Version classiqueVersion mobile

La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du 11e siècle. Tome 3

 | 
André Miquel

Chapitre VI. Les plantes

Texte intégral

Upon the earth’s increase why shouldst thou feed,
Unless the earth with thy increase be fed ?
Shakespeare

  • 1 Les principes en ont été rappelés supra, chap. v, p. 318, n. 1 i.f.
  • 2 MUQ, 97, l’Oman étant englobé dans une Arabie définie comme « le port du monde » (furdat ad-dunyā)(...)
  • 3 Ḥud, 152.
  • 4 Cf. infra, à propos de ces plantes. Muqaddasī traduit à sa manière ce sentiment de la marginalité (...)

1Ce dernier chapitre commencera par un catalogue de questions préalables, voire d’incertitudes. Fidèle à notre démarche1, nous ne traiterons ici que des plantes connues en pays d’Islam. Que faire, pourtant, d’une catégorie intermédiaire, je veux parler des plantes que l’Islam demande principalement à l’étranger ? Quand Muqaddasī, par exemple, énumère les importations de l’Oman, pays traditionnellement ouvert sur les routes maritimes de l’Inde, de l’Extrême-Orient et de l’Afrique orientale2, il est clair que c’est de là que viennent, entre autres produits, le bois dit de brésil, le teck et l’ébène. Allons-nous les exclure ? S’il est vrai que l’ébène n’est connu de l’Islam de ce temps que par la Haute-Égypte3, et les deux autres par la très lointaine province du Sind4, il reste qu’ils poussent aussi, même de façon marginale, dans un sol musulman, et que nous ne pourrions les rayer du paysage de l’Islam que parce qu’il serait arbitrairement défini à l’avance comme celui-là seul du pourtour de la Méditerranée méridionale et du Moyen-Orient, aride ou fertile.

2Au demeurant, une espèce, rare dans le paysage naturel, peut l’être infiniment moins dans celui des hommes. Le brésil vit, par sa couleur, dans plus d’un vêtement, et le teck fait la charpente ou le décor de maisons, d’édifices publics. La plante morte ne peut donc être oubliée au profit de la seule vivante. Mieux même : elle risque fort, un peu partout, de l’éclipser. Sans doute avons-nous évoqué, au premier chapitre de ce livre, des visions de champs aux herbes drues, de vergers luxuriants, de campagnes plantureuses, mais il s’agit là de tableaux d’ensemble, de végétation en un mot. Tout change avec l’apparition de la plante, de la plante isolée et nommée : alors, elle risque bien de n’être pas tant saisie pour elle-même que pour les usages auxquels on la destine, ce qui implique évidemment sa mort. La cohérence, la rigueur interne de cette géographie, intéressée, de façon majoritaire et souvent exclusive, aux hommes, répudient la botanique pour intégrer la plante-objet dans les horizons de notre vie quotidienne. Évoquer les herbes et les arbres, c’est, en fait, parler des travaux des champs ou de l’arboriculture, des pratiques de la cuisine, de la parure ou de la médecine, de l’artisanat textile, c’est ouvrir déjà le volume qui suivra celui-ci et traitera de l’activité des hommes.

3Pas d’herbier, donc, sinon un herbier utile. Et souvent mal connu. Mal connu de nous évidemment, car nos auteurs, eux, savent de quoi ils parlent, et le savent si bien qu’ils se dispensent de préciser : la plante appartient au quotidien, et le quotidien va de soi. Dieu sait pourtant de quelles questions nous voudrions assaillir ces textes, quitte à faire comme eux, à prendre la plante comme support d’une activité ou d’un besoin d’hommes. Tel nom cache-t-il des espèces différentes, et si oui, lesquelles, avec quels traits particuliers ? Existe-t-il des croisements possibles entre espèces ? Quelles sont les techniques de greffe des fruitiers, de labour pour les céréales ? Telle plante est-elle simplement récoltée, à l’état sauvage, ou cultivée ? Et telle autre, tout bonnement, à quoi sert-elle ? A toutes ces questions, au mieux, de très rares réponses, plus souvent le silence du connaisseur qui, à dix siècles et plus en amont, nous nargue, dirait-on, de tout un savoir que nous avons perdu.

4C’est dire l’incertitude qui peut présider aux classements de ce chapitre. Toute référence à une taxinomie moderne, linnéenne ou autre, étant évidemment exclue, seule reste valable celle-là même qui nous est suggérée par les textes : d’après l’usage, alimentaire, artisanal, médical ou autre. Encore faudra-t-il, dans nombre de cas, suppléer à la discrétion de nos auteurs et, pour décider de l’affectation d’une plante, nous fier à nos usages mêmes ou à ceux, disparus, de notre tradition médiévale et classique, tous encore ou jadis tributaires du jardin, du verger, des drogues, épices, teintures ou parfums de la Méditerranée et de l’Orient.

5Mais il arrive qu’à ce jeu même, la plante résiste, refuse de se laisser enfermer dans un cadre trop strict : le henné, autant que fard, est teinture pour les étoffes, le papyrus n’est pas qu’un simple support de l’écriture, le palmier donne aussi des cordages, et la vigne s’emploie en menuiserie ; il faudra donc les évoquer plus d’une fois. Autre incertitude : dans l’immense domaine des plantes nourricières, on devra évidemment distinguer, pour la simple nécessité de l’exposé, entre plantes du champ, du jardin, du verger. Mais le jardin, pour nos auteurs, c’est parfois le terroir cultivé, arbres et fruits compris : le verger aussi, par conséquent, lequel verger, à son tour, est le plus souvent évoqué sous le nom d’« arbres », qui peut — mais quand, à coup sûr ? — désigner ailleurs des bosquets, des forêts même. Et où classer, quand ils se mangent, l’herbe ou le fruit sauvages ?

  • 5 Coran, XIV, 37/32 et XVI, 11 ; cf. également II, 20/22, VII, 55/57, XIII, 3, XIV, 40/37, XVI, 69/6 (...)

6Dernières hésitations : celles du vocabulaire. Ici, des mots de graphie ou de vocalisation incertaines, là de véritables énigmes, là encore des termes différents pour la plante et son fruit, ou des fruits qui échangent leurs noms d’une province à l’autre. L’herbier du monde musulman vers l’an mil n’est pas seulement incomplet, il est aussi, pour certaines des espèces qu’il relève, approximatif. Mais ne désespérons pas ; malgré ces incertitudes, il nous reste, à quelques ombres près, un extraordinaire panorama de toute une richesse — celle que les hommes de ce temps et de ces lieux ont tirée de leur sol, sous l’empire d’une des plus vieilles habitudes de notre nature, mais aussi dans la tranquilité de la foi : Dieu est celui qui a créé les cieux et la terre, et fait descendre du ciel une eau d’où Il tire votre lot quotidien de fruits [...] Par cette eau, Il fait pousser pour vous les semences, l’olivier, le palmier, les raisins et tous les fruits : il y a là, en vérité, un signe pour les hommes qui réfléchissent5.

Les à-côtés d’une géographie végétale

  • 6 Ya’qūbī (trad. Wiet, p. xvii) « donne assez peu de détails sur les cultures, se bornant à indiquer (...)

7Les plantes ne figurent pas, dans nos textes, qu’au titre de la science géographique telle que la pratiquent les auteurs, je veux dire comme productions ou objets de commerce, ou curiosités remarquables, ou encore comme partie intégrante de la description d’une région, dont il faut offrir au voyageur un tableau véridique, tantôt livré en bloc, dans la magnificence ou l’avarice de ses verdures, tantôt plus ou moins détaillé par la mention des espèces les plus courantes, les plus utiles, les plus caractéristiques6. Outre ces emplois, qu’on dirait naturels dans une géographie de ce type, herbes et arbres sont aussi des signes, que la géographie utilise à son profit ou réemploie dans cette science totale des pays à quoi elle prétend.

  • 7 ḤAW, 182 (trad., p. 180, n. 880), 185 i.f. ; MUQ, 54, 154 (trad., p. 335), 232, 301, 391, i.f., 45 (...)
  • 8 RST, 163 i.f.-164 et 165.
  • 9 MUQ, 359 i.f., qui souligne la valeur de ce genre de détails, pour un livre digne de ce nom, comme (...)
  • 10 MUQ, 141, 161, 162, 359 i.f.

8Signes toponymiques, d’abord. Exemples : un village des Grenades, au Fārs, un palais des Melons, à ar-Rayy, une forteresse appelée les Figues, en Syrie du Nord, une autre dite des Chênes, en Sicile, ou deux villes d’Iran, Ṭabas des Dattes et Ṭabas des Jujubes (Ṭabas at-Tamr et Ṭabas al-‛Unnāb)7. Signes d’un itinéraire : « On continue sur un terrain plat, en lisière d’un désert sur la droite, de palmeraies et de champs sur la gauche [...] Le chemin, montant et descendant, longe, sur la droite, une vallée bordée de lauriers-roses [...] On traverse la vallée [...] sur un pont de pierre et l’on monte une côte ; à mi-pente, on rencontre une arcade bâtie de pierre et plaquée de marbre, à laquelle font face deux pistachiers. »8 Signes d’un édifice : un figuier poussant à l’arche d’un pont9, ou, dans la cour d’une mosquée, selon les lieux, un oranger, un palmier, un mûrier et deux jujubiers, et même tout un bosquet d’oliviers qui fournissent, et au delà, l’huile pour les lampes de la grande salle10.

  • 11 Ex. MUQ, 180-181, à propos de la Syrie-Palestine.
  • 12 RST, 116 i.f.
  • 13 FAQ, 27 (la distinction est, on s’en doute, moins nette dans la réalité : cf. QUD, trad., p. 148 ; (...)
  • 14 RST, 156-160.

9Mais la géographie ouvre aussi sur la culture générale (adab), qui impose de rappeler, à propos des plantes comme d’autres sujets, les données de l’encyclopédie profane ou de la tradition religieuse. La liste des produits d’une province n’est que la variante d’une autre, qui la double, parfois côte à côte avec elle, dans le même texte : celle des spécialités, végétales ou non, du pays en question, lequel en détient soit l’exclusivité, soit les représentants les meilleurs11. A son tour, ce genre d’énumérations suscite d’autres formes du discours. Tantôt il se ramasse en une formule : Ibn Rusteh déclare que « les arbres d’Égypte sont le palmier, le bananier et le sycomore »12, et la tradition de la péninsule arabique distingue le Nağd et le Ḥiğāz à leurs plantes, tamaris de Syrie pour le premier, acacia (gommier ou à spirales) et jonc pour l’autre13. Tantôt, le discours s’épanouit en eulogie : ainsi, chez Ibn Rusteh encore, pour Ispahan, où raisins, poires, pommes, coings, grenades, safran et autres plantes concourent à la beauté et à la richesse du pays, pêle-mêle avec le climat, le sol, les mines, le miel, le sel, les sources thermales, les fontaines pétrifiantes et les lieux enchantés14.

  • 15 FAQ, 118 i.f. sq.

10D’autres fois, c’est une espèce isolée qui s’enlève sur le fond des célébrations de l’adab et accapare, pour un instant, toute la lumière : la pomme, surtout lorsqu’elle est mi-acide mi-douce, le palmier ou la vigne, dont la louange prend des pages et des pages. Pour peu que des rivalités de pays s’en mêlent, voici la controverse (muqābala) qui s’élève : témoin celle qui oppose la grande cité du bas Irak, al-Baṣra, et la Syrie, par palmier et vigne interposés, chacune lançant à la face de l’autre les mérites de « sa » plante, et dénigrant celle de la partie adverse15.

  • 16 MUQ, 402 (d’après Coran, LIII, 14) ; sur le sens exact du mot « lotus » (sidra), voir infra, à pro (...)
  • 17 MUQ, 136, 146 (Coran, XXXVII, 144-146) ; je choisis, pour le mot de yaq- ṭĩn(a), la trad. Blachère (...)
  • 18 Coran, XXIV, 35 ; MUQ, 46 (avec une autre tradition renvoyant au mont des Oliviers ; cf., sur cet (...)
  • 19 MUQ, 172 (Coran, XIX, 25).
  • 20 RST, 192, dans une liste typique des catalogues de l’adab : mention de ceux qui innovèrent, dans l (...)
  • 21 FAQ, 126 (Coran, XXXVII, 45/46, et XLVII, 16/15).
  • 22 FAQ, 123 i.f.

11Enfin, les plantes de la tradition sacrée. Ainsi « le lotus de l’extrême marge », situé au bout du septième ciel, et que les anges eux-mêmes ne dépassent jamais : il deviendra, chez Muqaddasī, simple métaphore de l’excellence d’un produit16. Près de Mossoul, on montre l’emplacement où Jonas, rejeté du poisson, fut abrité, « dolent, sur la terre nue », par les feuilles d’un calebassier17. Le sommet du Sinaï porterait l’olivier saint, l’arbre cosmique qui n’est, dit le Coran, « ni d’Orient ni d’Occident, et dont l’huile éclairerait même sans le feu qui la touche »18. A Bethléem fut le palmier dont Marie recueillit les fruits frais et tendres : une providence, « en ce pays où les dattes viennent mal »19. Joseph, le premier, donna au papyrus l’usage que l’on sait20, le Prophète a conseillé de manger des raisins secs, et Dieu lui-même a parlé des « voluptés » du vin promises aux élus21, la philologie volant, sur ce dernier point, au secours de l’hagiographie végétale : Ibn al-Faqīh22 n’hésite pas à intégrer le nom de la vigne (karm) au champ sémantique couvert par d’autres noms de la racine krm : la noblesse (karam), la dignité (karāma), la bienfaisance (ikrām) et la libéralité (takarrum).

12Tels sont les à-côtés, ou les arrière-plans, de l’enquête sur les pays : assez nombreux pour nous rappeler que cette géographie des productions végétales est, à son tour, le produit d’un système culturel ; et plus nombreux même, sans doute, que ne le laisseraient croire leurs apparitions en clair dans le texte. Réfléchissons un instant : si l’on peut parler de classicisme à propos du système culturel défini par l’adab, c’est bien parce que connaître n’est pas seulement, pour lui, un fait en soi, mais, tout autant, une norme : adab, justement. Ici, le donné, sacré ou profane, s’impose avant de se proposer, la connaissance, en tant que fait ou manière de connaître, précède la connaissance en tant qu’objet ou contenu. Dès lors, qui croirait, quand il s’agit de palmier ou de vigne par exemple, que l’auteur et son lecteur ignorent, même s’il n’est pas clairement rappelé, le caractère auguste de ces plantes ? Qui pourrait oublier, quand il s’agit d’encens, que le modèle est arabique ? Libanais ou iranien quand on parle de pomme ? Méditerranéen quand on évoque cette plante de la mer qu’est le corail ? Et par-dessus tout, qui pourrait jamais oublier, derrière chaque plante utilisée, la miséricorde du Créateur ?

  • 23 Muqaddasī étant le plus complet. Afin d’alléger, autant que faire se peut, l’annotation, nous n’av (...)

13Ne nous laissons donc pas trop prendre à l’apparente sécheresse de la notation. Souvent, c’est vrai, la plante est simplement mentionnée, sans description ni même évocation de ses usages, du passé de l’espèce, des caractéristiques locales. Mais en fait, nous devrons garder en mémoire tout cet arrière-fond dont nous venons de parler et sur lequel il nous suffit qu’un auteur, un seul, à l’occasion lève le voile. Et puis, même si nous ne faisions, avec nos géographes, qu’énumérer, il nous resterait, en refermant la dernière page, pour nous, gens du xxe siècle, un éblouissant souvenir : celui du foisonnant jardin, cultivé ou sauvage, de l’Islam que nous venons, ne serait-ce que par la grâce des noms, de parcourir, de goûter, de respirer23.

Les plantes : avant tout, une agriculture, et une agriculture céréalière

  • 24 MUQ, 439 ; sur les surūd, cf. supra, chap. iv ; sur le problème posé par le verbe na‛aša (mais le (...)

14Une remarque préliminaire, encore une : si la chaleur et le froid extrêmes tuent la végétation, du moins la première, celle qui est censée abolir toute vie aux approches de l’équateur, est-elle épargnée à l’Islam. Le froid intense, lui, est connu, en haute altitude, ce qui fait dire à Muqqadasī, à propos du Fārs, ce principe en réalité général : « Il y a là des zones froides (ṣurùd) où les rigueurs du froid empêchent les arbres de produire et où les semences ne lèvent pas. »24. Tout cela définit, a contrario, les climats dont relèvent les plantes et cultures de l’Islam de l’an mil : ceux des zones tempérées, froides ou chaudes, arides ou même, au moins pour la vallée de l’Indus, tropicales.

  • 25 Ces paysages ont déjà été évoqués au chapitre I. Pour d’autres références, cf. RST, 112, 149, 163- (...)
  • 26 Cf. RST, 165 ; HAW, 159, 445 ; MUQ, 85, 196, 254 (n. i), 303 (n. d de 302), 304, 394 (mutaqaṭṭi‛at (...)

15Le premier regard porté sur le sol y discerne, globalement, l’absence ou la présence des cultures. D’un bout à l’autre de l’Islam, et jusque dans les plus petites oasis, jusque sur les plus infimes pièces de terre arrachées au désert, jusque dans les îles, nos auteurs évoquent les champs ensemencés (zar, zurū‛, mazāri‛), irrigués, arrosés au seau ou par la seule pluie (mabāẖis, ba‛l, ‛ady), les récoltes (ġallāt), le « pays sombre » (sawād) dont la verdure tranche sur la steppe avoisinante, les domaines (ḍiyā‛), le tout, parfois, au superlatif : l’entrelacs, la broderie des cultures25. A l’opposé, les sols pauvres, voire nus, les cultures précaires ou discontinues26.

  • 27 MUQ, 193, 195.
  • 28 Sur le mot mumtār (racine myr : approvisionnement en grains), cf. ḤAW, 34 (IṢṬ, 25) et 326 (IṢṬ, 1 (...)

16Nous le disions plus haut : les plantes, surtout lorsqu’elles sont, comme ici, nourricières, ne relèvent pas d’une botanique mais d’une géographie des hommes, et leur description s’efface derrière le traitement que ceux-ci leur font subir. Ils vivent d’elles non seulement en les mangeant, mais, ici ou là, en les exportant. Exemple entre tous célèbres : l’Égypte, dont le blé soutient régulièrement les villes saintes d’Arabie27. Tel ou tel pays apparaît ainsi comme un grenier (ẖizāna), un « secours » (maġūta), un marché, un comptoir (sūq, matğar), de céréales notamment (mumtār), cette richesse vivrière faisant d’eux, côte à côte avec d’autres produits dont ils commercent, un caravansérail (ẖān), un emporium (maṭraḥ) par excellence, un « port » (furḍa) du commerce inter- ou intra-régional. A la limite, le mot de ẖizāna devient la désignation technique et même, dirait-on, officielle, d’une région chargée de l’approvisionnement d’une grande ville ou de tout un pays28.

  • 29 MUQ, 235, 299, 413.
  • 30 MUQ, 320 (n. s), 334.
  • 31 YA‛Q, 288 ; ḤAW, 473, 504, 508, 510.
  • 32 MUQ, 183, trad., p. 224, n. 56.
  • 33 ḤAW, 144, 147 ; MUQ, 65, 208, 212.
  • 34 ḤAW, 136-137 ; en revenant, dans le prochain volume, sur la vie des champs, on évoquera également, (...)

17Avec les herbes des champs et les arbres des vergers, passent ainsi, au fil des pages, les efforts et les joies des hommes : la moisson et le pain, le moulin à huile, les sirops des fruits, le vin, les gâteaux... Échange éternel, voulu par le Créateur. Dans un sens, c’est l’homme qui marque la terre, l’aménage et la cultive, la cède parfois, bon gré mal gré, au pouvoir public29, l’affecte à la lutte contre l’infidèle30, ou l’enclôt, avec les faubourgs, dans les murs d’une immense ville31. Inversement, la plante dicte à l’homme le calendrier, depuis bien avant l’Islam, même : en Palestine, la fête de la Croix tombe avec les vendanges, et celle de saint Georges avec les semailles32, tandis que la campagne égyptienne, tout en continuant d’évoquer les souvenirs des Pharaons, de Joseph et de Moïse33 demande aux vieux mois coptes de scander, avec le Nil, le rythme des travaux et des jours34. Résumons-le : bābeh (octobre), ce sont les premières semailles, blé et lin notamment, qui se prolongent jusqu’en ẖātūr (novembre), avec le début des labours et la récolte du riz ; en kayhak (décembre), on sème les plantes tardives, et en barmahāt (mars) la canne à sucre ; barmūdeh (avril) et bašans (mai) voient le gros des moissons ; en abīb (juillet), enfin, avec le début de la crue et le paiement des trois quarts de l’impôt foncier, on sème le riz au Fayyūm.

  • 35 Cf. les références données plus loin, pour les céréales, en général, ou pour les espèces.
  • 36 Grenades (ḥabb ar-rummān), cerises (ḥabb al-mulūk), ḥabb al-‛arūs (cubèbe), ḥabb hān (cardamome).. (...)
  • 37 Exemple particulièrement clair : ḤAW, 288, qui distingue fruits (fawākih), légumes (buqūl) et zar‛
  • 38 Cf. Lisān, s.v. ; Dozy, Supplément, I, 586, et BGA, IV, 253. Que veut exactement dire MUQ, 493, pa (...)
  • 39 Cf. BGA, IV, 231. Je note chez MUQ, 196 (n. l), 226 et 436, la juxtaposition ẖayrāt-ḥubūb : céréal (...)

18Dans l’immense tapis des cultures, nous allons distinguer, comme nous le disions, champ, jardin et verger. Et ce, sans oublier les incertitudes annoncées quant à ce genre de classements. Mais en voici une autre, à l’intérieur du champ lui-même. Réservant pour plus tard l’étude de ses autres plantes, nous commencerons, dirais-je, par le champ de tous les jours : celui des céréales, blé en tête, qui, la plupart du temps, accaparent ce champ et même, plus généralement, le paysage : l’abondance des notations en fait foi35. Mais derrière quel mot chercher, collectivement, les céréales ? Les grains (ḥubūb) ? Sans doute, encore qu’on puisse penser aussi aux graines du jardin potager, à certains fruits même36. D’autres fois, le terme retenu — et déjà connu de nous — sera zar‛ (pl. zurū‛), ou mazāri‛ : les semences, les champs en cultures, les céréales de préférence, oui37, mais pas exclusivement. Comme le dit, de façon très claire, le Lisān al-‛Arab : « surtout le blé et l’orge, et parfois aussi toute plante cultivée »38. Même conclusion pour le mot de ẖayrāt, littéralement : les bonnes choses, soit les céréales ou, plus près du sens général et premier : les ressources alimentaires, les récoltes39.

  • 40 Il serait vain d’espérer toujours faire la distinction entre champ en général et champ céréalier. (...)
  • 41 Cf., selon les modalités indiquées à la note précédente, YA‛Q, 334 (muzdara‛), 358 ; ḤAW, 74, 79, (...)
  • 42 ḤAW, 288.
  • 43 ḞAQ, 124 (les références coraniques sont indiquées dans la traduction). Les mots qui nous intéress (...)
  • 44 Dans un des passages coraniques invoqués (qui intègre, dans le débat, la luzerne et l’olivier), c’ (...)

19Les céréales, donc, dominent le champ sans le recouvrir. Mais il reste, justement, qu’elles le dominent, qu’elles en sont le signe majeur, le vrai. Dès lors, nous sommes assez près de la vérité si nous comptabilisons à leur profit toutes les apparitions des mots que nous venons de citer : y compris zar‛, zurū‛ et mazāri‛, déjà retenus comme des termes généraux, renvoyant à l’ensemble du terroir cultivé40. Que nous disent nos auteurs ? Que les céréales sont partout ou presque, non seulement en ces « greniers » évoqués plus haut, sur les « pays du grain », véritables « mines » céréalières, mais jusque sur les terroirs les moins infertiles des steppes41 et même là où le froid, déjà trop vif, fait obstacle aux arbres fruitiers et aux légumes42. Preuve, donc, que la céréale est bien la reine de toute culture, et non pas seulement par l’ampleur du domaine soumis : dans l’ordre hiérarchique aussi, puisque ses qualités lui permettent de nourrir l’homme là où les autres plantes abandonnent la partie. Ibn al-Faqīh43, à propos de la controverse qui oppose, à grands coups d’arguments coraniques, tenants du palmier et de la vigne, leur donne de toute façon, comme associées dans le plan de Dieu, les céréales, et celles-ci, à suivre rigoureusement l’argumentation invoquée, viennent même en tête dans la hiérarchie44.

  • 45 ḤAW, 136-137 ; MUQ, 65 (n. k de 64), 138 (sur ḥaṣūd, pl. ḥawāṣīd : moissonneurs, cf. BGA, IV, 215) (...)
  • 46 MUQ, 452 (autres références infra, à propos du blé, de l’orge et du riz).
  • 47 ḤAW, 136-137 ; MUQ, 65 (n. k de 64), 212 ; autres références infra, pour les espèces détaillées de (...)
  • 48 MUQ, 138, 145, 180, 193, 195, 318, 324 ; Ḥud, 134 ; autres références infra, pour les espèces déta (...)
  • 49 MUQ, 138, 193, 195, 196, 410 i.f.
  • 50 ḤAW, 84, 101 (comp. avec 102 i.f.), 385, 449, 511 ; MUQ, 285, 469 (n. e).

20Le paysage céréalier est fait d’abord de cela : d’une présence, notée telle quelle et qui se passe de commentaire ou presque. C’est à peine si, ici ou là, on entrevoit la récolte ou le dépiquage, des aires de battage encloses dans le périmètre du rempart, les gerbes entassées, les laboureurs et moissonneurs au marché de la ville45. Plus souvent, c’est le grain mesuré46, le champ du cadastre et de l’impôt47, ou encore le commerce, et quelques-uns des gros producteurs : l’Égypte, les pays du Jourdain, la Haute-Mésopotamie, le ẖurāsān48. A l’opposé de ces terroirs qui cultivent à tour de bras, mangent à leur faim et tirent même argent de leurs moissons, voici les villes qui manquent perpétuellement de pain : Bagdad, nourrie par Mossoul, les centres religieux d’Arabie, ravitaillés sans relâche par l’Égypte, et la capitale du ẖūzistān, al-Ahwāz, qui va chercher sa farine à tous les diables49 ; voici les terres avares ou capricieuses : pays berbères du sud du Maġrib, Kirmān, Ferġāna, régions riveraines de la Caspienne et de l’Oxus (Ğayḥūn), là où, dit Muqaddasī, les pains sont tout petits mais les distances énormes50.

Le blé et le pain

  • 51 FAQ, 29, 84 ; ḤAW, 74, 76, 77, 79, 80, 84-88, 91, 101, 102, 131, 138, 154, 180, 211, 213, 217, 218 (...)
  • 52 Cf. Lisān, s.v.
  • 53 YA‛Q, 331-332 ; MAS (t), 36.
  • 54 Sur les blés d’Égypte, cf. G. Heuzé, Les plantes céréales, Paris, 1896, p. 138-141, 146-147, 149 ; (...)
  • 55 Comme il s’agit de Siğilmāsa, je pensais d’abord à une céréale de type sorgho ou millet (cf., pour (...)
  • 56 RST, 111, trad., p. 125, n. 2 (avec référ.). Le Lisān, s.v., en fait une variété yéménite de blé, (...)

21Un indice suffirait à nous convaincre de la place du blé dans l’horizon des hommes de l’an mil, en Orient : plus encore que le nombre de ses apparitions dans nos textes, la manière même dont il apparaît. D’un côté, pour l’essentiel avec Ibn Ḥawqal, je relève sa présence, du Maġrib à l’autre bout de l’Islam, réserve faite de quelques silences, voire de faiblesses signalées, comme pour les parages méridionaux de la Caspienne51. Par ailleurs, je note, épisodique mais certain, un effort pour discerner les variétés éventuelles. Passons sur les trois mots courants du blé et du froment, qamḥ, ḥinṭa et burr, et sur les considérations des philologues, qui nous assurent que le premier des trois désigne plutôt la plante aux épis mûrissants, ou que le dernier est de langage plus relevé52. Ya‛qūbī et Mas‛ūdī53 parlent, eux, des blés fameux de l’Égypte, notamment de celui qui est dit de Joseph : bigarré, au grain le plus long, le plus gros, le plus lourd54. Ibn Ḥawqal évoque, aux lisières sahariennes du Maroc, un blé qui dégénère au fil des ans, finissant par se rapprocher de l’orge55. Quant à Ibn Rusteh, il déclare que « les Yéménites se nourrissent de froment pur ou de ’alas : celui-ci ressemble au froment (ḥinṭa), mais il est plus mince et enfermé dans des épis différents de ceux du froment, recouverts de deux téguments, dont l’un est celui de l’épi de blé et l’autre semblable au tégument du riz. Décortiqué, moulu et cuit, ce ‛alas donne un pain qui a meilleur goût que le pain de froment »56.

  • 57 RST, 109 ; Ḥud, 147.
  • 58 MUQ, 104, 133, 195 (n. l), 410 i.f. (importation de farine), 417 (mesures pour le pain), 451, 452, (...)
  • 59 ḤAW, 101, 219 ; MUQ, 195 (et n. l), 370, 390 (étymologie du nom d’une ville : Ardistān, du persan (...)
  • 60 Huwwārä, adj. ḥuwwārī (pour la farine ou le pain) : cf. MUQ, 151, 164, 181, 199, et BGA, IV, 220. (...)
  • 61 Ka‛k (cf. Dozy, Supplément, II, 474) : MUQ, 195 ; āfrūša (cf. BGA, IV, 175) : MUQ, 356, 370.
  • 62 J’impute au blé toutes les apparitions du pain, chaque fois qu’il n’est pas précisé qu’il est fabr (...)

22Mais surtout, le blé, autant qu’une plante, est une activité des hommes. Autour de lui, ils s’affairent, pour le récolter, deux fois par an comme au Yémen57, pour le moudre, le mesurer, le taxer, l’exporter58. Ils en tirent la farine et le pain. La première est tantôt signalée par son nom courant (daqīq, persan ārd)59, tantôt saluée sous sa forme de « fleur », la plus fine, la plus blanche60, ou sous les savoureuses préparations qu’elle permet : galettes, gâteaux bourrés de beurre, de miel ou de sirops de fruits61. Mais qui dit farine dit, avant tout, pain (ẖubz), le pain plat (raġīf) connu de tout l’Orient62, et Muqaddasī note régulièrement, scrupuleusement, sa présence, entonnant la louange chaque fois qu’il le peut.

  • 63 MUQ, 199, 416, 480. Autres indications de pain de riz, par d’autres auteurs, infra, à propos de ce (...)
  • 64 MUQ, 199, 273 (fourniture de pain aux indigents), 283, 285, 369, 373, 390, 392, 393, 424, 425, 480 (...)
  • 65 MUQ, 86, 285, 307, 311 (et n. p), 320, 326, 357, 359 (ẖubzuhum atīr ; le mot atīr [bouillie de far (...)
  • 66 MUQ, 183 i.f., 205.

23Commençons par l’usage même du pain. De froment, il semble la règle exclusive au Caire, et générale un peu partout, sauf au ẖūzistān, où il est concurrencé par le pain de riz, et surtout au Sind, où la répartition entre froment et riz recoupe celle des populations, musulmanes pour le premier, non converties pour l’autre63. L’abondance ou la rareté, avec les prix qui en découlent, inspirent des notations fréquentes. Deux extrêmes : d’un côté, le grand désert de Perse, où le pain, on s’en doutait, est introuvable, de l’autre les campagnes où l’on peut rencontrer une boulangerie à chaque parasange, les villes où le pain est pour rien, où, loin d’être vendu, il s’échange, s’offre même64. Le jugement de valeur se confirme lorsque interviennent le goût ou les effets sur la digestion. Tout en bas de la hiérarchie, la pâte mal levée, véritable « bouillie », les mauvais pains, qui passent mal, tant ils sont lourds, ou qui passent trop bien, sans rassasier. Au-dessus du lot, évidemment, le produit de la plus belle farine ; le pain fait « proprement » ; le pain fameux, excellent, remarquable, avant-goût du paradis, si onctueux, parfois, qu’on le dirait pétri d’huile et de beurre65. Le pain, de toute façon, amoureusement préparé, avec les moyens qu’on a, techniques ou financiers : à côté des fours, la Syrie, au moins celle des campagnes, dispose de petits foyers creusés à même le sol, tapissés de cailloux et portés au rouge avec de la bouse brûlée, tandis que la paysannerie égyptienne, au moment du battage, cuit le pain pour toute l’année, puis le sèche et le met en réserve66.

Orge, riz, millet et sorgho

  • 67 RST, 109, repris dans Ḥud, 147.
  • 68 ḤAW, 74, 76, 77, 79-81, 84-88, 91, 94-95, 101, 102, 154, 180, 211, 217, 219, 221, 254, 302, 385. C (...)
  • 69 MUQ, 133, 451, 452.
  • 70 MUQ, 330 ; cf. Géographie II, 17, fig. 6.
  • 71 Cf. E. de Zambaur, « Habba », dans EI (2), III, 11 (le riz, on va le voir, est dans le même cas).
  • 72 ḤAW, 94-95 (sur le terme samīd, cf. supra, p. 402, n. 6).
  • 73 MUQ, 188 i.f. (et 189, n. a, qui étend au Liban l’existence de ces pratiques) ; texte essentiel po (...)

24Pour l’orge, un terroir de choix : le Yémen, où elle donnerait trois et même quatre récoltes annuelles67. Quant au reste, nous la rencontrons un peu partout, au moins jusqu’au Fārs, pas aussi fréquente que le blé sans doute, mais, de toute façon, volontiers dans son voisinage : au sol comme dans le texte. Ibn Ḥawqal insiste particulièrement sur le Maġrib, et signale au passage les pays pauvres : lisières sahariennes du même Maġrib, ou rivages méridionaux de la Caspienne68. Chez Muqaddasī, l’orge n’apparaît qu’à l’occasion de données métrologiques ou fiscales69 : occasion de se rappeler, par parenthèse, que le grain de cette céréale intervient lui-même dans la mesure des longueurs70 ou le titre monétaire71. Ibn Ḥawqal, par ailleurs, assure, à propos du Ğabal Nafūsa, en Tripolitaine, que le pain d’orge qu’on y consomme ne peut se comparer qu’à celui de froment, et encore fait avec la meilleure farine, par le meilleur des spécialistes. Il semble bien, pourtant, que cette alimentation soit, pour Ibn Ḥawqal au moins, exorbitante de l’usage commun, si nous prenons son texte au pied de la lettre : « L’orge couvre ici la plus grande partie des champs, et c’est elle qu’on mange », sous-entendons : et non du froment72. Pour employer les mêmes voies détournées, la formulation de Muqaddasī n’en est pas moins claire. Silence absolu sur une éventuelle consommation d’orge, sauf pour un groupe, tout petit, marginal et volontairement pauvre : au Golan (Ğawlān), une confrérie de quarante personnes, de ṣūfī, qui ont leur oratoire propre et se nourrissent de glands adoucis dans l’eau et moulus avec la graine d’une orge sauvage73. Comment dire, mieux que par la référence à cette vie de dénuement et de contemplation, la distance qui sépare l’orge du blé-roi ?

  • 74 RST, 109 (Yémen : trois ou quatre récoltes annuelles, comme pour l’orge, mais ici non repris par (...)
  • 75 MUQ, 176 (trad., p. 207, n. 256) : engagement d’un « salarié » (ağīr) moyennant remise de la porti (...)
  • 76 ḤAW, 255 (tūmana ; cf. trad., p. 252, n. 46, avec référ.) ; MUQ, 417 (tamüna : cf. BGA, IV, 198), (...)
  • 77 MUQ, 208 i.f. (et n. q), 436. Peut-être la raison est-elle à chercher dans ce que dit Ibn Ḥawqal, (...)
  • 78 ḤAW, 254, 381 ; MUQ, 354, 416, 480 ; Ḥud, 134, 137.
  • 79 MUQ, 359 (et n. k), 371 i.f. Le pain de riz est, en revanche, parfois considéré comme peu nourriss (...)
  • 80 Cf. Braudel, Civilisation matérielle, op. cit., 109.
  • 81 Sur les dates de composition, cf. Barthold et Minorsky, dans Ḥud, 19 et 168, et Wiet, introd. à la (...)

25Avec le riz, plus de doute : nous voilà de nouveau face à une céréale majeure de la vie quotidienne. Son extension serait à l’inverse de celle de l’orge : ici, c’est le Maġrib qui est absent, tandis que l’Orient de l’Islam, avec le Sind, se taille au contraire une belle place sur la carte. Les gros producteurs sont l’Égypte, y compris les Oasis à l’ouest du Nil, le Yémen, la Mésopotamie et le ẖūzistān, les pays de la Caspienne, le ẖurāsān, le Ferġāna et, bien entendu, au-dessus de tous les autres, les exportateurs : le Fayyūm et la Haute-Égypte, la vallée du Jourdain, le Fars, les régions de Herāt et de Bactres (Balẖ), le Ğarğistān et le Sind74. Plusieurs preuves de cette importance : la place du riz dans les contrats75, de son grain (aruzza, tamūna) dans le système des mesures ou du titre des monnaies76 ; la croyance dans les effets de cette céréale sur l’eau qui en parcourt les champs et qui, à ce contact, devient chaude et mauvaise pour la santé77 ; enfin et surtout, la consommation de pain de riz, nourriture principale du ẖūzistān, des régions riveraines de la Caspienne et, on l’a dit, des populations non-musulmanes du Sind78. Au demeurant souligne-t-on la valeur de cette alimentation, qui amincit la taille et passe pour être, en tout état de cause, plus légère qu’un médiocre pain de froment79. Concluons : le riz, venu jadis des vallées sèches de l’Asie Centrale80, est chez lui sur de larges espaces de l’aire musulmane. Peut-être même gagne-t-il parfois, au détriment du blé et de l’orge : on dirait bien, à lire Iṣṭaẖrī et Ibn Ḥawqal, que les choses ont bougé en ce sens, au ẖūzistān, entre les années 930 et 97081.

  • 82 Tel est l’avis de F. Braudel, op. cit., 121-122. Pour le débat autour d’éventuelles origines orien (...)
  • 83 Par lequel on traduit maïs (et aussi millet et sorgho : cf. Pellat, L’arabe vivant, col. 518, et H (...)
  • 84 Coutière, Le monde vivant, op. cit., IV, 247 ; sur les sorghos et millets, ibid., 244-245 et 247-2 (...)
  • 85 Cf. Braudel, Civilisation matérielle, op. cit., 80, 109 ; Coutière, Le monde vivant, op. cit., IV, (...)
  • 86 Cf. Planhol, Fondements géographiques, op. cit., 93, 245, 267, 362.
  • 87 Turque selon YA‛Q, 295, mais on peut penser que l’usage déborde sur les zones, converties ou non, (...)
  • 88 Braudel, op. cit., 82. Ces magasins (ẖaza’in) sont signalés par MUQ, 86 : ils se trouvent dans tro (...)

26Blé, orge et riz écrasent, à eux trois, les autres céréales. Réglons, d’entrée de jeu, le cas du maïs : malgré d’obstinées, d’ingénieuses objections, il semble bien que son origine américaine soit incontestable82. Restent les deux plantes — ou la même ? — désignées par les mots de Ḏura83, duẖn et, pour le persan, gāvars : de toute façon, millets et sorghos, au demeurant assez proches les uns des autres84. Nos textes entretiennent, comme à plaisir, la confusion, et rien ne permet d’y distinguer une répartition claire entre l’une et l’autre céréale. Au demeurant, dans cette vieille et obscure histoire des graminées, tout s’enchevêtre : le sorgho, que nous faisons si volontiers africain, est, à l’époque historique et au moins sous certaines de ses espèces, tout aussi bien asiatique85, et les millets ne sont pas en reste pour se partager les deux continents86. Restons donc, avec nos auteurs, dans l’incertitude, que tempère, il faut y insister, la ressemblance des deux plantes. Ḏura ou duẖn, ce nom-ci moins fréquent, se lisent sur la carte du domaine musulman, en Asie Centrale87, dans la région d’Ispahan, au Fārs et aux lisières sahariennes du Maroc et de la Libye. Le tout avec quelques points forts : les marécages du Sind, où les Zoṭṭ se nourrissent de pain de Ḏura, le Kirmān, des rivages notamment, où le même Ḏura constitue la culture et l’alimentation principales avec la datte, enfin le Yémen, qui, bien avant la Venise des xive-xvie siècles, amasse, par magasins entiers, « cette céréale de longue conservation »88.

27Le paysage céréalier du domaine musulman aux approches de l’an mil peut se résumer ainsi, à partir de nos textes, en quelques touches simples. Si l’on parle superficies, la première place, et de loin, revient au blé, partout chez lui ou à peu près, jusque dans les vallées de la montagne, les oasis du désert et même les franges steppiques. L’orge, qui souvent l’accompagne, semble toutefois s’étendre moins loin vers l’Orient, tandis que le riz, à l’inverse, n’est pas signalé à l’ouest de l’Égypte. Sorghos et millets, enfin, apparaissent de façon infiniment plus clairsemée, avec quelques points forts. Si l’on parle en clair, avec nos auteurs, de la nourriture des hommes, le tableau est plus net encore. Deux céréales dominent, rejetant tout le reste sur les marges : le monde musulman de ce temps est le monde du blé, et secondairement du riz.

Après le pain, le sucre

  • 89 On reviendra plus loin sur le mot de qaṣab (roseau) ; nāy se trouve dans l’expression nāy-šakar ((...)
  • 90 Sur la canne et le sucre, cf. ĞĀḤ (t), 159, 160 ; RST, 111 ; ḤAW, 91, 131, 137 (pressoirs), 138, 1 (...)

28Voici encore une graminée, mais dont le grain même n’intéresse personne. La canne à sucre (qaṣab as-sukkar) ou, plus simplement, la canne (qaṣab, en persan nāy)89, s’efface tout entière derrière son produit90. Nous la trouvons, incontestablement, dans les zones chaudes ou tempérées chaudes : à l’ouest, le Sud marocain et la Sicile, puis l’Égypte, le Yémen, certains cantons de Palestine, la côte libanaise, les rivages de la Caspienne, le ẖurāsān autour de Bactres (Balẖ), les parages de la mer d’Aral, et les pays bordant, au nord, le Golfe et l’océan Indien : ẖūzistān, Fārs, Kirmān, Makrān et Sind.

  • 91 ḤAW, 137, 142 ; MUQ, 284 ; sur le mot mi‛ṣara, cf. BGA, IV, 301.
  • 92 MUQ, 407, signale, visiblement comme une exception, une région du pays où on ne la cultive pas.
  • 93 Ces notations sont prises à MUQ, 408 et 416 ; pour le Yémen, elles contredisent la présence, en ce (...)

29Aucune indication sur la plante elle-même, sa récolte, son exploitation : à peine si Ibn Ḥawqal, à propos de l’Égypte, signale qu’on sème en mars, et évoque, sans les décrire moindrement, les pressoirs à sucre91. L’intérêt de nos auteurs va, d’abord, aux prix, aux mesures, au commerce : les gros exportateurs sont ici le Kirmān et le Sind, plus encore le Makrān et surtout, loin devant, le ẖūzistān, où la canne est omniprésente92 et qui fournirait tout le sucre qui se consomme au Yémen93, en Irak et dans les pays iraniens, la région de Ğunday-Sābūr approvisionnant ces derniers à elle toute seule.

  • 94 Ḥud, 130.
  • 95 Mots pris au persan : kend, pānīd (pānīd).
  • 96 ḤAW, 312 (corriger bihimā en bihi : cf. trad., p. 307).
  • 97 Cf. le contexte : MUQ, 161.
  • 98 MUQ, 184 (sur nāṭif en ce sens, cf. BGA, IV, 364).
  • 99 ‛Asal al-qaṭar (vocalisation du dernier mot prouvée par la rime) : MUQ, 402 ; BGA, IV, 327-328, et (...)
  • 100 Plus rapide que ne le laisse entendre F. Braudel (Civilisation matérielle, op. cit., 166), à propo (...)

30Mais l’intérêt majeur va au sucre. On en relève d’abord la qualité : médiocre au Lūristān, excellente au Sind, en Palestine et au ẖuwārizm, près de la mer d’Aral, où la teneur de la canne est particulièrement forte. Le sucre lui-même apparaît sous son nom simple (sukkar), précisé parfois en rouge94, le plus souvent en candi (qand), blanc, raffiné (fānīd, fānīd)95, pur ou traité au cumin96. La gourmandise s’en mêle, et les habitants de Tibériade, qui se contentent de mâchonner la canne, font un peu figure, avec leur allure de « flûtistes », de gens mal dégrossis97. Voici des goûts plus relevés, avec les préparations (nāṭif) à base de sucre98, les sirops notamment : du « miel en gouttes » 99. Elles suffisent à traduire, avec les nombreuses mentions de la canne, la progression de celle-ci100 et l’irruption, de plus en plus marquée, du sucre dans la consommation de tous les jours.

Le jardin : un espace ambigu

  • 101 Un autre mot, celui du jardin en principe clos (ḥadīqa), est infiniment plus rare dans nos textes (...)

31De toutes les incertitudes qui ont ouvert ce chapitre, il en est une, au moins, considérable parce qu’elle porte sur des pans entiers du paysage de l’Islam vers l’an mil : que doit-on entendre par jardin ? Le mot le plus fréquemment employé par nos auteurs est celui de bustān, et son usage en ce sens paraît clair pour nombre de passages : ainsi dirait-on de celui où Muqqadasī101 nous déclare que Herāt est le « jardin » du ẖurāsān ; comme elle se situe, sur la carte même de ce pays, résolument aux marges, il faut entendre qu’elle l’approvisionne des produits de son jardin. Mais voici que le doute nous prend : légumes seulement ou, avec eux, les fruits ?

  • 102 MUQ, 306 i.f.
  • 103 Sur le sens de buqūl, cf. Lisān, s.v. ; Dīnawarī, Kitāb an-nabāt/The /look of plants of Abū Ḥanīfa (...)
  • 104 Cf. supra, chap. I, ce qui a été dit, notamment, à propos des campagnes de l’Islam.
  • 105 Exemple tout à fait clair : MUQ, 371, à propos de la consommation, dans les régions au sud de la C (...)

32Quand nous avons affaire au mot buqūl, aucune difficulté : il s’agit là, incontestablement, des plantes du jardin, plus précisément de celles qu’il faut, année après année, semer et récolter : les céréales étant désignées de leurs mots propres, restent donc, en gros, les plantes potagères102. Mais le reste, avec bustān et l’autre mot du jardin, ğanna103, baigne, la plupart du temps, dans le flou : un flou particulièrement révélateur puisque, en nous interdisant de distinguer le potager, le verger, et, parfois, le jardin d’agrément, il traduit, mieux que toute autre notation peut-être, la richesse d’une agriculture fondamentalement intensive, le soin mis à tirer du sol le maximum pour la nourriture des hommes et la beauté du spectacle104. Sous ce dernier aspect, global, du paysage, la verdure (ẖudḍra, ẖudḍar, ẖuḍr) est, à volonté, celle qui se mange105 ou celle qui, plus généralement, marque le paysage cultivé, le terroir.

  • 106 MUQ, 235 ; sur ce sens de munya, cf. BGA, IV, 357, et Dozy, Supplément, II, 620. Pour un autre sen (...)
  • 107 MUQ, 424.

33A défaut, donc, de réduire les ambiguïtés, précisons au moins dans quelles directions elles nous entraînent. Premier constat : en nombre de cas, potager et verger s’entrecroisent, inextricablement. A propos du pays de Grenade, Muqaddasī déclare que le bustān y est appelé munya : un « rêve », dirions-nous, mais, dans la réalité des choses, une huerta, c’est-à-dire la campagne, productrice de fruits aussi bien que d’autres plantes : fruits qu’en effet l’auteur mentionne et exalte106. Ailleurs, il fait plus, toujours à propos d’un bustān : il s’y promène, c’est évident, il en cueille les fruits, les énumère, en oublie tout le reste, réserve faite de la canne à sucre, de la violette et du jasmin107.

  • 108 MUQ, 433.
  • 109 MUQ, 449.
  • 110 MUQ, 171.
  • 111 ḤAW, 147 : basātīn et ağinna (pl. du pl. ğinān).
  • 112 Pour la place du mot et du concept dans le Coran et la tradition, cf. L. Gar-det, dans EI (2), II, (...)
  • 113 Cf. supra, chap .I, p. 88.

34Ce dernier texte élargit, on le voit, le verger lui-même, sollicite, avec le plaisir des nourritures, celui des yeux et des senteurs. Revenant un peu plus loin sur ce jardin qui l’a séduit, Muqaddasī108 nous dit que les jasmins, partout, y embaument ; sans doute ne sont-ils pas là que pour la beauté, puisqu’on en tire des parfums dont le commerce fait son profit, mais qui nierait que le spectacle joue son rôle dans l’exaltation du visiteur ? Le bustān n’est donc pas seulement le potager, le verger, ou les deux, il est aussi le jardin d’agrément. Quand, à propos d’un palais citadin, Muqaddasī109, toujours lui, évoque des eaux vives, un bustān et des arbres, nous pouvons, sans grand risque d’erreur, imaginer ce jardin-là tout entier conçu pour le pur plaisir du prince, arbres compris, fruitiers ou non. En ce sens, le mot de ğanna, parfois, arrive à la rescousse : pour Jérusalem, on nous parle110, à quelques lignes d’intervalle, de jardins pour ainsi dire redoublés : basātīn et ğinān, et Ibn Ḥawqal, lui, aligne les deux mots côte à côte, à propos de l’Égypte111. Il est bien évident qu’ici encore, un autre jardin se dessine, celui qui, outre la nourriture, donne aux sens un plaisir total, et que le nom de ğanna, qui apparaît à cette occasion avec bustān, le transcende pour s’élever — et peut-être pour l’élever avec lui — vers l’image du jardin suprême : le paradis, ğanna avant tout autre112. On se souviendra, à ce propos, du thème des quatre édens de ce monde, qui désigne à nos yeux éblouis les pays les plus riches et, en même temps, les plus enchanteurs113.

  • 114 Particulièrement clair : MUQ, 388, 389 (n. 6), 409 : un « paradis » (ğanna) que paissent des vache (...)
  • 115 Cf. ḤAW, 93 (avec simple précision de superficie : immenses, ‛aẓīma), 94 (sans autre précision), 1 (...)
  • 116 ḤAW, 500 ; MUQ, 378 (cité ci-dessus, en note : ğanna et rawḍa avec ḥadīqa), 384 (ğanna, rawḍa, bus (...)
  • 117 Lisān, s.v.
  • 118 MUQ, 484 : énoncé des riyāḍ du Sind ; pour les terroirs évoqués, cf., pour le Makrān, ibid., 478 ( (...)
  • 119 ḤAW, 505 (voisine avec kala’ : fourrage), MUQ, 357 i.f., en contexte particulièrement intéressant  (...)
  • 120 ḤAW, 473 (avec mayādīn : cf. ci-dessous), 474, 500 (riyāḍ wa basātīn, si du moins on admet une spé (...)
  • 121 Mayādīn, pl. de maydān : ḤAW, 473 (trad., p. 456 : pelouses) ; nuḍūr : ḤAW, 504 (trad., p. 482 : p (...)
  • 122 Muntazah ou mutanazzah : ḤAW, 146 (avec basātīn : cf. le nom même des lieux, l’île de Roda, ar-Raw (...)
  • 123 Promenade, agrément du lieu et salubrité de l’air (sur ce thème, cf. supra, chap. iv, p. 295) semb (...)

35Mais les choses, décidément, seraient trop simples si ğanna se marquait chaque fois au superlatif7114. L’agrément, très souvent, s’efface de nouveau derrière le jardin tout court115, et que faire de ğanna lorsqu’il voisine avec un autre terme, celui de rawḍa (plur. riyāḍ), qui réfère volontiers au jardin plaisant, qui parle avant tout aux yeux ? L’emploi simultané des deux termes est-il simple redondance, ou ğanna est-il renvoyé, du fait de rawḍa, au jardin que je dirais ordinaire116 ? Et sommes-nous si sûrs, après tout, du sens de rawḍa ? Les dictionnaires réfèrent sans doute à un beau jardin, irrigué et prospère, sans arbres d’ailleurs, mais, aussi bien, à n’importe quelle terre, sauvage notamment, où l’herbe pousse117. Tous ces « jardins », spontanés ou non, se retrouvent dans nos textes : côte à côte avec les terroirs118, voici les prairies119 ou le jardin d’agrément, à Ispahan et ailleurs120. D’autres noms interviennent, à leur tour, pour doubler ou relayer rawḍa dans ce dernier sens121, notamment celui de muntazah, « promenade », à Nisibe, au Caire ou en Transoxiane122. Mais ce dernier terme n’est qu’une forme parmi d’autres de la racine nzh qui évoque simplement, ailleurs, un lieu où l’on se sent à son aise, par le calme et la pureté de l’air qu’on y goûte : un jardin si l’on veut, mais qui s’efface, pour le coup, derrière une sorte d’élémentaire jouissance vitale123.

36Espace ambigu, disais-je plus haut. A l’image des plantes qui y vivent, les mots, ici, tantôt distinguent leurs sens respectifs et tantôt les enchevêtrent. Mais au moins cette ambiguïté se détruit-elle d’elle-même sur un point, en devenant signe à son tour : je veux parler de cette exubérance que ses hésitations traduisent. Et puis, elle n’est pas, telle quelle, toujours insurmontable : la référence au contexte, très souvent, nous aide. Les jardins d’un palais, ceux d’une grande ville tiendront plutôt du parterre fleuri et ombragé, ceux d’un domaine concilieront sans doute le potager et l’ornement, tandis qu’ailleurs, en pleine ruralité, le jardin nourricier sera la règle, nos derniers doutes pouvant être levés par la mention précise des plantes qui le composent.

