Version classiqueVersion mobile

Les ouvriers en grève. Tome 2

 | 
Michelle Perrot

Troisième partie. Le cours de la grève

Chapitre III. La conduite de la grève : les meneurs

Texte intégral

  • 1 Ce souci a été parfois celui de l’époque : ainsi, A. Hamon s’est livré à une enquête par questionn (...)

1En cette période encore peu institutionnalisée du mouvement ouvrier, les « meneurs » ont beaucoup d’importance, tant dans le déclenchement des grèves que dans leur conduite, leur style. Ces insoumis, ces éveilleurs, comme on aimerait les connaître, que de questions se posent à leur endroit. J’aurais voulu les traquer en chacune de leur conscience, mieux, de leur subconscience, pour y saisir le nœud de leur révolte et le secret de leur influence. C’est une psycho-sociologie, voire une psychanalyse du meneur de grève que j’aurais souhaité esquisser1.

I. DIFFICULTÉS D’APPROCHE

  • 2 L’entreprise de Jean Maitron et de ses collaborateurs, le Dictionnaire biographique du mouvement o (...)

2Malheureusement, il nous faut en rabattre, et déplorer la particulière indigence des sources en regard de ces exigences. Sur ma table, plus de deux mille fiches (si certaines grèves demeurent complètement anonymes, d’autres nous livrent plusieurs meneurs) ; mais les renseignements qu’elles portent sont la plupart du temps sommaires : un nom, un âge souvent (pour 924 cas, soit près de la moitié), fréquemment aussi une origine géographique, parfois une mention d’état-civil (168 mentions), une note de moralité, ou d’instruction, le relevé du casier judiciaire, à la rigueur un curriculum vitae, mais utilitaire, c’est-à-dire calendrier des activités militantes, rarement un visage, exceptionnellement une biographie : il est des vies qu’on ne raconte pas2.

  • 3 M. Perrot, 1958, 1959.
  • 4 Citons : l’attentat Fournier à Roanne (1882) ; l’affaire de Montceau-les-Mines, soulèvement politi (...)

3La qualité de l’information dépend de plusieurs facteurs. Et d’abord de la nature des sources. Deux grands types, dont j’ai, ailleurs, et sous cet angle, évoqué les caractères et la densité3, fournissent l’essentiel : documents de police et de justice, dont l’entrée en scène respective est liée au style même de l’action militante. Ephémère, épisodique, elle nous vaut un bref et sec- bulletin de police, précis mais tout extérieur ; plus mouvementée, elle peut susciter un procès-verbal de gendarmerie qui a l’inestimable avantage de faire parler le suspect. Violente, elle met en marche la machine judiciaire et son cortège d’écrits. Mais ici même, l’apport est inégal : la simple police expédie ses prévenus, la correctionnelle les traite vite, se limitant étroitement au présent, aux actes plus qu’aux personnes, se bornant à recueillir sur celles-ci la demi-douzaine de renseignements classiques d’état-civil. Seul, le dossier d’assises présente une densité plus satisfaisante grâce aux exigences de l’instruction. Mais bien peu d’affaires de grève ont, à notre époque, mérité les assises4. L’immense majorité des affaires d’« atteinte à la liberté du travail » ressortit aux tribunaux correctionnels.

  • 5 On en trouvera le bilan dans la bibliographie. D’autre part, il n’est pas douteux que l’intérêt ma (...)

4Si succinct que soit leur apport, on aimerait pouvoir en disposer : d’après les Comptes de la justice criminelle, de 1871 à 1890, 1 179 affaires, 3 003 prévenus, 2 705 condamnés, constitueraient une matière première de choix parce que relativement homogène. Mais on doit, à nouveau, déchanter. Il n’existe pas, pour cette période, de série judiciaire nationale ; et dans le cadre départemental, les archives judiciaires n’ont pas toujours été déposées : demeurées aux greffes, elles sont généralement inaccessibles ; versées trop récemment aux archives départementales, elles n’ont que rarement fait l’objet d’inventaire et les séries U qu’elles forment ne sont guère utilisables ; enfin, des destructions massives les ont amputées, affectant surtout les dossiers correctionnels, pour lesquels, dans les meilleurs des cas, on a gardé seulement les registres de jugements. Aussi, mes efforts en direction des archives judiciaires sont-ils le plus souvent restés vains5.

5Outre ces raisons matérielles, toute une série de facteurs restreignent la richesse ou la portée de ces documents. Historiques : dans la mesure même où la grève se normalise, devient moins violente, dans la mesure même où la répression recule, la densité des renseignements diminue. Et la mutation institutionnelle du mouvement ouvrier contribue à masquer le visage des hommes : de plus en plus, les rapports nous parlent de groupes — syndicats, comité de grève — sans en percer l’anonymat. Il faudra la renaissance de la peur, provoquée par les anarchistes, pour que la police se fasse plus inquisitoriale, la justice plus activiste. C’est la crainte des révolutionnaires qui pousse à la constitution de fichiers systématiques, tel celui, si révélateur, de Bessèges-La Grand’Combe.

  • 6 La Gazette des Tribunaux, 28-29 juin 1875.
  • 7 Arch. préf. pol., B A 182, pièce 17, rapport de police, 4 novembre 1887.
  • 8 Arch. dép. Allier, U, 1881, grève de Commentry.
  • 9 La Gazette des Tribunaux, 23 juin 1882.
  • 10 A ce sujet, voir les remarques de J. Julliard à propos du Procès des Communards, de J. Rougerie da (...)

6Les facteurs psychologiques accroissent encore l’opacité, faussant le ton des acteurs, ou limitant l’acuité visuelle des observateurs. Les durs bancs du commissariat, pas plus que ceux de la correctionnelle, ne sont le divan du psychanalyste. La règle est ici de légitime défense, de défiance réciproque ; chacun est l’agressé de l’autre. En justice, le meneur se repent ou se justifie, regrette ou revendique. « J’avais bu et je ne savais pas ce que je faisais », plaide Eugène Ratton, 17 ans, journalier à l’usine à gaz de Courcelles6. Pierre Meubry, 33 ans, accusé de tentative de meurtre sur la personne d’un contremaître de l’usine Malétra (Saint-Denis, produits chimiques) allègue « trois verres d’absinthe bus ce matin à jeun »7. La femme Marie Perrot, 45 ans, coupable de voies de fait contre des non-grévistes de Commentry : « J’ai agi sans réfléchir et j’ai été bien punie de ce que j’ai fait car mon fils qui travaillait à la mine a été renvoyé »8. Et le jeune Fournier, 19 ans, voudrait qu’on considère son attentat manqué contre Bréchard, fabricant de Roanne, comme un péché de jeunesse : c’était, dit-il, « une sottise »9. On ne saurait prendre ces déclarations pour argent comptant. Plaider non coupable est de bonne guerre : à quoi bon jouer les héros devant le juge ?10

  • 11 Journal de Villefranche, 16 novembre 1881 : « Si nous n’avions pas fait cette manifestation, de ci (...)
  • 12 L’Union, 1er novembre 1879.
  • 13 La Paix, 5 octobre 1879.
  • 14 C’est fréquemment le cas à Lyon et à Paris. Par exemple, en 1887, à Lyon, à l’issue d’une grève, d (...)

7D’aucuns, pourtant, préfèrent cette attitude. A Villefranche, la fille Lapierre se vante d’avoir, en manifestant, consolidé la grève11. « Oui, je reviens de Nouméa, et je m’en fais gloire »12, proclame Pruneyre, ouvrier fumiste, 32 ans, « amnistié qui oublie la grâce qui lui a été faite »13. Et, après 1880, les militants révolutionnaires, libertaires surtout, transforment souvent la barre en tribune publique14.

  • 15 La Bataille, 22 juin 1883 : Enfroy, typographe, impliqué dans la manifestation des Invalides, le 9 (...)

8Victime ou apôtre, le meneur, de toutes façons, s’explique peu, se confesse moins encore. S’il le fait, c’est pour témoigner sur une vie malheureuse, donc exemplaire : « On me reprochera certainement d’avoir subi quatre condamnations pour vol... Il faut savoir que je suis fils d’une pauvre fille séduite par un bourgeois, abandonnée par son séducteur ; que j’ai longtemps connu les angoisses de la misère, de la faim. Il faut savoir que ces condamnations ont été prononcées pour vol de fruits, de pommes de terre »15. Intentionnelles, ces autobiographies se réfèrent à un modèle implicite et latent : elles se ressemblent comme sont indistincts, à nos yeux, les gens d’une autre couleur ou les portraits d’une époque ou d’un artiste. L’individuel se fond dans le social, le trait dans le schéma.

  • 16 Il est au reste significatif de voir la faiblesse des pourcentages d’acquittement. Entre 1864 et 1 (...)
  • 17 Pour Zola, c’est le grand facteur d’explication et il y revient sans cesse. La violence d’Etienne (...)
  • 18 Cf. le livre, cité, de A. Hamon, 1895. Cet ouvrage donne l’exemple d’une distorsion très significa (...)
  • 19 Journal de Villefranche, 16 novembre 1881 : sept femmes sont condamnées à des peines allant de qui (...)
  • 20 Procès des anarchistes de Vienne, 12 août 1890, p. 39. Texte passionnant pour Je sujet qui nous oc (...)

9Le regard du peintre n’est pas davantage libéré. Une conception de l’homme et du meneur, l’inspire. Aux yeux de cette société puritaine, et sûre d’elle-même, celui qu’elle accuse est un coupable, que son acte présent enferme et cerne tout entier16. On s’interroge singulièrement peu sur son passé, insoucieux d’y voir se nouer les fils de la responsabilité sociale, que les théories sur l’hérédité17, ou la « cérébralité »18 sont encore une manière d’éluder ; c’est comme s’il surgissait, tout à coup, solitaire, révélé dans l’instant, dès lors annihilé avec lui, comme s’il n’avait ni ancêtre, ni jeunesse. Seule, parfois la mention de « fils naturel » entrouvre sur un monde suspect d’hôtels garnis, ou de granges paillardes, une porte vite refermée. C’est peu pour une curiosité que sociologie et psychanalyse ont rendu insatiable : nous avons l’impression d’ignorer tout de l’être si nous ne connaissons pas son enfance, et son milieu. Le moralisme triomphant — cette hantise du 19e siècle — nous vaut au contraire abondance de jugements sommaires : ivresse et mauvaises mœurs figurent ordinairement au palmarès des meneurs, encore plus des « meneuses » : « Les plus mauvais renseignements sont donnés sur chacune des co-prévenues, dont les mœurs légères sont de notoriété publique »19. Mauvais fils, mauvais mari, mauvais père : tel serait le croquis idéal du meneur selon le tribunal de Vienne qui croit l’avoir trouvé en la personne du compagnon Tennevin, « déclassé, vivant de prédications haineuses, mais laissant sa mère, sa femme et sa fille malade abandonnées à la pitié des bureaux de bienfaisance et des sœurs de Saint-Vincent-de-Paul. Sa mère a repris son nom de jeune fille pour ne plus porter celui de son fils »20.

  • 21 Les « bandits tragiques », les anarchistes de la reprise individuelle viendront recolorer cette im (...)

10Sans doute y a-t-il là une part de vérité : en rupture avec l’ordre régnant, ces audacieux en négligent sans doute la morale, quand ils ne la récusent pas. Mais aussi, la main de nos témoins, lorsqu’elle trace ces lignes, est guidée par l’image ancienne que la société bourgeoise se fait du « meneur » : une brute rudimentaire, alcoolique et redoutable, un homme des classes dangereuses. De cette représentation, il subsiste des traces dans les quelques portraits physiques qu’on nous donne des meneurs : toujours dotés de « regard inquiétant »21.

  • 22 Arch. dép. Isère, 166 M 2, préf.-min., 26 juillet 1883 : à propos de Cartalier, meneur de la grève (...)
  • 23 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1890, préf.-min. de l’Int., 23 décembre 1889, à propos de Durousset, g (...)
  • 24 Arch. dép. Gironde, M 1189, rapport du com. pol. Bordeaux, 5 mars 1887.
  • 25 Arch. nat., F 12 4661, préf. Nord-min. Com., 3 juin 1886.
  • 26 La France, 4 juin 1885 : à propos de la grève des tailleurs parisiens, le journal esquisse un port (...)
  • 27 Arch. nat., F 12 4661, préf. Nord-min. Com., 3 juin 1886.
  • 28 Deux exemples de telles notations : Arch. dép. Loire, M 82, pièce 215, à propos de Marquet, mécani (...)

11Le plus intéressant est que, cependant, cette image se brouille et qu’à maintes reprises, les autorités ou les observateurs soulignent, non sans étonnement, les qualités de ces chefs de file, leur intelligence, leur valeur professionnelle, leur sang-froid, leur charme même. « Très bon ouvrier, remarquablement intelligent »22, « ardent, actif, intelligent, doué de quelque talent de parole »23, sont des appréciations de plus en plus fréquentes. A Bordeaux, la grève des employés de la Compagnie des tramways est préparée « d’une façon mystérieuse par les employés les plus intelligents de la compagnie ayant une certaine autorité sur les autres »24 ; à Fourmies, « j’ai pu, écrit le préfet du Nord, constater ce fait assez curieux que les délégués étaient en général les ouvriers les plus intelligents ; il n’y en avait pas un parmi eux qui personnellement ne se déclarât satisfait de son salaire »25. Esquissant un croquis du meneur parisien, au reste fort influencé par Le Sublime de Denis Poulot, le journal La France écrit : « Ce mauvais ouvrier n’est pas toujours un ouvrier maladroit, il travaille vite et bien, il jouit auprès de ses collègues d’une réputation méritée d’habileté professionnelle, et il en est fier »26. L’envie, l’incompétence, l’inadaptation professionnelle ou sociale ne sont donc pas les seuls mobiles de l’action militante. Il en est d’autres, plus raffinés, plus « bourgeois » peut-être : le goût de l’action et du pouvoir. De Plet, leader de la grève de Fourmies (1886), jeune, vif, à l’aise (avec sa femme, il gagne 13 F par jour), Paul Cambon dit qu’il commence à goûter les douceurs de la popularité. On sent poindre en lui l’amour-propre qui fait les Basly »27. « Le lundiste triomphe, note La France, on le voit dans les journaux où il porte des communications... La grève le produit, le met en lumière, lui fait une popularité ». Une représentation nouvelle se substitue à la précédente : aux yeux du monde bourgeois, le meneur fort en gueule et en poing, lie des basses classes, se mue en ambitieux, conscient et organisé, et selon une formule qui va devenir classique dans les fichiers de police, « d’autant plus dangereux qu’il est plus intelligent »28.

12Ainsi se modifie le regard sur le gréviste. Mais c’est aussi que sa physionomie change et que s’enrichit la variété de ses profils. L’objet commande la vision : voilà qui nous rassure ! A dire vrai, plusieurs types coexistent. Avant d’en décrire la diversité, attachons-nous d’abord, autant que faire se peut, étant données les lacunes et le caractère de nos sources, à en dégager les traits généraux.

II. PORTRAIT-ROBOT DU MENEUR DE GRÈVE

  • 29 Dans le fichier dressé par les services de police du Gard en 1882-1886, pour 252 noms, il y a 25 s (...)
  • 30 Arch. dép. Isère, 166 M 1, Grève des fondeurs de Vienne, 1875.
  • 31 La Gazette des Tribunaux, 23 août 1873.
  • 32 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1890.
  • 33 Arch. dép. Gard, 6 M 1414 (1).
  • 34 Charles Demiselle, cabaretier à Noeux, un des meneurs de la grève de 187 7, est dit Jules Simon : (...)

13Pour quelque 2 000 noms, une centaine de surnoms, que l’état-civil, ou le greffe, enregistre avec sérieux : le fait mérite d’être noté29. Le plus souvent géographiques, ces sobriquets soulignent l’origine « horsaine » de l’individu qui se détache ainsi sur fond de stabilité générale : Vincent, dit l’Espagnol, Raoux, le Marseillais, Sarrazin, le Parisien, mystérieux meneur des grèves textiles de Roubaix en 1880, l’Auvergnat, le Bourguignon, le Nantais, etc. Ou encore, ils rappellent quelque particularité physique, une infirmité : le Frisé, le Boiteux (les plus fréquents), le Bossu, le Bombé, Jambe-de-Bois ; une manière d’être : le fondeur Levet est appelé « le Marquis » à cause de son allure « aisée, soignée »30. Voici « Vitesse » et « Vorace », jeunes rattacheurs des émeutes de Lisieux (1873)31 ; Auclerc, ex-communard, tisseur à Cours, dit « le Massacre » pour ses propos violents32 ; Bruno Manifacier, de Bessèges, « le Coupeur de têtes »33. Voici, acteurs, d’une vie médiocre, « La Purée », « Mange-Sucre », « Gagnons-peu »... Viennent enfin les surnoms politiques : « Jules Simon », « Gambetta », « Garibaldi », et aussi « Mahomet »34.

