Version classiqueVersion mobile

Les ouvriers en grève. Tome 2

 | 
Michelle Perrot

Troisième partie. Le cours de la grève

Chapitre VI. La vie matérielle des grévistes. La question des secours

Texte intégral

1Comment vivre sans travailler ?

2Cette question simple, où s’exprime toute une destinée sociale, est au cœur de la grève. L’étude des budgets nous a montré combien le monde ouvrier côtoie la pénurie. L’absence de réserve explique la brièveté de bien des conflits. La résistance prolongée, c’est la faim ressurgie. Comment « tenir » ?

  • 1 Dans La Bohême du travail, Paris, s.d., Barberet a donné une description des « galvauds » qui atte (...)

3En bonne conjoncture, les grévistes peuvent tenter de s’occuper ailleurs : changer de lieu, ou d’emploi. Cela suppose mobilité et fluidité, notions très différentes, l’une et l’autre, me semble-t-il, en régression. L’ouvrier français se fixe et se spécialise, double enracinement qui le rend plus vulnérable. Au reste, dans l’urgence de la grève, la fluidité professionnelle n’est qu’une caricature : un reflux vers des travaux non qualifiés. Outre la manutention, possibilité classique des grandes villes où docks, gares, quais sont les havres de salut des désoccupés1, deux grands refuges s’offrent encore : les travaux de terrassement et ceux des champs.

  • 2 Arch. dép. Tarn, IV M2 68, com. pol.-s.-préf., 18 juin 1883.

4Les chantiers de chemin de fer, que le plan Freycinet a semés un peu partout, ont été des facteurs décisifs de plein emploi ; nul doute qu’ils n’aient favorisé la revendication. Le commissaire de police de Castres note explicitement que la construction de voies ferrées dans les parages encourage les coalitions des ouvriers du bâtiment, sûrs d’y trouver de l’embauche2. Pour ces derniers, la conversion est aisée. Mais potiers d’Aubagne, mégissiers de Grenoble, mouleurs en métaux de Bordeaux et même chapeliers de Chazelles, peu habitués à manier la pioche, n’hésitent pas à y recourir. On comprend que le ralentissement, puis le naufrage du plan ait entraîné une véritable chute de tension : dans ces années, l’emploi demeure tributaire des grands travaux publics ; expositions universelles, chantiers de l’Etat jouent le rôle d’excitant et de régulateur.

  • 3 Arch. nat., F 12 4667, préf.-min., 9 avril 1890.
  • 4 Arch. nat., F 12 4667, Puy-de-Dôme, com. pol. Saint-Eloy-les-Mines, 1890.
  • 5 Arch. nat., F 12 4658, préf. Indre-et-Loire-min. Com., 12 octobre 1885.
  • 6 Cf. ci-dessus, l’étude de la répartition saisonnière et mensuelle des grèves, première partie, pou (...)
  • 7 Arch. préf. pol., BA 186, pièce 431, dépêche du correspondant du Figaro, 23 mars. A la mi-avril, u (...)

5Plus traditionnels, les travaux des champs supposent la campagne toute proche, à quelques foulées. De là, leur localisation dans de petits bourgs ruraux, où, dans un passé relativement récent, les habitants conjuguaient occupations agricoles et industrielles. Le travail mixte persiste dans quelques îlots de tissage à façon ; et dans quelques mines bordières du Massif central, où les compagnies ont du mal encore à lutter contre l’absentéisme estival. A Boismoreau (Creuse), « à certaines époques de l’année, les ouvriers abandonnent presque tous les houillères pour effectuer les ensemencements ou récoltes des champs et prés qu’ils possèdent »3. De même, dans le Puy-de- Dôme, en Haute-Loire, à Graissessac, à Fuveau. A Carmaux, comme à Decazeville, subsistent de petits lots de houilleurs — paysans pour lesquels l’abattage ne constitue que ressource d’appoint. Pour tous ceux-là, la grève est prétexte à une longue absence, comme un congé de convenance personnelle : « les mineurs de Saint-Eloy sont presque tous propriétaires, en demandant la réduction des heures de travail, ils ont voulu gagner du temps pour leurs travaux agricoles »4. De façon générale, cependant, le travail mi-partie agonise. Mais il a légué des habitudes : celle de considérer l’été comme le temps opportun de la revendication. Les carriers de Loches « ont choisi pour protester et se mettre en grève l’époque à laquelle ils étaient assurés de trouver du travail dans la moisson et les autres récoltes »5. Calcul ou réflexe, le fait est assez marqué dans les mines : la fréquence des grèves culmine en mai-juin-juillet, alors même que l’emploi régresse (fig. 9)6. Et 10 % des coalitions minières s’accompagnent d’un retour à la terre : non pas seulement au jardin, arrière-plan classique de l’abandon des puits, mais « aux champs », pour le blé, les pommes de terre, la betterave, dans le Nord, dans le Midi pour les vignes, dont le rôle dans le plein emploi demeure considérable. A Decazeville, le piochage des vignobles fournit un sérieux atout, au printemps : « On voit [les mineurs] sur la plupart des coteaux d’ici à Cransac et à Aubin. On les reconnaît facilement à leur costume noir et à leur chapeau à larges ailes »7.

  • 8 Flaubert, L’Education sentimentale, éd. La Pléiade, p. 350, écrit à propos des ouvriers chômeurs d (...)

6Mais pour l’ensemble des grèves, l’intervention des travaux agricoles atteint seulement 1 %. La campagne, lointaine, et si souvent hostile, ne saurait nourrir les grévistes. C’est de la ville, où ils sont murés, qu’ils doivent tirer leur subsistance8.

7D’où l’importance de la question des secours. Elle nous intéresse à un double titre : comme un aspect de la vie matérielle de la grève, et comme indice de retentissement et de solidarité.

1. LES SECOURS

  • 9 En 1881-1882, 39 % des grèves sont menées par un syndicat.

8Le nombre des grèves ayant bénéficié de secours financiers (on dira pour plus de rapidité : grèves secourues) est relativement faible : 653, soit 22,3 %. Mais on n’oubliera pas que 39 % seulement des coalitions dépassent le cap de la semaine. De façon générale, après 1880, la proportion des grèves secourues est plus forte et plus régulière (fig. 24) ; les meilleurs taux se rencontrent en 1880-1882 (maximum : 32 % en 1881) et 1887-1888 ; ils correspondent aux années où le soutien des syndicats, source majeure de l’aide financière, a été le plus élevé9. Préparées, prévues, les grèves offensives sont mieux financées que les défensives (23 % contre 18 %). L’influence du statut professionnel et du salaire sont patentes : les plus pauvres sont les moins aidés. Les groupes d’industries présentent entre eux de grands écarts, allant de 10 % pour les grèves des industries alimentaires à 48 % pour celles du verre et de la porcelaine (fig. 24). La place du textile (17 %) ne surprend pas ; par contre, on s’attendait à mieux pour les mines et carrières : 17 % des coalitions minières ont bénéficié de secours ; mais c’est, d’autre part, dans cette profession que la progression chronologique est la plus sensible.

24. Grèves ayant bénéficié de secours financiers (pour 100 grèves)
A. par année
B. par groupe d’industries

9Au reste, chaque groupe recouvre, une fois de plus, bien des disparités. Dans le textile figurent les chapeliers qui atteignent au taux exceptionnel de 71 % ; tandis que le groupe de la construction en pierres (taux moyen : 11 %) juxtapose les terrassiers (3 %) et les peintres en bâtiment (52 %), etc. Ce qui montre à nouveau que les groupes industriels, retenus pour des nécessités comparatives avec la Statistique des grèves, n’ont pas d’homogénéité sociale. Dans le cas présent, il faut descendre au niveau du métier, voire de la spécialité : chapeliers (71 %), mouleurs (54 %), peintres en bâtiment (50 %) tiennent la tête du palmarès des grèves secourues. A l’autre extrémité, raffineurs de sucre, huiliers, ouvriers des salines, terrassiers, ignorent presque le secours-grève.

10Le tableau départemental n’appelle pas de très longs commentaires. On a retenu seulement, ici, les départements où se sont produits au moins vingt grèves. De façon générale, le Midi, plus riche en grèves secourues, s’oppose assez nettement au Nord-Nord-Ouest (les Ardennes constituant une éclatante exception) : effets de la « sociabilité méridionale », peut-être, mais plus encore des industries concernées et de leurs traditions. Le contraste qui distingue le Rhône (38 %) et la Seine (34 %), du Nord (14 %) suggère évidemment des types tout différents de mouvement ouvrier.

2. ORIGINE DES SECOURS

11D’où viennent les fonds ? Le tableau ci-dessous classe les secours reçus selon leur provenance : il est malheureusement impossible de préciser en numéraire leur valeur respective.

12Ce tableau fait apparaître trois dominantes : de classe, de profession, de lieu. Les secours sont d’origine ouvrière dans 75 % des cas (au moins, car les ouvriers fournissent l’essentiel dans le cadre local). La profession même des grévistes en donne plus de la moitié ; enfin 66 % des secours sont récoltés dans la localité, sur les lieux mêmes de la grève. Voilà qui circonscrit les limites assez étroites de la solidarité pécuniaire. Les socialistes ont tenté de la faire éclater, notamment par les souscriptions ouvertes dans les journaux, dont la réussite est le meilleur test du retentissement d’une grève : le résultat de leur effort demeure, globalement, médiocre.

1. Secours provenant des ouvriers appartenant à la profession des grévistes :

1. Secours provenant des ouvriers appartenant à la profession des grévistes :

2. Secours provenant des ouvriers d’autres professions (essentiellement les organisations), appartenant à :

2. Secours provenant des ouvriers d’autres professions (essentiellement les organisations), appartenant à :

3. Secours non spécifiquement ouvriers :

3. Secours non spécifiquement ouvriers :

3. SOLIDARITÉ PROFESSIONNELLE

  • 10 Arch. dép. Nord, M 619/3, com. spéc.-préf., 24 mai 1880.
  • 11 Le Citoyen, 4 mars 1882 : éditorial de C. Bouis : « Cotisons-nous » !
  • 12 Arch. préf. pol., B A 161, pièce 27, tract imprimé, quatre pages, Union des mécaniciens de la Sein (...)
  • 13 Sur cette question, cf. M. Leroy, 1913, t. I, p. 212. Selon Leroy, c’est au congrès confédéral de (...)

13Les secours ouvriers passent, le plus souvent, par le canal des organisations syndicales, tant à l’intérieur d’un métier qu’entre les professions. Après 1879-1880, la plupart des statuts prévoient le secours-grève, en précisant parfois le taux et la durée. Certains syndicats ne sont que des caisses de prévoyance formées en vue de la grève, plus ou moins longtemps avant sa déclaration. L’idée qu’il faut constituer des réserves, plus tard si controversée au nom de la spontanéité révolutionnaire — la pauvreté étant, selon Proudhon, « la providence du genre humain » — ne rencontre alors aucun obstacle théorique. C’est, au contraire, la conclusion pratique d’une grève manquée : « Rentrez tous au travail », dit Anscelle, socialiste gantois, aux tisseurs du Nord ; « vous avez eu tort de quitter les ateliers sans avoir les fonds nécessaires pour résister. D’ailleurs, vous ne pourrez jamais revendiquer vos droits, ni augmenter vos salaires sans former préalablement une association unique de prévoyance et sans effectuer toutes les semaines dans une caisse spéciale une cotisation de 0,25 chacun »10. Le Citoyen tire ainsi la leçon de l’échec des mineurs de Bessèges : « Il faut de l’argent, une caisse de résistance... Astreignez-vous à la cotisation obligatoire »11. Les socialistes de toutes tendances préconisent le syndicat de type anglo-saxon, à fortes cotisations et encaisses solides. Et une importante fraction des ouvriers — les plus qualifiés12 — penche vers le modèle tradeunioniste, qui, après une courte hésitation, prévaut dans la C.G.T. à la veille de la première guerre mondiale13.

