Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Place aux objets !

Varia

L’origine des noms barbares de l’Anecdotum Latinum 

Entre « mémoire collective et sociologie du bricolage » (R. Bastide)

The Origin of Barbaric Names in the Anectodum Latinum: Between « Collective Memory and Sociology of Bricolage » (R. Bastide)

Nicolas Corre

Résumé

Un manuscrit de l’Antiquité tardive, l’Anecdotum Latinum, montre que la formation et l’origine des « noms barbares » peut parfois être une véritable opération de bricolage. Certains des nomina barbara de ce recueil médical ont une origine fortuite : parfaitement clairs dans la source dont a pu se servir le copiste, ils ont été rendus incompréhensibles à la suite d’une mauvaise lecture. À l’exception de ces noms « fortuits », la plupart sont relativement courants : ils sont issus d’une longue tradition dont les origines peuvent être retracées. D’autres encore ont une patine ancienne mais s’apparentent à une véritable œuvre de forgerie : si certaines de ces formules ont une consonance juive, elles ne correspondent pas toujours à un modèle connu. L’originalité de l’ouvrage tient surtout à l’utilisation d’un type tout à fait particulier de noms barbares : dans l’Anecdotum, kappa ne désigne plus seulement la dixième lettre de l’alphabet grec, il devient un nom puissant.

A manuscript of late antiquity, the Anecdotum Latinum, shows that the formation and origin of "barbaric names" can sometimes be a real "do-it-yourself" operation. Some of the nomina barbara of this medical collection have a fortuitous origin: perfectly clear in the source used by the copyist, they have been made incomprehensible after a misreading. With the exception of these "fortuitous" names, most are relatively common: they come from a long tradition whose origins can be traced. Still others have an old patina, but are similar to a real work of deceit: if some of these formulas have a Jewish sound, they do not always correspond to a known model. The originality of the work is mainly due to the use of a very particular type of barbaric names: in the Anecdotum, kappa no longer designates only the tenth letter of the Greek alphabet, but it becomes a powerful name.

Texte intégral

Introduction1

  • 1 La notion de « bricolage » qui inspire le titre de cet article vient de Bastide 1970, p. 65.
  • 2 Jamblique, Réponse à Porphyre VII, 5 (259) (éd. de H. D. Saffrey et A. P. Segonds, Paris, Les Bell (...)
  • 3 Cf. Dubois 2013, p. 5 : « Les énoncés barbares existent sous forme de formules invocatoires ou exé (...)
  • 4 Par exemple, Ruani 2013, p. 313 s’intéresse à l’évolution géographique et chronologique du nom Abr (...)
  • 5 Quelques formules de l’Anecdotum latinum ont été bien étudiées, notamment par Barb 1952, p. 271-27 (...)

1Dans sa Réponse à Porphyre (De Mysteriis), Jamblique explique que les noms barbares sont les plus unis aux entités supérieures : ils sont conservés intangibles selon la loi de la tradition, et il n’est permis à personne de les changer car, s’il est une chose qui convient aux dieux, c’est le perpétuel et l’immuable qui leur sont connaturels. Le théurge conclut cependant que de son temps, à la fin du iiie siècle, « tout est perdu » (comme traduisait E. des Places en 1966) en raison du goût des Grecs pour l’innovation et de « leur invention incessante de mots (τὴν ἄστατον εὑρεσιλογίαν)2 ». Plusieurs études récentes ont été consacrées à l’utilisation de ces noms mystiques en contexte rituel ou bien à retracer leur origine linguistique3. Elles ont montré que tout un stock de nomina barbara issus du Proche-Orient circulait tout autour de la Méditerranée et au sein de l’Empire romain4. Pour autant, ces mots particuliers pouvaient aussi être le fruit de véritables stratégies rhétoriques visant à construire « de l’étrange ». Un manuscrit de l’Antiquité tardive, l’Anecdotum Latinum, montre que la formation et l’origine des noms barbares est un phénomène complexe qui tient tout à la fois de la transmission et de la création. L’étude des processus d’élaboration de ces noms montre combien ces derniers proviennent d’opérations de « bricolage »5.

  • 6 Ce texte a été recopié sur des feuillets 275 x 195 mm. Comme le précise K. de Meyier 1973, p. 249, (...)
  • 7 Comme l’indique le premier éditeur, Piechotta 1887, p. I-II, les 22 premiers folios ont été perdus (...)
  • 8 Piechotta 1887. Quelques corrections ont été proposées par Helmreich 1887 ainsi que par Heim 1892. (...)
  • 9 Nous avons ainsi dans l’Anecdotum latinum, (éd. Piechotta 1887) § CLXX, p. XII, le titre : Si quod (...)
  • 10 Sur ce sujet, cf. Sabbah 1987, p. 148-149.
  • 11 Les correspondances ont été établies par Piechotta 1887, p. III.
  • 12 Les indications énumérées dans l’Anecdotum latinum, § CXXXVIII, p. X, correspondent à celles des G (...)
  • 13 Hofstteter 1983, p. 320.
  • 14 La comparaison entre la source primaire de certains conseils médicaux et les rubriques de l’Anecdo (...)

2Copié dans la seconde moitié du vie siècle dans un monastère du sud de l’Italie, le manuscrit de l’Anecdotum Latinum est sérieusement endommagé6 : par exemple les feuillets contenant le titre et la présentation ont totalement disparu7. Édité une seule fois en 1887 par Johannes Piechotta8, le texte conservé constitue une suite de conseils thérapeutiques, mais la confusion la plus vive y règne : l’ordre des recettes semble aléatoire et parfois un titre ne correspond pas à la section qu’il est censé désigner9. D’une manière générale, les textes médicaux antiques se caractérisent par une grande fluidité car les recettes proviennent d’œuvres diverses qui ont pu être modifiées par des omissions ou des ajouts10. Dans une perspective de Quellenforschung suivie par son éditeur, certains liens peuvent être établis avec Pline l’Ancien, Dioscoride, Pseudo-Apulée, Ps-Antonius Musa, ou bien encore avec Sextus Placitus Papyriensis11 ; le remède contre les moustiques se trouve également dans les Geoponika12 ; le codex s’inspirerait aussi du De herbis feminis13. À dire vrai, une utilisation directe de ces sources ne peut pas être certifiée, dans la mesure où il ne s’agit jamais d’une simple copie, mais d’une interpolation à partir du texte d’origine14.

  • 15 Biville 2007, p. 195.
  • 16 Helmreich 1887, p. 339 : « Mehr als der unbeteunde Inhalt des anonymen Opus interessiert uns seine (...)
  • 17 Goody 2014, p. 1.
  • 18 Voir supra n. 1.

3La construction de l’œuvre ne permet pas d’envisager un auteur unique. Il s’agit plutôt d’une œuvre composite, dans laquelle se mêlent plusieurs voix : « celle de l’auteur, … celle de ses sources, … et enfin celle des copistes et utilisateurs du traité, qui, a posteriori, ont laissé leur empreinte sur la formulation et la structuration du texte15. » Georg Helmreich jugeait le fond totalement insignifiant, mais il nous semble au contraire que l’intérêt de l’Anecdotum Latinum tient justement à sa construction anarchique16. Sur le modèle de J. Goody étudiant le mythe LoDagaa du Bagré, nous avons choisi de considérer les incantations barbares de cet ouvrage non pas comme un produit fixe, formulaire, mais comme un reflet de la créativité de l’homme17. Dans cette perspective, nous nous efforçons de remettre les individus au centre du processus de transmission des noms barbares, afin de faire la part entre « mémoire collective et sociologie du bricolage18 ».

4Les multiples noms barbares de l’Anecdotum sont-ils le résultat d’un phénomène de création, de transmission ou de simples rénovations d’un modèle plus ancien ? Comme nous allons le montrer, on peut tout d’abord considérer que certains nomina barbara ont une origine fortuite : parfaitement clairs dans la source dont a pu/dû se servir le copiste, ils ont été rendus incompréhensibles à la suite d’une mauvaise lecture. L’accumulation d’erreurs – au cours de laquelle chaque copiste reproduit les fautes de ses devanciers en y ajoutant de nouvelles – participe d’un processus de création. À l’exception de ces noms de puissance « fortuits », il faut voir ensuite que la plupart des noms barbares rencontrés sont relativement courants : ils sont issus d’une longue tradition dont les origines peuvent être retracées, même si elle est moins immuable que ne l’envisageait ou le souhaitait Jamblique. D’autres encore ont une « patine » ancienne, mais s’apparentent à une véritable œuvre de forgerie : si certaines de ces formules par exemple ont bien une consonance juive, elles ne correspondent pas toujours à un modèle connu. Finalement, il nous semble que l’originalité de l’ouvrage tient notamment à l’utilisation d’un type tout à fait particulier de noms barbares : les lettres. Usuellement, les lettres de l’alphabet grec pouvaient être employées – comme sur des tablettes de défixion – pour assurer par exemple la protection de l’utilisateur du sort. Mais dans l’Anecdotum, ce sont les noms mêmes de ces lettres qui sont puissants, comme nous allons le voir avec le kappa. Les auteurs se sont promus en véritables inventeurs.

Entre corruption et altération des noms

5Dans le manuscrit de l’université de Leyde, les auteurs ont fréquemment recours à des mots issus de la langue grecque pour construire des noms barbares. Cela s’expliquerait par le fait que les auteurs s’appuient sur des traités helléniques. L’origine de certains noms barbares dépend alors d’un phénomène de traduction, voire de transcription, ce qui peut conduire à une véritable barbarisation du grec. Ce phénomène conduit de façon plus générale à reconsidérer de manière originale les relations interculturelles au sein de l’Empire gréco-romain.

