Version classiqueVersion mobile

Les ouvriers en grève. Tome 2

 | 
Michelle Perrot

Troisième partie. Le cours de la grève

Chapitre IV. Méthodes de grève

Texte intégral

  • 1 Sur la variété des méthodes contemporaines de grève, cf. H. Sinay, 1966, p. 40 et sq. Sur la « grè (...)

1Les ouvriers d’aujourd’hui disposent d’un arsenal relativement varié de méthodes de grève, progressivement mises au point, qui visent à l’efficacité maximum aux moindres frais : grèves d’avertissement, tournantes, perlées, sur le tas, débrayages, etc., et, tout récemment, grèves « thromboses »1. Ils limitent soigneusement dans le temps l’arrêt de travail (d’où la très faible durée moyenne des grèves contemporaines) et n’usent de la grève générale qu’avec une extrême prudence. Celle de Mai 1968 semble avoir échappé en grande partie au plan des centrales syndicales, même si elles ont employé leur autorité à ratifier le désir de la « base ». Moyen de pression, plus que mode d’expression, la grève fait l’objet d’un calcul d’état-major où interfèrent des considérations économiques, politiques, sociales, etc.

22. Répartition des grèves selon le nombre d’établissements touchés de 1871 à 1890

  • 2 Arch. nat., F 12 4662, Grève des serruriers de Lyon, 1881 : Bernard préconise la formation d’une c (...)
  • 3 Je n’ai rencontré durant ces vingt années qu’un seul exemple de grève d’avertissement volontaireme (...)

2Vers 1880, la grève est infiniment plus simple et fruste : avant tout désertion collective de l’atelier et pour une durée indéterminée. 63 % des conflits recensés entre 1871 et 1890 appartiennent à cette catégorie et ne concernent qu’un seul établissement. Pourquoi cette situation ? D’abord, parce que les grèves subites, dont on sait l’importance à cette époque, échappent à toute prévision. Ensuite, parce que la réflexion stratégique sur les modalités d’abandon du travail est encore peu poussée ; elle s’intéresse, lorsqu’elle existe, à l’espace, plus qu’au temps ; mais si le choix du moment de la grève obéit, sinon au raisonnement prospectif que certains, déjà, préconisent2, du moins au discernement empirique, affiné par une longue expérience, de la « bonne conjoncture », sa durée est le fruit aléatoire des circonstances et des résistances réciproques3.

  • 4 Arch. préf. pol., BA 182 : les employés à la distillation des vins de Paris votent par écrit pour (...)
  • 5 .Ainsi les maçons et les menuisiers de Lyon qui avaient d’abord entrepris une grève générale, décid (...)

3Seul un nombre restreint de grèves (environ 10-15 %) résulte d’un choix, au reste limité à deux options, souvent débattues et soumises au vote préalable4 : grève partielle (et successive) ou générale (et simultanée). Les raisons d’économie, d’efficacité, de sécurité font parfois préférer la première5. Mais l’élan revendicatif, le désir de protestation, le besoin de se sentir solidaire, des motifs psychologiques, éthiques, idéologiques, portent vers la seconde : la grève générale est dans l’air du temps.

1. GRÈVE TOURNANTE

  • 6 Cf. E. Coornaert, 1966, p. 274 (17e-18e siècles), p. 282 (19e siècle).
  • 7 La mise à l’index classique est défensive : on interdit de travailler à titre de représailles pour (...)
  • 8 Les affirmations d’Hélène Sinay, 1966, selon lesquelles la grève tournante est « la nouvelle née p (...)

4La « mise en interdit successive » dérive de la « damnation », vieille pratique compagnonnique6 ; de la « mise à l’index » ou boycott d’une maison récalcitrante, n’appliquant pas les conventions établies, système encore très vigoureux à Lyon7. Mais elle en diffère parce qu’offensive et multiple. Elle nous achemine vers la « grève tournante » de type moderne8.

  • 9 Arch. dép. Nord, M 619/3, préf.-min., 10 mai 1880 : le préfet attribue cette pratique au congrès d (...)
  • 10 La Bataille, 30 décembre 1883, à propos des grèves des tailleurs et des bronziers.

5Le préfet du Nord, qui note la nouveauté du fait dans son département en 1881, la définit ainsi : « ... quelques maisons seulement seraient mises en interdit tandis que les ouvriers des autres établissements se cotiseraient pour faire vivre leurs camarades en grève. De cette façon, à moins d’une entente entre tous les patrons, chacun d’eux serait tour à tour contraint de souscrire aux conditions des ouvriers »9. Cette forme est donc économique pour l’ouvrier qui perçoit toujours des secours-grève importants, provenant de caisses de résistance bien garnies et alimentées par les cotisations de ceux qui travaillent. Elle requiert, par ailleurs, une entente et une discipline très fortes : elle est toujours conduite par une organisation syndicale et par une organisation riche. Elle est étroitement limitée aux grandes villes (25 villes pour la période considérée, principalement à Paris (30 % du total) et Lyon (27 %.). « Les prolétaires parisiens, mieux organisés pour la lutte que ceux des départements ne font qu’à la dernière extrémité des grèves générales. Ils procèdent d’une façon plus méthodique et obtiennent presque toujours de bons résultats par la mise à l’index des maisons qui ne veulent pas adhérer aux tarifs élaborés par les chambres syndicales »10. C’est l’instrument favori des ouvriers de métier, travaillant en petits ateliers faciles à repérer et à surveiller : ébénistes, tailleurs d’habits, tanneurs, canuts lyonnais. Il ne convient guère à la grande industrie qui n’en fournit aucun exemple. En conséquence, la grève tournante ne met en branle que de petits effectifs, mais peut s’étirer sur une longue période.

  • 11 Arch. nat., F 12 4653 et Arch. dép. Isère, 166 M 1, préf.-min. de l’Int., 22 avril 1875 : grève de (...)
  • 12 Il en est ainsi à Cours en 1875 (Arch. nat., F 12 4653) où les trois plus importantes fabriques de (...)
  • 13 Exemple à Lille, en 1881, lors de la grève des charpentiers et menuisiers, les deux plus gros atel (...)
  • 14 Sur cette importante grève, conduite avec beaucoup de méthode par les fondeurs- mouleurs de Lille,(...)
  • 15 Ainsi, en 1881, lors de la grève des ouvriers peintres de Lille-La Madeleine, « un certain nombre (...)

