Version classiqueVersion mobile

Les ouvriers en grève. Tome 2

 | 
Michelle Perrot

Seconde partie. Composantes des grèves

Chapitre I. L’ouvrier consommateur

Texte intégral

  • 1 Le livre de A. Husson, Les consommations de Paris, 1856, très neuf (cf. à ce sujet, Mandrou, 1961), (...)

1L’ouvrier revendique d’abord pour son salaire, c’est-à-dire pour son revenu. Derrière le gréviste se profile la silhouette du consommateur. La connaissance du niveau de vie des travailleurs apparaît comme l’indispensable toile de fond des revendications. C’est pourquoi il m’a paru nécessaire de l’esquisser. A grands traits : par volonté d’éviter les nuances infinies des différences catégorielles ; par force aussi, car le souci de la consommation sociale n’était que médiocrement celui du temps. On est pauvre, pour ne pas dire dépourvu, en statistiques de cet ordre pour la période considérée1 et les données qualitatives sont elles-mêmes fort disparates.

I. EXAMEN CRITIQUE DES SOURCES

  • 2 Sur l’état des travaux, on peut consulter M. Halbwachs, 1912, annexe 1, p. 457 et sq. ; M. Porte, 1 (...)
  • 3 Ils se regroupaient autour de la Société scientifique d’hygiène alimentaire et de l’alimentation ra (...)
  • 4 1933.
  • 5 Cf. l’ouvrage en question, p. 110 et sq.

2En effet, l’étude quelque peu exhaustive des budgets de famille, branche développée ailleurs, notamment en Belgique (voir Ducpétiaux) et en Allemagne depuis le milieu du 19e siècle2, n’a démarré en France qu’au début du 20e siècle, sous la double impulsion des hygiénistes, soucieux de l’équilibre de la ration alimentaire du travailleur3 et des sociologues, désireux de mesurer la réalité des classes dans la vie quotidienne. L’œuvre maîtresse est ici celle de Maurice Halbwachs dont la thèse, La classe ouvrière et les niveaux de vie, est parue en 1912. D’ailleurs, fait symptomatique du retard français, dans cet ouvrage, comme aussi dans son Evolution des besoins dans les classes ouvrières4, Halbwachs utilise presque exclusivement des données étrangères, allemandes et américaines principalement ; dans le second ouvrage, il ne retient des sources françaises jugées trop hétéroclites que les statistiques de consommation par tête de L’Annuaire statistique de la France5.

3Pourtant, entre 1905 et 1914, trois enquêtes ont été menées en France sur les budgets ouvriers. Elles sont trop tardives pour que nous puissions les utiliser autrement qu’à titre de comparaison. Du reste toutes présentent de sérieuses imperfections :

    • 6 Cette enquête n’a jamais été publiée en français et n’a été que très partiellement utilisée. Mauric (...)

    L’enquête du Board of Trade, menée en octobre 1905 par questionnaires distribués, entre autres, par les syndicats, établit la dépense hebdomadaire de 5 605 ménages ouvriers de grandes et moyennes villes, offrant un bon éventail géographique et professionnel6. Elle ne s’attache qu’aux dépenses de nourriture et de logement, seules décelables sur une observation limitée à une semaine, les premières étant directement notées, les secondes simplement estimées. D’autre part, le Board of Trade était plus préoccupé de cerner des zones régionales de salaires et de coût de la vie que des niveaux professionnels ; son enquête ne fournit aucun renseignement sur ce plan.

    • 7 S. Rowntree, 1902.
    • 8 La localisation des familles ouvrières atteintes par Halbwachs est la suivante : Paris : 9 ; Lille  (...)
    • 9 M. Halbwachs, 1908 (résultats parisiens de l’enquête), et 1914.

    En 1907, sollicité par l’économiste anglais Rowntree, qui cherchait à saisir les conditions d’existence des ouvriers et paysans français par les méthodes qu’il avait employées pour les travailleurs de la ville d’York7, M. Halbwachs étudia les budgets de 85 familles, 33 paysannes et 52 ouvrières, ces dernières étant choisies dans les mêmes professions et dans quelques grandes villes8. Durant quatre semaines d’avril-mai 1907, les familles devaient consigner sur des carnets de ménage leurs dépenses quotidiennes et leurs menus. Des enquêteurs sélectionnés au rang desquels on trouve des professeurs, des chercheurs, comme Charles Rist, vérifiaient les livrets et rédigeaient une courte notice sur chaque foyer, l’appréciation de l’état physique et moral de)a famille, etc. C’était en somme une tentative pour allier le mode extensif et l’observation intensive préconisée par l’école de Le Play. Les résultats de ce travail n’ont été que partiellement publiés en 1908 et 19149.

    • 10 .Statistique générale de la France, Service d’observation des prix, 1919.
    • 11 M. Halbwachs, 1921.

    Enfin, l’enquête organisée en 1913-1914 par le ministère du Travail, et interrompue par la guerre, portait sur 1 400 ménages d’ouvriers, 200 d’employés, qu’on interrogeait verbalement pour remplir des questionnaires ayant trait à leur dépense hebdomadaire de nourriture et de logement, seuls postes envisagés10.Cette enquête ne repose donc pas sur l’observation directe ; elle est, à bien des points de vue approximative ; le cadre choisi, la semaine, est artificiel et il valorise évidemment les dépenses d’alimentation. Dans ces conditions, les budgets annuels, obtenus en multipliant par cinquante-deux la dépense hebdomadaire, sont sujets à caution, « d’une exactitude contestable », écrit Halbwachs11.

  • 12 Ainsi P. Leroy-Beaulieu, 1880, p. 223, 442, 450 ; J. Siegfried, 1892 ; O. Piequet, 1906, p. 426, et (...)
  • 13 Office du travail, Salaires et durée du travail dans l’industrie française, t. IV, 1897, p. 250 et (...)
  • 14 Arch. nat., C 3021, Gard, la Compagnie anonyme des mines de la Grand-Combe donne le budget mensuel (...)

4Avant 1900, on est encore plus démuni. La plupart des auteurs qui évoquent antérieurement la question des dépenses ouvrières citent le travail publié en 1878 par Engel Dolfuss, dans le Bulletin de la Société industrielle de Mulhouse12.L’Office du travail cherchant, vers 1893, à déterminer des coûts régionaux d’existence, s’appuie sur les budgets de quatorze familles de tisseurs de l’Oise, dressés par un industriel13 ; ce sont non des observations, mais des estimations de la dépense annuelle, avec des rubriques assez détaillées, mais des chiffres approchés. On trouve aussi quelques budgets dans les réponses, inédites, des industriels à l’enquête parlementaire de 187214.Quant aux budgets émanant des ouvriers, leur valeur est psychologique beaucoup plus qu’économique.

  • 15 E. Cheysson et A. Toqué, 1890, p. 15-16.
  • 16 La Réforme sociale, revue de la Société d’économie sociale, paraît depuis 1881. On y trouve beaucou (...)

5Au bout du compte, l’information la plus homogène, qualité indispensable en la matière, provient des monographies de famille réalisées par les membres de la Société d’économie sociale, disciples de Le Play, comme P. du Maroussem, Urbain Guérin, F. Gibon, etc., et regroupées dans les séries successives des Ouvriers des Deux Mondes. Les budgets y tiennent la place de choix : « C’est dans ce budget que se peignent la sobriété ou l’intempérance, la prévoyance ou la dissipation, la santé ou la maladie, les habitudes religieuses et charitables, le travail continu ou le chômage, le rôle de la femme au foyer, la prospérité ou la décadence du ménage. Le budget, c’est la clef qui ouvre toutes les portes et jusqu’au sanctuaire de la famille »15. On reconnaît là le style et les préoccupations chères au groupe de La Réforme sociale16.

  • 17 P. du Maroussem, 1891, p. 212.
  • 18 Si les historiens se méfient de Le Play, la sociologie contemporaine, tant en France qu’aux Etats-U (...)

6Les critiques faites à l’école de Le Play sont bien connues. Elles ne portent ni sur la minutie des méthodes d’observation, incontestable, ni sur le degré de certitude des résultats, dont chacun admet le sérieux. Elles concernent l’idéologie des partisans de la « paix sociale », qui voient dans la religion et la famille des piliers de l’ordre national et domestique, dans la grande industrie et l’urbanisation dégradante la source du malheur ouvrier, dans le patronage et ses institutions le remède aux maux de l’individualisme libéral. Selon du Maroussem, l’œuvre des monographies serait « surtout patriotique... A l’intérieur, c’est notre armée industrielle révoltée, où les ingénieurs, les patrons, signalent avec effroi la marche ascendante de la Révolution... Comment rétablir cette cohésion entre officiers et soldats, cet accord des souvenirs, des sentiments et des idées, qui malgré l’inégalité des positions et des tâches sociales, façonnent la vigoureuse unité des peuples et des armées »17. Cette conception militante de la sociologie est assurément pleine de dangers ! Toutefois, on a l’impression, par la fréquentation des Ouvriers des Deux Mondes, que, si elle inspire quelques tirades en hors-d’œuvre ou en conclusion, elle n’influe pas directement sur le corps même du travail. C’est un peu du contre-plaqué18.

  • 19 E. Cheysson et A. Toqué, 1890, introduction, p. 2.
  • 20 P. du Maroussem, 1891, p. 40. (C’est moi qui souligne)
  • 21 On peut voir par exemple les critiques de L. Dugé de Bernonville, 1914, et celles, plus étoffées de (...)

7Une seconde objection est plus fondamentale. Elle s’adresse à la prétention qu’avaient Le Play et ses émules de décrire dans chaque monographie un type social : le charpentier de Paris, le tisserand des Vosges, le cordonnier de Malakoff, etc. La monographie, écrit Cheysson, un des plus fidèles continuateurs de Le Play, « fuit avec grand soin le cas particulier et poursuit le cas général, elle néglige l’accident, l’exception, l’anomalie, pour s’acharner après la moyenne, après le type. C’est le type qui est la véritable essence de la monographie. Hors du type, pour elle, point de salut »19. « Il suffit ... d’étudier avec soin une famille ouvrière, de la photographier dans tous ses détails..., pour posséder, à un degré de fidélité qui étonne, l’image des famille environnantes »20, affirme du Maroussem. Ces assertions reposent sur un postulat d’homogénéité sociale que notre conscience moderne des catégories et des seuils récuse ; sur une définition arbitraire du normal et de l’anormal, du typique et de l’atypique, discutée dès l’époque21, difficilement acceptable aujourd’hui. Une moyenne ne se suppose pas ; elle se calcule, et nous lui préférons souvent le mode, plus vrai.

  • 22 E. Cheysson et A. Toqué, 1890, p. 2 : « La statistique officielle va donc en avant-garde et dégage (...)

8Les rédacteurs des Ouvriers des Deux Mondes étaient d’ailleurs très conscients de la difficulté de leur position. Ils entouraient de beaucoup de précautions le choix de la famille type. Il faut le souligner : cette sélection ne devait pas reposer sur la seule intuition, mais sur un long travail préalable : étude des statistiques officielles dont les monographies se proclament solidaires22, abondantes lectures, espèces de pré-enquête dans le milieu à dépeindre. Une fois encore, il y a un certain décalage entre les principes, quelque peu péremptoires, et la pratique d’observateurs scrupuleux se posant déjà, confusément, des problèmes de technique du sondage. C’est, en somme, un témoignage sur une sociologie qui, d’activité bénévole, devenait un métier, une étape dans l’histoire de la sociologie empirique.

  • 23 J. Singer-Kérel, 1961 ; voir notamment p. 87. L’auteur utilise en outre de nombreux budgets d’ouvri (...)
  • 24 Pour Paris, aucune observation n’a été faite entre 1861 et 1878 (ouvrier cordonnier de Malakoff) ; (...)

9C’est pourquoi, en fin de compte, et faute de mieux, les matériaux réunis dans les monographies, notamment les budgets, me paraissent utilisables. En fait, nombre d’auteurs en ont jugé ainsi, et la plupart de ceux qui ont eu à traiter de la dépense ouvrière ont puisé à cette source. Le budget du charpentier, établi par Le Play et Focillon en 1856, puis réévalué par du Maroussem en 1889-1890, a servi à toutes les études sur le coût de la vie ouvrière, depuis celle de La Statistique générale de la France (1911) à l’ouvrage plus récent de J. Singer-Kérel23 J’ai, pour ma part, retenu les quinze budgets ouvriers établis de 1878 à 1895 par la Société d’économie sociale ; il n’en existe pas entre 1865 et 187824. Il était hasardeux de régresser jusqu’à la mi-temps du Second Empire. Par contre, la relative fixité des habitudes consommatrices à l’intérieur d’une décennie autorise à descendre jusqu’en 1895.

  • 25 E. Cheysson et A. Toqué, 1890, p. 49.
  • 26 Ainsi, dans la nourriture, on distingue les aliments consommés dans le ménage et en dehors, distinc (...)
  • 27 1912, p. 174.

10Les budgets des Ouvriers des Deux Mondes résultent de l’observation directe de la famille choisie par l’enquêteur. Ils sont le fruit de longues conversations, d’un « interrogatoire minutieux, précis et détaillé »25 avec le chef de famille pour la connaissance des revenus, et, pour celle des dépenses, avec la maîtresse de maison (notez cette division du travail) qui fournit, sinon ses carnets de compte, presque toujours absents, du moins ses notes de fournisseurs. Ils sont annuels. Ils ont, enfin, l’avantage d’être faits selon un cadre uniforme et détaillé. Vient d’abord un « budget de recettes »comprenant : 1°) revenus des propriétés ; 2°) produits des subventions ; 3°) salaires ; 4°) bénéfices des industries entreprises par la famille pour son propre compte. Notons au passage l’intérêt qu’il y aurait à connaître la part exacte du salaire dans le revenu ouvrier à cette époque. Puis vient le « budget des dépenses de l’année », ainsi distribué : 1°) nourriture; 2o) habitation ; 3°) vêtements ; 4°) besoins moraux, récréations, service de santé ; 5°) dépenses concernant les industries, les dettes, les impôts et les assurances. Chacune de ces rubriques comporte elle-même des subdivisions toujours identiques26. La section 4 (« besoins moraux... ») où sont réunies les dépenses pour le tabac, les journaux, l’éducation des enfants, le culte, les sorties au théâtre, le coiffeur et le médecin, a fait l’objet des justes critiques d’Halbwachs27. Cependant, la précision des détails fournis permettrait aisément d’autres regroupements. D’autre part, cet amalgame n’est pas uniquement lié aux préjugés des enquêteurs ; il suggère aussi la modestie de certaines consommations dans la vie ouvrière du temps.

II. REMARQUES D’ENSEMBLE SUR LES BUDGETS : ÉQUILIBRE, CRÉDIT, ÉPARGNE

11Comment donc se répartit la dépense ouvrière ? Au préalable, quelques remarques, nécessaires dans leur banalité. Nous allons étudier des budgets moyens, pour tenter de dégager des faits généraux, des tendances. Il est évident que la réalité sociale est plus touffue ; il n’y a pas plus d’ouvrier moyen qu’il n’y a d’homme moyen. Il existe, sans doute, une grande diversité de structures budgétaires, traduisant une grande diversité de niveaux de vie ouvriers. A ne considérer que les quinze familles retenues dans les Ouvriers des Deux Mondes, on voit que la part affectée aux dépenses de nourriture varie de 46 à 77 %, celle des dépenses de logement de 5 à 25 %, celle du vêtement de 8 à 30 %, celle des dépenses diverses de 5 à 19 %... Entre la famille de l’ouvrier fondeur en soldat de plomb à Paris, qui dispose annuellement de 784 F par tête et consacre près de 20 % au vêtement et autant aux dépenses diverses (19,8 %), et celle du piqueur de Monthieux, où la disponibilité par personne n’atteint pas 300 F (295) et où la nourriture absorbe 73 % des dépenses, il y a toute une gamme de possibilités et de nuances. Nos sources permettent de les entrevoir, non de les quantifier.

12Quant aux facteurs qui influent sur la structure budgétaire, les sociologues ont démontré que deux surtout étaient contraignants : le revenu familial, la composition de la famille. Ainsi, la place des dépenses de nourriture s’accroît en raison directe de l’effectif de la famille, en raison inverse de son revenu (loi de Engel). Le rôle du métier proprement dit paraît secondaire à M. Halbwachs. Pour apprécier le niveau de vie ouvrier, il faut donc tenir compte à la fois de facteurs économiques et démographiques.

13A première vue, le fait primordial est le revenu, non pas individuel, mais familial. L’ouvrier est l’homme d’une famille : c’est elle qui constitue la réalité sociale. Il faudrait se demander quelle est la composition du revenu familial ouvrier à cette époque : part du salaire et des autres sources possibles, apport respectif de chacun des membres de la famille. Les monographies des Ouvriers des Deux Mondes fournissent des indications intéressantes à ce sujet. Elles confirment une double prépondérance dans la composition du revenu familial : celle, écrasante, du salaire (dans 9 cas sur 15, le salaire constitue plus de 90 % du revenu), et celle, très affirmée, du salaire du père. Le revenu ouvrier vers 1880, c’est le revenu salarial ; le revenu familial, c’est, à un degré toutefois moins absolu, le salaire du chef de famille.

  • 28 « Les ouvriers seuls pondent des petits comme des poules, sans s’inquiéter de ce que ça coûtera. Il (...)
  • 29 A. Armengaud, 1967.

14L’autre élément, déterminant, du niveau de vie, tient au nombre des enfants, et à leur âge. Dans le cas présent, on constate une relation assez nette entre la diminution du revenu par tête et l’accroissement des effectifs. Les périodes difficiles dans la vie du couple ouvrier sont celles de la paternité ; l’arrivée des enfants n’augmente pas seulement le nombre des bouches à nourrir, elle supprime l’apport du travail féminin. En définitive, on peut se demander si l’effectif familial n’est pas le facteur décisif pour expliquer les différences de niveau de vie entre les familles ouvrières. Il y a dans les conseils de continence que l’école économique classique prodigue aux travailleurs, dans la répugnance petite-bourgeoise pour la « prolifération »ouvrière — entendez Mme Vuillaume dans Pot-Bouille28 — un fragment de vérité pratique que, par d’autres voies, la classe ouvrière découvrait aussi. On sait que le malthusianisme, en cette seconde moitié du 19e siècle, n’est pas seulement bourgeois, il devient ouvrier29 ; il a des origines économiques et pychologiques à la fois. L’enfant n’est pas une richesse ; dans la mesure même où l’on s’en soucie davantage, il pèse plus lourd. Son poids, quotidiennement ressenti, explique certains traits de la revendication : la famille y est toujours présente, comme un thème obsessionnel. C’est en son nom, pour les enfants qu’il faut nourrir et élever, que l’ouvrier réclame d’être augmenté : formulation obscure encore des conceptions modernes du salaire familial.

  • 30 Ouvriers des Deux Mondes, 2e série, t. I, p. 151 : « Le charron de Montataire ne parvient à se libé (...)
  • 31 E. Zola, éd. La Pléiade, t. III, p. 1 840 et p. 1 897 : « Mes notes sur Anzin. »
  • 32 P. du Maroussem, « Le piqueur sociétaire de la mine aux mineurs de Monthieux (Loire) »,. Les Ouvrie (...)
  • 33 On ne saurait multiplier les citations. Sur ce chapitre, elles abondent dans les monographies de fa (...)

15Une autre remarque a trait au problème, essentiel, de l’équilibre du budget. Selon les témoignages ouvriers, son passif est chronique. Et la plupart des observateurs s’accordent à décrire sa « justesse », son caractère aléatoire qui autorise rarement l’épargne, à la limite du déficit qui s’installe avec la moindre maladie, les chômages imprévus, les premières naissances, ou dès qu’un événement extérieur vient rompre le rythme du travail : la guerre de 1870 a été une cause d’endettement durable30, et en 1884 Zola note que les mineurs d’Anzin paient encore les dettes de leur grève de 187831. Parmi cent descriptions identiques, voici celle que du Maroussem donne de l’endettement du piqueur de Monthieux : « Les quelques économies de la femme servirent à acheter chez le fripier un mobilier sommaire. L’apport du marié consistait surtout en dettes antérieures, notamment en un billet de 50 F qu’il fallut solder. Les enfants se succédèrent avec régularité : trois filles d’abord, un garçon ensuite. La misère arriva : les quinzaines furent dévorées avant le versement même ; les dettes s’accumulèrent chez les fournisseurs ; on déménagea à la recherche d’un crédit mieux assis : l’éternel tableau se reproduisit avec des traits toujours identiques »32. La précarité, l’instabilité, l’insécurité fondamentales de la vie ouvrière sont unanimement reconnus33.

