Version classiqueVersion mobile

Les ouvriers en grève. Tome 3

 | 
Michelle Perrot

Chapitre VIII. La vie collective des grévistes. La parole : réunion et discours

Texte intégral

I. LA RÉUNION, CENTRE DE LA GRÈVE

1Si la manifestation demeure l’exception, la réunion devient la règle. Tout concourt à son développement, marque de l’insertion de la grève dans un processus de négociation. Elle revêt des aspects divers : depuis le conciliabule tenu sur le tas, dans un coin de l’atelier, avant de débrayer, jusqu’aux fastes du meeting public, annoncé par voie d’affiche, avec des orateurs venus de l’extérieur, et dont la presse rend compte. On distinguera ce dernier type, par lequel la grève acquiert une dimension politique, des réunions de grévistes proprement dites.

1. RÉUNIONS GRÉVISTES

  • 1 Arch. dép. Maine-et-Loire, 21 M 225, pièce 53, com. spéc, 26 octobre 1888.

2Elles sont fréquentes. Quotidiennes, voire bi-quotidiennes dans les petites localités : à Reims, en 1880, les tisseurs se retrouvent chaque soir, à dix-huit heures, au Champ de Grève ; les tisserands de Cholet, deux fois par jour, « mais sans trop savoir pourquoi »1. Plus espacées à Paris, ou à Lyon, en raison des distances, mais aussi du meilleur fonctionnement des institutions corporatives : en 1876, les charpentiers parisiens se rencontrent une fois par semaine, puis deux fois, lundi et jeudi. Cependant, les ouvriers tendent exiger des rendez-vous rapprochés, car ils tiennent à exercer leur droit de contrôle.

  • 2 Les taux extrêmes rencontrés vont de 10 % (grève des charpentiers lyonnais e1880 : dans cette prof (...)

3Elles sont fréquentées. J’ai calculé chaque fois que c’était possible (et les commissaires de police ne sont pas avares de renseignements en ce domaine) les taux de fréquentation maximum des réunions (en rapportant le nombre maximum des présents au maximum des grévistes). Ils sont très élevés, de l’ordre de 80 % au moins, dépassant même souvent 100 % : en effet, lorsque la grève ne touche qu’une fraction des travailleurs de la corporation (un établissement, ou une catégorie), leurs camarades, intéressés par le conflit et ses conséquences, assistent volontiers aux assemblées ; et, en province du moins, les ouvriers y viennent aisément en famille2.

  • 3 Arch. préf. pol, B A 201, pièces 285-297 : relevé, effectué quotidiennement, des convocations des (...)

4Ces assemblées exercent donc une véritable puissance d’attraction, frappante si on la compare avec la lassitude qu’elles rencontrent aujourd’hui. Un constat identique s’appliquerait aux réunions électorales, vivantes et populeuses en ce versant du 19e siècle, maintenant plutôt désertées. Outre que le meeting et la parole n’ont guère de concurrents comme mode de communication, le droit de réunion est un droit nouveau (loi de 1868), non encore assouvi. A Paris surtout, on n’a pas oublié l’ère des clubs de la fin du Second Empire ou de la Commune dont Auguste Vitu ou de Molinari nous ont laissé de si vivantes peintures. Il existe une ivresse de la réunion publique, une croyance en ses vertus et ses pouvoirs, un appétit de démocratie directe que mai 1968 a, parfois, fait revivre, mais qui était bien atrophié3. Ainsi, des auditoires de plusieurs milliers d’ouvriers s’entassent dans des salles bondées. Durant la grève des terrassiers (Paris, 1888), la Bourse du Travail laisse constamment échapper un excédent de mille à deux mille personnes qui se pressent à ses portes en une bruyante cohue. Ceci importe pour apprécier l’audience du discours de grève et l’ampleur de sa diffusion.

5Par ailleurs, ces effectifs sont très instables. Hormis quelques cas de conflits disciplinés — à Roanne, en 1882, l’assistance des tisseurs se maintient constamment autour de deux mille — ils présentent d’inquiétantes variations, où se lisent enthousiasme et découragement. Leurs courbes reproduiraient les accidents du profil de grève correspondant, en les accusant et en les anticipant : la tendance à la reprise du travail se traduit d’abord par une défection aux réunions, dont le pouvoir de décision apparaît du même coup, réduit.

A. Lieux de réunions

  • 4 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1888-1889, préf.-min., 30 juillet 1889 : ils sont deux mille.
  • 5 Arch. dép. Nord, M 625/58, pièce 215, préf. Nord-min., 3 avril 1889. De mêmles tisseurs de Neuvill (...)
  • 6 Le Petit Lyonnais, 5 mars 1878, « Les ouvriers rassemblés près de Montceau danun bois auraient nom (...)
  • 7 P. 1362 et 1916, note 2.
  • 8 Arch. dép. Nord, M 626/18.
  • 9 Arch. dép. Gard, 14 M 447, com. pol. Bessèges, 14 mai 1890.

6A l’origine, nécessité de la clandestinité, les réunions en plein air conservent des adeptes, notamment parmi les mineurs et tisseurs des petites bourgades, auxquels les champs et surtout les bois offrent traditionnellement refuge et secret. A Cours, les couverturiers, en 1875 comme en 1889, s’y retrouvent, deux kilomètres de la ville, tantôt sur un point tantôt sur un autre comme pour égarer les soupçons4. Dans les cantons liniers du Cambrésis, les tisserands la main « tiennent des conciliabules, la nuit, au milieu des champs, loin des témoins »5. De même, les mineurs de Noeux (1877), d’Anzin (1878), de Montceau (1878 et 1882)6 : ils ont servi de modèle à Germinal7. En 1887, ceux de Vicoigne se donnent rendez-vous dans les bois de Raismes, en un lieu qu’ils dénomment « drève des Insurgés » (sic)8. Au pays du « Désert » cévenol, les houilleurs du Gard se fixent de champêtres points de rassemblement, variables d’un jour à l’autre ; ils s’y rendent en colonnes, fanfare ou tambour en tête, et chantant ; au bois de Robiac, le 14 mai 1890, ils sont cinq mille à écouter quasi religieusement les paroles enflammées d’une ardente jeune femme qui leur tire des larmes9.

  • 10 Arch. dép. Eure, 9 M 32, préf.-min, 5 février 1880.
  • 11 Arch. dép. Rhône, Grèves, 1871-1879, com. pol, 19 décembre 1871.
  • 12 Arch. nat., F 12 4656, préf.-min, 23 février 1886 : « Les délégués (des tisseurs de Saint-Quentin) (...)

7Dans les villes, les terrains vagues des faubourgs, les jardins publics, les foirails, les places accueillent vaille que vaille des meetings toujours menacés par une police ombrageuse. La gendarmerie disperse cent cinquante tisseurs rassemblés à l’orée de Nonancourt pour rédiger et signer une pétition10. En mai 1880, les tisseurs de Reims se retrouvent chaque soir au champ de manœuvre, qu’ils ont baptisé « le Champ de Grève », consacré en y plantant un drapeau tricolore et un arbre de la Liberté orné d’un calicot où se lit : « Vive la grève de Reims », et dont la fermeture par l’armée provoquera leur colère. Au même moment, leurs collègues de Roubaix affluent dans les zones découvertes de la frontière, au Ballon, pour écouter les socialistes belges et recevoir des secours. A l’étroit au café Serre, les tisseurs de Tarare se regroupent rue de la Pêcherie ; un orateur monté sur une table exhorte les grévistes ne pas rentrer ; à midi, nouveau meeting place d’Armes, un émissaire lyonnais promet de l’aide11. Se voyant refuser les préaux d’école qu’ils sollicitent dans les villages traversés, les grévistes de Thizy envahissent les places de mairie. Mais, plus généralement, les autorités qu’inquiètent ces rassemblements ciel ouvert propices à la manifestation, poussent les ouvriers vers les lieux clos, tellement plus aisés à contenir et à surveiller12.

  • 13 Germinal, p. 1189 et 1892.

8Cafés, estaminets, bistrots, gargotes, etc., ces hauts lieux du loisir et de la concertation prolétaires fournissent le cadre naturel des réunions restreintes. Tisseurs et verriers lyonnais se retrouvent à la Boule d’Or, tisserands choletais au Bœuf Couronné, tailleurs parisiens à la Boule Noire, selliers de Clichy au Libre-Echange, ouvriers de Bordeaux au café de Russie... Citons encore les estaminets du Nord, aux noms si pittoresques : la Brasserie Humanitaire, favorite des anarchistes d’Armentières, l’Ouvrage de Pérenchies, le Grand-Saint-Esprit, siège de la Libre-Pensée lilloise, l’Ermitage des mineurs de Denain, etc. Zola a décrit l’Avantage, le débit de Rasseneur qui s’inspire du xixe siècle de Basly et de la Cantinière d’Anzin13.

  • 14 A.P.O., t. II, p. 194 : ces cuisines se sont développées en liaison avec des sociétés de secours m (...)
  • 15 Arch. préf. pol, B A 167, diverses pièces, notamment 2 et 27 ; la préfecture noté en marge de cett (...)
  • 16 Exemple : Arch. dép. Nord, M 625/56, pièce 129 : « Personne ne sait mieux que moi ce qui se passe (...)

9Ces établissements offrent une possibilité de dissimulation parfois systématiquement recherchée : sous l’Ordre moral, un bouquet de fleurs placé ostensiblement sur la table fera croire à quelque banquet corporatif. En cette même période, les « cuisines collectives » des corroyeurs parisiens, espèces de coopératives de consommation développées depuis 184814, sont l’épicentre de toutes les coalitions de ces ouvriers, notamment celle de la rue Lafayette, animée par Pastoureau, « un véritable club » que la préfecture de police songe à fermer15. Bien des meneurs, chassés des ateliers, poursuivent derrière le comptoir une carrière militante — tel le Rasseneur de Germinal en partie copié sur Basly — et, sous prétexte de tenir le compte des tournées, servent de trésoriers et de secrétaires aux premiers syndicats dont ils abritent le siège. Naturellement, l’administration les surveille étroitement et, en soudoyant les tenanciers, tente, non sans quelque succès, d’en faire des indicateurs. Ainsi Victor Capart, cabaretier au Mont-à-Loeux, puis à Tourcoing a « exercé » durant près de quinze ans principalement dans le milieu guesdiste, ayant réussi à devenir permanent de la Fédération du Nord ; les archives départementales fournissent des preuves multiples des rapports et des notes de frais, qu’il adressait à la police16.

  • 17 De Molinari, 1872, p. 225.
  • 18 « Dans la fumée des pipes, des individus à mine suspecte; des femmes saoules s’étalant sur la trib (...)
  • 19 16 juin 1889.

10Mais l’avènement des libertés républicaines et l’accroissement des effectifs conduisent à rechercher des salles plus vastes. Les grévistes ne sollicitent qu’avec réticence celles de mairie ou d’école et recourent plus volontiers aux bals — Reims, le Bal Cérès, celui des Romains accueillent régulièrement les tisseur— aux théâtres ou aux cirques : tels les Alcazar de Lyon, d’Amiens, de Saint-Quentin, le cirque Fernando à Paris, lieu de joutes oratoires prisées entre radicaux et socialistes dans les années 80. Dans la capitale, beaucoup d’anciens bals abritent désormais des meetings en conservant leur décor primitif : comme la célèbre salle Favié, antre de nombreuses séances de clubs à la fin du Second Empire et sous la Commune qui « avec des peintures à la détrempe, des lustres et même des glaces, a une allure aristocratique »17. De même la salle Graffard, à Ménilmontant où Gambetta tint, sous Mac Mahon, de retentissantes réunions, où Guesde et Longuet s’affrontèrent, reçoit, jusqu’à sa fermeture en 1884, bien des assemblées de grévistes ; Jean Béraud en a fait le cadre d’un tableau à succès : « Le Peuple souverain »18. Et voici encore, d’origine diverse, les salles Lévis, Pétrelle, des Mille Colonnes (rue de la Gaieté), Rivoli, (rue Saint-Antoine), l’Elysée-Montmartre, le Tivoli-Vaux-Hall... A partir de 1887, la création des bourses du travail donne une plus grande aisance aux réunions ouvrières. D’où l’animosité qu’elles suscitent dans les milieux hostiles : «... les entrepreneurs de grèves... considèrent la bourse du travail comme l’Hôtel de Ville de la grève », écrit Le Figaro lors de la coalition des cochers, en 1889 ; « cela donne aux grévistes un petit air officiel qui doit contribuer à exalter leur orgueil. Aussi un gouvernement un peu énergique n’hésiterait-il pas à fermer cet établissement... Il est vraiment odieux que nous ayons payé, nous, contribuables, les frais d’une construction destinée à abriter les entreprises de ceux qui veulent nous opprimer »19.

B. Déroulement des réunions

  • 20 Ainsi à Villefranche, lors de la grève des teinturiers de 1881, il y a presque toujours deux femme (...)
  • 21 Arch. dép. Puy-de-Dôme, M 045-56, pièce 28, correspondance du Petit Parisien, 3 avril 1884.
  • 22 Le Rappel, 25 octobre 1879 : « le citoyen Joigneaux demande que la présidence d’honneur soit décer (...)
  • 23 Arch. préf. pol, B A 170, pièce 102, réunion du 10 mai 1888 à Aubervilliers, grève des verriers : (...)
  • 24 Ibid., B A 183, pièce 249, réunion durant la grève des terrassiers, salle Favié, Belleville : l’as (...)

11L’entrée en salle accentue un rituel inspiré des pratiques parlementaires. En ouverture, l’indispensable désignation du « bureau », même en plein air : Reims, au Champ de Grève, il s’installe derrière une petite table et se munit d’une sonnette ; au bois de Robiac, les mineurs élisent chaque jour un nouveau président, voire un secrétaire de séance. Des femmes peuvent figurer au bureau20, mais elles le président rarement. On nomme parfois un « président d’honneur », personnalité militante dont le choix ne va pas sans discussion. Si les mineurs de Brassac, unanimes, acclament Rochefort21, les menuisiers de Paris, en 1879, récusent Pindy, communard, trop compromettant22, et les tisseurs de Roanne se divisent, on l’a vu, sur le nom de Fournier... Les anarchistes s’efforceront de lutter contre ce protocole bourgeois et hiérarchique : ils refusent d’occuper aucun fauteuil à la tribune23 dont ils tentent d’obtenir la suppression24.

12Le bureau veille à la discipline et au respect de l’ordre du jour. Il orchestre les diverses activités de la réunion : distribution de secours, vente de journaux, diffusion de tracts, de brochures, aspects qui iront croissants avec le développement de partis ouvriers concurrents, mais fioritures en marge d’un objet essentiel : la communication verbale. On entend les exposés des délégués sur la situation du conflit, la lecture des textes reçus ou envoyés, des rapports sur l’état des fonds, etc. Tout cela, ponctué d’innombrables consultations.

  • 25 Arch. préf. pol, B A 182, 1882.
  • 26 Le Cri du Peuple, 5 juin 1885.

13Car le vote tient une très grande place. On vote sur tout : le programme des revendications, l’action des délégués, les comptes, les motions — blâme, remerciements, félicitation, etc. — et, bien entendu, sur la poursuite de la grève, dont la décision initiale, dans les coalitions préparées, est soumise une assemblée préliminaire. Ces votes se font par acclamation (oui-non) poules questions peu controversées, par debout-assis, à main levée avec décompte pour les choix plus importants. Pour éviter toute contestation, certaines corporations usent de l’écrit : les distillateurs parisiens, pour déterminer leur mode de grève (partielle ? générale ?), mettent en circulation deux listes et les assistants signent leur nom sur l’une ou l’autre25. Les tailleurs se servent de bulletins ouverts et signés : « afin que personne ne pût se refuser à émettre son opinion, on a fait passer tout le monde dans le jardin. Les grévistes rentraient ensuite un par un dans la salle et déposaient leur bulletin dans un chapeau »26. Il ne s’agit donc pas de préserver la liberté mais bien d’engager davantage les participants.

  • 27 Cas de refus : Arch. préf. pol., B A 174, pièces 534 et 659, grève des charpentiers parisiens, 187 (...)
  • 28 Sur le vote dans les assemblées syndicales, cf. M. Leroy, 1913, t. I, p. 143.

14Le scrutin secret, préconisé par les patrons, l’administration, répugne aux militants comme une concession à l’individualisme, un obstacle à la transparence, une prime à la lâcheté. Il est demandé par ceux qui veulent rentrer, au reste souvent refusé27, accepté seulement lorsqu’un fort courant se dessinant pour la reprise, on cherche à l’enregistrer en ménageant les susceptibilités, comme une couverture jetée sur un acte honteux28.

  • 29 Arch. préf. pol, B A 183, pièce 233 et Le Cri du Peuple, 19 août 1888.

15Il est certain que certains votes acquis à main levée sont peu sûrs, et versatiles. Les terrassiers parisiens, dont beaucoup murmurent en privé qu’on devrait recommencer à travailler, « car les femmes et les enfants ont faim », émettent à deux minutes d’intervalle deux votes absolument contradictoires : le premier, unanime, pour la poursuite de la grève, le second, presque aussi massif, pour sa cessation ; entre-temps, un orateur avait attiré l’attention sur le manque de fonds, fournissant le prétexte obscurément cherché29.

  • 30 Ibid., B A 171, pièce 13; exemple d’un vote atelier par atelier sur un nouveau tarif, chez les imp (...)

16Les décisions se prennent à la majorité des présents. Le problème d’un quelconque quorum n’est jamais posé. L’assemblée ouvrière se considère comme représentative ; en elle réside la souveraineté, quels que soient ses effectifs. Il est peu d’ouvriers pour mettre en cause ce droit coutumier30. En désaccord, ils s’abstiennent de venir ; résolus de rentrer, ils désertent les réunions plutôt que de les braver. Souvent, celles-ci devront entériner — par un vote quelque peu dérisoire — une situation de fait.

  • 31 Arch. préf. pol, B A 183, pièce 257, 2 août 1888 (terrassiers, Paris).
  • 32 Ibid., B A 173, pièce 423, réunion du 14 mai 1885.
  • 33 Ibid., B A 201, pièce 199, récit d’une réunion d’ouvriers en bâtiment à la Bourse du Travail de Pa (...)

17La contestation, au reste, est difficile au sein d’assemblées peu tolérantes, plus disposées à excommunier qu’à entendre. Elles conspuent les mous, vomissent les traîtres, éjectent les patrons s’il en vient, isolément, pour s’expliquer, chassent les contradicteurs : « un orateur clérical veut prendre la parole, mais il est injurié et jeté à la porte »31. A la Boule Noire, où se trouvent six cents tailleurs, un briseur de grève, à peine identifié, est frappé coups de poing ; il s’ensuit une mêlée générale où la tribune est renversée32. La responsabilité de ces derniers incidents revient, il est vrai, aux membres d» L’Aiguille » ou de « La Panthère », partisans de la manière forte. De façon générale, l’intervention des anarchistes dans les réunions, à partir des années 1882-1885, notamment à Lyon et à Paris, en a sensiblement modifié le climat, plus tendu, comme enfiévré33.

18Les assemblées sont rarement des lieux de discussion ou d’étude. En dépit des nombreuses consultations, leur fonction est moins de décision que de communion. Non que le public se montre passif ; au contraire, il manifeste bruyamment son approbation ou son désaccord, mais collectivement. Peu de prises de parole individuelle, peu de questions posées, mais de grands mouvements houleux de foule qui rapprochent la réunion de la manifestation dont elle n’est, à certains égards, que le substitut. Des oui, des non, des applaudissements, des huées, des cris, plus variés, plus hardis que dans la rue, ponctuent les propos identiques d’orateurs peu renouvelés, destinés moins à expliquer qu’honnir ou célébrer. C’est une messe populaire où alternent le prêtre et les fidèles, le récitant et le chœur, et dont le cri final — de plus en plus un vibrant : « Vive la Révolution sociale » — sonne comme un Ite, missa est.

C. Diversité des publics et des styles

  • 34 Dans les dossiers des Arch. préf. pol, il y a d’innombrables procès-verbaux de réunions de ce genr (...)

19La composition du public, qui diffère selon les professions et les sites, influe cependant sur le style des réunions. A Paris, la priorité des métiers à dominante masculine, hautement qualifiés, une longue pratique, comme l’éloignement du domicile qui exclut les épouses, confèrent aux assemblées un caractère plus étroitement corporatif, et, par là plus fonctionnel. La discussion attentive des revendications occupe l’essentiel du temps, elle prend un tour plus technique ; les assistants montrent volontiers une certaine défiance pour qui s’en écarte et tente de les entraîner vers les sentiers pervers de la « politique » ; ils raillent les utopistes et les poètes et ne s’en laissent pas conter34.

  • 35 Le Figaro, 12 mars 1884.
  • 36 Le Temps, 8 mai 1880.
  • 37 Arch. dép. Loire, 92 M 23, pièce 83, 1er août 1888.
  • 38 Ibid., pièce 75, inspecteur spécial, 30 juillet 1888.
  • 39 Arch. dép. Tarn, IV M2 68, pièces 61-63, préf.-min. de l’Int. (Waldeck-Rousseau), 6 avril 1883. Le (...)

20En province, les réunions se transforment aisément en soirées familiales, notamment dans le textile, en raison de la fixité de la main-d’œuvre, et, dans les mines, des fortes structures de la parenté. Les femmes viennent ; à leur nombre, à leur attitude, les leaders (et les commissaires de police, très attentifs à leur présence) jaugent le degré de combativité de leurs troupes. Plus novice cet auditoire est tantôt muet, comme intimidé : à Anzin, « tout se passe dans un ordre parfait. Rien du caractère houleux des réunions anarchistes ; les femmes cependant y assistent en petit nombre. L’assistance se tient dans un silence absolu. Point d’objections ni de récriminations »35. Ou, au contraire, il s’agite comme une jeune classe : à Reims, les femmes bavardent, les hommes s’interpellent ; « aussi le bureau maintient l’ordre avec une impérieuse sévérité. Les exclamations : Oui ! Non ! ne sont pas même tolérées. Au moindre mot, un coup de sonnette et le président crie : taisez-vous ! Vous n’avez pas la parole »36. Ces publics-là sont plus malléables, crédules, aisés à manipuler ; les notables le savent qui usent sans vergogne de leur influence : le maire de Villars se vante d’avoir obtenu des mineurs la reprise du travail : « J’ai demandé le vote immédiat de la cessation de la grève et l’ai obtenu aux cris répétés de « Vive la République »37. Réunis à la bourse du travail de Saint-Etienne, les houilleurs paraissent fort attirés par les perspectives d’une grève générale ; alors entre Girodet, maire de la ville : « on lui fait une ovation et tout le monde se découvre » ; Girodet démontre que les partisans de la grève générale « sont les ennemis de la République » ; et la proposition est repoussée38. Et voici comment Léon Bourgeois, préfet du Tarn, emporte Carmaux la décision de rentrer : il obtient des délégués qu’ils montent à la tribune à ses côtés, harangue l’assemblée, puis : « je demandais aux ouvriers de s’y associer (à la décision de reprise) en levant avec moi la main. Il y eut un moment d’hésitation très pénible ; quelques mains seulement se levaient ; quand un des délégués, prêchant d’exemple, entraîna la réunion comme si elle n’attendait que ce signal »39. En vérité, la démocratie directe exige bien de la maturité et de l’esprit critique.

  • 40 Le texte intégral du dicours prononcé par Louis Richebourg, ex-délégué au congrès de Paris, 1876, (...)

21Ces salles confiantes et simples sont le lieu d’élection de l’éloquence populaire : attendrie, sentimentale, un peu élégiaque — celle d’un Richebourg à Armentières, d’une Armandine Vernet à Robiac40 — mais plus encore, violente, imprécatoire, vengeresse, prophétique. La Révolution faite Verbe.

2. CONFÉRENCES ET MEETINGS

  • 41 Arch. préf. pol, B A 183, pièce 50 : ils critiquent ces meneurs « qui n’ont jamais touché à une pe (...)

22Le verbe triomphe dans le meeting public dont la fonction exclusive est De propagande, de catéchèse, de communion. Cent vingt-neuf grèves (4,4 %) ont été l’occasion de telles rencontres, aussi baptisées, surtout au début de la période, du terme plus vieillot et didactique, de « conférence ». Naturellement, le nombre de meetings excède largement ce chiffre : lorsqu’une grève dure, elle se transforme en tribune, les orateurs des diverses tendances tiennent à s’faire entendre ; et s’il y a des chasses gardées — les possibilistes règnent Cholet, Clément et Allemane dans les Ardennes, les guesdistes dans l’Allier — il existe ailleurs une visible concurrence. Les tisseurs de Roanne sont conviés le 13 février 1882 à entendre Allemane et Trinquet, envoyés de Malon ; le 19, Guesde ; le 12 mars, Clément. En 1886, les métallurgistes de Vierzon, outre Vaillant, seigneur du lieu, accueillent Basly, Camélinat, Guesde, Furet (du Radical), Massard, Goullé, Boyer, Clovis, Hugues, les députés Planteau et Michelin, etc., qui, à dire vrai, participent aux réunions ouvrières plus qu’ils n’en organisent de distinctes. Les travailleurs parisiens sont particulièrement sollicités : outre les assemblées journalières à la bourse du travail, des meetings quotidiens et rivaux s’adressent aux terrassiers, qui en concevront d’ailleurs quelque écœurement41.

23Les tableaux suivants résument les principaux constats statistiques.

