Version classiqueVersion mobile

La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du 11e siècle. Tome 3

 | 
André Miquel

Chapitre V. Les bêtes et le bestiaire

Texte intégral

Qui dit que la vie des animaux ne compte pas ?
Leurs os, leur chair, leur peau sont pareils aux nôtres.
Ne frappez pas les oiseaux au bout des branches.
Pai-Chu-Yi

1La terre et l’air, le fleuve et la mer, ne sont pas, du moins pas toujours, des espaces vides. Tout l’effort des géographes, ceux surtout du ive/ixe siècle, se propose de faire coïncider la connaissance avec la vie, d’injecter celle-ci dans l’encyclopédie dont ils héritent, et d’installer, au carrefour des éléments qui composent notre terre, ce préféré de la divine création, cet être qui est la raison même de tant de phénomènes qui le dépassent : l’homme. On l’a dit et redit depuis le Coran : à cet homme, tout est soumis, et d’abord ces autres créatures, plantes et bêtes, qui partagent notre globe avec lui.

  • 1 Je remercie vivement mon collègue Xavier de Planhol, qui a bien voulu me communiquer pour ce chapi (...)
  • 2 F. Braudel, Civilisation matérielle et capitalisme, Paris, 1967, p. 46 sq., où le tableau offert v (...)

2Mais on dira aussi, s’agissant des animaux1, qu’ils ne sont pas, tant s’en faut, tous domestiqués, et que cette prétendue soumission connaît bien des formes, voire des échecs, depuis l’animal qui fournit sa chair ou sa force jusqu’au fauve qui tue, en passant par l’insecte qui indispose, et sans oublier l’animal tout simplement neutre. Convenons, avec Fernand Braudel et Jacques Berque2, qu’en ce haut Moyen Age — et pour longtemps encore — l’espace terrestre est âprement disputé entre un homme plus ou moins rare et un animal sauvage pressant et rôdeur, immédiatement là, à portée, juste au bord du village ou du champ. L’homme, c’est indubitable, ne règne alors que sur une frange très réduite du monde animal, un monde qui, pour l’essentiel, le combat et, surtout, l’ignore, le défie en tout cas, plus encore que de nos jours où, à défaut de progrès dans la domestication ou la connaissance, nous sommes venus à bout, par franches et légales tueries, d’espèces entières.

  • 3 ĞĀḤ (h), I, 307-308, III, 299-300, 371 (textes évoqués aussi dans Géographie I, 51, et supra, chap (...)

3Si donc les bêtes échappent en leur majorité à l’emprise de l’homme, comment expliquer leur rôle et leur place dans la création ? Ğāḥiẓ3, dont l’importance, en cette matière comme en tant d’autres, est considérable, ne peut évidemment ignorer cette répartition entre les animaux nuisibles et les autres : aussi bien n’est-elle qu’un aspect du dualisme foncier de ce monde. Mais en même temps, puisque cette création est divine, il faut bien y retrouver le principe de l’unité cachée, car « les différences naissent non pas de la réalité des choses, mais de la réflexion des hommes à leur propos ». Au delà, donc, de l’expérience grossière et immédiate qui parle d’utile et de nuisible, un esprit éclairé saura qu’en fait tout animal tient, à sa place propre, un rôle qui le définit par rapport à l’homme : curieuse, laide, nuisible, mortelle, la bête nous offre, don suprême, l’occasion d’exercer notre intelligence ; à nous de trier dans l’immense champ qu’on nous trace, de savoir, quand il le faut, éviter, dompter ou tuer, bref de faire nos preuves en faisant l’épreuve de la création entière.

  • 4 Sur ce processus, cf. Géographie I, 45, 59.
  • 5 On aura plus loin l’occasion de puiser largement chez Ibn al-Faqīh ; pour les autres auteurs, cf. (...)

4Connaître l’animal est donc une des formes privilégiées du savoir, et qui va même devenir une fin en soi. Oubliés en effet l’esprit et le principe qui guidaient l’investigation d’un Ğāḥiẓ4, le goût général du temps va vite ne retenir que les exemples, tels quels, tant il est vrai que, pour des gens assoiffés de merveilleux, le monde animal est un merveilleux domaine, et que la curiosité, comme il est normal, va aux curiosités. Dès lors, le thème des raretés animales (nawādir al-ḥayawān) se suit à la trace, de Ğāḥiẓ à Ibn al-Faqīh, Bayhaqī, Ibn ‘Abd Rabbih, Tanūẖī, Tawḥīdī...5.

5Ainsi va l’adab : règle pour une direction, ici celle des beaux esprits, panoplie de ce qu’il faut savoir pour être dans la norme, il fait son savoir, en ce cas précis, de ce qui, justement, à la norme contrevient. D’abord, il se délectera d’espèces fabuleuses, ou curieuses à tout le moins. D’autres fois, il relèvera les curiosités d’espèces par ailleurs connues, ou telle et telle de leurs variétés. Et quand enfin il verra venir l’instant où il n’aura plus de quoi nourrir son appétit insatiable, il se rabattra, pour les animaux les plus courants, sur des étrangetés de localisation, des notations quantitatives extrêmes, abondance, rareté, voire absence totale, ou alors, mode ou gastronomie obligent, sur l’excellence du produit fourni, ici et là, par l’animal.

  • 6 En fait, il est plus que douteux, comme Ch. Pellat l’explique dans l’introduction à sa traduction, (...)
  • 7 Cf., après Ğāḥiẓ, la liste des spécialités des pays donnée par FAQ, 50-51, et reprise ibid., 251 s (...)
  • 8 Cf. respectivement : ĞĀḤ (h), IV, 142, 226, V, 358 (en 360, autres scorpions célèbres : ceux de ‘A (...)

6Il n’est pas jusqu’à ce dernier sujet qui ne traduise l’influence, réelle ou invoquée, de Ğāḥiẓ : un opuscule traitant de commerce, le Kitāb at-tabaṣṣur bi t-tiğāra6, venant s’ajouter aux rubriques du Livre des animaux (Kitāb al-ḥayawān), nous offre ainsi tout ce que nous devons connaître des lieux où se trouvent, avec le reste, les meilleures perles, les meilleures zibelines, les meilleures peaux de panthère, les meilleurs ânes... C’est dire l’influence de modèles choisis une fois pour toutes et la puissance répétitive d’un corpus ainsi établi à partir de thèmes sanctionnés par la tradition, fût-elle, en l’espèce, profane7. De cette masse émergent quelques vedettes, à l’occasion lancées ou confirmées par Ğāḥiẓ, toujours lui : vipères du ẖūzistān, scorpions de Nisibe ou ânes d’Égypte8. Nous les retrouverons, avec bien d’autres, chez nos auteurs, qui savent bien qu’on les attend à cette preuve de culture. L’animal deviendra prétexte à digression, citation, discussion, histoires, tantôt isolé, constituant un ordre à lui tout seul, tantôt pris, comme chez Ğāḥiẓ, dans tout un faisceau de relations aux principes les plus divers : évoquer le serpent, par exemple, conduit tout naturellement à poser, en face de lui, ses ennemis, ichneumon ou hérisson, tandis que la piqûre rappelle celle du scorpion, et la morphologie générale l’appartenance à la famille des bêtes rampantes, par où nous trouverons le crocodile, autre célébrité, qui lui-même nous ouvrira les portes du monde nilotique et égyptien : hippopotame, lézards, serpents, et ainsi de suite.

7En bonne logique, il faudrait reconstituer toutes ces filières qui, permettant de passer d’une rubrique à l’autre, d’un animal à son voisin, à son semblable ou à son contraire, constituent finalement cette masse de données en système. Mais l’élaboration de cette zoologie demanderait à être entamée par là où elle devrait l’être, par l’énorme corpus des Ḥayawān de Ğāḥiẓ : c’est dire l’ampleur de la tâche, à qui voudra un jour l’entreprendre. Soyons donc, par la force des choses, plus modeste et plus sage, et tenons-nous en à notre corpus à nous. Tout en soulignant, quand il le faudra, les relations établies entre les animaux, les plus claires du moins, sinon toujours les plus explicitement affirmées, nous irons de l’environnement le plus immédiat de l’homme, je veux parler des animaux domestiques, à l’horizon le plus lointain, celui des monstres de la fable.

  • 9 D’autant plus claire que l’Islam ne connaît alors que des mers chaudes (pour la Caspienne « musulm (...)

8Ces bêtes seront celles du monde musulman (mamlaka), et rien qu’elles : l’étranger a reçu sa part dans le volume précédent, où l’on a traité et de sa faune propre et des singularités qui marquent, chez lui, telle ou telle espèce par ailleurs connue en pays d’Islam. Nous attendent donc, maintenant, les animaux que l’Islam possède en particulier ou qu’il partage, sous des traits communs, avec d’autres régions du globe ; à quoi il faudra ajouter la mer, ce monde à part, qui doit être considéré en bloc, dans son unité indivisible9.

  • 10 Nous aurons bien entendu l’occasion, ne serait-ce que par les références en note, de revenir sur c (...)

9Ici comme ailleurs, les géographes de terrain, Ibn Ḥawqal et Muqaddasī en tête, marquent, par rapport à leurs devanciers plus ou moins encyclopédistes, une volonté affirmée de voir sur place ce qu’il en est. Et, ainsi, de faire œuvre utile : à preuve l’importance, chez eux, de la faune domestique, jusque-là écrasée par les animaux sauvages, ou alors réduite à ne se montrer, on l’a dit, qu’à travers certains spécimens qualitativement ou quantitativement étranges. Pourtant, si la tendance se corrige chez Ibn Ḥawqal et Muqaddasī, le goût pour la bête curieuse n’est pas tout à fait mort : une fois payé le tribut à la connaissance vraie et à l’impératif de servir, on résiste d’autant moins au plaisir de montrer qu’on a lu ses classiques, de parler des scorpions de Nisibe ou des vipères du ẖūzistān, qu’on est censé avoir vu ces dangers vivants, de près naturellement. Et tout à l’avenant, depuis les meilleures espèces de moutons ou de chameaux jusqu’au dauphin, au mille-pattes et au renard volant du nord de l’Iran10. Notre corpus se partage ainsi, en des proportions variables d’auteur à auteur, entre le réel et les mirabilia, entre la géographie des espèces et le bestiaire. Chemin faisant, l’animal de l’histoire ou de la légende, du talisman, de la fable, du dicton ou de la recette médicale croise la route du chameau à la tâche sur les pistes, du bœuf rivé à la machine hydraulique ou du mouton donnant sa laine. Le tout, il faut le répéter, dans un rapport essentiel à l’homme, à l’animal (ḥayawān) privilégié.

Les animaux nourriciers

  • 11 La basse-cour sera traitée avec les oiseaux.
  • 12 Sur les troupeaux, en général, et les produits cités ici, cf. par ex. ĞĀḤ (t), 158, 159 ; YA‘Q, 27 (...)

10Pas plus que nous ne pouvions, à partir des données fournies, dresser une carte des climats, nous ne saurions tracer sur l’atlas de l’Islam les contours précis et la richesse vraie des grandes zones d’élevage. Les notations de nos auteurs ne suffisent, ni d’ailleurs ne prétendent, à ce dessein. C’est par le détour de l’homme, une fois encore, que l’animal apparaît, soit qu’il fasse partie, avec les arbres et les champs, de la nature organisée, aménagée, soit, plus souvent, qu’il faille lire son existence dans la liste des produits égrenés, eux, avec le plus grand soin, au fil de la description des provinces. Nos bêtes familières11 ne sont donc pas à chercher uniquement derrière leurs noms particuliers, mais, au moins autant, et plus vaguement, plus massivement aussi, derrière ces troupeaux (mawāšī, sawā’im, an‘ām) qui occupent, par pays entiers, le paysage, ou, surtout, à travers les mots insistants de viande, peaux, cuirs bruts ou travaillés, laine, feutre, tapis, tentes, corne, sans oublier les graisses, le lait, et jusqu’aux spécialités fromagères12.

  • 13 RST, 112 ; FAQ, 84, 295, 297 ; ḤAW, 84-86, 97, 155, 214, 326, 353 ; MUQ, 203, 324, 381, 388, 416. (...)
  • 14 MAS (p), § 868-870.
  • 15 MAS (p), § 869. Sur les rapports, de ce point de vue, entre l’Egypte et les pays du haut Nil, cf. (...)

11Au chapitre de la riche, longue et parfois confuse histoire des bovins, relevons qu’ils nous sont signalés en Espagne et au Maġrib, en Égypte, d’où on les exporte, sur les hautes terres d’Iran, d’ Āḏarbayğān et d’Arménie, où ils atteignent une taille imposante, au ẖūzistān enfin. En ce dernier pays, une étrangeté : on les utilise comme montures, cependant que, dans les Oasis égyptiennes à l’ouest du Nil, c’est sur tout leur force que l’on utilise, pour faire tourner les machines hydrauliques13. En marge, quelques variétés : en Iran, une race à prunelle rouge, farouche ennemie des autres bovins, qui la redoutent et la fuient. Ses spécimens, un anneau passé dans les naseaux, trouvent près d’arRayy un emploi étrange, au sein d’une communauté manichéenne occupant tout un village : ici, on leur a appris à s’agenouiller pour recevoir leur charge, c’est-à-dire les chevaux, ânes et mulets morts, dont la viande, fraîche ou séchée, sert à leur nourriture comme à celle de leurs maîtres14. Autre espèce, dite abyssine, aux cornes longues d’une coudée ou deux, aimant les fleuves, les îles et les lacs : on comprend qu’elle ait trouvé un habitat en basse Egypte15.

  • 16 FAQ, 113 ; MAS (p), § 870 ; MAS (t), 455-456 ; MUQ, 181, 479. Cf. K. V. Zetterstéen, « al-Mu‘taṣim (...)
  • 17 C’est sans doute d’eux que parle MUQ, 416, à propos du ẖūzistān.
  • 18 On suit la même progression de l’espèce à travers l’histoire d’une famille : ces buffles qu’on tra (...)

12Enfin, les buffles16. Nous les trouvons d’abord à l’extrême orient de l’Islam, s’abreuvant, énormes, aux eaux de l’Indus. Leur migration, avec celle du peuple zoṭṭ, peut être suivie dans nos textes : vers le Kirmān, le Fārs, la Susiane17, le bas Irak et ses immenses marécages. En 230/835, le calife al-Mu‘taṣim, trouvant les Zoṭṭ trop turbulents, les chasse, et leurs buffles avec eux, vers les frontières de l’Iran et, surtout, la Syrie du Nord et les confins anatoliens. Selon d’autres versions, c’est un calife umayyade, al-Walīd I (88/705-98/715) ou Yazīd II (101/720-105/724), qui aurait fait acclimater le buffle en Syrie18. Ibn al-Faqīh choisit la version la plus héroïque : les quatre mille bêtes lâchées le furent, dit-il, pour repousser les limites des incursions des lions, de plus en plus audacieux. Quoi qu’il en soit, Mas‘ūdī précise qu’autour d’Antioche, les buffles, naseau dompté comme ailleurs les bœufs, tirent des chariots énormes, et Muqaddasī signale l’existence de l’espèce en Palestine, où elle fournit des laitages réputés.

  • 19 FAQ, 255, 259 (cf. supra, chap. II, p. 139). Cf. le rôle du taureau dans la création de la terre, (...)
  • 20 MUQ, 388, 389 (n. b). L’atténuation s’explique sans doute par les nuances apportées au jugement su (...)

13Bœuf ou buffle, c’est un animal du paysage familier, pour peu évidemment qu’on s’éloigne des rigueurs de la steppe. Familier : aussi bien ne pense-t-on pas toujours, c’est l’évidence, à le signaler, tel quel, sans l’une ou l’autre de ces étrangetés, de nature ou de nombre, hors de quoi, dirait-on, point de salut pour l’écriture. Familier, c’est-à-dire tout à la fois indispensable et tenu pour peu, d’être trop vu. D’un côté, dans les montagnes iraniennes, à Nihāwand, c’est le taureau sculpté, avec le poisson, dans une glace indestructible, été comme hiver, la terre et ses forces, donc, associées à l’eau indispensable : et telle est bien, nous dit-on, la fonction de ce groupe, de ce « talisman » qui assure toujours une pluie suffisante19. A l’opposé, ceux qui critiquent Ispahan disent d’elle qu’elle est un paradis livré à des vaches, formule à peine moins blessante qu’une variante antérieure, où il s’agissait, cette fois, de porcs20.

  • 21 Le mouton est cité, directement ou à travers ses produits, dans ĞĀḤ (t); 158-160 ; Rel, § 13 ; YA‘ (...)
  • 22 ḤAW, 68, qui déclare, à propos des Syrtes : « la viande de chèvre y est plus appétissante (aġḏä) e (...)
  • 23 Coll. ġanam, pl. aġnām, et ḍa’n.
  • 24 ḤAW, 359.
  • 25 Je suppose du moins qu’il s’agit du feutre courant, chaque fois que son origine n’est pas précisée (...)
  • 26 Ḥud, 135, 138 ; MUQ, 128 (sur l’adj. ‘asalī, cf. Dozy, Supplément, II, 128).
  • 27 RST, 153 (trad. Wiet, p. 177).
  • 28 Cf., dans l’ordre, ḤAW, 295, 153 (cité dans Géographie II, 177) ; Ḥud, 120 (le Waẖš est le pays où (...)

14Plus que le bœuf encore, le mouton, lui, est partout. Il peuple les steppes du Croissant Fertile, des Syrtes ou de Transoxiane, vient même à bout, au moins par places, des déserts d’Arabie et de Perse, escalade les montagnes d’Arménie, du ẖurāsān et du Ferġāna, se répand sur les plateaux iraniens ou les hautes terres des rivages méridionaux de la Caspienne. Bref, de l’Espagne à l’Asie Centrale et à l’Indus, sans interruption marquée de son habitat, il transformerait, pour un peu, le monde musulman en une gigantesque pastorale21. Mais, dira-t-on, pourquoi ces faveurs de la notation, si le mouton est, plus que le bœuf encore, un animal passe-partout et qui va de soi, une fois pour toutes ? C’est qu’il a, en vérité, plus d’un tour pour s’imposer. Au goût d’abord, car il est la viande par excellence, la viande riche et qu’on apprécie22. Aux yeux ensuite : ce ne sont pas des animaux isolés que les mots chaque fois nous désignent, mais des troupeaux23, et d’énormes troupeaux sans doute pour peu qu’on insiste sur leur nombre, comme aux Oasis égyptiennes, au ẖurāsān, en Transoxiane et sur ce plateau iranien où ils pullulent tant, qu’on se les procure gratis ou presque24. Plus souvent, l’œil se marie, pour d’autres plaisirs, au toucher : sous nos mains, les moutons sont devenus les peaux, le feutre25, notamment celui des selles ou des tentes, les manteaux confortables ou les fichus très fins, les vêtements aux couleurs vives, rouges ou d’un jaune mielleux26, les célèbres et somptueux tapis de Buẖārā, d’Arménie ou d’Ispahan, « peu en usage, nous dit-on pudiquement, dans la classe moyenne et chez les petites gens »27. N’oublions pas, enfin, les animaux rares, les curiosités : les moutons arméniens, de très grande taille, ou ceux qui sont passés à l’état sauvage, le long de l’ancienne piste abandonnée, de l’Égypte du Sud à l’Afrique occidentale, ou encore ceux dont la race porte un nom, tel le waẖšī, dans les pays de l’Amu-Darya supérieur28.

  • 29 Cf. ḤAW, 38 (Arabie), 103 (Berbères du Maghreb), et les références des notes qui suivent.
  • 30 Cf. Lisān, s.v., où l’opposition, en milieu bédouin, est très marquée entre ce petit bétail et le (...)
  • 31 ĞĀḤ (h), III, 163 ; cf. également Lisān, s.v., où la chèvre est par ailleurs distinguée du mouton (...)
  • 32 Cas incontestable : celui du bézoard (cf. ci-dessous, n. 5).

15Traditionnellement associée au mouton, la chèvre n’occupe pourtant, dans nos textes, qu’une place infiniment moindre29. La raison en est, pour le coup, d’ordre lexicographique. Le terme ġanam, l’un de ceux qui désignent l’espèce ovine, est en fait, à l’origine, le nom générique du petit bétail30. Ğāḥiẓ précise bien que la catégorie du ġanam recouvre et les moutons et les chèvres, cette fois désignés sous leurs noms spécifiques de ḍa’n et ma‘(a)z31. Si donc, compte tenu de l’évolution du mot, nous sommes à peu près sûrs que, chaque fois qu’il est question de « petit bétail », il s’agit bien en effet de moutons, nous ne pouvons pour autant décider péremptoirement s’ils définissent le troupeau à eux seuls ou avec leurs compagnons caprins. La chèvre a ainsi quelque chance d’être souvent, sous le même mot de ġanam, aux côtés du mouton et comme son ombre portée dans le paysage32.

  • 33 ḤAW, 68 (cf. supra, p. 321, n. 4) ; MUQ, 196.
  • 34 ḤAW, 346 (cf. supra, chap. I, p. 60).
  • 35 Cf. le dicton égyptien rapporté par MUQ, 208 i.f., qui semble évoquer une difficile éclosion de l’ (...)
  • 36 MUQ, 420 : min aġnāmihi al-bāzahr al-mawṣūf. On peut comprendre : « du petit bétail du pays provie (...)
  • 37 ĞĀḤ (t), 158 et 164 ; FAQ, 235 ; MUQ, 325 (1. 1 et 16 : le buzbūst vient de chez les Bulgares, mai (...)

16De toute façon, ce statut lui convient. Pas plus qu’elle ne pourra disputer au mouton le nom et la domination du petit bétail, elle ne lui contestera la première place auprès des gourmets : curieux pays, ou malheureux, que ceux où l’on inverse la hiérarchie traditionnelle entre les deux viandes, quand on ne va pas jusqu’à consommer la chair du bouc33. La chèvre est bien, de vrai, l’animal des plus pauvres, au moins dans ces îles du lac d’Urmiya, dont on a évoqué plus haut la désolante condition34 ; un animal dont on semble aussi, à l’occasion, contester l’intelligence35. Sans doute trouve-t-on en son estomac le contre-poison souverain, le fameux bézoard36 ; mais les habits sont heureusement d’une utilité plus ordinaire que la médecine, et là, même en offrant les plus beaux tissus faits de son poil, buzbūst et mir‘izzä, que les princes, parfois, revêtent37, comment la chèvre pourrait-elle rivaliser avec la palette infinie, chatoyante et commode des laines ?

Bêtes de somme et montures

  • 38 ẖUR, 180; RST, 113; FAQ, 192, 295; ḤAW, 38, 86, 114, 271, 336, 344, 402, 445, 452, 464, 465, 476 ; (...)
  • 39 MUQ, 381.
  • 40 ḤAW, 155.
  • 41 Cf. Bolens, Les méthodes culturales, op. cit., 94-108.

17Comme pour les animaux nourriciers, c’est d’abord dans les mots les plus généraux que nous devons chercher les montures et bêtes de somme (dawābb, barāḏīn), elles aussi répandues sur tout le domaine de l’Islam38. A voir ainsi revenir, dans l’une et l’autre catégorie, les mêmes noms de pays, on pourrait se demander du reste si toutes deux ne se recoupent pas : le chameau, par exemple, n’est-il qu’une monture ou une bête de charge, dont on mépriserait le lait, le cuir ou le poil ? Nous savons, certes, qu’il n’en est rien, et pourtant, à lire nos textes, il faut bien opposer, en gros, le troupeau nourricier des bœufs, moutons et chèvres à tout le reste, promis d’abord à porter les marchandises ou les hommes : chevaux, ânes, mulets, et chameaux surtout, ne sont vus que harnachés ou bâtés. Une surprise : l’absence quasi absolue de l’animal de trait ; une notation, épisodique et comme égarée, de Muqaddasī39 sur le labour à huit bœufs, en pays āḏarbayğānais ; d’autres bœufs ou buffles, déjà évoqués, tirant les chariots ou animant la machine hydraulique, en concurrence, dans ce dernier cas, avec le chameau40, et le rideau tombe. Est-ce parce que le monde oriental d’alors est, fondamentalement, celui de la piste et de la caravane, non du roulage ? Ou parce que, dans la campagne, l’araire n’est pas, tant s’en faut, le lot de tous, et que, d’ailleurs, les pratiques du labour ne passent pas toutes par l’outil attelé41 ? Tout cela a pesé sans doute, avec, aussi, cette indifférence au travail paysan de chaque jour, qui s’efface derrière le tableau offert, seul retenu, le tableau splendide de la végétation intense et de l’eau un peu partout domestiquée.

  • 42 Voir l’anecdote rapportée par FAQ, 38 (comparer avec R. Blachère et H. Darmaun, Extraits des princ (...)
  • 43 HAM, 157, et Lisān, s.v. « ẖll » (ẖulla et muẖilla) ; à noter du reste que le classement fait inte (...)
  • 44 ĞĀḤ (t), 159 ; FAQ, 84.
  • 45 RST, 113 ; MUQ, 230, 254 ; ḤAW, 38, 97, 103, 155, 220, 228 ; Ḥud, 148.
  • 46 FAQ, 255, 295, 316 ; ḤAW, 271 (peu en usage chez les Kurdes du Fārs), 326 (Inde musulmane), 445, 4 (...)
  • 47 ḤAW, 359-360, 362 i.f., 366.
  • 48 FAQ, 228, 265 (le terrain en question ayant été mis à la raison par un talisman d’Apollonius).

18A tout seigneur tout honneur : le chameau s’impose à nous dans tout le monde musulman. L’Arabie est sa patrie : ici, l’animal est roi, et plutôt mourir que se défaire du sien42 ; ici, on le connaît jusque dans la nature des herbes qu’il broute, et l’on parle de chameaux acides ou doux43 ; ici, on élève les meilleures bêtes, de pure race, que l’on exporte jusqu’en Espagne44. Mais le chameau n’envahit pas que l’Occident ou les steppes d’Arabie et du Croissant Fertile45. On le trouve aussi loin que l’Inde, musulmane ou non, dans les montagnes d’Arménie ou de la Caspienne, au ẖurāsān, en Transoxiane46. Le plateau iranien nous le montre dans son rôle majeur, transporteur de marchandises et véritable courrier des pistes, spécialisé parfois dans les caravanes du Pèlerinage à la Mekke47. Pourtant, ici, il souffre : du terrain, surtout dans les bas-fonds où il s’enlise, et plus généralement du climat48.

  • 49 Cf. Planhol, Fondements géographiques, op. cit., 39 i.f.- 44. Sur le dromadaire, plus particulière (...)
  • 50 ḤAW, 38 (IṢṬ, 27) ; MUQ, 134 (ğimāl a‘rābiyya) ; Ḥud, 148, et BGA, IV, 374, s.v. « warq » (on revi (...)
  • 51 ĞĀḤ (h), VI, 216 ; FAQ, 37 i.f.-38 (sur les sens de ‘asğadī, cf. ĞĀḤ (h), I, 155, et Lisān, s.v.)  (...)
  • 52 Coll. buẖt, sg. buh, pl. bahātī : cf. Blachère-Chouémi-Denizeau, Dictionnaire, I, 404.
  • 53 YA‘Q, 277 (trad., p. 82, n. 9) ; MAS (p), § 846 (mahrī ou buğāwī ; cf. supra, p. 325 (et n. 6) ) ; (...)
  • 54 ĞĀḤ (h). I, 83 (ṬA‘Ā, 15), V, 459 ; MAS (p), § 846 ; MUQ, 489. Sur la racine ğmz et la place exact (...)
  • 55 FAQ, 295, qui parle de dromadaires (ğimāl), mais en précisant qu’ils rappellent les chameaux (ibil(...)

19Mais, au fait, de quel chameau s’agit-il ? Du dromadaire d’Arabie ou de l’autre, l’animal à deux bosses, dit de Bactriane ? Nos auteurs ne précisent pas chaque fois, loin de là. Si les choses sont claires, d’un côté, pour le Proche-Orient et l’Occident musulman, zones du dromadaire, et pour les régions du ẖurāsān et de Transoxiane, terres d’élection du chameau à deux bosses, bien des difficultés peuvent surgir ailleurs en raison des tentatives des deux races l’une vers l’autre, selon les conditions de relief ou de climat et, aussi, les métissages49. Le dromadaire, on s’en doute, est le mieux connu. Iṣṭaẖrī et Ibn Ḥawqal parlent, pour l’Arabie du Sud, de bêtes « de race pure, rapides, d’une éclatante santé, et que l’on nourrit de petits poissons »50. Ce sont les chameaux de Mahra : mahrī, dont nous avons fait méhari. Avec l’ « indien » (hindī), l’omanien (‘umānī) et le « grand doré » (‘asğadī), le mahrī descend, selon les Yéménites, de la race des ḥūš, eux-mêmes croisés avec les chameaux des djinns51. Quant à l’animal à deux bosses, on a l’habitude de le désigner sous le nom de buẖt52, qui est aussi celui du pays de Bactres (Balẖ). Les choses, en fait, sont plus subtiles : le vrai chameau d’Orient, réputé ne pouvoir servir de monture qu’aux princes, est désigné sous le nom de fāliğ : de Transoxiane et du ẖurāsān, il a glissé vers les pays de la Caspienne, la Perside (Fārs) et l’Inde. C’est de son croisement avec les meilleures chamelles arabes que naissent le buẖt, plus petit que lui et qui ne se reproduit lui-même que croisé de nouveau avec une race arabe, mahrī par exemple53, et le ğammāz, animal de selle par excellence, comme en fait foi son nom même de « coureur »54. Plus obscur, mais relevant lui aussi de la descendance du chameau d’Asie Centrale, le type arménien dont parle Ibn al-Faqīh, avec un poitrail qui, à l’en croire, toucherait le sol ou presque : adaptation au climat et au relief, dégénérescence d’une espèce ou, au contraire, raffinements du métissage55 ?

  • 56 Cf. F. Viré, « Faras », dans EI (2), II, 803-806, et « Khayl », ibid., IV, 1175-1178 ; Epstein, op (...)
  • 57 FAQ, 316 (ẖurāsān) ; ḤAW, 271 (dével. IṢṬ, 72, à propos des Kurdes du Fārs : préciser de Planhol, (...)
  • 58 ĞĀḤ (t), 159 ; FAQ, 84.
  • 59 ẖUR, 180-181 ; YA‘Q, 331 ; FAQ, 121, 255 (avec, peut-être, sous l’adj. buẖā-riyya, une allusion à (...)
  • 60 Le Dictionnaire de Blachère-Chouémi-Denizeau, I, 524, est, me semble-t-il, trop strict à ce sujet, (...)
  • 61 ḤAW, 271, cité supra. La taille du šahrī est en rapport, on l’a dit plus haut, en note, avec le po (...)

20Avec le cheval56, les choses, au moins de l’extérieur, se simplifient. C’est à peine si nous sont indiquées les deux races arabe et iranienne, celle-ci grande, robuste et endurante, sous son nom de šahriyya (pl. šahārī), la monture de la classe guerrière, des kshatriya57, celle-là symbole du pur sang (‘irāb), exportée, comme les chameaux, jusqu’en Espagne58. Le reste, ce sont moins des races que des spécialités, des nuances, de qualité ou de quantité, toujours. Primés ainsi, pour l’une ou l’autre raison, les steppes berbères du Maġrib, le Ṣa‘īd égyptien, la Haute-Mésopotamie, les montagnes d’Arménie, le bas Irak et l’immense ensemble des pays irano-turcs59. Tous ces éleveurs, dirait-on, se préoccupent moins de race au sens strict que de qualité. Car le premier clivage est là : entre le cheval de course, la bête noble, et tout ce qui s’en va rejoindre la catégorie de l’animal de bât, du birḏawn60. Il est vrai que ce jeu de la qualité peut parfois faire resurgir la différence entre les deux races : si l’un des mots de l’arabité, ‘irāb, s’emploie pour désigner le pur-sang, le plus noble cheval iranien, le šahrī est, lui, parfois tiré vers la bête de somme61. Ce sont là toutefois notations rares, quasi marginales ; comme son homologue arabe, le cheval iranien a, on le verra, ses lettres de noblesse, et même ses héros historiques.

  • 62 Ağwad, ğiyād, ğayyida : MUQ, 33, 145, 324.
  • 63 Kurā (cf. Lisān, s.v.) : IṢṬ, 72 ; ṢAW, 271 (intéressant en ceci que ces chevaux sont distingués (...)
  • 64 ḤAW, 449. Sur la jument ainsi désignée (ramaka, pl. ramak, ramīk et rimāk), cf. RST, 196 ; IṢṬ, 72 (...)
  • 65 Himlāğ, à propos de birḏawn : FAQ, 121 (trad., p. 146 : « chevaux rapides ») ; cf. toutefois infra(...)
  • 66 Cf., autour de mots de racine frh, YA‘Q, 331 ; FAQ, 316 ; ḤAW, 346.

21Car c’est bien de cela qu’il s’agit : non pas tant, finalement, des chevaux particuliers à telle ou telle région, que du cheval (ẖayl, faras), et de savoir si, comme nous le dirions, c’est une belle bête ou non. Ce qui implique une autre distinction, qui passe cette fois à l’intérieur de chacune des deux catégories de l’animal de course et du birḏawn. La race devient le moyen de distinguer, non plus les productions locales, mais, en fonction du but recherché, l’animal qui répond le mieux à la tâche. Rosses et bidets de tout poil étant évidemment bannis du guide du voyageur ou de l’encyclopédie de bon ton, on vantera, d’un côté, le coursier généreux de naissance et d’effort62, ou l’animal svelte et presque gracile63, mais, aussi bien, la fécondité de juments que l’on réserve à la production de mulets64, l’allure fringante d’un cheval de charge65 et, toutes missions confondues, la santé, la beauté, la vivacité de l’espèce66.

  • 67 Coran, III, 12/14, XVI, 8 (associé ici, comme monture, au mulet et à l’âne).
  • 68 FAQ, 260 ; autre preuve de fragilité, physique cette fois, et partagée, il est vrai, avec le chame (...)
  • 69 MUQ, 328 (n. f : comparer avec l’usage de Syrie-Palestine, MUQ, 183).
  • 70 MUQ, 306 ; cette affectation paraît très stricte, si l’on en juge par l’adj. musabbala (in pium us (...)
  • 71 Dans les textes définis par la géographie stricto sensu, cette furūsiyya n’apparaît pas, je veux d (...)

22Le cheval, donc : un des plus beaux présents de Dieu, et la tentation parfois, avec la richesse, l’orgueil de la paternité, les femmes...67. Quel animal, sinon le chameau, se parerait des mêmes prestiges ? Encore le cheval est-il plus délicat, à tous les sens du terme : s’il arrive à l’autre de se nourrir comme il peut, il est, lui, synonyme de vrai pâturage. A preuve, près de Nihāwand, en Iran, son effigie, faite d’herbe toujours verdoyante, talisman qui, nous dit-on, protège le fourrage et les prairies, en ce pays de Dieu où, en effet, elles abondent68. Autres gloires de l’espèce : à bête noble, noble cavalier ; c’est si vrai que le voyageur s’étonne, à Nīsābūr, de la voir montée par le tout venant69. Bien plus conforme au cadeau de Dieu, son affectation à la défense et à l’expansion de l’Islam, dans les couvents fortifiés (ribāṭ), aux marges des pays infidèles70 ; ici prennent leur forme absolue la course et la science du cheval, furūsiyya, tout ensemble équitation, hippologie et hippiatrie71.

  • 72 MAS (p), § 1353 ; voir d’autres noms chez Viré, dans EI (2), II, 804.
  • 73 ĞĀḤ (h), VII, 181 ; RST, 83 ; FAQ, 51, 176, 214-216, 236, 242, 255, 267 ; IṢṬ, 119 ; ḤAW, 359, 372 (...)
  • 74 Persan šeb (nuit, ténèbres) et dīz (couleur noire ou cendrée).

23Voilà pour le présent. Mais l’animal noble exige aussi une histoire héroïque, des ancêtres, j’allais presque dire : des personnages. Côté Arabie, voici donc le plus célèbre, Zād ar-Rākib (la Provende du Cavalier), don de Salomon à une délégation yéménite, pour la chasse, précise Mas‘ūdī : autre exercice d’êtres libres72. Côté Iran, Šabdīz73, le cheval « couleur de nuit »74, que Chosroès II Parvīz reçut, à la vérité, d’un roi de l’Inde. La bête est vive, forte, endurante, imposante surtout : son sabot mesure six empans de tour. Avec cela, bien dressée, et propre autant qu’un être humain dès qu’elle est sellée et bridée. A sa mort, son maître, inconsolable, fait exécuter sa statue dans une roche dont les couleurs variées sont comme la palette du peintre. Et devant le chef-d’œuvre, comme à la mort de tout grand en ce monde, le roi attaque le thème du sic transit.

  • 75 Cf. MUQ, 325 i.f., qui indique que les pays turcs exportent mulets et chevaux vers les régions du (...)
  • 76 ẖUR, 180-181. Le mot employé est birḏawn (une fois aussi, ramak), et pourtant il s’agit de chevaux (...)
  • 77 Nāzkūl, du persan nāz (frais, tendre, récent, d’où : repos, bien-être, volupté, grâce), et gol (fl (...)

24Plus haut encore, aux origines. Le ẖuttal, région du bassin supérieur de l’Amu-Darya, est célèbre par ses chevaux : race iranienne ou turco-mongole75 ? Quoi qu’il en soit, ces chevaux-là76 ont dans leur ascendance des bêtes issues de l’eau, comme, ailleurs, celles de Neptune ou du premier voyage de Sindbād le marin. Ici, il s’agit d’une source, Fraîcheur de Rose77, auprès de laquelle le berger du roi vient paître ses juments. Un jour, réveillé de sa sieste, il voit surgir, du grand bassin de la fontaine, un immense cheval, qui revient ensuite avec son propre troupeau de poulains et pouliches, animaux merveilleux qui semblent voler entre ciel et terre. De ces croisements, symboliques, à travers les trois éléments, de puissances cosmiques totales, sont nées les bêtes du ẖuttal.

  • 78 MAS (p), § 1352.
  • 79 Litt. : rassemble-toi (fağtami‘ī), concentre-toi.
  • 80 Litt. : ceci est ma poignée (hāḏihi qabḍatī) ; le transfert de la matérialité de l’acte à Gabriel (...)
  • 81 On peut comprendre aussi : tant tu rapporteras de subsistance et de butin.
  • 82 Ou pelote (ġurra) : marque au front, tandis que les balzanes (taḥğīl) sont aux pattes.
  • 83 L’animal sur lequel le Prophète fut ravi, de nuit, au ciel : cf. R. Paret, dans EI (2), I, 1350-13 (...)
  • 84 Cette dernière phrase est la conclusion que le premier rapporteur de la tradition, Ibn ‘Abbās, don (...)

