Version classiqueVersion mobile

Les ouvriers en grève. Tome 2

 | 
Michelle Perrot

Seconde partie. Composantes des grèves

Chapitre II. Revendications et griefs

Texte intégral

  • 1 21 grèves, soit 0,7 %, se sont terminées sans qu’aucune revendication ait été formulée.

1Moyen de pression calculé, la grève contemporaine est un marchandage judicieusement raisonné, ordonné à des fins précises et soigneusement détaillé. La grève des années 1870-1890 a un visage tout différent. Certes, elle est rarement dépourvue de contenu revendicatif1, mais il arrive assez souvent que celui-ci soit différé : le débrayage précédant, à une distance plus ou moins grande, la revendication. Surtout, ce contenu demeure sommaire, maigre, réduit dans 68 % des cas, à un seul objet : avant tout le salaire, pierre angulaire de la condition, de la psychologie ouvrière, pivot de la grève française : 50 % des coalitions étudiées sont purement salariales, 21 % le sont partiellement.

232 % des grèves présentent plusieurs revendications, deux le plus souvent (19 %) ; il s’agit alors surtout du couple augmentation de salaire-réduction du temps de travail ; 12 % seulement offrent trois revendications et plus.

Répartition des grèves selon le nombre de leurs revendications

Répartition des grèves selon le nombre de leurs revendications

3Les programmes articulés et développés restent donc relativement limités. Leur proportion varie beaucoup suivant la nature des conflits, le degré d’organisation, la qualité des grévistes (sexe, degré de qualification...) ; femmes et manœuvres ont peu d’ambitions. Ces variables expliquent l’éventail ouvert des comportements professionnels. Bûcherons, terrassiers, travailleurs des industries chimiques et alimentaires sont les plus frustes en leurs désirs (80 % de grèves à revendication unique) ; teinturiers, mouleurs, mineurs raffinent bien davantage. Les derniers soutiennent des programmes parfois longs, étoffés, où, à côté du salaire, figurent conditions de travail, relations avec les cadres, questions de sécurité et de retraite, programmes dont ils poursuivent la réalisation d’un conflit à l’autre, signe d’une maturité revendicative assez exceptionnelle. L’ensemble suggère, en effet, une imagination un peu courte, bornée à l’horizon quotidien. L’ouvrier sait se plaindre, mieux que réclamer ; sa revendication même a souvent le ton de la doléance. Quelle distance entre les textes volontiers prolixes des congrès où les têtes pensantes du monde ouvrier ébauchent un monde futur, et l’humble et balbutiante démarche de la « base ». L’organisation de masse n’est pas créée, qui les unira. Cette modestie vient aussi d’une paralysante difficulté d’expression, qu’illustre l’usage encore timide de l’écrit.

I. LES FORMES DE LA REVENDICATION : USAGE RÉTICENT DE L’ÉCRIT

  • 2 Pour 672 grèves, 987 usages de l’écrit : lettres aux patrons, 295 ; communiqués à la presse, 290 ; (...)
  • 3 Dans 9 % des grèves se déroulant dans des établissements gérés par un patronat familial, il y a le (...)
  • 4 Ces trois catégories ont des proportions exceptionnelles de grèves écrivantes : 56 %, 47 % et 45 % (...)

4La littérature de grève est pourtant volumineuse et, même résiduelle, infiniment précieuse pour l’historien. Plusieurs milliers de textes la constituent ; lettres aux patrons (soit 30 %) et communiqués à la presse (autant) en sont les formes majeures2. Mais elle émane d’une minorité de conflits (672, soit 22 %), seuls entrés dans la voie de l’écriture. La durée est ici déterminante : elle délie les plumes ; et aussi, la modalité, l’extension de la grève : facultatif dans le cadre d’un établissement, l’écrit s’impose avec les nécessités d’une action coordonnée et unifiée, avec l’éloignement. Mais d’autres facteurs jouent. Le sexe : 11 % des grèves féminines sont génératrices d’écrits, contre 23 % des masculines ; la nature du patronat, sa distance : la lettre au patron est signe de relation sociale ou géographique distendue3 ; le facteur professionnel : la palme revient aux chapeliers, aux mouleurs, aux imprimeurs, tous par ailleurs pionniers de la presse syndicale4 ; tailleurs de pierres, mineurs, verriers, peintres, porcelainiers, menuisiers, boulangers ont aussi volontiers recours à l’écrit (dans plus de 30 % de leurs grèves) ; les ouvriers du textile hésitent (15 % de grèves écrivantes) ; les terrassiers, les ouvriers des industries alimentaires et chimiques reculent (4,6 et 8 %). Enfin, le syndicat étend le règne de l’écriture : ses responsables sont les scribes du mouvement ouvrier et souvent choisis dans cette perspective. D’où parallèlement à une syndicalisation croissante des grèves, entre 1871 et 1890, une proportion plus forte de grèves scripturaires (moins de 20 % dans la première décade, toujours plus dans la seconde). La géographie de l’écrit reflète ces diverses influences : en tête l’Isère et les Ardennes (44 et 41 %), puis la Seine, le Cher (34 %), la Gironde, la Loire (30 %), entre 25 et 30 %, les Bouches-du-Rhône (29 %), le Rhône (28 %). Tandis que l’usage de l’écrit est inférieur à la moyenne nationale dans le Nord (12 %) et, généralement, dans tous les départements textiles du Nord-Nord-Ouest (Aisne : 18 %, Seine-Maritime : 15 %, Marne : 13 %, Somme 10 %).

14. Grèves où ont été utilisés des textes écrits (pour 100 grèves)
A. par année
B. par groupes d’industries

  • 5 Le Forçat, 15 octobre 1882, donne le texte d’une lettre adressée à MM. Leblan, filateurs, par leur (...)
  • 6 Arch. dép. Tarn, IV M2 68, pièce 83, préf.-min. de l’Int., 16 février 1883 : « L’administration re (...)
  • 7 Arch. préf. pol., B A 174, pièce 444, rapport du 5 mars 1876.
  • 8 Arch. préf. pol., BA 171, pièce 12, texte de 1878.

5Ces écrits revendicatifs ont des formes, des tonalités diverses, qui suggèrent bien des degrés dans l’aisance, bien des styles dans les rapports sociaux. D’une grosse écriture maladroite de vieil écolier qui a désappris, la lettre d’atelier sent la table de cabaret sur laquelle on l’a écrite et, rarement, signée. On préfère l’anonymat, ou la sécurité d’une mention globale qui évite la vindicte patronale : « les ouvriers réunis », « la compagnie des tisseurs », « vos ouvrières fileuses »5 ; ou l’estampille du groupe, le cachet de la chambre syndicale6. Au contraire, dans les grands conflits parisiens, où les revendications ont été mûrement pesées, des circulaires imprimées sont adressées aux patrons par la poste, ou leur sont présentées par un délégué de l’atelier, ou, mieux, de l’organisation : en 1876, Pradet, délégué des charpentiers, « a voyagé en voiture de place pour colporter la circulaire de chantier en chantier »7. Parfois volumineux (tel texte émanant des imprimeurs a trente et une pages8), assez techniques, ces projets de tarif ou de règlement sont assortis d’exposés des motifs qui empruntent au langage juridique la solennité des considérants.

  • 9 Arch. nat., F 12 4654, circulaire d’octobre 1876 adressée aux patrons par le syndicat des selliers (...)
  • 10 Le Rappel, 9 novembre 1879.
  • 11 Arch. préf. pol., B A 173, pièce 336, texte imprimé, 29 avril 1885.
  • 12 Arch. dép. Isère, 166 M 1, lettre des cardeurs de Vizille, mai 1872.
  • 13 Arch. dép. Gironde, M 1189, pièce 83, lettre à M. Vieillard, patron faïencier de Bordeaux, 13 nove (...)
  • 14 En 1876, les paveurs de Paris préparent un texte des engagements patronaux que chaque ouvrier doit (...)
  • 15 Voici le billet qu’ « un groupe d’ouvriers socialistes » envoie à « Messieurs Poron », bonnetiers (...)
  • 16 Durant une grève, en 1884, les boucheurs à l’émeri écrivent des lettres anonymes à leurs patrons, (...)

6Les termes de ces lettres peuvent être respectueux et conciliants : « Les ouvriers boulangers du département de la Seine sont avec peine forcés de demander une augmentation de salaire »9. « Messieurs, depuis trop longtemps, il existe entre patrons et ouvriers, c’est-à-dire entre le Capital et le Travail une antipathie, une haine qui s’éternisent sans raison », disent pour entrer en matière les selliers de Paris10 ; et les tailleurs de conclure : « Soyez certain, Monsieur, que nous tâcherons de remplir notre devoir à l’avenir comme dans le passé »11. Mais parfois aussi le style est comminatoire : « La compagnie des cardeurs se déclare en grève. La compagnie réclame une journée fixe de 11 h de travail, à raison de 3,75 F... Monsieur, veuillez avoir l’obligation de voir si nous réclamons le droit, oui ou non »12. Après 1880 surtout, ce ton devient la dominante ; moins de révérence, plus de raideur ; on parle en égal, conscient de l’être ; on exige une réponse rapide13, la signature d’un engagement14. Même on brandit la menace15 quelques-uns risquent l’injure16. Et, brisant l’intimité du dialogue et de la « famille ouvrière », les travailleurs se tournent plus volontiers vers le public, le prenant à témoin : communiqués à la presse, affiches et tracts — catégories d’écrits en expansion — marquent cette attention croissante à l’opinon.

7Tout cela n’est d’ailleurs qu’un aspect d’une montée générale de la violence dont il nous faudra voir les racines historiques et sociologiques, et tenter d’apprécier le sens.

  • 17 On pourrait citer de nombreux exemples : en 1873, tisserands de coton de Saint- Jean-Labussière, t (...)

8Les lettres adressées aux autorités, notamment aux préfets, ont et garderont longtemps une autre tonalité. Plus confiantes, elles sont plus solennelles, usant volontiers du papier timbré, caution de l’acte officiel aux yeux des ouvriers qui en ont la révérence, presque la superstition17. Elles revêtent le caractère de pétitions, genre en régression toutefois, dans la mesure où la représentation syndicale se substitue au gouvernement direct. Enfin, ces textes s’allongent ; circonstanciés et descriptifs, ils évoquent les cahiers de doléances ; ils ont la saveur triste et douce que donne l’espoir d’être lu d’un regard bienveillant. Longtemps les ouvriers conserveront la foi dans les pouvoirs médiateurs du préfet.

PREDILECTION POUR LA PAROLE

  • 18 C’est ainsi à Castres en 1872, Arch. dép. Tarn, IV M2 65, s.-préf.-préf., 8 avril 1872 : « Je les (...)
  • 19 Arch. dép. Nord, M 635/46, pièce 16, rapport gendarmerie, 12 août 1876.
  • 20 Arch. nat., F 12 4667, mineurs de Saint-Eloy, 1890.

9Mais l’écrit, s’il se multiplie au cours des grèves longues, n’est pas la forme la plus fréquente ni la plus spontanée de la revendication initiale. Il faut souvent que le patronat, ou les autorités, suggèrent ou demandent un texte18. A la froideur de l’écrit, à ses lenteurs, à ses distances, à ses risques, l’ouvrier préfère ordinairement la familiarité de la parole, la brièveté du dialogue. Tantôt c’est un geste collectif où jaillit une clameur : « ... on a arrêté les machines et on s’est mis à crier : après huit heures, on ne travaillera pas »19. On se groupe, on va réclamer en masse, d’une seule voix, pour éviter toute représaille : « Nous avons remonté samedi un peu avant l’heure habituelle, nous avons attendu que nos camarades du poste de nuit soient arrivés, et tous ensemble nous sommes allés réclamer »20. Parfois même, les ouvriers choisissent l’éloquence d’un silence concerté : « Ce matin, à 6 heures, quand la cloche a sonné, les ouvriers teinturiers sont restés devant la porte sans entrer. Le patron leur ayant demandé ce qu’ils désiraient, ils ont répondu qu’ils voulaient comme partout la journée de 10 heures pour tout le monde. ». Tantôt les ouvriers désignent des porte-parole : l’aisance du verbe entre pour beaucoup dans le choix de ces délégués.

  • 21 Arch. préf. pol., BA 177, Grève des charretiers de la Compagnie Lesage. Les charretiers ont signé (...)
  • 22 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1871-1879, lettre du 19 septembre 1875.
  • 23 Arch. dép. Loire, 92 M 14.
  • 24 Arch. préf. pol., BA 186, pièce 30. Demiselle, considéré comme le principal meneur de la grève de (...)

10Ecrire, « prendre la plume », est un acte important, mais inhabituel, difficile. Avec quelles hésitations ont été rédigés ces textes gauches, maladroits, souvent raturés, mal orthographiés, quelle peine ils représentent ; dans les pétitions, bien des croix subsistent. On a recours encore à l’écrivain public : en 1875, à Paris, les charretiers lui font rédiger leurs prétentions21. La même année, les couverturiers de Cours, voulant écrire à Mac-Mahon, se confient à « l’expert en écriture »22 ; les tisserands de Roanne vont trouver un ex-rédacteur du Courrier de Roanne23. Dans les petites localités industrielles, ce rôle de scribe est joué par les boutiquiers : cordonniers, cabaretiers, coiffeurs, épiciers..., qui, grâce à leur instruction, jouissent d’un grand prestige. Les mineurs de Dorignies s’adressent au cordonnier Lefebvre ; ceux de Nœux au cabaretier Charles Demiselle, dit « Jules Simon »24 ; les cotonniers de Tarare au cafetier Serre ; à Bessèges, Jourdan, l’épicier, fait office d’écrivain public. Peu d’instituteurs encore ; en ces années d’installation de l’école Ferry, ils n’ont pas pris racine en milieu ouvrier ; je n’ai guère rencontré qu’un seul exemple de leur influence : à Anzin, Fauviau, ex-instituteur belge, qui aide Basly à rédiger ses discours, est expulsé durant la grève de 1884.

  • 25 Pour une étude d’ensemble, voir j.-c. Toutain, 1963, chap. iv : « Population et instruction », p. (...)
  • 26 F 17 12317-12323.
  • 27 P. 404.
  • 28 Annuaire du Nord, 1880. « L’enfant ne reste pas assez à l’école, il y vient de bonne heure, de tro (...)

11Ces inhibitions persistantes posent le problème du degré d’instruction de la classe ouvrière sur lequel, en fait, on ne sait rien de précis, les statistiques publiées (taux d’alphabétisme des conscrits depuis 1827) étant non sociales, mais géographiques, et géographiquement trop vastes : le département est une abstraction sociale25. Au niveau du canton, on pourrait parvenir à serrer de plus près la réalité, comme on l’a fait pareillement en sociologie électorale. La série F 17 des Archives nationales renferme des états cantonaux annuels des conscrits sachant lire26 ; certains de ces états ont du reste été publiés dans les Annuaires départementaux. C’est ainsi que l’Annuaire du Nord de 1874 donne la répartition par canton des illettrés des classes 1867-187127 ; cette statistique fait apparaître d’extrêmes différences, de 6,8 % à 37,1 %, les petites communes rurales ayant les taux les plus faibles, les cantons industriels les plus élevés. Alors que pour 1872, le pourcentage national de conscrits illettrés est de 21,49 %, les cantons de Tourcoing-Sud et Nord atteignent 27,7 et 30,3 %, ceux de Roubaix-Ouest et Est, 30,4 et 34,6 %. Dans les régions de grande industrie, l’apport marginal des salaires enfantins est si important que la scolarisation est plus difficile ; on peut estimer à plus de 36 000, soit au moins 15 %, le nombre d’enfants privés de toute instruction durant l’année scolaire 1880-1881 ; dès la première communion, c’est-à-dire dès l’âge de dix ans, les parents ont tendance à retirer leurs enfants de l’école28.

  • 29 Arch. nat., C 3020.
  • 30 Ibid.
  • 31 Arch. nat., C 3021, Gard.

12L’enquête parlementaire de 1872 donne quelques statistiques d’usines malheureusement trop rares. A l’usine de zinc de la Vieille-Montagne (Eure), 70 % des ouvriers savent lire et écrire, 7 % lire seulement, 23 % sont totalement illettrés29. A la filature Turgis à Oissel (Seine-Inférieure), 59 % des hommes ne savent pas écrire et 72 % des femmes30. Aux fonderies et forges de Bessèges, 57 % du personnel sait lire et écrire, 5 % lire seulement, 38 % ne sait ni lire ni écrire, avec de grosses variantes selon les professions31 :

13Régions et professions interfèrent pour dessiner dans la classe ouvrière une véritable mosaïque des niveaux d’instruction ; s’il y a diversité, c’est bien sous cet angle.

14Ajoutons que la génération ouvrière des années 1880 a été élevée sous l’Empire ; la génération façonnée par l’école Ferry n’entrera guère en scène avant 1895. C’est moins l’alphabétisation cependant, que cette école réalisera (elle était déjà nettement en progrès auparavant), qu’une uniformisation du contenu culturel, et une laïcisation. Quelles ont été ses conséquences sur le mouvement ouvrier ? L’ouvrier sorti de la communale a-t-il un autre type de comportement ? L’école a-t-elle contribué à changer son langage ? A-t-elle libéré ou aliéné son style ? L’influence de l’école sur le mouvement ouvrier reste à apprécier.

II. CONTENU DES REVENDICATIONS : VUE D’ENSEMBLE

15Cet examen est intéressant à un double point de vue. D’abord, il constitue une plongée dans la vie quotidienne des ateliers et des usines, d’ordinaire monotone et secrète, dissimulée derrière les tristes murs de brique, sombre clôture de l’univers industriel du siècle. C’est, d’autre part, la psychologie revendicative ouvrière qui nous est ici livrée, avec ses zones de sensibilité et d’apathie, ses aspirations, ses intolérances et ses silences, résignés, refoulés ou indifférents. Psychologie mouvante et changeante : les revendications, comme les besoins qui les engendrent, naissent, vivent et meurent, assouvies, ou dépassées ; d’autres apparaissent ; leurs trajectoires éclairent la situation réelle et relative des ouvriers dans la société, elles dessinent l’histoire du désir.

16Du moins du désir manifesté. Et c’est, sans doute, une première et grave restriction. N’ayons pas la naïveté de croire tout ce qui nous est dit, ni que tout nous est dit. Souvent, le plus important est celé, ou n’affleure pas encore au champ de la conscience claire et de l’exprimable. Il faudrait d’autres techniques d’analyse pour sonder les profondeurs.

17La seconde restriction tient à la nature même de la grève. Elle n’est qu’un des moyens — le plus usité, le plus massif, le plus « vulgaire » (et nous recherchons la « vulgarité »...) — de la revendication ; elle ne peut donc donner de celle-ci qu’une vue partielle ; tournée exclusivement vers le seul interlocuteur parronal, elle se meut dans les limites de l’entreprise, d’où son caractère immédiat, parfois sommaire.

18Regrettons de n’aborder cette étude qu’avec les moyens classiques de l’histoire « positive ». Tentons, du moins, d’en tirer quelques clartés. Et, avant d’entrer dans le détail des revendications, il nous faut en prendre une vue globale, discerner les priorités, les lignes de force et nous interroger sur leur signification.

Dénombrement des principales revendications dans les grèves à revendication unique {1 997 grèves}

Dénombrement des principales revendications dans les grèves à revendication unique {1 997 grèves}
  • * La totalité des revendications ou des griefs formulés dans les grèves a été dénombrée : d’où un no (...)

Dénombrement des revendications*

Dénombrement des revendications*

15. La revendication gréviste :
A. Fréquence du thème de la durée du travail
B. Contenu revendicatif des grèves pour 100 grèves totales

194 560 revendications ont été dénombrées mais elles se réduisent à un nombre relativement restreint de catégories (57) ; encore celles-ci sont-elles de très inégale importance comme le montre le tableau ci-dessus ; sept d’entre elles seulement dépassent la centaine. La revendication ouvrière s’organise autour d’un très petit nombre de thèmes, sur lesquels règne en maître le salaire, et notamment son taux qui représente à lui seul 48 % des revendications émises. S’il n’y en a qu’une, c’est celle-là : dans les grèves à revendication unique, sa part monte à 74 %. Faire hausser le salaire chaque fois qu’on le peut, le défendre ensuite s’il est menacé, voilà l’alpha et l’oméga de l’action ouvrière, le pôle de la coalition. Cet aspect salarial de la grève française est un signe de relations sociales peu évoluées, dominées par le laissez-faire individualiste, par l’équation revenu = salaire. Le fait n’est d’ailleurs nullement périmé, et son originalité apparaît dans une comparaison avec les grèves anglo-saxonnes contemporaines : celles-ci sont moins étroitement polarisées parce que les conventions collectives, instaurées plus tôt, ont permis à la grève de se diversifier dans ses objectifs.

20La réclamation d’une journée de travail plus courte (409 cas, soit 8,7 %) vient au second rang ; elle est présente dans 13 % des grèves. Mais elle est rarement isolée (3 % seulement des revendications dans les grèves à revendication unique) ; presque toujours associées à des demandes d’augmentation de salaire, ou des heures supplémentaires, elle n’est souvent qu’un moyen indirect de servir l’objectif majeur. Le problème du loisir, voire du repos, est encore secondaire. Ce n’est pas cela d’abord que cherche le travailleur, mais à gagner davantage. Néanmoins, l’importance de cette revendication ne saurait être sous-estimée : les moyennes sont ici trompeuses. Elle a d’autre part un caractère cyclique marqué : liée de toute évidence à la prospérité, elle apparaît dans plus de 20 % des grèves en 1871, 1876, 1880-1882, années heureuses, s’effondre durant la crise. En même temps, elle semble obéir à une tendance de longue durée : elle est nettement plus importante dans la première que dans la seconde décade. Un palier a été atteint : celui des dix heures, vieux d’un demi-siècle, depuis les années 40 où le bâtiment parisien en avait fait son mot d’ordre. Une certaine satisfaction provisoire est réalisée, jusqu’à ce que prenne vraiment corps le nouveau palier : celui des huit heures, proposé par l’avant- garde socialiste et syndicale.

  • 32 Ces conflits ont eu lieu : dans les Ardennes (3 fois, en 1874, 1875, 1890), à Graulhet (Tarn) en 1 (...)

21Les questions de discipline industrielle : relations avec les cadres, règlements, amendes, renvois d’ouvriers..., forment un groupe assez important de griefs (12 %). 149 grèves ont eu pour centre un conflit avec ingénieurs, contremaîtres, etc. Loin de s’atténuer, ces heurts ont plutôt tendance à croître tout au cours de la période. Signe d’une montée de la lutte des classes ? ou simplement effet de la crise, porteuse de tension, de rationalisation, de rigueur accrue ? Le sommet est atteint en 1886-1887, années fort dépressives. D’un autre point de vue, on peut estimer que ces chiffres pèsent peu dans la masse. La plainte contre les « bagnes industriels »est pourtant litanique dans la presse ouvrière ; mais s’il se plaint, l’ouvrier ne se révolte plus ; peu à peu, il se plie aux horaires, aux rythmes, aux exigences de la vie industrielle, il s’accommode. La machine elle-même ne suscite plus de haine ; huit grèves contre elles, quantité négligeable ; encore sont-elles de faible ampleur, marginales dans leur implantation, et sans consistance32. C’est un prolétariat en voie d’adaptation que nous livre le tableau de ses revendications.

  • 33 Ces grèves contre les étrangers ont été incluses dans l’étude plus générale des mouvements xénopho (...)

22Les problèmes de main-d’œuvre et de rendement reviennent 215 fois. Il s’agit surtout de mouvements protestataires contre l’accroissement de la productivité (dans le textile, après l’émeute de Roubaix, en 1867, la conduite de deux métiers se généralise dans toute la France) et la concurrence des ouvriers étrangers33.

23Il est, enfin, au tableau, des absences remarquables : 1,6 % seulement des revendications ont trait à la sécurité du travail et à la sécurité sociale. La plupart proviennent des mineurs, les seuls qui aient, à cette époque, ébauché un programme que les dangers de leur métier rendaient indispensables. Que signifie cette carence ? Elle implique d’abord une certaine défiance vis-à-vis du patronat dont l’action en ce domaine était souvent autoritaire et arbitraire ; les ouvriers ne cherchent pas à organiser l’assurance dans le cadre de l’usine, mais ils préfèrent avoir recours à des mutualités privées. Un certain nombre de grèves (34) ont d’ailleurs pour objet la suppression des retenues faites par le patron pour assurances. C’est dans le cadre de l’Etat que sont envisagées des solutions ; la question des caisses de retraites et d’assurances revient assez fréquemment dans les premiers congrès ouvriers. Le silence sur la sécurité du travail et l’hygiène des ateliers est plus surprenant lorsqu’on sait ce qu’étaient les usines lugubres, malsaines, fétides, alternativement brûlantes et glacées, aussi mal pourvues de lieux d’aisance que les logements ouvriers ; les patrons étaient très réticents à l’installation de cabinets, sous prétexte que les ouvriers les transformaient en fumoirs et parloirs. Mais cette laideur, cet inconfort, les ouvriers les retrouvaient partout, dans leur logis, dans leur quartier ; ils submergeaient leur vie ; sans doute finissaient-ils par leur paraître « naturels ».

24Cependant, l’étude des thèmes dominants ne doit pas masquer des revendications minoritaires, marginales, mais peut-être destinées à devenir importantes demain. Quantifier, c’est forcément valoriser le banal. Par exemple, l’apparition, après 1880, des grèves de défense syndicale annonce des temps nouveaux, où l’on ne se bat plus seulement pour le salaire, mais pour l’organisation, pour la dignité ouvrières.

25C’est pourquoi on ne peut se contenter d’une vue statique des structures revendicatives. En vingt ans des changements se sont produits, les uns de longue durée (développement des conflits syndicaux, et inversement régression de la demande des dix heures), les autres, cycliques ; certaines revendications sont étroitement liées à la prospérité, d’autres à la crise. Dans l’ensemble, la grève s’est diversifiée dans ses objectifs. Modérément. Le salaire y conserve toute sa royauté.