24Données statistiques sur les grèves « à meetings »

1°) Pourcentages annuels (entre parenthèses les nombres absolus) :

1°) Pourcentages annuels (entre parenthèses les nombres absolus) :

2°) Nature de grève et meetings :

2°) Nature de grève et meetings :

3°) Grèves à meetings (en %) :

3°) Grèves à meetings (en %) :

4°) Grèves à meetings en fonction des catégories de salaires des grévistes :

4°) Grèves à meetings en fonction des catégories de salaires des grévistes :

5°) Grèves à meetings en fonction des groupes professionnels (en %) :

5°) Grèves à meetings en fonction des groupes professionnels (en %) :

6°) Grèves à meetings en fonction des départements :

6°) Grèves à meetings en fonction des départements :
  1. Le développement des meetings après 1879-1880 (pour la première décennie taux de 1,3 % qui s’élève à 5,3 % pour la seconde) indique, dans la liberté républicaine, une tendance à la politisation de la grève, en fait sa jonction avec le socialisme.
  2. La nature de la grève (offensive, défensive) n’exerce que peu d’influence.
  3. Par contre, durée et effectifs pèsent de façon déterminante. Les conflits de grandes dimensions suscitent le meeting.
  4. Les grèves féminines le freinent (3,4 %) ; d’où peut-être la relative médiocrité du taux du groupe textile (4 %). Mais la relation avec les catégories de salaire est plus sensible encore : le meeting sied à l’aisance, l’Evangile est annoncé aux riches.
  5. Les taux professionnels obéissent à des influences complexes. Pas de meetings pour les ouvriers agricoles, très peu pour ceux des industries chimiques, du livre, du bâtiment (bois et pierre) ; plus grande abondance, au contraire, chez les verriers, porcelainiers, mineurs, travailleurs des transports. Mais au sein des groupes professionnels, les influences finissant par se compenser, il faut descendre au niveau du métier. Mécaniciens (23 %), mouleur(16 %), porcelainiers (17 %), cochers (10 %), ajusteurs (8 %), tailleurs d’habits (8), s’élèvent nettement au-dessus des autres.
  6. Après l’Allier (18 %), le Cher (17 %) et les Ardennes (12 %) présentent les proportions les plus élevées. Viennent ensuite l’Aisne (12 %), le Maine-et-Loire (11 %), le Gard (10 %), tandis que les départements fortement grévistes ont des pourcentages plus faibles (Seine : 8 % ; Rhône, Bouches-du-Rhône : 5 % ; Nord : 1,8 %). La géographie des meetings est d’ailleurs très concentrée : 28 départements seulement sont touchés ; elle coïncide en partie avec celle des implantations socialistes, l’antériorité revenant souvent à ces dernières.

A. Organisateurs

  • 42 Les cochers, les chaisiers de Paris en 1883, les charpentiers organisent eux-mêmes des meetings so (...)
  • 43 Arch. préf. pol, B A 177.

25L’examen des organisateurs des meetings montre, en effet, que l’initiative de ceux-ci appartient autant et plus qu’aux syndicats ou aux comités de grève42, aux groupes socialistes, cercles d’études sociales, etc., dans une proportion de 60-70 %. Ces derniers recoupent, et notamment par le truchement de tel ou tel militant, les organisations ouvrières, mais ne les recouvrent pas entièrement. Ainsi, à Saint-Ouen (1881), le « Cercle d’études sociales » convie Joffrin et Labusquière à venir parler aux mécaniciens coalisés43 ; à Montluçon, le « Cercle des Travailleurs » suscite pour les mineurs une conférence de Guesde ; à Roanne, le groupe « Travail et Progrès » fait venir Allemane et Trinquet, et le « Drapeau Rouge », Guesde, qui, en 1883 est invité à Tours par « l’Avant-Garde » et au Mans par « L’Egalité ». Les blanquistes opèrent par leurs « comités socialistes révolutionnaires », dans le Cher comme Paris. Toutefois dans les Ardennes, les chambres syndicales adhèrent directement à la Fédération socialiste (possibiliste) du département, comme de nombreuses chambres syndicales parisiennes à l’Union fédérative du Centre (possibiliste également), ces deux organisations se rattachant au type travailliste ébauché au congrès de Marseille et dont les possibilistes, puis les allemanistes, se sont faits les défenseurs : un parti ouvrier à fondements syndicaux. Guesdistes et blanquistes, plus défiants ou plus distants vis-à-vis des syndicats, cherchent, au contraire, à élaborer des institutions distinctes et à leurs yeux (pour les guesdistes surtout) prioritaires. Les rapports du mouvement ouvrier et du socialisme, vus à travers les grèves, se montrent donc déjà singulièrement subtils.

B. Orateurs d e meetings

  • 44 La symbolique des décors socialistes serait à étudier. Voici la description de la salle des Folies (...)

26Le meeting est un spectacle. Le choix, fréquent, du dimanche, l’entrée généralement paysante (de 20 à 50 c, tarif réduit pour les dames), une tenue plus soignée, la salle — bal, théâtre, cirque — parfois décorée44, accentuent cet aspect. L’essentiel réside cependant dans l’orateur, les orateurs plutôt, car une conférence unique, on préfère une série d’interventions, une tribune bien garnie, un temps respectable : trop court, le meeting serait escamoté, raté. Les militants locaux encadrent le leader venu de la capitale et qui constitue la tête d’affiche, l’attraction majeure. Pour 120 meetings bien décrits, je relèv130 noms d’orateurs qu’on peut classer ainsi :

271°) Selon leur origine géographique :

  • orateurs locaux : 67 ;
  • orateurs régionaux (venus de localités ou de départements voisins, tels Pédron de Reims, Epinat de Roanne, Dormoy de Montluçon, Ménard de Trélazé qui rayonnent alentour) : 6 ;
  • orateurs nationaux (venus de Paris) : 57.

28De ces derniers, les plus actifs sont, par ordre décroissant :

  • Vaillant : 16 fois cité dans des meetings de grève ;
  • Clément : 14 ;
  • Guesde : 12 (Guesde, malade, disparaît totalement de l’affiche d1888 à 1890)45 ;
  • Allemane : 11 ;
  • Basly : 8 ;
  • Chabert : 7 (on lui doit les premières conférences de ce type : Vienne et à Rennes, en 1879 ; il s’efface après 1883) ;
  • Joffrin : 6 ;
  • Dumay, Féline, Langrand, Louise Michel, Simon Soëns : 5 mentionpour chacun ;
  • Camélinat, Chauvière, Dalle, Fournier, Gambon, Labusquière, Roch: 4.

292°) Selon les tendances, en tenant compte uniquement des interventions deleaders nationaux, le classement des orateurs locaux étant trop incertain :

  • Possibilistes : 45 interventions ;
  • Blanquistes : 44 ;
  • Guesdistes : 31 ;
  • Indépendants : 19 ;
  • Radicaux : 3 ;
  • Anarchistes : 3.

30Les anarchistes, qui répugnent au culte de la personnalité, n’ont pas de grands ténors nationaux et leur absence d’organisation centralisée limite l’action de leurs militants au cadre régional, voire local : la notoriété d’un Tortelier ne dépasse guère Paris, celle d’un Ludovic Ménard reste cantonnée, alors, au Maine-et-Loire (encore ne l’invite-t-on jamais à Cholet). Les possibilistes disposent d’une bonne série de leaders connus, auxquels les ouvriers ont volontiers recours (Chabert, Clément, Joffrin, Allemane, Soëns, Dalle, Labusquière...) et dont les plus dynamiques passeront d’ailleurs à l’allemanisme. Mais, entr1882 et 1889, c’est vraiment l’apogée du possibilisme.

  • 46 Mais quel meeting ! Cf. Arch. dép. Nord, M 626/14, pièce 513, com. pol. Valenciennes, 21 mars 1884 (...)

31Par contre, les radicaux, dont les députés ou les conseillers municipaux continuent de jouer un rôle non négligeable dans la médiation des conflits, sont peu sollicités par les travailleurs qui les considèrent comme des « Messieur» lointains. De même, Rochefort, jadis si populaire, n’assure qu’un seul meeting de grève : à L’Ermitage de Denain, le 21 mars 188446. En tant que groupe, la classe ouvrière se ferme au message radical, alors même qu’individuellement beaucoup persistent (et pour longtemps) à voter en ce sens.

  • 47 Dans les petites localités des Ardennes, J.-B. Clément, fait le crieut public, que les municipalit (...)

32Les meetings sont annoncés par tracts ou affiches47, indiquant le sujet qui sera traité. Voici quelques-uns des titres relevés :

  • 48 Ne sont donnés ici que les titres exactement connus, tels qu’ils figurent sur les tracts ou les af (...)

Thèmes de meetings
1879 (10 juin) — Vienne — Chabert : « Crises industrielles et moyen d’y remédier. »
(11 septembre) — Rennes — Chabert : « L’émancipation des travailleurs°»
(Novembre) — Lyon — Roussel, Berjon, Arnel : « La crise et ses causes. »
1880 (novembre) — Denain — Lefebvre : « La question sociale et les chambres syndicales » (n’a pas eu lieu).
1881 (15 octobre) — Paris — Clément, Rouza de, Guesde, Chabert : « De l’action économique et politique du prolétariat. »
1882 (13 février) — Roanne — Allemane, Trinquet : « La grève de Roanne et l’Union des travailleurs. »
(12 mars) — ibid. — Clément : « Des grèves de Bessèges et de la Grand’Combe et de l’avènement du 4e Etat. »
1882 (2 avril) — Saint-Denis — Brousse, Paulard, Lissagaray, Allemane : « Lutte des classes. Les députés devant la grève. »
(11 juin) — Rouen — Piéron : « Grèves et syndicats. »
(Octobre) — Paris — Labusquière, Chabert, Joffrin, Allemane, Clément, etc. : « La grève des ouvriers du meuble sculpté et la coalition patronale. »
(4 novembre) — Paris — L. Michel, Digeon, Gotard, Femme Daniel: « La grève du faubourg. Conduite de la magistrature à Montceau-les-Mines. Solidarité internationale des travailleurs. »
1883 (4 mars) — Bessèges — Guesde, Clément : « La question sociale.°»
(13 janvier) — Limoges — Chabert : « La bourgeoisie et le prolétariat.°»
(16 janvier) — ibid. — Chabert et divers orateurs locaux : « La fédération ouvrière. »
(11 mai) — La Ferté-sous-Jouarre — Chabert : « La grève, son but, ses conséquences. »
(28 mai) — Ibid. — Labatière : « De l’utilité des chambres syndicales. Des grèves et de leurs conséquences. Le parti ouvrier. »
1884 (11 juin) — Le Mans — Guesde : « Les grèves. La séparation des classes. »
(19 juillet) — Tours — Bertrand (rédacteur au Tours-Journal) : « De l’expulsion des jésuites par le pape et les rois d’Europe en 1773. »
(20 juillet) — Saint-Quentin — Langrand, Roche : « Des grèves.
Le libre-échange. Le socialisme. »
1886 (4 avril) — Paris — Boulé, Gambon, Combomoreil : « Le travail et la misère. Les marchés de famine du quartier Marbeuf. »
(22 septembre) — Vierzon — Camélinat, Vaillant : « Syndicalisme et socialisme. »
(16 octobre) — Bourges — Guesde : « La grève de Vierzon devant la police bourgeoise et devant la France ouvrière. »
1887 (11 mars) — Bessèges — Labusquière : « Société avant et après 1789. Crise. Lois sur les blés. »
(14 mars) — Mehun — Clément, Baudin, Gambon : « La guerre.
Capital et travail. L’impôt sur les blés. De la nécessité du gouvernement ouvrier. »
(15 mars) — Vierzon — Gambon, Clément : « Capital et travail. »
(Septembre) — Nouzon (Ardennes) — Faillet, Soëns : « La lutte des classes. »
(23 septembre) — Cholet — Dalle : « Riches et pauvres. »
1888 (15 mai) — Paris — Dumay, Lavy, Walter : « Solidarité ouvrière contre coalition patronale. »
(26 mai) — Paris — Roche, Vaillant : « Les prêtres, les exploiteurs et les politiciens. »
(30 juillet) — Cholet — Dalle : « De la nécessité des réformes politiques. »
1889 (2 juin) — Firminy — Colombet, Crozier : « Du socialisme, des syndicats professionnels, de la patrie. »
(12 juillet) — Paris — Basly, Chauvière, Vaillant : « L’exploitation patronale. »
1890 (8 septembre) — Combrée (Maine-et-Loire) — Ménard : « Socialisme, syndicalisme48. »

33Les thèmes annoncés demeurent volontairement vagues, plus sociaux que politiques, comme si on évitait d’effaroucher. Le mot « grève » y figure souvent: il s’agit de partir de la situation immédiate des travailleurs pour les intéresser, les attirer.

C. Le public

  • 49 Arch. dép. Sarthe, M 374, com. spéc, 12 juin 1884.
  • 50 Arch. dép. Maine-et-Loire, 21 M 225, pièce 22.
  • 51 Arch. dép. Isère, 166 M 2.

34Que le public manifeste une certaine réticence d’interprétation d’ailleurs difficile — la crainte d’être repéré, de se faire renvoyer peut parfois l’explique— on le perçoit aux effectifs des participants, presque toujours inférieur à ceux de la grève, alors que, fréquemment, ceux des réunions proprement ouvrières les excèdent, on l’a vu, et que le meeting, s’adressant à toute la population, disposant de salles plus vastes et de publicité, devrait être, et principe, plus massif. Au Mans, où six cents cordonniers sont en grève, cent cinquante seulement se dérangent pour écouter Guesde49. A Cholet, tandis que plus de trois mille tisserands participent aux assemblées quotidiennes des grévistes, il n’en vient que six cents pour Soëns, trois cents pour Dalle50. Le groupe socialiste de Grenoble, sur le thème « Exploiteurs, exploités », n’attire que quatre-vingts assistants contre trois cents aux réunions ouvrières, etc.51. Bien entendu, il y a des exemples inverses : à Roanne, Guesde parle devant un auditoire numériquement identique à celui des assemblées générales de grève ; et Vaillant, dans le Cher, fait toujours salle comble.

  • 52 Selon les rapports de police, qui s’efforcent souvent de chiffrer la répartition des sexes, il y a (...)
  • 53 Arch. nat., F 12 4656, préf.-min., 21 avril 1888.
  • 54 Arch. dép. Gard, 6 M 1414 (2), com. pol, 11 mars 1887.
  • 55 Arch. dép. Rhône, M, dossier du 1e r Mai 1890.

35Ce public est un peu plus varié et composite que celui des réunions proprement ouvrières. La tendance, déjà notée, à la sortie familiale, s’accentue ; les femmes forment jusqu’au tiers des effectifs52 ; à Rimogne, Clément les convie tout spécialement53 ; à Bessèges, Labusquière les félicite de leur présence: « Contrairement au christianisme qui fait propager ses idées par les hommes pour avoir les femmes, le socialisme doit d’abord recruter les femmes pour conquérir les hommes à ses doctrines »544. Les dimanches après-midi, on emmène les enfants ; à Lyon, le 29 avril 1890, brasserie Gruard, « il y même des pères qui ont des bébés sur les épaules »55.

  • 56 Arch. dép. Cher, M 23, com. pol, 12 septembre 1886. Les vignerons du Centre de la France sont une (...)
  • 57 Arch. dép. Sarthe, M 374, com. spéc, 12 juin 1884.
  • 58 Le Temps, 16 juin 1885.

36Dans les bourgs, que dominent les « féodalités industrielles », dans les quartiers populaires, des boutiquiers se mêlent aux ouvriers. A Saint-Aman(Cher), Vaillant et Camélinat parlent devant deux cents ouvriers, cent vignerons, cinquante négociants, rentiers, employés de commerce : « Les trois cent premiers appartiennent au parti socialiste. Les cinquante derniers sont conservateur ou républicains modérés et n’attendent pas la fin de la conférence pour se retirer »56. Les éléments exogènes apportent parfois la contradiction : au Mans, un certain Morel, attaché à La Petite France, proteste contre les atteintes de Guesde au drapeau tricolore57. Dans les Ardennes, les patrons donnent la réplique à Clément qui « invite les ouvriers à applaudir tant qu’ils pourraient les patrons et à faire le plus grand silence tandis qu’il parlerait lui-même »58. Néanmoins, l’ouverture reste mince ; les ouvriers garnissent les bancs, et, de surcroît, les travailleurs de la corporation en grève, à l’exclusion des autres professions. Il y a un compartimentage de la vie sociale que la grève ne réussi qu’exceptionnellement à faire éclater.

  • 59 Arch. dép. Allier, série U, dossiers d’instruction des affaires Lafargue, Guesde, Bazin (179 pièce (...)
  • 60 Arch. nat, F 12 4664.
  • 61 Arch. dép. Maine-et-Loire, 71 M 2, pièce 243 ; cette conférence a lieu au domicile d’une certaine (...)
  • 62 Arch. dép. Loire, 92 M 19, pièce 49, préf.-min, 20 février 1882.
  • 63 Arch. préf. pol, B A 1882, pièce 18, rapport Bey, 17 janvier 1883.

37Généralement assez passif, l’auditoire n’intervient guère que par ses applaudissements, ses cris, et marque sa chaleur par sa générosité à la quête, de résultats ordinairement modestes : les 800 F obtenus par Guesde à Roanne, dans une salle de 2°000 personnes, signalent un exceptionnel enthousiasme. Les réactions devant le message socialiste sont variées, différentes selon les milieux, les lieux, le degré d’imprégnation antérieure, l’accoutumance. Malgré la simplicité des propos, certains avouent ne pas bien comprendre : à Montluçon, cités à comparaître par l’instruction qui informe contre Guesde, Lafargue et Dormoy, plusieurs témoins se dérobent en alléguant ce motif, au demeurant peut-être par artifice59. D’autres se montrent réfractaires à la théorie. A la Ferté-sous-Jouarre, les meuliers, venus nombreux (environ 700 et il y a 180 grévistes) entendre Chabert, puis Labatière et Joffrin, se déclarent déçus : ils attendaient des subsides et goûtent peu la propagande60. Pareillement, les ardoisier de Combrée jugent dérisoire les douze francs que leur remet Ludovi Ménard ; ils écoutent sans broncher les propos sur Jésus-Christ, précurseur de socialisme, Saint-Simon et Fourier, et ne sortent de leur torpeur que pour applaudir une tirade anti-patronale : « Je vous déclare que si, moi, ouvrier carrier, j’étais condamné par M. Picherit à travailler onze heures durant au fond d’un trou, privé de la lumière, et exposé à être écrasé sous les blocs de pierre, plutôt que de mourir de faim, je le tuerais », déclare le doux Ménard61. Voilà bien l’éloquence prisée des ouvriers. A Roanne, Guesde se taille un beau succès en sommant les patrons « de faire leur nuit du 4 août. Qu’ils nous rendent les moyens de production qu’ils nous ont volés ; alors nous désarmerons ; jusque-là, non » ; « les tirades politiques et les appels à la force sont très applaudi »62. Par contre, au Mans, « sauf une vingtaine d’ouvriers, la plupart dés approuvent le recours à la violence » ; Guesde recueille des applaudissements seulement lorsqu’il prédit : « Quand les prolétaires allemands auront aboli la Monarchie, ils nous rendront l’Alsace-Lorraine. » A Limoges, un certains ombre de porcelainiers, au sortir d’un meeting sur la « Fédération ouvrière » où les orateurs ont daubé sur les députés radicaux du département, « trouvent qu’on fait trop de politique »63.

  • 64 Arch. dép. Cher, M 23, com. pol, 12 septembre 1886.
  • 65 Arch. préf. pol, B A 168, pièce 324, rapport de police, 5 novembre 1882. Un autre orateur, Courtou (...)

38A Saint-Amand, « les vignerons et ouvriers accueillent avec avidité les promesses brillantes qui leur sont faites, et ils tombent en extase devant les horizons infinis qu’on leur fait entrevoir »64. Mais les ébénistes parisiens manifestent beaucoup de scepticisme devant la prospective anarchiste ; lorsqu’un orateur affirme : « Nous, révolutionnaires, nous ne voulons plus de lois, notre idéal est de vivre libres sans aucune réglementation », plusieurs assistant s’esclaffent : « c’est de la bêtise ; il faut cependant des lois » ; quand Louise Michel décrit la société de l’avenir, on entend : « c’est problématique cela... c’est de la mythologie », et elle déchaîne l’hilarité en s’écriant : « Il y aura de la place pour tout le monde au banquet de la vie »65.

39Ainsi, le public ouvrier oppose une certaine résistance au message nouveau. Il apparaît dans l’ensemble indifférent à la doctrine, méfiant vis-à-vis de ce qu’il appelle « la politique », et qu’il distingue du « socialisme », sensible à la violence, rebelle à la pure anarchie. Profondément ouvriériste, il attend qu’on lui parle de lui, qu’on déplore sa condition, l’exploitation dont il est l’objet, qu’on fustige ses ennemis : le patron, cette hantise — qu’on lui promette un avenir meilleur, sans trop préciser le moyen d’y parvenir. Le meeting doit être porteur d’espérance et prodiguer la bonne nouvelle du Salut.

40De telles aspirations influent sur le discours, dont nous allons tenter d’examiner le contenu.

II. LE DISCOURS DE LA GRÈVE

41Régression du geste, attrait grandissant pour l’écrit, mais primauté de la parole : tel me paraît être le stade d’expression atteint par le mouvement ouvrier à cette époque, et qui, sans doute, correspond à une situation culturelle globale.

1. PRIMAUTÉ ET FONCTIONS DE LA PAROLLE

  • 66 1873 a, p. 13. Il ajoute : « Dans des cas exceptionnels, cependant, l’on s’écrit pour s’interroger (...)

42La parole assume, au moins, une quadruple fonction : d’exutoire, de défoulement, d’où le foisonnement du vocabulaire de menace et d’injure, cette truculence en comparaison de laquelle le langage ouvrier d’aujourd’hui semble pâle, édulcoré, presque académique. De communication : l’information circule par les relations familiales, ou professionnelles, par le canal des voyages : « Aux rapports par lettres, écrit Audiganne, les ouvriers préfèrent les communications verbales, où l’on se dit en moins de temps beaucoup plus de choses »66. C’est de bouche à oreille que se forment les « réseaux d’imitation » dont nous avons évoqué le rôle dans la diffusion des revendications, et notamment dans la fixation des zones de salaire.

  • 67 (1895), 1963, p. 74.
  • 68 Pour G. Le Bon, le meneur est cet ouvrier « qui, dans une auberge fumeuse, fascine lentement ses c (...)
  • 69 Selon le mot de Jaurès lui-même, Mouv. Soc., avril-juin 1962, n° spécial sur Jaurès, p. 8. L’évoca (...)
  • 70 On n’oubliera pas les conséquences que cette priorité de la parole a eues sur la diffusion de text (...)

43Pareillement se répandent les images et les idées qui constituent la conscience ouvrière d’une époque. « C’est au cabaret, selon G. Le Bon, par affirmation, répétition et contagion que s’établissent les conceptions actuelles des ouvrier »67. Et, pour Renan, les « ouvriers socialistes répandant leurs idées de cabaret en cabaret », évoquent les premiers fondateurs du christianisme. Effectivement, l’expansion du socialisme est formellement très comparable au processus d’évangélisation ; la venue de tel grand leader à l’occasion d’une grève opère comme une mission fondatrice ; le message socialiste est un» prédication ». En ces temps de presse socialiste discontinue et de faible tirage, la parole demeure le principal instrument d’innovation et de propagande. Le prestige du meneur, à tous niveaux, tient à sa présence physique et singulièrement à ses dons oratoires68. Un Guesde, plus tard — et fort différemment — un Jaurès, dont le silence même était « plein de paroles future »69, lui devront le meilleur de leur popularité. Au reste, les discours alimentent l’écrit : diffusés en brochures, ils forment une large part de l’imprimé socialiste. Inversement, la plupart des articles de Guesde sont composés comme des discours ; de même, les rapports aux congrès, fonds central de la bibliothèque ouvrière, sont destinés à être prononcés. En cette ère rhétorique, la frontière est ténue qui sépare la parole de l’écrit souvent rédigé « tel sur le papier qu’à la bouche » (Montaigne)70.

  • 71 Cf. les travaux de René Kaës, notamment 1967.
  • 72 Selon une expérience faite par J. Ozouf.
  • 73 Un réalisateur de télévision, voulant interroger la « mémoire de Belleville », prend contact avec (...)
  • 74 Citons, à ce sujet, deux recherches parallèles menées d’une part sous la direction de A. Dupront, (...)

44Ce primat de la parole rapproche le mouvement ouvrier des mouvements populaires classiques et des sociétés rurales, par excellence monde du dicton, de la comptine et du proverbe. Mais dans les dernières, la parole est, en outre, un conservatoire. La tradition orale emmagasine et transmet les souvenirs de tous ordres — comiques, héroïques, météorologiques... — ; elle assume toute une mémoire collective. En milieu ouvrier, cette fonction paraît, au contraire, atrophiée. Des études de sociologie contemporaine ont mis en évidence cette tendance amnésique et la pauvreté de la conscience historique des travailleurs71. Et si, dans l’été 1969, les éclusiers du canal de Bourgogne entonnent après boire La Butte Rouge, ils disent ne plus savoir de quoi il s’agit72. Certes, en ce domaine, on ne saurait se fier au seul énoncé, et une introspection bien conduite peut faire jaillir ce qu’on croyait effacé à tout jamais et peut-être simplement tu, enfoui73. Nous ignorons ce que signifie l’oubli pour une société et comment fonctionne une mémoire collective74.

  • 75 La référence à Quatre-vingt-treize et aux hébertistes est, au contraire, surprenante dans les séan (...)
  • 76 D. Poulot, 1872, p. 73.
  • 77 Arch. préf. pol., B A 174, pièce 885, réunion du 24 mai 1876, propos d’un certain Amont : « Je sui (...)
  • 78 Plusieurs études, effectuées dans le cadre de mémoires de maîtrise, sous la direction de M. Vilar, (...)

45A nous en tenir aux mots pour autrefois notre unique prébende, on notera la médiocrité des références au passé dans les textes ou les discours, en tout cas références à l’histoire nationale plus qu’à celle de la classe ouvrière qui ne paraît pas perçue comme autonome. Quatre-vingt-neuf, Quatre-vingt-treize surtout qui incarnent la véritable révolution populaire75 — dans l’argot du Sublime, « faire 93 », c’est faire la révolution76 — sont cités plus que la Commune, que sans doute dissimule une défiante autocensure. Sur un plan plus humble, peu d’allusions aux conflits antérieurs, aux grèves d’hier par exemple, dont la leçon apparemment se perd comme s’il fallait toujours tout réinventer. A Paris, en 1876, un vieux charpentier vante la bonne organisation de la coalition de 184577 ; à Vienne, en 1890, on se porte chez Brocard parce qu’on lui a gardé rancune d’une résistance opiniâtre en 1879. La mort de Watrin a laissé davantage de traces : combien de temps ? Decazeville, aujourd’hui, se souvient-il encore ? L’explicitation de tels souvenirs est exceptionnelle. La mobilité, le brassage, qui caractérisent le prolétariat urbain et qui perturbent la constitution des quartiers78, l’usure qui conduit au renouvellement rapide des meneurs, leur jeunesse, l’absence de prestige des ancêtres en milieu ouvrier : tout cela favorise les ruptures plus que la continuité. Et pourtant, s’il n’existe ici rien de comparable à la « sagesse paysanne », fruit de savoir-faire multiséculaire, superbe pâture ethnographique, on perçoit, dans les comportements, l’accumulation d’une expérience (telle la conscience de conjoncture, parfois si affinée), transmise dans la conversation quotidienne.

