Version classiqueVersion mobile

Dossier : Place aux objets !

Dossier : Place aux objets ! Présentification et vie des artefacts en Grèce ancienne

Σήματα νίκης: Inscribed Objects in the Lindian Chronicle

Σήματα νίκης: Objets et textes dédicatoires dans la Chronique de Lindos

Athena Kirk

Résumé

Partant de l’idée que la Chronique de Lindos, d’entrée de jeu, met l'accent sur la matérialité des inscriptions, cette étude examine l'interaction entre objet et texte dédicatoires dans le contexte particulier où objets et textes ont disparus. L’analyse montre que les rédacteurs de la Chronique recréèrent les offrandes disparues comme des « objets » et des « choses » au sens de Bill Brown, et que les inscriptions dédicatoires fonctionnaient comme des intermédiaires entre les deux. L’effet est tout spécialement visible dans la description élaborée de trois pinakes peints, avec inscriptions dédicatoires. Ici, les rédacteurs de la Chronique (ou leurs sources) construisirent un amalgame d'objet passé et de chose présente en combinant des artéfacts archaïques et une poétique anachronique, centrée sur le terme clé σῆμα.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

The Lindian Chronicle, a monumental stele-inscription composed in 99 BCE, catalogues the dedications made at the sanctuary of Athena Lindia at Rhodes throughout its history, as well as four recorded epiphanies of the goddess. Many or most of the dedications themselves are no longer extant by the time of the inscription’s composition (the temple burned in a fire of 392/1 BCE), and the authors are thus exhorted to reconstruct “whatever details are fitting (ἁρμόζοντα) about the offerings and the epiphanic appearance of the goddess” from the available sources.1 The stele has already provided fertile ground for examining the relationship of text and object, both in its individual entries and as a singular, composite monument. It has been interpreted, and rightly so, as a “relic of relics,” a record of the temple as “community museum,” and a document of a “lost and partially imagined world.”2 Perhaps most pertinent here, Platt has called it a “rematerialization” of the lost items, an anal...

Auteur

Assistant Professor in the Department of Classical Studies of Cornell University

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search