Version classiqueVersion mobile

Les ouvriers en grève. Tome 2

 | 
Michelle Perrot

Troisième partie. Le cours de la grève

Chapitre I. Le déclenchement des grèves

Texte intégral

  • 1 Le Monde, 25 mars 1969.

1Les grèves se déclenchent comme les guerres : tantôt elles sont l’issue de pourparlers échoués, l’ultima ratio dans une négociation bloquée ; à tout le moins elles sont précédées d’un avertissement ; tantôt elles éclatent brutalement, sans préalable : c’est la grève éclair, la grève sauvage, que notre époque, la redécouvrant après des décennies de discipline syndicale, appelle parfois « grève thrombose »1.

1. VUE D’ENSEMBLE

2La statistique suivante montre comment se sont déclenchées les grèves françaises entre 1871 et 1890 :

  • 2 Le % en est certainement plus élevé : en effet, lorsqu’il y a préavis, on le sait plus généralemen (...)

3Sur 1 695 grèves dont on connaît assez précisément le mode de départ, on compte près de 51 % de grèves subites2. Par ces chiffres, on voit qu’une forte turbulence persiste au sein de la classe ouvrière française.

4Les facteurs favorables à la turbulence, et néfastes à la précaution, sont le sexe (82 % des grèves féminines sont subites), l’âge (le taux s’établit à 80 % pour les grèves de jeunes), la nature du conflit (78 % pour les grèves défensives). Les industries qui présentent les taux les plus élevés de grèves subites sont, par ordre décroissant :

5Celles où le préavis l’emporte sont :

6Le cas des industries alimentaires peut surprendre : mais dans ce groupe figurent les boulangers, profession très organisée et qui préfère toujours la négociation au débrayage ; le taux de grèves subites s’élève au contraire à 94 % dans l’industrie sucrière et celle des conserves alimentaires. A l’inverse, le taux en préavis du groupe « construction en pierres » serait plus élevé si n’y entraient les terrassiers dont les grèves sont subites à 95 %. D’autres dysharmonies sont à signaler, notamment dans le groupe textile-vêtement :

Grèves précédées de préavis

Grèves précédées de préavis

7C’est évidemment l’inconvénient d’une classification technique que de faire cohabiter, autour de la matière première comme seul lien, des groupes socialement hétérogènes.

8Ainsi, les terrains de prédilection de la grève subite sont les chantiers de terrassement, les filatures et les tissages, les raffineries de sucre, les usines à gaz, les forêts, les quais et les docks, les mines ; dans l’ensemble, la grande plus que la petite industrie. Au reste, le taux de grève subite est beaucoup plus élevé dans les sociétés anonymes que dans les entreprises familiales : ici, le patronat est plus accessible, et la discussion plus directe.

  • 3 Le cas de la Seine est plus curieux : les grèves subites atteignent 51 %. On s’attendait à moins d (...)

9La cartographie des grèves subites n’est, grossièrement, que le reflet de ces conditions. Partout où l’action gréviste ressortit au bâtiment, aux métaux ou aux cuirs, les proportions de préavis s’élèvent, c’est-à-dire, paradoxalement dans des départements à industries dispersées et à grèves peu fréquentes (Maine-et-Loire, Gironde, Loire-Atlantique, Haute-Garonne, Ardennes, Oise, Alpes-Maritimes...). Lorsque, au contraire, l’influence du textile, ou des mines prime, c’est l’inverse (Marne, Aisne, Vosges, Pas-de-Calais, Nord, Somme...). Il existe, cependant, des contextes départementaux, des traditions d’organisation régionales. Ainsi, dans les Bouches-du-Rhône, le Rhône ou la Loire, le préavis domine3.

10Sur le plan chronologique (cf. fig. 19), l’évolution est la suivante :

11On mesure, d’une part, un certain progrès dans la précision des documents, puisque le pourcentage de déclenchements connus est de 55 % pour la décade 1871-1880 et de 58 % pour la suivante; d’autre part, la progression, beaucoup plus nette celle-ci, de la pratique du préavis d’une décennie à l’autre. L’examen des taux annuels montre, en outre, le rôle retardateur de la crise dans cette voie : de 1884 à 1887, le pourcentage de grèves subites est supérieur au niveau moyen.

19. Grèves annoncées et grèves subites (pour 100 grèves totales) de 1871 à 1890

12Ces grandes lignes esquissées, voyons comment se passent les choses, et puisque les grèves subites l’emportent, commençons par elles.

2. GRÈVES SUBITES

  • 4 Arch. dép. Nord, M 625/44, pièce 14, rapport gendarmerie, 30 novembre 1871.
  • 5 Arch. nat., F 12 4656, préf.-min. Com., 12 avril. Désarçonné, le préfet attribue ces grèves à « l’ (...)
  • 6 Sur la spontanéité, notion qu’il faut sans doute définir, voir les remarques de A. Decouflé, 1968, (...)

13Par grève subite, j’entends une façon brutale et imprévue de cesser le travail les revendications ou les griefs n’étant formulés qu’au moment du débrayage, voire, très souvent, après. Au tissage Vogel, à Beauvois (Nord), « vers huit heures du matin, les ouvriers et un grand nombre d’enfants se sont mis en grève au chant de « La Marseillaise »4 ; le lendemain seulement, ils adressent aux patrons une lettre pour préciser leurs demandes. A Saint-Quentin, le 18 mars 1889, « un certain nombre d’ouvriers se sont mis en grève, sans motif, sans démarche auprès des patrons »5 ; ils attendent cinq jours avant d’envoyer à la mairie une délégation, munie d’un programme. De tels procédés, fréquents dans les mines et le textile, indiquent un climat social détérioré, un mécontentement souterrain, sans doute longtemps contenu, dont l’expression paisible au sein de l’entreprise s’avère impossible. La spontanéité de ces mouvements, toute relative, n’est souvent que l’effet de notre ignorance6. Nous les saisissons dans l’instant de leur existence ; ils surprennent l’observateur, et l’employeur, plus que l’ouvrier qui peut, dans une certaine mesure, s’y attendre, peut-être les avoir préparés.