25Quant au cheval arabe, le fils du vent, laissons parler Mas‘ūdī78, ou plutôt le Prophète lui-même : « Voulant créer le cheval, Dieu dit au vent du Sud : ‘ Je vais tirer de toi une créature, prépare-toi ! ’79 et le vent obéit. Gabriel, sur l’ordre de Dieu, prit une poignée de vent. ‘ Elle est mienne ’80, dit Dieu, et d’elle Il créa un cheval alezan. Puis : ‘ Je t’ai fait cheval, dit-Il, et arabe. Tu es mon préféré sur toutes les autres bêtes que j’ai créées, tant tu auras de subsistance et de butin81 ! Pour te guider, on te montera, et le bonheur sera attaché à ton toupet. ’ Une fois lâché, le cheval hennit. ‘ Je te bénis, reprit Dieu, de ton cri j’effraierai les impies, j’emplirai leurs oreilles, je ferai chanceler leurs pas ! ’ Puis, Il le marqua d’une étoile82 et de balzanes. Quand Adam fut créé, Dieu lui demanda quelle monture il aimait le mieux, du cheval ou d’al-Burāq, lequel rappelait le mulet et n’était ni mâle ni femelle83. ‘ Seigneur, répondit Adam, je choisis celui qui a la plus belle mine ’, et il prit le cheval. ‘ Tu as, lui dit Dieu, opté pour ta gloire et celle de tes enfants : elle vivra aussi longtemps qu’ils vivront, elle durera tant qu’ils dureront. ’ La marque du premier cheval et de sa descendance est là jusqu’à la consommation des temps. »84

  • 85 Cf. J. Ruska, « Ḥimār », dans EI (2), III, 406 ; Epstein, Domestic animais, op. cit., II, 377-398.
  • 86 FAQ, 228, 316; ḤAW, 464; MUQ, 441.
  • 87 ĞĀḤ (a), 191 ; ĞĀḤ (t), 159; YA‘Q, 334; FAQ, 252; ḤAW, 162-163 (IṢṬ, 42) ; MUQ, 183, 203, 226, 239 (...)
  • 88 Sur l’adj. mudannar, cf. BGA, IV, 238, s.v., et 333, s.v. « qmr ».
  • 89 Lecture incertaine (je suis la leçon adoptée par l’édition Kramers) : cf. BGA, IV, s.v. « smlq ». (...)
  • 90 Cf. Ḥud, 68 i.f.-69, 152 i.f.-153 (persan ẖār-i waḥšī) ; sur le trait rapporté par Ibn Ḥawqal (ḤAW (...)
  • 91 Himlāg (ĞĀḤ (t), 159 ; cf. supra, p. 328, n. 4), farahiya, en même temps que chameaux et chevaux ( (...)
  • 92 MUQ, 441.
  • 93 FAQ, 147 (ḥimār) ; sur l’ânesse de Balaam, cf. Nombres, XXII, 22 sq., et G. Vajda, dans EI (2), I, (...)

26Si le cheval domine, et de très loin, la famille des équidés, il ne l’épuise évidemment pas. L’âne85 semble connaître une aire de diffusion aussi vaste, encore que son apparition soit moins régulière dans nos textes. Je le trouve, à travers eux, en Transoxiane, au ẖurāsān, au Fārs et sur le plateau iranien, où, avec les autres bêtes de somme, il souffre, paraît-il, du climat, se brisant les pattes dans les sols détrempés86. De tous les pays, pourtant, c’est l’Égypte87 qui produit les meilleurs spécimens, les plus célèbres, agiles et rapides : ils sont connus en dehors du pays, au Maġrib particulièrement, mais l’exportation les mène, dirions-nous, à l’embonpoint. On nous parle surtout de l’animal du sud, le marīsī, venu des régions en amont de Louxor ; Ibn Ḥawqal, lui, distingue dans la race du petit âne de Haute-Égypte, gros comme un fort bélier, trois variétés : l’une au pelage moucheté comme celui des bœufs, l’autre pommelée, jaune ou grise88, et qu’on ne peut acclimater ailleurs, la dernière enfin, la plus rapide, dite saflāqiyya89, uniformément montée jadis dans toute la vallée du Nil et les pays compris entre le fleuve et la mer Rouge, mais devenue très rare : il s’agirait du croisement entre deux bêtes dont l’une est domestique et l’autre non. Nous voici naturellement amenés aux ânes sauvages et aux onagres, ceux-ci asiatiques, ceux-là africains, signalés, par les Ḥudūd, dans la région des Oasis égyptiennes ; sauvages, vraiment, ou abandonnés ? En ces mêmes parages, en effet, Ibn Ḥawqal signale des chameaux et des moutons, livrés à eux-mêmes depuis l’abandon de la route qui menait des Oasis à l’Afrique occidentale90. Hors cette évocation, l’âne est celui que nous connaissons : l’animal de bât, ou la monture très ordinaire, mais aussi très sûre ; les marchands, notamment, l’apprécient. On vante sa beauté, sa valeur, l’agilité et la souplesse de son allure, on lui applique parfois les mêmes épithètes qu’au cheval91. Sans doute laisse-t-on percer, à l’occasion, les préventions courantes contre la plus modeste des montures : entre autres défauts reprochés au Fārs, pêle-mêle, par Muqaddasī92, je relève le zoroastrisme indéracinable, les lupanars avec pignon sur rue, les bains commis à la garde des femmes, la prière troublée par les évolutions des mendiants, et ces âniers qui laissent leurs bêtes les précéder. Mais on n’oubliera pas, à l’inverse, que le seul animal promis au Paradis, avec le chien des sept Dormants, est l’ânesse de Balaam, qui, recevant de Dieu le don de la parole, permit à son maître de retrouver le droit chemin93.

  • 94 MAS (p), § 816 ; le cheval est désigné sous le terme de dābba, « bidet » (trad. Pellat).
  • 95 Sur ce sens de birḏawn, cf. Blachère-Chouémi-Denizeau, Dictionnaire, cité supra, p. 327, n. 1. Je (...)
  • 96 Cf., pour ce développement, Ch. Pellat, dans EI (2), I, 936-937.
  • 97 Al-Qawl fï l-biġāl, éd. Ch. Pellat, Le Caire, 1375/1955.

27Entre le cheval et l’âne, les mulets et bardots, ces derniers exceptionnellement désignés par le mot propre de kawdan : croisement, selon Mas‘ūdī, de l’ânesse et du cheval, qui donnent un produit camard, méchant et rusé94. D’autres fois, c’est dans la catégorie générale de la bête de somme (birḏawn) que nous pourrions découvrir le bardot95. La règle la plus commune, toutefois, est d’englober sous le même mot de bagl (pl. bigāl) et le mulet et le bardot96. Eux aussi, comme le cheval et l’âne, sont présents un peu partout : preuve que le monde musulman, pour les besoins de son économie, a tranché en sa faveur la question, soulevée par quelques juristes, du droit de l’homme à créer ces hybrides. Pas trace non plus, chez nos auteurs, de la curiosité que suscite, en sa stérilité notamment, le produit de deux espèces différentes : il est loin, semble-t-il, le temps où Ğāḥiẓ, non content d’en débattre dans son Livre des animaux, consacrait aux mulets tout un traité97.

  • 98 Le thème de l’hybridation n’inspire que quelques rares lignes : RST, 196 (dans le cadre d’un catal (...)
  • 99 ḤAW, 449, 464, 502; MUQ, 324-325; Ḥud, 113.
  • 100 ĞĀḤ (t), 160 ; ḤAW, 346, 348 ; MUQ, 380 ; Ḥud, 143 : Barḏa’a est la capitale de l’Arrān, région su (...)
  • 101 YA‘Q, 331 (je ne vois pas pourquoi Wiet, trad., p. 186, parle de haras pour l’adj. furha, ou furra (...)
  • 102 FAQ, 252 (trad., p. 304) ; ḤAW, 86, 97, 103, 114-115 ; MUQ, 239.

28Connaissant l’autorité qu’un homme tel que Ğāḥiẓ confère à ce genre de thèmes, on pourrait s’étonner justement que nos auteurs, à commencer par ce spécialiste des « merveilles » (‘agā’ib) qu’est Ibn al-Faqīh, ne leur accordent, dès qu’il s’agit du mulet, aucune place98. La raison en est sans doute que, l’animal prenant de jour en jour plus d’importance dans le paysage quotidien, le goût pour le curieux, laissant là des choses trop connues, cherche ailleurs sa pâture, plus que suffisante ainsi qu’on le verra. C’est un fait que le mulet est omniprésent dans le monde musulman. Sur la carte, quelques points forts : à l’est, le ẖurāsān oriental et la Transoxiane, qui fonctionnent comme producteurs ou relais des pays turcs, et fournissent les bêtes les plus rapides99 ; puis les régions montagneuses d’Arménie et d’Āḏarbayğān, où l’on élève, notamment autour de la ville de Barḏa‘a, des animaux particulièrement forts, endurants et agiles100 ; au centre, la vallée du Nil, haute ou basse101 ; à l’ouest, enfin, le Maġrib102 : si le mulet de Barbarie est particulièrement célèbre, l’Espagne et l’île de Majorque lui disputent la palme.

  • 103 ḤAW, 114-115.
  • 104 Fārih et, plus loin, furuh ou furrah ; sur les mots de la racine frh, cf. supra, p. 328, n. 5, p. (...)
  • 105 Mihna : cf. BGA, IV, 357.
  • 106 L’Arménie et les marges sud-orientales et orientales du Caucase : cf. Géographie II, 260-263, 267, (...)
  • 107 Le texte précise qu’elle est isolée du reste de la mouvance umayyade et regarde vers le pays des F (...)
  • 108 Xe forme istawṭa’a : cf. BGA, IV, 376.

29Ici, le mulet, dépassant évidemment l’âne, accède au statut le plus noble, aux épithètes, de vrai, les plus cavalières, à la compagnie des princes103. « Il n’y a pas de marchés, en Espagne, où l’on se rende autrement que sur des montures agiles104. Les gens ne connaissent donc pas la fatigue105 de la marche, excepté ceux qui exercent les plus bas métiers. C’est ici, entre tous, le pays des mulets agiles, qui sont sujet d’orgueil et de rivalité. Leur élevage n’a pas son pareil ailleurs, même dans ces centres réputés et ces pays célèbres que sont l’Arménie, l’Arrān, Bāb al-Abwāb, Tiflīs et le Širwān106. II s’agit de bêtes bien pleines, bien faites et racées. Nombre d’entre elles, de belle mine, de grande stature et de haut prix, sont importées depuis l’île de Majorque...107, qui a de larges ressources, des fruits à foison et du bétail à bon marché, tant les pâtures abondent. L’élevage y est prospère, les bêtes échappent à toute épidémie et ne subissent que peu de dommages : pas de maladie, pas de bêtes sauvages pour faire du mal aux troupeaux. J’ai vu, plus d’une fois, vendre un de ces mulets cinq cents dinars. Les princes de l’Espagne ne rêvent que d’envoyer leurs bateaux à Majorque : ce sont ces bêtes-là, en effet, qu’ils estiment les plus faciles des montures108, elles qu’ils préfèrent à toute autre. Et quant à celles qui atteignent cent ou deux cents dinars, il y en a tant qu’on ne saurait les compter. Cet engouement n’est pas dû qu’à ce qu’elles surpassent les plus réputés des mulets par l’élégance de leur pas et la rapidité de leur allure : elles y ajoutent une grande stature, une belle mine, des robes variées et brillantes, un poil onctueux et lustré, une santé sans faille, l’endurance à la fatigue et le consentement aux plus grands efforts. »

Bestioles utiles et compagnons discrets

  • 109 IṢṬ, 110 ; ḤAW, 342.
  • 110 Harīr, qazz, dībāğ, ibrīsam, ẖazz, buzyūn, siqlāṭūn, ‘attābī, mubram, etc. : cf. ĞĀḤ (t), 158 (ave (...)
  • 111 ĞĀḤ (t), 158, qui parle d’un « ver » ; le mois de février est désigné par l’iranien isfendārmuz (e (...)
  • 112 MUQ, 381.
  • 113 YA‘Q, 331 i.f. (Haute-Égypte et Arménie) ; FAQ, 297 (Arménie) ; ḤAW, 342 (IṢṬ, 110 ; Arménie) ; ẖu (...)

30L’animal domestique se confond avec les activités des hommes, qu’on décrira plus tard, dans un autre volume. Cette association est si forte que, pour peu que sa petite taille l’y prédispose, il s’effacera tout à fait derrière sa fonction, son produit. Voyez le ver à soie. Réserve faite d’un passage d’Iṣṭaẖrī, repris par Ibn Ḥawqal109, où l’on veut bien nous préciser qu’il « tisse pour lui-même la soie grège », aucune attention n’est prêtée à la bête : encore est-elle prise ici comme référence pour évoquer le kermès. En revanche, la soie, sous l’une ou l’autre de ses formes, naturelle ou traitée, est, elle, massivement présente110, attestant que le luxe, l’apparat ont pris le pas, dans l’Orient et l’Occident musulmans, sur les préventions des milieux rigoristes. Ajoutons : et qu’ils ont rejeté dans l’ombre la modeste bestiole sans laquelle ils ne seraient pas. A l’inverse, le kermès, incomparablement moins courant, n’en est que mieux traité. Si, comme on vient de le dire, il est parfois rapproché du ver à soie, ailleurs, en revanche, il bénéficie d’une rubrique spéciale, à commencer par le pseudo-Ğāḥiẓ du Kitāb at-tabaṣṣur bi t-tiğāra ; qirmiz désigne et la plante et la bête qui vit à sa racine, en trois régions du monde seulement, l’Espagne, les montagnes au sud-ouest de la Caspienne et le Fārs. La connaissance des lieux et des techniques nécessaires serait l’apanage de certains Juifs, et la récolte se ferait en février111. Muqaddasī112 s’en tient à l’évocation des Arméniennes piquant, d’une pointe de cuivre, les vers sortis de terre. Réalité pure ou enjolivée, c’est presque un luxe de détails, on en conviendra, pour un animal qui ne fait guère, chez nos auteurs, que des apparitions fort discrètes, noyé parfois dans son propre sang : cette teinture merveilleuse elle-même résumée du nom de sa couleur, rouge, incarnat, cramoisi113.

  • 114 ĞĀḤ (t), 160 ; YA‘Q, 337 ; FAQ, 66, 84, 236 ; RST, 112, 157 (sur l’adj. māḏḏī, cf. trad., p. 182, (...)

31Le kermès confirme, a contrario, que plus l’animal est domestiqué, connu, et plus l’étrangeté dont il était initialement porteur disparaît au regard de l’homme qui l’exploite : l’hybridation d’où naît le mulet, le cocon du ver à soie, deviennent naturels à force d’être familiers, ils s’oublient, s’effacent derrière la bête utilisée. L’abeille en offre un autre exemple. On nous parle, sans doute, de cire, de miel surtout, vierge ou en rayons, de récolte aux arbres et dans les ruches, de produits dérivés comme le sirop ou l’hydromel, de pays particulièrement riches, de qualités de miel, selon la plante butinée, thym, vigne ou figuier, de couleurs aussi, cette blondeur translucide surtout, si pure, si forte qu’une goutte tombée à terre reste une goutte de miel clair. Soit. Mais l’abeille, derrière tout cela ? Absente, jusqu’en son nom114.

  • 115 Les animaux de basse-cour seront évoqués plus loin, avec les oiseaux.
  • 116 MUQ, 481, signale qu’on importe des éléphants (et aussi de l’ivoire) de la vallée de l’Indus (prov (...)
  • 117 ḤAW, 142 ; MUQ, 206. Cf. Epstein, Domestic animais, op. cit., II, 330.
  • 118 Cf. MUQ, 206, 389 (n. b), cité supra, p. 321, n. 2. Formule reprise ibid., 409.
  • 119 RST, 199. Son statut domestique sert de référence pour celui du hérisson, utilisé, au Siğistān, po (...)
  • 120 FAQ, 297 (autre référence, note précédente).
  • 121 MUQ, 436 (et n. n) ; sur le mot ġubayrā’, cf. Ghaleb, Dictionnaire, II, 196, et infra, chap. vi. M (...)

32Restent les marginaux de la domesticité115 : l’éléphant, importé, mais qui n’est pas, à proprement parler, du monde musulman116 ; le porc, dont l’élevage, extrêmement lucratif, est mentionné à propos de pays où vivent des communautés chrétiennes, le Delta égyptien en l’occurrence117, l’Islam persistant, pour sa part, dans son horreur vis-à-vis de l’animal118. Autre apparition discrète : le chat, l’animal de la maison, domestiqué pour la première fois, nous dit-on, dans la Perse antique119, évidemment connu, puisqu’on le prend comme référence pour la description du loup-cervier120, mais trop connu, justement, pour servir à autre chose qu’à ce genre de repères : dans une petite ville du Fārs, nous dit Muqaddasī, les femmes entrent en rut comme des chattes au moment où les sorbiers sont en fleurs121.

  • 122 Cf. F. Viré, « Kalb », dans EI (2), IV, 510-513.
  • 123 RST, loc. cit.
  • 124 FAQ, 295.
  • 125 Supra, p. 332, n. 1 (à noter qu’il est nommé : Dïn, ou Ḥumrān), et WAṢ, 23.
  • 126 MUQ, 188.
  • 127 MUQ, 146.
  • 128 MUQ, 188.
  • 129 MUQ, 200.
  • 130 MUQ, 147, 211, et Géographie II, 479.
  • 131 MUQ, 40, 202 (1. 11 et 15), 243; avec considérations liées au maḏhab mālikite et, pour l’Égypte, à (...)
  • 132 Cf. RST, 135 (référ. bibl., trad., p. 151, n. 4) ; FAQ, 50, 325 ; HAM, 79. Cf., pour les croisemen (...)

33Et le chien122 ? Domestiqué en même temps que le chat, et dans le même pays123, il n’apparaît, lui aussi, qu’à l’occasion d’un trait marquant : sa grande taille, en Arménie124. Compagnon de l’homme ? On ne le dirait guère, réserve faite du chien des sept Dormants, évoqué plus haut avec l’ânesse de Balaam, ou d’une tradition qui veut voir, dans l’intelligence de l’animal et le modèle parfait de domesticité qu’il incarne, la présence d’une conscience et même — qui sait ? — d’une âme125. Il se montre plutôt aux lisières mêmes de la vie domestique, courant sus aux bêtes sauvages126 et tournant même son agressivité contre l’homme : en Haute-Mésopotamie, un couvent, dit du Chien (Dayr al-Kalb), paraît spécialisé dans le traitement des mauvaises morsures, qui exige qu’on passe cinquante jours entre ses murs127. Impur et mal vu, sans aucun doute, puisqu’on donne pour un miracle qu’il ne franchisse pas tel enclos sacré, dans les montagnes de Syrie-Palestine128 ; pour un des désagréments du Caire le nombre élevé de ces bêtes129 ; pour une injure évidente la désignation de l’Empereur byzantin par le mot de kalb130 ; pour un trait de mœurs scandaleux la consommation de la viande de chien, plus ou moins clandestine quand on l’incorpore, comme à Médine ou en Égypte, aux pâtés, mais ouvertement pratiquée dans deux villes du Maġrib, où on peut la voir exposée aux crocs des boucheries131. Les sloughis (salūqiyya), quant à eux, sont à part, venus, peut-être, de l’Inde en Arabie du Sud ; mais sont-ils vraiment des chiens, ou des croisements de chien et de renard, de chien et de loup132 ?

Bêtes sauvages, et d’abord rampantes

  • 133 Supra, p. 333 i.f. et 336 ; pour le gibier, cf. par ex. MUQ, 303 et supra, chap. I, p. 18.
  • 134 FAQ, 247 i.f., 250.

34J’ai dit en commençant les efforts déployés, en ce haut Moyen Age, contre la bête sauvage, toujours prête à faire irruption en plein cœur du pays des hommes, à surgir aussi, plus d’une fois, dans nos textes, depuis les marges où elle s’était tapie. Souvent, sa discrétion apparente ne serait, après tout, que la rançon de l’habitude que l’on a d’elle : elle n’est pas toujours là, avec l’homme, heureusement pour lui, mais on sait que, toujours, elle est là-bas, et qu’elle attend. Entre deux virgules, dirais-je, nos auteurs se ressouviennent d’elle, l’évoquent, comme en passant, à l’affût du troupeau, ou guettée elle-même, gibier toujours possible, et proie pour les chiens133. C’est bien elle que le roi de Perse Sābūr (Sapor), revenu pour un temps et clandestinement à la condition paysanne, désigne comme la malédiction première de cette vie-là : « Le plus pénible, ce m’était d’écarter des cultures, la nuit, les bêtes sauvages, qui me fatiguaient, me tenaient éveillé et me mettaient à bout. Qui veut me faire honneur en prenne à la chasse, assez pour que, de leurs sabots, je puisse bâtir un monument qui rappelle le temps qui passe et demeure au fil des jours et des nuits. » Les gens, alors, « de s’éparpiller pour la chasse, où ils firent force prises, innombrables même. Le roi fit couper aux bêtes leurs quatre pattes, prélever leurs sabots, puis convoqua les architectes, qui lui bâtirent une immense tour, haute de trente coudées et large de vingt, un bloc de mortier et de pierre, où les sabots furent adaptés et fixés avec des clous de fer, si bien qu’on eût dit que la tour était faite avec les seuls sabots ». Telle est l’origine du monument nommé Ḏāt al-Ḥawāfir (la Chose aux Sabots), et l’on précise que ces bêtes étaient des onagres134.

  • 135 On l’a vu pour les ânes, chameaux et moutons, supra, p. 331. Cf. également MUQ, 285 i.f.
  • 136 Les quatre classes sont : ce qui marche, ce qui vole, ce qui nage et ce qui se traîne sur le ventr (...)
  • 137 FAQ, 234 i.f. (ḏawāl as-sumūm al-qātila).
  • 138 FAQ, 234 ; MUQ, 388.
  • 139 Cf. supra, chap. iv, p. 304.
  • 140 FAQ, 123 i.f., 234 i.f. ; les deux mots ği‘lān (sg. ğu‘al) et ẖanāfis (sg. ẖunfus) désignent les s (...)
  • 141 IṢṬ, 46 ; ḤAW, 176 ; MUQ, 304. Sur le cas de Ḥimṣ; (Homs), voir aussi un peu plus loin.
  • 142 FAQ, 240 (pour Hamaḏān) ; MUQ, 384 (pour le Ğibāl dans son ensemble ; contredit, pour Qāšān, par i (...)
  • 143 Pour le Maġrib, c’est Ṭabarqa qui est célèbre : on compare ses scorpions à ceux de ‘Askar Mukram, (...)
  • 144 Ex. : les scorpions sont extraordinaires à Qāšān, abondants à Ḥimṣ, gros et mortels à Ṭabarqa (MUQ (...)
  • 145 FAQ, 233 ; IṢṬ, 52, 64 ; ḤAW, 214, 256 ; MUQ, 141, 410 ; Ḥud, 140.

35Un monde contenu à grand peine, on le voit, un monde débordant et qui parfois rompt ses amarres, annexe des animaux domestiques135, envahit, par toute la menue gent rampante, des cités entières. Mais l’insecte, le parasite, le reptile sont-ils sauvages, après tout ? On les croirait, de vrai, eux aussi domestiques, sinon domestiqués, à les voir présents un peu partout. Si présents que cette multitude rampante (hawāmm) — l’une des quatre classes du monde animal selon Ğāḥiẓ136 —, cette vermine (ḥašarāt), ces empoisonneurs, mortels parfois137, nous étonnent surtout lorsqu’ils n’existent pas : bienheureux l’hiver iranien ou la ville d’Ispahan, libres de tous ces hôtes indésirables138, de ces méchantes bêtes qui grouillent sous les climats chauds139, comme en ces pays du Golfe, par exemple, où se côtoient mouches, bousiers, cafards, serpents, araignées, scorpions, fourmis, moustiques, punaises et cousins140. Au mieux, on se satisfera que, de tout cet escadron de malheur, manque au moins l’un des soldats. Et d’abord le scorpion, qu’on ne trouve ni dans les villes de Ġazna ou de Ḥims (Homs)141, ni sur le plateau iranien, d’où l’ont chassé les talismans d’Apollonius142. Hors de ces havres de paix, il signale sa fâcheuse présence autour du Golfe, on l’a dit, mais aussi au Maġrib, en Syrie-Palestine, au Siğistān143. Encore ces pays n’ont-ils pas, on le devine, le triste privilège de cette calamité : simplement, elle y est plus visible qu’ailleurs, ou plus redoutable144. Mais la palme du martyre revient incontestablement à trois pays, dont les scorpions figurent en bonne place dans les anthologies de mirabilia (‘ağā’ib) : Nisibe (Naṣībīn), en Haute-Mésopotamie, et, au ẖūzistān, les deux villes d’al-Ahwāz, la capitale, et de ‘Askar Mukram145.

  • 146 FAQ, 212, parle d’un gros scorpion, tandis que IṢṬ, 64 (ḤAW, 256), dit que la taille, petite, est (...)
  • 147 IṢṬ, 34 (ḤAW, 74), 64 (ḤAW, 256) ; Ḥud, 140, 154.
  • 148 MUQ, 390. Sur Abū Mūsä al-Aš‘arī, cf. L. Veccia Vaglieri, dans EI (2), I, 716-717.
  • 149 FAQ, 237 ; MUQ, 305 (cité supra, chap. IV, p. 304) ; cf., dans le lexique, autour de l’image de la (...)
  • 150 FAQ, 63 ; le ḥirdūn (ḥirḏawn), l’agame, rappelle le caméléon : cf. Dozy, Supplément, I, 268, 332 ((...)
  • 151 FAQ, 76, 112, 295 ; MUQ, 186.

36De description de l’animal, pas trace, sauf pour une espèce, de taille controversée, au post-abdomen non pas relevé, mais traînant à terre, d’où son nom de ğarrāra ; ce scorpion-là est plus particulier, semble-t-il, au domaine irako-iranien, et suprêmement virulent en tout cas146. Tout l’intérêt, à la vérité, est accaparé par les méfaits de l’animal et la façon dont s’en protéger. Car, avec lui, il s’agit parfois de mort, et plus rapide, plus sûre qu’avec certains serpents147 ; le conquérant musulman, Abu Māsä al-Aš‘arī, piétinant devant la ville assiégée de Qāšān, imagine, pour la réduire, de se faire apporter, par jarres entières, des scorpions de Nisibe : cette guerre « bactériologique » aura raison de la cité affolée148. N’insistons pas : le scorpion est décidément une vilaine bête, et c’est juger quelqu’un que de comparer sa langue au dard venimeux et redouté149. Essayons plutôt de combattre l’ennemi : si nous est refusée la chance d’avoir, comme les rois, un Apollonius et ses talismans sous la main, nous pourrons toujours utiliser les services d’un saurien, le ḥirḏūn, qui a l’heureuse habitude de s’attaquer aux scorpions150. Si le mal est fait, nous poserons sur la morsure un osselet de lièvre ; à Ḥims, en Syrie, nous appliquerons un peu d’argile sur la girouette de la ville ou sur une pierre blanche figurant un être mi-homme mi-scorpion, puis nous la boirons après l’avoir délayée dans de l’eau ; en Anatolie, un mélange semblable sera obtenu à partir d’une poussière blanche qui sort miraculeusement d’une église, la nuit précédant les Rameaux151.

  • 152 Cf. supra (p. 338, n. 3) : Kazimirski, s.v., traduit ğu’al et ẖunfus par le mot courant de « fouil (...)
  • 153 Évoquée supra, ibid. ; on se rappellera que, dans un contexte fabuleux (et non musulman), l’appéti (...)
  • 154 MUQ, 174 (avec l’épithète mu’ḏin) ; sur le terme dalam, cf. BGA, IV, 237.
  • 155 Zunbūr, guêpe ou frelon : FAQ, 214 (ici encore, intervention d’Apollonius).
  • 156 FAQ, 212, 214, 233-234; MUQ, 304 (pour Ġazna), 384, 388; Ḥud, 110.
  • 157 Cf. pour les mouches : FAQ, 214, 233, 234; MIS (bj, 38; MUQ, 95, 358, 411. Pour les moustiques (ba (...)
  • 158 ḤAW, 383 ; MUQ, 95, 161, 164, 200. Dans le même esprit, la sauterelle n’apparaît que pour évoquer, (...)
  • 159 MUQ, 200, 359.
  • 160 FAQ, 118 ; RST, 185 (à propos des gardes, dans le grand marécage irakien : cf. supra, chap. II, p. (...)

37Le scorpion nous introduit dans tout un monde quotidien et insupportable : celui du scarabée, l’animal de l’ordure152, de la fourmi qui mord153, de la tique malfaisante154, de la guêpe importune, acharnée à rôder autour des viandes et des fruits155. Une surprise : l’absence du pou, mais un quatuor d’irréductibles : la mouche, le moustique, la punaise et la puce. Ici encore, l’absence du mal est signalée, ici encore, ce sont les hautes terres d’Iran que l’on exalte, avec leurs hivers destructeurs de miasmes et de germes156. Le reste, indifféremment, semble baigner dans cette compagnie tracassière et familière, qu’on ne signale vraiment que lorsqu’elle s’impose, au plein sens du terme157, et notamment par un trait particulier : non pas l’abondance, mais la surabondance158, ailleurs la taille de l’insecte ou sa puanteur159, son agressivité surtout, qui fait comparer, en iranien ou en arabe, l’assaut des puces à celui des loups, et les punaises en action à autant d’épingles, déplorer les douceurs d’un automne gâché, courir à la cabane bien close, à la mosquée miraculeusement épargnée ou à la moustiquaire160.

  • 161 MUQ, 397.
  • 162 Dans la région d’Ispahan : cf. Schwarz, Iran, V, 642.
  • 163 FAQ, 313, repris, avec quelques modifications, par MUQ, 368.

38Tous les insectes, heureusement, ne sont pas nuisibles. Il en est même de drôles. Voici les lucioles, ou les lampyres, tels que les décrit Muqaddasī161 : « Au village de Māta, dans le canton d’az-Zārğānān162, il existe une petite bête rappelant le scarabée : elle court quand la nuit bat son plein, et brille comme une lampe ; si, de jour, vous regardez, sur l’animal, l’emplacement de la lueur, vous le verrez vert. » Aucune difficulté non plus à deviner l’insecte qui se cache derrière cette évocation163 : dans les pays situés au sud de la Caspienne, la saison des raisins voit apparaître une bestiole noire et brillante, plus mince qu’un ver, moins grosse qu’une sauterelle, et moins longue que le petit doigt, a Elle a mille pattes, courtes et plantées sur le ventre ; lorsqu’elle les remue, on dirait une onde qui s’agite. »

Autour des serpents

  • 164 ĞĀḤ (h), VI, 20-22.
  • 165 Ailleurs (ibid., I, 27), les ḥašarāt semblent être les bestioles au sens large, l’une des quatre c (...)
  • 166 On s’étonnera de la discrétion du ver au milieu de toutes ces bestioles rampantes, insectes, repti (...)
  • 167 On voit d’ordinaire, dans cet animal (‘irbid, ‘irbidd, ‘irbadd), une vipère des sables d’Afrique e (...)

39Qu’est-ce qu’un reptile, un vrai ? Tout ce qui rampe (hawāmm), évidemment, et Ğāḥiẓ, un peu plus haut, a déjà répondu en ce sens. Mais le même auteur, présentant, sous un autre mot (ḥašarāt), cette foule animale qui colle à la terre, évoque, à côté des serpents et des sauriens, les scarabées, scorpions, mites, tiques, araignées ou fourmis, et aussi les gerboises, taupes, rats, belettes, putois ou hérissons164. On voit la différence des classements165 : c’est ici le rapport à la terre, le manque d’altitude de l’animal qui créent ce que nous appellerions la classe. Mais revenons, ne serait-ce que pour la commodité d’un exposé d’aujourd’hui, à ce qui est, pour nos yeux à nous, reptile166. En voici un d’énigmatique, celui que Mas‘ūdī appelle ‘irbid, et qui serait particulier à une région d’Arabie, si particulier, même, que, capturé et transporté en dehors de son habitat, il s’échappe et le regagne. Le nom de ‘irbid et les animaux auxquels Ğāḥiẓ associe cette bête nous renverraient à un serpent des sables. Mais un serpent parmi d’autres, justement, aurait-il suscité tant d’intérêt qu’un calife eût demandé qu’on lui en capturât quelques spécimens, comme il le fit pour le nisnās, curiosité célèbre que nous retrouverons plus loin ? Et puis, on utilise, nous dit Mas‘ūdī, le ‘irbid, comme ailleurs le hérisson, pour éloigner les serpents. Il faut donc, semble-t-il, quelque chose qui ne soit pas un serpent, et qui pourtant lui ressemble assez, puisque Mas‘ūdī précise, si j’ose m’exprimer ainsi, que le ‘irbid est « quelque chose comme les serpents ». J’inclinerais à opter pour un petit saurien, de l’ordre des scincidés, animaux au corps effilé et aux très courtes pattes, qui se meuvent dans le sable aussi naturellement que les poissons dans l’eau, et chassent parfois les serpents167.

  • 168 Référ. supra, p. 339, n. 4 ; MUQ, 208, compare le ḥirḏūn et le crocodile pour leur forme.
  • 169 FAQ, 66 (le mâle a deux organes génitaux, comme le scinque et le varan) ; Ḥud, 155 (nombreuses pea (...)
  • 170 Associé au lézard et au scinque par FAQ, 66 ; évoqué pour les rivages africains de l’océan Indien (...)
  • 171 FAQ, 66, 252, 255 ; ḤAW, 148/13, 150. Cf. L. Keimer, Interprétation de quelques passages d’Horapol (...)

40Voici, pour en rester, un instant encore, aux sauriens, des bêtes moins mystérieuses : l’agame (ḥirḍūn), l’ennemi des scorpions, on l’a dit, mais aussi du chevreau, auquel il mange l’oreille ; utile, de toute façon, par sa fiente, contre les douleurs de l’œil, et par sa graisse, qui, étendue sur notre corps, le protège si bien des crocodiles que c’est nous, alors, qui pouvons les capturer168. Pas de lézards, en général169, mais des parents : le varan (waral), plutôt exotique à la vérité, et plus ou moins bien distingué du crocodile170, et surtout le type même des scincidés, le scinque (išqanqūr, saqanqūr)171 : son habitat, à en croire Ibn Hawqal, serait limité aux deux fleuves frères, le Nil, plus précisément le Nil supérieur, et l’Indus. Le scinque, quoi qu’il en soit, compte au nombre des mirabilia (‘ağā’ib) de l’Égypte. Croisement du crocodile et d’un poisson, il diffère de celui-ci par ses quatre pattes et de celui-là par sa queue ronde et sans écailles. Ibn al-Faqïh prête au mâle deux organes reproducteurs : rien d’étonnant à ce que le scinque, par sa viande ou sa graisse, soit, selon une tradition bien établie, un aphrodisiaque puissant.

  • 172 Cf. Lisān, s.v., repris par Ghaleb, Dictionnaire, I, 238. Sur les flottements du lexique et de la (...)
  • 173 Lisān, s.v.
  • 174 Cf. Dictionnaire de Blaehère-Chouémi-Denizeau, II, 1172 i.f.
  • 175 Cf. Ghaleb, Dictionnaire, I, 79. Cet emploi est perceptible, en filigrane, chez Muqaddasī ; il nou (...)
  • 176 Cf. ĞĀḤ (a), 192 ; ĞĀḤ (h), IV, 142, 226 ; ṬA‘Ā, 124 ; pour Mas‘ūdī et Ibn al-Faqïh, cf. note suiv (...)
  • 177 Pour ḥayya, cf. RST, 157, 159, 161 (Iran) ; FAQ, 234 (Irak et Golfe), 240 (Iran), 265 (Iran), 266 (...)

41Il ne s’agit là pourtant que de demi-reptiles : les vrais, par définition, comme pour nous, ce sont les serpents. Définition instinctive, du reste, plus que réellement taxinomique. Les mots qui, dans nos textes, désignent les serpents, ḥayya, ṭu‘bān et af‘ä, ne permettent pas toujours, selon la stricte lexicographie arabe, de cerner précisément les caractères descriptifs de l’ordre, ni d’établir, d’ébaucher même, quelques-unes des familles qui le composent. Si ḥayya renvoie au serpent en général, ṭu‘bān peut s’employer, nous dit-on, hors de toute considération de taille ou de sexe172, tandis que af‘ä référerait à certains aspects de la reptation ou à des traits morphologiques : largeur du corps et plus particulièrement de la tête173. L’usage courant n’a guère introduit que deux précisions, en sens inverse semble-t-il : dans l’ensemble toujours désigné par le terme de ḥayya, tubān serait, venimeux ou non, le gros serpent174, et af‘ä le serpent venimeux, gros ou non175. Enfin, Ğāḥiẓ et les encyclopédistes aidant176, une autre spécialisation intervient, par le biais de la géographie : af‘ä sera la vipère du Siğistān et d’al-Ahwāz, tu‘bān le serpent d’Égypte : cobra, naja haje177.

  • 178 On notera au passage, comme un trait supplémentaire a inscrire à l’inspiration essentiellement ori (...)
  • 179 FAQ, 240, 265, 266, 268 ; RST, 159, 161 ; MUQ, 384, 397 (cité supra, en note). Ḥims est libre de s (...)
  • 180 MUQ, 186 (n. l), trad., p. 232, n. 96 (il s’agit d’une plaque de marbre portant deux inscriptions (...)
  • 181 RST, 157, trad., p. 183, n. 5 (sur cette herbe (muẖalliṣa, litt. : celle qui libère, qui sauve), c (...)
  • 182 MUQ, 175 (n. 6), où les serpents, grâce à leur chair, sont dits antidotiques (tiryāqiyya: cf. BG (...)
  • 183 RST, 161.
  • 184 ĞĀḤ (a), 192 ; ĞĀḤ (h), IV, 120-121 (repris, avec variantes éventuelles, par FAQ, 60 i.f.-61, MAS (...)

