Version classiqueVersion mobile

Dossier : Place aux objets !

Varia

La peau a-t-elle un sens ?

L’examen du corps chez les auteurs hippocratiques

Does the Skin Have Sensation? The Study of the Body in the Hippocratics

Valeria Gavrylenko

Résumé

L’étude du corps par les Hippocratiques est structurée autour des expériences sensorielles (aisthêsies) qui transitent par les orifices du corps. Tout obstacle dans leur passage entraîne des troubles sensoriels. Même si leur appareil conceptuel est principalement constitué à partir des données fournies par la surface corporelle, la vue et le toucher, les auteurs de la Collection hippocratique n’envisagent pas la peau comme organe du toucher. Au contraire, la peau (derma) est plutôt pensée comme une partie séparée de l’ensemble du corps. Tandis que le corps est doté de la perception tactile, la sensibilité tactile de la peau lui est encore étrangère, au niveau lexical aussi bien que conceptuel. Puisqu’il est anachronique de parler de « la peau sensible » chez les Hippocratiques, il est tautologique de dire « la peau insensible ».

Entrées d'index

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

τὸ ζῷον αἰσθητικὸν εἶναι
Aristote, De l’âme, 427a.

Le présent article étudie comment, tant du point de vue théorique que du point de vue pratique, les travaux hippocratiques envisagent le corps comme une surface et conçoivent son traitement1. La surface corporelle offre des moyens et des limites à l’expérience sensorielle (aisthêsis), qu’il s’agisse de celle du médecin comme de celle du malade. Parce que l’intérieur du corps a été fermé à l’investigation anatomique jusqu’à la brève intervention des médecins alexandrins Hérophile et Érasistrate2, les Hippocratiques, à leur époque, ne disposent que d’espaces imaginés de l’intérieur du corps et, par conséquent, ne peuvent juger de celui-ci que par son apparence et son aspect (eidos), c’est-à-dire par la surface qui s’offre aux sensations : sensations de la vue et du toucher au premier chef, certes, mais aussi du goût, de l’ouïe et de l’olfaction. Cependant, ce sont les sensations, principalement les sensations tactiles, qui, d’après le v...

Auteur

Académie Mohyla de Kiev, EPHE

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search