  • 14 Arch. préf. pol., BA 181.
  • 15 Arch. dép. Isère, 166 M 2.
  • 16 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1888-1889.
  • 17 En 1882 : cf. Arch. dép. Haute-Vienne, M 1166.
  • 18 Arch. préf. pol., BA 171.
  • 19 Arch. préf. pol., BA 171.

14Effectivement, il existe, dans certaines professions (livre, porcelaine, chapellerie...) et notamment à Paris, des syndicats bien pourvus : l’association des facteurs de pianos de Paris a 12 300 F quand elle déclare la grève14, les mégissiers de Grenoble, 6 000 F15, les verriers de Lyon, 15 000 F16, L’Initiative, syndicat des porcelainiers de Limoges, 16 000 F17, les fondeurs en cuivre de Paris, 23 000 F18, la Société des typographes parisiens, dite « de la rue de Savoie », mutuelle et résistance à la fois, détient 102 000 F et peut résister quarante jours en versant une indemnité quotidienne de 3 à 5 F19. En outre, ces syndicats, experts en opérations financières (ils placent généralement leurs avoirs en valeurs d’Etat, à l’image de tous les épargnants français) contractent, à l’occasion, des emprunts. Les fondeurs en cuivre doivent quelque 100 000 F à diverses chambres syndicales, tandis que la Société de Savoie émet un emprunt de 50 000 obligations de 2 F chacune, dont elle ne réussit, d’ailleurs, à placer que 12 000. De tels syndicats manient des fonds importants, dont ils doivent des comptes serrés à des « actionnaires » vigilants. En l’occurrence, la grève n’est plus une aventure, mais une affaire qu’il convient de bien gérer ; le gréviste se mue en « assuré », critique vis-à-vis de ses administrateurs, peu soucieux de risque.

15Au demeurant, dans le syndicalisme fluctuant d’alors, ces cas sont exceptionnels. On notera que 47 % seulement des syndicats engagés ont pu pratiquer le secours-grève sur leurs réserves antérieures. La plupart du temps, il faut improviser, trouver des expédients.

  • 20 Arch. dép. Loire, 92 M 19, pièce 47, s.-préf.-préf., 18 février 1882.
  • 21 Cf. M. Leroy, 1913, t. I, p. 257.

16La grève partielle, et c’est son avantage, permet la taxation des ouvriers demeurés au travail : ils doivent verser une somme fixe, ou un pourcentage de leur salaire journalier (en général de 5 à 20 %), ou encore le montant de l’augmentation obtenue. Cette cotisation est le plus souvent abandonnée à la bonne volonté des travailleurs, et presque toujours circonscrite à la localité ; elle peut s’étendre spontanément aux bourgs voisins : en 1882, les tisseurs de Tarare et Thizy s’imposent de deux sous par jour pour les camarades de Roanne20. En 1872, la Société de Savoie a projeté une retenue obligatoire de 5 % « dans toutes les imprimeries de France », mais sans résultats. Par la suite, cette forme de taxation deviendra de plus en plus impérative, et étendue à l’ensemble de la profession21.

  • 22 En 1881, les charpentiers de Paris, en grève, font appel aux quatorze villes- mères qui ne réponde (...)
  • 23 Arch. préf. pol., B A 167, Grève des ouvriers mégissiers de Chaumont soutenue par plusieurs atelie (...)
  • 24 Lettre du 22 mai 1886, tirée des Archives Calvignac, dont je dois la communication à Rolande Tremp (...)

17La décadence du compagnonnage22, le balbutiement de l’organisation fédérative, expliquent l’étroitesse de l’aire géographique des secours : 3 % seulement des conflits (soit 110) ont bénéficié de secours professionnels récoltés hors de la localité. Les liaisons intra-corporatives sont les meilleures dans la métallurgie (5 % pour l’ensemble ; 11 % pour les mouleurs), le bois (5 %) et surtout les industries du cuir (11 % pour le groupe ; 14 % pour les tanneurs, mégissiers, corroyeurs) et de la verrerie-porcelaine (17 % pour l’ensemble, 20 % pour les seuls verriers). Ces deux derniers groupes sont concentrés en des sites bien localisés entre lesquels les ouvriers voyagent, établissant des relations personnelles qui jouent en cas de besoin. Ainsi Claude Cartalier, qu’on trouve en 1874 à Chaumont, 1881 à Paris, 1882 à Grenoble, écrit à ses « frères » pour leur demander de l’aide23. Entre Annonay, Grenoble, Chaumont, Paris, hauts lieux de la mégisserie, Mehun-sur-Yèvre, Limoges, Bordeaux, Paris, capitales de la porcelaine, les grandes verreries du Centre et de la banlieue parisienne, les communications fonctionnent bien. Une géographie industrielle perçue comme telle favorise la conscience corporative. En cas de grève de quelque importance, s’échangent des informations, des ambassadeurs et des fonds. Les fédérations épouseront un canevas déjà solide. A l’inverse, les mineurs déboursent peu volontiers pour secourir leurs camarades des autres bassins (seulement 2 % de grèves minières ont bénéficié de secours provenant d’autres centres miniers). Même Decazeville n’a suscité parmi eux qu’une générosité limitée : « Nos mineurs, écrit Rondet à Calvignac de Carmaux, ne s’empressent guère à faire souscrire pour les grévistes de Decazeville. Dans une réunion, à Firminy, de deux cents personnes, nous avons fait 2,50 F ; à d’autres bassins, pas un sou. C’est révoltant et ils se plaignent »24. Ces demi-paysans ont un horizon géographique borné. Les tisseurs encore bien davantage (0,5 % de grèves secourues par la profession même).

4. SOLIDARITÉ INTERPROFESSIONNELLE

18Des remarques analogues s’appliquent à la solidarité interprofessionnelle. Elle se manifeste pécuniairement dans 6 % des grèves. En proportion, elle profite surtout aux groupes suivants (cf. tableau p. 528) :

19Hormis tisseurs et mineurs qui reçoivent davantage des autres professions que de la leur propre, la situation est, pour les autres, équivalente. Autrement dit, la solidarité découle de l’organisation, beaucoup plus que de la sympathie, de l’émotion ou de l’altruisme. On aide qui sera susceptible de vous rendre la pareille. Il s’agit non de don gratuit, mais de réciprocité, entre chambres syndicales assises et solvables. Ici, comme ailleurs, il est bien vrai qu’on ne prête qu’aux riches : les syndicats ouvriers gèrent leurs finances en bourgeois.

5. SECOURS PRIVÉ

  • 25 Arch. dép. Haute-Vienne, M 1166, « Appel des ouvriers en cuirs et peaux de Saint-Junien à leurs ca (...)
  • 26 Arch. dép. Nord, M 625/56, pièce 50, grève du tissage Dulac à Armentières, juin 1887 : ces cartes (...)

20L’appel à la générosité individuelle se fait surtout au moyen de listes de souscriptions, généralement imprimées et précédées de préambules exaltant la solidarité et dont certains constituent de véritables manifestes25. Ces listes sont diffusées dans les ateliers, ou déposées chez les commerçants : cabaretiers, cordonniers, coiffeurs ; ou encore, des cartes sont vendues au profit des grévistes26.

  • 27 Créée en 1848, cette pièce est donnée à Paris en 1886 à deux reprises au bénéfice des grévistes de (...)
  • 28 Le Petit Lyonnais, 26 mai 1879.
  • 29 .A ce sujet, cf. G. Duveau, 1946, p. 486 ; H. Leyret, 1895, p. 91 (très intéressantes remarques sur (...)
  • 30 L’Emancipation, 14-21 décembre 1890.
  • 31 Le Peuple Libre (Marseille), 5 juin 1881.

21Enfin, les comités de grève organisent des manifestations payantes : bals, assauts d’armes ou de chants, tombolas, meetings avec entrées payantes ou quêtes, représentations théâtrales dont Le Chiffonnier de Paris de Félix Pyat demeure un grand classique27, et surtout conférences-concerts qui sont, autant qu’un moyen de se procurer de l’argent, un mode de propagande et un aspect de la fête que, dans la vie morne du travailleur, constitue la grève. Un conférencier, parfois radical, mais, de plus en plus, socialiste, traite un sujet éducatif, historique ou politique, que des groupes lyriques locaux entrelardent d’harmonie. Pour les tisseurs de Lyon (1879), les « chanteurs du Grand Théâtre » et « l’Harmonie du Rhône » exécutent « le Trio di Lombardi-Romances-Cavatine de Cinq-Mars », avant qu’un orateur fasse « le récit complet de la vie de Danton, depuis sa naissance jusqu’à l’échafaud, sur lequel tomba la tête de l’illustre orateur »28. A Charleville, le programme comporte causerie de J.-B. Clément, puis « grand concert avec le concours d’un groupe de la Lyre Ardennaise » et d’amateurs ; romances sentimentales, burlesques ou triviales alternent, dans le goût du temps, avec chants patriotiques et révolutionnaires29. A cette « fête familiale », « entrée libre pour les citoyennes »30. A Marseille, entre « La Marseillaise » en ouverture et « Le Chant du Départ » en clôture, le public, convié à aider les tanneurs coalisés, applaudit un ensemble vocal, curieusement dénommé « Les Touristes de la Méditerranée », et des artistes du cru : Mlle Jane, artiste lyrique, « Bienfait, le petit bossu du Midi, comique excentrique », etc., dans « Le Grand air de la Favorite — Pour avoir la paix — Si j’étais Roi — Alice Mignonne — Ça s’alourdit — Les Moissonneurs — La dent de sagesse — Négro burlesque — Le grand air du Trouvaire », etc.31. De ces programmes, se dégage une esthétique non négligeable dans la description de ce qu’on appelle « culture populaire ».

  • 32 Arch. préf. pol., BA 171, pièce 43, rapport de police, 6 janvier 1889.

22Les conférences-concerts tendent cependant à prendre un tour plus politique et militant dans la décennie 80-90, notamment à Paris. Voici, lors d’une grève de teinturières en peaux chez Tissier, boulevard Arago (13e), une réunion de cet ordre à l’Alcazar d’Italie ; cent personnes dont quarante femmes ; au bureau, Rollin, du groupe les Egaux du 13e, deux femmes, Georges Féline, blanquiste, alors journaliste au Cri du Peuple, et Bertrand ; on exalte les grèves « prélude de la révolution qui détruira la bourgeoisie et le patronat » ; puis, poésies et chants : « Plusieurs femmes chantent des romances inoffensives. Mais les hommes ne font pas de même. Leurs chansons sont révolutionnaires et ‘ La Carmagnole ‘, entre autres, est chantée en chœur et suivie de cris variés : A bas Floquet ! A bas les Boulangistes ! On pendra Floquet ! On pendra Boulanger ! »32. Ensuite, on tire la tombola.

6. SECOURS VENUS DE L’ÉTRANGER

  • 33 En 1874, les mégissiers de Chaumont demandent et obtiennent des secours de leurs collègues de Brux (...)