6Ces grèves sans risques sont fondamentalement réformistes ; elles ne recherchent pas l’émotion, le spectacle du nombre, l’agitation, mais le résultat. Fort efficaces, elles atteignent du reste un pourcentage de succès exceptionnellement élevé : 72 %. Cette efficacité repose évidemment sur l’exploitation des concurrences patronales. D’où la tactique du choix des entreprises mises en interdit. S’il opère parfois par tirage au sort11, plus souvent encore, il cherche à isoler systématiquement les grosses maisons12, dont on sait l’impopularité parmi les petites, toujours prêtes par nécessité ou par calcul, à les lâcher13. Contre les « faiseurs de pauvres », selon l’expression lyonnaise, l’union se cimente aisément. La seule parade est le lock-out : il se rencontre effectivement dans 19 % des grèves tournantes, sans compter un grand nombre de projets avortés. Mais lui aussi achoppe sur la débandade des petites entreprises : à Lille, en 1881, lors du lock-out dont la Compagnie de Fives-Lille est l’âme, elles refusent de licencier leurs ouvriers et en profitent au contraire, pour accroître leurs ventes et rafler quelques clients14. A Paris, au faubourg Saint-Antoine, les petits patrons ébénistes résistent aux appels de la maison Krieger, la « Citadelle », qu’ils souhaitent couler ; on en signale même qui cotisent à la caisse des grévistes. Enfin, des salariés utilisent cet effacement provisoire des « gros » pour se mettre à leur compte, s’installer15 ; et en de telles conjonctures, le rêve tenace de coopératives de production renaît. Il y a là un vieux fond de rébellion artisanale contre les monopoles, un refus profond de la concentration qu’on retrouve à tant de pages de l’histoire industrielle française.

  • 16 Arch. dép. Nord, M 619/3, préf.-min., 10 mai 1880.
  • 17 Ibid., 27 avril 1881. à propos de la grève des menuisiers de Lille.

7Les autorités se félicitent de ce mode de grève infiniment plus discret que le tumultueux abandon en masse : « Grâce à cette organisation savante et rai- sonnée qui donne de l’espoir à l’ouvrier et lui fournit des moyens d’existence, l’ordre public n’a pas été troublé un instant », écrit le préfet du Nord16. Dans une autre occasion, sollicité par les patrons mis en interdit d’engager des poursuites, il s’y refuse parce que le nouveau système lui paraît préférable aux violences d’autrefois ; et le ministre l’approuve17.

  • 18 Arch. nat., F 12 4660 (1882).
  • 19 Arch. dép. Nord, M 619/6, pièce 15, com. pol.-s.-préf., 2 juin 1883.
  • 20 H. Sinay, 1966, p. 165.

8Les patrons, au contraire, redoutent comme la peste cette méthode qui les laisse désarmés. Elle les oblige à l’organisation : caisses de résistance, pactes de solidarité financière, chambres syndicales naissent en cette occurrence. Pour répondre à la grève tournante des retordeurs, le patronat lillois forme le comité cotonnier ; chaque industriel doit verser 0,25 F par broche et par semaine et reçoit, en cas d’interdit, 0,15 F18. A Armentières, la construction d’un syndicat patronal du tissage réplique à des coalitions successives19... Enfin, les fabricants tentent de faire admettre par les pouvoirs publics le caractère illégal du procédé. Il est intéressant de constater que la loi du 31 juillet 1963 a prohibé la grève tournante (dans le secteur public seulement) comme particulièrement nocive et désorganisatrice20.

2. LA GRÈVE GÉNÉRALE

  • 21 Dans une bibliographie surabondante, nous signalerons ici seulement, le diplôme d’études supérieur (...)

9Et pourtant, en dépit des avantages matériels de la grève tournante, les ouvriers tendent de plus en plus à lui préférer le procédé du « chômage simultané ». C’est que la première forme, sage et ordonnée, graduée et parcellaire, qui reproduit la division des ateliers au lieu de la briser, cette grève sans prestige, sans chaleur et sans faste, les frustre de satisfactions psychologiques aussi importantes que le succès : le sentiment exaltant d’être une force, puisé au spectacle du nombre, le désir d’être ensemble, le besoin de fête qui ne va pas sans la foule et le bruit, inhérents alors à tant de conflits éclatés. D’autre part, la conception libertaire de la grève s’attache moins à son résultat immédiat qu’à son pouvoir révolutionnant et révolutionnaire. Enfin, l’entrée en scène de la grande industrie bouleverse les stratégies trop minutieuses. Toutes ces raisons font que, dans la pratique comme dans la théorie, l’une et l’autre mêlées, la « grève générale » gagne du terrain en même temps que son sens, à vrai dire très flou et susceptible d’acceptions diverses, se modifie. C’est ce changement qu’il nous faut maintenant tenter de décrire et de comprendre21.

  • 22 Le Cri du Travailleur, 22/29 juin 1889.
  • 23 Le Rappel, 6 novembre 1872 : rapport de la chambre syndicale des tailleurs de Paris en vue de l’Ex (...)
  • 24 Congrès de Lyon, 1878, compte rendu, p. 124.

10Dans une première période, marquée par un scepticisme affiché à l’égard de la grève, l’expression « grève générale » désigne seulement une technique de cessation du travail caractérisé par la simultanéité : « le même jour, à la même heure »22. En théorie, les organisations ouvrières s’y déclarent hostiles : « Bien faire ressortir tout ce que les chambres syndicales ont fait faire de progrès à la question ouvrière sans recourir à la grève », écrit le syndicat des tailleurs de Paris en 1872 ; « combattre les grèves générales pour n’accepter que les grèves partielles, et encore en n’admettant celles-ci qu’à la dernière extrémité »23. Puisque la grève est un mal — « l’augmentation de la misère », selon Bonnal, délégué des mégissiers de Paris, au congrès de Lyon24 — il convient de la limiter.

  • 25 Un chantier, en outre, n’est pas un atelier : la mise en interdit est difficile parce que la main- (...)
  • 26 Arch. préf. pol., BA 1406, rapport de police « Céram », 16 juin 1876 : « Il est question, non seul (...)

11Toutefois, dans la pratique, le procédé est largement usité, notamment par les corporations du bâtiment : maçons, charpentiers, couvreurs, etc., qui ont besoin de frapper vite et fort au début de chaque campagne25. En 1872, où les travailleurs du bois et de la pierre fomentent ensemble 46 % des conflits, les grèves dites « générales » représentent 13 % du total des coalitions, autant en 1876 : le bruit court alors, à Paris, d’une grève générale du bâtiment, suscitée par l’euphorie de l’Exposition universelle et de l’emprunt de la ville contracté dans cette perspective26. Il s’agit, en l’occurrence, de grèves générales décidées, de propos délibérés, réformistes en leurs objectifs, et étroitement circonscrites : une profession dans une localité. D’où leurs petites dimensions relatives, le maximum atteint étant 2 500 lors de la grève des charpentiers parisiens (1876).

  • 27 Arch. dép. Seine-Maritime, M, Grève 1871 (non coté).

