Version classiqueVersion mobile

Les ouvriers en grève. Tome 2

 | 
Michelle Perrot

Seconde partie. Composantes des grèves

Chapitre III. Sociologie des grévistes

Texte intégral

1Qui fait grève ? Quels sont les grévistes ?

  • 1 J. Romains, 1932, t. I, p. 161 : le meneur : « le mauvais ouvrier qui change de place tous les troi (...)
  • 2 1873, notamment, chap. I, « Des ouvriers ».
  • 3 Pierre, commencement d’une vie bourgeoise (fragment de roman autobiographique), éd. La Pléiade, Œuv (...)

2Tandis qu’une fraction de l’opinion continue à répondre par le thème classique du meneur — mauvais ouvrier, forte tête, instable, rouleur et cabaleur, célibataire sans moralité, homme de la grand-ville, souvent étranger, démagogue que hante quelque ambition politique ou syndicale1 — en somme l’antithèse exacte du « bon ouvrier », de « l’ouvrier honnête », cher à toute une littérature, de Charles Laboulaye2 à Charles Péguy3, de plus en plus nombreux, pourtant, sont ceux qui s’interrogent. A partir de 1878, les journaux multiplient les reportages à l’occasion des grands conflits ; à dater des années 80, les fonctionnaires du ministère du Commerce classent les grèves par professions et par départements ; en 1882, le ministère de l’Intérieur fait une enquête sur les coalitions ; en 1884, l’Académie des sciences morales et politiques met au concours la question des grèves ; en 1885, Zola publie Germinal, etc. La multiplication des sources témoigne, on l’a vu, de l’affinement du regard social.

3Bien des clichés, des préjugés, subsistent néanmoins qui, comme il est naturel, voilent le présent sous la vision du passé. Il serait intéressant d’en faire l’inventaire. Paris et Lyon, la France atelière, les professionnels, gens de métier, semblent encore à beaucoup, qui voient les ouvriers avec les yeux de Victor Hugo, les épicentres et les promoteurs des conflits sociaux. La statistique reprend ici tous ses droits, qui permet de faire avec précision la part des choses, de substituer aux impressions anecdotiques et parcellaires le poids des forces collectives.

4Notons toutefois le caractère incomplet de cette sociologie. On s’interrogera sur le rôle de l’âge, du sexe, de la nationalité, du salaire, de la qualification, de la profession surtout : variables somme toute assez classiques, au reste les seules que nous puissions (à peu près) atteindre, mais qui n’épuisent certes pas le sujet. Au nombre des souhaitables, mais globalement inaccessibles, j’inscrirais : les notions de stabilité et d’ancienneté de la main-d’œuvre, son origine. Quelle est la part des migrants de fraîche date, de souche rurale, dans la population gréviste ? La grève suppose-t-elle, ou non, et dans quelle mesure une acculturation usinière ou urbaine ? Est-elle le fait d’inadaptés ou, au contraire, le fruit raffiné de l’expérience ? Toutes questions auxquelles la réponse statistique est malaisée.

5Mais au-delà, combien de questions qu’on ne se pose pas parce qu’on ne les conçoit même pas. Pratiques routinières, habitudes conceptuelles, frontières de l’actuel savoir limitent étroitement nos interrogations elles-mêmes, et, par conséquent, les « faits » qu’elles constituent.

I. L’ÂGE DES GRÉVISTES. LES GRÈVES DE JEUNES GENS

  • 4 Cf. ci-dessous, la troisième partie ; 6 % des meneurs de grève recensés et 16 % des manifestants ar (...)
  • 5 Cette initiative des jeunes ouvriers, le caractère spécifique de leur action ont souvent frappé les (...)

6La pyramide des âges des grévistes est malheureusement impossible à réaliser. C’est dommage, car celle des meneurs de manifestations et celle, plus restreinte, des leaders de grève mettent en évidence le rôle moteur des jeunes4. Inversement, les hommes d’âge mûr — « anciens » des ateliers, pères de famille — pèsent lourdement. La connaissance des structures démographiques d’une usine, voire d’une industrie, ou d’une région, en éclaireraient sans doute la physionomie revendicative5.

  • 6 Sur cette législation, cf. P. Pic, 1902, p. 497 et sq. ; E. Levasseur, 1907, p. 434 et sq. Selon la (...)

7Le présent propos, plus restreint par force, s’attache aux grèves spécifiques de « jeunes », à vrai dire les seules où une catégorie d’âge apparaisse de façon autonome. Mais qu’entendre par « jeunesse », notion toute relative ? Que signifiait-elle, en l’occurrence, pour les observateurs contemporains ? Trop peu nombreux pour en décider, nos documents indiquent cependant des limites : inférieure (12-13 ans) et supérieure (à égalité : 16 et 20 ans), entre lesquelles on parle indifféremment de « jeunes gens », d’ « enfants », de « jeunes ouvriers », parfois de « gamins », jamais d’adolescents. Les moins de vingt ans, au visage flou, semblent confondus dans une même strate peu diversifiée. Le seuil inférieur correspond à l’âge minimum légal fixé par la loi de 1874 pour l’admission dans les usines6. A l’autre extrémité, la conscription marque l’entrée dans l’âge adulte.

  • 7 Voir notamment les réponses aux questions 6, 20 et 24-31.
  • 8 Arch. nat., C 3018.
  • 9 En ce sens, réponse du directeur des mines de la Grand’Combe, ou réponses des Vosges (Remiremont), (...)
  • 10 Arch. nat., C 3021, Gard.
  • 11 Arch. nat., C 3019, Réponses concordantes de divers filateurs de la Somme.
  • 12 Dans la région de Cambrai, les enfants remettent leur salaire jusqu’à 18 ans, les parents leur aban (...)

8L’enquête de 18727 confirme cette approche. De façon générale, les enfants travaillent « après la première communion » (12-13 ans) « que les parents font avancer autant qu’il leur est possible », selon la chambre de commerce de Troyes8. Le certificat d’études ne fera, en somme, que laïciser cette étape. Jusqu’à la conscription, le jeune ouvrier vit dans sa famille et lui apporte sa paie. Dans les milieux de forte structure familiale (mines), se marier « avant le service » fait presque figure de trahison, de désertion9. La conscription prend ainsi valeur initiatique : il en reste quelque chose dans la suspicion qui, de nos jours encore, s’attache en milieu populaire à quiconque n’a pas fait son service : honte à la réforme, envie des étudiants. Toutefois, selon l’enquête citée, la jeunesse donne des signes d’impatience : aux usines de Lavoulte (Gard) « beaucoup, dès qu’ils gagnent, quittent la maison et se mettent en pension comme feraient des célibataires étrangers »10 ; dans le textile picard, on voit fréquemment des garçons, et même des filles, de 16 à 17 ans, s’installer « en logis » et ne plus rien verser11. D’où, sans doute, la transaction que consentent certains foyers : à partir de 18 ans, les enfants remettent une partie seulement de leur gain, ou paient un prix de pension « débattu » (selon le Conseil d’hygiène de Cambrai) pour leur entretien12. L’émancipation économique des jeunes ouvriers rencontre donc bien des obstacles. Il en va de même de leur émancipation sociale.

9D’après le recensement de 1896, le premier à donner la composition par âges de la population active, les moins de 15 ans représentent 3,1 % de celle-ci, la tranche 15-19 ans, 9,8 % soit, réunis, 12,8 %. Or les grèves de jeunes d’âge équivalent ne comptent que pour 2,9 % de l’ensemble (3,3 si l’on ajoute les coalitions de jeunes filles). Leur « pouvoir de grève » spécifique est donc fort réduit, ainsi que leur propension à la grève (0,25).

  • 13 Arch. dép. Nord,, M 627/2, pièce 125, jeunes métallurgistes de Lille.
  • 14 Arch. préf. pol., BA 171, Grève de margeurs et receveurs de feuilles dans deux imprimeries du VI", (...)
  • 15 Ibid., pièce 11, Grève à l’imprimerie Donnaut, 1874. Ces jeunes gens se plaignent aussi des « agace (...)
  • 16 1802, t. I, p. 23.

10Ces grèves offrent peu d’ampleur (21,8 grévistes/grève), une durée médiocre (4,9 jours en moyenne ; 63 % des conflits durent moins de trois jours), inférieure à celles des coalitions féminines. Elles sont très semblables à celles-ci dans leur déclenchement (80 % de grèves subites ; grèves féminines : 82 %), à peine plus articulées dans leurs revendications (grèves à revendications multiples : 22 %, contre 20 %), encore moins organisées (grèves dépourvues d’organisation : 70 %, contre 61 %). Par contre, elles s’orientent nettement plus à l’offensive (62 % contre 43 %). En dépit d’une forte polarisation salariale (72 %), on rencontre quelques réclamations originales : ne plus aller à l’école durant l’heure du dîner13, ne pas laver les outils au moment des repas14, avoir droit à une récréation de cinq minutes pour « casser une croûte », comme le demandent les margeurs d’imprimerie parisiens, auxquels on interdit formellement de manger en travaillant, et qui, dit un rapport, « trouvent le temps long dans l’après-midi »15. Dureté de l’enfance ouvrière : le petit garçon dont parle Adam Smith, rivé tout le jour à son soufflet, le mécanise, « parce qu’il avait envie de jouer avec ses camarades »16.

  • 17 Arch. dép. Nord, M 628/3, pièce 314, rapport gendarmerie 25 juillet 1887.
  • 18 Arch. dép. Aube, M 12b3, Grève de jeunes rebrousseurs de Troyes (1886).
  • 19 Ibid., 1888.
  • 20 Arch. dép. Bouches-du-Rhône, M 6 2020, Grève de manœuvres maçons de Marseille, 1883.
  • 21 La Gazette des Tribunaux, 23 août 1873.
  • 22 Tableau exposé au Musée d’Art Moderne, « Rétrospective Klee », 1970.

11Ces coalitions échouent massivement (74,5 % d’échecs), victimes de leur inexpérience et de l’indifférence, voire de l’hostilité, des adultes réconciliés. On traite par le mépris ces auxiliaires aisément remplaçables, dépourvus de qualification. La plupart du temps, les patrons ne daignent pas même répondre à leurs demandes, les renvoyant sur-le-champ. Les autorités ne voient dans leur rébellion qu’ « affaire de gaminerie »17, « coup de tête »18, mais flairant dans ces précoces contestataires de « mauvais sujets »19, elles n’hésitent pas à faire donner la gendarmerie (taux d’intervention : 9,4 % des cas, supérieur à la moyenne : 8 %) et à procéder à quelques arrestations (7 % des cas). La répression hésite pourtant : tel manifestant de quinze ans est relâché « vu son jeune âge »20 ; les juges de Lisieux acquittent deux rattacheurs de treize ans, mais les enferment en maison de correction jusqu’à seize21. Image d’une société qui a pris conscience de l’enfance, mais qui tarde à étendre le bénéfice de cette découverte à la classe laborieuse. On songe à l’étrange tableau de Paul Klee : l’« enfant de prolétaire », est-ce bien un enfant ?22

  • 23 Il existe de nombreux matériaux pour une étude de l’enfance (et par là de la famille) ouvrière. Sur (...)
  • 24 Exemple : Arch. dép. Nord, M 626/18 : à la fosse Boitelle (Vicoigne), vingt herscheurs protestent c (...)
  • 25 Arch. dép. Ardèche, 141 M 1, Grèves 1882-1899, com. pol., 9 mars 1890.
  • 26 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1888, com. pol., 17 juillet 1889 : « Plusieurs d’entre eux ont été rame (...)
  • 27 Ibid., rapport indicateur de police, 11 juin 1890. Conscients de l’indifférence des syndicats à leu (...)

12Quant aux ouvriers faits, ils réagissent en vieux, en pères, soupçonneux devant l’agitation des jeunes. Habitués à les dominer, à les morigéner quotidiennement — la situation d’apprenti ou d’auxiliaire est classiquement celle de souffre-douleur23 — ils répugnent à les prendre au sérieux et brisent leurs mouvements sans scrupule24. Le réflexe d’adulte oblitère la solidarité de classe. Parfois même, des parents, surtout sensibles à la perte du gain, et obscurément bafoués dans leur autorité, se cabrent comme devant une incartade. A Saint-Sernin (Ardèche), de jeunes tisseuses en soie, exploitées sans vergogne par leur patron, qui réduit de 28 à 26 F leur pauvre salaire du mois, « ont repris le travail amenées par leurs parents »25. Même scénario dans une verrerie de Lyon26. A la Mûlatière, un matin de juin 1890, soixante-dix « gamins » de douze à quinze ans (50 Français, 20 Italiens) revendiquent le même salaire sans distinction de nationalité, souci égalitaire que leurs aînés affirment bien rarement, et ceci « sans consulter leurs parents ni les syndicats ». Aussitôt réunis, ceux-ci décident que ces enfants doivent reprendre. « Devant les injonctions des syndicats et quelques corrections paternelles, nos grévistes en herbe ont repris le service ce matin... Si cette grève avait été soutenue par les syndicats, tous les gamins des autres verreries devaient se mettre également en grève ». Dépité, un gamin s’exclame : « Ah ! si seulement nous avions eu notre syndicat ! »27. Affrontés à la triple coalition du patronat, des parents et des syndicats, unis dans une commune défense de l’autorité, les jeunes échouent.

  • 28 Sur le rôle de l’âge comme facteur de prestige, cf. la troisième partie, étude sur les meneurs de g (...)
  • 29 Sur le rôle des jeunes traîneurs dans les mines de la Loire, cf. P. Guillaume, 1966, p. 125 : « ... (...)
  • 30 Cf. la lutte pour la libération de Maillard, aux mines de la Sentinelle (avril 1883) (Arch. dép. No (...)
  • 31 Arch. dép. Aube M 12b3 et Le Cri du Peuple, 31 août, 2 septembre 1888.
  • 32 Le Temps décrit la condition du rattacheur dans lequel il voit l’initiateur des grèves du textile d (...)
  • 33 Arch. dép. Isère, 166 M 2 et Procès des anarchistes de Vienne, 1890.

13Toutefois, ces remarques valent différemment selon les professions. Elles s’appliquent surtout aux métiers où, une qualification étant nécessaire, le jeune ouvrier se trouve en situation de dépendance, entièrement dominé par le savoir des aînés, en conflit latent avec eux. Margeurs et receveurs des imprimeries, frappeurs des forges, « gamins » des verreries, « garçons » de la maçonnerie demeurent isolés dans leurs coalitions28. Au contraire, dans la grande industrie, moule unificateur des capacités et des conditions, les jeunes entraînent parfois leurs aînés. Dans les mines, où prévaut généralement l’obéissance au père, traîneurs29, rouleurs herscheurs font preuve d’un dynamisme contagieux, se montrant solidaires et irascibles devant la répression30. Mais le textile surtout, destructeur des hiérarchies, favorise l’influence des jeunes. A Troyes, les rebrousseurs, travailleurs de quatorze à seize ans — « nos enfants » — fomentent la plupart des conflits de bonnetiers en 1880, 1886, 1888 ; cette année-ci, ils mènent avec beaucoup d’énergie et maturité la lutte au « bagne » Mauchauffée pour la réintégration du jeune militant syndical Félix Cottel31. Dans les filatures, les rattacheurs, très touchés par l’accélération des cadences32encore accrues par les économies de main-d’œuvre — pour réduire les frais généraux, la plupart des industries suppriment un rattacheur sur quatre, ce qui occasionne de nombreux conflits — constituent une catégorie fort agitée : ils cumulent près de la moitié des grèves de jeunes. En 1880, à Reims comme à Roubaix, ils font figure de détonateurs. A Vienne, les appondeurs, adolescents de douze à seize ans, persuadent les femmes, garnisseuses et tisseuses, et déclenchent les manifestations du 1er Mai 189033.

  • 34 La plupart des statuts de syndicats prévoient des clauses sur l’âge minimum de l’adhésion. A ce suj (...)

14Ces cas demeurent néanmoins exceptionnels. Dans l’ensemble, le mouvement ouvrier, tributaire de représentations globales, accorde peu de crédit à ses enfants, ne les accueillant qu’avec réserve dans ses organisations34. Passé le service militaire, cette entrée dans la vie, les adolescents, devenus de jeunes adultes, joueront au contraire un rôle capital. Auparavant, trop peu nombreux dans une société vieillissante, les jeunes ouvriers, en tant que classe d’âge, ne jouissent que d’une autonomie réduite.

II. GRÈVES FÉMININES

  • 35 Pour l’ensemble de ce chapitre et tous les problèmes évoqués ici, je renvoie aux ouvrages de Madele (...)
  • 36 Rapport des ferblantiers à l’Exposition de 1867, cité par M. Guilbert, 1966 a, p. 50.

15Les femmes forment environ 30 % de la population industrielle active35 et, en cette seconde moitié du 19e siècle, leur part s’accroît (30 % en 1866 ; 37,7 % en 1906) : la stagnation de la population française, véritable frein à l’industrialisation, conduit à puiser sans cesse davantage dans le « réservoir » féminin. Si la métallurgie, le bâtiment, les mines... demeurent des secteurs virils, les femmes grandissent dans l’industrie chimique (30 % des effectifs au recensement de 1896, notamment à cause des tabacs, voués au deuxième sexe), dans celle du papier (28 % ; même recensement) ; elles conservent leur primauté dans le textile (51 %) et règnent en maîtresses dans le vêtement (87 %). Textile et vêtement accaparent alors 73 % des travailleuses ; la confection se pratiquant encore largement à domicile, les « ouvrières de l’aiguille » incarnent, aux yeux de l’opinion, le type même de l’ouvrière. Les propos d’un rapport ouvrier de 1867 restent vrais : « Le lot de la femme est la famille et la couture »36.

16Relativement récent, sans tradition, accablé par une domination bicéphale où l’homme et le patron se soutiennent, le prolétariat féminin offre tous les caractères de l’armée industrielle de réserve : d’emploi fluctuant, sans qualification, ses rémunérations sont inférieures de moitié environ à celle des hommes. Pour les ouvriers, le salaire féminin représente surtout un appoint, plus ou moins temporaire. La mère de famille cesse de travailler et toutes les monographies de familles décrivent comme crucial le temps de la maternité active. L’ouvrière subit une double exploitation : comme femme et comme ouvrière.

17Voilà bien de quoi se révolter. Pourtant, la disproportion entre la place des ouvrières dans l’industrie et dans les grèves saute aux yeux : de 1871 à 1890, 173 coalitions purement féminines, 5,9 % du total, représentant 33 368 participantes (3,7 %), indiquent une propension à la grève bien médiocre (0,123). En beaucoup plus grand nombre, il est vrai, les femmes ont participé à des grèves « mixtes » ; nos documents nous en signalent expressément 361 (12,3 % de l’ensemble), et sans doute la plupart des grèves du textile appartiennent à cette catégorie. Les grèves mixtes se caractérisent par une forte agitation : 37 % comportent des incidents (moyenne générale : 21 %), 31 % des manifestations de rues, près de 10 % connaissent des troubles et, en conséquence, des taux élevés d’intervention des forces de l’ordre (gendarmerie : 16 %, armée : 5 %). Bien loin de pousser à l’apathie, la mixité forme un mélange détonant. Contrairement à toute attente, le textile, on le verra, tient bien sa partie sur la scène sociale, sans qu’on puisse y mesurer le poids exact des femmes. Elles se montrent surtout dynamiques dans les cortèges et les troubles mineurs, donnant de la voix et du geste, habiles à porter le drapeau, conspuer les patrons et briser les vitres.

  • 37 Sur le rôle ambivalent des femmes de grévistes, cf. la troisième partie.

18Comme épouses de grévistes, les femmes jouent un rôle variable selon le rapport qu’elles entretiennent avec le métier ou l’usine de leur mari : la femme du mineur, très intégrée au monde de la houille, combative et présente, telle la Maheude, constraste avec la compagne plus distante de l’ouvrier urbain37. Très généralement, les ménagères inclinent à la prudence, plus accessibles pourtant à la brève flambée d’une grève qu’à l’austérité de l’engagement syndical.

19L’attitude des femmes devant la grève mérite donc d’être appréhendée à plusieurs niveaux. Mais leur style apparaîtra mieux dans les grèves féminines proprement dites.

1. CARACTÈRE DES GRÈVES FÉMININES

20Limitées dans leur ampleur (194 grévistes/grève en moyenne) et dans leur durée (8,5 jours : 43 % durent seulement un et deux jours), elles se cantonnent la plupart du temps à un établissement : usine textile, manufacture de tabacs ; on ne relève que cinq grèves généralisées et quatre grèves tournantes. Le plus souvent subites (87 %), défensives (57 %), peu organisées (61 % sans forme d’organisation), encore moins syndicalisées (9 % seulement), elles protestent plus qu’elles ne revendiquent.

  • 38 Arch. dép. Hérault, 4 M 3613 (94), Grève générale des ouvrières (1 200) de toutes les fabriques, du (...)

2186 % ne militent que pour un seul objet, le salaire (75 %), toujours menacé. La demande de réduction de la journée (12 %) s’attache non aux dix heures, pôle des désirs masculins, mais seulement aux douze prévues par la IIe République. Tel est le but d’un important mouvement (juin-juillet 1874) des fileuses de soie d’Annonay, de Valleraugues et de Ganges (Hérault) ; travaillant de 5 h du matin à 7 h du soir, elles aspirent à ne faire que le tour du cadran : de 6 à 18 h38.

  • 39 Arch. dép. Loire, 92 M 15 et Arch. préf. pol., BA 172, sur cet important mouvement de 1878. Elles s (...)
  • 40 Arch. dép. Isère, 166 M 1, lettre au préfet, 29 janvier 1876.
  • 41 Arch. nat., F 12 4658, rapport de l’inspecteur divisionnaire du travail Delattre au min. Com., 25 f (...)

22De même, les ouvrières en lacets de Saint-Chamond39. Les tisseuses de chez Pochoy-Bruny à Paviot (Isère) allèguent la loi de 1848 avec nostalgie : en 1876, elles travaillent seize heures (de 4 h à 20 h 30)40 ; en 1884, elles en accomplissent encore quatorze et demie effectives (de 5 h du matin à 8 h du soir, avec un arrêt d’une demi-heure pour déjeuner), et l’inspecteur Delattre décrit le sort des travailleurs non logés par l’usine qui « ont 3 à 4 kilomètres à faire pour retourner chez eux, de sorte que, rentrant souper à 9 h du soir et repartant à 4 h du matin..., ils n’ont que six heures au plus pour se reposer »41.

  • 42 Arch. dép. Loire, 92 M 30, pièce 97, pétition datée du 23 août 1889.
  • 43 On est frappé de l’usage de ces pronoms dans les interviews d’ouvrières qui clôturent le livre de M (...)
  • 44 Arch. préf. pol., BA 178, Appel aux ouvrières de Saint-Chamond, juin 1878, qui exhorte les ouvrière (...)

23Pas de revendications proprement féminines, sinon peut-être un accent sur la fatigue accablante ou les rigueurs d’une discipline particulièrement tracassière : dans une pétition au préfet, les tisseuses de Saint-Denis de Cabanne « demandent d’être libres de prier ou non à l’usine. Les amendes affligées... aux ouvrières, elles demandent qu’elles soient employées au cas que les ouvrières soient malades » (sic)42. Pas l’ombre d’une invocation « féministe » à l’égalité des sexes. Plus qu’elles ne récriminent, les femmes se plaignent, membres d’une humanité souffrante, victimes d’un sort aveugle dont elles ne savent ou n’osent dénoncer les fauteurs : « ils, on », vague figure du destin43. « Citoyennes, nos souffrances ne sont-elles pas les mêmes ? Ne nous a-t-on pas tenues également dans la même ignorance, ignorance restreignant l’intelligence naturelle de la femme et ne lui permettant pas de se plaindre hautement des injustices dont elle est victime... »44.

  • 45 Arch. dép. Loire, 92 M 15, Pétition des glaceuses de fil au préfet.
  • 46 Arch. dép. Isère, 166 M 1, lettre au préfet, 29 janvier 1876.
  • 47 Ibid., lettre du maire de Voiron au préfet, 2 février 1876.
  • 48 Le Rappel, 4 mai 1879.
  • 49 Le Cri du Peuple, 17 janvier 1887, récit de Duc-Quercy qui déplore qu’à l’ultime réunion des grévis (...)

24Le ton demeure modéré, soucieux de justifier : « Les considérants de cette demande sont justes, raisonnables et légitimes »45, empreint de déférence. Les ouvrières ne cessent d’appeler leurs patrons « Messieurs » ; elles s’adressent volontiers aux autorités (dans 7 % des cas ; moyenne générale : 5 %), notamment aux préfets, auxquelles elles décrivent, sur le magique papier timbré, des lettres respectueuses : « Nous vous prions, Monsieur le Préfet, d’user de vos droits et d’intervenir dans cette affaire afin que nous en venions à un arrangement honorable »46, disent au préfet de l’Isère les tisseuses de Voiron qui croient en sa toute-puissance. Selon le maire de la ville, « hier, on avait répandu au milieu de ces femmes que M. le Préfet devait arriver à 11 heures pour leur faire rendre justice et bon nombre s’étaient postées à la gare »47. On voit les dévideuses de Lyon, pourtant dotées d’une chambre syndicale, organiser une réunion publique pour faire signer une lettre des ouvrières à Mme Grévy48. Signe à la fois du prestige qui auréole les représentants de la République naissante et de l’espérance ouvrière. Lorsque, d’aventure, le succès couronne ces démarches, ordinairement déçues, la reconnaissance jaillit. Pour remercier le préfet, auquel elles attribuent le déplacement d’un directeur détesté, les cigarières de Marseille se forment en cortège pour lui porter une gerbe49.

  • 50 Arch. dép. Ardèche, 141 M 1, juin 1882.
  • 51 Arch. dép. Loire, 92 M 15, lettre du 6 août 1878.
  • 52 Arch. dép. Hérault, 4 M 3613, rapport com. pol., 24 juin 1874.
  • 53 A ce sujet, voir les beaux exemples cités par M. Guilbert, 1966 b, p. 226.

25Les femmes se montrent inquiètes, légalistes. Les manutentionnaires de Vals sollicitent l’autorisation d’afficher un appel à la coalition50 ; les glaceuses de fil de Saint-Chamond prient le préfet de « nous octroyer la permission de nous mettre collectivement en grève »51. Beaucoup subissent le frein d’une tradition de respectabilité qui, dans les régions de ferveur catholique, s’enracine dans le sens du péché. Dans les Cévennes, les catholiques hésitent plus que leurs camarades protestantes. A Ganges, ces dernières, « poussées par leurs maris, avaient fait des démarches auprès des ouvrières catholiques pour les engager à exécuter leur projet. Mais celles-ci n’ont pas voulu accéder à l’instigation qui leur était faite par les protestantes. Et par ce refus, elles n’ont pas osé se mettre en grève »52. L’Eglise, qui brandit ses foudres53, pèse lourd sur les femmes et leurs représentations. Même apparemment libérées, elles éprouvent ce sentiment de « honte » qu’Edgar Morin a si bien discerné chez les Bretonnes de Plozévet, et dont la morale laïque, infiniment prudente pour l’éducation sociale en général, et pour celle des filles en particulier, ne les affranchira guère. Faire grève, pour beaucoup, apparaît comme un acte hardi, quasi téméraire, qui risque d’entacher l’honneur d’une « honnête femme ».

  • 54 Arch. dép. Loire, 92 M 15, pièce 95 : les glaceuses de fil se plaignent au préfet des insultes que (...)
  • 55 Grèves des corsetières de la maison Salomon, avenue d’Italie, Arch. préf. pol., BA 182 et Le Cri du (...)
  • 56 Selon MM. Pochoy et Bruny, lettre publiée dans Le Républicain de l’Isère, 14 février 1884.
  • 57 Arch. nat., F 12 4653, Cigarières de Toulouse, 1875.
  • 58 Arch. préf. pol., BA 182, pièce 7 : « Depuis plusieurs jours, les brocheuses de plusieurs maisons p (...)
  • 59 Arch. dép. Loire, 92 M 15, pièce 66.

26Les grèves féminines se heurtent à l’incompréhension d’une société pour laquelle la féminité, déjà difficilement compatible avec la situation d’ouvrière, l’est moins encore avec celle de gréviste. Les agents insultent les ouvrières54. La presse bourgeoise les caricature, insistant sur leur pittoresque, toujours à la limite de l’obscénité. On se gausse des corsetières — « la grève des dessous »55 —, des serveuses des Bouillons Duval qui refusent de « payer les pots cassés » ; on traite ces « bonnes » d’ « amazones ». Ou encore, sur un ton d’indulgence amusée, on plaide l’irresponsabilité. Ces « pauvres têtes folles »56, « proies », « égarées »57 apparaissent comme incapables d’agir de leur propre initiative. Derrière elles, on cherche le meneur masculin58. Ces « inoffensives », il faut les traiter comme des enfants : « Avec les femmes, écrit le préfet de la Loire, il faut procéder autant que possible par intimidation et n’employer la force qu’à la dernière extrémité »59. Bref, on ne les prend pas au sérieux.

  • 60 Arch. préf. pol., BA 172, 1888.
  • 61 Le Rappel, 23 août 1880.
  • 62 Ainsi pour les tisseuses de l’atelier Prel à Lyon en 1882, Arch. nat., F 12 4662.
  • 63 Ainsi pour les ouvrières de la manufacture de tabacs de Lyon, en 1882.

27Les ouvriers eux-mêmes ne les soutiennent pas toujours. Chez Lebaudy, les casseuses de sucre, payées aux pièces, se heurtent à l’inertie des hommes, rémunérés à la journée60. A Lille, les bobineuses de l’usine Wallaert, ayant débrayé, le patron ferme l’usine : « les tisserands trouvent justes les revendication des ouvrières, mais ils les blâment parce qu’ils en souffrent »61. Il arrive que les syndicats refusent de les soutenir parce qu’elles ne sont pas syndiquées62, ou parce qu’ils estiment leur action intempestive63.

  • 64 Arch. dép. Aveyron, 52 M 1, maire de Decazeville, 2 septembre 1872.
  • 65 Arch. dép. Isère, 166 M 2 et Arch. nat., F 12 4658.
  • 66 Arch. préf. pol., BA 171, pièce 20, rapport de police du 27 décembre 1888 : « La grève des teinturi (...)
  • 67 Arch. nat., F 12 4662, Grève des piqueuses de la maison Celle-Mauco à Lyon, 1886 : dans un communiq (...)

28Ces obstacles expliquent la timidité, l’irrésolution des femmes. Une admonestation suffit à les faire rentrer. A Decazeville, soixante cribleuses protestent parce que, pour la même tâche, on a augmenté le salaire des hommes et pas le leur, procédé classique : « Quelques observations sévères de M. Vigne ont arrêté ce commencement de grève »64. Inexpertes, elles ne savent pas comment s’y prendre, hésitent à désigner des déléguées, se tournent volontiers vers les hommes, comme vers leurs tuteurs naturels. A Paviot, en 1884, alors que 90 % des grévistes sont des femmes, elles se donnent pour leader Henri Barruit, un célibataire, tisseur à l’usine, et pour secrétaire syndical un certain Roger, de Moirans65. D’où, curieusement, un taux un peu plus élevé d’interventions politiques dans leurs conflits (12 % contre 10 %). En effet, celles-là se produisent surtout en milieu neuf à l’organisation. Les leaders, voyant dans ces terres en friche une possibilité d’implantation, proposent leurs services. Flattées, rassurées par ces sollicitudes, les femmes les acceptent ; mais elles se dérobent ou se cabrent lorsqu’elles se sentent un enjeu66. Tout compte fait, elles se méfient de la politique et préfèrent, en tout cas, les modérés, la rondeur radicale à la violence anarchiste67.

  • 68 Arch. préf. pol., BA 176 et Le Rappel, 3 juillet 1880 : sur 600 ouvrières, 400 grévistes, et 65 pré (...)
  • 69 Arch. préf. pol., BA 171, pièce 57, rapport de police du 28 décembre 1888.
  • 70 Ibid., pièce 58.

29Elles se défient plus encore des invites féministes. Les blanchisseuses de Meudon, coalisées, boudent une réunion où Léonie Rouzade engage, sans succès, les auditrices à former une société de secours mutuel68. Durant la grève des teinturières en peaux de la maison Tissier (Paris, boulevard Arago) qui, par sa virulence, fit quelque bruit, le journal L’Internationale des Femmes tente deux meetings : l’un à l’Alcazar d’Italie, avec Louise Michel et Mme Astier de Valsayre, rédactrice à L’Union des Femmes, réunit six cents personnes, mais « l’assemblée est restée froide »69 ; l’autre avec Tortelier et Louise encore, rencontre peu d’écho70. Le féminisme, à cette époque, reste un mouvement bourgeois, sans audience parmi les ouvrières.

30Au reste, la plupart des tentatives d’organisation stable se heurte sinon à l’inertie, du moins à cette pusillanimité qu’engendrent la crainte et le scepticisme. Il y eut, pourtant, parallèlement aux premiers congrès ouvriers, et parfois entée sur eux, une vague d’efforts et de créations, inscrite dans la poussée générale de syndicalisation qui a marqué le triomphe de la République. A Paris, à Marseille, à Lyon et dans sa région (Vienne, Saint-Etienne, Grenoble, Saint-Chamond, etc.) surgissent des « comités d’initiative de Dames » — lingères, couturières, tisseuses... — susceptibles de muer en chambres syndicales.

31Entre 1878 et 1884, la majorité des grèves féminines du Sud-Est sont effectivement dirigées par de telles chambres.

  • 71 Arch. dép. Loire, 92 M 15, pièce 66, juillet 1878.
  • 72 Arch. dép. Isère, Statuts de la chambre syndicale des « ouvrières de toutes les corporations réunie (...)
  • 73 La Marseillaise, 22 juillet 1878.

32Les femmes ont participé à la grande espérance républicaine des années 80. Il semble qu’elles aient vécu, obscurément, dans l’attente d’une libération. On en perçoit l’écho dans les discours de Mlle André, de Mlle Marie Finet, « l’orateur habituel du droit des femmes »71, zélatrice de l’association dans la vallée du Rhône, comme dans les considérants de statuts syndicaux72 ou les propos de certaines grévistes : « Nous sommes des femmes ; 89 nous a faites citoyennes », proclament les serveuses des Bouillons Duval qui déclarent faire confiance aux « champions de la démocratie »73 pour les défendre.

  • 74 A ce sujet, cf. ci-dessus, la première partie.

33La « culture » des femmes à cette époque les rend particulièrement sensibles aux ondes messianiques. L’émoi que le 1er Mai 1890 a éveillé parmi elles en fournit un autre exemple74. Signe de potentialités que des leaders moins imprégnés de civilisation latino-chrétienne auraient pu faire jaillir, mais perpétuellement refoulées, déçues, déviées...