23En dépit des cris de la presse hostile, le soutien pécuniaire des pays étrangers a été, en cette période de vacance de l’Internationale, infime : trente-deux grèves (1 % à peine) en ont profité, toutes, sauf une (en 1874)33, postérieures à 1878. Voici la liste des bénéficiaires :

Et celle des pays des donateurs

Et celle des pays des donateurs
  • 34 Arch. nat., F 12 4665, préf. pol.-min., 3 décembre 1879.
  • 35 Arch. dép. Haute-Vienne, M 1166, Grève des tourneurs en soucoupes 1882. Un rapport parle même de 1 (...)
  • 36 La Défense des Travailleurs (Saint-Quentin), 12 octobre 1890. Le secours vient des trade-unions de (...)
  • 37 La grève des tailleurs parisiens de 1866 avait donné lieu à des échanges importants.
  • 38 Cri du Peuple, 17 mai 1885.
  • 39 L’Egalité, 20 février 1882 : appel des grévistes de Roanne aux Trade unions. Paul Lafargue fut cha (...)
  • 40 Ainsi durant la grève des chaisiers de Paris (1883), celle des cochers (1883), des porcelainiers d (...)

24Les donateurs sont en majorité des organisations ouvrières, plus rarement des groupes socialistes (belges ou allemands). Les trade-unions viennent au tout premier rang, tant par le nombre que par l’importance des sommes prêtées : 52 000 F aux fondeurs en cuivre de Paris34, 12 000 aux porcelainiers de Limoges35, 13 000 F aux tullistes de Calais36 ; voire données : en 1885, les tailleurs de Londres, que des liens fraternels (il y a, à Paris, beaucoup d’Anglais dans la profession) et des souvenirs communs37, unissent à leurs collègues français, leur envoient 625 F par semaine et constituent un « comité de solidarité pour les tailleurs grévistes de Paris »38. On le voit, ici encore la solidarité s’exerce entre professions hautement qualifiées ; rarement spontanée, elle répond le plus souvent à la requête des ouvriers français, parisiens notamment, qui se tournent volontiers vers Londres, recours et modèle : « Nous nous adressons à vous, écrit Charles Fouilland, tisseur, secrétaire de la grève de Roanne (1882), parce que vos Trade Unions, les luttes longues et courageuses qu’elles ont soutenues contre le Capital, font l’admiration des ouvriers français, qui, depuis le commencement du siècle, ont été trop opprimés par les gouvernements bourgeois pour avoir pu s’organiser puissamment pour la défense de leurs salaires »39. A plusieurs reprises des délégués français sont dépêchés vers la capitale britannique qui conserve un réel prestige40. Au contraire, avec les travailleurs allemands, la rupture apparaît totale, et on mesure combien les efforts de la seconde Internationale pour imposer le leadership de la social-démocratie allemande ont peu de fondements. Avec les Etats-Unis, les échanges sont exceptionnels. Comme l’ensemble de la diplomatie française, le mouvement ouvrier vit à l’heure de l’isolement, du repli dans l’hexagone.

7. SOUSCRIPTIONS DE PRESSE

  • 41 Le Cri du Peuple, 67e liste pour Decazeville : « collecte faite dans un restaurant de la rue Saint (...)
  • 42 Ibid., « Bourges. Collecte faite par un groupe de socialistes révolutionnaires à la sortie d’un en (...)
  • 43 .Le Petit Lyonnais, 13 décembre 1889, grève de Cours : « après une chansonnette dite la Crapule et (...)
  • 44 Le Cri du Peuple, 67e liste.
  • 45 Le Petit Lyonnais, 7 mars 1890.
  • 46 L’Intransigeant, 31 décembre 1881 (pour les mineurs de la Grand’Combe).
  • 47 Le Cri du Peuple, 67e liste, 1886.
  • 48 Exemple : Le Cri du Peuple, 67e liste : « un Hollandais qui aime la solidarité et qui veut aider à (...)

25La presse qui, pour une centaine de grèves, a ouvert des souscriptions, a-t-elle brisé ce cercle étroit ? L’étude des listes de souscription permet de répondre : oui, sur le plan géographique, du moins national, comme le montre un exemple, il est vrai, particulièrement favorable : la souscription du Cri du Peuple, cartographiée par Henri Feller. Exceptionnellement, sur le plan social. Les listes portent, en effet, en regard des sommes versées, la mention des souscripteurs, localisés avec précision. Les donateurs sont en majorité des groupes : organisations syndicales (prioritaires), ou politiques (cercles d’études sociales, libre-pensée, comités électoraux etc.), mais aussi communautés de travail (équipes, ateliers, usines) ou de rencontre : on collecte au bistrot41, au cours d’un enterrement civil42 à l’issue d’un meeting, ou d’un bal, et surtout « après un assaut de chant »43. Les donateurs individuels, presque toujours anonymes, mentionnent parfois leur profession : « un mastroquet, un gniaf, un savetier révolutionnaire, un emballeur que tout le Parlement fait déballer »44, ou se qualifient de telle sorte que le doute n’est guère permis : « un abruti de l’usine, un candidat du litre »45, « galoppe chopine et boit sans soif »... Cet argot, cette gouaille sont une signature : celle d’un public assurément populaire, et urbain, où détonnent parfois — rarement — quelques sympathisants bourgeois : « un négociant qui demande que les propriétaires de maisons soient astreints à faire sceller les persiennes des chambres, occupées par les femmes de mœurs légères »46 ; « des élèves socialistes révolutionnaires de l’Ecole Centrale »47... La modestie des cotisations confirme ce diagnostic ; les versements dépassant quelques francs proviennent de socialistes convaincus48 ou d’hommes politiques de gauche qui, soucieux de popularité, se nomment volontiers ; mais ils n’abondent pas. En petites oboles de quelques sous (10, 20, 50 c... rarement 1 F), c’est l’argent ouvrier, en tout cas populaire, qui est drainé.

  • 49 L’étude d’Henri Feller, à laquelle je renvoie, a beaucoup insisté sur ce point.
  • 50 Exemple : L’Intransigeant, souscription pour les mineurs de la Grand’Combe, 30 décembre 1881 : une (...)

26A cela rien d’étonnant. Les journaux collecteurs sont au premier chef les socialistes, c’est-à-dire — en cette époque ambiguë inaugurée par le congrès de Marseille, où le parti socialiste se confond avec le parti ouvrier, voire avec la « Fédération ouvrière » — journaux à clientèle ouvrière. Ce sont, à Paris, les quotidiens : Le Citoyen, La Bataille de Lissagaray, et surtout Le Cri du Peuple, qui, dans les années 1884-1888, s’identifie à toutes les grandes grèves49 ; les hebdomadaires comme Le Prolétaire, L’Egalité, Le Socialiste, L’Homme libre ; en province, les petites feuilles locales comme La Défense des Travailleurs (Reims) et surtout L’Emancipation (Ardennes) toujours sur la brèche en raison de très nombreux conflits (neuf souscriptions de 1888 à 1890). Les journaux radicaux : L’Intransigeant surtout, La Marseillaise, même Le Radical et Le Petit Lyonnais qui recueille des fonds dès 1871-1872, ont ouvert aussi quelques souscriptions, en général moins fournies que celles des journaux socialistes, et de texture financière légèrement différente : on y trouve des dons plus élevés, indice d’une clientèle un peu plus aisée50. Les souscriptions de L’Intransigeant, devenu boulangiste, méritent quelque attention : dans celle qu’il ouvre pour les verriers parisiens, et qu’il clôture à 3 371 F, figurent des oboles de 5, 10 F et plus, avec, parfois, ce mot : « un boulangiste ».

  • 51 La souscription est ouverte le 13 février 1882 et se termine le 19 juillet, L’Egalité, Le Prolétai (...)

27Au reste, dans l’ensemble ces souscriptions rapportent médiocrement : Le Petit Lyonnais récolte 284 F pour les pelucheurs de Tarare (1872), 854 F pour les fondeurs en cuivre (id.) : en 1882, les raffineurs de sucre reçoivent 1 204 F de La Bataille, 194 F du Citoyen, 101 F du Prolétaire, 20 F du Radical. La même année, Le Citoyen transmet 854 F aux cordonniers de Paris, 395 F aux mineurs de la Grand-Combe et, surtout, 10 335 F aux tisseurs de Roanne51, chiffre jamais atteint. L’Emancipation des Ardennes, toujours en quête, obtient en 1890 plus de 5 000 F pour les seuls fondeurs de Revin. L’Intransigeant réunit 3 371 F pour les verriers de Pantin en 1888. Mais aucun journal ne fait autant que Le Cri du Peuple (22 souscriptions), qui rassemble 12 000 F pour les mineurs d’Anzin (1884) et en 1886, grande année sociale qui marque aussi l’apogée du quotidien, 33 000 F pour les métallurgistes de Vierzon et plus de 70 000 F pour les mineurs de Decazeville dont la souscription dure six mois. En 1887-1888, Le Cri a toujours quelque souscription en train. Pour la première fois, un journal socialiste atteint une stature nationale et réussit à rompre l’isolement ouvrier.

  • 52 .L. Simonin, 1867, p. 257 : « Saluez en eux les obscurs et virils combattants de l’abîme, les pionn (...)
  • 53 Les groupes professionnels ayant bénéficié d’une souscription dans la presse sont : textile : 12 ( (...)

28L’importance des souscriptions dépend de l’audience du journal, dont elle constitue inversement un indice, et de l’intérêt suscité par les conflits. Les grèves défensives, surtout, attirent la sympathie : réservée devant la revendication, encline à taxer d’excessive toute demande d’augmentation de salaire (il faut savoir se contenter), l’opinion s’indigne plus aisément devant les abus du patronat, surtout du grand, dont elle redoute la puissance anonyme : les monopoles n’ont pas bonne presse en France. A Anzin, comme à Decazeville, à Roanne comme à Vierzon, les ouvriers, affrontés à des sociétés, apparaissent en posture de légitime défense, comme des résistants auxquels on peut s’identifier : « pour les petits des justiciers », titre Le Cri du Peuple à propos des grévistes de l’Aveyron. Ce sentiment d’injustice, où sourd l’obscure conscience d’être pareillement menacés, suscite la solidarité ; de même le spectacle d’une longue lutte héroïque. Enfin, certaines professions attirent davantage : les plus pauvres (tisseurs), les plus dangereuses. Les mineurs bénéficient dans le public d’un préjugé favorable, à cause des périls qu’ils encourent et de leur utilité sociale ; héros de l’enfer noir, célébrés par toute une littérature dont Germinal est le fleuron, « pionniers du monde souterrain »52, ils alimentent l’industrie dont le charbon est le « pain quotidien »53.

  • 54 L’Emancipation, 2-9 février 1890.
  • 55 Ibid.
  • 56 Le Cri du Peuple, 1886, 77e liste.

