Version classiqueVersion mobile

Les ouvriers en grève. Tome 3

 | 
Michelle Perrot

Chapitre IX. Dénouement

Texte intégral

1Le dénouement de la grève : voilà ce qui nous occupera désormais. Et sur ce point, il faut nous déprendre de certaines visions contemporaines : Matignon, Grenelle, Tilsitt, négociations tripartites au niveau national, reflets de conceptions, somme toute encore fraîches du rôle des syndicats et de celui de l’Etat, d’une économie où tout est intégré et interdépendant. Et l’impact de l’opinion, si difficile à cerner, apparaît avec éclat dans l’issue, d’ailleurs sans précédent, de la grève de l’E.D.F. (novembre 1969) : à la suite de manifestations hostiles de consommateurs, les syndicats donnent l’ordre de reprise du travail. Inversement, en 1963, le soutien actif du public à la grève des mineurs avait conduit le pouvoir à composer.

2Rien de tel en cette fin du 19e siècle. L’inorganisation des forces en présence (notamment sur le plan national), la localisation de conflits parcellaires, restreints aux centres industriels, le principe de non-intervention économique de l’Etat, d’autre part gardien de l’ordre, l’indifférence habituelle du public peu touché dans sa vie quotidienne, et peu informé, font que le dénouement d’un conflit dépend très généralement du seul rapport des deux parties en présence : patrons-ouvriers, dans le cadre de l’usine, au mieux, de la ville. Toutefois, en raison de la conjoncture politique, si le gouvernement demeure lointain, l’administration locale et surtout départementale, intervient de plus en plus, et pas toujours dans le sens unilatéral qu’on pourrait imaginer. Une relative fonction d’arbitrage se développe, dont la loi de 1892 marquera une étape. Le libéralisme classique prend eau de toutes parts. Au duo de la lutte de classes : patron-ouvrier, se substitue (parfois) un triangle plus subtil : patron-ouvrier administration.

3Il serait naïf de croire que ces termes ne renvoient qu’à eux-mêmes. Chacun est adossé à un environnement social, relié à des forces qui informent sa conduite et ses attitudes. Quoique les conflits du travail paraissent plus circonscrits, plus isolés qu’en nos temps de forte capillarité, chacun d’eux tresse un nœud de rapports complexes que l’exposé simplifie en en juxtaposant les éléments. Sans doute le raccourci d’un graphe aurait-il le mérite de les mettre en évidence, de les rendre sensibles, visibles.

  • 1 Cf. notamment, fig. 5.

4Ainsi la grève dépasse son champ propre. Pas plus qu’on ne saurait confondre ses causes avec les revendications émises, on ne peut juger de ses répercussions sur ses seuls résultats immédiats. Ce sont pourtant ces derniers — les seuls quantifiables — qu’il nous faut d’abord jauger. Statistiques et diagrammes1parlent assez clairement. On se limitera à un bref commentaire.

I. BILAN DE LA GRÈVE : ANALYSE DES RÉSULTATS IMMÉDIATS

  • 2 A l’évidence, ce sont les petits conflits de faible ampleur et de peu de durée dont on ignore l’iss (...)
  • 3 A condition, bien entendu, que cette concession ne soit pas annulée par une compensation qui l’anni (...)

5Pour plus de commodité, on raisonnera sur les seuls résultats connus, les autres ne représentant d’ailleurs que 8 % des grèves, 3 % des grévistes, et 1,9 du nombre des journées2. Suivant les distinctions retenues par l’Office du travail (et par la plupart des statistiques), j’ai distingué trois types de résultats : succès total, transaction, échec total. A été considérée comme « transaction » l’obtention d’une partie de revendication ou de programme3. Pour l’appréciation globale des résultats — la balance profits et pertes — il semble légitime de comparer succès + transactions aux seuls échecs : on demande plus qu’on espère obtenir et une transaction représente malgré tout la conquête d’un avantage.

6A ce compte, et bien que les échecs forment un bloc compact, le solde des grèves est légèrement positif : 50,2 % des grèves, 53 % des grévistes, 58,7 % des jours, 52,6 % des journées de grève. Les différences de pourcentages selon les diverses rubriques montrent que : les grèves qui réussissent pleinement sont les plus amples (394 ouvriers/grève), les plus longues (durée moyenne : 15,8 jours), les plus intenses (4 586 journées perdues/grève), les plus étendues (moyenne établissements touchés : 7,1). Tandis que l’échec couronne leurs contraires. Ainsi, la durée d’une grève, sa masse, son extension, pèsent, à cette époque, en faveur des ouvriers. Tenir longtemps, étendre le mouvement constituent pour eux un gage de succès. La résistance patronale s’émousse plus vite que la patience ouvrière.

7Jusqu’à un certain point cependant, comme le montre la variation des résultats en fonction des catégories de durée et d’effectifs des conflits (annexes). Le pourcentage de S + T croît avec les effectifs jusqu’à un seuil maximum de 64,5 % (effectifs compris entre 811 et 2 430) ; au-delà, il régresse ; de même, pour la durée (maximum S + T : 57,2 % pour 17-32 jours). Il existe donc des conditions optima de réussite, qui s’établissent ainsi :

8Il eût été souhaitable de serrer de plus près les statistiques pour parvenir à une fourchette plus précise. Malheureusement, j’ai omis de demander à l’ordinateur le croisement des résultats avec les durées et les effectifs réels. Au reste, durée et effectifs n’opèrent pas d’eux-mêmes, mais comme éléments d’un ensemble.

  • 4 Cf. Congrès de la C.G.T., 1963.

9La stratégie syndicale se préoccupait-elle de déterminer les conditions optima de réussite de la grève ? Pas explicitement, pas statistiquement. Toutefois, l’abandon de la grève par petits paquets (grève tournante) pour la grève généralisée, puis l’apologie de la grève générale, témoigne d’une préférence pour la tactique des grandes masses (la référence au nombre comme élément de puissance revient comme une obsession dans le discours), et au-delà, d’une vision de la lutte où, comme sur les champs de bataille de l’an II, déferlent les armées révolutionnaires. La stratégie actuelle de la grève relève de tous autres principes : choix des secteurs-clefs de l’économie, limitation étroite dans le temps qui fait préférer le débrayage à la grève4, émanent d’une conception plus technicienne et moins lyrique, plus rationnelle et moins subversive, où le désir d’efficacité prime sur toute autre considération.

10Les résultats de la grève varient fortement selon la situation des grévistes :

  1. selon leur degré de qualification : femmes, jeunes gens, manœuvres, essuient des échecs particulièrement nombreux (respectivement 65, 75, 68 %) ; les ouvriers « spécialisés » (rappelons que mineurs, fileurs, tisseurs, ont été classés dans cette catégorie) s’établissent à 54 % ; tandis que les professionnels renversent les proportions : 38 % d’échecs, 61 % de S T ; dans 39 % des cas, ils remportent une victoire totale. Le mouvement ouvrier, en ses débuts, « profite » surtout aux ouvriers de métier, les manœuvres n’en retirent que peu de fruits, et il est possible qu’un des premiers résultats de la lutte ait été d’ouvrir davantage l’éventail des salaires, d’accroître l’écart entre les divers niveaux ouvriers.

  2. La relation « résultats-salaires des grévistes » recouvre en partie la précédente. A moins de 3 F, les échecs dominent ; de 3 à 6 F, les succès ne cessent de croître. Toutefois, passé 7 F, curieusement les échecs reprennent l’avantage, comme si les grèves catégorielles et restreintes de ces privilégiés succombaient faute de soutien.

  3. Ces influences se retrouvent dans le bilan professionnel des grèves. Les groupes les plus triomphants sont :

  • industries du bois : 63 % de S + T (dont 33 % de succès totaux) ;

  • verres et porcelaines : 62,6 % ;

  • industries alimentaires : 59 % (à cause des boulangers) ;

  • construction en pierres : 54 % (groupe hybride car si les professionnels du bâtiment : maçons, peintres..., réussissent massivement, les terrassiers échouent de même).

11Le bilan le plus médiocre échoit aux :

12tandis qu’oscillent autour de la moyenne :

13Les résultats médiocres de certains groupes, qualifiés, assez bien payés et organisés, peuvent surprendre : par exemple, ceux des métaux. Mais d’autres facteurs entrent en ligne de compte comme le contenu des revendications. Les patrons cèdent plus facilement aux réclamations purement salariales ; celles qui concernent la durée du travail, ou, plus encore, tiennent aux syndicats, suscitent une âpre résistance. 66 % des grèves de défense syndicale échouent ; les conflits avec les cadres se soldent dans 77 % des cas par le recul ouvrier et le maintien du personnel incriminé : sur le principe d’autorité, on ne transige pas.

14A travers cette résistance différentielle, se manifeste l’importance du facteur patronal. Le patronat familial obtempère ou négocie plus aisément que les sociétés :

15Sans doute faut-il voir là une des raisons des échecs nombreux essuyés par les mineurs, affrontés à de puissantes et rétives compagnies. Au reste, l’efficacité de la résistance des industries réside plus dans leur situation individuelle que dans leur organisation collective. Organisme de défense, encore rudimentaire leur syndicalisme ne parvient pas à infléchir en leur faveur le résultat des grèves. Nature et conduite de la grève influent également sur son résultat :

161°) les grèves offensives réussissent plus sûrement que les défensives :

172°) les grèves préparées, annoncées, beaucoup mieux que les subites :

183°) les grèves à programme, mieux que celles qui visent un seul objectif :

  • 5 Cf. annexes XI, pour 663 grèves où il y a eu négociations, on aboutit à 307 transactions, soit 53 %

19Négociation et transaction sont liées5. Dans un moindre degré, les médiations, surtout préfectorales, entament la résistance patronale et favorisent le compromis. A court terme, elles s’avèrent bénéfiques.

20La solidarité financière se révèle efficace :

21Tandis que incidents et violences coïncident avec de plus fortes proportions d’échecs :

22L’organisation garantit aux ouvriers une issue meilleure. Cette expérience explique sans doute une syndicalisation croissante des conflits et l’élaboration progressive d’une stratégie, substituée à l’empirisme. Toutefois, l’intervention syndicale demeure encore trop peu développée pour modifier vraiment le taux global de succès, qui reste, annuellement, extrêmement saccadé et paraît soumis surtout aux impératifs conjoncturels. Par la suite, le développement du syndicalisme régularisera le cours des résultats en adaptant la grève aux conditions du marché : entre 1890 et 1914, les oscillations des succès deviendront de moindre ampleur.

23Ainsi donc, le résultat immédiat des grèves dépend de quantités de facteurs : économiques, politiques, sociologiques, psychologiques. La volonté et le discernement des ouvriers jouent assurément un rôle capital. Ils ne peuvent pas tout, cependant. L’issue d’un conflit ne dépend pas entièrement d’eux ; pas plus que celui d’un mouvement révolutionnaire ne repose totalement sur ceux qui le soutiennent. Vérité d’évidence, et que pourtant les historiens des mouvements sociaux ont toujours tendance à oublier, comme si l’attaque se déployait dans un espace vide d’adversaire, comme si les « bastilles » patronales étaient des forteresses désertées.

ANNEXES1

Résultats des grèves. Statistiques diverses

I. Résultats d’ensemble (1871-1890)

I. Résultats d’ensemble (1871-1890)
  •  Les % sont calculés sur les seuls résultats connus.

II. Résultats des grèves en fonction des catégories d’effectifs

II. Résultats des grèves en fonction des catégories d’effectifs
  • les % sont calculés sur les seuls résultats connus.

III. Résultats des grèves en fonction des catégories de durée

III. Résultats des grèves en fonction des catégories de durée

IV. Résultats des grèves en fonction de leur nature

IV. Résultats des grèves en fonction de leur nature

V. Résultats des grèves en fonction du salaire des grévistes

V. Résultats des grèves en fonction du salaire des grévistes

VI. Résultats des grèves en fonction de la qualification des grévistes

VI. Résultats des grèves en fonction de la qualification des grévistes

VII. Résultats des grèves selon la nationalité des grévistes

VII. Résultats des grèves selon la nationalité des grévistes

VIII. Résultats des grèves selon l’importance des secours

VIII. Résultats des grèves selon l’importance des secours

IX. Résultats des grèves selon les groupes professionnels

IX. Résultats des grèves selon les groupes professionnels

X. Résultats selon les sexes et âges

X. Résultats selon les sexes et âges

XI. Résultats des grèves selon leur déroulement

XI. Résultats des grèves selon leur déroulement

XII. Résultats des grèves en fonction de la proportion d’ouvriers en grève

XII. Résultats des grèves en fonction de la proportion d’ouvriers en grève

XIII. Résultats des grèves en fonction de la nature du patronat

XIII. Résultats des grèves en fonction de la nature du patronat

XIV. Résultats des grèves en fonction des formes d’organisation patronales

XIV. Résultats des grèves en fonction des formes d’organisation patronales

XV. Résultats des grèves par département

XV. Résultats des grèves par département

24Le résultat d’une grève devrait être apprécié en fonction de sa nature. Si l’on considère que les « succès » des grèves défensives ne sont que le maintien du statu quo, et, de même, les « échecs » des grèves offensives, on aboutit au tableau suivant :

XVI. Note annexe sur la comptabilité des résultats des grèves

XVI. Note annexe sur la comptabilité des résultats des grèves

II. LE PATRONAT FACE À LA GRÈVE

DIFFICULTÉS D’APPROCHE

  • 6 A ce sujet, cf. Ch. Picquenard, 1909, p. 176 notamment. Il cite un fonctionnaire de la statistique (...)

25Du patronat, saisi en situation conflictuelle, la grève ne donne qu’une image sélective et, à certains égards, arbitraire. Elle en éclaire la face dure, heurtée, contractée : celle qu’on attaque et qui résiste. Elle ne saurait rendre compte ni de la sérénité habituelle de la domination du patronat, encore à l’âge d’or, ni de son attitude d’ensemble devant la revendication ouvrière. Pour cerner celle-ci, il nous manque, par exemple, de connaître ce que la statistique allemande, qui les retient, au contraire de son homologue française, appelle « mouvements de salaire », coalitions avortées parce que rapidement satisfaites6, ainsi que l’importance des augmentations consenties « spontanément » par les employeurs et les éléments qui, en cette occurrence, fondent leur calcul : au-delà de l’urgence et de la crainte, on ne saurait dénier a priori au patronat une stratégie plus élaborée du salaire, fonction d’une politique d’entreprise ou d’une réflexion sur les « lois » du marché. Toutes choses qui, dans la crispation de la grève, n’apparaissent guère.

  • 7 Cf. les recherches entreprises à ce sujet sous la direction de M. P. Vilar et sous celle de M. J. B (...)

26Une telle étude doit être menée pour elle-même. Les archives d’entreprise, des chambres de commerce, les réponses aux enquêtes, comme celles de 1872 ou de 1884, la presse patronale, etc., doivent permettre d’appréhender la physionomie de l’entreprise et de l’entrepreneur français au 19e siècle7. Telle ne peut être ici mon ambition. Mais la description d’un corps à corps, ailleurs rarement décrit, ne manque pas non plus d’intérêt.

27Une seconde difficulté tient au caractère dissymétrique des sources, dans la grève même : pleins feux sur les grévistes, trublions de l’ordre ; on nous parle d’eux, eux nous parlent surtout. Nous voyons le patronat par leurs yeux passionnés, hallucinés par la stature géante de l’Exploiteur, dont la silhouette abstraite, massive et pérenne masque les traits particuliers. Bruyante et colorée, la « prise de parole » ouvrière contraste avec le silence dont s’enveloppe le patronat, insoucieux de descendre dans l’arène, muré dans un mutisme altier : la meilleure des défenses. Tel le Château kafkéen, le patronat se dérobe à nos regards comme il se dérobe à ceux des ouvriers. Lorsqu’il s’exprime, il le fait de façon guindée, glacée. Les déclarations — affiches, lettres — dans lesquelles il s’explique appartiennent à ce langage convenu et dosé, destiné à celer les raisons véritables. Le patronat nous dévoile sa façade officielle côté cour : son côté jardin nous demeure caché. L’indiscrétion professionnelle des commissaires de police ou des indicateurs nous relate tout au long les délibérations ouvrières ; celles du patronat nous échappent, qui se déroulent à l’abri des regards étrangers. Même les rapports des conseils d’administration n’en constituent qu’une version éduicorée, un « procès-verbal » intentionnel. Mais, outre la rareté de tels papiers, la majeure partie des usines touchées par la grève sont dépourvues de conseils d’administration. Rien ne perce, rien ne reste des conciliabules familiaux, ou des conversations personnelles où s’élabore une gestion toute empirique et purement orale.

28Cependant, quelques brèches existent dans la muraille. D’abord, l’extrême hétérogénéité que recouvre le mot patronat introduit des dissonances. Une poussière de petites entreprises constitue alors, on le sait, l’humus de l’industrie française. Les modestes patrons qui les dirigent n’ont ni la force ni les moyens d’une superbe anonyme. Joviaux ou colériques, ils sont présents, tel ce chef d’une usine textile qui, chaque matin, fait tinter la cloche, se poste à l’entrée comme un maître d’école, dans l’attente de la reddition ouvrière. Tout un patronat de type familial a conservé ces mœurs de capitaine de navire : il se laisse entrevoir, il élève la voix.

29Notre seconde chance réside dans la violence des passions politiques ; en cette conjoncture de transition, elles rompent les solidarités de classe et confèrent parfois à l’administration le recul nécessaire à la peinture. On l’a dit, on y reviendra : cette administration, le plus souvent complaisante, n’est cependant pas serve ; entre les dirigeants monarchistes des grandes sociétés (compagnies minières notamment) et le nouveau personnel républicain issu des « couches nouvelles », le dissentiment, voire le ressentiment, brise la complicité du silence. A ces préfets, sous-préfets ou commissaires mécontents d’être négligés, nous devons le meilleur de notre information critique.

1. PRÉVENIR LA GRÈVE

30Une remarque liminaire : de 1871 à 1890, environ 16 000 établissements de plus de quatre salariés ont été le théâtre de grèves, alors que le recensement de 1896 en dénombre 85 560. Autrement dit, en vingt ans, 18 % seulement des établissements ont été touchés. Statistique approximative en raison des incertitudes qui pèsent sur ses données, elle dessine néanmoins les larges zones de calme social où baignent la plupart des usines : les quatre cinquièmes échappent à la grève, alors que d’autres sont fréquemment secouées. Chez Gabréau, à Saint-Quentin, durant la même période, se produisent une dizaine de conflits, alors que de Baccarat, Peugeot, Saint-Gobain, etc., on n’entend pas parler. Certaines maisons demeurent paisibles au sein de conflits de dimensions régionales : à Reims, le peignage Isaac Holden, la plus grosse entreprise de la ville, fait cavalier seul ; Le Creusot ne bouge pas quand Montceau s’agite : au reste, l’inertie ouvrière au royaume de Schneider provoque l’étonnement des contemporains.

  • 8 Cf. par exemple, A. Touraine, 1966.

31La sociologie actuelle du travail8 tend à mettre l’accent sur les relations d’entreprise comme facteurs d’insatisfaction ou d’intégration. De fait, pour ma part, j’en perçois souvent l’impact. Le rapport est patent entre patrons de combat et violence ouvrière qui naît, le plus souvent, de leur refus. A l’inverse, mieux payés, mieux traités, relativement à leurs camarades des établissements voisins, les travailleurs s’agitent moins. Les tailleurs parisiens, toujours sur la brèche, ne parviennent pas à entraîner leurs collègues des grandes maisons de confection (Belle Jardinière, Pont-Neuf, Godchaux...) qui fournissent un emploi plus régulier et des avantages non négligeables.

  • 9 Arch. nat., C 3018, regroupe les réponses de la région de l’Est; pour la Meurtheet-Moselle, douze r (...)

32La pratique et la psychologie du grand patronat lorrain (Baccarat, Roechling, de Wendel...) qui, à travers ses réponses à l’enquête de 1872, se profile si différent de la généralité des chefs d’entreprise, expliquent en partie l’ambiance plus amène de leurs maisons que, presque seuls dans un concert de lamentations, ils se plaisent à souligner9. Dans ce domaine, la Lotharingie, ce n’est presque plus la France.

  • 10 Il s’agit d’Eugène Schneider II, fils du fondateur.
  • 11 J. Huret, 1897, p. 24 et sq.
  • 12 Arch. nat., F 7 12526, dossier relatif à Montceau-les-Mines, pièce 680, la situation au Creusot, pr (...)
  • 13 J. Huret, 1897, p. 16.

33Nul mieux que Schneider n’a su mêler avec une habileté consommée, la concession d’avantages matériels paralysants et la répression préventive. « Il est de notoriété publique que, sous sa direction, l’accord du capital et du travail s’expérimente dans des conditions passablement satisfaisantes », écrit Jules Huret, auquel nous devons un portrait en pied du grand maître de forges, digne de ceux que livre aujourd’hui la revue Entreprise10. On gagne relativement bien au Creusot, les métallurgistes surtout ; le chômage fait exception, et les ouvriers disposent d’un ensemble d’institutions (formation professionnelle, écoles, sécurité sociale, retraite, logement) assez exceptionnel en France. La direction tient à appliquer la loi ; elle ne se refuse pas à toute innovation ; elle approuve et exécute, une des premières, l’élection de délégués ouvriers chargés de présenter chaque semaine au chef d’établissement les réclamations, voyant quant à elle dans cette procédure que tant d’autres patrons dénoncent comme attentoire à leur autorité, un moyen de prévenir les conflits11. Même souplesse sur le plan politique : bonapartiste notoire, Schneider se convertira à la République inévitable, au contraire de certains dirigeants des mines, plus idéologues et passéistes, et poursuivra sa carrière politique avec un empirisme très anglo-saxon. Alors que tant de ses pairs manifestent plus que de la mauvaise humeur aux représentants du nouveau régime, Schneider tient à les recevoir avec courtoisie. Le préfet de Saône-et-Loire, qui se plaint amèrement des rebuffades d’un Chagot, se déclare charmé de l’accueil reçu au Creusot : Schneider vient « spontanément » (sic) à sa rencontre, le guide dans la visite des ateliers sans toutefois l’empêcher de s’entretenir avec les ouvriers : « tous semblent témoigner à M. Schneider une sympathique déférence » ; et le préfet vante « le libéralisme relatif de ses opinions économiques et politiques », s’extasiant que la plupart des ingénieurs fussent républicains. Comment douter que le calme surprenant du Creusot, quand Montceau flambe, ne soit le fruit de la satisfaction ? « L’aisance dont [les ouvriers] jouissent font qu’ils se montrent peu disposés à suivre les agitateurs »12. Dix ans plus tard, le contremaître interviewé par Jules Huret s’exclame pareillement « Des grèves, pour quoi faire ? On fait tout pour les ouvriers ici »13.

  • 14 Ibid., P. 43.
  • 15 Numéro du 13 janvier 1878. Bien qu’il n’y ait aucune liste d’opposition, les trois bureaux de vote (...)
  • 16 Arch. dép. Saône-et-Loire, 194 M 23, com. spéc. pol.-s.-préf. d’Autun, 21 novembre 1882.
  • 17 Ibid., 9 novembre 1882.
  • 18 1967.
  • 19 Arch. nat., F 7 12526, pièce 727, préf.-min., 13 novembre 1882 : en transmettant ces renseignements (...)
  • 20 J. Huret, 1897, p. 41.
  • 21 Des indices de mécontentement et d’agitation sont pourtant décelables : inscriptions vengeresses, p (...)

34Mais il ajoute : « Il ne faut pas qu’on bronche », comme son subordonné qui déplore la crainte qui l’empêche de voter librement. « C’est plein de mouchards d’abord, et gare au premier qui aurait l’air de faire le malin »14. Lors du scrutin municipal de 1878, La République du Morvan, gambettiste, dénonce la pression ouverte exercée par Schneider, maire du pays, et ses cadres, jusque dans les bureaux de vote, dépourvus de tout isoloir15. Par la suite, l’emprise se fera plus insidieuse dans la commune, plus développée dans l’entreprise. En 1882, le commissaire spécial écrit au sous-préfet d’Autun (et l’on notera combien son propos diffère de celui du préfet) : «... il est bien certain que tout ce qui est républicain ou de nuance extrême fait l’objet d’une surveillance spéciale des agents salariés par l’usine ; d’une surveillance... continue et suivie »16. On mute les « suspects » dans des emplois plus ingrats, les amenant ainsi « à force de tracasseries continuelles à réclamer d’eux-mêmes leur dizaine »17, procédé devenu classique que M. Lesire-Ogrel dénonce dans un livre récent18. Qu’une élection s’annonce, qu’une grève survienne aux alentours, la surveillance se renforce et, au besoin, des purges assainissent l’atmosphère. Lorsqu’en 1882, quelques rebelles, sans doute en liaison avec Jean-Baptiste Dumay, fondent la Métallurgique, chambre syndicale, la direction n’hésite pas à frapper un grand coup : une trentaine de militants sont renvoyés sans aucun prétexte19. Au reste, le poids des institutions suffit la plupart du temps à étouffer toute initiative. Elles ligotent l’ouvrier dans un réseau d’obligations qui l’enracinent, tel l’épargne-logement qui préfigure les servitudes du crédit moderne : « Ah ! c’te maudite maison qu’il faut payer tous les mois ! C’est ça qui nous tue, ces quarante francs », gémit l’ouvrier qu’interroge Jules Huret20. La configuration même des lieux : cette concentration ordonnée dont Ledoux jadis avait tracé le modèle, si aisée à contrôler, aux antipodes de la dispersion bocagère favorable aux rébellions, ce groupement de l’habitat, disposé comme les communs d’un château, sous l’œil du maître, suggèrent à quel taux très lourd se paie l’extinction du paupérisme : au prix de la liberté. Pour avoir vu fonctionner les usines de la Société métallurgique de Normandie, sises aux portes de Caen, sur ce modèle schneidérien, il m’est aisé de comprendre la complexité des raisons du calme du Creusot21.

  • 22 T. IV : Résultats généraux, p. 21 : la moitié des ouvriers touchés par l’enquête sont assurés contr (...)
  • 23 Arch. dép. Nord, M 619/5, pièce 147.
  • 24 Ibid., M 629/9, pièce 76, com. pol. Anzin-s.-préf. Valenciennes, 17 octobre 1879 : « Quant aux ouvr (...)
  • 25 Arch. nat., F 12, 4661, rapport gendarmerie, 9 juin 1885. On s’attendait à une grève générale tant (...)

35Cependant, les relations d’entreprise demeurent encore trop inorganiques pour fournir un facteur d’explication générale et pour que l’ « esprit maison » intercepte les grands courants qui traversent la classe ouvrière. La plupart des établissements ne possèdent pas d’institutions, comme l’établit l’enquête Salaires et durée du travail (1893)22, ou alors si fallacieuses et tracassières, tellement entachées de moralisme, assorties de tant de restrictions à la liberté qu’elles constituent plutôt un motif d’aigreur et de tension et engendrent plus de conflits qu’elles n’en évitent : ainsi les coopératives et les caisses de secours et de retraite des compagnies minières, considérées comme des moyens supplémentaires d’oppression, suscitent une haine particulière. En matière de dissuasion, ces grandes sociétés usent avant tout de répression : contrôle de l’embauche, surveillance constante, expulsion des meneurs. Elles tentent de tuer dans l’œuf la revendication montante ; elles usent d’une véritable police constituée par les cadres subalternes dont les tâches disciplinaires offrent autant d’importance que les fonctions techniques. La compagnie d’Anzin utilise les gardes-mines parmi lesquels d’anciens policiers conservent des relations avec leurs ex-patrons, exerçant ainsi un espionnage à double fin23. Les mauvaises têtes, ceux qui fréquentent les réunions socialistes ou syndicales24 ou qui manifestent une humeur rétive, se voient mis à pied avec ou sans prétexte. Dans les cantons liniers du Cambrésis, où règne un sous-emploi endémique, le patronat jugule l’agitation par des renvois assortis de menaces de fermeture à la première manifestation hostile : en 1885, Fevez-Senez exécute ce lockout préventif durant lequel il procède à un réembauchage de tout le personnel25.

  • 26 Arch. préf. pol., B A 170, pièce 90, mai 1888.
  • 27 Arch. nat., F 12 4660, préf.-min., 12 août 1880.
  • 28 Dont les ouvriers réclament le départ.