  • 75 A ce sujet, cf. M. Guilbert, 1966 b, p. 155 et sq.
  • 76 L’Egalité, 28 juillet 1880, motion présentée par L’Egalité (guesdiste) au congrès régional socialis (...)
  • 77 Le Cri du Peuple, 24 décembre 1888.
  • 78 1911, p. 288-293, dernier chapitre, consacré à « La libération de la femme » est, en fait, un portr (...)

34Tributaire de tout un environnement, le mouvement ouvrier français prenait lentement conscience du problème féminin. La question de « la femme », très souvent au programme des premiers congrès ouvriers, tend à disparaître ensuite des ordres du jour75. Les divers courants socialistes ou syndicaux s’avèrent peu préoccupés, voire peu favorables à l’émancipation féminine. Pour les révolutionnaires, elle serait résolue seulement « par l’appropriation collective de tous les instruments de production »76. Pour les proudhoniens — et sur ce point la plupart des ouvriers l’étaient ! — le travail industriel contrarie fondamentalement la nature féminine ; la femme au foyer, épouse et mère, demeure l’idéal. Même les socialistes révolutionnaires conservent une optique populationniste ; le blanquiste Chauvière fonde le droit des femmes sur la maternité : « La femme... a droit à tous les soins et à tous les ménagements possibles pour donner au pays des enfants robustes. Si elle manque du nécessaire, elle ne donnera que des enfants malingres et chétifs »77. Reconstruisant le monde, Pataud et Pouget gardent, sur le chapitre des femmes, une prudente réserve78.

  • 79 Arch. préf. pol., BA 171, pièce 43, rapport de police du 6 janvier 1889, compte rendu de meeting : (...)
  • 80 Arch. dép. Ardèche, 141 M 1, selon le com. pol., 9 novembre 1885, ce patron antirépublicain, Gamet- (...)
  • 81 Arch. dép. Loire, 92 M 17, pièce 19.
  • 82 Arch. dép. Isère, 166 M 2, s.-préf.-préf., 13 mars 1883.
  • 83 Autres exemples de grève-fête, troisième partie.

35L’absence d’organisation syndicale, jointe au refus particulièrement accentué du patronat de discuter avec des femmes, aisément remplaçables et renvoyées, rend la négociation difficile et favorise les incidents. Il s’en produit dans 25 % des cas (moyenne générale 21 % ; hommes seuls : 18 %) ; incidents d’ailleurs peu dramatiques : sorties en masse, chahuts, cortèges surtout (manifestations de rues dans 17 % des grèves ; contre 6,7 % pour les hommes seuls). Encore les femmes chantent-elles rarement autre chose que « La Marseillaise », affectionnant même en réunions des « romances sentimentales »79 ; et elles brandissent le drapeau tricolore. Voici cinquante fileuses de Privas dont le patron, sous prétexte que « la Marianne n’a pas pété » aux élections législatives80, vient de diminuer le salaire ; elles sortent de l’usine « en chantant à tue-tête : il nous faut trente sous et non pas vingt-cinq », puis entonnent « La Marseillaise » et rentrent chez elles. Pour étendre leur mouvement, les ouvrières de Bourg-Argental « se forment en bande, ayant en tête un petit drapeau porté par deux gamins de douze à treize ans »81. A Renage, les tisseuses « pour se rendre à la mairie ont traversé une partie du village en chantant et l’une d’elles portait un drapeau tricolore... Ensuite, une centaine d’entre elles sont entrées dans un café... où elles ont bu, dansé et chanté jusqu’à huit heures et demie du soir »82. Dans la vie grise de ces femmes, la grève revêt souvent l’allure d’une fugue, d’une fête83.

  • 84 Sur les meneurs de grève, cf. la troisième partie, p. et sq. On y trouvera quelques portraits fémin (...)
  • 85 Arch. préf. pol., BA 171.
  • 86 Cas typique de la grève des tabacs de Toulouse en 1875 (Arch. nat., F 12 4653), menée par « les vie (...)

36On aimerait naturellement connaître les meneuses de grève. Mais l’obscurité, l’anonymat, le préjugé, les dissimulent plus encore que leurs camarades masculins84, plus qu’eux suspectées, quoique différemment, taxées non « d’esprit fort », mais de « mœurs légères », non de conviction, mais d’ « exaltation », non d’audace, mais d’ « aplomb ». De Clotilde Pardon, trésorière du comité de grève des teinturières en peaux, on nous dit qu’elle a « plus de toupet que d’intelligence »85. Folle, coureuse, ou virago : la meneuse n’échappe pas au destin que lui fixe l’opinion. Femme jeune, en tout cas (sur 75 meneuses d’âge donné, 69 % ont de 15 à 34 ans), voire très jeune (42 % ont de 15 à 24 ans), notamment dans les fabriques de soieries, à l’image du personnel employé. Au contraire, dans les manufactures de tabacs, où l’on fait carrière, les vieilles cigarières mènent le jeu, instruisent les jeunes, gardiennes des « droits » et d’une tradition en formation86.

  • 87 Arch. préf. pol., BA 177, 1875.
  • 88 Arch. préf. pol., BA 177, pièce 5, 1875.

37Des noms, quelques âges constituent presque toute notre provende. A peine quelques silhouettes émergent-elles çà et là, saisies au détour d’une rue, au seuil d’une usine, révoltées d’un jour que la vigueur de leur protestation a conduites au poste de police. Voici Angélique Faligonde, soixante ans, bretonne de Nantes, dévideuse de laine chez Poiret, boulevard d’Italie, à Paris, célibataire, qui entraîne sa petite troupe de contestataires, célibataires aussi de vingt à quarante ans87. Voici Léonie Verget, née à Marseille, trente-trois ans ; elle vit maritalement avec un journalier, paie un loyer de 120 F par mois, travaille depuis quatre ans comme écosseuse de haricots chez Appert (XXe), peinant de 5 heures du matin à 11 heures du soir pour 0,70 F ; elle est arrêtée pour injures aux non-grévistes qui ne veulent pas, comme elle, réclamer 1 F ; selon sa fiche de police, « elle n’a pas d’opinion politique précise, mais elle est exaltée »88.

  • 89 Arch. nat., F 12 4662, Grève des teinturiers de Villefranche, 1881 ; rôle important des femmes dans (...)

38Les « organisatrices » (membres de commissions, oratrices de réunions, voire responsables de syndicats), moins soucieuses d’éclat, nous échappent plus encore. Les filles ou femmes de militants, adossées à un milieu qui les comprend et les soutient, jouent parmi elles un rôle certain. A Lyon, à Saint-Chamond, les épouses de Charvet et de Georges Payre, teinturiers, actifs militants, animent auprès de Marie Finet les « corporations des dames réunies » (1878) ; à Villefranche, la jeune Liégeon, compagne d’un anarchiste notoire, rédige des motions et tient la tribune des meetings89. Le militantisme féminin ne saurait se passer de l’approbation familiale. Déraciné, solitaire, le meneur est souvent un individu en rupture : situation invivable pour une femme, du moins ouvrière, qui ne peut agir que dans le sillage de l’homme.

2. SOCIOLOGIE PROFESSIONNELLE DES GRÈVES FÉMININES

  • 90 A savoir : Rhône : 22 ; Isère : 18 ; Bouches-du-Rhône et Gard : 15 ; Loire : 11 ; Ardèche : 7 ; Hér (...)
  • 91 Les journaux démocrates, à Lyon comme à Vienne ou à Marseille, paraissent particulièrement attentif (...)

39Reste à esquisser brièvement la sociologie professionnelle des grèves féminines. 62 % (soit 105) appartiennent au groupe textile-vêtement dont plus du tiers (et 24 % de l’ensemble) ressortissent à l’industrie de la soie. Sociologie qui explique une géographie des conflits, concentrés dans le Sud-Est du pays (57 % dans dix départements de ce secteur)90. Au facteur industriel, peut-être convient-il d’en ajouter d’autres : influence du protestantisme, du radicalisme ? La femme donne l’impression d’être plus libre, d’avoir davantage son franc-parler. Elle rencontre un appui plus ferme de la part des républicains locaux91.

16.Répartition des grèves féminines par département

  • 92 Elles forment un syndicat à l’issue de la grève. On retrouve d’ailleurs ce processus dans 7 % des c (...)
  • 93 Sur cette grève, cf. Arch. nat., F 12 4665 et surtout Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 60 M 61.

40Plusieurs types se dégagent : on en retiendra trois. Dans le groupe des cuirs et peaux et leurs annexes (chaussures, gants) (5,9 % des conflits), l’influence de la tradition masculine d’organisation se fait sentir. La chambre syndicale des mégissiers de la Seine supporte activement la grève des teinturières en peaux de chez Tissier en 1888, convoque plusieurs réunions, dont une conférence-concert, à leur profit, et les incite à s’organiser92. La solidarité des deux sexes s’avère particulièrement forte dans l’industrie de la chaussure : les piqueuses de la maison Celle-Mauco, à Lyon, en 1886, sont soutenues par le syndicat des cordonniers, de coloration anarchiste ; et si elles désavouent les tentatives de grève générale, elles constituent, à l’instar de leurs camarades, un syndicat. Mais le cas le plus remarquable se rencontre à Fougères : en 1889, les piqueuses syndiquées déclenchent un mouvement pour obtenir la hausse de leurs salaires, les hommes débraient sans revendication propre et les manifestations, fort houleuses, notamment contre la maison Houssaye, mêlent indistinctement le prolétariat des deux sexes93. Dans ces divers exemples, les ouvrières semblent bien intégrées au monde ouvrier.

  • 94 M. Guilbert, 1966 a, a repris une partie de ces textes, p. 37 et sq.
  • 95 D’après B. Malon, in Le Citoyen de Paris, 15 janvier 1881.
  • 96 Le travail des femmes au 19e siècle, 1873, p. 414 et sq., insiste sur les avantages familiaux du sy (...)
  • 97 Sur la situation économique de l’industrie de la soie, cf. E. Levasseur, 1907, p. 107 et sq.
  • 98 Décrites par Le Réveil du Dauphiné, 17 février 1884 : l’envoyé du journal a interviewé dans une cha (...)

41Dans les manufactures de tabacs et les fabriques de soieries, les grèves présentent forcément plus d’autonomie, mais de façon bien différente. Filatures et tissages de soie du Sud-Est, décrites de longue date par Villermé, Reybaud94et tant d’auteurs, emploient une main-d’œuvre d’origine rurale, temporaire et généralement sous contrat : chez Bonnet, à Jujurieux (Ain), où, vers 1880, œuvrent un millier de jeunes filles de onze à vingt ans, les parents souscrivent un engagement de trois ans et demi ; en cas de rupture, ils doivent verser 50 centimes par jour95 ! ce qui explique leurs réticences au débrayage. Les usines logent les ouvrières dans des dortoirs bondés, sévèrement tenus par des religieuses, les nourrissent chichement, les obligent à prier. Les journées vont de treize à seize heures, pour des salaires dérisoires, versés directement aux familles. Ces établissements ressemblent aux workhouses britanniques ou japonaises. Les économistes bourgeois, tel Paul Leroy-Beaulieu96, les vantent ; les démocrates les dénoncent avec une vigueur accrue par l’anticléricalisme de l’heure. Ces critiques aident-elles les travailleuses à prendre conscience de leur exploitation ? Ou bien la crise, succédant à « un coup de fortune »97, en aggravant encore leur condition, les pousse-t-elle hors de la résignation ? Toujours est-il qu’entre 1874 et 1890, de nombreux conflits, d’abord offensifs et axés plutôt sur les horaires, puis défensifs du salaire, ont agité les « couvents » soyeux. La maison Pochoy-Bruny à Paviot (Isère), type hybride puisqu’il combine l’internat de jeunes filles et les « casernes » pour ménages98, en connaît pour sa part trois, dont l’un s’étire sur quarante-sept jours (1er février-20 mars 1884) avec de nombreux épisodes. Grèves mouvementées, vivantes, juvéniles, frondeuses, facilement contagieuses ; mais éphémères, instables, velléitaires sur le plan de l’organisation, et minées par la passivité, sinon l’hostilité, des familles paysannes, et par une conjoncture dégradée. D’où, en dépit d’une bonne combativité, des coalitions qui s’effilochent.

  • 99 En 1890, vingt manufactures occupent 20 000 travailleurs.
  • 100 A ce sujet, cf. A.P.O., t. I, p. 627. Le montant des retraites, au départ dérisoire, est le princip (...)
  • 101 Bulletin de l’Office du travail, janvier 1907, p. 401.
  • 102 Outre A.P.O., t. I, p. 603 et sq., cf. M. Guilbert, 1966 b, p. 93-99, étude vivante et détaillée de (...)

42Les manufactures de tabacs présentent une structure originale : forte concentration d’une main-d’œuvre essentiellement féminine99, stabilisée par de relatifs avantages de carrière (retraites)100. « Dans cette profession, l’apprentissage dure plusieurs années ; aussi le fait d’un renvoi cause-t-il un grave préjudice à celle qui en est la victime. L’admission y est recherchée et l’administration favorise à cet égard les filles des anciens ouvriers »101. Enfin l’existence d’un seul patron, l’Etat, unifie les conditions et les aspirations. D’où le développement d’un syndicalisme féminin (lui-même précédé d’une tradition mutuelliste) précoce (1887 : à Marseille, première chambre syndicale de cigarières), massif (en 1891, 7 800 syndiquées, 40 % des effectifs), unitaire, au demeurant fort corporatiste102.

  • 103 Maximum de durée : grève de Marseille, 6-21 janvier 1887.
  • 104 A propos de la grève de Toulouse, 1875, où successivement les jeunes apprenties refusent de faire u (...)
  • 105 Cf. Arch. dép. Bouches-du-Rhône, M 6 2340 et Le Cri du Peuple.
  • 106 Le Cri du Peuple, 15 janvier 1887.

43Les ouvrières des tabacs se signalent, parmi les femmes, par une propension à la grève particulièrement forte : 32. Ne formant que 0,5 % de la population féminine active industrielle, elles fournissent 16 % des grévistes féminines. De 1871 à 1890, elles ont soutenu neuf conflits, amples, mais ordinairement brefs103, caractérisés par la vivacité de la concertation, la vigueur de la solidarité104, la variété des formes d’organisation, la place, dans les griefs, des questions de discipline (amendes, punitions, mises à pied...) et des relations avec la direction. Un millier d’ouvrières se mobilise, à Marseille, durant quinze jours, pour obtenir le renvoi d’un chef de section abhorré, Roustan, « un véritable négrier » ; ce duel passionne l’opinion locale105. Les établissements de l’État n’offrent pas l’exemple du libéralisme : « C’est à donner envie d’être galérienne », s’écrie une vieille cigarière106. Néanmoins, les possibilités de médiation et de négociation y apparaissent plus aisées, le ministère ne soutenant pas ses fonctionnaires comme le ferait, pour ses cadres, un patron privé. D’où, pour un milieu homogène et combatif, qui a son franc-parler, un jeu plus ouvert et plus réussi.

44Exception dans un univers de défaite et de soumission.

III. GRÈVE ET PROFESSION. PROBLÈMES GÉNÉRAUX

  • 107 Part des grèves agricoles dans l’ensemble des grèves : 1864-1870 : 0,3 %. —. 1871-1890 : 1,1 %. — 1 (...)

45Fait industriel, fait ouvrier, la grève du 19e siècle est étroitement limitée dans son horizon social : l’usine l’enserre tout entière. Le monde des bureaux la méprise comme une tare ; celui des champs lui échappe presque totalement ; et en dépit d’une forte progression au début du siècle — poussée brutale plus que croissance vraie — elle s’y acclimate difficilement : la greffe prend mal107. Il n’en est pas moins intéressant d’indiquer ces étroites fissures, par lesquelles s’étendra une emprise qui, aujourd’hui, ne connaît guère de frontières.

1. HORS DU MONDE OUVRIER

  • 108 Arch. nat., F 12 4659, Nièvre, mouvement des communes d’Azy-le-Vif, Fleury- sur-Loire, Luthenay, Ux (...)
  • 109 Au printemps 1882, 3 000 jardiniers de la banlieue ouest de Paris : Courbevoie, Suresnes, Puteaux, (...)
  • 110 Le Cri du Peuple, 25 mai 1886 : « En grève! Tel a été notre cri. Et dans les grandes forêts du Nive (...)

46De 1871 à 1890, peu de grèves agricoles (35 ; 10 200 grévistes). Hormis un mouvement de moissonneurs nivernais, qui demandent qu’on respecte la louée, la journée de douze heures, qu’on préfère, pour « lever » la moisson, le volant au dard, fauteur de chômage, et qu’on augmente le prix de la journée108, elles affectent d’ailleurs des secteurs marginaux de l’agriculture : maraîchages de banlieue109 et forêts du Centre. A plusieurs reprises, de 1885 à 1887, les confins boisés de la Nièvre et du Cher sont agités de coalitions assez amples (1 200 grévistes en mai 1886), presque toujours à l’époque de l’écorçage parce qu’alors le travail presse. Les sans-travail affluent dans les bois, en ces temps de crise ; un âpre patronat en profite pour abaisser sans cesse le taux du salaire qui, en 1886, n’atteint pas 2 F par jour. Ces mouvements font tache (douze communes touchées en 1886) par simple contiguïté, ou par la voie de bandes missionnaires, portant haches et scies, allant de coupe en coupe, femmes en tête. Les bûcherons savent au reste fort bien s’organiser, forment des « comités », adressent au Cri du Peuple des billets vengeurs, signés de surnoms militants (un bûcheron socialiste, Pâquerouge)110. Ces milieux pauvres, mobiles, en marge des communautés stables, traditionnellement contestataires, adhèrent très tôt au socialisme, accueilli comme un nouvel Evangile. Vieilles terres républicaines, les campagnes de la France centrale ont résisté au coup d’Etat du 2 décembre, admiré Blanqui, vibré pour la Commune. Elles donneront au communisme ses premières assises.

47Quoi qu’il en soit, l’opinion ne s’arrête guère à ces mouvements semi-paysans comme si elle cherchait à sauvegarder l’image rassurante d’une campagne paisible, dépourvue de « question sociale », tranquille fondement de la République.

  • 111 Pot-Bouille, éd. La Pléiade, t. III, p. 65.
  • 112 Recherche..., t. I, p. 799.

48Ce que nous appelons aujourd’hui le « tertiaire » — bureaux, services, monde des employés et des fonctionnaires — ignore tout autant la revendication. Balzac déjà (cf. Les Employés), Maupassant surtout, ont trop bien décrit la conscience aliénée des « confinés », tout entière balancée entre l’attente des faveurs du chef et les respectabilités du dimanche, entre les urgences du rapport et les tourments de l’avancement, pour qu’il soit nécessaire d’y insister. Ce milieu de lente ascension sociale, aspiration de tant d’ouvriers en mal d’évasion, maintient des valeurs d’ordre dans une société de classes : l’honneur, la considération, le costume, le titre, y comptent plus que le gain brutal, salaire des mains nues. Zola a conté le profond mépris d’un ménage d’employés pour « les ouvriers qui pondent des petits comme des poules »111. Et Proust, de son côté, note avec quel soin le lift de Balbec parle de son « traitement »112.

  • 113 A Anzin, en 1878, les mineurs demandent « l’égalité des salaires entre les ouvriers et les bureaucr (...)
  • 114 Quelques exemples : Arch. dép. Pas-de-Calais, M 1807, com. spéc., 26 juillet 1878 : « Les administr (...)

49Du côté ouvrier, la méfiance, masque souvent d’une secrète envie, n’est pas moins grande pour ces non-producteurs, parasites, auxiliaires du capital. Dans les entreprises importantes, les seules où les « bureaux » aient quelque développement, des frictions surviennent. Les ouvriers protestent contre les privilèges des employés113 qui, en cas de conflit, font toujours corps avec le patronat, lequel les emploie pour des œuvres de basse police114.

  • 115 Arch. préf. pol., BA 201, pièce 326.

50A l’époque qui nous occupe, à peine peut-on repérer dans ce mur de la haine, deux brèches timides, de signification ambiguë, et appelées à un développement fort inégal. En septembre 1888, on signale une brève agitation parmi les postiers parisiens mécontents de leurs salaires115. Sans doute retombe-t-elle rapidement car on n’en parle plus. Mais vingt ans plus tard, en 1909, c’est de ce secteur, de recrutement plus prolétaire — nombre de fils d’ouvriers deviennent « petits télégraphistes », puis facteurs — que part la première grande grève de fonctionnaires, occasion d’une immense polémique sur le droit de grève dans les services publics.

  • 116 J. Maitron, 1951, p. 130 ; La Bataille de Lissagaray s’est intéressée aux employés : cf. 15 septemb (...)
  • 117 Documents dans Arch. préf. pol., BA 183-184, sur les manifestations de 1888. A ce sujet, cf. J. Nér (...)

51Autre zone mouvante : celle des employés de commerce, lieu de mouvements confus et contradictoires. Sans doute convient-il de ne pas attacher trop d’importance à la tentative, vers 1880, de création d’une « chambre syndicale des employés », à laquelle Emile Pouget aurait pris une part active116 : elle ne semble pas avoir eu beaucoup d’efficacité. En 1887-1888, des groupes de jeunes employés : commis bouchers, garçons coiffeurs, limonadiers, manifestent dans les rues de la capitale contre le caractère abusif et onéreux des bureaux de placement. La présence de jeunes militants anarchistes, tel Alain Gouzien, s’efforçant de donner une portée révolutionnaire à ces protestations corporatives, la conjonction avec la grande grève des terrassiers de l’été 1888, ne doivent pas faire illusion117. S’il fallait trouver à ces tumultes une coloration idéologique, c’est bien plutôt de séduction boulangiste qu’on pourrait, semble-t-il, parler.

  • 118 G. Thuillier, 1969.
  • 119 Arch. nat., F 12 4654 et surtout Arch. préf. pol., BA 178 : quatre à cinq mille cochers en grève du (...)
  • 120 Arch. préf. pol., BA 179 et 1612 : six à sept mille cochers en grève du 13 au 18 juin 1889.
  • 121 En 1889, il y a 65 condamnations prononcées (quinze jours à six mois de prison) pour faits de grève

52Il convient de faire une place à part au secteur des transports que la comptabilité professionnelle de l’époque inclut volontiers dans l’industrie (« industrie des transports », écrit le recensement de 1896) et que nous attribuons au tertiaire. Entre 1871 et 1890, les cheminots, inorganisés, durement réprimés à la suite de leur tentative de pétition sous la Commune118, ne bougent pas. Les cochers, au contraire, qui, depuis 1867, date de leur première grande grève, paraissent avoir parfaitement compris le rôle bénéfique des Expositions pour leurs revendications, ne manquent pas une occasion de profiter de telles conjonctures. En 1878119, 1889120, leurs coalitions paralysent Paris. Mais, quoique leurs mouvements soient menés de façon très orthodoxe, sur le modèle le plus ouvrier qui soit, avec, dès 1878, un syndicat, comités, meetings houleux et violences contre les non-grévistes121, ils ne parviennent pas à susciter l’enthousiasme des ouvriers. Ces derniers, s’ils considèrent les cheminots, « serfs de la voie ferrée », comme d’authentiques prolétaires, répugnent à faire leurs les cochers, rivés à leur siège, teneurs de rênes, non d’outils, gens de service, trop liés aux bourgeois. Ceux-ci, au contraire, atteints par ces grèves spécifiquement urbaines plus que par aucune autre, leur accordent une place proportionnée à la gêne qu’ils éprouvent. Les journaux regorgent de tableaux pittoresques et se répandent en récriminations, invitant les clients à de futures représailles, et posant le problème de la légitimité des grèves dans ce qu’on peut considérer comme un service public. Quelle crainte de voir déborder la grève hors du domaine où on a fini par la tolérer, en espérant l’y cantonner : la classe ouvrière !

2. DIFFICULTÉS D’UNE SOCIOLOGIE PROFESSIONNELLE DES GRÈVES

  • 122 .1954, p. 186-212.
  • 123 1952.

53Au sein de cette classe ouvrière, qui fait grève ? Y a-t-il des industries, des professions, des métiers plus grévistes que d’autres ? La question, certes, n’est pas nouvelle. Une fois encore, il faut citer les travaux anglo-saxons : ceux de Kerr et Siegel122, de Knowles123, dont s’est inspiré Goetz-Girey. Tous ont établi une certaine stabilité de la hiérarchie des taux professionnels de propension à la grève. Selon Kerr et Siegel, les professions les plus prédisposées apparaissent comme les moins « intégrées » à la société (exemple : les mineurs), celles qui n’ont pas d’autres moyens pour faire aboutir leurs revendications. La grève, en somme, est un pis-aller.

54Si la description est relativement aisée, s’il est possible d’esquisser sous l’angle de la grève des psychologies, des tempéraments professionnels, l’explication se dérobe, en raison de la complexité même de l’objet. Les difficultés d’une sociologie professionnelle des grèves foisonnent. Et d’abord dans son fondement même : est-il légitime de considérer le « métier » comme un élément explicatif du dynamisme ou de l’inertie sociale ? A ce postulat sociologique, certains en opposeront d’autres, notamment géographiques. Ils préfèrent la région au métier, aux ouvriers du bois, les ouvriers du Nord... L’importance accordée ces dernières années aux délimitations géographiques des sujets historiques témoigne de cette prédilection.

  • 124 Cf. M. Halbwachs, 1912, chap. II, p. 60 et sq.

55Le parti, pris dans cette étude, montre une certaine distance pour les horizons d’une histoire géographique, une préférence pour une histoire sociologique qui empoignerait les « faits sociaux » à bras-le-corps sans privilégier nécessairement la médiation de l’espace. Mais il faut reconnaître que les objections ne sont pas moins grandes. Si la région constitue un ensemble complexe dont on ne sait jamais quel élément y joue un rôle déterminant, le problème se retrouve, un peu simplifié sans doute, mais non moins réel, au niveau du métier. Qu’est-ce, en effet, qu’un métier124 ? On pourrait le définir comme une combinaison de trois facteurs interdépendants :

  • une technique (matières premières ; outils, machines ; niveau de qualification ; type de main-d’œuvre) ;

  • un salaire ;

  • un cadre de travail (type d’entreprise ; type d’usine ; organisation matérielle du travail...).

56De ces trois éléments, le premier semble être le plus déterminant, sans qu’on puisse dire dans quelle mesure. Ainsi, la liaison entre qualification et salaire est perpétuellement interceptée par d’autres facteurs (sexe des travailleurs, localisations et nature de l’entreprise...) qui font qu’au 19e siècle, la formule « à travail égal, salaire égal » n’a aucune réalité.

  • 125 Et, n’en doutons pas, dans bien d’autres domaines : alliances matrimoniales, par exemple. Un croqui (...)

57Dans les grèves, comment jouent ces divers éléments constitutifs du métier ? Peuvent-ils être isolés? Et jusqu’à quel point ? Vu de loin, le monde ouvrier se dessine comme un damier de métiers ; lorsqu’on l’aborde, on pense plus ou moins implicitement qu’il ne se prête pas à une étude socioprofessionnelle, mais seulement professionnelle, par un véritable refoulement méthodologique qui postule obscurément l’unité sociale de la classe ouvrière. En fait, si le monde ouvrier est un dans sa dépendance (sa situation de producteur salarié), il apparaît multiple et divisé. Niveaux de revenus et degrés de qualification établissent en son sein des clivages très sensibles dans la grève comme dans le syndicalisme125. La question se pose de savoir si ces césures valent seulement relativement dans le cadre d’un métier donné, ou si elles ont une existence horizontale, découpant dans la classe ouvrière des strates jouant parfois en tant que telles. L’histoire du syndicalisme anglais — le conflit des skilled et des unskilled — fournit des exemples affirmatifs. Et on a pu pareillement avancer que jusqu’à la première guerre mondiale, le syndicalisme français était l’œuvre des seuls professionnels.

  • 126 Nomenclature des métiers, 1962 ; Code des catégories socio-professionnelles, 1962 ; Dictionnaire de (...)
  • 127 Outre l’Encyclopédie Larousse en dix-neuf volumes, précieuse parce que contemporaine de l’époque ic (...)

58Préalablement à la description des grands ensembles professionnels, on réunira donc brièvement quelques données transversales sur salaire et qualification des grévistes, sans toutefois vouloir tirer trop de conclusions d’une démarche pleine d’embûches. Premier obstacle : les lacunes de l’information en ce qui concerne ces deux notions, lacunes inégales : si le salaire est souvent indiqué (généralement sous la forme d’un vœu, opposé à un constat : les ouvriers gagnent tant ; ils demandent tant), quoique avec une imprécision provenant en partie des complications liées au mode de rémunération, la mention de la qualification fait presque toujours défaut. En effet le statut tripartite (O.P., O.S., manœuvre) n’existe pas. J’ai tenté pourtant d’appliquer cette grille aux grévistes : non sans difficultés. D’abord, par défaut de précision de la désignation professionnelle, des dénominations trop vagues (cordonnier, ouvrier métallurgiste...) pouvant recouvrir des niveaux de qualification très différents ; ensuite, par manque d’une connaissance approfondie de la technique des métiers, l’utilisation des dictionnaires ou nomenclatures actuelles s’avérant fort délicate en raison des déqualifications introduites par l’essor du machinisme. Si je me suis servie du code de l’I.N.S.E.E.126 pour la perforation des cartes mécanographiques, je n’ai retenu qu’exceptionnellement le statut impliqué. Je me suis efforcée de tenir compte de la situation du métier à l’époque, en me référant aux diverses descriptions contemporaines127. Quelles que soient les précautions prises, il demeure une marge d’arbitraire incontestable.

  • 128 A. Touraine, 1955, p. 105 : « ... l’O.S. a tout autant remplacé le manœuvre que l’ouvrier professio (...)

59On pourra, par ailleurs, objecter qu’il y a quelque vanité à vouloir plier aux moules du présent la réalité du passé. Mais il est vrai aussi que les classifications ont leur préhistoire ; elles s’ébauchent longtemps avant d’être nommées. Priorité du fait sur le langage : la chose précède le mot. En l’occurrence, l’O.S., ainsi baptisé au lendemain de la première guerre mondiale128, naît sous nos yeux. La nécessité d’intercaler, entre « l’ouvrier de métier » et le simple manœuvre, bon à tout faire, « homme de peine », héritier du journalier d’antan, une catégorie intermédiaire de travailleurs, spécialisés sur machines, dans une opération, voire un geste, se profile dans d’innombrables textes de la seconde moitié du 19e siècle : témoignages ouvriers dénonçant avec véhémence l’éclatement des métiers en « spécialités » asservissantes, descriptions sociologiques qui, dès qu’elles abordent les réalités concrètes, sentent vaciller les notions traditionnelles.

  • 129 Salaires et durée du travail..., t. I, p. 518 : « ... lorsqu’ils sont tout nouveaux, ils sont occup (...)
  • 130 Ibid., p. 33.
  • 131 Ibid., p. 408 : à propos de la métallurgie, Seine.
  • 132 Ibid., p. 511, étude du salaire par professions, Seine. On rejoint ici les observations d’Alain Tou (...)
  • 133 Ibid., p. 422.

60L’enquête de l’Office du travail, Salaires et durée du travail dans l’industrie française, fournit de nombreux exemples de telles discordances. Dans le questionnaire qu’il adresse aux entreprises, l’Office distingue : contremaîtres, ouvriers proprement dits, manœuvres, apprentis. L’apprentissage demeure la pierre angulaire du système, les manœuvres étant définis négativement, comme des « ouvriers dont le travail, n’exigeant aucun apprentissage professionnel, peut être effectué par tout individu bien constitué » (t. I, p. 17). Ces distinctions se révéleront rapidement inadéquates : d’une part, les enquêteurs constatent la décadence totale de l’apprentissage, dénomination théorique, qui ne recouvre plus, dans la plupart des cas (excepté dans le bois, les « métaux nobles »...), que la notion de jeune ouvrier, employé à la production ou aux tâches subalternes129. D’autre part, les images trop simples et bien distinctes de « l’ouvrier proprement dit » et du « manœuvre » se brouillent au point de se dédoubler, et, en se recouvrant partiellement, engendrent un hybride : le manœuvre spécialisé, l’O.S. « Il arrive fréquemment que les ouvriers proprement dits d’une industrie ne soient guère que des manœuvres ayant besoin d’une ou deux semaines tout au plus d’apprentissage ; dans ces cas, la distinction entre manœuvres et ouvriers proprement dits est parfois assez arbitraire et d’une interprétation délicate ; dans les mêmes cas, fort heureusement, les salaires des deux catégories d’ouvriers sont peu différents »130. Et encore, à propos des travailleurs employés sur machines-outils : « ou bien, ils ont à exécuter des ouvrages très variés pour lesquels le jugement, la connaissance du dessin et une longue pratique du métier sont indispensables, et il leur faut mettre en jeu d’autant plus d’habileté et d’intelligence que les machines à conduire sont plus compliquées ; ou bien ils sont affectés à des fabrications d’objets, toujours les mêmes ; la machine est disposée pour exécuter toujours les mêmes opérations ; ils n’ont même pas à faire leurs outils qui leur sont fournis par les outilleurs, et ce sont alors de purs manœuvres qui n’ont à acquérir que l’attention dans la surveillance des opérations et la promptitude des mouvements »131. Inversement, sous l’étiquette « manœuvre » deux types se profilent : le manœuvre voué à l’entretien, à la manutention, etc. ; celui qui « occupé à la production est, au contraire, en général, spécialisé ; il peut acquérir, dans sa spécialité, une perfection, inutile d’ailleurs à l’ouvrier d’entretien »132. L’enquête note au passage que certains de ces « spécialisés » parviennent à gagner plus que des professionnels par l’accélération des rendements : « Un manœuvre attelé à une machine-outil dans un atelier de fabrication de pièces à reproduire en quantités arrive rapidement à gagner, aux pièces, un salaire aussi élevé, ou même plus élevé, qu’un ajusteur exercé qui, par la nature même de son travail, ne peut être mis aux pièces, mais qui doit être intelligent, connaître le dessin, et avoir fait un apprentissage de plusieurs années »133.

61Ces textes nous intéressent non pour leur contenu objectif sur l’histoire de l’évolution du travail, dont l’ouvrage classique d’Alain Touraine a ébauché la description, mais pour leur désarroi devant le nouveau paysage industriel en voie de formation, le sentiment visible de l’impropriété d’un vocabulaire hérité, la conscience, obscure encore, des mutations que la mécanisation impose à la tradition atelière. Certes, les théoriciens avaient, depuis longtemps, perçu ces changements. C’est maintenant le tour des observateurs empiristes. L’O.S., pivot de la production moderne, grandit sous leurs regards, ils le soupçonnent, mais ne le savent pas encore assez clairement pour le nommer.