14Trois grands types de grèves subites se laissent distinguer qui offrent à cet égard de sensibles différences.

  • 7 Atch. nat., F 12 4667, préf. de l’Ardèche-min. Com., 10 mai 1890 ; grève des moulineuses de soie d (...)
  • 8 Arch. dép. Marne, 194 M 12, s.-préf. de Reims-préf., 27 octobre 1885.

15Premier type, majoritaire (60 % des cas), la grève subite, protestataire, défensive. Elle jaillit sous le choc d’une émotion, où la manière — le procédé et le ton — comptent autant que le grief lui-même, chiquenaude parfois infime, mais ultime, qui provoque le déferlement de rancœurs accumulées : elle s’apparente à la sortie en masse. « Mercredi dernier, jour de paie, MM. Franquebalme firent connaître à leurs ouvrières que leur salaire serait réduit de 2 F par mois », et rétroactivement pour la quinzaine écoulée. « Froissées de ce procédé, les ouvrières ont quitté l’atelier, à 11 heures, en chantant »7. Chez Rogelet, à Reims, les tisseurs voient, en entrant dans l’atelier, des placards annonçant une baisse ; le directeur, interrogé, s’étant retranché derrière son irresponsabilité, « les ouvriers prirent alors des mouchoirs rouges et se firent un drapeau. L’un d’eux prit ce drapeau et se mit à la tête des ouvriers qui firent le tour des ateliers en chantant “ La Marseillaise ”, “ La Carmagnole ”8, avant de poursuivre dehors cette manifestation. Ce climat indigné favorise brutalité et violences qui caractérisent la grève-émeute.

  • 9 En juillet 1869, à Bessèges, 9 mineurs sont tués dans une explosion de grisou ; le lendemain de l’ (...)
  • 10 Ils sont trop aguerris pour être romantiques et nombre d’observateurs ont, au contraire, souligné (...)
  • 11 Exemple de calcul : Arch. dép. Loire, 92 M 33, pièce 69, com. spéc., 23 septembre 1890 : à Firminy (...)

16La colère a ses jours : paies décevantes, sombres rentrées aux innovations vexantes ; ses heures : les matins vigoureux plus que les soirs harassés ; ses saisons : le printemps surtout est explosif ; ses conjonctures : la récession qui rend le patronat agressif, les accidents qui, dans les mines, créent une nervosité propice aux débrayages. Que de grèves survenues à la suite de coups de grisou ou d’éboulements meurtriers9 ! Au lendemain de l’enterrement des victimes, les mineurs refusent de descendre, moins sans doute par angoisse de la mort10, que par désir, plus ou moins conscient, plus ou moins calculé11 de profiter d’une situation favorable : la famille ouvrière rassemblée, l’opinion sensibilisée aux périls de l’enfer noir. Il est du reste remarquable que les revendications émises, en ces occasions, concernent beaucoup moins la sécurité minière (encore que le problème des caisses de secours soit souvent évoqué), que les classiques demandes d’augmentation de salaire.

  • 12 Le Temps, 23 mai 1880, à propos des grèves de Reims.
  • 13 Arch. nat., F 12 4667, rapport gendarmerie, 7 mai 1890, sur les grèves des tisseurs de Lille. Dix (...)
  • 14 A Houplines, en mai 1880, « la grève se déclare et se termine sans ordre et sans plan réglé d’avan (...)
  • 15 Arch. dép. Gard, 14 M 447, rapport ingénieur des Mines, 14 juin 1890. Les mots soulignés le sont d (...)
  • 16 A. Dupront, 1967.
  • 17 Norman Cohn, A. Dupront, E. Hobsbawm, par exemple. On se reportera également aux remarques de A. D (...)

17Il est, en second lieu, des grèves éruptives, qui crèvent comme les bulles d’un magma en ébullition, et qui se diffusent comme une épidémie. Ainsi, lors des grandes vagues de mai 1880, de mai 1890, les ouvriers désertent les ateliers brusquement, comme poussés par une force extérieure, irrésistible. « A peine la grève se fut-elle produite dans deux établissements, et le bruit s’en fut-il répandu, que, comme une traînée de poudre, elle gagnait de proche en proche. Sans avertissement préalable, sans vœux nettement rédigés, sans tentative de conciliation, les ouvriers abandonnèrent l’atelier »12. Contagion de l’exemple, fièvre de la participation : si on les interroge sur leurs mobiles, « ils donnent comme motif de leur cessation de travail qu’ils veulent faire comme les autres »13. Il arrive même que les travailleurs n’émettent aucune revendication et rentrent à l’usine sans avoir jamais rien demandé14 : la grève est alors pure communion, espoir informulé qu’il va se passer quelque chose. Le 1er mai 1890 a été générateur d’une véritable onde de grèves imprévues, qui a surpris par son ampleur les organisateurs dépassés : déferlement de mécontentements latents, explosion d’un désir contenu et subitement débridé, attente quasiment parousique de quelque chose de grand : « Les mineurs (du Gard), ne savaient pas au juste pourquoi ils se mettaient en grève ni ce qu’ils prétendaient réellement obtenir. “ Soyons unis, mes frères, disaient-ils, et nous remporterons la victoire ”. Quelle victoire ? Personne ne précisait, mais, au fond des esprits, elle signifiait sans doute la victoire du travail contre le capital, la révolution sociale »15. C’est déjà l’attente messianique du Grand Soir qui, dans le monde contemporain, a pris la relève des Terres Promises, de l’an Mil et des Jérusalem délivrées. La persistance de tels mouvements, qui s’apparentent en effet au millénarisme, aux poussées eschatologiques, « paniques » selon l’expression d’A. Dupront16, décrites par tant d’historiens17, désarçonne les sciences humaines justement à la recherche des lois du comportement social. Comment expliquer Mai 1968 ? Ces mouvements montrent combien les sociétés industrielles, fondées sur le calcul, si normatives et impérieuses, demeurent génératrices d’insatisfaction, traversées par le désir et pétries d’irrationnel.

