire, E. Vaughan, Benoît Malon, etc. A des rubriques sociales régulières (en 1881 : « Travail et travailleurs », « Chronique socialiste ») et consacre des articles attentifs aux conflits sociaux (ainsi pour grève de La Grand-Combe en 1881).

La Justice (janvier 1880-1927). Quot. Lc2 3978 (sondages).

Avec Clemenceau, Pelletan, Pichon, G. Laguerre, Longuet, Millerand ; radical. Ouvre dès le premier numéro une rubrique « Le Travail ». Préconise l’association, l’instruction, la fin de la lutte des classes. Bonne information sur les grèves en 1880 notamment.

La Liberté. Quot. Lc2 3058. Réd. : Charles Muller, Emile de Girardin, Clément Duvernois. Dépouillé en 1867 pour les grèves.

La Marseillaise (19 décembre 1869-juillet 1870). Quot. Lc2 3238. Créée par Rochefort qui déclare d’emblée sa volonté de faire un organe ouvert aux ouvriers ; rubrique spéciale pour les « communications ouvrières ».

Ni Dieu ni Maître. Quot. Lc2 4033. Quot. : 20 novembre 1880-13 décembre 1880 (45 X 60). Hebdo : 19 décembre 1880-6 novembre 1881 (45 X 53). Réd. en chef : Blanqui ; nombreux collaborateurs blanquistes.

Plus doctrinaire qu’informatif.

L’Opinion nationale. Quot. Lc2 2974.

Fondée en 1859 par le saint-simonien Adolphe Guéroult, avec Armand Lévy,

F. Sarcey, E. About, donne des informations ouvrières. Dépouillé de 1864 à 1866 pour les grèves.

Le Parti ouvrier (8 avril 1888-1914). Quot. Lc2 4536 (vu : 1880-1890).

Fondé par Allemane pour combattre le boulangisme. Réd. : Allemane, Marouck, Paul Buquet, Victor Dalle, H. Brissac, etc. Organe des allemanistes après la scission de Châtellerault (1890).

Le Pays. Quot. Lc2 1992 (sondages).

Quotidien bonapartiste virulent avec Paul de Cassagnac qui quitte ce journal en 1886 (25 février) pour fonder l’Autorité ; Le Pays devient alors républicain libéral.

Le Petit Journal (sondages).

Sur ce quotidien à grand tirage (602 500 en septembre 1880), cf. Avenel, 1900, p. 826 et sq. Tous les témoignages montrent qu’à cette époque, Le Petit Journal est très lu dans les milieux populaires. A partir de 1890, grand succès du Petit Journal illustré.

Le Prolétaire (23 novembre 1878-15 octobre 1881). Fol. Lc2 4091.

Hebdomadaire; fondé par Chabert, Joffrin, Paulard, Prudent Dervillers, etc., milieux d’ouvriers parisiens très qualifiés qui constituent la sociologie du possibilisme. Exprime bien, sur la grève, la position de ces modérés : un pessimisme qui se modifie fortement à partir des grandes grèves de l’automne 1879 à Paris, dont ce périodique constitue une bonne source.

Le Prolétariat (5 avril 1884-31 décembre 1890). Quot. Lc2 4622 (sondages). Organe officiel de la Fédération des travailleurs socialistes de France depuis le congrès de Rennes, 1884. Possibiliste.

Le Radical (19 février 1877-21 juin 1877). Quot. Lc2 3849. Réd. : Paul Bouquet ; fait suite aux Droits de l’Homme, avec Yves Guyot, S. Lacroix, H. Maret et parfois J. Guesde. « Bulletin du travail » rédigé par J. Martin, hostilité à l’ouvriérisme d’un Chabert.

Le Radical, Journal politique (août 1881-1928). Quot. Lc2 4020 (sondages).

Fondé par Victor Simond, avec H. Maret, A. Ranc, S. Lacroix, Jules Lermina, Hubertine Auclert.

Le Rappel. Quot. Lc2 3213.

Une première série du 4 mai 1869 au 1er novembre 1871 (avec des interruptions notamment du 23 mai 1871 au 1er novembre 1871). Une seconde série de mars 1872 à 1928.

Le journal d’Auguste Vacquerie, où écrivent Paul Meurice, E. Lockroy, Camille Pelletan et parfois Victor Hugo, situé à gauche de la démocratie radicale, est une source de premier ordre, de 1869 à 1880 environ, date à laquelle, relayé par d’autres organes plus avancés, il perd sa clientèle ouvrière et se vide peu à peu de son contenu social. A d’importantes rubriques ouvrières, ainsi « Mouvement ouvrier », en 1872, rédigé par Pauliat ; « Bulletin du Travail », assuré par Barberet jusqu’en mars 1879 (le n° du 8 mars 1879 comporte une note d’Auguste Vacquerie : des bruits courant sur l’honorabilité de Barberet, Le Rappel « a cru devoir se priver de la collaboration de M. Barberet jusqu’à ce qu’il ait fait tomber ces bruits ; mais ces mesures n’impliquent en rien sa culpabilité »). Le journal ne cesse de proclamer la priorité de la « question sociale » ; il définit le socialisme comme l’économie sociale ; mais refuse toute solution collectiviste et oppose à la grève, toujours néfaste, l’association. La vie syndicale tient dans l’information une place de choix, plus en effet que les grèves. Le journal tire à environ 60 000 à la fin du Second Empire ; à 30 000 seulement en 1880 (ce qui est encore important). Dépouillement intégral de 1869 à 1881 inclus.

La République française (7 novembre 1871-1924). Quot. Lc2 3521 (sondages). Le Réveil, Journal de la Démocratie des Deux-Mondes. Quot. Lc2 3136. 1re année, n° 1 : 2 juillet 1868. Réd. en chef : Charles Delescluze.

Hebdo, puis quotidien depuis le 2 mai 1869. Le ton est d’abord nettement politique ; les grèves de 1869 accentuent le ton social ; ouverture de rubriques comme « les cahiers du travail », « communications ouvrières » ; les grèves font parfois l’objet d’une rubrique particulière, tenue en 1869 par Emile Richard, parfois aussi, elles sont reléguées aux « faits divers ». Bonne source pour les conflits sociaux de la fin de l’Empire.

Le Socialiste, Organe du Parti ouvrier. Quot. Lc2 5693.

  • Première série : 29 août 1885-26 mars 1887 (83 numéros). 31 X 44. Hebdo. Comité de réd. : G. Deville, R. Fréjac, J. Guesde, P. Lafargue, A. Le Tailleur.
  • Deuxième série : 11 juin 1887-4 février 1888 (33 numéros), 48 X 55. Hebdo. Même rédaction.
  • Troisième série : Le Socialiste, Organe central du Parti ouvrier (21 septembre 1890-1913). Dépouillé de 1885 à 1890. Le Temps (25 avril 1861-1940). Quot. Lc2 2994. Dépouillement : 1871-1872, 1880-1882 ; sondages nombreux pour les autres années.

Je n’ai pu bénéficier des Tables qui n’étaient pas encore parues. Sur les grèves, l’information fournie par Le Temps est d’ailleurs fort inégale : très lacunaire pour les petits conflits, considérés comme des incidents de parcours, et, s’ils sont mentionnés, classés brièvement aux « faits divers » ; parfois développée en véritables enquêtes dans le cas de conflits importants : ainsi pour les grèves de 1880, où les reportages du Temps à Rouen et à Roubaix ont un grand intérêt documentaire.

La Voix du Peuple (2 février 1887-17 mars 1887). Quot. Le 2 4431 bis. 35 numéros. Quot. Comité de réd. : G. Deville, Duc-Quercy, E. Fournière,

A. Goullé, J. Guesde, E. Massard, « ex-rédacteurs en chef du Cri du Peuple ». Evincée du Cri par Séverine, cette équipe tente cet éphémère quotidien.

B. Presse de province

Il existe maintenant de nombreux répertoires de la presse périodique par département ; ils étaient encore peu nombreux au début de cette recherche. J’ai utilisé essentiellement le fichier des périodiques de la Bibliothèque nationale et opéré des vérifications dans quelques départements importants (Nord essentiellement).

Aisne :

Le Journal de Saint-Quentin. JO 86 642 (collection très incomplète).

Consulté pour des grèves importantes.

La Défense des travailleurs. Organe socialiste de Saint-Quentin et de l’Aisne, puis (12 septembre 1891) : Organe socialiste de la région de Fourmies et de l’Aisne (16 février 1890-26 décembre 1891). JO 13 141. 100 numéros parus.

Hebdo. 32 X 50. Organe guesdiste. Gérant : Victor Renard, imprimé à Saint-Quentin, puis à l’imprimerie ouvrière de Lille (Delory).

Allier :

La Défense des ouvriers, Organe du Parti ouvrier, paraissant tous les dimanches (30 août 1885-18 juillet 1886). JO 5482. 47 numéros parus. 31 X 44.

Cet hebdomadaire fait partie d’un ensemble de périodiques guesdistes combinant Le Socialiste (Paris), Le Réveil du Forçat (Nord) et le Déshérité (Roanne ; introuvable), avec une partie doctrinale commune, émanant de la direction parisienne (Guesde, Lafargue, etc.) et une page locale (la une ; ici, fréquents éditoriaux de J. Dormoy).

Le Socialiste, Organe du Parti ouvrier de la région du Centre (20 avril 1889-14 juillet 1889). JO 90 731. 12 numéros. Hebdo. 31 X 67. Réd. : Thivrier, Raoul Fréjac, Louis Peynet, Souvarine, etc. ; nombreux articles de Guesde ; lui succède :

Le Travailleur, Organe républicain socialiste de la région du Centre, paraissant le dimanche (14 juillet 1889-8 septembre 1889 : dernier de la B.N.). JO 90 693. Hebdo. 33 X 50. Mêmes réd. ; guesdiste.

Le Réveil social, Organe du Parti ouvrier de la région du Centre, paraissant le dimanche (1890 et sq.). De nombreux exemplaires de ce journal se trouvent dans archives départementales, grèves 1890 ; mais il n’y a rien à la B.N.

Ardennes :

La Révolution démocratique et sociale, Organe des revendications socialistes et ouvrières des Ardennes, paraissant selon les besoins de la cause (1888). JO 89 935.

La B.N. possède les numéros allant du 5 août 1888 (n° 6) au 28 octobre 1888 (n°18). Hebdo durant cette période. 36 X 27, puis 28 X 42. Dir. politique :

A. J. Baicry, ouvrier mécanicien, Sedan. Baicry (1832-1894) éditera un peu plus tard Le Révolté sedanais (1891), anarchiste.

Le journal porte cette mention : « La révolution n’accepte pas d’abonnements. Les annonces des banquiers ne sont pas reçues. »

L’Emancipation, Organe de la Fédération des travailleurs socialistes des Ardennes, paraissant le samedi (30 décembre 1888-21 juin 1891). JO 14 433.

129 numéros parus. 36 X 49. Réd.-adm. à Charleville, « délégué à la rédaction » : J. B. Clément. Lui succède : L’Emancipateur (1891-1895). JO 14 433.

Organe possibiliste ; très nombreux renseignements sur les grèves, le mouvement ouvrier et les luttes syndicales très dures.

Aube :

Le Damné, Journal antireligieux (1er janvier 1882-9 juillet 1882). JO 4285.

Bi-mensuel, puis hebdo. 16 numéros parus. Réd. : E. Odin (ouvrier porte feuilliste) et A. Voillard, Troyes.

Socialiste sans école, anticlérical. Lui fait suite :

La Solidarité, Organe de la Libre Pensée socialiste (16 juillet 1882-17 septembre 1882). JO 5314. Hebdo (dimanche). 10 numéros parus. Même réd. (articles de Henri Place, E. Fournier, C. Martin, Louise Michel, etc.) ; même tendance.

Le Travailleur troyen, Organe hebdomadaire de l’Union ouvrière socialiste (1er janvier 1883-25 février 1883). JO 5347. Réd.-adm. : Constant Martin, Troyes.

Articles signés de pseudonymes en forme de calembours ; se proclame organe du « Parti ouvrier » mais sans choix d’école ; plus politique que social, mais très ouvert aux informations syndicales.

La République sociale, Organe hebdomadaire des travailleurs socialistes de la région de l’Est, paraissant le dimanche (1er décembre 1889-12 janvier 1890). JO 52 789. Secr.-réd. : Arthur Rozier.

Journal socialiste sans appartenance précise, de revendications concrètes ; informations sur l’Aube, la Côte-d’Or, la Saône-et-Loire, les Vosges et l’Yonne.

Bouches-du-Rhône :

La Fédération, Bulletin mensuel des intérêts du prolétariat français, momentanément non politique (décembre 1879-10 juin 1880 [?] dernier n° de la B.N.). JO 4408 ; la collection de la B.N. comporte les numéros 2, 3, 4, 5, 6. Adm.-réd. : Jean Lombard, Marseille.

Le journal porte cette mention : « La publication de ce Bulletin, confiée aux soins du comité général exécutif du congrès ouvrier socialiste de Marseille (commission des résolutions) a été décidée par un vote de ce congrès ». Donne avant tout des nouvelles des fédérations, et cette définition de la Révolution : « Par Révolution, le Parti entend le développement incessant du progrès, qui, donnant à tous, par tous les moyens possibles, la liberté et l’égalité, doit remettre aux déshérités du siècle, aux dépossédés de l’industrie et du sol, aux salariés et aux prolétaires, les moyens de subsistance avec lequels ils pourront vivre et se perpétuer dans leur génération. Mais ce développement ne pourra avoir lieu qu’en se séparant de tous les partis politiques représentant à un degré quelconque la classe qui les a déshérités et dépossédés, en même temps que, de libres et égaux qu’ils auraient dû être, elle les a rendus salariés et prolétaires » (n° 4, 6 mars 1880).

Indispensable pour l’étude de l’après-congrès de Marseille, beaucoup plus que d’intérêt local.

Le Pilori, Journal satirique paraissant tous les samedis; puis (n° 15), Organe satirique, républicain. socialiste, parait tous les samedis (23 janvier 1881-30 mai 1881). JO 4810. 20 numéros parus. 32 X 46, puis 29 X 40. Réd.-adm :

Marseille ; réd. en chef : Léonce Jean ; puis (n° 15) Jean Lombard. Collaborateurs : Monges, Teullade, Billiottet, Dorian, Camus, Corbone, Mazade, Pillet, etc. Lui fait suite :

Le Peuple libre, Organe des intérêts ouvriers, paraissant tous les samedis, puis (14 août 1881) : Organe des travailleurs républicains socialistes, défenseur des intérêts ouvriers (5 juin 1881-22 janvier 1882). JO 4802. Porte en exergue :

« Liberté, solidarité, justice ». 33 numéros à la B.N. (le dernier n’annonce pas la disparition). 32 X 46. Réd. : Jean Lombard, Marseille ; Clovis Hugues figure parmi les collaborateurs ; articles de Malon et Lafargue.

Le Progrès social, Journal indépendant, (septembre 1881-31 mars 1882 : dernier de la B.N. dont la collection ne commence qu’au n° 4, 29 septembre 1881). JO 5171. Hebdo (jeudi). 36 X 46. Réd. : Marseille; gérant : Victor Henry ; socialiste indépendant.

Le Travailleur, Journal de la classe ouvrière (1er mai 1881-2 juillet 1882, et, à nouveau : 14 juillet 1883-11 octobre 1885). JO 90 660. Hebdo (dimanche). 31 X 46. Réd.-adm. : Clément Roux, Antide Boyer, Paul Durand.

Radical-socialiste, puis possibiliste (deuxième série), avec signatures de Brousse, Malon. Le n° du 10 octobre 1883 annonce que le journal devient l’organe officiel de la Fédération des chambres syndicales marseillaises. Le dernier n° (111) n’annonce pas la disparition.

La Voix du Peuple, Organe du groupe le Progrès social (avec de très nombreux changements de sous-titres, interruptions, changements de séries et différences d’orientation) (11 octobre 1884-27 novembre 1892). JO 91458. Hebdo. Environ 297 numéros parus.

Journal qui oscille du radicalisme au socialisme ; en 1886, rôle d’Argyriadès ; en 1887, hostilité au boulangisme, avec Félix Pyat, et Cluseret ; en 1891, rapprochement avec les guesdistes ; en 1892, n’a plus rien de socialiste. Cet hebdomadaire reflète les infinies complications de la gauche marseillaise. Des informations intéressantes au moment des grandes grèves de 1889.

Le Réveil marseillais, Journal républicain quotidien (30 mai 1884-13 juillet 1884). JO 89 758. 31 X 47. Réd.-adm. : Marseille ; gérant : Raybaud, puis Pochy.

Journal d’extrême-gauche où écrivent Clovis Hugues, Antide Boyer, etc. Fait une place assez importante aux questions du travail, principalement aux ouvriers du port.

LA Justice sociale, Organe républicain socialiste, paraissant le dimanche (20 juin 1886-24 juillet 1886 : n’annonce pas sa disparition). JO 86 278. Hebdo. 31 X 44. Réd.-adm. : Marseille. La plupart des articles sont anonymes. Nettement socialiste, mais de brève durée.

Le Nouveau Parti, Organe quotidien des revendications démocratiques et sociales (10 juillet 1886-16 septembre 1888). JO 87 040. Quotidien, puis bi mensuel, bi-hebdo, hebdo, mensuel, et à nouveau hebdo ; formats variables, sous-titres variables (une centaine de numéros parus). Réd.-adm. à Marseille ; gérant : Sextius Goirand.

Est en 1886 l’organe de la Fédération du parti ouvrier socialiste des Bouches-du-Rhône, avec Goirand, les deux Cadenat, Serre, etc. Soutient Guesde et Lafargue, en lutte contre Antide Boyer, Philémon Gras, et aussi Fournière et Cl. Hugues.

Le Socialiste (de Marseille), Organe du Parti ouvrier (7 septembre 1889-14 décembre 1889). JO 80 342. Hebdo (samedi). 32 X 45. Réd.-adm. : Jean Coulet, Marseille. Avec Boyer, Cluseret, Duc-Quercy, Gras, Guesde, Lafargue, etc. 15 numéros parus.

Journal fondé pour soutenir la candidature Jules Guesde à Marseille, aux législatives de 1889.

Le Travailleur, Organe de l’Union socialiste révolutionnaire de Marseille (11 février 1888-1er décembre 1888). JO 90 630. Hebdo. 38 X 51. Directeur-gérant : Philémon Gras, avec Argyriadès, Cadenat, etc. 33 numéros parus. Contenu doctrinal intéressant.

Le Travail national, Journal républicain (26 février 1888-24 mars 1888). Bi-hebdo (jeudi et dimanche). 4 numéros à B.N. Réd. : Léon Laugier, Marseille ; Bézenet.

Organe boulangiste destiné aux milieux ouvriers, « fondé sous les auspices du congrès départemental des ouvriers français de tous les corps d’état des Bouches-du-Rhône ».

Nettement xénophobe, fait campagne contre les ouvriers étrangers, italiens notamment, du port de Marseille. Le Peuple, Journal républicain radical socialiste, puis : Journal quotidien républicain socialiste (15 avril 1890-16 juin 1890). JO 7094. Quot. 45 X 58.

Guesdiste, publie articles de Guesde, Cluseret, Ferroul, Cadenat, Tressaud, Lachize, etc. Fait une active propagande pour le 1er Mai et donne de nombreuses informations sur son déroulement dans le Midi ; bonne place aux grèves.

N.B. Ce n’est là qu’une partie de la presse d’extrême-gauche, au reste d’intérêt très inégal du point de vue documentation.

Cher :

Le Républicain socialiste du Cher (1883-1884). JO 5665. Blanquiste avec nombreux articles de Vaillant.

Gard :

Le Branle-Bas, Organe du Parti ouvrier pour la région du Gard, puis (n° 2) : Journal socialiste, Organe des intérêts ouvriers (23 mars 1882-7 juin 1882). JO 4178. Hebdo, puis tri-hebdo. 9 numéros parus. 30 X 44, puis 35 X 42. Réd.-adm. : Alais ; réd. en chef : Eugène Fournière, puis (durant sa détention), Gustave Rouanet. Principales signatures : Rouanet, Brousse, Labusquière, Malon, Lissagaray ; autrement dit, plutôt d’orientation possibiliste.

La Sentinelle, Organe du Parti ouvrier (19 avril 1884-24 mai 1884). JO 90 261. Hebdo (samedi). 31 X 46. 6 numéros (?). Gérant : Louis Murjas, Alais ; réd. Lalauze, Boisson Murjas, Hypolite Dumas ; articles de Guesde et Lafargue ; plus politique que social.

Le Gard socialiste, Organe des travailleurs, puis (n° 2) : Organe de la classe ouvrière (26 avril 1885-14 juin 1885). Hebdo (dimanche). 8 numéros parus. 38 X 51. Réd.-adm. : Nîmes, avec Fournière, F. Pyat, H. Place, A. Vaissière, Duportal, Boyer, Malon.

Importante chronique régionale ouvrière.

Le Gard socialiste, Organe du Parti ouvrier socialiste du Gard (13 mars 1886-18 juin 1887). Hebdo (samedi). 31 X 45. 65 numéros parus. Réd. :

Nîmes ; gérants : Durieu et Bruguier ; guesdiste ; lui fait suite :

Le Socialiste du Gard, Organe du Parti ouvrier socialiste du Gard (25 juin2 juillet 1887). JO 90 357. Hebdo (samedi). 23 numéros parus (?). 32 X 45. Réd. : Nîmes ; gérant : Elie Peyron, puis Durieu, puis Lafont ; fait suite au précédent.

Guesdiste, envahi par les luttes locales (querelles avec Elie Peyron passé plutôt au possibilisme).

Le Midi socialiste (un n° unique : 8 octobre 1887). JO 86 774. Devient ensuite :

L’Union des Travailleurs (15 octobre 1887-29 mars 1891). JO 90 945. Périodicité variable, le plus souvent hebdomadaire. 32 X 45. Dir. politique : Numa Gilly.

L’Action révolutionnaire, Organe anarchiste, paraissant tous les huit jours (5 mars 1887-20 mars 1887). JO 11 098 (2 n° à B.N.). Réd. : Nîmes ; gérant :

Bedos ; principal responsable : Lauze.

Très violent : « Nous sommes des traine la guenille, des meurt de faim, des bêtes de somme ; nous sommes de ceux qui produisent tout et manquent de tout ; nous sommes ceux que l’on appelle des anarchistes, voleurs, et assassins. »

Le Socialiste des Cévennes, Organe des travailleurs de l’arrondissement d’Alais (14 avril 1889-5 janvier 1890). JO 90 349. Hebdo (samedi). Format variable. 39 numéros parus. Réd. : Alais, F. Lalauze, J. Codou, H. Filliarette,

A. Grousset, L. Mège ; nuance socialiste révolutionnaire.

Haute-Garonne :

Le Quatrième Etat, Organe hebdomadaire des travailleurs, avec le précieux concours des principaux membres du Parti ouvrier national (4 août 188313 juillet 1884). JO 58 773. 51 numéros parus. Une seconde série : 21 février 1883-26 avril 1885 (9 numéros). Hebdo (dimanche). 35 X 53. Réd. : Toulouse ; gérant : Louis Tranier, Escadillas, Louis Penent ; organe possibiliste ; donne des informations régionales sur le mouvement ouvrier.

Gironde :

La Voix du Peuple, Journal républicain socialiste quotidien, fondé par des groupes de travailleurs (14 juillet 1881-25 novembre 1881). JO 5409. Quot. 31 X 44. Réd. : Caudéran, près de Bordeaux ; gérant : A. Maurin, et Ernest Roche (à partir du n° 115).

La Tribune, Journal de la Question sociale, politique, semi-quotidien (27 juillet 1884-24 août 1884). JO 90 785. 39 X 45. Réd. à Bordeaux;

F. Borde, G. Deville, J. Guesde, P. Lafargue, L. Mellet, P. Minck, E. Pignon,

A. de Potter, etc.

La Revanche des Travailleurs (16 janvier 1884-4 août 1884). JO 5611. Bi-hebdo, puis quot. 84 numéros parus. 32 X 45. Réd. : à Bordeaux ; réd. en chef : Charles Bernard ; nuance : radical « rochefortiste ».

Fait suite à La Fédération (JO 14 651) ; mène des campagnes locales contre la police, la municipalité opportuniste ; peu de renseignements sur le mouvement ouvrier.

Le Travail national, Organe de la Ligue protectrice des industries françaises, puis (n° 2) ; Organe des revendications ouvrières (29 juillet 1888-31 octobre 1888). JO 90 626. Hebdo (dimanche). 32 X 48, puis 28 X 44. Réd. à Bordeaux ; gérant : F. Arnaud.

Journal boulangiste, homologue du Travail national de Marseille ; protectionniste et violemment xénophobe ; notamment campagne antibritannique. Fait une place importante aux grèves (ouvre une souscription pour les grévistes d’Amiens) et au 3e congrès des syndicats de Bordeaux. Anticapitaliste.

Le Travailleur socialiste, Organe de l’agglomération bordelaise du Parti socialiste collectiviste. JO 6248 (un seul n° sous cette cote à la B.N. : 18 mars 1890).

Guesdiste ; contient appel à la manifestation du 1er Mai signé R. Lavigne.

La Question sociale, Organe hebdomadaire de l’agglomération bordelaise du Parti socialiste collectiviste (29 juin 1890-11 novembre 1894). JO 88 616. 229 numéros parus. Hebdo (dimanche). 40 X 55. Réd.-adm. à Bordeaux ; gérant : R. Lavigne, puis H. Lavergne, T. Riffaud, L. Charriot.

Organe guesdiste ; bien documenté sur le plan local (par exemple : « les bagnes capitalistes », rubrique décrivant les usines de la région, en 1890) ; intéressant sur le plan doctrinal.

Hérault :

La Question sociale, Organe du peuple souverain (6 avril 1882-8 mai 1882). JO 5191. 5 numéros à B.N. Hebdo (jeudi). 36 X 52. Réd. à Montpellier; réd. en chef : Christian Tho, « licencié ès-sciences ».

Journal anticlérical et « positiviste », fondé sur la « Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, les principes de 89 et les données de la Science expérimentale ».

Le Midi socialiste, Organe du Parti ouvrier, journal hebdomadaire paraissant le dimanche (31 juillet 1887-6 août 1887). JO 86 775. 28 X 44. 2 numéros à la B.N. (1 et 2). Réd. à Béziers, gérant : Galtier.

Le premier numéro contient un « appel aux ouvriers socialistes » ; le journal se donne comme l’œuvre des « mains calleuses » ; porte en exergue : « Tout par l’ouvrier ! Rien sans lui ! L’ouvrier, c’est le peuple ! le peuple, c’est tout ! ».

L’Avenir social, Organe des revendications de la classe ouvrière (7 octobre 1888-4 octobre 1889). JO 11856. Bi-hebdo mardi et samedi), puis seulement hebdo. 89 numéros parus. 31 X 45. Réd. à Cette; secrétaire-gérant : Martial Sénégas (secrétaire de la Fédération des chambres syndicales ouvrières de Cette ; adjoint au maire de Cette, il sera suspendu de ses fonctions par arrêté préfectoral du 29 mars 1889).

Journal socialiste révolutionnaire de nuance indécise ; a de nombreux collaborateurs anarchistes. Puis à partir du 30 juin 1889, nouveau rédacteur en chef : Jean Coulet et orientation guesdiste.

Indre :

Le Travail, Journal socialiste hebdomadaire, Organe des syndicats, cercles et groupes ouvriers du Centre et de l’Ouest (1885-1886)). JO 90 627. La collection de la B.N., incomplète, commence au n° 10 (11 mars 1885) et cesse au n° 34 (6 septembre 1885), qui annonce en effet la fusion avec Le Démocrate du Loiret (de Bonnardot).

Cette première série est : hebdo ; 27 X 38 ; réd. à Châteauroux ; rédacteur-gérant : S. Paulard. Articles de Brousse, Clément, Allemane, Marouck, Paulard, Dalle, etc.

Deuxième série : Le Travail, Organe des travailleurs des villes et des champs, paraissant le dimanche (29 novembre 1885-5 septembre 1886 : dernier n° de la B.N. ; n’annonce pas la disparition). Même cote. Réd. à Châteauroux ; réd.gérant : S. Paulard.

Organes possibilistes pour l’Ouest et le Centre-Ouest ; on y trouve de nombreuses informations sociales et socialistes pour Brest, Rennes, Cholet, Tours, Orléans, Limoges, Châteauroux, Châtellerault, Poitiers, etc.