29Mais le principal intérêt des souscriptions réside dans leur forme, qui en fait un moyen d’expression populaire singulièrement captivant. Les dons individuels s’accompagnent très généralement d’une souscription où le donateur se présente, prend parti, fustige, exhale sa hargne, crie sa haine ou son espoir, lapidairement, « tel sur le papier qu’à la bouche » (Montaigne), non sans humour : l’ironie l’emporte sur le tragique dans ces petits textes où éclate visiblement le plaisir de dire son mot, « d’en placer une », plaisir cher à un petit peuple au franc-parler légendaire. Voici, dans L’Emancipation, le croquis collectif d’une contremaîtresse exécrée : « Pour que Madame X, dite Boule- de-Suif, contremaîtresse, 20 c — n’aille plus au marché en voilette, 20 c — et ne dise plus que les gens de son pays ne sont pas de son rang, 20c — oh ! là, là ! gare que je passe ! 20 c — j’te vas neyer, 20 c »54, La plaisanterie galante ou triviale se taille une bonne part : « Pour que P. D. dit sans fesse, écoute les conseils d’une mère ; qu’une demoiselle de Montuy soit modeste en paroles, que M. M. de Charleville embrasse moins une jeune citoyenne au bal »55 ; « Marie qui gobe Alexandre, le petit tourneur, Don Juan de la rue Mercœur »56.

  • 57 Le Cri, 77e liste.
  • 58 Ibid., 19 mars 1886.

30Mais les thèmes les plus insistants sont d’ordre politique et social : la haine des tyrans, patrons, prêtres ou politiciens, l’espoir d’une revanche. Tout au long des colonnes du Cri, de février à juin 1886, se déroule ainsi, tel un poème en prose, en plusieurs milliers de souscriptions, la litanie populaire. En voici quelques minces extraits : de Saint-Bérain-sur-Theune : « Un qui voudrait voir Baihaut [ministre des travaux publics] au fond des mines avec 40° de chaleur, un ami de Basly, un qui voudrait que toutes les mines retournent à l’Etat, un socialiste qui voudrait la Révolution sociale, ... un descendant de Cabet qui voudrait la Nouvelle Icarie en France, un mineur en dèche, un qui voudrait voir la démission des députés radicaux qui ne suivent pas leur mandat ; la femme d’un socialiste qui voudrait voir tous les capitalistes à la lanterne ; une citoyenne qui voudrait voir la déchéance de tous les tyrans ; ses deux gosses qui seront bons révolutionnaires... ». De Troyes, « un emballeur qui voudrait avoir à tamponner la tête de Ferry, un autre emballeur que tout le Parlement fait déballer, un gnaff, un inconnu au bataillon, un ennemi des propriétaires, un démocrate »57. Et encore « un internationaliste, un bistrot ; un qui voudrait voir Jules Ferry empaillé ; Gaspardo, qui voudrait voir à chaque bec de gaz un exploiteur accroché, la petite Mimi qui pense aux grévistes et non à sa communion ; une famille d’athées révolutionnaires ; un gambettiste repentant ; un ami à Robespierre ; un qui attend la revanche ; un camisard ; un ennemi des monopoles »58.

31Bien entendu, l’étude de ces textes, comme de tous ceux de la même nature, pose de multiples problèmes, exige une réflexion préalable. Quel est le degré de spontanéité de ce langage ? S’agit-il d’ « écriture automatique », libératrice d’inconscient ? Ou, au contraire, de la livrée d’emprunt que le pauvre est contraint d’endosser, s’il veut paraître : les stéréotypes tendent leurs rêts autour de tout langage, fût-il le plus naïf en apparence.

32Il me fallait seulement souligner tout l’intérêt de la souscription comme mode d’expression : forme d’opposition, de contestation, elle élève à la dignité de l’écrit les graffiti, les cris ; elle est une « prise de parole ». Elle illustre ce qui fait, à mes yeux, l’attrait des grèves, du moins de certaines d’entre elles : leur pouvoir libérateur.

8. LE RÔLE DES COMMERÇANTS

33Parmi les secours d’origine extra-ouvrière, on doit citer ceux qui émanent des commerçants (23 cas relevés) et des municipalités (19 cas). Cette générosité n’a généralement rien d’altruiste ; elle repose sur des fondements économiques ou politiques assez évidents : dans les deux cas, il s’agit de clientèle. On a déjà évoqué, à maintes reprises, la fonction de refuge, d’appui, voire d’encadrement, remplie dans certaines communes industrielles, par le petit commerce. Issu du monde salarié, étroitement tributaire de son revenu, il vit en symbiose avec cette clientèle ouvrière, prenant fait et cause pour elle, notamment lorsque pèse sur le village la menace des économats patronaux ; la lutte prend alors un tour antiféodal où les prolétaires se fondent dans la notion plus large de « peuple », à la Michelet.

  • 59 Le Citoyen, 2 mars 1882, « appel aux commerçants ».
  • 60 Le Combat, 5 mai 1890.
  • 61 Arch. nat., F 12 4662, préf.-min., 22 février 1884.
  • 62 Arch. nat., F 12 4662, préf. Rhône-min. Com., 25 février 1884. Cette proposition est adoptée à l’u (...)
  • 63 Les guesdistes voient dans ce fait un signe avant-coureur de la prolétarisation des classes moyenn (...)

34Les formes d’aide des commerçants aux grévistes présentent bien des degrés. Tantôt, il n’est question que d’un crédit prolongé, qui peut, au reste, n’être qu’une usure déguisée, accroissant la dépendance ouvrière vis-à-vis de fournisseurs créanciers : Maigrat, dans Germinal, incarne un type d’épicier omnipotent qui s’engraisse de la grève, jusqu’à sa fin tragique. Tantôt les commerçants reconnaissent aux chambres syndicales ou aux comités de grève, une fonction bancaire, acceptant les bons de pain ou d’épicerie émis par eux comme mode de paiement, remboursables après la grève. Parfois, ils vont plus loin, participant à la collecte des fonds, autorisant sur leur comptoir le dépôt des listes de souscription, appelant leurs collègues à prendre parti : « Ce sont vos intérêts que les grévistes défendent en même temps que les leurs », affirment à Bessèges l’épicier Jourdan, l’horloger Bracourt59. A Commentry les détaillants organisent eux-mêmes un fonds de solidarité sur lequel ils tirent des billets60. A Lyon (1884), lors de la longue grève Barrai et Gacogne, des commerçants de la Croix-Rousse prennent l’initiative de réunions pour étudier « les moyens à employer pour soutenir les revendications des tisseurs »61. Sous la présidence d’un boucher du quartier, deux cents détaillants décident de quadriller la ville en sections pour la collecte de l’argent ; un horloger propose de créer entre boutiquiers et artisans des 1er et IVe arrondissements un organisme permanent ayant pour but de venir en aide aux tisseurs « lorsqu’ils seraient obligés de recourir à la grève pour revendiquer leurs salaires »62. On verra, par les documents ci-joints, l’intensité de la solidarité boutiquière à Roanne en 1882, attisée par la morgue de l’Union des fabricants et par la pratique impopulaire du lock-out63.

  • 64 Ainsi, à Bézenet, en 1878.
  • 65 Arch. dép. Loire, 92 M 16, pièce 17, rapport gendarmerie, 6 janvier 1880.
  • 66 Arch. nat., F 12 4662, rapport gendarmerie, 25 novembre 1881. A Graulhet, la décision des boulange (...)
  • 67 Arch. préf. pol., BA 169, pièces 64 et 65.

35Mais les commerçants sont rarement inconditionnels dans leur aide aux grévistes ; ils sont susceptibles de revirements, soit que leurs intérêts propres étant satisfaits (par exemple, la suppression de l’Economat), ils se retirent64, soit que la grève se prolongeant, ils estiment inopportun de continuer un dangereux crédit. Leur retrait peut alors provoquer l’effondrement de la grève. A Firminy, en 1880, « on affirme que les fournisseurs se sont entendus pour refuser tout crédit aux mineurs en grève »65. A Villefranche, « tout crédit leur ayant été brusquement fermé chez leurs boulangers et autres fournisseurs qui étaient las de faire des avances, les grévistes (teinturiers) se sont présentés en masse... aux usines »66. Dans les villes où la clientèle est hétérogène, les commerçants ont une attitude expectative, parfois franchement hostile. A Vierzon, en 1886, ils pétitionnent pour demander le maintien des troupes67.

36Ces faits montrent que la grève n’est pas seulement un duel entre patrons et ouvriers, mais un affrontement complexe où divers groupes de pression interviennent ; ils illustrent, en outre, la sujétion ouvrière et la fragilité de l’alliance entre salariat et « couches moyennes ». Ils sont de nature à renforcer l’ouvriérisme des travailleurs qui ne peuvent compter que sur eux-mêmes.

9. INTERVENTIONS MUNICIPALES

37Fait nouveau, l’intervention pécuniaire des municipalités (19 cas relevés, mais c’est sans doute incomplet), se produit à partir de 1879, essentiellement dans les localités industrielles où les ouvriers forment un électorat notable. Elle obéit en effet à un souci de popularité que renforce la présence d’élus du prolétariat — radicaux et surtout socialistes — aiguillon dans la chair parfois somnolente des assemblées locales.

  • 68 Arch. dép. Marne, 194 M 12, s.-préf.-préf., 7 novembre 1885. On dit « que les fonds recueillis par (...)
  • 69 Le Petit Lyonnais, 12 juin 1879 et pour l’ensemble de cette affaire, Arch. nat., F 12 4655.
  • 70 Le Cri du Peuple, 29 septembre 1887 : le conseil municipal de Paris, sur proposition de Simon Soën (...)
  • 71 Ibid., 3 octobre 1887.
  • 72 Arch. préf. pol., BA 186, pièces 314-316.

38De l’aumône au secours-grève, du patronage à la lutte de classe, le style de la subvention varie selon la couleur politique des édiles. Dans les municipalités conservatrices, la « bienfaisance » règne. Elle peut être un moyen pour la droite de rappeler aux ouvriers quels sont leurs « vrais » amis. A Reims, le sous-préfet s’inquiète de voir l’archevêque inaugurer les fourneaux économiques organisés par la ville chez les Sœurs de la Miséricorde, et l’empressement des cercles catholiques à donner aux quêtes des grévistes68. Cette charité n’est pas toujours du goût des travailleurs : à Vienne, en 1879, la municipalité, pressée par les femmes des tisseurs en grève d’ouvrir des chantiers communaux, décide d’octroyer 5 000 F distribués aux « nécessiteux » par le truchement d’une « assemblée de dames choisies en dehors des familles des grévistes » ; ce que ces derniers refusent en des termes dignes de leurs interlocutrices : « l’ouvrier honnête et laborieux ne vit que du produit de son travail, et non d’aumônes, qui avilissent l’homme » ; tandis que le travail « l’ennoblit, le rend meilleur en lui laissant le peu de liberté que les tyrans de tout ordre n’ont pu lui ravir »69. Lors de la coalition des tisserands de Cholet (1887), la municipalité, contrainte par l’exemple du conseil municipal de Paris dont la générosité, fort appréciée en ville, fait ressortir sa ladrerie70, vote 3 000 F ; mais pour éviter tout contresens, elle stipule que cette somme sera distribuée après la reprise du travail71 ! A Decazeville, pour atténuer le rententissement psychologique du secours voté par le conseil municipal de la capitale, le maire, le docteur Cayrade, un républicain modéré, décide de faire répartir ces 10 000 F par le conseil de bienfaisance72.

  • 73 Le Citoyen de Paris, 16 juin 1881.
  • 74 Arch. préf. pol., BA 186, pièce 260.
  • 75 Aspirant au gouvernement, les radicaux se trouvaient dans un cruel embarras, cherchaient à se déma (...)