  • 34 Cf. la question 12 de l’enquête de 1872 : « L’ouvrier a-t-il l’habitude de payer au comptant les ob (...)
  • 35 De ce fait, un témoignage littéraire : le thème des chaussures de Bélisaire, dans le Jack de Daudet (...)
  • 36 P. du Maroussem, 1892, p. 149 : « Ces magasins pulullent dans Paris : ils annexent un nombre toujou (...)
  • 37 Sur le rôle des boulangers, liés aux familles par le crédit, cf. Roblin, 1902.
  • 38 A Bessèges, le crédit roule sur le mois : cf. Arch. nat., C 3021, réponse de la Compagnie des forge (...)
  • 39 Arch. nat., C 3020, Seine, rapport de la maison Pleyel-Wolf à la Plaine-Saint- Denis ; C 3018, Marn (...)
  • 40 Arch. nat., C 3020, Seine-Inférieure, Badin, industriel à Barentin.
  • 41 E. Levasseur en fait la remarque, 1908, p. 225.
  • 42 L’enquête de 1872 fait état de nombreuses créations de coopératives de consommation et, la plupart (...)
  • 43 Arch. nat., C 3019, Vosges, rapport de Géliot, industriel.
  • 44 Arch. nat., C 3019, Nord, rapport de la chambre de commerce de Lille.
  • 45 P. Chombart de Lauwe, 1956, p. 137 : « L’achat à crédit est d’ailleurs mal jugé chez un grand nombr (...)

16Elles expliquent le recours, très habituel, au crédit34 qui n’est assurément pas un fait moderne. Simplement, ce crédit est moins diversifié, moins organisé, moins concentré que de nos jours. Sans doute il existe, surtout à Paris, des formes neuves de vente à crédit pour des biens de consommation relativement durables : vêtements, chaussures — cet achat si redouté35 —, linge, meubles, machines à coudre (quelle ouvrière ne rêve de posséder sa Singer ?), pratiquées systématiquement par de grandes maisons spécialisées. Un type nouveau fait son entrée dans les quartiers populaires : l’abonneur. « Actuellement, il est impossible de visiter une maison ouvrière sans rencontrer celui que l’argot de Paris appelle “l’abonneur” et qui n’est autre que le receveur des maisons d’abonnement. Sur le petit livret où l’on a marqué le versement d’avance exigé au moment de la livraison — versement qui dépasse parfois la valeur de l’objet — l’abonneur inscrit au fur et à mesure le franc ou les deux francs péniblement arrachés chaque semaine. Et en cas de retard, que de difficultés ! Les intérêts s’ajoutent aux intérêts : les frais aux frais ; et les vastes maisons de “ recel ” ... deviennent ainsi de vastes maisons de prêts usuraires »36. Mais, dans l’ensemble, le crédit reste alimentaire et local, aux mains des boutiquiers — boulangers37, épiciers, marchands de vin — dont l’étroite solidarité de fait avec les travailleurs peut, en cas de grève, jouer à double sens ; il est lié aux rythmes de la paie, le plus souvent de quinzaine, comme elle38. Bien des ouvriers ne se libèrent pas et sont perpétuellement en comptes ; ils ne s’en sortent que par la fuite, du moins dans les grandes agglomérations : à Paris, les célibataires quittent l’usine et le quartier quand ils sont trop criblés de dettes : « Les oppositions des marchands de vin les poursuivent partout »39. Pour se dédommager, les créanciers pratiquent une véritable usure en vendant de 20 à 30 % plus cher40. Ces usages pèsent lourdement sur les prix de détail et expliquent leur inélasticité à la baisse41. Pour y remédier, beaucoup de réformateurs préconisent la formation de coopératives de consommation et déplorent que les ménagères les boudent. L’échec de telles sociétés, tentées par exemple à la fin du Second Empire en réaction contre la hausse du coût de la vie42, a été en effet très général et la raison est partout la même : l’obligation du paiement comptant. Beaucoup parlent même de la répugnance de l’ouvrier : « Il préfère payer le double et avoir à crédit »43. N’a-t-on pas tenté, à Lille, de le libérer en lui versant une quinzaine d’avance ? Cette somme a été dépensée ailleurs44. La réprobation que suscite une telle imprévoyance marque une frontière sociale : en deçà, le bas de laine, la thésaurisation paysanne ; au-delà le monde petit-bourgeois soucieux de « faire honneur à ses affaires », d’économiser, pour lequel l’emprunt est le stigmate d’une condition infamante, et l’épargne, plus encore qu’une sécurité : une consécration. L’ouvrier d’aujourd’hui — du moins celui que Chombart de Lauwe décrivait dans les années 1950, avant l’américanisation —, héritier de ces réprobations humiliantes, hanté par l’angoisse ancestrale de la dette, répugne pareillement à emprunter45. Affaire de mentalité, dira-t-on, mais qui s’enracine dans une situation économique.

  • 46 Arch. nat., C 3023, Nièvre, rapport de la Société Boigues-Rambourg et Cie.
  • 47 Ibid., Nièvre, directeur des Aciéries d’Imphy.
  • 48 Arch. nat., C 3018, Meurthe-et-Moselle, Roechling et Cie.
  • 49 Arch. nat., C 3022, Loire, chambre de commerce de Roanne.
  • 50 Arch. nat., C 3023, Indre, rapport du préfet.
  • 51 Arch. nat., C 3019, directeur des mines de Romanèche.
  • 52 Arch. nat., C 3020, Seine, rapport Gellé frères.
  • 53 Ibid., rapport Pleyel, Wolf et Cie sur leurs usines de la Route de la Révolte (600 ouvriers facteur (...)
  • 54 La Science sociale, 1892 ; cité par L. Chevalier, 1950, p. 211.
  • 55 Arch. nat., C 3022, rapport de la chambre de commerce d’Aubenas ; C 3021, Isère, rapport de Montess (...)
  • 56 Arch. nat., C 3021, Isère, rapport Montessuy.
  • 57 Ibid., rapport chambre de commerce de Voiron.
  • 58 Arch. nat., C 3021, Rhône, chambre de commerce de Lyon.
  • 59 Ibid., Isère, réponse de Rouillon, mégissier à Grenoble.
  • 60 Arch. nat., C 3022, Gironde, chambre de commerce de Bordeaux, statistiques de l’assistance judiciai (...)

17Vers 1870-1880, un facteur joue fortement : l’intensité du lien avec la terre. Plus ce lien est intime, serré, plus grande est la propension à l’épargne. Sur ce point, les réponses à l’enquête de 1872 sont concertantes. La plupart des industriels insistent sur le contraste entre ouvriers d’usine à part entière et semi-ruraux, entre déracinés et travailleurs du pays. Ces derniers n’ont qu’un pied dans l’usine et leur horizon demeure essentiellement campagnard ; leur salaire se réinvestit dans la terre, n’est qu’un moyen d’en acquérir, « au point que des familles se refusent l’alimentation nécessaire pour maintenir les forces du travailleur, et cela malgré des économies déjà importantes », lit-on dans le rapport de la Société Boigues-Rambourg. En 1855, cette société possédait sur le territoire de la commune de Fourchambault 386 ha ; en 1873, elle n’en possède plus que 194, le reste (192 ha) ayant été acquis par 420 ouvriers ou anciens ouvriers et commerçants46. « C’est l’élément rural qui avec ses qualités spéciales et traditionnelles a contribué à fonder la propriété », confirme de son côté le directeur des aciéries voisines d’Imphy. La prévoyance est le fait des « familles qui tiennent au sol, ou qui sont arrivées à Imphy il y a trente ou quarante ans avec la rusticité des paysans morvandiaux »47. Même opposition à Pont-à-Mousson, chez Roechling entre les ouvriers des hauts fourneaux, « ressemblant à l’ouvrier agricole lorrain dont ils sont extraits, très économes, ayant une conduite régulière, possédant généralement leurs gîtes et n’ayant aucun des caractères de l’ouvrier de fabrique des grandes villes... », et ceux des mines de fer : « nous avons des ouvriers normands, piémontais, belges, berrichons, etc., gagnant beaucoup, dépensant » de même48. A Roanne, « parmi les populations ouvrières des campagnes, l’amour de la propriété est très grand et suffit pour les engager à l’épargne. Dès que ces ouvriers ont réalisé quelques économies, ils achètent une maison ou une parcelle de terre, ce qui est toujours facile à cause du démembrement continuel de la grande propriété et le partage toujours croissant des héritages »49. L’attraction foncière est particulièrement forte dans les pays de vignoble de seconde zone, encore abordable : dans l’Indre50, en Saône-et-Loire51. Dans les grandes usines de la banlieue parisienne, beaucoup d’ouvriers de fraîche date conservent des aspirations bucoliques : chez Gellé, parfumerie-savonnerie de Levallois, quelques-uns économisent pour acheter des terres au pays natal ; mais en trente ans, trois ont réalisé ce rêve52. A la Plaine-Sainte-Denis, chez Pleyel et Wolf, les ouvriers mariés cherchent à acheter maison et jardin : « Quelques-uns même une fois en possession d’un terrain assez étendu ont quitté la fabrique où ils gagnaient un fort salaire pour se consacrer tout entier aux travaux maraîchers »53. Et Louis Chevalier a décrit les paysans bretons montés à la capitale dans l’espoir de se libérer de leurs dettes foncières : « L’un d’eux, par exemple, se sera endetté dans l’exploitation d’une petite ferme. Rarement le créancier le fera poursuivre, sachant qu’il n’y gagnerait rien. “ Va à Saint-Denis, ou à Versailles, lui dit-il, tu y gagneras de l’argent et tu me paieras quand tu le pourras ” »54. L’épargne atteint son maximum avec les jeunes ouvrières des moulinages de soie du Sud-Est (Cévennes, Dauphiné), dont la vie conventuelle a été mainte fois dépeinte55. Elles ne dépensent rien de leur faible salaire : « Les filles sont la fortune des familles. Le père de famille qui a deux ou trois filles à la fabrique est tout à fait à son aise »56. « Il a payé ses dettes et acheté ses terres »57. De façon générale, les femmes sont réputées plus économes. A La Croix-Rousse, « les ouvrières filles telles que les dévideuses et les ourdisseuses sont les seules qui font des dépôts à la Caisse d’Epargne »58. A Grenoble, ce sont les couturières de gants59. A Bordeaux, la moitié des demandes en séparation de corps proviennent des femmes d’ouvriers, mécontentes des dilapidations de leurs maris60.

  • 61 Arch. nat., C 3019, Somme, Burgeat, industriel à Amiens : les ouvriers ne sont pas propriétaires et (...)
  • 62 Arch. nat., C 3019, Somme, chambre de commerce d’Abbeville.

18Dès que l’appât des terres, le stimulant de la propriété foncière, disparaissent, la propension à l’épargne s’affaiblit. « L’ouvrier qui a amassé n’est même pas bien vu dans les ateliers, on le taquine », remarque un industriel d’Amiens61. Mais c’est aussi que l’épargne est plus difficile parce que sans objet : « L’ouvrier, en voyant quelle somme minime il peut économiser par semaine abandonne bien vite toute idée d’épargne »62. La rupture du lien avec la terre, c’est la fin de l’espoir, moteur nécessaire à toute économie ; la chute dans l’enfer prolétaire, aléatoire et sans projet.

  • 63 Arch. nat., C 3021, Gard, Compagnie de la Grand-Combe : a une caisse à 5 % d’intérêt ; 200 déposant (...)
  • 64 Arch. nat., C 3021, Gard, rapport Jouguet.
  • 65 Toutes ces indications sont tirées de Arch. nat., C 3018-3026.
  • 66 Selon divers témoignages de l’époque (Audiganne, Reybaud) et les monographies des Ouvriers des Deux (...)

19Sans doute, dépassant les témoignages qualitatifs, il faudrait pouvoir mesurer le déficit, comme l’épargne, si faible soit-elle. Çà et là, les réponses patronales à l’enquête de 1872 fournissent des indications fragmentaires sur l’importance des dépôts ouvriers aux caisses d’épargne de l’usine, ou de la ville. On ne saurait s’étonner de la faiblesse des premiers63 : elle provient aussi de la répugnance des ouvriers vis-à-vis des institutions patronales. Les indications sur les seconds ont plus de portée. Sur 95 948 F déposés à la caisse d’épargne de Bessèges, 631 F appartiennent à 152 ouvriers64. A Fiers, sur 1 829 livrets (522 290 F), on compte 130 livrets d’ouvriers (31 940 F). A Reims, la clientèle ouvrière des caisses d’épargne se recrute presque exclusivement parmi les tisserands alsaciens et vosgiens. A Thiers, sur 20 638 F de dépôts, 4 890 F reviennent aux ouvriers des villes, 15 748 F à ceux des campagnes, A Bordeaux, on dénombre 7 000 livrets ouvriers sur 28 420 ; à Albi, 250 livrets ouvriers représentent 48 270 F65. D’autres formes d’épargne sont signalées : valeurs d’Etat, ou ferroviaires66. Encore faudrait-il savoir ce que recouvre exactement le terme d’ouvrier. Si elle était possible, l’étude socio-professionnelle des dépôts en caisse d’épargne (et son pendant : celle des engagements, des « mises au clou » au mont-de-piété) devrait fournir de précieuses données.

20En termes de comptabilité globale, quelle part du salaire échappe à la consommation ? Si une accumulation du salaire ouvrier est possible, où s’investit-elle ? C’est toute la question, immense, de l’ouverture de la classe ouvrière, de sa fluidité, qui se trouve posée. Y a-t-il une continuité dans les familles qui la composent? Ou bien, comme Schumpeter le suggère pour la « classe » capitaliste, est-elle une forme, un moule durables au contenu changeant et mobile ? Assurément, la réponse ne se trouve pas dans l’étude des budgets annuels : l’ascension sociale est affaire non d’une année, mais d’une vie, sinon d’une génération. C’est à d’autres sources qu’il faut puiser. Les budgets sont des documents du temps court : demandons-leur enfin ce qu’ils nous peuvent donner.

III. LES CONSOMMATIONS OUVRIERES D’APRES LES BUDGETS DE FAMILLE

21Considérons les budgets des quinze familles des Ouvriers des Deux Mondes. Les dépenses d’alimentation sont toujours supérieures à 50 % ; elles dépassent neuf fois 60 % et deux fois 70 %. Le poste « vêtement », généralement compris entre 10 et 20 %, vient sept fois en seconde position et huit fois en troisième. Les dépenses d’habitation présentent plus d’élasticité, oscillant de 5 à 25 % ; on les trouve six fois au deuxième rang et six fois au quatrième ; leur amenuisement en quelques cas provient du fait que certaines familles bénéficient du logement gratuit. Les dépenses « diverses », enfin, se situent ordinairement au dernier rang et dépassent rarement 10 %.

22Le budget moyen des dépenses, pour l’ensemble des quinze familles observées, se décompose ainsi :

23Nourriture 62,8 % avec les valeurs extrêmes : 46,5 — 77,5

24Vêtement 16,5 avec les valeurs extrêmes : 8,5 — 30.8

  • 67 Dont 6,9 % pour le seul loyer.

25Habitation 12.367 avec les valeurs extrêmes : 5 — 25,9

26Divers 8,3 avec les valeurs extrêmes : 1,4 — 19,6

  • 68 Cité par L.-R. Villermé, 1840, t. I, p. 28. De Morogues pense que les dépenses d’une famille ouvriè (...)
  • 69 Le Monde, 10-11 novembre 1963, p. 9 : « Comment se répartissent les dépenses de consommation d’une (...)

27Les autres sources consultées donnent des proportions souvent analogues, dont ne sont pas éloignées, de surcroît, les estimations ouvrières. Ainsi sommes-nous fondés à tenir ce budget de dépenses pour une expression raisonnable des grandes tendances de la consommation ouvrière dans les années 1880. Certes, ce budget apparaît comme élémentaire, mais non pas strictement alimentaire. S’il laisse peu de place aux « divers », il tend aussi à s’affranchir du monopole des subsistances et, singulièrement, de celui du pain. A titre indicatif, et pour situer grossièrement les évolutions, on rappellera que le baron de Morogues, vers 1832, estimait que, dans un budget alimentaire à 67 %, le pain accaparait 51 % de la dépense nourriture et 34 % de la dépense totale ; et plusieurs auteurs tenaient cette estimation pour optimiste68. Dans notre budget moyen, la part du pain n’est plus que de 11,8 % (et 18,8 % du coût alimentaire). En 1963, elle dépasse à peine 2 %69.

28Deux faits sont frappants : en regard de l’importance relative des dépenses vestimentaires qui viennent toujours au second rang, la modicité des dépenses d’habitation ; on n’oubliera pas que dans ce poste sont compris non seulement le loyer qui ne représente que 6,9 % de la dépense totale, mais aussi l’entretien du mobilier, l’éclairage (1,4), le chauffage (2,08), ce dernier servant aussi à la préparation des aliments.

1. LOGEMENT : UN « POSTE » MODESTE

  • 70 Arch. préf. pol., BA 486, Situation des loyers à Paris (1871-1891), 1 526 pièces (très intéressant) (...)
  • 71 Paris, 1961.
  • 72 Le Citoyen et la Bataille, 14 novembre 1882.
  • 73 Arch. préf. pol., BA 486.
  • 74 Ibid., pièce 181, rapport du 15 juin 1882.
  • 75 Ibid., pièce 176, rapport com. quartier Sainte-Marguerite.
  • 76 Le livre de R. H. Guerrand, 1967, paru lorsque ce chapitre était déjà écrit, a le grand mérite d’at (...)

29Assurément, s’il existe un domaine où les moyennes sont sujettes à caution, c’est bien en matière de logement, les disparités régionales et locales étant à cet égard particulièrement fortes. On les perçoit grossièrement à travers les réponses à l’enquête de 1872, quoique les comparaisons soient difficiles en l’absence de toute norme définie. Pour un logement de deux pièces, il faut de 50 à 60 F par an à Rimogne (Ardennes), de 60 à 100 F à Fiers, 80 F à Roanne, de 100 à 140 F à Rouen et à Toulouse, de 100 à 150 F à Montataire, de 150 à 200 F à Lyon, Saint-Etienne, Bordeaux, Fourmies, de 200 à 250 F à Paris... Dans la capitale, il y a de grandes différences selon les quartiers, les rues mêmes : en 1882, on paie, au quartier Sainte-Marguerite, pour un logement de deux pièces « avec quelquefois une cuisine », 450 F rue du Faubourg-Saint-Antoine, de 260 à 280 F rue Saint-Bernard, 200 F rue de Montreuil ; au numéro 113 de cette dernière rue, une simple chambre sise au premier étage est louée 300 F70. D’autre part, cette catégorie de dépenses est la seule qui n’ait pas décru durant la période. F. Marnata fait état d’une baisse de l’indice des loyers parisiens, à partir de 1884, mais il s’agit de loyers bourgeois71. Les populaires n’ont cessé de croître jusqu’à la première guerre mondiale, très rapidement entre 1872 et 1882, puis progressivement plus lentement. Une enquête fait état d’une hausse de 25 % pour l’ensemble des grandes villes françaises dans la décennie 1872-1881, alors que de 1817 à 1872 elle n’aurait été que de 40 %72. A Paris, le mouvement de hausse est plus accéléré encore. Une série de rapports de police établit que, de 1876 à 1882, les loyers ouvriers, dans les divers arrondissements, ont augmenté de 25 à 30 %73. Les expositions, notamment celle de 1878, ont entraîné un aflux de population souvent durable ; entre 1880 et 1882, le quartier du Père-Lachaise, par exemple, s’est accru de 10 000 unités74. D’où une très forte spéculation ; on augmente le loyer à chaque changement de locataire ; propriétaires et concierges, auxquels chaque nouvelle location rapporte de 5 à 6 F, favorisent les mutations. « L’ouvrier en louant doit signer un congé en blanc. On s’en sert contre lui, lorsqu’on a intérêt à le faire »75. Ces indications fragmentaires ne sauraient tenir lieu de séries annuelles de loyers, qui font totalement défaut ; la plupart des études, anciennes et présentes76, sur le logement ouvrier sont très pauvres en ce qui concerne les prix.

  • 77 D. Poulot, 1872, p. 47-48 : « Le terme est l’épée de Damoclès du travailleur, le fil menace de se r (...)
  • 78 Sur cette société, cf. R. H. Guerrand, 1967, p. 271 et sq.
  • 79 1899.

