Version classiqueVersion mobile

Les ouvriers en grève. Tome 3

 | 
Michelle Perrot

Chapitre VII. La vie collective des grévistes. Le geste : manifestations et violences

Texte intégral

1La grève contemporaine est très souvent vide et fuite : abandon de l’usine à quelques piquets et repli sur soi. L’éloignement du lieu de travail, caractéristique de notre société, et conséquence d’une plus forte concentration des entreprises, explique en partie ce fait, comme aussi la délégation d’initiative aux directions syndicales. Disciplinée et ordonnée, à certains égards plus efficace, la grève actuelle est, ordinairement, moins vivante, moins foisonnante. Il a fallu mai 1968 pour nous rappeler, un bref moment, qu’elle peut être autre chose qu’un scénario économique bien conduit, mais explosion de désirs latents, de rêves refoulés, libération du geste et de la parole, fête du peuple assemblé.

  • 1 Les récits de participants sont rares, surtout pour des manifestations aussi humbles que celles des (...)
  • 2 E. Canetti, 1966, p. 27 : « Au sein de la masse règne l’égalité. Elle est absolue et indiscutable e (...)

2Ces aspects, qui font la richesse des grèves du 19e siècle, je voudrais maintenant les évoquer, non sans me dissimuler les difficultés d’une entreprise condamnée à demeurer superficielle, et ceci pour plusieurs raisons. En premier lieu, la nature des sources, particulièrement opaques en cet endroit. Descriptions émanant d’observateurs par définition hors du coup1, elles nous livrent une morphologie sommaire des rassemblements, vus en bloc, comme d’un balcon dont le surplomb efface les différences pour ne laisser subsister qu’une impression sans doute factice d’uniformité : l’égalité, où Elias Canetti voit le fondement même de l’état de masse2, tient peut-être d’abord à la situation du conteur. Au mieux, celui-ci saisit quelques éléments externes : nombre, nature des manifestants, formes, couleurs et bruits... ; il ne saurait nous introduire au sein de rassemblements dont nous ignorons la vie intérieure : regroupements secondaires, fruit d’une organisation volontaire ou d’une possible hiérarchie, conversations, propos échangés entre les participants, parfois si éclairants sur leurs intentions, leurs hésitations, leurs représentations.

  • 3 G. Lefebvre, 1954.
  • 4 G. Rudé, 1967.
  • 5 A signaler : Langages, VI, 10, 1968 : étude consacrée aux « pratiques et langages gestuels ».

3La seconde lacune vient de l’insuffisance des méthodes élaborées pour traiter une semblable information et qu’on ne saurait mettre uniquement au compte des faiblesses évidentes de ma formation personnelle en matière de psychologie sociale. L’article de G. Lefebvre demeure fort suggestif : il date de 19343 ; les travaux de G. Rudé reflètent surtout des préoccupations sociologiques4 ; par le canal d’historiens comme A. Dupront, E. Le Roy Ladurie, etc., une étude plus fouillée des comportements collectifs pénètre heureusement dans les mœurs historiques, mais leurs ouvrages remarquables ne nous fournissent pas de guide pour aborder les masses urbaines de l’ère industrielle. On en dira autant du beau livre de Canetti, dont les premiers chapitres fourmillent de suggestions, mais qui se perd trop — à mon gré et pour mon propos — dans des descriptions empruntées aux mythologies et à l’ethnographie. Une approche pluridisciplinaire serait pourtant ici bien nécessaire ; mais il semble que, passé l’engouement du début du siècle, les psychosociologues ne se mêlent plus guère aux foules laissées à la bestialité, aux transes où Le Bon, Tarde, de Felice, etc., croyaient les avoir trouvées. On est donc contraint, présentement, à un empirisme regrettable qui limite fâcheusement la portée des études de mentalité collective, réduites à n’être que des interprétations intuitives et parfois poétiques5.

LA GRÈVE EST UNE FÊTE

4Avant de cerner les formes majeures de la vie collective des grévistes — manifestations et réunions — il importe de souligner ce qui leur est consubstantiel : la fête.

  • 6 Elise ou la vraie vie, Paris, 1967. Le cadre est une grande usine de la région pari sienne, durant (...)
  • 7 Le Cri du Peuple, 23 mai 1888, « L’ouvrier fondeur » : description d’une fonderie à Belleville : «  (...)

5Si les révolutions sont « les grandes vacances de la vie », les grèves sont celles du prolétaire. Elles desserrent l’étau des horaires rigides, des cadences lancinantes, et introduisent dans une existence harassante et sans trêve, la liberté du loisir. Cette aspiration explique en partie leur conjoncture printanière. En mai, l’usine paraît insupportable. De nos jours encore, elle tressaille au premier soleil : Claire Etcherelli l’a décrit de façon saisissante, montrant le contraste entre les ouvriers français maintenant relativement adaptés à l’impassibilité du rythme industriel, et leurs camarades d’origine méditerranéenne qui n’y peuvent plus tenir6. Qu’un incident se produise — une remarque un peu aigre d’un contremaître —, on débraie, fuyant vers la rue libératrice, dans une de ces « sorties d’usine », grand thème de cartes postales, dont la joie presque enfantine a frappé tant d’observateurs : « Ils sortent, et ils ont l’air de se sauver. Ils font irruption dans le faubourg bruyamment : ils parlent, ils gambadent, gesticulent, s’esquivent par bandes, vers les boulevards extérieurs : on dirait une échappée de collégiens, après la classe »7. Pareillement, la grève c’est, d’abord, l’échappée-belle.

  • 8 Arch. préf. pol., B A 174, pièce 445, rapport de police, 6 mars 1876.
  • 9 Arch. dép. Nord, M 626/17, pièce 583, com. Pol. Valenciennes, 26 février 1884.
  • 10 Arch. préf. pol., B A 186; L’Ordre, 21 juin 1878.

6Ses débuts donnent l’image de gens heureux, délivrés, détendus, contents de retrouver leur famille, se livrant à leurs plaisirs favoris, jeux ou bricolage. En hiver, les cafés regorgent de monde ; on « choppe »8, on discute, on joue : les charpentiers, chez les Mères, « passent leur temps à jouer au billard ou aux cartes » Les mineurs mènent une existence paresseuse et familiale ; dans les corons assoupis, ils prolongent la grasse matinée jusqu’à... huit heures ! A Anzin, « on les voit jouer à la guiche avec leurs enfants9 ; à Bézenet, « se promener, endimanchés, jouer aux billes, ou bien s’occuper chez eux de travaux de culture »10, tournant et retournant le petit jardin.

  • 11 Arch. préf. pol., B A 168, pièce 37, rapport de police, 21 septembre 1880.
  • 12 lbid., B A 170, pièce 36, rapport de police, 14 mai 1890.
  • 13 Arch. dép. Orne, M, Grèves 1880, les tisseurs de Fiers vont au hameau de La Fauquerie ou à celui de (...)
  • 14 Arch. nat., F 12 4665, préf. Rhône (Jules Cambon)-min Com. 11 mai 1889.

7En été, à Paris, surtout, c’est une frénésie de campagne. Les ébénistes « se sont rendus à Charenton pour s’amuser »11. Les verriers « passent leur temps principalement dans les bois de Meudon »12. Les tisseurs de Fiers, les verriers de Givors se donnent rendez-vous pour la collation dans des hameaux voisins ; ils en reviennent gaiement, un peu ivres, les uns par petits groupes, les autres en cortège et chantant « La Marseillaise »13 Dans les monts du Lyonnais, les tisserands à domicile organisent un banquet en plein air, à Lagresle, et s’y rendent en bandes14.

  • 15 Le Temps, 8 mai 1880.
  • 16 Le Cri du Peuple, mars 1887.
  • 17 Le Combat, 31 mats 1890 : « ce qui ajoute à la bizarrerie de cette grève féminine, c’est qu’elle es (...)

8S’il fait beau, les réunions de grévistes, dehors, ont une allure de kermesse familiale. Au Champ de Grève, à Reims, « les femmes apportent de la couture ou tricotent, les enfants jouent au saut de mouton ; les hommes causent entre eux et échangent des nouvelles »15. Les femmes aiment la danse : leurs grèves ont des allures de bals. A Céton (Orne) où la ganterie Neyret occupe toute une main-d’œuvre féminine (cent à l’atelier, six cents à domicile), « le lendemain de la déclaration de grève, toute la population se rendit dans un pré... et l’on dansa jusqu’au coucher du soleil »16 A Ablain-Saint-Nazaire, « les grévistes (ramasseuses de silex) parcourent les rues du village musique en tête, chantant et dansant ; elles agitent, en guise d’oriflamme, leurs mouchoirs de poche et leurs tabliers attachés à de longues perches... Elles ont terminé la journée par un bal populaire »17 Bien des conférences-concerts, dont on a vu par ailleurs l’aspect utilitaire, se terminent dans le brouhaha d’une tombola ou d’une sauterie. Bien des manifestations de rues ne sont que de joyeux défilés, au son de l’orphéon, l’occasion de chanter, de se dégourdir, de prendre l’air.

  • 18 Le Gaulois, 20 mai 1880.
  • 19 Arch. dép. Loire, 92 M 16, pièce 3.
  • 20 Ibid.
  • 21 Arch. nat., F 12 4656, dépêche du correspondant du Journal des Débats du 8 mars 1886.
  • 22 Le Petit Provençal, 12 avril 1883 : « tout cela avec un calme parfait, digne des plus grands éloges (...)

9Autre signe de fête : les grévistes, dans les premiers jours, s’endimanchent, et l’on sait quelle fonction symbolique remplit alors le costume dans les milieux populaires. Au Ballon, commune frontière près de Roubaix, les tisseurs « sont là cinq ou six cents, fiers de leur inviolabilité, étendus sur l’herbe, avec leur pantalon de velours à côtes, leur blouse bleue ou grise, ou encore leur veston noir des dimanches, leur casquette et leur pipe »18. A Firminy, le jour de la déclaration, « les mineurs vont au café à la Malafolie ; ils choppent et boivent ; ils sont en dimanche »19. Trêve de courte durée : le lendemain, ils restent « devant leurs portes ou leurs fenêtres ; ils sont en tenue de travail »20. A Saint-Quentin, comme à Vierzon, pour accueillir leurs camarades qui sortent de prison, les ouvriers revêtent leurs plus beaux habits : « les libérés, montés en voiture découverte, traversent triomphalement le faubourg ; le soir un grand banquet est offert par les tisseurs victimes de la magistrature »21 L’aspect de Marseille, lors de la grève générale des dockers (1883), est celui d’une ville en liesse : « Les quais, la Joliette, les rues de la République et Cannebière, ainsi que le Cours Belzunce et la place d’Aix étaient envahis par les promeneurs endimanchés, marchant ou s’arrêtant par groupes, discutant les questions à l’ordre du jour, maugréant contre la rapacité des patrons »22.

  • 23 La Défense des Travailleurs, de Saint-Quentin, 4 mai 1890.
  • 24 Récit tiré de La Défense des Travailleurs de Saint-Quentin, 11 mai 1890. Mais il en est bien d’autr (...)
  • 25 Canetti a remarquablement analysé la mutation des masses sous l’influence des organisations, 1966, (...)

10Le 1er mai 1890, première fête du travail et si l’on veut, première grève générale, a porté au plus haut point cette ambiance de joie populaire. De nombreuses descriptions évoquent — en y insistant car on avait craint — une atmosphère détendue et, par une admirable journée de printemps, l’ouvrier heureux. A Paris, « les ouvriers sont endimanchés, on s’aborde dans les rues, le sourire sur les lèvres : Nous voilà au 1er Mai, l’on ne travaille pas. Ah ! mais non, répond le camarade, c’est la fête »23. A Saint-Quentin, « un majestueux soleil sourit aux travailleurs, et, dans les faubourgs, ceux-ci commentent les événements qui pourront se produire dans la journée. La plupart sont nu-pieds dans des sandales, en bras de chemise, s’étirant comme après une rude semaine »24. A dix heures, ils se rendent au cirque, écouter Massey, Renard, Langrand qui leur parlent de temps nouveaux : « le vieux monde va mourir, le vieux monde est mort ». Puis on pique-nique alentour : « le jardin, la buvette, le café, et les couloirs du vaste établissement sont débordés ; partout on entend des chants, des cris de joie et les éclats de rire se croisent, on se croirait dans le domaine de Sans-Souci... Le contentement et l’espérance sont empreints sur les visages les plus farouches ». Le soir, après les délégations à la sous-préfecture, retour au cirque pour un concert où « tous peuvent chanter romances, chansons socialistes ou comiques, selon qu’il leur convient ». Un bal clôture cette journée exemplaire de bien d’autres dans toute la France, étonnant mélange de kermesse et de messe. Car voici que s’amorce le rituel par lequel se marque l’emprise des institutions si aptes à transformer le mouvement rapide, spontané et désordonné des masses en cette procession dont la lenteur est proportionnelle à l’éloignement du but proposé25. Les anarchistes avaient bien senti la menace du cérémonial, d’où leur rébellion.

  • 26 Lettre à D’Alembert, cité par Starobinski, La transparence et l’obstacle, p. 117. Il faudrait citer (...)
  • 27 Canetti, 1966, p. 56 et sq. : analyse de la grève comme « masse de refus ».

11Loisir, parfois plaisir, toujours événement, la grève est fête pour une autre raison, plus importante encore. Elle crée cet « être ensemble » qui, selon Rousseau, constitue l’essence même de la fête : « Qu’y montrera-t-on ? Rien, si l’on veut. Avec la liberté, partout où règne l’affluence, le bien-être y règne aussi »26. Les réunions et les manifestations, qui forment la trame de la vie collective des grévistes, n’ont pas seulement une fonction utilitaire de communication et de décision. Elles réalisent l’union des membra disjecta. L’organisation industrielle, par la division du travail, ce drame du progrès technique, isole l’ouvrier rivé à sa tâche parcellaire ; elle engendre un senti ment de dégoût, de solitude et de désespoir dont Chariot a été le magistral interprète. La grève, par-delà les niveaux de qualification, les hiérarchies de salaire, souligne le commun dénominateur : la situation de salarié, d’exploité ; elle fond les différences dans l’égalité du refus27. Le spectacle des salles bien garnies, des manifestations populeuses, cimente l’union, suggère le constat réconfortant : « nous sommes le nombre ». La grève est fête parce que rassemblement et, par là, communion.

A. Manifestations de grève

  • 28 On sait à quelles tractations a donné lieu la manifestation du 13 mai 1968 et quelles concessions a (...)

12Une manifestation ouvrière, dans la France d’aujourd’hui, comme sans doute dans la plupart des pays industrialisés, est un acte volontaire, prémédité, prévu et organisé par les syndicats. Rien n’est laissé au hasard : ni le jour ni l’heure, ni le lieu, soigneusement pesé en fonction d’un objectif et d’une symbolique28, ni les bannières, les slogans ou les chants. Le moment venu, un service d’ordre puissant et visible veille à la bonne marche des choses, au respect des consignes, et assure une dispersion rapide des participants. L’enthousiasme compte moins que le nombre, élément capital de la démonstration, comme le montrent de surcroît les controverses dont il est l’objet. D’où l’importance de la préparation, des moyens matériels mis en œuvre pour assurer une mobilisation massive. La manifestation obéit, en effet, à une double finalité : rite, elle répond aux besoins psychologiques des adhérents. Moyen de pression, elle cherche à frapper l’opinion et les pouvoirs publics ; elle constitue, dans le processus d’une négociation perpétuellement engagée, un degré supplémentaire dans l’escalade : en temps opportun, il s’agit de montrer sa force, pour éviter d’ailleurs de s’en servir. Car la violence est le plus souvent exclue, voire répudiée et honnie ; elle ne jaillit que par accident, ou par traîtrise. La manifestation réussie se déroule dans l’ordre, le calme, l’affluence.

  • 29 Cf. seconde partie.

13Les manifestations de grève, qui nous occupent ici, n’ont ni cette ampleur, ni ce dessein, ni cette ordonnance. Elles naissent de la colère ou de l’élan d’en bas, notamment des éléments les plus émotifs ou les plus batailleurs : les femmes, les jeunes. Largement spontanées, improvisées dans leur cours, elles expriment des sentiments plus qu’une intention. On s’y défoule plus qu’on ne cherche à convaincre. D’où le peu d’importance accordé au nombre : cinquante ouvriers peuvent fort bien se former en cortège dans les rues de la ville, et se sentir triomphants ; au reste 20 % des manifestations réunissent moins de cent participants. En compensation, le mouvement l’emporte sur le rassemble ment. Ces manifestations sommaires échappent aux syndicats qui souvent s’en défient et poussent les foules vers les salles closes, conférant aux conflits un style parlementaire dont l’avènement a déjà été souligné29. La manifestation de rues régresse au profit du meeting ; la marche s’immobilise ; le geste le cède à la parole.

  • 30 A Decazeville, à Vierzon, en 1886, à un certain stade de la grève, les manifestations sont quotidie (...)

14304 grèves, soit 10,5 %, ont donné lieu à une ou plusieurs manifestations30. La proportion s’élève à 17 % pour les coalitions purement féminines, à 13 % pour les défensives, plus tumultueuses et seulement 8 % pour les offensives, mieux maîtrisées, à 15 % dans les conflits affectant des sociétés anonymes contre 8 % dans les entreprises familiales. Les professions les plus manifestantes sont :

15Cette dernière liste recouvre des conditions peu homogènes : professions du livre, du bois, des métaux, des cuirs et peaux sont fortement organisées et préfèrent la réunion à la manifestation. Travailleurs de la construction en pierres et des transports, aux grèves fréquemment houleuses, se signalent par de durs affrontements internes, plus que par des démonstrations d’ensemble.

16En gros, la manifestation apparaît liée à un certain niveau de qualification et de concentration ; elle est l’apanage des ouvriers spécialisés de la grande industrie.

1°) Types de manifestation

17Simples en leurs formes, les manifestations diffèrent selon leur finalité qui confère aux rassemblements une plus ou moins grande stabilité, leur imprime une densité, une durée, un style variables. Le type le plus élémentaire est la « sortie en masse », caractéristique des grèves défensives. A l’annonce d’une réduction de salaire, au vu d’une affiche la prévoyant ou instaurant de plus durs règlements, les ouvriers arrêtent les machines, protestent, d’abord dans l’usine : dans l’atelier, dans la cour, puis, si leur récrimination n’aboutit pas, à l’extérieur, presque toujours par des cortèges chantants : scénario classique de nombreuses grèves subites. J’en ai cité plusieurs cas en étudiant leur déclenchement, n’y revenons pas. Mais soulignons ce qui est notable dans ce geste immédiat : le cortège, le chant, formes presque instinctives de démonstration, façon de rester groupés et de faire du bruit.

  • 31 Arch. nat., F 12 4653, préf.-min., 16 septembre 1875.
  • 32 Ibid., F 12 4664, rapport gendarmerie, 17 juin 1887.
  • 33 Ibid., F 12 4656, s.-préf.-préf., 12 août 1884.
  • 34 Ibid., F 12 4654, rapport gendarmerie, 9 juin 1877.
  • 35 Ibid., F 12 4662, préf. Rhône-min., 8 mai 1886.