  • 18 .La Gazette des Tribunaux, 2 mars 1872.
  • 19 Arch. dép. Maine-et-Loire, 71 M 2, pièce 10, préf.-min., 2 mars 1888. Autre exemple : au puits Jab (...)
  • 20 L’Estafette, 21 juillet 1878.
  • 21 Arch. nat., F 12 4667, préf.-min. Com., 26 janvier 1891. Dans les tissages, où la surveillance des (...)
  • 22 Cf. éd. La Pléiade, p. 1303 : « Et, brusquement, ce lundi même, à quatre heures du matin, la grève (...)
  • 23 On a de très nombreux exemples de telles préparations nocturnes. A Montceau-les-Mines en février 1 (...)
  • 24 Ils sont à l’origine du mouvement de 1878 : cf. Arch. préf. pol., BA 186.

18Mais il arrive, enfin, que la spontanéité ne soit qu’apparente, ou feinte ; elle résulte d’un concert secrètement orchestré, d’une connivence dissimulée : c’est un effet recherché, la tactique de la grève surprise, chère aux anarchistes des années folles, parce qu’elle choque, crépite, excite et désarçonne comme un attentat. Elle n’est, en effet, guère compatible avec les lourdeurs, les lenteurs d’un appareil syndical, soucieux de consultation et forcément contraint, de ce fait, à la publicité. Mais à cette époque, les institutions comptent moins que les minorités agissantes, les « meneurs » prompts à sentir, à cristalliser, à actualiser un mécontentement latent. Il est ainsi de véritables semeurs de grèves dont l’ascendant et l’énergie suffisent à déclencher un conflit. Voici un atelier de quarante zingueurs à Paris : un certain Chambon, « en arrivant dans l’atelier, les excita à quitter leur établi au signal qu’il donnerait en retirant son chapeau. Au signal, ainsi arrêté par avance, tous les ouvriers quittèrent leurs places, soufflèrent leurs lampes »18. A Cholet, chez Pellaumail, à l’annonce du renvoi de Biton, militant actif et prisé, « sur un signal donné par un de ses camarades, tous les métiers s’arrêtèrent et les ouvriers quittèrent le tissage »19. A Anzin, en 1878, les mineurs demandent une augmentation de salaire : « l’un des mineurs, à qui les autres semblaient obéir, coupa les cordes des cages, se mit à proférer des menaces et adjura ses compagnons de le suivre... En moins d’une heure, cinq cents personnes, hommes, femmes et enfants se trouvèrent rassemblés et parcourant le bassin d’Anzin en chantant »20. Aux mines de la Beaume (Aveyron), « la grève éclata subitement... sans qu’il se fut produit aucun événement de nature à la faire prévoir. Les ouvriers quittèrent le travail sans rien dire, à l’instigation de six mineurs, à la tête desquels était le Sieur Laprade Philippe qui, le lendemain, se fit nommer président de la grève dans une réunion publique qu’il avait organisée pour fixer la revendication »21. Dans tous ces cas, les ouvriers obéissent au signal convenu, au geste attendu du chef d’orchestre clandestin. Cette tactique élémentaire, très éclairante sur les processus de décision « à la base », suppose, pour réussir, une aire restreinte (un établissement), ou un milieu homogène : chez les mineurs, la forte cohésion du groupe est propice à ces ébranlements rapides. Avant l’avènement du syndicalisme, ce type de démarrage prédomine. Beaucoup de grèves éclatent à l’aube, le lundi notamment (ainsi en est-il dans Germinal22), brusquement mûries pendant la nuit ; les militants passent de coron en coron, frappant aux portes, glissant des billets, fixant des lieux de rassemblement ; au petit jour, les mineurs glissent silencieusement vers les bois ou les carrières de leurs rendez-vous ; parfois, ils parcourent le village en chantant ; ou simplement, groupés autour du puits, muets, figés, ils refusent de descendre23. Le plus souvent, le mouvement part d’un puits : il en est que la composition de la main-d’œuvre — on concentre parfois sur un seul point les mauvaises têtes —, son indépendance plus grande vis-à-vis des compagnies, rendent particulièrement névralgiques. Par exemple dans le bassin de l’Allier, les mineurs de Ferrières, non logés par la Société, se rebellent plus volontiers24 ; dans le bassin du Gard, ceux de Lalle, galvanisés par Henri Marius, jouent de 1882 à 1890 le rôle de ferment... A partir de ces épicentres, la grève fait tache d’huile ; d’où le profil classique des coalitions minières, en marches d’escalier ascendantes.

  • 25 H. Sinay, 1966, p. 37 et 159.
  • 26 L’Union Républicaine, 17 octobre 1881 : « La corporation des ébénistes a formé une délégation d’at (...)