Isère :

La Révolution sociale. Petit hebdomadaire socialiste ; a eu quelques numéros en 1880 ; rien à la B.N. En 1882, projet de La Voix du Peuple (cf. Egalité du 18 juin 1882), mais ne peut sortir faute d’imprimeur (Egalité, 6 août 1882).

Loire :

Le Pilori, Journal démocratique socialiste (10 janvier 1885-8 mars 1885).

JO 88182. 9 numéros parus. Hebdo (dimanche). 32 X 50. Réd. à Saint-Etienne ; propriétaire-gérant : A. Joly ; imprimerie tantôt à Saint-Etienne, tantôt à Lyon.

Journal de nuance possibiliste, articles de Fournière, Rouanet, Brousse ; peu de contenu doctrinal.

Le Déshérité, Organe socialiste révolutionnaire de la Loire (17 mars 1888-30 juin 1888). JO 13 451. 16 numéros à la B.N. Hebdo (samedi). 50 X 40.

Réd. à Saint-Etienne ; gérant : Neyron.

Se proclame socialiste sans école, athée et matérialiste, naturaliste en littérature ; énergiquement antiboulangiste.

Loire-Maritime :

L’Exploité (17 septembre 1882-13 décembre 1882 [?] : dernier de la BN ) JO 4403. Sous -titre : Journal républicain socialiste. Organe du parti ouvrier paraissant le dimanche. Réd. au Comité républicain socialiste, Nantes ; gérant : Julien Queltier, puis Victor Cails.

De sympathies guesdistes.

L’Insoumis, Organe socialiste des travailleurs de Nantes et du département de la Loire-Inférieure, paraissant le samedi (11 août 1888-14 octobre 1888). JO 85 639. 10 numéros à la B.N. 38 X 55. Réd. à Nantes ; gérant : G. Dumont ; imprimé à Cholet.

Socialiste nuance possibiliste.

Marne :

La Défense des travailleurs, Organe des groupes ouvriers socialistes révolutionnaires de la région du Nord-Est (2 décembre 1883-24 juillet 1887). JO 4920. Environ 170 numéros parus. 30 X 45. Réd.-adm. à Reims ; gérants : Fauville, Lachenay, Anon, Césard, Pédron, Mouazan ; imprimé à Reims, excepté du n° 53 à 89 durant la combinaison avec Le Cri de l’Ouvrier, de Lille, imprimé à Douai. Hebdo (dimanche).

Hebdomadaire lancé par le groupe La Défense des Travailleurs où militaient Mélin, Baudelot (ouvriers lainiers), Thierry, Jacques, Pédron, etc. Dès 1880, ce groupe éditait des brochures (la plupart introuvables) comme La clochette des travailleurs, La défense des esclaves, La voix des esclaves, L’écho des ateliers, Le cri d’alarme, etc. Tire à 1220 exemplaires en septembre 1884, à 2 000 en 1885 ; mais financièrement ruiné par de perpétuels procès. D’orientation guesdiste : le n° 1 (2 décembre 1883) porte en tête les considérants du Parti ouvrier ; d’abord rédigé localement, entre en combinaison avec divers journaux guesdistes du Nord, notamment Le Cri de l’ouvrier ; la dernière série (7 novembre 1886-24 juillet 1887) est à nouveau de rédaction locale. Contenu très intéressant ; nouvelles ouvrières de Reims, mais aussi de la région (Aisne, Ardennes) ; importantes « revues des bagnes ».

Les collections de la B.N. et de la bibliothèque de Reims (CH IX 17) sont incomplètes.

Nord :

1°) La presse la plus intéressante pour notre sujet est l’ensemble presque continu à partir de 1882, constitué par les organes guesdistes successifs :

Le Forçat, Organe socialiste de la région du Nord, puis (15 octobre 1882) : Organe de la Fédération socialiste de la région du Nord (1re année, n° 1 : 14 juillet 1882-7 juillet 1883). JO 4420. A paru sans interruption entre ces deux dates ; un numéro isolé, portant en sous-titre Organe de la Fédération socialiste révolutionnaire de la région du Nord, semble amorcer une nouvelle série, se donne comme n° 1, 15 juillet 1883 (est continué par La Revanche du Forçat). 53 numéros parus. Hebdo (samedi). 32 X 45. Réd.-adm. et imprimerie à Lille ; gérant : Henri Carrette.

On trouvera des renseignements sur le lancement et l’histoire du premier journal ouvrier du Nord dans G. Delory, 1921, p. 46 et sq. et dans les archives départementales du Nord (notamment M 154/59, 60 et 61). Tirage variable, jusqu’a 18 000 exemplaires. Porte en exergue les considérants du programme minimum de 1880. Articles le plus souvent anonymes ; emprunts à L’Egalité pour la doctrine ; les questions ouvrières locales occupent une place prépondérante ; une importante « revue des bagnes » publie des lettres d’ouvriers, presque toujours du textile, se plaignant des amendes, des horaires, des contremaîtres, etc. Le n° du 25 mars 1883 paraît encadré de noir avec en gros titre : « La mort de Karl Marx », fait assez rare pour être signalé.

Se voit infliger trois condamnations et cède la place à La Revanche du Forçat. La collection de la B.N. est incomplète (manquent six numéros) ; celle de la Bib. mun. de Lille, J X 59. est complète.

La Revanche du Forçat, Organe de la Fédération socialiste révolutionnaire de la région du Nord (n° 1, 15 juillet 1883-9 septembre 1883). B.N. JO 5259 et Bib. mun. de Lille, J X 60. 9 numéros parus. Hebdo. 32 X 45. Réd.-adm. rue de l’Aima, Roubaix ; imprimerie à Roubaix ; gérant : F. Desmedt.

Fait partie d’une combinaison comprenant : Le Travailleur de Saint-Pierreles-Calais, L’Esclave d’Armentières, Le Citoyen d’Amiens, et, à partir du 29 juillet, Le Vengeur de Lille. Ces hebdomadaires ont une page propre (la une) et le reste (p. 2, 3 et 4) commun. Mais les difficultés de coordination firent abandonner cette tentative.

Collection B.N. : manque le n° 1 ; collection Bib. mun. : manquent nos 3, 4 et 5.

Le Vengeur, Organe de la Fédération socialiste révolutionnaire de la région du Nord (n° 1, 29 juillet 1883-9 septembre 1883). B.N. JO 5386 (incomplet) et Bib. mun. Lille, J X 61 (complet). 7 numéros parus. Réd.-adm. Lille ; gérant :

C. Contat ; fait partie pour Lille de la combinaison précédente.

L’Esclave, Organe de la Fédération socialiste révolutionnaire de la région du Nord (n° 1, 22 juillet 1883-12 août 1883 [?] : dernier numéro de la B.N.). JO 4957 ; rien à la Bib. mun. de Lille. 4 numéros parus (?). Fait partie pour Armentières de la combinaison précédente. Réd.-adm. à Armentières ; gérant : Vincent Nocq.

La Voix du Peuple, Organe socialiste de la région du Nord (n° 1,11 novembre 1883-?). JO 5412 : ne comporte que ce seul numéro ; rien à la Bib. mun. de Lille. Hebdo. 32 X 45. Réd.-adm. rue de l’Aima à Roubaix ; imprimeur-gérant : Gustave Carette.

Se déclare ouvert « à tous les socialistes sans distinctions d’écoles » et affirme que « le socialisme entre dans une phase nouvelle, celle de la concorde et de l’union ».

Le Cri du Forçat, Organe socialiste révolutionnaire (n° 1, 6 avril 1884-3 août 1884). B.N. JO 12874 (manque n° 11) et Bib. mun. Lille J X 62 (complet). 18 numéros parus. Hebdo (dimanche). Réd.-adm. : rue de Paris, Lille ; gérant : J.-B. Loridon ; imprimé à Lille, puis à Douai. Certaine collaboration avec La Défense des Travailleurs de Reims (mêmes éditoriaux : 20 juillet, 27 juillet et 3 août).

L’Exploité, Organe socialiste révolutionnaire de la région du Nord (n° 1, 10 août 1884-23 novembre 1884). B.N. JO 14 605 et Bib. mun. Lille J X 63 (collection complète). 16 numéros parus. Hebdo. 31 X 45. Réd.-adm. à Lille; gérant : Emile Carette. Disparaît à la suite d’un procès intenté par un patron, Lefebvre ; lui fait suite :

Le Cri de l’Ouvrier, Organe socialiste révolutionnaire de la région du Nord, paraissant le dimanche (n° 1, 30 novembre 1884-5 avril 1885). B.N. JO 12 874 (manquent nos 7 et 19) et Bib. mun. Lille. Gérant : D. Pinard.

Partie doctrinale (guesdiste) commune avec la Défense des Travailleurs de Reims et avec Lyon-Socialiste, souvent de Paul Lafargue (articles non signés) ; donne des nouvelles du Nord et du Pas-de-Calais, de la Somme et de l’Aisne. Lui fait suite :

Le Réveil du Forçat, Organe du Parti ouvrier de la région du Nord (n° 1, 30 août 1885-20 juin 1886). B.N. JO 89 662 (collection très complète) et JO 5583 (un volume relié, collection complète). 43 numéros parus. Hebdo (dimanche). 31 X 45. Réd.-adm. : rue de l’Aima, à Roubaix ; imprimeur-gérant : Deladereere, rue du Sommerard à Paris.

Cet hebdomadaire fait partie d’une combinaison avec Le Socialiste (Paris), La Défense des Travailleurs (Reims), La Défense des Ouvriers (Montluçon), Le Déshérité (Roanne ; introuvable). Seule la une est propre à chaque journal ; le reste est commun et vient de la rédaction parisienne du Socialiste : Guesde, Deville, Fréjac, Lafargue, A. Le Tailleur. La partie doctrinale est en conséquence nettement plus accentuée, mais le contenu local se trouve très amenuisé. Lui succède : Le Travailleur.

Le Travailleur, Organe du Parti ouvrier de la région du Nord (n° 1, 26 juin 1886-6 février 1887). B.N. JO 90 679 (collection incomplète : manquent plusieurs numéros et la collection prend fin avec le n° 27 du 26 décembre 1886) et Bib. mun. Lille, J X 93 (collection complète). 33 numéros parus. Hebdo (samedi). 33 X 50. Réd.-adm. : Lille, Roubaix, Tourcoing et Armentières ; imprimerie à Lille ; gérant : Tieffry.

Retour à la formule locale : Le Travailleur se donne plutôt comme la suite du Cri de l’Ouvrier ; emprunte néanmoins beaucoup d’articles de fond au Socialiste de Paris ; mais les nouvelles locales tiennent la majeure part. Succombe devant les condamnations, presque toujours diffamation de patrons du textile. Lui fait suite :

L’Avenir du Travailleur, Organe du Parti ouvrier de la région du Nord (n° 1, 13 février 1887-17 juillet 1887). B.N. JO 11 755 (collection incomplète). 23 numéros parus. Hebdo. 32 X 50. Réd.-adm. à Lille, Roubaix, Tourcoing ; imprimé à Lille à l’imprimerie du Travailleur ; gérant : Henri Debert.

Publie de nombreux articles et éditoriaux signés Jules Guesde et empruntés aux journaux parisiens ; donne en feuilleton Germinal. « Accablé par les condamnations excessives que nos ennemis de classe lui ont octroyées, L’Avenir est forcé de disparaître. » Lui fait suite :

Le Cri du Travailleur, Organe du Parti ouvrier de la région du Nord (n° 1, 24 juillet 1887-6 septembre 1891 : n° 204). B.N. JO 12 882 (collection très incomplète) et Bib. mun. de Lille, J X 95 (plus complète ; s’arrête au 16 août 1891). Hebdo (samedi) ; bi-hebdo du 17 avril 1888 au 14 juillet 1888 ; à nouveau hebdo. 32 X 50. Réd.-adm. : variable, Lille le plus souvent, ou Calais ; imprimerie : à partir du 21 décembre 1889, sur les presses du parti socialiste ; c’est le début de l’imprimerie ouvrière de Delory ; gérant : Delbar, puis A. Brancourt, puis à nouveau Delbar, enfin Emile Boucher qui entrera finalement en conflit avec Carrette.

Organe guesdiste ; du 7 avril 1888 au 14 juillet 1888, Jules Guesde vient s’installer dans le Nord pour prendre la direction du journal qui devient bihebdomadaire ; tous les éditoriaux sont alors rédigés par Guesde ; les circonstances politiques expliquent sans doute ce fait : élections législatives du 15 avril et élections municipales de mai 1888 ; l’essentiel du journal est occupé par la campagne antiboulangiste et anti-opportuniste ; ensuite Guesde, malade, doit espacer sa collaboration et cesse de diriger le journal ; les signatures les plus fréquentes sont alors celles de Balny, Langrand, Delcourt. Le tirage varie de 1500 à 3000. A la suite de différends avec Emile Boucher et Delcourt, Carrette et Delory font sécession et fondent Le Travailleur qui couvre les années 18911894, et dont je n’ai pas à parler ici.

Le Cri du Travailleur est très attentif au mouvement ouvrier local, aux grèves ; il mène une campagne très active pour le 1er Mai 1890 et constitue une source de premier ordre pour son histoire dans le Nord.

2°) Autres journaux dépouillés (de peu d’intérêt pour le sujet) :

En Avant, paraissant à Lille, le dimanche (n° 1, 4 juillet 1886-22 août 1886). B.N. JO 14 450 et Bib. mun. Lille, J X 78. 8 numéros parus. Hebdo. 32 X 50. Réd.-adm. à Lille ; gérant : L. Devinck ; principaux collaborateurs :

A. Debouselle, L. Sonde. Nuance radicale-socialiste, avant tout anticlérical ; reproduit souvent des articles de Rochefort ; lui fait suite :

Le Cri lillois (28 août 1886, numéro unique, semble-t-il). B.N. JO 6219 et Bib. mun. Lille, J X 79. 31 X 48. Réd.-adm. à Lille ; porte en exergue : « Ni Dieu ni Maître. Ecrasons l’Infâme ».

Le Prolétaire du Nord, Organe du Parti républicain socialiste (15 septembre 1889-13 octobre 1889). B.N. JO 88 541 et Bib. mun. Lille, J X 128. Hebdo. 32 X 49. Réd.-adm. à Lille ; gérant : Lallemant.

Feuille possibiliste lancée en vue des élections de 1889 pour soutenir les candidats antiboulangistes, le P.O.F. pratiquant l’abstention au second tour.

3°) Consultés de façon limitée :

Le Journal de Roubaix. JO 2651 (très incomplet). Conservateur.

L’Echo du Nord. Quot. Lc2 10009 (très incomplet, parfois très détérioré).

Le Progrès du Nord. JO 1877. Républicain mais contenu ouvrier très faible.

Pas-de-Calais :

Le Travailleur, Organe de la Fédération socialiste révolutionnaire de la région du Nord (29 juillet 1883-2 septembre 1883 [?] : dernier de la B.N.). JO 5346. Hebdo (dimanche). 32 X 45. Réd.-adm. : Saint-Pierre-les-Calais ; gérant : Couteaux.

Guesdiste, fait partie de la combinaison Revanche du Forçat, Esclave, Vengeur du Nord.

Le Réveil ouvrier, Organe des déshérités (28 novembre 1886-8 mai 1887 ; puis 30 décembre 1888-novembre 1889 ; puis 1892-1896, d’après l’inventaire imprimé du Pas-de-Calais, p. 75). Rien à la B.N. avant 1893.

Rhône :

Par ordre chronologique des journaux consultés :

Le Petit Lyonnais (1871-1883). JO 2056.

Quotidien radical attentif aux questions ouvrières ; a une « tribune du travail », source précieuse en l’absence de toute presse plus spécifique, notamment en 1871-1876. La collection de la B.N. est très incomplète.

Le Censeur, Organe quotidien de la démocratie radicale (n° 1, 16 avril 1876-2 octobre 1878). JO 2094.

A un « bulletin des travailleurs » qui, en 1876, est une source précieuse pour l’action des ouvriers lyonnais en vue des Congrès de Philadelphie et de Paris ; les grèves retiennent moins l’attention et sont souvent classées aux faits divers. Lui fait suite : Le Peuple lyonnais.

La Tribune des Travailleurs, Journal politique et d’économie sociale (n° 1, 7 octobre 1876-13 avril 1879 [?] : dernier n° à la B.N.). JO 4003 (collection très incomplète). Périodicité irrégulière. Hebdo, bi-hebdo, et à certains moments quotidiens. Réd. en chef : Tony Loup.

Ce journal de couleur radicale a un « bulletin du travail » régulier et devient « Journal officiel du Congrès ouvrier de Lyon » en 1878.

La Réforme politique et sociale, Journal républicain radical, Organe des intérêts ouvriers, paraissant le dimanche (mars 1879-5 septembre 1880). JO 4831. Hebdo. 31 X 49. Réd. : Marc Guyaz à Lyon : adm. et imprimerie à Lyon.

Plus politique que social, le journal prend vivement parti pour la candidature Blanqui et soutient les congrès ouvriers.

L’Emancipation, Organe quotidien du Parti ouvrier (n° 1, 31 octobre 188022 novembre 1880). JO 4385. 22 numéros parus (?). Quotidien. 31 X 45. Réd.-adm. à Lyon ; imprimé à Lyon ; réd. en chef : Benoît Malon ; indique comme principaux collaborateurs : Guesde, Lafargue, Brousse, Deville, Prudent Dervillers, J. B. Clément, E. Massard, Brugnot, E. Vaughan, Victor Marouck, E. Ferroul, E. Digeon, de Ricard, Deynaud, J. Thivollet, etc., et toute une liste de correspondants pour l’étranger, tous socialistes connus.

Ce journal constitue une intéressante tentative — la première — de création d’un quotidien socialiste avant les grandes scissions. Les problèmes doctrinaux y sont abordés par Guesde, Lafargue (12 novembre et jours suivants, suite d’articles sur « le caractère fatidique des misères prolétariennes ») et surtout B. Malon. La collection de la B.N. est incomplète et, en dépit d’une restauration récente, en très mauvais état.

A la disparition du journal, les abonnés reçoivent : Le Citoyen de Paris qui accueille également les rédacteurs de L’Emancipation.

Le Droit social, Organe socialiste révolutionnaire paraissant tous les dimanches (n° 1, 12 février 1882-23 juillet 1882). JO 4324. 24 numéros parus. Hebdo. 45 X 53. Réd.-adm. à Lyon ; gérant : Dejoux, puis A. Bonthoux.

Anarchiste, organe de la Fédération socialiste révolutionnaire de la région de l’Est et donne des nouvelles des groupes anarchistes de toute la France. Le Droit social est en effet à cette date le principal organe anarchiste en France, ce qui correspond à la place de Lyon dans le mouvement anarchiste (cf. J. Maitron, 1951). Soutient la grève de Roanne et surtout l’attentat Fournier contre Bréchard ; poursuivi pour ce fait. Lui succède : L’Etendard révolutionnaire.

L’Avenir de Lyon, Journal républicain radical indépendant (n° 1, 16 mars 1884-21 février 1885). JO 11640. Quot. 31 X 45. Réd.-adm. à Lyon ; gérant :

  • Pagès.

Quotidien radical-rochefortiste, qui accorde une certaine place aux questions ouvrières, a une rubrique « grèves ». Lui succède : Le Réveil de Lyon.

Le Branle-Bas, révolutionnaire, socialiste, républicain, paraissant le dimanche (n° 1, 4 mai 1884-1er juin 1884). JO 12905. Hebdo. 32 X 50. Réd.-adm. à Lyon ; gérants : Audouard, puis Delange.

Organe blanquiste réunissant des rédacteurs locaux : Adrien et Gabriel Farjat, Guhner, Alexis Deloche, Pagès, Bonard et des militants parisiens : Vaillant, Breuillé, Chauvière...

Violemment anticlérical.

Lyon-socialiste, Organe hebdomadaire des travailleurs de la région de l’Est, puis : Organe des travailleurs de la région de l’Est (14 septembre 1884-28 décembre 1884). JO 6466. Hebdo. 40 X 45. Réd.-adm. à Lyon : Brugnot, secrétaire de rédaction et Payan, de l’administration ; gérant : Perrin.

Cet organe guesdiste fait partie d’une combinaison avec Le Cri de l’Ouvrier (Lille), La Défense des Travailleurs (Reims) ; parties doctrinales communes (Guesde, Lafargue, Deville, etc.) et secteur particulier.

Le Syndical, Organe de la Fédération lyonnaise (n °1, 15 mars 188525 octobre 1885). JO 90 451. Mensuel. 32 X 45. Réd.-adm. à Lyon; secrétaire : Garel, puis Eche ; gérant : F. Leblanc.

Organe des chambres syndicales adhérentes à la Fédération lyonnaise ; cas précoce de périodique syndical local. La périodicité (mensuelle) réduit la part de l’actualité.

L’Egalité sociale, Organe de tous les partis socialistes révolutionnaires (n 1, 18 décembre 1887-19 février 1888). JO 7051. Hebdo (dimanche). 53 X 34. Réd.-adm. à Lyon ; gérant : H. Delange ; comité de réd. composé de représentants de chaque tendance (Parti ouvrier, anarchiste, blanquiste, socialiste indépendant) ; on trouve en outre les signatures de Lafargue, Deville, Brugnot, etc. L’influence blanquiste est cependant dominante.

L’Action sociale, Organe des travailleurs de la région de l’Est, puis (11 décembre 1889) : Organe révolutionnaire des travailleurs de la région de l’Est (7 juillet 1889-30 novembre 1890). JO 11103. Hebdo. 43 X 55. Réd.-adm. à Lyon ; gérant : Deffos, puis Nachury.

De nuance plutôt guesdiste, mais des socialistes de toutes tendances y participent ; journal bien fait, bonne source d’information pour la région de l’Est. Lui fait suite : L’Action, 1890-1892.

Saône-et-Loire :

La Tenaille (1882-1883). JO 5678.

Fondé par J. B. Dumay en 1882 ; de tendance blanquiste (cf. Ni Dieu ni Maître, 5 novembre 1882).

Seine-Maritime :

Le Salariat, Organe ouvrier normand (n° 1, 10 août 1889-25 janvier 1891).

JO 90088.Hebdo (samedi). 33 X 47. Comporte plusieurs séries avec des interruptions. Réd.-adm. à Rouen ; gérant : A. Bully, puis Cruzille, puis Poulette, puis Duclos ; imprimé : Duclos.

Fondé par un comptable de Rouen, Duclos ; organe du P.O.F. (guesdiste) ; bonne information ouvrière locale ; notamment sur le 1er Mai 1890. A noter un antisémitisme virulent dès 1889 qui entraîne une lettre de protestation d’Emile Aubry ex-fondateur de la Première Internationale à Rouen et une mise au point en octobre 1890.

Somme ;

Le Citoyen d’Amiens, Organe de la Fédération socialiste révolutionnaire de la région du Nord, paraissant le dimanche (19 août 1883-28 octobre 1883). JO 4913. 11 numéros parus. Hebdo. 32 X 45. Réd.-adm. à Amiens ; gérant : Xavier Séclet.

Fait d’abord partie d’une combinaison avec La Revanche du Forçat, L’Esclave (Armentières), Le Travailleur (Saint-Pierre-les-Calais), Le Vengeur (Lille), durant les quatre premiers numéros. Puis indépendant et alors de nuance possibiliste ; articles de Brousse, Joffrin et nouvelles de la fraction possibiliste.

Le Citoyen d’Amiens, Journal hebdomadaire paraissant le dimanche (n° 12, 20 janvier 1884-4 mai 1884). JO 12336. 15 numéros parus. Hebdo. 32 X 45. Réd.-adm. à Amiens ; imprimerie picarde, gérant : Xavier Séclet.

Nouvelle série, suite de la précédente ; possibiliste ; articles de B. Malon,

P. Brousse, etc. Peu d’informations locales.

Le Franc-Picard républicain, Journal hebdomadaire de la démocratie socialiste de la Somme (n° 1, 20 juillet 1885-11 octobre 1885). Bib. mun. de Lille, J X 323. 11 numéros parus. Hebdo. 45 X 31. Réd.-adm. à Amiens ; gérant J. Lefebvre ; imprimé à Douai ; principaux collaborateurs : Acatbled, publiciste ; Avronsart, ouvrier tailleur ; J. Coutant, typographe ; Lefebvre, ouvrier cordonnier ; Maissin, Vicart, etc.

Cette feuille se réclame de l’Union démocratique socialiste de la Somme ; créée pour les élections législatives de 1885 elle disparaît ensuite.

Le Peuple picard (n° 1, 18 mai 1890-1er novembre 1891). JO 88116. 64 numéros parus. Hebdo. 50 X 33. Réd.-adm. à Amiens ; gérant : Calais ; imprimerie ouvrière à Lille (Delory), à partir du n° 5 (15 juin 1890) ; secr. de réd. : Louis Besse, A. Tarlé.

Sous-titres : Organe hebdomadaire républicain socialiste ; à partir du n° 15 : Organe hebdomadaire de l’Union républicaine socialiste ; à partir du n° 23 (14 décembre 1890) : Organe socialiste de la Somme.

Organe guesdiste, se réclame de la Fédération du Nord ; tirage à 1 000 exemplaires environ en août 1890.

C. Presse corporative et syndicale

Dès 1873, à l’issue de l’Exposition de Vienne, mûrit dans les milieux ouvriers parisiens le projet d’un journal purement ouvrier ; on l’appellerait Le Syndical ; la chambre des mécaniciens de la Seine reprend ce projet, mais elle ne peut obtenir l’autorisation nécessaire et doit abandonner. Le Rappel semble d’ailleurs s’y être opposé de tout son pouvoir. Cependant, chaque congrès, notamment celui de Lyon, insiste sur l’urgence de créer une presse ouvrière autonome : Le Prolétaire et, dans une certaine mesure, La Fédération (cf. Bouches-du-Rhône) sont sortis de là. Mais la presse professionnelle ne se développe que très lentement ; avant 1890, les titres à signaler représentent peu de chose.

D’autre part, cette presse a été fort mal conservée. La règle du dépôt légal était-elle mal respectée ? ou la Bibliothèque nationale a-t-elle accordé peu d’intérêt à ces feuilles ? Toujours est-il qu’elle en détient très peu. Et il n’y a pas grand-chose à attendre pour cette époque des bibliothèques des fédérations professionnelles généralement d’une grande indigence en ce qui concerne leur propre histoire, quelques vieux métiers mis à part, comme les chapeliers. Aussi, certains périodiques, dont l’existence est attestée par des témoignages concordants (rapports de police, journaux ou revues les signalant, revues de presse s’y référant...) demeurent-ils introuvables, sans doute à tout jamais perdus.

1°) Périodiques généraux

Le Moniteur des syndicats ouvriers, Journal républicain (n° 1), puis : Journal républicain socialiste, Organe des chambres syndicales ouvrières de France (n° 1, 5 octobre 1882-1935). JO 30085 ; Arsenal 773 Fol. JO.

Organe du « socialisme pacifique et légal », en fait « barberettiste » et gouvernemental.

Bulletin officiel de la Bourse du Travail (de la Ville de Paris, à partir du n° 12, 22 décembre 1887), Organe des chambres syndicales et groupes corporatifs ouvriers, publié sous le contrôle de la commission executive d’administration (n° 1, 13 novembre 1887-30 mai 1889). Bi-hebdo ; devient :

La Bourse du Travail, Bulletin officiel des chambres syndicales et groupes ouvriers de la ville de Paris, publié sous le contrôle de la commission exécutive d’administration (2 juin 1889-15 mai 1892).

Sur ces bulletins, cf. Brécy, 1963, p. 132 et sq.

Bulletin mensuel de la Fédération nationale des syndicats et groupes corporatifs de France, à Bordeaux, n° 1, 15 mars 1890-15 septembre 1890, Musée social.

2°) Périodiques professionnels

— Métallurgie :

Le Métallurgiste, Organe des chambres syndicales ouvrières de la métallurgie (n° 1, 17 décembre 1882 — n° 28, 24 juin 1883). B.N. Fol. V 2281 (collection incomplète) ; Bib. mun. de Lille, J X 55 (collection complète), 28 numéros parus, 29 X 43. Réd.-adm. à Lille ; gérants : Ernest Lagache, puis G. Fossaert.

Très modéré, polémique avec Le Forçat qui le juge beaucoup trop réformiste.

Le Réveil des Mouleurs (octobre 1889-1900). Gr. in-fol. V 606. Sur la presse des mouleurs, cf. Gras, 1965.