  • 35 Cf. E. Coornaert, 1966, p. 170.
  • 36 1845, p. 25.
  • 37 Paris, 2e éd., 1883. Ce livre dont la première édition est parue en 1866, a été une des grandes so (...)

14Individuels, ces surnoms n’ont rien à voir avec les surnoms transmis tels qu’ils existaient dans l’armée du 18e siècle que décrit A. Corvisier. Que signifie que représente, en ce 19e siècle finissant, cette pratique ? Sans doute est-ce une survivance : les ouvriers d’aujourd’hui, mieux intégrés au monde, ne se surnomment plus guère, du moins les sobriquets d’atelier n’atteignent point à la dignité de l’état-civil. Est-ce un héritage compagnonnique, lui-même rite laïcisé d’une société religieuse où le baptême est la marque de l’initiation, et le mystère, une loi de la clandestinité35 ? Une vieille nécessité, pour les classes dangereuses, épiées et soupçonnées, des tripots de barrières, où le prolétaire côtoie l’escarpe, quand il n’en a pas le visage, de se donner un code ? « La langue qu’on y parle est une langue funeste, inventée pour couvrir la pensée », écrit Louis Blanc des bas-fonds parisiens36. Le monde d’Eugène Sue se surnomme ; et le fait que Delvau, dans son Dictionnaire de la langue verte mêle l’argot des voleurs à celui des ouvriers, est hautement symbolique37. Plus profondément, peut-être, cet usage manifeste l’importance attachée au vocabulaire : le nom est le début de l’existence. Ce besoin d’une langue à soi, qu’on invente et qu’on s’approprie, en marge de la langue commune, vécue comme une langue étrangère, incommode, sinon hermétique et hostile, quel sentiment d’inadaptation, de malaise, mais aussi quelle soif de spontanéité, de création, il révèle... Il me semble qu’il faudrait aborder en ethnologue l’étude de l’argot : argot des métiers, argot populaire. L’école, la diffusion de l’enseignement ont tué tout cela, comme elles ont tué les patois. Instrument majeur d’intégration, elles ont relégué l’argot au rang du « mal élevé », ou du pittoresque. Nul doute qu’il n’ait été bien davantage : l’immense réseau de communication d’une ethnie sociale.

1. PORTRAITS PHYSIQUES

  • 38 Arch. préf. pol., BA 186, pièce 91, rapport agent 26.
  • 39 Arch. dép. Gard, 14 M 447, fiches diverses.
  • 40 Ibid., fiche de police du 3 juin 1890.
  • 41 Arch. dép. Nord, M 626/17.
  • 42 Arch. préf. pol., BA 170.
  • 43 L’Union, 1er novembre 1879 : le journal parle de « la terreur qu’il inspire ».
  • 44 Le Petit Dauphinois républicain, 9 août 1890, cité par J. Maitron, 1951, p. 182.
  • 45 Cité par J. Maitron, 1951, p. 210.
  • 46 Arch. dép. Gard, 6 M 1414 (1), fiches des ouvriers mineurs Pierre Brunei et Guimet, tous deux mene (...)

15Peu de descriptions physiques. Cette rareté est le signe d’une distance charnelle autant que d’une indifférence de classe. Entre autorités et meneurs, le face à face est peu fréquent ; et le portrait, art bourgeois, exige et confère une distinction que ces physionomies ne méritent pas. Les quelques esquisses qui nous sont données — fiches signalétiques, profils d’audience — portent, une fois de plus, la marque de leurs auteurs qui soulignent sinon ce qui les frappe, du moins ce qu’ils croient voir. La force musculaire leur inspire de la crainte : « un homme terrible de 1,80 m au moins, charpenté comme un hercule et fort comme un taureau », dit-on de Blanié, puddleur à Decazeville, accusé d’avoir frappé mortellement Watrin38 ; et de quelques gaillards bien bâtis, la police de Bessèges, prévoyante autant qu’archaïque, suppute : « à redouter en cas de révolution »39. Le débraillé suscite le dégoût : « air indolent, tenue d’ouvrière négligente et peu soigneuse de sa personne »40. Mais, plus encore, perce le malaise qu’engendre chez les biens nourris, le spectacle toujours inquiétant de la misère corporelle — « Petit, malingre, boîteux, bilieux, capable de tous les mauvais conseils »41 : cet exemplaire croquis d’un leader de la grève d’Anzin, Fauviaux, montre quels soupçons pèsent sur la difformité ; la maigreur est forcément envieuse et l’infirmité, perverse. Or, pour un Voidier, « grand et beau garçon d’une trentaine d’années »42, « chéri » de son patron pour son art de verrier, voici la cohorte du popolo minuto, des petits hommes rachitiques, bancals, voûtés, visages tannés, regards inquiétants. Henri Marius, le héros de Bessèges, a la taille d’un enfant : 1,54 m ; Pruneyre « est un petit homme bien au-dessous de la taille du fantassin, mais dont le visage bronzé et l’œil ardent ne sont rien moins que rassurants »43. Voici Pierre Martin, l’anarchiste de Vienne, dit le Bossu « petit homme, l’air souffreteux, rabougri »44 ; Meunier, « petit, quelque peu contrefait ; il a les bras longs terminés par des mains maigres, aux doigts effilés »45 ; Jourdan, écrivain public à Bessèges, souffre d’une « atrophie générale de la jambe droite, marche avec béquille »... A ces corps sous-alimentés, mal développés, image vraie d’une mauvaise condition physique ouvrière, que dénoncent, par ailleurs, les rapports médicaux et les statistiques de la conscription, la brutale industrie du 19e siècle imprime ses stigmates : « divers point bleus de coups de mines sur le front, sur le nez et la pommette gauche » ; « fortes cicatrices de mine au-dessous de l’œil gauche ; taches de poudre au côté gauche du front »46. Ce ne sont pas là canons de la beauté bourgeoise.

  • 47 Cet orateur est Ducasse, cité par A. Vitu, 1869, p. 74.
  • 48 Au banc des accusés de Vienne, aux côtés de Martin le Bossu, voici Tennevin : « homme de taille mo (...)

16Au reste, laideur et maigreur ne sauraient choquer les ouvriers. Au contraire : familières, fraternelles, elles sont en quelque sorte la marque d’une proximité, comme la garantie de l’honnêteté. La graisse est signe de bourgeoisie, elle sent la trahison (on n’est pas gras « à lécher les murs ») ; un orateur de club de 1869 fustige « cette démocratie obèse et bourgeoise, à la graisse malsaine, qui a fait fusiller le peuple47 ; les capitalistes sont toujours représentés « repus » et « ventripotents » ; un leader gros étonne48. L’ouvriérisme s’étend aux apparences physiques.

  • 49 Arch. préf. pol., BA 175.
  • 50 F. Lebrun, 1959, n° 7.
  • 51 Procès des anarchistes de Vienne, p. 35.

17Il hésite devant le costume. A ce sujet, les ouvriers semblent partagés entre deux aspirations contraires. Les uns se défient des « Messieurs », apprécient la simplicité de la mise : Christou Thivrier — le « député à la blouse » — lui doit une grande part de sa popularité. Mais la plupart qui, les premiers jours de grève, mettent leurs habits de fête, ne détestent pas que leurs leaders se présentent bien. Si Tortelier est « toujours débraillé dans son costume »49, Ludovic Ménard, anarchiste comme lui, pour parler dans les réunions, « troque ses habits de travail pour sa redingote de noce »50. Selon le tribunal de Vienne, qui s’en étonne, Tennevin et Martin sont « vêtus à la dernière mode et portent des cravates de soie blanche »51. Et les photos des délégués aux congrès les montrent très endimanchés, les chaînes de montre s’étalant complaisamment sur les gilets soignés. Autre image, non moins réelle, d’une classe ouvrière soucieuse de faire « honneur à ses affaires », et avide de respectabilité.

2. LE DON DE LA PAROLE

  • 52 Arch. dép. Saône-et-Loire, 194 M 23 : il s’agit de Cottin, mineur de Montceau, un des meneurs de l (...)
  • 53 Arch. dép. Bouches-du-Rhône, M 6 2009, note de police du 22 décembre 1883, sur Mazza, dirigeant de (...)
  • 54 Arch. nat., F 7 12488, rapport de police, 3 novembre 1876.
  • 55 Sur l’éloquence de Tortelier, nombreux témoignages ; cf. E. Dolléans, 1953-1960, J. Maitron, 1951, (...)
  • 56 Le Figaro, 12 mars 1884.
  • 57 Arch. dép. Nord, M 626/11, pièce 109, s.-préf. Valenciennes-préf., 6 avril 1883.
  • 58 Arch. dép. Bouches-du-Rhône, M 6 2020, pièce 29, rapport de police, 3 décembre 1883.
  • 59 Ibid., 16 septembre 1883.

18Une certaine allure n’est donc pas indifférente à l’ascendant du meneur. Mais plus que tout, le don de la parole lui confère le prestige. On n’en finirait pas de citer les leaders qui lui doivent leur emprise. « Sa parole facile lui a donné une certaine supériorité sur ses compagnons »52 ; « possède une certaine facilité de langage. Très résolu »53, sont des appréciations courantes. Charles Bonne, à Roubaix, s’est révélé à l’enterrement du député Derégnaucourt : « il fit un discours violent qui lui valut l’admiration ouvrière »54. Tortelier est aimé pour sa voix modulée, à la fois douce et rauque55. L’influence de Basly, « actif, remuant, beau parleur »56, qu’on oppose à « Monsieur Rondet », plus loin des foules, vient de ce qu’il « parle en termes familiers, employant même des tournures et des mots propres aux mineurs... à chaque phrase, interrompu par des applaudissements frénétiques »57. A l’autre extrémité de la France, Jarlier, leader des ouvriers du port de Marseille, « doué d’une certaine façon d’élocution a su, quoique se servant d’un français fantaisiste, captiver le milieu ouvrier »58. « On écoutait cet homme comme si, dans lui, était le salut des hommes »59. Leur « brio tout méridional » fait à Paris le succès des Marseillais : le menuisier Jules Cazelles, Raoux le cordonnier.

  • 60 Arch. dép. Nord, M 619/5, com. pol. Valenciennes-préf., 28 octobre 1882.
  • 61 Arch. dép. Gard, 14 M 447, rapport de police du 3 juin 1890 : Armandine Vernet, 32 ans, femme de m (...)
  • 62 Selon La France, 4 juin 1885, le meneur de grève, caractérisé d’abord par son bagou, « a la parole (...)
  • 63 Mermeix, 1907, p. 184.
  • 64 Arch. dép. Nord, M 619/6, pièce 111.
  • 65 Arch. préf. pol., BA 176, pièce 143.

19L’éloquence que les ouvriers prisent est populaire : « les mineurs se défient des orateurs qui ne sont pas frustes comme eux et qui ne sont pas de la partie »60 ; chaleureuse, volontiers lyrique, parfois attendrie : dans les bois des Cévennes, Armandine Vernet a « la spécialité de faire pleurer une partie de son auditoire »61 ; souvent emphatique dans sa forme, mais simple en ses thèmes (le destin comparé des ouvriers et des patrons, l’exaltation de l’union prolétarienne, etc.), et réduite en son vocabulaire62 ; violente surtout. Tortelier, « gestes brusques, voix rauque, ... peut-être pas méchant, avait l’air rude et même un peu effrayant »63 ; Basly « ne parle que de l’échafaud... Citoyens, unissons-nous pour faire rendre gorge aux capitalistes »64. Raoux « fait trembler les patrons »65. Ce discours, enfin, promet un sort meilleur ; il est volontiers prophétique, et messianique.

  • 66 Cf. Ch. Gras, 1968, p. 143 et sq. Merrheim critique les « braillards » de réunions, il préconise l (...)

20Avec l’aisance du verbe, l’initiative, la crânerie face aux patrons — quelle admiration pour celui qui tient tête, osant pour tous les humiliés —, l’audace, la fougue, le cran, sont, plus que le savoir, l’expérience ou la prestance, les qualités qui font le meneur de grève. Ces qualités, d’ordre existentiel, correspondent au style de lutte ; la syndicalisation croissante du mouvement ouvrier, la complexité des problèmes qu’il devra affronter, exigeront des hommes différents, moins tribuns, plus soucieux d’études, de dossiers et d’écrits : la personnalité de Merrheim et les controverses qu’elle a suscitées sont exemplaires de ces mutations66.

3. JEUNESSE DES MENEURS

21Mais, en ces temps de démarrage, le verbe règne. Et la jeunesse : la statistique le montre avec éclat. L’âge étant le renseignement donné avec le plus de constance (924 fiches comportent cette mention), j’ai pu dresser deux pyramides (fig. 21) :

  1. celle des grévistes désignés comme « meneurs » (445) ;
  2. celle des grévistes arrêtés à l’occasion des manifestations, catégorie qui excède évidemment la notion stricte de « meneur ». Ces deux pyramides diffèrent, de façon assez attendue, surtout pour l’étage des 15-19 ans, plus volumineux chez les manifestants (16 % de l’ensemble) que chez les autres (6 %). Pour le reste, elles offrent bien des points communs et mettent également en évidence l’importance des jeunes : 71 % ont de 15 à 34 ans, plus précisément, 42 % se situent entre 20 et 29 ans. 35 ans marque une chute sensible. Ainsi, donc, peu d’apprentis, mais aussi peu de gérontes. « A de nombreux jeunes, l’ancienneté faisait horreur », se souvient René Michaud67.
  • 68 Arch. dép. Nord, M 626/13.

22Dans les réunions les anciens ne bénéficient d’aucun privilège. L’âge n’est ni un élément de pouvoir, ni un obstacle. En 1884, Paul Cambon s’étonne de voir, à propos de Basly, les vieux mineurs dire « en parlant de ce jeune homme (29 ans) : c’est notre père »68. A la tête des coalitions, il faut de jeunes hommes, neufs, dans la force de l’âge et du désir, qui n’ont pas subi l’érosion du temps, ni l’usure de la répression.

21. Répartition (pour 100) des manifestants et des meneurs arrêtés, d’après leur âge (calculé sur 473 manifestants et 433 meneurs).

  • 69 Arch. préf. pol., BA 177.

23Des hommes libres aussi. L’âge n’opère pas seulement par ses vertus, mais par le statut qu’il implique. L’absence de protection institutionnelle requiert des militants aux amarres légères. La liberté du célibataire, logé en garni, mobile, solitaire, impertinent, succombera peu à peu à l’enracinement du père de famille, craintif, soumis au frein de sa nichée : enfants affamés, femmes récriminantes. Au poids des familles, s’ajoute celui des avantages qui, dans la grande industrie, s’attachent à l’ancienneté. Le patronat, qui sait le pouvoir modérateur de la parenté, cherche par tous les moyens à se façonner une main-d’œuvre stable et familiale : logement, primes, retraites sont autant d’obstacles à la rébellion. Dans les grandes entreprises, le renvoi n’équivaut pas seulement à la perte de l’emploi, mais à l’abandon de positions péniblement acquises. Toutes ces raisons font que les pères de famille se montrent le plus souvent rétifs au débrayage et prompts à la reprise. Le cas de meneurs chargés d’enfants est assez exceptionnel pour qu’on leur accorde une distinction particulière : à Blanchard, dirigeant du syndicat parisien des layetiers-emballeurs, mis à l’index dans tous les ateliers, père de sept enfants, un camarade propose de faire frapper une médaille en reconnaissance, ce quiest adopté69.

4. AGE ET PROFESSION

  • 70 Arch. préf. pol., BA 186, pièce 41, rapport Lombard, 8 mars 1878 : « Les individus arrêtés au mome (...)
  • 71 Arch. nat., F 12 4656, préf. Allier-min. Com., 5 juillet 1881 : tous les meneurs signalés ont moin (...)
  • 72 Arch. préf pol., BA 186, même situation.