  • 124 Les références au jardin d’agrément ont été données plus haut, à l’occasion de la discussion. Pour (...)
  • 125 ḤAW, 288, 445 (mabāqil : cf. note précédente), 446, 449, 505 ; MUQ, 140, 233, 235, 278, 303 (n. d (...)
  • 126 La notation, à propos du Fārs, de ḤAW, 288 (avec hiérarchie dans les capacités de résistance au fr (...)

37Sous les réserves, donc, qu’on a dites, et avec ces approximations éventuelles, le jardin d’agrément ou utile et, dans ce dernier cas, potager et/ou verger, occupe une place de premier plan dans le paysage de l’Islam124 et, bien entendu, dans la vie de ses hommes. A preuve le soin qu’on met à relever, autant que sa présence, les pays d’où il est absent125. Le monde musulman apparaît ainsi comme un parterre de verdure, discontinu sans doute, mais intense chaque fois que le sol le permet. Ce sont les excès du ciel qui, entre les grands espaces — ou les îlots exigus — de la vie, tracent les blancs que l’on nous signale sur la carte ; le froid, dans les montagnes du Fārs et de l’Asie Centrale par exemple126, ou les violences de la steppe, au ẖūrāsān et dans les pays du Sir-Darya, rappellent que le pouvoir de l’homme sur la terre n’est ni absolu ni constant.

  • 127 MUQ, 424, cité, pour le boulanger, supra, p. 403 (et n. 2). Sur le mot de baqqāl (qui peut être pr (...)
  • 128 MUQ, 491 i.f.-492.
  • 129 ḤAW, 32 (précisant IṢṬ, 24) ; MUQ, 306 i.f.
  • 130 Pl. de bākūra ; exportations signalées par ḤAW, 501 (bawākir : cf. BGA, IV, 192) ; MUQ, 282, 318.
  • 131 Bāb aṭ -Ṭa’ām : ḤAW, 414-415 (Wiet, p. 403, traduit basātīn par « vergers »).
  • 132 MUQ, 430 i.f.-431, la ville étant baptisée Kurd (c’est-à-dire le champ) de Fannā Husraw, l’auteur (...)
  • 133 Cf. supra, p. 398.
  • 134 YA‛Q, 362 ; MUQ, 276, 320.

38Mais parlons plutôt de ses victoires, de son jardin. Je le trouve sur les piémonts et les vallées, les plaines côtières et celles du Croissant Fertile, les bassins des grands fleuves, Égypte et Mésopotamie, et même en contexte aride, à la faveur de l’altitude, Yémen par exemple, ou de l’irrigation, quand le désert, autour de l’oasis, n’en rend celle-ci que plus belle. D’autres notations, dépassant le cadre strict de la géographie de la terre, de l’air et de l’eau, marquent la place du jardin dans la vie collective. Pour le voyageur, aucun doute : le marchand de légumes (baqqāl) le dispute en importance au boulanger ; salués, comme il se doit, un pays où l’un et l’autre peuvent se trouver tous les cinq kilomètres ou presque127, et même le désert quand on sait qu’à telle étape, on trouvera, installé à demeure, le baqqāl providentiel128. Reste, néanmoins, que le jardin est d’abord fait pour les sédentaires, et que sa relation avec la ville, notamment, éclate dans nos textes. Des régions entières sont commises au soin de nourrir une cité, voire un pays : ainsi des jardins d’aṭ-Ṭā’if, qui font vivre la Mekke, ou de Herāt, déjà citée comme support vivrier du ẖūrāsān129. Mais l’acheminement, sur des distances plus ou moins longues, des primeurs (bawākīr)130 n’est qu’un pis-aller. Dès qu’elle le pourra, la ville installera le jardin à ses portes : l’une de celles-ci, à Zaranğ, capitale du Siğis-tān, est dite, précisément, des Vivres, parce qu’elle ouvre sur la campagne nourricière131 ; et quant à cette ville nouvelle que fonda, près de Šīrāz, ‛Aḍud ad-Dawla, elle jaillit tout d’une pièce, avec ses édifices, ses eaux et son jardin, qui s’étend, « à côté », sur une parasange, soit près de six kilomètres132. La solution idéale enfin, c’est le jardin chez soi : entre les remparts133 et même dans chaque maison, avec la vigne et l’étable, parfois134.

Plantes du jardin : le potager

  • 135 En se fiant aux distributions suggérées supra, p. 392 i.f.-393.

39A supposer que nous ayons isolé, du verger, le jardin, et du parterre de fleurs le jardin utile, resterait encore à définir celui-ci. Et d’abord, est-il entièrement maîtrisé par l’homme, ou encore, çà et là, à moitié sauvage, fait de plantes en voie de « domestication » ? Ses limites coïncident-elles toujours avec celles d’un terroir, ou s’en va-t-on chercher, dans la nature libre, quelques-unes de ces plantes dont on nous donne les noms ? Autre question : jardin potager ou officinal ? Les deux sans doute, et parfois à travers une même plante. Le malheur est qu’on ne nous précise guère les emplois des espèces cultivées. Il faudra donc, arbitrairement135, couper dans ce jardin, commencer par les plantes à coup sûr alimentaires, puis venir à celles de la médecine, mais aussi de la toilette, du parfum.

  • 136 Qaṭānī, ḥubūb qaṭānin : ḤAW, 80 (cité supra, p. 412, n. 1), 217 (trad., p. 211 : grains farineux). (...)
  • 137 MUQ, 371 (variante, ibid., p. 359 : ce regard serait dû à l’eau des rivières).

40Nul n’imaginerait, à lire nos auteurs, un jardin organisé, avec ses carrés, ses rangées. Le contenu nous est livré en ordre dispersé, au fil des pages, telle espèce entrant dans les productions majeures d’un pays, dans ses curiosités ou ses exportations. Je ne vois guère qu’une ébauche de classification, à peine formulée, incertaine : les légumineuses136. Une fois de plus, ce qui intéresse avant tout nos auteurs, c’est la vision générale des cultures. Et leur utilité : si les montagnards riverains de la Caspienne ont de beaux et bons yeux, c’est, nous dit Muqaddasī, parce qu’ils mangent des légumes verts137.

  • 138 E. Le Roy Ladurie, Les paysans de Languedoc, Paris, 1966, I, p. 65-66.
  • 139 Cf. supra, chap. v, p. 383, et RST, 111, 113 ; FAQ, 254-255, 320 ; ḤAW, 122, 136 i.f., 302, 335, 3 (...)
  • 140 Qittā’, quttā’, maqātī (lieux plantés avec ce genre de cucurbitacées) : RST, 111 ; ḤAW, 122, 136 i (...)
  • 141 Sur la citrouille, la pastèque et le melon, cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 235-241, III, 67-70. É (...)
  • 142 Du persan bā- (avec) et reng (couleur) : cf. FAQ, gloss., xvi.
  • 143 Du nom d’une localité, Azdahar (ou Ardahar) : cf. BGA, IV, 178.
  • 144 Cf. BGA, IV, 235 ; Dozy, Supplément, 1, 441 ; Desmaisons, Dictionnaire, I, 169 et 896 : persan des (...)
  • 145 MUQ, 326 ; BGA, IV, 256-257 ; Desmaisons, Dictionnaire, II, 157, s.v. « sāfī-sek ». Cf. également (...)
  • 146 FAQ, 254-255.
  • 147 Le Roy Ladurie, Les paysans de Languedoc, op. cit., I, 65.
  • 148 MUQ, 391 ; la raison n’est pas précisée, mais on la devine, puisque le même melon est cité, ibid., (...)

41Commençons par le « voyageur infatigable », comme l’appelle Emmanuel Le Roy Ladurie : le melon, avec ses cousins, qui, passant par les relais italiens, arriveront aux jardins de la France du Sud, à partir des années 1400138. Dans nos textes139, cette « engeance » multiforme porte quatre noms : qiṯṯā’ (concombre-serpent ou melon-serpent ?)140, hiyār (concombre), qar’ (citrouille) et biṯṯīh (pastèque, melon)141. Elle est cantonnée, dirait-on, à l’Orient, mais elle y a sa place partout, à partir de l’Egypte. Elle s’étale par jardins entiers, figurant dans les listes de l’impôt, et aligne de nombreuses espèces : les concombres à piquants, « comme sur un hérisson », les melons doux ou ceux qu’il faut accommoder de sucre, ceux qui se divisent tout naturellement en tranches, les courges énormes, aussi ventrues qu’une grande jarre, débitées en tranches, elles aussi, et d’autant plus juteuses qu’elles sont plus volumineuses. On nous parle de gros melons exceptionnels, merveilleux même, que l’on met à sécher, parfois, pour l’exportation. On nous donne des noms : le coloré (bārang) de Marw142, l’azdaharī d’Āḏarbayğān, long et laid, mais extrêmement doux143, la « main odorante » (destanbūyè) du ẖūzistān ou des confins irano-irakiens144, et le sāf de Buẖārā, qui rappelle le précédent145. Enfin, comme il le fera plus tard en Occident, le melon suscite la passion des princes, qui s’en font apporter à Bagdad, depuis le ẖurāsān, dans des bassins de cuivre146. Et comme en Occident, où l’indigestion eut raison de quatre empereurs et deux papes147, cette passion, ici aussi, est fatale, au moins à ar-Rayy, où le « melon tue »148.

  • 149 Ḥimmiṣ, ḥimmas (auj. plutôt ḥummuṣ). Pour l’Egypte, comparer MUQ, 203 et 206 ; cf. aussi ibid., 32 (...)
  • 150 Ğullubān, ğullabān : MUQ, 44 (trad., p. 112, n. 14), 203 ; cf. Ghaleb, Dictionnaire, I, 268-269 ; (...)
  • 151 MUQ, 173 (sur l’hospice d’Hébron, voir les textes recueillis dans Marmardji, Textes géographiques (...)
  • 152 Turmus : MUQ, 181,183 i.f., 203, 204 (et n. : version plus ancienne et moins explicite, avec la (...)
  • 153 IṢṬ. 143 (avec corr., pour milḥ : sel) ; ḤAW, 421 (principale culture d’un canton du Siğistān) ; I (...)
  • 154 Les deux mots sont expressément donnés comme synonymes par MUQ, 31 ; ḤAW, 254, remplace par fūl le (...)

42Passons aux légumineuses. Le pois chiche figure parmi les exportations de la région de Bactres (Balẖ), et il est courant en Égypte, trop courant même pour Muqaddasī, qui a l’air de le trouver envahissant149. La gesse, signalée elle aussi pour l’Égypte, apparaît ailleurs comme un légume du pauvre : le même auteur assure l’avoir connue, avec le pain, à l’ordinaire d’un couvent chrétien de Syrie150. La lentille, elle, est au menu de l’hospice d’Hébron ; accommodée à l’huile, elle est offerte à tous les pauvres qui se présentent ; de vrai, elle semble bien être une sorte de tradition en Syrie-Palestine, où certains se sont fait une spécialité de la vente de ce plat cuisiné151. Autre nourriture de base, dans le même pays : le lupin, que l’on consomme salé. A propos de l’Égypte, elle aussi gros producteur, Muqaddasī décrit la graine, grosse comme l’ongle, amère lorsqu’elle est sèche, et qu’il faut adoucir, puis saler ; vendue en cet état, elle est mise à fermenter, relevée d’épices et exportée jusqu’à Buẖārā, où on l’utilise comme condiment152. Enfin, le mungo (manğ), signalé à propos du Siğistān153, et les fèves (bāqillä, fūl), consommées fraîches au Yémen, plus souvent conservées, notamment pour la préparation d’un plat, le baysār : mises à tremper, elles sont ensuite frites à l’huile et vendues avec une garniture d’olives154.

  • 155 Kurnub : MUQ, 181. Le chou-fleur (qunnabīṭ) est cité par MAS (p), § 1363, pour l’Irak.
  • 156 Halyūn, hilyawn : MUQ, 181. Cf. Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 52 (gloss., avec indicatio (...)
  • 157 Silq : ḤAW, 91 et 298 (couleur prise pour évoquer celle d’une espèce de dattes, ou d’une argile). (...)
  • 158 ‛Akkūb : MUQ, 181, 420. C’est un chardon comestible (cf. BGA, IV, 303 ; Dozy, Supplément, II, 155  (...)
  • 159 Kurrāt : MUQ, 101.
  • 160 10. ẖass : MUQ, 181 ; cf. BGA, IV, 225 ; Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 32 (gloss.) ; Ibn (...)
  • 161 Ṭarḥūn, ṭalḥūn, ṭabarẖūn : ḤAW, 505, 515 ; MUQ, 390 (avec le participe nā‛im : qui se trouve bien (...)
  • 162 Baṣal : ḤAW, 123 ; cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 231-233.
  • 163 Tūm : ḤAW, 381 ; MUQ, 319, 354, 359, 371 ; Ibn al-’Awwām, Kitāb al-filāḥa, trad. citée, II/1, p. 1 (...)
  • 164 BāḎinğān : MUQ, 101, 326, 357 ; cf. Dīnawarï, The Book of plants, op. cit., 22 (gloss.) ; Ibn al-B (...)
  • 165 Qulqās : MUQ, 181, 203 i.f., 204 (et n. c, l’indication de la « recette » pour tirer le bananier d (...)
  • 166 MUQ, 181 (la place de la truffe, entre le chou et le lupin, ne doit pas faire illusion sur son car (...)

43Autres habitants du jardin : le chou155, l’asperge156, la bette, d’un vert si remarquable157, l’artichaut, « cette fleur de chardon améliorée par les Arabes »158. Plus intéressants, au moins pour nos auteurs : le poireau, aux propriétés parfois sudatives159 ; la laitue, que le bas Irak et le ẖūzistān considèrent, en raison de sa qualité, comme un légume à part, contrairement à l’usage palestinien160 ; l’estragon, dont on exporte les graines, et dont Muqaddasī a vu des spécimens énormes, aussi gros que des myrtes161 ; l’oignon, dont la réputation est incertaine, les Siciliens faisant figure de rustres, en le mangeant cru, ce qui gâte leur goût et les empêche de distinguer les bonnes eaux des mauvaises162 ; l’ail, particulièrement abondant en certaines régions du ẖurāsān et dans les parages riverains de la Caspienne, où les gens en mangent tellement que leur haleine en est purifiée163 ; l’aubergine, qui, excellente dans le ẖurāsān, rend malade à la Mekke164 ; la colocase, en Palestine et en Égypte surtout, Muqaddasī la rapprochant, pour la forme, du raifort : ronde, recouverte d’une pellicule, et de goût assez rude, la colocase, frite à l’huile, est incorporée aux ragoûts, mais elle porte à la mélancolie ; par les feuilles, très belles, elle rappelle le bananier et du reste, nous dit-on, il est connu que, si on coupe en deux un tubercule de colocase et qu’on le remette en terre après y avoir inséré un noyau de datte, c’est un bananier qu’on voit surgir165. Terminons sur une célébrité de la steppe, la truffe (kam’a), que Muqaddasī mentionne, entre le chou et le lupin, parmi les meilleurs produits de la Palestine : nous savons, aujourd’hui encore, l’abondance de cette production sauvage et le commerce saisonnier auquel elle donne lieu166.

  • 167 Idām, abāzīr, saqat (BGA, IV, 261 : épices ; cf. ḤAW, trad., p. 345), dārī (marchand d’épices) : Ḥ (...)
  • 168 Sur le sésame (simsim) et son huile (šayrağ, saliṭ), cf. YA‛Q, 358 ; ḤAW, 91,136 i.f., 180 i.f., 2 (...)
  • 169 Qaranful ; signalé comme indien par YA‛Q, 369 (cf. Géographie II, 99), mais FAQ, 251, fait entrer (...)
  • 170 ẖardal, sans indication d’emploi ; le mot apparaît chez MUQ, 252, 254 (n. i), comme simple terme d (...)
  • 171 Filfil, fulful : FAQ, 251 (même remarque que ci-dessus, à propos du girofle) ; MUQ, 97 (importé en (...)
  • 172 Karāwiyd : ḤAW, 74, 84 ; Ḥud, 143 ; cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., III, 81 (nos 1772 et 1774), 164-1 (...)
  • 173 Zanğabīl : MAS (p), § 407 ; cf. Dīnawarī, The Book of plants, 38 (gloss.), 206 ; Ibn al-Bayṭār, op (...)
  • 174 Kabar : ĞĀḤ (t), 159 ; cf. Dīnawarī, Le Dictionnaire botanique, op. cit., 231 ; Ibn al-Bayṭār, op. (...)
  • 175 Kammūn : ĞĀḤ (t), 160 ; ḤAW, 84, 312 (entre dans la préparation du sucre raffiné : cf. supra, p. 4 (...)
  • 176 Cf. ĞĀḤ (t), 159 (ibid., gloss., 163 : peut-être fūšana, bolet comestible ou oronge) ; FAQ, 255 (i (...)
  • 177 Persan uštur (chameau) et ġāğ (épine). C’est la racine de magydaris, ressemblant à l’Asa foetida e (...)

44Quelques-unes de ces plantes, estragon, ail, lupin, truffe, nous ouvrent déjà, dans notre jardin, un nouveau carré : celui des condiments167. En voici d’autres : le sésame, d’abord, c’est-à-dire une huile et des grains, ceux-ci utilisés dans la préparation de pâtisseries, côte à côte avec les raisins secs, les noix et les pistaches168 ; puis, le girofle169, la moutarde170, le poivre171, le carvi172, le gingembre173, les câpres, confits notamment174, le cumin175 ; enfin, dans le jardin sauvage, un champignon du genre vesse, le gūSana176, et Yusturgāz (« l’épine du chameau », en persan), rappelant l’Asa foetida, que nous retrouverons plus loin177.

Plantes officinales, gommes, résines

  • 178 ‛Aqāqīr, ğuwāriğn (cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 31), ālāt aṣ-ṣayādila (cf. BGA, IV, 182), persa (...)

45La santé par les plantes, voilà le secret. Un secret, vraiment ? Toutes celles que nous venons de nommer, ou presque, figurent dans l’officine idéale, dont Ibn al-Bayṭār, au viie/xiiie siècle, donnera le catalogue détaillé. Cultivé ou non, notre jardin est le fournisseur, la réserve d’un pharmacien toujours sur pied. Des remèdes, des remèdes partout, côte à côte dans la même espèce, avec le vivre ou le condiment. Mais des dangers aussi, car certaines plantes sont perverses : on a évoqué les méfaits de l’aubergine ou du melon. Il faut donc les connaître toutes, bonnes ou mauvaises, jouer, le cas échéant, des unes contre les autres, en tout cas savoir comment notre corps les reçoit, à commencer par les plus usuelles. Remèdes, donc, médecines, drogues, simples, électuaires : les voici livrés en vrac, populaires ou savants, venus du grec pour certains d’entre eux178

46Quant aux plantes elles-mêmes, fleurs, feuilles, tiges, racines ou graines entrant dans ces préparations, n’attendons pas trop, de nos auteurs, qu’ils nous les décrivent, ni même qu’ils nous en précisent les effets. Ignorance ? Peut-être, pour quelques spécimens rares, strictement localisés, ou exotiques. Dans l’ensemble, pourtant, il s’agit de bien autre chose : non pas, je l’ai dit, d’une botanique, comme plus tard chez un Ibn al-Bayṭār, mais d’une science des pays, qui se situe au-dessus de toutes les données qui la constituent. Dans cette perspective, deux attitudes sont possibles. Il s’agit, d’une part, moins de connaître à fond une plante que de la citer, à l’occasion d’un pays dont elle est une des spécialités les plus célèbres : cela pour l’homme cultivé, le lettré. Et pour ce qui est du voyageur, utilisateur prioritaire du livre, sans doute oublions-nous, quand nous lisons ces textes, que la pharmacopée naturelle est alors une pratique infiniment plus familière que de nos jours. Tout se passe, en vérité, comme si le voyageur, déjà éclairé, attendait seulement d’être sûr qu’il trouvera, là où il se rend, la plante salutaire, et comme si l’auteur, son complice et partenaire en ce savoir, lui disait tout quand il lui livre le simple nom d’une herbe.

  • 179 ẖirwa‛ : FAQ, 127 ; cf. Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 145-146 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., (...)
  • 180 Fuğl : FAQ, 66 ; MAS (t), 36 ; ḤAW, 138 (zayt al-fuğl, et non l’expression, plus courante, de duhn (...)
  • 181 MUQ, 324, 325, 442 (sur le mot bizr, litt. : graines, pris en ce sens : graine ou huile de lin, cf (...)
  • 182 Aloès : ṣabr, ṣabir ; MUQ, 97 (importé en Oman, sans doute de l’Inde, musulmane ou non), 98 (Socot (...)
  • 183 FAQ, 29 (et gloss., XIX, renvoyant au Qāmūs de Fīrūzābādī, s.v.).
  • 184 Ḥabb az-zalam : ĞĀḤ (t), 159 (Kurdistan iranien) ; cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 395-396 (Cyperu (...)
  • 185 FAQ, 255 (et gloss., XLIV) ; ḤAW, 515 (trad., p. 492), avec lecture incertaine (kūḎingān ? kūḎīgān (...)

47De ces plantes, certaines sont connues par leurs huiles : ricin179, raifor180, et lin, celui-ci également par sa graine181. Les autres, dirait-on, portent des noms qui se suffisent à eux-mêmes : l’aloès, connu au moins sur les marges du monde musulman, dans l’île de Socotra, le sténé la gentiane, le psyllium, l’aunée, la mélisse, le galanga, le calament182 De-ci de-là, quelques rares précisions : telle variété de dattes, dite ğudāmiyya, soulage des hémorroïdes183, tandis que l’amande de terre, tubercule du souchet, possède des propriétés aphrodisiaques184. Terminons sur le kīlakān, un poireau sauvage, un « monstrueux », donné comme particulier au ẖurāsān et à la Transoxiane185.

  • 186 Tiryāq (cf. supra, p. 419, n. 1) ; évocation, sans indication de composition ni autre précision, p (...)
  • 187 RST, 157 (et n. e), l’huile de sésame constituant le support de la préparation ; cf. Ibn al-Bayṭār (...)
  • 188 RST, 157 (et n. f) ; cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 386, III, 294-297 (l’usage comme antidote est (...)
  • 189 Persan giyāh ; Ḥud, 104 : suc utilisé contre la morsure des scorpions et serpents.

48Autre coin du jardin, sauvage à coup sûr, et plus secret peut-être : celui des antidotes186. Car la plante participe, de par ses vertus, à la lutte contre les méfaits des serpents et scorpions, évoquée au précédent chapitre. Contre eux, donc, un saule odoriférant, dont on fait, à Ispahan, une huile efficace, célèbre, exportée jusqu’en Susiane187. De la même région encore, une herbe, la muẖalliṣa ou « salvatrice », une linaire peut-être, dont un gouverneur vulgarisa l’usage, jusque-là inconnu des gens du pays188. Enfin, au ẖurāsān, une autre plante, anonyme et discrète celle-là189.

  • 190 A noter l’emploi, en ce sens, du mot de dibs : MUQ, 95, 125, 410 (cité supra, chap. iv, p. 296 (et (...)
  • 191 RST, 157 i.f. (avec mention du village produisant cette résine, Mūrğè-Hurt : cf. Schwarz, Iran, V, (...)
  • 192 Dam al-aẖawayn : ĞĀḤ (t), 157 ; MUQ, 102 ; c’est la résine du Calamus draco, de la famille des pal (...)
  • 193 Kahruwā, pour kahrubā (du persan kāh, keh, « paille », et rubā, ptc. prés., en composition, du ver (...)
  • 194 FAQ, 36 (traduit par « convolvulus ») ; il s’agit en fait d’un grand astragale ; cf., s.v. « ’aṣb  (...)
  • 195 MUQ, 420, 443 (et n. r, qui déclare que cet arbuste s’étale sur le sol et ressemble à l’absinthe s (...)
  • 196 AnğuḎān, engudān, anguzad : FAQ, 255 ; IṢṬ, 64 (ḤAW, 256, comme simple référence de taille (feuill (...)
  • 197 ĞĀḤ (t), 159 ; FAQ, 66 ; MAS (t), 36 ; ḤAW, 161 (rectifier trad., 159 : non pas « pousse », mais « (...)
  • 198 Mann, taranğabīn, turanğubīn (du persan terengubīn ou terāngubīn : miel (engubīn) frais (ter) ; cf(...)

49Ce n’est guère quitter le domaine des médications que de recenser, avec nos auteurs, quelques gommes et résines : l’officine d’Ibn al-Bayṭār fait, d’elles aussi, son profit190, et certaines d’entre elles apparaissent comme de véritables célébrités. Le pays d’Ispahan détient, si l’on en croit Ibn Rusteh, l’exclusivité du sagapenum, « utilisé dans divers remèdes importants » 191. L’Arabie fournit, elle, le sang-dragon, que l’on ajoute au musc192, et le ẖuwārizm l’ambre jaune193. Mais voici les produits de première renommée : un astragale, le ’asab, dont la gomme, proche de l’adragante, rayonnerait, à en croire Ibn al-Faqīh, du Yémen sur le monde194 ; un arbuste épineux du Fārs, dont la fleur porte le nom de ‛anzarūt, et qui est le sarcocollier195 ; la férule dite Asa foetida, dont la gomme est appelée ḥaltīt : un condiment très répandu en Orient, l’une des gloires du Fārs ou du ẖurāsān, et la richesse des régions steppiques du Kirmān et du Siğistān, tant son emploi dans la nourriture est, par ici, prépondérant196 ; le balsamier (balsam), aux rameaux fins et tendres, comestibles même, mais qui est surtout connu pour donner, incisé au printemps, le balsān ou baume de Judée, en réalité une spécialité de l’Égypte197 : enfin la manne, réputée tomber du ciel sur certains arbres, de la Haute-Mésopotamie et de l’Arménie jusqu’à la Transoxiane198.

Fleurs et parfums

  • 199 Azhār, nawāwīr (pl. de nuwwār) pour les fleurs ; rayāhīn (pl. de rayḥān : au sg., désigne parfois (...)
  • 200 RST, loc. cit.
  • 201 ḤAW, 474.
  • 202 MUQ, 433.
  • 203 ḤAW, 451.

50Gommes et résines, à leur tour, nous ouvrent un autre jardin, cultivé ou sauvage : celui des senteurs. Le vocabulaire, par le nombre des mots utilisés, se hausse à la mesure de cette richesse : une dizaine199 pour nous désigner, chemin faisant, les régions qui embaument, toutes à l’orient, soit, par places, la Palestine, le Yémen, le plateau iranien, la Haute-Mésopotamie, le ẖūzistān, le ẖurāsān, la Transoxiane, et tout entiers, dirait-on, le Fārs et l’Inde musulmane. Là-dessus, quelques évocations de paradis, l’éclosion somptueuse et simultanée de mille corolles200, les fleurs sauvages que tout un chacun peut cueillir201, les jardins alourdis de fragrances202, les pétales « superbes, aux formes les plus variées, aux exhalaisons et aux teintes exquises »203.

  • 204 FAQ, 251 (sous le pl. a’wād, bois odoriférants, pour l’Inde et le Sind) ; cf. Ibn al-Bayṭār, Trait (...)
  • 205 Sunbul (hindī) : YA‛Q, 368-369 (trad., p. 239-240, et annot.) ; FAQ, 251 (traduit par « lavande ») (...)
  • 206 Ṣandal : FAQ, 251 (Inde et Sind) ; MUQ, 97 (importé en Oman, sans doute depuis l’Inde, musulmane o (...)
  • 207 Dār sīnī, en persan : arbre de Chine : ĞĀḤ (t), 159 (importation de Chine) ; FAQ, 207 et 251 (trad (...)
  • 208 Qaṣab aḎ-Ḏarīra : FAQ, 117, 259 (synonyme : ḥanūṭ) ; cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., III, 90 (signalé (...)
  • 209 FAQ, 36 (l’arbre étant désigné par umm ġaylān : acacia ; plus précisément, Mimosa gummifera : cf. (...)
  • 210 Les deux mots sont expressément donnés comme synonymes par Ibn al-Bayṭār, op. cit., III, 228 (cf. (...)
  • 211 YA‛Q, 369-370 (fabrication du parfum dit ġāliya) ; FAQ, 25 ; MUQ, 98 ; cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit.(...)

51Isolons d’abord les véritables plantes à parfum, je veux dire celles qui n’associent pas, au plaisir des odeurs, la joie des yeux, celles qui n’apparaissent pas en tant que fleurs. L’agalloche ou bois d’aigle, et même le bois (‛ūd) par excellence, appartient à l’Inde, musulmane ou non204, tout comme le nard : Ya‛qūbī évoque les vallées où il pousse, infestées de serpents et qu’on ne peut aborder que chaussé d’épaisses bottes à semelles de bois ou de fer. Le nard, noir ou rouge clair, se récolte sec et avec mille précautions, en raison du poison qu’il renferme et qui peut tuer, surtout si la main qui le cueille est humide ou en sueur : d’où l’emploi de pinces de fer pour sa manipulation205. De l’extrême orient de l’Islam encore, le santal206 et le cinnamome, celui-ci connu aussi du Kirmān207. L’Iran a le roseau aromatique de Nihāwand, avec sa curieuse propriété de ne dégager son parfum qu’une fois que le chargement a passé un col de la région208. Le Yémen fournit le bunk, l’écorce du Mimosa gummifera209, mais ce même pays et, plus généralement, l’Arabie, sont, d’abord, les producteurs de l’encens (kundus, lubān), dont ils approvisionnent le monde entier210, et du bān (ben), spécialité plus proprement médinoise, qui s’ajoute parfois au musc et à l’ambre pour donner, en matière de parfum, une sorte de nec plus ultra211.

  • 212 FAQ, 235 i. f. : nadir, suhāla, karkabīs, la dernière étant donnée par J. A. Vullers, Lexicon pers (...)
  • 213 FAQ, loc. cit. : zardalāl (trad., p. 284 : zardāl), que le glossaire (FAQ, xxviii) donne comme un (...)
  • 214 Le mot de kustağ (FAQ, loc. cit., et gloss., XLII) est l’iranien kustè, que Vullers, Lexicon, II, (...)
  • 215 ĞĀḤ (t), 159 (dans le cadre de l’évocation du peng-engust : cf. infra) ; RST, 165 (Iran occidental (...)
  • 216 ĞĀḤ (t), loc. cit., qui déclare que cette plante ne croīt que dans le voisinage du laurier-rose, e (...)

52Que dire des fleurs ? Elles sont, la plupart du temps, lorsqu’on nous parle d’elles, cueillies, apprêtées, distillées... Timides, incertaines parfois jusqu’en leur nom même, ces trois « montagnardes » iraniennes que nous présente, avec d’autres mieux connues, Ibn al-Faqīh212. Disparues aussitôt qu’évoquées, la tulipe213 et la renouée214. Entrevus, au fil des itinéraires, le laurier-rose qui peuple les rives des cours d’eau215, et son fidèle associé, le peng-engust, c’est-à-dire le vitex (Agnus castus, gattilier)216.

  • 217 Cf., chez Ibn al-Bayṭār, l’abondance des rubriques commençant par duhn (huile). MUQ, 324, signale, (...)
  • 218 Cf. YA‛Q, 370 (lacune, mais relève d’un passage relatif aux préparations du musc). Sur les usages (...)
  • 219 Cf. la présence de ces fleurs chez Ibn al-Bayṭār.
  • 220 Sur l’eau de spathe (ṭal’) du palmier, cf. ḤAW, 298 (Fārs) ; Ḥud, 126-127 (āb-i ṭal’, Fārs) ; cf. (...)
  • 221 Sur le henné (ẖinnā‛), cf. MUQ, 98, 128, 232, 452 (dans le système de mesures du Fārs) ; Dīnawarī, (...)
  • 222 Nénuphar, nymphéa (nīlūfar) : ĞĀḤ (t), 160 (Fārs) ; ḤAW, 451 (ẖurāsān) ; MUQ, 443 ; Ḥud, 108 (Hurā (...)

53Quant aux autres fleurs, les voici donc réduites à leur odeur et à leurs vertus, enfermées dans les « eaux », huiles, onguents, pommades, cosmétiques ou fards qui portent leur nom ; à croire que le monde musulman de l’an mil tire des parfums, surtout gras, de toute plante217. Mettons à part la noix de galle, qui sert, semble-t-il, à fixer le musc218, et voyons les articles que nous offrent, côte à côte, le parfumeur, le pharmacien219 et l’homme cultivé qui, ici comme ailleurs, vérifie le bagage de l’écrivain comme de son lecteur. Voici donc l’eau de la spathe du palmier ou celle du saule, lequel donne aussi une huile, comme le pandanus et le myrte220 ; le henné d’Arabie, d’Irak, de Sicile ou du Fārs, ou le safran : une huile et une eau, encore221 ; le nénuphar, la marjolaine, l’aurone, la giroflée et la violette, dont la pommade aurait, selon certains, les meilleurs effets sur notre santé222.

  • 223 Comme l’explique Ibn al-Bayṭār, op. cit., III, 111-112, yāsmīn renvoie à la plante ou à la fleur, (...)
  • 224 RST, 111 i.f. (Yémen) ; ḤAW, 283 (nirğis muda‛‛af ; ce passage a déjà été évoqué supra, chap. I, p (...)
  • 225 Sūsan : FAQ, 235 (persan sūsan āzād, litt. : lis sans défaut, ou libre ; cf. Desmaisons, Dictionna (...)
  • 226 Pour la région de Šīrāz, au Fārs, IṢṬ, 91 i.f., étant la source commune à ḤAW, 298 (trad., p. 292  (...)
  • 227 Ḥud, loc. cit., donne cette plante comme une sorte d’isbarġam, en persan : plante odoriférante, et (...)

54Le jasmin, dont les senteurs puissantes embaument, on l’a dit, tel jardin où Muqaddasī s’est promené, fournit une huile célèbre, qui entre dans la composition des parfums les plus précieux et fait l’agrément, la richesse parfois, de l’Égypte, de l’Arménie et de l’Āḏarbayğān, du Fārs surtout223. Le narcisse est, semble-t-il, la fleur d’Arabi et de l’Orient : c’est du moins là que Muqaddasī le respire, au Fārs, une fois de plus, et au Kirmān, où son parfum se mêle à celui des orangers, là qu’Ibn Ḥawqal exalte le tapis sauvage de ses fleurs doubles posé, à perte de vue, autour d’un caravansérail de la steppe224. Le lis, blanc ou coloré, pousse au Fārs, décidément imbattable dès qu’il s’agit de parfums, mais aussi sur le plateau iranien et au Yémen, où l’on en compte plusieurs variétés225. Tous deux, lis et narcisse, composent à leur tour une fleur nouvelle appelée de leur nom : susan-i nirğis, dont les pétales blancs tiennent de l’un et le coeur, jaune, de l’autre226. Mais cette fleur, à en croire les Ḥudūd, n’est rien moins que le basilic, l’une des célébrités du pays d’Iran et de Susiane227.

  • 228 Cf. ĞĀḤ (t), 160 ; FAQ, 204 i.f. ; RST, 111 i.f. (Yémen) ; ḤAW, 298 i.f., 303 ; MUQ, 128 (eau de r (...)
  • 229 MUQ, 369 i.f.-370 (et variante, 370, n. a, qui permet d’éclairer le sens du texte, peu sûr à un en (...)
  • 230 ḤAW, 474 ; trad., 456 : « en toutes saisons », plus précisément : « jusqu’à la fin de la saison » (...)

55Enfin, la reine, celle dont on se plaît à évoquer les formes, les couleurs, les espèces et, bien entendu, les parfums ; la plus citée, la mieux aimée, l’honneur du jardin : la rose. Elle règne au Fārs, et plus spécialement à Ğūr, qui est sa « patrie » et exporte en quantité, jusqu’au Maġrib, en Chine et en Inde, l’eau de rose dite ğūrī : une appellation contrôlée, en quelque sorte, et d’autant plus précieuse qu’il s’agit ici d’une véritable industrie, dont l’État prend sa part ; il perçoit une taxe sur toute entreprise fabriquant de cette eau-là228. La rose, c’est la joie, la santé, le bonheur ; au pays de ses ancêtres maternels, Muqaddasī court les cérémonies de mariage : « On se réunit après le premier tiers de la nuit, tout homme s’étant muni d’une fiole d’eau de rose. Les feux brûlent à la porte de chacun des deux fiancés. Un vieillard prononce alors quelques mots fort éloquents, par lesquels il fait, au nom des époux, la double demande. On lui répond, de la part de la mariée, de la plus gracieuse façon, car tous ici sont fins lettrés et orateurs. Puis on conclut le contrat, et alors, ceux qui ont des flacons d’eau de rose, se levant, les brisent sur les murs et reçoivent chacun un plat de gâteau au miel. »229 La rose, enfin, c’est la beauté. Ibn Ḥawqal s’extasie, en Transoxiane, de les voir s’offrir jusqu’à la fin de l’automne, et il évoque celles du ẖurāsān, elles aussi tardives, aux teintes rares et partageant, dirait-on, la folie des fleurs qui leur tiennent compagnie, avec leurs pétales dont la couleur change d’un côté à l’autre, noire au dehors et jaune au dedans, ou d’un rouge tranchant sur le bleu pâle ou sombre230.

Du vêtement et autres nécessités : encore des plantes utiles

  • 231 Ušnān : ĞĀḤ (t), 160 (exportée d’Ispahan) ; MUQ, 181 (exportée d’Alep), 203 (Égypte) ; sur la soud (...)
  • 232 Qaraẓ : ĞĀḤ (t), 159 (exporté des pays berbères ; cf. Minorsky, dans Ḥud, 417, qui en fait la feui (...)
  • 233 Bardī, barbīr (cf. BGA, IV, 186 ; Dozy, Supplément, I, 64) et qirṭās. Sur le papyrus, cf. 6ÀH (t), (...)

56L’agrément pur, qui vient de la fleur contemplée, ne doit pas nous faire oublier que la plante, si somptueuse soit-elle, est vue aussi — et même, le plus souvent, d’abord — d’un œil intéressé à son utilisation éventuelle. La nourriture et la santé raflent, on l’a vu, une large part du jardin cultivé ou sauvage, et ces fleurs qu’on vient d’admirer peuvent toujours servir au bon état du corps. D’autres plantes, comme la soude, seront employées à la lessive231, d’autres au tannage des peaux : c’est le cas pour la feuille d’un acacia232. Plus célèbre, le papyrus, dont Joseph, le premier, aurait découvert l’usage. Le meilleur, évidemment, se trouve en Égypte, mais il pousse aussi autour des lacs du Fārs et même en Sicile, où il rivalise en qualité avec celui d’Égypte, encore qu’on l’emploie essentiellement à fabriquer, tordu en cordages, des ancres pour les navires. Plante précieuse puisqu’un calife tenta de l’acclimater en Irak, autour de Sāmarrā, en prêtant grand soin à la terre et à l’eau nécessaires, et même en réquisitionnant, depuis l’Égypte, les spécialistes indispensables : tentative d’où ne sortit qu’une variété grossière et par trop cassante. De toute façon, l’avenir du papyrus était déjà scellé. Le fait même qu’on le cite côte à côte avec le papier de Samarqand, où ce dernier arrive depuis la Chine, trace déjà l’histoire future et la défaite de la plante face au nouveau venu233.

  • 234 Le mûrier, en tant qu’arbre du ver à soie, n’apparaît que chez ḤAW, 338 (région de I’Arrān, au nor (...)
  • 235 Qinnab, qunnab : ḤAW, 74, 91 ; MUQ, 145 (emploi de la graine non précisé ; sur celle-ci, šāhdānaq (...)
  • 236 Cf. FAQ, 84 (pour les Berbères, privés également de vignes, de palmiers et d’oliviers, mais cultiv (...)
  • 237 Cf. ĞĀḤ (t), 160 (lin signalé pour la région d’ar-Rayy (près de l’actuelle Téhéran), que je compre (...)

57Les textiles nous font retrouver le champ. Oublié le jardin, avec sa variété, sa spontanéité parfois, nous voici devant des parcelles uniformes, tout entières consacrées au chanvre, au lin, au coton234. Le premier nous est signalé dans le Sud marocain, en Tunisie, en Haute-Mésopotamie, près de la Caspienne et en Transoxiane ; on en récolte, à l’occasion, la graine, mais il est surtout utilisé à la fabrication de cordages, la Susiane (ẖūzistān) se faisant, elle, une spécialité du tissage d’étoffes235. Le lin, incontestablement, occupe une tout autre place : qu’on en ignore seulement l’usage, et l’on est classé parmi les plus pauvres, comme en marge de la civilisation236. Nos auteurs le signalent pour la Mésopotamie, haute ou basse, les pays de la Caspienne, surtout le Fārs, l’Égypte — Delta et Fayyūm avant tout — et le Maġrib, réserve faite, ici, des lisières sahariennes, mais y compris la Sicile et l’Espagne, cette dernière grosse exportatrice de produits tissés, vers l’Égypte, l’Arabie ou le Yémen237.

  • 238 Cf. ḤAW, 114, 159 (à propos du Fayyūm ; le texte mêle inextricablement, pour toutes les marchandis (...)
  • 239 Sur ces thèmes, cf. YA‛Q, 337 i.f.-338 ; ḤAW, 114, 131 ; MUQ, 128, 202, 203. Mots employés : ṣafïq (...)
  • 240 MUQ, 203 (Égypte) ; cf. BGA, IV, 236 ; Dozy, Supplément, I, 451.
  • 241 YA‛Q, 338 (Damiette) ; ḤAW, 114 (Espagne), 152 (Tinnīs et Damiette ; précise que le šarb est une é (...)
  • 242 Qaṣab est aussi le nom du roseau et, on l’a vu, de la canne à sucre (qaṣab assukkar). Sur l’étoffe (...)
  • 243 Cf. YA‛Q, 331 (Fayyūm) ; MUQ, 203 (Égypte), 367 (vêtements, au Ṭabaristān), 412 (une ville du ẖūzi (...)
  • 244 Ṣiqillī : MUQ, 145 (Haute-Mésopotamie ; tissus de laine et de lin dits « du Rūm » (rūmiyya) et fai (...)

58Les usages du lin couvrent une gamme considérable : des vêtements sans doute, mais aussi des foulards et fichus, des mouchoirs, des équipements pour la pêche au corail, enfin, dans les ateliers du Fayyūm travaillant pour l’État, de grandes tentures, longues de trente coudées, des voiles de navires, des tapis et des tentes d’apparat, tissées en des teintes inaltérables et offrant les figures les plus diverses, de l’insecte à l’éléphant238. Les qualités sont pareillement relevées, de la toile la plus épaisse, d’un usage courant et à bon marché, jusqu’à la plus souple, la plus fine239. Les spécialités, enfin, offrent une riche matière au lexique. Voici le diqq ou « mince »240, le šarb, autre merveille de légèreté241, et le fin du fin, le qaṣab, une spécialité égyptienne, que l’on admire en s’efforçant de l’imiter242. A l’opposé, le ẖayš, la grosse étoffe, que l’on emploie notamment à revêtir les murs de certaines demeures, tout en les arrosant pour maintenir l’indispensable fraîcheur243. De tout cela, nous retiendrons l’image d’un artisanat particulièrement actif, richesse et gloire de plusieurs régions, villes ou communautés qui donnent leur nom aux produits qu’elles tissent — ou qu’on tisse sur leur modèle, parfois fort loin des lieux qui les virent naître. Apparaissent ainsi, comme des appellations d’origine, la Sicile, les villes du Fārs, Tawwaz, Sābūr, Ğannāba et Sīnīz (celle-ci fournissant des étoffes si souples, si fines, qu’elles conservent les parfums mieux que tout autre tissu), tandis que l’Égypte confie son honneur aux Coptes, à Qasā, Šaṭā et Dabīq, cette dernière la plus célèbre, peut-être, au palmarès de l’industrie du lin244.

  • 245 FAQ, 84 (cité supra, pour le lin, p. 430, n. 1).
  • 246 Sauf erreur de ma part, il n’est cité, pour l’Égypte, que par ḤAW, 136 i.f. Pour l’Espagne, une se (...)
  • 247 Cf. FAQ, 253 (cité parmi les spécialités du plateau iranien), 254 (spécialités du Tabaristān, du D (...)
  • 248 Le mot ṯiyāb (vêtements) intervient fréquemment ; les foulards (manādīl) sont cités par MUQ, 367 ; (...)
  • 249 Ğūda, anfas, ḥasan, raqīq, līn (layyin) : FAQ, 320 ; ḤAW, 436, 450, 452 ; MUQ, 402. Cf. également (...)

59Comme le lin, le coton est le signe d’une civilisation245. Il est présent, selon nos textes, à peu près sur tous les territoires cultivés, réserve faite de l’Espagne, de la Sicile, de l’Arabie, de la vallée de l’Indus et aussi de l’Égypte, où il n’occupe qu’une place modeste sur le damier des champs : les temps de l’invasion cotonnière ne sont pas encore venus246. Partout ailleurs, il est chez lui, du Maroc au Siğistān et au Huwārizm : impossible de citer les pays privilégiés, chacun d’eux se glorifiant de l’excellence de son coton ou de ses cotonnades, exportées comme il se doit, et parfois très loin247. Plus que sur les usages, accaparés par le vêtement248 c’est sur la qualité, ou les qualités, que l’on insiste, et l’on saluera chaque fois un coton excellent, précieux, beau, fin, moelleux249.

  • 250 Les trois termes sont donnés comme synonymes par MUQ, 30 i.f. Le second apparaît chez ḤAW, 136 i.f (...)
  • 251 Il faut évidemment, comme pour les tissus de soie, de laine ou de lin, faire la réserve de tous le (...)
  • 252 Du persan zen et bāftè, sorte d’étoffe de coton (cf. Desmaisons, Dictionnaire, I, 239) ; MUQ, 324  (...)
  • 253 Sans doute du persan penbè (coton : cf. Desmaisons, Dictionnaire, I, 416) : MUQ, 324, et BGA, IV, (...)
  • 254 Du persan āreng (couleur : cf. Desmaisons, Dictionnaire, I, 59) : MUQ, 325 ; BGA, IV, 175 ; Bartho (...)
  • 255 MUQ, 367 (à propos de foulards : région de Qūmis) ; sur le ptc. mulammi‛, cf. BGA, IV, 350.
  • 256 Pièces de coton ou de laine, à usages divers (mouchoirs, serviettes de bain, protège-livres) : ḤAW (...)
  • 257 ḤAW, 450 (qui précise qu’il s’agit d’étoffes de coton) ; MUQ, 442 (foulards) ; le mot est sans dou (...)
  • 258 Sur le baġdādī, cf. ḤAW, 299 (vêtements courts, portés au Fārs). Sur le marwī, cf. ḤAW, 436 (litt. (...)
  • 259 ḤAW, 490 ; la nature de la toile (coton) est prouvée : par le mot choisi, karābīs, pl. de kirbās ((...)
  • 260 Waḏārī ou wīḏārī, selon la forme du nom de la ville (Waḏar(a) ou Wīḏār) : ḤAW, 520-521 ; MUQ, 324  (...)

60Surtout, le coton (quṭn, ’uṭb, kursuf)250 est connu, une fois tissé, sous de nombreuses variétés. Le kirbās est l’étoffe sur laquelle, notamment, on trace les cartes251, le zanbaft la toile « des femmes »252, et la banbūziyya une spécialité de Nasā, dans le ẖurāsān253. L’ārang, le « coloré », vient du ẖuwārizm254, le diapré (mulammi‛) des régions situées au sud-est de la Caspienne255, les sabaniyyāt de Kābul, d’Arménie ou d’Ādarbayğān256, et, de Kābul encore, les šarābiyyāt très chères, aux tons chauds257. Ici, comme pour le lin, quelques villes signent leur suprématie de leur nom, véritable estampille sur l’étoffe. Bagdad et Marw (Merv), dans le ẖurāsān, portent ainsi très loin la gloire de leurs produits (baġdādī, marwī)258. Buẖārā patronne les tissus lourds, à grosse trame259, et Waḏār, en Sogdiane, les cotonnades écrues, d’un jaune naturel, uni et léger, d’une solidité à toute épreuve, si souples qu’elles rappellent la soie, exportées un peu partout, notamment vers l’Irak, le Fārs et le ẖurāsān, où, du gouverneur au peuple, tout le monde, malgré son prix élevé, s’habille de cette étoffe, tant le waḏārī (ou wīḏārī) donne, avec la chaleur, de grâce et d’élégance manifestes : ne le surnomme-t-on pas « le brocart du ẖurāsān »260 ?

  • 261 Nos textes se contentent de le signaler, sans en préciser l’usage : sur lui, cf. référ. supra, p. (...)
  • 262 MUQ, 324 ; signalé comme un produit de la région de Balh (Bactres). C’est le persan esperek, que D (...)
  • 263 Signalé unanimement comme yéménite : ĞĀḤ (t), 159 (trad. : curcuma : voir note précédente) ; FAQ, (...)
  • 264 Baqqam : FAQ, 251 (pour l’Inde et le Sind) ; MUQ, 97 (importé en Oman, évidemment depuis ces mêmes (...)
  • 265 ‛Usfur : YA‛Q, 358 (vallée du Chélif) ; ḤAW, 74 (Tunisie) ; MUQ, 442 i.f. (exporté du Fārs), 452 ( (...)
  • 266 Fuwwa, persan rūnās, rudīna (rūden), rūyen : FAQ, 297 ; ḤAW, 154, 347, 388, 477 (pays de l’Oxus : (...)

61Les textiles, végétaux ou animaux, soutiennent à leur tour un autre artisanat : celui qui tire de la plante les matières propres à leur donner les couleurs les plus vives. Ici réapparaît le henné261, que viennent accompagner l’isbarak262, le wars du Yémen, qui produit le jaune263, le bois de brésil, synonyme de rouge foncé264, le carthame, qui donne, lui, un rouge orangé265, et la garance : celle-ci, sauvage ou cultivée, pousse en Espagne, dans les Oasis égyptiennes, les pays de l’Oxus, mais surtout vers la Caspienne, le long des deux grands fleuves, Kurr et Araxes, et dans les îles de cette même mer, d’où l’on exporte, jusque dans l’Inde, la précieuse racine qui donne une belle teinte rouge266.

  • 267 Za‛farān (cf. supra, à propos des parfums, référ. p. 426, n. 2) ; il est noté ici lorsque son usag (...)

62Plus importants encore : le safran et l’indigo. Le premier267, d’un jaune tirant parfois sur l’orange, est connu de l’Espagne jusqu’au Siğistān et à la Transoxiane, mais sur la carte que proposent nos textes, les points forts se situent dans la partie orientale du Maġrib, les pays de la Caspienne, la rive droite de l’Oxus et surtout le plateau iranien : ici le safran est la plante de prédilection, ici il offre l’odeur la plus forte et la teinture la plus résistante, d’ici on l’exporte sur tous les marchés du monde. Car le safran anime tout un commerce. Pour lui, jadis, autour de la ville de Salamiyya, au nord-est de Ḥimṣ (Homs), on fit couler sur la steppe l’eau prise aux sources ; en Arabie, on le taxe à l’importation, et tel traité imposé à un prince vaincu du Daylem prévoit la livraison annuelle d’énormes quantités de la précieuse plante.

  • 268 Nīl, nīlağ, ẖiṯr, confondu parfois avec le pastel (cf. Ibn al-Bayṭār, cité ci-après) : ĞĀḤ (t), 15 (...)
  • 269 Cf. supra, chap. iv, p. 297.
  • 270 Ma‛ādin an-nīl (les vrais pays de l’indigo) : MUQ, 467.

63L’indigo268, lui, a choisi de pousser sous les ciels chauds ; Muqaddasī le rapproche, à cette occasion, du palmier et du bananier269. Le voici donc dans le grand fossé de la mer Morte et du Jourdain, au Yémen, où son bleu rappelle le lapis-lazuli, autour de Kābul et au Kirmān. Tous ces pays voués à l’indigo270 l’exportent et en tirent, particuliers ou État, de somptueux profits : Kābul, notamment, qui produit le meilleur, aligne un chiffre d’affaires annuel supérieur à deux millions de dinars, rien que sur le produit des champs et non pris en compte les stocks détenus par les marchands.

Le verger et les fruits

64Si grands que soient les prestiges du champ et du jardin, cultivé ou sauvage, aucune plante pourtant ne soutient la comparaison avec l’arbre, et rien n’est plus merveilleux qu’un fruit mûr. C’est à eux, arbre et fruit, qu’on reconnaît le plus beau terroir, le vrai. Si un champ isolé peut être gagné sur la steppe, on voit bien que celle-ci ne sera définitivement vaincue que lorsque le travail des hommes et l’eau la recouvriront, la remplaceront par l’oasis, synonyme d’un minimum de surface aménagée et, à la verticale, d’arbres qui trancheront sur l’horizon du paysage.

  • 271 Exemple cette phrase, tirée de MUQ, 439, à propos du Fārs : « La plupart des montagnes sont boisée (...)

65A l’envi, dès que la terre porte des fruits, nos auteurs signalent le fait, et l’admiration, latente toujours, n’attend, pour éclater, que l’occasion de l’abondance, de la qualité ou de la curiosité. Deux questions toutefois. Si tout est clair quand apparaissent les mots du fruit, en général, ou de tel fruit en particulier, ces arbres (ašğār) dont on nous parle souvent, sans autre précision, sont-ils ceux dont l’homme se nourrit ? La réponse est claire : dans la mesure où un autre terme, renvoyant à la forêt ou à l’arbre sauvage, ou le contexte271, ne viennent pas préciser la notation, il y a fort à parier que c’est au verger qu’on nous invite : nos auteurs, je l’ai dit, sont infiniment moins intéressés par la nature vierge que par celle que les hommes transforment. Reste une autre ambiguïté, dont j’ai parlé plus haut et qui frappe, elle, les mots du jardin, pas toujours réduit au potager, sans parler des cultures, au sens le plus vaste du terme. Mais de cette incertitude, l’arbre fruitier sort vainqueur, puisque nous voilà forcés de penser à lui en dehors même des textes où il apparaît en clair.

  • 272 MUQ, 439 (cité supra ; cf. p. 397, n. 1). Les fruits (que les arbres ne produisent pas) sont évide (...)
  • 273 Sur l’absence ou la rareté de fruits ou d’arbres fruitiers, cf. ḤAW, 30, 288, 323, 324, 339, 440 i (...)