1. REVENDICATIONS CONCERNANT LE SALAIRE

26Gagner davantage est la première préoccupation des ouvriers ; c’est d’abord l’augmentation et la défense de la rémunération qui les mobilisent, priorité des priorités que Simiand avait bien mise en évidence. Le salaire : par-delà toutes les diversités, voilà le grand creuset de l’unité ouvrière. D’autre part, les travailleurs s’efforcent d’obtenir une définition claire et simple, incontestable du salaire, à l’abri de tout arbitraire. Ils cherchent à obtenir des garanties, à transformer les engagements patronaux en véritables contrats ; enfin, ils revendiquent d’être payés régulièrement et à un rythme assez rapproché.

A. Le taux du salaire

27Sa royauté s’explique de bien des manières. Dans une société où les prestations sociales, le sursalaire familial, n’existent pas, le salaire constitue la quasi- totalité, il est le revenu ouvrier. L’accroissement du gain est donc la manière efficace, directe (la seule) d’améliorer le niveau de vie. En second lieu l’absolu libéralisme des mœurs françaises en matière de rémunération, l’inexistence de toute procédure régulière de révision des tarifs fait que, la plupart du temps, l’action ouvrière est l’unique moyen de remise en ordre des salaires. Les ouvriers s’efforcent d’ailleurs, nous le verrons, de faire adopter d’autres procédés. Les séries de prix du bâtiment de la ville de Paris, les conventions d’Arras, sont de premières ébauches de conventions collectives ; mais elles demeurent marginales, minoritaires, contestées, et souvent purement indicatives. La pression ouvrière, non canalisée, aboutit donc à la grève plus fréquemment qu’en des pays où la contestation est institutionnalisée.

  • 34 On a vu la place de l’argument « cherté » : cf. p. 125. Sur la place de la famille dans la revendi (...)
  • 35 Le Cri du Peuple, 22 mai 1885, appel des ouvriers tailleurs de Paris.
  • 36 Le Temps, 3 novembre 1871, lettre des charpentiers de Roubaix qui arguent de la longueur de l’appr (...)
  • 37 A. Tiano, 1958, p. 322.
  • 38 Aux Etats-Unis, les études de Seltzer ont montré le rôle de grandes sociétés comme l’U.S. Steel Co (...)

28Les arguments mis en avant par les ouvriers pour obtenir de l’augmentation sont de trois types : insuffisance absolue ou relative du gain pour vivre, et notamment pour faire vivre la famille34, pour assurer les « besoins », ce mot désignant parfois toute la classe ouvrière : « Voilà bientôt quatre semaines que les besoins sont aux prises avec le Capital »35. Seconde série de raisons : la valeur du travail : ses dangers, son caractère pénible, ses difficultés, la longueur de l’apprentissage36 ; enfin, et c’est le point qui nous retiendra ici, l’exemple de ce qui se fait ailleurs, ce que les économistes appellent « l’effet d’imitation » « La détermination du salaire dans une entreprise ne constitue pas un fait isolé ; c’est une opération qui est influencée par les événements de même ordre qui se déroulent dans d’autres entreprises. La liaison entre le taux du salaire d’une entreprise et celui d’une autre entreprise fait apparaître des réseaux d’imitation »37. Ces réseaux ont des centres : certaines entreprises, plus importantes, ou plus combatives, jouent un rôle de baromètre, de pilote, exemples pour les patrons, véritables points de mire pour les travailleurs d’une localité, d’une région, ou d’une profession38 ; ces centres ont eux-mêmes des relais, des satellites. Ces faits, que les économistes ont mis en évidence pour le temps présent, nous les constatons pour le passé.

  • 39 Arch. dép. Nord, M 625/46, pièce 4, rapport gendarmerie, 3 novembre 1876 : les tisseurs de Carlier (...)
  • 40 En 1886, les ouvriers d’un établissement Seydoux à Bousies revendiquent le tarif appliqué au Catea (...)

29Sans doute, les réseaux d’imitation sont-ils alors infiniment plus empiriques et flous que de nos jours ; l’absence d’information écrite et organisée sur les salaires en limite fort le rayon géographique. Celui-ci est parfois réduit à des relations de voisinage. Dans le textile, c’est au sein de la localité que s’établissent les comparaisons : Rogelet, Holden à Reims, Dulac à Armentières, de bien plus obscurs encore39 sont les modèles qu’on épie ; on surveille une fabrique voisine dépendant du même patron, comme des enfants jaloux de la faveur paternelle40 ; ou bien telle localité-marché forme le centre de la toile : les lainiers observent Reims, les liniers, Armentières ; en 1889, ils font grève pour obtenir son tarif ; les cotonniers de la Loire se réfèrent à Roanne ou à Thizy ; il y a, de même, un « rayon » de Condé-sur-Noireau, de Voiron, de Cholet. Notons que la surveillance est à double sens : très souvent, les « métropoles » s’efforcent de stimuler l’esprit revendicatif dans leurs satellites, sachant quelle concurrence la main-d’œuvre à bon marché des petites bourgades rurales peut constituer pour elles. Ainsi, Lyon se défend-elle désespérément contre la dissémination des métiers dans les campagnes environnantes. Cholet, en 1887 et 1888, tente de diffuser la grève jusque dans les villages rétifs de la Vendée. Centrifuge ou centripète, une force tend à uniformiser les tarifs au niveau le plus élevé.

  • 41 Le Radical, 9 mai 1872.
  • 42 Arch. dép. Tarn, IV M2 65, préf.-min., 23 mars 1872.
  • 43 Arch. dép. Seine-et-Oise, IV M 11/1.
  • 44 Le Temps, 3 novembre 1871 : ils demandent 50 c de l’heure, « considérant que le prix de l’heure es (...)
  • 45 Le Rappel, 31 juillet 1878.
  • 46 Le Prolétariat, 28 juin 1890.
  • 47 Arch. dép. Bouches-du-Rhône, M 6 2020 ; Arch. dép. Alpes-Maritimes, V M (1) ; Arch. nat., F 12 465 (...)

30Avec le bâtiment, l’horizon s’élargit à la mesure d’une mobilité professionnelle plus forte. Le compagnonnage a légué ici les vieilles habitudes comparatistes du Tour de France. A la veillée, dans les chambrées, chez les Mères, les compagnons causent ; les comparaisons se font de ville à ville ; pourtant, elles ne dépassent guère le cadre de la région. Les menuisiers de Louviers demandent le tarif d’Elbeuf41 ; les charpentiers de Castres veulent le paiement à l’heure « selon l’usage pratiqué à Toulouse et dans d’autres villes du Midi, et d’après le tarif établi dans ces villes »42 ; les couvreurs de Versailles invoquent le tarif de Paris43 ainsi que les charpentiers de Roubaix44 ; ceux du Havre veulent, comme dans la capitale, la paie par quinzaine45 ; leurs collègues de Toulon se réfèrent à Cannes, Nice et Marseille46. Les boulangers, façonnés aussi au creuset compagnonnique, usent de semblables procédés. En 1881, ceux de Marseille ayant, à l’issue d’une grève, réussi à porter la fournée à 3 F, toute une série de coalitions surgissent dans différentes villes des Bouches-du-Rhône et des Alpes-Maritimes, à Aix, Grasse, Cannes, Toulon ; en 1889, l’enchaînement est analogue, et le mouvement touche cette fois, en outre, le Var, les Basses- Alpes et le Vaucluse47.

  • 48 Arch. dép. Loire, 92 M 17, 1881.

31Parfois, les ouvriers parviennent à « accrocher »leur salaire à celui d’une ville plus importante qui paie mieux : ainsi, en 1876 « les patrons menuisiers de Saint-Etienne ont signé un traité où ils s’engagent à payer selon le tarif de Lyon »; en 1881, ce dernier ayant haussé, les ouvriers de Saint-Etienne rappellent à leurs maîtres leurs promesses48. Tandis qu’à leur tour, les travailleurs de Clermont-Ferrand demandent qu’on les règle comme à Saint-Etienne.

  • 49 Arch. dép. Isère, 166 M 2, Grève de 1883 dans huit fabriques. Le principal argument des ouvriers e (...)
  • 50 Arch. nat., C 3021, Gard.
  • 51 Arch. dép. Nord, M 627/2.
  • 52 Arch. dép. Gironde, M 1188, pièce 238, pétition des ouvriers au préfet, juillet 1885.
  • 53 Arch. préf. pol., BA 175 : en 1887, grèves à Paris, Rennes et Bourges ; en 1889, à Paris, Toulouse (...)

32Certaines professions élargissent le champ comparatif. Métallurgistes, ouvriers du cuir, verriers, moins liés à une province qu’à un métier, se réfèrent davantage à des sites professionnels qu’à des villes voisines. Les mégissiers de Grenoble regardent vers la puissante maison Tréfousse de Chaumont, haut lieu de la peausserie49. Les métallurgistes de Bessèges citent Le Creusot50. La chambre syndicale des mouleurs mécaniciens de Lille en 1880 « prend pour base les grands centres métallurgistes de France : Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux, Saint-Quentin et même la Belgique »51. Les carrossiers de Bordeaux arguent du fait qu’ « à Paris, Lyon, Marseille, Toulouse, Nantes, Toulon... leurs collègues ne travaillent que 10 heures par jour tout en gagnant un salaire supérieur à ceux payés à Bordeaux où la vie est peut-être plus coûteuse »; ils s’en disent informés par « la chambre syndicale..., les ateliers..., les correspondances ou la publicité »52. La concentration industrielle en réduisant les modèles de référence, favorise le resserrement des réseaux d’imitation : les commandes du ministère de la Guerre en équipement militaire sont adjugées à quelques grosses maisons : Godillot, Helbronner, Herrenschmidt..., dont le siège central est à Paris, mais qui s’efforcent de réduire leurs frais en faisant travailler dans leurs succursales de province ; en retour, les selliers parisiens s’entendent avec ceux de Rennes, Bordeaux, Bourges, etc., pour unifier les prix de façon53.

  • 54 Arch. nat., F 12 4656, Grève de 1886.
  • 55 Arch. nat., F 12 4663, Statuts de la Fédération typographique, 1881.

33La notion de salaire professionnel horizontalement uniforme gagne du terrain. L’action syndicale est un puissant facteur d’harmonisation des rémunérations ; la presse corporative, les congrès (comme par ailleurs les expositions) favorisent les contacts et les rapprochements. Lorsque les tisseurs de Saint-Quentin souhaitent que « tous les tisseurs de France imposent le même tarif à leurs patrons »54, il s’agit en l’occurrence d’un vœu pieux. Mais certaines fédérations bien organisées se fixent pour but cette unification : l’article 3 des statuts de la Fédération typographique préconise « un tarif à peu près uniforme pour toute la France afin d’éviter l’émigration du travail d’une ville à une autre, émigration produite par les énormes différences de tarifs existants »55 ; la puissante Société chapelière poursuit des objectifs similaires.

  • 56 Le Temps, 16 novembre 1871.
  • 57 Le Rappel, 31 juillet 1878.
  • 58 L’Intransigeant, 24 décembre 1881.

34On sait combien l’hostilité aux zones de salaire est fondamentale pour le syndicalisme d’aujourd’hui. A cette époque, cependant, il s’en faut que ce soit aussi net. Bien des obscurités, des timidités subsistent dans cette voie. Il semble qu’il y ait une relative acceptation des frontières intérieures. Les mécaniciens de Roubaix (1871) après avoir souligné qu’en leur ville « où la vie matérielle est plus chère qu’à Paris, les ouvriers mécaniciens devraient gagner au moins autant », reculent devant tant d’audace : «ils ne poussent pas cependant leur demande jusque-là »56. Les charpentiers du Havre, en 1878, revendiquent 60 c l’heure au lieu de 50 ; tout en faisant remarquer qu’à Paris, on paie 70, ils n’osent demander ce prix57. En 1881, la Fédération du bâtiment émet le vœu que le salaire soit chaque année établi « d’après les prix des loyers et des vivres de la localité »58. Au sein d’une tendance fondamentale à l’uniformité, des ambiguïtés subsistent. Encore mobiles, les ouvriers vont vers les hauts salaires ; dans la mesure où ils se fixeront, ils exigeront que ceux-ci viennent à eux.

35Les réseaux d’imitation conservent donc une forte structure régionale. Leur connaissance nous éclairerait non seulement sur les modalités de l’action ouvrière, mais sur celles du comportement patronal, sur la diffusion des changements en matière de salaire et de conditions de travail. Les modifications se produisent d’abord en des points stratégiques qui sont comme des centres de décision ; ils font ensuite tache d’huile, de proche en proche sous la pression ouvrière, réelle ou supposée ; car les augmentations de salaire ne sont qu’apparemment spontanées, le calcul ou la crainte les inspirent généralement. C’est pourquoi l’efficacité de la grève ne peut se juger à ses seuls effets immédiats ; ceux-ci peuvent se trouver démultipliés. Le syndicalisme moderne tirera de ces constatations toute une stratégie des secteurs clefs. Vers 1880, on en soupçonne parfois l’importance, sans pouvoir, faute de connaissances précises, en tirer un canevas. Par une nécessité, parfois érigée en choix, l’action demeure empirique et imprévue.

36La proportion des hausses demandées nous est très imparfaitement connue : tantôt nos sources ne comportent aucune mention à ce sujet, tantôt elles omettent de signaler le salaire de départ. La densité des renseignements dépend des régions : assez bonne à Paris et à Lyon, elle est beaucoup plus lacunaire ailleurs ; et dans les professions où règne le salaire aux pièces, l’interprétation est toujours très délicate : dans le textile, on voit mal ce que représente une augmentation de 1 c au mètre ; la difficulté n’existe pas seulement pour l’observateur, elle était réelle aussi pour le travailleur qui ne savait jamais combien il allait gagner ; d’où la revendication du salaire au temps.

  • 59 F 12 4667.

37Il arrive que les coalisés ne fixent pas le niveau de leurs désirs. Tels filateurs de lin lillois, en 1890, revendiquent une augmentation « sans faire connaître combien »59. Les tisseurs du Cateau vont au bureau du patron « lui demander une augmentation sans citer de prix ». Ce comportement est surtout celui du textile, des mineurs parfois ; il est aux antipodes de la précision du bâtiment. La frontière est ici entre professions aux temps et aux pièces.

  • 60 Proust, Recherche..., éd. La Pléiade, t. I, p. 486 : « Françoise, économe, comptait par sous, non (...)

38Mais de façon générale, les ouvriers sont plus précis. Ils s’expriment peu en pourcentages, trop abstraits, plus volontiers en chiffres absolus : on veut 5, 10, 15 c en sus de l’heure, 50 c, 1 F de plus par jour. Notez l’usage du système monétaire moderne : plus paysanne, « Françoise comptait par sous »60. Notez aussi la modération des revendications : on demande rarement moins de 10 %, mais rarement plus de 30 %, comme le montre le tableau suivant, établi pour les grèves parisiennes :

  • 61 J.J. Silvestre, 1966.

39Tantôt les ouvriers se préoccupent de sauvegarder la hiérarchie des salaires : ainsi dans les usines à gaz, les chauffeurs demandent presque toujours des augmentations plus fortes pour eux que pour les manœuvres. Mais, plus fréquemment, on requiert une somme uniforme pour toutes les catégories, ce qui a pour effet de les rapprocher. Les ouvriers s’efforcent en effet de lutter contre les clivages verticaux au sein d’un même emploi. D’un autre côté, on constate que les hausses demandées par les professions les mieux rémunérées sont proportionnellement moins fortes que celles qui émanent des échelons inférieurs. C’est très net à Paris : ceux qui gagnent 7 F et plus sollicitent 10 % à peine tandis que ceux qui gagnent 4 et 5 F veulent de 10 à 30 % d’augmentation. La plupart des auteurs (Chevallier, Levasseur...) constatent à cette époque une tendance plus prononcée à l’augmentation des bas salaires. Si le fait est exact (et il y faudrait de plus longues études) on peut peut-être l’expliquer par l’entrée en scène des couches ouvrières les moins favorisées. Mais « le comportement cyclique des hausses de salaire », récemment mis en lumière61, pèse sans doute aussi : dans une première phase, on enregistre de fortes hausses dans les secteurs de pointe, dans une seconde, un mouvement de rattrapage dans les autres secteurs et un ralentissement du rythme dans les premiers. Or, nous sommes dans la seconde phase d’un mouvement commencé à la fin du Second Empire.

40Ces quelques indications, que nos sources rendent trop fragmentaires, ne prétendent en rien résoudre la question si importante de l’ouverture de l’éventail des salaires. Elles montrent en tout cas que le comportement salarial des ouvriers a ses motivations et, déjà, encore obscure et peu explicite, sa stratégie.

B. Lutte contre l’arbitraire dans la détermination du salaire

  • 62 L’ouvrage de D. Schloss, 1902, concerne essentiellement l’Angleterre. Mais les commentaires et not (...)
  • 63 B. Mottez, 1966 ; importante bibliographie. Voir aussi du même auteur, 1967.
  • 64 Arch. nat., F 12 4653, préf. Aisne-min. Com., 22 avril 1874 : « A dater de la mise en vigueur du n (...)
  • 65 Rapport des mécaniciens de Paris à l’Exposition ouvrière de Vienne, 1873, Journal officiel du 18 n (...)
  • 66 Il existe une abondante et redondante littérature sur la justice, la moralité du salaire aux pièce (...)
  • 67 L’Union Républicaine, 14 octobre 1881. Dans une réunion de grève des tourneurs décolteurs, le cito (...)
  • 68 La Tribune des Travailleurs, 25 février 1877, lettre de la chambre syndicale des menuisiers en bât (...)
  • 69 Office du travail, Salaire et durée du travail..., t. I, p. 515.

41Grâce aux travaux anciens de Schloss et de Rist62, à la thèse récente de B. Mottez63, attitudes ouvrières et politique patronale en matière de rémunération sont bien connues ; on s’y arrêtera peu. Le 19e siècle est un affrontement continuel entre les tendances opposées du patronat et du salariat ; le premier cherche à lier la rémunération à la production, d’où sa prédilection pour des systèmes comme le marchandage, le salaire à la tâche, le salaire aux pièces ; à des titres divers, ces systèmes évitent ou restreignent la nécessité dispendieuse de la surveillance, ils stimulent les rendements64, l’ingéniosité65, ils sont « économiques »; les patrons les disent justes et libérateurs66. Au contraire, les ouvriers critiquent ces méthodes comme génératrices de surmenage, de baisse des salaires67, de contestations sans fin, d’incertitude budgétaire68, de concurrence ruineuse entre les travailleurs, de chômage, d’à-coups dans la production. Contre elles, ils usent du freinage qui, sans être encore une tactique élaborée et généralisée, est signalé à maintes reprises, notamment dans les ateliers parisiens. Selon l’enquête de l’Office du travail, « l’ouvrier, dans certaines industries où il a obtenu la libre disposition de son temps, essaie de se rendre compte à l’avance du ralentissement des commandes ; et alors, chômant au besoin plusieurs jours de la semaine, il travaille moins vite et moins longtemps, force les camarades à faire de même, de manière à éviter, dans une certaine mesure, le renvoi faute de travail »69. Mais le freinage suppose un corps sans faille, une constante vigilance. C’est le système lui-même qu’il faut changer. Tout l’effort ouvrier vise à obtenir une définition claire, simple, homogène et sans ambiguïté de l’unité de travail.

42L’idéal constamment poursuivi est le paiement au temps. Non plus tellement à la journée, ce vieux temps de l’artisan, extensible, élastique, fluide comme la lumière, allongé ou réduit suivant les saisons, ce temps du soleil, nonchalant et rêveur, qui a maintenu dans nos villes des rythmes paysans ; non pas encore au mois, ce temps tertiaire, fonctionnaire, incolore, indifférent à l’effort humain. Il n’y a pas à cette époque de revendication ouvrière d’un salaire mensuel ; seules les industries d’Etat pratiquent ce mode de rémunération ; ailleurs il est l’apanage des cadres, des employés, des contremaîtres ; il marque une frontière que l’ouvrier ne cherche pas, alors, à franchir, soit qu’il répugne à se modeler ouvertement sur les appointés en paletots, soit que les traitements fixes lui rappellent fâcheusement les gages domestiques (traitement dont le lift de Balbec tire au contraire honneur et considération), soit, plutôt, que le mois lui apparaisse, au ciel de la paie, comme une éternité. Le temps du travail ouvrier est spécifié, limité, découpé au chalumeau comme un noyau dur, standardisé ; c’est un temps métallique et sans poésie. Ce que l’ouvrier revendique, de plus en plus, c’est le salaire horaire.

  • 70 .Arch. préf. pol., BA 172, pièce 388, 5 décembre 1885.
  • 71 Ibid., p. 384.
  • 72 Arch. dép. Gironde, M 1189, pièce 68, rapport de police du 18 novembre 1887 : « M. Bacon, ingénieu (...)
  • 73 Arch. dép. Loire, 92 M 21, pièce 114, rapport de l’ingénieur de mines, 19 septembre 1883 : « Il ar (...)

43Ce que nous saisissons n’est donc qu’un moment d’une lutte séculaire, tendu par la crise qui aiguillonne le patronat dans la recherche d’un mode de rémunération plus efficace. 25 grèves ont pour origine l’introduction du salaire aux pièces ; elles se situent pour la plupart en mauvaise conjoncture, et dans le cadre de grandes entreprises. En général, la direction part du constat d’une production insuffisante : le salaire aux pièces est établi de telle sorte que pour gagner autant, les ouvriers doivent produire davantage. Ainsi à la raffinerie parisienne de Saint-Ouen : « De l’aveu même de l’administrateur, si les ouvriers ne produisaient pas plus en travaillant aux pièces qu’à la journée, leurs salaires seraient réduits de 20 % au moins »70. Le résultat du changement devrait « permettre d’augmenter considérablement la production tout en diminuant le prix de revient : les industriels y trouveraient un accroissement de bénéfice et les ouvriers une augmentation de salaire »71. Ici, les industriels prennent prétexte d’une modification de l’outillage. Ailleurs, ils mettent en concurrence deux équipes payées selon les deux systèmes72. Le désir d’activer la production s’estompe parfois derrière celui de « faire des économies » pures et simples : dans les usines métallurgiques de Lhorme et de Saint-Chamond (Loire), en 1883, les compagnies suppriment le salaire minimum garanti aux mouleurs, alors que ce travail délicat, non mécanisé, est peu susceptible d’une rétribution aux pièces73. Le salaire aux pièces, d’abord épice stimulante, est ravalé au rang sordide d’artifice comptable.

  • 74 Notons l’extrême rareté de l’attitude inverse. De 1871 à 1890, quatre grèves seulement ont eu pour (...)
  • 75 Arch. dép. Nord, M 626/10, pièce 43, préf.-min., 24 octobre 1880.

44Tout en résistant à l’introduction du travail aux pièces74, les ouvriers poursuivent contre lui leur action offensive : 48 grèves en ce sens ; entre 1881 et 1884, celles des mouleurs de Paris, Lyon, Villefranche, Agen, Cambrai, qui veulent un salaire déterminé pour 10 heures ; celles des mineurs surtout qui revendiquent l’abandon des systèmes compliqués présidant à l’établissement de leur salaire. Ceux-ci combinent les inconvénients du marchandage et de la tâche. Divers éléments entrent en ligne de compte : quantité de charbon abattu, mais aussi sa qualité (des retenues sont faites lorsqu’il y a des pierres), difficulté du terrain, etc. Si bien que le mineur ne sait jamais combien il va toucher. A Denain, en 1880, « un bon ouvrier dit que dans la quinzaine dernière, il avait gagné moins de 3,50 par jour alors qu’il aurait dû gagner 4,30 ou 4,50 »75. Des paies décevantes, incompréhensibles, sont à l’origine de bien des grèves : ainsi à Decazeville, en 1886... D’où la réclamation d’un salaire journalier, fixe et uniforme par catégorie formulée dans 10 % des grèves de mineurs.

  • 76 Arch. dép. Tarn, IV M2 65.
  • 77 Arch. dép. Nord, M 619/6, diverses pièces.
  • 78 En 1888, 2 500 tisseurs du secteur de Thizy et Bourg-de-Thizy soutiennent une grève de 57 jours (2 (...)

45Mais la journée est encore un moule trop vague, susceptible de dangereuses extensions. C’est pourquoi de nombreuses professions revendiquent une rémunération horaire, plus précise, et qui permet d’introduire la notion si importante d’heure supplémentaire. Ainsi, dans le bâtiment, où se poursuit une transformation déjà très avancée, plusieurs grèves de maçons, de menuisiers, de charpentiers (à Castres, en 1872, on invoque « l’usage pratiqué à Toulouse et dans d’autres villes du Midi »76), se donnent cet objectif et l’atteignent. Par contre, de telles revendications sont infiniment rares dans le textile ; le seul mouvement important, celui des retordeurs de coton de Lille en 1882, qui, bien dirigé par une chambre syndicale, prétend obtenir le salaire à l’heure, se heurte à une très forte résistance du patronat ; celui-ci constitue à cette occasion un « Comité Cotonnier » et oppose le lock-out aux grèves tournantes, tant l’enjeu est d’importance ; le mouvement échoue finalement77. Dans l’ensemble, le textile se résigne aux salaires aux pièces qui est son lot ; il se contente de lutter pour le paiement au mètre, non à la coupe et l’usage du rouleau métrique, qui substitue ses rigueurs à l’arbitraire de pièces sans cesse allongées ; cette revendication est au cœur de très importantes coalitions dans le rayon de Roanne et de Thizy, en 1888 et 188978.

46Comment situer ces efforts ? A quel stade est-on parvenu dans l’histoire de la rémunération ? L’enquête de l’Office du travail (Salaires et durée du travail) fournit une coupe précise : dans l’industrie privée, la situation est la suivante (vers 1893) :

47Il y a de grosses différences selon les professions. Les plus fortes proportions d’ouvriers payés à la production se rencontrent dans les mines métalliques, les carrières, le travail des étoffes, la taille des pierres : elles y dépassent 50 %. Au contraire, le salaire au temps prévaut dans les mines de houille, l’industrie chimique, la métallurgie et surtout le bâtiment (plus de 90 %). Le salaire aux pièces est par excellence le salaire féminin : à Paris, 70 % des femmes et seulement 30 % des hommes sont payés de cette manière.