24L’influence perturbatrice des jeunes n’est d’ailleurs pas uniforme. Elle s’exerce surtout dans les industries peu qualifiées où le rendement, affaire de force, d’agilité, de rapidité, tient lieu de valeur professionnelle. Se sentant vulnérable, le vieux tisseur, le vieux mineur (on songe au père Bonnemort de Germinal) se tiennent cois, tandis que les jeunes revendiquent. Il en est ainsi à Montceau70, à Bézenet71, en 1878, à Commentry en 188172, pour ne citer que quelques exemples. Dans le textile, à plusieurs reprises, les jeunes, voire les très jeunes gens jouent un rôle moteur. Ils réussissent à entraîner leurs aînés parce que aucune différence qualitative ne les en sépare ; aucune barrière technique n’arrête l’onde de choc qu’ils déclenchent. La nature parcellaire même du travail est un facteur d’homogénéité sociale : elle uniformise les usines, supprimant grades et capacités.

  • 73 La Gazette des Tribunaux, 24 juin 1876 ; il est condamné à quinze jours de prison.
  • 74 Arch. préf. pol., BA 182, pièce 11, 13 juin 1882 : socialiste et syndicaliste actif.
  • 75 Arch. dép. Nord, M 627/3, pièce 54, grève aux aciéries de Denain.
  • 76 Arch. dép. Gironde, M 1189, pièce 80.
  • 77 Les Débats, 8 mai 1890.
  • 78 Arch. préf. pol., BA 170, Grève de mai 1890 des verriers. En dépit des avances du patron, Voidier (...)

25Dans les professions qualifiées (verrerie, porcelaine, métaux, métiers du bois, industrie d’art, etc.), l’âge retrouve une fonction de mentor. « Avoir du métier », c’est s’incorporer du temps. L’habileté, qui ne va pas sans expérience, l’ancienneté, sont des facteurs d’indépendance et de prestige. Tandis que les travailleurs admirent la prouesse du bon ouvrier, il est, pour le patron, un investissement : on lui passe bien des incartades. Le meneur change de style : il a du savoir-faire, de beaux gains, la force de l’âge ; c’est une personnalité. Pasquet, monteur en bronze, très bon ouvrier, 44 ans, le mieux payé de l’atelier (il se fait 10 F par jour), conduit une grève des ciseleurs parisiens73. Eugène Cinquin, cartonnier, contremaître depuis trois ans chez un patron qui le « comble d’avances »74, Guyon, excellent chez d’équipe chez Krieger, le roi du meuble, Joseph Denis, métallurgiste si qualifié que le patron songe à le reprendre malgré sa fronde75. Lisoni, 41 ans, instigateur de plusieurs grèves à la faïencerie Vieillard de Bordeaux, « gardé parce qu’il est très bon ouvrier »76, Louis Voidier, merveilleux verrier à la cristallerie artistique de Sèvres, 400 F par mois et, dit-on, 20 000 F d’économies77, président du syndicat des verriers du Bas-Meudon, capable de freiner la production quand bon lui semble78 : tous frôlent ou dépassent la quarantaine. Du même coup, les jeunes perdent de leur audience. Quant aux apprentis, morigénés, brimés parfois, on ne saurait les suivre. Margeurs des imprimeries, frappeurs des fonderies, gamins des verreries se voient, s’ils font grève, dédaignés par leurs aînés, tancés par leurs parents, comme des écoliers. Dans ces professions, où l’âge établit des strates et des hiérarchies, les traditions pèsent plus fort. C’est pourquoi le choix d’une nouvelle orientation peut y revêtir l’allure d’un conflit de générations : ainsi, celui qui oppose, dans la grève parisienne de 1879, les jeunes organisateurs de la chambre syndicale des charpentiers aux anciens des compagnonnages.

26Quelles que soient ces différences sociologiques, l’influence des jeunes comme meneurs de grève est patente. La connaissance des structures démographiques d’une entreprise, d’une industrie ou d’une zone industrielle nous éclairerait sans doute sur la nature des conflits et le degré de combativité. Si nous ne pouvons pousser plus loin cette recherche, c’est faute de moyens, non d’estime. Une telle étude n’épuiserait pas d’ailleurs la réflexion sur le rôle de l’âge dans les mouvements sociaux ; elle nous renverrait à d’autres facteurs, susceptibles d’expliquer les variations de cette influence.

27A l’époque considérée, la nature même du mouvement ouvrier, dépourvu de cadres stabilisateurs, encore largement informel, facilite l’action des jeunes. Celle-ci constitue un facteur de changement, d’innovation. La conversion rapide du monde ouvrier à la grève, dans les années 80, est sans doute liée à l’inexistence d’états-majors ayant une stratégie établie. Jeunesse des hommes : jeunesse du mouvement.

5. MOBILITÉ DU MENEUR

  • 79 Arch. dép. Loire, 92 M 13, pièce 62, à propos d’une grève de teinturiers à Saint-Chamond dont les (...)
  • 80 Arch. dép. Loire, 92 M 13 et 10 M 73.
  • 81 Arch. dép. Nord, M 626/7, pièce 63, rapport de police au préfet, 6 août 1872.
  • 82 Arch. préf. pol., BA 186, nombreuses coupures de presse : L’Echo du Nord : « Le coup est monté sec (...)
  • 83 Arch. dép. Isère, 166 M 1, com. pol. Grenoble-préf., 10 juin 1875. Pobé a travaillé à Paris, Lyon, (...)
  • 84 L’opinion commune rejoint ici la théorie de Le Play pour lequel le mal vient d’ailleurs et du déra (...)

28Cette jeunesse s’accompagne d’une certaine mobilité. Parmi les meneurs, beaucoup de « rouleurs ». Sans doute ceux-ci sont-ils a priori mal vus des autorités qui tendent à en exagérer le rôle, parce que du même coup, elles s’exemptent de tout reproche : la rébellion vient d’ailleurs. Il est, pour le patronat, commode et rassurant d’opposer la calme satisfaction de « nos ouvriers » aux semeurs de discorde ; de rejeter la responsabilité d’un conflit sur quelque agitateur professionnel, peut-être mystérieux agent de puissances occultes. « Les plus dangereux, sous tous les rapports, sont ces ouvriers nomades qui paraissent n’avoir d’autre but que de semer la discorde partout où ils passent »79. Au lendemain de la Commune, cette méfiance est poussée à l’extrême : voici, à Saint-Etienne, deux charpentiers, Vidot et Dubot, louches parce qu’ils arrivent de Lyon ; on les aurait arrêtés s’ils n’étaient repartis, dans la bonne tradition des compagnons passants à la recherche d’embauche80. Parmi les meneurs incriminés de la grève du bassin d’Anzin, en 1872, on insiste complaisamment sur Jules Broutin, 28 ans, qui a déjà « fait » 17 fosses81, Louis Thomas, 35 ans, né à Strasbourg, et surtout sur Saleski : ce maître-porion de 35 ans, environ, a beaucoup bourlingué, sans doute participé aux grèves du Borinage, et parce qu’il rentre d’Amérique, la presse mène campagne contre « l’agent de Chicago »82. Parce que Jules Pobé, 22 ans, mégissier, né à Lunéville, a travaillé déjà dans sept villes différentes, le commissaire de police en conclut que « c’est probablement un membre de l’Internationale »83. Le migrant est, par définition, suspect ; l’instabilité sent l’immoralité84.

  • 85 Les horsains : l’expression s’applique ici aux Français, mais nés hors du lieu de leur action, d’u (...)
  • 86 Arch. nat., F 12 4656.
  • 87 Arch. dép. Aube, M 12b3, com. pol., 15 juin 1882.
  • 88 Arch. dép. Loire, 82 M 23, pièces 25 à 50. Quarante à cinquante ouvriers ont été transplantés là p (...)
  • 89 Koska, Louis, 34 ans en 1882, a beaucoup voyagé ; dès son arrivée à Roubaix, il se met en rapport (...)
  • 90 Arch. dép. Gard, 6 M 1414 (2), s.-préf.-préf., 14 mars 1886 : « Ce sont ces gens-là qui... étaient (...)
  • 91 La France, 4 juin 1885.

29Cette représentation, véritable psychose en temps de crainte, que sous-tend tout un idéal de sédentarité, la réprobation de l’exode rural et la phobie des villes brassantes et crapuleuses, n’est cependant pas purement imaginaire. Bien des faits la justifient. Le rôle des allogènes dans le déclenchement de nombreux conflits n’est pas douteux. On a vu quelle a été l’influence excitante des étrangers, belges surtout, dans l’industrie du Nord de la France ; à Paris, notamment parmi les ébénistes, les tailleurs, ils forment un mélange perpétuellement explosif. Les horsains85 ne valent guère mieux : déracinés, ils apportent un vent de contestation, de comparaison, de revanche parfois. Bien des grèves éclatent sous l’influence de nouveaux venus indociles : ainsi, à Cransac, en 1880, sept récents embauchés provoquent de l’agitation86 ; à Troyes, chez les cartonniers coalisés, « on signale le rôle de huit ouvriers, parisiens et lyonnais, occupés chez les patrons depuis peu et qui ont déjà fait grève à Paris »87 ; à Montagny, les tisseurs de Roanne, qu’on a fait venir tout spécialement pour encadrer une main-d’œuvre inexperte, la poussent à revendiquer88 ; Koska, tisseur de laine, Reverse, trieur, arrivent tout juste de Reims lorsqu’ils suscitent des mouvements à Roubaix, à Croix89. Dans le bassin d’Alais, les « gavots », montagnards descendus des Cévennes, souvent à titre temporaire, sont les plus âpres au combat90. A Paris, « l’organisateur et le propagateur de la grève ne reste jamais longtemps dans la même maison ; il va de l’une à l’autre sans se fixer nulle part »91. Ces ambulants, prompts à reprendre leurs outils, dont la possession confère, avec un grand sentiment de liberté, une réelle indépendance, entretiennent dans les petites « boîtes » un climat de fronde qu’on ne retrouve nulle part ailleurs.

  • 92 Arch. préf. pol., BA 185, pièce 17, préf.-min. de l’Int., 2 mars 1878 : « Les principaux meneurs d (...)
  • 93 Arch. dép., Puy-de-Dôme, M 045-57, rapport gendarmerie, 19 juin 1878.
  • 94 Arch. nat., F 12 4666, Grève de mai à juillet 1883.
  • 95 Arch. nat., F 12 4659, préf. Nièvre-min. Com., 22 et 25 septembre 1888.

30Les racines de cette instabilité sont à la fois individuelles et sociales. Les premières, malheureusement, nous échappent. Les antécédents familiaux, le « tempérament » (ce résidu d’inexpliqué) jouent sans doute leur rôle. L’âge aussi : nos meneurs, aux bagages légers, ne sont pas encore fixés. La répression, dont l’arme majeure est le renvoi, entretient la mobilité, en chassant les rebelles d’atelier en atelier, de ville en ville. Le ressentiment les pousse à la récidive : les mineurs, expulsés du Creusot après la grève de 1869, animent celle de Montceau en 187892 ; en Haute-Loire, le mauvais esprit est entretenu par les houilleurs venus de l’Allier93 ; même chose à Prades (Ardèche), jusque-là tranquille, qui s’ébranle sous l’influence d’insoumis de Bessèges94. A peine sont-ils embauchés à la verrerie de Saint-Léger, que Lazare Fouchet, ex-président du comité de grève de Montluçon, et ses camarades, s’efforcent de développer l’agitation95. Jusqu’au jour où une véritable usure aura raison de ces errants protestataires.

6. MOBILITÉ ET PROFESSION

  • 96 Arch. dép. Isère, 166 M 2, préf.-min., 26 juillet 1883.
  • 97 Ibid,
  • 98 Ibid. Autre exemple : Jules Cousy, 19 ans, né à Millau, travaille depuis six mois dans la mégisser (...)
  • 99 Arch. préf. pol. BA 167, nombreuses pièces. En 1874, cheBoitelle, les revendications sont présenté (...)

31La mobilité varie selon les professions. Elle est faible chez les ouvriers du textile qui se contentent d’aller d’un établissement à l’autre : Charles Bonne à Roubaix a changé dix-sept fois de tissage ; perpétuel renvoyé, Baudelot, à Reims, finit par ne plus trouver d’ouvrage nulle part. Les mineurs se meuvent à l’intérieur d’un bassin et dans des limites modestes ; au reste, le peuple de la houille se défie des inconnus. Au contraire, les ouvriers qualifiés, forts de l’assurance que donne la possession d’un métier, n’hésitent pas à se déplacer dans les aires plus ou moins étendues de leur profession. Millau, Annonay, Grenoble, Chaumont, Paris, sont les étapes classiques d’un mégissier frondeur : à 22 ans, Pobé a « fait » sept localités. Claude Cartalier, « très bon ouvrier, remarquablement intelligent, voyage de ville en ville »96 ; il anime la grève des mégissiers de Paris en 1882, celle de Grenoble en 1883. Au reste, tous les meneurs de cette grève sont originaires de l’extérieur : Joannès, 26 ans, était à Paris quelques jours auparavant ; Fouillon, 35 ans, né à Romans, arrive de Lyon ; Herset, Sabatier et Desroches (26, 36 et 30 ans) viennent d’Annonay d’où leur activité les aurait fait renvoyer97. En 1889, Brun, mis à pied chez Burdan, à Fontaine, pour grève, récidive six mois plus tard à Grenoble98. A Paris, l’agitation des ouvriers du cuir, intense en 1874-1876, est entretenue par de jeunes ouvriers de 18 à 25 ans qui ne restent guère plus de quinze jours en place99.

  • 100 Sur J.-B. Dumay, on attend la thèse de P. Ponsot qui doit publier les Mémoires de ce militant de p (...)
  • 101 Les renseignements qui suivent ne visent pas à retracer des biographies, mais à suivre des itinéra (...)

32Mais, de tous les militants, les métallurgistes sont les plus mobiles, récidivistes invétérés. Partout où il passe — à Grenoble, Saint-Etienne, au Creusot — le mouleur Saulnier correspondant de Jean-Baptiste Dumay100, organise des chambres syndicales ; en 1880, à la tête de celle des métallurgistes de Grenoble, il lutte pour la journée de dix heures ; en 1882, le voici à Mâcon, où il fonde 1’ « Union des travailleurs »101. Le mécanicien Loenger, né à Montpellier en 1838, milite, de 1872 à 1882, à Lyon, qu’il quitte à la suite d’une grève, puis à Firminy où il soutient la Libre Pensée ; il y est arrêté et condamné à six mois de prison en 1883. Né en Haute-Marne en 1852, Henri Tricot, mécanicien aussi, se manifeste pour la première fois à Paris en 1875, dans une grève de Belleville qui amène son renvoi ; on le retrouve à Lyon en 1882, à Saint- Etienne en 1883 ; embauché dans un atelier de cette ville, il en est exclu au bout de cinq jours, « ses allures ayant déplu ». Feuillade agit successivement à Lyon, Saint-Etienne, Bayonne ; il revient à Saint-Etienne, en mars 1883, où sa femme meurt, lui laissant deux enfants ; ne pouvant plus trouver de travail à Saint-Etienne, il part pour Marseille où il prend une part active à la grève des ouvriers du port, avant de renoncer à la vie militante. Jean Renaud, un mécanicien encore, né à Lons-le-Saunier en 1841, travaille à Lons, Saint-Julien, Paris, Saint-Denis, Lyon, Bessèges où le commissaire de police l’inscrit à son fichier comme « tempérament très exalté, s’occupant de politique révolutionnaire ainsi que de mouvements grévistes qu’il cherche à déterminer dans les localités où il passe ». Renvoyé de l’usine de Bessèges, le 17 mai 1886, il met le cap sur Marseille, « disant que s’il ne trouvait pas de travail dans cette grande cité, il prendrait la mer pour aller en Algérie ».

  • 102 Rev. Hist. Ec. Soc., janvier 1960, p. 47, lettre inédite de Jaurès à M. Julien, 11 janvier 1879. J (...)

33Dans une classe ouvrière qui se sédentarise, ces meneurs d’une mobilité supérieure à la moyenne, entretiennent un courant d’air, le goût salubre des comparaisons, la liberté des déracinés. Mais leurs déplacements demeurent, malgré tout, étroitement limités à l’aire française. Parmi ces hommes, peu l’ont quittée. L’étonnement des délégués ouvriers à l’Exposition de Philadelphie, découvrant la mer, n’a d’égal que l’émerveillement des travailleurs toulousains, que décrit Jaurès, abordant Paris pour la première fois102. Ces réactions montrent combien le voyage était peu acclimaté encore. Par la force des choses, le mouvement ouvrier français conserve un cachet provincial.