66On serait donc tenté de dire que l’arbre, l’arbre nourricier, est partout. Partout, oui, pour peu que le sol s’y prête, mais justement en dehors de deux situations qui l’excluent : d’un côté, le froid excessif272, de l’autre l’aridité, qu’on nous laisse deviner derrière des noms de pays. Pour l’une ou l’autre de ces raisons, donc, peu ou pas d’« arbres » et de fruits à la Mekke, à Aden et, de façon générale, en Arabie, la chaîne côtière mise à part ; en certains cantons montagneux du Fārs et, par places, au Sind, au ẖūzistān, au ẖurāsān, en Espagne ; l’Égypte elle-même serait peu favorisée, à en croire Muqaddasī, qui, à l’évidence, compare implicitement et sans trop d’objectivité, une fois de plus, avec sa Palestine natale, la terre de toute merveille273.

  • 274 YA‛Q, 251, 263, 339, 343, 347, 349 i.f.-351, 362 ; RST, 109 (arbres fruitiers et vignes mūrissent (...)
  • 275 FAQ, 253 (sans plus de précision) ; ḤAW, 181 (donne les fruits cités ici pour représenter les deux (...)
  • 276 Sans autre précision que la noix, pour la seconde catégorie (MUQ, 230, 437). MUQ, 166, à propos de (...)
  • 277 Cf. supra, chap. iv, p. 296-297.
  • 278 Attitude, à la vérité, générale : cf. supra, en note, pour les autres distributions.
  • 279 On a déjà évoqué ces distributions supra, chap. iv, p. 303-304. Sur ces thèmes, et notamment ceux (...)

67Tout cela marginal, car, d’un bout à l’autre du monde musulman, dans chaque pays, des arbres, parfois deux récoltes par an, comme au Yémen, des fruits bon marché et même offerts — ô miracle ! — à tout venant274. Dans cette manne, nos auteurs distinguent, à l’occasion. Par référence à la nature, d’abord. Apparaissent ainsi les fruits d’hiver et d’été : noix et amandes, raisins et grenades275 ; les fruits dits de plaine ou de montagne276 ; surtout ceux des régions chaudes, froides ou tempérées, les dernières se définissant, à la vérité, comme conciliant les deux contraires précédents277. Mais ici, le malheur est que nos auteurs, au lieu d’établir rigoureusement les distributions que nous attendrions278, ne parlent des deux premières catégories qu’à travers la troisième, dont ils exaltent le riche pêle-mêle qu’elle réalise avec ces fruits qui, ailleurs, iraient au chaud ou au froid. Tous ceux-là qu’on nous livre en vrac, et pour cause, sont moins censés représenter leur pays d’origine que, par le désordre même de leur apparition, la fortune de l’heureux pays qui les rassemble. Agrumes, noix, dattes, raisins, bananes, amandes, figues, olives, grenades, où les placer ? Notre embarras est d’autant plus grand que, vus avec les yeux d’un géographe d’aujourd’hui, ces pays froids ou chauds entre lesquels nous devons partager relèvent, pour la plupart, de zones arides ou tempérées chaudes, et que, au lieu de froid ou de chaud, il faudrait plus justement parler de moins chaud et de plus chaud. La seule antithèse claire opposerait, d’après certains passages, au palmier et au bananier, caractéristiques de la grande chaleur, le noyer, arbre du « froid », accessoirement flanqué de la vigne, de l’amandier et du pommier279.

  • 280 Cf. ḤAW, 142, 225, 336, 338, 363, 368, 420 i.f.-421, 439, 499, 501 ; MUQ, 79, 128, 145, 172 i.f., (...)
  • 281 On aura l’occasion, à propos des espèces particulières de fruits, de voir des exemples de cette ré (...)
  • 282 Šarāb, ašriba, mašārib : ĞĀḤ (t), 160 ; ḤAW, 243, 364 (trois exemples, dans un contexte de réjouis (...)
  • 283 Nāṭif (cf. BGA, IV, 364) : ḤAW, 180 i.f. (trad., p. 178 : nougat) ; MUQ, 183 i.f. - 184, 324 (à pa (...)

68Autre distribution possible : entre les fruits que nous pouvons estimer, faute de renseignement complémentaire, consommés sur place, et ceux qu’on exporte, sous une forme ou sous une autre, pour nourrir les grandes villes, d’Irak notamment, d’Arabie et d’Égypte, le Caire apparaissant, entre toutes, comme une affamée, qui appelle à l’aide non seulement la vallée du Nil, mais la Syrie aussi, le Fārs et le Maġrib280. Assurée sur place ou de plus loin, cette alimentation, parfois énorme, en fruits permet de distinguer entre les produits consommés : fruits frais ou secs281, sirops et autres liqueurs282, confiseries et sucreries283.

Les fruits : de quelques incertitudes d’identité, de dénomination ou d’usage

  • 284 Cf. supra, chap. I, p. 91-92.
  • 285 Sauf erreur de ma part, il n’est signalé qu’une fois, pour l’Espagne, par Cal, 88-89 ; cf. son abs (...)
  • 286 Summā: ḤAW, 220 (avec corr. de la trad., indiquée supra, p. 438, n. 5) » MUQ, 145, 181.
  • 287 C’est le sumac dit des corroyeurs (Rhus coriaria) : cf. BGA, IV, 264 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., II (...)
  • 288 MUQ, 204 (comparaison entre ce fruit et le nabiq, sans autre renseignement ; sur le nabiq, cf. plu (...)
  • 289 MUQ, 181 (dans une liste qui mêle à plaisir, dirait-on, toutes sortes de plantes et de fruits, san (...)
  • 290 Lecture incertaine (rūqāl, dawqāl, darqāl : cf. BGA, IV, 252) : IṢṬ, 109 (éd. de Goeje, 182, n. m)(...)

69Imaginons le verger idéal du monde musulman de l’an mil et, au milieu, ce belvédère idéal dont Ibn Ḥawqal parlait à propos des campagnes284. Dans la multitude des espèces, cultivées ou sauvages, qui s’offrent à notre regard, des raretés, des blancs même : aucun cerisier, par exemple285. Et puis des énigmes, des arbres qui cachent leur jeu, leur identité parfois. Prenons le sumac. Muqaddasī le cite, entre la banane et le chou, dans le palmarès de la richesse palestinienne et, entre la manne et la grenade, parmi les exportations de Mossoul, tandis que Ibn Ḥawqal, guère plus clair, le fait entrer dans les spécialités des pays « froids », avec les noix, amandes, olives, agrumes et grenades286. Il semble donc bien, malgré tout, que ce fruit-là se mange, et Ibn al-Bayṭār le confirme, au moins comme condiment, encore que l’usage le plus courant, mais qu’on ne nous indique pas davantage, affecte le sumac au tannage des peaux287. Autres incertitudes, d’identité cette fois : le zu’rūr, signalé pour les pays de la Caspienne, est-il l’azerolier à coup sûr ou, peut-être, le néflier288 ? Luffāḥ désigne, à volonté, la mandragore, un petit melon d’Égypte ou de Syrie, et le brugnon289. Zūqāl, enfin, renvoie à un fruit rappelant, en plus gros, celui du sorbier, âcre avant d’être mûr, mais délicieux ensuite, la douceur gagnant même le noyau : je penche pour le cormier, mais sans plus de certitude290.

  • 291 Sur le ptc. mu‛annaq et son fém., qui finit par signifier le coing à lui tout seul, cf. BGA, IV, 3 (...)
  • 292 MUQ, 181 (n. f).
  • 293 En Occident, inğāṣ ou iğğās, mot qui, en Orient, désigne la prune : cf. Dīnawarī, The Book of plan (...)
  • 294 Sur la prune (inğāṣ ou iğğās : cf. note précédente), cf. RST, 111 ; MUQ, 7, 181, 224, 307, 402, 44 (...)
  • 295 Mišmiš ou mašmaš (cf. Lisān, s.v.) ; sur les emplois, anciens et modernes, de ce mot et de barqūq, (...)
  • 296 Le mot me reste obscur. J’avais jadis émis l’hypothèse (MUQ, trad., p. 21, n. 36) d’une déformatio (...)
  • 297 Persan firsik : cf. ĞĀḤ (t), 160 (trad. : prunes) ; RST, 111 (Yémen : al-farsak wa huwa l-ẖawẖ) ; (...)

70Le coing291, en revanche, est clairement nommé, parfois à travers l’une de ses variétés, dite « à long col » (mu’annaq). Réputés, ceux du Yémen, de Palestine, de Haute-Mésopotamie, du Fārs, du ẖurāsān, surtout d’Afrique du Nord, où ils surpassent en beauté, en douceur et en parfum tous les autres, sauf peut-être ceux d’Ispahan, qui fleurent si bon encore, lorsqu’ils arrivent en Irak, qu’on se précipite pour les acheter. Le coing est donné comme « une sorte de poire »292, mais la vraie, que nos auteurs, selon l’usage de l’Orient, nomment kummaṯrä293, est le fruit juteux qui répugne aux climats par trop chauds et préfère les montagnes tempérées, comme au Yémen, les vallées et piémonts du ẖūzistān ou de Haute-Mésopotamie, les oasis du plateau iranien, enfin, où l’on connaît la célèbre variété dite « de Chine ». La prune semble mieux connue encore, du ẖurāsān à la Tripolitaine, si l’on en juge par les noms de différentes espèces : de ‛Umar (umarī), « camphrée » (kāfūrī), « fraîche » (ṭarī), « œil de génisse »294. L’abricot, mišmiš en Orient, barqūq en Occident295, est cité pour l’Afrique du Nord, le Yémen, l’Égypte et surtout la région de Nīsābūr, où il porte le nom de ’aṣlūnī296. La pêche (farsak, ẖawẖ), elle, est du plateau iranien, secondairement du Yémen et de la Tripolitaine : encore un fruit juteux, trop peut-être pour le bon état du corps, à en croire Ibn al-Faqīh297.

  • 298 ‛Unnāb : ĞĀḤ (t), 159 i.f. ; ḤAW, 154 ; MUQ, 141 (jujubier dans la cour d’une mosquée), 181, 321, (...)
  • 299 Nabiq, nabaq, nibq ou nabq (cf. Lisān, s.v.) : cf. ḤAW, 38 ; MUQ, 161 (Tibé-riade ; mācher le nabi (...)
  • 300 Ou d’une azerole (zu‛rūr) : cf. supra.
  • 301 Je traduis ainsi MUQ, 204 (n. c) : ka-l-qilāl, litt. : comme des cruches.

71Qui, aujourd’hui, ne s’étonnerait de voir ces fruits partager leur renom avec la jujube ? La voici, pourtant, dans les Oasis égyptiennes, en Palestine, sur les marges du grand désert de Perse ; jugée selon son abondance ou sa qualité ; exportée, des pays de la Caspienne ou de la mer d’Aral298. Proche d’elle, et suscitant au moins un égal intérêt, le nabiq est le fruit du sidr, c’est-à-dire d’un jujubier encore, le Zizy-phus spina Christi299. Mentionné pour l’Oman, l’Égypte, la Palestine, le Fārs, le Siğistān et les zones arides avoisinantes, le nabiq, de la taille d’une nèfle300, contient un noyau gros et doux ; mais il évoque, surtout, à la fois un passé lointain, pour peu qu’on y voie le lotus légendaire, et des avant-goûts de paradis : ne dit-on pas que ces fruits y sont aussi gros que pansus301 ?

  • 302 Tūt, tūṯ, tūḏ : ḤAW, 338 ; MUQ, 141 (un mûrier dans la cour d’une mosquée), 235 (Espagne), 463, 49 (...)
  • 303 MUQ, 193 (chères, en Égypte ; pl. atyān (BGA, IV, 199), comme ibid., 259), 225 (bon marché à Cairo (...)

72Le mûrier, arbre du ver à soie, supporte les conditions très dures des zones sèches aussi bien que les climats montagnards de l’Āḏarbayğān et des approches du Caucase, où ses fruits sont à la discrétion de tous 302. Le sycomore est comme le symbole de la Palestine et de l’Égypte. Le fruit ressemble à la figue par la taille, mais s’en différencie par la longue queue, la couleur rouge et le goût ; l’arbre porte les souvenirs d’une vieille vénération : on l’apprécie pour son bois, on l’associe à certaine fondation pieuse, on l’admire pour sa majesté et sa générosité : il offre, chaque année, jusqu’à sept récoltes possibles, tant et si bien que, là encore, tout un chacun peut se servir303.

  • 304 Ğrummayz : RST, 116 i.f. (parmi les arbres de l’Égypte, avec le bananier et le palmier) ; ḤAW, 172 (...)

73La figue, incontestablement, figure aux premiers rangs. De l’Espagne à la Caspienne, au Fārs et au ẖurāsān, on en célèbre l’abondance, la douceur, la chair pleine et juteuse, à l’excès parfois, du moins pour Ibn al-Faqih, dont elle partage, sur ce point, les préventions avec la pêche304.

  • 305 Tin : ĞĀḤ (t), 160 ; FAQ, 120, 126 ; RST, 111 ; ḤAW, 76, 90, 94, 115, 172, 178, 225, 246, 283, 338 (...)
  • 306 ḤAW, 184 (pour le Maġrib) ; sur la sexualité du figuier, cf. Coutière, Le monde vivant, op. cit., (...)
  • 307 Dimašqi : MUQ, 7, 176, 181 ; subā‛ī (gros, énorme, en parlant d’un chameau, et aussi d’un homme, m (...)

74Mais c’est une voix isolée que cette réserve dans le concert des louanges : fraîche ou séchée, exportée, la figue suscite un intérêt majeur. A preuve l’indication des prix305, les soins apportés à la fécondation, comme pour le palmier ou la vigne306, et l’indication de quelques variétés : la damascène (dimašqī), supérieure, la « massive » de Palestine, la figue-datte (tamrī), la noire, qui, elle, ne mérite aucun éloge, enfin la toute petite, l’une des meilleures (quṭṭayn)307.

  • 308 ẖarnūb ou ẖarrūb (arbre et fruit), qubbayṭ (pâte), ‛asal (sirop ; sur ce sens du mot, cf. Dozy, Su (...)
  • 309 Rībās : FAQ, 235 (plateau iranien, avec indication, sans plus de précision, des vertus médicales d (...)
  • 310 Rummān, ḥabb ar-rummān (grains de grenades), lubb ar-rummān (chair de grenade) : sur ces dénominat (...)

75Le caroubier est signalé de l’Égypte à la Caspienne et au Fārs, et renommé pour le sirop ou la pâte que l’on prépare avec la pulpe de ses gousses, sans le moindre appoint de sucre : un des délices de Palestine308. La groseille apparaît, avant tout, comme une spécialité de la région de Nīsābūr, au ẖurāsān : incomparable ailleurs pour ses vertus médicales, elle est, ici, ce fruit merveilleux que les princes, de très loin, réclament pour la gloire de leurs tables309. Infiniment plus répandue : la grenade. Du Maroc aux montagnes d’Arabie, à l’Asie Centrale, à certaines régions de l’Inde musulmane, même, où la chaleur se fait moins insistante, ce ne sont qu’arbres cultivés ou sauvages, si nombreux parfois que vous pouvez y cueillir à satiété, à moins que ne s’en mêlent, avec l’exportation, les impératifs du profit310.

  • 311 Qaḍam Qurayš : MUQ, 180, 181 (1. 4, 7 et n. f, qui donne ṯamar aṣ-ṣanawbar : le fruit du pin) ; cf(...)
  • 312 Fustug : ĞĀḤ (t), 160 (Fārs) ; BST, 111 (Yémen), 165 (Kurdistan iranien), 168 (Iran) ; ḤAW, 178 et (...)
  • 313 Bunduq : ḤAW, 225, 338, 370 ; MUQ, 325 (1. 3 et 14) ; Ḥud, 132 ; cf. Dīnawarī, The Book of plants, (...)

76Autres fruits, autres graines : les pignons, une célébrité de Jérusalem311 ; les pistaches, qui se récoltent de la Tunisie à l’Asie Centrale, avec quelques points forts : l’Iran, où elles prennent la taille d’une amande, les montagnes de Transoxiane où, superbes, elles attendent le premier amateur venu, et la Syrie du Nord où elles composent, avec les raisins secs, les noix et le sésame, une merveilleuse friandise312. La noisette vient de Haute-Mésopotamie et des montagnes attenantes, d’Iran, de Sogdiane, du ẖuwārizm enfin, qui les reçoit, à la vérité, du pays bulgare313.

  • 314 Lawz : RST, 111 (Yémen) ; FAQ, 236 (Iran) ; ḤAW, 91 (Maroc du Sud), 93 (Algérie orientale), 181 (c (...)
  • 315 MUQ, 180 (décortiquées et exportées de Maāb, en Jordanie), 393 (décortiquées, pour la région de Ha (...)
  • 316 MUQ, 145 (fraîches, dans les exportations de la Haute-Mésopotamie) ; sur firk al-lawz, cf. BGA, IV (...)
  • 317 Citation de l’amande amère par MUQ, 188, dans un contexte de vie rude et pauvre ; sur le mot arzan (...)
  • 318 Ğawz : RST, 111 (Yémen) ; FAQ, 200 (Fārs), 236 (Iran) ; ḤAW, 91 (Sud marocain), 93 (Algérie orient (...)
  • 319 ḤAW, 487 i.f. : fait donné comme la caractéristique des grands arbres en général, le noyer étant c (...)
  • 320 FAQ, 200.

77Avec l’amande et la noix, nous voici à nouveau devant deux fruits de premier plan. La première, cultivée ou sauvage, couvre pratiquement tout le territoire de l’Islam314. On la livre brute ou décortiquée315 séchée ou fraîche316, et l’on distingue, de cette nourriture précieuse, les variétés amères ou marginales, dont le fruit intéresse moins que le bois317. L’habitat du noyer est plus limité318. Arbre, on l’a dit, des régions froides, même si ces classifications sont toutes relatives, il apparaît dès que le lui permettent l’altitude ou la fraîcheur des lieux, encore que, sur ce dernier point, il ne s’accommode guère d’un excès d’eau319. Ses pays d’élection seront donc les terroirs à végétation dense, comme l’oasis de Damas, et surtout les montagnes, où il se fait, alors, omniprésent, amoureux comme il l’est de la roche320 : Maġrib, Yémen, Palestine, Syrie du Nord et Haute-Mésopotamie, Âḏarbayğān, Iran, ẖurāsān, Transoxiane, Fārs et même Kirmān se disputeront donc l’honneur de le représenter et, parfois, d’en exporter les fruits.

  • 321 MUQ, 443 (cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., III, 357 i.f.) ; cette huile est citée à côté de celle de c (...)
  • 322 Cf. Sauvaget, dans fiel, § 22, n. 5, et les traductions que l’on signale infra, dans les notes qui (...)
  • 323 Sur lui, cf. ĞĀḤ (t), 160 ; FAQ, 67, 205 ; RST, 111 (trad., p. 125 : citrons) ; ḤAW, 91 (trad., p. (...)
  • 324 Ḏakiyy, sammā: ḤAW, 256 ; Ḥud, 130 (trad. : fragrant citrons), et BGA, IV, 242, 276 i.f.-277 ; (...)

78Les agrumes sont, autant que des fruits, des parfums : Sābūr, au Fārs, qui s’enorgueillit de ses dix « huiles » odoriférantes, compte, en leur nombre, celle d’orange321. En tête, ici, le cédrat, encore que son nom (utrunğ, utruğğ, turunğ) risque fort de n’être parfois qu’un terme très général recouvrant en même temps l’orange et le citron322. Si cédrat il y a323, en tout cas, celui-ci abonde ; il est dans le Sud marocain et tunisien, en Égypte et surtout en Orient : Yémen, Palestine, Damas-cène, rivages de la Caspienne, ẖūzistān, Fārs et ẖurāsān. On vante la douceur de sa chair, la force de son parfum, qui désigne des espèces éventuelles324 ; la taille énorme, aussi, en Égypte au moins, où Ibn al-Faqīh nous assure, sans rire, que tel spécimen, placé à hauteur d’œil, peut intercepter la vue entre deux personnes ; les titres de noblesse, enfin : le même Ibn al-Faqīh rapporte qu’un groupe de philosophes, emprisonnés par un roi et réduits à se nourrir de pain et d’un autre aliment, choisirent le cédrat en expliquant : « l’écorce est parfumée : nous la respirerons ; l’intérieur est un fruit : nous en ferons notre profit ; son acidité en fait un vinaigre : il nous servira et purifiera ; son pépin est plein d’huile : nous l’utiliserons ».

  • 325 MAS (p), § 840. Cf. Coutière, Le monde vivant, op. cit., V, 182, et Lombard, L’Islam, op. cit., 16 (...)
  • 326 Eût-il eu besoin de préciser la couleur s’il s’était agi d’un fruit connu comme le cédrat ? A prop (...)
  • 327 IṢṬ, 103 ; ḤAW, 320 i.f. (rectifier trad., p. 314, et lire « acide » au lieu d’ « amer ») ; MUQ, 7 (...)
  • 328 Ḥud, 108 (trad. : sour oranges) ; oranges acides signalées aussi ibid., 135 (rivages de la Caspien (...)
  • 329 Cf. Coutière, Le monde vivant, op. cit., V, 179 i.f.-180 ; Planhol, Fondements géographiques, op. (...)
  • 330 MUQ, 181, 357, 359 i.f. (oranger dans une mosquée), 466, 467 ; cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., III, 3 (...)

79Seule, ici, l’antiquité du cédrat dans les pays d’Orient permet de trancher en sa faveur, aux dépens du citron. Celui-ci et l’orange ne sont venus qu’ensuite, vers le début du ive/xe siècle, de l’Inde en Oman et, de là, en Irak, en Syrie, en Palestine et en Égypte. Mas’ūdī fournit là-dessus de très précieux renseignements325, et il ne fait aucun doute que, dans son texte, utruğğ renvoie bien au citronnier. Il n’est pas le seul dans ce cas : l’auteur des Ḥudūd al-’ālam, qui compose vers la fin de ce même ive/xe siècle, évoque, à propos de Damas, des turung jaunes : des citrons encore, semble-t-il326. Le besoin, pourtant, s’est sans doute vite fait sentir de désigner ce fruit sous un nom qui lui fût propre et levât toute ambiguîté. Iṣṭaẖrī, Ibn Ḥawqal et Muqaddasī parlent du līmū (līmūn), qui occupe, sur leur carte, un territoire particulièrement révélateur : à partir de l’Inde musulmane vers l’ouest, c’est-à-dire le Fārs et le bas Irak qui, déjà, s’en fait une spécialité et une gloire. Et la description de ce fruit tout nouveau ou presque tient en un mot : acidité327. Même trait, à l’occasion, pour l’oranger (naranğ) ; ainsi pour la région de Bactres (Balẖ), où on l’appelle turunğ-u-naranğ : l’orange-citron328. Cette espèce, en effet, semble avoir historiquement précédé l’autre, la douce, dans sa migration vers l’ouest329. Quoi qu’il en soit, ici encore, nos textes nous permettent de suivre la progression du fruit : Muqaddasī le signale au Kirmān, où il abonde, embaumant des jardins entiers, mais aussi sur les bords de la Caspienne et jusqu’en Palestine330.

De la mangue à l’olive : curiosités et célébrités

  • 331 Nārğīl : FAQ, 251 ; ḤAW, 324 (corriger, trad., p. 317, « amer » en « acide ») ; MUQ, 86 (port du Y (...)
  • 332 Anbağ : IṢṬ, 103, repris par ḤAW, 320 i.f., et MUQ, 482 ; le mot est parfois pris au sens de fruit (...)
  • 333 Ihlīlağ, halīlağ : YA‛Q, 291 ; FAQ, 251 ; MIS (a), 26 (qui parle ausgi d’un myrobolan, moins bon, (...)

80Par ses marges indiennes, le monde musulman de l’an mil a connu quelques fruits qui, pour nos auteurs, font encore figure de curiosités. Le cocotier apparaît comme une sorte de palmier de l’étranger : c’est là qu’on le voit et décrit, mais l’Islam, qui le connaît au moins sur un territoire relevant de sa mouvance, je veux dire la vallée de l’Indus, importe de là, par les relais de l’Arabie du Sud, la fameuse noix, base d’une boisson enivrante ou d’un vinaigre très fort, et il acclimate l’arbre sur les rivages du Yémen331. De l’Inde encore, musulmane ou non, vient la mangue, dont la forme et le goût rappelleraient la pêche332. Le myrobolan, des mêmes pays, est passé en Iran et en Afghanistan : la variété dite de Kābul est une des gloires de la ville. Aucun de nos auteurs ne précise l’usage de ces fruits qui, confits ou séchés, ont longtemps constitué une médecine célèbre333.

  • 334 L’Afrique orientale a reçu la banane, avec d’autres plantes, de l’Asie du Sud-Est au cours du prem (...)
  • 335 Sur la banane (mawz), cf. RST, 111, 116 i.f. ; FAQ, 37 ; ḤAW, 38, 142 ; MUQ, 35 (n. h), 86, 166, 1 (...)

81La banane est arrivée de l’Inde, toujours elle, mais aussi de l’Afrique334. Nos textes la signalent, d’un côté, dans la province musulmane du Sind (vallée de l’Indus), d’où elle a gagné l’Oman, et, de l’autre, en Égypte. Le Yémen a pu la recevoir, lui, des deux horizons. Son implantation, en tout cas, paraît beaucoup plus ancienne en ce dernier pays, où l’on nous dit que les bananes, très abondantes, mûrissent en quarante jours et sont cueillies une à une, non par régimes, et en Égypte, puisque le bananier est cité comme caractéristique du paysage, avec le palmier et le sycomore. En Palestine, le bananier ne trouve d’habitat convenable que là où la chaleur le permet : dans la grande dépression de la mer Morte, du Jourdain et des vallées affluentes. Ici, son implantation paraît beaucoup plus récente. Sinon, comment Muqaddasī, un Palestinien, aurait-il pu affirmer que le bananier peut naître d’une graine de colocase où l’on a enfermé un noyau de datte ? Et pourquoi, si le fruit était connu de tous, éprouver le besoin de le décrire ? Mais écoutons Muqaddasī : la banane rappelle le concombre, avec une peau fine enveloppant un fruit de la consistance du melon, en plus doux, quoique avec une certaine âcreté335.

  • 336 FAQ, 297 ; IṢṬ, 109 ; ḤAW, 338 ; MUQ, 145 (exportées de Haute-Mésopotamie), 380 ; Ḥud, 143 ; cf. I (...)
  • 337 Cf., par ex., al-Waššā’, al-Muwaššä, Beyrouth, 1385/1965, p. 207-209 et 249-251. On se rappellera, (...)
  • 338 YA‛Q, 365 ; FAQ, 117 (cas rapproché du qaṣab aḏ-ḏarīra : supra, p. 424, n. 5) ; cf. également ṮA‛Ā (...)
  • 339 FAQ, 117 i.f.-118, 204 ; repris par IṢṬ, 90 i.f.-91 ; ḤAW, 297 ; MUQ, 444, et Ḥud, 126, qui situen (...)
  • 340 ĞĀḤ (t), 160 ; RST, 111, 156 ; FAQ, 236 ; ḤAW, 320, 364, 474 ; MUQ, 172 (et n. t, avec indication (...)
  • 341 ĞĀḤ (t), loc. cit. ; YA‛Q, 370 ; RST, 156 ; FAQ, 236 (šīrī dans le texte, corrigé en šīzī dans la (...)

82Changement de décor avec la châtaigne, le « gland royal » (šāhballūt) : celle-ci est de Syrie, de Haute-Mésopotamie et, surtout, des régions montagneuses d’Arménie et d’Âḏarbayğān ; pareille, nous dit-on, à une moitié de noix, elle se rapprocherait, par le goût, de la noisette et de la datte fraîche336. La pomme, elle, relève des connaissances obligées de la culture générale337, au moins pour deux de ses variétés. Celle du Liban est un fruit de montagne, sans saveur ni odeur ; pour que ces qualités se manifestent, et notamment son parfum de musc, il lui faut passer un affluent de l’Euphrate, le Balīẖ338. Quant à l’autre pomme, en fait, elle est unique et pousse sur un arbre merveilleux de Šīrāz, au Fārs, qui produit des fruits dont une moitié est douce et l’autre acide, le tout, chaque fois, à l’extrême339. Hors ces curiosités, la pomme est citée pour la Tunisie et la Tripolitaine, le Yémen, la Palestine, l’Iran et la Transoxiane, mais inconnue, nous dit-on, du Sind340. Et elle se prévaut, ici ou là, de célébrités qui, cette fois, sont appréciées, sur le terrain même, par les géographes-voyageurs, testées, nommées parfois : pomme Šīzī, du nom de Šīz, en Iran, šāmī, de Syrie-Palestine, souveraine pour la préparation d’une « eau », pomme d’Iṣṭaẖr, au Fārs, ou d’Ispahan, cette dernière gardant tout son parfum jusqu’en Irak et portant, à l’occasion, le nom d’un riche domaine (Kalmān) de la région341.

  • 342 Cf. Coran, VI, 99, 142/141, XVI, 11, LXXX, 29.
  • 343 Cf. supra, p. 395 ; Coran, XXIII, 20, et XXIV, 35.
  • 344 MUQ, 209.
  • 345 Cf. Coran, XCV, 1 (et Blachère, II, 22, n. 1). Le mont des Oliviers a été évoqué supra, chap I.
  • 346 MUQ, 181 : cf. BGA, IV, 257 (s.v. « subḥa »), renvoyant à Baedeker, Palestine et Syrie, op. cit., (...)
  • 347 FAQ, 200.
  • 348 Les références données ici et dans les notes suivantes s’entendent comme renvoyant à l’olivier ou (...)
  • 349 Plus précisément au Ğurgān (angle sud-est de cette mer) : ḤAW, 382 ; MUQ, 353, 357, 367. Pour la r (...)
  • 350 Sur ḤAW, 32 (à propos de l’Arabie), voir la corr. envisagée infra, p. 455, n. 10. Sur les pays cit (...)
  • 351 FAQ, 112 ; cf. FAQ, 117, 120-123 ; ḤAW, 70 i.f. (interprétation infra, p. 452, n. 5), 172 ; MUQ, 1 (...)
  • 352 La formule citée est de MUQ, 216 ; cf. YA‛Q, 350 ; FAQ, 84 (absent dans les pays berbères) ; ḤAW, (...)
  • 353 MUQ, 225 : mawāgīn, plutôt mawāğīn (pl. de ma’ğan) : cf. BGA, IV, 177.
  • 354 MUQ, 227 (soixante, pour un canton du Maġrib).
  • 355 MUQ, 234.
  • 356 Ma‛ṣûr, pour Damas : MUQ, 181 (BGA, IV, 301) ; sur unfāq (du grec ompha-kion), cf. MUQ, ibid., pou (...)
  • 357 MUQ, 183 i.f., à propos du baysār (cf. supra, p. 416).
  • 358 MUQ, 171 ; sur le qist, mesure de capacité d’environ un demi-litre, cf. E. V. Zarn-baur, dans EI, (...)
  • 359 ḤAW, 70 i.f. ; trad. Wiet, p. 67 : « A présent, on importe (à Sfax) de l’huile d’Égypte, parce qu’ (...)
  • 360 La pauvreté de certains pays berbères du sud du Maġrib a déjà été signalée pour ces plantes essent (...)

83L’olivier (zaytūn), l’arbre de l’huile (zayt), a plus de prestige encore, et la connaissance profane, avec lui, s’ouvre sur les horizons de la foi. Car il est un des plus beaux cadeaux que Dieu ait faits aux hommes : béni, comme la vigne, le palmier, la grenade ou les céréales342, et plus encore : sacré. Arbre cosmique que la tradition place au Sinaî343, il y donne une huile que les princes se réservent344. Ailleurs, à Jérusalem, une montagne sainte porte son nom345, et c’est avec les noyaux d’olives qu’on fabrique ici les chapelets346. Mais revenons à l’arbre de tous les jours : bien que Ibn al-Faqīh assure que c’est, avec le noyer, un arbre qui se plaît sur la roche347, nous savons bien, en lisant nos auteurs, qu’en réalité l’olivier est un de ceux que l’homme prend plaisir et soin à planter, cultiver, exploiter. La limite orientale de son habitat est au Fārs348, tandis qu’au nord, il ne se manifeste que sur les bords de la Caspienne349. C’est en deçà de ces franges extrêmes que se situent ses véritables patries : moins, à la vérité, l’Irak et l’Égypte que l’Espagne, la Haute-Mésopotamie350, surtout la Syrie-Palestine, qui l’aurait reçu des Grecs351, et le Maġrib, dont « les villes sont noyées dans les oliveraies », la Tunisie se taillant ici la première place352. Au passage, on nous parle des réservoirs à huile353, des pressoirs354, de qualités d’olives, comme une grosse d’Espagne355, ou d’huiles : célèbre, notamment, celle de Damas ou de Palestine, obtenue d’olives non encore mûres356. La consommation s’étend de l’usage courant à la préparation de plats plus recherchés357, à l’éclairage aussi : Muqaddasī évalue à cent mesures mensuelles la contribution fournie à la grande mosquée de Jérusalem358. Aucun doute : l’huile constitue un des postes clés du commerce du temps, et c’est assez pour que Ibn Ḥawqal s’interroge sur la montée des prix dans le pays de Sfax, fournisseur attitré de l’Égypte359. L’olivier, à coup sûr, est l’arbre d’une civilisation, celle de la Méditerranée, qui le garde, à peu de choses près, dans les limites du climat qu’elle définit de son nom à elle. Et plus que cela peut-être : l’arbre de la civilisation tout court360.

Omniprésence et prestiges de la vigne

  • 361 Sur elle, cf. Dïnawarï, Le Dictionnaire botanique, op. cit., 238-239 ; Ibn al-Bayṭār, Traité des s (...)
  • 362 Sur l’interprétation du mot, cf. infra, à propos de l’arrosage des vignes. Le mot est donné, avec (...)
  • 363 Citée par FAQ, 118 i.f. Racine hbl : être plein, être enceinte. Cf. Lisān, s.v. « hubla » et « ḥab (...)
  • 364 Cf. MUQ, 368 (au pl. : ‛anāqīd).
  • 365 (Al-)kurūm wa (l)-a‛nāb : MUQ, 172, 316 i.f. ; ordre inverse ibid., 162 i.f.

84Nous voici arrivés en tête du palmarès, où vigne et palmier se disputent la première place. Je dirai plus loin les arguments qu’ils avancent l’un et l’autre, et pourquoi, en définitive, le palmier arrive, de peu, à distancer sa rivale, au terme d’un procès contradictoire où, pour arracher la décision, il tire de son sac la pièce essentielle. Mais parlons d’abord de la vigne361. Comme les autres plantes, elle peut n’apparaître que sous les noms des produits tirés d’elle : nous les retrouverons un peu plus loin. Pourtant, nous reconnaîtrons déjà son statut particulier à un signe : le soin qu’on apporte à la nommer. Nos auteurs nous proposent tantôt la vigne en général, l’espèce (karm), tantôt, sous la forme plurielle, les vignes, le vignoble (kurūm, karamāt), tantôt, isolé, le cep r karma, dāliya362, hubla : la mère de la vie363 ; tantôt, enfin, le fruit merveilleux, raisin (’inab) ou grappe (’unqūd)364, qui charme tellement l’œil qu’on éprouve parfois le besoin de préciser par lui la plante qui le porte, de ramener, de fixer la vision aux grains ronds et pleins365.

  • 366 ḤAW, 184, développant IṢṬ, 47 ; sur la sexualité de la vigne, cf. Coutière, Le monde vivant, op. c (...)
  • 367 RST, 109.
  • 368 ḤAW, 181, dans un contexte qui dit assez les ravages causés en ces régions par l’offensive byzanti (...)
  • 369 ḤAW, 181, 408 (3 citations) ; MUQ, 291.
  • 370 Irrigation des vignes indiquée clairement par référence au contexte : ḤAW, 441 i.f.-442 (3 exemple (...)
  • 371 FAQ, 84 ; MUQ, 196 ; ḤAW, 71, la dit rare aussi dans la région de Sfax.
  • 372 Évoqué supra, chap. II, p. 138, n. 7 ; le Lisān, s.v., définit la dāliya comme la machine actionné (...)
  • 373 Et sans doute aussi (ce que nos auteurs ne précisent pas) des conditions climatiques par trop diff (...)
  • 374 ḤAW, 505.

85Cette vigne, où et comment pousse-t-elle ? On la féconde, au moins en Palestine, nous apprend Ibn Ḥawqal, qui la rapproche, sur ce point, du palmier et du figuier366. Au Yémen, elle produirait deux récoltes par an367. Ailleurs, on nous parle de vignes sauvages, ou abandonnées : cas des confins syro-anatoliens, avec leurs raisins laissés, comme d’autres fruits, à la discrétion de tous368. Mais la règle, c’est la vigne cultivée. Signalées, d’un côté, celles qui n’attendent que l’eau du ciel, en Syrie du Nord, sur les rives de l’Oxus ou même dans telle oasis du grand désert de Perse369. De l’autre, voici les vignes irriguées du ẖurāsān ou de Sogdiane370. De toute façon, la plante ne peut se passer d’un minimum d’eau : elle est absente des lisières sahariennes du Maġrib comme des parages du golfe de Suez371, et l’un de ses noms, dāliya, se confond avec l’un de ceux qui désignent les appareillages de l’hydraulique372. Eau ou pas, la vigne est ennemie des excès : trop de chaud l’écarte, comme dans la vallée de l’Indus373. Mais, à l’inverse, un froid insupportable produit les mêmes effets, comme dans les montagnes au sud du Sir-Darya, où l’avantage de l’eau est réduit à rien par les rigueurs du climat374.

  • 375 Cf. A. J. Wensinck, « Khamr », dans EI (2), IV, 1027-1029 ; sur le vin dans le monde musulman et s (...)

86Par quelques-uns des pays évoqués, on perçoit déjà l’extraordinaire extension de l’habitat de la vigne : elle couvre, même si c’est de façon discontinue, pratiquement tout le domaine musulman aux approches de l’an mil. Sujet d’étonnement, pour nous qui, malgré le Rhin, la Hongrie ou la Californie, continuons à faire du vin, mieux qu’un des produits : un des signes de la Méditerranée. Autre surprise : comment la vigne a-t-elle pu maintenir ou conquérir tant de territoires, alors même que la religion de l’Islam fait du vin l’un de ses interdits majeurs375 ?

  • 376 Cf. Coutière, Le monde vivant, op. cit., V, 194-195 ; A. Lawalrée, « Rham-nales », dans Encyclopae (...)

87A la première question, on répondra que notre image du raisin comme enfant privilégié, avec l’olive, de la Méditerranée, est une image partiellement fausse. Sans parler des espèces d’Extrême-Orient ou d’Amérique, la vigne est représentée, sur l’ancien continent, par un « tronc eurasiatique » qui s’étend jusqu’aux monts du Tien-Chan, et serait indigène, aussi, jusque dans l’Inde376. En gros, pourtant, il est vrai que c’est le climat de type méditerranéen qui, par ses caractéristiques mêmes, donne la règle idéale à laquelle doit se soumettre ou tendre le ciel pour que vienne la vigne : un ensoleillement suffisant, des gelées printanières, quand il y en a, aussi courtes et aussi peu sévères que possible, des étés chauds, mais pas humides.

  • 377 ḤAW, 115, 116 ; MUQ, 233-235.
  • 378 ḤAW, 123, 131 ; MUQ, 231.
  • 379 MUQ, 216.
  • 380 FAQ, 84 ; ḤAW, 88, 89 ; MUQ, 231.
  • 381 ḤAW, 77, 85 i.f., 90, 93.
  • 382 YA‛Q, 350 ; ḤAW, 71 (rare dans la région de Sfax) ; MUQ, 224, 225.
  • 383 ḤAW, 94.

88Suivons-la, cette vigne, sur la carte de nos auteurs. La voici installée dans l’Andalousie377, en Sicile378 et au Maġrib, dont le paysage, nous dit Muqaddasī, est parfois noyé dans les vignobles, les oliviers et les figuiers379. Au Maroc, réserve faite de la région de Siğilmāsa, la vigne fuit les marges du Sahara, préfère le nord et les approches de l’Algérie380. En ce pays-ci, on la signale dans la vallée du Chélif, autour de Cher-chell et de Msila, à l’est enfin381, qui assure le relais avec la Tunisie de Cairouan, de Gabès et du Sahel382, et avec l’intérieur montagneux de la Tripolitaine383.

  • 384 YA‛Q, 332, 339 ; ḤAW, 140 (exportation de raisins) ; MUQ, 193, 197, 201, 203.
  • 385 FAQ, 120, 192 i.f. ; ḤAW, 178, 180 i.f.-181, 184 ; MUQ, 35 (n. h), 151 i.f.-152, 160, 162, 166, 17 (...)

89L’Égypte, basse ou haute, et ses Oasis produisent parfois d’excellents raisins384, mais elles ne sauraient soutenir la comparaison avec la Syrie-Palestine, un des domaines privilégiés de la vigne, qui le lui rend bien : dans la controverse à laquelle se livrent les pays, elle défend, contre l’Irak et ses palmiers, la gloire et la réputation de tout un terroir englobant les régions de la mer Morte, Hébron, Jérusalem et ses raisins superbes, le Hauran (Ḥawrān) et « ses vignes inoubliables », les montagnes de Galilée et du Liban méridional, la Béka (Biqā’), la Syrie du Nord et les confins anatoliens385.

  • 386 RST, 109 ; FAQ, 37, 124 i.f.-125 ; ḤAW, 32 (zayt, huile, à corriger en zabīb, raisins secs ; cf. I (...)
  • 387 ḤAW, 234, 243, 244 ; MUQ, 122, 123. Sur la poésie du vin, cf. Bencheikh, loc. cit. (supra, p. 454, (...)

90On croirait l’Arabie et sa chaleur excessive ennemies de la vigne. C’est vrai pour l’essentiel, mais les montagnes côtières compensent, par l’altitude, les rigueurs torrides de la steppe : le Yémen compte le raisin dans la gamme variée de ses fruits et, près de la Mekke, aṭ- Ṭā’if s’en est fait une spécialité386. L’Irak, lui, n’est guère cité que pour la région de Ḥulwān, qui se situe, à la vérité, sur les confins de l’Iran, et pour celle des deux capitales, Sāmarrā et Bagdad : écho discret et affaibli du vin et des tavernes chantés par les poètes de l’époque abbas-side387.

  • 388 FAQ, 132 ; ḤAW, 211, 215, 217, 220, 229, 230, 336 ; MUQ, 145 (exportation de raisins, frais ou sec (...)
  • 389 FAQ, 313 ; ḤAW, 379 ; MUQ, 353 (raisins excellents), 356 (Biyār, rangée dans ces régions, mais à l (...)

91Vers le nord, piémonts, coteaux ou vallées offrent à la vigne d’autres terrains d’élection. Elle abonde, nous dit Muqaddasī, en Arménie et en Âḏarbayğān, mais c’est la Haute-Mésopotamie qui l’emporte, pays fournisseur de raisins réputés, avec Nisibe surtout, où l’ampleur du vignoble a les plus heureuses incidences sur les prix388. Sans aspirer à pareille bénédiction, les pays de la Caspienne, avec leur climat, eût dit Loti, de serre chaude, offrent à la vigne des conditions qui ne sont pas tout à fait les siennes, mais dont elle paraît s’accommoder, parfois fort bien389.

  • 390 FAQ, 236 ; ḤAW, 364, 369 ; MUQ, 384, 389 (n. 6), 392.
  • 391 ĞĀḤ (t), 159 ; YA‛Q, 280 ; FAQ, 254 ; ḤAW, 439, 441 i.f.-444, 448, 449 ; MUQ, 292, 299, 303 (n. d (...)
  • 392 ḤAW, 474, 497, 499, 504, 511 ; MUQ, 261 (n. e), 275, 276, 283, 289 (avec l’expression ma‛din az-za (...)

92L’intérieur de l’Iran, avec les pays de Nihāwand, Qazwīn et surtout Ispahan, est célèbre par les heureux effets de son ciel, qui permet de conserver le raisin toute une année durant390. Mais c’est vers le nord-est que se situent les « pays à vigne » de l’Orient de l’Islam. Vastes vignobles, fruits abondants et merveilleux, exportations, jalonnent l’évocation, par nos auteurs, des régions de Marw (Merv), Balẖ (Bactres), Herāt, Nīsābūr et autres villes du ẖurāsān391. Au delà encore, la Transoxiane suscite les mêmes notations et les mêmes exclamations enthousiastes, depuis la rive droite du Ğayḥūn (Oxus) jusqu’aux pays de Khodjend (ẖuğanda), de Tachkent et du ẖuwārizm, là où cinq cents vignes, somptueusement, s’étalent sur quelque onze kilomètres de long392.

  • 393 ḤAW, 408 (2 citations).
  • 394 FAQ, 253 ; MUQ, 402, 405, 409 (n. i), 414 (sur le sens de la VIIe forme inqaṭa’a, cf. BGA, IV, 329 (...)
  • 395 ḤAW, 269, 302 ; MUQ, 424, 425, 429, 433. Sur le vin de Šīrāz, cf. Planhol, « Le vin de l’Afghanist (...)
  • 396 MUQ, 464 i.f.-465 : « aš-Šāmāt est riche en jardins et en vignes, et ses fruits sont exportés vers (...)
  • 397 Voir référ. supra, p. 454, n. 1.
  • 398 ḤAW, 418-421 ; MUQ, 304, 306.

93Descendons maintenant vers la mer, en négligeant les pauvres ressources que pourraient nous offrir les petites oasis du désert de Perse393. D’ouest en est, voici des vignes encore, en Susiane (ẖūzistān), au pied ou sur les premières pentes du Zagros, qui semblent convenir à merveille394 ; puis dans l’intérieur montagneux du Fārs395, du Kirmān, autre région riche, qui exporte son raisin396, et du Makrān, aux approches de l’Inde397. Notre promenade au vignoble de l’Islam de l’an mil s’achèvera, en revenant vers le nord-ouest, dans la grande oasis du Siğistān, sur l’actuelle frontière irano-afghane : encore une grande région viti-cole, encore un pays exportateur de raisin398.

94Le raisin : c’est lui qui résume la vigne à lui tout seul. Ou presque : nous savons que, malgré les interdits, le vin n’a pas pour autant disparu tout à fait de la civilisation musulmane, associé qu’il était, au moins chez les riches et les puissants, à la musique, à la poésie et au plaisir. Reste que l’énorme majorité du vignoble de l’Islam est d’abord là pour les fruits : la surprise que nous pouvions manifester tout à l’heure perd ainsi une bonne partie de sa raison d’être.

  • 399 RST, 111 (corr. trad., p. 125 : soixante-dix-huit). HAM, 196, en cite une quinzaine.
  • 400 ĞÂḤ (t), 159 ; RST, 156.
  • 401 IṢṬ, 118, n. 4 (non repris par ḤAW) : cf. BGA, IV, 374 (repris dans Dozy, Supplément, II, 792).
  • 402 Ou qišmiš (Dozy, Supplément, II, 351) : FAQ, 254 i.f. (trad., p. 308, n. 2, qui signale une adjonc (...)
  • 403 FAQ, 125, 253 (trad., p. 306 ; mais il peut s’agir aussi de plusieurs variétés de sucre, selon les (...)
  • 404 MUQ, 7 ; ḤAW, 439 ; Ḥud, 104.
  • 405 MUQ, 181 ; on peut évidemment penser, pour l’origine, à un nom propre de lieu : al-‛Āṣima ou al-‛Ā (...)

95Les faits sont là, et d’abord l’attention portée aux multiples variétés du raisin : le Yémen seul en proposerait près de soixante-dix, à en croire Ibn Rusteh399, qui se contente d’avancer ce chiffre, sans en citer une seule. Heureusement, d’autres détails nous permettent de croire à ce foisonnement des espèces. Voici le raisin doux de Bactres et celui, à peau fine, d’Ispahan400. Voici les termes réservés aux connaisseurs : le wad’, une spécialité de l’Iran occidental, une énigme aussi, puisque cette vigne produirait, d’une année sur l’autre, alternativement des raisins ordinaires et des grains dont la forme évoquerait ces petits coquillages que l’on nomme cauris401 ; le kišmiš du Fārs et surtout du ẖurāsān, une célébrité que l’on exporte402 ; le sukkar (sucre), dont le nom se passe de tout commentaire403. Voici, dirais-je, des appellations contrôlées : le ṭā’ifī, d’aṭ-Ṭā’if, dans les montagnes près de la Mekke, mais dont l’espèce est connue jusque dans le ẖurāsān404, et le ’āṣimī de Palestine405.

  • 406 FAQ, 124 i.f.-126, que je complète par HAM, 196, lequel reprend certaines de ces variétés dans une (...)
  • 407 Sur Ğuraš, cf. Yāqūt, Buldān, II, 126 ; sur Mulāḥa et d’autres toponymes d’orthographe voisine, cf(...)
  • 408 Ahmar, summā(sur d’autres couleurs possibles, cf. supra, p. 440, n. 4), ašhab (litt. : mêlé de (...)
  • 409 Rāziqī (sans doute sur rāziq, l’une des appellations de Dieu ; raisin blanc et à grains allongés, (...)
  • 410 ẖamrī, isfīḏmisk (du persan isfīd ou sefīd, blanc, et mišk, musc et aussi : noir ; peut-être même (...)

96Voici, enfin, des listes, ou plutôt des noms, jetés en vrac, dans le prétoire où se démènent les défenseurs syriens de la vigne, toujours contre les Irakiens et leurs palmiers406. Emportés par leur élan, ces Syriens en appellent à toutes les vignes du monde, jusques et y compris celles-là mêmes de l’Irak. Au reste, tous ces pays que l’on cite, Irak, Syrie, Haute-Mésopotamie, ẖūzistān, Iran, forment-ils un seul territoire, celui de la vigne, justement, qui y diffuse ses variétés : le raisin fārisī a gagné, depuis son Fārs natal, le nord de l’Iran, le ğurašī, petits grains mais énormes grappes, est venu du Yémen à Bagdad, comme le mulāḥī, tandis que le byzantin (rūmī) est arrivé jusqu’en Arabie407. D’autres mots, arabes ou persans, renvoient à la couleur ou à l’aspect : le rouge, tel quel ou de sumac, le moiré, le blond slave, le strié, le blanc, le doré, le noir408. La générosité, la noblesse, le bonheur vont de pair avec la beauté : tel raisin est appelé le nourricier, tels autres le sans égal, le triomphateur, la douceur, le réservoir de la force409. Terminons sur les métaphores ou métonymies : le vineux, le musc blanc et les larmes noires, le carafon et la tétine, celle-ci à gros grains blancs peu chargés en jus, les yeux de génisse, à gros grains encore, mais noirs, et les doigts de vierge, noirs aussi, en forme de glands composant une grappe énorme410.

  • 411 ḤAW, 364 ; sur le raisin sec (zabīb ou ‛anğad : sur celui-ci, cf. MUQ, 324 (1. 4-5 et 10), qui dis (...)
  • 412 FAQ, 120 ; ḤAW, 178, 180 i.f.-181, 225, 335, 365, 439, 444 ; MUQ, 7, 79, 145, 180, 181, 203, 225, (...)
  • 413 Sur le (ā’ifī, cf. supra, p. 458, n. 1, et MUQ, 324 ; cf. aussi, pour le kišmiš, supra, p. 457, n (...)
  • 414 Cf. l’étonnement marqué par MUQ, 388 : gens qui mangent en public des raisins secs et du pain, qu’ (...)
  • 415 ḤAW, 180 i.f.-181 (nāṭif, trad., p. 178 : nougat), 230 i.f. (mêmes mot et traduction, 224). Le nāṭ (...)
  • 416 Sur le verjus (ḥiṣrim), cf. FAQ, 124 ; sur le vinaigre, ibid., MUQ, 203, 452 (dans le système de m (...)
  • 417 Cf., respectivement, MUQ, 416 i.f. (sukkar al-‛inab : sucre de raisin, en prenant sukkar au sens l (...)
  • 418 ẖamr, nabīḏ, aṯām (MUQ, 410, qui le signale comme médecine, pour une maladie non précisée, le tout (...)

97Raisins frais, mais aussi séchés, au soleil, dans l’ombre des caves ou pendus dans les magasins et les greniers411. A eux seuls, ils font vivre des cantons entiers, s’exportent, de ville à ville et de province à province. Nos auteurs signalent cette richesse pour le Maroc méridional, la Tunisie de Cairouan, la haute vallée du Nil, la Syrie-Palestine, le Ḥiğāz mekkois, la Haute-Mésopotamie, l’Āḏarbayğān, l’Iran, le ẖurāsān et le ẖuwārizm412. Ici encore, quelques noms de variétés particulièrement prisées : celles d’aṭ-Ṭā’if (ṭā’ifī), comme pour le raisin frais, de Kušmāhān, dans la région de Merv, le ’aynùnī et le dūrī de Jérusalem413. Le raisin sec se mange seul414 ou entre dans la préparation de friandises diverses, parfois avec les noix, les pistaches, le sésame415. Mais il n’épuise pas la passion des douceurs, et la générosité de la vigne lui suscite d’autres rivaux. Verjus et vinaigre mis à part416, le goût va au raisiné, au rob, aux sirops, au jus tout frais sorti du pressoir, ou réduit par cuisson, ou exposé au soleil417. Au vin, enfin : le pieux Muqaddasī a beau s’étonner, au Caire, de le voir boire sans vergogne par des gens respectables, ni lui ni les autres ne peuvent passer sous silence qu’ici ou là on en fabrique, qu’on en exporte, même, et le vieux souvenir n’est pas mort, du palais de Chosroès où le vin et le lait, amenés par une canalisation de plus de cinq kilomètres, coulaient, dit-on, comme l’eau vive418.

  • 419 ḤAW, 335, 364 ; MUQ, 193, 389 (n. b), 429 ; cf. également MUQ, 317 (n. : évaluation d’une récolt (...)
  • 420 Pour le vinaigre ou les raisins secs : MUQ, 181, 452 (2 citations).
  • 421 ḤAW, 130, 214, 217 (sur lataf, défini comme le vectigal vini, cf. BGA, IV, 348), 234, 302, 303 (su (...)

