Version classiqueVersion mobile

Dossier : Place aux objets !

Varia

L’Auditorium de Mécène

Une réévaluation à la lumière des auditoriums d’Alexandrie

Maecenas’ Auditorium: A Reevaluation in light of Alexandria’s Auditoriums

Michèle Villetard

Résumé

Peu après sa mise au jour dans le dernier tiers du xixe siècle, l’édifice situé à Rome dans les jardins de Mécène, sur la colline de l’Esquilin, fut étudié et identifié comme étant l’auditorium de Mécène, où devait se tenir des recitationes et autres divertissements culturels du « cercle de Mécène ». Or très rapidement, l’identification de cette destination fut contestée, en particulier sur la base de l’aménagement de l’abside en gradins. La salle fut alors interprétée comme un triclinium nymphée, ou une salle à manger d’été. Cette lecture est la plus communément reçue aujourd’hui. Il nous semble cependant que la mise au jour des auditoriums académiques de Kôm el-Dikka à Alexandrie à la fin du xxe siècle, une vingtaine de salles à gradins identifiées comme des salles de cours, permet de rouvrir le dossier de l’édifice romain, en proposant une réinterprétation de la fonction des gradins.

Entrées d'index

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans le dernier tiers du xixe siècle1 Virginio Vespignani et Carlo Ludovico Visconti ont publié un édifice mis au jour très peu de temps auparavant sur l’Esquilin, sur le territoire de la villa Caetani, sise sur les anciens Horti Maecenatis2. Ils identifièrent l’édifice comme un auditorium, une salle de recitationes pour le « cercle de Mécène ». Dès l’année suivante, cette identification fut contestée3, et la contestation continue de dominer, même si le débat n’est pas clos. À l’autre extrémité de l’empire, les archéologues polonais ont mis au jour, dans le dernier tiers du xxe siècle, sur le site de Kôm el-Dikka, au centre de l’Alexandrie antique et moderne, une vingtaine de salles identifiées comme des salles d’enseignement supérieur, qu’ils ont dénommées « auditoriums ». Il peut paraître incongru de proposer une réévaluation de l’Auditorium de Mécène à la lumière des auditoriums de Kôm el-Dikka à cause d’écarts évidents de chronologie, de géographie, de culture, de mode d’appropr...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search