Version classiqueVersion mobile

Dossier : Place aux objets !

Dossier : Place aux objets ! Présentification et vie des artefacts en Grèce ancienne

Parures divines

Puissances et constructions homériques de l’objet

Divine Adornments. Powers and the Homeric Constructions of the Object

Manon Brouillet et Cléo Carastro

Résumé

À partir d’observations sur les correspondances structurelles dans la présentation du ruban d’Aphrodite et de l’égide, et sur l’intégration de ces deux artefacts dans une longue séquence narrative qui va de la Dios Apatê à la réalisation du plan de Zeus, cet article s’interroge sur la manière dont le texte homérique construit des artefacts relevant de la sphère divine. L’égide et le ruban sont tous deux pensés dans l’Iliade sur le mode de la mise en relation entre plusieurs agents. La question de leur matérialité est présentée de manière problématique : plutôt que sur leur matière ou leur apparence, l’accent est mis sur leurs composantes qui se trouvent être des puissances. Effroi ou Tendresse sont en effet présents dans l’objet ; une fois l’objet activé par la divinité qui le manipule, les puissances se déploient et intègrent dans une même sphère d’influence celui qui porte l’objet et celui qui le perçoit. L’artefact est ainsi le siège à partir duquel des relations s’instaurent sous le signe de la captation.

Entrées d'index

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Les instances sont comme prélevées sur les objets et les gestes » (M. Cartry, J.-L. Durand et R. Koch-Piettre1).

Le ruban d’Aphrodite, l’égide d’Athéna2 : deux objets que tout semble opposer, mais que le poète homérique nous invite à rapprocher. C’est au chant XIV de l’Iliade que le premier fait son apparition, dans le récit connu sous le nom de Dios Apatê, la tromperie de Zeus. Le carnage bat son plein sur le champ de bataille et ce sont les Troyens qui ont pris le dessus, près des bateaux achéens tirés à sec sur le rivage et désormais menacés par le feu. Tout se déroule selon le plan de Zeus, qui a accordé à Thétis de faire honneur à son fils Achille et de négliger le sort des Achéens, en aidant le camp adverse. Agamemnon, qui l’avait offensé, le sait : il reconnaît les signes des faveurs divines, et de la disgrâce dans laquelle Zeus les a maintenant plongés. Le dieu a lié leur courage et leurs membres3. Toute intervention divine qui contrerait ce projet suscite le courroux du pè...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search