Versión clásicaVersión móvil

Dossier : Place aux objets !

Varia

L’histoire du Jardin comme école

Entre réalité historique et utopie philosophique

The History of the Garden as a School: Between Historical Reality and Philosophical Utopia

Julie Giovacchini

Resumen

Cet article interroge les représentations traditionnelles du Jardin épicurien comme lieu clos, cadre d'une doctrine philosophique, l'épicurisme, considérée comme sans évolution et sans histoire. Pour questionner ce lieu commun, on s'intéressera au statut réel des écoles philosophiques de la période hellénistique, à leur institutionnalisation, à leur influence sur certaines élites politiques ; à partir de témoignages épigraphiques et littéraires, on se demandera dans quelle mesure et jusqu'à quel point ces nombreux aspects s'appliquent à la doctrine épicurienne dans les différents moments de son histoire. Nous espérons faire ainsi émerger une conception nouvelle de la participation politique au sein du Jardin et de la nature de l'enseignement qui y fut dispensé.

Los formatos HTML, PDF y ePub de este libro son accesibles para los usuarios de las bibliotecas e instituciones que lo han adquirido como parte de la oferta OpenEdition Freemium for Books. El libro también puede adquirirse en los sitios de las librerías asociadas, en formatos PDF y ePub, si el editor ha optado por esta distribución comercial. Si la edición en papel está disponible, en esta página se proponen enlaces a las librerías.

Extracto del texto

On doit toujours se méfier de l’historiographie1. S’il est aujourd’hui bien évident qu’un texte antique est seulement la reconstruction empirique d’un modèle idéel dont nous n’aurons jamais l’original sous les yeux, on ne réalise pas avec suffisamment de lucidité qu’il en va de même, dans une large mesure, pour la totalité des présupposés contextuels qui accompagnent ces artefacts philologiques. La faute n’en revient pas aux historiens qui, comme les philologues, sont soumis aux contraintes d’une matière première incertaine et fragmentaire et qui s’en débrouillent le plus souvent avec rigueur et méthode ; mais elle repose plutôt sur la fascination qu’exercent sur leurs lecteurs les édifices discursifs ainsi bâtis, dont il est bien difficile ensuite de se déprendre pour essayer d’adopter une saine posture critique. Nous sommes tous en cette matière, victimes du piège de l’écriture, les esclaves du dieu Theuth qui « trouv[a] une drogue de la réminiscence et non de la mémoire » (οὔκουν...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2018

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search