  • Mineurs :

Sur le développement de la presse syndicale des mineurs jusqu’en 1914, cf. Perrot, 1963. Antérieurement à 1890, on retiendra :

L’Ouvrier mineur, Moniteur des chambres syndicales ouvrières du Nord et du Pas-de-Calais, paraissant tous les dimanches (n° 1, 1er octobre 1883 — n° 56, 13 juin 1884 : dernier numéro de la B.N.). JO 87245. Hebdo, puis bi-hebdo. 31 X 45. Réd.-adm. à Douai ; à partir du n° 9 (26 novembre 1883), le journal porte la mention : rédacteur en chef, E. Linez, ancien rédacteur du Journal de Denain, secrétaire du Congrès de Douai ; gérant :

E. Linez, imprimé à Douai.

Selon Lepreux, 1896, aurait paru jusqu’en 1888 ; mais on n’a retrouvé aucune collection, dans le Nord ou le Pas-de-Calais ; celle de la B.N. s’arrête au n° 56 et est incomplète.

Fondé par des personnalités républicaines locales, nuance radicale ; s’adresse aux mineurs qui venaient de fonder leur premier syndicat ; en janvier 1884, le journal devient d’ailleurs organe officiel du syndicat des mineurs du Pas-de-Calais. Source utile pour l’histoire des origines du syndicalisme des mineurs du bassin et pour celle de la grève d’Anzin.

Le Réveil du Nord, Journal républicain indépendant et progressiste (n° 1, 4 novembre 1889-1914). JO 89685. Quot. Réd.-adm. à Lille (collection très lacunaire à la B.N.). Gérant : G. Jouvenet (à l’origine).

Fondé par Edouard Delesalle qui restera directeur politique jusqu’à sa mort, ce journal devient en 1890 l’organe officiel du Syndicat des mineurs, qui verse pour cela une cotisation mensuelle de 10 centimes par syndiqué, jusqu’en 1892 et, par la suite, achète des actions du journal. A ce sujet, cf. A.P.O., t. I, p. 389, et G. Delory 1921 p. 82 et sq. D’un socialisme modéré et légal, Le Réveil sera violemment attaqué par le jeune syndicat de Broutchoux qui dénonce en lui « l’endormeur ». Son existence retarde jusqu’en 1907 la création d’un organe spécifique, La Voix du Mineur (n° 1, 7 septembre 1907).

Le Réveil des Mineurs (n° 1, 25 octobre 1890 — n° 59, 15 décembre 1891), Organe de la Fédération de la Loire, puis (n° 21) : Organe de la Fédération nationale des mineurs de France. JO 89623 (collection en mauvais état) et Bib. mun. de Saint-Etienne (aurait une collection complète). Hebdo (samedi). Réd.-adm. à Saint-Etienne ; gérants : Gilbert Cotte, puis (n° 49, 26 septembre 1891), Rivier, tué accidentellement dans la mine, puis (n° 57, 21 septembre 1891), Desmarest.

Fondé par la Fédération départementale des mineurs de la Loire créée en 1889 par hostilité à la Fédération nationale dirigée par Rondet ; le journal devait s’appeler Le Déshérité, puis Les Revendications des Mineurs. Parmi les rédacteurs : Gilbert Cotte, Crozier, Rivaton, Sagnol, Rivier, etc. Révolutionnaire et favorable à la grève générale ; source pour l’histoire houillère du 1er Mai 1890.

3°) Périodiques professionnels signalés mais non retrouvés

Le Décorateur. Fondé par des ouvriers peintres en bâtiment, la parution de cette feuille est annoncée, par Le Rappel, 7 septembre 1774, pour le 12 septembre 1772.

Le Joaillier. Signalé par Le Rappel, 27 mars 1874, comme l’organe des employés de bijouterie.

Le Journal des Employés. Publié par la Chambre syndicale des employés depuis mai 1881, selon Le Citoyen de Paris, 25 mai 1881 ; dans Le Citoyen français, 23 novembre 1881, paraît une communication signée Pouget annonçant que cet organe a cessé de paraître depuis octobre 1881.

Le Bulletin des Tailleurs (Paris). Signalé par Le Citoyen et la Bataille, 15 mars 1883, comme publié par les ouvriers tailleurs (chambre syndicale). Les Serfs de la Voie ferrée. Signalé comme hebdomadaire par Le Citoyen et la Bataille, 4 janvier 1882.

Le Tire-Pied, Organe international, théorique et pratique de la cordonnerie ouvrière, paraissant deux fois par mois. Annoncé pour paraître à partir du 15 avril 1885 par Le Cri de l’Ouvrier, 29 mars 1885, ce journal veut faire l’étude sérieuse de la situation matérielle des cordonniers et en même temps développer « l’art de la bonne fabrication ». Réd-adm. à Paris, faubourg Saint-Denis, chez Chemton.

Le Tire-Pied et l’Aiguille, Organe ouvrier international de la cordonnerie et des tailleurs. Annoncé pour paraître le 8 janvier 1886, par Le Socialiste, 26 décembre 1885.

Le Réveil des petits employés. Fol. Lc2 4789, un numéro de 1885. La Bataille, 16 juillet 1885, signale le troisième numéro de cette « vaillante petite feuille socialiste fondée par un groupe composé de sous-agents des postes et télégraphes, employés de chemin de fer, instituteurs, commis d’administration ».

La Varlope. Annoncé par La Bataille, 17 février 1885, pour paraître à partir du 1er mars 1885, comme Organe professionnel des ouvriers menuisiers de Paris. Bi-hebdo. Adm.-réd. rue Lacharrière. La Bataille, 2 mars 1885, rend compte du premier numéro paru et souligne les caractères nouveaux de cette publication : « L’organe de la chambre syndicale des menuisiers est le seul franchement révolutionnaire, tout en restant technique, qui se soit fondé depuis de nombreuses années. »

La Couture, Organe des ouvriers tailleurs, ouvrières et employés à l’habillement. Signalé par Le Cri du Peuple, 27 décembre 1886, comme ayant eu son premier numéro en décembre 1886 ; d’orientation nettement socialiste.

Bulletin du Travail, Organe mensuel de la chambre syndicale des ouvriers tullistes de Calais. Selon A.P.O., t. II, p. 420, ce mensuel fondé par L’Alliance, syndicat modéré, en février 1888, aurait eu une douzaine de numéros ; annoncé également dans Le petit Calaisien du 10 février 1888.

L’Ouvrier boulanger. Selon A.P.O., t. I, p. 494, ce journal corporatif marseillais aurait eu quelques numéros durant la grève de juin 1889. L’Ouvrier lapidaire, Paris. Organe de la chambre syndicale ; serait bi-hebdo en février 1889 et aurait adhéré au Parti ouvrier possibiliste. L’Ouvrier cordonnier, Paris, Bourse du Travail. Hebdo. Annoncé pour paraître par Le Cri du Travailleur (Nord), 27 avril 1889.

4°) Revues

a) S’intéressant directement au mouvement ouvrier :

La Revue socialiste (n° 1, 20 janvier 1880 — n° 13, 5 septembre 1880). 8° R 4431. Mensuelle, puis (à partir du n° 5, 5 mai 1880), bi-mensuelle. 64 puis 32 pages ; 24 X 15. A partir du n° 7 porte en sous-titre : Organe bi-mensuel de la science sociale. Adm.-réd. : Lécluse, 28, rue Royale à Saint-Cloud ; éditeur : Derveaux, Paris ; adm.-gérant : Lécluse. Les sept premiers numéros donnent en p. 1 une longue liste de collaborateurs français et étrangers (dont Guesde, Lafargue, Elisée Reclus, Kautsky, Bebel, Bernstein, Vollmar, Lavroff, etc.).

Se présente avant tout comme une revue d’études, de débats, de libre recherche : « elle sera pour le socialisme un inventaire permanent de toutes les acquisitions de la science sociale, un centre de renseignements, de discussion et de calmes études » ; affirme aussi son adhésion au collectivisme. Publie textes de Lafargue, Guesde, Marouck, Vollmar, de Ricard (sur le naturalisme), d’Engels (Socialisme utopique et socialisme scientifique), de B. Malon ; le texte du questionnaire d’enquête de Marx, etc. Le numéro 13 annonce la fusion de L’Egalité avec La Revue socialiste sous un nouveau titre : L’Egalité, revue socialiste, qui n’est jamais parue.

La Revue socialiste (n° 1, janvier-juin 1885-1914). 8° R 7135. Fondateur : Benoît Malon ; plus tard, Georges Renard. Revue socialiste indépendante.

La Question sociale, Revue des idées socialistes et du mouvement révolutionnaire des deux mondes, paraissant une fois par mois (n° 1, 10 janvier 1885 — n° 6, 10 juin 1885 [?] : dernier de la B.N.). 8° Lc2 4375. 16 X 25 ; 32 p. Réd.-adm. : Argyriadès, rue Monge à Paris ; gérant : Gaillard, fils. Articles de Vaillant, Goullée, Le Roy, Meunier, Argyriadès, poésies d’Eugène Pottier, de Gaillard fils, etc.

L’Idée nouvelle (Revue rouge), Revue sociale et littéraire (n° 1, 5 janvier 1890 — n° 6, 5 juin 1890 [?] : dernier de la B.N., mais il semble qu’il y ait eu d’autres numéros). 4° R 1187. 19 X 27 ; 16 p. Mensuel. Adm-réd. : Paris ; adm.-gérant : L. Beaumont.

Se veut « l’un des organes du communisme scientifique et international ; articles de L. Cladel, Robelet, Lafargue, Guesde, Fournière, Fréjac, J. Dormoy. Chirac, Stackelberg, etc.

b) Revues d’intérêt économique et social :

Bulletin de Statistique et de Législation comparée (ministère des Finances). Depuis 1877, date à laquelle est créé un « bureau de statistique au ministère des Finances. 8° Lc2 83 bis. Mensuel. Cf. deux volumes de tables (18771896 et 1897-1906) (très riche sur les prix, les consommations, les professions, etc.).

L’Economiste français. Fondé en 1873 par P. Leroy-Beaulieu.

Journal de la Société de Statistique de Paris. Fondé en 1860. Tables annuelles : 1°) 1860-1910 ; 2°) 1911-1935 ; 3°) 1936-1960. Jusqu’en 1914, d’une inépuisable richesse sur toutes les questions économiques et sociales ; beaucoup d’éléments pour étudier la condition ouvrière.

Journal des Economistes, Revue mensuelle de la science économique.

Fondé par Guillaumin, paraît depuis le 15 décembre 1841. Organe de l’école libérale ; intéressant surtout pour les opinions de cette école ; donne les comptes rendus des séances de la Société d’économie politique et de très utiles bibliographies des ouvrages parus. La question des grèves occupe une assez large place dans les discussions, notamment en 1871-1872.

La Réforme sociale (depuis 1881). 8° R 4042 : Bulletin de la société d’économie sociale et des unions de la paix sociale fondées par F. Leplay.

Intéressantes monographies et enquêtes, ainsi en 1886, enquête sur les conditions des logements ouvriers en France ; questionnaire, t. III, p. 206, et résultats (monographies) dans les volumes suivants.

Revue d’Economie politique (depuis 1886). Entre 1890 et 1914, a des rubriques régulières consacrées aux questions ouvrières (Gide et Lambert : « chronique économique » ; Ch. Rist : « chronique ouvrière » ; J. Lescure : « chronique des questions ouvrières »).

2. PUBLICATIONS OFFICIELLES

Annuaire du Nord. Un volume annuel. Consulté : 1871-1890. Annuaire statistique de la France. Un volume annuel depuis 1878. Les volumes de 1936 et 1961 (entre autres) sont rétrospectifs.

Board of Trade. Cost of living in French towns. Report of an enquiry by the Board of Trade into working class rents, housing and retail prices together with the rates of wages in certain occupations in the principal industrial towns of France. With an introductory memorandum and a comparaison of conditions in France and the United Kingdom, Londres, 1909 (Musée social : 17 234) (observations faites en 1905).

Bureau international du travail, Etudes et Documents, série N, statistiques, n° 1, décembre 1923 : « Les méthodes de classification des industries et professions » ; n° 10, 1926 : « Les méthodes de la statistique des conflits du travail. »

Documents, nouvelle série, n° 53, 1959 : « La normalisation des statistiques du travail » ; dans la Revue internationale du Travail, publiée par le B.I.T., Genève : n° 5, mai 1938 : « Journées perdues par suite de conflits du travail dans différents pays » ; juillet 1955 : « Les conflits du travail de 1937 à 1954 » ; septembre 1956 : « La fréquence par industrie des conflits du travail » (pour 1949-1955) ; avril 1958 : « Fréquence et durée des conflits du travail » (1949-1957).

Chambre de commerce de Lyon, Comptes rendus des travaux de la... (depuis 1864, généralement un volume annuel). Cf. F. Royet, Répertoire analytique (1864-1890), Lyon, 1892.

Chambre de commerce de Paris, Enquête sur les conditions du travail en France pendant l’année 1872, département de la Seine, Paris, Chambre de commerce, 1875.

Id., Avis exprimé sur les principales questions soumises à son examen pendant les années 1870 à 1872 ; abrogation de la loi du 25 mai 1864 sur les coalitions, Emile Baillière, rapporteur ; 23 mars 1872, Paris, de Martinet, 1873 ; B.N., Lb 57 3430.

Commission chargée de la présentation de la loi du 25 mai 1864, Le Moniteur, 19 mars 1864 ; publie des fragments du rapport de cette commission et notamment une statistique des grèves de 1853 à 1862 : il y aurait eu 2 186 coalitions dont 759 auraient fait l’objet de poursuites.

Commission d’enquête sur les associations syndicales : exposé préliminaire, par F. Desportes, avocat à la Cour, Paris, Jules Leclerc, 1873 (il y aurait à Paris, à cette date, une cinquantaine d’associations syndicales).

Commission d’enquête parlementaire sur les conditions du travail en France (salaires et rapports entre ouvriers et patrons) : rapport fait au nom de cette commission par M. Ducarre : Journal officiel, 15 au 22 novembre 1875 ; avec des annexes comprenant notamment le rapport sur les réponses à l’enquête, par Louis Favre (20-22 novembre) ; cf. aussi Ducarre, 1875.

Enquête parlementaire de 1884 :

  1. Procès-verbaux de la commission chargée de faire une enquête sur la situation des ouvriers de l’industrie et de l’agriculture en France et de présenter un premier rapport sur la crise industrielle à Paris, Annales de la chambre des députés, nouvelle série, documents parlementaires, annexes, t. 12, mars-avril 1884, 1 vol., 1885, 418 p. (B.N. Fol. Le 89 36 bis) ;
  2. Rapport présenté à la commission d’enquête parlementaire sur la situation des ouvriers de l’agriculture et de l’industrie en France et sur la crise parisienne, par M. Spuller, député, président de la commission et rapporteur provisoire, Paris ; imprimerie de la Chambre des députés, 1885, 4°, 220 p. (dit rapport Spuller).
  3. Rapport présenté à la commission d’enquête parlementaire sur la situation des ouvriers de l’agriculture et de l’industrie en France. Grève d’Anzin, par M. Clemenceau, député, Paris, Quantin, imprimerie de la Chambre des députés, 1885, 4°, 199 p. 4°) Rapport de Lanessan (Lyon et Saint-Etienne), J.O. Annales, 1884,

p. 2288.

Commission supérieure du travail, Rapports présentés au Président de la République sur l’application des lois réglementant le travail (1887-1896), 10 vol.

Institut de la conjoncture, Etude spéciale, n° 3 : Le progrès technique en France depuis cent ans, Paris, 1944.

Institut national de la statistique et des études économiques (I.N.S.E.E.),

Nomenclature des métiers et des activités individuelles. Table de correspondance entre la codification réduite et les numéros de base de la nomenclature, Paris, 1962.

Id. : Code des catégories socio-professionnelles, 4e éd., Imprimerie nationale, 1962.

Journal officiel : comprend cinq parties paginées séparément et par année : 1°) Journal officiel proprement dit ; 2°) Comptes rendus in extenso des séances du Sénat (Débats parlementaires) ; 3°) Documents du Sénat (Documents parlementaires) ; 4°) Comptes rendus in extenso des séances de la Chambre (Débats parlementaires) ; 5°) Documents de la Chambre (Chambre, Documents parlementaires) : un dépouillement intégral des débats sociaux serait une étude en soi ; j’ai consulté principalement les débats parlementaires lors des interpellations au sujet de grèves : Chambre, Débats parlementaires, 10 mars 1882, interpellation de Lanessan sur la grève de La Grand’Combe et de Bessèges ; 21 juin 1882, interpellation Clovis Hugues au sujet de l’interdiction par le Gouvernement de la loterie du Citoyen en faveur « des familles des grévistes de Roanne » ; 6 mars 1884, interpellation Giard au sujet de la grève d’Anzin ; 9 mai et 18 juin 1885, grève de Château Regnault ; 11 février (Basly), 11-13 mars (Camélinat), 10 avril, 12 mai, 29 mai (Michelin et Planteau), 1886, sur Decazeville ; 17 octobre 1886, interpellation Henri Maret sur la grève de Vierzon ; 25 novembre 1889, discussion d’une proposition Ferroul tendant à l’ouverture par le ministère de l’Intérieur d’un crédit de 150 000 francs pour les victimes des grèves.

Ministère de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics de Belgique, Salaires et budgets ouvriers en Belgique au mois d’avril 1891 (renseignements fournis par les conseils d’industrie et du travail), Bruxelles, 1892.

Ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, direction des Beaux-Arts, bureau de l’Enseignement, Commission d’enquête sur la situation des ouvriers et des industries d’art, Paris, 1884; B.N., Lf 242 112.

Ministère de l’Intérieur, Enquête de la commission extra-parlementaire des associations ouvrières, Paris, 1883, 2 vol. ; Lf 132 165 (concerne uniquement les associations ouvrières de production (t. I) et les associations avec participation aux bénéfices (t. II). Dans les dépositions on relève un grand nombre de plaintes contre les ouvriers étrangers et contre la cherté de la vie).

Ministère du Commerce, Enquête sur les modifications à apporter aux lois du 9 septembre 1848 et du 19 mai 1874 sur le travail dans l’industrie,

Paris, 1885 (un exemplaire, dans Archives nationales, F 22 333). Ministère du Commerce, Office du travail :

  • Les Associations ouvrières de production, Paris, Imprimerie nationale, 1893.
  • Enquête sur les salaires et la durée du travail dans l’industrie française (grande et moyenne industrie), Paris, Imprimerie nationale, 1893-1897, 5 vol. et 1 album graphique; t. I : 1893, 611 p., département de la Seine; t. II : 1894, 760 p., départements autres que celui de la Seine, industries extractives, alimentation, ind. chimiques, caoutchouc, papier, cuirs et peaux, textiles ;
  • III : ibid., industries du bois, tabletterie, métaux, travail des pierres et des terres, établissements de l’Etat et des communes ; entreprises de transport en commun ; t. IV : 1897, 572 p., résultats généraux de l’enquête. (Enquête de tout premier ordre, dont j’ai tiré beaucoup de renseignements sur des sujets très divers.)
  • La petite industrie (salaires et durée du travail), t. I : L’alimentation à Paris, 1893 ; t. II : Le vêtement à Paris, grands magasins et petits ateliers, 1896 (rapports de Pierre du Maroussem).
  • Les associations professionnelles ouvrières, t. I : Agriculture, mines, alimentation, produits chimiques, industries polygraphiques, 1899, 909 p. ; t. II : Cuirs et peaux, industries textiles, habillement, ameublement, travail du bois, 1901, 895 p. ; t. III : Métaux, céramique et verrerie, 1903, 679 p. ; t. IV : Bâtiment, transports, industries diverses, 1904, 821 p. (un t. V concernant les fédérations locales et nationales de professions différentes et bourses du travail, annoncé, n’est jamais paru). (Remarquable enquête dirigée, au début au moins, par Isidore Finance, chef du 2° Bureau de l’Office du travail ; utilise dans une proportion croissante les archives des syndicats ouvriers ; le t. III fait état d’une compréhension accrue de la part des organisations possédant des archives qui, « dans bien des cas... les ont mises sans restriction et sur une simple demande, à la disposition des enquêteurs ». Nous avons ainsi accès à des documents aujourd’hui disparus dans leur immense majorité.)
  • Statistique des grèves survenues en France pendant les années 1890 et 1891, Paris, 1892 (premier volume d’une série désormais régulière ; encore incomplet ; aussi pour 1890 ai-je utilisé mes propres statistiques).
  • Statistique des grèves et des recours à la conciliation et à l’arbitrage survenus pendant l’année 1894, Paris, 1895 ; désormais, sous ce titre, un volume par an, de dimensions croissantes, comprenant des tableaux et des statistiques sous divers angles, des récapitulatifs, des cartes et diagrammes et des monographies de grèves (cf. par exemple pour le 1er Mai 1906). A partir de 1906 (volume paru en 1907), les volumes sont publiés par le ministère du Travail et de la Prévoyance sociale, Direction du travail.
  • Bulletin de l’Office du Travail, 1re année, n° 1, janvier 1894, mensuel (de premier ordre pour la connaissance de la vie ouvrière et du mouvement social).
  • Annuaire des syndicats professionnels, publication annuelle à partir de 1889 (pour chaque année, statistique des syndicats patronaux, ouvriers, agricoles, avec nombre des membres, des institutions créées par les syndicats).

L’Office du Travail a publié en tout une cinquantaine de volumes ; aujourd’hui introuvables.

Ministère du Travail et de la Prévoyance sociale : relaie l’Office du Travail à compter de 1906 et reprend à son compte la plupart des publications entreprises (Statistique des grèves, Annuaire des syndicats). Parmi les enquêtes particulières, citons : Enquête sur l’habitation ouvrière, 1906-1908, Paris, Berger-Levrault, 1908.

Office permanent de l’institut international de statistique, t. VI, La Haye, 1920, cf. p. 127-147 sur les méthodes comparées des statistiques des grèves des divers pays.

Statistique générale de la France :

  • Historique et travaux de la fin du xviiie siècle au début du xxe siècle,

Paris, Imprimerie nationale, 1913 (très utile mise au point).

  • Statistique sommaire des industries principales en 1873, avec cartes.
  • Statistique annuelle de la France, 3e série, 1871-1884, 14 vol.
  • Statistique annuelle de la France, 1885-1889, 5 vol. (ne comportent plus de statistiques agricoles, désormais publiées par le ministère de l’Agriculture).
  • Statistique annuelle de 1890, Paris, 1891 (plus de renseignements industriels) ; la statistique se réduit ensuite aux mouvements de population, établissements de bienfaisance, monts-de-piété, libéralités, sinistres...).

N.B. : On trouve les premières statistiques imprimées de grèves dans cette publication :

Statistique générale, année 1885, t. XV, 1888, p. 72-83 : statistique des grèves de 1874 à 1885 (avec lacune pour 1881) ; p. 83-88 : statistique spéciale des grèves en 1885 (108 grèves, 16 584 grévistes, 189 927 journées perdues) ;

Statistique générale, année 1886, t. XVI, 1889 : statistique des grèves pour 1886, p. 135-141 ; Statistique générale, année 1887, t. XVII, 1889 : statistique des grèves pour 1887, p. 40-46 ; Statistique générale, année 1888, t. XVIII, 1890 : détails sur les grèves qui se sont produites en 1888, p. 132-139 ; Statistique générale, année 1889, t. XIX, 1890 : statistique des grèves qui se sont produites de 1852 à 1889, p. 134 et sq. ; statistique des grèves pour 1889,

p. 116-134 (statistique rendue difficilement utilisable du fait que l’unité adoptée est la grève — établissement ; le total donné pour 1889 : 321 grèves, est en conséquence très élevé).

  • Albums de statistique graphique : série qui commence à partir de 1879 (B.N., Lf 262 79) au rythme d’un volume par an ou tous les deux ans.

Recensements généraux de la population :

  • 1872, 1 vol., 256 p.
  • 1876, 1 vol. ; 1881, 1 vol. ; 1891, 2 vol. ; 1896, 5 vol. Le recensement de 1896 est le premier grand recensement professionnel depuis 1866 : t. I Paris, Nord et Est, 845 p. ; t. II : Sud-Est, 803 p. ; t. III : Ouest et Midi, 663 p. ;
  • IV : résultats généraux (que nous avons surtout utilisés).
  • Dénombrement général des étrangers pour 1891, 1 vol., 349 p. Publications particulières de la Statistique générale de la France :
  • Répertoire technologique des noms d’industries et de professions français, anglais, allemands, suivi de trois listes alphabétiques des noms allemands, anglais et français, Paris, Nancy, 1909, 2 vol.
  • Statistique générale de la France. Service d’observation des prix : Le travail professionnel. Conditions de la vie ouvrière ou rurale en 1913-1914, Paris, Alcan, 1919, 100 p. (Sur cette enquête faite par questionnaire et interviews, cf. HALBWACHS, 1921).
  • Ministère de la Justice : Comptes généraux de la justice criminelle (depuis 1825). Utilisé les statistiques reproduites dans le t. 1 des Associations professionnelles ouvrières (p. 27, 40, 49, 50).

3. OUVRAGES

Abréviations utilisées

Amer. Econ. Review

Amer. Hist. Review

Annales E.S.C.

American Economic Review

American Historical Review

Annales, Economies, Sociétés, Civilisations

Archiv. Sociologie des Religions

Bull. Hist, de la Troisième République

Bull. Inst. Intern. Statistique

Bull. Soc. Hist. Mod.

Bull. Soc. Lorraine d’Etudes Locales

Bull. Stat. Gén. de la France

Cab. Intern.

E con. Hist. Review

Fond. Nat. Sc. Pol.

Inst. Sc. Soc. du Travail

Int. Review for Soc.

Hist. Jour. Amer.

Stat. Association

Jour, des Econ. Jour, of Ec. and Bus.

Hist. Jour. Soc. Stat. Paris Mouv. Soc.

Rev. Admin.

Rev. Ec. Pol.

Rev. Econ.

Rev. Econ. Intern.

Rev. Fr. Sc. Pol.

Rev. Fr. Sociol.

Rev. Hist.

Rev. Hist, de la Sidérurgie

Rev. Hist. Ec. Soc.

Rev. Hist. Mod. Cont.

Rev. Inter, du Travail

Rev. Nord

Rev. of Econ. Statistics

Rev. Polit. et Parlem

Rev. Soc.

Rev. Soc. d’Hygiène Alim.

Sociol. du Travail

Stud. Stor.

Bulletin d’Histoire de la Troisième République

Bulletin de l’Institut International de Statistique

Bulletin de la Société d’Histoire Moderne

Bulletin de la Société Lorraine d’Etudes

Locales Bulletin de la Statistique Générale de la

France Cahiers Internationaux

Economic History Review

Fondation Nationale des Sciences Politiques

Institut des Sciences Sociales du Travail

International Review for Social History

Journal of the American Statistical Association

Journal des Economistes Journal of Economic and Business History

Journal de la Société de Statistique de Paris Mouvement Social

Revue Administrative

Revue d’Economie Politique

Revue Economique

Revue Economique Internationale

Revue Française de Science Politique

Revue Française de Sociologie

Revue Historique

Revue d’Histoire de la Sidérurgie

Revue d’Histoire Economique et Sociale

Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine

Revue Internationale du Travail

Revue du Nord Review of Economic Statistics

Revue Politique et Parlementaire

Revue Socialiste

Revue de la Société d’Hygiène Alimentaire Sociologie du Travail Studi Storici

ABRAMS, Mark (1951) : Social surveys and social action, Londres, Heinemann.

ACONIN, Maurice (1912) : Le prix des objets de première nécessité depuis cinquante ans, thèse de droit, Paris, Larose.

AFTALION, Albert (1904) : La crise de l’industrie linière et la concurrence victorieuse de l’industrie cotonnière, Paris, L. Larose.

  • (1906) : Le développement de la fabrique et le travail à domicile dans les industries de l’habillement, Paris, Sirey.
  • (1912) : « Le salaire réel et sa nouvelle orientation », Rev. Ec. Pol. (L’augmentation du salaire réel aurait été de 34 % de 1880 à 1900 et de 6 % de 1900 à 1910, du moins à Paris.)

AGUET, Jean-Pierre (1954) : Les grèves sous la Monarchie de Juillet 18301847), Genève, Droz. AMANIEU, René (1963) : « Hommes et suffrages dans deux cantons toulousains en 1869 », Rev. Hist. Ec. Soc., n° 2.

ANDRéANI, Edgard (1965) : Les grèves et les fluctuations de l’activité économique de 1890 à 1914 en France, thèse de science économique, Paris, 2 vol. dactylographiés.

ARDOUIN-DUMAZET (1893 et sq.) : Voyages en France, Paris, Berger-Levrault, 33 vol.