7. BON OU MAUVAIS OUVRIER ?

  • 103 Arch. dép. Alpes-Maritimes, V M (2), Grèves 1880-1898, 13 juin 1880.
  • 104 Arch. dép. Loire 92 M 29, s.-préf. Roanne-préf., 22 mars 1889 : « Ne trouvant plus de travail dans (...)
  • 105 Arch. préf. pol., BA 176, pièce 172, rapport de police du 12 juin 1880.
  • 106 Aux exemples donnés plus haut, on pourrait en ajouter bien d’autres. Les meneurs de la grève des t (...)
  • 107 Ed. La Pléiade, T. II, p. 531.
  • 108 A ce sujet, cf. M. Leroy, 1913, t. II, p. 622 et sq. Il y a deux grands types de sabotage : le fre (...)

34Les meneurs sont-ils de bons ou de mauvais ouvriers ? Se distinguent-ils par leur valeur professionnelle ? Ou bien appartiennent-ils à cette «  envieuse » qui, selon Balzac (cf. Les Paysans), forme le ressort de tous les mouvements sociaux ? « Les délégués qui sont à la tête des grévistes... sont de médiocres ouvriers, vaniteux, hâbleurs, que leur rôle grise, et qui ne voient dans la grève qu’une occasion de se mettre en évidence », écrit le préfet de Nice des meneurs de la coalition des maçons, jeunes au demeurant103. A Roanne, en 1889, la grève des teinturiers est conduite « par une centaine d’individus que leur inconduite notoire, leur incapacité professionnelle ou la violence de leur caractère ont fait renvoyer successivement de toutes les usines »104. Bien entendu, nous sommes, là encore, tributaires de jugements. Cependant, s’il fallait en faire la statistique, la compétence l’emporterait. Pour un Marçais, « paresseux et ivrogne », leader de grève au Mans, en 1882, un Charlet « badigeonneur d’occasion », un Raoux, « sachant à peine faire les réparations les plus simples »105, pour quelques « braillards de réunions publiques » — que de bons ouvriers notés parmi les plus capables, les mieux payés106. On l’a dit déjà : pour les ouvriers de métier (et à dire vrai la question posée n’a guère de sens que pour eux), la valeur professionnelle, la performance même — voyez la compétition ardente qui, dans la forge de L’Assommoir, oppose Bec-Salé et Goujet pour la fabrication des boulons107 — sont d’incontestables éléments de prestige social. Dans ces milieux, la théorie, et la pratique, du sabotage rencontreront une forte résistance108.

8. « MORALITÉ » DU MENEUR

35Au portrait « moral » du meneur, encore plus difficile à démêler de l’opinion qui l’énonce, l’examen du casier judiciaire fournit quelques éléments factuels. Le bilan des condamnations subies antérieurement par nos leaders de grève s’établit ainsi : 25 ont été condamnés (39 fois) pour activités militantes (à savoir entraves à la liberté du travail, outrages à agents, rébellion, etc.), dont 12 pour affiliation à l’Internationale, à la fin du Second Empire, ou participation à la Commune. 23 ont été condamnés, généralement en correctionnelle, pour ivrognerie, coups et blessures, vols, filouteries d’aliments, bris de clôture, vagabondage, outrage à garde champêtre, etc.

  • 109 Arch. préf. pol., BA 184.

36Certains ressortissent aux deux tableaux et accumulent les peines, esquissant un type de rebelle à toutes les formes d’ordre social dont le mouvement ouvrier actuel a perdu le goût et jusqu’au souvenir. Enfin, dans les deux cas, la récidive est fréquente : Lescure, 36 ans en 1886, dégrossisseur à la forge de Decazeville, a subi huit condamnations pour ivresse, bagarres, délit de chasse, etc., avant de récolter sept ans de prison, en assises, pour participation au meurtre de Watrin. Ferdinand Vivien, 44 ans, originaire de l’Orne, surnommé « le capitaine des grévistes » durant la coalition des terrassiers de Paris (août 1888) et frappé alors de six mois de prison par le tribunal correctionnel de Saint-Denis, a déjà subi sept condamnations antérieures109.

37Même étant admis le caractère incomplet de nos sources, ce casier judiciaire collectif paraît léger, si l’on réfléchit que de 1871 à 1890 il y a eu 2 705 ouvriers condamnés pour coalition, des milliers pour vagabondage. Ce qui suggère plusieurs remarques : d’une part, en dehors d’un petit groupe ardent, mais étroit, de récidivistes, baroudeurs patentés, la grande majorité de nos meneurs sont des hommes neufs, et sans cesse renouvelés, judiciairement vierges. C’est souligner, une fois de plus, la discontinuité, la « spontanéité » de cette époque, et aussi le caractère relativement exceptionnel de la grève dans la vie d’un ouvrier.

  • 110 1964 a et b.

38D’autre part, cette statistique, si elle montre par le partage égal entre condamnations de type militant et de type « droit commun », une contiguïté persistante entre meneur et hors-la-loi, suggère tout autant leur distance. A cet égard, la comparaison serait intéressante avec les Communards, dont Jacques Rougerie souligne combien est chargé leur casier judiciaire110. Une grève, il est vrai, n’est pas une insurrection ; elle descend moins loin dans la profondeur sociale. Mais enfin, ce constat d’innocence met en évidence, sinon la rupture, du moins l’éloignement, entre « laborieux » et « dangereux ». Phénomène d’une société industrielle, la grève est, de plus en plus, partie d’un jeu réglé, de moins en moins une « rebelle » selon le vocable des mineurs. Et, d’un point de vue plus général, on peut se demander si l’exaltation anarchiste du vol comme acte révolutionnaire, la glorification des bandits comme modèle héroïque, sont le signe d’un affranchissement croissant, ou, au contraire, le refus passéiste, et désespéré, d’une morale en voie d’établissement, dont Mai 1968 a mis en évidence le triomphe. Les aspects libertaires et surréalistes du mouvement ont profondément choqué les militants ouvriers qui n’admettent plus que la propriété soit le vol ni la violence, une vertu.

III. TYPES DE MENEURS

39Ces traits, tout extérieurs, laissent dans l’ombre à peu près tout de la mentalité du meneur dont les motivations, les représentations, la « conscience » nous échappent. A peine esquissent-ils une morphologie grossière, qui recouvre, en fait, une extrême diversité. Les meneurs, en effet, diffèrent par le niveau de leur contestation, la nature, le style, l’étendue de leur action, plus que tout par leur durée.

  • 111 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1871-1879, rapport de police au préfet, 31 mars 1874.
  • 112 Arch. préf. pol., BA 186, pièce 29.
  • 113 Arch. dép. Eure, 9 M 32.
  • 114 Arch. dép. Nord, M 625/46, pièce 16 (1876).
  • 115 Arch. nat., F 12 4665 (1889).
  • 116 Arch. préf. pol., BA 186, pièce 29.

401°) Voici, d’abord, la pléiade des lucioles, meneurs épisodiques, révoltés d’un jour, dont ce sera le coup d’éclat unique, inoubliable ou regretté (?), et qui, peut-être, les écrasera. Jeunes, violents, sans calcul et sans projet, avant tout protestataires, ces meneurs émergent brusquement de la nuit, un bref instant, pour un geste, un cri, visages flous, à peine entrevus. « Ah ! vous croyez nous faire marcher », lance Laplanche, menuisier, à son patron qui l’éconduit ; « mais ça va être bientôt notre tour de vous faire marcher », et d’entraîner ses collègues111. Léon Gilbert, 24 ans, menuisier aussi, congédié pour avoir injurié un camarade qui faisait des heures supplémentaires, va dans un cabaret, monte sur un tabouret et exhorte les ouvriers à déserter l’atelier112. Ces mauvaises têtes, promptes à la répartie, se rencontrent surtout dans les petits ateliers, où le patron est proche et la coalition aisée. Dans le textile, aux troupes anonymes et grises, peu propice aux individualités, les meneurs se présentent en grappes, correspondant souvent aux équipes ou aux voisinages d’ateliers, autour d’un noyau initial : un jeune, un étranger (dans les usines du Nord, le rôle moteur des Belges est frappant), plus rarement un militant syndical connu. Le groupe se dissout, disparaît après la grève : la loi des tissages est dure aux meneurs, il faut se soumettre ou se démettre. Voici, à Gisors, les quatre moteurs d’une revendication : deux hommes, deux femmes ; le plus ardent, Jean-Pierre Amps, 22 ans, est d’origine alsacienne113. Au Cateau, chez Moreau, cinq initiateurs, de 16 à 33 ans ; le plus âgé, Ernest Lepage, a fait circuler un carton invitant à stopper les métiers ; le plus jeune, Henri Duchesne, qui l’accompagne au bureau de la direction, explique : « Depuis longtemps mon père me reprochait que je ne gagnais pas assez et voyant que l’on voulait une augmentation, je me suis joint aux ouvriers pour crier que l’on ne travaillerait pas après huit heures »114. Trio de contestataires, dans une fabrique de Lille : Plouvier, repris de justice, sa maîtresse, la veuve Cagniard, 32 ans, et leur camarade Hiroux, sont traduits en correctionnelle pour violences115. Minces sont les menées, réduites les stratégies. Dix-neuf mineurs, à Nœux, âgés de 25 à 36 ans, sont seulement accusés d’avoir crié : « A bas Aniel, il faut le foutre dans le puits » ; « ils sont peu intelligents et nullement intéressants du point de vue politique », écrit l’envoyé spécial de la préfecture de police (on est en juin 1877, et anxieux de tout), dépité de découvrir si peu116. Nous aussi !

  • 117 J’ai pu, après diverses démarches, retrouver le dossier de cette affaire. Tous les renseignements (...)

41Il faut une violence grave, un acte qui tourne mal pour que nous en sachions davantage. Voici, par exemple, les dix prévenus de l’affaire Watrin117 dont, au reste, quatre seulement seront condamnés : huit hommes, deux femmes, de 19 à 38 ans (âge moyen : 27) ; six mariés, ayant ensemble huit enfants ; quatre célibataires ; plusieurs réputés de « mœurs légères », les femmes surtout : Eulalie Phalip, 20 ans, « légère et un peu mal embouchée à l’égard de ses compagnes » ; Marie Cayla, femme Pendariès, 28 ans, que son mari accuse et innocente tout à la fois : la misère, dit-il, la poussait à se vendre ; et elle de se rebiffer : « il est jaloux parce qu’il est vieux ». Manœuvres, la plupart gagnent bien médiocrement leur vie, les jeunes surtout : aux pièces, Adolphe Caussanel, 19 ans, se fait 50 sous comme releveur à la forge. Il leur faut souvent vivre d’expédients. Lescure « fait l’hercule dans les foires » ; la femme Pendariès se prostitue. La maladie et la mort accompagnent ces pauvres existences : Lescure à 36 ans est veuf, avec deux enfants ; Chapsal, cordonnier, a perdu sa première femme en couches ; la plupart des enfants de Marie Pendariès sont décédés en bas âge, il ne lui reste qu’une fille de quatre ans. Le frère de Souquières, chauffeur à Decazeville, est mort en 1878 ; le père de Bedel a été victime d’un accident à la mine, pour lequel sa veuve, employée au criblage, touche une pension de 300 F par an de la Compagnie. Ce n’est pas là un hasard ; bien d’autres biographies militantes nous fourniraient des exemples semblables. L’étude démographique des familles ouvrières, par la méthode des fiches de famille établies à partir des données de l’état-civil, permettrait de mesurer statistiquement la mortalité non seulement professionnelle, mais prolétarienne ; elle présenterait, ce me semble, un grand intérêt.

42Sur nos dix prévenus, cinq ont subi des condamnations antérieures, forte proportion relativement au constat fait plus haut : Lescure, dégrossisseur à la forge, force de la nature, est un récidiviste notoire, un bagarreur né, au demeurant très bon ouvrier ; il a subi huit condamnations, dont quarante jours pour rébellion, ordinairement pour rixes, ivresse ou vols, menus larcins, sévèrement sanctionnés. Antoine écoppe de quinze jours pour vol d’un litre de vin !

43Sur dix, six sont illettrés ; Eulalie Phalip ne sait pas même signer son nom. Sept sont originaires du département, de Decazeville même ou des proches environs ; trois viennent des régions limitrophes : Lot et Cantal. Deux seulement ont « voyagé » : Lescure a travaillé trois mois à l’usine Biétrix de Saint-Etienne, en 1878 ; Antoine Souquières, 29 ans, a accompli son service militaire à Briançon et tenté l’aventure à Paris ; de 1881 à 1885, il y travaille comme garçon de restaurant ; aventure peu rentable sans doute : en juillet 1885, il rentre de Paris à Decazeville à pied, pour s’embaucher comme manœuvre à la mine. Aucun des prévenus n’est « organisé » ; une seule exception : Auguste Granier, 26 ans, chef de chantier à Paleyret, syndiqué, qui aurait, en outre, écrit à sa femme : « Vive la grève ; Vive la Révolution sociale » !

44On perçoit l’accumulation de souffrances, d’humiliations, de rancœurs qui a poussé ces hommes et ces femmes en tête de la bande vengeresse qui a tué Watrin. Que de « meneurs » d’un jour ont été ainsi portés à l’action par leur ressentiment, leur haine refoulée, leur lassitude même, habituels timides peut-être, étonnés, le lendemain, de leur audace. Mais cet obscur sentiment d’exploitation, pour primitif et fugitif qu’il soit, n’est-il pas le nécessaire pivot de toute prise de conscience ?

452°) Les récidivistes constituent un second type de meneurs, un peu mieux connus en raison même de leurs manifestations plus fréquentes qui les font repérer par les gardiens de l’ordre. Durs, bagarreurs, rouleurs, buveurs, véritables « gréviculteurs », ces rebelles règlent avec la société un compte toujours ouvert. Leur action, toute individuelle, est rarement organisée, mais intermittente et répétée. Ce type semble se nourrir à deux sources qui entretiennent comme deux variétés.

  • 118 Arch. préf. pol., BA 176 et La Gazelle des Tribunaux, 28-29 juin 1875. La condamnation est sévère  (...)
  • 119 Motif officiel d’internement, conforme au code de l’époque.
  • 120 Arch. préf. pol., BA 169, pièce 1, procès-verbal du 25 septembre 1875.

46L’une, encore très répandue en ces temps d’expansion du prolétariat, où l’émigration paysanne vient sans cesse alimenter le nombre des inadaptés à la discipline industrielle, confine aux classes dangereuses. Immigrés de fraîche date, déracinés, sans famille, instables par tempérament et par situation, les « primitifs de la révolte » mêlent en leur casier judiciaire chargé les infractions à tous les codes : celui de la morale comme celui du travail. Vite éliminés des grandes usines provinciales où triage et surveillance s’exercent plus strictement, ces insoumis trouvent refuge en des lieux ouverts : ports, chantiers de terrassement, banlieues des grandes cités et principalement de Paris. Ils y entretiennent un climat de violence, où la lutte des classes se règle à la force des poings. Voici quelques silhouettes de meneurs de banlieue. Ardent artisan de la grève à l’usine à gaz de Courcelles, Eugène Ratton, journalier, 17 ans, est condamné à six mois de prison pour rixe avec un non-gréviste ; enfant difficile, il avait été détenu à la Roquette pour « correction paternelle »118, puis renvoyé d’un atelier pour rébellion et incarcéré une première fois pour vol119. A Aubervilliers, dans une fabrique de produits chimiques, l’interdiction faite aux ouvriers d’aller boire soulève une petite émeute ; à sa tête trois jeunes manœuvres, 18, 19 et 21 ans, logés en garni, originaires l’un de Metz, l’autre d’un village du Loir-et-Cher, le troisième de Paris. « Je puis boire si je veux », dit l’un « et vous autres, nous vous ferons boire à la grande tasse » ; et son compagnon, Gessien, 19 ans : « Je me moque de la police, je suis le terrible noiraud de la Villette »120.

  • 121 .Arch. nat., F 12 4662, préf. Rhône-min., 27 juillet 1883.

47Les biographies qui suivent fournissent aussi l’exemple de baroudeurs caractérisés, mais dont la révolte prend un caractère plus élaboré. Pierre Capelli, né en 1863 à Cavaso, province de Trévise, arrive en France à dix-sept ans, comme terrassier ; il demeure d’abord à Die où il est condamné en janvier 1883 à quinze jours pour coups et blessures ; il vient alors à Lyon, change trois fois de garni, déménageant à la cloche de bois ; renvoyé une nouvelle fois d’un chantier pour rixe avec des ouvriers français, à peine est-il embauché ailleurs qu’il se rend avec un camarade français auprès de l’entrepreneur pour demander une augmentation ; il se promène avec un drapeau où il a inscrit : « Vive l’Italie », insulte l’entrepreneur, résiste comme un forcené aux agents venus pour l’arrêter, appelant à l’aide ses compatriotes dont une cinquantaine tentent, en effet, de le délivrer. Traduit en correctionnelle, il se voit infliger trois mois de prisons. « Querelleur et batailleur, d’un caractère très violent ; on le représente même comme un homme dangereux », écrit au ministre de l’Intérieur le préfet qui sollicite son expulsion121.