2. PRESTIGE GRANDISSANT DE L ‘ ÉCRIT

  • 79 Pour l’étude des grèves « scripturaires », nous renvoyons à la seconde partie.

46Cependant, le monopole de la parole s’affaiblit, tandis que grandit le prestigde l’écrit79. 22 % des grèves en usent et voici le tableau des genre recensés :

Nombre de grèves où ces formes interviennent

Nombre de grèves où ces formes interviennent
  • 80 Arch. préf. pol., B A 178, pièce 57, appel imprimé de la chambre syndicale des charrons, Paris, 18 (...)
  • 81 Les affiches ne s’adressent qu’exceptionnellement à l’opinion publique. Quelques exemples cependan (...)

47Ces écrits se composent pour moitié, environ, de textes manuscrits : lettres, placards, graffiti..., pour moitié d’imprimés : tracts, affiches, communiqués de presse, circulaires... Le recours à l’imprimé montre un effort de publicité qui, toutefois, ne doit pas faire illusion : il est dirigé presque exclusivement vers les travailleurs auxquels sont adressés l’immense majorité des appels et des communiqués : « Nous n’ignorons pas que le salarié ne peut que s’adresser à son pareil pour trouver un appui », déclare le préambule d’une liste de souscription80. Peu d’appels à l’opinion publique, comme s’il n’y avait rien à en attendre, ou qu’on ne s’en souciait pas81. C’est avant tout la classe ouvrière qu’il s’agit d’informer et de rassembler. L’écrit ne sort pas de la « famille » ; il garde un ton de confidence qui en fait le substitut d’une parole.

20. A Decazeville, la défenestration de Watrin, d’après Le Cri du Peuple
21. Réunion de mineurs à Decazeville (1886), d’après Le Monde Illustré

22. Chanson ouvrière : « Chanson nouvelle au sujet des grèves de 1880 » à Roubaix avec un dessin » La route des fabricants »

23. Le cabaret du Réveil Social à Calais (1890)

24. Caricature ouvrière : « La vérité sur la grève d’Anzin », dessin de mineur

Patronat et autorités
25. Les industriels d’Armentières invitent les tisseurs à reprendre le travail (affiche, mai 1880)
26. Appel du maire d’Armentières aux tisseurs en grève

3. DIFFICULTÉS DE L’ÉTUDE DU DISCOURS DE GRÈVE

  • 82 Le soin de prendre des notes est souvent confié à des agents qui doivent s’efforces de les prendre (...)
  • 83 Arch. dép. Loire, 92 M 19, pièce 27, février 1882, Roanne.

48Cette contiguïté de l’écrit et de la parole nous permet de les considérer conjointement comme sources pour l’étude du discours de grève, sans nous dissimuler, pourtant, ce qu’a d’artificiel un tel assemblage. Si notre connaissance de l’écrit est directe, celle de la parole, hormis les discours des leaders publiés dans les journaux socialistes (et auxquels il manque parfois ces incidentes, ces apostrophes qu’on improvise dans la chaleur du meeting, mais qu’on n’imprime pas), est ordinairement différée, médiatisée par les commissaires de police qui, n’étant ni des magnétophones ni même des sténographes, ne nous livrent qu’un discours tronqué, et, peut-être, modifié par leur propre écoute82. Les propos rapportés le sont de trois manières : en résumé : « Delorme vomit des imprécations contre les patrons. Il parle des ouvriers anglais, de Marx, de ce qui s’est passé à Roubaix, des ventripoteurs »83, en style indirect ; ou direct, entre guillemets. Pour notre propos, attentif au vocabulaire tout autant qu’au thème, nous retiendrons surtout les fragments ainsi authentifiés.

49Une seconde difficulté tient à la diversité des locuteurs et des niveaux d’émission. Il paraît légitime de distinguer comme trois strates :

  1. Un discours « sauvage » émanant d’auteurs anonymes, non mandatés, exprimés dans les formes les plus élémentaires de la parole et de l’écrit : cris, graffiti, placards manuscrits non signés, bribes de conversation, précieuses épaves d’un langage quotidien dont le fil nous échappe constamment. Discours sans apprêt qu’on ne peut cependant tenir pour pur jaillissement spontané nous verrons tout ce qu’il entre d’autocensure, de tradition, dans les cris. Peut-être est-il, au contraire, le lieu de la banalité et du stéréotype.
  2. On appellera discours « militant » celui qui émane des leaders locaux de la grève, parlant et écrivant moins en leur nom qu’en celui des institutions dirigeantes du conflit. Il compose l’essentiel des réunions et des écrits, et, en conséquence, est le mieux représenté dans nos documents. C’est un discours stratégique, fonctionnel, intentionnel, qui a ses modèles et ses références, ses poids et ses mesures.
  3. Enfin, les discours tenus dans les meetings par les orateurs — journalistes, hommes politiques — venus de l’extérieur, constituent un troisième ensemble, de finalité et de portée différentes. La grève fournit l’occasion et le prétexte à l’exposé de la Bonne Nouvelle. Ecouté avec attention par les commissaires de police qui en transcrivent de larges extraits, fréquemment reproduit dans la presse socialiste qui y trouve matière à articles, ce type de discours est le plus fidèlement connu, le plus étudié, aussi, par les historiens du socialisme et des forces politiques. Nous nous y attarderons moins. Il s’agit ici de message proposé : tout le problème est de savoir comment il a été reçu.
  • 84 C’est pourquoi nous n’usons pas ici (exceptionnellement !) de statistiques : elles n’auraient guèr (...)

50Assurément, tout cela ne forme pas un corpus homogène84, tels que, par exemple, les Cahiers de doléances, ou le Barodet, compte tenu surtout de la longueur de la période d’émission : vingt ans, voire dix (la majeure part des textes analysés appartiennent à la seconde décennie), c’est beaucoup trop vaste quand les linguistes nous enseignent que rien ne se renouvelle plus vite qu’un vocabulaire politique (le social, me semble-t-il, a plus de résistance, plus d’inactualité). D’un autre côté, le langage n’obéit pas si docilement aux finalités que le locuteur lui assigne, il échappe grandement à sa volonté ; on le sait : « ça parle en lui ». Ces voix sont celles d’un même discours : celui que la grève suscite à cette époque.

51Le modèle lexicographique et sémantique donné par J. Dubois, m’a, bien entendu, guidée dans la recherche des oppositions, des identités, des associations, sans que je puisse m’en réclamer autrement que comme d’un exemple mal suivi faute de la technicité nécessaire.

A. La parole « sauvage »

  • 85 Griffuelhes, ce technicien du syndicalisme, homme d’une ère nouvelle, reprochera à ses camarades c (...)

52Injures et menaces, acclamations et huées, noircissent les pages de ce discours sommaire, imprécatoire, âpre et imagé, refuge d’une violence de plus en plus repliée dans « la verdeur des mots »85.

1°) Injures et menaces86

  • 86 Sur l’injure dans le vocabulaire politique et social cf. J. Dubois, 1962, p. 89.
  • 87 Sur les injures prodiguées aux non-grévistes, autre cible de l’agressivité ouvrière, cf. ci-dessus (...)
  • 88 La Gazette des Tribunaux, 3 août 1867 : argot des tailleurs d’habits.
  • 89 Le Citoyen, 10 février 1882 : les tisseurs de Roanne appellent ainsi leurs patrons.
  • 90 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1871-1877, proc. Rép.-préf. 8 novembre 1875 : Guillot, 20 ans, couvert (...)
  • 91 A ce sujet, cf. les remarques de Decouflé, 1968, p. 116 (bestiaire contrerévolutionnaire).
  • 92 Cf. D. Poulot, 1872, et A. Delvau, 1883, p. 306.
  • 93 L’expression « ces Messieurs » est très fréquemment employée par les ouvriers dans un sens péjorat (...)
  • 94 Arch. préf. pol., B A 180, pièce 335, rapport de police, 5 juin 1882 : « Abas de ces affiches étai (...)
  • 95 Arch. nat., F 12 4661, apposé dans nuit du 17 au 18 février 1882, tissage Motte.
  • 96 Même source.
  • 97 Arch. dép. Nord, M 619/7, pièce 19.
  • 98 Un tract du 1er Mai 1890 répandu à Lyon, fustige « les Rothschild et les Vanderbilt », Arch. dép. (...)
  • 99 Arch. dép. Marne, 194 M 12, janvier 1885.
  • 100 Arch. nat., F 12 4 6 5 6, dépêche Havas, 23 avril 1886.

53Le patron et ses « acolytes » en sont la cible favorite87. Leur haine s’étale sur les murs, éclate dans les cris et les chansons, alimente les conversations. Le vocabulaire populaire abonde en qualificatifs péjoratifs ou injurieux pour désigner et flétrir leur oppression. Paletots88, peaux-rouges89, galeux90 sont les plus anodins. Le bestiaire fournit, comme souvent91, une riche moisson : chiens couchants, gorets (argot des chapeliers), muffles (prononcé muff)92 poules contremaîtres, contrecoups et autres gardes-chiournes ; bouledogues, tigres, cochons et, naturellement, singes pour les employeurs. Fainéants et bons à rien, ces Messieurs93 sont surtout des tyrans et des voleurs, de tous les termes, les plus usités. « A bas les patrons, à bas les tyrans ! », lit-on sur les murs de Vaugirard, au crayon rouge, durant la grève des menuisiers94. Et Roubaix : « Nos fainéants patrons, ces ambitieux voleurs... »95. Un autre placard se termine par : « Nous crierons : mort aux voleurs ! Vive la Révolution Sociale »96. Une affichette fustigeant un certain Despret, directeur d’une fabrique de glaces de Jeumont, ne comporte pas moins de cinq qualificatifs différents à son égard : « Un Watrin, un Bismarck ;... ce despote,... ce tyran,... ce juif »97. Ce dernier emploi demeure exceptionnel alors dans les textes ouvriers. Mais quand ils veulent personnifier le capital, les travailleurs parlent volontiers des Rothschild98. Une adresse manuscrite aux « esclaves de la fabrique Bouchez » et signée « le comité Reimsdort » (la naïveté du sous-préfet fit rechercher s’il n’y avait personne de ce nom dans l’usine !) vitupère : « Votre exploiteur, tyran et voleur..., votre patron, qui n’est qu’un coquin... Allons, travailleurs, vous ne voyez donc pas que votre patron cherche à vous voler ? »99. « Tous nos frères sont aux prises avec les filous qui les ont exploités jusqu’à ce jour », affirme un anonyme sur les murs de Decazeville100. Ce thème du vol revient d’ailleurs comme un leitmotiv dans les discours les plus élaborés.

  • 101 Arch. dép. Saône-et-Loire, 194 M 12, placard imprimé, « Appel aux paysans », septembre 1882.
  • 102 Arch. nat., F 12 4661, placard manuscrit, nuit du 16 au 17 mars 1885.
  • 103 Arch. préf. pol., B A 175, pièce 61, propos d’un ouvrier scieur de long, réunion du 14 septembre 1 (...)
  • 104 Arch. dép. Nord, M 627/12, pièce 20, placard manuscrit, Lille, mai 1880.
  • 105 Cf. note ci-dessus « Appel aux paysans ».
  • 106 E. Piéton, Etude sur la corporation ouvrière, 1872, brochure Arch. dép. Seine-Maritime, 14 M, pièc (...)
  • 107 Arch. dép. Rhône, M, dossier du 1e r Mai 1890 tract des ébénistes parisiens poule 1er Mai.
  • 108 Ibid., M, Grèves 1888-1890, tract imprimé des « chambres syndicales et groupes ouvriers de Paris » (...)
  • 109 P. 1142, 1591, par exemple. C’est aussi un thème de toute la littérature noire : exemple, Lautréam (...)
  • 110 Ces deux vocables sont fréquemment employés comme substantifs pour désigner les patrons et posséda (...)
  • 111 1872, p. 147.
  • 112 Arch. nat., F 12 4661, préf.-min., 19 février 1884 : « Nos patrons, pour arrondir plus vite leurs (...)

54Les patrons, ces affameurs, sont des « buveurs de sueur, de sang ». Toute une série de propos évoquent les méfaits de « ces vampires qui se prétendent nos maîtres »101. « Messieurs les patrons de tissage de Solesmes..., vous n’êtes que des buveurs de sang d’ouvriers »102. « Il faut abattre les buveurs de sueur et ne pas se laisser saigner à blanc »103, « se débarrasser d’un tas de riches et de prêtres qui vous sucent sang et moëlle »104, de « ceux qui sucent votre sang »105, parasites, sangsues, poux. On retrouve le bestiaire : le patronat est une bête qui « dévore » travail et travailleurs, un rapace, un vautour « auquel les travailleurs servent de pâture »106, qu’il enserre et dont il « s’engraisse ». « Monstre à la gueule toujours ouverte, la spéculation dévore avec un effrayant appétit »107 et les ouvriers sont étouffés par « les pieuvres capitalistes aux innombrables tentacules »108. Le thème, magnifié par Zola (Germinal)109, du « dieu repu » se nourrissant de chair humaine, se greffe sur l’imagerie populaire : les travailleurs ont le sentiment obsédant d’être « mangé», « vidés » de leur substance pour alimenter les repus, les satisfaits. Ceux-ci sont gras, « bouffis », « obèses », « gonflés », « gorgés », « pansus », « ventrus », « ventripotents », ventripoteurs »110 : autres termes fort répandus pour désigner les « exploiteurs » : « la ventrocratie farouche », selon Denis Poulot111. Telle est aussi l’image que donnent des capitalistes les caricatures du temps qui font du ventre le symbole même de la fortune112.

  • 113 Arch. dép. Nord, M 625/56, pièce 36, 1888.
  • 114 Arch. dép. Nord, M 625/56, pièce 52, avril 1887.
  • 115 Tissage Bouchez à Reims : ci-dessus.
  • 116 Ci-dessus, Arch. nat., F 12 4661.

55Ces « bandits » méritent la mort, que leur promet le discours populaire « Le brave gueux de Directeur nous a fait venir à Bousies pour nous faire mourir de faim. Il faut le tuer avant huit jours d’ici ou il nous faut périr », lit-on sur la porte du tissage Seydoux113. «... Armez-vous donc d’un poignard et d’un revolver. Le temps nous presse pour tuer les patrons et les directeurs et les grands fainéants de contremaître surtout. Tu-tu-tu Feu-feu-feu », exhorte un placard manuscrit accolé chez Dulac à Armentières114. Un autre, adjure : « Pourquoi ne tué vous (sic) pas un voleur pareil ? »115. Un autre encore, au tissage Motte à Leers : « Nous allons chercher les moyens de tuer nos patron »116. Parfois, les ouvriers s’enhardissent jusqu’à écrire des lettres de menaces à leurs « tyrans » comme les mineurs de Firminy à leur gouverneur :

  • 117 Arch. dép. Loire, 92 M 16, pièce 24.
  • 118 Arch. nat., 12 4661, rapport gendarmerie Cambrai, 18 mars 1885.

56« Monsieur Monistrol... Mafie-toi (sic). Au lieu de faire descendre les ouvriers tu pourrais bien descendre mais plus vite que tu ne penses. Il faut que tu sautes ou le puits Lachaud sauterait plutôt »117. Et les tisseurs de Solesmes : « Messieurs les patrons..., nous, vos ouvriers, nous vous prévenons que si vous baissez encore les façons, nous mettrons vos établissements en ruine »118.

57L’exaltation de la violence physique fait le succès des militants anarchistes.

  • 119 Arch. nat., F 12 4662, rapport sur la grève des chevriers-maroquiniers de Lyon, 1887.
  • 120 lbid., préf.-min., 29 mars 1886, propos tenus chez les cordonniers, Lyon.
  • 121 Arch. préf. pol., B A 184, pièce 1039.
  • 122 Arch. dép. Loire, 92 M 26, pièce 128, com. pol., 22 juin 1889.

58En réunions, ils ne parlent que de « pendre les patrons, de brûler les usine »119. « Les grèves ne seront efficaces que lorsque les grévistes se rendront dans l’atelier de l’exploiteur, y briseront tout et au besoin feront sautela maison »120. Durant la grève des terrassiers, Lisbonne stigmatise la lâcheté des coalisés : « Il faut pendre trois ou quatre patrons à des becs de gaz... Armez-vous de tiers-point, de casse-tête, de cannes et cassez-moi la gueule tout ça ! »121. Mais la menace n’est pas seulement leur fait ; dans les rues, des milliers d’ouvriers s’exaltent de vengeance : « Les patrons sont des cochons, Nous les pendrons », chantent les tisseurs de Saint-Quentin. Et ceux de Roubaix : « Si n’veulent pas nous augmenter — Nous allons les égorger. Si les patrons n’augmentent pas — Nous leur mettrons la tête en bas ». « Il nous faut du sang pour que cela finisse », murmurent les limeurs du Chambpn122.

  • 123 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1888-1890.

59Dans le canton de Thizy, « quand le cortège passe devant les maisons des patrons, ceux qui le composent poussent des cris prolongés et déclarent qu’ils aiguisent leurs goyards ou qu’ils couperont les chaînes de leurs métiers pour en faire des cordes à pendre les patrons »123.

  • 124 Outre les divers textes cités, voici encore les propos de Laroche, ouvrier menuisier, réunion du 1 (...)
  • 125 Le Cri du Peuple, 3 mars 1887.

60Notons-le : le supplice promis aux patrons, c’est d’abord la pendaison, l’ancestrale pendaison roturière ; ni la guillotine, ni les armes à feu n’ont détrôné le médiéval et agreste gibet. Comme jadis les « aristos », on veules patrons « à la lanterne », c’est-à-dire désormais aux becs de gaz124. Le naïf dessin des tisseurs de Roubaix, « la route des fabricants », conduit à la potence. Les gantiers de Céton (Orne), en révolte contre leur directeur, s’offrent le luxe d’une pendaison simulée, comme jadis les émeutiers de l’affaire Réveillon, dans la plus pure tradition d’antan : « On fit trois mannequins représentant le Maniette (le directeur), sa digne épouse et sa nièce ; on les promena dans toutes les rues de la ville ; on lut l’acte d’accusation des faits qui leur étaient reprochés, puis on les pendit et on les brûla »125. Après 1886, on parle beaucoup de « watriner », de « watrinage » ; la défenestration fait concurrence à la pendaison, sans pourtant la dépasser.

  • 126 Pour « se crocher », on attache la corde latéralement comme un licol, et on tire.

61Cette prédilection a de quoi surprendre en cette fin du 19e siècle, venant de citadins qui ont connu, de près ou de loin, les fusillades de la Semaine Sanglantet qui savent la puissance des armes modernes. La pendaison est, par excellence, la mort paysanne : dans les campagnes normandes de Maupassant, et, de nos jours, encore, dans certains cantons du pays d’Auge où l’on « se croche »126, il n’est pas d’autre forme de suicide que la corde, rustique arme du pauvre. La pendaison, en outre, consomme la fin la plus infamante, celle, enfin, susceptible d’engendrer la vision la plus collective, la jouissance la plus durable. La guillotine a quelque chose de clandestin ; dans sa brièveté — Samson se vantait de n’avoir besoin que d’une minute par tête —, elle contient le remords d’attenter à la vie. L’image du pendu s’offre à la contemplation, horrifique et délectable, reste d’un temps où la mise à mort était un spectacle. Mais peut-être aussi cette représentation passéiste masque-t-elle l’absence de véritable projet sanguinaire et n’est-elle, en définitive, qu’une façon de parler.

2°) Cris

  • 127 Cf. ci-dessus p. 565 (cris de la rue).

62Des cris identiques ponctuent manifestations et réunions dont ils marquent, en outre, le point final : pas d’assemblée levée sans quelque vivat, ultime forme de communion, viatique dans la séparation127.

  • 128 Arch. préf. pol., B A 172, juin 1882.
  • 129 Le Temps, 31 octobre 1882. On trouve un récit analogue dans Le Rappel du même jour.

63De façon générale, les cris de la rue sont moins hardis, moins variés que ceux des réunions. Dehors, les ouvriers se surveillent : cas-type d’autocensure qui montre les limites de la spontanéité ; dedans ils se sentent entre eux. Mais aussi, les cris ne remplissent pas la même fonction. Dans la rue, ils scandent les mouvements d’une masse dont ils épaulent la déambulation ; ils sont simples, traditionnels, unanimes. Dans les salles, ils se chargent d’intensité, d’intention, suivant les incitations des orateurs, ou des minorités agissantes qui cherchent à y faire passer un message, tels les anarchistes lançant : Vive la dynamite, Mort aux voleurs, Vive la Révolution violente... Le cri processionnel et litanique fait place au cri-programme ou profession de foi. D’où les réactions suscitées. Ainsi, en 1882, Vive la Révolution sociale, encore tout frais, soulève des protestations dans diverses assemblées de grévistes parisiens. Chez les coupeurs-tailleurs, Couchot propose ce cri, « mais la majorité préfère : Vive la grève »128. Dans une réunion d’ébénistes, un ouvrier « que le discours du citoyen Bacheley (le président) électrise, crie : Vive la Révolution sociale ! — Des protestations se font entendre ». Sommé de s’expliquer, « je crois, dit-il, qu’il n’y a que par les moyens révolutionnaires que vous pourrez vous affranchir des... ». Il est interrompu par des exclamations et des rires, on lui retire la parole et « il disparaît de la tribune au milieu de l’hilarité générale »129. Scènes intéressantes parce qu’elles suggèrent la jeunesse du message et les résistances rencontrées.

64Elles montrent aussi comment se domestique la parole « sauvage ».

B. Le discours militant

65Le discours militant se déploie sur un triple registre : déploration de la condition ouvrière, flétrissure du patronat, exaltation de la lutte ouvrière et de ses diverses formes. Les deux premiers volets du triptyque sont assez traditionnels, riches en lieux communs qu’on trouvait dans les propos précédemment analysés. Par le troisième, s’introduit la différence, s’ouvre la dimension d’un projet d’avenir. Le discours militant représente un hybride : il a la violence et la couleur du langage populaire, et la volonté prospective de la prédication socialiste, dont il donne souvent une version simplifiée.

1°) Les « travailleurs » par eux-mêmes

  • 130 Sur l’origine religieuse de frères et son emploi laïcisé au 19e siècle, cf. J. Dubois, 1962, p. 81 (...)
  • 131 Citoyennes, citoyens : tous les rapports aux congrès — à Marseille, en 1879, comme à Lyon (1886, F (...)

66D’abord, comment se désignent-ils ? S’adressant directement à leurs compagnons, les ouvriers disent le plus souvent : travailleurs ou camarades ; ou encore frères (généralement complété : frères de misère, frères producteurs, frères en souffrance)130, ou citoyens131. On trouve aussi compagnons, compagnons de misère, et, dans les appels plus solennels, peuple. Confrères, collègues sont rares, et ouvriers ne se rencontre presque jamais seul, mais avec spécification de lieu (« ouvriers de Reims »...) ou de profession (« Aux ouvriers de la métallurgie »...).

  • 132 A ce sujet, les très intéressantes remarques de J. Dubois, 1962, p. 46.
  • 133 Arch. préf. pol., B A 170, pièce 73, tract imprimé, « Aux tailleurs et scieurs de pierre... », 188 (...)
  • 134 Arch. préf. pol., B A 176, pièce 115, appel des ouvriers du gaz, Paris, mai 1890.

67Dans le cours des textes, les descriptions, etc., travailleurs l’emporte sur tous les autres vocables, y compris sur ouvriers que la terminologie marxiste imposera132 et qui prédomine alors sous forme adjective (« classe ouvrière », « solidarité ouvrière »). Notons qu’au singulier, « l’ouvrier » s’emploie dans les peintures misérabilistes de la condition prolétaire : « L’ouvrier est condamné à assister à l’agonie des siens... »133 ; « l’ouvrier qui produit ne peut subvenir à ses besoins, etc. »134.

  • 135 1962, p. 128.

68Producteurs, très usité, qui, après une phase de rétrécissement, retrouve, selon J. Dubois135, une large acception saint-simonienne, conserve dans le discours ouvrier son sens restreint de « travailleurs ». En voici quelques exemples :

  • 136 L’Egalité, 31 mars 1880, appel de la chambre syndicale de la métallurgie de Grenoble.

«... un parti ouvrier qui... recherchera les moyens pratiques d’améliorer le sort des producteurs » (1880)136 ;
« Les travailleurs, seuls producteurs et créateurs de la fortune publique »

  • 137 Le Mot d’Ordre, 26 juin 1880, discours de Dolland, secrétaire de la chambre syndicale des charrons
  • 138 Arch. préf. pol., B A 180, discours de Jules Cazelle, grève des menuisiers, Paris, 1879.
  • 139 L’Egalité, 7 avril 1880, liste de souscription du syndicat de la métallurgie de Grenoble. Producte (...)
  • 140 Le Petit Caporal, 10 juin 1882, appel de la chambre syndicale des menuisiers de Paris.
  • 141 Arch. dép. Sarthe, M sup. 374, appel des cordonniers de Paris aux cordonniers de Blois en grève, j (...)
  • 142 Ouvriers du gaz, Arch. préf. pol., B A 176, pièce 115.
  • 143 Arch. dép. Rhône, M, dossier du 1er Mai 1890, appel du syndicat de l’ébénisterie, Paris.

(1880)137 ;
« Nous sommes les producteurs... et quand les bras ne se mettent pas au travail, le Capital tombe » (1879)138 ;
«... une classe, les producteurs, continuellement dans la misère... » (1881)139 ;
« Est-il juste de voir les producteurs de la richesse publique végéter et languir dans la misère » (1882)140 ;
« Vous, producteurs de la richesse sociale, vous qui ne recevez en échange que le strict nécessaire pour ne pas mourir de faim » (1884)141 ;
« Nous, le nombre des producteurs, après avoir contribué pendant longtemps à enrichir l’administration, nous nous voyons obligés de courir sur les routes et finalement d’aller mourir à l’hôpital » (1890)142 ;
« Les hommes se sont divisés en deux camps : ceux qui produisent en ceux qui ne produisent pas... Il en résulte que, non seulement les producteurs se voient obligés de partager avec les improductifs, mais encore qu’ils doivent se déposséder des 9/10 du produit de leur travail » (1890)143.

  • 144 Arch. dép. Rhône, M, dossier du 1er Mai 1890, syndicat de l’ébénisterie de Paris.
  • 145 Dans certains textes, les bras s’identifient aux ouvriers « Nous sommes les bras ». Les anglais di (...)