3. QUALIFICATION DES GRÉVISTES

  • 134 Rappelons qu’on entend par là : part (de grève, grévistes, journées de grève), évaluée en % du tota (...)

62L’analyse du pouvoir de grève134 selon la qualification montre clairement ce que la description historique nous avait déjà enseigné : la place décisive des O.S. dans le mouvement des grèves, avec 48 % des conflits, 59 % des grévistes, 60 % des journées perdues.

Répartition des grèves selon la qualification professionnelle des grévistes

Répartition des grèves selon la qualification professionnelle des grévistes

63Si le syndicalisme, l’association stable, demeure l’apanage des « ouvriers de métier », la grève, alors largement indépendante du syndicat, a fait dans les mœurs de la grande industrie son entrée triomphale. Les professionnels s’adjugent, il est vrai, 40 % des coalitions, mais en raison de la faible ampleur de celles-ci, seulement 28 % des grévistes et 32 % des journées. Quant aux manœuvres (dans cette catégorie, se trouvent par exemple les terrassiers, les travailleurs des industries chimiques, alimentaires, les dockers, etc.), leur part oscille autour de 10 % dans les divers indicateurs de mesure. Voilà qui situe nettement l’horizon social de la grève, nullement acte aristocratique de la tradition atelière, pas plus que rébellion des marginaux ; mais geste de la masse usinière, de l’infanterie des « bagnards » et des « forçats ».

64Bien entendu, ce constat brut devrait être confronté à la composition globale de la main-d’œuvre. Mais celle-ci, pour les raisons déjà invoquées, nous échappe : les recensements de la population ne font pas ces distinctions. On ne peut qu’ébaucher quelques hypothèses.

65Le recensement de 1872 classe la population active en quatre groupes :

  1. « ceux qui gagnent leur vie sans recourir au salaire »

  2. employés

  3. ouvriers

  4. journaliers

66Il dénombre :

67Le recensement de 1876 donne :

68Que range-t-on sous l’étiquette « journaliers » ? Le recencement de 1872 indique : « hommes de peine, charretiers »... Un modèle de tableau, adressé par le ministre de l’Agriculture et du Commerce aux préfets, destiné à établir la statistique annuelle de la France, distingue (novembre 1873) : « ouvriers : les ouvriers proprement dits sont, sauf de rares exceptions, payés à la tâche » ; « manœuvres, charretiers, etc. Les manœuvres n’ont pas de métier particulier et ne font usage que de leur force ; ils sont payés à la semaine ». L’Office du travail (enquête de 1893) s’efforce de préciser la part des manœuvres et des ouvriers proprement dits pour chaque industrie ; mais il n’opère aucun regroupement. Il faudrait de longs calculs pour parvenir, à partir de ces estimations partielles, à une estimation globale, en pondérant la part de chaque industrie dans l’ensemble de la main-d’œuvre : encore n’aurait-on que la distinction « manœuvres-ouvriers proprement dits ».

69En tenant compte de l’importance des grands secteurs d’emploi, de la part des femmes et des enfants, du rôle respectif de la « petite » et de la « grande » industrie, peut-être pourrait-on hasarder, sous toutes réserves, l’estimation suivante :

O.P. : 30 à 35 % — O.S. : 45 à 50 % — M. : 20 %

70Ce qui ferait apparaître la sur-représentation des O.P. au niveau des grèves (du moins pour la fréquence), la sous-représentation des manœuvres, tandis que la place tenue par les O.S. serait, somme toute, assez en rapport avec leur importance réelle dans le corps social. Si on admet ces pourcentages pour crédibles, et encore une fois il ne s’agit que d’une hypothèse extrêmement réservée, les propensions à la grève s’établiraient ainsi :

  • 135 Le Cri du Peuple, 22 avril 1884.
  • 136 21 janvier 1883.
  • 137 Défense des Travailleurs, 18 mai 1884 : lettre de Jean Maxime, tisseur, qui adjure la chambre syndi (...)
  • 138 23 mars 1890.

71L’image d’ensemble est un peu différente de ce que l’on pouvait attendre. La sur-représentation des professionnels n’existe qu’au plan de la fréquence, non pour les effectifs, en raison de la faible ampleur des grèves d’O.P. (ampleur moyenne : 185). L’étude des industries nous montrera que le pouvoir de grève des industries les plus qualifiées n’a rien d’excessif. La métallurgie, par exemple, ne tient pas dans le mouvement ouvrier la place escomptée ; le rôle des ouvriers du livre, jadis si entraînant, s’efface. Même le secteur du bois, domaine par excellence du professionnel, pèse moins lourd dans les conflits que dans l’emploi. La presse ouvrière de l’époque dénonce d’ailleurs la relative inertie de certaines professions très qualifiées, typographes ou charpentiers. A. Goullé écrit, à propos des derniers : « Leur libre allure, la confiance en soi-même que donne l’habitude des voyages pédestres, fait toujours des charpentiers une classe de travailleurs distincts et particulièrement intéressants. Ces gaillards musculeux, à large poitrine, et de haute taille, ont conservé une réputation de hardiesse... On se représente volontiers ces marcheurs comme une avant-garde, une élite des corporations ouvrières. Hélas ! Il faut en rabattre. Ces marcheurs ont perdu leur avance. Ils se sont attardés dans la franc-maçonnerie. Ils ont dépensé des forces à maintenir un vieux cérémonial et de vieux symboles »135. Et Le Travailleur troyen s’étonne de la passivité des typographes, « qui devraient, en France, être à la tête du mouvement ouvrier [et] sont, au contraire, les plus réfractaires à notre propogande. Parce qu’ils gagnent des salaires relativement élevés, ils croient la question sociale résolue pour eux »136. A Saint-Quentin, tandis que la chambre syndicale de la métallurgie s’attarde dans les illusions coopératistes, celle des tisseurs fonde un cercle d’études sociales137. Dans cette ville, comme dans la plupart des centres du Nord de la France, les ouvriers des usines textiles forment l’humus du socialisme tandis que mouleurs, mécaniciens, brodeurs, ouvriers du bâtiment, « c’est-à-dire les industries non encore vaporisées (sic), où la main-d’œuvre accomplit quelque peu un rôle technique », demeurent à l’écart138. Selon La Défense des Travailleurs 139, « les ouvriers de ces corporations jouissaient d’un salaire plus rémunérateur, s’enfermaient dans le cercle étroit des vieux préjugés du compagnonnage, et refusaient de faire cause commune avec les autres en les taxant d’exagération ». L’histoire de l’implantation du socialisme après le congrès de Marseille apporterait de nombreuses confirmations à cette thèse.

72On peut trouver, à cette somnolence, des raisons historiques et sociologiques. Après avoir été en avance, l’ « aristocratie ouvrière », comme il arrive souvent, se trouve en retard. L’échec de ses rêves — la coopération, la mutualité — la laisse désemparée devant la montée de conceptions nouvelles. Les éléments novateurs, des jeunes la plupart du temps, se heurtent à la défiance des anciens. Fait remarquable, les conflits entre syndicats et base ouvrière, lors du déclenchement des grèves, se rencontrent essentiellement parmi les qualifiés. Peu portés au romantisme, ils préfèrent à la grève la négociation.

73D’autre part, les professions d’outils présentent de très nombreuses divisions de qualification et de salaires, facteurs éminemment défavorables à l’unité parce que générateurs de particularismes catégoriels, de rivalités, source de mépris, à tout le moins d’isolement. Grèves de métallurgistes, ou de verriers, sont la plupart du temps de petits conflits (d’où la faible ampleur moyenne), œuvre de groupes, voire d’équipes, agissant pour leur propre compte. Puddleurs et lamineurs font volontiers cavaliers seuls. L’élément dynamique des grèves de tailleurs réside dans la couche médiane des « pompiers », tandis que le gratin des coupeurs et la piétaille des apiéceurs se tiennent à l’écart. De même chez les cordonniers où les monteurs s’opposent généralement aux déformeurs, moins qualifiés. L’émiettement du syndicalisme chez les ouvriers du cuir traduit ces multiplicités. Les métiers qualifiés sont générateurs d’individualisme, d’esprit de prouesse, de concurrence, de sens de l’équipe plus que du groupe, encore moins du corps ou de la classe. A certains égards, la qualification, souvent génératrice d’amour du métier, est une aliénation que la grande industrie détruit. L’homogénéité d’une usine textile porte en elle l’unicité des luttes. Ici, pas de frontières, pas de hiérarchies : les jeunes rattacheurs entraînent leurs aînés, ce que ne peuvent le gamin de verrerie, ou le frappeur de forges, apprentis dédaignés ; mais au contraire une masse où se diffusent sans obstacle les idées et les sentiments, terrain rêvé pour les grèves épidémiques, les représentations contagieuses. L’espoir du 1er Mai éveille peu d’écho chez les métallurgistes, les ouvriers du bois ou du cuir ; il ébranle les mineurs, secoue les tisseurs du Nord, de Reims ou de Roanne...

74La qualification valorise l’expérience, elle nie la jeunesse, elle méprise la femme, l’inhabile ou le malchanceux. Elle reconstitue au sein de la classe ouvrière la fascination bourgeoise des « capacités », entretient l’illusion de la promotion sociale.

75N’exagérons pas pour autant l’égalitarisme des manœuvres ! A vrai dire, cette masse, au premier abord indistincte et floue, présente comme deux versants, deux types différents.

  • 139 1905, p. 287-288.
  • 140 A. Daudet, 1876.
  • 141 28 février 1887. Toute la suite du texte est une vigoureuse dénonciation de l’attitude des compagno (...)
  • 142 A Paris, les Bretons peuplent les usines de banlieue et leur réputation de passivité est si grande (...)
  • 143 Cf. la troisième partie.
  • 144 31 août 1886.
  • 145 Arch. dép. Cher, M 23 : lors de la grève de 1887, il existe deux syndicats distincts, porcelainiers (...)
  • 146 « La rapacité patronale, là est l’ennemi ! Pour remédier à cet état de choses, il faut laisser de c (...)

76D’abord, une catégorie de manœuvres dépendants, auxiliaires, bons à tout faire, qui, dans le cadre d’une profession déterminée, forment le dernier échelon d’une hiérarchie, et, souvent, à vie. « Dans la métallurgie, écrit Benoist, le manœuvre... entre manœuvre, il reste manœuvre — manœuvre au puddlage, aux aciéries, aux forges —, s’y spécialise autant que sa profession, qui n’est pas une profession, est susceptible d’être spécialisée, et c’est à peine si, une fois affecté à un atelier, il en change... Manœuvre dès qu’il travaille, et manœuvre tant qu’il travaille »139. Les métiers les plus qualifiés, les moins mécanisés sécrètent cette catégorie subalterne qui leur est indispensable. Ces manœuvres adultes, qui n’ont pas réussi à gravir les degrés de la qualification, ont une situation particulièrement inconfortable et méprisée : aux ateliers d’Indret, triste s’annonçait le sort qui attendait Jack le maladroit, le « choufliqueur », dépourvu du « sentiment de la lime »140. « Le compagnon se figure, a la conviction intime qu’il doit se montrer le supérieur de l’homme de peine... Il en fait son larbin, lui fait porter son sac, ses outils, pendant que lui marche les mains dans les poches ; il l’oblige à faire à sa place les plus répugnantes besognes. Il le traite souvent en paria. Beaucoup de compagnons ne choquent pas leur verre contre le verre de l’homme de peine », écrivent au Cri du Peuple141 des anarchistes parisiens, gens de métier, qui tentent en 1887 d’organiser une chambre syndicale des hommes de peine. Bien entendu, les manœuvres, souvent ouvriers de fraîche date, provinciaux récemment immigrés142, étrangers faméliques, ou femmes dociles, se montrent peu combatifs, toujours prêts à reprendre le chemin de l’usine. Mais les professionnels, de leur côté, font peu d’effort à leur endroit, et défendent leurs propres revendications sans beaucoup s’occuper d’eux. D’où, parfois, des conflits ouverts entre les uns et les autres : ainsi à Lyon, en 1887, entre qualifiés et manœuvres de verrerie143. Lorsque l’accord se réalise, il se révèle toujours fragile ; Le Cri du Peuple célèbre comme une victoire la solidarité des manœuvres avec les porcelainiers à Vierzon en août 1886 ; il annonce leur entrée au syndicat144. La coexistence s’avère-t-elle délicate ? Les journaliers se regroupent peu après dans un syndicat distinct145. En règle générale, les associations professionnelles n’admettent pas les manœuvres ; il faut la crise pour que le syndicat des « forgerons, tourneurs, ajusteurs et outilleurs mécaniciens de Lille, Roubaix et environs » décide de se transformer en « chambre syndicale de la métallurgie du Nord », dans laquelle « pourra être admis tout ouvrier ou manœuvre travaillant les métaux »146.

77A côté de ces manœuvres subalternes et subordonnés, terrassiers, dockers, charretiers, travailleurs des industries chimiques et alimentaires (huiliers, sucriers, chocolatiers...) où les opérations de malaxage et de broyage n’exigent ni qualification ni même spécialisation, constituent des groupes homogènes et égalitaires. Quand des clivages se produisent, ils tiennent aux questions de nationalité qui font se déchirer, notamment dans les années de crise, terrassiers ou dockers, huiliers ou raffineurs. On sait avec quelle violence la xénophobie jaillit de ces couches miséreuses.

  • 147 Terrassiers, dockers, charretiers, réunissent à eux seuls 50 % des grèves de manœuvres.

78Cependant, ces manœuvres indépendants, à part entière, se montrent, toutes proportions gardées, beaucoup plus combatifs que les précédents : l’essentiel des grèves leur revient147. Ils les mènent avec une virilité agressive, mais aussi un isolement et une spontanéité qui leur nuisent.

79Le niveau de qualification n’influe pas seulement sur le degré de combativité, mais aussi sur ses modalités. Professionnels, spécialisés, manœuvres, ne font pas grève de la même façon. Les statistiques mettent ce fait en évidence avec un schématisme presque excessif.

Nature de la grève et qualification

Nature de la grève et qualification

Formes d’organisation et qualification

Formes d’organisation et qualification

80

Secours et qualification

Secours et qualification

Mode de revendication et qualification

Mode de revendication et qualification

Résultats des grèves selon la qualification

Résultats des grèves selon la qualification

81Qu’il s’agisse de l’usage du préavis, de la précision des programmes, des formes d’organisation ou de secours, de la médiation ou de la répression, elles traduisent, des O.P. aux manœuvres, une simplification évidente de l’acte revendicatif. La grève des professionnels, la moins ample, mais aussi la plus longue, apparaît comme une démarche calculée (79 % de préavis), offensive (75 %), organisée (73 %), fortement syndicalisée (42 %) et relativement bien financée (30 % de grèves secourues), moins propice à la violence qu’à la négociation, offrant par conséquent peu de prise à la répression (poursuites : 3,8 % des cas) et couronnées de réussite (62 % des cas, avec 29 % de succès totaux).

82Elle s’oppose presque en tous points à la grève de manœuvres, subite, fruste, brutale, isolée (7 % de grèves secourues), et massivement déçue (échecs : 67 %). Les O.S. occupent le plus souvent une position intermédiaire.

83Un typographe, un facteur de pianos, un mouleur (O.P.) ; un tisseur ou un mineur (O.S.) ; un terrassier ou un docker (M.), pratiquent et vivent différemment la grève. Stratégie savante, en chambre, chez les premiers, mouvement de masse apte au déferlement chez les seconds, exercice physique de plein air chez les derniers : au triptyque des qualifications correspond une trilogie de l’action : la plume, la voix, le poing.

4. SALAIRE DES GRÉVISTES

84Pour une fraction de l’opinion, la grève ne naît pas de la misère, mais de l’aisance ambitieuse. Les professions les mieux gagées se montrent les plus exigeantes, les promoteurs des coalitions se rencontrent parmi les mieux payés. De nombreuses réponses à l’enquête de 1872 ne voient-elles pas dans les hauts salaires le principal facteur de « démoralisation » de la classe ouvrière ? Façon commode de se donner bonne conscience et de désamorcer, voire de nier, la revendication sociale, égoïste et factice rébellion de nantis.

85Qu’en est-il donc ?

  1. Dans une usine, dans une profession données, quelles sont les catégories, ou les hommes, les plus ardents, les plus combatifs ? On n’a sur ce point que des données fragmentaires, des appréciations qualitatives, mais finalement assez convergentes : les meneurs se recrutent parmi les mieux payés. Les vertus d’un bon salaire ne résident pas seulement dans la relative sécurité qu’il confère, mais encore, notamment dans les métiers qualifiés, par l’habileté qu’il implique et le prestige qu’il signifie.

    • 148 Salaires et durée du travail..., t. I, p. 17.
    • 149 Ibid., t. I, p. 496, tableau XXIV.

    L’influence globale du salaire nous échappe pour une large part. Si le salaire des grévistes est fréquemment donné (dans 57 % des cas), on ignore la composition salariale de la main-d’œuvre française. L’enquête de 1893 renonce à dresser sous cet angle la pyramide des ouvriers enquêtés148 ; elle ne la fournit que pour la Seine149. Il faut donc renoncer à calculer la propension à la grève des diverses strates salariales. D’autre part, l’ouverture de l’éventail des salaires, reflet d’une grande complexité du monde ouvrier, où coexistent des « arts » et métiers aux rémunérations fort étendues, aboutit à une pyramide grêle qui n’a pas la vigoureuse simplicité quadripartite des qualifications.

86On se limitera donc, sur ce point, à quelques remarques fort générales :

871° La pyramide salariale des grévistes se présente ainsi :

  • 34,4 % des grévistes (34,9 % des grèves, 31,2 % des journées de grève) gagnent moins de 3 F ;

  • 44,3 % des grévistes (42 % des grèves, 46,8 % des journées) gagnent de 3 à 5 F.

  • 21 % des grévistes (22,3 % des grèves, 20,3 % des journées) gagnent plus de 5 F.

  • 150 Hommes : moyenne générale : 4,20 F Seine : 6,15 F
    Province : 3,90 F
    Femmes : moyenne générale : 2,20 (...)

88L’enquête de 1893 établit le salaire moyen général à 3,75 F par jour150. Les bas et moyens salaires sont donc bien représentés. Ils usent largement de la grève, non pas seulement instrument de riches, mais aussi, et amplement, arme aux mains des moins favorisés.

89Ce constat confirme le précédent.

17. Répartition (pour 100) des ouvriers salariés (enquête S.D. 1893) et des ouvriers grévistes (1871-1890) selon le salaire journalier dans le département de la Seine

902° Le cas parisien mérite quelque attention.

  1. La répartition des grèves en fonction des salaires accuse un maximum dans la tranche 7-8 F (et non pas 2-3 F comme pour l’ensemble), conséquence de l’inflation des gains à Paris.

  2. Comparativement à la pyramide des salaires, telle que l’établit l’enquête de 1893, on constate une légère surreprésentation de ces hauts salaires dans la statistique gréviste : 55 % des grèves se situent dans la tranche de 6 à 8 F, qui ne comprend en 1893 que 50,7 % des ouvriers enquêtes ; mais plus encore surreprésentation des bas salaires : 14 % des grèves dans la tranche inférieure à 4 F où n’entrent en 1893 que 5,3 % des ouvriers. Il est vrai qu’il y a quelque artifice à superposer une pyramide salariale de 1893 à une coupe 1871-1890, alors que les salaires ont fortement augmenté durant cette période.

  • 151 Et, curieusement, aux rixes entre ouvriers : sur ce dernier point, interférence du climat parisien, (...)
  • 152 Le Temps, cité par Le Cri du Peuple, 10 mai 1885 : Jules Claretie s’indigne des revendications « in (...)

913° Quant aux caractéristiques grévistes des divers niveaux de salaire, elles corroborent à peu près ce qui vient d’être dit au sujet des qualifications. Les mieux rémunérés sont les mieux organisés, les plus offensifs, les mieux adossés au syndicat, les mieux secourus, les moins portés aux manifestations de rues, mais les plus enclins aux meetings151. Cependant, ils ne réussissent pas nécessairement mieux que les autres ; le meilleur pourcentage de succès (S + T = 60 %) couronne les salariés de 4 à 6 F, il décroît au-delà. Les ouvriers bien payés se heurtent à de fortes oppositions et à une certaine indifférence, voire hostilité, de l’opinion que leurs « privilèges » rassurent et que leur faible volume ne parvient pas à ébranler152.

IV. PHYSIONOMIES PROFESSIONNELLES

92On fera, encore, une remarque préalable : la classification des industries et professions adoptée est celle de l’époque, et notamment celle de l’Office du travail pour sa statistique des grèves ; les commodités comparatives commandaient la continuité avec le cadre existant. Ce classement repose sur la notion de matière première ; mais la finalité interfère parfois (exemple : les industries « alimentaires »).

  • 153 1943, p. 18. Halbwachs adhère à cette idée : 1912, p. 65 : « C’est par la matière travaillée que se (...)
  • 154 Notamment 1948.
  • 155 Rapport des délégations ouvrières, Exposition de 1867, t. I, p. 4 ; cité pat M. Guilbert, 1966 a, p (...)

93Ce principe est beaucoup moins aléatoire qu’il n’y paraît. « C’est la matière qui conditionne toute technique «, écrit Leroi-Gourhan153. La consistance des matériaux, leur degré de résistance, imposent, au premier âge industriel encore peu libéré des contraintes de la nature, une technologie qui implique des formes de travail (continu ou discontinu, mécanisé ou non), exige des qualifications différentes. Le bois, la pierre, le verre, le métal requièrent le façonnage de professionnels habiles. Les matières molles, fluides — mélasse, graisse, oléagineux... —, la plupart des produits chimiques ou alimentaires, qui se brassent et se malaxent, ou se broient, les fibres textiles qui s’étirent, peuvent être livrées à la machine que « servent » des spécialisés ou même des manœuvres. La dichotomie du dur et du mou, chère à Bachelard, fonde la technologie primitive154. Et jusqu’à une sexologie des métiers : « A l’homme, le bois et les métaux ; à la femme, la famille et les tissus », écrit un délégué ouvrier à l’Exposition de 1867155. Si bien que la physionomie des secteurs industriels présente une certaine cohésion de qualification et de salaire.

94Très relative cependant. Les industries dites « polygraphiques » comportent des branches aussi dissemblables que celles du papier-carton et de l’imprimerie, juxtaposent des ouvriers hautement qualifiés (typographes) à de simples manœuvres (receveurs, margeurs, ordinairement jeunes auxiliaires). Le « travail de la pierre » regroupe terrassiers et professionnels du bâtiment (tailleurs de pierres, maçons, peintres...). Les industries alimentaires englobent boulangers et raffineurs, aux antipodes de la hiérarchie ouvrière et de l’organisation industrielle. Tailleurs, chapeliers, jouxtent, dans l’énorme groupe textile, la masse des fileurs et tisseurs. D’où la difficulté de caractériser globalement la physionomie gréviste de ces groupes hétéroclites où les influences catégorielles se contredisent, s’annulent parfois. Cependant, le codage à quatre chiffres, réalisé d’après la nomenclature de l’I.N.S.E.E., permet d’isoler, s’il est nécessaire, les métiers et les catégories.

VUE D’ENSEMBLE

  • 156 En effet, si certaines coalitions du bâtiment ont été très massives — terrassiers de Paris ou de la (...)

95Selon l’expression de Goetz-Girey, le « pouvoir de grève » d’une industrie exprime sa part relative (%) dans l’ensemble des grèves, grévistes, journées de grève. Souvent assez proches, ces trois valeurs peuvent différer de volume, car elles intègrent des éléments dissemblables. Les plus fortes distorsions s’observent pour les mineurs qui détiennent 5,6 % des grèves, mais 16.4 % des grévistes, 22 % des journées, en raison, principalement, de la forte ampleur moyenne des conflits (879 grévistes). Un rapport inverse s’observe pour le bâtiment qui, avec 12,8 % des grèves, n’a que 8,4 % des grévistes et 7,7 % des journées, conséquence d’une faible ampleur moyenne (198,3)156.

96Les statistiques font clairement apparaître :

  • La place écrasante du textile-vêtement (35 % des grèves, 40,9 % des grévistes, 37,6 % des journées) et, notamment, de la fabrication des tissus (filatures-tissages). Ce seul secteur détient 29 % des grévistes, 36,8 % des grévistes, 33,9 % des journées. Sans conteste, filatures et tissages forment alors les grandes zones de l’agitation sociale.

  • Les mines viennent ensuite avec, pour les raisons indiquées, un « pouvoir » marqué surtout au niveau de l’ampleur et de l’intensité.

    • 157 Il est légitime de regrouper bois et pierre, car l’essentiel du groupe bois provient de menuiserie (...)

    Le secteur bâtiment-ameublement (bois + construction en pierre)157donne 23,5 % des grèves, 17 % des grévistes, 19,6 % des journées.

  • Réunis, ces trois ensembles industriels fournissent :

  • 64,3 % des grèves ; 74,3 % des grévistes ; 79,1 % des journées.

97Ils apparaissent comme les trois pôles principaux de l’activité. La métallurgie, de nos jours si décisive, a un pouvoir modéré, un peu plus élevé pour les grèves que pour les autres mesures ; il tourne en gros autour du dixième. Autour du vingtième dans les cuirs et peaux (7,5 % des grèves, 3,5 % des grévistes, 4,6 % des journées). Le pouvoir de grève des autres secteurs tombe en dessous de 5 %. On remarquera la faible place des industries chimiques et alimentaires, des transports aujourd’hui très importants.

98Peut-on déceler des changements au cours de la période 1871-1890 ? La comparaison des deux décades sous l’angle du pouvoir de grève n’offre rien de très décisif. On notera cependant une tendance à l’allègement du poids des secteurs traditionnels :

99et à la croissance des secteurs nouveaux (métallurgie : + 3 % et + 5 % ; transports : + 0,4 % et + 3,7 %), et de façon générale une certaine diversification. La structure du pouvoir de grève demeure toutefois assez stable durant cette période ; les grands changements se produiront postérieurement.

100L’examen annuel du pouvoir de grève (dont les résultats ont été en partie incorporés au chapitre relatant l’histoire des grèves) fait apparaître des fluctuations importantes. Elles sont souvent liées aux types d’action respectifs. Ainsi la part du textile, toujours très forte, grossit en temps de crise en raison du fort pourcentage de grèves défensives dont cette industrie est coutumière. Au contraire, les industries liées au bâtiment, où les luttes offensives dominent, enflent leur pouvoir en bonne conjoncture ; pierre + bois donnent 46 % des grèves en 1872, 36 % en 1880, 38 % en 1881.

  • 158 Cf. Goetz-Girey, 1965, p. 110.

101Le « pouvoir de grève » de chaque branche est-il la simple traduction de son importance réelle, mesurée à partir de ses effectifs salariés ? Le calcul de la propension à la grève permet d’esquisser une réponse à cette question. Il existe plusieurs façons de le calculer158 ; j’ai retenu la suivante :

102Si P = 1, il est clair que pouvoir de grève et volume de l’industrie ou de la profession considérées sont équivalents.

Propension à la grève

Propension à la grève

A = % grévistes de chaque groupe ou catégorie par rapport au total des grévistes de la période 1871-1890 (ou pouvoir de grève selon les effectifs).
B = % des effectifs salariés (ouvriers + employés) de chaque groupe ou catégorie par rapport à l’ensemble des effectifs salariés de l’industrie recensés en 1896, soit 3 603 350. Cf. Recensement de 1896 (Professions), t. IV, p. CXVII et sq.

103Les catégories distinguées en A et B ne coïncidant pas toujours, on a dû se contenter la plupart du temps des principaux agrégats. On est descendu au niveau de la catégorie professionnelle chaque fois que c’était possible, sans trop de risques d’erreurs.

104A/B = Propension à la grève.

  • 159 Les recensements intermédiaires distinguent des agrégats de définition extrêmement vagues et inutil (...)

105Le choix du recensement de 1896 peut surprendre en raison de sa date un peu tardive. Mais, en la matière, le choix est limité. Ce recensement constitue le premier recensement professionnel depuis 1866159, et le plus sûr ; il a, sur celui de 1866, l’avantage d’être plus détaillé, ce qui permet une approche plus précise. Toutefois, il est difficile de descendre au niveau du métier, en raison des regroupements opérés ; il faut la plupart du temps se contenter de grands agrégats. On se demandera également pourquoi on parle ici de « salariés » et non d’ouvriers : mais le recensement de 1896 ne distingue pas employés et ouvriers, réunis sous la dénomination de « salariés ».

106Le classement des industries selon leur indice de propension à la grève s’établit ainsi pour la période 1871-1890 :

107Voici confirmé le dynamisme des mineurs et des tisseurs et, secondairement, des ouvriers du bâtiment. Quelques métiers particuliers font bonne figure : mineurs de houille (5,5), travailleurs des tabacs (2,3), teinturiers et apprêteurs (1,90), tanneurs et mégissiers (1,29), charpentiers, menuisiers et verriers (1,2), travailleurs des sucreries (1,1)... Mais trop d’éléments nous manquent pour un tableau raffiné, et véritablement comparatif. Il ferait apparaître, au sein d’ensembles assez passifs, et forcément niveleurs, des catégories « grévicultrices ».

108C’est à la description de quelques grands tempéraments professionnels que nous nous attacherons maintenant.

1. OUVRIERS DU TEXTILE

109Avec 35 % des grèves (de 16 à 50 % selon les années), 41 % des grévistes, 37 % des journées de grève, le groupe textile-vêtement se taille dans l’activité sociale la part du lion, comme il se la taille encore dans l’économie française, en cette fin de l’âge industriel classique. Il pèse d’un poids tel que ses caractères propres modèlent largement ceux de l’ensemble. La France gréviste, c’est d’abord la France textile, capitale Roubaix, premier rôle : le tisseur, qui monopolise à lui seul 23 % des conflits. Et s’il me fallait orner ce livre d’un frontispice, j’y mettrais une de ces sortes d’usines textiles, souvent demi-campagnardes, dont raffole la série des cartes postales « industrielles » au début du 20e siècle : foules de sexes mêlés, jeunes, maigres, aux visages tordus de sous-alimentés, gouailleurs cependant, comme enhardis par le nombre, par cet « être ensemble » que crée l’entreprise aux structures salariales égalitaires.

110Car voilà bien sans doute une des clefs de la combativité inattendue du textile que, peuplé de femmes et d’enfants, on eût cru plus résigné : la pyramide des salaires ne présente pas le profil étiré de la métallurgie, ou de l’imprimerie ; elle s’écrase vers le bas en un bloc compact et homogène. Pas de rivalités catégorielles, de mépris professionnel. Hormis quelques emplois de choix, numériquement restreints, virils et mieux rémunérés — pareurs, trieurs, gareurs, rentreurs — qui font d’ailleurs le plus souvent bande à part, c’est le monde type de l’O.S. que la mécanisation toute récente, encore inachevée, du tissage, vient d’enfanter, « forçat » du « bagne industriel ».

111Cette remarque vaut évidemment surtout pour le secteur de la « fabrication des tissus » ; mais il constitue l’essentiel, et de loin, et nous l’étudierons d’abord.

Groupe textile-vêtement (1871-1890)

Groupe textile-vêtement (1871-1890)

18. Grèves et grévistes par profession de 1871 à 1890

112Le tisseur (le terme vaut ici, d’abord, au sens large : ouvrier des filatures et des tissages) : pourquoi, comment fait-il grève ? Il se défend, plus qu’il n’attaque (56,2 % de grèves défensives : le plus fort taux ; G.O. : 43,8 %), ayant, plus que d’autres, à s’opposer sans cesse aux réductions d’un salaire toujours menacé par l’abaissement des tarifs, ou par l’allongement sournois des pièces ; ou encore à l’accroissement harassant de la productivité qu’implique la conduite, de plus en plus généralisée, de deux métiers. Ce migrant de fraîche date supporte mal la discipline industrielle, la rigueur des horaires, la clôture, la cloche, les règlements tracassiers, brandis par des « gardes- chiourme » détestés. Ces griefs figurent dans 24 % des conflits. Par contre, le tisseur accepte plus aisément que d’autres les longues journées (à peine 10 % des revendications portent sur la réduction de la journée de travail) ;il faut la fièvre exceptionnelle de 1880 pour que la demande des dix heures soit posée avec netteté, à Reims notamment ; ou, lors du 1er Mai 1890, l’ardeur pédagogique de militants comme Pierre Martin, de Vienne. A cette date, les tisseurs de Roubaix s’attachent, quant à eux, non aux huit heures, visée beaucoup trop lointaine, mais à une augmentation de salaire. Au reste, la structure revendicative est simple (72 % de grèves à revendication unique), peu articulée, rarement écrite (15 % des cas — moyenne générale : 23,3 %), parfois informulée. La grève conserve ici sa verdeur originelle, respiration haletante, vibration protestataire et quelque peu primitive ; elle échappe au calcul.

113Non que le tisseur en soit incapable : en 1880, il sait mettre à profit une saison éclatante ; en d’autres circonstances, on le voit arguer de la hausse des prix, de la vigueur des ventes, ou de la fonte des stocks, pour se faire augmenter. Mais, masquée par la monotonie du rythme industriel, la conjoncture le fuit. Surtout, son absence d’organisation l’empêche de prévoir. Rien de planifié, certes, dans une action toute occasionnelle et dépourvue de stratégie (grèves subites : 70,7 % ; préavis : 29,2).

114Impulsive, coléreuse, vraiment sauvage, la grève textile naît dans l’instant, à l’annonce d’une mauvaise nouvelle, du renvoi d’un travailleur. Une brimade d’un contremaître, l’appel d’un camarade plus hardi, suffisent à la faire naître. Cette prompte solidarité des usines textiles montre quel mécontentement s’y tapit, constant, latent.

115Il cristallise autour de « meneurs » épisodiques, rebelles d’un jour, rarement isolés, équipes plutôt de la broche ou du métier, généralement jeunes, souvent nouveaux venus, ou étrangers : à Roubaix, les Belges passent pour insoumis.

116La plupart du temps circonscrite à l’usine, la grève textile est, plus que toute autre, susceptible d’extension. Elle se diffuse non par mot d’ordre, mais par imitation, par contagion, les ouvriers « voulant faire comme les autres » ; l’épidémie gagne la rue, la ville, parfois des régions entières. D’où l’importance relative des dimensions atteintes (ampleur moyenne : 351 ; moyenne générale : 302).

Répartition des conflits selon les catégories d’effectifs (%)

Répartition des conflits selon les catégories d’effectifs (%)

117Concentration géographique des usines, homogénéité de la main-d’œuvre, importance des femmes et des jeunes, perméables aux bruits et aux ondes, enfin absence d’organisation, constituent des facteurs favorables à l’épidémie.