18Ces « masses de refus » (Canetti) se disloquent rapidement. Mais leurs éléments, comme en suspens, sont toujours prêts à se cristalliser. D’où la facilité avec laquelle naissent les rassemblements, notamment dans les petites localités où les travailleurs, désoccupés, sont aux aguets. Un choc émotionnel suffit à les ameuter : la vue des patrons, le passage, pourtant furtif, de quelque « traître », plus encore l’action répressive des forces de l’ordre, provoquent en un clin d’œil des attroupements d’autant plus houleux qu’imprévus. Voici, à Cours, « un rassemblement de deux cents personnes... formé devant le café Sarrazin où se trouvaient réunis plusieurs fabricants... Tous les patrons furent de la part de la foule l’objet d’invectives plus ou moins directes »31. Cormouls, riche industriel de Mazamet, nœud du conflit, est signalé dans un café : plus de mille tisseurs l’y cernent, lui jetant des pierres32. On dit que Testart, tyran notoire, est dans son usine : cinq cents personnes, « dont beau coup étrangères à l’usine » se groupent devant l’établissement pour l’empêcher de sortir33. La présence physique des maîtres, qui la plupart du temps se dérobent, produit sur la foule l’effet de la muletta sur le taureau. Pareillement celle des briseurs de grève. A Lavaveix, « des rassemblements composés d’hommes, d’enfants et de femmes, et ces dernières avec des pierres dans leurs tabliers, se formaient devant la sortie des puits, en proférant des menaces contre les ouvriers qui s’étaient rendus au travail le matin »34 A Lyon, les femmes qui ont pour mission de surveiller la verrerie Allouard, tandis que leurs maris délibèrent, accourent : Leynner, « le Prussien déserteur », est en train de faire transporter son mobilier à l’usine. Aussitôt cent cinquante grévistes se précipitent sur le camion et jettent le chargement à l’eau, « à l’endroit du confluent »35.

  • 36 La Gazette des Tribunaux, 22 janvier 1874.
  • 37 Arch. dép. Nord, M 625/57, pièce 143, 12 août 1888.
  • 38 Les gauchistes de Mai l’avaient bien compris, dont l’une des tactiques était : « provocation, répre (...)

19Les interventions coercitives des forces de police ou de gendarmerie ont pour résultat de souder l’unanimité. A Gisors, trois ouvriers renvoyés d’une manufacture de draps ne parviennent pas à coaliser leurs camarades ; ils se rebellent, on les arrête : alors, « les gendarmes furent bientôt cernés par un certain nombre d’ouvriers alsaciens employés dans la même usine »36 A Neuvilly, pour délivrer un meneur que les autorités ont cru pouvoir emprisonner devant le pourrissement de la grève, les tisseurs se hâtent et contraignent les gendarmes à se replier à la mairie « sous une grêle de pierres et de vociférations où la haine des gendarmes perçait avec celle des patrons »37 Des scènes analogues se produisent durant la grève d’Anzin, et, de façon générale, chez les mineurs, prompts à se lever pour défendre les leurs. Partout, la répression est un moteur puissant de rassemblement38.

  • 39 Arch. nat., F 12 4662, télégramme préf.-min., 2 juillet 1885 : ils arrivent par diverses voies publ (...)
  • 40 Arch. nat., F 12 4665, préf. Nord.-min., 1er juin 1889.

20De même le refus. A Lyon, le bruit court qu’un maître-fabricant ne veut pas appliquer le nouveau tarif : quatre à cinq cents tisseurs descendent de la Croix-Rousse vers la place Tolozan où siège le récalcitrant39. Le maire d’Avesnes-les-Aubert dénie aux tisserands l’autorisation demandée, de manifester sur la voie publique : « la population ouvrière, exaltée par la souffrance et peut-être poussée par quelques meneurs, se répandit soudain en masse dans les rues portant un drapeau... Dans un instant, quinze cents manifestants se trouvaient en face de la mairie »40.

21Ces manifestations-ripostes s’apparentent à la « sortie en masse » des grèves défensives. Elles en ont le caractère cinglant et protestataire. Sans loi ni maître, elles sont le plus souvent brèves et violentes.

22La formation de « bandes » qui vont d’un tissage à l’autre, et, surtout, d’un puits à l’autre, porter la nouvelle de la grève, s’efforcer d’obtenir sa généralisation, véritables « meutes de multiplication » au sens de Canetti, sont encore des formes semi-spontanées de manifestation dont la décision est prise à la base et la destination, choisie dans la rue. Quelqu’un crie le nom de l’usine ou de la fosse à gagner ; et toute la troupe s’ébranle vers elle. En l’absence de direction syndicale, la communication s’établit ainsi, physiquement. La diffusion de la plupart des grèves de mineurs s’opère de cette manière dans le Nord : en 1872 comme en 1878, le bassin d’Anzin est sillonné de groupes d’abord pacifiques, mais que l’obstacle exaspère, sans cesse dispersés et reformés, jusqu’à l’épuisement ou le drame. Zola, décrivant superbement le cortège vociférant et harassé déambulant dans la plaine flamande, s’est inspiré de modèles classiques, et récents. L’organisation corporative fait refluer ces meutes : on les trouve encore à Denain, en 1880, mais la grève de 1884 (Anzin) et celle de 1889 (Pas-de-Calais-Douai) en sont exemptes. Les responsables — Basly, Lamendin — prêchent le calme et, sous leur impulsion, les mineurs restent chez eux et rentrent en salles pour s’informer et discuter. Le bassin de la Loire, syndiqué le premier, traumatisé, il est vrai, par le souvenir pesant de la Ricamarie, semble avoir presque renoncé aux bandes : en vingt ans, il n’en offre que très peu d’exemples. Au contraire, en Saône-et-Loire, où un patronat de combat s’oppose à la formation d’un syndicat, elles déferlent dans tous les conflits ; indispensables courroies de transmission, elles sont le messager.

  • 41 Cf. ci-dessus, troisième partie. Exemple encore : Arch. dép. Nord, M 626/ 8 : à Lourches, lundi 28 (...)
  • 42 Arch. dép. Loire, 92 M 30, pièce 29, s.-préf.-préf„ 9 mai 1889.
  • 43 Arch. nat., F 12 4665, préf.-min., 13 mai 1889.

23La plupart des autres manifestations supposent un minimum d’organisation : un rendez-vous. Tantôt, il émane de minorités agissantes qui convoquent leurs camarades : ainsi dans ces « rebelles » de mineurs surgies de la nuit et qui s’affirment, au petit matin, par des rassemblements soudains41. Tantôt, au contraire, décidé en corps, il résulte d’un véritable concert qui en fixe par fois le scénario. Chez les tisserands du rayon de Thizy, aux mouvements remarquablement orchestrés, « les ouvriers de plusieurs communes se réunis sent à un jour déterminé et se rendent dans la commune où ils veulent provoquer leurs camarades... à la grève »42. Arrivés au bourg, ils procèdent de manière invariable : ils sollicitent un lieu de réunion et devant le refus, qu’inévitablement on leur oppose, ils occupent la place publique. Le 11 mai, pour soutenir leurs délégués en conférence avec les patrons, c’est avec une ponctualité royale que les bandes descendues d’une vingtaine de villages de la montagne opèrent leur jonction : à treize heures, au confluent de deux routes43. De même, les tisserands d’Avesnes, réunis la nuit dans les champs, décident des demeures patronales qui seront, le lendemain, leur cible, et du moment précis de leur action.

  • 44 Sur l’importance des conversations quotidiennes, de la voie orale dans les mouvements révolutionnai (...)

24Mais une telle planification reste exceptionnelle ; une forte marge d’improvisation subsiste. Une heure, un lieu, sont les seules consignes, chuchotées de bouche à oreille, dans cette conversation quotidienne qui constitue la trame — hélas ! perdue pour nous — de tout mouvement populaire44. La convocation écrite, rare, et peu efficace, éveille la méfiance, comme un piège tendu. La manifestation doit, pour réussir, conserver son allure de complot. Elle s’oppose ainsi au meeting à l’anglaise, légal et affiché ; elle perpétue la tradition d’une certaine clandestinité : celle du compagnonnage, du blanquisme, de toutes les « résistances ».

  • 45 Exemple : Arch. dép. Nord, M 626/14, pièce 321, rassemblement devant le palais de justice de Valenc (...)
  • 46 Le Moniteur du Calvados, 10 juillet 1873.
  • 47 Arch. dép. Nord, M 619/3, maire de Roubaix au préfet, 13 mai.

25Temps et sites de rassemblements, dictés par les circonstances, éclairent leurs finalités. Les usines sont les points majeurs de concentration ; les ouvriers s’y massent, aux heures de rentrée, et surtout de sortie, plus propices aux vastes attroupements que les matins pressés, pour faire honte aux « fainéants » : près du cinquième des manifestations sont dirigées contre ceux-ci. Ou encore, ils viennent y guetter les industriels, dont les demeures, dans les petites localités, constituent, d’autre part, une station nécessaire des cortèges de grévistes. Les places offrent un lieu de convergence commode, non seulement pour des raisons urbaines, mais parce qu’elles sont le siège des bâtiments officiels, les assises du pouvoir. Devant les palais de justice, les travailleurs affirment leur solidarité avec les prévenus45. Devant les préfectures et les mairies, ils attendent leurs délégués, pour les soutenir autant que pour les maintenir, prêts à les acclamer s’ils l’emportent, à les destituer s’ils cèdent. Ces rassemblements stagnants, sans cesse grossis d’apport nouveaux, sont les plus massifs : 5 000 per sonnes à Lisieux, devant l’Hôtel de Ville, pour appuyer les réclamations des cinq cents tisseurs de chez Méry-Samson soulevés contre la baisse des salaires46, 5 à 6 000 à Thizy, enflées à 19 heures du flot sortant des ateliers, 12 à 15 000 à Roubaix, le 13 mai 188047... Ils sont les plus gros d’orages, immanquables lorsqu’à la tension de l’attente s’ajoute la déception de l’échec.

  • 48 Arch. dép. Nord, M 626/13, pièce 74, préf.-min., 5 avril 1884.
  • 49 Arch. dép. Cher, M 23, rapport gendarmerie, 1er novembre 1886.
  • 50 De 2 à 6 000 personnes, le 20 novembre, pour la citoyenne Toussat surnommée la « Louise Michel de V (...)

26Autres lieux de manifestations toutes différentes : les gares, symboles de l’ouverture sur le monde, où des foules joyeuses, endimanchées, souvent victo rieuses, accueillent les camarades libérés de prison, ou les orateurs socialistes venus de la capitale. A Anzin, le 4 avril 1884, 3 000 mineurs acclament Roche aux accents de « La Marseillaise »48. Les allées et venues de Duc-Quercy, Goullé, Roche, Basly, etc., à Decazeville, donnent lieu à d’innombrables cor tèges. La grève de Vierzon (1886) est rythmée de bruyantes réceptions : le 27 octobre, 2 000 personnes attendent un certain Bardiot, qui vient de purger quinze jours de prison : « il a été acclamé par la foule qui l’a accompagné jusque sur la place d’armes, en portant des lampions suspendus à des bâtons, et en chantant « La Carmagnole », « La Marseillaise ». Au passage, on siffle les gendarmes, on conspue les « fainéants »49. Et ainsi, une dizaine d’autres fois, selon un rituel toujours identique — bouquets et lampions rouges, chants et cris, cortèges, meetings, punchs parfois — et des effectifs variables selon la notoriété des militants50.

  • 51 Arch. dép. Nord, M 626/17, pièce 675.
  • 52 Arch. dép. Nord, M 626/14, pièce 165, com. pol. Anzin, 14 avril 1884.
  • 53 Arch. dép. Nord, M 154/61, pièce 170, com. pol. Roubaix, 20 mars 1882 : un char est organisé par un (...)
  • 54 La Défense des Travailleurs, 7 septembre 1884.
  • 55 Arch. dép. Tarn, IV M2 70, com. pol. Graulhet, 15 juillet 1889 : Ils « voulaient donner ainsi à com (...)

27Ici, la manifestation devient cérémonie. A l’inverse, certaines fêtes peuvent servir de prétexte à des manifestations : elles les dissimulent, au sens propre, lorsqu’il s’agit du Carnaval dont les mineurs d’Anzin utilisent les subterfuges. Des ouvriers masqués et armés de bâtons ayant essayé d’empêcher le travail, le maire de Denain prend un arrêté interdisant l’usage des loups : « art. 1er : le travestissement est seul autorisé cette année pendant les jours du Carnaval »51 A la cavalcade de mi-carême, d’ailleurs fort bien pensante — un char représente la République et l’Alsace-Lorraine — un cavalier porte un écriteau : « Un vieux cheval de Bataille, 1884 », que le commissaire de police fait disparaître52. De façon générale, les socialistes du Nord utiliseront systématiquement ces réjouissances populaires pour leur propagande53. A Saint-Quentin, la Saint-Louis, fête corporative des tisseurs, est, en pleine grève, « dénaturée » : à l’heure de la messe, où n’assistent, selon La Défense des Travailleurs, que quelques « campagnards », les ouvriers se réunissent place Saint-Cloud et chansonnent les patrons sur l’air de « La Carmagnole »54. En pareille circonstance, le maire de Graulhet ayant interdit le cortège du 14 juillet, les mégissiers coalisés relèvent le défi et organisent un défilé : bannières, musique, buste de la République en tête, ils « se promènent dans presque toutes les rues, laissant entendre de temps à autre quelques coups de sifflets et criant à bas Ferry »55.

  • 56 L’enterrement est souvent le point de départ de la grève, chez les mineurs, au lendemain d’accident (...)
  • 57 Le 10 août 1888 : il y aurait eu un commencement de barricade boulevard de Charonne. Le récit de la (...)

28Enfin, forme éminente de la manifestation populaire au 19e siècle, l’enterrement, dont l’importance politique tend à décroître dans la mesure même où la République a su l’annexer (les obsèques de Victor Hugo marquent, de ce point de vue, la fin d’une ère), retrouve en cas de grève tout son prestige. Si le défunt est un gréviste, si son enterrement est civil, toute une foule se presse à ses obsèques, généralement muette, paisible, soucieuse de montrer sa cohésion seulement par le nombre56. Seul, en pleine grève des terrassiers, l’enterrement d’Eudes, le général de la Commune, mort subitement au cours d’un meeting, marqué par de durs affrontements — « soixante blessés. Coups de fusil sur le peuple. Début de guerre civile », titre Le Cri du Peuple57 — se situe dans la grande tradition des funérailles politiques.

2°) Formes des manifestations

29Diverses en leurs objectifs, les manifestations sont simples en leurs formes : rassemblements et cortèges, au reste souvent conjugués. On se réunit pour marcher ; on marche pour se rassembler ; et les cortèges sont ponctués de stations devant les hauts lieux de la grève. Cependant ces deux variétés pré sentent des différences morphologiques, en partie dérivées de leurs fonctions respectives.

  • 58 Arch. dép. Rhône, M, Grève 1890, rapport com. spéc., 22 août 1889.
  • 59 Le Cri du Peuple, 12 mai 1888 : description des divers groupes de verriers arrivant à Aubervilliers (...)
  • 60 Arch. préf. pol., B A 186, pièce 468, correspondant du Temps, 21 mars 1886.
  • 61 Le Temps, 12 mai 1880.
  • 62 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1890, rapport com. spéc. 22 août 1889 : « avisant un homme d’une cinqua (...)
  • 63 A Cours, elles sont là « tenant leurs enfants sur les bras ou pat la main », Arch. nat., F 12 4653  (...)

30Surtout démonstratifs, les cortèges recherchent l’espace plus que le nombre : il s’agit de porter la nouvelle de la grève aux quatres coins de la ville, de la prendre à témoin, de l’alerter sans l’effrayer, par des promenades pacifiques, joyeuses et disciplinées, où s’affirme la cohésion du groupe. D’où une préoccupation du spectaculaire, un apparat qui s’inspire à la fois de modèles religieux et militaires. Les tisseurs de Cours avancent « dans le plus grand silence. Une jeune fille et un jeune garçon de dix-huit ans environ étaient en tête, la jeune fille tenait à la main un drapeau tricolore déployé »58 ; ils brandissent des rameaux coupés dans les bois traversés. Les verriers de la banlieue pari sienne59, les mineurs de Decazeville « marchent au pas comme pour se donner une allure militaire »60. Les tisseurs de Roubaix « sont quelquefois quinze mille ensemble, et, pour régler les mouvements d’une pareille masse, ils apportent des clairons et font des sonneries »61. Il y a là un évident souci d’animation, de mise en scène, destinée aux acteurs autant qu’aux spectateurs. Par sa structure même, le cortège ressuscite les hiérarchies ; il appelle un chef : toute marche a son Moïse, jeune et ardent si le mouvement l’emporte (on a vu le poids des jeunes dans la pyramide des âges des meneurs de manifestations), sage mentor si l’ordre prime62. Il entraîne une ordonnance, qui paraît fonctionnelle autant que symbolique. En tête, fanfares et drapeaux, les jeunes, les enfants, les femmes. Les enfants, tels les gamins de Germinal — Jeanlin, Bébert et Lydie — ou ceux que nous montre le film Adalen 31, mobiles et vifs, courent toujours en tête des défilés, prompts à la fronde, s’en donnant à cœur joie sur les vitres des fabriques. Les femmes, souvent escortées des plus jeunes bambins63, ne sont pas moins ardentes, donnant de la voix et du geste (sur la place de Thizy, elles « ne cessent de chanter »), hardies à haranguer les non-grévistes, capables des plus grandes violences. La présence des unes et des autres aux premiers rangs des défilés peut surprendre ; les travailleurs d’aujourd’hui mettraient plutôt à l’abri leur progéniture ; mais la manifestation, en ses débuts du moins, c’est la fête. Ainsi, le cortège de grève est une société organisée, à forte structure familiale, socialement homogène, et relativement clos sur lui-même. Son histoire offre généralement peu de péripéties ; sa route achevée, il se disperse ; son rôle est celui du messager.

  • 64 Le Moniteur du Calvados, 10 juillet 1873.
  • 65 Arch. nat., F 12 4665, préf. Rhône-min., 13 mai 1889.
  • 66 Arch. dép. Cher, M 16, com. pol.-préf., 17 février 1887.
  • 67 Arch. nat., F 12 4656, s.-préf.-préf., 12 août 1884 : F. Lequeux, 39 ans.
  • 68 Arch. préf. pol., B A 169, diverses pièces.