69L’idée de production est liée à une triple représentation : misère/richesse (contraste le plus obsédant) ; utilité des producteurs/vacuité des improductifs ; puissance des producteurs/fragilité du capital. Dans l’ensemble, on insiste davantage sur le sort des producteurs que sur leur fonction ou leur puissance, sur l’aspect social, ou moral, que sur l’aspect économique. Toutefois, ce dernier, fondement même de la conception de la grève générale, connaît une véritable inflation à partir de 1888-1890, et notamment en cette année du 1er Mapour beaucoup véritable banc d’essai. « Si les producteurs cessaient de produire, la marche de l’ordre social serait interrompue et l’humanité s’arrêterait net »144. Car le capital ne subsiste que du soutien des bras145.

  • 146 A ce sujet, cf. J. Dubois, 1962, p. 76. La même remarque s’applique au vocabulaire des titres de j (...)
  • 147 L’Egalité, 31 mars 1880, appel du syndicat de la métallurgie de Grenoble.
  • 148 Arch. préf. pol., B A 179, pièce 74, tract des cochers de l’Urbaine : 1884 : « Nos maîtres voient (...)
  • 149 Le Cri du Peuple, 20 juillet 1888, appel des tailleurs de pierre, Paris.
  • 150 Arch. préf. pol., B A 175, pièce 38, discours de Lacorre, grève des scieurs de long, Paris, 18 aoû (...)
  • 151 Arch. dép. Loire, 92 M 30, pièce 9, tract imprimé du comité de grève de Thizy, 1889.
  • 152 Ibid., 10 M 87, pièce 109, affiche pour le 1er Mai 1890, à Saint-Etienne.
  • 153 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1888-1891, tract pour le 1e r Mai 1890, « les chambres syndicales... d (...)
  • 154 l’Egalité, 31 mars 1880.
  • 155 Ibid., 12 mai 1880.

70La prédominance d’un vocabulaire d’exploitation146 éclate cependant dans la prédilection pour les couples exploiteurs/exploités, particulièrement répétitif, oppresseurs/opprimés, maîtres/esclaves, parias, serfs ; pour la terminologie du bagne : forçats, galériens, garde-chiourmes... ; et celle de la frustration : déshérités, spoliés... Les ouvriers sont « les opprimés... c’est-à-dire les parias de notre époque »147, « des moutons... tondus à plaisir »148 ; « les déshérités qui ne connaissent de la vie que les souffrances »149, « le serf du capitaliste »150, « de plus en plus esclaves et misérables »151. Le salariat vaut à peine mieux que l’esclavage : « esclaves hier, exploités aujourd’hui »152, « esclaves salariés »153, « salariés que nous sommes, c’est-à-dire des esclaves de la minorité capitaliste qui possède tout »154. Les patrons traitent leurs gens en « instruments », en « outil que l’on entretient à moins de frais possible et que l’on jette sur le pavé lorsqu’il devient vieux »155.

71Toutes proportions gardées, le vocabulaire de classe — prolétariat, classe ouvrière — est relativement moins fréquent, avec un léger avantage pour le premier, toujours associé à l’idée de lutte, de solidarité : le prolétariat, c’est, en quelque sorte, la classe ouvrière en action, consciente et organisée.

  • 156 Arch. préf. pol., B A 173, tract imprimé des tailleurs, Paris 26 avril 1885.
  • 157 L’Egalité, 31 mars 1880.
  • 158 Arch. dép. Rhône, M, dossier du 1er Mai 1890, ébénistes de Paris.

72La condition ouvrière (on dit plus volontiers le sort) est donc définie par l’asservissement et la misère, une misère qui empire et s’aggrave : le thème de la détérioration, liée à « la rapacité et l’exigence toujours croissante de patronat »156, « de plus en plus oisif et spoliateur »157, revient constamment, avec le sentiment exprimé qu’on ne peut plus en supporter davantage : « aujourd’hui la situation est arrivée à un tel point qu’elle ne saurait être plus tendue. Il faut que la corde casse »158.

  • 159 Arch. dép. Marne, 194 M 12, placard manuscrit, 8 mars 1882.
  • 160 Arch. dép. Gironde, M 1189, pièces 49-50, propos tenu dans la réunion des grévistes de l’usine Vie (...)
  • 161 Cf. ci-dessus, seconde partie.

73Les termes qui peignent cette condition appartiennent à l’arsenal classique du paupérisme : outre misère, misérables (très employés, beaucoup plus que pauvres, pauvreté qui s’estompent malgré tout dans les textes ouvriers), souffrir, souffrances, tortures, faim, froid, mort, etc., sans cesse opposés au luxe et l’opulence des capitalistes. « Assez de toutes les misères qu’on nous fait. Plus de tortures »159. « Nous, ouvriers, nous mourons de faim et de misère »160. L’ouvrier ne peut pas « vivre en travaillant » ; il n’a pas même le « nécessaire », son « morceau de pain », pour nourrir sa famille (référence constante : on l’a dit, l’ouvrier se définit comme un « père de famille »), et assurer sa vieillesse. A plusieurs reprises, on a insisté sur ce caractère passéiste de la doléance ouvrière161. De ce point de vue, il n’y a guère de changement pendant la période ; des textes de tendances très diverses rendent à cet égard le même son.

  • 162 Arch. dép. Nord M 619/3, pièce 717, discours de Louis Richebourg, 17 ma1880.

74« Le plus souvent nous n’avons que des guenilles à mettre sur le dos de nos enfants, nous-mêmes couverts décemment, mais la misère se cache sous ces nobles haillons », dit Louis Richebourg, tisseur d’Armentières en 1880. « Lorsque l’âge vient affaiblir nos forces, nous sommes rejetés de l’atelier comme la mer rejette les épaves. Nous avons alors pour toute ressource la mendicité... Nous n’avons pas de quoi vivre ni donner un morceau de pain à nos enfants... Cette situation est-elle tolérable ? Nous ne le pensons pas, en nous voyant le teint hâve, les muscles de nos traits contractés par un travail excessif... »162.

  • 163 Arch. dép. Nord, M 628/3, pièce 68, tract des verriers de Carmaux, 5 octobr1891, « à tous les trav (...)
  • 164 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1888-1891, tract des « chambres syndicales et groupes ouvriers de Pari (...)

75Comparant le sort des enfants des patrons à ceux de l’ouvrier, les verriers de Carmaux s’écrient : « Que leur importe à eux, les enfants de l’ouvrier..., pourvu que les leurs fréquentent les beaux salons, qu’ils aient les pieds chauds en hiver et du bon vin vieux pour se réchauffer l’estomac, pendant que les nôtres marchent pieds nus dans la neige et boivent un verre d’eau pour apaiser les tiraillements de la faim »163. « Les asiles de nuit deviennent trop petits ; il y a trop de monde aux bouchées de pain », lit-on dans un tract d1er Mai ; « Horreur ! On voit des hommes qui ont produit des trente ou quarante années pour des capitalistes, aller chanter dans les cours, tirer le pied de biche et mourir épuisés, comme des carnes, dans un amphithéâtre d’hôpital ou sur le tas de pierre d’une grande route... Travailleurs, vous n’êtes que des mendigos ! Mendiants pour travailler, mendiants pour manger... La famine, la mort lente sont là qui nous enserrent »164.

76Dans tous ces textes, une double obsession : celle de l’enfance et celle des vieux jours (la loi sur les retraites, 1910, répondra à une exigence populaire), la crainte de l’hôpital, la hantise de la mort — la mort, destin ou menace, un des maîtres-mots de ce vocabulaire.

2°) Le patronat « exploiteur » et « tyran »

77forme avec le prolétariat un couple linguistique. Les dénominations et qualificatifs qui lui sont appliqués sont l’antithèse de ceux employés pour les travailleurs, comme la description de sa condition en est l’inversion.

  • 165 Arch. dép. Loire, 92 M 13, pièce 48, tract imprimé, « appel des ouvriers fondeurs en cuivre de la (...)
  • 166 Arch. dép. Gironde, M 1189, pièces 49-50, propos de réunion de grévistes de l’usine Vieillard.
  • 167 Le Cri du Peuple, 20 juillet 1888, tailleurs de pierre.

78Patrons (nos), patronat (le) se rencontrent à peu près également, le premier ayant une acception plus précise, plus circonstancielle, le second, une valeur plus générale : «... vu l’opiniâtreté de nos patrons, cherchant à nous réduire à la misère et à la soumission, et voulant nous faire capituler »165 ; « le Patronat, ennemi juré des classes prolétaires »166. La plupart du temps, ces expressions s’appliquent indifféremment aux capitalistes comme au personnel dirigeant d’une entreprise. Toutefois, certains textes insinuent une nuance : le patron désigne avant tout celui qui est en contact avec les travailleurs : « Nos implacables ennemis, le Patronat à tous les degrés et les capitalistes »167.

  • 168 « L’arrogance de nos maîtres » (verriers de Carmaux, 1891), « La rapacité de nos maîtres, bien déc (...)
  • 169 Arch. dép. Loire, 92 M 30, pièce 9, tisseurs de Thizy.
  • 170 L’Egalité, 12 mai 1880, « appel aux travailleurs », commission de la grève des tisseurs de Reims.
  • 171 Cordonniers de Paris, Arch. dép. Sarthe, M sup. 374.

79Puis, vient la cohorte des maîtres (toujours précédé d’un possessif)168, oppresseurs, exploiteurs, tyrans et despotes (les deux derniers, plus pratiqués dans la langue populaire). L’exploitation est fustigée comme moralement inacceptable : « les capitalistes qui nous exploitent si honteusement »169, « ceux qui nous exploitent indignement »170, « leur ignoble exploitation »171, etc.

  • 172 La Marseillaise, 28 septembre 1880, ébénistes de Paris.
  • 173 Arch. dép. Maine-et-Loire, 71 M 1, pièce 58, propos de Moilleux, ouvrier boulanger d’Angers, 15 se (...)
  • 174 L’Egalité, 12 mai 1880.
  • 175 Métallurgistes, Grenoble, 1880 cf. Arch. dép. Isère, 166 M 2.
  • 176 Arch. nat., F 12 4662, préf. Rhône-min., 29 octobre 1881, propos de grève des teinturiers de Ville (...)
  • 177 Arch. dép. Nord, M 625/56, pièce 52.
  • 178 Tailleurs de pierre, Paris, 1888, Le Cri du Peuple, 20 juillet 1888.
  • 179 Arch. dép. Saône-et-Loire, 194 M 12, « appel aux paysans », tract imprimé, septembre 1882, signé « (...)
  • 180 Arch. dép. Loire, 92 M 19, pièce 154, protestation des exclus des usines de Roanne, 1e r Mai 1882.
  • 181 Arch. préf. pol., B A 176, pièce 115.
  • 182 Le Mot d’Ordre, 26 mai 1880, texte de Dolland, secrétaire de la chambre syndicale des charrons de (...)
  • 183 La Vraie France, 14 mai 1880, texte d’un placard trouvé à Lille.
  • 184 Ebénistes parisiens, Arch. dép. Rhône, M, dossier du 1er Mai 1890.

80Capital, employé seul, a un sens plus économique : « le Travail faisant le Capital »172 ; c’est l’argent opposé aux bras173. En complément d’objet : « les exigences du capital »174, « les détenteurs du capital »175, « les despotes du capital qui voulaient fouler aux pieds les ouvriers »176 — il équivaut capitalistes, très courant, et dans les bouches les plus populaires : « Vous voyez que les grands capitalistes commence à faire du malle à l’ouvrier » (sic), lit-on sur une « proclamation au peuple », manuscrite placardée sur le tissage Dulac à Armentières177. Les orateurs de réunions s’en prennent sans cesse aux capitalistes. Ceux-ci ne forment qu’ « une poignée d’individus »178, « une infinitèsime (sic) minorité »179, « une fraction »180 mais « qui possède tout » et qui « fait la loi aux travailleurs ». Beaucoup de textes, notamment tous ceux favorables à la grève générale, insistent sur ce contraste numérique qui fait la force du prolétariat : « nous, le nombre de producteurs »181, « nous sommes le nombre »182, « nous sommes terriblement nombreux »183, « les producteurs sont infiniment plus nombreux que les improducteurs »184.

  • 185 Cf. à ce sujet, J. Dubois, 1962, p. 48.
  • 186 Ibid., p. 128. Je ne relève pour ma part qu’un emploi : Arch. dép. Gard, 14 447, « appel aux trava (...)

81Capitalisme, d’introduction plus récente185, se rencontre peu, tandis que monopole, monopoleur régressent186. Bourgeoisie, et plus encore les bourgeois, toujours péjoratif, voire caricaturaux dans le discours, surabondent, ainsi que les adjectifs correspondants (exemple : presse bourgeoise, République bourgeoise, affamement bourgeois (sic) etc.). Equivalents de capitalistes, on les trouve dans les mêmes types d’association, et particulièrement avec « s’enrichir, exploiter, profiter ». Notons cependant que profit n’a pas encore pénétré dans le vocabulaire militant, non plus que profiteur ; quant à plus-value, il est ignoré.

  • 187 Cordonniers de Paris, 1884, Arch. dép. Sarthe, M sup. 374.
  • 188 Faïenciers de Bordeaux, Arch. dép. Gironde, M 1189, pièces 49-50.
  • 189 Ebénistes de Paris, 1880, La Marseillaise, 28 septembre 1880.
  • 190 « Appel aux paysans », Arch. dép. Saône-et-Loire, 194 M 12.
  • 191 Arch. préf. pol., B A 170, pièce 137, tailleurs de pierre, Paris.
  • 192 Arch. dép. Marne, 194 M 10, appel de la chambre syndicale de l’industrie lainière, mai 1880.
  • 193 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1888-1891, tract des « chambres syndicales et groupes ouvriers de Pari (...)

82On parle de bénéfices : « Vos patrons, vos maîtres, non contents des bénéfices (c’est-à-dire des vols) prélevés sur vos maigres salaires »187 ; « les bénéfices des négociants vont croissants chaque jour et la bourgeoisie en profite pour subventionner les théâtres, les cafés, etc. »188. Ces bénéfices, fruit de la spoliation, sont accumulés depuis longtemps et transmis par héritage : « C’est à nous qu’ils sont redevables des bénéfices qu’ils encaissent, comme ils sont redevables envers nos pères des capitaux que leurs prédécesseurs leur ont laissés »189. Le phénomène d’exploitation capitaliste est perçu comme d’ancienne origine : « cette maudite bourgeoisie qui nous exploite depuis si longtemps »190 ; « quand on songe que depuis mille ans et plus le produit du travail de millions d’êtres humains a été dévoré par une poignée d’individu »191 ; un texte parle de « vos chaînes vingt fois séculaires »192. Ces propos postulent une continuité historique où le salariat s’inscrit dans le droit fil de l’esclavage et du servage, sans mobilité sociale. D’autres, cependant, insistent sur l’importance de la Révolution française qui fonde la domination bourgeoise, en substituant aux « seigneurs de la terre » ceux de la « finance »193 : ce thème de la « féodalité industrielle » ou « capitaliste » constitue un leitmotiv des discours des leaders politiques qui cherchent démythifier la « république bourgeoise ».

  • 194 Arch. dép. Nord, M 628/3, pièce 68, verriers de Carmaux.
  • 195 Cordonniers de Paris, 1884.
  • 196 L’Egalité, 12 mai 1880, appel du Comité de grève de Reims : « la soif de l’or, cette lèpre qui eng (...)
  • 197 Le thème des millions, des millionnaires est déjà fort ancien : cf. J. Dubois, 1962, p. 88, et les (...)
  • 198 Arch. dép. Saône-et-Loire, 194 M 12, « appel aux paysans ».
  • 199 Verriers de Carmaux.
  • 200 Arch. dép. Marne, 194 M 10, chambre syndicale de l’industrie lainière, ma1880.
  • 201 Arch. dép. Nord, M 619/3, discours de Louis Richebourg, mai 1880.
  • 202 Cordonniers de Paris, 1884, Arch. dép. Sarthe, M sup. 374.
  • 203 Congrès de Marseille, p. 800.
  • 204 Tract des « chambres syndicales et groupes ouvriers de Paris », mai 1890, Arch. dép. Rhône, M, Grè (...)

83En définitive, le discours militant ne va guère au-delà de la parole « sauvage » en ce qui concerne la description économique du capitalisme : l’emploi même du mot « bénéfices », terme confus par excellence et que les économistes évitent, n’en fournit qu’un exemple parmi d’autres. Sa dénonciation demeure essentiellement morale et c’est l’injustice qu’il invoque sans cesse : « frères producteurs, votre conscience ne se révolte-t-elle pas devant tant d’injustice ? »194. Né du vol, d’un vol qui se perd dans la nuit des temps, le capitalisme équivaut à un constant brigandage, au banditisme organisé. La spéculation est son grand ressort ; son moteur, « une crapuleuse passion de s’enrichi »195, « la soif de l’or », symbole de la richesse196. « Millionnaires »197, les capitalistes pourrissent de vice. Leur portrait physique comme leur genre de vie s’opposent trait pour trait à celui des ouvriers. « Opulents » et « oisifs », ils « ne font autre chose que manger, boire et dormir pendant que nous travaille on »198. Ces hommes dont « les greniers et les caves sont pleins »199, dont « les immenses fortunes ne sont qu’un amas de larmes, de misère et de privations »200, dilapident la richesse publique en dépenses somptuaires : « châteaux », « salons somptueux [où] nous voyons s’étaler une opulence que nous fait craquer le cœur »201. Ces « jouisseurs » « se vautrent dans les orgies les plus honteuses »202. Au congrès de Marseille, Tranier (des tailleurs de Toulouse) évoque « la vie princière de ces soi-disant sauveurs du peuple ; tel seigneur républicain, nous pouvons l’appeler ainsi, qui en 1868, ne pouvait papayer sa pension, dépense aujourd’hui 60 000 F pour ses seuls dîners ; la colère s’empare de vous en songeant à toutes ces orgies sans nom »203. Un tract flétrit les fêtes auxquelles la commémoration du centenaire de la Révolution a donné lieu : «...la plus grande kermesse que jamais ne virent des humains, ce furent fêtes sur fêtes, des inaugurations, des embrasements, des orgies inconcevables, et, pendant que 18 000 maires se soûlaient avec l’argent des contribuables, au Palais de l’Industrie, des milliers d’hommes et de femmes qui avaient travaillé toute leur vie crevaient de faim... »204. Le scandale, poule peuple, réside dans cette inégalité des conditions matérielles, dans le contraste du luxe et du besoin. Le vivre et le couvert : voilà ce qui le frappe. De nos jours encore, l’homme de la rue s’irrite au récit des réceptions officielles, pour lui cause la plus assurée du déficit budgétaire.

  • 205 Louis Richebourg, Arch. dép. Nord, M 6 1 9 / 3, mai 1880.
  • 206 Tisseurs de Reims, Arch. dép. Marne, 194 M 10, mai 1880.

84Les « monopoleurs », hommes « au cœur sec » ne conçoivent pas que l’ouvrier « soit de chair et d’os comme eux » ; ils les traitent comme une race inférieure. Ils sont durs, égoïstes, arrogants. Non contents d’exploiter les ouvriers, ils les méprisent et « ne veulent aucun rapport avec ceux qui les font vivre et contentent leurs désirs »205. Pour eux « ceux qui produisent ne sont pas même dignes d’intérêt »206. Jouir ne leur suffit pas ; il leur faut encore dominer, triompher, « fouler aux pieds » leurs serviteurs. Outre la dîme, il leur faut l’hommage.

3°) La lutte ouvrière

85La dénonciation de l’exploitation capitaliste s’accompagne d’une exaltation de la lutte ouvrière. Voyons comment elle s’exprime.

a) Ses qualificatifs

86Notons d’abord l’absolue priorité des termes lutte, lutter ; combat ou guerre se rencontrent à un moindre degré. Le mot lutte est employé tantôt dans un sens très général :

  • 207 Arch. dép. Isère, 166 M 2, métallurgistes de Grenoble, 23 mars 1880.
  • 208 Charrons, Paris, 1880, Le Mot d’Ordre, 26 mai 1880.
  • 209 Arch. dép. Gard, 14 M 447, 1882.
  • 210 Verriers de Carmaux, Arch. dép. Nord, M 6 2 8 / 3, pièce 68.

87« La lutte est ouverte. Jusqu’à aujourd’hui, la lutte a été difficile, sinon impossible, faute d’entente et de cohésion entre nous »207. Tantôt, plus précisément, en spécifiant les adversaires en présence : « dans cette lutte des exploités contre les exploiteurs »207 ; « la lutte engagée par nous contre le Patronat »208 ; « la lutte engagée entre le patronat et le salariat »209 ; « la vraie lutte du Travail contre le Capital »210.

88L’expression « lutte de classes », si fréquente dans la bouche des leaders socialistes, se rencontre moins dans celle des militants de base. « Il nous faut poursuivre cette lutte de classe », lit-on dans l’appel des mineurs de Bessèges, mais Eugène Fournière est pour beaucoup dans la rédaction de ce manifeste.

  • 211 Arch. dép. Nord, M 626/14, pièce 55.
  • 212 Ibid., pièce 54, 28 avril 1884.

89Les mineurs d’Anzin déclarent que leur grève n’est que « le prélude de cette lutte de classes »211 ; mais commente le sous-préfet, « vous reconnaîtrez dance pamphlet la main des citoyens Roche et Quercy »212.

  • 213 Arch. dép. Marne, 194 M 10, lettre d’un ouvrier tisseur au préfet, 16 mai 1880.
  • 214 Arch. dép. Marne, 194 M 12, appel de la chambre syndicale de l’industrie lainière, mai 1880.
  • 215 Le Petit Caporal, 10 juin 1882, appel de la chambre syndicale des menuisiers de Paris.
  • 216 Arch. dép. Nord, M 625/56, pièce 52, placard manuscrit, tissage Dulac, Armentières, 1887.
  • 217 Arch. dép. Marne, 194 M 12, tract pour une conférence sur la « nécessité de la grève générale », 1 (...)

90La lutte se présente comme un réveil, une révolte contre une situation qui n’a que trop duré, un refus de souffrir encore : la coupe, décidément, est pleine, « Voilà assez longtemps que nous souffrons »213 ; « assez de toutes les misères qu’on nous fait »214 ; « n’est-il pas temps de secouer le joug effroyable qui nous étreint et nous courbe sous le fouet du Capital »215 ; « Assez du rôle d’esclave. Il est temps d’en finir... Nous ne pouvons plus souffrir cela » ; « Compagnons de misère, il est temps de vous arrêter »216 etc. Attendre est périlleux, « car, si nous n’y prenons garde, travailleurs, nous n’aurons bientôt plus la force de réagir contre l’état de choses actuel, étant donné les privations de toutes sortes que nous subissons »217.

  • 218 Voici quelques exemples : L’Egalité, 24 mars 1880, tailleurs de pierre dMarseille : « les tailleur (...)
  • 219 On sait l’importance de cette métaphore dans la Bible comme dans les cantiques populaires : « Peup (...)
  • 220 Arch. dép. Loire, 92 M 13, pièce 48, appel des fondeurs en cuivre de Lyon à « tenir haut et ferme (...)
  • 221 Arch. dép. Nord, M 619/6, pièce 16, réunion de tisseurs à Armentières, 27 mai 1883, propos de Deca (...)
  • 222 Tisseurs de Reims, 1880.
  • 223 Arch. dép. Gironde, M 1189, pièces 49-50, faïenciers de l’usine Vieillard.
  • 224 Le Cri du Peuple, 20 juillet 1888.

91Lutter, c’est d’abord se relever, se redresser, se mettre debout, s’insurger au sens étymologique218. De telles métaphores ont une résonance à la fois militaire et religieuse219. De même, celles qui font des grévistes des porte-drapeaux220 ; de la grève, un champ de bataille, où il importe de ne pas « reculer », mais d’ « avancer », et, si l’on tombe de le faire glorieusement ; de la Révolution, une longue marche : « Le moment est bientôt venu où l’on marchera tous ensemble à la Révolution sociale avec un drapeau rouge sur lequel seront inscrits ces mots : Vivre en travaillant ou mourir en combattant »221. Il est question de « prendre d’assaut les Bastilles capitalistes » (dans les discours de meetings surtout), de « planter l’étendard du Quatrième Etat sur les ruines de la Vieille Société »222, de « terrasser le patronat »223. Evoquant un combat corps à corps, Boulé, dans un texte rédigé tout entier en style militaire (il s’intitule « revue des chantiers, rapport d’une sentinelle »), écrit : « Notre suprême consolation et notre espoir, c’est, en tombant pour une juste cause, de rouler sur nos implacables ennemis, le Patronat à tous les degrés et les Capitalistes »224.

  • 225 Arch. préf. pol., B A 181, pièce 63, tract imprimé, chambre syndicale des ouvriers chaisiers, 1883
  • 226 Arch. dép. Marne, 194 M 10, s.-préf.-préf., 3 mai 1880, discours de Baudelot, aux tisseurs de Reim (...)
  • 227 Arch. dép. Nord, M 626/14, pièce 55, texte signé Basly, 21 avril 1884 et tire à cent exemplaires.
  • 228 Cf. ci-dessus, note 226.
  • 229 Selon diverses sources de presse, notamment Paris-Journal, 20 juillet 1878.
  • 230 Arch. nat., F 12 4667, rapport gendarmerie, 7 février 1890. Le texte est : « grève générale. Vainc (...)
  • 231 Arch. dép. Nord, M 625/58, pièce 36, placard manuscrit sur un tissage de Bousies.
  • 232 Arch. nat., F 12 4656, dépêche Havas, 23 avril 1886.
  • 233 Arch. nat., F 12 4661, placard manuscrit, Leers, 1884.
  • 234 Arch. dép. Marne, 194 M 12, affiche manuscrite sur le tissage Bouchez, janvier 1885.
  • 235 Arch. dép. Nord, M 626/18, pièce 66 ; placard manuscrit, mineurs de Vicoigne, 1887.