  • 160 Cl. Willard, 1965.

118Fièvre vite retombée : la grève textile s’étend plus qu’elle ne dure (9 jours en moyenne ; moyenne générale : 11,8). 50,6 % des conflits n’atteignent pas cinq jours (moyenne générale : 46,3). Une proportion égale est complètement dépourvue d’organisation. Existante, celle-ci se cantonne aux formes élémentaires : délégués surtout, comités ; le taux d’intervention syndicale (inférieur à 20 %) se situant au niveau le plus bas (moyenne générale : 30 %). La création des chambres syndicales émane souvent de militants qui ont tendance à confondre le groupe de défense professionnelle et le cercle d’études sociales. Lorsqu’il accède au militantisme, le tisseur sépare moins que d’autres action économique et engagement politique. La faiblesse de l’ouvriérisme dans ce milieu sans tradition explique la pénétration plus facile du guesdisme et son implantation textile160.

119Peu enclin aux réunions en salle close, à cotiser, à délibérer, le tisseur aime le mouvement, le bruit, les manifestations de foule. La rue est son domaine, où se déploient, d’une usine à l’autre, d’un village à l’autre, des cortèges composites, portant drapeau, battant tambour, criant et chantant ; troupes denses (15 000, 20 000 à Roubaix en 1880 ou 1890), et pourtant le plus souvent pacifiques, comme le suggère l’écart entre manifestations et violences (manifestations : 15,5 % des grèves ; violences : 4,5), en dépit de quelques mises à sac d’usines ou de « châteaux », de plus nombreux bris de vitres. Contenue, déjà, la violence naît de la contrariété : obstination d’un manufacturier arrogant, et, dans le textile, ce type surabonde ; obstacle des forces de l’ordre. A Reims en 1880, à Saint-Quentin en 1884 et 1886, à Fourmies, cette même année, à Amiens en 1888..., essentiellement dans le Nord flamand et picard, des barricades s’élèvent ; on craint des troubles graves. Rien pourtant qui dépasse le stade du tumulte. Mais le drame à chaque instant peut naître : en 1891, Fourmies donne à la République sa première tragédie ouvrière.

  • 161 Selon l’expression des frères Bonneff, 1908. Cf. cependant le drame de G. Hauptmann, Les tisserands (...)

120Le tisseur ne jouit dans l’opinion ni de l’attention accordée au flair du bâtiment, ni du prestige des mineurs. Démultiplié, anonyme, son visage demeure flou, fondu dans la masse. On n’aime guère contempler ce symbole de la misère industrielle, que, le premier, décrivit Villermé. La littérature, refuge des mythologies sociales, ignore l’« enfer des tisseurs »161. La forge, la verrerie, la mine ont leurs épopées ; l’artisan parisien est un héros de roman ; il faudra attendre le 20e siècle — Maxence Van der Meersch, plus près de nous Roger Vailland (Beau Masque) — pour que le textile nous soit conté. Trop vite éteintes, ses coalitions demeurent isolées ; elles ne suscitent qu’exceptionnellement ces grandes vagues de sympathie que soulèvent les grèves de mineurs. Plus que d’autres, elles échouent (échecs : 55 % ; moyenne générale : 49 %).

121A cette vue très globale, on tentera d’apporter quelques précisions : 1° sur la place qui revient à chaque secteur de la fabrication des tissus (laine, coton, lin, soie) ; 2° sur le rôle différentiel joué par les diverses catégories professionnelles, si peu qu’elles se distinguent.

A. Grève et fibres textiles

122Bien qu’il y ait quelque approximation dans l’attribution des grèves à telle ou telle matière première (cette donnée ne figure pas toujours), je l’ai tentée avec le plus de soin possible, et le tableau qui suit présente un degré raisonnable de véracité.

% calculés sur l’ensemble laine-coton-lin-soie

% calculés sur l’ensemble laine-coton-lin-soie

123Le secteur lainier détient la palme, puis viennent coton, lin-chanvre, et enfin soie. Mais quels sont les effectifs occupés par ces diverses branches ? La Statistique générale de la France fournit, de 1873 à 1887 inclus, les effectifs ouvriers par matière première :

  • coton, laine, chanvre-lin-jute, soie, mélanges, de 1873 à 1881 ;

  • à partir de 1882, soie et mélanges sont cumulés.

124J’ai calculé la moyenne des quinze années 1873-1887 pour coton, laine, linchanvre-jute, et pour la soie, celle de 1873-1881. J’ai préféré ces chiffres à ceux du recensement de 1896 pour des raisons de proximité chronologiques ; au reste, la comparaison avec ce dénombrement montre que les variations des effectifs (tous en croissance) n’ont que peu modifié le poids respectif des branches : la laine, notamment, conserve sa prépondérance.

Effectifs des industries textiles

Effectifs des industries textiles

125L’indice de propension à la grève s’établit ainsi :

126Laine 36/34 = 1,05

127Chanvre-lin-jute 18/18 = 1

128Coton 25/31 = 0,80

  • 162 Sur la décadence de l’industrie linière, cf. E. Levasseur, 1907, p. 97 et sq. Le rapport à l’Exposi (...)
  • 163 Sur cette grève, cf. Arch. dép. Maine-et-Loire, 21 M 225 et Le Cri du Peuple, notamment 25 et 26 se (...)
  • 164 Arch. nat., F 12 4665 ; Arch. dép. Nord, M 625/58, 10 000 tisserands environ ont participé à ces ém (...)

129La soie exceptée, les différences sont trop peu accentuées pour qu’on puisse épiloguer longtemps. Deux branches éprouvent alors une crise de structures marquée et réagissent différemment : l’industrie linière et celle de la soie. La première162 perd, s’il faut en croire la Statistique générale de la France, 19 % de ses effectifs entre 1873 et 1887 ; elle connaît de nombreuses faillites et une forte concentration industrielle et financière. En Cambrésis, en Picardie, de puissantes sociétés — Comptoir linier, Maberly — gèrent de gros établissements (plus de mille ouvriers), fortement mécanisés, où règne une tension particulièrement vive. La disparition du tissage à domicile, qui s’accompagne de l’aggravation du sort des derniers tisserands, provoque de graves remous : grève du Choletais en 1887 (environ 10 000 grévistes)163, surtout émeutes du Cambrésis : pressurés par des façonniers sans scrupule, acculés à des salaires de famine (moins de 1 F par jour), réduits à « manger de l’herbe », les travailleurs se répandent dans les rues d’Avesnes-les-Aubert, un soir de février 1889, et, aux accents de « La Carmagnole », saccagent les magasins164. Le secteur linier, en longue décadence, se caractérise par l’importance des luttes défensives et la violence des affrontements. Quinze ans plus tard, l’enquête parlementaire de 1905 décrira un climat toujours plus détérioré.

  • 165 Arch. nat., F 12 4665, Grève des tisseurs en soie, 27 avril-15 mai 1879, contre l’extension du trav (...)

130L’industrie de la soie, très menacée elle aussi, réagit beaucoup moins. La concentration n’y est poussée que dans les tissages qui constituent des môles de résistance. Si la main-d’œuvre, composée de jeunes paysannes « encasernées » à titre plus ou moins temporaire, sous la férule de religieuses, les plus dures des contremaîtresses, se montre globalement apathique et résignée, ces établissements engendrent néanmoins des conflits réitérés, qu’on a évoqués à la rubrique féminine. D’autre part, l’extension du tissage à domicile, dans les campagnes du plat pays lyonnais (Ain, Isère, Drôme, Savoie même...), fait appel à de vastes réservoirs de ruraux que les canuts ont bien du mal à mobiliser. Une tentative d’organisation d’un syndicat, formé en « séries », à la manière du vieux mutuellisme, et destiné à défendre le prix de façon, se heurte à une grande inertie165. Ces transformations expliquent la place médiocre tenue par les soyeux lyonnais dans les luttes sociales de ce temps.

  • 166 Sur l’industrie lainière, cf. E. Levasseur, 1907, p. 100 et sq. ; id., La France et ses colonies, 1 (...)

131Les industries lainière et cotonnière166 se développent, au contraire, assez vigoureusement, comme le montre la hausse des importations de matières premières :

  • 167 Revue du Nord, avril-juin 1969, n° spécial sur Roubaix ; cf. notamment, G. Franchomme, p. 201-249. (...)
  • 168 Le Temps, notamment 26 mai 1880.
  • 169 G. Palmade, 1961 ; Lambert-Dansette, 1954, étudie surtout le patronat linier d’Armentières. On manq (...)

132Cette croissance s’accompagne de fluctuations, plus marquées pour l’industrie cotonnière (en 1877 et 1881, forte chute des importations, crise). La baisse du prix du kilo de coton a été vertigineuse depuis 1864 (indice 360 en 1864 — indice 100 en 1890), ce qui a certainement favorisé la consommation intérieure, mais exigé de grandes transformations. L’industrie lainière traverse une excellente période de 1875 à 1880, une récession de 1881 à 1885, puis une nette reprise à partir de 1886. Son essor, notamment celui de la laine peignée, se lie à celui de Roubaix167, en tel développement qu’on a pu parler de « cité américaine » à son propos et voir dans son patronat textile l’émule des entrepreneurs d’outre-Atlantique168. Images sans doute excessives pour une bourgeoisie somme toute assez timorée169 ; mais il faut avoir à l’esprit ces tendances pour apprécier les grèves textiles du Nord, du moins dans les secteurs lainier et cotonnier. Certaines d’entre elles (1879-1880, 1886-1890) sont à quelques égards des « grèves de prospérité ».

133La principale innovation réside dans la mécanisation du tissage demeuré, jusqu’à la fin du Second Empire, très largement « à bras ». Voici quelques chiffres relevés pour l’ensemble de la France, dans la Statistique générale et l’Annuaire statistique :

  • 170 Arch. dép. Nord, M 663/44, 45 et 46.

134Et d’après des données fournies par les Archives départementales du Nord170en divers endroits, et regroupées, sous toutes réserves :

  • 171 Nombreux documents dans Arch. dép. Marne, 186 M 12.
  • 172 Arch. nat., C 3022, réponse de la chambre de commerce de Roanne.
  • 173 Arch. nat., F 12 4522-B (1869-1886).

135Les transformations sont analogues dans une cité lainière comme Reims171et dans une ville cotonnière comme Roanne. Cette dernière passe en une décade de l’industrie domestique, semi-rurale, que décrit encore l’enquête de 1872172, au stade usinier et mécanisé173. On y compte 16 établissements de tissage mécanique en 1880 occupant 4 850 ouvriers ; et ni la grève ni la crise ne ralentissent l’essor : en 1885, il y en a 23 et 8 000 travailleurs. Ainsi, les conflits sociaux, si intenses dans cette localité, menés avec tant d’ardeur par tisseurs et teinturiers, ont-ils pour arrière-plan une véritable mutation économique. On en dirait autant de Vienne, de Cours ou de Cholet. Tout cela, accompagné de migrations, d’exode rural, de populations brassées et brassantes, arrachées, traumatisées, jetées à l’usine, affrontées à la machine pour la première fois.

136Cette conjoncture économico-démographique du textile explique sa place de choix dans la dynamique sociale, comme le caractère, contrasté, souvent contradictoire, de ses grèves ; et celle du tisseur, hissé sur le pavoi, poussé par toute la force explosive de l’industrialisation à l’avant-scène de ce grand théâtre.

B. Grève et catégories ouvrières du textile

  • 174 On trouvera une description précise des diverses opérations et catégories, dans Ch. Benoist, 1905, (...)

137Saisir le rôle différentiel de ces catégories présente des difficultés. Car les rapports emploient assez généralement le mot « tisseur » pour désigner les travailleurs de filatures et des tissages, quelle que soit, semble-t-il, leur spécialité174. Les statistiques qui suivent méritent donc quelques réserves. Il y aurait :

  • 175 La plupart des grèves textiles sont multi-catégorielles. Il s’agit ici des catégories initiatrices.

138Tisseurs 673 grèves175

139Fileurs 75 grèves

140autres catégories 122 grèves

141Parmi ces dernières, deux types différents.

  1. Des auxiliaires, généralement enfants, jeunes gens, femmes : rattacheurs, dévideurs, bobineurs, rebrousseurs..., à l’action souvent entraînante. Les rattacheurs ont enclenché 39 mouvements dont la grande grève de Roubaix en 1880, les dévideurs une dizaine.

    • 176 A. Goblet, 1903, p. 179.
    • 177 Ibid., p. 23.
    • 178 Ibid., passim ; et aussi A. Audiganne, 1860, t. I, p. 118 (sur les peigneurs de laine de Reims).
    • 179 Sur le syndicalisme des trieurs, cf. A. Goblet, 1903, p. 213. Les retordeurs de Lille ont mené des (...)
    • 180 Arch. dép. Loire, 92 M 19, pièce 107, préf.-min., 11 mars 1882 : « Les gareurs, véritables contrema (...)

    Des ouvriers nettement plus qualifiés, aux salaires beaucoup plus élevés, employés à la préparation des matières premières, travaux qui exigent de la compétence et du jugement. Ainsi, les trieurs de laine, dont l’apprentissage dure plus d’un an, se font 5 à 6,50 F pour de courtes journées. « Le haut salaire des trieurs, étant donné le peu de temps passé à l’usine (ils ne peuvent travailler utilement qu’à la lumière du jour), en fait une catégorie d’ouvriers d’élite souvent plus remarquables par leur intelligence et leur savoir que les autres »176. De même, les laveurs, au travail pénible, toujours masculins177 ; les peigneurs178, pareurs, gareurs, retordeurs, etc. Ces cadres virils du textile se mêlent peu à l’ensemble de la population des tissages. Ils ont leurs syndicats, déclenchent leurs grèves propres179, se défient des entraînements collectifs ; lorsque les gareurs de Roanne se joignent aux tisseurs, on célèbre ce fait comme un événement180.

  • 181 A. Audiganne, 1860, t. I, p. 93.
  • 182 Arch. nat., F 12 4661, préf. Nord-min. Com., 30 mai 1886.
  • 183 Ch. Benoist, 1905, p. 450.
  • 184 1905, p. 435, à propos de l’industrie du coton dans les Vosges : « Une fois construite et montée (l (...)

142On peut enfin s’interroger sur la différence de comportement des tisseurs, dynamiques, initiateurs de la plupart des conflits, tenaces, et des fileurs, beaucoup plus apathiques. Audiganne notait déjà cette dissemblance à une époque où le tissage était, à dire vrai, encore fort peu mécanisé par rapport à la filature : « En temps ordinaire, les tisseurs sont la partie la plus remuante de la population de Louviers »181. En 1880, à Rouen, comme à Roubaix, les fileurs suivent mal, ou pas, l’impulsion des tisseurs ; à Fourmies, en 1886, même clivage que le préfet explique ainsi : « Les fileurs sont en grande partie des gens du pays et constituent une population excellente à tous les points de vue. Les ouvriers tisseurs, au contraire, sont presque tous des hommes qui appartiennent à une industrie exigeant une habileté plus grande et qui viennent d’autres pays, principalement de Reims. On les appelle les compagnons : ils restent peu de temps dans chaque établissement, ne jouissent d’aucun crédit, sont payés à la pièce, et vivent en général dans les fourneaux économiques organisés par les industriels »182. Ces remarques, en l’occurrence, s’appliquent à l’industrie lainière, mais, s’il faut en croire Benoist, « le tisseur de laine et le tisseur de coton de Roubaix ou de Tourcoing se ressemblent comme des frères, et comme un frère aussi leur ressemble le tisseur de lin d’Armentières : ils pourraient au besoin passer d’un métier à l’autre, il n’y aurait dans leur vie qu’un très petit changement »183. Benoist souligne, par ailleurs, qu’en dépit de la mécanisation, le tisseur conserve, plus que le fileur, une marge de liberté et d’initiative184.

  • 185 Arch. nat., F 12 4654 : « C’est pour la journée de dix heures que nous luttons », tel est le cri de (...)
  • 186 Ch. Benoist, 1905, t. I, p. 485 : « La teinture n’est pas la servante, elle est plus que l’auxiliai (...)

143Teinturiers et apprêteurs (2,3 % des grèves, 2,29 % des grévistes) forment un groupe original, doué d’une forte propension à la grève (1,90). Leurs grèves, organisées (67 % des cas), guidées d’abord par des résistances ou des mutuelles (telle la société de prévoyance des teinturiers lyonnais en 1874), puis, de plus en plus, par des syndicats (grèves syndicales : 50 % ; moyenne générale : 30 %), sont précédées de préavis (68 % ; moyenne générale : 49 %), accompagnées de programmes revendicatifs élaborés et détaillés (à Lyon, en 1878, programme en dix points) qui accordent une place exceptionnelle à la durée du travail (ce point apparaît dans 44 % des grèves) ; les teinturiers luttent pour la journée de dix heures185 et se déclarent, presque seuls, résolument hostiles aux heures supplémentaires. Ils demandent aussi une limitation de l’apprentissage à six mois, les patrons prolongeant abusivement ces délais pour se ménager une main-d’œuvre au rabais. D’ailleurs, les meneurs — Ernest Lepage à Rouen en 1871, Jules Garapon, Georges Payre, Claude Sagnol à Saint-Chamond en 1878, Buckmann à Villefranche en 1881 — sont presque toujours de très jeunes hommes ; à Amiens, en 1889, les auxiliaires, dits « zoulous », mènent l’action. Les teinturiers, relativement qualifiés, notamment dans la soierie où la matière exige beaucoup de soin186, dont le salaire oscille autour de 4-5 F, concentrés géographiquement en quelques points, constituent un milieu cohérent et solidaire. Leurs coalitions affectent la plupart du temps l’ensemble des établissements d’une localité, sans toutefois atteindre des dimensions considérables en raison de la taille médiocre des usines. Les principales se situent au début de la période. Munis d’une bonne conscience de conjoncture, facilitée par l’observation aisée des stocks, et partisans des actions offensives, les teinturiers s’effacent durant la crise, mais ressurgissent en 1889, animant d’amples conflits à Roanne et Amiens, puis dans la foulée du 1er Mai 1890 à Roubaix (4 000 grévistes) et à Lyon. Fortement politisés, supports de la première Internationale à Lyon et à Rouen, ils participent aux premiers congrès ouvriers, se déclarent partisans des candidatures ouvrières, n’hésitant pas à aborder les questions électorales dans les réunions grévistes. Ils sont, néanmoins, laminés par la déqualification et l’afflux des manœuvres : à Lyon, en 1890, sur 5 500 travailleurs, il n’y a plus que 2 500 ouvriers « vrais », dont la moitié au syndicat. D’où un vieillissement, une atrophie des organisations et des hommes.

  • 187 En régression, selon A. Aftalion, 1906.
  • 188 Voir surtout P. Gemàhling, 1910, qui pense qu’il y a extension du travail en chambre ; cet ouvrage (...)

144Les groupes liés à la confection des vêtements n’ont qu’un faible pouvoir de grève (1,8 % des grévistes) par rapport à l’énorme masse employée (11,12 % des salariés, recensement de 1896), et, par conséquent, une médiocre propension (0,16). L’atelier subit ici l’écrasante concurrence du travail à domicile187, domaine du sweating system, des femmes surexploitées, scandale dénoncé par tant d’auteurs188 et que la machine à coudre contribue à étendre.

  • 189 Cf. ci-dessus, p. 324.

145Les ouvrières de l’aiguille ont tenté de s’organiser, aux alentours des années 1878, à Paris et dans la région lyonnaise (Lyon, Saint-Etienne, Saint-Chamond). Mesdemoiselles André et Finet onr fait entendre dans les congrès et les réunions la plainte des « citoyennes »189. La grève des ouvrières en lacets de Saint-Chamond (1878) s’inscrit dans cette timide rébellion, vite éteinte, comme la plupart des coalitions des travailleuses du vêtement.

  • 190 Sur les anciennes luttes de ces corporations, cf. O. Festy, 1908, et A.P.O., t. II, p. 885 (chapeli (...)
  • 191 L’Ouvrier Chapelier, 1re année, no 1, 4 octobre 1884, est un des premiers journaux corporatifs. Jea (...)
  • 192 Arch. dép. Bouches-du-Rhône, M 6 1925 : en 1873, à Aix, la chambre syndicale a 7 000 F et donne 12 (...)
  • 193 193. Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1871-1879, « Historique... », écrit à propos de la grève générale (...)
  • 194 Arch. dép. Bouches-du-Rhône, M 6 2340, Grève chez Haas (1887) : deux membres de la Société générale (...)
  • 195 Au début de la période s’affirment quelques militants de premier plan, comme Auguste Bonnafoux, cha (...)
  • 196 Cette revendication est au cœur d’importants conflits en 1883-1884 ; Chazelles- sur-Lyon et Albi en (...)
  • 197 Sur l’évolution générale de l’industrie chapelière, cf. E. Levasseur, 1907, p. 133 et sq. A Aix, à (...)

146Dans ce marais émergent deux métiers actifs, masculins, hautement qualifiés, héritiers d’anciennes traditions : chapeliers et tailleurs190, de style fort différent. Les chapeliers, bien connus grâce à l’exceptionnelle documentation que ces travailleurs, férus d’archives et experts à l’écriture, ont laissée191, ont mené d’assez nombreux conflits de bonne durée, mais de faible ampleur moyenne : dans cette profession très hiérarchisée, ils ne touchent souvent que de petits effectifs de spécialités, le syndicat préférant les engagements partiels aux affrontements généraux trop onéreux. L’originalité réside dans le degré particulièrement poussé d’organisation (90 % des grèves organisées), de direction syndicale (62 %), dans le taux très élevé de grèves secourues (71 %). Gens aisés, les chapeliers cotisent régulièrement à des caisses de résistance bien pourvues192 qui versent aux coalisés des indemnités substantielles (de 12 à 19 F par semaine). A partir de 1880, la stratégie, déjà très élaborée, attentive au choix judicieux du moment (août, septembre, octobre, mois de la grande presse)193 se centralise autour de la Société générale qui intervient désormais dans chaque conflit194. D’où un certain jacobinisme, une bureaucratisation de la grève qui bannissent spontanéité (70 % de préavis) et turbulence (aucune manifestation ni violences ; à peine quelques rixes entre grévistes) et réduit l’initiative des militants locaux dont le visage nous échappe195. Purement professionnelles, les grèves chapelières évitent le spectaculaire et se déroulent en champ clos. Dans les années 1880, une tentative pour imposer le monopole syndical de l’embauche provoque une vive réaction des employeurs qui répondent par le lock-out196. Réflexe d’autodéfense d’un métier menacé par la mécanisation, la décadence de l’apprentissage et la déqualification197, cette revendication traduit une situation technologique difficile qui explique un pourcentage d’échecs élevé (51 %), sans rapport avec l’énergie déployée. Le syndicalisme chapelier apparaît ainsi comme un corporatisme d’arrière-garde : défense d’une « aristocratie » en voie de liquidation.

  • 198 A.P.O., t. II, p. 633.
  • 199 Cf. ci-dessous, la troisième partie.
  • 200 Cité par Le Cri du Peuple, 7 mai 1885.
  • 201 Importante documentation archivistique sur les grèves de tailleurs parisiens dans Arch. préf. pol., (...)

147Ce calme tout provincial — Bourganeuf, Chazelles, Bourg-de-Péage, Albi, Aix, sites giralduciens des grèves chapelières — contraste avec la turbulence des tailleurs parisiens (les seuls qui comptent), instables, cosmopolites, dont les ateliers ouverts aux pleins vents de la capitale et de l’Europe forment un milieu rêvé pour l’anarchie. On évalue (très imprécisément) leurs effectifs à 15 ou 20 000 ; sur ce nombre, seuls les pompiers (4 000 à 5 000), employés aux retouches et payés à l’heure, travaillent en atelier. Cette couche moyenne, dédaignée par les coupeurs et jalousée par le prolétariat des apiéceurs (à domicile et payés à la tâche), constitue le fer de lance du mouvement. Les grèves de tailleurs se limitent à la « pompe » des grandes maisons boulevardières (Halphen, Dusautoy, Debacker, Laffitte...) ; même générales, elles n’atteignent que des effectifs réduits (maximum : 2 500 en 1885) et suscitent plus de bruits qu’elles n’ont réellement d’effets. La chronique parisienne leur accorde pourtant une large place. Les tailleurs n’ont aucune organisation nationale ; à Paris, les groupes s’entre-déchirent, minés par les rivalités catégorielles et les dissensions politiques. A partir de 1882, les anarchistes, souvent étrangers — Couchot, Martin, Duprat, Willems, Lacoste, Mille... — animent les mouvements, entrent en opposition avec le syndicat de la rue de Clichy, dit le « Sénat », et lancent des groupes éphémères : L’Aiguille198, la Chambre syndicale indépendante (1889), ou, tout simplement les commissions executives des grèves. Ils tentent de promouvoir l’idée de grève générale199, de secouer l’inertie des apiéceurs, des culottières et des jeunes « bœufs » (apprentis) qu’ils poussent à la contestation, de faire renaître l’internationalisme dont la grève de 1867 avait donné l’exemple. Ils préconisent les manifestations de rues, notamment en 1885, où ils essaient d’entraîner leurs camarades à la manifestation du Père Lachaise (24 mai), drapeaux rouges en tête, puis à l’enterrement de Victor Hugo — sans grand succès. On s’effarouche. Le patronat, depuis longtemps affronté à ces travailleurs remuants, s’appuie sur une Société philanthropique bien lestée (40 000 F en caisse en 1882), et pratique le lockout systématiquement (1882, 1885, 1889). L’opinion se montre peu favorable aux tailleurs : des privilégiés, suspects d’intriguer pour leurs patries étrangères. Le Petit Journal croit « pouvoir affirmer que, en vue de la grève actuelle sur laquelle on paraît avoir compté, il y a, dans les magasins d’outre-Rhin et d’outre-Manche, des amoncellements énormes d’habillements confectionnés »200. Ces obstacles, internes et externes, font échouer 60 % des coalitions. Même les succès sont éphémères, les patrons les remettant en cause, la « presse » passée. D’où une grande stabilité des revendications : on demande en 1874 l’heure à 75 c (au lieu de 70), en 1881, à 80 c ; une meilleure hygiène des ateliers, et, pour les apiéceurs, la suppression de l’essayage. Quoi qu’il en soit, les tailleurs fournissent un exemple assez typique de « minorités agissantes »201.

2. MINEURS DE HOUILLE202

  • 202 Dans le groupe Mines et Carrières, il y a essentiellement les mineurs de houille, comme le montre l (...)
  • 203 Le Réveil des Mineurs, no 32, 30 mai 1891: poème signé : Catherine, intitulé « La grève générale ».

Oui, c’est par la houille
Que le peuple entier
Aura la dépouille
Du bourgeois rentier...
C’est par le charbon
Que viendra la Révolution203.

148Aux yeux d’une opinion, fascinée par les entrailles de la terre, que le charbon, « pain » de l’industrie, fait mère plus que jamais, le mineur, « soldat de l’abîme », « énergie » vitale de l’économie moderne, incarne le type même du prolétaire, dans sa faiblesse et sa puissance. Le mot même exerce une étrange séduction, faisant lever un cortège d’images, chaleureuses ou dramatiques rêveries de la volonté.

  • 204 Il en est ainsi aujourd’hui encore, en dépit de la décadence de la profession. La grève des mineurs (...)
  • 205 Esquisse dans le numéro spécial du Mouv. soc., « La mine et les mineurs », 1963.

149Eclatantes, massives, spectaculaires, les grèves minières attirent tous les regards204 et bénéficient, de ce fait, d’une documentation exceptionnelle et d’une abondante bibliographie205. Economistes d’hier et d’aujourd’hui, historiens sociaux vouent à cette profession caractéristique de la première révolution industrielle une attention particulière, attisée par une fin qu’on sent prochaine, appâtée par l’attrait d’un milieu homogène, d’une rare stabilité, aiguillonnée, enfin, par l’ampleur inégalée des sources publiques et privées.

150Une telle richesse libère et pèse à la fois. Elle impose la modestie du propos. Dresser un bref panorama des conflits miniers dans cet espace de vingt ans, les caractériser, déceler les changements qui, déjà, s’y amorcent, paraîtront une ambition suffisante : on ne refait pas Germinal... !

A. Mouvement des grèves

151Les courbes de grèves (fig. 18) diffèrent évidemment selon qu’on considère fréquence, ampleur, intensité. La première (fréquence) roulant sur des unités trop réduites, ne présente pas de caractéristiques bien nettes, hormis une période creuse de 1873 à 1877, et un certain envol à partir de 1888. Les oscillations des effectifs sont beaucoup plus marquées avec trois fortes poussées : 1890, 1878, 1884. Quant à l’intensité, elle offre d’énormes écarts (minimum : 270 journées perdues en 1874 ; maximum : 633 200 en 1884, l’année d’Anzin). Les courbes d’ampleur et d’intensité moyennes reflètent ces variations de volume des conflits. Pour les grèves minières, plus que pour toutes les autres, l’unité-grève recouvre des réalités bien diverses.

152L’analyse historique révèle également une pluralité des types de conflits, quant à leurs implications économiques ou politiques, aussi bien que pour leurs formes. Les grèves de 1871-1872, véritablement « sauvages », travesties en mouvement quasi insurrectionnel par les autorités que hantent l’Internationale, s’inscrivent dans la prospérité inouïe que connaît alors l’industrie houillère. Leur violence surgit d’une répression cinglante, de l’obstacle que les troupes opposent à la diffusion des bandes, des arrestations... Elles aboutissent néanmoins à d’importantes hausses de salaire, exemple de discordance entre la conjoncture économique et la situation politique.

  • 206 Arch. dép. Isère, 166 M 1, maire-préf., 18 septembre 1875 : un nouveau règlement fixe les heures d’ (...)

153A partir de 1874, la chute des prix conduit les compagnies à baisser les salaires, à accroître les horaires et les rendements en rationalisant la gestion. Les dernières minières d’ancien type disparaissent, comme Allevard (Isère), où « l’ouvrier mineur travaillait en pleine liberté. Il entrait dans la mine quand il voulait et en sortait de même »206 et que Schneider, nouveau concessionnaire, soumet à la discipline industrielle. La résistance ouvrière se traduit par quelques grèves vite dénouées (Allevard, 1875 ; Lavaveix, 1876), mais elle manque d’énergie et de souffle.

  • 207 Arch. dép. Nord, M 626/9, pièce 35, rapport com. spéc., 6 février 1880 : « La situation est toujour (...)
  • 208 Exemple Arch. dép. Nord, M 626/13, pièce 102, Considérations générales sur la situation industriell (...)
  • 209 .C’est exactement la situation à Anzin en 1884.

154La dépression languit toujours lorsque s’amorce la série des conflits qui, de février à juillet 1878, éclatent dans divers bassins : Epinac et Montceau, Bézenet, Decazeville, Anzin enfin, entrent successivement dans la danse pour protester contre de nouvelles réductions de salaire. Mais la véhémence du refus réside, cette fois, dans le changement du climat politique. Persuadés que les atteintes au salaire sont une brimade des compagnies évincées des municipalités et battues aux législatives, les mineurs espèrent, plus ou moins confusément, l’intervention de la République salvatrice. On peut imaginer leur amertume des échecs rencontrés : rien n’est donc changé ? Le sentiment qu’il ne faut compter que sur eux-mêmes les pousse vers les premiers syndicats. A Firminy, à Denain, à Bessèges, ces organisations neuves tentent de profiter de la nette amélioration des affaires207 pour présenter d’amples programmes revendicatifs. Mais, à nouveau, le climat se détériore. Les compagnies, qui avaient vécu l’essor des années 1880 avec une insouciance de rentiers imprévoyants, fort critiquée par certains ingénieurs des mines208, se voient acculées à des mesures d’économie qu’elles transforment en règlement de compte contre les militants209. Jusqu’en 1888, les conflits, défensifs, traînent en longueur, les sociétés opposant un refus obstiné à toute transaction. La grève de Carmaux dure 48 jours, celle d’Anzin, 56 ; et 109 à Decazeville. Toutefois la violence initiale de la grève aveyronnaise ne doit pas faire illusion ; en règle générale, les mineurs font preuve d’une discipline et d’une organisation accrues.

155A partir de 1888 se dessine un renversement conjoncturel qui profite surtout au bassin du Nord-Pas-de-Calais en plein développement. Fortement syndiqués, encouragés par l’exemple du Borinage, les mineurs de Lens prennent en 1889 (octobre) l’initiative d’un mouvement qui gagne rapidement tout le bassin, Anzin excepté. Cette grève, dite « des nécessités », aboutit à des hausses salariales de 10 % ; elle porte en germe les conventions d’Arras.

  • 210 Arch. nat., F 12 4667, préf.-min. Com., 19 février 1890 : les ouvriers « obéissent inconsciemment à (...)

156En 1890, d’autres facteurs poussent à la revendication : le congrès de Joli- mont (Belgique) envisage la grève générale et sensibilise les mineurs aux appels du 1er Mai. Du Nord au Midi, les houilleurs manifestent ce jour-là. Si, dans le Nord, ils rentrent assez vite, dans le Sud-Est, ils s’attardent : un mois entier dans le Gard. Théâtre d’une agitation incessante depuis le début de l’année210, le bassin de la Loire connaît, du 5 au 20 juin, une grève générale presque totale (9 000 grévistes) ; et Firminy, qui n’y participe pas, cesse le travail du 8 octobre au 11 novembre. Ces grèves, « politiques » en ce sens qu’elles visent à faire pression sur le Parlement qui, cette même année, discute et vote la loi sur les délégués mineurs, n’excluent pas, de la part des participants, une psychose d’avènement.

157Bien que la plupart des actions défensives échouent, les mineurs opposent à la baisse des salaires une ferme résistance : Simiand l’avait montré. Facilitée par l’observation aisée des prix et des stocks, leur conscience de conjoncture est acérée ; ils savent choisir leur moment cyclique et saisonnier ; février, époque de carreaux vides et de besoins pressants, a leurs préférences. Mais en outre, les mineurs, légalistes au fond et républicains en majorité, attachent une grande importance aux circonstances politiques : les grèves de 1878, celles de 1888-1890 tentent d’exploiter une situation gouvernementale jugée favorable : un solide réalisme anime ces héros de romans.

B. Morphologie des grèves minières

  • 211 G. Dumoulin, 1937, p. 32.