30Ainsi, pour Paris du moins, il est probable que notre budget moyen sous- estime la réalité. Denis Poulot prétend que le loyer absorbe 30 % de la dépense ouvrière ; sans doute exagère-t-il77. Selon une enquête effectuée vers 1898 par les docteurs Dumesnil et Mangenot, sous l’égide de la Société des habitations à bon marché78, dans le quartier de la pointe d’Ivry, 23 % des 1 266 ménages ouvriers observés consacrent au seul loyer 20 % de leur dépense, 53 % d’entre eux, de 10 à 20 %, 24 % seulement moins de 10 %79.

  • 80 1910.

31D’après la Statistique générale de la France, le loyer accapare entre un dixième et un cinquième du revenu ouvrier à Paris, au début du 20e siècle80.

  • 81 1933, p. 28 ; p. 30 : « I1 peut être considéré comme bien établi qu’à tous les degrés de revenu, et (...)
  • 82 R. H. Guerrand ne modifie pas, en fin de compte, les conclusions de M. Halbwachs.
  • 83 Bulletin de l’Office du travail, 1908, p. 1 229 ; 1909, p. 414-503.
  • 84 Board of Trade, 1909. Les conclusions de l’enquête ont été utilisées par M. Aconin, 1912.
  • 85 C. Féron-Vrau, 1899; A. Dumont, 1905, p. 64-65.
  • 86 D’après les recherches du Dr Hoël, rapportées par A. Dumont, 1905, p. 51.
  • 87 Sur les garnis, cf. d’Haussonville, 1892, p. 86 et sq.
  • 88 P. Pierrard, 1965, chap. II, p. 79, « Permanence du taudis lillois ».

32La conclusion de M. Halbwachs n’en demeure pas moins vraie, dans l’ensemble : « La modération de la dépense pour le logement, plus exactement pour le loyer, nous a toujours paru un trait essentiel de la condition ouvrière »81, et sans doute conviendrait-il d’ajouter : plus particulièrement en France. La tendance fondamentale est de réduire au minimum les dépenses de logement, quitte à accepter des conditions que tous les témoignages disent désastreuses82. Les statistiques insistent sur l’entassement et l’absence d’hygiène. D’après l’enquête spéciale du ministère du Travail, faite lors du dénombrement de 1906, le pourcentage des logements ouvriers dépourvus de lieux d’aisance était de 83 à Rouen, 89 à Nantes, 92 à Saint-Etienne, 95 à Lille83. L’enquête menée à peu près à la même époque par le Board of Trade établit que les ménages ouvriers français ne disposent en général que de deux pièces, trois au maximum. A Paris, 26 % des logements ouvriers observés se composent d’une seule pièce et 30 % de deux ; les proportions sont de 20 et 24 % à Bordeaux, 53 et 24 % à Brest, 50 et 27 % à Fougères, 21 et 34 % à Grenoble, 28 et 22 % à Lyon, 25 et 25 % à Rouen, 28 et 42 % à Saint-Etienne, 9 et 35 % à Toulouse, etc. Comparant avec la situation en Angleterre, où les appartements ouvriers de trois et quatre pièces sont fréquents, en Allemagne où les logements d’une pièce sont trop rares pour justifier une catégorie type, le Board of Trade conclut que les travailleurs français sont les plus mal logés d’Europe occidentale84. D’après les travaux des docteurs Féron-Vrau et Dumont, à Lille, vers 1900, sur 900 familles enquêtées ayant en moyenne 4,88 enfants par famille, 75 % vivent dans une et deux pièces85. A Reims, vers la même époque, 48 % des ouvriers s’entassent dans les mêmes conditions86. Les nouveaux venus à la ville, notamment les étrangers, s’accumulent dans les garnis, plaie des banlieues, foyers de typhoïde, de tuberculose et d’épidémies ; à Paris, entre 1875 et 1883, tandis que la population s’accroît de 15 %, le nombre des garnis augmente de 20 %, mais leur clientèle de 80 %87. A Lille, si les caves disparaissent, les garnis pullulent88.

  • 89 1908, p. 540.
  • 90 Heurtaux-Varsavaux, 1888, p. 12.
  • 91 F. Moyroud, 1910, p. 350 : « La grande pièce, la seule qui prend jour, sert à la fois de cuisine, d (...)
  • 92 Docteurs Dumesnil et Mangenot, 1899, p. 14.
  • 93 P. Pierrard, 1965, p. 105 et sq.
  • 94 La Bataille, 19 mai 1882 : description de cette cité ainsi baptisée parce que née aux lendemains de (...)
  • 95 La Bataille, 16 septembre 1882 ; d’Haussonville, 1892, p. 82 ; R. Michaud, 1967. p. 15.
  • 96 D’Haussonville, 1892, p. 64-65.
  • 97 Ibid., p. 37 et sq.
  • 98 Le Cri du Peuple, 5 janvier 1885, article de A. Goullé sur Saint-Denis ; il décrit quelques maisons (...)
  • 99 E. Pottier, « Logements insalubres », 1887, p. 214.
  • 100 René Michaud, 1967, p. 17 : « ... plus que l’inconfort, c’était la puanteur concentrée qui nous opp (...)
  • 101 Douassot, 1958.

33Cent descriptions sordides étayent ces données numériques. Halbwachs évoque « le taudis perdu au fond d’une cour sombre, aux environs de la place de la Bastille, où un terrassier, sa femme et ses quatre enfants couchent dans une seule chambre, dans deux lits et un berceau, parmi le linge sale et les déchets de légumes et de fruits »89. A Nantes, l’exiguïté des logements oblige à côtoyer les morts : la cadavre reste souvent deux jours dans la pièce « au milieu des parents qui poursuivent les travaux et les soins de la vie quotidienne »90. A Lyon, alcôves et soupentes, sans fenêtres et sans air, sont de redoutables foyers de tuberculose91. A Ivry, l’absence de toute commodité et d’égout transforment certaines rues en cabinet de plein air : « enfants et adultes s’accroupissent contre les murs le long desquels il n’est pas rare de voir le matin une ligne ininterrompue de sentinelles odorantes... les ménagères déversent dans les ruisseaux les eaux ménagères et le contenu des vases de nuit »92. Les grandes villes ont leurs cités maudites : à Lille, la cité Napoléon93 ; à Paris, dans le XIIIe, la cité Doré, sur la Butte-aux-Cailles, la cité des Kroumirs94, la cité Jeanne d’Arc, « dernière étape de ceux qui s’enfoncent degré par degré dans le gouffre de la misère »95 ; dans les XIXe et XXe, cités de Meaux, du Tarn, cités Gand et Philippe96 ; au-delà, vers le nord-nord-ouest, à Levallois, Asnières, Clichy, les sinistres cités du Soleil, Foucault, des Epinettes, la route de la Révolte, la rue de Flandre, boulevards de la bagarre entre Bas-Bretons ivres, Italiens au couteau facile, boulevards du crime, la plaine « hideuse et empestée »97 de Saint-Denis, « ville des rats crevés, des usines galeuses, des rues aux pavés gras, des maisons sales, du canal bourbeux, des berges empuanties par des charognes enflées »98. Laideur dégoulinante, crasse gluante et froide, promiscuité poisseuse, composent ce paysage anti-impressionniste ; et, plus que tout, odeurs. « Des lieux, des plombs, quand l’odeur monte, — L’alcali vous empoigne aux yeux », gémit l’ouvrière de Pottier99. Un demi-siècle plus tard, cette « puanteur concentrée »demeure la sensation la plus vivement persistante d’un témoin, René Michaud : « Les relents de toutes ces déjections accumulées et confondues poursuivaient les habitants..., pénétrant leurs pauvres vêtements, déjà marqués, tachés, imprégnés des odeurs du travail et de la sueur des corps mal lavés... La porte à peine entrouverte, l’odeur s’engouffrait dans les logements se mêlant aux relents de cuisine, aux remugles de lessive chaude, de charbon gras et d’urine empestant ces réduits où s’entassaient des familles faméliques »100. Un univers abject, célinien, un monde de La Gana101, est né : la banlieue, échec de l’histoire urbaine et, déjà, terreur du bourgeois.

  • 102 1892, p. 37.
  • 103 Exemples : Le Rappel, 7 juillet 1879 ; Le Cri du Peuple, 22 août 1884 : « Les, voleurs de banlieue  (...)
  • 104 Arch. préf. pol., BA 170, p. 119, 1er mai 1888.
  • 105 19 mai 1880. Une bourgeoisie plus éclairée imagine au contraire une banlieue organisée pour le « No (...)

34La banlieue, sa réalité, ses représentations : beaux thèmes qui s’enflent en ce versant du siècle. Aux yeux des contemporains, trois traits la caractérisent : elle est misérable. D’Haussonville distingue deux types de misère : l’ancienne, celle des maisons à six étages du centre, familière et décente comme une domestique pauvre ; la nouvelle « qui s’étale et pullule dans les quartiers excentriques »102. La banlieue est violente et redoutable, mélange explosif de paysans déracinés, d’immigrants inadaptés, repaire des nouvelles « classes dangereuses » ; faits divers, rapports de police abondent en récits de rixes et d’agressions103. « Sur cent personnes qui sortent la nuit dans la banlieue est de Paris, quatre-vingt-quinze sont armées et... je trouve la précaution sage », écrit en 1888, la commissaire de Pantin104. Ainsi donc, il faut se défendre : « on dit qu’aux grandes cités, il faut un exutoire », lit-on dans Le Figaro ; « Très bien. Mais qu’on fasse au moins autour de cet exutoire un cordon sanitaire et qu’on le surveille de près »105.

  • 106 Pour un exemple local, cf. P. Pierrard, 1965, p. 79 et sq., p. 89 et sq.
  • 107 Sur les idées de Le Play à ce sujet, cf. R. H. Guerrand, 1967, p. 257.
  • 108 Le questionnaire d’enquête figure dans la 2e série, t. III, p. 206. Parmi les réponses, Heurtaux-Va (...)
  • 109 I.N.E.D., 1954 et 1956.
  • 110 J. Bertillon, 1894. Pour la période 1894-1908, le taux de mortalité est de 6,7‰ aux Champs-Elysées, (...)
  • 111 Dr Marié-Davy, 1905 ; travaux du Dr Brouardel sur la tuberculose à Lille, etc.
  • 112 Dumesnil et Mangenot, 1899, p. 89. « Les autres ménages nous avouaient ingénument que s’ils avaient (...)
  • 113 R. H. Guerrand, 1967, p. 271.
  • 114 F. Moyroud, 1910.
  • 115 R. H. Guerrand, 1967, p. 307.

35Cependant, les premières protestations, les premiers efforts, longtemps rendus platoniques par le culte de la sacro-sainte initiative privée, sont venus de milieux bourgeois, et notamment de deux courants principaux : courant chrétien traditionnel qu’inquiète l’amoralisme des taudis. Ceux-ci sont presque un lieu commun des écrits sur le paupérisme, dans la première moitié du siècle106. Pour Le Play et son école, la propriété immobilière est le grand remède107. La Réforme sociale porte une vive attention aux conditions de logement : en 1886, par exemple, cette revue lance sur ce sujet une enquête qui a suscité plusieurs monographies intéressantes108. D’autre part, médecins et hygiénistes, dont on ne dira jamais assez le rôle social novateur à cette époque, ont pris conscience du lien entre problème du logement et caractéristiques de la démographie ouvrière ; depuis Villermé, leurs travaux jalonnent tout le 19e siècle ; il faudrait pour les citer tous, pour mentionner ces innombrables topographies médicales qui prolongent le 18e siècle, et le renouvellent par la recherche précise de nombreuses corrélations, un volume analogue à celui que l’I.N.E.D. a consacré à la période antérieure à 1800109 ; la série Tc de la Bibliothèque nationale (salubrité, hygiène), fort riche, est bien loin de les contenir tous. Les docteurs Martial, Juillerat, Dumesnil, Mangenot, Bertillon..., ont mesuré l’inégalité sociale devant la mort (on meurt dix fois plus au quartier Saint-Merry qu’aux Champs-Elysées110), établi la concordance entre foyers de surpeuplement et de maladies (typhoïdes, puis bientôt tuberculose111), et montré la corrélation entre restriction des naissances et entassement. Dans le quartier de la pointe d’Ivry, Dumesnil et Mangenot dénombrent 35,5 % d’unions infécondes, contre 26 % pour Paris, et 22 % pour l’ensemble de la France : « Nous avons acquis la conviction que l’intérêt est le mobile principal qui dirige un ménage dans la procréation des enfants »112. La protection de la race, dont la stagnation commence à inquiéter, moins pour des raisons économiques (à cet égard, le malthusianisme est tenace ; bourgeois et ouvriers pensent qu’une forte natalité est une des causes principales du chômage) que militaires (« la France cosaque ou prussienne avant un siècle », dit Guesde lui-même), exige une amélioration des conditions de vie au rang desquelles on accorde une priorité sans doute abusive au logement. La plupart continuent à prôner la seule action individuelle. Cependant au tournant du siècle s’ébauche, sous l’impulsion notamment de certains membres de la Société française des habitations à bon marché, tels Dumesnil, Jules Siegfried113, un double effort d’inventaire plus systématique et de législation114. Une enquête sur l’habitation ouvrière est annexée au dénombrement général de la population de 1906 ; les résultats sont publiés pour 50 localités, ils concernent environ un million de ménages115. La législation s’affirme dans deux directions : celle, traditionnelle depuis 1850, des logements insalubres (la loi du 14 février 1902 est considérée comme la première mesure sérieuse en la matière parce que assortie de sanctions) ; celle plus neuve, des habitations ouvrières à bon marché ; la loi du 12 avril 1906, amorce, timidement, une politique sociale du logement.

  • 116 Mort à Crédit, 1936, éd. La Pléiade, p. 854.

36La spéculation a du reste englouti ces velléités. Misant sur une fringale ouvrière de « pavillons », surgie à la faveur de l’expansion du début du siècle, elle commence à étaler autour de Paris cette ceinture de « lotissements » qu’une seconde marée, celle des grands ensembles, a de nos jours submergée, mais qui a constitué le paysage classique, lugubre et dérisoire, des traversées de banlieue par le trains de mon enfance. Paysage bâtard, contrefaçon de la campagne comme de la ville, que Céline a si bien évoqué : « Les bicoques, les plus biscornues, les loucheuses, les fissurées, les bancales, tout ça qui crougnotte dans les fanges, qui carambouille dans la gadoue, au bord des cultures... Toute la moche cohue des guitounes, l’église et les cages à poules, le lavoir et les écoles... Toutes les cahutes déglinguées, les croulantes, les grises, les mauves, les résédas... Toutes les croquignoles du plâtras... »116.

  • 117 Telles sont les conclusions d’une récente enquête sur L’habitat pavillonnaire ; cf. N. et A. Haumon (...)

37Cette histoire n’en révèle pas moins chez l’ouvrier des grandes villes une attitude nouvelle : l’épargne en vue du logement. L’amélioration du niveau de vie, un budget moins serré, ont sans doute permis ce changement ; il n’est que la résurgence de besoins très anciens, très profondément refoulés, mais enracinés dans le vieux rêve agraire persistant : un désir incoercible de la maison individuelle et du jardin, cet avatar du champ, qui, aujourd’hui encore caractérise la psychologie française en matière de logement117 ; une profonde nostalgie de la campagne. Pas plus que la société française n’accepte la ville, l’ouvrier français n’accepte l’usine. Il demeure, en son tréfonds, un paysan.

  • 118 Cf. Les remarques d’Halbwachs : « Un ouvrier ne réclamera avec énergie, du moins quant aux biens éc (...)
  • 119 .Ordre du jour du 18e congrès de la C.G.T. au Havre, 6e point ; cf. R. Brécy, 1963, p. 79.
  • 120 C’est le point 9 de l’ordre du jour du congrès de Paris, 1876 ; la question est très souvent réinsc (...)

38Mais l’ouvrier des années 1880 n’ose pas même rêver à sa maison. Car on n’imagine que le possible, on ne désire que le réalisable118 ; il n’est pas de projets insensés, pas plus que d’utopies véritables. La pauvreté des désirs ouvriers exprimés en matière de logement est flagrante. De 1876 à 1914, la question n’est inscrite qu’une seule fois à l’ordre du jour des congrès syndicaux : en 1912, et sous cette forme : « vie chère et hausse des loyers »119. On se plaint du loyer, de sa cherté, jamais du logement ; alors que d’autres revendications, d’allure fort moderne, comme celle des retraites, sont formulées dès 1876120.

  • 121 Arch. préf. pol., BA 486, pièce 92, rapport du 18 mai 1881.
  • 122 Les possibilistes, appuyés par Le Prolétaire et La Bataille, veulent obtenir du conseil municipal d (...)
  • 123 10 juin 1883.
  • 124 Cf. R. H. Guerrand, 1967, p. 233 et sq.
  • 125 13 juillet 1890, cité par J. Maitron, 1964, p. 123.
  • 126 E. Pottier, « Le Huit », 1887, p. 141. Cf. aussi, p. 214.
  • 127 Arch. préf. pol., BA 486, pièce 176.

39En 1880-1882, les loyers ayant beaucoup haussé à Paris, les socialistes entreprennent une campagne d’agitation sur ce thème. Certains blanquistes et les anarchistes préconisent la grève des loyers avec manifestations collectives de locataires lors des expulsions : on entasserait le mobilier sur les trottoirs en y juchant les enfants121. Mais ce projet, mis en avant par un ouvrier chaisier, Hénon, fut repoussé par les « comités révolutionnaires » comme impraticable ; la Ligue, anarchiste, des antipropriétaires dut se contenter d’aider les déménagements à la cloche de bois. Possibilistes et guesdistes, en désaccord sur les mesures à adopter122, multiplient articles, réunions et meetings dans l’été 1882. En juin 1883, un congrès socialiste des loyers réunit cinquante délégués de groupes, mais n’attire aucun public : douze personnes dans les tribunes, selon Le Temps123 ; l’entreprise fut abandonnée. Nous n’avons pas à faire ici l’histoire de ces campagnes124, mais à enregistrer leur échec comme symptôme de la passivité ouvrière en ce qui concerne le logement. La hantise lancinante du terme, « la vraie fête nationale du Capital et de la Sainte-Galette » selon Le Père Peinard125, la hargne contre le « proprio », sont pourtant des sentiments communément partagés ; Monsieur Vautour, « la terreur du pauvre monde »126 et son auxiliaire détesté, Pipelet, font partie de l’enfer populaire. Mais les révoltes qu’ils suscitent demeurent purement verbales, thèmes des chansons d’Eugène Pottier ou des diatribes anarchistes. Comme le remarque un commissaire de police avisé, « l’ouvrier se calme assez vite dans ses petites colères contre son propriétaire. La question du salaire est autrement importante »127.

  • 128 On lira le récit si pittoresque d’Emile Pouget dans Le Père Peinard, 13 juillet 1890, cité par J. M (...)
  • 129 Arch. préf. pol., BA 500, pièce 14.
  • 130 Arch. préf. pol., B A 486, donne le détail des déménagements et emménagements par arrondissement :
  • 131 P. Pierrard, 1965, p. 82.
  • 132 Expression d’Emile Pouget, article cité n. 129.
  • 133 S. Mercier, Tableau de Paris, t. X, p. 198 : « Payer son terme. » « Dans les faubourgs, il y a troi (...)

40L’attitude coutumière, devant les menaces de saisie qu’entraîne le non-paiement des loyers, c’est la fuite : les déménagements à la cloche de bois que les compagnons s’efforcèrent de transformer en acte de protestation128. A chaque terme, les quartiers populaires sont ainsi le théâtre d’étranges branle-bas comme celui, accentué, il est vrai, par les circonstances, que décrit un rapport de police du 9 octobre 1871 : « Les voitures des entreprises de déménagement, les petites charrettes qui se louent à l’heure étaient toutes employées, et ne suffisaient pas, beaucoup de déménagements, se sont faits à bras ou à dos d’homme... Dans la rue Beaubourg, l’encombrement des voitures de déménagement était tel à un moment donné, que plusieurs voitures se sont accrochées, et que des meubles tombant à terre se sont brisés »129. Sans doute ce terme d’après-Commune était-il un peu exceptionnel. Mais voici une statistique relative à un terme quelconque (8 juillet 1882) ; la stabilité des quartiers bourgeois s’y oppose à la mobilité des secteurs populaires. Pour 9 arrondissements de l’est et du centre de la capitale, on recense 3 695 déménagements, contre 3 097 emménagements ; la différence indique que dans 16 % des cas, il s’agit d’un exode hors barrière, qui illustre le refoulement des populations ouvrières vers les banlieues130. Ces faits ne sont pas le propre de Paris : à Lille, ces départs furtifs s’appellent « déménagements à la Saint-Pierre »131... Ces cortèges de la misère, ces « processions déménageantes »132, Sébastien Mercier les décrivait déjà dans le Paris de la fin du 18e siècle133 ; elles sont à la fois le signe des transformations urbaines et la marque d’une résignation ancestrale devant la dure Joi de la Ville, cette marâtre qui attire l’ouvrier et le repousse comme un intrus.