98Sur la place de la vigne et de ses produits dans la civilisation musulmane de l’an mil, nous conclurons par un dernier témoignage : l’intérêt que nos auteurs portent aux prix419, au système métrologique adopté420, à la fiscalité. La vigne est taxée tantôt à la superficie, tantôt à la récolte ; l’impôt qui la frappe reçoit parfois un nom particulier, et telle révolution nous est signalée dans les usages, quand le pouvoir musulman, par exemple, rompt avec la pratique iranienne qui exemptait certains districts urbains de la redevance foncière sur les vignobles421.

Le procès contradictoire entre la vigne et le palmier

  • 422 Cf. supra, p. 396.
  • 423 MAS (p), § 518-519.
  • 424 MUQ, 183 et 206 (pour la Palestine et l’Égypte ; c’est le quatorzième jour de septembre, que l’Égy (...)
  • 425 RST, 200. II faudrait encore signaler, au chapitre de la vigne comme marque d’une civilisation, so (...)

99La vigne est une plante noble entre toutes : le nom qu’elle porte renvoie, on l’a dit, à tout ce qui est bienfaisance, dignité, générosité422. Comme tout noble, elle a son histoire : aux Indes, c’est un oiseau qui l’apporta à un roi, pour d’autres ce fut Noé qui la cultiva le premier423. Elle signe, chez les chrétiens, un moment essentiel de l’année liturgique, avec la célébration de la Croix, quand le raisin a fini de mûrir424. Certains même affirment qu’elle ouvrit la grande fête de la végétation sur la terre425.

  • 426 Les thèmes qui suivent sont pris à FAQ, 118 i.f.-127.

100Dans sa prétention au titre de plante souveraine, la vigne ne pouvait pas ne pas rencontrer en chemin un grand rival, le seul qui puisse lui contester, et finalement lui ravir, la toute première place426. La scène se passe à Sāmmarā, capitale, un temps, du califat abbasside, au ministère (dīwān) de l’impôt foncier. Plaideurs : pour al-Baṣra et l’Irak, un lecteur du Coran, Ibn al-’Allāf, avec d’autres spécialistes du livre saint. Pour la Syrie, un poète, Abū Ḥumrān, au milieu de jeunes fonctionnaires. Le débat s’engage autour des mérites d’al-Baṣra, de sa position centrale sur la carte du monde, médiane entre terre et eau, désert et cultures. Au nom du principe invoqué, à savoir que chaque pays jouit de certains privilèges exclusifs, la partie adverse réplique en mentionnant, comme une caractéristique de la Syrie, et face à l’omniprésence du palmier dans le bas Irak, la riche variété de l’agriculture entre Égypte et Euphrate. Mais, sentant bien que la controverse va se fixer là, autour d’un champion, le plaideur introduit dans son discours une phrase essentielle qui va bientôt, de fait, cristalliser le débat : « Un cep de vigne vaut mieux qu’un palmier, le raisin, à fraîcheur égale, est plus doux que la datte, et si tous deux sont secs, c’est encore lui le plus savoureux. »

  • 427 Makārib : cf. FAQ, XLII, gloss.
  • 428 Ces deux mots pour évoquer les régimes en formation ; je corrige, comme les traducteurs, en aqsāṭ (...)
  • 429 FAQ, trad., p. 147, n. 2 : « c’est-à-dire : les branches chargées de dattes qui ne sont pas encore (...)
  • 430 Litt. (cf. trad.) : dans une outre grande ou petite.
  • 431 Šahd ou šuhd, distinct de ‛asal, miel vierge : cf. ĞĀḤ (t), 160.
  • 432 Akyisa (sur ce pl. de kīs, cf. FAQ, xliv, gloss.), litt. : sacs ; traduit, ibid., par « escarcelle (...)

101Ce que voyant, le Basrien change un instant son fusil d’épaule, vante les paysages et monuments de son pays, sa richesse, feint d’esquiver la question fondamentale pour y revenir avec plus d’éloquence : « Les palmiers, sur leurs sols bien entretenus427, sont comme les oliviers chez vous, là où ils poussent ; les uns, avec leurs fleurs cachées, valent bien les autres, avec leur ramure ; quand leur moment est venu, les premiers n’ont rien à envier aux seconds lorsqu’ils sont en leur plein. Les palmiers, bien plantés dans la terre fraîche, nourrissent pendant l’adversité ; fécondés par un mâle, ils produisent d’énormes corbeilles, des boisseaux428 réguliers qu’on dirait nager dans la gaze. Ensuite, l’arbre éclate en rameaux d’argent où s’alignent des perles vertes429. Tout cela devient or appareillé à l’émeraude verte, puis miel suspendu dans les airs, non pas enfermé dans une cruche ou une outre430, mais loin du sol, comme un rayon de miel431 fondu, et tout finit dans l’escarcelle432 des gens, qui s’en aident pour faire vivre la famille. »

  • 433 Litt. : à expérimenter.

102Ici, la partie adverse, nous dit-on, coupe la parole au thuriféraire, apparemment intarissable, de l’Irak. « Vous parlez de palmiers ? Nous en avons autant que vous, dans la vallée du Jourdain » (où l’on voit que l’orateur exagère), « mais nous en faisons peu de cas ». Et, après une diversion poétique, le défenseur de la Syrie entonne son panégyrique à lui : « La vigne est le meilleur des arbres et le raisin le seigneur des fruits. La frondaison en est délicate, la verdure éclatante, les feuilles étonnamment découpées, les festons merveilleux et joliment ourlés, les proportions harmonieuses. On croirait la vigne découpée en rond dans une pièce de soie, ou faite d’un vêtement tissé. Son ombre est épaisse, mais son abri léger, ses rameaux souples, ses branches tendres, ses extrémités verdoyantes. Elle est naturellement noble, facile à diriger, de haut rang parmi les diverses essences, plaisante à la vendange, à portée de main pour la cueillette. Les grains de ses fruits sont petits, leur peau fine, leur saveur agréable ; avec cela, faciles à avaler, gorgés de jus et meilleurs encore à goûter433 qu’à voir. Oui, la vigne est, naturellement, essentiellement, noble. »

  • 434 Rectifier trad., p. 149 (« araignées énormes et mortellement venimeuses ») ; il faut lire : « ... (...)
  • 435 Supra, p. 396 et 461.
  • 436 Supra, p. 400, n. 5.
  • 437 Supra, p. 410, n. 5.

103Cette fois, la parole est prise et bien prise ; le représentant syrien ne la lâchera plus. Tout y passe : les animaux nuisibles ou désagréables que la vigne, contrairement au palmier, refuse d’héberger : corbeaux et autre gent piaillarde, vers, insectes, serpents, fourmis, papillons, scorpions et araignées énormes434. Puis, les qualités physiques : qui a jamais vu une vigne dégénérer et s’épuiser en rejets, comme un vulgaire palmier ? La philologie : mots de la vigne et de la noblesse435. Les arguments coraniques436. L’art du jardin, qui n’est jardin (firdaws), avec arrière-plan paradisiaque437, que s’il a vigne et treilles.

104Enfin, l’argument majeur, réservé pour la fin : les effets sur le corps. En un parallèle impitoyable, voici opposés, à tous les stades de la maturation, le raisin et la datte, les vins, vinaigres et moûts des deux plantes, avec cette conclusion : « La vigne règne sur le palmier, la vigne est tout bien et tout avantage, le palmier tout mal et tout détriment. » L’orateur n’est-il pas allé trop loin ? Une fois assénées ces formules tranchantes et vexantes, le voilà qui abandonne la joute au sens strict, parle d’abondance encore, mais sur la vigne seule, ses variétés, se justifie, un instant, d’être ainsi passionné, revient à d’autres espèces de raisins, termine enfin sur le terrain le plus dangereux, celui du vin, pour présenter celui-ci comme une panacée, qualité que ses détracteurs eux-mêmes se plairaient à reconnaître.

  • 438 Les versets cités (FAQ, 126) sont : Coran, XXXVII, 45/46, et XLVII, 16/15. Sur la position coraniq (...)
  • 439 MAS (p), § 519.
  • 440 Cf. supra, p. 460, n. 4.

105Le débat est-il clos ? On le croirait, à entendre monter les exclamations flatteuses qui saluent la péroraison. Mais on peut imaginer que ce n’est guère qu’une suspension de séance, que la discussion reprendra, ici ou ailleurs, et que le défenseur du palmier, après avoir laissé passer l’orage, va s’élancer à son tour aux premières lignes, avec d’autres arguments. Mais d’abord, il relèverait la mauvaise foi évidente avec laquelle on a cité le Coran parlant des délices de la vigne. Mensonge par omission, car le texte saint dit aussi ses dangers438, et Mas’ūdī, venant à la rescousse, rappelle que Satan déroba la vigne à Noé, lors de sa sortie de l’arche439. Elle charrie donc avec elle le meilleur, la joie de l’âme et la santé du corps, mais aussi le pire : le vin porte parfois le nom même du péché440.

  • 441 Litt. : votre tante paternelle (‛amma), le palmier (naẖla) étant du genre féminin. « Le seul arbre (...)
  • 442 MUQ, 395 (n. p de 394).
  • 443 L’évocation émane de non-musulmans, peu habitués au palmier ; mais elle recoupe, de façon imagée, (...)
  • 444 Cf. supra, p. 395 i.f.

106Face à elle, le palmier, au propre et au figuré, garde la tête haute. Car le Coran l’a héni, lui, sans réserve, et le Prophète aussi : « Honorez, a-t-il dit, le palmier votre frère, qui fut créé de la même argile qu’Adam. Il est le seul arbre qui se féconde. Quand vos femmes accouchent, nourrissez-les de dattes prises à l’arbre ou, à défaut, fraîchement cueillies ! »441 On cite par ailleurs un échange de lettres entre l’Empereur byzantin et le calife ‛Umar442 : « Mes envoyés m’ont fait savoir qu’il y a chez vous un arbre [au tronc] sec, mais est-ce vraiment un des arbres de la création ? Il serait semblable, quand il apparaît, à des oreilles d’âne, après quoi il s’ouvrirait pour donner une sorte de perle, puis deviendrait successivement vert comme l’émeraude, rouge comme le rubis, tendre et doux à manger comme un gâteau de miel ; sec enfin, il serait la sauvegarde du sédentaire et la provende du voyageur443. Si mes envoyés m’ont dit vrai, c’est un arbre du paradis. — Tes envoyés ont dit vrai, répond ‛Umar. C’est l’arbre que le Tout-Puissant fit pousser pour Marie lorsqu’elle venait de mettre Jésus au monde444. Crois en Dieu et ne fais pas de Jésus un dieu à côté du seul Dieu ! »

  • 445 Ğāḥiẓ, cité par FAQ, 253.
  • 446 SIR, 127 i.f.-128 (cité dans Géographie II, 186).
  • 447 Cité dans Coutière, Le monde vivant, op. cit., IV, 295.
  • 448 Pour l’absence du palmier en pays berbère (FAQ, 84), cf. supra, p. 461, n. 5.

107Sur d’autres fronts aussi, la réponse cingle. Les variétés de la vigne ? Mais le palmier aligne, pour la seule région d’al-Baṣra, trois cent soixante espèces de dattes, toutes excellentes, merveilleuses, parfumées445 ! Dernier argument, tiré du sac à procès ou du dossier, comme on voudra, et qui dispenserait de tous les autres. La vigne est ancienne, soit, antérieure à l’Islam, qui l’a prise telle quelle : au mieux, une fille adoptive. Le palmier, quant à lui, se trouvait là, également avant l’Islam, mais il s’inscrivait, plus que la vigne encore, dans l’horizon des Arabes, et leurs conquêtes l’ont multiplié, transplanté au loin. Il était, il est resté leur arbre, si bien que l’étranger d’Afrique, à la vue d’un Arabe, se prosterne en disant : « Voici un homme du pays où pousse le dattier. »446. Nobles entre les nobles, fiers et droits, généreux, les palmiers du monde musulman sont ce que, plus tard, dira Linné : « princes des végétaux et végétaux des princes »447. Et signe, pour ces Arabes qui se voulurent princes de l’histoire, oui, signe le plus haut de leur civilisation448.

Le palmier conquérant

  • 449 MUQ, 394 (n. p).
  • 450 MUQ, 394 (n. p), et supra, p. 438 i.f.
  • 451 L’association entre le palmier, la chaleur et, sinon le monde musulman, du moins l’Arabie, est par (...)
  • 452 Sur ces régions, cf. infra.

108Cet arbre merveilleux est donc un symbole : Muqaddasī affirme clairement que les Byzantins ne le connaissent pas, alors qu’il est partout chez lui dans le monde musulman449. Mais le palmier est aussi l’arbre des climats chauds450. Compte tenu de la localisation géographique des pays d’Islam, il ne doit avoir aucune difficulté majeure à assurer cette double représentation451. Pourtant, la nature, de-ci de-là, reprend ses droits, et Muqaddasī le signale : partout en Islam, oui, dit-il, à la réserve des hautes, trop hautes terres d’Arménie et d’Āḏarbayğān, d’où l’arbre est absent, et du plateau iranien, où il est rare ; à nous de compléter le tableau des pays peu accueillants ou franchement hostiles, avec les rives de la Caspienne et les régions de l’extrême nord-est : ẖurāsān et Transoxiane452.

  • 453 YA‛Q, 244, 251.
  • 454 MUQ, 470.

109Mais pour le reste, quelle vitalité ! Et quelle bougeotte ! Sans doute le propos de nos auteurs n’est-il pas de géographie historique. Et cependant, en les lisant, on perçoit les traces de cette expansion. J’en relève au moins deux : vers l’amont des vallées du Tigre et de l’Euphrate, à partir du bas Irak453 ; vers le Kirmān, devenu terre d’élection et gros producteur, à partir de l’Oman, du Ḥiğāz, des confins arabo-syriens, de la Palestine méridionale et du bas Irak encore454.

  • 455 Sur cette expansion, cf. Lombard, L’Islam, op. cit., 166-167.
  • 456 Exception faite de Cal, 32-33, 74-75.
  • 457 ḤAW, 98 ; MUQ, 236.
  • 458 YA‛Q, 345, 350 ; ḤAW, 67, 68, 86, 91, 94 ; MUQ, 224, 225, 230, 231, 239.
  • 459 RST, 116 i.f. (parmi les arbres de l’Égypte, avec le sycomore et le bananier) ; YA‛Q, 332, 334 ; F (...)

110Pour n’être pas aussi explicites, les notations relatives à d’autres pays où le palmier vit et souvent prospère, témoignent de la même alacrité dans l’expansion455. A l’ouest, un seul pays semble tenu à l’écart : l’Espagne456. Pour le reste, en cette fin du ive/xe siècle, le palmier est donné comme un arbre du Maġrib457 : on le voit au Maroc, qui en exporte les fruits depuis Fès, tandis que Siğilmāsa, sur les lisières du Sahara, s’enorgueillit de ses dattes vertes et très douces ; il est présent aussi dans le Sud tunisien, les oasis de Libye, et sur le rivage des Syrtes458. Plus à l’est, il est un des emblèmes du paysage égyptien et couvre toute la vallée du Nil, et même ses abords, d’Assouan et des Oasis jusqu’à Péluse (al-Faramā) et aux oasis du Sinaï459.

  • 460 FAQ, 122 ; ḤAW, 173 i.f.-174, 176, 185 ; MUQ, 35 (n. h), 161, 162, 164, 166, 172 (les palmiers ne (...)

111Le tableau change du tout au tout avec la Syrie-Palestine. Nous savons, et nos textes le confirment, que le palmier, par ici, ne se trouve véritablement à l’aise que dans la dépression (gawr, Ghor) de la mer Morte, du Jourdain et des vallées affluentes. Il est vrai qu’il y est superbe, et l’on a vu que les Syriens s’en font gloire face à lIrak, auquel le Ghor, ainsi, ressemblerait, nous dit Ibn Ḥawqal. Mais peut-être est-ce, justement, parce que le palmier est finalement rare en Syrie-Palestine, qu’on exalte autant ceux du Ghor et qu’on signale, ailleurs, tous ceux que l’on peut trouver : à Jérusalem, ar-Ramla, Beyrouth même. Comptons sur Muqaddasī, passionnément attaché à sa Palestine natale, pour ne nous faire grâce d’aucun460.

  • 461 YA‛Q, 244, 251, 263-264 ; RST, 163, 164, 186 ; FAQ, 30, 121, 175-176, 187, 191 i.f.-192, 252, 253  (...)
  • 462 ḤAW, 215, 221, 227, 229 ; MUQ, 140, 142.
  • 463 MUQ, 394 (n. p).
  • 464 On a déjà évoqué leur climat à propos de l’olivier et de la vigne, supra, p. 451, n. 6, et p. 456 (...)
  • 465 ḤAW, 368, 370 ; MUQ, 394 (n. n et p) ; Ḥud, 132.
  • 466 ḤAW, 446, 450-451 ; MUQ, 322 (n. g de 321). A relever, toutefois, une spécialité de dattes dite du (...)

112L’Irak, au contraire, se révèle incontestablement comme une des patries du palmier. Ici, comme le disent Istabrī et Ibn Ḥawqal, on parierait qu’il a été partout planté le même jour, comme à la parade. Ses frondaisons luxuriantes font le charme du pays de Bagdad et de Sāmarrā, de Wāsit et d’al-Kūfa, d’al-Baṣra surtout, qui ne s’arrête guère de produire que pendant deux mois de l’année461. Vers l’amont, la Haute-Mésopotamie offre les vallées du Tigre, de l’Euphrate et de leurs affluents462. La nappe des palmes se fait ici plus discrète, annonçant les silences de l’Arménie et de l’Âḏarbayğān463, les difficultés des rivages de la Caspienne, où l’arbre peut pousser, mais sans produire véritablement ni continûment464. Le haut plateau iranien, par places au moins, est plus propice, vers l’ouest et le sud-ouest, là où, sur un horizon de neiges, les chaleurs du bas pays irakien se font sentir encore465. Vers l’est et le nord-est, au contraire, en direction du ẖurāsān et de la Transoxiane, le silence s’établit de nouveau sur la carte. Les textes ne citent guère que l’oasis des deux villes de Ṭabas, dites de la Datte et de la Jujube, en lisière du grand désert de Perse ; le pays de Kâbul lui-même, qui pourtant, grâce à ses températures élevées, produit les cultures des zones chaudes, ignore le palmier466.

  • 467 YA‛Q, 313, 341 (parages du golfe d’Akaba) ; RST, 111, 113, 117-118 ; FAQ, 29, 30, 37, 252 ; ḤAW, 3 (...)
  • 468 FAQ, 252, 253 ; ḤAW, 253, 254, 256-258 ; MUQ, 402, 407-409, 412-414, 417.
  • 469 ḤAW, 269, 281, 282, 288 ; MUQ, 420, 424, 425, 427-430 (n. k), 433, 434, 442 (dattes exportées).
  • 470 Le trait relatif à cette coutume a été relevé supra, chap. iv, p. 312 (il est signalé par IṢṬ, 99  (...)
  • 471 ḤAW, 405-407, 409 ; MUQ, 488, 493 (n. s), 494 (et n. i).
  • 472 ḤAW, 415, 418-421 ; MUQ, 297, 304, 305, 324 ; Ḥud, 110.
  • 473 ḤAW, 325, 326 ; MUQ, 478, 484 (sur Maška, 1. 9, cf. ibid., 475, 1. 12 : elle relève du Makrān ; su (...)
  • 474 ḤAW, 320, 323, 324 ; MUQ, 474, 480 (et n. ; sur Wayhind, ibid., 349 et 477), 481. Sur certaines (...)

113Pour retrouver les pays du palmier, revenons vers le sud. L’Arabie le connaît, en abondance parfois, mais hors des conditions extrêmes du désert, d’un côté, de l’altitude excessive de l’autre : le Yémen, si riche par ailleurs en fruits, doit, au moins partiellement, capituler sur celui-là. Restent donc les oasis de l’intérieur, le Ḥiğāz, médinois surtout, l’Oman et le Bahrayn467. De l’autre côté du Golfe, nous attendent aussi ces pays du palmier que sont le ẖūzistān (Susiane)468, le Fārs continental ou maritime469 et, loin devant, le Kirmān. Nos auteurs sont unanimes à célébrer la qualité et la douceur de ses dattes, l’ampleur de ses palmeraies, si vastes, si riches que leurs fruits constituent ici la nourriture de base et qu’on peut, qu’on doit laisser au pauvre tous ceux que le vent a fait tomber de l’arbre470. Au nord et à l’est du Kirmān, derniers territoires : les quelques oasis du grand désert de Perse, où l’arbre se maintient parfois alors même que les hommes qui l’ont planté ont fui ces lieux par trop inhospitaliers471 ; le Siğistān, qui compte, lui, parmi les pays exportateurs472 ; le Makrān, tache verte sur le fond des solitudes qui mènent, le long de la mer, vers l’Inde473 ; enfin le Sind, où le palmier s’en vient narguer le cocotier sur ses propres terres474.

  • 475 Prix : ḤAW, 312 i.f. ; MUQ, 199, 230, 466 i.f., 469 (et n. e). Impôts : MUQ, 105, 133, 451. Produi (...)
  • 476 Cf. la remarque (qui signale, de toute évidence, un fait d’exception) de MUQ, 470, à propos du Kir (...)
  • 477 L’essentiel des données est fourni par FAQ, 29-30 ; MUQ, 130-131 (n. p de 130) et 470 ; autres réf (...)
  • 478 Cf., respectivement, Ibn al-Bayṭār, Traité des simples, op. cit., I, 262-263, II, 175-176, I, 314- (...)
  • 479 Le muql est cité pour l’Arabie (MUQ, 83, 98) ; cf. Ibn al-Bayṭār, II, 133, III, 333, et Coutière, (...)
  • 480 Cf. MUQ, 305 (dans un contexte critique). Le mot peut signifier aussi le palmier produisant ce gen (...)

114Comme pour la vigne et le raisin, nos auteurs s’intéressent aux prix, aux impôts qui frappent les cultures, aux produits tirés de la plante : moût, sirop ou eau de la spathe475. Pourtant, ici, et beaucoup plus encore que pour la vigne, l’attention va au fruit lui-même, jugé comme une friandise naturelle et peut-être supérieure à tous les apprêts de la cuisine476. J’ai dit plus haut qu’on en dénombrerait trois cent soixante espèces pour la seule région d’al-Baṣra. En collationnant tous les noms qui nous sont livrés par nos textes, j’arrive, dans tous les cas, à près de quatre-vingts477. Ces variétés sont du reste recoupées, par des catégories plus générales : datte verte (balaḥ), fraîche (ruṭab) sèche (tamr), très sèche (qasb)478. D’autres classements distinguent, du palmier que je dirais classique, le palmier-nain (dūm, doum), dont le fruit est le muql479, ou encore, de la bonne datte, le fruit de qualité inférieure (daqal)480

  • 481 A ne pas confondre avec le lieu de même nom, près de la Mekke ; sur celui-ci, cf. ḤAW, 40 i.f. ; M (...)
  • 482 Exemples, pour l’origine : ‛umāni (de l’Oman), zuġarī (de Zugar ou Sugar, au sud de la mer Morte), (...)
  • 483 Aḥmar, ṣafrā’, ṣufr, burdī (de burd : étoffe rayée), zanbūrī (sur zanbūr : guêpe), bādinğānī, qaṣa (...)
  • 484 Je traduis ainsi, parfois avec quelque liberté, qasb al-‛anbar (datte (très sèche) d’ambre), zubb (...)
  • 485 Sur ces deux dernières variétés, cf. BGA, IV, 182 et 291.

115Mais revenons au palmier, au vrai, et à ses dattes. Le Kirmān, dans son rôle de pays d’accueil de différentes variétés, reçoit ainsi la fine fleur de la palmeraie : de Ṣuġar, au sud de la mer Morte, vient la datte nommée inqilā’, de Wayla, sur le golfe d’Akaba, la musqir, d’al-Marwa481, près de Médine, la burdī, de Médine elle-même la sayḥdnī, de l’Oman la masin, d’al-Kūfa l’azāḏ, d’al-Baṣra la ma’qilī, le Kirmān mettant dans la corbeille sa propre datte, la kirmāšānī. Ces appellations, avec des dizaines d’autres, renvoient à l’origine du fruit, à un éponyme, au goût : le sucre (sukkar), déjà noté pour le raisin, désigne aussi une datte482. Plus nombreuses, les indications de forme ou de couleur : voici la rouge, la jaune, la rayée, 1’ « aubergine », l’allongée483. Les images aussi : l’ambre sec, le membre de singe, la belle fille, le paradis, le mâle, les bourses de mulet484. Parfois enfin, une notation, une ébauche de description, comme pour la ṣafraqān, noire et succulente ; la ğudāmiyya, excellente contre les hémorroīdes ; l’inqilā’, lourde, d’un jaune safran et très douce ; la ṭann, qui donne à l’eau qu’on boit ensuite un merveilleux goût de vin vieux485.

116Il était bon peut-être de finir par là notre promenade au jardin et au verger : sur un trait de cette luxuriance où nous avons pris souvent le goût et les moyens de la nôtre. A partir des légumes et des fruits que le monde musulman nous a fait connaître ou redécouvrir grâce aux relais d’Espagne ou de Sicile, nous avons nous-même brodé, raffiné. Mais nous avons aussi, dans l’aventure qui nous portait plus particulièrement vers certaines plantes, perdu en chemin d’autres espèces, redevenues, pour nous, plantes sauvages ou curiosités d’érudits. Nous avons surtout, pour une large part, perdu l’officine installée tout à côté du potager ou du clos, cette officine à laquelle demain nous ramènera peut-être ; non pas médicale au sens strict, mais plus que cela : les règles d’or qu’un Ibn al-Bayṭār proposait à chacun de nous, à l’occasion de chacun de ses repas, je veux dire la connaissance exacte des effets de chaque herbe, de chaque fruit, afin que nous puissions préserver la santé, l’harmonie, l’équilibre de ce corps qui nous relie au monde et pour lequel, dans sa miséricorde, le Créateur a voulu que le monde fût fait.

Les espèces sauvages

  • 486 Des listes comme celle de Hamdānī, à propos de l’Arabie (HAM, 155-157), relèvent d’un souci d’enre (...)
  • 487 Une notation comme celle du champ de narcisses dans un coin de désert (supra, p. 426 i.f.-427) est (...)
  • 488 Sur le mot kala’ , cf. supra, p. 411, n. 4 et 6, et p. 444, n. 5.
  • 489 MUQ, 94 (tumām et ’iḍūn) : cf. Ibn al-Bayṭār, Traité des simples, op. cit., I, 137, 333-334, II, 4 (...)
  • 490 MUQ, 283 ; YA‛Q, 365, parle, pour le Cachemire et le Tibet, d’une herbe broutée par le chevrotain (...)
  • 491 Sur l’herbe et les pâtures (ou leur absence), cf. YA‛Q, 270, 274, 354, 357, 360 ; FAQ, 239 ; RST, (...)
  • 492 Sur la diffusion de la luzerne de Perse, cf. Lombard, L’Islam, op. cit., 170.
  • 493 Qadb (FAQ, 124, citant Coran, LXXX, 27/28 ; trad. Blachère : cannes, pour qaṣab ?) est synonyme, s (...)

117Double changement de décor : nous passons ici du terroir aménagé à la nature vierge, du paysage abondamment décrit au paysage discret. On fera peut-être, sur ce dernier point, une réserve importante : celle du désert, infatigablement présent, on l’a vu, aux lisières ou dans les intervalles des pays cultivés. Et pourtant, si nous ne parlons plus paysage, mais plantes, ce désert participe lui aussi de l’indifférence, voire du dédain de nos auteurs pour une botanique au sens moderne du terme486. Si la plante n’offre pas un intérêt de curiosité, ou si elle n’est pas utile, pourquoi la décrire ? D’où la réduction du désert, vu sous cet angle, à une liste de pâturages possibles, quand ils existent487. Dès lors, loin d’être isolés par les caractéristiques de leur tapis végétal, désert ou steppe se fondent dans la catégorie générale des terres à herbe, foin ou fourrage (’ušb, kala’, hašiš, ’alaf) 488, des pâtures (marā’ī) et des prairies (murūğ). Heureux sommes-nous quand le mot d’une plante, graminée sauvage ou épineux, lâché, dirait-on, par hasard, nous renvoie au contexte aride489 ou que, à l’inverse, l’évocation d’une herbe épaisse, où les bêtes disparaissent à la vue, nous parle de lieux plus privilégiés490. Hormis ces exceptions, c’est à la carte que nous nous confierons si nous voulons distinguer, de ce que nous appelons aujourd’hui la prairie, le pâturage de zone sèche491. Resterait à jeter encore un bref regard sur les cultures, avec les prairies artificielles et leurs plantes, autre domaine où le monde musulman a joué son rôle de diffuseur492. Nos textes citent trois pays : Fārs, Irak, Égypte surtout, et deux plantes : le trèfle (qurṭ) et la luzerne, celle-ci fraîche (raṭba) ou sèche (qatt)493.

  • 494 IṢṬ, 76 (ḤAW, 278).
  • 495 MUQ, 252, 254 (n. i) ; sur cette herbe, cf. Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 46 (gloss.), e (...)
  • 496 Sur ces fourrés et marais (ġayḍa, pl. ġiyāḍ, ağama, pl. āğām et ağamāl), cf. RST, 185 ; FAQ, 187 ; (...)

118Fourrés et marécages, volontiers associés, reproduisent plus ou moins le modèle fourni par la grande nappe du bas Irak, la Batīha : ainsi des marais de l’Indus ou du Siğistān. Peu de traits notables, et pas de description : à peine si Iṣṭahrī évoque, dans le fossé entourant le rempart d’une ville, au Fārs, les herbes traîtresses qui font leur proie de tout malheureux, homme ou bête, tombé dans leur piège494 ; à peine si Muqaddasī, à propos des Bédouins d’Arabie et de leur nourriture, parle de ces pauvres flaques d’eau où ils détrempent les graines d’une herbe sauvage, le faṯṯ495. La vérité est que, ici encore, le paysage est vu de l’œil de l’utilisateur, pour les plantes qui y poussent et que l’on peut utiliser : roseaux, papyrus, alfa496.

  • 497 J’ai dit plus haut, p. 436, les critères selon lesquels j’avais tranché, parfois sans trop de cert (...)
  • 498 Cf. Lombard, L’Islam, op. cit., 172-176.
  • 499 Sur ce mot, cf. Desmaisons, Dictionnaire, I, 460, II, 536. Sur les forêts, cf. FAQ, 131 i.f.-132, (...)

119Dernier espace sauvage : la forêt ou, comme le disent nos textes, les arbres497. Derrière eux, toute une histoire, tout un problème : celui de l’approvisionnement en bois, pour un monde musulman gros consommateur et finalement piètre producteur498. La forêt ne constitue que quelques taches sur la carte, l’orient seul étant mentionné, et pratiquement réduit à quatre zones : les hauteurs du Fārs, les montagnes de la région de Herāt, qui exportent leur bois un peu partout, le Kurdistān irakien, dont les grands arbres, débités, prennent le chemin du bas pays, enfin les rives de la Caspienne, avec leurs forêts splendides dont l’exploitation aurait donné son nom à la région du Ṭabaristān : celle où s’active la hache (ṭabar, teber)499.

Le bois et les bois

  • 500 ḤAW, 438, 487 (les plantes citées sont le ġadā et le ṭarfā’, de l’espèce tamaris : cf. Dïnawarī, L (...)
  • 501 ḤAW, 416 ; MUQ, 331 (avec pièces de bois qu’on baisse ou lève pour régler le débit).
  • 502 MUQ, 440 (éloge de la pierre de Palestine, qui se travaille aussi facilement que le bois) ; ḤAW, 4 (...)
  • 503 MUQ, 325.
  • 504 Ḥud, 143 (Sūb, trad. : bois de charpente, timber-wood ; mais le texte est peu sûr : cf. ibid., n. (...)
  • 505 Ḥud, 133, 135.
  • 506 MUQ, 71, 196 (n. l), 331 i.f. (il s’agit des ablutions rituelles). Sur le terme ğanāḥ pour désigne (...)
  • 507 ḤAW, 494, 501 ; MUQ, 277, 278 i.f., 282, 304 (sur le mot ġašk, cf. BGA, IV, 309), 310 (bois absent (...)
  • 508 MUQ, 289, 376 (et n. a, si toutefois la leçon de la variante, ḥiṣn, n’est pas une erreur du copist (...)
  • 509 MUQ, 169 (portes de bois brut : sawāḏiğ)-171, 302 (n. ; sur izār et muẖarram, cf. BGA, IV, 178, (...)

120Que ce bois, même le plus modeste, celui qu’on brûle, soit chose précieuse, on en serait convaincu par le soin avec lequel Ibn Ḥawqal et surtout Muqaddasī notent son abondance ou sa pénurie : les parages du golfe de Suez, par exemple, en manquent cruellement, tandis que le plateau iranien s’en approvisionne à bon compte, gratuitement même, en hiver, et que Buẖārā demande le sien à ses jardins ou aux plantes de la steppe500. Si pareil intérêt est porté au bois que l’on détruit, que dire alors de celui que l’on garde, à divers usages ? La forêt, le bosquet, le fourré, l’arbre en un mot, tout ici disparait au profit du bois employé, du plus humble au plus noble. Le tout-venant, d’abord, pour les fascines des barrages ou des clôtures disposées contre les vents de sable501. Puis le bois travaillé, qui se prête merveilleusement à l’outil502 : celui des navires503, des charpentes504, des ustensiles, outils, coffres, échelles505, et de la construction. Évoquons les moucharabiehs d’Égypte et de la Mekke, ou les cabines pour ablutions, disposées près de grands bassins, dans les rues de Bubārā506, et la maison en général, où le bois s’allie au pisé, à la brique, crue ou cuite, au chaume, au roseau, à l’alfa507. Tout en haut de la hiérarchie, les édifices publics : bois ouvragé pour les casiers des bibliothèques, bois brut ou d’appoint pour les ponts, les portes, les marchés, et même les murs d’une forteresse508. Enfin, la mosquée, dans ses escaliers, ses coupoles, ses plafonds, ses lambris, ses portes, ses minarets, ses colonnes où le bois, brut ou marqueté, alterne avec la brique et le plâtre509.

  • 510 FAQ, 125 ; ḤAW, 347, 381. Sur l’amandier de montagne (arzan), cf. MUQ, 443 ; BGA, IV, 178, et Desm (...)
  • 511 MUQ, 163, 204 (n. c).
  • 512 YA‛Q, 258 ; MUQ, 98, 203, 204.
  • 513 MUQ, 97 (importé en Oman) ; Ḥud, 152 (sur la position de Bulaynā, ou al-Balyanā, cf. ḤAW, 144 i.f.(...)
  • 514 YA‛Q, 258 ; FAQ, 121, 190 (sur le personnage cité, Abū Bakr al-Ḥudalī, cf. Pellat, Le milieu basri (...)
  • 515 ḤAW, 281 ; MUQ, 431 i.f.-432, 443 ; sur le cyprès (sarw), cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 242.
  • 516 MUQ, 165, 169 ; sur le cèdre (šarbīn), cf. Ibn al-Baytàr, op. cit., II, 330-331 ; BGA, IV, 272 ; D (...)
  • 517 ḤAW, 182 (exportations de pin : ṣanawbar, florissantes, à la vérité, avant la grande offensive byz (...)

121C’est l’usage, explicite ou non, qui commande finalement, dans nos textes, la mention de l’arbre, de l’arbre avec son nom. Parfois même, à travers ce bois furieusement sollicité, les fruitiers réapparaissent : amandier de montagne, noyer ou vigne, celle-ci multicolore, mouchetée de noir ou de rouge, et dans laquelle on taille de somptueux plateaux510, sycomore dont on fait les portes des caravansérails et qui servit au propre aîeul de Muqaddasī pour édifier les défenses du port d’Acre511, et le palmier lui-même, utilisé pour son tronc, mais surtout pour ses fibres, tressées en cordes512. Mais avant les fruitiers viennent les bois spécialisés, et d’abord, pour la construction, les essences nobles : ébène513 et surtout teck, exporté de l’Inde, musulmane ou non, vers les ports de l’Arabie méridionale, du Fārs, de l’Irak, et jusqu’à la Mekke, où il entre dans le gros œuvre et le décor de hautes maisons somptueuses, pour dialoguer avec la pierre et la brique. Il a fourni les colonnes de la mosquée d’al-Manṣûra, au Sind, et contribué au faste des édifices de Sāmarrā, la capitale des califes abbassides514. Au Fārs même, il est concurrencé par le cyprès, si merveilleux, nous dit-on, qu’il rappelle celui qui pousse dans l’Empire byzantin515. Les mosquées de Palestine se parent, elles, de sapin et de cèdre516, tandis que la région d’Alexandrette est célèbre pour ses pins, qu’elle exporte vers la Syrie et l’Égypte517.

  • 518 Ḥawr : MUQ, 271 (Ibn al- Bayṭār, op. cit., I, 472 : peuplier blanc). Hadank : ḤAW, 465, et Ḥud, 11 (...)
  • 519 Šamšār : ḤAW, 381 ; cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 245-246, II, 344 ; BGA, IV, 277 ; Dozy, Supplé (...)
  • 520alanğ (en persan : bigarré) : YA‛Q, 277 (trad., p. 82, n. 7 ; bois excellent : ğayyid, et qu’on t (...)
  • 521 ḤAW, 440 ; Ḥud, 104 ; sur le genévrier (‛ar‛ar), cf. Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 44 (g (...)
  • 522 ḤAW, 487 i.f. ; sur le platane (dulb), cf. Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 34 (gloss.), 17 (...)
  • 523 ḤAW, 494 ; MUQ, 271, 443 ; Ḥud, 106. Quatre noms : ẖilāf, ṣafṣāf (cf. Dïnawarī, The Book of plants(...)
  • 524 MUQ, 188 (2 citations ; sur la nourriture de glands dans une confrérie mystique, cf. supra, à prop (...)
  • 525 MUQ, 436 (cité supra, chap. v, p. 336), 462 (dont un toponyme renvoyant au sorbier et repris ibid.(...)

122Autres arbres, autres serviteurs possibles, mais dont on ne nous précise que rarement l’usage : les bouleaux et peupliers, que les provinces du nord-est exportent sous forme de bois ou d’écorce518 ; les buis et divers arbustes, dont les lexicographes nous apprennent qu’on en tire des arcs et des flèches519 ; les érables aux belles teintes, qui donnent des objets merveilleux520 ; les genévriers, dont le bois vient du ẖurāsān521 ; les quelques « perséas » qui subsistent encore en Égypte522 ; les platanes, qui répugnent, comme dans la campagne de Buẖārā, à un excès d’eau ; les saules, masse compacte autour de telle ville du Ferġāna, avec leur feuillage qui s’argente parfois, leur osier toujours vert et si tendre, si flexible qu’on arrive à le nouer523 ; les chênes, au fruit rappelant la datte, mais amer et dont seuls les ascètes peuvent songer à se nourrir524 ; les sorbiers, enfin, ou plutôt leurs fleurs, du parfum desquelles on a dit l’effet aphrodisiaque sur les femmes525.

  • 526 FAQ, 251 ; MUQ, 97 (j’infère l’usage pour la construction de ce qui peut nous être dit sur le rose (...)
  • 527 Pour le roseau (qaṣab), cf. ḤAW, 277 (large usage signalé), 381 (constructions en bois et roseaux) (...)
  • 528 Pour cette association, cf. MUQ, 189 (n. a) ; comparer avec ibid., 188 : cabanes de paille.
  • 529 ḤAW, 302 et 303, parle des impôts qui frappent, au Fārs, les āğām, c’est-à-dire les plantes des ma (...)
  • 530 FAQ, 66 ; ḤAW, 240, 277 ; MUQ, 98, 118, 162, 171, 180, 203, 204, 213, 239, 324, 325, 369, 381, 442 (...)
  • 531 MUQ, 324 (sur l’adj. funduqī, cf. BGA, IV, 318) ; sur al-‛Abbādān et ses nattes, cf. MUQ, 118, 128 (...)
  • 532 MUQ, 171 ; sur le sens de waẓīfa, cf. BGA, IV, 377.

123La construction peut faire appel parfois à des matériaux plus légers : le bambou, importé de l’Inde en Oman526, le roseau, ordinaire ou de Perse (fārisī)527, employé seul ou joint à l’alfa528. Mais ces deux derniers nous ouvrent un autre domaine, considérable : celui de la sparterie. Considérable par les revenus qu’il procure et qui n’échappent pas à la fiscalité529. Considérable par la gamme de ses produits : claies, nattes, paniers, mèches, couffins pour l’emballage des étoffes, cordages, câbles de navires530. Par la gamme, aussi, des qualités offertes : aux nattes grossières, dites d’hôtellerie, fait pendant le luxe de celles que l’on nomme ‛abbādānī, du nom d’une ville, entre le bas Irak et le ẖūzistān, qui vit, pour l’essentiel, de cet artisanat de luxe, fondé sur l’alfa531. Considérable, enfin, le volume même de cette production : citons, sans plus de commentaire, Muqaddasī, lequel chiffre à 800 000 coudées la contribution annuelle en nattes fournie à la mosquée de Jérusalem532.

  • 533 Le mot de roseau (qaṣab) est polysémique : il peut désigner la canne à sucre (qaṣab as-sukkar ou q (...)
  • 534 MUQ, 162, 204 ; l’alfa est signalé aussi, comme d’un large usage, mais sans plus de précision, par (...)
  • 535 MUQ, 213 (sur le terme qašš, cf. BGA, IV, 325).
  • 536 Ḥud, 137 (brooms).
  • 537 Sāmā: ḤAW, 240 ; MUQ, 128 ; cf. BGA, IV, 257 (avec référence erronée : en MUQ, 162, il s’agit de (...)
  • 538 FAQ, 66, avec graphie daql pour dīs : cf. ibid., xxv (gloss.). Des noms savants donnés par Dozy, I (...)

124Comme pour les arbres, c’est à travers l’usage que la plante apparaît. J’ai déjà parlé du travail du chanvre, du roseau533, de l’alfa et de la fibre du palmier : mais le roseau sert aussi à confectionner des claies, et l’alfa aux cordages534. Joignons-y la paille dont sont tressés les couffins535, le genêt à balais536 et deux célébrités : le jonc, dont on fait des nattes splendides537 et, pour les câbles de navire ou les mèches, un autre roseau, peut-être l’Ampelodesmos tenax, spécialité de l’Égypte et de l’Inde538.

De quelques plantes merveilleuses

  • 539 Sur les merveilles de la flore, cf. T. Fahd, « Le merveilleux dans la faune, la flore et les minér (...)
  • 540 RST, 170.
  • 541 FAQ, 287.

125La première merveille de la plante, au fond, c’est celle-là : son usage, l’exercice du savoir-faire humain à partir du cadeau octroyé par Dieu. Mais il faut bien qu’elle nous propose aussi, comme l’animal, certaines énigmes qui, dépassant notre raison, nous renvoient à l’absolu mystère dont le Créateur seul détient les clés539. Parfois, c’est dans l’unicité même du spécimen que loge l’extraordinaire : témoin, sur un itinéraire du nord-est de l’Iran, ce platane « d’une hauteur que l’on n’a jamais vue » — ajoutons : et bien utile comme repère540. Ailleurs, l’arbre isolé sera aussi le seul de son espèce, tel celui qui, en Arménie, a poussé sur la tombe d’un compagnon du Prophète, et dont le fruit, semblable à l’amande, a meilleure saveur que le miel541.

  • 542 FAQ, 76, la situation opposée étant fournie par la pierre qui flotte ; les quatre noms de bois son (...)
  • 543 FAQ, 66 ; sur le sant, cf. ibid., xxx (gloss.), et Ghaleb, Dictionnaire, I, 570-572.
  • 544 FAQ, 207.
  • 545 MAQ, IV, 89.
  • 546 MAQ, ibid., et MAS (p), § 512, à propos de l’Inde, sans autre précision ; mais l’Inde musulmane (S (...)

126D’autres espèces suscitent la stupéfaction par une qualité à contre-courant des lois naturelles : le bois, qui est fait pour flotter, brûler et se résoudre en cendre, refuse, ici ou là, sa condition. Sont réputés sombrer l’ébène, le jujubier et « l’arbre de fer »542 ; brûler sans résidu ou presque, l’acacia543 ; incombustibles, la mousse séchée à l’ombre et, au Kirmān, un bois plus résistant encore que celui qui servit, selon les chrétiens, à faire la Croix544. Le gigantisme est le trait du bambou, dont les racines chemineraient sur cinq ou six parasanges, une trentaine de kilomètres545, et surtout du banian de l’Inde, décrit par Mas‛ūdī546 : « Cet arbre est l’une des merveilles d’ici-bas, l’une des curiosités extraordinaires du règne végétal. Il pousse hors de terre des branches entrelacées, et jamais on n’a vu plus beaux feuillages ni ramures. Il jaillit dans les airs aussi haut que les plus grands palmiers, puis tout cela se ploie, revient sur soi-même, s’enfonce pour partie dans le sol et, disparaissant à la vue, plonge dans les entrailles de la terre aussi profondément que l’arbre s’est élevé vers le ciel. Après quoi, ce sont d’autres rameaux qui apparaissent, viennent au jour comme ceux que nous avons déjà décrits, montent, puis prennent le chemin inverse et s’ouvrent un passage dans le sol, le tout sans qu’il y ait jamais rupture d’équilibre entre la partie de l’arbre qui s’élève dans les airs et s’épanouit dans l’espace, et celle qui disparaît sous la surface et se cache dans la terre. Si les Indiens ne chargeaient pas certains d’entre eux d’émonder ces arbres et de les traiter, pour des motifs qu’ils invoquent et qui ont rapport, selon eux, à la vie future, les banians s’étendraient sur le pays et le recouvriraient tout à fait. »

  • 547 Cette médecine, qui suppose des moyens particuliers (action à distance, transmutation de la plante (...)
  • 548 MUQ, 146, i.f.-147.
  • 549 MUQ, 397.
  • 550 MUQ, 368.
  • 551 FAQ, 66 ; cf. ibid., xlviii (gloss.), qui évoque le souvenir du buisson ardent (Exode, III, 2), ma (...)
  • 552 Persan ẖus, ẖōš (bon) et sāyè (ombre) : RST, 158 i.f.-159 (le mot employé est baqq, qui peut aille (...)
  • 553 MUQ, 397 ; le wāq-wāq est défini, de façon classique, comme un bois dont on fait des encriers : cf (...)

127Merveilles, aussi, de la magie, médicale547 ou autre. Dans la région de Mossoul, voici une herbe qu’il vous suffit d’arracher pour être délivré de vos hémorroïdes ou écrouelles, le tout possible, quand vous seriez à l’autre bout du monde, par les soins d’un intermédiaire, suivant la règle et le tarif que prescrit la coutume548. En Iran, c’est une plante qui, en s’étalant sur le sol, devient une matière vitreuse, d’un blanc éclatant, utilisée dans les remèdes549. Dans le Ğurğān, au sud-est de la Caspienne, un arbre, chaque année, pousse du fond d’un puits, et se retire ensuite ; l’autorité locale, une fois, voulut le retenir, par de grosses chaînes, mais l’arbre les desserra, les rompit et disparut550. Quel sortilège anime, en Égypte, cet autre arbre appelé mūmaqis, qui flamboie dans la nuit, comme un incendie, et rentre dans l’ombre dès qu’on s’en approche551 ? Quel est ce mystère de l’arbre « de bonne ombre » (ẖuš-sāyè), énorme et rond, qui suscita l’admiration des plus grands princes par sa beauté et, surtout, par ses fruits ventrus, à la peau mince, un peu plus gros que des pommes et emplis de moustiques552 ? Et quel est enfin, dans les accès de la grande mosquée d’Ispa-han, cet arbre dont on nous dit qu’il rappelle ceux du Wāq-Wāq, le pays lointain et énigmatique, aux fruits qui ont proprement figure humaine et qui crient lorsqu’ils tombent ou que le vent joue avec eux553 ?

  • 554 Supra, chap. v, p. 356-357.

128J’ai dit, à propos des animaux554, dans quel esprit se faisait la présentation des étrangetés de leur règne. Même démarche avec les plantes : il s’agit de ne pas laisser à l’étranger le monopole des merveilles, sauf peut-être à rester à mi-chemin dès que la voie ouverte bascule dans l’interdit, par exemple avec le Wāq-Wāq et ses hommes-plantes, qu’on n’ose pas tout à fait assumer. Au total, pourtant, le merveilleux n’accomplit pas ici de ces prouesses comme nous avons pu en saluer pour le domaine de l’animal. La raison en est sans doute que celui-ci dispose, vis-à-vis de l’homme, d’une marge d’indépendance infiniment plus grande, ce qui, en retour, laisse l’homme davantage libre d’imaginer cette vie qui échappe à son pouvoir de domestiquer, voire, simplement, d’observer, de connaître et de comprendre. A l’inverse, la plante, même la plus sauvage, reste toujours plus ou moins utilisable, et immobile sous le regard de l’homme qui peut ainsi l’investir tout à loisir. Elle ne se dérobe pas, mieux même : elle se prête. Avec elle, du coup, le merveilleux change de signe : l’homme ne le ressent plus comme un appel à explorer un domaine qui n’est pas le sien, celui de la vie sauvage, mais à rester chez lui, avec ses amis, à approfondir, développer, varier ses relations avec eux. Et pourtant, est-ce vraiment, comme je viens de le dire, changer de signe ? Même l’animal libre nous était, souvenons-nous, utile, en ce qu’il nous invitait à réfléchir, par son intermédiaire, sur le monde, ce monde qui, à la vérité, reste, domestiqué ou non, totalement nôtre et fait pour nous ; l’animal, simplement, nous rendait, par son indépendance éventuelle, cette relation plus difficile à saisir, peut-être. Rien de tel avec la plante. Maintenant, nous ne pouvons plus nous égarer ; elle fixe, sans les fantaisies de l’animal, le merveilleux à sa fonction même, qui est de désigner le rapport essentiel de notre corps et de notre esprit au monde, sous les mille formes qu’il peut prendre, à chaque occasion que lui donnent l’herbe, la feuille, la fleur ou le fruit.

Les plantes de la mer : ambre et corail

129On a déjà parlé de l’ambre par deux fois : dans ce même chapitre, avec les gommes et résines, où il s’agissait de l’ambre jaune ; et au chapitre précédent, à propos des baleines, réputées avaler l’ambre qui flotte sur les eaux. Celui-ci, gris et que nous appelons ambre animal, ne mériterait donc, dans nos textes, la seconde épithète que parce qu’il séjourne un temps dans le corps de la baleine, plus précisément : du cachalot ; par ses origines, en revanche, il échappe au monde des bêtes. D’où vient-il ? De la mer en furie qui le rejette, avons-nous dit. Mais encore ?

  • 555 Cf. supra, chap. III, p. 251.
  • 556 Les données sur l’ambre sont prises à ĞÂḤ (a), 202 ; Rel, § 4, 10, 14, 30 (et n. 1) ; HUR, 61 ; SI (...)
  • 557 Certains parlent aussi de la Méditerranée. C’est assez pour que Abū Zayd ns-Sīrāfī (SIR, 93 i.f.-9 (...)
  • 558 Cette réserve expressément faite par SIR, 131.

130C’est ici le lieu de se souvenir que la mer, comme la terre, a son monde à elle, avec ses paysages, ses arbres, ses forêts555 : en un mot, ses plantes. Des algues, ou du grand peuple sous-marin intermédiaire, par ses formes, entre le végétal et l’animal, aucune trace, sauf l’évocation générale que l’on vient de signaler. Deux exceptions seulement, avec deux plantes d’exception : l’ambre, justement, et le corail. Le premier556 est, en son énorme majorité, un produit des mers d’Orient. Réserve faite de l’Océan, le long de la péninsule ibérique557, où il abonde assez, il est vrai, pour être exporté, l’ambre vient des côtes de l’Afrique orientale, de l’Inde, de la Birmanie et des îles de la Sonde. Mais le meilleur peut-être appartient aux rivages que l’Islam tient ou visite communément : ceux, arabes ou africains, du golfe d’Aden et de la mer Rouge, en sa partie méridionale au moins558, et surtout la façade qui, du Yémen vers l’est, regarde l’océan Indien.

  • 559 MUQ, 102 (sur āyib, cf. BGA, IV, 182) et 239 i.f.

131Aucun doute sur l’origine de l’ambre : Muqaddasī, seul, dit clairement que personne, à commencer par lui, n’en sait rien. Les autres, au contraire, sont sûrs d’eux : l’ambre est une sorte de truffe ou de champignon, une plante de la mer, que celle-ci, en sa furie, rejette sous la forme de fragments tantôt énormes, de la taille de rochers, de taureaux ou de chameaux, tantôt réduits au volume et à la forme d’un oeuf d’autruche, ou plus petit. La couleur varie du blanc au gris-bleu, au gris clair, au bleu pâle. Étrange plante, en vérité, qui n’est ainsi expulsée du fond des eaux qu’à de certains moments, et notamment, en Arabie, lorsque souffle le vent du soir559.

132Plus curieux encore : cette plante surgit de la mer sous forme d’une pâte incandescente. Avec les spécialistes, Ya‛qubi distingue trois variétés. D’abord l’ambre de rivage, que l’on recueille une fois qu’il s’est refroidi et solidifié. Abu Zayd as-Sirāfī, repris par Mas‛ūdī, indique à ce propos le moment et les moyens requis : par les nuits où brille la lune, on s’en va, le long de la mer, promener des chameaux spécialement dressés à détecter l’ambre, devant lequel ils s’arrêtent quand ils l’ont trouvé : version orientale, dirions-nous, du chien ou porc truffier. Ensuite, l’ambre dit de poisson, ou avalé, entendons : absorbé par le cachalot qui, rongé de ce feu, vient mourir et flotter à la surface des flots. Enfin, le plus étonnant, l’ambre de bec : « Le fragment ballotté par la mer est aperçu par un oiseau noir, semblable à l’hirondelle, qui s’y précipite en battant des ailes ; mais à peine s’est-il approché et posé dessus, que l’ambre se colle aux griffes et au bec qui le touchent, si bien que l’oiseau meurt et se décompose, le bec et les griffes restant pris dans l’ambre. »

  • 560 MUQ, 102 ; sur le mot šuqqa (remplacé par ṯawb dans la variante de la n. d), cf. BGA, IV, 276, et (...)