6Une chaîne barbare de l’Anecdotum recommandée pour retenir un esclave en fuite est vraisemblablement d’origine grecque, comme semble le suggérer la présence du « f » ou du « y » dans la prescription finale :

Ad fugitiuos in charta scribit dominus manu sua siue domina manu sua sinistra nomen fugitiui et de manu dextra scribat haec nomina pallachata παλλακατα caπpa. et eadem cartha mittes in mola frumentaria et ibi teratur. aliud post osteum scribis irrifa. epona. nupsit illegy.

  • 19 Anecdotum latinum, § 189, p. XII = Heim 1892, n° 221, p. 538.

Au sujet des fugitifs. Sur un papier, le maître, ou la maîtresse, écrit de sa main droite le nom du fugitif, et qu’il ou elle écrive de sa main droite ces noms : « pallachata παλλακατα caπpa » et tu jetteras ce papier dans de la farine de froment et qu’il y soit broyé. Autrement, derrière la porte, tu écris « irrifa epona nupsit illegy »19.

  • 20  Gordon 2005, p. 65.

7Tout comme sylego correspondrait à la transcription de mots grecs dans l’invocation suivante, illegy ou il-legy pourrait être formé à partir de λέγω, « dire » ; et epona être rapproché de πονέω, « souffrir ». La traduction de l’ensemble ne nous apparaît pas clairement, mais la transcription en latin d’une formule grecque et le changement d’alphabet constituent une forme de switch-coding que l’on retrouve notamment dans certaines défixions d’Afrique du Nord20. Une autre formule offre un cas très particulier de ce qui se présente comme un monstre lexical, à la fois transmission d’une incantation grecque et « bricolage » d’une longue chaîne de mots barbares d’apparence latine :

Ad orfum equi. Scribis in dextra ungue pedis prioris ipsius de sinistra manu (in ungue) nomen cuiuslibet “yppocalis. sylego. medicalis medis interim”.

  • 21 Piechotta 1887, § 198, p. XIII = Heim 1892, § 222, p. 538. Traduction personnelle.

En cas de tranchées (strofum ?) d’un cheval. Tu écris de la main gauche sur le sabot de la patte antérieure droite le nom qu’il te plaît : « yppocalis. sylego. medicalis medis interim »21.

  • 22 Sur l’origine de ce mot et cette maladie, cf. Sévilla 1923 ; Adams 1995, p. 272-278.
  • 23 Wieland 1979, p. 122-124.
  • 24 Belayche, Corre 2008, p. 25.

8Cette recette est un exemple de médecine antique hippiatrique. La formule particulière rapportée par l’Anecdotum latinum témoigne apparemment d’une certaine confusion. Tout d’abord, la maladie elle-même, désignée par un terme latin, orfum, constitue un hapax ; il s’agit plus vraisemblablement d’une corruption du terme strofus/strophus. Le nom qui désigne des douleurs provoquées par une inflammation des entrailles (« tranchées » en français moderne) est lui-même une transcription du grec στρόφος22. L’erreur peut s’expliquer par la source grecque des auteurs, ce que semble indiquer la suite de la formule. Cette dernière semble être elle-même la transposition en latin de termes grecs : yppocalis correspondrait au grec ἵππο(ν) καλεῖς et pourrait être traduit par « tu appelleras le cheval ». Sylego serait la transcription en latin de termes grecs σοὶ λέγω (« que je te dise »). Medicalis ne serait pas formé à partir du latin medicus, mais plutôt à partir, soit de μὴ δυσαλγῇς (« ni douleur violente »), soit de μὴ δυσαλία (« ni nausée »). Medis correspondrait à la transcription du grec μὴ δυσ-. Ainsi la chaîne barbare medis interim renverrait au grec μὴ δυσεντερῇς ou μὴ δυσεντερία (« ni dysenterie »)23. Finalement, la chaîne de noms barbares qui mêle de manière apparemment aléatoire des termes à résonance latine et grecque, (yppocalis. sylego. medicalis medis interim), dériverait en réalité d’une prescription grecque : ἵππο(ν) καλεῖς σοὶ λέγω μὴ δυσαλγῇς, μὴ δυσεντερῇς, « tu appelles le cheval : ‘‘je te dis : ne souffre pas, n’aie pas la dysenterie’’ ». Le cas d’incantations d’origine grecque – dont le sens était clair dans leur langue d’origine, mais qui deviennent obscures une fois transcrites – n’est pas unique. Dans un cas comme dans l’autre, il nous semble que la translittération sert de « stratégie de construction de l’étrange24 ».

  • 25 Lazaris 2007, p. 87-102.
  • 26 Pelagonius 129 (éd. Fischer 1980) : Si equi doluerint <et> fuerit tortionatus, remedium incredible quo</et> (...)
  • 27 Pline l’Ancien, Histoire naturelle XXX, 3.
  • 28 Pelagonius 126, 129, 458.
  • 29 Sur Pelagonius et son traité, cf. Fischer 1988, p. 200-202 ; Fischer 1989, p. 80-83.
  • 30 Biville 2007, p. 201.
  • 31 Fischer 1980, p. XI : « The text of Pelagonius as we have it is certainly not in its original form (...)
  • 32 Oder, Hoppe 1924.

9Comment expliquer le recours au grec ? Si, dans le premier cas, il ne nous est pas possible de nous prononcer, l’origine du remède équin semble plus clair. Les traités consacrés à la médecine vétérinaire se sont surtout développés entre le ive et le ve siècles ; les vétérinaires de l’Empire romain, comme Végèce, puisaient les sources de leur savoir dans la littérature grecque ou latine25. Les auteurs de la première formule semblent avoir eu accès plus particulièrement à Pelagonius, auteur au milieu du ive siècle d’une Ars Veterinaria qui prescrivait, pour guérir un cheval atteint de strophus (c’est-à-dire de coliques), d’« inscrire le nom de son propriétaire sur son sabot droit à l’aide d’un poinçon (nomen domini eiusdem animalis in corona pedis dextri graphio perscribito)26 ». L’écriture de noms particuliers sur le sabot d’un cheval était donc connue pour mettre fin à un mal précis. Au dire de Pelagonius, cette incantation viendrait des Perses, dont Pline l’Ancien, selon la représentation de son temps, dit qu’ils sont à l’origine de la magie27. Sous différentes formes, cette formule est d’ailleurs citée à plusieurs reprises dans l’Ars Veterinaria28. Pelagonius avait lui-même puisé à diverses sources, comme l’auteur latin Columelle, et il fut à son tour réutilisé par Végèce dans sa Mulomedicina, traduite en grec29. Dans son texte s’exprime toute une tradition vétérinaire, mais l’auteur fait aussi appel aux voix anonymes de la tradition ou de l’opinio communis, et à des spécialistes, les mulomedici, comme à des mages30. Par la suite, ce traité connaîtra de nombreux avatars et les aléas de la transmission de cette œuvre permettent de considérer l’ouvrage attribué à Pelagonius comme un travail de compilation, maintes fois remanié31. Certains fragments de ce texte furent d’ailleurs réunis au sein du Corpus Hippiatricorum Graecorum32. Les auteurs de l’Anecdotum latinum peuvent aussi avoir eu accès aux mêmes sources « perses » ou « magiques » que Pelagonius, mais les écarts par rapport au modèle supposé, d’origine grecque, nous suggèrent qu’ils auraient plutôt eu accès à une des traductions grecques de ces traités hippiatriques, rédigés à l’origine pour la plupart en latin.

  • 33 C’est ce que semble suggérer notamment Cicéron, Correspondance XVI, 5.
  • 34 L’expression est de Spitzer 1970, p. 59 qui qualifiait ainsi les inventions verbales de Rabelais. (...)

10Comprenant mal les incantations prescrites en grec, elles-mêmes traduites du latin, les auteurs du parchemin en font des « chaînes » barbares, une accumulation de mots inexplicables accolés les uns aux autres. Le nom d’origine était encore « transparent », sa « barbarisation » a ajouté de la puissance à l’incantation originelle. L’existence de certains nomina barbara s’expliquerait ainsi comme le produit des erreurs inhérentes à l’activité de copiste, et cela depuis l’Antiquité, puisque Cicéron, informé de l’absence de bons copistes, avait préféré diriger lui-même la copie de ses œuvres33. Ces scribes incompétents se sont avérés finalement être de vrais géniteurs de « démons verbaux34 ».

Entre transmission et invention des noms

  • 35 Anecdotum latinum, § 180, p. XII : tum haec nomina hebraica dices « manna ». Cf. Corre 2013, p. 95 (...)
  • 36 Sur le sujet de la magie juive, la bibliographie est immense, citons entre autres Alexander 1986 ; (...)
  • 37 Origène, Contre Celse I, 24 (éd. M. Borret, Paris, Éditions du Cerf, 1967) : ἐπί τινος θεολογίας ἀ (...)

11Dans l’Anecdotum, l’origine linguistique d’une parole rituelle – manna – n’est précisée qu’à une seule occasion : haec nomina hebraica35. Pourtant une grande partie des noms barbares qui y apparaissent renvoie à la tradition  juive – iacob, raxas sabaoth, adonel – ou semble avoir été construite à partir de l’hébreu : botamal36. Ceci s’explique par la croyance largement répandue en la supériorité des noms hébreux produits par une « science divine secrète37 ». Même si l’essentiel d’entre eux a été construit à partir des écrits des littératures judéo-hellénistiques ou, par la suite, de milieux rabbiniques tardifs, certains cas précis montrent la liberté prise par l’auteur de ces formules par rapport à toute cette tradition.