  • 79 « Le travail à la journée disparaît de plus en plus, et c’est le travail à l’heure qui le remplace (...)
  • 80 B. Mottez, 1966, p. 117.
  • 81 On signale quelques grèves défensives contre la suppression de primes de bonne fabrication : en 18 (...)
  • 82 Voici un exemple de telle prime chez Poron, importante bonneterie de Troyes : « Tout ouvrier... a (...)
  • 83 L’enquête Salaires et durée de travail... n’en parle même pas ; c’est dire qu’en 1892-1893, date d (...)
  • 84 Arch. dép. Nord, M 625/58, et Arch. nat., F 12 4665 : en mars 1889, les ouvriers du tissage mécani (...)
  • 85 Le Cri du Peuple, 25 octobre 1887 : chez Brémond, tisseur de coton à Cholet, on donne « un supplém (...)

48Quant au sens de l’évolution, il est sinueux et complexe ! Sous l’Ancien Régime, et au début du 19e siècle, tous les ouvriers étaient des « journaliers ». Le salaire à la journée n’a cessé de reculer79 sous la double pression des travailleurs, dont on a vu les raisons, et du patronat. Le salaire aux pièces n’est pas résiduel, mais plutôt en expansion. Expansion pénible du reste, limitée par l’opposition ouvrière. Selon Mottez, qui cite de nombreux auteurs, il y a dans les années 90 une véritable crise du salaire aux pièces80. Le patronat doit recourir à des systèmes plus subtils, plus réellement stimulants, comme l’attribution de primes à la production. Non sans répugnance, et comme à regret. Nos documents signalent surtout des primes de bonne fabrication81, ou encore d’assiduité, d’exactitude, qui remémorent les débuts de l’industrialisation, les difficultés d’adaptation de la main-d’œuvre à la vie usinière82. Les primes à la production, il en existe, certes, principalement dans les tissages, mais elles n’ont ni généralité, ni fixité83. Aléatoires, marginales, elles demeurent entachées d’un caractère contraignant, disciplinaire, qui leur ôte tout attrait : dans tel tissage du Nord, les primes octroyées aux ouvriers qui dépassent la norme adoptée sont accouplées à des amendes pour ceux — la majorité — qui ne l’atteignent pas84. Les seuils fixés sont toujours si élevés85, et sans cesse reculés, les conditions à remplir si compliquées, que la masse ne peut y prétendre : les primes à la production apparaissent donc, telle l’insaisissable carotte, comme un attrape-nigaud qui ne profite qu’au capital. Aussi les ouvriers y sont-ils généralement hostiles : ils revendiquent la suppression des primes et leur incorporation à un salaire fixe. Le patronat n’a pas à cette époque une véritable politique de productivité. La production lui importe moins que l’économie, et il ne lie pas la seconde à la première. Attitude malthusienne, aux antipodes de l’audacieux optimisme taylorien. Le patronat s’apparente moins à l’entrepreneur soucieux de rentabilité qu’à ces maîtresses de maison acariâtres, au budget serré, qui rognent sur le sucre et épluchent les comptes du marché. Trop souvent, l’atmosphère des usines et des mines évoque davantage celle des offices domestiques, que les bureaux d’études de l’ère des managers ; le côté de Pot-Bouille plus que celui de Taylor.

C. Garanties du salaire

  • 86 La Justice, 22 mai 1880. Autre exemple, les mineurs de Vicoigne en 1886 prolongent la lutte quinze (...)

49Une fois l’accord réalisé sur un taux de salaire, les ouvriers veulent en obtenir la garantie, le codifier, et pour cela lui donner la solennité, la solidité de l’écrit. D’où l’extrême importance attachée au tarif et à la signature patronale. Rédiger les tarifs, les faire signer et afficher, sont les tâches essentielles des commissions de grève, notamment lorsqu’il s’agit de barêmes généraux, qu’on veut étendre à toute une localité, les rendant ainsi normatifs, officiels. Mais bien des patrons, s’ils acceptent des promesses verbales, toujours révisibles, se refusent à ces paraphes qui les engagent et de surcroît les humilient comme une capitulation : monarques absolus, ils se rebellent devant la Charte. Aussi leur résistance sur ce point est-elle souvent très forte : bien des grèves se sont prolongées, alors que l’essentiel était acquis, en véritables conflits constitutionnels. A Roubaix, en mai 1880, lors de la grande grève du textile, « on assure que les patrons ont pris l’engagement d’honneur de tenir ferme sur ce point dans la crainte de paraître céder aux exigences des ouvriers »86. La question de la signature est au cœur de trente-neuf conflits presque toujours de grande ampleur ; c’est à Paris surtout que le souci de la signature est le plus vif, et parmi les ouvriers du bâtiment.

  • 87 Le Rappel, 22 juillet 1880 : ainsi font les charrons à l’issue de leur grève.
  • 88 Arch. dép. Loire, 92 M 13.

50Mais ce n’est pas encore assez qu’une signature. Une méfiance toute paysanne pour les palinodies du papier « libre » incline les ouvriers à demander des « signatures légales », revêtues du cachet de la maison et surtout couchées sur le papier timbré, ce sacrement. A Paris, la liste des patrons adhérents est parfois déposée au greffe du conseil des prud’hommes87. Certains, enfin, ont la nostalgie du notarial, comme les mineurs de Firminy qui, craignant que la Compagnie ne se rétracte, demandent que la promesse d’augmentation fasse l’objet d’un contrat par devant notaire88.

  • 89 Comme l’imprime L’Evénement, à propos de la revendication des charpentiers, à Paris, en 1872 : cf.(...)
  • 90 D. Schloss, 1902, appendice de Rist, p. xx.
  • 91 Arch. dép. Gironde, M 1187, pièce 76, rapport gendarmerie, 13 août 1872 : pour les maçons de Blaye (...)

51Dans l’ensemble, et de plus en plus, surtout à Paris et dans les grandes villes, les tarifs sont imprimés et servent de référence. Seulement, ils sont indicatifs, non obligatoires. C’est pourquoi les corporations les mieux organisées cherchent à transformer l’arbitraire maquis des rémunérations individuelles en véritable contrat collectif de salaire. D’où la revendication d’un salaire uniforme, qu’on trouve dans 127 grèves. Cette uniformité n’est pas « l’idée chimérique de l’égalité des salaires »89 : Rist remarque à juste titre que cette conception chère à Proudhon n’est guère formulée par les travailleurs90. S’ils s’élèvent contre les avantages inconsidérés dont jouissent les employés et les fonctionnaires, ils ne protestent, certes, jamais contre les hauts salaires ouvriers, ce qui suppose la conscience obscure qu’ils sont moteurs, et l’acceptation implicite d’un éventail assez largement ouvert. L’uniformité revendiquée a un double sens : horizontal, géographique, c’est le désir (déjà entrevu) d’un tarif unique, applicable à tous les établissements, tous les chantiers d’une localité, voire d’une région ; des grèves de grande ampleur ont eu cet objectif. notamment dans le bâtiment et le textile. Verticalement, il s’agit de lutter contre le clivage en strates, la distinction en catégories selon le mérite (comme on disait, ouvriers de premier, second, troisième choix), moyen, en principe, de stimuler le zèle des travailleurs dans les professions payées au temps, surtout dans le bâtiment, mais qui, faute de critère, n’est encore qu’un subterfuge pour les payer moins91.

  • 92 Arch. préf. pol., BA 175, pièce 90. C’est la réponse du syndicat patronal de la sellerie aux ouvri (...)
  • 93 Arch. nat., F 12 4656, Aisne : « En 1886, grève générale des tisseurs de Saint- Quentin qui élabor (...)

52Les patrons s’opposent farouchement à cette double uniformité ; ils la déclarent économiquement absurde, immorale, attentatoire à la liberté92. Ils craignent, en fait, le pouvoir coagulant de solidarité et d’organisation qu’un tarif uniforme implique nécessairement : publicité, comparaison, contrôle, discussion, c’est-à-dire relations organiques avec le groupement ouvrier. A la redoutable simplicité de l’un, les patrons préfèrent toujours les détours, les faux-fuyants du multiple93.

  • 94 Les apprêteurs en pelleterie de Paris ont obtenu en 1882 un tarif pour cinq ans. Ils en demandent (...)
  • 95 Arch. dép. Loire-Inférieure, 1 M 2309 : les plâtriers de Nantes en 1882 demandent un tarif écrit p (...)
  • 96 Arch. préf. pol., BA 168, pièce 13, rapport de police du 9 mai 1880 ; au dossier, un imprimé, non (...)
  • 97 Arch. préf. pol., BA 168, pièce 90 ; texte imprimé de la chambre syndicale des patrons de l’ameubl (...)
  • 98 J. P. Mazaroz, 1882 b.

53Néanmoins, quelques types nouveaux de processus d’établissement ou de révision des salaires s’ébauchent, çà et là. Parfois, les tarifs sont signés pour un certain temps (trois, voire cinq ans)94, pendant lequel il arrive que les ouvriers s’engagent de leur côté à ne rien réclamer95. Certains préconisent des commissions d’arbitrages mixtes ; la suggestion est faite dans treize grèves, presque toujours parisiennes, mais n’a guère été réalisée qu’une fois, et avec quelles difficultés : en 1880, à la suite d’une grève, les patrons et ouvriers de l’ameublement conviennent de commissions mixtes « pour vider les différends qui pourraient s’élever, les prud’hommes ne donnant pas satisfaction aux deux parties »96. Mais dès 1881, des mises en interdit frappent les patrons récalcitrants ; et, fin 1882, profitant du ralentissement, soixante-quinze patrons opposent aux grèves tournantes le lock-out, répudiant « de toutes nos forces... l’action des commissions mixtes, qui, étrangères à nos maisons, viennent nous imposer leurs décisions et exiger nos signatures... Instruments aveugles qui viennent signifier aux maisons, auxquelles nul bien ne les attache, les ordres indiscutables du comité ouvrier. Voilà ce que nous ne pouvons admettre, car c’est la négation de la liberté du travail... C’est la ruine de notre industrie en même temps que l’abaissement de nos dignités »97. D’autres fabricants, comme Mazaroz, critiquant l’individualisme de leurs confrères, préconisent le retour au corporatisme dans le cadre d’une république professionnelle où l’Etat jouerait le rôle d’arbitre98. En fin de compte, à l’issue du conflit, les ouvriers obtinrent la reconnaissance formelle de leur syndicat (Fédération parisienne de l’ameublement, créée pendant la grève) mais les commissions mixtes furent sacrifiées.

  • 99 Sur les séries de prix de la ville dé Paris, dites séries Morel et publiées à partir de 1838, on p (...)
  • 100 Arch. dép. Alpes-Maritimes V M (1) ; à l’issue de ce conflit, patrons et ouvriers maçons forment u (...)
  • 101 Arch. dép. Loire-Inférieure, 1 M 2309.
  • 102 Sur ces grèves de 1888, importante documentation, notamment Arch. préf. pol., BA 183 et 184.
  • 103 Le Cri du Peuple, 8 juillet 1888. Les mots en italique le sont dans le texte.
  • 104 D. Blumé, 1957.
  • 105 M. Gillet, 1957 b.

54Dans le bâtiment, les « séries de prix » constituent une innovation intéressante à plusieurs titres99 : parce qu’elle admet l’idée d’un tarif général valable pour toute une ville, qu’elle implique celle d’une révision périodique des salaires par les représentants des entrepreneurs et des ouvriers (ces derniers sont présents à la commission parisienne depuis 1873), et enfin par le caractère officiel que confère l’intervention de l’administration, à Paris : préfecture de la Seine et ministère des Travaux publics. Cette pratique, essentiellement parisienne, prend une consistance plus forte sous la République ; les ouvriers tentent de l’étendre ; il existe des séries de prix analogues à Lyon, à Cannes ; les maçons de Nice en 1880100, les menuisiers de Nantes en 1882101 font grève à cet effet. Mais ces séries n’ont que valeur indicative : tout l’effort ouvrier est de les rendre obligatoires, du moins d’en faire un tarif minimum. C’est l’enjeu des grandes coalitions parisiennes du bâtiment de l’été 1888 (grève générale des terrassiers parisiens, des menuisiers, etc.)102, dont l’animatrice est la chambre syndicale des tailleurs et scieurs de pierre que dirige Boulé. Une résolution votée sous son impulsion déclare : « que les conditions du travail votées par le conseil municipal sont aujourd’hui approuvées par le gouvernement, que cette approbation du gouvernement implique nécessairement la reconnaissance d’un minimum de salaire, et conséquemment condamne toute convention particulière ayant un caractère d’exploitation de la main-d’œuvre, qui existe toutes les fois que les salaires sont payés au-dessus du minimum fixé et reconnu officiellement »103. Vaines tentatives. Jusqu’à la Grande Guerre, les ouvriers du bâtiment soutinrent de nombreuses offensives pour obtenir seulement l’application des séries de prix, idéal jamais atteint, plafond plus que plancher104. Celles-ci n’en constituent pas moins une brèche dans le libéralisme régnant en matière de fixation de salaire. En 1891, les mineurs en ouvraient une autre par les conventions d’Arras, qui sont, cette fois, un véritable contrat collectif : le premier du genre105.

  • 106 Cf. ci-dessus, p. 153 ; et les très intéressantes remarques de E. Chevallier, 1887, p. 254 et sq.
  • 107 J. Rivero et J. Savatier, 1956, p. 399 et sq.

55S’il existe une tradition déjà bien établie, fruit de longues vigilances, selon laquelle on ne baisse pas le taux du salaire106, le droit salarial écrit est, au contraire, rudimentaire. Il sera l’œuvre du 20e siècle107.

D. Le paiement du salaire

1°) Un salaire payé en espèces

  • 108 Le Rappel, 16 mars 1878, pétition des ouvriers boulangers de Besançon. Plusieurs grèves d’ouvriers (...)
  • 109 Proust, Recherche..., t. I, p. 492 : « ... un jeune homme de famille, par conséquent quelqu’un que (...)
  • 110 Le Nouveau Journal, 10 août 1878, meeting des cochers au cirque Fernando le 8 août 1878.
  • 111 Arch. préf. pol., BA 178, pièce 80, rapport de police, 4 août 1878, sur la grève des cochers.

56Bien défini, le salaire doit être payé en espèces sonnantes et trébuchantes. Mort le « salaire nourri », jadis la règle, le salaire des vieux métiers, intime comme la famille, pesant comme elle. Les soyeux, désormais, le refusent, comme les ouvriers boulangers : « Nous ne voulons pas demeurer plus longtemps dans un état de domesticité et de dépendance, qui nous a créé une situation inférieure à celle des ouvriers de tous les autres métiers... Il nous sera au moins permis, comme aux autres, de nous marier, si cela nous convient, d’avoir une famille et un intérieur », écrivent ceux de Besançon108. Entre conditions domestique et ouvrière, d’ultimes liens craquent, le fossé s’approfondit. Pour la Françoise de Proust, l’ouvrier est le dernier échelon de la référence sociale109. Tandis que de leur côté les ouvriers ne tiennent pas pour leurs les gens de maison, ou ceux des services, qui, par leurs relations quotidiennes avec le bourgeois, s’en rapprochent au point d’y être aliénés, d’en faire leur modèle social. Rien ne ressemble plus à une assemblée de bourgeois qu’une réunion de cochers. « Le paletot, l’habit, la redingote étaient en grande majorité... Les blouses, blanches ou bleues, ne venaient que bonnes dernières »110. Aussi, « les travailleurs parisiens ne considèrent pas les cochers comme des leurs ; pour eux, conduire ou servir ce n’est pas un métier, les cochers pas plus que les garçons de café ou de restaurant ne fréquentent les ouvriers, ils sont considérés par ces derniers un peu comme domestiques »111.

2°) Un salaire réglé en bonne monnaie

  • 112 G. Thuillier, 1959.
  • 113 L. et M. Bonneff, 1908, p. 58 : un jeton de 1 F est pris à 85 c ; l’ouvrier perd donc 15 %.
  • 114 Arch. dép. Bouches-du-Rhône, M 6 2031, article 7 des revendications des dockers, formulées durant (...)
  • 115 La Défense des Travailleurs de Saint-Quentin, 2 novembre 1890.
  • 116 Le Combat, 22-23 juillet 1890 : « Le paiement des salaires ne peut être fait aux ouvriers qu’en mo (...)

57Les espèces seront de la bonne monnaie, ayant cours. Les études de Guy Thuillier112 ont montré la persistance tout au long du 19e siècle, de monnaies de compte, cuivre ou billon, employées au règlement des salaires. En 1908, encore, selon les frères Bonneff, les verriers de Tourouvre (Orne) sont soldés en jetons qu’ils appellent « monnaie de cayenne » et que les commerçants du village acceptent en les dévaluant parce que la verrerie ne les rembourse qu’avec une retenue de 10 %113. En 1889, les dockers marseillais stipulent que « la monnaie de billon ne servira que dans les appoints »114. Au congrès régional du tissage, à Lyon, en 1890, une résolution demande que les ouvriers occupés dans des ateliers ou mines soient payés, « non avec des jetons, mais avec des monnaies courantes et reconnues »115. Et la même année une proposition de loi Maxime Lecomte est déposée en ce sens116 : preuve à la fois de la ténacité de ces comportements et de leur fin prochaine.

  • 117 Arch. dép. Nord, M 619/3, rapport com. spécial.-préf. Nord, 5 juillet 1880, à propos de la grève d (...)
  • 118 Ibid., pièce 21, rapport préf. Nord, sur grèves de 1880.
  • 119 Arch. nat., C 3018, Haute-Saône, rapport préf., 1872 ; une grève éclate en avril 1872 contre ces m (...)
  • 120 Arch. préf. pol., BA 186, pièce 45, rapport du 18 août 1878 sur la grève des mineurs du bassin de (...)
  • 121 L. et M. Bonneff, 1908, p. 57, description du système.
  • 122 Ibid., p. 58 : « Il est des verriers du Nord qui ne mangent jamais de viande parce que l’économat (...)
  • 123 Arch. dép. Nord, M 619/3, pièce 21, rapport cité.
  • 124 Arch. nat., F 12 4662, Rhône, préf.-min., 24 juin 1886 : « M. Villy espère tenir ses ouvriers par (...)

58Si le paiement en nature au sens propre n’existe plus guère, excepté chez quelques toiliers attardés des Flandres qui soldent encore leurs ouvriers en toile, drap ou cotonnade117, les économats patronaux appelés parfois, si improprement, « coopératives », sont une forme à peine déguisée de truck-system. Les industriels délivrent à leurs ouvriers des bons, tantôt exprimés en numéraire, tantôt même plus étroitement spécifiés, en quantités de nourriture, d’étoffe ou de vêtement, à échanger aux magasins de l’usine, ou à ceux que tiennent dans la localité ses cadres ou ses contremaîtres118. Il arrive même que cette démarche est évitée au travailleur : son salaire, par un simple jeu d’écriture, est transformé en un avoir soldé en marchandises. A Plancher-les-Mines (Haute-Saône), « le salaire des ouvriers paie les vivres que la famille achète au magasin des ventes, et s’il présente un excédent sur une dépense, l’ouvrier le touche à la paie »119. Mais parfois il ne reste rien ; bien plus, l’avoir se change en débit, car les ménagères, abusées par les facilités d’un éternel crédit, se laissent prendre aux sollicitations des gérants, aux tentations de l’objet. A Bézenet (Allier), où la coopérative fournit tout : pain, vin, viande, épiceries, vêtements, meubles, voire bijoux, « on cite des ouvriers qui n’ont pas touché d’argent depuis quatorze mois et d’autres, en assez grand nombre, depuis quatre ou cinq mois »120. Des verriers normands n’auraient pas palpé un liard depuis quinze ans121. Les avantages de ce système pour les patrons sont évidents : suppression des sorties d’argent, contrôle total des salaires, réduits au minimum vital, et des appétits, freinés ou attisés selon les cas122, faveurs consenties à peu de frais aux contremaîtres lorsque, comme à Halluin, on leur concède en fief la clientèle forcée des tisserands : « De cette façon, les industriels se procurent des contremaîtres à bon marché »123 ; enfin, prohibition des grèves par l’impossibilité du crédit, le blocage des vivres : l’ouvrier assiégé124.

  • 125 Sur les verreries normandes, cf. L. et M. Bonneff, 1908 ; à Montferrand (Doubs), en 1887, grève de (...)
  • 126 Plusieurs grèves nous révèlent de tels faits : ainsi, à Cornimont, chez Perrin, « les ouvriers son (...)
  • 127 En 1881, 1882, 1887, 1888, à Bessèges, la Grand-Combe, Rochesadoule, la suppression des magasins f (...)
  • 128 Arch. préf. pol., BA 186, pièce 10, rapport du 22 juin 1878 sur la grève des mines de Bézenet : «  (...)
  • 129 L’Union des Travailleurs, Gard, 22 août 1888.

59Ces économats existent surtout dans les localités isolées, tout entières peuplées et dominées par l’usine, par exemple dans les verreries d’ancien type, perdues au milieu des forêts, normandes ou jurassiennes125, les tissages de la Flandre linière, de l’Est cotonnier (Vosges, Doubs), où le patronat a conservé des allures de patriarche despotique126, mais surtout dans les mines, notamment dans les vieux bassins bordiers du Massif central : à Bézenet, Lavaveix-les-Mines, à Decazeville, dans toute la région cévenole, les coopératives exercent une pression insupportable, alourdie encore par la crise, de conjoncture et de structure, qui pèse sur ces régions ; dix grèves (dont quatre dans le Gard127), denses et dures, associent aux mineurs toute la population dressée contre l’économat. Car il incarne la seigneurie morose des compagnies sur la vie quotidienne ; producteur et consommateur, l’ouvrier est totalement sujet, et, avec lui, tout le bourg, tout le commerce local, asphyxié, anéanti. La jubilation brève mais éclatante des jours de paie est abolie, et la danse du désir autour des choses, la joie des courses, fastes de la vie populaire, où la ménagère, flattée, tentée, hésitante, convoitante, retrouve sa royauté : privée de ses rêves, elle n’est plus qu’une Perrette au pot cassé, sans même avoir connu l’allégresse des projets. D’où la hargne active des femmes et celle des commerçants, leurs alliés — épiciers, boulangers, cafetiers —128dans ces rébellions de la communauté villageoise contre « la nouvelle féodalité capitaliste qui veut broyer les classes intermédiaires »129. Rébellions victorieuses la plupart du temps : sur ce point, le patronat doit céder, ces formes périmées du servage industriel vivent leurs dernières heures.

3°) Une paie régulière et rapprochée

  • 130 Le Rappel, 22 mars 1876, lettre d’un entrepreneur : la paie par quinzaine ne pourra être supportée (...)
  • 131 Le Peuple, 24 mars 1876, « Chronique du travail ».
  • 132 Arch. préf. pol., BA 174, pièce 477, rapport de police 8 mars 1876.
  • 133 Sur cette grève, un gros dossier aux Arch. préf. pol., BA 174.
  • 134 Office du travail, Salaires et durée du travail..., t. IV, p. 202. Le tableau XXIX donne la situat (...)

60Cinquante-neuf grèves ont pour but d’obtenir un meilleur rythme de paie. Cette revendication émane principalement (pour un tiers) des ouvriers du bâtiment : à Paris, Tours, Angers, Dijon, Bordeaux, Bourges, Limoges, Le Havre, etc., charpentiers, maçons et menuisiers qui, au début de chaque campagne, vivent de crédit chez les cantiniers, les gargotiers, ou d’acomptes versés parcimonieusement par de petits entrepreneurs dépourvus d’avance130, réclament la paie par quinzaine ; la fin de ces pratiques onéreuses, humiliantes et génératrices d’imprévoyance : « Le jour où il faut payer une certaine somme, le terme par exemple, la bourse est vide »131. Les patrons rétorquent que la paie plus fréquente favorise absentéisme, ivresse, insécurité, la floraison des « Saints-Lundis »: « Après chaque paie, les ouvriers restent au moins deux jours sans reparaître sur les chantiers, et le troisième jour, ils viennent quoique continuant à boire et fort souvent il en résulte des accidents »132. En 1876, lors de la grève générale des charpentiers parisiens, dont la paie par quinzaine est le centre133, toute une controverse oppose sur ces points journaux républicains et conservateurs ; mais dans son ensemble, l’opinion est favorable aux ouvriers qui l’emportent. Peu à peu, à Paris, le bâtiment s’aligne sur les autres corporations où la cadence de la paie est bien plus rapprochée ; la province, au contraire, retarde, comme le montre l’enquête de l’Office du travail (Salaires et durée du travail...)134 :

Pour l’ensemble des ouvriers enquêtés, rythmes de paie

Pour l’ensemble des ouvriers enquêtés, rythmes de paie

61En province, la paie a lieu le samedi pour 47 % des ouvriers ; à Paris, pour 85 %. On sait toute l’importance de ces dates pour les coalitions : calendriers des paies, calendriers des grèves.

62Et c’est une marque supplémentaire de l’emprise du salaire sur tous les aspects de la vie ouvrière.

2. LA DUREE DE LA JOURNEE DE TRAVAIL ET SON ORGANISATION

A. Place de cette revendication

  • 135 Arch. nat., F 12 4662, Rhône, réunion du 13 mars 1881. « Le seul moyen pour que les patrons aient (...)
  • 136 Bien des observateurs l’ont perçu : « L’agitation ouvrière sur les heures de travail n’a pas pour (...)
  • 137 Office du travail, Salaires et durée du travail..., t. I, p. 481 : « Les ouvriers... font volontie (...)
  • 138 Le refus des heures supplémentaires est rare dans les grèves : onze mentions ; encore s’agit-il so (...)
  • 140 Les « longues coupes » sont des heures supplémentaires pratiquées en période de forte production (...)
  • 140 Le Citoyen, 4 avril 1882 : les orfèvres parisiens démontrent les méfaits des heures supplémentaire (...)
  • 141 En 1881, les ébénistes parisiens décident que « les ouvriers ne devront faire aucune heure supplém (...)
  • 142 Office du travail, Salaires et durée du travail..., t. IV, p. 130-131. Selon cette enquête on prat (...)