15870 % des grèves de mineurs éclatent subitement. Rieu pourtant qui ressemble à l’impulsivité du tisseur. Si les mineurs restent sujets à de brusques flambées, à de brutales colères, ils savent aussi manier avec art l’effet de surprise qui désarçonne l’adversaire et l’empêche de se prémunir. Nombre de grèves fomentées dans le calme dominical, préparées dans le silence de la nuit, se déclarent à l’aube du lundi dans un ordre et une discipline qui démentent toute spontanéité. Le syndicalisme, plus que d’autres soucieux de l’opportunité, régularisera de vieilles pratiques communautaires. « La grève, qu’est-ce que c’était ? », raconte George Dumoulin : « On ne travaille pas lundi. Qui a décidé cela ? Le syndicat ! »211.

  • 212 Rondet préconise la rédaction de tels cahiers. Cf. G. Stell, 1883.

159Autre signe de réflexion : le caractère élaboré des programmes revendicatifs (45 % des grèves à revendication multiple ; moyenne générale : 30 %, 3,3 revendications par grève en moyenne), formulés par écrit (37 % des cas), véritables cahiers de doléances212 adressés aux compagnies, et tout autant au préfet auquel le légalisme des mineurs a volontiers recours. Cet attrait paysan pour l’écrit et ses sûretés (signatures, cachet, timbre...) provient aussi des nécessités du nombre et de la distance qui sépare, ici, la masse de ses maîtres.

160Articulés en de nombreux points, ces textes très originaux présentent des réclamations bien diversifiées, moins polarisées qu’ailleurs autour du salaire (51 % des revendications émises ; moyenne générale : 66 %). Encore, la composition des revendications salariales montre-t-elle l’importance, à côté du taux du salaire, de son mode d’établissement et de paiement : marchandage des tailles, boisage, économats patronaux engendrent de nombreuses tensions. L’organisation hiérarchique des rapports sociaux suscite beaucoup de conflits personnels (17 %). La durée du travail (12 % des revendications, avec un taux de présence élevé : 29 % des grèves ; moyenne générale : 13), les caisses de secours et de retraite (9 %) occupent une place exceptionnelle. La recrudescence des accidents, conséquence d’une exploitation imprudente dans une production fiévreuse, rend plus aigus les problèmes de sécurité et de repos, thèmes d’une campagne législative intense. Etroitement rivés à un milieu façonné par les compagnies, mais gardant, grâce au Code Napoléon, des liens privilégiés avec l’Etat, les mineurs échappent à la condition salariale classique. Le salaire ne peut constituer l’unique pivot de leurs préoccupations.

  • 213 Arch. nat., F 12 4667, préf.-min., 19 février 1890 : annonce la création d’un syndicat des machinis (...)

161Très amples (1 005 ouvriers par grève en moyenne), les grèves houillères concernent rarement une seule catégorie. Toutefois l’unanimité se limite au fond : là règne l’abatteur, le piqueur, ouvrier fait dans la force de l’âge, clef de tous les grands mouvements ; le jeune herscheur, le vieux boiseur, moins prestigieux, jouissent d’un plus faible pouvoir d’entraînement. Les rapports avec la surface, peuplée de manœuvres, de nouveaux venus encore mal intégrés, de femmes et d’enfants, s’avèrent délicats, parfois antagonistes ; mais en dépit des efforts des compagnies pour attiser les rivalités entre travailleurs de l’intérieur et de l’extérieur, la solidarité progresse ; les programmes revendicatifs les réunissent de plus en plus et les grands conflits les englobent. Dans la Loire, en 1889-1890, on nourrit même l’espoir du ralliement des machinistes, catégorie particulariste et vitale213.

  • 214 Il y a de « mauvaises fosses » : la plupart des grèves de Bessèges partent de Lalle, mine de condit (...)

162On note une tendance analogue à l’extension géographique. Partis d’un puits, unité fondamentale de toute l’organisation minière, occasionnellement ou habituellement rebelle214, les mouvements rayonnent par la vertu de l’exemple, que les bandes s’efforcent de propager. La proximité joue assurément. Nombre de grèves du Nord - Pas-de-Calais surtout se diffusent par contagion de voisinage. En 1872, né à Hénin-Liétard, le 18 juillet, le mouvement gagne d’ouest en est ; toutes les fosses de la Compagnie de Courtières — Billy-Montigny, Méricourt, puis Dorignies — débraient ; le 23, c’est le tour de l’Escarpelle, enfin de toutes les fosses des Compagnies d’Aniche et d’Azincourt ; la garde sévère montée autour d’Anzin, les concessions habilement dispensées par la Grande Compagnie, limitent ici le mal à deux fosses, tandis que Vicoigne au nord et Abscon au sud succombent. Les premiers points touchés reprennent le travail les premiers.

  • 215 En 1878, dans l’Allier, la Compagnie de Châtillon-Commentry est seule affectée par la grève. Les sa (...)

163Ce cas type de processus épidémique, livré à sa marche « naturelle », sans qu’intervienne une coordination volontaire, reste celui de bien des grèves minières, en dépit de tous les efforts de concertation syndicale. On le retrouve intact en 1889 : le 9 octobre, la fosse numéro 1 de la Compagnie de Lens refuse la descente ; le 11, les fosses 2, 4, 5, 8 l’imitent, puis toutes. Entre le 11 et le 17, quinze compagnies du Pas-de-Calais y passent, excepté Noeux qui ne s’ébranle que le 20. Ce même jour, Dorignies (Douai) entre en scène, suivi de toutes les concessions de l’Escarpelle, puis (le 23) d’Azincourt, et (le 27) d’Aniche. Plus qu’en 1872, le mouvement toutefois se circonscrit à l’arrondissement de Douai, Anzin faisant, une fois de plus, obstacle à l’extension vers celui de Valenciennes. Ces deux exemples montrent les facilités de la propagation dans une zone continue. Et, de ce point de vue, le bassin du Nord - Pas-de-Calais offre des conditions exceptionnelles qu’on ne retrouve à aucun degré dans la géomorphologie tourmentée des mines bordières du Massif central. Ces cas indiquent en même temps les obstacles rencontrés qui tiennent à des particularismes locaux tenaces, à des rancœurs relancées d’une grève à l’autre, mais aussi au morcellement économique. Les différences de condition, souvent très importantes, sciemment entretenues, d’une compagnie à l’autre, ne favorisent pas l’action commune215. Si bien que peu de mouvements embrassent des bassins entiers ; il subsiste toujours quelque tache rebelle. Si la grève générale de bassin est rarissime, que dire de celle de tous ? En dépit d’une certaine maturation de l’idée, la réalisation s’avérera si délicate qu’elle ne s’effectuera pas, du moins avant 1914.

  • 216 Arch. dép. Nord, M 626/11, pièce 60.

16463 % des grèves minières (moyenne générale : 58 %) s’appuient sur une ou plusieurs formes d’organisation, le plus souvent temporaires. 23 % seulement sont dirigées par un syndicat ; on s’étonne de ce taux inférieur à la moyenne (30 %) ; il eût été nettement plus élevé si on avait distingué entre les deux décennies. Presque inexistants avant 1880, les syndicats interviennent bien davantage ensuite. Toutefois, même après cette date, leur rôle dans les grèves est limité en raison de leur préférence pour les vertus de l’association, de l’action parlementaire et législative, leur refus de la violence et leur scepticisme devant la grève partielle. A celle-ci, ils opposent dès 1883 les perspectives de la grève générale : « Basly veut attendre que tous les mineurs français soient unis pour faire une grève générale qui obligera les compagnies et le gouvernement à faire droit à leurs revendications, ou arrivera la Révolution »216. Cette déclaration ne doit pas faire illusion. D’autres, et le contexte, montrent qu’il s’agit en l’occurrence de grève générale corporative à des fins particulières, grève « politique » si l’on entend par là moyen de pression sur le gouvernement ; nullement de grève subversive et révolutionnaire.

  • 217 Dans la Loire, le souvenir de la Ricamarie pèse sur la génération des années 1870-1880, semble-t-il (...)
  • 218 A.P.O., t. I, p. 344 : Rondet, délégué de la chambre syndicale des mineurs de Saint-Etienne, au 2e (...)
  • 219 Cf. article du Radical, reproduit par L’Ouvrier Mineur, 12 mai 1884, « La mine aux mineurs » : l’Et (...)
  • 220 Le Cri du Peuple, 24 mars 1884, éditorial : « Un trompe-l’œil. »
  • 221 Arch. préf. pol., BA 186, pièce 13.
  • 222 Arch. nat., F 12 4656, proc. Rép.-min. Just., 18 mars 1886.

165Ce choix, dont il faudrait chercher les raisons dans les structures mêmes du monde minier, s’explique occasionnellement par les expériences sanglantes de la fin du Second Empire217, et, d’autre part, par la croyance dans la volonté et la puissance sociales de la République. « Que le gouvernement retire purement et simplement les concessions houillères des compagnies et que l’outillage des mines soit racheté par l’Etat et exploité par lui au profit de tous »218, revendique en 1881 le syndicat des mineurs de Saint-Etienne. Beaucoup de mineurs ont cru que l’établissement du régime républicain sous-entendait à brève échéance la nationalisation des houillères, nationalisation conçue tantôt comme « la mine aux mineurs », tantôt comme un système d’autogestion, non pas comme l’instauration de l’Etat-patron. Bien des radicaux219, et des socialistes, guesdistes compris, partagent ces vues. Lors de la grève d’Anzin, occasion d’un vaste débat sur ce thème, Guesde répudie l’idée d’un service public des mines et préconise la restitution des houillères aux mineurs groupés dans un vaste syndicat national exploitant pour leur compte, choisissant directeurs et ingénieurs, et traitant directement avec les acheteurs. Car « l’Etat est le pire des patrons »220. Chaque grève importante ranime le débat et réveille cet espoir tenace. En 1878, dans l’Allier, « le bruit court que l’Etat va racheter les mines et en fera l’exploitation »221. De même à Decazeville222.

  • 223 Rondet est appointé à 200 F par mois (Arch. dép. Nord, M 626/11, pièce 33).
  • 224 Arch. dép. Loire, 92 M 21, pièce 4, 28 mars 1883.
  • 225 Ibid., pièce 5, 22 mars.
  • 226 Arch. dép. Loire, 92 M 21, pièce 30.
  • 227 Sur Basly, cf. l’étude, à paraître dans Mouv. soc. (1973), de J. Michel, « Syndicalisme minier et p (...)

166Ces tendances collectives s’incarnent, en s’accentuant, dans les personnalités des premiers dirigeants, premiers « permanents »223 des syndicats miniers : Rondet, Basly, Lamendin, qui, après des débuts fort contestataires, du moins pour les deux premiers, ont évolué vers un style beaucoup plus négociateur et réformiste. De Rondet, le préfet de la Loire écrit à son collègue du Nord : « Monsieur Rondet a étudié d’un point de vue sérieux et pratique les questions intéressant la population ouvrière des mines ; il a des relations suivies et utiles avec mon administration et a toujours maintenu son action sur le terrain pacifique et légal »224. Diverses pièces des Archives départementales de la Loire donnent corps à ce texte ; ainsi cette lettre de Rondet (22 mars 1883) au préfet : « Tout notre possible sera fait pour combattre les partisans des doctrines collectivistes ou anarchistes qui pourraient venir nous contredire dans nos revendications aussi légitimes que modérées et pacifiques »225 ; ou encore, ce récit, par le préfet de la Loire, de la visite que vient de lui rendre Rondet : « qui est venu m’entretenir de la dernière décision prise jeudi par la fédération syndicale des mineurs du Centre réunie à Saint-Etienne. Il estime qu’elle exercera une influence marquée sur la grève du Nord »226. Il s’agit, en l’occurrence, d’empêcher la généralisation du conflit que certains militants souhaitaient étendre à la Loire. Cette attitude temporisatrice est suspectée. En 1884, Rondet se voit traité de « mouchard de la préfecture » dans une réunion de six cents mineurs. Le même doute pèsera sur Basly, devenu député ; pour le jeune syndicat, c’est un « vendu ». Accusations graves, classiques d’ailleurs, qu’il ne faut pas prendre au pied de la lettre. Il n’est, du reste, pas besoin d’échafauder de rocambolesques interprétations. L’histoire et le comportement de ces leaders éclairent simplement les difficultés du réformisme, l’incompréhension qu’il suscite et les risques perpétuels de « récupération » qu’il comporte effectivement227.

  • 228 Le Rappel, 16 août 1878 : « Le syndicat des mineurs de Saint-Etienne publie une proclamation pour e (...)
  • 229 Arch. nat., F 12 4667, rapport général, 3 mai 1890 : « l’enthousiasme manque et tout donne à espére (...)
  • 230 Sur cette grève, cf. A.P.O., t. I, p. 384 ; Bartuel, La Mine et les mineurs, p. 440 ; E. Lozé, 1891 (...)
  • 231 Arch. dép. Loire, 93 M 21, pièce 31 : ce groupe est animé par des militants anarchistes de la Loire (...)
  • 232 Ibid., pièce 46 : réunion d’un comité de sept membres chargé d’organiser un nouveau syndicat.
  • 233 Bibl. nat., JO 89 623.

167Quoi qu’il en soit, ces premiers syndicats freinent la grève lorsqu’ils l’estiment néfaste à leur action d’ensemble. Ainsi, en 1878228, en 1884, en 1888, dans la Loire, en 1890 dans le Pas-de-Calais, où le syndicat désapprouve les mouvements consécutifs au 1er Mai229. Ils en prennent rarement l’initiative, condamnant ou entérinant celle de la base, et, dans ce dernier cas, apportant la force de leur organisation et de leur expérience : en 1889, dans le Nord-Pas-de-Calais, le syndicat (Lamendin) coordonne les débrayages divers et contribue à leur succès, ce qui lui vaut un très grand nombre d’adhésions230. Si cette attitude régulatrice paraît, pour l’heure, bien acceptée dans le bassin du Nord-Pas-de-Calais, parmi des populations nouvellement rassemblées et dépourvues de traditions, elle rencontre une vive résistance dans la Loire : dès 1884, des militants, d’orientation anarchiste — tel Rivat — contestent le syndicat « Rondet » et fondent une « Union fédérative des mineurs révolutionnaires »231. La coalition de 1888, à laquelle Rondet s’oppose résolument, achève de liquider son influence. Des « comités de surveillance » (par puits) prennent la direction du mouvement et blâment le syndicat. Si bien qu’en, 1889, le conseil d’administration de celui-ci refuse de renouveler le mandat de Rondet et supprime le poste de secrétaire général qu’il occupait232. Divers, groupes dissidents se forment (huit, de 1888 à 1890) et, pour remédier à cet émiettement, naît, fin 1889, une « Fédération départementale des mines » ; à partir du 25 octobre 1890, elle publie Le Réveil des Mineurs233, et disparaît à son tour en 1893. Dans les divers bassins du Sud de la France, les syndicats ressemblent beaucoup plus au type Loire qu’au type Nord. Sous cet angle, trade-unionisme septentrional et extrémisme méridional contrastent étrangement.

168Il n’est pas facile d’expliquer ces différences. Et pourtant quelle belle occasion de démêler la part des influences « régionales » et professionnelles dans ce clivage qui passe à l’intérieur d’un métier. Mais la région conçue comme un tempérament est une échappatoire commode qui n’explique rien. On n’oserait plus aujourd’hui opposer la fameuse « discipline » des populations du Nord à l’anarchisme de celles du Midi. La région, vue comme un complexe de structures plus ou moins stables, de plus ou moins longue durée, est par contre un concept recevable, et d’ailleurs actuellement en plein renouveau. En ce qui concerne les mineurs, notons simplement plusieurs différences : la situation économique triomphante du bassin du Nord-Pas-de-Calais s’oppose au déclin des bassins méridionaux. D’où le caractère offensif des revendications dans le premier cas ; les perspectives optimistes et contractuelles de la Convention d’Arras s’inscrivent dans une situation d’expansion. Dans les mines bordières du Massif central, perpétuellement menacées, en perte de vitesse, souvent mal gérées, les conflits prennent une tournure défensive, acariâtre, et parfois d’arrière-garde. Et les vieilles terres cévenoles ou stéphanoises, d’industrialisation ancienne, d’artisanat persistant, fourmillent de sectes et de pensées rebelles.

  • 234 Exceptons les émeutes anticléricales de Montceau en 1882. Mais là encore, c’est le cléricalisme de (...)
  • 235 Arch. préf. pol., BA 186, pièces 28 et 29.
  • 236 La Défense, 21 juillet 1878.

169De toutes les grèves, celles de mineurs sont les plus mouvementées, les plus riches en péripéties ; 40 % comportent des incidents (moyenne générale : 21), 25 % des manifestations de rues. La disposition même de l’espace minier, troué de champs, mêlé de bois, porte à déambuler ; les bandes y jouent le rôle de messager, de courroie de transmission. Les descriptions de Zola, inspirées de modèles réels, les gravures, restituent le caractère pictural de ces meutes auxquelles leur composition familiale, leur déploiement en rase campagne, agreste horizon du terril, la nature de leurs armes, la pierre et le bâton, prêtent un visage infiniment rural. Aucune subversion dans les attitudes234 : « La Marseillaise » (les mineurs restent sourds à « La Carmagnole » qu’entonnent plus volontiers les tisseurs), quelques couplets appropriés, œuvres de poètes locaux, la République toujours acclamée, forment le fond sonore des cortèges sur lesquels flottent quelques drapeaux tricolores. La violence, fréquente (12 % des cas ; moyenne générale : 3), parfois délibérée, s’exerce contre les personnes haïes des ingénieurs (on doit aux mineurs la seule mise à mort de ce temps : Watrin), ou contre les installations vitales de la mine, ventilateurs et chaudières. Elle jaillit du choc avec les forces de l’ordre, promptes à venir (gendarmerie : 33 % ; armée : 12 %), lorsqu’elles s’efforcent de disperser les bandes, de protéger « la liberté du travail » ou, plus encore, d’emmener les prisonniers. Pour garder ou délivrer les leurs, les mineurs font preuve d’un grand courage physique, d’une réelle détermination, prêts au corps à corps, même les femmes. Plus que d’une lutte ouvrière, on a le sentiment d’une révolte tribale. Les affrontements peuvent être féroces ; il y a des blessés, voire des morts (comme en 1872), des fournées d’arrestations (21 % des cas ; moyenne générale : 7), de nombreuses et sévères condamnations qui n’épargnent personne (2,9 condamnés par grève, en moyenne : le taux professionnel le plus élevé). On traite les mineurs en hilotes : à Noeux, on les juge à huis clos, le tribunal gardé par des soldats en armes235 A Anzin, « vingt-deux grévistes ont été amenés au tribunal, pieds et têtes nus, les mains attachées avec des cordes, les reliant les uns aux autres, entre une haie de soldats, de gendarmes et d’agents police. La foule les suivait ; à la porte du tribunal, les femmes pleuraient et déblatéraient »236. Après chaque grève, les compagnies renvoient des dizaines, voire des centaines d’ouvriers, sans tenir compte de l’ancienneté, tous droits à la retraite du même coup annihilés.

170Contrairement à l’opinion commune, frappée par quelques conflits interminables (Decazeville : 109 jours en 1886 ; Anzin, 1884 : 56 jours ; Carmaux, 1883 : 48 jours), impensables dans la France d’aujourd’hui, les grèves minières n’atteignent pas des durées exceptionnelles, avec une moyenne de 8,8 jours (moyenne générale : 11,8) elles se répartissent ainsi :

  • 237 236. Arch. dép. Loire, 92 M 28 : le 10 juin 1889, les mineurs du puits Rigodin font une grève d’un (...)

171Non que les mineurs sachent mieux que d’autres moduler leur arrêt de travail : quoiqu’ils nous fournissent l’exemple rare de grèves d’avertissement volontairement limitées à vingt-quatre heures237, ils n’en maîtrisent ordinairement pas le cours. Mais, d’une part, des protestations, rassemblements houleux vite dispersés, s’éteignent comme feu de paille ; d’autre part, le nombre rend aigu le problème des subsistances. Les secours sont vite absorbés ; la corporation minière, peu donnante. Les travaux agricoles, jadis si importants qu’ils ont modulé le profil saisonnier des coalitions (maximum d’été), n’interviennent plus que dans 10 % des cas, et principalement dans les régions méridionales où persiste encore un type de houilleur-paysan ; plus exclusivement industriel, le mineur du Nord n’en bénéficie guère. Mais la grande ville ne lui offre pas davantage les possibilités d’emploi qui permettent aux corporations urbaines de tenir ; il dépend étroitement du crédit des boutiquiers, alliés plus ou moins sincères, eux-mêmes tributaires de cette clientèle exclusive : Maigrat, l’épicier de Germinal, tyrannise Montsou.

172Enfin, le caractère visible des grèves minières, leur impact économique et social conduisent les pouvoirs publics à intervenir. De leur côté, les mineurs ont assez volontiers recours aux autorités. Toutes sortes de médiations s’exercent qui, souvent, plient devant la puissance des compagnies imbues de leurs prérogatives. D’où le résultat décevant des grèves minières (S = 16, 4 % ; T = 29,4 % ; E = 54,1 %), à ne considérer que les résultats immédiats, compensés, il est vrai, par un effort législatif particulier. Décidément, l’Etat s’avère un meilleur interlocuteur. En dialoguant avec lui, les mineurs développent leur tendance réformiste et, ce faisant, s’éloignent de plus en plus de leur image mythique.

173Ce n’est pas « par le charbon » que viendrait la Révolution.

3. TRAVAILLEURS DU BÂTIMENT

  • 238 Les grèves intercorporatives sont fréquentes. Quelques exemples : en 1872, à Castres, en 1876 à Aux (...)
  • 239 A ce sujet, cf. A.P.O., t. IV, p. 446 et sq. Après 1900, la tendance a été à l’éclatement en fédéra (...)
  • 240 L. et M. Bonneff, 1911, dans le chapitre « Les Compagnons du bâtiment », décrivent tailleurs de pie (...)
  • 241 En octobre 1880, par exemple, grève de tonneliers à Bordeaux et dans plusieurs localités de Gironde (...)

174Une commune finalité : la maison, unit la majeure partie des travailleurs de la pierre et du bois. Il paraît d’autant plus légitime de les rapprocher que la plupart d’entre eux ont conscience d’appartenir à la grande famille du bâtiment ; de nombreux conflits intercorporatifs embrassent leurs diverses spécialités238 ; des ébauches de fédération d’industrie réunissent tailleurs de pierre et maçons, couvreurs et peintres, charpentiers et menuisiers239. L’opinion ne les sépare pas240. Enfin, les trois quarts des grèves du « bois » ressortissent aux charpentiers et menuisiers de la construction ; celles de l’ameublement (ébénistes, chaisiers...), autre grand versant ligneux, se produisent dans leur sillage. On négligera les catégories plus restreintes (charrons, outilleurs sur bois...), non sans souligner au passage la vigilance des tonneliers méridionaux, attentifs au niveau de leur rémunération, coordonnés241 et efficaces : ils réussissent totalement à 65 %, fait exceptionnel.

  • 242 A ce sujet, cf. par exemple L. et M. Bonneff, 1911, p. 332 : la « fierté de l’outil ».
  • 243 D’après D. Poulot, 1872, les métallurgistes parisiens veulent se débarrasser de cette survivance ; (...)
  • 244 Pourtant, de nombreuses dépositions ouvrières à l’enquête de 1884 incriminent ces transformations, (...)
  • 245 A ce sujet, notations intéressantes, dans P. du Maroussem, 1891, p. 120, p. 150...
  • 246 Arch. préf. pol., BA 174, pièce 445, rapport de police du 6 mars 1876, donne l’état de l’emploi dan (...)
  • 247 La moindre municipalité tient à affirmer son esprit républicain dans son hôtel de ville, ses halles (...)
  • 248 Cf. J. Romains, 1932, t. I, p. 275-293.

175Sous l’angle sociologique, ces ouvriers présentent bien des traits communs. Hormis les terrassiers, manœuvres de classe particulière, qu’il convient de traiter à part, ce sont des professionnels, gens d’apprentissage plus ou moins savants (plus pour les ouvriers du bois, ou les tailleurs de pierre ; moins pour les maçons qui se forment davantage sur le tas...), fiers de leurs outils242, dont la possession les soustrait partiellement à la condition de prolétaire. Elle leur confère une relative indépendance, leur permet une mobilité, une désinvolture, que la grande industrie n’autorise guère, en même temps qu’elle les enracine dans un ouvriérisme fondamental243. La révolution industrielle ne pénètre que lentement dans ce secteur244, conservatoire de formes du passé, laissant subsister des désirs d’établissement245 qui se traduisent, collectivement, par une extrême ténacité du projet coopératif. Les dimensions modestes de l’entreprise, le chantier de taille réduite246, la proximité des interlocuteurs : petits patrons parfois fraîchement sortis du rang à la faveur de la fièvre bâtisseuse du Second Empire et des débuts de la Troisième République247, tout cela prête aux relations sociales une tonalité plus humaine, qui persistera longtemps248. Il n’est jusqu’aux pulsations solaires, quotidiennes et saisonnières, de l’activité, qui dérobent les gars du bâtiment à l’uniformité monotone de la grande usine. Témoins attardés de rythmes paysans, gens de plein air, ils ont quelque chose d’ancestral, de familier qui rassure.

  • 249 Cf. la première partie et fig. 12.
  • 250 L’allure cyclique serait plus marquée encore si l’on soustrayait de l’ensemble les terrassiers qui (...)

176Terrassiers exceptés, les grèves du groupe bois-pierre offrent globalement bien des similitudes. D’abord, l’écrasante priorité des actions offensives : bois : 86 %. — pierre : 85 %, liée à la vive conscience d’une conjoncture transparente, à d’anciennes pratiques de fixation des prix au début de chaque campagne. D’où l’allure cyclique des courbes saisonnières des conflits, à l’élan printanier249 ; et aussi des courbes annuelles aux oscillations plus marquées que pour aucun autre groupe (fig. 18). De grandes poussées (1880-1882, 1872, 1890, 1876, par ordre décroissant d’intensité) s’opposent à des creux profonds (1874, 1877-1878, 1884-1887)250. De là viennent de fortes irrégularités du pouvoir de grève annuel (maximum : 1872, 47 % des conflits ; minimum : 1887, 12 % des conflits, 5 % des grévistes). Ces ouvriers avertis ont un sens aigu des possibilités ; ils savent que le chômage annihile l’efficacité de la coalition. Au temps de la grande dépression, on les voit, à Paris, notamment, prendre la tête des manifestations de sans-travail, modulant l’action selon les circonstances et les fins poursuivies. Multiséculaire, le bâtiment accumule une longue expérience. Son réalisme lui vaut de fréquentes réussites.

  • 251 Le premier chiffre est celui du bois, le second, de la pierre.
  • 252 Alors que la moyenne générale est 4 %, les patrons ébénistes s’appuient sur une organisation syndic (...)
  • 253 Les Droits de l’Homme, 27 juin 1886.
  • 254 J.-P. Mazaroz, 1882. L’auteur, qui critique vivement les « politiciens », et se déclare résolument (...)

177Autre trait commun : une structure revendicative identique, peu diversifiée, polarisée autour du salaire (80 à 76 % des revendications)251 et la durée du travail (14 et 15 %). Ce dernier thème apparaît respectivement dans 23 et 17 % des conflits ; seuls les mineurs insistent davantage (29 %). En 1872, comme en 1880-1882, les travailleurs du bâtiment réclament la journée de dix heures (les menuisiers parisiens hasardent même huit heures en 1882), en même temps qu’un taux plus élevé des heures supplémentaires qu’ils veulent payées double. Excepté la question des travailleurs étrangers, plaie des chantiers de terrassement, le reste pèse peu. Indépendants, souvent nomades, ces ouvriers ignorent l’atmosphère confinée, hiérarchique et étouffante des « bagnes ». Leur syndicalisme jouit d’une large tolérance, voire d’une reconnaissance véritable par un patronat lui-même assez organisé252. Lorsqu’en 1876, une commission de menuisiers vient en délégation au siège du syndicat patronal, le représentant de ce dernier « nous demanda de qui nous tenions nos pouvoirs, et les reconnut comme valables, lorsque nous lui eûmes dit qu’ils nous avaient été donnés à l’unanimité par une assemblée corporative renfermant au moins sept cents membres »253. Certains industriels, tel Mazaroz, déplorent l’individualisme des rapports sociaux, préconisent « la République professionnelle », fondée sur le « suffrage universel dans la profession » et sur un système de représentation corporative254.

178Ces travailleurs voient dans la grève d’abord un moyen de pression dont ils usent avec discernement, à froid, après l’échec de pourparlers préalables, souvent fort longs, et consultation de leurs militants. D’où le taux exceptionnel de préavis (ordinairement quarante-huit heures) (91 % dans le bois, 85 % dans la pierre, terrassiers exclus), annoncés en des lettres dont le ton courtois indique des relations de bon voisinage avec un patronat assez proche.

Type de patronat dans les grèves

Type de patronat dans les grèves
  • 255 L. et M. Bonnef, 1908, p. 336 ; P. du Maroussem, 1892.
  • 256 Trois grands lock-outs en 1872, 1881, 1882.

179Cependant, au faubourg Saint-Antoine, l’existence de grosses maisons, telles Krieger, dite « la Citadelle », ou Viollet, Redon, etc., qui pratiquent la « trôle » (meuble bon marché)255 et font appel à une vaste réserve de façonniers, introduit les mœurs altières et tendues de la grande industrie, les hantises et les hargnes du principe d’autorité. Ces établissements opposent aux « prétentions » des ébénistes à discuter des tarifs dans des commissions mixtes, de vastes lock-out, qui indignent le faubourg256 et y créent un climat de lutte de classes. Mais les travailleurs se montrent toujours prêts à négocier. Ils le font avec beaucoup d’habileté et de technicité. A certains égards, ils préfigurent le syndicalisme moderne.

  • 257 Taux d’organisation : bois : 72 % (c’est le plus élevé) ; construction en pierres : 56 % (les terra (...)
  • 258 41 % des grèves du bois sont dirigées par un syndicat, taux très élevé.
  • 259 Sur ces fédérations, cf. A.P.O., t. IV, p. 446 et sq. (bâtiment) ; t. II, p. 759, ameublement.

180Bien conduits, leurs mouvements s’appuient sur un éventail varié d’organisations257. Le compagnonnage persiste chez les charpentiers (Paris, Lyon) ; mais peu combatif, miné par la mixité sociale, voire briseur de grève, il se comporte en secte rétrograde ; les jeunes le contestent et fondent, contre lui, des syndicats de plus en plus influents258. En 1882, des fédérations s’ébauchent (bâtiment, ameublement) dont le rôle pratique demeure ténu259.

  • 260 Arch. préf. pol., BA 170, pièce 52.
  • 261 Ibid., B A 176 ; La Gazette des Tribunaux, 20 août 1875, condamnation d’Yzablin à un mois de prison (...)
  • 262 Sur Tortelier, voir notamment R. Brécy, 1969.

181Toutefois, la vigueur d’une base disciplinée, mais vigilante, multiplie les formes temporaires : commissions, comités de toutes sortes, animés par des équipes de militants, relativement stables. D’une coalition à l’autre, on retrouve, l’espace d’un lustre, les mêmes noms : Payan, Gauthier, Fransergeant, Herbuisson, père et fils, membres de la commission exécutive de 1870, dirigent en 1872 l’atelier de chômage des chaisiers260. Yzablin, scieur de long et marchand de vin rue Mouffetard, accueille ses camarades de 1875 à 1880 et fomente le premier syndicat261. Pruneyre, un amnistié, organise les fumistes. Audejean, jeune charpentier, qui, aux côtés de Parché, donne le signal de la rébellion contre les anciens du compagnonnage (1876), fonde le syndicat (1879) et lance en 1881 une Fédération socialiste du bâtiment. Chinet, Peuple, Chausse, alors à ses débuts (il a trente ans et militera jusqu’à la fin de sa vie, 1941)..., animent les nombreux conflits des ébénistes ; Franchet, Tortelier, dont c’est la grande époque (1883-1890)262, ceux des menuisiers ; Boulé, Combomoreil, ceux des tailleurs de pierre, etc. Moins exposés que leurs camarades de la grande industrie, férus d’association, adossés à des milieux solidaires, ils « durent » plus qu’ailleurs.

  • 263 A ce sujet, cf. la troisième partie.
  • 264 Le faubourg Saint-Antoine, en ce tiers restant du 19e siècle, mériterait une étude particulière. Le (...)

182Quel que soit leur prestige, ces chefs de file sont soumis au contrôle d’assemblées générales, fréquentes, fréquentées, exigeantes, avant tout corporatives. Soucieux de démocratie directe, les gars du bâtiment ou de l’ameublement n’apprécient guère les interventions extérieures, se méfient des politiciens, ou des intellectuels. Non qu’ils soient fermés à la politique. Au contraire, ils lèguent au socialisme une pléiade de bons militants. Mais leurs options portent toujours la marque de l’ouvriérisme ; ils préfèrent le possibilisme versant Allemane, au guesdisme, Le Prolétaire à l’Egalité. Aux alentours de 1880-1882, à Paris, du moins, ils adoptent un ton plus antipatronal ; Jules Cazelle, puis surtout Tortelier, lancent l’idée de grève générale du bâtiment, dont Boulé, Combomoreil se feront les porte-parole aux premiers congrès de la Fédération nationale des syndicats (1887, 1888)263. Ils développent une vision de révolution pacifique et de société future fondée sur l’autogestion, idéologie de professionnels fiers, libres et sans complexe. Véritable contre-société, le faubourg Saint-Antoine est un bouillon de culture du syndicalisme révolutionnaire264.

  • 265 Construction en pierres : 2 328 établissements touchés pour 375 grèves ; bois : 3 599 pour 313.
  • 266 13 % des grèves du bois sont tournantes (moyenne générale : 4,6 %).

183Un très grand nombre de grèves du bâtiment comme de l’ameublement affectent l’ensemble des établissements ou chantiers d’une localité265. Si leur ampleur demeure numériquement modeste, c’est en raison de la petite dimension des ateliers ou chantiers touchés. A la grève tournante, « par échelon », héritée de la mise en interdit compagnonnique et pratiquée surtout par les ouvriers du meuble266, à laquelle les patrons opposent la parade du lock-out, les travailleurs tendent de plus en plus à préférer le « chômage simultané », plus enthousiasmant, mais aussi plus coûteux.

  • 267 Exemple : chaisiers parisiens en 1872 et 1883 ; menuisiers de Lille en 1881, ouvriers en fauteuil d (...)
  • 268 Arch. préf. pol., B A 168, pièce 49, novembre 1881 ; Le Temps, 31 octobre 1882.
  • 269 Ibid., BA 174, pièces 445 et 507, Grève de 1876, Paris.
  • 270 Ibid., BA 174, Grève de 1879.

