Version classiqueVersion mobile

Dossier : Place aux objets !

Dossier : Place aux objets ! Présentification et vie des artefacts en Grèce ancienne

Des os muets et des pierres sonores : matérialiser le corpus poétique en Grèce hellénistique

Silent Bones and Singing Stones: Materializing the Poetic Corpus in Hellenistic Greece

Verity Platt

Résumé

L’article explore la manière dont les épigrammes hellénistiques, se faisant passer pour les épitaphes de poètes défunts comme celles d’Érinna ou de Sophocle, posent la question des supports et des procédés de conservation et de transmission de la poésie. Ces textes sophistiqués, pleins d’esprit, estompent la distance entre corpus poétique et corps du poète. Ayant le papyrus comme support, ils pleurent la perte de la performance orale tout en prétendant être des épitaphes inscrites sur pierre. La tombe du poète incarne une tension continue entre les qualités transcendantes attribuées à la poésie du passé et les supports matériels qui transmettent cette transcendance aux générations futures. Fictionnelles ou réellement inscrites sur pierre, ces tombes délimitent un espace privilégié pour le texte écrit en tant que médium qui, puisqu’il préserve et même produit la mémoire poétique, est en mesure de la faire circuler parmi les vivants. Pierre, cire ou papyrus, ces supports se situent sur un spectre d’impermanence qui menace toujours l’immortalité qu’ils tentent de garantir.

Entrées d'index

Keywords :

tomb, poet, memory, monument, materiality

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Implements from the “Tomb of the Poet”
Piraeus Archeological Museum

On the journey to the mundane afterlife,
You travel equipped to carry on your trade :
A bronze, small-toothed saw to make repairs,
The stylus and the ink pot and the scraper,
Wax tablets bound into a little book.
Here is the tortoise shell for the cithara,
Bored through with holes for strings, natural sound box.
Here is the harp’s wood triangle, all empty —
The sheep-gut having long since decomposed
Into a pure Pythagorean music.
The beeswax, frangible with centuries,
Has puzzled all your lyrics into silence.
I think you were a poet of perfection
Who fled still weighing one word with another,
Since wax forgives and warms beneath revision.
A. E. Stallings, Hapax1

À l’occasion de fouilles de sauvetage dans le quartier athénien de Daphnê en 1981, on découvrit une tombe à ciste en calcaire, datée de 430-425 avant notre ère, sépulture d’un homme d’une vingtaine d’années2. Ses effets, enterrés soigneusement avec lui (aujourd’hui exposés a...

Auteur

Professor of Greek and Roman art history, Cornell University

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search