12Le recours à « trois noms sacrés (sacra nomina tria) » issus de la culture juive est préconisé pour confectionner une amulette qui permet de lutter contre le mal des transports ou protéger le voyageur lors de ces déplacements :

Qui uecturam faciunt. Nunc incantata quid possit haec uerba inponam in remediis ; cum herbam uolueris legere, circumscrib(i)to eam auro herbam et argento et dicito sacra nomina tria « Iacob Sabaoth raxas ».

  • 38 Anecdotum Latinum § LXXVII, p. VIII. Nous reprenons la correction proposée par Heim 1892, p. 537, (...)

Pour ceux qui sont transportés. Maintenant, j’appliquerai ces mots de puissance afin qu’ils puissent être au nombre des remèdes : avec une herbe que tu choisiras de cueillir, écris tout autour de l’herbe avec de l’or et de l’argent et dis les trois noms sacrés « Iacob Sabaoth raxas »38.

  • 39 Cf. Böhlig 1978.
  • 40 Cf. Rowland, Morray-Jones 2009, p. 561-566.
  • 41 PGM XXIb ; XIII, 817 ; XXV, 14. Cf. Ginzberg 1909, p. 348-358 ; Rist 1938 ; Ganschinietz 1914-1916
  • 42 Martinez 1991, p. 79 ; Brashear 1995, p. 3597.
  • 43 Cf. Delatte 1961, p. 94.
  • 44 Irénée, Contre les hérésies I, 24, 7.
  • 45 Cf. Hopfner 1921, § 733 ; Deonna 1944, p. 121 ; Bonner 1950, p. 192 ; Martinez 1991, p. 77-78 ; Br (...)
  • 46 Nagy 2002 ; 2014. Marco Simón 1992 ; Koenig 2009.

13Iacob semble renvoyer au fils d’Isaac, tandis que Sabaoth est un nom de Yahvé39. Le nom de Iacob est apparemment « transparent ». Au départ patronyme d’un patriarche, il va aussi être utilisé comme théonyme : selon différentes sources gnostiques ou manichéennes, ce nom désigne tour à tour un ange ou la « face » visible de la gloire de Dieu40. Utilisé aussi pour désigner Israël, « le fils premier né de Dieu », il est fréquemment employé, aussi bien dans des défixions que dans des papyri, isolé ou associé à d’autres noms comme Abraham et Isaac, ou bien encore Iao41. Sabaoth, ensuite, est également un théonyme de la Bible hébraïque qui désigne le « Seigneur des armées », et plus tard le seigneur des hôtes du ciel (étoiles et anges). Il peut aussi être interprété comme « sept lettres » (Seba ôth). Le nom hébreu désigne originellement Yahvé comme seigneur des armées d’Israël et, plus tard, des hôtes du ciel (étoiles, anges)42. Raxas, enfin, est très certainement l’abréviation d’Abrasax/Abraxas, issu de l’hébreu arba kise « quatre du trône »43. Associé aux différents noms de Yahvé, il désigne le dieu unique par qui tout est créé. Il est le chef des archontes créateurs du monde matériel44. Pour les Basilidiens, Abraxas est un dieu inférieur au dieu transcendant, mais un dieu placé au plus haut échelon des hiérarchies angéliques. C’est le dieu des sept sphères (son nom a sept lettres) et des trois cent soixante-cinq jours (l’addition des lettres donne 365)45.
Il désigne à l’origine les trois cent soixante-cinq émanations du dieu suprême. Ce symbole fut utilisé dans le cadre de rites privés : ce qui n’était au départ qu’un « nom symbolique » fut réinterprété comme un théonyme, celui d’un démon ou d’une entité supérieure régulièrement représenté sur des amulettes ou des gemmes sous la forme d’une chimère anguipède avec une tête de coq, tenant un fouet à la main46.

  • 47 Wessely 1893, p. 44, no 715.
  • 48 Cf. Moraux 1960, p. 28-29 ; Brashear 1995, p. 3587.
  • 49 Cf. Bohak 2003.
  • 50 Cf. Dubois 1998.
  • 51 Cf. Nagy 2014, p. 131-155.

14Pris isolément, Iacob, Sabaoth ou Raxas ne constituent pas à proprement parler des noms barbares, mais le contexte de leur utilisation contribue à leur donner cette valeur. Ils se retrouvent, de manière plus ou moins déformée, dans des papyri magiques, comme dans cette formule : Iakoubia Iaosabaoth Adonai Abrasax47. Le premier nom correspond vraisemblablement à l’association de Iacob et Ya48. L’association de Iacob et Sabaoth avec Raxas constitue bien une chaîne barbare. L’incantation en tant que telle n’a rien de spécifiquement original à première vue : la plupart des noms barbares d’origine juive sont traditionnellement classés en différentes catégories : les noms du dieu d’Israël, d’anges ou d’archanges, ou de personnages de la Bible49. Les théonymes d’origine juive que nous venons d’évoquer s’inscrivent clairement dans une tradition dont on peut retracer certains linéaments depuis les débuts de l’ère chrétienne ; cette tradition, issue des milieux judaïsants, s’est répandue sur différents supports à travers la Méditerranée, au sein des différentes cultures, dans le cadre de pratiques rituelles privées. Le fait que la formule citée porte Raxas au lieu d’Abraxas est cependant intéressant et ne peut être réduit à la faute d’un copiste. La gnose basilidienne rencontra l’opposition de penseurs chrétiens comme Irénée de Lyon et, au moment de la rédaction de l’Anecdotum, elle avait pratiquement disparu après avoir été fortement combattue50. Raxas permettait donc d’évoquer la puissance du théonyme Abraxas, mais l’abréviation rendait la formule acceptable aux yeux des institutions chrétiennes. Tout comme le schéma de l’anguipède qui fut utilisé dans des reliquaires ou des sceaux médiévaux, raxas peut aussi être considéré comme une tentative d’adaptation à une culture devenue peu à peu chrétienne51.

15L’Anecdotum offre une autre incantation qui mêle transmission fidèle de traditions juives et création poétique autour d’un jeu littéraire sur les noms des anges :

Ad capitis dolorem. Adonel angeli nomen scribis in charta pura et de licio ligabis in capite ... item alii.

  • 52 Anecdotum latinum § 199, p. XIII = Heim 1892, p. 538, n° 223. Traduction personnelle.

Pour une douleur à la tête. Tu écris le nom de l’ange Adonel sur un papier vierge et tu l’attacheras par un fil à la tête ... De même pour les autres52.

  • 53 Cf. Mastrocinque 2008.
  • 54 Cf. Busch 2006, p. 10-37.
  • 55 Testament de Salomon 81 (éd. et trad. Conybeare 1898) : The tenth said: « I am called Metgathiax. (...)
  • 56 Cf. McCown 1922. Traduction anglaise dans Conybeare 1898 ; Duling 1983 ; allemande dans Busch 2006 (...)
  • 57 Testament de Salomon XIX, 58, (éd. McCown 1922). Trad. de Mastrocinque 2010 : « Je m’appelle aussi (...)
  • 58 Meyer, Smith 1994, p. 283 : For your holy name shall become a helper for me, whether by day or by (...)
  • 59 Cf. Kropp 1931, p. 127-135.
  • 60 Meyer, Smith 1994, p. 280 : Spell to obtain a good singing voice (London Oriental Manuscript 6794) (...)

16L’utilisation de « noms barbares » est connue dans le cadre de la médecine antique, et l’écriture de ces noms est chargée d’un pouvoir capable de lutter contre certaines maladies53. La particularité de cette formule est que ce substantif est ici clairement identifié en tant que « nom d’ange (nomen angeli) » : Adonel ou Adon-El. Le suffixe en –El ou –Al, caractéristique des noms donnés aux anges, semble bien indiquer l’origine hébraïque du nom. Adonel est formé à partir de l’hébreu Adon- « seigneur » et El « dieu, divinité ». Il peut être rapproché d’adonael, venant sans doute de Adonai « mon seigneur », associé à –El. Ce nom d’ange semble trouver son origine dans le Testament de Salomon, un texte apocryphe attribué au fils de David. Fixé vers le ive siècle de notre ère, il évoque, par certains aspects, le judaïsme en Palestine entre les ier et iiie siècles54. Cette œuvre, conservée dans des sources apocryphes chrétiennes, décrit le pouvoir des démons et le moyen de les exorciser. Elle rapporte comment Salomon a pu construire son temple en commandant aux démons au moyen d’un anneau magique que lui avait confié l’archange Michael. Dans le Testament de Salomon, Adonael est l’un des sept archanges, et il est le seul capable de vaincre les démons Bobel (Bothothel) et Metathiax55. Les traités de magie attribués à Salomon connurent une grande postérité puisqu’ils furent lus et utilisés jusqu’au xviiie siècle au moins. Les auteurs de l’Anecdotum ont sans doute pu y avoir accès, du moins à quelques passages, et à leur échelle, ils constituent un jalon dans la transmission du Testament de Salomon56. Si le lien entre ces deux textes est probable, il faut toutefois relever quelques divergences : le nom d’Adonael permet de faire fuir le démon Bobothel responsable des désordres nerveux ou de lutter contre les problèmes de reins, mais rien n’indique que, à l’origine, il permettait de mettre fin plus particulièrement aux maux de tête ou aux migraines. Le Testament de Salomon utilise parfois l’écriture pour lutter contre un mal au pharynx ou aux amygdales par exemple57. En revanche, dans Le Testament de Salomon, c’est la prononciation du nom d’un ange qui met fin aux maladies nerveuses, c’est la sonorité de ce théonyme qui effraie les démons, alors que l’Anecdotum cité supra préconise de l’écrire sur un papier vierge pour confectionner une amulette efficace. Si les auteurs de l’Anecdotum n’ont peut-être pas lu une version primitive du Testament, d’autres textes, postérieurs, semblent bien indiquer un fonds commun de nomina barbara d’origine juive, dans lequel les magiciens de différentes obédiences pouvaient librement puiser. Adonel est cité notamment dans un manuscrit copte, le London Oriental Manuscrit 6796, qui fait partie d’un ensemble de textes du viie siècle de notre ère attribués à Severus, fils de (Jo)anna58. « La prière de Marie » est un sort destiné à confectionner une amulette protectrice contre les pouvoirs du mal, et dont il existe aussi des versions éthiopiennes ou arabes59 : pour obtenir une bonne voix de chanteur, le rituel comporte une invocation à variante, Adoniel60.