19Aux mains du syndicalisme, l’utilisation de la surprise comme moyen de désorganisation de la production deviendra une arme très efficace ; de nos jours, grèves d’avertissement, débrayages à l’improviste sont particulièrement redoutés du patronat25. On en trouve déjà quelques traces dans les procédés de mises en interdit : l’atelier mis à l’index est secrètement choisi, ou tiré au sort ; au jour déterminé, les délégués se présentent et tandis qu’ils parlementent, les ouvriers arrêtent le travail. En cas de succès, ils le reprennent ; en cas d’échec, ils partent. Ainsi procèdent les ébénistes parisiens en 188126. La surprise n’existe ici que pour le patron ; elle est une tactique qui exige élaboration, accord tacite et discipline.

  • 27 A.P.O., t. I, p. 272 : « Les fédérations de métiers tendent toutes à empêcher les grèves irréfléch (...)

20Mais en ces temps présyndicaux, les grèves subites sont moins l’effet du calcul que de l’émotion ou de la colère. Elles en ont les formes, tumultueuses et gesticulantes, souvent marquées de violences et parfois s’y réduisant. De la colère, elles ont aussi l’imprévoyance et l’impréparation ; elles durent peu et échouent fréquemment (dans 61,7 % des cas, alors que le pourcentage s’abaisse à 30 % pour les grèves prévues). C’est pourquoi le syndicalisme, conscient du défaitisme qu’entraîne l’échec d’une grève, s’est efforcé d’en faire un acte volontaire et réfléchi27.

3. GRÈVES ANNONCÉES

21Dans l’occurrence de grèves déclarées et réfléchies, la revendication, tel un héraut, précède la suspension du travail, à distance plus ou moins respectueuse. Celle-ci n’est donc pas un acte de colère impulsif, mais de pression calculée, et généralement offensive (67 % des grèves offensives, dont on connaît le mode de départ, ont été ainsi précédées de préavis, voire de prénégociations). Elle suppose une organisation préalable (réunions, consultations, rédaction des griefs, délégations, etc.) dont l’influence continue à se faire sentir sur son cours : moins torrentiel, assagi, plus long et plus ample (ces conflits ont de plus grandes dimensions que les précédents), sinueux parfois, mais débouchant plus sûrement (près de 70 % de succès).

22Plusieurs cas peuvent d’ailleurs se présenter :

  1. Tantôt la grève n’intervient que comme un pis-aller, une extrémité regrettable, à l’issue de véritables prénégociations engagées parfois depuis plusieurs mois. « Nous n’ignorons pas que les grèves portent atteinte au travail et aux travailleurs, aussi nous n’avons eu recours à ce moyen que lorsque toute tentative de conciliation eût complètement échoué entre nous et nos patron », écrivent les menuisiers de Bordeaux28. Cette attitude prévaut dans la petite industrie — la petite boîte — où le patron est visible et le dialogue aisé29, les professions bien rémunérées qui peuvent attendre, les métiers rompus aux pratiques compagnonniques. Dans les lettres que les charpentiers, menuisiers, ébénistes, maçons, boulangers, etc., adressent à leurs employeurs, on retrouve des échos assourdis de la déférence, de « l’imploration » d’antan30 ; les ouvriers se disent « avec peine forcés de demander »31 ; « c’est donc parce qu’ils y sont tout à fait forcés, Messieurs, qu’ils viennent vous prier de jeter un coup d’œil » sur les demandes auxquelles « les exigences malheureuses de l’époque dans laquelle nous nous trouvons... obligent »32. Ils se déclarent soucieux de « n’apporter aucune perturbation dans les intérêts industriels de la profession et de ne pas troubler les bons rapports qui existent entre les patrons et les ouvriers »33 ; et si les patrons accèdent à leurs requêtes ils les en louent comme d’un bienfait : « Vous pouvez être persuadé qu’en adhérant à notre demande, notre reconnaissance doublera nos efforts à alléger les sacrifices que vous vous imposez pour nous »34. Ce ton conciliant, cette diplomatie souriante s’expriment surtout avant 1880, lorsque règne parmi les militants un certain pessimisme vis-à-vis de « ce grand fléau qui s’appelle la grève »35. Ils s’accommodent mal de la montée de conceptions plus combatives, du sentiment de la lutte des classes. Néanmoins, dans ces professions, l’habitude persistera de préavis assez longs pour permettre d’entamer la discussion.
  2. La longueur du préavis éclaire en effet son sens. Tantôt il n’est qu’un ultimatum, une mise en demeure abrupte exigeant réponse immédiate, un défi. Ainsi, à Bohain, en 1871 : « un grand nombre de tisseurs... se sont rendus en masse près des divers fabricants..., leur déclarant que si une augmentation de salaire ne leur était pas accordée, ils allaient se mettre en grève et cesseraient dès à présent tout travail »36. Et, dans leur impatience, il arrive que les ouvriers n’attendent pas même la réponse pour se mettre en grève.
  • 37 Le Combat, 1er avril 1890, « un groupe d’ouvriers mineurs socialistes » de Saint-Eloy-les-Mines (P (...)
  • 38 Le Temps, 29 novembre 1871.
  • 39 Ibid., 27 novembre 1871.
  • 40 Ibid., 10 novembre 1871.
  • 41 Arch. dép. Orne, M, Grèves 1881.
  • 42 Arch. nat., F 12 4662.
  • 43 Arch. dép. Nord, M 628/3.
  • 44 Sur ces points, cf. P. Pic, 1902, p. 199 ; et H. Sinay, 1966, p. 300-301.
  • 45 H. Sinay, 1966, p. 300-301.
  • 46 Sur les tentatives d’organisation du préavis avant 1914, cf. P. Pic, 1902, p. 209.
  • 47 On en a cependant quelques exemples : les monteurs en chaussures d’Angers, à l’issue d’une grève ( (...)