2. VÊTEMENT : UNE DÉPENSE EN EXPANSION

  • 134 Du Maroussem, 1892, p. 150.
  • 135 M. Halbwachs, 1912, p. 327.
  • 136 La Tribune, 18 octobre 1868, cité par Henri Mitterand dans les notes remarquables qu’il a établies (...)

41Ce n’est pas d’un bon logement — vœu informulé parce que inaccessible — que rêve l’ouvrier de 1880, mais d’un bel habit. La plupart des descriptions sociales mettent en parallèle, non sans hypocrisie, le dédain de l’intérieur et le goût du vêtement qui s’inscrit dans la structure même des budgets, au deuxième rang des dépenses ouvrières (16 % de notre budget moyen), soit 5,8 % pour les enfants, 4,18 % pour le mari, 3,61 % pour la femme. On le voit, la coquetterie féminine, ruine des ménages, est une idée préconçue : d’homme et de moraliste ! La part accordée au vêtement varie en raison inverse de l’effectif familial, en raison directe du revenu disponible par tête ; dès que la nécessité desserre son étreinte, la place du vêtement grandit. « Désir de la toilette : une augmentation de salaire aurait pour premier résultat de lui donner satisfaction », note du Maroussem, à propos de l’ébéniste trôleur du faubourg Saint-Antoine134. Les observations de M. Halbwachs sur les consommations des ouvriers allemands vont dans le même sens : « L’augmentation nette et continue de la dépense vêtement... montre que... c’est elle qui de plus en plus passe au premier plan, profite le plus, et la première, des réductions de la dépense nourriture »135. Cette croissance est le signe d’une aspiration profonde qui traduit un grand désir d’intégration sociale, de considération, et qui s’explique par les fonctions encore symboliques du costume, dernier vestige de l’Ancien Régime : la blouse, et son succédané le bourgeron, la cotte et la casquette sont la livrée de l’ouvrier. A cette époque, les commissaires de police, les journalistes continuent d’apprécier la qualité d’un public selon le nombre de blouses ou de paletots, de casquettes ou de hauts-de-forme. « Peu de paletots, beaucoup de blouses : un monde ouvrier gai et franc », écrit Zola au soir d’un dimanche populaire à l’île de Saint-Ouen136.

  • 137 Cf. G. Duveau, 1946, p. 243 et sq. ; P. Pierrard, 1965, p. 165, 287.
  • 138 S. Mercier, op. cit., t. X, p. 195 : « Le Lundi. » « Tous les ouvriers chôment ce jour-là ; c’est c (...)
  • 139 Pierre Lelièvre, dit Parisien, ouvrier menuisier, Les ateliers de Paris, Paris, 1865, p. 35.
  • 140 Ibid., p. 48.
  • 141 Arch. nat., C 3018, Aube, rapport du 16 octobre 1873.

42Rien de plus exemplaire de cette ségrégation liée au costume que l’histoire de la Saint-Lundi, ce jour de repos propre aux travailleurs des grandes villes industrielles, notamment dans la France du Nord137, que Sébastien Mercier notait déjà à Paris comme « une vieille et indéracinable habitude »138, né sans doute en réaction contre les contraintes du dimanche catholique, les bienséances du dimanche bourgeois. Dans un petit ouvrage de morale chrétienne, écrit sous le Second Empire, Pierre, dit Parisien, ouvrier menuisier, tente de convaincre son « collègue »d’atelier, Languedocien, de remplacer les beuveries du lundi par les promenades familiales du dimanche, à Vincennes : « Je sens la justesse de tes observations », réplique Languedocien ; « mais je ne puis absolument pas dimanche ; il me faut au moins trois mois d’avance pour être en mesure ». Et Pierre de répondre : « Je vois ce qui te tient ; entre amis, il faut être franc : c’est la blouse et la casquette »139. Si les ouvriers préfèrent le lundi, c’est « qu’il n’y a pas de toilette à faire et qu’on ne voudrait point, le dimanche, paraître en public en habit d’ouvrier »140. De telles observations sont fréquentes sous le Second Empire, où semble culminer, puis déjà décliner la pratique du lundi ; elles sont nombreuses encore dans les réponses à l’enquête de 1872. La Chambre de commerce de Troyes dit des bonnetiers que leur coutume du repos du lundi « provient de leur privation de tout habillement propre et convenable à porter un jour de dimanche au milieu d’une population en toilette »141.

  • 142 Cf. Michelet, Le peuple, 1846, p. 35 : « Toute femme portait jadis une robe bleue ou noire qu’elle (...)
  • 143 L. Reybaud, 1859, p. 254.
  • 144 Ibid., p. 152, à propos des ouvriers de Lyon.
  • 145 Ibid., p. 152 : « Quand vient le dimanche, la transformation est complète ; des habits de ville ont (...)
  • 146 Les Ouvriers des Veux Mondes, 2e série, t. III, p. 337.
  • 147 Ibid., 2e série, t. IV, p. 285 : « Comme la plupart des familles ouvrières, la famille décrite... t (...)
  • 148 Ibid., 2e série, t. IV, p. 190 : ses vêtements sont « la copie exacte de ceux de la petite bourgeoi (...)
  • 149 Ibid., 2e série, t. V, p. 96. On ne peut multiplier les témoignages, mais ils sont très concordants (...)
  • 150 Salaires et durée du travail..., t. IV, p. 60-61.
  • 151 C’est l’impression d’observateurs écrivant en 1892 comme d’Haussonville et Levasseur. « Les dimanch (...)

43La pratique du lundi est, à mon sens, un acte de refoulement, de résignation ; il n’y faut pas voir une frondeuse affirmation d’ouvriérisme, même si certains anarchistes, alors qu’il était sur son déclin, ont plus tard tenté de le maintenir à ce titre, mais bien plutôt l’expression d’un complexe de frustration : celui des enfants pauvres, honteux et rapés, devant la mise ajustée et assurée des fils de famille, celui du Petit Chose et de Charbovari... Au contraire, et le fait est attesté dès le milieu du siècle142, l’ouvrier « ne se résigne plus à être et à paraître ouvrier »143, il veut s’élever, il veut faire bonne figure »144, il rêve d’échapper à la blouse et d’être mis en bourgeois, de côtoyer sans gêne dans les guinguettes des bords de Seine les jaquettes soignées des ronds-de-cuir, des « confinés » exécrés et enviés, de se mêler à la foule joyeuse des théâtres, des boulevards, de participer enfin à la fête urbaine. Sous le Second Empire, les plus aisés seuls y parvenaient, que nous décrivent Audiganne et Reybaud145. La baisse des prix des produits manufacturés pendant les premières décades de la Troisième République a sans doute comblé bien des désirs. Les garde-robes que détaillent les monographies des Ouvriers des Deux Mondes sont de suggestifs inventaires. Le charpentier et son épouse, décrits par du Maroussem, ont pour le dimanche des habits « semblables à ceux de la petite bourgeoisie » : pour lui, un pardessus, un paletot et un pantalon de drap, un gilet, un chapeau de feutre, une cravate en soie, une cravate en coton, deux chemises de toile, une paire de bottines, une montre en argent ; pour elle, robe, manteau, chapeau, bottines, bague en or146. Ces vêtements sont estimés 478 F, soit plus de 60 % de la somme que le ménage a investi en mobilier. Les familles du papetier d’Angoulême147, de la mouleuse en cartonnage148, du tisseur du Val- des-Bois ont un comportement identique : « Non seulement les paletots, mais aussi le chapeau haut de forme qui semblait l’apanage des messieurs de la ville, est maintenant porté par les ouvriers, tandis au contraire que les ruraux, même de fortune notable, mais quelque peu paysans, y sont restés réfractaires »149. Corrélativement, le chômage du lundi recule : l’enquête de l’Office du travail (Salaires et durée du travail..., 1893) apporte sur ce point la ferme réponse des chiffres : sur 445 776 ouvriers observés, 5 373 seulement ont le lundi de paie, soit 1 %, et si 5 % n’ont pas de jour de repos régulier, 93 % bénéficient du dimanche150. Indice, assurément, du triomphe de la discipline industrielle et du rythme réglé qu’elle impose au temps, mais aussi d’une modification des genres de vie. Au soir du siècle, le loisir familial tend à se substituer aux beuveries masculines du cabaret ; le lundi ouvrier fait place au dimanche bourgeois. Et, à Paris surtout, la rue s’uniformise et s’embourgeoise151.

  • 152 L’Assommoir, 1876-1877, éd. de La Pléiade, p. 378.
  • 153 Le sens de « vêtement de travail » n’est donné au mot « bleu » ni dans le Littré ni dans le Larouss (...)
  • 154 R. Martial, 1909, p. 157 : « En général, toutes les chaussures sont mal faites... »
  • 155 G. de Maupassant, « Opinion publique », 1881, conte de la série Les Confinés, 1956, p. 365.
  • 156 R. Martial, 1909, p. 212.
  • 157 J. Valdour, 1923, p. 11. Un peu auparavant, p. 8, examinant un groupe d’ouvriers attendant l’embauc (...)
  • 158 J. Valdour, 1925, p. 19.
  • 159 J. Valdour, 1924, p. 41.

44En semaine, elle retrouve sa variété sociale, la gamme des hiérarchies et des métiers. Voyez, décrite par Zola vers 1875, l’arrivée des ouvriers, au petit matin, à la barrière Poissonnière. « On reconnaissait les serruriers à leurs bourgerons bleus, les maçons à leurs cottes blanches, les peintres à leurs paletots, sous lesquels de longues blouses passaient. Cette foule, de loin, gardait un effacement plâtreux, un ton neutre, où dominaient le bleu déteint et le gris sale »152 : ce « bleu » qui, après la guerre, deviendra le vêtement de travail par excellence, le nouveau symbole de l’ouvrier153. La blouse proprement dite est l’apanage de certaines catégories du bâtiment, des charretiers... ; elle est de plus en plus relayée surtout dans les usines, par le bourgeron, plus fonctionnel parce que plus ajusté (que d’accidents dus à des vêtements de travail trop amples, à des blouses happées par les machines...), plus urbaine aussi par son boutonnage. Voici une collection de cartes postales représentant des « sorties d’usine » (le grand thème des chasseurs d’images ouvrières) vers 1906-1910 ; on n’y voit plus une seule blouse. A la verrerie Legras (La Plaine-Saint- Denis), comme à Crèvecceur-le-Grand (usine Grégoire), à Saint-Etienne-du-Rouvray ou à Fives-Lille, les ouvriers portent, souvent sous une veste, cotte et bourgeron de toile sur une chemise blanche sans col ; peu de cravates mais des foulards ; peu, très peu de sabots (quelques-uns dans un intérieur d’usine à Roanne), mais des godillots énormes, de ce cuir épais dont les hygiénistes dénonçaient les méfaits154. Des casquettes à visière en celluloïd, tels qu’en portent aujourd’hui encore les cheminots et sans doute survivance de cette époque, confèrent à l’ensemble une allure un peu militaire ; mais le tout est ordonné, soigné ; çà et là, à Fives-Lille du moins (mais il s’agit de métallurgistes), des tenues plus raffinées — gilet, cravate, chaîne de montre — suggèrent qu’on a dû se changer. Mœurs d’employés : ceux que peint Maupassant vers 1880, ne commencent leur journée qu’ « après avoir échangé la jaquette ou la redingote contre le vieux veston de travail »155. Vingt-cinq ans plus tard, quelques ouvriers commencent à faire de même ; un règlement d’administration publique de 1908 prévoit l’installation obligatoire dans certaines usines de « vestiaires munis d’armoires dans lesquelles les vêtements de ville seront séparés des vêtements de travail »156. Après la guerre, l’habitude s’en répandra largement ; les enquêtes de Jacques Valdour réalisées à cette époque (1919-1929) abondent en notations à ce sujet. Rentrée d’usine à Saint-Denis : « la plupart des hommes portent roulés sous leur bras le pantalon et la veste de travail en toile bleue, fraîchement lavée »157 ; une fabrique de meubles à Paris : « Au cours des cinq minutes qui précèdent l’heure, tous les ouvriers rentrent, pointent leur fiche et vont revêtir leurs effets de travail : vieux vêtement, salopette bleue, combinaison de couleur cachou, ou simplement un pantalon usagé et alors ils restent en manches de chemise »158 ; dans un atelier de robinetterie à Popincourt, « le bureau s’ouvre sur un couloir où sont disposés des placards pour nos vêtements de travail ou de ville »159.

45Ouvriers à l’usine, citoyens dans la rue ; c’est la réalisation d’un vieux rêve.

46Le vêtement, on le sait, est un signe investi de multiples significations. On comprend son importance dans la psychologie ouvrière : il est le symbole de la fête, de l’évasion, de l’ascension sociale, le moyen d’échapper à sa condition, la part de l’imaginaire, un peu l’équivalent de ce que représente l’automobile pour l’ouvrier d’aujourd’hui. C’est, dans les budgets ouvriers, le poste en expansion.

3. ALIMENTATION

  • 160 Les Ouvriers des Deux Mondes, 2e série, t. III, p. 334.
  • 161 Arch. nat., C 3021, Rhône, Drevon, patron teinturier.
  • 162 Ibid.
  • 163 J. Valdour, 1909, p. 105.
  • 164 M. Halbwachs, 1908, p. 554.
  • 165 Arch. dép. Nord, M 619/5, pièce 182, préf.-min. de l’Int., 29 octobre 1882 : « L’approche de la Sai (...)
  • 166 Du Maroussem, in Les Ouvriers des Deux Mondes, 2e série, t. V, p. 387. « Six livres et quart de pai (...)

47Et pourtant, l’alimentation, bien que son poids dans le budget s’allège, accapare encore l’essentiel du revenu comme des préoccupations ouvrières. Bien manger, bien boire demeurent les marques distinctives du mieux-être. « Chez nous, on vit bien ; c’est notre luxe »160, dit le charpentier parisien commentant ses dépenses de nourriture. Les réponses patronales à l’enquête de 1872 sont unanimes : dès qu’on a un peu d’argent, « on ne résiste pas au plaisir de se payer une petit extra de table »161. Une expérience de participation aux bénéfices, tentée par un patron teinturier de Lyon, se solde par de gigantesques agapes : « 16 000 F distribués à la fin d’une année ont été engloutis en huit jours pendant lesquels on a beaucoup bu à notre santé »162. Avec le solde de la caisse d’une grève réussie, tels ouvriers se paient un dîner « où les citoyennes sont admises ». Le bon repas est l’indispensable nœud de toute fête, un événement dont on parle : « les voisins savent ce qui paraît sur la table de leurs voisins, et sont avertis lorsqu’ils font un extra »163. Les anniversaires de corporation, lorsqu’ils subsistent, ont perdu tout aspect religieux et sont le prétexte à de grands banquets : telle la Saint-Maurice copieusement célébrée par les teinturiers de Roanne164. Les semaines qui précèdent la Sainte-Barbe, rien à craindre dans les houillères, car « les mineurs travaillent avec excès pour gagner davantage » et faire leurs provisions165 ; l’oie que s’offre ce jour-là le mineur de Monthieux est le prix des longues coupes exténuantes, une compensation de la frugalité journalière166.

  • 167 Le Temps, 8 mai 1880.
  • 168 1956, p. 216 et sq., « La communion alimentaire et l’échange » : « Dès maintenant, une chose est ce (...)
  • 169 O. Piequet, 1906, p. 430.

48Sans doute le repas ouvrier a de multiples significations, notamment un sens familial qu’on voit se dessiner dans les revendications concernant l’aménagement des horaires ; les tisseurs de Reims demandent en 1880 la journée de 10 heures : « au lieu d’aller à la gargote, disent-ils au reporter du Temps, nous mangerions chez nous ; nous mangerions mieux, cela nous reviendrait meilleur marché, et nous pourrions au moins voir un peu nos enfants et nous occuper d’eux »167. L’argument économique, la lassitude de la médiocrité gargotière se mêlent au désir d’une meilleure vie de famille. Ainsi, le repas tend à prendre, ou à retrouver cette fonction sociale dont P. Chombart de Lauwe a montré l’importance dans les foyers ouvriers d’aujourd’hui168. Mais cet aspect, alors, demeure encore second : l’appétit des nourritures terrestres conserve la priorité. Repas de fête, menus plus copieux du dimanche, régalades des soirs de paie dont la truculence écœure la raideur bourgeoise, traduisent des faims inassouvies ; ils sont la revanche sur la restriction quotidienne, et d’autant plus éclatante que celle-ci est plus pesante. Le comportement des travailleurs pauvres du Nord est à cet égard exemplaire : « les ouvriers les plus modestes versent mensuellement une petite cotisation destinée à former l’écot d’un banquet annuel plantureux. La délicatesse des mets n’est qu’accessoire, mais les plats les plus copieux se vident rapidement. Le souvenir du dernier banquet et l’espoir du prochain aident l’ouvrier à supporter son sort »169. Le repas, dans ce cas, n’est pas le signe de la fête, il la constitue.

  • 170 8 % pour l’ouvrier fondeur en soldat de plomb de Paris ; 41 % pour l’allumeur de réverbères de Nanc (...)

49L’ouvrier n’est donc pas délivré de l’obsession alimentaire ; du moins tend-il à l’être de celle du pain. Les statistiques indiquent clairement qu’il n’a plus dans le budget la part écrasante d’autrefois, ni même la place prépondérante. Dans le budget moyen réalisé d’après les quinze monographies des Ouvriers des Deux Mondes, il représente 12,7 % des dépenses totales, 20,3 % de celles de nourriture, avec des valeurs extrêmes, fortement éloignées (de 8 à 40 % des dépenses alimentaires170), écart révélateur de la disparité des niveaux et des genres de vie. Les tableaux publiés en annexes à ce chapitre, qui regroupent les indications fournies par les différentes enquêtes utilisées, tout en confirmant ces dissemblances, montrent aussi la tendance générale à la réduction du poids du pain dans le panier de la ménagère.

  • 171 M. Halbwachs, 1914 (résultats de l’enquête de 1907), p. 66.

50La viande lui dispute la première place dans le budget. Il en est ainsi onze fois sur quinze dans le cas des familles des Ouvriers des Deux Mondes ; en moyenne, la viande représente 13,3 % de la dépense totale, 21,2 % de la dépense alimentaire. Dans les enquêtes du début du 20e siècle, cette proportion est plus forte encore : elle s’élève à 30 % du coût de nourriture d’après l’enquête du Board of Trade (1905), à 25 % d’après celle de M. Halbwachs (1907). Bien entendu, autour de la moyenne, les oscillations sont fortes. De façon générale, le revenu est l’élément décisif : « chez les ménages les moins fortunés, la consommation de viande représente une part de la dépense supérieure à la consommation du pain et chez les autres, l’inverse »171. Mais les influences régionales interviennent ainsi que le degré d’urbanisation : le genre de vie interfère avec le niveau de vie.

  • 172 Arch. nat., C 3020, Seine-Inférieure.
  • 173 Ibid., Seine-Inférieure et Eure.
  • 174 Arch. nat., C 3019, déposition de Brunei et Fisher, fabricants de produits chimiques à Chailvet, Ai (...)
  • 175 Arch. nat., C 3019, Nord, Conseil d’hygiène de Cambrai.
  • 176 Congrès de Marseille, 1879, p. 67-68. Bonne fournit deux budgets hebdomadaires de familles de tisse (...)
  • 177 Arch. nat., F 12 4665, préf. Nord-min. Com., 15 février 1889 : « Le manque absolu de pommes de terr (...)

51Les réponses à l’enquête de 1872 suggèrent une carte nuancée de la consommation ouvrière de la viande. Sur cent descriptions assez précises des régimes alimentaires, trente-neuf la donnent comme une consommation quotidienne, quarante-quatre comme seulement fréquente, dix-sept comme exceptionnelle. Dans ce dernier lot figurent surtout les ouvriers du textile du Nord-Ouest et du Nord. « Pot-au-feu le dimanche chez les plus aisés seulement », selon Linard, raffineur de sucre à Auffray, près de Rouen172, et ses collègues de Rouen, de Louviers, de Fiers disent de même173. La plupart des rapports de l’Aube, de la Somme, de l’Aisne, de l’Oise déplorent une nourriture presque exclusivement végétale : aux cinq septièmes selon l’un d’eux174. De même, pour les tisserands de Cambrai, de Bailleul, ce secteur linier si menacé, la viande est réservée aux jours de grande fête175. Ici, comme dans toutes les villes manufacturières du Nord, la soupe, le café au lait, le pain et le beurre constituent l’ordinaire des ouvriers du tissage, et il est significatif que clans le budget du tisserand dressé par Charles Bonne au congrès de Marseille, la viande ne figure même pas176. Il subsiste dans ces régions des comportements alimentaires anachroniques, des îlots persistants de la faim, notamment dans les secteurs d’industrie linière en crise de longue durée. Ainsi, des tisserands des caves du rayon d’Avesnes-les-Aubert, dont le salaire en 1889 n’atteint pas 1 F, « sont-ils réduits à se nourrir uniquement de pain et même de betteraves crues dérobées dans les champs »177.