39A Commentry, devenue en 1881 la première municipalité socialiste de France, le ton est diamétralement opposé : le conseil se prononce pour un crédit de 15 000 F « au profit des mineurs qu’un renvoi injustifiable de cent cinquante-deux de leurs camarades a obligés à se mettre en grève », « considérant qu’il est du devoir de la société d’assurer l’existence de tous... que tant que l’Etat se soustraira à ce devoir, c’est aux communes qu’il appartient de le remplir »73. Cas extrêmes. Le plus souvent, on parle pudiquement d’ « aide aux familles des grévistes », formule de compromis qui ménage les susceptibilités de l’électorat modéré et abrite des foudres du pouvoir. Ainsi, en 1886, le conseil municipal de Paris repousse la proposition d’Edouard Vaillant de remettre 10 000 F au maire de Decazeville pour les grévistes, mais accepte celle de Cernesson qui prévoit la même somme mais « pour soulager les misères des habitants de la commune victimes de la cessation du travail dans les mines »74. Il s’agissait, il est vrai, en l’occurrence, de faire passer un geste de dimension nouvelle : pour la première fois, une municipalité subventionnait une grève sise hors de son territoire. C’était élargir le champ de l’action municipale et lui donner une coloration beaucoup plus politique. A plusieurs reprises, les socialistes, forte minorité au sein de l’assemblée parisienne, manifestèrent ainsi leur opposition aux gouvernements opportunistes dont ils voulaient dénoncer le caractère de classe en même temps qu’ils cherchaient à démontrer la modération sociale de leurs collègues radicaux75.

  • 76 Le Citoyen de Paris, 18 juin 1881 ; Emile Massard : « Nous emparer du conseil municipal, cette mol (...)
  • 77 La Gazette de France, citée par Le Citoyen de Paris, 26 juin 1881 : « Partcut où les ouvriers sont (...)
  • 78 Coupure du Journal des Débats, février 1883, dans Arch. nat., F 12 4664. La somme attribuée était (...)
  • 79 Les principales décisions de cet ordre sont les suivantes : 1886, 10 000 F aux mineurs de Decazevi (...)
  • 80 Très important dossier de coupures de presse dans Arch. préf. pol., BA 170.

40Les initiatives municipales ont donné lieu à des débats passionnés. Tandis que les socialistes considèrent l’action du conseil de Commentry comme une justification de leur stratégie électorale76, la droite la dénonce comme « aussi illégale qu’exorbitante et menaçante » ; elle y voit luire l’effrayante figure du pouvoir ouvrier : « les patrons n’ont plus qu’à capituler »77. Et dans quelle mesure un conseil municipal peut-il disposer des deniers des contribuables pour soutenir une grève ? C’est la question que pose Paul Leroy-Beaulieu à propos des porcelainiers de Limoges (1882) : « ... on arrive à cette singulière situation que l’autorité publique, représentée par le conseil municipal, prend, sous la forme d’impôt, de l’argent aux patrons pour le remettre aux ouvriers, afin que ceux-ci triomphent des patrons ? On fait la guerre à ces malheureux bourgeois avec leur propre argent ». Et de conclure : « ... le devoir du gouvernement est d’annuler une délibération aussi injustifiable en droit et aussi préjudiciable aux intérêts du pays »78. La polémique culmine au sujet des décisions du conseil municipal de Paris de secourir des grèves extra muros79. La presse conservatrice se déchaîne, principalement lors de la coalition des verriers de Pantin (1888) en raison de l’enjeu de la grève : non pas comme à Decazeville ou à Cholet, une question de salaire dont la modicité peut légitimer la pitié, mais de pouvoir syndical, de l’autorité du patron dans l’usine80.

  • 81 Le Citoyen de Paris, 18 juin 1881.
  • 82 Arch. dép. Aube, M 12b3, lettre du min. de l’Int. au préfet, 21 juin 1886.
  • 83 Le Cri du Peuple, 28 septembre 1887.
  • 84 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1889-1891 ; préf.-min. de l’Int., 6 décembre 1889 annonçant l’annulati (...)
  • 85 Parmi les municipalités donatrices, citons, outre Paris, Anzin, Bourg-Argental, Montreuil-sous-Boi (...)
  • 86 Rochefort, dans L’Intransigeant, 19 mai 1888, dit à peu près la même chose : « Le cauchemar boulan (...)

41Les polémiques s’enflamment d’autant plus que le gouvernement hésite, notamment à l’époque du boulangisme. Tolérer les subventions, c’est prendre parti contre le capital, en tout cas faire montre d’une dangereuse démagogie ; les annuler, c’est nier l’autonomie municipale. Entre ces deux attitudes, le pouvoir oscille perpétuellement. Le sous-préfet de l’Allier annule la résolution du conseil de Commentry, sous prétexte qu’elle a été prise en réunion extraordinaire : en réalité, à cause de sa tonalité contestataire81. Le préfet de l’Aube, ayant consulté l’Intérieur, empêche l’attribution de 5 000 F aux mineurs de Decazeville décidée par le conseil municipal de Troyes : « Il est de principe que les ressources des budgets communaux ne peuvent être employées qu’à l’acquittement de dépenses d’intérêt local »82. Pour le même motif, sont pareillement annulés les dons du conseil municipal de Paris pour les tisserands de Cholet83, de celui de Lyon pour les couverturiers de Cours84, etc. Mais bien d’autres ont été permis : la grève de Decazeville a bénéficié des libéralités d’une vingtaine de communes au moins85. Il n’y a donc aucune jurisprudence, ni règle générale. Tout est fonction de circonstances locales, ou nationales, de l’opportunité du moment. Lors de la coalition des verriers de Pantin (1888), à quelques jours d’intervalle, Floquet refuse, puis admet le vote du conseil municipal de Paris accordant un secours de 10 000 F aux grévistes ; son revirement serait dû à la souscription de Boulanger : selon Le Petit National, parce que le Général a envoyé 500 F « sur sa petite retraite », « tous les saltimbanques de la politique exécutent de charitables sauteries »86.

42Ainsi les subventions des municipalités, en elles-mêmes peu importantes, ont pour conséquence de porter la grève sur la place publique, d’obliger les hommes d’Etat et les partis à se dévoiler, et de faire éclater le mythe de la neutralité.

10. DISTRIBUTION DES SECOURS

  • 87 Auxquels s’ajoutent quelques dons en nature : des Pyrénées-Orientales arrive à Decazeville un wago (...)
  • 88 Un document fournit l’origine des recettes : Arch. dép. Tarn, IV M2 70.

43Les comités de grève disposent donc parfois de fonds importants87 : on estime à plus de 300 000 F le budget de la grève de Decazeville ; les dépenses des typographes parisiens (1878) se montent à 268 000 F, celles des fondeurs en cuivre à 150 000, des ébénistes à plus de 100 000 ; la chambre syndicale des mégissiers de Graulhet distribue 60 000 F à 1 100 ouvriers en grève durant soixante-dix-sept jours88... La plupart du temps les sommes distribuées n’excèdent guère quelques dizaines de milliers de francs, et tournent plutôt autour de quelques milliers. Ces chiffres, au reste, n’ont qu’une médiocre signification sociale ; confrontés au nombre de journées chômées, ils font apparaître de grandes irrégularités dans les disponibilités par tête. Ainsi, le syndicat des chaisiers, qui, comme beaucoup de syndicats parisiens, fournit un bilan détaillé de la grève, avait en caisse 5 511 F auxquels se sont ajoutés 6 440 F, soit un avoir de 11 951 F ; il a déboursé 10 798 F, c’est-à-dire 3 599 journées à 3 F. Les terrassiers ont disposé de 25 à 30 000 F pour 240 000 journées perdues : en moyenne 0,12 F par tête et par jour.

11. A QUI ?

  • 89 Sur le problème général des secours aux non-syndiqués, cf. M. Leroy, 1913, t. I, p. 260.

44Dans ces conditions, la distribution des secours pose de délicats problèmes, à la fois techniques et sociaux. A qui attribuer des secours? Très généralement, à quiconque fait grève. L’improvisation ici garantit l’égalitarisme : on vit à la fortune du pot, hâtivement garni. Les mesures discriminatoires sont rares, et de trois types : syndical, professionnel, national. A Lille, seuls les métallurgistes syndiqués sont secourus : « les non-syndiqués ne touchent rien et sont malheureux »89. Est-il juste de payer pour ces imprévoyants ? Des caisses corporatives assidûment remplies engendrent fréquemment un égoïsme de fourmi précautionneuse.

  • 90 Arch. préf. pol., BA 172, pièce 321, rapport de police, 4 juin 1882.

45Les querelles qui opposent, à propos des secours, métallurgistes et mineurs à Decazeville, manœuvres et verriers à Lyon sont du même ordre ; mais il s’y ajoute cette sourde rivalité de métier et de statut dont nous avons montré les failles qu’elle dessine. Quant à la discrimination nationale, elle manifeste une fois de plus une xénophobie latente. Durant la coalition des raffineurs parisiens, « les Italiens disent que si on ne leur donne pas, ils reprendront le travail dans deux ou trois jours. Quant aux ouvriers allemands, on ne leur aurait donné encore aucune indemnité »90.

12. COMBIEN ?

  • 91 C’est le taux le plus commun, comme si c’était implicitement considéré comme le salaire minimum vi (...)
  • 92 Ainsi, les terrassiers de Paris reçoivent 50 c par jour et les plus « nécessiteux », 0,75 F (Arch. (...)
  • 93 Arch. dép. Marne, 194 M 10, com. pol.-s.-préf., 1er mai 1880.
  • 94 Arch. nat., F 12 4663.
  • 95 Arch. préf. pol., BA 181.
  • 96 Ibid., B A 174, pièce 54, rapport de police, 31 août 1881.
  • 97 Arch. dép. Nord, M 619/3, rapport de police au préfet, 22 mai 1880.
  • 98 Le Cri du Peuple, 12 juin 1887, grève générale des tisserands.

46Comment fixer le taux de l’allocation journalière? Doit-elle être uniforme ou progressive selon les besoins réels de chacun ? Volontiers, les corporations aisées optent pour la première solution, plus discrète et pudique, e: distribuent aux « adhérents » à la grève une « indemnité » plus ou moins élevée, le taux le plus courant étant de 3 F par jour91, espèce d’assurance tout risque que chacun utilise à sa guise. Ce système convient à l’anonymat de la grande ville qui ne connaît que l’individu, et valorise les relations de travail, au détriment des rapports familiaux et de quartier. Par contre, au village, ou lorsqu’il s’agit d’organiser une pénurie dont on ignore la possible durée, on détermine les secours en tenant compte des disponibilités, et de la situation des grévistes. Les critères ne sont pas toujours bien définis, et le terme vague, et humiliant, de « nécessiteux » se rencontre encore92. Mais le langage persistant du paupérisme s’estompe pourtant. Voici que s’avance le « grand aventurier du monde moderne » : le père de famille et sa nichée d’enfants dont le nombre détermine les droits. Le comité de Reims donne 2 F aux tisseurs ayant deux enfants, et 2,50 F à ceux qui en ont plus93. L’allocation des gantiers (Paris) varie de 3,5 à 5,25 selon les charges familiales94. Les chaisiers attribuent 3 F à chacun, plus 50 c par enfant95. Les charpentiers secourent seulement les ouvriers ayant trois enfants et au-delà, auxquels ils dévoluent de 10 à 15 F par jour96. Et ainsi procèdent les délégués des tisseurs roubaisiens : « après épuisement de la liste des hommes mariés ayant trois enfants et davantage, on a appelé les veufs, pères de deux enfants. Ils ont reçu... 4,50 F chacun »97. Notons le peu de cas fait des femmes, qui reçoivent toujours moins que les hommes, comme si elles ne pouvaient jamais être chefs de foyer : à Mazamet, en 1887, les hommes reçoivent 1,25 F et les femmes, 0,75 F uniformément98.