63La réduction du temps de travail tient dans l’histoire de la revendication ouvrière une place particulière, contradictoire et ambiguë. Quantitativement, elle est assurément seconde : entre 1871 et 1890 elle apparaît dans 13 % seulement des grèves (409 fois) ; et subordonnée : rarement isolée (on ne la trouve à l’état pur que dans 3 % des conflits), elle est presque toujours associée à des demandes d’augmentation de salaire et souvent sacrifiée à leur profit. « Le travail est une marchandise », disent les serruriers de Lyon ; « or, comme toute marchandise s’offre et se demande, le prix en augmente quand il y a pénurie de marchandises »135. Le raccourcissement des journées opère comme un vaste freinage ; il n’est encore qu’un moyen indirect, à peine dissimulé, de faire hausser la rémunération136. L’attitude à l’égard des heures supplémentaires est révélatrice : bien payées, on les recherche137. Contre elles, pas d’hostilité déclarée, sauf chez les teinturiers-apprêteurs que les exceptions prévues par la casuistique industrielle maintiennent hors du bénéfice de la loi des 12 heures138, et, plus tard, chez les syndicalistes des mines du Nord effrayés des méfaits des longues coupes140 ; çà et là quelques protestations contre leurs abus140 ; pour les discipliner, quelques tentatives assez vaines141 qui se heurtent vite à l’apathie des plus défavorisés ; mais l’essentiel est d’en faire hausser le taux, de faire admettre la valeur de ces heures marginales, de cette fatigue excédentaire : elle doit être payante. En effet, la pratique d’un paiement plus élevé des heures supplémentaires, aujourd’hui si générale qu’elle semble aller de soi, n’était pas alors très répandue. Selon l’enquête de l’Office du travail, 24 % seulement des établissements provinciaux, 18 % des parisiens en usent ainsi142 ; et les patrons s’insurgent vivement contre l’idée que l’heure supplémentaire vaut plus cher que les autres. Ce que l’ouvrier désire, c’est moins gagner du temps, ce vide inutile et désarmant, ce luxe superflu, que gagner sa vie, au sens littéral « vivre en travaillant ».

  • 143 On connaît à ce sujet l’opinion de Marx. Elle était partagée par les dirigeants de la première Int (...)

64Cependant, la réduction de temps de travail est au cœur des grandes batailles, elle jalonne la voie des conquêtes ouvrières. Des douze heures par jour de 1848 aux quarante heures par semaine du Front populaire, de la semaine anglaise aux congés payés, elle constitue la plus sûre des acquisitions, le plus sérieux des « bonds en avant ». Aussi réalise-t-elle, au 19e siècle, la jonction de la théorie et de la pratique, l’unanimité de toutes les écoles socialistes, toutes convaincues de son caractère résolument progressif ; les plus pessimistes, ceux qui, comme le Guesde quelque peu lassallien de cette époque, croient à la loi d’airain des salaires et tiennent pour illusoires les succès ouvriers, reconnaissent sa valeur immédiate et lointaine. Parce qu’elle libère les muscles et les cerveaux, tout en attaquant le profit dans ses bastions, elle est de ces réformes qui hâtent la révolution au lieu de l’enchaîner143. « La diminution des heures de travail révolutionnera la classe ouvrière », dit Malon ; et Guesde : « Le vol ainsi donné à la pensée prolétarienne, c’est nous ne savons combien d’années de gagnées pour la révolution sociale. ». Cette revendication a, de plus, l’immense avantage de fournir un mot d’ordre simple, clair et uniforme, valable pour tous, et par-delà les frontières. Les monnaies fragmentent, divisent. L’heure est la structure élémentaire de la société industrielle, tout entière fondée sur la rationalisation du temps. C’est autour des 8 heures, des « trois-huit » que se donnent les rendez-vous annuels du 1er Mai.

B. Caractères des grèves pour la réduction de la durée du travail

65Les grèves pour la réduction du temps de travail ont une physionomie bien marquée. D’abord, grèves offensives dans 90 % des cas (372 sur 409), elles sont nettement cycliques, liées à la bonne conjoncture, répliques évidentes à la « presse » qui valorise le temps, tandis que la récession et le chômage le dévaluent (fig. 15). Leurs hautes eaux se situent en 1864-1865, 1869-1872, 1880-1882, 1889-1890, leurs étiages dans les intervalles. En second lieu, ce sont des mouvements amples, étendus, rayonnants, souvent contagieux d’une profession à l’autre. En 1871-1872, tandis que la Grande-Bretagne connaît le « mouvement des 9 heures », la Belgique, la Saxe d’analogues et gigantesques coalitions, les grèves des tisseurs à Rouen (pour les 10 heures), à Tarare (pour 11 heures) englobent tous les établissements ; à Roubaix, charpentiers, teinturiers, ourdisseurs, mécaniciens s’agitent de concert. En 1880, 6 000 tisseurs à Reims, 40 000 à Roubaix, 2 000 mouleurs à Lille demandent, selon leur niveau, tantôt 10, tantôt 11 heures.

Les grèves pour la réduction de la journée de travail selon les groupes professionnels

Les grèves pour la réduction de la journée de travail selon les groupes professionnels

Part respective des groupes professionnels

Part respective des groupes professionnels

66Ce fait ne tient pas à un attrait irrésistible, à une virulence particulière de l’épidémie. Au contraire : rien de moins spontané que ces mouvements, fruit mûr de la réflexion, du concert et de la volonté. Leurs dimensions résultent de leur organisation : dans les trois quarts des cas, des chambres syndicales les décident et les conduisent. D’où la motricité de certains groupes professionnels.

67On voit par le tableau ci-dessus combien le poids de chacun varie suivant que l’on considère l’ensemble des grèves ou seulement celles qui ont pour objet la réduction de la durée du travail ; celui du textile s’allège (de — 8,2 %), tandis que s’alourdissent ceux du bois (+ 7,6 %), des métaux (+ 3,9 %), de la construction en pierres (+ 3,4 %) et des mines (+ 3,6 %). Chaque groupe accorde à cette revendication une part très différente (allant de 4,5 %, pourcentage d’apparition dans les grèves, pour les verriers, les porcelainiers..., à 29 % pour les mineurs). Il faut ici descendre au niveau de la catégorie, du métier. Les records sont battus par les charrons (70 % de leurs grèves comportent cette réclamation), les teinturiers (44 %), les métiers hautement qualifiés des métaux : chaudronniers (36 %), forgerons (26 %), mouleurs (23 %), ajusteurs (22 %), et du bâtiment : maçons (31 %), peintres (34 %), charpentiers (34 %), menuisiers (21 %). Tandis qu’à l’opposé, imprimeurs, verriers (4 %), porcelainiers (4 %), terrassiers (4 %) lui accordent une place insignifiante. Celle-ci est médiocre aussi dans le textile (8,5 %, 73 fois sur les 857 grèves du textile). Ces notations statistiques montrent que l’attitude devant la durée du travail dépend de plusieurs facteurs imbriqués : la qualification, et corrélativement le sexe : les femmes gardent à l’usine un comportement de ménagère, prodigues de leur temps, quantité négligeable, d’où la relative apathie du textile en ce domaine. Le mode d’établissement du salaire joue son rôle : les travailleurs aux pièces sont moins intéressés à la limitation de la journée que les salariés au temps, pour lesquels c’est un moyen d’accroître les possibilités d’heures supplémentaires. Le degré de satisfaction aussi intervient : par là peuvent s’expliquer certaines particularités géographiques : Paris, pionnier des journées courtes, à la tête des mouvements de 1840, 1848, 1864, n’est plus maintenant capitale (13 % seulement de ses grèves portent cette revendication), mais bien plutôt Lyon, Grenoble, Toulouse, Bordeaux. Si la France méridionale apparaît sur ce chapitre plus combative, c’est sans doute moins la culture, l’aptitude au loisir et à la liberté, moins le ciel enfin qu’il faut interroger, que le niveau d’un retard qui la conduit à se modeler sur la France du Nord.

  • 144 A. J. Tudesq, 1965.
  • 145 Pétition des tisseurs de Saint-Quentin en 1879, à la suite d’une grève de 4 000 tisseurs, pour la (...)

68Filles de l’organisation, ces grèves sont scripturaires, génératrices d’écrit. Ici le texte règne, et la pétition adressée aux pouvoirs publics ou à l’Assemblée nationale. Dès longtemps — dès Guizot —, le libéralisme s’est brisé sur cet écueil de la durée du travail ; au nom d’une morale bourgeoise sensibilisée à l’enfance, que troublent certaines images, que dérangent certains récits, une tradition législative s’est instaurée144. L’Etat ne peut plus se dérober : l’aménagement du temps, après celui de l’espace, lui est dévolu. C’est de lui, c’est de la loi, que les tisseurs pétitionnaires de Rouen (1871), Reims, Saint-Quentin, Roanne (1879)145 attendent la fixation d’un nouveau seuil ; c’est à lui que s’adressent les premières « mises en demeure » du 22 février 1889, du 1er Mai 1890.

C. L’argumentation ouvrière

  • 146 Arch. nat., F 12 4662, préf.-min., 26 octobre 1881, exposé des revendications des teinturiers de V (...)
  • 147 Le Petit Lyonnais, 15 avril 1890, appel du conseil local de la Fédération nationale des syndicats (...)
  • 148 Les syndicats, répondant à l’enquête parlementaire de 1884, voient parmi les palliatifs des crises (...)
  • 149 Le Mot d’Ordre, 9 août 1881 : « Non seulement c’est la cause de la décadence de la société Cail et (...)
  • 150 Rapport des délégués à l’Exposition de Philadelphie, p. 200.
  • 151 Cf. E. Levasseur, rapports cités, 1898, t. I, p. 85 et sq.

69L’argumentation se développe sur plusieurs claviers : celui de l’intérêt général : la réduction des heures permet d’ « occuper un plus grand nombre de travailleurs, de là amortissement du chômage, la vraie plaie de l’ouvrier »146 ; elle réalise le plein emploi, non par l’accroissement de la production, mais par son étalement. Du même coup, elle atténue les mortes saisons147 et les crises, que l’opinion ouvrière, prisonnière des conceptions économiques régnantes, attribue spontanément davantage aux excès de la production qu’aux insuffisances de la consommation148. Enfin, elle rend le travail plus productif, et, de ce fait, l’industrie nationale plus compétitive. Vantant les performances anglo-saxonnes, les mécaniciens de chez Cail, dans une longue étude publiée par Le Mot d’Ordre, attribuent la stagnation de la métallurgie française aux journées excessives149 ; et de citer les conclusions d’Erza Hunt, directeur de la Commission d’hygiène des Etats-Unis : « Pour que l’ouvrier soit le plus profitable possible, le travailleur doit être confortablement nourri, bien logé et convenablement vêtu ; il ne doit pas être astreint à travailler dans un milieu malsain, il doit pouvoir jouir de toutes ses forces naturelles. »Pays des courtes journées, l’Angleterre et l’Amérique ne sont-elles pas les reines de l’industrie ? Voilà donc les modèles à suivre. La sympathie pour l’Amérique, terre de la démocratie politique, se double d’une attirance pour les vertus de son système industriel, pour cette nouvelle image que porte toute une littérature économique (L’ouvrier américain de Levasseur paraîtra en 1898) et d’aventure (Jules Verne et « la Bégum »...). Des délégations d’ouvriers français sont allées à plusieurs reprises aux Etats-Unis à l’occasion d’expositions : Philadelphie (1876), Boston (1884), Chicago (1893) ; leurs rapports nous renseignent sur leur vision de l’Amérique. Tous expriment une franche admiration pour le pragmatisme et l’esprit d’innovation des Américains, non dénués de crainte pour l’avenir : « Toujours prêts à profiter de ce qu’ils trouvent de beau et de bon chez les étrangers, les Américains se dégagent petit à petit des langes de l’importation, et le moment n’est pas éloigné où ils pourront s’affranchir du tribut qu’ils payent à l’ancien monde »150. Les délégués à Chicago seront plus catégoriques encore151.

  • 152 Le Rappel, 19 décembre 1871, pétition des ouvriers cotonniers de Rouen à l’Assemblée nationale pou (...)
  • 153 Arch. dép. Loire, 92 M 16, pièce 11, lettre des ouvriers mineurs de Firminy au préfet, 4 janvier 1 (...)
  • 154 Le Rappel, 17 août 1878.
  • 155 la « sortie des ouvriers des usines Gaumont » (1895).

70Mais travailler moins, c’est aussi mieux vivre. Et d’abord, échapper à la fatigue que disent tant de textes, les plus concrets, les plus humbles, œuvres maladroites venues surtout des tissages et des mines. « Nous sommes dans des conditions de santé déplorables, les décisions des conseils de révision le prouvent suffisamment », disent les cotonniers de Rouen ; « la durée excessive du travail use nos forces et cause la dégénérescence d’une partie de la nation française »152. Les mineurs de Firminy, dont la journée s’étire de 5 h du matin à 6 ou 7 h du soir, sont exténués : « Arrivés chez nous, nous n’avons seulement pas le courage de nous laver. Après être laver il est très tard que nous n’avons pas aussi le temps de prendre le repos du lit pour pouvoir y retourner d’après être ruinés de la journée pécédente et voilà d’où proviennent une grande partie de nos maladies » (sic)153. Et les glaceuses de fil de Saint-Etienne, qui font 13 h 30 sans interruption, confiant, pour manger, leur métier à une camarade, demandent 12 h, « pour échapper à une fatigue insupportable »154. Pour ces ouvriers fourbus, proie des machines qu’ils nettoient en marche pour gagner du temps (d’où le cortège de mutilations — doigts coupés, mains amputées — que signalent si fréquemment les rapports des inspecteurs des manufactures), dont l’anémie, le rachitisme inquiètent médecins et démographes, et même certains industriels lucides — tel Waddington — faire moins d’heures, c’est la fuite hors des usines bruyantes et poussiéreuses : les « sorties d’usine » sont un thème majeur de la photographie sociale au début du 20e siècle, elles ont fourni aux frères Lumière leur premier sujet cinématographique155.

  • 156 Le Rappel, 29 mai 1870, pétition des ouvriers des ateliers de construction du chemin de fer de Ren (...)
  • 157 Le Mot d’Ordre publie toute une série d’études sur les avantages de la journée de 10 heures, rédig (...)
  • 158 Ibid., 8 juin.
  • 159 La foule solitaire, trad. française.

71Pour d’autres, plus favorisés, professionnels du bâtiment, de la métallurgie surtout — mouleurs, fondeurs, carrossiers, si ardents à revendiquer les 10 heures — ce temps — « la vie, la liberté, l’étude »156 — se meuble de rêves paisibles comme une scène d’intérieur hollandaise : l’ouvrier assis, lisant, écrivant157, se peuple de nobles projets : « Nous pourrions nous instruire et augmenter nos connaissances techniques ; nous aurions aussi la possibilité et le temps de réfléchir à perfectionner les moyens d’exécution de pièces détachées », écrivent les mécaniciens de chez Cail158. Pour cette mince frange d’ouvriers qualifiés, admirateurs d’une machine dominée et alliée, en possession d’un métier où ils trouvent souvent de l’intérêt, parfois de la joie, le loisir a un sens plein, actif, voire créateur. Ces stéréotypes de la littérature ouvrière de l’époque, nous en voyons mieux aujourd’hui, dans nos sociétés de consommation qui exaltent d’autres formes de loisir, le caractère et la portée, comme la datation ; idéal de « lettré » pour lequel le livre est le compagnon de toute solitude, d’artisan pour qui le « faire » garde tous ses prestiges, d’ « introverti », comme dirait D. Riesmann, qui trouve en lui-même, dans le cercle restreint de ses relations et de ses habitudes, son point d’appui, l’emploi de son temps159.

  • 160 Proust, Recherche..., t. II, p. 32 : « ...un ménage de cousins à lui, qui, comme les ménages d’ouv (...)
  • 161 Le Temps, 8 mai 1880, reportage sur les grèves de Reims. Les ouvriers boulangers de Besançon veule (...)

72Mais il est un thème commun à tous, et dont l’insistance est sans doute plus qu’une simple fréquence du vocabulaire, dont les linguistes nous ont appris à nous défier : celui de la famille. Que le gréviste se définisse constamment comme « un père de famille », rien d’étonnant : ce n’est en somme que le vieil équivalent de « citoyen », la famille étant le dénominateur le plus commun aux hommes, la paternité, leur qualité la plus banale. Mais il semble qu’il y ait davantage, et, dans la déploration si fréquente de la disjonction du foyer, l’expression d’un vrai désir. Les ouvriers en ont assez d’être ces ménages « jamais à la maison pour soigner les enfants »160 ; ils veulent les voir (de la femme, on parle peu) et s’occuper d’eux. Tels les tisseurs de Reims : « La vie de famille nous est impossible, on ne voit les enfants que le dimanche. Que voulez-vous que deviennent des enfants sans cesse abandonnés à eux-mêmes ? Nous ne sommes là ni quand ils se lèvent ni quand ils mangent... Avec le travail de 10 heures, on pourrait régler notre sortie de l’atelier de façon à la faire coïncider avec celle des enfants... Nous pourrions au moins un peu les voir et nous occuper d’eux »161. Un peu plus tard, l’iconographie de la C.G.T. pour le 1er Mai sera avant tour centrée sur les avantages familiaux des trois-huit. Sur une affiche, autour de la table ronde qu’honore une soupière fumante, une famille heureuse et, notons-le, restreinte ; sur la berge, au fil de l’eau, un ouvrier pêchant à la ligne, accompagné de son marmot. Rien n’est plus éloigné de la morale libertaire, ou de la conception phalanstérienne, que la vision ouvrière de la famille en cette fin du 19e siècle, où se mêlent sans doute à une nostalgie refoulée des tablées paysannes, une fascination inavouée de l’ordre domestique bourgeois.

D. A la recherche d’un emploi du temps

  • 162 Le Citoyen et la Bataille, 27 mars 1883.
  • 163 Arch. dép. Vosges, 39 M 85, pièce 390, lettre de la chambre syndicale des maçons de Saint-Dié, 14 (...)
  • 164 Arch. nat., F 12 4657, Doubs, grève des tisseurs de la fabrique Geistodt et Kiener en février 1884 (...)
  • 165 L’Union des Travailleurs (Gard), 22 août 1888 et 29 août : grève de 900 mineurs de Rochesadoule et (...)

73Ce sens de la famille dicte un emploi du temps : au centre, le rendez-vous du repas de midi, auquel les ouvriers tiennent tant, pour des raisons mêlées d’hygiène, d’économie et de sensibilité. C’est ce que réclament maçons de Versailles162 et de Saint-Dié163, tisseurs de Reims, de Vieux-Charmont, ces derniers las de manger, tels les pauvres, aux fourneaux économiques de l’usine164, cardeuses de Vienne, mineurs du Gard ; ceux-ci, révoltés qu’on les oblige, plutôt que de leur permettre de retourner chez eux, à apporter leur panier, le brûlent, après l’avoir promené en procession à travers tout le village, aux cris de « à bas le cabas », en un symbolique autodafé165. Comme elle est peu anglo-saxonne, cette journée ouvrière, accouplement monstrueux de rythmes industriels et d’un horaire paysan !

  • 166 Le Mot d’Ordre, 29 juin 1880.
  • 167 Rappelons que d’après l’enquête Salaires et durée du travail..., t. IV, p. 60-61, 93 % des ouvrier (...)

74Traditionnelle aussi l’organisation de la semaine, couronnée par le dimanche, jour des familles. Le lundi se meurt, on l’a vu, sous la double poussée de la discipline industrielle et des habitudes collectives, dans l’indifférence ; et si quelques-uns le pratiquent encore, harcelés d’amendes, plus personne, hormis quelques anarchistes rebelles, ne se bat pour son principe. Les métallurgistes de Cail, qui écrivent dans Le Mot d’Ordre, libre penseur, tout en se défendant de préférer le dimanche à quelque autre jour, le tiennent pour commode, et, en raison des élections, lui trouvent des avantages civiques166. Dans 23 grèves qui ont pour but l’obtention d’un jour de repos par semaine, c’est toujours du dimanche qu’il s’agit. Celui-ci est d’ailleurs entré dans les mœurs167, et quand la loi du 13 juillet 1906, œuvre d’une Chambre radicale et socialiste, rend le repos obligatoire ce jour-là, elle ne fait qu’entériner une situation de fait.

  • 168 Arch. dép. Loire, 92 M 21, pièce 41, préf. min., 30 avril 1883.
  • 169 Ibid., pièce 11, préf. min., 30 avril.
  • 170 Ibid., 92 M 29, s.-préfet Roanne-préf., 22 mars 1889 : « ce programme eut le don de plaire aux fem (...)

75Timidement se profile la revendication du samedi après-midi : les mécaniciens de Cail invoquent en sa faveur l’exemple anglais, sans toutefois en faire une priorité. Le seul cas d’action continue en cette direction est celui des tisseurs de Roanne, intéressant par ses cheminements. Selon le préfet, le mouvement serait né au Cercle catholique ouvrier, mais il a rencontré l’appui de la chambre syndicale animée par des collectivistes. Cinq usines sur seize ayant consenti à libérer le samedi après-midi, une grève est déclenchée en avril 1883 pour obtenir sa généralisation. Mais elle se heurte à l’incompréhension des travailleurs : « La grande majorité... est d’ailleurs opposée à cette mesure absolument désapprouvée, en outre, par les femmes qui craignent... que ce soit, pour leurs maris, une occasion de dissiper le produit de leur travail »168. Sur 4 000 ouvriers, 250 seulement, dispersés dans toutes les fabriques, débrayent ; et cent manifestants (dont soixante- quinze femmes) défilent dans les rues de la ville, minorité honteuse qui se disperse à la première injonction169. Mais on mesure ici la puissance de l’éducation, de l’accoutumance : six ans plus tard, en 1889, la revendication des dix heures jointe à celle du samedi après-midi est au cœur d’une grève générale largement suivie des teinturiers et des tisseurs ; et les femmes, cette fois, sont les plus ardentes170.

  • 171 Arch. dép. Gironde, M 1189.
  • 172 La Voix du Mineur, 2 novembre 1907 : l’organe de la Fédération des travailleurs du sous-sol, sous (...)

76La demande de vacances annuelles ne perce nulle part, rêve trop lointain pour être même formulé. Un seul exemple, situé au-delà des frontières ouvrières : en 1886, les inspecteurs de la Compagnie des tramways de Bordeaux sollicitent quinze jours de « permission » par an, avec « solde », point que les cochers et conducteurs, en grève avec eux, ne prennent pas à leur compte ; et comme pour mieux marquer leur situation quasi bourgeoise, les inspecteurs requièrent d’être payés au mois171. Ce sont les mineurs, les plus renfermés, mais surtout les plus avancés dans l’aménagement de leur existence, qui expriment les premiers le besoin de vacances payées172.

E. La durée de journée recherchée

  • 173 Grève des glaceuses de fil de Saint-Etienne en 1878 : elles font treize heures et demie sans inter (...)
  • 174 Selon Salaires et durée du travail..., en 1891, 11 % des mineurs enquêtés font huit heures et moin (...)
  • 175 Arch. nat., F 22 333, Enquête sur les modifications à apporter aux lois du 9 octobre 1848 et du 19 (...)

77Quant à la durée même du travail, le niveau requis varie naturellement, selon les situations, dans le temps : en 1872, il est encore de onze heures dans 39 % des cas ; dans l’espace : à Paris, certaines professions réclament déjà neuf heures, ainsi dès 1872, les forgerons et les serruriers, en 1877, les selliers ; tandis que la moitié Sud du pays paraît en retard. De grandes différences existant selon les catégories professionnelles : dans le textile aux longues journées (en 1891, selon Salaires et durée du travail..., 48 % des ouvriers travaillent plus de onze heures, alors que la proportion générale est de 20 %), on voit des travailleurs, femmes surtout, se coaliser simplement pour obtenir l’application de la loi de 1848, souvent outrepassée173. A l’autre extrémité, les mineurs revendiquent huit heures dès 1878 à Anzin, à Epinac, puis partout174. De là sans doute la résonance qu’a rencontrée le 1er Mai parmi eux ; les huit heures étant pour eux seuls un objectif presque immédiatement réalisable ; ailleurs, les ouvriers ont adapté le mot d’ordre à leur condition : à Vienne, comme à Roubaix, dans la plupart des métiers, on se bat pour dix heures. Tel est, en effet, très généralement, l’objectif poursuivi : dix heures effectives, c’est-à-dire encore onze à douze heures de présence. Interrogés dans le cadre d’une enquête du ministère du Commerce sur la durée optimum de la durée du travail, 51 syndicats ouvriers sur 74 répondent : dix heures et 10 seulement (presque exclusivement les mineurs), huit heures175. Salaire et durée du travail... montre par ailleurs que cette durée est le palier vers lequel tend la journée de travail :

  • 176 Salaires et durée du travail..., t. IV, p. 62 ; p. 74, tableau détaillé pat groupes professionnels (...)

Répartition des ouvriers enquêtés176

Répartition des ouvriers enquêtés176
  • 177 Ainsi en 1879, en réponse au mouvement des tisseurs de Saint-Quentin pour les dix heures, dépôt d’ (...)
  • 178 Arch. nat., F 22 333, Durée du travail : projets de lois, rapports.
  • 179 J. Bertillon, 1911.
  • 180 Arch. nat., F 22 333, Séance parlementaire du 10 mars 1884.
  • 181 Ibid., Vœu du conseil, 31 août 1882.
  • 182 Arch. dép., Seine-Maritime, 14 M, année 1872 : à l’issue d’une grève des tisseurs rouennais, les p (...)