31Groupes de pression, orientés vers l’action, les rassemblements cherchent à concentrer le maximum de forces en des endroits précis, ces points névralgiques de toute grève. Misant sur le nombre ils constituent des masses ouvertes, égalitaires, brassantes, mouvantes, douées d’un grand pouvoir attractif. D’où le gonflement rapide de leurs effectifs, du reste instables et vite dispersés. A Lisieux, le 9 juillet 1873, à 20 heures, 4 à 500 grévistes assaillent le directeur du tissage Méry-Samson à la sortie des ateliers ; réfugié dans une maison voisine, celui-ci est « assiégé par une foule furieuse qui, augmentant sans cesse, compta bientôt 2 000 personnes » ; puis un attroupement formé dans l’attente des délégués reçus à la mairie, « comprit à la fin 4 à 5 000 per sonnes »64. A Thizy, la gendarmerie réussit à dégager la place de l’Hôtel de Ville ; mais aux bandes venues de la montagne, s’ajoute à 19 heures le flot sorti des ateliers, et c’est alors une marée stagnante de 5 à 6 000 individus65. A Mehun-sur-Yèvre, pour soutenir 60 grévistes, des réunions de 3 à 700 participants, jusqu’à 1 000 le dernier jour, s’accumulent à la porte de la fabrique Pillivuyt. Ces foules ont un caractère hétérogène. On y trouve, à Mehun, « la majeure partie des grévistes d’abord, puis une foule de femmes et d’enfants, et de gens désœuvrés »66. A Saint-Quentin, dans la troupe qui se porte sur l’usine Testart, « beaucoup de personnes étrangères à l’usine » ; on arrêtera, une pierre à la main, un chiffonnier de la ville67. A Vierzon, dans les manifestations quotidiennes dirigées, en octobre 1886, contre la Société française de matériel agricole, figurent moins de métallurgistes que de verriers, ou d’ouvriers d’autres professions68. De tels rassemblements portent le débat sur le forum ; ils associent la population à la grève et, plus encore, lui per mettent d’exprimer ce mécontentement latent — ressentiment caché, désir refoulé — dont l’accumulation, brutalement libérée (la « décharge », dirait Canetti), forme le ressort des manifestations puissantes.

3°) Effectifs

32Au reste, celles-ci, à l’époque étudiée, demeurent modestes dans leurs dimensions numériques : à l’image des grèves, et des structures économiques et démo graphiques d’un pays qui ignore les grandes concentrations urbaines.

Répartition des manifestations selon leurs effectifs.

Répartition des manifestations selon leurs effectifs.
  • 69 66 706 habitants en 1866 ; 95 000 au moins en 1880.
  • 70 Le Temps, 25 mai 1880 ; l’article insiste sur l’innovation, la concentration (300 fabricants en 186 (...)
  • 71 Sur les effectifs des manifestations durant les journées révolutionnaires, on peut consulter G. Rud (...)

33La manifestation-type a quelques centaines de participants : elle correspond aux effectifs d’une usine textile. Viennent ensuite les « bandes » de mineurs (500 à 1 000). Entre 1 000 et 10 000, se situent les manifestations urbaines dont nous avons donné de nombreux exemples, où un public populaire se coagule autour du noyau primitif ouvrier. Les rassemblements excédant 10 000 se rencontrent, exceptionnellement, dans les grandes agglomérations industrielles du Nord, notamment autour de Roubaix, ville de peuplement rapide69, selon Le Temps « cité américaine »70. En mai 1880, de 12 000 à 20 000 ouvriers y déambulent, et jusqu’à 75 000, le 3 mai 1890, chiffre qui montre la résonance qu’a eue ce premier 1er Mai. On voit néanmoins, par ces remarques, que l’épaisseur des foules ouvrières françaises, en cette fin du 19e siècle, demeure modeste. Un sans-culotte n’y serait pas dépaysé71.

  • 72 Atch. dép. Nord, M 619/3.

34D’où, peut-être, une compensation par le dynamisme : dans l’ensemble, le mouvement domine. Les autorités y poussent, connaissant les dangers de l’état stationnaire : « J’imposais aux grévistes réunis l’obligation de se promener », écrit Paul Cambon à propos des coalitions roubaisiennes de mai 1880. « La marche les contraint naturellement à une certaine discipline en les forçant à se mettre en rang et à chanter en chœur... ; elle les fatigue et prévient les violences contre les personnes et les propriétés en donnant une autre direction à leur activité »72. D’autre part, il y a, pour ces claustrés, une sorte d’ivresse à marcher, à se sentir libres ; ils déambulent parfois des heures, des jour nées entières, arpentant le pavé, ou la campagne, comme fous de grand air. Il nous reste à décrire leurs troupes bruyantes et colorées.

4°) Bruits...

  • 73 J’en ai rencontré deux autres où le silence fait partie de la démonstration : deux manifestations f (...)
  • 74 Arch. nat., F 12 4664.
  • 75 L’Indépendant de l’Allier, 3 mai 1890.
  • 76 Arch. nat., F 12 4656.
  • 77 Arch. dép. Nord, M 619/4.
  • 78 L’Indépendant de l’Allier, 3 mai 1890.
  • 79 Arch. nat., F 12 4665, préf. Rhône-min., 11 mai 1889.
  • 80 L’Indépendant de l’Allier, 1er mai 1890.

35Rares sont les manifestations silencieuses : l’arrivée de six cents tisseurs à Cours « dans le plus grand silence » est une exception73. Cris, chants, musique même forment un indispensable fond sonore. Les chaisiers de la Chapelle-aux Bois74, les mineurs de Saint-Eloy, de Firminy suivent leurs tambours75. Les ferronniers de la Vrigne-aux-Bois sonnent le clairon76 ; les teinturiers de »77 ; Fiers (Nord) s’avancent « tambours et clairons en tête les mineurs de Doyet y ajoutent la vielle78. Les mégissiers de Graulhet réquisitionnent la fanfare du village. Les tisserands de Thizy brandissent de bucoliques flageolets79. Deux cents terrassiers du chemin de fer de Commentry qu’une fièvre soudaine pousse hors des chantiers, l’avant-veille du 1er Mai, traversent la ville « en habits de travail... précédés de la musette, et frappant l’un contre l’autre les gros sabots dont ils étaient chaussés... bruyants et gouailleurs »80.

36La plupart entonnent des chants dont on ne sait pas toujours la nature. La statistique qui suit n’a qu’une valeur indicative ; elle porte sur 164 manifestations où le fait nous est signalé de façon explicite :

  • 81 « Chant du Départ », « La Sociale », « Chanson des huit heures », « Chanson du Drapeau Rouge »...

Note 8181

  • 82 H. Leyret, 1895, p. 96 : « C’était à qui dirait les chants les plus violents, scandés, par moment, (...)
  • 83 Dans une brochure sur La Grève générale, Paris, Imprimerie Nouvelle, 1901, on lit, p. 16 : « Par ce (...)

37« La Marseillaise » demeure le chant préféré des grévistes, celui qui leur vient le plus spontanément aux lèvres. On n’oubliera pas son caractère subversif sous l’Ordre moral. Les grands défilés de 1880 se font à ses accents. Puis « La Carmagnole », signalée pour la première fois à Saint-Quentin en 1884, la concurrence ; son importance ne cesse de croître, au point que de 1887 à 1890, on dénombre 21 « Marseillaise » pour 23 « Carmagnole » ! Henri Leyret, écrivant en 1895, souligne d’ailleurs la désaffection pour « La Marseillaise », dans les tours de chants ouvriers, et la familiarité du refrain de « La Carma gnole »82. Pourquoi celle-ci ? Affaire de rythme ou d’image ? Il est, en tout cas, intéressant de constater la persistance de l’héritage de la Révolution française. En comparaison, le reste est peu de chose. A Vierzon et Mehun, on chante aussi « Laissez passer la Sociale » ; à Cholet, la « Chanson du Drapeau Rouge » ; en octobre 1890, les verriers de Fresnes-Escaupont entonnent la « Chanson des huit heures » de Pédron. Dans l’ensemble, le répertoire révolutionnaire des rues tarde à se renouveler, en dépit de la prédilection des militants pour ce moyen de propagande83.

  • 84 1963, p. 121. « C’est donc ce chant qui entraînait les mineurs et, une nuit, une foule d’ouvriers, (...)
  • 85 Arch. dép. Tatn, IV M2 68, pièce 26 : feuillet imprimé à Albi, Pezous.
  • 86 Ibid., pièce 7.
  • 87 Arch. dép. Gard, 14 M 447, air « Rallions-nous ». Signé : Fréto.

38Les chants improvisés qu’on nous signale, sans malheureusement toujours en donner la teneur, émanent de poètes locaux, généralement anonymes ; les mineurs surtout en raffolent. La grève de 1869 à Carmaux « se déroula au chant d’une chanson composée pour la circonstance par un jeune homme du pays » raconte Calvignac qui reproduit, dans ses Mémoires, les trois premiers couplets84. Elle a servi de modèle ; on en retrouve des fragments dans La grève de Carmaux de 1883, imprimée à plusieurs milliers d’exemplaires85et entonnée dans toutes les manifestations86 ; dans « La chanson de la grève des ouvriers de Rochebelle » de mai 189087. Ces complaintes narratives célèbrent le « rassemblement » des grévistes et leur bon droit, et flétrissent directeurs et ingénieurs : « ce maudit ingénieur atroce », « tigre féroce », « turc audacieux », « tyrans maudits », « bigots », selon les mineurs de Carmaux (1883) ; « tigre farouche », « gros-boule-dogue et vieux têtu », « grand despote », selon ceux de Rochebelle (1890). On évoque leurs méfaits, on leur promet châtiment. A noter, toutefois, une régression dans la menace : en 1869, les houilleurs de Carmaux se promettaient de chasser leur directeur : « Nous allons lui faire la conduite — Avec son baluchon sur le dos — Nous le suivrons à coups de trique », et de piller le château du Marquis de Solages : ce qui fut fait. Le chant de 1883 ne comporte plus ce couplet et se termine par une invocation à la France, à la République et au Christ. « Soyons calmes, braves mineurs. — Et prêtons-nous une main forte. — Soyons unis, et de l’ardeur pour expulser ce grand despote », chante-t-on à Rochebelle.

  • 88 Arch. dép. Nord, M 626/14, pièce 525, com. pol., 20 mars 1884 ; un rassemblement de 300 mineurs env (...)

39A la Grand-Combe en 1881, à Anzin en 188488, on signale aussi des chansons de grève sans en donner le texte.

  • 89 Exception faite de cinq couplets, sur l’air du « Curé de Pomponne » dus à un certain Léon Noël, aig (...)

40Les chansons de tisseurs offrent moins d’élaboration. Ce sont plutôt des refrains rythmés sur des airs connus, plus ou moins improvisés, sortis, peut-être, des rangs mêmes du cortège ou des remous du rassemblement, faciles à scander en chœur89. Voici, à Saint-Quentin, sur l’air de « La Carmagnole » :

  • 90 La Défense des Travailleurs, 7 septembre 1884.

Boca, Testart avaient juré
D’affamer tous les ouvriers.
Mais leur plan a raté,
Grâce à not’ fermeté.
Refrain : Nous leur casserons la gueule, etc.90.

41A Reims, les tisseurs répètent :

  • 91 Arch. dép. Marne, 194 M 12, s.-préf.-préf., 29 cctobre 1885.

Les tisseurs ne peuvent plus payer leur pain.
Les patrons sont des cochons.
On les pendra,
Comme des lapins
Dans leurs maisons91.

  • 92 Arch. dép. Tarn, IV M2 69, pièce 279, rapport gendarmerie, 16 juin 1887.

42A Mazamet, les tisserands font alterner « La Marseillaise » avec « une autre chanson de circonstances ayant pour refrain : En travaillant, nous voulons vivre. — Le Tarif ou la Mort »92. Les couplets des grévistes de Roubaix semblent avoir eu plus de notoriété et de durée, puisqu’on les entend en 1880 comme en 1890, repris par des milliers d’ouvriers, tant dans les cabarets que dans les rues. On verra le fac-similé d’une affichette arrachée par la police sur les murs d’une usine, et la reproduisant :

  • 93 Arch. dép. Nord, M 619/3, pièce 258. On trouve dans cette liasse de nombreux témoignages de la popu (...)

Si ne veulent pas nous rinquérir,
In va bientôt tout démolir.
Si ne veulent pas nous augminter,
Nous allons les égorger.
Si les patrons n’augmintent pas,
In leur mettre leur tête en bas.
Nos délégués sont au Ballon,
Avecque une caisse de six millions93.

  • 94 Nos documents nous signalent d’autres chansons de grève inventées, malheureuse ment sans nous donne (...)

43Dans tous ces textes, un personnage central : le patron, promis à tous les châtiments. Si le geste est rarement meurtrier, la parole tue constamment94.

  • 95 Arch. dép. Nord, M 625/57, pièce 85, s.-préf.-préf., 27 août 1888 : les tisseurs de lin d’Hazebrouc (...)

44Signalons, enfin, l’apparition, en 1888-1889, de quelques refrains boulangistes, dans le Nord, et à Paris, notamment durant la grève des terrassiers, « sans intention politique », selon un rapport95.

  • 96 Selon Robert, c’est l’équivalent de « sortez-le ».
  • 97 Arch. dép. Maine-et-Loire, 71 M 1.
  • 98 Arch. dép. Nord, M 625/53, pièce 84, rapport gendarmerie, 31 décembre 1883, qui signale aussi « La (...)
  • 99 Arch. nat., F 12 4661, rapport gendarmerie, 2 juin 1886.
  • 100 Arch. dép. Nord, M 626/12, préf.-min., 15 décembre 1883. Ces slogans sont entremêlés de « Marseilla (...)
  • 101 Une exception, déjà citée : les mégissiers de Graulhet qui, dans leur défilé du 14 Juillet 1889, co (...)
  • 102 Arch. dép. Nord, M 619/3 : à Wattrelos, les ouvriers crient « à bas la Calotte » en passant devant (...)

45Aux chants se mêlent des coups de sifflets, des huées, des cris (« hurlements », selon le commissaire de police de Château-Regnault en 1885), le « enlevez-le », menace classique à l’usage des chefs détestés96, parfois de véritables slogans, où l’invocation du pain revient sans cesse : « Du travail ou du pain », clament les mineurs de Montjean97 ; « Du pain. Nous avons faim. Du travail, du pain », répètent les tisseurs du Château, massés un après-midi entier devant le Palais de Justice98 ; « Misère. Du pain ou du plomb. Les patrons sont des cochons ; Nous les pendrons. Vive 93. Vive la Sociale. Vive la Grève générale », scandent, en 1886, leurs camarades de Fourmies99. Plus modestes, les mineurs de Vieux-Condé veulent « 8 heures de travail. Cinq francs de salaire »100. Surtout, fusent des « A bas » et des vivats, encore plus nombreux. Objet de huées : les patrons, le plus souvent personnalisés, les forces de l’ordre, cognes (gendarmes) et sergots (agents de police) ; l’armée est épargnée et on entend même des tisseurs de Tourcoing, en mai 1890, crier : « Vive l’armée ! ». Peu de huées politiques101. Par contre, les tisseurs du Nord affirment volontiers leur anticléricalisme : « A bas la calotte » s’en tend à Roubaix en 1880102, à Fives-Lilles en 1885 et des pierres sont jetées contre des établissements religieux.

  • 103 Arch. dép. Loire, 92 M 23, pièce 83, maire du Villars au préfet, 1er août 1888 : « J’ai demandé le (...)
  • 104 Citons : tisseurs de Reims, 1880, de Fourmies, 1886, mineurs de Decazeville, métallurgistes de Vier (...)
  • 105 De même chez les tailleurs de Paris (1885), verriers de Lyon (1886), métallurgistes de Vierzon (188 (...)
  • 106 Arch. dép. Marne, 194 M 12, s.-préf.-préf., 29 octobre 1885.
  • 107 Le Cri du Peuple, 9 octobre 1886, dit qu’une centaine de tisseurs de Beauvois (Nord) se sont rassem (...)
  • 108 Comme les tailleurs anarchistes du groupe « La Panthère », au Père La Chaise, le 24 mai 1885.
  • 109 Arch. préf. pol., B A 184, pièce 1040 : « Le cortège était précédé par tous les grévistes qui march (...)

46On acclame, plus qu’on ne hue. Ce qu’on exalte : d’abord tout bonnement, la grève elle-même ; ensuite, la République, cri si cher aux mineurs que les autorités l’utilisent comme moyen de pression103. L’expression de 48, la sociale, est employée à maintes reprises104. La révolution sociale est invoquée pour la première fois en 1882 dans les rues de Bessèges, par les mineurs, en pleine fermentation105. « Vive la Révolution, Plus de patrons », explicitent les tisseurs de Reims106, et, pareillement, les cordonniers de Paris. A partir de 1885-1886, les deux expressions (révolution sociale, révolution) employées, semble-t-il indifféremment, en tout cas dans les mêmes milieux, prennent le relais de la République. Par contre, à l’air libre, on n’acclame presque jamais le socialisme107, et rarement la Commune : il faut l’audace de militants108, ou un choc tel que la mort du « Général » Eudes, pour que des grévistes osent prononcer le mot dehors109.

5°)...et couleurs

  • 110 Les mégissiers de Graulhets les sortent pour leur cortège de grève du 14 juillet.
  • 111 Sur le drapeau rouge, cf. les travaux de M. Dommanget; sur le mot « rouge », cf. J. Dubois, 1962, p (...)
  • 112 Arch. dép. Nord, M 619/3, rapport de police, 5 juin 1880, sur un cortège de 10 000 grévistes qui pa (...)
  • 113 Arch. dép. Nord, M 625/56, pièce 89, com. pol.-préf. Nord, 11 juin 1887 : les tisseurs de chez Dula (...)
  • 114 Arch. préf. pol., B A 186, pièce 468, correspondant du Temps, 31 mars 1886.
  • 115 Arch. dép. Gard, 14 M 447, préf.-min. de l’Int. 1882
  • 116 Ibid., A Bessèges, le 22 février 1882, le sous-préfet arrache des mains des mineurs le drapeau roug (...)
  • 117 Arch. préf. pol. B A 186, pièce 468.
  • 118 Cf. première partie.

47Des drapeaux, portés par des jeunes, des enfants ou des femmes, ouvrent les cortèges. On a remisé les bannières de corporations110 Plus encore que « La Marseillaise » dans les chants, le tricolore l’emporte (environ les deux tiers des cas). Lorsqu’il apparaît, le rouge est presque toujours issu de l’improvisation, d’une initiative de la base111. Il ressurgit à Wattrelos en mai 1880 : « j’ai remarqué, note le commissaire de police, un individu portant une sorte de drapeau, composé d’un mouchoir ou foulard rouge, placé à l’extrémité d’un »112 bâton assez long. Brodeurs de Pontruet (Aisne), tisseurs d’Armentières, terrassiers de Saint-Souplet usent d’une « ceinture rouge »113 ; les mineurs de Decazeville brandissent un « chiffon » écarlate114. Sous forme de drapeau, on le trouve à Bessèges, en 1882, joint au tricolore et au noir115. Mais c’est le 1er Mai qui institutionnalise le rouge en le faisant drapeau. Qu’il suscite la franche hostilité des autorités ne saurait nous surprendre116. Mais notons aussi les réticences de quelques dirigeants ouvriers : à Decazeville « un groupe de mineurs... avaient arboré un chiffon rouge au bout d’une pique. Basly les ayant aperçus, alla vers eux et les engagea vivement à ne point manifester »117 de la sorte, sur quoi ils firent disparaître l’emblème séditieux. Et l’on sait quelle controverse, ravivée par le boulangisme, opposa au Congrès de Bordeaux (1888) partisans du drapeau tricolore et ceux du drapeau rouge118.

  • 119 Procès des anarchistes de Vienne, p. 33 : « Le président demande... à Martin quelle est la signific (...)
  • 120 Arch. nat., F 12 4656, rapport gendarmerie, 18 mai 1888.