36Si la direction ne parvient pas à isoler le ferment, elle brandit ses foudres, oralement ou par écrit : dans telle grande verrerie de la région parisienne, « le directeur défend de parler politique dans l’usine et surtout de grève, sous peine d’être expulsés »26. A Denain, chez Cail, où les métallos sollicitent la journée de dix heures comme à Lille, le directeur leur fait savoir que s’ils demandent leurs livrets, leurs noms seront communiqués à tous les établissements Cail27. Seydoux, grand manufacturier, sénateur, propriétaire de plusieurs établissements dans la région de Fourmies, adresse à chacun de ses ouvriers une lettre, modèle du genre, où il morigène : il y a un mois, la maison ne travaillait que pour employer la main-d’œuvre. « Dans ces conditions, devriez-vous, en conscience, nous créer des embarras ? — Eh bien ! sachez-le :1) nous n’acceptons pas la démission de M. Richou28 ; 2) Si vous vous mettez en grève, nous n’écouterons aucune des propositions que vous voudriez nous faire ». A court terme, ces manœuvres réussissent souvent. Mais les patrons répressifs risquent de s’attirer les plus violentes répliques.

  • 29 Arch. préf. pol., B A 175, pièce 329, rapport de police, 3 juin 1887.
  • 30 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1871-1877, com. pol., 30 juillet 1875.

37Une façon toute différente de prévenir la grève consiste à... devancer la revendication : tel Lecerf et Sarda, sellerie parisienne, en 1887 : « Cette fabrique ayant à exécuter une importante commande d’effets de grand équipement et prévoyant une demande d’augmentation de salaire, avait élevé ses prix ordinaires et avait soumis son nouveau tarif... aux ouvriers »29 ; ou Perrin de Cours, qui, devant la « nonchalance » de ses ouvriers, et étant « pressé », offre une prime de 0,10 F par couverture, ce qui déclenche la grève dans les autres établissements, dont les patrons refusent d’imiter Perrin. « Cas assez bizarre d’une grève provoquée par un patron inconscient », écrit le commissaire de police soulignant du même coup la singularité du fait30.

38Peut-on, pour autant, parler d’augmentation « spontanée » ? Il est clair que, dans un cas comme dans l’autre, il s’agit d’un calcul où la crainte de la grève se substitue à celle-ci, crainte fondée sur des expériences antérieures, personnelles ou collectives. La pression ouvrière s’exerce de manière latente, ambiante pourrait-on dire, accumulée dans la mémoire sociale.

  • 31 A.P.O., t. II, p. 134.
  • 32 Arch. préf. pol., B A 167.

39Au reste, derrière nombre d’augmentations présentées comme « spontanées », on décèle une pression effective. Chez Perrin, la « nonchalance » des couverturiers constitue une sorte de freinage sans doute encore empirique. L’Office du travail nous dit que dans les mégisseries parisiennes, « après la guerre, le salaire fut porté à 5,50F, sans qu’il eût été nécessaire de recourir à la grève »31. En fait, les dossiers de police mentionnent une petite grève, en 1871, chez Sayer, rue du Fer-à-Moulin (XIIIe), où les patrons crurent voir le prélude à une cessation généralisée comparable à celle de 1869 dont ils avaient gardé une mémoire cuisante ; ils cédèrent rapidement et le salaire s’établit partout à 5,50 F32.

  • 33 Ci-dessus, première partie.
  • 34 Le Rappel, 15 mai 1881.
  • 35 Arch. dép. Nord, M 626/18, pièce 523, rapport com. spéc., 21 octobre 1889. Quoique non adhérente au (...)

40Les augmentations consenties par les industriels à la suite de grèves victorieuses chez leurs collègues relèvent du même processus et éclairent le « mécanisme » de la hausse des salaires, si froidement laissé par les économistes au mariage harmonieux de l’offre et de la demande. Ainsi les coalitions de 1864, qui prenaient les patrons au dépourvu, ont déterminé une vague de hausses préventives33. De même, en 1872, en 1880-1883, etc. Se félicitant d’avoir obtenu 10 c de mieux à la suite d’une grève chez Hotchkiss, le secrétaire de l’Union des mécaniciens (Paris) ajoute : « Le résultat paraît minime, mais si l’on considère que la crainte de la grève a fait augmenter le taux de l’heure de travail dans la plupart des ateliers, nous avons pleinement réussi »34. Pareillement, la grève de Fourmies (1886) aboutit au relèvement général du tarif dans tout le secteur. Et la grève des mineurs affectant en 1889 de nombreuses compagnies du Nord - Pas-de-Calais détermine le syndicat des houillères à accorder « spontanément » (sic) 10 % de plus35.

  • 36 1880, p. 399 ; repris par P. Pic, 1902, p. 179.
  • 37 1909, p. 182. Picquenard ajoute judicieusement : « Mais il ne faut pas oublier que cette crainte n’ (...)

41Ainsi, la grève n’agit pas seulement par elle-même au point précis où elle éclate, mais bien au-delà, par ses effets psychologiques. La crainte de la grève, dont les économistes d’aujourd’hui se plaisent à souligner l’impact, a d’ailleurs été reconnue dès cette époque par les plus clairvoyants comme un facteur important : « les grèves, écrit P. Leroy-Beaulieu, agissent par la crainte qu’elles inspirent... Elles peuvent ruiner momentanément les grévistes, mais la crainte de susciter une grève est chez les manufacturiers un frein nécessaire. L’effet préventif du droit de grève a rendu bien plus de services à la classe ouvrière que les désordres et les dépenses des grèves ne lui ont porté préjudice »36. Et Picquenard : « La crainte de la grève donne plus de résultats que la grève elle-même »37. Comme dans la stratégie atomique, au jeu réel se substitue la prévision des jeux escomptés, les calculs subtils de la dissuasion.

42Toutefois, une large fraction du patronat ne sait ou ne veut jouer ce jeu. Devant la revendication exprimée, les chefs d’entreprise réagissent empiriquement, au jour le jour, selon la conjoncture économique qui demeure le facteur le plus déterminant, la situation politique et leur position personnelle. Le résultat des grèves montre une tendance presque égale à la résistance victorieuse et à la conciliation (forcée). Il nous faut maintenant étudier l’une et l’autre.

2. NÉGOCIER

43La tendance à céder (en tout ou en partie) l’emporte très légèrement. L’étude du résultat des grèves nous a montré l’influence des divers facteurs sur leur issue. Seul nous intéresse ici le processus transactionnel. La considération du rapport entre durée et résultats des conflits (cf. tableau, III, p. 651) nous éclaire sur son déclenchement. Il y a plusieurs façons de céder :

  1. rapidement, sans autre forme de procès, mais ordinairement sans garantie, avec l’idée de parer au plus pressé, quitte à revenir en arrière passé le coup de feu. Ainsi se comporte le patronat, empirique et sans orgueil, des petites « boîtes », qui ne met pas son point d’honneur à résister, surtout lorsqu’il s’agit uniquement du taux des salaires. Ce type d’attitude, néanmoins, demeure minoritaire puisque les grèves d’un jour présentent le plus fort pourcentage d’échecs, traduction d’une tendance prédominante au refus immédiat.

  2. Avec la durée des grèves, la proportion de réussites (S + T) s’accroît au moins jusqu’au seuil d’un mois ; au-delà il s’infléchit légèrement. Le maximum de succès bruts couronne les coalitions d’une semaine. Ensuite la tendance à la transaction se développe ; plus les grèves s’allongent, plus sa part s’élève. Les médiations de toutes sortes qui interviennent alors poussent à la négociation. Or négociations et transactions sont liées :

44L’essentiel est d’entamer des pourparlers. D’où le refus absolu des patrons de combat de se laisser entraîner dans cette voie périlleuse.

45Au total, 575 grèves (19,6 %) font l’objet d’une solution véritablement négociée ; dans 252 cas (8,6 %), on note un refus caractérisé. Ce dernier pourcentage est plus élevé pour les sociétés que pour le patronat familial qui accepte plus aisément la discussion. Concentration et structure du pouvoir jouent ici leur rôle ; ils fondent en partie, le principe d’autorité.

46Les négociations se déroulent parfois indirectement, par l’intermédiaire des autorités (municipale, mais plus souvent encore, préfectorale). Exerçant leur fonction de médiation, elles transmettent les propositions et contre-propositions des uns et des autres ; des grèves se dénouent sans aucune entrevue des deux parties. Ce procédé ménage les susceptibilités patronales ; mais il est lent, gros de malentendus ; en fait, il déguise la méconnaissance des ouvriers comme interlocuteurs. C’est pourquoi ceux-ci préfèrent le face à face ; certains patrons pareillement, qui répugnent à l’arbitrage.

  • 38 Exemple : En 1889, les mineurs du Pas-de-Calais ayant d’abord envoyé des mandataires choisis parmi (...)
  • 39 Nombreux exemples : Arch. dép. Nord, M 627/2, pièce 166 : les patrons métallurgistes de Lille ne ve (...)
  • 40 Arch. nat., C 3020, Seine-Inférieure, réponse d’un ouvrier indienneur de Darnétal : « Le patron aug (...)

47La négociation directe (somme toute la plus courante) pose le problème de l’interlocuteur valable. En majorité, les patrons n’admettent la discussion qu’avec leurs propres ouvriers ; redoutant l’engrenage redoutable du pouvoir représentatif, d’aucuns préconisent même une relation de type césarien : le chef d’entreprise en tête à tête avec « la masse totale des ouvriers » seule détentrice du pouvoir. Cependant, devant les difficultés techniques de cette procédure, les patrons doivent accepter la désignation de délégués. Il arrive qu’ils le demandent, marquant leurs préférences pour « les plus influents »38, ce qui signifie « les plus anciens »39. Dans certaines usines, ceux-ci se trouvent investis d’une fonction quasi permanente40. Les patrons répugnent à discuter avec des travailleurs trop jeunes, ou trop récents, plus encore avec des travailleurs étrangers à leur établissement, mandatés par une commission de grève et, surtout, par un syndicat. Une double appréhension anime le patronat :

    • 41 Arch. dép. Marne, 194 M 11, lettre du 25 mai 1880.

    Se trouver en présence d’un front commun qui revendique l’unification redoutée des conditions de travail, alors que diviser pour régner constitue une arme majeure. Sentant le grand mouvement des tisseurs de Reims se désagréger, Poulain, président du « bureau des patrons » écrit au préfet : « Nous ne sommes plus en présence que de tronçons détachés, qu’il importe de ne pas laisser se réunir... Il vaut mieux laisser chaque patron s’arranger avec ses propres ouvriers »41.

    • 42 Arch. préf. pol., B A 182, pièce 4, rapport de police, 29 décembre 1882.

    Plus encore, devoir reconnaître le pouvoir syndical, le légitimer en discutant avec lui. Voilà le fond de bien des conflits, le principal blocage de la négociation : « Chaque patron ne devra rechercher de transaction qu’avec ses ouvriers respectifs »42 devient la règle d’or ; paradoxe : devant la montée du péril syndical, beaucoup se raccrochent au principe de la délégation d’atelier comme à un suprême recours.

  • 43 Arch. dép. Loire, 92 M 19, pièce 60, s.-préf.-préf., 1er mars 1882.

48Autre problème : le lieu des négociations. L’usine fournit le cadre ordinaire des premières entrevues, où certains patrons mettent beaucoup de hauteur, recevant les ouvriers debout dans la cour, comme s’ils voulaient signifier qu’ils ne sauraient s’asseoir à côté d’eux. Pour de véritables pourparlers, d’autres exigent un local de leur choix : l’Union des fabricants roannais offre son siège : « Il faut que les ouvriers s’habituent à venir à nous quand ils ont une difficulté... Nous sommes là pour juger, pour ramener la bonne harmonie » ; ces industriels récusent la proposition d’un site administratif : « A la Mairie, à la Préfecture, les ouvriers ont été soutenus, nous serions leurs inférieurs »43 ; le conseil des prud’hommes ayant été adopté, après bien des tractations, au dernier moment, ils se dérobent.

  • 44 Selon le récit fort circonstancié de l’ingénieur des mines, Laur, Arch. dép. Aveyron série U, dossi (...)

49Pourtant, de plus en plus, ce type de local « neutre » prévaut, du moins en province, avec, presque toujours, la présence d’un tiers (maire, sous-préfet, préfet, procureur de la République...) en principe médiateur. Voici, à Decazeville, quelques instants avant la défenestration de Watrin, autour de la table municipale, la disposition des négociateurs, exemplaire en sa hiérarchie : au centre, le maire, à sa droite, Watrin et deux ingénieurs, à sa gauche, des conseillers municipaux et, des deux côtés, au bas bout, les dix délégués des mineurs44.

  • 45 Cité par L’Intransigeant, 23 décembre 1881.

50Parfois, des notabilités communales assistent aux entrevues. A la mairie de La Grand’Combe, se retrouvent, conviés par le procureur de la République, outre le directeur des mines et les délégués ouvriers, le curé, ses deux vicaires et le pasteur. Selon Le Radical de la Drôme, « le curé a pris la parole dans des termes inconvenants et grossiers à l’égard des ouvriers. Ce saint homme a même insinué que la grève était organisée par des ivrognes ; il a été hué comme il le méritait. Le pasteur n’a pas été plus heureux dans ses interventions »45.

  • 46 Arch. dép. Nord, M 626/8, pièce 185, récit du sous-préfet : « M. Schneider dans un excellent et éne (...)

51De l’impartialité du tiers médiateur, dépend la tonalité de la réunion. Que de fois, notamment face à des travailleurs intimidés, le fonctionnaire public ajoute son poids à celui du patron et l’entrevue se transforme en admonestation. A Lourches, les douze délégués des mineurs, abasourdis par la double harangue de Schneider et du sous-préfet, se retirent sans discuter46. Mal assurés, gênés, par leurs difficultés d’expression, bien des délégués se laissent circonvenir.

  • 47 Arch. dép. Loire, 92 M 19, pièces 95-101, procès-verbaux détaillés des entrevues des 9 et 10 mars 1 (...)

52Ce sont évidemment là caricatures de négociations. En d’autres circonstances, notamment dans les professions qualifiées, le patronat trouve à qui parler. Souvent courtoises, les discussions se font serrées, techniques ; les ouvriers arrivent bardés de chiffres que les patrons contestent, surtout lorsqu’il s’agit de comparaisons géographiques. « Concurrence, concurrence », disent-ils. A l’issue des séances, un procès-verbal signé par les deux délégations, résume les points d’accord et de divergence47. Les délégués ouvriers, quant à eux, doivent obligatoirement en référer à leurs mandants ; d’indispensables recours à l’assemblée générale entrecoupent les négociations.

  • 48 Annales françaises de la sellerie civile et militaire, de la carrosserie, de la bourrèlerie, 1-15 j (...)
  • 49 Journal de Saint-Quentin, 21 juin 1872, à propos de la grève des tisseurs de Bohain. L’auteur écrit (...)

53Ce type de pratique amorce un autre style de rapports sociaux où la grève n’est plus considérée comme une offense personnelle, mais comme « un incident bien naturel du marché du travail »48, « une des formes à l’aide desquelles, s’exerce et s’affirme la liberté du travail »49. Il faut rappeler qu’en définitive, le patronat n’a pas succombé à la tentation si forte en 1872 d’obtenir l’abrogation de la loi de 1864.

3. RÉSISTER

A. Môles de résistance

54Et d’abord, qui résiste ? Tous les constats, toutes les statistiques s’accordent : le grand patronat, anonyme et concentré, le plus capable de refréner les appétits de la conjoncture, de se payer le luxe de défendre le principe d’autorité. Il tient dans les grèves une place sans commune mesure avec celle qu’il occupe dans le pays, présente un pourcentage plus élevé de refus caractérisé de négocier ; il triomphe plus aisément : bien que la durée moyenne des grèves pour les sociétés anonymes (8, 9 jours) soit inférieure à celle relevée pour le patronat familial (12,6), cependant les échecs ouvriers atteignent 57 % (contre 47 %). Les conflits y prennent un tour particulièrement violent :

55Dans 20 % des cas, les forces de l’ordre interviennent. Assuré de leur protection, fort de son monopole sur le marché de l’emploi, de ses multiples moyens de pression, le grand patronat se raidit. Les conflits les plus durs, les plus intenses de ces vingt années ont eu pour cadre les sociétés anonymes, et notamment les compagnies minières.

  • 50 Le Soir.
  • 51 Sur l’attitude du patronat minier, cf. F. Simiand, 1907.

56L’âpreté de celles-ci se fonde sur de multiples motivations. Economiques : le poids du salaire dans les frais généraux explique les réticences plus vives qu’ailleurs à l’augmenter et la tentation constante de le réduire. Certains considèrent encore que dans « cette industrie toute de main-d’œuvre », la défense du profit passe nécessairement par la compression des salaires50. Dans les compagnies mal gérées, la première réaction consiste à les « serrer » ou à chercher par priorité dans le rendement du travail humain le remède à une insuffisante productivité51.

  • 52 Cf. première partie, notamment sur l’origine politique des grèves de 1878, p. 198 et 368.
  • 53 M. Petitjean, directeur des mines, ayant échoué aux dernières élections municipales, ainsi que plus (...)
  • 54 Arch. préf. pol., B A 185, rapport de police, 2 mars 1878, et préf. 11 mars : « Chagot ne peut pard (...)
  • 55 La Gazette des Tribunaux.
  • 56 Arch. préf. pol., B A 186, pièce 23, rapport de police, 29 juin 1878.
  • 57 Ou religieuse, les deux faits étant naturellement très liés. Les troubles de Montceau, en 1882, fou (...)
  • 58 Cf. R. Priouret, 1963.

57Les raisons politiques n’offrent pas moins de consistance. On l’a dit déjà : le problème du pouvoir est posé à tous les échelons ; dans l’entreprise, dans la commune et dans l’Etat52. L’avènement de la République constitue un recul pour les dirigeants des grandes compagnies, de tradition monarchiste, jusque-là détenteurs des mandats législatifs et municipaux et habitués à une domination assez tranquille pour qu’ils la tiennent pour naturelle. Les réductions de salaire opérées en 1878 peuvent avoir des justifications économiques ; mais comment n’apparaîtraient-elles pas aux mineurs, au petit peuple qui, avide de liberté, les soutient, comme une brimade pour avoir mal voté ? Petitjean, directeur des mines de Decazeville, évincé à la mairie par le docteur Cayrade, que les ouvriers consultent avant de se mettre en grève53, Chagot, de Montceau, ami des Jésuites, battu par un autre médecin, Jeannin54, Baure, représentant dans l’Allier de la Compagnie des forges de Châtillon-Commentry, « bonapartiste militant », passent pour assouvir de basses vengeances, que dénoncent unanimement les agents de la préfecture de police chargés d’une enquête spéciale. Selon les mineurs de Doyet, violemment affrontés à la gendarmerie lors du scrutin d’octobre 187755, la coalition aurait été suscitée par un groupe de blancs, faux mineurs à la solde de la direction et repris ensuite quand tous les vrais militants étaient évincés56. Les grèves font figure de règlements de compte et la morgue patronale s’enracine dans un sentiment de légitimité déçue. Les conflits de 1878 sont assurément particulièrement significatifs. Mais la plupart des grèves minières de la période ont une implication politique57, plus ou moins visible. Il faudra presque une génération pour que ces dirigeants de type aristocratique s’adaptent aux nouvelles conditions du pouvoir en démocratie parlementaire. Ce que les maîtres de forges comprendront plus tôt, et beaucoup mieux58.

  • 59 A ce sujet, cf. P. Guillaume, 1966, p. 116-119. Il montre à propos de la compagnie des mines de la (...)
  • 60 Arch. nat., F 12 4655, préf.-com., 4 juillet 1879, parle du « caractère difficile, des procédés aut (...)
  • 61 Arch. dép. Tarn, IV M2 68, pièce 83, préf. (Léon Bourgeois) — min. de l’Int. (Waldeck-Rousseau), 16 (...)
  • 62 Ibid., pièce 18, lettre du 18 février 1883, où les délégués affirment, au nom des ouvriers, leur dé (...)
  • 63 Ibid., com. spéc.-préf., 16 février 1883.
  • 64 Cf. ci-dessus, deuxième partie, étude des conflits avec les cadres. Je m’attache plutôt ici à montr (...)

58Enfin, la structure même du pouvoir dans les compagnies houillères, inconsciente réplique de modèles féodaux où chaque échelon de la hiérarchie croit jouir de prérogatives personnelles sur ses subordonnés immédiats, le processus de décision propre aux grandes sociétés où les responsables véritables n’entrent jamais en contact direct avec les requérants, l’anonymat si propice aux dérobades, tout cela favorise la résistance. Les cadres subalternes se réfugient dans l’irresponsabilité : ils transmettront. Les cadres moyens, ces ingénieurs aigris par une évolution qui tend à les réduire au rôle d’agents d’exécution59, éternels boucs émissaires des politiques d’austérité, se vengent par une agressivité accrue. Caporalisés, ils se comportent comme tels ; brimés, ils oppriment ; dans l’espoir que leur fermeté leur vaudra de l’avancement, ils en rajoutent. A Montceau, Villard, secrétaire général des mines, et Mathey, premier ingénieur, se montrent plus vindicatifs que Chagot lui-même60. A Doyet, les ingénieurs, intéressés financièrement à la gestion de la caisse de secours, refusent toute modification de statut alors que Baure, le directeur, y consentirait. A Carmaux, Fayol, ingénieur principal, repousse avec brutalité toutes les revendications sans en référer à ses supérieurs61, empêche tout contact avec le nouveau directeur Liénart que les ouvriers tentent de joindre par des lettres fort respectueuses62 ; à tel point que le commissaire spécial écrit au préfet : « On peut donc affirmer que l’attitude provocatrice de l’Ingénieur principal est la seule cause de la grève »63. La haine de l’ingénieur, on l’a vu, anime de nombreux conflits64.

  • 65 Sur les ingénieurs des mines, on attend la thèse d’André Thépot. Les rapports des ingénieurs des mi (...)
  • 66 Arch. dép. Creuse, M 0170, affiche datée du 3 mars 1876.
  • 67 Arch. dép. Maine-et-Loire, 71 M 2, pièce 71.
  • 68 Arch. dép. Saône-et-Loire, 194 M 18, rap. ing. des mines, 16 février 1878 et 18 février.
  • 69 Arch. dép. Nord, M 626/18, pièce 432, 5 novembre 1889, et pièce 460, s.-préf.préf., 14 novembre 188 (...)
  • 70 Arch. préf pol., B A 186, pièce 27, rapport agent au préf. pol., envoyé sur place à l’occasion de l (...)
  • 71 Arch. nat., F 12 4665, préf.-min., 6 novembre 1889.
  • 72 E. Charton, 1880.
  • 73 Arch. nat., C 3021, Gard, réponse à l’Enquête de 1872.

59Les directeurs, plus distants et, en conséquence, moins visés par les ouvriers, nous échapperaient si, par contre, ils n’étaient les interlocuteurs des préfets et des ingénieurs des mines qui ont pour eux toute la sévérité de fonctionnaires avertis et de techniciens mal payés65. Rentiers plus proches des propriétaires fonciers que des exploitants modernes, les uns pratiquent l’absentéisme, n’interviennent que de loin, par des messages distraits et solennels, de type moralisateur, qui ne font qu’aggraver les choses : ainsi Jacques Palotte à Lavaveix-Ies Mines66, Chevalier à Montjean : « je fais appel à ceux qui veulent reformer avec moi la famille ouvrière qui marchera de cœur avec ses patrons »67. D’autres, ex-ingénieurs sortis du rang, donnent au contraire libre cours à leur goût du commandement et se conduisent en potentats soupçonneux : ainsi à Epinac, Blanchet, homme « très sévère », impopulaire, dont les palinodies mettent en échec les tentatives de médiation68 ; à l’Escarpelle, en 1889, Brun, cassant, hautain, qui, par principe, refuse toute concession69 ; à Nœux-les-Mines, Aniel, dit « Gueule de fer », dénoncé en 1877 et en 1889 comme « la bête noire de tous »70, brutal, incohérent, sur lequel Veldurand, préfet du Pas-de-Calais, ne tarit pas : « Du premier ingénieur au dernier ouvrier, il n’y a qu’une voix pour protester contre ses allures cassantes, la dureté de ses procédés... Il n’admet pas les répliques, pas même les excuses... Il se dépense actuellement en récriminations contre l’autorité qui lui refuse son concours, tel qu’il le réclame, c’est-à-dire la bastonnade de ses esclaves, contre les lois qui autorisent la grève, et en injures contre un personnel qui n’en peut mais »71. Aniel, qui, en 1877 est appointé à 50 000 F par an, plus 2 000 F par mois pour ses déplacements, fort beau salaire (à la même époque, les traitements des ingénieurs des mines s’échelonnent de 2 500 à 15 000 F annuels)72 a de plus des prétentions à tout régenter. En dépit des lois sociales, il subventionne sur les fonds de la caisse de secours et, semble-t-il, sans l’aveu des actionnaires, une école privée confessionnelle, alléguant « que la responsabilité des patrons leur faisait un devoir de donner aux enfants de leurs ouvriers un enseignement plus conforme aux règles de la morale et de la religion que celui imposé par le programme de l’Etat ». Beaucoup de directeurs, moins techniciens que politiques, ont ce comportement moralisant et clérical, comme si la mine, activité noble liée à la terre, succédané de l’agriculture, cristallisait toute une mentalité aristocratique. Chalmeton, à La Grand’Combe, partisan d’ « un séjour continuel au milieu des chantiers », pour « se faire les meneurs des ouvriers et leur dire la vérité pour que d’autres ne les entraînent pas à leur perte »73, Chagot à Montceau, imbus de leurs devoirs, incarnent ce type de patron-patriarche dont rêvent Albert de Mun et Léon Harmel.

  • 74 R. Trempé, 1963.
  • 75 Arch. préf. pol., B A 186, pièce 9.
  • 76 Arch. nat., F 12 4663, Saône-et-Loire.
  • 77 Arch. dép. Cher, M 23, rapport de gendarmerie, 4 août 1886.
  • 78 Arch. préf. pol., B A 186, pièce 176, dépêche du correspondant du Gaulois, 28 février. Le placard, (...)
  • 79 Ibid., pièce 206.
  • 80 Ibid., B A 187, pièce 465.
  • 81 Il y songeait depuis le début d’avril et ses fils l’y poussaient.
  • 82 Sur la dureté des conseils d’administration, cf. aussi P. Guillaume, 1966, p. 154, 155 : G. Delahan (...)

60Ces directeurs sont eux-mêmes adossés et assujettis à des conseils d’administration dont l’intransigeance croît proportionnellement à leur éloignement (aucune menace physique ne pèse sur eux, à peine les ouvriers en soupçonnent ils l’existence), et qui trouvent naturel de réduire les salaires et scandaleux de ne pas être obéis74. A maintes reprises, ils surenchérissent sur les directions locales. En 1878, dans l’Allier, Paris appuie, contre Baure, les ingénieurs hostiles aux concessions sur la question de la caisse de secours75. A Epinac, en 1886, le conseil s’oppose à tout réajustement du salaire diminué depuis un an, plaidant qu’aucun dividende n’a été distribué aux actionnaires76. A Vierzon, la même année, tandis que le directeur de la Société française de matériel agricole, Monteil, propose, en raison de la crise, de diminuer la durée du travail plutôt que de procéder à des licenciements, le conseil d’administration que président Louis Arbel et Jacques Palotte, sénateurs, lui « fait observer que, puisqu’il y avait beaucoup d’ouvriers mal disposés à l’égard de la société, il fallait les connaître et en congédier cent... ; ceux dévoués à la compagnie seraient seuls conservés »77. Dans la grève de Decazeville, le conseil d’administration, que préside Léon Say, est l’âme de la résistance. Il dépêche dans l’Aveyron Desseiligny, Schneider, Raoul Duval, afin de stimuler Petitjean, devenu circonspect ; les trois hommes décident, contre l’avis du préfet, et celui du ministre de l’Intérieur, d’afficher la décision du renvoi des grévistes78 ; ce qui fait écrire au correspondant du Petit Journal : « La Compagnie veut la grève »79. A nouveau, le conseil d’administration provoque l’échec de la médiation de Laur, que les ouvriers acceptaient pourtant ; consulté à ce sujet par Petitjean, le conseil lui répond par télégramme : « La Compagnie ne peut admettre l’intervention d’arbitre que sur une seule question : la vérification de l’équivalence du tarif du 26 février avec le tarif précédent »80. Petitjean, s’étant assuré du concours de Basly, tente une dernière fois d’obtenir de Paris une augmentation de salaire : la majorité du conseil refuse encore. Il faudra la pression conjuguée du directeur, exaspéré, qui menace de démissionner81 et du ministre des Travaux publics, Baïhaut, pour, enfin, le persuader82.