ARIES, Philippe (1948) : Histoire des populations françaises et de leurs attitudes devant la vie depuis le xviiie siècle, Paris, Self. (Cf. notamment « Au pays noir. La population minière du Pas-de-Calais ».)

ARMENGAUD, André (1967) : « Mouvement ouvrier et néomalthusianisme au début du xxe siècle », Annales de démographie historique, 1966, Paris, Sirey.

ARON, Jean-Paul (1961) : « Biologie et alimentation au xviiie siècle et au début du xixe siècle », Annales E.S.C., septembre-octobre.

  • (1967) : Essais sur la sensibilité alimentaire à Paris au xixe siècle, Cahiers des Annales, n° 25, Paris, A. Colin.

AUDIGANNE, A. (1860) : Les populations ouvrières et les industries de la France. Etudes comparatives sur le régime et les ressources des différentes industries, sur l’état moral et matériel des ouvriers dans chaque branche du travail et les institutions qui les concernent, Paris, Capelle, 2 vol., 2e éd.

  • (1865) : Les ouvriers d’à présent et la nouvelle économie du travail, Paris, Lacroix.
  • (1872) : « La participation des ouvriers aux bénéfices », Jour, des Econ., mars. (Favorable.)
  • (1873a) : Mémoires d’un ouvrier de Paris, 1871-1872, Paris, Charpentier. (Hostilité aux grèves : p. 229 et sq.)
  • (1873b) : Le travail et les ouvriers sous la Troisième République, Paris, Garnier Frères, in-12.
  • (s.d.) : La crise de subsistances et la cherté des vivres, Paris, Douniol, 28 p.

AVENEL, Henri (1900) : Histoire de la presse française depuis 1789 jusqu’à nos jours, Paris, Flammarion.

AYEN, duc D’ (1872) : Revenu, salaire et capital. Leur solidarité, Paris, Guillaumin.

BACHELARD, Gaston (1948) : La terre et les rêveries de la volonté, Paris, Corti, 4e éd. (Et l’ensemble de son œuvre pour les préoccupations et la méthode de lecture.)

BAGGIO, Charles (1886) : Entretiens populaires sur le socialisme ou le socialisme expliqué aux ouvriers, Carvin, Plouvier-Cardon.

  • (1887) : Explication populaire du socialisme et de son application graduelle,

Carvin, Plouvier-Cardon.

BALZAC : œuvres citées : Les Paysans, Les Employés.

BARBERET, J. (1873) : Les grèves et la loi sur les coalitions, Paris, Bibliothèque ouvrière. (Critique les grèves ; préconise l’association.)

  • (1874) : Le mouvement ouvrier de 1870 à 1874, Paris, Bibliothèque ouvrière.
  • (1879) : La bataille des intérêts, suivie d’un appendice intitulé la calomnie, Paris, Cinqualbre.
  • (1886-1890) : Le travail en France. Monographies professionnelles, 7 vol., Paris, Berger-Levrault. (Dans le t. I, un « historique du mouvement ouvrier » avec des pages intéressantes sur la « Troisième République et les ouvriers français » ; puis documentation sur les diverses professions dans l’ordre alphabétique, depuis « apprêteurs d’étoffes » jusqu’à « débitants de boissons ». Beaucoup de renseignements sur l’évolution technique des métiers, les réactions ouvrières devant ces changements, les associations ouvrières, etc. De très nombreux textes cités ou transcrits intégralement font de ces volumes avant tout une mine de documents. Par ailleurs, il est question presque exclusivement de Paris.)
  • (s.d.) : La Bohême du travail, Paris, Hetzel. (Notations intéressantes sur des marginaux aux frontières du monde du travail.)
  • BARrAL, Pierre (1962) : Le département de l’Isère sous la Troisième République, Paris, A. Colin.

BARRAU, Th. H. (1869) : Conseils aux ouvriers sur les moyens d’améliorer leurs conditions, ouvrage couronné par l’Académie française, 1851, plusieurs rééditions ; ici, Paris, Hachette.

BARTHES, Roland (1961) : « Pour une psycho-sociologie de l’alimentation contemporaine », Annales E.S.C., septembre-octobre. (L’alimentation comme « système de communication ».)

BEAUFRETON, Maurice (1898) : Le logement populaire à Paris, Musée social, Mémoires et documents, n° 10, Paris.

BEAUMONT, H. de (1909) : « Grèves et lock-outs en Italie en 1905 », Jour. Soc. Stat. Paris, p. 85.

BÉCHAUX, A. (1894) : Les revendications ouvrières en France, Paris, Guillaumin.

BECKETT, Samuel (1952) : En attendant Godot, Paris, Ed. de Minuit.

BENOIST, Charles (1895) : Les ouvrières de l’aiguille à Paris. Notes pour l’étude de la question sociale. Paris, Chailley. (Il s’agit du travail en atelier.)

  • (1905) : La crise de l’Etat moderne. L’organisation du travail : t.I : Le travail, le nombre et l’Etat. Enquête sur le travail dans la grande industrie, Paris, Plon.
  • (1914) : Ibid., t. II : L’espèce. L’ouvrier. La classe ouvrière, Paris, Plon.

BeRNARD, Paul (1939) : « Le mouvement ouvrier en France pendant les années 1852-1864, d’après les rapports politiques des procureurs généraux », Int. Review for Soc. Hist., t. 4.

BERNSTEIN, Ed. (1908) : La grève et le lock-out en Allemagne. Leurs forces, leur droit, leurs résultats, Paris, M. Rivière.

BERTILLON, Jacques (1880) : La statistique de la France, Paris, Alcan.

  • (1891) : De la morbidité et de la mortalité par professions, Paris, Imprimerie municipale.
  • 1894 : Essai de statistique comparée du surpeuplement des habitations à Paris et dans les grandes capitales européennes, Paris, Chaix, 32 p.
  • (1899) : « Les logements à Paris », Rev. d’Hygiène.
  • (1911) : La dépopulation de la France, Paris, Alcan.

BERTRAND, Louis (1885) : Essai sur le salaire, Paris, Librairie du Progrès. (Réfutation de Lassalle.)

BESANÇON, Alain (1954) : Le mouvement syndical des mineurs du Nord et du Pas-de-Calais, 1884-1914, D.E.S., Paris (sous la direction de M. Labrousse).

BEVAN, Philip (1880) : « The strikes of the pastten years », Journal of Statistical Society, mars (Londres).

BIENAYMé, Gustave (1896) : « Le coût de la vie à Paris à diverses époques », Jour. Soc. Stat. Paris, et tiré à part, B.N. Lk 7 30778 ; sous ce même titre, d’autres études du même auteur ont paru en 1899, 1900, 1901, 1902, 1903, dans le même Journal ; tirés à part.

BLANC, Louis (1845) : Organisation du travail (1839), 4e éd., Paris, Cauville.

BLOCH, Marc (1934) : « Le salaire et les fluctuations économiques à longue période », Rev. Hist. (Compte rendu de Simiand, 1932.)

BLOCH-LAINé, F. (1963) : Pour une réforme de l’entreprise, Paris, Seuil.

BLOCK, Maurice (1875) : Statistique de la France comparée avec les divers pays de l’Europe, Paris, Guillaumin, 2e éd., 2 vol.

  • (1878) : « La crise économique », Rev. des Deux Mondes, 15 mars.

BLUMé, Daniel (1957) : Recherches sur le syndicalisme ouvrier dans le bâtiment à Paris, 1892-1906, D.E.S., Paris (M. Labrousse). (Utilise notamment la presse syndicale du bâtiment.)

BOILLEY, Paul (1887) : Physiologie et classification du corps électoral (étude sociale). Socialisme, capitalisme et suffrage universel, Paris, Librairie de la Revue Socialiste, in-18, 107 p.

BONNEF, L. et M. (1900) : Les métiers qui tuent. Enquête auprès des syndicats ouvriers sur les maladies professionnelles, Paris, Bibliographie sociale, in-16, 132 p.

  • (1908) : La vie tragique des travailleurs. Enquête sur la condition économique et morale des ouvriers et ouvrières de l’industrie, Paris, J. Rouff, préface de Lucien Descaves.
  • (1911) : La classe ouvrière : les boulangers, les employés de magasin, les terrassiers, les travailleurs du restaurant, les cheminots, les pêcheurs bretons, les postiers, les compagnons du bâtiment, les blessés, Paris, Publications de la Guerre sociale.
  • (1912) : Marchands de folie, Paris, M. Rivière.

BONNET, R. (1966) : « Essai historique sur le syndicalisme minier », Droit Social, Paris, juin. (Avant 1914, essentiellement groupe de pression ; après 1918, une certaine diversification notamment sous l’influence du syndicalisme chrétien.)

BONNET, S. ; SANTINI, Ch. 

BARTHÉLÉMY, J. (1962) : « Les Italiens dans l’arrondissement de Briey avant 1914 », Annales de l’Est. (D’après la relation de voyage d’un évêque italien en Lorraine.)

  • (1965) : « La vie ouvrière vue par les instituteurs en Meurthe-et-Moselle (1890-1900) », Mouv. Soc., janvier-mars. (Traduit surtout la méfiance du monde rural vis-à-vis des ouvriers et la répugnance à l’industrialisation.)

BONNEVAY-LAURENT (1896) : Les ouvrières lyonnaises à domicile. Misère et remède, Paris, Guillaumin, in-12.

BOUÈRE, J. P. (1958) : Le droit de grève, Paris, Sirey.

BOURGIN, Georges (1939) : « La lutte du gouvernement français contre la première Internationale, contribution à l’histoire de l’après-Commune », Int. Review for Soc. Hist., t. 4. BOUVIER, Jean (1953) : « Aux origines de la Troisième République. Les réflexes sociaux des milieux d’affaires », Rev. Hist., octobre-décembre.

  • (1960) : Le krach de l’Union générale, Paris, P.U.F.
  • (1963) : « Les profits des grandes banques françaises des années 1850 jusqu’à la fin de la première guerre mondiale », Stud. Stor., n° 2.
  • (1964) : « Mouvement ouvrier et conjonctures économiques », Mouv. Soc., juillet-septembre.

BOUVIER, J. ; FURET, F. ; GILLET, M. (1965) : Le mouvement du profit en France au xixe siècle, Paris-La Haye, Mouton.

BOUVIER-AJAM, Maurice (1969) : Histoire du travail en France depuis la Révolution, Paris, Librairie Générale de Droit et de Jurisprudence.

BOUYON, A. (1872) : Questions ouvrières. Le salaire à Paris, ce qu’il est, ce qu’il devrait être, Paris, Libr. Berthier, 36 p.

BRAQUE, Robert (1963) : « Aux origines du syndicalisme dans les milieux ruraux du Centre de la France », Mouv. Soc., janvier-mars.

BRÉCY, Robert (1963) : Le mouvement syndical en France (1871-1921). Essai bibliographique, Paris-La Haye, Mouton.

  • (1969) : La grève générale en France, Paris, E.D.I.

BRICOGNE, Paule (1966) : Les feuilletons du Petit Journal au début du xxe siècle, D.E.S., Paris (M. Vilar).

BROUSSE, Paul (1883) : La propriété collective et les services publics, Paris.

BRUGUIER, V. (1926) : La Bourse du Travail de Nîmes (1887-1906), Nîmes. (Souvenirs, histoire.)

BYRNES, Robert F. (1950) : Antisemitism in modem France, t. I : The prologue of the Dreyfus affair. New Brunswick, Rutgers Univ. Press. (Avant 1890, antisémitisme des milieux socialistes et révolutionnaires, bon accueil à Drumont ; mais le cléricalisme des antisémites les fait reculer.)

CACHEUX, Emile (1879) : Les habitations ouvrières au xixe siècle, Paris.

CACHEUX, Emile et MULLER, Emile (1879) : Les habitations ouvrières en tous pays, Paris, J. Defey.

CAHEN (1953) : « Evolution de la population active depuis cent ans d’après les dénombrements quinquennaux », Etudes et Conjoncture, mai-juin. (Progrès des recensements à partir de 1896 parce que dépouillement central.)

  • (1957) : « Evolution des conditions de logement en France depuis cent ans », Etudes et Conjoncture, octobre.

CALVIGNAC, J.-B. (1963) : « Mémoires d’un militant mineur : J.-B. Calvignac, maire de Carmaux », présentés par R. Trempé, Mouv. Soc., avril-juin.

CAMBON, Paul (1940-1946) : Correspondance, 1870-1924, Paris, B. Grasset, 3 vol. (Commentaires et notes par H. Cambon.)

CAMP, Maxime DU (1883-1884) : Paris. Ses organes, ses fonctions et sa vie dans la seconde moitié du xixe siècle, Paris, Hachette, 6 vol. 7e éd.

CANETTI, Elias (1966) : Masse et puissance, Paris, Gallimard.

CARASSUS, Emilien (1966) : Le snobisme et les lettres françaises de Paul Bourget à Marcel Proust, 1884-1914, Paris, A. Colin. (Cf. notamment 4e partie, chap. III, « Toquades » : « la toquade anarchiste » et ses racines, la peur sociale.)

CARON, François (1965) : « Essai d’analyse historique d’une psychologie du travail », Mouv. Soc., janvier-mars.

CARRON, Marie-Antoinette (1965) : « Prélude à l’exode rural en France : les migrations anciennes de travailleurs creusois », Rev. Hist. Ec. Soc., n° 3. (Changement dans le mode des migrations vers 1860 : de temporaires, elles deviennent peu à peu définitives ; les migrations temporaires disparaissent complètement après 1918.)

CARTIER, Paul (1952) : La condition ouvrière dans le département de Saône-et-Loire sous le Second Empire, D.E.S., Paris (M. Labrousse).

CÉLINE, Louis-Ferdinand (1962) : Mort à crédit (1936), Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade ».

CèRE, Paul (1872) : Les populations dangereuses et les misères sociales, Paris, Dentu. CHABERT, A. (1949) : Essai sur les mouvements des revenus et de l’activité économique en France de 1798 à 1820, Paris, Médicis.

CHAMBELLAND, Colette (1953) : L’idée de grève générale en France, D.E.S. Paris (M. Labrousse).

CHAMBERLAIN, Neil W. et SCHILLING, Jane METZGER (1954) : The impact of strikes. Their social and economic costs, New York, Harper.

CHARTON, Edouard (1880) : Dictionnaire des professions ou guide pour le choix d’un état, indiquant les conditions de temps et d’argent pour parvenir à chaque profession, les études à suivre, les programmes des écoles spéciales, les examens à subir, etc., 3° éd., Paris, Hachette.

CHASSIGNET, L. M. (1889) : Enquête sur la condition des petits logements en France et à l’étranger. Ville de Nancy, Paris, aux bureaux de la Société d’Economie Sociale, 32 p.

CHAUVET, Paul (1956) : Les ouvriers du livre en France de 1789 à la constitution de la Fédération du livre, Paris, M. Rivière. (Nombreux renseignements sur les grèves, notamment sur celle de 1878.)

CHEVALIER, Louis (1950) : La formation de la population parisienne au xixe siècle, Paris, P.U.F.

  • (1958) : Classes laborieuses, classes dangereuses, à Paris pendant la première moitié du xixe siècle, Paris, Plon.
  • (1967) : Les Parisiens, Paris, Flammarion.

CHEVALIER, Emile (1887) : Les salaires au xixe siècle, préface de Levasseur, Paris, Rousseau. CHEVRY, R. (1962) : Pratique des enquêtes statistiques, Paris, P.U.F.

CHEYSSON, Emile (1885) : « Question des professions, rapport sur le prix de statistique de 1884 », Jour. Soc. Stat. Paris.

CHEYSSON, E. et TOQUÉ, Alfred (1890) : « Les budgets comparés des cent monographies de familles, publiés d’après un cadre uniforme dans Les Ouvriers européens et dans Les Ouvriers des Deux Mondes », Bull. Inst. Intern. Statistique, Rome, t. 5.

CHIRAC, Auguste (1885) : Les rois de la République, histoire des juiveries, Paris, Arnould. (La Bataille, organe socialiste, recommande cet ouvrage, 6 novembre 1885 : « Un livre à lire ».)

  • (1887) : La prochaine révolution. Code socialiste, Paris, Arnould.

CHOMBART DE LAUWE, Pierre (1956) : La vie quotidienne des familles ouvrières. Recherches sur les comportements sociaux de consommation, Paris, C.N.R.S.

  • (1959) : Famille et habitation, I : Sciences humaines et conceptions de l’habitation, Paris, C.N.R.S.

CHRISTOPHE, Albert (1884) : Commission d’enquête sur la situation des ouvriers de l’industrie et de l’agriculture en France, Paris.

CLANROLD (1887) : Le roman d’un patron ou la question ouvrière résolue suivi du plan de la cité Marius, Mons, Byr.

CLAUDEL, Paul : La Ville, première version, 1890 ; deuxième version, 1897 ; Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », t. I.

CLOUZARD, J. J. (1889) : A lire avant de se mettre en grève. Conséquences qui résultent de l’augmentation des salaires, Paris, pièce in-16. (Tract d’origine patronale diffusé dans la région d’Armentières.)

COGLEY, Thomas (1894) : The law of strikes, lock-outs and labor organizations, Washington. D.C., W. H. Lowdermilk & Co.

COLLIEZ, A. (1904) : Les coalitions industrielles et commerciales d’aujourd’hui. Trusts, cartels, corners, Paris, Guillaumin.

COMBE, Paul (1966) : Niveau de vie et progrès technique en France depuis 1860. Contribution à l’étude de l’économie française contemporaine, préface de J. Fourastié, Paris, P.U.F. (460 graphiques).

Commaille, J. (1966) : « Les aspects politiques des élections professionnelles »,. Mouv. Soc., avril-juin.

COMPÈRE-MOREL (1912-1921) : Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l’Internationale ouvrière, Paris, Quillet, 12 vol.

  • (1924) : Grand dictionnaire socialiste, Paris, Publications Sociales.
  • (1937) : Jules Guesde, le socialisme fait homme (1845-1922), Paris, Quillet.

CONNAY, Jean (1909) : Comment on devient compagnon du devoir, Paris, Editions de l’Union des ouvriers charpentiers de la Seine, illustrations de Grandjouan.

CONSTANT, E. (1958) : « Conflits sociaux dans le Var sous le Second Empire », Actes Congrès Soc. Sav., Aix-Marseille, p. 543-565. (Intéressant notamment sur les bouchonniers du Var.)

COORNAËRT, Emile (1966) : Les compagnonnages, Paris, Editions Ouvrières. CORBON, A. (1863) : Le secret du peuple de Paris, Paris, Pagnerre. COSTE, Ad. (1886) : Les questions sociales contemporaines, Paris, F. Alcan.

COURRIER, Paul-Louis (1822) : Pétition pour des villageois que l’on empêche de danser, Paris, La Pléiade.

COURTHÉOUX, J. P. (1957) : « Naissance d’une conscience de classe dans le prolétariat textile du Nord, 1830-1870 », Rev. Econ., n° 1.

  • (1959) : « Privilèges et misères d’un métier sidérurgique au xixe siècle : le puddleur », Rev. Hist. Ec. Soc., n° 2.

COUSTEIX (1957) : « Etude sur le mouvement ouvrier limousin de 1870 à 1939 », Actualité de l’Histoire, nos 20-21. CROSS, Ira B. (1908) : « Strikes statistics », Jour. Amer. Stat. Association. juin.

CROUZEL, A. (1887) : Etude économique, historique et juridique sur les coalitions et les grèves dans l’industrie, Paris, A. Rousseau.

CROUZET, François (1970) : « Un indice de la production industrielle française au xixe siècle », Annales E.S.C., janvier-février.

DANSETTE, A. (1938) : Le boulangisme (1886-1890), Paris, Perrin.

DAUBY, J. (1884) : Des grèves ouvrières, Paris, Guillaumin.

DAUDET : Arthur, nouvelle publiée en 1867 dans Les Annales (mai), puis dans les Contes du Lundi, 1873 ; Paris, Le Livre de Poche, 1963.

  • (1876) : Jack, mœurs contemporaines, Paris, Dentu.

DAUMARD, Adeline (1965) : Maisons de Paris et propriétaires parisiens au xixe siècle (1809-1880), Paris, Cujas.

DAUPHINOT, S. (1874) : Enquête parlementaire sur les conditions du travail en France. Réponses aux questionnaires, Versailles, Cerf et Fils, 32 p. ; B.N. Le 7 73. (Concerne Reims.)

DAVAIL, Roger (1963) : avec la collaboration de F. Bourricaud, Delamotte, Doron, préface de Stoetzel : Traité de psychologie sociale, t. I : Sciences humaines et psychologie sociale. Les méthodes, Paris, P.U.F.

DAVID, Marcel (1967) : Les travailleurs et le sens de leur histoire, Paris, Cujas.

DECOUflé, André (1968) : Sociologie des révolutions, Paris, P.U.F.

DELAFUTRY, Prosper (1887) : Les mémoires d’un travailleur, Paris, L. Sauvaitre.

(Moralisant, proudhonien ; mais nombreux détails autobiographiques concrets et vivants.) DELCOURT, Raymond (1906) : De la condition des ouvriers dans les mines du Nord et du Pas-de-Calais, Paris, Giard et Brière.

DELOR, A. (1888) : L’exagération des grands travaux publics et son influence sur la paix sociale. La grève des ouvriers du chemin de fer de Limoges à Brive, Paris ; pièce ; B.N. Le 7 125.

DELORY, Gustave (1921) : Aperçu historique sur la Fédération du Nord du Parti socialiste (1876-1920), Lille, Imprimerie ouvrière M. Dhoossche.

DELVAU, Alfred (1866) : Dictionnaire de la langue verte. Argots parisiens comparés, Paris, Dentu. (Une des sources de Zola pour L’Assommoir.)

DéPRET, Louis (1872) : Reine Planterose, Paris; B.N. Y2 26611. (Roman ouvrier à cadre lillois.)

DERRUAU-BONIOL, S. (1957a) : « Le département de la Creuse : structure sociale et évolution politique », Rev. Fr. Sc. Pol., n° 1.

  • (1957b) : « Le socialisme dans l’Allier de 1848 à 1914 », Cah. d’Histoire, n° 2.

DESMOUSSEAUX DE GIVRÉ, E. (1872) : Quelques réflexions au sujet des grèves et coalitions ouvrières et du droit d’association, extrait des Mémoires de la société des ingénieurs civils, Paris, Lemoine, pièce.

DESPORTES, Fernand (1876) : La question sociale et les syndicats ouvriers, Paris, Dentu. DEVILLE, Gabriel (1883) : Le Capital de Karl Marx, résumé et accompagné d’un aperçu sur le socialisme scientifique, Paris, Oriol.

  • (1884) : Cours d’économie sociale : Evolution du Capital, 5 brochures : 1°) « Genèse du Capital » ; 2°) « Formation du prolétariat » ; 3°) « Coopération et manufacture » ; 4°) « Machinisme et grande industrie » ; 5°) « Fin du Capital », Paris, Oriol.
  • (1886) : Philosophie du socialisme, Paris, Bibliothèque socialiste du Parti ouvrier, brochure, 36 p.

DIGEON, Claude (1959) : La crise allemande de la pensée française (18701914), Paris, P.U.F.

DIGNAT, P. (1907) : Le vin au point de vue de l’hygiène, Paris. (Communication à la Société de Médecine de Paris ; invite à ne pas confondre la question de l’alcoolisme et celle du vin : « Le vin est un aliment précieux ».)

DOGAN, Mattéi (1967) : « Les filières de la carrière politique en France », Rev. Fr. Sociol., août.

DOLLÉANS, Edouard et DEHOVE, Gérard (1953) : Histoire du travail en France. Mouvement ouvrier et législation sociale, t. I : Des origines à 1919, Paris, Domat-Montchrestien.

  • (1953-1960) : Histoire du mouvement ouvrier (1830 à nos jours), Paris,

A. Colin, 3 vol.

DOMMANGET, Maurice (1953) : Histoire du Premier Mai, Paris, Sudel.

  • (1956) : Edouard Vaillant, un grand socialiste, Paris, La Table Ronde.
  • (1958) : Les idées politiques et sociales d’Auguste Blanqui, Paris, M. Rivière.
  • (1963) : « L’idée de grève générale en France au xviiie siècle et pendant la Révolution », Rev. Hist. Ec. Soc., n° 1.
  • (s.d.) : Histoire du drapeau Rouge. Des origines à la guerre de 1939, Paris, Librairie de l’Etoile (vers 1966).

DORÉ, A. (1944) : La cité idéale au cours des âges, Mémoire de l’institut d’urbanisme, rue Michelet, exemplaire dactylographié, Paris. (Intéressant pour les utopies socialistes anglaises et françaises de la fin du xixe siècle.)

DORIAN, T. et MALAFAYDE, J. (1896) : Mineur et soldat, drame en un tableau, Paris, Stock. DOUASSOT Jean (1958) : La Gana (préface de Maurice Nadeau), Paris, Julliard.

DOUGLAS, P. H. (1923) : « An analysis of strike statistics (1881-1921) », Jour. Amer. Stat. Association, septembre. (Cherche à établir un rapport entre grèves et développement du syndicalisme ; les deux phénomènes varient plutôt dans le même sens aux Etats-Unis.)

DOUTY, H. M. (1932) : « The trend of industriai disputes, 1922-1930 », Jour. Amer. Stat. Association, juin. (Pour la période considérée : déclin des grèves en fréquence, en ampleur et en durée.)

DREYFUS, R. (1937) : « Bouleversements administratifs et municipaux (18701878) », Bull. Hist. de la Troisième République, décembre.

DUBOIS, Jean (1962) : Le vocabulaire politique et social en France de 1869 à 1872. A travers les œuvres des écrivains, les revues et les journaux, Paris, Larousse.

DUCARRE, Nicolas (1873-1874) : Enquête parlementaire sur l’état de l’industrie houillère, Versailles, Cerf et Fils, 43 p. ; B.N., 4°. Le 89 26.

  • (1875) : Rapport fait au nom de la Commission d’enquête parlementaire sur les conditions du travail en France : salaires et rapports entre ouvriers et patrons, Versailles, Cerf et Fils, 366 p. ; B.N., 4°. Le 89 26.
  • Ibid. : Lyon, de Mougin Rusand, in-8°, 342 p. ; B.N. Le 89 40. (Ces deux livres sont la réédition en volume du rapport paru au Journal officiel avec adjonction d’un chapitre supplémentaire où l’auteur expose ses « Objections et critiques ».)

DUCHEMIN, René (1939) : L’Organisation syndicale patronale, Paris, Plon.

DUCHESNE, Jean (1949) : La grève, Paris, thèse de droit dactylographiée. (Etudie surtout les grèves françaises à partir de la statistique de l’Office du travail, et le rapport grève-syndicats.)

DUCPÉTIAUX (1855) : « Budgets économiques des classes ouvrières en Belgique », Bulletin de la Commission centrale de Statistique.

DUGÉ DE BERNONVILLE, Louis (1914) : « Budgets de familles en divers pays », Bull. Stat. Gén. de la France, avril.

DUHAMEL, H. (1885) : « De la nécessité d’une statistique des accidents du travail », Jour. Soc. Stat. Paris.

  • (1887) : « Les accidents du travail », Jour. Soc. Stat. Paris.

DUMESNIL, Docteur (1890) : L’habitation du pauvre à Paris, Paris, J. B. Baillière. (Ouvrage rédigé à partir des rapports de la Commission sur les logements insalubres, dont Dumesnil était le président.)

DUMESNIL et MANGENOT, Docteurs (1899) : Etude d’hygiène et d’économie sociale. Enquête sur les logements, professions, salaires et budgets, Paris, Chaix, 160 p. (Remarquable enquête sur le quartier de la Pointe d’Ivry.) B.N., Tc48 73.

DUMONT, Docteur A. (1905) : Les habitations ouvrières dans les grands centres industriels et plus particulièrement dans la région du Nord. Etude d’hygiène sociale, Lille, Masson. (Importante bibliographie.)

DUMOULIN, Georges (1937) : Carnets de route, Lille, L’Avenir. (Souvenirs d’un militant ouvrier qui remontent à 1891 : grève des mineurs du Nord.)

DUNHAM, Arthur L. (1929) : « Thiers’ attempt to restore high protection in France, 1871-1873 », Jour, of Ec. and Bus. Hist., février.

DUPEUX, Georges (1962) : Aspects de l’histoire sociale et politique du Loir-et-Cher, 1848-1914, préface d’E. Labrousse, Paris-La Haye, Mouton.