133Plante étrange, plante précieuse, qui entre dans la préparation de quelques-uns des parfums les plus raffinés. Sans doute y a-t-il ambre et ambre, Ya‛qūbī établissant de savantes hiérarchies où se croisent la couleur, l’origine, la consistance, le degré de pureté et l’odeur. Le meilleur, de toute façon, ne saurait venir, nous dit l’auteur de la Relation, que d’une mer immense et profonde : un peu comme si l’espace du ciel libre et ensoleillé, nécessaire à toute plante pour vivre, se renversait ici, d’une profondeur égale, vers les gouffres, tout aussi insondables, de la nuit marine. Arraché à ces mystères, l’ambre ne circule pas toujours, chez les hommes, aussi librement que paraîtraient l’y porter les caprices de la mer. Ramassé sur le rivage, recueilli sur les flots ou extrait du cachalot, il lui arrive de passer par les mains de celui que l’on n’attendait pas, mais qui se manifeste toujours pour peu que le profit soit sûr : l’État. Dans l’Arabie du Sud, toute trouvaille, toute récolte doivent lui être remises ; et pour être bien sûr que rien ne lui échappera, il paie la prise, menue ou grosse, de la même rétribution : un vêtement et une pièce d’or560.

  • 561 Cf. MAS (p), § 1107, 1425 ; ḤAW, 75, 79 ; MUQ, 16, 18, 239, 378 ; Ḥud, 154. Les mots employés sont (...)
  • 562 Cf. supra, chap. iii, p. 242 ; répartition fondée sur Coran, LV, 22 : t De ces deux mers provienne (...)
  • 563 « Le port du ẖaraz », nom générique des petits coquillages, boules de verroterie et autres colific (...)

134Le corail561, lui, est résolument de Méditerranée : il est même, de cette mer, le signe par excellence, tout comme la perle pour celles d’Orient562. Nos textes précisent les lieux de pêche : Ceuta, Ténès, surtout Marsä l-Haraz (La Calle)563 et Ṭabarqa. Ibn Ḥawqal évoque les barques utilisées, tantôt petites et fort jolies, tantôt beaucoup plus grandes, montées par une vingtaine d’hommes, et constituant de véritables flottilles. La pêche, nous explique Muqaddasī, se pratique au moyen de croix, dont le bois, garni de lin brut, accroche au passage les aspérités du corail, au fur et à mesure de la progression de la barque. Travail pénible : la croix et son butin exigent, pour être remontés, les efforts de deux hommes, qui halent le tout au moyen de deux grosses cordes.

  • 564 Contrairement à Ibn Ḥawqal, cité ici, Dioscoride (dans Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 224) fait inter (...)
  • 565 MUQ, 378 ; sans doute variation sur la formule coranique, pour les femmes qui attendent les élus a (...)

135Ici encore, il s’agit d’une plante, « qui pousse dans l’eau comme un arbre, avant de s’y pétrifier, entre deux grandes montagnes »564. Elle ne prend couleur et éclat qu’une fois amenée au jour, mais alors elle en est le symbole même, et rien n’est plus beau qu’un visage qui rappelle la perle et le corail565. A partir des renseignements fournis par Ibn Ḥawqal et Muqaddasī, on peut assez bien reconstituer la pratique commerciale : sur des marchés spécialisés, les pêcheurs vendent, en bloc et à bas prix, des quantités parfois énormes de corail à des courtiers qui manient, eux, des fonds considérables et jouent sur les transactions à longue distance. Aucun doute : il s’agit d’un trafic extrêmement lucratif, qui traîne après lui la vie large, ripaille, beuveries et le reste. Et là encore, l’État est à l’affût : ses agents contrôlent les volumes recueillis et perçoivent les droits afférents. A tous ceux-là, peu importe finalement, on le voit, que le corail ait son mystère.

Notes

1 Les principes en ont été rappelés supra, chap. v, p. 318, n. 1 i.f.

2 MUQ, 97, l’Oman étant englobé dans une Arabie définie comme « le port du monde » (furdat ad-dunyā) : un contexte général, on le voit, de carrefour.

3 Ḥud, 152.

4 Cf. infra, à propos de ces plantes. Muqaddasī traduit à sa manière ce sentiment de la marginalité du Sind (vallée de l’Indus) : « N’était la crainte d’un livre imparfait, laissant en dehors une partie de l’Islam, je me serais abstenu de parler du Sind » (MUQ, 475).

5 Coran, XIV, 37/32 et XVI, 11 ; cf. également II, 20/22, VII, 55/57, XIII, 3, XIV, 40/37, XVI, 69/67, XXXV, 25.

6 Ya’qūbī (trad. Wiet, p. xvii) « donne assez peu de détails sur les cultures, se bornant à indiquer si les régions sont prospères ou incultes ». Un Ibn al-Faqīh, à sa manière propre, insistera plutôt sur les curiosités. L’auteur des Hudūd al-’ālam s’attachera surtout, lui, aux aspects économiques (productions et commerce). Les géographes des masālik wa l-mamālik, enfin, se placent, selon les cas, dans l’une ou/et l’autre de ces perspectives.

7 ḤAW, 182 (trad., p. 180, n. 880), 185 i.f. ; MUQ, 54, 154 (trad., p. 335), 232, 301, 391, i.f., 455. J’ai signalé, dans l’Anti-Liban, une passe (‛aqaba) des Grenades (ar-Rummān) : cf. supra, chap.I, p. 37 (et n. 2). Cf. aussi (pour le sorbier) MUQ, 462 et 473.

8 RST, 163 i.f.-164 et 165.

9 MUQ, 359 i.f., qui souligne la valeur de ce genre de détails, pour un livre digne de ce nom, comme le sien.

10 MUQ, 141, 161, 162, 359 i.f.

11 Ex. MUQ, 180-181, à propos de la Syrie-Palestine.

12 RST, 116 i.f.

13 FAQ, 27 (la distinction est, on s’en doute, moins nette dans la réalité : cf. QUD, trad., p. 148 ; HAM, 133 ; MUQ, 94, 1. 15) ; sur ces végétaux, respectivement ġadā (ġadāt), falh, samur et asal, cf. Ghaleb, Dictionnaire, I, 66, 571-572, II, 209, et Coutière, Le monde vivant, op. cit., V, 204-206.

14 RST, 156-160.

15 FAQ, 118 i.f. sq.

16 MUQ, 402 (d’après Coran, LIII, 14) ; sur le sens exact du mot « lotus » (sidra), voir infra, à propos des arbres fruitiers (nabiq) ; sur l’expression sidrat al-muntahä, cf. Blachère, Coran, II, 84 (note) : compte tenu du contexte de Muqaddasī, c’est évidemment l’interprétation traditionnelle qui est adoptée ici.

17 MUQ, 136, 146 (Coran, XXXVII, 144-146) ; je choisis, pour le mot de yaq- ṭĩn(a), la trad. Blachère, mais il peut s’agir d’une autre cucurbitacée, courge, citrouille ou potiron : cf. Ghaleb, Dictionnaire, II, 658.

18 Coran, XXIV, 35 ; MUQ, 46 (avec une autre tradition renvoyant au mont des Oliviers ; cf., sur cet arbre cosmique, ibid., trad., p. 119, n. 7), 209.

19 MUQ, 172 (Coran, XIX, 25).

20 RST, 192, dans une liste typique des catalogues de l’adab : mention de ceux qui innovèrent, dans les domaines les plus divers.

21 FAQ, 126 (Coran, XXXVII, 45/46, et XLVII, 16/15).

22 FAQ, 123 i.f.

23 Muqaddasī étant le plus complet. Afin d’alléger, autant que faire se peut, l’annotation, nous n’avons pas fait figurer, sauf exception, les références au texte d’Istabrī, qu’Ibn Hawqal, on le sait, reprend et développe. Pour d’autres raisons, on n’a pas fait figurer ici le Calendrier de Cordoue, sauf à éclairer tel ou tel détail par ailleurs signalé dans les autres textes. Le Calendrier, ouvrage spécialisé à la fois géographiquement (Espagne) et techniquement (il combine un almanach et un calendrier, ce dernier essentiellement liturgique : cf. Ch. Pellat, introduction, p. x), ne saurait être mis sur le même plan que les autres ouvrages, traitant, eux, de l’ensemble du monde musulman, que ce soit par le biais de la description (type : le genre des masālik wa l-mamālik) ou par l’évocation des spécialités et curiosités, dans l’esprit de l’adab (type : la géographie d’Ibn al-Faqīh). A la limite, le Calendrier risquerait même de fausser, en faveur de l’Espagne ou de telle plante par ailleurs inconnue ou non signalée, la vision d’ensemble d’une géographie de laquelle, sans doute aucun, il ne participe pas.

24 MUQ, 439 ; sur les surūd, cf. supra, chap. iv ; sur le problème posé par le verbe na‛aša (mais le sens est clair), cf. BGA, IV, s.v.

25 Ces paysages ont déjà été évoqués au chapitre I. Pour d’autres références, cf. RST, 112, 149, 163-164, 170, 172, 173, 177-178, 186 ; YA‛Q, 269, 273, 276, 288, 309, 332, 341, 343, 346, 351, 352, 354, 357, 358, 360 ; ḤAW, 30, 33, 36-37, 47, 67, 70, 81, 86, 88, 89, 144, 147, 154, 176, 182, 217, 221, 223, 227, 239, 253, 303, 311, 324, 326, 335, 347, 349, 353, 358, 366, 368, 369, 373, 379, 405, 407, 408, 431, 441-443, 445, 449, 452, 464, 472, 473, 477, 479, 480, 482, 486, 493, 495-496, 498, 499, 501, 503-505, 507, 508, 510, 511, 514, 517, 519 ; MUQ, 79, 84, 85, 87, 94, 139-142, 160, 162, 164, 171, 173-175, 183, 186, 195, 197, 200, 201, 203, 206, 209, 212, 213, 224, 227, 233-235, 255 (n. i de 254), 257, 271, 279, 283, 284, 291, 292, 295 (et n. a), 297, 299, 300 (et n. l), 301 (n. b) - 304, 306 (manqūšat al-‛imāra : cf. BGA, IV, 367, et Dozy, Supplément, II, 712 : sens confirmé par locution voisine, ibid., 297), 307 (muštabikat al-‛imāra), 308, 313 (et n. c), 314 i.f.- 316, 317 (n. n), 318, 319 (et n. e), 320 (et n. s), 321 (et n. g), 329, 331, 332, 334, 340 (n. d), 353, 354, 356, 359 (n. k), 375, 377, 378, 390, 392 (n. a), 396, 407, 408, 411-414, 425, 426, 429 (cultures arrosées au seau), 432, 436, 437, 451 (et n. b de 450), 453, 462, 463, 466, 470, 471, 474, 478, 479, 483, 484, 488, 493 (mazāri‛ wa zar‛), 494 (et n. s de 493), 495 ; Ḥud, 143, 149, 150.

26 Cf. RST, 165 ; HAW, 159, 445 ; MUQ, 85, 196, 254 (n. i), 303 (n. d de 302), 304, 394 (mutaqaṭṭi‛at al-‛imāra), 421.

27 MUQ, 193, 195.

28 Sur le mot mumtār (racine myr : approvisionnement en grains), cf. ḤAW, 34 (IṢṬ, 25) et 326 (IṢṬ, 106). Sur les autres termes (ẖān étant lui aussi une sorte de désignation technique), cf. MUQ, 85, 86, 196, 295, 300 (et n. l), 301 (n. b), 304, 313 (et n. d), 315, 317 (n. n), 318, 319 (n. c), 320 (n. s), 321 (n. g), 340 (n. : « greniers » de Nīsābūr dans une liste de l’impôt foncier (ẖarāg) : la désignation technique et la circonscription officielle, cadastrale, on le voit, coïncident), 378, 471 (accumulation : ẖizāna, maṭraḥ et maġūta avec farğat (furğat) at-tuğğā: le contentement des marchands), 425, 426, 463 (al-maṭraḥ et al-maġūta employés absolument ; plus loin, ibid. : ẖizāna maqṣūda : un grenier recherché), 479 (peut-être ici, il est vrai, furḍa au sens strict de port : il s’agit en effet d’ad-Daybul, port du Sind), 484, 493 (au sens absolu : fīhi farağ (soulagement, consolation, secours) wa maġūta ; plus loin, ibid., ẖizāna comme nom propre d’une localité).

29 MUQ, 235, 299, 413.

30 MUQ, 320 (n. s), 334.

31 YA‛Q, 288 ; ḤAW, 473, 504, 508, 510.

32 MUQ, 183, trad., p. 224, n. 56.

33 ḤAW, 144, 147 ; MUQ, 65, 208, 212.

34 ḤAW, 136-137 ; en revenant, dans le prochain volume, sur la vie des champs, on évoquera également, avec ces textes, le Calendrier de Cordoue. Cf. aussi, pour l’Égypte, dans une version, plus abrégée, de Mas‛ūdī, supra, chap. II, p. 184.

35 Cf. les références données plus loin, pour les céréales, en général, ou pour les espèces.

36 Grenades (ḥabb ar-rummān), cerises (ḥabb al-mulūk), ḥabb al-‛arūs (cubèbe), ḥabb hān (cardamome)... : cf. les ex. donnés par Dozy, Supplément, I, 239 i.f.-241. Particulièrement net : ḤAW, 254 (IṢṬ, 63 ; ḥubūb : froment, orge et fèves).

37 Exemple particulièrement clair : ḤAW, 288, qui distingue fruits (fawākih), légumes (buqūl) et zar‛

38 Cf. Lisān, s.v. ; Dozy, Supplément, I, 586, et BGA, IV, 253. Que veut exactement dire MUQ, 493, par l’expression mazāri‛ wa zar‛ (citée supra, p. 397, n. 2 i.f.) ? Des champs cultivés et (notamment) des céréales, ou : des céréales et (plus généralement) des champs cultivés ? Ibid., zurū‛ wa hubūb, champs semés et grains : céréales et autres graines ? champs et céréales ?

39 Cf. BGA, IV, 231. Je note chez MUQ, 196 (n. l), 226 et 436, la juxtaposition ẖayrāt-ḥubūb : céréales-graines (en général).

40 Il serait vain d’espérer toujours faire la distinction entre champ en général et champ céréalier. Pour Muqaddasï, j’ai considéré zar’, zurū‛ et mazāri‛ comme des mots du champ en général (les références figurent donc, avec sawād, ḍiyā‛..., supra, p. 397, n. 2) ; je considérerai, comme renvoyant au champ céréalier, ḥubūb et ẖayrāt. Pour les autres auteurs (RST, YA‛Q, ḤAW et Ḥud), je m’en suis remis au choix du traducteur. L’arbitraire, dans un cas et dans l’autre, n’est pas niable ; mais peut-on et doit-on chercher à le réduire, alors que le lien entre les deux champs est, dans bien des cas, inextricable ?

41 Cf., selon les modalités indiquées à la note précédente, YA‛Q, 334 (muzdara‛), 358 ; ḤAW, 74, 79, 86, 88, 89, 93, 136-142, 159, 160, 175, 176, 182, 211, 213, 221, 234, 239, 243, 244, 246, 253, 254, 256, 258, 269, 288, 336, 337, 339, 362, 365, 404, 420, 421, 439, 441, 443, 445, 448, 451, 476, 481, 500, 504 ; MUQ, 33, 86, 92, 116, 160, 175, 195, 196 (n. l), 201, 203, 224, 226, 227, 229, 231, 233, 255 (n. i de 254), 279, 283, 284, 287, 290 (n. g), 291 (et n. a), 299, 302 (n. d), 303, 306, 308, 311 (n. p), 313 (et n. d), 314, 318, 319 (et n. c), 320, 354, 378, 388, 392 (n. a), 394, 402, 407, 409, 412-414, 421, 425, 431, 433, 434, 436, 452, 464-466, 474 ; Ḥud, 105, 108-109, 142.

42 ḤAW, 288.

43 ḞAQ, 124 (les références coraniques sont indiquées dans la traduction). Les mots qui nous intéressent sont ḥabb (grain), avec zar‛ et zurū‛, que H. Massé et Ch. Pellat traduisent par « céréales », « cultures », « champs ensemencés », et Blachère, dans sa traduction du Coran, systématiquement par « céréales ».

44 Dans un des passages coraniques invoqués (qui intègre, dans le débat, la luzerne et l’olivier), c’est par un tour de passe-passe qu’Ibn al-Faqīh (ou plutôt le personnage qu’il cite), tirant argument de l’ordre d’énonciation (grain, vigne, luzerne, olivier et palmier : Coran, LXXX, 27 : infra, p. 471, n. 1), peut conclure avec un bel aplomb que Dieu a donné la première place à la vigne : par rapport au palmier soit, mais pas dans l’absolu, sinon qu’à ignorer superbement ce « grain » qui précède.

45 ḤAW, 136-137 ; MUQ, 65 (n. k de 64), 138 (sur ḥaṣūd, pl. ḥawāṣīd : moissonneurs, cf. BGA, IV, 215), 212, 291, 357.

46 MUQ, 452 (autres références infra, à propos du blé, de l’orge et du riz).

47 ḤAW, 136-137 ; MUQ, 65 (n. k de 64), 212 ; autres références infra, pour les espèces détaillées de céréales.

48 MUQ, 138, 145, 180, 193, 195, 318, 324 ; Ḥud, 134 ; autres références infra, pour les espèces détaillées de céréales.

49 MUQ, 138, 193, 195, 196, 410 i.f.

50 ḤAW, 84, 101 (comp. avec 102 i.f.), 385, 449, 511 ; MUQ, 285, 469 (n. e).

51 FAQ, 29, 84 ; ḤAW, 74, 76, 77, 79, 80, 84-88, 91, 101, 102, 131, 138, 154, 180, 211, 213, 217, 218 i.f., 221, 254, 302, 385 ; MUQ, 85, 160, 195 (n. l), 228, 465, 480 ; Ḥud, 147.

52 Cf. Lisān, s.v.

53 YA‛Q, 331-332 ; MAS (t), 36.

54 Sur les blés d’Égypte, cf. G. Heuzé, Les plantes céréales, Paris, 1896, p. 138-141, 146-147, 149 ; sur le blé de Joseph, encore connu sous ce nom en Égypte (dakkar Yusfi), cf. M. Aziz Fikry, Les blés égyptiens (tiré à part de Bulletin de l’Union des Agriculteurs d’Égypte [Le Caire, Société royale d’Agriculture], 296-297, oct.-nov. 1938), p. 10 i.f.

55 Comme il s’agit de Siğilmāsa, je pensais d’abord à une céréale de type sorgho ou millet (cf., pour la même région, YA‛Q, 359). Mais le texte de ḤAW, 91, qui ne précise pas la nature de la semence ni de la plante, voit ses difficultés levées par Idrīsī (éd. Dozy et de Goeje, Description de l’Afrique et de l’Espagne, op. cit., 60 i.f., trad., p. 70), lequel, citant explicitement Ibn Ḥawqal, parle de froment et donne le nom local de la plante, yirdan tīzwāw, où se lit le berbère irden, blé : cf. ibid., p. 387. Sur l’expression ṣulb al-maksir, employée par Ibn Ḥawqal, cf. BGA, IV, 341.

56 RST, 111, trad., p. 125, n. 2 (avec référ.). Le Lisān, s.v., en fait une variété yéménite de blé, avec deux grains dans l’enveloppe ; ce trait, joint à l’indication d’un tégument aussi mince que celui du riz, semble renvoyer à une espèce de Triticum sativum dicoccum (amidonnier), aux glumes gris très foncé ou d’un noir intense (cf. Coutière, Le monde vivant, op. cit., IV, 274) : cf. la trad. par « blé noir » de Wiet. Sur le blé amidonnier noir, réputé originaire d’Abyssinie (d’où la possibilité de son passage au Yémen), cf. Heuzé, op. cit., 153. Sur le ‛alas, cf. Ibn Durayd, cité par H. Lammens, Le berceau de l’Islam, Rome, 1914, p. 83, n. 5 ; Ibn al-Baytār, cité dans E. Fagnan, Additions aux dictionnaires arabes, Alger, 1923, p. 119.

57 RST, 109 ; Ḥud, 147.

58 MUQ, 104, 133, 195 (n. l), 410 i.f. (importation de farine), 417 (mesures pour le pain), 451, 452, 482. Pour les moulins en général, cf. ḤAW, 219 ; MUQ, 195, 412 ; supra, chap. II, p. 151, 204, 207.

59 ḤAW, 101, 219 ; MUQ, 195 (et n. l), 370, 390 (étymologie du nom d’une ville : Ardistān, du persan ārd (farine), en raison de la blancheur du sol), 410 i.f., 480.

60 Huwwārä, adj. ḥuwwārī (pour la farine ou le pain) : cf. MUQ, 151, 164, 181, 199, et BGA, IV, 220. Pour évoquer le meilleur pain de froment possible, ḤAW, 95, donne, côte à côte, ḥuwwārä et samīḎ (samīd) : le dernier mot ne peut, dans ce contexte, que renvoyer lui aussi à une farine très pure, un peu moins fine peut-être que l’autre (cf. le sens actuel de « semoule »), mais sans qu’il puisse s’agir, en tout cas, de semoule dans ledit contexte (trad. Wiet, p. 93 : farine de semoule).

61 Ka‛k (cf. Dozy, Supplément, II, 474) : MUQ, 195 ; āfrūša (cf. BGA, IV, 175) : MUQ, 356, 370.

62 J’impute au blé toutes les apparitions du pain, chaque fois qu’il n’est pas précisé qu’il est fabriqué à partir d’autres céréales. Cette attribution ne paraît pas, au demeurant, faire de doute, par l’ampleur des citations, leurs détails, l’eulogie qu’elles entraînent.

63 MUQ, 199, 416, 480. Autres indications de pain de riz, par d’autres auteurs, infra, à propos de cette céréale.

64 MUQ, 199, 273 (fourniture de pain aux indigents), 283, 285, 369, 373, 390, 392, 393, 424, 425, 480, 495.

65 MUQ, 86, 285, 307, 311 (et n. p), 320, 326, 357, 359 (ẖubzuhum atīr ; le mot atīr [bouillie de farine et de gruau, d’après grec athara ou athèra : cf. BGA, IV, 177) est à prendre ici, comme l’indique fort bien G. Baldacchino dans sa trad. partielle (thèse de 3e cycle, Université de Paris-III, 1978, 2 vol. : p. 214, n. 135), au sens simple (et métaphorique) de bouillie ; cf., dans le même texte, un peu plus loin, la même idée exprimée autrement : ẖubzu l-ḥinta (n. k : ẖubzuhum) yusakkiru : le pain de froment (leur pain) étouffe ; le sens de « bouillie de farine et de gruau » est, en revanche, à retenir plus loin (à propos des Khazars, donc en dehors du monde musulman), cette fois avec l’article (hubzuhum al-atīr) : MUQ, 361, et Baldacchino, 220, n. 197), 391, 392 (n. a), 410, 411, 429, 465, 466.

66 MUQ, 183 i.f., 205.

67 RST, 109, repris dans Ḥud, 147.

68 ḤAW, 74, 76, 77, 79-81, 84-88, 91, 94-95, 101, 102, 154, 180, 211, 217, 219, 221, 254, 302, 385. Cf. également FAQ, 84.

69 MUQ, 133, 451, 452.

70 MUQ, 330 ; cf. Géographie II, 17, fig. 6.

71 Cf. E. de Zambaur, « Habba », dans EI (2), III, 11 (le riz, on va le voir, est dans le même cas).

72 ḤAW, 94-95 (sur le terme samīd, cf. supra, p. 402, n. 6).

73 MUQ, 188 i.f. (et 189, n. a, qui étend au Liban l’existence de ces pratiques) ; texte essentiel pour l’histoire de la naissance des confréries mystiques en Islam : celle-ci, je l’ai dit, a son oratoire, une « règle », un vêtement uniforme (de laine : ṣūf) et un chef, Abu Isḥāq al-Ballūṭī (allusion au chêne, ballūṭ, qui fournit la nourriture), adepte des doctrines du célèbre Sufyān at-Tawrī. A noter que le Golan de Muqaddasī est largement décalé vers le nord par rapport à la réalité.

74 RST, 109 (Yémen : trois ou quatre récoltes annuelles, comme pour l’orge, mais ici non repris par Ḥud) ; YA‛Q, 332 ; FAQ, 187 ; ḤAW, 136, 137, 154, 160, 213, 254, 324, 439, 444 ; MUQ, 33, 128, 160 (n. g), 162, 180 i.f., 201, 203, 208, 271, 318 i.f., 324, 353, 370, 402, 405, 408 i.f., 417, 443, 474, 480, 481, 484 ; Ḥud, 150 (persan birinğ, mais texte peu sûr).

75 MUQ, 176 (trad., p. 207, n. 256) : engagement d’un « salarié » (ağīr) moyennant remise de la portion fixée par la coutume (‛urf).

76 ḤAW, 255 (tūmana ; cf. trad., p. 252, n. 46, avec référ.) ; MUQ, 417 (tamüna : cf. BGA, IV, 198), 452. L’orge aussi, on l’a dit, était dans ce cas, mais le riz n’est pas, au moins chez Muqaddasī, confiné ou presque, comme elle, à ce genre de données.

77 MUQ, 208 i.f. (et n. q), 436. Peut-être la raison est-elle à chercher dans ce que dit Ibn Ḥawqal, à propos du ẖūzistān : l’eau est si précieuse qu’on la récupère après qu’elle a arrosé les cultures (ḤAW, 253).

78 ḤAW, 254, 381 ; MUQ, 354, 416, 480 ; Ḥud, 134, 137.

79 MUQ, 359 (et n. k), 371 i.f. Le pain de riz est, en revanche, parfois considéré comme peu nourrissant (cf. Ibn al-’Awwām, Kitāb al-filāḥa, trad. Clément-Mullet, Paris, 1864-1867, II/1 , p. 62, cité par G. Baldacchino, op. cit., 201, n. 28) et, de toute façon, dangereux si, après s’y être accoutumé, on revient au pain de froment : surviennent alors des coliques mortelles ; cf. les adjonctions (de la fin du xiie siècle : ḤAW, 216, 223-224, 431, 435) à ḤAW, 254 (IṢṬ, 63).

80 Cf. Braudel, Civilisation matérielle, op. cit., 109.

81 Sur les dates de composition, cf. Barthold et Minorsky, dans Ḥud, 19 et 168, et Wiet, introd. à la trad. de ḤAW, XII (cf. ḤAW, 259). Après avoir dit (IṢṬ, 63 ; ḤAW, 254) que « le ẖūzistān dispose de la masse (‛āmma) des grains (ḥubūb), comme le blé, l’orge et les fèves » (avec variantes min/ka et bāqillā’/fūl), les deux auteurs divergent. Selon Iṣṭahrī, « l’essentiel des grains du ẖūzistān, après le blé et l’orge, est le riz, que l’on cuit et qui est ici une nourriture, comme dans la cam pagne irakienne ». Pour Ibn Ḥawqal, « le riz est si abondant, au Hūzistān, qu’on le moud, cuit et mange, et qu’il est ici une nourriture, comme dans les campagnes irakiennes » : toute référence au blé et à l’orge a disparu de la seconde phrase.

82 Tel est l’avis de F. Braudel, op. cit., 121-122. Pour le débat autour d’éventuelles origines orientales, cf. J. Dupuis, a La diffusion médiévale du maïs dans l’ancien monde et l’hypothèse de voyageurs arabes dans l’Amérique précolombienne », Comptes rendus trimestriels de l’Académie des Sciences d’Outre-Mer, XXXIV, 1974, p. 381-390 et 402-406 (discussion, avec prise de position très nette, en faveur de l’origine américaine, de R. Mauny). Si le maïs est prouvé comme étant américain, il faut rectifier la traduction par a maïs » de Wiet (YA‛Q, 345, 359, trad., p. 205, 225, citée dans la discussion évoquée) et de Ch. Pellat (MAS (p), § 872, pour l’Afrique orientale : cf. Géographie II, 187, n. 1).

83 Par lequel on traduit maïs (et aussi millet et sorgho : cf. Pellat, L’arabe vivant, col. 518, et H. Wehr, Arabisches Wörterbuch für die Schriftsprache der Gegenwart, Leipzig, 1958, p. 278), ce qui peut expliquer les traductions signalées à la note précédente. Pour l’emploi de dura et duẖn dans l’Égypte moderne, cf. Baedeker, Égypte et Soudan, op. cit., LXXV i.f. Sur dura, duhn et gāvars, cf. Ibn al-Baytār, Traité des simples, op. cit., I, 341, II, 81-82, 146-147.

84 Coutière, Le monde vivant, op. cit., IV, 247 ; sur les sorghos et millets, ibid., 244-245 et 247-248 ; M. Sorre, Les fondements de la géographie humaine, Paris, 2 v., 1951-1954 : t. I, p. 129, 135, 139, 142, 143, 147, 148, 159, 237, 238, 240, 241, 255, 257-259, 263, 264. Pour nos auteurs, cf. YA‛Q, 295 (Turcs d’Asie Centrale), 345, 359 ; FAQ, 87 (Ġāna, où l’on donne au Ḏura le nom de duẖn) ; ḤAW, 55 (Nubie et pays bedja), 311, 312, 328, 366 ; MUQ, 86, 452, 470 (avec lecture incertaine : Ḏura ou nadä (note i i.f.) : graisse ? Cf. BGA, IV, 362) ; Ḥud, 123, 124, 147. Les traductions sont très flottantes (sans parler de « maïs »), millet étant donné indifféremment pour duẖn et dura. J. Cuoq (Recueil des sources arabes concernant l’Afrique occidentale du viiie au xvie siècle, Paris, 1975, p. 131, n. 1) donne, après d’autres chercheurs (cf. Géographie II, 187, n. 1), sorgho pour Ḏura (et non Ḏurra) et millet pour duẖn. Sur le sorgho et le millet pour l’Afrique occidentale, cf. Cuoq, op. cit., index, 466 (corriger la référence pour le mil : 54, et non 34) et 487. Si l’on suit la proposition de l’auteur, il faut lire, p. 54, pour le texte d’Ibn al-Faqīh (yusammūna Ḏ-Ḏurata d-duẖna) : ils appellent le sorgho (Ḏura) mil (duẖn).

85 Cf. Braudel, Civilisation matérielle, op. cit., 80, 109 ; Coutière, Le monde vivant, op. cit., IV, 244.

86 Cf. Planhol, Fondements géographiques, op. cit., 93, 245, 267, 362.

87 Turque selon YA‛Q, 295, mais on peut penser que l’usage déborde sur les zones, converties ou non, des frontières de l’Islam (au demeurant cette description vient-elle, chez Ya‛qūbī, avec celle de la région frontière du Šāš).

88 Braudel, op. cit., 82. Ces magasins (ẖaza’in) sont signalés par MUQ, 86 : ils se trouvent dans trois villes côtières et sont destinés à l’approvisionnement d’Aden.

89 On reviendra plus loin sur le mot de qaṣab (roseau) ; nāy se trouve dans l’expression nāy-šakar (Ḥud, 108, 134).

90 Sur la canne et le sucre, cf. ĞĀḤ (t), 159, 160 ; RST, 111 ; ḤAW, 91, 131, 137 (pressoirs), 138, 142 (pressoirs), 176, 253, 254, 257, 312, 320, 324, 451 ; MUQ, 33, 97, 161, 162 (et n. i), 180, 181, 183 i.f.-184, 203, 284 (pressoirs), 357 i.f. (mais cf. infra, p. 411, n. 4), 402, 405, 407-409, 416, 420, 421, 424, 433, 443, 452, 470 (et n. i), 474, 480, 481 ; Ḥud, 108, 123, 124, 130, 134. Sur le pl. aqṣāb, cf. BGA, IV, 325.

91 ḤAW, 137, 142 ; MUQ, 284 ; sur le mot mi‛ṣara, cf. BGA, IV, 301.

92 MUQ, 407, signale, visiblement comme une exception, une région du pays où on ne la cultive pas.

93 Ces notations sont prises à MUQ, 408 et 416 ; pour le Yémen, elles contredisent la présence, en ce pays, de la canne, signalée par RST, loc. cit. Ḥud, 130, avec quelque exagération, fait de la région de ‛Askar Mukram le fournisseur du monde entier.

94 Ḥud, 130.

95 Mots pris au persan : kend, pānīd (pānīd).

96 ḤAW, 312 (corriger bihimā en bihi : cf. trad., p. 307).

97 Cf. le contexte : MUQ, 161.

98 MUQ, 184 (sur nāṭif en ce sens, cf. BGA, IV, 364).

99 ‛Asal al-qaṭar (vocalisation du dernier mot prouvée par la rime) : MUQ, 402 ; BGA, IV, 327-328, et Dozy, Supplément, II, 364.

100 Plus rapide que ne le laisse entendre F. Braudel (Civilisation matérielle, op. cit., 166), à propos du Maroc : cf. ḤAW, 91. Sur la diffusion du sucre, cf. Lombard, L’Islam, op. cit., 167.

101 Un autre mot, celui du jardin en principe clos (ḥadīqa), est infiniment plus rare dans nos textes (cf. infra, p. 410, n. 7).

102 MUQ, 306 i.f.

103 Sur le sens de buqūl, cf. Lisān, s.v. ; Dīnawarī, Kitāb an-nabāt/The /look of plants of Abū Ḥanīfa ad-Dīnawarī, Part of the alphabetic section (-z), ed. B. Lewin, Uppsala-Wiesbaden, 1953, p. 63 i.f.

104 Cf. supra, chap. I, ce qui a été dit, notamment, à propos des campagnes de l’Islam.

105 Exemple tout à fait clair : MUQ, 371, à propos de la consommation, dans les régions au sud de la Caspienne.

106 MUQ, 235 ; sur ce sens de munya, cf. BGA, IV, 357, et Dozy, Supplément, II, 620. Pour un autre sens (résidence à la campagne, « folie »), cf. R. Arié, L’Espagne musulmane au temps des Nasrides, Paris, 1973, p. 220, 374 (et n. 3). Autre mot, à propos du Maġrib, pour désigner le jardin avec arbres : ġayt, pl. ġīṭān (MUQ, 216 ; cf. BGA, IV, 312, et Dozy, Supplément, II, 235).

107 MUQ, 424.

108 MUQ, 433.

109 MUQ, 449.

110 MUQ, 171.

111 ḤAW, 147 : basātīn et ağinna (pl. du pl. ğinān).

112 Pour la place du mot et du concept dans le Coran et la tradition, cf. L. Gar-det, dans EI (2), II, 459-464. Claire évocation dans MUQ, 449 (1. 19) et 450 (n. b, l. 7). Sur un autre mot, firdaws, cf. FAQ, 124.

113 Cf. supra, chap .I, p. 88.

114 Particulièrement clair : MUQ, 388, 389 (n. 6), 409 : un « paradis » (ğanna) que paissent des vaches (ou des porcs) ; cf. supra, chap. v, p. 321. Autre exemple : MUQ, 378 (pour évoquer un terroir extrêmement fertile), avec rime en -ān : ḥadā’iq ḥisān (beaux jardins ; le mot de ḥadīqa (cf. supra, p. 409, n. 3) renvoie parfois, selon les philologues, à un jardin avec arbres, mais sans palmier ni vigne, ces deux-là transformant la ḥadīqa en ğanna : cf. Lisān, s.v.), ğinān-rawḍatān (duel de rawḍa, dont il va être question).

115 Cf. ḤAW, 93 (avec simple précision de superficie : immenses, ‛aẓīma), 94 (sans autre précision), 123 (d°).

116 ḤAW, 500 ; MUQ, 378 (cité ci-dessus, en note : ğanna et rawḍa avec ḥadīqa), 384 (ğanna, rawḍa, bustān).

117 Lisān, s.v.

118 MUQ, 484 : énoncé des riyāḍ du Sind ; pour les terroirs évoqués, cf., pour le Makrān, ibid., 478 (1. 4) ; pour ad-Daybul, 479 (1. 10) (les trois autres riyāḍ ne sont pas évoqués avec plus de précision par ailleurs). Cf. également ḤAW, 474 (riyāḍ ininterrompus, après évocation de vergers).

119 ḤAW, 505 (voisine avec kala’ : fourrage), MUQ, 357 i.f., en contexte particulièrement intéressant : riyāḍ-ašğār (arbres) -aqṣāb ; je me fonde ici sur le dernier mot (roseaux), mais si on lui donne le sens de « cannes » (à sucre : cf. BGA, IV, 325 i.f., avec mazāri’ (champs), il est vrai), tout le contexte bascule, ašğār renvoyant alors à des vergers et riyāḍ à des jardins : exemple parfait, dirait-on, des difficultés évoquées.

120 ḤAW, 473 (avec mayādīn : cf. ci-dessous), 474, 500 (riyāḍ wa basātīn, si du moins on admet une spécialisation, à travers les deux mots, entre jardins d’agrément et potagers, ce que semble confirmer la distribution du texte : basātīn-qurä (villages)/riyāḍ-mutanazzahāt, promenades : cf. infra) ; MUQ, 215 ( ?), 259.

121 Mayādīn, pl. de maydān : ḤAW, 473 (trad., p. 456 : pelouses) ; nuḍūr : ḤAW, 504 (trad., p. 482 : parterres fleuris) ; naḍra wa anwira : ḤAW, 505 (trad., p. 483 : fleurs éclatantes ; semble assurer une transition entre les prairies (riyāḍ et kala’ : cf. ci-dessus, n. 4) et les « promenades », mutanazzahāt : sur ce mot, cf. infra) ; dans le même contexte, ġiyāḍ, pl. de ġayḍa, litt. « marais », ici : jardins avec pièces d’eau : ḤAW, 500 (trad., p. 479).

122 Muntazah ou mutanazzah : ḤAW, 146 (avec basātīn : cf. le nom même des lieux, l’île de Roda, ar-Rawḍa), 211, 500, 505 ; MUQ, 199 (n. f), 200. Pour l’évocation de ces promenades (mais sans le mot qui les désigne), cf. supra, chap. n, p. 151-152. Particulièrement intéressant est MUQ, 235 (cité supra, p. 409, n. 6), parce qu’il illustre la façon dont un sens s’élargit : ce bustān, je l’ai dit, se révèle être aussi un verger, à quoi une variante (ibid., n. g) ajoute que ce jardin est la promenade (muntazah) des gens qui gouvernent Grenade.

123 Promenade, agrément du lieu et salubrité de l’air (sur ce thème, cf. supra, chap. iv, p. 295) semblent bien ne faire qu’un. Pour l’emploi de la racine nzh (hors des deux mots cités dans la note précédente), dans des contextes de « jardins », cf. ḤAW, 505 (nuzha et ẖuḍra (lieux agréables et verdoyants) dominent le paysage) ; MUQ, 215 (riyāḍ naziha : jardins (d’agrément ?) plaisants), 376 (basātīn wa nuzah : jardins et lieux plaisants) ; sur nuzha, pl. nuzah, cf. BGA, IV, 363.

124 Les références au jardin d’agrément ont été données plus haut, à l’occasion de la discussion. Pour le jardin en général (bustān, ğanna, ẖuḍra ou autre mot de la même racine : cf. BGA, IV, 226) ou éventuellement précisé en potager (par le mot de buqūl), cf. RST, 111 ; YA‛Q, 251, 263, 269, 362 ; ḤAW, 30, 32, 67, 80 (qaṭā, de qiṭniyya, trad., p. 76 : légumes farineux ; cf. Fagnan, Additions, op. cit., 144 ; autres sens dans Dozy, Supplément, II, 377 ; Ghaleb, Dictionnaire, II, 305, s.v. « qaṭāniyyāt » : légumineuses ; cf. infra, p. 414, n. 2), 81, 84, 85, 91, 93, 94, 122 i.f. (baḥā’ir, pl. de buhayra (lac) : grand jardin potager, ou huerta, avec arbres ; complété avec zaytūn : oliveraie ; cf. Dozy, Supplément, I, 53-54, BGA, IV, 185), 123, 147, 154, 211, 217 (ḥubūb qaṭānin : cf. infra, p. 414, n. 2), 220, 282, 302, 336, 435 (mabāqil : lieux plantés de buqūl), 439, 441-444, 448, 449, 451, 473, 484-485, 487, 489, 492, 493, 497, 500, 501, 504, 505, 508-509, 511, 513 ; MUQ, 79, 84, 85, 93, 117, 118, 122, 123, 125, 138-142, 171, 181, 197, 200, 227-230, 233, 235, 274, 276, 277, 282, 284, 301, 302 (n. d), 306 i.f.-308, 312, 314 i.f., 318, 320, 322 (n. g de 321), 330, 354 (et n. e), 356, 359 (n. k), 361, 371, 376, 377, 392-394, 408, 409 (et n. i), 411, 413, 424, 425, 428, 429, 431, 433, 434, 436-438, 449, 450 (n. b), 461-467, 479, 480, 490, 493.

125 ḤAW, 288, 445 (mabāqil : cf. note précédente), 446, 449, 505 ; MUQ, 140, 233, 235, 278, 303 (n. d de 302), 307, 308, 322 (n. g de 321), 357, 432, 437.

126 La notation, à propos du Fārs, de ḤAW, 288 (avec hiérarchie dans les capacités de résistance au froid, le jardin étant moins vigoureux que les céréales : cf. supra, p. 400), recoupe celle de Muqaddasī, supra, p. 397 ; tous deux s’inspirent, sur ce point, d’IṢṬ, 82.

127 MUQ, 424, cité, pour le boulanger, supra, p. 403 (et n. 2). Sur le mot de baqqāl (qui peut être pris en un sens plus large : revendeur, marchand au détail), cf. BGA, IV, 192, et Dozy, Supplément, I, 104. MUQ, 31, donne, comme équivalents, ğabbān (litt. : marchand de produits laitiers), ṭabbāẖ (litt. cuisinier), fāmī (litt. : marchand de fūm, ail (cf. Coran, II, 58/61, trad. Blachère), mais aussi : pois chiche, céréales, et même pain : cf. Lisān, s.v.), tāğir (litt. : marchand). Sur ces mots, cf. BGA, IV, 196, 202, 286, 318.

128 MUQ, 491 i.f.-492.

129 ḤAW, 32 (précisant IṢṬ, 24) ; MUQ, 306 i.f.

130 Pl. de bākūra ; exportations signalées par ḤAW, 501 (bawākir : cf. BGA, IV, 192) ; MUQ, 282, 318.

131 Bāb aṭ -Ṭa’ām : ḤAW, 414-415 (Wiet, p. 403, traduit basātīn par « vergers »).

132 MUQ, 430 i.f.-431, la ville étant baptisée Kurd (c’est-à-dire le champ) de Fannā Husraw, l’auteur précisant que Fannā ẖusraw désigne ‛Aḍud ad-Dawla.

133 Cf. supra, p. 398.

134 YA‛Q, 362 ; MUQ, 276, 320.

135 En se fiant aux distributions suggérées supra, p. 392 i.f.-393.

136 Qaṭānī, ḥubūb qaṭānin : ḤAW, 80 (cité supra, p. 412, n. 1), 217 (trad., p. 211 : grains farineux). Le Lisān, s.v., renvoie aux « grains qu’on met en réserve » : pois chiches, lentilles, gesses, lupin, mais aussi riz et millet (duẖn).

137 MUQ, 371 (variante, ibid., p. 359 : ce regard serait dû à l’eau des rivières).

138 E. Le Roy Ladurie, Les paysans de Languedoc, Paris, 1966, I, p. 65-66.

139 Cf. supra, chap. v, p. 383, et RST, 111, 113 ; FAQ, 254-255, 320 ; ḤAW, 122, 136 i.f., 302, 335, 368 i.f., 435 (mabāṭih : melonnières), 436 ; MUQ, 180 (n. m), 196 (et n. ; sur nādir, cf. BGA, IV, 362), 204, 326 (et n. d), 357, 391, 396, 414, 417 (dastanbūyè : cf. infra), 443, 451 (mabāṭiẖ), 466.

140 Qittā’, quttā’, maqātī (lieux plantés avec ce genre de cucurbitacées) : RST, 111 ; ḤAW, 122, 136 i.f’., 302. Cf. Dozy, Supplément, II, 308-309, et Ghaleb, Dictionnaire, II, 275-276. Pour Leclerc (Ibn al-Baytār, Traité des simples, op. cit., III, 60), il s’agit du concombre, les différences entre qittāet ẖiyār ne pouvant être précisées.

141 Sur la citrouille, la pastèque et le melon, cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 235-241, III, 67-70. Épisodique : la calebasse (supra, p. 395, n. 5).

142 Du persan bā- (avec) et reng (couleur) : cf. FAQ, gloss., xvi.

143 Du nom d’une localité, Azdahar (ou Ardahar) : cf. BGA, IV, 178.

144 Cf. BGA, IV, 235 ; Dozy, Supplément, 1, 441 ; Desmaisons, Dictionnaire, I, 169 et 896 : persan dest (main) et anbūy (odoriférant), pour désigner une boulette aromatique ou un fruit, que l’on garde en main pour en respirer l’odeur, et notamment « un petit fruit rond et de différentes couleurs, et qui ressemble à (sic) un petit melon ». Cf. Ibn al-Bayṭār, Traité des simples, op. cit., I, 241, II, 87-88.

145 MUQ, 326 ; BGA, IV, 256-257 ; Desmaisons, Dictionnaire, II, 157, s.v. « sāfī-sek ». Cf. également infra, à propos des fruits, le luffāḥ.

146 FAQ, 254-255.

147 Le Roy Ladurie, Les paysans de Languedoc, op. cit., I, 65.

148 MUQ, 391 ; la raison n’est pas précisée, mais on la devine, puisque le même melon est cité, ibid., 396, en contexte résolument laudatif, parmi les produits remarquables de la ville.

149 Ḥimmiṣ, ḥimmas (auj. plutôt ḥummuṣ). Pour l’Egypte, comparer MUQ, 203 et 206 ; cf. aussi ibid., 324, 452.

150 Ğullubān, ğullabān : MUQ, 44 (trad., p. 112, n. 14), 203 ; cf. Ghaleb, Dictionnaire, I, 268-269 ; Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 27 (gloss., avec référ.) ; Coutière, Le monde vivant, op. cit., V, 218. Aujourd’hui : pois (sur la parenté des gesses et des pois, cf. ibid., 219). Cf. Ibn al-Baytār, Traité des simples, op. cit., I, 358-359.

151 MUQ, 173 (sur l’hospice d’Hébron, voir les textes recueillis dans Marmardji, Textes géographiques arabes sur la Palestine, op. cit. (supra, p. 19, n. 3), 60 et 64), 183, 452 (dans les mesures du Fārs), 490 (simple référence pour évoquer la forme de pierres).

152 Turmus : MUQ, 181,183 i.f., 203, 204 (et n. : version plus ancienne et moins explicite, avec la graphie fautive yaḥlā, pour yaḥlā, être doux, ou yuḥallä, yuhḥlä, être adouci). Cf. Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 24 (gloss., avec référ.).

153 IṢṬ. 143 (avec corr., pour milḥ : sel) ; ḤAW, 421 (principale culture d’un canton du Siğistān) ; Ibn al-Bayṭār (māš et mağğ), Traité des simples, op. cit., I, 117, III, 269-270, 293.

154 Les deux mots sont expressément donnés comme synonymes par MUQ, 31 ; ḤAW, 254, remplace par fūl le baqillā ’d’IṢṬ, 63 (mention de « grains », avec blé et orge). Autres références : RST, 111 ; MUQ, 183 i.f., 490 (simple référence pour évoquer la forme de pierres). Cf. Dozy, Supplément, II, 290. Sur le participe manbūt, cf. BGA, IV, 359 ; sur le baysār (bayṣār, faysār), cf. BGA, IV, 196, et Dozy, Supplément, I, 134. Sur la fève, cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 187-190.

155 Kurnub : MUQ, 181. Le chou-fleur (qunnabīṭ) est cité par MAS (p), § 1363, pour l’Irak.

156 Halyūn, hilyawn : MUQ, 181. Cf. Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 52 (gloss., avec indication de l’origine du mot : grec et syriaque).

157 Silq : ḤAW, 91 et 298 (couleur prise pour évoquer celle d’une espèce de dattes, ou d’une argile). Référ. dans Dīnawarī, op. cit., 39 (gloss.) ; cf. Ibn al-Bayṭār, Traité des simples, op. cit., II, 274-276.

158 ‛Akkūb : MUQ, 181, 420. C’est un chardon comestible (cf. BGA, IV, 303 ; Dozy, Supplément, II, 155 ; Ghaleb, Dictionnaire, II, 159 ; Dīnawarī, [Kitāb annabāt] Le Dictionnaire botanique d’Abū Ḥanīfa ad-Dīnawarī, éd. M. Hamidullah, op. cit., 147 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 461-462), mais il peut être acclimaté dans le jardin : Muqaddasī le signale parmi les meilleurs produits de la Palestine et du Fārs (voir toutefois infra, p. 417, n. 6). La citation est prise à Le Roy Ladurie, Les paysans de Languedoc, op. cit., 62.

159 Kurrāt : MUQ, 101.

160 10. ẖass : MUQ, 181 ; cf. BGA, IV, 225 ; Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 32 (gloss.) ; Ibn al-Bayṭār, Traité des simples, op. cit., II, 28-29 ; Schwarz, Iran, IV, 403.

161 Ṭarḥūn, ṭalḥūn, ṭabarẖūn : ḤAW, 505, 515 ; MUQ, 390 (avec le participe nā‛im : qui se trouve bien dans un lieu, y prospère), 396 ; Ḥud, 116 ; cf. BGA, IV, 287, 288 i.f.-289 ; Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 43 (gloss.) ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 407-408.

162 Baṣal : ḤAW, 123 ; cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 231-233.

163 Tūm : ḤAW, 381 ; MUQ, 319, 354, 359, 371 ; Ibn al-’Awwām, Kitāb al-filāḥa, trad. citée, II/1, p. 195-197 (cité dans G. Baldacchino, op. cit., 213, n. 132), « signale les avantages de la consommation de l’ail, mais en indiquant les moyens de neutraliser sa mauvaise odeur ». Cf. également Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 334-337.

164 BāḎinğān : MUQ, 101, 326, 357 ; cf. Dīnawarï, The Book of plants, op. cit., 22 (gloss.) ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 191-194.

165 Qulqās : MUQ, 181, 203 i.f., 204 (et n. c, l’indication de la « recette » pour tirer le bananier de la colocase ayant disparu de la version, postérieure, du manuscrit de Berlin : Muqaddasī a renoncé au trait merveilleux, suggéré par la beauté des feuilles peut-être). Cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., III, 101-102 ; Braudel, Civilisation matérielle, op. cit., 109 ; Coutière, Le monde vivant, op. cit., IV, 292-293.

166 MUQ, 181 (la place de la truffe, entre le chou et le lupin, ne doit pas faire illusion sur son caractère sauvage : Muqaddasī donne ici, en suivant la spontanéité de l’inspiration ou du souvenir, une liste de « célébrités » de la Palestine : ce qui doit, par parenthèse, nous rendre prudents quant à la définition de l’artichaut (supra, p. 416, n. 8), qui figure dans cette même liste), 325 i.f. (truffe parmi les exportations de la région de Nīsābūr). Sur la truffe, cf. ĞĀḤ (h), VI, 481 ; Dïnawarï, Le Dictionnaire botanique, op. cit., 246-247 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 310, III, 192-194 ; H. Charles, Tribus moutonnières du Moyen Euphrate, Damas, s.d., p. 105 ; J. Cantineau, Le dialecte arabe de Palmyre, Beyrouth-Damas, 2 v., 1934 : t. II, p. 69-70 ; A Musil, The manners and customs of the Rwala Bedouins, New York, 1928, p. 15 (où la kam’a figure au rang le plus bas des trois espèces constituant la catégorie de la truffe (faq’) ; sur la transcription du k par č, cf. J. Cantineau, Études de quelques parlers de nomades arabes d’Orient, Paris, tiré à part des Annales de l’Institut d’Études orientales de la Faculté des Lettres d’Alger, II, 1936, p. 29-36, et III, 1937, p. 25-26). Sur la truffe des steppes du ẖurāsān, cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., III, 177-178.

167 Idām, abāzīr, saqat (BGA, IV, 261 : épices ; cf. ḤAW, trad., p. 345), dārī (marchand d’épices) : ḤAW, 351 ; MUQ, 164, 197, 204 (n. c), 273, 315 (rareté signalée), 329, 359, 390, 411, 466 ; Ḥud, 105.

168 Sur le sésame (simsim) et son huile (šayrağ, saliṭ), cf. YA‛Q, 358 ; ḤAW, 91,136 i.f., 180 i.f., 213, 220, 244, 366 ; MUQ, 31, 85, 123,324, 325 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 362, II, 282-284 (šayrağ en général, saliṭ au Yémen) ; Dozy, Supplément, I, 810. L’huile de sésame est le support de nombre d’huiles aromatiques : cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 44,108, 110 sq. Sur l’emploi du sésame en teinturerie, cf. Lombard, Textiles, op. cit., 129 (sur le mot de ğulğulān, cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 362).

169 Qaranful ; signalé comme indien par YA‛Q, 369 (cf. Géographie II, 99), mais FAQ, 251, fait entrer l’Inde musulmane (Sind) dans les aires de production. Sur le girofle, cf. Dīnawarī, Le Dictionnaire botanique, op. cit., 205-206 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., III, 64-65.

170 ẖardal, sans indication d’emploi ; le mot apparaît chez MUQ, 252, 254 (n. i), comme simple terme de comparaison à propos d’une plante, le fatt (cf. infra, « les espèces sauvages ») ; l’huile de moutarde est mentionnée par FAQ, 66. Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 18, relève l’emploi de la moutarde comme condiment, côte à côte avec ses usages médicinaux.