  • 122 Sur la participation de Bourguet à l’Internationale, cf. J. Maitron, Dictionnaire biographique, t. (...)
  • 123 Arch. dép. Bouches-du-Rhône, M 6 2032, préf.-min., 28 avril 1883.
  • 124 Ibid., diverses pièces et notamment rapport du com. spéc., 6 février 1885.

48Quelle vie que celle de Prosper Bourguet, puissante figure du port de Marseille, leader des grèves de 1871 et de 1883 ; une vie de bourlingueur à la Cendrars. Né à Alais, en 1841, il y organise, adolescent, le « Cercle des Enfants du Gard » ; celui-ci étant dissous, comme politiquement suspect, il vend la bibliothèque à son profit. A quinze ans (en 1856), il subit sa première condamnation : huit jours pour vol, qui sera suivie de six autres représentant au total quatre ans, dix mois, quatorze jours de prison. Six mois plus tard, le voilà à Marseille ; une escroquerie (dont j’ignore tout) lui coûte à nouveau trois mois. Il embarque alors comme marin ; mais à Pointe-à-Pitre, il ne résiste pas aux joies du trafic : un an de « taule ». Libéré, à bord de l’Asmodée, il se rebelle contre un supérieur : deux ans en août 1860. Et, en 1864, le conseil de justice de La Gazelle lui inflige un an pour introduction frauduleuse d’eau-de-vie. Il renonce à naviguer. Redevenu docker, il prend une part active à la Commune de Marseille, membre de l’Internationale122, dirigeant avec autorité et fougue — « terrible meneur », dit-on — la coalition des ouvriers du port ; arrêté le 24 avril, le conseil de guerre de la 6e division militaire lui octroie six mois de prison et cinq ans de privation de ses droits civils. A sa libération, le journal L’Egalité l’emploie comme homme de peine, mais... le renvoie pour inconduite deux mois après. Au même moment, il abandonne sa femme légitime pour une autre compagne, qu’il a toujours, au reste, douze ans plus tard. En 1883, on le retrouve à la tête des dockers en grève, influent, actif, donnant de la voix et du poing ; il a alors quarante-deux ans. Il lui faut, une fois de plus, comparaître au tribunal pour entraves à la liberté du travail ; son procès fait quelque bruit : il a pour avocat Maglione, ex-maire de Marseille, et parmi les témoins à décharge, deux conseillers généraux, un adjoint au maire, le président du conseil d’arrondissement. C’est une affaire politique, opposant les républicains du conseil municipal aux compagnies maritimes et à la préfecture123. Bourguet, à l’audience, invoque Gambetta : « Si celui qui repose à Nice n’était pas mort, je ne serais pas cité en police correctionnelle ». Il est, d’ailleurs, acquitté, fait peut-être unique en son existence tumultueuse. Désormais, il se « range » ; et lorsque, deux ans plus tard, des ouvriers sans travail viennent lui demander de prendre la direction de leur mouvement, il refuse « disant qu’il ne veut plus en aucune façon s’occuper de ces questions »124. Il a quarante-quatre ans.

  • 125 J. Maitron, op. cit., t. V, p. 86.

49Avec Chaussivert, outilleur sur bois à Paris, et Réal, tisseur et écrivain public à Roanne, la contestation prend plus de consistance encore, puisque, entrant dans la voie de l’organisation, l’un devient secrétaire de chambre syndicale, l’autre, d’un groupe anarchiste. Nés, tous deux dans les années 40, ils demeurent sur la brèche, passée la quarantaine, faisant peu de cas, semble-t-il, de la vie privée, en tout cas de la famille : Chaussivert héberge dans son garni de célibataire les réunions syndicales ; Réal, marié sur le tard, n’a pas d’enfant. Leurs débuts ont été difficiles, et fréquents leurs démêlés avec la justice. Chaussivert (1846-1912), originaire d’Autun, est condamné à Aix en 1866 pour coups et blessures, en 1868, à Autun, pour faillite. Il participe à la Commune de Paris, comme artilleur, puis commissaire de police. La répression l’enferme pour cinq ans à Clairvaux, d’où il s’évade. « Réfugié en Allemagne, il y commit un vol avec effraction qui le fit extrader de Genève où il avait fui et gagnait sa vie dans la fabrication des objets de menuiserie. Les autorités allemandes le condamnèrent à trois ans et demi de prison pour vol et le remirent aux autorités françaises qui le réintègrent à Clairvaux »125.

  • 126 La Gazette des Tribunaux, 5 avril 1876, audience de la cour d’assises de !a Loire, 30 mars 1876.
  • 127 Ibid. : biographie de Rausch, curieuse personnalité.
  • 128 Ibid. : larges citations d’une de ces affiches dont l’original ne nous est pas parvenu : « Il faut (...)
  • 129 Arch. dép. Loire, diverses pièces.

50Pour sa part, Réal a subi onze condamnations correctionnelles, pour vols, ruptures de ban, vagabondages (dont une, pour vol, à cinq ans de prison). Il expliquera un jour quel engrenage fut le sien, la première condamnation ayant entraîné toutes les autres. Son passé de réclusionnaire connu, « il devint l’objet du mépris public ; il vit toutes les portes des ateliers se fermer devant lui. De là, ses nombreuses ruptures de ban. Mais sa conscience ne lui reproche rien..., s’il n’est pas réhabilité aux yeux du monde, il l’est à ses propres yeux, par les efforts qu’il a faits pour travailler et les souffrances qu’il a endurées »126. Il noue, en 1876, à Roanne, où il vient de se fixer à trente-cinq ans, connaissance avec Marius Rausch, ouvrier chaisier de vingt et un ans, un errant comme lui, dont le père serait mort sur une barricade durant la Commune, lecteur assidu de Proudhon dont il s’efforce de propager les idées ; « un dimanche de Fête-Dieu il se permet d’adresser de vives admonitions à son patron parce que ce dernier travaillait à un reposoir. Ailleurs il déclare qu’il ne servira jamais la France »127. Rausch séduit Réal par ses convictions, l’initie à Proudhon. Et les voilà tous deux, une nuit de février 1876, collant des affiches — une trentaine — que Réal a copiées de sa belle écriture d’écrivain public sous la dictée de Rausch : elles célèbrent la Commune, prêchent l’abolition de l’autorité, de la propriété : « Vive la Révolution sociale ! A bas tout ce qui ne produit pas et qui consomme ! Vive la République sociale ! »128. La cour d’assises de la Loire les condamne à quatre ans de prison et 50 F d’amendes. Je ne sais ce qu’est devenu Rausch, mais on retrouve Réal à Roanne, écrivain public et tisseur, ardent militant lors de la grève de 1882 ; et définitivement conquis à l’anarchie : secrétaire du groupe Le Revolver, il est inculpé pour une explosion de dynamite en 1884, mais relâché, faute de preuves. Noté comme « très intelligent », il rédige pour les groupes révolutionnaires de nombreux rapports et tracts129.

51Ces biographies, la dernière surtout, nous montrent comment une insubordination d’abord élémentaire et individuelle peut se transformer en une véritable conscience et un engagement de militant ; elles éclairent, très incomplètement certes, la mutation du révolté en révolutionnaire. Dans tous ces cas s’affirment des tempéraments, des mentalités de type libertaire, affranchis ou hors-la-loi. Le heurt avec la société se produit précocement ; la répression, bien loin d’étouffer, joue un rôle d’excitant, et singulièrement l’affrontement avec la justice.

  • 130 Arch. préf. pol., BA 167, pièce 8, rapport de police du 31 janvier 1875. En 1874, embauché chez Hé (...)
  • 131 Arch. préf. pol., BA 175, diverses pièces.
  • 132 Ibid., BA 169, rapport de police du 21 mai 1881. Conrard est à la tête de la commission de grève e (...)
  • 133 Arch. préf. pol., BA 168, pièce 7, rapport de police du 2 novembre 1888.

52L’autre variété de meneurs patentés est typiquement parisienne. Elle a des couleurs infiniment moins sombres, évoquant, plus que le monde d’Eugène Sue, ou de Zola, celui de Sébastien Mercier, ou de Monsieur Nicolas : l’univers plus riant des petits ateliers parisiens. La capitale est, en effet, le royaume de l’ouvrier « passant », cabaleur, gagnant bien, dépensant davantage, joyeux luron fêtant la Saint-Lundi, le verbe haut, la tête près du bonnet, portant d’une boîte à l’autre son humeur frondeuse et revendicante, pour un rien « ramassant ses clous » (ses outils). Les coalitions des ouvriers du cuir, celles de la chaussure, de la sellerie, des tailleurs d’habits, où la présence de nombreux étrangers ajoute une note d’exotisme, des ébénistes aussi, à un moindre degré, etc., sont conduites par de jeunes ambulants, célibataires, rarement nés à Paris, depuis peu à l’atelier ; renvoyés ils recommencent ailleurs. Ainsi, de 1874 à 1889, on retrouve Bergès, tanneur puis sellier, dans une demi- douzaine de grèves successives : « il se met toujours en avant pour ces sortes de choses »130 ; il formera, vers 1887, le groupe révolutionnaire (tendance anarchiste) « la sellerie militaire », avec Lemaitre et Mauras, comme lui acharnés contre les « exploiteurs »131. Un des leaders de la grève des métallurgistes, chez Cail, en 1881, est un vrai « Sublime » : Conrard, Jules, ajusteur-mécanicien, né à Metz, a 47 ans ; veuf, père de trois enfants, il loge en garni et, en un an, il a déménagé trois fois, laissant à chaque fois des dettes. « Cet individu, qui ne travaille que quatre ou cinq jours par semaine, est un ivrogne incorrigible qui a laissé... de nombreuses dettes, un peu partout où il a passé... On le dit prêt à tout pourvu qu’on lui paye à boire »132. En 1888, la grève des ébénistes est dirigée chez Jeanselme par « une quinzaine de nouveaux qui n’étaient dans la maison que depuis trois semaines environ », chez Lincke, par Midy, un Belge embauché le premier du mois, Pira, son cousin, ancien de trois mois ; chez Krieger, par Guyon, excellent ouvrier passé en un an chef d’équipe pour ses talents et qui jouit au faubourg Saint-Antoine d’une grande popularité : partisan de la grève générale, membre du groupe « Les Egaux », il a peuplé la « Citadelle » (ainsi dénomme-t-on Krieger) d’anarchistes dits « les Pieds-Plats », joyeux compagnons qui ont « l’habitude d’empiler les marchands de vin qui leur font crédit » ; ceux-ci se retournent vers Guyon, que la direction oblige à payer, ou à partir ; ce qu’il fait133.

  • 134 D. Poulot, 1872, p. 105.
  • 135 1967, p. 94.

53A ce type, héritier du Sublime et plus encore du Fils de Dieu — « âme d’un atelier, écrit Denis Poulot, « il a une énergie farouche pour tout ce qui touche aux droits »134 — appartient René Michaud, qui en a évoqué le comportement et la psychologie dans son autobiographie, inestimable témoignage sur le Paris ouvrier du début du siècle. Enfant de la Cité Jeanne d’Arc, Michaud s’initie à la fabrication de la chaussure dans d’innombrables boîtes du 13e, notamment : « Ce n’était pas encore l’époque de la sécurité, de l’enracinement. A de nombreux jeunes de mon époque, la notion d’ancienneté faisait horreur. Les anciens, pour nous, c’était toute la meute des médiocres, des pusillanimes ; les chiens couchants du patron. Nous, nous étions les derniers nomades du travail industriel et le nombre de boîtes par lesquelles je passai tour à tour, mon turnover, me ferait qualifier par quelque docte psychosociologue d’individu pathologiquement instable... Mais puisque rien ne réglementait l’apprentissage, il fallait bien y substituer l’initiative... ». Et il ajoute : « Dans toutes les boîtes où je passai, je fus parmi les premiers à prêcher la révolte »135.

  • 136 1924.
  • 137 1967, p. 39.

54Ce type, Jacques Valdour le retrouve, mais assagi, stabilisé, après la guerre, « de la Popinqu’à Ménilmuch »136. Il subsiste encore, de nos jours, dans les ateliers de Belleville où Louis Chevalier décrit « l’ouvrier, qui prétend façonner à sa manière sa pièce, son labeur, ses horaires, sa vie, et qui voit dans la grande usine, avec le pointage, l’embrigadement, la chaîne, les chefs d’équipe, le bruit, une déchéance et une sorte de bagne »137. Eternel irréductible, porteur d’une lointaine, profonde tradition d’indépendance, il est un des fondements de l’esprit libertaire.

  • 138 De « militant », Littré ne connaît que l’adjectif : aujourd’hui, note-t-il, celui-ci s’emploie au (...)
  • 139 La grève a souvent été le premier révélateur, la première occasion de prise de conscience. Il faut (...)

553°) Le meneur de plus longue durée nous achemine vers le militant de style moderne. Trois traits le caractérisent : continuité de l’action138, importance accordée à l’organisation, affirmation d’une conscience de classe. Pour lui, la grève n’est qu’un épisode — souvent capital, d’ailleurs, dans son initiation ou sa percée139 —, un aspect, un moyen, plus ou moins prisé selon qu’il privilégie la voie économique ou politique, d’une lutte plus vaste et multiforme. Le champ embrassé ici serait très large : non plus seulement les « meneurs de grève » mais toute l’armature humaine du mouvement ouvrier durant vingt ans ; il dépasse le cadre de notre propos ; aussi nous ne le décrirons pas pour lui-même, mais dans la mesure où il interfère avec la grève : mais quel leader ouvrier n’a pas eu à l’affronter ?

  • 140 La plupart des statuts de syndicats font de la non-rééligibilité une règle. Cf. M. Leroy, 1913, p. (...)
  • 141 Les délégués confédéraux de la C.G.T. reçoivent une indemnité ; seuls le secrétaire et le trésorie (...)
  • 142 Du moins dans les mines du Nord-Pas-de-Calais, de style trade-unioniste. Dès 1883, Basly est appoi (...)
  • 143 A ce sujet, cf. C. Willard, 1965, p. 237, note 6 ; statistique des employés de mairie et des milit (...)
  • 144 Avant 1893, on ne peut guère citer comme députés d’origine ouvrière que Camélinat, Basly, Baudin, (...)

56L’absence, ou du moins la faiblesse, de cadres institutionnels, de structures de protection et d’accueil, rendent la durée très difficile. Ni les syndicats, ni les partis naissants ne fournissent encore d’échappatoire. Imprégnés de l’idéal de la démocratie directe, hantés par la crainte du despotisme, les premiers répugnent à se donner des permanents ; les mandats sont soigneusement limités, dans le temps, la rééligibilité souvent interdite140 ; les indemnités prévues sont plus que modestes : 100 à 120 F par an au maximum141, sauf chez les mineurs qui, très tôt, font de leurs leaders des fonctionnaires rétribués142. Et le socialisme, s’il dispense à ses fidèles quelques menues prébendes, notamment dans les fiefs municipaux (Commentry, Vierzon, Roubaix surtout)143, ne permet guère aux prolétaires d’atteindre à la députation144. Avant 1914 (et à plus forte raison avant 1890) on ne saurait parler de « carrière militante ».

57Dans ces conditions, la véritable persécution qui frappe les meneurs entraîne une usure rapide : un lustre, au maximum une décade de vie militante sont une bonne mesure, au bout de laquelle il faut se soumettre ou se démettre. Ainsi voit-on disparaître sans laisser de trace, se perdre à tout jamais, des ouvriers qui, pendant plusieurs années, ont conduit le combat. Quelques cas de longévité existent cependant.