184Sous l’angle financier, les ouvriers du bois et de la pierre ne sont pas dépourvus. Professionnels, polyvalents, ils s’accommodent d’autres emplois ; mobiles, ils émigrent vers la province ou la banlieue, s’occupant dans les chantiers du plat pays. Certains bénéficient de secours importants et détiennent le record des grèves « secourues » (peintres en bâtiment : 50 % ; menuisiers, ébénistes : 38 %). Au besoin, ils organisent des « ateliers sociaux »267, toujours avec l’arrière-pensée d’y bercer une coopérative de production, rêve obsédant des travailleurs du bois et que chaque grève rallume. Sur une centaine de projets de ce type ébauchés, à l’issue des grèves, la moitié revient au bois (charpentiers, menuisiers, ébénistes), un quart aux maçons, peintres, plâtriers, tailleurs de pierres. Le faubourg continue de nourrir de grands espoirs à ce sujet, bien qu’un fort courant sceptique se dessine268. Aussi, en dépit d’une durée souvent respectable, les coalitions du bâtiment et de l’ameublement échappent à la misère. Elles s’accompagnent même de vision de fête, tout au moins de détente. Les maçons du Mans jouent aux « bourdets » ; les charpentiers endimanchés se retrouvent chez les « mères » pour discuter et jouer au billard et aux cartes269 ; les ébénistes s’évadent avec leurs familles à Charenton ; avec le reliquat de leur caisse de résistance, à l’issue de la grève, ils organisent un banquet270.

185Peu de manifestations extérieures, peu de violences, sinon des rixes avec les non-grévistes, motifs principaux des condamnations. On s’en prend moins au patron qu’au faux frère ; le renégat révolte, répugne ; contre lui, tous les coups sont permis : chasse au renard, chaussettes à clous, mise au pilori. La surveillance des chantiers dispersés étant difficile, en dépit de l’usage des « plantons », il faut imprimer une terreur salutaire, et renforcer la morale corporative par la distribution, aux bons grévistes, d’une « carte d’honneur », en même temps moyen de contrôle.

186Les grèves du bâtiment jouissent d’un fort pouvoir d’entraînement : elles agissent comme un détonateur capable de déclencher des mouvements locaux : à Roubaix, en 1871, à Béziers, à Carcassonne en 1872, à Reims, Nice, Lyon, en 1880, pour ne citer que quelques exemples, des coalitions de charpentiers, menuisiers, de maçons, en déclenchent d’autres. Les grèves du bâtiment parisien ont un impact national ; celles de l’automne 1879, de l’été 1888, précèdent de grandes vagues revendicatives. Quoique doté d’un moindre pouvoir de grève et d’une plus faible propension que le textile ou les mines, le groupe est beaucoup plus moteur ; non seulement sur le plan de l’action, mais sur le terrain de l’idéologie, où il se révèle à la fois conservateur (coopératives) et créateur (rôle dans le développement de la grève générale).

187Par la généralité de son implantation, liée à l’universalité des matériaux et des besoins, le bâtiment-ameublement joue le rôle de ferment, de strate unificatrice, et, par sa mobilité, de moyen de communication. Les grèves de ce groupe, extrêmement dispersées, affectent un grand nombre de départements et touchent beaucoup de localités modestes. Nombre de communes, faiblement industrialisées, de l’Ouest ou du Sud-Ouest, ne connaissent de grèves que celles- là, les travailleurs de la pierre et du bois représentant pour elles le premier et parfois l’unique visage de l’ouvrier.

  • 271 Emile, livre III, éd. La Pléiade, p. 477
  • 272 Ibid., p. 478.

188L’ascendant de ce groupe ne tient pas seulement à son dynamisme, à son expérience, à son aptitude fonctionnelle à saisir le bon vent de l’activité ; mais encore au prestige que l’opinion ouvrière continue de lui accorder. Prestige économique : le bâtiment fait toujours figure d’industrie clef, de baromètre conjoncturel. « Quand le bâtiment va, tout va » demeure, alors même que changent les structures du revenu national, la vision productive de beaucoup. Prestige social : le travail de la pierre, et plus encore celui du bois, incarne l’archétype des « arts mécaniques ». Rousseau, comme si souvent interprète de la sensibilité populaire — la psychologie des métiers qu’il développe dans l’Emile est celle des ouvriers de 1880 — le met au rang des plus nobles. « Jeune homme, s’écrie-t-il, apprends à manier d’un bras vigoureux la hache et la scie, à équarrir une poutre, à monter sur un comble, à poser le faîte, à l’affermir de jambes-de-force et d’entraits »271 ; il veut pour Emile le métier de menuisier : « Il est propre, il est utile, il peut s’exercer dans la maison ; il tient suffisamment le corps en haleine, il exige de l’ouvrier de l’adresse et de l’industrie et dans la forme des ouvrages que l’utilité détermine, l’élégance et le goût ne sont pas exclus »272. Pour beaucoup de travailleurs asservis à la machine, le « compagnon libre », manieur d’outils ancestraux — la hache, la scie, le rabot, la varlope... —, possédés et aimés, représente en effet le modèle et l’exemple, la nostalgie du paradis perdu de la pierre et du bois, matériaux universels, antiques, et dans un monde de plus en plus artificiel et opaque, présence sensible de la nature.

  • 273 1911, p. 65.
  • 274 Arch. nat., F 12 4665, préf. Corrèze-min. Com., 2 mars 1889 : « Il est à constater en effet que par (...)

189Les terrassiers offrent un tout autre visage, dont la brutalité s’oppose à la douceur du charpentier, à la patience du menuisier. « Ils font peur aux gens paisibles », écrivent L. et M. Bonneff273. Ces manœuvres indépendants forment des groupes massivement homogènes, sous l’angle des salaires et des qualifications, fissurés seulement par les questions de nationalité. Cette relative unité explique, pour une part, un pouvoir de grève élevé : 3,8 % des grèves, 3,7 % des grévistes, 2,8 % des journées. Points névralgiques : les chantiers de chemin de fer que le plan Freycinet a semés sur toute l’étendue du territoire. Ils drainent une population mêlée de paysans chassés par la crise agricole274 et d’étrangers besogneux : Belges dans la région parisienne, Italiens surtout. Ils constituent des zones de forte turbulence (62 % des grèves de terrassiers s’y produisent) qui, contenues par le plein emploi, explosent au temps de la dépression, particulièrement désastreuse pour ces travailleurs sans garantie : en Corrèze, la chute du salaire atteint 40 % en deux ans (de 0,40 F l’heure en 1886, il tombe à 0,28 en 1888).

  • 275 Intervention de la gendarmerie et de l’armée : 46 % des grèves ; arrestations : 25 % ; poursuites j (...)

190Les grèves de terrassiers présentent des traits bien spécifiques : subites dans 82 % des cas, étroitement circonscrites (dans 92 % des cas, un seul chantier touché), elles ont une faible ampleur et durent peu (2,9 jours en moyenne). Inorganisées (85 %), mouvementées (incidents dans 53 % des cas), elles foisonnent de manifestations souvent violentes, contre les chefs de chantier, les préposés à la paie, les cambusiers abusifs, les forces de l’ordre trop promptes ; des rixes opposent grévistes et non-grévistes, et surtout Français et étrangers. Ces coalitions battent les records de répression275 et ceux de l’échec (67 %). Elles sombrent dans l’ignorance et l’indifférence.

  • 276 Le Cri du Peuple, 14 août 1888, cite la presse étrangère ; ainsi Tribune, organe libéral de Rome : (...)
  • 277 La conjonction avec le boulangisme est difficile à établir ; tout dépend à quel niveau d’analyse on (...)

191L’émotion soulevée par les grèves de l’été 1888, jusqu’à l’étranger276, tient à leurs dimensions inusitées : 12 000 terrassiers à Paris, durant vingt-quatre jours, 2 500 en Corrèze et Haute-Vienne (28 août à la fin octobre) ; au caractère spectaculaire de ces masses sillonnant les rues de la capitale et de la banlieue, à une troublante conjonction avec la crise boulangiste277, aux épisodes de toutes natures qui se sont produits, enfin, à la force des images suscitées : la Commune, réveillée par la mort d’Eudes survenue en pleine bagarre, mais surtout juin 1848, assaillent les mémoires. « Gare à Juin ! », titre Le Cri du Peuple du 30 août : « C’est le bâtiment qui a fait toutes les émeutes dont la misère était la clef. »

4. METALLURGISTES ET MÉCANICIENS

  • 278 G. Duveau, 1946, p. 444.
  • 279 Arthur ne doit rien au Sublime, paru en 1870 ; la nouvelle de Daudet est publiée en 1867 dans les A (...)
  • 280 L’Apprentie, 1904.
  • 281 On songe encore à Bachelard, bien sûr. Mais la plupart des auteurs qui parlent de la métallurgie cè (...)

192La littérature nous a légué une certaine image du métallurgiste, ouvrier évolué, instruit, « à l’esprit vif et décidé »278, frondeur et mûr en sa contestation. Goujet, le forgeron, domine de sa sagesse les turpitudes de L’Assommoir ; il est le premier guide d’Etienne Lantier. Eveilleur de la mine, celui-ci vient de la mécanique, fait symbolique. Mécaniciens aussi, Arthur, de Daudet, bretteur et buveur sans vergogne, vrai type de Sublime279, le tendre et malheureux Jack ; et l’héroïque Jean Pommier de Gustave Geoffroy280. La galerie de portraits de Denis Poulot a parfois inspiré ces esquisses ; mais elles s’alimentent aussi aux rêveries de la forge, du fer viril et dominé par la puissance du feu281. Démiurge, le métallurgiste échappe à l’asservissement industriel. Il participe aux grandeurs de la machine, sa créature et sa maîtresse, par elle engagé dans le processus de la vie moderne.

193Pourtant, en tant que force collective, la métallurgie, riche en individualités de premier plan, en militants tenaces et durables, ne tient pas, alors, dans le mouvement ouvrier le rôle pilote qu’elle occupe aujourd’hui. Son poids demeure modeste (11,6 % des grèves, 9,6 % des grévistes ; propension à la grève :

1940,71), son pouvoir de rayonnement réduit. Elle déconcerte par l’alliance d’un rationalisme avisé, d’une grande maîtrise de soi, et d’un particularisme étroit.

195Les structures de l’industrie métallurgique ne favorisent pas les actions unitaires. Ce vocable recouvre en fait une grande diversité de branches et de cadres. Si la métallurgie primaire s’effectue, désormais, dans de grands établissements de plusieurs centaines ou milliers d’ouvriers, propriétés de puissantes sociétés, le vaste et disparate secteur des « constructions mécaniques » englobe de grosses usines aux « départements » multiples et intégrés — Le Creusot, Indret, Bacalan, La Ciotat, Cail, Fives-Lille, etc. — et de petits ateliers extrêmement spécialisés7 telle la gamme infinie de la mécanique parisienne, encore vivante aujourd’hui à Belleville ou Charonne, régie par un patronat riverain et familier, souvent de récente souche. Des uns aux autres, organisation du travail, rapports sociaux, ambiance, diffèrent sensiblement.

  • 282 Ch. Benoist, 1905, p. 249 : « Une extrême division est, dans cette industrie, comme la condition mê (...)

196La division du travail, plus poussée qu’en aucune autre industrie282, entraîne, au sein des usines, une juxtaposition d’ateliers créés au fur et à mesure des besoins, des nouvelles fabrications, ayant leur espace et leur vie propres. De nos jours encore, aux antipodes de la texture rationalisée de Flins, Renault-Billancourt, façonné par une longue histoire, donne l’image de cette croissance en chaîne où les étapes technologiques s’expriment dans une géographie compliquée des départements, si divers dans leur physionomie sociale et leur rôle dans le mouvement ouvrier.

  • 283 Ibid., p. 336.

197Sur le plan professionnel, la division du travail se traduit par un fourmillement de métiers, « mille... », selon Schmoller, et dans chacun d’eux, par un pullulement de catégories, très hiérarchiquement agencées. L’existence d’équipes cristallisées autour d’une tâche, ou d’un emploi du temps (notamment dans les usines à feu continu) associant des niveaux de qualification complémentaires et subordonnés, achève la stratification de cette « armée » : la métallurgie a sa piétaille, ses manœuvres à vie, servants des compagnons. La pyramide des salaires, très étirée, absolument antithétique du nivellement textile, traduit cette verticalité sur le plan des rémunérations. « Il y a autant de salaires différents que de spécialités, si ce n’est même que d’ouvriers »283.

  • 284 Arch. dép. Loire, 92 M 18, pièce 130.
  • 285 Arch. préf. pol., BA 169.

198Une telle fragmentation entrave le développement d’une conscience commune ; elle entretient l’illusion petite-bourgeoise de la différence, donc de la supériorité. A Rive-de-Gier, en 1882, la grève achoppe sur les rivalités des burineurs, ajusteurs et manœuvres, « ces derniers italiens pour la plupart »284. Le patronat exploite ces dissentiments : chez Cail, la direction déjoue une coalition en détachant certaines catégories par des augmentations de salaire285.

199Aussi, la plupart des actions des métallurgistes restent solitaires au niveau des établissements :

  • 286 D’où une ampleur moyenne des grèves inférieure à la moyenne générale : 250 ouvriers/grève (moyenne (...)
  • 287 Sur la mobilité des métallurgistes, cf. Ch. Benoist, 1905, p. 389 : ils vont « où le travail est ab (...)
  • 288 Premier congrès national de la métallurgie à Paris, 8-13 octobre 1883 ; compte rendu, brochure de 1 (...)
  • 289 Sur l’histoire de l’Union des ouvriers métallurgistes, cf. A.P.O., t. III, p. 466 et sq.
  • 290 Ibid., p. 426 et sq. Telle est l’appellation donnée par ces ouvriers à leur « fédération corporativ (...)

200et au sein des usines, où fleurit la grève catégorielle. Puddleurs, lamineurs, mouleurs, doués d’un dynamisme remarquable en ce qui les concerne, forts de leur position stratégique — leur immobilité bloque tout — agissent le plus souvent isolément286. Cette étanchéité verticale s’accompagne d’une forte solidarité horizontale excédant le cadre de l’établissement. Entre les sites métallurgiques, les hommes287, l’information, les secours en cas de besoin, circulent. D’où l’unanimité des thèmes, des campagnes, des programmes catégoriels, colportés d’une ville à l’autre, la précocité de l’esprit fédératif288, et, contrastant avec l’échec de la Fédération d’industrie, tiraillée par ses multiplicités289, la réussite relative de la « République des mouleurs »290. Les frontières régionales sont ténues, au contraire des barrières corporatives.

201Celles-ci font, en outre, obstacle aux solidarités interprofessionnelles. Dans les zones où l’intégration réunit métallurgistes et mineurs, les premiers ne fraient pas avec les seconds, dont tout les sépare : le degré d’instruction, la qualification, la mobilité, l’urbanité... Ils les soutiennent mollement dans leurs grèves (exemple : Decazeville, 1886 ; Bessèges, 1887), réticents devant la violence des gueules noires, moins patients qu’eux dans l’attente ascétique. Ils jouissent, au reste, dans la famille ouvrière, d’une réputation d’enfants gâtés ; en mai 1968, j’ai entendu des ouvriers du bâtiment déplorer 1’égoïsme des métallos.

  • 291 Les métallurgistes chôment le 1er mai 1890 qu’ils ont même tendance à transformer en fête d’obligat (...)

202Sur ces êtres raisonnables, les perspectives grandioses de la grève générale n’exercent encore qu’un faible attrait ; parmi ses premiers zélateurs, peu de métallurgistes. Le 1er Mai ne déchaîne pas chez eux de frisson parousique. Ils 1’« observent » comme on ferait d’un dimanche, « dans le calme et la dignité », sans prolonger ce jour de fête par des grèves incontrôlées291. Les métallurgistes ont les pieds sur terre, ils se dérobent à l’illusion lyrique.

  • 292 1er Congrès, compte rendu, p. 9.

203La grève, d’ailleurs, ne les accapare pas. Ils connaissent d’autres formes de pression, le freinage, par exemple. La grève ne constitue qu’un pis-aller, une « protestation de dernière extrémité »292. Il convient de ne pas s’y lancer sans précautions, dont témoignent le taux élevé de préavis (60 %) et la relative discrétion des grèves subites (39 %) ; encore s’agit-il moins de pure spontanéité que du malin plaisir de surprendre un « singe » embarrassé.

  • 293 Les mouleurs détiennent, après les chapeliers, le record des grèves scripturaires : 47 %.

204Préparées, encadrées, nanties de fonds, la plupart des grèves de métallurgistes se déroulent dans le calme. Peu de manifestations (6,1 % ; moyenne générale : 10,4), peu de violences (1,4 ; moyenne générale : 3,6) ; le métallo a le respect des machines et n’y attente pas. Quelques meetings, mais sans éclat de voix. De secrètes préférences pour l’écrit293. Un recours fréquent à la presse ; un sens réel de la publicité.

  • 294 Même sous l’angle du salaire : obtenir le paiement au temps, lutter contre le travail aux pièces, « (...)
  • 295 1er Congrès, p. 10.
  • 296 Arch. préf. pol., BA 172, les bronziers de chez Goelzet se mettent en grève parce que le contremaît (...)

205Etoffés, argumentés, les programmes revendicatifs offrent un large éventail294 et se distinguent par la présence de thèmes plus avancés : comme la réduction de la durée du travail, que le premier congrès de la métallurgie considère comme prioritaire : « à l’avenir, les grèves devront avoir pour objectif la diminution des heures de travail, de préférence à l’augmentation des salaires : l’obtention de cette première satisfaction devant avoir pour premier résultat l’emploi des bras disponibles, tandis que la seconde ne procure généralement qu’une amélioration passagère par suite de l’augmentation des produits, résultat inévitable de la loi de l’offre et de la demande »295. Dès 1871, les mécaniciens de Roubaix se font les pionniers de la journée de dix heures, leitmotiv de toutes les coalitions de 1880-1882. Les questions de discipline industrielle et de défense syndicale ne recouvrent pas moins du cinquième des griefs. Gens libres, les ouvriers de la mécanique admettent difficilement qu’on les empêche d’aller « boire un coup » ou d’assister à l’enterrement d’un camarade296. Ils supportent malaisément les réprimandes du « contrecoup ».

  • 297 Interpellation sur la grève de Château-Regnault, 18 juin 1885 ; sut celle de Vierzon (Henri Maret), (...)

206Animés d’un solide esprit d’équipe, ils réagissent immédiatement au renvoi d’un des leurs par le « chômage de dignité » et défendent avec énergie leurs organisations syndicales toutes neuves. Ce dernier enjeu motive les résistances les plus acharnées, les combats les plus mémorables : Château-Regnault (quatre- vingt-quatre jours, 9 mai - fin août 1885), Vierzon (deux cent huit jours), l’un et l’autre occasion d’importants débats parlementaires sur le droit syndical297.

  • 298 Les mouleurs présentent un niveau d’organisation exceptionnel qui mériterait une étude spéciale. En (...)

207Au reste, 34 % des grèves métallurgiques s’appuient sur un syndicat, beaucoup plus dans la seconde décennie (environ 45 % à 50 %), et pour certaines catégories (mouleurs : 54 %)298 ou régions (Ardennes). Ce syndicat ne doit pas être seulement la doublure occasionnelle, fugitive, de la coalition, mais, bien au contraire, la structure permanente et décisive. La grève, inévitable, mais seconde, doit lui être subordonnée. Le premier congrès fédéral préconise des mesures pour en rationaliser la démarche et, par là, les chances de succès : constitution de caisses de secours, réflexion préalable, avis demandé au comité central qui n’accordera des fonds qu’à bon escient, préférence accordée à la mise à l’index, plus économique (article 6 des résolutions). Les métallurgistes, soucieux d’efficacité, apportent dans le mouvement ouvrier français coloré de fougue latine, une touche anglo-saxonne.

208Leur réussite, pourtant, n’a rien d’exceptionnel (S T : 50,4 % ; E : 49,5). C’est qu’ils livrent bataille sur un terrain miné : aux dix heures, à la liberté syndicale, le patronat de la métallurgie, plus conciliant que d’autres sur la question des salaires, et, de façon générale, plus apte à la négociation, oppose une résistance acharnée.

  • 299 Le livre de C. Pecqueur, 1838, est une apologie du rail.
  • 300 Cf. Annuaire statistique rétrospectif, 1926, p. 58-59 : maximum, 1883 : 67 497 ; minimum, 1886 : 53 (...)
  • 301 En 1888 : faillite de la Compagnie de Terre-Noire, Lavoulte et Bessèges ; sur cette affaire qui ent (...)
  • 302 Nord, Seine et Ardennes réunissent 43 % des conflits.

209La conjoncture, pleine dà-coups, ne favorise guère ces travailleurs bien doués pour la saisir. Après une brillante après-guerre, la métallurgie entre dans un profond marasme. Les stimulations du plan Freycinet provoquent une euphorie momentanée : les visions saint-simoniennes, celles de Constantin Pecqueur299 semblent en passe de se réaliser : le rail étend son règne. Plus dure sera la chute. La crise de 1883 touche, en premier lieu, la métallurgie ; elle commence par une crise du chemin de fer. Entre 1883 et 1887, le chiffre des ouvriers employés dans « les usines à fer » régresse de 21 % ; le niveau d’emploi de 1883 ne sera retrouvé qu’en 1896300. De profonds changements techniques (remplacement du fer par l’acier pour les rails, utilisation de minerais nouveaux...) ajoutent, au lot des sans-travail, le poids d’un chômage technologique. L’équilibre régional traditionnel se trouve modifié : les vieux sites de la France centrale défaillent au profit de la « nouvelle frontière » industrielle du Nord et de l’Est. Les métallurgistes de la Loire, du Berry, ou du Gard, se trouvent acculés à la défense de leur salaire, voire de leur paie301. Ceux de la vallée de la Sambre (Haumont, Jeumont, où la présence d’ouvriers belges stimule la revendication), de Lille et Fives, les relaient302. La dépression freine la croissance des grèves qui, malgré une forte progression dans la deuxième décade (+ 212 % pour les grèves, + 22 % pour les grévistes) demeure inférieure à celle de l’ensemble (trend métallurgique : + 2,4 ; trend global : + 2,67).

  • 303 Dans L’Argent, Péguy célèbre la France de 1880 comme celle du bon travail, du bon ouvrier qui chant (...)
  • 304 Sur ces grèves, Arch. préf. pol., BA 169 : première grève du 18 au 21 septembre 1888, charpentiers (...)

210En cette France de la laine et du bois, nostalgie de Péguy303, où le symbole de la « belle ouvrage » demeure un barreau de chaise bien fait, la tour Eiffel, à peine achevée, et non sans grève304, est moins une consécration qu’une prophétie.

211Les temps de la métallurgie ne sont pas encore établis.

5. OUVRIERS DES CUIRS ET PEAUX

212Ce groupe constitue un cas original d’ouvriers peu qualifiés, aux bas salaires et dotés cependant d’un haut niveau d’organisation, mais, contrairement au bâtiment, dénués de prestige, et, très souvent, vaincus.

  • 305 Cf. E. Levasseur, 1907, p. 135 et sq., traite surtout de l’industrie de la chaussure.

213Modeste, le pouvoir de grève du groupe (7,4 % des grèves, 3,5 % des grévistes, 4,6 % des journées) demeure stable durant la période. Secteur anémié de l’économie française, le groupe des cuirs et peaux s’en ressent sur le plan de la dynamique sociale305.

214La courbe des grèves et des grévistes (fig. 18), assez conforme au mouvement d’ensemble, en diffère cependant sur plusieurs points : la poussée de 1872 est insignifiante, et celle de 1874-1876, plus forte, la pointe 1887-1889, peu marquée, et le secteur ne participe pas à la vague de 1890. Une analyse plus fine montrerait que les trois sous-groupes qui le composent n’interviennent pas tout à fait au même moment, et qu’il y a, d’autre part, un déplacement de l’activité de Paris vers la province. La tannerie-mégisserie parisienne mène le jeu en 1874-1876 ; l’abondance des commandes de l’Etat détermine une série de revendications ; les Ve et XIIIe arrondissements — la Butte-aux-Cailles, Censier — connaissent une agitation incessante ; à un moindre degré, Grenoble, Chaumont, Annonay, Lyon.

  • 306 Arch. nat., F 12 4658, préf.-min., 18 avril 1885 : à Romorantin, le salaire des cordonniers, ordina (...)
  • 307 Le Mans : 19 mai-19 juin 1884, 650 grévistes ; Tours : 12 juillet-13 août, 1 200 grévistes.
  • 308 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 60 M 61.

215Dans cette industrie menacée, la crise sévit et se traduit par des réductions de salaire considérables, surtout dans la cordonnerie306, l’accélération de la mécanisation et de la déqualification. De 1884 à 1889, la plupart des conflits sont défensifs ; ils se produisent dans l’Ouest pressuré : au Mans, à Tours, en 1884307, à Fougères, en 1887-1888308, les ouvriers faméliques des fabriques de chaussures s’opposent, violemment, à la baisse des rémunérations, à l’emploi de femmes sous-payées. Le Midi aussi se rebelle : en 1886, à Annonay, les mégissiers se révoltent contre l’emploi des Italiens ; en 1889, à Graulhet, 1 100 mégissiers abandonnent les usines durant soixante-dix-sept jours pour s’opposer à l’introduction d’un cylindre destiné à traiter mécaniquement les peaux. En 1889, les selliers parisiens tentent d’obtenir des mesures contre le chômage.

216Globalement, l’offensive l’emporte pourtant (65 % de grèves offensives). A l’occasion, les ouvriers du cuir font montre d’une vigoureuse conscience de conjoncture que plusieurs atouts favorisent : le caractère visible du flux des matières premières, l’importance de la clientèle de l’Etat. Dans les selleries notamment, on pose les revendications lors des commandes militaires, toujours urgentes. Tanneurs et mégissiers jouissent d’un autre allié : la chaleur qui gâte les peaux et contraint les patrons à céder. Juin-juillet concentrent 26,7 % des conflits, 40 % des grévistes.

217L’éventail revendicatif se rétrécit : 74 % des grèves comportent une seule revendication (moyenne générale : 69 %). Ces ouvriers pauvres se battent essentiellement pour leurs gains ; le taux du salaire accapare 57 % des revendications dénombrées (moyenne générale : 48 %). Par contre, ils s’accommodent de longues journées et de conditions d’hygiène déplorables, d’un monde de rats, d’humide puanteur, de fétidité malsaine. Leur misère limite l’horizon de leurs désirs.

218Dans la conduite de la grève, les ouvriers du cuir se montrent fort habiles.

  • 309 Les syndicats y poussent. Lors de la grève des mégissiers de 1875, « le syndicat des Cuirs et Peaux (...)
  • 310 Arch. préf. pol., B A 167.

219Quoique le préavis l’emporte légèrement (51 %)309, ils excellent à déclencher ces mouvements subits qui désarçonnent : par une chaude journée de « presse », « tous les ouvriers mégissiers quittent les ateliers le même jour, à la même heure » et se répandent dans les débits de la Butte-aux-Cailles310où il règne alors une effervescence presque joyeuse. La mise à l’index, héritage compagnonnique, très méthodiquement pratiqué, conserve ses adeptes (9 % des cas ; moyenne générale : 4,6 %), notamment dans les petits établissements de préparation des peaux ; elle s’adapte mal au système nerveux des grandes usines, irritables, vite enfiévrées. Au reste, la grève générale séduit dans ce milieu sensible aux idéologies simples ; mais sa réalisation se heurte aux rivalités catégorielles, à la concurrence du travail à domicile.

  • 311 Principalement chez les selliers parmi lesquels il y a beaucoup d’étrangers, lesquels se montrent s (...)

220La surveillance des entreprises s’effectue par des « comités de surveillance » ou par des « piquets » régulièrement relayés. Le système de « plantons » mis en place par les cordonniers parisiens leur vaut l’admiration des autres corporations. Gare aux récalcitrants ! Les selliers surtout brandissent pomptement leurs couteaux, les palissonneurs, leur marguerite. Les bagarres avec les faux frères sont la forme principale d’une violence souvent attisée par la xénophobie311, le motif des arrestations qui frappent de jeunes baroudeurs dans la force de l’âge.

  • 312 Cadre des grèves : patronat familial : 84 % ; sociétés : 13 %.
  • 313 Mariotte, la plus grosse tannerie de Paris, occupe 110 ouvriers ; Ulmo, à Lyon, 40.
  • 314 Arch. préf. pol., BA 167, pièce 3, rapport du 5 mai 1875.
  • 315 Ibid.
  • 316 Ibid., pièce 7.

221Contre les patrons, peu d’attaques brutales. Ce fait provient en partie de la structure des entreprises, au reste de type différent312. Tanneries et mégisseries sont de petits établissements313 que gère un patronat familial, proche des travailleurs même quand il les rudoie : dans tel atelier de pelleterie, les ouvriers se plaignent de ce que « le patron est grossier, et qu’il brutalise ses employés après avoir bu avec eux »314. La police parisienne déplore à maintes reprises l’absence de coopération du patronat, réticent à lui livrer des noms, moins par philanthropie que « par crainte de voir mettre leurs maisons en interdit »315. L’un d’eux, Pontremoli, ayant refusé de répondre aux questions du commissaire, celui-ci commente non sans étonnement : « d’ailleurs, il reconnaît aux ouvriers le droit de faire grève, et ne voit pas de délit là où le législateur en a vu »316.

222Fabriques de chaussures et selleries (20 % de celles-ci sont régies par des sociétés) ont de toutes autres dimensions : ordinairement plusieurs centaines d’ouvriers. Il y règne la contrainte des grandes usines : interdiction de fumer, de boire, conditions plus draconiennes pour l’embauche, etc. Les grèves foisonnent : trois en deux ans, chez Savaton à Angers (500 ouvriers), autant chez Godillot, boulevard de Bègles à Bordeaux. A Paris, les maisons Helbronner, Godillot, Lecerf et Sarda (1 200 ouvriers) se signalent par leur agitation. A Fougères, des troubles graves éclatent en 1888 contre Houssaye, le plus gros fabricant, président de la chambre de commerce et du syndicat patronal.

223Mais dans l’ensemble, les ouvriers du cuir préfèrent aux manifestations extérieures les réunions et les meetings ; au geste, les séductions de la parole que certains de leurs militants manient avec un brio tout méridional.

  • 317 A ce sujet, cf. A.P.O., t. II, p. 6 et sq. Sur les conflits entre tanneurs et cordonniers, cf. p. 1 (...)
  • 318 Arch. préf. pol., BA 167.
  • 319 Arch. dép. Isère, 166 M 1, rapport de police, 24 septembre 1874.

224Ils présentent un fort degré d’organisation (65 %). Les formes sont particulièrement variées dans le secteur de préparation des peaux qui s’enorgueillit d’avoir des traditions. Tout au cours du 19e siècle, les tanneurs prétendent au compagnonnage dont ils repoussent dédaigneusement les cordonniers317. Si le compagnonnage ne laisse aucune trace institutionnelle à notre époque, on en retrouve l’influence dans ce goût du secret si vif parmi les ouvriers du cuir parisiens, friands de surnoms, habiles à transformer leurs lieux de rencontre quotidiens — gargotes, débits de vins — en relais de leur action. Le rôle joué par la Cuisine collective des corroyeurs de la rue La Fayette est, à cet égard, significatif318. Ces ouvriers excellent à dissimuler une « résistance » sous les dehors anodins et tolérés d’une mutuelle ou d’une prévoyance ; ces types de sociétés conduisent la plupart des conflits lyonnais de la première décade. En 1874 encore, le patronat grenoblois s’inquiète de voir la mutuelle des gantiers supprimer le secours aux vieillards « pour pouvoir donner à l’avenir 1 F par jour aux ouvriers sans travail »319. Ces habitudes de clandestinité permettent aux ouvriers du cuir de conserver intact un réseau d’institutions et de relations étendues à l’échelle nationale. Entre les sites bien localisés de leur industrie — Paris, Grenoble, Lyon, Chaumont, Annonay, Bruxelles — ces itinérants tressent les liens d’une véritable franc-maçonnerie. En cas de conflits, on échange correspondance et secours. La solidarité de métier, si menacée verticalement par les divisions catégorielles, fonctionne exceptionnellement bien au niveau géographique. Aucune autre profession ne fournit de ce fait d’aussi nombreux exemples.

  • 320 A.P.O., t. II, p. 23 ; M. Leroy, 1913, t. I, p. 44.
  • 321 Les syndicats sont toujours largement antérieurs aux grèves. Et non pas fondés dans les mois qui pr (...)
  • 322 Voici les proportions de « grèves secourues » ; elles sont élevées relativement à la moyenne généra (...)
  • 323 Arch. dép., Tarn IV M2 70.

225Toutefois, la forme syndicale (42 % des grèves syndicales) l’emporte largement. Les cordonniers parisiens ont, les premiers, employé le terme de « syndicat »320. Les syndicats du cuir constituent des associations stables et autonomes qui ne se confondent nullement, comme si souvent, avec les grèves321. Alimentés par des cotisations régulières, ils amassent des fonds de réserve qui permettent au besoin de soutenir les conflits322. Les mégissiers de Graulhet distribuent ainsi 60 000 F en soixante-dix-sept jours323. Aussi les grèves durent-elles (durée moyenne élevée : 14 jours/grève), notamment dans le secteur de la préparation des peaux (durée moyenne : 16 jours) qui connaît de beaux records : 78 jours à Château-Renault (tanneurs), 76 jours à Saint-Junien, 61 à Nantes, 55 à Grenoble, etc.

  • 324 A ce sujet, cf. la troisième partie.

226Ce secteur industriel offre une pléiade de militants remarquables, à l’action relativement continue, mais — à la différence des ouvriers du bois — exceptionnellement mobiles, type même du « rouleur », du « gréviculteur »324, et qui ne répugnent pas à l’engagement politique.

  • 325 Barberet, représentant Le Rappel, est présent à toutes les réunions des grévistes du cuir en 1874-1 (...)
  • 326 En 1882, le Conseil national ouvrier (possibiliste) intervient activement dans les grèves des corro (...)
  • 327 A ce sujet cf. G. de Molinari, 1871, p. 265 : « Ce n’est pas Belleville qui a donné, c’est le XIIIe(...)
  • 328 R. Michaud, 1967.

227Ce milieu présente, en effet, une grande sensibilité aux idéologies et sous toutes leurs formes. Radicalisme jusque vers 1880325, possibilisme dans l’Ouest et à Paris jusque vers 1885326, socialisme révolutionnaire plus marqué ensuite : le blanquisme a beaucoup de succès sur la Butte-aux-Cailles, où se conserve, vivace, le souvenir de la Commune dont le XIIIe arrondissement fut un bastion327. Les selliers parisiens se laissent, un temps, séduire par Boulanger qui, ministre de la Guerre, manifeste à leur égard beaucoup d’aménité. L’anarchisme, dont on a coutume de créditer les cordonniers, attire en effet ces ouvriers d’outils menacés par la société industrielle. Les souvenirs de René Michaud éclairent de façon très vivante la psychologie de ces amoureux de la liberté328.

