Version classiqueVersion mobile

Les ouvriers en grève. Tome 2

 | 
Michelle Perrot

Troisième partie. Le cours de la grève

Chapitre V. Participation à la grève : grévistes et « fainéants »

Texte intégral

1L’efficacité d’une grève dépend, en partie, de son unanimité, et de son unanimité persistante. Celles-ci proviennent de conditions matérielles autant que psychologiques. Tenir est sans doute une question d’argent, mais pas uniquement. Pourquoi y a-t-il dans toute grève des clivages et des faiblesses, des gens qui ne se sentent ou ne se veulent pas concernés ? Pourquoi ne fait-on pas grève? La question des non-grévistes, hantise des militants, pose celle des limites de la solidarité, des fissures de la conscience collective. L’étude des absences, des passivités, des résistances est le complément indispensable de tout mouvement social ou politique.

1. PARTICIPATION À LA GRÈVE : MESURE GLOBALE

2La mesure précise (chiffrée) de la participation à la grève n’est pas facile. Nos sources omettent souvent de mentionner les effectifs totaux de l’usine ou de la catégorie concernée, notamment en cas de conflit bref. J’ai néanmoins tenté cette mesure chaque fois qu’elle était possible, en rapportant le chiffre le plus élevé des grévistes aux effectifs de la catégorie correspondante. Pour 24 % seulement des grèves (710), l’établissement d’un pourcentage est réalisable, en général, grèves de petites dimensions, aisées à jauger. 42 % peuvent être appréciées qualitativement sans précision chiffrée, comme grève partielle ou totale. Enfin, dans 34 % des cas, aucun classement d’aucune sorte n’est possible. Notre analyse de la participation sera donc forcément grossière.

3Premier constat : la participation partielle l’emporte sur la participation totale : 52 % contre 48 %. L’unanimité absolue est difficile ; il demeure le plus souvent une fraction d’indécis ou d’irréductibles. Mais, d’autre part, lorsqu’ils sont mesurables, les pourcentages de participation sont élevés. La grève peut être, au départ, le fait de minorités ; là où elle éclate, elle a une forte résonance, un grand pouvoir d’entraînement, ou de contrainte ; ce sont les non-grévistes qui apparaissent comme minoritaires, frange résiduelle sur la nature de laquelle il convient de s’interroger. Toutefois, cette seconde remarque doit être tempérée par le fait que les pourcentages de participation obtenus proviennent, on l’a dit, en majorité de petits conflits où l’unanimité est plus aisément réalisable : la grève d’établissement ou de catégorie comporte beaucoup moins de défections que la grève généralisée dont l’extension multiplie les risques de dérobade ouvrière et de manœuvre patronale. Sur le strict plan de l’efficacité immédiate, la grève générale est toujours un peu l’aventure.

4Remarquons encore que les grèves défensives sont les plus totales : la protestation mobilise plus que la revendication ; que les ouvriers spécialisés offrent plus d’unanimité que les professionnels, et beaucoup plus que les manœuvres ; que, pourtant, les niveaux de salaire les plus bas présentent les taux les plus élevés de participation ; au-dessus de 3 F les grèves partielles l’emportent. Celles-ci culminent, par ailleurs, dans les industries chimiques et alimentaires (peu qualifiées) et dans celles du bois et de la construction en pierres, riches en grèves étendues ; tandis que les grèves unanimes dominent, en ordre décroissant, dans les industries du livre, du verre et de la porcelaine, dans le textile et la métallurgie.

5Trop de facteurs interviennent, en chassé-croisé, pour expliquer cette répartition ; on ne saurait en tirer des conclusions quant aux psychologies professionnelles. Les formes et les raisons d’unanimité des travailleurs du livre ne sont pas celles des ouvriers du textile. Dans le premier cas, il s’agit de grèves catégorielles restreintes mais sans faille ; dans le second, de grèves d’établissement où les structures mêmes de l’industrie sont uniformisantes : salaires peu élevés, homogènes dans la médiocrité, conditions de travail niveleuses, engendrent une masse indifférenciée, prompte aux colères communes, moutonnière en ses entraînements.

6Ces remarques s’appliquent à une participation globale et supposée statique. Or, celle-ci l’est rarement. Dès que la grève dure, le niveau de participation oscille.

2. PROFILS DE GRÈVE

  • 1 Quand la grève dure, le mouvement des effectifs est souvent suivi avec beaucoup d’attention comme (...)

7C’est ce que montrent les profils que, grâce aux relevés des commissaires de police1, il a été possible d’établir, et dont on verra ici quelques exemples (fig. 23).

8Schématisons. Les profils massifs, parfaitement rectangulaires, traduisant une parfaite unanimité d’un bout à l’autre, sont rarissimes (exemple : fig. 23, profil n° 1). On rencontre plus souvent deux rectangles juxtaposés : en marches d’escaliers descendantes (n° 2, 3) ou ascendantes (n° 4), selon qu’il y a unanimité dans le démarrage ou dans la reprise. Le premier type est caractéristique des grèves défensives, subites, où les ouvriers en colère désertent tous ensemble l’atelier, quitte à y rentrer le lendemain, dans une débandade qu’accompagne la défaite. Le second illustre une démarche différente : lorsque, au groupe protestataire du premier jour, s’agglutine une masse plus compacte d’ouvriers, le patron peut chercher à couper court en lâchant du lest ; cette reprise dans l’ordre est parfois le signe de la satisfaction obtenue.

9Ces profils simples émanent de conflits étroitement circonscrits dans le temps et dans l’espace (en général un seul établissement). Plus les conflits sont longs et étendus, plus leurs profils sont compliqués et accidentés. Ils se présentent en paliers plus ou moins nombreux, de surface variable, de dénivellation irrégulière, qui font apparaître des hésitations, des clivages multiples. Bien des degrés sont possibles. On peut considérer comme assez exceptionnel le profil de la grève d’Anzin (n° 9) : profil compact où l’écart entre les effectifs minima et maxima n’est que de 49 % et où, après quelques tâtonnements initiaux, le niveau s’est maintenu absolument stable durant vingt-cinq jours, accusant même, sur la fin, après une infime décrue, une remontée à une altitude encore plus élevée, marque d’une opiniâtreté peu commune qui, d’ailleurs, a beaucoup frappé les contemporains. Le profil de la grève de Decazeville (1886), que le défaut de statistiques quotidiennes suivies ne nous permet pas de construire, serait du même type, et sur six mois.

23. Profils de grèves (pour chaque grève, on a ramené à 100 le nombre de grévistes de la journée la plus suivie, et calculé les autres journées sur cette base)

10A l’opposé, voici le profil grêle, élancé, d’une grève de tisseurs de laine de Fourmies (fig. 23, n° 5), avec une dénivellation de 96 % et des variations d’effectifs journalières. Au demeurant tout oppose les coalitions d’Anzin et de Fourmies, force de l’organisation syndicale dans la première, absence totale dans la seconde ; unité de l’espace économique à Anzin où une seule compagnie domine les vingt communes, les vingt puits touchés ; morcellement de cet espace à Fourmies où quatorze patrons d’importance variable, au reste en voie d’entente économique, refusent toute négociation d’ensemble avec les ouvriers, d’où des rentrées échelonnées. De façon générale, et pour des raisons identiques à celles qui interviennent ici, les grèves de mineurs ont des profils plus compacts que celles du textile. En tout état de cause, ce petit exemple montre la complexité des processus que dissimule le mot « grève ». On aurait tort de voir dans celles-ci un scénario toujours recommencé, toujours identique. Chacune a son histoire singulière, et le profil de grève est un moyen de la mettre en évidence.

11Dans l’analyse des profils, plusieurs éléments sont à considérer : d’abord, la valeur de l’écart entre les effectifs minima et maxima (dénivellation). Peu importante, elle suggère l’idée d’un groupe cohérent, par ressentiment ou par discipline ; très marquée, elle évoque au contraire celle d’une masse hétérogène, plus ou moins sensible aux initiatives d’une minorité. L’action syndicale tend à gommer ces dénivellations, mais à cette époque, elle les efface rarement. Second fait à étudier, la longueur et l’allure respective des phases qui composent le profil des grèves : flux, apogée, reflux. Le parfait équilibre entre les trois se rencontre peu fréquemment. Dans la plupart des cas, l’état stationnaire est précaire, fugace, sauf dans quelques grèves de mineurs (exemple n° 6, 9) ; les deux autres phases sont généralement dissymétriques : tantôt démarrage rapide et reprise lente, indice d’un fort mécontentement, d’un haut degré de combativité ; tantôt démarrage lent, reprise rapide, signe d’une conviction incertaine (n° 4, 7). Tout cela montre à l’évidence que le bloc des grévistes n’est pas monolithique, mais plus ou moins fissuré.

3. LES NON-GRÉVISTES

12Il faut maintenant nous interroger sur ces clivages qui dessinent dans toute grève des zones de faiblesse, susceptibles de subsidence, voire d’effondrement. Quels sont-ils ? Quels sont leurs fondements ?

13Au rang des non-grévistes ou des grévistes douteux dont la réticence est toujours susceptible de virer à la défection, figurent d’abord toutes les catégories économiquement faibles ou menacées, dépourvues d’avance, pour lesquelles la cessation du travail est une gêne qui va jusqu’à la faim : manœuvres, provinciaux montés à Paris, campagnards venus en ville, l’espace d’une saison dans le seul espoir d’amasser un pécule qui fera vivre la famille demeurée en arrière et permettra peut-être d’acheter quelque lopin, ouvriers à domicile pressurés par les façonniers, dépossédés par la concurrence des fabriques, brisant la grève plutôt que de s’y associer, pères de famille, enfin, harcelés par les exigences quotidiennes du foyer.

