Version classiqueVersion mobile

Les ouvriers en grève. Tome 2

 | 
Michelle Perrot

Troisième partie. Le cours de la grève

Chapitre II. La conduite de la grève : les organisations

Texte intégral

  • 1 Naturellement, ces initiatives ne sont pas arbitraires et nous ne prétendons pas étudier ici le pr (...)

1De nos jours, syndicat et grève forment un couple indissoluble et inégal. Le syndicat a l’initiative et la maîtrise1 ; les actions nées hors de lui paraissent sinon suspectes, du moins inquiétantes, signes de malaise plus que gage de santé. Dans la gamme étendue de ses activités, où les fonctions de représentation, de négociation, de bargaining, sont devenues primordiales, la grève n’est que seconde, subordonnée, d’aucuns disent mineure. Mai 1968, irruption de la « base », surrection du désir, a constitué une rupture provisoire d’équilibre dont il est encore difficile d’apprécier la portée : résurgence sans lendemain ? Sentinelle de nouveaux comportements ? Pour le présent, le syndicalisme gouverne.

2Aux origines du syndicalisme, la situation est toute différente. La grève règne. Forme majeure du mouvement ouvrier, elle est l’expression directe, non méditée, du mécontentement ou de l’espoir d’en bas. Elle n’est pas nécessairement liée à une organisation : 41 % des conflits ici étudiés n’en comportent aucune trace particulière, pour la plupart, il est vrai, grèves subites, bref feu de paille auquel le temps a manqué. Leur lueur laisse entrevoir de fugitives silhouettes, qui prêtent leur visage et leur voix à la révolte ouvrière : la leur. C’est l’ère des « meneurs », ardents mais éphémères, vite usés, vite renouvelés, sans projets comme sans prudence, aux antipodes du « permanent ».

3Dans le cas de grèves organisées, néanmoins majoritaires (59 %), la grève commande à l’organisation ; elle sécrète ses propres formes ; le syndicat lui-même n’est souvent que sa créature, né par et pour elle, vivant de son succès, mourant de son échec ; et s’il tend à s’affranchir de sa tutelle, à s’affermir, c’est encore pour mieux servir les nécessités de son assomption dans la grève générale.

4En conséquence, l’étude qui suit ne saurait constituer une description des organisations ouvrières ni du syndicalisme pour lui-même. Elle cherche à dégager leurs liens mouvants avec la grève et les changements qui se dessinent dans leurs rapports avec elle.

CARACTÈRES GÉNÉRAUX

5D’un tableau nécessairement émietté, dégageons quelques constats majeurs :

20. Grèves organisées et grèves conduites par un syndicat de 1871 à 1890

  1. La coexistence relativement fréquente de plusieurs formes d’organisation, puisqu’on en dénombre plus de 2 000 pour 1 707 grèves organisées, l’association la plus courante étant celle d’un comité de grève doublant le syndicat.
  2. La progression des grèves organisées (fig. 20) : inférieure à 50 % avant 1880 (sauf en 1872), leur proportion est toujours supérieure ensuite, même durant la crise qui se traduit cependant par une régression, plus sensible encore au niveau des seuls syndicats. Les bonds les plus spectaculaires se situent en 1877-1881 (+ 28 %) et 1886-1890 (+ 19 %). En 1890, les trois quarts des conflits sont supportés par une ou plusieurs organisations.
  3. Au sein des organisations permanentes, certaines formes anciennes disparaissent presque totalement après 1880 (notamment le compagnonnage dont 7 sur 10 des interventions se produisent avant cette date). Tandis que se manifestent au contraire de nouveaux types : sous le vocable « organisations socialistes », on a classé essentiellement les « cercles d’études sociales » créés après le congrès de Marseille et qui ont parfois joué (comme le groupe « la Défense des Travailleurs » à Reims en 1880) un rôle d’animation considérable.
  4. 72 % de l’ensemble des grèves échappent à toute influence des syndicats. Néanmoins, ceux-ci constituent l’organisation-pilote ; ils dirigent 46 % des grèves organisées. Leur intervention grandit de façon spectaculaire à partir de 1877-1878. Elle atteint un maximum en 1881-1882 (39 % des conflits ont une direction syndicale), recule en raison de la crise, mais se redresse rapidement à partir de 1887.

6Incontestablement, la grève se syndicalise.

1. FORMES D’ORGANISATION TEMPORAIRE

  • 2 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1871, dossier de la grève de Tarare.
  • 3 Arch. dép. Loire, 92 M 16, Grève des chaudronniers de Saint-Julien-en-Jarret, 1880 : les patrons r (...)
  • 4 Arch. dép. Marne, 194 M 12, s.-préf.-préf., 30 octobre 1885 : c’est ce que répondent les tisseurs (...)

7La plus simple, la plus élémentaire réside dans la désignation de délégués. Les patrons y répugnent ; ils redoutent de favoriser l’emprise de meneurs, « facteurs de désordre et véritables ennemis de l’ouvrier », et d’entrer dans l’engrenage redouté du pouvoir représentatif. A tout prendre, ils préfèrent encore discuter avec la masse de leurs ouvriers : « Je veux désormais traiter avec qui a même pouvoir, et la masse totale des ouvriers est seule en possession de ce pouvoir », écrit Martin, fabricant de Tarare, dans une lettre imprimée à ses tisseurs auxquels il propose « une réunion générale, à l’exclusion de tout étranger »2. Les délégués sont très souvent renvoyés, sur-le-champ ou à l’issue de la grève, et leurs livrets marqués de signes distinctifs3. Aussi les ouvriers hésitent-ils à offrir « des victimes toutes désignées à la rancune des patrons »4. Ils cherchent à s’abriter derrière l’anonymat du groupe : la totalité des ouvriers, ou du moins une large fraction d’entre eux, va réclamer. Mais ce système de la délégation en masse est impraticable dès que, la grève se prolongeant, ou plusieurs usines étant impliquées, des négociations s’engagent. L’administration, des patrons mêmes, effrayés d’avoir à faire à quelque pouvoir extérieur, poussent les travailleurs à désigner leurs mandataires.

  • 5 Ce procédé est assez peu fréquent. Exemple : les teinturiers d’Amiens qui se réunissent au café Le (...)
  • 6 L'Indépendant de l'Allier, 25 avril 1890 : les métallurgistes de Commentry ont désigné leurs délég (...)
  • 7 En général par un ou deux délégués.
  • 8 Dans le cas d’un seul établissement, la délégation excède rarement dix membres ; elle est évidemme (...)
  • 9 Arch. nat., F 12 4665, préf. Pas-de-Calais-min„ 12 octobre 1889.
  • 10 Le Progrès du Nord, 3 avril 1874 : à propos de la grève des rubanniers de Commines.
  • 11 Arch. dép. Saône-et-Loire, 194 M 23, s.-préf. Châlons-préf., 2 mars 1878.
  • 12 Le Parti ouvrier, 23 mars 1889.

8Pour ce faire, il n’existe ni procédure ni principes. Les délégués sont tirés au sort5, désignés sur le tas, ou élus dans des assemblées ouvrières, le plus souvent « par acclamation »6, un consensus se dégageant, semble-t-il, assez aisément sur les personnalités les plus convenables. En cas de grèves étendues, chaque usine, atelier, puits de mine ou commune doit être représenté7. On veut des délégations nombreuses, étoffées, moins vulnérables, moins impressionnables dans le bureau du directeur ou du préfet8. Ces délégués sont choisis pour leur ardeur, leur bagou, parfois pour leur âge : ici, les mineurs désignent des jeunes gens de vingt à vingt-cinq ans « afin de détourner les soupçons de la compagnie »9 ; là, au contraire, on préfère s’en remettre aux ouvriers les plus anciens10. Les délégués ne jouissent d’aucun privilège ; ils ne sont presque jamais rémunérés, sauf à Paris où des indemnités peuvent être prévues. On les révoque s’ils sont tièdes : à Montceau, le 1er mars 1878, à l’issue d’une entrevue avec le préfet, les délégués proposent la reprise du travail sous les huées ; le soir même ils sont remplacés11. A Armentières, conspués aux cris de « à bas les Bazaine », ils doivent rentrer dans le rang12.

  • 13 Cf. M. Leroy, 1913, p. 679.
  • 14 Le Citoyen de Paris, 1er juillet 1881, décrit la composition de la commission de grève des porcela (...)
  • 15 A.P.O., t. IV, p. 163.

9Second degré dans l’organisation : le « comité de grève » appelé encore « commission exécutive », pour souligner qu’il n’est qu’un organe d’exécution, la décision appartenant à l’assemblée générale, souveraine, des grévistes13. Il regroupe les délégués de la grève, sur la base fédérative qu’on a décrite (quartiers, usines, communes...) ; ou bien, il réunit ceux-ci à des membres du syndicat ; ou encore il rassemble des représentants des diverses organisations corporatives de la ville14, ou de la profession : ainsi, chez les menuisiers de Bordeaux, en 1877, le comité formé à la demande de la chambre syndicale et sous son contrôle, comprend des mandatés, des syndiqués, des non-syndiqués et des sociétés compagnonniques15.

  • 16 Arch. nat., F 12 4662, Rhône, 1881. Cette coalition est animée par Bernard, militant anarchiste.

10Le comité se donne une structure : un bureau, où se partagent les titres et les tâches, composé de président (dit « président de la grève »), secrétaire, trésorier. En cas de nécessité, il se subdivise ou s’adjoint des commissions : ainsi les serruriers lyonnais en 1881 mettent sur pied une « grande commission des revendications » formée de délégués élus des ateliers, répartie en quatre sous-commissions : finances, propagande, correspondance, et index16.

  • 17 Arch. nat., F 12 4662, préf. Rhône-min. Com., 10 avril 1886.
  • 18 Le Citoyen, 5 juillet 1882, « La solidarité ouvrière ».
  • 19 Le dossier des Arch. préf. pol., BA 176, très fourni, permet de suivre de près cette organisation (...)

11La fonction du comité n’est pas seulement de gouverner, mais de mobiliser les énergies, de faire participer. Dans ce but, les verriers lyonnais créent pour chaque usine des « commissions de surveillance » qui font tous les soirs le point de la situation17. Pénétrés d’idées libertaires, les cordonniers parisien ébauchent un « pacte fédératif », dont Paul Lafargue vante l’exemple18, véritable pyramide de comités : chaque atelier d’au moins dix travailleurs constitue un groupe de base ; celui-ci désigne un délégué à une « commission d’arrondissement » qui mandate respectivement deux membres à une « commission d’administration » et à une « commission de contrôle ». Celles-ci épaulent la « commission exécutive de la grève », élue directement en assemblée générale, organe suprême19.

  • 20 Les ouvriers de Reims, en 1880, appellent leur comité de grève « le Petit Ministère ». Sur les mot (...)

12En tout état de cause, cette dernière demeure la clef du pouvoir. Comités et délégués sont responsables devant elle ; elle contrôle leur gestion de manière souvent sourcilleuse, notamment lorsqu’il s’agit des finances ; elle prend les décisions essentielles20.