171 Filfil, fulful : FAQ, 251 (même remarque que ci-dessus, à propos du girofle) ; MUQ, 97 (importé en Oman), 240 (dans les mesures de poids, en Espagne : donc largement importé ici aussi, sans doute). MAS (t), 35, signale le poivrier en Haute-Égypte.

172 Karāwiyd : ḤAW, 74, 84 ; Ḥud, 143 ; cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., III, 81 (nos 1772 et 1774), 164-165, 198.

173 Zanğabīl : MAS (p), § 407 ; cf. Dīnawarī, The Book of plants, 38 (gloss.), 206 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 217-219.

174 Kabar : ĞĀḤ (t), 159 ; cf. Dīnawarī, Le Dictionnaire botanique, op. cit., 231 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., III, 134-137.

175 Kammūn : ĞĀḤ (t), 160 ; ḤAW, 84, 312 (entre dans la préparation du sucre raffiné : cf. supra, p. 408) ; MUQ, 470 ; Ḥud, 124 (persan zīrè) ; sur le cumin, cf. Dīnawarī, Le Dictionnaire botanique, op. cit., 248 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., III, 196-200.

176 Cf. ĞĀḤ (t), 159 (ibid., gloss., 163 : peut-être fūšana, bolet comestible ou oronge) ; FAQ, 255 (ibid., gloss., xxxix) ; Dozy, Supplément, II, 231 ; Desmaisons, Dictionnaire, II, 770 et 873 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., III, 14, décrit ce champignon, en ajoutant qu’on le mange avec des préparations acides et qu’on l’emploie par ailleurs pour laver les vêtements ; cf. P. Anastase al-Karmali, « Naẓarāt fī Kitāb at-tabaṣṣur bi t-tiğāra », Mağallat al-ma‛had al-‛ilmī al-‛arabī (Damas), XIII, 1935, p. 290 i.f.-291.

177 Persan uštur (chameau) et ġāğ (épine). C’est la racine de magydaris, ressemblant à l’Asa foetida et qu’ « on fait cuire avec de la viande à la façon des épices » (Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 83-84). Cf. FAQ, 255 ; ḤAW, 436 (trad., p. 422 : astragale gommifère, mais c’est le mot de qatād qui traduit plutôt notre astragale : cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., III, 59) ; MUQ, 326 ; Ḥud, 105 (traduit par Asa foetida, mais ibid., 110 : Asa foetida traduisant anguzad) ; cf. BGA, IV, 179 (tragacanthe) ; Desmaisons, Dictionnaire, I, 96.

178 ‛Aqāqīr, ğuwāriğn (cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 31), ālāt aṣ-ṣayādila (cf. BGA, IV, 182), persan dārū : GÂH (t), 160 ; FAQ, 127 ; MUQ, 97 (importation, sans doute de l’Inde, musulmane ou non, en Oman), 397, 452, 474, 481 (exportés du Sind) ; Ḥud, 59, 69, 102, 112-113, 116-117, 138. FAQ, loc. cit., avec des mots généraux comme adwiya (baumes), atliya (cataplasmes), ma‛ğūnāt (pommades), ayāriğāt (dépuratifs) et tiryāq (qui est, plus précisément, une préparation contre la morsure des bêtes sauvages (grec, ther, therion), scorpions et serpents surtout), donne šalītā (cf. ibid., gloss., xxxii, et Desmaisons, Dictionnaire, II, 410 : šalīšā) et deux mots visiblement transcrits du grec : tayāḎurīṭūs (de theodoretos, préparation médicale signalée par Alexandre de Tralles, cité dans Bailly, Dictionnaire grec-français, s.v. ; cf. Dozy, Supplément, I, 861) et habṭāri‛ān, de graphie plus incertaine (FAQ, loc. cit., n. g, et gloss., l), OU se lit toutefois le préfixe hepta- (sept) : peut-être mauvais décalque de heptapleuron (« à sept côtes » : cf. Dioscoride, cité dans Bailly, Dictionnaire, s.v., et Ibn al-Bayṭār, op. cit., III, 147 : katīr al-aḍlā’ (« qui a beaucoup de côtes »), pour désigner le plantain ; sur les propriétés de celui-ci, cf. ibid., III, 235).

179 ẖirwa‛ : FAQ, 127 ; cf. Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 145-146 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 19-20, 118.

180 Fuğl : FAQ, 66 ; MAS (t), 36 ; ḤAW, 138 (zayt al-fuğl, et non l’expression, plus courante, de duhn al-fuğl, trad., p. 137 : huile de rave) ; MUQ, 203, 204 ; cf. Dīnawarī, Le Dictionnaire botanique, op. cit., 184 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 121, III, 23-25 ; Coutière, Le monde vivant, op. cit., V, 147-148. FAQ et MAS citent cette huile comme une des célébrités égyptiennes.

181 MUQ, 324, 325, 442 (sur le mot bizr, litt. : graines, pris en ce sens : graine ou huile de lin, cf. BGA, IV, 189, et Dozy, Supplément, I, 81) ; cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 218-220.

182 Aloès : ṣabr, ṣabir ; MUQ, 97 (importé en Oman, sans doute de l’Inde, musulmane ou non), 98 (Socotra : cf. Géographie II, 172) ; cf. Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 39, 134, 170 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 361-367, qui déclare qu’il abonde dans l’Inde, mais croīt aussi en Arabie du Sud. Séné : sanā ; MUQ, 98 (de la Mekke ; célèbre en effet : cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., III, 293-294). Gentiane : gintiyāna, citée comme une des médecines de la région de Gibraltar (Ḥud, 59) ; cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 370-371. Psyllium : bazr qafūnā (herbe aux puces) : ĞĀḤ (t), 160 (vallée du Jourdain) ; cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 215, 217-218 ; P. Anastase al-Karmali, « Naẓarāt », art. cit., 292. Aunée : rāsen ; MUQ, 181 (Palestine). Cf. Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 36 (gloss.) ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 153-155 ; Desmaisons, Dictionnaire, II, 5 ; Coutière, Le monde vivant, op. cit., V, 318. Mélisse (citronnelle) : bādrang ; MUQ, 443 (huile, au Fārs) ; cf. Ibn al-Bayṭār (bādranğuya), I, 183-185, 249, 404, III, 175, 290, 296 ; Coutière, op. cit., V, 294. Galanga : ẖūlanğān ; FAQ, 251 (Inde et Sind) ; cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 61-62 (propriétés aphrodisiaques notamment). Calament : tarḎūg ; MUQ, 181 (Jérusalem), 396 (région de Qazwīn) ; cf. BGA, IV, 197 (pour calament, Ibn al-Bayṭār, op. cit., III, 49-50, a fūdanğ).

183 FAQ, 29 (et gloss., XIX, renvoyant au Qāmūs de Fīrūzābādī, s.v.).

184 Ḥabb az-zalam : ĞĀḤ (t), 159 (Kurdistan iranien) ; cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 395-396 (Cyperus esculentus), II, 215, 253 (su’d, pour le souchet odorant) ; Dozy, Supplément, I, 240. Sur les cypéracées, cf. Coutière, Le monde vivant, op. cit., IV, 287-288, et F. Moreau (s. dir.), Botanique, Paris, 1960, p. 1189-1191.

185 FAQ, 255 (et gloss., XLIV) ; ḤAW, 515 (trad., p. 492), avec lecture incertaine (kūḎingān ? kūḎīgān ?). Cf. W. Barthold, « Ferghāna », dans EI, II, 68 (qui lit kīlakān ou kūlkān dans le passage de ḤAW, cité) ; W. Barthold et B. Spuler, « Farghāna », dans EI (2), III, 810 ; BGA, IV, 344 ; Ibn al-Bayṭār, III, 162 et 214 (Allium ampeloprasum) ; Coutière, Le monde vivant, op. cit., IV, 308. Rectifier la trad. Wiet, loc. cit. : le mot d’ « arbre » (sic) est appliqué, non pas au kīlakān, mais à l’estragon, qui précède. Vullers, cité dans BGA, IV, loc. cit., et dans EI, II, loc. cit., parle d’« un bois de couleur noire, qui passait pour un remède contre différentes maladies, notamment contre les vers intestinaux ». On ne peut toutefois, à l’évidence, exclure le simple usage alimentaire.

186 Tiryāq (cf. supra, p. 419, n. 1) ; évocation, sans indication de composition ni autre précision, par FAQ, 127, et MUQ, 181 (Jérusalem).

187 RST, 157 (et n. e), l’huile de sésame constituant le support de la préparation ; cf. Ibn al-Bayṭār, Traité des simples, op. cit., II, 44 (fruits du saule confits dans l’huile de sésame), 111, sans indication de l’usage comme antidote.

188 RST, 157 (et n. f) ; cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 386, III, 294-297 (l’usage comme antidote est signalé ; l’éditeur et traducteur, L. Leclerc, signale une autre traduction, celle de Sontheimer, par « orchis » (sur l’ouvrage de Sontheimer, cf. Dozy, Supplément, I, xviii), mais penche pour une linaire (cf. Ghaleb, Dictionnaire, II, 460) ou une plante congénère des personées, tout en avouant son incapacité à définir plus précisément cette muẖalliṣa). De toute façon, l’origine de la vertu prêtée à la plante est claire : c’est évidemment de la « ressemblance de la fleur avec un scorpion » qu’on a conclu à la propriété de celle-ci (sur ce genre de parallélisme, cf. un autre exemple dans Coutière, Le monde vivant, op. cit., IV, 333 : croyance au principe que « la vertu est attachée à la forme »).

189 Persan giyāh ; Ḥud, 104 : suc utilisé contre la morsure des scorpions et serpents.

190 A noter l’emploi, en ce sens, du mot de dibs : MUQ, 95, 125, 410 (cité supra, chap. iv, p. 296 (et n. 3). YA‛Q, trad., p. 235 (texte ne figurant pas dans l’édition de Goeje), parle de muscs végétaux. MUQ, 326 i.f., évoque, pour les pays de l’Oxus, la poix (zift) : cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 212-213.

191 RST, 157 i.f. (avec mention du village produisant cette résine, Mūrğè-Hurt : cf. Schwarz, Iran, V, 627 (n. 5), 655) ; sur le sagapenum (sakbīnağ, persan sekbīnè), produit par la Ferula persica, cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 269-270 ; Desmaisons, Dictionnaire, II, 260.

192 Dam al-aẖawayn : ĞĀḤ (t), 157 ; MUQ, 102 ; c’est la résine du Calamus draco, de la famille des palmiers. Cf. Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 39,170-171 ; sur les emplois médicaux, cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 94 ; Coutière, Le monde vivant, op. cit., IV, 304. Pour le même usage, ĞĀḤ (t), 157, signale aussi le siyāh-dārū, pour lequel le traducteur donne « gomme de la noix de Syrie », sur la foi de l’éditeur, M. H. Ḥusnī ‛Abd al-Wahhāb (dans Mağallat al-ma‛had al-‛ilmī al-‛arabī [Damas], XII, 1934, p. 333, n. 4), lui-même sur la foi du Qānūn d’Avicenne. Desmaisons, Dictionnaire, II, 315, renvoie, sous ce nom qui signifie « médicament noir », à la vigne sauvage, dite blanche (karma bayḍā’), sur laquelle cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., III, 18, 154.

193 Kahruwā, pour kahrubā (du persan kāh, keh, « paille », et rubā, ptc. prés., en composition, du verbe rubūden, « enlever », « ravir », « emporter » : qui attire la paille) : MUQ, 325 (exporté, par le ẖuwàrizm, du pays bulgare) ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 473-474, III, 134, 209-211, 327, fait de cet ambre jaune (succin, électron) la résine du palmier nain (dawm). Cf. BGA, IV, 344, et Coutière, Le monde vivant, op. cit., IV, 224.

194 FAQ, 36 (traduit par « convolvulus ») ; il s’agit en fait d’un grand astragale ; cf., s.v. « ’aṣb », Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 451, renvoyant à III, 382 (avec renvoi à III, 59, renvoyant lui-même à III, 146-147) ; sur les astragales et la gomme adragante, cf. Coutière, Le monde vivant, op. cit., V, 220-221 ; sur la gomme arabique, produit d’acacias, ibid., V, 204-205 (elle est citée, pour son emploi dans la pose des mosaîques, par MUQ, 158, n. e : cf. BGA, IV, 282).

195 MUQ, 420, 443 (et n. r, qui déclare que cet arbuste s’étale sur le sol et ressemble à l’absinthe sauvage (diramna : cf. BGA, IV, 234, et Desmaisons, Dictionnaire, I, 880), peut-être par la taille ?). Sur la résine (sarcocolle) et son arbre (sarcocolle, sarcocollier), cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 154-156, II, 481.

196 AnğuḎān, engudān, anguzad : FAQ, 255 ; IṢṬ, 64 (ḤAW, 256, comme simple référence de taille (feuille) pour la description d’un scorpion : supra, chap. v, p. 338, n. 9) ; ḤAW, 418 ; MUQ, 324, 443 ; Ḥud, 110 (corr., ibid., 105 : Asa foetida traduisant ušturġāz : cf. supra, p. 418, n. 11). Sur cette plante, cf. Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 142 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 141-145, 447-448 ; Coutière, Le monde vivant, op. cit., V, 254 ; Braudel, Civilisation matérielle, op. cit., 163. Une autre férule est citée supra, p. 421, n. 7.

197 ĞĀḤ (t), 159 ; FAQ, 66 ; MAS (t), 36 ; ḤAW, 161 (rectifier trad., 159 : non pas « pousse », mais « est cultivé » : yuzra‛u ; quant à 1’ « osier » (quḍbān) auquel est comparé l’arbre, ce peut être le quḍḍāb ou verge à pasteur : cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., III, 91-92, 450) ; MUQ, 204 (et n. : huile de baume, duhn al-balsān) ; cf. BGA, IV, 193 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 255-258.

198 Mann, taranğabīn, turanğubīn (du persan terengubīn ou terāngubīn : miel (engubīn) frais (ter) ; cf. la traduction par « miel de rosée » (‛asal an-nadä) dans Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 308), également persan sirẖist (cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 357-358, s.v. « širẖušk », en persan : lait desséché) ; FAQ, 36, 297 ; ḤAW, 225 (objet de commerce en Haute-Mésopotamie), 502 ; MUQ, 145 (exportée de Mossoul), 373 ; Ḥud, 104, 113 ; cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 308-309, II, 357-358, III, 339-340 ; Coutière, Le monde vivant, op. cit., V, 169 (Tamaris mannifera : cf., pour la vallée du Jourdain, F. M. Abel, dans Guide bleu Syrie-Palestine, Paris, 1932, p. xxx), 216 (sur l’Alhagi maurorum, « candidat », entre autres, « au rôle historique de la manne »). Le verbe « tomber », pour la manne, apparaît dans FAQ, 36, et ḤAW, 502.

199 Azhār, nawāwīr (pl. de nuwwār) pour les fleurs ; rayāhīn (pl. de rayḥān : au sg., désigne parfois le basilic ; cf. infra, à propos de cette plante) pour les plantes odoriférantes ; ṭīb, ‛iṭr et arā’iğ (pl. de arīg) pour les parfums ; a‛wād (pl. de ‛ūd, au sg. : agalloche ; cf. infra, à propos de ce bois) pour les bois odoriférants ; adhān (pl. de duhn) et buzūr (cf. BGA, IV, 189 ; pour d’autres sens du mot, sg. bizr ou bazr, cf. supra, p. 418, n. 1, (pl. de pl. abāzīr), p. 420, n. 3 et 4), pour les huiles et onguents ; firind pour les aromates ; abẖira pour les exhalaisons de substances brûlées. Cf. ĞĀḤ (t), 159 (pour des aromates importés de Chine) ; YA‛Q, 362 ; RST, 111 i.f. ; FAQ, 134 (duhn al-ẖaṭṭāra, préparation sur laquelle cf. ibid., gloss., xxiv, et Lisān, s.v. « htr », i.f. : haṭṭār), 251 ; ḤAW, 336 i.f., 348, 351, 451, 474 ; MUQ, 160 if., 324, 402, 432, 433, 443 ; ŠĀB, 115.

200 RST, loc. cit.

201 ḤAW, 474.

202 MUQ, 433.

203 ḤAW, 451.

204 FAQ, 251 (sous le pl. a’wād, bois odoriférants, pour l’Inde et le Sind) ; cf. Ibn al-Bayṭār, Traité des simples, op. cit., II, 484-485. Pour le monde non-musulman, cf. Géographie II, 98, n. 5.

205 Sunbul (hindī) : YA‛Q, 368-369 (trad., p. 239-240, et annot.) ; FAQ, 251 (traduit par « lavande »). Sur le nard, cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 295-297. Le nom de nard désigne aussi, en français, une graminée sauvage (nardus ; cf. Coutière, Le monde vivant, op. cit., IV, 258) ; il est curieux que Ya’qūbī, dont la description renvoie, à travers le nard, à sa plante même, qui est du genre valériane (cf. Coutière, op. cit., V, 312), dise d’elle qu’elle pousse à la façon des céréales.

206 Ṣandal : FAQ, 251 (Inde et Sind) ; MUQ, 97 (importé en Oman, sans doute depuis l’Inde, musulmane ou non). Cf. Géographie II, 98, n. 3, et Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 383-384.

207 Dār sīnī, en persan : arbre de Chine : ĞĀḤ (t), 159 (importation de Chine) ; FAQ, 207 et 251 (traduit par « cannelle », qui est plutôt l’écorce d’arbres du genre cinnamomum et laurus : cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 272-274, s.v. « saliẖa ») ; Ḥud, 125 ; cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 68-73, 106.

208 Qaṣab aḎ-Ḏarīra : FAQ, 117, 259 (synonyme : ḥanūṭ) ; cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., III, 90 (signalé comme indien ; peut-être une gentianée, Ophelia chiraita), 110. Sur le col en question (taniyyat ar-Rikāb), cf. supra, chap. I, p. 37 i.f.-38.

209 FAQ, 36 (l’arbre étant désigné par umm ġaylān : acacia ; plus précisément, Mimosa gummifera : cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 137) ; cf. Ibn al-Bayṭār, I, 277 (le bunk ou nascaphthon est exporté de l’Inde), II, 82.

210 Les deux mots sont expressément donnés comme synonymes par Ibn al-Bayṭār, op. cit., III, 228 (cf. ibid., III, 200-204). Cf. ĞĀḤ (t), 159 ; FAQ, 36, 252 ; ḤAW, 38 ; MUQ, 87, 98 ; Ḥud, 148.

211 YA‛Q, 369-370 (fabrication du parfum dit ġāliya) ; FAQ, 25 ; MUQ, 98 ; cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 190-191 (Guilandina moringa).

212 FAQ, 235 i. f. : nadir, suhāla, karkabīs, la dernière étant donnée par J. A. Vullers, Lexicon persico-latinum etymologicum (Bonn, 3 v., 1855-1864, suppl. 1867) : t. II, p. 821 (s.v. « karkamīsè »), comme une fleur odorante et multicolore de la région de l’Alwand (Elvend). Dozy, Supplément, II, 458 (karkabāš), donne Celtis australis, qui est en réalité le micocoulier : le sens ne convient pas en ce contexte de fleurs montagnardes (anwār ğabaliyya).

213 FAQ, loc. cit. : zardalāl (trad., p. 284 : zardāl), que le glossaire (FAQ, xxviii) donne comme un mot (iranien) composé de zard (jaune) et lāl (rouge), plutôt, à mon sens : lālè, toute fleur sauvage et plus particulièrement tulipe ; sur la tulipe sauvage, très répandue en ces zones, cf. Coutière, Le monde vivant, op. cit., IV, 306 i.f.-307.

214 Le mot de kustağ (FAQ, loc. cit., et gloss., XLII) est l’iranien kustè, que Vullers, Lexicon, II, 384, fait l’équivalent de surẖ mard. A partir de ce dernier nom (ibid., II, 272), nous sommes renvoyés, de rubrique en rubrique, à quantité d’autres mots, qui désignent notamment la verge de pasteur, la laitue d’âne (ḥumayrā : cf. Ibn al-Bayṭār, Traité des simples, op. cit., I, 456-457, II, 345-346), l’amarante... Desmaisons, Dictionnaire, III, 79, donne « espèce de renouée » et renvoie, notamment, à ġaraz (ibid., II, 737, avec le même sens). Tout cela reste, on le voit, fort incertain. Sur les renouées et leur distribution, cf. Coutière, Le monde vivant, op. cit., V, 98 i.f.-99.

215 ĞĀḤ (t), 159 (dans le cadre de l’évocation du peng-engust : cf. infra) ; RST, 165 (Iran occidental). Sur le laurier-rose (diflä), cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 88-90.

216 ĞĀḤ (t), loc. cit., qui déclare que cette plante ne croīt que dans le voisinage du laurier-rose, et que toutes deux ont été, selon certains, importées du pays byzantin ; synonymes donnés : qirmāz, qui reste obscur, et fāzahr (pour pāzehr : antidote, notamment pierre de bézoard ; cf. Desmaisons, Dictionnaire, I, 370), dont on se demande pourquoi il intervient ici (cf. ĞĀḤ (t), 164, commentaire du traducteur). Cf. P. Anastase al-Karmalī, « Naẓarāt », art. cit., 290 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 97, 270-271, 400, II, 152, 246, 327, III, 40, 46, 184, 185 ; Coutière, Le monde vivant, op. cit., V, 296. Penğ-engušt (persan) signifie : cinq doigts.

217 Cf., chez Ibn al-Bayṭār, l’abondance des rubriques commençant par duhn (huile). MUQ, 324, signale, sans plus de précision, une « huile de tête » (duhn arra’s).

218 Cf. YA‛Q, 370 (lacune, mais relève d’un passage relatif aux préparations du musc). Sur les usages médicaux de l’excroissance que constitue la noix de galle (‛afs), cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 457.

219 Cf. la présence de ces fleurs chez Ibn al-Bayṭār.

220 Sur l’eau de spathe (ṭal’) du palmier, cf. ḤAW, 298 (Fārs) ; Ḥud, 126-127 (āb-i ṭal’, Fārs) ; cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 415 i.f.-417, III, 186 (s.v. « kuffurä »). Pour le saule (ẖilāf), cf. ḤAW, 298 i.f. (Fārs et Âḏarbayğān) ; MUQ, 443 (Fārs), et Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 43-44. Le Pandanus odoratissimus (kārduh) est évoqué par MUQ, 443 (Fārs) ; cf. BGA, IV, 337 (cf. Desmaisons, Dictionnaire, III, 7, kārdū : fleur du palmier). Sur le myrte (marsīn), cf. MUQ, 188 (vendu par les ermites du Liban), 390 (pour une comparaison : cf. supra, p. 417, n. 1 ; région de Qāšān, en Iran), 443 (Fārs) ; cf. BGA, IV, 353 ; Dozy, Supplément, II, 582 ; Ibn al-Bayṭār, pour le myrte, donne as (op. cit., I, 66-70, II, 99-100) et le persan mūrd isfaram pour le myrte sauvage (III, 345).

221 Sur le henné (ẖinnā‛), cf. MUQ, 98, 128, 232, 452 (dans le système de mesures du Fārs) ; Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 40, 106, 164, 194 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 469-471 ; sur son usage en teinturerie, cf. Lombard, Textiles, op. cit., 126-128 (n. 1 : signale l’emploi de la fleur en parfumerie). Sur le safran, za‛farān (cf. infra, pour son usage en teinturerie), cf. MAS (p), § 407 ; ḤAW, 298 i.f. (Fārs) ; Ḥud, 134 (régions au sud de la Caspienne) ; Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., I, 194, 201 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 208-210.

222 Nénuphar, nymphéa (nīlūfar) : ĞĀḤ (t), 160 (Fārs) ; ḤAW, 451 (ẖurāsān) ; MUQ, 443 ; Ḥud, 108 (Hurāsān) ; cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 111, III, 382-384, 386. Marjolaine (marzanğūš, marzağūš) : MUQ, 443 (Fārs) ; cf. Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 50 (gloss.) ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 100, III, 298-299 (et aussi I,162, 403, II, 292, 481) ; du persan merdqūš ou merdgūš (Desmaisons, Dictionnaire, III, 526 : myosotis). Aurone (qayṣūm, qaysūm) : ḤAW, 298 i.f. (Fārs ; trad., p. 292 : armoise) ; Ḥud, 127 (trad. : santoline) ; cf. Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 48 (gloss.), et Le Dictionnaire botanique, op. cit., 227 ; Ibn al-Bayṭar, op. cit., II, 101, 434 (fait la distinction entre qayṣūm (Abrotanum, aurone) et ’abayṯurdn, armoise), III, 124-125 ; Coutière, Le monde vivant, op. cit., V, 322. Giroflée (ẖīrī) : ḤAW, 299 (Fārs et Irak) ; cf. Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 34 (gloss.), 159-160 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 68, 111. Violette (banafsağ) : ĞĀḤ (t), 160 (ẖūzistān) ; ḤAW, 299 (Fārs et Irak), 474 (Transoxiane) ; MUQ, 128-129 (Irak), 181 (Damas, de qualité médiocre), 300 (Nīsābūr ; sur ce passage, cf. BGA, IV, 296), 332 (n. : rectifie le thème des prétendus effets de la violette, en attribuant la bonne santé des gens de la région au climat), 414 (ẖūzistān), 424 (Fārs), 443 (Fārs) ; Ḥud, 126 (Fārs). Cf. Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 62 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 268-270, II, 109-110.

223 Comme l’explique Ibn al-Bayṭār, op. cit., III, 111-112, yāsmīn renvoie à la plante ou à la fleur, et zanbaq à l’huile, préparée à partir d’une huile de sésame où sont mises à macérer les fleurs de jasmin blanc. Sur le jasmin et son huile, cf. ĞĀḤ (t), 160 (Fārs) ; YA‛Q, trad., p. 242 (avec adjonction par rapport au texte de l’éd. de Goeje, 369 i.f. : le jasmin est parfois, semble-t-il, ajouté à la ġāliya : sur ce mot, cf. supra, p. 424, n. 8) ; RST, 111 i.f. (Yémen) ; MUQ, 203 (Egypte), 373 (Arménie-Āḏarbayğān), 424, 433 et 442-443 (Fārs) ; cf. Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 37 (glose.) ; Ibn al-Bayṭār, loc. cit. et II, 219, III, 416-417 ; BGA, IV, 239, 255.

224 RST, 111 i.f. (Yémen) ; ḤAW, 283 (nirğis muda‛‛af ; ce passage a déjà été évoqué supra, chap. I, p. 71 i.f.) ; MUQ, 443, 466. Sur le nirğis (ou narğis), cf. Dīnawarī, Le Dictionnaire botanique, op. cit., 325 (qui le donne comme abondant dans la steppe arabo-syrienne) ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 103-104, III, 368-369 (le meilleur étant celui des montagnes) ; BGA, IV, 362.

225 Sūsan : FAQ, 235 (persan sūsan āzād, litt. : lis sans défaut, ou libre ; cf. Desmaisons, Dictionnaire, I, 61, II, 303) ; RST, 111 i.f. (avec alwān : plusieurs couleurs ou variétés) ; IṢṬ, 93 (non repris par ḤAW ; huile de rāziqī : lis blanc ; cf. BGA, IV, 239 ; Dozy, Supplément, I, 524). Sur le lis, cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 177-178 (lis azuré, c’est-à-dire l’iris), II, 102-103, 306-308, 439 (lis sauvage) ; sur le rāziqī, ibid., II, 102, 167.

226 Pour la région de Šīrāz, au Fārs, IṢṬ, 91 i.f., étant la source commune à ḤAW, 298 (trad., p. 292 : « feuilles » (waraq) à remplacer par « pétales » : cf. Ḥud, cité ci-après, et infra, p. 428, n. 3) ; MUQ, 443 ; Ḥud, 126.

227 Ḥud, loc. cit., donne cette plante comme une sorte d’isbarġam, en persan : plante odoriférante, et aussi, comme en arabe pour rayḥān, plus particulièrement le basilic (surtout le basilic royal : šāh-ispergam, šāh-isperem, šāh-isperhem, šāh -isferhem : cf. Desmaisons, Dictionnaire, 1, 72, II, 342) ; Minorsky, dans Ḥud, loc. cit., traduit par « sweet basilic ». IṢṬ et. MUQ, loc. cit., à propos du lis-narcisse, parlent d’un rayḥān (plante odoriférante et notamment basilic : cf. supra, p. 423, n. 2). Sur le basilic, outre les références citées à la note précédente, cf. ĞĀḤ (t), 160 (šāh-sibirm) ; FAQ, 236 (rayḥān). Le basilic, sous l’une ou l’autre de ses espèces, est sans doute l’une des plantes les plus riches en appellations : chez Ibn al-Bayṭār, ūqīmūn (ocimum), bādrūğ, ğemsefrem, ḥabaq (nabaṭī, ṣa‛tarī, kirmānī, rayḥānī), ḥamāḥim, ḥawk, rayḥān (Sulaymān, al-malik), šāhsefrem, ḍawmar (Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 171, 186-187, 367, 403-404, 456, 474, II, 191-192, 315-316, 395 ; sur l’huile de basilic, ibid., II, 100 i.f-.101, 104). Cf. également Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 22, 29 i.f., 31, 43 (ḍawmarān) (gloss.), 139, et Le Dictionnaire botanique, op. cit., 103-104.

228 Cf. ĞĀḤ (t), 160 ; FAQ, 204 i.f. ; RST, 111 i.f. (Yémen) ; ḤAW, 298 i.f., 303 ; MUQ, 128 (eau de rose d’al-Baṣra), 432 (Ğūr est le ma’din : le pays par excellence), 443 ; Ḥud, 126-127.

229 MUQ, 369 i.f.-370 (et variante, 370, n. a, qui permet d’éclairer le sens du texte, peu sûr à un endroit) ; sur le sens du mot āfrūša désignant une sorte de pâisserie, cf. BGA, IV, 175 ; Muqaddasī précise qu’il a assisté « sou ventes fois » à ce genre de réunions, qui se déroulent dans la ville de Biyār, à quelque 160 km à l’est-sud-est de l’angle sud-est de la Caspienne. Sur l’eau de rose, qui « fortifie les reins et leurs dépendances..., excite les cinq sens..., fortifie le corps par ses propriétés aromatiques et astringentes », cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., III, 284.

230 ḤAW, 474 ; trad., 456 : « en toutes saisons », plus précisément : « jusqu’à la fin de la saison » (ilä āẖiri z-zamān ; cf. la formule analogue, un peu plus haut, pour l’automne : ilà āẖiri l-ẖarīf). Ici encore, le mot de waraq[a] a, sans aucun doute, compte tenu de l’indication de couleurs, le sens de pétale : cf. supra, p. 427, n. 3. Sur le sens de muẓāhara, cf. BGA, IV, 293 i.f. Quant aux couleurs indiquées, le texte offre, semble-t-il, la possibilité de les attribuer soit aux fleurs variées que l’on voit avec les roses jusqu’à la fin de la saison (des pensées ?), soit aux roses elles-mêmes : fī nawāḥī ẖurāsāna wardun ġarību l-alwāni yūğadu ilä ẖiri z-zamāni min nawāwīra muẖtalifa fayakūnu bâṭinu l-waraqati bi-lawnin...

231 Ušnān : ĞĀḤ (t), 160 (exportée d’Ispahan) ; MUQ, 181 (exportée d’Alep), 203 (Égypte) ; sur la soude, sans qu’on puisse préciser l’espèce, cf. Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 4t, 132 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 88-89. Cf. aussi, pour la lessive, supra, p. 418, n. 10.

232 Qaraẓ : ĞĀḤ (t), 159 (exporté des pays berbères ; cf. Minorsky, dans Ḥud, 417, qui en fait la feuille du mimosa salam, employée en teinturerie) ; ḤAW, 70 (Gabès ; le qaraẓ sert à tanner les peaux, auxquelles il donne souplesse et bonne odeur) ; cf. Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 47 (gloss.) ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., III, 76 (le qaraẓ est le fruit du sanaṭ, Mimosa nilotica ; feuilles et fruits employés au tannage), et aussi ibid., II, 352, 376 (à propos de la gomme également fournie par l’arbre), 454, III, 59 (gomme). Cf. aussi MAS (t), 35 (Haute-Égypte).

233 Bardī, barbīr (cf. BGA, IV, 186 ; Dozy, Supplément, I, 64) et qirṭās. Sur le papyrus, cf. 6ÀH (t), 159 ; YA‛Q, 338 ; RST, 192 ; FAQ, 66, 251, 253 (trad., p. 305, n. 3) ; MAS (t), 36 ; ḤAW, 122-123, 277 ; MUQ, 303 (cf. ci-dessous, n. 3), 446 ; cf. également Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 207-209. Le papier (kāġad), outre son apparition côte à côte avec le papyrus (FAQ, 251), est cité, seul, par MUQ, 180 i.f.-181 (parmi les produits de Tibériade et de Damas), 326 (Samarqand), et Ḥud, 113 (exporté de Samarqand).

234 Le mûrier, en tant qu’arbre du ver à soie, n’apparaît que chez ḤAW, 338 (région de I’Arrān, au nord de l’Āḏarbayğān) ; autre textile non végétal : l’amiante (ḥağar al-fatīla : cf. BGA, IV, 313), signalé comme textile et décrit (comparé notamment, pour ses fibres sans doute, au papyrus) par MUQ, 303. Sur les textiles, cf. R. B. Serjeant, « Material for a history of Islamic textiles up to the Mongol Conquest », Ars Islamica, IX, 1942-XVI, 1951, et surtout Lombard, Textiles, op. cit.

235 Qinnab, qunnab : ḤAW, 74, 91 ; MUQ, 145 (emploi de la graine non précisé ; sur celle-ci, šāhdānaq (du persan šāh et dānè, graine : graine royale ; dānè passé à dānaq pour retrouver la forme arabe d’une mesure de poids), cf. BGA, IV, 269 ; Dozy, Supplément, I, 717 (šāhdānanğ) ; Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 41 (gloss.) ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 316), 324, 354, 416 ; Ḥud, 113. Sur le chanvre, cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., III, 118 ; Lombard, Textiles, op. cit., 105-107.

236 Cf. FAQ, 84 (pour les Berbères, privés également de vignes, de palmiers et d’oliviers, mais cultivant le blé et l’orge ; comparer, pour ces deux derniers, avec ḤAW, 101 i.f. et 102 i.f.).

237 Cf. ĞĀḤ (t), 160 (lin signalé pour la région d’ar-Rayy (près de l’actuelle Téhéran), que je comprends dans « les pays de la Caspienne ») ; YA‛Q, 358 ; FAQ, 254 ; ḤAW, 76, 84, 113, 114, 131, 136-138, 141, 152, 158, 159, 339 ; MUQ, 128, 145, 201-203, 239, 269, 354, 380, 420, 433 i.f., 435, 442 ; Ḥud, 126, 139, 145, 151. Pour l’huile et la graine de lin, cf. références supra, p. 420, n. 3. Sur le lin (kattān), cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., III, 143-144, et Lombard, Textiles, op. cit., 44-59.

238 Cf. ḤAW, 114, 159 (à propos du Fayyūm ; le texte mêle inextricablement, pour toutes les marchandises fabriquées, le lin et la laine, mais le doute ne paraît pas permis en ce qui concerne les grandes tentes, maḍārib et fasāṭīṭ, dont la description vient après la mention même de kattān ; j’ai traduit (comme Wiet, p. 157) par insecte le mot baqqa : punaise ou cousin) ; MUQ, 239 (Lombard, Textiles, op. cit., 106, citant Idrīsī, parle, pour la pêche au corail, de chanvre et non de lin), 442 ; Ḥud, 134 i.f., 151. Sur les tuniques (badan, pl. abdān), cf. ḤAW, 339 (BGA, IV, 185). Sur les tentes dites šuqqa, cf. MUQ, 180 (BGA, IV, 276). Sur les sabaniyyāt (pièces de lin ou de coton), cf. ḤAW, 345, 450 (BGA, IV, 258, et Dozy, Supplément, I, 630-631).

239 Sur ces thèmes, cf. YA‛Q, 337 i.f.-338 ; ḤAW, 114, 131 ; MUQ, 128, 202, 203. Mots employés : ṣafïq (pl. ṣifāq), raqīq (pl. riqāq), daqīq, rafī‛, salis, ğūda, ruẖṣ, daniyy et dūn (cf. BGA, IV, 240), ces deux derniers mots pour signifier une qualité inférieure, en réalité ordinaire, mais recherchée pour les vêtements courants (cf. ḤAW, trad., p. 113), comme en fait foi MUQ, 203 (à propos du lin du Fayyūm, caractérisé par dūn, mais exporté).

240 MUQ, 203 (Égypte) ; cf. BGA, IV, 236 ; Dozy, Supplément, I, 451.

241 YA‛Q, 338 (Damiette) ; ḤAW, 114 (Espagne), 152 (Tinnīs et Damiette ; précise que le šarb est une étoffe de lin) ; MUQ, 98 (Aden). Sur šarb (pl. šurūb), cf. BGA, IV, 272 ; Dozy, Supplément, I, 740 ; Lombard, Textiles, op. cit., 46, 52 i.f.

242 Qaṣab est aussi le nom du roseau et, on l’a vu, de la canne à sucre (qaṣab assukkar). Sur l’étoffe désignée de ce nom, cf. YA‛Q, 337 i.f., 338 (Tinnīs et Damiette) ; MUQ, 98 (passe après le šarb dans l’usage d’Aden), 128 (bas Irak), 145 (1. 6 : exporté de Sinğār, en Haute-Mésopotamie ; il ne peut s’agir de la canne à sucre, aucun de nos auteurs ne la signalant en cette région, ni du roseau, dont je ne vois guère, à les lire, qu’il soit article d’exportation ; le lin, sous son nom, apparaît du reste un peu plus loin, ibid., 1. 14, pour une autre région de Haute-Mésopotamie), 203 (Damiette), 417, 420 (Fārs), 433 i.f. (Fārs), 442 (Fārs, ce dernier passage étant essentiel pour l’histoire et la définition du qaṣab, qui, quelle qu’en soit la fabrication, est fait à partir du lin : « la ville de Sīnīz exporte des vêtements qui rappellent le qaṣab, le lin ayant été parfois demandé à l’Égypte, encore qu’aujourd’hui, la plus grande partie de ce qui se fait à Sīnīz l’est avec le lin cultivé dans la région »), 443 (Fārs). Sur le qaṣab, cf. Dozy, Supplément, II, 353 i.f.-354 ; Lombard, Textiles, op. cit., 46.

243 Cf. YA‛Q, 331 (Fayyūm) ; MUQ, 203 (Égypte), 367 (vêtements, au Ṭabaristān), 412 (une ville du ẖūzistān, dite « le pays du ẖayš »), 449 (et 450, n. 6 : sur l’emploi du ẖayš dans les maisons, au Fārs) ; Ḥud, 134 i.f. et 139, renvoie, sous le mot de ẖīš, à une étoffe faite de lin et de coton. Sur le mot de hayS et les usages de cette toile de lin, cf. Dozy, Supplément, I, 416-417 ; Ch. Pellat, dans EI (2), IV, 1192-1193, et BGA, IV, 355 (s.v. « makkī »).

244 Ṣiqillī : MUQ, 145 (Haute-Mésopotamie ; tissus de laine et de lin dits « du Rūm » (rūmiyya) et faits sur le modèle des lins « siciliens ») ; sur le ṣiqillī, cf. BGA, IV, 282 (ṣaqallī). Lombard, Textiles, op. cit., 53-54, 59 (qui fait des tissus rūmiyya, cités plus haut, des importations de l’Italie, ce que le texte de Muqaddasī ne précise pas ; ici encore, l’adj. peut signifier un « à la manière de »). Tawwazī : ĞÂḤ (t), 160 ; MUQ, 435 (qui précise que la plupart — et les meilleurs — de ces vêtements sont faits, en réalité, dans une autre ville, Kāzarūn ; sur ces villes, cf. supra, chap. I, p. 38 ; sur les tissus de lin de Kāzarūn, surnommée « la Damiette des Iraniens », cf. MUQ, 433 i.f.-434) ; sur le tawwazī, cf. Lombard, Textiles, op. cit., 55, 58. Sābirī : ĞÂḤ (t), 160 (gloss., p. 164 : toile fine « de Sapor »), Sābūr pouvant renvoyer soit au roi, soit à la ville qui porte son nom : c’est cette dernière hypothèse qu’avancent TA‛Ā, 116, et ḤAW, 264 (trad., p. 261, n. 91), cités dans BGA, IV, 257. Ğannābī : MAS (p), § 251 ; ḤAW, 299 (foulards), et BGA, IV, 209. Sīnīzī : FAQ, 254 ; ḤAW, 49, 269 (avec mention de l’excellence du lin dans la région de Sīnīz), 299 ; MUQ, 325 (produit à Samarqand) ; cf. aussi MAS (p), § 251 ; BGA, IV, 268, et Lombard, Textiles, op. cit., 55. Qubṭiyya (pl. qubāṭiyy et qabāṭī : sur ces vocalisations, cf. Lisān, s.v., qui parle de lin blanc et fin) : MUQ, 203 (cf. ibid., 202, association entre les Coptes et la ville de Šaṭā, autre célébrité de l’industrie du lin) ; cf. aussi infra, à propos du šaṭawī. Qasiyyā: ĞĀḤ (t), 160 (gloss., p. 164 : de Qass), pour des tissus de lin fabriqués à ar-Rayy ; il semble bien que le nom renvoie à une localité d’Égypte, Qasā ou al-Qass, dont les étoffes sont en effet célèbres : cf. Yāqūt, Buldān, IV, 344 i.f.-345, 346 (qui signale que la soie entre dans la fabrication de ces tissus). Une autre al-Qass, célèbre aussi pour ses tissages, est mentionnée pour l’Inde (ibid., 346). Saṭawī : ḤAW, 114 (Espagne ; tissus de lin excellents, qui rappellent le meilleur šaṭawī) ; MUQ, 104 (et 105, n. : importé en Arabie), 202, 213 (réglementation de la fabrication et de la vente pour les Coptes), 433 i.f.-434 (fabrication à Kāzarūn, au Fārs ; on doit comprendre, semble-t-il : « Kāzarūn est appelée la Damiette des Iraniens parce qu’on y fabrique et vend les vêtements de lin faits à la façon du qaṣab et les vêtements [de coton] qui ressemblent, quoique étant de coton, au šaṭawī [de lin] »), 443 (région de Kāzarūn et de Tawwaz) ; sur le šaṭawī, cf. BGA, IV, 274, et Lombard, Textiles, op. cit., 50. Dabīqī : YA‛Q, 337 i.f. (Tin-nīs), 338 (Damiette) ; ḤAW, 114 (Espagne ; pour les riches, vêtements de lin non inférieurs au dabīqī) ; MUQ, 104 (importé en Arabie), 443 (région de Tawwaz et Kāzarūn, au Fārs) ; Ḥud, 151 (mouchoirs, en Égypte) ; sur Dabiq et le dabīqī, cf. G. Wiet, dans EI (2), II, 74 ; BGA, IV, 232 ; et Lombard, Textiles, op. cit., 50, 52 i.f. L’étoffe dite sūnisī (de Tunis : cf. BGA, IV, 199) est, en réalité, de Qūmis (ḤAW, 290), et sans doute de coton : cf. infra, p. 433, n. 8.

245 FAQ, 84 (cité supra, pour le lin, p. 430, n. 1).

246 Sauf erreur de ma part, il n’est cité, pour l’Égypte, que par ḤAW, 136 i.f. Pour l’Espagne, une seule citation, dans Cal, 62-63.

247 Cf. FAQ, 253 (cité parmi les spécialités du plateau iranien), 254 (spécialités du Tabaristān, du Daylem et de Qazwīn), 320 (excellent à Marw) ; ḤAW, 74 (Tunisie), 80 (Maroc, exporté jusqu’en Ifrīqiya), 81 (Maroc), 85-86 (Algérie orientale), 213 (Haute-Mésopotamie), 302 (Fārs), 366 (région d’Ispahan), 436 (excellent à Marw), 450 (Kābul, exporté), 452 (excellent à Nīsābūr et Marw), 481 (ẖuwārizm, exporté partout), 489-490 (Buẖārā exporte vers l’Irak et tous les pays), 520 (Trans-oxiane ; exporte vers le Fārs, l’Irak et autres pays) ; MUQ, 118 (al-Baṣra), 141 (région de Ḥarrān, exporté), 145 (même indication), 160 (n. : région du lac d’al-Hfila, « pays du coton » (ma‛din al-aqṭān) et de Bāniyās), 180 (exporté de Jérusalem), 181 (exporté d’Alep), 324 (exporté de Marw), 325 (exporté du Šāš vers les pays turcs), 367 (Qūmis), 395 i.f. (exporté d’ar-Rayy), 402 (ẖūzistān), 409 (excellent à Tustar), 451 (dans les impôts du Fārs), 452 (dans le système de mesures du Fārs) ; Ḥud, 102-105 (Nīsābūr, Herāt, Marw et autres villes du ẖurāsān), 110 (Bust, au Siğistān), 121 (ẖuwārizm), 125 (Bam, au Kirmān), 126 (Fārs), 132 (ar-Rayy), 134 (Amul, près de la Caspienne), 138 (Bagdad), 139 (al-Baṣra), 142 (Āḏarbaygān), 143 (Arménie et Arrān). Sur le coton, cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., III, 92-94, et Lombard, Textiles, op. cit., 61-79 (sur l’Égypte, 70-71).

248 Le mot ṯiyāb (vêtements) intervient fréquemment ; les foulards (manādīl) sont cités par MUQ, 367 ; ḤAW, 481, signale, pour le coton et la laine, et relevant, du reste, de la catégorie des ṯiyāb, ce qu’il appelle amti‛a kaṯīra (de nombreux articles ; trad., p. 463 : effets).

249 Ğūda, anfas, ḥasan, raqīq, līn (layyin) : FAQ, 320 ; ḤAW, 436, 450, 452 ; MUQ, 402. Cf. également MUQ, 433 i.f. (cité supra, p. 431, n. 3).

250 Les trois termes sont donnés comme synonymes par MUQ, 30 i.f. Le second apparaît chez ḤAW, 136 i.f., et MUQ, 433 i.f. Le troisième n’apparaît pas par ailleurs, sauf erreur de ma part, dans nos textes (cf. Lisān, s.v. « kursuf » ou « kursuf »). Le pl. aqiān semble désigner soit les champs de coton (aqṭān, ou mazāri‛ al-aqṭān, ou ma‛din al-aqṭān : ḤAW, 366, MUQ, 160 et n. g), soit les cotonnades (MUQ, 118 (aqṭān wa albān : cotonnades et laitages), 141).

251 Il faut évidemment, comme pour les tissus de soie, de laine ou de lin, faire la réserve de tous les noms qui nous restent mystérieux : la lecture du glossaire de la BGA, IV, nous laisse, de ce point de vue et malgré l’érudition de l’éditeur, sur nombre d’interrogations. Sur le kirbās, cf. ḤAW, 490 ; MUQ, 6 (n. a) et 10 (kirbāsa) ; Ḥud, 110, 121, 125 ; Lisān, s.v. ; Lombard, Textiles, op. cit., 61.

252 Du persan zen et bāftè, sorte d’étoffe de coton (cf. Desmaisons, Dictionnaire, I, 239) ; MUQ, 324 ; BGA, IV, 255 ; Dozy, Supplément, I, 102.

253 Sans doute du persan penbè (coton : cf. Desmaisons, Dictionnaire, I, 416) : MUQ, 324, et BGA, IV, 194.

254 Du persan āreng (couleur : cf. Desmaisons, Dictionnaire, I, 59) : MUQ, 325 ; BGA, IV, 175 ; Barthold, Turkestan, 235, n. 9 (renvoyant à ṮA‛Ā, 129, qui précise qu’il s’agit d’un tissu de coton).

255 MUQ, 367 (à propos de foulards : région de Qūmis) ; sur le ptc. mulammi‛, cf. BGA, IV, 350.

256 Pièces de coton ou de laine, à usages divers (mouchoirs, serviettes de bain, protège-livres) : ḤAW, 345, 450 (explicite la fabrication à partir du coton) ; cf. supra, p. 430, n. 3. Sur l’origine du mot, peut-être le grec sabanon, cf. Lisān, s.v. ; Dozy, Supplément, I, 631, et Lombard, Textiles, op. cit., 54 et 186.

257 ḤAW, 450 (qui précise qu’il s’agit d’étoffes de coton) ; MUQ, 442 (foulards) ; le mot est sans doute dérivé de šarāb (boisson, d’où vin, hydromel : cf. BGA, IV, 272) : couleur de vin ou d’hydromel ? Cf. Dozy, Supplément, I, 740 (šarbiyya). On ne peut toutefois, semble-t-il, exclure tout à fait le rapprochement avec l’étoffe célèbre obtenue à partir du lin, le Sarb, dont il a été question plus haut.

258 Sur le baġdādī, cf. ḤAW, 299 (vêtements courts, portés au Fārs). Sur le marwī, cf. ḤAW, 436 (litt. : « de Marw provient le coton dont l’excellence même est baptisée du nom de la ville, en quelque pays que ce soit ») ; MUQ, 416 (marwī, sans précision quant au coton), 470 (marwiyyāt) ; cf. BGA, IV, 353 i.f.-354 ; Dozy, Supplément, II, 585 (avec, notamment, citation sur les emplois des deux adj. marwī (marawī) et marwazī, qui renverraient respectivement aux choses et aux personnes).

259 ḤAW, 490 ; la nature de la toile (coton) est prouvée : par le mot choisi, karābīs, pl. de kirbās (cf. supra) ; par la reprise de la même formule (exportation vers l’Irak) un peu plus haut (ibid., 489), à propos des étoffes de coton de Ṭawāwīs, ville expressément citée comme relevant de Buẖārā ; enfin, par le fait que Ibn Ḥawqal, après avoir parlé de ces vêtements buẖāriyya, mentionne aussi, toujours à propos de Buẖārā, les tapis et autres pièces de laine, distinguant ainsi ces articles, par leur nature, de ceux qui précèdent.

260 Waḏārī ou wīḏārī, selon la forme du nom de la ville (Waḏar(a) ou Wīḏār) : ḤAW, 520-521 ; MUQ, 324 ; TA‛Ā, 126 ; cf. BGA, IV, 380, et Lombard, Textiles, op. cit., 87.

261 Nos textes se contentent de le signaler, sans en préciser l’usage : sur lui, cf. référ. supra, p. 426, n. 2. Les teintures, en général, sont citées par MUQ, 203 (Égypte) et 380 (Arménie-Āḏarbayğān). Sur le kermès (arbre et insecte), cf. supra, chap. v, p. 334-335.

262 MUQ, 324 ; signalé comme un produit de la région de Balh (Bactres). C’est le persan esperek, que Desmaisons, Dictionnaire, I, 72, définit, sous ce mot et d’autres réputés synonymes, comme une plante servant à teindre en jaune, et qui ne serait autre que le wars, dont il sera question plus loin. Mais le wars est yéménite, et Desmaisons, ibid., réfère également à kurkum (safran ou wars : cf. ibid., III, 66), dont le nom renvoie, d’abord, à ce que nous appelons curcuma. Mais celui-ci est de l’Inde (il s’appelle aussi safran des Indes : cf. Lombard, Textiles, op. cit., 135, où est signalée notamment la confusion entre wars et curcuma). Je me demande s’il ne s’agit pas, en définitive, d’une autre plante tinctoriale, la grande éclaire ou chélidoine, l’herbe « aux racines jaunes » (cf. Ibn al-Bayṭār, Traité des simples, op. cit., II, 6, 441-442, III, 167), mais sans pouvoir trancher en quelque sens que ce soit.

263 Signalé unanimement comme yéménite : ĞĀḤ (t), 159 (trad. : curcuma : voir note précédente) ; FAQ, 36 (donné comme « une substance qui tombe sur l’arbre comme la manne ») ; MAS (p), § 407 ; ḤAW, 37 (donné comme rouge et rappelant le safran ; trad., p. 36 : curcuma) ; MUQ, 98. Sur le wars, cf. Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 52 (gloss. : Flemminga rhodocarpa), et Le Dictionnaire botanique, op. cit., 334-337 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., III, 409-411 (Memecylon tincto-rium (FAQ, trad., loc. cit. : momecylon) : teinture en jaune, mais aussi rouge et même noir) ; Lombard, Textiles, op. cit., 134-135 (Rottlera tinctoria Wild).

264 Baqqam : FAQ, 251 (pour l’Inde et le Sind) ; MUQ, 97 (importé en Oman, évidemment depuis ces mêmes régions), 452 (dans le système de mesures du Fārs : importé donc, ici encore), et Géographie II, 98, n. 4. Sur le baqqam (Caesalpinia sappan), cf. Dīnawarī, The Book of plants, 23 (gloss.), 52 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 245, et Lombard, Textiles, op. cit., 129.

265 ‛Usfur : YA‛Q, 358 (vallée du Chélif) ; ḤAW, 74 (Tunisie) ; MUQ, 442 i.f. (exporté du Fārs), 452 (dans le système de mesures du Fārs) ; Cal, 104-105 (Espagne : qurṭum(m), qirṭim(m), selon le Lisān, s.v. ; cf. Dīnawarī, Le Dictionnaire botanique, op. cit., 202 ; Ibn al-Bayṭār, III, 77 i.f.-79, ce mot désignant, plus précisément, la graine du ‛uṣfur). Sur le ‛uṣfur et le carthame en général, cf. Dīnawarī, op. cit., 139 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 451, et Lombard, Textiles, op. cit., 128-129.

266 Fuwwa, persan rūnās, rudīna (rūden), rūyen : FAQ, 297 ; ḤAW, 154, 347, 388, 477 (pays de l’Oxus : prélèvement fiscal sur les racines de garance) ; MUQ, 326 i.f., 362, 373 i.f. ; Ḥud, 60, 142-143 ; Cal, 144-145 (intervention du fisc, en Espagne). Sur la garance, cf. Dīnawarī, Le Dictionnaire botanique, op. cit., 194-195 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., III, 47-48, et Lombard, Textiles, op. cit., 124-126.