  • 178 Arch. nat., C 3021, Hérault. Tous les rapports sont unanimes : viande et vin chaque jour.
  • 179 Arch. nat., C 3022, Loire.
  • 180 Arch. nat., C 3021, Bouches-du-Rhône. On trouve dans ce panier morue salée, sardines, viande une fo (...)
  • 181 Board of Trade, 1909 ; M. Aconin, 1912. D’après les statistiques municipales qu’utilisent cette enq (...)

52La consommation de la viande est plus générale dans le Sud-Est et le Midi : la plupart des rapports de l’Isère, du Rhône, de l’Hérault, du Gard, font état d’une nourriture habituellement carnée : viande chaque jour pour les tisserands de Lodève178, les teinturiers de Roanne179, les peigneurs de l’usine Chancel (Ain) ; elle figure un jour sur deux dans le panier des manœuvres de la fabrique de produits chimiques Peregallo à Marseille180. L’enquête du Board of Trade, en 1905, oppose pareillement cités du Nord et du Midi181.

  • 182 Cité par L’Ordre, 22 juillet 1878.

53Néanmoins, les différences socio-professionnelles sont flagrantes. Dans les mêmes régions, le régime frugal des pauvres travailleurs du textile efféminé s’oppose à celui des grands métiers virils. Verriers de Baccarat, de Douai, métallurgistes de Lille, d’Imphy, de Pont-à-Mousson, de Montataire, de Saint-Chamond, mineurs de Douchy, de Liévin, de Courrières, du Gard, de Fuveau ou de Rancié, mangent de la viande à chaque repas, souvent deux fois pas jour. Dans ces milieux, la privation de viande est durement ressentie : « J’ai causé avec les mineurs, écrit l’envoyé du Figaro à Anzin lors de la grève de 1878, ils m’ont dit qu’ils ne pouvaient pas vivre aux conditions actuelles... qu’ils n’avaient pas mangé de viande depuis sept mois »182.

  • 183 Roblin, 1902, p. 41 : « L’ouvrier agricole du Cher et de la Nièvre, comme tous les habitants ruraux (...)
  • 184 Roblin, 1902, p. 36.
  • 185 Ibid., p. 42.
  • 186 E. Zola, Mes notes sur Anzin, éd. La Pléiade, t. III, p. 1900 : « Quand le mineur veut injurier un (...)
  • 187 Cet extraordinaire repas est riche d’enseignements de toutes sortes. Cf. L’Assommoir, t. II, p. 558 (...)

54Enfin, compte aussi le degré d’urbanisation. Le comportement alimentaire n’est en effet qu’un cas particulier du comportement budgétaire, un choix relatif qui exprime toute une conception de la vie. La propension à l’épargne, on l’a vu, est fonction de l’intensité du lien avec la terre. Le demi-rural, le travailleur des petites localités campagnardes pour lesquels l’industrie n’est qu’un pis-aller et qui conservent l’ambition et l’espoir, en économisant, d’agrandir leur lopin, se privent sur la nourriture et utilisent au maximum les produits de leur jardinage. Pour les bûcherons du Cher et de la Nièvre, qui rêvent d’être propriétaires183, la viande de boucherie est inconnue ; certains dimanches, on mange une poule ou un lapin élevés à la maison, on tue un porc une fois l’an184 ; le pain, qui accapare 31,6 % de la dépense totale et 63 % du coût alimentaire, énorme proportion en ce début du 20e siècle, demeure le pivot des préoccupations : « Dans presque tous les numéros du Bulletin de l’Office du travail, les syndicats de bûcherons parlent de la variation du prix du pain, signalent la hausse ou la baisse. Et il est bien peu de réunions d’ouvriers ruraux où l’on n’envisage la taxation du pain, quand son prix augmente »185. Pareillement, à Commentry, Imphy, Pont-à-Mousson, dans l’Aveyron..., la frugalité toute paysanne des mineurs qui consomment leurs légumes et les produits de leur élevage (même à Anzin, où le lapin « est le grand régal des mineurs »186), contraste avec la prodigalité des métallurgistes, mangeurs de viande, buveurs de vin. Quand les ressources du petit « carré » sont relayées par les ragoûts de la gargote, du « bouillon », du « bouchon »de la ville, une nouvelle hiérarchie des pratiques et des besoins s’établit. Dès le Second Empire, à Paris, le mot « ordinaire » désigne un menu composé de soupe et de bœuf ; l’extraordinaire, c’est le repas de Gervaise : le pot-au-feu, la blanquette de veau et l’apothéose de l’oie grasse rôtie...187 : une accumulation de viandes dans une noble hiérarchie.

55Quant à la nature des viandes consommées, les indications tirées des monographies concordent en gros pour les postes les plus importants avec celles que fournit l’enquête du Board of Trade :

En % de la dépense de viande

En % de la dépense de viande
  • 188 M. Halbwachs, 1908, p. 552.
  • 189 Dans cette même étude, 1908, M. Halbwachs donne le menu hebdomadaire de deux ménages parisiens, cel (...)

56Le bœuf vient largement en tête ; les viandes salées, surtout les salaisons d’Amérique, et le porc, constituent l’essentiel pour les plus pauvres, Les volailles demeurent un plat de luxe, réservé aux jours de fêtes. La répugnance pour la viande de cheval (dont la part semble néanmoins sous-estimée par les monographies) est fréquemment signalée188. Enfin la qualité de la viande choisie varie aussi. Le bifteck figure à l’ordinaire du mécanicien dont M. Halbwachs a étudié les menus en 1907, et rarement à celui du terrassier qui mange surtout du pot-au-feu189. Le charpentier décrit par du Maroussem en 1890 ne consomme que des morceaux de choix, contrairement à son collègue dépeint par Focillon sous le Second Empire.

  • 190 E. Levasseur, 1889-1892, t. III, p. 42, d’après l’enquête décennale du ministère de l’Agriculture, (...)
  • 191 Arch. préf. pol., BA 500, pièce 21, rapport des officiers de paix sur les arrivages aux Halles. Dan (...)
  • 192 Arch. préf. pol., BA 501, pièce 40, rapport du 15 avril 1880 : les premiers arrivages d’Amérique on (...)

57Dans l’ensemble, une constatation s’impose. Sous la Troisième République, la viande poursuit dans l’alimentation populaire une offensive commencée sous le Second Empire ; cette offensive a dû être particulièrement forte dans les années 1879-1882, temps d’expansion et de plein emploi. A Paris, la consommation par tête atteint en 1882 le chiffre de 79 kg190. « On constate que la consommation de la viande a beaucoup augmenté dans les quartiers les plus pauvres de la capitale »191. A partir de 1879, les viandes frigorifiques viennent au secours de la production nationale insuffisante et freinent la hausse des prix. La progression est importante dans les centres urbains, bien moindre dans la France rurale192. La viande devient l’élément discriminatoire des niveaux de vie ouvriers. Le langage populaire n’enregistre qu’avec retard ces transformations : il est toujours question de « gagner son pain », « sa croûte », alors qu’en fait il s’agit maintenant de « gagner son bifteck ».

  • 193 Cf. l’étude américaine de R. Sadoun, G. Lolli, M. Silverman, 1965 : de nos jours encore, l’importan (...)
  • 194 M. Halbwachs, 1914.
  • 195 Du Maroussem, in Les ouvriers des Deux Mondes, 2e série, t. V, p. 387.

58Au troisième rang des dépenses alimentaires viennent les boissons alcoolisées : 15,19 % en moyenne pour nos quinze familles (16,8 % si l’on y ajoute les consommations de cabaret)193, sept d’entre elles dépassant ce niveau ; 11,4 % selon l’enquête Halbwachs (1907) ; 12,4 % d’après celle de 1913-1914. Il n’y a pas de corrélation entre l’accroissement de cette dépense et celle du revenu ; bien au contraire ; elle est souvent très élevée chez les ménages les plus pauvres. Ainsi, elle atteint 20 % de la dépense de nourriture dans le cas d’un tisseur de Lyon dont le revenu hebdomadaire est inférieur, en 1913, à 20 F194 ; et la plus alcoolisée des quinze familles des Ouvriers des Deux Mondes est celle du piqueur de Monthieux (avec 28,6 % du coût alimentaire), famille qui se situe d’autre part au dernier degré de l’échelle du revenu disponible par tête (295 F par personne par an) et dont le régime alimentaire est un des plus rudimentaires. « Boire du vin et encore du vin devient une nécessité physique, presque inéluctable. Tels mineurs, réputés d’ailleurs parmi leurs camarades, mangent à peine : un peu de soupe, du pain, mais trois et quatre litres, telle est leur part journalière »195.

  • 196 L. Landouzy et H. Labbé, 1905, p. 36.

59Mais des remarques comparables s’appliquent aux milieux ouvriers de la capitale, pourtant plus à l’aise. Selon l’enquête des docteurs Landouzy et Labbé, l’ouvrier masculin parisien consacre en moyenne par jour 1,14 F à son alimentation solide et 1,24 F à son alimentation liquide, la proportion sétablissant pour l’ouvrière à 0,92 et 0,24 F. Ces hygiénistes dénoncent non seulement l’abus de l’alcool, mais celui du vin dont le travailleur parisien boit trop, « aussi bien l’employé que le coltineur, le terrassier ou le débardeur ! On pourrait dire que beaucoup de travailleurs parisiens boivent quotidiennement plus de trois litres de vin, tombant ainsi dans l’alcoolisme »196.

  • 197 Pour une étude d’ensemble, qui comporte malheureusement peu d’éléments historiques, voir S. Lederma (...)
  • 198 Voir dans l’édition de la Pléiade l’étude des sources de L’Assommoir, t. II, p. 1545 et sq. Cf. aus (...)
  • 199 L’ordre du jour du congrès de la C.G.T. à Rennes, 1898, comporte en point 2 : « L’alcoolisme, ses c (...)
  • 200 . Pour l’Angleterre, cf. B. Harrisson, 1967.
  • 201 D’après les statistiques de la consommation annuelle des boissons alcoolisées par adulte, la consom (...)
  • 202 L. et M. Bonneff, 1912.
  • 203 H. Leyret, 1895, p. 18.
  • 204 J. Valdour, 1909, p. 105.
  • 205 Le Cri du Peuple, 28 août 1884.

60L’alcoolisme : rarement symphonie aura été plus concertante197 Moralistes, hygiénistes, sociologues, romanciers (L’Assommoir paraît en 1877 et on sait tout ce qu’il doit aux recherches médicales et au témoignage de Denis Poulot198) et bientôt dirigeants ouvriers199 peignent et dénoncent à l’envi cette grande réalité, doublure de l’industrialisation en Europe occidentale200, dont la marée cependant est étale, sinon refluante, en milieu ouvrier à la fin du 19e siècle201. Dans Marchands de folie202, les frères Bonneff esquissent une topographie des cabarets, ces hauts lieux du loisir prolétaire. Pour étudier le faubourg, ils constituent des observatoires privilégiés : « L’étroite boutique du débitant, à peine ornée des objets indispensables, si modeste avec ses quelques tables en bois blanc recouvertes de toile cirée, est le seul endroit où l’ouvrier se livre, se montre tel qu’il est »203. Henry Leyret se fait bistrotier comme d’autres se font explorateurs. Les pérégrinations de Jacques Valdour le mènent de beuverie en beuverie : « Boire est comme la suprême jouissance que peut connaître l’homme..., la grande joie des heures de liberté »204. A Paris, la chopine du « coup de quatre heures », « cette bonne chopine qu’on boit en compagnie des camarades, et qui vous redonne de la gaieté pour achever la journée »205, est l’indispensable entracte de la journée ouvrière.

  • 206 P. du Maroussem, 1891, p. 188.

61Boire est aussi — et beaucoup d’hygiénistes insistent sur ce point — un besoin physiologique, « une nécessité physique », liés au mode de travail industriel du temps : anémiante, desséchante l’usine du 19e siècle, dont tant de photos suggèrent l’inconfort, et l’incroyable et poussiéreux désordre (notamment, dans la métallurgie où il subsiste beaucoup de travaux non mécanisés), « resserre l’estomac », tue l’appétit : « Une santé ébranlée et un travail opiniâtre ont cette conséquence fatale... d’amener dans le choix des aliments une préférence marquée pour le café, l’alcool et les excitants... Nous pourrions citer des familles ouvrières soumises au surmenage industriel qui se soutiennent par le rhum, l’eau-de-vie de marc, le sucre et les boissons aromatiques »206.

  • 207 Le « quand-est-ce ? » est une libation de bienvenue que tout nouvel embauché doit payer à ses camar (...)

62Boire est encore une obligation de la vie ouvrière, un acte rituel auquel un prolétaire ne saurait se dérober sans déchoir. Il y a un code d’honneur de la tournée, une tradition du « quand-est-ce ? »207 qui peut entraîner la quarantaine de l’ouvrier qui s’y déroberait. L’alcoolisme est donc un fait social au sens même où Durkheim l’entendait : doué de contrainte.

  • 208 A. Delvau, 1866.

63L’extraordinaire foisonnement du vocabulaire argotique voué à l’alcool témoigne de son importance au 19e siècle. La langue verte telle que nous la livrent Delvau208, Poulot, Zola, Leyret, est pour moitié alcoolique.

  • 209 L. Landouzy et H. Labbé, 1905, p. 37-38.
  • 210 Les Ouvriers des Deux Mondes, 2e série, t. I.
  • 211 L. Landouzy, 1906, p. 37 : « Au lieu de considérer le sucre comme un aliment, les ouvriers en font (...)
  • 212 T. II, p. 584.
  • 213 Arch. dép. Finistère, M, pétition des ouvriers, 1876.
  • 214 Les Ouvriers des Deux Mondes, 2e série, t. I, p. 148.

64Viande, vin, pain, dans un ordre variable, mais où les deux premiers termes tendent souvent à distancer le troisième dans la hiérarchie des dépenses, forment l’essentiel du budget nourriture (55,6 % des dépenses d’alimentation dans notre budget moyen). Au début du 20e siècle, les hygiénistes, soucieux de fonder la diététique populaire, dénoncent le double « préjugé de la viande et du vin »209 ; ils montrent les insuffisances d’une telle alimentation notamment en lait, sucre, fruits et légumes verts. Ces produits n’occupent en effet qu’une place médiocre dans le budget alimentaire. Le sucre est encore un aliment de luxe, condiment plus qu’aliment, parcimonieusement distribué. L’enquête du Board of Trade souligne à ce sujet la différence avec les pays anglo-saxons. Chez le charron de Montataire, « on achète toujours du sucre cassé en morceaux réguliers afin de faire équitablement le partage » ; le père et le fils aîné, qui travaillent, ont droit à deux morceaux pour leur café au lait du matin ; la mère et les plus jeunes enfants, seulement à un210. La consommation des plats sucrés, gâteaux ou entremets, demeure assez exceptionnelle, même à Paris, où « le populaire méconnaît si fort leur valeur nutritive qu’il les traite de futilités et de friandises “ bonnes pour gens riches ” », écrit Landouzy qui ajoute : « Cette méconnaissance s’étend au sucre qui est loin d’avoir conquis sa place dans l’alimentation des travailleurs »211. Là encore, le repas de L’Assommoir est riche de sens : quand arrivent les fraises, la crème, le pain de Savoie, « on ricana devant le dessert. Ça ne comptait pas, le dessert »212. Les ouvriers dépensent presque autant pour le café « si nécessaire au maintien de la santé », selon les ouvriers de l’arsenal de Rochefort213, que pour le lait ; ils n’accordent presque rien aux fruits : « Ce serait une dépense de luxe, absolument inutile à l’alimentation », estime le charron de Montataire214.

  • 215 Des livres comme Le cru et le cuit, Système de la mode, renouvellent nos conceptions des choses ; i (...)
  • 216 1914 ; cf. aussi 1908, p. 551 : l’opinion « pousse les ouvriers à se défier d’une alimentation qui (...)
  • 217 Voir l’éloge du vin de la Lettre à d’Alembert, la lettre sur les vendanges de La Nouvelle Héloïse, (...)
  • 218 Propos ouvrier rapporté par J. Valdour, 1909, p. 111 ; Valdour revient souvent sur ce thème.
  • 219 Le Cri du Peuple, 28 août 1884, A. Goullé, « Les marchands de vin ».
  • 220 Le Combat, 7 juillet 1890, chanson d’Edmond Martin, « Le vin des prolétaires ». Voici un couplet si (...)
  • 221 Zola, L’Assommoir, t. II, p. 577.

65Toute une psychologie de l’alimentation se révèle dans ces choix qui ne sont pas dictés par les seuls facteurs économiques. Après Lévi-Strauss, après Barthes215, comment ignorer l’immense contenu socio-culturel de la nourriture comme du vêtement? Halbwachs avait déjà entrevu le poids de l’opinion dans la structure de ces régimes alimentaires, affaire de représentation sociale. Aux yeux des ouvriers d’alors, la richesse d’un régime se mesure essentiellement à la viande et au vin, éléments fortifiants par excellence. « L’étude des budgets les plus pauvres semble prouver que la consommation d’un minimum de viande est estimée de première nécessité dans toute la classe ouvrière, et que, pour ne point descendre au-dessous de ce niveau, on réduit toutes les autres consommations, on s’adresse à l’assistance, on fait des dettes »216. Quant à l’idée selon laquelle le vin est le type de la boisson naturelle (idée rousseauiste par excellence217) et hygiénique en même temps qu’un aliment, elle est solidement implantée dans les milieux populaires. « Le vin, ça nourrit »218. Toute une littérature bien représentée dans les journaux socialistes et qu’il faudrait analyser à la lumière de Bachelard — à la flamme d’une chandelle — célèbre « les alcools qui nourrissent et réconfortent, le vin bienfaisant »219, ce « nectar de la canaille »220. « Le vin décrassait et reposait du travail, mettait le feu au ventre des fainéants ; puis, lorsque le farceur vous jouait des tours, eh bien ! le roi n’était pas votre oncle, Paris vous appartenait »221. On oppose le vin, rouge comme le sang, comme le feu, tonique, viril, conquérant, exaltant (quel besoin de revanche, de rêve, de fête en tout cela), aux « boissons débilitantes » qui rendent « mous au travail » : l’eau incolore, le lait infantile, féminin, breuvage des faibles, des méprisés, des écrasés. La privation du vin est péniblement ressentie.

  • 222 Voici par exemple Th. H. Barrau, 1869. On y lit : « La viande est un aliment indispensable aux homm (...)
  • 223 J.P. Aron, 1961.
  • 224 Cf. ci-dessus p. 131, note 93 (texte de 1911).
  • 225 P. Chombart de Lauwe, 1956, p. 181-201 ; voir notamment p. 193. « La viande et ses remplacements... (...)

66Ce modèle alimentaire, que vantent la plupart des traités d’hygiène destinés aux travailleurs sous le Second Empire222, diffère, semble-t-il, de celui plus pastoral et lacté que prônaient les médecins (un Tissot) aux 17e et 18e siècles223. Déjà, il se modifie : au début du 20e siècle, les ouvriers découvrent la fraîcheur des oranges, qui prennent place dans le « briquet » des mineurs224 ; une fringale de sucre leur fait bientôt apprécier les vins doux, les pâtisseries comme indispensables à un bon repas : pas de fête sans loupiac, sans un de ces gâteaux bourrés de crème au beurre, qui, de nos jours, ne demeurent estimés que du seul populaire. Mais des traits fondamentaux subsistent : l’idéal diététique des ouvriers parisiens d’aujourd’hui, que décrit Chombart de Lauwe, est séculaire ; les termes mêmes employés pour vanter le vin, la viande ou le café sont identiques225.

  • 226 Le tabac figure presque toujours dans les budgets ouvriers de toute origine : dans nos quinze monog (...)
  • 227 L’achat d’un journal est mentionnné onze fois sur quinze (même source) et représente 0,5 % de la dé (...)