42Vrais reptiles, mais aussi vrais serpents : ceux qui portent la mort. Heureux pays que ceux d’où le maléfice est absent178, comme pour la vermine. Grâce aux talismans d’Apollonius, le plateau iranien (Ğibāl) a vu ses serpents confinés sur une montagne, ou enchantés, rendus inoffensifs, devenus, au propre, des jouets pour les enfants179. Ailleurs, on se protège ou guérit comme on peut : par les pratiques magiques, à Jérusalem180, par des antidotes, ici une herbe ou un mélange d’eau et d’argile miraculeuse181, ailleurs la chair même du serpent182. Le plus sûr moyen est encore de s’en remettre aux bêtes. Indirectement, d’abord : tout le monde sait qu’un serpent est incapable de se creuser un trou lui-même, et obligé de prendre celui d’un rat. Éloignez donc les rats par un moyen quelconque, et vous serez débarrassé des serpents par la même occasion183. Mais la meilleure lutte passe par les ennemis déclarés du reptile184 : contre la vipère, le Siğistān a le hérisson, officiellement protégé et dont la chasse est interdite : il tient, un peu partout, la même place que, chez nous, le chat de la maison ; en Égypte, c’est une sorte de mangouste (nims), l’ichneumon, chat ou rat de Pharaon, très vif et dont l’aspect rappellerait une petite marmite ; une merveille de ce monde, en tout cas : saisi par le cobra qui s’enroule autour de lui, l’animal lâche un souffle, ou un vent, qui coupe son assaillant en deux, parfois même en plusieurs morceaux.

  • 185 FAQ, 268, et référ. ci-dessus, n. 2.
  • 186 MUQ, 397. Sur le symbolisme du serpent, cf. Eliade, Traité d’histoire des religions, op. cit., 182 (...)
  • 187 MUQ, 252, 254 (n. i) ; l’interdiction alimentaire englobe le serpent dans la catégorie générale de (...)
  • 188 MUQ, 489 ; le serpent est une créature de Satan, et le tuer est compté au nombre des actions licit (...)
  • 189 On peut mourir, rapporte ĞĀḤ (h), II, 138, de vouloir le tuer à coups de bâton, car, la distance é (...)
  • 190 Insistance sur la mort dans ĞĀḤ (a), 192 (Egypte) (repris par plusieurs auteurs : supra, p. 344, n (...)
  • 191 MIS (a), 15 ; cf., en dehors de l’Islam, Géographie II, 92, 184. La terreur, elle aussi, peut être (...)
  • 192 ĞĀḤ (a), 192, repris, sur ce point, par FAQ, 61, mais nuancé par MAS (p), § 492 : sans l’ichneumon (...)
  • 193 MIS (b), 38; MAS (p), § 709-710; IṢṬ, 42; ḤAW, 158. Le serpent est dit šibriyya (long d’un empan : (...)

43Le serpent mérite-t-il un autre sort ? On connaît son rôle au jardin d’Éden, sa chute, à Ispahan, où les talismans d’Apollonius durent, une fois encore, lui donner la chasse, ou du moins contraindre ses méfaits185. Au delà de l’animal se profilent des forces obscures, celles qui gîtent dans la terre et l’eau, comme en cette fontaine, d’Iran toujours, qui rejette, au printemps, un poisson et un serpent noir, après quoi l’eau disparaît pour tout un an186. Animal tabou : il faut être pauvre comme un Bédouin pour en manger la viande187. Animal paria, qu’on tue à coups de pierre188. De toute façon, maudit ou non, il est trop dangereux189. Car c’est là, surtout, ce qu’on lui reproche : d’être la mort, ambulante ou lovée, aux aguets, toute prête, foudroyante190. La terreur amplifie les puissances de l’animal : parfois, c’est de son seul regard qu’il tue191, tandis qu’en Égypte, c’est l’alliance de la taille et du venin qui frappe l’imagination : un seul pas à faire, et l’on dira que, sans l’ichneumon, la population entière aurait été, à l’image des animaux dont se nourrissent les cobras, non seulement piquée, mais avalée192. D’autres fois, enfin, l’animal joint à ses armes une agilité démoniaque, témoin ce serpent « sauteur » (waṯṯāba) à deux têtes, de Susiane ou des déserts au nord-est de l’Égypte, petit celui-là, mais qui, depuis le sable ou la poussière qui le cache, bondit jusqu’aux montures et même dans les palanquins : si terrible, si foudroyant que ses victimes ne le voient même pas et que leur mort est crue naturelle. C’est à lui que, dans sa détresse, Cléopâtre fit appel. On aura reconnu, même si sa vivacité est quelque peu exagérée, la célèbre vipère à corne, ou céraste193.

Animaux de tout poil

  • 194 Cf. supra, p. 337.
  • 195 Cf., respectivement, FAQ, 60 (sur le mur de la Vieille, cf. supra, chap. II, p. 180), 240, 212 et (...)
  • 196 Cf. FAQ, 277 ; RST, 57.
  • 197 FAQ, 256-257 ; cf. Cl. Huart et H. Massé, « Bahrām », dans EI (2), I, 967-968. Animal connu, très (...)

44Les quadrupèdes sauvages sont d’une déconcertante discrétion dans nos textes, à force même, disais-je plus haut, d’être familiers à l’horizon des Orientaux de l’an mil. Quand ils surgissent, ou plutôt resurgissent, nous nous apercevons qu’ils ne nous avaient jamais quittés : simplement, c’est nous, et nous seuls, qui les avions oubliés. Voyez les carnassiers, que l’on évoque seulement par le biais de leurs victimes ou de leurs ennemis, les troupeaux ou les chiens, eux-mêmes connus, trop connus194. Le lion ? Rien d’autre qu’un animal d’histoire ancienne ou de légende : celui qui, en Égypte, tua le fils de la Vieille et décida celle-ci à construire son fameux Mur ; un autre à Hamaḏān, mais c’est un lion de pierre, qu’Apollonius sculpta pour protéger le pays des excès du froid ; d’autres appartiennent au lointain passé de l’Irak, quand Apollonius, toujours lui, les pourchassa autour de Ctésiphon, tandis qu’en Syrie, c’est un calife umayyade, on l’a vu, qui lâcha sur eux des troupeaux entiers de buffles195. On en dirait autant des légendes du loup, monstrueux et gros comme un mulet, au mont Dunbāwand, ou s’arrêtant net, dans sa poursuite de la gazelle, lorsqu’il atteint les limites du territoire sacré de la Mekke196. Et puisque apparaît la gazelle, constatons que, pour être comme la classique antithèse du fauve, elle partage ici le même sort et reste confinée à la légende, témoin celle qui illustre les exploits cynégétiques du roi iranien Bahrām Ğūr : une jeune esclave l’ayant défié de percer d’une seule flèche le pied et la tête de l’animal, le roi le figea dans la mort au moment où, de sa patte, il se frottait l’oreille ; après quoi, la gazelle fut ensevelie dans un surperbe tombeau, aux côtés de la belle esclave assassinée, elle, pour prix de son impertinent défi197.

  • 198 Peaux exportées des pays berbères et du Sud marocain : ĞĀḤ (t), 159 ; Ḥud, 154. Pour le monde non- (...)
  • 199 Sammūr, sinğāb, ṯa‘lab, qāqum (qāqūn), fanak, ẖarkūs (iranien ẖargūš : cf. BGA, IV, 224), kalb al- (...)
  • 200 FAQ, 297.

45Autre occasion, plus fréquente, de mentionner la bête sauvage : le commerce. Qu’est-ce qu’une panthère, sinon une peau à vendre198 ? Mais les peaux par excellence, ce sont les fourrures, et noms de fourrures tous ces animaux qu’on nous énumère sans les décrire le moins du monde, sauf à donner, d’aventure, quelque maigre détail sur le pays d’origine, la couleur ou la qualité du poil : martre (zibeline ou non), petit-gris, renard, hermine, fennec, lièvre, loutre, castor, fouine, loup-cervier...199. Le dernier seul éveille un peu plus d’attention : il rappelle le chat, a des articulations souples, une peau soyeuse et de grand prix, des crocs et des griffes qui, séchés, constituent le meilleur des charmes pour se faire aimer200 : le loup-cervier, on le voit, ajoute, à l’intérêt du commerce, celui de la curiosité.

  • 201 RST, 161 ; moyen indirect de lutte contre les serpents : cf. supra, p. 344.
  • 202 FAQ, 11 : ce « rat musqué » (fa’r al-misk) serait exporté de l’Inde musulmane (Sind) aux îles de l (...)
  • 203 MUQ, 252, 254 (n. i) ; à noter que, malgré son appartenance à la classe des ḥašarāt, comme le serp (...)
  • 204 FAQ, 62.
  • 205 MUQ, 443.

46Même regard sur les rongeurs. Le plus ordinaire, le rat, n’apparaît que dans l’histoire, décidément inépuisable, des prouesses d’Apollonius, qui en débarrassa Ispahan par un talisman protégeant sa muraille201. Avec le rat musqué reviennent les préoccupations du commerce202 ; la gerboise, malgré son aspect insolite, n’appelle qu’une réflexion sur les Bédouins, qui en consomment la chair203. Le plus surprenant de tous ces petits quadrupèdes, de toute façon, n’est pas un rongeur, mais un insectivore : la taupe ; « animal aveugle, elle sort de son trou et ouvre la bouche : les mouches viennent y tomber les unes après les autres, ainsi qu’aux coins des lèvres ; sans cesse, la taupe referme la bouche et avale les mouches ; quand elle est rassasiée, elle regagne son trou »204. Autres petits animaux, tout aussi discrets : la belette, dont je parlerai plus loin, à propos du crocodile, et le hérisson205.

  • 206 Conformément aux principes posés dans Géographie II, 88-89, je retiens ici, pour les singes, l’ens (...)
  • 207 Cf. les analyses de J.-L. Poirier, « Éléments pour une zoologie philosophique », Critique, 375-376 (...)
  • 208 Thème courant de la zoologie antique et classique : cf. ibid., 693.

47Les singes nous retiendront davantage206. Quoi d’étonnant ? Si l’homme occupe une place singulière dans la création, le singe, lui, est unique en ce qu’il offre, au beau milieu du monde animal, un reflet de l’homme dans la morphologie du quadrupède. En rassemblant tous les traits du second et un nombre impressionnant des traits du premier, il assure la continuité de deux domaines que nous voyons d’ordinaire séparés, il révèle, en acte et incomparablement mieux que tout autre être, cette vérité essentielle qu’aucune coupure absolue n’existe entre les divers règnes de ce monde, hormis celle que Dieu institua en faveur de l’homme : la césure de la raison et du langage, qui, étant d’un autre ordre, ne rompt pas pour autant la continuité du tissu biologique universel207. Les ressemblances, ici, sautent aux yeux : la taille droite, le visage arrondi, parfois avec barbe et moustache, ou encadré de longs cheveux tombant sur les épaules, le singe, comme l’homme, porte son âge bien visible, et ses habitudes familiales sont tout bonnement les nôtres : père et mère se répartissent la charge des enfants, et ils le font avec nos gestes. Mais l’animal se manifeste à divers signes, la fécondité exubérante d’abord : comme pour la truie, on peut voir ici dix ou douze petits à chaque fois et la prolifération de l’espèce semble, en certains lieux, n’avoir pas de limites. Autre différence : la pilosité, totale chez le singe et « qui empêche qu’on le dise tout à fait semblable à l’homme »208. Et puis, il y a cette nature qui se révolte contre les tentatives de croisement : tel marin qui eut commerce avec une guenon, « grande de taille et le corps bien fait », la rendit grosse d’un ou deux rejetons au visage parfaitement humain, à la poitrine lisse, à la queue plus petite que celle des singes ; mais, longtemps après, l’infortuné père de rencontre, devenu presque aveugle, constatera que sa vue s’est mise à baisser du jour de cette aventure.

48Le singe, en tant que phénomène, est si important qu’il écrase, nivelle toutes les différences de race à race. Et quand celles-ci se font jour, leur distribution recoupe celle des grands ensembles humains : pour l’Afrique noire, il y a le singe nubien, petit de taille et de face, d’un brun presque noir ; pour l’Europe, l’animal qui, d’entre tous, rappelle l’homme de plus près ; pour l’Extrême-Orient, le spécimen à barbe et longues moustaches ; pour le monde musulman, enfin, le seul singe nommé d’un nom particulier, le babouin cynocéphale (rābiḥ) du Yémen, très « chevelu », le plus beau, le plus malin, aux deux sens du terme. Le plus apte, en tout cas, à imiter l’homme et, par suite, à communiquer avec lui. Car c’est là une des marques suprêmes de l’intelligence du singe : elle peut s’occuper à trouver des stratagèmes pour débusquer un crocodile, ou un or dont elle sait les hommes friands, mais elle s’épanouit dans son aptitude étonnante à comprendre le langage des signes. Plus encore que dans les tours appris par le montreur, elle se révèle aux tâches domestiques : balayer, assurer le service de la porte, allumer et entretenir le feu, chasser les mouches, manier le soufflet du forgeron, goûter les plats royaux pour y déceler l’éventuel poison. Sur ces thèmes de la participation à la vie des hommes, les Merveilles de l’Inde brodent de véritables contes : le singe penaud d’avoir laissé un milan ravir la viande qu’il surveillait, mais qui se rachète par une ruse, attire et capture l’oiseau en lui montrant son derrière, que l’autre goulu, de là-haut, a pris pour un second quartier de viande ; le singe d’une Bagdad des Mille et une Nuits, le singe entremetteur, gestes à l’appui pour inviter à l’amour ou pour recevoir son pourboire ; le singe justicier vidant à la mer la moitié de la bourse de son maître, marchand de vin, mais d’un vin à moitié coupé.

  • 209 Cf. Géographie II, 96-97.

49Pourtant, l’interrogation suprême serait peut-être dans des formes de société qu’on dirait humaines, mais que les singes connaissent de par eux-mêmes, sans aucune influence de notre part. Sans doute affirme-t-on, au Yémen, qu’ils furent commis par Salomon à la garde de génies emprisonnés et que leur chef tient de ce sage la tablette royale qu’il porte au cou. Mais, pour le reste, ce que l’on voit, ce sont les bandes, pacifiques ou pillardes, voleuses de grand chemin, même, gouvernées, à l’image des abeilles et de leur reine, par un chef, grand et fort entre tous, et aussi ces assemblées, « avec le bruit sourd et confus des entretiens », mâles d’un côté et femelles de l’autre, comme en des réunions de musulmans, et, surtout, le respect d’une stricte hiérarchie : « Ils s’assoient, chacun suivant son rang, au-dessous du chef, et ils ont, dans tout ce qu’ils font, une vraie ressemblance avec les hommes. » Ici, plus d’imitation : le geste, l’organisation, le débat ne doivent rien à un quelconque modèle humain, même si, à leur insu, ils le reproduisent. Nous connaissons, en dehors du monde musulman, un autre animal surdoué, sur le plan des comportements individuels celui-là : l’éléphant209. Mais au moins avions-nous la clé de l’énigme : si, avec tant de dons, l’éléphant n’a pas eu accès à la parole, signe d’une raison pleine et entière, c’est que sa langue est fixée dans le mauvais sens, pointe tournée vers le gosier. Rien de tel avec les singes ; le mystère, ici, demeure total. Face à eux, l’homme ne peut que constater, sans la comprendre, l’absolue gratuité du statut qui lui a été concédé en ce monde ; et dans les yeux mêmes de l’animal qui le regarde, il trouvera d’autres raisons de se soumettre mieux encore à ce Créateur qui l’a si jalousement, si amoureusement gardé de toute atteinte à son privilège.

Oiseaux domestiques et sauvages

  • 210 FAQ, 60 ; MUQ, 203.
  • 211 Cf. FAQ, 19 ; RST, 57 ; MUQ, 139 ; F. Viré, « Ḥamām », dans EI (2), III, 111-112, et Elisseeff, (...)
  • 212 RST, 199.
  • 213 FAQ, 16 (cité dans Géographie II, 94). La pintade est africaine (cf. H. von Boettlicher, Die Perlh (...)
  • 214 MUQ, 145 (pl. ğawāğīq : cf. BGA, IV, 210) ; du persan ğūğè, čučè, čuzè ou čūğè : cf. Desmaisons, D (...)
  • 215 MIS (b), 38; RST, 159; FAQ, 317 (avec correction proposée, trad., p. 376, n. 1).

50Le regard de nos auteurs effleure à peine la basse-cour ; quand ils la voient, c’est avec l’œil de l’amateur de curiosités ou de traditions, à l’occasion doublé de commerçant. Ainsi l’Égypte est-elle fameuse par ses oies, dont on attendra vainement la description, et surtout par ses canards, qui présentent ici la particularité de paître comme les moutons210. Le pigeon n’intéresse que parce qu’il est, à la vérité, marginal, domestique sans doute — aucune allusion n’est faite à des espèces ou des mœurs sauvages — mais libre des attaches serviles d’une basse-cour. Les pigeons de la Mekke vont visiter son sanctuaire, mais sans le souiller, ni jamais voler, ou, à plus forte raison, se poser sur le toit de la Ka‘ba, sauf lorsque, malades, ils viennent y chercher la guérison. Ailleurs, dans la campagne de Mossoul, les « tours à pigeons » qui piquettent le paysage attestent d’une autre noblesse, la colombophilie, jeu de princes où plus tard, ici même, Nūr ad-Dīn puisera les moyens d’une poste efficace211. Quant aux gallinacés, domestiqués pour la première fois, avec les chiens et les chats, par un des vieux rois de l’Iran, Farīdūn212, on en connaît une espèce lointaine : la « poule du Sind », c’est-à-dire la pintade213. Pour le reste, ce sont les préoccupations du commerce qui l’emportent, avec les poussins exportés de Haute-Mésopotamie214, ou, plus souvent, la curiosité, encore elle : étranges, ces poules qui, ici, ne touchent pas aux excréments, étrange cette paix qui, ailleurs, règne entre elles et les renards, étrange le comportement du coq, qui rejette, pour les poules, les grains qu’il a déjà pris en son bec215.

  • 216 MUQ, 203 ; FAQ, 235 ; Ḥud, 60 (frontières de l’Islam, au sud-est de la Caspienne). Sur le pélican (...)
  • 217 MUQ, 195, 209, 359, 370, 403 (raẖama : percnoptère (charognard), ou vautour d’Égypte : cf. Ghaleb, (...)
  • 218 ĞĀḤ (t), 159, 160 ; FAQ, 328 (faisans noirs d’Asie Centrale) ; MUQ, 145 (qabğ pour perdrix ; ḥağal (...)

51Hors de la basse-cour, l’oiseau, sauvage, est chassé pour ses plumes : l’Égypte s’est fait une spécialité de ce genre d’ornements, tandis que les nobles d’Iran recherchent volontiers, pour la parure, le duvet de pélican216. Mais c’est évidemment au gibier que l’on s’intéresse en priorité. Non que tout soit bon à manger dans ce qui vole : le goût peut en souffrir, mais aussi la santé, comme avec les cailles de Péluse (al-Faramā), dont la chair rend malade et bloque les articulations217. Pour la caille, il est vrai, cela paraît l’exception : non seulement on l’apprécie, mais on l’exporte. Elle figure ainsi, en bonne place, dans le commerce de la Haute-Mésopotamie, avec le francolin et la perdrix, le faisan, lui, étant chassé en Asie Centrale ou expédié depuis les pays riverains de la Caspienne218.

  • 219 MAS (p), § 472 ; IṢṬ, 107 ; ḤAW, 328 ; MUQ, 354, 359, 484.
  • 220 FAQ, 313 (repris par MUQ, 368, avec variante : deux ailes comme celles de l’hirondelle). Sur la ro (...)
  • 221 ĞĀḤ (t), 159 ; FAQ, 121, 189, 192 (un exemple, pour la littérature de l’adab, dans Bayhaqī, Maḥāsi (...)
  • 222 ĞĀḤ (h), I, 30 (la chauve-souris étant rangée parmi les oiseaux) ; je reprends à ce sujet mes conc (...)
  • 223 FAQ, 277.

52Au bord de l’eau vit toute une faune ailée dans laquelle nos auteurs ne distinguent pas, se contentant de signaler qu’elle fournit, avec le poisson, la nourriture obligée des peuplades riveraines, en priorité celles des grands marécages de l’Irak et du Sind219. Moins intéressante, sans nul doute, que les oiseaux familiers du crocodile, dont on parlera plus loin, ou que cet animal à deux ailes soudées, comme la chauve-souris, avec un poil semblable à celui de la fouine, et des crocs aussi, mais qui lui servent à se nourrir de fruits, le tout composant une bête de la taille d’un renard : c’est en effet le renard volant, dit aussi roussette220. Aux marges du monde des oiseaux, voici encore l’autruche, exportée d’Arabie et qu’on voit jusqu’aux confins de l’Irak221 : animal intermédiaire, auquel Ğāḥiẓ, déjà, refusait le nom d’oiseau222. Ibn al-Faqīh, évoquant l’univers fantastique du mont Dunbāwand, y fait évoluer « des oiseaux qui seraient comme des autruches ayant l’aspect de petits chameaux »223. Quel besoin de parler oiseaux, si l’autruche y suffisait ?

  • 224 MUQ, 205.
  • 225 MUQ, 403 ; sur l’oiseau, cf. supra, p. 351, n. 4.
  • 226 ‘Uqāb, ṣaqr, šāhīn, yu’yu’, bāšiq (cf. ĞĀḤ (t), 160 et 162 ; Blachère-Chouémi-Denizeau, Dictionnai (...)
  • 227 Aristogène de Cnide (iiie s. av. J.-C.) et Archigène d’Apamée (vers 100 ap. J.-C), tous deux médec (...)
  • 228 Le fils de l’éponyme de la dynastie abbasside : cf. L. Veccia Vaglieri, dans EI (2), I, 41-42.
  • 229 Sur les adj. dirhamī, muġarnaq et qirṭāsī, cf. BGA, IV, 234, 308, 323.
  • 230 Cf. le vocabulaire spécialisé dont use la traduction de Ch. Pellat.
  • 231 Plus précisément : de l’auteur du Kitāb at-tabaṣṣur bi t-tiğāra.

53Comme, tout à l’heure, le pigeon hors de la basse-cour, de même un oiseau émerge, et de très haut, hors de cette gent sauvage : le rapace. Il est vrai qu’on s’attache surtout à ceux qu’on peut domestiquer. A part, justement, les laissés pour compte, les méprisés : le milan, dont les Syriens rient aux dépens des gens d’Égypte, assurant qu’ils ne connaissent pas d’autre oiseau que celui-là224, ou le percnoptère (vautour d’Égypte), tout juste bon à fournir la pire des viandes225. Réservons donc, avec nos auteurs, notre intérêt aux nobles : l’aigle, domestiqué lui aussi parfois, mais surtout le faucon, sacre ou pèlerin, l’émerillon, l’épervier et l’autour, le premier de tous226. La fauconnerie ou, plus précisément ici, l’autourserie, c’est d’abord tout un corpus d’histoire et de légende, dont Mas‘ūdī se fait l’écho : voici les autorités scientifiques, Galien, Apollonius, Aristogène, Archigène227 et, pour les Arabes, ‘Abd Allāh b. ‘Abbās228 et la tradition de leur Péninsule ; voici les rois de l’Espagne wisigothique, à qui les faucons pèlerins font une voûte d’honneur, et Constantin conduit par un autre faucon jusqu’au site de sa future capitale, et les souverains de Byzance et d’Iran échangeant aigles et panthères pour traquer la gazelle, et Hārūn ar-Rašīd à la chasse. L’oiseau de proie, à la vérité, est au croisement de plusieurs traditions, persane, indienne, byzantine, turque et arabe. Ses couleurs vont du noir de corbeau au blanc pur, en passant par le rouge, le gris de cendre ou l’argenté229. Son commerce intéresse la Transoxiane et l’Asie Centrale, le ẖurāsān, les abords de la Caspienne, le Yémen et les pays berbères, sans compter ceux qu’on fait venir de l’étranger. Mais l’animal lui-même, dans son individualité ? A peine décrit-on, d’après Galien, la retraite de l’autour, un nid d’épines entrelacées, bien abrité des intempéries, dans un arbre au feuillage très dense. Tout le reste, dans la longue dissertation de Mas‘ūdī, n’est que l’éloge de l’oiseau, compagnon intelligent des princes et des rois, habitué des vastes horizons et des altitudes fabuleuses ; prétexte, aussi, à une description technique230 de cette extraordinaire machine à capturer et à tuer, de ses comportements, voire, chez Ğāḥiẓ231, des hiérarchies à établir, selon les pays d’origine et le plumage.

  • 232 FAQ, 121, 192 ; MUQ, 34, 198, 283, 402.
  • 233 MUQ, 333.
  • 234 RST, 82 ; sur le mont Bāqīrān, cf. supra, chap. I, p. 22, n. 4.

54Ainsi s’achève, par le haut, cette revue des oiseaux. De quelques oiseaux à peine, tous utiles ou curieux, inséparables, en dernière analyse, de ce regard d’homme qui se pose sur eux, précédant la main, caressante ou hostile, meurtrière. Mais qu’en est-il de l’oiseau (ṭayr) en général ? Les accointances, aménagées ou de hasard, avec l’homme ne peuvent faire oublier que cet animal-là est un de ceux qui semblent se situer au plus loin de nous-mêmes : différence plus rassurante à nos yeux, du reste, que l’étrange ressemblance qui fait du singe, presque, une image d’homme. A l’instar de tant de bêtes, l’oiseau se signale par une prolificité extraordinaire, sans doute, mais, plus encore, par la relation entre cette multitude, d’une part, un lieu et un temps mystérieusement choisis par l’espèce, de l’autre. Que celle-ci abonde particulièrement en tels cantons d’Asie Centrale, de Susiane ou du bas Irak, sans oublier l’Égypte, où se tient en permanence, au Caire, un marché aux oiseaux232, passe encore. Plus étonnant ce qu’on nous raconte pour la région de Saraẖs, au ẖurāsān : là, en un jour très précis, le même année après année, les oiseaux viennent se poser en si grand nombre que les gens n’ont plus, au propre, qu’à se baisser pour en ramasser autant qu’ils veulent233. Et ceci encore : dans la vallée du Nil, en Haute-Égypte234, on voit, au sommet d’une montagne, une crevasse où, chaque année, au même jour, les oiseaux s’engagent en foule, tant et si bien que l’un d’eux finit par rester prisonnier dans le passage, ce qui déclenche le signal du départ, et la montagne retourne pour un an au silence.

  • 235 FAQ, 250, l’exploit étant salué du cri de « Dieu le maudisse ! ». Pour une tentative malheureuse, (...)
  • 236 Cf., dans les Mille et une Nuits, Sindbād le Marin en son septième voyage, ou Gharîb (A. Miquel, U (...)
  • 237 ĞĀḤ (h), I, 28-30. Les lignes qui suivent me sont inspirées par une première lecture, mais il y au (...)
  • 238 Le concept est latent aussi chez MAS (p), § 469 i.f., où la capacité de vol est mise en rapport av (...)

55La merveille absolue de l’oiseau, néanmoins, c’est le vol, comme bien on pense. De ce vieux rêve humain, nulle trace ici ou presque : il n’est pas entré dans le projet de Dieu, et seuls peuvent le matérialiser quelque personnage mythique des légendes iraniennes, bricoleur de génie fuyant la cruauté d’un roi235, ou encore, mais dans la géographie transfigurée du conte, le héros porté sur les ailes des hommes-oiseaux ou des djinns, assez haut pour entendre les chœurs des anges236. L’exception dit assez que, dans l’ordre naturel où nous évoluons, il n’est de vol possible que celui des bêtes à qui Dieu a donné cette capacité. Mais quelles bêtes ? Pour Ğāḥiẓ237, ce n’est pas la nature de l’oiseau qui le définit comme tel, mais le vol, le vol effectivement réalisé : l’autruche, par exemple, sera exclue238. Faut-il alors parler d’oiseau à propos de tout ce qui vole ? Non, à coup sûr, car la condition du vol, nécessaire, n’est pas suffisante pour autant : la chauve-souris est oiseau, mais pas l’insecte ailé.

  • 239 Second et cinquième voyages ; cf. aussi son apparition dans des pays lointains, mal connus ou lége (...)
  • 240 MAS (p), § 469.
  • 241 Cf. supra, p. 337, n. 4.
  • 242 Ğāḥiẓ désigne ces insectes ailés sous le nom de hamağ, en disant « qu’ils sont à la gent qui vole (...)

56Bien que Ğāḥiẓ n’explicite guère les critères de ces rattachements ou de ces exclusions, on peut, je pense, à travers les exemples donnés par lui, estimer que la définition de l’oiseau se fonde sur un rapport entre le vol, d’un côté, la taille et le poids, de l’autre. Je dirais volontiers que si le vol, le vol effectif, est le signe de l’oiseau, il ne doit pas néanmoins apparaître comme assuré d’avance, allant de soi : tout, au contraire, et jusqu’en ce mécanisme ailé dont il implique et la présence et le fonctionnement, doit montrer clairement que voler est une victoire arrachée aux forces qui tirent l’animal vers la terre. S’il en est bien ainsi, on comprend, d’abord, qu’à partir d’une certaine taille, il soit impossible de parler d’oiseaux : l’autruche a rompu, en faveur de son poids, l’équilibre requis, et les seuls très gros oiseaux restent ceux de la légende, tel le roc (ruẖẖ) des voyages de Sindbād le Marin239. Claire, aussi, la prise en considération de la morphologie et de la longueur des ailes, mais non pas en soi : dans la mesure où elles commandent les possibilités d’un vol plus ou moins soutenu ; les cailles et les perdrix, l’autour même, de ce point de vue, ne supportent pas la comparaison avec le faucon sacre, même si l’autour compense cette carence par son aptitude à voler plus vite et monter plus haut240. Enfin, sans doute trouvera-t-on, dans le rapport entre vol et taille, une des raisons de l’exclusion des insectes ailés. On dira peut-être, sans chercher plus loin, que l’insecte, avec tant d’autres petites bêtes, est rangé dans la catégorie de l’animal qui rampe241, et que le vol, lorsqu’il intervient, ne peut pas suffire à remettre en cause les distributions fondamentales de cette zoologie242. L’argument est valable, mais il ne contredit en rien l’autre, qui tient justement à la taille de l’insecte. Trop petit pour être autre chose qu’une bête « rampante », à l’horizon limité, terre à terre, l’insecte, quand il vole, ne peut pas non plus, et toujours en raison de sa petitesse, être pris pour un oiseau. D’une part, voler, dirais-je, lui est trop facile, à lui qui est léger et que l’air soutient sans effort, pour peu qu’il en ait les moyens ; mais en même temps, et en dépit de cette disposition, l’insecte ne quitte jamais le domaine de la terre, le champ dans lequel il se meut reste défini par elle, ses ailes ne peuvent prétendre à lui ouvrir les vastes horizons d’un oiseau, bref, il n’est pas, comme l’oiseau en son expression parfaite, un animal de l’air, de l’air libre.

  • 243 Ou encore de Ğa‘far b. Abī Ṭālib, au Paradis : ĞĀḤ (h), I, 30 (et L. Veccia Vaglieri, dans EI (2), (...)
  • 244 MAS (p), § 466-468.

57De cet espace infini, de cette ascension vers le ciel ou de cet essor vers l’au-delà de l’horizon, le rapace offre la meilleure image. Son statut d’oiseau noble par excellence, il le doit non seulement aux princes, dont il est le compagnon intelligent et utile, mais aussi à sa propre capacité d’incarner au mieux la fonction et le but de toute une cohorte de la création : voler, le plus loin, le plus haut. Dans l’air libre, disions-nous. Encore faut-il noter que, par sa conformation ou sa vie, l’oiseau n’excède pas les bornes de notre monde naturel : il n’est pas un génie ailé, mais une bête d’ici-bas à qui Dieu a donné des ailes. Marque-t-il pour autant, et sans parler des anges ou des djinns243, la limite de la vie vers le haut ? Lui-même, lorsqu’il s’aventure dans ces hauteurs de l’atmosphère qui parfois le dérobent à notre vue, que voit-il ? Sans aucun doute les vrais êtres de l’air, ceux qui y naissent et en vivent. Fabulation ? Que non pas. Témoins ces bêtes étranges que les autours s’en vont chercher là-haut pour en nourrir leurs petits : revigorés par cette chair d’un autre monde, ils y puiseront les forces nécessaires pour s’élancer plus tard, eux aussi, à l’exploration du ciel, royaume des habitants de l’air et, puisque l’air est chaud, du feu aussi244.

Êtres fabuleux de la terre et de l’air

  • 245 Cité dans R. Abirached, La crise du personnage dans le théâtre moderne, Paria, 1978, p. 101. Sur l (...)
  • 246 Poirier, « Zoologie philosophique », art. cit., 695.
  • 247 Ibid., 698-699 (souligné par l’auteur).

58« Il n’y a de beautés durables », écrivait Diderot, « que celles qui sont fondées sur des rapports avec des êtres de la nature [...] Qu’est-ce que la vérité ? La conformité de nos jugements avec les êtres. Qu’est-ce que la beauté d’imitation ? La conformité de l’image avec la chose. » Et encore : « L’imaginaire trouve ses bornes dans l’ordre général des choses, tel qu’il est perçu et accepté par la collectivité : il doit imposer sa crédibilité et, à défaut de certitude, provoquer l’illusion de l’évidence. »245 Ainsi donc, même et surtout pour ce prince de la fiction qu’est le monstre, point de salut hors de la nature : « C’est de la composition d’elle-même avec elle-même que la nature engendre les monstres, non dans ses marais frontaliers. »246 Cet effort, bien sûr, elle ne le fait pas de son propre mouvement, et il y faut le relais de l’imaginaire, l’intervention de notre esprit dans l’ordre des choses. La différence entre l’hybride et le monstre est que, pour celui-ci, « l’imagination est toujours absolument requise [...], que la dimension fantasmatique est essentielle [...], que la science des monstres doit être plutôt phénoménologie qu’histoire naturelle [...], le monstre est affaire d’imagination plutôt que de matrice ou d’accouplement »247. Bref, il n’est de monstres qu’à partir d’un naturel repensé.

  • 248 Géographie I, 131-132 ; II, 77, 485.

59Reste à voir comme. Mais avant d’étudier le mécanisme de cette association entre le réel et l’imaginaire, force est de s’interroger sur le théâtre même de l’opération. J’ai noté ailleurs248 le rôle joué par l’étranger dans cette quête du merveilleux : il s’agissait, par une sorte de katharsis, d’assouvir notre irrépressible appétit d’étrange, tout en disposant la nourriture attendue au delà des limites du monde islamique, lui-même défini comme le lieu d’une sagesse d’où ces énormités sont absentes. Sagesse, dis-je, car il n’était question alors que de la société des hommes : quand un auteur, après s’être complu dans ces domaines de l’interdit, s’écriait en conclusion : « Dieu nous préserve ! », c’était pour retrouver, rassurante, la barrière qui opposait, à l’étranger fourvoyé, la santé musulmane, et rien de plus. Car pour le reste, le monde, où qu’il fût, était monde, par la grâce de Dieu. Sans doute l’Extrême-Orient, l’Afrique ou l’Europe avaient-ils leur flore et leur faune à eux, mais ils relevaient aussi, par telle ou telle de leurs espèces, par tel trait de leur milieu naturel, du même univers terrestre que l’Islam. Ainsi, tandis qu’au niveau des sociétés humaines, l’étrange glisse souvent, par la faute des hommes justement, au maléfique, rien de tel pour la plante ou l’animal : curieux à l’intérieur des frontières de l’Islam ou au dehors, c’est tout un, et c’est le même mystère de la création qui nous est proposé. On n’a pas, en ces matières, à repousser les déviations au delà de la barrière, ni à jeter, le cas échéant, un voile pudique sur ce qui — à Dieu ne plaise ! — contrevient à la norme en deçà. Bien au contraire, et puisque libre est le propos, libre donc à nos auteurs de parler des étranges bêtes que l’on peut voir en pays d’Islam. Mieux : il le faut, car on montrera qu’au livre immense des mystères de la nature, l’Islam n’a rien à envier aux pays lointains. Et mieux encore : à l’intérieur de ce même Islam, le débat ouvert entre les différentes ethnies qui le composent va trouver là, dans le merveilleux animal, une nouvelle lice : ainsi s’explique, face à l’Iran, le poids considérable de l’Arabie, forte des richesses qu’elle abrite en ses déserts.

  • 249 Cf. Géographie II, 484-485.
  • 250 Cf. supra, p. 341, n. 3 i.f.
  • 251 Cf. A. Miquel, Un conte des Mille et une Nuits, op. cit., 78, le merveilleux se renforçant ici à l (...)

60Comment faire un monstre249 ? Première recette : vous prenez un animal connu, et vous l’agrandissez, ou le réduisez, dans des proportions considérables : ce seront les vers énormes du mont Dunbāwand250 ou les chameaux nains de l’Arménie. Plus souvent, vous obtiendrez le monstre par composition, je veux dire par une association non naturelle d’éléments qui, pris un à un, restent naturels : une tête de chien, des griffes de fauve, une crinière de cheval et des ailes, voilà l’une des mille et mille possibilités offertes251 ; pour être plus fruste, la roussette, évoquée plus haut, relevait de ce type de fabrication. D’autres fois, vous romprez la distribution de l’organisme animal, en ajoutant par exemple une tête, comme à certaines vipères, ou en supprimant les membres d’un côté du corps, comme au nisnās, dont nous parlerons un peu plus loin. Vous pourrez aussi bouleverser le comportement naturel : si, déjà, un animal aussi connu que le serpent s’évade de sa condition, qui est de ramper, pour réussir des bonds considérables, que sera-ce quand on nous ouvrira toutes grandes les portes de la rêverie ?

  • 252 MAS (p), § 1344.
  • 253 Je rejoindrais ainsi, par d’autres voies, ce que J.-L. Poirier (art. cit., 682) dit du « monstre n (...)

61Enfin, nous n’oublierons pas une dernière catégorie de monstres, ceux qui constituent, nous dit Mas‘ūdi252, « des espèces particulières », « connues pour leur asociabilité, leur isolement, leur caractère sauvage, leur petit nombre, le soin qu’elles mettent à rechercher les contrées les plus éloignées du monde et à éviter l’approche de l’homme et des animaux ». Ici, le monstre naît, dirait-on, d’un défaut : la nature, nous explique Mas‘ūdī, l’a créé « sans aller jusqu’au bout de son œuvre », elle en a fait un être en panne, privé des « facultés accordées aux autres créatures », en l’occurrence et avant tout : du don ou pouvoir d’association avec une ou plusieurs espèces différentes. Le monstre rompt ainsi la grande loi naturelle qui veut que, justement, il n’y ait aucune coupure radicale entre les espèces et les règnes. Et pour prix de cette infraction, il est précaire : aussi bien, dans des cas de ce genre, parle-t-on de lui sans être sûr de l’avoir jamais vu, et qui sait même s’il existe ? Mas‘ūdī ne cache pas son scepticisme ; avec lui, nous conclurions que, si ces monstres-là ont réussi à vivre malgré la solitude qui, d’ordinaire, mène à la mort, nous ne saurons jamais, de toute façon, s’ils ont une existence réelle puisque aucun contact n’est possible avec eux. Et Mas‘ūdī d’insister sur ce dernier point, sur cette rupture qui s’explique, dit-il, par « l’incompatibilité avec les autres espèces plus parfaitement constituées et par les différences si profondes que la nature a mises » entre ces monstres « et le reste des êtres vivants ». Par où l’on voit que ce qui importe, c’est le degré de la monstruosité, et non pas son origine : né, en la circonstance, d’un manque, le monstrueux s’est tellement développé qu’il ne trouve plus de référence possible. Plus qu’une nouvelle classe de monstres, ce que Mas‘ūdī nous présente ici, c’est une loi de l’espèce : il n’y a pas de monstre absolu, sous peine d’un défi aux possibilités et de la nature et de l’imaginaire, un monstre naturellement ou virtuellement absolu est un monstre mort, ou inconnu, ce qui revient au même253.