DUPIN, Jacques (1956) : Le mouvement ouvrier à Auxerre, 1870-1880, D.E.S. de l’E.N.S.E.T. (aux archives départementales de l’Yonne).

DUPRIEZ, Léon H. (1947) : Des mouvements économiques généraux, Inst. de recherches économiques et sociales de l’université de Louvain, Louvain, 2 vol.

DUPRONT, Alphonse (1967) : « Formes de la culture de masses : de la doléance politique au pèlerinage panique, xviiie-xxe siècles », communication au colloque de l’Ecole normale parue dans Niveaux de culture et groupes sociaux, Paris-La Haye, Mouton (sous la direction de Louis Bergeron).

DUROSELLE, J.-B. (1951) : Les débuts du catholicisme social en France (1822-1870), Paris, P.U.F.

DUTACQ, F. (1931) : « Les grèves lyonnaises à la fin du Second Empire », Bibl. Rev. de 1848.

DUVEAU, Georges (1940-1947) : « Comment étudier la vie ouvrière : les méthodes d’investigation », Rev. Hist. Ec. Soc.

  • (1946) : La vie ouvrière sous le Second Empire, Paris, Gallimard.
  • (1948) : La pensée ouvrière sur l’éducation pendant la Seconde République et le Second Empire, Paris, Domat-Montchrestien.

DUVERGIER DE HAURANNE, Prosper (1872) : « La République et les Conservateurs », Rev. des Deux Mondes, juillet-août. (Témoignage de premier ordre sur la « conversion » de la bourgeoisie conservatrice à la République.)

ECHES, Raymond (1954) : Les grèves en France (1864-1870) d’après les rapports des procureurs généraux, D.E.S., Paris (M. Labrousse).

EHRMANN, Henry W. (1960) : La politique du patronat français (1936-1955), Paris, A. Colin. EICHTAL, Eugène D’ (1872) : « La coalition » ; « Les grèves », Rev. des Deux Mondes. EMERIQUE, Claude (1953) : La vie ouvrière dans l’Isère, 1871-1914, D.E.S., Grenoble.

ENGEL (1895) : « Die Lebenskosten belgischer Arbeiter. Familien früher und jetz », Bull. Inst. Intern. Statistique, t. 9. (Travail pionnier.)

ENGELS (1956-1959) : Correspondance avec Paul et Laura Lafargue, 1868-1895, Paris, Editions sociales, 3 vol. (I : 1868-1886 ; II : 1887-1890 ; III : 18901895.)

ESPANET, A. (1877) : Une famille d’ouvriers. Etudes, Paris, Baltenweck. (Petit roman chrétien ; noter le chap. IX sur le rôle des « meneurs » : « La grève manquée. Ordre et désordre. Dignité et lâcheté. Théorie de Julien ».)

ESTAINTOT (1878) : Etude sur le rapport parlementaire de M. Ducarre, traitant des conditions de travail en France et sur quelques faits postérieurs,

Rouen, Lecerf, 56 p.

ETCHERELLI, Claire (1967) : Elise ou la vraie vie, Paris, Denoël.

ETRIVIèRES, DES (1882) : Les amazones du siècle. Biographie de Louise Michel,

Léonie Rouzade, Hubertine Auclert, Louise de Lasserre, Louise Koppe, Eugénie Cheminat, Eugénie Pierre, Paris, Saint-Amand, 33 p.

EuVERTE, J. (1870) : « De l’organisation de la main-d’œuvre dans la grande industrie », Jour. des Econ., septembre (sur Le Creusot).

FABREGUETTES, P. (1896) : La question sociale. Le contrat de travail. Les coalitions et les grèves devant la loi. Rôle des syndicats, arbitrage, conciliation, Toulouse, Soubiron Frères.

FAURE, Pétrus (1958) : Histoire du mouvement ouvrier dans le département de la Loire, Saint-Etienne, Dumas (maire du Chambon-Feugerolles durant de nombreuses années).

FAURE, Sébastien (1887) : Féodalité ou révolution; le machinisme et ses conséquences, Bordeaux, brochure.

FEBVRE, Lucien (1962) : « Proudhon et le syndicalisme des années 19001914 », dans Pour une histoire à part entière, Paris, S.E.V.P.E.N., p. 772-792 (étude du cas Pelloutier).

FELLER, Henry (1965) : « Physionomie d’un quotidien socialiste : Le Cri du Peuple (1883-1889) », Mouv. Soc., octobre. (Article tiré d’un D.E.S. plus ample sur Le Cri, fait sous la direction de M. Labrousse et déposé au Centre d’études du syndicalisme.)

FÉRON-VRAU, Camille (1899) : Des habitations ouvrières à Lille, Lille, Danel.

FESTY, O. (1908) : Le mouvement ouvrier en France au début de la monarchie de Juillet (1830-1834), Paris, Cornély.

FLAUBERT, Gustave : L’Education sentimentale (1869), Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1948, t. II.

FLAUS, Lucien (1949) : « Les fluctuations de la construction d’habitations urbaines », Jour. Soc. Stat. Paris, juin.

FLEURY, M. et VALMARY, P. (1957) : « Les progrès de l’instruction élémentaire de Louis XIV à Napoléon III, d’après l’enquête de Louis Maggiolo (1877-1879) », Population, janvier-mars. (Essentiel, mais en raison des sources, les grandes villes sont la plupart du temps exclues de l’enquête de Maggiolo.)

FLONNEAU, J. M. (1966) : Crise de vie chère (1910-1914). Réactions populaires et réactions syndicales, D.E.S. Paris (M. Vilar). (De ce mémoire, l’auteur a tiré un article, « Crise de vie chère et mouvement syndical (19101914) », Mouv. Soc., juillet-septembre 1970.)

FOHLEN, Claude (1951) : « Esquisse d’une évolution industrielle : Roubaix au xixe siècle », Rev. Nord, avril-septembre.

  • (1953) : « Crises textiles et troubles sociaux : le Nord à la fin du Second Empire », Rev. Nord, avril-juin.
  • (1955) : « La concentration dans l’industrie textile française au milieu du xixe siècle », Rev. Hist. Mod. Cont., janvier-mars.
  • (1956) : L’industrie textile sous le Second Empire, Paris, Plon.

FOHLEN, Claude et BÉDARIDA, F. (1960) : Histoire générale du travail (sous la direction de Louis Parias), t. III : L’ère des révolutions, 1715-1914, Paris, Nouvelle librairie de France. FONTERET, A. L. (1858) : Hygiène physique et morale de l’ouvrier dans les grandes villes en général et dans la ville de Lyon, en particulier pour servir à l’extinction des préjugés et du charlatanisme, Paris, V. Masson, B.N., 8° Tc 37 et 28.

FORCHEIMER (1948) : « Some international aspects of the strike movement », Bull, of the Oxford University Institute of Statistics, n° 1. (Importante étude avec de nombreuses comparaisons internationales et des choix d’indices simples et utiles.)

FORTIN, A. (1961) : « Les conflits sociaux dans les houillères du Pas-de-Calais sous le Second Empire », Rev. Nord, octobre-décembre

FOUCAULT, Michel (1969) : L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard. (Et l’ensemble de l’œuvre pour la réflexion sur l’histoire.)

FOUGEROUSSE (1880) : Patrons et ouvriers de Paris, Paris, Chaix.

  • (1884) : « La crise industrielle en France », Réforme Sociale. (Intéressant pour les remèdes proposés.)

FOULON, Maurice (s.d.) : Fernand Pelloutier, précurseur du syndicalisme fédéraliste, fondateur des bourses du travail, Paris, La Ruche ouvrière (vers 1967).

FOURASTIé, Jacqueline (1966) : Les formules d’indices de prix. Calculs numériques et commentaires théoriques, Paris, A. Colin.

FOURASTIé, Jean (s.d.), avec la collaboration de Claude Fontaine : Documents pour l’histoire et la théorie des prix, Centre d’études économiques, recherches sur l’évolution des prix en période de progrès technique, Paris, A. Colin, 2 vol. (vers 1957).

FOURNIÈRE, E. J. (1881a) : Lettre d’un travailleur à Monsieur le Président de la République, Paris, Derveaux, brochure, 15 p.

  • (1881b) : Lettres d’un travailleur à Nana, Paris, Derveaux, brochure.
  • (1882) : Les grèves du Gard, suivies d’une réponse aux calomnies, Alais, Brulat, Paris, bureaux du Prolétaire.
  • 1883 : Les cercles d’études sociales. Leur utilité, leurs moyens, leur but, Narbonne, Pons, brochure 16 p. (trouvé dans Archives départementales, Haute-Garonne, 4 M 97, pièce 10).

FOVILLE, Alfred DE (1889) : La France économique. Statistique raisonnée et comparative, Paris.

  • (1894-1898) : Enquête sur les conditions de l’habitation en France. Les maisons types, Paris, 3 vol. (Il s’agit essentiellement de la maison rurale, avec cependant çà et là quelques descriptions de maisons ouvrières.)

FRANCHOMME, G. (1969) : « L’évolution démographique et économique de Roubaix, 1870-1900 », Rev. Nord, avril-juin, numéro spécial sur Roubaix. (Cet article est tiré d’un mémoire plus ample, Roubaix de 1870 à 1900, D.E.S., Lille, 1960.)

FRIEDMANN, Georges (1946) : Problèmes humains du machinisme industriel, Paris, Gallimard.

  • (1950) : Où va le travail humain ? Paris, Gallimard.
  • (1956) : Le travail en miettes. Spécialisation et loisirs, Paris, Gallimard, 3e éd.

FRÖLICH, Paul (1965) : Rosa Luxemburg, Paris, Maspéro.

FURET, François (1963) : « Pour une définition des classes inférieures à l’époque moderne », Annales E.S.C., mai-juin.

FUSTER, Edouard (1909) : « La statistique internationale des accidents du travail », Jour. Soc. Stat. Paris.

GAILLARD, Jeanne (1960) : « Les usines Cail et les ouvriers métallurgistes de Grenelle », Mouv. Soc., octobre.

  • (1965) : « Les associations de production en France (1852-1870) », Mouv. Soc., juillet-septembre. (Etudie notamment la poussée coopératiste de 18631870.)

GAUTHERON (1898) : Le logement de l’ouvrier, Lyon.

GAUTIER, A. (1886) : Etude économique sur les coalitions d’ouvriers et sur les grèves, Paris, Guillaumin.

GAUTIER, Emile (1880a) : Propos anarchistes, Paris Derveaux, 3 brochures :

1°) « Le parlementarisme » ; 2°) « Les endormeurs » ; 3°) « Les endormeurs ; les heures de travail ».

  • (1880b) : Le darwinisme social. Etude de philosophie sociale Paris, Der-veaux.

GEMÄHLING, Paul (1910) : Travailleurs au rabais. La lutte syndicale contre les sous-concurrences ouvrières, Paris, Bloud et Compagnie. (Importante bibliographie bien classée sur toutes les formes de main-d’œuvre : femmes, enfants, apprentis, ruraux, travailleurs à domicile, étrangers, etc.)

GEOFFROY, Gustave (1904) : L’apprentie, Paris Charpentier. (Roman : la Commune et l’après-Commune dans un atelier ouvrier parisien.)

GIDE, Charles (1907) : Economie sociale. Les institutions du progrès social au début du xxe siècle, Paris, Larose et Tenin.

  • (1909) et nombreux auteurs : BERTHÉLÉMY, KEUFER, PERREAU, PICQUENARD, SAYOUS, FAGNOT, VANDERVELDE : Le droit de grève, leçons professées à l’Ecole des hautes études sociales, Paris, Alcan.

GILBERT (1894 : « Une famille ouvrière d’Orléans, précis de monographie », La Réforme Sociale, 1er semestre.

GILLE, Bertrand (1963) : « La formation du prolétariat ouvrier dans l’industrie sidérurgique française », Rev. Hist. de la Sidérurgie, t. 4, n° 4.

GILLET, Marcel (1957a) : « L’affrontement du syndicalisme ouvrier et patronal dans le Bassin houiller du Nord et du Pas-de-Calais de 1884 à 1891 », Bull. Soc. Hist. Mod., mars-avril.

  • (1957b) : « Aux origines de la première convention d’Arras », Rev. Nord, t. 39.
  • (1965) : « Le mouvement du profit dans les charbonnages du Nord et du Pas-de-Calais », dans BOUVIER, FURET, GILLET, 1965.

GIRARD, Louis (1952) : La politique des travaux publics du Second Empire, Paris, Colin. (Le Second Empire a légué cette politique de grands travaux aux régimes suivants ; la Troisième République ne rompt nullement avec lui sur ce point.)

GIRAULT, Jacques (1969) : « Une opération de diversion : l’instruction du procès Lafargue-Culine en 1891 », Mouv. Soc. octobre-décembre. (Utilise le dossier d’instruction récemment versé aux Archives départementales du Nord.)

  • (1970) : Paul Lafargue. Textes choisis, Paris, Ed. sociales, coll. « Les classiques du peuple ». (En introduction, biographie de Lafargue jusqu’en 1891.)

GOBLET, Alfred (1903) : Le peignage de la laine à Roubaix-Tourcoing et son évolution économique et sociale, Lille, Tricot (thèse de droit).

GODARD, Justin (1899) : L’ouvrier en soie. Monographie du tisseur lyonnais. Etude économique et sociale, thèse de droit, Lyon, Nicolas.

GOETZ-GIREY, Robert (1948) : La pensée syndicale française. Militants et théoriciens, Fond. Nat. Sc. Pol., 3e cahier, Paris, A. Colin.

  • (1951) : « Inventaires sociaux et approche sociale », Rev. Econ.
  • (1960) : « Les composantes économiques et sociologiques des grèves »,

Elites et responsabilités.

  • (1965) : Le mouvement des grèves en France (1919-1962), Paris, Sirey.

GOGUEL, Claude (1963) : « L’indice psychologique du coût de la vie. Nature, signification, résultats », Sondages. Revue Française de l’Opinion Publique, n° 3.

GOMBERG, Eugène L. (1944) : « Strikes and lock-outs in Great-Britain », Quaterly Journal of Economics, Cambridge, U.S.A., novembre.

GOSSEZ, Rémi (1956) : « Carte des troubles (1846-1848) », dans C.E. LABROUSSE, Aspects de la crise et de la dépression de l’économie française au milieu du xixe siècle (1846-1851), Bibliothèque de la Révolution de 1848,

t. 19.

  • (1967) : Les ouvriers de Paris, t. I : L’organisation (1848-1851), Bibliothèque de la Révolution de 1848, t. 24.

GOUAULT, Jacques (1954) : Comment la France est devenue républicaine, Paris, A. Colin. (Etude, menée au niveau cantonal, des élections de 1871 à 1875.)

GRANDIN, A. (1929) : Bibliographie générale des sciences juridiques, politiques, économiques et sociales de 1800 à 1925, recueil Sirey ; des suppléments ont été publiés pour 1926-1927, 1929, 1930. (Ne concerne que les livres et tirages à part de langue française.)

GRAS, Christian (1965) : « L’ouvrier mouleur à travers le journal de sa fédération : La Fonderie, 1900-1909 », Mouv. Soc., octobre-décembre.

  • (1968) : « Merrheim et le capitalisme », Mouv. Soc., avril-juin.

GRATTON, Philippe (1970) : « Mouvement et physionomie des grèves agricoles, 1890-1935 », Mouv. Soc., avril-juin. Le même auteur doit faire paraître très prochainement chez Anthropos sa thèse de 3E cycle : Les luttes de classes à la campagne, 1870-1921.

GRAUX, Georges (1897) : « La question du pain en 1897 », Rev. Polit, et Parlem., p. 31-37.

GRAVE, Jean (1930) : Le mouvement libertaire sous la Troisième République. Souvenirs d’un révolté, Paris, Les Œuvres représentatives. (Ces souvenirs commencent en 1876 et sont fort intéressants pour les débuts du mouvement anarchiste entre 1876 et 1890.)

GRAWITZ, Madeleine, voir PiNTO.

GRiFFIN, John I. (1939) : Strikes. A study in quantitative economics, 18801937, New York, Columbia University Press. (Ouvrage indispensable sur les grèves américaines, l’équivalent du Knowles pour l’Angleterre. Précieux pour la méthode ; importante bibliographie américaine.)

GUARY, Henri (1872) : L’ouvrier et l’état social, Charleroi, Delacre. (Un chap. VI consacré aux « relations dans l’atelier, des grèves ». Pensée traditionnaliste : le grand mal, c’est l’ignorance.)

GUBBELS, R. (1962) : La grève, phénomène de civilisation, Bruxelles, Inst. Solvay. (Interprétation intéressante et séduisante ; méconnaît un peu trop les facteurs économiques.)

GUÉRIN, Urbain (1888) : « De la méthode des monographies de famille », Bull. inst. intern. Statistique, p. 141.

GUERRAND, Roger H. (1963) : La conquête des vacances, Paris, Editions Ouvrières.

  • (1967) : Les origines du logement social en France, Paris, Editions Ouvrières.

GUESDE, Jules (1878a) : Le collectivisme devant la 10e chambre (affaire du congrès ouvrier international socialiste). Défense collective présentée au nom des prévenus, Paris, 34 p.

  • (1878b) : La République et les grèves, Paris, Bibliothèque socialiste, 32 p. (Des considérations sur les grèves de mineurs de 1878. Met en doute l’efficacité de la grève pour changer la condition ouvrière.)
  • (1879a) : La loi des salaires et ses conséquences, Paris, 30 p. (Encore très lassalien.)
  • (1879b) : Collectivisme et Révolution, Paris, Librairie des publications populaires.
  • (1899) : Le socialisme aujourd’hui, Paris, Giard et Brière. (Recueil d’articles parus dans Le Cri du Peuple, 1884-1886 ; précédé d’une lettre à Vallès.)
  • (1901) : Etat, politique et morale de classe, Paris, Giard et Brière. (Articles de L’Egalité, du Citoyen, du Cri du Peuple.)
  • (1911) : En garde ! Contre les contrefaçons, les mirages et la fausse monnaie des réformes bourgeoises, Paris, Rouff. (Articles parus de 1879 à 1911 dans divers journaux, dont Le Citoyen, Le Socialiste, Le Prolétaire, Le Cri du Peuple.)

GUESDE, Jules et LAFARGUE, Paul (1883) : Le programme du Parti ouvrier, son histoire, ses considérants, ses articles, prison de Sainte-Pélagie, Paris,

H. Oriol, 22 octobre 131 p.

GUGLIELMI, J. L. et PERROT, Marguerite (1953) : Salaires et revendications sociales en France, 1944-1952, Paris, A. Colin.

GUILBERT, Madeleine (1966a) : Les fonctions des femmes dans l’industrie, Paris-La Haye, Mouton. (Une première partie : « Perspectives historiques ».)

  • (1966b) : Les femmes et l’organisation syndicale avant 1914. Présentation et commentaire de documents pour une étude du syndicalisme féminin, Paris, C.N.R.S. (3e partie : « Les femmes dans les grèves ».)

GUILBERT, M. et ISAMBERT-JAMATI, V. (1956) : Travail féminin et travail à domicile, Paris, C.N.R.S.

GUILLAUME, Pierre (1963) : « Notes sur les ingénieurs des charbonnages de la Loire au xixe siècle », colloque Charbon et Sciences Humaines, Lille.

  • (1966) : La Compagnie des mines de la Loire (1846-1854). Essai sur l’apparition de la grande industrie capitaliste en France, Paris, P.U.F.

GUINOT, Jean-Pierre (1946) : Formation professionnelle et travailleurs qualifiés depuis 1789, Paris, Domat (préface d’E. Dolléans). (La période 1870-1890 fait l’objet des p. 141 à 156 : durant cette période le libéralisme prévaut, mais la prise de conscience de l’insuffisance de main-d’œuvre qualifiée se fait progressivement plus aiguë et les initiatives privées se multiplient. La loi de 1892 marque dans ce domaine l’entrée en scène de l’Etat.)

Guitton, Henri (1951) : Les fluctuations économiques, Paris, Sirey.

GUYOT, Yves (1893) : La tyrannie socialiste, Paris, Delagrave (sur les grèves, cf. livre 5, « Les grèves et la guerre sociale ».)

  • (1894) : Les principes de 89 et le socialisme, Paris, Delagrave. (Défense du libéralisme ; critique des syndicats, du droit de grève et des violences dans les grèves. Le socialisme déprime les énergies : « Toutes les conceptions socialistes ont pour but de punir le travail et de récompenser la paresse », 248.)
  • (1903) : Les conflits du travail et leur solution, Paris, Charpentier.

GUYOT, Yves et LACROIX, Sigismond (1873) : Histoire des prolétaires, Paris, Brouillet ; dessins de A. Lemot (s’achève avec la Renaissance, mais annonce une suite qui irait jusqu’au 18 mars).

HALBWACHS, Maurice (1908) : « Budgets de familles », Rev. de Paris, 1ER juillet. (Résultats pour Paris de son enquête de 1907.)

  • (1909) : Les expropriations et le prix des terrains à Paris (1860-1900), Paris, Cornély. (Des remarques sur l’absence d’un besoin manifesté du logement parmi les ouvriers, p. 377.)
  • (1912) : La classe ouvrière et les niveaux de vie. Recherches sur la hiérarchie des besoins dans les sociétés industrielles contemporaines, Paris, Alcan.
  • (1914) : « Budgets de familles ouvrières et paysannes en France en 1907 », Bull. Stat. Gén. de la France, octobre. (Résultats de l’enquête sur 54 budgets de familles, faite en France en avril-mai 1907 à la demande de Rowntree.)
  • (1921) : « Revenus et dépenses de ménages de travailleurs. Une enquête officielle d’avant-guerre », Rev. Ec. Pol., janvier-février. (Résultats et critiques de l’enquête faite en 1913-1914 par la Commission du ministère du Travail et comparaison avec celle de 1907.)
  • (1933) : L’évolution des besoins dans les classes ouvrières, Paris, Alcan.

HALévy, Daniel (1901) : Essais sur le mouvement ouvrier en France, Paris, Bellais.

  • (1930) : La fin des notables, Paris, Grasset.
  • (1937) : La République des Ducs, Paris, Grasset. (Remarquable analyse du temps de l’Ordre Moral.)

HAMON, A. (1895) : Psychologie de l’anarchiste-socialiste, Paris, Bibliothèque sociologique, Stock. (Enquête par questionnaire qui a fourni des matériaux intéressants ; imbriqué avec des considérations très datées sur la physiologie de l’anarchie.)

HANSEN, Alvin H. (1921) : « Cycles of strikes », Amer. Econ. Review, décembre. (Etudie le cas américain ; le nombre des grèves est en raison inverse du cycle économique pendant la période de baisse continue des prix et en raison directe du cycle économique pendant les périodes de hausse continue des prix.)

HARMEL, Léon (1878) : Manuel d’une corporation chrétienne, Tours, Marne.

HARRISSON, Brian (1967) : « Drink and Sobriety in England (1815-1872) : A criticai bibliography », Int. Review for Soc. Hist., vol. XII.

HAUMONT, N. et A. et RAYMOND, A. et M. G. (1966a) : L’Habitat pavillonnaire, Paris, Institut de Sociologie Urbaine.

  • (1966b) : Les pavillonnaires, id. ; pour le 3e volume, cf. RAYMOND.

HAUPT, G. (1963) : La seconde Internationale, 1889-1914. Etude critique des sources. Répertoire analytique des actes officiels et imprimés des congrès et conférences internationales et du Bureau socialiste international, Paris-La Haye, Mouton.

HAUPT, G. et VERDES, Jeannine (1965) : « De la première à la seconde Internationale les actes des congrès internationaux, 1877-1888 », Mouv. Soc. mai-juin.

HAUPTMANN, Gérard (1906) : Les tisserands. Drame en cinq actes en prose, traduction française de M. Jean Thorel ; représenté pour la première fois au Théâtre libre, le 29 mai 1893, Paris, Charpentier et Fasquelle.

HAUSSONVILLE, Comte d’ (1885) : Etudes sociales. Misères et remèdes, Paris, Calmann-Lévy ; 2e éd., 1892. (Ouvrage d’inspiration chrétienne, contenant de nombreux détails utiles sur la topographie de la misère à Paris, les logements, etc.)

  • (1895) : Socialisme et charité, Paris. Calmann-Lévy.
  • (1900) : Salaires et misères des femmes, Paris, Calmann-Lévy.

HEBERT, J. (1954) : Le lock-out, étude historique et juridique, Paris, thèse de droit.

HENRY, Pierre (1950) : Histoire des préfets. Cent cinquante ans d’administration provinciale, 1800-1950, Paris, Nouvelles Editions Latines.

HEURTAUX-VARSAVAUX (1888) : Unions de la paix sociale. Groupe de Nantes. Enquête sur la condition des petits logements dans la ville de Nantes, Paris, 24 p. (extrait de La Réforme sociale).

HICKS, J. R. (1932) : The theory of wages, Londres, Macmillan. (Ce néo-marginaliste esquisse une théorie des conflits industriels qui fait la plus grande place à la menace de grève et au calcul patronal incorporant cette menace.)

HILAIRE, Yves-Marie (1963) : « Remarques sur la pratique religieuse dans le bassin du Pas-de-Calais dans la deuxième moitié du xixe siècle », communication au colloque Charbon et Sciences Humaines, Lille.

HOBSBAWM, E. J. (1952) : « Economic fluctuations and some social movements since 1800 », Eco. Hist. Review, vol. 5, n° 1. (Confronte les variations quantitatives mesurant les « explosions sociales » et les variations économiques ; conclut que ces explosions ne sont pas liées à un moment particulier du cycle. Seule une analyse individuelle peut révéler la combinaison spécifique de tensions qui déclenche une explosion donnée.)

  • (1966) : Primitifs de la révolte dans l’Europe moderne, trad. française, Paris, Fayard.

HOFFMAN, S. (1965) : A la recherche de la France, Paris, A. Colin.

HOUDOY, Jules (1903) : La filature du coton dans le nord de la France. Histoire, monographie, conditions du travail, thèse de droit, Paris, Rousseau.

Houzé DE L’AULNOIT, Aimé (1885) : Les ouvriers belges à Lille, Lille, 20 p. ; B.N., 4° R pièce 435.

HUBERT, Florence (1882) : Récits d’un prolétaire, Lille ; B.N., Y2 5478. (Roman ouvrier ayant pour cadre Lille.)

HUEBNER, Grouer G. (1905-1906) : The statistical aspects of the strike, twelth biennal report of the Bureau of Labor and Industrial statistics of Wisconsin.

HUGUES, Philippe d’ et PESLIER, Michel (1969) : Les professions en France. Evolution et perspectives, préface de Cl. Vimont, I.N.E.D., cahier n° 51, Paris, P.U.F. (S’appuie sur recensements de 1954 et 1962 dans une optique fonctionnelle : fonder une politique de l’emploi rationnelle. Dans l’ensemble, les métiers ouvriers sont beaucoup mieux connus que les services.)

HURET, Jules (1897) : Enquête sur la question sociale en Europe, Paris, Perrin. (Série d’interviews regroupées sous deux rubriques : « Capitalistes et prolétaires » ; « Théoriciens et chefs de secte ».) (Enquête menée en 18921894.)

  • (1902) : Les grèves. Enquête au Creusot, à Lille, Roubaix, Anzin, Lens,. Marseille, Carmaux, Lyon, Saint-Etienne, Saint-Chamond, Rive-de-Gier, Albert, Besançon, Paris, Paris, Editions de la Revue blanche. (Enquêtes et interviews parues d’abord dans le Figaro.)

HUSSON, Armand (1856) : Les consommations de Paris, Paris, Guillaumin.

IMBERT, A. (1906) : « Une observation économique de la vie ouvrière », Rev. d’Hygiène alimentaire ; B.N. Tc 46 397. (Se place surtout du point de vue diététique.)

IMBERT, Jean (1959) : Des mouvements de longue durée Kondratieff, Aix, La Pensée Universitaire.

IMBERT, P. L. (1878) : Les trappeurs parisiens au xixe siècle, Paris, Sagnier. (Ouvrages sur les mœurs des bas-fonds parisiens et sur les petits métiers marginaux.)

ISAMBERT, F. A. (1960a) : « Répartition et variations des enterrements religieux à Paris, 1884-1956 », Archiv. Sociol. Religions, janvier-juin.

  • (19606) : « Enterrements civils et classes sociales », Rev. Fr. Sociol., I, 3.

JAURÈS, Jean (1904) : Discours parlementaires, recueillis et annotés par Edmond Claris, précédé d’une introduction de l’auteur sur Le socialisme et le radicalisme en 1885, Paris, Cornély. Présenté comme un t. I, n’a en fait jamais eu de suite.)