78Plusieurs projets de loi (1879, 1881, 1882, 1886, 1889) ont du reste été déposés à cette époque, parfois directement sous la pression ouvrière177, pour abaisser à dix heures la durée légale du travail. Les gouvernements modérés déployèrent une certaine activité en ce domaine. Le ministère du Commerce, par circulaires du 12 juillet 1878 et du 24 décembre 1880, requit les préfets de tenir la main à l’application de la loi de 1848, d’adresser sur ce point un rapport annuel (encore un), jusqu’au jour où (loi du 16 février 1883) les inspecteurs du travail des enfants furent chargés de cette mission ; à cette occasion, leur nombre fut accru, de nouvelles circonscriptions moins vastes furent créées. Charles Hérisson fit procéder à une enquête, en mai 1884, sur « les modifications à apporter aux lois de 1848 et 1874 sur le travail dans l’industrie » ; dans une lettre adressée au Conseil supérieur du travail des enfants (14 mars 1884), il défendait, contre les partisans d’un libéralisme périmé, la légitimité de l’intervention de l’Etat : « Quand le travail devient dangereux, quand, par sa prolongation, il peut amener un affaiblissement dans les forces des ouvriers, et par conséquent dans la population, l’Etat doit intervenir au nom de l’humanité et de la protection qu’il doit à tous les citoyens »178. Signe d’une inquiétude que partageaient de nombreux hygiénistes et médecins, anxieux du déficit démographique urbain179, de l’influence débilitante de la grande industrie sur la race, démontrée par les sombres résultats des conseils de révision en régions textiles notamment : en 1879, 18 % d’exemples dans les cantons de Rouen nord et sud, 14 % à Saint- Quentin, quand la moyenne générale est 11 %, souligne le rapport Waddington180. « Dans l’intérêt de la patrie, qui a besoin de soldats robustes et vigoureux, il est indispensable de protéger les citoyens, même contre leurs propres entraînements », s’écrie le conseil général du Nord181, qui aurait pu tout aussi bien dire : « Dans l’intérêt de l’industrie, qui a besoin de bras nombreux et vigoureux... ». Les plus lucides des industriels partageaient en effet ce point de vue, mais demandaient une mesure générale qui les abritât de la concurrence182. Ainsi un fort courant d’opinion se dessinait en faveur d’une nouvelle réglementation : les 525 réponses à l’enquête de 1884 sur les modifications à apporter à la loi de 1848 se répartissent ainsi :

7935 % pour le statu quo (12 heures)

8018 % pour la liberté totale ;

8145 % pour une nouvelle loi, soit 21 % pour 11 heures,

8224 % pour 10 heures.

  • 183 E. Levasseur, 1907, p. 442.

83Pourtant la crise, l’instabilité ministérielle, l’opposition du Sénat qui repoussa tous les projets de loi de limitation, en retardèrent longtemps l’adoption : jusqu’à la loi du 30 mars 1900183.

84Soixante-dix ans s’étaient écoulés depuis qu’en 1840 les ouvriers du bâtiment parisien, descendus des hauteurs de Belleville, manifestaient en faveur des dix heures... Mais déjà le mouvement ouvrier avançait vers un nouveau front : celui des huit heures, atteint à son tour en 1919.

3. L’USINE ET SA DISCIPLINE

  • 184 Tous ces Forçat ont paru à Lille ou Roubaix, de façon à peu près ininterrompue, l’un succédant à l (...)
  • 185 La Défense... paraît de 1883 à 1887, L’Emancipation de 1888 à 1891.

85Le vocabulaire ouvrier, en cette fin du 19e siècle, porte la marque d’une haine flamboyante : celle du « bagne industriel », où sous la férule des « gardes-chiourme », triment les « forçats ». Pas un journal socialiste qui n’ait sa « revue des bagnes », sa « tribune des abus », particulièrement fournies dans les zones textiles. Ainsi, de 1882 à 1886, la chaîne des Forçat, Revanche du Forçat, Cri du Forçat, Réveil du Forçat, première presse socialiste du Nord184, comme aussi La Défense des Travailleurs de Reims, L’Emancipation des Ardennes185 sont un cahier de doléances perpétuellement ouvert à la complainte du tisseur qui y exprime de façon spontanée, naïve, vivante, litanique, sa hantise des cadences trop rapides, des amendes injustes, des horaires implacables et surtout, surtout, des contremaîtres tracassiers, injustes, brutaux et lubriques.

  • 186 G. Friedmann, 1946, 1950.

86Certes, les « Chants de l’Atelier » (cette expression comme d’autres, « La Ruche », etc., sont impensables en 1880, beaucoup trop idylliques et lénifiantes) peuvent persister en sourdine. Voyez les délégués aux expositions, aux premiers congrès ouvriers, notamment à celui de Paris (1876) peuplé d’ouvriers « de choix »: l’ébéniste Chausse, l’horloger Victor Prost, le sabotier Gérard Malinvaud, le cordonnier Pierre Castaing, le gantier Irénée Dauthier..., dont les noms condensent, en leur substance même, le rêve d’un paradis perdu des métiers ; dans leurs rapports percent l’amour méticuleux de l’outil, de la mécanique, la fierté du métier possédé, en même temps qu’une grande tristesse de son éclatement en spécialités ignorantes les unes des autres, de la disparition de l’apprentissage. Ces travailleurs ont la conscience tragique que l’émiettement du travail, dont G. Friedmann nous a décrit les processus186, c’est en même temps la dissolution de la personnalité ouvrière : l’ouvrier écartelé, dépossédé, non plus maître, mais moment, parcelle d’objet, un mot dans une phrase dont on ne voit pas le sens. Leurs propos sont nostalgiques et contribuent, par un mouvement classique et sans doute illusoire, à créer une légende du travail autrefois joyeux, de l’atelier aux structures égalitaires, aux politesses raffinées — l’atelier des « chers collègues »—, aux rythmes détendus.

  • 187 Séances... Congrès de Lyon, 1886, p. 296-297.
  • 188 Le Socialiste, 26 mars 1887, art. de Jean Dormoy, « Exploitation des ouvriers métallurgistes ».
  • 189 Séances du Congrès socialiste de Charleville, 1887, p. 10.
  • 190 Cité par A. Doré, 1944, p. 273 : Ruskin, Sésame et les lys.

87Entendons Victor Delahaye, délégué des mécaniciens de Paris au congrès des syndicats, à Lyon (1886) : « Les transactions et l’entente étaient faciles et durables... Le travail étant naturellement modéré, les relations entre les deux facteurs de la production, qui n’étaient qu’exceptionnellement dissociés, ne pouvaient pas être antagonistes. La dignité, le respect et la certitude du lendemain étaient assurés aux neuf dixièmes des travailleurs »187. Et Jean Dormoy : « Lorsqu’on travaillait dans de petites usines, les ouvriers étaient à peu près libres, la discipline de fer n’existait pas, il n’y avait pas d’amendes pour celui qui n’était pas à l’heure ; l’ouvrier fatigué pouvait sortir de l’usine ou faire venir du dehors ce dont il avait besoin. A cette époque, contremaîtres, chefs de fabrication, ingénieurs et directeurs avaient beaucoup d’égards pour les ouvriers, jamais d’insultes, jamais de gros mots... »188. Au congrès de Charleville, Allemane « fait un tableau saisissant en mettant en parallèle l’aisance d’autrefois et la misère actuelle... Il montre la maison paternelle vendue, la forge familiale éteinte, l’artisanat disparaissant... »189. C’est l’utopie ruskinienne de l’âge d’or artisanal : « Malgré la tyrannie des féodaux, les artisans heureux dans leur travail et par leur travail, œuvraient dans la joie et créaient de la beauté avec amour »190.

88Ce sont là, dira-t-on, thèmes littéraires. Sans doute, et le passage à la littérature est la revanche, le revers d’une accoutumance quotidienne. Il est vrai que la révolte contre l’usine est désormais surtout verbale. On l’a dit déjà : le prolétariat français est en voie de s’y adapter. Non sans mal, non sans soubresauts qui traduisent ses difficultés, ses regrets et ses haines.

89Les grèves analysées maintenant appartiennent à cette catégorie. Aux précédentes, tout les oppose. Celles-là étaient l’œuvre de la raison persévérante et de la volonté calculatrice ; celles-ci, dénuées de projet, sont l’irruption d’une colère habituellement contenue. Celles-là étaient amples, organisées, offensives ; celles-ci, anecdotiques et singulières, limitées à un établissement, inorganiques, défensives. Les premières naissent de la prospérité, les secondes surgissent de la dépression qui, en aggravant les exigences patronales, accroît les heurts au sein de l’entreprise. Les unes sont scripturaires et raisonneuses ; les autres, frondeuses et vociférantes, triomphe du cri vengeur, de la sortie en masse, du cortège bruyant où les femmes sont les plus ardentes, du geste souvent brutal, destructeur et parfois meurtrier (janvier 1886, à Decazeville, meurtre de Watrin). Ces grèves sauvages, primitives, les anarchistes première manière (ceux de la force physique, des années 1880-1895) les revendiquent comme l’acte libérateur, refus, rupture par lequel l’esclave retrouve sa dignité ; « watriner »devient une devise et un exemple ; les syndicalistes, les socialistes, agents de réflexion sociale, s’en défient.

  • 191 Les pourcentages d’apparition de ces questions dans les grèves sont de 3 % dans le Rhône, 4 % dans (...)
  • 192 Dans une mesure qu’il est difficile de préciser, la coutume est que le patron donne sa « huitaine  (...)
  • 193 Selon Le Forçat (5 août 1882), chez Lepoutre-Pollet, à Roubaix, il est écrit dans le règlement : « (...)
  • 194 Arch. nat., F 12 4661, préf. Nord.-min. Com., 24 novembre 1887.

90Deux points de friction principaux : règlements et amendes, conflits avec les cadres : la règle et ses gardiens. La première catégorie est avant tout l’affaire du textile et de ses régions ; elle est le fruit de la concentration et de son inévitable discipline ; à Paris, à Lyon, on ne la rencontre guère, mais beaucoup plus dans les zones industrielles du Nord191. Les articles incriminés dans les règlements sont le renvoi sans préavis192, les horaires de fermeture des portes, parfois, plus rarement, les contraintes religieuses193 : non que celles-ci soient révolues, mais au temps de la République laïque, elles se font plus secrètes, on n’ose plus les codifier. Les amendes sont de trois types : pour malfaçon ou insuffisance de productivité, pour absence, pour retard. Elles pèsent souvent lourd et peuvent absorber une bonne partie du salaire : à Wignehies, au tissage Legros, « un ouvrier, après avoir travaillé pendant quinze jours, n’a pas eu assez de son salaire pour payer ses amendes »194. L’enquête de l’Office du travail nous apprend que, réduit à Paris, leur usage est très répandu en province, principalement dans les vastes établissements gérés par des sociétés anonymes :

  • 195 Salaires et durée du travail..., t. IV.

91Pratiquent le système des amendes : Province : 22 % des établissements enquêtés, ayant 47 % des ouvriers enquêtés. Paris : 6 % des établissements, ayant 13 % des ouvriers enquêtés. 41 % des sociétés anonymes, ayant 59 % de la main-d’œuvre occupée dans ces sociétés, pratiquent ce système195.

  • 196 E. Levasseur, 1898, t. I, p. 233, citation tirée des rapports de la délégation ouvrière à l’exposi (...)
  • 197 Etude de Eva McDonald Valesh qui avait assisté au congrès de l’Union des chambres syndicales ouvri (...)
  • 198 Le Cri du Travailleur (Lille), 26 janvier 1890.

92Ces faits ne doivent pas être épelés mot à mot ; ils requièrent une plus ample lecture. Ils illustrent, en effet, non pas tel trait de caractère tyrannique du paronat français, mais une situation, la difficulté majeure de toute industrialisation ; plier une main-d’œuvre d’origine rurale ou artisane à la loi de l’usine, à ses horaires impérieux, la faire passer d’un temps libre, flâneur, musard, bavard, insoucieux de productivité — ce temps dont les ménagères, ces témoins du passé, demeurent aujourd’hui les héritières fragiles et dérisoires —, à un temps rigoureux, pesé, mesuré, aux angles vifs, aux arêtes dures. Cette mutation gigantesque, la montée bouleversante du « time is money », cette rationalisation du temps, qui va de pair avec celle de l’espace, et dont les horloges encastrées au fronton des gares les plus modestes du 19e siècle sont comme le symbole, il faudrait en suivre le cheminement et les effets dans toutes les catégories sociales, dans tous les domaines physiques et mentaux. Pour la classe ouvrière, elle a été dure, traumatisante, et cependant elle est loin d’être achevée. Il subsiste dans les usines françaises de grands lambeaux des vieilles libertés. L’étonnement des délégués à Chicago (1893) devant l’ordre, la régularité et surtout le silence régnant dans les établissements américains, et, inversement, les descriptions surprises que font des ateliers français les observateurs des Etats-Unis sont révélatrices de profondes différences : « On ne parle pas, on ne chante pas, le silence le plus rigoureux règne, on entre et on sort à la cloche, le repas de midi est d’une demi-heure... ; quant aux absences, elles ne sont motivées qu’après maintes formalités »196, disent les premiers. Et les seconds peignent l’ouvrier français comme un individu détendu, peu pressé, qui prend à l’occasion dix minutes pour fumer une cigarette ou boire un verre, privilège que toute l’usine défendrait au besoin par la grève197. Pour lui, reprendre le travail le lundi, être à l’heure, se taire représentent un effort contraignant que l’habitude n’a pas complètement allégé. Comme l’écrivent au Cri du Travailleur des ouvriers qui signent : « Sans oignon, gousset vide, chaîne à rien, montre au clou », et qui se plaignent de l’insuffisance et de l’imprécision des pendules publiques, « le mince salaire que reçoit le plus grand nombre des travailleurs ne leur permet guère d’avoir en poche une montre marchant régulièrement, même dans les prix les plus modestes »198. La solennité qui, aujourd’hui encore, entoure chez nous, notamment dans les milieux populaires, le cadeau de la première montre suggère une vulgarisation récente et la conscience que l’entrée dans l’âge adulte, c’est la nécessité d’« être à l’heure »et d’« avoir l’heure ».

93Vers 1880-1890, la classe ouvrière, de même qu’elle se stabilise, se régularise pourtant. Mais la cloche, le sifflet, la fermeture des portes demeurent ses hantises, comme sont ses démons, les concierges et les pointeurs.

  • 199 Le Cri du Travailleur, 22 janvier 1888.
  • 200 Arch. dép. Loire, 92 M 17, pièce 45.
  • 201 Le Cri du Travailleur, 20 novembre 1887.

94Les conflits avec les cadres forment le fond de 5 % des grèves (149) ; ils culminent en crise (1887 : 10 %) et s’atténuent en expansion (minima : 0,9 % en 1876 ; 1,6 % en 1880). Ils sont particulièrement nombreux et vifs dans les mines (21,8 %), les tabacs (14 %), les métaux et verreries (8 %), le textile (6 %). Les régions économiquement marginales, menacées, où la main-d’œuvre conserve un caractère d’indépendance paysanne, les favorisent : ainsi, les mines de l’Aveyron (36 %), du Puy-de-Dôme, les tissages de la Haute-Saône. Ces conflits sont le signe de relations sociales peu évoluées ; ils impliquent, du côté patronal, un certain style semi-colonial pourrait-on dire, de conduite d’une entreprise selon laquelle on demande tout à l’effort salarié ; du côté ouvrier, une interprétation naïve des faits qui réduit leurs causes aux agissements individuels, faisant des rois les moteurs et les facteurs de l’histoire, et des contremaîtres ceux de l’industrie. Contre eux, les travailleurs en appellent parfois au patron, qu’ils croient mal informé, peut-être abusé. Les ouvriers de chez Pollet lui écrivent plusieurs lettres fort respectueuses pour se plaindre du contremaître Dubus199. Les mineurs de La Péronnière (Loire) dénoncent le comportement du nouveau sous-ingénieur, Lebague : « De son autorité privée (sic), il veut réviser le règlement existant... Il prétend faire travailler de 3 h 30 du matin à 4 h du soir. Les ouvriers en masse refusent formellement de souscrire à ce caprice »200. Ainsi, trop souvent, les ouvriers prennent pour des fantaisies de subalternes la mise en marche d’un plan d’austérité. Le syndicalisme, le socialisme tentent de faire sur ce point leur éducation. « Celui que la colère devra atteindre », dit Basly aux mineurs de Meurchin qui demandent le renvoi de leur sous-ingénieur, « c’est le capitaliste jouant à la Bourse sur des valeurs minières qui représentent la vie de milliers d’hommes »201. Mais au scrutin secret, les mineurs maintiennent cette revendication en tête de liste.

  • 202 Arch. dép. Loire, 92 M 17, pièce 48, com. pol. de Rive-de-Gier-préf.
  • 203 Arch. dép. Nord, M 626/8, pièce 161, com. pol. de Denain-s.-préf. Valenciennes.
  • 204 Arch. dép. Cher, M 16/1, maire-préf. 12 janvier 1887.
  • 205 Journal des Débats, 31 janvier 1886.

95A ces ingénieurs, chefs de fabrication, porions, gouverneurs (mines de la Loire), contremaîtres, visiteurs de pièce (textile), etc., que reproche-t-on ? La rigueur de leur gestion, leur dureté, leur sévérité : ils sont « inhumains ». Tel, se plante à l’entrée des puits où, par suite de l’encombrement, les mineurs stationnent longtemps avant de descendre et les renvoie « en leur disant qu’il était 6 h et que l’on ne descendait plus »202. Ces agents exercent sur les salaires et les rendements une insupportable pression : « Depuis que Nougarède est là, les salaires ont diminué beaucoup »203. Chez Pillivuyt, fabricant de porcelaines à Mehun-sur-Yèvre, Bordreuil substitue les femmes aux hommes, les paie 10 % de moins et veut ensuite imposer ces conditions à tous ; ceux qui acceptent sont pourvus d’ouvrage, non les autres204. Bernardon à Vierzon, Watrin à Decazeville, Aniel, dit « gueule de fer », à Denain s’ingénient ainsi à des rationalisations, des compressions dont ils sont les missionnaires, mais dont on les imagine surtout les initiateurs et les profiteurs. Aniel toucherait 50 000 F par an. Sur Watrin, des bruits fâcheux circulent ; au correspondant du Journal des débats, des négociants de Decazeville affirment que « M. Watrin avait offert à la Compagnie d’économiser une certaine somme sur les salaires des ouvriers, à condition qu’on lui donnât une part sur ces réductions. Ainsi s’expliquerait la fortune de M. Watrin aux dépens de ses ouvriers »205. A un niveau plus modeste, les porions du Nord sont, de fait, financièrement intéressés à l’accroissement des rendements. Ainsi, au prélèvement du capital, ces « chefs » ajoutent le leur : fait jugé d’autant plus scandaleux qu’on les estime souvent incompétents.

  • 206 Arch. dép. Loire, 92 M 31, pièce 18, mineurs de la Chazotte au préfet, 11 juillet 1889 ; ils deman (...)
  • 207 Exemple : Arch. dép. Maine-et-Loire, 71 M 2 et Arch. nat., F 12 4665, préf.-min., 26 et 28 mars 18 (...)
  • 208 Selon le mot de Proudhon : cf. M. Leroy, 1913, t. I, p. 124.

96Ce dernier reproche est, aux yeux des ouvriers, un des plus graves. « Ils ne sont bons à rien », ils « n’y connaissent rien »206, disent-ils volontiers de leurs supérieurs. Leurs ordres sont absurdes, leur négligence, aveugle et parfois meurtrière207 ; au lendemain d’accidents, les mineurs font grève et demandent presque toujours la « tête »de l’ingénieur. Ces griefs sont en partie fondés, du moins en ce qui concerne les contremaîtres. Si les ingénieurs ont « étudié », il n’existe pas de formation des agents de maîtrise (l’école des maîtres mineurs de Saint-Etienne est une intéressante et modeste exception). Ils sont choisis sur le tas, pour leur poigne plus que pour leur savoir, pour leurs qualités militaires plus que professionnelles. En eux, les ouvriers détestent les « incapacités »208 qui doivent leur carrière au favoritisme et au mouchardage : ces « lèche-bottes, sbires, flics, argousins, roussins, chiens couchants du capital... ». Qui passe contremaître est immédiatement exclu du syndicat ; la plupart des statuts prévoient formellement le cas : le contremaître, c’est celui qui a trahi.

10. Pour les huit heures (1er mai 1912)

Sorties d’usines
11 a. Châteauroux, manufacture Balsan (draps)
11 b. Commentry, usine Saint-Jacques (métallurgie)

Sorties d’usines
12 a. Roubaix, usines Motte et Delescluse (textile)
12 b Bolbec, usine du Val-Ricard (textile)

  • 209 Arch. dép. Loire, 92 M 17, pièce 84, mineurs au procureur de la République à Saint-Etienne, 1882.
  • 210 Le Cri du Peuple, 13 août 1886.
  • 211 Arch. dép. Tarn, IV M2 68, Com. pol., 16 février 1883, pièce 76 : « M. Fayolles... leur parla très (...)
  • 212 Arch. nat., F 12 4667, Grève de mai 1890.
  • 213 Arch. dép. Nord, M 626/13, pièce 49, préf.-min. de l’Int., 17 avril 1884.

97Aux cadres, on reproche encore leur comportement brutal et grossier à l’usine, méprisant et distant dans la rue. Dedans, ils sont impolis, injurieux : « M. Guillomet insulte journellement les ouvriers par des vexations et actes d’autorité blâmable », selon les mineurs de Saint-Chamond209. A Vierzon, Bernardon, directeur de la Société française de matériel agricole, « se promenait dans les ateliers armé d’un revolver et répétait souvent qu’il n’hésiterait pas à s’en servir si les ouvriers osaient le menacer »210. La morgue de Fayol à Carmaux211, de Watrin à Decazeville jouent un rôle essentiel dans l’exaspération des grévistes. A Courrières, les mineurs demandent que « les ouvriers soient traités avec plus de politesse par leurs chefs »212. Au lendemain de la grève d’Anzin (1884), les porions reçoivent si rudement les mineurs vaincus que, sur l’intervention du préfet, la compagnie doit rédiger une circulaire les invitant à « être convenables et polis »213.

  • 214 Arch. dép. Loire, 92 M 14, pièce 18, placard apposé au puits Lachaux en 1875

98Dehors, ils sont inabordables : « Nous voulons qu’on change cette nation de gouverneur, car c’est une famille qu’ils se tiennent tous par la main, car c’est une nation qu’il n’y a pas moyen de leur parler. Vous les trouverez souvent par les rues. J’aurais envie de leur demander de l’ouvrage, ils sont fiers et opulents »214. Certains contremaîtres fraîchement sortis du rang mettent un soin tout particulier à se démarquer, à prendre leurs distances ; dans la rue comme à l’usine, ils s’habillent différemment ; au marché, leurs épouses portent chapeau, elles ne « causent » pas aux femmes d’ouvriers.

  • 215 L’Ouvrier Mineur, 25 février 1884.
  • 216 Le Cri du Peuple, 7 avril 1888.
  • 217 Arch. nat., F 12 4656, 1887, Aveyron.

99Si, de surcroît, les cadres sont étrangers, l’irritation est à son comble. A plusieurs reprises, des ouvriers refusent de travailler sous la direction de contremaîtres allemands. Belges ou italiens, les agents de maîtrise passent pour user de favoritisme vis-à-vis de leurs compatriotes, pour être de véritables filières d’immigration. A Courcelles-les-Lens, l’un déclare que « si les ouvriers français ne voulaient pas travailler comme il l’entendait, il avait des brigades d’ouvriers belges toutes prêtes pour les remplacer »215. Amiable, autre Belge, sous-directeur exécré de la verrerie de Pantin, tient de semblables propos216. A Saint-Martin-de-Bouillac, dans le Rouergue sauvage, des mineurs se rebellent contre un nouveau venu : Hoskins. « Nous ferons comme à Watrin ; il faut tuer les Anglais »217. Et Watrin dut à sa réputation de Prussien (fausse : il était Lorrain) un surcroît de haine.

100Notons d’ailleurs des degrés dans la virulence, des nuances dans le ton. Envers les contremaîtres, caporaux tracassiers mais quotidiens, familiers, souvent comiques, transfuges sans doute, mais voisins tout de même, il est surtout de raillerie persiflante, de moquerie truculente et bouffonne. Les cadres supérieurs (tout ce que les ouvriers englobent sous le vocable d’ « ingénieurs ») suscitent un plus profond malaise. Investis d’une autorité lointaine, ils font trembler. On ne les connaît pas. Ces transplantés parlent un autre langage. Aux ouvriers, tout les oppose, la religion, la culture, la politique. Dans les communes minières, leur rôle et leurs rêves dépassent les limites de l’entreprise ; ils surveillent l’assistance à la messe, la fréquentation des écoles congréganistes, la rectitude des votes. Ces étrangers, qu’on imagine frustrés des plaisirs de la ville, sevrés de relations sociales, aspirent au prestige, ils prétendent être des notables régnant sur leurs gens, octroyant les faveurs ; ils ont une mauvaise odeur d’Ancien Régime. C’est pourquoi les grèves de mineurs, notamment dans le Midi jacobin, en ces années où la nostalgie monarchique s’aigrit du spectacle de l’espérance républicaine, côtoient la fronde politique.

  • 218 Fait rapporté par R. Trempé que je remercie pour tout ce qu’elle a bien voulu me suggérer sur les (...)
  • 219 P. Guillaume, 1963, a ouvert la voie. Des travaux sont en voie de publication : Marcel Gillet, ou (...)

101Sans doute, telle une loupe grossissante et déformante, ces conflits nous livrent un certain visage — hargneux — des cadres, un certain type de rapports — brutaux — avec eux. D’autres relations pouvaient exister, empreintes le plus souvent d’indifférence tranquille, parfois même de cordialité, ou d’admiration. Les mineurs de Bessèges ont pleuré Jouguet parce qu’il était juste. Çà et là des grèves se sont produites contre le déplacement d’un chef apprécié. A Denain, les mineurs soulevés contre Aniel, nouveau directeur désigné par Schneider, puissant et redoutable, pour activer l’exploitation trop molle des Mathieu, proclament leur attachement à cette famille installée depuis longtemps parmi eux ; trait paysan, les ouvriers n’aiment guère les « horsains ». Tel administrateur de Carmaux a laissé dans le pays l’image, vivante aujourd’hui encore, d’un gentleman brillant et probe, un Swann aux fastueux équipages, dont on admirait la prestance lorsqu’il effectuait, ponctuel et svelte, ses tournées à cheval dans tout le bassin218. Sur les cadres, leur origine, leur niveau et leur genre de vie, leur formation et leurs conceptions techniques, leur mentalité, leur carrière..., les données, les études font singulièrement défaut219. Quoi qu’il en soit, l’impression prévaut d’une coupure entre le monde des cadres et celui des ouvriers, infiniment plus forte qu’aujourd’hui où s’esquisse parfois entre eux la trame d’une « conscience salariale », coupure fondée probablement sur une distance plus grande des revenus et de la culture. La hiérarchie s’inscrit dans la géographie urbaine : dans les localités minières, maison du directeur (le « château »), demeures des ingénieurs, quartier des maîtres mineurs sont autant d’ensembles distincts, cantonnés, isolés par des murs et des rideaux d’arbres. Le jardin — clos ombreux des ingénieurs, arpents découverts des mineurs — est ici une frontière et un signe, une protection et un symbole.