12Hors du bâtiment, la contagion l’emporte sur la décision et provoque des grèves « généralisées » plus que générales, aux frontières indécises puisqu’en partie involontaires, au profil fluctuant. Ainsi, en 1871, partie d’un tissage de Rouen, la coalition en touche vingt autres, dans six communes alentour, effleure les filatures et décuple de volume en quatre jours (350 grévistes le 4 novembre au matin ; 3 600 le 8 au soir)27. Scénario classique qu’on retrouve, peu ou prou, dans toutes les grèves de la grande industrie (mines, textile), alors dépourvue d’organisme de décision, invertébrée ; et, notamment, dans la grande vague 1878-1880, de caractère nettement épidémique.

  • 28 Arch. préf. pol., BA 180 : des négociations ont lieu en septembre et elles échouent. Le 28 septemb (...)
  • 29 Arch. dép. Nord, M 619/3, préf. Nord-min., 10 mai 1880.
  • 30 L’Egalité, 16 mai 1880, lettre d’un correspondant de Troyes : ces enfants sont les rebrousseurs de (...)
  • 31 Arch. dép. Seine-Maritime, 14 M 1880.
  • 32 L’Egalité, 31 mars 1880 ; et Arch. dép. Isère, 166 M 2.
  • 33 Le Rappel, 16, 17 et 18 juin 1880.
  • 34 Arch. nat., F 12 4656, préf. Aube-min. Com., 7 juin 1880.
  • 35 Arch. dép. Marne, 194 M 10. s.-préf. Reims-préf., 26 avril 1880 : propos de Thierry aux tisseurs d (...)

13Décision ou contagion, la tendance à la généralisation est, en effet, le phénomène majeur de cette poussée : partout, la base déborde les états-majors : à Paris, en octobre 1879, les menuisiers désertent les ateliers quatre jours avant la date officiellement prévue, comme s’ils n’y pouvaient plus tenir28. A Roubaix, en avril 1880, la chambre syndicale dont Charles Bonne, partisan des grèves partielles, est le secrétaire, commence par mettre en interdit deux établissements, mais c’est bientôt une véritable tornade qui emporte 40 000 grévistes, dans quatorze communes et 325 établissements. Le préfet, qui, au même moment, soulignait les progrès de la mise en interdit, remarque que la direction du conflit échappe à la chambre syndicale : « la contagion de l’exemple a entraîné un grand nombre d’ouvriers et la grève s’est généralisée »29. Souvent les jeunes jouent dans cet élan un rôle moteur : ainsi à Reims où les rattacheurs sont les premiers en grève, à Troyes où « ce sont les enfants qui ont donné l’exemple »30. A Lillebonne, les femmes et les enfants s’insurgent les premiers contre la réduction concertée du salaire par les fabricants de la vallée31. Comme si la sensibilité, l’intuition étaient en l’occurrence des facteurs favorables à la propagation d’une onde vibratoire. D’autre part, les cloisons entre professions s’amenuisent. Non seulement elles se mettent en grève en cascade, dans le sillage les unes des autres, fait courant, mais elles tentent de se coordonner. Une chambre syndicale unique regroupe à Reims les diverses spécialités du bâtiment, de même à Grenoble pour la métallurgie ; dans cette ville, s’organise en outre une « chambre fédérale ouvrière » qui devrait avoir pour organe La Révolution sociale32. Les menuisiers parisiens lancent le projet d’une fédération du bâtiment. A Marseille, pour soutenir les marbriers coalisés, se forme une commission regroupant les délégués de tous les syndicats de la ville33. A Troyes, brisant les particularismes, les ouvriers convoquent « une réunion générale des corporations en grève » ; selon le préfet, on va « jusqu’à parler de grève générale »34. Tandis que triomphe au congrès de Marseille la vieille et grande idée de fédération, les militants profitent des conflits pour souligner la « généralité » du combat : « le mouvement est général en France, partout les ouvriers élèvent les mêmes prétentions que vous »35. Mouvement spontané des masses et action réfléchie des militants qui en sont issus confluent pour élargir la conscience ouvrière, et la dimension de ses luttes.

  • 36 Le Globe, 13 octobre 1879, compte rendu du meeting du Tivoli-Vaux-Hall.

14L’idée de grève générale se profile plus particulièrement dans deux milieux différents qui en seront effectivement par la suite les bouillons de culture : mines et bâtiment parisien. On attribue fréquemment au menuisier Tortelier une espèce de paternité en la matière. En fait, il a des précurseurs : dès l’automne 1879, Jules Cazelle, président de la commission de grève des menuisiers, préconise la grève générale corporative : « Nous soulèverons la France tout entière, s’il le faut... Il est possible, même probable, que nos camarades du bâtiment prendront la détermination de cesser le travail. La grève s’étendrait alors à tous les ouvriers du bâtiment : maçons, scieurs et tailleurs de pierre, briquetiers, carreleurs, peintres couvreurs, plombiers, etc., etc. ». En même temps, Cazelle formule la conception qui fonde la grève générale : la puissance des producteurs : « Les patrons s’inclineront devant nous, car nous sommes les producteurs et quand les bras ne se mettent pas au travail, le capital tombe »36.

  • 37 Arch. dép. Loire, 92 M 16, pièce 63, maréchal des logis au capitaine de gendarmerie de Saint-Etien (...)

15En 1880, dans les mines de la Loire, où règne une certaine agitation (2 000 ouvriers du bassin de Firminy ont cessé le travail), « il s’agirait d’une entente entre tous les mineurs du bassin de la Loire et même des mineurs belges et de faire une grève générale, si, dans un bref délai, les compagnies n’adhéraient pas aux demandes qui vont leur être faites »37. Dans l’un comme dans l’autre cas, il est question de grève générale corporative, de dimensions variables mais susceptibles d’extension, et plutôt à des fins revendicatives.

  • 38 Compte rendu du Congrès de Reims, p. 51.
  • 39 Compte rendu du Congrès de Saint-Etienne, p. 172. « C’est sur le terrain politique, par le vote d’ (...)
  • 40 2 juin 1880.

16Cependant, si la grève fait l’objet d’une revalorisation globale, que nous avons décrite, en haut lieu on la préfère partielle. Le congrès de Reims affirme sa prédilection pour la mise à l’index38 ; les congrès rivaux de Saint-Étienne et de Roanne concluent à peu près de la même manière qu’en dépit de toutes ses vertus, la grève reste seconde pour l’émancipation des travailleurs ; « il n’y a de salut et d’émancipation que dans l’union sous l’étendard du Parti ouvrier », selon les possibilistes39. Les guesdites, à cette époque, perçoivent les possibilités révolutionnaires de la grève générale : « les grèves générales resteront infécondes tant qu’elles resteront limitées à une localité et à une industrie », peut-on lire dans L’Égalité du 2 juin 1880 ; « ce n’est que lorsqu’elles prendront un caractère général et soulèveront toute la masse ouvrière du pays, qu’elles amèneront des résultats positifs »40. Mais ils corsettent l’initiative ouvrière de tant de préalables, préoccupés qu’ils sont d’éviter les pratiques « libertaires, donc liberticides », qu’ils la rendent impossible. Au reste, la construction du parti et les soucis électoraux les absorberont bientôt tout entiers.