  • 83 Annuaire des mines et de la métallurgie françaises, 1878-1879, p. 411-412 : article anonyme qui, ap (...)
  • 84 Sur le contrat de travail dans la métallurgie, cf. Ch. Benoist, 1905, p. 308.

61Les remarques qui précèdent s’appliquent au secteur minier. Les autres industries celle du verre, surtout, où dans les années 1886-1890, les maîtres mènent la guerre à outrance contre un syndicalisme ouvrier en plein essor, fourniraient maints tableaux à la longue galerie des potentats industriels, avec des nuances qui tiennent à l’organisation respective des branches et des entreprises. Dans la métallurgie, les relations sociales apparaissent moins tendues et le patronat, plus soucieux d’explication, plus disponible à la négociation. La moindre part du salaire dans le prix de revient, où l’outillage occupe le poste clef, le besoin d’une main-d’œuvre qualifiée difficile à remplacer, et que son niveau d’instruction rend, elle-même, plus apte au bargaining, des cadres plus techniciens auxquels il arrive de déplorer que la défense du profit passe trop souvent par « la voie si déplorable des abaissements de salaire »83 : tous ces facteurs engendrent un climat différent, plus libre et plus contractuel84. La psychologie sociale des maîtres de forges et des grands constructeurs mériterait une étude attentive. Sans doute l’entrepreneur au sens schumpetérien s’épanouit ici plus qu’ailleurs.

  • 85 Arch. dép. Nord, M 625/56, pièce 51, com. pol., 15 juin 1887.

62Le textile, au contraire, monde routinier et vulnérable, foisonne en chefs d’entreprise de moyenne envergure, prompts à se rabattre sur les salaires et à demander à l’effort ouvrier (comme la conduite de deux métiers qui poursuit, dans le tissage, sa marche irréversible) l’accroissement de la productivité, gérant leur affaire comme leur ménage, surveillant tout eux-mêmes, irascibles mais proches, entrant volontiers dans l’arène à visage découvert pour maugréer et tempêter. Dulac, à Armentières, ayant refusé toute concession, rouvre l’usine (700 ouvriers), se plante sur le seuil, sans craindre la colère ouvrière ; à trois tisseurs qui demandent leurs livrets pour s’en aller ailleurs, il rétorque « à haute voix, de manière à être entendu de tous, qu’il faudrait que les ouvriers donnent une bonne raclée aux meneurs, qu’ils étaient des lâches de ne pas le faire et que ce n’est que lorsque la troupe fera acte de présence à Armentières que les ouvriers reprendront le travail, parce qu’ils verront alors qu’ils ne peuvent pas arriver à leurs fins »85. Ce bon républicain, président du syndicat des manufacturiers d’Armentières, fait distribuer de l’argent aux agents de police et s’étonne du refus assez sec du commissaire.

  • 86 En 1888, ils tentent de faire pression sur les peigneuses en grève par leurs maris et leurs pères, (...)
  • 87 En 1890, le contremaître Hartmann, tête de turc de La Défense des Travailleurs, oblige les tisseurs (...)

63Dans la plupart des localités textiles, un établissement, d’ordinaire des plus importants, forme l’épicentre de la résistance et, partant, de la révolte. A Reims, Rogelet, à Roanne, Déchelette et Bréchard, à Amiens, David et Huot, fabricants de laine peignée au faubourg de Hem86, à Saint-Quentin, Boca, Testart et Gabréau, type même du « bagne » aux longues journées (13 à 14 heures par jour en 1880 ; le samedi, jusqu’à minuit), aux salaires toujours contestés, aux « garde-chiourmes » honnis87, à Fourmies, Jacquet et Rennesson, propriétaires du « Fourneau » et de la « Sans-pareille », toujours agités, à Voiron, Pochoy et Bruny, exemples de ces fabricants de soieries du Sud-Est qui exploitent sans vergogne de jeunes paysannes enrégimentées dans de véritables couvents, etc., alimentent la chronique sociale de conflits incessants (jusqu’à sept chez Gabréau de 1880 à 1890, dont, l’un, en 1884, dure 72 jours riches en incidents), généralement défensifs et souvent fort violents. On les retrouve à toutes les pages de ce livre.

  • 88 Il est difficile de discerner, à Roubaix, l’action particulière d’une fabrique. Notons seulement si (...)
  • 89 26 mai 1880. Lors des grandes grèves de mai, Le Temps consacre une enquête fort intéressante à l’in (...)

64Les fortes concentrations du Nord dissimulent les physionomies particulières au sein de groupes plus cohérents88, passablement servis par l’expansion qui tend à faire de Roubaix une « cité américaine » dont le patronat a la réputation d’être plus novateur. Selon Le Temps, « les grands fabricants sont... les alliés naturels des ouvriers, et, dans le combat contre les salaires trop bas, les uns et les autres ont un intérêt identique... L’accession des masses au bien-être exige une production abondante et des produits à bas prix »89. Portrait bien flatteur, si l’on songe à la grande misère des courées, à cet « enfer du tisseur » décrit par les frères Bonneff. Il est vrai, cependant, que Roubaix, capitale des grèves, ne détient plus le record de la violence et qu’en cette période, les conflits, dans une certaine mesure liés à la prospérité, y ont été souvent offensifs et conquérants.

  • 90 Tout cela décrit et analysé dans C. Fohlen, 1956.

65Au contraire, les centres clairsemés et anémiés de l’Ouest, où la dépression précipite une longue décadence90, campent des despotes de villages, essoufflés et aigres, offensés de voir se rebeller une main-d’œuvre jusque-là docile. Voici, à Fiers, de l’Orne, Frémont, propriétaire d’un tissage mécanique de quatre cents ouvriers, maître des prix et des salaires qu’il estime toujours suffisants.

  • 91 Atch. dép. Orne, série M, Grèves 1870-1900, maire-s.-préf., 23 août 1880.
  • 92 Ibid., 24 février 1888.
  • 93 Frémont attaque dans Le Journal de Domfront (exemple : 5 septembre 1880). En 1888, l’adjoint, Desch (...)

66Dès qu’un nouvel article entre en fabrication, prétextant que les conditions sont plus rémunératrices, il baisse les façons, obligeant les autres industriels à l’imiter. En 1880, il porte la journée à 11 h 30, au moment même où, partout en France les travailleurs revendiquent 10 heures, introduit la conduite de deux métiers et tarife le mètre à 0,10 F au lieu de 0,15 F, l’ouvrier produisant davantage. « Ce qui me paraît propre à surexciter les ouvriers, commente le maire, c’est la manière de raisonner des patrons qui prétendent être encombrés de marchandises et qui augmentent les heures de travail et par conséquent la production »91. En 1888, alléguant l’emploi d’un coton plus gros qui permet un dévidage plus rapide, il ampute le salaire de 0,50 F : les dévideuses, qui se faisaient péniblement 1,40 F tombent à 0,80 F par jour ! Dans l’un et l’autre cas, grèves, marquées de violences. « La haine des ouvriers contre... Frémont est telle que je ne serais nullement étonné d’être appelé un jour ou une nuit à constater qu’il a été tué ou grièvement blessé », écrit au sous-préfet le commissaire du lieu92. Bien entendu, Frémont oppose à l’administration un mauvais vouloir opiniâtre, livrant la guerre dans la presse locale, à la municipalité républicaine qu’il accuse de partialité93.

  • 94 Arch. dép. Orne, série M, Grèves, divers rapports du préf. et s.-préf.

67Non loin de là, à Saint-Pierre-du-Regard, Baron, père et fils, pourtant fraîchement sortis du rang, manipulent les tarifs avec un arbitraire qui suscite l’intervention du sous-préfet. « M. Baron a déclaré aux ouvriers ainsi qu’ a moi-même qu’il préférait fermer son usine que de prendre des engagements vis-à-vis du personnel, qu’il voulait être le maître chez lui », note le sous-préfet, qui souligne en contraste l’attitude « calme et respectueuse de la population ouvrière »94. Au bourg voisin de Condé-sur-Noireau, l’autoritaire Lehugeur complète cette trinité textile d’un bocage normand qui se meurt.

  • 95 Arch. dép. Maine-et-Loire, 71 M 2, pièce 13, Grève de 1888.

68Pellaumail, seigneur de Cholet (son usine occupe mécaniquement 260 salariés et il fait travailler les caves), leur ressemble comme un frère, bataillant contre les enterrements civils, contre le syndicat, maugréant contre ses confrères trop conciliants. « M. Pellaumail voudrait faire de ses ouvriers des serfs qu’il mènerait au fouet », dénonce une affiche de grève95. Dans ces marges armoricaines, en effet, la bourgeoisie manufacturière a pris la suite des hobereaux d’antan.

69A des degrés divers, la grande entreprise, anonyme ou familiale, apparaît donc comme un nœud de conflits. Non qu’elle dégrade spécialement le niveau de vie : à bien des égards, en régularisant l’emploi, elle garantit un salaire plus stable. Elle n’est pas spécifiquement paupérisante, mais, à coup sûr, asservissanté, frustrante, véritablement castratrice de la liberté. Or le sentiment de l’indépendance perdue fonde la conscience salariale.

  • 96 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1890, préf.-min., 14 octobre 1889. L’âme de la résistance est la maison (...)
  • 97 Arch. préf. pol., B A 182, pièce 8, rapport de police, 26 octobre 1882.

70Dans la moyenne et petite industrie, la situation est identique : dans les grèves englobant plusieurs établissements, comme Paris en fournit tant d’exemples, les « grosses maisons » forment encore les môles de résistance les plus solides. L’attente leur pèse peu ; elles espèrent même, à la faveur du conflit, renforcer leur emprise sur le marché. A Cours, « les plus importants, ceux qui ont un stock et des capitaux, voient sans déplaisir se perpétuer une grève qui ruinera irréparablement leurs collègues moins fortunés »96. Ils entendent faire la loi et nombre d’entre eux se comportent en suzerains. A telle réunion des tapissiers parisiens, Krieger, sans condescendre à venir lui-même, envoie son représentant qui le prend de haut : « Nous savons maintenant que nous ne pouvons pas compter sur la solidarité de nos confrères. Nous prendrons une résolution pour sortir de notre embarras et lorsque, à votre tour, vous serez mis à l’index, ce qui ne peut tarder, car vous y passerez tous, vous ne trouverez pas mauvais si vous n’obtenez pas notre appui »97.

  • 98 Arch. nat., F 12 4667, préf.-min., 9 juillet 1890.
  • 99 Arch. préf. pol., B A 181, pièce 34, rapport de police, 21 octobre 1881.

71Du côté des « petits », c’est la débandade. Ils n’ont pas les reins assez solides pour perdre le bénéfice d’une bonne conjoncture. Frais émoulus, souvent, au rang du patronat, ils donnent libre cours à leur haine des « gros ». Quelle belle occasion de leur nuire, de leur montrer leurs limites en leur raflant quelques clients pressés, et de se créer une popularité facile parmi les ouvriers en leur désignant leurs vrais ennemis. Des tentatives d’alliance s’esquissent parfois. A Vrigne-aux-Bois (Ardennes), la mécanisation de la clouterie, menée par le principal fabricant, Manil, se heurte à la violente et dure opposition des salariés alliés aux « concurrents de M. Manil qui craignent de ne pouvoir lutter contre lui »98. Lors d’une coalition de relieurs-doreurs à Paris (1881), un petit patron d’Auch adresse au syndicat ouvrier une lettre lue en assemblée générale, où « il propose la fédération de tous les ouvriers et petits patrons relieurs-doreurs de France... Plus les prétentions ouvrières seront élevées, plus les grandes maisons qui font une concurrence déloyale avec leurs machines, seront obligées d’augmenter leur tarif, ce qui permettra de vivre aux petits patrons »99.

  • 100 Arch. dép. Loire, 92 M 29, s.-préf.-préf., 22 mars 1889 : « ainsi par réciprocité de bonne confrate (...)
  • 101 Arch. dép. Nord, M 625/58, pièces 111 et 263.

72Une âpre concurrence, aigrie par la crise, accroît les divisions et déchire l’impossible front commun patronal. D’où les défections aux réunions, les difficultés de promouvoir l’association, de « tenir » un lock-out. La plupart du temps feutrée, l’inimitié éclate parfois au grand jour : les teinturiers de Roanne ayant subventionné la grève des ouvriers de Thizy, pour combattre la dénivellation des salaires entre les deux localités, leurs confrères leur rendent peu après la monnaie de leur pièce100. En 1889, les industriels d’Armentières soutiennent de leurs deniers les grévistes du plat pays dans leur lutte pour l’établissement d’un tarif général101, etc.

  • 102 1963, p. 236.

73Ainsi, la représentation d’un patronat uni se révèle singulièrement fausse. « Entre deux patrons, écrit Roger Priouret, c’est l’antagonisme qui est naturel »102 et la solidarité qui est dérivée.

B. Formes et moyens de la résistance patronale

74Elles varient selon le type de patronat touché, le style de grève adopté (le lock-out répond précisément à la mise en interdit), l’extension du conflit, la conjoncture, etc. De la grève à foyers multiples naît pour le patronat la nécessité du concert, temporaire ou permanent. Cependant, l’association patronale, réplique à l’offensive ouvrière, n’est ni première, ni primordiale.

1°) Résistance individuelle

75Le refus. Degré le plus élémentaire de résistance, il revêt des formes diverses. Aux revendications écrites, certains patrons répondent par un silence pur et simple, « systématique », un total mutisme, dédaignant de se rendre aux invites des ouvriers, voire des autorités. D’où la préférence des travailleurs pour la voie orale et l’envoi de délégués.

  • 103 Arch. dép. Isère, 166 M 1, lettre au préfet, 29 janvier 1876.
  • 104 Arch. préf. pol., B A 175, rapport de police, 4 avril 1884. Notons, au passage, ce fait symptomatiq (...)
  • 105 Arch. dép. Gard, 14 M 447, télégramme s.-préf.-préf., 20 février 1882.
  • 106 Arch. dép. Maine-et-Loire, 71 M 2, pièce 334, com. central-préf., 31 juillet 1890.

76Mais ceux-ci se heurtent parfois à porte close, le patronat alléguant leur absence de mandat, de représentativité, notamment lorsqu’ils viennent au nom d’un syndicat ; reçus, ils risquent un accueil brutal, méprisant, voire injurieux, assorti d’un renvoi immédiat. « Ces messieurs n’ont pas voulu entendre raison », écrivent au préfet de l’Isère les jeunes tisseuses en soie de chez Pochoy et Bruny à Paviot ; « et d’un air dédaigneux nous ont renvoyées sans vouloir entendre aucune raison. Plus, on nous a froissé et jeté dans la boue la demande écrite que nous leur avions présentée »103. Cette raideur n’est pas réservée aux femmes. Aux forges de Joinville-le-Port, où sévit le chômage, les ouvriers ayant proposé de ne travailler que quinze jours pour employer tout le monde, le directeur Debert les apostrophe : « Vous voulez travailler quinze jours ? — Oui. — Eh bien ! vous ne travaillerez pas du tout ; foutez-moi le camp »104. A Molières, le mineur Pascal remet un programme au directeur Chalmeton : « Celui-ci l’ayant examiné, a sommé Pascal de passer à la caisse et cela dans les vingt-quatre heures. S’adressant ensuite aux ouvriers, il leur dit que s’ils avaient le désir de se mettre en grève, ils devaient le faire immédiatement »105. Aux ardoisiers de Pont-Malembert, près de Trélazé, « un père de famille faisant valoir l’impossibilité de subvenir aux besoins de son ménage..., il lui a été répondu qu’il poussait de l’herbe dans les champs » ; les exploitants, les frères Moyssant, réputés pour leur âpreté, font appel à la force armée et ordonnent de jeter les outils des ouvriers dans la prairie106.

  • 107 Arch. dép. Haute-Garonne, M 186, pièces 60-71 (juillet 1885).
  • 108 Arch. dép. Loire, 92 M 17, pièce 86 : l’incident se produit au moment de la paie ; l’employé qui a (...)
  • 109 Arch. nat., F 12 4662, incidents du 7 mai 1886.
  • 110 L’Intransigeant, 1er novembre 1882, article de B. Malon.

77Si cette brutalité étonne — on la réserve aujourd’hui aux travailleurs immigrés — on n’oubliera pas que des employeurs n’hésitent pas à faire usage d’armes contre leurs salariés. Aux salines de Salins-du-Salat, un gréviste trouve ainsi la mort107 ; un autre est blessé au chantier du chemin de fer d’Unieux (Loire)108 ; à Lyon, le maître verrier Mesmer arme ses employés et fait tirer de l’usine sur les ouvriers qui s’avancent109. En plein cœur de Paris, dans une grande imprimerie, un patron menace un militant d’un revolver qu’il a constamment dans son tiroir110. Faits résiduels, sans doute, et réprouvés, puisque décrits, donc perçus ; relents de la brutalité foncière du capitalisme qui, en cette fin du 19e siècle, tend néanmoins à se voiler.

  • 111 Arch. dép. Creuse, M 0170, affiche du 3 mars 1876, signée J. Palotte : « Nous avons une concurrence (...)
  • 112 Exemple de placards de ce type : Arch. nat., F 12 4665, Somme, circulaire Cocquel, Amiens, 1879 ; i (...)
  • 113 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1871-1872. Ce patron, très soucieux d’expliquer, adresse trois lettres (...)
  • 114 Arch. dép. Gard, 14 M 447, rapport ing. des mines, 28 février 1882.
  • 115 Le Républicain de l’Isère, 14 février 1884.
  • 116 « Lorsque des grèves comme celles de la Grand’Combe ou de Bessèges se produisent, il est de la plus (...)
  • 117 A ce sujet, cf. C. Fohlen, 1956, p. 410 et sq. et aussi R. Priouret, 1963, p. 165 et 186. Sur les c (...)

78Le refus motivé. Un certain nombre de patrons se montrent soucieux d’expliquer les raisons de leur refus. Ils le font par des placards apposés dans l’atelier, par des lettres circulaires (« Aux ouvriers, A nos ouvriers »...), ou, tenant également à prendre l’opinion à témoin, par voie de presse ou d’affiche en ville. Cette littérature, variable en son ton (de la réfutation technique à la harangue moralisatrice), est assez uniforme dans son argumentation générale : la situation économique ne permet pas au patronat d’accéder aux demandes ouvrières ; il doit se mesurer avec une concurrence étrangère grandissante : anglaise selon les compagnies minières111, les industriels du textile112 ; allemande pour la plupart des autres, concurrence reposant sur l’infériorité des salaires, les plus longues journées et les rendements plus élevés pratiqués dans ces pays. « Toute aggravation de prix profitera aux Prussiens », écrit Martin, de Tarare, dans une lettre distribuée à ses tisseurs113. De là à voir dans les grèves la « main de l’étranger », il n’y a qu’un pas aisément franchi. Selon le directeur des mines de Bessèges, « Fournière pourrait bien être l’agent des compagnies anglaises qui ont aujourd’hui de nombreux comptoirs à Marseille et cherchent à accaparer le marché de la Méditerranée au grand préjudice des compagnies du Gard »114. Les patrons tisseurs de Moirans dénoncent en la personne d’un militant « l’homme qui fait si bien les affaires de l’Allemagne »115... Dans ces conditions, la grève est une traîtrise, et la répression, un devoir national116. En ces temps xénophobes, l’argument porte sur l’opinion publique ; les journaux conservateurs ne manquent pas de l’employer. Il peut engendrer un certain malaise parmi les travailleurs eux-mêmes, intimement persuadés des risques d’un Sedan industriel, et tentés, parfois, de se réconcilier avec leurs patrons sur le dos du libre-échange pour la défense de l’industrie nationale, comme le montre le succès des campagnes protectionnistes menées dans les milieux textiles en 1878-1879, poursuivant celles de la fin du Second Empire117.

  • 118 Arch. dép. Nord, M 626/13, pièce 116.

79Briser la grève. En mauvaise conjoncture, il suffit de la laisser pourrir. La grève peut même avoir un effet bénéfique pour le patronat, occasion, pour lui, de réduire la production, de diminuer les stocks, de réorganiser la main-d’œuvre ; il l’assume d’un cœur léger ; parfois, il la provoque : « Je crains qu’une grève ne soit nécessaire à la Compagnie pour se débarrasser d’un personnel trop nombreux », écrit Paul Cambon de la Compagnie d’Anzin118.

80Seconde attitude : l’intimidation. A la cessation du travail, le patronat riposte par un préavis de renvoi. Passée telle date, les absents seront considérés comme démissionnaires. Le délai imparti se réduit ordinairement à 24 ou 48 heures.

  • 119 Arch. préf. pol., B A 186, pièce 26, envoyé spécial, 15 juin 1877.
  • 120 Le Radical, 14 juin 1877.
  • 121 Arch. nat., F 12 4662.
  • 122 Le Petit Lyonnais, 14 février 1884.

81Les entreprises à forte structure institutionnelle disposent d’un grand nombre de moyens de pression matérielle : économats, logements, écoles, autant d’appâts devenus des rets. A Nœux-les-Mines, la compagnie « a fait des démarches et même des menaces aux mineurs qui sont attachés au sol »119 ; en même temps, elle renvoie des écoles tous les enfants des familles grévistes120. A Lyon, Mesmer, qui loge une cinquantaine de verriers, les avertit de remettre les clefs de l’appartement en se faisant régler ou d’avoir à verser une retenue de 18 F sur leur salaire121. Les tissages de soie conventuels du Sud-Est renvoient les jeunes paysannes, comme des pensionnaires indociles, dans leurs foyers qui souvent les accueillent mal122. Cette politique de domination féodale tend néanmoins à s’effriter en deux secteurs surtout : alimentation et école. Pour celle-ci, les lois Ferry ont été libératrices.

  • 123 A Decazeville, la compagnie fait distribuer gratuitement le journal conservateur L’Aveyronnais dans (...)
  • 124 Arch. préf. pol., B A 186, dépêche de Furet au Radical (6 mars), de Roche à l’Intransigeant (9 mars (...)
  • 125 Le Cri du Peuple, 28 septembre 1887.

82Durant les grèves longues, le patronat tente une campagne d’intoxication pour dénoncer les « vrais fauteurs » des grèves : les meneurs, les socialistes qui se nourrissent sur le dos des ouvriers123. Les appels aux bons sentiments se multiplient. Dans les campagnes restées ferventes, le clergé, qui s’appuie sur l’usine comme jadis sur le château, ne ménage pas ses efforts. A Decazeville « les curés vont de maison en maison pour exhorter les mineurs à rentrer »124. Dans leurs prêches, ils assimilent la grève au péché, brandissent les foudres de la damnation : tel curé du Choletais dit à ses ouailles que « ceux qui resteraient en grève n’iraient pas au ciel »125. Il est difficile de mesurer la résonance de tels propos : le sens. du péché persiste longtemps après la rupture des liens avec l’Eglise ; dans les consciences féminines, notamment, pétries de culpabilité, semblables anathèmes risquent de peser lourd.

83Mais le moyen le plus efficace pour contraindre les ouvriers à la reprise consiste à produire sans eux. En faisant fabriquer à l’extérieur, chez des collègues complaisants, en province ou à la campagne, le patronat esquisse la menace si redoutée d’un déplacement des centres de production. A Paris surtout, dans les industries du bois et du cuir, en pleine transformation, il profite de l’occasion pour installer des machines conduites par un nouveau personnel formé sur le tas. Dans les tanneries, chaque grève entraîne ainsi une poussée mécanique ; elle accélère un processus de déqualification qui la dépasse largement, mais dont il est psychologique de la rendre responsable.

  • 126 Le Temps, 23 mai 1880 : lors de la grève du textile de 1880, à Roubaix, sur 27 000 métiers existant (...)
  • 127 Exemple : Le Cri du Peuple, 16 mai 1887 : la chambre syndicale des tréfileurs de Creil annonce que (...)
  • 128 Exemple : Arch. préf. pol., B A 177, pièce 130 : 15 mécaniciens recrutés par Hotchkiss (Saint-Denis (...)
  • 129 Japy, de Montbéliard, sera le créateur des syndicats « jaunes ».

84Reste l’embauche de nouveaux ouvriers, ceux que la vindicte populaire baptisera bientôt les « jaunes ». Provinciaux, étrangers, migrants saisonniers âpres au gain, manœuvres, femmes, ouvriers ruraux du plat pays, obscurément heureux de se venger des usiniers, travailleurs à domicile besogneux126 : ces bataillons classiques de l’armée industrielle de réserve, toujours grévistes réticents, fournissent les briseurs de grève. Partout où leur pression existe, la revendication aboutit difficilement, c’est-à-dire essentiellement dans les métiers peu qualifiés qui ne nécessitent pas de longs apprentissages, et dans les régions sous-développées et surpeuplées. Le plein emploi atténue ces heurts, le chômage les attise : une fois de plus la conjoncture intervient de façon déterminante. Toutefois, la concertation ouvrière affaiblit ces tensions : à maintes reprises, par l’information, elle réussit à empêcher la venue de nouveaux embauchés127 ; par la persuasion, ou la menace, à les faire repartir128. Dans la métallurgie, la verrerie, la contre-attaque se révèle efficace. Quoi qu’il en soit, l’exploitation des divisions ouvrières demeure un des meilleurs atouts du patronat ; mieux organisé, il eût pu en profiter davantage. Mais — en attendant Japy129 — il se cantonne dans une pratique purement individuelle et empirique.

2°) La résistance collective et les formes d’organisation patronale

85Le patronat répugne à l’organisation, pis aller, extrémité humiliante, signe de faiblesse et presque de déchéance.

86A cet égard, on n’enregistre pas de changement fondamental d’attitude durant la période. En 1890, 93 % des conflits se déroulent en l’absence de toute organisation patronale. Instable, la poussée 1880-1882 paraît donc sans lendemain. Elle n’en mérite pas moins attention en raison de ses implications : elle se produit en bonne conjoncture ; face à une offensive ouvrière vigoureuse, le patronat sent la nécessité de s’armer pour résister. D’autant plus que l’établissement de la République, les réticences de l’administration et du pouvoir à son endroit, l’obligent à compter davantage sur lui-même.

87Encore ne s’agit-il le plus souvent que de formes temporaires et circonstancielles :

  • 130 Les porcelainiers de Limoges (1873) prévoient 10 000 F d’amendes; les patrons du meuble sculpté par (...)

88Les formes temporaires consistent surtout en réunions où les chefs d’établissements arrêtent, au besoin par le vote, les règles de leur conduite. Celles-ci peuvent faire l’objet de conventions écrites et signées, assorties d’amendes plus ou moins lourdes130, conventions par lesquelles les adhérents s’engagent à respecter les tarifs (blocage des salaires), à appliquer les étapes de la riposte prévue, ou encore à n’engager aucun gréviste.

  • 131 Arch. préf. pol., B A 173 : ainsi chez les tailleurs parisiens en 1889; chez les mégissiers, Le Cit (...)
  • 132 Arch. nat., F 12 4663 et Arch. préf. pol., B A 168, pièce 170 : les fonds montent rapidement à deux (...)
  • 133 Arch. dép. Nord, M 619/5, préf.-min., 29 octobre 1882. La caisse compte rapidement 1 million et on (...)

89Les quelques caisses de résistance formées, principalement parisiennes, se constituent tantôt par le versement d’une somme égale pour tous131, tantôt par un cautionnement proportionnel à l’importance des établissements : lors de la coalition du meuble sculpté, les quinze principaux industriels versent 100 000 F chacun ; les patrons de second et troisième ordre : 15 F + 10 c par ouvrier132. Les filateurs de Lille procèdent ainsi : chacun doit verser 0,25 F par broche et par semaine ; l’indemnité prévue est de 0,15 F (broche/semaine)133.

  • 134 Sur le lock-out, cf. Le droit de grève, Paris, Alcan, 1909, p. 139 et sq. ; P. Pic, 1902 ; H. Sinay (...)
  • 135 Arch. nat., F 12 4663, préf. pol., 3 novembre 1880 : le préfet de police fait état d’une démarche d (...)
  • 136 31 août 1882, éditorial de H. Brissac. Dans un numéro antérieur (22 septembre 1880), le même journa (...)
  • 137 Le Cri du Peuple, 29 novembre 1883.