17L’origine d’un autre nom d’ange, Botamal est plus complexe et montre bien la capacité d’invention des auteurs :

Botamal huius angeli nomen in charta uirgine scribes et de licio capite ligabis, emigranii dolorem pausat.

  • 61 Anecdotum latinum § 200, p. XIII ; Heim 1892, p. 537, n° 224. Traduction personnelle.

Botamal, tu écriras le nom de cet ange sur un papier vierge, et tu l’attacheras avec un fil à la tête, la douleur de la migraine s’arrête61.

  • 62 Cf. Schwab 1897, p. 198.
  • 63 Gordon 2015, p. 156.
  • 64 Gordon et al. 2010, p. 487-518 ; Joly et al. 2010 ; Gordon 2015, p. 133-176.

18Si – Al ou – El est bien d’origine hébraïque, la signification de la racine botam- est plus incertaine et difficile à déchiffrer. Peut-être faut-il faire un rapprochement avec le nom hébreu beten, en syriaque botan, qui renvoie au ventre, à la matrice, au corps. Botamel serait alors un dérivé de l’hébreu Beten-El, le « corps de Dieu ». Il correspondrait à l’influence de l’étoile appelée « le ventre du Bélier » sur l’homme : Sosanath Iacob62. Il ne faut pas exclure non plus la possibilité que ce nom, comme d’autres dans l’ouvrage, relève d’une certaine forme de « bricolage » arbitraire63. Tout comme Verius Sedatus, un magicien de Chartres64, les compositeurs ont pu aussi forger une partie de leur lexique rituel à partir d’une multitude de sources d’inspiration, en lui donnant une « apparence » juive, alors qu’il pourrait avoir été totalement inventé.

  • 65 Jérôme, Lettres LXXV, 3 (éd. J. Labourt, Paris, Les Belles Lettres, 1954).

19Les auteurs des formules de l’Anecdotum latinum ont eu recours à des mots issus apparemment de la culture juive, et ils les ont utilisés dans un but médical à destination d’un public latinophone. Pour rendre efficaces des amulettes ou assurer la puissance d’une invocation, ils faisaient appel à des noms de puissances spécifiques et désignés comme tels, nomina sacra ou nomen angeli. À partir de sources variées et en jouant sur leur inspiration, ils auront ainsi bricolé leurs propres nomina barbara, de façon à ce que, comme disait Jérôme, ils semblent « issus en quelque manière des sources hébraïques (quasi de Hebraicis fontibus hauriunt), car leur résonance barbare effraie tous les gens simples (barbaro simplices quosque terrentes sono), en sorte que moins ils comprennent, plus ils admirent (ut quod non intellegunt, plus mirentur)65 ».

Entre adaptations et innovations : kappa, un nom « de puissance »

  • 66 Anecdotum latinum § 189, p  XII = Heim 1892, no 221, p. 538.

20La culture des compositeurs de ces incantations est donc fondée sur la connaissance d’écrits judaïsants autant que sur celle de traités de médecine vétérinaire. Mais l’Anecdotum Latinum offre aussi, et pour terminer, un exemple d’élaboration d’onomata barbara à partir d’une simple lettre. La lettre grecque kappa y est citée sous différentes formes, et pour diverses utilisations. On a déjà rencontré caπpa pour retenir un esclave en fuite, et on rencontre plus clairement kaπa pour mettre fin à une hémorragie66 :

Ad profluuium sanguinis uel haemorrhoidas legas et suspendas itacoeu kaπa.

  • 67 Anecdotum latinum § 180, p. XII = Heim 1892, no 220, p. 538.

Pour un flux sanguin ou des hémorroïdes, il faut que tu lises et que tu suspendes itacoeu kaπa67.

  • 68 Cf. Waegeman 1987.
  • 69 Cf. Dornseiff 1922, p. 14-17.
  • 70 Cf. Bonner 1950, p. 62-64 ; Delatte, Derchain 1964, p. 202-206 ; Michel 2001a, p. 246-250. Michel (...)
  • 71 Cf. Dasen 2015, p. 53-85.
  • 72 Sur ces interprétations, voir Bonner 1950, p. 62-64 ; Michel 2004, p. 178-179 ; Dasen 2015, p. 94.
  • 73 Sur les différentes analyses, voir Bonner 1950, p. 63-64 ; Barb 1969, p. 302, n. 1.
  • 74 Nagy 2015, p. 231-232.
  • 75 Rose 1894, p. 314, 5 sq. : De capitis querellis. Corniculae cerebrum coctum in cibo sumptum quamvi (...)

21Le recours à de simples lettres – et plus particulièrement les lettres grecques qui avaient la réputation de posséder certaines vertus – pour la confection d’amulettes ou des gemmes est relativement fréquent dans le cadre de rites privés68. Les lettres de l’alphabet grec ont été rattachées à des divinités ou ont pu s’inscrire dans des « éléments du cosmos », des principes architecturant le monde69. Sur les gemmes magiques, et notamment sur les pierres dites utérines, la lettre kappa est cependant rarement utilisée seule, mais plus couramment gravée à trois reprises, sous la forme KKK70. Sur les différentes amulettes connues qui y ont recours, le kappa peut être interprété comme un symbole de l’entité supérieure ou du mal qu’il s’agit de combattre. La succession de trois « κ » semble désigner les coliques qui pourraient affecter le ventre d’un homme, mais le pouvoir protecteur de ces gemmes ne se limite toutefois pas à l’estomac. Dans le corps féminin, la région du ventre comprend aussi l’utérus et les problèmes qu’on lui associe, des déplacements incontrôlés (toute la gamme des fameuses maladies « hystériques ») au déroulement de la grossesse et de l’accouchement71. Le recours au kappa peut s’expliquer de différentes façons : on peut y lire l’initiale du mot τὸ κολικόν, répété trois fois, celle du nom magique kolokerkolophoseir, ou l’abréviation du nom d’origine égyptienne Kok Kouk Koul, une entité qui est aussi invoquée dans un papyrus magique pour délivrer d’une fièvre72. Une interpretatio hébraïque a également été envisagée73. Cette multiplicité de sens possibles devait déjà exister dans l’Antiquité gréco-romaine, et cela témoigne entre autres du caractère interculturel de ces barbara onomata74. Un autre auteur a eu recours lui aussi au kappa pour mettre fin à une migraine : le pseudo-Theodorus Priscianus conseille d’écrire une incantation sur un papier vierge et de suspendre l’amulette ainsi confectionnée par un fil de lin rouge à la tête du malade. La formule est complexe, et mêle noms, mots, lettres et caractères barbares : « item scribis in charta A capA TAPXM++ kacta paC AA++75 ». Si nous ne pouvons l’expliquer totalement, il nous semble y reconnaître la fameuse lettre, sous la forme capA voire peut-être aussi sous la forme kacta. Dans ce cas précis, comme le suggèrent les gemmes, le kappa doit vraisemblablement évoquer le mal qui frappe le patient, soit par l’allitération suggestive (capitis querellis), soit par le biais de l’initiale qui renvoie à l’organe malade, la κεφαλή. Selon ce même modèle, nous pensons que les compositeurs de l’Anecdotum ont eu recours à la lettre kappa, vraisemblablement comme initiale de kôlikê ou « écoulement », pour combattre un « écoulement de sang (profluuium sanguinis) ».

  • 76 Kropp 1931, p. 129 : « Salut aux noms puissants, les soixante noms du Père excellent ; ce sont : A (...)
  • 77 Le kappa est d’ailleurs dérivé de la lettre phénicienne kaph ou « paume de la main », et cette let (...)
  • 78 Sur le digraphisme en particulier et le bilinguisme en général, la bibliographie est immense, nous (...)
  • 79 Piechotta 1887, § 189, p. XII = Heim 1892, no 221, p. 538.
  • 80 Par exemple, Audollent 1904, n o 289.

22Si les inscriptions gravées sur certaines gemmes nous permettent de mieux comprendre dans certains cas l’utilisation symbolique de la lettre kappa, cela ne suffit pas à tout expliquer, car l’Anecdotum préconise aussi d’écrire kappa pour retenir un esclave en fuite. L’originalité des incantations du parchemin réside surtout dans l’emploi du nom complet de la lettre, alors que dans les gemmes, la simple graphie de cette dernière est efficace. À l’exception d’alpha, « un des soixante noms du Père excellent », l’usage du nom d’une lettre en contexte rituel est relativement rare76. Dans la formule de l’Anecdotum qui permet de mettre fin à une hémorragie, kappa n’est plus réduit à une initiale, une lettre de l’alphabet grec ; la lettre n’est pas là pour évoquer ou désigner le mal qu’il s’agit de combattre. Kappa est un substantif qui constitue pour les auteurs de l’Anecdotum un « nom de puissance ». Dans ce cas particulier, le signifiant et le signifié se confondent. Il s’agit d’un procédé clair de construction de nomen barbarum : alors que la simple graphie de la lettre n’aurait pu suffire à évoquer son origine orientale, l’indication du nom permet de souligner son caractère étrange et étranger en contexte latinophone77. Le processus se complexifie lorsque les auteurs ont recours à deux alphabets différents afin de transcrire le nom de la lettre κ78. Dans l’invocation signalée au début qui permettait à un maître de retrouver ses esclaves en fuite, kappa ou dans le cas présent caπpa – mêlait des lettres grecques et latines79. Et il était associé à un autre nom barbare, pallachata, lui-même transcrit selon deux alphabets différents, latin et grec « pallachata παλλακατα caπpa ». Kappa devient un nom barbare encore plus barbare grâce à ces procédés particuliers d’écriture, courants sur les tablettes de défixion d’Afrique du Nord80. Les variations d’orthographe et d’alphabet employées dans les différentes formules pour la désignation du kappa constituent un procédé graphique qui permet de barbariser encore davantage un nom de puissance nouveau et original.