  • 41 Arch. dép. Loire, 10 M 78, séance du 7 juin.
  • 42 Arch. nat., F 12 4662, préf. Rhône-min., 18 mars 1883.
  • 43 Ibid., rapport de police, 27 mars 1881 : « Bien que n’étant pas partisan des grèves..., il a ajout (...)
  • 44 Arch. nat., F 12 4662. préf. Rhône-min., 18 mai 1883.

17Les anarchistes paraissent hésiter également. Au congrès régional de Saint- Etienne, à forte coloration libertaire, un métallurgiste, Rodary, préconise « le système des grèves générales solidaires »41, en l’opposant au bulletin de vote : le thème n’est guère repris. Emile Gauthier déclare aux cordonniers lyonnais « que les grèves n’étaient pas considérées comme moyen d’émancipation efficace par les révolutionnaires anarchistes, mais qu’en attendant de pouvoir s’affranchir en s’emparant des forces de production..., il y avait lieu d’encourager les grèves qui préparent à la lutte et soufflent parmi les masses la haine contre la bourgeoisie et les patrons, en même temps que l’esprit de révolte contre les exploiteurs »42. A Lyon, Bernard, notoirement libertaire, esquisse pour les serruriers un plan de grève rationnelle où il est question après avoir réuni informations et fonds, « de commencer la grève partielle en mettant plusieurs des grands ateliers à l’index »43. En 1882 et 1883, la grève tournante l’emporte sur la générale dans les professions les plus imprégnées d’esprit révolutionnaire, tant à Paris qu’à Lyon ; et lorsqu’à l’issue d’un de ces conflits, Bayet (cordonnier lyonnais anarchiste) déclare « qu’il fallait s’organiser pour la révolution puisque la grève ne pouvait aboutir »44, l’opposition des deux termes « révolution-grève » montre que l’assimilation n’est pas faite de l’une à l’autre.

  • 45 Arch. dép. Loire, 92 M 22, pièce 5, lettre du 23 février 1884, signée Michel Rondet. Au congrès so (...)
  • 46 Arch. dép., Nord, M 626/17, pièce 429, com. pol. Valenciennes, 2 mars 1884.
  • 47 Ibid., M 626/13, pièce 64, appel du 24 mars 1884.
  • 48 Arch. dép. Loire, 92 M 22, pièce 12, rapport gendarmerie Brioude, 31 mars 1884.
  • 49 Sur cette grève, cf. Arch. dép. Puy-de-Dôme, M 045-56 et Arch. nat., F 12 4658.
  • 50 Arch. dép. Nord, M 626/14, télégramme du 10 avril 1884. Les délégués signataires sont ceux de : Lo (...)
  • 51 Arch. dép. Nord, M 626/13, pièce 68, préf.-min., 31 mars. Il ajoute : « C’est un grand service que (...)
  • 52 A.P.O., t. I, p. 400.
  • 53 R. Trempé, 1968, p. 95.

18Dans les années suivantes, pourtant, la notion de grève générale prend de la consistance dans les milieux où elle était apparue tout d’abord ; en même temps qu’elle s’infiltre, se vulgarise dans d’autres secteurs, notamment dans le textile. Chez les mineurs, les grèves d’Anzin (1884), celle de Decazeville (1886) à un moindre degré, provoquent de nouveaux progrès de la conscience corporative. A peine la première est-elle commencée, que le syndicat de mineurs de la Loire tente, par l’intermédiaire du préfet, de faire pression sur le ministre des Travaux publics pour qu’il exerce sa médiation : « que si cette compagnie (Anzin) voulait se montrer trop exigeante, les autres bassins houillers pourraient prendre fait et cause pour leurs collègues du Nord »45. Cet espoir soutient les grévistes d’Anzin : début mars, « Basly déclare que si on échoue, il est très possible que le congrès des mineurs réuni à Saint-Etienne... déclare une grève générale de tous les mineurs français »46. Le 24 mars, les délégués des treize divisions du bassin réunis à Denain, lancent « un pressant appel à tous leurs frères des départements miniers pour les inviter à prendre, dans le plus bref délai, les mesures nécessaires en vue de la grève générale »47. Ce projet reçoit un commencement d’exécution : le 30 mars, à Sainte-Florinne, coin perdu de la Haute-Loire, quatre cents mineurs votent la grève par solidarité : « si la grève était générale en France, les mineurs s’adresseraient à la Chambre des Députés »48 ; les travailleurs ne présentent de revendications propres que quelques jours plus tard49. Mais l’extension en reste là : la réunion des délégués mineurs à Saint-Etienne, le 10 avril, se contente d’un télégramme platonique au ministre de l’Intérieur50. Le préfet du Nord estime pour sa part que cet échec aura pour effet, « ce qui n’est pas un mince avantage..., d’empêcher pour quelques années tout essai de grève générale de réussir »51. De fait, la grève de Decazeville, dont le retentissement dans l’opinion a été bien supérieur à celui d’Anzin, n’a éveillé chez les mineurs qu’un écho assourdi par les rancœurs héritées. Dans les années suivantes, la Fédération nationale des mineurs de France, minée par les dissenssions entre Nord et Loire, n’a qu’une vie précaire52 ; on assiste à un repli sur les bassins respectifs et si la grève générale progresse, c’est dans leurs limites : tels les conflits de 1889 (Nord - Pas-de-Calais) et de 1890 (Loire). Au reste, la grève générale des mineurs est résolument réformiste : « un moyen de pression exceptionnel, exercé tant sur les Compagnies: que sur les pouvoirs publics et sur le Parlement »53.

  • 54 Arch. préf. pol., BA 173, appel aux ouvriers tailleurs pour la réunion de la Boule Noire, 26 avril (...)
  • 55 Le Socialiste, 3 novembre 1887.
  • 56 D’après R. Brécy, 1863, p. 19. note 1 ; sur la renaissance de l’idée de grève générale, cf. aussi, (...)

19Dans les milieux ouvriers parisiens, elle prend au contraire une coloration de plus en plus révolutionnaire. Ainsi chez les tailleurs, la commission exécutive, en conflit avec la chambre syndicale — le « Sénat », disent les grévistes moqueurs — favorable aux mises à l’index, fait acclamer la grève générale comme instrument d’émancipation du prolétariat54. En 1887, diverses corporations, au premier rang desquelles toutes les catégories du bâtiment, appellent à un meeting « contre le chômage » salle Favié ; elles envisagent divers procédés : « sinon, mesures à prendre en vue d’une cessation générale du travail à Paris »55. Selon La Révolte, 2 000 personnes approuvent cette idée56.

  • 57 Congrès de Montluçon, p. 88-89. Combomoreil représente diverses chambres syndicales du bâtiment pa (...)