267 Za‛farān (cf. supra, à propos des parfums, référ. p. 426, n. 2) ; il est noté ici lorsque son usage en teinturerie est signalé (directement ou indirectement, par la couleur), ou lorsque aucune mention n’est faite de l’un quelconque de ses usages ; cf. HUR, 38 ; YA‛Q, 324 ; RST, 157 ; FAQ, 235-236, 253, 308 ; MAS (p), § 407 ; ḤAW, 37, 84, 87, 185, 340, 358, 360, 363, 368, 465, 477 ; MUQ, 33, 97, 104, 227, 239, 326 i.f., 380, 384, 393 i.f.-394, 396, 443 (et n. r), 452 ; Ḥud, 111, 114, 115, 131-133 ; Cal, 172-173. Sur le safran, cf. Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 194, 201 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 208-210, et Lombard, Textiles, op. cit., 130-134.

268 Nīl, nīlağ, ẖiṯr, confondu parfois avec le pastel (cf. Ibn al-Bayṭār, cité ci-après) : ĞĀḤ (t), 159, 160 ; FAQ, 36 ; ḤAW, 184 i.f.-185, 312, 450 ; MUQ, 7, 98, 175, 179-181, 186, 465, 467, 470 ; Ḥud, 124 ; Cal, 132-133 (ṣibāg samā, « teinture bleue » ; Lombard, Textiles, op. cit., 139, en fait la guède, nīl bustānī) ; cf. Dïnawarï, The Book of plants, op. cit., 33 (gloss.), 164 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 37, 456, III, 384-386, 413-414, et Lombard, Textiles, op. cit., 139-143.

269 Cf. supra, chap. iv, p. 297.

270 Ma‛ādin an-nīl (les vrais pays de l’indigo) : MUQ, 467.

271 Exemple cette phrase, tirée de MUQ, 439, à propos du Fārs : « La plupart des montagnes sont boisées (mušağğara), avec de rares cultures » (cf. aussi infra, p. 437, n. 1). A l’inverse, quand nos auteurs décrivent un riche terroir couvert d’arbres, il s’agit évidemment de fruitiers, considérés en bloc ou sous telle ou telle espèce (ex. MUQ, 480, à propos d’une région du Sind : « elle est prise dans un réseau de noyers et d’amandiers ») ; cf. aussi MUQ, 494, à propos d’un endroit du grand désert de Perse (« il y a là des arbres et des palmiers, sans aucun habitant ») : à l’évidence, ancien terroir abandonné.

272 MUQ, 439 (cité supra ; cf. p. 397, n. 1). Les fruits (que les arbres ne produisent pas) sont évidemment ceux que l’on mange ; deux interprétations : il n’y a pas d’arbres fruitiers (mais rien que des arbres sauvages), ou les arbres fruitiers ne donnent rien.

273 Sur l’absence ou la rareté de fruits ou d’arbres fruitiers, cf. ḤAW, 30, 288, 323, 324, 339, 440 i.f., 441 ; MUQ, 85, 95, 196, 200, 205, 233, 258 (mauvais fruits, pour certaines régions d’Iran et d’Irak), 301 (n. b), 303 (n. d de 302), 307, 316, 319 (n. c), 321, 322 (n. g de 321), 410, 422, 437, 480, 484. Rien n’est dit du grand désert de Perse, comme si la chose allait de soi (cf. toutefois MUQ, 494, cité supra, p. 436, n. 3), tandis qu’à l’inverse, les réserves faites à propos de l’Arabie n’englobent pas les oasis de ses steppes. Quant à la réflexion de Muqaddasī sur l’Égypte, elle est amplement contredite par d’autres notations à propos du même pays : ibid., 197, 199 i.f., 200, 201, 203-204.

274 YA‛Q, 251, 263, 339, 343, 347, 349 i.f.-351, 362 ; RST, 109 (arbres fruitiers et vignes mūrissent deux fois par an au Yémen), 111-113, 116, 153, 156, 170 ; FAQ, 37, 120, 235, 253, 254 ; ḤAW, 32, 33, 38, 74, 76, 77, 80, 86-91, 93, 94, 98, 115, 123, 140, 142, 160, 172, 173, 175, 176, 180, 181 (fruits à la discrétion du tout venant), 182, 213, 215, 217, 220, 227, 230, 236, 243, 244, 254, 269, 280, 281, 288, 302, 303, 310, 336, 337 (fruits presque gratuits), 338, 347, 363, 364 (abondance et bas prix), 368-370, 379, 382, 408, 420-421, 438-440, 442, 443, 448-450, 465 (fruits si abondants qu’on en nourrit les bêtes), 473, 474 (tout un chacun peut cueillir des fleurs et des fruits), 476, 481, 487 i.f.-488, 492, 494, 498-501, 509-511 ; MUQ, 33 (rectifier trad., p. 77 : « forêts »)-35 (et n. c, d et h), 36, 79, 85, 86, 92, 93, 121, 122, 136, 138, 140, 145, 157 (fruits insipides (fafiha : cf. Dozy, Supplément, I, 149) à Damas), 161, 162, 164, 172 i.f., 174, 175, 179, 180 (n. m), 181, 186, 188-189, 197 (et n. h), 199, 201, 202, 224, 227, 228, 230, 231, 233-235, 257, 259, 260, 261 (n. e), 271, 273, 276-279 (et n. a), 281 (n. g), 283, 284, 289, 291, 294, 301, 302 (et n. d)-305, 307, 308 i.f., 314 i.f.-319 (et n. c), 320, 322, 324, 353, 354 (n. a), 356, 357, 359 (n. k), 360 (sur l’adj. lafīf, cf. BGA, IV, 349), 361 (n. : Samandar, comptée dans le monde musulman : cf. Géographie II, 264), 368, 370, 373, 375-378, 385, 386, 388-390, 392 (n. a)-394 (et n. n), 402, 405, 409, 410, 416, 421, 424 (fruits qui viennent bien ; sur le ptc. dānin, cf. BGA, IV, 238), 429, 431, 432 (adj. lafīf : cf. supra), 433, 434, 436, 437, 439, 443, 449, 450 (n. b), 459, 461, 462, 465, 466, 470 (et n. i)-472, 474 (n. e), 479, 480, 494 ; Ḥud, 105, 108-110, 112, 124, 132, 135, 143 (parmi les fruits, les mūres au moins sont à la discrétion de tous), 149 (fruits à la discrétion de tous), 150.

275 FAQ, 253 (sans plus de précision) ; ḤAW, 181 (donne les fruits cités ici pour représenter les deux catégories en bloc, sans les distribuer entre elles deux), 220 (sans autre précision).

276 Sans autre précision que la noix, pour la seconde catégorie (MUQ, 230, 437). MUQ, 166, à propos de la Palestine, distingue, sans autre précision, fruits de plaine, de montagne et de « dépressions » (aġwār, renvoyant au fossé Jourdain-mer Morte et aux vallées affluentes).

277 Cf. supra, chap. iv, p. 296-297.

278 Attitude, à la vérité, générale : cf. supra, en note, pour les autres distributions.

279 On a déjà évoqué ces distributions supra, chap. iv, p. 303-304. Sur ces thèmes, et notamment ceux des fruits « contraires » (aḍdād), dont la coexistence définit un climat intermédiaire, cf. ḤAW, 38, 91, 181, 220 (corriger trad., p. 214 : « régions torrides » ; le texte porte ṣurūd, « régions froides » ; noter que, sans doute aucun, entrent ici, dans cette catégorie, non seulement les noix, amandes et grenades, mais aussi les olives et les agrumes), 254, 269, 281, 282, 320 (régions très chaudes, ğurūmiyya ḥārra, autorisant le palmier, mais pas les raisins, pommes, noix ou poires), 324 i.f., 326, 368, 382, 450 ; MUQ, 35 (n. h), 157, 164, 166, 179 (cité supra, à propos de l’indigo), 195-197, 304 (pays réunissant les deux [sortes de] fruits : fākihatayn ; sens confirmé par ce qui suit, layyinatu l-hawā’ayn : qui réunit la douceur des deux climats, chaud et froid), 353, 354 (n. e), 394 (n. n), 409, 421, 428, 433, 461, 463, 464, 466, 467, 474 (n. e), 479, 481, 484.

280 Cf. ḤAW, 142, 225, 336, 338, 363, 368, 420 i.f.-421, 439, 499, 501 ; MUQ, 79, 128, 145, 172 i.f., 199, 203, 239, 318, 324 sg., 416, 442 sq., 465, 470 (n. i), 481 ; Ḥud, 124, 135, 139.

281 On aura l’occasion, à propos des espèces particulières de fruits, de voir des exemples de cette répartition (je note ici le melon, évoqué à propos du jardin, et qu’on nous dit être exporté séché (yuqaddad : sur le sens exact de cette IIe forme, voir plus loin) de Marw : ḤAW, 436). Globalement, les deux mots servant à désigner les fruits (ṯimār, pl. de ṯamar, et fawākih, pl. de fākiha) sont parfois spécialisés dans les sens respectifs de fruits frais et secs (cf. ĞĀḤ (t), 160, et MUQ, 405 : fawā-kih et ṯimār, presque côte à côte). Parfois al-fawākih al-yābisa wa r-raṭba : ḤAW, 217, 347 [cf. également ces deux adj. pour les produits agricoles en général, ibid., 498). Parfois ‛atīq opposé à ṭarā’a et ḥadīṯ : ḤAW, 364. Parfois, le fruit séché est précisé en muqaddad (coupé en tranches à cette fin) : MUQ, 145 (deux exemples, dont un qui oppose ces fruits aux frais (ratba) ; cf. également ibid., n. m, avec maqdùda : cf. BGA, IV, 320). Parfois encore, pour les fruits mis à sécher, verbe našara : MUQ, 172 i.f. (BGA, IV, 363). Signalons enfin RST, 156, qui déclare, à propos d’Ispahan, que les fruits s’y conservent pendant un an, « au point qu’on peut mélanger les fruits anciens et ceux de la nouvelle récolte » (al-‛atīq wa l-ğadīd) : thème repris, avec une formulation légèrement différente, par ḤAW, 364, cité plus haut.

282 Šarāb, ašriba, mašārib : ĞĀḤ (t), 160 ; ḤAW, 243, 364 (trois exemples, dans un contexte de réjouissances qui peut laisser croire à des boissons plus ou moins alcoolisées, l’un de ces exemples signalant qu’il s’agit de préparations faites à partir du raisin, au demeurant, en l’espèce, très peu chères) ; Ḥud, 138 ; autres sens indiqués par BGA, IV, 272 ; ne pas confondre ces mots de la racine šrb avec šarb, qui est le nom, soit du poisson appelé saupe, soit de l’étoffe de lin (pl. šurūb), dont il a été question plus haut. Dūšāb est donné par BGA, IV, 240, comme indiquant un sirop de miel ; mais cf. Desmaisons, Dictionnaire, I, 939 (sirop de raisin ou de datte), et Dozy, Supplément, I, 475 (sirop de datte ou vin de palme) ; sur le dūšāb, cf. FAQ, 124 (trad., p. 151 : moūt de dattes) ; ḤAW, 258 ; MUQ, 324 (à partir de raisins secs), 370 (pour la préparation de la āfrūša : cf. supra, p. 428, n. 2), 442 (et n. f), 443, 459, 470 (et n. i). Dibs (Dozy, op. cit., 423 : mélasse.) est donné comme équivalent de dūšāb par BGA, IV, 240 (sur un autre sens, cf. supra, chap. iv, p. 296, n. 3, et chap. vi, p. 421, n. 6) : cf. MUQ, 180 (n. m), 425, 442.

283 Nāṭif (cf. BGA, IV, 364) : ḤAW, 180 i.f. (trad., p. 178 : nougat) ; MUQ, 183 i.f. - 184, 324 (à partir de raisins secs), 376, 470 (n. i). Anqāl (pl. de naql) : ḤAW, 364 (trad., p. 356 : confiseries).

284 Cf. supra, chap. I, p. 91-92.

285 Sauf erreur de ma part, il n’est signalé qu’une fois, pour l’Espagne, par Cal, 88-89 ; cf. son absence chez Dïnawarï et les quelques lignes d’Ibn al-Bayṭār, Traité des simples, op. cit., II, 352, et III, 65-66. Cette absence est d’autant plus étrange que la cerise est connue, dans le monde méditerranéen, depuis l’époque hellénistique (cf. Lombard, L’Islam, op. cit., 168 ; cf. également Le Roy Ladurie, Les paysans de Languedoc, op. cit., 61) ; peut-être y a-t-il là quelques traces de préventions contre ce fruit, dont Ibn al-Bayṭār se fait l’écho.

286 Summā: ḤAW, 220 (avec corr. de la trad., indiquée supra, p. 438, n. 5) » MUQ, 145, 181.

287 C’est le sumac dit des corroyeurs (Rhus coriaria) : cf. BGA, IV, 264 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 280-282, 378 (gomme) ; F. M. Abel, Guide bleu Syrie-Palestine, xxxii (pour la coloration des cuirs en rouge) ; Coutière, Le monde vivant, op. cit., V, 185 (noir ou orangé) ; Lombard, Textiles, op. cit., 144 (noir).

288 MUQ, 204 (comparaison entre ce fruit et le nabiq, sans autre renseignement ; sur le nabiq, cf. plus loin), 357 i.f. ; cf. Dïnawarï, The Book of plants, op. cit., 37, (gloss.), 50, 140, 205 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 115-116, II, 151, 211, 324, 488, III, 375 ; Dozy, Supplément, I, 592 ; Desmaisons, Dictionnaire, II, 107 ; Ghaleb, Dictionnaire, I, 489, II, 488 ; J.-B. Belot, Dictionnaire français-arabe, Beyrouth, 1956, p. 44 et 428 ; Pellat, L’arabe vivant, 520 ; H. Wehr, Arabisches Wörterbuch fur die Schriftsprache der Gegenwart, Leipzig, 1958, p. 342.

289 MUQ, 181 (dans une liste qui mêle à plaisir, dirait-on, toutes sortes de plantes et de fruits, sans ordre apparent) ; sur le luffāḥ (désignant, pour la mandragore, la plante, la racine ou le fruit), cf. Dïnawarï, The Book of plants, op. cit., 49 (gloss.), et Le Dictionnaire botanique, op. cit., 259 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 241, 314, II, 88, 236, 345, III, 240-241, 419-420 ; Dozy, Supplément, II, 541 ; Ghaleb, Dictionnaire, II, 423 ; Coutière, Le monde vivant, op. cit., V, 300.

290 Lecture incertaine (rūqāl, dawqāl, darqāl : cf. BGA, IV, 252) : IṢṬ, 109 (éd. de Goeje, 182, n. m) ; ḤAW, 338 (ġubayrā’ : sorbier, traduit, p. 331, part cormes ») ; MUQ, 380 (et n. g), et Coutière, Le monde vivant, op. cit., V, 238.

291 Sur le ptc. mu‛annaq et son fém., qui finit par signifier le coing à lui tout seul, cf. BGA, IV, 306 ; sur le coing (safarğal ou mu‛annaqa), cf. ĞĀḤ (t), 160 ; RST, 111, 156 ; ḤAW, 77, 85 i.f.-86, 90 (mu‛annaq farāsī, le deuxième terme me demeurant obscur ; peut-être « duveteux » : farāšī, de farāš : couche de boue ou de poussière fine), 364 ; MUQ, 7, 145, 166, 181, 227, 316 i.f., 443 (sur nādir, cf. BGA, IV, 362) ; cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 107-108, 256.

292 MUQ, 181 (n. f).

293 En Occident, inğāṣ ou iğğās, mot qui, en Orient, désigne la prune : cf. Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 20 (gloss.) ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 32 ; Dozy, Supplément, I, 10-11. Sur la poire, cf. ĞĀḤ (t), 160 ; RST, 111, 156 ; FAQ, 132, 235 i.f., 236 ; ḤAW, 69, 320, 364 ; MUQ, 409 (n. i). Cf. Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 49 (gloss.), et Le Dictionnaire botanique, op. cit., 247 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., III, 189-192.

294 Sur la prune (inğāṣ ou iğğās : cf. note précédente), cf. RST, 111 ; MUQ, 7, 181, 224, 307, 402, 443. Sur la variété ‛umarī, cf. BGA, IV, 177 (s.v. « iğğās ») ; sur kāfūrī (inğāṣ al-kāfūrī, avec suppression de l’article devant le premier terme : sur cette construction, cf. Wright, Arabic grammar, 5e éd., Cambridge, II, 1955, p. 232-234 ; il peut s’agir aussi de la « prune de Kāfūr », du nom du fondateur de la dynastie iẖšīdide d’Égypte, mais ce serait là une dénomination toute récente, puisque cette fondation se situe en 323/935, soit quelque cinquante ans à peine avant que Muqaddasī, qui cite cette variété, compose son ouvrage), cf. BGA, loc. cit. ; sur ṭarī, BGA, IV, 290, et Dozy, Supplément, II, 43 ; sur ‛uyūn, pl. de ‛ayn (mot qui semble plutôt maghrébin et être l’abrégé de ‛uyūn al-baqar : yeux de bovin), cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 29, 131, II, 488 ; BGA, IV, 307, et Dozy, Supplément, II, 197. Sur iğğāṣ en général, cf. aussi Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 20 (gloss.), 41, 45, 133, et Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 29-32.

295 Mišmiš ou mašmaš (cf. Lisān, s.v.) ; sur les emplois, anciens et modernes, de ce mot et de barqūq, cf. Leclerc, dans Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 216 ; Dozy, Supplément, I, 75. Pour nos auteurs, orientaux, les deux mots semblent interchangeables (cf. RST, 111 (Yémen) : al-barqūq wa huwa l-mišmiš) ; Muqaddasī emploie mišmiš, sauf p. 239 où, à propos de l’Ifrīqiya, il donne barqūq, sans doute par référence à l’usage local (sur cette pratique, ibid., 32) ; sur l’abricot, cf. RST, loc. cit. ; MUQ, 7, 207, 317, 482 et loc. cit. ; Dīnawarī, The Book of plants, 50 (gloss.) ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 215, III, 321-322.

296 Le mot me reste obscur. J’avais jadis émis l’hypothèse (MUQ, trad., p. 21, n. 36) d’une déformation de ‛asqalānī (d’Ascalon), la ville étant appelée l’une des deux « fiancées du monde » (avec Ġazza : ‛arūsā d-dunyā, FAQ, 123) et tirant en partie sa réputation des fruits qu’elle produit. Mais, sans parler de la déformation considérable qu’il faudrait supposer pour passer de ‛asqalānī à ‛aṡlūnī, on ne s’expliquerait pas que Muqaddasī, à l’occasion de la liste des spécialités de Syrie-Palestine (MUQ, 180-181) ou de la description d’Ascalon (ibid., 174), ne souffle mot de ce fruit.

297 Persan firsik : cf. ĞĀḤ (t), 160 (trad. : prunes) ; RST, 111 (Yémen : al-farsak wa huwa l-ẖawẖ) ; FAQ, 126 ; ḤAW, 69 (al-ẖawẖ al-farsak), 320 i.f. (comme référence pour la description de la mangue) ; MUQ, 7 (la Mekke ; notation surprenante, eu égard à la pauvreté de la ville en ressources : cf. supra, p. 437), ibid. (variété citée, sans autre précision : dāriqī ; je reprends ici, avec quelques précisions supplémentaires, ce que j’écrivais dans MUQ, trad., p. 21, n. 38 : il peut s’agir : (1) d’une déformation de durrāq, darrāq ou durāqin, nom de la pêche en Syrie (cf. Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 34 (gloss.) ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 86 ; Dozy, Supplément, I, 435) ; (2) d’un adjectif formé (avec passage éventuel de k à q) sur Dārek, Dārakān, Dāraqān : sur ce toponyme, cf. BGA, IV, index ; Schwarz, Iran, V, 637 ; Le Strange, Eastern Caliphate, 289, 340 (corr. Darāk en Dārak) ; Desmaisons, Dictionnaire, I, 853 ; (3) du décalque du grec dareikos, de Darius), 390 (Qāšān est le pays d’élection, ma‛din, de la pêche), 396, 482 (pour description de la mangue). Sur la pêche, cf. Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 33 (gloss.) ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 62, 119, et Dozy, Supplément, I, 410-411.

298 ‛Unnāb : ĞĀḤ (t), 159 i.f. ; ḤAW, 154 ; MUQ, 141 (jujubier dans la cour d’une mosquée), 181, 321, 322 (n. g de 321 : d’une médiocre qualité ; sur dūn, cf. BGA, IV, 240), 325, 353, 357, 367 ; peut-être cet intérêt est-il motivé par les propriétés médicinales : cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 478-480 ; sur la jujube, cf. également Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 45 (gloss.).

299 Nabiq, nabaq, nibq ou nabq (cf. Lisān, s.v.) : cf. ḤAW, 38 ; MUQ, 161 (Tibé-riade ; mācher le nabiq relève des habitudes du pays ; pour la canne à sucre, cf. supra, p. 408), 181, 204 (et n. c), 304, 424, 489 ; cf. Lisān, s.v. « sidr » ; Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 38 et 51 (gloss.), 9, 10, 12, 27, 166, 169 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 238-239, 388, III, 365 ; BGA, IV, 359 ; Dozy, Supplément, I, 641, II, 637 ; Ghaleb, Dictionnaire, I, 527 ; Moreau, Botanique, op. cit., 1025 i.f. (Paliurus spina Christi) ; Sorre, Les fondements de la géographie humaine, op. cit., I, 143.

300 Ou d’une azerole (zu‛rūr) : cf. supra.

301 Je traduis ainsi MUQ, 204 (n. c) : ka-l-qilāl, litt. : comme des cruches.

302 Tūt, tūṯ, tūḏ : ḤAW, 338 ; MUQ, 141 (un mûrier dans la cour d’une mosquée), 235 (Espagne), 463, 494 (n. s de 493, pour un lieu du grand désert de Perse : « il y a là des mûriers et quelques pièces de terre (ḥabā’ik : cf. BGA, IV, 212) cultivées ») ; Ḥud, 143 ; sur la mûre et le mûrier, cf. Dïnawarī, The Book of plants, op. cit., 71, 133, 167, et Le Dictionnaire botanique, op. cit., 185 (s.v. « firṣād ») ; Ibn al-Bayṭār, comme nos auteurs, réserve tūt au mûrier du ver à soie et à son fruit, et tūt waḥšī (mûre sauvage, synonyme de ’ullayq) à la ronce : cf. op. cit., I, 320-321, III, 33 (firṣād, plus particulièrement, pour le fruit du mûrier). B. Lewin, dans Dïnawarï, The Book of plants, op. cit., 25 (gloss.), penche pour le mûrier noir, au fruit apprécié, et qui peut, lui aussi, supporter le ver à soie (cf. F. M. Abel, Guide bleu Syrie-Palestine, xxxi, et Coutière, Le monde vivant op. cit., V, 61) : nos textes ne permettent pas de distinguer entre les deux espèces. Sur l’expansion de la soie (et du mûrier blanc, relayant le noir), cf. Lombard, Textiles, op. cit., 79 sq.

303 MUQ, 193 (chères, en Égypte ; pl. atyān (BGA, IV, 199), comme ibid., 259), 225 (bon marché à Cairouan, avec indication précise du prix), 357 i.f.-358 (régions au sud-est de la Caspienne : gratuites et à la discrétion de tous, avec grenades et nèfles — ou azeroles : zu‛rūr).

304 Ğrummayz : RST, 116 i.f. (parmi les arbres de l’Égypte, avec le bananier et le palmier) ; ḤAW, 172 ; MUQ, 44 (allusion à la fondation pieuse d’Ascalon ; cf. trad., p. 112, n. 15), 174, 181, 204 (et n. : sur l’interprétation de baṭn (récolte, cueillette), cf. BGA, IV, 190 i.f., et Dozy, Supplément, I, 97), 368 (à propos des phoques de la Caspienne ; évoqué supra, chap. v, p. 376, n. 2) ; sur le sycomore, cf. Dïnawarï, The Book of plants, op. cit., 70, 89 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 363-366 ; Coutière, Le monde vivant, op. cit., V, 63.

305 Tin : ĞĀḤ (t), 160 ; FAQ, 120, 126 ; RST, 111 ; ḤAW, 76, 90, 94, 115, 172, 178, 225, 246, 283, 338, 368, 382 ; MUQ, 123, 128, 164, 166, 204 (et n. c), 216, 224, 227, 229, 234, 235, 259, 318, 324, 353, 357-359, 367, 380, 384, 421, 424, 425, 429, 433, 442, 443 ; Ḥud, 139, et référ. des notes suivantes. Sur la figue, cf. Dïnawarï, The Book of plants, op. cit., 211 (index), et Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 268, 326-327.

306 ḤAW, 184 (pour le Maġrib) ; sur la sexualité du figuier, cf. Coutière, Le monde vivant, op. cit., V, 62 (avec référence, pour le pays kabyle, aux opérations de fécondation : les « dokkars » mâles, dukkār, suspendus au milieu des arbres femelles, sont mentionnés par Ibn Ḥawqal).

307 Dimašqi : MUQ, 7, 176, 181 ; subā‛ī (gros, énorme, en parlant d’un chameau, et aussi d’un homme, mais la vocalisation est incertaine) : MUQ, 181 ; tamrī : MUQ, 181 ; ḥammā’, donné, il est vrai, semble-t-il, comme simple épithète de qualification (dans un contexte critique), non de variété : MUQ, 358 (sur le sens de ḥammā’, cf. Lane, Lexicon, I, 638) ; quṭṭayn (du grec kottanon) : MUQ, 180, 181 (trois citations, dont une, i.f., qui prouve la petitesse du fruit, vendu avec les mêmes mesures qui servent pour les raisins secs), 255 ; BGA, IV, 331.

308 ẖarnūb ou ẖarrūb (arbre et fruit), qubbayṭ (pâte), ‛asal (sirop ; sur ce sens du mot, cf. Dozy, Supplément, II, 128) : MUQ, 145 (et n. o : qubbayṭ al-’asal ; exporté de Haute-Mésopotamie), 180 (caroubes exportées de Palestine), 181 (1. 9 et 12-13 : Palestine), 183 i.f.-184 (préparation du qubbayṭ), 197 (basse Égypte), 353 (Daylem), 420 (Fārs), 424 (Sābūr, au Fārs), 433 (caroubes excellentes à Sābūr). Sur le caroubier et le qubbayṭ, cf. Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 31 (gloss.), 165, 167 ; Ibn al-Bayṭār, Traité des simples, op. cit., II, 16-17 ; BGA, IV, 320 ; Coutière, Le monde vivant, op. cit., V, 209-210. Sur d’autres sens du nom ẖarnūb (ẖarrūb), cf. Dīnawarī, gloss. cité ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 17 ; BGA, IV, 327 (s.v. « qdm »).

309 Rībās : FAQ, 235 (plateau iranien, avec indication, sans plus de précision, des vertus médicales de la groseille) ; MUQ, 7, 317, 326 (et n. : le mot kala’ (fourrage) doit être pris ici au sens de plante sauvage, comme le fait justement remarquer G. Baldacchino, op. cit. (thèse), 151, n. 96 ; sur l’habitat du groseillier, cf. Coutière, Le monde vivant, op. cit., V, 241-242), 420 (Fārs). Sur le groseillier et ses usages médicaux, cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 190 ; BGA, IV, 252 ; et Coutière, loc. cil. (pour le cassis, Ribes nigrum).

310 Rummān, ḥabb ar-rummān (grains de grenades), lubb ar-rummān (chair de grenade) : sur ces dénominations, cf. BGA, IV, 211 et 347. Sur la grenade, cf. ĞĀḤ (t), 159 i.f.-160 ; RST, 111,156 ; FAQ, 236 ; ḤAW, 38,181, 220 (le texte parle de grosses grenades exportées sans relâche de la Haute-Mésopotamie vers l’Irak (sur le terme gahāz, cf. BGA, IV, 209) ; la trad. Wiet, p. 214 (« grenades aux grains toujours enveloppés »), est à rectifier et préciser ; d’une part, le « toujours » semble devoir être rapporté au commerce de ce fruit, avec une construction parallèle, al-muğaf-fafi ḥabbuhujad-dā’imi ğahāzuhu wa ḥamluhu ; d’autre part, le ptc. muğaffaf fait référence sans doute au compartimentage intérieur du fruit, avec chaque grain « entouré » de sa pulpe ; sur ce sens, cf. Dozy, Supplément, I, 200, s.v. « tiğfāf », pour désigner le rembourrage des armures et caparaçons, et Blachère-Chouémi-Denizeau, Dictionnaire, III, 1577-1578, s.v. « mugaffaf » : bardé, caparaçonné), 303-304, 324 i.f., 364, 368 ; MUQ, 79, 145, 231, 319 (n. c), 324, 357-358, 402, 409 (n. i), 436 ; Ḥud, 115. Cf. également Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 25, 200 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 375, II, 178, 180-184 ; Coutière, Le monde vivant, op. cit., V, 246-247.

311 Qaḍam Qurayš : MUQ, 180, 181 (1. 4, 7 et n. f, qui donne ṯamar aṣ-ṣanawbar : le fruit du pin) ; cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., III, 92, 110, 167-168 (avec d’autres dénominations : gaml Qurayš, gam Qurayš, gazam Qurayi, karkar) ; Dozy, Supplément, II, 361, et BGA, IV, 327 (avec autres dénominations où entre le mot ẖarnūb : supra, p. 444, n. 4).

312 Fustug : ĞĀḤ (t), 160 (Fārs) ; BST, 111 (Yémen), 165 (Kurdistan iranien), 168 (Iran) ; ḤAW, 178 et 180 i.f. (Syrie du Nord, et particulièrement Manbig), 370 (Iran), 474 (Transoxiane) ; MUQ, 239 (exportées d’Ifrīqiya), 324 (exportées des régions de Herāt et de Balẖ) ; cf. Dīnawarī, Le Dictionnaire botanique, op. cit., 187 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 120, III, 34.

313 Bunduq : ḤAW, 225, 338, 370 ; MUQ, 325 (1. 3 et 14) ; Ḥud, 132 ; cf. Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 24 (gloss.), 99 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 273-274.

314 Lawz : RST, 111 (Yémen) ; FAQ, 236 (Iran) ; ḤAW, 91 (Maroc du Sud), 93 (Algérie orientale), 181 (confins d’Asie Mineure), 220 et 225 (Haute-Mésopotamie), 336 (Āḏarbayğān), 443 (ẖurāsān) ; MUQ, 145 (exportées de Haute-Mésopotamie), 166 (Jérusalem), 178 (parages orientaux de la mer Morte), 181 (Palestine), 197 (basse Égypte), 227 (Tunisie), 239 (exportées d’Ifrīqiya), 324 (exportées de Balh), 420 (Fārs), 424 (Sābūr, au Fārs), 452 (dans le système de mesures du Fārs), 480 (Sind), 490 (pour l’évocation de la forme de pierres). Sur l’amande, cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 118, 378, III, 243-244.

315 MUQ, 180 (décortiquées et exportées de Maāb, en Jordanie), 393 (décortiquées, pour la région de Hamaḏān, avec indication de prix) ; sur qalb al-lawz, cf. BGA, IV, 332 ; Dozy, Supplément, II, 389.

316 MUQ, 145 (fraîches, dans les exportations de la Haute-Mésopotamie) ; sur firk al-lawz, cf. BGA, IV, 316 ; Dozy, Supplément, II, 261.

317 Citation de l’amande amère par MUQ, 188, dans un contexte de vie rude et pauvre ; sur le mot arzan (MUQ, 443), qui renvoie à un amandier sauvage de montagne, marginal eu égard à la nourriture, mais dont le bois, en revanche, est estimé, cf. BGA, IV, 178.

318 Ğawz : RST, 111 (Yémen) ; FAQ, 200 (Fārs), 236 (Iran) ; ḤAW, 91 (Sud marocain), 93 (Algérie orientale), 180 i.f. (Syrie du Nord, où la noix entre dans la composition de la friandise signalée à propos de la pistache), 181 (confins ana-toliens, à l’état sauvage, avec noix à la discrétion de tous), 220 et 225 (Haute-Mésopotamie), 254 (noyer absent du ẖūzistān), 269, 281 et 288 (Fārs), 320 (noyer absent du Sind ; mais cf. infra, MUQ, 480), 335-336 (Âḏarbayğān : noix à très bas prix et exportées), 368 (Iran), 443 (ẖurāsān), 474 (montagnes de Transoxiane ; noix à la discrétion de tous ; rectifier trad., p. 456 : le texte arabe dit clairement que les fruits, tout autant que les fleurs, sont « permis » au premier venu), 481 (noyer absent du ẖuwārizm), 487 i.f. (absent de la région de Buẖārā) ; MUQ, 35 (n. ; Jérusalem), 145 (noix exportées de Haute-Mésopotamie), 166 (Jérusalem), 181 (noix exportées de Damas ; ibid., Palestine), 230 (Algérie orientale), 271 (Fergina, avec indication de prix), 279 (Sogdiane), 324-325 (noix exportées des régions de Balh et de Samarqand), 384, 389-390, 392 (n. a) et 394 (n. n) (Iran), 420 et 424 (Fārs), 437 (montagnes du Fārs), 443 (noix exportées de Sābūr, au Fārs), 459, 463 et 466 (Kirmān), 480 (Wayhind, au Sind, sur un terroir signalé, 479 i.f., comme extrêmement riche et couvert d’arbres), 489 (pour une comparaison avec le nabiq). Sur le noyer et son fruit, cf. Dïnawarï, The Book of plants, op. cit., 212 (index) ; Ibn al-Bayṭār, Traité des simples, op. cit., I, 376-378.

319 ḤAW, 487 i.f. : fait donné comme la caractéristique des grands arbres en général, le noyer étant cité.

320 FAQ, 200.

321 MUQ, 443 (cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., III, 357 i.f.) ; cette huile est citée à côté de celle de citronnelle (mélisse, bādrang : supra, p. 420, n. 4).

322 Cf. Sauvaget, dans fiel, § 22, n. 5, et les traductions que l’on signale infra, dans les notes qui suivent.

323 Sur lui, cf. ĞĀḤ (t), 160 ; FAQ, 67, 205 ; RST, 111 (trad., p. 125 : citrons) ; ḤAW, 91 (trad., p. 89 : limons), 94 (même trad., p. 92), 220 (même trad., p. 214), 256 (trad., p. 254 : citrons), 269 (même trad., p. 265), 281 (même trad., p. 277), 382 (même trad., p. 373), 451 (trad., p. 436 : cédrats) ; MUQ, 158 (turunğa, pour décrire la forme d’un motif ornemental de la mosquée de Damas : cf. Sauvaget, loc. cit., qui propose « citron »), 166, 181, 353, 357 (cité côte à côte avec l’orange, nāranğ), 402, 405, 409 (n. i), 420, 421, 424, 433, 443 ; Ḥud, 135 (trad. : citrons). Cf. également Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 40, 42 ; Ibn al-Bayṭār (avec trad. par « citron »), op. cit., I, 21-25, II, 124-126.

324 Ḏakiyy, sammā: ḤAW, 256 ; Ḥud, 130 (trad. : fragrant citrons), et BGA, IV, 242, 276 i.f.-277 ; Ḥud, 131, parle aussi de turunğ-i destanbūyè (même traduction) ; sur le second terme, cf. supra, p. 415, n. 3.

325 MAS (p), § 840. Cf. Coutière, Le monde vivant, op. cit., V, 182, et Lombard, L’Islam, op. cit., 167 i.f.

326 Eût-il eu besoin de préciser la couleur s’il s’était agi d’un fruit connu comme le cédrat ? A propos de ce passage (Ḥud, 150 ; autre lecture possible, à signaler : au lieu de turunğ, birinğ : riz), V. Minorsky (ibid., 415) renvoie à MUQ, 181 (et n. a), toujours à propos de Damas, où les « choses jaunes » évoquées peuvent être soit des ustensiles de cuivre (ṡufriyyāt : cf. BGA, IV, 281), soit, ici encore, des citrons jaunes (mṣfriyyāt). Mais Muqaddasī, on va le dire, emploie couramment, pour désigner ce fruit, le mot de līmū(n).

327 IṢṬ, 103 ; ḤAW, 320 i.f. (rectifier trad., p. 314, et lire « acide » au lieu d’ « amer ») ; MUQ, 7, 425, 482 : les trois auteurs soulignent l’extrême acidité du fruit, les deux premiers lui donnant la taille d’une pomme (préciser en ce sens la trad., loc. cit. : « analogue à la pomme ») et le dernier d’un abricot ; cf. BGA, IV, 351, et Ibn al-Bayṭār, Traité des simples, op. cit., III, 255-262 (limon).

328 Ḥud, 108 (trad. : sour oranges) ; oranges acides signalées aussi ibid., 135 (rivages de la Caspienne).

329 Cf. Coutière, Le monde vivant, op. cit., V, 179 i.f.-180 ; Planhol, Fondements géographiques, op. cit., 287 i.f.

330 MUQ, 181, 357, 359 i.f. (oranger dans une mosquée), 466, 467 ; cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., III, 357-358 (où l’orange est dite acide comme le citron).

331 Nārğīl : FAQ, 251 ; ḤAW, 324 (corriger, trad., p. 317, « amer » en « acide ») ; MUQ, 86 (port du Yémen, avec formule : fīhā naẖīl wa nārğīl : « il y a là des palmiers et des cocotiers »), 97, 481. Pour la description du cocotier, cf. Géographie II, II, 100 ; sur le cocotier, cf. Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 50 (gloss.), et Le Dictionnaire botanique, op. cit., 288-289 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., III, 356-357.

332 Anbağ : IṢṬ, 103, repris par ḤAW, 320 i.f., et MUQ, 482 ; le mot est parfois pris au sens de fruits confits : cf. BGA, IV, 181 ; Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 21 i.f.-22 (gloss.), 45 (qui signale de nombreux manguiers en Oman : repris par Ibn al-Bayṭār, op. cit., I,159) ; Ibn al-Bayṭār, ibid., et II, 471-472 (‛anbā, donnée ici comme spécifique de l’Inde et de la Chine).

333 Ihlīlağ, halīlağ : YA‛Q, 291 ; FAQ, 251 ; MIS (a), 26 (qui parle ausgi d’un myrobolan, moins bon, de Rāwand : sur cette localité, située entre Ispahan et Qāsān, cf. Yāqūt, Buldān, III, 19) ; MUQ, 304. Cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., III, 393-397 (l’éditeur et traducteur précisant que le myrobolan est donné par un arbre du genre terminalia, de la tribu des combrétacées) ; Le Strange, Eastern Caliphate, 349, n. 1 (myrobolan référant à plusieurs variétés de fruits ou noyaux séchés) ; BGA, IV, 181 (s.v. a anbag ») ; Coutière, Le monde vivant, op. cit., V, 249.

334 L’Afrique orientale a reçu la banane, avec d’autres plantes, de l’Asie du Sud-Est au cours du premier millénaire avant notre ère : cf. H. Isnard, « Afrique », dans Encyclopaedia universalis, Paris, I, 1968, p. 375. D’après nos textes, la question se pose de la façon suivante : pour le bananier venu de l’Inde, l’extrême avance signalée se situe, comme on le dira, en Arabie du Sud ; comment, dès lors, imaginer que l’Égypte ait pu être atteinte, par les relais du Fārs, du ẖūzistān, de l’Irak et de la Syrie, sans que nos auteurs nous signalent la présence du bananier en ces pays (je vais revenir sur le cas de la Palestine) ? ReBtent donc deux hypothèses : l’arrivée de la plante en Égypte ou bien par l’Arabie du Sud (mais alors, pourquoi celle-ci aurait-elle, dans ce cas précis, fonctionné comme relais de ce côté-ci seulement, et non pas de l’autre, vers le Golfe ?), ou bien directement de l’Afrique orientale : on s’expliquerait ainsi que le bananier, comme on va le dire, fasse déjà partie du paysage égyptien, tandis qu’il fait, ailleurs, figure de curiosité. Quant à la Palestine, elle aurait reçu le bananier de l’Égypte, celle-ci agissant à son tour comme relais.

335 Sur la banane (mawz), cf. RST, 111, 116 i.f. ; FAQ, 37 ; ḤAW, 38, 142 ; MUQ, 35 (n. h), 86, 166, 175, 179, 180 (n. m), 181, 197, 199 (peu chères, au Caire), 203, 204 (et n. c), 474, 480, 481 ; cf. également Dīnawarī, Le Dictionnaire botanique, op. cit., 283-285 ; Ibn al-Bayṭār, Traité des simples, op. cit., III, 343-345.

336 FAQ, 297 ; IṢṬ, 109 ; ḤAW, 338 ; MUQ, 145 (exportées de Haute-Mésopotamie), 380 ; Ḥud, 143 ; cf. Ibn al-Bayṭār, I, 260 i.f., II, 316.

337 Cf., par ex., al-Waššā’, al-Muwaššä, Beyrouth, 1385/1965, p. 207-209 et 249-251. On se rappellera, à ce propos, le rôle de la pomme dans les cosmogonies : cf., pour la légende des sources du Nil, la présence du pommier, dans MUQ, 21 (trad., p. 59, n. 96, avec référ.).

338 YA‛Q, 365 ; FAQ, 117 (cas rapproché du qaṣab aḏ-ḏarīra : supra, p. 424, n. 5) ; cf. également ṮA‛Ā, 95 (pomme dite de Syrie, qui devient parfumée lorsqu’elle arrive en Irak).

339 FAQ, 117 i.f.-118, 204 ; repris par IṢṬ, 90 i.f.-91 ; ḤAW, 297 ; MUQ, 444, et Ḥud, 126, qui situent le phénomène dans la région d’Iṣṭaẖr ou celle qui est comprise entre cette ville et Šīrāz.

340 ĞĀḤ (t), 160 ; RST, 111, 156 ; FAQ, 236 ; ḤAW, 320, 364, 474 ; MUQ, 172 (et n. t, avec indication de poids et de prix), 180 (exportées de Jérusalem), 181, 224, 384, 389 (n. b), 436, 490 (pour l’évocation d’une forme de pierres). Sur la pomme (tuffāḥ), cf. Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 75 ; Ibn al-Bayṭār, Traité des simples, op. cit., I, 311-313.

341 ĞĀḤ (t), loc. cit. ; YA‛Q, 370 ; RST, 156 ; FAQ, 236 (šīrī dans le texte, corrigé en šīzī dans la trad., p. 284) ; ḤAW, 364 ; MUQ, 181, 389 (n. b), 436 ; BGA, IV, 197 ; Dozy, Supplément, I, 148.

342 Cf. Coran, VI, 99, 142/141, XVI, 11, LXXX, 29.

343 Cf. supra, p. 395 ; Coran, XXIII, 20, et XXIV, 35.

344 MUQ, 209.

345 Cf. Coran, XCV, 1 (et Blachère, II, 22, n. 1). Le mont des Oliviers a été évoqué supra, chap I.

346 MUQ, 181 : cf. BGA, IV, 257 (s.v. « subḥa »), renvoyant à Baedeker, Palestine et Syrie, op. cit., 22. On peut imaginer que l’auteur réfère à l’usage oriental du masbaha (ou subḥa : cf. Lisān, s.v.) pour les dévotions, ou à celui, chrétien, du rosaire.

347 FAQ, 200.

348 Les références données ici et dans les notes suivantes s’entendent comme renvoyant à l’olivier ou à l’huile (cette dernière directement désignée ou à travers le pressoir). Pour ces limites orientales, cf. FAQ, 200 ; ḤAW, 269 ; MUQ, 407 (ẖūzistān), 420, 421, 424, 425, 436, 442-443 (exportation d’huile). Sur les conditions climatiques du Fārs, eu égard à la présence de l’olivier, cf. H. Gaussen, « Aire méditerranéenne », dans Encyclopaedia universalis, Paris, X, 1971, p. 746-747.

349 Plus précisément au Ğurgān (angle sud-est de cette mer) : ḤAW, 382 ; MUQ, 353, 357, 367. Pour la région de Nīsābūr, au ẖurāsān, MUQ, 318, rapporte qu’on lui a signalé des oliviers, mais il ne confirme pas le fait. Ibid., 284 (ẖuwārizm), signale des pressoirs : à sucre, visiblement, compte tenu de la latitude et de la présence de la canne en cette région (ĞĀḤ (t), 159). Hurāsān et Huwārizm excèdent largement, de toute façon, les limites de l’habitat de l’olivier. Sur les parages de la Caspienne et la présence de l’olivier, cf. Blanchard, dans Géogr. univ., VIII, op. cit., 147-148.

350 Sur ḤAW, 32 (à propos de l’Arabie), voir la corr. envisagée infra, p. 455, n. 10. Sur les pays cités, cf. RST, 186 ; ḤAW, 70 i.f. (avec rectification de traduction proposée infra, p. 452, n. 5), 220 ; MUQ, 141, 145 (exportation d’huile d’ar-Raqqa, dans les régions du moyen Euphrate), 196,197,213 (dans les impôts d’Égypte), 233-235.

351 FAQ, 112 ; cf. FAQ, 117, 120-123 ; ḤAW, 70 i.f. (interprétation infra, p. 452, n. 5), 172 ; MUQ, 162, 171, 174, 180 (exportation d’huile), 181, 183 i.f., 259.

352 La formule citée est de MUQ, 216 ; cf. YA‛Q, 350 ; FAQ, 84 (absent dans les pays berbères) ; ḤAW, 70 (éloge de l’huile de Sfax), 74 ; MUQ, 225 (éloge de l’huile de Cairouan), 227 (4 citations), 229 (région de Fès), 236, 239 (exportation d’huile d’Ifrīqiya).

353 MUQ, 225 : mawāgīn, plutôt mawāğīn (pl. de ma’ğan) : cf. BGA, IV, 177.

354 MUQ, 227 (soixante, pour un canton du Maġrib).

355 MUQ, 234.

356 Ma‛ṣûr, pour Damas : MUQ, 181 (BGA, IV, 301) ; sur unfāq (du grec ompha-kion), cf. MUQ, ibid., pour ar-Ramla (BGA, IV, 182, et Dozy, Supplément, I, 41 i.f.-42).

357 MUQ, 183 i.f., à propos du baysār (cf. supra, p. 416).

358 MUQ, 171 ; sur le qist, mesure de capacité d’environ un demi-litre, cf. E. V. Zarn-baur, dans EI, II, 1104, et H. Sauvaire, « Matériaux pour servir à l’histoire de la numismatique et de la métrologie musulmanes », Journal asiatique, 8e sér., VII, 1886, p. 439-444. Sur le sens de waẓīfa, cf. BGA, IV, 377.

359 ḤAW, 70 i.f. ; trad. Wiet, p. 67 : « A présent, on importe (à Sfax) de l’huile d’Égypte, parce qu’en Syrie il y en a trop peu. » Le texte dit : wa zaytu Miṣra fī waqtinā hādā fa-min nāḥiyatihā yuğlabu li-qillatihi bi-š-Šām, soit : « Quant à l’Égypte, c’est de sa région (de Sfax) qu’elle en importe (aussi) aujourd’hui, parce qu’en Syrie-Palestine il y en a trop peu (pour la demande). » Et aussi peut-être, ajouterons-nous : en raison des conditions nouvelles créées par la conquête fāṭimide de l’Égypte. Sur l’importation d’huile en Égypte, cf. Lombard, L’Islam, op. cit., 165.

360 La pauvreté de certains pays berbères du sud du Maġrib a déjà été signalée pour ces plantes essentielles que sont le blé et l’orge. FAQ, 84, les leur concède, mais leur refuse le palmier, la vigne et l’olivier. A noter que ces Berbères sont jugés, par ḤAW, 101, comme « n’ayant jamais vu aucune installation sédentaire et ne connaissant rien d’autre que la steppe infinie ».

361 Sur elle, cf. Dïnawarï, Le Dictionnaire botanique, op. cit., 238-239 ; Ibn al-Bayṭār, Traité des simples, op. cit., II, 195, 480, III, 153-154.

362 Sur l’interprétation du mot, cf. infra, à propos de l’arrosage des vignes. Le mot est donné, avec karma, dans la liste de divers synonymes proposée par Muqaddasī (MUQ, 31) ; sur lui, cf. Dozy, Supplément, I, 459.

363 Citée par FAQ, 118 i.f. Racine hbl : être plein, être enceinte. Cf. Lisān, s.v. « hubla » et « ḥabala », avec le surnom de umm al-‛iyāl : la mère de famille.

364 Cf. MUQ, 368 (au pl. : ‛anāqīd).

365 (Al-)kurūm wa (l)-a‛nāb : MUQ, 172, 316 i.f. ; ordre inverse ibid., 162 i.f.

366 ḤAW, 184, développant IṢṬ, 47 ; sur la sexualité de la vigne, cf. Coutière, Le monde vivant, op. cit., V, 196.

367 RST, 109.

368 ḤAW, 181, dans un contexte qui dit assez les ravages causés en ces régions par l’offensive byzantine.

369 ḤAW, 181, 408 (3 citations) ; MUQ, 291.

370 Irrigation des vignes indiquée clairement par référence au contexte : ḤAW, 441 i.f.-442 (3 exemples), 443 (ville d’Anbār, avec association montagne-eau), 444, 449, 497, 499.

371 FAQ, 84 ; MUQ, 196 ; ḤAW, 71, la dit rare aussi dans la région de Sfax.

372 Évoqué supra, chap. II, p. 138, n. 7 ; le Lisān, s.v., définit la dāliya comme la machine actionnée par les bovins, et la nā‛ūra (notre noria) comme celle que fait tourner l’eau, puis ajoute, en un côte-à-côte révélateur : « d’après Ibn Sīda (sur ce philologue, cf. M. Talbi, dans EI (2), III, 964-965), la dāliya est la terre arrosée au seau (dalw) ou par la machine (manğanūn), et les dawālī (pl. de dāliya) sont, des raisins noirs, mais non très foncés ». Sur les besoins de la vigne en eau, cf. les deux passages de ḤAW, 440 i.f.-441 (qui établit une liaison très claire entre la rareté de l’eau et l’absence de jardins et de vigne ; rectifier la trad., p. 426, peu claire : « comme la ville est située en montagne, l’eau courante est peu abondante » ; le texte dit : hiya ’‛alä ğabalin wa lahum mā’un ğārin qalīlun : « la ville est juchée sur une montagne, ce qui fait que les habitants disposent de peu d’eau vive », entendons qu’elle coule en bas, au pied de la montagne), et MUQ, 291 (le raisin est excellent à Farabr (rives de l’Oxus) pourtant peu riche en eau). Cf. également ḤAW, 443 (région de Kandaram, dite de montagne : référence, ici encore peut-être, à une alimentation suffisante en eau ; cette région est évoquée un peu après celle d’Anbār, pour laquelle l’association montagne-eau est, cette fois, explicitement indiquée : supra, p. 453, n. 9).

373 Et sans doute aussi (ce que nos auteurs ne précisent pas) des conditions climatiques par trop différentes de celles du bassin méditerranéen, considéré, on le dira plus loin, comme le climat de référence de la vigne. Sur le Sind, cf. ḤAW, 320 : affirmation générale de l’absence de la vigne, qui souffre des exceptions, pour des régions se rapprochant des climats dits « froids » : ḤAW, 324 i.f., 326 ; MUQ, 484 : il s’agit ici, en réalité, avec les pays de Quzdār, Ayul et al-Fannazbūr, des régions montagneuses du Pakistan (cf. Le Strange, Eastern Caliphate, 329-332, et Times Atlas, 31, D/6 et C-D/7), relevant alors, plus précisément, de la région du Makrān.

374 ḤAW, 505.

375 Cf. A. J. Wensinck, « Khamr », dans EI (2), IV, 1027-1029 ; sur le vin dans le monde musulman et sa littérature, cf. J. Sadan, ibid., 1029-1030, et J. E. Ben-cheikh, « Khamriyya », ibid., 1030-1041.

376 Cf. Coutière, Le monde vivant, op. cit., V, 194-195 ; A. Lawalrée, « Rham-nales », dans Encyclopaedia universalis, Paris, XIV, 1972, p. 230 ; J. Branas, « Vins », ibid., XVI, 1973, p. 847 ; X. de Planhol, « Le vin de l’Afghanistan et de l’Himalaya occidental », Revue géographique de l’Est, XVII, 1-2, janv.-juin 1977, p. 3, n. 1 (avec bibl.).

377 ḤAW, 115, 116 ; MUQ, 233-235.

378 ḤAW, 123, 131 ; MUQ, 231.

379 MUQ, 216.

380 FAQ, 84 ; ḤAW, 88, 89 ; MUQ, 231.

381 ḤAW, 77, 85 i.f., 90, 93.

382 YA‛Q, 350 ; ḤAW, 71 (rare dans la région de Sfax) ; MUQ, 224, 225.

383 ḤAW, 94.

384 YA‛Q, 332, 339 ; ḤAW, 140 (exportation de raisins) ; MUQ, 193, 197, 201, 203.

385 FAQ, 120, 192 i.f. ; ḤAW, 178, 180 i.f.-181, 184 ; MUQ, 35 (n. h), 151 i.f.-152, 160, 162, 166, 171, 172, 178, 181, 183.

386 RST, 109 ; FAQ, 37, 124 i.f.-125 ; ḤAW, 32 (zayt, huile, à corriger en zabīb, raisins secs ; cf. IṢṬ, 24, et MUQ, 7, 79) ; MUQ, loc. cit. et 94 ; Ḥud, 146. Cf. la liste des variétés de raisins donnée par HAM, 196.

387 ḤAW, 234, 243, 244 ; MUQ, 122, 123. Sur la poésie du vin, cf. Bencheikh, loc. cit. (supra, p. 454, n. 3).

388 FAQ, 132 ; ḤAW, 211, 215, 217, 220, 229, 230, 336 ; MUQ, 145 (exportation de raisins, frais ou secs), 373.

389 FAQ, 313 ; ḤAW, 379 ; MUQ, 353 (raisins excellents), 356 (Biyār, rangée dans ces régions, mais à la vérité sur les confins du ẖurāsān), 361 (région de Saman-dar, au nord du Caucase : cf. Géographie II, 264), 368. La citation de Loti est prise à Blanchard, dans Géogr. univ., VIII, op. cit., 147.