13. COMMENT ?

  • 99 A propos des tisseurs de Roubaix, Le Temps, 12 mai 1880, note : « La monnaie distribuée était de l (...)
  • 100 Arch. dép. Tarn, IV M2 70 ; Arch. dép. Loire, 92 M 19, pièce 54, préf.-min., 22 février 1882.
  • 101 Arch. préf. pol., BA 182, pièce 2, rapport de police, mars 1883 : le repas est pris chez Renault, (...)
  • 102 Le Temps, 8 mai 1880 : deux fourneaux économiques distribuent deux cents portions de soupe à la vi (...)

47Les secours sont distribués en numéraire99, en nature (pain notamment) et, plus souvent, les délégués se défiant des tentations du cabaret, sous forme de bons libellés en argent ou en quantité de marchandises (pain, épicerie, viande aussi). Le comité de grève, la mairie parfois (Decazeville, 1886), servent de banque où les commerçants viennent se faire rembourser. Le comité de Roanne, celui de Graulhet, sages trésoriers, veillent à ne pas mettre en circulation plus de bons qu’ils n’ont en caisse100. A Montrouge, les champignonnistes célibataires « d’après les conventions votées en Assemblée générale, prennent leur repas au compte de la chambre syndicale »101. A Reims, les ouvrières organisent des fourneaux économiques102, précurseurs des « soupes communistes » du début du siècle, mais c’est encore exceptionnel : apparemment peu tenté par la vie collective, l’ouvrier français préfère profiter de l’occasion pour manger chez lui.

14. L’ARGENT, MOTIF DE QUERELLES

  • 103 Le Temps, 12 mai 1880 : sur la grève de Roubaix : « Les ouvriers d’une même usine nomment des délé (...)
  • 104 Le Cri du Peuple, 3 août 1888 : délégués par arrondissement et par commune de banlieue.
  • 105 Arch. dép. Nord, M. 619/3, commissaire central Tourcoing, 11 mai 1880 : « Il paraît que des secour (...)
  • 106 Ibid., « les délégués chefs étaient accusés de profiter seuls des dons ».
  • 107 Arch. préf. pol., BA 173, pièce 388, rapport de police, 3 mai 1882.
  • 108 Ibid., BA 175, pièce 132, rapport de police, 22 juin 1882.
  • 109 Arch. dép. Nord, M 626/14, pièce 84, s.-préf.-préf.
  • 110 Sur les scènes d’hostilité des corons à Etienne, cf. éd. La Pléiade, p. 1518.
  • 111 Quelques exemples : a) Arch. dép. Bouches-du-Rhône, M 6 2009 : Matheron a détourné 500 F de la cai (...)

48Les distributions ont lieu au siège du comité, dans un café ou en plein air, individuellement, ou, en cas de grève massive, par l’intermédiaire de délégués d’établissement103, ou de communes104. Elles entraînent bien des contestations. Telle usine n’est-elle pas privilégiée105 ? Les délégués ne s’octroient-ils pas des allocations abusives106 ? On murmure à Decazeville contre leurs 5 F par jour. Sur ce chapitre, les ouvriers sont soupçonneux, ayant toujours le sentiment qu’on les gruge. De pénibles règlements de compte suivent les conflits, surtout s’ils ont échoué. Chez les charpentiers parisiens, où la coalition se solde par 14 000 F de déficit, une salle pointilleuse épluche les livres : « Jenty demande que Vilon donne des explications sur une somme de 83 F reçue du 1er au 17 décembre 1881 qui ne figure pas dans le compte de la commission des secours. Vilon prouve que cette somme a été portée en bloc aux dépenses diverses avec son allocation de délégué »107. Même scénario chez les scieurs de long où « une discussion orageuse » se termine en échange d’injures : « les anciens membres de la commission sont traités d’opportunistes et répondent par les épithètes de socialistes et de communeux »108. Basly, qui s’était promené durant toute la grève une bourse à la ceinture pour rassurer les mineurs, est sommé de s’expliquer sur la fonte de ce mirifique magot : à Bruay, « les assistants fort peu satisfaits des explications qu’il donnait... l’ont hué et c’est au milieu des cris qu’il a quitté la réunion »109. Pour lui, comme pour Etienne Lantier, auquel il sert de modèle, l’échec mue le héros en coupable110. Au vrai, certains délégués ne résistent pas à l’attrait de l’argent et puisent dans la caisse ; on leur intente poursuite pour détournement de fonds, tandis que les ouvriers, dégoûtés, abandonnent l’organisation111. L’argent, « empoisonneur et destructeur » (Zola), exerce partout ses ravages.

15. RESTRICTION ET MISÈRE DE GRÈVE

49Sans lui, pourtant, la misère s’appesantit. Toute grève qui dure la fait inévitablement ressurgir. A l’allégresse des premiers jours — car la grève est d’abord fête libératrice — succède une gêne qui peut aller jusqu’à la quête anxieuse du pain.

50On manque malheureusement de documents sur la vie privée des ouvriers durant la grève. Les commissaires de police scrutent les manifestations et les meetings ; la curiosité des journalistes se fait plus vive, mais à cette époque, le « reporter » reste un bourgeois qui s’arrête au seuil de la maison ouvrière. Il y a, de façon générale, un certain recul de la littérature « paupérisante » ; au fur et à mesure que les ouvriers s’organisent et luttent, on cesse de les considérer comme « pitoyables ». S’ils ont faim, après tout, c’est leur faute : il est des silences qui valent des désaveux. Quant aux travailleurs, s’ils se plaignent, ils se racontent peu. Et la faim est incommunicable.

  • 112 Arch. préf. pol., BA 186, pièce 431, 23 mars 1886.
  • 113 Tels les mineurs de la Sentinelle qui se détachent de Basly sous prétexte qu’ils n’ont pas bénéfic (...)

51Une chose est sûre : la grève remet au premier plan la question des subsistances, comme le montre la nature des secours distribués : des vivres (en bons ou en nature), et de ceux-ci, les plus élémentaires. La viande est un luxe qu’on n’ose plus aborder. A Decazeville, au trentième jour de grève, le correspondant du Figaro s’étonne de la sobriété des mineurs : « Ces malheureux se contentent toujours facilement de ce qu’on leur donne... et c’est à se demander s’ils ne souffrent pas la faim tellement ce qu’on leur donne est peu de chose ; sur près de huit cents qui se sont présentés hier, il n’y en a que cinq qui ont demandé de la viande de boucherie, tous les autres se sont contentés de pain, de lard et de légumes »112. Le pain, roi des distributions, retrouve une primauté perdue dans la vie normale. Les houilleurs se pressent aux estaminets, l’Ermitage d’Anzin et le Salon de l’Usine de Denain, pour le recevoir, comme le bien le plus précieux ; dans chaque commune, ils exigent jalousement leur lot113. Que les socialistes gantois envoient aux tisseurs du Nord un wagon de pains, voilà sans doute ce qu’on ne ferait plus aujourd’hui. Comme ces jours de neige capables de replonger nos villes, soudain bloquées, paralysées, dans un âge pré-industriel aboli, la grève provoque une régression vers un niveau de vie antérieur, vers un régime alimentaire considéré comme un minimum vital.

  • 114 Cité dans M. Nadeau, Documents surréalistes, p. 75. La distinction entre « écrivains » et « écriva (...)

52Y a-t-il davantage ? Pénurie complète? Famine absolue ? Meurt-on de faim dans la grève, comme dans Germinal ? Zola a décrit, en des pages inoubliables, la progression de la disette, la montée insidieuse, puis aiguë, torturante, hallucinante de la faim. L’historien a toujours quelque scrupule à s’interroger sur la signification de l’œuvre d’art. Il se souvient de la colère d’André Breton, devant les efforts des « écrivants » pour donner à Lautréamont la stature d’une biographie : « Tout cela... pour que nous usions notre cœur sur les marches, pour que la porte soit fermée, pour que nous râclions nos langues sur le haut des murs »114. Il se sent mesquin, semblable au peseur d’or du tableau de Quentin Metsys qui, courbé sur sa balance, n’entrevoit le monde que dans l’image étroite d’un miroir. Tâche grise, assurément, que la sienne, comparée à la tâche éclatante du conteur, et qu’il lui faut pourtant accomplir. Ou renoncer.

  • 115 Le Pays, 2 juillet 1878.
  • 116 L’Union, 22 juillet 1878.
  • 117 La Marseillaise, correspondance d’Anzin, citée dans L’Ordre ; 22 juillet 1878 (c’est moi qui souli (...)
  • 118 Ed. La Pléiade, p. 1805 et 1817, sur les sources de Germinal.
  • 119 Arch. dép. Nord. M 619/3, com. pol. Wattrelos-préf., 9 mai.
  • 120 Sur ces tisserands, cf. ci-dessus, première partie. Sur la misère pendant cette grève, Arch. nat., (...)

53C’est du nord que nous viennent les peintures les plus cruelles, et principalement des grandes grèves des mines (Anzin, 1878) et du textile (1880), mouvements en grande partie spontanés et dépourvus d’organisation alimentaire. Livrés à eux-mêmes, nombreux, sans aide, les ouvriers atteignent aux limites du supportable. A Anzin, se sentant traqués, les mineurs vivent en bandes, dans les bois ; ils campent, bivouaquent, et font la cuisine115 ; « ils restent là, vivant comme ils peuvent, tandis que les femmes et les enfants vont mendier presque dans Valenciennes »116. « Des enfants presque nus, sans bas, sans chaussures, écrit le correspondant de La Marseillaise, quelques-uns sans chemise, le corps couvert tant bien que mal d’une blouse déchirée, d’une moitié de pantalon faite de pièces et de morceaux, s’en vont de porte en porte ou accostent timidement les passants pour obtenir de quoi acheter du pain. Quelques-uns sont encore si jeunes, si petits, qu’ils sont obligés de se faire la courte échelle pour atteindre un bouton de sonnette. Nulle part je n’ai vu la misère sous des couleurs plus sombres, réellement affligeantes »117. Spectacle digne des pays sous-développés d’aujourd’hui, de la Méditerranée famélique : il a directement inspiré Zola qui a soigneusement annoté le reportage d’Yves Guyot dans Le Voltaire118. Des scènes analogues se reproduisent en 1880, la distribution des secours étant rudimentaires. A Wattrelos, « quelques grévistes sont absolument dépourvus d’argent. Hier, des grévistes inconnus sont entrés dans la ferme de Bonte-Picavet... et obligèrent la servante à leur donner des tartines : ils sont partis en disant : ‘ Voilà le moyen de manger quand on n’a plus le sou et qu’on ne travaille pas ‘ »119. En 1889, les tisseurs de Cambrésis, en état de sous-alimentation perpétuelle, connaissent le dénuement total : ils en sont réduits à manger de l’herb120.

  • 121 A ce sujet, cf. première partie.
  • 122 Ainsi les mineurs d’Anzin : l’autorisation est du reste refusée : Arch. dép. Nord, M 626/17, pièce (...)
  • 123 Les mineurs d’Anzin font quêter dans le Pas-de-Calais selon un itinéraire tracé par le secrétaire (...)
  • 124 Ed. La Pléiade, p. 1477.