23Tantôt, au contraire, un délai de réflexion est accordé aux patrons : 24, 48 heures, huit jours (ces deux valeurs étant les plus fréquentes), parfois quinze, exceptionnellement un mois (chez les verriers, menuisiers, charpentiers...)37. Des coutumes professionnelles ou locales régissent le préavis. A Roubaix, les « délais de prévenance » sont généralement de 48 heures, du samedi au lundi : « Samedi dernier, tous les ouvriers teinturiers ont donné à leurs patrons le délai de prévenance »38. De même les mécaniciens : accusés de perturbation, ils protestent : « la grève de Roubaix s’est faite dans toutes les règles ; nous nous sommes présentés devant nos patrons deux délégués pour chaque atelier, nous avons posé honnêtement les motifs de nos réclamations, nous avons donné 48 heures de temps pour la réponse demandée »39. Les patrons s’efforcent du reste de rendre de rigueur ces délais d’usage ; ceux de Rouen, intentent, en 1871, une action contre leurs tisseurs devant les Prud’hommes pour avoir quitté le travail « sans observer les délais prescrits par la loi ». Le terme « loi » est, d’ailleurs, aussi significatif qu’abusif : la législation française n’oblige pas au préavis ; de nos jours, celui-ci n’est exigible que dans le secteur public. Pourtant, le conseil de Rouen condamne les grévistes à payer aux patrons une indemnité de 3 F par jour40. A Fiers, en 1881, les prud’hommes contraignent les ouvriers teinturiers, qui avaient brusquement déserté, à achever leur huitaine41. Tisseurs de Lyon en 188342, verriers du Nord en 189043, etc., se voient pareillement infliger des dommages-intérêts pour départ subit. Les patrons veulent ainsi, comme toute l’école libérale, assimiler la collectivité à une simple collection d’individus, considérer la grève comme une addition de ruptures individuelles de contrat, ce qui revient à la nier : interprétation qui a donné lieu jusqu’à nos jours à une volumineuse jurisprudence44. Ce n’est que très récemment (années 1957-1960) qu’on admet enfin que « la grève ne rompt pas le contrat de travail » et que « doit être rejetée toute condamnation des salariés à dommages-intérêts par brusque rupture »45. D’autre part, avant 1914, à défaut d’une législation du préavis à laquelle s’est toujours opposée la majorité parlementaire46, les patrons ont parfois tenté de réglementer la grève dans le cadre de leur entreprise : non sans d’extrêmes réticences, parce que cela n’allait pas sans contrepartie, et quelque réciprocité (engagement à maintenir un taux de salaire stable pour une période, par exemple), et les acheminait vers la conclusion de véritables contrats collectifs, impliquant la reconnaissance du pouvoir syndical, toutes choses auxquelles ils étaient profondément hostiles47.

  • 48 Arch. dép. Bouches-du-Rhône, M 6 1925, maréchaux-ferrants de Marseille au préfet, août 1872. Plus (...)
  • 49 Arch, dép. Nièvre, Grèves n° 5 (mai 1886).
  • 50 Le Cri du Peuple, 9 février 1884. « Cette grève a été déclarée avec une sorte de solennité toute p (...)

24Dans quelques cas, notamment dans la première décennie, les ouvriers doublent le préavis aux patrons d’une démarche analogue auprès de l’administration. Soit que, non sans timidité, ils « sollicitent l’autorisation de se mettre en grève »48, formule qui traduit une perception encore bien mal assurée de leurs droits ; soit que, plus hardiment, ils avertissent de leur intention de « partir en grève » avec quelque solennité, afin d’éviter à leur coalition toute clandestinité, et pour prendre à témoin l’administration et l’opinion de la justesse de leurs revendications et de la bienséance de leurs procédés. Les bûcherons de la Guerche adressent ainsi au maire une déclaration de mise en grève signée de vingt noms et de trente-huit croix49) ; les tisseurs de Moirans, en cortège, « se sont rendus à la mairie... où ils ont signé leur déclaration de grève, les réclamations qu’ils entendaient faire et leur adhésion à la formation d’une chambre syndicale »50. Souci de la légalité, mais aussi désir de solliciter éventuellement l’arbitrage des pouvoirs publics inspirent cette attitude aux antipodes de la grève sauvage.

  • 51 Sur cette grève, cf. Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1871-1877.
  • 52 Cf. Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1888-1890 et 1890-1891 ; Arch. nat., F 12 4665.
  • 53 Arch. nat., F 12 4667, rapport gendarmerie, 28 janvier 1890. Le lendemain à midi, nouvelle réunion (...)
  • 54 Maxime Leroy rapporte ce propos d’un secrétaire syndical : « On peut être révolutionnaire et être (...)
  • 55 Pour l’étude de cette question à l’ère de la C.G.T., cf. M. Leroy, 1913, t. II, p. 677-679.
  • 56 .Au congrès de Marseille, Isidore Finance préconise le préavis : « Bien souvent la résistance des p (...)