58Ils supposent, outre un tempérament et une conviction exceptionnelle, une certaine indépendance économique. La sécurité que confère une haute qualification, liée, la plupart du temps, à une forte mobilité géographique, fonde la persévérance des métallurgistes, verriers, porcelainiers, travailleurs du bois, du cuir, du livre, etc. La plupart de ceux qui, nés à la vie militante à la fin du Second Empire, reviennent à la charge, passée la tourmente, et animent le mouvement ouvrier jusqu’à la relève d’une nouvelle vague en 1878-1880, parfois au-delà, sont gens de métier, instruits, libre-penseurs, férus d’organisation et d’écriture, souvent amateurs de candidatures ouvrières. Les métallurgistes Loenger, Brosse, Robertson, Victor Delahaye, etc., les porcelainiers Baudin (Vierzon), Boudard (Limoges), à Paris, Chausse, ébéniste, militant jusqu’à sa mort (1850-1935), Loth, ouvrier sur bois, Brébant, facteur de pianos, etc., illustrent cette catégorie. Parmi les anarchistes de longue durée, beaucoup sont des professionnels bien qualifiés : tels Tortelier, menuisier, Bernard, serrurier, Willems, Couchot, Duprat, tailleurs, etc. Et si Ludovic Ménard peut, jusqu’à sa mort, conjuguer avec son métier les activités militantes qu’a décrites F. Lebrun, c’est que la profession de fendeur d’ardoises s’exerce à la tâche, de façon très indépendante, sans horaires fixes, à l’abri d’une équipe protectrice et solidaire.

  • 145 Etienne Basly, né en 1854 à Valenciennes, mineur, renvoyé par suite d’une grève à Denain en 1880, (...)
  • 146 Jean Dormoy (1851-1898) d’abord métallurgiste à l’usine Saint-Jacques de Montluçon, « a été renvoy (...)
  • 147 Dans la petite industrie, le militant cherche à se mettre à son compte, comme Baudin, devenu fabri (...)
  • 148 A Decazeville, Jean-Pierre Blanc, né en 1847, ex-mineur, devenu représentant de commerce, est secr (...)
  • 149 Sur les cabaretiers militants, dons le rôle a beaucoup frappé les contemporains, cf. Le Temps, 20 (...)

59La grande industrie n’autorise guère de tels partages : elle brûle les rebelles, leurs ferme ses portes, trouvant aisément à les remplacer. La seule solution consiste à fuir hors de la condition ouvrière : vers la boutique, le petit commerce, asile — et rêve — des travailleurs. Chassés des usines, les militants impénitents se font vendeurs de journaux (Basly, Fevez, Fauviaux)145, colporteurs (Dormoy, Mélin et Baudelot, Sourdeau...)146, artisans, principalement cordonniers ou coiffeurs, dont les échoppes demeurent de véritables clubs politiques147, petits commerçants, dans les pays miniers surtout148, et, notamment dans le Nord, cabaretiers (Charles Bonne, Basly, Carrette, Lepers, Delory, Lefebvre d’Amiens, Deparis à Roanne, Treich à Limoges, Yzamblin à Paris, etc.)149. Le cabaret, ce « parlement du peuple » (Balzac), est aussi son salut.

  • 150 Dans les quartiers populaires des grandes villes, notamment à Paris, l’instabilité est extrême, ta (...)

60Dans tous ces cas, ce qui compte, c’est la cohésion du « milieu », capable de protéger, de faire vivre, de soutenir moralement des meneurs reconnus comme des chefs : milieu professionnel, mais plus encore, communautés locales, moins les grandes villes où l’individu oscille et se perd150, que les sites industriels isolés, où la résistance à l’usine revêt des formes de lutte quasi féodale. Les meneurs, véritables coqs de village, par le prestige, y prennent appui sur des structures permanentes, prêtes à les accueillir sur des positions de repli. Chaque grève met en branle un premier et un second plan que relient d’étroites solidarités économiques (rôle des magasins patronaux) et familiales. Parfois même, les vrais leaders sont hors de l’usine : ceux qu’elle a évincés et qui, recasés dans les activités tertiaires, faisant souvent figure de petits notables, mènent contre elle un combat qui évoque, à certains égards, celui, obstiné, des Paysans de Balzac contre les nouveaux propriétaires issus de la Révolution.

  • 151 Arch. préf. pol., BA 186, pièce 10, rapport de police, 28 juin 1878.
  • 152 Ibid., pièce 26.
  • 153 Ibid., BA 186, rapport de police, 19 mars 1878.
  • 154 Ibid., et Arch. dép. Saône-et-Loire, 194 M 23, diverses notes de police sur ces militants.
  • 155 Arch. dép. Loire 92 M 22 et Arch. dép. Puy-de-Dôme, M 045-56, pièce 12.
  • 156 Arch. préf. pol., BA 186, pièce 30, rapport de police, 14 juin 1877.
  • 157 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1871, rapport de police au préfet, 19 décembre 1871.
  • 158 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1890.
  • 159 M. Perrot, 1959b.

61De tels noyaux militants existent autour des mines, d’une stabilité toute rurale, et particulièrement dans la France méridionale et républicaine, où la tradition politique accuse encore les oppositions. A Bézenet, en 1878, Gidel-Parent, contremaître mineur, dont la femme tient un cabaret, Cluze, bottier, Gazet, cordonnier, Philippon, boulanger, sont les piliers de la coalition ; les trois premiers prêtent leurs boutiques pour les réunions, le dernier distribue du pain151 ; à Doyet, l’adjoint au maire Fondard, ex-maître d’école retiré qui a pris un commerce de charbon, organise les quêtes152. A Decazeville, Establi, négociant, Barbès, dont le débit est le rendez-vous des forgerons, jouent le même rôle153. A Montceau-les-Mines (1878), Guenot, fabricant de liqueurs, Baudier, chapelier, 39 ans, ex-employé au chemin de fer de Lyon et « renvoyé pour son indiscipline et ses réclamations incessantes », Robin, 40 ans, forgeron, Petitgras, 38 ans, courtier en librairie, appuient les jeunes mineurs, moteurs du mouvement ; Boyeau, coiffeur, rue Centrale, et Palat, 25 ans, marchand de vins à Blanzy, abritent les permanences dans leurs boutiques, où trône le buste de la République coiffée d’un bonnet phrygien154. A Sainte-Florinne (Haute-Loire), Fombel, marchand de journaux, assure le secrétariat du syndicat des mineurs et dirige la grève de 1884 ; Rétoret, cabaretier, Boubon, marchand d’allumettes, un conseiller municipal nommé Gasquet, complètent l’état-major155. A Nœux-les-Mines, Charles Demiselle, dit Jules Simon, cabaretier, est considéré comme le principal inspirateur du conflit et condamné à dix-huit mois de prison156. Situation identique à Tarare, lors de la grève des pelucheurs en velours (12 octobre 1871-3 janvier 1872) dont le comité siège chez le cafetier Serre : « c’est là le refuge de tous ces individus qui, au nom de la liberté, proposent les idées les plus contraires au bien-être public »157 ; à Cours, en 1889, où Brivet, l’épicier, assure les fonctions de trésorier du syndicat158. Le fichier de police de Bessèges (1886) nous a permis l’analyse précise des diverses strates d’un milieu militant ; commerçants et artisans y entrent pour 35 %159. Et cette coupe a, je crois, valeur d’exemple.

  • 160 Arch. dép. Nord, M 626/11, diverses pièces.
  • 161 Arch. dép. Gard, 6 M 1414 (1).
  • 162 Ibid., com. pol. Bessèges, 4 mai 1887.
  • 163 Arch. dép. Gard, 14 M 447, com. pol. Bessèges-préf., 7 mai 1890. Le commissaire se pose le problèm (...)

62A l’abri de tels remparts, peuvent s’épanouir de puissantes individualités aux allures de chefs, parfois de héros. Tel Maillard, initiateur du mouvement contre le travail à la tâche dans les mines de la Sentinelle, en 1883, que ses camarades acclament et protègent des gendarmes160. Tel, surtout, Henri Marius, animateur des mineurs du Gard dans les années 1880-1890 et sans doute au-delà. Né à Bessèges en 1859, de père inconnu, il y revient après son service militaire, s’y marie à vingt et un ans avec une jeune veuve qui lui donnera deux enfants. Son degré d’instruction est médiocre ; les billets de sa main, dispersés dans les archives, sont maladroitement rédigés. Il supplée à cette carence par son intelligence, son audace et une inlassable activité. Ce petit homme — 1,54 m, blond, pâle hâlé, visage maigre, buvant peu, agissant de sang-froid »161 — a un grand rayonnement. Il transforme les mines de Lalle, où il travaille, en centre de résistance, y regroupant tous les exclus. Secrétaire de la chambre syndicale des travailleurs réunis de Bessèges, puis de celle des mineurs fondée en 1887, il organise de nombreuses réunions révolutionnaires. « Préconisant la grève ainsi que la révolution sociale en faisant appel à tous les moyens violents. Homme actif, entreprenant et ayant un certain ascendant sur une grande partie des ouvriers », dit de lui une note de police de 1887162. Il mène la grève de 1887, fait de la propagande pour la journée de huit heures. Au printemps 1890, il organise le chômage du 1er Mai dans le bassin houiller ; en termes vifs, il présente au directeur, Mauvau, les revendications ouvrières : il menace de « faire sauter la tête du patron ». On le renvoie, mais à cette nouvelle, les mines de Lalle s’immobilisent, puis tout le bassin ; la grève s’étend aux métallurgistes et même aux fileuses d’Alais ; touchant plus de six mille travailleurs. Un mandat d’amener est lancé contre Marius qui se terre : « l’inculpé se cacherait dans la montagne boisée qui domine Lalle ; là il reçoit les journaux et donne des ordres. Quelques grévistes sont chargés de veiller à sa sécurité et lorsqu’un danger quelconque paraît le menacer, Marius se réfugie dans de vieilles galeries de mine abandonnées où il se terre comme un lapin. Lorsque la nuit est venue, il se retire chez un ami pour dormir en ayant soin de ne pas coucher deux nuits de suite dans la même maison. Il s’aventure quelquefois sur les routes et même dans les rues, mais alors, il est précédé et suivi de sa « garde » et d’émissaires qui fouillent le terrain ; on dit même qu’il porte une fausse barbe et s’affuble de manière à être méconnaissable »163. Il tient en échec la police qui va jusqu’à promettre une prime pour son arrestation. Est-il livré ? On l’arrête dans les rues d’Alais quelques jours plus tard. A sa sortie de prison, un cortège l’attend et l’escorte en chantant « La Marseillaise ». Comment ne pas songer à Jean Cavelier, au mas Soubeyran ? Toute une tradition cévenole de rébellion, de résistance à l’oppression sous toutes ses formes, s’incarne en cet héritier des Camisards, prenant tout naturellement le chemin du « désert ».

63Sans avoir ce panache de maquisard, Rondet dans la Loire, Basly, Lamendin dans le Nord, Calvignac à Carmaux, Ludovic Ménard à Trélazé..., exercent des années durant leur magistère. L’institution syndicale, ajoutant sa pesée à la protection du milieu, allait engendrer ces permanents qu’exècre le syndicalisme révolutionnaire et qui, triomphants au second âge du syndicalisme, transformeront complètement la nature et la fonction de la grève.

  • 164 Sur Rondet, cf. Arch. dép. Nord, M 626/11, pièce 109, et pièce 33 et ibid., M 595/13, pièce 14. To (...)

64Resterait à préciser l’idéologie des meneurs. Mais elle est difficilement séparable de l’étude d’ensemble du mouvement, qu’elle informe autant qu’elle l’exprime. Tous les courants sont représentés. Les syndicalistes réformistes sont partisans de l’association, de la négociation, des voies légales : tel « Monsieur » Rondet, les dirigeants de mines (Basly, Lamendin) ou de la métallurgie (Criquelion, Doyet, Lagache) du Nord, nombre de responsables parisiens, séduits par le possibilisme. Leur comportement, leur langage pondéré, leur mise soignée, leur habitude de la discussion, tant avec les patrons qu’avec les autorités (Rondet a « des relations suivies avec la Préfecture » et n’hésite pas devant les ministères)164 en font des hommes d’ordre et de gestion ; ils préfigurent les leaders de l’avenir. Ils deviendront des notables auxquels on élèvera des statues et on dédiera des rues.

65Les « politiques », pour lesquels la grève n’est souvent qu’un moyen de promouvoir le parti, se rencontrent parmi les premiers adhérents des partis socialistes, soucieux avant tout de faire entendre un langage nouveau : tels les militants guesdistes du Nord, de Roanne, de l’Allier (Dormoy en est le type), les blanquistes Lachize (Lyon), Baudin à Vierzon, Boulé ; Emile Chausse, qui fut adhérent à la première Internationale et qui sera conseiller municipal socialiste de 1893 à 1935, etc. Pour tous ceux-là, la grève constitue un épisode initial à l’aube d’une existence de plus en plus liée aux structures politiques.

  • 165 Beaucoup de ces militants, qui ont conduit les principales coalitions en 1882-1883 à Lyon, sont co (...)

66Mais l’idéologie dominante de nos meneurs — instinctive et fruste chez les épisodiques, plus élaborée chez certains qui se revendiquent ouvertement de l’anarchie — est résolument libertaire. Haine des exploiteurs, apologie de la violence, refus de la duperie politique, exaltation des formes proprement ouvrières de lutte, et, principalement, de la grève, croyance en une révolution prochaine, sont, du moins après 1880-1882, les traits d’un langage commun au plus grand nombre. Le parlent avec une intensité particulière les militants de Lyon, centre d’anarchie : le serrurier Bernard, les cordonniers Bordat, Baguet, Dejoux, Courtois, les mécaniciens Crestin, Tricot, etc.165 ; à Paris, les cordonniers Raoux, Leboucher, les selliers Bergès, Lemaître, Mauras, Mercier, les tailleurs Willems, Couchot, Duprat, les menuisiers Tortelier, Raimond, Franchet, etc. ; et les militants du Gard, et ceux de Trélazé, tant et tant d’autres. Tous ces hommes ont joué un rôle très actif dans les grèves qu’ils considèrent comme un moyen essentiel d’éducation, et dans l’élaboration du projet de grève générale. Le syndicalisme d’action directe ne constitue pas encore la « doctrine officielle » du mouvement ouvrier français : il en est déjà la respiration.

Notes

1 Ce souci a été parfois celui de l’époque : ainsi, A. Hamon s’est livré à une enquête par questionnaires sur les anarchistes : 1895. Pour le temps présent, on attend avec impatience le résultat de l’enquête menée par Yvon Bourdet, au moyen surtout d’interviews non directifs, mais aussi d’un vaste examen de la littérature autobiographique, sur les motivations du militantisme politique. Dans sa communication du 22 mars 1969 à l’Institut français d’histoire sociale, Yvon Bourdet a présenté sa problématique et sa méthode, très stimulantes pour l’historien, malheureusement trop contraint par ses sources pour pouvoir toujours en tirer parti.

2 L’entreprise de Jean Maitron et de ses collaborateurs, le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, se heurte aux mêmes difficultés. Le silence des sources fait qu’il ne peut nous livrer, la plupart du temps, que des biographies de la vie militante, non de la vie totale. Il n’en est pas moins infiniment précieux.

3 M. Perrot, 1958, 1959.

4 Citons : l’attentat Fournier à Roanne (1882) ; l’affaire de Montceau-les-Mines, soulèvement politico-religieux plus que grève (1882) ; l’affaire Watrin à Decazeville (1886) dont j’ai eu la chance de pouvoir retrouver le dossier d’instruction, maintenant déposé aux Arch. dép. de l’Aveyron.

5 On en trouvera le bilan dans la bibliographie. D’autre part, il n’est pas douteux que l’intérêt manifesté par les historiens pour les archives judiciaires ne retentisse sur leur état : au cours même de mes recherches, j’ai pu constater des améliorations et la situation a certainement progressé depuis. Ainsi, J. Girault a retrouvé tout récemment le dossier de Fourmies (1891) aux Archives départementales du Nord. Un nouveau bilan serait désormais nécessaire.

6 La Gazette des Tribunaux, 28-29 juin 1875.

7 Arch. préf. pol., B A 182, pièce 17, rapport de police, 4 novembre 1887.

8 Arch. dép. Allier, U, 1881, grève de Commentry.

9 La Gazette des Tribunaux, 23 juin 1882.

10 A ce sujet, voir les remarques de J. Julliard à propos du Procès des Communards, de J. Rougerie dans Critique, décembre 1965, p. 1073.

11 Journal de Villefranche, 16 novembre 1881 : « Si nous n’avions pas fait cette manifestation, de cinq ouvrières qui travaillaient aujourd’hui, il y en aurait eu dix demain, après-demain quinze, et la grève aurait été terminée. » Déclaration qui vaut à la prévenue deux mois de prison.

12 L’Union, 1er novembre 1879.

13 La Paix, 5 octobre 1879.

14 C’est fréquemment le cas à Lyon et à Paris. Par exemple, en 1887, à Lyon, à l’issue d’une grève, douze chevriers-maroquiniers sont condamnés à des peines de six jours à deux mois de prison : « Dans l’interrogatoire qu’ils ont subi, plusieurs de ces citoyens ont affirmé leurs opinions socialistes et révolutionnaires ; ils ont ajouté qu’ils savaient n’être pas poursuivis pour avoir manifesté, mais bien plutôt pour avoir déclaré... qu’ils appartenaient au parti socialiste » : Le Cri du peuple, 12 mars 1887.