  • 2 Arch. dép. Orne, M, Grèves, rapport gendarmerie, 31 mai 1876.
  • 3 Arch. préf. pol., BA 186, pièce 19, rapport de police du 26 juin. Ces jeunes gens se déplacent plu (...)
  • 4 Arch. préf. pol., BA 174, pièce 568.
  • 5 Ibid., pièce 597, rapport de police sur réunion de 1 800 grévistes, le 22 mars, salle Molière.
  • 6 Le Cri de Peuple, 17 août 1888 : récit de réunion du 15 août, salle Pétrelle.
  • 7 Comme l’opposition célibataires-pères de famille, l’opposition jeunes-vieux est fréquente. Cf. ci- (...)

14Revenons sur quelques-unes de ces catégories. Les pères de famille prennent rarement l’initiative de revendiquer ; ils sont, en outre, un poids lourd que les comités de grève s’efforcent d’entraîner : les secours distribués sont proportionnels au nombre d’enfants. Malgré tout, ils donnent souvent le signal de la reprise. Lors d’une grève de maçons à Alençon : « une partie seule des ouvriers qui étaient en grève... est rentrée dans les ateliers : cette proportion comprend les hommes mariés. L’autre partie, peu nombreuse, comprend les célibataires : beaucoup d’eux ont déjà quitté le pays »2. A Bézenet, en 1878, les premiers à redescendre sont « des pères de famille ou tous vieux ouvriers qui ne se sont décidés à la grève qu’à contrecœur dans la crainte des violences des jeunes mineurs qui sont très turbulents »3. A Paris en 1876, durant la grève des charpentiers, « quelques hommes mariés et pères de famille déclaraient qu’ils ne pouvaient rester ainsi, leurs ressources étant épuisées. Ils paraissent disposés à retourner au chantier »4. Certains osent le dire : lors d’une réunion, « Etienne, au nom des pères de famille, voudrait qu’on accepte (les propositions patronales) »5. Au quinzième jour de la grève des terrassiers (Paris, 1888), un gréviste se lève pour déclarer : « Si nous n’avons pas cinq francs par jour pour faire la grève, je recommence demain à travailler... Je suis père de famille, j’ai quatre enfants. Je n’ai plus le sou. Allons-nous rester un an sans rien faire ? ». Une salle survoltée accueille mal de tels propos défaitistes : Etienne se fait conspuer, l’autre est « expulsé, sans être frappé néanmoins, mais l’assemblée par de longs murmures témoigne de son indignation »6. Ainsi réduits au silence, les pères de famille, craignant les représailles, rentrent à l’atelier sans rien dire, en se cachant, rasant les murs, un peu plus écrasés, un peu plus courbés au fur et à mesure que passent les années qui les rendent encore plus vulnérables : les vieux ouvriers sont aussi des grévistes tremblants7.

  • 8 Si depuis la seconde décade du Second Empire, on ne trouve plus de femmes au fond, elles sont empl (...)
  • 9 Le Citoyen de Paris, 18 juin 1881.
  • 10 Arch. dép. Nord, M 626/14, pièce 518.
  • 11 Arch. nat., F 12 4650, rapport gendarmerie, 24 juin 1881 : « Les femmes qui se tenaient... le jour (...)
  • 12 Arch. dép. Gard, 14 M 447, com. pol. Bessèges, 16 mai 1890.
  • 13 Salons de 1880 et de 1913.
  • 14 Arch. dép. Nord, M 626/13, pièce 27, préf.-min., 11 mars 1884. Dans un rapport du 13 mars, le même (...)
  • 15 Le Matin, 29 janvier 1886, récit des événements du 26.
  • 16 Arch. dép. Allier, série U, dossier de la grève de 1881 : 135 mineurs avaient été renvoyés avant l (...)

15La situation économique des pères de famille explique aisément une telle attitude ; mais c’est aussi qu’elle prend le visage anxieux, hargneux des femmes. Ouvrière, la femme se montre souvent très combative. Ménagère, intendante, elle maugrée. Sans doute faut-il faire une exception, presque constante, pour l’épouse du mineur : ici, la cohésion du milieu familial, la structure même de l’habitat rendent si présente, si quotidienne la domination de la mine, où de surcroît, toute femme du coron a travaillé dans sa jeunesse8, que la grève est l’affaire de toute la tribu. Convaincues, les femmes font preuve d’une ténacité sans égale, quêtant des secours, organisant la maigre fortune du pot, soutenant le moral défaillant des hommes, assurant la police de la grève. Aux heures de descente, elles se postent sur les chemins, les voies d’accès aux puits ; à Commentry, en 1881, plusieurs se couchent sur la ligne du chemin de fer minier : « la locomotive ne s’est arrêtée qu’à quelques mètres d’elles »9. Gare aux traîtres ! Elles ameutent contre eux le peuple du coron, ici en criant, là en tapant sur des casseroles10 ; elles injurient les faux-frères, les poursuivent, les frappent. A Commentry, elles usent d’orties11 ; à Molières, elles déculottent un ouvrier qui se rendait au travail et le fouettent publiquement12. Elles sont en tête des cortèges, chantant, portant le drapeau, traînant leurs marmots, ce qui donne aux manifestations de mineurs cette allure tribale qu’évoquent les tableaux de Roll ou d’Adler13 comme les récits de Zola. Mieux que quiconque, elles savent haïr ; en colère, ces habituelles soumises sont terribles, capables des plus grandes violences. A Anzin, « les femmes commencent à exciter leurs maris, elles disent tout haut dans les rues que les mineurs devraient se venger de la Compagnie, faire sauter les puits et même qu’ils seront des lâches si d’ici quatre jours, ils ne font pas le coup de feu »14. A Decazeville, elles harcèlent Watrin : « il faut qu’il signe »15, hurlent-elles devant la mairie où est réfugié l’ingénieur et que bientôt la foule prend d’assaut. La justice nous livre quelques-unes de ces passionnées, dignes émules des « pétroleuses » aux yeux du public. Ce sont, en général, des matrones chargées d’enfants, telle la Maheude de Germinal, solidaires de leurs hommes, et que soulève une ultime injustice. Ainsi Marie Bidet, femme Charvillat, cinquante ans, Françoise Michard, femme Decorps, cinquante et un ans, toutes deux illettrées et dotées chacune de cinq enfants, qui mènent à Commentry la danse contre les non-grévistes, se sont révoltées parce que leurs maris, à la mine depuis vingt-cinq et trente et un ans, ont été congédiés peu avant la grève avec des indemnités dérisoires16. Parmi leurs neuf co-inculpées, cinq ont dépassé la quarantaine ; elles ont, ensemble, trente enfants.

  • 17 Arch. dép. Tarn, IV M2 65, s.-préf.-préf., 16 avril 1872.
  • 18 Ibid., com. pol.-préf., 10 mai 1872.
  • 19 Arch. nat., F 12 4655, Rhône.
  • 20 Sur l’importance de la conversation féminine dans le coron, il faut encore citer Zola, Germinal, p (...)
  • 21 Arch. nat., F 12 4664, Vosges, s.-préf. préf., 19 décembre 1882 : « Les femmes surtout étaient trè (...)
  • 22 Arch. nat., F 12 4664, Vosges, grève des tisseurs de 1882.

16Des exemples du rôle positif des femmes, on en trouve certes, ailleurs que dans les mines, notamment dans le textile : à Castres, en 1872, « des femmes, de véritables mégères, entraient dans une usine, forçaient les ouvriers et ouvrières à abandonner leurs métiers, coupaient les chaînes ou trames avec des couteaux et faisaient le vide dans les ateliers »17 ; aussi sur vingt-trois prévenues, au tribunal correctionnel, le 10 mai, il y a vingt femmes, « la plupart mères de famille, et le tribunal a sans doute pris en considération leurs bons antécédents et leur bonne tenue devant les juges »18. En 1879, à Vienne, les mères de famille et ménagères forment une délégation pour demander au maire l’ouverture de chantiers municipaux19, etc. Tout dépend, en définitive, du rapport des femmes avec le milieu professionnel de leur mari, de la proximité de l’usine, du caractère immédiat de son oppression. La révolte féminine ne se nourrit pas de chiffres ou d’images lointaines, mais de faits concrets, de rancunes quotidiennes, entretenues dans les conversations de voisinage20, les rencontres du marché21. Dans les bourgs industriels, il se forme ainsi une communauté des ménagères qui constitue l’arrière-plan des conflits sociaux et conditionne leur tonus, leur durée. Les meneurs le savent bien et flairent le climat au nombre de femmes présentes aux réunions, nombre que le commissaire de police, de son côté, note toujours avec soin comme symptomatique. « Les femmes s’en mêlent », écrit l’un d’eux, « lorsqu’ordinairement elles retiennent, les meneurs pourraient en profiter pour chercher à produire un mouvement plus général »22.

  • 23 Rapport Ducarre, 1877, p. 306 : « Chaque fois que les sociétés de résistance françaises ont décidé (...)
  • 24 Arch. dép. Nord, M 627/2, pièce 193, rapport de police, 16 juillet 1880.
  • 25 Arch. préf. pol., BA 170, pièce 31, rapport de police, 21 mai 1890.