90Forme la plus radicale de privation d’emploi, le lock-out mérite une attention particulière134, bien qu’il n’intervienne que dans 3,1 % des conflits (92 dénombrés, en vingt ans). La « grève des patrons », courante en Grande-Bretagne et en Allemagne, est, en France, d’introduction récente (fin du Second Empire) ; sa pratique demeure hésitante135, comme l’usage même du terme, à l’orthographe incertaine. En 1882, Le Citoyen exprime sa « répugnance à employer dans un journal populaire des mots étrangers qui ne sont pas compris de la masse »136, mais l’adopte néanmoins en soulignant sa valeur sonore et imagée : « Deux mots, il n’en faut pas plus. Va-t-en ! chien, prolétaire... Out ! Ouss ! Lock ! cric ! crac ! la serrure est fermée ». Le lock-out, cependant, s’acclimate — en 1883, Pottier lui consacre un poème137 — notamment dans les années 1880-1883, sans toutefois jamais dépasser le maximum de 5,9 % (1882). Paris (22 unités ; 5 %), Lyon (14 ; 5 %), le Cher (3 ; 7 %), la Loire (5 ; 5,7 % ), le Nord (16 ; 3,7 %), rassemblent l’essentiel d’une carte ramassée. Certains secteurs industriels ignorent totalement le lock-out, tandis que quelques professions dépassent 10 % : mouleurs, porcelainiers, verriers, ébénistes, tailleurs, chapeliers, métiers très qualifiés et, sauf pour les verriers, peu concentrés. Le lock-out, en effet, émane surtout d’un petit patronat familial aux ateliers modestes :

91D’où, quoiqu’il affecte de nombreux établissements, la relative modicité des dimensions atteintes, les records étant : 10 000 lock-outés dans l’ébénisterie parisienne (20 IX-12 X 80), 7 000 chez les tailleurs (15-22 VI 82). A moins d’une mauvaise conjoncture, les durées dépassent rarement une ou deux semaines.

  • 138 Cf. H. Sinay, 1966, p. 333, 337, qui remarque que le lock-out est employé contre les grèves tournan (...)

92Car, autrefois comme aujourd’hui138, le lock-out constitue une riposte ; le patronat ne l’utilise jamais initialement ni spontanément, mais en représailles, voire en dernier recours, contre des formes d’organisation, des modes d’action qu’il estime particulièrement nocifs et intolérables : commissions mixtes, ateliers de chômage, syndicats et, par-dessus tout, grèves tournantes ; 19 % de celles-ci s’attirent cette réplique, 29 % des lock-outs sont destinés à neutraliser ce système qui repose sur l’exploitation méthodique des divisions patronales et la subvention des grévistes par leurs camarades au travail.

93L’hésitation du patronat à recourir au lock-out s’explique par les difficultés de réalisation rencontrées et par sa médiocre efficacité : il ne modifie pratiquement pas le résultat des grèves :

  • 139 Nombreux exemples : couverturiers de Cours, en 1875 ; à l’issue d’un lockout pourtant exceptionnell (...)
  • 140 Ainsi, chez les teinturiers de Villefranche, 800 grévistes avant le lock-out, 1 200 après (1881). A (...)

94Et ceci, pour plusieurs raisons : d’abord, l’extrême difficulté de maintenir un front uni d’industriels multiples, hétérogènes, et sourdement rivaux, dont le lock-out fait éclater les contradictions. Le modèle germanique — la fermeture des grandes usines — a autrement de solidité. Son peu d’extension en France provient de raisons économiques (faiblesse de la concentration) et sociales (retard de l’organisation patronale). Ensuite, le lock-out, tel un boomerang, se retourne contre ses auteurs ; appliqué à des milieux ouvriers bien organisés, il attise leur solidarité, l’indignation transformant les lock-outés en grévistes volontaires. A la réouverture des usines, annoncée pourtant à grand fracas, personne, ordinairement, ne se présente139. Qui l’oserait ? L’ensemble du personnel soutient désormais la catégorie ou l’atelier initialement seuls en piste140. Loin de l’affaiblir, le lock-out renforce une résistance devenue question d’honneur.

  • 141 Arch. dép. Aveyron, 52 M 1, tract imprimé des gantiers de Millau, daté du 24 août 1876, et reprodui (...)
  • 142 22 septembre 1880.
  • 143 25 septembre 1880. Cf. encore, Le Petit Provençal, 7 juillet 1883, à propos de la fermeture des hui (...)
  • 144 En ce sens, l’article de La Lanterne, 29 octobre 1882, sur le lock-out du faubourg Saint-Antoine : (...)
  • 145 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1871-1877, rapport de gendarmerie, 13 août 1875, à propos du lock-out d (...)
  • 146 A ce sujet, d’importants débats de presse ont marqué les lock-outs des ébénistes, des tailleurs, de (...)
  • 147 Selon la définition de P. Pic, 1902, p. 174-176 : « Le lock-out est, en somme, la contrepartie de l (...)
  • 148 H. Sinay, 1966, p. 348. Le droit allemand au contraire admet la définition de P. Pic.

95Le lock-out, enfin, souffre d’impopularité. Non seulement, cela va de soi, parmi les ouvriers qui y voient « méchanceté » et noirceur particulières141 ; non seulement pour la gauche socialiste ou radicale, unie dans une indignation apparemment sincère, et qui souligne la nouveauté du fait : « mesure inouïe », écrit Le Citoyen à propos du lock-out des ébénisteries parisiennes en 1880142 ; « indigne dans une République où l’ouvrier est l’égal du patron », s’exclame en écho Le Mot d’Ordre143 ; mais encore pour une opinion moyenne, évidemment difficilement mesurable, hostile aux excès, à la spéculation que dissimule cette manœuvre des « gros »144, choquée par l’injustice d’une fermeture qui pénalise sans discrimination grévistes et non-grévistes. L’administration elle-même blâme cette extrémité dangereuse et arbitraire : « il y avait des ouvriers qui travaillaient depuis trente ans chez les mêmes patrons. Ils n’avaient rien demandé »145. En somme, une partie de l’opinion n’admet pas la thèse soutenue par les milieux industriels de « l’égalité des armes »146, ni par conséquent la définition du lock-out comme « grève de patrons »147 ; instinctivement, elle y voit un acte de pression beaucoup plus scandaleux, quasi immoral. L’image des industriels « affameurs » (en ce mot que de réminiscences), mêlée à l’idée du droit au travail, explique une aversion que la jurisprudence française actuelle a entérinée, puisqu’elle considère le lock-out comme une faute de l’employeur vis-à-vis de chacun des salariés frappés148.

Faible rôle du syndicalisme patronal

96Dans 4 % des cas seulement, les patrons disposent d’associations antérieures à la grève. Les taux varient fortement selon les industries et professions considérées. De 1 % dans les mines, il atteint 12 % dans les industries du bois, 11,2 % dans celles du verre-porcelaine, 9,6 % dans la confection des vêtements (tailleurs, chapeliers). La supériorité des professions du bâtiment ressort nettement : entrepreneurs de menuiserie, ébénistes : 16% ; peintres-plâtriers : 13 %, charpentiers : 12 %. Au reste, les statistiques syndicales signalent l’existence de nombreuses chambres d’entrepreneurs tant à Paris qu’en province.

97L’ancienneté de l’organisation ouvrière explique sans doute cette force relative : de longue date, le compagnonnage a contraint à chercher parade. La géographie des taux renforce ce constat : les meilleurs se rencontrent dans les régions de vieille tradition ouvrière :

  • 149 Le syndicat a pour origine le « comité de défense » patronal formé durant la grève de mai 1880, il (...)
  • 150 Arch. dép. Nord, M 619/6, pièce 15.
  • 151 Défense des Travailleurs, 7 septembre 1884, annonce la formation d’un syndicat patronal de l’indust (...)
  • 152 Arch. dép. Loire-Inférieure, 1 M 2309, com. pol.-préf., 13 avril 1882 : « Les patrons ont décidé qu (...)
  • 153 Arch. dép. Maine-et-Loire, 71 M 2, statuts (décembre 1887). Connu, cet article soulève l’indignatio (...)
  • 154 Arch. nat., F 12 4667, préf.-min., 22 octobre 1890 : le préfet rapporte, en le confirmant, le récit (...)

98La corrélation avec la concentration industrielle apparaît réduite. Pour se défendre, le grand patronat n’a nul besoin du syndicat, cette arme des faibles. La grève l’incite néanmoins à s’organiser : la plupart des 26 syndicats formés dans de telles circonstances appartiennent à la grande industrie. Les syndicats textiles de Reims149, de Lille, d’Armentières150, des Vosges151, de Cholet (1887), ceux de la métallurgie (Lille, Bordeaux, Nantes, etc.) ; les syndicats de maîtres-verriers en mesure, dès 1886, d’opposer un frein vigoureux aux exigences des travailleurs, naissent dans la foulée de coalitions importantes, cherchant à prolonger les « bureaux », comités patronaux formés à cette occasion. Ils ont d’ailleurs un style nettement antigrève ; leurs statuts comportent des clauses prévoyant le lock-out152, la mise en interdit des grévistes : un article secret des statuts choletais déclare que « tout ouvrier ayant fait grève ne saurait être réemployé avant plusieurs mois »153. La fusion de plusieurs sociétés ardoisières à Trélazé, décidée à la suite des grèves de 1890, s’accompagne d’une chasse aux meneurs concertée154.

  • 155 De la démocratie en Amérique, t. I, p. 198, in Œuvres complètes, Paris, Gallimard.
  • 156 A ce sujet, cf. R. Priouret, 1963, qui montre la priorité des préoccupations commerciales et, notam (...)

99Le syndicalisme patronal se comporte comme un organisme de lutte sociale, plus que de négociation, avant tout défensif. On pourrait lui appliquer le mot de Tocqueville : « La plupart des Européens voient encore dans l’association une arme de guerre qu’on forme à la hâte pour aller l’essayer aussitôt sur un champ de bataille »155. Le mouvement ouvrier, qui n’a pas été son moteur initial156, devient un puissant adjuvant : il jouera un rôle décisif dans la naissance du premier C.N.P.F.

100Toutefois, la peur sociale n’atteint pas encore un degré suffisant, pour être vraiment contraignante. Aux tristes nécessités de l’association, le patronat préfère infiniment le système de relations individuelles de la libre concurrence, qui s’accommode si aisément de groupes de pression occultes.

101Il préfère l’action sur l’appareil d’Etat.

ANNEXES

Sur le patronat dans les grèves

I. Composantes patronales

I. Composantes patronales

II. Déroulement en fonction de la nature du patronat

II. Déroulement en fonction de la nature du patronat

III. Résultats des grèves en fonction de la nature du patronat

III. Résultats des grèves en fonction de la nature du patronat

IV. Formes d’organisation patronale selon les groupes professionnels

IV. Formes d’organisation patronale selon les groupes professionnels

III. LE RÔLE DE L’ÉTAT

  • 157 Arch. dép. Nord, M 617/1, pièce 1 : « Instructions aux maires sur la conduire à tenir en cas de grè (...)
  • 158 Ibid., pièce 3, 9 septembre 1852.

102« Aucun magistrat ne doit se faire l’homme de l’ouvrier ou celui du maître, car ce serait suivre une route pleine de périls et assumer la responsabilité la plus grave. Il importe donc que vous vous teniez en garde contre cet écueil, d’autant plus à craindre que, sollicitée de toutes parts d’accepter le rôle d’arbitre ou de juge, l’autorité, en paraissant s’abstenir, semble manquer à une partie de sa mission, alors même qu’elle y demeure le plus fidèle. Ces instructions me sont transmises par M. le Ministre de l’Intérieur »157, écrivait aux maires, en février 1849, le préfet du Nord, auquel, deux ans et demi plus tard, le ministre de la Police réitérait la règle d’or du laissez-faire : « L’autorité ne doit jamais s’immiscer dans les questions de salaire, alors même que les parties intéressées solliciteraient son intervention. Le taux des salaires exprime toujours et nécessairement le rapport qui existe entre l’offre et la demande. Il ne peut être déterminé par des règlements administratifs »158.

  • 159 Débats parlementaires, 10 mars 1882, p. 259-277, interpellation de Lanessan sur l’intervention des (...)

103Ces textes, qui expriment la vieille thèse de la non-intervention, bien des préfets de 1880 continuent de s’en prévaloir pour couvrir leur inertie. Des ministres persistent à opposer aux critiques de la gauche « interventionniste » le mythe de l’Etat libéral, garant neutre de l’ordre neutre159. Mais la pratique dément ces affirmations. L’Etat intervient, et de deux manières. Gardien de l’ordre, il réprime. Médiateur, il tente parfois d’arbitrer un certain nombre de conflits. La première fonction est traditionnelle ; la seconde, plus neuve en régime bourgeois. Assurément, cet arbitrage demeure maladroit, timide, rarement impartial, circonscrit aux sphères de l’administration locale ; le gouvernement reste ordinairement lointain. Et la douce et discrète pression sur le patronat contraste avec la présence des troupes aux portes des usines. Il n’empêche que ces contradictions soulignent le désarroi du libéralisme, ouvrent une brèche où s’engouffre la critique radicale et socialiste, où se tapit la nostalgie corporatiste, lampe vacillante mais toujours entretenue à laquelle les difficultés des démocraties redonneront vie, un demi-siècle plus tard.

104La théorie elle-même s’essouffle. Qui y croit encore ? Qui oserait soutenir, aux temps de la grande dépression, des montées de la concurrence, des premières manifestations de la dénatalité, l’optimisme de Jean-Baptiste Say, la sérénité de Bastiat ou de Charles Dunoyer ? L’économie politique universitaire, peut-être. Mais qui chercherait là l’innovation ? Les circulaires confidentielles des cabinets ministériels, de Waldeck-Rousseau à Jules Siegfried, suggèrent tout autre chose : le développement d’un « interventionnisme » empirique qui porte, à terme, la mort du libéralisme classique.

  • 160 Seignobos est très attentif au comportement social des ministères sucessifs. Il montre bien, notamm (...)

105Mort lente, pleine de rémissions, soumise aux aléas de la conjoncture politique. La pratique de Thiers, celle de l’Ordre moral, celle des jeunes gouvernements républicains, diffèrent pour des raisons circonstancielles autant que biographiques. La souplesse de Waldeck, la démagogie de Boulanger, les palinodies d’Allain-Targé, les incertitudes de Floquet, la fermeté de Constans..., jouent leur rôle dans une histoire que Seignobos a contée160. Ayant retracé ailleurs les sinuosités de cette trajectoire politique, je n’y reviendrai pas, attentive, plutôt, aux lignes de force qui les sous-tendent.

1. LE MAINTIEN DE L’ORDRE

1061°) L’observation des milieux dangereux, premier devoir des gouvernants, se pratique de deux manières : la surveillance policière des individus ; l’enquête sociale sur les masses.

  • 161 1969.
  • 162 D’après des renseignements communiqués oralement par l’auteur, et dont je le remercie, Ludovic sera (...)
  • 163 J. Maitron, 1951 passim. Exemple : p. 126-127 (affaire de La Révolution sociale) ; p. 147 et sq. (a (...)
  • 164 Cf. par exemple livre 4, chap. 16, p. 183 et sq. (éd. Flammarion, 1932).
  • 165 La Bataille, 3 décembre 1884. Les noms figurant entre parenthèses sont les pseudonymes des indicate (...)
  • 166 Arch. préf. pol., B A 200, pièces 47, 63 et 70.

107a) La surveillance policière, sans négliger les notations d’ « état d’esprit », s’attache plutôt à la description de la vie groupusculaire, aux faits et gestes des individus, à la détection des meneurs, la constitution d’un fichier étant l’objectif principal, la suprême réussite et, déjà, l’obsession. Voilà la mission permanente de la police. Mais comme celle-ci ne peut se dissimuler complètement, on la double par des indicateurs, véritable réseau à Paris, ville inquiétante et qui, à ce titre, bénéficie d’un budget spécial ; ils sont beaucoup plus isolés en province, bien moins favorisée, à en juger par les doléances des préfets insatisfaits de leurs ressources en la matière. De qualité très variable, à lire leurs rapports, qui remplissent des cartons entiers à la préfecture de police de Paris notamment, ces mouchards se trouvaient parfois fort bien placés ; et l’historien s’étonne de découvrir que tel militant actif, voire estimé, travaillait pour la Rousse. Robert Brécy a ainsi « démasqué » Guérard, animateur du syndicat des cheminots et propagateur de la grève générale161. Les recherches de Marc Vuilleumier l’ont amené à identifier plusieurs indicateurs parmi les ex-communards, revenus d’exil162. Jean Maitron a repéré plusieurs brebis galeuses au rang des anarchistes163. Bien entendu, la plus grande prudence s’impose en de telles identifications. On se gardera de succomber à l’espionnite, accompagnée d’ailleurs d’une grande naïveté, qui régnait dans les milieux d’extrême gauche, et qu’a si bien décrite Jules Romains164. On procédait parfois à des épurations retentissantes. En 1884, un jury solennel, composé des rédacteurs du Cri du Peuple, dénonce comme des mouchards Druelle, Bausan (= Brice), Ernest Lefèvre (= Gontran), Plisson (= Félix) et Hérivaux (= Hilaire), ce dernier, collectiviste actif165. Les indicateurs eux-mêmes, qui s’ignorent les uns les autres, excellent à se trouver des collègues : tel agent croit voir dans l’excitation d’Emile Pouget le signe de son rôle provocateur166 : pronostic que rien, jamais, n’a confirmé. Ragots, le plus souvent, auxquels on ne se fiera pas sans examen sérieux, si du moins on accorde quelque intérêt autre qu’anecdotique à ces relents de bas-fonds, ces épisodes de série noire. Le soupçon est le partage de la clandestinité, son stigmate et sa maladie. L’historien s’en défiera comme il se doit abriter du tenace préjugé des militants « organisés » à l’égard des anarchistes, toujours suspects de double jeu.

  • 167 Cf. troisième partie.
  • 168 Arch. dép. Nord, M 626/17.
  • 169 Arch. dép. Loire, 93 M 5, s.-préf.-préf., 28 février 1885.

108Les personnes importent moins, ici, que les procédés par lesquels la police se faufilait dans les milieux ouvriers. Elle utilisait systématiquement concierges et cabaretiers, hôtes et confidents des faubourgs. Victor Capart, tenancier d’estaminet au Mont-à-Lœux, a été ainsi secrétaire du parti ouvrier durant de longues années, sans éveiller particulièrement l’attention167. Lors de la grève d’Anzin, la police s’abouche avec un démarcheur auquel ses déplacements professionnels permettent des observations étendues ; membre du cercle progressiste de Denain, il a la confiance de Basly et de Fauviau ; il devient même secrétaire du syndicat local et signe F... ses rapports à la police168. A Roanne, le sous-préfet se félicite d’être tenu au courant des agissements anarchistes « grâce à un agent secret assez habile »169 qu’il appointe 70 F par mois. Maigre profit qui ne pouvait tenter que de pauvres hères. Le cas de Quinette (Jules Romains), séduit beaucoup moins par l’argent que par l’aventure, est, quoique crédible, infiniment plus rare, à ce niveau.

  • 170 Arch. dép. Gard, 14 M 447, s.-préf.-préf., 24 février 1882 : « Envoyez-moi si c’est possible de Nîm (...)

109Lors de conflits notables, la préfecture de police de Paris, en principe vouée exclusivement à la capitale, envoie des agents en mission spéciale ; ses archives renferment grâce à eux d’importants dossiers sur les grèves de mineurs de 1872, 1877, 1878, 1886 (Decazeville), des métallurgistes de Vierzon (1886), etc. Les autorités locales sollicitent de leur côté des agents pour filature170.

  • 171 Arch. dép. Nord, M 626/13, préf.-s.-préf., 26 mars 1884.
  • 172 Comme Le Cri et L’Intransigeant, alertés, protestent contre l’interception de ces dépêches, le préf (...)

110Enfin, en ces occurrences, elles demandent et obtiennent communication directe et préalable — « pour qu’aucun employé du télégraphe ne puisse connaître l’existence de ces communications »171 — de toutes les dépêches émanant des grévistes, ou destinés à eux. Le sous-préfet de Valenciennes a ainsi connaissance le premier de toutes les dépêches que Duc-Quercy adresse d’Anzin au Cri du Peuple172. Les textes des correspondants de presse figurent dans tous les dossiers de grèves importantes.

  • 173 Cf. par exemple Arch. nat., F 7 12526, gros dossier comportant les divers rapports départementaux s (...)
  • 174 Circulaire Constans du 7 mars 1890 aux préfets : « Je suis informé par des rapports qui me parvienn (...)
  • 175 Je n’ai malheureusement pas trouvé le résultat de cette enquête aux Arch. nat., mais seulement des (...)

111b) L’Intérieur exige des préfets des rapports réguliers sur la situation « matérielle et morale » de leur ressort. Au rythme annuel de ces tableaux, l’inquiétude de Constans (1889-1892) s’efforcera de substituer une périodicité mensuelle (circulaire du 30 mars 1889). L’agitation sociale, en accroissant l’anxiété des ministres, les rend en effet plus exigeants : ils veulent des comptes rendus sur les associations professionnelles, les coalitions, les rapports avec les travailleurs étrangers, les réactions ouvrières à tel événement173, la préparation du 1er Mai174, etc. Le plus souvent formulées en termes généraux, ces demandes revêtent parfois la forme de véritables questionnaires : l’ « enquête confidentielle sur la situation ouvrière » d’août 1882 comporte 33 questions dont neuf sur les grèves175.

  • 176 Circulaire du 7 mars 1890. Dans une enquête de 1900 sur l’état d’esprit des ouvriers, on lit : « M. (...)
  • 177 Circulaire Waldeck-Rousseau, 27 février 1884, « Instructions concernant les grèves », Arch. nat., F (...)

112Assurément, ces enquêtes ont un objectif pratique : connaître pour prévenir et réprimer. « Existe-t-il un commissariat de police dans le centre ouvrier ou à proximité ? De la gendarmerie ? de la troupe en quantité suffisante ? », s’enquiert le questionnaire de 1882. « A défaut de force armée sur place, ou si elle était insuffisante, d’où pourrait-on la faire venir ? ». Le patron apparaît comme l’informateur privilégié. A Paris, l’établissement Cail est relié par fil spécial au ministère de l’Intérieur. « Je vous engage à vous mettre en rapports avec les directeurs des industries situées dans votre région, à les prier de vous communiquer tous les renseignements qu’eux-mêmes possèdent sur les menées signalées, à les interroger en même temps sur les moyens qu’ils comptent employer pour faire face aux conséquences d’une grève générale »176, mande Constans aux préfets en mars 1890. Waldeck leur prescrit de se tenir « en relations constantes avec les directeurs des établissements (industriels) »177. Conscient des critiques que cet interventionnisme va déchaîner, il ajoute : « Il ne saurait en effet échapper aux chefs d’industrie que, s’ils veulent conserver le droit de faire, en certains cas, appel à l’intervention de l’autorité, ils ont d’abord le devoir de la mettre à même de prendre les mesures que peuvent comporter les circonstances ». Textes ambigus qui éclairent en même temps que la nature de classe de l’Etat, les précautions qu’il doit prendre dans une démocratie.

1132°) La répression

114a) Sur le terrain, les forces de l’ordre — police, gendarmerie, armée — « protègent la liberté du travail » sur réquisition préfectorale ou municipale.

115Les instructions gouvernementales sur leur emploi ont singulièrement varié. La dureté sans quartier de Thiers et de l’Ordre moral ont fait place à beaucoup plus de circonspection. La République, frêle débutante, ne peut se permettre de massacrer ses supporters comme elle le fit en 1848. A la presse de droite qui souligne la fréquence des grèves, aussi forte que sous l’Empire, la presse républicaine rétorque que, du moins, il n’y a ni Ricamarie ni Aubin. La circulaire Waldeck-Rousseau (27 février 1884) recommande de n’user des forces publiques qu’avec discernement et de n’employer que la gendarmerie ; l’appel à la troupe n’interviendra que dans des « circonstances exceptionnelles » dont le ministère devra être scrupuleusement informé.

  • 178 Arch. dép. Loire, 92 M 13, pièce 5. Le ministre de l’Intérieur Beulé exhorte le préfet à la rigueur (...)
  • 179 D’après de Lanessan, interpellation sur la grève de Bessèges, Débats parlementaires, 10 mars 1882 : (...)
  • 180 L’Union des travailleurs, 24 août 1888 : lors d’une grève de mineurs au Martinet dans le Gard.

116Cette spécificité des missions s’explique sans doute par les conceptions républicaines d’une « armée nouvelle » : on ne saurait demander aux défenseurs des frontières de faire régner l’ordre social ; par l’opposition de la gauche à toute venue des troupes, point central des interventions parlementaires ; mais aussi par certaines répugnances constatées au sein d’une armée humiliée par la défaite et peu soucieuse d’accroître son impopularité en brisant les grèves. Même sous l’Ordre moral, des généraux résistent aux sollicitations abusives des civils : le général Bourbaki répond, en 1873, au préfet de la Loire qui souhaite son intervention, que les faits ne lui paraissent pas de nature à la motiver sérieusement178. En 1882, à Bessèges, la troupe se fait prier179. Ailleurs, des officiers refusent de charger les grévistes comme le voudraient les patrons180. Au reste, très généralement, les rapports de gendarmerie sont dépourvus d’animosité envers les ouvriers.

  • 181 Arch. nat., F 7 12526, pièce 456, dépêche du 17 octobre 1882.
  • 182 Ibid., pièces 702-703. De même, en 1888, lors de la grève des terrassiers parisiens : cf. Arch. pré (...)

117A plusieurs reprises, des préfets se plaignent de l’ « insécurité » des troupes : à Montceau-les-Mines, en 1882, « dans le bataillon de chasseurs, il y aurait un certain nombre de soldats originaires du pays sur lesquels on ne pourrait pas compter »181. Les ouvriers se livrent d’ailleurs à un effort de fraternisation qui porte ses fruits : « Les hommes étaient pris un à un, ou même par groupe, par des ouvriers qui les conduisaient dans les cabarets, auberges, leur offraient à boire, à manger, leur procuraient des filles, etc. Les soldats ainsi embauchés fraternisaient avec les ouvriers, les appelaient leurs frères, et recevaient d’eux toutes les brochures et les journaux socialistes qu’on ne cesse de colporter aux environs des mines ». On doit consigner les troupes. Il était temps ! La surexcitation régnait « même parmi les sous officiers »182.

  • 183 Le Temps, 15 mars 1886. La Revue religieuse de Rodez, 12 février 1886, flétrit « les étranges hardi (...)

118L’épisode boulangiste illustre, et couronne cette tentative de rapprochement du peuple et de l’armée. La célèbre déclaration du général à la Chambre, le 13 mars 1886, sur l’attitude des troupes à Decazeville, si elle a soulevé l’opprobre de la droite, a valu à Boulanger de grandes sympathies ouvrières et suscité l’enthousiasme de bien des socialistes qui y voient le symptôme des temps nouveaux. Boulanger se porte garant des bons rapports des soldats et des ouvriers : « Comment pourrait-il en être autrement ? Notre armée, c’est la nation aujourd’hui. Est-ce que nos ouvriers, soldats d’hier, auraient à redouter quelque chose de nos soldats d’aujourd’hui, à la condition que, tout en exerçant leurs droits, ils respectent les devoirs qu’ils ont envers la société ». L’armée n’a été envoyée à Decazeville que « pour protéger les mineurs contre eux-mêmes ». Elle « est donc... immobile, l’arme au pied ; elle ne prend point parti ; elle n’agit pas plus en faveur de la Compagnie contre les mineurs qu’elle n’agirait demain en faveur des mineurs contre la Compagnie. On a dit qu’il y avait à Decazeville autant de soldats que de mineurs. L’exagération est évidente, mais je vous dis : ne vous en plaignez pas, ne vous le reprochez pas, car peut-être, à l’heure qu’il est, chaque soldat partage-t-il avec un mineur sa soupe et sa ration de pain »183.

  • 184 Le Figaro, 20 août 1886. De même, L’Autorité, 20 août : « La troupe de ligne, fidèle aux instructio (...)
  • 185 Le Cri, 21 juillet 1887.