  • 21 Sur la vie et le rôle des assemblées générales, cf. ci-dessous. Sur l’assemblée générale dans le s (...)
  • 22 M. Leroy insiste beaucoup sur « l’ancienneté et la concordance des efforts ouvriers pour se donner (...)

13En somme, si les ouvriers empruntent à la démocratie bourgeoise certains de ses vocables et de ses traits21, leur modèle fondamental est celui du Contrat social : la souveraineté réside dans le corps des ouvriers réunis en assemblée générale ; et ils n’entendent pas s’en dessaisir22.

2. LES ORGANISATIONS PERMANENTES DANS LES GRÈVES

A. Organisation d’ancien type

  • 23 Sur l’histoire du Compagnonnage à cette époque, cf. A.P.O., t. I, p. 171-192 et E. Coornaert, 1966
  • 24 Sur 10, 6 reviennent aux charpentiers, 2 aux maréchaux-ferrants, 1 aux menuisiers, 1 aux couvreurs (...)
  • 25 D’après La Gazette des Tribunaux, 13 mai 1876, il existe à Paris quatre sociétés compagnonniques r (...)
  • 26 Il existe quatre « Mères » rivales : rue Mabillon, rue Tissot, rue d’Allemagne, et rue du Faubourg (...)
  • 27 Ainsi, le 18 mars 1876, en pleine grève, les charpentiers sont venus nombreux chez les Mères : « I (...)
  • 28 Arch. préf. pol., BA 174, pièce 939.
  • 29 Ibid., pièce 37. Ce dossier fournit plus d’un millier de pièces sur les coalitions des charpentier (...)

14Le compagnonnage ne joue plus qu’un rôle insignifiant dans la lutte revendicative23 ; le nombre de ses interventions constatées se réduit pour la période à 10, toutes antérieures à 1883, cantonnées, bien sûr, au bâtiment et à quelques grandes villes24. Encore apparaît-il surtout comme un frein, et assez rétrograde. De 1876 à 1881, à Paris, on assiste à sa décadence. Dans la grève des charpentiers de 1876, il demeure l’organisation majeure ; mais il fonctionne mal, rongé par les antagonismes de catégories (patrons et contremaîtres en font partie et s’opposent à la revendication) et les dissensions des sociétés25 qui recouvrent des rivalités de quartiers, de « Mères » : celles-ci ne sont plus que des restaurateurs qui se disputent la clientèle des ouvriers migrants26, et contribuent à perpétuer des fêtes corporatives vides de sens27. Aussi, de vives critiques sont formulées contre le compagnonnage devenu secte ; à l’issue de la grève, en juin 1876, une commission composée de jeunes gens28 se constitue dans le but de former un syndicat doté d’une caisse de résistance. En 1879, celui-ci relance la grève, se heurte à la résistance des anciennes sociétés qui, furieuses d’être évincées, prennent leur revanche en 1881 en brisant une nouvelle coalition : « On ne marchera pas en tête de la grève, déclare dans une réunion le président des Compagnons Passants, on la suivra par-derrière, et nons ne fournirons aucun membre à la commission chargée de traiter avec les patrons »29.

  • 30 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1871-1879, rapport sur les grèves survenues en 1872. Il subsiste à Lyo (...)

15Le compagnonnage conserve plus de vigueur et d’ardeur à Lyon. Les Compagnons du Devoir dirigent, avec sérieux, les grèves de charpentiers (1872 et 1880), celles des couvreurs et des maréchaux-ferrants (1876) ; ils organisent le départ des travailleurs vers d’autres localités, mettent Lyon en interdit en surveillant les chantiers et les gares. Les sociétés compagnonniques se montrent assez efficaces pour que les ouvriers restent à l’écart du mouvement général. « Les compagnons résistent plus facilement à l’action de l’Internationale, estime le préfet, parce qu’ils obtiennent par le compagnonnage à peu près les mêmes résultats que leur procurerait leur affiliation à cette association »30.

16Si le compagnonnage, en tant que tel, se survit et n’est bientôt plus qu’une persistance folklorique, son legs est considérable. On a noté déjà à son actif, un certain style dans les relations avec le patronat (usage de lettres, du préavis) ; la mise en interdit, devenue la moderne « grève tournante », est aussi un héritage du compagnonnage. Il a certainement influencé la pratique revendicative dans les corporations du bois, du bâtiment.

  • 31 Sur les sociétés de crédit mutuel, créées dans les années 1860, destinées dans le principe à deven (...)
  • 32 Sur le rôle de ces diverses organisations dans la première moitié du 19" siècle, cf. E. Labrousse, (...)
  • 33 Fondée en 1868, réorganisée en 1871, elle soutient les grèves de 1872 et 1874 ; elle est dissoute (...)
  • 34 Elle joue un rôle très actif, avec Vindry, Charvet, ex-Internationaux ; elle est dissoute à la sui (...)

17Survivance aussi, en voie de liquidation, le rôle, dans les grèves, des sociétés de secours mutels (dites « sociétés civiles de prévoyance », de « crédit mutuel »31, etc.) qui dissimulent souvent une société de résistance, héritières du temps où, la coalition étant un délit, il fallait en cacher les tuteurs32. Sur 24 de leurs interventions, 17 sont antérieures à 1877 ; 11 reviennent au Rhône, principalement à Lyon, capitale du mutuellisme. Il s’agit généralement de fondations de la fin du Second Empire. Ainsi voit-on à Lyon, en tête du mouvement revendicatif, la « Société de prévoyance et de solidarité des ouvriers tanneurs et corroyeurs »33, la « Société de prévoyance et de renseignements des travailleurs de la teinturerie lyonnaise »34, le « Cercle de l’Union fraternelle des ouvriers apprêteurs », etc.

  • 35 La Société coopérative des ouvriers chapeliers de Lyon, riche de 150 000 F en 1876, prévoit un sec (...)
  • 36 Sur cette société, bête noire du préfet qui y voit un camouflage de l’Internationale, cf. Arch. dé (...)

18De même, certaines coopératives (douze interventions dont sept avant 1876) déguisent des caisses de résistance, comme celle des chapeliers de Lyon35 ; elles présentent la particularité, souvent, d’être locales et interprofessionnelles : à Roanne, en 1872-1873, la « Solidarité, association coopérative pour l’Alimentation » est une résistance camouflée dont les statuts prévoient le secours-grève et qui soutient toutes les coalitions36.

19Ces organisations prolongent, jusque vers 1876, les formes de lutte sociale de la fin du Second Empire ; mais multifonctionnelles par nécessité (une fonction hypothétique dissimulant une fonction réelle), elles laissent progressivement la place à la forme spécifique de défense des intérêts ouvriers, d’autant plus que le gouvernement la tolère, puis l’autorise (loi de 1884) : la chambre syndicale.

B. Le rôle des syndicats

20Il importe de souligner, une fois encore, les limites de l’intervention syndicale : 72 % des conflits lui échappent. A cette époque, la grève déborde le syndicalisme, comme le montre aussi, avec éclat, un fait rare : en 1879-1880, le nombre des grévistes excède celui des syndiqués (fig. 4), situation exceptionnelle et qui ne se reproduira plus de longtemps, pas même en 1936. Pas avant Mai 1968 dont l’originalité et l’importance ressortent de chaque comparaison.

21Mais cette intervention se renforce. Faible de 1871 à 1876, son taux hausse brusquement en 1877 (17 %), atteint un maximum en 1881-1882 (39 %), faiblit durant la dépression : en 1886, 20 % seulement des grèves ont une direction syndicale. Mais à partir de 1887, à nouveau, celle-ci se manifeste dans un tiers au moins des conflits. En même temps, le syndicat tend à devenir la forme majeure d’organisation, dès 1877.

22Cette part croissante tient d’une part au développement du syndicalisme, d’autre part à sa « conversion » progressive à la grève qui, d’abord dédaignée et redoutée, redevient un instrument de premier plan dans les méthodes d’action. Il nous faut maintenant esquisser cette croissance et décrire cette conversion.

1°) Essor des syndicats

  • 37 Le 23 octobre 1876, Teisserenc de Bort, ministre de l’Agriculture et du Commerce, demande, en vue (...)

23Je n’entends pas ici retracer l’histoire, quelque peu grisonnante, du syndicalisme dont les ouvrages classiques ont conté les événements majeurs ; je voudrais seulement, à travers quelques courbes et coupes, en cerner les principales étapes et composantes. La tâche n’a rien d’aisé, car si la littérature descriptive abonde, elle est fort peu quantitative. Seules, les archives fournissent la matière à la constitution de séries ; l’histoire de la statistique syndicale est, en effet, tout à fait comparable à celle de la statistique des grèves, et presque parallèle, avec cependant un retard qui reflète les incertitudes du gouvernement et de l’administration, plus réticents devant l’association que devant la grève : vingt ans séparent les lois de 1864 et 1884, seize ans s’écoulent entre les instructions fondant la statistique des grèves (1860) et celle des syndicats (1876)37.

24Les statistiques de 1876, 1880, 1883, les coupes de 1876 et 1880 ont été établies à l’aide des archives. A partir de 1884, toutefois, on est bien renseigné, sur le plan professionnel, par les tableaux donnés par l’Office du travail dans Les Associations professionnelles ouvrières, qui comportent des chiffres annuels de syndicats et de syndiqués pour chacune des industries et sous-groupes distingués (cf. annexes).

25Syndicats et grèves ont, durant cette période, des croissances d’ensemble plus comparables qu’elles ne le seront jamais, tant dans leurs volumes que dans leurs variations ; de 1876 à 1890, sur quatorze ans, on note trois discordances pour onze concordances (fig. 4).

  • 38 A ce sujet, cf. A.P.O., t. I, 47.
  • 39 Sur l’apparition précise du mot et de la chose, cf. M. Leroy, 1913, t. I, p. 44 et sq. L’associati (...)
  • 40 Selon Le Rappel, 13 mars 1875, il y aurait à la fin du Second Empire, 75 chambres syndicales ouvri (...)
  • 41 Soit : 1 en 1868 (marbriers, Paris), 5 en 1869 (4 à Paris, 1 à Marseille), 3 en 1870 (Marseille, B (...)

26Le démarrage syndical, à la fin du Second Empire, favorisé par un régime de tolérance administrative38, semble avoir été assez vigoureux, surtout à partir de 1867-186839, et notamment à Paris40. Cependant les interventions des syndicats dans les grèves demeurent extrêmement modestes : j’en ai relevé neuf pour les années 1868-187041.

  • 42 A Paris, de nombreuses associations ont leurs livres saisis après la Commune : c’est le cas de la (...)
  • 43 Sur le mouvement ouvrier à Paris, cf. A. Moutet, 1967.
  • 44 Lyon est sous la férule du terrible Ducrot et les dissolutions se succèdent : en 1873, celle du Ce (...)
  • 45 A. Moutet, 1967, p. 10 : « La Commune n’a pas créé de coupure dans l’évolution du mouvement ouvrie (...)
  • 46 A Paris, on retrouve chez les ouvriers du cuir, Pastoureau, un des leaders de la grève de 1865 ; c (...)
  • 47 A ce sujet de nombreux renseignements dans Le Rappel, qui déplore à maintes reprises l’indifférenc (...)

