Version classiqueVersion mobile

Dossier : Place aux objets !

Varia

Faire la guerre avec des mots

L’exemple des glandes plumbeae

At War With Words: the Case of the Glandes Plumbeae

Benoît Lefebvre

Résumé

La violence n’est pas seulement physique, mais aussi psychologique. La guerre se fait aussi avec des mots. Dans cet article, je m’intéresse aux inscriptions sur balles de fronde en plomb (glandes plumbeae), notamment d’époque romaine. La plupart consistent en des insultes, des sarcasmes et des invocations. Les balles de Pérouse, place assiégée en 41-40 av. J.-C., sont les plus connues. Quel est l’intérêt historique de ces inscriptions ? Elles forment un langage particulier utilisé par les soldats autour du bassin méditerranéen, de l’époque hellénistique à l’époque romaine. Elles nous informent aussi sur les représentations que les soldats avaient de leurs ennemis mais aussi de la guerre en général. Par exemple, les inscriptions avec contenu sexuel rappellent que la guerre s’envisage comme la domination physique exercée par des hommes sur d’autres hommes. En somme, j’étudie comment la violence guerrière se déploie à travers les mots.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Je rêve d’une langue dont les mots, comme des poings, fracasseraient les mâchoires »
Cioran, « Pensées étranglées », Le Mauvais Démiurge.

Introduction

La guerre a ses propres sons. Ces différentes sonorités sont présentes dans le langage courant. Ainsi, les balles « sifflent », les canons « crachent » leurs obus… Mais ne dit-on pas aussi – curieuse formulation – « faire parler la poudre » ? La guerre nous parle aussi et se mène avec des mots. Il serait absurde d’opposer nettement la guerre et ses sonorités brutales à la paix et ses mots : les mots sont aussi une arme redoutable. Ils font mal, blessent et tuent. Ainsi, l’affrontement physique se double d’une guerre des mots1. Qu’en est-il de cette violence verbale dans l’Antiquité ? Dans quelle mesure est-elle associée à la guerre ? Quelles sources nous permettent d’aborder ce phénomène ?

Les mots ont toute leur place dans la violence guerrière. Mépriser l’ennemi et s’invectiver sont des manières comme d’autres de renforcer et de stimu...

Auteur

Doctorant à l'Université Paul Valéry Montpellier III, EA 4424 – CRISES, LabEx Archimède

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search