48Le noir est exceptionnel. Son apparition est due presque toujours à l’action d’un petit groupe anarchiste : ainsi à Bessèges, en 1882, à Paris, en 1885 (tailleurs anarchistes du groupe « La Panthère »), à Vienne en 1890119. Cette influence est moins discernable à Rimogne (Ardennes) : le 16 mai 1888, quatre cents ardoisiers « ont parcouru la localité avec des femmes ivres portant des drapeaux noirs »120. Le noir, couleur du deuil, « expression de la sombre misère sociale », inquiète, déprime : les organisateurs du 1er Mai, s’ils sacralisent le rouge, évitent le noir. Les partis ouvriers d’aujourd’hui l’exècrent.

B. La violence dans les grèves

1°) Approche statistique

49Si les manifestations obéissent à un certain rituel, léger encore et que le poids des institutions alourdira, elles échappent, par contre, très largement à la violence. Un tiers seulement d’entre elles engendre des troubles. J’ai compté comme tel toute agression collective et physique contre les personnes ou les choses commises au cours de la grève ; les rixes entre ouvriers ayant toutefois été comptées à part, c’est donc avant tout la violence contre l’ennemi de classe (patrons, autorités...) qui fait l’objet de cette étude.

503,6 % seulement des grèves sont marquées de faits de ce genre. C’est peu, moins que les rixes entre ouvriers (5,6 %). Violence et grève apparaissent comme distinctes, dissociées.

51Les taux annuels oscillent entre 0,4 et 10 %, sans que se dessine aucune évolution d’ensemble ; les années 1887-1889 sont les plus orageuses, temps de fin de crise où la misère accumulée devient insupportable. Sur le plan professionnel, les remarques faites sur les manifestations s’appliquent ici. Mineurs et terrassiers se distinguent par leur brutalité (12 et 15 %) ; ouvriers du livre, du bois, des métaux, par leur aménité. Quoique 37 % des incidents violents viennent du textile, le pourcentage propre à ce groupe se situe dans la moyenne générale (4 %). Les grèves défensives favorisent les troubles (4,1 % contre 3,3 % pour les grèves offensives) ; mais plus encore une certaine structure d’entreprise (6 % pour les sociétés ; 2 % pour le patronat familial.) L’influence de la durée et du volume de la coalition est patente.

Pourcentage des troubles dans les grèves

Pourcentage des troubles dans les grèves

52Par contre, le rôle de la saison n’apparaît pas. Enfin, on remarque que le théâtre des violences est moins la ville, la grande ville, que la petite bourgade minière ou textile, premiers relais de l’émigration rurale, de la formation de la classe ouvrière.

2°) Genèse de la violence

  • 121 Arch. nat., F 12 4667, rapport gendarmerie, 5 novembre 1890.
  • 122 Arch. dép. Seine-Maritime, M, Grèves 1882-1890.
  • 123 La Gazette des Tribunaux, 12 juillet 1873, et Moniteur du Calvados.
  • 124 Arch. nat, F 12 4665, 1er juin 1889.
  • 125 La mort de Watrin est, sous cet angle, exemplaire. Tout le dossier d’instruction du procès montre q (...)

53La violence surgit à divers stades de la grève : deux, essentiellement. Tantôt, elle est initiale : à Etricourt (Somme), les saisonniers d’une sucrerie demandent une augmentation de salaire ; « puis, sans attendre la réponse, ils ont démoli le chemin de fer Decauville, servant au transport des betteraves du silo au lavoir, cassé les lanternes et une fenêtre de la fabrique et jeté les betteraves aux ouvriers qui les remplaçaient »121. Mais cette façon brutale de poser une revendication est assez exceptionnelle. Par contre, bien des grèves défensives commencent ainsi, par un acte de colère protestataire, ou se réduisent à cela. La réduction du salaire surtout, est ressentie comme intolérable. L’apprenant, 250 tisseurs de l’usine Berthet, à Rouen, descendent dans la cour, criant et clamant, et cassant les vitres122. Un fait analogue est à l’origine des troubles de Lisieux, en juillet 1873, où le directeur manqua d’être lapidé123. En semblable circonstance, Watrin meurt, défenestré. Cependant, la grève-émeute, type si fréquent dans la première moitié du siècle, se raréfie : plus turbulentes que violentes, les grèves d’un jour ont un pourcentage de troubles inférieur à la moyenne (2,4 %). La grève-émeute est l’apanage des plus écrasés, des moins organisés. « Les ouvriers remplacent par la violence ce qui leur manque en organisation », écrit le préfet à propos des tisserands d’Avesnes-les-Aubert124. Encore lui faut-il le plus souvent pour naître, une accumulation de rancœurs qu’une ultime avanie fait exploser. Plus encore que de colère, elle est signe d’exaspération125.

  • 126 Arch. nat, F 12 4656 et Le Cri du Peuple, 9 août 1888.
  • 127 Arch. nat, F 12 4659, rapport gendarmerie, 13 mars 1889.

54C’est pourquoi, et de plus en plus, la violence éclate surtout au cours des grèves longues, et principalement dans leur phase ultime, qu’elle contribue à accélérer. En 1880, à Roubaix, comme à Reims, les affrontements les plus durs se produisent trois semaines après le début des coalitions, à quelques jours de la reprise. A Amiens, en 1888, au 49e jour de grève, les tisseurs en velours enfoncent les portes du « bagne » Cocquel, le pillent, l’incendient, élèvent une barricade126. Au 57e jour, les chaisiers de Sommedieu (Meuse) assiègent, dans la nuit, la maison de leur patron, et, peut-être atterrés de ce qu’ils ont osé, rentrent le lendemain au travail127.

  • 128 Arch. dép. Nord, M 628/13, pièce 73, préf.-min, 3 avril 1884.

55A Anzin, les troubles du 4 avril 1884 ont lieu au 45e jour d’un conflit dont la tranquillité avait surpris tous les observateurs. La veille encore, Paul Cambon écrivait : « La grève, à mesure qu’elle dure, ne laisse pas que de présenter une certaine monotonie »128 ; et d’opposer les mouvements sauvages de 1872 et 1878, à celui-ci tout délibérant et parlementaire. Cette mutation, liée au développement d’un syndicalisme de négociation, caractérise d’ailleurs la plupart des grèves de mineurs. Les premiers jours se déroulent, paisibles, tout occupés à la culture du jardin, aux pommes de terre, au bricolage, à la vie du foyer. Le soir, les ouvriers se pressent en famille, aux réunions où les délégués rendent compte de leur mission. La joie d’un loisir retrouvé, la confiance dans le « bon droit », créent une ambiance euphorique. Puis, le temps s’écoule, la victoire s’éloigne, la négociation piétine. Au bureau des assemblées, les délégués prennent des allures de pantins dérisoires. Le doute s’infiltre. Le public des réunions décroît. C’est l’attente, morne, triste, déprimante. Alors, le ton monte dans les corons, redevenus les centres de décision. L’inquiétude des ménagères, devant le porte-monnaie, le buffet vides, le boulanger de plus en plus rétif au crédit, grandit. Au petit matin, quelques silhouettes timides, tremblantes, se glissent vers les puits. Contre ces faux-frères, des groupes se forment sur les chemins ; chansonnés, hués, menacés, poursuivis, assaillis, ces malheureux offrent la première cible à l’amertume d’avoir été floués. La gendarmerie intervient pour protéger la « liberté du travail », procède à des arrestations qui attisent la solidarité. Des conciliabules secrets ont lieu, la nuit. Des bandes se forment en direction des puits, menées par des jeunes ardents, que tenaille une obsession : arrêter les ventilateurs, couper les câbles. Et, autour des fosses, gardées militairement, l’émeute gronde. Ce schéma, devenu classique, la trame même de Germinal, est celui de bien des grèves minières traînantes, et, avec des variantes, de la plupart des conflits qui pourrissent. La négociation suppose un interlocuteur : qu’il se dérobe, la violence reprend ses droits, plus vigoureuse, peut-être, d’avoir été contenue, plus consciente sans doute. Cette violence à retardement ne saurait, en effet, être confondue avec l’explosion primitive ; il y entre moins de spontanéité, et plus de décision. Elle est le fruit d’une expérience amère : l’échec des « voies légales » où, autrefois comme aujourd’hui, s’enracine la réhabilitation de la violence.

56Cette violence seconde, de mi ou de fin de parcours, n’est ni fortuite, ni gratuite. Elle naît de l’obstacle. Et d’abord de celui que constitue la résistance des patrons. Leur refus de négocier, leur intransigeance, leur mauvaise foi, leurs palinodies lorsqu’ils sentent fléchir la grève, sont à l’origine de la plupart des troubles. Leurs responsabilités sont patentes, et souvent reconnues par les autorités. Je ne donnerai que quelques exemples, susceptibles de montrer l’engrenage de la violence.

  • 129 Arch. dép. Nord, M 626/13, pièce 71, préf. min, 2 avril 1884.
  • 130 Ibid., pièce 284, préf.-min, 5 avril. « Les grévistes ont faim; ils sont tendus par la passion, la (...)

57A Anzin, l’attitude du directeur, Guary, provoque les émeutes du 4 avril. Le 1er, les délégués mineurs ont avec lui une ultime entrevue, respectueuse ment sollicitée : « Nous avons été délégués par notre commune de venir vous faire nos propositions qui sont tout simplement : travailler comme par le passé et réintégrer nos collègues congédiés sans motifs plausibles ». Refus de Guary qui réplique sur le second point « que la Compagnie n’avait pas voulu expulser tous les ouvriers qui cherchent à lui nuire, car il y en a bien six cents de cette sorte sur le chantier »129. Le bruit court alors de nouveaux renvois, massifs ; l’inquiétude grandit, et le 4, la foule, massée à la gare pour accueillir Roche, se porte sur la fosse Renard pour empêcher les mineurs descendus de remonter et détruire les machines ; la lutte dure tout l’après-midi et il faudra l’arrivée de renforts de gendarmerie, puis d’un détachement de dragons, général en tête, pour dégager le puits. Le bassin connaît alors trois jours de troubles graves130.

  • 131 Arch. nat, F 12 4656, préf.-min, 23 février 1886 : « Les différents industriels de Saint-Quentin se (...)
  • 132 Arch. nat, F 12 4660; Arch. dép. Nord, M 625/53, pièce 84, rapport gendarmerie, 31 décembre 1883.

58A Saint-Quentin, où les tisseurs sont en grève depuis le 30 janvier 1886 pour obtenir un tarif uniforme, on apprend le 4 février au soir l’échec des négociations ; le 5 au matin, rassemblements menaçants ; au début de l’après midi, les ouvriers cassent les carreaux de plusieurs usines ; vers 17 heures, ils élèvent une barricade131. Au Cateau, le 29 décembre 1883, au matin, la fermeture du tissage Lempereur-Chantreuil entraîne de premiers incidents ; tout l’après-midi, deux à trois cents ouvriers piétinent devant le Palais de Justice où le sous-préfet délibère avec les patrons ; apprenant l’échec de cette médiation, ils se ruent sur le Palais et pillent l’usine132. A Roubaix, en mai 1880, non contents de refuser toute concession, les industriels exigent le paiement d’une amende pour non-respect du préavis : cette décision donne le signal des attentats aux fabriques.

  • 133 Arch. nat, F 12 4665, préf.-min, 1er juin 1889. C’est moi qui souligne ces termes significatifs d’u (...)

59Un dernier exemple donnera une idée de cette violence-riposte, vengeresse, qui tend à devenir prédominante. A l’issue d’une grève de trois jours (11-14 février 1889), toute pénétrée de légalisme, les misérables tisserands de toile de l’Avesnois (dont le salaire n’atteint pas 1 F par jour), obtiennent une augmentation générale de 25 %, en bonne et due forme et garantie par les signatures des deux parties. Mais les fabricants ne respectent pas cet accord en dépit des remontrances du maire ; mieux, ils ferment les caves aux récriminants. Dès lors, grandit la décision d’employer les grands moyens : « On entendait répéter ces mots : — Nous les brûlerons, nous les pillerons, s’ils ne payent pas ». Le 13 mars, c’est l’attaque généralisée, prévue, organisée : « les ouvriers... se groupaient vers neuf heures du soir. A neuf heures un quart, des bandes étaient organisées et traversaient les rues de la commune en chantant ‘ La Marseillaise ‘. Devant chacune des maisons des fabricants dont on était mécontent, on s’arrêtait et après quelque réflexion sur l’opportunité de l’attaque, on se décidait à tout casser »133.

60De façon générale, il existe une certaine relation entre patrons de combat et violence ouvrière. Les établissements Boca, Testart, Gabréau à Saint-Quentin, Rogelet à Reims, Cocquel à Amiens, Seydoux à Fourmies, Frémont à Fiers (Orne), Houssaye à Fougères, etc., en constituent les épicentres. A vrai dire, l’arbitraire, plus encore que la rigueur, suscite la révolte. D’autres établissements et non des moindres ne connaissent pas ces heurts. Les ouvriers admettent une règle du jeu : en ce sens, ils sont entrés dans l’ère industrielle. Mais ils n’acceptent pas l’aléatoire en matière de rémunération. Conscient du risque, le patronat hésite de plus en plus à user de ce procédé sommaire de défense du profit. S’il le pratique, c’est, sans doute, par routine, mais souvent aussi sous l’empire de la nécessité. Car il serait naïf de chercher à une telle attitude des fondements purement psychologiques ; elle s’enracine fréquemment dans une situation d’infériorité économique relative. L’obstination patronale recouvrant une faiblesse ; la prétention alliée à l’impuissance : voilà assurément de quoi susciter un climat de violence.

3°) Morphologie des violences

61Il nous faut maintenant examiner l’objet, les formes, les degrés des violences exercées au cours des grèves. En schématisant, on peut dire que la violence gréviste a une cible prioritaire, l’usine, une forme majeure : le bris de vitres, un instrument essentiel : la pierre. C’est situer d’entrée de jeu cette violence à son niveau : celui d’une fronde matériellement peu dommageable, et qui se meut déjà au plan des symboles, violence-simulacre qui cherche moins à détruire qu’à faire peur.

a) Instruments

  • 134 Arch. dép. Nord, M 626/7, pièce 204, préf. Nord.-Président de la République, 29 juillet 1872.
  • 135 L’Union, 22 juillet 1878. Et les mineurs ne cherchent guère à se servir de leurs armes : « un certa (...)
  • 136 Arch. nat, F 7 12526, pièce 280, préf. Saône-et-Loire-min, 16 août 1882.

62Un premier constat s’impose : les grévistes s’avancent sans armes. Certes, ce qu’on nous signale surprendra encore, de nos jours où la classe ouvrière française est totalement désarmée, et le lecteur ne manquera pas d’évoquer l’insécurité des grandes villes américaines. Parmi les mineurs assiégeant la gare d’Anzin, le 24 juillet 1872, pour délivrer leurs camarades prisonniers, « quelques-uns [sont] armés de pistolets »134. En 1878, à Raismes, parmi les bandes qui bivouaquent dans les bois, « quelques mineurs seulement sont armés de fusils »135. Les insurgés de Montceau, en 1882, sont « armés de fusils, de »136 fourches et de revolvers. On sera sensible au caractère composite de cet attirail, comme aux formules restrictives de ces diverses descriptions « quelques-uns », « quelques-uns seulement »... Rien, dans tout cela, qui suggère un arsenal bien fourni.

  • 137 Procès des anarchistes de Vienne, op. cit., p. 10. « Nous avons des revolvers et vous empêcherons b (...)
  • 138 Arch. dép. Nord, M 626/7, pièce 344, télégramme, préf. Nord-min. de l’Int, Versailles, 25 juillet 1 (...)
  • 139 Arch. dép. Loire, 92 M 18, pièce 128, préf. Loire.-min, 24 mai 1883. Fournier a dix-neuf ans et dem (...)

63D’autre part, prompts à brandir verbalement le revolver — « si [les soldats] ont des fusils à tir rapide, nous avons le revolver, [qui] vaut mieux que la pique », dit fièrement Tennevin au président du tribunal de Vienne137 — les ouvriers hésitent à s’en servir. Les coups de feu tirés en cas de grève sont assez exceptionnels pour qu’on en puisse faire l’inventaire. Les mineurs d’Anzin « ont tiré plusieurs coups de feu sur la troupe... [qui] a tiré pour se défendre. Un mineur a été tué, deux ont été blessés »138. Cas unique, en notre période, d’affrontement armé avec les forces de l’ordre. Au reste, ce témoignage, trop visiblement destiné à justifier l’existence d’une victime, est assez suspect ; et en contradiction avec d’autres. Fait symbolique : le jeune tisseur, Fournier, tirant à bout portant (1,50 m, nous dit-on), sur le patron Bréchard, manque sa cible, marque d’une singulière et symptomatique inexpérience139.

  • 140 Arch. préf. pol, B A 182. Meubry est depuis trois ans chauffeur dans cette usine, où les conditions (...)
  • 141 Ibid., B A 172, pièce 384, com. pol. Saint-Ouen, 8 décembre 1885 ; Le Cri du Peuple, 6 décembre.

64Deux secteurs, par contre, sont familiers des détonations. Dans les grandes usines de la banlieue parisienne, où règne une extrême brutalité, contremaîtres et ouvriers règlent volontiers leurs différends de cette manière, comme le montrent, par exemple, les incidents survenus au cours de grèves, en 1885 à la Raffinerie parisienne de Saint-Ouen, et en 1887, à la fabrique de produits chimiques Malétra de Saint-Denis. Ici, Pierre Meubry, trente-deux ans, d’origine bretonne, tire trois coups sur le contremaître rendu responsable d’une diminution du salaire ; il faudra l’intervention de deux brigades de gendarmerie pour le maîtriser140. Là, une bande poursuit Geledts, autre « garde-chiourme » honni pour avoir remplacé le salaire horaire par le salaire aux pièces : « Allons-y, sautons dessus. Geledts, sans répondre, traversa rapidement le boulevard Victor-Hugo et s’engagea dans la rue Arago. Mais là, une pierre ayant atteint à la jambe l’un des compagnons de Geledts, le sieur Dupré, celui-ci sortit son revolver de sa poche et tira un coup en l’air. Aussitôt les assaillants firent feu de plusieurs coups de revolver, et une balle faillit atteindre le sieur Geledts qui fit feu à son tour, mais sans blesser personne »141. Tous ces gens paraissent avoir le revolver à la ceinture et dégainer aussi facile ment que les cow-boys dans la Sierra !

  • 142 Arch. dép. Haute-Marne, 577 M I, pièce 350, préf.-min, 28 février 1889.

65Les terrassiers de chantiers de chemin de fer n’hésitent pas non plus à faire feu, notamment sur les étrangers : ainsi, au cours des graves troubles de la Haute-Marne, en 1888 et 1889, pour chasser les Piémontais, les Français « s’arment de pieux, de bâtons et même de revolvers »142 ; un Italien est tué par balles. La xénophobie, on le sait, ôte toute retenue.

  • 143 Le Rappel, 2 juin 1872 : les charpentiers attaquent les non-grévistes « à coups de cannes et de com (...)
  • 144 Arch. dép. Orne, M, Grèves, au sujet d’une coalition à la Ferté-Macé, tissage Bobot-Descoutures, ju (...)
  • 145 Zola en avait fait la remarque ; cf. Mes notes sur Anzin, cité par H. Mitterand, Germinal, p. 1421  (...)
  • 146 Exemple : à Denain, le 26 octobre 1880, 200 mineurs se portent sur la fosse Thiers, « armés de bâto (...)
  • 147 Arch. dép. Loire, 92 M 30, pièce 29, s.-préf.-préf, 9 mai 1889.
  • 148 Arch. nat, F 12 4665, préf. Loire (Jules Cambon)-min, 11 mai 1889. A l’arrivée à Thizy, ces bâtons (...)