  • 220 Rapport de Bourchet, secrétaire de la Fédération du cuivre sur « l’organisation de la société au l (...)
  • 221 Pataud et Pouget, 1911, p. 153.

102Contraints de se plier aux réalités, les ouvriers les abolissent en songe. Ils projettent dans l’avenir leurs nostalgies. La révolution sera la fin des contraintes, l’ouvrier libre dans l’atelier libre, voire l’artisanat retrouvé : « Pas de cloches, pas de sifflets, pas de règlements, pas de défenses. L’entrée et la sortie libres, le repos au gré de tous, et le travail s’effectuant en même temps que s’échangeraient les idées et qu’on se rappellerait les temps à jamais bannis où l’homme travaillait... sous la férule du garde-chiourme »220 « Une fois la prise de possession opérée, lorsque certains compagnons manifestèrent le désir de travailler en artisans, isolément, il ne fut pas fait opposition à leur préférences »221. A bien des égards, le syndicalisme révolutionnaire est le refus de la société industrielle, la recherche d’un temps perdu.

4. DÉFENSE DE LA LIBERTÉ SYNDICALE

103Inexistant avant 1880, ce mobile apparaît ensuite assez régulièrement, parallèlement au développement des associations ouvrières que la tolérance gouvernementale (dès 1878) puis la loi de 1884, favorisent ; il culmine en chiffres absolus (11 cas) en 1890, en proportion en 1887 (existant dans 5 % des grèves). Mais, on le voit, le niveau atteint est fort modeste : 75 cas au total, soit 1,6 % de l’ensemble des revendications émises et 2,6 % des grèves. Les problèmes syndicaux ne sont encore la préoccupation que d’une minorité ; d’autre part, la récession a été pour le patronat la plus involontaire et la meilleure des parades : après la poussée 1878-1882, le syndicalisme s’est émietté, pour renaître, il est vrai, avec une vigueur nouvelle à partir de 1887-1890.

  • 222 Jaurès verra dans le décalage des deux ordres de choses la clef, la raison d’être, et comme le cha (...)
  • 223 Sur l’importance du principe d’autorité dans la France contemporaine, cf. S. Hoffmann, 1965.
  • 224 Arch. dép. Nord, M 626/13, pièce 116, préf.-min., 26 février 1884.
  • 225 Arch. nat., F 12 4667, préf. Pas-de-Calais-min. Com., 31 janvier 1890.
  • 226 Le Temps, 8 mai 1888 : « Certains patrons avaient été, disent-ils, débordés : ils n’avaient plus d (...)

104Cependant, ces grèves ont eu un retentissement bien supérieur à leur faible nombre. Elles dépassent, en effet, le simple et banal conflit salarial ; elles touchent à la question fondamentale des relations industrielles. L’avènement de la démocratie politique souligne l’anachronisme des mœurs économiques222. Tandis que les patrons anglo-saxons acceptent peu à peu la négociation avec les syndicats, le patronat français adossait ses répugnances économiques à toute une tradition politique, familiale, scolaire d’autorité. Produit d’une société qui, aujourd’hui encore, laisse difficilement place à la contestation, il la refuse223. Bousculé par les aspirations du « Quatrième Etat » au gouvernement représentatif et constitutionnel des entreprises, entamé par la nouvelle législation (loi de 1884, loi de 1890 sur les délégués mineurs), l’absolutisme patronal se défend d’autant plus âprement qu’il se sent légitime et menacé. On est frappé par l’accent de bonne conscience, la certitude que les patrons ont de leurs justes prérogatives : il y a une théorie du droit naturel patronal, à la Hobbes. Au préfet du Nord, qui s’étonne du renvoi de cent quarante ouvriers alors que la grève semblait en voie de conciliation, le directeur de la Compagnie d’Anzin rétorque « qu’il fallait tôt ou tard en venir là..., que depuis un an la Compagnie était tous les huit jours... villipendée en la personne de ses chefs par l’écume des chantiers, que c’était une situation déshonorante, destructive de la discipline et mortelle pour l’industrie »224 ; six ans plus tard, en pareille occurrence, les administrateurs de la Compagnie de Lens disent au préfet « qu’ils n’ont fait qu’user du droit incontestable qui leur appartient de renvoyer les ouvriers qui injurient la Compagnie ou ses employés »225. D’autre part, le patronat se sent et se peint agressé ; il se dit bafoué, « villipendé », « déshonoré », « débordé »226 ; il se croit perdu. Attitude ? Pas toujours. La vivacité de ses craintes, lors du 1er Mai 1890, montre une certaine renaissance de la peur sociale.

  • 227 Arch. dép. Nord, M 626/13, pièce 17, préf.-min. de l’Int., 17 mars 1884.
  • 228 R. Trempé a montré que ce principe était la pierre angulaire de la psychologie et du comportement (...)
  • 229 Cité par R. Trempé, 1963, p. 68 : « Que la grève se prolonge, que des dégâts matériels soient à cr (...)
  • 230 Le Paris, 6 mai 1888, interview de M. Vidié.
  • 231 Arch. dép. Rhône, M, Grèves, 1890, préf.-min. de l’Int., 14 octobre 1889 : « Les patrons ne veulen (...)
  • 232 Le patronat français semble être un des plus tenacement rebelles au syndicalisme ouvrier. Sur la s (...)

105Des principes fondamentaux sont ici en jeu, sur lesquels, estime Jules Cambon en 1884, « la conciliation paraît impossible »227 : principe d’autorité228, mêlé à celui du patronage social. Le patron veut être obéi : « être le maître chez soi »demeure la règle d’or du gouvernement des usines, à laquelle les intérêts à court terme doivent être sacrifiés : « Mieux vaut tout que la faiblesse », écrivait en 1869 l’administrateur délégué des mines de Car- maux229. « Nous allons y perdre des centaines de mille francs », disent pareillement les maîtres verriers parisiens qui ont fermé leurs établissements, « mais nous resterons maîtres de notre industrie »230. Mais en même temps, le patron voudrait être aimé ; chef, il se veut aussi père ; il considère l’intervention de personnalités ou d’organisations extérieures comme une rupture du cercle familial. L’image que son langage nous livre de lui-même est un mélange composite d’assurance propriétaire (les droits du capital), de raideur militaire (l’ordre et la discipline) et de condescendance aristocratique : comme les Guermantes disent « nos gens », il dit « nos ouvriers » et prétend ne connaître que les siens. La chambre syndicale, c’est la grande intruse231. Le conflit a des racines psychologiques, les plus difficiles à extirper232.

  • 233 Arch. dép. Cher, M 27, Grèves : en 1887, à la verrerie Godefroy, renvoi de Charbonnier, ex-délégué (...)
  • 234 Arch. dép. Nord, M 626/13, pièce 17, s.-préf. Douai-préf., 3 mars 1884.
  • 235 Le Matin, 18 août 1886 : « La grève a été occasionnée par les renvois successifs d’ouvriers suspec (...)
  • 236 Arch. dép. Nord, M 154/61, pièce 80.
  • 237 M 619/6, pièce 11, com. spéc. du Blanc-Misseron, 7 février 1883 : « Déjà des commandes importantes (...)
  • 238 Le Cri du Peuple, 15 novembre 1887.
  • 239 D. Halévy, 1901, p. 51.

106La lutte contre le syndicalisme ouvrier a pris bien des formes diverses. Plus tard subtile et rusée, elle est encore à cette époque ouverte et rudimentaire. Le renvoi est son arme majeure. Tantôt, escomptant la passivité de l’ensemble, le patron cherche, en excluant quelques militants, à faire un exemple, à décapiter le mouvement. La poursuite des « meneurs », pistés d’un établissement à l’autre, a été particulièrement active dans les verreries à partir de 1887233. Tantôt, lorsque la gangrène gagne, les industriels procèdent à une véritable épuration de leur personnel : ainsi, à Anzin, en 1884, les cent quarante congédiés, « l’écume des chantiers », selon le directeur, « ont été pris parmi les plus influents, les plus intelligents des mineurs... C’est pour les empêcher de devenir conseillers municipaux d’Abscon, d’Escaudain, de Denain qu’on les a remerciés »234. Il en va de même à Vierzon en 1886235, à Lens en 1890... En 1883, dans la région de Valenciennes, les métallurgistes, après consultation du procureur de la République, « ont décidé de renvoyer une quinzaine d’ouvriers à la fois, de chaque atelier, et à des jours différents, et de continuer ainsi toutes les semaines jusqu’à arrêt complet »236, prétextant que les exigences de la chambre syndicale ouvrière ont fait fuir les commandes vers des lieux plus sereins237. Parfois, les patrons s’abritent derrière des nécessités économiques, réelles ou supposées ; mais plus souvent encore, sûr d’un bon droit qu’on ne leur conteste qu’à peine, ils déclarent brutalement, ouvertement, qu’ils ne veulent ni syndicat, ni syndiqués. Ils exigent des ouvriers, à l’embauche, la renonciation écrite à tout engagement, et, dans le cas de grévistes venant à résipiscence, la remise de leurs livrets syndicaux : à Nouzon, « le patron fit mander [les ouvriers] à son bureau, et là, il brûla en leur présence des livrets de la chambre syndicale qu’ils lui avaient remis »238. Dans la région de Valenciennes, selon Daniel Halévy, les patrons métallurgistes procèdent ainsi à de spectaculaires autodafés : les ouvriers « durent assister, le cœur serré, à une étrange parade d’exécution : leurs pauvres papiers furent entassés au milieu de la cour, et détruits par le feu »239.

  • 240 M. Leroy, 1913, t. I, p. 233.
  • 241 Arch. dép. Nord, M 154/61, M 619/6 et M 626/11. L’action commence chez Dubois-Descamps à Raismes ; (...)
  • 242 Arch. préf. pol., BA 168, pièce 170.
  • 244 Guesde écrit dans Le Cri du Peuple, 20 août 1886 : « Ce n’est pas seulement pour leur salaire, c’e (...)
  • 245 Arch. nat., F 12 4667, Pas-de-Calais, préf.-min. Com., 31 janvier 1890.
  • 246 Arch. dép. Nord, M 626/11, pièce 88, s.-préf., 17 mars 1883.
  • 247 Arch. dép. Nord, M 626/13, pièce 79, s.-préf.-préf„ 8 avril 1884.
  • 248 De nombreux projets ont été déposés pour compléter sur ce point la loi de 1884 : cf. P. Pic, 1902, (...)
  • 249 Lors de la grève d’Anzin, Giard, dans son interpellation à la Chambre, rapporte les propos du duc (...)

107A ces renvois, à ces brimades, les ouvriers répliquent par la grève dite de « dignité »240, qui nous occupe présentement. Ces conflits se caractérisent d’abord par leur extrême longueur : 45 jours de durée moyenne, avec des records : la grève des couverturiers de Cours (1889-1890) dure 262 jours, celle des métallurgistes de Vierzon (1886) 255, celle des facteurs de pianos de Paris (1881) 156, celle des ardoisiers de Fumay 69, celle des mineurs d’Anzin (1884) 56, etc. Sur les principes, on ne transige pas. Pénétrés du sentiment d’engager leur existence même et celle de leur classe, les adversaires mobilisent leurs forces, consolident leurs positions. Non seulement les patrons s’accordent pour le lock-out, dont la proportion est ici exceptionnellement forte (19 %, contre 3 % pour l’ensemble des grèves), mais ils forment à leur tour des associations : nés en répliques au syndicat ouvrier, les premiers syndicats patronaux sont des organismes de lutte sociale : ainsi, la première Chambre patronale de la métallurgie du Nord s’est fondée, début 1883, essentiellement pour enrayer l’action syndicale ouvrière en éliminant les syndiqués241. Il en va de même du Syndicat des patrons verriers de Paris en 1888, de celui des fabricants choletais (1888), des métallurgistes bordelais (1888) ; à la Fédération parisienne ouvrière de l’ameublement en 1882 répond une « Fédération patronale de l’ameublement »242. De leur côté, les leaders ouvriers, conscients de la grandeur de l’enjeu244, tentent de galvaniser leur monde ; les journaux socialistes ouvrent des souscriptions : ces grèves bénéficient toutes proportions gardées de secours financiers exceptionnels. C’est la guerre d’usure. Par ailleurs, la négociation est impossible, puisque les patrons ne reconnaissent pas pour interlocuteur valable le seul que les ouvriers admettent : le syndicat. Enfin, les pouvoirs publics font preuve de beaucoup d’embarras. Certains (Jules Cambon au début de la grève d’Anzin, en 1884, Veldurand à Lens en 1890245), tentent de modérer la vindicte patronale ; d’autres, au contraire, se réjouissent de l’écrasement des syndicats ouvriers, ces trouble-fête. Ayant froidement éconduit une délégation menée par le député du Nord, Giard, venue solliciter la protection des syndiqués de la métallurgie, le sous-préfet de Valenciennes écrit à son supérieur : « J’estime que la démarche dont je vous rends compte sera un des derniers battements d’aile du vilain oiseau qui s’appelle Lagache à Lille, Criquelion à Anzin, Lefebvre à Dorignies, collectivistes ou progressistes partout »246 ; le même parlera avec humeur, après le vote de mars 1884, « des lois sentimentales qu’a votées la chambre »247. Mais, la loi de 1884 ne prévoyant aucune sanction contre les violateurs des libertés syndicales248, les autorités se réfugient dans l’inertie et le gouvernement, dans le silence249. Privés de toute médiation, les grèves s’éternisent.

  • 250 Arch. dép. Nord, M 626/17, pièce 676.
  • 251 Arch. dép. Nord, M 626/13, pièce 32, préf.-min., 8 mars 1884. Le Figaro, 12 mars 1884.

108Ce sont des conflits « modem style », aux lignes apaisées, riches en péripéties, mais généralement calmes. Tenant à faire la démonstration de la maturité ouvrière, les chambres syndicales prêchent la modération et la discipline : « Il ne faut pas que parmi nous, on rencontre une seul ivrogne ni un seul braillard. Il faut que le calme le plus complet règne, à seule fin de montrer aux autorités qu’on ne veut pas se révolter, mais simplement briser la chaîne que la compagnie veut mettre à chacun des ouvriers », recommande Fauviau aux mineurs d’Anzin250. Moins de promenades chantantes, de bruyants cortèges ; au contraire, floraison de réunions, de meetings, où interviennent journalistes et leaders. La rue se vide et les salles s’emplissent ; l’ouvrier cesse de marcher, de déambuler, il s’assied, il écoute ce discours encore neuf qui lui dit l’importance de sa cause : « Citoyens, la France entière a les yeux fixés sur vous »; il se sent rehaussé en dignité. « Cela flatte surtout l’amour propre », dit Jules Cambon. Et le reporter du Figaro, à l’issue d’une de ces réunions : « Tous semblent avoir le sentiment de faire grand »251.

109Cette conviction, pourtant, n’est encore que celle d’un petit noyau. Ce type de grève ne réunit pas toujours une participation unanime ; au sein de l’usine, les catégories marginales, les moins payées, les moins qualifiées — femmes, manœuvres — se dérobent. Et passée l’euphorie des commencements, l’érosion du temps, de la privation, rendent difficile la cohésion de la grève. D’où un fort pourcentage d’échecs : 66 % (contre 49 % pour l’ensemble des grèves).

110Enfin, seul un petit nombre de professions et de régions est concerné. Métallurgistes et verriers, en pleine phase de gestation fédérative, les plus préoccupés d’institutions et de médiation syndicales, viennent en tête, avec 21 et 17 cas, ils rassemblent 28 et 22 % du total. Industries du livre, des mines, industrie chimique (à cause des tabacs) offrent des pourcentages d’apparition supérieure à la moyenne. Par contre, ceux-ci sont inférieurs dans les industries du bois (1,2 %), le textile (1,1 %), la construction en pierres (1 %), les cuirs et peaux (0,9 %), c’est-à-dire à la fois dans des professions, au demeurant peu concentrées, où l’organisation corporative est acclimatée de longue date (bâtiment, cuirs et peaux), et dans celle où elle débute à peine (textile). La géographie de ces conflits est pareillement très condensée, en dix-huit départements seulement, dont quatre présentent des proportions supérieures à la moyenne :

111Ardennes 11 %

112Cher 9,9 %

113Seine 5,4 %

114Rhône 3,8 %

  • 252 La Tribune publique est, à Cholet, l’organe de la chambre syndicale et de la fraction socialiste d (...)
  • 253 Vaillant se rend dans le Cher, J.-B. Clément, Faillet et Allemane dans les Ardennes, Lachize à Cou (...)
  • 254 le Cri du Peuple, 8 janvier 1887.
  • 255 Sur cette grève, Arch. dép. Maine-et-Loire, 71 M 2 ; La Tribune publique, 4 mars 1888, écrit : « L (...)
  • 256 Le Temps, 16 juin 1885. Sur cette grève qui eut à l’époque un gros retentissement, voir Arch. nat. (...)

115Château-Regnault (1885), Fumay (1887, 1890), Nouzon (1890), Vivier-au-Court, Vierzon (1886-1887), et aussi Cours, Cholet... furent ainsi les modestes épicentres de la lutte syndicale, bourgades demi campagnardes où les jardins l’emportent sur les usines. Le fait tient en grande partie à la conjoncture locale : un vieux fond de rébellion paysanne a facilité l’implantation précoce d’un noyau socialiste, greffé sur un jacobinisme ancien : blanquiste dans le Cher, à Cours, possibiliste dans les Ardennes et à Cholet..., qui apporte aux syndicats un soutien actif, l’appui de sa presse252, de ses leaders253 et de ses élus municipaux. De sorte que ces conflits revêtent, une fois de plus, une allure politico-sociale, opposant les bleus et les rouges, bien plus souvent encore, les bleus et les blancs, autour du pouvoir communal. Au conseil municipal de Vierzon, modérés et socialistes s’affrontent et lorsque Baudin et Rossignol, incarcérés à la suite des troubles d’août 1886, sortent de prison, plusieurs milliers de personnes les acclament et conspuent « la clique brissonnienne »254. A Château-Regnault, la grève n’oppose pas seulement les ouvriers à leur patron, Maré, mais celui-ci (maire de la ville, orléaniste, dit-on) à la fraction républicaine du conseil municipal qui exige du préfet la révocation de leur édile. A Cholet, les conseillers socialistes, Chérion, Vigneron et Allard, dirigent La Tribune Publique et la Chambre syndicale ; celle-ci n’est pas seulement la gardienne des salaires, mais aussi la promotrice des enterrements civils, où les ouvriers se rendent en masse, à la grande inquiétude des patrons : l’interdiction faite par Pellaumail, principal industriel, d’assister collectivement à une telle cérémonie est le point de départ de la grève de 1888255… La population prend parti ; les commerçants jouent un rôle actif ; les manifestations ont une ambiance de fête villageoise : à Château-Regnault, les grévistes enlèvent au crieur public, chargé d’annonces municipales hostiles, son tambour et ses baguettes ; et ne pouvant, par suite de l’interdiction du maire, utiliser ses services pour faire savoir leurs réunions, ils tapent sur des casseroles avec des pelles à feu256.

116La grève de défense syndicale a donc des aspects contrastés.

117Pour être complet, un tableau de la revendication ouvrière devrait englober celle qui émane des syndicats et des congrès. Les premiers n’ont encore qu’une existence fluctuante, parfois confondue avec la grève pour laquelle, souvent, ils ont été conçus ; leur programme est de ce fait limité ; leurs statuts mettent au premier plan la défense et la promotion du salaire, et s’ils parlent aussi d’éducation professionnelle, de placement, ces objectifs restent en général assez théoriques.

  • 257 R. Brécy, 1963, passim.

118Quant aux congrès, leurs ordres du jour témoignent de préoccupations beaucoup plus larges, qui n’ont qu’un rapport réduit avec les réclamations courantes des travailleurs ; ils sont l’œuvre d’une élite restreinte, dont il faudrait préciser le caractère représentatif, imprégnée d’idéologie. Ainsi trouve-t-on aux trois congrès de Paris, Lyon et Marseille, les questions suivantes : travail des femmes, chambres syndicales, associations coopératives, enseignement et instruction professionnels, apprentissage, représentation directe du prolétariat aux corps élus. La question des caisses de retraite et d’assurances, traitée aux deux premiers congrès, disparaît du troisième qui ajoute d’ailleurs bien d’autres points. Les congrès suivants, de 1881 à 1886, se laissent davantage dominer par les problèmes politiques ; les plus concrets sont ceux des possibilistes (Paris, 1883, Rennes, 1884, Charleville, 1887) où l’on discute de la fixation d’un minimum légal du salaire et de la durée du travail, du repos hebdomadaire, de la suppression du travail aux pièces et du marchandage, des accidents du travail, de la limitation de la main-d’œuvre étrangère, des heures supplémentaires. La Fédération des syndicats, créée en 1886, s’intéresse surtout à la journée de huit heures, seule revendication jugée vraiment révolutionnaire par les guesdistes qui la dirigeaient ; néanmoins, les résolutions votées par exemple au congrès de Bordeaux (1888) se rapprochent beaucoup du programme possibiliste. Un regard rapide sur les ordres du jour des congrès de la C.G.T.257 suggère qu’en dépit de ses options fondamentales, la Centrale n’a jamais perdu de vue la conjoncture immédiate.

119Les revendications jaillies des grèves sont certainement celles qui ont le plus de racines : c’est là tout leur intérêt. A travers elles, l’ouvrier apparaît comme un salarié conscient et « raisonnable », aux ambitions modestes et familiales, à l’horizon limité, encore peu préoccupé de loisir ou d’institutions syndicales, volontiers tourné vers le passé, qu’il embellit, haïssant l’usine, s’y pliant pourtant, en voie d’adaptation à la société industrielle, capable de comptabilité, de comparaison, de calcul, avec des résurgences de paysan rebelle et frondeur. Mais ce portrait-robot laisse entrevoir bien des variantes. A des types différents de revendications correspondent des supports sociologiques variés, comme aussi divers types d’organisation et d’action, divers types de grèves. Ouvrons maintenant cet éventail.

Notes

1 21 grèves, soit 0,7 %, se sont terminées sans qu’aucune revendication ait été formulée.

2 Pour 672 grèves, 987 usages de l’écrit : lettres aux patrons, 295 ; communiqués à la presse, 290 ; affiches et tracts, 121 ; correspondance ouvrière, 120 ; lettres aux autorités, 72 ; pétitions, 48; divers : 41.

3 Dans 9 % des grèves se déroulant dans des établissements gérés par un patronat familial, il y a lettre au patron ; la proportion s’élève à 13 % dans les sociétés anonymes. Ne pouvant parler au patron, on lui écrit.

4 Ces trois catégories ont des proportions exceptionnelles de grèves écrivantes : 56 %, 47 % et 45 % respectivement.

5 Le Forçat, 15 octobre 1882, donne le texte d’une lettre adressée à MM. Leblan, filateurs, par leur personnel qui signe « vos ouvrières fileuses » ; les patrons refusent de répondre sous prétexte que la lettre n’est pas signée nominativement.

6 Arch. dép. Tarn, IV M2 68, pièce 83, préf.-min. de l’Int., 16 février 1883 : « L’administration rejette cette offre sous prétexte que la lettre envoyée par les ouvriers n’était pas signée... Les ouvriers ont alors écrit une seconde lettre estampillée cette fois au moyen du cachet du cercle des travailleurs, mais toujours sans signature, de peur de devenir individuellement l’objet des rancunes de l’administration. ». Nombreux autres exemples de cet ordre.

7 Arch. préf. pol., B A 174, pièce 444, rapport du 5 mars 1876.

8 Arch. préf. pol., BA 171, pièce 12, texte de 1878.

9 Arch. nat., F 12 4654, circulaire d’octobre 1876 adressée aux patrons par le syndicat des selliers de Paris (imprimé).

10 Le Rappel, 9 novembre 1879.

11 Arch. préf. pol., B A 173, pièce 336, texte imprimé, 29 avril 1885.

12 Arch. dép. Isère, 166 M 1, lettre des cardeurs de Vizille, mai 1872.

13 Arch. dép. Gironde, M 1189, pièce 83, lettre à M. Vieillard, patron faïencier de Bordeaux, 13 novembre 1887. La lettre commence ainsi : « Le soussigné, délégué par tous ses camarades mouleurs d’assiettes, a l’honneur de vous informer qu’ils ont décidé... »Suit une liste de revendications. Puis : « Le soussigné vous prie de lui adresser une réponse par écrit..., et ce, demain lundi, avant 10 h du matin. »

14 En 1876, les paveurs de Paris préparent un texte des engagements patronaux que chaque ouvrier doit faire signer par son patron : cf. Les Droits de l’Homme, 27 juin 1876.

15 Voici le billet qu’ « un groupe d’ouvriers socialistes » envoie à « Messieurs Poron », bonnetiers de Troyes : « Nous avons l’honneur de vous prévenir que nous vous donnons encore quatre jours pour nous donner une réponse définitive. Si d’ici ce délai, nous n’avons pas de réponse favorable à notre demande..., vous cesserez de vivre et vos ateliers seront la proie des flammes », Arch. nat., F 12 4656, 12 juin 1880.

16 Durant une grève, en 1884, les boucheurs à l’émeri écrivent des lettres anonymes à leurs patrons, les traitant de ventrus, d’exploiteurs, etc. Ils sont, il est vrai, désavoués par le syndicat; cf. Arch. préf. pol., BA 181, pièce 27, rapport du 20 mai 1884.