25Ces distinctions faites, on peut se demander quel est le sens de l’évolution constatée durant cette période : moins de grèves subites, a-t-on dit, et malgré les effets perturbateurs de la crise, un accroissement des grèves réfléchies, en même temps qu’une tendance au lent développement du préavis : son usage s’introduit dans des professions colériques, textile et mines. Voici, à quatorze ans de distance, deux grèves de couverturiers à Cours (Rhône), affectant dans les deux cas la totalité des fabriques : la première (1875) se déclenche dans le désordre, sans que soient formulées de demandes précises51 ; la seconde (1889), dirigée par une chambre syndicale, comporte envoi préalable d’un nouveau tarif aux patrons, invite à une réunion commune et cessation du travail seulement devant leur abstention et leur silence52. Le changement est plus spectaculaire encore chez les houilleurs. En 1890, à Firminy, à Carvin, à Lens, les syndicats dirigent les opérations, posent par écrit (Firminy) ou par délégation (Carvin, Lens), leurs revendications et ne déclarent la grève qu’après qu’elles aient été repoussées. Le démarrage de la grève à Lens, en janvier 1890, montre comment la pratique syndicale se greffe sur l’ancien usage : la compagnie ayant renvoyé plusieurs militants, dont le délégué Bonnel, les ouvriers préviennent le bureau syndical, celui-ci réunit les délégués à huit heures du soir ; une ultime démarche est tentée auprès de l’ingénieur en chef, elle échoue ; nouvelle réunion générale cette fois, à onze heures du soir, où la grève est décidée : « le mot d’ordre fut donné et ce matin, dix ouvriers à peine se présentent aux fosses »53. D’où, par ailleurs, un profil de grève différent, la cessation du travail étant générale tout de suite et non plus par paliers. Ce scénario tend à se reproduire, de plus en plus, dans la mesure même où se développe l’encadrement syndical. L’influence ordonnatrice des syndicats, même révolutionnaires54, a été en effet considérable ; non qu’ils prêchent nécessairement la conciliation, mais la réflexion dans la décision de grève55 et la discipline dans son déclenchement56.

26L’action syndicale n’a pas, comme l’escomptaient certains économistes ou hommes politiques, réduit le nombre des grèves, mais elle en a certainement transformé la démarche et rationalisé le démarrage.

27Reste à savoir — quel immense et actuel problème ! — s’il est possible de capter l’énergie de la spontanéité sans en tarir la source. Le fauve dompté peut-il n’être pas domestique ?

Notes

1 Le Monde, 25 mars 1969.

2 Le % en est certainement plus élevé : en effet, lorsqu’il y a préavis, on le sait plus généralement. Les grèves, dont on connaît mal le mode de déclaration, ont de fortes chances d’être « subites ».

3 Le cas de la Seine est plus curieux : les grèves subites atteignent 51 %. On s’attendait à moins de turbulence dans la capitale du syndicalisme. On peut invoquer plusieurs facteurs : le fait que bien des coalitions, limitées à un établissement notamment, échappent au contrôle des syndicats et ne sont qu’un mouvement de mauvaise humeur de travailleurs qui ont leur franc-parler ; l’influence des anarchistes qui tendent à faire de la surprise une tactique ; le rôle turbulent des grandes usines de banlieue.

4 Arch. dép. Nord, M 625/44, pièce 14, rapport gendarmerie, 30 novembre 1871.

5 Arch. nat., F 12 4656, préf.-min. Com., 12 avril. Désarçonné, le préfet attribue ces grèves à « l’anniversaire du 18 mars, aux grèves du Nord, et au désir de provoquer une grève générale ».

6 Sur la spontanéité, notion qu’il faut sans doute définir, voir les remarques de A. Decouflé, 1968, p. 65 et sq.

7 Atch. nat., F 12 4667, préf. de l’Ardèche-min. Com., 10 mai 1890 ; grève des moulineuses de soie de Saint-Sernin. Autre exemple : Arch. dép. Isère, 166 M 1, rapport gendarmerie, 29 avril 1872 : à Voiron, dans un tissage de toile, les tisseurs, mécontents de l’installation de nouveaux métiers dans un local déjà trop petit, « vers neuf heures du matin, sont descendus sur la place en chantant et sont entrés dans un café ».

8 Arch. dép. Marne, 194 M 12, s.-préf. de Reims-préf., 27 octobre 1885.

9 En juillet 1869, à Bessèges, 9 mineurs sont tués dans une explosion de grisou ; le lendemain de l’enterrement, un groupe de travailleurs refuse de descendre ; à midi, il y a 250 grévistes, et le lendemain, la grève est générale (1 200 grévistes) : Le Réveil, juillet 1869. Même scénario en 1880 à Firminy, à la suite de l’accident du puits Dolomieu (2 000 grévistes) : Arch. dép. Loire, 92 M 16 et 17. A Bessèges en 1887, l’enterrement d’un mineur, Jean Reynaud, tué accidentellement, est le point de départ de la grève ; les mineurs cessent le travail pour aller aux funérailles et à leur issue, Henry Marius présente un programme de revendications au sous-préfet d’Alais : Arch. dép. Gard, 6 M 1414 (2). A Meurchin, le 9 novembre 1887, huit ouvriers, pris dans un éboulement, ne sont délivrés qu’à grand-peine ; le 10, 640 grévistes. Dans la Loire, au puits Chatelus, un mineur de 33 ans, père de trois enfants, est tué ; on l’enterre le juillet, on fait grève le 26. Un nouvel et très grave accident le 3 juillet 1889 dans ce bassin, au puits Verpilleux, déclenche une grève quasi générale : Arch. dép. Loire, 92 M 25. Même chose à Firminy, en 1890, à Boismoreau (Creuse), en mars 1890, etc. De façon générale, le taux élevé des accidents dans la plupart des mines bordières du Massif central a favorisé l’agitation et donné du corps au syndicalisme révolutionnaire.

10 Ils sont trop aguerris pour être romantiques et nombre d’observateurs ont, au contraire, souligné leur apparente insensibilité, leur peur refoulée s’exprimant peut-être dans une obscénité elle aussi souvent décrite, et pas seulement par Zola.