  • 254 WAṢ, 16-17. Cf. d’autres exemples de monstres au chapitre ix de notre Géographie II.

62Tous ces monstres défilent dans le tableau par lequel Ibrāhīm b. Waṣīf Šāh254 ouvre sa description des peuples créés avant Adam, en réalité : une revue des êtres fabuleux qu’il a pu trouver dans ses lectures, sans qu’on puisse savoir si lui-même n’y ajoute pas de son cru : « Il y a une race où les individus sont de haute taille et très agiles, avec des yeux et des ailes, et où le langage est constitué par le claquement des doigts. Dans une autre race, les individus ont des corps de lions et des têtes d’oiseaux, avec des poils et de longues queues, et leur langage est un bourdonnement. Dans une autre, ils ont deux visages, l’un devant, l’autre derrière, et plusieurs pieds ; leur langage est semblable à celui des oiseaux. Parmi ces nations sont celles des génies ; il y a entre autres une espèce de génies qui ont la forme de chiens, avec des queues ; leur langage est un grognement incompréhensible. Dans une autre de ces races, les individus ressemblent aux hommes, sauf qu’ils ont la bouche dans la poitrine et qu’ils parlent en sifflant. Il en est d’ailleurs qui sont semblables à de longs serpents pourvus d’ailes, de pieds et de queues ; d’autres qui sont semblables à des moitiés d’hommes, qui n’ont qu’un œil, qu’une main et qu’un pied et qui marchent par bonds ; leur langage est semblable à celui des grues. D’autres ont des visages d’hommes et les reins couverts d’écailles comme les tortues ; ils ont des griffes aux mains, de longues cornes sur la tête, et leur langage ressemble au hurlement des loups. D’autres ont deux têtes avec deux visages, semblables à des têtes de lions ; ils sont grands et parlent un langage incompréhensible. D’autres ont la figure ronde, des poils blancs, des queues comme les bœufs, et ils crachent le feu par la bouche. D’autres ressemblent à des femmes, ayant des cheveux et des mamelles ; il n’y a pas de mâle dans cette race ; les femmes sont rendues enceintes par le vent, et elles n’enfantent que des individus qui leur ressemblent ; elles ont des voix ravissantes et elles attirent beaucoup d’individus des autres races par le charme de leur voix. D’autres encore ont la forme de reptiles et d’insectes, quoique étant de grande taille ; ils mangent et boivent comme des bestiaux. D’autres enfin ressemblent aux bêtes de la mer ; mais ils ont des défenses comme les sangliers et de longues oreilles. Le reste de ces vingt-huit races a des formes diverses, et toutes ont un aspect sauvage. On dit que ces races se croisèrent et que le nombre des races distinctes s’accrut jusqu’à cent vingt. »

  • 255 WAṢ, 16.
  • 256 WAṢ, 20.
  • 257 WAṢ, 19.
  • 258 WAṢ, 21-24.

63Ces vingt-huit races originelles, dont nous n’avons ici que treize exemplaires, comme si l’imagination, pour une fois, était prise de court à ses propres pièges, débordent des limites de la terre et de l’air : en fait foi la présence du feu et de la mer. Du reste, Ibrāhīm b. Waṣīf Šāh précise qu’ « elles ont été créées au moyen de mélanges différents » des quatre éléments255. Leur répartition, elle aussi, couvre tout le champ du possible : il existe vingt-cinq tribus de génies qui marchent à terre, vingt qui vivent dans l’eau, douze qui courent dans les ouragans, dix dans la flamme, sans parler de trente préposées à la magie des sons256. Isolé, Satan, le seul monstre absolu qui soit, hélas ! bien vivant, même si sa forme, par sa laideur même, repousse toute description257. Lui mis à part, ses congénères et séides ne rompent pas, tant s’en faut, les continuités naturelles qui président à l’ordre de ce monde ; ils ne sont, au contraire, qu’un résultat entre mille des glissements d’une espèce à l’autre, qui font qu’un homme peut se changer en serpent, le serpent en chameau, le chameau en génie et le génie en chien, animal dont l’intelligence, on l’a dit, est trop vive pour ne pas cacher une conscience258.

  • 259 Cf. par exemple, chez MAS (p), le début du § 1208, ou WAṢ, 25.
  • 260 MAS (p), § 1207.

64De ce peuple intermédiaire entre notre univers et une surnature à la vérité inimaginable, l’Arabie est, j’y insiste, le pays privilégié. L’Arabie et, plus précisément, celle du paganisme. Les monstres évoqués à son propos n’appartiennent pas qu’à un espace écarté, loin des routes des hommes, dans les replis du désert ; ils relèvent aussi d’une histoire révolue, dont on parle au passé259. Mais un passé qui risque fort, pour le plus grand bien de l’imaginaire, de n’être pas tout à fait mort avec l’Islam. Écoutons Mas‘ūdī260 : « Certains ont pensé que les récits rapportés par les Arabes en cette matière n’étaient que l’effet sur eux de la solitude dans les déserts et les vallées écartées, de la marche dans les solitudes les plus périlleuses et les désolations les plus sauvages. Livré à lui-même en de pareils lieux, l’homme, en effet, se prend à songer ; de songer, il en vient à se sentir apeuré, poltron ; en cet état, enfin, il est envahi de suppositions fausses, d’illusions perverses, nées de l’atrabile et qui le malmènent, lui font donner consistance à des voix, forme à des personnages, et imaginer l’invraisemblable, un peu comme s’il était en proie à des obsessions démoniaques. Tout, en la circonstance, tourne autour d’un égarement fondamental de la pensée, qui divague hors d’un ordre stable et d’une voie sûre. Car l’homme isolé, livré à lui-même dans la solitude du désert, en proie aux impressions perverses qui s’emparent de sa pensée et s’implantent en son âme, n’est plus qu’angoisse du péril, soupçon de choses pernicieuses et attente de mille morts. »

  • 261 Sur cette double attitude, cf. MAS (p), § 1203 i.f., 1205, 1340 i.f., 1343 i.f., 1344, 1354 i.f. ;(...)

65Mais qui l’emporte ? Le temps qui, avec l’avènement de l’Islam et le rejet des vieilles superstitions, doit logiquement faire table rase de la fable ? Ou l’espace, je veux dire celui de l’Arabie, qui doit démontrer, face à d’autres, qu’il n’est pas moins riche en trésors d’invention, pas en reste pour ce qui est de l’imaginaire ? D’où une réponse double. D’un côté, le scepticisme résolu, car, « en présence d’un fait non reconnu, il y a plus d’excuses à nier son existence qu’à attester sa vérité ». De l’autre, le souci de préserver les droits de l’imagination, et le recours à une sorte d’agnosticisme en matière de fabuleux : « Les faits de cette nature entrent dans un ordre de choses contingentes et possibles [...] Ce n’est pas que notre raison rejette d’une manière absolue l’existence [...] d’êtres merveilleux et rares, car ils ne sont pas incompatibles avec la puissance divine ; simplement, nous refusons d’y croire parce que leur existence ne nous est révélée par aucune autorité irréfragable. »261

  • 262 Cf. Ḥayawān, index, s.v. « ğinn », et les annotations de l’éditeur dans sa traduction de Mas‘ūdī, (...)
  • 263 Le Lisān, s.v., rapporte deux hypothèses : les ḥinn seraient une espèce intermédiaire entre hommes (...)
  • 264 Je n’ai pas retrouvé les ḥamāmiṣ (ainsi orthographié dans le texte arabe, MAS (p), § 1204; ḥamāmiṣ (...)

66Dans la voie ouverte par l’encyclopédisme d’un Ğāḥiẓ262, voici donc, préservé sinon réellement connu, le monde des génies, goules et autres monstres. Le vocabulaire est à la mesure du champ ouvert, et les mots s’accumulent. Ils désignent, d’abord, des compétences territoriales : du génie originel, Dieu tira toute une descendance, qu’il affecta aux divers éléments : les iblīs aux mers, les mārid aux îles, les ġūl aux déserts, les si‘lāt aux montagnes et les waswās aux airs. D’autres monstres se désignent par la forme : les mêmes waswās sont, aussi, des sortes de serpents ailés, tandis que les quṭrub rappellent des chattes, et les šiqq des hommes, mais par une moitié de leur corps seulement. Parfois, c’est la fonction ou le comportement qui nous sont indiqués : le šiqq opère au sabre, tandis que d’autres génies s’en prennent à l’homme seul, « parmi des rochers ou des ruines », le saisissent par la main, « le forcent à danser jusqu’à ce qu’il tombe, étourdi, et sucent son sang ». Ailleurs, c’est de hiérarchie qu’il s’agira : aux djinns, « d’une nature supérieure et plus puissante », on opposera les ḥinn, « plus humbles et plus faibles »263. Enfin, on se contentera parfois de lâcher un simple nom, comme pour les satans (šayṭān), les ḥamāmīṣ, ou encore les dawāsiq, peut-être les duwāl-bāy, mot iranien, pour le coup, renvoyant à une espèce de génie qui saute sur les épaules de l’homme et l’étrangle entre ses jambes, comme cela faillit arriver à Sindbād le Marin264.

67Mais le rêve n’est pas toujours si noir. L’amour y trouve aussi sa place. La goule (ġūl) est, par excellence, l’être qui se métamorphose en femme et s’unit aux hommes, loin des regards indiscrets, et la nuit surtout. D’une forme hideuse, née peut-être, selon les Hindous, d’une invisible opération des étoiles à leur lever, la goule transformée, même avec ses deux pieds d’âne et ses longues paupières, inspire les passions les plus vives. De toutes ces histoires d’unions avec des femmes venues d’ailleurs, celle-ci est peut-être la plus troublante : un homme eut avec une si‘lāt toute une vie de bonheur terrestre et familial, mais un beau soir, l’épouse voit à l’horizon les feux de ses compagnes. Leurs voix plaintives l’appellent, elle n’y peut résister. « Je laisse à tes soins la maison et les enfants », dit-elle à son mari, et elle s’envole pour toujours.

  • 265 Référ. supra, p. 361, n. 2.

68Avec le ‘udār265, toute l’atmosphère change, pour la fureur, l’abjection et la mort. Rien qu’à la voix, lorsqu’il apparaît en tel canton de l’Arabie ou de la plus haute Égypte, on tombe sans connaissance. Mésaventure que l’on ne peut éviter que par une grande force d’âme, mais qui, à tout prendre, se révèle bénigne si on la compare à l’autre ; on risque, en effet, d’être sodomisé par le monstre, qu’on soit homme ou femme, et blessé par son sexe plus dur qu’une corne, pire : la plaie causée s’infecte de vers, se fendille, et la mort survient.

  • 266 MAS (p), § 1192-1194. Croyances présentées avec un scepticisme latent, confirmé, même, par une tra (...)
  • 267 MAS (p), § 1193 (contestation, par le Prophète, de l’existence du hām et du ṣafar; cf. aussi la tr (...)

69Jusqu’ici, le monstre se tient, morphologiquement ou socialement, aux marges de l’humain, comme si cette approche même était nécessaire pour mieux faire toucher du doigt ce qui l’éloigne de notre nature. Mais il est des êtres à qui l’on suppose une éminente proximité : le hām, oiseau qui serait la forme matérielle de l’âme du mort et qui, associé à un autre, le ṣadä, hanterait les sépultures, les solitudes aussi266 ; la faim, elle, se matérialiserait par le ṣafar, une petite bête, serpent ou ver, qui nous rongerait le ventre ou le diaphragme267. Ces monstres relèvent d’une espèce particulière. Personne ne les a jamais vus : s’il se trouve toujours quelqu’un, après tout, pour affirmer, de bonne foi ou non, avoir rencontré un djinn ou une goule en chair et en os, rien de tel pour le hām, le ṣadä et le ṣafar. C’est qu’il est question, pour une fois, de monstres intérieurs à nous-mêmes, et la forme naturelle que nous leur prêtons dit assez notre impuissance et notre répugnance à imaginer définitivement abolie la distance entre le monstre et nous. D’où le recours au ver, ce compagnon de notre vie mortelle, et, pour notre âme, à cet « oiseau qui déploie son vol dans le corps de l’homme » en attendant de s’en libérer.

  • 268 Cf. FAQ, 38 ; MAQ, III, 32 ; MAS (p), § 491, 1338-1345 (avec une autre interprétation : nisnās sig (...)

70Avec le nisnās268, le monstrueux reprend ses distances et, du même coup, tout sa liberté d’invention quant à ses formes mêmes. Relève-t-il de l’imaginaire pur ou d’une histoire révolue, pas si ancienne peut-être ? Le recours au passé, mort sans doute, mais qui fut réel, est une façon comme une autre de réserver à l’imagination ces droits dont nous parlions plus haut. On invoque le Yémen « de jadis » ou, plus récemment, le calife al-Mutawakkil, qui se fit livrer deux nisnās en sa capitale de Sāmarrā. D’autres fois, c’est à l’espace lointain qu’on demandera de prendre le monstre en charge, les pays d’Occident l’attribuant à ceux d’Orient, et réciproquement. Le nisnās, c’est un corps divisé par deux : on lui donne tantôt un seul œil et une moitié de tête, tantôt une main et un pied uniques, du même côté du corps ou fixés sur la poitrine. Ce serait, à lire nos textes, un herbivore, très endurant à la soif, sorte de gerboise tronquée, puisqu’il se déplace par bonds, et très vite. Mais une gerboise à face humaine, bisexuée peut-être, puisque ayant poil au menton et mamelles, douée de la parole, aussi, ce qui, du reste, cause sa perte : à se signaler ainsi aux hommes, à converser avec eux, les nisnās donnent aux chasseurs l’occasion de les approcher, de les tuer et de les manger.

  • 269 Cf. MAS (p), § 870, 1338, 1343 i.f., 1344, 1346-1348, et Ch. Pellat, dans EI (2), I, 524 (avec réf (...)
  • 270 Mas‘ūdī ne précise pas les pays, et c’est fort dommage. Sur le phénix proprement dit, cf. A. Papad (...)

71La ‘anqā’, ou ‘anqā’ muġrib269, est sans doute une forme arabe du phénix, représenté, précise Mas‘ūdī, un peu partout : aux murs des bains et autres édifices270, ainsi que sur les objets familiers, tapis notamment. La ‘anqā’ participe de l’histoire prophétique, depuis le jour où Dieu révéla à Moïse cette race d’oiseaux admirables, qui vécut dans l’univers des enfants d’Israël jusqu’à leur sortie du désert ; alors, les ‘anqā’ gagnèrent l’Arabie, où elles firent tant de ravages parmi les enfants des hommes que Dieu, écoutant leurs plaintes, raya l’espèce de la surface de la terre. La ‘anqā’, dont le nom même se référerait au mouvement le plus vif et le plus libre, avait un visage d’homme, huit ailes aux riches couleurs, deux mains avec des serres, et un bec d’aigle.

  • 271 MAS (p), § 644, et Bayhaqī, Maḥāsin, 105.

72Autre animal fabuleux de l’air, très rapide lui aussi et qui, nous dit-on, ne saurait mourir de mort naturelle : le sim‘, « de la taille d’une forte chèvre », croisement du loup et de l’hyène. Celui-là est célèbre pour avoir emporté au ciel la fille d’un roi turc, délivrée ensuite par un héros de la vieille histoire iranienne271. J’ai évoqué plus haut les génies ailés et, à propos des rapaces, ces monstres qu’ils s’en vont chercher très haut, hors de toute vue, pour en nourrir leurs petits. Le calife flārūn ar-Rašīd put ainsi voir, rapportée par un autour blanc, l’une de ces prises, animal « tenant à la fois du reptile et du poisson », avec « des plumes en forme de nageoires ». Un savant, consulté, assure « que l’air est peuplé de différentes classes d’êtres : ceux qui habitent les régions les plus rapprochées de nous sont des bêtes qui pondent et couvent dans l’air ; les petits sont ensuite entraînés vers le haut par les couches épaisses de l’atmosphère, où ils trouvent à se nourrir jusqu’à ce qu’ils se développent sous la forme de serpents ou de poissons pourvus d’ailes sans plumes ». En Égypte ou ailleurs, on voit, paraît-il, « courir dans l’air, rapides comme l’éclair, des serpents blancs qui souvent se précipitent vers la terre sur des animaux qu’ils exterminent. Il n’est pas rare non plus d’entendre dans la nuit un bruit semblable au déploiement d’une étoffe neuve et qui provient du vol de ces serpents à travers les airs ; les gens simples et d’autres l’attribuent aux sorcières qui traversent l’espace avec des ailes de roseau ».

  • 272 FAQ, 207 (sur le dār ṣīnī, cannelle ou cinnamome, cf. infra, chap. vi). Le banğas est rapporté à « (...)

73Reste le feu, déjà présent, on l’a dit aussi, dans ces couches supérieures de l’air. Mais le feu pur a ses animaux à lui. Dans un ravin montagneux du ẖurāsān, il est un brasier continu d’où sortent des rats : sitôt qu’ils voient un homme, ils y retournent sans se brûler le moins du monde. Une autre version du phénix, le banğas, paraît venir de l’Orient. Celui-là se reproduit d’étrange façon : tous les cinq cents ans, il allume, en battant des ailes, des morceaux de bois de cannelle ; réduits en cendres, ils donnent vie à un ver qui grossit et se transforme peu à peu en oiseau. Mais la véritable bête du feu, la voici : rouge, blanche, verte et bleue, elle passe dans le feu, sans se brûler, peut rester, par ailleurs, des jours entiers à se nourrir seulement de terre, ne boit pas d’eau tant qu’elle couve ses œufs, laisse ses petits se nourrir des mouches et moustiques voltigeant à l’entour, et n’entreprend de les embecquer qu’à partir du moment où leurs plumes ont poussé : ainsi se présente le samandar, salamandre ou phénix272.

Sous l’eau, une autre vie

  • 273 Chap. III, p. 251 sq.
  • 274 Cf. Sauvaget, dans Rel, § 1, n. 2, et § 19, n. 2.
  • 275 MUQ, 397, cité supra, p. 345.
  • 276 FAQ, 259, cité supra, p. 321 (et n. 1).
  • 277 MUQ, 205, 209. Pour le chiffre de sept années, cf. ibid., 193 et 202 (trad. A. Miquel, « L’Égypte (...)

74J’ai dit plus haut273 que la mer et, plus généralement, l’eau abritaient une vie particulière, qui faisait d’elles un monde à part. Le lexique reflète cette vision : la bête, ici, est désignée d’un nom particulier, samak, non pas seulement le poisson, mais tout animal aquatique274. Sous la surface des eaux règnent des forces et des formes étranges, cachées, auxquelles on prête d’obscurs mais réels pouvoirs. Associé au serpent, le poisson fait jaillir, puis disparaître tout aussi mystérieusement, la source printanière275. Son effigie et celle du taureau, taillées dans une glace qui défie les variations du climat, écartent, en tel canton d’Iran, le spectre de la sécheresse276. Et puis, il y a ces effets directs sur nous-mêmes, sur notre corps. Le poisson est sans doute une de nos nourritures : les Égyptiens en mangent même la tête, dont ils raffolent ; mais cette consommation excessive cause une gale qui dure sept ans : aussi longtemps, on le voit, qu’une catastrophe de type classique, comme la disette277.

  • 278 ḤAW, 74.
  • 279 Sur ce crabe, cf. infra, p. 369, n. 2.
  • 280 FAQ, 295 ; sur le ptc. mustarāṯ, cf. ibid., xxvii. L’exception, l’eau sans poisson ni autre vie (m (...)
  • 281 RST, 82.

75La vie et la mort. On sait les poissons doués d’une endurance peu commune, puisqu’ils peuvent franchir des distances considérables : nous parlerons plus loin des migrations de certains d’entre eux. Tantôt, on dirait que le monde des eaux s’organise pour être animé sans relâche : ainsi de ce fleuve « merveilleux » de la Tunisie du Nord où, nous dit Ibn Ḥawqal, chaque nouvelle lune voit une espèce prendre le relais de la précédente278. Tantôt, on relève ce phénomène, plus impressionnant encore, peut-être : le silence de la vie cachée, puis son déploiement, son explosion, tout d’un coup, et, presque aussitôt, son retour au secret. Le frai, car c’est évidemment de lui qu’il s’agit, prend ici des couleurs de légende. Dans le lac de Van, en Arménie, dix mois durant, on ne voit pas l’ombre d’un poisson, d’un crabe279 ou d’une grenouille ; puis tous se montrent, pendant deux mois, évoluant si lentement qu’on les capture à la main280. II est, aussi, un endroit du Nil où les poissons s’assemblent de la même manière, à une époque, que dis-je ? à un jour, et un jour seulement, de l’année, en si grand nombre qu’ils se laissent prendre, ici encore, à la main et visiblement de fort bonne grâce, jusqu’à mille et plus pour un seul pêcheur. Mais passé le coucher du soleil, aucune pêche possible jusqu’à l’année qui suit281.

  • 282 Référ. supra, chap. iii, p. 252, n. 1. La « loi des poissons » est connue aussi de l’Inde.
  • 283 Rel, § 2 ; ẖUR, 61 ; Merv, 199.
  • 284 FAQ, 121 ; ḤAW, 84, 219, 346, 417 ; MUQ, 118, 119, 131 (n. p de 130), 145, 161,195, 285, 286, 329, (...)
  • 285 MUQ, 119, 286 (ma‘din : lieu par excellence d’un produit, et mine).
  • 286 ḤAW, 328 ; MUQ, 202, 484.
  • 287 MUQ, 201, 426 (Hinduwān, au Fārs ; le texte, peu clair, peut donner à croire aussi qu’il s’agit de (...)
  • 288 RST, 94 ; ḤAW, 300, 346 ; MUQ, 325, 442, 446 ; Ḥud, 55.
  • 289 ḤAW, 138 i.f.-139.

76Il faut bien que la vie s’exaspère si elle veut triompher de sa rivale. La loi de la jungle, on l’a dit, règne aussi sous les eaux, plus féroce encore ; les poissons se dévorent les uns les autres, d’espèce à espèce, de père à progéniture282, tant et si bien que tout animal de bonne taille est obligatoirement une sorte de poupée russe : ouvrez-lui le ventre, vous aurez chance d’y trouver une proie plus petite, qui, elle-même, en aura avalé une autre, et ainsi de suite283. Ajoutons, à cette fureur interne de la vie sous les eaux, les attaques de l’homme. L’abondance du poisson pêché est la marque des grands fleuves, le Tigre notamment, qui aligne vingt-quatre espèces dont Muqaddasī donne les noms, mais aussi des rivières anonymes, des régions, des lacs comme ceux du Fārs, de Van, du Siğistān ou de Tibériade284 ; de-ci de-là, on pourra même parler de « mine à poisson »285. Certains pays, nous précise-t-on, ont le poisson pour nourriture de base, ainsi l’Égypte ou les grands paysages amphibies de la basse vallée de l’Indus, qui associent le poisson à la sauvagine286. Ailleurs, on invoque le marché, les prix, quand ils sont particulièrement avantageux287, et, plus généralement, le commerce : poisson frais ou salé, exporté des lacs du Fārs vers la grande ville de Šīrāz, ou des lagunes du bas Irak vers al-Baṣra, mais aussi colle et dents venus, par le ẖuwārizm, des pays bulgares288. Bref, un poste non négligeable de la vie économique du temps : c’est si vrai que, parfois, comme pour tel lac d’Égypte, la pêche est affermée à l’État289.

  • 290 IṢṬ, 93 ; ḤAW, 300, 328 ; MUQ, 370, 443.
  • 291 RĀZ, 103.
  • 292 Ce poisson est donc un poisson d’eau douce, mais capable de s’adapter, à l’époque du frai, aux eau (...)
  • 293 IṢṬ, 109 ; ḤAW, 338 (le qušūba étant qualifié a contrario comme différent, par son aspect, du darā (...)
  • 294 MUQ, 128, 131 (n. p de 130), 162; BGA, IV, 194; Ghaleb, Dictionnaire, I, 170 (barbeau) ; W. E. Cru (...)
  • 295 FAQ, 192 ; MUQ, 128, 131 (n. p de 130). Traduction conjecturale ; si bunnī renvoie à un poisson du (...)
  • 296 FAQ, 121, 192. Dozy, Supplément, I, 721, donne, outre celui d’alose, les sens de : Uranoscopus sca (...)
  • 297 Sur les moeurs et la distribution géographique de l’alose, cf. Dictionnaire universel d’histoire n (...)
  • 298 MUQ, 131 (n. p de 130), la liste (de 24 noms) comprenant aussi le bunnī et le šīm, déjà cités ; on (...)
  • 299 Tous relevant, on le voit, de la catégorie unique du samak, comme on l’a dit plus haut.

77Cette faune grouillante, inépuisable, et qui fait si souvent le bonheur des hommes, nous apparaît ici sous quatre formes. Tout en bas, le commun, dirions-nous, de la gent aquatique, livré tel quel, sans plus de précision, et cantonné à sa fonction même de produit, nourricier ou d’exportation. Au-dessus, des poissons, anonymes toujours, mais précisés sous un trait quelconque : ainsi, dans les régions qui bordent la Caspienne, un poisson qui abîme les dents, ou d’autres, énormes ceux-là, dans les lagunes de l’Indus inférieur, et cet autre encore, au Fārs, sans aucune arête, et dont la chair serait des plus douces290. Viennent ensuite les espèces nommées : la truite (ṭuruẖta), signalée, à propos de l’Èbre, comme un poisson de grande taille, à une seule arête291 ; le darek (ṭirrīẖ) des rivières d’Arménie et du lac de Van : c’est un poisson long d’un empan, que l’on sale et exporte292 ; le darāqin, dont la chair rebute, tant elle est grasse, et le qušūba, excellent, tous deux peuplant le Kurr et l’Araxes293 ; la faune du Tigre, surtout, avec, pour la région de Wāsiṭ, la carpe (bunnī), dont on repeupla les eaux du lac de Houlé, en Syrie-Palestine294, et le barbeau (šīm)295, auxquels il faut ajouter, pour la région d’al-Basra, l’alose (šabbūṭ), signalée au passage par Ibn al-Faqih296, mais qui est, plus précisément, un poisson de mer revenant frayer en eau douce297, et vingt-deux autres espèces dont Muqaddasī donne la liste298 : impossible, à la vérité, de toujours découvrir ce qui se cache derrière ces noms, de graphie parfois incertaine ; du moins savons-nous au total que le Tigre est très riche et que son cours inférieur réunit les poissons d’eau douce, ceux de la mer, les anguilles et même les crustacés299.

  • 300 FAQ, 296-297 ; IṢṬ, 109 ; ḤAW, 338 ; BGA, IV, 259-260.

78Enfin, tout en haut de la hiérarchie, deux espèces qui ont les honneurs d’une vraie rubrique. L’esturgeon (surmāhī, šurmāhī) est un mets de choix. Silence sur le caviar : on ne nous parle ici que de la chair du poisson. On l’exporte, vers l’Iran et l’Irak, on l’offre en cadeau, même, tant sa chair est grasse, tendre, et fleure bon. Il habite les fleuves du Nord, Kurr et Araxes, Ibn al-Faqīh en faisant une exclusivité de ce dernier. Le même auteur précise que l’esturgeon n’apparaît qu’à époque fixe et le compare à « divers poissons de mer et migrateurs », mais sans préciser clairement, toutefois, qu’il vit, en effet, dans la Caspienne et ne remonte les fleuves qu’à l’époque du frai. Pour nos auteurs, pas de doute : l’esturgeon est un poisson d’eau douce300.

  • 301 Malapterurus electricus, malaptérure du Nil (ou du Niger), electric catfish, futrat an-Nīl (Ghaleb (...)
  • 302 Cf. supra, chap. I, p. 106-107.

79Plus célèbre encore, car il entre dans la liste des merveilles de l’Égypte et plus précisément du Nil : le silure électrique (ra‘‘āda)301. Mort, ce gros poisson, long d’une coudée, perd sa propriété de commotionner violemment la main qui le touche. La décharge est si puissante que, si l’on s’entête sur la prise, le bras est gagné et le cœur s’affole, même si on tient l’animal au bout de l’hameçon, ou dans le filet, celui-ci serait-il amené avec une gaule. Ibn al-Faqïh rattache le phénomène à celui, plus général, du magnétisme302, et Mas‘ūdī, emboîtant le pas à Galien, y voit la possibilité de toute une thérapeutique : rien de tel, pour venir à bout d’une blessure ou d’une violente migraine, que d’appliquer un de ces poissons, vivant, sur la tête du malade.

80Une fois de plus, il faut convenir du caractère éparpillé et fragmentaire de la notation : rien ici qui nous permette de dresser une carte des espèces aquatiques. Les poissons n’apparaissent que dans leur relation à l’homme, soit pour le nourrir, en suffisance, à satiété ou en lui offrant un mets d’exception, soit pour l’enrichir, par le commerce, enfin pour éveiller sa curiosité et, au delà, susciter sa réflexion sur les énigmes et merveilles de ce monde. Je soupçonne fort, à ce propos, Muqaddasī lui-même de n’avoir pas donné sa liste des poissons du Tigre dans le seul but d’informer, comme cela, mais, plus encore, pour ajouter à une autre liste, celle des prestiges du fleuve, issu du paradis, du fleuve de Bagdad et de l’eau douce par excellence : un peu comme si toutes ces vertus ne pouvaient faire moins que de se traduire, sous la surface, par une exubérance de la vie. Résumons : pas de poisson, dans la rivière ou le lac, autrement que capturé, consommé, exporté ou admiré, bref, tiré par l’homme à mi-chemin, entre les mystères sauvages des eaux et les terres tranquilles de la domestication.

Au bord de l’eau : le crocodile

  • 303 FAQ, 295, avec le trait signalé supra, p. 365 i.f. H. Massé et Ch. Pellat traduisent saraṭān par « (...)
  • 304 FAQ, 260. J’ignore à quel fait, exact ou déformé par la légende, peut renvoyer le texte.
  • 305 FAQ, 63 (fī n-Nīl, formule employée, à propos de l’Égypte, pour l’hippopotame et le rhinocéros).
  • 306 Cf. Géographie II, 93, 178-180 et index.
  • 307 Fleuve de l’Inde, mais de l’Inde musulmane (province du Sind).
  • 308 Je n’ai traité, pour l’étranger, que des caractéristiques locales de l’espèce : cf. Géographie II, (...)

81Les poissons accaparent le monde aquatique : les grenouilles, le crabe d’eau douce sont à peine mentionnés, l’un et l’autre pour le lac de Van303, et le second, également, pour une rivière de l’Iran, sur les bords de laquelle il apporte et dépose une argile noire comme poix, excellente pour sceller les documents304. Mais il est des animaux qui, sans appartenir exclusivement à l’eau, vivent auprès d’elle, et même en elle une bonne partie de leur temps. Ce sont trois seigneurs de la littérature de l’adab : le crocodile, l’hippopotame et le rhinocéros, celui-ci étant présenté, par Ibn al-Faqīh, comme un animal de l’Égypte et du Nil305. Des deux derniers, qui relèvent, pour l’essentiel, du monde étranger à l’Islam, j’ai traité ailleurs306. Quant au crocodile, je sais bien que l’Islam n’en détient pas non plus l’apanage. Mais il est si évidemment lié au thème des merveilles du Nil et de son homologue, l’Indus307, qu’il paraît difficile de ne pas le considérer comme un animal du monde musulman, à part entière308.

  • 309 ĞĀḤ (a), 192 ; ĞĀḤ (h), VII, 135, et citations faites par MAS (p), § 217 et 487.
  • 310 Référ. dans Géographie II, 93, n. 1. A noter que Ğāḥiẓ lui aussi, mais en passant, parle de « croc (...)
  • 311 MAS (p), § 218.

82Nos auteurs posent le problème à leur façon : d’un côté, Ğāḥiẓ, qui assure que l’animal ne se trouve qu’en ces deux fleuves-là, parfois même dans le Nil seul, et que, transporté dans le Tigre ou l’Euphrate, il mourrait309 ; de l’autre, tous ceux qui savent que le crocodile abonde dans les baies et estuaires de l’Asie méridionale310. L’accord, toutefois, est général sur deux points ; d’abord, il s’agit d’une bête de l’eau douce ; si elle se rencontre sur les rivages maritimes évoqués, c’est parce que, nous explique Mas‘ūdī, ils recueillent d’abondantes pluies, ajoutons : et l’apport des fleuves311 ; ensuite, l’animal est bien perçu comme profondément, prioritairement égyptien : c’est à l’Égypte que, d’instinct, on le rapporte, avec l’Égypte qu’on le décrit.

  • 312 La description qui suit est prise à FAQ, 61-63 ; RST, 80-81 ; MAS (p), § 248 ; MAS (t), 82 ; IṢṬ, (...)
  • 313 La croyance remonte à Hérodote : cf. Dictionnaire universel d’histoire naturelle, IV, 354 (avec de (...)
  • 314 IṢṬ, 40, la compare au cuir dont on entoure les poignées des épées.

83Le crocodile312, c’est quelque chose comme un varan ou un agame (ḥirḏūn), mais en plus gros, évidemment : ne dit-on pas que certains spécimens atteignent jusqu’à soixante coudées ? Le regard est d’abord attiré par la longue tête, qui représente le tiers ou même la moitié du corps, selon d’autres de la queue. Celle-ci, plate et très effilée, est utilisée comme une arme, redoutable : « un seul coup peut en être mortel ». La gueule de la bête, surtout, inspire la terreur : on souligne, d’abord, son étrangeté, puisque la mâchoire mobile serait ici la supérieure, à l’encontre de tout ce qui se passe dans le règne animal313. Mais l’attaque, du haut vers le bas, se renforce par la morphologie même de cette formidable cisaille : lorsque le crocodile mord, « ses dents pénètrent profondément et s’entrecroisent ; il ne lâche pas sa proie jusqu’à ce qu’il ait tranché avec ses dents ce dont il s’est emparé ». Ajoutez à cela une peau épaisse, qu’on dirait tannée314, sertie d’écailles de la tête à la queue, et qui défie le fer de n’importe quelle arme, sauf à la jointure interne des pattes. Pour tout dire, un bloc ; car cette enveloppe introuable est à l’image du corps, charpenté d’une seule pièce, avec un seul os qui court d’un bout à l’autre de l’animal, sans vertèbre aucune. Portée à ce point, la constitution, monolithique dirait-on, du monstre se retourne contre lui : renversé sur le dos, il ne peut plus se mouvoir.

84Cas extrême, on s’en doute. Le crocodile que l’on connaît d’ordinaire, c’est l’animal perpétuellement aux aguets, agressif, terriblement fort et endurant. De ses redoutables mâchoires, il agrippe l’imprudent qui ne se tient pas à distance respectueuse sur la rive : homme, chameau, lion, bref tout être vivant, bon à prendre et à traîner sous les eaux. Le buffle seul, à condition qu’il soit de grande taille, échappe parfois à l’attaque mortelle. Au reste l’appétit du crocodile le pousse-t-il hors de son domaine propre. La terreur marche avec lui sur la terre, où il peut rester un jour et une nuit durant, même si sa force ne s’y déploie pas avec cette efficacité qu’on lui connaît dans l’eau.

  • 315 Sur la réalité, cf. Dictionnaire universel d’histoire naturelle, IV, 360.
  • 316 Hérodote donne, à l’oiseau défini par ces propriétés, le nom de trochilus, une espèce de pluvier, (...)
  • 317 Cet oiseau est dit ressembler au ṭīṭawä (cf. note précédente).

85Les mœurs de l’animal suscitent d’autres étonnements. Qu’il sorte de l’œuf tel un gros lézard, pour l’aspect ou la taille, soit, mais est-il jamais adulte, puisqu’il croît pendant toute son existence ? Étrange bête en vérité : pour couvrir sa femelle, il sort avec elle de l’eau, la jette sur le dos et « s’unit à elle tout ainsi que l’homme à la femme »315. Avec moins d’égard, cependant, car il lui arrive d’oublier de la remettre sur ses quatre pattes et de la laisser là, proie offerte aux chasseurs. Un autre crocodile se révèle ainsi, humanisé jusque dans sa distraction. Une faiblesse encore, digestive celle-là : « comme il n’a pas d’anus, ses aliments se convertissent en vers dans son estomac ; lorsque ceux-ci le tourmentent, il sort du fleuve et se renverse sur le dos, en tenant sa gueule béante ; la Providence lui envoie alors quelques oiseaux aquatiques, pluvians ou chevaliers316, qui, habitués à ce genre d’exercice, dévorent tous les gros vers qui ont pris naissance dans le corps de l’animal ». En retrait sur le fabuleux ainsi développé par Mas‘ūdī, Ibn al-Faqīh remet les choses au point : une fois n’est pas coutume, pour ce maître des merveilles. Il parle des morceaux de viande qui demeurent entre les dents du crocodile, et d’un oiseau « ami »317 qui vient à lui, puis, dans sa gueule ouverte, enlève cette viande avec son bec, procurant ainsi « nourriture à lui-même et soulagement au crocodile ».

  • 318 Cf. supra, chap. II, p. 187 i.f., à propos des parages de l’écluse de Saradūs.
  • 319 Souvenirs de l’Antiquité : cf. Hérodote, cité dans Dictionnaire universel d’histoire naturelle, IV (...)
  • 320 Cf. RST, 81 (trad., p. 89, n. 1) ; IṢṬ, 42 ; ḤAW, 160-161 ; Ḥud, 152.
  • 321 Cf. supra, p. 342.
  • 322 Belette pour Ibn al-Faqīh, animal semblable à elle pour Mas‘ūdī. Ch. Pellat (MAS (p), § 248, n. 1) (...)