15 La Bataille, 22 juin 1883 : Enfroy, typographe, impliqué dans la manifestation des Invalides, le 9 mars 1883 ; il ajoute : « Et dès que j’ai grandi, depuis l’âge de treize ans, et j’ai trente et un ans aujourd’hui, depuis que je suis devenu socialiste, j’ai toujours vécu de mon travail. »

16 Il est au reste significatif de voir la faiblesse des pourcentages d’acquittement. Entre 1864 et 1896, ils ne sont jamais supérieurs à 30 % et la plupart du temps, inférieurs à 10 %. Le juge est solidaire de l’ordre établi. Il a peu de doute sur son verdict.

17 Pour Zola, c’est le grand facteur d’explication et il y revient sans cesse. La violence d’Etienne Lantier, le « meneur » de Germinal lui vient de l’alcoolisme de sa mère, Gervaise, tout autant que de sa prise de conscience. Voir notamment le roman final des Rougon-Macquard, Le Docteur Pascal.

18 Cf. le livre, cité, de A. Hamon, 1895. Cet ouvrage donne l’exemple d’une distorsion très significative. Il repose sur une enquête par questionnaire, ce qui est très neuf ; mais, s’il cite abondamment les réponses reçues, elles n’influencent pas le postulat initial qui est aussi la conclusion finale : à savoir que les adeptes de cette doctrine (l’anarchisme)... possèdent une constitution psychique commune « probablement en rapport avec la structure du cerveau » (p. 11). Pourtant les réponses citées suggèrent: bien d’autres explications, notamment par l’enfance, le milieu.

19 Journal de Villefranche, 16 novembre 1881 : sept femmes sont condamnées à des peines allant de quinze jours à deux mois de prison.

20 Procès des anarchistes de Vienne, 12 août 1890, p. 39. Texte passionnant pour Je sujet qui nous occupe.

21 Les « bandits tragiques », les anarchistes de la reprise individuelle viendront recolorer cette image un peu passée.

22 Arch. dép. Isère, 166 M 2, préf.-min., 26 juillet 1883 : à propos de Cartalier, meneur de la grève des mégissiers de Grenoble.

23 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1890, préf.-min. de l’Int., 23 décembre 1889, à propos de Durousset, grand organisateur des chambres syndicales de tisseurs de la région de Thizy et Cours, leader, avec Lachize, du mouvement de 1889-1890.

24 Arch. dép. Gironde, M 1189, rapport du com. pol. Bordeaux, 5 mars 1887.

25 Arch. nat., F 12 4661, préf. Nord-min. Com., 3 juin 1886.

26 La France, 4 juin 1885 : à propos de la grève des tailleurs parisiens, le journal esquisse un portrait du meneur de grève qui est un morceau d’anthologie.

27 Arch. nat., F 12 4661, préf. Nord-min. Com., 3 juin 1886.

28 Deux exemples de telles notations : Arch. dép. Loire, M 82, pièce 215, à propos de Marquet, mécanicien de Roanne : « De puissante stature, de figure régulière, •de physionomie remarquablement intelligente. C’est certainement une des personnalités les plus remarquables et par conséquent les plus dangereuses des groupes anarchistes. » Arch. dép. Gard, 6 M 1414 (1), rapport de police sur Paul Reclus, ingénieur à Bessèges, et neveu d’Elisée : « d’autant plus à craindre qu’il est des plus intelligents. »

29 Dans le fichier dressé par les services de police du Gard en 1882-1886, pour 252 noms, il y a 25 surnoms, soit 10 %. Pour l’usage des surnoms, voir D. Poulot, Le Sublime, dont Zola s’est directement inspiré dans L’Assommoir (Mes Bottes, Bibi- la-Grillade, le Bourguignon, Bec-Salé, etc.) et Daudet, dans Jack.

30 Arch. dép. Isère, 166 M 1, Grève des fondeurs de Vienne, 1875.

31 La Gazette des Tribunaux, 23 août 1873.

32 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1890.

33 Arch. dép. Gard, 6 M 1414 (1).

34 Charles Demiselle, cabaretier à Noeux, un des meneurs de la grève de 187 7, est dit Jules Simon : Arch. préf. pol., BA 186, pièce 30. Pierre Schneider, leader de la grève des tailleurs de verre de Saint-Ouen, n’est appelé que Gambetta : ibid., B A 170. Frédéric Callewaert, 59 ans, animateur de la coalition à Halluin en 1880, est appelé Mahomet par ses camarades : Arch. dép. Nord, M 619/3.

35 Cf. E. Coornaert, 1966, p. 170.

36 1845, p. 25.

37 Paris, 2e éd., 1883. Ce livre dont la première édition est parue en 1866, a été une des grandes sources de Zola pour L’Assommoir. Il est à la fois riche et irritant. Irritant parce qu’il cite mal ses sources qui sont aussi bien Cartouche que les bagnes du temps, et qu’il ne date pas ses emprunts. Il est certainement incomplet et, à certains égards, dépassé de son temps même : Zola a usé, dans L’Assommoir, de six cents mots provenant de ses propres observations. D’ailleurs, aucune règle académique ne fige l’argot, langue inventive et, sans doute, vite renouvelée.

38 Arch. préf. pol., BA 186, pièce 91, rapport agent 26.

39 Arch. dép. Gard, 14 M 447, fiches diverses.

40 Ibid., fiche de police du 3 juin 1890.

41 Arch. dép. Nord, M 626/17.

42 Arch. préf. pol., BA 170.

43 L’Union, 1er novembre 1879 : le journal parle de « la terreur qu’il inspire ».

44 Le Petit Dauphinois républicain, 9 août 1890, cité par J. Maitron, 1951, p. 182.

45 Cité par J. Maitron, 1951, p. 210.

46 Arch. dép. Gard, 6 M 1414 (1), fiches des ouvriers mineurs Pierre Brunei et Guimet, tous deux meneurs de grèves.

47 Cet orateur est Ducasse, cité par A. Vitu, 1869, p. 74.

48 Au banc des accusés de Vienne, aux côtés de Martin le Bossu, voici Tennevin : « homme de taille moyenne assez gros, vêtu d’une redingote noire ; l’air imposant, ne ressemblant pas du tout à ces révolutionnaires que la légende nous dépeint... il ressemble plutôt à un excellent bourgeois de province », d’après Le Petit Dauphinois républicain, cité par J. Maitron, 1951, p. 181, note 3.

49 Arch. préf. pol., BA 175.

50 F. Lebrun, 1959, n° 7.

51 Procès des anarchistes de Vienne, p. 35.

52 Arch. dép. Saône-et-Loire, 194 M 23 : il s’agit de Cottin, mineur de Montceau, un des meneurs de la grève de 1878.

53 Arch. dép. Bouches-du-Rhône, M 6 2009, note de police du 22 décembre 1883, sur Mazza, dirigeant de la grève des matelots et chauffeurs de Marseille.

54 Arch. nat., F 7 12488, rapport de police, 3 novembre 1876.

55 Sur l’éloquence de Tortelier, nombreux témoignages ; cf. E. Dolléans, 1953-1960, J. Maitron, 1951, p. 127, 270, F. Lebrun, 1959, p. 9, etc.

56 Le Figaro, 12 mars 1884.

57 Arch. dép. Nord, M 626/11, pièce 109, s.-préf. Valenciennes-préf., 6 avril 1883.

58 Arch. dép. Bouches-du-Rhône, M 6 2020, pièce 29, rapport de police, 3 décembre 1883.

59 Ibid., 16 septembre 1883.

60 Arch. dép. Nord, M 619/5, com. pol. Valenciennes-préf., 28 octobre 1882.

61 Arch. dép. Gard, 14 M 447, rapport de police du 3 juin 1890 : Armandine Vernet, 32 ans, femme de mineur, cinq enfants, 1,53 m, « l’air indolent », ne s’était jamais signalée. Elle se révèle une oratrice populaire de premier ordre durant la grève de mai 1890.

62 Selon La France, 4 juin 1885, le meneur de grève, caractérisé d’abord par son bagou, « a la parole facile. Il emploie à tort et à travers des mots imposants : évolution, revendication, économie sociale, le bagne capitaliste, outillage humain ».

63 Mermeix, 1907, p. 184.

64 Arch. dép. Nord, M 619/6, pièce 111.

65 Arch. préf. pol., BA 176, pièce 143.

66 Cf. Ch. Gras, 1968, p. 143 et sq. Merrheim critique les « braillards » de réunions, il préconise l’étude, notamment des statistiques ; on lui reproche ses dédains pour l’action traditionnelle : « Mes collègues préféraient de beaucoup au travail suivi et ingrat des statistiques..., la noce crapuleuse et la démagogie des réunions publiques » (P. 146).

67 1967, p. 31.

68 Arch. dép. Nord, M 626/13.

69 Arch. préf. pol., BA 177.

70 Arch. préf. pol., BA 186, pièce 41, rapport Lombard, 8 mars 1878 : « Les individus arrêtés au moment des troubles sont tous des jeunes gens de 25 ans au plus, qui gagnent les salaires les plus élevés de la mine..., et les investigations auxquelles on a pu se livrer jusqu’à présent parmi les mineurs libres ont fait connaître que ce sont également les plus jeunes des ouvriers qui tiennent les propos les plus hostiles, alors que les ouvriers de 30 ans et au-dessus, ont suivi le mouvement, mais se tiennent cois et à l’écart des turbulents. » Selon un autre rapport, pièce 103, 23 mars 1878 : « La grève a éclaté, provoquée et conduite par des jeunes gens dont le plus âgé a au plus 25 ans. »

71 Arch. nat., F 12 4656, préf. Allier-min. Com., 5 juillet 1881 : tous les meneurs signalés ont moins de 30 ans.

72 Arch. préf pol., BA 186, même situation.

73 La Gazette des Tribunaux, 24 juin 1876 ; il est condamné à quinze jours de prison.

74 Arch. préf. pol., BA 182, pièce 11, 13 juin 1882 : socialiste et syndicaliste actif.

75 Arch. dép. Nord, M 627/3, pièce 54, grève aux aciéries de Denain.

76 Arch. dép. Gironde, M 1189, pièce 80.

77 Les Débats, 8 mai 1890.

78 Arch. préf. pol., BA 170, Grève de mai 1890 des verriers. En dépit des avances du patron, Voidier s’est « converti » à l’action syndicale en 1887. En 1890, il finit par être renvoyé, d’où grève. Il a 35 ans.

79 Arch. dép. Loire, 92 M 13, pièce 62, à propos d’une grève de teinturiers à Saint-Chamond dont les instigateurs ont de 21 à 24 ans.

80 Arch. dép. Loire, 92 M 13 et 10 M 73.

81 Arch. dép. Nord, M 626/7, pièce 63, rapport de police au préfet, 6 août 1872.

82 Arch. préf. pol., BA 186, nombreuses coupures de presse : L’Echo du Nord : « Le coup est monté secrètement depuis trois mois et par des agents étrangers... » L’Union démocratique, du 27 juillet, flétrit le rôle de « l’agent de Chicago venu dans le but supposé d’amener une émigration des mineurs aux Etats-Unis, comme lors de la grève de 1869 ».

83 Arch. dép. Isère, 166 M 1, com. pol. Grenoble-préf., 10 juin 1875. Pobé a travaillé à Paris, Lyon, Dijon, Chaumont, Beaune, Lyon, Annonay et Grenoble. Il fomente une grève dans cette dernière ville et, renvoyé, la quitte à nouveau.

84 L’opinion commune rejoint ici la théorie de Le Play pour lequel le mal vient d’ailleurs et du déracinement. On sait toute l’importance que sa terminologie même attache aux notions de « sédentaire », de « stable ». Il n’est pas de germination spontanée ; le « mauvais esprit » vient nécessairement de la contagion.

85 Les horsains : l’expression s’applique ici aux Français, mais nés hors du lieu de leur action, d’un autre département, voire d’une autre région.

86 Arch. nat., F 12 4656.

87 Arch. dép. Aube, M 12b3, com. pol., 15 juin 1882.

88 Arch. dép. Loire, 82 M 23, pièces 25 à 50. Quarante à cinquante ouvriers ont été transplantés là pour monter une nouvelle usine : « ce sont eux qui ont provoqué et mené la grève ». Après son échec, ils s’en vont.

89 Koska, Louis, 34 ans en 1882, a beaucoup voyagé ; dès son arrivée à Roubaix, il se met en rapport avec les socialistes, diffuse La Bataille et Le Citoyen, met en grève le tissage Lepoutre, d’où il est renvoyé. Reverse était secrétaire de la chambre syndicale des trieurs de Reims où il travaillait chez Holden ; il vient à Croix, suscite une grève, puis à Tourcoing : il est, dit la police, « meneur et rouleur ».

90 Arch. dép. Gard, 6 M 1414 (2), s.-préf.-préf., 14 mars 1886 : « Ce sont ces gens-là qui... étaient les plus exaltés lors de la dernière grève. » Cf. M. Perrot, 1959b, p. 225.

91 La France, 4 juin 1885.

92 Arch. préf. pol., BA 185, pièce 17, préf.-min. de l’Int., 2 mars 1878 : « Les principaux meneurs du mouvement paraissent être ceux qui ont été embauchés il y a quelques années après avoir été renvoyés au Creusot, à la suite de la grève de 1869. »

93 Arch. dép., Puy-de-Dôme, M 045-57, rapport gendarmerie, 19 juin 1878.

94 Arch. nat., F 12 4666, Grève de mai à juillet 1883.

95 Arch. nat., F 12 4659, préf. Nièvre-min. Com., 22 et 25 septembre 1888.

96 Arch. dép. Isère, 166 M 2, préf.-min., 26 juillet 1883.

97 Ibid,

98 Ibid. Autre exemple : Jules Cousy, 19 ans, né à Millau, travaille depuis six mois dans la mégisserie Rouillon quand, avec Pobé, un ambulant comme lui, il y mène la grève. L’un et l’autre quittent Grenoble, renvoyés : Arch. dép. Isère, 166 M 1, com. pol., 10 juin 1875.

99 Arch. préf. pol. BA 167, nombreuses pièces. En 1874, cheBoitelle, les revendications sont présentées par un jeune homme de 21 ans, Crépin, depuis peu dans la maison ; même scénario chez Sergent, où l’instigateur, Ducret, est nouvel embauché. En 1875, chez Roblin, à la Villette, les délégués, Régis Bombrun, 27 ans et Joseph Rey, 31 ans, tous deux nés à Annonay, n’ont pas six mois d’ancienneté.

100 Sur J.-B. Dumay, on attend la thèse de P. Ponsot qui doit publier les Mémoires de ce militant de premier plan.

101 Les renseignements qui suivent ne visent pas à retracer des biographies, mais à suivre des itinéraires, des déplacements. Ils proviennent de sources trop diverses pour être mentionnées.

102 Rev. Hist. Ec. Soc., janvier 1960, p. 47, lettre inédite de Jaurès à M. Julien, 11 janvier 1879. Jaurès, alors élève à l’Ecole Normale, raconte son voyage en train de Toulouse à Paris, en compagnie des délégués ouvriers de la Haute-Garonne à l’Exposition universelle : « Tous, naturellement, étaient démocrates et ils éprouvaient une sorte d’émotion à se dire qu’ils allaient voir le théâtre des grandes révolutions. Quand nous sommes arrivés le soir, vers les six heures à la gare d’Orléans, il faisait sombre ; un des ouvriers met la tête à la portière et, me montrant une des hautes cheminées qui se dressaient çà et là : « C’est la colonne de juillet ? », me demande-t-il d’un air pénétré. »

103 Arch. dép. Alpes-Maritimes, V M (2), Grèves 1880-1898, 13 juin 1880.

104 Arch. dép. Loire 92 M 29, s.-préf. Roanne-préf., 22 mars 1889 : « Ne trouvant plus de travail dans aucun établissement de la ville, ces tristes personnages, tous anarchistes plus ou moins dangereux, vivaient depuis un certain temps des subsides que leur fournissaient les chambres syndicales. »

105 Arch. préf. pol., BA 176, pièce 172, rapport de police du 12 juin 1880.

106 Aux exemples donnés plus haut, on pourrait en ajouter bien d’autres. Les meneurs de la grève des tourneurs en chaises (Paris, 1883) « sont peu nombreux, mais ce sont, dit-on, les plus habiles ouvriers de la partie » : Arch. préf. pol., BA 181, pièce 122. Les briquetiers d’Ivry sont conduits « par les deux plus habiles mouleurs » : ibid., BA 180, pièce 20. Jean Delechaud, délégué des aplatisseurs de corne (grève de février 1874), a économisé 4 000 F en cinq ans de travail. Animateur de coalition de selliers, le jeune Antoine, seize ans, est un as qui se fait de 6 à 7 F par jour : Arch. préf. pol., BA 175. Aux hauts fourneaux d’Haumont, le rédacteur de la lettre aux patrons est un excellent ouvrier dont la conduite a toujours été irréprochable » : Arch. nat., F 12 4653, préf.-min. Com., 14 août 1871. « Parmi les grévistes (mouleurs d’assiettes de Bordeaux, 1887), se trouvent des ouvriers aisés et l’on craint que par suite de leurs moyens les grévistes pourront résister longtemps » : Arch. dép. Gironde, M 1189, pièce 75, rapport de police du 18 novembre 1887, etc.