11 Exemple de calcul : Arch. dép. Loire, 92 M 33, pièce 69, com. spéc., 23 septembre 1890 : à Firminy, les dirigeants profitent de l’émotion provoquée par une série d’accidents mortels pour déclencher la grève. « Ils trouvent l’occasion exceptionnellement favorable pour produire leurs réclamations et comptent que l’impression causée sur l’opinion publique... mettra la Compagnie... dans l’obligation morale de consentir des améliorations importantes. Sans ce malheureux événement, cette suspension de travail aurait produit moins d’effet et n’eût pas eu l’apparence de raison que justifient les dangers courus par les mineurs. »

12 Le Temps, 23 mai 1880, à propos des grèves de Reims.

13 Arch. nat., F 12 4667, rapport gendarmerie, 7 mai 1890, sur les grèves des tisseurs de Lille. Dix ans auparavant, Le Temps (12 mai 1880) écrivait des ouvriers de Roubaix : « On en voit qui disent aux patrons : Nous voudrions bien continuer à travailler. — Et pourquoi ne travaillez-vous pas ? — Nous ne pouvons pas, il faut que nous fassions comme les autres. »

14 A Houplines, en mai 1880, « la grève se déclare et se termine sans ordre et sans plan réglé d’avance. Les ouvriers quittent le travail sans exposer aucun grief aux patrons ». De même à Pérenchies en mars 1889, lors des grands mouvements dont Armentières est l’épicentre : « Les tisseurs ont cessé tout le travail durant deux jours et cela sans réclamer aucune augmentation de salaire » : Arch. nat., F 12 4665, préf.- min. Com.

15 Arch. dép. Gard, 14 M 447, rapport ingénieur des Mines, 14 juin 1890. Les mots soulignés le sont dans le texte.

16 A. Dupront, 1967.

17 Norman Cohn, A. Dupront, E. Hobsbawm, par exemple. On se reportera également aux remarques de A. Decouflé, 1968, p. 71 et sq.

18 .La Gazette des Tribunaux, 2 mars 1872.

19 Arch. dép. Maine-et-Loire, 71 M 2, pièce 10, préf.-min., 2 mars 1888. Autre exemple : au puits Jabin (Loire), les gouverneurs annoncent aux ouvriers qu’il faut travailler une heure de plus en raison de l’avarie d’une machine. « Ceux-ci ne firent sur le moment même aucune objection et les gouverneurs se retirèrent laissant le chantier en pleine activité, lorsqu’au bout de quelque temps, un mineur nommé Chambon s’étant avisé de donner le coup de cloche qui est le signal de la sortie, tous les ouvriers remontèrent au jour » : Arch. nat., F 12 4667, préf.-min. Com., 19 mars 1890.

20 L’Estafette, 21 juillet 1878.

21 Arch. nat., F 12 4667, préf.-min. Com., 26 janvier 1891. Dans les tissages, où la surveillance des contremaîtres est plus difficile à déjouer, les ouvriers se passent des papiers. Voici le témoignage de Canone, 22 ans, tisseur au Cateau, chez Moreau : « Le 10 (août 1876) à 8 h 30 du matin, j’ai vu un morceau de papier que l’on passait de métier en métier et qui me fut remis à mon tour par mon voisin... C’était un petit morceau de fin carton sur lequel il y avait quelque chose d’écrit au crayon » : Arch. dép Nord, M 625/46, pièce 16, rapport gendarmerie, 12 août 1876. A Saint-Quentin, en janvier 1889, où éclate brusquement une grève générale de tisseurs, le préfet écrit que « pour la faire naître, il a suffi d’un écrit anonyme circulant dans les ateliers » : Arch. nat., F 12 4665, préf.-min. Int., 23 janvier 1889.

22 Cf. éd. La Pléiade, p. 1303 : « Et, brusquement, ce lundi même, à quatre heures du matin, la grève venait d’éclater. »

23 On a de très nombreux exemples de telles préparations nocturnes. A Montceau-les-Mines en février 1878, « dans la nuit du 26 au 27, vers 1 h du matin, des groupes de jeunes mineurs, qui s’étaient réunis vers 4 h de l’après-midi..., arrivaient vers le puits Sainte-Elisabeth, après avoir parcouru depuis 9 h du soir, tous les villages ouvriers pour recruter des adhérents ; quelques grévistes se rendirent aux abords du puits : “ On ne travaille pas, la grève est décidée ” ; le 28 au matin, la grève est générale » : Le Courrier de Lyon, 8 mars 1878. Il en est de même à Lourches en 1879, à Denain, en octobre 1880, à Lens en novembre où, dans la nuit du 7 au 8, des billets sont glissés sous la porte des maisons invitant les ouvriers à ne pas descendre et à se rendre au lieu-dit la carrière Hugot : Arch. nat., F 12 4659, préf.-min. Com., 11 décembre 1880. Dans le bassin de Douai en 1889, des bandes de 200 mineurs se répandent dans les communes et frappent la nuit à la porte des corons en disant : « Pas de coupe », ou encore « grève générale » : Arch. dép. Nord, M 626/18, pièces 263 et 284, etc.