92Toute grève constitue un épisode d’une lutte incessante, de « la guerre économique qui se livre continuellement entre salariés et salariants, et qui ne prendra fin que quand le patronat aura disparu »225. Un échec n’est qu’une trêve provisoire226. Les mineurs d’Anzin « consentent à déposer momentanément les armes »227. « Quand l’instant sera venu, nous déclarerons la guerre aux capitalistes »228. Car la lutte doit être menée « jusqu’au bout », « jusqu’à la dernière extrémité ». C’est une lutte à mort qui ne se terminera que par l’élimination physique de l’un ou l’autre des camps. « Du pain ou la mort », tel serait en 1878 le mot d’ordre des mineurs du Nord229. Douze ans plus tard, une affiche apposée sur le pont du chemin de fer de Lens les adjure : « Vaincre ou mourir »230. Et maints autres textes suggèrent l’alternative : « Il faut le tuer (le directeur)... ou il nous faut périr »231 ; « la victoire on le vide derrière nous »232. La devise fameuse des canuts lyonnais revient commun refrain, littéralement233, ou avec des modifications qui peuvent en dénaturer le sens : « Le compagnon Marquis de Dijon a dit au moment de mourir, qu’il préfère la mort violente que de mourir lentement en végétant »234 ; « Il faut mieux mourir sans travailler que de mourir en travaillant »235.

b) L’enjeu de la lutte
  • 236 Les ouvriers se présentent — et sans doute se voient — comme perpétuellement sur la défensive. Cf. (...)
  • 237 Arch. préf. pol., B A 170, pièce 64, lettre imprimée « A Messieurs les patrons verriers ».
  • 238 Le Petit Caporal, 10 juin 1882, appel de la chambre syndicale.
  • 239 L’Egalité, 12 mai 1880, tisseurs de Reims.
  • 240 Le Cri du Peuple, 19 avril 1887, appel des tailleurs de limes de Dijon, pour leurs camarades d’Arn (...)
  • 241 Arch. dép. Marne, 194 M 12, affiche manuscrite, d’après s.-préf.-préf., 8 mar1882.

93Mais quel est donc l’enjeu de la lutte ? Sur ce point, les discours divergent, le langage hésite et flotte et, quoique l’ambition d’une solution finale s’affirme de façon croissante, il subsiste beaucoup de clair-obscur, un contraste entre les revendications immédiates et les perspectives, grandioses mais vagues, de l’avènement révolutionnaire. Le salaire, « chétif, déplorable, dérisoire, maigre, médiocre », perpétuellement menacé et rogné236, doit être « en rapport avec la cherté des vivres », « les exigences de la vie », en un mot équitablement rémunérateur ». Mais le salaire, clef de la coalition, au cœur, on l’a vu, des trois-quarts des conflits, n’occupe qu’une place seconde et comme honteuse dans un discours qui ne constitue qu’accessoirement un exposé technique, un programme de demandes, mais l’affirmation, réitérée et générale, des « droits » des travailleurs, de la justesse et de la « légitimité » de leurs « revendications » (ou « réclamations », voire « réclames »), « en somme celles de tous les prolétaire», et, au demeurant, fort modestes. Il ne s’agit nullement du «droit à la paresse » ; la nécessité de travailler n’est guère récusée : « Il ne nous est jamais venu à l’idée de nous soustraire au travail », déclarent les verriers de la Seine, dans un tract du 1er Mai 1890237, et, selon les menuisiers, « nos tyrans n’ont pas plus le droit que nous de vivre dans l’oisiveté »238. Il convient seulement de « revendiquer notre droit à l’existence en travaillant »239, d’ « obtenir les moyens de vivre en travaillant »240. « C’est nous qui travaille, c’est nous qui doit vivre en travaillant (sic)... C’est notre droit de vivre en travaillant »241, répète inlassablement, comme tant d’autres, une affiche manuscrite et anonyme trouvée aux portes de divers tissages de Reims.

  • 242 Cf. R. Gossez, 1967, chap. I, p. 48 et sq.
  • 243 Arch. dép. Nord, M 627/2, pièce 36, affiche manuscrite, Lille, mai 1880.
  • 244 Arch. dép. Marne, 194 M 10, 16 mai 1880, affiche imprimée.
  • 245 L’Egalité, 12 mai 1880, « appel aux travailleurs », comité de grève de Reims.
  • 246 Arch. dép. Isère, 75 M 2, pièce 187, « appel aux femmes de Vienne », tract imprimé, fin avril 1890
  • 247 Ach. dép. Loire, 10 M 87, pièce 83, tract imprimé pour le 1er Mai 1890, signé « la Revanche des Mi (...)

94« Droit au travail », donc, en des termes parfois très proches de ceux de 1848242, mais aussi « droit au bonheur » : ce qui, un siècle plus tôt, était pour l’Europe une « idée neuve », l’est peut-être pour le prolétariat. « C’est bien à notre tour de jouir. A mort les tyrans »243. Bonheur simple : « Nous n’envions pas la prospérité de nos patrons, nous demandons seulement un travail proportionné aux forces de l’homme, et notre part des joies de la vie de famille »244, expliquent sobrement les ouvriers de l’industrie lainière rémoise. Bonheur partagé : « Nous voulons avoir notre place au banquet de la vie »245, « notre place au soleil »246, « notre part de bonheur »247.

  • 248 Vladimir : «... Et puis nous, on ne nous reconnaît jamais » (En attendant Godot, Paris, 1952, p. 8 (...)
  • 249 Arch. dép. Marne, 194 M 10, s.-préf.-préf., 26 avril 1880, propos de Thierry, aux tisseurs en grèv (...)
  • 250 Arch. dép. Isère, 75 M 2, pièce 187.
  • 251 Arch. dép. Isère, 75 M 2, pièce 187.
  • 252 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1888-1891, tract des chambres syndicales et groupes ouvriers de Paris, (...)
  • 253 Arch. dép. Loire, 10 M 87, pièce 83.
  • 254 Arch. nat., F 12 4662, appel de la chambre syndicale des tanneurs de Lyon, avril 1882 : « Voulez-v (...)

95Inversion du sort actuel, ce bonheur mêle trois aspirations fondamentales : la satisfaction des besoins matériels, la soif de considérations : comme le Vladimir de Beckett, les ouvriers souffrent de n’être pas reconnus248 ; le désir de liberté particulièrement cher aux anarchistes. « Dans un avenir prochain, les ouvriers seront quelque chose et ne mourront plus de faim »249. « Nous pourrons manger autre chose que des pommes de terre cuites à l’eau et du lait battu »250. Les femmes de Vienne veulent « vivre libres et heureuses par le travail »251. « Il faut que les parasites disparaissent et que nous soyons des hommes... nous rendre libres »252. « Nous ne voulons plus de maîtres », proclame superbement un tract signé la Revanche des mineurs, « nous voulons tous êtres libres, tous nous voulons notre part de bonheur »253. Un rêve de société future se profile au lointain, un Eden où l’on mangera à satiété, on régneront l’Egalité254, la Justice, l’Union, où il n’y aura plus de patrons : une société sans maîtres, « sans frelons », mais non sans travail. Le songe ouvrier n’a rien d’une vision hippie du monde.

c) La « Révolution sociale », messianisme du discours
  • 255 Arch. nat., F 12 4662, « Aidez-nous à faire la Révolution sociale, c’est-à-dire... ».
  • 256 Arch. dép. Loire, 92 M 19, pièce 152, réunion du 9 avril 1882 à Roanne, propode Déparis.
  • 257 Arch. dép. Marne, 194 M 10, affiche des menuisiers en grève, 14 mai 1880.
  • 258 Ibid. Il faut « rester inébranlables jusqu’au jour du triomphe d’une cause quest celle de tous les (...)
  • 259 L’Egalité, 16 juin 1880, lettre anonyme des ouvriers bonnetiers de Troyes egrève.
  • 260 Arch. dép. Marne, 194 M 10, avril 1880.
  • 261 Arch. rat., F 12 4656, dépêche Havas.
  • 262 Quelques exemples d’un thème redondant dans les divers appels locaux poule 1er Mai : Arch. dép. Lo (...)

96Mais comment parvenir à cette terre promise ? Par la Révolution sociale, « c’est-à-dire le bonheur du prolétariat tout entier »255. « En dehors de la Révolution sociale, nous ne rencontrerons jamais le Salut »256. De plus en plus criés dans les rassemblements, ces mots se rencontrent dans de très nombreux textes. On leur substitue parfois : émancipation, affranchissement, rénovation sociale, transformations sociales, ou des périphrases à tournure plus religieuse : « l’heure de la délivrance »257, le « jour du triomphe »258, etc. Quoi qu’il en soit, après 1880, dans la plupart des discours ou écrits — s’il me fallait quantifier, je dirais dans 70-75 % des cas — est présente l’idée que la grève ne constitue qu’un épisode d’un combat plus vaste dans le temps et l’espace et dont le terme inéluctable sera l’avènement du prolétariat. Identité des revendications, simultanéité des conflits stimulent évidemment cette conviction ; les grandes poussées des années 80 et 90 ont été particulièrement propices à sa recrudescence : « ce qui nous console dans notre misère, c’est que les ouvriers se lèvent partout contre les patrons et que l’heure de la Révolution s’approche à grands pas »259. « Le mouvement est général en France ; partout les ouvriers élèvent les mêmes prétentions que vous, et dans un avenir prochain, les ouvriers seront quelque chose... »260. A partir de 1886, l’agitation sociale en Europe (principalement en Belgique où, au printemps de cette année, de violentes grèves-émeutes troublent le bassin de Charleroi) et aux Etats-Unis élargit les références jusque-là très circonscrites à l’hexagone. « Londres tressaille, Berlin attend... Saint-Fargeau prend feu, Liège et Charleroi se meuvent », dit un placard anonyme apposé à Decazeville dans la nuit du 23-24 avril 1886261. Le caractère international du 1er Mai 1890 agrandit l’horizon du discours militant : il n’est pas douteux qu’à ce niveau, on assiste à la renaissance d’une formuiation très atrophiée depuis vingt ans262. Mais quel retentissement ces faits avaient-ils au sein des masses ouvrières, tentées, plutôt, par la séduction national? Il est bien difficile de le dire.

97Au reste, une certaine conception progressive de l’histoire, celle d’une époque qui pense davantage la continuité que la rupture, fait qu’instinctivement, les ouvriers assignent la Révolution sociale à résidence en France : elle « viendra achever la Révolution de 1789 ». L’expression de Quatrième Etat implique un droit de succession, presque une fatalité.

98Inéluctable, cette Révolution est ressentie comme en gestation, très prochaine, voire imminente :

  • 263 Arch. dép. Seine-Maritime, 14 M, pièce 122, brochure d’E. Piéton, Etude sula corporation ouvrière, (...)

99« L’heure de la rénovation sociale ne peut tarder à sonner, et... il serait téméraire de s’opposer à son avènement »263 ;

  • 264 Arch. dép. Marne, 194 M 10, affiche des menuisiers de Reims, 4 mai 1880.

100« L’heure de la délivrance n’est plus loin de sonner, et... il se pourrait qu’un jour, peut-être sous peu, la distance qui sépare le prolétariat et la classe qui l’oblige à vendre ses bras à vil prix, soit infranchissable »264 ;

  • 265 Arch. dép. Loire, 92 M 19, pièce 155, s.-préf. Roanne-préf., 18 mai 1882, réunion du 17, propos de (...)

101« Nous préparer pour le grand jour de la Révolution sociale. Nous devons tous être armés pour ce jour désiré »265 ;

  • 266 Arch. dép. Nord, M 619/6, pièce 16, propos de Decarme, dans une réunion de tisseurs d’Armentières, (...)

102« Le moment est bientôt venu où l’on marchera tous ensemble à la Révolution sociale »266 ;

  • 267 Arch. dép. Gironde, M 1189, pièce 49, propos d’Achérité, réunion de faïenciers de Bordeaux.

103« Patience, le temps est proche où nous saurons payer aux bourgeois les souffrances qu’ils nous font endurer »267 ;

  • 268 Arch. dép. Nord, M 626/17, pièce 20, affiche manuscrite Lille, mai 1880.

104« La Révolution s’avance »268 ;

  • 269 Ibid., pièce 36, même type de document.

105« Partout, en France, la Révolution s’apprête à faire valoir vos droits »269 ;

  • 270 1882 : Arch. nat., F 12 4657.

106« La Révolution sociale est imminente », s’écrient les corroyeurs de Marseille à l’issue de leurs réunions270 ;

  • 271 Arch. dép. Isère, 175 M 2, pièce 184, affiche pour appeler au meeting du 1er Mai 1890 à Vienne.

107« Le Peuple enfin se réunit. C’est le Grand Jour »271...

  • 272 Arch. dép. Nord, M 626/17, pièce 33.
  • 273 Arch. préf. pol., B A 184, pièce 1039, réunion du 3 août 1886.

108Certains osent risquer une prédiction : « D’ici à six mois un bouleversement général aura lieu »272. Louise Michel affirme que « 1889 sera le réveil des travailleurs »273. On sait la puissance des anniversaires, parfois élevés à la dignité de dates fatidiques : le centenaire de la Révolution bourgeoise, combine à l’approche de la fin du siècle, a contribué à créer un véritable frémissement millénariste, qu’on retrouve à tous les échelons de la « hiérarchie » militante : un Guesde, un Lafargue sont friands de telles prophéties.

  • 274 Défense des Travailleurs, 13 janvier 1884, lettre du comité de grève de Nouzon.
  • 275 L’expression « grand soir » ne se rencontre pas encore ; la Révolution est plutôt une aube.
  • 276 Arch. dép. Rhône, M, dossier du 1er Mai 1890.
  • 277 Arch. dép. Rhône, M, grèves 1888-1891.

109Le caractère messianique de cette croyance réside non seulement dans sa ferveur et dans sa certitude — s’il est une foi partagée, c’est bien celle en une « inévitable autant que prochaine Révolution sociale »274 — mais aussi dans la représentation d’un événement qui surviendra avec la soudaineté de la foudre divine : « Je viendrai comme un voleur », disait le Christ. De même la Révolution « arrive », « éclate » ; sa puissance est irrésistible, elle terrasse ses ennemis, nul ne saurait s’opposer à son triomphe. D’où sa brièveté : « jour »275, « heure », « moment ». S’interrogeant sur la durée de la grève générale nécessaire à l’effondrement capitaliste, la chambre syndicale de l’ébénisterie parisienne, dans un appel « aux camarades de province », opte pour la très courte période : « Combien de temps croyez-vous qu’une pareille situation puisse subsister ? Trois jours au plus, mettons-en quatre au maximum. Il suffirait donc que les producteurs arrêtent sur tous les points, à la fois, la production pour amener la débâcle définitive et forcer la Bourgeoisie et le Capital à capituler et conquérir d’un coup le droit à l’existence. On souffrirait ? Soit. Mais que sont trois ou quatre jours... »276. « Qu’un jour donné nous nous arrêtions tous de produire... Ce jour-là la bourgeoisie sera morte et la révolution commencera »277.

  • 278 Arch. dép. Maine-et-Loire, 194 M 12, tract imprimé « appel aux paysans », septembre 1882.

110La facilité de cette Révolution tient à l’inconsistance et à la décadence de la bourgeoisie « obèse », d’ailleurs ultra-minoritaire, incapable de se soutenir, de subsister sans le travail. D’où les images d’effondrement ; « Lorsque les bras s’arrêtent, le capital tombe » ; d’effritement : « Peuple, lève-toi et tu les verras tomber en poussière »278. Sevré de son sang, le vampire, tel Dracula, se désagrège. Toute une conception du capitalisme sous-tend ce langage : un capitalisme rentier, oisif, parasitaire, totalement superflu, incapable d’innovation, comme de direction. Rien n’est plus éloigné du monde ouvrier que la conception saint-simonienne, voire schumpetérienne, de l’entrepreneur. Les « bras » suffisent à faire tourner l’usine.

  • 279 Arch. dép. Cher, M 23, discours de Guesde à Vierzon, 8 octobre 1886 : « Comme tous les capitaliste (...)
  • 280 Cette assimilation de la bourgeoisie à l’aristocratie est perpétuellement sous-jacente dans le dis (...)

111Les socialistes « scientifiques » tiennent un langage peu différent. Lafargue ou Guesde n’ont que sarcasmes pour l’incapacité, l’ « imbécilité » des classes dirigeantes, aussi immorales qu’inefficaces279. Deux arguments supplémentaires viennent alimenter ce réquisitoire : la crise — « Sedan économique » — où beaucoup ont vu l’agonie du système ; la baisse de la natalité française, que les statisticiens (tel Bertillon) imputent surtout aux milieux aisés. Inutile, la bourgeoisie est de surcroît impuissante, tarie, usée par les plaisirs et les orgies, véritablement abâtardie. On doit lui imputer le déclin français. « La France cosaque ou prussienne avant un siècle », prédit Guesde qui voit dans la saine fécondité du prolétariat le gage du redressement national. Pour un peu, reprenant à leur compte la théorie raciale des classes chère à Boulainvilliers, Augustin Thierry, les socialistes verraient dans la Révolution prolétarienne la revanche des Gaulois280.

  • 281 . Arch. préf. pol., B A 184, pièce 1039, propos de Pouget à la Bourse du Travail grève des terrass (...)
  • 282 Arch. dép. Nord, M 627/2, pièce 20, 1880.
  • 283 Arch. dép. Cher, M 23, 8 octobre 1886.
  • 284 Ibid., com. pol. Bourges-préf., 17 octobre.

112Quant à l’armée, « elle ne tirera pas sur le peuple »281. « Elle est tout entière de notre côté », lit-on sur un placard anonyme à Lille282. Le boulangisme accrédite cette perspective d’une armée nouvelle. Entendez Guesde à Vierzon, e1886 : « La conduite de l’armée a été digne d’éloge... Les soldats n’ont pas bougé. L’armée aujourd’hui n’est plus ce qu’elle était autrefois, le soldat sait qu’il était ouvrier hier, qu’il sera ouvrier demain, qu’il est lui-même fils d’ouvrier »283 ; et à Bourges : « l’armée... commence à devenir socialiste »284.

d) Silence sur les « moyens » de la Révolution
  • 285 Le Mot d’Ordre, 26 mai 1880, propos de Dolland, secrétaire des charrons : « Notre droit à nous est (...)
  • 286 L’Egalité, 31 mars 1880 :... « les moyens pratiques d’améliorer le sort des producteurs. »
  • 287 Arch. Sarthe, M sup. 374, appel des cordonniers de Paris à leurs camarades du Mans, juin 1884 : «  (...)
  • 288 Le Temps, 31 octobre 1882 : « Je crois qu’il n’y a que par les moyens révolutionnaires que vous po (...)
  • 289 Arch. nat., F 12 4656, dépêche Havas, 23 avril 1886, placard anonyme à Decazeville : « Ne compreno (...)

113D’où une grande discrétion sur le processus révolutionnaire, abandonné au vague du mot moyens, très usité, il est vrai dans des associations variées : « moyens légaux »285, « pratiques »286, « violents »287, « révolutionnaires »288, et surtout « tous les moyens », presque toujours employés dans un sens extrémiste289.

  • 290 Fédération, autre mot clef, mériterait une longue étude sémantique, ne serait-ce qu’en utilisant l (...)
  • 291 Arch. nat., F 12 4663, préf. pol.-min., 13 mai 1882, réunion des layetiers emballeurs de Paris.
  • 292 L’Egalité, 31 mars 1880.
  • 293 Le Mot d’Ordre, 26 mai 1880.
  • 294 Arch. dép. Gard, 14 M 447.

114Certes, après 1880, les appels à l’« organisation », au « groupement » à l» fédération »290, se multiplient dans les réunions. Formes privilégiées : les chambres syndicales, tandis que, dans la petite industrie, un fort courant continue à vanter les mérites des coopératives de production « destinées à affranchir les ouvriers du patronat, leur ennemi acharné »291. Par contre, à cette date, et ce niveau du « discours militant », il est peu question de parti ouvrier ; et les textes qui suivent montrent les ambiguïtés qui entourent ce terme. En 1880, la chambre des métallurgistes de Grenoble lance un appel à tous les syndicats de leur industrie : « En face des partis politiques, de plus en plus parjures à leurs promesses, il est nécessaire, il est indispensable de créer un parti ouvrier, non pas politique, mais socialiste qui, laissant de côté les ambitieux du pouvoir, recherchera les moyens pratiques d’améliorer le sort des producteurs »292. Au même moment, Dolland, des charrons de Paris, préconise la fédération des chambres syndicales en lui assignant comme but « de nommer nous-mêmes nos candidats à la députation en leur imposant un mandat impératif déterminé »293. Tandis que dans l’appel des mineurs de la Grand’Combe (1881), le parti ouvrier apparaît comme l’avant-garde organisée pour la Révolution : «... en attendant que le Parti ouvrier, solidement constitué et conscient de son but dise à tous les exploités : Frères, debout, en avant pour l’Emancipation sociale »294.

  • 295 Arch. dép. Bouches-du-Rhône, M 6 2009, 1883.
  • 296 Arch. nat., F 12 4662, préf.-min., 9 décembre 1886.

115Un autre terme apparaît peu, également, dans les textes de la nature de ceux que nous examinons, c’est socialisme, socialiste, mots pourtant fort répandus. Mais il semble que les ouvriers s’en défient ; lorsqu’ils les emploient, ils s’efforcent de les définir, comme s’ils se refusaient à certaines acceptions. Un appel des dockers du port de Marseille précise : « Il ne nous appartient pas nous, honnêtes ouvriers, d’être révolutionnaires ; le Socialisme, pour nous c’est la fraternité »295. « Nous sommes tous des socialistes », proclame Eglen, délégué des verriers lyonnais, « ennemis de ceux qui nous exploitent et nous ne craignons pas de le dire, malgré la présence de la police »296. Ces textes suggèrent le désir de conserver au socialisme une signification large. On aura noté, dans l’appel des métallurgistes de Grenoble, l’opposition marquée entre politique et socialiste. A l’incarnation du socialisme en parti, beaucoup offrent une sourde résistance.

  • 297 Le Rappel, 25 octobre 1879, réunion des menuisiers au Tivoli-Vaux-Hall.
  • 298 Arch. préf. pol., B A, pièce 388, réunion des menuisiers, 27 juin 1882.
  • 299 Arch. nat., F 12 4663, préf. pol.-min., 26 juillet 1882, propos de cordonniers.
  • 300 Le Rappel, 31 octobre 1882, réunion d’ouvriers ébénistes, salle Graffard.
  • 301 Arch. nat., F 12 4662, préf. Rhône-min., 27 août 1886, réunion des menuisiers et ébénistes.
  • 302 Le Cri du Peuple, 24 avril 1885.
  • 303 L’Egalité, 26 avril 1890.
  • 304 Ibid. De même le syndicat des mécaniciens de Lyon envoie une circulaire à ses membres pour les inc (...)

116La politique, en effet, n’a pas bonne presse ; à cet endroit, l’examen de vocabulaire est extrêmement révélateur. Politique s’emploie presque toujours dans un sens péjoratif, proche de politicien. «... L’assemblée décide que la politique sera rigoureusement exclue des débats »297. « La plupart des ouvriers se retirent et protestent contre les questions politiques mêlées à la grève »298. « Nous ne voulons pas nous faire les complices de vos menées politiques »299. « Le mouvement actuel est en dehors de toute politique... Gardons-nous d’mêler autre chose »300. « Nous ne sommes pas ici pour faire de la politique mais pour défendre les intérêts de la corporation »301. « Nous reconnaissons que le sectarisme et la politique ont occupé un peu trop les instants des travailleurs et fait naître des divisions. Tous nos efforts tendront à ramener la lutte sur le terrain corporatif et économique »302, etc. La politique corrompt et divise, par opposition à l’économique et au social qui unissent. Aussi voit-on la très guesdiste Fédération nationale des syndicats déclarer, à propos du 1er Mai : « Nous croyons inutile de vous affirmer qu’il s’agit d’une action uniquement ouvrière, dans le sens le plus large du mot, qui peut et qui doit réunir tous les salariés en dehors de tout esprit de coterie politique ou électoral »303 ; tandis que les délégués de Bordeaux à ladite Fédération affirment : « Economique-Pacifique-Légale : telle doit être la manifestation du 1er Mai 1890 »304.

  • 305 Arch. dép. Marne, 194 M 11, appel des tisseurs de Reims.
  • 306 Arch. dép. Nord, M 627/2, pièce 66, Lille, affiche manuscrite, mai 1880.
  • 307 Arch. dép. Nord, M 626/10, affiche des mineurs de Denain, octobre 1880.
  • 308 Ibid., M 627/2, pièce 66, placard manuscrit, Lille, 1880.
  • 309 Arch. dép. Bouches-du-Rhône, M 6 2009, affiche du comité de protestation contre la commission de g (...)
  • 310 Arch. dép. Isère, 75 M 2, pièce 184, affiche à Vienne pour le 1er Mai.
  • 311 J. Dubois, 1962, p. 82 : « La valeur morale et religieuse qui s’attache à fraternité explique que (...)
  • 312 Arch. dép. Saône-et-Loire, 194 M 12, appel aux paysans.
  • 313 Arch. préf. pol., B A 175, pièce 38, propos des scieurs de long, août 1881.

117La force de la Révolution réside surtout dans sa logique. Faire grève, c’est « soutenir le droit »305. Les travailleurs luttent pour « une juste cause », un» cause sacrée », voire une « sainte cause »306 ; ils ont pour eux la justice, d’où leur confiance : « le Droit triomphe toujours »307. La moralité du combat, en somme, garantit son succès : vision manichéenne, selon laquelle le bien doit nécessairement l’emporter, qu’on retrouverait dans de nombreux mouvements populaires, tels ceux des farmers puritains de l’Ouest américain. D’où l’importance, dans l’action, des qualités morales : courage, énergie, persévérance, union, solidarité, sans cesse exaltées, tandis que sont flétries la lâcheté et la faiblesse. « Soyons unis, énergiques et la victoire nous suivra partout »308 ; « De notre énergie dépend le succès. Sachons donc lutter jusqu’au bout »309 ; « Pas de contrainte ! Du courage ! Du courage ! »310 : ces formules reviennent sans cesse. D’elles émane toute une conception volontariste de la lutte sociale qui animera le syndicalisme révolutionnaire ; pour les anarchistes, l’ « avachissement » des prolétaires est la principale cause de leur exploitation. L’appel à la solidarité, beaucoup plus qu’à la fraternité dont J. Dubois a noté aussi la régression311, est de rigueur, principalement dans les listes de souscription, ce qui lui confère une acception plus matérielle ; dans les textes non directement financiers, il est surtout question d’union, exhortation assez vague, parfois quasi mystique : « Unissons-nous pour combattre cette maudite Bourgeoisie »312 ; « Pour vaincre nos oppresseurs, il faut que nous soyons tous unis »313.

e) Permanence et changement dans le discours militant
  • 314 Il comporte 831 pages en caractères fins! C’est le seul congrès pour lequel on dispose d’une telle (...)
  • 315 Le Temps, 23 octobre 1890, décrit ainsi un discours socialiste : « Un discours socialiste révoluti (...)