17Mais plus souvent encore, la femme freine. Loin des ateliers dont elle jalouse l’imaginaire liberté, ignorante des problèmes du métier qui accroît sa dépendance, elle ne connaît qu’une chose : la paye. La grève lui est suspecte, comme une fête dont elle est exclue, comme une coûteuse débauche. Aussi se montre-t-elle peu compréhensive23, parfois franchement hostile. Les épouses des mouleurs de Lille « se rendent dans les bureaux de police et les bureaux de bienfaisance pour obtenir des secours ; elles témoignent vivement leur mécontentement contre l’entêtement de leurs maris »24 ; celles des verriers de Meudon « semblent vouloir se mêler au mouvement pour forcer les hommes à travailler »25.

18Ainsi le nœud de nombreux conflits se situe au cœur du ménage ouvrier, véritable centre de décision qui, au-delà des grèves, explique sans doute bien des aspects de la vie des travailleurs.

  • 26 A ce sujet, cf. Ch. Benoist, 1905, p. 194 et sq.
  • 27 Selon l’expression de Simonin, 1867, p. 257.
  • 28 Ch. Benoist, 1905, p. 223.
  • 29 Exemples : grève de Montceau, 1878 ; de Bézenet, 1878 (50 c d’augmentation par jour pour toutes le (...)
  • 30 A ce sujet, cf. le mémoire de R. Trempé sur les ouvriers mineurs de Carmaux : l’auteur expose comm (...)
  • 31 En 1876, à Lavaveix-les-Mines, sur les 383 ouvriers qui travaillent, 343 sont des ouvriers de surf (...)

19Les manœuvres, que leur absence de qualification rend aisément remplaçables, constituent une seconde zone de mollesse, voire de franche dissidence. Dans les usines à gaz, ils torpillent les grèves des chauffeurs qui, au reste revendiquent rarement pour eux. En dépit d’un certain éveil, l’inertie des travailleurs de l’extérieur est encore forte dans les mines où tout oppose le monde du jour à celui du fond : âge (beaucoup de jeunes commencent au jour, beaucoup de vieux y finissent), sexe, salaire (à la journée tandis qu’il est à la tâche au fond), horaires26, et, enfin, prestige : le piqueur, qui n’a rien d’un ouvrier qualifié au sens moderne, est cependant considéré comme le seul vraiment producteur ; il est le roi de la mine, le « soldat de l’abîme »27. Autour de lui, le « fond » forme un tout solidaire qui, parfois, oublie le « jour » dans ses revendications : ainsi, dans le bassin du Nord, il faut attendre 1900 pour que la prime accordée en vertu des conventions d’Arras aux travailleurs de l’intérieur s’applique à ceux de l’extérieur28. Il est juste, cependant, de remarquer que, de plus en plus, des clauses relatives aux manœuvres du jour figurent dans les programmes29 ; de souligner qu’un grand nombre de grèves ont englobé intérieur et extérieur unis : ainsi en 1883, à Carmaux, où cependant toute la politique de la Compagnie consistait à les opposer l’un à l’autre30, en 1884, à Anzin, en 1886 à Decazeville, etc. En outre, la continuation du travail au jour peut être un stratagème : un moyen, pour les familles, de conserver un salaire d’appoint devenu fondamental. Quoi qu’il en soit, dans bien des cas, l’abstention des travailleurs du jour est un signe d’indifférence, sinon d’hostilité sourde envers ceux du fond31.

  • 32 Arch. dép. Gironde, M 1189.
  • 33 Arch. dép. Cher, M 23, Grève des porcelainiers de toutes les fabriques en 1887.
  • 34 Arch. nat., F 12 4662, préf.-min., 4 mai 1886, compte rendu de la réunion de la Boule d’Or, le 30 (...)
  • 35 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1888-1889, com. pol., 18 août 1888.

20Des difficultés plus graves existent dans les faïenceries et les verreries, à la main-d’œuvre très hiérarchisée. A l’usine Vieillard de Bacalan, en 1887, sur douze cents ouvriers, seuls font grève les trois cents ouvriers « proprement dits » (mouleurs, polisseurs) ; à aucun moment, ils ne présentent de revendications pour les neuf cents manœuvres, dont beaucoup de femmes et d’enfants, qui n’appartiennent pas au syndicat32. A Vierzon la socialiste, en dépit d’une solidarité beaucoup plus grande qui se traduit par des réunions communes, porcelainiers et manœuvres ont deux syndicats distincts33. A Lyon, le conflit prend un tour aigu. En 1886, la chambre syndicale des verriers, composée uniquement des professionnels, se refuse à donner des secours aux manœuvres ; ceux-ci, réduits à la misère, sollicitent des patrons la réouverture des usines lock-outées. Et comme leurs camarades leur en font véhémentement reproche, au cours d’une séance d’explication tendue, Petit, président de la commission des manœuvres, rétorque : « Puisque la chambre syndicale ne nous vient pas en aide, il faut bien que nous nous adressions à quelques-uns. Si vous aviez eu du bon sens et du bon cœur, vous auriez dû nous faire participer aux bénéfices des souscriptions que vous avez recueillies chez les commerçants »34. Des faits analogues se reproduisent en 1887 et 1888 ; cette fois-ci, on manque d’en venir aux mains35.

21Cet égoïsme de nantis évoque celui qui, à la même époque, règne dans le trade-unionisme britannique, où skilled et unskilled constituent des unions séparées et souvent divergentes. Au dédain des uns répond la hargne des autres. Dans une société fondée sur l’argent, il est inévitable que la hiérarchie des salaires influe sur la vision sociale des ouvriers eux-mêmes.

  • 36 Lors de la grève des charpentiers de Paris, 1876, « les gâcheurs ont été invités ... par la corpor (...)

22Outre le salaire, le mode de rémunération crée d’autres clivages : selon qu’ils sont à la tâche ou au temps, aux pièces ou à la journée, les ouvriers ne font pas grève ensemble. Quant aux mensuels, ils se situent hors de la classe ouvrière : le devenir c’est sortir de la condition prolétarienne et de son insécurité foncière36.

  • 37 Cf. ci-dessus, première partie.

23Les particularismes qui opposent les métiers, les rivalités catégorielles qui les subdivisent, dessinent des clivages plus subtils où motivations économiques et psychologiques interfèrent de façon complexe. La rareté des grèves inter­corporatives atteste la réalité des frontières entre professions. C’est encore aux impulsions du bâtiment qu’on répond le plus volontiers ; à plusieurs reprises, j’ai souligné son rôle de détonateur : ainsi, à l’automne 1879 et dans l’été 188837. Pourquoi ? Sans doute parce que, plus ou moins consciemment, les ouvriers voient dans les gars du bâtiment de bons baromètres de conjoncture ; leur industrie étant considérée comme la clef de voûte de l’économie, il leur revient de donner le feu vert de la revendication ; d’expérience, on connaît leur flair. La place symptomatique que Renault et l’industrie automobile tiennent aujourd’hui dans notre horizon économico-social, le bâtiment la remplissait alors. Et il est significatif que les premières conceptions de la grève générale immobilisent d’abord ce secteur ; en 1912 encore, dans l’utopie de Pataud et Pouget, la révolution commence par une grève du bâtiment.

24Aucune autre profession n’a ce pouvoir moteur. Les mineurs jouissent d’estime et de sympathie ; ils émeuvent mais ils n’entraînent pas ; la métallurgie bien moins encore. La plupart des professions font grève pour elles-mêmes, en cavalier seul. Même en mai 1890, chacune présente ses revendications propres, morcelant ainsi la grève générale en une série de grèves particulières.

  • 38 Arch. préf. pol., BA 187, diverses pièces, notamment 285, 417, 420, 477.
  • 39 Arch. dép. Gard, 6 M 1414 (2), préf.-min., 7 mars 1887 : le scrutin auquel participent 816 ouvrier (...)

25Parfois même, les coalitions font éclater au grand jour de sourdes rivalités, par exemple entre mineurs et métallurgistes, aussi différents par la technique, le genre de vie, la culture, la mobilité, que des ruraux le sont des citadins. En 1886, à Decazeville, d’âpres discussions au sujet des secours les divisent, à tel point que s’estimant lésés, les métallurgistes organisent leur caisse autonome, parlent très tôt de reprise et renoncent de justesse à faire une manifestation à cet effet38. A Bessèges, en 1887, les métallurgistes ne s’associent qu’un temps à la grève déclenchée par les mineurs pour obtenir le paiement des arriérés de salaire dus par la Compagnie de Terrenoire en difficulté ; ils préconisent l’accommodement, prennent l’initiative d’un vote secret pour la reprise, réservé aux seuls métallurgistes39. En 1890, ils suivent sans conviction le mouvement du 1er Mai dont les mineurs de Lalle — les « enragés » du groupe Marius — ont pris l’offensive. De nos jours encore, les « métallos » font parfois figure de privilégiés, quelque peu égoïstes ; lors de la grève de mai 1968, j’ai entendu des ouvriers du bâtiment leur reprocher de ne lutter que pour leurs propres objectifs. Ainsi, l’esprit de corps n’est pas la conscience de classe.