20Cette même année, Combomoreil, tailleur de pierres et Berger, scieur, tous deux Parisiens, présentent au deuxième congrès de la Fédération nationale des syndicats à Montluçon un vœu pour qu’on soumette aux corporations « l’étude d’une cessation générale du travail », « considérant que les grèves partielles n’ont pu jusqu’à ce jour contraindre d’une efficacité absolue les exploiteurs à respecter les justes revendications des travailleurs » : vœu adopté57.

  • 58 Arch. dép. Indre-et-Loire. M, Grèves, réunion du 19 juillet 1884.
  • 59 Arch. nat., F 12 4658.

21L’expression « grève générale » se répand en divers secteurs. En 1883, les dockers de Marseille terminent une réunion aux cris de « vive la fraternité, vive la sagesse, vive la grève générale ». En 1884, les cordonniers de Tours l’entendent vanter par un ouvrier forgeron, Gauthier58. A Voiron, lors d’une coalition de tisseurs, en février 1884, « des hommes parcouraient les rues, allant de fabrique en fabrique en criant : grève générale »59.

  • 60 Ibid., F 12 4661, préf. Aisne-min., 23 février 1886.
  • 61 Ibid., F 12 4661, rapport gendarmerie, 2 juin 1886.

22Enfin, l’apparition du vocable dans les régions textiles du Nord est un signe de vulgarisation de l’idée. « Nous voulons que la grève soit générale », dit à Saint-Quentin, Langrand ; « nous voulons que nos réclamations soient admises par tous les industriels d’abord à Saint-Quentin, puis au-dehors et même à l’étranger. C’est un mouvement général, autant vaut qu’il commence ici qu’ailleurs : notre exemple sera suivi »60. Dans les rues de Fourmies, les tisseurs scandent : « Misère. Du pain ou du plomb... Vive 93. Vive la Sociale. Vive la grève générale »61.

  • 62 La grève des mineurs de Westphalie qui dépasse 100 000 participants a frappé l’opinion : cf. Le Cr (...)
  • 63 Le Figaro, 3 août 1888.
  • 64 Arch. préf. pol., BA 183 et 184, comptes rendus quotidiens des réunions.
  • 65 Ibid., BA 184, pièce 1039, rapport contenant « le relevé des propos violents tenus par les meneurs (...)
  • 66 Ibid., B A 168, rapport de police, 25 novembre 1888. Notons cependant que Lamothe préconise ensuit (...)
  • 67 Le Travailleur (Marseille), 18-25 août 1888.

23A partir de 1888, la reprise économique, stimulée par l’Exposition universelle, la renaissance des relations internationales ouvrières, une nouvelle vague de grèves de grandes dimensions en France et à l’étranger62, se traduisent par un nouveau bond en avant : la grève générale cesse d’être un procédé, une technique, pour devenir une priorité et, pour certains, le grand moyen d’émancipation : la révolution même. Les grèves du bâtiment parisien, dans l’été 1888, ont joué, dans cette phase, un rôle considérable d’orchestration. Aux terrassiers se joignent des contingents charretiers et démolisseurs, menuisiers, peintres, maçons, ébénistes, et, fait curieux, limonadiers et coiffeurs, en révolte contre les bureaux de placement. Quelques-uns des derniers forment un « comité pour la grève générale »63, tandis que Tortelier, Franchet, Raimond, s’efforcent de promouvoir un mouvement général dans le bâtiment. Il ne se passe pas de jour sans que le thème ne soit évoqué dans des meetings publics dont certains sont convoqués spécialement pour en débattre64. L’expression devient d’usage courant ; elle est de plus en plus associée à « révolte », et même à « révolution ». Tennevin préconise « la grève générale : une révolte de tous les ouvriers » ; Boicervoise, la grève générale « précurseur de la révolution »65. Lamothe, ébéniste, se déclare « partisan de la grève générale qui serait le commencement de l’agitation révolutionnaire »66. Une motion de meeting, votée à Marseille, engage les terrassiers « à se montrer fermes jusqu’au bout afin d’amener la grève générale qui conduira le peuple à la révolution sociale et économique et à la suppression du patronat »67. Dans tous ces textes, la grève générale apparaît comme l’amorce d’un processus révolutionnaire dont le déroulement ultérieur demeure encore obscur.

  • 68 Arch. dép. Gironde, 4 M 12, pièce 113, com. spéc., 31 octobre 1888. Boulé est appuyé, outre Raimon (...)
  • 69 Résolutions votées en séance publique du congrès national, p. 2-3 (souligné par moi).
  • 70 Rapport des délégués marseillais au Congrès de Bordeaux, p. 9.

24Les militants anarchistes surtout, mais aussi blanquistes, s’en font les hérauts convaincus. Leur rôle dans la cristallisation et l’essor du thème ne saurait être sous-estimé. Au congrès de la Fédération nationale des syndicats, à Bordeaux, en octobre 1888, c’est Boulé, un blanquiste, l’homme de la grève des terrassiers, qui, soutenu par Raimond, menuisier, camarade de Tortelier, propose « l’arrêt subit d’une branche quelconque de production pendant 24 ou 48 heures seulement et dans toute la France afin de déterminer une réaction formidable dans la classe ouvrière pour l’entraîner et la faire culbuter l’édifice social capitaliste »68. La résolution adoptée par le congrès illustre 1’étonnante ascension de la grève, encore si décriée dix ans auparavant : « Considérant... que le capital n’est rien s’il n’est mis en mouvement par le travail, qu’alors en refusant le travail, les ouvriers anéantiraient d’un seul coup la puissance de leurs maîtres, considérant que la grève partielle ne peut être qu’un moyen d’agitation et d’organisation, le congrès déclare : que seule la grève générale, c’est-à-dire la cessation complète de tout travail, ou la Révolution, peut entraîner les travailleurs vers leur émancipation »69. On peut s’étonner qu’un congrès à majorité guesdiste ait voté une telle résolution. Il y eut, il est vrai, des objections, embryon de futurs conflits : par exemple celles de Jourde (guesdiste, Bordeaux) : « si la grève générale pouvait être décrétée, ce serait la Révolution qui s’accomplirait, mais... les travailleurs ne sont pas encore organisés pour la déclarer... ; la question de son organisation est très grave »70. Le P.O.F., dont la position n’est pas encore claire, allait la préciser : au congrès de Lille, en 1890, il condamne la grève générale, et, à sa suite, la Fédération des syndicats, réunis à Calais. Désormais, on le sait, cette question devient la pomme de discorde entre syndicalistes et socialistes. En 1894, à Nantes, elle provoque l’éclatement définitif de la Fédération des syndicats, l’effondrement de la tentative de domination guesdiste sur les organisations ouvrières, la fin du malentendu qu’avait été, en définitive, le congrès de Marseille et son projet de « Parti ouvrier ».

