Version classiqueVersion mobile

Dossier : Place aux objets !

Varia

Solon gardait-il la main dans son manteau ?

Les enjeux de l’appel à la connaissance des juges dans la controverse entre Eschine et Démosthène

Did Solon Keep his Hand in his Cloak? The Issues at Stake in the Call for Judges’ Knowledge in the Controversy between Aeschines and Demosthenes

Nicolas Siron

Résumé

Dans leurs plaidoiries Contre Timarque et Sur l’ambassade, Eschine et Démosthène évoquent tous deux une statue de Solon, qui montrerait le législateur la main dans le manteau, un geste signalant sa réserve lorsqu’il s’exprimait à la tribune. La controverse autour de cette représentation a déjà été analysée pour approfondir différentes questions comme le conflit entre les deux orateurs, nos connaissances sur Solon, l’histoire de la statuaire grecque ou la réception du passé dans l’Antiquité. La querelle peut être réinterrogée grâce à l’outil heuristique du dispositif de vérité, entendu comme l’ensemble des procédures, arguments et figures rhétoriques qui permettent aux plaignants de se réclamer de la vérité. La statue se révèle alors le moyen pour Eschine comme pour Démosthène de mettre en avant l’argument de la connaissance directe des faits par les juges. Elle constitue un point de tension à partir duquel il est possible d’examiner l’articulation entre vue et savoir dans l’Athènes classique.

Entrées d'index

Mots clés :

vue, statue, témoin, autopsie, Athènes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La figure de Solon1 est fréquemment utilisée dans les discours judiciaires pour être confrontée aux adversaires des plaignants2. L’autorité du législateur est invoquée pour mettre en cause la justesse des lois attaquées et, par suite, l’attitude des accusés. En s’opposant à Aristogiton, qui s’exprimait en public alors qu’il n’avait pas payé les amendes dues à la cité, Démosthène estime qu’il est scandaleux « que l’érection d’une statue de bronze sur l’Agora [d’Athènes] ait été votée pour Solon, l’auteur de ces lois, tandis que l’on vous voit témoigner de l’indifférence à ces lois-mêmes qui lui ont fait accorder des honneurs exceptionnels3 ». C’est une autre statue de Solon qui est mentionnée par Eschine dans le discours Contre Timarque pour l’opposer aux gesticulations de Timarque, l’allié de Démosthène4 : à Salamine se tiendrait une statue de Solon qui représenterait le grand homme dissimulant sa main dans son manteau, attitude illustrant sa modération et son contrôle de soi. Démos...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search