67Voici donc, esquissées à grands traits, d’après chiffres et textes, les tendances du niveau de vie ouvrier vers 1880, la silhouette de l’ouvrier consommateur. Il se nourrit mieux et s’il ne cherche pas encore à se bien loger, effort démesuré, il aspire à se bien vêtir et à s’affranchir ainsi du ghetto prolétaire : c’est là son luxe. Le reste pèse peu sur son budget. Ses plaisirs sont frustes ; il ignore les vacances, dont la notion même lui est étrangère, il a peu de loisirs ; le cabaret en est encore le centre ; mais la famille y prend plus de part. Il boit passablement, fume généralement226, achète fréquemment un journal227, sa fenêtre sur le monde. Ses lectures sont rares et, avec quelques romans, ses vieux livres de classe, quelques prix précieusement conservés, forment toute sa bibliothèque. Dans les grandes villes, ses distractions sont plus variées : café-concert, théâtre quelquefois, aux beaux jours, ballades dominicales vers quelque agreste banlieue, vers la nature dont il garde la nostalgie. Peu de choses au total ; mais c’est peut-être par cette marge étroite que se hiérarchisent les niveaux de vie au sein de la classe ouvrière.

  • 228 Spuller, Enquête parlementaire, Procès-Verbaux, p. 19, rapport du président de la Chambre syndicale (...)
  • 229 L’Intransigeant, 17 mai, 27 mai 1883 ; Le Cri du peuple, 11 août, 29 août, 12, 21 octobre 1884, etc (...)
  • 230 Cette rubrique, irrégulière il est vrai, se dénomme tantôt « chronique de la faim » ou « morts de f (...)
  • 231 Ces chiffres tirés du Compte général de la justice criminelle, cette merveilleuse source d’histoire (...)

68Assurément, ce modèle n’a qu’une valeur très globale ; il autorise bien des variantes ; il repose sur un équilibre précaire. Les crises, individuelles ou collectives, peuvent à tout moment le faire régresser à des degrés inférieurs, réplique d’états antérieurs. Ainsi la grande dépression de 1882-1886 a ramené dans les ménages une dure restriction. A-t-elle fait resurgir la faim ? Dans leurs dépositions à l’enquête de 1884, les ouvriers parisiens se plaignent de la gêne, non de la famine : « On mange des haricots et on ne boit plus de vin »228. Mais il s’agit d’ouvriers de métier. Quels sens convient-il d’accorder à la recrudescence des « morts de faim »dans les faits divers des journaux de gauche, socialistes ou radicaux ? Dans l’hiver 1884-1885, semblables « drames de la misère »y sont souvent signalés229, à tel point qu’en janvier 1885, Le Cri du Peuple inaugure une rubrique spéciale, « chronique de la faim »230. La courbe des prévenus pour vagabondage et mendicité atteint les records du siècle ; elle passe de 20 456 en 1880 à 30 352 en 1885, soit un accroissement de 48 % ; de 1885 à 1895, elle se maintient constamment au-dessus de 30 000 par an, avec, en 1892, le maximum jamais marqué de 35 132231.

  • 232 Cf. ci-dessus, p. 160 sq.
  • 233 Le Peuple, quotidien de Marseille, 29 avril 1890.
  • 234 Arch. nat., F 12 4665, Pas-de-Calais, préf.-min. Com., 29 novembre 1889

69Et pourtant, en dépit de la propagande anarchiste, les manifestations de sans-travail, qu’on a décrites232, ont rarement dégénéré en troubles de subsistances : trois boulangeries pillées à Paris, le bilan est mince. Il est vrai que, justement, la baisse des produits alimentaires a contribué à amortir la crise ; or renchérissement est un mécanisme obligatoire à de tels troubles. En vingt ans de grèves, on ne relève qu’un seul acte de cette nature : lors de la coalition des forgerons de Commentry, en avril 1890, des femmes de grévistes vont au marché, s’approprient des pommes de terre et cassent des œufs233, geste de colère plus que d’assouvissement. A Frévent (Pas-de- Calais), en décembre 1889, on avait fait courir le bruit que « les grévistes (fileurs de lin d’une usine voisine)... devaient ce matin se porter sur la place publique pour empêcher le marché ou piller les grains qui y seraient amenés »234 : mais rien ne se produisit. Le trouble de subsistances disparaît à l’horizon de la société française ; la faim peut rôder encore à ses frontières : elle est en recul.

IV. INERTIE DU LANGAGE, RETARD DES REPRÉSENTATIONS

  • 235 Le Cri du Peuple, 20 novembre 1884.
  • 236 Arch. nat., F 12 4661, Nord, rapport gendarmerie du 2 juin 1886.

70Mais si l’ouvrier modifie sa conduite, il tarde à changer son langage et sa vision des choses. C’est en termes rudimentaires qu’il se présente, revendique et sans doute se voit lui-même. « Affamés, ventres-creux, meurt-de-faim » : ces vieux vocables demeurent les plus usités dans les textes ouvriers pour désigner les prolétaires ; tandis que les patrons sont les « ventripoteurs », les « repus » ; les thèmes de la faim, du pain, de l’errance et de la nudité fleurissent. Voici l’appel au meeting des ouvriers sans travail de novembre 1884, contresigné par douze chambres syndicales parisiennes : « Nous tous, qui sommes sans travail et dont beaucoup sont sans gîte et sans pain, qui n’avons que la rue pour domicile et des haillons pour habits, notre droit nous dit de ne pas supporter plus longtemps cette misère. Nous ne devons pas mourir de faim quand les greniers regorgent de blés. Nous ne devons pas coucher dans la rue quand des milliers de logements sont inoccupés. Nous ne devons pas non plus grelotter sous nos haillons alors que les magasins sont encombrés de vêtements »235. Invocation favorite des cortèges de chômeurs ou de grévistes — « Misère. Du pain ou du plomb », scandent en juin 1886 les tisseurs de Fourmies236 — le pain, le « morceau de pain » conservent toute leur valeur symbolique.

  • 237 Exemple, n° du 3, 10 août 1890 et sq.
  • 238 L.-V. Meunier a rassemblé ces chroniques en un volume, 1884.
  • 239 L’émotion soulevée en 1886 par le suicide collectif de la famille Hayem, dont le père, sculpteur su (...)

71Tandis qu’un large courant catholique persiste à assimiler la question sociale au paupérisme (d’où le caractère décevant de si nombreux livres intitulés « La question ouvrière » et qui ne traitent que de l’indigence), socialistes et plus encore anarchistes, spontanément ou volontairement simplificateurs, se dégagent mal du misérabilisme. La lecture de leur presse est à cet égard éclairante. L’Emancipation des Ardennes (nuance possibiliste) en 1890 intitule son feuilleton « Le mal de misère », suite de récits navrants dont l’hôpital, la morgue, le mont-de-piété sont les hauts lieux237. Au Cri du Peuple, Lucien-Victor Meunier s’est fait une spécialité des « clameurs du pavé », petits tableautins où le râle des victimes de l’indigence se mêle aux gémissements des ouvrières que le dénuement conduit à la prostitution238. Presque tous les journaux ont ainsi des rubriques sociales vouées aux « drames de la misère », et pas seulement pendant la crise. Ceux-ci — morts de faim, suicides de pauvres — tiennent dans les faits divers une place au reste ambiguë : leur fréquence témoigne de la sensibilité d’un regard plus que de l’acuité d’une situation. Leur style, mélodramatique et didactique à la fois, souligne en fin de compte la relative singularité du fait : banal, on l’ignorerait239.

72Dans l’univers romanesque du feuilleton, largement inspiré de Victor Hugo et plus encore d’Eugène Sue, l’ouvrier-gueux est roi. Il l’est aussi dans les poésies et les chansons. Eugène Pottier, J.-B. Clément, Jules Jouy, ces troubadours du prolétaire, marient les accents révolutionnaires à la complainte traditionnelle des pauvres gens. Le couple « pain-faim » est une de leurs rimes maîtresses. Voici « La chanson des Sans-métiers » de Clément :

  • 240 Le Cri du Peuple, 7 mars 1885.

Chômage, misère, suicide.
Les mots ne donnent pas de pain.
Car nous voyons dans la grand’ville
Des vieux travailleurs sans asil
Et des enfants mourir de faim240.

73Ou, du même, « Liberté, Egalité, Fraternité » :

  • 241 Le Cri du Peuple, 30 mars 1885.

En attendant, cher est le pain,
Longs la misère et le chômage.
Hier, en cherchant de l’ouvrage,
Hier, un homme est mort de faim...
Moins de phrases et plus de pain,
Et, surtout, moins de politique
Car nous disons qu’en République,
On ne doit pas mourir de faim
241.

74Au nom du pain, Eugène Pottier invite les ouvriers à la lutte :

  • 242 Chant « En avant la classe ouvrière », très souvent reproduit dans la presse socialiste.

Meurt de faim, c’est à vous le globe !...
Commune, tu seras suivie ;
C’est le grand assaut pour le pain :
Chacun doit manger à sa faim,
Chacun doit vivre à pleine vie242.

75Et Jules Jouy annonce le triomphe proche :

  • 243 Le Cri du Peuple, 18 janvier 1886, « Les pains ». Voir aussi de Clément, « Les souris », dans Le Cr (...)

Au lointain, déjà, le jour gronde
Où dans les fours des boulangers,
Le pain cuira pour tout le monde243.

76Dans cette perspective qui confond la condition ouvrière avec l’indigence, l’ouvrier, c’est le pauvre, voire le clochard. Retard des représentations sociales, inertie du langage donnent à la revendication un caractère passéiste qui l’affaiblit ; ils illustrent le penchant romantique du socialisme français ; ils brouillent les pistes de l’historien. Car les mots ne sont pas les choses.

ANNEXES

I. BUDGET MOYEN DE DÉPENSES ANNUELLES, ÉTABLI D’APRÈS QUINZE MONOGRAPHIES DES « OUVRIERS DES DEUX MONDES »

II. NOTES SUR LES QUINZE FAMILLES ETUDIEES PAR « LES OUVRIERS DES DEUX MONDES »

1) Serrurier-forgeron de Paris

77Composition de la famille : mari : 42 ans ; femme : 36 ; 5 enfants : 5 et 19 mois, 3, 5 et 7 ans.

78Femme : piqueuse de bottines.

79Revenu : 3 363,75 F ; entièrement dépensé (142,10 pour achat d’une machine à coudre).

80Source : vicomte J. de Reviers, 1878 ; Les Ouvriers des Deux Mondes, 1re série, t. V, n° 42, p. 201.

2) Ouvrier cordonnier de Malakoff

81Composition de la famille : 3 personnes : mari et femme ; 1 enfant : 8 ans.

82Femme : aide son mari.

83Revenu : 2 094,55 F (épargne = 0). Source : Urbain Guérin, 1878 ; Les Ouvriers des Deux Mondes, 1re série, t. V, n° 41, p. 145.

3) Charron des forges et fonderies de Montataire (Oise)

84Composition de la famille : 8 personnes : mari : 42 ; femme : 38 ; 6 enfants : 4, 6, 7, 9, 16 ans. Le fils aîné travaille en usine. Revenu : 2 490 F (épargne = 0).

85Source : Bertheault, ingénieur, 1884 ; Les Ouvriers des Deux Mondes, 2e série, t. I, n° .49, p. 133.

4) Charpentier indépendant de Paris

86Composition de la famille : 5 personnes : mari : 42 ; femme : 40 ; 3 enfants : 5, 10 1/2 et 13 1/2 ans. Revenus : 3 478,80 F (épargne = 0).

87Circonstances particulières : logement, éclairage, chauffage gratuits dans une pension de jeunes filles où la femme travaille.

88Source : P. du Maroussem, docteur en droit, 1889-1890 ; Les Ouvriers des Deux Mondes, 2e série, t. III, n° 70, p. 325.

5) Ajusteur-surveillant à l’usine de Guise

89Composition de la famille : 5 personnes : mari et femme ; 3 enfants : 7, 9 et 11 ans.

90Revenu : 2 187 F (épargne : 169 F).

91Source : Urbain Guérin, 1884 et 1890 ; Les Ouvriers des Deux Mondes, 2e série, t. IV, n° 73, p. 1.

6) Ebéniste parisien de haut luxe, Paris

92Composition de la famille : 5 personnes : mari : 42 ; femme : 40 ; 3 enfants : 8, 13 et 18 ans (les deux derniers travaillent).

93Revenus : 3 292,50 F (épargne = 0).

94Source : P. du Maroussem, 1891 ; Les Ouvriers des Deux Mondes, 2e série, t. IV, n° 74, p. 53.

7) Ouvrière mouleuse en cartonnage, jouets parisiens

95Composition de la famille : 3 personnes : femme : 40 ; 2 enfants : 13 et 17 ans (le dernier en apprentissage).

96Revenu : 2 593,86 F (épargne = 0).

97Source : P. du Maroussem, 1891 ; Les Ouvriers des Deux Mondes, 2e série, t. IV, n° 76, p. 173.

8) Ouvrier de la papeterie coopérative d’Angoulême

98Composition de la famille : 5 personnes : mari : 47 ; femme : 41 ; 3 enfants : 10, 18 et 20 ans.

99Revenu : 5 234,87 F (4 080 F, trois salaires : père et les deux aînés, participation aux bénéfices : 464,87). Importante épargne placée dans la coopérative.

100Source : U. Guérin, 1890 ; Les Ouvriers des Deux Mondes, 2e série, t. IV, n° 78, p. 273.

9) Allumeur de réverbères de Nancy

101Composition de la famille : 8 personnes : mari : 35 ; femme : 31 ; 6 enfants : 1 et 18 mois, 5, 7, 11, 12 ans

102Revenu : 1 813 F (1 250 F de la Compagnie du Gaz + 500 F des travaux de cordonnerie). Epargne : 50 F.

103Source : Chassignet, 1893 ; Les Ouvriers des Deux Mondes, 2e série, t. IV, n° 81, p. 477.

10) Fileur en peigné, manufacture du Val-des-Bois (Marne)

104Composition de la famille : 4 personnes : mari : 48 ; femme : 33 ; 2 enfants : 12 et 14 ans.

105Revenu : 2 621,39 F (épargne : 747 F, à la caisse d’épargne). Source : U. Guérin, 1894 ; Les Ouvriers des Deux Mondes, 2e série, t. V, p. 73.

11) Mineur des mines du Pas-de-Calais

106Composition de la famille : 4 personnes : mari : 36 ; femme : 29 ; 2 enfants : 8 et 10 ans.

107Revenu : 2 097,18 F (épargne : 296,93 F).

108Source : Yan’Keravic, 1893 ; Les Ouvriers des Deux Mondes, 2e série, t. V, n° 86, p. 253.

12) Piqueur sociétaire de la mine aux mineurs de Monthieux (Loire)

109Composition de la famille : 7 personnes : mari : 45 ; femme : 40 ; 5 enfants : 7 mois, 6, 9, 11 et 16 ans.

110Revenu : 2 125,05 F (père et fils de 16 ans). Epargne = 0.

111Source : P. du Maroussem, 1895 ; Les Ouvriers des Deux Mondes, 2e série, t. V, n° 89, p. 365.

13) Ebéniste de trôle, Paris

112Composition de la famille : 6 personnes : mari : 39 ; femme : 32 ; 4 enfants : 12, 19 (filles), 7 et 4 (fils) ans. Ce sont des immigrants piémontais de la région de Novare.

113Revenu :1 553 F (père : 1 047 F ; mère : 299,75 F). Déficit : 220 F.

114Source : P. du Maroussem, 1891 ; La question ouvrière, t. II : Ebénistes du faubourg Saint-Antoine, 1892, tableaux p. 154 et sq.

14) Ouvrier fondeur en soldat de plomb de Paris

115Composition de la famille : 3 personnes : mari et femme ; 1 enfant.

116Revenu : 2 118,15 F (père : 1 627,81 F ; mère : 325 F). Déficit : 220 F empruntés au mont-de-piété.

117Source : P. du Maroussem, 1892 ; La question ouvrière, t. III : Le jouet parisien, 1894, tableaux p. 102.

15) Etameur sur fer-blanc des usines de Commentry

118Composition de la famille : 4 personnes : mari : 50 ; femme 49, 2 filles : 18 et 22 ans. Revenus : 2 464 F (père et deux enfants). Epargne : 155,80 F.

119Source : F. Gibon, 1889-1890 ; Les Ouvriers des Deux Mondes, 3e série, t. II, n° 107, p. 433.

III. ENQUÊTES DIVERSES

Structures des budgets de dépense (voir tableau suivant)

120Les grandes différences constatées proviennent généralement des différences, de méthode d’observation. C’est ainsi que les enquêtes de 1907 et de 1913-1914 reposant sur l’observation des dépenses hebdomadaires négligent les dépenses de vêtement et les divers. L’unité de la méthode et du cadre d’enquête sont indispensables. C’est la raison de notre choix, rappelons-le. Nous ne regroupons ici ces divers résultats qu’à titre documentaire.

III. ENQUÊTES DIVERESES : STRUCTURES DES BUDGETS DE DEPENSE

  • 1 N = nourriture ; H = habitation ; V = vêtement ; D = divers.

Note *1

Notes

1 Le livre de A. Husson, Les consommations de Paris, 1856, très neuf (cf. à ce sujet, Mandrou, 1961), est cependant fort peu social. Sa date est de toute manière un peu ancienne pour notre sujet. On trouvera des informations statistiques également dans Block, 1875, t. II, p. 387 et sq. ; dans E. Levasseur, 1892, t. III, chap. II, « La population et les subsistances », intéressant parce qu’il donne des statistiques jusque vers 1887. Mais il s’agit toujours de consommation par tête. L’Association française des historiens économistes est donc bien inspirée de mettre à son programme « la consommation populaire ». Beau sujet, sources difficiles.

2 Sur l’état des travaux, on peut consulter M. Halbwachs, 1912, annexe 1, p. 457 et sq. ; M. Porte, 1913 ; E. Waxweiller et A. Slosse, 1910, qui comporte une remarquable bibliographie des travaux antérieurs à 1910.

3 Ils se regroupaient autour de la Société scientifique d’hygiène alimentaire et de l’alimentation rationnelle de l’homme, et de sa revue, 1er année, n° 1, avril 1904, Bibl. nat, T 46 397. Outre d’assez nombreuses études dispersées dans ce périodique, il faut signaler le mémoire des professeurs Landouzy et H. Labbé, 1905.

4 1933.

5 Cf. l’ouvrage en question, p. 110 et sq.

6 Cette enquête n’a jamais été publiée en français et n’a été que très partiellement utilisée. Maurice Aconin, 1912, analyse les résultats principaux. L’ouvrage original est paru à Londres, 1909.

7 S. Rowntree, 1902.

8 La localisation des familles ouvrières atteintes par Halbwachs est la suivante : Paris : 9 ; Lille : 8 ; Rennes : 4 ; Limoges : 3 ; Lyon : 7 ; Oullins : 2 ; Toulouse : 3 ; Montpellier : 5 ; Nevers : 2 ; Bressuire : 2 ; Tulle : 2 ; Bayonne : 2 ; Aniche : 1 ; Hénin-Liétard : 1 ; Champagnat : 1.

9 M. Halbwachs, 1908 (résultats parisiens de l’enquête), et 1914.

10 .Statistique générale de la France, Service d’observation des prix, 1919.

11 M. Halbwachs, 1921.

12 Ainsi P. Leroy-Beaulieu, 1880, p. 223, 442, 450 ; J. Siegfried, 1892 ; O. Piequet, 1906, p. 426, etc.

13 Office du travail, Salaires et durée du travail dans l’industrie française, t. IV, 1897, p. 250 et 465.

14 Arch. nat., C 3021, Gard, la Compagnie anonyme des mines de la Grand-Combe donne le budget mensuel d’une famille de 9 personnes; C 3021, Rhône, Drevon, teinturier à Lyon, dans un rapport particulièrement fourni, dresse le budget annuel d’un ouvrier célibataire, et celui d’une famille de quatre personnes...

15 E. Cheysson et A. Toqué, 1890, p. 15-16.

16 La Réforme sociale, revue de la Société d’économie sociale, paraît depuis 1881. On y trouve beaucoup d’informations intéressantes sur les questions ouvrières.

17 P. du Maroussem, 1891, p. 212.

18 Si les historiens se méfient de Le Play, la sociologie contemporaine, tant en France qu’aux Etats-Unis, l’a tout à fait réhabilité : cf. M. Grawitz et R. Pinto, 1964, p. 544 ; et surtout P. Lazarsfeld, 1970.

19 E. Cheysson et A. Toqué, 1890, introduction, p. 2.

20 P. du Maroussem, 1891, p. 40. (C’est moi qui souligne)

21 On peut voir par exemple les critiques de L. Dugé de Bernonville, 1914, et celles, plus étoffées de M. Halbwachs, 1912, p. 157.