  • 71 Sur l’attitude des anarchistes lors du 1er Mai 1890, cf. J. Maitron, 1951, p. 185 et sq.

25L’idée d’une cessation générale et concertée du travail dans toute la France se concrétise dans les manifestations de février 1889 et surtout dans le 1er Mai 1890. Ce dernier peut être considéré comme l’ébauche de la première grève générale nationale. En prenant l’initiative de ce qu’ils déclaraient n’être qu’un « chômage » (mais qu’est-ce qu’un chômage volontaire pour les travailleurs sinon une grève ? Et c’est bien ainsi que la plupart l’ont entendu), les socialistes révolutionnaires, guesdistes et blanquistes, semblent bien avoir voulu répondre à la combativité ouvrière en même temps que la canaliser. D’où la méfiance des anarchistes, hostiles à ce qu’ils estiment être une opération de récupération71, leur désaveu de démarches qu’ils tiennent pour le début d’un dialogue avec le pouvoir, la mise en place de l’engrenage redoutable du réformisme. Ils ont mené une action ardente pour que les masses, « descendues » dans la rue, conservent l’initiative, pour que la rentrée ne se fasse pas dans l’ordre esclave, mais dans le désarroi du désir inassouvi et rebelle.

  • 72 Lyon-Socialiste, 23 novembre 1884 : appel des tisseurs roannais pour un congrès corporatif de l’in (...)
  • 73 A.P.O., t. II, p. 451. La suite de la proposition en réduit, d’une certaine manière, la portée : l (...)

26Quelles qu’aient été ses limites, le 1er Mai a projeté l’image de la grève générale nationale ; il l’a montrée possible et, du même coup, a réveillé chez les uns l’espoir, chez les autres, la peur : c’est une date très importante, qui a puissamment propulsé, dans les représentations et le vocabulaire, l’idée de grève générale. La liste des références à celle-ci serait désormais fort longue, et, devenue foisonnante, nécessairement incomplète. On y trouverait plus de cinquante localités, la plupart des secteurs professionnels : principalement mineurs, ardoisiers, verriers, gaziers, ouvriers du bois, du bâtiment, travailleurs du textile même qui, avant de rentrer dans le giron guesdiste, ont subi fortement l’attrait de la grève générale : dès 1884, les tisseurs roannais lançaient un appel en sa faveur : « La grève ne sera vraiment sérieuse que lorsqu’elle sera générale... »72. En 1890, au congrès régional du textile de Lyon, la proposition suivante est adoptée par 11 voix pour et 16 abstentions : « le Congrès... décide qu’il y a lieu d’organiser la grève générale en se servant de tous les moyens en notre pouvoir »73. Au contraire, métallurgistes, ouvriers du cuir, du livre... se tiennent pour l’instant à l’écart.

27En voie de devenir banal, du moins dans son énoncé, le fait nous intéresse moins. Ce qui désormais nous retiendrait, c’est d’une part la diversité des contenus, à l’évidence différents selon les locuteurs qui n’y mettent ni la même extension, ni la même durée, ni la même finalité ; et, d’autre part, les résistances rencontrées, le piétinement d’une idée apparemment si simple et si grandiose qu’elle aurait dû tout embraser, enfin l’extrême difficulté de passer de la représentation à la réalisation : il n’y a pas, avant 1914, de grève générale réussie ; 1920 sera le tragique échec que l’on sait ; juin 1936, grande fête à l’avènement du premier gouvernement socialiste, inaugure un autre modèle ; en définitive, la grève générale la plus proche du projet syndicaliste révolutionnaire, c’est, à bien des égards, celle de Mai 1968.

28Présentement, il nous importait de saisir une conversion : le passage de la grève décriée et marginale à la grève magnifiée et centrale. C’est pourquoi nous l’avons décrit dans le détail un peu fastidieux de l’événementiel, nous efforçant de traquer le mot et le geste dans le quotidien. Mais décrire n’est pas expliquer. Voilà bien le drame de l’historien : sa patiente reconstitution achevée, la question demeure entière : le comment n’est pas le pourquoi. A peine peut-il discerner des antériorités : ici, celle de la pratique sur la théorie. L’expérience de la grève généralisée précède la théorie de la grève générale ; le spectacle de la puissance de la grève provoque la réflexion sur ses possibilités. Mais, à son tour, cette réflexion propulse la grève, lui donne son ampleur, sa puissance, transforme la spontanéité en volonté, l’empirisme en dessein : tant le fait n’est rien sans sa théorie. Désormais, celle-ci prendra une prodigieuse avance, au point de paraître utopie.

29Le caractère prioritaire, premier, de la pratique nous conduit à réfléchir sur le rôle de la spontanéité en histoire et notamment dans celle du mouvement ouvrier. L’influence rétrospective du volontarisme léniniste a parfois eu pour conséquence sinon de le nier, du moins de le réduire. Il semble pourtant que, dans le cas qui nous occupe, l’impulsion vienne non pas d’organisation centrale inexistante, mais d’en bas, des profondeurs d’une psychologie collective dont il est assurément bien difficile d’appréhender les courants. Nous manquons pour cela de données et de méthodes : par définition, nous connaissons l’événement existant, produit, émergé.

30Mais le changement, comment se produit-il ? Comment naissent les innovations sociales ? En décrivant le processus de modification de la grève, je pressens la question plus que je n’apporte de réponse.

Notes

1 Sur la variété des méthodes contemporaines de grève, cf. H. Sinay, 1966, p. 40 et sq. Sur la « grève thrombose », « invention » de la base désireuse de reprendre l’initiative, cf. Le Monde, 25 mars 1969.

2 Arch. nat., F 12 4662, Grève des serruriers de Lyon, 1881 : Bernard préconise la formation d’une commission de délégués des grands ateliers pour « connaître jusqu’à quel point le travail presse » avant de déclarer la grève. Les guesdistes, hommes d’ordre, se font les champions les plus insistants de la nécessité du choix réfléchi : cf. J. Guesde, L’Egalité, 8 janvier 1882 : « avant de suspendre collectivement le travail... les corporations qui voudraient être appuyées dans leur campagne devraient aviser les fédérations, seules en mesure de savoir si le moment est bien choisi, de quels moyens de résistance on dispose, si les chances en un mot sont pour le travail, ou si au contraire, étant donné la situation générale, ce n’est pas au-devant d’un échec sans compensation que l’on va ». Les résolutions des congrès de Reims et de Roanne vont dans ce sens.

3 Je n’ai rencontré durant ces vingt années qu’un seul exemple de grève d’avertissement volontairement limitée à une journée : Arch. dép. Loire, 92 M 28, 37 pièces, grève de 160 mineurs du puits Rigodin à Saint-Chamond, 10-11 juillet 1889 ; les ouvriers déclarent à la direction qu’ils recommenceront dans huit jours s’ils n’ont pas satisfaction.