118L’analyse des textes de congrès, infiniment plus élaborée, eût assurément fourni davantage : je pense, notamment, à tout ce qu’une étude lexicographique, sémantique et statistique à la fois, pourrait tirer du gros volume du congrès de Marseille314. La littérature de grève, pressée par le temps, par les nécessités de l’action, contrainte par le calibre des tracts ou des affiches, émanant d’hommes simples et peu théoriciens, est courte, empirique, sommaire, usant de vocables identiques, d’images réitérées : elle prête aisément à la caricature315. Pourtant, mon choix se justifie : ce niveau est celui du discours de masse, ordinairement si difficile à atteindre qu’il fallait mettre à profit une documentation somme toute abondante, être attentif à sa banalité même.

  • 316 Arch. dép. Maine-et-Loire, 71 M 2, pièce 243, conférence du 8 septembre 1890.
  • 317 Arch. dép. Nord, M 154/59, pièce 34. Voici, extrait de ce texte remarquable, le Pater : « O social (...)

119Ce discours présente de remarquables permanences : la grande fresque des exploiteurs et des exploités s’y déploie, presque immuable en ses thèmes et ses formes. Il a de fortes résonances religieuses ; les militants se coulent dans les représentations, voire dans le vocabulaire de l’héritage chrétien — qui pèse si lourd encore en ce 19e siècle — tantôt spontanément, sans même s’en rendre compte, tantôt volontairement, par ce processus de transposition qu’ont toujours utilisé les zélateurs de cultes nouveaux. Parlant en pays chouan aux ardoisiers de Combrée, Ludovic Ménard rattache le socialisme au Christ : « Le fondateur de la religion catholique était un socialiste... mais à un point de vue mystique plutôt qu’économique. Il voulait affranchir l’humanité de ses souffrances »316. Roubaix, les militants diffusent les Prières du Socialiste. Les Dix Commandements. Le Pater et la Foi, dont un indicateur décrit la récitation collective au cours d’une « soirée bachique »317. L’attente de l’émancipation du prolétariat, peuple captif, peuple élu, forme moderne de l’espoir millénaire, se substitue celle du Messie.

120Le changement se produit par le vocabulaire d’action. Après 1880, celui-ci devient plus violent, plus offensif. L’établissement de la République bourgeoise, préalable indispensable, semble autoriser une nouvelle étape. Des termes, sinon nouveaux, du moins jusque-là peu usités — fédération, parti ouvrier, et surtout grève générale — se font plus insistants. Dans le discours, un certain projet révolutionnaire s’ébauche.

C. Discours de meeting : le message socialiste et son écho

121L’analyse sémantique des discours socialistes présenterait, en ces temps de démarrage, un certain intérêt. Mais elle ne saurait se borner aux propos tenue à l’occasion des grèves, tribune importante, mais non unique, ni même privilégiée, puisque un peu plus de 4 % seulement d’entre elles donnent lieu à des meetings. Elle devrait étendre son champ d’observation, et se fonder sur l’utilisation systématique de la presse, socialiste ou non, qui, généralement, reproduit de longs fragments, parfois la totalité des discours prononcés : à cette époque, en province, du moins, le meeting constitue un événement dont on parle. Mettre en évidence les structures lexicologiques du langage de Guesde, de Vaillant ou de Clément, rechercher leurs mutations, dater l’apparition de vocables nouveaux, nous en apprendraient plus que bien des minutieuses histoires événementielles. Voilà certes un objet digne de la « science » politique. Je le lui abandonnerai, cependant, non faute d’estime, mais parce que l’exhaustivité qu’il requiert dépasse mon projet. Le fragmentaire, ici, frise l’arbitraire : mieux vaut s’abstenir.

122Les remarques qui suivent ont un caractère empirique. On se demandera, d’abord, en quoi le langage des leaders se rapproche, ou diffère, du précédent. En quoi innove-t-il ?

  • 318 Marx ébauche, à la fin du Capital, le thème trinitaire des classes : capitalistes, propriétaires f (...)
  • 319 Chabert à Limoges « conseille aux ouvriers de s’apprêter à faire la Révolution sociale. La bourgeo (...)
  • 320 Glanés à travers les discours de Guesde : au Mans, le 11 juin 1884, selon Arch. dép. Sarthe, M. su (...)

123Discours de circonstances, il accorde une large place au social, non seulement dans son titre, mais dans son cours ; il déroule le tableau contrasté de la condition ouvrière et de l’exploitation patronale en des termes voisins de ceux que nous avons déjà notés. Il insiste davantage sur la « lutte des classes », conçue à la manière dualiste du Manifeste318 : bourgeoisie contre prolétariat, sans allusion aux couches « intermédiaires », ni à la paysannerie. Tous les orateurs, de Chabert à Guesde, s’accordent à prédire la Révolution sociale, creuset commun des discours et des croyances319 et dont Guesde, surtout, se fait le prophète passionné320.

124Les différences résident dans les dimensions politiques. Les ouvriers hésitent à aborder ce chapitre, ils donnent à socialisme, à parti ouvrier, un sens vague, comme s’ils craignaient d’être pris à quelque piège. Au contraire, nos orateurs se plaisent à critiquer le gouvernement « qui ne fait rien pour l’ouvrier », les partis politiques, les « politiciens », c’est-à-dire les opportunistes (Gambetta, « illustre farceur », Ferry-famine, Ferry-choléra) et les radicaux. Le problème du pouvoir se situe au cœur de leurs propos. Les ouvriers ont tendance à dissoudre leur histoire dans celle de l’éternelle exploitation du pauvre par le riche ; les leaders socialistes ont une chronologie plus précise et s’attachent surtout démontrer le caractère bourgeois de la Révolution de 1789 à laquelle leur vocabulaire se réfère constamment : il faut « prendre les bastilles bourgeoises », établir le règne du Quatrième Etat. Ils exhortent les travailleurs à « faire leurs affaires eux-mêmes », à former un parti ouvrier distinct auquel ils assignent clairement des objectifs électoraux.

  • 321 Encore une fois, il ne s’agit pas d’analyser la pensée socialiste d’après le seul discours de grèv (...)

125Leur analyse économique reste extrêmement mince. Cependant le thème de la nécessité de la collectivisation, des nationalisations aux contours mal précisés, sans être défini, est énoncé321.

  • 322 Arch. dép. Cher, M 23, rapport de police au préfet, 16 mars 1887.
  • 323 Le Cri du Peuple, 27 septembre 1887.
  • 324 Arch. dép. Loire, 92 M 19, pièce 49, meeting de Roanne, 19 février 1882.
  • 325 Arch. dép. Sarthe, M sup. 374, meeting du Mans, 11 juin 1884.

126Devant les grévistes, assez peu de chose distingue les diverses tendances, véritables sectes, qui déchirent alors le socialisme français. Cependant, les possibilistes apparaissent à leurs auditeurs plus légalistes, plus électoralistes, affirmant, au temps du boulangisme, leur attachement à la République. A Vierzon, Clément et Gambon « ont prêché la révolution, non par la violence, mais pale vote, disant que lorsque les élus du peuple seront des socialistes, la révolution se fera d’elle-même et sans coup férir »322. A Cholet, Dumay et Dalle préconisent : « Une action électorale doit être menée contre tous les partis bourgeois. C’est aux travailleurs à faire eux-mêmes leurs propres affaires » ; l’essentiel est de voter pour des ouvriers323. Guesde, au contraire, par sa vigueur critique et prospective, se rapproche parfois des anarchistes : « Il faut organiser le parti ouvrier qui combattra à coups de bulletins en attendant qu’il combatte à coups d’autres choses. Les classes ne s’affranchiront que par la force et la violence »324. « Nous emploierons tous les moyens, même la force. » Et d’esquisser, loin cette fois du langage libertaire, les perspectives d’une dictature du prolétariat : « On nous reproche d’être autoritaires... eh ! bien oui, nous le sommes et, maîtres de la situation, nous ne respecterons aucune liberté. Nous ferons la guerre aux propriétaires, aux capitalistes, une guerre sans trêve ni merci... »325.

Grève et socialisme

  • 326 Arch. dép. Marne, 194 M 11, préf.-min., 21 juin 1880 : pour sa part, L’Egalité est vendue à 200 nu (...)
  • 327 Sur toute cette question, cf. H. Feller, 1965.
  • 328 Arch. nat., F 12 4656, dépêche Havas, 5 avril 1886.
  • 329 Arch. nat., F 12 4661, com. spéc. Tourcoing-min. de l’Int., 3 avril 1886 : « On doit signaler l’au (...)

127Répétons-le : on ne saurait apprécier le contact entre les ouvriers et le socialisme sur ces seuls meetings, trop brèves rencontres. Entre les deux parties, il y en eut bien d’autres, et, dans la grève même, de plus efficaces. D’abord, la presse, tribune ouverte aux plaintes et aux alarmes des travailleurs, publiant leurs communiqués, collectant des fonds, sans condition, sans contrepartie. Du coup, les journaux socialistes connaissent des accroissements spectaculaires d’audience dans les localités touchées : la grève de mai 1880 leur donne 3 000 lecteurs à Reims, qui n’en comptait guère326. L’identification du Cri du Peuple aux grands conflits sociaux de 1886-1887, et principalement à Decazeville, entraîne la hausse, et l’apogée, de son tirage327 ; dans l’Aveyron, on se l’arrache : « les vendeurs du Cri du Peuple sont assaillis par les ouvriers qui tous veulent acheter ce journal »328 ; mais bien au-delà ; dans le Nord, apparemment calme jusqu’l’indifférence la vente au numéro passe de 200 à 2 500 dans l’agglomération de Roubaix-Tourcoing-Armentières329. Poussée éphémère, certes : passé l’événement, la curiosité, la ferveur retombent et le quotidien périclite si rapidement qu’il disparaît en 1889. Instabilité exemplaire, celle de toute la presse socialiste de l’époque, qui témoigne sur des assises mouvantes, mal assurées. Mais comment saisir les traces qu’une lecture, même temporaire, a pu laisser ?

25. Interventions politiques (pour 100 grèves)

  • 330 Sur ces incidents, cf. Arch. dép. Gard, 14 M 447.
  • 331 La France, 2 mars 1882 : ce journal conservateur décrit Fournière avec sympathie.
  • 332 Débats parlementaires, 10 mars 1882, p. 259-277, réponse à l’interpellation de Lanessan.

128La venue, sur les lieux, de leaders socialistes, non plus seulement comme orateurs, entre deux trains, météores d’un soir, mais comme militants à demeure, constitue une seconde forme tangible de présence. Fournière, qui inaugure le genre à la Grand-Combe en 1881, Duc-Quercy et Roche à Anzin (1884), puis à Decazeville, Dumay et Dalle à Cholet, Féline à Amiens (1888), Lachize Cours et Thizy, Vaillant dans de nombreuses coalitions du Cher, Clément dans beaucoup de celles des Ardennes, etc., ne font pas seulement office de reporters, ou de médiateurs, mais de véritables conseillers ; ils président les réunions quotidiennes, rédigent les textes, suggèrent des méthodes d’action, stimulent l’organisation, payent physiquement de leur personne, jusqu’à l’emprisonnement pou» excitation des citoyens à la guerre civile, à la violence ». La mince silhouette de Fournière, menant une manifestation de mineurs, le 22 février 1882 Bessèges, tenant tête au sous-préfet330, a sans doute fait plus que bien des discours pour l’implantation du socialisme. Celui-ci prend, pour les houilleurs, le visage de ce « tout jeune homme de 24 à 25 ans, figure pâle, fatigué »331, « voyageur en révolution », selon le ministre de l’Intérieur Goblet, qui dénonce en lui « le véritable auteur de ces grèves »332. En comparaison, les radicaux, hués, dans le Gard, pour leur médiation dérisoire, font figure de « paltoquets ». Les ouvriers ont un grand besoin d’incarnation.

  • 333 1901.
  • 334 Sur cette grève, un volumineux dossier dans Arch. préf. pol., B A 172.
  • 335 Ibid., B A 171 et Le Cri du Peuple.
  • 336 Cl. Willard, 1965.

129Daniel Halévy voyait dans l’intervention des journalistes et hommes politiques dans les grèves un caractère spécifique, marque du sous-développement syndical français333. On remarquera, en effet, que ces interventions se produisent de préférence dans les milieux en ce domaine les plus retardataires : tisserands semi-ruraux du Lyonnais, du Choletais, mineurs des zones bordières du Massif central, teinturiers d’Amiens, etc. Encore dans tous ces cas y a-t-il collaboration entre les militants locaux et les leaders appelés en renforts. Peu fréquents, les conflits conduits presque entièrement par des socialistes de l’extérieur se produisent dans des catégories particulièrement démunies : les possibilistes pilotent la coalition des raffineurs parisiens en 1882334, les blanquistes, celle des teinturières en peaux du boulevard Arago335 : des manœuvres, des femmes. Ceux-ci ne répugnent pas à une tutelle que repoussent — et parfois véhémentement — leurs camarades de « statut » supérieur. Les professionnels de la métallurgie, du verre, du bois, du cuir ou du bâtiment n’ont besoin de personne ; ils ne souffriraient pas qu’on leur donnât des conseils ; s’ils accueillent des leaders, c’est en alliés, d’égal à égal. Dans le difficile problème de l’enracinement du socialisme, les facteurs sociologiques ne sauraient être sous-estimés. L’exemple du guesdisme336, celui du P.C.F. entre les deux guerres, semblent indiquer que les partis de type autoritaire apprécient la virginité politique.

La réception du message

130La grève a donc accru les relations avec le socialisme. Mais de ces gestes, de ces « missions » temporaires, qu’est-il resté ? La perception, la réception du message : voilà qui nous intéresserait bien davantage. Quelles images suscitent les mots ? Comment cheminent-ils ? Au bout du compte, engendrent-ils des attitudes nouvelles et, singulièrement, puisque tel est le but explicitement recherché par les leaders, entraînent-ils un changement électoral ?

  • 337 Arch. préf. pol., B A 168, pièce 50, coupure de La Marseillaise, 28 septembr1880.
  • 338 Ibid., B A 181, pièce 86, rapport de police, 28 octobre 1881.
  • 339 Le Temps, 4 mai 1890.
  • 340 Arch. nat., F 12 4662 : c’est Deloche, banquiste qui est en cause ; il critiquait la politique de (...)
  • 341 Arch. dép. Loire, 92 M 25, pièce 12, rapport de police, 6 juillet 1889.

131Les réactions immédiates des auditoires, épidermique et fragile indice, les réticences du langage, le remous que suscitent certains vocables, la péjoration qui s’attache à « politique », manifestent une sourde résistance. La liste des symptômes pourrait être allongée, principalement à Paris : les ébénistes discutent longuement pour savoir s’ils doivent accepter des fonds collectés à leur intention par L’Egalité : « on doit rester seulement dans le mouvement gréviste et ne prendre aucun engagement avec les socialistes révolutionnaires... Les ouvriers ne peuvent recevoir d’argent d’autres personnes que des ouvriers de la corporation sans se compromettre »337. Les facteurs de pianos refusent de souscrire deux actions du Prolétaire338. Les gaziers éconduisent Chauvière, blanquiste : « Nous n’avons pas voulu que M. Chauvière nous fit une conférence ; nous n’avons pas voulu enfin du concours de plusieurs comités révolutionnaires qui voulaient nous prêter leur concours »339. A Lyon, à Saint-Etienne, des militants socialistes sont conspués : « Assez ! à la question ! nous ne sommes pas ici pour faire de la politique », disent les menuisiers lyonnais340. « A bas les meneurs ! Il n’en faut plus », crient les mineurs de la Loire341. Ailleurs, on chahute des anarchistes qui prêchent la violence.

132Si bien que les résistances rencontrées ne sauraient s’interpréter de manière univoque. Elles recouvrent un farouche désir d’autonomie, sans qu’il faille accorder à cet ouvriérisme ombrageux un sens révolutionnaire, ou corporatiste. Peut-être est-il surtout défensif, crainte d’être embrigadé, « récupéré », détourné hors du seul champ de bataille que l’ouvrier connaisse : la lutte contre son patron ; forme élémentaire, mais capitale, de cette conscience de soi qu’on ne retrouve à aucun degré dans les classes ouvrières des pays occidentaux.

  • 342 Cf. Mattéi Dogan, dans Les Nouveaux comportements politiques de la dusse ouvrière, p. 119 : « L’op (...)

133Quant au rôle de la grève dans l’implantation électorale du socialisme, on pourrait tenter de le cerner en comparant le vote ouvrier (d’où la nécessité de secteurs socialement homogènes) en des sites précis de grève, avant et après elle342. Il y a là matière à quelques recherches qui permettraient d’approcher l’impact de la grève comme facteur de changement politique. A mes yeux, ce rôle ne laisse pas d’être obscur. D’une part une combativité peut s’exprimer à la fois par la grève et par le vote, sans qu’il y ait, de l’une à l’autre, relation de cause à effet ; et l’antériorité dans le temps, parfois simple affaire de calendrier, ne saurait tenir lieu d’explication. A Bessèges-La Grand’ Combe, par exemple, le transfert électoral au profit du socialisme s’amorce dès les élections législatives d’août 1881, avant les coalitions de décembre et de févrie1882 ; celles-ci, pour une bonne partie de l’opinion, sont imputables à la propagande collectiviste. Que les élections ne soient produites dans l’été 1882, on n’eût pas manqué de conclure à l’inverse.

134D’autre part, une grande vigueur sociale peut parfaitement s’accompagner de choix politiques traditionnels (qu’on se souvienne de juin 1968), parce qu’il n’y a pas forcément correspondance, adéquation entre les deux registres d’expression. Ils forment comme deux langages, doués de cohérence internet de beaucoup d’indépendance. C’est pourquoi l’histoire économique, sociale et politique de la classe ouvrière — comme sans doute celle de la plupart des autres groupes sociaux — ne présente pas, en coupe, une structure nettement stratifiée de niveaux bien superposés, mais au contraire d’innombrables discordances et chevauchements.

135Mais j’outrepasse ici le champ du discours.

136J’aurais voulu le faire entendre, en ces pages alourdies de citations non pour donner mes preuves, mais pour faire goûter la saveur des mots. Mais dès qu’il s’agit d’interpréter (et comment y renoncer ?), les questions à nouveau jaillissent. Comment apprécier la portée des mots employés ? Comment saisir le moment où le frémissement d’un premier emploi, l’émotion d’une naissance, se figent en habitude, formule, stéréotype ? Qu’entre-t-il d’obsession vraie, de volonté pédagogique, ou de banal éculé et machinal dans la répétition ? Y a-t-il un en-deçà du discours, ou faut-il, comme le suggère Michel Foucault, ce « positiviste heureux », s’en tenir sagement au seul énoncé ? Sans doute la confrontation des paroles et des attitudes, du dit et du fait, a-t-elle des vertus éclairantes. L’événement, cet existentiel des sociétés, possède un pouvoir discriminatoire. Mais n’est-ce pas lui accorder trop de poids et accepter la fatalité de l’échec des possibles latents qu’il élimine ?

137Délivrée de l’étude souvent stérile des environnements, la nouvelle critique littéraire ne se débarrasse pas pour autant de la querelle des herméneutiques.

138Du moins nous invite-t-elle à l’écoute patiente du texte retrouvé. Aveuglé par la descente aux Enfers de l’érudition, puisse l’historien, s’il en réchappe, retrouver tout vif le plaisir de lire.

Notes

1 Arch. dép. Maine-et-Loire, 21 M 225, pièce 53, com. spéc, 26 octobre 1888.

2 Les taux extrêmes rencontrés vont de 10 % (grève des charpentiers lyonnais e1880 : dans cette profession mobile, il y a du reste toujours du « déchet » et un fort écart entre le nombre des grévistes et l’assistance aux réunions), à 1 000 % (chevriers-maroquiniers, Lyon, 1887) !

3 Arch. préf. pol, B A 201, pièces 285-297 : relevé, effectué quotidiennement, des convocations des cercles socialistes parues dans Le Cri du Peuple, pour l’année 1887 : I : 2 4 3 ; II : 334; III : 399; IV : 389 ; V : 311; VI : 385; VII : 362; VIII : 395 ; IX : 440 ; XI : 483 ; XII : 424. Total général pour l’année : 4 605. Ceci donne une vue quantitative de l’intensité des réunions et de la propagande socialiste cette époque.

4 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1888-1889, préf.-min., 30 juillet 1889 : ils sont deux mille.

5 Arch. dép. Nord, M 625/58, pièce 215, préf. Nord-min., 3 avril 1889. De mêmles tisseurs de Neuvilly, cf. ci-dessus.

6 Le Petit Lyonnais, 5 mars 1878, « Les ouvriers rassemblés près de Montceau danun bois auraient nommé de nouveaux délégués.

7 P. 1362 et 1916, note 2.

8 Arch. dép. Nord, M 626/18.

9 Arch. dép. Gard, 14 M 447, com. pol. Bessèges, 14 mai 1890.

10 Arch. dép. Eure, 9 M 32, préf.-min, 5 février 1880.

11 Arch. dép. Rhône, Grèves, 1871-1879, com. pol, 19 décembre 1871.

12 Arch. nat., F 12 4656, préf.-min, 23 février 1886 : « Les délégués (des tisseurs de Saint-Quentin) demandèrent d’abord la permission de faire des manifestations dans les rues pour décider leurs camarades à se joindre à eux ». Refus du sous-préfet qui met à leur disposition la salle Flament.

13 Germinal, p. 1189 et 1892.

14 A.P.O., t. II, p. 194 : ces cuisines se sont développées en liaison avec des sociétés de secours mutuel dites « gourmandises » parce que le partage des reliquats financiers se faisait au moment des repas et parfois sous forme d’agapes. Les corroyeurs d’un même quartier, voire d’un atelier s’organisaient en commun pour faire les achats et la préparation des aliments. La cuisine de la rue Lafayette a fonctionné de 1873 à 1887 ; une autre, aux Gobelins, de 1887 à 1891, disparut avec l’établissement qu’elle desservait.

15 Arch. préf. pol, B A 167, diverses pièces, notamment 2 et 27 ; la préfecture noté en marge de cette dernière : « Informer à fond sur cette cuisine. Y aurait-il lieu de la fermer ? »

16 Exemple : Arch. dép. Nord, M 625/56, pièce 129 : « Personne ne sait mieux que moi ce qui se passe chez Carette. Je fais partie de toutes les commissions et j’assiste à toutes les décisions. L’Indicateur de la police de Roubaix est connu et il n’est pas reçu chez nous. J’ai remarqué que souvent il inventait pour avoir l’air de mieux être renseigné. Hier, j’ai assisté à une réunion chez Carette et je fus nommé délégué du comité central. Cela prouve que je suis au milieu de tout ; ce qui m’occasionne passablement de frais... »

17 De Molinari, 1872, p. 225.

18 « Dans la fumée des pipes, des individus à mine suspecte; des femmes saoules s’étalant sur la tribune ou sur les bancs », selon La Bataille, 6 décembre 1884, qui, à l’occasion de la fermeture de la salle Graffard, fait son historique.

19 16 juin 1889.

20 Ainsi à Villefranche, lors de la grève des teinturiers de 1881, il y a presque toujours deux femmes au bureau ; l’une d’elles, la jeune femme Liégeon, se montre très active : Arch. nat, F 12 4662, Rhône.

21 Arch. dép. Puy-de-Dôme, M 045-56, pièce 28, correspondance du Petit Parisien, 3 avril 1884.

22 Le Rappel, 25 octobre 1879 : « le citoyen Joigneaux demande que la présidence d’honneur soit décernée au citoyen Pindy, ancien membre de la Commune. D’unanimes protestations éclatent et sur la proposition du président, l’assemblée décide que la politique sera exclue des débats (Applaudissements) ».

23 Arch. préf. pol, B A 170, pièce 102, réunion du 10 mai 1888 à Aubervilliers, grève des verriers : l’anarchiste Viart, auquel on offre le fauteuil de secrétaire de séance le refuse « comme contraire à ses opinions ».

24 Ibid., B A 183, pièce 249, réunion durant la grève des terrassiers, salle Favié, Belleville : l’assistance composée de terrassiers, de maçons et de garçons coiffeurs, « ces derniers en grand nombre et presque tous très jeunes », refuse la formation de tout bureau.

25 Arch. préf. pol, B A 182, 1882.

26 Le Cri du Peuple, 5 juin 1885.

27 Cas de refus : Arch. préf. pol., B A 174, pièces 534 et 659, grève des charpentiers parisiens, 1876. De même chez les mineurs de la Loire en 1888.

28 Sur le vote dans les assemblées syndicales, cf. M. Leroy, 1913, t. I, p. 143.

29 Arch. préf. pol, B A 183, pièce 233 et Le Cri du Peuple, 19 août 1888.

30 Ibid., B A 171, pièce 13; exemple d’un vote atelier par atelier sur un nouveau tarif, chez les imprimeurs typographes de Paris qui en publient les résultats par tract imprimé ; plus de 2 000 ouvriers sont ainsi consultés. Mais il s’agit d’un vote hors grève, et malgré tout, assez exceptionnel.

31 Arch. préf. pol, B A 183, pièce 257, 2 août 1888 (terrassiers, Paris).

32 Ibid., B A 173, pièce 423, réunion du 14 mai 1885.

33 Ibid., B A 201, pièce 199, récit d’une réunion d’ouvriers en bâtiment à la Bourse du Travail de Paris qui se termine en pugilat généralisé par suite de l’intervention d’un groupe partisan de la propagande par le fait (3 septembre 1887).

34 Dans les dossiers des Arch. préf. pol, il y a d’innombrables procès-verbaux de réunions de ce genre, avec des discussions argumentées, des dissensions, de la contestation. La fonction de décision est ici très réelle.

35 Le Figaro, 12 mars 1884.

36 Le Temps, 8 mai 1880.

37 Arch. dép. Loire, 92 M 23, pièce 83, 1er août 1888.

38 Ibid., pièce 75, inspecteur spécial, 30 juillet 1888.

39 Arch. dép. Tarn, IV M2 68, pièces 61-63, préf.-min. de l’Int. (Waldeck-Rousseau), 6 avril 1883. Le préfet a rencontré les délégués la veille au soir, en compagnie du maire Cavalié, des sénateurs Barbey et Rigal ; il leur fait part de son ultime entretien avec le conseil d’administration de la compagnie, de l’impossibilité de rien obtenir de plus. « Nous les décidâmes à grand’peine à nous appuyer au sein de la réunion. Il fut entendu qu’ils monteraient avec nous sur l’estrade. »

40 Le texte intégral du dicours prononcé par Louis Richebourg, ex-délégué au congrès de Paris, 1876, devant les tisseurs d’Armentières figure aux Arch. dép. Nord, M/619/3, pièce 717. C’est un bon exemple de doléance populaire, formulée en termes traditionnels et pacifiques. Mais Richebourg est déjà un homme qui « date ».