86Après les alliés, les ennemis ou autres limites à l’action néfaste de l’animal. Dieu en a prévu, heureusement, et il en faut, un peu partout en cette Égypte où le crocodile n’a que trop tendance à proliférer318, où il vaut mieux se défaire de lui chaque fois qu’on le peut, plutôt que de l’apprivoiser, tant ce voisinage est dangereux319. J’ai évoqué certaines faiblesses de la bête ; en voici d’autres, qui lui viennent cette fois du dehors. Et d’abord, les talismans. Ici ou là, sur l’une des deux rives, le crocodile foisonne, mais en face, il se tient à l’écart et, vient-il à s’égarer dans les parages, au moment de la crue, il est immédiatement renversé sur le dos et les enfants s’attroupent autour de lui, jouant à le replonger dans l’eau d’où il a été chassé. Du Caire à dix milles en aval, il est ainsi paralysé et ne peut passer que les pattes en l’air320. Inoffensif, le crocodile l’est aussi, en tout lieu et toute circonstance, pour qui s’est enduit de graisse d’agame321. Utile, parfois : « si l’on prend, du côté droit de sa mâchoire, la première dent et qu’on la suspende à quiconque souffre de fièvre intermittente, celle-ci l’abandonne sur-le-champ ». Pourchassé, enfin, par un « ennemi mortel », si toutefois l’oiseau-ami n’a pas donné l’éveil au crocodile. Cet animal-là, belette ou apparenté, pourvu d’un grand nombre de pattes et de griffes322, guette l’instant propice. Quand le crocodile se livre à son plaisir favori, qui est de dormir sur la rive, ou que l’oiseau lui nettoie les dents, il profite de cette gueule béante. Après s’être baigné dans le fleuve, roulé dans le limon, puis secoué jusqu’à ce que ses poils se hérissent, il saute entre les mâchoires ouvertes et « fait ainsi périr le crocodile de mort violente, ou encore, poussant jusque dans l’intérieur du corps, il lui déchire les entrailles. En vain le crocodile se débat-il, heurtant le sol ou regagnant le fond des eaux : l’autre poursuit son travail de destruction, lacère l’abdomen et sort par l’ouverture ainsi faite, parfois après que le crocodile, fou de douleur, s’est volontairement donné la mort ».

87Rien ici, on le voit, qui perpétue un quelconque souvenir de l’Antiquité et de son animal divinisé, Sobek. Pourtant, les longs développements consacrés à ce crocodile aujourd’hui disparu d’Égypte attestent la place qu’il a tenue dans le paysage, dans la vie quotidienne et l’esprit des hommes. Réduit à n’être qu’une bête, il n’est pas pour autant une bête comme les autres. En un sens, c’est un des maîtres suprêmes ici-bas, puisqu’il aurait droit de vie et de mort sur toute créature ou presque, que tout ou presque lui serait bon à prendre et à manger, tandis que lui resterait hors d’atteinte, enfermé dans son bouclier compact de cuir et d’écailles. Mais en même temps, toutes ces forces se révèlent fragiles dès qu’on peut les retourner contre elles-mêmes. Cet animal de taille considérable, une petite bête en vient à bout. Cette gueule effroyable, qui dispense si sûrement la mort, est le lieu, aussi, par où la mort peut arriver au crocodile. Ce corps sans orifice intestinal ne peut vivre sans un serviteur, un ami, pour le débarrasser de ses déjections. Cette masse close, inaccessible aux attaques du dehors et du dessus, c’est de l’intérieur qu’elle sera détruite, ou de dessous, aux jointures des membres, à cette place infime qui ridiculise, de toute sa petitesse, l’énorme appareil, si bien conçu, qui la surmonte. Car cet animal qui frappe, par ses mâchoires, de haut en bas, qui tire ses victimes vers les abîmes de l’eau, n’est plus bon à rien pour peu que le mouvement se renverse au jeu des forces de la reproduction ou de celles, magiques, de l’eau en crue. Au total, le crocodile illustrerait, peut-être, une formulation ancienne d’un principe aujourd’hui reconnu : après tout, ces forces qui jouent pour ou contre lui, ces forces d’intensité, de champ et de direction différents, ne traduisent ni plus ni moins qu’un nécessaire équilibre biologique.

  • 323 Il figure comme tel dans la liste de ĞĀḤ (h), V, 545 ; sur ces aspects de la pensée de Ğāḥiẓ, voir (...)

88Reste, pourtant, que la terreur l’emporte. Que pèse l’homme face au crocodile, et pourquoi la création s’est-elle encombrée d’une aussi vilaine bête ? Ğāḥiẓ a déjà répondu. Si l’homme est plus faible que tant et tant d’animaux, du moins le sait-il, et cette vigilance à laquelle ils l’astreignent est déjà un exercice et une victoire de son intelligence, qui est à la fois sa meilleure arme et sa part imprescriptible, singulière. Mais il y a plus : forme du mal si l’homme ne le rapporte qu’à son intérêt propre, le crocodile est, avec d’autres bêtes dites malfaisantes323, l’occasion de dépasser les bornes et les catégories de notre pensée, de réfléchir sur les mystères de la création ; tant il est vrai que, s’il nous est impossible de pénétrer les secrets divins, il est sûr du moins que nous pouvons supposer un ordre à cela même que nous ne comprenons pas et, sur cet ordre, modeler notre intelligence. Comme toute autre chose ou être ici-bas, le crocodile a été fait pour l’homme. A l’homme, dirais-je familièrement, de faire avec.

La mer : un monde unique

  • 324 Sur l’histoire de ce commerce maritime, cf. Géographie II, 76-77.
  • 325 RST, 88 i.f.-89, cité supra, chap. iii, p. 241.

89Monde unique, c’est-à-dire, en même temps singulier et tout d’une pièce. Qu’elle relève de pays musulmans ou non, la mer est à part ; où que ce soit, elle se définit par elle-même, avec ses êtres et sa vie à elle, rien qu’à elle. C’est pourquoi nous disions, en entamant ce chapitre, que nous traiterions ici de toutes ses bêtes, vues sur les rivages de l’Islam ou ceux de l’étranger, et au grand large. Du reste, ce sont les mers d’Orient qui accaparent la vision et, sur ces mers, des marins musulmans vont et viennent jusqu’à la Chine324. Musulman ou non, c’est là leur domaine, même en ces merveilles dont ils rapportent les récits, une fois revenus au pays : « La mer », dit Ibn Rusteh, « sur laquelle on navigue d’al-Baṣra à la Chine est sans interruption, d’un seul tenant, d’une seule eau qui va baigner la Chine et l’Inde. »325

  • 326 Supra, chap. m, p. 251-252, 259-260 ; pour l’Occident, cf. J. Delumeau, La peur en Occident, xive-(...)
  • 327 FAQ, 47 ; le thème est couplé avec celui de l’attachement au pays natal : ibid., 47-49 et 237-238, (...)
  • 328 Coran, II, 159/164, XIV, 37/32 et passim.

90Monde unique, monde étrange, monde inquiétant : j’en ai déjà évoqué les terreurs326. Et pourtant, un monde dont Dieu a promis les richesses à l’homme, qui sait bien que l’aventure est une façon comme une autre d’exercer ses dons naturels, d’accroître sa fortune et son intelligence de la création, quoi qu’il en coûte d’être éloigné de sa patrie. « Qui meurt à l’étranger meurt en martyr », aurait dit le Prophète, et quelqu’un d’autre d’ajouter : « Chaque fois qu’un homme meurt en terre d’exil, les larmes de la terre et du ciel remplacent pour lui les pleureuses absentes. »327 Même si l’on ne voyage pas que par mer, elle est bien l’aventure suprême, que le Coran, déjà, résume et exalte par l’image du navire lâché sur les flots, à la conquête du profit328.

  • 329 Coran, V, 97/96 (ce « gibier » étant destiné aux voyageurs et aux autres).
  • 330 ḤAW, 71 (Sfax, avec filet spécial, zard : cf. BGA, IV, 253), 74 (Tunisie du Nord : poisson abondan (...)
  • 331 ḤAW, 381, 388 (hors des limites de l’Islam) ; Ḥud, 53, 134 ; et supra, chap. iii, p. 244.
  • 332 J. Berque, De l’Euphrate à l’Atlas, op. cit., I, 376. Ces espèces ne sont pas toujours identifiabl (...)
  • 333 FAQ, 9 i.f.-10, 296-297 (sur le thème évoqué de la connaissance, par les marins, de ces mers et de (...)

91Mais ne parlons pas encore des autres richesses, et considérons seulement cette nourriture que la mer offre à tous ceux qui se lancent sur elle ou se contentent de vivre dans son voisinage, ce « gibier »329 dispensé à profusion. Sur ce point particulier, celui de la pêche, la Méditerranée, grâce à la Tunisie et à l’Égypte, conteste la suprématie à l’Orient, représenté, avant tout, par la mer Rouge et les rivages de l’Arabie méridionale330. A part, la Caspienne, dont la richesse est signalée, surtout vers le sud331. L’Orient, de toute façon, revient en force, presque exclusif, dès que l’on quitte ces rubriques générales pour entrer dans le détail des espèces ; même si nombre d’entre elles ne lui appartiennent pas en propre, c’est sur ses mers à lui qu’on les a observées, ses marins à lui qui les ont décrites : les pêcheurs du Golfe en dénombrent, aujourd’hui encore, trois cent soixante332. On nous parle, pour les avoir suivis, des poissons migrateurs qui, depuis les rivages de l’Afrique orientale, s’en viennent hanter, à époque fixe, les eaux douces du Tigre inférieur, le ğ-rāf, l’ustūr et surtout le barastūğ, qui ajoute, à cette particularité, d’annoncer, par son apparition, la tempête aux marins333.

  • 334 MUQ, 101.
  • 335 MUQ, 368, à propos du Ṭabaristān (s’il s’agit bien d’un poisson de mer) ; mais il est peut-être qu (...)
  • 336 ḤAW, 156-157 (la référence à Ibn al-Faqīh, « auteur d’un ouvrage rempli de sottises et de stupidit (...)
  • 337 Litt. : les quadrupèdes.
  • 338 L’autre nom, qui apparaît chez MUQ, loc. cit. (šarb, var. sarb), peut être mis, de son côté, en ra (...)
  • 339 Merv, 272-273.

92Voici d’autres poissons, plus mystérieux : deux anonymes, dont l’un s’en prend aux yeux des pêcheurs de perles334, et l’autre, de la Caspienne, qui rappellerait un fruit de sycomore coupé en deux335. D’autres fois, le nom n’apparaît que pour soulever d’autres difficultés. Ainsi d’un beau poisson de la région d’Alexandrie336, la saupe, rayée ou tachetée, au goût délicieux, et qui passe pour donner les rêves érotiques les plus fous, sauf à qui fait du miel ou du vin son ordinaire, ou a bu force hydromel. Ibn Ḥawqal s’élève contre ces sornettes, vise, sans le nommer, Ibn al-Faqïh, ajoute que, ayant lui-même mangé de ce poisson, il n’a ressenti aucun des effets attendus, pas plus que tous les gens sérieux qu’il a pu consulter, et conclut : « Les hommes mentiront toujours tant que les bêtes337 ne parleront pas. » Il a raison, car on ne voit que trop bien comment le nom de « jolie fille » (‘arūs), donné à l’animal, a pu déclencher la fable338. A son terme, celle-ci fera d’un poisson inconnu, ramassé sur le rivage, le plus puissant des aphrodisiaques, « feu allumé dans les reins » et qui, en une seule fois, vous rendra, même devenu vieux, insupportable aux femmes, à force d’assiduités et de prouesses339.

  • 340 ḤAW, 139, 140 ; BGA, IV, 283 ; Dozy, Supplément, I, 856.
  • 341 ḤAW, 38, 328 ; BGA, IV, 374 ; pour notre époque (lendemain de la Première Guerre mondiale), cf. (a (...)
  • 342 Rel, § 10 et n. 4. Mauvaise réputation de l’animal confirmée par MUQ, 101 (n. n) ; sur le mot qirš (...)
  • 343 FAQ, 9 ; Merv, 211.
  • 344 Merv, 212 ; aujourd’hui, kan‘ad semble désigner le thon blanc ; cf. Ghaleb, Dictionnaire, II, 389.

93Tout n’est pas, heureusement, aussi mystérieux ni périlleux. Derrière le mot de ṣīr, qui désigne, en Égypte, la saumure et le petit poisson dont elle est faite, on devine peut-être l’anchois340. En Arabie du Sud, c’est la sardine (warq), de modeste taille, que l’on donne, séchée, comme nourriture aux chameaux et bêtes de somme341. Aucun doute non plus sur le luẖm (luẖam), « bête féroce qui engloutit les hommes » : c’est le requin342. Le poisson-scie (ẖarāṭīm) est décrit avec son museau proéminent, dentelé des deux côtés, qui lui sert, dit-on, à frapper et trancher en deux les autres poissons : arme redoutable, récupérée par les hommes, qui s’en servent comme d’un sabre, plus efficace que tous ceux qu’on pourrait fabriquer343. Scie ou épée, le glissement est facile ; l’espadon (kan‘ada) se profile mieux encore derrière cette évocation : « sautant de la mer, il heurta de la tête le ventre de l’homme [...] et retomba dans l’eau après l’avoir traversé de part en part »344.

  • 345 ẖUR, 61 ; Rel, § 3 (et n. 1 et 2, qui propose de lire ‘asqatūs), 19 (et n. 1) ; Merv, 214-215 ; MA (...)
  • 346 Sur ce genre de glissements et de contaminations, cf. Sauvaget, dans Rel, § 3, n. 1.
  • 347 ẖUR, 61 (pour le cuir, daraq, cf. Géographie II, 182, n. 3, et 318, n. 8) ; FAQ, 9 ; MUQ, 357 (et (...)
  • 348 Encore une fois samak au sens de toute bête vivant dans l’eau.
  • 349 Signalés aussi par Thesiger (cf. supra, p. 376, n. 8), p. 333 : il s’agit peut-être aussi, non pas (...)
  • 350 Merv, 214.
  • 351 FAQ, 9, en donnant sa description des phoques (avec un nom : aṭmar), leur prêtait déjà des organes (...)

94Les poissons volants attirent évidemment une bonne part de la curiosité des gens de mer. Le mīg, sauterelle d’eau ou dactyloptère tacheté, a pour ennemi le ‘anqatūs, qui le guette sous l’eau et le happe quand il retombe, mais ce dévoreur est sans doute lui aussi un poisson volant, si du moins son nom renvoie bien à exôkoitos, « celui qui sort de sa demeure », dont nous avons fait l’exocet345. Le mīg, quant à lui, présente une autre particularité : c’est d’avoir, sans doute grâce à ses gros yeux ronds, une face de hibou, d’autres disent : d’homme. Ce dernier trait ouvre une autre rubrique : celle des phoques et apparentés346. Ici encore, suivons la progression de la légende : Ibn Hurdāḏbeh, Ibn al-Faqīh et Muqaddasī347 nous parlent, pour les mers d’Orient et la Caspienne, de « poissons »348 dont la peau, charnue et graisseuse, fournit pour les boucliers un cuir réputé ; qui ressemblent, par la tête surtout, à des bœufs, des porcs, des chameaux ou des singes ; qui allaitent et mettent bas ; au total, plus ou moins bien décrits, des « veaux marins »349. Voici maintenant le merveilleux350 : « Il existe dans la mer d’Éthiopie une bête marine qui a un visage pareil à celui des hommes, et un corps avec des mains et des pieds. Les pêcheurs célibataires, les pauvres hères qui fréquentent les régions côtières inhabitées ou les îles, les récifs et les écueils où nul ne va, et y peinent tout au long de leur vie, quand ils trouvent une de ces bêtes ressemblant à des êtres humains, ont avec elle commerce charnel351 : ces rapports engendrent une race qui ressemble à l’homme, et vit indifféremment dans l’eau et dans l’air. »

  • 352 FAQ, 9 i.f., 62-63 ; ḤAW, 156 (sur l’attitude de celui-ci, cf. supra, p. 376, n. 3) : je mets au c (...)

95La familiarité des hommes, mais sous d’autres aspects, marque aussi le dauphin (duẖas, dulfīn) de Méditerranée et du lac égyptien de Tinnīs352, la vérité se situant entre Ibn Ḥawqal, qui refuse en bloc tout ce qui se raconte à ce sujet, précisant seulement que la bête rappelle, par sa forme, une outre enflée, et Ibn al-Faqïh : pour celui-ci, le dauphin vole au secours du naufragé, soit en le poussant, si fort parfois qu’il risque de noyer celui-là même qu’il voulait sauver, soit en le maintenant, par-dessous, à la surface, soit en offrant son dos auquel l’homme s’accroche, tiré par l’animal jusqu’à une eau peu profonde.

  • 353 Rel, § 1-2, 4 (n. 6) ; SÏR, 132-133 (avec graphie tāl; HUR, 61 ; YA‘Q, 366-367 ; MAS (p), § 247, (...)
  • 354 Cf. Sauvaget, dans Rel, § 1, n. 2, et F. E. Beddard, A book of whales, Londres, 1900, p. 159 ; à n (...)
  • 355 Cf. Géographie II, pl. I.
  • 356 C’est, en réalité, l’expiration, BOUS forte pression, de l’air des poumons, qui se condense, par t (...)

96Voici maintenant le plus célèbre des habitants de la mer, la baleine (bāl, vāl, wāl, uwāl, ablīna)353, plus exactement, pour ce qui touche aux mers d’Orient, le baleinoptère (Balaenoptera indica), de la famille des rorquals354. Animal énorme, monstrueux : on lui prête une longueur moyenne de cent coudées, mais certains spécimens atteindraient jusqu’à cinq cents. Plus que les chiffres, toutefois, les images : la masse flottante, parfois prise pour une île où les marins jettent l’ancre355 ; l’aileron dorsal, qui fait croire à une voile sur la mer ; la colonne d’eau soufflée par la bête et qui s’élève, tel un minaret, jusqu’à une portée de flèche356 ; la tête démesurée, la gueule béante qui engloutit les poissons en les aspirant comme au fond d’un puits ; et pour clore le tout, le géant mort, échoué sur la plage, dont l’orbite peut laisser place à un homme debout et les mâchoires ouvertes à un cavalier, lequel peut parcourir la bête d’un bout à l’autre sans descendre de monture.

97La vivacité forme contraste avec la taille. Prise par l’ardeur de la chasse, la baleine peut s’échouer sur le rivage. Mais elle aime aussi, avec la même passion, se divertir : ainsi la voit-on jouer de la queue et de l’aileron, plus souvent faire la course avec un navire, soit que, instruite par l’expérience, elle en attende quelque aubaine jetée pardessus bord, soit que, trompée par cet être inconnu et d’un nouveau genre, moitié aérien et moitié aquatique, elle rivalise avec lui pour le simple plaisir, quitte à foncer sur lui de toute sa masse si elle doit s’avouer vaincue. Le choc de la baleine, distraite ou furieuse, est la terreur des matelots : on assure que des embarcations entières ont été englouties, d’autres brisées d’un seul coup de queue par le monstre. Contre lui, une seule ressource : l’effrayer par le bruit, en frappant tambours, simandres, ou, faute de mieux, bois contre bois.

  • 357 Cf. Sauvaget, dans Rel, § 2, n. 1.

98Mammifère ? Poisson ? Mâle et femelle, ici, portent des œufs, la différence étant que ceux du premier restent infertiles, tandis qu’aux entrailles de la seconde, la vie se développera pour donner des baleineaux. Il semble, en tout cas, que c’est la présence de petits trouvés dans le ventre des mères mortes qui a développé le thème, évoqué plus haut, des poissons emboîtés les uns dans les autres357. Mais peut-être n’a-t-on voulu ainsi que donner une forme frappante à la voracité, supposée effrayante, de cet animal qui, de sa queue, ramène à lui des troupes entières de poissons avant de les engloutir.

  • 358 Je les ai déjà rassemblées, à propos de l’Europe du Nord, dans Géographie II, 348.
  • 359 Cette notation tranche avec ce qu’on a dit plus haut, à propos des moyens utilisés pour éloigner l (...)

99On l’a dit à propos du crocodile : tout animal, ici-bas, trouve son maître. Dévastatrice, hargneuse, la baleine, elle non plus, n’est pas libre jusqu’au bout, et elle a ses ennemis. L’homme, d’abord : Ibrāhīm b. Ya‘qub nous a laissé, pour l’Irlande, quelques notations fort précieuses358. Né en septembre, le baleineau est chassé d’octobre à janvier. On l’attire par des cris359 ; une fois qu’il s’est approché, pour jouer et se faire caresser, on lui enfonce, au milieu de la tête, par un grand coup de masse, un harpon muni de crochets de fer. La bête fuit, déroule le cordage fixé au harpon, se débat et finit par mourir. Il ne reste plus qu’à la haler, après avoir pris la précaution d’éloigner la mère en répandant sur l’eau de l’ail pilé, dont l’odeur lui répugne.

  • 360 La graphie a pu ici favoriser les confusions et rassembler des cétacés différents sous une forme u (...)

100Renseignements précieux, disais-je, et rares : nous n’en avons aucun de ce genre, à cette époque et dans nos textes, pour les mers d’Orient. C’est l’animal utilisable, utilisé, qui intéresse nos auteurs. Plus que sa chair, qui, salée, constitue ailleurs, chez les Irlandais, la nourriture de base, l’Orient recherche les os et la graisse de l’animal. Les premiers sont utilisés à la confection de sièges, de charpentes de toitures, voire, en un cas, d’un ponceau pour jardin d’agrément. La graisse, celle des yeux notamment, est fort prisée, chère et abondante : cinq cents jarres recueillies pour un seul spécimen. Après avoir découpé la bête en morceaux, on les jette dans une fosse où la chaleur du soleil les liquéfie. La graisse, récoltée dans de grandes cuillers, est vendue aux patrons de navires, qui l’utilisent à boucher les interstices des bordages et les trous percés sur les planches, pour le passage des câbles qui les assujettissent l’une à l’autre. Plus précieux encore : l’ambre, blanc, gris ou bleu, rejeté sur les rivages d’Arabie du Sud et d’Afrique orientale, et dans lequel nos auteurs verraient, non pas une excrétion de la baleine — il faudrait dire ici : du cachalot360 — mais une matière crachée du fond des eaux par la mer en furie, sous forme de morceaux brûlants, parfois aussi gros qu’un bœuf, et avalée par l’animal, qui en meurt. La masse inerte, flottant à la surface, donne le signal : on la tire au rivage et on la dépèce pour en extraire l’ambre, le plus pur étant celui qui a séjourné, le plus longtemps possible, au plus près de la région dorsale, tandis que celui des entrailles, moins recherché, exhale, lui, une odeur franchement désagréable.

  • 361 Sur les parasites de la baleine, cf. Norman et Fraser, ibid., 280, 309.
  • 362 Sur l’orque, de distribution mondiale, et son attaque, cf. ibid., 358-361.
  • 363 Cf. Rel, § 2, n. 3.

101L’homme n’est pas le seul ennemi de la baleine. Dans l’eau elle-même, d’autres dangers la guettent. Dieu sait pourtant qu’elle a la peau épaisse, de surcroît encroûtée d’herbes, de terre et de coquillages, qui lui font une carapace semblable à la pierre de meule et plus dure que fer361. Est-ce à cette protection qu’elle doit d’être accompagnée Bans dommage, sur ses quatre côtés, par des foules de poissons ? Il en est un, pourtant, qui vient à bout de l’énorme bête. Ce poisson-là, le lašk, à peine long d’une coudée, est préposé par Dieu à réparer les extravagances et les ravages de la baleine, quand ils passent par trop la mesure. Attaché à « la racine des oreilles », il ne lâche plus sa proie avant de l’avoir mise à mort, à moins que ce ne soit la baleine elle-même qui, folle de douleur, aille se précipiter, pour se tuer, sur le fond de la mer. Aucun doute : la grosse bête redoute la petite, à tel point que, si le lašk reste auprès des navires, elle préfère, pour le coup, se tenir loin de ceux-ci. Pour cet ennemi, on songerait, sauf la réserve de la taille, à l’orque, dont l’attaque, aux lèvres, à la langue et à la tête, rappellerait assez bien celle dont il est question ici362. Mais l’Arabie du Sud connaît et décrit par ces mœurs un petit poisson, le scare (sīğān), qui n’avait pas échappé à l’érudition vigilante de Sauvaget363.

Encore la mer : du crabe à la perle

  • 364 Pour la baleine, cf. Rel, § 1 ; pour le phoque, HUR, 61, FAQ, 9, MUQ, 368.
  • 365 Cf. Rel, § 19 (et n. 2-3) ; YA‘Q, 338 (rectifier trad. Wiet, p. 196 : écrevisses) ; FAQ, 70 ; RST, (...)
  • 366 RST, 117-118, parle de scorpions.

102Poissons, phoques ou cétacés : un même mot, celui de samak, on l’a dit, désigne les bêtes de l’eau364. Il n’est pas jusqu’au crabe (saraṭān) qui ne soit nommé sous ce terme365, bien que son étrangeté tranche sur tout ce qui l’entoure. Ici, il sort de l’eau pour boire la sève des cocotiers, puis s’en retourne à la mer. Là, énorme, long d’un empan ou même d’une coudée, il se transforme, hors de son élément, en une pierre utilisée comme collyre. Ailleurs, réellement monstrueux, il pointe ses deux pinces au-dessus des flots, tels deux écueils entre lesquels passe un navire, ou encore, tire sans effort celui-ci, en jouant avec son ancre. Tantôt enfin, il devient, tout de verre, de cuivre ou de marbre, l’animal sur lequel reposent le phare et les obélisques d’Alexandrie366.

  • 367 Cf. supra, p. 370.
  • 368 MAS (p), § 216, cité dans Géographie II, 180.
  • 369 Rel, § 34 ; ẖUR, 61 (qui, dans une liste de bêtes marines toutes désignées par le mot de samak, fa (...)
  • 370 Cf. Géographie II, 594, index.

103Quelques animaux, en revanche, semblent échapper à la catégorie du samak, pour la simple raison qu’ils ressemblent à ceux qu’on peut voir sur terre : ainsi du crocodile des rivages de l’Inde367, du varan sur les côtes de l’Afrique orientale368, de la tortue. Celle-ci369 est connue par son écaille, un des postes importants du commerce avec l’étranger370, et qui serait la peau du dos de l’animal. Il s’agit d’une bête parfois énorme, puisqu’on nous parle de vingt coudées pour la circonférence de l’écaille, de mille œufs pour une seule ponte. Ibn al-Faqāh fait de la tortue un animal vivipare, tandis que l’auteur anonyme des Merveilles de l’Inde, tout en affichant son scepticisme, ne résiste pas au plaisir de raconter. La chair du mâle rendrait héméralope ; d’où, en certains pays où l’on en consomme trop, une bonne affaire pour les mauvais plaisants : comme chaque maison est munie d’une corde qui descend jusqu’à la mer proche et dont on s’aide, dès que la nuit tombe, pour être sûr de bien rentrer chez soi, on s’amuse à changer les cordes de place, de façon à brouiller, au propre et au figuré, les ménages. Et ceci encore : comme la baleine, la tortue est prise pour une île, lorsqu’elle vient flotter à sa surface pour s’accoupler ou se remettre, ivre et hébétée, de son long séjour dans les abîmes de la mer.

  • 371 MUQ, 205-206.
  • 372 Rel, § 5 (et n. 8).
  • 373 MUQ, 240 i.f. ; BGA, IV, 176 ; ĞĀḤ (t), 158 ; Ibn al-Bayṭār, Ğāmi‘ al-mufra-dāt, trad. L. Leclerc  (...)

104Pour les coquillages, un fait à relever : le dégoût qu’inspire à Muqaddasī l’idée qu’on en puisse manger la chair, et notamment, en Égypte, cette telline qui ne ressemble ni plus ni moins qu’à de la morve371. Plus nobles, la conque (šank), utilisée à Ceylan pour les sonneries officielles372, et la pinne, ou jambonneau (abū qalamūn)373, dont les filaments fournissent une étoffe aussi chatoyante que cet hypokalamon qui lui a donné son nom. Muqaddasī explique, à propos du Maġrib, que « cette bête se frotte aux pierres du rivage, si bien que son poil tombe, aussi doux que la soie, aussi parfaitement doré que l’or, et fort rare ; on l’assemble pour en tisser des vêtements diaprés, dont les reflets varient au cours d’une même journée ; les autorités en interdisent l’exportation, du moins pour ce qu’on ne leur cache pas ; un vêtement peut aller jusqu’à dix mille dinars ».

  • 374 ĞĀḤ (t), 155-156, 160; ĞĀḤ (a), 202; Rel, § 5, 34 ; SÏR, 134-137; RST, 87 ; MAS (p), § 359-360 ; M (...)
  • 375 Cf. supra, chap. III, p. 242 i.f. Pour l’utilisation de la perle dans les pays étrangers, cf. Géog (...)
  • 376 SÏR, 136 ; MAS (p), § 359.

105Si précieux soit-il, l’abū qalamūn le cède pourtant, en gloire et en fréquence, à la perle374, qui est aux mers d’Orient ce que le corail est à la Méditerranée375. L’huître perlière (maḥār, balbal) enferme, en sa coquille de nacre, un « animal » fait de chair et de graisse, morceau de viande rouge semblable à celle de notre langue à sa racine, et sans os, ni nerf, ni veine. Né aussi petit qu’une graine, cet animal a commencé par voleter à la surface des flots, puis s’est développé et alourdi, a gagné le fond de la mer. Mais qu’est-ce que la perle elle-même ? Dieu seul, en vérité, le sait, et l’on ne peut que proposer deux hypothèses : ou bien l’huître vient à la surface de la mer et y bâille pour recevoir les gouttes de pluie qu’elle transformera en une perle, ou bien celle-ci naît du coquillage lui-même, elle en est la plante, d’autres semblent dire : l’enfant. Voyez la fable du renard et de l’huître ; si tous deux meurent, le museau de l’un impitoyablement coincé entre les valves de l’autre, c’est parce que l’huître défend sa perle « aussi jalousement qu’une mère le fait de son petit »376.

  • 377 « On lui fend », dit MAS (p), § 360, a le fond de l’oreille pour laisser passage à la respiration  (...)

106La pêche se fait d’avril à septembre, mais, pour chaque homme, la campagne n’excède pas deux mois. Le plongeur ne se nourrit que de poisson et de dattes, la viande étant proscrite. Il a les tympans percés, le nez pris dans une pince d’écaille ou de corne, jamais de bois, les membres inférieurs enduits de noir, pour faire fuir les monstres qui risqueraient de l’engloutir377, les oreilles bourrées de coton imprégné d’huile, dont « il exprime une faible partie lorsqu’il est au fond, ce qui l’éclaire suffisamment ». Sous l’eau, les plongeurs poussent des sortes d’aboiements, pour se faire entendre les uns des autres.

  • 378 Nom d’unité de marğān, qui, en Méditerranée, désigne le corail.

107Les trouvailles sont classées d’après l’origine, la forme, le poids, la couleur et même le goût. Une perle qui « a le ver » est chaude, alors que, saine, elle est douce au toucher et à la succion. Cette dernière est surtout d’Oman, la mer Rouge produisant plutôt des perles salées. Toutes s’enfoncent dans l’eau, se distinguant ainsi des perles artificielles, qui flottent et sont amères, avec un goût de graisse. La « charnelle et substantielle » a une forme régulière, lisse et douce, tandis que la « nacrée osseuse » est rugueuse et inégale, l’Oman détenant, dirait-on, le record pour la rondeur, la clarté, la régularité. La petite perle porte le nom de marğāna378 ; plus grosse, elle est dite durra : l’ovoïde (bayḍī) a moins de valeur ; la ronde et très grosse, au contraire, est « unique » (farīda) et véritablement sans prix. Au reste peut-on corriger toutes les perles, et embellir encore les meilleures : en les enveloppant dans une queue de mouton fraîchement ouverte, elle-même enrobée dans une pâte et mise dans un four surchauffé ; en utilisant des fumigations de camphre, ou de la moelle, ou du jus de melon.

  • 379 Merv, loc. cit. (traduction largement inspirée de celle de Sauvaget).
  • 380 Sans doute faut-il lire : dinars, puisque ĞĀḤ (t), 156, parle, pour des perles exceptionnelles, de (...)

108Au-dessus du lot, de toute façon, 1’« orpheline » (yatīma), tantôt dite de la mer Rouge et contestant alors, de par sa singularité absolue et très précieuse, la prédominance de l’Oman et du Golfe, tantôt ramenée au contraire dans ces eaux bénies de Dieu. L’histoire vaut d’être contée, et les Merveilles de l’Inde, une fois encore, n’y résistent pas. « Il y avait379, au pays d’Oman, un certain Muslim b. Bišr, un de ceux qui armaient des plongeurs pour pêcher la perle. Cet homme, respectable, honorable, avait du bien, mais à force d’armer pour la plongée sans qu’il lui en revînt le plus petit profit, il perdit tout ce qu’il possédait et se retrouva sans la moindre ressource, ni réserve, ni vêtement, ni quoi que ce fût à vendre, sinon les anneaux de chevilles de sa femme, qui valaient cent dinars. Il la pria de les lui prêter, pour armer avec le produit de leur vente : peut-être le Très-Haut lui faciliterait-Il les choses. ‘ Homme, répondit-elle, il ne nous reste aucune réserve, ni rien pour vivre ; nous sommes perdus, réduits à la misère : ne vaut-il pas mieux que ces anneaux servent à manger, plutôt que de les jeter à la mer ? ’ Mais il lui prodigua tant de bonnes paroles qu’elle les lui céda. Il les monnaya chez un changeur, arma des hommes pour la plongée et prit la mer avec eux. Il avait été convenu que les plongeurs, selon les conditions mêmes qu’ils pratiquent, resteraient à l’œuvre deux mois, sans plus. Ils plongèrent donc durant cinquante-neuf jours : ils rapportaient des coquilles, les ouvraient, mais sans résultat. Le soixantième jour, ils plongèrent en invoquant Satan — que Dieu maudisse ! — et parmi les coquilles qu’ils rapportèrent, ils en trouvèrent une dont ils tirèrent un grain de grande valeur et dont le prix eût peut-être payé tout ce qu’avait jamais possédé Muslim, de toute sa vie jusqu’à cet instant-là. ‘ Voilà, lui annoncèrent-ils, ce que nous avons trouvé au nom de Satan — que Dieu maudisse ! ’ Mais lui de prendre la perle, de la broyer et de la rejeter à la mer. ‘ Homme, s’écrièrent-ils, comment peux-tu faire ainsi ? Tu es réduit à la misère, tu es perdu, tu n’as plus rien ! Il te tombe dans la main une chose comme ce grain, qui vaut peut-être des milliers de dinars, et tu le réduis en poussière ! — Gloire à Dieu ! répliqua-t-il. Serait-ce permis de profiter d’une source de richesse qui a été recueillie au nom de Satan, quand je sais que Dieu, le Béni, le Très-Haut, ne lui accorderait pas sa grâce ? Le Très-Haut a fait tomber ce grain entre nos mains pour nous éprouver. Maintenant, quiconque saura cette histoire, saura quelle est ma foi. Si j’avais profité de cette perle, personne n’aurait manqué de m’imiter, on n’aurait plus plongé qu’en invoquant Satan — que Dieu maudisse ! — et pareil péché eût été plus énorme que le plus énorme des profits. Par Dieu, quand bien même j’aurais eu à sa place toutes les perles de la mer, je ne les aurais pas prises. Allez maintenant, et plongez en invoquant le nom de Dieu et ses bénédictions ! ’ Ils plongèrent donc comme Muslim le leur avait ordonné, et avant la prière du coucher du soleil, ce même jour qui était le dernier des soixante convenus, il eut en main deux perles, dont l’une était l’orpheline et l’autre plus petite. Il les porta toutes deux à Hārūn ar-Rašīd, qui acheta la première pour soixante-dix mille dirhems et la petite pour trente mille, si bien que Muslim s’en revint en Oman avec cent mille dirhems380. Il y acheta des fermes, fit bâtir, valoir des biens-fonds. On connaît bien sa maison, là-bas. »

Monstres et merveilles de la mer

  • 381 Cf. supra, p. 329 i.f.-330.
  • 382 HUR, 68, et premier voyage de Sindbād le Marin.
  • 383 HUR, 61 ; Merv, 253-254, 298.

109Cette histoire très édifiante, à la gloire du juste Rétributeur, est aussi une histoire de merveilles (‘ağā’ib), parmi toutes celles qui composent le monde de la mer. Monde unique, celle-ci se définit ainsi, on l’a dit, comme le domaine d’êtres ou d’événements d’un autre ordre. Mais il y a des degrés dans cet ordre même, et le moment est venu, avec nos auteurs, de mettre un plus du côté du merveilleux. On admirera d’abord que la mer soit le lieu où vivent des bêtes de la terre ou de l’air, témoin, pour la première, le cheval. Jailli ailleurs d’une source381, il peut aussi bien sortir des mers de l’Orient : les Mille et une Nuits s’empareront de cette bête féerique382. Voici maintenant les animaux de l’air, les oiseaux qui se font, de débris assemblés, un nid flottant sur les eaux, et ne connaissent pas la terre. Une variante, selon les Merveilles de l’Inde : après avoir couvé pendant quarante jours, l’oiseau jette ses œufs à la mer et va se poster sur le rivage, où il se nourrit de poisson, vingt jours durant ; après quoi, les petits, qui viennent d’éclore, rejoignent leurs parents sur la côte. Un autre oiseau, de forte taille, gagne, lui, le bord de la mer quand le moment est venu de pondre, et alors, sur toute la région, il se fait un grand calme et le vent cesse de souffler pendant deux semaines383.

  • 384 WAṢ, 34-35. Derrière l’encre se devine peut-être la seiche.
  • 385 Cf. supra, p. 377-378 (et n. 1). Cf. également Géographie II, 80, 493.
  • 386 Merv, 208-211 ; MAQ, IV, 89, 92 ; WAṢ, 27-28.
  • 387 Cf. supra, p. 361 i.f.-362, une fin identique, pour une si‘lāt ; comparer à son cri celui que pous (...)

110Merveilles aussi, on s’en doute, sous l’eau. Ibrāhīm b. Waṣīf Šāh énumère quelques poissons étranges qu’il se garde bien de nommer : aurait-il peur qu’on n’en reconnaisse certains au passage ? L’un étouffe ses proies avec la queue, l’autre, tout rond, les défonce de l’arête pointue qu’il porte sur le dos, le fiel d’un autre donne une encre phosphorescente, et d’un autre enfin, la graisse a un goût si plaisant que, pour ne pas le perdre, quiconque en a mangé refuse ensuite toute nourriture pendant plusieurs jours384. Tout un cycle d’histoires s’ouvre avec les bêtes marines qui rappellent, de près ou de loin, l’espèce humaine : les phoques participent parfois, on l’a dit, de cette série385. D’autres fois, nous trouverons386 des animaux à écailles, mais aussi avec tête, mains et pieds de petite taille, comme ceux d’enfants, ou encore avec deux ailerons sur les flancs, nageant le plus légèrement du monde, et jouant, riant, chantant, au creux de vagues pourtant démesurées. Ce sont là des hybridations d’hommes ou de femmes avec des bêtes de la mer, le résultat le plus étonnant, après tout, pouvant être des humains en tout point normaux, mais portant, au fond d’eux-mêmes, l’irrépressible appel de cette mer qui est en eux, par leur père ou mère : capables de vivre sous l’eau aussi bien qu’à l’air libre, ils vous échapperont toujours dès qu’ils en trouveront l’occasion. Ainsi en fut-il de cette sirène d’un nouveau genre qui resta, dix-huit ans durant, prisonnière d’un homme dont elle eut plusieurs enfants, et qui, libérée par eux à la mort de leur père, n’eut rien de plus pressé, malgré leurs objurgations, que de détaler, plus vive qu’une jument, pour aller plonger dans les flots387.