66Mais dans l’immense majorité des cas, les grévistes usent d’objets plus inoffensifs, souvent tirés de leurs instruments de travail. A plusieurs reprises, on sort les couteaux ; des non-grévistes, deux contremaîtres sont ainsi gravement blessés, un Italien tué. Les terrassiers utilisent volontiers leurs pioches, les charpentiers brandissent le compas143, les cordonniers, l’alène ; des femmes poursuivent, les ciseaux à la main, un surveillant qu’elles disent vouloir châtrer144 ; tout cela saisi sur le chantier, ou sur l’établi, presque au hasard. Les mineurs ne se servent jamais de leurs outils145. mais affectionnent le bâton146. Les bandes de tisseurs qui circulent dans le rayon de Thizy « portent pour la plupart sur l’épaule, des bûches de bois plus ou moins grosses, semblant indiquer par ce signe, qu’ils sont prêts à user même de la force pour obtenir satis faction »147. Texte clairvoyant : il s’agit de montrer la force pour éviter de s’en servir. Ces bâtons, de marche plus que de lutte, ont une couleur rustique ; ils sentent les boqueteaux croisés en déambulant dans la campagne ; au reste, les tisseurs les ont « coupés dans les bois traversés »148.

  • 149 Sur ces troubles, à la limite de notre propos, car ce n’est pas une grève, cf. J. Maitron, 1951 ; i (...)
  • 150 Arch. nat, F 12 4665, le 3 mars 1889 à Bourg-de-Thizy, explosion d’une car touche de dynamite devan (...)
  • 151 Arch. préf. pol, B A 184, pièce 1039, rapport sur « les propos menaçants tenus durant la grève des (...)
  • 152 Arch. dép. Loire, 92 M 27, pièce 13, lettre du 31 octobre 1889.

67Aux antipodes de cette arme empruntée à la nature, la dynamite, inventée en 1869, commence sa carrière prestigieuse. Les émeutiers de Montceau l’emploient abondamment pour faire sauter les croix et les églises149. A Decazeville (1886), à l’Escarpelle, à maintes reprises, de petites charges explosent à la nuit tombée dans le jardin de renégats. Elle reste surtout le privilège des mineurs qui s’approvisionnent aisément. Cependant, en 1889, à Thizy, à Cours, zone travaillée par l’anarchie, des tisseurs déposent quelques cartouches devant les demeures de patrons150. Partout, les dégâts sont médiocres, les doses mesurées, timides mêmes, comparativement aux apocalypses prédites : « avec la dynamite et la mélinite, nous viendrons à bout de la bourgeoisie », entend-on dans les réunions parisiennes151. Tandis que les mineurs tranquilles de la Malafolie écrivent au maire : « Si la compagnie ne renvoie pas [le gouverneur], nous allons nous servir des matières explosibles, nous ferons marcher la dynamite »152 Nul doute que celle-ci n’ait modifié les représentations subversives : faire la révolution, c’est « faire sauter le vieux monde ».

  • 153 Cf. les remarques de E. Canetti, sur la lapidation, 1966, p. 50.
  • 154 Ainsi à Anzin, en avril 1884, troubles d’Escaudain et de la Sentinelle, Arch. dép. Nord, M 626/13.
  • 155 Arch. dép. Cher, com. pol.-préf, 17 février 1887.
  • 156 Des poires avariées furent lancées sur le ministre de l’Agriculture R. Boulin, lors d’une tournée e (...)

68Mais le projectile universel, qui traduit le dénuement et l’improvisation, c’est la pierre, rurale ou urbaine : caillou ramassé au bord des chemins, brique des chantiers de construction, voire pavés arrachés aux rues ; en général, matériaux d’assez petites dimensions pour être amassés dans les poches des enfants, les tabliers des femmes, et jetés en « grêles ». Le geste antique de la lapidation est d’instinct celui de la colère populaire153. Mais l’instinct, même ici, se tempère et s’organise, proportionnant le projectile à la cible : briques et pavés sont réservés aux gendarmes, dans les durs affrontements urbains, tandis qu’aux non-grévistes, ces égarés, on lance des objets dérisoires : de la boue154, ou, comme à Mehun, pommes, graviers, boules de mie de pain155. Voilà qui achemine vers les tomates, pommes cuites, œufs pourris, poires avariées156 de nos lapidations contemporaines. Cette substitution du mou au dur, du projectile qui s’écrase à celui qui percute, illustre le passage de la destruction à la dérision. Elle mériterait une analyse bachelardienne.

b) Objets de la violence

  • 157 Sur cette prédilection de la « masse » pour maisons et objets, nous rejoignons encore E. Canetti, 1 (...)

69Sélective dans ses gestes, la violence gréviste l’est aussi dans ses objectifs. Elle vise moins les personnes que les choses, et parmi ces dernières, moins les objets que les immeubles157.

  • 158 Arch. dép. Marne, 194 M 12, rapport gendarmerie, 1er novembre 1885. Vingt et une condamnations de 6 (...)
  • 159 Arch. dép. Marne, 194 M 12, s.-préf.-préf., 4 novembre 1885.

70Et d’abord, l’usine. A peine les grévistes l’ont-ils quittée, dans cette sortie en masse qui constitue leur premier acte joyeux d’insubordination, qu’ils reviennent vers elle, pour la surveiller, épier sa respiration : bruits et mouvements, au besoin la reprendre, y rentrer, mais en vainqueurs. Dans ce retour percent le regret d’avoir laissé le champ libre à l’adversaire, l’anxiété de perdre sa place, l’invincible attirance vers ce qui forme l’univers ouvrier : l’usine haïe et nécessaire. L’occupation sera l’aboutissement de cette psychologie. En attendant, l’usine domine de toute sa stature l’horizon quotidien de la grève, jalon de tous les itinéraires, station de toutes les pérégrinations. Vue du dehors, elle change d’ailleurs de physionomie. A l’intérieur, elle était le bagne insupportable et suffocant ; elle suscitait un irrépressible besoin d’évasion ; de l’extérieur, elle se dresse comme une Bastille, symbole de la fortune et de l’oppression bourgeoises, ceci d’autant plus que les forces de l’ordre y montent la garde, dévoilant la nature de classe de l’Etat. Une Bastille qu’on rêve de prendre, assurément, mais sans trop l’oser. Car si la foule se masse, compacte, menaçante, l’injure aux lèvres, la pierre aux poings, elle hésite à livrer l’assaut. Je ne puis guère citer qu’une dizaine de sièges véritables, presque tous à mettre au compte des tisseurs, et dans une atmosphère de furieuse déception. Voici une de ces scènes : à Reims, le 31 octobre 1885, à dix heures du matin, en colère d’avoir renoncé, sans bénéfice — la médiation du sous-préfet ayant échoué — à une occupation toute pacifique, quinze cents tisseurs attaquent l’établissement Rogelet, démolissent le mur à coups de pioche, descellent les grilles, se heurtent aux gendarmes groupés dans la cour. Aux sommations légales, ils « répondent en insultant les agents et les gendarmes et continuent à jeter des pierres ». Coups de feu tirés en l’air et charges de cavalerie ont raison de leur ardeur158. Occupée militairement, la fabrique leur oppose un rempart inexpugnable : ils parlent alors « d’y mettre le feu en lançant des matières inflammables »159. Il faut doubler la garnison interne de patrouilles circulant nuit et jour. A Saint-Quentin, Mazamet, Amiens, Fougères, Origny-en-Thiérache, au Cateau, etc., les ouvriers passent ainsi à l’attaque, presque toujours repoussés.

  • 160 Cité par M. Reinhard, Paris pendant la Révolution, cours C.D.U., première partie, p. 146.
  • 161 D’après Le Petit Dauphinois républicain, 9 août 1890. Sut ces événements, cf. J. Maitron, 1951, p. (...)
  • 162 Le Cri du Peuple, 9 août 1888.
  • 163 Cahiers de l’I.S.E.A., série Economies et Sociétés, t. II, n° 4, avril 1968.

71Si, d’aventure, fièvre ou surprise, ils parviennent à forcer le barrage qu’on leur oppose, et pénètrent dans l’usine, que font-ils ? Ils « pillent », nous disent les textes. Mais ce mot requiert traduction. S’agit-il d’appropriation individuelle ? A l’aube de la violence ouvrière, déjà les manifestants se voulaient purs d’un tel soupçon : lors de l’affaire Réveillon (avril 1789), selon les mémoires d’un témoin, « on avait établi une barrière, et toutes les personnes qui sortaient étaient fouillées par les manifestants. Tant pis pour celui qui se trouvait porteur de quelques effets volés ; on les lui faisait jeter au feu, puis il recevait des coups, selon le vol qu’il avait fait »160. Un siècle plus tard, les ouvriers qui pourtant répètent à satiété que leurs patrons sont des voleurs, ont presque autant de scrupule, en dépit de la propagande libertaire pour la « reprise individuelle ». A Vienne, le 1er mai 1890, des militants anarchistes, dont Pierre Martin, dit Le Bossu, entraînent les travailleurs vers les fabriques aux accents de « La Carmagnole ». Chez Brocard, patron détesté en raison de son attitude lors de la grande grève de 1879, ils saisissent une pièce de drap de 43 mètres, et aux cris de : « Prenez, c’est à vous », ils la jettent à la foule qui la déchire et se la partage, comme on ferait de trophées161. Scène grandiose d’appropriation collective, de destruction rituelle, hautement picturale — drapeaux rouges et noirs déployés, femmes, enfants en liesse — qui eût inspiré Eisenstein. Il faut détruire, non prendre. A Amiens, le 6 août 1888, ayant enfoncé les portes du « Bagne » Cocquel, les tisseurs se saisissent des pièces de velours, « les jettent dans la rue devant les chevaux de la force armée... et en font des barricades. En quelques minutes, la maison est mise à sac », tandis qu’on met le feu aux ateliers d’étoupes162. Quelle joie que d’anéantir en quelques instants le produit de tant d’heures de travail, de voir se consumer la plus-value des maîtres. Le gaspillage, consubstantiel à la fête, dont les sociologues ont récemment souligné la place dans les économies précapitalistes163, remplit ici une fonction quasi magique.

  • 164 Arch. dép. Nord, M 619/3. « Il faut mettre le feu à les quatre coi de la ville voilà la chause prin (...)
  • 165 Procès des anarchistes de Vienne, op. cit., p. 10.

72De grands rêves d’incendies traversent sans doute la conscience ouvrière ; ils hantent en tout cas leur discours. « Nous les brûlerons », disent les tisserands du Cambrésis. « Les grévistes (de Roubaix) sont excessivement montés contre les patrons et menacent d’incendier leurs établissements et leurs maisons d’habitation »164. Du feu, les anarchistes font un thème concurrentiel de la dynamite : « Nous avons à notre disposition la plus grande innovation du siècle au point de vue révolutionnaire : l’allumette chimique », dit un des accusés de Vienne qui parle de « mettre le feu aux quatre coins de la ville »165. Ce moyen, pourtant, a été très peu employé ; Amiens, dont on vient de parler, est à peu près le seul cas. L’exemple belge de 1886 n’a pas été suivi. Les ouvriers français ne se comportent pas, alors, en incendiaires.

  • 166 Deux cas seulement, dans cette période, de telles colères sauvages : ouvriers sucratiers d’Etricour (...)
  • 167 Arch. dép. Marne, 194 M 12, s.-préf.-préf, 29 octobre 1885 : chez Rogelet, « le travail continuait (...)
  • 168 Les exemples de tels faits sont nombreux : Arch. nat, F 12 4653, rapport gendarmerie, 18 juin 1873  (...)
  • 169 Sur cette question, cf. M. Leroy, 1913, p. 622 et sq.

73Pas plus qu’en luddistes. Un autre fait frappe : la régression du bris de machines. Le premier mouvement des grévistes consiste exceptionnellement à se ruer sur elles166. Les occupations de locaux s’avèrent, on l’a vu, respectueuses du matériel. A celui-ci on ne s’attaque que dans une phase ultérieure de la grève, par représailles, et dans un but précis : bloquer l’usine, l’empêcher de tourner, forcer les hésitants à l’inaction. Dans les tissages, quelques courroies de transmission sautées167 ; dans les mines, chaudières crevées, câbles coupés, ventilateurs détruits168 constituent un moyen d’intimider les timorés autant et plus que la direction. La machine n’est, en somme, que l’objet secondaire, et comme accidentel, des violences. Le sabotage, dont Pouget se fera l’apôtre, n’est en aucun cas une apologie des luddites : il s’attaque à la production, mais ménage les machines169.

  • 170 Arch. nat, F 12 4653, préf. Ardennes-min, 26 juillet 1875 : en juin 1874, premier débrayage de cinq (...)
  • 171 Exception faite d’une grève préventive, en 1890, des ferronniers de la Vrigne aux-Bois, dans les Ar (...)
  • 172 Zola, La Bête Humaine, éd. La Pléiade, t. IV, p. 1128.
  • 173 Délégation ouvrière française à l’Exposition universelle de Vienne, rapport d’ensemble, 1876, p. 23 (...)
  • 174 Congrès de Lyon, op. cit., p. 205.
  • 175 Ibid., p. 213, propos d’Amat, tisseur de Lyon. La commission formée pour étudier les crises industr (...)

74Un seul cas de luddite au sens classique dresse en 1875 les ardoisiers de Fumay contre une scie mécanique mangeuse d’ouvrage170, comme, jadis, les tisserands de Vienne contre la Grande Tondeuse. Les autres grèves contre l’introduction des machines (huit au total) se déroulent pacifiquement, de façon presque résignée171. Sous l’influence de conditions complexes, la classe ouvrière, du moins sa couche supérieure, a effectué sa conversion à la machine. Il faut voir, dans les expositions, les professionnels observer, palper, comparer les inventions nouvelles pour comprendre quelle fascination exercent sur eux « toute cette logique et toute cette certitude qui font la beauté souveraine des êtres de métal, la précision dans la force »172 Les délégués aux congrès, s’ils déplorent l’artisanat perdu, et les durs effets de la concentration industrielle (accroissement des cadences, déqualification, discipline des « Bagnes »), ne s’en prennent jamais à la machine, au contraire souvent glorifiée. Des propos des uns et des autres (à vrai dire bien souvent les mêmes hommes en ce temps-là) on composerait un vibrant hommage. « Merveilleux engins.., instruments de progrès », lit-on sous la plume des délégués à l’exposition de Vienne173. « Non seulement nous admettons l’outillage mécanique, mais nous en reconnaissons les immenses avantages », déclare l’ébéniste Emile Chausse à Lyon (1878)174. « La machine, c’est le progrès... Nos maîtres les ont, il faut nous en emparer et espérer tout d’elles »175.

  • 176 La Défense des Travailleurs, 29 juin 1884 : article anonyme : « Le Progrès et la Révolution. »
  • 177 1er août 1886 : en manchette : « Importantes expériences. Transmission de la force par l’électricit (...)

75Pour les militants socialistes, fidèles en cela à Marx, la révolution passe nécessairement par l’essor industriel : « La machine est l’arme qui émancipera l’ouvrier », lit-on dans La Défense des Travailleurs de Reims ; « qu’il s’attaque à celui qui s’est accaparé les jouissances de la vie, à celui qui l’a fait machine »176 des machines, mais qu’il ne maudisse jamais la machine elle-même. Et Le Cri du Peuple a des accents lyriques pour célébrer la découverte de Déprez : « c’est l’électricité qui foudroiera la vieille société en éclairant le Monde »177. Cette idéologie baigne dans le grand rêve scientiste tel que l’exprime Berthelot en 1895.

76L’attitude des ouvriers devant la machine — ce « respect de l’outil », déjà, qui en mai-juin 1968, opposera si fortement l’université et l’usine — montre que les travailleurs ne sont plus foncièrement des rebelles, mais des hommes en voie d’intégration au modèle de productivité commun, en définitive, à l’économie bourgeoise et au socialisme « scientifique ». Ainsi se soude, et pour longtemps, l’alliance du mouvement ouvrier et de la croissance économique, qui a pour redoutable corollaire le concept d’une révolution dans l’ordre : idée qui fonde une des grandes controverses contemporaines.

  • 178 Moniteur du Calvados, 10 juillet 1873.
  • 179 Arch. dép. Nord, M 619/3, maire de Roubaix-préf, 13 mai 1880 : « Trois cents carreaux, environ, ont (...)

77La plupart du temps, une fois sortis de l’usine, les ouvriers n’y peuvent plus rentrer. Réduits à exercer leur violence de loin, ils saisissent les pierres du chemin, ou, parfois, celles que, de façon préméditée, ils ont apportées, et brisent les vitres. La statistique des carreaux cassés serait impressionnante : à Lisieux, pourchassant un directeur, les émeutiers détruisent en quelques minutes les carreaux de douze croisées178 ; à Roubaix, dans la seule nuit du 12 au 13 mai 1880, quelque trois cents volent en éclats179. Les fenêtres béantes ouvrent aux façades meurtries des fabriques autant de blessures déchiquetées ; et le crépitement du verre, ses reflets étranges au couchant — car les foules se déchaînent surtout le soir — font comme le feu d’artifice de ces saturnales ouvrières.

  • 180 Sur l’importance de la propriété foncière pour la bourgeoisie du 19e siècle, cf. A. J. Tudesq, 1964 (...)
  • 181 Arch. dép. Nord, M 625/58, pièce 215, préf. Nord.-min. Com, 3 avril 1889.
  • 182 Arch. nat, F 12 4665, préf.-min. Com, 1er juin 1889 (récit général).

78Les usines ne sont pas les seules visées, mais aussi les demeures patronales, autre pôle d’attraction. A cette époque, l’industriel, provincial du moins, bien loin de se dissimuler, se plaît à inscrire sa réussite dans la pierre. Maisons cossues, grilles altières mais ajourées (ostentatoire, la demeure du 19e siècle ne se dérobe pas aux regards, au rebours des folies galantes du 18e, ce temps de la douceur de vivre, perdues dans l’ombre complice d’un jardin à l’anglaise), symbolisent pour une bourgeoisie férue de valeurs mobilières et que hante le modèle aristocratique, l’éclatante consécration de la fortune, la marque de la respectabilité, l’indispensable assise de la notabilité180. Ces « châteaux », dont les silhouettes sans grâce hantent le plat pays industriel, excitent la hargne des ouvriers qui, dans leurs propos incendiaires, les font flamber en même temps que les usines. Souvent situés à l’écart, à la limite de la campagne, ils offrent le but d’expéditions punitives, nocturnes de préférence, qui évoquent la Grand-Peur. A Avesnes-les-Aubert, les tisserands des caves, au reste des semi-ruraux, « tiennent des conciliabules, la nuit, au milieu des champs, loin des témoins, et lorsque le plan est établi, ils sortent tous, le soir, à heure fixe, de leurs demeures, et vont tout briser chez ceux qui ont été désignés comme victimes de ces violences »181. Dans la soirée du 13 mars 1889, aux accents de « La Marseillaise » et de « La Carmagnole », « des vitres furent brisées à coups de pierres dans treize maisons différentes, en l’espace de moins de deux heures »182.

  • 183 L’Indépendant de l’Allier, 9 mai 1890.
  • 184 Arch. nat, F 12 4659, rapport gendarmerie, 13 mars 1889, sur les événements de la nuit.
  • 185 Procès des anarchistes de Vienne.