17 On pourrait citer de nombreux exemples : en 1873, tisserands de coton de Saint- Jean-Labussière, tisserands de l’arrondissement de Cholet; en 1882, tisseurs de Voiron, etc. L’usage du papier timbré est, curieusement, surtout le fait du textile.

18 C’est ainsi à Castres en 1872, Arch. dép. Tarn, IV M2 65, s.-préf.-préf., 8 avril 1872 : « Je les (les tisserands) autorisai à se réunir, en les engageant à nommer une commission de délégués, chargés de rédiger leurs prétentions et de les soutenir auprès de leurs patrons. ». De même, à Montceau en 1878. A Firminy en 1880, le préfet Thomson a une entrevue avec 150 mineurs en grève depuis la veille et les engage à rédiger leurs griefs : « si cet exposé réunit un nombre de signatures tel qu’il puisse passer pour l’expression des vœux de la majorité des mineurs... il priera les administrateurs de la compagnie de vouloir l’examiner ». Cf. Arch. dép. Loire, 92 M 16 et Le Nouvelliste de Lyon, 5 janvier 1880. Il arrive que les ouvriers craignent un piège et refusent d’écrire : ainsi à Paris, chez Herrenschmidt, important sellier militaire. La chambre syndicale lui envoie des délégués ; il demande un texte signé, les ouvriers se récusent, cf. Arch. préf. pol., BA 175, pièce 221, rapport de police du 17 mars 1879.

19 Arch. dép. Nord, M 635/46, pièce 16, rapport gendarmerie, 12 août 1876.

20 Arch. nat., F 12 4667, mineurs de Saint-Eloy, 1890.

21 Arch. préf. pol., BA 177, Grève des charretiers de la Compagnie Lesage. Les charretiers ont signé le texte (une cinquantaine de signatures).

22 Arch. dép. Rhône, M, Grèves 1871-1879, lettre du 19 septembre 1875.

23 Arch. dép. Loire, 92 M 14.

24 Arch. préf. pol., BA 186, pièce 30. Demiselle, considéré comme le principal meneur de la grève de 1877, est condamné à dix-huit mois de prison.

25 Pour une étude d’ensemble, voir j.-c. Toutain, 1963, chap. iv : « Population et instruction », p. 215-242 ; M. Fleury et P. Valmary, 1957 : l’enquête de Louis Maggiolo qui comporte des données pour les débuts de la Troisième République, a dû exclure les grandes villes ; voir aussi G. Duveau, 1946, p. 434 et sq.

26 F 17 12317-12323.

27 P. 404.

28 Annuaire du Nord, 1880. « L’enfant ne reste pas assez à l’école, il y vient de bonne heure, de trop bonne heure, car alors il est pour elle un embarras ; il l’encombre, il doit être l’objet d’une surveillance assidue ; on n’a pas le temps de s’en occuper ; on ne peut que lui demander d’être tranquille... Il en sort trop tôt, attiré par l’agriculture et l’industrie... »

29 Arch. nat., C 3020.

30 Ibid.

31 Arch. nat., C 3021, Gard.

32 Ces conflits ont eu lieu : dans les Ardennes (3 fois, en 1874, 1875, 1890), à Graulhet (Tarn) en 1889, à Blois (1880), Reims (1885), dans une tuilerie de l’Aube (1887). Ils ont eu pour acteurs des ardoisiers, cordonniers, mégissiers en peaux, chapeliers, ferronniers, tisseurs. Les seuls sérieux ont été ceux de Fumay (1874 et 1875), marqués de luddites et suivis de sévères condamnations ; et de Graulhet (1889), où la chambre syndicale mène une lutte sans issue contre l’introduction de la roulette mécanique à lisser les peaux.

33 Ces grèves contre les étrangers ont été incluses dans l’étude plus générale des mouvements xénophobes. Je n’y reviendrai pas.

34 On a vu la place de l’argument « cherté » : cf. p. 125. Sur la place de la famille dans la revendication, voir aussi p. 134. Il y a d’innombrables textes : exemples, Arch. dép. Nord, M 626/10, pièce 28, 23 octobre 1880, lettre des mineurs de Denain : « Les salaires actuels sont insuffisants pour élever honnêtement nos enfants... »; Arch. dép. Tarn, IV M2 65, pétition des ouvriers menuisiers aux patrons du 18 novembre 1871 : « considérant que la vie devient de plus en plus chère pour l’élévation de leur famille... ».

35 Le Cri du Peuple, 22 mai 1885, appel des ouvriers tailleurs de Paris.

36 Le Temps, 3 novembre 1871, lettre des charpentiers de Roubaix qui arguent de la longueur de l’apprentissage ; « leurs travaux réclament de l’intelligence, des soins et de la fatigue ». De même, les menuisiers d’Albi, 18 novembre 1871.

37 A. Tiano, 1958, p. 322.

38 Aux Etats-Unis, les études de Seltzer ont montré le rôle de grandes sociétés comme l’U.S. Steel Corporation dans la détermination des salaires de la sidérurgie. En France, la régie Renault joue ce rôle au plan national ; en province, Tiano (cf. p. 323) citait Dunlop, Bessonneau (maintenant disparu) à Angers, les Chantiers de l’Atlantique, etc.

39 Arch. dép. Nord, M 625/46, pièce 4, rapport gendarmerie, 3 novembre 1876 : les tisseurs de Carlier à Wignehies invoquent l’exemple de l’établissement Boussus.

40 En 1886, les ouvriers d’un établissement Seydoux à Bousies revendiquent le tarif appliqué au Cateau par un autre établissement Seydoux.

41 Le Radical, 9 mai 1872.

42 Arch. dép. Tarn, IV M2 65, préf.-min., 23 mars 1872.

43 Arch. dép. Seine-et-Oise, IV M 11/1.

44 Le Temps, 3 novembre 1871 : ils demandent 50 c de l’heure, « considérant que le prix de l’heure est de 50 c à Paris et que la vie est aussi chère à Roubaix qu’à Paris »

45 Le Rappel, 31 juillet 1878.

46 Le Prolétariat, 28 juin 1890.

47 Arch. dép. Bouches-du-Rhône, M 6 2020 ; Arch. dép. Alpes-Maritimes, V M (1) ; Arch. nat., F 12 4656.

48 Arch. dép. Loire, 92 M 17, 1881.

49 Arch. dép. Isère, 166 M 2, Grève de 1883 dans huit fabriques. Le principal argument des ouvriers est le tarif pratiqué par Tréfousse : 4,50 F pour 10 h. A Grenoble, les ouvriers ne gagnent que 4 F et la vie est plus chère. Les patrons reconnaissent les faits mais allèguent que leur organisation n’est pas aussi moderne que celle de Tréfousse, ni aussi concentrée.

50 Arch. nat., C 3021, Gard.

51 Arch. dép. Nord, M 627/2.

52 Arch. dép. Gironde, M 1188, pièce 238, pétition des ouvriers au préfet, juillet 1885.

53 Arch. préf. pol., BA 175 : en 1887, grèves à Paris, Rennes et Bourges ; en 1889, à Paris, Toulouse, Lyon, Marseille, Rennes.

54 Arch. nat., F 12 4656, Grève de 1886.

55 Arch. nat., F 12 4663, Statuts de la Fédération typographique, 1881.

56 Le Temps, 16 novembre 1871.

57 Le Rappel, 31 juillet 1878.

58 L’Intransigeant, 24 décembre 1881.

59 F 12 4667.

60 Proust, Recherche..., éd. La Pléiade, t. I, p. 486 : « Françoise, économe, comptait par sous, non par louis comme les décavés. »

61 J.J. Silvestre, 1966.

62 L’ouvrage de D. Schloss, 1902, concerne essentiellement l’Angleterre. Mais les commentaires et notes abondantes que Rist y a ajoutés en font une source excellente pour la connaissance des systèmes de salaire en France à cette époque.

63 B. Mottez, 1966 ; importante bibliographie. Voir aussi du même auteur, 1967.

64 Arch. nat., F 12 4653, préf. Aisne-min. Com., 22 avril 1874 : « A dater de la mise en vigueur du nouveau tarif qui rétribue les ouvriers dans la proportion du travail par eux exécuté, c’est-à-dire suivant le système dit “ à la pièce ”, M. Boca avait remarqué une plus grande assiduité de la part des ouvriers qui s’efforcent de produire assez pour atteindre le prix que leur procurait l’ancien tarif. ». Il s’agit de Boca, grand fabricant de tissus de laine à Saint-Quentin.

65 Rapport des mécaniciens de Paris à l’Exposition ouvrière de Vienne, 1873, Journal officiel du 18 novembre 1874, p. 9 429 : « Les moyens d’abréviation employés dans ces derniers temps sont l’œuvre des travailleurs aux pièces qui les inventent, les perfectionnent. »

66 Il existe une abondante et redondante littérature sur la justice, la moralité du salaire aux pièces : le salaire du courage : cf. Mottez, 1966, notamment p. 57 et 62. Nous pourrions ajouter bien des textes glanés dans les dossiers de grève. Aux mineurs de Rochebelle, qui revendiquent un salaire fixe quotidien, le directeur rétorque : « Ce serait un encouragement à la paresse et une injustice envers les bons travailleurs. »

67 L’Union Républicaine, 14 octobre 1881. Dans une réunion de grève des tourneurs décolteurs, le citoyen Fercot « raconte qu’il faisait deux modèles de vis aux pièces ; l’un qui lui était d’abord payé 2,75 F le cent est tombé à 2,25 et l’autre de 2,25 a été réduit à 1,75. Et certainement on diminuera encore ces prix. Le travail aux pièces, c’est la ruine des ouvriers, plus ils travaillent à bas prix, plus on réduit ces derniers ».

68 La Tribune des Travailleurs, 25 février 1877, lettre de la chambre syndicale des menuisiers en bâtiment de Lyon : « Le travail à la pièce est rejeté par nous parce qu’il offre trop de déception, par cela trop d’irrégularité dans la perception du salaire ; il a aussi le désagrément de produire à l’infini des contestations entre patrons et ouvriers. Joignez à cela la perte de temps pour faire établir un compte par un géomètre... Avec le travail à la journée, l’ouvrier fait la classification de son petit budget d’une paie à l’autre, c’est une somme connue qu’il devra toucher, il lui est donc alors facile de réglementer son gain avec ses dépenses : c’est l’ordre et l’harmonie dans son intérieur. »

69 Office du travail, Salaire et durée du travail..., t. I, p. 515.

70 .Arch. préf. pol., BA 172, pièce 388, 5 décembre 1885.

71 Ibid., p. 384.

72 Arch. dép. Gironde, M 1189, pièce 68, rapport de police du 18 novembre 1887 : « M. Bacon, ingénieur, ayant remarqué que les huit équipes à la journée produisaient trois fois moins de travail que celles de l’entreprise, résolut de les mettre comme les autres à l’entreprise. »Arch. préf. pol., BA 175 : « Une importante société de confection de bâches ayant trois maisons à Paris et trente-deux succursales en province, établit d’abord le salaire aux pièces dans ces dernières, puis l’impose aux travailleurs de Paris, en dépit de leur résistance. »

73 Arch. dép. Loire, 92 M 21, pièce 114, rapport de l’ingénieur de mines, 19 septembre 1883 : « Il arrive en effet, qu’une équipe d’ouvriers travaille pendant un mois à confectionner un moule... Si la coulée faite de ce moule ne réussissait pas, les ouvriers... auraient travaillé gratuitement pendant un mois si la Compagnie ne leur avait pas garanti un certain salaire, ce qui ne serait guère admissible. »

74 Notons l’extrême rareté de l’attitude inverse. De 1871 à 1890, quatre grèves seulement ont eu pour objet l’obtention du paiement aux pièces : 1881, ouvriers des salins de l’étang de Berre ; 1882, menuisiers de Cannes ; 1883, fouleurs chapeliers de Montélimar ; 1890, fileurs de crins de Marseille. Dans ces cas, les ouvriers se plaignent de la faiblesse de leur gain et escomptent gagner davantage à la tâche.

75 Arch. dép. Nord, M 626/10, pièce 43, préf.-min., 24 octobre 1880.

76 Arch. dép. Tarn, IV M2 65.

77 Arch. dép. Nord, M 619/6, diverses pièces.

78 En 1888, 2 500 tisseurs du secteur de Thizy et Bourg-de-Thizy soutiennent une grève de 57 jours (20 novembre 1888 au 13 janvier 1889) pour obtenir l’emploi du rouleau métrique et le paiement au mètre ; en effet, les pièces dépassent toujours de quelques mètres la longueur réglementaire de 66 mètres : cf. Arch. nat., F 12 4666 ; Arch. dép. Loire, 92 M 23. En mai 1889, 10 000 tisseurs à la main du même rayon, dans trente-quatre communes, reprennent la même revendication : cf. Arch. dép. Loire, 92 M 30.

79 « Le travail à la journée disparaît de plus en plus, et c’est le travail à l’heure qui le remplace », écrit Pauliat, 1873, p. 109.

80 B. Mottez, 1966, p. 117.

81 On signale quelques grèves défensives contre la suppression de primes de bonne fabrication : en 1877 à Rouen ; en 1888 à Amiens, chez David et Huot, peignage de laine, on a supprimé une prime « de travail soigné »donnée depuis sept ans aux ouvrières (Arch. nat., F 12 4664, Somme) ; en 1890, à Saleux, dans un tissage de lin, etc.

82 Voici un exemple de telle prime chez Poron, importante bonneterie de Troyes : « Tout ouvrier... a droit tous les quinze jours à une prime de 9 F ; mais à la condition d’être d’une exactitude très grande à l’atelier ; une minute de retard, une absence causée par la maladie de l’ouvrier ou la mort des siens sont suffisantes pour faire perdre la prime... Environ cent ouvriers sur huit cents perdent la prime », L’Egalité, 16 juin 1880. On peut assimiler à ces primes d’assiduité les primes d’ancienneté, que l’enquête de l’Office du travail (Salaires et durée du travail..) indique comme tombées en désuétude ; à Paris, comme en province, à peine 2 % des établissements en usent : cf. t. IV.

83 L’enquête Salaires et durée de travail... n’en parle même pas ; c’est dire qu’en 1892-1893, date des observations, elles étaient encore peu répandues. Sur l’histoire des salaires à prime en France avant le taylorisme, B. Mottez n’a trouvé pour sa part que peu de documents : cf. 1966, p. 123.

84 Arch. dép. Nord, M 625/58, et Arch. nat., F 12 4665 : en mars 1889, les ouvriers du tissage mécanique Cayez à Neuvilly demandent la suppression des primes et des amendes ; ils estiment que quelques ouvriers y perdront 15 %, mais que l’ensemble y gagnera 5 %.

85 Le Cri du Peuple, 25 octobre 1887 : chez Brémond, tisseur de coton à Cholet, on donne « un supplément de salaire quand l’ouvrier a fait, en un certain laps de temps, une quantité de travail minimum déterminée ». Mais « à peine si, sur quinze métiers, huit ou dix ouvriers en profitent à la fin de chaque quinzaine ». En conséquence, les salaires sont dans cette fabrique plus faibles qu’ailleurs.

86 La Justice, 22 mai 1880. Autre exemple, les mineurs de Vicoigne en 1886 prolongent la lutte quinze jours uniquement pour obtenir que les concessions faites par la Compagnie soient écrites, ce qui n’est pas accordé : Arch. dép. Nord, M 626/18.

87 Le Rappel, 22 juillet 1880 : ainsi font les charrons à l’issue de leur grève.

88 Arch. dép. Loire, 92 M 13.

89 Comme l’imprime L’Evénement, à propos de la revendication des charpentiers, à Paris, en 1872 : cf. Arch. préf. pol., BA 174, pièce 396.

90 D. Schloss, 1902, appendice de Rist, p. xx.

91 Arch. dép. Gironde, M 1187, pièce 76, rapport gendarmerie, 13 août 1872 : pour les maçons de Blaye, « jusqu’à ce jour les salaires se sont élevés de 3 à 3,50 F par jour et par homme ; aujourd’hui, les ouvriers veulent les porter au taux unique de 4 F sans tenir compte de la différence d’aptitude qui existe entre eux ». En 1877, 500 menuisiers de Bordeaux font grève pour obtenir un salaire unique « sans tenir compte du mérite réel de l’ouvrier », Arch. dép. Gironde, M 1187 ; de même les fumistes et scieurs de long de Paris (1879), les charpentiers de Paris aussi (1872), de Toulouse (1872), Rouen (1881), les maçons de Lyon (1879), etc.

92 Arch. préf. pol., BA 175, pièce 90. C’est la réponse du syndicat patronal de la sellerie aux ouvriers en grève (15 mai 1877) : « Un tarif général ne peut être adopté pour les motifs suivants ; 1) à cause de la différence existant dans la manière de fabriquer de chaque maison ; 2) à cause de la différence d’aptitude et d’habileté des ouvriers chargés de la confection du travail ; 3) parce qu’un tarif général ne peut être imposé à la corporation sans porter atteinte à la liberté de chacun. ». De même, Arch. préf. pol., BA 177, pièce 4 (1879) : les entrepreneurs fumistes « ne peuvent admettre, et n’admettront jamais, l’égalité de salaire que paraît vouloir imposer la chambre syndicale des ouvriers, égalité qu’ils considèrent comme aussi fâcheuse pour l’ouvrier que pour l’entrepreneur ».

93 Arch. nat., F 12 4656, Aisne : « En 1886, grève générale des tisseurs de Saint- Quentin qui élaborent un tarif général pour toutes les usines de la ville. Les patrons acceptent des augmentations, mais les différents industriels... se faisant concurrence, chaque patron offrit de discuter ses tarifs avec ses propres ouvriers. »

94 Les apprêteurs en pelleterie de Paris ont obtenu en 1882 un tarif pour cinq ans. Ils en demandent le renouvellement en 1887, Arch. préf. pol., BA 181, pièces 31-75.

95 Arch. dép. Loire-Inférieure, 1 M 2309 : les plâtriers de Nantes en 1882 demandent un tarif écrit pour trois ans et s’engagent à ne rien demander pendant ce laps de temps.

96 Arch. préf. pol., BA 168, pièce 13, rapport de police du 9 mai 1880 ; au dossier, un imprimé, non coté, dont les articles 4 à 10 concernent le fonctionnement de ces commissions mixtes.

97 Arch. préf. pol., BA 168, pièce 90 ; texte imprimé de la chambre syndicale des patrons de l’ameublement, 27 octobre 1882.

98 J. P. Mazaroz, 1882 b.

99 Sur les séries de prix de la ville dé Paris, dites séries Morel et publiées à partir de 1838, on peut voir E. Chevallier, 1887, p. 223 et sq. Selon Chevallier (et c’est aussi l’opinion de P. Leroy-Beaulieu) « il y a lieu de rendre cette institution complice de la hausse considérable qui s’est produite depuis une quinzaine d’années sur les salaires des ouvriers du bâtiment ».

100 Arch. dép. Alpes-Maritimes V M (1) ; à l’issue de ce conflit, patrons et ouvriers maçons forment une commission chargée d’élaborer une série de prix et de fixer les heures de travail.

101 Arch. dép. Loire-Inférieure, 1 M 2309.

102 Sur ces grèves de 1888, importante documentation, notamment Arch. préf. pol., BA 183 et 184.

103 Le Cri du Peuple, 8 juillet 1888. Les mots en italique le sont dans le texte.

104 D. Blumé, 1957.

105 M. Gillet, 1957 b.

106 Cf. ci-dessus, p. 153 ; et les très intéressantes remarques de E. Chevallier, 1887, p. 254 et sq.

107 J. Rivero et J. Savatier, 1956, p. 399 et sq.

108 Le Rappel, 16 mars 1878, pétition des ouvriers boulangers de Besançon. Plusieurs grèves d’ouvriers de cette profession ont pour but l’obtention d’un salaire net sans déduction de la nourriture et du logement : à Besançon, 1878 ; Beaucaire, 1882 : Arch. nat., F 12 4657 ; Bessèges, 1886 : Arch. dép. Gard, 6 M 1414 (2).

109 Proust, Recherche..., t. I, p. 492 : « ... un jeune homme de famille, par conséquent quelqu’un que [Françoise] trouvait plus différent d’un ouvrier que Saint- Simon un Duc d’un homme “ sorti de la lie du peuple ” ».

110 Le Nouveau Journal, 10 août 1878, meeting des cochers au cirque Fernando le 8 août 1878.

111 Arch. préf. pol., BA 178, pièce 80, rapport de police, 4 août 1878, sur la grève des cochers.

112 G. Thuillier, 1959.

113 L. et M. Bonneff, 1908, p. 58 : un jeton de 1 F est pris à 85 c ; l’ouvrier perd donc 15 %.

114 Arch. dép. Bouches-du-Rhône, M 6 2031, article 7 des revendications des dockers, formulées durant la grève de 1889.

115 La Défense des Travailleurs de Saint-Quentin, 2 novembre 1890.

116 Le Combat, 22-23 juillet 1890 : « Le paiement des salaires ne peut être fait aux ouvriers qu’en monnaie ayant cours. Tout payement fait autrement est nul. »

117 Arch. dép. Nord, M 619/3, rapport com. spécial.-préf. Nord, 5 juillet 1880, à propos de la grève d’Halluin : tel fabricant de toile (Vanwynsberghe) ne donne jamais un sou à ses ouvriers ; il les paie en bons de pain et d’épicerie ou avec de la toile, du drap, des cotonnades.

118 Ibid., pièce 21, rapport préf. Nord, sur grèves de 1880.

119 Arch. nat., C 3018, Haute-Saône, rapport préf., 1872 ; une grève éclate en avril 1872 contre ces magasins, cf. Arch. dép. Haute-Saône, 25 M 3.

120 Arch. préf. pol., BA 186, pièce 45, rapport du 18 août 1878 sur la grève des mineurs du bassin de l’Allier.

121 L. et M. Bonneff, 1908, p. 57, description du système.

122 Ibid., p. 58 : « Il est des verriers du Nord qui ne mangent jamais de viande parce que l’économat a fermé leur compte de boucherie. Ils se nourrissent de sardines, de conserves à bas prix, de fromages d’Italie. »

123 Arch. dép. Nord, M 619/3, pièce 21, rapport cité.

124 Arch. nat., F 12 4662, Rhône, préf.-min., 24 juin 1886 : « M. Villy espère tenir ses ouvriers par son économat où ils sont obligés de se fournir de tout ce qui est nécessaire à leur alimentation et à leur entretien. Il espère que les grévistes n’ayant pas de fournisseur en ville, ils ne pourront obtenir de crédit. ». Arch. dép. Nord, M 626/17, pièce 426, com. pol. Valenciennes-préf., 2 mars 1884 : dans les premiers jours de la grève des mineurs d’Anzin, la Compagnie a fait fermer la coopérative ; comme elle est très sévèrement critiquée, elle prend la décision de la réouvrir mais au compte-goutte : « M. de Forcade a envoyé porter l’ordre aux magasiniers de donner des marchandises jusqu’à nouvel ordre, pas trop, mais assez pour vivre. »

125 Sur les verreries normandes, cf. L. et M. Bonneff, 1908 ; à Montferrand (Doubs), en 1887, grève des verriers contre les coopératives.

126 Plusieurs grèves nous révèlent de tels faits : ainsi, à Cornimont, chez Perrin, « les ouvriers sont obligés de s’approvisionner à l’économat et tout récemment un placard affiché dans les usines les avertissait que l’on prendrait note de ceux qui ne se conformeraient pas strictement à la règle », Arch. nat., F 12 4655, préf. Vosgesmin. Com., 20 février 1879. De même chez Kohlin, au Mesnil ; à Vieux-Charmont (Doubs) outre le magasin, il existe un fourneau économique qui prépare les repas des ouvriers, tout cela payé « au moyen de retenues pratiquées sur le salaire », Arch. nat., F 12 4657, Doubs, préf.-min., 28 février 1884.

127 En 1881, 1882, 1887, 1888, à Bessèges, la Grand-Combe, Rochesadoule, la suppression des magasins figure dans tous les programmes. Autres grèves : 1872 à Plancher-les-Mines, 1877 à Lavaveix, 1878 à Bézenet, 1886 à Decazeville, 1890 à Commentry ; dans tous les cas la question de l’économat est essentielle.

128 Arch. préf. pol., BA 186, pièce 10, rapport du 22 juin 1878 sur la grève des mines de Bézenet : « Les principaux meneurs de cette grève sont les commerçants qui en raison de cette société coopérative ne feraient plus rien » ; les boulangers Philippon et Simon distribuent des bons de pain ; Gidel-Parent, cafetier restaurateur, à versé de l’argent, on se réunit chez lui. Le rôle des commerçants dans les grèves du Gard est constant. Ce rôle est à double sens : ainsi, à Bézenet, en 1878, lorsque les commerçants ont obtenu la suppression des magasins, ils abandonnent la grève.

129 L’Union des Travailleurs, Gard, 22 août 1888.

130 Le Rappel, 22 mars 1876, lettre d’un entrepreneur : la paie par quinzaine ne pourra être supportée que par les grosses entreprises et favorisera la concentration.

131 Le Peuple, 24 mars 1876, « Chronique du travail ».

132 Arch. préf. pol., BA 174, pièce 477, rapport de police 8 mars 1876.

133 Sur cette grève, un gros dossier aux Arch. préf. pol., BA 174.

134 Office du travail, Salaires et durée du travail..., t. IV, p. 202. Le tableau XXIX donne la situation des rythmes de paie par industrie.

135 Arch. nat., F 12 4662, Rhône, réunion du 13 mars 1881. « Le seul moyen pour que les patrons aient toujours besoin de nous, c’est que l’on travaille le moins possible, c’est-à-dire le moins d’heures possible », est-il encore dit.

136 Bien des observateurs l’ont perçu : « L’agitation ouvrière sur les heures de travail n’a pas pour but la réduction des heures de travail pour la conservation des forces physiques et morales de l’ouvrier, mais une simple augmentation de salaire », écrit le préfet du Nord, Arch. dép. Nord, M 626/5, pièce 72, au ministre, 24 janvier 1883 ; et il insiste sur l’empressement des ouvriers à faire des heures supplémentaires « moyennant un supplément de salaire ».