  • 81 Anecdotum latinum § 180, p. XII ; Heim 1892, no 220, p. 538.
  • 82 Marcellus Empiricus, De medicamentis liber X, 34 (éd. de M. Niedermann, Berlin, CML V, 1968) : sic (...)
  • 83 Faraone 2009, p. 223-224.
  • 84 D’autres hypothèses ont été défendues : Heim 1892, p. 491, pense que le premier mot, sicycuma, dev (...)
  • 85 Versnel 2002, p. 138.

23Une dernière incantation, itacoeu kaπa, montre enfin que tous les procédés que nous venons de détailler peuvent se combiner afin de créer et complexifier des nomina barbara « par contagion ». La chaîne barbare montre aussi comment une chaîne de transmission peut donner lieu à des corruptions ou des altérations, de l’auteur de la formule à celui qui l’a transcrite pour la première fois, ou d’un copiste à l’autre81. Itacoeu n’a aucun sens, et à ce titre, il s’agit d’un énoncé barbare, mais il est vraisemblable qu’à l’origine, le texte indiquait : « il faut que tu lises et que tu suspendes ainsi kaπa (legas et suspendas itaque kaπa). » Kaπa devait être le seul nom barbare dans la source primaire et itaque s’intégrait naturellement dans le texte. Le copiste, ou celui qui a écrit la formule dans l’Anecdotum, aura obscurci une incantation primitivement relativement claire (itaque / Itacoeu). Nous avons déjà signalé que ce type d’erreur est relativement fréquent, et d’autres exemples peuvent être ajoutés. Chez Marcellus Empiricus, la chaîne barbare destinée à mettre fin à un épanchement sanguin : « sicycuma, cucuma, ucuma, cuma, uma, ma, a » est irrégulière, puisqu’il manque notamment le terme icycuma, ce qui pourrait s’expliquer aussi par une erreur de copiste82. Christopher A. Faraone pense que sic faisait partie au départ des instructions fournies sur la manière de réaliser le sort (i.e « [le mot doit être écrit] ainsi ») et que le nom utilisé était cuma, une translittération du grec κῦμα, « flux » ou « vague ». L’erreur d’un scribe, qui a ensuite ajouté une voyelle entre sic et cuma en recopiant la formule, expliquerait la naissance de cette « chaîne barbare »83. Comme le fait remarquer H. S. Versnel, ces altérations sont inhérentes à toutes les traditions orales et suggèrent qu’à l’origine cette incantation devait être transmise à haute voix avant d’être transcrite84. Le même chercheur insiste aussi sur la part de bricolage qui sied à celui qui met par écrit une incantation orale. Plutôt qu’une simple erreur de la part du copiste, il préfère considérer cela comme un désir poétique de produire « rhythm, repetition and variation85 ». On peut toutefois souligner que la localisation de ces erreurs n’est pas totalement erratique, généralement lorsqu’il s’agit d’introduire les formules. Les nomina barbara auraient tendance à contaminer par effet de proximité les mots compréhensibles : le genre barbare l’emporte.

Conclusion

  • 86 Cf. Önnerfors 1985.
  • 87 Cf. Önnerfors 1991 ; Meid, Anreiter 2005.

24Les invocations de l’Anecdotum Latinum s’inscrivent en apparence dans la tradition des recueils thérapeutiques antiques. Certains noms barbares sont issus d’erreurs de copistes, mais la plupart, de manière tout à fait courante, proviennent de la sphère culturelle juive. Il faut éviter cependant toute généralisation : le grec – aussi bien l’alphabet que la langue proprement dite – a pu aussi être à l’origine de la création de certains noms de puissance. D’autres invocations témoignent d’un phénomène plus particulier : la barbarisation du latin et le recours, occasionnel, au celte. Cependant, le mode de composition anarchique de l’Anecdotum Latinum a favorisé la création de nomina originaux : quelques-uns des noms de ce manuscrit constituent des hapax pour lesquels il n’y a, à notre connaissance, aucun parallèle connu. Les auteurs de ce fragmentum ont « réinventé » toute une tradition culturelle classique, et ils ont permis, à leur échelle, la transmission de ce savoir composite à travers le Moyen Âge, jusqu’à l’époque contemporaine. Les recherches et les analyses que nous avons entamées ici devraient être étendues à l’ensemble des invocations de ce manuscrit d’une part, et à l’ensemble des manuscrits de l’Antiquité tardive d’autre part. Nous songeons notamment au Medicina Plinii, ou au Physica Plinii Sangallensis, rédigé entre le vie et le viie siècle86. Le De Medicamentis de Marcellus Empiricus, daté du milieu du ive siècle, cite aussi de nombreuses formules dont les sources sont aussi diverses que des auteurs comme Homère, ou des médecins comme Scribonius Largus87. Cela permettrait de déterminer les éventuelles particularités de cette période intermédiaire, entre Antiquité et Moyen Âge, dans les processus de transmissions de la connaissance.

Bibliographie

Adams 1995 : James Noel Adams, Pelagonius and Latin Veterinary Terminology in the Roman Empire, Leiden-New York-Cologne.

Alexander 1986 : Philip Alexander, « Incantations and Books of Magic », in Emil Schürer (ed.), The History of Jewish People in the Age of Jesus Christ (175 B.C.-135 A.D.), Edimburgh, vol. III, p. 342-379.

Audollent 1904 : Auguste Audollent, Defixionum Tabellae quotquot innotuerunt tam in Graecis Orientis quamin totius occidentis partibus praeter Atticas in corpore inscriptionum Atticarum editas, Paris.

Baehrens 1879 : Emil Baehrens, Miscellanea Critica, Groningae.

Barb 1952 : Alphonse Barb, « Bois du sang, Tantale », Syrie. Archéologie, Art et Histoire 29, p. 271-284.

Barb 1969 : Alphonse Barb, « Review of A. Delatte et Ph. Derchain, Les intailles magiques gréco-égyptiennes », Gnomon 41, p. 298-307.

Bastide 1970 : Roger Bastide, « Mémoire collective et sociologie du bricolage », L’Année sociologique 21, p. 65-108.

Belayche, Corre 2008 : Nicole Belayche, Nicolas Corre, « La construction de l’‘‘étrange’’ : quand le latin (et le grec) sont des langues de ‘‘puissance’’», Mythos 2, p. 25-43.

Biville 2007 : Frédérique Biville, « Polyphonie énonciative et métalangage dans l’Ars Veterinaria de Pélagonius » in Cam 2007, p. 195-210.

Bohak 2003 : Gideon Bohak, « Hebrew, Hebrew Everywhere? Notes on the Interpretation of Voces Magicae », in Scott Noegel, Joel Thomas Walker, Brannon Wheeler (ed.), Prayer, Magic and the Stars in the Ancient and Late Antique World, University Park, p. 69-82.

Bohak 2008 : Gideon Bohak, Ancient Jewish Magic. A History, Cambridge.

Böhlig 1978 : Alexander Böhlig, « Jacob as an Angel in Gnosticism and Manicheism », in Robert McLachlan Wilson (ed.), Nag Hammadi and Gnosis: Papers read at the First International Congress of Coptology (Cairo, December 1976), Leiden, p. 122-130.

Bonner 1950 : Campbell Bonner, Studies in Magical Amulets, chiefly Graeco-Egyptian, Ann Arbor-London.

Boschung, Bremmer 2015 : Dietrich Boschung, Jan Bremmer (ed.), The Materiality of Magic, Paderborn.

Brashear 1995 : William Brashear, « The Greek Magical Papyri. An Introduction and Survey with an annotated Bibliography (1928-1994) », ANRW II, 18.5, Berlin-New York, p. 3380-3684.

Busch 2006 : Peter Busch (ed.), Das Testament Salomos. Die älteste christliche Dämonologie, kommentiert und in deustcher Erstübersetzung, Berlin.

Cam 2007 : Marie-Thérèse Cam (éd.), La médecine vétérinaire antique. Sources écrites, archéologiques, iconographiques, Brest.

Conybeare 1898 : Frederick Cornwallis Conybeare, « The Testament of Solomon », The Jewish Quarterly Review 11/1, p. 1-45.

Corre 2013 : Nicolas Corre, « Noms barbares et ‘barbarisation’dans les formules efficaces latines » in Tardieu et al. 2013, p. 93-108.

Dasen 2015 : Véronique Dasen, Le sourire d’Omphale. Maternité et petite enfance, Rennes.

Delatte 1927 : Armand Delatte, Anecdota Atheniensia. I. Textes grecs inédits relatifs à l’histoire des religions, Paris.

Delatte 1961 : Armand Delatte, Herbarius. Recherches sur le cérémonial usité chez les anciens pour la cueillette des simples et des plantes magiques, Bruxelles.