27La guerre et la répression qui suit la Commune42 mettent le mouvement en sourdine. Mais on est frappé de la vitesse de sa reconstitution. A Paris, où Le Rappel permet de suivre pas à pas l’histoire des organisations ouvrières, entre janvier et octobre 1872, quarante-cinq associations se reconstituent, dont trente-cinq chambres syndicales. Fin 1874, celles-ci sont soixante43. En province, du moins dans les grands centres qui avaient déjà un embryon syndical (Lyon, Marseille, Bordeaux, Limoges, par exemple...), on assiste à un phénomène analogue, mais freiné par les tracasseries d’une administration sourcilleuse. Les préfets de police parisiens, tout en exerçant une étroite surveillance, ont, en définitive, été plus tolérants que leurs collègues des départements44. A Paris, comme en province, ce qui frappe, c’est la continuité des organisations et des hommes45. Peu de créations nouvelles ; la plupart des associations sont des reconstitutions, avec remise en vigueur des mêmes statuts, sous la direction des mêmes hommes46. Mais, elles manquent de souffle ; et, la crise de 1873-1874 ajoutant ses effets dépressifs à la situation politique, elles ont du mal à retrouver leur niveau d’autrefois47. Elles font preuve, par ailleurs, d’une extrême prudence et — diplomatie ou conviction — répudient la grève.

  • 48 A ce propos, cf. Le Rappel, 11 avril 1874 : lettre de Bondon et Aulu souhaitant la création d'un j (...)

28En 1875-1876, la détente économique et politique, qui se traduit par une poussée de coalitions, se manifeste aussi par de nouvelles fondations, dès 1875 à Paris, où s’ébauchent de premiers projets de presse syndicale48, en 1876 en province : à Rennes, Reims, Troyes, Grenoble, Armentières..., par exemple. Grâce aux réponses des préfets à la circulaire Teisserenc de Bort, il est possible d’établir un tableau assez précis pour la fin de 1876, dont on peut dégager les grandes caractéristiques.

  • 49 A.P.O., t. I, p. 341. Rondet en est le principal animateur.
  • 50 Ibid., t. II, p. 277 et sq.
  • 51 Voici la répartition, pour soixante syndicats dont les effectifs sont connus exactement :
    moins de (...)
  • 52 Arch. dép. Indre-et-Loire, M, Syndicats, statuts de la chambre des ouvriers tisseurs en soie de To (...)

29Le volume global demeure médiocre : 82 syndicats identifiés en province regroupent de 12 000 à 15 000 membres ; une centaine à Paris en rassemblent peut-être 25 000. La capitale conserve une éclatante primauté. Au reste, l’implantation syndicale est essentiellement urbaine, et sans grand rapport avec la géographie industrielle. Vingt-six villes, réparties dans vingt-deux départements (dont, outre la Seine, trois seulement ont plus de huit organisations : Bouches-du-Rhône, 15 ; Rhône, 15 ; Gironde, 9), ordinairement chefs-lieux, sont le siège d’organisations greffées sur de vieilles structures professionnelles. Les métiers du bâtiment, qui puisent dans l’expérience compagnonnique l’habitude du groupement, ont souvent joué le rôle d’initiateur ; charpentiers, menuisiers, maçons, peintres, constituent les premiers noyaux syndicaux, avec les cordonniers, typographes, boulangers et les catégories les plus qualifiées, extrêmement diversifiées, du travail des métaux. La grande industrie est pratiquement absente. Une seule chambre de mineurs existe à Saint-Etienne, greffée, en 1876, sur une très ancienne « caisse fraternelle »49. Pour l’immense textile, huit associations, la plupart lyonnaises et d’un type très particulier : la chambre syndicale des tisseurs, qui compte près de 3 000 membres, divisée en 78 séries, défend surtout les intérêts des chefs d’atelier50. Rien dans l’industrie chimique ou les transports. Avec une moyenne de 180 syndiqués par syndicat, les effectifs sont bien modiques51. Quant aux statuts, ils s’inspirent plutôt des mutuelles dont ils affectent la bienséance et le moralisme : la chambre syndicale des tisseurs de Tours se propose de régler les différends en évitant les grèves par des « moyens moraux et intellectuels » ; pour y être admis, il faut « remplir ses conditions d’apprentissage, être honnête homme et être présenté à la commission par deux adhérents »52. Toutefois, la moitié, environ, des syndicats recensés envisagent le secours-grève.

30A la fin de 1880, date propice à une nouvelle coupe, la situation a changé. Et, d’abord, quantitativement. 478 syndicats, 65 000 syndiqués : l’accroissement, respectivement de 162 % et 94 % pour ces quatre ans 1876-1880, mesure une poussée syndicale considérable, notamment au plan des organisations. En effet, il y a plus de fondations que d’adhésions massives, d’où la chute de l’effectif syndical moyen (133 syndiqués/syndicat). Ce qui caractérise cette vague, c’est le succès de l’institution. Elle essaime : 36 départements, 62 localités en sont maintenant dotées, et non plus seulement des chefs-lieux, mais de petites localités usinières : Lodève, Saint-Junien, Bolbec, Lisieux... Certains départements, précédemment atteints, connaissent une forte croissance : Marne, Nord, Alpes-Maritimes, Isère, Bouches-du-Rhône... Tandis que d’anciens chefs de file — Seine, Rhône — voient diminuer leur part relative. Par rapport à 1876, Lyon accuse même une régression des effectifs syndiqués, fait lié à l’intensité de la crise et du chômage qui affectent alors la métropole de la soierie. Paris stagne : la croissance des syndicats y est de 47 % seulement, très inférieure à l’ensemble ; de ce fait, la capitale perd sa primauté. Les quatorze départements nouveaux se situent plutôt dans le Sud du pays, principalement en bordure du Massif central (Allier, Cher, Gard, Hérault, Puy-de-Dôme, Tarn). Le bâtiment joue toujours un rôle impulseur important. Mais d’autres types d’implantation apparaissent, où la grande industrie le relaie, principalement le textile.

31L’amorce d’une syndicalisation du textile constitue, en effet, un autre changement notable. Pour ce groupe, le nombre des syndicats passe de 15 à 68 et son poids de 8 à 14 %. Les autres secteurs professionnels s’accroissent dans des proportions qui modifient peu l’équilibre d’ensemble.

  • 53 Arch. dép. Alpes-Maritimes, VI M(l), statut de la chambre syndicale des ouvriers serruriers, 1882. (...)
  • 54 Arch. dép. Loire, 93 M 16, statuts de la chambre syndicale des ouvriers métallurgistes de Saint-Et (...)
  • 55 Arch. préf. pol., BA 161, pièce 27, tract imprimé, « rapport de la commission d’élaboration des st (...)
  • 56 L’idée de fédération n’est pas neuve ; elle était préconisée par les militants de la fin du Second (...)
  • 57 Des fédérations ou unions locales de syndicats sont constituées à Lyon, Reims, Dijon (1878), Marse (...)
  • 58 Les premières fédérations constituées, et souvent éphémères, sont celles des chapeliers (1880), de (...)
  • 59 Le Prolétaire peut être considéré comme un premier journal de ce type. Voir aussi La Typographie f (...)

32Il se produit aussi des modifications qualitatives, dans les institutions, le langage, les hommes. Les syndicats définissent mieux leurs fonctions propres : la défense des intérêts professionnels et notamment du salaire. Les statuts les plus classiques s’ouvrent par une déclaration liminaire affirmant que le syndicat « veillera à ce que les salaires ne subissent jamais d’abaissements illégitimes et qu’ils suivent toujours l’élévation des prix des objets nécessaires, enfin qu’il corresponde aussi exactement que possible avec la valeur réelle du travail et qu’il soit en rapport constant avec le progrès de la civilisation »53. Certains, s’inspirant de modèles qu’on retrouve en divers lieux, ce qui contribue à diffuser un nouveau langage, ont des considérants plus hardis : « L’émancipation des travailleurs ne peut être l’œuvre que des travailleurs eux-mêmes ; l’assujettissement des travailleurs au Capital est la source de toute servitude morale et matérielle », lit-on dans les statuts de plusieurs chambres de la métallurgie, principalement dans le Sud-Est54. Proposant à leurs camarades un autre règlement, les mécaniciens de Paris dénoncent « un état social qui doit disparaître et faire place au collectivisme »55. Le vieux principe fédératif56, proclamé par le congrès de Marseille, grand moyen de libération, inspire quelques tentatives d’organisation locales57 et professionnelles58. En même temps, naît une première presse syndicale59.

  • 60 Congrès de Marseille, p. 814.

33Un peu partout, des hommes nouveaux, plus jeunes (25-35 ans), sceptiques devant la coopération, plus combatifs, dirigent les organisations. Outre leur ton, plus contestataire et violent, ce qui les caractérise, c’est leur activité multiforme, déployée à la fois sur le front politique et social : les mêmes militants animent les chambres syndicales et les cercles d’études sociales ou groupes socialistes. Peut-on parler de « noyautage », de subordination du syndical au politique ? Assurément non. Pour la génération du congrès de Marseille, le parti ouvrier ne doit pas être autre chose que la « fédération des chambres syndicales, des groupes d’études sociales, de consommation et de production, à la condition qu’ils soient exclusivement ouvriers »60 : une confédération du travail, en somme. Dans cette définition, couve le profond matentendu qui opposera mouvement ouvrier et partis.

  • 61 L’obligation d’assister aux funérailles des membres défunts figure dans de très nombreux statuts, (...)
  • 62 Ainsi les chaudronniers sur cuivre de Marseille (1878), les coupeurs-cordonniers de cette même vil (...)
  • 63 Comme la chambre syndicale des menuisiers de Cannes qui inflige des amendes pour absence aux assem (...)

34Il convient, cependant, de ne rien exagérer. La majorité des syndicats a du mal à dégager sa spécificité. Beaucoup continuent à cumuler la défense des intérêts professionnels avec les obligations des sociétés anciennes ; ils se veulent à la fois mutuelles, caisse de retraite, coopératives, bibliothèques, associations funéraires61... Leurs statuts demeurent empreints de préoccupations morales, exigeant que les adhérents soient de « bonnes mœurs », refusant, parfois, les secours à ceux qui se seraient rendus coupables d’inconduite ou d’ivrognerie62, prévoyant tout un tarif d’amendes pour les défaillances des syndiqués63.

  • 64 De nombreux témoignages, d’ouvriers ou d’observateurs, attestent les effets de la crise. Arch. dép (...)
  • 65 Spuller, Enquête parlementaire, 1884 : nombreux témoignages d’ouvriers parisiens sur la chute des (...)
  • 66 De la fin 1880 à la fin 1883, le taux moyen de croissance annuelle n’est plus que de 13 % pour les (...)
  • 67 Je rejoins ici les conclusions d’Annie Kriegel, 1966, qui a bien montré que le renversement de la (...)