  • 388 FAQ, 289, 300-301 ; MAS (p), § 281-282, 285-288 ; Merv, 215-216. Cf. aussi Géographie II, 489, 510 (...)
  • 389 Supra, loc. cit.
  • 390 Même lorsqu’il est question, au pluriel, de tanānīn (cf. MAS (p), § 281, 287), nos textes sont mue (...)
  • 391 Gog et Magog : FAQ, 300 i.f. ; MAS (p), § 286.
  • 392 Cycle des légendes relatives aux sources du Nil : MAS (p), § 288, cité supra, chap. II, p. 118, n. (...)

111Après le monstrueux dissimulé, le monstre des monstres : le tinnīn388. Nous l’avons déjà rencontré, en un précédent chapitre389, tantôt ramené à sa forme naturelle, la trombe, tantôt transfiguré par l’imagination en une bête affreuse et démesurée, longue de deux parasanges, soit plus de onze kilomètres, le corps cylindrique, la peau tachetée comme celle de la panthère, des écailles de poisson et deux nageoires immenses, une tête d’homme, mais aussi volumineuse qu’une colline, avec deux oreilles d’éléphant et, greffés là-dessus, six cous munis chacun d’une tête de serpent. Hydre, dragon, serpent de mer, le tinnīn est tout cela, et plus encore. Enfant ou hôte de la mer, il l’égale et même la dépasse. Comme elle, il est de tout âge : cet animal, unique et sans progéniture390, semble aussi vieux que la mer, que la création : « Quand le Très-Haut veut du mal à des hommes, Il le fait tomber sur leur territoire, pour engloutir leurs chameaux, bœufs, chevaux, toutes leurs bêtes, et les tuer eux-mêmes car il reste là jusqu’à ce qu’il ne trouve plus rien à manger ». Les Merveilles de l’Inde ajoutent : « et meure, à moins que Dieu — Gloire à Lui ! — ne le fasse périr », sous-entendons : d’autre chose que de faim. Serait-ce donc que le monstre puisse disparaître de la surface de la terre ? Certes pas ; même s’il meurt, le tinnīn, on ne le voit que trop bien, peut et doit renaître à volonté, plus précisément : à la volonté de Dieu ; il a été vu par Hippocrate, de qui nous tenons sa description ; tué par Alexandre, il a resurgi pour prédire aux rois de l’Iran sassanide l’avenir des défenses de leur empire ; il est avec Gog et Magog, et il continue de se montrer sur la mer. Il couvre finalement la terre entière, en durée et aussi en surface : sa masse, entraînée dans la tempête, s’en va éclater vers les régions inconnues, au bout du monde391, ou encore, jour après jour, fait le tour de la terre, d’est en ouest, à la poursuite du soleil, gueule béante vers l’astre que le monstre veut dévorer392. Ici, l’univers animal et, avec lui, le bestiaire atteignent leurs limites extrêmes : celles des pays connus, mais, aussi, imaginaires, que le tinnīn aurait pour fonction, dirait-on, d’enfermer de son ombre immense, étalée, d’un seul tenant, sur la terre, les hommes et leurs rêves.

A propos de l’animalité

  • 393 Cf., pour d’autres contextes, Critique, n° cité, 313-319 ; T. Fahd, t Psychologie animale et compo (...)
  • 394 Où devrait figurer, en tout état de cause, le Kitāb al-ḥayawān de Ğāḥiẓ.
  • 395 MAS (t), 47.

112Une réflexion d’ensemble sur l’animalité393 déborderait le cadre de cette étude. Aussi bien exigerait-elle un autre corpus, ou résolument spécialisé, ou étendu, au contraire, au plus grand nombre de textes possible394. Le nôtre, à la fois plus restreint et non défini par cette matière, ne systématise pas sa réflexion sur l’animal, ni parfois même ne l’entame. Exceptionnelle, une notation comme celle de Mas‘ūdī395, à propos du mimétisme : « Le caractère de chaque lieu s’imprime sur ce qui y vit ; c’est ainsi que nous voyons la couleur des animaux qui habitent les déserts dont la roche est noire et de ceux qui habitent les bas-fonds, tendre vers le noir, tandis que la faune des déserts de sable blanc a cette dernière couleur, et si le sable est rouge, les animaux y ont la couleur de cette poussière. De même les animaux montagnards, chèvres et autres, prennent la couleur de leurs montagnes, soit le rouge, le blanc ou le noir. Suivant la même loi, les poux sont noirs dans une chevelure noire, blancs dans les cheveux blancs, ils s’harmonisent avec les cheveux qui grisonnent, et ils sont roux avec les roux. »

  • 396 FAQ, 77 (avec, aussi, la girafe, sur laquelle cf. Géographie II, 182-183) ; MAS (p), § 816-817 ; B (...)
  • 397 MAS (p), § 816.
  • 398 « Produit » ne traduit qu’imparfaitement le mot de ma‘nä, qui souligne bien qu’il s’agit d’une cho (...)

113Pour le reste, on reviendra, avec nos auteurs, sur deux principes essentiels qui, plus ou moins clairement perçus, inspirent de toute façon leur démarche et accompagnent leur regard sur le monde. Le premier est l’inexistence d’une coupure radicale dans la nature, que ce soit entre les règnes ou, a fortiori, entre les espèces, homme compris. Sur ce dernier plan, l’hybridation mérite sans doute une attention spéciale pour ces résultats spectaculaires que sont le chameau croisé et le mulet, ou encore le guépard, né, assure-t-on, de la lionne et de la panthère, et ces produits étranges que donne par exemple l’accouplement de l’hyène avec le loup, des bovins avec les ânes396. Mais au delà de leur intérêt même pour l’économie du temps ou pour la simple curiosité, ces mélanges d’espèces valent surtout par l’illustration du principe dont ils ne sont, dans le champ immense de la nature, qu’une des applications possibles. Mas‘ūdī le dit bien, à sa façon, traitant sur le même pied les minéraux et les bêtes397 : « Le mélange de plusieurs choses donne naissance à un produit qui diffère des unes et des autres398. Par exemple, le suc de la noix de galle, mélangé avec du sulfate de fer, devient une matière très noire. Le verre est dû à une combinaison de sable, de manganèse et de soude, soumise au feu et passée au creuset. Deux solutions, l’une de soude et l’autre de litharge, [...], en se combinant, forment un précipité qui ressemble à de l’écume blanchâtre. Du mélange de l’alcali et du sulfate de fer, on obtient un produit rouge comme le carthame. Il en est de même chez les animaux : l’accouplement d’une jument poulinière et d’un âne donne naissance au mulet ; celui du bidet et de l’ânesse produit le bardot. » Nous pourrions continuer dans le même esprit, évoquer, de règne à règne cette fois, toutes ces « merveilles » rencontrées en chemin : serpents de l’air ou animaux de feu, crabes changés en pierre, argile qui vient à bout du venin des scorpions, perle traitée au camphre, tout cela témoigne, entre autres exemples, d’un infini réseau de passages possibles, de communications, de mutations.

  • 399 MAS (p), loc. cit.

114Faut-il, dès lors, parler de merveilles, ou convenir plutôt que nous regardons le monde à l’envers ? Si merveilles il y a, n’est-ce pas parce que nous baptisons ainsi, dans notre faiblesse, l’ordre même qui nous demeure caché, cet ordre que lesdites merveilles nous indiquent et, en même temps, nous dérobent ? Si, faute de comprendre le tout, nous déclarions incompréhensible à notre raison cette infime partie de lui-même par où il nous laisse entrevoir la loi générale qui le gouverne, je veux dire celle d’une permanente et universelle communication ? C’est bien cela, au fond, qui nous chagrine : nous pressentons que nos classements, catégories, repères et autres démarches de notre esprit ne sont que l’aveu de l’impuissance à percer le secret de l’unité première. « Dieu seul connaît toutes ces choses ; Il a révélé à l’homme, selon son bon vouloir, la notion de celles qui peuvent lui être utiles suivant son temps et ses besoins, mais Il s’est réservé le secret des autres, sans rien en divulguer à ses créatures, de sorte que les intelligences humaines en ignorent même l’existence. »399

  • 400 WAṢ, 25 (souligné par nous).

115Mais justement, tout est là, dans cette attitude fondamentale de la pensée musulmane classique : savoir qu’on ne sait pas, ou qu’on ne saura jamais tout, sans renoncer à savoir le plus possible, est finalement l’exercice suprême de notre raison, et le second principe qui anime les œuvres de nos auteurs. Toute la vision anthropocentrique de la création, sur laquelle nous avons déjà tant de fois insisté, culmine autour de cette idée-force, que la merveille des merveilles, c’est l’homme lui-même, que la seule coupure valable et réelle de la création est celle qui isole cet être d’exception, non pas en son corps, justiciable, comme celui des autres animaux, de toutes les lois naturelles, mais en son esprit, doué de raison et de langage. Demandons notre conclusion à Ibrāhīm b. Waṣīf Šāh. Il décrit l’homme dans un passage consacré aux êtres merveilleux d’ici-bas, antérieurs à Adam, et juste avant d’évoquer une autre « merveille », le nisnās. Ainsi encadré, et dans l’histoire et dans le discours, l’homme est bien, lui aussi, une merveille, et la plus grande. Animal parmi d’autres, il a, pourtant, quelque chose de tout, et quelque chose en plus : « On dit400 qu’il y a en l’homme quelque chose de toutes les autres créatures, et c’est pourquoi il est au-dessus des autres animaux, s’en rend maître, les chasse et se les asservit. Dieu a préparé pour sa nourriture les plantes et les bêtes, Il a disposé pour lui toutes les sortes de plaisirs, Il l’a rendu apte à accomplir par ses mains toutes sortes de travaux. L’homme a en propre le rire, la parole, la réflexion, l’intelligence et la faculté d’inventer. C’est avec lui que communique le Créateur, c’est lui qui ordonne et défend, lui qui invente les arts, forme les sciences, construit les outils, creuse les mines, extrait les merveilles cachées au fond des mers et règne sur le monde entier. »

Notes

1 Je remercie vivement mon collègue Xavier de Planhol, qui a bien voulu me communiquer pour ce chapitre, avec une très amicale diligence, les références indispensables en matière de zoologie, géographique et historique. Pour les animaux dans la littérature arabe, cf. Ch. Pellat, a Ḥayawān », dans EI (2), III, 318-319 et 321-323.

2 F. Braudel, Civilisation matérielle et capitalisme, Paris, 1967, p. 46 sq., où le tableau offert vaut, en gros, jusqu’au xviiie siècle ; J. Berque, L’intérieur du Maghreb, Paris, 1978, p. 30-31, 36 (pour le xve siècle).

3 ĞĀḤ (h), I, 307-308, III, 299-300, 371 (textes évoqués aussi dans Géographie I, 51, et supra, chap. I, p. 26). Cf. également S. H. Mansur, « The concept of divine unity in Kitāb al-ḥayawān of al-Jāḥiẓ », Bulletin of the Faculty of Arts (Alexandria University), 1968/69, p. 25-43.

4 Sur ce processus, cf. Géographie I, 45, 59.

5 On aura plus loin l’occasion de puiser largement chez Ibn al-Faqīh ; pour les autres auteurs, cf. respectivement : Bayhaqī, Maḥāsin, op. cit., 106 et passim ; Ibn ‘Abd Rabbih, al-’Iqd al-farīd, VI, 234 et passim ; Tanūẖī, al-Farağ ba‘d aš-šida, 294-295 et passim ; Tawḥīdī, Imtā‘, op. cit., I, 159 sq., II, 104 sq.

6 En fait, il est plus que douteux, comme Ch. Pellat l’explique dans l’introduction à sa traduction, que l’ouvrage soit de Ğāḥiẓ. Mais l’important, en l’affaire, est le phénomène même de l’attribution, non sa réalité.

7 Cf., après Ğāḥiẓ, la liste des spécialités des pays donnée par FAQ, 50-51, et reprise ibid., 251 sq., dans l’ensemble, plus vaste, des curiosités ; cf. aussi le long exposé de YA‘Q, 365 sq., sur les meilleurs parfums.

8 Cf. respectivement : ĞĀḤ (h), IV, 142, 226, V, 358 (en 360, autres scorpions célèbres : ceux de ‘Askar Mukram) ; ĞĀḤ (t), 159.

9 D’autant plus claire que l’Islam ne connaît alors que des mers chaudes (pour la Caspienne « musulmane », c’est-à-dire méridionale, cf. A. Blanc, dans Encyclopaedia universalis, Paris, III, 1968, p. 1012 ; Camena d’Almeida, dans Géogr. univ., V, op. cit., 306). Le principe de classement suivi a déjà été exposé dans Géographie II, 88 i.f.-89.

10 Nous aurons bien entendu l’occasion, ne serait-ce que par les références en note, de revenir sur ces filiations, de l’encyclopédie de l’adab aux œuvres des masālik wa l-mamālik. Je me contente ici de deux références : pour le dauphin, cf. FAQ, 62-63, et HAW, 156 (qui critique, férocement et sans le nommer, Ibn al-Faqīh, mais ne résiste pas pour autant au plaisir de citer son texte, tandis que IṢṬ, 41, n’en souffle mot) ; pour le mille-pattes et le renard volant, cf. FAQ, 313, et MUQ, 368.

11 La basse-cour sera traitée avec les oiseaux.

12 Sur les troupeaux, en général, et les produits cités ici, cf. par ex. ĞĀḤ (t), 158, 159 ; YA‘Q, 277, 332, 345 ; RST, 112, 113, 153, 167, 186 ; FAQ, 236, 239, 253 (avec produits laitiers curieux, tels que le fromage et le lūr : sur ce dernier (ou lawr), cf. Dozy, Supplément, II, 557), 255 (raẖbīn et malban : cf. FAQ, gloss., s.v.) ; ḤAW, 70, 74, 85, 86, 103, 115, 326, 365, 373, 408, 452, 464, 465 (en Transoxiane, où les fruits sont si nombreux qu’on en nourrit le bétail), 476, 482, 490, 496, 499, 502, 513 et passim ; MUQ, 145 (avec citation du liba’, colostrum ou premier lait après la mise-bas, et des fromages dits šawārīz : cf. BGA, IV, 273), 203, 225, 313 (n. d), 323 i.f. sq., 353 i.f.-354, 384, 396, 417, 442, 443, 452, 484 et passim; Ḥud, 107, 121-123, 132, 134, 139, 146.

13 RST, 112 ; FAQ, 84, 295, 297 ; ḤAW, 84-86, 97, 155, 214, 326, 353 ; MUQ, 203, 324, 381, 388, 416. Sur le bœuf utilisé comme monture, cf. X. de Planhol, « Le bœuf porteur dans le Proche-Orient et l’Afrique du Nord », Journal of the Economic and Social History of the Orient, XII, 1969, p. 298 sq.

14 MAS (p), § 868-870.

15 MAS (p), § 869. Sur les rapports, de ce point de vue, entre l’Egypte et les pays du haut Nil, cf. H. Epstein, The origin of the domestic animais of Africa, New York-Londres-Munich, 2 v., 1971 : t. I, p. 218, 231, 259, 288, 294 et passim. MUQ, 204 (n. a), signale, pour l’Égypte, la race dite ẖaysī (cf. BGA, IV, 231, avec référence à Maqrīzī et Yāqūt : cf. Buldān, II, 411-412).

16 FAQ, 113 ; MAS (p), § 870 ; MAS (t), 455-456 ; MUQ, 181, 479. Cf. K. V. Zetterstéen, « al-Mu‘taṣim », dans EI, III, 838 ; M. Canard, « ‘Ayn Zarba », dans EI (2), I, 813 ; Planhol, Fondements géographiques, op. cit., 92-93, 95 ; M. Lombard, L’Islam dans sa première grandeur, Paris, 1977, p. 172 ; Epstein, op. cit., I, 567 sq. ; B. Brentjes, Die Haustierwerdung im Orient, Wittenberg, 1965, p. 35-36.

17 C’est sans doute d’eux que parle MUQ, 416, à propos du ẖūzistān.

18 On suit la même progression de l’espèce à travers l’histoire d’une famille : ces buffles qu’on transporte en Syrie sont ceux qu’al-Muhallab, nous dit-on, avait amenés dans la région d’al-Baṣra (auparavant, il avait fait une expédition en Inde : cf. K. V. Zetterstéen, dans EI, III, 684) et qui sont confisqués par le calife Yazīd lorsqu’il vainc et tue le fils d’al-Muhallab, Yazīd, qui avait pris les armes contre le califat.

19 FAQ, 255, 259 (cf. supra, chap. II, p. 139). Cf. le rôle du taureau dans la création de la terre, selon la tradition musulmane (Géographie II, 5), dans le culte de Mithra, etc. Sur le taureau et le poisson, cf. M. Eliade, Traité d’histoire des religions, Paris, 1953, p. 77, 79, 84 sq., 92-93, 182 i.f.

20 MUQ, 388, 389 (n. b). L’atténuation s’explique sans doute par les nuances apportées au jugement sur les Būyides, maîtres de la ville ; la version de Berlin, la plus récente, met un peu plus d’insistance à souligner leur réussite (cf. ibid., p. 400, n. d et e).

21 Le mouton est cité, directement ou à travers ses produits, dans ĞĀḤ (t); 158-160 ; Rel, § 13 ; YA‘Q, 276, 287, 322, 331 ; RST, 112, 153 ; FAQ, 60, 84, 252, 295 ; IST, 54, 72, 152, 155, 157, 161, 168 ; HAW, 68-70, 85, 86, 97, 214, 220, 228, 271, 326, 336, 344-345, 353, 358, 359, 408, 441, 445, 446, 452, 464, 477 ; MUQ, 128, 145, 175, 188, 201, 203, 313, 324, 325, 356, 373, 380, 420, 452, 493 ; Ḥud, 106-108, 111, 112, 114, 116, 118-122, 126, 132, 134, 135, 138, 143-144, 151.

22 ḤAW, 68, qui déclare, à propos des Syrtes : « la viande de chèvre y est plus appétissante (aġḏä) et plus estimée (anfa‘) que celle de mouton, et la chair de mouton y tient la place de la viande de chèvre en d’autres lieux » (trad. Wiet, p. 64 ; sur l’interprétation de anfa‘, cf. la Xe forme de la racine nf‘, dans BGA, IV, 366 ; mais on peut aussi penser, plus simplement, au sens de « plus utile » au corps, « plus saine » : cf. la qualification, qui suit, de la viande de mouton en ces pays : ġayr mulā’ima, « qui ne convient pas »). Quoi qu’il en soit, il reste évident que le pays des Syrtes bouscule le classement traditionnellement admis entre les deux viandes.

23 Coll. ġanam, pl. aġnām, et ḍa’n.

24 ḤAW, 359.

25 Je suppose du moins qu’il s’agit du feutre courant, chaque fois que son origine n’est pas précisée davantage ; mais il peut s’agir, en ce cas, de poil de chameau aussi bien que de laine.

26 Ḥud, 135, 138 ; MUQ, 128 (sur l’adj. ‘asalī, cf. Dozy, Supplément, II, 128).

27 RST, 153 (trad. Wiet, p. 177).

28 Cf., dans l’ordre, ḤAW, 295, 153 (cité dans Géographie II, 177) ; Ḥud, 120 (le Waẖš est le pays où coule le Waẖšāb, affluent du Ğayḥūn/Amu-Darya). Sur le mouton dans le monde iranien, cf. Epstein, Domestic animais, op. cit., II, 4, 10, 17-20 ; X. Misonne, Analyse zoo géographique des mammifères de l’Iran, Bruxelles, 1959, p. 38-39, 69, 102, 119 ; J. D. Hassinger, A survey of the mammals of Afghanistan, Chicago, 1973, p. 175-178 ; H. Coutière, Le monde vivant, Paris, 5 v., 1927-1930 : t. I, p. 276.

29 Cf. ḤAW, 38 (Arabie), 103 (Berbères du Maghreb), et les références des notes qui suivent.

30 Cf. Lisān, s.v., où l’opposition, en milieu bédouin, est très marquée entre ce petit bétail et le gros, celui des chameaux (ibil).

31 ĞĀḤ (h), III, 163 ; cf. également Lisān, s.v., où la chèvre est par ailleurs distinguée du mouton quant au pelage.

32 Cas incontestable : celui du bézoard (cf. ci-dessous, n. 5).

33 ḤAW, 68 (cf. supra, p. 321, n. 4) ; MUQ, 196.

34 ḤAW, 346 (cf. supra, chap. I, p. 60).

35 Cf. le dicton égyptien rapporté par MUQ, 208 i.f., qui semble évoquer une difficile éclosion de l’instinct maternel.

36 MUQ, 420 : min aġnāmihi al-bāzahr al-mawṣūf. On peut comprendre : « du petit bétail du pays provient le fameux bézoard ». De Goeje (BGA, IV, 183), que je suis, préfère voir dans bāzahr (bézoard) le nom de l’animal lui-même. Bien que le bézoard se trouve chez divers ruminants, le plus célèbre, le vrai bézoard (celui auquel, de toute évidence, semble référer Muqaddasī), est produit par un caprin (de Goeje : Hircus montanus, J. Ruska et M. Plessner, cités ci-après : Capra aegagrus), que Muqaddasī désigne comme relevant, plus généralement, du petit bétail (ici au pluriel : aġnām). Cf. J. Ruska, « Bezoar », dans EI, I, 728 ; J. Ruska et M. Plessner, « Bāzahr », dans EI (2), I, 1190 ; Desmaisons, Dictionnaire, I, 370 ; W. T. Blanford, Eastern Persia, An account of the journeys of the Persian Boundary Commission, Londres, II, 1876, p. 88 i.f.-90 ; Misonne, Analyse zoogéographique, op. cit., 38 ; Brentjes, Die Haustierwerdung, op. cit., 22-29 ; Hassinger, Survey, op. cit., 168-170 ; Epstein, Domestic animais, op. cit., II, 201-203 ; Coutière, Le monde vivant, op. cit., I, 278.

37 ĞĀḤ (t), 158 et 164 ; FAQ, 235 ; MUQ, 325 (1. 1 et 16 : le buzbūst vient de chez les Bulgares, mais aussi de la région de Ṭarāz, sur les confins islamo-turcs d’Asie Centrale ; le mot est persan : buz, chevreau, chèvre, et pūst, peau, cuir ; cf. BGA, IV, 189, et Desmaisons, Dictionnaire, s.v.), 452. Sur les tissus en poil de chèvre (et d’autres aperçus sur l’espèce), cf., avec une abondante bibliographie, les aperçus passionnants de X. de Planhol, « Rayonnement urbain et sélection animale : une solution nouvelle du problème de la chèvre d’Angora », Bulletin de la Section de Géographie (Secrétariat d’État aux Universités, Comité des Travaux historiques et scientifiques), LXXXII, 1975-1977, p. 179-196.

38 ẖUR, 180; RST, 113; FAQ, 192, 295; ḤAW, 38, 86, 114, 271, 336, 344, 402, 445, 452, 464, 465, 476 ; MUQ, 283.

39 MUQ, 381.

40 ḤAW, 155.

41 Cf. Bolens, Les méthodes culturales, op. cit., 94-108.

42 Voir l’anecdote rapportée par FAQ, 38 (comparer avec R. Blachère et H. Darmaun, Extraits des principaux géographes arabes du Moyen Age, Paris, 1957, p. 166, n. 22).

43 HAM, 157, et Lisān, s.v. « ẖll » (ẖulla et muẖilla) ; à noter du reste que le classement fait intervenir aussi le goût des produits laitiers fournis.

44 ĞĀḤ (t), 159 ; FAQ, 84.

45 RST, 113 ; MUQ, 230, 254 ; ḤAW, 38, 97, 103, 155, 220, 228 ; Ḥud, 148.

46 FAQ, 255, 295, 316 ; ḤAW, 271 (peu en usage chez les Kurdes du Fārs), 326 (Inde musulmane), 445, 446, 450, 464, 477 ; Ḥud, 104. Pour l’Inde et la Chine, cf. Géographie II, 95 (pour l’Afrique et d’autres pays étrangers, ibid., index, 588).

47 ḤAW, 359-360, 362 i.f., 366.

48 FAQ, 228, 265 (le terrain en question ayant été mis à la raison par un talisman d’Apollonius).

49 Cf. Planhol, Fondements géographiques, op. cit., 39 i.f.- 44. Sur le dromadaire, plus particulièrement, cf. Ch. Pellat, « Ibil », dans EI (2), III, 687-690. La confusion est facilitée par le fait que l’une et l’autre race peuvent être désignées par le nom de l’espèce (coll. ibil). Sur les deux races, cf. Brentjes, Die Haustierwerdung, op. cit., 54-57, et Epstein, Domestic animais, op. cit., II, 545.

50 ḤAW, 38 (IṢṬ, 27) ; MUQ, 134 (ğimāl a‘rābiyya) ; Ḥud, 148, et BGA, IV, 374, s.v. « warq » (on reviendra plus loin sur ce poisson).

51 ĞĀḤ (h), VI, 216 ; FAQ, 37 i.f.-38 (sur les sens de ‘asğadī, cf. ĞĀḤ (h), I, 155, et Lisān, s.v.) ; MAS (p), § 1162 (qui ajoute à ces races le ‘īdī : sur les interprétations possibles, cf. Lisān, s.v. « ‘wd » i.f.) ; Bayhaqī, Maḥāsin, 105 i.f.-106 ; le chameau des Bedja (buğāwī), en Afrique, semble rapproché du chameau d’Arabie du Sud : cf. MAS (p), § 846.

52 Coll. buẖt, sg. buh, pl. bahātī : cf. Blachère-Chouémi-Denizeau, Dictionnaire, I, 404.

53 YA‘Q, 277 (trad., p. 82, n. 9) ; MAS (p), § 846 (mahrī ou buğāwī ; cf. supra, p. 325 (et n. 6) ) ; ḤAW, 450 i.f. ; MUQ, 482, et Bayhaqī, Maḥāsin, 105. En réalité, « l’hybride » (le buẖt) est « fécond, mais dégénère vite » : sur ces croisements, cf. Planhol, Fondements géographiques, op. cit., 43 i.f.

54 ĞĀḤ (h). I, 83 (ṬA‘Ā, 15), V, 459 ; MAS (p), § 846 ; MUQ, 489. Sur la racine ğmz et la place exacte de ce mouvement dans la hiérarchie des allures, cf. Lisān, s.v.

55 FAQ, 295, qui parle de dromadaires (ğimāl), mais en précisant qu’ils rappellent les chameaux (ibil) des Turcs. Sur les hybrides, cf. Epstein, Domestic animals, op. cit., II, 579 sq.

56 Cf. F. Viré, « Faras », dans EI (2), II, 803-806, et « Khayl », ibid., IV, 1175-1178 ; Epstein, op. cit., II, 401 sq.

57 FAQ, 316 (ẖurāsān) ; ḤAW, 271 (dével. IṢṬ, 72, à propos des Kurdes du Fārs : préciser de Planhol, Fondements géographiques, op. cit., 206, n. 48 : la différence est faite entre les chevaux dits de race (‘itāq), rares ainsi que les chameaux, et le reste, juments, bêtes de somme et šahārī, ces deux catégories-ci associées étroitement l’une à l’autre : le cheval iranien est, traditionnellement, la monture du cavalier lourdement armé. On reviendra plus loin (p. 327, n. 2) sur ce passage), 346 (Arménie), BGA, IV, 278 ; Ğāḥiẓ, Risāla ilä l-Fatḥ b. ẖāqān fī manāqib at-Turk wa ‘āmmat ğund al-ẖilāfa, publ. par G. van Vloten, Leyde, 1903 (p. 1-56 de Tria opuscula auctore al-Djahiz), p. 11 ; Lombard, L’Islam, op. cit., 169. Les traits principaux du cheval iranien sont pris au cheval-modèle Šabdīz (FAQ, 214, i.f. : présenté comme le cadeau d’un roi de l’Inde au roi Parvīz).

58 ĞĀḤ (t), 159 ; FAQ, 84.

59 ẖUR, 180-181 ; YA‘Q, 331 ; FAQ, 121, 255 (avec, peut-être, sous l’adj. buẖā-riyya, une allusion à une sous-race iranienne, ou au cheval turco-mongol ; d’autre part, il est question, ibid., « du cheval qui est aux extrémités du Mağrib » ; je ne crois pas qu’il s’agisse d’une espèce animale remarquable, comme le crocodile ou d’autres, qui précèdent, mais de la statue équestre signalant les extrémités du monde : cf. Géographie II, 539) ; HAW, 103 (à noter, à propos des steppes du Magrib, qu’aucune référence n’est faite au cheval barbe de Numidie), 228, 271 (IṢṬ, 72), 346 (Arménie jugée supérieure au ẖurāsān), 348, 449 (avec comparaison entre deux régions de l’Orient musulman) ; MUQ, 33, 136, 145, 260, 278, 306, 324, 325 i.f., 328 ; Ḥud, 106, 108, 114, 116, 119.

60 Le Dictionnaire de Blachère-Chouémi-Denizeau, I, 524, est, me semble-t-il, trop strict à ce sujet, qui donne pour birḏawn les deux sens de « bardot » et « cheval de trait, de bât » ; ĞĀḤ (h), VII, 176, dit en réalité que, de même que c’est une seule catégorie qui est constituée par les buffles (ğawāmīs) et les bovins (baqar), ou les chameaux buẖt et les chameaux arabes de race (‘irāb), ou bien les souris et les rats, ou la fourmi ordinaire et la petite, de même en est-il pour les ẖayl et les barāḏīn ; le passage est expliqué ibid., III, 202 (cité dans Dictionnaire, op. et loc. cit.) : les barādīn et les ‘itāq sont tous des ẖayl ; ce dernier mot représentant la famille des équidés, et ‘itāq l’animal noble (Dictionnaire : « coursier »), il reste donc, dans la catégorie des barāḏīn, les ânes, les mulets et les chevaux de trait ou de bât. Le birḏawn est donc tout équidé bête de somme ou de trait. Le Lisān, s.v., est très clair à ce sujet : « Le birḏawn est bien connu : c’est la bête de somme (dābba) [...] Les barāḏīn, parmi les chevaux (ou équidés : ẖayl), sont tout ce qui n’est pas issu de ‘irāb. » Il est clair que la catégorie des barāḏīn recouvre à la fois des ensembles (ânes, mulets, bardots) et un sous-ensemble : tous les chevaux qui, par un défaut présumé de lignage, sont utilisés à d’autres usages que la course. Cf. aussi ḤAW, 271 (cf. supra, p. 326, n. 5), qui dit que les Kurdes disposent de très rares chevaux de race (‘itāq) et que leurs dawābb (pl. de dābba) sont des barādīn et des šahārī ; même si on donne à dawābb le sens de « montures », il reste que l’usage des Kurdes est considéré comme un pis-aller et que la rareté du vrai cheval les oblige à utiliser comme monture ce qui, ailleurs, sert de bête de charge (la même remarque, à propos du sens de dābba, vaut pour le passage du Lisān précédemment cité). Cf. également RST, 196 : ce sont les barādīn (et non, on s’en doute, les chevaux de race) que l’on emploie pour saillir les ânesses (afin d’obtenir le bardot). Cf., enfin, infra, p. 329, n. 5 (avec emploi différent du mot), et p. 332, n. 3.

61 ḤAW, 271, cité supra. La taille du šahrī est en rapport, on l’a dit plus haut, en note, avec le poids du guerrier lourdement armé, du cataphractaire (cf. Lombard, L’Islam, op. cit., 169) : on conçoit donc que, par rapport à l’ensemble léger que constituent le nomade et sa monture, le poids affiché et supporté par le šahrī puisse le tirer vers la catégorie de l’animal de charge ; cf. FAQ, 316 (liste de « véhicules » : markab) : le šahrī est avec les barādīn, les chameaux et les ânes.

62 Ağwad, ğiyād, ğayyida : MUQ, 33, 145, 324.

63 Kurā (cf. Lisān, s.v.) : IṢṬ, 72 ; ṢAW, 271 (intéressant en ceci que ces chevaux sont distingués à la fois des bêtes de race (ḤAW, ibid., plus loin) et des montures ou bêtes de somme (dawābb) ordinaires).

64 ḤAW, 449. Sur la jument ainsi désignée (ramaka, pl. ramak, ramīk et rimāk), cf. RST, 196 ; IṢṬ, 72 ; ḤAW, 103, 271, 449.

65 Himlāğ, à propos de birḏawn : FAQ, 121 (trad., p. 146 : « chevaux rapides ») ; cf. toutefois infra, p. 329, n. 5 (retour au problème du sens de birḏawn).

66 Cf., autour de mots de racine frh, YA‘Q, 331 ; FAQ, 316 ; ḤAW, 346.

67 Coran, III, 12/14, XVI, 8 (associé ici, comme monture, au mulet et à l’âne).

68 FAQ, 260 ; autre preuve de fragilité, physique cette fois, et partagée, il est vrai, avec le chameau : les difficultés éprouvées sur le plateau iranien, évoquées supra : FAQ, 265 (ibid., 228, sur le même thème : bêtes de somme (dawābb), chameaux et ânes). Sur le problème de la pâture, cf. Viré, dans EI (2), IV, 1175. Sur la sensibilité inquiète de l’animal, cf. MAS (p), § 902.

69 MUQ, 328 (n. f : comparer avec l’usage de Syrie-Palestine, MUQ, 183).

70 MUQ, 306 ; cette affectation paraît très stricte, si l’on en juge par l’adj. musabbala (in pium usum (sabīl) destinatum) : BGA, IV, 258. Sur cet aspect du rôle du cheval, cf. le texte de Mas‘ūdī, traduit infra, et Viré, dans EI (2), IV, 1178.

71 Dans les textes définis par la géographie stricto sensu, cette furūsiyya n’apparaît pas, je veux dire avec les techniques, les précisions et le vocabulaire qu’elle implique ; on ne la trouverait guère, pour notre corpus, que dans les œuvres encyclopédiques, ex. : RST, 199 (sur les origines de la coutume qui consiste à couper la queue des chevaux ; sur le rôle de Muhallab b. Abī Ṣufra, cité par Ibn Rusteh, dans le développement de l’équitation, cf. Viré, dans EI (2), IV, 1177) ; MAS (p), VIII, 359 (sur les courses ; cité par G. Douillet, « Furūsiyya », dans EI (2), II, 974-976).

72 MAS (p), § 1353 ; voir d’autres noms chez Viré, dans EI (2), II, 804.

73 ĞĀḤ (h), VII, 181 ; RST, 83 ; FAQ, 51, 176, 214-216, 236, 242, 255, 267 ; IṢṬ, 119 ; ḤAW, 359, 372. Cf. Schwarz, Iran, IV, 482-485.

74 Persan šeb (nuit, ténèbres) et dīz (couleur noire ou cendrée).

75 Cf. MUQ, 325 i.f., qui indique que les pays turcs exportent mulets et chevaux vers les régions du Sir-Darya, et notamment vers le Ferġāna ; comme le ẖuttal, situé à quelque trois cents kilomètres vers le sud-ouest, est dit (ibid.) exporter à son tour chevaux et mulets vers les pays musulmans, on peut raisonnablement poser la question des rapports génétiques entre les chevaux des deux régions.

76 ẖUR, 180-181. Le mot employé est birḏawn (une fois aussi, ramak), et pourtant il s’agit de chevaux éminemment nobles et de montures exceptionnelles, comme on le dira : birḏawn n’est donc pas toujours le cheval de bât, et l’on versera cet emploi au dossier, ouvert plus haut (p. 327, n. 1), des sens du mot. On pourrait rassembler ce qui a été dit de la façon suivante : le sens général et courant étant celui de bête de somme, de trait, de bât (employée comme monture seulement faute de mieux), le birḏawn peut aussi (à la faveur, peut-être, de rapprochements faits entre la catégorie des bêtes de somme et le šahrī : cf. supra, p. 326, n. 5) être considéré comme la monture seule capable d’assurer cette lourde charge que constitue le cavalier armé, du type cataphractaire : d’où la possibilité, comme ici, d’un emploi noble du mot (et peut-être aussi FAQ, cité supra, p. 328, n. 4). Sur les chevaux du ẖuttal, cf. aussi YA‘Q, 290 (chevaux de Bīk : cf. trad., p. 105, n. 7) ; ḤAW, 449 ; Ḥud, 119. Sur le cheval des steppes asiatiques, cf. Lombard, L’Islam, op. cit., 169 ; Epstein, Domestic animais, op. cit., II, 404-414.

77 Nāzkūl, du persan nāz (frais, tendre, récent, d’où : repos, bien-être, volupté, grâce), et gol (fleur, rose surtout).

78 MAS (p), § 1352.

79 Litt. : rassemble-toi (fağtami‘ī), concentre-toi.

80 Litt. : ceci est ma poignée (hāḏihi qabḍatī) ; le transfert de la matérialité de l’acte à Gabriel permet d’éviter l’accusation d’anthropomorphisme (tašbīh).

81 On peut comprendre aussi : tant tu rapporteras de subsistance et de butin.

82 Ou pelote (ġurra) : marque au front, tandis que les balzanes (taḥğīl) sont aux pattes.

83 L’animal sur lequel le Prophète fut ravi, de nuit, au ciel : cf. R. Paret, dans EI (2), I, 1350-1351.

84 Cette dernière phrase est la conclusion que le premier rapporteur de la tradition, Ibn ‘Abbās, donne au récit fait par le Prophète.

85 Cf. J. Ruska, « Ḥimār », dans EI (2), III, 406 ; Epstein, Domestic animais, op. cit., II, 377-398.

86 FAQ, 228, 316; ḤAW, 464; MUQ, 441.

87 ĞĀḤ (a), 191 ; ĞĀḤ (t), 159; YA‘Q, 334; FAQ, 252; ḤAW, 162-163 (IṢṬ, 42) ; MUQ, 183, 203, 226, 239 ; Hud, 151. Sur le terme marīsī, cf. supra, chap. iv, p. 293. Sur l’âne d’Égypte, cf. Epstein, op. cit., II, 383 ; Coutière, Le monde vivant, op. cit., I, 290.