  • 40 Arch. dép. Indre-et-Loire, M, Grèves 1880-1890, dossier de la grève de 1884.
  • 41 Cité par J. Vial, 1941, p. 214 ; à propos de la grève des approprieurs lyonnais en 1888.
  • 42 Sur les diverses catégories d’ouvriers tailleurs, cf. l’étude de Beaumont dans le Jour, des Econ.,(...)
  • 43 Arch. préf. pol., BA 173, volumineux dossier sur la grève des tailleurs parisiens de 1885 qui met (...)
  • 44 Sur l’histoire chaotique des associations professionnelles des ouvriers du cuir, cf. A.P.O., t. II
  • 45 Arch. préf. pol., BA 167, dossier 1 200, pièce 2. Cf. aussi Le Cri du Peuple, 30 avril 1884, « Ate (...)
  • 46 Arch. préf. pol., B A 167, pièce 8.
  • 47 Arch. préf. pol., BA 167, pièce 99, rapport Pasfé, 30 mars 1876.

26Moins encore l’esprit de catégories nées de la division du travail et persistantes au sein des vieux métiers où la mécanisation n’a pas joué son rôle unificateur. Bien loin de s’entraider, dans les conflits, elles s’ignorent, ou se condamnent, soucieuses de marquer leurs distances, et par là leur supériorité. Au Mans, comme à Tours, en 1884, les coupeurs-cordonniers ne suivent pas les déformeurs moins favorisés qu’eux40. Dans la chapellerie, les approprieurs, ces « aristocrates qui portent habit noir et chapeau de soie », comme l’écrit L’Ouvrier Chapelier41, agissent distinctement des fouleurs, les plébéiens de la profession. Chez les tailleurs, les coupeurs, « gros bonnets » appointés à l’année, les pompiers payés à l’heure, et les apiéceurs, travaillant à la tâche et souvent en famille, à domicile, ne font presque jamais cause commune42. Les pompiers, gens d’atelier, célibataires, nomades, cosmopolites (beaucoup d’Allemands, Luxembourgeois, Belges, Anglais et Italiens), forment à Paris un milieu bigarré, fort dynamique, bouillon de culture de l’anarchie et de l’idée de grève générale. Ils animent de nombreux conflits, désavoués par les coupeurs hautains et lâchés par les apiéceurs besogneux43. Les ouvriers du cuir sont, plus encore, parcellisés : non seulement mégissiers, corroyeurs, palissonneurs, tanneurs, forment des spécialités ombrageuses, regroupées en associations distinctes qui, dans les coalitions, tirent à hue et à dia44, mais encore, chacune se subdivise en une infinité de sous-groupes fondés à l’origine sur la variété des opérations techniques dans la préparation de la matière première. Parmi les corroyeurs, les « noireux » (ouvriers du cuir noir) ne fraient pas avec les vachers ou lisseurs, « la lie de ceux qui travaillent la peau et qui ne sont pas écoutés de leurs camarades »45. La solidarité, pourtant si développée chez les gens du cuir, s’exerce horizontalement au sein d’un niveau bien délimité. Verticalement, on s’ignore. Lors d’une grève de palissonneurs en 1874, les mégissiers ne bougent pas : « ils vivent toujours, d’ailleurs, en hostilité avec eux »46 ; en 1876, grève des corroyeurs du cuir lisse : « les ouvriers du gros cuir soutiennent fraternellement les grévistes... mais les mégissiers du cuir mince ne versent autant dire rien. Aussi les grévistes... se promettent-ils de leur rendre la pareille en ne les soutenant d’aucune façon »47.

  • 48 Ibid., pièce 44, réunion du 1er août 1882 : le président lit la lettre des hommes de peine et ajou (...)

27Cependant la menace du machinisme en progression rapide dans cette industrie a contribué à rapprocher ces catégories ennemies : en 1882, on signale comme un fait nouveau le soutien que tanneurs et palissonneurs apportent à la coalition des mégissiers ; même les hommes de peine se joignent au mouvement demandant qu’en échange « on leur montre le métier » : fait symptomatique48.

  • 49 Cf. en ce sens, les remarques de Ch. Benoist, 1905, t. I, p. 381. Pour l’étude des diverses catégo (...)

28Dans la grande industrie, la structure sociale est plus simple et l’action collective plus aisée. Ainsi dans le textile. Dans cette masse homogène, les mouvements se diffusent bien : d’où leur ampleur, leur gonflement rapide. La différence tient ici à l’établissement industriel, plus qu’à la catégorie49. Cependant, des variantes de comportement apparaissent entre pareurs, soigneurs, peigneurs, retordeurs, etc. — le haut du pavé — bobineurs et rattacheurs : des auxiliaires, jeunes gens et femmes, et, enfin, la masse médiane des fileurs et tisseurs. Ces derniers, plus qualifiés, plus indépendants, forment dans les conflits l’élément actif et dur.

29L’esprit de catégorie est complexe. Il a des fondements économiques, techniques, sublimés en jugements de valeur, en représentations sociales. Profondément mystificateur, il mine la solidarité. C’est une des plus grandes « aliénations » ouvrières.

  • 50 Arch. dép. Pas-de-Calais, M 1807, pièce 106, rapport de police, 21 juillet 1878 et aussi Le Rappel (...)
  • 51 Arch. dép. Nord, M 619/3, préf.-min., décembre 1880 : « Lors de la grande grève d’Anzin, les mineu (...)
  • 52 Arch. dép. Nord, M 626/18, pièce 523, com. spéc. pol., 21 octobre 1889.
  • 53 Arch. dép. Gard, 14 M 447, Grève de 1890.
  • 54 Arch. dép. Loire, 92 M 32, pièce 114, com. spéc.-préf., 15 juin 1890.
  • 55 Ibid., 92 M 33, pièce 69, com. péc., 23 sepembre 1890.

30De même, les particularismes géographiques, l’esprit de clocher ou d’entreprise. Dans les bassins miniers, des rivalités locales tenaces, de style villageois, oblitèrent la notion d’espace économique. Ainsi, Denain et Anzin, tous deux fieffataires de la « Grande Compagnie », ne font jamais grève ensemble. En 1878, Denain s’abstient : « des mineurs y ont arrêté eux-mêmes un meneur qu’ils ont conduit à leur directeur »50. En 1880, Anzin lui rend la pareille51. Sauf en 1884, il en est presque toujours ainsi. Du reste, Anzin jusqu’au début du siècle, fait constamment cavalier seul, résistant aux impulsions venues des concessions voisines, de sorte que les grèves générales du bassin du Nord - Pas-de-Calais sont fort rares. Même en 1889, dans des circonstances économiques très favorables, Anzin refuse de se joindre à Lens et « il a été constaté à Lens même — symptôme caractéristique — que presque tous les mineurs qui n’ont pas pris part au mouvement actuel étaient des anciens ouvriers de la compagnie d’Anzin renvoyés après la grève »52. Des difficultés analogues empêchent la généralisation des conflits dans la Loire ou le Gard : ici, la Grand-Combe, qui jouit d’ailleurs de salaires plus élevés, abandonne Bessèges53 ; là, Firminy récuse Saint-Etienne, allant jusqu’à accueillir les grévistes aux cris de « Vive le travail, à bas la grève ! »54 ; aussi, lorsque, quatre mois plus tard, Firminy revendique à son tour, Saint-Etienne refuse de le secourir55.

31Ces quelques exemples, qui n’épuisent pas l’étude de la non-grève, font apparaître le manque d’unité du monde ouvrier, la diversité des oppositions, des contradictions qu’il recèle, l’énormité des obstacles à la conscience de classe et à l’une de ses manifestations les plus modestes, mais les plus palpables : l’unanimité dans la grève. Sous l’influence d’une idéologie qui nous vient des Lumières, on a trop tendance à représenter l’histoire du mouvement ouvrier comme celle d’un progrès continu, à y voir la marche d’une conquête, et, par conséquent, à dresser la carte des seules terres émergées. Ce qui me frappe, au contraire, c’est l’ampleur des zones obscures, la pesanteur de la résistance. Tout autant que les raisons de la conscience de classe, ce sont celles de son absence qu’il nous faut déceler et comprendre.

4. LA POLICE DE LA GRÈVE

  • 56 Trois ont pour cadre des établissements textiles : Roubaix (1880), Reims (chez Rogelet, 1885), Hou (...)
  • 57 Celle-ci intervient seulement dans deux cas.
  • 58 Arch. dép. Nord, M 625/56, Grève au tissage Dutilleul à Houplines, 1887.
  • 59 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1888, com. pol., 11 août 1888 ; à la verrerie Mesmer.
  • 60 Le Rappel, 14 janvier 1880.
  • 61 Le Cri du Peuple, 15 janvier 1887.

32Il faut donc user de contrainte et, par conséquent, faire la police. Dans ce domaine, les méthodes sont encore rudimentaires. Ainsi, les ouvriers n’ont pas encore découvert tout ce qu’ils pourraient tirer de l’occupation des lieux. De tels cas sont rares ; j’en ai relevé six en vingt ans56. Encore ne s’agit-il que de velléités, abandonnées le plus souvent sans que l’intervention de la police soit nécessaire57. A vrai dire, les ouvriers, les hommes surtout, ne savent pas quoi faire dans l’usine ; ils s’y sentent des intrus. L’idée de « l’usine à l’ouvrier », leur est concrètement tout à fait étrangère. D’où leur gêne, leur gaucherie. Ici, ils restent auprès des métiers, en silence, immobiles58 ; là, ils boivent, chantent, se promènent, « bouleversant le matériel de l’usine, mais sans rien briser »59. Les femmes paraissent moins désarmées : à Roubaix, « elles emploient leur temps les unes à coudre, les autres à tricoter »60 ; à Marseille, les cigarières « sont restées deux journées entières à la manufacture les bras croisés »61. Il serait intéressant de savoir quel a été le rôle des femmes dans les occupations de juin 1936. Notons, au passage, l’insignifiance des déprédations matérielles : crainte, obscur respect de la propriété privée, superstition ? La « sauvegarde de l’outil » a des racines anciennes. Mais ce manège lasse, et les ouvriers sortent d’eux-mêmes. La grève, à cette époque, c’est la fuite hors de l’usine ; la rue, c’est la liberté retrouvée.