4 Arch. préf. pol., BA 182 : les employés à la distillation des vins de Paris votent par écrit pour choisir entre les deux systèmes ; deux listes circulent et ils mettent oui ou non selon leur choix. Arch. dép. Gironde, M 1187, pièce 122 : discussion chez les menuisiers en 1877, qui se décident pour la grève générale.

5 .Ainsi les maçons et les menuisiers de Lyon qui avaient d’abord entrepris une grève générale, décident, faute de fonds, de la transformer en grève partielle : cf. Arch. nat., F 12 4662, Rhône. De même les maçons de Saint-Etienne en 1881, les ébénistes de Bordeaux, en 1886, qui allèguent la crise (Arch. dép. Gironde, M 1188, pièce 274).

6 Cf. E. Coornaert, 1966, p. 274 (17e-18e siècles), p. 282 (19e siècle).

7 La mise à l’index classique est défensive : on interdit de travailler à titre de représailles pour une maison qui n’applique pas le tarif ou d’autres conventions préalablement adoptées. C’est la méthode en usage à Lyon parmi les canuts et employée, par exemple, durant la crise de 1882-1884 si dure pour les soyeux.

8 Les affirmations d’Hélène Sinay, 1966, selon lesquelles la grève tournante est « la nouvelle née parmi les grèves » (p. 36) sont contestables. « Cette récente forme de grève parcellaire », écrit-elle, « constitue en quelque sorte la réplique au travail parcellaire, caractéristique de la société industrielle contemporaine ». Elle date les premières tentatives des années 1955 et surtout 1962-1963. Il est vrai que les formes qu’elle décrit : débrayage d’un secteur géographique (tel atelier) ou d’une catégorie déterminée (les monteurs, ou les fraiseurs) au sein d’une entreprise, sont différentes de la grève tournante telle que nous l’envisageons en ce moment : grève touchant les ateliers les uns après les autres au sein d’une même localité.

9 Arch. dép. Nord, M 619/3, préf.-min., 10 mai 1880 : le préfet attribue cette pratique au congrès de Marseille : « D’après les plans arrêtés au Congrès..., les grèves ne doivent plus prendre un caractère général dans les grands centres industriels ». A vrai dire, le compte rendu officiel du congrès ne prévoit rien de tel.

10 La Bataille, 30 décembre 1883, à propos des grèves des tailleurs et des bronziers.

11 Arch. nat., F 12 4653 et Arch. dép. Isère, 166 M 1, préf.-min. de l’Int., 22 avril 1875 : grève des palissonneurs de Grenoble en 1875 : on tire au sort parmi les vingt- deux ateliers ; Bayoud, puis Charvet, sont désignés. Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1871-1879, com. spéc. 22 mars 1874 : chez les teinturiers de Lyon, « après les propositions d’augmentation de salaire, le nom des maisons qui n’accueilleront pas cette proposition sera inscrit sur un bulletin mis dans une urne, et le premier bulletin qui sera extrait de l’urne désignera la maison à mettre à l’index. »

12 Il en est ainsi à Cours en 1875 (Arch. nat., F 12 4653) où les trois plus importantes fabriques de couvertures sont désertées ; à Lyon en 1874 où l’on choisit la plus grosse tannerie, à Roanne en 1882 où l’on cherche d’abord à isoler Bréchard (300 ouvriers, le maître du marché), etc. Dans les grèves tournantes des ébénistes parisiens on s’en prend toujours à Krieger qui fait la loi au faubourg Saint-Antoine ; c’est Cail que les mouleurs désignent en 1882 comme la première usine à mettre en grève.

13 Exemple à Lille, en 1881, lors de la grève des charpentiers et menuisiers, les deux plus gros ateliers, Rouzé et Falc, sont mis en interdit. « En majeure partie les ouvriers travaillent chez les petits entrepreneurs », écrit le commissaire de police, le 4 mai ; et le 8 : « Beaucoup de petits patrons dont le nombre d’ouvriers augmente chaque jour, vont adhérer aux demandes de la classe ouvrière ». Et le préfet de conclure, le 13 mai : « Devant cette situation qui menace d’une façon grave les intérêts des patrons en interdit, et de peur de voir leur clientèle complètement perdue si la grève continuait encore un certain temps, ceux-ci déclarent qu’ils vont être obligés de céder » : cf. Arch. dép. Nord, M 619/4.

14 Sur cette importante grève, conduite avec beaucoup de méthode par les fondeurs- mouleurs de Lille, cf. Arch. dép. Nord, M 619/3 et M 627/2.

15 Ainsi, en 1881, lors de la grève des ouvriers peintres de Lille-La Madeleine, « un certain nombre d’ouvriers sont devenus patrons, c’est-à-dire, qu’ils travaillent pour leur compte avec quelques ouvriers » : Arch. dép. Nord, M 619/4, com. pol.-préf., 29 avril.

16 Arch. dép. Nord, M 619/3, préf.-min., 10 mai 1880.

17 Ibid., 27 avril 1881. à propos de la grève des menuisiers de Lille.

18 Arch. nat., F 12 4660 (1882).

19 Arch. dép. Nord, M 619/6, pièce 15, com. pol.-s.-préf., 2 juin 1883.

20 H. Sinay, 1966, p. 165.

21 Dans une bibliographie surabondante, nous signalerons ici seulement, le diplôme d’études supérieures inédit de C. Chambelland, 1953, et R. Brécy, 1969.

22 Le Cri du Travailleur, 22/29 juin 1889.

23 Le Rappel, 6 novembre 1872 : rapport de la chambre syndicale des tailleurs de Paris en vue de l’Exposition de Lyon.

24 Congrès de Lyon, 1878, compte rendu, p. 124.

25 Un chantier, en outre, n’est pas un atelier : la mise en interdit est difficile parce que la main-d’œuvre est trop fluide. Il est plus facile de surveiller la cessation générale du travail.

26 Arch. préf. pol., BA 1406, rapport de police « Céram », 16 juin 1876 : « Il est question, non seulement à Paris, mais à Charenton, à Vincennes, à Maisons-Alfort, d’une grève générale des corporations qui tendent à se manifester avant l’exposition annoncée pour 1878 ».

27 Arch. dép. Seine-Maritime, M, Grève 1871 (non coté).

28 Arch. préf. pol., BA 180 : des négociations ont lieu en septembre et elles échouent. Le 28 septembre dans une réunion à la salle Lévis où se trouvent 4 330 présents, on prend la décision de grève générale pour le 6 octobre si les patrons s’obstinent à refuser les revendications. Le refus des entrepreneurs étant connu le 1er, dès le 2, la grève est à peu près générale, 10 000 menuisiers abandonnant les chantiers.