Delatte, Derchain 1964 : Armand Delatte, Philippe Derchain, Les intailles magiques gréco-égyptiennes, Paris.

Deonna 1944 : Waldemar Deonna, « Abra, Abraca : La croix-talisman de Lausanne », Geneva 22, p. 115-137.

Dornseiff 1922 : Franz Dornseiff, Das Alphabet in Mystic und Magie, Leipzig-Berlin.

Dubois 1998 : Jean-Daniel Dubois, « Polémiques, pouvoir et exégèse, l’exemple des gnostiques anciens en monde grec », in Monique Zerner (éd.), Inventer l’hérésie ? Discours polémiques et pouvoirs avant l’Inquisition, Nice, p. 39-56.

Dubois 2013 : Jean-Daniel Dubois, « Avant-propos » in Tardieu et al. 2013, p. 5-6.

Duling 1983 : Dennis Duling, « The Testament of Solomon », in James Charlesworth (ed.), The Old testament Pseudepigrapha. Vol. I : apocalyptic Literature and Testaments, New York, p. 935-959.

Faraone 2009 : Christopher Faraone, « Does Tantalus Drink the Blood, or Not ?: An Enigmatic Series of Inscribed Hematite Gemstones », in Ueli Delin, Christine Walde (ed.), Antike Mythen: Medien, Transformationen und Konstruktionen, Berlin-New York, p. 248-273.

Fedou 1988 : Michel Fédou, Christianisme et Religions païennes dans le Contre Celse d’Origène, Paris.

Fischer 1980 : Klaus-Dietrich Fischer, Pelagonius, Ars Veterinaria, Leipzig.

Fischer 1988 : Klaus-Dietrich Fischer, « Ancient Veterinary Medicine: A survey of Greek and Latin sources and some recent scholarship », Medizinhistorisches Journal 23, p. 191-209.

Fischer 1989 : Klaus-Dietrich Fischer, « Medizinische Literatur », in Reinhart Herzog, Peter Lebrecht Schmidt (ed.), Handbuch der lateinischen Literatur der Antike, t. 5, Munich, p. 74-83.

Ganschinietz 1914-1916 : Richard Ganschinietz, « Iakobos », RE IX/1, Stuttgart, § 4, c. 623-624.

Ginzberg 1909 : Louis Ginzberg, The Legends of the Jews, I, Bible Time and Characters from the Creation to Jacob, Philadelphia.

Gitton 1992 : Valérie Gitton, Pélagonius. Ars Veterinaria. Étude du texte, traduction et commentaire, thèse de doctorat, Université Lyon II.

Gitton-Ripoli 2003 : Valérie Gitton-Ripoli, « Les pratiques magiques dans Le traité de médecine vétérinaire de Pélagonius », in Nicoletta Palmieri (éd.), Rationnel et irrationnel dans la médecine ancienne et médiévale. Aspects historiques, scientifiques et culturels, Saint-Étienne, p. 193-214.

Goody 2014 : Jack Goody, Mythe, rite et oralité, Nancy.

Gordon 2005 : Richard Gordon, « Competence and “felicity conditions” in two sets of North African curse-tablets (DTAud nos 275-85 ; 286-98) », ΜΗΝΗ 5, p. 61-86.

Gordon 2015 : Richard Gordon, « From Substances to Texts: Three Materialities of “Magic” in the Roman Imperial Period », in Boschung, Bremmer 2015, p. 163-176.

Gordon et al. 2010 : Richard Gordon, Dominique Joly, William van Andringa, « A Prayer for Blessings on three Ritual Objects at Chartres-Autricum (France/Eure-et-Loir), in Richard Lindsay Gordon, Francisco Marco Simon (ed.), Magical Practice in the Latin West, Leiden, p. 487-518.

Gorea 2013 : Maria Gorea, « Des noms imprononçables », in Tardieu et al. 2013, p. 109-120.

Heim 1892 : Richard Heim, Incantamenta Magica Graeca Latina, Leipzig.

Helmreich 1887 : Georg Helmreich, « Ein Anecdotum latinum von Dr. J. Piechotta, Gymn.-Progr. Leobschütz 1887, 13 pg. 4° », Archiv für lateinische Lexicographie und Grammatik mit Einschluss des älteren Mittellateins, p. 339-340.

Hofstteter 1983 : Walter Hofstteter, « Zur lateinischen Quelle des altenglischen Pseudo-Dioskurides », Anglia 101, p. 315-360.

Hopfner 1921 : Theodor Hopfner, Studien zur Palaeographie und Papyruskunde, I, Leipzig.

Joly et al. 2010 : Dominique Joly, Richard Gordon, Jonathan Simon, Stéphane Willerval, Laurent Chrzanovski, Frédéric Dupont, Sébastien Lepetz, Jean-Michel Morin, « L’attirail d’un magicien rangé dans une cave de Chartres/Autricum », Gallia 67/2, p. 125-208.

Klutz 2005 : Todd Klutz, Rewriting the « Testament of Solomon ». Tradition, Conflict and Identity in a late antique Pseudepigraphon, London.

Koenig 2009 : Yvan Koenig, « Des “trigrammes panthéistes” ramessides aux gemmes magiques de l’Antiquité tardive : le cas d’Abraxas, continuité et rupture », BIAO 109, p. 311-325.

Kropp 1931 : Angelicus Kropp, Ausgewählte koptische Zaubertexte, II : Übersetzungen und Anmerkungen, Bruxelles.

Lazaris 2007 : Stavros Lazaris, « Essor de la production littéraire hippiatrique et développement de la cavalerie : contribution à l’histoire du cheval dans l’Antiquité tardive », in Cam 2007, p. 87-102.

Marco Simón 1992 : Francisco Marco Simón, « Abraxas. Magia y religion en la Hispania tardoantigua », in Jaime Alvar, Carmen Blánquez, Carlos Wagner (ed.), Heroes, semidioses y daimones, Madrid, p. 485-510.

Marganne, Rochette 2013 : Marie-Hélène Marganne, Bruno Rochette (éd.), Bilinguisme et digraphisme dans le monde gréco-romaine, Liège.

Martinez 1991 : David Martinez, P. Michigan XVI-A Greek Love Charm of Rom. Egypt (P. Michigan 757), Atlanta.

Mastrocinque 2008 : Attilio Mastrocinque, « Les formations géométriques de mots dans la magie ancienne », Kernos 21, p. 97-108.

Mastrocinque 2010 : Attilio Mastrocinque, « Le pouvoir de l’écriture dans la magie », Cahiers « Mondes anciens » [En ligne] 1. URL : http://journals.openedition.org/mondesanciens/168  ; DOI : 10.4000/mondesanciens.168

McCown 1922 : Chester Charlton McCown (ed.), The Testament of Solomon edited from Manuscripts at Mount Athos, Bologna, Holkham Hall, Jerusalem, London, Milan, Paris and Vienna with Introduction, Leipzig.

Meid, Anreiter 2005 : Wolfang Meid, Peter Anreiter, Heilpflanzen und Heilsprüche. Zeugnisse gallischer Sprache bei Marcellus von Bordeaux. Linguistische und pharmakologische Aspekte, Wien.

Meyier 1973 : Karel de Meyier, Codices Vossiani latini, Pars I. Codices in folio, Leiden.

Meyer 2002 : Marvin Meyer, « The prayer of Mary who dissolves Chains in Coptic Magic and Religion », in Mirecki, Meyer 2002, p. 407-415.

Meyer, Smith 1994 : Marvin Meyer, Richard Smith (ed.), Ancient Christian Magic. Coptic Texts of Ritual Power, Princeton.

Michel 2001a : Simone Michel, Die Magischen Gemmen im Britischen Museum, Londres.

Michel 2001b : Simone Michel, Bunde Steine-dunkle Bilder: « Magische Gemmen », Munich.

Michel 2004 : Simone Michel, Die magischen Gemmen. Zu Bildern und Zauberformeln auf geschnittenen Steinen der Antike und Neuzeit, Berlin.

Mirecki, Meyer 2002 : Paul Mirecki, Marvin Meyer (ed.), Magic and Ritual in the Ancient World, Leiden-Boston-Cologne.

Moraux 1960 : Paul Moraux, Une défixion judiciaire au Musée d’Istanbul, Bruxelles.

Müller 1868 : Lucian Müller, « Zu den scriptores rei medicae », Rheinisches Museum für Philologie 23, p. 187-190.

Nagy 2002 : Arpád Nagy, « Figuring or the Anguipede (« snake-legged god ») and his relation to Judaism », JRA 15, 1, p. 159-172.

Nagy 2014 : Arpád Nagy, « Étude sur la transmission du savoir magique. L’histoire post-antique du schéma anguipède (ve-xviie siècles) », in Véronique Dasen, Jean-Michel Spieser (éd.), Les savoirs magiques et leur transmission de l’Antiquité à la Renaissance, Florence, p. 131-155.

Nagy 2015 : Arpád Nagy, « Engineering Ancient Amulets: Magical Gems of the Roman Imperial Period », in Boschung, Bremmer 2015, p. 205-240.

Oder, Hoppe 1924 : Eugen Oder, Karl Hoppe (ed.), Corpus Hippiatricorum Graecorum, Leipzig.

Önnerfors 1985 : Alf Önnerfors, « Iatromagische Beschwörungen in der “Physical Plinii Sangallensis” », Eranos 83, p. 235-252.

Önnerfors 1988 : Alf Önnerfors, « Zaubersprüche in Texten der römischen und frümittelalterlichaen Medizin », in Guy Sabbah (éd.), Études de médecine romaine, Saint-Étienne, p. 113-156.