41 Arch. préf. pol, B A 183, pièce 50 : ils critiquent ces meneurs « qui n’ont jamais touché à une pelle ». Pièce 45 : ils ont le sentiment « que la politique s’est trop mêlée à toute cette affaire ».

42 Les cochers, les chaisiers de Paris en 1883, les charpentiers organisent eux-mêmes des meetings socialistes au cours de leurs grèves : cf. Arch. préf. pol, B A 174, pièce 224, tract signé « La commission (suivent les noms de ses membres) invitant à une conférence publique donnée sous la présidence de Lissagaray, avec Clément, Guesde, Chabert. Léonie Rouzade, sur « De l’Action économique et politique du prolétariat ».

43 Arch. préf. pol, B A 177.

44 La symbolique des décors socialistes serait à étudier. Voici la description de la salle des Folies-Bergères, siège du congrès de Marseille, le 20 octobre 1879, Compte rendu, p. 19 : « Au fond du bureau... un buste de la République, entouré d’un faisceau de drapeaux. Des écussons portant le nom des villes représentées ou adhérentes au Congrès, étaient fixés autour de la salle. Les devises socialistes suivantes : Liberté, Egalité, Solidarité; Pas de droits sans Devoirs, pas de Devoirs sans droits. — La terre au paysan, l’outil à l’ouvrier, le travail pour tous. — Science, Paix, Union, Justice, écrites sur fond rouge, décoraient les murailles. Sous le bureau, était placée la tribune, tendue de velours rouge comme le bureau. Une enceinte avait été réservée aux membres du congrès, et deux grandes tables, placées aux deux côtés de la tribune, avaient été mises à la disposition des membres de la presse française et étrangère. » Bien entendu, les meetings de grève sont infiniment plus simples.

45 A ce sujet, cf. Compère-Morel, 1937, p. 316 et sq.

46 Mais quel meeting ! Cf. Arch. dép. Nord, M 626/14, pièce 513, com. pol. Valenciennes, 21 mars 1884 : 4 000 personnes dans la salle, 1 500 dehors. Allocutions de Rochefort, d’un certain Talleyrand qui, dit-il, a été mineur au Chili et donne 5 000 aux grévistes. Un aéronaute venu de Paris déclare qu’il aurait voulu gonfler son ballon pour faire une démonstration à Denain, mais les municipalités lui ont refusé les conditions nécessaires. Aux cris de Vive Rochefort, Vive Basly, Vive la République, la foule acclame unanimement la poursuite de la grève.

47 Dans les petites localités des Ardennes, J.-B. Clément, fait le crieut public, que les municipalités lui refusent, en s’armant d’une casserole et d’une pelle à feu : Le Temps, 16 juin 1885.

48 Ne sont donnés ici que les titres exactement connus, tels qu’ils figurent sur les tracts ou les affiches, ou dans la presse.

49 Arch. dép. Sarthe, M 374, com. spéc, 12 juin 1884.

50 Arch. dép. Maine-et-Loire, 21 M 225, pièce 22.

51 Arch. dép. Isère, 166 M 2.

52 Selon les rapports de police, qui s’efforcent souvent de chiffrer la répartition des sexes, il y a un tiers de femmes à Saint-Denis parmi les 500 (mécaniciens et majorité) qui écoutent Joffrin et Louise Michel, autant au Mans pour Guesde, un cinquième à Rouen, pour Piéron, un dixième au casino des fleurs chez les ébénistes parisiens, « la moitié de femmes et d’enfants » à Combrée pour Ludovic Ménatd, « beaucoup de femmes », nous dit-on, à Limoges (1883, porcelainiers), à La Ferté-sous-Jouarre (1883, meuliers), à Cholet (1888, tisserands), au Chambon (1889, ouvriers en limes), etc.

53 Arch. nat., F 12 4656, préf.-min., 21 avril 1888.

54 Arch. dép. Gard, 6 M 1414 (2), com. pol, 11 mars 1887.

55 Arch. dép. Rhône, M, dossier du 1e r Mai 1890.

56 Arch. dép. Cher, M 23, com. pol, 12 septembre 1886. Les vignerons du Centre de la France sont une catégorie très réceptive au socialisme. Cf. Correspondance Engels-Lafargue, t. II, p. 326 et sq., récit de la campagne électorale de Paul Lafargue dans le canton de Saint-Amand : « chose étrange, les paysans, qui sont presque tous des petite propriétaires, n’ont pas peur du socialisme, et ont au contraire un vague et indéfini espoir que, dans le socialisme, ils trouveront des réformes utiles à leur situation » (lettre du 12 septembre 1889).

57 Arch. dép. Sarthe, M 374, com. spéc, 12 juin 1884.

58 Le Temps, 16 juin 1885.

59 Arch. dép. Allier, série U, dossiers d’instruction des affaires Lafargue, Guesde, Bazin (179 pièces) et Dormoy (95 pièces), 1883, déposition des témoins.

60 Arch. nat, F 12 4664.

61 Arch. dép. Maine-et-Loire, 71 M 2, pièce 243 ; cette conférence a lieu au domicile d’une certaine Madame Bource, pensionnée du coup d’Etat du 2 décembre.

62 Arch. dép. Loire, 92 M 19, pièce 49, préf.-min, 20 février 1882.

63 Arch. préf. pol, B A 1882, pièce 18, rapport Bey, 17 janvier 1883.

64 Arch. dép. Cher, M 23, com. pol, 12 septembre 1886.

65 Arch. préf. pol, B A 168, pièce 324, rapport de police, 5 novembre 1882. Un autre orateur, Courtoux, ayant exalté la dynamite, « une grande partie de l’assemblée proteste et quitte la salle ». Faut-il expliquer ces réactions par la qualité du public ? Les ébénistes sont gens qualifiés, à niveau relativement aisé. Très vivaces, leurs grèves sont peu violentes.

66 1873 a, p. 13. Il ajoute : « Dans des cas exceptionnels, cependant, l’on s’écrit pour s’interroger sur la situation ». L’ouvrier mis en scène est un contremaître d’ajustage aux périples étendus, comme pour la plupart des travailleurs qualifiés de la métallurgie.

67 (1895), 1963, p. 74.

68 Pour G. Le Bon, le meneur est cet ouvrier « qui, dans une auberge fumeuse, fascine lentement ses camarades en remâchant sans cesse quelques formules qu’il ne comprend guère, mais dont, selon lui, l’application doit amener la sûre réalisation de tous les rêves et de toutes les espérances », (1895), 1963, p. 69.

69 Selon le mot de Jaurès lui-même, Mouv. Soc., avril-juin 1962, n° spécial sur Jaurès, p. 8. L’évocation de Jaurès orateur est au cœur des témoignages recueillis.

70 On n’oubliera pas les conséquences que cette priorité de la parole a eues sur la diffusion de textes aussi manifestement destinés à la lecture que ceux de Marx dont la traduction française a été si tardive. Ce passage par le canal de la parole l’lesté, et pour longtemps, d’une grande partie de sa signification. « Je suis une machine condamnée à dévorer les livres », disait Marx, « et à les rejeter ensuite, transformés. sur le fumier de l’histoire ».

71 Cf. les travaux de René Kaës, notamment 1967.

72 Selon une expérience faite par J. Ozouf.

73 Un réalisateur de télévision, voulant interroger la « mémoire de Belleville », prend contact avec les gens du quartier. « Certains avaient des souvenirs remontant jusqu’à la Commune ». « L’histoire profonde d’un pays, d’une ville, n’est pas, à mon sens, dans les monuments, mais dans l’accumulation des vies quotidiennes. D’où l’importance de la tradition orale » : propos de Gérard Chouchan, Le Monde, 3 octobre 1969. Est-il besoin de souligner l’intérêt pluridisciplinaire de telles expériences ?

74 Citons, à ce sujet, deux recherches parallèles menées d’une part sous la direction de A. Dupront, d’autre part sous celle de R. Rémond.

75 La référence à Quatre-vingt-treize et aux hébertistes est, au contraire, surprenante dans les séances de clubs communards.

76 D. Poulot, 1872, p. 73.

77 Arch. préf. pol., B A 174, pièce 885, réunion du 24 mai 1876, propos d’un certain Amont : « Je suis un vieux gréviste de 1845, et cette grève... avait été beaucoup mieux organisée et conduite que ne l’a été la présente. Chacun des grévistes était muni d’une carte portant ces mots : permis de travail. On n’avait donc pas à craindre des embauchages comme ceux qui ont été signalés tout à l’heure et qui sont si nuisibles à la réussite de la grève d’aujourd’hui. Nous avions organisé un bureau central où étaient inscrits les noms de tous les ouvriers embauchés. C’est ainsi que votre commission aurait dû procéder. » Il lui est répondu que « procéder de cette manière, c’était faire mettre tous les ouvriers en prison ».

78 Plusieurs études, effectuées dans le cadre de mémoires de maîtrise, sous la direction de M. Vilar, sur divers quartiers de Paris sous la Troisième République, montrent à partir des documents fiscaux et des listes électorales, l’extrême instabilité de la population dans les rues populaires, toujours en déménagement.

79 Pour l’étude des grèves « scripturaires », nous renvoyons à la seconde partie.

80 Arch. préf. pol., B A 178, pièce 57, appel imprimé de la chambre syndicale des charrons, Paris, 1880.

81 Les affiches ne s’adressent qu’exceptionnellement à l’opinion publique. Quelques exemples cependant : Arch. préf. pol., B A 181, pièce 48, affiche de la chambre syndicale des tourneurs en chaise, 28 août 1883 : « La commission exécutive porte à la connaissance du public... Nous faisons un appel à l’opinion publique pour nous juger... ». Ou encore cette affichette (mai 1880, Arch. dép. Marne, 194 M 11) signée « commission de permanence des ouvriers grévistes » qui fait « appel au bon sens de la population de Reims », « à toutes les classes de la ville de Reims, qui se feront un devoir de soutenir les hommes qui sont la force et la richesse du pays ».

82 Le soin de prendre des notes est souvent confié à des agents qui doivent s’efforces de les prendre « textuellement » ; il est à remarquer que le rapport de police relatant une réunion est presque toujours daté du jour même de celle-ci. Sur le manque d’information du personnel de police, un exemple : Arch. dép. Loire, 10 M 87, pièc114, compte rendu de réunion, 9 mars 1890 à Roanne : « Guesde cite Marx, Dengueins... », il s’agit évidemment d’Engels !

83 Arch. dép. Loire, 92 M 19, pièce 27, février 1882, Roanne.

84 C’est pourquoi nous n’usons pas ici (exceptionnellement !) de statistiques : elles n’auraient guère de signification.

85 Griffuelhes, ce technicien du syndicalisme, homme d’une ère nouvelle, reprochera à ses camarades ce goût de l’invective : « Il en est encore parmi nous qui se laissent trop volontiers aller aux violences superflues, et pour qui l’énergie créatrice se résumé dans la verdeur des mots » : cité par M. Leroy, 1913, t. I, p. 22 et tiré de L’Humanité, 23 février 1908.

86 Sur l’injure dans le vocabulaire politique et social cf. J. Dubois, 1962, p. 89.

87 Sur les injures prodiguées aux non-grévistes, autre cible de l’agressivité ouvrière, cf. ci-dessus, p. 518. Nous n’y reviendrons pas.

88 La Gazette des Tribunaux, 3 août 1867 : argot des tailleurs d’habits.

89 Le Citoyen, 10 février 1882 : les tisseurs de Roanne appellent ainsi leurs patrons.

90 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1871-1877, proc. Rép.-préf. 8 novembre 1875 : Guillot, 20 ans, couverturier à Cours, poursuivi pour avoir prononcé ce mot déclare : « Mais c’est le terme que nous donnons à nos patrons. »

91 A ce sujet, cf. les remarques de Decouflé, 1968, p. 116 (bestiaire contrerévolutionnaire).

92 Cf. D. Poulot, 1872, et A. Delvau, 1883, p. 306.

93 L’expression « ces Messieurs » est très fréquemment employée par les ouvriers dans un sens péjoratif pour désigner leurs patrons : Arch. préf.-pol., B A 178, pièce 79, propos de Cluzeaux, ouvrier charron, mai 1880 : « Ces Messieurs se figurent nous fouler aux pieds comme ils en avaient le droit avant 1789... ». Ibid., B A 167, pièce 44, motion des mégissiers, 1er août 1882 : « Ces Messieurs n’ont aucun argument à opposer à nos justes revendications. » Arch dép. Loire, 92 M 15, pièce 103, lettre des verriers au préfet, 19 août 1878 : « La misère dans laquelle ces Messieurs veulent nous induire... » Arch. dép. Nord, M 628/3, pièce 68, tract des verriers de Carmaux, 5 octobre 1891 : « Ces messieurs, millionnaires... », etc.

94 Arch. préf. pol., B A 180, pièce 335, rapport de police, 5 juin 1882 : « Abas de ces affiches était écrit au crayon rouge... »

95 Arch. nat., F 12 4661, apposé dans nuit du 17 au 18 février 1882, tissage Motte.

96 Même source.

97 Arch. dép. Nord, M 619/7, pièce 19.

98 Un tract du 1er Mai 1890 répandu à Lyon, fustige « les Rothschild et les Vanderbilt », Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1888-1890.

99 Arch. dép. Marne, 194 M 12, janvier 1885.

100 Arch. nat., F 12 4 6 5 6, dépêche Havas, 23 avril 1886.

101 Arch. dép. Saône-et-Loire, 194 M 12, placard imprimé, « Appel aux paysans », septembre 1882.

102 Arch. nat., F 12 4661, placard manuscrit, nuit du 16 au 17 mars 1885.

103 Arch. préf. pol., B A 175, pièce 61, propos d’un ouvrier scieur de long, réunion du 14 septembre 1881.

104 Arch. dép. Nord, M 627/12, pièce 20, placard manuscrit, Lille, mai 1880.

105 Cf. note ci-dessus « Appel aux paysans ».

106 E. Piéton, Etude sur la corporation ouvrière, 1872, brochure Arch. dép. Seine-Maritime, 14 M, pièce 122.

107 Arch. dép. Rhône, M, dossier du 1e r Mai 1890 tract des ébénistes parisiens poule 1er Mai.

108 Ibid., M, Grèves 1888-1890, tract imprimé des « chambres syndicales et groupes ouvriers de Paris », « aux travailleurs du monde entier ».

109 P. 1142, 1591, par exemple. C’est aussi un thème de toute la littérature noire : exemple, Lautréamont...

110 Ces deux vocables sont fréquemment employés comme substantifs pour désigner les patrons et possédants. Nous ne donnons pas d’exemple pour ne pas trop alourdir un texte déjà très lourd en références. Cf. ci-dessus p. 148, n. 190.

111 1872, p. 147.

112 Arch. nat., F 12 4661, préf.-min., 19 février 1884 : « Nos patrons, pour arrondir plus vite leurs ventres et leurs fortunes » : placard manuscrit à Leers.

113 Arch. dép. Nord, M 625/56, pièce 36, 1888.

114 Arch. dép. Nord, M 625/56, pièce 52, avril 1887.

115 Tissage Bouchez à Reims : ci-dessus.

116 Ci-dessus, Arch. nat., F 12 4661.

117 Arch. dép. Loire, 92 M 16, pièce 24.

118 Arch. nat., 12 4661, rapport gendarmerie Cambrai, 18 mars 1885.

119 Arch. nat., F 12 4662, rapport sur la grève des chevriers-maroquiniers de Lyon, 1887.

120 lbid., préf.-min., 29 mars 1886, propos tenus chez les cordonniers, Lyon.

121 Arch. préf. pol., B A 184, pièce 1039.

122 Arch. dép. Loire, 92 M 26, pièce 128, com. pol., 22 juin 1889.

123 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1888-1890.

124 Outre les divers textes cités, voici encore les propos de Laroche, ouvrier menuisier, réunion du 12 octobre 1884 à Lyon, Arch. nat., F 12 4662 : « Ne nous laissons pas rouler par nos bourreaux de patrons et, plutôt que les laisser profiter de nos sueurs et s’enrichir à nos dépens, nous les pendrons aux becs de gaz. »

125 Le Cri du Peuple, 3 mars 1887.

126 Pour « se crocher », on attache la corde latéralement comme un licol, et on tire.

127 Cf. ci-dessus p. 565 (cris de la rue).

128 Arch. préf. pol., B A 172, juin 1882.

129 Le Temps, 31 octobre 1882. On trouve un récit analogue dans Le Rappel du même jour.

130 Sur l’origine religieuse de frères et son emploi laïcisé au 19e siècle, cf. J. Dubois, 1962, p. 81 et sq. Il note une régression d’usage au profit de camarades. Dans les textes de grève 1871-1890 frères est cependant encore extrêmement vigoureux.

131 Citoyennes, citoyens : tous les rapports aux congrès — à Marseille, en 1879, comme à Lyon (1886, Fédération nationale des syndicats) — commencent ainsi. C’est moins général dans les appels ou discours de grève.

132 A ce sujet, les très intéressantes remarques de J. Dubois, 1962, p. 46.

133 Arch. préf. pol., B A 170, pièce 73, tract imprimé, « Aux tailleurs et scieurs de pierre... », 1886.

134 Arch. préf. pol., B A 176, pièce 115, appel des ouvriers du gaz, Paris, mai 1890.

135 1962, p. 128.

136 L’Egalité, 31 mars 1880, appel de la chambre syndicale de la métallurgie de Grenoble.

137 Le Mot d’Ordre, 26 juin 1880, discours de Dolland, secrétaire de la chambre syndicale des charrons.

138 Arch. préf. pol., B A 180, discours de Jules Cazelle, grève des menuisiers, Paris, 1879.

139 L’Egalité, 7 avril 1880, liste de souscription du syndicat de la métallurgie de Grenoble. Producteurs est en italique dans le texte.

140 Le Petit Caporal, 10 juin 1882, appel de la chambre syndicale des menuisiers de Paris.

141 Arch. dép. Sarthe, M sup. 374, appel des cordonniers de Paris aux cordonniers de Blois en grève, juin 1884.

142 Ouvriers du gaz, Arch. préf. pol., B A 176, pièce 115.

143 Arch. dép. Rhône, M, dossier du 1er Mai 1890, appel du syndicat de l’ébénisterie, Paris.

144 Arch. dép. Rhône, M, dossier du 1er Mai 1890, syndicat de l’ébénisterie de Paris.

145 Dans certains textes, les bras s’identifient aux ouvriers « Nous sommes les bras ». Les anglais disent « hands ».

146 A ce sujet, cf. J. Dubois, 1962, p. 76. La même remarque s’applique au vocabulaire des titres de journaux socialistes de l’époque qui s’intitulent forçat, exploité, déshérité, etc.

147 L’Egalité, 31 mars 1880, appel du syndicat de la métallurgie de Grenoble.

148 Arch. préf. pol., B A 179, pièce 74, tract des cochers de l’Urbaine : 1884 : « Nos maîtres voient en nous des parias, ils veulent nous faire subir toutes les conséquences de leurs caprices..., ils nous ont toujours traités comme des esclaves ».

149 Le Cri du Peuple, 20 juillet 1888, appel des tailleurs de pierre, Paris.

150 Arch. préf. pol., B A 175, pièce 38, discours de Lacorre, grève des scieurs de long, Paris, 18 août 1881.

151 Arch. dép. Loire, 92 M 30, pièce 9, tract imprimé du comité de grève de Thizy, 1889.

152 Ibid., 10 M 87, pièce 109, affiche pour le 1er Mai 1890, à Saint-Etienne.

153 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1888-1891, tract pour le 1e r Mai 1890, « les chambres syndicales... de Paris aux travailleurs du monde entier ».

154 l’Egalité, 31 mars 1880.

155 Ibid., 12 mai 1880.

156 Arch. préf. pol., B A 173, tract imprimé des tailleurs, Paris 26 avril 1885.

157 L’Egalité, 31 mars 1880.

158 Arch. dép. Rhône, M, dossier du 1er Mai 1890, ébénistes de Paris.

159 Arch. dép. Marne, 194 M 12, placard manuscrit, 8 mars 1882.

160 Arch. dép. Gironde, M 1189, pièces 49-50, propos tenu dans la réunion des grévistes de l’usine Vieillard.

161 Cf. ci-dessus, seconde partie.

162 Arch. dép. Nord M 619/3, pièce 717, discours de Louis Richebourg, 17 ma1880.

163 Arch. dép. Nord, M 628/3, pièce 68, tract des verriers de Carmaux, 5 octobr1891, « à tous les travailleurs ».

164 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1888-1891, tract des « chambres syndicales et groupes ouvriers de Paris aux travailleurs du monde entier », mai 1890.

165 Arch. dép. Loire, 92 M 13, pièce 48, tract imprimé, « appel des ouvriers fondeurs en cuivre de la ville de Lyon », avril 1872.

166 Arch. dép. Gironde, M 1189, pièces 49-50, propos de réunion de grévistes de l’usine Vieillard.

167 Le Cri du Peuple, 20 juillet 1888, tailleurs de pierre.

168 « L’arrogance de nos maîtres » (verriers de Carmaux, 1891), « La rapacité de nos maîtres, bien décidés à nous rendre de plus en plus esclaves et misérables » (tisseurs de Thizy, 1889), « osons dire à nos maîtres : nous sommes de chair et d’os comme vous » (Arch. dép. Isère, 75 M 2, pièce 187, tract imprimé, « aux femmes de Vienne » mai 1890).

169 Arch. dép. Loire, 92 M 30, pièce 9, tisseurs de Thizy.

170 L’Egalité, 12 mai 1880, « appel aux travailleurs », commission de la grève des tisseurs de Reims.

171 Cordonniers de Paris, Arch. dép. Sarthe, M sup. 374.

172 La Marseillaise, 28 septembre 1880, ébénistes de Paris.

173 Arch. dép. Maine-et-Loire, 71 M 1, pièce 58, propos de Moilleux, ouvrier boulanger d’Angers, 15 septembre 1882 : « Il y a dans l’affaire pendante le Capital argent et le Capital bras ; le premier enrichit nos patrons et leur donne le bien-être ; à nous il est indispensable pour donner le strict nécessaire à nos familles ; le second donne à nos patrons notre sueur, notre peine, à nous, les maladies, les infirmités ! »

174 L’Egalité, 12 mai 1880.

175 Métallurgistes, Grenoble, 1880 cf. Arch. dép. Isère, 166 M 2.

176 Arch. nat., F 12 4662, préf. Rhône-min., 29 octobre 1881, propos de grève des teinturiers de Villefranche.

177 Arch. dép. Nord, M 625/56, pièce 52.

178 Tailleurs de pierre, Paris, 1888, Le Cri du Peuple, 20 juillet 1888.

179 Arch. dép. Saône-et-Loire, 194 M 12, « appel aux paysans », tract imprimé, septembre 1882, signé « le drapeau rouge de l’Internationale ».

180 Arch. dép. Loire, 92 M 19, pièce 154, protestation des exclus des usines de Roanne, 1e r Mai 1882.

181 Arch. préf. pol., B A 176, pièce 115.

182 Le Mot d’Ordre, 26 mai 1880, texte de Dolland, secrétaire de la chambre syndicale des charrons de Paris : « nous sommes le nombre, et sous le régime du suffrage universel, le nombre c’est le droit ».

183 La Vraie France, 14 mai 1880, texte d’un placard trouvé à Lille.

184 Ebénistes parisiens, Arch. dép. Rhône, M, dossier du 1er Mai 1890.

185 Cf. à ce sujet, J. Dubois, 1962, p. 48.

186 Ibid., p. 128. Je ne relève pour ma part qu’un emploi : Arch. dép. Gard, 14 447, « appel aux travailleurs » du comité de grève des mineurs de la Grand’Combe, 1881. « Il nous faut... triompher, sur un point, des monopoleurs... ».

187 Cordonniers de Paris, 1884, Arch. dép. Sarthe, M sup. 374.

188 Faïenciers de Bordeaux, Arch. dép. Gironde, M 1189, pièces 49-50.

189 Ebénistes de Paris, 1880, La Marseillaise, 28 septembre 1880.

190 « Appel aux paysans », Arch. dép. Saône-et-Loire, 194 M 12.

191 Arch. préf. pol., B A 170, pièce 137, tailleurs de pierre, Paris.

192 Arch. dép. Marne, 194 M 10, appel de la chambre syndicale de l’industrie lainière, mai 1880.

193 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1888-1891, tract des « chambres syndicales et groupes ouvriers de Paris », mai 1890 : « Vos pères ont détruit les seigneurs féodaux sans s’apercevoir qu’ils laissaient subsister les seigneurs de la finance ».

194 Arch. dép. Nord, M 628/3, pièce 68, verriers de Carmaux.

195 Cordonniers de Paris, 1884.

196 L’Egalité, 12 mai 1880, appel du Comité de grève de Reims : « la soif de l’or, cette lèpre qui engendre l’homicide... ». Voici le portrait du capitaliste d’après un orateur du congrès de Marseille : « Messieurs des Monopoles... vous n’avez qu’à passer vos doigts crochus sur votre front pour ramasser notre sueur et notre sang qui s’échappe de notre corps mutilé et vous touverez assez d’or pour faire la dot de votre fille » : Congrès de Marseille, p. 467.

197 Le thème des millions, des millionnaires est déjà fort ancien : cf. J. Dubois, 1962, p. 88, et les textes qu’il cite. En voici quelques exemples tirés de nos textes de grèves : Arch. dép. Rhône, M, Grèves, 1888-1891, tract des « chambres syndicales et groupes ouvriers de Paris... », mai 1890 : « Plus d’espoir pour le prolétaire, le petit commerce lui-même se trouve englouti devant l’association des millions des capitalistes... La classe capitaliste... sans rien produire, exploite les travailleurs à l’aide des millions qu’elle leur a volés ». Arch. dép. Rhône, M, dossier du 1er Mai, appel de la chambre syndicale de l’ébénisterie de Paris : avec la grève générale, « celui qui possède des millions serait aussi bien dans l’impossibilité de vivre que celui qui n’a pas un sou dans sa poche ». Arch. dép. Nord, M 628/3, pièce 68, verriers de Carmaux : « Ces messieurs, millionnaires ».

198 Arch. dép. Saône-et-Loire, 194 M 12, « appel aux paysans ».

199 Verriers de Carmaux.

200 Arch. dép. Marne, 194 M 10, chambre syndicale de l’industrie lainière, ma1880.

201 Arch. dép. Nord, M 619/3, discours de Louis Richebourg, mai 1880.

202 Cordonniers de Paris, 1884, Arch. dép. Sarthe, M sup. 374.

203 Congrès de Marseille, p. 800.

204 Tract des « chambres syndicales et groupes ouvriers de Paris », mai 1890, Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1888-1891.