35Surtout ce syndicalisme de fraîche date (58 % des syndicats existant fin 1880 ont moins de deux ans en province, la proportion tombant à 24 % à Paris, davantage marqué par les fondations des années 1871-1876) est fragile. Ephémères, les associations résistent mal à la crise qui tarit les cotisations et vide les réunions64 : elles voient fondre leurs effectifs65 ; puis, dans un second temps, beaucoup doivent se dissoudre. Les statistiques globales, bien qu’il faille les utiliser avec prudence, enregistrent ces difficultés : à une croissance ralentie66, succède, en 1884, un net recul, plus prononcé pour les syndiqués (— 23 %) que pour les syndicats (— 18 %), l’institution ayant une pesanteur qui freine la désagrégation67.

  • 68 Arch. dép. Vosges, 39 M 139, préf.-min., 11 février 1889 : ce syndicat « s’occupe de politique int (...)
  • 69 Arch. Vosges, 39 M 133, préf.-min., 11 février 1889 et 28 janvier 1891. l’échec du boulangisme ent (...)
  • 70 Arch. dép. Aude, 160 M 1.
  • 71 Arch. dép. Rhône, M 265, état des syndicats au 1er janvier 1891.
  • 72 Sur cette question, outre l’ouvrage de J. Néré, 1958, cf. aussi M. Perrot, 1960.

36Cette dépression du mouvement ouvrier le rend extrêmement vulnérable à toutes les séductions : il succombe à la tentation xénophobe et à celle, partiellement identique, du boulangisme. J. Néré a montré, dans l’analyse des élections de 1889, qu’à Paris, les ouvriers organisés — la petite plus que la grande industrie — ont mieux résisté à la vague. Cependant, en bien des endroits, les boulangistes ont cherché à s’implanter dans les syndicats et y ont provisoirement réussi, notamment en exploitant, comme à Marseille et à Bordeaux où les syndicats de dockers leur sont acquis, les conflits avec les travailleurs étrangers, et en se faisant les apôtres du travail national. Dans les Vosges, Laguerre, boulangiste convaincu, aide à la constitution d’un syndicat du bâtiment68 ; le syndicat des bonnetiers, fondé en 1882 et grand animateur de la grève de 1885, est, en 1889-1890, un instrument électoral aux mains du candidat boulangiste69. Pareillement, à Carcassonne, l’Union syndicale des ouvriers tailleurs de pierres et maçons70. En d’autres lieux, c’est par une connivence ambiguë avec les militants blanquistes que s’exerce cette emprise : ainsi, à Lyon où Lachize, « blanquiste-boulangiste » selon le préfet, incarne les espoirs des tisseurs de Thizy dans la longue grève de 1889-1890, où la combative chambre syndicale des verriers « appartient en majorité au parti blanquiste-boulangiste »71, ainsi que celle des forgerons. A Paris, le syndicat des tailleurs de pierre, sous la conduite du dynamique Boulé, un des leaders de la grève des terrassiers, s’est au moins quelque temps laissé surprendre. Ces exemples, qu’il serait loisible d’étendre, témoignent en tout cas, d’une absence d’autonomie syndicale, indice d’une grande fragilité. Au reste, on sait quelle fascination le boulangisme, par son contenu populaire et son caractère revendicatif, a exercé sur les groupes socialistes les plus révolutionnaires72.

37Cependant, le redressement syndical s’opère, quantitativement, assez vite : 1886 retrouve et dépasse le niveau de 1883. A partir de 1888, la croissance s’accélère (pour les syndicats, + 17 % pour 1888, + 33 % pour 1889), et, comme en 1877-1880 d’abord au plan des organisations. En 1889, si le cap du millier de syndicats est dépassé, l’effectif syndical moyen tombe à 136. Puis les effectifs enflent à leur tour. C’est l’amorce d’une ample houle (1888-1893) qui porte le syndicalisme à un nouveau haut palier. Manifestation d’une vitalité multiforme du mouvement ouvrier qui se marque en même temps dans les grèves et dans le succès socialiste aux élections de 1893.

  • 73 A.P.O., t. II, p. 448 et sq.

38La grande industrie y compte pour beaucoup. En 1888-1890, industries chimique, minière, alimentaire, textile, accusent des taux de croissance très supérieurs à la moyenne générale. En 1890, il se crée quarante-huit syndicats de tisseurs groupant 16 000 syndiqués de plus qu’en 1888. Le mouvement est particulièrement vigoureux dans le Nord, l’Aisne, la Somme et dans le Sud-Est : Rhône, Loire, Isère... Une fédération régionale constituée à Lyon en 1890 y tient son congrès le 5 octobre ; l’idée de grève générale y est fortement soutenue, une fédération nationale envisagée, dont le premier congrès a lieu l’année suivante73. Dans l’industrie chimique, se fondent des syndicats de gaziers (trois à Paris en 1890), d’ouvriers des tabacs (onze de 1888 à 1890) et en 1890 s’ébauche une fédération. Dans les transports, le syndicat des ouvriers et employés de chemin de fer, né à la suite d’une grève, fin 1889, aux ateliers de la compagnie de l’Ouest, connaît un essor rapide ; fort de 8 000 membres, il peut organiser son congrès national en avril 1891. Le nombre des syndicats de mineurs passe de 18 (1889) à 25 (1890) et le nombre des cotisants de 8 700 à 22 500, croissance remarquable due surtout à celle du syndicat du Pas-de-Calais. Enfin, ces années sont celles de la mise en place des structures fédératives (une vingtaine de grandes fédérations professionnelles fondées en 1890-1893) qui précède en 1895 — après l’expérience malheureuse de la Fédération nationale des syndicats (1886) — la constitution de la C.G.T.

  • 74 Secrétariat national du travail, Le chômage, 1893, p. 60.

39Les dimensions de ce syndicalisme demeurent, cependant, réduites (188 syndiqués/syndicat en 1893, taux maximum). Par rapport à l’ensemble des ouvriers français, la proportion de syndiqués reste très faible. Une enquête, parue en 1893, du secrétariat national de la Bourse du travail l’évalue au dixième74. D’après nos statistiques, il y a, en effet, 300 600 syndiqués au 31 décembre 1891 pour 3 303 000 ouvriers d’industrie au recensement de 1891 : soit 9,1 %. Il est possible de faire sur la base de ce recensement, des comparaisons professionnelles : on les trouvera rassemblées dans le tableau donné en annexe à ce chapitre.

  • 75 L’Emancipation des Ardennes, 7-14 septembre 1890, art. de J.-B. Dumay.
  • 76 M. Gillet, 1957, 1957b et R. Trempé, 1968.

40Lorsqu’un syndicat existe, il a, d’ailleurs, un pouvoir attractif et la proportion d’adhérents peut être beaucoup plus élevée. La brochure, citée, du Secrétariat du travail, fournit pour 200 syndicats, en regard du nombre des adhérents, les effectifs professionnels concernés : les pourcentages vont de 6 à 100 %. Mais, même en ce dernier cas, on ne saurait parler de syndicat de masse, car les associations mentionnées (elles constitueraient aujourd’hui des « sections » d’ensembles plus vastes) dépassent rarement cinq cents, exceptionnellement mille membres. La seule qui mériterait ce qualificatif est le syndicat des mineurs du Pas-de-Calais : sur 26 000 mineurs, 21 000 sont syndiqués en 1890 ; à Lens, « dans chaque boutique s’étale une pancarte sur laquelle on lit : “Ici, on reçoit les adhésions pour le Syndicat des Mineurs et on délivre des livrets” »75. Notons-le, ce premier syndicat de masse est résolument réformiste, de style trade-unioniste : ses grèves sont « politiques » c’est-à-dire moyens de pression à des fins précises : la grande coalition de 1891 aboutit à la signature du premier contrat collectif français, la fameuse Convention d’Arras76.

41En conclusion, cette période est celle du démarrage et de l’acclimatation de l’institution syndicale qui, un instant freinée par la dépression, reprend vite un essor vigoureux, atteignant la grande comme la petite industrie, mais dans les deux cas, limitée la plupart du temps aux catégories professionnelles les plus qualifiées.

  • 77 M. Leroy, 1913, p. 637.

422°) Théorie syndicale de la grève : de la grève décriée à la grève magnifiée Dans sa Coutume ouvrière, Maxime Leroy a esquissé la conversion spectaculaire du syndicalisme à la grève. Sans revenir sur cette étude, très riche pour la fin du Second Empire et celle du siècle, mais plus sommaire pour le temps qui nous occupe, je la nuancerai cependant sur deux points. Sur la chronologie : M. Leroy situe le retournement vers l’extrême déclin du siècle, il le voit contemporain de la naissance de la C.G.T. Cette datation est, à mon sens, trop tardive ; il faut la reculer d’une bonne décennie ; elle repose sur une conception d’un changement opéré par le haut : « la grève n’est passée au premier rang des préoccupations ouvrières que sous l’influence des syndicats »77. Or, me semble-t-il, c’est l’inverse. L’expérience de la grève a précédé sa théorie ; sa réussite a précédé son adoption officielle et sa glorification. Le choix de la base a été premier et déterminant. J’ai déjà souligné ce fait ; j’y reviendrai à propos de la grève générale. L’intérêt de cette histoire réside, en effet, dans le processus de changement.

43Pour le moment, il nous faut seulement en saisir les étapes au niveau de l’énoncé syndical. Les rapports des délégués ouvriers aux expositions (Lyon, 1872, Vienne, 1873, Philadelphie, 1876), puis aux congrès, constituent un « corpus «relativement homogène, non dans son contenu, au renouvellement rapide, mais dans sa nature. Les délégués des organisations ouvrières peuvent être considérés comme les dirigeants du mouvement ouvrier, et leurs rapports, comme l’expression de la pensée dominante. L’étude sociologique de ces militants serait d’ailleurs très nécessaire, notamment sous l’angle de la stabilité. Des envoyés au Congrès de Paris (1876) bien peu se retrouvent en 1886 au congrès de Lyon. La notion de « permanent », caractéristique des groupements modernes, paraît bien étrangère à la théorie, comme à la pratique, en ce temps-là. La fluidité des hommes va de pair avec celle des idées. En ce qui concerne la grève, la modification est remarquable.

  • 78 Exposition universelle de Lyon, 1872. Rapports des délégués lyonnais, p. XIX, point 4.
  • 79 Ibid., p.101.
  • 80 Ibid., p. 194.
  • 81 Ibid., p. 140.
  • 82 A ce sujet, de longs développements, p. 27 et sq.