  • 62 A Lyon, lors de la grève des verriers (1886), il y a un comité de surveillance par usine : Arch. n (...)
  • 63 Les autorités elles-mêmes hésitent, ce qui montre que le fait n’est pas absolument habituel : lors (...)
  • 64 Arch. préf. pol., BA 180, pièce 345, rapport de police, 10 juin 1882. Il faut, ajoute-t-il, « un p (...)
  • 65 Ch. Gide, 1909, emploie le terme (p. 18) en le rattachant à l’expression anglaise picketing.
  • 66 Ainsi, chez Ulmo, tanneur à Lyon : Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1871-1879, rapport de police, 30 oc (...)
  • 67 Arch. dép. Aube, M 12b3, préf.-min., 26 septembre 1888 : à Troyes, lors de la grève de la bonneter (...)
  • 68 Arch. préf. pol., BA 167, pièce 47.

33Le contrôle des locaux désertés, lorsqu’il se fait, incombe au comité de grève, à des « comités de surveillance » itinérants62, particulièrement répandus à Paris en raison des distances, ou encore à des piquets de grève dont l’usage paraît assez neuf63 et encore réticent : quand, en 1882, Ponchet propose aux menuisiers parisiens « d’employer le système des cordonniers, c’est-à-dire de mettre un planton à la porte des maisons à l’index afin de pouvoir signaler au mépris de la corporation les traîtres qui travaillent », sa suggestion est repoussée64. Au reste, le terme « piquet » n’existe pas encore ; on dit, très militairement, « sentinelle », « planton », et surtout « postes »65. Craignant des représailles, les ouvriers les confient parfois à des responsables syndicaux étrangers à l’établissement66 ; ils y emploient leurs femmes, ainsi chez les verriers de Lyon, en 1886 ; ils évitent le seuil même de l’usine, et se mettent en faction au coin des rues d’accès67 ; ou encore ils se masquent : à Paris, des mégissiers « se couvrent le visage d’un linge percé à hauteur des yeux, afin de ne pas être reconnus »68. Cependant, la pratique du piquet à la porte de l’usine se répand de plus en plus dans les années 1888-1890. Elle tend même à devenir la première tâche, le premier réflexe du syndicat.

  • 69 Le Cri du Peuple, 12 août 1888, propos de Boulé. Dans le numéro du 14 août, Le Cri donne quelques (...)
  • 70 Arch. préf. pol., BA 182, rapport de police, 16 mars 1883, grève des champignonnistes de Montrouge (...)

34Détecter les traîtres n’est pas chose facile dans les conflits de grande ampleur. En 1888, les terrassiers de Paris imaginent d’utiliser la photographie : ils prennent des instantanés avec de petits appareils appelés « détectives ». « On verra ainsi des portraits irrécusables et on ne pourra porter de fausses accusations »69. Mais le procédé reste tout à fait isolé. Plus souvent, on fait circuler des listes d’adhésion à la grève : et gare à ceux qui refusent leur signature, ou qui la déshonorent70.

Dans l’usine en grève

Dans l’usine en grève

Dans l'usine en grève
15. Conciliabules. Grève du Nord (1872)
16. L’usine occupée par la troupe (Nord, 1872)

Déclarations de grèves

Déclarations de grèves

13. Les mineurs de Lourches se déclarent en grève

14. Les bûcherons du cher annoncent leur grève

Secours aux grévistes

Secours aux grévistes

17. Appel des mineurs de Denain (1889)

18. Les commerçants de Roanne organisent le crédit aux grévistes (1882)

Manifestations et violences

Manifestations et violences

19. « En grève », tableau de G. La Touche (Salon de 1889)

  • 71 Arch. dép. Gironde, M 1188, pièce 209, rapport de police, 10 août 1885, compte rendu d’une réunion (...)
  • 72 Arch. préf. pol., BA 181, pièce 87, rapport de police, 28 septembre 1883, grève des chaisiers. Les (...)
  • 73 Arch. préf. pol., BA 167, grève des mégissiers, Paris, 1884. Autre exemple : BA 181, pièce 17 : Ch (...)

35Pour les réduire, tous les moyens sont bons. La persuasion d’abord, surtout lorsqu’il s’agit de nouveaux venus encore peu intégrés au groupe : autour d’un verre, on s’explique, leur offrant de leur rembourser leurs frais de voyage ; on convie les récalcitrants à des réunions ou, parfois, ils confessent leur erreur71. S’ils se dérobent, on leur confisque leurs outils72 ; on leur adresse des sommations écrites : « Citoyen, écrit la chambre syndicale des mégissiers, l’assemblée corporative réunie en majorité a décidé par un vote unanime de vous sommer de quitter le travail, sans cela, elle vous met au renégat »73.

  • 74 On en trouve de nombreux exemples dans L’Emancipation des Ardennes : exemple, n° 9, février 1890, (...)
  • 75 H. Leyret, 1895, p. 196.
  • 76 Arch. nat., F 12 4662 : à la verrerie Allouard, les ouvriers obtiennent le renvoi de onze ouvriers (...)
  • 77 Arch. préf. pol., BA 175, pièce 219, rapport de police, 26 novembre 1878. « Il paraîtrait qu’à plu (...)
  • 78 Arch. préf. pol., BA 186.

36La « mise au renégat », dite encore « mise au pilori », constitue, en effet, le second degré de l’escalade. Les noms des traîtres sont affichés, publiés dans la presse locale ; diffusés sous formes de listes imprimées74. Un véritable ostracisme frappe ces dissidents. Dans telle localité des Ardennes, « on défend aux marchands de vin de leur servir à boire, sous peine de mise à l’index, on interdit aux coiffeurs de leur couper la barbe et les cheveux, on les met au ban de la commune... Honnis, frappés, chassés, [ils] vivent comme des parias »75. Et lorsque le syndicat jouit du monopole de l’embauche, comme il arrive dans la verrerie lyonnaise en 1888-1889, il leur est impossible de trouver du travail après le conflit76. Car la ténacité des haines contre les non-grévistes, et bien plus encore contre les briseurs de grève, plus tard appelés « jaunes », est inexpiable. Leur renvoi est souvent exigé en cas de succès. Sinon, on leur rend l’existence impossible, multipliant contre eux les brimades. Chez Herrenschmidt, sellier parisien, elles atteignent un tel degré qu’elles entraînent l’ouverture d’une enquête : le sieur Salomon « aurait été précipité dans un baquet plein d’eau sale, dans sa chute, il se serait blessé à l’avant-bras et n’aurait pu travailler pendant deux jours ; ses vêtements auraient été déchirés et son chapeau foulé aux pieds, un sieur Delaplace aurait été également molesté : on lui aurait caché ses outils et jeté des linges sales à la figure... Enfin, les grévistes auraient menacé tous les ouvriers de les ‘ jeter dans le canal’ »77. Des rixes opposent ces frères ennemis : à Doyet, en 1878, l’une d’elles se serait terminée au couteau sans l’intervention du cabaretier78.

  • 79 Ainsi, en 1866, à l’issue de la grève des charpentiers de Grenoble, Arch. nat., B B 18 1732. Mais (...)
  • 80 BA 168, pièce 106, rapport de police, 29 septembre 1880, grève des ébénistes.
  • 81 Comme celle des charrons : BA 178, pièce 344 (original).

37De nombreuses corporations, surtout celles de tradition compagnonnique, distribuent, à l’issue des conflits, des « cartes d’honneur », remises aux bons grévistes au cours de séances solennelles ou de banquets fraternels79, afin de « faire distinguer ceux qui ont pris part à la grève de ceux qui n’ont pas cessé leur travail et cela dans le but de mettre ces derniers à l’index dans les ateliers »80. Ainsi se constituent une morale, un code d’honneur dont le premier article est solidarité, un patriotisme ouvrier : il n’est pas indifférent que ces cartes, souvent, se teintent de tricolore81.

  • 82 Germinal, p. 1 414.
  • 83 Arch. dép. Cher, M 16, 1.
  • 84 Sur cette affaire de la verrerie Allouard, cf. Arch. nat., F 12 4662, préf.-min., 8 mai 1886. Aucu (...)

38Dans ces pratiques, qui émanent surtout de professions organisées, la pression est canalisée, institutionnalisée. Dans la grande industrie, aux grèves populeuses, elle prend des formes plus brutales, allant de la menace verbale à l’affrontement physique. Les grévistes se portent en masse à l’entrée des ateliers, ou des puits de mines, en bande sur les routes, pour conspuer les faux-frères, les poursuivre (c’est la « chasse aux renards »), ou les rosser. Zola a donné une description épique de ces fêtes cruelles82. Celles de l’histoire sont, à notre époque, plus modestes. Les manifestations les plus spectaculaires se produisent à Mehun-sur-Yèvre, en 1887, contre quatre ouvriers rentrés : durant huit jours consécutifs, une foule de trois à quatre cents personnes les attend matin et soir ; on les hue : « Enlevez-les ! », on leur donne l’aubade aux accents de « La Carmagnole », à tel point qu’ils finissent, tremblants, par s’installer nuit et jour à l’usine ; sans doute, après la grève, devront-ils quitter le pays83. A Lyon, en 1886, les choses prennent un tour plus tragique. Un certain Leynneer, qui se dit d’origine alsacienne, mais que les ouvriers n’appellent que le « Prussien déserteur », ayant repris le travail, fait transporter son mobilier à la verrerie Allouard ; les ouvriers, avertis par les femmes du « piquet », accostent le camion, molestent le conducteur et jettent à l’eau le chargement, puis assiègent l’usine, d’où partent des coups de feu : le patron a doté ses fidèles de revolvers et tire avec eux sur les assiégeants ; un jeune homme de quinze ans est atteint à l’œil84.