119A Vierzon aussi, les troupes sont intervenues avec mesure, à en juger par les commentaires opposés des uns et des autres. Tandis que pour Le Figaro, L’Autorité, ou Le Matin, Boulanger n’est plus que « le général crosse en l’air »184, Le Cri du Peuple, tout en critiquant le droit de réquisition, se demande s’il n’y a pas là un moyen de « nouer entre l’élément ouvrier et l’élément militaire des rapports tels que toute possibilité de collision soit à jamais écartée »185. Et Guesde, après avoir dénoncé « l’invasion » (26 août), loue « l’attitude remarquable des troupes ».

  • 186 Arch. préf. pol., B A 175, pièce 341, rapport de police, 25 juillet 1887. Important dossier sur tou (...)

120Boulanger inaugure-t-il une tradition ? Quelques mois plus tard, son successeur au ministère de la Guerre, le général Ferron, reçoit avec une cordialité inusitée les délégués des selliers de la maison Lecerf et Sarda (équipement militaire), venus lui exposer leurs revendications. Selon Le Cri, qui célèbre cette « victoire ouvrière », « le Ministre commence par s’excuser de s’être fait quelque peu attendre et déclare que fils de travailleur, il ne pouvait rester indifférent aux faits qui ont motivé l’envoi de la délégation ». Il accède à la suggestion d’admettre des représentants des syndicats ouvriers parmi les experts : « Eh ! bien oui ! l’idée me paraît bonne... ». Enfin, par pression, il obtient l’augmentation de salaire demandée. « M. Lecerf a dit qu’il n’avait donné satisfaction aux grévistes que parce qu’il y avait été forcé par le ministre de la Guerre »186. Devant la fureur des patrons, le ministre devait peu après battre en retraite ! Son premier mouvement témoigne néanmoins du visage populaire que l’armée cherchait alors à se donner.

  • 187 Arch. dép. Nord, M 619/7, pièce 7. Il ajoute encore : « N’oublions jamais qu’une grève est une cala (...)

121A cette modération, font écho les instructions du commissaire central de police de Lille à ses subordonnés, le 14 novembre 1885, en prévision d’un dur hiver : « Nous sommes à l’entrée de l’hiver, écrit-il, et la crise industrielle qui pèse sur la France va probablement mettre la généralité des industriels... dans la nécessité de réduire la durée du travail ou de diminuer les salaires et de mettre ainsi la classe ouvrière, si digne d’intérêt, dans une situation extrêmement pénible ». Il faut prévoir des grèves. « Nous devons veiller rigoureusement à l’ordre, à la liberté du travail et au respect de la propriété. Tant qu’un rassemblement... ne prendra pas un caractère agressif contre les personnes ou la propriété, plaçons-nous au milieu des ouvriers ; en leur parlant, paternellement, nous avons chance d’être écoutés, de leur donner de bons conseils et de leur faire entrevoir les malheurs qui suivent toujours les grèves. D’ailleurs, notre présence seule suffira peut-être pour les empêcher de se surexciter entre eux et pour éloigner d’eux des conseillers dangereux ; mais dès que les grévistes commenceront à se livrer à des actes répréhensibles, soyons énergiques et agissons avec le plus grand nombre d’agents possible... S’il y avait nécessité de disperser un attroupement, n’oublions pas de faire les trois sommations légales, précédées chacune d’un roulement de tambour, et d’exhorter, après chaque roulement, les ouvriers à se séparer »187.

  • 188 Cf. ci-dessus, première partie.
  • 189 La Bataille, 26 mai 1885.
  • 190 Le Cri, 30 août 1888, enquête du docteur J. A. Pagès sur les incidents du quai de l’Oise.
  • 191 Le Moniteur du Calvados, 16 juillet 1873.

122Au total, l’intervention des forces de l’ordre a été durant cette période relativement modérée. Il n’est pas très facile d’en dresser le bilan. En 1872, à Anzin, la troupe fait, par balles, un, peut-être deux morts soigneusement dissimulés188. Lors des manifestations commémoratives de la semaine sanglante, en mai 1885, La Bataille titre : « Les assassinats du Père Lachaise. 87 blessés, trois morts »189. La consigne républicaine était d’éviter l’usage des armes à feu. Charges de cavalerie, sabre au clair, constituaient la principale forme de dispersion des attroupements et des bandes, laissant des blessés surtout : « un bras coupé, un œil arraché, un front fendu », tel est le bilan d’un affrontement durant la grève des terrassiers190. Parades des prolétaires : des billes, jetées sous les pas des chevaux pour les faire déraper. L’occupation des usines, mines ou chantiers était confiée à l’infanterie. En cas de troubles graves, cette occupation pouvait se prolonger assez longtemps : en juillet 1873, le vingtième bataillon d’infanterie tient garnison durant un mois à Lisieux qu’on envisage de doter d’une caserne permanente191.

  • 192 Le Cri, 10 septembre 1888 : manchette à la une : « Les grèves de la Corrèze. Massacre de femmes. No (...)

123Cette brève détente, qui repose en partie sur l’espoir de la paix républicaine, est bientôt dissipée par une nouvelle poussée de grands conflits et par le développement du socialisme et de l’anarchisme. En 1888, les grèves de terrassiers voient se produire d’assez sévères rencontres192. A partir de 1889, les instructions du nouveau ministre de l’Intérieur Constans se durcissent. Le 1er Mai 1890 donne lieu à une véritable mobilisation, presque à un état de siège : à l’image de la peur retrouvée. Le 1er Mai 1891, c’est Fourmies : la fin des illusions.

124b) La répression judiciaire. Les Comptes de la justice criminelle permettent de jauger avec précision la vigueur de cette répression. Deux taux à considérer :

  • Le taux de répression ou rapport du nombre annuel de condamnés au nombre annuel des grévistes (exprimé en ‰), que nous avons déjà examiné (cf. première partie et fig. 9). Il fait apparaître avec assez de netteté la détente républicaine et met en lumière, du même coup, l’importance de la conjoncture politique en l’occurrence. En matière de répression, tous les régimes, même bourgeois, ne se valent pas.

    • 193 Arch. préf. pol., B A 186, pièce 361.
    • 194 Arch. dép. Cher, M 24, Grèves, rapport du juge de paix de Vierzon au procureur de la République, 28 (...)
    • 195 Le Rappel, 23 mai 1880.

    Le taux de condamnation, ou rapport du nombre des condamnés à celui des prévenus, est intéressant parce qu’il fournit des indications sur le comportement de la justice. De 1864 à 1890, ce rapport varie de 70 (en 1883) à 100 % (1868, 1885), c’est-à-dire entre des bornes assez étroites, comme s’il y avait sinon des normes, du moins des habitudes en ce domaine. Les tribunaux ne manifestent guère d’indulgence ni d’initiative. Ils semblent assez conformistes et routiniers, condamnant massivement les prévenus qu’on leur livre, laissant une faible marge à l’indulgence. Seize années sur vingt-six, le taux de condamnation excède 90 %. Durant la Monarchie de Juillet, des présidents de chambre, voire des procureurs, s’interrogeaient sur la misère des ouvriers. En mettant en lumière la sévérité du code pénal, certains ont joué un rôle dans la promulgation de la loi de 1864. Après la Commune, ce type de magistrat libéral et éclairé se raréfie, comme si la peur avait renforcé les liens du monde judiciaire avec l’ordre établi. Les quelques notations d’instruction ou d’audience, les quelques pièces de correspondances administratives trouvées dans les dossiers d’archives préfectorales, confirment ce sentiment. Les magistrats se montrent trop enclins à la collaboration avec le patronat. A Decazeville, les interrogatoires des prévenus se déroulent au siège de la compagnie193 ; à Vierzon, le juge de paix confère chaque jour avec les industriels durant deux mois que dure l’agitation et vante les mérites de la répression194. A Rouen, le procureur de la République, Pellerin, admoneste quinze tisseurs, prévenus de manifestation à Bolbec : « Quelle témérité de compromettre cette pluie d’or qui tombe sur vous et la source qui l’alimente ! Que mettriez-vous à sa place, si elle était tarie ? Vous avez opprimé, violé, la propriété, le domicile, les conventions, le travail, les personnes de vos concitoyens »195. Les procureurs accueillent avec beaucoup plus de raideur que les préfets les délégations ouvrières : aux mineurs d’Anzin venus exposer leurs demandes, le procureur de la République rétorque « que la justice suivrait son cours et démontre l’inanité des prétentions des grévistes ».

125Il faudrait étayer ces impressions trop fugitives par l’étude globale d’une source. Malheureusement, La Gazette des Tribunaux s’intéresse beaucoup moins aux grèves, petite pâture correctionnelle, et, de toutes manières, donne brièvement le résultat des poursuites sans compte rendu d’audience. La disparition des rapports des procureurs généraux (BB 18) pour notre période est également regrettable : ils nous auraient permis une meilleure approche de la psychologie des hommes de loi face au monde ouvrier.

2. INTERVENTIONS ET MÉDIATIONS

126Pris entre les patrons, leurs alliés naturels et souvent leurs amis, et les ouvriers, ces inconnus, les préfets sont soumis à des influences contradictoires et inégalement opérantes.

A. Patrons et ouvriers devant l’Etat

  • 196 Arch. dép. Tarn, IV M2 68, pièces 80-81, lettre du 17 février 1883.
  • 197 Ibid., pièce 7, lettre du 23 mars 1883. Liénart revient à la charge le lendemain ; pièce 4, lettre (...)

127Les patrons ont une tendance spontanée à considérer l’administration comme leur servante, à exiger protection et répression, selon « cet état d’esprit assez fréquent » que dénonce Léon Bourgeois, préfet du Tarn, « qui fait confondre aux compagnies puissantes leurs intérêts particuliers avec l’intérêt public et leur fait demander aux autorités d’être en tout état de cause les défenseurs de la Compagnie contre leurs ouvriers »196. Si, d’aventure, on leur résiste, les patrons s’étonnent et s’irritent comme d’un manquement à leurs prérogatives. On en jugera par la lettre très sèche que Liénart, directeur de Carmaux, adresse au même Léon Bourgeois qui lui refuse des troupes : « Je crois de mon devoir de protester énergiquement auprès de vous, M. le Préfet, contre cette violation flagrante de la liberté du travail, et contre l’absence de toute intervention de la police et des autorités municipales. Tout récemment, à Paris, le gouvernement a proclamé hautement son droit de disperser les attroupements qui se forment sur la voie publique. Je ne doute pas... que vous jugiez opportun d’user du même droit à Carmaux »197. Des conflits identiques surgissent à chaque fois qu’un administrateur garde ses distances vis-à-vis des industriels, ou veut se mêler d’intervenir.

  • 198 Arch. préf pol., B A 181, pièce 65, 25 septembre 1888.
  • 199 Arch. dép. Nord, M 619/3, 23 mai 1880.
  • 200 Ibid., M 626/10, lettre du 11 novembre 1880.

128Mais les patrons ont plus souvent l’occasion de remercier les autorités de leurs bons offices. « Nous tenons à vous exprimer nos vifs remerciements pour le concours empressé que vous nous avez donné pendant la grève qui vient de se produire chez nos ouvriers mégissiers », écrit un certain Fortin au commissaire de police du quartier Rochechouart ; « C’est grâce à ce concours que nous avons pu protéger efficacement les ouvriers qui n’avaient pas quitté leur travail »198. A l’issue de la grève du textile roubaisien, en 1880, le président de la chambre de commerce, Delfosse, loue le préfet (Paul Cambon) de son aide : « Vous avez, M. le Préfet, contribué puissamment à ce résultat (la fin du conflit) par le langage bienveillant autant que ferme que vous avez tenu aux délégués grévistes ; vous leur avez rappelé les règlements qui dictent les devoirs de chacun, vous leur avez, en même temps, donné le conseil de reprendre immédiatement le travail. C’est à partir de ce moment que nous avons vu s’accentuer dans des proportions considérables le mouvement de rentrée dans les usines. Nous vous en remercions bien sincèrement »199. Guary, directeur des mines d’Anzin, adresse pareillement à Jules Cambon une lettre de remerciements et de « félicitations »200. Ces messages éclairent presque naïvement la collusion du patronat avec l’administration.

  • 201 Arch. dép. Tarn, IV M2 68, pièces 23-25, 25 mars 1883.
  • 202 Ed. La Pléiade, p. 323 : c’est Dussardier qui parle.
  • 203 Première partie.

129Les ouvriers, de leur côté, nourrissent, du moins depuis le succès de la République, de grands espoirs. Conscients d’avoir fait triompher le régime, ils en escomptent quelques bénéfices. Sollicitant l’intervention du préfet, les mineurs de Carmaux lui rappellent qu’ils ont, en 1877, résisté à toutes les pressions réactionnaires de la compagnie201. Mais surtout les travailleurs croient que la République a tout pouvoir d’améliorer leur sort. « La République est proclamée ! On sera heureux maintenant », pensent-ils comme le héros de L’Education sentimentale202. Cette attente, on l’a vu203, explique pour une large part la grande vague de 1878-1880 : grèves de l’espérance républicaine.

  • 204 Arch. dép. Nord, M 619/3, 7 avril 1880. Une autre lettre du 9 mai est signée : « ouvrier père de fa (...)
  • 205 Arch. dép. Tarn, IV M2 68, pièces 23-25, 25 mars 1883 : « Vous administrez depuis peu le départemen (...)

130Pour des raisons analogues, les ouvriers se tournent volontiers vers les représentants de l’Etat. Plus qu’aux maires, c’est aux préfets et sous-préfets qu’ils adressent délégations, lettres ou pétitions, exposant leur « pénible situation », sollicitant une médiation. Lettres respectueuses, ingénues parfois, presque affectueuses, où percent quelques réminiscences du temps des commissaires de la République. En mai 1880, les tisseurs de Tourcoing écrivent au « cher concitoyen » ; ils le prient de venir visiter lui-même une salle de métier à filer où il fait constamment une chaleur de 32 à 36°, « même quelque plus » : « Vous rencontriez (sic) des vieillards de cinquante ans... Nous croyons employer le bon moyen, en s’adressant à vous car nous ne voulons pas faire du désordre, nous savons que vous êtes un bon citoyen et que vous avez un bon cœur. Vous viendrez nous protéger »204. Les mineurs de Carmaux assurent Léon Bourgeois de « leur admiration, leur profond respect »205.

131Les femmes, plus fragiles, les mineurs qui, par leur statut, se sentent liés à l’Etat, maître du sous-sol en droit français, pratiquent plus que d’autres semblables démarches.

  • 206 Une dizaine de cas : recours au ministre du Commerce, des Travaux publics pour les mineurs, et surt (...)
  • 207 Arch. nat., F 12 4659 : première pétition, le 25 juin 1881 ; seconde, le 18 juillet. Les mineurs se (...)

132Le recours direct au gouvernement demeure, au contraire, exceptionnel206. Paris est loin — il faut écrire — et silencieux. Les mineurs de Pontgibaud en font la décourageante expérience ; ayant adressé au ministre des Travaux publics deux pétitions, en bonne et due forme, légalisées par le maire, et n’obtenant, au bout de quarante-huit jours de grève, aucune réponse, ils réitèrent par télégramme, avec... « réponse payée », et sans plus de succès207.

  • 208 Le Cri du Peuple, 17 janvier 1887.
  • 209 Arch. dép. Loire, 92 M 32, février 1890.
  • 210 Ibid., 92 M 19, pièce 57.
  • 211 Arch. dép. Tarn, IV M2 58, pièce 178, s.-préf.-préf., 25 octobre 1882.
  • 212 Citons encore Jules Romains, Les Hommes de bonne volonté, t. I, p. 292 : « Victor Miraud n’aurait p (...)

133Mais quelle reconnaissance naïve lorsque les travailleurs se sentent écoutés ! Les cigarières de Marseille envoient au préfet un bouquet208 ; les mineurs de Saint-Etienne lui votent une motion de félicitations209 ; les tisseurs de Roanne défendent leur sous-préfet contre la méchanceté des patrons : « Nous savons que le sous-préfet est républicain, nous avons confiance en lui... Il n’aura rien à nous reprocher... Nous savons qu’en ce moment les patrons font agir Paris pour qu’il parte de Roanne. S’ils parviennent à le faire partir, les choses pourraient se passer autrement »210. Les mégissiers de Graulhet font fête aux autorités à l’occasion du conseil de révision qui suit une grève : « Toute la population, hommes, femmes et enfants, se portèrent au-devant de nous, avec drapeaux et musique. Ils avaient voulu venir de la sorte, nous remercier de la façon dont nous avions agi avec eux pendant la grève »211. Ces images d’Epinal illustrent la foi candide du peuple républicain, toujours prête à renaître, cette chaîne de fidélités séculaires si aisée à renouer212.

  • 213 Arch. nat., F 12 4655, Seine-Inférieure.

134Outre la foi républicaine, une telle attitude traduit une croyance dans la priorité et la toute-puissance des facteurs politiques, qui conduit à chercher la clef du bonheur dans un changement de régime et à interpréter toute crise économique comme une machination. En 1878, les mineurs voient dans la baisse de leur salaire une vengeance des compagnies, battues aux élections, nostalgiques de la monarchie. En 1879, les ouvriers du textile, vosgiens ou normands, attribuent le chômage au mauvais vouloir d’un patronat antirépublicain. Des placards, répandus à Bolbec et Lillebonne, déclarent : « Monsieur le patron des établissements,... il est des comme vous qui disent que vous ne vendez pas parce que vous voulez jeter en bas la République, parce que la République leur plaît pas. C’est un tort. Car les ouvriers la soutiendront le plus de temps possible qu’ils le pourront... Nous voulons la République et toujours Vive la République »213.

  • 214 Les réponses à l’enquête de 1884 devraient être examinées sous cet angle. Elles feraient néanmoins (...)
  • 215 Citoyen et Bataille, 8 avril 1883.
  • 216 Le cri du Peuple, 16 mars 1884. Le Soleil et Le Temps protestent contre une telle interprétation. G (...)
  • 217 Arch. dép. Bouches-du-Rhônes, M 6 2031, com. pol. Aubagne-préf., 24 janvier 1886, au sujet de licen (...)

135La dépression de 1883-1884 a naturellement alimenté de telles spéculations214. Certaines manifestations de sans-travail incriminent les « affameurs » et les prêtres, pour un peu les aristocrates et les accapareurs. La sérieuse chambre syndicale du bronze dénonce « la crise économique créée par les capitalistes, ennemis de la République, qui ont arrêté toutes les commandes en voie d’exécution dans le but évident de dégoûter tous les ouvriers du régime actuel »215. Les ouvriers boutonniers réclament comme remède « la révision de la constitution et une grande vigilance à l’égard des prétendants »216. Des ouvriers sont-ils licenciés ? « Certains disent que la politique n’est pas étrangère à cette cessation du travail et que les fabricants croient ainsi chercher à faire retomber les torts sur le gouvernement »217.

136Cette vision politique des choses, cette ignorance des réalités économiques, devaient engendrer, alors et plus tard, bien des déceptions.

B. Préfets, sous-préfets et grèves

  • 218 D. Halévy, 1937, p. 10-11 : « Les foules circulaient étrangères, plus qu’étrangères, donnant par le (...)
  • 219 P. Henry, 1950, p. 222. A ce sujet, cf. aussi P. Sorlin, 1966, p. 203 ; J. Lhomme. 1960, p. 278 et (...)
  • 220 Sur cette stabilité, cf. Henry, 1950, p. 226.
  • 221 P. Sorlin, 1966, p. 204 et sq., pour l’action administrative de Waldeck lors du premier ministère; (...)

137C’est surtout après 1878 que le comportement des administrateurs face à la grève se nuance et se diversifie. Le personnel aristocratique de la République des Ducs, à l’image d’Albert de Broglie, ignore le monde urbain, les foules »218 ouvrières « incohérentes et subalternes. Mais le corps des préfets a été politiquement complètement renouvelé lors du triomphe républicain. Dufaure a procédé à quatre-vingts déplacements et quarante-six révocations. « En un mois fut modifiée complètement toute la physionomie administrative du pays »219. Ensuite, la stabilité préfectorale paraît s’être reconstituée220 ; c’est à peine si des ministres fluctuants osent y attenter : les ambitions de Waldeck-Rousseau, lors du Grand Ministère (décembre 1881-janvier 1882) contrastent singulièrement avec sa retenue en 1883-1885221. Le corps ainsi mis en place, véritable pépinière du régime, antichambre des plus hautes fonctions, allait assurer, des années durant, le fonctionnement de la République.

  • 222 J. Lhomme, 1960, p. 278. L’étude du personnel administratif a, jusqu’ici, tenté surtout les cherche (...)

138Mais qui étaient ces nouveaux préfets ? La rénovation était-elle également sociale ? Pour Jean Lhomme, il ne s’agit pas seulement d’un avatar administratif, analogue à quelque spoil system, mais d’un processus de dépossession de la haute bourgeoisie en voie de perdre le pouvoir politique. Faut-il admettre avec lui que « les emplois politiques, et les emplois administratifs qui, à l’époque, en dépendent étroitement, appartiennent désormais aux classes moyennes... aux membres de la moyenne bourgeoisie »222. Dans quelle mesure est-il tranché, ou simplement distendu, ce cordon ombilical qui reliait les préfets à la grande bourgeoisie possédante ? Faut-il entendre la voix des « couches nouvelles » dans ce ton plus détaché à l’égard des potentats locaux, suspectés de cléricalisme, que dénotent certains rapports ?

  • 223 Arch. nat., F 12 4651, préf. Finistère-min. Agr. et Com., 26 avril 1858 : il critique l’insuffisanc (...)
  • 224 Arch. nat., F 12 4665, préf.-min. Com., 4 juillet 1879.
  • 225 Arch. nat., F 7 12526, préf.-min. de l’Int., 3 septembre 1882.
  • 226 Arch. dép. Loire, 92 M 16, pièce 44, préf.-min.de l’Int., 9 janvier 1880.
  • 227 Arch. dép. Tarn, IV M2 68, pièces 80-81, préf. (Léon Bourgeois)-min. de l’Int., 17 février 1883.
  • 228 Arch. dép. Loire, 92 M 18, pièce 127, s.-préf.-préf., 6 février 1882.
  • 229 Ibid., s.-préf.-préf. 1er mars 1882.
  • 230 Arch. dép. Tarn, IV M2 68, pièce 82, préf. (Léon Bourgeois)-min., 17 février 1883.
  • 231 Arch. dép. Loire, 92 M 18, pièce 127, préf. (Thomson)-rain., 24 mai 1882.

139Il est vrai qu’un type nouveau de préfets se dessine : plus distants du patronat, plus libres en leur jugement, souvent lucide, à son endroit, capables de résister à la séduction du château directorial, et, bien adossés à Paris, soucieux d’intervention. Ce type ne date certes pas de la République : maints préfets du Second Empire exprimaient déjà la nécessité d’une « autorité protectrice » qui fit contrepoids à l’omnipotence patronale223 ; mais il s’accuse, s’affranchit, se libère d’un respect guindé. La mauvaise volonté du patronat, sa dureté, son aveuglement sont plus fréquemment incriminés. En 1879, le préfet de Saône-et-Loire attribue la tension régnante dans les mines de Montceau « au caractère difficile, aux procédés autoritaires, au manque de tact de plusieurs agents supérieurs de la compagnie »224 ; lors des troubles de 1882, il dénonce le cléricalisme de la direction : « il en est peu qui se soient montrés aussi intolérants au point de vue religieux ; cette organisation semble établie dans le seul but de dominer les ouvriers et de les contraindre aux pratiques de la religion catholique »225. Pour son collègue de la Loire, « il est de notoriété publique que la compagnie de Firminy... est très dure pour ses ouvriers... Des taquineries constantes, des contrariétés continuelles venant surtout des gouverneurs et sous-gouverneurs devaient avoir une telle fin »226. De nombreux rapports opposent la modération ouvrière à l’attitude « absolument réactionnaire »227, parfois provocante du patronat : « On dirait que les patrons font exprès de commettre maladresse »228 sur maladresse, écrit le sous-préfet de Roanne, Frémont, qui accuse les fabricants de rechercher un incident, « espérant ainsi amener des troupes à Roanne, et mater les ouvriers par la crainte et la force »229. Cette question des troupes est épineuse ; les patrons, qui considèrent volontiers l’armée comme leur milice, réclament toujours sa venue rapide : « La Direction désirerait cette manifestation de ma part, et dès hier matin, M. l’Ingénieur Fayol est venu demander la concentration de plusieurs brigades à Carmaux. J’ai cru devoir refuser », dit Léon Bourgeois230. A Roanne (1882), le sous-préfet se porte garant du calme des travailleurs, qui lui ont témoigné leur confiance et les laisse organiser eux-mêmes la police de leur grève231, au grand scandale des industriels. A Ville-franche (1881), ils s’insurgent contre semblable refus et réclament de l’administration « une protection plus efficace qu’elle ne l’a fait jusqu’à ce jour ».

  • 232 Arch. nat., F12 4667, préf.-min., 22 septembre 1890 : « Je m’attachai ensuite à faire comprendre à (...)
  • 233 Arch. dép. Tarn, IV M2 68, pièces 61-63, lettre au min. de l’Int., 6 avril 1883.

140La circulaire Waldeck-Rousseau du 27 février 1884 recommande aux préfets d’intervenir, sans du reste prévoir aucune procédure de médiation. Celle-ci consiste en « conférences avec les représentants des intéressés, où les malentendus s’expliquent, où apparaît plus clairement aux yeux des uns et des autres ce qu’il peut y avoir de fondé dans certaines doléances ; ce qu’il peut y avoir de légitime dans certaines prétentions ». A cette médiation par la parole, certains préfets s’essaient honnêtement ; ils mandent aux deux parties de leur exposer leur point de vue, suggèrent des concessions, obtiennent parfois de véritables négociations, face à face, entre les adversaires. En règle générale, cependant, les contacts se poursuivent par préfet interposé. En effet, lorsque patrons et ouvriers sont décidés à se rencontrer (c’est-à-dire lorsque les premiers acceptent de voir les seconds), ils le font directement sans intermédiaire. C’est d’ailleurs pourquoi beaucoup de ces médiations préfectorales échouent parvenant à peine à infléchir le cours des choses ; elles se développent trop tardivement, ou dans les cas désespérés. La loi de 1892 tentera de mettre au point une procédure d’arbitrage préventif ou du moins précoce. Le préfet, la plupart du temps, parvient tout juste à limiter les dégâts, et notamment les renvois, dont un patronat vindicatif fait une séquelle classique de la grève. A Trélazé232, à Decazeville, à Carmaux, etc. il tente d’éviter toute discrimination, non sans difficulté. Léon Bourgeois ayant obtenu la reprise de travail, se tourne vers la compagnie : « On prêtait... à la direction l’intention d’exclure de ses chantiers deux cents ouvriers environ. Je fis appeler le directeur à l’issue de la réunion et je reçus de lui tout d’abord la réponse la plus défavorable. Je leur déclarai très nettement qu’il fallait absolument que tous les ouvriers sans exception fussent repris, que c’était une condition absolue de la rentrée qui venait d’être votée... M. le Directeur s’obstinant à revendiquer les droits de la Compagnie à cet égard, il fallut de ma part une attitude presque impérative pour obtenir de lui l’engagement formel de reprendre tout le »233 monde.

  • 234 Arch. dép. Loire, 92 M 16, pièce 18, préf.-min., 5 janvier 1880.
  • 235 Arch. dép. Cher, M 23, préf.-min., 17 août 1886.
  • 236 Ibid., 22 août.
  • 237 Arch. nat., F 12 4665, s.-préf.-préf., 23 février 1879.