137 Office du travail, Salaires et durée du travail..., t. I, p. 481 : « Les ouvriers... font volontiers des heures supplémentaires qui augmentent leurs salaires. »

138 Le refus des heures supplémentaires est rare dans les grèves : onze mentions ; encore s’agit-il souvent de refus de circonstances. L’action des teinturiers-apprêteurs est plus radicale : à Lyon en 1874 et 1890, à Roanne en 1889, la consigne est de s’opposer absolument aux heures supplémentaires. Encore rencontre-t-elle l’hostilité des manœuvres. Les décrets des 17 et 31 mai 1851 donnent le droit aux patrons teinturiers de prolonger le travail de deux heures durant 120 jours par an : cf. dans Arch. dép. Nord, M 619/5, de nombreuses lettres de patrons s’abritant derrière ces décrets.

140 Les « longues coupes » sont des heures supplémentaires pratiquées en période de forte production (octobre-novembre). Lors de la grève de 1889, le syndicat demande qu’elles soient facultatives : Arch. nat., F 12 4665, préf. Pas-de-Calais-min., 12 octobre 1889. Il mènera par la suite une action plus radicale qui se heurtera longtemps à l’inertie des masses, appâtées par les perspectives de la Sainte-Barbe.

140 Le Citoyen, 4 avril 1882 : les orfèvres parisiens démontrent les méfaits des heures supplémentaires et proposent de « n’en faire plus du tout ». Le Mot d’Ordre, 15 juin 1881 : vives critiques par les mouleurs de Cail des heures supplémentaires qui ruinent la santé.

141 En 1881, les ébénistes parisiens décident que « les ouvriers ne devront faire aucune heure supplémentaire tant qu’il y aura des établissements inoccupés dans la maison où ils travaillent »: Arch. préf. pol., B A 168, pièce 46 (tract imprimé).

142 Office du travail, Salaires et durée du travail..., t. IV, p. 130-131. Selon cette enquête on pratiquerait les heures supplémentaires dans 77 % des établissements (81 % des ouvriers) observés à Paris ; seulement dans 40 % des établissements observés en province où les à-coups sont beaucoup moins fréquents.

143 On connaît à ce sujet l’opinion de Marx. Elle était partagée par les dirigeants de la première Internationale, tel Varlin qui écrivait à Emile Aubry (le 6 août 1869) : « Je considère toujours la diminution de la durée de la journée comme un résultat supérieur à l’élévation du salaire ; vous savez pourquoi », cité par A. Thomas, s.d., p. 350. Il y a sur ce point surabondance de textes.

144 A. J. Tudesq, 1965.

145 Pétition des tisseurs de Saint-Quentin en 1879, à la suite d’une grève de 4 000 tisseurs, pour la journée de 10 heures et dépôt d’un projet de loi Villain-Nadaud-Dautresme-Waddington : Journal de Saint-Quentin, 28 mai 1879. Pétition des ateliers de construction du chemin de fer à Reims en mai 1870 (Le Rappel, 29 mai), des cotonniers de Rouen en décembre 1871, etc.

146 Arch. nat., F 12 4662, préf.-min., 26 octobre 1881, exposé des revendications des teinturiers de Villefranche. Il existe de très nombreux textes en ce sens.

147 Le Petit Lyonnais, 15 avril 1890, appel du conseil local de la Fédération nationale des syndicats lyonnais pour le 1er Mai : « Si les mortes-saisons... vont se multipliant, c’est que grâce à la liberté pour nos patrons de prolonger abusivement la journée de travail on nous fait abattre en cinq ou six mois l’ouvrage d’une année. »

148 Les syndicats, répondant à l’enquête parlementaire de 1884, voient parmi les palliatifs des crises la réduction des heures.

149 Le Mot d’Ordre, 9 août 1881 : « Non seulement c’est la cause de la décadence de la société Cail et Compagnie, mais c’est aussi une des principales causes d’infériorité et de stationnement de l’industrie de la France comparée avec l’Angleterre et les Etats- Unis. »— Cf. aussi le remarquable Rapport de M. V. Delahaye, ouvrier mécanicien, délégué à l’Exposition coloniale et internationale d’Amsterdam, 1883, Paris, Min. du Commerce, 1886.

150 Rapport des délégués à l’Exposition de Philadelphie, p. 200.

151 Cf. E. Levasseur, rapports cités, 1898, t. I, p. 85 et sq.

152 Le Rappel, 19 décembre 1871, pétition des ouvriers cotonniers de Rouen à l’Assemblée nationale pour demander 10 heures.

153 Arch. dép. Loire, 92 M 16, pièce 11, lettre des ouvriers mineurs de Firminy au préfet, 4 janvier 1880.

154 Le Rappel, 17 août 1878.

155 la « sortie des ouvriers des usines Gaumont » (1895).

156 Le Rappel, 29 mai 1870, pétition des ouvriers des ateliers de construction du chemin de fer de Rennes.

157 Le Mot d’Ordre publie toute une série d’études sur les avantages de la journée de 10 heures, rédigées par un groupe d’ouvriers mécaniciens de chez Cail. « Pour l’ouvrier qui est debout toute la journée, le repos c’est d’être assis, de lire, d’écrire. ». Ces études occupent les numéros du 11, 27 mai, 1er, 8, 15, 29 juin, 21 juillet, 9 août 1881.

158 Ibid., 8 juin.

159 La foule solitaire, trad. française.

160 Proust, Recherche..., t. II, p. 32 : « ...un ménage de cousins à lui, qui, comme les ménages d’ouvriers, n’était jamais à la maison pour soigner les enfants ».

161 Le Temps, 8 mai 1880, reportage sur les grèves de Reims. Les ouvriers boulangers de Besançon veulent « avoir une famille, un intérieur ». Les mineurs de Roche-la- Molière se sentent « parias par excellence », « nous... qui disons adieu le matin à n notre moitié, à nos enfants, sans être sûrs si nous les reverrons le soir ». Les cardeurs devienne : « N’est-il pas honteux de rencontrer le soir de pauvres mères de famille s’acheminant vers l’usine, pour y passer la nuit... laissant son mari et ses petits enfants au domicile », Arch. dép. Isère, 72 M 2, pièce 118, 1890.

162 Le Citoyen et la Bataille, 27 mars 1883.

163 Arch. dép. Vosges, 39 M 85, pièce 390, lettre de la chambre syndicale des maçons de Saint-Dié, 14 janvier 1883 ; ils veulent une heure au lieu d’une demi-heure à midi, car « l’agrandissement... de la ville de Saint-Dié rend de plus en plus difficile... le fait d’aller prendre le repas chez soi ».

164 Arch. nat., F 12 4657, Doubs, grève des tisseurs de la fabrique Geistodt et Kiener en février 1884 pour obtenir la suppression des fourneaux économiques et la sottie des femmes à 11 h 15 pour aller préparer le repas ; cf. aussi Le Cri du Peuple, 5 mars 1884.

165 L’Union des Travailleurs (Gard), 22 août 1888 et 29 août : grève de 900 mineurs de Rochesadoule et du Martinet.

166 Le Mot d’Ordre, 29 juin 1880.

167 Rappelons que d’après l’enquête Salaires et durée du travail..., t. IV, p. 60-61, 93 % des ouvriers enquêtés ont le dimanche complet comme jour de repos.

168 Arch. dép. Loire, 92 M 21, pièce 41, préf. min., 30 avril 1883.

169 Ibid., pièce 11, préf. min., 30 avril.

170 Ibid., 92 M 29, s.-préfet Roanne-préf., 22 mars 1889 : « ce programme eut le don de plaire aux femmes. Aussi un grand nombre d’ouvrières... devinrent-elles bientôt les aides inconscientes des meneurs ».

171 Arch. dép. Gironde, M 1189.

172 La Voix du Mineur, 2 novembre 1907 : l’organe de la Fédération des travailleurs du sous-sol, sous la plume de Séraphin Cordier, réclame des « vacances pour les mineurs » : « Pénétrons-nous de cette idée de la nécessité des vacances pour les mineurs avec salaires payés, essayons de gagner à notre cause la presse. »

173 Grève des glaceuses de fil de Saint-Etienne en 1878 : elles font treize heures et demie sans interruption ; grève des tisseuses de Voiron en 1884 pour l’application de la loi de 1848 ; elles travaillent parfois jusqu’à quatorze heures, etc.

174 Selon Salaires et durée du travail..., en 1891, 11 % des mineurs enquêtés font huit heures et moins et 61 % de huit à neuf heures.

175 Arch. nat., F 22 333, Enquête sur les modifications à apporter aux lois du 9 octobre 1848 et du 19 mai 1874 sur le travail dans l’industrie, Paris, Imprimerie nationale, 1885, 129 p. La question 6, à laquelle nous faisons allusion, porte : « Faut-il maintenir la limite de 12 h de la loi de 1848 ? Faut-il la réduire à 11 ou 10 h? »

176 Salaires et durée du travail..., t. IV, p. 62 ; p. 74, tableau détaillé pat groupes professionnels. Sur la durée du travail, l’ouvrage donne des renseignements copieux et précis.

177 Ainsi en 1879, en réponse au mouvement des tisseurs de Saint-Quentin pour les dix heures, dépôt d’un projet Waddington, etc.

178 Arch. nat., F 22 333, Durée du travail : projets de lois, rapports.

179 J. Bertillon, 1911.

180 Arch. nat., F 22 333, Séance parlementaire du 10 mars 1884.

181 Ibid., Vœu du conseil, 31 août 1882.

182 Arch. dép., Seine-Maritime, 14 M, année 1872 : à l’issue d’une grève des tisseurs rouennais, les patrons écrivent au ministre du Commerce ; ils reconnaissent que les nouvelles mécaniques exigent un plus grand effort de l’ouvrier, qu’elles permettent de fabriquer davantage. Rien ne s’opposerait donc à ce qu’on limitât à dix heures la durée du travail, à condition que la mesure fût générale. Les industriels vosgiens font en 1878 une démarche dans le même sens.

183 E. Levasseur, 1907, p. 442.

184 Tous ces Forçat ont paru à Lille ou Roubaix, de façon à peu près ininterrompue, l’un succédant à l’autre en raison de condamnations qui les frappaient, de 1883 à 1886.

185 La Défense... paraît de 1883 à 1887, L’Emancipation de 1888 à 1891.

186 G. Friedmann, 1946, 1950.

187 Séances... Congrès de Lyon, 1886, p. 296-297.

188 Le Socialiste, 26 mars 1887, art. de Jean Dormoy, « Exploitation des ouvriers métallurgistes ».

189 Séances du Congrès socialiste de Charleville, 1887, p. 10.

190 Cité par A. Doré, 1944, p. 273 : Ruskin, Sésame et les lys.

191 Les pourcentages d’apparition de ces questions dans les grèves sont de 3 % dans le Rhône, 4 % dans la Seine, 10 % dans la Marne et l’Aube, 11 % dans le Nord et le Pas-de-Calais, 23 % dans l’Aisne...

192 Dans une mesure qu’il est difficile de préciser, la coutume est que le patron donne sa « huitaine » ou sa « quinzaine » à l’ouvrier qu’il ne veut plus employer. La jurisprudence n’est du reste pas nette sur ce point. Tel patron, Dhalluin-Lepers, est pour renvoi sans préavis, condamné par les prudhommes, et acquitté en appel par le Tribunal de commerce : Arch. dép. Nord, M 625/56, décembre 1887. Les ouvriers s’efforcent d’obtenir la généralisation du préavis ; d’autre part, ils exigent qu’on leur spécifie les motifs de renvoi. Enfin, certains syndicats voudraient contrôler statutairement les mises à pied : telle est la revendication des verriers de l’usine Saumont à Givors en 1888. A l’inverse les patrons cherchent à se libérer de toute entrave et de délais et motifs ; d’où des grèves dans le Nord, les Vosges, etc., à ce sujet.

193 Selon Le Forçat (5 août 1882), chez Lepoutre-Pollet, à Roubaix, il est écrit dans le règlement : « Défense de blasphémer sous peine de 5 F d’amende. »

194 Arch. nat., F 12 4661, préf. Nord.-min. Com., 24 novembre 1887.

195 Salaires et durée du travail..., t. IV.

196 E. Levasseur, 1898, t. I, p. 233, citation tirée des rapports de la délégation ouvrière à l’exposition de Chicago, p. 177.

197 Etude de Eva McDonald Valesh qui avait assisté au congrès de l’Union des chambres syndicales ouvrières à Marseille en 1896, citée par E. Levasseur, 1898, t. I, p. 232.

198 Le Cri du Travailleur (Lille), 26 janvier 1890.

199 Le Cri du Travailleur, 22 janvier 1888.

200 Arch. dép. Loire, 92 M 17, pièce 45.

201 Le Cri du Travailleur, 20 novembre 1887.

202 Arch. dép. Loire, 92 M 17, pièce 48, com. pol. de Rive-de-Gier-préf.

203 Arch. dép. Nord, M 626/8, pièce 161, com. pol. de Denain-s.-préf. Valenciennes.

204 Arch. dép. Cher, M 16/1, maire-préf. 12 janvier 1887.

205 Journal des Débats, 31 janvier 1886.

206 Arch. dép. Loire, 92 M 31, pièce 18, mineurs de la Chazotte au préfet, 11 juillet 1889 ; ils demandent le renvoi du gouverneur du puits Pétin : « Il ne connaît rien dans la mine et puis c’est la dernière des canailles que la terre puisse porter. »

207 Exemple : Arch. dép. Maine-et-Loire, 71 M 2 et Arch. nat., F 12 4665, préf.-min., 26 et 28 mars 1889. Aux mines de Montjean, le contremaître. Legendre a été la cause d’un grave accident ; il vaquait à ses occupations au lieu de surveiller la descente de la cage ; les taquets n’ayant pas été placés, la cage fut submergée : deux tués, un blessé grave. Quoique condamné, il est maintenu dans son emploi et redouble de dureté ; malgré l’intervention du sous-préfet, la direction n’accepte son renvoi qu’avec celui des meneurs.

208 Selon le mot de Proudhon : cf. M. Leroy, 1913, t. I, p. 124.

209 Arch. dép. Loire, 92 M 17, pièce 84, mineurs au procureur de la République à Saint-Etienne, 1882.

210 Le Cri du Peuple, 13 août 1886.

211 Arch. dép. Tarn, IV M2 68, Com. pol., 16 février 1883, pièce 76 : « M. Fayolles... leur parla très insolemment et leur dit que la compagnie se moquait des ouvriers et ne voulait même pas parlementer avec eux. Il ajouta : “ Nous sommes les maîtres et nous fermons ou ouvrons les portes quand bon nous semble. Si vous ne voulez pas travailler..., nous ferons venir cinq cents ouvriers supplémentaires et vous forcerons à chômer huit jours par mois. ” »

212 Arch. nat., F 12 4667, Grève de mai 1890.

213 Arch. dép. Nord, M 626/13, pièce 49, préf.-min. de l’Int., 17 avril 1884.

214 Arch. dép. Loire, 92 M 14, pièce 18, placard apposé au puits Lachaux en 1875

215 L’Ouvrier Mineur, 25 février 1884.

216 Le Cri du Peuple, 7 avril 1888.

217 Arch. nat., F 12 4656, 1887, Aveyron.

218 Fait rapporté par R. Trempé que je remercie pour tout ce qu’elle a bien voulu me suggérer sur les ingénieurs.

219 P. Guillaume, 1963, a ouvert la voie. Des travaux sont en voie de publication : Marcel Gillet, ou en cours : André Thépot.

220 Rapport de Bourchet, secrétaire de la Fédération du cuivre sur « l’organisation de la société au lendemain de la grève générale », au congrès de Montpellier, 1902, cité par M. Leroy, 1913, t.I, p. 136.

221 Pataud et Pouget, 1911, p. 153.

222 Jaurès verra dans le décalage des deux ordres de choses la clef, la raison d’être, et comme le champ d’action du socialisme français qu’on peut d’un point de vue global considérer en effet comme une force d’adaptation de la société française à la démocratie industrielle.

223 Sur l’importance du principe d’autorité dans la France contemporaine, cf. S. Hoffmann, 1965.

224 Arch. dép. Nord, M 626/13, pièce 116, préf.-min., 26 février 1884.

225 Arch. nat., F 12 4667, préf. Pas-de-Calais-min. Com., 31 janvier 1890.

226 Le Temps, 8 mai 1888 : « Certains patrons avaient été, disent-ils, débordés : ils n’avaient plus d’autorité dans leurs ateliers ; l’indiscipline y régnait, ou tout au moins la police y était faite par les représentants de la chambre syndicale ouvrière » (grève des verriers de la banlieue parisienne). Arch. préf pol., BA 168, pièce 102, rapport du 27 septembre 1880, à propos des ébénistes parisiens : « les patrons sont épouvantés de cette association d’ouvriers qui les obligent à n’être plus bientôt que leurs serviteurs ou tout au moins leurs associés. Ils sentent qu’il y a dans l’air du travail, un je-ne-sais-quoi dont ils tremblent », note l’agent 50 de la préfecture de police.

227 Arch. dép. Nord, M 626/13, pièce 17, préf.-min. de l’Int., 17 mars 1884.

228 R. Trempé a montré que ce principe était la pierre angulaire de la psychologie et du comportement des administrateurs carmausins. Je renvoie à son étude, 1963, et à sa thèse, 1971.

229 Cité par R. Trempé, 1963, p. 68 : « Que la grève se prolonge, que des dégâts matériels soient à craindre, que des collisions menacent, ces malheurs sont moins irréparables que ne le serait l’abandon de notre autorité à tout jamais ».

230 Le Paris, 6 mai 1888, interview de M. Vidié.

231 Arch. dép. Rhône, M, Grèves, 1890, préf.-min. de l’Int., 14 octobre 1889 : « Les patrons ne veulent pas reconnaître l’existence de la chambre syndicale. Redoutant ses empiétements, son immixtion dans la police de l’usine, ils refusent d’entrer en pourparlers avec elle ; ils ne veulent traiter que chacun avec les délégués de son usine. Tandis que les ouvriers n’admettent pas d’autre représentation que la chambre syndicale » (au sujet de la grève des couverturiers de Cours). Arch. préf. pol., BA 182, pièce 4, rapport de police, 21 décembre 1882, grève des tourneurs en optique : chaque patron « ne recherche la transaction qu’avec ses ouvriers respectifs ». Le Rappel, 27 septembre 1880, au sujet de la grève des ébénistes : « les patrons demandent toujours à traiter directement, et n’admettent pas d’intermédiaire », etc.

232 Le patronat français semble être un des plus tenacement rebelles au syndicalisme ouvrier. Sur la situation actuelle on verra le livre très suggestif de H. Lesire-Ogrel, 1967.

233 Arch. dép. Cher, M 27, Grèves : en 1887, à la verrerie Godefroy, renvoi de Charbonnier, ex-délégué au congrès de Montluçon ; chez Aubriot, renvoi de Depralon, qui vient d’être à Lyon le principal instigateur d’une grève (Arch. nat., F 12 4656, Allier) ; à Souvigny, renvoi de quelques ouvriers qui projettent un syndicat. A Paris, la grève si importante de 1888 est une lutte contre la chambre syndicale. En mai 1890, les patrons verriers d’Aubervilliers, de Meudon, renvoient les organisateurs du chômage du 1er Mai, etc.

234 Arch. dép. Nord, M 626/13, pièce 17, s.-préf. Douai-préf., 3 mars 1884.

235 Le Matin, 18 août 1886 : « La grève a été occasionnée par les renvois successifs d’ouvriers suspects à la direction. »Et Arch. dép. Cher, M 23, un rapport (4 août) assure que le directeur avait d’abord pensé à réduire les heures de travail, « mais le conseil d’administration lui a fait observer que puisqu’il y avait beaucoup d’ouvriers mal disposés à l’égard de la société, il fallait les connaître et en congédier cent ; que ceux dévoués à la Compagnie seraient seuls conservés ».

236 Arch. dép. Nord, M 154/61, pièce 80.

237 M 619/6, pièce 11, com. spéc. du Blanc-Misseron, 7 février 1883 : « Déjà des commandes importantes ont été faites à l’étranger. Entre autres, une maison de Saint- Nazaire qui avait l’habitude de faire des commandes à Anzin, y est revenue de nouveau mais vu l’attitude et les menaces des ouvriers, le chef de l’établissement n’a pu prendre l’engagement de fournir dans les délais voulus : cette commande était de 300 000 F. »

238 Le Cri du Peuple, 15 novembre 1887.

239 D. Halévy, 1901, p. 51.

240 M. Leroy, 1913, t. I, p. 233.

241 Arch. dép. Nord, M 154/61, M 619/6 et M 626/11. L’action commence chez Dubois-Descamps à Raismes ; à l’issue de la grève, les patrons font afficher un règlement selon lequel on n’emploiera pas de syndiqués.

242 Arch. préf. pol., BA 168, pièce 170.

244 Guesde écrit dans Le Cri du Peuple, 20 août 1886 : « Ce n’est pas seulement pour leur salaire, c’est pour leur dignité d’hommes, c’est pour la liberté d’organisation du prolétariat que luttent les forgerons, mécaniciens et ajusteurs de Vierzon. »

245 Arch. nat., F 12 4667, Pas-de-Calais, préf.-min. Com., 31 janvier 1890.

246 Arch. dép. Nord, M 626/11, pièce 88, s.-préf., 17 mars 1883.

247 Arch. dép. Nord, M 626/13, pièce 79, s.-préf.-préf„ 8 avril 1884.

248 De nombreux projets ont été déposés pour compléter sur ce point la loi de 1884 : cf. P. Pic, 1902, p. 234 et sq. ; E. Levasseur, 1907, p. 480. Ils se sont heurtés jusqu’en 1914 à l’opposition du Sénat. Il a fallu attendre la loi du 27 avril 1956 pour voir interdire formellement les pratiques patronales d’exclusion.

249 Lors de la grève d’Anzin, Giard, dans son interpellation à la Chambre, rapporte les propos du duc d’Audiffred Pasquier selon lesquels « c’était à cause des réunions publiques auxquelles ils avaient assisté que les 140 piqueurs avaient été renvoyés » ; le ministre des Travaux publics, Raynal, élude complètement : c’est, dit-il, le droit de la compagnie de réduire son personnel : cf. Débats parlementaires, 7 mars 1884. En 1888, la chambre syndicale des verriers de Lyon écrit au ministère du Commerce pour lui demander de faire respecter la loi que transgressent les patrons : « Ce n’est que le syndicat qui les gêne » ; le ministre communique le texte au préfet, sans commentaire sur la question syndicale, le laisse libre d’intervenir et le préfet, dans sa réponse aux ouvriers, ne parle que de problème de salaire : « question d’ordre privé, et il ne m’appartient pas d’intervenir dans les différends de cette nature » : Arch. nat., F 12 4662, Rhône.

250 Arch. dép. Nord, M 626/17, pièce 676.

251 Arch. dép. Nord, M 626/13, pièce 32, préf.-min., 8 mars 1884. Le Figaro, 12 mars 1884.

252 La Tribune publique est, à Cholet, l’organe de la chambre syndicale et de la fraction socialiste du conseil municipal ; La Défense des Travailleurs (Reims), L’Emancipation soutiennent les luttes ardennaises. Au plan national, Le Prolétariat et surtout Le Cri du Peuple, alors à son apogée, publient des correspondances locales, ouvrent des souscriptions pour les mineurs d’Anzin (12 000 F recueillis par Le Cri), les métallurgistes de Vierzon (35 000 F), ceux de Nouzon (environ 10 000 F), etc.

253 Vaillant se rend dans le Cher, J.-B. Clément, Faillet et Allemane dans les Ardennes, Lachize à Cours, Victor Dalle et Simon Soëns à Cholet ; ils organisent des tournées de conférences, des meetings. A leur retour à Paris, ils tentent d’alerter l’opinion.

254 le Cri du Peuple, 8 janvier 1887.

255 Sur cette grève, Arch. dép. Maine-et-Loire, 71 M 2 ; La Tribune publique, 4 mars 1888, écrit : « Lorsque les réactionnaires ont vu cette imposante manifestation de la libre pensée, si calme, si digne, ils se sont sentis perdus et ont voulu frapper un grand coup. ». L’enterrement civil était celui de l’ouvrier Arnault de chez Pellaumail.

256 Le Temps, 16 juin 1885. Sur cette grève qui eut à l’époque un gros retentissement, voir Arch. nat., F 12 4656, Ardennes, Le Cri du Peuple, Le Prolétariat, La Défense des Travailleurs (Reims), Le Temps.

257 R. Brécy, 1963, passim.

Notes de fin

* La totalité des revendications ou des griefs formulés dans les grèves a été dénombrée : d’où un nombre plus élevé que celui des grèves.

Table des illustrations

Titre Répartition des grèves selon le nombre de leurs revendications
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/588/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende 14. Grèves où ont été utilisés des textes écrits (pour 100 grèves)A. par annéeB. par groupes d’industries
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/588/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/588/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Dénombrement des principales revendications dans les grèves à revendication unique {1 997 grèves}
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/588/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Titre Dénombrement des revendications*
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/588/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/588/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 374k
Légende 15. La revendication gréviste :A. Fréquence du thème de la durée du travailB. Contenu revendicatif des grèves pour 100 grèves totales
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/588/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/588/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/588/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Pour l’ensemble des ouvriers enquêtés, rythmes de paie
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/588/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Les grèves pour la réduction de la journée de travail selon les groupes professionnels
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/588/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre Part respective des groupes professionnels
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/588/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre Répartition des ouvriers enquêtés176
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/588/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/588/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 511k
Légende 10. Pour les huit heures (1er mai 1912)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/588/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Sorties d’usines11 a. Châteauroux, manufacture Balsan (draps)11 b. Commentry, usine Saint-Jacques (métallurgie)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/588/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Légende Sorties d’usines12 a. Roubaix, usines Motte et Delescluse (textile)12 b Bolbec, usine du Val-Ricard (textile)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/588/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 933k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search