  • 85 Arch. dép. Nord, M 626/14, pièces 518 et 525 pour les premières formes de manifestation ; M 626/13 (...)

39Des rixes, plus ou moins sérieuses, sont signalées dans 165 coalitions (soit 6,5 % du total), avec de fortes irrégularités annuelles, sans que se dégage aucune tendance. Comme on pouvait s’y attendre, la proportion augmente en fonction de la dimension (ampleur, durée) des conflits : toute grève qui dure accroît la tension interne. A Anzin, en mars 1884, on se contente de huer les faux frères ; le 4 avril, une foule d’un millier de personnes se rue sur des puits défaillants pour tenter de couper les câbles, bloquer les traîtres au fond, au moins les lapider à leur sortie85. Les pourcentages les plus élevés se rencontrent dans les professions les moins qualifiées : 33 % chez les cochers, 25 % chez les dockers, 22 % pour les ouvriers du gaz, 14 pour les terrassiers, 13 pour les travailleurs de l’alimentation, 12 pour ceux des industries chimiques. Ils tombent à 6 % pour les mineurs, et 2 % dans le textile.

  • 86 Exemple : Arch. nat., F 12 4663, préf. pol.-min., 28 février 1882 : rixes à Vaugirard entre scieur (...)
  • 87 « A l’eau », est une des grandes menaces et il n’est pas rare que des non-grévistes y soient préci (...)

40Ces rixes revêtent des formes plus ou moins aiguës, plus ou moins collectives. Elles ne sont vraiment sauvages que lorsque des étrangers sont en cause : la xénophobie ôte tout scrupule, la grève fournit alors l’occasion de se défouler. Autrement, il semble qu’on y mette une certaine réserve. Sans doute, il y a bien, çà et là, quelques côtes cassées, quelques ouvriers hospitalisés86 : peu en fin de compte. Plus qu’à faire mal, on cherche à faire peur, et surtout honte, à humilier par une baignade forcée ou une fessée publique87, arme favorite des femmes, que hantent toujours un vieux complexe de castratrices, ou les habitudes maternelles ; une violence ainsi contenue et dosée n’est plus impulsion primitive, elle se fait rite.

  • 88 Sur les termes employés pour désigner les non-grévistes, et notamment sur le mot traître, cf. M. L (...)
  • 89 Arch. nat., F 12 4665, préf.-min., 28 octobre 1889.
  • 90 Ed. 1883, p. 172.

41Et verbe : le vocabulaire de l’injure est particulièrement riche88. D’abord, les grands classiques, traître, renégat, salaud, mais surtout fainéant, de loin le plus usité. « Fainéant, écrit le préfet d’Arras lors de la grande grève des mineurs de 1889, c’est l’injure adressée en ce moment à quiconque n’a pas fait grève. On ne veut pas être inférieur aux camarades »89. Ainsi « faire grève », s’oppose à « ne rien faire » : la grève n’est pas paresse, comme l’insinuent les bourgeois, mais action : en certaines circonstances, le vrai travail de l’ouvrier. Le gréviste : voilà l’homme d’action. Notons, d’autre part, que le doublet populaire de fainéant : feignant, viendrait de feindre (cf. Littré) et selon Delvau, « signifie aussi pobron, lâche et c’est une suprême injure »90.

  • 91 J. Vial, 1941, p. 192.
  • 92 Selon Delvau : « ouvrier qui consent à travailler au-dessous du tarif (argot des typographes). On (...)

42Certains termes, tirés des argots de métier, se sont généralisés, comme le macchabée des chapeliers91, le sarrazin des imprimeurs92. Il y entre du dédain professionnel. D’ailleurs, on traite aussi les briseurs de grève de gamin (auxiliaire du verrier), de renard (apprenti compagnon, selon Delvau) comme s’ils ne pouvaient être que des demi-ouvriers, des propres à rien.

  • 93 Très nombreux exemples dans nos documents. Un exemple littéraire : Germinal, p. 1418 : « Qu’est-ce (...)
  • 94 Arch. préf. pol., BA 179, grève de 1884.

43Mépris professionnel et économique confinent dans galvaudeux, fort employé aussi93 et que le dictionnaire Robert définit : « vagabond, propre à rien, vivant d’expédients », en signalant comme premier usage 1865 ; « fainéant, bambocheur », selon Delvau tandis que Littré, qui ignore galvaudeux, nous donne « galvadaire = vagabond » et traduit « galvauder » par « travailler vite et mal ». Les cochers de l’Urbaine reprochent à des non-grévistes de « ne pas faire honneur à leurs affaires ». « Tu n’as donc pas vingt sous que tu travailles... crève de faim »94. Ainsi, de l’injure, jaillissent par contraste, les modèles implicites du monde ouvrier.

  • 95 Rossard : « mauvais compagnon ». Magot : « homme laid comme un singe ou grotesque comme une figure (...)
  • 96 La Gazette des Tribunaux, 23 octobre 1865, grève des veloutiers de Saint-Etienne : « Tu n’es qu’un (...)
  • 97 Arch. préf. pol., BA 179, pièce 25, rapport de police, 5 janvier 1884 : un cocher insulte des non- (...)
  • 98 Le Temps, 23 février 1882.
  • 99 P. 526.

44Enfin, à côté d’épithètes variées comme : rossard, caffard, figure de capucin, magot95, tout un ensemble d’insultes manifestent une xénophobie latente. Si Cosaque régresse, on trouve Uhlan, mais surtout Italien. Les expéditions coloniales ont fortement marqué l’argot populaire : le vieux Sarrazin des typographes est relayé par Bédouin96, Pavillon Noir97 et surtout Kroumir à propos duquel Le Temps écrit : « Il y a un an, les Kroumirs étaient absolument inconnus en France ; aujourd’hui, comme les Cosaques, les Bédouins, ils ont pris place dans le vocabulaire populaire. Kroumir est passé expression de mépris »98. Et le mot figure dans le supplément ajouté par Fustier à la troisième édition de Delvau (1883) : « Depuis l’expédition de Tunisie, ce mot est employé par le peuple comme synonyme de sale individu. Désigne aussi le chiffonnier tombé dans la misère la plus profonde »99. Combien les promiscuités du langage sont révélatrices des représentations !

Notes

1 Quand la grève dure, le mouvement des effectifs est souvent suivi avec beaucoup d’attention comme symptomatique ; les commissaires de police réunissent avec soir les pointages patronaux. On connaît ainsi assez bien le profil des grandes grèves, notamment dans les mines où les chiffres de descentes sont faciles à contrôler.

2 Arch. dép. Orne, M, Grèves, rapport gendarmerie, 31 mai 1876.

3 Arch. préf. pol., BA 186, pièce 19, rapport de police du 26 juin. Ces jeunes gens se déplacent plus facilement ; ils sont l’auteur de lettres anonymes menaçantes ; renvoyés, ils se dirigeront sur Saint-Etienne, Rive-de-Gier, et même Paris (pièce 21).

4 Arch. préf. pol., BA 174, pièce 568.

5 Ibid., pièce 597, rapport de police sur réunion de 1 800 grévistes, le 22 mars, salle Molière.

6 Le Cri de Peuple, 17 août 1888 : récit de réunion du 15 août, salle Pétrelle.

7 Comme l’opposition célibataires-pères de famille, l’opposition jeunes-vieux est fréquente. Cf. ci-dessus, à Bézenet, en 1878; et à Valenciennes, en 1872, « tous les mineurs sont en grève, sauf quinze vieux porions et leurs enfants » : Arch. dép. Nord, M 626/5, pièce 157, s.-préf.-préf., 23 mai 1872. Zola a parfaitement montré cette situation dans Germinal.

8 Si depuis la seconde décade du Second Empire, on ne trouve plus de femmes au fond, elles sont employées dans toutes les opérations de surface, comme cribleuses, trieuses, concasseuses, etc.

9 Le Citoyen de Paris, 18 juin 1881.

10 Arch. dép. Nord, M 626/14, pièce 518.

11 Arch. nat., F 12 4650, rapport gendarmerie, 24 juin 1881 : « Les femmes qui se tenaient... le jour et la nuit à des postes indiqués ont eu une attitude... agressive. Plusieurs d’entre elles ont frappé et insulté les ouvriers qui se rendaient au travail. Les femmes par leurs violences ont souvent occasionné de très grands rassemblements, qui ont failli avoir des suites graves surtout dans la soirée du 11, au moment où deux femmes frappaient avec des orties qu’elles tenaient à la main un mineur qui se rendait au travail. »

12 Arch. dép. Gard, 14 M 447, com. pol. Bessèges, 16 mai 1890.

13 Salons de 1880 et de 1913.

14 Arch. dép. Nord, M 626/13, pièce 27, préf.-min., 11 mars 1884. Dans un rapport du 13 mars, le même au même écrit : « La grand préoccupation des meneurs de cette grève ... est de prémunir les mineurs contre les excitations de leurs femmes. Celles-ci, qui n’entendent rien à la politique, se laissent aller à toutes leurs passions ; elles disent ouvertement que les hommes sont des lâches, si d’ici à quelques jours, ils n’ont pas tout bouleversé. »

15 Le Matin, 29 janvier 1886, récit des événements du 26.

16 Arch. dép. Allier, série U, dossier de la grève de 1881 : 135 mineurs avaient été renvoyés avant la grève.

17 Arch. dép. Tarn, IV M2 65, s.-préf.-préf., 16 avril 1872.

18 Ibid., com. pol.-préf., 10 mai 1872.

19 Arch. nat., F 12 4655, Rhône.

20 Sur l’importance de la conversation féminine dans le coron, il faut encore citer Zola, Germinal, p. 1217 et note 1218 (1).