141Dans leurs démarches, les préfets se plaignent de la méfiance, voire de la duplicité du patronat à leur endroit. Félix Renaut (Loire) déplore « la mauvaise volonté que les compagnies des mines apportent à fournir à l’administration les renseignements propres à lui faciliter sa tâche d’apaisement et de concorde... La compagnie voit avec regret l’administration s’immiscer dans ces questions de grève et cherche à la combattre »234. A Vierzon, en 1886, son collègue, Berniquet, met en doute les allégations du conseil d’administration de la Société française de matériel agricole, que préside Arbel, puissant personnage, et sénateur : « Je ne suis pas sûr que, dans ses doléances, qu’elle varie probablement suivant leurs destinataires, la Société Française ne joue pas double jeu »235. « Elle dépasse peut-être la mesure »236. Lors d’une grève de tisseurs à Cornimont, le sous-préfet s’indigne des mensonges des fabricants : ils prétendent ne pas pouvoir supporter la crise sans réduire les salaires ; or, les recherches menées personnellement par le sous-préfet — car « les patrons refusent... de produire leurs livres et de s’expliquer sur le chiffre de leur fortune » — lui permettent d’avancer le montant de quatre millions de capital, dont deux en immeubles : « Il leur était donc facile de supporter la crise jusqu’à la diminution des traités de commerce ». Ils ont menti également sur les salaires qu’ils payent aux ouvriers : « Vous comprendrez facilement combien je fus froissé en découvrant ces supercheries »237. Vertueuse et naïve indignation d’un fonctionnaire provincial! Elle respire l’ébahissement à la fois nostalgique et irrité qu’un petit bourgeois économe et « juste » ressent devant ces fabuleux rivages insoupçonnés où il n’accédera jamais... Il est des accents qui ne trompent pas.

Sous la protection des troupes
27. Anzin, 1884. Sortie de la fosse Renard, d’après L’Illustration
28. Les terrassiers de la Corrèze (1888)

Troupes en action
29. Anzin, 1878. Dragons dispersent une colonne de grévistes
30. 1er mai 1890 à Paris

BASLY & LA GRÈVE

BASLY & LA GRÈVE

31. Vision hostile : « Basly et la grève », caricature sur la grève de Decazeville, d’après Le Grelot, 14 mars 1886

32. La grève de Decazeville, selon Le Pèlerin, organe des Assomptionnistes

  • 238 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1871 ; réponse du gérant de la maison Martin en grève, au préfet qui l’ (...)
  • 239 Arch. nat., F 12 4665, au préf., 23 février 1879.

142Le patronat résiste vigoureusement à l’intervention de l’administration dont il sent tout le danger. Il la refuse poliment238, avec colère s’il est question de concessions : au sous-préfet de Cornimont qui suggère aux patrons de réduire la durée du travail au lieu des salaires, « ces Messieurs » répondent « qu’ils ne voulaient pas entendre parler de conciliation, qu’ils n’écouteraient plus aucune proposition de transaction, pas plus de ma part que de la part des ouvriers. Que les maîtres étaient les maîtres, et les ouvriers, les ouvriers. Que les premiers avaient le devoir de commander et les seconds le devoir d’obéir ou de quitter l’établissement. Que du reste ils étaient résolus à en mettre au moins deux cent cinquante à la porte dès la reprise du travail »239. Voilà le sous-préfet renvoyé aux champs.

  • 240 31 janvier 1886. L’argument se retrouve très fréquemment dans la presse de droite.
  • 241 Arch. nat., F 12 12526. Le préfet, accusé, écrit au ministre de l’Intérieur, qui est Fallières, pou (...)
  • 242 Arch. dép. Bouches-du-Rhône, M 6 2009, préf.-min. de l’Int., 13 avril 1883.

143Le patronat ameute la presse réactionnaire. Il tente parfois d’en appeler au gouvernement, à Paris, plus dégagé, contre l’autorité locale prise dans les rêts du suffrage universel. Le Journal des Débats, organe de Léon Say, membre du conseil d’administration des mines de Decazeville, développe cette thèse lors de la grande grève de 1886 : « Le préfet qui n’a sans doute pas grand souci des intérêts de la compagnie, ne peut s’empêcher de remarquer que le nombre est du côté des mineurs. Il trouve donc que la direction a tort de ne pas céder, et c’est pour elle qu’il réserve ses sévérités »240. Lors des troubles anticléricaux de Montceau, le préfet est accusé d’avoir laissé se développer une société secrète d’ouvriers241. A Marseille, durant la grève générale des dockers (1883), Poubelle est l’objet de vives attaques de La Gazette du Midi qui dénonce sa collusion avec les grévistes ; il doit s’en expliquer devant le conseil général242.

  • 243 Arch. dép. Loire, 92 M 19, pièce 57, s.-préf.-préf., 26 février 1882.
  • 244 Le Moniteur de la Loire, 14 février 1882 : « Sa maladresse le fait haïr des fabricants ; on le trai (...)
  • 245 Arch. dép. Loire, 92 M 19, pièce 126, préf.-min. de l’Int., 15 mars.
  • 246 Frémont et Thomson disparaissent de la Loire fin 1882. En 1883, Thomson est nommé gouverneur de la (...)
  • 247 Poubelle restera treize ans à ce poste (1883-1896).

144Mais rarement le conflit aura été plus ouvert qu’à Roanne où le sous-préfet, Frémont, soutenu par son préfet, Thomson, tient aux fabricants la dragée haute : « Ils n’admettent pas, s’écrie-t-il, que les portes de la sous-préfecture et de la mairie ne soient pas fermées aux ouvriers ; que ceux-ci y trouvent l’accueil que tout citoyen doit y trouver. Ils voudraient que les autorités se prêtassent à une coercition quelconque contre les ouvriers. Les laisser agir, discuter leurs intérêts, les laisser s’organiser pour les soutenir, est pour ces messieurs un crime de la part de l’autorité. Ils sont d’une autre époque »243. Tandis que L’Avenir roannais, Le Moniteur de la Loire et de la Haute-Loire mènent contre lui une rude campagne244, trois patrons « montent » à Paris, au ministère de l’Intérieur, pour obtenir son déplacement ; le préfet doit s’y rendre à son tour pour le défendre245. Le gouvernement se laisse-t-il intimider ? Le plus souvent, les fonctionnaires ainsi mis en cause sont déplacés à l’issue des conflits246. Mesure d’apaisement sans doute qui peut se concilier avec une promotion éclatante : Poubelle est nommé préfet de la Seine en octobre 1883, y acquérant le renom que l’on sait !247.

  • 248 Arch. nat., F 12 4653, s.-préf. de Villefranche à une délégation de tisseurs de Cours en grève, 21 (...)
  • 249 Arch. dép. Gard, 14 M 447, rapport sur les origines de la grève, 1882.

145Ces préfets médiateurs demeurent toutefois l’exception. Les traditionnels l’emportent, qui préfèrent aux tracas de l’arbitrage et de l’enquête, le confort de l’abstention248. Et s’ils se raréfient, ou se masquent, nombreux sont encore ceux qui, par affinité sociale, ou élective, se comportent comme les alliés, les doubles des patrons ; ils s’alignent sur leurs positions, reproduisent sans nuance leurs explications — tel Victor de Girardin, préfet du Gard, qui se contente de transcrire tels quels les propos du directeur des houillères, Chalmeton249 —, entonnent leurs louanges, vantent le paradis industriel dont ils sont les ordonnateurs, et refusent de voir dans la grève autre chose que du mauvais esprit, œuvre sinistre de quelque meneur. A ceux-là, le développement du mouvement ouvrier, l’intervention plus fréquente des militants socialistes ou anarchistes, ôteront toute inquiétude, rendront parfaite bonne conscience. A côté de quelques accents nouveaux, l’anthologie du conformisme serait plus volumineuse, et plus litanique.

  • 250 Arch. dép. Nord, M 626/16, pièce 2, 5 mars 1884.
  • 251 Ibid., 8 mars.

146Certains administrateurs mêmes, gênés de devoir parlementer avec les ouvriers, contredire les industriels, souvent leurs amis, leurs hôtes, ont opposé à la volonté interventionniste de Paris, la force de l’inertie provinciale, une mauvaise humeur évidente, voire une protestation énergique. En voici quelques exemples. Un des motifs de la grève d’Anzin en 1884 était le renvoi de mineurs par la compagnie ; toute tentative de l’administration pour obtenir une indemnité s’étant heurtée à un refus patronal, Waldeck-Rousseau propose que le gouvernement prenne en charge ces ouvriers : « Il me semble que l’Etat, sans sortir de la réserve qui lui est commandée et sans s’exposer à des récriminations, pourrait se substituer à la Compagnie et assurer le transport des mineurs qui seraient acceptés par d’autres »250. Le préfet, Jules Cambon, le dissuade d’en rien faire : « ce serait créer un dangereux précédent dans une région où toutes les grèves s’accompagnent d’une remise des livrets »251. Et l’affaire en reste là.

  • 252 Arch. nat., F 12 4658, Delattre-min. Com., notamment lettre du 25 février.
  • 253 Ibid.
  • 254 Le Républicain de l’Isère, 16 février 1884 : appel des patrons aux ouvriers. Delattre déclare : « c (...)
  • 255 Arch. nat., F 12 4658, préf.-min., 16 février 1884.
  • 256 Le ministre du Commerce, informé du mécontentement du préfet, rédigea une sévère admonestation à De (...)
  • 257 Arch. dép. Nord, M 619/3, préf.-min., 8 avril 1880.

147La même année, les ouvrières des établissements Pochoy-Bruny, à Paviot (Isère), internat typique de l’industrie de la soie dans le Sud-Est, se coalisent pour obtenir au moins le respect de la loi de 1848, limitant la journée à douze heures, au lieu de treize et quatorze qu’elles font. Le ministre du Commerce charge alors l’inspecteur divisionnaire du travail de Grenoble, Delattre, d’une mission d’information et de conciliation. Celui-ci, homme courageux et actif, qui depuis longtemps signalait ces abus dans ses rapports annuels, enquête, et conclut sans ambiguïté à l’entière responsabilité patronale, coupable de conditions de travail inhumaines et illégales252. Tel n’est pas l’avis du préfet qui trace des tissages de soie un idyllique tableau et endosse la thèse patronale : « II n’y a aucune spontanéité dans la grève, aucune entente générale. La fermeture des usines a eu lieu successivement sous l’influence des meneurs253 ; et d’insister sur le rôle d’un conseiller municipal de Moirans, qui pourrait bien être un pseudopode de l’étranger : « On ignore pour le compte de qui il agit » ; tandis que les patrons, plus catégoriques, accusent nettement « l’homme qui fait si bien les affaires de l’Allemagne »254. Mais surtout, le préfet peste contre la mission Delattre, offensante et excitante. N’est-il pas dangereux de donner aux ouvriers l’impression que le gouvernement les soutient ? Bien plutôt, il faut « abandonner pendant quelques jours les grévistes à leurs réflexions, et... à un moment donné leur faire entendre de sages conseils »255. Il obtint, peu après, le rappel de Delattre à Grenoble256. Pareillement, en avril 1880, son collègue du Nord, Paul Cambon, s’étonne de la venue de Barberet au titre du nouveau bureau des sociétés professionnelles créé au ministère de l’Intérieur : « c’est désarmer le gouvernement contre les congrégations que de le désarmer contre les associations laïques ». Ayant ouï dire que Barberet serait un amnistié, il s’écrie : « c’est inconcevable »257.

  • 258 Arch. dép. Nord, M 619/4, min. de l’Int.-préf., 28 octobre 1880.
  • 259 Arch. dép. Nord, M 619/4, préf.-min., 29 octobre 1880.

148Jamais la réprobation de l’initiative gouvernementale n’aura été plus marquée que dans l’affaire des mineurs de Denain, qui, en octobre 1880, oppose Paul Cambon à Constans. Ce dernier voit dans le système des primes accordées aux porions par la compagnie « en raison inverse du prix de revient de la houille », le principal motif de la compression des salaires et donc de la grève : « Un telle exploitation... est odieuse et ne saurait être trop énergiquement flétrie ». Le ministre de l’Intérieur regrette que ce point n’ait pas été sérieusement abordé par le préfet dans ses entretiens avec les représentants de la compagnie ; il l’invite à intervenir de nouveau : « Le plus sûr moyen de calmer et de ramener les ouvriers, dont l’honnêteté et la modération ont été éprouvées, me paraît être de faire avant tout cesser des abus aussi révoltants que coupables. Ce n’est pas de bienveillance qu’il s’agit ici, mais de l’implication indispensable des règles de la plus vulgaire équité »258. Le ton illustre la bonne volonté de la jeune république opportuniste. Mais la réponse du préfet en montre les illusions. Sèchement, fermement, Paul Cambon refuse d’intervenir, arguant du libéralisme qui doit être celui du gouvernement, et il définit sa propre conception du rôle de l’administrateur : « On peut tout vous dire, Monsieur le Ministre, et du reste, cette lettre n’étant pas officielle, je puis me permettre de m’exprimer avec vous en pleine liberté. Eh bien ! vous me semblez obéir à une conception tout à fait erronée du rôle de l’administrateur dans les grèves. Nous ne sommes ni des arbitres, ni des justiciers. Nous sommes des sergents de ville chargés d’assurer à chacun l’exercice de sa liberté. Imposer au patron des conditions de travail est tout aussi contraire aux principes que d’en imposer à l’ouvrier ». Sans doute, la balance n’est pas égale. Mais « ne prenez pas sur vous de rétablir l’équilibre... Vous iriez ainsi plus vite et plus loin que vous ne voulez, car j’imagine qu’un esprit libéral comme le vôtre a peu de goût pour les fantaisies économiques d’un Louis Blanc... Le jour où vous adopteriez une autre ligne de conduite vous seriez vite l’objet des défiances universelles... Le mieux est de garder la réputation. Un gouvernement libéral doit mesurer ses actes et ses paroles »259.

  • 260 Ibid.., deux lettres autographes de Casimir Périer au dossier.
  • 261 Sur l’évolution de Waldeck, cf. Sorlin, 1966, p. 290 et sq.
  • 262 Sur l’évolution de Jules Cambon lui-même, Arch. dép. Nord, M 626/13, renferme toute une corresponda (...)
  • 263 Camescasse, préfet de police de 1881 à 1885, dénonce l’agitation anarchiste seule responsable selon (...)

149Beau texte, assurément, qui nous surprend par son extrême liberté de répartie. Sans doute, Paul Cambon, que Casimir Périer appelle « mon cher ami »260, avait-il une position personnelle un peu exceptionnelle ; mais en outre, en ces temps d’apprentissage de la république parlementaire, où les condisciples d’hier se partagent, jeunes, les responsabilités du pouvoir, la carrière n’a pas encore de rigidité hiérarchique ; peu de distance, parfois, sépare un ministre d’un préfet qui le deviendra demain. Et que de fois la fragilité d’un éphémère exécutif dut se heurter à la stabilité de l’administration ! Constans était ministre depuis six mois, et pour douze autres encore ; Paul Cambon, préfet du Nord depuis trois ans ; il allait le demeurer jusqu’en 1882, remplacé par son frère, Jules, de 1882 à 1887 ; les deux frères Cambon « tinrent » la préfecture du Nord durant dix ans ; ils virent défiler treize ministres. L’influence des préfets sur les ministres est du reste patente. L’évolution de Waldeck-Rousseau durant la grève d’Anzin261, le raidissement de son attitude, reflètent, dans une certaine mesure — car il n’ira jamais aussi loin dans la voie de la répression que le souhaitait le préfet du Nord —, le changement de celui-ci, passé de la compréhension à l’irritation et à la colère262. Camescasse, préfet de police de Paris, par ses rapports quotidiens alarmistes, a réveillé chez Waldeck la crainte du péril social263.

150L’influence des préfets, tantôt observateurs de la réalité sociale et réformateurs, tantôt freins, courroie de transmission aux mains du patronat, apparaît donc ambiguë. A travers le heurt des conceptions, les contradictions, les incertitudes, chemine malgré tout une pratique nouvelle. Casuistique, dira-t-on : mais toute casuistique ne suppose-t-elle pas un certain sens du péché ? Passible de jugement, parfois condamné, le patronat de droit divin se meurt.

151Resterait à apprécier l’influence du public sur l’issue des grèves, influence apparemment réduite à cette époque, et qui nous échappe presque entièrement. Outre que la notion de public est floue et demanderait à être précisée et sans doute décomposée en ses éléments, peu de documents nous renseignent sur les réactions de l’opinion face à une grève particulière. Les journaux expriment la plupart du temps les positions traditionnelles des « familles » politiques qu’ils représentent et ceci, en termes le plus souvent généraux et conventionnels.

152D’autre part, nous ignorons quelle considération les acteurs principaux — patrons, ouvriers, administration — accordent à l’opinion dans leurs attitudes et décisions. Assez peu, semble-t-

153il, du moins explicitement. Les patrons en appellent plus que les ouvriers à l’intérêt national dont ils se font les gardiens. Les ouvriers se réfèrent presque exclusivement aux travailleurs, et, sauf à Paris peut-être, où la Ville impose sa présence et sa diversité, ils se comportent avec une certaine indifférence vis-à-vis d’un possible tiers-parti. Dichotomique, leur vision sociale, saisie à travers leurs propos, oppose deux classes antagonistes : patrons et ouvriers, capital et travail ; elle ignore les autres. Mais le discours dissimule autant qu’il révèle. La retenue ouvrière devant la violence, véritable autocensure du geste, ne suppose-t-elle pas la prise en compte d’un spectateur-juge, auquel on veut fournir l’image qu’il attend, raisonnable et rassurante ?

  • 264 Arch. préf. pol., B A 178, pièce 35, rapport de police, 28 juillet 1878 : « On ne peut à l’heure qu (...)
  • 265 Ibid., pièce 174, rapport de police, 6 août 1878 : « Quant aux Parisiens, ils donnent pour la plupa (...)

154La nature des liens économiques avec le public joue aussi un rôle. Les « producteurs » — tisseurs, mineurs ou verriers — enfermés dans leurs usines, leurs faubourgs ou leurs cités, ne se sentent guère liés aux consommateurs, avec lesquels ils n’ont de fait aucun contact. Par contre, les travailleurs des services, transports urbains par exemple, ne sauraient ignorer les usagers. Le cas des cochers parisiens est, à cet égard, très significatif. Ils prentient leurs clients à témoin de leur sort264 et réussissent parfois à s’en faire des alliés. En 1878, l’opinion soutient leur grève, incriminant le monopole de la Compagnie Générale des Petites Voitures, son souci exclusif du profit, le peu de soin apporté à la qualité du service fourni et notamment à la nourriture des chevaux265. Les rapports attribuent à la pression des Parisiens la solution transactionnelle adoptée.

155De par sa fonction, l’administration prête plus d’attention à l’opinion locale que pour des raisons électorales, elle doit ménager. On peut émettre l’hypothèse d’un bilan des grèves plus favorable dans les régions républicaines que dans les conservatrices. Mais on a peu de moyens de la vérifier. Le résultat départemental des grèves (cf. chap. IX, annexe 15) repose sur des bases numériques ordinairement trop réduites pour qu’on en puisse tirer des conclusions nettes. Le département constitue, de toutes manières, un ensemble trop vaste pour la confrontation avec les opinions politiques ; il faudrait se situer à l’échelon communal. Enfin, bien d’autres facteurs interfèrent, notamment la nature des industries engagées. Les départements au solde négatif coïncident avec ceux où le textile fournit les principaux conflits : Nord, Aisne, Aube, Somme, Marne. On s’étonnera de la médiocrité du score parisien (54 % d’échecs) ; en comparaison, Lyon, pourtant « aire déprimée », se défend mieux ; mais le cas parisien offre à cette époque plus d’un motif de surprise.

156De toutes façons, la superposition de données statistiques, voire l’établissement de corrélations, dans un cadre spatial — méthode classique au premier âge de la sociologie politique — seraient en l’occurrence tout à fait insuffisants. Il conviendrait de les doubler par une étude, fine et répétée, des processus de décision : comment, en un temps où les groupes de pression •demeurent informels, les familles d’opinion ou d’intérêts exercent-elles leur influence ? Cherchent-elles, et parviennent-elles à modeler l’attitude d’un administrateur ? Problème que je pose sans le traiter. Sur ce point, les documents ne parlent pas d’ « eux-mêmes » (s’ils le font jamais !). Il faudrait les solliciter sous cet angle plus que je ne l’ai fait, n’ayant formulé cette question qu’assez tard, et, de plus rechercher d’autres sources.

157Au-delà des engagements particuliers, le public, ordinairement peu touché dans ses intérêts immédiats, préservé dans sa vie quotidienne par les clôtures où s’enferme un monde industriel alors limité et circonscrit, exerce une pression globale en fonction d’une vision idéologique sous-jacente. La condition ouvrière — « l’horrible vie ouvrière » (Daudet) — suscite une réaction mêlée de peur, de réprobation et de pitié qui pousse à la médiation. Profondément rurale et attachée aux valeurs terriennes, la société française n’a pas véritablement accepté l’industrialisation, dont la littérature, sociologique et romanesque du 19e siècle sur le paupérisme souligne les tares, tout en proposant d’archaïques remèdes. Déconcentration, travail familial, retour à la campagne forment les principaux chapitres de cette recherche du temps perdu. Le refus rousseauiste de la ville, le dégoût ruskinien pour l’usine, en même temps qu’une extrême méfiance pour les monopoles et les chevaliers d’industries : autant d’aspects qui illustrent la résistance au capitalisme moderne.

158L’industrialisation, vécue comme un traumatisme, une perte de substance et d’identité, suscite la honte. Et cette mauvaise conscience, autant que la prudence, fonde le parti de la réforme, dont les progrès se marquent, à la fin du 19e siècle par les gains radicaux et socialistes aux élections, et par une législation sociale non négligeable.

159Ce remords collectif, qui enveloppe patrons et préfets, pousse à la transaction. La grève lui doit peut-être une part de ses succès.

GRÈVE ET SOCIÉTÉ

160Jauger la grève à ses seuls résultats immédiats, c’est trop peu. Au-delà des scènes multiples où elle se déploie, elle exerce une action globale sur la classe ouvrière et sur la société tout entière.

161Elle n’agit pas seulement sur le point précis de son engagement. Ses effets se trouvent démultipliés, au moins de deux manières. Les solidarités ouvrières, les textures de plus en plus serrées de l’économie, font que tout succès tend à se diffuser, à devenir exemplaire et normatif. Ceci se vérifie pour le salaire, et, à un moindre degré, plus lentement, pour les autres types d’acquisitions, qui, assurées en un lieu, sont revendiquées et accordées à plus ou moins brève échéance, ailleurs. L’histoire offre maints exemples de ce processus que les économistes appellent « effet d’imitation ».

162D’autre part, la grève sécrète son double : la crainte de la grève, puissant instrument de dissuasion qui infléchit l’attitude du patronat. En période d’expansion, pour désarmer une offensive qui s’amorce et dont il redoute les conséquences, le patronat peut hausser « spontanément » les rémunérations.

163En temps de récession, en prévision d’une résistance dont il a éprouvé les risques, le patronat hésite à réduire les salaires et cherche d’autres moyens de défense du profit. Dans l’opinion, l’idée est, désormais, à peu près admise qu’ « on ne baisse pas un taux de salaire ». Beau succès, à mettre au compte du refus des travailleurs.

164L’action, défensive et offensive, de la grève sur le salaire, et, de façon générale sur la condition ouvrière, est donc largement positive. Dès la fin du 19e siècle, les économistes libéraux (par exemple Paul Leroy-Beaulieu) admettaient son influence que les contemporains (cf. Hicks, Theory of Wages, et, plus près de nous, Tiano, Lhomme, etc.) ont pleinement incorporée à leur théorie du salaire.

165Du même coup, c’est toute l’attitude des partenaires sociaux qui se trouve modifiée. Et singulièrement, celle du patronat, obligé de compter et d’escompter, de limiter son arbitraire, de rationaliser, d’accroître sa productivité. La grève, comme la guerre ou la crise, est un facteur d’innovation et de croissance, à la fois par le pouvoir d’achat qu’elle crée, et par la recherche qu’elle impose. En réduisant les aises du profit, elle transforme le capitalisme lui-même. Les pays socialistes ont grand tort de ne pas l’admettre : ils se privent d’un puissant aiguillon.

166Si l’influence de la grève ne se limite pas au cadre parcellaire de l’entreprise privée, elle ne se borne pas non plus au cercle des relations industrielles. Par les canaux de l’administration et du parlement, elle atteint l’Etat tout entier et le pousse à s’amender. En 1880-1882, pour ne citer qu’un exemple, certains préfets des départements les plus touchés par les coalitions, déplorent le régime de tolérance où sont laissées les associations et souhaitent une situation légale plus claire ; ils voient dans le groupement une garantie de paix sociale. Lors des conflits les plus frappants — en 1882 (grève de Bessèges), 1884 (Anzin), 1885 (Château-Regnault), 1886 (Decazeville, Vierzon), 1890 — de grands débats à la Chambre posent le problème de la condition ouvrière et de l’arbitraire patronal, notamment en matière politique et syndicale. Des radicaux, qui se refusent à mettre en cause le système capitaliste dans son ensemble, profitent cependant des grèves minières — les plus spectaculaires, celles qui passionnent l’opinion — pour attaquer le monopole des compagnies, rappeler la propriété de l’Etat sur le sous-sol et soulever la question des nationalisations.

  • 266 Le Cri du Peuple, 1er octobre 1886.
  • 267 1905, p. 145.

167De plus en plus nombreux sont les hommes d’Etat qui, conscients du péril social, préconisent des réformes. « Il faut que la République étudie les moyens de rendre moins précaire le sort des ouvriers, et faire cesser cet antagonisme qui éclate sur beaucoup de points, antagonisme qui n’est autre chose que le sentiment inconscient mais profond d’un problème non encore résolu », déclare Freycinet à Toulouse en 1886266. « Par la force seule nous ne nous sauverons pas », écrit un peu plus tard Charles Benoist267. Après 1830, nul n’oserait plus soutenir qu’il n’y a pas de question sociale ! Certaines lois sont directement issues d’une poussée revendicative. La loi de 1884 sur les syndicats est fille des grandes coalitions de 1878-1880 qui ont achevé de persuader les républicains de la nécessité de l’association. L’agitation minière, si vive en 1890, a hâté la loi sur la sécurité dans les houillères et sur les délégués mineurs. La loi organisant la conciliation et l’arbitrage des conflits du travail (1892) s’est mûrie à la chaleur du 1er Mai 1890. Le bilan législatif de cette période demeure pourtant modeste, perpétuellement freiné par le poids des ruraux, maîtres du Sénat, voire de la République. Mais le processus est amorcé qui porte, à terme, la mort du libéralisme.

  • 268 La préparation d’un film sur l’histoire du syndicalisme m’a familiarisée avec une iconographie abon (...)
  • 269 Cité par M. Le Bot, 1967.
  • 270 Le Gaulois, 11 mai 1880 ; l’article figure en tête de la première page. Il est écrit en pleine grèv (...)
  • 271 Titre d’une exposition tenue au musée Galliéra en janvier 1971.

168Par leurs brusques éclats, dont l’habitude n’entame pas encore l’impact, les grèves imposent la vue de l’ouvrier à une société qui ne demandait qu’à oublier le mal d’industrialisation. En dépit de fortes réticences, sa silhouette inquiétante s’insinue dans les représentations artistiques et littéraires268. Les années 80 marquent à cet égard une importante trouée. Huysmans, à l’issue du Salon des Indépendants (1880), exhorte à promouvoir « un naturalisme épique », prenant pour sujet « l’imposante grandeur des belles usines »269. En 1889, Maximilien Luce fonde un Club d’art social regroupant de nombreux artistes engagés : Pissaro, Meunier, Signac, Van Rysselbergh, Valloton, etc. Leurs réalisations se cantonnent à des genres relativement mineurs — gravure, dessin, affiche, caricature... — mais de grande diffusion. Dans les Salons, quelques tableaux montrent la pénétration du monde du travail au sein des paisibles scènes de genre ou d’histoire : ainsi en 1880, le tableau de Roll, intitulé « La grève des mineurs » dont le commentateur du Gaulois, Robert Mitchell, écrit : « il marque une époque et fixe une date... C’est le grand épisode de nos annales contemporaines ; on le retrouve chaque année plus grandiose et lugubre. C’est le chômage, la misère, le désespoir ; demain, peut-être ce sera la révolte et la guerre civile »270. Toutefois, la peinture — celle des impressionnistes comme celle des « esthètes et magiciens » de la fin du siècle271, demeure, dans l’ensemble, hermétique à l’industrie, laide par définition selon les canons ruskiniens, et vouée à la campagne.

  • 272 Goncourt, Germinie Lacerteux, 1864, préface. Sur cette célèbre préface, cf. le commentaire critique (...)