44Dans les années 1871-1879, la condamnation de la grève communément appelée « fléau », l’emporte. La commission d’initiative pour la délégation à l’Exposition de Lyon inscrit à son programme : « Rechercher les moyens de maintenir les salaires à la hauteur des besoins des travailleurs sans recourir aux grèves »78. Aucun rapporteur ne remet en cause ce projet initial ; avec des nuances, tous critiquent les grèves « toujours onéreuses aux patrons et funestes aux ouvriers ». Le porte-parole des cuirs et peaux les proscrit sans appel : « Elles sont mauvaises, on en obtient rarement de bons résultats ; même quand elles réussissent, elles ne sont qu’un soulagement passager »79. D’autres estiment que dans les conditions actuelles, « il est difficile d’arriver à quelque chose de plausible sans avoir recours » à elles80. Mais les uns et les autres pensent que c’est un « moyen barbare » et primitif que le développement des associations permettrait de supprimer : « la grève est le progrès forcé du moment, le seul remède applicable jusqu’au jour où de plus larges institutions auront permis de mettre en pratique les principes de l’Association qui seuls répondent aux justes aspirations des travailleurs »81. L’ouvrage le plus souvent cité est celui de Martin Nadaud sur l’Histoire des classes ouvrières en Angleterre ; l’exemple le plus vanté, celui des trade-unions britanniques82. On voit, dans la fédération, la grande alternative : « les grèves dont on se plaint tant, et avec raison, ne se produiraient plus si cette double organisation (par profession et par région) était réalisée ». En effet, la crainte d’avoir à affronter une durable résistance ouvrière obligerait les patrons à modifier leur comportement en matière salariale.

  • 83 Arch. préf. pol., BA 161, pièce 72, rapport de police, 8 septembre 1873.
  • 84 Ibid., pièce 106, rapport de police, 9 juillet 1874.

45Le rapport de la délégation ouvrière à Vienne redit à peu près la même chose : « les grèves sont des moyens violents, et par conséquent injustes... Nous devons, par une organisation préventive, en empêcher le retour » (p. 26). Selon les mécaniciens, « en France, [la grève] n’a plus que de rares partisans, et l’immense majorité des ouvriers considèrent qu’elle a fait son temps, et ne comptent l’employer à moins que dans des cas extrêmes et très rares » (sic) (p. 625). Au reste, leur chambre syndicale parisienne exclut le secours-grève83. En 1874 le candidat à la prud’hommie, Murat, un internationaliste de vieille date, est soumis à un interrogatoire : « 1) Acceptez-vous l’émancipation par le moyen de la coopération ? — Oui. — Acceptez-vous la grève comme moyen d’émancipation ? — Oui. — Dans ce cas, dit Donnay, vous n’êtes pas de nos principes et nous ne voterons pas pour vous... ». « Nous repousserons une grève, dût-elle nous être favorable, déclare un autre assistant, Platner, c’est aux grèves et à ceux qui les forment que l’on doit les événements qui se sont accomplis en France et le bien qu’elles ont fait a coûté cher »84.

  • 85 Par exemple, Congrès de Paris, p. 402 : « La véritable définition des grèves n’est autre que le ra (...)

46Aux congrès de Paris et de Lyon, la tonalité est identique85. Sur tous ces points, les dirigeants ouvriers se rencontrent avec les radicaux, tels Pauliat, Barberet, rédacteurs successifs au Rappel, qui ne cessent d’opposer grèves funestes et syndicats sauveurs.

  • 86 La violence de la grève est fustigée, et tous les excès, les rixes qu’elle entraîne : cf. Expositi (...)
  • 87 Il faut prendre garde à la répression. Les souvenirs de la Ricamarie et d’Aubin hantent les mémoir (...)
  • 88 Le Rappel, 14 décembre 1874 (Barberet).
  • 89 Ibid., 23 avril 1873 : rapport des bronziers sur la transformation de leur mutuelle en syndicat.
  • 90 Congrès de Lyon, 1878, p. 147.
  • 91 .Le Rappel, 14 décembre 1874.
  • 92 Exposition de Lyon, p. 138.
  • 93 Congrès de Marseille, 1879, propos de Lombard, p. 507.
  • 94 Misère de la philosophie, éd. La Pléiade, t. I, p. 130.
  • 95 A ce sujet, cf. C. Willard, 1965, p. 171-172. La brochure de Guesde paraît en 1878.
  • 96 J. Julliard, 1968, p. 58 : « on croit à une “ loi d’airain ” des salaires qui s’oppose à toute amé (...)

47Contre la grève, les uns et les autres invoquent, outre des raisons morales, toutes baignées de respectabilité proudhonienne86, et des motifs d’opportunité87, des considérations économiques. La grève est inutile : d’abord, elle réussit rarement : « Sur dix tentatives, nous ne croyons pas nous tromper en disant que deux ou trois seulement réussissent »88. Ce pessimisme, que les statistiques démentent formellement surtout pour ces années, est fort communément partagé. En second lieu, la grève coûte cher, vide les caisses corporatives, endette les familles ouvrières : elle « amène toujours une déperdition de forces dans la corporation et souvent la ruine totale de la caisse »89. « Il vaut beaucoup mieux employer l’argent qu’on y dépense en pure perte, à fonder une société coopérative »90. Même si la grève triomphe, les avantages conquis sont éphémères et remis en question par le patronat dès que survient une crise91. Ils sont illusoires, car la hausse des salaires entraîne celle des prix : « ... toutes les industries supportant la grève, il en résulte une augmentation de tous les produits, et l’ouvrier doit donner d’un côté ce qu’il reçoit de l’autre »92. « Que l’on hausse les salaires par l’entente à l’amiable, ou par la guerre économique, la grève, ils ne seront pas moins atteints dans leurs chiffres par les subsistances haussant comme eux : les sacrifices pénibles que feront les prolétaires n’auront servi à rien »93. Aux idées héritées de Proudhon qui, selon Marx, « ne peuvent éclore que dans le cerveau d’un poète incompris »94, s’ajoute la croyance tenace en une « loi d’airain des salaires », véhiculé par les guesdistes mal guéris du lassalisme95 ; décelable encore à la fin du siècle parmi les dirigeants de la C.G.T.96, elle conduit au découragement liminaire.

48Enfin, la grève réduit la production dont le niveau de vie est tributaire.

  • 97 Le Rappel, 8 septembre 1875.
  • 98 Ibid., 14 décembre 1874.
  • 99 Quelques exemples : Le Petit Lyonnais, 4 mai 1872, article de J. Pillon qui ne serait autre que Lo (...)

49Beaucoup souscrivent au jugement de Barberet : « Il est clair comme le jour que les grèves arrêtent la production et paralysent l’activité commerciale, qui, seule, peut procurer la richesse d’un pays, dont tout le monde vit »97. « Ne pas interrompre un seul instant le travail » ; produire : « là seulement est le salut »98. Et à ceux qui hésiteraient à se proclamer ainsi solidaires du capital, l’image de l’industrie nationale, blessée par « nos désastres », menacée par « nos puissants voisins », vient ôter tout scrupule. La littérature ouvrière est émaillée de protestations de patriotisme industriel99. Rien de plus négateur de la conscience de classe que l’idéologie de la reconstruction. La grève y apparaît comme une trahison.

  • 100 Arch. préf. pol., BA 161, pièce 106, citée.
  • 101 Exposition de Lyon, p. 101.

50Au sein de ce concert, quelques dissonances, pourtant, se font entendre. Un courant subsiste qui, sans prôner la grève, la légitime, soulignant son caractère inévitable : c’est une chose qu’on ne décrète pas, « une fatalité que l’on subit »100. Si les grèves défensives sont « justes et nécessaires »101, les offensives trouvent leur justification dans la hausse des prix, qui les précède et les fonde ; elles ne sont pas autre chose que « la nécessité d’équilibrer les salaires et les dépenses », interprétation qui renverse la relation salaires-prix, invoquée par les détracteurs de la coalition.

  • 102 J. Julliard, 1968, p. 59.
  • 103 Arch. préf. pol., BA 161, pièce 106.

51Enfin, certains mettent en évidence les effets éducatifs et fortifiants de cette forme de lutte, préludant à l’apologétique d’un Pouget ou d’un Griffuelhes en faveur de la « gymnastique révolutionnaire »102. Murat, déclarant qu’on « doit à la grève le peu fait dans l’émancipation (sic) » est, certes, désavoué par son syndicat, mais il recueille, selon le rapport de police, des « applaudissements » d’une partie de l’assistance103.

  • 104 Tous ces faits proviennent d’un volumineux dossier sur les mouvements des ouvriers du cuir, Arch. (...)
  • 105 Arch. préf. pol., BA 161.
  • 106 Les Droits de l’Homme, 17 mars 1876, compte rendu de la réunion des couvreurs, plombiers, zingueur (...)
  • 107 Arch. préf. pol., B A 1406, rapport de police, 16 juin 1876 : « Les porcelainiers parisiens attrib (...)
  • 108 Les Droits de l’Homme, 6 avril 1876, propos de Dauthier, des selliers de Paris, et de divers autre (...)
  • 109 Le Radical, 10 mai 1877, commission des layetiers-emballeurs, critique de ta coopération, chimériq (...)

52La réprobation théorique n’empêche pas, du reste, les ouvriers de faire grève. En 1875-1876, quelques conflits opposent les comités de grève aux chambres syndicales réticentes : ainsi, chez les mécaniciens, les charpentiers, les ouvriers du cuir. Dans tous les cas, les animateurs sont des jeunes gens de vingt-cinq à trente-cinq ans ; soucieux d’organisation, ils s’efforcent d’insuffler aux syndicats un esprit offensif. Chez les corroyeurs du cuir lissé, Toussaint, 27 ans et Cuzin, 25 ans, organisent contre l’avis du syndicat hostile, une caisse de résistance ; de même chez les mégissiers, sous l’impulsion des jeunes Magnard, fils d’un insurgé de la Commune, et Vergne, 27 ans ; chez les tanneurs, les militants obtiennent gain de cause et en septembre 1874, les statuts prévoient un secours-grève de 2 F par jour. En 1876, lors d’une autre grève de corroyeurs, la commission ouvrière (Pastoureau, Bellencontre, Gahon), prenant appui sur la cuisine collective des corroyeurs de la rue La Fayette, lance au cours de réunions très suivies, un syndicat de spécialité en dissidence avec celui des cuirs et peaux104. Chez les mécaniciens, la tendance animée par Murat (un ancien, celui-là) se renforce et obtient, fin 1876, l’adjonction d’un article subventionnant la résistance105. La préparation de l’Exposition de Philadelphie, celle du congrès de Paris, donnent lieu à de nombreuses réunions où s’expriment des conceptions plus combatives. Jugeant excessives les sommes consacrées au voyage américain, opération de prestige, plusieurs corporations y renoncent pour constituer des fonds de résistance : tels les couvreurs106, les porcelainiers107. La défense et la promotion du salaire « par les moyens les plus énergiques passent au premier plan des tâches syndicales »108. Tandis que commencent à se dissiper les brumes de l’illusion coopératiste109.

  • 110 Le Globe, 13 octobre 1879.
  • 111 Le Prolétaire, 26 avril 1879 : « la grève, arme terrible dont ne peut et ne doit user le travaille (...)
  • 112 2 août 1879.
  • 113 30 août 1879.
  • 114 Congrès de Marseille, p. 260.
  • 115 Ibid., p. 811.