JÉLOUBOVSKAÏA, E. (1959) : La chute du Second Empire et la naissance de la Troisième République en France, Editions en langue étrangère, Moscou. (Importante bibliographie, notamment des textes et articles de Marx et d’Engels parus durant cette période.)

joughin, Jean T. (1955) : The Paris Commune in French Politics (18711880), The John Hopkins University Studies in historical and political science, Baltimore, 2 vol. (Bonne étude sur l’histoire de l’amnistie, le rôle d’Emile Acollas, de F. X. Raspail, de Blanqui, Guesde, Clovis Hugues, etc. et analyse des débats parlementaires.)

JOUHAUX, Léon (1964) : Mémoires, présentés par A. M. Renauld, Mouv. Soc., avril-juin. JOUY, Jules (1888) : Chansons de l’année, Paris, Bourbier.

  • (s.d.) : Chansons de bataille, Paris, Flammarion (paru en 1889).

JUGLAR, Clément (1889) : Des crises commerciales et de leur retour périodique en France, en Angleterre et aux Etats-Unis, Paris, Guillaumin, 2e éd.

JUILLERAT, Docteur (1905) : Le casier sanitaire des maisons, Paris, J. Rousset.

JULIN, A. (1891) : « L’ouvrier belge en 1853 et 1886 d’après les budgets comparés de la commission de statistique et l’enquête du travail », La Réforme sociale, t. I.

JULLIARD, Jacques (1964) : « Jeune et vieux syndicat chez les mineurs du Pas-de-Calais », Mouv. Soc., avril-juin.

  • (1965) : Clemenceau briseur de grèves, Paris, Julliard, coll. « Archives ».
  • (1968) : « Théorie syndicaliste révolutionnaire et pratique gréviste », Mouv. Soc., octobre-décembre.

JURKAT, E. H. et D. B. (1949) : « Economic fonction of strikes », Industrial and Labour Relations Review, juillet.

KAës, René (1962) : Les ouvriers français et la culture. Enquête 1958-1961, Paris, Dalloz.

  • (1967) : « Mémoire historique et usage de l’histoire chez les ouvriers français », Mouv. Soc., octobre-décembre.
  • (1968) : Images de la culture chez les ouvriers français, Paris, Cujas.

KERR, Clark et SiEGEL, Abraham (1954) : « The interindustry propensity to strike. An international comparison », dans KORNHAUSER, 1954. (Ces auteurs introduisent le concept de « localisation dans la société » ; plus les travailleurs d’une industrie sont intégrés à la société, moins ils sont enclins à la grève, parce qu’ils peuvent faire aboutir leurs revendications par d’autres moyens.)

KEYNES, J. M. (1949) : Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, Paris, Payot.

KLEINCLAUSE, A. (1952) : Histoire de Lyon, t. III : 1814 à 1940, Lyon. (Contient de nombreux renseignements sur la vie et le mouvement ouvriers, les crises du Second Empire, les grèves de 1869, le tournant de 1890.)

KNOWLES, K.G.J.C. (1952) : Strikes. A study in industrial conflict with special reference to British experience between 1911 and 1947, Oxford, Blackwell.

KOrNHAUSER, Robert ; DUBIN, Robert ; Roos, Arthur et al. (1954) : Industrial conflicts, New York, Mac Graw Hill. (Important pour les méthodes statistiques.)

KRIEGEL, Annie (1964) : Aux origines du communisme français, 1914-1920, Contribution à l’étude du mouvement ouvrier français, Paris-La Haye, Mouton, 2 vol.

  • (1966) : La croissance de la C.G.T., 1918-1921. Essai statistique, Paris-La Haye, Mouton. (Méthode efficace, conclusions intéressantes.)

KUCZINSKY, Jurgens (1935) : Weltproduktion und Welthandel in den letzen 100 Jahren, Liepaja, Verlag der Buch und Steindruckerei, Gotti D. Meyer. (Utilisé à travers E. Andréani, car je n’ai pu me procurer cet ouvrage dans aucune bibliothèque.)

  • (1955) : Geschichte der Lage der Arbeiter unter dem Kapitalismus, t. VI ; 2 vol. relatifs à la France : 1°) 1789-1830 ; 2°) 1830 à nos jours, Berlin, Die Freie Gewerkschaft.

LABOULAIS, Lucie (1890) : L’ouvrier. Considération sur le travail, Paris,. Dupont, 3e éd. (Moralisateur. Noter : chap. XII : « Arguments des meneurs pour provoquer à l’émeute » ; chap. XIII : « Les meneurs à l’œuvre » ; chap. XVII : « Le noceur »).

LABOULAYE, Charles 1873) : Les droits des ouvriers. Etude sur l’ordre dans l’industrie, Paris, Librairie du Dictionnaire des arts et manufactures. (Très intéressant pour l’idéologie ; la hiérarchie sociale est la marque des sociétés évoluées. Un chapitre sur les coalitions.)

(1881) : Dictionnaire des arts et manufactures et de l’agriculture, description des procédés de l’industrie française et étrangère, 5e éd., Paris, Librairie du Dictionnaire des Arts et Manufactures, 4 vol. in-4°.

LABROUSSE, Ernest (1940) : « Un siècle et demi de hausse des prix agricoles (1726-1873). Présentation d’un nouvel indice général des prix », communication à l’Académie des sciences morales ; compte rendu : Rev. Hist., juillet-décembre.

  • (1944) : La Crise de l’économie française à la fin de l’Ancien Régime, Paris, P.U.F.
  • (1946a) : « La montée du socialisme (1848-1945) », Rev. Soc., mai.
  • (1946b) : « Géographie du socialisme (13 mai 1849-2 juin 1946) », Rev. Soc., juin.
  • (1948) : Le mouvement ouvrier et les idées sociales en France de 1815 à la fin du xixe siècle, Paris, C.D.U. (Republié en 1964 sous le titre : « Le mouvement ouvrier et les théories sociales en France de 1815 à 1848. C.D.U.)

LAFARGUE, Paul (1883) : Le droit à la paresse, réfutation du « droit au travail » de 1848, Paris, Oriol, 54 p. (Réédité en 1969 chez Maspero avec une présentation de M. Dommanget.)

  • (1884) : Le matérialisme économique de Karl Marx, Bibliothèque socialiste, Cours d’économie sociale, Paris, Oriol, 3 brochures : 1°) « L’idéalisme et le matérialisme dans l’histoire » ; 2°) « Le milieu naturel : théorie darwinienne » ; 3°) « Le milieu artificiel : théorie de la lutte des classes ». (Conférences en alternance avec G. Deville, cf. ci-dessus.)
  • (1887) : La religion du Capital, Paris, Bibliothèque socialiste de l’agglomération parisienne du Parti ouvrier, 77 p.
  • (1890) : Pie IX au paradis, Lille, Librairie du Parti ouvrier, 31p.
  • : Textes choisis : cf. Girault, 1970.

LAGARDELLE, H. (1905) : La grève générale et le socialisme. Enquête internationale, opinions et documents, Paris, M. Rivière.

LAJUGIE, J. (1945) : Salaire et grève, cahiers de l’I.S.E.A., série B, « La rémunération du travail et la politique du salaire », juillet. (Fondé sur l’utilisation des statistiques américaines, notamment celles de Peterson. Trois parties : 1°) « Les conditions de la naissance des grèves) ; 2°) « Les résultats superficiels des grèves » ; 3°) « L’efficacité fondamentale des grèves ». Fragments d’un ouvrage plus vaste que l’auteur projetait sur le thème : Salaire et action collective.) LAMBERT-DANSETTE, Jean (1954) : Essai sur les origines et l’évolution d’une bourgeoisie. Quelques familles du patronat textile de Lille-Armentières, 1789-1914, Lille, Raoust.

LANDES, D. S. (1949) : « French entrepreneurship and industrial growth in the XIXth century », Journal of Economic History. (Insiste sur la permanence et la continuité des structures mentales patronales en France.)

  • (1951) : « French business and the business man », dans Modem France, recueil publié sous la direction de EARLE, E. M., Princeton University Press.

LANDOUZY, L. (1906) : De l’irrationnel et de l’insuffisant dans l’alimentation des ouvriers et employés parisiens ; de la nécessité d’une éducation alimentaire données dans toutes les écoles, Paris, Masson ; B.N., Tc 21 246.

LANDOUZY, L. et LABBÉ, H., docteurs (1905) : Hygiène sociale. Enquête sur l’alimentation d’une centaine d’ouvriers et d’employés parisiens. Ce qu’elle est, irraisonnée, insuffisante, insalubre, dispendieuse. Ce qu’elle pourrait être : rationnelle, suffisante, salubre, économique, enquête présentée à la 4e section du Congrès international de la tuberculose, octobre 1905, Paris, Masson, 71 p. ; B.N., Tc 21 230.

LAROQUE, Pierre (1938) : Les rapports entre patrons et ouvriers. Leur évolution en France depuis le xviiie siècle. Leur organisation contemporaine en France et à l’étranger, Paris, Aubier.

LATOUR, François (1912) : Les grèves et leur réglementation. Enquête sociale, avec une préface de P. Imbart de La Tour, Paris, Rousseau.

LA TOUR DU PIN, René de (1891) : Aphorismes de politique sociale, Marseille. (On y trouve l’essentiel des idées de La Tour du Pin ; un classique du corporatisme chrétien.)

  • (1929) : Vers un ordre social chrétien. Jalons de route, 1882-1907, Paris, Beauchesne.

LAUMONE (1887) : Les étrangers en France.

laurent de l’a rboussets, A. (1882) : Les grèves du bassin d’Alais et les collectivistes révolutionnaires, Paris, Dentu, in-16 ; B.N., Lb 57 8176.

laveleye, Emile DE (1883) : Le socialisme contemporain, Paris, G. Baillière.

(Un chapitre sur Karl Marx.)

lavergne, Charles (1877) : Rétablissement d’une corporation au xixe siècle, Tours, Marne. L avergne l. a. de et henry, Paul (1910) : Le chômage : causes, conséquences, remèdes, Paris, M. Rivière.

lavieuville, Janine (1952) : La crise économique de 1882 en France, D.E.S., Paris (M. Labrousse).

lavollée, René (1884-1896) : Les classes ouvrières en Europe. Etude sur leur situation matérielle et morale, Paris, Guillaumin, 3 vol.

lazard, Max (1909) : Le chômage et la profession. Contribution à l’étude statistique du chômage et de son coefficient professionnel, Paris, Alcan. (A rapprocher de lavergne et henry. Il est remarquable de voir, en ces années, la prise de conscience du problème du chômage. En 1911, est créée une Association internationale pour la lutte contre le chômage qui publie un Bulletin dont Max Lazard est le rédacteur en chef.)

lazarsfeld, Paul (1970) : Philosophie des sciences sociales, Paris, Gallimard. (Voir notamment « Notes sur l’histoire de la quantification en sociologie », où Quételet et Le Play occupent une large place.)

LEBON, Gustave (1895) : Psychologie des foules ; réédition, Paris, P.U.F., 1963

LEBOT, Marc (1967) : « Machinisme et peinture », Annales E.S.C., janvier-février.

lebrun. François (1959) : « Ludovic Ménard et la naissance du syndicalisme ardoisier », Actualité de l’histoire, octobre-décembre.

lecache, Bernard (1930) : Séverine, Paris, Gallimard.

lecotté, Roger (1956) : Archives historiques du compagnonnage, Mémoires de la fédération folklorique d’Ile-de-France, Paris.

  •  : Paris et les compagnons du Tour de France, Catalogue de l’exposition du musée des arts et traditions populaires (nombreuses illustrations.)

lederman, Sully (1956 et 1964) : Alcool, alcoolisme, alcoolisation. Données scientifiques de caractère physiologique, économique et social, Cahiers de l’I.N.E.D., Paris, n° 29 et n° 41.

ledoux, Charles, ingénieur des mines (1890 ) : L’organisation du travail dans les mines et particulièrement dans les houillères tant en France qu’à l’étranger, Paris, Chaix.

ledrut, R. (1966) : Sociologie du chômage, Paris, P.U.F.

lefébure, L. (1890) : Le devoir social, Paris, Perrin (avec des « cartogrammes donnant la répartition topographique de la misère à Paris »).

lefebvre, Charles (1955) : « Socialistes belges et français de la fin de l’Empire au début de la Troisième République », Actes du Congrès des sociétés savantes, Lille.

LEFEBVRE, Georges (1954) : « Foules révolutionnaires », article de 1934, repris dans Etudes sur la Révolution française, Paris, P.U.F.

LEFRANC, Georges (1937) : Histoire du mouvement syndical français, Paris, Librairie syndicale. (Cours professé par Lefranc dans le cadre de l’institut supérieur ouvrier qu’il avait contribué à créer à la C.G.T.)

  • (1963) : Le mouvement socialiste sous la Troisième République, 18751940, Paris, Payot.
  • (1967) : Le mouvement syndical sous la Troisième République, Paris, Payot.
  • (1970) : Grèves d’hier et d’aujourd’hui, Paris, Paris, Aubier-Montaigne.

LEGOYT, A. (1862) : « Des professions en Europe », Jour. Soc. Stat. Paris. (Sur la statistique des professions en France, voir notamment, p. 88 et sq.).

LEIBY, James (1960) : Carroll Wright and Labor Reform. The origin of Labor Statistics, Harvard Univ. Press.

LELIèVRE, Pierre, dit Parisien, ouvrier menuisier (1865) : Les ateliers de Paris, Paris, Garnier et Roi ; Versailles, Beaujeune.

LEMÉTAYER, Capitaine (1912) : Aide-mémoire de l’officier aux grèves, Paris, Lavauzelle.

LÉON, Pierre (1953) : La naissance de la grande industrie en Dauphiné (fin xviiie siècle-1869), Paris, P.U.F, 2 vol.

  • (1954) : « Les grèves de 1867-1870 dans le département de l’Isère », Rev. Hist. Mod. Cont., octobre-décembre.
  • (1960) : « L’industrialisation en France, en tant que facteur de croissance économique, du début du xviiie siècle à nos jours », Première conférence d’histoire économique, Stockholm, 1960 ; Paris-La Haye, Mouton.
  • (1967) : « La région lyonnaise dans l’histoire économique et sociale de la France », Rev. Hist., janvier-mars.

LE PLAY, Frédéric (s.d.) : Instruction sur l’observation des faits sociaux selon la méthode des monographies de famille propre à l’ouvrage intitulé les Ouvriers européens, nouv. éd. et développée par A. Focillon.

  • (1879) : La méthode sociale. Abrégé des Ouvriers européens. Ouvrage destiné aux classes dirigeantes, qui, selon la tradition des grandes races, désirent se préparer, par des voyages méthodiques, à remplir dignement les devoirs qu’impose la direction des foyers domestiques, des ateliers de travail ruraux et manufacturiers, des voisinages, du gouvernement local et des grands intérêts nationaux, Tours, Marne.

LEQUIN, Yves (1967) : « Sources et méthodes de l’histoire des grèves dans la seconde moitié du xixe siècle : l’exemple de l’Isère (1848-1914) », Cah. d’Histoire de Clermont-Lyon-Grenoble, nos 1 et 2.

  • (1969) : « Classe ouvrière et idéologie dans la région lyonnaise à la fin du xixe siècle », Mouv. Soc., octobre-décembre.

LEROI-GOURHAN, André (1943) : L’Homme et la matière, Paris, Albin Michel.

  • (1965) : Le geste et la parole. La mémoire et les rythmes, Paris, Albin Michel, 2 vol.

LEROY, Maxime (1913) : La coutume ouvrière, Paris, Giard et Brière, 2 vol. (Ouvrage fondamental.)

LEROY-BEAULIEU, Paul (1872) : « Les ouvrières de fabrique autrefois et au-jourd’hui », Rev. des Deux Mondes, 1er février.

  • (1882a) : La question ouvrière au xixe siècle, Paris, Charpentier, 2e éd. (Un chapitre sur le « socialisme et les grèves ».)
  • (1882b) : Dans L’Economiste français, 16, 23, 30 décembre, articles sur la hausse des prix et celle des salaires, laquelle est cause de tout.
  • (1880) : Essai sur la répartition des richesses et sur la tendance à une moindre inégalité des conditions, Paris ; 2e éd. Guillaumin, 1883.
  • (1884) : Le collectivisme, examen critique du nouveau socialisme, Paris, Guillaumin.
  • (1888) : Le travail des femmes au xixe siècle, Paris, Charpentier.

LESCARRET, J. B. (1874) : Entretiens sur l’économie sociale au village et dans l’atelier, Bordeaux, G. Gounouilhou, 2 vol.

LESCURE, Jean (1938) : Des crises générales et périodiques de surproduction, Paris, Domat-Montchrestien, 5e éd. (1re éd., 1906).

LESIRE-OGREL, Hubert (1967) : Le syndicat dans l’entreprise, Paris, Seuil.

LEVAINVILLE, Roger (1911) : « Les ouvriers du coton dans la région de Rouen », Annales de Géographie, t. 20.

LEVASSEUR, Emile (1867) : Histoire des classes ouvrières en France depuis 1789 jusqu’à nos jours, Paris, Hachette, 2 vol. (2e éd. révisée et complétée, 1904).

  • (1868) : La France (avec les colonies), géographie et statistique ; le climat, le sol, la politique, l’agriculture, l’industrie, les colonies, l’administration, la population, Paris, Delagrave, 1re éd. ; 2e éd., 1872 et éditions successives avec remises à jour : 1873, 1875, 1879, 1881 ; nouvelle édition en trois volumes, 1889-1893 (la plus utile en ce qui me concerne, puisqu’elle donne l’état de la situation en 1889-1890).
  • (1887) : Les salaires au xixe siècle, Paris, Rousseau.
  • (1889-1892) : La population française, histoire de la population avant 1789 et démographie de la France comparée à celle des autres nations au xixe siècle, Paris, Rousseau, 3 vol.
  • (1894) : « Etats-Unis. Le département du travail et les bureaux de statistiques du travail », Jour. Soc. Stat. Paris.
  • (1898) : L’ouvrier américain. L’ouvrier au travail. L’ouvrier chez lui. Les questions ouvrières, Paris, Larose, 2 vol.
  • (1904) : « La dépense-nourriture dans les budgets ouvriers », Revue Soc. d’Hyg. Alim., p. 289 (revue créée en 1904).
  • (1907) : Questions ouvrières et industrielles en France sous la Troisième République, Paris, Rousseau. (Fondamental.)
  • (1908) : « Le coût de la vie. Influence du revenu sur le coût de la vie », Rev. Soc. d’Hyg. Alim., fasc. 2, p. 221.
  • (1909a) : Salariat et salaires, Paris, Doin, coll. « Encyclopédie scientifique ». (Importante bibliographie ; un champ, sur les grèves dans leur rapport avec le salaire.)
  • (1909b) : « Indices caractérisant le mouvement général des prix », Rev. Econ. Intern., mai.
  • (1910) : « Le coût de la vie, suite de l’enquête sur le prix des denrées alimentaires dans soixante-dix lycées et les périodes de l’histoire des prix en France », Rev. Econ. Intern., novembre, et pièce, B.N, 8° R 29290.

LÉVY-LEBOYER, Maurice (1968) : « La croissance économique en France au xixe siècle. Résultats préliminaires », Annales E.S.C., juillet-août.

  • (1970) : « L’héritage de Simiand : prix, profit et termes d’échange au xixe siècle », Rev. Hist., n° 1.

LEYRET, Henry (1895) : En plein faubourg. Mœurs ouvrières, Paris, Charpentier et Fasquelle. (De très intéressantes notations sur les mœurs et la psychologie ouvrières.)

LHOMME, Jean (1942) : Capitalisme et économie dirigée dans la France contemporaine, Paris, Librairie Générale de Droit et de Jurisprudence.

  • (1960) : La grande bourgeoisie au pouvoir (1830-1880). Essai sur l’histoire sociale de la France, Paris, P.U.F.
  • (1961-1962) : Croissance économique et mouvements sociaux sous la Troisième République (1871-1914), cours de doctorat, Faculté de droit, Paris.
  • (1965) : « Les enseignements théoriques à retirer d’une étude sur les salaires dans la longue période », Rev. Econ., janvier.
  • (1968) : « Le pouvoir d’achat de l’ouvrier français au cours d’un siècle : 1840-1940 », Mouv. Soc., avril-juin.

L’HUILLIER, F. (1951) : « L’évolution des principales grèves à la fin du Second Empire », Bull. Soc. Hist. Mod. Cont., juin-juillet.

  • (1957) : La lutte ouvrière à la fin du Second Empire, Paris, A. Colin.

LIÉGEARD (1890) : « Les bureaux de statistique du travail aux Etats-Unis », Jour. Soc. Stat. Paris ; «... en Angleterre », ibid., 1891 ; «... en Allemagne », ibid., 1894.

LIENS, G. (1967) : « Les Vêpres marseillaises (juin 1881) ou la crise franco-italienne au lendemain du traité de Bardo », Rev. Hist. Mod. Cont., janvier-mars.

LIESSE, André (1894) : La question sociale, Paris, Chailley. (Peu utile.)

LOUA, Toussaint (1878-1883) : Les grands faits économiques et sociaux. Etudes publiées dans l’Economiste français et le Journal de la Société de Paris, Paris, Berger-Levrault, gr. in-8°.

  • (1888) : La France sociale et économique d’après les documents officiels les plus récents, Paris, Berger-Levrault.

LOUBÈRE, Léo A. (1962) : « The french left-wing radicals, their views on trade-unionism, 1870-1898 », Int. Review for Soc. Hist., juillet.

  • (1963) : « Left-wing radicals, strikes and the Military, 1880-1907 », French Historical Studies, mars.
  • (1964) : « Les radicaux d’extrême gauche en France et les rapports entre patrons et ouvriers (1871-1900) », Rev. Hist. Ec. Soc., n° 1.

LOZÉ, E. (1891) : La grève de 1891 dans les bassins houillers du Nord et du Pas-de-Calais, Arras, Courtin.

maccarthy, William (1959 ) : « The reasons given for striking », Bull. of the Oxford University Institute of Statistics, février. (Les grèves aux Etats-Unis entre 1945 et 1957 n’ont été déclenchées pour des questions de salaires que dans 45 % des cas.)

macgregor, O. R. (1967) : « Social research and social policy in the 19th century », The British Journal of Sociology, 8.

macinnes, N. (1960 ) : « Les débuts du marxisme théorique en France et en Italie (1880-1897) », Cahiers de l’I.S.E.A., série S, 3 juin. (Examen critique des idées classiques en la matière. Le rôle des guesdistes et de leurs homologues italiens est moins important, selon l’auteur, que celui d’Antonio Labriola et de Georges Sorel.)

MAITRON, Jean (1951) : Histoire du mouvement anarchiste en France, 18801914, Paris, Soc. Univ. Ed. Librairie. (La première édition seule contient la très riche bibliographie de la presse anarchiste.)

  • (1964) : Ravachol et les anarchistes, textes présentés par J. M, Paris, Julliard, coll. « Archives ».
  • (1964-1969) : Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Paris, Editions Ouvrières, 7 vol. parus : 1789-1864 : 3 vol. ; 1864-1871 : 4 vol. parus, le dernier jusqu’à Mor-. (Entreprise considérable qui se poursuit.)

MALAPERT, Frédéric (1872) : Etude sur l’Internationale et les coalitions, Paris, Lechevalier.

MALATO, Charles (1905) : La grande grève, Bibliothèque des auteurs modernes, Paris. (Roman social qui a pour modèle historique les événements de Montceau-les-Mines, en 1882.)

mallet, Serge (1971) : La nouvelle classe ouvrière, Paris, Seuil ; 1RE éd., 1963.

malon, Benoît (1879) : Histoire du socialisme, Lugano, Velladini.

  • (1880) : « Les débuts du Parti ouvrier », Rev. Soc.
  • (1882) : Le nouveau Parti ; I :

Le Parti ouvrier et ses principes ; II : Le Parti ouvrier et sa politique, Paris, Derveaux.

  • (1886) : « Les collectivistes français », série d’articles parus dans la Rev. Soc., à partir d’octobre 1886.
  • (1890-1891) : Le socialisme intégral, Paris, Alcan, 2 vol.

malot, Hector (1878) : Sans famille, Paris, Dentu. (Cinq chapitres de la première partie de ce célèbre roman décrivent la vie des mineurs de Varses dans les Cévennes.)

manceau, Henri (1933 ) : « Les origines du socialisme dans les Ardennes, 1814-1870 », Petit Ardennais, 22 mars, 4 avril.

  •  : « Psychologie du mouvement ouvrier ardennais », Rimbaldien, n° 15.
  •  : « Aux origines du syndicalisme ardennais : J. B. Clément », Présence ardennaise, n° 9.
  • (1953) : « Un cinquantenaire, J. B. Clément, poète communard et pionnier du socialisme français », Cah. Intern., septembre, n° 49.

MANDROU, Robert (1961) : « Les consommations des villes françaises au milieu du xixe siècle », Annales E.S.C., juillet-août. (Relecture du célèbre livre de Husson.)

MANGINI, Félix (1891) : Les petits logements dans les grandes villes et plus particulièrement dans la ville de Lyon, Lyon. (Résultats d’une enquête entreprise en 1886 par la Société des logements économiques de Lyon.)

MANNHEIM, Ch. (1902) : De la condition des ouvriers dans les manufactures de l’Etat (tabacs, allumettes), Paris, Giard. MANSUY, Etienne (1889) : La misère en France à la fin du xixe siècle, Paris, A. Ghio. (Dans la lignée des ouvrages classiques sur le paupérisme.)

MARCH, Lucien (1905) : Journ. Soc. Stat. Paris. (Premiers linéaments d’une méthode des coefficients de dépendance entre grève et chômage, grève et prix.)

  • (1911-1912) : « Mouvements du commerce et du crédit, mouvement ouvrier en relation avec le mouvement des prix », Bull. Stat. gén. de la France, octobre-janvier, p. 188-222. (Conclut à une faible concomitance entre grèves et mouvement économique. Pays examinés : France, Grande-Bretagne, Belgique, Allemagne, Etats-Unis. Controverse à ce sujet avec Rist.)
  • (1913) : « Grèves, grévistes et variations de prix », Rev. Ec. Pol, p. 113-115. (Réponse à Rist.)

MARCHAL, André (1943) : L’action ouvrière et la transformation du régime capitaliste, Paris, Librairie Générale de Droit et de Jurisprudence. (Pose les problèmes géneraux de l’étude statistique des grèves. D’autre part, favorable au corporatisme vichyssois.)

  • (1945) : Le mouvement syndical en France, Paris, Bourrelier.
  • (1951) : « Réflexions sur une théorie économique du développement du syndicalisme ouvrier », Rev. Econ., janvier.

MARCZEWSKI, Jean (1961) : Histoire quantitative. Buts et méthodes, Cahiers de l’I.S.E.A, série AF, n° 1, « Histoire quantitative de l’économie française », VII.

  • (1965a) : Introduction à l’histoire quantitative, Genève, Droz.
  • (1965b) : Le produit physique de l’économie française de 1789 à 1913. Comparaison avec la Grande-Bretagne, Cahiers de l’I.S.E.A, même série, juillet.

MARIÉ-DAVY, H. (1905) : « La mortalité par tuberculose à Paris dans ses rapports avec la densité de la population et l’aération », Jour. d’Hygiène, 25 janvier.

MARITCH, Streten (1930) : Histoire du mouvement social sous le Second Empire à Lyon, thèse de lettres, Rousseau, Paris.

MARJOLIN, Robert (1941a) : Prix, monnaie et production. Essai sur les mouvements économiques de longue durée, Paris, P.U.F.

  • (1941b) : « Longs cycles in capital intensity in the french coalmine industry, 1840-1914 », Rev. of Econ. Statistics, novembre.

MARKOVITCH, T. J. (1965a) : « La crise de 1847-1848 dans les industries parisiennes », Rev. Hist. Ec. Soc., n° 2. (Principal intérêt : calcul des pourcentages de licenciements dans les industries parisiennes ; ils vont de 20 à 75 % et s’établissent en moyenne autour de 56 %.)

  • (1965b) : L’industrie française de 1789 à 1964. Sources et méthodes, Cahiers de l’I.S.E.A, série AF, « Histoire quantitative de l’économie française », juillet.
  • (1966a) : L’industrie française de 1789 à 1964. Analyse des faits, Cahiers de l’I.S.E.A, série AF, nos 5 et 6, mai et juin.
  • (1966b) : L’industrie française de 1789 à 1964. Conclusions générales, Cahiers de l’I.S.E.A, série AF, n° 7, novembre.
  • (1967) : Le revenu industriel et artisanal sous la Monarchie de Juillet et sous le Second Empire, Cahiers de l’I.S.E.A, série AF, n° 8, avril.
  • (1968) : « Les cycles industriels en France. Essai d’élaboration préalable d’indices annuels de la production industrielle pour le xixe siècle », Mouv. Soc., avril-juin. (Données précises sur les crises. Celle dite de 1882 se situe plutôt en 1884.)