  • 329 Arch. dép. Bouches-du-Rhône, M 6 2339, avril 1883.
  • 330 Exemple : Arch. nat., F 12 4659, à Liancourt, dans l’Oise, 30 cordonniers de fabriques se mettent e (...)
  • 331 Arch. préf. pol., B A 167, pièce 3, com. pol., 1875 : « Les mégissiers ont horreur des façonniers e (...)
  • 332 Le Cri du Peuple, 10 juillet 1888, appel de la chambre syndicale des ouvriers cordonniers de France (...)
  • 333 Sur l’évolution générale, cf. E. Levasseur, 1907, p. 135, qui utilise les rapports des expositions (...)
  • 334 Arch. nat., F 12 4663, résolution adoptée en assemblée générale, le 29 mai 1882, par les cordonnier (...)

228Et pourtant, en dépit de cette forte armature, les grèves des ouvriers du cuir ne brillent pas particulièrement par le succès. Avec 50 % d’échecs, elles se situent dans le droit fil de la moyenne générale. Bien des facteurs d’ordre économique et social permettent d’expliquer ce lourd passif. A propos d’une coalition de cordonniers marseillais, le commissaire de police écrit : « Les membres de cette corporation sont ni nombreux, leurs besoins si considérables et leurs ressources si infimes pour ne pas dire nulles, que le travail ne peut cesser d’une manière générale. Un chômage de quelques jours seulement pour la plupart d’entre eux, qui sont presque tous d’origine italienne, les plongerait dans un état de misère complète. D’ailleurs, la concurrence, pour ne pas dire la rivalité, qui existe entre les patrons et les grandes maisons de fabrication rend la cessation immédiate du travail impossible »329. Les bas salaires, la concurrence du travail à domicile330, des façonniers331, l’absence de qualification professionnelle332, aggravée par une mécanisation que chaque crise accélère333 et qui accroît sans cesse les limites du marché de main-d’œuvre par l’enrôlement de femmes, jeunes et étrangers, voire de prisonniers334, enfin la multiplication de catégories hostiles, peu solidaires en cas de conflit : tout cela affaiblit la dureté sociale d’une corporation demeurée longtemps traditionnelle et en voie d’effectuer sa révolution industrielle. L âpreté des minorités agissantes, leur style, s’alimentent de cette dépossession et de l’inertie que leur oppose la masse.

  • 335 Emile, p. 477.

229L’opinion enfin, qui affectionne les charpentiers, ou les mineurs, prise peu les ouvriers du cuir, pauvres, sales, au contact de la bestialité. Tanneries et mégisseries dégagent des odeurs fortes — tanin, suint, peau croupissante — qui lèvent le cœur ; les vieux Parisiens décrivent avec dégoût les relents pourrissants des bords de la Bièvre. Rousseau n’eût point aimé qu’Emile fût cordonnier : « Je n’en ferai pas un masson, dit-il, encore moins un cordonnier. Il faut que tous les métiers se fassent ; mais qui peut choisir doit avoir égard à la propreté, car il n’y a point là d’opinion : sur ce point les sens nous décident »335.

230Ils inclinent à l’éloignement.

231Dans cette description, volontairement synthétique, on a tenté de caractériser le tempérament social des industries ou des métiers, et de mettre leur dynamisme et leurs formes d’action en rapport avec divers facteurs. Qu’il y ait des constantes, des cohérences, susceptibles de fonder une typologie, paraît admissible. Mais comment l’expliquer ?

232Plus que les liens d’une industrie avec le monde extérieur, qu’invoquaient par exemple Kerr et Siegel, notion vague et floue que je ne sais comment analyser, autrement que sous l’angle de la situation conjoncturelle, aspect contingent en l’occurrence, on a interrogé surtout les textures internes. De celles-ci, un élément me semble doué d’un impact sérieux : les structures salariales. L’homogénéité ou la dispersion, le tassement ou l’étirement de la pyramide des salaires ont peut-être plus d’importance que le taux du salaire lui-même. Il y a là un facteur de « massification » qui prédispose à l’unité d’action.

233Mais on ne saurait parler d’« antécédent constant » identique dans tous les cas, bien plutôt de combinaisons variables. Tantôt un facteur prend le premier pas, tantôt un autre. C’est ce qui rend si difficile la recherche de la causalité et par conséquent si problématique, actuellement, le statut scientifique des « disciplines » humaines. On a beau s’efforcer à la rigueur : la fuite poétique à chaque instant nous guette.

234Tel Sosie, l’historien erre dans la nuit :

« Ma frayeur à chaque pas s’accroît. »

ANNEXES

I. MESURE DES GRÈVES PAR GROUPES PROFESSIONNELS (1871-1890)

II. STATISTIQUES PROFESSIONNELLES DES GRÈVES PAR ANNÉE (1864-1890)

1 = nombre de grèves.
2 = nombre de grévistes.
3 = nombre de journées de grève.

III. COMPOSITION PROFESSIONNELLE DES GRÈVES PAR ANNÉE (en %)a

  • a Ou encore : « Pouvoir de grève » annuel des divers secteurs professionnels.

IV. QUELQUES ASPECTS DES GRÈVES SELON LES GROUPES PROFESSIONNELS

I) Nature de la grève (% G.O./ G.D.)

II) Forme de déclenchement (% par groupes calculés sur l’ensemble des grèves dont le mode de déclenchement est connu)

III) Mode de revendication (unique ou multiple) (% calculés sur l’ensemble des cas connus pour chaque groupe)

IV) Structure revendicative des groupes professionnels (% calculés sur l’ensemble des revendications émises pour chaque groupe, au total 4 550 revendications)

V) Thème de la durée du travail selon les groupes professionnels (% par groupe, des grèves ayant ce thème pour objet principal)

VI) Importance des grèves « scripturaires » (ayant fait usage de l’écrit) par groupes professionnels

VII) Degré et formes d’organisation des grèves selon les groupes professionnels

A = grèves dirigées par une ou plusieurs formes d’organisation.
B = grèves dépourvues de formes d’organisation dirigeante.
C = grèves dirigées par un syndicat.

VIII) Types d’incidents selon les groupes professionnels

  • b Cette statistique et les suivantes indiquent le % des grèves comportant tel ou tel type d’incident. (...)

Note ab

Notes

1 J. Romains, 1932, t. I, p. 161 : le meneur : « le mauvais ouvrier qui change de place tous les trois mois, pérore chez le bistrot, fait des dettes chez le boucher, et dont le rêve est de devenir secrétaire appointé de syndicat ».

2 1873, notamment, chap. I, « Des ouvriers ».

3 Pierre, commencement d’une vie bourgeoise (fragment de roman autobiographique), éd. La Pléiade, Œuvres en prose, t. I : 1898-1908, p. 1226 : remarquable portrait-cliché du « bon ouvrier ».

4 Cf. ci-dessous, la troisième partie ; 6 % des meneurs de grève recensés et 16 % des manifestants arrêtés ont entre 15 et 19 ans.

5 Cette initiative des jeunes ouvriers, le caractère spécifique de leur action ont souvent frappé les observateurs en 1968. Dans le secteur Renault, des usines d’implantation récente, et de recrutement particulièrement jeune, étaient les points chauds des grèves : à. la Saviem, à Caen, 50 % de la main-d’œuvre avait moins de 27 ans. Cléon et Flins étaient dans une situation identique.

6 Sur cette législation, cf. P. Pic, 1902, p. 497 et sq. ; E. Levasseur, 1907, p. 434 et sq. Selon la loi de 1874, les enfants de 10 à 12 ans sont admis à condition de ne faire que six heures. L’application de la loi était une autre affaire. Toutefois, pour des raisons multiples, non seulement morales, mais techniques, économiques, démographiques, le recul de l’emploi des enfants est net. Selon E. Levasseur, 1907, p. 436, les inspecteurs du travail relèvent 6,5 % d’enfants de moins de 12 ans en 1876, 0,86 % en 1886, sur environ 240 780 personnes inspectées. Nombreux documents sur ces questions dans Arch. nat., F 22 452-457 et F 12 4704-4773, remarquables rapports restés à peu près inexploités.

7 Voir notamment les réponses aux questions 6, 20 et 24-31.

8 Arch. nat., C 3018.

9 En ce sens, réponse du directeur des mines de la Grand’Combe, ou réponses des Vosges (Remiremont), Arch. nat., C 3018.

10 Arch. nat., C 3021, Gard.

11 Arch. nat., C 3019, Réponses concordantes de divers filateurs de la Somme.

12 Dans la région de Cambrai, les enfants remettent leur salaire jusqu’à 18 ans, les parents leur abandonnant la valeur d’une journée de travail pour leur dimanche. A Rimogne (ardoisiers), le jeune ouvrier remet la moitié de son salaire à partir de dix-huit ans ; à sa majorité, il paie pension. Cette limite de dix-huit ans est indiquée très généralement.

13 Arch. dép. Nord,, M 627/2, pièce 125, jeunes métallurgistes de Lille.

14 Arch. préf. pol., BA 171, Grève de margeurs et receveurs de feuilles dans deux imprimeries du VI", à Paris (1876).

15 Ibid., pièce 11, Grève à l’imprimerie Donnaut, 1874. Ces jeunes gens se plaignent aussi des « agaceries des femmes ».

16 1802, t. I, p. 23.

17 Arch. dép. Nord, M 628/3, pièce 314, rapport gendarmerie 25 juillet 1887.

18 Arch. dép. Aube, M 12b3, Grève de jeunes rebrousseurs de Troyes (1886).

19 Ibid., 1888.

20 Arch. dép. Bouches-du-Rhône, M 6 2020, Grève de manœuvres maçons de Marseille, 1883.

21 La Gazette des Tribunaux, 23 août 1873.

22 Tableau exposé au Musée d’Art Moderne, « Rétrospective Klee », 1970.

23 Il existe de nombreux matériaux pour une étude de l’enfance (et par là de la famille) ouvrière. Sur le sort de l’enfant dans les ateliers, cf. D. Poulot, 1872 ; l’étude bien documentée de P. Gemähling, 1910, et le témoignage de R. Michaud, dans 1967. Dans une récente conversation, l’auteur me confirmait que l’attitude des anciens vis-à- vis des jeunes dans les ateliers fut à l’origine de sa révolte anarchiste ; ce fut sa première épreuve de l’autorité.

24 Exemple : Arch. dép. Nord, M 626/18 : à la fosse Boitelle (Vicoigne), vingt herscheurs protestent contre une réduction de salaire : les mineurs de fond roulent les berlines à leur place. De même, pour les frappeurs parisiens, en 1880 et 1882 (Arch. préf. pol., BA 178 et B A 181), les mendis (jeunes manœuvres) des mines de Gardanne (Arch. dép. Bouches-du-Rhône M 6 2020), les « zoulous », aide-teinturiers d’Amiens (1889, Arch. nat., F 12 4665), etc.

25 Arch. dép. Ardèche, 141 M 1, Grèves 1882-1899, com. pol., 9 mars 1890.

26 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1888, com. pol., 17 juillet 1889 : « Plusieurs d’entre eux ont été ramenés à l’usine par leurs parents. »

27 Ibid., rapport indicateur de police, 11 juin 1890. Conscients de l’indifférence des syndicats à leur égard, les jeunes ouvriers ont parfois tenté de se donner une organisation autonome : Le Petit Provençal, 12 avril 1883, signale, en marge de la grande grève des dockers, un mouvement de jeunes qui, trouvant qu’on ne s’occupe pas assez d’eux, décident de s’organiser. Une commission d’initiative ayant à sa tête un certain Pellegrin, 18 ans, convie à une réunion les jeunes de plus de seize ans ; 200 viennent et rédigent un programme.

28 Sur le rôle de l’âge comme facteur de prestige, cf. la troisième partie, étude sur les meneurs de grève.

29 Sur le rôle des jeunes traîneurs dans les mines de la Loire, cf. P. Guillaume, 1966, p. 125 : « ... les traîneurs étaient particulièrement indociles, ce que semblent confirmer les événements de 1846, puisque la grève de Saint-Etienne eut pour origine un mouvement déclenché par cette catégorie d’ouvriers. Les traîneurs, moins payés que les piqueurs pour un métier fort dangereux, étaient, à cause de leur jeunesse, moins soumis que leurs aînés, passés dans des catégories de main-d’œuvre moins défavorisées. »

30 Cf. la lutte pour la libération de Maillard, aux mines de la Sentinelle (avril 1883) (Arch. dép. Nord, M 626/11), est menée d’abord par les herscheurs qui s’enthousiasment pour le courage de Maillard.

31 Arch. dép. Aube M 12b3 et Le Cri du Peuple, 31 août, 2 septembre 1888.

32 Le Temps décrit la condition du rattacheur dans lequel il voit l’initiateur des grèves du textile de Roubaix : 23 mai 1880.

33 Arch. dép. Isère, 166 M 2 et Procès des anarchistes de Vienne, 1890.

34 La plupart des statuts de syndicats prévoient des clauses sur l’âge minimum de l’adhésion. A ce sujet, cf. M. Leroy, 1913, t. I, p. 59.

35 Pour l’ensemble de ce chapitre et tous les problèmes évoqués ici, je renvoie aux ouvrages de Madeleine Guilbert, 1966a, 1966b. Pour les chiffres d’emploi, cf. ce dernier livre p. 13-14, où sont regroupés les divers résultats des recensements.

36 Rapport des ferblantiers à l’Exposition de 1867, cité par M. Guilbert, 1966 a, p. 50.

37 Sur le rôle ambivalent des femmes de grévistes, cf. la troisième partie.

38 Arch. dép. Hérault, 4 M 3613 (94), Grève générale des ouvrières (1 200) de toutes les fabriques, du 30 juin au 10 juillet 1874.

39 Arch. dép. Loire, 92 M 15 et Arch. préf. pol., BA 172, sur cet important mouvement de 1878. Elles se plaignent de « la durée de notre journée de travail, laquelle est actuellement fixée à 13 heures et demie sans aucun repos ni interruption et que nous voudrions fixée à 12 heures ».

40 Arch. dép. Isère, 166 M 1, lettre au préfet, 29 janvier 1876.

41 Arch. nat., F 12 4658, rapport de l’inspecteur divisionnaire du travail Delattre au min. Com., 25 février 1884.

42 Arch. dép. Loire, 92 M 30, pièce 97, pétition datée du 23 août 1889.

43 On est frappé de l’usage de ces pronoms dans les interviews d’ouvrières qui clôturent le livre de M. Guilbert, 1966a. Phantasmes féminins ? Le personnage d’un roman de Henry Bordeaux, Tante Dinne, vit dans la peur des « ils » qui menacent la maison (cf. La robe de laine).

44 Arch. préf. pol., BA 178, Appel aux ouvrières de Saint-Chamond, juin 1878, qui exhorte les ouvrières à former des associations pour devenir « l’égale, la digne compagne de l’homme ».

45 Arch. dép. Loire, 92 M 15, Pétition des glaceuses de fil au préfet.

46 Arch. dép. Isère, 166 M 1, lettre au préfet, 29 janvier 1876.

47 Ibid., lettre du maire de Voiron au préfet, 2 février 1876.

48 Le Rappel, 4 mai 1879.

49 Le Cri du Peuple, 17 janvier 1887, récit de Duc-Quercy qui déplore qu’à l’ultime réunion des grévistes, « on ait surtout fait l’éloge du préfet » et que le résultat de la grève, qui avait mobilisé toutes les énergies socialistes, soit confisqué par les politiciens bourgeois : « On patauge ici en pleine pourriture. »

50 Arch. dép. Ardèche, 141 M 1, juin 1882.

51 Arch. dép. Loire, 92 M 15, lettre du 6 août 1878.

52 Arch. dép. Hérault, 4 M 3613, rapport com. pol., 24 juin 1874.

53 A ce sujet, voir les beaux exemples cités par M. Guilbert, 1966 b, p. 226.

54 Arch. dép. Loire, 92 M 15, pièce 95 : les glaceuses de fil se plaignent au préfet des insultes que leur jettent les agents de police postés autour des usines : « Pourtant, M. le Préfet, nous insultons personne et nous ne voulons pas nous autres femmes à être insultées » (sic).

55 Grèves des corsetières de la maison Salomon, avenue d’Italie, Arch. préf. pol., BA 182 et Le Cri du Peuple, 2-9 septembre 1886.

56 Selon MM. Pochoy et Bruny, lettre publiée dans Le Républicain de l’Isère, 14 février 1884.

57 Arch. nat., F 12 4653, Cigarières de Toulouse, 1875.

58 Arch. préf. pol., BA 182, pièce 7 : « Depuis plusieurs jours, les brocheuses de plusieurs maisons paraissant obéir à un mot d’ordre cherchaient une occasion pour quitter en masse leurs ateliers. » Leur « souffleur » serait un certain Vidal, du journal Le Parti Ouvrier. A Toulouse, le préfet dénonce dans les manifestations de cigarières « des soulèvements qui semblaient avoir été sourdement préparés par des individus déjà compromis et dont les figures avaient reparu soudain dans la foule » (Arch. nat., F 12 4653, préf.-min., 7 avril 1875). A Decazeville, « M. Bras croit que la lecture du Cri du Peuple, la grève de Decazeville, et peut-être quelques individus de Villefranche ont influé sur la détermination des ouvrières » piqueuses en chaussures de sa fabrique (1886), etc.

59 Arch. dép. Loire, 92 M 15, pièce 66.

60 Arch. préf. pol., BA 172, 1888.

61 Le Rappel, 23 août 1880.

62 Ainsi pour les tisseuses de l’atelier Prel à Lyon en 1882, Arch. nat., F 12 4662.

63 Ainsi pour les ouvrières de la manufacture de tabacs de Lyon, en 1882.

64 Arch. dép. Aveyron, 52 M 1, maire de Decazeville, 2 septembre 1872.

65 Arch. dép. Isère, 166 M 2 et Arch. nat., F 12 4658.

66 Arch. préf. pol., BA 171, pièce 20, rapport de police du 27 décembre 1888 : « La grève des teinturières manquera complètement d’organisation, tiraillée qu’elle est par les possibilistes, les blanquistes, et les indépendants. Les membres de la commission demandaient même avant-hier à être relevés de leurs fonctions. »

67 Arch. nat., F 12 4662, Grève des piqueuses de la maison Celle-Mauco à Lyon, 1886 : dans un communiqué à la presse, les ouvrières récusent l’action des anarchistes qui voudraient les influencer.

68 Arch. préf. pol., BA 176 et Le Rappel, 3 juillet 1880 : sur 600 ouvrières, 400 grévistes, et 65 présentes à la réunion.

69 Arch. préf. pol., BA 171, pièce 57, rapport de police du 28 décembre 1888.

70 Ibid., pièce 58.

71 Arch. dép. Loire, 92 M 15, pièce 66, juillet 1878.

72 Arch. dép. Isère, Statuts de la chambre syndicale des « ouvrières de toutes les corporations réunies de Vienne » : «... il est matériellement et moralement impossible que les ouvrières restent plus longtemps dans un isolement qui porte la plus grave atteinte à leurs intérêts ; ... il serait souverainement injuste que le travail des femmes reste constamment insuffisant à la vie et à l’indépendance », etc.

73 La Marseillaise, 22 juillet 1878.

74 A ce sujet, cf. ci-dessus, la première partie.

75 A ce sujet, cf. M. Guilbert, 1966 b, p. 155 et sq.

76 L’Egalité, 28 juillet 1880, motion présentée par L’Egalité (guesdiste) au congrès régional socialiste du Centre, Paris : « La question du droit des femmes sera résolue et ne pourra être résolue qu’avec la question du travail par l’appropriation collective de tous les instruments de production. »

77 Le Cri du Peuple, 24 décembre 1888.

78 1911, p. 288-293, dernier chapitre, consacré à « La libération de la femme » est, en fait, un portrait idyllique de la vie future de la femme, délivrée par le progrès des corvées ménagères, et pleinement adonnée à « sa haute fonction de maternité ».

79 Arch. préf. pol., BA 171, pièce 43, rapport de police du 6 janvier 1889, compte rendu de meeting : « Plusieurs femmes chantent des romances inoffensives. Mais les hommes ne font pas de même. »

80 Arch. dép. Ardèche, 141 M 1, selon le com. pol., 9 novembre 1885, ce patron antirépublicain, Gamet-Lafon, avait annoncé à ses ouvrières « que si la Marianne ne pétait pas » aux élections du 4 octobre, le salaire serait réduit.

81 Arch. dép. Loire, 92 M 17, pièce 19.

82 Arch. dép. Isère, 166 M 2, s.-préf.-préf., 13 mars 1883.

83 Autres exemples de grève-fête, troisième partie.

84 Sur les meneurs de grève, cf. la troisième partie, p. et sq. On y trouvera quelques portraits féminins.

85 Arch. préf. pol., BA 171.

86 Cas typique de la grève des tabacs de Toulouse en 1875 (Arch. nat., F 12 4653), menée par « les vieilles robeuses ».

87 Arch. préf. pol., BA 177, 1875.

88 Arch. préf. pol., BA 177, pièce 5, 1875.

89 Arch. nat., F 12 4662, Grève des teinturiers de Villefranche, 1881 ; rôle important des femmes dans cette grève mixte : participation aux réunions, présence régulière de deux femmes au bureau comme assesseur ; en marge des réunions générales, réunions spéciales pour les femmes, etc.

90 A savoir : Rhône : 22 ; Isère : 18 ; Bouches-du-Rhône et Gard : 15 ; Loire : 11 ; Ardèche : 7 ; Hérault : 5 ; Drôme : 3 ; Haute-Savoie : 2 ; Vaucluse : 1.

91 Les journaux démocrates, à Lyon comme à Vienne ou à Marseille, paraissent particulièrement attentifs aux grèves féminines. A maintes reprises, les cercles républicains offrent leurs locaux aux ouvrières pour leurs réunions. Le rôle des cercles radicaux est dénoncé par le commissaire de police de Ganges en 1874 comme en 1880 ; cf. Arch. dép. Hérault, 4 M 3613.

92 Elles forment un syndicat à l’issue de la grève. On retrouve d’ailleurs ce processus dans 7 % des conflits : signe d’une prise de conscience de la nécessité du groupement.

93 Sur cette grève, cf. Arch. nat., F 12 4665 et surtout Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 60 M 61.

94 M. Guilbert, 1966 a, a repris une partie de ces textes, p. 37 et sq.

95 D’après B. Malon, in Le Citoyen de Paris, 15 janvier 1881.

96 Le travail des femmes au 19e siècle, 1873, p. 414 et sq., insiste sur les avantages familiaux du système : « Ce patronage si efficace et cependant si peu tyrannique ; cette liberté, qui ne conduit presque à aucun abus ; ce décorum, cette tenue, cette dignité, cette prévoyance, cette sagesse chez des jeunes filles maîtresses d’elles-mêmes... »

97 Sur la situation économique de l’industrie de la soie, cf. E. Levasseur, 1907, p. 107 et sq.

98 Décrites par Le Réveil du Dauphiné, 17 février 1884 : l’envoyé du journal a interviewé dans une chambrette en planches mal jointes, un ménage pourvu d’un bébé : « Lever, 4 heures et demie... coucher, dix heures, et ainsi de suite, de la caserne à l’usine, deux pas, de l’usine à la caserne, moyennant 1,80 F par jour. » L’ouvrier déclare gagner 45 F toutes les cinq semaines, sur lesquels il faut retenir 7,50 F pour le logement et 30 sous par mois pour la garde du bébé par les religieuses. Reste : 36 F.

99 En 1890, vingt manufactures occupent 20 000 travailleurs.

100 A ce sujet, cf. A.P.O., t. I, p. 627. Le montant des retraites, au départ dérisoire, est le principal objectif visé par la Fédération des tabacs constituée en novembre 1890.

101 Bulletin de l’Office du travail, janvier 1907, p. 401.

102 Outre A.P.O., t. I, p. 603 et sq., cf. M. Guilbert, 1966 b, p. 93-99, étude vivante et détaillée des séances des congrès de la Fédération.

103 Maximum de durée : grève de Marseille, 6-21 janvier 1887.

104 A propos de la grève de Toulouse, 1875, où successivement les jeunes apprenties refusent de faire un travail repoussé par les plus âgées, puis ces dernières s’insurgent contre le renvoi de leurs cadettes, cf. Arch. nat., F 12 4653, préf.-min., 7 avril 1875 : « Les mots de solidarité, confraternité et dévouement volèrent ensuite de bouche en bouche et en un clin d’œil, les têtes des vieilles robeuses étaient montées. »

105 Cf. Arch. dép. Bouches-du-Rhône, M 6 2340 et Le Cri du Peuple.

106 Le Cri du Peuple, 15 janvier 1887.

107 Part des grèves agricoles dans l’ensemble des grèves : 1864-1870 : 0,3 %. —. 1871-1890 : 1,1 %. — 1894-1913 : 4,1 %. — 1919-1935 : 3,2 %. Pour l’étude des grèves agricoles, cf. Ph. Gratton, 1970, p. 3-39. Son ouvrage à paraître chez Anthropos : Les luttes de classe à la campagne, portera sur la période 1870-1921.

108 Arch. nat., F 12 4659, Nièvre, mouvement des communes d’Azy-le-Vif, Fleury- sur-Loire, Luthenay, Uxeloup, Saint-Pierre-le-Moutier, etc., en juillet 1886. Dès juin, de nombreuses pétitions, couvertes de centaines de signatures, avaient été envoyées au préfet : « Nous tiendrons que le dard (la faux) disparaisse, que la moisson se lève toute au volant (la faucille) car il y a la moitié des ouvriers qui restent sans rien faire. » D’autres protestent contre le système de l’entreprise. Des bandes se répandent dans les champs pour faire cesser le travail. « Ils ont été partout obéis. »

109 Au printemps 1882, 3 000 jardiniers de la banlieue ouest de Paris : Courbevoie, Suresnes, Puteaux, Levallois, etc., font grève pour obtenir 60 centimes de l’heure. Ils ont une chambre syndicale. En avril 1884, grève des jardiniers de Marseille-Mazargues pour avoir 4 F par jour (au lieu de 2,75 et 3 F). Ils ont un syndicat, de bons militants, mais échouent faute de solidarité.

110 Le Cri du Peuple, 25 mai 1886 : « En grève! Tel a été notre cri. Et dans les grandes forêts du Nivernais, propriété presque exclusive de nobles décadents, d’inutiles rapaces, inhumains, il a formidablement retenti, emplissant de terreur les fauves du capital. » Sur ces grèves, cf. Arch. nat., F 12 4659 et 4666 ; Arch. dép. Cher, M 5, Grèves, et Arch. dép. Nièvre, M, Grève de 1886. L’étude de R. Braque, 1963, p. 79- 177, fait le point de la question bien qu’elle ne fasse que mentionner les conflits antérieurs à 1892. Le livre de L. Roblin, 1902, demeure très précieux.

111 Pot-Bouille, éd. La Pléiade, t. III, p. 65.

112 Recherche..., t. I, p. 799.

113 A Anzin, en 1878, les mineurs demandent « l’égalité des salaires entre les ouvriers et les bureaucrates » (La Défense, 21 juillet 1878). « Ils disent qu’ils ne doivent pas supporter à eux seuls les privations provenant du mauvais état des affaires », Arch. nat., F 12 4654. Fait symptomatique de deux univers sociaux, les rémunérations des employés étaient rattachées aux dividendes.

114 Quelques exemples : Arch. dép. Pas-de-Calais, M 1807, com. spéc., 26 juillet 1878 : « Les administrations houillères font surveiller avec beaucoup de tact et de prudence les mineurs par leurs employés qui, depuis douze jours, ont mission de se répandre dans les estaminets, de filer les étrangers et d’être à chaque instant du jour et de la nuit en relation avec les ouvriers. » Arch. préf. pol., BA 168 : chez Krieger, durant le lock-out, des ouvriers se présentent : « On les fait expulser par les employés et les garçons de magasins. » Arch. nat., F 12 4662, préf.-min., 10 avril 1885 : au tissage mécanique Bergier, à Lyon, le patron prie ses employés de bureau ou de magasin d’envoyer leurs femmes pour remplacer les grévistes : une dizaine se présentent A la verrerie Mesmer, le patron fait armer ses employés et les fait tirer de l’usine sur le cortège ouvrier qui s’avance (Arch. nat., F 12 4662, Incidents du 7 mai 1886).

115 Arch. préf. pol., BA 201, pièce 326.

116 J. Maitron, 1951, p. 130 ; La Bataille de Lissagaray s’est intéressée aux employés : cf. 15 septembre 1882, 30 mai 1883. Cf. aussi Le Cri du Peuple, 22 mai 1884.

117 Documents dans Arch. préf. pol., BA 183-184, sur les manifestations de 1888. A ce sujet, cf. J. Néré, 1958, t. II.

118 G. Thuillier, 1969.

119 Arch. nat., F 12 4654 et surtout Arch. préf. pol., BA 178 : quatre à cinq mille cochers en grève du 5 au 14 août 1878.

120 Arch. préf. pol., BA 179 et 1612 : six à sept mille cochers en grève du 13 au 18 juin 1889.

121 En 1889, il y a 65 condamnations prononcées (quinze jours à six mois de prison) pour faits de grève.

122 .1954, p. 186-212.

123 1952.

124 Cf. M. Halbwachs, 1912, chap. II, p. 60 et sq.

125 Et, n’en doutons pas, dans bien d’autres domaines : alliances matrimoniales, par exemple. Un croquis glané dans Les Ouvriers des Deux Mondes, 3e série, 1906, « Gantiers de Saint-Junien », p. 261 : Un ménage et trois enfants, dont une jeune fille de dix-neuf ans, gantière : face à leur logement, habite un cousin doleur de son métier. « Nul roman d’ébauché. Marie est trop inférieure à son cousin dans la hiérarchie ouvrière pour que l’on puisse songer au mariage. » J’ai connu une fille de cheminots que ses parents avaient éloignée du foyer familial parce qu’elle voulait épouser un garçon sans métier, un manœuvre.

126 Nomenclature des métiers, 1962 ; Code des catégories socio-professionnelles, 1962 ; Dictionnaire des métiers.

127 Outre l’Encyclopédie Larousse en dix-neuf volumes, précieuse parce que contemporaine de l’époque ici étudiée, m’ont été particulièrement utiles : les Monographies professionnelles de Barberet, Charles Benoist, L’Organisation du travail (nombreuses indications bibliographiques), Poiré, La France industrielle ; les ouvrages de l’Office du travail, notamment Salaire et durée du travail..., qui fourmille d’indications ; des notes éparses prises dans les rapports aux expositions, les monographies du Cri du Peuple. et enfin les dossiers des grèves elles-mêmes.

128 A. Touraine, 1955, p. 105 : « ... l’O.S. a tout autant remplacé le manœuvre que l’ouvrier professionnel. Lorsque sont apparus le travail en grande série et les chaînes de fabrication, la qualification d’O.S. fut le symbole d’une revalorisation du travail. Avant 1914, à côté de l’ouvrier qualifié, se rencontraient les manœuvres. Pendant la guerre de 1914, au début du travail en grande série, introduit par les fabrications d’armement..., le terme de “ manœuvre spécialisé ” s’imposa. Après la guerre, celui d’ “ ouvrier spécialisé ”, peu à peu, le supplanta. »

129 Salaires et durée du travail..., t. I, p. 518 : « ... lorsqu’ils sont tout nouveaux, ils sont occupés une partie de leur temps à faire des courses, du nettoyage ; puis, lorsqu’ils commencent à pouvoir produire, ils travaillent aux fabrications de la maison, font des ouvrages faciles, quelquefois sont mis aux pièces, comme les ouvriers faits ; mais dans ce cas, le prix qui leur est alloué ne représente qu’une fraction du prix qui serait payé à l’ouvrier. »

130 Ibid., p. 33.

131 Ibid., p. 408 : à propos de la métallurgie, Seine.

132 Ibid., p. 511, étude du salaire par professions, Seine. On rejoint ici les observations d’Alain Touraine sur le fait que « l’O.S. a tout autant remplacé le manœuvre que l’ouvrier professionnel » (1955, p. 105).

133 Ibid., p. 422.

134 Rappelons qu’on entend par là : part (de grève, grévistes, journées de grève), évaluée en % du total.

135 Le Cri du Peuple, 22 avril 1884.

136 21 janvier 1883.

137 Défense des Travailleurs, 18 mai 1884 : lettre de Jean Maxime, tisseur, qui adjure la chambre syndicale des métallurgistes de suivre l’exemple des tisseurs.

138 23 mars 1890.

139 1905, p. 287-288.

140 A. Daudet, 1876.

141 28 février 1887. Toute la suite du texte est une vigoureuse dénonciation de l’attitude des compagnons vis-à-vis des manœuvres.

142 A Paris, les Bretons peuplent les usines de banlieue et leur réputation de passivité est si grande que, de nos jours encore, les travailleurs de chez Renault qualifient les Africains, sourds aux grèves, de « Bretons noirs ».

143 Cf. la troisième partie.

144 31 août 1886.

145 Arch. dép. Cher, M 23 : lors de la grève de 1887, il existe deux syndicats distincts, porcelainiers (avec Vallet) et manœuvres (avec Lebret) qui ont du reste des réunions communes. Chez Bernard, après une résistance de 32 jours, les journaliers donnent le signal de la reprise : 26 d’entre eux, hommes et femmes, rentrent les premiers ; ils sont hués ; mais une semaine plus tard, la totalité des ouvriers fait sa soumission.

146 « La rapacité patronale, là est l’ennemi ! Pour remédier à cet état de choses, il faut laisser de côté toutes les questions de parti et de personnalité, et n’envisager que l’intérêt général », déclare le texte d’appel.

147 Terrassiers, dockers, charretiers, réunissent à eux seuls 50 % des grèves de manœuvres.

148 Salaires et durée du travail..., t. I, p. 17.

149 Ibid., t. I, p. 496, tableau XXIV.

150 Hommes : moyenne générale : 4,20 F Seine : 6,15 F
Province : 3,90 F
Femmes : moyenne générale : 2,20 F Seine : 3 F
Province : 2,10 F

151 Et, curieusement, aux rixes entre ouvriers : sur ce dernier point, interférence du climat parisien, les grèves des hauts salaires étant parisiennes à 75 %.

152 Le Temps, cité par Le Cri du Peuple, 10 mai 1885 : Jules Claretie s’indigne des revendications « injustifiées » des tailleurs parisiens. Ces « privilégiés » ne méritent pas qu’on leur cède. Et d’opposer leur sort à celui des mineurs qui, eux, peuvent revendiquer légitimement.