169La littérature est infiniment plus perméable. L’image de l’ouvrier moderne émerge, peu à peu, des « basses classes », ce « monde sous un monde »272, où elle était voilée par celles de l’artisan, témoin nostalgique d’un autre âge, de l’escarpe, dangereux rôdeur de barrières, et du domestique. Dans cette lente percée, la grève joue un rôle dont la genèse de Germinal, histoire d’une grève, fournit un bel exemple. L’agitation sociale de la fin du Second Empire avait conduit Zola à prévoir dans les Rougon-Marquart un roman « ouvrier ». La Commune l’incite à doubler la description de la condition du prolétaire de celle de sa révolte. Mais l’ouvrier parisien, si particulier dans son « sublimisme », lui masque longtemps le nouveau monde du travail. Les grandes grèves de 1878-1880, et notamment celle d’Anzin (1878) qu’il connaissait par les reportages de son confrère au Voltaire, Yves Guyot, achèvent de lui révéler l’existence de la grande industrie. Il la choisit dès lors comme cadre de son livre, pour lequel la grève d’Anzin de 1884 fournira de nouveaux et nombreux éléments.

170Symptômes du vaste ébranlement que la grève impose à la société tout entière, et que j’aurais voulu décrire dans toute son éteendue. Ces coups de boutoir répétés font craquer l’édifice et suggèrent sa fragilité. Ils contribuent à alimenter le pessimisme des classes dirigeantes, leur croyance en « la fin d’un monde », envers de l’espérance révolutionnaire des ouvriers. Ce pessimisme favorise le renouveau des idéologies réactionnaires, mais aussi le développement d’un tiers-parti social, partisan de la transaction, qui a changé le style, sinon la nature, des rapports sociaux dans les sociétés occidentales. Dans cette transformation décisive, la grève, forme éclatante de la pression ouvrière, a d’évidentes responsabilités.

171Action des ouvriers pour changer leur destin, la grève a été à la fois efficace et limitée. Plus que des bouleversements, elle a introduit des modifications qui ont, à leur tour, influé sur le mouvement ouvrier. A la veille de la première guerre mondiale, de fortes tendances réformistes s’y affirment, et le sentiment de beaucoup d’observateurs est d’une évolution vers un syndicalisme à l’anglaise.

172L’événement allait — apparemment ? provisoirement ? — déjouer ce pronostic, par une de ces irruptions du « hasard » dans la trame des nécessités, moteur, peut-être, de toute évolution, même biologique, en tout cas, obstacle redoutable à l’horizon des sciences sociales.

Notes

1 Cf. notamment, fig. 5.

2 A l’évidence, ce sont les petits conflits de faible ampleur et de peu de durée dont on ignore l’issue.

3 A condition, bien entendu, que cette concession ne soit pas annulée par une compensation qui l’annihile. En effet, bien des transactions sont piégées. Je me suis efforcée d’apprécier qualitativement chacune d’elles autant que le permettaient 1er documents.

4 Cf. Congrès de la C.G.T., 1963.

5 Cf. annexes XI, pour 663 grèves où il y a eu négociations, on aboutit à 307 transactions, soit 53 %.

6 A ce sujet, cf. Ch. Picquenard, 1909, p. 176 notamment. Il cite un fonctionnaire de la statistique allemande qui écrit, en 1906 : « Il est... indispensable, si l’on veut avoir une idée claire des combats économiques menés par les syndicats et de leurs résultats, de donner un exposé d’ensemble qui comprenne à la fois les mouvements des salaires, les grèves et les lock-outs. »

7 Cf. les recherches entreprises à ce sujet sous la direction de M. P. Vilar et sous celle de M. J. Bouvier.

8 Cf. par exemple, A. Touraine, 1966.

9 Arch. nat., C 3018, regroupe les réponses de la région de l’Est; pour la Meurtheet-Moselle, douze réponses dont les plus intéressantes sont celles de la cristallerie Baccarat et de Roechling et Cle (hauts fourneaux de Pont-à-Mousson). La cristallerie garantit un salaire de 3,50 F pour les hommes, 1,65 F pour les femmes, 0,85 F pour les enfants, pour dix heures de travail. Les institutions existantes sont organisées de façon libérale : pas de coopérative : « la cristallerie a toujours été opposée à ces institutions qui nuisent au libre commerce d’une petite ville » ; la caisse de secours est administrée en majeure partie par les ouvriers élus au scrutin secret ; la direction de la cristallerie y est minoritaire. En cas de maladie, on verse la moitié du salaire et l’assistance médicale est gratuite ; retraite à partir de cinquante ans, variant de 240 à 600 F par an. Il faut, dit le rapporteur, « être bienveillant, paternel, sans exclure une certaine sévérité, à la condition de punir sans colère et sans jamais humilier l’ouvrier ».

10 Il s’agit d’Eugène Schneider II, fils du fondateur.

11 J. Huret, 1897, p. 24 et sq.

12 Arch. nat., F 7 12526, dossier relatif à Montceau-les-Mines, pièce 680, la situation au Creusot, préf.-min. de l’Int., 30 août 1882.

13 J. Huret, 1897, p. 16.

14 Ibid., P. 43.

15 Numéro du 13 janvier 1878. Bien qu’il n’y ait aucune liste d’opposition, les trois bureaux de vote sont présidés par des cadres de l’usine ; au premier, siège Henri lui-même. « Le distributeur de bulletins en livrée ou tenue spéciale des garçons de bureau de la direction de l’usine, aux initiales S.C., était placé à la porte de la mairie intérieurement... ; les deux autres, toujours en livrée, se tenaient à l’extérieur. A côté de chaque distributeur, il y avait un factionnaire habillé en pompier, des employés et des gardes de l’usine, sans compter d’autres personnes qui étaient là en observation. »

16 Arch. dép. Saône-et-Loire, 194 M 23, com. spéc. pol.-s.-préf. d’Autun, 21 novembre 1882.

17 Ibid., 9 novembre 1882.

18 1967.

19 Arch. nat., F 7 12526, pièce 727, préf.-min., 13 novembre 1882 : en transmettant ces renseignements au ministre, le préfet déplore ces renvois, mais ajoute qu’il n’y peut rien : « M. Le Directeur... étant de toute évidence libre de prendre à l’égard de son personnel, telles mesures, qu’il juge opportunes. ». Cf. aussi, Arch. dép. Saône-et-Loire, 194 M 23, rapport du com. spéc.

20 J. Huret, 1897, p. 41.

21 Des indices de mécontentement et d’agitation sont pourtant décelables : inscriptions vengeresses, placards clandestins, bruits inquiétants, enfin émigration des meilleurs ouvriers : Le Petit Lyonnais, 7 mars 1878, fait état de quinze départs par jour vers « les grandes usines de l’Europe et même d’Amérique », lors de la première grève de Montceau.

22 T. IV : Résultats généraux, p. 21 : la moitié des ouvriers touchés par l’enquête sont assurés contre les accidents par les caisses de secours des établissements. Par contre seulement 2 à 3 % de ces établissements possèdent des caisses de secours et de retraite.

23 Arch. dép. Nord, M 619/5, pièce 147.

24 Ibid., M 629/9, pièce 76, com. pol. Anzin-s.-préf. Valenciennes, 17 octobre 1879 : « Quant aux ouvriers qui participeraient aux réunions socialistes tenues dans le Borinage, un pointage sévère va être exercé aux mines d’Anzin à partir de lundi prochain pour connaître les manquants s’il y en a et les interroger sur leur absence. »

25 Arch. nat., F 12, 4661, rapport gendarmerie, 9 juin 1885. On s’attendait à une grève générale tant les salaires sont bas et la mauvaise foi des patrons notoire ; les abus des contremaîtres tenant boutique ajoutent encore au mécontentement.

26 Arch. préf. pol., B A 170, pièce 90, mai 1888.

27 Arch. nat., F 12 4660, préf.-min., 12 août 1880.

28 Dont les ouvriers réclament le départ.

29 Arch. préf. pol., B A 175, pièce 329, rapport de police, 3 juin 1887.

30 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1871-1877, com. pol., 30 juillet 1875.

31 A.P.O., t. II, p. 134.

32 Arch. préf. pol., B A 167.

33 Ci-dessus, première partie.

34 Le Rappel, 15 mai 1881.

35 Arch. dép. Nord, M 626/18, pièce 523, rapport com. spéc., 21 octobre 1889. Quoique non adhérente au syndicat, la Compagnie d’Anzin imite cette mesure. La grève est ainsi évitée, sauf à L’Escarpelle, où le directeur, Brun, plus obstiné, se refuse à cette concession.

36 1880, p. 399 ; repris par P. Pic, 1902, p. 179.

37 1909, p. 182. Picquenard ajoute judicieusement : « Mais il ne faut pas oublier que cette crainte n’est vraiment efficace que si les ouvriers se montrent capables, le cas échéant, de soutenir des grèves effectives de quelque durée. »

38 Exemple : En 1889, les mineurs du Pas-de-Calais ayant d’abord envoyé des mandataires choisis parmi les jeunes gens de 20 à 25 ans, se voient demander par la Compagnie de désigner cinq délégués par fosse « parmi les plus influents » et choisis par l’intermédiaire des potions.

39 Nombreux exemples : Arch. dép. Nord, M 627/2, pièce 166 : les patrons métallurgistes de Lille ne veulent avoir affaire qu’aux plus anciens ouvriers ; Arch. nat., F 12 4666, préf.-min., 11 octobre 1881 : les maîtres teinturiers de Villefranche refusent de parlementer avec la commission de la grève ; ils demandent une délégation formée des six ouvriers les plus anciens de chaque atelier.

40 Arch. nat., C 3020, Seine-Inférieure, réponse d’un ouvrier indienneur de Darnétal : « Le patron augmentait le salaire spontanément et sur la demande de ses ouvriers qui déléguaient les anciens pour faire la demande. »

41 Arch. dép. Marne, 194 M 11, lettre du 25 mai 1880.

42 Arch. préf. pol., B A 182, pièce 4, rapport de police, 29 décembre 1882.

43 Arch. dép. Loire, 92 M 19, pièce 60, s.-préf.-préf., 1er mars 1882.

44 Selon le récit fort circonstancié de l’ingénieur des mines, Laur, Arch. dép. Aveyron série U, dossier d’instruction.

45 Cité par L’Intransigeant, 23 décembre 1881.

46 Arch. dép. Nord, M 626/8, pièce 185, récit du sous-préfet : « M. Schneider dans un excellent et énergique langage leur a exposé tout ce que leur conduite avait de blâmable et leurs réclamations de peu sérieux. Son langage a produit un grand effet sur les ouvriers... J’ai alors insisté auprès des ouvriers en leur démontrant qu’ils avaient tout à perdre à continuer la grève... Je ne leur ai pas laissé ignorer que tout désordre serait énergiquement réprimé. »

47 Arch. dép. Loire, 92 M 19, pièces 95-101, procès-verbaux détaillés des entrevues des 9 et 10 mars 1882 entre les deux parties du tissage roannais.

48 Annales françaises de la sellerie civile et militaire, de la carrosserie, de la bourrèlerie, 1-15 juin 1883, organe patronal. L’auteur de l’article pense qu’il faut dépassionner le débat ; les ouvriers ont le droit de chercher à élever leur salaire et les patrons, celui de-résister. Il se prononce pour des grèves plus fréquentes, mais plus organisées, « venant à jour fixe ».

49 Journal de Saint-Quentin, 21 juin 1872, à propos de la grève des tisseurs de Bohain. L’auteur écrit qu’il faut prendre l’habitude des conflits, c’est sain.

50 Le Soir.

51 Sur l’attitude du patronat minier, cf. F. Simiand, 1907.

52 Cf. première partie, notamment sur l’origine politique des grèves de 1878, p. 198 et 368.

53 M. Petitjean, directeur des mines, ayant échoué aux dernières élections municipales, ainsi que plusieurs ingénieurs et hauts fonctionnaires de son administration, aurait déclaré qu’il saurait bien faire repentir les ouvriers de n’avoir pas voté pour lui et ses agents. »

54 Arch. préf. pol., B A 185, rapport de police, 2 mars 1878, et préf. 11 mars : « Chagot ne peut pardonner aux populations les élections des conseillers municipaux républicains de Montceau et des environs. »

55 La Gazette des Tribunaux.

56 Arch. préf. pol., B A 186, pièce 23, rapport de police, 29 juin 1878.

57 Ou religieuse, les deux faits étant naturellement très liés. Les troubles de Montceau, en 1882, fournissent l’exemple d’une révolte contre le système politico-clérical de la compagnie incarnée par Chagot.

58 Cf. R. Priouret, 1963.

59 A ce sujet, cf. P. Guillaume, 1966, p. 116-119. Il montre à propos de la compagnie des mines de la Loire, la dégradation du sort des ingénieurs dès le milieu du 19e siècle, l’ouverture de l’éventail de leurs traitements, la diminution de leurs pouvoirs et de leur initiative constamment contrôlée et souvent blâmée par la direction. « La Compagnie tend donc à ne faire de l’ingénieur qu’un technicien, simple agent d’exécution et de surveillance. » L’évolution a sans doute été comparable ailleurs.

60 Arch. nat., F 12 4655, préf.-com., 4 juillet 1879, parle du « caractère difficile, des procédés autoritaires..., du manque de tact de plusieurs agents supérieurs de la Compagnie, notamment du Secrétaire général, M. Villard. Le directeur, M. Chagot, bien que notoirement connu pour appartenir au parti bonapartiste, est moins impopulaire personnellement que ses agents ».

61 Arch. dép. Tarn, IV M2 68, pièce 83, préf. (Léon Bourgeois) — min. de l’Int. (Waldeck-Rousseau), 16 février 1883, raconte comment Fayol a repoussé successivement toutes les propositions ouvrières, sous des prétextes divers. Finalement, il menace d’avoir recours à des ouvriers étrangers « pour se procurer une réserve de charbon suffisante afin d’être à même de les (les mineurs) faire chômer huit jours chaque mois. Il les aurait informés en même temps que l’administration était décidée à ne jamais entrer en pourparlers avec les ouvriers en les avisant que si elle fermait la porte des puits, elle ne l’ouvrirait que quand les ouvriers se rendraient à discrétion ».

62 Ibid., pièce 18, lettre du 18 février 1883, où les délégués affirment, au nom des ouvriers, leur désir de calme et d’ordre; pièce 51, lettre du 3 mars : « Il faudrait que M. le Directeur use à la reprise des travaux de toute son autorité pour mettre fin au scandale provenant du favoritisme... »

63 Ibid., com. spéc.-préf., 16 février 1883.

64 Cf. ci-dessus, deuxième partie, étude des conflits avec les cadres. Je m’attache plutôt ici à montrer le rôle propre des ingénieurs dans la résistance à la revendication ouvrière.

65 Sur les ingénieurs des mines, on attend la thèse d’André Thépot. Les rapports des ingénieurs des mines, qui figurent aux dossiers des grèves, révèlent des hommes compétents, souvent critiques à l’égard de la gestion des compagnies.

66 Arch. dép. Creuse, M 0170, affiche datée du 3 mars 1876.

67 Arch. dép. Maine-et-Loire, 71 M 2, pièce 71.

68 Arch. dép. Saône-et-Loire, 194 M 18, rap. ing. des mines, 16 février 1878 et 18 février.

69 Arch. dép. Nord, M 626/18, pièce 432, 5 novembre 1889, et pièce 460, s.-préf.préf., 14 novembre 1889.

70 Arch. préf pol., B A 186, pièce 27, rapport agent au préf. pol., envoyé sur place à l’occasion de la grève de Nœux, si durement réprimée, 14 juin 1877.

71 Arch. nat., F 12 4665, préf.-min., 6 novembre 1889.

72 E. Charton, 1880.

73 Arch. nat., C 3021, Gard, réponse à l’Enquête de 1872.

74 R. Trempé, 1963.

75 Arch. préf. pol., B A 186, pièce 9.

76 Arch. nat., F 12 4663, Saône-et-Loire.

77 Arch. dép. Cher, M 23, rapport de gendarmerie, 4 août 1886.

78 Arch. préf. pol., B A 186, pièce 176, dépêche du correspondant du Gaulois, 28 février. Le placard, apposé le 1e r mars et signé Léon Say, soulève un grand émoi : « L’opinion est tout entière contre les administrateurs qui ne veulent faire aucune concession » (pièce 182). Le préfet écrit à Raoul Duval que le gouvernement désapprouve et décline toute responsabilité.

79 Ibid., pièce 206.

80 Ibid., B A 187, pièce 465.

81 Il y songeait depuis le début d’avril et ses fils l’y poussaient.

82 Sur la dureté des conseils d’administration, cf. aussi P. Guillaume, 1966, p. 154, 155 : G. Delahante, directeur de la Compagnie des mines de la Loire, pourtant fort autoritaire, s’oppose au renvoi des ouvriers en surnombre ; il est battu. « Cette différence des attitudes de ceux qui vivaient au contact des ouvriers et de ceux qui ne les connaissaient pas est un signe de cette dépersonnalisation que l’on a souvent reprochée aux grandes sociétés capitalistes ».

83 Annuaire des mines et de la métallurgie françaises, 1878-1879, p. 411-412 : article anonyme qui, après avoir exposé la crise que subit la métallurgie, préconise un certain nombre d’innovations techniques pour économiser la matière : « C’est dans cette voie que l’industrie doit entrer et non dans celle si déplorable des abaissements de salaire... La paye des ouvriers doit croître pour compenser l’avilissement de la valeur de l’argent. La solution des grèves se trouve entre les mains des ingénieurs ».

84 Sur le contrat de travail dans la métallurgie, cf. Ch. Benoist, 1905, p. 308.

85 Arch. dép. Nord, M 625/56, pièce 51, com. pol., 15 juin 1887.

86 En 1888, ils tentent de faire pression sur les peigneuses en grève par leurs maris et leurs pères, les engageant, « sous peine de renvoi, à inviter leurs femmes et leurs filles à reprendre leur travail ». Vexés de leur fin de non-recevoir, ces industriels font remettre aux travailleurs leurs livrets par les prud’hommes : « En face de leur refus de reprendre leur travail, nous avons décidé de rompre toute relation avec ces ouvriers indociles, et nous les considérons comme ne faisant plus partie de notre personnel » : cf. Arch. nat., F 12 4664, préf.-min., 1er septembre 1888.

87 En 1890, le contremaître Hartmann, tête de turc de La Défense des Travailleurs, oblige les tisseurs à se fournir à son épicerie et les brime s’ils ne le font pas. La plupart des rapports insistent sur la brutalité, l’arrogance du personnel de cette maison, le patron donnant l’exemple.

88 Il est difficile de discerner, à Roubaix, l’action particulière d’une fabrique. Notons seulement six grèves, en vingt ans, chez Wibaux-Florin, presque toutes contre des réductions de salaire ou contre les cadres, très sévères.

89 26 mai 1880. Lors des grandes grèves de mai, Le Temps consacre une enquête fort intéressante à l’industrie roubaisienne. Il insiste sur le rôle novateur et progressif des grandes maisons, les petites cherchant à se rattraper sur les salaires.

90 Tout cela décrit et analysé dans C. Fohlen, 1956.

91 Atch. dép. Orne, série M, Grèves 1870-1900, maire-s.-préf., 23 août 1880.

92 Ibid., 24 février 1888.

93 Frémont attaque dans Le Journal de Domfront (exemple : 5 septembre 1880). En 1888, l’adjoint, Deschamps, défend dans Le Foyer républicain et dans Le Patriote normand l’idée d’un syndicat ouvrier.

94 Arch. dép. Orne, série M, Grèves, divers rapports du préf. et s.-préf.

95 Arch. dép. Maine-et-Loire, 71 M 2, pièce 13, Grève de 1888.

96 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1890, préf.-min., 14 octobre 1889. L’âme de la résistance est la maison Ville, mécanisée, ayant plus de quatre cents salariés ; ceux qui cèdent : les manufacturiers n’occupant guère qu’une centaine d’ouvriers sur un outillage à la main.

97 Arch. préf. pol., B A 182, pièce 8, rapport de police, 26 octobre 1882.

98 Arch. nat., F 12 4667, préf.-min., 9 juillet 1890.

99 Arch. préf. pol., B A 181, pièce 34, rapport de police, 21 octobre 1881.

100 Arch. dép. Loire, 92 M 29, s.-préf.-préf., 22 mars 1889 : « ainsi par réciprocité de bonne confraternité, les patrons de Thizy avaient-ils fait annoncer aux grévistes de Roanne l’envoi prochain de secours de grève considérables ».

101 Arch. dép. Nord, M 625/58, pièces 111 et 263.

102 1963, p. 236.

103 Arch. dép. Isère, 166 M 1, lettre au préfet, 29 janvier 1876.

104 Arch. préf. pol., B A 175, rapport de police, 4 avril 1884. Notons, au passage, ce fait symptomatique de la psychologie ouvrière : bien que Debert, conseiller municipal, se donne pour républicain, « il passe parmi ses ouvriers pour un royaliste ennemi des ouvriers ».

105 Arch. dép. Gard, 14 M 447, télégramme s.-préf.-préf., 20 février 1882.

106 Arch. dép. Maine-et-Loire, 71 M 2, pièce 334, com. central-préf., 31 juillet 1890.

107 Arch. dép. Haute-Garonne, M 186, pièces 60-71 (juillet 1885).

108 Arch. dép. Loire, 92 M 17, pièce 86 : l’incident se produit au moment de la paie ; l’employé qui a tiré a pris peur devant le mécontentement des ouvriers.

109 Arch. nat., F 12 4662, incidents du 7 mai 1886.

110 L’Intransigeant, 1er novembre 1882, article de B. Malon.

111 Arch. dép. Creuse, M 0170, affiche du 3 mars 1876, signée J. Palotte : « Nous avons une concurrence terrible à soutenir contre les Anglais : cette concurrence, nous la soutenons à nos frais ».

112 Exemple de placards de ce type : Arch. nat., F 12 4665, Somme, circulaire Cocquel, Amiens, 1879 ; ibid., signé Jullien, 15 février 1879, dénonçant le bon marché anglais lié aux bas salaires et annonçant une diminution de 10 %, en attendant qu’on révise les traités de commerce, etc.

113 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1871-1872. Ce patron, très soucieux d’expliquer, adresse trois lettres imprimées sucessives à ses ouvriers.

114 Arch. dép. Gard, 14 M 447, rapport ing. des mines, 28 février 1882.

115 Le Républicain de l’Isère, 14 février 1884.

116 « Lorsque des grèves comme celles de la Grand’Combe ou de Bessèges se produisent, il est de la plus haute importance de les refréner le plus rapidement possible, sans quoi le bassin du Gard qui est en bonne voie de prospérité serait exposé à voir cette prospérité décroître graduellement », conclut le rapport cité, Arch. dép. Gard, 14 M 447.

117 A ce sujet, cf. C. Fohlen, 1956, p. 410 et sq. et aussi R. Priouret, 1963, p. 165 et 186. Sur les campagnes anti-libre-échangistes de 1878-1879, cf. Arch. nat., F 12 4654, Vosges; 4665, Orne; L’Egalité 19 mai 1878, Le Rappel, 30 mars 1879, sur le mouvement à Rouen ; Le Journal de Saint-Quentin, 16 mai 1879, relate qu’une pétition des ouvriers lillois de toutes professions, mais notamment du textile, pour le relèvement des tarifs, a recueilli 25 000 signatures ; elle a été portée par une délégation ouvrière au Sénat et à la Chambre; Le Rappel, 15, 16 et 18 mai 1878, raconte cette délégation qui a fait état « du complet accord des ouvriers avec leurs patrons ». Il semble que le mouvement ait revêtu une certaine ampleur. Notons, par contre, combien les ouvriers se montreront hostiles au relèvement des droits sur les blés ; dans les années 1887, nombreux meetings contre « le pain cher » avec la participation de militants socialistes.

118 Arch. dép. Nord, M 626/13, pièce 116.

119 Arch. préf. pol., B A 186, pièce 26, envoyé spécial, 15 juin 1877.

120 Le Radical, 14 juin 1877.

121 Arch. nat., F 12 4662.

122 Le Petit Lyonnais, 14 février 1884.

123 A Decazeville, la compagnie fait distribuer gratuitement le journal conservateur L’Aveyronnais dans tous les établissements publics. Le 3 mars 1886, on peut y lire un article : « Quelle est l’origine de la grève » ? où est développé la thèse classique du complot.

124 Arch. préf. pol., B A 186, dépêche de Furet au Radical (6 mars), de Roche à l’Intransigeant (9 mars).

125 Le Cri du Peuple, 28 septembre 1887.

126 Le Temps, 23 mai 1880 : lors de la grève du textile de 1880, à Roubaix, sur 27 000 métiers existants, 15 000 métiers à la main n’ont pas cessé. Le journal explique l’abstention du tisserand par sa relative liberté (horaires), son isolement qui le soustrait « aux influences pernicieuses des agitateurs socialistes » ; il omet de parler des salaires faméliques de ces travailleurs.

127 Exemple : Le Cri du Peuple, 16 mai 1887 : la chambre syndicale des tréfileurs de Creil annonce que les contremaîtres de l’usine sont allés en Belgique et dans l’Aube pour recruter des ouvriers ; elle adjure ceux-ci de ne pas répondre et elle y parvient. De même à Vienne, en 1879, les travailleurs italiens réussissent à empêcher la venue de compatriotes piémontais.

128 Exemple : Arch. préf. pol., B A 177, pièce 130 : 15 mécaniciens recrutés par Hotchkiss (Saint-Denis) à Saint-Etienne se rangent dès le lendemain de leur arrivée aux côtés des grévistes. Mais il y a aussi des échecs : cf. F 12 4664, préf. Somme.-min., 18 septembre 1888 : la chambre syndicale des fileurs d’Amiens ne parvient pas à faire repartir les Rémois embauchés par David et Huot, même en leur proposant de leur payer leurs frais de voyage.

129 Japy, de Montbéliard, sera le créateur des syndicats « jaunes ».

130 Les porcelainiers de Limoges (1873) prévoient 10 000 F d’amendes; les patrons du meuble sculpté parisiens (1882), 200 F pour quiconque emploiera des grévistes.

131 Arch. préf. pol., B A 173 : ainsi chez les tailleurs parisiens en 1889; chez les mégissiers, Le Citoyen, 31 août 1882.

132 Arch. nat., F 12 4663 et Arch. préf. pol., B A 168, pièce 170 : les fonds montent rapidement à deux millions et sont déposés à la banque.

133 Arch. dép. Nord, M 619/5, préf.-min., 29 octobre 1882. La caisse compte rapidement 1 million et on en espère plusieurs. En 1881, la chambre syndicale des entrepreneurs de charpente (96 patrons sur 140 à Paris) réunit 700 000 F (Le Temps, 21 septembre 1881).

134 Sur le lock-out, cf. Le droit de grève, Paris, Alcan, 1909, p. 139 et sq. ; P. Pic, 1902 ; H. Sinay, 1966, p. 323 et sq.

135 Arch. nat., F 12 4663, préf. pol., 3 novembre 1880 : le préfet de police fait état d’une démarche des entrepreneurs de l’ébénisterie, anxieux de savoir si la « contre-grève » (sic) qu’ils envisagent est légale. Il leur est répondu que l’administration n’a pas à intervenir. En 1882, les mêmes patrons n’hésiteront plus.

136 31 août 1882, éditorial de H. Brissac. Dans un numéro antérieur (22 septembre 1880), le même journal éprouvait le besoin de traduire : « cette grève de patrons, appelée lock-out en Angleterre ». En 1887, Libert, militant du Cher, parlant de la fermeture des fabriques de porcelaines de Mehun, écrit locke-out (cf. Le Cri du Peuple, 21 janvier 1887).

137 Le Cri du Peuple, 29 novembre 1883.

138 Cf. H. Sinay, 1966, p. 333, 337, qui remarque que le lock-out est employé contre les grèves tournantes, les conflits surprise, les nouvelles formes de grève.

139 Nombreux exemples : couverturiers de Cours, en 1875 ; à l’issue d’un lockout pourtant exceptionnellement long (14-VIII/20-IX), le jour de la réouverture, aucun des 3 000 ouvriers ne rentre. Même chose chez les gantiers de Millau en 1876. A Fives-Lille, l’usine (2 000 ouvriers) ferme du 5 au 26 juillet 1881 ; le jour de la reprise, 53 rentrées, uniquement des manœuvres; le 31 juillet la direction cède.

140 Ainsi, chez les teinturiers de Villefranche, 800 grévistes avant le lock-out, 1 200 après (1881). A Roanne, en dépit d’un lock-out d’un mois (8 février-7 mars 1882), personne ne rentre ; au contraire, les gareurs, qui n’étaient pas initialement concernés, proclament leur solidarité (Arch. dép. Loire, 92 M 19, pièces 106 et 107).