MARNATA, F. (1961) : Les loyers des bourgeois de Paris, 1860-1958, Paris, A. Colin.

MAROUSSEM, P. DU (1891-1896) : La question ouvrière ; t. I : Charpentiers de Paris, Compagnons et indépendants, Paris, Rousseau, 1891 ; t. II : Ebénistes du faubourg Saint-Antoine, Paris, Rousseau, 1852 ; t. III : Le jouet parisien, 1894 ; t. IV : Les halles centrales de Paris, en collaboration avec Camille Guérie, 1894 ; t. V : L’alimentation à Paris, publié par l’Office du Travail dans le cadre de l’enquête sur La petite industrie, salaires et durée du travail, Paris, Imprimerie nationale, 1893 ; t. VI : Le vêtement à Paris (même type de publication), Paris, Imprimerie nationale, 1896 ; t. VII : Les associations ouvrières de production, en collaboration avec Arthur Fontaine, Office du Travail).

  • (1900) : Les enquêtes, pratique et théorie, Paris, Alcan.

MARTIAL, Docteur René (1907a) : Hygiène individuelle du travailleur, Paris, Giard et Brière.

  • (1907b) : « L’alimentation des travailleurs », Rev. d’Hygiène et de Police sanitaire, n° 6.
  • (1909) : L’ouvrier, son hygiène, son atelier, son habitation, Paris, Doin.

(Importante bibliographie.)

MARTIN SAINT-LÉON, Etienne (1901) : Le compagnonnage, Paris, A. Colin.

  • (1909) : Histoire des corporations de métiers. Depuis leurs origines jusqu’à leur suppression en 1791, suivie d’une étude sur l’évolution de l’idée corporative de 1791 à nos jours et sur le mouvement syndical contemporain, Paris, Alcan.

MARX, Karl : Œuvres, Edition Costes ; Editions Sociales ; Œuvres, Economie, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade » (présenté et annoté par Maximilien Rubel), t. I, 1963 ; t. II, 1968.

MASSE, Jean (1948) : Les ouvriers à Lyon de 1871 à 1884, D.E.S, Lyon (M. Fugier) (aimablement communiqué par l’auteur).

  • (1966) : « Le mouvement anarchiste dans le Var de 1879 à 1904 », Actes du 90e Congrès national des sociétés savantes, Nice, 1965 ; Paris.
  • (1967) : « Les grèves des mineurs et carriers du Var de 1871 à 1921 », Annales du Midi, avril.

MATAJA, Docteur Victor (s.d.) : Die Statistik der Arbeitseinstellungen ; ce texte se trouve dans Archives nationales, F 22 234, avec une traduction française. Publié vers 1899 dans Abdruck aus den Jahrbüchern für Nationalökonomie und Statistik, il est remarquable pour l’époque par ses préoccupations et montre l’avance de l’Allemagne dans ce domaine comme dans beaucoup d’autres.

MATHÉ (1900) : Les tisseurs en soie de Lyon, 1769-1900, Lyon, Rey. (Mathé fut un des fondateurs du syndicat des tisseurs en soie de Lyon. Son livre constitue en quelque sorte les archives du syndicat.)

MAUCO, Georges (1932) : Les étrangers en France. Leur rôle dans l’activité économique, Paris, A. Colin.

MAUGER, Charles (1908) : Les débuts du socialisme marxiste en France, thèse pour le doctorat en droit, Paris, Société générale d’impression.

MAUPASSANT, Guy DE (1956) : Les confinés, Paris, Ed. Albin Michel.

maury, A. (1879) : L’ouvrier tel qu’il était, tel qu’il est et tel qu’il pourrait être, Paris, Fischbacher. MAZAROZ, J. P. (1873) : La profession, base naturelle du suffrage universel. Extrait de La revanche de la France par le travail, Paris, Dentu.

  • (1874) : La revanche de la France par le travail, Paris, Dentu et Chaix.
  • (1882a) : Suite des grèves de 1880. Lettre et documents corporatifs et fédératifs, Paris, chez l’auteur.
  • (1882b) : Causes et conséquences de la grève du faubourg Saint-Antoine d’octobre et novembre 1882, suivi d’un projet d’organisation pour développer les débouchés des produits français et les apprentissages, Paris, chez l’auteur, décembre. (Intéressante prise de position d’un patron.)

MÉNY, G. (1910) : Le travail à domicile. Ses misères. Ses remèdes, Paris, M. Rivière.

MERCIER, Sébastien (1782-1788), Tableau de Paris, Amsterdam, 12 vol.

MERMEIX (1886) : La France socialiste. Notes d’histoire contemporaine, Paris, Fetscherin et Chuit.

  • (1906) : Le Socialisme. Définitions. Explications. Objections. Exposé du pour et du contre, Paris, Ollendorf, 6e éd.
  • (1907) : Le syndicalisme contre le socialisme. Origine et développement de la Confédération Générale du Travail, Paris, Ollendorf.

MEUNIER, Lucien-Victor (1884) : Les clameurs du pavé, Paris, Oriol ; préface de Jules Vallès.

MEYER, Maximilien (1907) : Statistik der Streike und Aussperrungen im In- und Auslande, Leipzig, Halle.

MiCHAUD, René (1967) : J’avais vingt ans. Un jeune ouvrier au début du siècle, Paris, Editions Syndicalistes. (Remarquables souvenirs.)

MICHEL, Georges (1891) : « Grèves », Nouveau dictionnaire d’économie politique, sous la direction de Léon Say, Paris, Guillaumin.

MICHEL, Louise (s.d.) : La misère, Paris, Fayard, illustré par L. et J. Tinayre. (Roman social.)

  • (1882a) : Les méprisées, grand roman de mœurs parisiennes, Paris, Fayard ; illustré par L. et J. Tinayre.
  • (1882b) : La grève dernière, s.l.
  • (1883) : Défense de Louise Michel. Cour d’assises, 22 juin 1883, Bordeaux ; B.N, Fol. Lb 75 8399.
  • (1886) : Mémoires, t. I (et unique), Paris, F. Roy.
  • (1888) : Le Monde nouveau, Paris, Dentu. (Sans valeur littéraire, les romans utopiques ou populaires de L. M. présentent un intérêt au second degré.)

MICHELET, J. (1846) : Le Peuple, Paris, Hachette.

MOLINARI, Gustave DE (1871) : Les clubs rouges pendant le siège de Paris, Paris, Garnier Frères, 2e éd. (Articles regroupés, parus d’abord au Journal des Débats.)

  • (1872) : Le Mouvement socialiste et les réunions publiques avant la révolution du 4 septembre, suivi de La pacification des rapports du capital et du travail, Paris, Garnier. (Plusieurs chapitres sur les grèves et les associations, où l’exemple anglais est vanté.)
  • (1893) : Les bourses du travail, Paris, Guillaumin.

MONTREUIL, Jean, alias Lefranc (1947) : Histoire du mouvement ouvrier en France des origines à nos jours, Paris, Aubier.

Moog, Jules (1908) ; « Une grève », Revue de Paris, 15 juillet. (Nouvelle dont le cadre est une usine textile de Reims et qui met en scène un patron de combat, un contremaître médiateur mais haï, et la violence ouvrière qui se solde par deux morts.)

MOORE, Henry L. (1911) : Laws of wages. An essay in statistical economics, New York. (Chap, v : étude des rapports entre grèves et salaires.)

MORAND, Marius (1873) : L’organisation ouvrière de la fabrique lyonnaise, Lyon, 13 p. (Régression de la fabrique urbaine et extension considérable de la fabrique rurale.)

MOREAU, Georges (1925) : Essai sur les théories et l’histoire du syndicalisme ouvrier en France. Le mouvement syndical et l’évolution économique, thèse de droit, Paris, M. Rivière.

MOREL, Emile (1907) : Les gueules noires, préface de Paul Adam, illustrations de Steinlein, Paris, Sansot, 5e éd. (série de nouvelles.)

MOSSÉ, Robert (1952) : Les salaires, observations statistiques de R. Rivet et R. Dumas, Paris, M. Rivière.

MOTTEZ, Bernard (1960) : « Du marchandage au salaire au rendement », Sociol. du Travail, 3, juillet-septembre.

  • (1966) : Systèmes de salaire et politiques patronales. Essai sur l’évolution des pratiques et des idéologies patronales, Paris, C.N.R.S.
  • (1967) : « Formes de salaire et types d’action ouvrière », Mouv. Soc., octobre-décembre.

MOUTET, Aimée (1959) : Le mouvement ouvrier à Paris du lendemain de la Commune au premier congrès syndical en 1876, D.E.S, Paris (M. Labrousse).

  • (1967) : Même titre, Mouv. Soc., janvier-mars.

MOYROUD, F. (1910) : Le logement de l’ouvrier et la législation. La question à Lyon, thèse de doctorat, Paris.

MUN, Albert DE (1911) : Ma vocation sociale. Souvenirs de la fondation de l’Œuvre des cercles catholiques d’ouvriers, Paris, Lethielleux.

NADAUD, Martin (1872) : Histoire des classes ouvrières en Angleterre, Paris, Lachaud.

  • (1873) : Les sociétés ouvrières, Paris, Bibliothèque démocratique, sous la direction de Victor Poupin.
  • (1895) : Mémoires de Léonard, ancien garçon maçon, Bourganeuf, Duboueix. (De 1830 à 1889.)

NAVILLE, Pierre (1956) : Essai sur la qualification du travail, Paris, M. Rivière.

NÉRÉ, Jacques (1955) : « Une statistique du salaire et de l’emploi en France dans le dernier tiers du xixe siècle », Rev. Hist. Ec. Soc., n° 2.

  • (1956) : « Aspects du déroulement des grèves en France durant la période 1883-1889 », Rev. Hist. Ec. Soc., n° 3.
  • (1958) : La crise industrielle de 1882 et le mouvement boulangiste, thèse de doctorat, Paris, exemplaires dactylographiés, 2 vol.

OBERSCHALL, Anthony Richard (1965) : Empirical Social Research in Germany, 1848-1914, La Haye, Mouton.

OZOUF, Mona (1966) : « L’image de la ville chez C.-N. Ledoux », Annales E.S.C., n° 6.

PAGE, André (1953) : « La liaison salaire-coût de la vie », Rev. Econ., n° 1. (« Relier le salaire aux variations du coût de la vie est actuellement une des préoccupations dominantes des masses ouvrières françaises ».)

PALLE, J. (1872) : La fin des grèves, vade mecum du patron et de l’ouvrier, Paris, Lechevalier, 26 p. ; B.N, Lb 57 3213. (Préconise l’instruction économique et voudrait qu’on instaure un prix à décerner au meilleur « catéchisme d’économie sociale ».)

PALMADE, Guy (1961) : Capitalisme et capitalistes français au xixe siècle, Paris, A. Colin. PATAUD, Emile et POUGET, Emile (1911) : Comment nous ferons la Révolution, Paris, Editions de la Guerre sociale.

PAULIAT, Louis (1873) : Les associations et les chambres syndicales ouvrières, Paris, Bibliothèque ouvrière.

PECQUEUR, Constantin (1838) : Des intérêts du commerce, de l’industrie et de l’agriculture, et de la civilisation en général, sous l’influence des applications de la vapeur, Paris, Desessart.

PÉDRON, Etienne (1907) : Chansons socialistes, Paris, Librairie du Parti ouvrier.

PÉGUY, Charles : Œuvres en prose, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 2 vol. ; t. I : 1878-1908 ; t. II : 1909-1914.

PÉHU, M. et A. (1905) : Les logements insalubres à Lyon de 1891 à 1904. Lyon.

PELLOUTIER, Fernand et Maurice (1897) : Les Syndicats en France, Paris, Librairie Ouvrière.

  • (1900) : La vie ouvrière en France, Paris, Schleicher.
  • (1902) : Histoire des bourses du travail. Origine, institutions, avenir (posthume), préface de G. Sorel, notice bibliographique de Victor Dave, Paris, Schleicher.

PERROT, Marguerite (1961) : Le mode de vie des familles bourgeoises (18731953), Paris, A. Colin.

PERROT, Michelle (1958a) : « Aperçu sur le mouvement ouvrier et socialiste dans le Calvados, 1871-1914 », Actes du 81e Congrès national des Sociétés savantes, Rouen, 1956 ; Paris, Imprimerie nationale.

  • (1958b) : « L’agitation sociale à Torteron à la fin du Second Empire d’après les archives judiciaires », Actes du 82e Congrès national des Sociétés savantes, Bordeaux, 1957 ; Paris, Imprimerie nationale.
  • (1959a) : « Le premier journal marxiste français : L’Egalité, de Jules Guesde », Actualité de l’histoire, juillet-septembre.
  • (1959b) : « Archives policières et militants ouvriers sous la Troisième République. Un exemple : le Gard », Rev. Hist. Ec. Soc., n° 2.
  • (1960) : « L’introduction du marxisme en France d’après la correspondance Engels-Lafargue », Annali Feltrinelli.
  • (1963) : « La presse syndicale des ouvriers mineurs (1880-1914) » Mouv. Soc., avril-juin.
  • (1968) : « Grèves, grévistes et conjoncture : vieux problèmes, travaux neufs » (à propos de la thèse d’E. Andréani), Mouv. Soc., avril-juin.

PERROUX, François (1955) : « Prises de vue sur la croissance de l’économie française (1780-1950) », Income and Wealth, série 5.

PETERSON, F. (1937a) : « Methods used in strikes statistics », Jour. Amer. Stat. Association, n° 197.

  • (1937b) : Strikes in the U.S.A. 1880-1936, U.S. Department of Labor, Bureau of Labor Statistics, n° 651.

Pic, Paul (1902) : Traité élémentaire de législation industrielle. Les lois ouvrières, Paris, Rousseau, 2E éd. (Une mine de renseignements.)

  • (1912) : « Les enseignements de quelques grèves récentes », Rev. Ec. Pol., t. 26. (Le fléchissement des grèves depuis 1906 s’observe dans l’Europe entière.)

PICARD, Alfred (1906) : Le bilan d’un siècle (1801-1900), Paris, Imprimerie nationale, 6 vol. (Utilise entre autres les rapports faits pour les expositions pour étudier le développement du machinisme et les changements techniques.)

PICOT, G. (1885) : Un devoir social et les logements d’ouvriers, Paris, Lévy.

PICQUENARD, Charles (1909) : « Les bilans financiers des grèves et leur influence sur le salaire », dans Le droit de grève, Paris, Alcan.

PIEQUET, O. (1906) : « L’alimentation de l’ouvrier au début du xxe siècle », Bull, de la Société industrielle de Rouen, novembre-décembre.

PIERRARD, Pierre (1965) : La vie ouvrière à Lille sous le Second Empire, Paris, Bloud et Gay. PIÉTON, E. (1872) : Etude sur la corporation ouvrière, brochure, Rouen ; Arch. dép. Seine-Maritime, 14 M, pièce 122.

PINTO, Roger et GRAWITZ, Madeleine (1964) : Méthodes des sciences sociales, Paris, Dalloz, 2 vol. Poiré, Paul (1875) : La France industrielle ou description des industries françaises, Paris, Hachette, avec 422 gravures.

PONSOT, Pierre (1956) : Le mouvement ouvrier au Creusot sous le Second Empire et au début de la Troisième République, D.E.S. (M. Labrousse). (Aimablement communiqué par l’auteur.)

PORTE, Marcel (1913) : Budgets de familles et consommations privées, Grenoble, Allier. POTTIER, E. (1887) : Chants révolutionnaires, préface de Henri Rochefort, Paris, Dentu. POULAIN, Elisabeth (1960) : « Huit lettres de jeunesse de Jean Jaurès », Rev. Hist. Ec. Soc., t. 1.

POULOT, Denis (1872) : Question sociale. Le Sublime ou le travailleur comme il est en 1870 et ce qu’il peut être (1870), 2e éd., Paris, Librairie Internationale Lacroix, Verboeckhoven éditeurs.

PRIOURET, Roger (1963) : Origines du patronat français, Paris, Grasset. (S’arrête aux alentours de 1870. Bonne bibliographie de Guy Herzlich.)

PROUDHON, P. J. : Œuvres complètes, réédition M. Rivière, sous la direction de C. Bouglé.

  • (1961) : Carnets de P.J. Proudhon, Paris, M. Rivière, 2 vol., publiés par Pierre Haubtmann.

PROUST, Marcel (1954) : A la recherche du temps perdu, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 3 vol.

PUYNODE, Gustave DU (1872) : « La question du salaire », Jour, des Econ., mars.

QUITRIME, Louis (1889) : Rondes pour récréations enfantines, Paris, Librairie du Père Peinard, brochure, 14 p. (La Carmagnole des enfants, Le mariage des oiseaux, La boulangère, La Marianne des enfants, La logique des enfants, Dansons devant l’buffet, etc.)

RAFFALOVITCH, A. (1887) : Le logement de l’ouvrier et du pauvre. Etats-Unis, Grande-Bretagne, France, Allemagne, Belgique, Paris, Guillaumin.

RALÉA, Michel (1923a) : L’idée de Révolution dans les doctrines socialistes, étude sur l’évolution de la tactique révolutionnaire, Paris, Jouve et Compagnie.

  • (1923b) : Révolution et socialisme. Essai de bibliographie, Paris, P.U.F.

RAYMOND, M. G. (1966) : La politique pavillonnaire, Paris (Institut de Sociologie Urbaine ; cf. HAUTMONT). REES, Albert (1952) : « Industriai conflict and business fluctuations », Jour, of Politicai Economy, octobre, vol. X

REINHARD, Marcel (1887) : Paris pendant la Révolution, cours C.D.U.

RENOUARD, Alfred (1887) : Les habitations ouvrières à Lille, Paris, Secrétariat de la Société d’Economie sociale, 40 p.

RENOUARD, A. et MOY, L. (1889) : Les institutions ouvrières et sociales du département du Nord, Lille, Danel.

REYBAUD, Louis (1859) : Etude sur le régime des manufactures. Condition des ouvriers en soie, Paris, Michel Lévy.

  • (s.d.) : Rapport sur l’instruction et le salaire des femmes dans les travaux de l’industrie (1870), Musée Social, 9920.
  • (1872) : Rapport sur la condition morale intellectuelle et matérielle des ouvriers qui vivent de l’industrie du fer, Paris, Firmin-Didot.

REYNAUD, J. D. et TOURAINE, Alain (1956-1957) : « L’attitude des ouvriers de l’industrie sidérurgique à l’égard des changements techniques », Inst. Sc. Soc. du Travail.

REYNIER, Elie (s.d.) : L’organisation syndicale dans l’Ardèche, Toulouse, Privât [1913], 30 p. RICHES, E. J. (1933) : « International comparisons of the time lost through industriai disputes », Economic Record, décembre.

RICHTER, Eugène (1892) : Où mène le socialisme ? Journal d’un ouvrier, préface de Paul Leroy-Beaulieu, Paris, Le Soudier. (Anticollectiviste.)

RIST, Charles (1898a) : La journée de travail de l’ouvrier adulte en France et sa limitation par la loi, Paris, Larose.

  • (1898b) : Réglementation légale de la journée de travail de l’ouvrier adulte, thèse, Paris, Larose. (Analyse des rapports des inspecteurs du travail sur les résultats favorables de la réduction de la journée dans les fabriques du Nord.)
  • (1907) : « La progression des grèves en France et sa valeur symptomatique », Rev. Ec. Pol., t. 21.
  • (1912) : « Relations entre les variations annuelles du chômage, des grèves et des prix », Rev. Ec. Pol. (C’est en période d’essor que les grèves sont les plus nombreuses et les plus réussies.) RIVERO, Jean et SAVATIER, Jean (1956) : Droit du travail, Paris, P.U.F, coll. « Thémis ». ROBLIN, L. (1902) : Les bûcherons du Cher et de la Nièvre, Paris, Ed. du Mouvement Social. ROLLET, Henri (1948) : L’action sociale des catholiques en France (18711901), Paris. ROMAINS, Jules (1932-1947) : Les hommes de bonne volonté, Paris, Flammarion, 27 vol. RONDET, Michel (1881) : Rapport du citoyen M. Rondet, délégué de la chambre syndicale des mineurs de la Loire au 2e Congrès ouvrier socialiste de la région de l’Est, tenu à Saint-Etienne, le 16 juin 1881, brochure, 16 p, Saint-Etienne, Ménard.

RONDOT, Natalis (1889) : La fabrique lyonnaise des soieries et l’industrie de la soie en France, 1789-1889, Lyon. ROSTAING, Léon (1875) : L’enquête parlementaire sur les conditions du travail en France, Vienne, Savigné. (D’inspiration catholique.)

ROUGERIE, Jacques (1964a) : Procès des communards, Paris, Julliard, coll. « Archives ».

  • (1964b) : « Composition d’une population insurgée : La Commune », Mouv. Soc., juillet-septembre.
  • (1965) : « Sur l’histoire de la première Internationale. Bilan d’un colloque et de quelques récents travaux », Mouv. Soc., avril-juin.
  • (1968) : « Remarques sur l’histoire des salaires à Paris au xixe siècle », Mouv. Soc., avril-juin.

ROUGIER, Paul (1879) : Les conditions du travail en France et les syndicats professionnels. Etude sur le rapport présenté par M. Ducane, Lyon, Riotor, 31 p. (Extrait des Mémoires de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon.)

ROUSSEAU, J.-J. (1961) : La Nouvelle Héloïse, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade ».

  • (1969) : Emile, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade ». Roux, Michelle (1950) : Les grèves en France, 1815-1834, D.E.S, Paris. ROWNTREE, S. (1902) : Poverty, a study of town life, Londres, MacMillan. RUDE, François (1944) : Le mouvement ouvrier à Lyon de 1821 à 1832, Paris, Domat-Montchrestien. RUDé, G. (1967) : The crowd in the French Revolution, Oxford University Press, 2e éd.

SADOUN, Roland ; LOLLI, Giorgio et SIVERMAN, Milton (1965) : Drinking in French culture, New Brunschwig, The Rutgers Center of Alcohol Studies. (Des pages intéressantes sur les attitudes populaires devant l’alcool.)

SALOME, Suzel (1955) : Attitude politique et sociale des ouvriers de Roubaix au début de la Troisième République, 1870-1873, D.E.S, Lille (M. Girard).

SAVARY, Yvette (1956) : La condition des ouvriers et les conflits sociaux dans le bassin houiller du Nord de 1852 à 1873, D.E.S, Lille.

SCELLE, Georges (1929) : Le droit ouvrier, Paris, A. Colin.

SCHLOSS, David (1902) : Les modes de rémunération du travail, traduction de Ch. Rist, Paris, Giard. (L’ouvrage s’applique à l’Angleterre mais les commentaires et notes de Rist et les annexes l’appliquent au cas français.) Sée, Henri (1951) : Histoire économique de la France, t. II : Les temps modernes, 1789-1914, Paris, A. Colin.

SEIGNOBOS, Charles (1921a) : Le déclin de l’Empire et l’établissement de la Troisième République (1859-1875), coll. Lavisse, t. VII, Paris, Hachette.

  • (19216) : L’évolution de la Troisième République (1875-1914), t. VIII, Paris, Hachette.

SEILHAC, Léon DE (1899) : Les Congrès ouvriers en France de 1876 à 1897, Paris, A. Colin.

  • (1903) : Les grèves, Paris, Lecoffre.

SÉVERINE (1893) : Pages rouges, Paris, Simonis Empis.

  • (1894) : Notes d’une frondeuse, Paris, Simonis Empis.

SHORTER, Edward (1970) : voir TILLY.

SIEGFRIED, J. (1892) : « Discours du 9 décembre 1891 », Bulletin démocratique et d’études sociales de l’arrondissement de Saint-Nazaire, 15 mai.

SILVESTRE, J. J. (1966) : « Le comportement cyclique des hausses de salaires dans les industries de transformation », Rev. Ec. Pol., Paris, mars-avril.

SIMIAND, François (1907) : Le salaire des ouvriers des mines de charbon en France. Contribution à la théorie économique du salaire, Paris, Cornély.

  • (1925) : La formation et les fluctuations du prix du charbon en France pendant vingt-cinq ans (1887-1912), Paris, M. Rivière.
  • (1932) : Le salaire, l’évolution sociale et la monnaie, Paris, Alcan, 3 vol.
  • (1934) : « Une enquête oubliée sur une grande crise méconnue », Mélanges d’économie politique et sociale offerts à Edgar Milhaud, Paris, Presses Universitaires ; B.N, 4° R 4625. (Sur l’enquête parlementaire de 1884 ; se réfère au texte imprimé.)

SIMON, François (1946) : Petite histoire des tisserands de la région de Cholet, essai d’éducation corporative », Angers. (Utilise des archives de la bourse du travail de Cholet et des renseignements oraux fournis par de « vieux tisserands ».)

SIMONIN, L. (1867) : La vie souterraine ou la mine et les mineurs, Paris, Hachette.

SINAY, Hélène (1966) : Traité de droit du travail : la grève, Paris, Dalloz.

SINGER-KÉREL, Jeanne (1961) : Le coût de la vie à Paris, de 1840 à 1954, Paris, A. Colin.

SLOSSE, A. et WAXWEILLER, E. (1910) : Enquête sur le régime alimentaire de 1065 ouvriers belges, Bruxelles, institut Solvay, travaux de l’Institut de Sociologie, notes et mémoires, fasc. 9 ; Misch Thron. (Il s’agit d’une enquête alimentaire de type physiologique, pas du tout budgétaire. Remarquable bibliographie.)

SMITH, Adam (1802) : Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, trad. Garnier, Paris, Agasse, 5 vol.

SMITH, L. (1886) : Les coalitions et les grèves d’après l’histoire et l’économie politique, Paris, Guillaumin. SORLIN, Pierre (1966) : Waldeck-Rousseau, Paris, A. Colin.

SPULLER (1885) : Rapport (dit rapport Spuller) de la commission d’enquête sur la situation des ouvriers et sur la crise parisienne en 1884, Paris, Quantin ; Musée Social, E 4061.

STEARNS, Peter N. (1965) : « Patterns of industriai strike activity in France during the July monarchy, Amer. Hist. Review, janvier.

STELL, G. (1883) : Cahiers de doléances des mineurs français, Paris, Bureaux du « Capitaliste ».

STILL, André (1949) : Le mot Mineur, camarades, Paris, Editeurs Français Réunis.

STOETZEL, Jean (1963) : La psychologie sociale, Paris, Flammarion.

SUTET, M. (1965) : « Jules Chagot : fondateur de la Compagnie des mines de Blanzy (1801-1877) », Actes du 89e Congrès national des Sociétés savantes, Lyon, t. II, vol. 2.

TALLON, Eugène (1877) : La vie morale et intellectuelle des ouvriers, Paris,

Plon. (Partisan du rétablissement des corporations.)

TALMEYR, Maurice (1880) : Le grisou, Paris, Dentu, 2e éd. (Roman social.)

TALMY, abbé Robert (1952) : Les tendances anticléricales des socialistes dans le département du Nord (1860-1900), contribution à l’étude de la pratique religieuse dans le département du Nord, mémoire de l’Université catholique, Lille, exemplaire dactylographié. (Utilise surtout la presse socialiste ; très peu sociologique.)

TERSEN, Georges (1952) : L’opinion publique et la Commune de juin 1871 à l’amnistie de 1879, D.E.S, Paris (M. Labrousse). (En partie publié dans Bull. d’études de la région parisienne.)

THALASSO, Adolphe (1893) : La faim, drame en trois actes en vers, Paris, Tresse et Stock. (Représenté pour la première fois au théâtre Déjazet, 19 mai 1893 ; met en scène un fait divers de 1886, le suicide de la famille Hayem. Un vrai mélodrame.)

THOMAS, Albert (s.d.) : Le Second Empire, t. X de Histoire socialiste, sous la direction de Jean Jaurès, Paris, Rouff.

THOMPSON, E. P. (1967) : « Time, work discipline and industrial capitalism », Past and Present, XII.

THUILLIER, Guy (1958) : « Le Play et la réforme sociale », Rev. Admin., mai..

(1959) : « Pour une histoire monétaire de la France : le rôle des monnaies de cuivre et de billon », Annales E.S.C., janvier.