205 Louis Richebourg, Arch. dép. Nord, M 6 1 9 / 3, mai 1880.

206 Tisseurs de Reims, Arch. dép. Marne, 194 M 10, mai 1880.

207 Arch. dép. Isère, 166 M 2, métallurgistes de Grenoble, 23 mars 1880.

208 Charrons, Paris, 1880, Le Mot d’Ordre, 26 mai 1880.

209 Arch. dép. Gard, 14 M 447, 1882.

210 Verriers de Carmaux, Arch. dép. Nord, M 6 2 8 / 3, pièce 68.

211 Arch. dép. Nord, M 626/14, pièce 55.

212 Ibid., pièce 54, 28 avril 1884.

213 Arch. dép. Marne, 194 M 10, lettre d’un ouvrier tisseur au préfet, 16 mai 1880.

214 Arch. dép. Marne, 194 M 12, appel de la chambre syndicale de l’industrie lainière, mai 1880.

215 Le Petit Caporal, 10 juin 1882, appel de la chambre syndicale des menuisiers de Paris.

216 Arch. dép. Nord, M 625/56, pièce 52, placard manuscrit, tissage Dulac, Armentières, 1887.

217 Arch. dép. Marne, 194 M 12, tract pour une conférence sur la « nécessité de la grève générale », 12 juillet 1890 à Reims.

218 Voici quelques exemples : L’Egalité, 24 mars 1880, tailleurs de pierre dMarseille : « les tailleurs de pierres... se sont levés pour la défense de leurs droits » ; Arch. dép. Gard, 14 M 447, appel des mineurs de la Grand’Combe : « Frères debout, en avant pour l’émancipation sociale » ; La Marseillaise, 28 septembre 1880, « Allons, citoyens, debout ! Le grand n’est grand que parce que nous sommes à genoux », ébénistes, Paris 1880 ; Arch. dép. Saône-et-Loire, 194 M 12, tract, « appel aux paysans », septembre 1882 : « Ne nous courbons plus devant ces vampires » ; Arch. dép. Marne, 194 M 10, affiche des menuisiers de Reims, 4 mai 1880 : « Nous restons debout sur la brèche ».

219 On sait l’importance de cette métaphore dans la Bible comme dans les cantiques populaires : « Peuple, debout ! Chante ta délivrance » du « Minuit Chrétiens ». On songe à « L’Internationale » : « Debout, les damnés de la terre ».

220 Arch. dép. Loire, 92 M 13, pièce 48, appel des fondeurs en cuivre de Lyon à « tenir haut et ferme le drapeau de la solidarité et de la fraternité » ; ibid., 92 M 30, pièce 9, tisseurs de Thizy, 1889 : « Si vous leviez l’étendard de la révolte ».

221 Arch. dép. Nord, M 619/6, pièce 16, réunion de tisseurs à Armentières, 27 mai 1883, propos de Decarme, anarchiste.

222 Tisseurs de Reims, 1880.

223 Arch. dép. Gironde, M 1189, pièces 49-50, faïenciers de l’usine Vieillard.

224 Le Cri du Peuple, 20 juillet 1888.

225 Arch. préf. pol., B A 181, pièce 63, tract imprimé, chambre syndicale des ouvriers chaisiers, 1883.

226 Arch. dép. Marne, 194 M 10, s.-préf.-préf., 3 mai 1880, discours de Baudelot, aux tisseurs de Reims : « Admettez qu’à un moment donné la misère nous force de rentrer, croyez-vous que nous rentrerons en vaincus, non. Nous rentrerons par la faim. Ce ne sera pas une paix que nous signerons, ce sera une trêve. Et si nous sommes forcés d’attendre, nous attendrons. Quand l’instant sera venu, nous déclarerons la guerre aux capitalistes ».

227 Arch. dép. Nord, M 626/14, pièce 55, texte signé Basly, 21 avril 1884 et tire à cent exemplaires.

228 Cf. ci-dessus, note 226.

229 Selon diverses sources de presse, notamment Paris-Journal, 20 juillet 1878.

230 Arch. nat., F 12 4667, rapport gendarmerie, 7 février 1890. Le texte est : « grève générale. Vaincre ou mourir ».

231 Arch. dép. Nord, M 625/58, pièce 36, placard manuscrit sur un tissage de Bousies.

232 Arch. nat., F 12 4656, dépêche Havas, 23 avril 1886.

233 Arch. nat., F 12 4661, placard manuscrit, Leers, 1884.

234 Arch. dép. Marne, 194 M 12, affiche manuscrite sur le tissage Bouchez, janvier 1885.

235 Arch. dép. Nord, M 626/18, pièce 66 ; placard manuscrit, mineurs de Vicoigne, 1887.

236 Les ouvriers se présentent — et sans doute se voient — comme perpétuellement sur la défensive. Cf. Arch. dép. Gironde, M 1189, pièce 49, propos de Achérité, militant bordelais : sur 123 grèves existant en novembre 1887, « trois, tout au plus, avaient pour but l’augmentation des salaires, tandis que les autres réclamaient seulement le maintien des prix existants ». C’est la croyance en la détérioration du sort, en la paupérisation, que nous avons maintes fois constatée.

237 Arch. préf. pol., B A 170, pièce 64, lettre imprimée « A Messieurs les patrons verriers ».

238 Le Petit Caporal, 10 juin 1882, appel de la chambre syndicale.

239 L’Egalité, 12 mai 1880, tisseurs de Reims.

240 Le Cri du Peuple, 19 avril 1887, appel des tailleurs de limes de Dijon, pour leurs camarades d’Arnay-le-Duc.

241 Arch. dép. Marne, 194 M 12, affiche manuscrite, d’après s.-préf.-préf., 8 mar1882.

242 Cf. R. Gossez, 1967, chap. I, p. 48 et sq.

243 Arch. dép. Nord, M 627/2, pièce 36, affiche manuscrite, Lille, mai 1880.

244 Arch. dép. Marne, 194 M 10, 16 mai 1880, affiche imprimée.

245 L’Egalité, 12 mai 1880, « appel aux travailleurs », comité de grève de Reims.

246 Arch. dép. Isère, 75 M 2, pièce 187, « appel aux femmes de Vienne », tract imprimé, fin avril 1890.

247 Ach. dép. Loire, 10 M 87, pièce 83, tract imprimé pour le 1er Mai 1890, signé « la Revanche des Mineurs ». Voir aussi Arch. dép. Nord, M 159/2, pièces 4 et 5, tract-chanson imprimé à Douai, pour le 1er Mai 1890, « Nous n’sommes pas révolutionnaires, — Mais nous réclamons notre part ».

248 Vladimir : «... Et puis nous, on ne nous reconnaît jamais » (En attendant Godot, Paris, 1952, p. 81).

249 Arch. dép. Marne, 194 M 10, s.-préf.-préf., 26 avril 1880, propos de Thierry, aux tisseurs en grève.

250 Arch. dép. Isère, 75 M 2, pièce 187.

251 Arch. dép. Isère, 75 M 2, pièce 187.

252 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1888-1891, tract des chambres syndicales et groupes ouvriers de Paris, mai 1890.

253 Arch. dép. Loire, 10 M 87, pièce 83.

254 Arch. nat., F 12 4662, appel de la chambre syndicale des tanneurs de Lyon, avril 1882 : « Voulez-vous établir le règne de l’Egalité que l’on nous promet depuis se longtemps ? »

255 Arch. nat., F 12 4662, « Aidez-nous à faire la Révolution sociale, c’est-à-dire... ».

256 Arch. dép. Loire, 92 M 19, pièce 152, réunion du 9 avril 1882 à Roanne, propode Déparis.

257 Arch. dép. Marne, 194 M 10, affiche des menuisiers en grève, 14 mai 1880.

258 Ibid. Il faut « rester inébranlables jusqu’au jour du triomphe d’une cause quest celle de tous les travailleurs ».

259 L’Egalité, 16 juin 1880, lettre anonyme des ouvriers bonnetiers de Troyes egrève.

260 Arch. dép. Marne, 194 M 10, avril 1880.

261 Arch. rat., F 12 4656, dépêche Havas.

262 Quelques exemples d’un thème redondant dans les divers appels locaux poule 1er Mai : Arch. dép. Loire, 10 M 87, pièce 109, affiche signée « Les groupements ouvriers adhérents à la Manifestation » : « Le Prolétariat va faire une chose unique dans les annales du monde ! Dans toutes les nations civilisées, il affirmera par les mêmes moyens un principe identique. Les travailleurs de Saint-Etienne, courbés sous le même joug que leurs frères d’Europe et d’Amérique... ». Arch. dép. Rhône, M, dossier d1er Mai 1890, tract du syndicat de l’ébénisterie parisienne : « Déjà en Allemagne et en Belgique le branle est donné... »

263 Arch. dép. Seine-Maritime, 14 M, pièce 122, brochure d’E. Piéton, Etude sula corporation ouvrière, 2e éd., 1872, 1re partie. L’auteur cite longuement Lamennais : « Qu’est-ce donc qui se prépare ? Le monde tressaille, des fantômes traversent les airs, une lueur obscure enveloppe toutes choses. Est-ce une aube ? Est-ce un crépuscule ? »

264 Arch. dép. Marne, 194 M 10, affiche des menuisiers de Reims, 4 mai 1880.

265 Arch. dép. Loire, 92 M 19, pièce 155, s.-préf. Roanne-préf., 18 mai 1882, réunion du 17, propos de Calais, ouvrier tisseur.

266 Arch. dép. Nord, M 619/6, pièce 16, propos de Decarme, dans une réunion de tisseurs d’Armentières, 1883.

267 Arch. dép. Gironde, M 1189, pièce 49, propos d’Achérité, réunion de faïenciers de Bordeaux.

268 Arch. dép. Nord, M 626/17, pièce 20, affiche manuscrite Lille, mai 1880.

269 Ibid., pièce 36, même type de document.

270 1882 : Arch. nat., F 12 4657.

271 Arch. dép. Isère, 175 M 2, pièce 184, affiche pour appeler au meeting du 1er Mai 1890 à Vienne.

272 Arch. dép. Nord, M 626/17, pièce 33.

273 Arch. préf. pol., B A 184, pièce 1039, réunion du 3 août 1886.

274 Défense des Travailleurs, 13 janvier 1884, lettre du comité de grève de Nouzon.

275 L’expression « grand soir » ne se rencontre pas encore ; la Révolution est plutôt une aube.

276 Arch. dép. Rhône, M, dossier du 1er Mai 1890.

277 Arch. dép. Rhône, M, grèves 1888-1891.

278 Arch. dép. Maine-et-Loire, 194 M 12, tract imprimé « appel aux paysans », septembre 1882.

279 Arch. dép. Cher, M 23, discours de Guesde à Vierzon, 8 octobre 1886 : « Comme tous les capitalistes, [ils sont] des parasites... des poux du corps social. »

280 Cette assimilation de la bourgeoisie à l’aristocratie est perpétuellement sous-jacente dans le discours populaire, d’où la terminologie féodale appliquée aux rapports patrons-ouvriers.

281 . Arch. préf. pol., B A 184, pièce 1039, propos de Pouget à la Bourse du Travail grève des terrassiers.

282 Arch. dép. Nord, M 627/2, pièce 20, 1880.

283 Arch. dép. Cher, M 23, 8 octobre 1886.

284 Ibid., com. pol. Bourges-préf., 17 octobre.

285 Le Mot d’Ordre, 26 mai 1880, propos de Dolland, secrétaire des charrons : « Notre droit à nous est d’employer tous les moyens légaux pour arriver à une entente générale de toutes les corporations. »

286 L’Egalité, 31 mars 1880 :... « les moyens pratiques d’améliorer le sort des producteurs. »

287 Arch. Sarthe, M sup. 374, appel des cordonniers de Paris à leurs camarades du Mans, juin 1884 : « Dans la lutte que nous avons engagée, vous n’avez qu’une chance de réussir, c’est en employant les moyens violents... Les moyens violents sont légitimes et nécessaires. »

288 Le Temps, 31 octobre 1882 : « Je crois qu’il n’y a que par les moyens révolutionnaires que vous pourrez vous affranchir... »

289 Arch. nat., F 12 4656, dépêche Havas, 23 avril 1886, placard anonyme à Decazeville : « Ne comprenons-nous pas enfin que la révolte étant le devoir le plus sacré nous devons par tous les moyens (italiques dans le texte) participer à chacune d’elle ; par tous les moyens aussi (id.) nous devons reprendre notre liberté et le fruit de nos travaux qu’on nous a volé ». Arch. préf. pol., B A 175, pièce 281, propos de Mercier, sellier : « Aujourd’hui le peuple se révolte, car il a faim, et la faim nécessite tous les moyens. »

290 Fédération, autre mot clef, mériterait une longue étude sémantique, ne serait-ce qu’en utilisant le compte rendu du Congrès de Marseille, 1879. Voici quelques exemples d’emploi : L’Egalité, 24 mars 1880 : Biesse, ouvrier en chaussures de Blois, préconise « la Fédération de toutes les forces productives ». Arch. nat., F 12 4662, Fédération des chambres syndicales du bâtiment de Lyon, préambule des statuts, 1881 : « La fédération des chambres syndicales sera en un mot la coalition de tous les travailleurs contre tous les parasites. » Arch. dép. Loire, 92 M 19, pièce 29, réunion de tisseurs, Roanne, 11 février 1882 : « Il faut s’instruire, nous former en Fédération, nous grouper, nous réunir sans cesse. » Les mineurs de Bessèges, en 1883, parlent de « se fédéraliser ». Sur la conception strictement ouvrière de la fédération, cf. Congrès de Marseille, p. 814.

291 Arch. nat., F 12 4663, préf. pol.-min., 13 mai 1882, réunion des layetiers emballeurs de Paris.

292 L’Egalité, 31 mars 1880.

293 Le Mot d’Ordre, 26 mai 1880.

294 Arch. dép. Gard, 14 M 447.

295 Arch. dép. Bouches-du-Rhône, M 6 2009, 1883.

296 Arch. nat., F 12 4662, préf.-min., 9 décembre 1886.

297 Le Rappel, 25 octobre 1879, réunion des menuisiers au Tivoli-Vaux-Hall.

298 Arch. préf. pol., B A, pièce 388, réunion des menuisiers, 27 juin 1882.

299 Arch. nat., F 12 4663, préf. pol.-min., 26 juillet 1882, propos de cordonniers.

300 Le Rappel, 31 octobre 1882, réunion d’ouvriers ébénistes, salle Graffard.

301 Arch. nat., F 12 4662, préf. Rhône-min., 27 août 1886, réunion des menuisiers et ébénistes.

302 Le Cri du Peuple, 24 avril 1885.

303 L’Egalité, 26 avril 1890.

304 Ibid. De même le syndicat des mécaniciens de Lyon envoie une circulaire à ses membres pour les inciter à chômer le 1er Mai : « Cette manifestation sera essentiellement ouvrière, elle est organisée en dehors de toute intrigue politicienne. »

305 Arch. dép. Marne, 194 M 11, appel des tisseurs de Reims.

306 Arch. dép. Nord, M 627/2, pièce 66, Lille, affiche manuscrite, mai 1880.

307 Arch. dép. Nord, M 626/10, affiche des mineurs de Denain, octobre 1880.

308 Ibid., M 627/2, pièce 66, placard manuscrit, Lille, 1880.

309 Arch. dép. Bouches-du-Rhône, M 6 2009, affiche du comité de protestation contre la commission de grève des ouvriers du port.

310 Arch. dép. Isère, 75 M 2, pièce 184, affiche à Vienne pour le 1er Mai.

311 J. Dubois, 1962, p. 82 : « La valeur morale et religieuse qui s’attache à fraternité explique que les révolutionnaires socialistes commencent à lui préférer solidarité... Le champ lexical de solidarité s’étend aux dépens de celui de fraternité. » Les cachets des syndicats portent : Union-Solidarité-Justice. La preuve que la substitution est récente : au Congrès de Marseille, un orateur proteste « contre la substitution qui a été faite la devise de nos pères, du mot solidarité à celui de fraternité » : op. cit., p. 796.

312 Arch. dép. Saône-et-Loire, 194 M 12, appel aux paysans.

313 Arch. préf. pol., B A 175, pièce 38, propos des scieurs de long, août 1881.

314 Il comporte 831 pages en caractères fins! C’est le seul congrès pour lequel on dispose d’une telle masse imprimée, avant 1914.

315 Le Temps, 23 octobre 1890, décrit ainsi un discours socialiste : « Un discours socialiste révolutionnaire se compose, en effet, d’une série d’antithèses : capital/travail ; employeurs/employés; patrons/salariés ; bourgeois/prolétaires ; exploiteurs/exploités; voleurs/volés. On oppose les uns aux autres en changeant les épithètes de minute en minute. On compare l’atelier bas, humide, malsain au palais où se vautrent les oisifs du patronat ; le taudis où règne la misère prolétarienne aux riches appartements de l’oligarchie bourgeoise. Les ouvriers que les théories révolutionnaires ne séduisent pas sont des “ vendus ”. Les contremaîtres sont les domestiques des “ singes ” qui vivent de la sueur du peuple. Puis, le vocabulaire comprend les expressions simples “ bourgeoisie cupide, classe capitaliste, classe des affameurs ”, ou des phrases plus complètes : “ tenir haut et ferme le drapeau du prolétariat, saluer les délégués du monde du travail au véritable parlement ouvrier ”. Puis des jeux de mots à effets : l’ouvrier a des durillons aux mains, le patron a des durillons au cœur. Enfin, pour terminer, vient l’invocation à la révolution sociale et à l’émancipation des travailleurs par les travailleurs eux-mêmes. »

316 Arch. dép. Maine-et-Loire, 71 M 2, pièce 243, conférence du 8 septembre 1890.

317 Arch. dép. Nord, M 154/59, pièce 34. Voici, extrait de ce texte remarquable, le Pater : « O socialisme, vous qui nous étiez prédit depuis longtemps, parvenez jusqu’nous, que votre règne d’égalité et de justice domine sur cette terre. Donnez-nous aujourd’hui le produit intégral de notre travail, ne permettez pas que nos Seigneurs nous prennent le pain que nous produisons, ne nous apportez pas la misère, mais sauvez-nous du salariat, parce que vous avez la force, à vous appartient l’avenir — c’est très urgent » ; et la Foi : « Nous croyons au travail, créateur de toutes les richesses et produits du travail sur cette terre, qui sont produits par le travail de nos mains, à la sueur de notre front, qui sont traînés de l’Atelier à la maison du riche, viennent ensuite aux magasins des Seigneurs, pour y être échangés en Or et rentrer dans la Caisse des Capitalistes ; — en venant ensuite jusqu’à nous, sous forme de Charité Humiliante — nous croyons que c’est injuste, et que c’est la cause de notre misère, de nos souffrances, et de l’ignorance de nos enfants, de la domination des riches, et de l’incertitude de notre existence, nous croyons à la vengeance qui viendra. » Les parodies de Paul Lafargue (La religiodu capital, 1887) avaient des antécédents.

318 Marx ébauche, à la fin du Capital, le thème trinitaire des classes : capitalistes, propriétaires fonciers, salariés, en même temps qu’il émet l’idée que la notion de sources de revenus est insuffisante pour définir les classes ; beau thème, interrompu, comme L’Arde la Fugue. Cf. éd. La Pléiade, t. II, p. 1484-1485.

319 Chabert à Limoges « conseille aux ouvriers de s’apprêter à faire la Révolution sociale. La bourgeoisie elle-même donnera le signal », Arch. préf. pol., B A 1882, pièce 16, rapport de police, 16 janvier 1883. Vaillant, à Bourges, le 11 septembre 1886 : « Cette Révolution sociale sera longue, mais elle se fera, c’est fatal » (Arch. dép. Cher, M 23, rapport du commissaire central, 12 septembre 1886). On pourrait citer bien d’autres exemples. Sur ce point, il y a identité, plus que différence.

320 Glanés à travers les discours de Guesde : au Mans, le 11 juin 1884, selon Arch. dép. Sarthe, M. sup. 374, rapport de police, 12 juin : « La Révolution se prépare d’elle-même et elle poursuit sa marche ascendante » ; à Bourges, le 16 octobre 1886 : « Aujourd’hui, il y a deux classes parfaitement distinctes, d’un côté la bourgeoisie et de l’autre la classe ouvrière. Il n’y a plus de transactions possibles entres ces deux classes et on commence à sentir que la Révolution est proche... la Révolution est là, on la sent » ; à Roanne, en mars 1890 (Arch. dép. Loire, 10 M 87, pièce 114), faisant référence à sa première conférence en cette ville, en 1878 : « Je vous disais alors qu’une grande révolution sociale se préparait ; ma prophétie est sur le point de se réaliser, même par-delà les Vosges. » Et j’ai cité ailleurs cette description d’un auditeur normand anonyme, évoquant cet « apôtre vous promettant la vie future » : « Alors, l’orateur complètement enthousiasmé, fait un tableau superbe de la société future : — c’est la justice, s’écrie-t-il, c’est le messie, c’est la rédemption. C’est la terre promise, entrez-y ! » (Le Normand socialiste, 5 juillet 1891, compte rendu d’une conférence de Guesde à Sotteville.)

321 Encore une fois, il ne s’agit pas d’analyser la pensée socialiste d’après le seul discours de grève, mais de voir ce qu’il passe de doctrine dans ce discours, ce qui est abordé devant un public de grévistes. « Que les patrons... abandonnent les moyens de production qu’ils nous ont volés » (Guesde à Roanne, Arch. dép. Loire, 92 M 19, pièce 49, 20 février 1882) ; « les causes de la misère des ouvriers proviennent de la propriété individuelle qui ne pourra être supprimée que par la Révolution » (Guesde, réunion des cochers, Paris, 15 janvier 1884, Arch. préf. pol., B A 179, pièce 77). Camélinat préconise la collectivisation des chemins de fer et des mines, à Bourges (Arch. dép Cher, M 23) ; Dumay, à Cholet, parle de la « nationalisation des richesses et des services publics » (Arch. dép. Maine-et-Loire, 21 M 225, 20 septembre 1887). Certains militants entrevoient la nécessité de collectiviser les moyens de production qu’ils appellent plutôt » outils, outillage ». Cf. Arch. préf. pal., B A 180, pièce 409, réunion des menuisiers, Paris, 21 juillet 1882, propos de Ponchet : « Le jour où nous serons prêts, nous ne nous contenterons pas de demander à nos patrons une augmentation de salaire, nous nous emparerons de l’outillage » ; « A nous le matériel et les outils, nous avons les bras, en seuls, nous nous en servons » (Ibid., B A 175, pièce 61, rapport de police, 14 septembr1881, propos de Squette, charpentier parisien).

322 Arch. dép. Cher, M 23, rapport de police au préfet, 16 mars 1887.

323 Le Cri du Peuple, 27 septembre 1887.

324 Arch. dép. Loire, 92 M 19, pièce 49, meeting de Roanne, 19 février 1882.

325 Arch. dép. Sarthe, M sup. 374, meeting du Mans, 11 juin 1884.

326 Arch. dép. Marne, 194 M 11, préf.-min., 21 juin 1880 : pour sa part, L’Egalité est vendue à 200 numéros ; Le Prolétaire à 750.

327 Sur toute cette question, cf. H. Feller, 1965.

328 Arch. nat., F 12 4656, dépêche Havas, 5 avril 1886.

329 Arch. nat., F 12 4661, com. spéc. Tourcoing-min. de l’Int., 3 avril 1886 : « On doit signaler l’augmentation considérable depuis un mois de la vente du Cri du Peuple. Ce journal ne se vendait pas à plus de 200 exemplaires dans tout le département du Nord. Depuis les événements de Decazeville, il s’en débite plus de 2 500 numéros Roubaix-Tourcoing-Armentières. »

330 Sur ces incidents, cf. Arch. dép. Gard, 14 M 447.

331 La France, 2 mars 1882 : ce journal conservateur décrit Fournière avec sympathie.

332 Débats parlementaires, 10 mars 1882, p. 259-277, réponse à l’interpellation de Lanessan.

333 1901.

334 Sur cette grève, un volumineux dossier dans Arch. préf. pol., B A 172.

335 Ibid., B A 171 et Le Cri du Peuple.

336 Cl. Willard, 1965.

337 Arch. préf. pol., B A 168, pièce 50, coupure de La Marseillaise, 28 septembr1880.

338 Ibid., B A 181, pièce 86, rapport de police, 28 octobre 1881.

339 Le Temps, 4 mai 1890.

340 Arch. nat., F 12 4662 : c’est Deloche, banquiste qui est en cause ; il critiquait la politique de Boulanger à Vierzon.

341 Arch. dép. Loire, 92 M 25, pièce 12, rapport de police, 6 juillet 1889.

342 Cf. Mattéi Dogan, dans Les Nouveaux comportements politiques de la dusse ouvrière, p. 119 : « L’opinion est un fait social, mais elle est changeante selon les circonstances. Elle n’est pas la même au lendemain d’une grève que la veille. » Assurément : mais comment ?

Table des illustrations

Titre 1°) Pourcentages annuels (entre parenthèses les nombres absolus) :
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/603/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre 2°) Nature de grève et meetings :
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/603/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre 3°) Grèves à meetings (en %) :
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/603/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Titre 4°) Grèves à meetings en fonction des catégories de salaires des grévistes :
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/603/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre 5°) Grèves à meetings en fonction des groupes professionnels (en %) :
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/603/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre 6°) Grèves à meetings en fonction des départements :
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/603/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/603/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Titre Nombre de grèves où ces formes interviennent
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/603/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende 20. A Decazeville, la défenestration de Watrin, d’après Le Cri du Peuple21. Réunion de mineurs à Decazeville (1886), d’après Le Monde Illustré
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/603/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Légende 22. Chanson ouvrière : « Chanson nouvelle au sujet des grèves de 1880 » à Roubaix avec un dessin » La route des fabricants »
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/603/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende 23. Le cabaret du Réveil Social à Calais (1890)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/603/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 944k
Légende 24. Caricature ouvrière : « La vérité sur la grève d’Anzin », dessin de mineur
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/603/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Patronat et autorités25. Les industriels d’Armentières invitent les tisseurs à reprendre le travail (affiche, mai 1880)26. Appel du maire d’Armentières aux tisseurs en grève
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/603/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende 25. Interventions politiques (pour 100 grèves)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/603/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 83k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search