54Tous les conflits n’atteignent pas à ce degré critique. De tels faits demeurent relativement exceptionnels. La recrudescence de la mendicité dans les années 1880-1890, phénomène social considérable et trop peu remarqué121, ne doit pas, me semble-t-il, être mis au compte des coalitions, mais de la « grande dépression ». Au reste, les ouvriers prennent soin de marquer leurs distances vis-à-vis de la mendicité. Pour éviter toute confusion, ils sollicitent pour leurs quêtes des autorisations officielles122, ils les balisent attentivement123. Plus profondément, ils répugnent à quémander. Lorsque la Maheude y pousse ses enfants, c’est sous le poids d’une insupportable nécessité : « Jadis, elle menaçait de les tuer, s’ils tendaient jamais la main. Aujourd’hui, elle les envoyait elle-même sur les routes, elle parlait d’y aller tous, les dix-mille charbonniers de Montsou, prenant le bâton et la besace des vieux pauvres, battant le pays épouvanté »124. Mieux que tout, la timidité des enfants d’Anzin à quémander traduit leur désarroi dans ce geste inhabituel. Cette répulsion qui mériterait psychanalyse, hérite du mépris puritain pour la misère crasseuse : il est honteux d’être pauvre. Il y sourd un souci croissant de respectabilité, qui cache un rêve obscur d’ascension donc d’intégration, sociales.

Notes

1 Dans La Bohême du travail, Paris, s.d., Barberet a donné une description des « galvauds » qui attendent les « coups de main » dans les gares parisiennes ; description intéressante quoique marquée par un moralisme déformant. Ma mère se souvient qu’avant 1914, de tels pauvres hères couraient de la gare Saint-Lazare à la Place d’Italie, derrière les omnibus ou les fiacres, dans l’espoir de décharger les bagages et de recevoir quelques sous.

2 Arch. dép. Tarn, IV M2 68, com. pol.-s.-préf., 18 juin 1883.

3 Arch. nat., F 12 4667, préf.-min., 9 avril 1890.

4 Arch. nat., F 12 4667, Puy-de-Dôme, com. pol. Saint-Eloy-les-Mines, 1890.

5 Arch. nat., F 12 4658, préf. Indre-et-Loire-min. Com., 12 octobre 1885.

6 Cf. ci-dessus, l’étude de la répartition saisonnière et mensuelle des grèves, première partie, pour les mineurs. Exemple encore, à Firminy, en avril 1876, bruit de grève ; les mineurs l’envisagent d’autant mieux « qu’ils se reposent sur les travaux agricoles qui vont s’ouvrir » : Arch. dép. Loire, 92 M 15, pièce 3, 9 avril.

7 Arch. préf. pol., BA 186, pièce 431, dépêche du correspondant du Figaro, 23 mars. A la mi-avril, un coup de froid interrompt ces travaux et provoque une poussée de misère : cf. B A 187, pièce 145, dépêche à L’Intransigeant.

8 Flaubert, L’Education sentimentale, éd. La Pléiade, p. 350, écrit à propos des ouvriers chômeurs du Paris de 1848 : « Pour beaucoup, d’ailleurs, accoutumés à des travaux délicats, l’agriculture semblait un avilissement ».

9 En 1881-1882, 39 % des grèves sont menées par un syndicat.

10 Arch. dép. Nord, M 619/3, com. spéc.-préf., 24 mai 1880.

11 Le Citoyen, 4 mars 1882 : éditorial de C. Bouis : « Cotisons-nous » !

12 Arch. préf. pol., B A 161, pièce 27, tract imprimé, quatre pages, Union des mécaniciens de la Seine, rapport de la commission d’élaboration des statuts, lu le 29 février 1880 : « Nous croyons qu’en nous organisant pour la résistance et prélevant mensuellement une quotité sur notre salaire, nous pourrions avoir raison de nos exploitateurs, car nous ne voulons pas la grève provoquée par un moment d’effervescence passagère, mais nous la voulons forte, organisée et pouvant répondre aux besoins du lendemain ».

13 Sur cette question, cf. M. Leroy, 1913, t. I, p. 212. Selon Leroy, c’est au congrès confédéral de Tours (1896) que la position en faveur des basses cotisations est exprimée officiellement pour la première fois. Elle est abandonnée dans les années suivantes. A la veille de la guerre, on était revenu à la conception anglo-saxonne des réserves syndicales.

14 Arch. préf. pol., BA 181.

15 Arch. dép. Isère, 166 M 2.

16 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1888-1889.

17 En 1882 : cf. Arch. dép. Haute-Vienne, M 1166.

18 Arch. préf. pol., BA 171.

19 Arch. préf. pol., BA 171.

20 Arch. dép. Loire, 92 M 19, pièce 47, s.-préf.-préf., 18 février 1882.

21 Cf. M. Leroy, 1913, t. I, p. 257.

22 En 1881, les charpentiers de Paris, en grève, font appel aux quatorze villes- mères qui ne répondent guère : Arch. préf. pol., BA 174, pièce 54, rapport de police, 31 août 1881.

23 Arch. préf. pol., B A 167, Grève des ouvriers mégissiers de Chaumont soutenue par plusieurs ateliers de Paris, 1874, 11 pièces. Le dossier comporte deux lettres des mégissiers de la maison Tréfouse à ceux de Saint-Denis ; elles sont signées Charles Mélin, Cartalier, Cyprien Durand.

24 Lettre du 22 mai 1886, tirée des Archives Calvignac, dont je dois la communication à Rolande Trempé. Le syndicat de Carmaux, pour sa part, avait pu envoyer plus de 700 F, mais celui des mineurs du Nord, seulement 150 F. A Brassac-les-Mines, selon le correspondant du Figaro (Arch. préf. pol., BA 186, pièce 439), 23 mars 1886, « un sieur Morin se donnant comme délégué des grévistes de Decazeville, venu dans le bassin houiller pour prêcher la grève, a été expulsé par les mineurs ». Réaction analogue à Graissessac où la souscription ne totalise que 61,75 F (Arch. dép. Hérault, 4 M 372, com. pol., 12 juin 1886).

25 Arch. dép. Haute-Vienne, M 1166, « Appel des ouvriers en cuirs et peaux de Saint-Junien à leurs camarades. Travailleurs de ... Au nom du principe de solidarité qui doit unir et relier tous les travailleurs de tous états, nous venons vous prier de nous aider à soutenir nos légitimes réclamations. Si les patrons savent toujours si bien se concerter dès que leurs intérêts sont en jeu, sachons nous aussi nous entendre et nous soutenir en solidarité. La Commission de la grève ».

26 Arch. dép. Nord, M 625/56, pièce 50, grève du tissage Dulac à Armentières, juin 1887 : ces cartes à 25 c portent un tampon « Pour les grévistes ».

27 Créée en 1848, cette pièce est donnée à Paris en 1886 à deux reprises au bénéfice des grévistes de Decazeville et de Vierzon.

28 Le Petit Lyonnais, 26 mai 1879.

29 .A ce sujet, cf. G. Duveau, 1946, p. 486 ; H. Leyret, 1895, p. 91 (très intéressantes remarques sur le répertoire ouvrier) ; et la célèbre scène de L’Assommoir.

30 L’Emancipation, 14-21 décembre 1890.

31 Le Peuple Libre (Marseille), 5 juin 1881.

32 Arch. préf. pol., BA 171, pièce 43, rapport de police, 6 janvier 1889.

33 En 1874, les mégissiers de Chaumont demandent et obtiennent des secours de leurs collègues de Bruxelles.

34 Arch. nat., F 12 4665, préf. pol.-min., 3 décembre 1879.

35 Arch. dép. Haute-Vienne, M 1166, Grève des tourneurs en soucoupes 1882. Un rapport parle même de 100 000 F, mais un autre dit que ce chiffre, colporté par la presse, est inexact.

36 La Défense des Travailleurs (Saint-Quentin), 12 octobre 1890. Le secours vient des trade-unions de Nottingham.

37 La grève des tailleurs parisiens de 1866 avait donné lieu à des échanges importants.

38 Cri du Peuple, 17 mai 1885.

39 L’Egalité, 20 février 1882 : appel des grévistes de Roanne aux Trade unions. Paul Lafargue fut chargé d’entrer en rapport à Londres avec Georges Shipton, secrétaire du Conseil des Trade unions. Cf. aussi le Citoyen, 8 mars 1882.

40 Ainsi durant la grève des chaisiers de Paris (1883), celle des cochers (1883), des porcelainiers de Limoges (1882).

41 Le Cri du Peuple, 67e liste pour Decazeville : « collecte faite dans un restaurant de la rue Saint-Marc, 28 F ».

42 Ibid., « Bourges. Collecte faite par un groupe de socialistes révolutionnaires à la sortie d’un enterrement civil, qui crient courage aux mineurs ... 9,50 F ».

43 .Le Petit Lyonnais, 13 décembre 1889, grève de Cours : « après une chansonnette dite la Crapule et le Bataillon d’Afrique, après un assaut de chant ». Dans L’Emancipation, février 1890, dans la souscription ouverte pour les grévistes de la Vrigne-aux-Bois, la mention « à l’issue d’une chanson » est très fréquente.

44 Le Cri du Peuple, 67e liste.

45 Le Petit Lyonnais, 7 mars 1890.

46 L’Intransigeant, 31 décembre 1881 (pour les mineurs de la Grand’Combe).

47 Le Cri du Peuple, 67e liste, 1886.

48 Exemple : Le Cri du Peuple, 67e liste : « un Hollandais qui aime la solidarité et qui veut aider à l’émancipation des travailleurs : 100 F ».

49 L’étude d’Henri Feller, à laquelle je renvoie, a beaucoup insisté sur ce point.

50 Exemple : L’Intransigeant, souscription pour les mineurs de la Grand’Combe, 30 décembre 1881 : une souscription de 20 F ; le 31, 27 F en versements de 2, 3, 5 et 6 F.

51 La souscription est ouverte le 13 février 1882 et se termine le 19 juillet, L’Egalité, Le Prolétaire, Le Droit Social (Lyon) et même le Labour Standard ont également récolté des fonds pour cette grève.

52 .L. Simonin, 1867, p. 257 : « Saluez en eux les obscurs et virils combattants de l’abîme, les pionniers du monde souterrain ».

53 Les groupes professionnels ayant bénéficié d’une souscription dans la presse sont : textile : 12 (rôle de la presse guesdiste bien implantée dans les zones textiles) ; mineurs : 7 ; verriers, porcelainiers : 7 ; mouleurs : 6 (à cause de L’Emancipation des Ardennes) ; menuisiers, ébénistes : 6.

54 L’Emancipation, 2-9 février 1890.

55 Ibid.

56 Le Cri du Peuple, 1886, 77e liste.

57 Le Cri, 77e liste.

58 Ibid., 19 mars 1886.

59 Le Citoyen, 2 mars 1882, « appel aux commerçants ».

60 Le Combat, 5 mai 1890.

61 Arch. nat., F 12 4662, préf.-min., 22 février 1884.

62 Arch. nat., F 12 4662, préf. Rhône-min. Com., 25 février 1884. Cette proposition est adoptée à l’unanimité, mais elle ne semble pas avoir été suivie d’effets.