  • (1962) : « Economie et société dans la pensée de Le Play en 1844 », Rev. Adm., septembre-octobre.
  • (1965) : « Au xixe siècle : l’alimentation en Nivernais », Annales E.S.C., novembre-décembre.
  • (1969) : « La pétition des mécaniciens et des chauffeurs des chemins de fer en 1871 », Mouv. Soc., janvier-mars.

TIANO, André (1956) : Expériences françaises d’action syndicale ouvrière, en collaboration avec M. Rocard et H. Lesire-Ogrel, Paris, Editions Ouvrières.

  • (1957) : « Note sur l’effet d’imitation dans le domaine de la détermination du salaire », Cahiers de l’I.S.E.A., n° 51, février.
  • (1958) : L’action syndicale ouvrière et la théorie économique du salaire, Paris, Génin.
  • (1960) : « L’action des syndicats ouvriers. Etat des travaux », Rev. Fr. Sc. Pol., décembre, n° 4. (Avec bibliographie des travaux français et anglais récents.)

TILLY, Charles (1968) : Collective violence in European perspective, University of Toronto and Center for advanced study in the Behavorial Sciences, exemplaire dactylographié.

TILLY, Charles et ABDUL GAIYUM LODHI (1970) : Urbanization, criminality and collective violence in 19th Century France, dactylographié.

TILLY, Charles et SHORTER, Edward (1970) : Strike waves in France (18301968), dactylographié.

TOURAINE, Alain (1955) : L’évolution du travail ouvrier aux usines Renault, Paris, C.N.R.S.

  • (1966) : La conscience ouvrière, Paris, Seuil.

TOURNISSOUX, abbé (1872) : Bourgeois et ouvriers ou les inégalités de la fortune, par un socialiste et homme de bon sens, Paris, Pélagaud, Guillaumin.

TOUTAIN, Jean-Claude (1963) : La population de la France de 1700 à 1959, Cahiers de l’I.S.EA, série AF, « Histoire quantitative de l’économie française », n° 3, janvier.

TOYOT, E. DE (1887) : « Le gantier de Grenoble », Les Ouvriers des Deux Mondes, 2e série, t. I, n° 55, p. 464-520.

TRéanton, J. R. (1962) : « Les conflits du travail », dans Traité de sociologie du travail, Paris, A. Colin.

TRéanton, J. R. et FRIEDMANN, G. (1962) : « Sociologie du syndicalisme et des conflits du travail », dans Traité de sociologie, sous la direction de G. Gurvitch, Paris, A. Colin, t. I, p. 479-498.

TREMPÉ, Rolande (1954a) : Les mineurs de Carmaux de 1848 à 1883, D.E.S, Toulouse.

  • (1954b) : « Les premières luttes des mineurs de Carmaux », Cahiers Internationaux, n° 62.
  • (1963) : « Contribution à l’étude de la psychologie patronale. Analyse du comportement des administrateurs de la Société des mines de Carmaux vis-à-vis des mineurs (1856-1914) », Mouv. Soc., avril-juin.
  • (1968) : « Le réformisme des mineurs français à la fin du xixe siècle », Mouv. Soc., octobre-décembre.
  • (1971) : Les mineurs de Carmaux de 1848 à 1914, Paris, Editions Ouvrières, 2 vol.

TRIBOT, J. (1907) : « Enquête sur l’alimentation ouvrière », Rev. d’Hygiène alimentaire, fasc. 1.

TUDESQ, A. J. (1964) : Les grands notables en France (1840-1849), Paris, P.U.F, 2 vol.

  • (1965) : « Comment le grand patronat considère le travail des enfants en 1840 », 8e colloque sur l’artisanat, Aix, 1964, paru en 1965.

TULARD, Jean (1965) : La préfecture de police sous la Monarchie de Juillet, suivi d’un inventaire sommaire et d’extraits de rapports de la préfecture de police conservés aux Archives nationales, Paris, Imprimerie municipale.

TuRGAN, L. (1859-1898) : Les grandes usines de France. Tableau de l’industrie française au xixe siècle, Paris, Bourdillat, 38 vol.

TURQUAN, Victor (1889) : « Grèves. Statistique », Jour. Soc. Stat. Paris, septembre. (Le premier statisticien des grèves en France.)

  • (1898) : Les grèves, leur nombre, leurs causes, leur importance, leurs résultats, Conférence faite à l’Institut international de statistique, session de Paris, Rome, Botta ; B.N., 4° G 361.
  • (1891a) : « Les grèves ouvrières depuis 1852 », Le Monde économique, mai. (S’attache aux rapports avec la conjoncture annuelle et saisonnière ; étudie la répartition des grèves selon les motifs, la durée, les résultats : « les grèves sont funestes à la classe ouvrière ».)
  • (1891b) : « Etudes économiques. Statistique des grèves ouvrières depuis 1852 », Le Génie Civil, 21 et 28 mars (avec courbe et carte).
  • (1892a) : Statistique des syndicats professionnels, Rome, Bertero, 63 p. ; B.N, 4° V 5477. (Extrait du Bull. Inst. Intern. Statistique.)
  • (1892b) : « Les syndicats professionnels », Jour. Soc. Stat. Paris.

TURQUAN, Victor et MICHEL, Georges (1891) : article « Grèves », Dictionnaire d’économie politique, Paris, Guillaumin, 2 vol.

UHRY, Jules (1903) : Les grèves en France et leur solution, Paris, Editions du Mouvement socialiste, préface d’Aristide Briand.

VAILLE, Eugène (1901) : La coalition ouvrière et les grèves. Etude historique, Paris, Chevalier. VALDOUR, Jacques (1909-1934) : La vie ouvrière. Observations vécues, série de 18 vol, édités à Paris, chez divers éditeurs (Giard, Rousseau, Spes, Jouve, Flammarion, Nouvelles Editions Latines). Ces reportages, réalisés par ce journaliste de droite (ce côté s’accusant nettement dans les années 30) contiennent beaucoup d’observations intéressantes : La vie ouvrière, Giard et Brière, 1909 ; La méthode concrète en science sociale, Rousseau, 1914 ; Les mariniers, Rousseau, 1914 ; Réponses à quelques objections, Rousseau, 1919 (brochure) ; L’ouvrier agricole, Giard, 1919 ; Les mineurs (observations recueillies en 1910 et 1912), Giard et Rousseau, 1919 ; Deux chauffeurs conducteurs, Giard, 1919 ; L’ouvrier espagnol, Giard, 1919 ; Ouvriers parisiens d’après-guerre, Giard, 1919 ; Ateliers et taudis de la banlieue de Paris, Spes, 1923 ; De la Popinq’ à Ménilmuch’, Spes, 1924 ; Le faubourg, Spes, 1925 ; La menace rouge. Ouvriers d’après-guerre en Touraine, A. Rousseau, 1926; Le glissement. Ouvriers d’après-guerre dans les provinces de l’Ouest. Cholet, Le Mans, Nantes, Editions de la Gazette française, 1926 ; Ouvriers catholiques et royalistes, Flammarion, 1928 ; etc.

VALIANI, Léo (1954) : « Dalla prima alla seconda Internazionale (1872-1879) », Movimento Opereaio, Milano.

VALLIN (1952) : La grève, phénomène social et économique, thèse de droit, Paris.

VASSEUR, Daniel (1964) : Les débuts du mouvement ouvrier dans la région de Belfort-Monbéliard (1870-1914), thèse de droit, Paris, dactylographié.

VENDÔME-LA-CLEF-DES-CŒURS (1879) : Chansonnier du Tour de France, Paris, Larousse. (L’auteur, d’abord très partisan des règles étroites du compagnonnage, avait évolué vers les vues réformistes de Perdiguier.)

VERRY, Maurice (1955) : Les laminoirs ardennais. Déclin d’une aristocratie professionnelle, Paris, P.U.F, Bibliothèque de sociologie contemporaine, préface de G. Friedmann. (Intéressante utilisation des ressources de l’archéologie industrielle et interviews des « anciens ».)

VIAL, Jean (1941) : La coutume chapelière : Histoire du mouvement ouvrier dans la chapellerie, Paris, Domat-Montchrestien.

  • (1950) : « L’ouvrier métallurgiste français », Droit social, février.

VIALLATE, A. (1937) : L’activité économique en France de la fin du xviiie siècle à nos jours, Paris.

VIDALENC, Jean (1958) : « Quelques remarques sur le rôle des Anglais dans la révolution industrielle en France et particulièrement en Normandie, de 1750 à 1850 », Annales de Normandie, mai.

VIGNE, Pierre (1950) : « Quelques types de psychologie ouvrière : le mineur », Droit social, juillet-août.

VILLARD, Th. (1891) : Le travail collectif en France. Ses intérêts, ses besoins. Les grèves, Paris, Gaston Née, 67 p.

VILLERMÉ, Louis-René (1840) : Tableau de l’état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie, Paris, Jules Renouard, 2 vol.

VILLEY, E. (1923) : L’organisation professionnelle des employeurs dans l’industrie française, Abbeville, Cadet.

VINCENT, L. A. (1944) : « Le progrès technique en France depuis cent ans, Paris, Institut de Conjoncture.

  • (1965) : « Population active, production et productivité dans 21 branches de l’économie française (1896-1962) », Etudes et Conjoncture, février.

VITU, Auguste (1869) : Les réunions publiques à Paris (1868-1869), Paris, Dentu.

VOILLARD, Odette (1963) : « Le milieu ouvrier et ses difficultés en Meurthe-et-Moselle avant 1914 », Bull. Soc. Lorraine d’Etudes Locales, 21.

VORNEY, E. Q. DE (1889) : Un atelier en 1889, Paris, Schiller, 14 p. (Ce rédacteur du Temps décrit et vante un atelier de participation aux bénéfices.)

VUILLEMIN, E. (1884) : La grève d’Anzin, Lille ; B.N, Le 7 106.

  • (1890) : La grève des houillères du Nord de la France (octobre-novembre 1889), Lille ; B.N. Le 7 128.

WADDINGTON, R. (1881) : « Rapports sur les propositions de la loi tendant à limiter à 10 heures la durée du travail dans l’industrie », Journal officiel 11 juin 1880, p. 7166-7171 et 27 janvier 1881, p. 63.

WASSEIGE, Yves DE (1952) : « La grève, phénomène économique et sociologique, Etude inductive des conflits du travail en Belgique de 1920 à 1940 », Bulletin de l’Institut de Recherches Economique et Sociale de l’Université de Louvain, novembre.

WAXWEILLER : cf. SLOSSE.

WEILL, Georges (1924) : Histoire du Mouvement social en France (18521924), Paris, Alcan, 2e éd. WEILL, Gérard (1959) : « Le rôle des facteurs structurels dans l’évolution des rémunérations salariales au xixe siècle », Rev. Econ., mars.

WHITNEY, E. L. (1920) : « Cost of strikes », Monthly Labour Review, septembre.

WILLARD, Claude (1965) : Le mouvement socialiste en France (1893-1905). Les Guesdistes, Paris, Ed. Sociales.

WLOCEVSKI, Stéphane (1934) : L’installation des Italiens en France, Paris, Alcan, préface de C. Bouglé.

WOLFF, Gabrielle (1960) : Le Congrès ouvrier de Marseille, 1819, D.E.S. Paris (M. Labrousse). WOLOWSKI, L. (1868) : « Le travail des enfants dans les manufactures », Bull. Société de Protection des Apprentis..., Paris, Guillaumin. (Favorable à des mesures de protection : « Il s’agit d’empêcher que les forces humaines ne soient épuisées avant l’heure ».)

  • (1872) : « Sur l’utilité pour les ouvriers d’étudier l’économie politique », Jour, des Econ., novembre.

WOODBURY, R. M. (1949) : « L’incidence des conflits du travail. Taux des journées de travail perdues, 1927-1947 », Rev. Intern. du Travail, novembre. (La perte de temps ne doit pas être exagérée. Elle est en définitive moins grande que celle du chômage.)

WRIGHT, Vincent (1968) : « Les préfets d’Emile Ollivier », Rev. Hist.

YODER, Dale : « Economic changes and industrial unrest in the United States », Jour, of Political Economy, vol. 48, n° 2. (Porte sur les conflits du travail américains de 1880 à 1936.)

  • (1938) : « Seasonality in strikes », Jour. Amer. Stat. Association, décembre.

YOVANOVITCH, Dragolioub (1923) : Les stimulants modernes du travail. Essai de bibliographie systématique, Paris, P.U.F.

ZÉVAÈS, A. (1911-1923) : Histoire des partis socialistes en France, Paris,

M. Rivière, 12 vol.

  • (1938) : La grève de Decazeville (26 janvier 1886), Paris, Bureau d’Editions.

ZOLA, Emile (1960-1967) : Les Rougon-Macquart. Histoire naturelle et sociale d’une famille sous le Second Empire, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 5 vol. (Excellente édition établie par Armand Lanoux et Henri Mitterand ; des notes précises et complètes.)

ZOLLA, Daniel (1908) : La grève, les salaires et le contrat de travail, Paris, Giard et Brière.

4. ANONYMES ET COLLECTIFS11

Almanach pour 1874 : textes de Lockroy, Faulier, Asseline, Marchand, Dupire,

Silvestre, Houdinet, Paris, Bibliothèque Ouvrière, 1874, in-12, 192 p. Almanach du travail, Paris, Bibliothèque du Travail, 1876. 125 p. Almanach socialiste pour 1882, publié par la fédération ouvrière socialiste du Nord, Roubaix, 1882, 63 p. (Arch. dép. Nord, M 154/59, pièce 4). Almanach du travailleur (L’), Lille, 1887. Bourse du travail à Bordeaux (La), Bordeaux, 1887, 32 p. Bibliothèque démocratique, sous la direction de Victor Poupin : collection de petites brochures parues en 1871-1875, s’adressant aux travailleurs. Ex. : Emile Accollas, Les Enfants naturels, 1871 ; A. Esquiros, Les paysans, 1872 ; Martin Nadaud, Les sociétés ouvrières, 1873 ; Victor Poupin, Le droit divin, 1874 ; Godin, Les socialistes et les droits du travail ; André Léo, La commune de Malenpis, conte, 1874, etc.

Bibliothèque du travail, à partir de 1876, publie des brochures « destinées à indiquer aux ouvriers les moyens pratiques d’arriver le plus rapidement possible à la solution des questions économiques pendantes ». On y trouve les noms de Barberet, Lockroy, Alfred Naquet, Léon Angevin, Yves Guyot, Bonnet-Duverdier, S. Lacroix, J. Destrem, etc.

Bibliothèque du bien public, publiée sous la direction d’Edmond Potonié, Paris, rue de Belleyme. Quelques titres : Eugénie Pierre, Les Femmes, les voilà, I : Une pauvre fille, 1879 ; E. Potonié, Prolétaires et bourgeois ; Deynaud, La pléiade des Roublards ; E. Potonié, Historique de la ligue du Bien Public, etc.

Bibliothèque ouvrière : série de brochures publiées à partir de 1873-1874 ; cf. par exemple Barberet.

Bibliothèque socialiste, édit. par Oriol ; brochures de Guesde, Lafargue, Dormoy, Deville, etc.

Bibliothèque révolutionnaire (vers 1879-1880) : John Labusquière, Le Tiers-Etat et le peuple ouvrier, 1879 ; L. Maria, Socialiste et paysan, 1879 ; J. Guesde, Collectivisme et révolution, La loi des salaires, etc. Candidature ouvrière à Bordeaux (La), Bordeaux, 1877, 128 p. (La candidature de P. Castaing, cordonnier.)

Centre National de la Recherche Scientifique : La première Internationale. L’institution, l’implantation, le rayonnement, colloque de novembre 1964, Paris, C.N.R.S, 1968.

Cercle Germinal : Le crime, réquisitoire social, Paris, 1890. Comité de propagande de la grève générale : La grève générale, Paris, Imprimerie nouvelle, 1901.

  • Etudes et Conjoncture, avril 1960 : « Les variations saisonnières de l’activité économique. La méthode d’analyse. Application à la production industrielle et à l’emploi de la main-d’œuvre. »

Institut Français d’Histoire Sociale : colloque sur « Le militant ouvrier français dans la seconde moitié du xixe siècle », Mouv. Soc., octobre 1960mars 1961.

Institut National d’Etudes Démographiques, Economie et population. Les doctries françaises avant 1800. Bibliographie générale commentée, Paris, P.U.F, 2 vol, 1954 et 1956.

  • Journal des Economistes, octobre 1872 : « Bulletin. Situation légale des trade-unions en Angleterre, suivie d’une discussion sur les coalitions en France à la société de législation comparée. »

Librairie Socialiste Internationale : collection de brochures diffusées vers 1885-1886 notamment par la librairie A. Le Roy, rue Saint-Jacques.

« Petite bibliothèque de la jeunesse socialiste », sous la direction de Gustave Falliès et de Jean Grave, Paris ; petites brochures d’une vingtaine de pages, d’inspiration libertaire : G. Falliès, L’avenir du socialisme, la Révolution et la jeunesse ; La Société au lendemain de la Révolution ; Victor Hugo au point de vue politique et littéraire...

Procès des anarchistes de Vienne devant la cour d’assises de l’Isère (12 juillet 1890), Saint-Etienne, 1890, 64 p.

Questions sociales à la portée de tous, par un homme du peuple : Bruxelles, Verrycken ; autre exemple de collection de brochures de propagande socialiste, celles-ci devant paraître avec une périodicité régulière (deux fois par mois).

Secrétariat National du Travail : Le chômage, ses causes, sa durée et ses effets, dénoncés par les chambres syndicales ouvrières de France et d’Algérie, Paris, Allemane, 1893. (Intéressant document qui donne, en outre, pour les divers syndicats cités, la proportion des syndiqués par rapport aux effectifs professionnels.)

Société d’Economie Politique : réunion du 5 mars 1872 sur les « moyens d’empêcher les abus pouvant résulter de la liberté de coalition », Jour, des Econ., mars 1872.

Société Internationale des Etudes Pratiques d’Economie Sociale : Les Ouvriers des Deux Mondes. Etudes sur les travaux, la vie domestique et la condition morale des populations ouvrières des diverses contrées et les rapports qui les unissent aux autres classes, Paris, Firmin-Didot, 1858-1930, trois séries :1re série, 5 vol, 1858-1869 ; 2e série, 5 vol, 1887-1899 ; 3e série, 19001930. En dépit de leur armature idéologique, ces monographies de l’école de Le Play constituent des matériaux très précieux et un jalon incontestable dans l’histoire de la sociologie empirique. On ne saurait donner ici la liste de ces monographies — plus d’une centaine au total. Ont été spécialement utilisées celles qui décrivent des ouvriers français et qui sont comprises entre 1856 et 1895. Cf. notamment annexes à « L’ouvrier consommateur ».

Union des groupes anarchistes des XIIe, XXe arrondissements et de Montreuil-Vincennes : Aux affamés, Paris, 1887, 15 p. (Sur la tactique révolutionnaire.) Voyage aux pays rouges, Paris, Plon, 1873. (« Tableau le plus exact de la grotesque et sinistre démagogie du Midi », écrit la Gazette des Tribunaux, 5 mars 1873.)

Vérité sur le scandale de la Ricamarie (La), Saint-Etienne, 1882.

5. EXPOSITIONS ET CONGRÈS OUVRIERS

Pour les congrès syndicaux à partir de 1886, cf. R. BRÉCY, 1963 ; pour les congrès socialistes internationaux, cf. HAUPT, 1963 ; HAUPT et VERDÈS, 1965. La bibliothèque du Musée social, 6, rue Las Cases, est de loin la plus riche en comptes rendus de congrès ou rapports de délégations aux expositions ; mais le système de cotation ayant été modifié depuis mes propres dépouillements, j’indiquerai seulement : M.S. pour les ouvrages se trouvant au Musée Social.

Expositions :

Exposition universelle de Lyon, 1872. Rapports des délégués lyonnais publiés par la délégation ouvrière, Lyon, L. Bourgeon, 1873, 320 p.

Rapport d’ensemble de la délégation ouvrière française à l’Exposition universelle de Vienne (1873), Paris, Morel, 1876, 654 p. ; M.S. Exposition universelle de Vienne (1873), rapports, Paris, Imprimerie nationale, 1874-1875, 5 vol. ; M.S.

Exposition internationale de Philadelphie. Rapport des délégués mécaniciens en précision, présenté... par F. Maquaire, Th. Ponthus, et A. Harlé, membres de la délégation ouvrière, Paris, Imprimerie nationale, 1879. (Intéressant surtout pour la réaction des délégués devant les Etats-Unis.) M.S.

Exposition internationale et universelle de Philadelphie (1876). Commission supérieure, rapports, Paris, Imprimerie nationale, 1877 ; M.S. Exposition universelle de Paris, 1878. Rapports divers ; M.S.

Exposition universelle d’Amsterdam (1883). Rapports de la corporation des forgerons et mécaniciens de Lyon, Lyon, 1884 ; M.S. ;... des polisseurs sur métaux, Lyon, 1884 ; M.S. ;... de la délégation ouvrière lyonnaise, rapport d’ensemble ; M.S. ;... de la délégation ouvrière parisienne, rapport d’ensemble, Paris, 1884 ; M.S. ;... rapports des mécaniciens de Paris, par V. Delahaye, Paris, 1884 ; M.S.

Rapport d’ensemble de la délégation ouvrière parisienne aux expositions anglaises de 1886, Paris, Harry, 1887.

Congrès :

Séances du Congrès ouvrier de France. Session de 1876, Paris, Fischbacher, 1877, 535 p. ; M.S.

Séances du Congrès ouvrier de France. Deuxième session tenue à Lyon du 28 janvier au 8 février 1878, Lyon, Trichot, 651 p. ; M.S.

Séances du Congrès ouvrier socialiste de France. Troisième session tenue à Marseille, du 20 au 31 octobre 1879 à la salle des Folies-Bergère, Marseille, Doucet, 1879, 831 p. ; M.S.

Congrès ouvrier collectiviste révolutionnaire de la fédération du Centre. Congrès régional tenu à Paris, 18 juillet 1880 ; M.S. Quatrième Congrès tenu au Havre en novembre 1880. En fait deux congrès :

1°) un congrès mutualiste sur lequel on trouve au M.S. un cahier manuscrit anonyme ; 2°) un congrès collectiviste qui se dit « Congrès national ; socialiste ouvrier » sur lequel on trouve les comptes rendus reliés parus dans Le Petit Havre, Le Havre, etc.

Cinquième Congrès national ouvrier socialiste, Paris, 27 novembre-5 décembre 1881 ; M.S.

Sixième Congrès socialiste national ouvrier de Bordeaux, 11 et 12 septembre 1882 ; M.S.

Parti ouvrier socialiste français. Compte rendu du cinquième Congrès national, tenu à Reims du 30 octobre au 6 novembre 1881, Paris, 1882, 125 p. ; M.S.

Parti ouvrier socialiste révolutionnaire français. Compte rendu du sixième Congrès national tenu à Saint-Etienne, du 25 au 30 septembre 1882, suivi de la carte des régions fédérales, publié par le comité national, Paris, Imprimerie Nouvelle, 1882, 214 p.; M.S.

Sixième Congrès national du parti ouvrier tenu à Roanne, du 26 septembre au 1er octobre 1882, Paris, Vossend, 1882, 36 p. ; M.S. (et Arch. dép. Allier).

Fédération des travailleurs socialistes de France. Compte rendu du septième Congrès national, tenu à Paris du 30 septembre au 7 octobre 1883, Paris, Perreau, 1883, 35 p.; M.S. Fédération des travailleurs socialistes de France. Compte rendu du huitième Congrès national tenu à Rennes, du 12 au 19 octobre 1884, Paris, Perreau, 1885, 40 p. ; M.S.

Septième Congrès national du parti ouvrier, tenu à Roubaix, du 29 mars au 7 avril 1884, Paris, Oriol, 24 p. ; M.S.

Conférence internationale ouvrière tenue à Paris, 23-29 août 1886, à l’occasion de l’exposition internationale ouvrière, procès-verbaux, Paris, 1887. Congrès de l’Union fédérative du Centre. Le prolétariat, 20-27 juin-3 juillet 1886.

Congrès national des syndicats ouvriers tenu à Lyon en octobre 1886, Compte rendu officiel, Lyon, Imprimerie nouvelle, 1887, 397 p. ; M.S.

Deuxième Congrès national des syndicats ouvriers de France, tenu à Montluçon en octobre 1887. Compte rendu officiel, Montluçon, Deslinières, 1888, 94 p. ; M.S.

Fédération des travailleurs socialistes de France, Parti ouvrier socialiste révolutionnaire. Compte rendu du neuvième Congrès national tenu à Charleville, du 2 au 9 octobre 1887, publié par les soins du comité national du Parti ouvrier, Paris, Imprimerie Harry, 1888, 56 p. ; M.S. Fédération nationale des syndicats et groupes corporatifs ouvriers de France, troisième Congrès national, Bordeaux, octobre 1888, Bordeaux, quai de Bacalan, 1888, 55 p.; M.S.12.

Résolutions votées en séance publique du troisième Congrès national, le 4 novembre 1888, Bordeaux, quai de Bacalan, 1888, 12 p. ; M.S. Union des chambres syndicales ouvrières des Bouches-du-Rhône. Rapport de la délégation marseillaise au troisième Congrès national et au Bouscat du 28 octobre au 4 novembre 1888, Marseille, Imprimerie Commerciale,

1889, 26 p. ; M.S.

Sur le Congrès de Troyes, 23-30 décembre 1888, cf. Archives nationales, F7 12490 et Archives de la Préfecture de Police, BA 40.

Compte rendu du Congrès international ouvrier socialiste de Paris (15-20 juillet 1889), publié par le comité national, Paris, 1891, 95 p. ; M.S. (Congrès possibiliste.)

Compte rendu du dixième Congrès national tenu à Châtellerault, 9-15 octobre 1890, Poitiers, 1891, 104 p. ; M.S.

Huitième Congrès national du Parti ouvrier, 11 et 12 octobre 1890, Lille, 1890, 32 p.

Congrès corporatif national des syndicats ouvriers, Calais, 13-18 octobre 1890, manuscrit de 58 p. écrit seulement au recto ; M.S.

Notes

1 Inventaire Lecestre, Caron et Bourgeois, an IV — 1870 ; Inventaire Patry (17961807), 1871-1889.

2 Inventaire J. Chaumié (1815-1876), avec table sur fiches (très suggestif), 18901900. Le classement et l’inventaire ont été continués par la suite jusqu’en 1914. Cf. Rev. Hist., décembre 1965, p. 546.

3 C 3026, 6e Bureau.

4 C 3329, « Procès-verbaux de la Commission chargée de faire une enquête... », 402 pages imprimées. Discours d’ouverture de Spuller, p. 5 et sq. Spuller répudie le socialisme d’il y a quarante ans ; grâce au progrès des lumières, « les anciennes théories socialistes obscures et confuses ont fait place... à des opinions plus conformes aux données de la science économique ».

5 C 3362, préf.-min. Commerce, 28 août 1884 ; Le Petit Lyonnais, 22 août 1884.

6 « La série M (administration générale) des Archives départementales », Revue historique, janvier-mars 1969, p. 147-163.

7 Signalons des disparitions totales, liées à la destruction des dépôts : Aisne, Ardennes, Loiret, Manche, Basses-Pyrénées ; les deux premiers étaient riches en la matière, comme le montre, pour les Ardennes, l’inventaire imprimé de la série M, antérieur à 1940.

8 M. Perrot, 1956.

9 Comme le montre un exemple récent : J. Girault, 1969, utilise le dossier d’instruction du procès Lafargue Culine (1891), versé tout récemment aux archives départementales du Nord (cote : Musée 365 [?]).

10 Les cotes indiquées sont celles de la Bibliothèque nationale.

11 Cette brève liste n’est en aucune manière un inventaire des nombreuses brochures publiées à cette époque par ou (surtout) pour les travailleurs, et dont beaucoup sont regroupées à la Bibilothèque nationale sous la cote Lb 57 (Catalogue de l’Histoire de France). Nous ne signalons que quelques-unes des collections les plus importantes. Mais il y aurait beaucoup à faire pour une recension complète. D’autre part, nous ne faisons pas (ou alors exceptionnellement) mention ici des brochures, libelles ou tracts trouvés dans les dossiers d’archives. Ceux qui ont été utilisés dans le texte sont identifiés en note.

12 Signalons dans Arch. dép. Gironde 4 M 12, un important dossier, bien classé, sur ce congrès, avec affiches, documents et photo des membres du congrès, comptes rendus journaliers des séances, rapports de police.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search