22 E. Cheysson et A. Toqué, 1890, p. 2 : « La statistique officielle va donc en avant-garde et dégage les moyennes qui conduisent le monographe à son type. ». On peut voir aussi P. du Maroussem, 1891, p. 43 : « Combinaison de la monographie et de la statistique », et, de façon générale pour la méthode suivie, F. Le Play, s.d. ; U. Guérin, 1888, p. 141 ; P. du Maroussem, 1900.

23 J. Singer-Kérel, 1961 ; voir notamment p. 87. L’auteur utilise en outre de nombreux budgets d’ouvriers parisiens tirés des Ouvriers des Deux Mondes pour le calcul des pondérations nécessaires à l’établissement du coût de la vie ouvrière.

24 Pour Paris, aucune observation n’a été faite entre 1861 et 1878 (ouvrier cordonnier de Malakoff) ; pour la province, rien entre 1865 (date des observations réunies par E. de Toytot sur le gantier de Grenoble) et 1884 (le charron de Montataire).

25 E. Cheysson et A. Toqué, 1890, p. 49.

26 Ainsi, dans la nourriture, on distingue les aliments consommés dans le ménage et en dehors, distinction fort utile, en effet, pour les travailleurs des grandes cités. Les premiers comprennent : céréales, corps gras, laitages et œufs, viandes et poissons, légumes et fruits, condiments et stimulants, boissons fermentées. Pour chaque produit sont indiquées les quantités consommées, le prix à l’unité, et la dépense monétaire totale. Le poste « dépenses concernant l’habitation »se décompose en loyer, mobilier, chauffage, éclairage. La part de l’habillement est calculé de la manière suivante : on fait l’inventaire des vêtements possédés par chacun des membres de la famille et on divise le prix d’achat de chaque pièce par sa durée pour obtenir un coût vestimentaire annuel par personne.

27 1912, p. 174.

28 « Les ouvriers seuls pondent des petits comme des poules, sans s’inquiéter de ce que ça coûtera. Il est vrai qu’ils les lâchent sur le pavé, de vrais troupeaux de bêtes, qui m’écœurent dans les rues » (E. Zola, éd. La Pléiade, t. III, p. 65).

29 A. Armengaud, 1967.

30 Ouvriers des Deux Mondes, 2e série, t. I, p. 151 : « Le charron de Montataire ne parvient à se libérer d’une dette contractée à cause d’un chômage de six mois pendant la guerre de 1870, qu’en 1884, grâce à l’entrée au travail de son fils aîné. »

31 E. Zola, éd. La Pléiade, t. III, p. 1 840 et p. 1 897 : « Mes notes sur Anzin. »

32 P. du Maroussem, « Le piqueur sociétaire de la mine aux mineurs de Monthieux (Loire) »,. Les Ouvriers des Deux Mondes, 2e série, t. V, p. 394 (observations faites en 1895).

33 On ne saurait multiplier les citations. Sur ce chapitre, elles abondent dans les monographies de famille, comme dans les descriptions d’observateurs aussi opposés que les frères Bonneff ou J. Valdour : « Toute la vie de l’ouvrier est dominée par l’insécurité », écrit ce dernier, 1909, p 271 ; « Il est à la merci d’un caprice de la mode, d’une concurrence imprévue, d’une crise de l’industrie, d’une invention nouvelle. Les institutions de prévoyance et les lois de protection ne sont pour lui, en l’absence de véritable organisation du travail, que de misérables expédients... », etc.

34 Cf. la question 12 de l’enquête de 1872 : « L’ouvrier a-t-il l’habitude de payer au comptant les objets nécessaires à sa consommation ou a-t-il recours au crédit ? »; la plupart des déposants répondent que l’ouvrier a recours au crédit.

35 De ce fait, un témoignage littéraire : le thème des chaussures de Bélisaire, dans le Jack de Daudet (1876) ; ou encore la scène relatée par J. Romains, 1933, VI, 7 et sq.

36 P. du Maroussem, 1892, p. 149 : « Ces magasins pulullent dans Paris : ils annexent un nombre toujours plus grand de petits détaillants. »Le Cri du Peuple, sous la plume de Goullé, dénonce aussi « les maisons d’abonnement »: 13 octobre 1884. Goullé fait état d’un certain nombre de lettres se plaignant du « Bon Génie », de « Faure », du « Pèlerin Saint-Jacques », des « Magasins Réunis », des « Trois Frères ». M. Halbwachs, en 1907, constate que trois sur sept des ménages enquêtés à Paris, ont recours aux abonnements Dufayel. Sur un mois, « la dépense crédit est, en moyenne, de 5 F, presque égale à la dépense vêtement »; enquête citée, 1914, p. 72.

37 Sur le rôle des boulangers, liés aux familles par le crédit, cf. Roblin, 1902.

38 A Bessèges, le crédit roule sur le mois : cf. Arch. nat., C 3021, réponse de la Compagnie des forges à l’enquête de 1872. A Bailleul, le règlement est hebdomadaire, le pain se solde tous les dimanches matins : Arch. nat., C 3019, réponse de Hié, fabricant de toile.

39 Arch. nat., C 3020, Seine, rapport de la maison Pleyel-Wolf à la Plaine-Saint- Denis ; C 3018, Marne, rapport Ohl, filateur à Reims, signale le même fait pour les compagnons qui changent de domicile pour se soutraire aux créanciers.

40 Arch. nat., C 3020, Seine-Inférieure, Badin, industriel à Barentin.

41 E. Levasseur en fait la remarque, 1908, p. 225.

42 L’enquête de 1872 fait état de nombreuses créations de coopératives de consommation et, la plupart du temps, de leur échec rapide : ainsi, à Boulogne, Fourchambault, Limoges ; à Saint-Junien, la boulangerie coopérative a duré cinq ans et la boucherie, un an ; à Marseille, dans la plupart des villes de l’Isère, à Rouen, à Nantes, à Cambrai, à Tourcoing, Lille, Ambert, Châteauroux, Amiens, Troyes, Mazamet, Reims, Bordeaux, Toulouse... Voir dans Arch. nat., C 3018-3026, les dossiers correspondant aux divers départements.

43 Arch. nat., C 3019, Vosges, rapport de Géliot, industriel.

44 Arch. nat., C 3019, Nord, rapport de la chambre de commerce de Lille.

45 P. Chombart de Lauwe, 1956, p. 137 : « L’achat à crédit est d’ailleurs mal jugé chez un grand nombre de ménages : “ C’est un mauvais principe pour la suite ”... Mais l’emprunt surtout peut être une véritable hantise... Ce danger est d’autant plus impressionnant qu’il est mal défini. Ce n’est pas seulement la crainte de la faim pour soi, et ce qui est plus grave encore, pour les enfants, ni la crainte de perdre son logement et les quelques meubles qu’on possède : c’est la crainte de ceux qui sont plus forts... C’est une crainte sociale et dans une certaine mesure une crainte d’un mal inconnu, une sorte de crainte instinctive. »

46 Arch. nat., C 3023, Nièvre, rapport de la Société Boigues-Rambourg et Cie.

47 Ibid., Nièvre, directeur des Aciéries d’Imphy.

48 Arch. nat., C 3018, Meurthe-et-Moselle, Roechling et Cie.

49 Arch. nat., C 3022, Loire, chambre de commerce de Roanne.

50 Arch. nat., C 3023, Indre, rapport du préfet.

51 Arch. nat., C 3019, directeur des mines de Romanèche.

52 Arch. nat., C 3020, Seine, rapport Gellé frères.

53 Ibid., rapport Pleyel, Wolf et Cie sur leurs usines de la Route de la Révolte (600 ouvriers facteurs de pianos).

54 La Science sociale, 1892 ; cité par L. Chevalier, 1950, p. 211.

55 Arch. nat., C 3022, rapport de la chambre de commerce d’Aubenas ; C 3021, Isère, rapport de Montessuy, tisseur à Renage, etc.

56 Arch. nat., C 3021, Isère, rapport Montessuy.

57 Ibid., rapport chambre de commerce de Voiron.

58 Arch. nat., C 3021, Rhône, chambre de commerce de Lyon.

59 Ibid., Isère, réponse de Rouillon, mégissier à Grenoble.

60 Arch. nat., C 3022, Gironde, chambre de commerce de Bordeaux, statistiques de l’assistance judiciaire.

61 Arch. nat., C 3019, Somme, Burgeat, industriel à Amiens : les ouvriers ne sont pas propriétaires et « n’ont aucune idée de le devenir ».

62 Arch. nat., C 3019, Somme, chambre de commerce d’Abbeville.

63 Arch. nat., C 3021, Gard, Compagnie de la Grand-Combe : a une caisse à 5 % d’intérêt ; 200 déposants, essentiellement des employés. Ibid., Forges et fonderies de Bessèges, rapport Jouguet : la caisse de la compagnie (2 400 salariés) compte 7 déposants employés (25 800 F), 78 ouvriers (127 168 F), 139 personnes extérieures (432 039 F). C 3019, Haute-Saône, Ronchamp, rapport du directeur des houillères : sur 1 600 ouvriers, il y a 145 déposants à la caisse d’usine (115 000 F). C 3018, Pas-de-Calais, Courrières : 34 déposants ouvriers (45 600 F), soit le treizième des familles logées par la compagnie dans les cités. Pour Anzin, Douchy, Liévin, Maries, on possède également des chiffres, tous très faibles. Seules les verreries et cristalleries de Baccarat présentent une forte intégration : 900 000 F à la caisse de l’usine, appartenant à un personnel ouvrier très stable.

64 Arch. nat., C 3021, Gard, rapport Jouguet.

65 Toutes ces indications sont tirées de Arch. nat., C 3018-3026.

66 Selon divers témoignages de l’époque (Audiganne, Reybaud) et les monographies des Ouvriers des Deux Mondes.

67 Dont 6,9 % pour le seul loyer.

68 Cité par L.-R. Villermé, 1840, t. I, p. 28. De Morogues pense que les dépenses d’une famille ouvrière de cinq personnes d’une grande ville peuvent être appréciées ainsi :
N 570,15 soit 66,4 %
L 130 soit 15,9 %
V 140 soit 16,2 %
D 19,85 soit 2,3 %
Il ne s’agit nullement d’un budget réellement observé. C’est aussi l’inconvénient des estimations, assez nombreuses, qu’on trouve chez Villermé lui-même. Chabert, 1949, pour le début du siècle, donne également quelques budgets ouvriers d’après divers auteurs, cf. notamment p. 226. A certains égards, ils apparaissent à première vue plus favorables que les budgets postérieurs. Ainsi, en 1815, en année normale, la part du pain dans le budget serait de 24 à 25 % environ ; mais elle peut monter à 41 % en année de disette, par exemple en 1817. Cette élasticité des prix est évidemment la grande variable des budgets à cette époque. Soixante ans plus tard, la situation est bien différente.

69 Le Monde, 10-11 novembre 1963, p. 9 : « Comment se répartissent les dépenses de consommation d’une famille ouvrière. »Les proportions sont les suivantes : nourriture : 45 % ; vêtement : 13,3 % ; habitation : 18,5 % ; divers : 23,2 %.

70 Arch. préf. pol., BA 486, Situation des loyers à Paris (1871-1891), 1 526 pièces (très intéressant), Le rapport cité ici, pièce 176, est celui du commissaire du quartier Sainte-Marguerite, vers juin 1882.

71 Paris, 1961.

72 Le Citoyen et la Bataille, 14 novembre 1882.

73 Arch. préf. pol., BA 486.

74 Ibid., pièce 181, rapport du 15 juin 1882.

75 Ibid., pièce 176, rapport com. quartier Sainte-Marguerite.

76 Le livre de R. H. Guerrand, 1967, paru lorsque ce chapitre était déjà écrit, a le grand mérite d’attirer l’attention sur une question peu étudiée, utilise une abondante documentation, mais n’apporte rien de nouveau sur ce point.

77 D. Poulot, 1872, p. 47-48 : « Le terme est l’épée de Damoclès du travailleur, le fil menace de se rompre tous les six mois. »

78 Sur cette société, cf. R. H. Guerrand, 1967, p. 271 et sq.

79 1899.

80 1910.

81 1933, p. 28 ; p. 30 : « I1 peut être considéré comme bien établi qu’à tous les degrés de revenu, et pour des ménages de même grandeur, les ouvriers dépensent nettement moins que les employés pour leur logement. »

82 R. H. Guerrand ne modifie pas, en fin de compte, les conclusions de M. Halbwachs.

83 Bulletin de l’Office du travail, 1908, p. 1 229 ; 1909, p. 414-503.

84 Board of Trade, 1909. Les conclusions de l’enquête ont été utilisées par M. Aconin, 1912.

85 C. Féron-Vrau, 1899; A. Dumont, 1905, p. 64-65.

86 D’après les recherches du Dr Hoël, rapportées par A. Dumont, 1905, p. 51.

87 Sur les garnis, cf. d’Haussonville, 1892, p. 86 et sq.

88 P. Pierrard, 1965, chap. II, p. 79, « Permanence du taudis lillois ».

89 1908, p. 540.

90 Heurtaux-Varsavaux, 1888, p. 12.

91 F. Moyroud, 1910, p. 350 : « La grande pièce, la seule qui prend jour, sert à la fois de cuisine, de salle à manger et d’atelier. Au fond, séparé par une mince cloison, fermé par de larges portes non vitrées, un réduit obscur dont les dimensions sont calculées de façon à recevoir un lit : c’est l’alcôve. Souvent la partie supérieure est encore utilisée. Un plancher horizontal, situé à un peu plus de mi-hauteur de l’appartement, permettra de placer au-dessus un nouveau lit ; c’est la soupente, il est impossible de s’y tenir debout ; on y accède par un escalier de bois, voire par une échelle. »Une « topographie de la tuberculose à Lyon » pour 1900-1904 établit que le taux des décès dus à cette maladie est de 4,13 % dans le 3e arrondissement ouvrier, de 2,45 % dans le 2e. Sur le logement ouvrier à Lyon, voir F. Mangini, 1891, Gautheron, 1898, Péhu, 1905.

92 Docteurs Dumesnil et Mangenot, 1899, p. 14.

93 P. Pierrard, 1965, p. 105 et sq.

94 La Bataille, 19 mai 1882 : description de cette cité ainsi baptisée parce que née aux lendemains de l’expédition de Tunisie ; cf. aussi d’Haussonville, 1892, p. 57 et sq.

95 La Bataille, 16 septembre 1882 ; d’Haussonville, 1892, p. 82 ; R. Michaud, 1967. p. 15.

96 D’Haussonville, 1892, p. 64-65.

97 Ibid., p. 37 et sq.

98 Le Cri du Peuple, 5 janvier 1885, article de A. Goullé sur Saint-Denis ; il décrit quelques maisons rue du Port, rue des Ursulines...

99 E. Pottier, « Logements insalubres », 1887, p. 214.

100 René Michaud, 1967, p. 17 : « ... plus que l’inconfort, c’était la puanteur concentrée qui nous oppressait ». Ce livre publié sous le titre J’avais vingt ans — Un jeune ouvrier au début du siècle, est un remarquable recueil de souvenirs. On trouvera chez J. Valdour, 1923, des évocations colorées et olfactives : « Dès le vestibule obscur, ouvert à tous les vents, on est pris à la gorge par la forte odeur de cabinets ignobles... » (p. 3). Cependant, la banlieue de l’après-guerre a déjà changé ; Valdour oppose les nouvelles usines aux anciennes. Et les ouvriers qu’il décrit sont bien différents de ceux des années 1880.

101 Douassot, 1958.

102 1892, p. 37.

103 Exemples : Le Rappel, 7 juillet 1879 ; Le Cri du Peuple, 22 août 1884 : « Les, voleurs de banlieue » ; 23 août : « Une attaque Plaine-Saint-Denis »; 30 octobre : « L’agression du Boulevard de la Révolte », etc. ; La Bataille, 29 mai 1885 : une rixe sanglante entre Bas-Bretons à Saint-Denis, etc.

104 Arch. préf. pol., BA 170, p. 119, 1er mai 1888.

105 19 mai 1880. Une bourgeoisie plus éclairée imagine au contraire une banlieue organisée pour le « Nouveau Paris industriel » ; sous ce titre, Le Temps a publié, les 7, S, 9 et 10 août 1871 une fort intéressante série d’études.

106 Pour un exemple local, cf. P. Pierrard, 1965, p. 79 et sq., p. 89 et sq.

107 Sur les idées de Le Play à ce sujet, cf. R. H. Guerrand, 1967, p. 257.

108 Le questionnaire d’enquête figure dans la 2e série, t. III, p. 206. Parmi les réponses, Heurtaux-Varsavaux, 1888, sur Nantes ; Chassignet, 1889, sur Nancy ; A. Renouard, 1887, sur Lille.

109 I.N.E.D., 1954 et 1956.

110 J. Bertillon, 1894. Pour la période 1894-1908, le taux de mortalité est de 6,7‰ aux Champs-Elysées, de 67,4‰ au quartier Saint-Merry. Cf. aussi les importants travaux du statisticien T. Loua, « rapport entre l’aisance et la mortalité à Paris », cité par R. H. Guerrand, 1967, p. 203.

111 Dr Marié-Davy, 1905 ; travaux du Dr Brouardel sur la tuberculose à Lille, etc.

112 Dumesnil et Mangenot, 1899, p. 89. « Les autres ménages nous avouaient ingénument que s’ils avaient tant d’enfants, c’est qu’ils ne savaient pas comment faire pour ne pas en avoir. ». Sur les progrès du malthusianisme ouvrier, on trouve de nombreux témoignages dans les enquêtes sur le logement : Beaufreton, 1898, p. 301 : « L’ouvrier qui ne veut pas se livrer au vagabondage n’a guère de choix qu’entre deux solutions : le néo-malthusianisme ou le taudis » ; R. Martial, 1909, p. 261 et sq., etc.

113 R. H. Guerrand, 1967, p. 271.

114 F. Moyroud, 1910.

115 R. H. Guerrand, 1967, p. 307.

116 Mort à Crédit, 1936, éd. La Pléiade, p. 854.

117 Telles sont les conclusions d’une récente enquête sur L’habitat pavillonnaire ; cf. N. et A. Haumont et A. et M. G. Raymond, 1966.

118 Cf. Les remarques d’Halbwachs : « Un ouvrier ne réclamera avec énergie, du moins quant aux biens économiques, que ceux dont il sait qu’ils font partie du niveau de vie de sa classe, en telle qualité et telle quantité. »

119 .Ordre du jour du 18e congrès de la C.G.T. au Havre, 6e point ; cf. R. Brécy, 1963, p. 79.

120 C’est le point 9 de l’ordre du jour du congrès de Paris, 1876 ; la question est très souvent réinscrite par la suite.

121 Arch. préf. pol., BA 486, pièce 92, rapport du 18 mai 1881.

122 Les possibilistes, appuyés par Le Prolétaire et La Bataille, veulent obtenir du conseil municipal des crédits pour la construction de logements ouvriers. Les guesdites, hostiles à cette politique jugée réformiste, préconisent un vaste pétitionnement pour la taxation des loyers par l’Etat, en attendant l’expropriation finale : cf. Le Citoyen, L’Egalité, et de nombreux documents dans Arch. préf. pol., B A 486.

123 10 juin 1883.

124 Cf. R. H. Guerrand, 1967, p. 233 et sq.

125 13 juillet 1890, cité par J. Maitron, 1964, p. 123.

126 E. Pottier, « Le Huit », 1887, p. 141. Cf. aussi, p. 214.

127 Arch. préf. pol., BA 486, pièce 176.

128 On lira le récit si pittoresque d’Emile Pouget dans Le Père Peinard, 13 juillet 1890, cité par J. Maitron, 1964, p. 124.

129 Arch. préf. pol., BA 500, pièce 14.

130 Arch. préf. pol., B A 486, donne le détail des déménagements et emménagements par arrondissement :
Image 1.jpg

131 P. Pierrard, 1965, p. 82.

132 Expression d’Emile Pouget, article cité n. 129.

133 S. Mercier, Tableau de Paris, t. X, p. 198 : « Payer son terme. » « Dans les faubourgs, il y a trois à quatre mille ménages qui ne payent point leur terme, et qui promènent, tous les trois mois, de galetas en galetas, des meubles dont la totalité ne vaut pas quatre-vingts francs... Mais grande joie dans le galetas quand le terme est payé, parce que le crédit chez le boulanger et chez la fruitière augmente, s’allonge et se renouvelle après le passage critique. »

134 Du Maroussem, 1892, p. 150.

135 M. Halbwachs, 1912, p. 327.

136 La Tribune, 18 octobre 1868, cité par Henri Mitterand dans les notes remarquables qu’il a établies pour l’édition des Rougon-Macquart de La Pléiade, t. II, p. 1539.

