Version classiqueVersion mobile

Dossier : Place aux objets !

Varia

L’origine des noms barbares de l’Anecdotum Latinum 

Entre « mémoire collective et sociologie du bricolage » (R. Bastide)

The Origin of Barbaric Names in the Anectodum Latinum: Between « Collective Memory and Sociology of Bricolage » (R. Bastide)

Nicolas Corre

Résumé

Un manuscrit de l’Antiquité tardive, l’Anecdotum Latinum, montre que la formation et l’origine des « noms barbares » peut parfois être une véritable opération de bricolage. Certains des nomina barbara de ce recueil médical ont une origine fortuite : parfaitement clairs dans la source dont a pu se servir le copiste, ils ont été rendus incompréhensibles à la suite d’une mauvaise lecture. À l’exception de ces noms « fortuits », la plupart sont relativement courants : ils sont issus d’une longue tradition dont les origines peuvent être retracées. D’autres encore ont une patine ancienne mais s’apparentent à une véritable œuvre de forgerie : si certaines de ces formules ont une consonance juive, elles ne correspondent pas toujours à un modèle connu. L’originalité de l’ouvrage tient surtout à l’utilisation d’un type tout à fait particulier de noms barbares : dans l’Anecdotum, kappa ne désigne plus seulement la dixième lettre de l’alphabet grec, il devient un nom puissant.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction1

Dans sa Réponse à Porphyre (De Mysteriis), Jamblique explique que les noms barbares sont les plus unis aux entités supérieures : ils sont conservés intangibles selon la loi de la tradition, et il n’est permis à personne de les changer car, s’il est une chose qui convient aux dieux, c’est le perpétuel et l’immuable qui leur sont connaturels. Le théurge conclut cependant que de son temps, à la fin du iiie siècle, « tout est perdu » (comme traduisait E. des Places en 1966) en raison du goût des Grecs pour l’innovation et de « leur invention incessante de mots (τὴν ἄστατον εὑρεσιλογίαν)2 ». Plusieurs études récentes ont été consacrées à l’utilisation de ces noms mystiques en contexte rituel ou bien à retracer leur origine linguistique3. Elles ont montré que tout un stock de nomina barbara issus du Proche-Orient circulait tout autour de la Méditerranée et au sein de l’Empire romain4. Pour autant, ces mots particuliers pouvaient aussi être le fruit de véritables stratégies rh...

Auteur

Docteur de l'EPHE, ANHIMA UMR 8210

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search