29 Arch. dép. Nord, M 619/3, préf. Nord-min., 10 mai 1880.

30 L’Egalité, 16 mai 1880, lettre d’un correspondant de Troyes : ces enfants sont les rebrousseurs de bonneterie.

31 Arch. dép. Seine-Maritime, 14 M 1880.

32 L’Egalité, 31 mars 1880 ; et Arch. dép. Isère, 166 M 2.

33 Le Rappel, 16, 17 et 18 juin 1880.

34 Arch. nat., F 12 4656, préf. Aube-min. Com., 7 juin 1880.

35 Arch. dép. Marne, 194 M 10. s.-préf. Reims-préf., 26 avril 1880 : propos de Thierry aux tisseurs de Reims.

36 Le Globe, 13 octobre 1879, compte rendu du meeting du Tivoli-Vaux-Hall.

37 Arch. dép. Loire, 92 M 16, pièce 63, maréchal des logis au capitaine de gendarmerie de Saint-Etienne, 29 janvier 1880.

38 Compte rendu du Congrès de Reims, p. 51.

39 Compte rendu du Congrès de Saint-Etienne, p. 172. « C’est sur le terrain politique, par le vote d’abord, par la révolution ensuite, que se livrera... la grande et décisive bataille qui inaugurera la civilisation socialiste » (p. 173).

40 2 juin 1880.

41 Arch. dép. Loire, 10 M 78, séance du 7 juin.

42 Arch. nat., F 12 4662, préf. Rhône-min., 18 mars 1883.

43 Ibid., rapport de police, 27 mars 1881 : « Bien que n’étant pas partisan des grèves..., il a ajouté que, pour le moment, la grève était le seul moyen pratique d’améliorer le sort des travailleurs de la corporation ».

44 Arch. nat., F 12 4662. préf. Rhône-min., 18 mai 1883.

45 Arch. dép. Loire, 92 M 22, pièce 5, lettre du 23 février 1884, signée Michel Rondet. Au congrès socialiste de Saint-Etienne de 1882, Rondet avait déjà brandi la même menace : « Si la chambre ne vote pas (le projet de loi sur les caisses de retraite), on tâchera alors d’organiser une grève générale, et d’obtenir par la force ce qu’on ne peut pas obtenir par des réclamations pacifiques » : cf. Ach. dép. Loire, 10 M 79, pièce 185.

46 Arch. dép., Nord, M 626/17, pièce 429, com. pol. Valenciennes, 2 mars 1884.

47 Ibid., M 626/13, pièce 64, appel du 24 mars 1884.

48 Arch. dép. Loire, 92 M 22, pièce 12, rapport gendarmerie Brioude, 31 mars 1884.

49 Sur cette grève, cf. Arch. dép. Puy-de-Dôme, M 045-56 et Arch. nat., F 12 4658.

50 Arch. dép. Nord, M 626/14, télégramme du 10 avril 1884. Les délégués signataires sont ceux de : Loire, Tarn, Puy-de-Dôme, Allier, Aveyron, Haute-Loire, Creuse. Le mot de grève générale n’apparaît pas. Le rôle de Rondet, personnellement hostile à la grève générale, semble avoir pesé, d’où les ressentiments accumulés contre lui et le recul de son influence, dès lors, dans le bassin de la Loire.

51 Arch. dép. Nord, M 626/13, pièce 68, préf.-min., 31 mars. Il ajoute : « C’est un grand service que [la grève] nous aura rendu ».

52 A.P.O., t. I, p. 400.

53 R. Trempé, 1968, p. 95.

54 Arch. préf. pol., BA 173, appel aux ouvriers tailleurs pour la réunion de la Boule Noire, 26 avril 1885 ; se termine ainsi : « Guerre à tous ceux qui veulent notre pain et qui nous asservissent de plus en plus... Grève générale ». Ce texte sera adopté par acclamations. La commission exécutive est dominée par des anarchistes du groupe « l’Aiguille ».

55 Le Socialiste, 3 novembre 1887.

56 D’après R. Brécy, 1863, p. 19. note 1 ; sur la renaissance de l’idée de grève générale, cf. aussi, p. 20, note 1.

57 Congrès de Montluçon, p. 88-89. Combomoreil représente diverses chambres syndicales du bâtiment parisien.

58 Arch. dép. Indre-et-Loire. M, Grèves, réunion du 19 juillet 1884.

59 Arch. nat., F 12 4658.

60 Ibid., F 12 4661, préf. Aisne-min., 23 février 1886.

61 Ibid., F 12 4661, rapport gendarmerie, 2 juin 1886.

62 La grève des mineurs de Westphalie qui dépasse 100 000 participants a frappé l’opinion : cf. Le Cri du Travailleur (Lille), no 25, mai 1889, éditorial : « La grève générale. A propos de la grève des ouvriers mineurs allemands ».

63 Le Figaro, 3 août 1888.

64 Arch. préf. pol., BA 183 et 184, comptes rendus quotidiens des réunions.

65 Ibid., BA 184, pièce 1039, rapport contenant « le relevé des propos violents tenus par les meneurs de la grève ».

66 Ibid., B A 168, rapport de police, 25 novembre 1888. Notons cependant que Lamothe préconise ensuite la grève partielle par suite du manque de fonds : remords qui montre quelles ambiguïtés subsistent autour de l’idée de grève générale.

67 Le Travailleur (Marseille), 18-25 août 1888.

68 Arch. dép. Gironde, 4 M 12, pièce 113, com. spéc., 31 octobre 1888. Boulé est appuyé, outre Raimond, par Perronin (Lyon), les délégués de Cette, Marseille, de la Haute-Loire et aussi par Jean Dormoy. A l’issue de la séance, une « commission de la grève » est constituée.

69 Résolutions votées en séance publique du congrès national, p. 2-3 (souligné par moi).

70 Rapport des délégués marseillais au Congrès de Bordeaux, p. 9.

71 Sur l’attitude des anarchistes lors du 1er Mai 1890, cf. J. Maitron, 1951, p. 185 et sq.

72 Lyon-Socialiste, 23 novembre 1884 : appel des tisseurs roannais pour un congrès corporatif de l’industrie textile et similaires : « La grève ne sera vraiment sérieuse que lorsqu’elle sera générale, internationale, parce que les millions de producteurs qui ont toujours eu les bras forts et qui se plaindront de la misère imméritée qu’ils subissent seront un danger pour les institutions sociales. Le moment sera alors venu pour les capitalistes, ceux qui nous exploitent, de nous donner le produit intégral de notre travail, sinon, de rentrer dans l’ombre. »

73 A.P.O., t. II, p. 451. La suite de la proposition en réduit, d’une certaine manière, la portée : le congrès « propose en outre que cette grève générale ne soit décidée que dans un Congrès international réunissant la plupart des organisations ouvrières du monde entier ». Il est une façon de proposer des solutions si lointaines qu’elles rendent tout essai impossible.

Table des illustrations

Légende 22. Répartition des grèves selon le nombre d’établissements touchés de 1871 à 1890
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/595/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search