24 Ils sont à l’origine du mouvement de 1878 : cf. Arch. préf. pol., BA 186.

25 H. Sinay, 1966, p. 37 et 159.

26 L’Union Républicaine, 17 octobre 1881 : « La corporation des ébénistes a formé une délégation d’atelier ; chaque fois qu’elle se présente dans une maison, tous les ouvriers de celle-ci quittent immédiatement le travail et sortent tous des ateliers. La délégation, pendant ce temps, a une entrevue avec les patrons, auxquels elle communique les réclamations des ouvriers, et si celles-ci ne sont pas acceptées, tous les ouvriers rentrent pour prendre leurs outils et les emporter. »

27 A.P.O., t. I, p. 272 : « Les fédérations de métiers tendent toutes à empêcher les grèves irréfléchies », écrit Isidore Finance.

28 A.P.O., t. IV, p. 166, lettre du 10 avril 1883.

29 Dans les entreprises familiales, 55 % des grèves sont précédées de préavis ; 30 % seulement dans les sociétés anonymes.

30 Cf. E. Coornaert, 1966, p. 280 : « Des difficultés professionnelles se résolvaient dans le “ tête-à-tête ” entre les deux parties : des ouvriers imploraient leurs maîtres et ceux-ci leur répondaient des lettres “ toutes paternelles ”. » Ceci, dans la première moitié du 19e siècle.

31 Le Rappel, 9 novembre 1879 : lettre de la commission exécutive des boulangers de Paris à leurs patrons.

32 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1871-1879, lettre des ouvriers maçons de Tarare aux patrons (mars 1882).

33 Arch. préf. pol., BA 169, pièce 17, lettre des ouvriers imprimeurs sur papiers peints, 20 avril 1872.

34 Arch. dép. Nord, M 627/2, pièce 42 : lettre de la chambre syndicale des modeleurs mécaniciens de Lille à leurs patrons, mai 1880, pour obtenir la journée de dix heures.

35 Le Rappel, 6 juin 1872, lettre des ouvriers tonneliers et foudriers lyonnais à leurs patrons.

36 Le Temps, 18 novembre 1871, d’après le Journal de Saint-Quentin. Même type de démarche à Tarare dans la grève des tisseurs de 1871, à Grenoble, grève des mégissiers en 1874, etc.

37 Le Combat, 1er avril 1890, « un groupe d’ouvriers mineurs socialistes » de Saint-Eloy-les-Mines (Puy-de-Dôme) raconte comment il a posé ses revendications : « ... fatigués de cet état de choses (diminution de salaire), nous nous sommes décidés à aller réclamer ; nous avons remonté samedi un peu avant l’heure habituelle, nous avons attendu que nos camarades du poste de nuit soient arrivés, et tous ensemble nous sommes allés réclamer ; nous avons nommé sept délégués. » L’ingénieur les reçoit et demande de combien est le délai : huit jours, disent les ouvriers. « C’est donc samedi que nous irons chercher la réponse. »

38 Le Temps, 29 novembre 1871.

39 Ibid., 27 novembre 1871.

40 Ibid., 10 novembre 1871.

41 Arch. dép. Orne, M, Grèves 1881.

42 Arch. nat., F 12 4662.

43 Arch. dép. Nord, M 628/3.

44 Sur ces points, cf. P. Pic, 1902, p. 199 ; et H. Sinay, 1966, p. 300-301.

45 H. Sinay, 1966, p. 300-301.

46 Sur les tentatives d’organisation du préavis avant 1914, cf. P. Pic, 1902, p. 209.

47 On en a cependant quelques exemples : les monteurs en chaussures d’Angers, à l’issue d’une grève (décembre 1877) instituent un préavis réciproque pour tout changement dans le taux du salaire : Arch. dép. Maine-et-Loire, 71 M 1. De même chez les marbriers de Jeumont (1880), Arch. dép. Nord, M 619/3, les teinturiers de Villefranche en 1881...

48 Arch. dép. Bouches-du-Rhône, M 6 1925, maréchaux-ferrants de Marseille au préfet, août 1872. Plus timidement encore, les glaceuses de fil de Saint-Etienne écrivent au préfet pour lui demander « de nous octroyer la permission de nous mettre collectivement en grève », Arch. dép. Loire, 92 M 15, lettre du 6 août 1878 ; les ouvrières, qui demandent une journée de douze heures, signent « vos très humbles servantes ».

49 Arch, dép. Nièvre, Grèves n° 5 (mai 1886).

50 Le Cri du Peuple, 9 février 1884. « Cette grève a été déclarée avec une sorte de solennité toute particulière par les ouvriers et les ouvrières... ». Les tisseurs de cette même localité feront de même en juillet 1890.

51 Sur cette grève, cf. Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1871-1877.

52 Cf. Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1888-1890 et 1890-1891 ; Arch. nat., F 12 4665.

53 Arch. nat., F 12 4667, rapport gendarmerie, 28 janvier 1890. Le lendemain à midi, nouvelle réunion générale où sont mises au point les revendications.

54 Maxime Leroy rapporte ce propos d’un secrétaire syndical : « On peut être révolutionnaire et être méthodique dans les grèves » : 1913, t. II, p. 671.

55 Pour l’étude de cette question à l’ère de la C.G.T., cf. M. Leroy, 1913, t. II, p. 677-679.

56 .Au congrès de Marseille, Isidore Finance préconise le préavis : « Bien souvent la résistance des patrons n’est due qu’à ce qu’ils n’ont pas été avertis assez longtemps à l’avance pour modifier les conditions de leurs engagements. ». Il pense d’autre part que ce procédé ménage l’opinion publique, « cette force dont il nous faudra tenir compte à l’avenir davantage que nous ne l’avons fait dans le passé », compte-rendu du Congrès, p. 260.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/592/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/592/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/592/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Grèves précédées de préavis
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/592/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/592/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/592/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende 19. Grèves annoncées et grèves subites (pour 100 grèves totales) de 1871 à 1890
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/592/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 262k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search