79Ailleurs, les grévistes brisent les clôtures des propriétés et tentent d’y pénétrer. A Carmaux, en 1869, les mineurs mettent à sac le château du marquis de Solages. Des scènes analogues se déroulent dans la région de Roubaix- Tourcoing en mai 1880 comme en mai 1890. Au soir du 4 mai 1880, un riche industriel, Desurmont, voit son mobilier brisé. Dans la nuit du 6 au 7 mai 1890, deux mille tisseurs cernent la résidence d’un autre fabricant « opulent », un certain Cordonnier, démolissent le pavillon du jardinier et s’avancent, menaçants, vers le perron, au point qu’affolés, les domestiques tirent en l’air183. A Sommedieu, une nuit encore, une centaine de chaisiers, furieux contre leur « despote », Van Weerssen, qui depuis deux mois se refuse à toute négociation, pénètrent par effraction dans le parc et tentent de fracturer la porte de la maison, quand la gendarmerie survient184. A Vienne, le 1er mai 1890, les manifestants projetaient, semble-t-il, de s’attaquer à la maison de campagne de Brocard185. La grève prend alors des allures de jacquerie, de révolte antiseigneuriale.

80A quelle impulsion, à quelle représentation, les ouvriers obéissent-ils en assaillant ces demeures ? Peut-être, justement au vieux modèle féodal, que révèle l’emploi constant du terme si plein de réminiscences de « château » : les capitalistes ne sont-ils pas les « nouveaux seigneurs » qui maintiennent les travailleurs dans le « servage » ; le thème de la « nouvelle féodalité industrielle » festonne les discours de meeting. D’autre part, principal signe extérieur d’une richesse qui se démasque, ces « palais » portent le témoignage insultant du profit :

  • 186 Arch. dép. Nord, M 625/57, pièce 120, La Marseillaise anarchiste, imprimée à Bruxelles, 1888.

Sus aux tyrans ! Sus aux voleurs !
Ces palais faits de nos sueurs
Et de notre sang, qu’ils les rendent !186

  • 187 Il faut citer ici les remarques de E. Canetti, 1966, p. 17 : « Le bris de vitre est une ‘ agression (...)

81Ils sont, enfin, le tabernacle du dieu ; en les violant, sacrilège suprême, les ouvriers espèrent obscurément atteindre un patron qui se dérobe, et, déchirant le voile, le contraindre au face à face. Tels les femmes de la halle à Versailles, en octobre 1789, qui exigeaient la présence de leurs souverains, ils veulent voir leurs maîtres. Le besoin de relation, la soif de communication, priment et précèdent la fureur homicide187.

  • 188 Arch. nat, F 12 4663 ; Tixier emploie 130 ouvriers.
  • 189 Arch. dép. Maine-et-Loire, 71 M 1, pièce 174, com. spéc. pol, 23 janvier 1886. Il ajoute : « Derniè (...)
  • 190 Arch. nat, F 12 4663, rapport préf. pol, 10 février 1887, et Le Cri du Peuple.
  • 191 Arch. dép. Loire, 92 M 18, pièce 128, préf.-min, 24 mai 1883.

82Celle-ci demeure délicate à jauger, à démêler de l’inflation verbale. Dans les faits, les violences physiques contre les patrons ont été réduites. A plusieurs reprises, des chefs d’entreprise sont poursuivis, assiégés, assaillis de pierres, des contremaîtres molestés. On ajoutera encore quelques exemples à ceux déjà cités. Attaqué par trois ouvriers, tel patron menuisier est sérieusement mis à mal188 ; à Trélazé, « les ouvriers sans travail insultent les chefs de chantier ; ils leur jettent des pierres »189. Chez Lecerf et Sarda, grosse fabrique d’équipement militaire de la capitale, un sellier, Turgis, donne un coup de couteau dans le ventre du contremaître, se constitue prisonnier et déclare au commissaire : « Je regrette de ne pas l’avoir tué, car si par hasard il en revient, il recommencera ses injustices »190. Fournier soutient, de même, à ses juges qu’en visant Bréchard, il a voulu se venger, et venger ses frères de misère, « sur celui qui, d’après lui, serait la cause de la grève générale et l’obstacle à la reprise du travail »191.

83Pourtant, les blessures graves sont exceptionnelles ; elles atteignent la plupart du temps des cadres subalternes, ces agents d’exécution détestés, au vrai les seuls en contact direct, corporel, avec les travailleurs. Car la distance joue ici un rôle discriminatoire évident. L’attentat de Fournier est un acte individuel, désavoué par les organisations syndicales. Le meurtre de Watrin, sa défenestration tragique dans l’Aveyron sauvage, reste un cas singulier qui a frappé de stupeur les acteurs du drame, dont les témoins ont dit le mutisme atterré et la fuite craintive. Son retentissement extraordinaire revêt, d’ailleurs, une signification ambiguë. Il souligne le caractère insolite de l’événement (banal, on l’ignorerait : toute mort célébrée est une mort solitaire), en même temps qu’il fait jaillir les réserves de violence et de haine enfouies dans la classe ouvrière. L’ « exécution » de Watrin, véritable choc psychologique, suscite un grand élan admiratif dont la réussite hors pair de la souscription du Cri du Peuple donne la mesure. Les mineurs de Decazeville se profilent comme d’exemplaires « justiciers » (selon la formule du Cri), des héros qui ont osé transgresser le grand interdit. Le corps de Watrin retombant inerte, mou déjà, sur la foule, c’est le patronat désacralisé. L’ampleur du frémissement que provoque une telle vision révèle à la fois la puissance obsédante d’un rêve et la force de son refoulement. Mais si l’affaire Watrin a enrichi la gamme des agonies promises aux patrons d’une tonalité nouvelle et accru le vocabulaire de la menace d’un néologisme (watriner se conjugue désormais, et pour plusieurs années : combien ? Je ne sais), elle n’a jamais eu de réplique effective.

4°) Limites de la violence gréviste

  • 192 Procès des anarchistes de Vienne, p. 59.

84Il est d’ailleurs difficile de savoir quel est le rôle respectif de la répression et de l’autocensure dans cette restriction de la violence physique. L’obstacle des forces de l’ordre exerce une contrainte qui oblige les ouvriers à se contenter, à défaut de l’objectif désiré mais inaccessible, d’un autre, secondaire mais plus proche. Faute de pouvoir toucher les patrons, ils attaquent leurs demeures ; faute d’atteindre celles-ci, perdues dans l’anonymat des grandes villes, ils s’en prennent à l’usine ; et empêchés de l’envahir, ils lui jettent des pierres. Le bris de vitre, dégât majeur des grèves, blessure fracassante, mais superficielle, s’il assouvit le plaisir de la vengeance, est aussi la marque d’une rage impuissante et quelque peu puérile, le signe d’une distance imposée, et mal acceptée. La cible des violences n’est souvent qu’un objet de substitution. Evoquant le partage du drap, chez Brocard, à Vienne, Martin le Bossu déclare : « Il semblait qu’on coupait, qu’on s’arrachait, qu’on déchirait du Brocard »192. On ne saurait mieux décrire le passage au meurtre rituel. Sans frein, les ouvriers eussent peut-être avancé plus loin dans l’assouvissement de leur désir de meurtre qu’atteste avec force le vocabulaire. Car la modestie de la violence réelle contraste avec l’âpreté de la violence parlée.

  • 193 Cf. P. Lafargue à Engels, 8 août, Correspondance, t. II, p. 167 : « Ce qui se passe à Paris, et un (...)
  • 194 Cf. cependant Arch. nat, F 12 4665 et Arch. dép. Nord, M 625/58, pièce 69, récit des troubles de Ne (...)
  • 195 Suite du texte cité ci-dessus, n. 193.

85En fin de compte, la violence gréviste a d’étroites limites. D’abord dans son champ, presque exclusivement antipatronal. Cantonnée au périmètre des usines, elle dégénère rarement en émeutes de la rue. En vingt ans, on ne peut guère citer qu’une demi-douzaine de barricades. Paris n’en vit qu’une, le 8 août 1888, jour de l’enterrement d’Eudes durant la grève des terrassiers, où tant de socialistes ont cru sentir le réveil de la capitale assoupie193. Les cinq autres sont imputables aux tisseurs de la France septentrionale : à Saint-Quentin en 1886 et 1889, à Amiens en 1888, à Pérenchies et Neuvilly (Nord) en 1889 Furieux de ne pouvoir pénétrer dans les fabriques, les ouvriers dépavent les rues, abattent des arbres, ou renversent un camion pour se protéger des gendarmes. Des heurts très durs ont lieu : jets de pierre d’un côté, de l’autre charges de baïonnettes, et coups de feu tirés en l’air, mais qui ne laissent pas d’être inquiétants. A maintes autres occasions — à Anzin en 1872, 1878, 1884, à Reims en 1880 et 1881, au Cateau, à Bessèges en 1882, à Fougères, etc. — les manifestants, au lieu de se disperser, comme à l’accoutumée, affrontent les forces de l’ordre avec une évidente volonté de résistance. La lutte, alors, change d’objet, s’amplifie ; elle s’adresse aux « cognes », à travers eux au préfet, à tout l’appareil d’Etat, soudain démystifié. Mais cet affrontement demeure fugitif, né des circonstances, ordinairement non prémédité194, plus frondeur que vraiment rebelle, encore moins insurgé. « La foule est plus tapageuse que belliqueuse », note Paul Lafargue au soir de l’enterrement d’Emile Eudes ; « elle casse des vitres, fait un peu le coup de poing avec les agents, mais prend la fuite dès que le sabre-baïonnette sort du fourreau. La foule n’a pas d’armes... »195

  • 196 Moniteur du Calvados, 10 juillet 1873.
  • 197 24 août 1888.
  • 198 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 60 M 61, s.-préf.-préf., 28 janvier 1890 : « le 9 septembre, on dut req (...)
  • 199 Le Combat, 5 mai 1890.
  • 200 Procès des anarchistes de Vienne, p. 26. Le maréchal des logis confirme : « Ils étaient très surexc (...)

86Il arrive même qu’au milieu des effervescences les plus vives, les grévistes tiennent à ménager les forces de l’ordre. A Lisieux, en deux jours d’émeute où pourtant des bâtiments publics ont été détériorés, « la gendarmerie n’a été ni insultée ni menacée »196. A Trélys, en 1888, les mineurs acclament un lieutenant de gendarmerie qui, au vrai, a refusé de charger les manifestants comme le voulait le directeur de la compagnie : « Au retour des mineurs... une foule composée de femmes et d’enfants, qu’on pouvait évaluer à 1 000 ou 1 200, n’a cessé de faire des ovations à ce sympathique officier », rapporte L’Union des Travailleurs, organe socialiste du Gard, qui commente : « Nous désirerions que notre armée en compte beaucoup comme lui dans ses rangs »197. A Fougères, les ouvriers en chaussures, déchaînés contre les usines Houssaye et Rollin-Morel, « ont manifesté publiquement leur sympathie pour la gendarmerie »198. En mai 1890, on entend des tisseurs de Roubaix crier « vive l’armée ! »199. Tandis qu’à Vienne, les anarchistes eux-mêmes évitent de s’en prendre à la gendarmerie : « Ce n’est point à vous que nous avons à faire », leur dit Martin ; « laissez-nous tranquilles ; vous ne nous empêcherez pas de passer pour aller chez les patrons »200. Les patrons : le grand, sinon l’unique, objet de leur ressentiment.

87Cette retenue, toute relative et nullement généralisable, traduit l’espoir républicain qui anime les ouvriers à cette époque. Elle reflète la croyance dans le pouvoir médiateur d’un Etat non encore perçu comme un organe de classe et que le discours gréviste ménage singulièrement : nous verrons la timidité de l’invective politique. De surcroît, l’épisode boulangiste, fond de tableau des incidents qu’on vient de citer, a brouillé les cartes en ce qui concerne l’armée ; les ouvriers ont pu, un bref instant, nourrir l’illusion d’une alliance fraternelle anticapitaliste. Le cruel réveil de Fourmies a sans doute déchiré le voile et contribué à convertir l’électorat ouvrier au socialisme.

  • 201 Cf. R. Mousnier, 1967 ; et les remarques de R. Mandrou, 1969.
  • 202 Cf. ci-dessus, p. 572.
  • 203 Arch. dép. Nord, M 625/58, pièce 215, préf.-min, 3 avril 1889.

88Réduite en son rayon d’action, la violence gréviste modère également ses gestes : un ingénieur tué, quelques milliers de carreaux cassés, constituent, pour vingt ans, un bilan de dégâts assez mince. L’impression domine d’une violence contenue, calculée plus que déchaînée, non plus force sauvage et aveugle, mais apprivoisée et canalisée, moyen de pression plus que torrent fougueux. Aux « fureurs paysannes » d’antan, pur déferlement de force physique201, on comparera la colère froide des tisserands semi-ruraux d’Avesnes les-Aubert, réfléchie, pesée, quasi planifiée202 et haussée au niveau de grand dessein par une conscience de conjoncture dont l’excès, il est vrai, confine aux troubles espérances messianiques. Ces gens n’affirment-ils pas « que ces procédés seront employés cette année sur toute l’étendue du territoire, que l’Exposition universelle leur fournira l’occasion de s’organiser, de se compter et d’agir avec un ensemble et un imprévu qui déjoueront la résistance »203 ?

89On est naturellement conduit à s’interroger sur la signification d’un tel constat : accident de parcours, pause en quelque sorte conjoncturelle, répit historique qu’assurément la Commune et ses lendemains pourraient expliquer ? ou, plus largement, moment d’une évolution : celle de la domestication, de l’intégration du prolétariat dans l’ordre industriel triomphant ? Sans doute, en admettant même que la question ait un sens, cette étude est trop fragmentaire, trop parcellaire pour y répondre. Il faudrait les horizons plus vastes du long terme, et d’autres prises de vue sur le comportement quotidien des classes ouvrières dans la cité, et sur ces symptômes que sont le vol, le crime, le viol, la rixe, le vagabondage.

  • 204 Ch. Tilly, 1968, 1970.

90Cependant, d’autres travaux tendent à montrer qu’en cette fin du 19e siècle, les « classes dangereuses » se rangent et que les villes françaises connaissent un certain apaisement. C’est ce qui ressort, notamment, des recherches en cours de Charles Tilly et de son équipe, dont l’auteur a bien voulu me communiquer les premiers et déjà amples résultats et dont il faut espérer une prompte publication204. La violence urbaine tend à décroître, à devenir moins diffuse, et plus spécifique.

91Pourquoi en est-il ainsi ? Les remarques qui suivent n’ont pas la prétention d’être de nouvelles « réflexions sur la violence » pour l’instant prématurées ! Disons ce qui nous frappe. D’abord, la puissance de répression de l’Etat bourgeois, le seul à avoir rendu acceptables la police et l’armée en les instituant services nationaux, au nom de l’ordre public, défini essentiellement par le calme de la rue. Ensuite, et surtout, la force de régulation de la civilisation industrielle capable d’assujettir à ses fins, aux « nécessités de la production », tous les instincts, y compris celui du plaisir. On ne peut que souscrire ici aux analyses freudiennes et les appliquer à la violence prolétarienne en pays développé.

  • 205 Arch. dép. Aveyron, dossier judicaire de l’affaire Watrin, pièce 121, déposition de Carrié, 29 janv (...)
  • 206 Arch. dép. Loire, 92 M 19, pièce 135, préf.-min, 24 mars 1882.
  • 207 Ibid., pièce 137, préf.-min, 26 mars; Epinat est blâmé par l’ensemble des populations ouvrières, se (...)
  • 208 Arch. préf. pol, B A 170, pièce 174, com. pol. Pantin, 4 juin 1888.
  • 209 Le Cri du Travailleur, 11 mai 1890.

92Dans cette perspective, le syndicalisme (et le socialisme) ne sont-ils pas, en même temps que des moyens de défense des intérêts ouvriers, des instruments d’adaptation à la société industrielle ? A l’époque décrite, l’attitude des syndicats devant la violence est dépourvue d’ambiguïté : elle naît en dehors d’eux et ils la condamnent. A Decazeville, Blanc et Carrié, responsables du syndicat, ont tout fait pour protéger Watrin : « Mon autorité de délégué a été méconnue », déclare le dernier, « à tel point que certains disaient si je n’étais pas aussi canaille que les autres »205. Après l’attentat manqué du jeune Fournier, à Roanne, « quatorze des anciens délégués, parmi lesquels Epinat, Bouquin et Delorme, les trois plus influents, se sont rendus au commissariat de police pour protester énergiquement contre l’acte de Fournier, qui est un acte tout personnel et non le résultat d’une entente criminelle »206. Lorsqu’à la réunion publique du 26 mars 1882, un quart des assistants (sur 2 500 environ) proclament Fournier président d’honneur, Epinat donne sa démission207. A Paris, en 1888, la chambre des verriers ne cesse de rechercher la médiation et blâme les scènes de brutalité qui marquent la reprise du travail208. En mai 1890, à Roubaix, « Carrette et Lepers déclarent que cette »209 grève soudaine, irréfléchie, les attriste et qu’ils sont débordés.

  • 210 Arch. dép. Loire, 92 M 19, pièce 26, com. pol. Roanne-s.-préf, 8 février.
  • 211 Arch. nat, F 12 4662, préf.-min, 29 juin 1886, compte rendu de la réunion du 28 juin à la Boule d’O (...)
  • 212 Arch. préf. pol, B A 169, pièce 181, 9 octobre 1886.

93Très généralement, les syndicats s’efforcent de prévenir les désordres. A Roanne, la chambre syndicale prend en main la police de la grève ; des commissaires pour chaque quartier sont nommés et chargés de veiller au maintien de l’ordre ; « Nous n’admettrons jamais les rassemblements dans les rues pas plus que les paroles grossières envers les fabricants... ou les membres de l’administration »210 A Lyon, en juin 1886, le comité de grève dissuade les verriers d’attaquer les usines comme ils en expriment l’intention après la venue »211 des « jaunes. « Pas de violences » : telle est la consigne des syndicats de mineurs dans le Nord - Pas-de-Calais comme dans la Loire : l’action d’hommes comme Rondet, Lamendin ou Basly, a été fort pacifiante. Le changement d’attitude du dernier, notamment, après son élection à la députation, surprend. Quelle différence entre le jeune et ardent « meneur » de 1884 et « Monsieur » Basly, qui, en 1886, conjure les mineurs de Decazeville de rengainer le drapeau rouge et les métallurgistes de Vierzon de rester calmes au point que le correspondant du Temps, d’Harcourt, écrit : « M. Basly surtout a exercé une influence des plus heureuses sur la population ouvrière par son attitude et son langage des plus sages. Dans la réunion d’hier, salle Boulard, se séparant des exaltés, il s’est efforcé de faire réfléchir les grévistes sur l’issue probable de la grève »212. Il semble que les « gérants » syndicaux aient joué ici leur rôle propre ; ils se trouvent à maintes reprises en contradiction avec la masse des ouvriers que traversent de grands éclairs de meurtre et d’incendie.

94Refluée du geste, la violence s’étale dans le discours. Peut-être l’insurrection du verbe n’est-elle que le masque trompeur de la soumission des hommes.