107 Ed. La Pléiade, T. II, p. 531.

108 A ce sujet, cf. M. Leroy, 1913, t. II, p. 622 et sq. Il y a deux grands types de sabotage : le freinage ; la détérioration. Les ouvriers acceptent parfaitement le premier, mais beaucoup répugnent au second.

109 Arch. préf. pol., BA 184.

110 1964 a et b.

111 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1871-1879, rapport de police au préfet, 31 mars 1874.

112 Arch. préf. pol., BA 186, pièce 29.

113 Arch. dép. Eure, 9 M 32.

114 Arch. dép. Nord, M 625/46, pièce 16 (1876).

115 Arch. nat., F 12 4665 (1889).

116 Arch. préf. pol., BA 186, pièce 29.

117 J’ai pu, après diverses démarches, retrouver le dossier de cette affaire. Tous les renseignements et citations qui suivent viennent de lui.

118 Arch. préf. pol., BA 176 et La Gazelle des Tribunaux, 28-29 juin 1875. La condamnation est sévère : elle vise sans doute moins l’acte lui-même que le passé de l’accusé. Réflexe singulier qui est celui de toute la justice d’alors, je l’ai maintes fois remarqué : on cherche non à guérir mais à briser.

119 Motif officiel d’internement, conforme au code de l’époque.

120 Arch. préf. pol., BA 169, pièce 1, procès-verbal du 25 septembre 1875.

121 .Arch. nat., F 12 4662, préf. Rhône-min., 27 juillet 1883.

122 Sur la participation de Bourguet à l’Internationale, cf. J. Maitron, Dictionnaire biographique, t. IV, p. 388.

123 Arch. dép. Bouches-du-Rhône, M 6 2032, préf.-min., 28 avril 1883.

124 Ibid., diverses pièces et notamment rapport du com. spéc., 6 février 1885.

125 J. Maitron, op. cit., t. V, p. 86.

126 La Gazette des Tribunaux, 5 avril 1876, audience de la cour d’assises de !a Loire, 30 mars 1876.

127 Ibid. : biographie de Rausch, curieuse personnalité.

128 Ibid. : larges citations d’une de ces affiches dont l’original ne nous est pas parvenu : « Il faut que chaque commune se gouverne elle-même. Tous les administrateurs, depuis le président de la République et les ministres jusqu’aux plus petits fonctionnaires, sont des fainéants. Vive la Révolution Sociale ! A bas tout ce qui reproduit pas et qui consomme ! Vive la République Sociale ! Peuple, sais-tu ce que c’est qu’être gouverné ? C’est être espionné, toisé, patenté, timbré ; et à la moindre réclamation, au moindre mot, être arrêté, emprisonné, jugé et fusillé. Nous ne voulons plus d’armée, plus de frontières ! Nous abolirons l’autorité dans l’Etat, dans l’Eglise, dans l’argent, dans la terre ! Plus d’exploitation du prolétaire ! Electeurs plus d’impôts ! » Cette affaire est intéressante parce qu’elle montre l’emprise des idées proudhoniennes et comment se faisait leur diffusion. Des épisodes comme celui-ci permettent de mesurer de façon concrète l’influence réelle de Proudhon sur les travailleurs.

129 Arch. dép. Loire, diverses pièces.

130 Arch. préf. pol., BA 167, pièce 8, rapport de police du 31 janvier 1875. En 1874, embauché chez Hénant depuis quinze jours, il demande au contremaître une augmentation, est renvoyé ; en 1875, chez Tavernier, même scénario ; on le retrouve en 1881, 1883, 1887, 1889, véritable irréductible, agissant, en général, hors de la chambre syndicale, qu’il juge trop molle.

131 Arch. préf. pol., BA 175, diverses pièces.

132 Ibid., BA 169, rapport de police du 21 mai 1881. Conrard est à la tête de la commission de grève et membre actif de l’Union des mécaniciens.

133 Arch. préf. pol., BA 168, pièce 7, rapport de police du 2 novembre 1888.

134 D. Poulot, 1872, p. 105.

135 1967, p. 94.

136 1924.

137 1967, p. 39.

138 De « militant », Littré ne connaît que l’adjectif : aujourd’hui, note-t-il, celui-ci s’emploie au sens laïque : luttant, agressif... Robert donne deux exemples d’emploi comme substantif, tirés l’un de Malraux, l’autre Aragon. Mais nos dictionnaires retardent : le terme est employé couramment fin 19e début 20e siècle : il suffit de feuilleter Maxime Leroy, 1913. Le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, t. I, p. 23, souligne l’importance de la durée pour la définition du militant : « Ainsi se dégage lentement et péniblement dans les colonnes de ce Dictionnaire, la notion de militant ouvrier. Un militant, ce n’est pas l’ouvrier qui prend part occasionnellement à un mouvement, qui accepte une seule fois des fonctions temporaires dans un organisme plus ou moins stabilisé. Militantisme est synonyme de continuité. »

139 La grève a souvent été le premier révélateur, la première occasion de prise de conscience. Il faut citer encore R. Michaud (1967, p. 71 et sq.) pour lequel la grève des usines Panhard-Levassor en 1917 marque le début de la vie militante : « La vue des ouvriers et ouvrières de « Panpan » descendant les avenues d’Ivry et de Choisy en clamant leurs revendications me fit grosse impression. C’était mon premier contact sérieux avec la révolte ouvrière, mon premier pas dans l’action collective. Le choc fut révélateur. Je me sentais concerné... C’est en 1917 que, pris dans l’action collective, je fis ma première grève ! C’est une date qui marque dans la vie d’un militant ! » De même pour Jean-Baptiste Calvignac qui commence ainsi ses « Mémoires » : « D’abord, pour moi, le nouveau Carmaux commence à la grève des ouvriers mineurs de 1869 » et d’en faire un long récit : 1963, p. 123. Et encore pour Léon Jouhaux qui insiste sur le rôle des grèves à la manufacture d’allumettes, où travaillent son père et sa sœur, puis lui-même, dans son éveil : « Les grèves et les maladies... m’avaient jeté dans la grande armée des exploités » ; 1964, p. 91. D’autre part, la grève est, pour beaucoup de militants, le banc d’essai, le premier coup d’éclat qui les révèle. Nous voyons surgir Basly dans la grève de 1880, Tortelier dans celle de 1888, Marius à Bessèges, la même année, Ludovic Ménard, dans la coalition de 1890, etc.

140 La plupart des statuts de syndicats font de la non-rééligibilité une règle. Cf. M. Leroy, 1913, p. 163 : contre les tendances centralisatrices et jacobines, prévaut l’idée d’une « organisation collective anonyme ». Cependant, Leroy note, au début du 20e siècle, une évolution vers l’institution de véritables administrateurs permanents : t. I, p. 148-149.

141 Les délégués confédéraux de la C.G.T. reçoivent une indemnité ; seuls le secrétaire et le trésorier touchent un traitement fixe : 250 F par mois en 1904, 300 F en 1912, chiffre élevé supérieur à ce que pouvait gagner un bon ouvrier parisien très qualifié.

142 Du moins dans les mines du Nord-Pas-de-Calais, de style trade-unioniste. Dès 1883, Basly est appointé à 150 F par mois ; et Lamendin de même en 1889 ; la fille de Lamendin, Adèle, touchait en outre 150 F par mois comme employée : cf. A.P.O., t. I, p. 380, 385.

143 A ce sujet, cf. C. Willard, 1965, p. 237, note 6 ; statistique des employés de mairie et des militants cabaretiers.

144 Avant 1893, on ne peut guère citer comme députés d’origine ouvrière que Camélinat, Basly, Baudin, Lachize... Même après cette date, la carrière politique est peu ouverte aux ouvriers : cf. l’étude de Mattéi Dogan, 1967 : en 1893, il dénombre 5 % de députés d’origine ouvrière ; en 1919, 10 %.

145 Etienne Basly, né en 1854 à Valenciennes, mineur, renvoyé par suite d’une grève à Denain en 1880, expulsé de la maison de coron qu’il occupait avec sa femme et ses quatre enfants, se réfugie dans un petit logement « où la misère le presse bientôt. Il se mit pour vivre, à vendre des journaux dans les corons ; les mineurs lui en achetaient par considération, même ceux qui ne savaient pas lire, mais à la longue la vente faiblit, et la misère revint poignante » : Arch. dép. Nord, M 626/11, pièce 105, com. pol., 8 avril 1883. Clément Fevez, né en 1845 dans la Meuse, serrurier-poêlier à Roubaix, militant socialiste, puis anarchiste, meneur de grève en décembre 1882, se fait colporteur après son renvoi : vendeur de fil et d’épingle, il diffuse en même temps dans les campagnes les livres et brochures socialistes, des années durant : Arch. dép. Nord, M 154/59, pièce 24. Elisée Fauviaux, né en 1852, en Belgique, est d’abord instituteur libre dans une école de la Compagnie de Bully-Grenay ; révoqué pour mauvais esprit, il se fait vendeur de journaux sur la voie publique. Sera expulsé à la suite de la grève d’Anzin (1884).

146 Jean Dormoy (1851-1898) d’abord métallurgiste à l’usine Saint-Jacques de Montluçon, « a été renvoyé parce qu’il faisait de la politique dans les ateliers. Depuis cette époque, il vend de l’huile. Pour cela, avec une voiture à bras, il va de rue en rue et de village en village » : Arch. dép. Allier, U, affaire Dormoy, 1883, pièce 71, Proc. Rép. 8 février et 26 avril 1883. cf. aussi Correspondance Engels-Lafargue, t. I, p. 112-113, lettre de Lafargue à Engels, 28 avril 1883. Condamné à six mois de prison par la cour d’assises de Moulins, Dormoy, à sa sortie de Sainte-Pélagie, s’installe comme cordonnier à Montluçon. Charles Mélin, né en 1854, et Léon Baudelot, né en 1835, tous deux tisseurs à Reims, responsables du groupe collectiviste « La défense des travailleurs », renvoyés de tous les tissages, à la suite des grandes grèves de 1880, s’associent et se font marchands de légumes et acheteurs de peaux de lapins, tout en continuant par ce biais une active propagande. Mais, tombés dans la misère, ils quittent Reims pour Paris. Mélin est d’abord garçon de café ; on lui prête, dans son amertume, le dessein d’assassiner Jules Ferry ; très inquiet, le groupe socialiste de Reims lui demande de ne pas le faire et lui envoie quelque argent ; il entre au Cri du Peuple pour 150 F par mois ; il tombe gravement malade (fièvre typhoïde) ; sa femme le rejoint, puis Baudelot, tout à fait misérable lui aussi. On perd leur trace. Sources : Arch. dép. Marne, 30 M 39, 30 M 72 et divers. Sur Sourdeau, cf. D. Halévy, 1901, p. 40-41. Renvoyé pour son rôle dans les grèves de 1882 à Montceau, il s’installe coutelier-marchand de vin. « La Compagnie mit sa boutique en interdit, et personne n’osa y entrer. Sourdeau vécut excommunié dans cette ville où il avait tant d’amis... Pour gagner son pain, il alla vendre ses couteaux au loin, dans les foires de campagne. Il revenait chaque soir : c’était l’heure où les plus hardis glissaient jusque chez lui, pour lire les journaux de Paris et causer de l’usine ».

147 Dans la petite industrie, le militant cherche à se mettre à son compte, comme Baudin, devenu fabricant de poteries à Vierzon. Mais les deux professions refuges sont la coiffure et la cordonnerie, qui semblent exiger peu d’apprentissage. Ce n’est nullement fortuit si les cordonniers ont la réputation d’être des « révolutionnaires » notoires ; c’est qu’ils sont souvent des rebelles auxquels l’alène et le tire-pieds assurent enfin l’indépendance. Dans toutes les communes industrielles, leurs échoppes sont des salons de lecture socialistes et des centres de discussion. Citons : Georges Féline à Vierzon, Léon Lefebvre à Dorignies, éternel conspirateur, Henri Mercier, à Trélazé, qui baptise son échoppe « L’Arche de Noé anarchiste », etc.

148 A Decazeville, Jean-Pierre Blanc, né en 1847, ex-mineur, devenu représentant de commerce, est secrétaire de la chambre syndicale des ouvriers mineurs en 1885, et les ouvriers lui demandent en 1886 de prendre la tête de la délégation gréviste.

149 Sur les cabaretiers militants, dons le rôle a beaucoup frappé les contemporains, cf. Le Temps, 20 octobre 1890 : « Les cabaretiers socialistes. A propos des Congrès ouvriers du Nord ». Le journal cite Delcluze, Salembier à Calais, Delory à Lille, Carette à Roubaix, rappelle que Basly tint estaminet à Denain : « Presque toujours ce cabaretier a été ouvrier ou petit employé dans une usine, dans une mine de la région ». Jules Huret, 1897, décrit à Roubaix les établissements de Branquart (p. 71), de Carette (p. 77, la « Brasserie humanitaire »), de Lepers (p. 80). L’Ermitage de Basly a servi de modèle à l’Avantage de Rasseneur, dans Germinal qui fournit toute une palette de cabarets : outre l’Avantage, le Bon-Joyeux, le Volcan, la Tête-Coupée, le Progrès, le Saint-Eloi, etc. Mais le cas du Nord n’a rien d’exceptionnel : à Bessèges, sur quinze cabaretiers, huit sont des exclus de la mine ; cf. M. Perrot, 1959 b, p. 236. Dans les municipalités dominées par les compagnies, les cabarets sont l’épicentre de la résistance.

150 Dans les quartiers populaires des grandes villes, notamment à Paris, l’instabilité est extrême, tant pour les individus que pour les commerces : c’est ce que semble indiquer diverses études encore inédites fondées sur le dépouillement systématique des calepins du cadastre et des listes électorales.

151 Arch. préf. pol., BA 186, pièce 10, rapport de police, 28 juin 1878.

152 Ibid., pièce 26.

153 Ibid., BA 186, rapport de police, 19 mars 1878.

154 Ibid., et Arch. dép. Saône-et-Loire, 194 M 23, diverses notes de police sur ces militants.

155 Arch. dép. Loire 92 M 22 et Arch. dép. Puy-de-Dôme, M 045-56, pièce 12.

156 Arch. préf. pol., BA 186, pièce 30, rapport de police, 14 juin 1877.

157 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1871, rapport de police au préfet, 19 décembre 1871.

158 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1890.

159 M. Perrot, 1959b.

160 Arch. dép. Nord, M 626/11, diverses pièces.

161 Arch. dép. Gard, 6 M 1414 (1).

162 Ibid., com. pol. Bessèges, 4 mai 1887.

163 Arch. dép. Gard, 14 M 447, com. pol. Bessèges-préf., 7 mai 1890. Le commissaire se pose le problème de sa capture : « Il faudrait réunir un personnel nombreux et faire le siège de la montagne où il se cache dans la journée. Ce serait lui faire une auréole... J’ajoute que j’ai promis une prime de 100 F au sieur Rouveynal, garde particulier de Lalle, s’il faisait arrêter Marius ».

164 Sur Rondet, cf. Arch. dép. Nord, M 626/11, pièce 109, et pièce 33 et ibid., M 595/13, pièce 14. Tous ces textes insistent sur le rôle modérateur de Rondet.

165 Beaucoup de ces militants, qui ont conduit les principales coalitions en 1882-1883 à Lyon, sont condamnés dans le procès des anarchistes de 1883 ; cf. J. Maitron, 1951, p. 154.

Table des illustrations

Légende 21. Répartition (pour 100) des manifestants et des meneurs arrêtés, d’après leur âge (calculé sur 473 manifestants et 433 meneurs).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/594/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 207k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search