390 FAQ, 236 ; ḤAW, 364, 369 ; MUQ, 384, 389 (n. 6), 392.

391 ĞĀḤ (t), 159 ; YA‛Q, 280 ; FAQ, 254 ; ḤAW, 439, 441 i.f.-444, 448, 449 ; MUQ, 292, 299, 303 (n. d de 302), 306 i.f.-308, 312, 315, 316 i.f., 317 (et n. n), 318, 326, 356 (Biyār : cf. ci-dessus, n. 2). L’expression de « pays à vigne » m’est fournie par MUQ, 306 i.f.-307 : ma‛din al-a‛nāb al-ğayyida wa l-fawākih an-nafīsa : le pays par excellence des raisins de qualité et des fruits remarquables (litt. : précieux). Cf. Planhol, « Le vin de l’Afghanistan », art. cit., 18-19.

392 ḤAW, 474, 497, 499, 504, 511 ; MUQ, 261 (n. e), 275, 276, 283, 289 (avec l’expression ma‛din az-zabīb : le pays du raisin sec), 291, 325.

393 ḤAW, 408 (2 citations).

394 FAQ, 253 ; MUQ, 402, 405, 409 (n. i), 414 (sur le sens de la VIIe forme inqaṭa’a, cf. BGA, IV, 329-330, et Dozy, Supplément, II, 369 i.f.-370 ; sur la localisation de kūzūk, « en montagne », cf. Schwarz, Iran, IV, 340 i.f.-341).

395 ḤAW, 269, 302 ; MUQ, 424, 425, 429, 433. Sur le vin de Šīrāz, cf. Planhol, « Le vin de l’Afghanistan », art. cit., p. 4, n. 5 (avec bibl.).

396 MUQ, 464 i.f.-465 : « aš-Šāmāt est riche en jardins et en vignes, et ses fruits sont exportés vers les différentes régions ». Sur la localisation de cette ville, à l’est d’as-Sīrağān (aujourd’hui Sa’idābād), cf. Le Strange, Eastern Caliphate, 311, et Times Atlas, 32, F-G/6.

397 Voir référ. supra, p. 454, n. 1.

398 ḤAW, 418-421 ; MUQ, 304, 306.

399 RST, 111 (corr. trad., p. 125 : soixante-dix-huit). HAM, 196, en cite une quinzaine.

400 ĞÂḤ (t), 159 ; RST, 156.

401 IṢṬ, 118, n. 4 (non repris par ḤAW) : cf. BGA, IV, 374 (repris dans Dozy, Supplément, II, 792).

402 Ou qišmiš (Dozy, Supplément, II, 351) : FAQ, 254 i.f. (trad., p. 308, n. 2, qui signale une adjonction, dans un manuscrit : le kišmiš connaît trois espèces, rouge, jaune et verte) ; ḤAW, 439 ; MUQ, 452 ; Ḥud, 105. Dīnawarī (Le Dictionnaire botanique, op. cit., 241) parle de grappes blanches qui deviendraient rouges, jaunes ou vertes en séchant, selon les variétés de l’espèce, d’autres attribuant ces différences aux conditions de dessication (au soleil, suspension, étalement dans l’ombre). Ibn al-Bayṭār (Traité des simples, op. cit., II, 195 i.f., et III, 181-182) parle d’un petit raisin sans pépin, consommé plutôt sec, à ce qu’il semble ; cette qualité est relevée par le traducteur de Ḥud, loc. cit. : fine raisins. Dozy (Supplément, II, 473) traduit par « lambrusque », espèce de vigne sauvage ; c’est le sens qui est retenu dans ḤAW, trad., p. 424 (« vigne sauvage »), mais ce sens ne paraît guère compatible avec le contexte : il s’agit de raisins de qualité, puisqu’ils sont exportés « vers tous les horizons », en même temps que les raisins secs de l’espèce dite ā‛ifī (d’aṭ-Ṭā’if), eux aussi exportés « vers l’Irak et les autres pays » ; qualité indiquée aussi incidemment par MUQ, loc. cit., puisque le kišmiš entre dans les indications données à propos du système de mesure du Fārs.

403 FAQ, 125, 253 (trad., p. 306 ; mais il peut s’agir aussi de plusieurs variétés de sucre, selon les préparations (cf. supra, p. 408), compte tenu du fait que nous sommes au ẖūzistān, un des gros producteurs, on l’a dit).

404 MUQ, 7 ; ḤAW, 439 ; Ḥud, 104.

405 MUQ, 181 ; on peut évidemment penser, pour l’origine, à un nom propre de lieu : al-‛Āṣima ou al-‛Āṣimiyya (cf. Yāqūt, Buldān, IV, 67), mais il s’agit là de localités extérieures à la Palestine, pour laquelle ce raisin est cité (une seule fois). Je pencherais pour un adj. formé sur al-‛āṣima (la capitale : cf. Dozy, Supplément, II, 135), nom renvoyant évidemment, dans ce contexte, à Jérusalem.

406 FAQ, 124 i.f.-126, que je complète par HAM, 196, lequel reprend certaines de ces variétés dans une liste de raisins de la région de Ṣan‛ā’.

407 Sur Ğuraš, cf. Yāqūt, Buldān, II, 126 ; sur Mulāḥa et d’autres toponymes d’orthographe voisine, cf. HAM, 108 (index). Autres noms de raisins renvoyant, chez FAQ et HAM, à des toponymes : kulāfī (de Kulāf, « aux confins du Yémen ») ; sūnāyā (corr. pour sarnābā ; cf. FAQ, xxxi (gloss.) : il s’agit d’un village de la région de Bagdad ; à noter que le raisin se désigne par le toponyme pur, sans le suffixe ) ; nāšiqīnī (de Nāšīqīn, dans la région de Qazwīn : cf. Schwarz, Iran, VI, 723) ; māsabaḏī (de Māsabaḏān, sur les confins de l’Irak, de l’Iran et du ẖūzistān : cf. MUQ, 394 ; Le Strange, Eastern Caliphate, 202) ; nawāsī (sur Nawās, en Arabie du Sud, cf. HAM, 90) ; ziyādī (du territoire des Banū Ziyād : cf. HAM, 146, index) ; wādiyy (sur wādī, qui entre dans la composition de nombreux toponymes, cf. Yāqūt, Buldān, V, 343-346 ; peut-être, compte tenu de ce que Hamdānī dit que ce raisin vient du Gawf, le Gawf lui-même, décrit comme un wādī par Yāqūt, ibid., II, 187) ; tābikī et našānī sont de lecture incertaine : cf. HAM, notes, 209 i.f.-210 ; enfin, peut-être faut-il joindre à cette liste le muwarraqī (sur muwarraq, feuillu : cf. Dozy, Supplément, II, 797) : je lirais plutôt mûraqī, du nom d’une localité de la région d’Arrağān, au Fārs : cf. Schwarz, Iran, I, 10, III, 134.

408 Ahmar, summā(sur d’autres couleurs possibles, cf. supra, p. 440, n. 4), ašhab (litt. : mêlé de noir et de blanc, et, plus généralement, de plusieurs couleurs), šaqlabī (slave, indiquant ici, non pas la provenance, mais la référence aux esclaves slaves employés dans l’armée ou à la cour ; ce raisin est cité pour la capitale cali-fienne, Sāmarrā ; sur ces Slaves, cf. D. Sourdel, « Ghulām », dans EI (2), II, 1104), muẖaṭṭam (par référence à la datte qui présente des stries au moment de la maturation : cf. Lisān, s.v), bāzğank (sans doute du persan bāz, vin, et ğung, grande blancheur), zarāwī (FAQ, xxvii, gloss. : du persan zerāb, eau d’or ; le nom désigne aussi une région près de Bagdad : cf. Desmaisons, Dictionnaire, II, 97), zarağūn (pour zergūn : de couleur d’or ; cf. ibid., 99 et 103), dawālī (que les dictionnaires, repris par FAQ, 125, décrivent comme un raisin noir, mais pas très foncé : cf. supra, p. 453, n. 11).

409 Rāziqī (sans doute sur rāziq, l’une des appellations de Dieu ; raisin blanc et à grains allongés, qui serait d’aṭ-Ṭā’if ; parfois confondu avec le mulāḥī : cf. Lisān, s.v. ; la référence aux vertus nutritives de ce raisin est claire dans FAQ, 126 : « celui qui manque de raisin rāziqī dans ses derniers jours, sa famille doit le pleurer »), mānī (cf. Desmaisons, Dictionnaire, III, 313), bīrūzī (pour fīrūzī (cf. FAQ, xviii, gloss.), du persan fīrūz, qui désigne aussi un ancien roi d’Iran : dans ce cas, ce serait « le raisin de Fīrūz »), ḥalāwä (ou ḥalā, pl. de ḥalwä : douceurs, sucreries), wafrabāy (sans doute composé de wafr, abondant, nombreux, et persan pāy ou pā : force, pouvoir, puissance).

410 ẖamrī, isfīḏmisk (du persan isfīd ou sefīd, blanc, et mišk, musc et aussi : noir ; peut-être même sens que ašhab, supra, p. 458, n. 5), siyāwašk (persan siyā(h), noir, et ešk, larme), qawārīr (pl. de qārūra : bouteille), ḍurū (pl. de dar’ : mamelle), ‛uyūn al-baqar (yeux de vache ; ‛uyūn seul chez HAM ; c’est aussi, on l’a dit, le nom d’une variété de prune), aṭrāf al-’aḏā(aṭrāf seul chez HAM). Me restent obscurs, chez FAQ, ẖarğağ, et, chez HAM, durbuğ.

411 ḤAW, 364 ; sur le raisin sec (zabīb ou ‛anğad : sur celui-ci, cf. MUQ, 324 (1. 4-5 et 10), qui distingue le vert et le rouge), cf. Ibn al-Bayṭār, Traité des simples, op. cit., II, 195 et 481 ; Dozy, Supplément, II, 180, et supra, p. 457, n. 6.

412 FAQ, 120 ; ḤAW, 178, 180 i.f.-181, 225, 335, 365, 439, 444 ; MUQ, 7, 79, 145, 180, 181, 203, 225, 231, 289 (ma‛din az-zabīb : supra, p. 456, n. 5), 319 (n. c : 2 citations), 324, 325, 388.

413 Sur le (ā’ifī, cf. supra, p. 458, n. 1, et MUQ, 324 ; cf. aussi, pour le kišmiš, supra, p. 457, n. 6 ; sur les deux autres variétés, cf. MUQ, 180-181 ; elles réfèrent à deux villages de la région d’Hébron, Bayt ‛Aynūn et Dura (cf. Yāqūt, Buldān, IV, 180 ; F. M. Abel, Géographie de la Palestine, op. cit., I, 453, II, 91, 239 ; V. Gué-rin, Description géographique, historique et archéologique de la Palestine : Judée, Paris, 3 v., 1868-1869 : t. III, 353, 355). La région a été de tout temps célèbre pour « es vignobles : cf. Nombres, XIII, 22-24.

414 Cf. l’étonnement marqué par MUQ, 388 : gens qui mangent en public des raisins secs et du pain, qu’ils tirent de leurs manches.

415 ḤAW, 180 i.f.-181 (nāṭif, trad., p. 178 : nougat), 230 i.f. (mêmes mot et traduction, 224). Le nāṭif de raisin sec est cité aussi, sans autre précision, par MUQ, 324.

416 Sur le verjus (ḥiṣrim), cf. FAQ, 124 ; sur le vinaigre, ibid., MUQ, 203, 452 (dans le système de mesures du Fārs) ; Ḥud, 105.

417 Cf., respectivement, MUQ, 416 i.f. (sukkar al-‛inab : sucre de raisin, en prenant sukkar au sens large de sucreries (cf. Dozy, Supplément, I, 667-668), mais sans certitude quant au sens ; on se souviendra (cf. supra) que sukkar désigne aussi une variété de raisin) ; ĞÂḤ (t), 160 ; ḤAW, 230 i.f. (trad., p. 224 : sirop) ; MUQ, 425, 442 (exporté) : j’adopte la traduction par « rob » du mot de dibs (cf. ĞĀḤ (t), loc. cit. et 162, gloss.) ; dūšāb (cf. supra, p. 439, n. 3) : MUQ, 324 ; Ḥud, 104 (2 citations) et 127, trad. par grape-syrup : il s’agit des régions de Herāt, Kanğ-Rustāq (ẖurāsān) et Arrağān (Fārs), effectivement signalées par nos auteurs comme productrices de raisin (ḤAW, 269, 439 ; MUQ, 306 i.f.-308, 425) ; ‛aṣīra : ḤAW, 364 (trad., 356 : raisiné extrait du pressoir ; cf. Dozy, Supplément, II, 134, s.v. « ‛aṣīr ») ; ṭilā’ : FAQ, 124 (exactement : jus de raisin réduit des deux tiers par cuisson : cf. Lisān, s.v.) ; ‛asal aš-šamsī mina l-‛inab : MUQ, 324 (cf. BGA, IV, 277).

418 ẖamr, nabīḏ, aṯām (MUQ, 410, qui le signale comme médecine, pour une maladie non précisée, le tout dans un contexte critique : confirmé par la racine ’ṯm : cf. BGA, IV, 177) : cf. FAQ, 124 ; RST, 165 ; ḤAW, 217 ; MUQ, loc. cit. et 200 (ẖumūr, boissons alcoolisées, pour le Caire), 399, 480 (consommation interdite et punie, à al-Multān, dans le Sind ; sur cette attitude, qui peut être, selon nos auteurs, indienne autant que musulmane, cf. Géographie II, 120) ; Ḥud, 107 (2 citations), 109, 115, 132.

419 ḤAW, 335, 364 ; MUQ, 193, 389 (n. b), 429 ; cf. également MUQ, 317 (n. : évaluation d’une récolte).

420 Pour le vinaigre ou les raisins secs : MUQ, 181, 452 (2 citations).

421 ḤAW, 130, 214, 217 (sur lataf, défini comme le vectigal vini, cf. BGA, IV, 348), 234, 302, 303 (sur ḥawma, cf. Dozy, Supplément, I, 342, et BGA, IV, 221) ; MUQ, 451.

422 Cf. supra, p. 396.

423 MAS (p), § 518-519.

424 MUQ, 183 et 206 (pour la Palestine et l’Égypte ; c’est le quatorzième jour de septembre, que l’Égypte fête aussi par l’ouverture des écluses : cf. MAS (p), § 734, 779, 1286 ; autres référ. dans MUQ, trad., p. 224, n. 55) ; autre intervention de la vigne dans le calendrier, mais sans référence religieuse : MUQ, 425.

425 RST, 200. II faudrait encore signaler, au chapitre de la vigne comme marque d’une civilisation, son absence dans les zones de nomadisme, au même titre que le palmier et l’olivier : cf. supra, p. 452, n. 6.

426 Les thèmes qui suivent sont pris à FAQ, 118 i.f.-127.

427 Makārib : cf. FAQ, XLII, gloss.

428 Ces deux mots pour évoquer les régimes en formation ; je corrige, comme les traducteurs, en aqsāṭ la leçon awsāṭ adoptée par de Goeje.

429 FAQ, trad., p. 147, n. 2 : « c’est-à-dire : les branches chargées de dattes qui ne sont pas encore mûres ».

430 Litt. (cf. trad.) : dans une outre grande ou petite.

431 Šahd ou šuhd, distinct de ‛asal, miel vierge : cf. ĞĀḤ (t), 160.

432 Akyisa (sur ce pl. de kīs, cf. FAQ, xliv, gloss.), litt. : sacs ; traduit, ibid., par « escarcelle » : la datte est aussi objet de commerce, donc de profit.

433 Litt. : à expérimenter.

434 Rectifier trad., p. 149 (« araignées énormes et mortellement venimeuses ») ; il faut lire : « ... araignées énormes et bêtes mortellement venimeuses ». Le texte arabe ne permet pas de décider, en toute clarté, si le rossignol est l’hôte (ce serait le seul indiqué) de la vigne (on remarquera, à ce propos, qu’il s’agit des rameaux en général, ‛īdān, non précisés comme étant ceux de la vigne). La traduction, p. 149, répond par l’affirmative, mais elle pourrait laisser croire par ailleurs, en sa formulation, que le rossignol niche aussi dans le palmier. Il faut comprendre : quand, au moment où le rossignol chante et où les rameaux reverdissent, les oiseaux nuisibles... se mettent à nicher, ils ne le font pas du côté de la vigne, alors qu’ils nichent dans les palmiers... A noter que, pour ĞĀḤ (h), III, 455, le corbeau fuit le palmier.

435 Supra, p. 396 et 461.

436 Supra, p. 400, n. 5.

437 Supra, p. 410, n. 5.

438 Les versets cités (FAQ, 126) sont : Coran, XXXVII, 45/46, et XLVII, 16/15. Sur la position coranique dans son ensemble, cf. A. J. Wensinck, « Khamr », dans EI (2), IV, 1027.

439 MAS (p), § 519.

440 Cf. supra, p. 460, n. 4.

441 Litt. : votre tante paternelle (‛amma), le palmier (naẖla) étant du genre féminin. « Le seul arbre... » : on a vu qu’en réalité, le monde musulman pratique parfois aussi la fécondation du figuier et de la vigne. « Dattes prises... » : je traduis ainsi dattes très fraîches (ruṭab) et fraîches (hadīṯ). Le texte est pris à MUQ, 106.

442 MUQ, 395 (n. p de 394).

443 L’évocation émane de non-musulmans, peu habitués au palmier ; mais elle recoupe, de façon imagée, bien des traits de l’arbre et de son fruit : cf. la description, précise autant que lyrique, à l’occasion, de Coutière, Le monde vivant, op. cit., IV, 296-297.

444 Cf. supra, p. 395 i.f.

445 Ğāḥiẓ, cité par FAQ, 253.

446 SIR, 127 i.f.-128 (cité dans Géographie II, 186).

447 Cité dans Coutière, Le monde vivant, op. cit., IV, 295.

448 Pour l’absence du palmier en pays berbère (FAQ, 84), cf. supra, p. 461, n. 5.

449 MUQ, 394 (n. p).

450 MUQ, 394 (n. p), et supra, p. 438 i.f.

451 L’association entre le palmier, la chaleur et, sinon le monde musulman, du moins l’Arabie, est parfaitement claire chez Muqaddasī : MUQ, 33, et trad., p. 215, n. 2.

452 Sur ces régions, cf. infra.

453 YA‛Q, 244, 251.

454 MUQ, 470.

455 Sur cette expansion, cf. Lombard, L’Islam, op. cit., 166-167.

456 Exception faite de Cal, 32-33, 74-75.

457 ḤAW, 98 ; MUQ, 236.

458 YA‛Q, 345, 350 ; ḤAW, 67, 68, 86, 91, 94 ; MUQ, 224, 225, 230, 231, 239.

459 RST, 116 i.f. (parmi les arbres de l’Égypte, avec le sycomore et le bananier) ; YA‛Q, 332, 334 ; FAQ, 70 i.f. ; ḤAW, 139, 144, 147, 154, 155, 158-160 ; MUQ, 195, 196 (n. l), 197, 199-203, 209 i.f.

460 FAQ, 122 ; ḤAW, 173 i.f.-174, 176, 185 ; MUQ, 35 (n. h), 161, 162, 164, 166, 172 (les palmiers ne viennent pas bien à Bethléem, mais c’est pour mieux faire ressortir le caractère miraculeux de celui que Dieu y fit pousser pour Marie), 175, 178 (Ayla, golfe d’Akaba)-181, 186 ; Ḥud, 149 (Syrie du Nord, Bayyās : cf. Yāqūt, Buldān, I, 517).

461 YA‛Q, 244, 251, 263-264 ; RST, 163, 164, 186 ; FAQ, 30, 121, 175-176, 187, 191 i.f.-192, 252, 253 ; ḤAW, 234, 236 (2 mentions, dont l’une variante d’IṢṬ, 57 : cité aussi supra, chap. II, p. 201, n. 1), 239, 243, 244, 246 ; MUQ, 117-120,128-131 (n. p de 130), 259 ; Ḥud, 138.

462 ḤAW, 215, 221, 227, 229 ; MUQ, 140, 142.

463 MUQ, 394 (n. p).

464 On a déjà évoqué leur climat à propos de l’olivier et de la vigne, supra, p. 451, n. 6, et p. 456 (et n. 2) ; cf. YA‛Q, 277 ; ḤAW, 382 ; MUQ, 354 (sans le froid, le palmier produirait ; formule reprise ibid., 365), 357 (le palmier, dont le froid, malheureusement, abīme les fruits).

465 ḤAW, 368, 370 ; MUQ, 394 (n. n et p) ; Ḥud, 132.

466 ḤAW, 446, 450-451 ; MUQ, 322 (n. g de 321). A relever, toutefois, une spécialité de dattes dite du Huwārizm : MUQ, 131 (n. p de 130).

467 YA‛Q, 313, 341 (parages du golfe d’Akaba) ; RST, 111, 113, 117-118 ; FAQ, 29, 30, 37, 252 ; ḤAW, 30, 31 (la Yamāma produit à elle seule autant que tout le Ḥigāz), 33, 34, 38, 48 ; MUQ, 33, 79, 83 (al-Marwa est dite ma‛din, pays par excellence), 84, 86, 87 (le Yémen n’est pas un pays de palmiers), 88, 92-95, 98, 248, 252-254 (n. i) ; Ḥud, 145.

468 FAQ, 252, 253 ; ḤAW, 253, 254, 256-258 ; MUQ, 402, 407-409, 412-414, 417.

469 ḤAW, 269, 281, 282, 288 ; MUQ, 420, 424, 425, 427-430 (n. k), 433, 434, 442 (dattes exportées).

470 Le trait relatif à cette coutume a été relevé supra, chap. iv, p. 312 (il est signalé par IṢṬ, 99 ; ḤAW, 312 i.f.-313, et MUQ, 469) ; sur la nourriture, cf. supra, p. 407 ; sur le Kirmān, cf. YA‛Q, 286 ; ḤAW, 49, 311-313 ; MUQ, 33, 459, 463, 465, 466, 469 (et n. e), 470 (et n. i ; exportations signalées), 471 ; Ḥud, 124-125.

471 ḤAW, 405-407, 409 ; MUQ, 488, 493 (n. s), 494 (et n. i).

472 ḤAW, 415, 418-421 ; MUQ, 297, 304, 305, 324 ; Ḥud, 110.

473 ḤAW, 325, 326 ; MUQ, 478, 484 (sur Maška, 1. 9, cf. ibid., 475, 1. 12 : elle relève du Makrān ; sur al-Fannazbūr, 1. 13 (Bannağbūr, ibid., 475, 1. 12) et al-Quṣdàr (Quzdār), cf. supra, p. 454, n. 1).

474 ḤAW, 320, 323, 324 ; MUQ, 474, 480 (et n. ; sur Wayhind, ibid., 349 et 477), 481. Sur certaines régions décrites avec le Sind, mais relevant plus précisément du Makrān, cf. note précédente.

475 Prix : ḤAW, 312 i.f. ; MUQ, 199, 230, 466 i.f., 469 (et n. e). Impôts : MUQ, 105, 133, 451. Produits : nabīḏ (ici, vin de datte : FAQ, 45, avec débat sur licéité) ; dūšāb (déjà vu à propos de la vigne, supra, p. 460, n. 3 ; pour la datte, FAQ, 124) ; pour l’eau de spathe, cf. supra, p. 426, n. 1. Sur les utilisations et les effets de la datte, cf. Ibn al-Bayṭār, Traité des simples, op. cit., I, 226, 314-315, II, 175-176, et les autres références données plus loin, en note.

476 Cf. la remarque (qui signale, de toute évidence, un fait d’exception) de MUQ, 470, à propos du Kirmān : « il n’existe pas de dattes plus douces qu’en ce pays ; on ne peut les consommer crues, et elles ne conviennent qu’aux pâtisseries » : cf. BGA, IV, 301 (s.v. « ‛aṣīda »), qui signale que la datte, vu son extrême douceur, tient ici la place du miel.

477 L’essentiel des données est fourni par FAQ, 29-30 ; MUQ, 130-131 (n. p de 130) et 470 ; autres références (où se retrouvent parfois certaines espèces citées par FAQ et MUQ) : YA‛Q, 345 ; FAQ, 175 i.f., 191 i.f., 252 ; ḤAW, 94 (trad., p. 92, n. 486), 185, 254, 281 (avec correction proposée trad., p. 277, n. 246) ; MUQ, 83, 98, 128, 305.

478 Cf., respectivement, Ibn al-Bayṭār, Traité des simples, op. cit., I, 262-263, II, 175-176, I, 314-315, III, 88 (FAQ, trad., p. 213), qui en fait aussi une variété : cf. plus loin, à propos de qasb al-‛anbar.

479 Le muql est cité pour l’Arabie (MUQ, 83, 98) ; cf. Ibn al-Bayṭār, II, 133, III, 333, et Coutière, Le monde vivant, op. cit., IV, 301.

480 Cf. MUQ, 305 (dans un contexte critique). Le mot peut signifier aussi le palmier produisant ce genre de dattes, ou le palmier, en général et sans autre précision (cf. Lisān, s.v., et FAQ, 123 i.f., trad., p. 149). A noter une évolution sémantique, de direction exactement contraire (sans doute à partir d’une autre interprétation du mot : palmier très productif : cf. Lisān), qui a fait désigner sous ce terme une qualité de dattes exceptionnelle (cf. Dozy, Supplément, I, 452-453, avec mention de la variété célèbre dite deglet-nour).

481 A ne pas confondre avec le lieu de même nom, près de la Mekke ; sur celui-ci, cf. ḤAW, 40 i.f. ; MUQ, 83, 107 (cf. aussi, avec le nom de Ḏū l-Marwa, YA‛Q, 341, et Yāqūt, Buldān, V, 116).

482 Exemples, pour l’origine : ‛umāni (de l’Oman), zuġarī (de Zugar ou Sugar, au sud de la mer Morte), yamāmī (de la Yamāma, en Arabie), šarqī (orientale), ẖuwārizmī (du ẖuwārizm), kirmāšānī (du Kirmān), ma’qilī (du Nahr Ma’qil, dans la région d’al-Baṣra), rīfī (de la campagne), bīrūnī (du faubourg ; sur le persan bêrūn : peut-être, plus précisément, celui de la ville de Kāt, au Huwārizm). Éponymes : ibrahīmī (pour ibrāhīmī : d’Abraham), qurašī (de la tribu des Qurayš).

483 Aḥmar, ṣafrā’, ṣufr, burdī (de burd : étoffe rayée), zanbūrī (sur zanbūr : guêpe), bādinğānī, qaṣab (roseau ; ne pas confondre avec qasb, datte très sèche), ği‛āb (pl. de ğa‛ba : carquois, et aussi : tube, tuyau, canal ; cf. Dozy, Supplément, I, 197).

484 Je traduis ainsi, parfois avec quelque liberté, qasb al-‛anbar (datte (très sèche) d’ambre), zubb rubbāḥ (verge de babouin (cf. chap. v, p. 349, avec le mot rābiḥ) ou de chevreau ; FAQ, trad., p. 35 : « le zubb rubāh (sic) dont on parle dans le proverbe : plus doux que beurre mêlé au zubb »), ‛arūsī (sur ’arūs, jeune mariée, jeune et belle femme), ğinānī (sur ğinān, pl. de ğanna ; mais il peut s’agir aussi, plus littéralement, d’une « datte de jardin », qu’on distinguerait de celles que l’on dit (cf. ci-dessus, n. 1) de campagne ou de faubourg), faḥl, bayḍ al-baġl (les « œufs de mulet »).

485 Sur ces deux dernières variétés, cf. BGA, IV, 182 et 291.

486 Des listes comme celle de Hamdānī, à propos de l’Arabie (HAM, 155-157), relèvent d’un souci d’enregistrement lexicographique, non d’une description au sens où la pratiquent nos auteurs.

487 Une notation comme celle du champ de narcisses dans un coin de désert (supra, p. 426 i.f.-427) est exceptionnelle. Quant aux oasis, elles sont, en tant que terroir cultivé, l’antithèse et la négation mêmes du désert.

488 Sur le mot kala’ , cf. supra, p. 411, n. 4 et 6, et p. 444, n. 5.

489 MUQ, 94 (tumām et ’iḍūn) : cf. Ibn al-Bayṭār, Traité des simples, op. cit., I, 137, 333-334, II, 417, 444-445, 448, 454. Autre plante sauvage citée (dans un dicton, et hors de tout contexte explicite de pâture) : le ġurr de Palestine (MUQ, 188 ; cf. BGA, IV, 308, renvoyant à Dozy, Supplément, II, 203 i.f.-204 : fenouil ou persil sauvage).

490 MUQ, 283 ; YA‛Q, 365, parle, pour le Cachemire et le Tibet, d’une herbe broutée par le chevrotain porte-musc et nommée kadahmas ou kandahasa.

491 Sur l’herbe et les pâtures (ou leur absence), cf. YA‛Q, 270, 274, 354, 357, 360 ; FAQ, 239 ; RST, 149, 167, 170 ; ḤAW, 173 (abb : herbe, fourrage, prairie), 302, 313, 324, 348, 445, 499, 505, 507, 509, 511, 513 (murūğ wa marā‛in), 514 ; MUQ, 34, « 5, 196, 254, 272, 279, 484, 494 (n. i), 495.

492 Sur la diffusion de la luzerne de Perse, cf. Lombard, L’Islam, op. cit., 170.

493 Qadb (FAQ, 124, citant Coran, LXXX, 27/28 ; trad. Blachère : cannes, pour qaṣab ?) est synonyme, selon Ibn al-Bayṭār (Traité des simples, op. cit., III, 92), de raṭba, luzerne fraîche, distinguée de la sèche (qatt) ; cf., sur ces mots, ibid., II, 176, III, 35, 59 (et Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 47, gloss., et Le Dictionnaire botanique, op. cit., 188-190, 197, 214). Sur la luzerne, cf. FAQ, loc. cit. ; ḤAW, 136 (Égypte, à propos de plantes semées à un même moment de l’année ; après aqrāṭ, les trèfles, est cité al-qurṭ ar-raṭba, que Wiet traduit, p. 135, par « espèce de trèfle dite ruṭba », Ibn Ḥawqal rapprochant ainsi les deux plantes ou, plus exactement, le trèfle et la luzerne verte, la sèche gardant le nom de qatt : cf. ibid., 240 (Irak) : riṭāb (pl. de raṭba) et qatt ; rectifier trad., p. 233 : « on récolte à profusion du trèfle, ainsi que de la luzerne, qui sert de fourrage aux chameaux des pèlerins et des voyageurs » ; le texte dit : « on sème à profusion de la luzerne fraîche (riṭāb) et l’on récolte la luzerne sèche (qatt) qui sert de fourrage... »), 302 (Fārs : riṭāb, trad., p. 296 : trèfle). Sur le trèfle, cf. ḤAW, 136 (pl. aqrāṭ), 137, 240 ; MUQ, 203 (et n. y ; cf. trad., p. 125, n. 128, avec correction de qurẓ en qurṭ) ; cf. également Dinawarī, Le Dictionnaire botanique, op. cit., 201, et Ibn al-Bayṭār, op. cit., III, 77 (Trifolium alexandrinum).

494 IṢṬ, 76 (ḤAW, 278).

495 MUQ, 252, 254 (n. i) ; sur cette herbe, cf. Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 46 (gloss.), et Le Dictionnaire botanique, op. cit., 183-184.

496 Sur ces fourrés et marais (ġayḍa, pl. ġiyāḍ, ağama, pl. āğām et ağamāl), cf. RST, 185 ; FAQ, 187 ; ḤAW, 122, 277, 302, 303, 324, 376, 377, 381, 418, 439, 481, 500 (dans le contexte du jardin d’agrément : pièces d’eau ; cf. supra, p. 411, n. 6) ; MUQ, 162, 329 i.f., 362, 446, 487 (pl. ġudrān de ġadīr : étang, mare, comme pour le passage cité dans la note précédente).

497 J’ai dit plus haut, p. 436, les critères selon lesquels j’avais tranché, parfois sans trop de certitude, entre arbres de la forêt et arbres fruitiers.

498 Cf. Lombard, L’Islam, op. cit., 172-176.

499 Sur ce mot, cf. Desmaisons, Dictionnaire, I, 460, II, 536. Sur les forêts, cf. FAQ, 131 i.f.-132, 301-302 ; ḤAW, 377, 381 ; MUQ, 173 (hauteurs de Palestine ; exemple peu sûr : « arbres sur les montagnes et champs cultivés dans les plaines »), 188 (Liban, même remarque : « abondance d’arbres et de fruits laissés à la discrétion de tous »), 308, 357 i.f. (sud-est de la Caspienne : cf. supra, p. 411, n. 4), 420, 421 (Fārs : « montagnes boisées et peuplées (cultivées) »), 439 (Fārs, exemple clair : « montagnes pour la plupart boisées, et cultures rares »), 471 (monts d’al-Bāriz, au Kirmān, même formule que ibid., p. 421). Cf. aussi références des espèces de bois, infra.

500 ḤAW, 438, 487 (les plantes citées sont le ġadā et le ṭarfā’, de l’espèce tamaris : cf. Dïnawarī, Le Dictionnaire botanique, op. cit., 176-177 ; Ibn al Bayṭār, Traité des simples, op. cit., II, 404-405, et Ghaleb, Dictionnaire, II 209) ; MUQ, 196, 197, 285, 315, 319, 384 (ḥaṭab, bois à brûler, et faḥm, charbon de bois), 391, 403 (le plus mauvais est le laurier : diflä), 430.

501 ḤAW, 416 ; MUQ, 331 (avec pièces de bois qu’on baisse ou lève pour régler le débit).

502 MUQ, 440 (éloge de la pierre de Palestine, qui se travaille aussi facilement que le bois) ; ḤAW, 414, signale un défaut du bois au Siğistān : il est attaqué par les vers et dure peu.

503 MUQ, 325.

504 Ḥud, 143 (Sūb, trad. : bois de charpente, timber-wood ; mais le texte est peu sûr : cf. ibid., n. 1).

505 Ḥud, 133, 135.

506 MUQ, 71, 196 (n. l), 331 i.f. (il s’agit des ablutions rituelles). Sur le terme ğanāḥ pour désigner les moucharabiehs, cf. BGA, IV, 209.

507 ḤAW, 494, 501 ; MUQ, 277, 278 i.f., 282, 304 (sur le mot ġašk, cf. BGA, IV, 309), 310 (bois absent des constructions de Marw), 359 (et n. k), 361 (Bulġār et Samandar (cf. Géographie II, 264 et 276) décrites ici dans le monde musulman : maisons de bois, avec intervalles comblés de baguettes entrecroisées ; la variante (ibid., n. y) parle simplement de treillis de bois : cf. Baldacchino, op. cit., 222, 216), 479, 480.

508 MUQ, 289, 376 (et n. a, si toutefois la leçon de la variante, ḥiṣn, n’est pas une erreur du copiste), 412, 431, 449.

509 MUQ, 169 (portes de bois brut : sawāḏiğ)-171, 302 (n. ; sur izār et muẖarram, cf. BGA, IV, 178, 224, et Dozy, Supplément, I, 19, 366-367), 314, 316, 359, 375 (et n. s), 427, 464, 479.

510 FAQ, 125 ; ḤAW, 347, 381. Sur l’amandier de montagne (arzan), cf. MUQ, 443 ; BGA, IV, 178, et Desmaisons, Dictionnaire, I, 53 (ergen).

511 MUQ, 163, 204 (n. c).

512 YA‛Q, 258 ; MUQ, 98, 203, 204.

513 MUQ, 97 (importé en Oman) ; Ḥud, 152 (sur la position de Bulaynā, ou al-Balyanā, cf. ḤAW, 144 i.f.-145) ; cf. aussi Géographie II, 595, index.

514 YA‛Q, 258 ; FAQ, 121, 190 (sur le personnage cité, Abū Bakr al-Ḥudalī, cf. Pellat, Le milieu basrien, op. cit., 110), 251 ; ḤAW, 49 ; MUQ, 71, 92, 97, 426, 479, 480. Sur le teck (sāğ), cf. Ibn al-Baytàr, Traité des simples, op. cit., II, 233.

515 ḤAW, 281 ; MUQ, 431 i.f.-432, 443 ; sur le cyprès (sarw), cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 242.

516 MUQ, 165, 169 ; sur le cèdre (šarbīn), cf. Ibn al-Baytàr, op. cit., II, 330-331 ; BGA, IV, 272 ; Dozy, Supplément, I, 742. Le mot tannūb est plus difficile à interpréter. Il renvoie en principe à la famille des sapins et épicéas (cf. B. Lewin, dans Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 25, gloss. ; BGA, IV, 198 (cedri species), et Ghaleb, Dictionnaire, I, 226-227). Ibn al-Baytàr, op. cit., I, 320, II, 381, 466, III, 92, parle du « petit pin qui porte le pignon ». Mais pourquoi Muqaddasī aurait-il employé ce mot particulier à la place de celui, attendu, du pin en général, ṣanawbar (cf. toutefois aussi, pour ce dernier mot, le sens de cèdre donné par B. Lewin, loc. cit., 42 (gloss.) ; sur le pin et le pignon, cf. Dīnawarī, Le Dictionnaire botanique, op. cit., 89, qui fait du ṣanawbar le pin femelle et du arz le pin māle) ? Dīnawarī (ibid., 20, 71-72) nous donne, semble-t-il, des renseignements plus précis : le tannūb, avec le arz (sur ce mot, cf. aussi Leclerc, dans Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 331 : cèdre ou sapin), donne les māts, épais et hauts, des navires méditerranéens ; l’arbre, très ample et très haut, et dont le nom n’est pas arabe, pousse dans les montagnes des marges anatoliennes, et il fournit la meilleure des résines. Ce dernier trait fait évidemment penser, d’entrée de jeu, au pin (cf. Dīnawarī, Le Dictionnaire botanique, op. cit., 89), mais les sapins et épicéas procurent eux aussi de la résine (plus difficile à recueillir chez les premiers : cf. Coutière, Le monde vivant, op. cit., IV, 223), et l’on comprendrait que celle-ci soit ainsi opposée à l’autre, l’ordinaire, celle du pin justement. Je penche finalement pour le sapin, mais sans pouvoir non plus exclure totalement le pin (sauf sous sa forme de pin d’Alep ou de Jérusalem, dont le tronc tordu (cf. Moreau, Botanique, op. cit., 827) se prête mal à la définition de Dīnawarī). Sur les conifères des montagnes de l’Anatolie méridionale, furieusement exploitées de toute antiquité, cf. Blanchard, dans Géogr. univ, VIII, op. cit., 71-72.

517 ḤAW, 182 (exportations de pin : ṣanawbar, florissantes, à la vérité, avant la grande offensive byzantine).

518 Ḥawr : MUQ, 271 (Ibn al- Bayṭār, op. cit., I, 472 : peuplier blanc). Hadank : ḤAW, 465, et Ḥud, 118 (pour fabrication d’arcs et de flèches ; BGA, IV, 222 ; Desmaisons, Dictionnaire, I, 742 (bouleau ?) ; Dozy, Supplément, I, 355, et Géographie II, index, 579). Tūz : MUQ, 325 (Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 473-474 : peuplier noir ; BGA, IV, 198-199 : écorce de peuplier blanc, utilisée jadis pour fabriquer une sorte de papier ; Dozy, Supplément, I, 154-155 : écorce de peuplier blanc ou noir, employée à recouvrir les arcs, flèches et selles ; Desmaisons, Dictionnaire, I, 539 : chez les Bašqir, c’est l’écorce du bouleau qui sert à ces usages).

519 Šamšār : ḤAW, 381 ; cf. Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 245-246, II, 344 ; BGA, IV, 277 ; Dozy, Supplément, I, 787. Šawḥat : ḤAW, loc. cit. (trad., p. 371 : bois d’arc) ; cf. Lisān, s.v. « nab‛ » ; Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 41 (gloss. : Grewia populifolia), et Le Dictionnaire botanique, op. cit., 73-75 (pour certains, ce serait l’amandier sauvage de montagne, arzan, cité supra, p. 473, n. 4). Sāsam : MUQ, 97 (importé en Oman) ; cf. Dīnawarī, Dictionnaire, 25-26 (sāsam, sāsab, saysab), 55-56 (saysabān, signalé comme parfois synonyme de saysab et comme importé de l’Inde, ce qui cadre bien avec l’indication donnée par Muqaddasī) ; Ibn al-Bayṭār (op. cit., II, 310-311 : saysabān est peut-être un tamaris). Pour les arcs et les flèches, cf. également note précédente (bois du ẖadank). Qān : ĞÂḤ (t), 159 ; cf. Lisān, s.v. ; Ghaleb, Dictionnaire, II, 269 : maclure.

520alanğ (en persan : bigarré) : YA‛Q, 277 (trad., p. 82, n. 7 ; bois excellent : ğayyid, et qu’on travaille) ; FAQ, 255, 297 (on en fait des « merveilles ») ; ḤAW, 347, 381 ; MUQ, 325 (exporté du pays bulgare par le ẖuwārizm) ; Ḥud, 118. Le mot désigne parfois la bruyère, mais surtout en Occident (cf. Dozy, Supplément, I, 400 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 42-43). Je ne crois pas que ce sens convienne ici : l’habitat signalé par Ibn al-Faqīh (de l’Arménie au ẖuwārizm en passant par l’Āḏarbayğān et les provinces caspiennes) et l’accent mis sur la menuiserie (parfois pour des gros objets, comme les tables : cf. Dozy, loc. cit.) me paraissent assez bien convenir à l’érable (sur son habitat, cf. Coutière, Le monde vivant, op. cit., V, 190, dont les indications correspondent assez bien à celles d’Ibn al-Faqīh), mais sans que j’ose trop m’avancer sur ce point. Sur le ẖalanğ, cf. aussi Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 33 (gloss.), 16, 19 i.f.-20, 165 (qui désigne sous ce nom tout ustensile fabriqué dans un bois veiné et bigarré) ; BGA, IV, 229, et Géographie II, 579, index.

521 ḤAW, 440 ; Ḥud, 104 ; sur le genévrier (‛ar‛ar), cf. Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 44 (gloss.), et Le Dictionnaire botanique, op. cit., 128-129 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., II, 442-443.

522 ḤAW, 487 i.f. ; sur le platane (dulb), cf. Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 34 (gloss.), 171 ; Ibn al-Baytār, op. cit., I, 376, II, 90-91.

523 ḤAW, 494 ; MUQ, 271, 443 ; Ḥud, 106. Quatre noms : ẖilāf, ṣafṣāf (cf. Dïnawarī, The Book of plants, 33 et 42 (gloss. : parfois confondu sous ces noms avec le peuplier), 13, 24, 43, 60, 102, 134, 142-143, 185, et Dictionnaire, 53 (avec le mot sawğar, donné comme synonyme des deux autres), Ibn al-Bayṭār (avec d’autres noms encore), op. cit., I, 94, 200-201, 263-264, 282, II, 43-44 (qui permet, par certaines données, d’isoler, au sein des saules, le marsault, Salix caprea : cf. Coutière, Le monde vivant, op. cit., V, 44), 111, III, 10), isbīddāl (du persan ispïd (sefīd), « blanc », et dāl, pour dār, « arbre » : cf. Desmaisons, Dictionnaire, I, 858 ; cf. BGA, IV, 179 (saule blanc), et Desmaisons, loc. cit., 73 : saule ou peuplier blanc), ẖing (en persan : blanc ; l’arbre est désigné, sous cet adj., par Ḥud, loc. cit. ; on pense d’autant plus volontiers au dessous argenté des feuilles du saule blanc que le texte donne en même temps les précisions, signalées, sur la souplesse de son bois).

524 MUQ, 188 (2 citations ; sur la nourriture de glands dans une confrérie mystique, cf. supra, à propos de l‛orge), 189 (n. a), 232 (dans un toponyme de Sicile). Sur le chêne (ballūṭ), cf. Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 44 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 259-261.

525 MUQ, 436 (cité supra, chap. v, p. 336), 462 (dont un toponyme renvoyant au sorbier et repris ibid., 473) ; sur le sorbier (ġubayrā‛), cf. Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 45 (gloss.), et Le Dictionnaire botanique, op. cit., 167, et Ibn al-Bayṭār, op. cit., III, 7-8, qui reprend et développe le trait relatif au comportement des femmes.

526 FAQ, 251 ; MUQ, 97 (j’infère l’usage pour la construction de ce qui peut nous être dit sur le roseau). Sur le bambou (ẖayzurān), cf. Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 145.

527 Pour le roseau (qaṣab), cf. ḤAW, 277 (large usage signalé), 381 (constructions en bois et roseaux) ; MUQ, 480. Pour le roseau de Perse (Arundo donax), cf. ḤAW, 122 ; MUQ, 188 ; BGA, IV, 325, et Dozy, Supplément, II, 352. Pour l’Inde, musulmane ou non, FAQ, 251, signale, sans autre précision, le qanä (ibid., XLI, gloss. : Arundo Indica).

528 Pour cette association, cf. MUQ, 189 (n. a) ; comparer avec ibid., 188 : cabanes de paille.

529 ḤAW, 302 et 303, parle des impôts qui frappent, au Fārs, les āğām, c’est-à-dire les plantes des marais (trad., p. 296 et 297 : cannaies).

530 FAQ, 66 ; ḤAW, 240, 277 ; MUQ, 98, 118, 162, 171, 180, 203, 204, 213, 239, 324, 325, 369, 381, 442, 451 (n. b de 450).

531 MUQ, 324 (sur l’adj. funduqī, cf. BGA, IV, 318) ; sur al-‛Abbādān et ses nattes, cf. MUQ, 118, 128, 203 (en Égypte), 442 (nattes semblables, au Fārs), 451 (n. b de 450), et BGA, IV, 295. On peut ranger aussi, dans ce haut de gamme, les nattes dites de jonc : cf. infra.

532 MUQ, 171 ; sur le sens de waẓīfa, cf. BGA, IV, 377.

533 Le mot de roseau (qaṣab) est polysémique : il peut désigner la canne à sucre (qaṣab as-sukkar ou qaṣab seul : exemple, supra p. 411, n. 4), une espèce de datte ou une étoffe de lin : cf. supra, à propos de ces végétaux.

534 MUQ, 162, 204 ; l’alfa est signalé aussi, comme d’un large usage, mais sans plus de précision, par ḤAW, 277 (Fārs).

535 MUQ, 213 (sur le terme qašš, cf. BGA, IV, 325).

536 Ḥud, 137 (brooms).

537 Sāmā: ḤAW, 240 ; MUQ, 128 ; cf. BGA, IV, 257 (avec référence erronée : en MUQ, 162, il s’agit de l’alfa) ; Dozy, Supplément, I, 622 (sagette). Ibn al-Bayṭār (op. cit., I, 63, II, 292) donne la graphie samār.

538 FAQ, 66, avec graphie daql pour dīs : cf. ibid., xxv (gloss.). Des noms savants donnés par Dozy, I, 481, je retiens celui qui est proposé ici et dont Coutière (Le monde vivant, op. cit., IV, 257) confirme l’usage en sparterie. Le mot dīs (nom d’unité dīsa : cf. Idrīsī, éd. Dozy et de Goeje, gloss., 302 i.f.-303 ; Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 37) désigne, comme le dit, sans plus, Leclerc (Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 64), « autre chose aujourd’hui » : une orchidée, selon Coutière (op. cit., IV, 333), qui souligne par ailleurs (IV, 331) la similitude d’aspect entre certaines orchidées, les joncs et les iris.

539 Sur les merveilles de la flore, cf. T. Fahd, « Le merveilleux dans la faune, la flore et les minéraux », dans op. cit.

540 RST, 170.

541 FAQ, 287.

542 FAQ, 76, la situation opposée étant fournie par la pierre qui flotte ; les quatre noms de bois sont : abanūs, šīz, ‛unnāb et āhandāl ; šīz renverrait au jujubier, à l’ébène, ou encore au genévrier (‛ar‛ar) : cf. Dīnawarī, The Book of plants, op. cit., 41 (gloss.), et Le Dictionnaire botanique, op. cit., 77 ; āhandāl est fait du persan āhen (fer) et dāl (dār : arbre) : j’ignore de quel bois il peut s’agir.

543 FAQ, 66 ; sur le sant, cf. ibid., xxx (gloss.), et Ghaleb, Dictionnaire, I, 570-572.

544 FAQ, 207.

545 MAQ, IV, 89.

546 MAQ, ibid., et MAS (p), § 512, à propos de l’Inde, sans autre précision ; mais l’Inde musulmane (Sind) apparaît dans cette zone du livre : ibid., § 510-511. Ma traduction est largement inspirée de celle de Ch. Pellat ; à noter que cet arbre reste anonyme dans le texte arabe.

547 Cette médecine, qui suppose des moyens particuliers (action à distance, transmutation de la plante), se distinguant de l’autre, fondée sur l’effet direct des plantes sur le corps.

548 MUQ, 146, i.f.-147.

549 MUQ, 397.

550 MUQ, 368.

551 FAQ, 66 ; cf. ibid., xlviii (gloss.), qui évoque le souvenir du buisson ardent (Exode, III, 2), mais aussi certaines plantes dont les propriétés pourraient avoir inspiré le trait rapporté ici : sur la fraxinelle (Dictamnus albus), dont « l’essence est si abondante et si volatile qu’elle produit au contact d’une allumette une sorte de flamme lumineuse », cf. Coutière, Le monde vivant, op. cit., V, 178.

552 Persan ẖus, ẖōš (bon) et sāyè (ombre) : RST, 158 i.f.-159 (le mot employé est baqq, qui peut ailleurs signifier punaise) ; une variante (158, n. e) donne, pour cet arbre, le nom de wasik, et une autre (159, n. a) distingue entre celui-ci et l’arbre « de bonne ombre » proprement dit, appelé aussi nārwand (« nom d’un arbre élancé » : Desmaisons, Dictionnaire, IV, 9) ; cf. également MUQ, 333 (arbre dont le fruit, fendu, laisse échapper « un animal avec des ailes »), 397 (arbre énorme dont on fait des cuillers et des baguettes pour appliquer le fard (ou des traverses de mors) ; n. i : intelligitur arbor sedeh sive arbor culicum ; sur sedeh, cf. Desmaisons, Dictionnaire, II, 205 i.f.-206). C’est l’orme qui, en Orient, porte ce nom d’arbre aux moustiques : cf. Ibn al-Bayṭār, Traité des simples, op. cit., II, 83 (dardār), III, 237-238. Il n’est que trop facile, ici, de voir comment a pu naître la légende : à partir des fruits, « samares pourvues de deux grandes ailes... innombrables petits disques que le vent dissémine » (Coutière, Le monde vivant, op. cit., V, 59) ; reste à constater que la légende a jalousement préservé son domaine, en grossissant monstrueusement le volume des fruits et, surtout, en refusant d’aller voir de près ce qu’il en était de ces « moustiques ».

553 MUQ, 397 ; le wāq-wāq est défini, de façon classique, comme un bois dont on fait des encriers : cf. Lisān, s.v. ; BGA, IV, 379 ; Desmaisons, Dictionnaire, IV, 236. Mais Muqaddasī, d’une part, range ces arbres dans une liste de mirabilia (‛ağā’ib) et, d’autre part, laisse entendre son désarroi puisqu’il rapporte ce qu’on lui a dit (ḏakarū) à propos de ces arbres. Tout cela me paraît bien renvoyer au pays mystérieux du Wāq-Wāq (à l’arbre duquel j’emprunte les caractéristiques évoquées ici : cf. Géographie II, 512-513), même si l’arbre, vu par tous les visiteurs, est évidemment en retrait sur quelques-uns des caractères fabuleux prêtés à l’original (cf. G. Ferrand, dans EI, IV, 1166). Sur le sens de ziyāda, cf. BGA, IV, 256 (pro-pylaeum templi).

554 Supra, chap. v, p. 356-357.

555 Cf. supra, chap. III, p. 251.

556 Les données sur l’ambre sont prises à ĞÂḤ (a), 202 ; Rel, § 4, 10, 14, 30 (et n. 1) ; HUR, 61 ; SIR, 93 i.f.-94, 130-133 ; YA‛Q, 366-367, 369 ; FAQ, 251 ; MAS (p), § 363 i.f.-365, 367 ; ḤAW, 97 ; MUQ, 97, 101-102 (et n. d), 239 i.f. ; RÀZ, 91 ; Ḥud, 156 ; WAṢ, 35-37, 41.

557 Certains parlent aussi de la Méditerranée. C’est assez pour que Abū Zayd ns-Sīrāfī (SIR, 93 i.f.-94), compte tenu de ce que l’ambre, spécifiquement oriental, ne peut aller en Méditerranée à cause de l’isthme de Suez, imagine pour lui une circulation par d’autres mers, à l’évidence l’Océan, qui entoure la terre.

558 Cette réserve expressément faite par SIR, 131.

559 MUQ, 102 (sur āyib, cf. BGA, IV, 182) et 239 i.f.

560 MUQ, 102 ; sur le mot šuqqa (remplacé par ṯawb dans la variante de la n. d), cf. BGA, IV, 276, et Dozy, Supplément, I, 773.

561 Cf. MAS (p), § 1107, 1425 ; ḤAW, 75, 79 ; MUQ, 16, 18, 239, 378 ; Ḥud, 154. Les mots employés sont marğān (qui renvoie, en Orient, à une qualité de perle : cf. supra, chap. v, p. 383, n. 2) et qarn, pour qarn al-baḥr, corne marine : cf. BGA, IV, 323 if.-324 ; Dozy, Supplément, II, 338. Sur le corail, cf. Dīnawarī, Le Dictionnaire botanique, op. cit., 269, et Ibn al-Bayṭār, Traité des simples, op. cit., I, 223-225, III, 314.

562 Cf. supra, chap. iii, p. 242 ; répartition fondée sur Coran, LV, 22 : t De ces deux mers proviennent la perle et le corail. »

563 « Le port du ẖaraz », nom générique des petits coquillages, boules de verroterie et autres colifichets.

564 Contrairement à Ibn Ḥawqal, cité ici, Dioscoride (dans Ibn al-Bayṭār, op. cit., I, 224) fait intervenir ce phénomène une fois que le corail a quitté l’eau.

565 MUQ, 378 ; sans doute variation sur la formule coranique, pour les femmes qui attendent les élus au Paradis, belles comme le rubis et le corail : Coran, LV, 58.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search