Notes

1 Les récits de participants sont rares, surtout pour des manifestations aussi humbles que celles des grévistes. Les témoignages sur les manifestations politiques sont plus fréquents : voir, par exemple, tout ce qu’apportent les pages de L’Insurgé de Vallès sur l’enterrement de Victor Noir, ou la journée du 31 octobre 1870.

2 E. Canetti, 1966, p. 27 : « Au sein de la masse règne l’égalité. Elle est absolue et indiscutable et n’est jamais mise en question par la masse elle-même. Elle est d’une importance si fondamentale que l’on pourrait carrément définir l’état de la masse comme un état d’égalité absolue. »

3 G. Lefebvre, 1954.

4 G. Rudé, 1967.

5 A signaler : Langages, VI, 10, 1968 : étude consacrée aux « pratiques et langages gestuels ».

6 Elise ou la vraie vie, Paris, 1967. Le cadre est une grande usine de la région pari sienne, durant la guerre d’Algérie.

7 Le Cri du Peuple, 23 mai 1888, « L’ouvrier fondeur » : description d’une fonderie à Belleville : « l’été, surtout, le spectacle de la sortie est bien curieux... Il faut voir cette échappée de centaines d’hommes, lâchés tout à coup, à la rue, à l’air libre, après douze heures de réclusion. »

8 Arch. préf. pol., B A 174, pièce 445, rapport de police, 6 mars 1876.

9 Arch. dép. Nord, M 626/17, pièce 583, com. Pol. Valenciennes, 26 février 1884.

10 Arch. préf. pol., B A 186; L’Ordre, 21 juin 1878.

11 Arch. préf. pol., B A 168, pièce 37, rapport de police, 21 septembre 1880.

12 lbid., B A 170, pièce 36, rapport de police, 14 mai 1890.

13 Arch. dép. Orne, M, Grèves 1880, les tisseurs de Fiers vont au hameau de La Fauquerie ou à celui de La Corbillière ; Arch. dép. Rhone, M. Grèves, rapport de police, 22 novembre 1873.

14 Arch. nat., F 12 4665, préf. Rhône (Jules Cambon)-min Com. 11 mai 1889.

15 Le Temps, 8 mai 1880.

16 Le Cri du Peuple, mars 1887.

17 Le Combat, 31 mats 1890 : « ce qui ajoute à la bizarrerie de cette grève féminine, c’est qu’elle est des plus gaies ». Le journal parle encore de « ces joyeuses grévistes ».

18 Le Gaulois, 20 mai 1880.

19 Arch. dép. Loire, 92 M 16, pièce 3.

20 Ibid.

21 Arch. nat., F 12 4656, dépêche du correspondant du Journal des Débats du 8 mars 1886.

22 Le Petit Provençal, 12 avril 1883 : « tout cela avec un calme parfait, digne des plus grands éloges », ajoute le journal.

23 La Défense des Travailleurs, de Saint-Quentin, 4 mai 1890.

24 Récit tiré de La Défense des Travailleurs de Saint-Quentin, 11 mai 1890. Mais il en est bien d’autres. A Narbonne, punch « monstre » dans le local de la chambrée (Le Combat, 5 mai) ; à Troyes, lanternes vénitiennes rouges au faubourg Saint-Savinien, illuminations à Montluçon ; à Roanne, « dans la plupart des usines de tissage mécanique on fait circuler des listes d’adhésion... et chaque souscripteur est tenu de verser 2 F afin de pouvoir participer au banquet et au bal qui auront lieu », selon Arch. dép. Loire, 10 M 87, pièce 104. A Paris, les ouvriers vont dans les bois : « la manifestation se présente sous un aspect champêtre ; c’est une manifestation printanière », selon Le Petit Parisien, 3 mai ; ou encore ils se risquent dans les beaux quartiers, jusqu’aux Champs-Elysées où ils font scandale : « d’aucuns même, par rigolade, se laissent choir avec de grands gestes et des esclaffements auprès des plus irréprochables élégantes » et « des femmes très soyeuses », écrit Le Figaro, 3 mai, somme toute content de s’en être tiré à si bon compte.

25 Canetti a remarquablement analysé la mutation des masses sous l’influence des organisations, 1966, p. 18 et 39 notamment.

26 Lettre à D’Alembert, cité par Starobinski, La transparence et l’obstacle, p. 117. Il faudrait citer l’ensemble de ce texte admirable tant il a d’applications dans les mouvements populaires : « Plantez au milieu d’une place un piquet couronné de fleurs, rassemblez-y le peuple, et vous aurez une fête. Faites mieux encore : donnez les spectateurs en spectacle ; rendez-les auteurs eux-mêmes ; faites que chacun se voie et s’aime dans les autres, afin que tous en soient mieux unis ».

27 Canetti, 1966, p. 56 et sq. : analyse de la grève comme « masse de refus ».

28 On sait à quelles tractations a donné lieu la manifestation du 13 mai 1968 et quelles concessions aux luttes étudiantes représenta la substitution d’un itinéraire République-Denfert au classique parcours République-Bastille.

29 Cf. seconde partie.

30 A Decazeville, à Vierzon, en 1886, à un certain stade de la grève, les manifestations sont quotidiennes. Le matériel examiné ici est de l’ordre du millier de faits, la plupart du temps signalés brièvement.

31 Arch. nat., F 12 4653, préf.-min., 16 septembre 1875.

32 Ibid., F 12 4664, rapport gendarmerie, 17 juin 1887.

33 Ibid., F 12 4656, s.-préf.-préf., 12 août 1884.

34 Ibid., F 12 4654, rapport gendarmerie, 9 juin 1877.

35 Ibid., F 12 4662, préf. Rhône-min., 8 mai 1886.

36 La Gazette des Tribunaux, 22 janvier 1874.

37 Arch. dép. Nord, M 625/57, pièce 143, 12 août 1888.

38 Les gauchistes de Mai l’avaient bien compris, dont l’une des tactiques était : « provocation, répression, solidarité ».

39 Arch. nat., F 12 4662, télégramme préf.-min., 2 juillet 1885 : ils arrivent par diverses voies publiques, vers quinze heures, « inopinément » ; ils entrent chez divers fabricants et « exposent leurs revendications avec violence de langage ». Ils sont las des lenteurs de la commission mixte dont les travaux traînent depuis des mois.

40 Arch. nat., F 12 4665, préf. Nord.-min., 1er juin 1889.

41 Cf. ci-dessus, troisième partie. Exemple encore : Arch. dép. Nord, M 626/ 8 : à Lourches, lundi 28 avril 1879, quatre heures du matin : un millier de grévistes sont réunis au point central du village, devant l’église, criant : « A bas l’ingénieur ! ».

42 Arch. dép. Loire, 92 M 30, pièce 29, s.-préf.-préf„ 9 mai 1889.

43 Arch. nat., F 12 4665, préf.-min., 13 mai 1889.

44 Sur l’importance des conversations quotidiennes, de la voie orale dans les mouvements révolutionnaires, cf. G. Lefebvre, 1954, p. 279.

45 Exemple : Arch. dép. Nord, M 626/14, pièce 321, rassemblement devant le palais de justice de Valenciennes où sont jugés huit prévenus, le 9 avril 1884 ; les jeunes galibots surtout sont venus.

46 Le Moniteur du Calvados, 10 juillet 1873.

47 Arch. dép. Nord, M 619/3, maire de Roubaix au préfet, 13 mai.

48 Arch. dép. Nord, M 626/13, pièce 74, préf.-min., 5 avril 1884.

49 Arch. dép. Cher, M 23, rapport gendarmerie, 1er novembre 1886.

50 De 2 à 6 000 personnes, le 20 novembre, pour la citoyenne Toussat surnommée la « Louise Michel de Vierzon », de 4 à 12 000 pour Baudin, le populaire porcelainier, conseiller municipal blanquiste ; 300 seulement pour le jeune Alfred Janvier, dix-huit ans, que ses camarades, presque tous jeunes gens de douze à seize ans, coiffent d’un bonnet phrygien. Le récit de ces diverses manifestations se trouve dans Arch. dép. Cher, M 23.

51 Arch. dép. Nord, M 626/17, pièce 675.

52 Arch. dép. Nord, M 626/14, pièce 165, com. pol. Anzin, 14 avril 1884.

53 Arch. dép. Nord, M 154/61, pièce 170, com. pol. Roubaix, 20 mars 1882 : un char est organisé par un groupe de l’estaminet Catrice (militant socialiste) sur le thème du « Krach de l’Union Générale ou la Banque des Cléricaux » ; le caissier est habillé en curé et assisté d’une religieuse. C’est le premier exemple que j’ai rencontré. Toutes les autres villes le suivront peu à peu : à Lille, pour la première fois en 1887, char garni de rouge et chant, « le bien-être des travailleurs » : cf. L’Avenir du Travail leur, 27 février 1887. Un vieil ouvrier, mort dans les années 1960 concierge à Paris, passé du guesdisme au communisme, me racontait son enfance de tisseur à Roubaix vers 1890, et la joie de ces carnavals, où, sous le couvert du masque, les ouvriers pouvaient railler les patrons sans crainte d’être inquiétés.

54 La Défense des Travailleurs, 7 septembre 1884.

55 Arch. dép. Tarn, IV M2 70, com. pol. Graulhet, 15 juillet 1889 : Ils « voulaient donner ainsi à comprendre aux habitants que les ouvriers ont plein pouvoir de faire tout ce qu’ils veulent ».

56 L’enterrement est souvent le point de départ de la grève, chez les mineurs, au lendemain d’accidents. Durant la longue coalition de Decazeville, les enterrements sont des événements : ainsi les 7 et 8 mai 1886, plusieurs centaines de personnes à des obsèques civiles, jusque-là fort rares, avec délégations venues de tout le bassin (cf. Arch. préf. pol., B A 187). A Cours, le 6 août 1889, huit cents personnes suivent le corbillard d’un gréviste décédé. Chez les mineurs, les discours prononcés sont généralement prétexte à attaquer les compagnies : ainsi, Leprêtre à Anzin, en mars 1883 (Arch. dép. Nord, M 626/1, pièce 3), Lefebvre à Dorignies le 23 octobre 1888 (M 626/18) etc.

57 Le 10 août 1888 : il y aurait eu un commencement de barricade boulevard de Charonne. Le récit de la police, Arch. préf. pol., B A 184, pièce 1040, fait état aussi de nombreux incidents : « la voie publique était jonchée de cailloux, de pavés, de tables, de chaises, d’asphalte, etc. ; cf. aussi B A 183, pièce 993. Et la correspondance Engels-Lafargue, Paul Lafargue à Engels, lettre écrite au soir de la manifestation, t. II, p. 165 et sq. : « On crut réellement à une journée révolutionnaire », écrit-il.

58 Arch. dép. Rhône, M, Grève 1890, rapport com. spéc., 22 août 1889.

59 Le Cri du Peuple, 12 mai 1888 : description des divers groupes de verriers arrivant à Aubervilliers pour leur meeting : « la plupart ont eu un long trajet à faire... Ils arrivent en corps, massés par quatre rangs ; ils chantent en chœur des chansons populaires et marchent au pas accéléré quasi militaire ».

60 Arch. préf. pol., B A 186, pièce 468, correspondant du Temps, 21 mars 1886.

61 Le Temps, 12 mai 1880.

62 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1890, rapport com. spéc. 22 août 1889 : « avisant un homme d’une cinquantaine d’années, qui marchait sur le flanc de la colonne semblant la diriger, je l’ai invité à la faire disperser. Cet homme qui m’a dit se nommer Pin, Ferdinand, tisseur à Chauffailes, m’a aussitôt obéi, protestant de ses bonnes intentions ».

63 A Cours, elles sont là « tenant leurs enfants sur les bras ou pat la main », Arch. nat., F 12 4653 ; à Fives-Lille, « cent cinquante femmes suivent avec des enfants sur les bras », Arch. nat., F 12 4661.

64 Le Moniteur du Calvados, 10 juillet 1873.

65 Arch. nat., F 12 4665, préf. Rhône-min., 13 mai 1889.

66 Arch. dép. Cher, M 16, com. pol.-préf., 17 février 1887.

67 Arch. nat., F 12 4656, s.-préf.-préf., 12 août 1884 : F. Lequeux, 39 ans.

68 Arch. préf. pol., B A 169, diverses pièces.

69 66 706 habitants en 1866 ; 95 000 au moins en 1880.

70 Le Temps, 25 mai 1880 ; l’article insiste sur l’innovation, la concentration (300 fabricants en 1860 et une centaine seulement en 1880), le brassage de la population.

71 Sur les effectifs des manifestations durant les journées révolutionnaires, on peut consulter G. Rudé, 1967.

72 Atch. dép. Nord, M 619/3.

73 J’en ai rencontré deux autres où le silence fait partie de la démonstration : deux manifestations féminines : cigarières de Bordeaux, en avril 1889, tisseuses de Notre Dame-de-Bondeville en juin.

74 Arch. nat., F 12 4664.

75 L’Indépendant de l’Allier, 3 mai 1890.

76 Arch. nat., F 12 4656.

77 Arch. dép. Nord, M 619/4.

78 L’Indépendant de l’Allier, 3 mai 1890.

79 Arch. nat., F 12 4665, préf. Rhône-min., 11 mai 1889.

80 L’Indépendant de l’Allier, 1er mai 1890.

81 « Chant du Départ », « La Sociale », « Chanson des huit heures », « Chanson du Drapeau Rouge »...

82 H. Leyret, 1895, p. 96 : « C’était à qui dirait les chants les plus violents, scandés, par moment, du refrain de “ La Carmagnole ”... Cela dura de dix heures du soir à six heures du matin : pas une seule fois “ La Marseillaise ” ne fut demandée, personne ne songea à la chanter ! »

83 Dans une brochure sur La Grève générale, Paris, Imprimerie Nouvelle, 1901, on lit, p. 16 : « Par ce dernier système, on fait pénétrer partout les idées émancipatrices. On chante à l’atelier, en famille, dans toutes les réunions. » Les rubriques chansons et poèmes tiennent, dans les journaux ouvriers, une place indispensable, riche matière pour l’analyse, qui, à travers les clichés et les redondances, livre toute une vision du monde. J.-B. Clément, E. Pottier, J. Jouy surtout (dans Le Cri du Peuple), sont, à cette époque, les grands chansonniers du mouvement ouvrier. Il n’est pas une grande grève qu’ils n’aient célébrée.

84 1963, p. 121. « C’est donc ce chant qui entraînait les mineurs et, une nuit, une foule d’ouvriers, de femmes et d’enfants se porta sur le château dans l’intention d’exécuter le troisième couplet ».

85 Arch. dép. Tatn, IV M2 68, pièce 26 : feuillet imprimé à Albi, Pezous.

86 Ibid., pièce 7.

87 Arch. dép. Gard, 14 M 447, air « Rallions-nous ». Signé : Fréto.

88 Arch. dép. Nord, M 626/14, pièce 525, com. pol., 20 mars 1884 ; un rassemblement de 300 mineurs environ au coron Chabaud-Latour entonne « La chanson des Mineurs » au passage des non-grévistes.

89 Exception faite de cinq couplets, sur l’air du « Curé de Pomponne » dus à un certain Léon Noël, aiguiseur, montée Rey, « enfant naturel », selon sa fiche de police, toujours attentive à ce genre de renseignement, chanson concernant les fabricants et les ouvriers de la Maison de soieries Barrai et Gacogne, gros « faiseurs de pauvres » de la place lyonnaise. Cf. Arch. nat., F 12 4662, feuillet imprimé, La grève des tisseurs, 1884.

90 La Défense des Travailleurs, 7 septembre 1884.

91 Arch. dép. Marne, 194 M 12, s.-préf.-préf., 29 cctobre 1885.

92 Arch. dép. Tarn, IV M2 69, pièce 279, rapport gendarmerie, 16 juin 1887.

93 Arch. dép. Nord, M 619/3, pièce 258. On trouve dans cette liasse de nombreux témoignages de la popularité de cette chanson.

94 Nos documents nous signalent d’autres chansons de grève inventées, malheureuse ment sans nous donner les textes : ainsi, à Hazebrouck, en mai 1885, une troupe de 500 hommes, femmes et enfants » « chante une chanson improvisée, en flamand, sur la grève » (Arch. nat., F 12 4661, rapport gendarmerie, 27 mai 1885) ; à Boussières, les tisseurs de laine de chez Cattelain-Motte manifestent pendant une heure aux accents de « couplets locaux contenant des menaces contre les patrons » (Arch. nat., F 12 4661) et de même en 1888 (Arch. dép. Nord, M 625/57, pièce 85). En 1887, les chants entonnés devant la fabrique de porcelaine Pillivuyt, à Mehun, « sont de la composition des gré vistes » (Arch. dép. Cher, M 16).

95 Arch. dép. Nord, M 625/57, pièce 85, s.-préf.-préf., 27 août 1888 : les tisseurs de lin d’Hazebrouck, outre « La Marseillaise » et « Le chant du Départ », des chants locaux et des refrains populaires et patriotiques divers, chantent « La Revue ». Les terrassiers de Saint-Souplet (Nord), le 18 février 1889, vers midi, « se sont réunis,... ont placé une ceinture rouge à l’extrémité d’un bâton et traversé la commune en chantant des chansons boulangistes et “ La Marseillaise ” » (Arch. nat., F 12 4665, rapport gendarmerie, 19 février 1889). Le 16 mars, les tisserands d’Halluin « comme toujours, se sont mis à parcourir les rues de la ville, en chantant quelques refrains à la Boulange » (Le Progrès du Nord, 17 mars 1889).

96 Selon Robert, c’est l’équivalent de « sortez-le ».

97 Arch. dép. Maine-et-Loire, 71 M 1.

98 Arch. dép. Nord, M 625/53, pièce 84, rapport gendarmerie, 31 décembre 1883, qui signale aussi « La Marseillaise » et « des chants d’insulte et de menace contre les patrons » ; cf. aussi Le Cri du Peuple, 3 et 4 janvier 1884.

99 Arch. nat., F 12 4661, rapport gendarmerie, 2 juin 1886.

100 Arch. dép. Nord, M 626/12, préf.-min., 15 décembre 1883. Ces slogans sont entremêlés de « Marseillaise ».

101 Une exception, déjà citée : les mégissiers de Graulhet qui, dans leur défilé du 14 Juillet 1889, conspuent Ferry.

102 Arch. dép. Nord, M 619/3 : à Wattrelos, les ouvriers crient « à bas la Calotte » en passant devant la maison du maire, réputé clérical.

103 Arch. dép. Loire, 92 M 23, pièce 83, maire du Villars au préfet, 1er août 1888 : « J’ai demandé le vote immédiat de la cessation de la grève et l’ai obtenu aux cris répétés de Vive la République. »

104 Citons : tisseurs de Reims, 1880, de Fourmies, 1886, mineurs de Decazeville, métallurgistes de Vierzon, 1886... Sur l’expression la sociale, cf. J. Dubois, 1962, p. 125.

105 De même chez les tailleurs de Paris (1885), verriers de Lyon (1886), métallurgistes de Vierzon (1886), mineurs de Decazeville, chaisiers de Lyon (1887).

106 Arch. dép. Marne, 194 M 12, s.-préf.-préf., 29 octobre 1885.

107 Le Cri du Peuple, 9 octobre 1886, dit qu’une centaine de tisseurs de Beauvois (Nord) se sont rassemblés dans les champs aux cris de vive le socialisme.