88 Sur l’adj. mudannar, cf. BGA, IV, 238, s.v., et 333, s.v. « qmr ».

89 Lecture incertaine (je suis la leçon adoptée par l’édition Kramers) : cf. BGA, IV, s.v. « smlq ». Sur l’âne de la Haute-Égypte, cf. Epstein, op. cit., II, 383-384.

90 Cf. Ḥud, 68 i.f.-69, 152 i.f.-153 (persan ẖār-i waḥšī) ; sur le trait rapporté par Ibn Ḥawqal (ḤAW, 153), cf. Géographie II, 177 ; sur l’onagre, cf. FAQ, 38, 247 i.f. (pour l’Iran, avec l’expression ḥumur al-waḥš). Sur les ânes sauvages des régions du haut Nil, cf. Epstein, op. cit., II, 377-378 ; sur les différences, morphologiques et de localisation, entre l’onagre et l’âne sauvage, ibid., 377, 396 ; Coutière, op. cit., I, 290.

91 Himlāg (ĞĀḤ (t), 159 ; cf. supra, p. 328, n. 4), farahiya, en même temps que chameaux et chevaux (FAQ, 316, cité supra, p. 327, n. 2 i.f., et p. 328, n. 5).

92 MUQ, 441.

93 FAQ, 147 (ḥimār) ; sur l’ânesse de Balaam, cf. Nombres, XXII, 22 sq., et G. Vajda, dans EI (2), I, 1014.

94 MAS (p), § 816 ; le cheval est désigné sous le terme de dābba, « bidet » (trad. Pellat).

95 Sur ce sens de birḏawn, cf. Blachère-Chouémi-Denizeau, Dictionnaire, cité supra, p. 327, n. 1. Je songe ici à des passages comme ḤAW, 97 i.f. : le texte, plus complexe que ne le laisserait entendre la traduction Wiet (p. 95 i.f.-96), dit littéralement que les gens du Maġrib ont, en fait d’équidés (ẖayl) de qualité, des barāḏīn et de bons mulets (biġāl). Ou bien l’on fait des barāḏīn des chevaux de trait ou de bāt (cf. supra, p. 327, n. 1) et l’on regroupe sous biġāl à la fois les mulets et les bardots, comme on le dira plus loin, ou bien l’on établit, à l’intérieur de la catégorie des équidés (ẖayl) et pour constituer la variété, sous-entendue, des hybrides, un parallélisme plus strict entre les mulets et les bardots, en spécialisant les mots barāḏīn et biġāl en ces deux sens respectifs. RST, 196 (signalé supra, p. 327, n. 1), qui évoque, sans donner le nom du produit, les croisements âne-jument et ânesse-cheval, emploie, pour ce dernier animal, le mot de birḏawn, évidemment entendu ici au sens de cheval de trait ou de bât.

96 Cf., pour ce développement, Ch. Pellat, dans EI (2), I, 936-937.

97 Al-Qawl fï l-biġāl, éd. Ch. Pellat, Le Caire, 1375/1955.

98 Le thème de l’hybridation n’inspire que quelques rares lignes : RST, 196 (dans le cadre d’un catalogue de gens ayant été les premiers à faire telle ou telle chose ou à connaître telle ou telle situation) ; MAS (p), § 816.

99 ḤAW, 449, 464, 502; MUQ, 324-325; Ḥud, 113.

100 ĞĀḤ (t), 160 ; ḤAW, 346, 348 ; MUQ, 380 ; Ḥud, 143 : Barḏa’a est la capitale de l’Arrān, région sub-caucasienne comprise entre les deux autres dans la description (l’ensemble recevant, chez Muqaddasī, la dénomination commune d’ar-Riḥāb).

101 YA‘Q, 331 (je ne vois pas pourquoi Wiet, trad., p. 186, parle de haras pour l’adj. furha, ou furraha (agiles, vifs), appliqué aux chevaux, bêtes de selle (dawābb) et mulets) ; FAQ, 252 ; ḤAW, 162 i.f. L’Irak est mentionné comme en passant par MUQ, 362 ; il reçoit surtout ses mulets, avec la Syrie et le ẖurāsān, des régions d’Arménie et d’ Āḏarbayğān : ḤAW, 346 (le ẖurāsān en reçoit aussi de Transoxiane : ḤAW, 502).

102 FAQ, 252 (trad., p. 304) ; ḤAW, 86, 97, 103, 114-115 ; MUQ, 239.

103 ḤAW, 114-115.

104 Fārih et, plus loin, furuh ou furrah ; sur les mots de la racine frh, cf. supra, p. 328, n. 5, p. 331, n. 5, et ci-dessus, n. 3.

105 Mihna : cf. BGA, IV, 357.

106 L’Arménie et les marges sud-orientales et orientales du Caucase : cf. Géographie II, 260-263, 267, 269.

107 Le texte précise qu’elle est isolée du reste de la mouvance umayyade et regarde vers le pays des Francs.

108 Xe forme istawṭa’a : cf. BGA, IV, 376.

109 IṢṬ, 110 ; ḤAW, 342.

110 Harīr, qazz, dībāğ, ibrīsam, ẖazz, buzyūn, siqlāṭūn, ‘attābī, mubram, etc. : cf. ĞĀḤ (t), 158 (avec d’autres noms)-160 ; YA‘Q, 278 ; FAQ, 50, 121, 235, 253, 254 ; IṢṬ, 117 (n. 11) ; ḤAW, 70, 256, 338, 342, 363 i.f., 436 ; MUQ, 174, 323 i.f.-325, 416, 442 ; Ḥud, 102, 105, 131, 133, 134, 138, 143, 151. Cf. « Ḥarïr », recueil d’articles dans EI (2), III, 215 sq., et BGA, IV, 224, 261-262, 295-296.

111 ĞĀḤ (t), 158, qui parle d’un « ver » ; le mois de février est désigné par l’iranien isfendārmuz (espendārmuz) ; sur la seconde région (trad. : Tārim), cf. V. Minorsky, « Tārom », dans EI, IV, 709-712 (la localisation en ces montagnes est confirmée par FAQ, 297 : à propos de spécialités et curiosités d’Arménie).

112 MUQ, 381.

113 YA‘Q, 331 i.f. (Haute-Égypte et Arménie) ; FAQ, 297 (Arménie) ; ḤAW, 342 (IṢṬ, 110 ; Arménie) ; ẖud, 142-143 (Arménie et Āḏarbayğān) ; MUQ, 373, 380. On sait que la technique courante consiste à obtenir la teinture à partir de l’insecte séché. Sur le kermès, cf. M. Lombard, Les textiles dans le monde musulman, viie-xiie siècle, Paris-La Haye-New York, 1978, 119 sq.

114 ĞĀḤ (t), 160 ; YA‘Q, 337 ; FAQ, 66, 84, 236 ; RST, 112, 157 (sur l’adj. māḏḏī, cf. trad., p. 182, n. 7) ; ḤAW, 74, 76, 77, 86,161, 225, 258, 324, 336, 340, 365 ; MUQ, 84, 86, 145, 180, 184, 224, 324, 373, 384, 393, 421, 429, 452, 479 ; Ḥud, 142. Seules apparitions du mot nahl (abeilles) : IST, 27 (ḤAW, 39 ; abeilles et reine prises comme référence pour une société animale, celle des singes) ; ḤAW, 77 (avec ruches).

115 Les animaux de basse-cour seront évoqués plus loin, avec les oiseaux.

116 MUQ, 481, signale qu’on importe des éléphants (et aussi de l’ivoire) de la vallée de l’Indus (province musulmane du Sind). Sur l’éléphant, cf. Géographie II, index (l’intérêt porté à l’animal, domestiqué, s’expliquant, toujours, par le fait qu’il n’appartient pas au paysage quotidien de nos auteurs).

117 ḤAW, 142 ; MUQ, 206. Cf. Epstein, Domestic animais, op. cit., II, 330.

118 Cf. MUQ, 206, 389 (n. b), cité supra, p. 321, n. 2. Formule reprise ibid., 409.

119 RST, 199. Son statut domestique sert de référence pour celui du hérisson, utilisé, au Siğistān, pour la chasse aux vipères (comme le chat pour les rats).

120 FAQ, 297 (autre référence, note précédente).

121 MUQ, 436 (et n. n) ; sur le mot ġubayrā’, cf. Ghaleb, Dictionnaire, II, 196, et infra, chap. vi. MUQ, 31, donne quatre mots pour désigner le chat : qiṭṭa, sinnawr, hirra et dimma (sur le dernier, cf. Dozy, Supplément, I, 459).

122 Cf. F. Viré, « Kalb », dans EI (2), IV, 510-513.

123 RST, loc. cit.

124 FAQ, 295.

125 Supra, p. 332, n. 1 (à noter qu’il est nommé : Dïn, ou Ḥumrān), et WAṢ, 23.

126 MUQ, 188.

127 MUQ, 146.

128 MUQ, 188.

129 MUQ, 200.

130 MUQ, 147, 211, et Géographie II, 479.

131 MUQ, 40, 202 (1. 11 et 15), 243; avec considérations liées au maḏhab mālikite et, pour l’Égypte, à l’éventuelle pénurie, également. Sur le mot qinnārāt, cf. BGA, IV, 334.

132 Cf. RST, 135 (référ. bibl., trad., p. 151, n. 4) ; FAQ, 50, 325 ; HAM, 79. Cf., pour les croisements : Bayhaqï, Maḥāsin, 105 ; Ibn ‘Abd Rabbih, ‘Iqd, VI, 234 ; A. Grohmann, « Salūk », dans EI, IV, 123. « Les chiens sont impurs aux yeux des musulmans, mais pour les Bédouins, les sloughis ne sont pas des chiens » (W. Thesiger, Le Désert des déserts. Avec les Bédouins, derniers nomades de l’Arabie du Sud, trad. franc. M. Bouchet-Fornez, Paris, 1978, p. 355).

133 Supra, p. 333 i.f. et 336 ; pour le gibier, cf. par ex. MUQ, 303 et supra, chap. I, p. 18.

134 FAQ, 247 i.f., 250.

135 On l’a vu pour les ânes, chameaux et moutons, supra, p. 331. Cf. également MUQ, 285 i.f.

136 Les quatre classes sont : ce qui marche, ce qui vole, ce qui nage et ce qui se traîne sur le ventre (yansāḥ) : ĞĀḤ (h), I, 27 (et n. 1), cité par MAS (p), § 864.

137 FAQ, 234 i.f. (ḏawāl as-sumūm al-qātila).

138 FAQ, 234 ; MUQ, 388.

139 Cf. supra, chap. iv, p. 304.

140 FAQ, 123 i.f., 234 i.f. ; les deux mots ği‘lān (sg. ğu‘al) et ẖanāfis (sg. ẖunfus) désignent les scarabées et, de façon plus générale, les coléoptères (cf. Ghaleb, Dictionnaire, I, 265-266 et 375 (ẖunfusā’) ; Dozy, Supplément, I, 409) ; compte tenu du contexte de blâme où se place Ibn al-Faqih, j’ai choisi deux noms à connotation péjorative : bousiers et cafards (ces derniers orthoptères).

141 IṢṬ, 46 ; ḤAW, 176 ; MUQ, 304. Sur le cas de Ḥimṣ; (Homs), voir aussi un peu plus loin.

142 FAQ, 240 (pour Hamaḏān) ; MUQ, 384 (pour le Ğibāl dans son ensemble ; contredit, pour Qāšān, par ibid., 390 (cf. Ḥud, 133), mais il est vrai que cette ville est aux lisières d’une autre région, le grand désert de Perse, et, surtout, que les scorpions y ont été introduits par une guerre « bactériologique » : cf. infra).

143 Pour le Maġrib, c’est Ṭabarqa qui est célèbre : on compare ses scorpions à ceux de ‘Askar Mukram, dont on va parler : cf. IṢṬ, 34 ; ḤAW, 74 ; Ḥud, 154. Pour les autres régions citées, cf. FAQ, 212 (devenus plus rares en Irak, autour de Ctésiphon du moins, toujours grâce à Apollonius), 234 ; MUQ, 167, 175, 186, 305, 421 ; Ḥud, 150.

144 Ex. : les scorpions sont extraordinaires à Qāšān, abondants à Ḥimṣ, gros et mortels à Ṭabarqa (MUQ, 390 ; Ḥud, 150, 154) : la moyenne de référence est, on le voit, implicitement évoquée.

145 FAQ, 233 ; IṢṬ, 52, 64 ; ḤAW, 214, 256 ; MUQ, 141, 410 ; Ḥud, 140.

146 FAQ, 212, parle d’un gros scorpion, tandis que IṢṬ, 64 (ḤAW, 256), dit que la taille, petite, est celle de la feuille de la férule (Asa foetida : anğuḏān : cf. Ghaleb, Dictionnaire, I, 103-104, et infra, chap. vi ; rectifier la trad. Wiet, p. 253, « silphium »). Sur le scorpion ğarrāra (belisar), cf. Ghaleb, Dictionnaire, I, 256 ; pour la localisation, on notera que les scorpions de Ṭabarqa, s’ils sont comparés à ceux de ‘Askar Mukram, ne le sont que pour l’effet et la rapidité de leur piqûre, non pour la taille ; au reste le nom de ğarrāra n’est-il pas donné à propos de Ṭabarqa. MUQ, 410, 1. 5, donne le mot kuzūdā (cf. BGA, IV, 340).

147 IṢṬ, 34 (ḤAW, 74), 64 (ḤAW, 256) ; Ḥud, 140, 154.

148 MUQ, 390. Sur Abū Mūsä al-Aš‘arī, cf. L. Veccia Vaglieri, dans EI (2), I, 716-717.

149 FAQ, 237 ; MUQ, 305 (cité supra, chap. IV, p. 304) ; cf., dans le lexique, autour de l’image de la queue dressée du scorpion, le sens des mots šawla et šawwala.

150 FAQ, 63 ; le ḥirdūn (ḥirḏawn), l’agame, rappelle le caméléon : cf. Dozy, Supplément, I, 268, 332 (s.v. « hunayša ») ; Ghaleb, Dictionnaire, I, 300.

151 FAQ, 76, 112, 295 ; MUQ, 186.

152 Cf. supra (p. 338, n. 3) : Kazimirski, s.v., traduit ğu’al et ẖunfus par le mot courant de « fouille-merde ». Aucune trace, on le voit, des traditions de l’ancienne Égypte.

153 Évoquée supra, ibid. ; on se rappellera que, dans un contexte fabuleux (et non musulman), l’appétit des fourmis, proportionné à leur taille énorme (elles sont grosses comme des chats), leur fait dévorer les hommes : cf. Géographie II, 175.

154 MUQ, 174 (avec l’épithète mu’ḏin) ; sur le terme dalam, cf. BGA, IV, 237.

155 Zunbūr, guêpe ou frelon : FAQ, 214 (ici encore, intervention d’Apollonius).

156 FAQ, 212, 214, 233-234; MUQ, 304 (pour Ġazna), 384, 388; Ḥud, 110.

157 Cf. pour les mouches : FAQ, 214, 233, 234; MIS (bj, 38; MUQ, 95, 358, 411. Pour les moustiques (ba‘ūḍ) et cousins (ğirğis) : FAQ, 234 ; RST, 185 ; ḤAW, 383 ; MUQ, 125, 413 ; ẖud, 134. Pour les punaises (baqq, mais le mot peut être aussi celui du cousin) : FAQ, 234 ; ḤAW, 159 (trad., p. 157 : insecte) ; MUQ, 119, 125, 200, 359, 410, 413, 466, 479. Pour les puces : FAQ, 118, 212, 233 ; MUQ, 161, 164, 175, 200, 281, 354, 358, 410, 411.

158 ḤAW, 383 ; MUQ, 95, 161, 164, 200. Dans le même esprit, la sauterelle n’apparaît que pour évoquer, par analogie, la multitude de la population du Caire : MUQ, 198.

159 MUQ, 200, 359.

160 FAQ, 118 ; RST, 185 (à propos des gardes, dans le grand marécage irakien : cf. supra, chap. II, p. 203 i.f.) ; MUQ, 119, 125, 358 (avec le mot kurkān, de l’iranien gurgān, pl. de gurg, loup ; le mot arabe ḏi’āb est donné ibid., 411), 413 (sur ce passage, cf. supra, chap. iv, p. 305, n. 5) ; Ḥud, 134.

161 MUQ, 397.

162 Dans la région d’Ispahan : cf. Schwarz, Iran, V, 642.

163 FAQ, 313, repris, avec quelques modifications, par MUQ, 368.

164 ĞĀḤ (h), VI, 20-22.

165 Ailleurs (ibid., I, 27), les ḥašarāt semblent être les bestioles au sens large, l’une des quatre classes (avec l’homme, le quadrupède herbivore et le carnassier : cf. Dictionnaire de Blachère-Chouémi-Denizeau, s.v. « bahīma ») de la catégorie des bêtes qui marchent (pas les « insectes », comme le propose le Dictionnaire, loc. cit., puisqu’il est dit, tout de suite après, que ces ḥašarāt reproduisent — sous-entendu : en plus petit — des modèles fournis par les quadrupèdes herbivores et les carnassiers). Cf. une autre discussion, ĞĀḤ (h), IV, 471 sq.

166 On s’étonnera de la discrétion du ver au milieu de toutes ces bestioles rampantes, insectes, reptiles ou autres. De fait, hors les vers de la soie et du kermès, nos textes n’évoquent guère cette espèce (Ḥud, 54, à propos du lac d’Urmiya ; MUQ, 384, signale son absence comme un des agréments du Ğibāl ; ibid., 397 : simple mention de la sangsue ; cf. BGA, IV, 303). Au reste cette place modeste est-elle déjà un trait des Ḥayawān de Ğāḥiẓ (cf. index, s.v. « dūd »). Si le ver est, à l’occasion, cité parmi les bêtes qui rampent (op. cit., IV, 271), il n’apparaît pas, en revanche, dans l’évocation des ḥašarāt dont on a parlé. Sur les vers énormes (et légendaires) du Dunbāwand, cf. chap. I, p. 68. Autres apparitions de vers, dans des contextes fabuleux, chez MAS (p), § 1193 (et n. 2), 1203; IṢṬ, 27 (ḤAW, 39).

167 On voit d’ordinaire, dans cet animal (‘irbid, ‘irbidd, ‘irbadd), une vipère des sables d’Afrique et d’Arabie, l’échis (Lisān, s.v., et Ghaleb, Dictionnaire, I, 37, s.v. « ‘irbid »). ĞĀḤ (h), VI, 21, 33, range le ‘irbid parmi les ḥašarāt, mais en précisant que, malgré la ressemblance des formes, il n’est pas un serpent, pas plus que ne sont serpents le ḥuffāṯ et le dassās. Pourquoi ? Parce que, dit-il, ces trois animaux, n’ayant pas d’oreilles proéminentes, devraient pondre, comme font les serpents, et non être vivipares, cas des animaux à oreilles proéminentes (le cas de la vipère est expliqué ibid., VII, 128). S’agit-il donc, à travers ces trois animaux, de serpents, mais « faux » puisque vivipares ? Le ḥuffāṯ est déclaré tantôt serpent (ibid., IV, 148), tantôt non (VI, 33, 345), même si — reconnaissent les tenants de la seconde thèse — son alimentation (rongeurs) et son sifflement affreux le font ressembler aux serpents les plus redoutables (Ghaleb, Dictionnaire, I, 314 : couleuvre). Il semblerait donc qu’un serpent, pour être vraiment classé comme tel, doive être non seulement ovipare, mais aussi dangereux, soit par sa taille soit par son venin (par les deux quelquefois : cf. ĞĀḤ (h), VI, 148). De ce dernier point de vue, on comprendrait pourquoi le ‘irbid serait lui aussi, à volonté, serpent ou non, selon qu’on adopte, pour ce mot, l’acception de serpent redoutable, la plus juste selon le Lisān, ou l’autre, elle aussi attestée par le Lisān, celle de serpent inoffensif. Reste le dassās (ĞĀḤ (h), IV, 222 i.f., VI, 21, 32-33, VII, 65 i.f.-66, 126), vivipare quoique doté d’oreilles non proéminentes, présenté tantôt comme serpent, tantôt non (cf. ibid., IV, 222 i.f.) ; le Lisān, s.v., et Ghaleb, Dictionnaire, I, 402 (n° 8339-8340), distinguent dassās, nom d’un serpent (redoutable selon le Lisān, non venimeux selon Ghaleb : eryx), et dassāsa, seps (celui-ci, au sens strict, localisé en diverses régions d’Europe méridionale). C’est pour un animal de cette espèce que j’opte, compte tenu des arguments énoncés et de l’association étroite que Ğāḥiẓ fait entre ‘irbid et dassās (dassāsa est inconnu de lui), mais, est-il besoin de le préciser, sans certitude absolue : il est décidément indispensable de dépouiller en profondeur cette somme qu’est le Kitāb al-hayawān. Pour l’évocation du ‘irbid, cf. MAS (p), § 491, 1344, 1345. Sur les scincidés, cf. L. Bertin, La vie des animaux, Paris, II, 1950, p. 25-26, et Coutière, Le monde vivant, op. cit., II, 121 (à noter qu’un animal ressemblant, un anguidé celui-là, le Pseudope de Pallas, est réputé comme chasseur de vipères : ibid., 118).

168 Référ. supra, p. 339, n. 4 ; MUQ, 208, compare le ḥirḏūn et le crocodile pour leur forme.

169 FAQ, 66 (le mâle a deux organes génitaux, comme le scinque et le varan) ; Ḥud, 155 (nombreuses peaux de lézard exportées de Malaga, pour ornementer les poignées d’épée).

170 Associé au lézard et au scinque par FAQ, 66 ; évoqué pour les rivages africains de l’océan Indien par MAS (p), § 216 (avec le mot iranien correspondant, sūsmār), pour le Nil par RST, 80 (avec assimilation varan-crocodile, celui-ci étant donné comme le varan d’eau, plus gros). Évoqué dans Géographie II, 180.

171 FAQ, 66, 252, 255 ; ḤAW, 148/13, 150. Cf. L. Keimer, Interprétation de quelques passages d’Horapollon, Le Caire (Supplément aux Annales du Service des Antiquités d’Égypte, cahier n° 5), 1947, p. 49 (communiqué par J. Yoyotte) ; Coutière, Le monde vivant, op. cit., II, 120.

172 Cf. Lisān, s.v., repris par Ghaleb, Dictionnaire, I, 238. Sur les flottements du lexique et de la zoologie, cf. J. Ruska, « Ḥayya », dans EI (2), III, 344-345.

173 Lisān, s.v.

174 Cf. Dictionnaire de Blaehère-Chouémi-Denizeau, II, 1172 i.f.

175 Cf. Ghaleb, Dictionnaire, I, 79. Cet emploi est perceptible, en filigrane, chez Muqaddasī ; il nous dit (MUQ, 384) qu’il n’y a pas de afā‘ī (pl. de af‘ä) au Ğibāl (haut plateau iranien). Quelle est donc la catégorie opposée, celle des serpents habitant le Ğibāl ? C’est celle des serpents non venimeux, petits ou gros (cf. MUQ, 397), où l’on nous parle de gros serpents, longs d’une à cinq coudées, des colubridés sans doute, qui doivent être réputés inoffensifs puisqu’on ne nous dit rien d’autre sur leur compte (le mal causé par le serpent n’est pas de ceux sur lesquels nos auteurs font silence, bien au contraire), et, d’autre part, de serpents clairement présentés comme inoffensifs puisque les enfants s’en amusent (la petitesse, bien que passée sous silence, allant de soi compte tenu du rapport aux enfants). Si les serpents du Ğibāl sont, petits on gros, non venimeux, la catégorie opposée, celle des absents, rassemblera les serpents venimeux, petits ou gros.

176 Cf. ĞĀḤ (a), 192 ; ĞĀḤ (h), IV, 142, 226 ; ṬA‘Ā, 124 ; pour Mas‘ūdī et Ibn al-Faqïh, cf. note suivante.

177 Pour ḥayya, cf. RST, 157, 159, 161 (Iran) ; FAQ, 234 (Irak et Golfe), 240 (Iran), 265 (Iran), 266 et 268 (Iran, avec hawāmm : reptiles) ; MAS (p), § 491 (Arabie), 709 (confins septentrionaux de l’Arabie et ẖūzistān) ; MIS (b), 38 (régions au sud-est de la Caspienne) ; ḤAW, 158 (IST, 42 : confins nord-est de l’Égypte), 214 (Nisibe) ; MUQ, 175 (Jéricho), 186 (n. l : Jérusalem), 252 (désert d’Arabie; aussi 254, n. i), 297 (Siğistān), 305 (même pays), 410 (al-Ahwāz), 459 et 466 (Kirmān : longs), 489 (généralité sur la façon de tuer les serpents) ; Ḥud, 140 (Nisibe), 150 (Ḥims). Pour la vipère (af‘ä), cf. FAQ, 61, 208, 233 (Siğistān) ; Ḥud, 130 (al-Ahwāz). Pour le cobra (Égypte), cf. ĞĀḤ (a), 192 (les ṯa‘ābīn (pl. de ṯu‘bān) ne se trouvent qu’en Égypte) ; FAQ, 60 i.f.-61, 208, 233 ; MAS (p), § 492.

178 On notera au passage, comme un trait supplémentaire a inscrire à l’inspiration essentiellement orientale de cette géographie, que les pays à serpents se situent à l’est, en partant de l’Égypte.

179 FAQ, 240, 265, 266, 268 ; RST, 159, 161 ; MUQ, 384, 397 (cité supra, en note). Ḥims est libre de serpents comme de scorpions (ils y meurent dès qu’ils y arrivent) : IṢṬ. 46 ; ḤAW, 176.

180 MUQ, 186 (n. l), trad., p. 232, n. 96 (il s’agit d’une plaque de marbre portant deux inscriptions un peu effacées : « Muhammad, envoyé de Dieu », et « Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux »).

181 RST, 157, trad., p. 183, n. 5 (sur cette herbe (muẖalliṣa, litt. : celle qui libère, qui sauve), cf. également Ghaleb, Dictionnaire, II, 460) ; FAQ, 295 (cité supra p. 339, n. 5, à propos des scorpions).

182 MUQ, 175 (n. 6), où les serpents, grâce à leur chair, sont dits antidotiques (tiryāqiyya: cf. BGA, IV, 197.

183 RST, 161.

184 ĞĀḤ (a), 192 ; ĞĀḤ (h), IV, 120-121 (repris, avec variantes éventuelles, par FAQ, 60 i.f.-61, MAS (p), § 492 (cf. aussi n. 5 de la trad.), et ṬA‘A, 98) ; FAQ, 208 ; MAS (p), § 491. Pour l’ichneumon, la tradition remonte à l’ancienne Égypte (un cas contraire, supra, p. 339, n. 6) : cf. Coutière, Le monde vivant, op. cit., I, 235.

185 FAQ, 268, et référ. ci-dessus, n. 2.

186 MUQ, 397. Sur le symbolisme du serpent, cf. Eliade, Traité d’histoire des religions, op. cit., 182-183, 377-378 et passim.

187 MUQ, 252, 254 (n. i) ; l’interdiction alimentaire englobe le serpent dans la catégorie générale des ḥašarāt (cf. supra, p. 340 i.f.: cf. Laoust, Le précis de droit d’Ibn Qudāma, op. cit., 224 ; cf. ĞĀḤ (h), IV, 43, 302 (serpents bons à manger, selon les médecins et les philosophes ; mangés par les Bédouins, parfois au péril de leur vie : il n’est pas question, on le voit, d’usage courant).

188 MUQ, 489 ; le serpent est une créature de Satan, et le tuer est compté au nombre des actions licites, voire recommandées : cf. ĞĀḤ (h), I, 307, II, 293, IV, 300 et passim. Attitude parfois plus nuancée, qui distingue entre le serpent méchant et le serpent inoffensif : cf. WAṢ, 21-23.

189 On peut mourir, rapporte ĞĀḤ (h), II, 138, de vouloir le tuer à coups de bâton, car, la distance étant trop courte, l’homme est touché par « quelque chose » qui émane de l’animal.

190 Insistance sur la mort dans ĞĀḤ (a), 192 (Egypte) (repris par plusieurs auteurs : supra, p. 344, n. 7) ; MAS (p), § 491 ; ḤAW, 214.

191 MIS (a), 15 ; cf., en dehors de l’Islam, Géographie II, 92, 184. La terreur, elle aussi, peut être mortelle à elle seule : cf. ĞĀḤ (h), IV, 121.

192 ĞĀḤ (a), 192, repris, sur ce point, par FAQ, 61, mais nuancé par MAS (p), § 492 : sans l’ichneumon, les cobras seraient venus à bout des Égyptiens (sous une formulation voisine, décalque dans MAS (p), § 491, pour le Siğistān : sans les hérissons, la population serait détruite par les vipères). Sur les vieux souvenirs de pythons existant encore dans l’Égypte prédynastique, et sur la taille du naja haje, cf. L. Keimer, Histoires de serpents dans l’Égypte ancienne et moderne, Le Caire, 1947, p. 30 sq. (« Mémoires de l’Institut d’Égypte », L).

193 MIS (b), 38; MAS (p), § 709-710; IṢṬ, 42; ḤAW, 158. Le serpent est dit šibriyya (long d’un empan : cf. BGA, IV, 270) ou fitriyya (de fitr, distance entre les extrémités du pouce et de l’index tendus). C’est Mas‘ūdī qui donne les détails sur le caractère foudroyant de la morsure : Iṣṭaẖrī et Ibn Ḥawqal parlent simplement du « mal » causé par la bête. Cf. (communiqué par J. Yoyotte) Keimer, Histoires de serpents, op. cit., 77 ; Études d’égyptologie, VII, Zoologica III, Le Caire, 1945, p. 9, 25 et passim.

194 Cf. supra, p. 337.

195 Cf., respectivement, FAQ, 60 (sur le mur de la Vieille, cf. supra, chap. II, p. 180), 240, 212 et 113 (cité supra, p. 320).

196 Cf. FAQ, 277 ; RST, 57.

197 FAQ, 256-257 ; cf. Cl. Huart et H. Massé, « Bahrām », dans EI (2), I, 967-968. Animal connu, très connu, depuis la vieille poésie arabe (si connu qu’on lui compare le chevrotain porte-musc, pour donner une idée de celui-ci ; SÏR, 111, à propos du Tibet) ; autre apparition furtive, avec la panthère et le guépard, dans MAS (p), § 475.

198 Peaux exportées des pays berbères et du Sud marocain : ĞĀḤ (t), 159 ; Ḥud, 154. Pour le monde non-musulman, cf. Géographie II, 173, 179, 200.

199 Sammūr, sinğāb, ṯa‘lab, qāqum (qāqūn), fanak, ẖarkūs (iranien ẖargūš : cf. BGA, IV, 224), kalb al-mā’ (cf. Dozy, Supplément, II, 481 ; signalée, sans plus, par IṢṬ, 111, à propos du lac d’Urmiya), ẖazz (cf. BGA, IV, loc. cit.), dalaq (dalah : cf. BGA, IV, 237), wašaq : cf. ĞĀḤ (t), 157 (avec mention, notamment, du casto-réum), 159 ; FAQ, 235, 313 (simple allusion à renard et fouine pour évoquer, par référence, un autre animal) ; ḤAW, 465 ; MUQ, 239 (martres nombreuses à Tudèle), 324-325 (avec, également, peaux de chèvre : cf. supra, p. 323, n. 6), 396. Pour le trafic des fourrures aux frontières du monde musulman, cf. FAQ, 84 ; YA‘Q, 278 (préparation des peaux au ẖuwārizm, qui les reçoit des pays turcs ou de l’Europe orientale : cf. ḤAW, 482 ; MUQ, 325, 1. 4) ; HAW et MUQ, loc. cit. Sur un lièvre comme proie d’un vautour, cf. MAS (p), § 471.

200 FAQ, 297.

201 RST, 161 ; moyen indirect de lutte contre les serpents : cf. supra, p. 344.

202 FAQ, 11 : ce « rat musqué » (fa’r al-misk) serait exporté de l’Inde musulmane (Sind) aux îles de la Sonde (cf. YA‘Q, 366 : le Sind est exportateur de musc) ; c’est la femelle qui porterait le musc, dont l’odeur est déclarée inférieure à celle de la civette. ẖUR, 64 (à propos de Ceylan ; cité, avec FAQ, loc. cit., dans Géographie II, 94, n. 3), distingue une « bête à musc » (dābbat al-misk) d’une « bête à civette » (dābbat az-zabād). La seconde est la zibet (zibeth) asiatique, correspondant aux civettes et genettes d’Europe ou d’Afrique. La première (à ne pas confondre avec le rat musqué d’Amérique, Ondatra zibethica) est, en réalité, un insectivore rappelant notre musaraigne et portant les noms communs de muskrat ou muskshrew : sur ces insectivores à musc, cf. W. T. Blanford, The fauna of British India, Mammalia, Londres-Calcutta-Bombay-Berlin, 1888-1891, p. 233-237 ; W. W. A. Philipps, Manual of the mammals of Ceylon, Ceylan-Londres, 1935, p. 46-49 ; S. H. Pra-ter, The book of Indian animais, 2e éd., Bombay, 1965, p. 168-169 ; T. J. Roberts, The mammals of Pakistan, Londres-Tonbridge, 1977, p. 25-31 (avec, notamment, un Sincus murinus sindensis).

203 MUQ, 252, 254 (n. i) ; à noter que, malgré son appartenance à la classe des ḥašarāt, comme le serpent (supra, p. 345, n. 2), la gerboise n’appelle pas les mêmes réserves (sans doute parce que cette appartenance est atténuée par le fait qu’il s’agit d’un animal sauteur) : cf. Laoust, Le précis de droit d’Ibn Qudāma, op. cit., 224.

204 FAQ, 62.

205 MUQ, 443.

206 Conformément aux principes posés dans Géographie II, 88-89, je retiens ici, pour les singes, l’ensemble des détails donnés par notre corpus, qu’il s’agisse de monde musulman ou non ; cf. FAQ, 37 ; MAS (p), § 485-489, 491, 1355 ; Merv, 231-242 ; IṢṬ, 27 ; ḤAW, 39 ; Ḥud, 147. Sur le babouin du Yémen, cf. D. L. Harrison, The mammals of Arabia, Londres, 3 v., 1964-1972 : t. I, p. 185 sq. Autre animal curieux, la girafe, dont ĞĀḤ (t), 159, dit qu’on l’importe du Yémen, c’est-à-dire, en réalité, par le Yémen, de l’Afrique ; voir sa description dans Géographie II, 182-183.

207 Cf. les analyses de J.-L. Poirier, « Éléments pour une zoologie philosophique », Critique, 375-376, août-sept. 1978, n° spéc. : L’Animalité, p. 693-694.

208 Thème courant de la zoologie antique et classique : cf. ibid., 693.

209 Cf. Géographie II, 96-97.

210 FAQ, 60 ; MUQ, 203.

211 Cf. FAQ, 19 ; RST, 57 ; MUQ, 139 ; F. Viré, « Ḥamām », dans EI (2), III, 111-112, et Elisseeff, Nūr ad-Dīn, op. cit., 784. Cf. aussi MUQ, 311 (n. p : région de Marw). Les pigeons sauvages (à ce qu’il semble) sont signalés, en passant, par MAS (p), § 471.

212 RST, 199.

213 FAQ, 16 (cité dans Géographie II, 94). La pintade est africaine (cf. H. von Boettlicher, Die Perlhühner, Wittenberg Lutherstadt, 1954) ; s’il ne s’agit pas d’animaux importés en Inde, il faut penser à une poule domestique ou à un gallinacé sauvage (cf. S. Ali et S. D. Ripley, Handbook of the birds of India and Pakistan, Oxford University Press, II, 1969, p. 1-127 ; Coutière, Le monde vivant, op. cit., II, 64 i.f.-65).

214 MUQ, 145 (pl. ğawāğīq : cf. BGA, IV, 210) ; du persan ğūğè, čučè, čuzè ou čūğè : cf. Desmaisons, Dictionnaire, I, 604, 606, 664.

215 MIS (b), 38; RST, 159; FAQ, 317 (avec correction proposée, trad., p. 376, n. 1).

216 MUQ, 203 ; FAQ, 235 ; Ḥud, 60 (frontières de l’Islam, au sud-est de la Caspienne). Sur le pélican en ces régions, cf. F. Hüe et R. D. Etchécopar, Les oiseaux du Proche et du Moyen Orient, Paris, 1970, p. 54-57.

217 MUQ, 195, 209, 359, 370, 403 (raẖama : percnoptère (charognard), ou vautour d’Égypte : cf. Ghaleb, Dictionnaire, I, 455; Hüe et Etchécopar, op. cit., 136-137). Sur la IVe f. azmana employée par Muqaddasï, cf. BGA, IV, 254. MAS (p), § 471, signale, en passant, la chasse aux moineaux (avec filet).

218 ĞĀḤ (t), 159, 160 ; FAQ, 328 (faisans noirs d’Asie Centrale) ; MUQ, 145 (qabğ pour perdrix ; ḥağal chez MAS (p), § 469). Sur ces oiseaux, dans les régions considérées, cf. Hue et Etchécopar, op. cit., 215 i.f.-222, 225-230 (le faisan noir étant sans doute le faisan koklass).

219 MAS (p), § 472 ; IṢṬ, 107 ; ḤAW, 328 ; MUQ, 354, 359, 484.

220 FAQ, 313 (repris par MUQ, 368, avec variante : deux ailes comme celles de l’hirondelle). Sur la roussette et les chiroptères en général, cf. G. S. Miller, The families and genera of bats, Washington, 1907, p. 54 ; Misonne, Analyse zoogéographique, op. cit., 24-25 ; K. Andersen, Catalogue of the Chiroptera in the Collection of the British Museum, 2e éd., Londres, 1912, passim ; G. Allen, Bats, New York, 1939, passim; Coutière, Le monde vivant, op. cit., I, 230 (qui signale que la roussette peut atteindre 1,50 m d’envergure).

221 ĞĀḤ (t), 159 ; FAQ, 121, 189, 192 (un exemple, pour la littérature de l’adab, dans Bayhaqī, Maḥāsin, 106). L’autruche aurait disparu des déserts d’Arabie vers 1939-1941 ; cf. Hüe et Etchécopar, Les oiseaux, op. cit., 21-23.

222 ĞĀḤ (h), I, 30 (la chauve-souris étant rangée parmi les oiseaux) ; je reprends à ce sujet mes conclusions de la n. 4, p. 341.