153 1943, p. 18. Halbwachs adhère à cette idée : 1912, p. 65 : « C’est par la matière travaillée que se définissent les industries... La différence des matériaux sur lesquels s’est exercé l’effort des hommes paraît bien autrefois avoir entraîné entre ceux-ci des différences d’aspect et de mœurs qui se sont reflétées dans la conscience des autres comme dans la leur. » Halbwachs développe longuement l’idée de la dépendance relative de l’ouvrier vis-à-vis de la matière travaillée. Il conclut même à une « conscience d’industrie » (p. 68).

154 Notamment 1948.

155 Rapport des délégations ouvrières, Exposition de 1867, t. I, p. 4 ; cité pat M. Guilbert, 1966 a, p. 50.

156 En effet, si certaines coalitions du bâtiment ont été très massives — terrassiers de Paris ou de la Corrèze, en 1888, par exemple —, la plupart du temps, les grèves de maçons ou de peintres en bâtiment d’une localité n’excèdent guère une centaine d’individus.

157 Il est légitime de regrouper bois et pierre, car l’essentiel du groupe bois provient de menuiserie et charpente en bâtiment. On y reviendra.

158 Cf. Goetz-Girey, 1965, p. 110.

159 Les recensements intermédiaires distinguent des agrégats de définition extrêmement vagues et inutilisables pour notre propos. Ainsi, en 1872 :

  1. mines et carrières ;

  2. grande industrie ;

  3. arts et métiers (petite industrie) ;

  4. journaliers.

La Statistique des industries principales de 1873 ne concerne que la fabrication des « produits bruts » et des « produits simples » ; elle n’a porté que sur 800 000 ouvriers.

160 Cl. Willard, 1965.

161 Selon l’expression des frères Bonneff, 1908. Cf. cependant le drame de G. Hauptmann, Les tisserands, Paris, 1906.

162 Sur la décadence de l’industrie linière, cf. E. Levasseur, 1907, p. 97 et sq. Le rapport à l’Exposition universelle de 1889 fait état de grandes difficultés, notamment dans l’Ouest. C’est la suite de l’histoire dont C. Folhen a retracé les épisodes sous le Second Empire, 1956.

163 Sur cette grève, cf. Arch. dép. Maine-et-Loire, 21 M 225 et Le Cri du Peuple, notamment 25 et 26 septembre 1887 ; intéressante description économique et sociale.

164 Arch. nat., F 12 4665 ; Arch. dép. Nord, M 625/58, 10 000 tisserands environ ont participé à ces émeutes de la misère et de la faim.

165 Arch. nat., F 12 4665, Grève des tisseurs en soie, 27 avril-15 mai 1879, contre l’extension du travail à la campagne ; le mouvement de défense du tarif est mené surtout par les veloutiers : Petit Lyonnais, 27 juin 1879 ; sur l’évolution économique de la région lyonnaise, cf. P. Léon, 1967, p. 31-63.

166 Sur l’industrie lainière, cf. E. Levasseur, 1907, p. 100 et sq. ; id., La France et ses colonies, 1890, donne une description de l’industrie lainière vers 1885. Sur l’industrie cotonnière, cf. id., 1907, p. 90.

167 Revue du Nord, avril-juin 1969, n° spécial sur Roubaix ; cf. notamment, G. Franchomme, p. 201-249. « De 1870 à 1900, on assiste à un développement prodigieux de l’industrie textile roubaisienne, en particulier de l’industrie lainière. »

168 Le Temps, notamment 26 mai 1880.

169 G. Palmade, 1961 ; Lambert-Dansette, 1954, étudie surtout le patronat linier d’Armentières. On manque d’études pour cette période sur l’innovation dans l’industrie textile.

170 Arch. dép. Nord, M 663/44, 45 et 46.

171 Nombreux documents dans Arch. dép. Marne, 186 M 12.

172 Arch. nat., C 3022, réponse de la chambre de commerce de Roanne.

173 Arch. nat., F 12 4522-B (1869-1886).

174 On trouvera une description précise des diverses opérations et catégories, dans Ch. Benoist, 1905, t. I, p. 377 et sq.

175 La plupart des grèves textiles sont multi-catégorielles. Il s’agit ici des catégories initiatrices.

176 A. Goblet, 1903, p. 179.

177 Ibid., p. 23.

178 Ibid., passim ; et aussi A. Audiganne, 1860, t. I, p. 118 (sur les peigneurs de laine de Reims).

179 Sur le syndicalisme des trieurs, cf. A. Goblet, 1903, p. 213. Les retordeurs de Lille ont mené des mouvements indépendants et bien organisés à Lille en 1882. A Reims, comme à Croix, les peignages Isaac Holden font presque toujours bande à part dans les coalitions.

180 Arch. dép. Loire, 92 M 19, pièce 107, préf.-min., 11 mars 1882 : « Les gareurs, véritables contremaîtres des usines, qui ont continué depuis la grève le travail pour l’entretien des métiers, et pour ce motif étaient accusés de favoriser la résistance des patrons, informent, par leur délégué, que les gareurs vont cesser partout le travail et ne le reprendront qu’avec les tisseurs. »

181 A. Audiganne, 1860, t. I, p. 93.

182 Arch. nat., F 12 4661, préf. Nord-min. Com., 30 mai 1886.

183 Ch. Benoist, 1905, p. 450.

184 1905, p. 435, à propos de l’industrie du coton dans les Vosges : « Une fois construite et montée (la machine à filer), un manœuvre, le premier venu, ou presque, suffit à la faire marcher. Pour le tissage, le caractère mécanique et rigide de l’industrie est moins accusé que pour la filature. Il y a matière à plus d’initiative. » Dans le même sens, M. Bouvier-Ajam, 1969, p. 196.

185 Arch. nat., F 12 4654 : « C’est pour la journée de dix heures que nous luttons », tel est le cri de guerre des teinturiers de Villefranche, en 1881.

186 Ch. Benoist, 1905, t. I, p. 485 : « La teinture n’est pas la servante, elle est plus que l’auxiliaire, elle est la collaboratrice du tissage dans l’industrie de la soie. »

187 En régression, selon A. Aftalion, 1906.

188 Voir surtout P. Gemàhling, 1910, qui pense qu’il y a extension du travail en chambre ; cet ouvrage comporte une importante bibliographie.

189 Cf. ci-dessus, p. 324.

190 Sur les anciennes luttes de ces corporations, cf. O. Festy, 1908, et A.P.O., t. II, p. 885 (chapeliers), 601 (tailleurs).

191 L’Ouvrier Chapelier, 1re année, no 1, 4 octobre 1884, est un des premiers journaux corporatifs. Jean Vial, 1941, a également utilisé les archives de la Fédération.

192 Arch. dép. Bouches-du-Rhône, M 6 1925 : en 1873, à Aix, la chambre syndicale a 7 000 F et donne 12 F par semaine ; à Lyon, en 1876, la société coopérative possède 15 000 F et distribue 19 F, etc. Selon Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1871-1879, « Historique de la grève des chapeliers de Lyon » (1876), les salaires s’établissent ainsi : fouleurs : 7 à 8 F; approprieurs : 8 à 10 F ; monteurs : 15 à 16 F; tournuriers : 15 à 18 F.

193 193. Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1871-1879, « Historique... », écrit à propos de la grève générale déclarée le 31 octobre par les chapeliers lyonnais : « Le moment de la grève était habilement choisi. A cette époque de l’année, les fabricants sont accablés de commandes ; pour cette cause, ils ont accepté par force le tarif imposé. »

194 Arch. dép. Bouches-du-Rhône, M 6 2340, Grève chez Haas (1887) : deux membres de la Société générale viennent de Paris pour conseiller les grévistes. Ils leur conseillent la modération. A Chazelles, en 1883, « des comités ouvriers de Paris donnent des instructions au syndicat de Chazelles... Des brochures ou lettres lui sont fréquemment envoyées » (Arch. dép. Loire, 92 M 21, pièce 103).

195 Au début de la période s’affirment quelques militants de premier plan, comme Auguste Bonnafoux, chapelier chez Haas à Aix, meneur de la grève de juillet 1872. Il avait été membre de l’Internationale et un des leaders de l’insurrection marseillaise de septembre 1870 : cf. Maitron, 1964-1967, t. IV, p. 340.

196 Cette revendication est au cœur d’importants conflits en 1883-1884 ; Chazelles- sur-Lyon et Albi en 1883, Montélimar (1884).

197 Sur l’évolution générale de l’industrie chapelière, cf. E. Levasseur, 1907, p. 133 et sq. A Aix, à Chazelles, à la faveur de la grève, les patrons remplacent les fouleurs. par des fouleuses mécaniques.

198 A.P.O., t. II, p. 633.

199 Cf. ci-dessous, la troisième partie.

200 Cité par Le Cri du Peuple, 7 mai 1885.

201 Importante documentation archivistique sur les grèves de tailleurs parisiens dans Arch. préf. pol., BA 172 et 173. Sur l’organisation économique et sociale, cf. Office du travail, La petite industrie, t. II : Le vêtement à Paris, 1896 (mine de renseignements).

202 Dans le groupe Mines et Carrières, il y a essentiellement les mineurs de houille, comme le montre la composition détaillée du groupe. Leur fort pouvoir de grève (16 % des grévistes) résulte non de leur nombre (2,9 % des travailleurs d’industrie au recensement de 1896) mais d’une propension à la grève exceptionnelle : 5,5.

203 Le Réveil des Mineurs, no 32, 30 mai 1891: poème signé : Catherine, intitulé « La grève générale ».

204 Il en est ainsi aujourd’hui encore, en dépit de la décadence de la profession. La grève des mineurs du Nord de 1963 a soulevé une émotion particulière qui rappelle le 19e siècle. En ce printemps 1970, on s’attache plus qu’à d’autres conflits sociaux aux grèves de Kiruna et du Limbourg : cf. Les Temps Modernes, IV, 1970.

205 Esquisse dans le numéro spécial du Mouv. soc., « La mine et les mineurs », 1963.

206 Arch. dép. Isère, 166 M 1, maire-préf., 18 septembre 1875 : un nouveau règlement fixe les heures d’entrée et de sortie : 6 heures du matin, 6 heures du soir. « La Compagnie du Creusot a voulu simplement réglementer le travail de ses ouvriers comme cela se fait dans toutes les grandes exploitations. »

207 Arch. dép. Nord, M 626/9, pièce 35, rapport com. spéc., 6 février 1880 : « La situation est toujours de plus en plus prospère et il est difficile de satisfaire à toutes les commandes. Les ouvriers qui avaient autrefois à subir des chômages partiels ont depuis quelque temps déjà un travail continu assuré, et certains même sont obligés chaque samedi de doubler la durée de leurs travaux. »

208 Exemple Arch. dép. Nord, M 626/13, pièce 102, Considérations générales sur la situation industrielle de la Compagnie des mines d’Anzin, 2 mars 1884 (très critique) ; Ibid., M 626/18, pièce 72, rapport sur les mines de Vicoigne et de Noeux.

209 .C’est exactement la situation à Anzin en 1884.

210 Arch. nat., F 12 4667, préf.-min. Com., 19 février 1890 : les ouvriers « obéissent inconsciemment à une impulsion qui vient on ne sait d’où ». Sur ces grèves de 1890 dans la Loire : cf. Arch. dép. Loire, 92 M 32 à 35 ; Arch. préf. pol., B A 186 ; A.P.O., t. I, p. 363 ; P. Faure, 1958, p. 249 et sq.

211 G. Dumoulin, 1937, p. 32.

212 Rondet préconise la rédaction de tels cahiers. Cf. G. Stell, 1883.

213 Arch. nat., F 12 4667, préf.-min., 19 février 1890 : annonce la création d’un syndicat des machinistes, fait très dangereux.

214 Il y a de « mauvaises fosses » : la plupart des grèves de Bessèges partent de Lalle, mine de condition plus difficile où la Compagnie concentre toutes les « mauvaises têtes » ; Henri Marius y règne durant dix ans. A Firminy, en 1873, 1875, 1880, 1885, le puits Lachaux est l’épicentre des conflits, etc.

215 En 1878, dans l’Allier, la Compagnie de Châtillon-Commentry est seule affectée par la grève. Les salaires y sont beaucoup plus faibles que ceux payés par la Compagnie Pourchambault-Commentry : cf. Arch. préf. pol., BA 186, pièce 45.

216 Arch. dép. Nord, M 626/11, pièce 60.

217 Dans la Loire, le souvenir de la Ricamarie pèse sur la génération des années 1870-1880, semble-t-il. « Il ne faut pas que cela se renouvelle ; il faut... fondre les canons et les fusils pour faire des manches de charrues, chauffer nos grand-pères, ou élever des monuments impérissables aux grands citoyens tels que Raspail et Garibaldi », déclare un orateur à une réunion, mars 1878 (Arch. dép. Loire, 93 M 21, pièce 2).

218 A.P.O., t. I, p. 344 : Rondet, délégué de la chambre syndicale des mineurs de Saint-Etienne, au 2e congrès socialiste de la région de l’Est, 6 juin 1881.

219 Cf. article du Radical, reproduit par L’Ouvrier Mineur, 12 mai 1884, « La mine aux mineurs » : l’Etat concéderait l’exploitation à la Fédération des chambres, syndicales des mineurs ; l’article insiste sur les avantages économiques du système.

220 Le Cri du Peuple, 24 mars 1884, éditorial : « Un trompe-l’œil. »

221 Arch. préf. pol., BA 186, pièce 13.

222 Arch. nat., F 12 4656, proc. Rép.-min. Just., 18 mars 1886.

223 Rondet est appointé à 200 F par mois (Arch. dép. Nord, M 626/11, pièce 33).

224 Arch. dép. Loire, 92 M 21, pièce 4, 28 mars 1883.

225 Ibid., pièce 5, 22 mars.

226 Arch. dép. Loire, 92 M 21, pièce 30.

227 Sur Basly, cf. l’étude, à paraître dans Mouv. soc. (1973), de J. Michel, « Syndicalisme minier et politique dans le Nord-Pas-de-Calais : le cas Basly (1880- 1914) ».

228 Le Rappel, 16 août 1878 : « Le syndicat des mineurs de Saint-Etienne publie une proclamation pour engager les ouvriers à renoncer à une grève qui devait être déclarée. »

229 Arch. nat., F 12 4667, rapport général, 3 mai 1890 : « l’enthousiasme manque et tout donne à espérer que la grève ne durera pas et surtout ne s’étendra pas aux concessions voisines : le syndicat des mineurs y est du reste opposé ».

230 Sur cette grève, cf. A.P.O., t. I, p. 384 ; Bartuel, La Mine et les mineurs, p. 440 ; E. Lozé, 1891 ; Arch. préf. pol., B A 186, important dossier ; Arch. nat., F 12 4665 ; Arch. dép. Nord, M 626/18, notamment pièce 526.

231 Arch. dép. Loire, 93 M 21, pièce 31 : ce groupe est animé par des militants anarchistes de la Loire et du bassin de Brassac-les-Mines.

232 Ibid., pièce 46 : réunion d’un comité de sept membres chargé d’organiser un nouveau syndicat.

233 Bibl. nat., JO 89 623.

234 Exceptons les émeutes anticléricales de Montceau en 1882. Mais là encore, c’est le cléricalisme de la Compagnie qui est visé, la religion qu’elle impose ; la croix n’est que le symbole de l’oppression patronale.

235 Arch. préf. pol., BA 186, pièces 28 et 29.

236 La Défense, 21 juillet 1878.

237 236. Arch. dép. Loire, 92 M 28 : le 10 juin 1889, les mineurs du puits Rigodin font une grève d’un jour à titre d’avertissement et annoncent qu’ils recommenceront dans huit jours s’ils n’ont pas satisfaction.

238 Les grèves intercorporatives sont fréquentes. Quelques exemples : en 1872, à Castres, en 1876 à Auxerre, en 1877 à Lyon, en 1880 à Marseille, Troyes, Béziers, Lodève, Reims, etc., menuisiers, maçons, ébénistes, charpentiers... se mettent en grève dans le sillage les uns des autres, ou tous ensemble.

239 A ce sujet, cf. A.P.O., t. IV, p. 446 et sq. Après 1900, la tendance a été à l’éclatement en fédérations de métiers.

240 L. et M. Bonneff, 1911, dans le chapitre « Les Compagnons du bâtiment », décrivent tailleurs de pierre, maçons, charpentiers, menuisiers, raboteurs de parquets, couvreurs, etc.

241 En octobre 1880, par exemple, grève de tonneliers à Bordeaux et dans plusieurs localités de Gironde ; ils semblent obéir à « un mot d’ordre ».

242 A ce sujet, cf. par exemple L. et M. Bonneff, 1911, p. 332 : la « fierté de l’outil ».

243 D’après D. Poulot, 1872, les métallurgistes parisiens veulent se débarrasser de cette survivance ; le poids des outils à charrier les immobilisant, au contraire, chez leur patron.

244 Pourtant, de nombreuses dépositions ouvrières à l’enquête de 1884 incriminent ces transformations, notamment : l’usage de bois tout préparés venus des pays Scandinaves qui provoque le chômage de scieurs ; et l’usage des charpentes métalliques. Sur ces transformations, cf. E. Levasseur, 1907, p. 57 (rapide), les divers volumes des expositions, et aussi L. et M. Bonneff, 1911, p. 306, 344.

245 A ce sujet, notations intéressantes, dans P. du Maroussem, 1891, p. 120, p. 150...

246 Arch. préf. pol., BA 174, pièce 445, rapport de police du 6 mars 1876, donne l’état de l’emploi dans divers chantiers de la capitale ; sur 16 chantiers énumérés, 6 ont moins de dix ouvriers ; 5 de 10 à 29 et 5 de 30 à 50.

247 La moindre municipalité tient à affirmer son esprit républicain dans son hôtel de ville, ses halles ou sa gare.

248 Cf. J. Romains, 1932, t. I, p. 275-293.

249 Cf. la première partie et fig. 12.

250 L’allure cyclique serait plus marquée encore si l’on soustrayait de l’ensemble les terrassiers qui ont un tout autre type de comportement, plus défensif.

251 Le premier chiffre est celui du bois, le second, de la pierre.

252 Alors que la moyenne générale est 4 %, les patrons ébénistes s’appuient sur une organisation syndicale dans 16 % des cas, les plâtriers dans 16 %, les charpentiers dans 12 %.

253 Les Droits de l’Homme, 27 juin 1886.

254 J.-P. Mazaroz, 1882. L’auteur, qui critique vivement les « politiciens », et se déclare résolument partisan de l’intervention de l’Etat, ébauche en somme une organisation corporatiste.

255 L. et M. Bonnef, 1908, p. 336 ; P. du Maroussem, 1892.

256 Trois grands lock-outs en 1872, 1881, 1882.

257 Taux d’organisation : bois : 72 % (c’est le plus élevé) ; construction en pierres : 56 % (les terrassiers abaissent la moyenne).

258 41 % des grèves du bois sont dirigées par un syndicat, taux très élevé.

259 Sur ces fédérations, cf. A.P.O., t. IV, p. 446 et sq. (bâtiment) ; t. II, p. 759, ameublement.

260 Arch. préf. pol., BA 170, pièce 52.

261 Ibid., B A 176 ; La Gazette des Tribunaux, 20 août 1875, condamnation d’Yzablin à un mois de prison pour coups.

262 Sur Tortelier, voir notamment R. Brécy, 1969.

263 A ce sujet, cf. la troisième partie.

264 Le faubourg Saint-Antoine, en ce tiers restant du 19e siècle, mériterait une étude particulière. Les mœurs du faubourg se sont d’ailleurs conservées longtemps. En interrogeant de vieux ouvriers qui avaient vécu au faubourg entre les deux guerres, je retrouvais l’ambiance, les méthodes qu’évoquent les documents plus anciens. Et notamment pour la grève.

265 Construction en pierres : 2 328 établissements touchés pour 375 grèves ; bois : 3 599 pour 313.

266 13 % des grèves du bois sont tournantes (moyenne générale : 4,6 %).

267 Exemple : chaisiers parisiens en 1872 et 1883 ; menuisiers de Lille en 1881, ouvriers en fauteuil de Bordeaux en 1882, tonneliers de Nîmes, en 1882, etc.

268 Arch. préf. pol., B A 168, pièce 49, novembre 1881 ; Le Temps, 31 octobre 1882.

269 Ibid., BA 174, pièces 445 et 507, Grève de 1876, Paris.

270 Ibid., BA 174, Grève de 1879.

271 Emile, livre III, éd. La Pléiade, p. 477

272 Ibid., p. 478.

273 1911, p. 65.

274 Arch. nat., F 12 4665, préf. Corrèze-min. Com., 2 mars 1889 : « Il est à constater en effet que parmi les ouvriers des chantiers de construction de chemin de fer, beaucoup sont des paysans de la région, des journaliers qui, ne trouvant pas dans leurs communes de travail suivi, sont venus se faire embaucher sur les chantiers et y travaillent aux terrassements, ce genre d’ouvrage ne nécessitant pas un long apprentissage. »

275 Intervention de la gendarmerie et de l’armée : 46 % des grèves ; arrestations : 25 % ; poursuites judiciaires : 20 % ; 112 condamnations pour 102 grèves.

276 Le Cri du Peuple, 14 août 1888, cite la presse étrangère ; ainsi Tribune, organe libéral de Rome : « La grève de Paris s’étend dans les départements et menace de devenir générale... Les grèves ont pris des proportions alarmantes, il y a eu des scènes de vandalisme qui rappellent assez celles de la Commune. »

277 La conjonction avec le boulangisme est difficile à établir ; tout dépend à quel niveau d’analyse on se place. Un rapport général de la préfecture de police, Arch. préf. pol., BA 184, pièce 1051, 31 juillet 1888, voit dans ce mouvement la main des boulangistes par l’intermédiaire des blanquistes : « La grève est poussée, dirigée par les blanquistes et, dans l’espèce, les blanquistes font cause commune avec les boulangistes qui fournissent des fonds et, peut-être aussi, avec les bonapartistes. C’est plus qu’une grève, c’est un commencement d’agitation qu’on veut propager et étendre par tous les moyens. » Les possibilistes, alors coupés des masses ouvrières parisiennes, parlent pareillement de « grèves boulangistes », titre d’un article de Paul Brousse, dans Le Parti Ouvrier, 23 août 1888.

278 G. Duveau, 1946, p. 444.

279 Arthur ne doit rien au Sublime, paru en 1870 ; la nouvelle de Daudet est publiée en 1867 dans les Annales, avant d’être reprise en 1873 dans les Contes du Lundi.

280 L’Apprentie, 1904.

281 On songe encore à Bachelard, bien sûr. Mais la plupart des auteurs qui parlent de la métallurgie cèdent à la mythologie : exemple de Ch. Benoist, 1905, p. 256, 266.

282 Ch. Benoist, 1905, p. 249 : « Une extrême division est, dans cette industrie, comme la condition même du travail. »

283 Ibid., p. 336.

284 Arch. dép. Loire, 92 M 18, pièce 130.

285 Arch. préf. pol., BA 169.

286 D’où une ampleur moyenne des grèves inférieure à la moyenne générale : 250 ouvriers/grève (moyenne générale : 302) ; 73 seulement dans le secteur de la production des lingots où les grèves sont avant tout des grèves d’équipes.

287 Sur la mobilité des métallurgistes, cf. Ch. Benoist, 1905, p. 389 : ils vont « où le travail est abondant ». « Au voisinage de Saint-Etienne on peut voir encore... certains ouvriers forgerons, aller et venir, ainsi qu’oiseaux passagers, après être demeurés plus ou moins longtemps en un lieu. » On verra combien sont mobiles les « meneurs » de la métallurgie (cf. la troisième partie).

288 Premier congrès national de la métallurgie à Paris, 8-13 octobre 1883 ; compte rendu, brochure de 14 pages, Musée social 12 115.

289 Sur l’histoire de l’Union des ouvriers métallurgistes, cf. A.P.O., t. III, p. 466 et sq.

290 Ibid., p. 426 et sq. Telle est l’appellation donnée par ces ouvriers à leur « fédération corporative » fondée en 1883. Le Réveil des Mouleurs paraît à partir de 1889. Depuis juin 1887, paraît également La Fonderie, organe des fondeurs en cuivre de la Seine. Sut Le Réveil des Mouleurs, cf. Ch. Gras, 1965.

291 Les métallurgistes chôment le 1er mai 1890 qu’ils ont même tendance à transformer en fête d’obligation : à Nantes, des mouleurs font grève le 2 mai, pour obtenir le renvoi d’un ouvrier qui n’a pas chômé le 1er (Arch. nat., F 12 4667). Mais ils rentrent le lendemain ; excepté à Roubaix où, cédant à l’atmosphère générale, 2 000 fondeurs et mécaniciens poursuivent le mouvement durant une semaine.

292 1er Congrès, compte rendu, p. 9.

293 Les mouleurs détiennent, après les chapeliers, le record des grèves scripturaires : 47 %.

294 Même sous l’angle du salaire : obtenir le paiement au temps, lutter contre le travail aux pièces, « un des faits dissolvants de l’esprit de solidarité », contre le marchandage, occupent à côté de l’élévation du taux, une place importante.

295 1er Congrès, p. 10.

296 Arch. préf. pol., BA 172, les bronziers de chez Goelzet se mettent en grève parce que le contremaître refuse de les laisser aller à l’enterrement (civil) d’un camarade (juin 1872).

297 Interpellation sur la grève de Château-Regnault, 18 juin 1885 ; sut celle de Vierzon (Henri Maret), 17 octobre 1886, Débats parlementaires.

298 Les mouleurs présentent un niveau d’organisation exceptionnel qui mériterait une étude spéciale. En 1882, sur 1 400 mouleurs du département de la Seine, 1 300 sont syndiqués ; il y a presque un monopole syndical de l’emploi : cf. A.P.O., t. III, p. 398.

299 Le livre de C. Pecqueur, 1838, est une apologie du rail.

300 Cf. Annuaire statistique rétrospectif, 1926, p. 58-59 : maximum, 1883 : 67 497 ; minimum, 1886 : 53 445. Sur la métallurgie, cf. E. Levasseur, 1907, p. 37 et sq. ; 1890, p. 218 ; Annuaire des mines et de la métallurgie, très intéressants rapports annuels.

301 En 1888 : faillite de la Compagnie de Terre-Noire, Lavoulte et Bessèges ; sur cette affaire qui entraîne une forte agitation, Le Cri du Peuple, du 25 janvier au 13 février 1888, chronique quotidienne, en première page. Le journal préconise « la reprise des établissements par la Nation ».

302 Nord, Seine et Ardennes réunissent 43 % des conflits.

303 Dans L’Argent, Péguy célèbre la France de 1880 comme celle du bon travail, du bon ouvrier qui chante et respecte ses outils, de l’artisan heureux (t. II, p. 1045 et sq.).

304 Sur ces grèves, Arch. préf. pol., BA 169 : première grève du 18 au 21 septembre 1888, charpentiers en fer : se plaignent des conditions pénibles du travail en raison de la hauteur ; seconde grève 21-22 décembre : rôle des jeunes et d’un ouvrier italien, Moskati. Les ouvriers négocient directement avec Eiffel qui accorde d’importantes concessions.

305 Cf. E. Levasseur, 1907, p. 135 et sq., traite surtout de l’industrie de la chaussure.

306 Arch. nat., F 12 4658, préf.-min., 18 avril 1885 : à Romorantin, le salaire des cordonniers, ordinairement de 2,5 à 2,75 F, est tombé à 0,75-1 F « en raison de la pénurie des affaires ». A Bordeaux, en 1889, les cordonniers de la maison Godillot se plaignent de ne toucher que 1,80 F par jour. A Rennes, les selliers de chez Colin voient leur gain passer de 3,5 à 2,75 F pour douze heures en 1887, etc.

307 Le Mans : 19 mai-19 juin 1884, 650 grévistes ; Tours : 12 juillet-13 août, 1 200 grévistes.

308 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 60 M 61.

309 Les syndicats y poussent. Lors de la grève des mégissiers de 1875, « le syndicat des Cuirs et Peaux estime que la grève a été mal engagée et qu’on aurait dû prendre son avis. Selon lui, il convenait de faire une démarche près des patrons avant de se mettre en grève et de s’assurer des ressources pour soutenir celle-ci ».

310 Arch. préf. pol., B A 167.

311 Principalement chez les selliers parmi lesquels il y a beaucoup d’étrangers, lesquels se montrent souvent fort bons grévistes.

312 Cadre des grèves : patronat familial : 84 % ; sociétés : 13 %.

313 Mariotte, la plus grosse tannerie de Paris, occupe 110 ouvriers ; Ulmo, à Lyon, 40.

314 Arch. préf. pol., BA 167, pièce 3, rapport du 5 mai 1875.

315 Ibid.

316 Ibid., pièce 7.

317 A ce sujet, cf. A.P.O., t. II, p. 6 et sq. Sur les conflits entre tanneurs et cordonniers, cf. p. 12, 164, 184. En 1833, à Lyon, lutte dans les rues entre tanneurs et cordonniers.

318 Arch. préf. pol., BA 167.

319 Arch. dép. Isère, 166 M 1, rapport de police, 24 septembre 1874.

320 A.P.O., t. II, p. 23 ; M. Leroy, 1913, t. I, p. 44.

321 Les syndicats sont toujours largement antérieurs aux grèves. Et non pas fondés dans les mois qui précèdent, comme si souvent.

322 Voici les proportions de « grèves secourues » ; elles sont élevées relativement à la moyenne générale (22 %) : tanneurs et mégissiers : 35 % ; ouvriers en chaussures : 33 % ; selliers : 22 %.

323 Arch. dép., Tarn IV M2 70.

324 A ce sujet, cf. la troisième partie.

325 Barberet, représentant Le Rappel, est présent à toutes les réunions des grévistes du cuir en 1874-1875-1876.

326 En 1882, le Conseil national ouvrier (possibiliste) intervient activement dans les grèves des corroyeurs (Paris) et envoie des délégués à Annonay et Chaumont ; les selliers adhèrent au parti ouvrier possibiliste et lisent Le Prolétaire (1883).

327 A ce sujet cf. G. de Molinari, 1871, p. 265 : « Ce n’est pas Belleville qui a donné, c’est le XIIIe arrondissement. Belleville, qui se vante d’être le cratère de la révolution, Belleville se déshonore, il abdique. » Cf. aussi, p. 234.

328 R. Michaud, 1967.

329 Arch. dép. Bouches-du-Rhône, M 6 2339, avril 1883.

330 Exemple : Arch. nat., F 12 4659, à Liancourt, dans l’Oise, 30 cordonniers de fabriques se mettent en grève contre une diminution de salaire que les ouvriers à domicile, beaucoup plus nombreux, acceptent. De même dans les coalitions de gantiers, de cordonniers (Paris, 1882). A Rennes (1887), Colin, sellier, brise la grève en distribuant le travail à domicile (Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 60 M 61).

331 Arch. préf. pol., B A 167, pièce 3, com. pol., 1875 : « Les mégissiers ont horreur des façonniers et préfèrent de beaucoup avoir affaire aux propriétaires de peaux... Détruire les ateliers des façonniers paraît être le but de la corporation des ouvriers mégissiers admirablement conduits, il faut le dire. »

332 Le Cri du Peuple, 10 juillet 1888, appel de la chambre syndicale des ouvriers cordonniers de France : « Le travail ne réclamant pas un savoir supérieur, on a toujours compté sur la grande masse des sans-travail. »

333 Sur l’évolution générale, cf. E. Levasseur, 1907, p. 135, qui utilise les rapports des expositions de 1878, 1889, 1900 et insiste sur la mécanisation de l’industrie de la chaussure dont le rapporteur de 1900 dira « qu’elle a occasionné dans le métier une crise douloureuse ».

334 Arch. nat., F 12 4663, résolution adoptée en assemblée générale, le 29 mai 1882, par les cordonniers de Paris pour demander l’application du nouveau tarif dans les prisons : « car M. le ministre n’est ni plus ni moins qu’un patron cordonnier qui fait, par le travail des prisons, une concurrence désastreuse à toute la corporation ». A Rennes, durant la grève de ses ouvriers, Lahutte, patron sellier, écrit au directeur de la maison centrale pour faire confectionner les travaux par les détenus (Arch. dép Ille-et-Vilaine, 60 M 61).

335 Emile, p. 477.

Notes de fin

a Ou encore : « Pouvoir de grève » annuel des divers secteurs professionnels.

b Cette statistique et les suivantes indiquent le % des grèves comportant tel ou tel type d’incident. Exemple : 3,9 % des grèves du textile (groupe VII) ont comporté des meetings ; 13 % ont donné lieu à des manifestations, 3,8 % à des violences, 3 % à des rixes entre ouvriers ; 5 % de ces grèves ont été marquées par des arrestations, etc. Nomenclature des groupes : I. Agriculture ; II. Mines et carrières ; III. Industries alimentaires ; IV. Industries chimiques ; V. Papier, livre ; VI. Cuirs et peaux ; VII. Textile, vêtement; VIII. Industries du bois ; IX. Métaux ; X.1. Pierres et terres au feu ; X.2. Construction en pierres ; XI. Manutention, transports ; XII. Divers.

Table des illustrations

Légende 16.Répartition des grèves féminines par département
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Répartition des grèves selon la qualification professionnelle des grévistes
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Nature de la grève et qualification
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Formes d’organisation et qualification
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Secours et qualification
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Mode de revendication et qualification
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Résultats des grèves selon la qualification
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende 17. Répartition (pour 100) des ouvriers salariés (enquête S.D. 1893) et des ouvriers grévistes (1871-1890) selon le salaire journalier dans le département de la Seine
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Propension à la grève
Légende A = % grévistes de chaque groupe ou catégorie par rapport au total des grévistes de la période 1871-1890 (ou pouvoir de grève selon les effectifs).B = % des effectifs salariés (ouvriers + employés) de chaque groupe ou catégorie par rapport à l’ensemble des effectifs salariés de l’industrie recensés en 1896, soit 3 603 350. Cf. Recensement de 1896 (Professions), t. IV, p. CXVII et sq.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Groupe textile-vêtement (1871-1890)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende 18. Grèves et grévistes par profession de 1871 à 1890
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende 18. bis
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Répartition des conflits selon les catégories d’effectifs (%)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre % calculés sur l’ensemble laine-coton-lin-soie
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Effectifs des industries textiles
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Type de patronat dans les grèves
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende 1 = nombre de grèves.2 = nombre de grévistes.3 = nombre de journées de grève.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende A = grèves dirigées par une ou plusieurs formes d’organisation.B = grèves dépourvues de formes d’organisation dirigeante.C = grèves dirigées par un syndicat.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Note ab
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/589/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 175k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search