21 Arch. nat., F 12 4664, Vosges, s.-préf. préf., 19 décembre 1882 : « Les femmes surtout étaient très montées et quelques-unes se laissaient aller à proférer des menaces contre le Directeur. Il est possible que l’excitation d’un jour de marché ne soit pas étrangère à cette attitude ».

22 Arch. nat., F 12 4664, Vosges, grève des tisseurs de 1882.

23 Rapport Ducarre, 1877, p. 306 : « Chaque fois que les sociétés de résistance françaises ont décidé la grève, ce sont les femmes d’ouvriers français qui ont refusé d’obéir » ; et il cite le rapport de Rigal au congrès ouvrier de Paris : « Les ménagères empêchent leurs maris d’adhérer aux syndicats. Elles ne comprennent rien à la question sociale et au bien que nous pouvons tirer de nos sociétés. La cause en est seulement à la mauvaise éducation qu’elles ont reçue ». Cf. aussi Arch. nat., F 12 4653, préf. Tarn-min. Com., 3 avril 1872 : les ouvriers tisserands « sont presque tous mariés, et l’influence de leurs femmes ne contribue pas peu à les empêcher de se meure en grève.

24 Arch. dép. Nord, M 627/2, pièce 193, rapport de police, 16 juillet 1880.

25 Arch. préf. pol., BA 170, pièce 31, rapport de police, 21 mai 1890.

26 A ce sujet, cf. Ch. Benoist, 1905, p. 194 et sq.

27 Selon l’expression de Simonin, 1867, p. 257.

28 Ch. Benoist, 1905, p. 223.

29 Exemples : grève de Montceau, 1878 ; de Bézenet, 1878 (50 c d’augmentation par jour pour toutes les catégories) ; de Brassac, 1884 ; de Decazeville, 1886 ; de Saint- Etienne, 1888 ; de Montjean, 1889 ; etc.

30 A ce sujet, cf. le mémoire de R. Trempé sur les ouvriers mineurs de Carmaux : l’auteur expose comment la surexploitation du jour a fini par rapprocher les deux catégories de travailleurs ; en 1883, les efforts de la direction pour les diviser sont demeurés vains.

31 En 1876, à Lavaveix-les-Mines, sur les 383 ouvriers qui travaillent, 343 sont des ouvriers de surface ; il y a seulement 40 mineurs de fond. En 1878, à Montceau, la reprise des ouvriers du jour, le 9 mars, donne le signal de la débandade : L’Estafette, 10 mars 1878. De même à la Chapelle-sous-Dun, en 1881, les travailleurs du jour ne se joignent à la grève qu’au dernier moment. A Brassac-les-Mines, en 1884, bien que les revendications concernent aussi les ouvriers du jour, ceux-ci selon l’ingénieur, ne font grève que contraints et forcés : Arch. dép. Puy-de-Dôme, M 045-56, pièce 14, rapporting. des mines-min. Tr. Publ., 1er avril 1884. A Epinac, en 1886, seul le fond fait grève.

32 Arch. dép. Gironde, M 1189.

33 Arch. dép. Cher, M 23, Grève des porcelainiers de toutes les fabriques en 1887.

34 Arch. nat., F 12 4662, préf.-min., 4 mai 1886, compte rendu de la réunion de la Boule d’Or, le 30 avril. La situation des manœuvres est très malheureuse ; les fournisseurs leur refusent tout crédit.

35 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1888-1889, com. pol., 18 août 1888.

36 Lors de la grève des charpentiers de Paris, 1876, « les gâcheurs ont été invités ... par la corporation à une réunion où on leur a demandé pourquoi ils avaient continué à travailler. Ils ont répondu qu’étant payés au mois, la grève leur était étrangère ».

37 Cf. ci-dessus, première partie.

38 Arch. préf. pol., BA 187, diverses pièces, notamment 285, 417, 420, 477.

39 Arch. dép. Gard, 6 M 1414 (2), préf.-min., 7 mars 1887 : le scrutin auquel participent 816 ouvriers donne une forte majorité pour la reprise (698) ; il est contesté par une importante fraction des grévistes qui allèguent « qu’on aurait dû admettre les mineurs à voter avec les métallurgistes ; qu’on aurait dû accepter comme électeurs les ouvriers de 18 à 21 ans qui sont près de 300 ; qu’on aurait dû exclure du vote les quelques ouvriers qui n’ont pas suspendu le travail ». Un second scrutin, organisé le lendemain, donne 1 026 pour la reprise, 722 contre.

40 Arch. dép. Indre-et-Loire, M, Grèves 1880-1890, dossier de la grève de 1884.

41 Cité par J. Vial, 1941, p. 214 ; à propos de la grève des approprieurs lyonnais en 1888.

42 Sur les diverses catégories d’ouvriers tailleurs, cf. l’étude de Beaumont dans le Jour, des Econ., 1885.

43 Arch. préf. pol., BA 173, volumineux dossier sur la grève des tailleurs parisiens de 1885 qui met en jeu ces diverses catégories.

44 Sur l’histoire chaotique des associations professionnelles des ouvriers du cuir, cf. A.P.O., t. II.

45 Arch. préf. pol., BA 167, dossier 1 200, pièce 2. Cf. aussi Le Cri du Peuple, 30 avril 1884, « Ateliers et magasins », article de A. Goullé sur la corroierie parisienne.

46 Arch. préf. pol., B A 167, pièce 8.

47 Arch. préf. pol., BA 167, pièce 99, rapport Pasfé, 30 mars 1876.

48 Ibid., pièce 44, réunion du 1er août 1882 : le président lit la lettre des hommes de peine et ajoute : « je demande que les grévistes s’engagent à montrer à travailler aux hommes de peine qui se sont mis en grève ». Adopté.

49 Cf. en ce sens, les remarques de Ch. Benoist, 1905, t. I, p. 381. Pour l’étude des diverses catégories textiles, se reporter à cet ouvrage. Notons que le patronat exploite ces divisions par exemple en confiant le paiement du rattacheur au fileur. Lorsque les rattacheurs revendiquent, les patrons les renvoient aux fileurs : exemple : Arch. dép. Nord, M 627/12, pièce 238, lettre de Delesalle, industriel au préfet, 14 mai 1880 : « Je n’impose à mes fileurs qu’une seule obligation, c’est que chacun ait avec lui deux grands rattacheurs et un petit ; quant à leur salaire, il ne me regarde pas. Le fileur paie ce qu’il veut, tantôt plus, tantôt moins suivant les occasions ». On imagine les sources de friction d’un tel système.

50 Arch. dép. Pas-de-Calais, M 1807, pièce 106, rapport de police, 21 juillet 1878 et aussi Le Rappel, 22 juillet 1878.

51 Arch. dép. Nord, M 619/3, préf.-min., décembre 1880 : « Lors de la grande grève d’Anzin, les mineurs de Denain ont refusé de s’associer au mouvement. Ceux d’Anzin et des environs en ont gardé rancune et ne les suivront probablement pas cette fois-ci ».

52 Arch. dép. Nord, M 626/18, pièce 523, com. spéc. pol., 21 octobre 1889.

53 Arch. dép. Gard, 14 M 447, Grève de 1890.

54 Arch. dép. Loire, 92 M 32, pièce 114, com. spéc.-préf., 15 juin 1890.

55 Ibid., 92 M 33, pièce 69, com. péc., 23 sepembre 1890.

56 Trois ont pour cadre des établissements textiles : Roubaix (1880), Reims (chez Rogelet, 1885), Houplines (1887) ; les autres se produisent chez Cail à Paris (grève des charrons, 1886), aux Tabacs de Marseille (1887), à la verrerie Mesmer de Lyon (1888).

57 Celle-ci intervient seulement dans deux cas.

58 Arch. dép. Nord, M 625/56, Grève au tissage Dutilleul à Houplines, 1887.

59 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1888, com. pol., 11 août 1888 ; à la verrerie Mesmer.

60 Le Rappel, 14 janvier 1880.

61 Le Cri du Peuple, 15 janvier 1887.

62 A Lyon, lors de la grève des verriers (1886), il y a un comité de surveillance par usine : Arch. nat., F 12 4662. Exemple de tels comités chez les mégissiers de Paris (cf. Arch. préf. pol., BA 167, pièce 47), les charpentiers (Arch. nat., F 12 4663), etc.

63 Les autorités elles-mêmes hésitent, ce qui montre que le fait n’est pas absolument habituel : lorsqu’un tel piquet est organisé à Troyes durant une grève de bonnetiers, le préfet consulte le procureur général qui, dans un entretien confidentiel, lui dit que le fait n’a pas un caractère délictueux.