141 Arch. dép. Aveyron, 52 M 1, tract imprimé des gantiers de Millau, daté du 24 août 1876, et reproduisant les « résolutions prises en assemblée générale. Cette mesure (le lock-out) « révèle une méchanceté que rien ne saurait excuser ; elle aurait pour résultat, si elle était mise à exécution, de créer entre le patron et l’ouvrier, une haine dont on ne verrait jamais la fin, d’appeler des représailles et de jeter l’industrie dans un désarroi permanent ».

142 22 septembre 1880.

143 25 septembre 1880. Cf. encore, Le Petit Provençal, 7 juillet 1883, à propos de la fermeture des huileries marseillaises : « C’est la première fois, croyons-nous, que les patrons réunis décident qu’ils préfèrent fermer leur usine plutôt que d’adhérer à l’augmentation de salaire réclamée par les ouvriers ». Dans La Justice, juillet 1888, article véhément de Millerand flétrissant « la coalition patronale » des menuisiers de Bordeaux.

144 En ce sens, l’article de La Lanterne, 29 octobre 1882, sur le lock-out du faubourg Saint-Antoine : « en voulant entraîner les petits fabricants dans leurs machinations contre l’ouvrier et les obliger à fermer leurs ateliers, les grandes maisons n’ont qu’un but : réaliser de beaux bénéfices en augmentant comme en 1880 de 20 % le prix de leurs marchandises en magasins, et se moquer du reste ».

145 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1871-1877, rapport de gendarmerie, 13 août 1875, à propos du lock-out des fabriques de couvertures de Cours. Le sous-préfet abonde dans ce sens en soulignant que ces brimés sont maintenant les grévistes les plus acharnés.

146 A ce sujet, d’importants débats de presse ont marqué les lock-outs des ébénistes, des tailleurs, des verriers, à Paris. Abondantes coupures de presse dans les dossiers correspondants aux Arch. préf. pol.

147 Selon la définition de P. Pic, 1902, p. 174-176 : « Le lock-out est, en somme, la contrepartie de la grève et puise sa justification dans des considérations identiques ».

148 H. Sinay, 1966, p. 348. Le droit allemand au contraire admet la définition de P. Pic.

149 Le syndicat a pour origine le « comité de défense » patronal formé durant la grève de mai 1880, il dépose ses statuts le 12 août 1880.

150 Arch. dép. Nord, M 619/6, pièce 15.

151 Défense des Travailleurs, 7 septembre 1884, annonce la formation d’un syndicat patronal de l’industrie cotonnière de l’Est pour défendre les prix et lutter contre la revendication ouvrière.

152 Arch. dép. Loire-Inférieure, 1 M 2309, com. pol.-préf., 13 avril 1882 : « Les patrons ont décidé qu’en cas de grève, ils se soutiendraient tous et que les ateliers seraient fermés pour tous les ouvriers de la Métallurgie, dès qu’une branche se rattachant à cette partie se mettrait en grève » : à propos du syndicat patronal de la métallurgie de Nantes, formé à l’issue d’une grève.

153 Arch. dép. Maine-et-Loire, 71 M 2, statuts (décembre 1887). Connu, cet article soulève l’indignation ouvrière. Chérion, responsable du syndicat ouvrier, se rend à Paris pour le dénoncer à la presse et obtenir l’intervention parlementaire. Si de telles mises à l’index sont effectivement fréquentes, elles s’inscrivent rarement dans les statuts.

154 Arch. nat., F 12 4667, préf.-min., 22 octobre 1890 : le préfet rapporte, en le confirmant, le récit du commissaire central relatif à une conversation avec le maire des Ponts-de-Cé : « M. Boutton me fit connaître qu’il faisait partie du conseil d’administration de diverses ardoisières où il avait un assez grand nombre d’actions ; il ajoute que toutes les sociétés allaient fusionner entre elles, de façon à pouvoir éliminer certains ouvriers qui ne se plaisent que dans le désordre, en fomentant des grèves. Alors, la fusion étant faite, un individu chassé d’une carrière ne pourra se représenter dans une autre, où il ne sera pas embauché. Quant aux honnêtes ouvriers, on se les attachera en augmentant les salaires ».

155 De la démocratie en Amérique, t. I, p. 198, in Œuvres complètes, Paris, Gallimard.

156 A ce sujet, cf. R. Priouret, 1963, qui montre la priorité des préoccupations commerciales et, notamment, de la lutte continue pour un régime douanier satisfaisant.

157 Arch. dép. Nord, M 617/1, pièce 1 : « Instructions aux maires sur la conduire à tenir en cas de grève ».

158 Ibid., pièce 3, 9 septembre 1852.

159 Débats parlementaires, 10 mars 1882, p. 259-277, interpellation de Lanessan sur l’intervention des troupes à Bessèges ; réponse du ministre de l’Intérieur, René Goblet : « Nous sommes un gouvernement libéral. Mais, si je ne me trompe, il n’y a pas de liberté sans ordre... Dans ce pays, c’est le désordre matériel qui a toujours rendu impossible l’application de la liberté ».

160 Seignobos est très attentif au comportement social des ministères sucessifs. Il montre bien, notamment, le désarroi des gouvernements modérés aux prises avec leurs extrêmes. Cf. par exemple sur Allain-Targé, 1921 b, p. 112.

161 1969.

162 D’après des renseignements communiqués oralement par l’auteur, et dont je le remercie, Ludovic serait Josselin, l’agent 20 serait Chalain ; des soupçons pèsent sur Paulard, orateur collectiviste en vue, et gérant du Prolétaire.

163 J. Maitron, 1951 passim. Exemple : p. 126-127 (affaire de La Révolution sociale) ; p. 147 et sq. (affaire de Montceau-les-Mines, 1882) ; surtout p. 427 et sq.

164 Cf. par exemple livre 4, chap. 16, p. 183 et sq. (éd. Flammarion, 1932).

165 La Bataille, 3 décembre 1884. Les noms figurant entre parenthèses sont les pseudonymes des indicateurs dont les rapports figurent en effet sous cette signature aux archives du quai des Orfèvres.

166 Arch. préf. pol., B A 200, pièces 47, 63 et 70.

167 Cf. troisième partie.

168 Arch. dép. Nord, M 626/17.

169 Arch. dép. Loire, 93 M 5, s.-préf.-préf., 28 février 1885.

170 Arch. dép. Gard, 14 M 447, s.-préf.-préf., 24 février 1882 : « Envoyez-moi si c’est possible de Nîmes ou de Paris des agents de police pour filer les principaux agitateurs. Ma résolution est d’arrêter ce citoyen qui paraît mener tout le mouvement dès que j’en aurai l’occasion ». Le « citoyen » est Fournière, effectivement arrêté un peu plus tard.

171 Arch. dép. Nord, M 626/13, préf.-s.-préf., 26 mars 1884.

172 Comme Le Cri et L’Intransigeant, alertés, protestent contre l’interception de ces dépêches, le préfet écrit au sous-préfet : « Il n’y a sur ce point actuellement aucune enquête à faire et il est politique d’avoir l’air de ne point s’en apercevoir » : ibid., pièce 137, 28 mars 1884.

173 Cf. par exemple Arch. nat., F 7 12526, gros dossier comportant les divers rapports départementaux sur la réaction des ouvriers aux événements de Montceau-les-Mines.

174 Circulaire Constans du 7 mars 1890 aux préfets : « Je suis informé par des rapports qui me parviennent de différents points, que des agitateurs socialistes tentent de provoquer une grève générale... Le gouvernement attache un grand intérêt à être très exactement et très complètement renseigné sur la portée de ce mouvement ».

175 Je n’ai malheureusement pas trouvé le résultat de cette enquête aux Arch. nat., mais seulement des réponses départementales dans les séries M. Exemple : Arch. dép. Gironde, M 188, pièce 72.

176 Circulaire du 7 mars 1890. Dans une enquête de 1900 sur l’état d’esprit des ouvriers, on lit : « M. le commissaire de police... est prié de bien vouloir se renseigner d’une façon des plus discrètes, près des principaux industriels, à l’effet de s’assurer de l’état d’esprit de leurs ouvriers. Il est bien entendu que l’enquête confidentielle dont il s’agit doit être faite non sous forme d’interrogatoire, mais de simple conversation, pour ne pas amener la crainte dans le monde industriel ou commercial ».

177 Circulaire Waldeck-Rousseau, 27 février 1884, « Instructions concernant les grèves », Arch. nat., F 7 12773.

178 Arch. dép. Loire, 92 M 13, pièce 5. Le ministre de l’Intérieur Beulé exhorte le préfet à la rigueur (lettre du 20 juin 1873) : « Ne tolérez aucune atteinte à la tranquillité publique. Concertez-vous à cet égard avec M. le Général Bourbaki et avec le Parquet. Les grévistes n’ont pas le droit d’envahir la voie publique ».

179 D’après de Lanessan, interpellation sur la grève de Bessèges, Débats parlementaires, 10 mars 1882 : le directeur des mines, Graffin, a usé de sa qualité de maire pour faire venir les troupes, alors que le général avait refusé.

180 L’Union des travailleurs, 24 août 1888 : lors d’une grève de mineurs au Martinet dans le Gard.

181 Arch. nat., F 7 12526, pièce 456, dépêche du 17 octobre 1882.

182 Ibid., pièces 702-703. De même, en 1888, lors de la grève des terrassiers parisiens : cf. Arch. préf. pol., B A 183, pièce 697.

183 Le Temps, 15 mars 1886. La Revue religieuse de Rodez, 12 février 1886, flétrit « les étranges hardiesses de M. le Général Boulanger à la chambre des députés où, pour quêter les applaudissements de l’extrême gauche, il a fait litière de toutes les obligations qui incombent au chef de l’armée ».

184 Le Figaro, 20 août 1886. De même, L’Autorité, 20 août : « La troupe de ligne, fidèle aux instructions du Général Boulanger, semble n’être allée à Vierzon que pour partager en frères ses gamelles avec les grévistes ».

185 Le Cri, 21 juillet 1887.

186 Arch. préf. pol., B A 175, pièce 341, rapport de police, 25 juillet 1887. Important dossier sur toute cette affaire.

187 Arch. dép. Nord, M 619/7, pièce 7. Il ajoute encore : « N’oublions jamais qu’une grève est une calamité publique, surtout pour la classe ouvrière, et agissons à l’égard de celle-ci avec autant d’humanité que de fermeté ».

188 Cf. ci-dessus, première partie.

189 La Bataille, 26 mai 1885.

190 Le Cri, 30 août 1888, enquête du docteur J. A. Pagès sur les incidents du quai de l’Oise.

191 Le Moniteur du Calvados, 16 juillet 1873.

192 Le Cri, 10 septembre 1888 : manchette à la une : « Les grèves de la Corrèze. Massacre de femmes. Nombreux blessés ». D’après l’éditorial de Henri Place, à Alassac, heurts entre la troupe et 1 200 grévistes ; six femmes sont grièvement blessées. Les terrassiers étant des paysans du pays, leurs femmes les accompagnent dans les manifestations. Dès 1887, Le Cri signale un regain de violence dans la répression : 11 mars 1887, aux usines Rochier, à Lyon, charge du 3e régiment de hussards, plusieurs blessés graves.

193 Arch. préf. pol., B A 186, pièce 361.

194 Arch. dép. Cher, M 24, Grèves, rapport du juge de paix de Vierzon au procureur de la République, 28 octobre 1886 : « Les principaux chefs d’usine avec lesquels je n’ai cessé de conférer presque tous les jours depuis deux mois se sont tous trouvés d’accord pour me dire, en dernier lieu, que l’attitude de leurs ouvriers avait complètement changé depuis la répression ». Il faut maintenir la force armée : « demeurer en forces. En désarmant trop tôt, en se découvrant dès aujourd’hui, on perdrait tout le bénéfice obtenu à grand’peine ».

195 Le Rappel, 23 mai 1880.

196 Arch. dép. Tarn, IV M2 68, pièces 80-81, lettre du 17 février 1883.

197 Ibid., pièce 7, lettre du 23 mars 1883. Liénart revient à la charge le lendemain ; pièce 4, lettre du 24 : à la suite d’une manifestation de femmes : « C’est là une conséquence forcée de l’insuffisance notoire de la police et de la certitude de l’impunité qui en résulte ».

198 Arch. préf pol., B A 181, pièce 65, 25 septembre 1888.

199 Arch. dép. Nord, M 619/3, 23 mai 1880.

200 Ibid., M 626/10, lettre du 11 novembre 1880.

201 Arch. dép. Tarn, IV M2 68, pièces 23-25, 25 mars 1883.

202 Ed. La Pléiade, p. 323 : c’est Dussardier qui parle.

203 Première partie.

204 Arch. dép. Nord, M 619/3, 7 avril 1880. Une autre lettre du 9 mai est signée : « ouvrier père de famille de quatre petits enfants et moi français. Je crie de toutes mes forces : Vive la République et vive la France ».

205 Arch. dép. Tarn, IV M2 68, pièces 23-25, 25 mars 1883 : « Vous administrez depuis peu le département du Tarn et nous avons eu déjà souvent l’occasion d’apprécier la haute bienveillance que vous avez bien voulu témoigner à l’ouvrier mineur dans le différend qui le sépare de la compagnie ».

206 Une dizaine de cas : recours au ministre du Commerce, des Travaux publics pour les mineurs, et surtout au président de la République ; plus rarement au président du Conseil : cf. cependant entrevue des terrassiers avec Floquet, en 1889.

207 Arch. nat., F 12 4659 : première pétition, le 25 juin 1881 ; seconde, le 18 juillet. Les mineurs se plaignent amèrement du silence où on les laisse : «... vu la période de temps que nous avons resté sans travailler, nous tous d’un commun accord, pensons que l’accueil des Anglais, agents de la compagnie des mines, a été plus favorable que celui de nous, pauvres mineurs français ».

208 Le Cri du Peuple, 17 janvier 1887.

209 Arch. dép. Loire, 92 M 32, février 1890.

210 Ibid., 92 M 19, pièce 57.

211 Arch. dép. Tarn, IV M2 58, pièce 178, s.-préf.-préf., 25 octobre 1882.

212 Citons encore Jules Romains, Les Hommes de bonne volonté, t. I, p. 292 : « Victor Miraud n’aurait pas demandé beaucoup plus à la République pour lui rendre la confiance que lui avait donnée son père, Augustin Miraud, émeutier de 48 ».

213 Arch. nat., F 12 4655, Seine-Inférieure.

214 Les réponses à l’enquête de 1884 devraient être examinées sous cet angle. Elles feraient néanmoins apparaître un certain progrès du discernement économique. Plus que la politique, les ouvriers dénoncent : concurrence étrangère, développement accéléré du machirisme.

215 Citoyen et Bataille, 8 avril 1883.

216 Le cri du Peuple, 16 mars 1884. Le Soleil et Le Temps protestent contre une telle interprétation. Guesde, dans un éditorial intitulé : « A qui la faute ? », tente de redresser aussi cette vision des choses. « Les crises qui bouleversent de plus en plus le monde économique n’ont... rien à faire avec l’ordre gouvernemental ».

217 Arch. dép. Bouches-du-Rhônes, M 6 2031, com. pol. Aubagne-préf., 24 janvier 1886, au sujet de licenciements dans diverses verreries; les ouvriers croient à un mot d’ordre.

218 D. Halévy, 1937, p. 10-11 : « Les foules circulaient étrangères, plus qu’étrangères, donnant par leur agitation lointaine, un spectacle incohérent et subalterne. Incohérents et subalternes, tels paraîtront toujours à Albert de Broglie les habitants des grandes villes, les intellectuels parisiens, les foules ouvrières, multitudes qui ignorent les règles de la vie ».

219 P. Henry, 1950, p. 222. A ce sujet, cf. aussi P. Sorlin, 1966, p. 203 ; J. Lhomme. 1960, p. 278 et 285.

220 Sur cette stabilité, cf. Henry, 1950, p. 226.

221 P. Sorlin, 1966, p. 204 et sq., pour l’action administrative de Waldeck lors du premier ministère; p. 308 pour le ministère 1883-1885. P. Sorlin souligne également la stabilité du corps préfectoral depuis 1880.

222 J. Lhomme, 1960, p. 278. L’étude du personnel administratif a, jusqu’ici, tenté surtout les chercheurs anglo-saxons, plus avancés que nous dans l’étude des processus de décision et des groupes de pression. Citons : N. Richardson, 1966, V. Wright, 1968.

223 Arch. nat., F 12 4651, préf. Finistère-min. Agr. et Com., 26 avril 1858 : il critique l’insuffisance des salaires aux mines de Poullaouen : « Cette administration comprendra qu’il lui est impossible de maintenir le salaire de ses ouvriers à un taux évidemment insuffisant, et que l’humanité, sinon son propre intérêt, lui fait un devoir de l’élever dans une juste mesure. Je prie votre Excellence de vouloir bien examiner s’il ne conviendrait pas d’intervenir à cet égard ». Lors d’une grève de mineurs à Maries (1858), « M. Le Sous-Préfet déplore l’usage trop souverain que les administrations houillères sont portées à faire de leurs prérogatives : il voit avec peine les conflits qu’elles suscitent quelquefois au détriment des pauvres ouvriers qui risquent leur vie et sont, de plus, victimes d’un délit dont le véritable caractère leur échappe et qu’ils ne considèrent le plus souvent, que comme la défense de leurs droits. Les règlements imposés brusquement aux ouvriers ne sont soumis à aucun contrôle. C’est là, dit M. le Sous-Préfet, une source d’abus qu’il importerait de prévenir. Ce fonctionnaire pense donc que s’il est indispensable, dans l’intérêt de l’ordre, de réprimer avec sévérité les coalitions d’ouvriers, il serait également désirable qu’une autorité protectrice pût modérer au besoin les exigences des patrons » : préf. Nord-min Agr. et Com., 31 décembre 1858, Arch. nat., F 12 4651. On notera la circonspection avec laquelle le préfet transmet les réflexions de son subordonné.

224 Arch. nat., F 12 4665, préf.-min. Com., 4 juillet 1879.

225 Arch. nat., F 7 12526, préf.-min. de l’Int., 3 septembre 1882.

226 Arch. dép. Loire, 92 M 16, pièce 44, préf.-min.de l’Int., 9 janvier 1880.

227 Arch. dép. Tarn, IV M2 68, pièces 80-81, préf. (Léon Bourgeois)-min. de l’Int., 17 février 1883.

228 Arch. dép. Loire, 92 M 18, pièce 127, s.-préf.-préf., 6 février 1882.

229 Ibid., s.-préf.-préf. 1er mars 1882.

230 Arch. dép. Tarn, IV M2 68, pièce 82, préf. (Léon Bourgeois)-min., 17 février 1883.

231 Arch. dép. Loire, 92 M 18, pièce 127, préf. (Thomson)-rain., 24 mai 1882.

232 Arch. nat., F12 4667, préf.-min., 22 septembre 1890 : « Je m’attachai ensuite à faire comprendre à M. Moysan (directeur des ardoisières) que le seul moyen de mettre fin, dans l’intérêt de tous, à une situation qui ne pouvait d’ailleurs se prolonger, était de s’abstenir de toute exclusion systématique ».

233 Arch. dép. Tarn, IV M2 68, pièces 61-63, lettre au min. de l’Int., 6 avril 1883.

234 Arch. dép. Loire, 92 M 16, pièce 18, préf.-min., 5 janvier 1880.

235 Arch. dép. Cher, M 23, préf.-min., 17 août 1886.

236 Ibid., 22 août.

237 Arch. nat., F 12 4665, s.-préf.-préf., 23 février 1879.

238 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1871 ; réponse du gérant de la maison Martin en grève, au préfet qui l’avait prié de venir conférer avec lui : « Cette grève étant parfaitement pacifique reste un débat purement civil et exclusif entre les ouvriers et moi et l’autorité n’a pas à chercher des moyens d’y mettre un terme ».

239 Arch. nat., F 12 4665, au préf., 23 février 1879.

240 31 janvier 1886. L’argument se retrouve très fréquemment dans la presse de droite.

241 Arch. nat., F 12 12526. Le préfet, accusé, écrit au ministre de l’Intérieur, qui est Fallières, pour lui rappeler ses précédents rapports ; celui-ci le rassure : « J’ai le rapport du 13 décembre 1881... Soyez sans inquiétude ».

242 Arch. dép. Bouches-du-Rhône, M 6 2009, préf.-min. de l’Int., 13 avril 1883.

243 Arch. dép. Loire, 92 M 19, pièce 57, s.-préf.-préf., 26 février 1882.

244 Le Moniteur de la Loire, 14 février 1882 : « Sa maladresse le fait haïr des fabricants ; on le traite comme s’il n’existait pas et le syndicat des patrons a même décidé qu’on ne répondrait point aux convocations qui seraient uniquement signées de son nom ».

245 Arch. dép. Loire, 92 M 19, pièce 126, préf.-min. de l’Int., 15 mars.

246 Frémont et Thomson disparaissent de la Loire fin 1882. En 1883, Thomson est nommé gouverneur de la Cochinchine. En octobre de la même année, le préfet de Saône-et-Loire, qui avait eu à s’occuper des émeutes de Montceau, est nommé à Rouen.

247 Poubelle restera treize ans à ce poste (1883-1896).

248 Arch. nat., F 12 4653, s.-préf. de Villefranche à une délégation de tisseurs de Cours en grève, 21 septembre 1875 : « Le travail est libre; le capital est libre; l’ouvrier est libre de travailler où, quand, comme il veut, mais à condition de voir son offre acceptée et devenue l’objet d’un contrat ; le chef d’industrie, de son côté, est libre de donner à son capital la forme qui lui convient ; et il n’est pas plus obligé de faire travailler à tel prix, contre son intérêt, que l’ouvrier n’est obligé à travailler contre son intérêt d’ouvrier ».

249 Arch. dép. Gard, 14 M 447, rapport sur les origines de la grève, 1882.

250 Arch. dép. Nord, M 626/16, pièce 2, 5 mars 1884.

251 Ibid., 8 mars.

252 Arch. nat., F 12 4658, Delattre-min. Com., notamment lettre du 25 février.

253 Ibid.

254 Le Républicain de l’Isère, 16 février 1884 : appel des patrons aux ouvriers. Delattre déclare : « ces Messieurs m’ont dit qu’ils pensaient que les Allemands avaient la main dans cette grève ».

255 Arch. nat., F 12 4658, préf.-min., 16 février 1884.

256 Le ministre du Commerce, informé du mécontentement du préfet, rédigea une sévère admonestation à Delattre : « mes instructions ne vous donnaient en quoi que ce soit le droit de vous substituer à l’action administrative et de vous porter intermédiaire entre les grévistes et les patrons... Je vous invite de la façon la plus formelle à cesser toute intervention dans les faits relatifs à la grève de Paviot » (Arch. nat., F 12 4658). Mais, signe des hésitations et des incertitudes du pouvoir, cette lettre ne fut jamais envoyée ; elle porte en marge la mention « annulée ».

257 Arch. dép. Nord, M 619/3, préf.-min., 8 avril 1880.

258 Arch. dép. Nord, M 619/4, min. de l’Int.-préf., 28 octobre 1880.

259 Arch. dép. Nord, M 619/4, préf.-min., 29 octobre 1880.

260 Ibid.., deux lettres autographes de Casimir Périer au dossier.

261 Sur l’évolution de Waldeck, cf. Sorlin, 1966, p. 290 et sq.

262 Sur l’évolution de Jules Cambon lui-même, Arch. dép. Nord, M 626/13, renferme toute une correspondance. « La conduite brutale de la compagnie m’a fortement indisposé contre elle », écrit-il le 26 février 1884 (pièce 116). L’échec de sa tentative personnelle de médiation, l’indifférence avec laquelle il est accueilli à Denain, lors de sa tournée du 21 mars, la lenteur de Basly à se rendre à la mairie pour le rencontrer, l’indisposent fortement. Le 22 mars : « Il est intolérable qu’une population nombreuse soit opprimée par une bande de fanatiques et d’ambitieux » (pièce 10). Le 24 : « Le temps des négociations est passé, et aujourd’hui, si cette grève ne finit point, l’opinion générale en fera peser la responsabilité sur la faiblesse de l’autorité » (pièce 3). Le 8 avril, il propose l’arrestation des chefs pour « décapiter le mouvement qui n’est plus une crise économique mais un mouvement révolutionnaire... J’insiste pour que, par quelque moyen juridique que ce soit, on trouve un moyen de faire procéder à ces arrestations » (pièce 347, au min. 8 avril).

263 Camescasse, préfet de police de 1881 à 1885, dénonce l’agitation anarchiste seule responsable selon lui des manifestations de sans-travail. Sur son influence sur Waldeck, cf. Sorlin, 1966, p. 274.

264 Arch. préf. pol., B A 178, pièce 35, rapport de police, 28 juillet 1878 : « On ne peut à l’heure qu’il est prendre une voiture sans que, pendant le trajet, on n’entende le cocher pester en termes des plus énergiques contre la compagnie. Les cochers confient leurs impressions aux voyageurs... »

265 Ibid., pièce 174, rapport de police, 6 août 1878 : « Quant aux Parisiens, ils donnent pour la plupart raison aux cochers, ou plus exactement ils blâment vivement la Compagnie générale qui n’a que de mauvais chevaux, à peine nourris et demande un rendement trop considérable. » Ils comparent la Compagnie aux « frères Pereire qui se sont enrichis en ruinant les actionnaires de l’Immobilière ».

266 Le Cri du Peuple, 1er octobre 1886.

267 1905, p. 145.

268 La préparation d’un film sur l’histoire du syndicalisme m’a familiarisée avec une iconographie abondante et dispersée. Sur le plan littéraire, je dois beaucoup à un enseignement mené en commun avec Gérard Delfau, enseignant à l’U.E.R. Sciences des Textes et Documents de l’Université Paris VII, sur le thème « Images de la société industrielle dans la littérature du 19e siècle ».

269 Cité par M. Le Bot, 1967.

270 Le Gaulois, 11 mai 1880 ; l’article figure en tête de la première page. Il est écrit en pleine grève du textile.

271 Titre d’une exposition tenue au musée Galliéra en janvier 1971.

272 Goncourt, Germinie Lacerteux, 1864, préface. Sur cette célèbre préface, cf. le commentaire critique d’Auerbach, Mimesis, 1968.

Notes de fin

1 Les résultats annuels des grèves et les résultats selon les mois de l’année figurent en première partie.

 Les % sont calculés sur les seuls résultats connus.

les % sont calculés sur les seuls résultats connus.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre I. Résultats d’ensemble (1871-1890)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre II. Résultats des grèves en fonction des catégories d’effectifs
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre III. Résultats des grèves en fonction des catégories de durée
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre IV. Résultats des grèves en fonction de leur nature
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre V. Résultats des grèves en fonction du salaire des grévistes
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre VI. Résultats des grèves en fonction de la qualification des grévistes
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre VII. Résultats des grèves selon la nationalité des grévistes
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre VIII. Résultats des grèves selon l’importance des secours
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre IX. Résultats des grèves selon les groupes professionnels
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre X. Résultats selon les sexes et âges
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre XI. Résultats des grèves selon leur déroulement
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre XII. Résultats des grèves en fonction de la proportion d’ouvriers en grève
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre XIII. Résultats des grèves en fonction de la nature du patronat
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre XIV. Résultats des grèves en fonction des formes d’organisation patronales
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre XV. Résultats des grèves par département
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre XVI. Note annexe sur la comptabilité des résultats des grèves
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre I. Composantes patronales
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre II. Déroulement en fonction de la nature du patronat
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre III. Résultats des grèves en fonction de la nature du patronat
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre IV. Formes d’organisation patronale selon les groupes professionnels
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Sous la protection des troupes27. Anzin, 1884. Sortie de la fosse Renard, d’après L’Illustration28. Les terrassiers de la Corrèze (1888)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende Troupes en action29. Anzin, 1878. Dragons dispersent une colonne de grévistes30. 1er mai 1890 à Paris
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre BASLY & LA GRÈVE
Légende 31. Vision hostile : « Basly et la grève », caricature sur la grève de Decazeville, d’après Le Grelot, 14 mars 1886
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende 32. La grève de Decazeville, selon Le Pèlerin, organe des Assomptionnistes
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/604/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 267k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search