63 Les guesdistes voient dans ce fait un signe avant-coureur de la prolétarisation des classes moyennes : « Peu à peu partout, la petite bourgeoisie deviendra aussi consciente du péril que lui fait courir le développement continu de la féodalité capitaliste », lit-on dans L’Egalité.

64 Ainsi, à Bézenet, en 1878.

65 Arch. dép. Loire, 92 M 16, pièce 17, rapport gendarmerie, 6 janvier 1880.

66 Arch. nat., F 12 4662, rapport gendarmerie, 25 novembre 1881. A Graulhet, la décision des boulangers de ne plus faire crédit est aussi la raison de la fin du conflit : Arch. dép. Tarn, IV M2 70.

67 Arch. préf. pol., BA 169, pièces 64 et 65.

68 Arch. dép. Marne, 194 M 12, s.-préf.-préf., 7 novembre 1885. On dit « que les fonds recueillis par les grévistes proviennent en grande partie de la caisse des cercles catholiques ».

69 Le Petit Lyonnais, 12 juin 1879 et pour l’ensemble de cette affaire, Arch. nat., F 12 4655.

70 Le Cri du Peuple, 29 septembre 1887 : le conseil municipal de Paris, sur proposition de Simon Soëns, avait voté 10 000 F, geste qui eut un vif retentissement dans le milieu ouvrier choletais.

71 Ibid., 3 octobre 1887.

72 Arch. préf. pol., BA 186, pièces 314-316.

73 Le Citoyen de Paris, 16 juin 1881.

74 Arch. préf. pol., BA 186, pièce 260.

75 Aspirant au gouvernement, les radicaux se trouvaient dans un cruel embarras, cherchaient à se démarquer en atténuant les effets des proclamations socialistes et même en les bloquant. Ainsi, en 1888, la proposition d’Edouard Vaillant d’aide (20 000 F) aux terrassiers fut finalement repoussée au terme d’une discussion houleuse où les radicaux dénoncèrent la démagogie boulangiste tapie à l’ombre de la grève générale, la subversion menaçant la République.

76 Le Citoyen de Paris, 18 juin 1881 ; Emile Massard : « Nous emparer du conseil municipal, cette molécule de la Société, c’est la première étape du prolétariat dans son affranchissement ».

77 La Gazette de France, citée par Le Citoyen de Paris, 26 juin 1881 : « Partcut où les ouvriers sont les plus nombreux comme à Commentry, ils sont les maîtres des municipalités, puisque ce sont eux qui les élisent et qu’ils forment la majorité ; et que s’ils peuvent consacrer les deniers communaux à alimenter leurs grèves, il n’y a plus de conciliation possible et les patrons n’ont plus qu’à capituler »

78 Coupure du Journal des Débats, février 1883, dans Arch. nat., F 12 4664. La somme attribuée était de 30 000 F.

79 Les principales décisions de cet ordre sont les suivantes : 1886, 10 000 F aux mineurs de Decazeville et autant pour les grévistes de Vierzon ; 1887, 10 000 F pour Cholet (décision annulée par le gouvernement) ; 1888, en mai, 10 000 F pour les verriers de Pantin ; en août une proposition de Vaillant de 20 000 F pour les terrassiers est repoussée, une partie des conseillers craignant de favoriser la grève générale et l’agitation boulangiste.

80 Très important dossier de coupures de presse dans Arch. préf. pol., BA 170.

81 Le Citoyen de Paris, 18 juin 1881.

82 Arch. dép. Aube, M 12b3, lettre du min. de l’Int. au préfet, 21 juin 1886.

83 Le Cri du Peuple, 28 septembre 1887.

84 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1889-1891 ; préf.-min. de l’Int., 6 décembre 1889 annonçant l’annulation de la décision prise par le conseil dans sa délibération du 2 décembre par 17 voix contre 10.

85 Parmi les municipalités donatrices, citons, outre Paris, Anzin, Bourg-Argental, Montreuil-sous-Bois, Lodève, Prades, Gentilly, Perpignan, Toulon, Beaucaire, Marseille, Constantine, etc.

86 Rochefort, dans L’Intransigeant, 19 mai 1888, dit à peu près la même chose : « Le cauchemar boulangiste, qui trouble le sommeil de nos politiciens, a fait plus que toutes nos objurgations pour lever les scrupules du cabinet ».

87 Auxquels s’ajoutent quelques dons en nature : des Pyrénées-Orientales arrive à Decazeville un wagon de comestibles, selon Arch. préf. pol., BA 186, pièce 376. Les verriers de Lyon font parvenir à ceux de Souvigny (Allier) 1 000 kg de pois verts, 500 kg de macaronis, 200 kg de graisse de porc et 8 000 kg de pommes de terre : Le Cri du Peuple, 16 juillet 1888. Les socialistes de Gand expédient deux wagons de pains aux grévistes du Nord : L’Egalité, 21 mars 1889 et Le Parti ouvrier, 23 mars.

88 Un document fournit l’origine des recettes : Arch. dép. Tarn, IV M2 70.

89 Sur le problème général des secours aux non-syndiqués, cf. M. Leroy, 1913, t. I, p. 260.

90 Arch. préf. pol., BA 172, pièce 321, rapport de police, 4 juin 1882.

91 C’est le taux le plus commun, comme si c’était implicitement considéré comme le salaire minimum vital. Mais à Paris surtout, on trouve plus : les cordonniers (1882) touchent 5 F par jour au début (Arch. nat., F 12 4663) comme les tapissiers (Arch. préf. pol., BA 182, pièce 55). Sentant la réticence des mouleurs à faire grève, la commission porte de 4 à 6 F l’allocation journalière (Arch. nat., F 12 4663) ; les mégissiers vont jusqu’à 8 F !

92 Ainsi, les terrassiers de Paris reçoivent 50 c par jour et les plus « nécessiteux », 0,75 F (Arch. préf. pol., BA 183, pièce 25). A Decazeville, le 16 mai 1886, distribution de secours « aux plus malheureux » seulement. Cf. aussi Germinal, p. 1327 : « Etienne, à titre de secrétaire ... avait partagé les 3 000 F de la caisse ... entre les. familles nécessiteuses ».

93 Arch. dép. Marne, 194 M 10, com. pol.-s.-préf., 1er mai 1880.

94 Arch. nat., F 12 4663.

95 Arch. préf. pol., BA 181.

96 Ibid., B A 174, pièce 54, rapport de police, 31 août 1881.

97 Arch. dép. Nord, M 619/3, rapport de police au préfet, 22 mai 1880.

98 Le Cri du Peuple, 12 juin 1887, grève générale des tisserands.

99 A propos des tisseurs de Roubaix, Le Temps, 12 mai 1880, note : « La monnaie distribuée était de la monnaie de nickel ».

100 Arch. dép. Tarn, IV M2 70 ; Arch. dép. Loire, 92 M 19, pièce 54, préf.-min., 22 février 1882.

101 Arch. préf. pol., BA 182, pièce 2, rapport de police, mars 1883 : le repas est pris chez Renault, marchand de vin et trésorier de la chambre syndicale. Il comporte « un ordinaire (soupe et bœuf), 15 c de pain et 25 centilitres de vin ».

102 Le Temps, 8 mai 1880 : deux fourneaux économiques distribuent deux cents portions de soupe à la viande matin et soir.

103 Le Temps, 12 mai 1880 : sur la grève de Roubaix : « Les ouvriers d’une même usine nomment des délégués qui prennent ce qui est dû et le répartissent dans les réunions ».

104 Le Cri du Peuple, 3 août 1888 : délégués par arrondissement et par commune de banlieue.

105 Arch. dép. Nord, M. 619/3, commissaire central Tourcoing, 11 mai 1880 : « Il paraît que des secours ont été donnés aux ouvriers de M. Eloi Duvilliers, principalement, parce qu’ils se sont mis les premiers en grève ».

106 Ibid., « les délégués chefs étaient accusés de profiter seuls des dons ».

107 Arch. préf. pol., BA 173, pièce 388, rapport de police, 3 mai 1882.

108 Ibid., BA 175, pièce 132, rapport de police, 22 juin 1882.

109 Arch. dép. Nord, M 626/14, pièce 84, s.-préf.-préf.

110 Sur les scènes d’hostilité des corons à Etienne, cf. éd. La Pléiade, p. 1518.

111 Quelques exemples : a) Arch. dép. Bouches-du-Rhône, M 6 2009 : Matheron a détourné 500 F de la caisse de grève des ouvriers du port (1883) : on étouffe l’affaire pour ne pas faire tort au parti ouvrier, b) Arch. nat., F 12 4664, préf. Haute-Vienne-min., 29 janvier 1883 : Faucher, trésorier du comité de la grève des charpentiers, est condamné à quatre mois de prison et 25 F d’amende pour détournement de fonds, c) A.P.O., t. II, p. 145 : grève des mégissiers de Grenoble, 1883 : « la grève durait depuis trois mois, quand la disparition d’une somme de 500 F, envoyée par le syndicat des mégissiers d’Annonay, vint jeter le désarroi dans les rangs des grévistes. Les membres du Comité, soupçonnés, décidèrent en guise de protestation, la reprise du travail ». Une enquête auprès de la direction des postes, fait découvrir le coupable, qui est poursuivi et condamné. Ces événements empêchent la formation d’un syndicat durant plusieurs années.

112 Arch. préf. pol., BA 186, pièce 431, 23 mars 1886.

113 Tels les mineurs de la Sentinelle qui se détachent de Basly sous prétexte qu’ils n’ont pas bénéficié du même nombre de distributions de pain que les autres : Arch. dép. Nord, M 626/14, pièce 84.

114 Cité dans M. Nadeau, Documents surréalistes, p. 75. La distinction entre « écrivains » et « écrivants » vient de R. Barthes.

115 Le Pays, 2 juillet 1878.

116 L’Union, 22 juillet 1878.

117 La Marseillaise, correspondance d’Anzin, citée dans L’Ordre ; 22 juillet 1878 (c’est moi qui souligne).

118 Ed. La Pléiade, p. 1805 et 1817, sur les sources de Germinal.

119 Arch. dép. Nord. M 619/3, com. pol. Wattrelos-préf., 9 mai.

120 Sur ces tisserands, cf. ci-dessus, première partie. Sur la misère pendant cette grève, Arch. nat., F 12 4665, Nord.

121 A ce sujet, cf. première partie.

122 Ainsi les mineurs d’Anzin : l’autorisation est du reste refusée : Arch. dép. Nord, M 626/17, pièce 350 : « Les ouvriers doivent comprendre que je ne saurais prendre aucune mesure pouvant encourager l’une pu l’autre des deux parties dans la résistance sans me départir de mon rôle de neutralité attentive et bienveillante ».

123 Les mineurs d’Anzin font quêter dans le Pas-de-Calais selon un itinéraire tracé par le secrétaire du syndicat des mineurs du département, Harmant : Arch. dép. Pas-de- Calais, préf.-min. Tr. Publ., 25 mars 1884.

124 Ed. La Pléiade, p. 1477.

Table des illustrations

Légende 24. Grèves ayant bénéficié de secours financiers (pour 100 grèves)A. par annéeB. par groupe d’industries
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/597/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre 1. Secours provenant des ouvriers appartenant à la profession des grévistes :
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/597/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre 2. Secours provenant des ouvriers d’autres professions (essentiellement les organisations), appartenant à :
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/597/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre 3. Secours non spécifiquement ouvriers :
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/597/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/597/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/597/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Et celle des pays des donateurs
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/597/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search