137 Cf. G. Duveau, 1946, p. 243 et sq. ; P. Pierrard, 1965, p. 165, 287.

138 S. Mercier, op. cit., t. X, p. 195 : « Le Lundi. » « Tous les ouvriers chôment ce jour-là ; c’est chez eux une vieille et indéracinable habitude. ». Il ne donne pas d’autre précision d’origine ; le Traité de la Police de Delamare, 1713, ne fournit aucune indication à ce sujet.

139 Pierre Lelièvre, dit Parisien, ouvrier menuisier, Les ateliers de Paris, Paris, 1865, p. 35.

140 Ibid., p. 48.

141 Arch. nat., C 3018, Aube, rapport du 16 octobre 1873.

142 Cf. Michelet, Le peuple, 1846, p. 35 : « Toute femme portait jadis une robe bleue ou noire qu’elle gardait dix ans sans la laver, de peur qu’elle ne s’en allât en lambeaux. Aujourd’hui son mari, pauvre ouvrier, au prix d’une journée de travail, la couvre d’un vêtement de fleurs. »

143 L. Reybaud, 1859, p. 254.

144 Ibid., p. 152, à propos des ouvriers de Lyon.

145 Ibid., p. 152 : « Quand vient le dimanche, la transformation est complète ; des habits de ville ont remplacé la blouse et la casquette de l’atelier : hommes et femmes se confondent par le costume avec les classes bourgeoises. »Audiganne, 1860, p. 157, insiste pareillement sur le goût de la toilette des ouvriers de Nîmes : « L’ouvrier de l’industrie ne veut pas être confondu avec le journalier qu’il place fort au-dessous de lui ; laissant au manœuvre l’humble veste, il prend le paletot ou la redingote. »

146 Les Ouvriers des Veux Mondes, 2e série, t. III, p. 337.

147 Ibid., 2e série, t. IV, p. 285 : « Comme la plupart des familles ouvrières, la famille décrite... tient à avoir des vêtements qui ne la distinguent en rien des classes plus aisées ; elle en possède une grande quantité. »

148 Ibid., 2e série, t. IV, p. 190 : ses vêtements sont « la copie exacte de ceux de la petite bourgeoise ».

149 Ibid., 2e série, t. V, p. 96. On ne peut multiplier les témoignages, mais ils sont très concordants ; cf. Dumesnil et Mangenot, 1899, p. 153, et de nombreuses notations dans l’enquête de 1872.

150 Salaires et durée du travail..., t. IV, p. 60-61.

151 C’est l’impression d’observateurs écrivant en 1892 comme d’Haussonville et Levasseur. « Les dimanches et les jours de fête... la blouse... disparaît complètement, et il n’y a guère d’ouvriers qui ne prennent tournure de demi-bourgeois », d’Haussonville, 1892, p. 210 ; E. Levasseur, 1892, t. III, p. 104 : « Dans la rue on ne distingue plus guère par le costume l’ouvrier du patron » ; cf. aussi, du même auteur, 1909 a, p. 237.

152 L’Assommoir, 1876-1877, éd. de La Pléiade, p. 378.

153 Le sens de « vêtement de travail » n’est donné au mot « bleu » ni dans le Littré ni dans le Larousse. Il figure naturellement au Robert mais sans indication d’origine. J. Valdour emploie pour la première fois « bleus » entre guillemets en 1919, p. 46 et en expliquant en note : « salopettes de toile bleue ».

154 R. Martial, 1909, p. 157 : « En général, toutes les chaussures sont mal faites... »

155 G. de Maupassant, « Opinion publique », 1881, conte de la série Les Confinés, 1956, p. 365.

156 R. Martial, 1909, p. 212.

157 J. Valdour, 1923, p. 11. Un peu auparavant, p. 8, examinant un groupe d’ouvriers attendant l’embauche, Valdour remarque que les hommes entre quarante et cinquante ans « ont encore la mise négligée de l’ouvrier d’avant-guerte ; ils portent de vieux effets de drap décoloré et sali, de fortes chaussures mal seyantes, une casquette de drap, une chemise dépourvue de col. Mais la génération nouvelle montre dans sa tenue plus de recherche : parmi ces jeunes ouvriers, trois sont coiffés d’un chapeau mou; presque tous portent des chaussures de bonne confection... trois d’entre eux seulement n’ont mis ni faux-col, ni cravate, et, à l’exception d’un seul, ils sont vêtus de complets de bonne coupe, aux couleurs à la mode ».

158 J. Valdour, 1925, p. 19.

159 J. Valdour, 1924, p. 41.

160 Les Ouvriers des Deux Mondes, 2e série, t. III, p. 334.

161 Arch. nat., C 3021, Rhône, Drevon, patron teinturier.

162 Ibid.

163 J. Valdour, 1909, p. 105.

164 M. Halbwachs, 1908, p. 554.

165 Arch. dép. Nord, M 619/5, pièce 182, préf.-min. de l’Int., 29 octobre 1882 : « L’approche de la Sainte-Barbe...est une garantie d’ordre. »

166 Du Maroussem, in Les Ouvriers des Deux Mondes, 2e série, t. V, p. 387. « Six livres et quart de pain par jour, quatre litres de vin, pas tout à fait une livre de viande, presque 2 kg de pommes de terre. Rarement un extra : l’oie de la Sainte- Barbe, la fête des mineurs, vient seule mettre la note joyeuse d’un repas traditionnel. » La famille dont l’alimentation quotidienne est ici décrite comporte sept personnes, dont cinq enfants de sept mois à seize ans.

167 Le Temps, 8 mai 1880.

168 1956, p. 216 et sq., « La communion alimentaire et l’échange » : « Dès maintenant, une chose est certaine : dans les familles ouvrières au moins, l’importance attachée aux repas n’est nullement une preuve d’attachement aux biens matériels pour eux-mêmes... »

169 O. Piequet, 1906, p. 430.

170 8 % pour l’ouvrier fondeur en soldat de plomb de Paris ; 41 % pour l’allumeur de réverbères de Nancy décrit par Chassignet (2e série, t. IV). Dans cette dernière famille, le pain demeure « l’aliment fondamental », elle en consomme quotidiennement sept livres pour huit personnes.

171 M. Halbwachs, 1914 (résultats de l’enquête de 1907), p. 66.

172 Arch. nat., C 3020, Seine-Inférieure.

173 Ibid., Seine-Inférieure et Eure.

174 Arch. nat., C 3019, déposition de Brunei et Fisher, fabricants de produits chimiques à Chailvet, Aisne.

175 Arch. nat., C 3019, Nord, Conseil d’hygiène de Cambrai.

176 Congrès de Marseille, 1879, p. 67-68. Bonne fournit deux budgets hebdomadaires de familles de tisseurs, l’une comprenant cinq et l’autre six personnes. Dans les deux cas, le pain représente 26 % de la dépense hebdomadaire.

177 Arch. nat., F 12 4665, préf. Nord-min. Com., 15 février 1889 : « Le manque absolu de pommes de terre, nourriture habituelle de ces familles, a porté la détresse aux dernières limites. »Les grèves de cette époque sont des émeutes de la faim.

178 Arch. nat., C 3021, Hérault. Tous les rapports sont unanimes : viande et vin chaque jour.

179 Arch. nat., C 3022, Loire.

180 Arch. nat., C 3021, Bouches-du-Rhône. On trouve dans ce panier morue salée, sardines, viande une fois sur deux, un litre de vin. D’après la chambre de commerce de Marseille, le principal repas ouvrier se fait le soir ; il se compose de pain, légumes et viande seulement deux ou trois fois par semaine. Ces notations rejoignent le constat fait au milieu du siècle de la faible consommation de viande par tête à Marseille et, plus encore, à Toulon ; cf. R. Mandrou, 1961, qui commente A. Husson, 1856. Faut-il l’attribuer à la présence d’un très nombreux prolétariat italien, à la proverbiale sobriété ?

181 Board of Trade, 1909 ; M. Aconin, 1912. D’après les statistiques municipales qu’utilisent cette enquête, les plus faibles consommations par tête se trouvent à Lille (26 kg), Roubaix (31), Valenciennes (32), Douai (35) ; et les plus élevées à Troyes (70), Nancy (66), Bordeaux, Grenoble, Reims, Rennes (63), Limoges (60), Paris (60).

182 Cité par L’Ordre, 22 juillet 1878.

183 Roblin, 1902, p. 41 : « L’ouvrier agricole du Cher et de la Nièvre, comme tous les habitants ruraux de la France, n’a qu’un désir : avoir sa maison à soi et quelques hectares de terre au soleil. »

184 Roblin, 1902, p. 36.

185 Ibid., p. 42.

186 E. Zola, Mes notes sur Anzin, éd. La Pléiade, t. III, p. 1900 : « Quand le mineur veut injurier un camarade il lui dit : “ Tu as donné un lapin au porion ”, ce qui veut dite : Tu l’as corrompu. »

187 Cet extraordinaire repas est riche d’enseignements de toutes sortes. Cf. L’Assommoir, t. II, p. 558 et sq.

188 M. Halbwachs, 1908, p. 552.

189 Dans cette même étude, 1908, M. Halbwachs donne le menu hebdomadaire de deux ménages parisiens, celui d’un mécanicien, celui d’un terrassier. Les repas du mécanicien sont très variés : steack, veau, pigeon, côtelettes ; salades ; confitures, gâteaux, mais parfois aussi des fruits : mandarines, oranges.

190 E. Levasseur, 1889-1892, t. III, p. 42, d’après l’enquête décennale du ministère de l’Agriculture, dirigée par Tisserant.

191 Arch. préf. pol., BA 500, pièce 21, rapport des officiers de paix sur les arrivages aux Halles. Dans ce dossier et le suivant, 501, il y a beaucoup à prendre sur la situation du marché, les prix, les achats populaires à Paris.

192 Arch. préf. pol., BA 501, pièce 40, rapport du 15 avril 1880 : les premiers arrivages d’Amérique ont eu lieu en 1879 ; la tentative est renouvelée en 1880 et les commandes sont désormais régulières ; cette viande de moindre qualité est très recherchée par les petits restaurateurs. Cf. E. Levasseur, 1889-1892, t. III, p. 42, enquête citée, qui donne le tableau suivant :
Image 3.jpg

193 Cf. l’étude américaine de R. Sadoun, G. Lolli, M. Silverman, 1965 : de nos jours encore, l’importance des boissons prises hors de la maison familiale et entre les repas est caractéristique du cas français.

194 M. Halbwachs, 1914.

195 Du Maroussem, in Les ouvriers des Deux Mondes, 2e série, t. V, p. 387.

196 L. Landouzy et H. Labbé, 1905, p. 36.

197 Pour une étude d’ensemble, qui comporte malheureusement peu d’éléments historiques, voir S. Lederman, 1956 et 1964.

198 Voir dans l’édition de la Pléiade l’étude des sources de L’Assommoir, t. II, p. 1545 et sq. Cf. aussi, Daudet, 1876.

199 L’ordre du jour du congrès de la C.G.T. à Rennes, 1898, comporte en point 2 : « L’alcoolisme, ses causes, ses effets. »

200 . Pour l’Angleterre, cf. B. Harrisson, 1967.

201 D’après les statistiques de la consommation annuelle des boissons alcoolisées par adulte, la consommation atteint en effet des sommets en 1875-1876 — à l’époque de L’Assommoir — avec 37,4 litres par adulte et par an ; puis, il y a une longue régression, liée sans doute aux effets combinés du phylloxéra et de la grande dépression ; la cherté du vin freine certainement la consommation ; quand son prix baisse à partir de 1893 et jusqu’en 1908, celle-ci remonte à nouveau de façon spectaculaire, atteignant un nouveau maximum en 1905-1906 : 36,41. Mais ne s’agit-il pas plutôt des progrès de l’alcoolisme rural ? De nombreux témoignages notent une régression de l’alcoolisme chez les ouvriers d’industrie. Zola, au cabaret à Anzin, remarque que « le dimanche, pendant sa tournée, l’ouvrier aura la sagesse de prendre la petite (chope). Ce n’est plus Mes Bottes »: cf. Mes notes sur Anzin, t. III, p. 1838 ; 5 % d’ivrognes le dimanche parmi les hommes mariés, 20 % parmi les jeunes gens, observe-t-il encore, ibid., p. 1905. Dans ses enquêtes, dès avant-guerre, J. Valdour souligne aussi ce recul qui s’accentuera, selon lui, après la guerre. Le Dr Martial, 1909, P. 140, note que « l’alcoolisme a diminué énormément chez les ouvriers de la chapellerie », etc.

202 L. et M. Bonneff, 1912.

203 H. Leyret, 1895, p. 18.

204 J. Valdour, 1909, p. 105.

205 Le Cri du Peuple, 28 août 1884.

206 P. du Maroussem, 1891, p. 188.

207 Le « quand-est-ce ? » est une libation de bienvenue que tout nouvel embauché doit payer à ses camarades. H. Leyret, 1895, p. 99 et sq., la décrit mais montre sa relative désuétude ; elle subsiste encore au lendemain de la guerre dans certaines professions, du cuir notamment, cf. R. Michaud, 1967, p. 83.

208 A. Delvau, 1866.

209 L. Landouzy et H. Labbé, 1905, p. 37-38.

210 Les Ouvriers des Deux Mondes, 2e série, t. I.

211 L. Landouzy, 1906, p. 37 : « Au lieu de considérer le sucre comme un aliment, les ouvriers en font simplement un condiment ; la preuve en est que ceux de nos enquêtés qui mangeaient du sucre en prenaient peu, un morceau (7 grammes) ou un demi-morceau dans toute leur journée. »

212 T. II, p. 584.

213 Arch. dép. Finistère, M, pétition des ouvriers, 1876.

214 Les Ouvriers des Deux Mondes, 2e série, t. I, p. 148.

215 Des livres comme Le cru et le cuit, Système de la mode, renouvellent nos conceptions des choses ; ils sont riches d’applications historiques. De Barthes, voir dans Annales, septembre-octobre 1961, p. 977-986, « Pour une psycho-sociologie de l’alimentation contemporaine ».

216 1914 ; cf. aussi 1908, p. 551 : l’opinion « pousse les ouvriers à se défier d’une alimentation qui consiste surtout en farineux et en légumes, à consommer de la viande au moins une fois par jour, à exiger la viande de boucherie assez fréquemment et du vin à tous les repas ».

217 Voir l’éloge du vin de la Lettre à d’Alembert, la lettre sur les vendanges de La Nouvelle Héloïse, V, 7. Le vin libère, il favorise la communication entre les hommes, il fait naître la transparence...

218 Propos ouvrier rapporté par J. Valdour, 1909, p. 111 ; Valdour revient souvent sur ce thème.

219 Le Cri du Peuple, 28 août 1884, A. Goullé, « Les marchands de vin ».

220 Le Combat, 7 juillet 1890, chanson d’Edmond Martin, « Le vin des prolétaires ». Voici un couplet significatif : « L’ouvrier en sa pauvreté — Possède une boisson chérie — Qui ramène à flot la santé — Sous son enveloppe amaigrie. — C’est le breuvage bien-aimé — Du fils obscur de la penaille ; — C’est le vin cher à l’opprimé ; — C’est le nectar de la canaille. »

221 Zola, L’Assommoir, t. II, p. 577.

222 Voici par exemple Th. H. Barrau, 1869. On y lit : « La viande est un aliment indispensable aux hommes qui travaillent »; elle a « sur l’estomac une action beaucoup plus stimulante que les végétaux » (p. 212) ; sur le vin : « Il rafraîchit, il réchauffe et il nourrit... il est indispensable » (p. 213). Et encore, A. L. Fonteret, 1858. Il célèbre le vin, « la plus aimable et la plus douce d’entre les boissons fortifiantes » et s’élève avec force contre les sociétés de tempérance : « L’ensemble des conditions faites à l’habitant des villes modifie tellement son organisation, et le besoin d’une boisson excitante est si impérieux, si général, si naturel, qu’il faudrait pouvoir en donner aux adeptes des sociétés de tempérance » (p. 113). Le lait, dénaturé par les « Perrette de la banlieue », « ne fournit plus qu’un semblant de nourriture. Les ouvriers qui s’observent le savent bien : le lait les rend mous au travail. Laissez-donc le lait aux laitières » (p. 102-103). Villermé, en 1840, pense de même que le rendement supérieur des ouvriers anglais est dû à leur plus forte consommation de viande.

223 J.P. Aron, 1961.

224 Cf. ci-dessus p. 131, note 93 (texte de 1911).

225 P. Chombart de Lauwe, 1956, p. 181-201 ; voir notamment p. 193. « La viande et ses remplacements... Problème psychologique central de l’alimentation ouvrière. ». Les ouvriers parisiens « vivent avec la préoccupation constante de ne pas pouvoir manger assez de viande pour subsister dans le milieu qui est le leur » (p. 198). « L’absence de viande symbolise la faim et la misère toujours menaçantes, la crainte de tomber plus bas, de ne pas tenir » (p. 232).

226 Le tabac figure presque toujours dans les budgets ouvriers de toute origine : dans nos quinze monographies, cette dépense est mentionnée onze fois : elle représente 1,1 % de la dépense totale.

227 L’achat d’un journal est mentionnné onze fois sur quinze (même source) et représente 0,5 % de la dépense. Mais sur la diffusion des journaux dans la classe ouvrière, notamment sur l’immense succès du Petit Journal et de son supplément illustré du dimanche, on a bien d’autres témoignages ; succès dû en grande partie à l’abondance des faits divers et au style des feuilletons.

228 Spuller, Enquête parlementaire, Procès-Verbaux, p. 19, rapport du président de la Chambre syndicale des ornemanistes en carton pierre (ouvriers très qualifiés).

229 L’Intransigeant, 17 mai, 27 mai 1883 ; Le Cri du peuple, 11 août, 29 août, 12, 21 octobre 1884, etc. ; La Bataille relate aussi de nombreux faits de ce genre : hommes, et plus souvent encore femmes, trouvés morts d’inanition chez eux, ou s’effondrant dans la rue.

230 Cette rubrique, irrégulière il est vrai, se dénomme tantôt « chronique de la faim » ou « morts de faim » ; cf. par exemple n°s des 13, 28 et 30 janvier 1885.

231 Ces chiffres tirés du Compte général de la justice criminelle, cette merveilleuse source d’histoire sociale, sont reproduits dans l’Annuaire statistique, 1936, partie rétrospective, p. 47-48. F. Simiand avait souligné la concordance inverse de cette courbe avec la conjoncture : cf. 1932, t. II, p. 31.

232 Cf. ci-dessus, p. 160 sq.

233 Le Peuple, quotidien de Marseille, 29 avril 1890.

234 Arch. nat., F 12 4665, Pas-de-Calais, préf.-min. Com., 29 novembre 1889

235 Le Cri du Peuple, 20 novembre 1884.

236 Arch. nat., F 12 4661, Nord, rapport gendarmerie du 2 juin 1886.

237 Exemple, n° du 3, 10 août 1890 et sq.

238 L.-V. Meunier a rassemblé ces chroniques en un volume, 1884.

239 L’émotion soulevée en 1886 par le suicide collectif de la famille Hayem, dont le père, sculpteur sur pierre, artiste plus qu’artisan, était réduit au chômage, participe à la même ambiguïté. Ce tragique fait divers a inspiré à A. Thalasso, un drame en trois actes, en vers, La faim, représenté en mai 1893 au théâtre Déjazet à Paris. Ce mélodrame, à la limite du supportable, n’en est pas moins intéressant pour la sensibilité sociale du temps.

240 Le Cri du Peuple, 7 mars 1885.

241 Le Cri du Peuple, 30 mars 1885.

242 Chant « En avant la classe ouvrière », très souvent reproduit dans la presse socialiste.

243 Le Cri du Peuple, 18 janvier 1886, « Les pains ». Voir aussi de Clément, « Les souris », dans Le Cri du Peuple, 9 mars 1885 : « Dur est le temps, cher est le pain. — Les enfants gémissent de faim. — Puisque le pain passe vingt sous, — Que nous avons des faims de loups, — Aux gros fermiers allons apprendre, — Que nous ne voulons pas attendre. — Ha ! faites battre votre grain : — Quand tiraillé dans la poitrine, — Le Peuple crie à la famine, — Il faut répondre par du pain. »

Notes de fin

1 N = nourriture ; H = habitation ; V = vêtement ; D = divers.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search