53Mais c’est la grande poussée sociale de 1878-1880, d’abord défensive, puis dès le printemps 1879, résolument offensive, qui fait surgir la grève sur le devant de la scène, en pleine lumière : elle ne la quittera plus désormais. Contrecoup théorique : on assiste à une réévaluation de la grève, à une inversion des arguments précédemment avancés contre elle : « On nous dit que nos grèves auront pour résultat d’amener l’augmentation des loyers, des aliments, de toutes les choses nécessaires à la vie, et que cette augmentation retombera toujours sur nous. Non, rétorque Jules Cazelles, leader des menuisiers parisiens en 1879, ceci est une erreur, elle retombera sur celui qui ne travaille pas, sur le capitaliste seul, car, lorsque cette augmentation nous atteindra, nous obligerons de nouveau les entrepreneurs à augmenter nos salaires »110. Le changement de ton du Prolétaire est, à cet égard, significatif. En avril 1879, il soutient la coalition des tisseurs de Vienne comme l’entreprise du désespoir111. Début août, secoué par la grève générale des menuisiers parisiens, il publie les statuts d’un « comité permanent d’aide aux grévistes, présents et futurs », « attendu que la grève a pour effet d’accentuer l’antagonisme des classes en éveillant chez les travailleurs la conscience de leurs intérêts »112. Fin août, Prudent Dervillers, membre du comité de rédaction, stigmatise le défaitisme de la période qui s’achève : « Sous l’effet de la dépression morale et intellectuelle qui suivit le sanglant triomphe de l’ordre, la grève n’est plus jugée à sa valeur » ; et il amorce sa réhabilitation113. Au congrès de Marseille, divers orateurs — Isidore Finance, Prat, des tanneurs de Lyon, etc. — vantent ses mérites : « Il faut remettre en honneur la grève que l’on a trop dédaignée, sans s’apercevoir qu’on affadissait les caractères »114. Et cette résolution est adoptée : « Tout en considérant que la grève n’est qu’un palliatif, mais n’ayant que cette seule arme pour résister aux exigences du capital, nous proposons aux travailleurs de se soutenir mutuellement dans les conflits qui peuvent exister entre le travail et le capital »115.

  • 116 Congrès à dominante guesdite, il préconise une extrême discipline dans la déclaration et le déroul (...)
  • 117 Congrès de Saint-Etienne, compte rendu p. 156 et sq. ; Congrès de Roanne, compte rendu, pp. 10-13.
  • 118 L’Egalité, 2 juin 1880 : article vantant la grève générale.

54Les congrès suivants, dominés par les querelles des fractions socialistes, perdent leur caractère typiquement syndical. La grève y est cependant l’objet de grands débats où s’expriment les positions des divers membres de la « famille » divisée. Absente, jusque-là des ordres du jour des congrès, elle figure pour la première fois à celui de Reims (1881)116. Les congrès rivaux de Saint-Etienne (possibiliste) et de Roanne (guesdiste) (1882) lui consacrent de longues discussions et s’affirment l’un et l’autre favorables à la grève préparée, organisée. Curieusement, les possibilistes paraissent un peu plus réservés, rappelant la priorité de la voie politique ; les guesdistes, plus enthousiastes : leur rapport, vibrant éloge de la grève, ne comporte guère de restrictions117. Les guesdistes cherchent alors à s’identifier à la lutte ouvrière ; leurs dirigeants, selon Marx et Engels, n’auraient pas évacué tout bakouninisme118 ; leurs militants sont présents dans tous les grands conflits. Néanmoins, le plan d’organisation qu’ils préconisent cherche à les canaliser de façon trop rigide pour une classe ouvrière jalouse de son autonomie ; du reste, ce plan n’a jamais fonctionné et, plus tard, la Fédération nationale des syndicats (guesdiste) abandonnera tout espoir de planification en ce domaine.

  • 119 J. Julliard, 1968, décrit cette nouvelle conversion. Il insiste sur l’influence de la pratique sur (...)

55Le débat, désormais, se déplace. Il ne se situe plus entre coopérative et grève, entre syndicat et grève, mais entre grèves partielle et générale, entre grèves réformiste et révolutionnaire. Parce que subordonnée, limitée, la première a les préférences de tous ceux pour qui la route royale du pouvoir passe par la politique du parti. La seconde s’annonce déjà comme la grande option du syndicalisme d’action directe. Cette fois encore, avant de s’exprimer au sommet, le problème se pose à la base. Au niveau des états-majors, la question de la grève générale apparaît pour la première fois au congrès de la Fédération nationale des syndicats, en 1887 à Montluçon, timidement ; en pleine lumière, à celui de Bordeaux (1888). Elle provoque l’éclatement de la Fédération et consomme la rupture entre socialistes et syndicaux. Pour ceux-ci, le triomphe doctrinal de la grève générale, autour des années 1890-1900, relègue dans l’ombre la grève partielle, à son tour réintégrée, réhabilitée dans la lutte quotidienne, par des militants attentifs à la pratique journalière, comme Pouget, Griffuelhes119.

  • 120 1969, p. 230.
  • 121 P. Frölich, 1965, p. 117.

56Bien entendu, ce cheminement a ses repentirs, ses disparités, ses ruptures. Aucune théorie ne se profile suivant une courbe continue. Son destin serait plutôt ce « décalage en briques » dont parle Michel Foucault à propos de l’histoire des « formations discursives »120, l’énoncé au sommet étant, ici, perpétuellement en retrait sur l’expérience de la base. Comme Rosa Luxembourg, je pense que « bien loin d’être inventée par la direction, toute nouvelle forme de lutte est née de l’initiative créatrice des masses »121.

ANNEXES

I. Statistiques syndicales

I. Statistiques syndicales

N. B. Ces statistiques concernent uniquement les syndicats ouvriers ; les résultats concernent le 31 décembre de chaque année.
Sources :
1876-1883 : reconstitution effectuée à partir des archives départementales.
1884-1898 : A.P.O., additions des données fournies pour les groupes professionnels.
1899-1913 : Annuaire statistique rétrospectif 1936, tableau 58.

II. Syndicats et effectifs syndicaux par grands secteurs professionnels, 1884-1897

II. Syndicats et effectifs syndicaux par grands secteurs professionnels, 1884-1897

Source : les quatre volumes de A.P.O.
N.B. Résultats au 31 décembre de chaque année (1 = nombre de syndicats; 2 = nombre de syndiqués).

III. Ventilation des syndicats selon les groupes professionnels (%)

III. Ventilation des syndicats selon les groupes professionnels (%)

Notes

1 Naturellement, ces initiatives ne sont pas arbitraires et nous ne prétendons pas étudier ici le processus de décision d’une grève à l’époque actuelle, fait compliqué où interfèrent de multiples instances et considérations ; le choix du « moment » est une responsabilité de plus en plus lourde, qui risque d’être paralysante. Ces processus, sur lesquels nous sommes peu renseignés, devraient, me semble-t-il, requérir toute l’attention des sociologues du travail.

2 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1871, dossier de la grève de Tarare.

3 Arch. dép. Loire, 92 M 16, Grève des chaudronniers de Saint-Julien-en-Jarret, 1880 : les patrons renvoient immédiatement les quatre délégués parce que trop jeunes, trop récents dans leurs maisons, et ils marquent leurs livrets d’une croix rouge. Arch. nat., F 12 4664 : au Thillot (Vosges, 1884), les deux délégués, ayant été renvoyés lors d’un précédent conflit, les ouvriers ne veulent plus, lors d’un nouveau en désigner, etc.

4 Arch. dép. Marne, 194 M 12, s.-préf.-préf., 30 octobre 1885 : c’est ce que répondent les tisseurs de Rogelet au sous-préfet et au maire qui les invitent à nommer des délégués. Arch. dép. Loire, 92 M 17, pièce 48, com. pol.-préf. Loire, 31 juillet 1881 : « Aucun des grévistes ne veut accepter de délégation pour se mettre en rapport avec M. le Directeur car ils craigent d’être renvoyés de la Compagnie comme meneurs. »

5 Ce procédé est assez peu fréquent. Exemple : les teinturiers d’Amiens qui se réunissent au café Lefèvre à cet effet, en novembre 1889 : Arch. nat., F 12 4665.

6 L'Indépendant de l'Allier, 25 avril 1890 : les métallurgistes de Commentry ont désigné leurs délégués au nombre de deux par chantiers « en réunion et par acclamation ».

7 En général par un ou deux délégués.

8 Dans le cas d’un seul établissement, la délégation excède rarement dix membres ; elle est évidemment beaucoup plus nombreuse dans le cas de grèves plus étendues ; le maximum rencontré durant cette période est de 58 membres (deux délégués pour chacune des 29 sections du bassin), à Denain en décembre 1883. Les ouvriers veulent aussi éviter les risques d’un appareil ingouvernable. Les mêmes règles valent pour les comités.

9 Arch. nat., F 12 4665, préf. Pas-de-Calais-min„ 12 octobre 1889.

10 Le Progrès du Nord, 3 avril 1874 : à propos de la grève des rubanniers de Commines.

11 Arch. dép. Saône-et-Loire, 194 M 23, s.-préf. Châlons-préf., 2 mars 1878.

12 Le Parti ouvrier, 23 mars 1889.

13 Cf. M. Leroy, 1913, p. 679.

14 Le Citoyen de Paris, 1er juillet 1881, décrit la composition de la commission de grève des porcelainiers de Foëcy (Cher) qui, par souci de solidarité, comprend des représentants de plusieurs professions de la localité : un menuisier, un maçon, un porcelainier, un tourneur, deux forgerons, un employé... Cf. aussi Ni Dieu Ni Maître, 17 juillet 1881.

15 A.P.O., t. IV, p. 163.

16 Arch. nat., F 12 4662, Rhône, 1881. Cette coalition est animée par Bernard, militant anarchiste.

17 Arch. nat., F 12 4662, préf. Rhône-min. Com., 10 avril 1886.

18 Le Citoyen, 5 juillet 1882, « La solidarité ouvrière ».

19 Le dossier des Arch. préf. pol., BA 176, très fourni, permet de suivre de près cette organisation tentée lors de la grève de 1882. On y voit deux types de réunions : d’arrondissement, groupant de 10 à 300 personnes ; assemblées générales hebdomadaires au Tivoli-Vaux-Hall (1 200 à 2 000).

20 Les ouvriers de Reims, en 1880, appellent leur comité de grève « le Petit Ministère ». Sur les mots « délégués », « commission », « comité », cf. les notations de J. Dubois, 1962, p. 104-105. Il ne semble pas que les ouvriers fassent de distinction sémantique précise entre « commission » et « comité » ; ils emploient souvent l’un pour l’autre ; notons cependant une plus grande fréquence de « commission », terme moins permanent, moins décisif encore.

21 Sur la vie et le rôle des assemblées générales, cf. ci-dessous. Sur l’assemblée générale dans le syndicat, cf. M. Leroy, 1913, t. I, p. 138 et sq.