64 Arch. préf. pol., BA 180, pièce 345, rapport de police, 10 juin 1882. Il faut, ajoute-t-il, « un planton ... qui dira à ceux qui viendront pour s’embaucher : — Ici, on ne travaille pas ».

65 Ch. Gide, 1909, emploie le terme (p. 18) en le rattachant à l’expression anglaise picketing.

66 Ainsi, chez Ulmo, tanneur à Lyon : Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1871-1879, rapport de police, 30 octobre 1874.

67 Arch. dép. Aube, M 12b3, préf.-min., 26 septembre 1888 : à Troyes, lors de la grève de la bonneterie Mauchauffée, les ouvriers « ont disposé à chacune des issues de la petite rue dans laquelle est situé l’usine, une sorte de poste-volant, composé de deux ou trois d’entre eux. Leur service est organisé de telle sorte que les hommes apostés sont relayés suivant un ordre à peu près régulier ».

68 Arch. préf. pol., BA 167, pièce 47.

69 Le Cri du Peuple, 12 août 1888, propos de Boulé. Dans le numéro du 14 août, Le Cri donne quelques détails : l’appareil en question a un objectif large comme une pièce de 5 F ; on agrandit ensuite. Cette pratique, dont j’ignore l’extension de fait, a soulevé l’indignation de la presse conservatrice.

70 Arch. préf. pol., BA 182, rapport de police, 16 mars 1883, grève des champignonnistes de Montrouge. Trois grévistes ont été trouver un non-gréviste, l’ont engagé « à donner sa signature sur un registre d’adhérents à la grève. Celui-ci ayant refusé, ils lui ont dit : “ Vous êtes un mauvais citoyen et nous vous chasserons de chez tous les patrons ”. Arch. dép. Gard, 14 M 447, com. pol., Bessèges, 10 mai 1890 : les mineurs font circuler des listes d’ahérents à la coalition « pour connaître les traîtres et les lâches ».

71 Arch. dép. Gironde, M 1188, pièce 209, rapport de police, 10 août 1885, compte rendu d’une réunion de carrossiers où deux non-grévistes font leur autocritique ; il s’en dégage toute une moralité de la solidarité. « Le patron m’ayant mis aux pièces, j’ai accepté », dit un des « accusés ». « Quand on est en grève, lui dit alors Brun (président de la séance), on ne doit rien accepter qui ne soit conforme aux décisions prises, et à l’exemple des autres ouvriers. On m’a offert ce qui vous a été proposé et je ne l’ai pas accepté, moi. Box se lève alors : — Citoyens, j’ai commis une faute, mais je jure que je ne travaillerai que quand les patrons auront réduit la durée du travail de 11 heures à 10 heures. — Citoyens, dit Brun, le citoyen Box a commis une faute, mais l’a réparée ». Par contre l’autre récalcitrant, Lescarra résiste : on lui donne jusqu’au mardi pour se décider.

72 Arch. préf. pol., BA 181, pièce 87, rapport de police, 28 septembre 1883, grève des chaisiers. Les outils confisqués sont déposés au siège de la chambre syndicale.

73 Arch. préf. pol., BA 167, grève des mégissiers, Paris, 1884. Autre exemple : BA 181, pièce 17 : Chaussivert, secrétaire du syndicat des outilleurs sur bois, écrit aux non-grévistes pour les engager à abandonner le travail : « il leur déclare qu’il leur est accordé 24 heures pour le cesser et que, passé ce délai, ils seront signalés à la corporation et à tous les travailleurs par la voie de la presse ». Cf. encore, BA 178, pièce 40, lettre de la commission exécutive de la grève des charrons, Paris, avril 1880.

74 On en trouve de nombreux exemples dans L’Emancipation des Ardennes : exemple, n° 9, février 1890, p. 1, en caractère gras : « Nous signalons à l’attention et au souvenir des ouvriers les noms des traîtres qui ont pris du travail pendant la grève et qui ont fait emprisonner d’honnêtes ouvriers : Eugène Peltriaux, Stévenin Antoine ; nul n’a le droit de les oublier ».

75 H. Leyret, 1895, p. 196.

76 Arch. nat., F 12 4662 : à la verrerie Allouard, les ouvriers obtiennent le renvoi de onze ouvriers embauchés durant la dernière grève, et qu’ils appellent « gaulois ». Ceux-ci ont une peine infinie à trouver du travail à Lyon.

77 Arch. préf. pol., BA 175, pièce 219, rapport de police, 26 novembre 1878. « Il paraîtrait qu’à plusieurs reprises, les dissidents auraient été menacés de mort, que, pendant le cours du travail ils auraient été molestés de toutes façons, qu’on chantait dans l’intention de leur être désagréable des chansons ordurières ». Ajoutons que la plupart des non-grévistes sont des Belges et des Suisses : la hargne qu’ils encourent n’est donc pas exempte de toute xénophobie. Au reste, c’est aux accents de « La Marseillaise », que les grévistes ont ici repris le travail.

78 Arch. préf. pol., BA 186.

79 Ainsi, en 1866, à l’issue de la grève des charpentiers de Grenoble, Arch. nat., B B 18 1732. Mais c’est surtout à Paris que cette pratique existe. Les dossiers de la préfecture de police en fournissent de nombreux exemples. Ainsi, BA 179, pièce 133, « carte d’honneur délivrée au citoyen ayant rempli son devoir lors de la grève » (maréchaux-ferrants) ; BA 175, pièce 44, grève des charrons ; BA 168, pièce 67, carte des menuisiers du meuble sculpté, 1880 ; BA 179, pièce 141, carte des cochers de l’Urbaine, 1884, etc.

80 BA 168, pièce 106, rapport de police, 29 septembre 1880, grève des ébénistes.

81 Comme celle des charrons : BA 178, pièce 344 (original).

82 Germinal, p. 1 414.

83 Arch. dép. Cher, M 16, 1.

84 Sur cette affaire de la verrerie Allouard, cf. Arch. nat., F 12 4662, préf.-min., 8 mai 1886. Aucune poursuite n’est intentée contre Allouard, tandis que les grévistes sont arrêtés, puis, il est vrai, remis en liberté. On étouffera.

85 Arch. dép. Nord, M 626/14, pièces 518 et 525 pour les premières formes de manifestation ; M 626/13, pièce 74 pour les troubles du 4 avril.

86 Exemple : Arch. nat., F 12 4663, préf. pol.-min., 28 février 1882 : rixes à Vaugirard entre scieurs de long grévistes et non-grévistes ; un ouvrier est hospitalisé dans un état grave, son agresseur est condamné à six mois de prison.

87 « A l’eau », est une des grandes menaces et il n’est pas rare que des non-grévistes y soient précipités. Zola a décrit une scène de ce genre, dans Germinal, p. 1426. Les ouvrières tisseuses de la Saône fouettent publiquement quelques compagnes qui ont repris le travail : Arch. dép. Isère, 166 M 2. On a vu qu’à Commentry, les femmes de mineurs déculottent et frappent des « fainéants ». Cf. encore Germinal, p. 1421.

88 Sur les termes employés pour désigner les non-grévistes, et notamment sur le mot traître, cf. M. Leroy, 1913, p. 261. Il signale qu’en Amérique le renard est appelé rat ou galeux, en Angleterre, mouton, en Italie, kroumir : « tous mots remplis de mépris ».

89 Arch. nat., F 12 4665, préf.-min., 28 octobre 1889.

90 Ed. 1883, p. 172.

91 J. Vial, 1941, p. 192.

92 Selon Delvau : « ouvrier qui consent à travailler au-dessous du tarif (argot des typographes). On dit aussi faux-frère ».

93 Très nombreux exemples dans nos documents. Un exemple littéraire : Germinal, p. 1418 : « Qu’est-ce que vous venez fiche par ici, tas de galvaudeux ? ».

94 Arch. préf. pol., BA 179, grève de 1884.

95 Rossard : « mauvais compagnon ». Magot : « homme laid comme un singe ou grotesque comme une figure chinoise en pierre ollaire » (Delvau).

96 La Gazette des Tribunaux, 23 octobre 1865, grève des veloutiers de Saint-Etienne : « Tu n’es qu’un Bédouin ! Tu gâtes le métier et tu es le seul à Saint-Etienne à agir ainsi ».

97 Arch. préf. pol., BA 179, pièce 25, rapport de police, 5 janvier 1884 : un cocher insulte des non-grévistes en « les traitant de Pavillons Noirs, Kroumirs, salauds, ajoutant : — Allez au Tonkin ! ».

98 Le Temps, 23 février 1882.

99 P. 526.

Table des illustrations

Légende 23. Profils de grèves (pour chaque grève, on a ramené à 100 le nombre de grévistes de la journée la plus suivie, et calculé les autres journées sur cette base)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/596/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Titre Dans l’usine en grève
Légende Dans l'usine en grève15. Conciliabules. Grève du Nord (1872)16. L’usine occupée par la troupe (Nord, 1872)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/596/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 835k
Titre Déclarations de grèves
Légende 13. Les mineurs de Lourches se déclarent en grève
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/596/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Légende 14. Les bûcherons du cher annoncent leur grève
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/596/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Titre Secours aux grévistes
Légende 17. Appel des mineurs de Denain (1889)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/596/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Légende 18. Les commerçants de Roanne organisent le crédit aux grévistes (1882)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/596/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Titre Manifestations et violences
Légende 19. « En grève », tableau de G. La Touche (Salon de 1889)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/596/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 344k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search