Önnerfors 1991 : Alf Önnerfors, « Marcellus, De Medicamentis. Latin de science, de superstition, d’humanité », in Guy Sabbah (éd.), Le latin médical. La constitution d’un langage scientifique, Saint-Étienne, p. 397-405.

Önnerfors 1993 : Alf Önnerfors, « Magische Formeln im Dienste römischer Medizin », ANRW II, 37.1, Berlin-New York, p. 157-224.

Piechotta 1887 : Johannes Piechotta, Ein Anecdotum latinum, Leobschütz.

Radiciotti 2009 : Paolo Radiciotti, « I Papiri e le scritture greca e latina », A & R nuova serie 3, p. 97-119.

Radiciotti 2010 : Paolo Radiciotti, « Scrivere et leggere il greco fuorii dai confini temporali del mondo antico : il mediovo latino », in Mario Capasso (a cura di), Leggere greco e latino fuori dai confini nel mondo antico. Atti del I congresso nazionale dell’Associazione italiana di cultura classica, Lecce 10-11 maggio 2008, Lecce, p. 175-191.

Rist 1938 : Martin Rist, « The God of Abraham, Isaac, and Jacob: A Liturgical and Magical Formula », JBL 57, p. 289-303.

Rochette 1999 : Bruno Rochette, « Écrire en deux langues. Remarques sur le mixage des écritures grecques et latines d’après les papyrus littéraires bilingues d’auteurs classiques », Scriptorium 53, p. 325-334.

Rose 1894 : Valentino Rose (ed.), Theodori Prisciani, Euporiston libri III cum physicorum fragmento et additamentis Pseudo-Theodoreis, Leipzig.

Rowland, Morray-Jones 2009 : Christopher Rowland, Christopher Morray-Jones, The Mystery of God: Early Jewish Mysticism and the New Testament, Leiden.

Ruani 2013 : Flavia Ruani, « Formations et origines des nomina barbara dans les objets magiques syriaques des ve-viie siècles », in Tardieu et al. 2013, p. 301-314.

Sabbah 1987 : Guy Sabbah (éd.), Bibliographie des textes médicaux latins. Antiquité et haut moyen âge, Saint-Étienne.

Schäfer 1997 : Peter Schäfer, « Magic and Religion in Ancient Judaïsm », in Peter Schäfer, Hans Kippenberg (ed.), Envisioning Magic: A Princeton Seminar and Symposium, New York, p. 19-43.

Schwab 1897 : Moïse Schwab, Vocabulaire de l’angélologie d’après les manuscrits hébreux de la Bibliothèque nationale, Paris.

Sévilla 1923 : Henri-Jean Sévilla, « Le syndrome “coliques” dans l’hippiatrie grecque », in Proceedings of the Third International Congress of the History of Medicine, Antwerpen, p. 247-287.

Spitzer 1970 : Leo Spitzer, Études de style, Paris.

Tardieu et al. 2013 : Michel Tardieu, Anna Van den Kerchove, Michela Zago (éd.), Noms barbares. I. Formes et contextes d’une pratique magique, Turnhout.

Van Liefferinge 1999 : Carine Van Liefferinge, La Théurgie. Des Oracles Chaldaïques à Proclus, Liège.

Versnel 2002 : Hendrik Simon Versnel, « The Poetics of the Magical Charm. An Essay in the Power of Words », in Mirecki, Meyer 2002, p. 105-158.

Voutiras 2007 : Emmannuel Voutiras, « The Introduction of the Alphabet », in Anastassios-Fivos Christidis (ed.), A History of Ancient Greek: From the Beginnings to Late Antiquity. The Introduction of the Alphabet, Cambridge, p. 266-276.

Waegeman 1987 : Maryse Waegeman, Amulet and Alphabet: Magical Amulets in the first Book of Cyranides, Amsterdam.

Wessely 1893 : Carl Wessely, Neue griechische Zauberpapyri, Wien.

Wieland 1979 : Hans Wieland, « Orfus », Museum Helveticum 36, 2, p. 122-124.

Notes

1 La notion de « bricolage » qui inspire le titre de cet article vient de Bastide 1970, p. 65.

2 Jamblique, Réponse à Porphyre VII, 5 (259) (éd. de H. D. Saffrey et A. P. Segonds, Paris, Les Belles Lettres, 2013). Traduction personnelle. Sur Jamblique et les noms barbares, cf. Van Liefferinge 1999, p. 115-117.

3 Cf. Dubois 2013, p. 5 : « Les énoncés barbares existent sous forme de formules invocatoires ou exécratoires, considérés de tout temps comme des énoncés habituellement sans signification. Ces formules pourtant douées d’un pouvoir puissant sont constituées de successions de sons ou de noms de divinités et de démons, et relèvent habituellement d’un registre qui n’appartient pas à la langue du document. »

4 Par exemple, Ruani 2013, p. 313 s’intéresse à l’évolution géographique et chronologique du nom Abrasax ou Abraxas, mais précise aussi que dans les objets magiques syriaques « c’est l’exploitation de la langue syriaque qui gouverne la plupart des processus d’invention et de fabrication des noms barbares ».

5 Quelques formules de l’Anecdotum latinum ont été bien étudiées, notamment par Barb 1952, p. 271-273 ; mais, à ma connaissance, aucune étude critique de l’ensemble n’existe encore jusqu’à présent. Nous avons eu l’occasion de nous intéresser à cet ouvrage dans un article consacré au processus de barbarisation de mots latins ou grecs (Corre 2013, p. 95-103), mais notre étude ne portait que sur certaines incantations. Le présent article vise à montrer la richesse de la problématique et à encourager d’autres études sur ce manuscrit.

6 Ce texte a été recopié sur des feuillets 275 x 195 mm. Comme le précise K. de Meyier 1973, p. 249, le manuscrit conservé à la bibliothèque de la Rijksuniversiteit de Leyde, le Vossanius Latinus in Quarto 9, comprend entre autres le De herba vettonica, attribué faussement à Antonius Musa ou l’Herbarius du Pseudo-Apulée. La partie qui nous intéresse se trouve dans la troisième partie du parchemin, la plus ancienne, du 83r au 104v. Cf. Mülller 1868 ; Baehrens 1879, p. 107.

7 Comme l’indique le premier éditeur, Piechotta 1887, p. I-II, les 22 premiers folios ont été perdus et sur les pages restantes, l’écriture a disparu plusieurs fois et n’est plus lisible. Certaines rubriques ont souffert en particulier : ici et là, une main a cherché à brosser les lettres à l’encre noire qui disparaissaient, peut-être au xive siècle. Quelques indications peuvent facilement être reconnues comme des ajouts ultérieurs, signalés ici en italique : § LXXI, p. VII : clauum si quis calcauerit eandem heruam tritam inponito, eiciet rubiginem : si supra inposueris, non facile, sed introrsus inponito, statim sanabit ; § CVI, p. IX : uteris ut supra : hoc est cicut CV uersus designabit ; § CXLVIII, p. XI : ad fluxum sanguinis stercus ecneum sanat … quod diuit ecneum quomodo obiferi transmarini sic sunt …sed interroga transmarinos homines, quia et hic sunt.

8 Piechotta 1887. Quelques corrections ont été proposées par Helmreich 1887 ainsi que par Heim 1892. En 2004, Sébastien Bricout a publié une édition de l’Anecdotum Latinum, dans le Corpus Scriptorum Latinorum (en ligne ; URL : http://www.forumromanum.org/literature/anecdotum_medicum/anecdotum_medicum.html). Les modifications proposées par G. Helmreich ont été ajoutées ainsi que d’autres « corrections contemporaines ». L’éditeur ne précise pas lesquelles.

9 Nous avons ainsi dans l’Anecdotum latinum, (éd. Piechotta 1887) § CLXX, p. XII, le titre : Si quod uulnus in oculos nascitur (trad. personnelle : « si une lésion apparaît dans les yeux »), mais le remède qui suit est contre le mal de dents.

10 Sur ce sujet, cf. Sabbah 1987, p. 148-149.

11 Les correspondances ont été établies par Piechotta 1887, p. III.

12 Les indications énumérées dans l’Anecdotum latinum, § CXXXVIII, p. X, correspondent à celles des Geoponika XIII, 15 (éd H. Beckh, Leipzig, Teubner, 1895), remède attribué en l’occurrence à Pamphile.

13 Hofstteter 1983, p. 320.

14 La comparaison entre la source primaire de certains conseils médicaux et les rubriques de l’Anecdotum montre des écarts importants, au moins dans la rédaction. Ainsi, au sujet du mal des dents des enfants, Pline l’Ancien, Histoire naturelle XXVIII, 259 (éd. A. Ernout, Paris, Les Belles Lettres, 1962) précise : Lacte caprino aut cerebro leporum perunctae gingiae faciles dentitiones faciunt (« le lait de chèvre ou la cervelle de lièvre en friction sur les gencives facilitent la dentition ») ; alors que l’Anecdotum Latinum § 187, p. XII : Ad dentia infantum. Cerebrum leporis gingibas fricas et non sentiet dentia (trad. personnelle : « Au sujet des dents d’un enfant. Tu frottes les gencives avec une cervelle de lièvre et il ne souffrira plus des dents »).