22 M. Leroy insiste beaucoup sur « l’ancienneté et la concordance des efforts ouvriers pour se donner une organisation collective anonyme », 1913, t. I, p. 163.

23 Sur l’histoire du Compagnonnage à cette époque, cf. A.P.O., t. I, p. 171-192 et E. Coornaert, 1966.

24 Sur 10, 6 reviennent aux charpentiers, 2 aux maréchaux-ferrants, 1 aux menuisiers, 1 aux couvreurs. Et la distribution géographique est : Lyon : 4 ; Paris : 3 ; 1 respectivement pour Bordeaux, Toulouse, Nantes.

25 D’après La Gazette des Tribunaux, 13 mai 1876, il existe à Paris quatre sociétés compagnonniques rivales : Compagnons du Devoir (rive droite), du Devoir et de la Liberté (rive gauche), les Renards Joyeux, les Carons.

26 Il existe quatre « Mères » rivales : rue Mabillon, rue Tissot, rue d’Allemagne, et rue du Faubourg-Saint-Martin.

27 Ainsi, le 18 mars 1876, en pleine grève, les charpentiers sont venus nombreux chez les Mères : « Ils ont passé la soirée à boire et à chanter. La plupart étaient pris de boissons... Il n’a pas été question de la grève » : Arch. préf. pol., BA 174, pièce 570.

28 Arch. préf. pol., BA 174, pièce 939.

29 Ibid., pièce 37. Ce dossier fournit plus d’un millier de pièces sur les coalitions des charpentiers parisiens. Mais nous ne pouvons entrer ici dans des querelles fastidieuses que les services de police suivaient quant à eux de très près.

30 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1871-1879, rapport sur les grèves survenues en 1872. Il subsiste à Lyon, en 1874, 21 sociétés compagnonniques, dont la plus nombreuse a 90 membres et la plupart de 15 à 20.

31 Sur les sociétés de crédit mutuel, créées dans les années 1860, destinées dans le principe à devenir le noyau de coopératives de production, cf. A.P.O., t. I, p. 219 et sq.

32 Sur le rôle de ces diverses organisations dans la première moitié du 19" siècle, cf. E. Labrousse, 1948.

33 Fondée en 1868, réorganisée en 1871, elle soutient les grèves de 1872 et 1874 ; elle est dissoute par le préfet en 1874. Sur ses statuts, cf. A.P.O., t. II, p. 168.

34 Elle joue un rôle très actif, avec Vindry, Charvet, ex-Internationaux ; elle est dissoute à la suite de la grève de 1874 ; cf. important dossier dans Arch. dép. Rhône, M, Grèves de 1871-1879, et Le Petit Lyonnais.

35 La Société coopérative des ouvriers chapeliers de Lyon, riche de 150 000 F en 1876, prévoit un secours-grève de 19 F par semaine ; elle est en rapport avec la Société de Paris ; elle dirige avec beaucoup de méthode la grève générale de 1876 : cf. Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1871-1879, où l’on trouve un rapport intitulé « Historique de la grève des ouvriers chapeliers de Lyon ».

36 Sur cette société, bête noire du préfet qui y voit un camouflage de l’Internationale, cf. Arch. dép. Loire, 10 M 73, dossier 61 ; la « Solidarité » s’occupe de la préparation des élections municipales ; elle encourage les grèves du bâtiment de 1872.

37 Le 23 octobre 1876, Teisserenc de Bort, ministre de l’Agriculture et du Commerce, demande, en vue de la discussion à la Chambre du projet Lockroy, un état des syndicats de patrons et d’ouvriers pour chaque département, avec le nombre des adhérents et le montant des fonds : théoriquement, un tableau général est donc possible pour cette date, et j’ai trouvé effectivement de nombreux éléments de réponses dans les dossiers des séries M qui m’ont permis d’établir une première coupe pour la fin de 1876. A partir de 1878, le ministère s’efforce de créer une statistique régulière, mais il hésite sur la périodicité. La circulaire du 20 octobre 1880 (P. Tirard) réclame un état général annuel transmis en janvier, valable pour décembre. Celle du 17 octobre 1882, déplorant l’hétérogénéité des renseignements reçus, prescrit de remplir deux tableaux dont est fourni le modèle. Dans le même temps est institué un Bureau des syndicats professionnels dans le cadre du ministère du Commerce, et, des renseignements statistiques : le premier Annuaire des syndicats professionnels paraît en 1889 ; il y aura désormais un volume par an.

38 A ce sujet, cf. A.P.O., t. I, 47.

39 Sur l’apparition précise du mot et de la chose, cf. M. Leroy, 1913, t. I, p. 44 et sq. L’association des cordonniers parisiens est, semble-t-il, la première à avoir adopté le nom de « syndicat », dénommant son comité administratif « chambre syndicale ». L’exemple est suivi : « En 1868, écrit M. Leroy, la forme exclusivement professionnelle du groupement ouvrier se répand et les noms de syndicats, chambres syndicales, chambres de travail, deviennent courants. » M. Leroy date des années 1876 l’idée d’obligation syndicale.

40 Selon Le Rappel, 13 mars 1875, il y aurait à la fin du Second Empire, 75 chambres syndicales ouvrières à Paris ; d’après J. Maitron, Dictionnaire, t. IV, p. 71, 68 chambres syndicales ouvrières parisiennes adhèrent à la section de l’A.I.T.

41 Soit : 1 en 1868 (marbriers, Paris), 5 en 1869 (4 à Paris, 1 à Marseille), 3 en 1870 (Marseille, Bordeaux, Limoges). Les formes d’organisation dominantes sont les « commissions d’initiative », sociétés ou caisses de résistance, de crédit mutuel ; beaucoup plus rarement déjà le compagnonnage.

42 A Paris, de nombreuses associations ont leurs livres saisis après la Commune : c’est le cas de la chambre syndicale des mécaniciens qui s’était fondée en 1868 (Arch, préf. pol., B A 161).

43 Sur le mouvement ouvrier à Paris, cf. A. Moutet, 1967.

44 Lyon est sous la férule du terrible Ducrot et les dissolutions se succèdent : en 1873, celle du Cercle des ouvriers sur métaux ; en 1874, une vingtaine d’associations sont condamnées à disparaître sous prétexte de menées politiques : cf. Arch. dép. Rhône, M 624 ; et le diplôme de J. Masse, 1948. A Marseille, toutes les chambres syndicales qui sollicitent leur approbation en 1873-1874 voient leurs statuts refusés, et les plus anciennes leur autorisation rapportée : cf. Arch. dép. Bouches-du-Rhône, M 6 1925. Même chose dans la Loire, dans le Nord, à Douai, 35 personnes, dont Lefebvre, cordonnier à Sin-le-Noble, destiné à une longue vie militante, sont condamnées pour association syndicale non autorisée : Arch. dép. Nord, M 595/7, etc.

45 A. Moutet, 1967, p. 10 : « La Commune n’a pas créé de coupure dans l’évolution du mouvement ouvrier (à Paris). Tout au plus a-t-elle donné un coup de frein a l’effort d’organisation, qui reprend très rapidement ensuite, avec des caractères à peu près identiques à ceux de la période impériale. »

46 A Paris, on retrouve chez les ouvriers du cuir, Pastoureau, un des leaders de la grève de 1865 ; chez les couvreurs, Aulu, président de la société des couvreurs en 1870 ; chez les chaisiers Payan, militant de 1870 ; la chambre syndicale des mécaniciens, fondée en 1868, se reconstitue début 1873 ; la réunion du 18 mai est présidée par un membre du conseil des prud’hommes depuis treize ans ; le 15 juin, Antoine, trésorier de l’ancien syndicat, rend les comptes ; André Murat, délégué à Londres en 1862, puis aux divers congrès de l’Internationale, joue toujours un rôle de premier plan et anime la délégation de Philadelphie en 1876. (Sur la chambre syndicale des mécaniciens, on trouve des renseignements très précis dans Arch. préf. pol., BA 161.) La situation est identique à Lyon, Marseille, Rouen, à Roubaix où le principal animateur, Charles Bonne, est le « meneur » des grèves de 1867, etc.

47 A ce sujet de nombreux renseignements dans Le Rappel, qui déplore à maintes reprises l’indifférence et l’absentéisme aux réunions : exemple : 18 octobre 1874.

48 A ce propos, cf. Le Rappel, 11 avril 1874 : lettre de Bondon et Aulu souhaitant la création d'un journal « qui s'occuperait uniquement des questions de travail », lettre qui s'attire les réticences du Rappel ; 21 septembre, 25, 28 octobre : projet du « Syndical » par la chambre des mécaniciens. Echec.

49 A.P.O., t. I, p. 341. Rondet en est le principal animateur.

50 Ibid., t. II, p. 277 et sq.

51 Voici la répartition, pour soixante syndicats dont les effectifs sont connus exactement :
moins de cent adhérents 37
de 100 à 499 17
de 500 à 999 3
1 000 et au-dessus 3
(porcelainiers de Limoges : 1 300 mineurs de la Loire : 1 600 tisseurs, Lyon : 3 000).

52 Arch. dép. Indre-et-Loire, M, Syndicats, statuts de la chambre des ouvriers tisseurs en soie de Tours.

53 Arch. dép. Alpes-Maritimes, VI M(l), statut de la chambre syndicale des ouvriers serruriers, 1882. Ce sont les termes employés dans d’innombrables syndicats.

54 Arch. dép. Loire, 93 M 16, statuts de la chambre syndicale des ouvriers métallurgistes de Saint-Etienne (1878), de Rive-de-Gier, de Saint-Chamond ; on retrouve les mêmes considérants à Grenoble, à Jallieu-Bourgoin (papetiers, 1881) : cf. Arch. dép. Isère, 167 M 1 et 2.

55 Arch. préf. pol., BA 161, pièce 27, tract imprimé, « rapport de la commission d’élaboration des statuts ».

56 L’idée de fédération n’est pas neuve ; elle était préconisée par les militants de la fin du Second Empire ; plus récemment, le rapport de l’Exposition de Philadelphie (1876), l’expose très nettement : cf. rapport d’ensemble, 1879, p. 134. « Quand cette fédération sera un fait accompli, nous toucherons de bien près à la solution du problème social », conclut ce texte.

57 Des fédérations ou unions locales de syndicats sont constituées à Lyon, Reims, Dijon (1878), Marseille (1879), Tours (1880), Troyes, Bourges (1881) etc.

58 Les premières fédérations constituées, et souvent éphémères, sont celles des chapeliers (1880), des typographes (1881), de l’ameublement (1882), du bâtiment (1882), des peaux (1883), des mines (1883), de la métallurgie, des mouleurs, des mécaniciens (1883).

59 Le Prolétaire peut être considéré comme un premier journal de ce type. Voir aussi La Typographie française (1881), L’Ouvrier Mineur (1883), L’Ouvrier Chapelier (1884).