108 Comme les tailleurs anarchistes du groupe « La Panthère », au Père La Chaise, le 24 mai 1885.

109 Arch. préf. pol., B A 184, pièce 1040 : « Le cortège était précédé par tous les grévistes qui marchaient en silence. De nombreuses députations agitaient des drapeaux rouges chaque fois que l’on criait : Vive la Commune ! Vive la révolution sociale. »

110 Les mégissiers de Graulhets les sortent pour leur cortège de grève du 14 juillet.

111 Sur le drapeau rouge, cf. les travaux de M. Dommanget; sur le mot « rouge », cf. J. Dubois, 1962, p. 121-122 ; cf. aussi A. Decouflé, 1969, p. 61 et sq.

112 Arch. dép. Nord, M 619/3, rapport de police, 5 juin 1880, sur un cortège de 10 000 grévistes qui par ailleurs chantent « La Marseillaise », « mouchoirs rouges », encore, à Reims et Fives-Lille, en 1885.

113 Arch. dép. Nord, M 625/56, pièce 89, com. pol.-préf. Nord, 11 juin 1887 : les tisseurs de chez Dulac traversent Armentières en chantant « La Marseillaise », criant « Vive la Révolution ». « L’un d’eux a mis une ceinture d’étoffe rouge au bout d’un bâton. » Pour les terrassiers, cf. plus haut, n. 95.

114 Arch. préf. pol., B A 186, pièce 468, correspondant du Temps, 31 mars 1886.

115 Arch. dép. Gard, 14 M 447, préf.-min. de l’Int. 1882

116 Ibid., A Bessèges, le 22 février 1882, le sous-préfet arrache des mains des mineurs le drapeau rouge et le foule aux pieds, déclarant que, seul, le drapeau tricolore était le drapeau français et que « représentant le gouvernement de la République, il ne pouvait tolérer qu’on arborât un emblème qui rappelait de sinistres souvenirs ».

117 Arch. préf. pol. B A 186, pièce 468.

118 Cf. première partie.

119 Procès des anarchistes de Vienne, p. 33 : « Le président demande... à Martin quelle est la signification du drapeau rouge et du drapeau noir ? — Martin : le drapeau rouge a toujours été l’emblème de ralliement des révoltés contre la tyrannie, contre toutes les réactions. Il flottait à la prise de la Bastille, il flottait en 1830 ; il était arboré en 1848 par le peuple socialiste révolutionnaire ; enfin, il était aussi dans les mains des vaincus de la Commune, en 1871. Le drapeau noir est l’expression de la sombre misère sociale qui s’affirme à certaines époques, comme en 1831 où les ouvriers lyonnais inscrivirent dessus : Vivre en travaillant ou mourir en combattant. »

120 Arch. nat., F 12 4656, rapport gendarmerie, 18 mai 1888.

121 Arch. nat., F 12 4667, rapport gendarmerie, 5 novembre 1890.

122 Arch. dép. Seine-Maritime, M, Grèves 1882-1890.

123 La Gazette des Tribunaux, 12 juillet 1873, et Moniteur du Calvados.

124 Arch. nat, F 12 4665, 1er juin 1889.

125 La mort de Watrin est, sous cet angle, exemplaire. Tout le dossier d’instruction du procès montre qu’elle est l’aboutissement d’une haine refoulée depuis six ans. Watrin, instrument sans réticence de la politique d’économie d’une compagnie en difficulté, n’avait cessé depuis 1880, date de son arrivée à Decazeville, de « serrer » les salaires, par tous les moyens : accroissement des tâches, abaissement des taux, amendes de toutes sortes, y compris la création d’un économat. En outre, légitimiste et pieux, il exerçait une pression électorale et une surveillance religieuse constante sur le personnel.

126 Arch. nat, F 12 4656 et Le Cri du Peuple, 9 août 1888.

127 Arch. nat, F 12 4659, rapport gendarmerie, 13 mars 1889.

128 Arch. dép. Nord, M 628/13, pièce 73, préf.-min, 3 avril 1884.

129 Arch. dép. Nord, M 626/13, pièce 71, préf. min, 2 avril 1884.

130 Ibid., pièce 284, préf.-min, 5 avril. « Les grévistes ont faim; ils sont tendus par la passion, la misère, la folie depuis un mois. La détente a été terrible. »

131 Arch. nat, F 12 4656, préf.-min, 23 février 1886 : « Les différents industriels de Saint-Quentin se faisant concurrence, chaque patron offrit de discuter ses tarifs avec ses propres ouvriers. »

132 Arch. nat, F 12 4660; Arch. dép. Nord, M 625/53, pièce 84, rapport gendarmerie, 31 décembre 1883.

133 Arch. nat, F 12 4665, préf.-min, 1er juin 1889. C’est moi qui souligne ces termes significatifs d’une violence méditée.

134 Arch. dép. Nord, M 626/7, pièce 204, préf. Nord.-Président de la République, 29 juillet 1872.

135 L’Union, 22 juillet 1878. Et les mineurs ne cherchent guère à se servir de leurs armes : « un certain nombre d’entre eux, disséminés dans les champs voisins, annoncent l’approche des patrouilles de dragons » pour qu’on se dissimule.

136 Arch. nat, F 7 12526, pièce 280, préf. Saône-et-Loire-min, 16 août 1882.

137 Procès des anarchistes de Vienne, op. cit., p. 10. « Nous avons des revolvers et vous empêcherons bien de rentrer », dit Barruit, meneur de grève des tisseurs à Voiron (Arch. dép. Isère, 166 M 2, rapport gendarmerie, 22 février 1884). De même les menuisiers parisiens, en 1888 : « nous reviendrons ce soir, armés » (Arch. préf. pol, B A 180, pièce 483).

138 Arch. dép. Nord, M 626/7, pièce 344, télégramme, préf. Nord-min. de l’Int, Versailles, 25 juillet 1872.

139 Arch. dép. Loire, 92 M 18, pièce 128, préf. Loire.-min, 24 mai 1883. Fournier a dix-neuf ans et demi. Son acte suscite à Roanne une véritable panique patronale, marque de l’inaccoutumé.

140 Arch. préf. pol, B A 182. Meubry est depuis trois ans chauffeur dans cette usine, où les conditions sont très mauvaises.

141 Ibid., B A 172, pièce 384, com. pol. Saint-Ouen, 8 décembre 1885 ; Le Cri du Peuple, 6 décembre.

142 Arch. dép. Haute-Marne, 577 M I, pièce 350, préf.-min, 28 février 1889.

143 Le Rappel, 2 juin 1872 : les charpentiers attaquent les non-grévistes « à coups de cannes et de compas ». Le compas était une des armes employées dans les rixes compagnonniques : cf. Coornaert, 1966.

144 Arch. dép. Orne, M, Grèves, au sujet d’une coalition à la Ferté-Macé, tissage Bobot-Descoutures, juin 1891, s.-préf.-préf, 29 juin.

145 Zola en avait fait la remarque ; cf. Mes notes sur Anzin, cité par H. Mitterand, Germinal, p. 1421 : « L’arme véritable du mineur est le caillou. Jamais avec ses outils ».

146 Exemple : à Denain, le 26 octobre 1880, 200 mineurs se portent sur la fosse Thiers, « armés de bâtons » (Arch. dép. Nord, M 626/10).

147 Arch. dép. Loire, 92 M 30, pièce 29, s.-préf.-préf, 9 mai 1889.

148 Arch. nat, F 12 4665, préf. Loire (Jules Cambon)-min, 11 mai 1889. A l’arrivée à Thizy, ces bâtons leur sont confisqués par les forces de l’ordre.

149 Sur ces troubles, à la limite de notre propos, car ce n’est pas une grève, cf. J. Maitron, 1951 ; important dossier dans Arch. nat, F 7 12526.

150 Arch. nat, F 12 4665, le 3 mars 1889 à Bourg-de-Thizy, explosion d’une car touche de dynamite devant chez Merle; Arch. dép. Rhône, M, Grèves, 1889-1890, dans la nuit du 23 au 24 octobre 1889, vers minuit, une « bombe » a été lancée dans la cour de la veuve Poizat, patronne de combat.

151 Arch. préf. pol, B A 184, pièce 1039, rapport sur « les propos menaçants tenus durant la grève des terrassiers » (1888).

152 Arch. dép. Loire, 92 M 27, pièce 13, lettre du 31 octobre 1889.

153 Cf. les remarques de E. Canetti, sur la lapidation, 1966, p. 50.

154 Ainsi à Anzin, en avril 1884, troubles d’Escaudain et de la Sentinelle, Arch. dép. Nord, M 626/13.

155 Arch. dép. Cher, com. pol.-préf, 17 février 1887.

156 Des poires avariées furent lancées sur le ministre de l’Agriculture R. Boulin, lors d’une tournée en Bretagne en juin 1969, pour citer un exemple tout récent.

157 Sur cette prédilection de la « masse » pour maisons et objets, nous rejoignons encore E. Canetti, 1966, p. 16.

158 Arch. dép. Marne, 194 M 12, rapport gendarmerie, 1er novembre 1885. Vingt et une condamnations de 6 jours à 10 mois de prison sont prononcées pour ces faits en session spéciale du tribunal correctionnel de Reims.

159 Arch. dép. Marne, 194 M 12, s.-préf.-préf., 4 novembre 1885.

160 Cité par M. Reinhard, Paris pendant la Révolution, cours C.D.U., première partie, p. 146.

161 D’après Le Petit Dauphinois républicain, 9 août 1890. Sut ces événements, cf. J. Maitron, 1951, p. 180 et surtout Procès des anarchistes de Vienne, op. cit. Notons qu’il y avait 7 à 800 pièces de draps dans le magasin de Brocard.

162 Le Cri du Peuple, 9 août 1888.

163 Cahiers de l’I.S.E.A., série Economies et Sociétés, t. II, n° 4, avril 1968.

164 Arch. dép. Nord, M 619/3. « Il faut mettre le feu à les quatre coi de la ville voilà la chause principal » (sic), lit-on sur un placard apposé durant une grève à Armentières en 1887 (Arch. dép. Nord, M 625/56, pièce 52).

165 Procès des anarchistes de Vienne, op. cit., p. 10.

166 Deux cas seulement, dans cette période, de telles colères sauvages : ouvriers sucratiers d’Etricourt (Somme), 1890 ; ouvrières gantières de la maison Perrin à Grenoble, furieuses d’être diminuées, elles brisent les aiguilles des machines à coudre, selon Le Cri du Peuple, 20 août 1888.

167 Arch. dép. Marne, 194 M 12, s.-préf.-préf, 29 octobre 1885 : chez Rogelet, « le travail continuait encore dans l’atelier de peignage. Les grévistes envahirent alors cet atelier et firent sauter les courroies de transmission de sorte que tout travail fut complètement arrêté ».

168 Les exemples de tels faits sont nombreux : Arch. nat, F 12 4653, rapport gendarmerie, 18 juin 1873 : à Bert (Allier), en juin 1873, « des mineurs ont enroulé les fils d’une chaudière pour provoquer une explosion ». A Montceau, le 28 février 1878, à six heures du matin, « des émeutiers ont crevé les chaudières... et coupé les câbles » (Le Gaulois, 4 mars). A Firminy, après cinq jours de calme plat, des bandes se forment et au puits Lagrange, démolissent une machine (92 M 16, pièce 25) etc. A Bessèges, en 1882, l’attaque contre un ventilateur justifie l’occupation militaire du Bassin.

169 Sur cette question, cf. M. Leroy, 1913, p. 622 et sq.

170 Arch. nat, F 12 4653, préf. Ardennes-min, 26 juillet 1875 : en juin 1874, premier débrayage de cinquante ouvriers, première manifestation contre cette scie qu’on vient d’introduire. L’année suivante, un millier d’ouvriers se coalisent durant douze jours ; le 13 juillet, ils s’en prennent au directeur, molesté, et à la scie, sérieusement endommagée. De sévères condamnations (treize, allant de quinze jours à huit mois de prison) frappent les émeutiers. Le préfet commente : « La population ouvrière de Fumay, très bonne au fond, mais surexcitée par de déplorables préjugés économiques, n’a pas tardé à comprendre le tort qu’elle se faisait à elle-même ».

171 Exception faite d’une grève préventive, en 1890, des ferronniers de la Vrigne aux-Bois, dans les Ardennes encore, région d’artisanat persistant, contre le plus puissant patron de la localité, Manil, qui veut mécaniser ; cette longue grève est marquée de nombreuses et ardentes manifestations : Arch. nat, F 12 4667, préf.-min, 9 juillet 1890.

172 Zola, La Bête Humaine, éd. La Pléiade, t. IV, p. 1128.

173 Délégation ouvrière française à l’Exposition universelle de Vienne, rapport d’ensemble, 1876, p. 237. « A tous les points de vue possibles, nous applaudissons à la multiplication des machines, dont la conséquence est l’accroissement des sources de travail et la diminution du prix des objets » (p. 234).

174 Congrès de Lyon, op. cit., p. 205.

175 Ibid., p. 213, propos d’Amat, tisseur de Lyon. La commission formée pour étudier les crises industrielles et le chômage « a repoussé hautement l’accusation gratuite faite aux machines d’être l’une des causes des crises industrielles » (p. 611). Notons, cependant, qu’en ce domaine, les dépositions ouvrières auprès de la commission d’enquête parisienne, en 1884, seront moins catégoriques : si elles font de la concurrence étrangère la principale responsable de la crise, elles n’innocentent pas pour autant les machines.

176 La Défense des Travailleurs, 29 juin 1884 : article anonyme : « Le Progrès et la Révolution. »

177 1er août 1886 : en manchette : « Importantes expériences. Transmission de la force par l’électricité. Exposé du problème. L’emploi des forces naturelles. Conséquences formidables. La Mécanique et le Socialisme ».

178 Moniteur du Calvados, 10 juillet 1873.

179 Arch. dép. Nord, M 619/3, maire de Roubaix-préf, 13 mai 1880 : « Trois cents carreaux, environ, ont été brisés dans les établissements ci-après » ; suit une longue liste d’établissements industriels et de maisons d’habitation.

180 Sur l’importance de la propriété foncière pour la bourgeoisie du 19e siècle, cf. A. J. Tudesq, 1964 ; la psychologie n’a guère changé sous cette République bourgeoise.

181 Arch. dép. Nord, M 625/58, pièce 215, préf. Nord.-min. Com, 3 avril 1889.

182 Arch. nat, F 12 4665, préf.-min. Com, 1er juin 1889 (récit général).

183 L’Indépendant de l’Allier, 9 mai 1890.

184 Arch. nat, F 12 4659, rapport gendarmerie, 13 mars 1889, sur les événements de la nuit.

185 Procès des anarchistes de Vienne.

186 Arch. dép. Nord, M 625/57, pièce 120, La Marseillaise anarchiste, imprimée à Bruxelles, 1888.

187 Il faut citer ici les remarques de E. Canetti, 1966, p. 17 : « Le bris de vitre est une ‘ agression contre les limites ‘. Vitres et portes font partie des maisons, elles sont la partie la plus sensible de leur délimitation vers le dehors. Une fois portes et vitres enfoncées, la maison a perdu son individualité. Chacun peut alors y pénétrer à sa guise, plus rien ni personne n’y est protégé. Or, c’est d’habitude dans ces maisons, croit-on, que se tiennent les gens qui cherchent à s’exclure de la masse, ses ennemis. Mais voici détruit ce qui les isole. Entre eux et la masse, il n’y a plus rien. Ils peuvent sortit pour se joindre à elle. On peut aller les y chercher ».

188 Arch. nat, F 12 4663 ; Tixier emploie 130 ouvriers.

189 Arch. dép. Maine-et-Loire, 71 M 1, pièce 174, com. spéc. pol, 23 janvier 1886. Il ajoute : « Dernièrement, un groupe d’environ 150 a fait une manifestation devant le domicile du directeur... L’on a fait du tapage scandaleux, des vitres ont été brisées. »

190 Arch. nat, F 12 4663, rapport préf. pol, 10 février 1887, et Le Cri du Peuple.

191 Arch. dép. Loire, 92 M 18, pièce 128, préf.-min, 24 mai 1883.

192 Procès des anarchistes de Vienne, p. 59.

193 Cf. P. Lafargue à Engels, 8 août, Correspondance, t. II, p. 167 : « Ce qui se passe à Paris, et un peu partout en France en ce moment est phénoménal ; depuis le siècle dernier, on n’a vu choses pareilles. La foule envahissant les rues et entrant en collision avec la police : au siècle dernier, avant la Révolution, c’étaient les famines qui la mettaient en ébullition, aujourd’hui c’est la grève ».

194 Cf. cependant Arch. nat, F 12 4665 et Arch. dép. Nord, M 625/58, pièce 69, récit des troubles de Neuvilly, le 28 mars 1889 : les grévistes ont barricadé le pont menant à la fabrique à la nuit tombée : « L’obscurité profonde n’a permis ni de reconnaître ni d’arrêter aucun des grévistes qui avaient prémédité leur action dans une réunion qui avait eu lieu en pleine campagne et qui avait été tenue secrète. »

195 Suite du texte cité ci-dessus, n. 193.

196 Moniteur du Calvados, 10 juillet 1873.

197 24 août 1888.

198 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 60 M 61, s.-préf.-préf., 28 janvier 1890 : « le 9 septembre, on dut requérir la force armée pour protéger la fabrique de M. Houssaye que des furieux voulaient envahir. Les esprits étaient très surexcités. Des groupes de grévistes avaient assailli à coups de pierre la fabrique Rollin et Motel et en avaient brisé toutes les vitres... ».

199 Le Combat, 5 mai 1890.

200 Procès des anarchistes de Vienne, p. 26. Le maréchal des logis confirme : « Ils étaient très surexcités, mais il n’y a pas eu d’insultes proprement dites, ni rébellion. »

201 Cf. R. Mousnier, 1967 ; et les remarques de R. Mandrou, 1969.

202 Cf. ci-dessus, p. 572.

203 Arch. dép. Nord, M 625/58, pièce 215, préf.-min, 3 avril 1889.

204 Ch. Tilly, 1968, 1970.

205 Arch. dép. Aveyron, dossier judicaire de l’affaire Watrin, pièce 121, déposition de Carrié, 29 janvier 1886. L’attitude modératrice des délégués mineurs est corroborée par l’ingénieur des mines, Laur, ibid., déposition du 27 janvier 1886.

206 Arch. dép. Loire, 92 M 19, pièce 135, préf.-min, 24 mars 1882.

207 Ibid., pièce 137, préf.-min, 26 mars; Epinat est blâmé par l’ensemble des populations ouvrières, selon le rapport.

208 Arch. préf. pol, B A 170, pièce 174, com. pol. Pantin, 4 juin 1888.

209 Le Cri du Travailleur, 11 mai 1890.

210 Arch. dép. Loire, 92 M 19, pièce 26, com. pol. Roanne-s.-préf, 8 février.

211 Arch. nat, F 12 4662, préf.-min, 29 juin 1886, compte rendu de la réunion du 28 juin à la Boule d’Or.

212 Arch. préf. pol, B A 169, pièce 181, 9 octobre 1886.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/602/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Répartition des manifestations selon leurs effectifs.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/602/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Note 8181
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/602/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Pourcentage des troubles dans les grèves
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/602/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search