223 FAQ, 277.

224 MUQ, 205.

225 MUQ, 403 ; sur l’oiseau, cf. supra, p. 351, n. 4.

226 ‘Uqāb, ṣaqr, šāhīn, yu’yu’, bāšiq (cf. ĞĀḤ (t), 160 et 162 ; Blachère-Chouémi-Denizeau, Dictionnaire, I, 353), bāz(in) (sur ces mots, les espèces et l’autourserie en général, cf. F. Viré, « Bayzara », dans EI (2), I, 1186-1189) : cf. ĞĀḤ (t), 159-161 ; MAS (p), § 465-467, 469-475 ; ḤAW, 465 ; MUQ, 324 (et BGA, IV, s.v. « bīrī »).

227 Aristogène de Cnide (iiie s. av. J.-C.) et Archigène d’Apamée (vers 100 ap. J.-C), tous deux médecins et naturalistes : cf. Pauly et Wissowa, Real-Encyclopädie, II, 484-486 et 932-933 ; F. Sezgin, Geschichte des arabischen Schriftums, Leyde, III, 1970, 61-63 et passim.

228 Le fils de l’éponyme de la dynastie abbasside : cf. L. Veccia Vaglieri, dans EI (2), I, 41-42.

229 Sur les adj. dirhamī, muġarnaq et qirṭāsī, cf. BGA, IV, 234, 308, 323.

230 Cf. le vocabulaire spécialisé dont use la traduction de Ch. Pellat.

231 Plus précisément : de l’auteur du Kitāb at-tabaṣṣur bi t-tiğāra.

232 FAQ, 121, 192 ; MUQ, 34, 198, 283, 402.

233 MUQ, 333.

234 RST, 82 ; sur le mont Bāqīrān, cf. supra, chap. I, p. 22, n. 4.

235 FAQ, 250, l’exploit étant salué du cri de « Dieu le maudisse ! ». Pour une tentative malheureuse, dans l’histoire musulmane, cf. L. Kopf, « Djawharī », dans EI (2), II, 508-509.

236 Cf., dans les Mille et une Nuits, Sindbād le Marin en son septième voyage, ou Gharîb (A. Miquel, Un conte des Mille et une Nuits, Ajîb et Gharîb, Paris, 1977, p. 125).

237 ĞĀḤ (h), I, 28-30. Les lignes qui suivent me sont inspirées par une première lecture, mais il y aurait sans doute lieu d’approfondir pour une véritable étude zoologique (cf. supra, p. 341, n. 4, et p. 352, n. 2).

238 Le concept est latent aussi chez MAS (p), § 469 i.f., où la capacité de vol est mise en rapport avec la taille des plumes. L’équation vol-oiseau est évidemment facilitée, en arabe, par la double valeur du mot ṭayr, nom de l’oiseau et maṣ-dar du verbe ṭāra (voler) ; pour éviter la confusion, Ğāḥiẓ use de ṭayr, du participe ṭā’ir et de l’expression mā yaṭīru (ce qui vole).

239 Second et cinquième voyages ; cf. aussi son apparition dans des pays lointains, mal connus ou légendaires : Géographie II, 91, 178, 183-184.

240 MAS (p), § 469.

241 Cf. supra, p. 337, n. 4.

242 Ğāḥiẓ désigne ces insectes ailés sous le nom de hamağ, en disant « qu’ils sont à la gent qui vole ce que les ḥašarāt [cf. supra, p. 340] sont à la gent qui marche » (ĞĀḤ (h), I, 28) ; l’incertitude du classement se renforce au fait que ces hamağ sont successivement définis comme relevant des oiseaux, puis exclus de la catégorie (ibid., 1. t et 7). Cf. aussi Mille et une Nuits (conte de Tawaddud).

243 Ou encore de Ğa‘far b. Abī Ṭālib, au Paradis : ĞĀḤ (h), I, 30 (et L. Veccia Vaglieri, dans EI (2), II, 382).

244 MAS (p), § 466-468.

245 Cité dans R. Abirached, La crise du personnage dans le théâtre moderne, Paria, 1978, p. 101. Sur le merveilleux animal, cf. T. Fahd, « Le merveilleux dans la faune, la flore et les minéraux », dans L’étrange et le merveilleux dans l’Islam médiéval. Colloque de l’Association pour l’Avancement des Études islamiques (Paris, 1974), Paris, 1978.

246 Poirier, « Zoologie philosophique », art. cit., 695.

247 Ibid., 698-699 (souligné par l’auteur).

248 Géographie I, 131-132 ; II, 77, 485.

249 Cf. Géographie II, 484-485.

250 Cf. supra, p. 341, n. 3 i.f.

251 Cf. A. Miquel, Un conte des Mille et une Nuits, op. cit., 78, le merveilleux se renforçant ici à l’octroi de la parole, qui fait du monstre animal un génie.

252 MAS (p), § 1344.

253 Je rejoindrais ainsi, par d’autres voies, ce que J.-L. Poirier (art. cit., 682) dit du « monstre non par excès d’imaginaire, mais par insignifiance ».

254 WAṢ, 16-17. Cf. d’autres exemples de monstres au chapitre ix de notre Géographie II.

255 WAṢ, 16.

256 WAṢ, 20.

257 WAṢ, 19.

258 WAṢ, 21-24.

259 Cf. par exemple, chez MAS (p), le début du § 1208, ou WAṢ, 25.

260 MAS (p), § 1207.

261 Sur cette double attitude, cf. MAS (p), § 1203 i.f., 1205, 1340 i.f., 1343 i.f., 1344, 1354 i.f. ; IṢṬ, 27 ; ḤAW, 39.

262 Cf. Ḥayawān, index, s.v. « ğinn », et les annotations de l’éditeur dans sa traduction de Mas‘ūdī, Prairies. Les thèmes évoqués ici sont pris à MAS (p), § 1196-1204, 1208-1209, 1340 ; WAṢ, 20. Pour le ‘udār, FAQ, 37 ; MAS (p), § 1203 ; IṢṬ, 27 ; ḤAW, 39. Sur l’histoire des génies, voir l’aperçu de WAṢ, 17 i.f.-19.

263 Le Lisān, s.v., rapporte deux hypothèses : les ḥinn seraient une espèce intermédiaire entre hommes et djinns, ou les chiens des djinns.

264 Je n’ai pas retrouvé les ḥamāmiṣ (ainsi orthographié dans le texte arabe, MAS (p), § 1204; ḥamāmiṣ dans la traduction) dans les dictionnaires arabes; c’est, sous la forme ḥamāmiṣ, le pl. de ḥimmiṣ, ḥimmaṣ, auj. ḥummus : pois chiche. Pour le duwāl-bāy, cf. Desmaisons, Dictionnaire, I, 929 (s.v. « duwāl-pā »), à qui j’emprunte la définition.

265 Référ. supra, p. 361, n. 2.

266 MAS (p), § 1192-1194. Croyances présentées avec un scepticisme latent, confirmé, même, par une tradition, chez MAQ, II, 111. Le Lisān, s.v. « ṣdy », apparente l’oiseau du mort à une chouette et lie son apparition à une mort non vengée ; hāma serait la forme féminine de cet oiseau, et ṣadä le māle.

267 MAS (p), § 1193 (contestation, par le Prophète, de l’existence du hām et du ṣafar; cf. aussi la tradition rapportée par MAQ, loc. cit.). Sur les définitions du safar, cf. Lisan, s.v.

268 Cf. FAQ, 38 ; MAQ, III, 32 ; MAS (p), § 491, 1338-1345 (avec une autre interprétation : nisnās signifie aussi la tourbe, la lie du peuple ; signalé aussi comme ayant deux jambes) ; WAṢ, 25-26. MAS (p), § 1208 (n. 4), attribue à l’occasion certains traits du nisnās (un pied, une main, un œil) au šiqq.

269 Cf. MAS (p), § 870, 1338, 1343 i.f., 1344, 1346-1348, et Ch. Pellat, dans EI (2), I, 524 (avec référence aux traditions iraniennes et hindoues).

270 Mas‘ūdī ne précise pas les pays, et c’est fort dommage. Sur le phénix proprement dit, cf. A. Papadopoulo, Esthétique de l’art musulman. La peinture, Lille, 1, 1972, p. 127, 513 ; E. W. Lane, Early Islamic pottery, Londres, 1947, p. 40, 43 et planches (renvoyant à une époque postérieure à celle dont nous traitons). Mais il peut s’agir aussi de n’importe quel oiseau stylisé, dans un décor monumental ou familier : cf. A. Papadopoulo, L’Islam et l’art musulman, Paris, 1976, p. 82, 192, 428 (fig. 403). Exemple célèbre : les oiseaux de la façade du château de Mchatta. Voir aussi K. Otto-Dorn, L’art de l’Islam, Paris, 1967, p. 44 sq. (notamment, p. 55 et 57, à propos des griffons et « dragons-paons » des constructions umayyades), et Arts de l’Islam des origines à 1700, dans les collections publiques françaises (catalogue de l’exposition de l’Orangerie des Tuileries), 1971, p. 47 et 66 (n° 21) (58 et 84 (n° 84), pour un vase à phénix, mais du xive siècle).

271 MAS (p), § 644, et Bayhaqī, Maḥāsin, 105.

272 FAQ, 207 (sur le dār ṣīnī, cannelle ou cinnamome, cf. infra, chap. vi). Le banğas est rapporté à « l’Orient », et plus précisément à une ville du Soleil (Aġfaṭūs). Le samandar n’est pas localisé par Ibn al-Faqīh (j’en emprunte la description à celle du pays du Wāq-Wāq : cf. Géographie II, 512). Le passage, on le voit, répartit le merveilleux entre l’Orient mythique (avec le banğas), les pays d’Islam (avec les rats), et le monde entier, musulman ou non, avec le samandar. Cf. Dozy, Supplément, I, 687.

273 Chap. III, p. 251 sq.

274 Cf. Sauvaget, dans Rel, § 1, n. 2, et § 19, n. 2.

275 MUQ, 397, cité supra, p. 345.

276 FAQ, 259, cité supra, p. 321 (et n. 1).

277 MUQ, 205, 209. Pour le chiffre de sept années, cf. ibid., 193 et 202 (trad. A. Miquel, « L’Égypte vue par un géographe arabe du ive/xe siècle : al-Muqaddasī », Annales islamologiques (Le Caire), XI, 1972, p. 111 (et n. 8) et 123). Sur la disette de sept ans (les sept vaches maigres), cf. Genèse, XLI.

278 ḤAW, 74.

279 Sur ce crabe, cf. infra, p. 369, n. 2.

280 FAQ, 295 ; sur le ptc. mustarāṯ, cf. ibid., xxvii. L’exception, l’eau sans poisson ni autre vie (mer Morte, lac d’Urmiya), est, elle aussi, relevée : MAS (t), 107-109 ; IṢṬ, 47 ; ḤAW, 184, 345 ; Ḥud, 54.

281 RST, 82.

282 Référ. supra, chap. iii, p. 252, n. 1. La « loi des poissons » est connue aussi de l’Inde.

283 Rel, § 2 ; ẖUR, 61 ; Merv, 199.

284 FAQ, 121 ; ḤAW, 84, 219, 346, 417 ; MUQ, 118, 119, 131 (n. p de 130), 145, 161,195, 285, 286, 329, 354, 357, 417, 425 ; Ḥud, 144 ; cf. également supra, chap. III, p. 245, et les références des notes suivantes.

285 MUQ, 119, 286 (ma‘din : lieu par excellence d’un produit, et mine).

286 ḤAW, 328 ; MUQ, 202, 484.

287 MUQ, 201, 426 (Hinduwān, au Fārs ; le texte, peu clair, peut donner à croire aussi qu’il s’agit de poisson de mer : cf. Le Strange, Eastern Caliphate, 271).

288 RST, 94 ; ḤAW, 300, 346 ; MUQ, 325, 442, 446 ; Ḥud, 55.

289 ḤAW, 138 i.f.-139.

290 IṢṬ, 93 ; ḤAW, 300, 328 ; MUQ, 370, 443.

291 RĀZ, 103.

292 Ce poisson est donc un poisson d’eau douce, mais capable de s’adapter, à l’époque du frai, aux eaux salées du lac de Van, plus exactement, il est vrai, à l’embouchure des rivières ; son nom arménien de darekh vient du grec tarikhos (salaison) : cf. IṢṬ, 111 i.f.-112 ; ḤAW, 346 ; MUQ, 145, 380 ; BGA, IV, 288 ; V. Cuinet, La Turquie d’Asie, Paris, II, 1891, p. 669, 677 ; M. Canard, Sayf ad-Dawla, Alger, 1934, p. 59, n. 4 ; T. Deyrollet, « Notice sur une espèce remarquable de poisson qui vit dans les eaux du lac de Van (Alburnus tarichi Pall.) », Revue et Magazin de Zoologie pure et appliquée, 2e sér., XXIII, 1871, p. 401-405. Chez Ghaleb, Dictionnaire, II, 97, ṭirrīẖ désigne le grondin. Sauf erreur de ma part, le darekh n’est pas mentionné dans J. Pellegrin, Les poissons des eaux douces d’Asie Mineure, Paris, 1928. MUQ, 145, signale le ṭirrīẖ parmi les exportations de Mossoul.

293 IṢṬ, 109 ; ḤAW, 338 (le qušūba étant qualifié a contrario comme différent, par son aspect, du darāqin et de l’esturgeon, dont il sera question plus loin) ; MUQ, 373 i.f. (et n. t) et 380 (avec graphie qasbūya ?) ; BGA, IV, 253 (s.v. « zrqn »), 300 (s.v. « ‘šb » : cf. Dozy, Supplément, II, 129, s.v. « ‘ašbūra », « dentale », esp. « denton »). Compte tenu de l’incertitude même des noms, une identification parait difficile : aucun mot rappelant ceux que nous avons ici n’apparaît dans Pellegrin (cité note précédente).

294 MUQ, 128, 131 (n. p de 130), 162; BGA, IV, 194; Ghaleb, Dictionnaire, I, 170 (barbeau) ; W. E. Crum, A Coptic dictionary, Oxford, 1929-1934, p. 113, a (Barbus bynni). Le sens de « carpe » paraît courant : cf. Dozy, Supplément, I, 116 (bunn, saumure de carpe, faite avec le bunnī ; à noter aussi, ibid., le sens de poisson, en général) ; Lane, Lexicon, I, 258, qui donne le nom scientifique : Cyprinus bynni de Forksal. Sur l’habitat de la carpe, cf. Dictionnaire universel d’histoire naturelle, Paris, 13 v., 1841-1849 : t. III, 189.

295 FAQ, 192 ; MUQ, 128, 131 (n. p de 130). Traduction conjecturale ; si bunnī renvoie à un poisson du genre carpe, je me fonde sur l’association établie par MUQ, 128 (šīmu Wāsiṭin wa bunniyyuhā) pour rapprocher de la carpe un autre poisson commun et appartenant comme elle à la famille des cyprinidés, d’autant que le barbeau, sous diverses espèces, est fréquent dans le Tigre : cf. A. Günther, « A contribution to the fauna of the river Tigris », The Annals and Magazine of Natural History, XIV, 4e sér., 1874, p. 37-38. Mais on peut aussi, entre autres poissons, penser à la perche, qui n’est pas un cyprinidé, mais est un des plus beaux et des meilleurs poissons d’eau douce (cf. Dictionnaire universel d’histoire naturelle, IX, 580 sq., avec distribution géographique de l’espèce).

296 FAQ, 121, 192. Dozy, Supplément, I, 721, donne, outre celui d’alose, les sens de : Uranoscopus scaber (poisson de l’Euphrate et du Tigre), carpe, turbot. Le sens d’alose (adopté par le traducteur de FAQ, loc. cit.) me paraît d’autant mieux convenir que, s’agissant d’un poisson connu, on comprendrait mal que Muqaddasi n’ait pas inclus ce poisson dans la liste qu’il donne pour le Tigre (cf. infra).

297 Sur les moeurs et la distribution géographique de l’alose, cf. Dictionnaire universel d’histoire naturelle, I, 294 ; H. Blegvad et B. Loppenthin, Danish scientific investigations in Iran, III : Fishes of the Iranian Gulf, Copenhague, 1944, p. 63-64.

298 MUQ, 131 (n. p de 130), la liste (de 24 noms) comprenant aussi le bunnī et le šīm, déjà cités ; on se reportera aux rubriques correspondantes de BGA, IV, qui permettent d’identifier quelques-unes de ces espèces, et à Ghaleb, Dictionnaire, s.v. « irbiyān », « usbūr » (usbūl chez MUQ), « barāk », « ğirrī », « zağar », « zunğūr » et « šilq ». Cf. aussi, pour quelques-uns de ces noms, le glossaire iranien des pages 222-227 de Blegvad et Loppenthin, op. cit. : shâ-ôm (šā’im chez MUQ : poisson des rivages : Blegvad, 140-141), barak (horse-mackerel), zarah (Drepane punctata, plus rare dans le Golfe proprement dit qu’à l’est, en allant vers la mer d’Oman : Blegvad, 146-147), marmahi (anguille). Pour des recherches plus poussées, on partira de la bibliographie rassemblée par B. E. Allouse, A bibliography of the vertebrate fauna of Irak and neighbouring countries, IV : Fishes, Bagdad, 1955. Je n’ai obtenu aucun résultat, pour d’autres identifications, dans Günther, art. cit. (les deux noms vernaculaires cités, « abu zumare » et « aradah », ne correspondant à aucun de ceux qui sont donnés dans la liste de Muqaddasī).

299 Tous relevant, on le voit, de la catégorie unique du samak, comme on l’a dit plus haut.

300 FAQ, 296-297 ; IṢṬ, 109 ; ḤAW, 338 ; BGA, IV, 259-260.

301 Malapterurus electricus, malaptérure du Nil (ou du Niger), electric catfish, futrat an-Nīl (Ghaleb, Dictionnaire, II, 228), chez nos auteurs ra‘‘āda, ra‘‘ād, samak ra‘‘ād : cf. RST, 80 ; FAQ, 67, 252, 255 ; MAS (p), § 804 ; IṢṬ, 40 ; ḤAW, 148/13.

302 Cf. supra, chap. I, p. 106-107.

303 FAQ, 295, avec le trait signalé supra, p. 365 i.f. H. Massé et Ch. Pellat traduisent saraṭān par « écrevisse ». Il s’agit plus vraisemblablement du crabe d’eau douce (à l’embouchure des rivières, comme le darekh : supra, p. 367, n. 3). L’écrevisse est en effet un animal de pays froids ou tempérés froids, le crabe d’eau douce (telphuse, telphusien) de pays chauds ou tempérés chauds : voir précisions sur l’habitat dans H. Milne-Edwards, Histoire naturelle des crustacés, Paris, 3 v., 1834-1840 : t. II, p. 12, et surtout t. III, p. 584 (du même, « Les crustacés », dans G. Cuvier, Le règne animal, Paris, s.d., VII, p. 60) ; sur le climat de la région du lac de Van, cf. Blanchard, dans Géogr. univ., VIII, op. cit., 123-124. Sur un faux » crabe de rivière », cf. Merv, 298.

304 FAQ, 260. J’ignore à quel fait, exact ou déformé par la légende, peut renvoyer le texte.

305 FAQ, 63 (fī n-Nīl, formule employée, à propos de l’Égypte, pour l’hippopotame et le rhinocéros).

306 Cf. Géographie II, 93, 178-180 et index.

307 Fleuve de l’Inde, mais de l’Inde musulmane (province du Sind).

308 Je n’ai traité, pour l’étranger, que des caractéristiques locales de l’espèce : cf. Géographie II, 88 i.f.-89, 92-93, 180.

309 ĞĀḤ (a), 192 ; ĞĀḤ (h), VII, 135, et citations faites par MAS (p), § 217 et 487.

310 Référ. dans Géographie II, 93, n. 1. A noter que Ğāḥiẓ lui aussi, mais en passant, parle de « crocodiles des golfes » (ṭamāsīḥ al-ẖulğān: ; ĞĀḤ (h), VII, 75. Pour l’Afrique Orientale, cf. FAQ, 63 (si l’on n’adopte pas la correction signalée dans Géographie II, loc. cit.).

311 MAS (p), § 218.

312 La description qui suit est prise à FAQ, 61-63 ; RST, 80-81 ; MAS (p), § 248 ; MAS (t), 82 ; IṢṬ, 40, 42 ; ḤAW, 148/13-150, 160 i.f.-161 ; MUQ, 208 ; Ḥud, 152 ; ṬA‘Ā, 99. Cf. J. Ruska, « Timsāḥ », dans EI, IV, 817-818.

313 La croyance remonte à Hérodote : cf. Dictionnaire universel d’histoire naturelle, IV, 354 (avec description, en sa réalité, de l’appareil constitué par les deux mâchoires).

314 IṢṬ, 40, la compare au cuir dont on entoure les poignées des épées.

315 Sur la réalité, cf. Dictionnaire universel d’histoire naturelle, IV, 360.

316 Hérodote donne, à l’oiseau défini par ces propriétés, le nom de trochilus, une espèce de pluvier, le Charadrius aegyptius de Hasselquist (Dictionnaire universel d’histoire naturelle, IV, 359). C’est le pluvian, en fait, qu’on a coutume d’évoquer (cf. Ghaleb, Dictionnaire, I, 230, avec les noms de tawram, qaṭqāṭ, saqsāq, ṭayr at-timsāḥ (« oiseau du crocodile »), abū ẓifr). MAS (p), § 248, donne trois noms : ṭīṭawä, ḥiṣānī et šāmurk. De R. D. Etchécopar et F. Hüe, Les oiseaux du nord de l’Afrique (Paris, 1964), je retire les renseignements suivants : le chevalier est représenté par les deux genres tringa et philomachus, sous les noms de ṭīṭawä, ṭawṭaw, saqsāq, kalïsta, wība et nasnāsa (p. 598 et 605 ; sur les chevaliers et leur habitat, cf. ibid., 231-240). Le pluvian est désigné par les termes de zaqzāq, qaṭqāṭ, ṭayr at-timsāḥ (ital. guardiano del coccodrillo, all. Krokodilwächter : p. 259-260 et 599). Mais je retrouve qaṭqāṭ, zaqzāq, saqsāq et ṭayr at-timsāḥ pour une espèce de vanneau, Hoplop-terus spinosus (p. 216) ; ṭiṭā(minğalī) et saqsāq(a) pour un bécasseau, Limicola falcinellus (rare en Égypte, il est vrai : p. 248-249 et 593), le bécasseau (genre des tryngites) étant lui-même confondu parfois avec le genre tringa, c’est-à-dire le chevalier (p. 605) ; saqsāq(a), enfin, pour le genre des barges (limosa, p. 229-230). Au total, avec tous ces échassiers que sont les pluviers, pluvians, chevaliers, vanneaux, bécasseaux et barges, nous n’avons que l’embarras du choix pour les trois oiseaux que Mas‘ūdī nomme, malheureusement sans les décrire autrement que par le comportement commun évoqué. Ḥiṣānī semble correspondre assez bien à « chevalier », de par l’étymologie (ḥiṣān : cheval), tītawä étant donné comme « pluvier » par Ch. Pellat (MAS (p), § 248, trad.) ; sur le terme šāmurk, cf. Fleischer, « Über eine Koptisch-Arab. Handschrift des Kais. Bibl. zu Paris », dans Zeitschrift für Ägyptische Sprache und Alterthumskunde, 1868, p. 84 (et n. 26), cité dans Dozy, Supplément, I, 716, et Crum, Coptic dictionary, s.v. « šāmurk », « ğāmurk ».

317 Cet oiseau est dit ressembler au ṭīṭawä (cf. note précédente).

318 Cf. supra, chap. II, p. 187 i.f., à propos des parages de l’écluse de Saradūs.

319 Souvenirs de l’Antiquité : cf. Hérodote, cité dans Dictionnaire universel d’histoire naturelle, IV, 353.

320 Cf. RST, 81 (trad., p. 89, n. 1) ; IṢṬ, 42 ; ḤAW, 160-161 ; Ḥud, 152.

321 Cf. supra, p. 342.

322 Belette pour Ibn al-Faqīh, animal semblable à elle pour Mas‘ūdī. Ch. Pellat (MAS (p), § 248, n. 1) déclare que « Mas‘ūdī semble faire allusion à la mangouste (nims) ». Développement légendaire d’un fait naturel : la mangouste et l’ichneumon font la chasse aux œufs et même aux jeunes crocodiles nouvellement éclos : cf. Dictionnaire universel d’histoire naturelle, IV, 359.

323 Il figure comme tel dans la liste de ĞĀḤ (h), V, 545 ; sur ces aspects de la pensée de Ğāḥiẓ, voir les textes traduits par Ch. Pellat dans Arabische Geisteswelt, Zurich-Stuttgart, 1967, p. 210 sq. (notamment le texte n° 43, p. 274-276).

324 Sur l’histoire de ce commerce maritime, cf. Géographie II, 76-77.

325 RST, 88 i.f.-89, cité supra, chap. iii, p. 241.

326 Supra, chap. m, p. 251-252, 259-260 ; pour l’Occident, cf. J. Delumeau, La peur en Occident, xive-xviiie siècles, Paris, 1978, p. 31-42.

327 FAQ, 47 ; le thème est couplé avec celui de l’attachement au pays natal : ibid., 47-49 et 237-238, tout cela remontant à Ğāḥiẓ : cf. Géographie I, 109 et. 114-115.

328 Coran, II, 159/164, XIV, 37/32 et passim.

329 Coran, V, 97/96 (ce « gibier » étant destiné aux voyageurs et aux autres).

330 ḤAW, 71 (Sfax, avec filet spécial, zard : cf. BGA, IV, 253), 74 (Tunisie du Nord : poisson abondant, mais trop cher), 139-140 (Égypte), 144 (côtes d’al-’Arïš), 328 (Arabie du Sud) ; MUQ, 178 (golfe d’Akaba), 203 (exportations de poisson de Péluse), 426 (Fārs, mais voir supra, p. 366, n. 7).

331 ḤAW, 381, 388 (hors des limites de l’Islam) ; Ḥud, 53, 134 ; et supra, chap. iii, p. 244.

332 J. Berque, De l’Euphrate à l’Atlas, op. cit., I, 376. Ces espèces ne sont pas toujours identifiables sous leur nom actuel, et j’avoue n’avoir pu pousser jusqu’au bout la recherche. Sur ces poissons des mers d’Orient, on pourra consulter Blegvad et Loppenthin, Fishes of the Jranian Gulf, op. cit. ; W. H. Lane, « The game fishes of the Persian Gulf », Journal of the Bombay Natural Historic Society, XXIV, 1916, p. 722-748, XXV, 1917, p. 121-135 ; J. R. Norman, « Fishes from the Red Sea and western Indian Ocean », Scientific Report of John Murray Expedition (Londres), VII (1), 1939, p. 1-116 ; enfin, la bibl. citée dans Allouse, A bibliography of the vertebrale fauna, IV, op. cit.

333 FAQ, 9 i.f.-10, 296-297 (sur le thème évoqué de la connaissance, par les marins, de ces mers et de leurs distances, cf. ĞĀḤ (h), III, 261-263), et supra, chap. iii, p. 259. Le barastūğ (baraštūğ baraštūk : cf. ĞĀḤ (h), index s.v.) est peut-être identique au barsūḥ que MUQ, 131 (n. p de 130) donne dans sa liste des poissons du Tigre : cf. BGA, IV, 187. Ustūr est le nom iranien du quadrupède bête de somme, cheval, âne, mulet : ce dernier nom renvoie, en français, au muge, qui remonte les fleuves pour frayer. Ğ-rāf, enfin, semble évoquer, sous un autre nom (cf. Dozy, Supplément, I, 187, s.v. « ğarafa »), l’alose, poisson migrateur lui aussi, évoqué plus haut à propos du Tigre.

334 MUQ, 101.

335 MUQ, 368, à propos du Ṭabaristān (s’il s’agit bien d’un poisson de mer) ; mais il est peut-être question des phoques, dont on parlera plus loin (cf. ibid., suite du texte, et var. de la n. e) : dans ce cas, on aurait sans doute une évocation de la forme avachie de l’animal sur la grève (tête petite par rapport à un corps renflé).

336 ḤAW, 156-157 (la référence à Ibn al-Faqīh, « auteur d’un ouvrage rempli de sottises et de stupidités », semblant se déduire de ce qui précède, sur le dauphin : cf. FAQ, 62 i.f.) ; MUQ, 208-209 ; BGA, IV, 272, 298, 373 (sur l’adj. waḥš, par lequel Muqaddasī qualifie, quant à lui, ces rêves).

337 Litt. : les quadrupèdes.

338 L’autre nom, qui apparaît chez MUQ, loc. cit. (šarb, var. sarb), peut être mis, de son côté, en rapport avec ce qui suit, l’antidote qui consiste à boire (racine šrb) du vin (mimman yašrabu l-ẖamra) ; chez ḤAW, qui emploie le terme ‘arūs pour le poisson, la même racine apparaît dans le mot désignant l’hydromel, šarāb (cf. BGA, IV, 272).

339 Merv, 272-273.

340 ḤAW, 139, 140 ; BGA, IV, 283 ; Dozy, Supplément, I, 856.

341 ḤAW, 38, 328 ; BGA, IV, 374 ; pour notre époque (lendemain de la Première Guerre mondiale), cf. (avec précision par « sardine ») Thesiger, Le Désert des déserts, op. cit., p. 49, 55 i.f., 83, 93 i.f., 105, 239 i.f., 246.

342 Rel, § 10 et n. 4. Mauvaise réputation de l’animal confirmée par MUQ, 101 (n. n) ; sur le mot qirš, cf. BGA, IV, 322, et Dozy, Supplément, II, 327.

343 FAQ, 9 ; Merv, 211.

344 Merv, 212 ; aujourd’hui, kan‘ad semble désigner le thon blanc ; cf. Ghaleb, Dictionnaire, II, 389.

345 ẖUR, 61 ; Rel, § 3 (et n. 1 et 2, qui propose de lire ‘asqatūs), 19 (et n. 1) ; Merv, 214-215 ; MAQ, IV, 89 ; WAṢ, 34. Sur le sous-ordre des Exocoetoidea et, à l’intérieur de celui-ci, la famille des Exocoetidae, cf. Blegvad et Loppenthin, Fishes of the Iranian Gulf, op. cit., 76-79.

346 Sur ce genre de glissements et de contaminations, cf. Sauvaget, dans Rel, § 3, n. 1.

347 ẖUR, 61 (pour le cuir, daraq, cf. Géographie II, 182, n. 3, et 318, n. 8) ; FAQ, 9 ; MUQ, 357 (et n. p), 368 (et supra, p. 376, n. 2). Sur les phoques de la Caspienne, cf. S. I. Ognev, Mammals of USSR and adjacent countries, III : Carnivora, trad. angl. A. Birron et Z. S. Cole, Jérusalem, 1962, p. 450-466.

348 Encore une fois samak au sens de toute bête vivant dans l’eau.

349 Signalés aussi par Thesiger (cf. supra, p. 376, n. 8), p. 333 : il s’agit peut-être aussi, non pas des phoques, mais du dugong de l’océan Indien, dit vache marine.

350 Merv, 214.

351 FAQ, 9, en donnant sa description des phoques (avec un nom : aṭmar), leur prêtait déjà des organes génitaux féminins.

352 FAQ, 9 i.f., 62-63 ; ḤAW, 156 (sur l’attitude de celui-ci, cf. supra, p. 376, n. 3) : je mets au compte d’Ibn al-Faqīh certains détails donnés par Ibn Ḥawqal dans sa critique même.

353 Rel, § 1-2, 4 (n. 6) ; SÏR, 132-133 (avec graphie tāl; HUR, 61 ; YA‘Q, 366-367 ; MAS (p), § 247, 365 ; MAQ, IV, 89 ; Merv, 198-201, 211, 228, 253 ; WAṢ, 33-35, 61 ; IBR (e), trad., p. 1057-1058.

354 Cf. Sauvaget, dans Rel, § 1, n. 2, et F. E. Beddard, A book of whales, Londres, 1900, p. 159 ; à noter cependant que la baleine franche noire fut aussi, un temps, très abondante dans l’océan Indien : cf. J. R. Norman et F. C. Fraser, Les géants de la mer, trad. franc. G. Montandon, Paris, 1938, p. 269. IBR, loc. cit., parle, lui, des baleines d’Irlande.

355 Cf. Géographie II, pl. I.

356 C’est, en réalité, l’expiration, BOUS forte pression, de l’air des poumons, qui se condense, par temps froid surtout : cf. Sauvaget, dans Rel, § 1, n. 2 ; Norman et Fraser, op. cit., 284.

357 Cf. Sauvaget, dans Rel, § 2, n. 1.

358 Je les ai déjà rassemblées, à propos de l’Europe du Nord, dans Géographie II, 348.

359 Cette notation tranche avec ce qu’on a dit plus haut, à propos des moyens utilisés pour éloigner les baleines des navires.

360 La graphie a pu ici favoriser les confusions et rassembler des cétacés différents sous une forme unique : ‘anbar est le mot qui désigne à la fois l’ambre et le cachalot (cf. Dozy, Supplément, II, 179), mais il a pu parfois se lire ġundur, autre nom de la baleine : cf. Sauvaget, dans Rel, § 2, n. 2. Sur le cachalot et l’ambre gris, cf. Norman et Fraser, op. cit., 327-328.

361 Sur les parasites de la baleine, cf. Norman et Fraser, ibid., 280, 309.

362 Sur l’orque, de distribution mondiale, et son attaque, cf. ibid., 358-361.

363 Cf. Rel, § 2, n. 3.

364 Pour la baleine, cf. Rel, § 1 ; pour le phoque, HUR, 61, FAQ, 9, MUQ, 368.

365 Cf. Rel, § 19 (et n. 2-3) ; YA‘Q, 338 (rectifier trad. Wiet, p. 196 : écrevisses) ; FAQ, 70 ; RST, 80 ; MAS (p), § 381, 837 et 841 (avec même remarque quant à la traduction) ; Merv, 193-194, 298 ; WAṢ, 34, 41.

366 RST, 117-118, parle de scorpions.

367 Cf. supra, p. 370.

368 MAS (p), § 216, cité dans Géographie II, 180.

369 Rel, § 34 ; ẖUR, 61 (qui, dans une liste de bêtes marines toutes désignées par le mot de samak, fait une exception pour la tortue, désignée de son nom seul) ; FAQ, 9 i.f. ; Merv, 212-213, 284.

370 Cf. Géographie II, 594, index.

371 MUQ, 205-206.

372 Rel, § 5 (et n. 8).

373 MUQ, 240 i.f. ; BGA, IV, 176 ; ĞĀḤ (t), 158 ; Ibn al-Bayṭār, Ğāmi‘ al-mufra-dāt, trad. L. Leclerc : Traité des simples, Paris, 3 v., 1877-1883 : t. III, p. 386-387 (laine de mer : ṣūf al-baḥr) et Yāqūt, Buldān, II, 51, 473, en parlent comme de tapisseries et d’étoffes. Cf. Dozy, Supplément, I, 6-7, et Lombard, Textiles, op. cit., 113-115.

374 ĞĀḤ (t), 155-156, 160; ĞĀḤ (a), 202; Rel, § 5, 34 ; SÏR, 134-137; RST, 87 ; MAS (p), § 359-360 ; Merv, 274-276 ; IṢṬ, 30 ; ḤAW, 42, 47 ; MUQ, 16, 18, 101, 442 ; WAṢ, 54-55.

375 Cf. supra, chap. III, p. 242 i.f. Pour l’utilisation de la perle dans les pays étrangers, cf. Géographie II, 595, index. Le corail sera traité au chapitre suivant.

376 SÏR, 136 ; MAS (p), § 359.

377 « On lui fend », dit MAS (p), § 360, a le fond de l’oreille pour laisser passage à la respiration » (et non, comme on l’attendrait, à cause de la pression subie). La teinture noire est sans doute un camouflage destiné à éviter l’attaque des requins par derrière, et les cris des avertissements (on a vu plus haut, p. 376, qu’il était aussi question d’un poisson attaquant les yeux). Les remarques sur l’huile et le bois me restent obscures. L’enduit noir est utilisé encore aujourd’hui : cf. J. Berque, De l’Euphrate à l’Atlas, op. cit., I, 379.

378 Nom d’unité de marğān, qui, en Méditerranée, désigne le corail.

379 Merv, loc. cit. (traduction largement inspirée de celle de Sauvaget).

380 Sans doute faut-il lire : dinars, puisque ĞĀḤ (t), 156, parle, pour des perles exceptionnelles, de 10 000 et même 100 000 dinars.

381 Cf. supra, p. 329 i.f.-330.

382 HUR, 68, et premier voyage de Sindbād le Marin.

383 HUR, 61 ; Merv, 253-254, 298.

384 WAṢ, 34-35. Derrière l’encre se devine peut-être la seiche.

385 Cf. supra, p. 377-378 (et n. 1). Cf. également Géographie II, 80, 493.

386 Merv, 208-211 ; MAQ, IV, 89, 92 ; WAṢ, 27-28.

387 Cf. supra, p. 361 i.f.-362, une fin identique, pour une si‘lāt ; comparer à son cri celui que poussent, ici, les enfants abandonnés : « Tu pars en abandonnant ton fils et tes filles ? »

388 FAQ, 289, 300-301 ; MAS (p), § 281-282, 285-288 ; Merv, 215-216. Cf. aussi Géographie II, 489, 510, et supra, chap. iii, p. 259 i.f.-260.

389 Supra, loc. cit.

390 Même lorsqu’il est question, au pluriel, de tanānīn (cf. MAS (p), § 281, 287), nos textes sont muets quant à la façon dont ces monstres se reproduisent.

391 Gog et Magog : FAQ, 300 i.f. ; MAS (p), § 286.

392 Cycle des légendes relatives aux sources du Nil : MAS (p), § 288, cité supra, chap. II, p. 118, n. 1.

393 Cf., pour d’autres contextes, Critique, n° cité, 313-319 ; T. Fahd, t Psychologie animale et comportement humain dans les proverbes arabes », Bulletin de la Faculté des Lettres de Strasbourg, oct. 1969, p. 19-45 ; N. M. Bel-Haj, La psychologie des animaux chez les Arabes, Paris, 1977.

394 Où devrait figurer, en tout état de cause, le Kitāb al-ḥayawān de Ğāḥiẓ.

395 MAS (t), 47.

396 FAQ, 77 (avec, aussi, la girafe, sur laquelle cf. Géographie II, 182-183) ; MAS (p), § 816-817 ; Bayhaqī, Maḥāsin, 104-107.

397 MAS (p), § 816.

398 « Produit » ne traduit qu’imparfaitement le mot de ma‘nä, qui souligne bien qu’il s’agit d’une chose nouvelle, porteuse de ses principes propres, d’un « sens » particulier.

399 MAS (p), loc. cit.

400 WAṢ, 25 (souligné par nous).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search