60 Congrès de Marseille, p. 814.

61 L’obligation d’assister aux funérailles des membres défunts figure dans de très nombreux statuts, même d’associations assez modernes par ailleurs. Les honneurs rendus sont prévus avec une minutie où la hiérarchie ne fait pas défaut : l’Union des travailleurs de la vallée de l’Avre, fondée en 1888, prévoit une participation de 15 membres pour un sociétaire, de 30 pour un administrateur : cf. Arch. dép. Eure, 15 M 30.

62 Ainsi les chaudronniers sur cuivre de Marseille (1878), les coupeurs-cordonniers de cette même ville « s’interdisent de secourir les ouvriers sans ressources pour cause d’inconduite » : Arch. dép. Bouches-du-Rhône, M 6 2453.

63 Comme la chambre syndicale des menuisiers de Cannes qui inflige des amendes pour absence aux assemblées générales, pour retard, pour ceux qui les troublent en arrivant ivres, qui fument, qui adressent des paroles blessantes à un assistant... : cf. Arch. dép. Alpes-Maritimes, VI M (9).

64 De nombreux témoignages, d’ouvriers ou d’observateurs, attestent les effets de la crise. Arch. dép. Rhône, M 264, com. pol., 16 janvier 1886 : « Les cotisations ne sont versées qu’avec peine dans certains syndicats... dans d’autres, ces versements ne s’effectuent plus du tout. Les radiations des membres se succèdent et les dépenses excèdent partout les recettes. » Le syndicat des cordonniers n’existe plus, celui des chaudronniers en cuivre n’a plus que vingt adhérents, les mécaniciens qui avaient 1 800 F d’avance, n’ont plus un sou et n’ont pu financer le dernier tirage du Syndical ; la Fédération lyonnaise parle de se dissoudre.

65 Spuller, Enquête parlementaire, 1884 : nombreux témoignages d’ouvriers parisiens sur la chute des effectifs de leurs syndicats depuis le début de la crise, avec indications chiffrées.

66 De la fin 1880 à la fin 1883, le taux moyen de croissance annuelle n’est plus que de 13 % pour les syndicats et 15 % pour les syndiqués.

67 Je rejoins ici les conclusions d’Annie Kriegel, 1966, qui a bien montré que le renversement de la tendance se fait sentir d’abord au niveau des individus avant de se manifester au niveau des structures ; dans la période de reflux qui s’amorce en 1921, l’organisation syndicale constitue un frein à la désagrégation.

68 Arch. dép. Vosges, 39 M 139, préf.-min., 11 février 1889 : ce syndicat « s’occupe de politique intransigeante. Ses membres se sont fait remarquer chaque fois qu’il y a eu des tentatives de désordre dans la rue ».

69 Arch. Vosges, 39 M 133, préf.-min., 11 février 1889 et 28 janvier 1891. l’échec du boulangisme entraîne la dissolution du syndicat en 1893.

70 Arch. dép. Aude, 160 M 1.

71 Arch. dép. Rhône, M 265, état des syndicats au 1er janvier 1891.

72 Sur cette question, outre l’ouvrage de J. Néré, 1958, cf. aussi M. Perrot, 1960.

73 A.P.O., t. II, p. 448 et sq.

74 Secrétariat national du travail, Le chômage, 1893, p. 60.

75 L’Emancipation des Ardennes, 7-14 septembre 1890, art. de J.-B. Dumay.

76 M. Gillet, 1957, 1957b et R. Trempé, 1968.

77 M. Leroy, 1913, p. 637.

78 Exposition universelle de Lyon, 1872. Rapports des délégués lyonnais, p. XIX, point 4.

79 Ibid., p.101.

80 Ibid., p. 194.

81 Ibid., p. 140.

82 A ce sujet, de longs développements, p. 27 et sq.

83 Arch. préf. pol., BA 161, pièce 72, rapport de police, 8 septembre 1873.

84 Ibid., pièce 106, rapport de police, 9 juillet 1874.

85 Par exemple, Congrès de Paris, p. 402 : « La véritable définition des grèves n’est autre que le ralentissement du travail et la misère chez le travailleur », dit Amand, des mécaniciens de Paris ; Congrès de Lyon, p. 124, p. 127, p. 378.

86 La violence de la grève est fustigée, et tous les excès, les rixes qu’elle entraîne : cf. Exposition de Lyon, p. 101. Les bronziers parlent de la nécessité de « moraliser » la grève en créant un atelier de chômage : Le Radical, 23 avril 1874.

87 Il faut prendre garde à la répression. Les souvenirs de la Ricamarie et d’Aubin hantent les mémoires : cf. Forissier, délégué des mineurs de Saint-Etienne au Congrès de Lyon, p. 378 : « Nous ne voulons pas de grèves, car nous nous rappelons trop bien le triste honneur que nous avons eu d’étrenner les chassepots à la Ricamarie et à Saint-Aubin (sic). Ce que nous voulons, c’est que la paix règne parmi nous et que nous puissions reconquérir nos droits sans que les fusillades s’en mêlent. »

88 Le Rappel, 14 décembre 1874 (Barberet).

89 Ibid., 23 avril 1873 : rapport des bronziers sur la transformation de leur mutuelle en syndicat.

90 Congrès de Lyon, 1878, p. 147.

91 .Le Rappel, 14 décembre 1874.

92 Exposition de Lyon, p. 138.

93 Congrès de Marseille, 1879, propos de Lombard, p. 507.

94 Misère de la philosophie, éd. La Pléiade, t. I, p. 130.

95 A ce sujet, cf. C. Willard, 1965, p. 171-172. La brochure de Guesde paraît en 1878.

96 J. Julliard, 1968, p. 58 : « on croit à une “ loi d’airain ” des salaires qui s’oppose à toute amélioration éventuelle de la condition ouvrière en régime capitaliste et dont on attribue souvent la formation à K. Marx. »

97 Le Rappel, 8 septembre 1875.

98 Ibid., 14 décembre 1874.

99 Quelques exemples : Le Petit Lyonnais, 4 mai 1872, article de J. Pillon qui ne serait autre que Loenger, actif militant de la métallurgie : « Ce n’est que de l’accord, de la solidarité entre les patrons et les ouvriers, que peut naître la prospérité de l’industrie nationale, la sécurité pour tous et l’amélioration progressive des travailleurs. » Exposition de Vienne, p. 55 : « Nous voudrions qu’unis dans une même pensée de conciliation et de régénération, tous les Français ne songeassent qu’au moyen de prouver au monde qui les regarde que, bien loin que l’heure de la décadence ait sonné pour eux, une ère de prospérité et de grandeur prouvera que, s’ils ont pu oublier un moment leurs devoirs, les dures leçons de l’adversité les ont définitivement ramenés dans la voie d’initiative », texte contresigné par une vingtaine de chambres syndicales ouvrières parisiennes. Au Congrès de Paris, les déclarations de patriotisme abondent : « si nous voulons voir notre industrie conserver sa renommée et le rang qu’elle a toujours occupé en Europe... » (p. 138, Vonnois, délégué de Marseille) ; « pour rendre à la France la grandeur de son industrie démoralisée par un régime condamné par l’opinion publique » (p. 141, Charvet, des teinturiers de Lyon) ; « Il nous reste à dire que c’est sous l’inspiration du plus pur patriotisme et pour éviter à notre cher et malheureux pays toute commotion sociale... » (p. 447, Marius Poulet), etc.

100 Arch. préf. pol., BA 161, pièce 106, citée.

101 Exposition de Lyon, p. 101.

102 J. Julliard, 1968, p. 59.

103 Arch. préf. pol., BA 161, pièce 106.

104 Tous ces faits proviennent d’un volumineux dossier sur les mouvements des ouvriers du cuir, Arch. préf. pol., BA 167.

105 Arch. préf. pol., BA 161.

106 Les Droits de l’Homme, 17 mars 1876, compte rendu de la réunion des couvreurs, plombiers, zingueurs pour Philadelphie : « L’envoi d’un délégué à Philadelphie ne rencontre pas de grandes sympathies dans l’assistance. » Par contre un programme revendicatif est mis au point qu’on s’engage à promouvoir.

107 Arch. préf. pol., B A 1406, rapport de police, 16 juin 1876 : « Les porcelainiers parisiens attribuent au désir de conserver des fonds pour la résistance, au cas où cette grève éclaterait, la résolution prise par le syndicat des porcelainiers de Limoges, de renoncer à l’envoi à ses frais à Philadelphie d’un délégué. »

108 Les Droits de l’Homme, 6 avril 1876, propos de Dauthier, des selliers de Paris, et de divers autres en faveur des caisses de résistance ; Ibid., 28 octobre 1876, propos analogues de Véry.

109 Le Radical, 10 mai 1877, commission des layetiers-emballeurs, critique de ta coopération, chimérique et inopérante ; mise au point d’un programme revendicatif pour un syndicat nouveau style.

110 Le Globe, 13 octobre 1879.

111 Le Prolétaire, 26 avril 1879 : « la grève, arme terrible dont ne peut et ne doit user le travailleur que lorsque, n’ayant plus rien à perdre, il ne lui reste plus que cette ressource d’entraîner son adversaire dans sa chute. »

112 2 août 1879.

113 30 août 1879.

114 Congrès de Marseille, p. 260.

115 Ibid., p. 811.

116 Congrès à dominante guesdite, il préconise une extrême discipline dans la déclaration et le déroulement des coalitions. La décision doit en être soumise à une commission des grèves (une par fédération régionale) qui étudie les conditions de réussite ; une caisse centrale soutiendra les conflits ainsi décidés : cf. Arch. dép. Marne, 30 M 39, résolutions du congrès, et compte rendu, p. 47.

117 Congrès de Saint-Etienne, compte rendu p. 156 et sq. ; Congrès de Roanne, compte rendu, pp. 10-13.

118 L’Egalité, 2 juin 1880 : article vantant la grève générale.

119 J. Julliard, 1968, décrit cette nouvelle conversion. Il insiste sur l’influence de la pratique sur la théorie, et, partant, sur le rôle de la conjoncture économique à laquelle les militants devaient s’adapter.

120 1969, p. 230.

121 P. Frölich, 1965, p. 117.

Table des illustrations

Légende 20. Grèves organisées et grèves conduites par un syndicat de 1871 à 1890
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/593/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Titre I. Statistiques syndicales
Légende N. B. Ces statistiques concernent uniquement les syndicats ouvriers ; les résultats concernent le 31 décembre de chaque année.Sources :1876-1883 : reconstitution effectuée à partir des archives départementales.1884-1898 : A.P.O., additions des données fournies pour les groupes professionnels.1899-1913 : Annuaire statistique rétrospectif 1936, tableau 58.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/593/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Titre II. Syndicats et effectifs syndicaux par grands secteurs professionnels, 1884-1897
Légende Source : les quatre volumes de A.P.O.N.B. Résultats au 31 décembre de chaque année (1 = nombre de syndicats; 2 = nombre de syndiqués).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/593/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/593/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre III. Ventilation des syndicats selon les groupes professionnels (%)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/593/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 198k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search