15 Biville 2007, p. 195.

16 Helmreich 1887, p. 339 : « Mehr als der unbeteunde Inhalt des anonymen Opus interessiert uns seine Sprache, und der Hsg. hat deshalb in der Eintleitung alles in bezug auf Orthographie, Vokalismus, Flexion, Syntax und Wortschatz Merkwürdige sorgfältig zusammengestellt. »

17 Goody 2014, p. 1.

18 Voir supra n. 1.

19 Anecdotum latinum, § 189, p. XII = Heim 1892, n° 221, p. 538.

20  Gordon 2005, p. 65.

21 Piechotta 1887, § 198, p. XIII = Heim 1892, § 222, p. 538. Traduction personnelle.

22 Sur l’origine de ce mot et cette maladie, cf. Sévilla 1923 ; Adams 1995, p. 272-278.

23 Wieland 1979, p. 122-124.

24 Belayche, Corre 2008, p. 25.

25 Lazaris 2007, p. 87-102.

26 Pelagonius 129 (éd. Fischer 1980) : Si equi doluerint <et> fuerit tortionatus, remedium incredible quod Persae ostendere : nomen domini eiusdem animalis in corona pedis dextri grafio perscribito ; trad. Gitton-Ripoli 2003, p. 210 : « Si le cheval a mal aux intestins <et> qu’il est tourmenté par la colique, un remède incroyable qu’ont indiqué les Perses : écris en toutes lettres le nom du maître de l’animal en question sur le sabot du pied droit avec un poinçon. » Autres ouvrages de référence, Adams 1995 ; Gitton 1992.

27 Pline l’Ancien, Histoire naturelle XXX, 3.

28 Pelagonius 126, 129, 458.

29 Sur Pelagonius et son traité, cf. Fischer 1988, p. 200-202 ; Fischer 1989, p. 80-83.

30 Biville 2007, p. 201.

31 Fischer 1980, p. XI : « The text of Pelagonius as we have it is certainly not in its original form. A redactor or redactors have been at work. »

32 Oder, Hoppe 1924.

33 C’est ce que semble suggérer notamment Cicéron, Correspondance XVI, 5.

34 L’expression est de Spitzer 1970, p. 59 qui qualifiait ainsi les inventions verbales de Rabelais. Elle est citée par Gorea 2013, p. 110.

35 Anecdotum latinum, § 180, p. XII : tum haec nomina hebraica dices « manna ». Cf. Corre 2013, p. 95-99.

36 Sur le sujet de la magie juive, la bibliographie est immense, citons entre autres Alexander 1986 ; Schäfer 1997 ; Bohak 2008, p. 70-142. Bohak 2003 dénonce cependant l’idée d’une « pan-Judaic perspective » de la recherche moderne qui aurait tendance à rattacher à la sphère juive les différentes voces magicae.

37 Origène, Contre Celse I, 24 (éd. M. Borret, Paris, Éditions du Cerf, 1967) : ἐπί τινος θεολογίας ἀπορρήτου (trad. personnelle). Cf. Fedou 1988, p. 241-253.

38 Anecdotum Latinum § LXXVII, p. VIII. Nous reprenons la correction proposée par Heim 1892, p. 537, no 218 (trad. personnelle).

39 Cf. Böhlig 1978.

40 Cf. Rowland, Morray-Jones 2009, p. 561-566.

41 PGM XXIb ; XIII, 817 ; XXV, 14. Cf. Ginzberg 1909, p. 348-358 ; Rist 1938 ; Ganschinietz 1914-1916.

42 Martinez 1991, p. 79 ; Brashear 1995, p. 3597.

43 Cf. Delatte 1961, p. 94.

44 Irénée, Contre les hérésies I, 24, 7.

45 Cf. Hopfner 1921, § 733 ; Deonna 1944, p. 121 ; Bonner 1950, p. 192 ; Martinez 1991, p. 77-78 ; Brashear 1995, p. 3577. 


46 Nagy 2002 ; 2014. Marco Simón 1992 ; Koenig 2009.

47 Wessely 1893, p. 44, no 715.

48 Cf. Moraux 1960, p. 28-29 ; Brashear 1995, p. 3587.

49 Cf. Bohak 2003.

50 Cf. Dubois 1998.

51 Cf. Nagy 2014, p. 131-155.

52 Anecdotum latinum § 199, p. XIII = Heim 1892, p. 538, n° 223. Traduction personnelle.

53 Cf. Mastrocinque 2008.

54 Cf. Busch 2006, p. 10-37.

55 Testament de Salomon 81 (éd. et trad. Conybeare 1898) : The tenth said: « I am called Metgathiax. I cause the reins to ache. If I hear the words, “Adônaêl, imprison Metathiax”, I at once retreat » ; 84 : The thirteenth said: « I am called Bobêl (sic), and I cause nervous illness by my assaults. If I hear the name of the great “Adonaêl, imprison Bothothêl”, I at once retreat ».

56 Cf. McCown 1922. Traduction anglaise dans Conybeare 1898 ; Duling 1983 ; allemande dans Busch 2006. La version du xviiie s. est publiée aussi dans Delatte 1927, p. 211-227. Cf. Klutz 2005.

57 Testament de Salomon XIX, 58, (éd. McCown 1922). Trad. de Mastrocinque 2010 : « Je m’appelle aussi Rhyx Achôneôth. Je cause le mal au pharynx et aux amygdales. Si quelqu’un écrit sur une feuille de lierre ΛΕΙΚΟΥΡΓΟC, en forme de grappe ΑΝΑΧΩΡΙC, tu t’en vas. »

58 Meyer, Smith 1994, p. 283 : For your holy name shall become a helper for me, whether by day or by night. Adonel Ermarum Chobaoth Baracha Latem Cheal Saphon, O true hidden god, hear me today. Cf. Meyer 2002.

59 Cf. Kropp 1931, p. 127-135.

60 Meyer, Smith 1994, p. 280 : Spell to obtain a good singing voice (London Oriental Manuscript 6794) : « O(ffering) (?) to DAVITHEA RACHOCHI ADONIEL Thapsiorie …Thapsiorsth Thapsiorirar Thapsios Psior Iriaathenneos ».

61 Anecdotum latinum § 200, p. XIII ; Heim 1892, p. 537, n° 224. Traduction personnelle.

62 Cf. Schwab 1897, p. 198.

63 Gordon 2015, p. 156.

64 Gordon et al. 2010, p. 487-518 ; Joly et al. 2010 ; Gordon 2015, p. 133-176.

65 Jérôme, Lettres LXXV, 3 (éd. J. Labourt, Paris, Les Belles Lettres, 1954).

66 Anecdotum latinum § 189, p  XII = Heim 1892, no 221, p. 538.

67 Anecdotum latinum § 180, p. XII = Heim 1892, no 220, p. 538.

68 Cf. Waegeman 1987.

69 Cf. Dornseiff 1922, p. 14-17.

70 Cf. Bonner 1950, p. 62-64 ; Delatte, Derchain 1964, p. 202-206 ; Michel 2001a, p. 246-250. Michel 2001 b, no 87 ; Michel 2004, p. 281, § 23. 1. a, pl. 77, 1.

71 Cf. Dasen 2015, p. 53-85.

72 Sur ces interprétations, voir Bonner 1950, p. 62-64 ; Michel 2004, p. 178-179 ; Dasen 2015, p. 94.

73 Sur les différentes analyses, voir Bonner 1950, p. 63-64 ; Barb 1969, p. 302, n. 1.

74 Nagy 2015, p. 231-232.

75 Rose 1894, p. 314, 5 sq. : De capitis querellis. Corniculae cerebrum coctum in cibo sumptum quamvis graves et invetustatos <dolores capitis> sanat. nam in charta scribis A φ lina, et capiti suspendis…item scribis in charta A capA TAPXM++ kacta paC AA++. Haec omnia de lino rore de tela ad caput ligabis (cf. Önnerfors 1993, p. 210, n. 21).

76 Kropp 1931, p. 129 : « Salut aux noms puissants, les soixante noms du Père excellent ; ce sont : Alfa, Iyael, Hidael, Yodael, Ournael, Hernal, Omis. »

77 Le kappa est d’ailleurs dérivé de la lettre phénicienne kaph ou « paume de la main », et cette lettre en tire aussi son nom (cf. Voutiras 2007).

78 Sur le digraphisme en particulier et le bilinguisme en général, la bibliographie est immense, nous conseillerons toutefois : Rochette 1999 ; Radiciotti 2009 ; Radiciotti 2010 ; Marganne, Rochette 2013.

79 Piechotta 1887, § 189, p. XII = Heim 1892, no 221, p. 538.

80 Par exemple, Audollent 1904, n o 289.

81 Anecdotum latinum § 180, p. XII ; Heim 1892, no 220, p. 538.

82 Marcellus Empiricus, De medicamentis liber X, 34 (éd. de M. Niedermann, Berlin, CML V, 1968) : sicycuma cucuma ucuma cuma uma ma a. Cf. Heim 1892, no 97, p. 491 ; Önnerfors 1988, p. 116 ; Önnerfors 1993, p. 166 ; Versnel 2002, p. 130 ; Meid, Anreiter 2005, p. 58 ; Faraone 2009, p. 223-224.

83 Faraone 2009, p. 223-224.

84 D’autres hypothèses ont été défendues : Heim 1892, p. 491, pense que le premier mot, sicycuma, devait initialement s’écrire « sic : cucuma ». Meid, Anreiter 2005, p. 58 avancent l’hypothèse que (si)cycuma ou cucuma sont formés à partir de la forme verbale, ici à l’impératif, d’origine celtique *seuk-/suk-, qui évoque l’idée de liquide, et retranscrivent la formule initiale : *suk sukumā, sukumā, etc. (« fließe ab » ou « versiege, Flüssigkeit », « assèche-toi »). Versnel 2002, p. 130, fait remarquer pour sa part que cucuma est un « cooking kettle » et l’extension en sicycuma pourrait faire référence à siccus <sec>.

85 Versnel 2002, p. 138.

86 Cf. Önnerfors 1985.

87 Cf. Önnerfors 1991 ; Meid, Anreiter 2005.

Auteur

Docteur de l'EPHE, ANHIMA UMR 8210

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540