Version classiqueVersion mobile

La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du 11e siècle. Tome 1

 | 
André Miquel

Appendice I. (comparaison des textes d’Iṣṭaẖrī et d’Ibn Ḥawqal)

Texte intégral

1N.B. Dans le fragment qui suit (introduction et description générale de la terre), on n’a pas systématisé le mode de transcription serrée, ni indiqué par les crochets habituellement en usage les passages rajoutés dans la traduction française ou, par des italiques, les mots transcrits de l’arabe, cela afin de réserver l’exclusivité des indications typographiques à la comparaison des textes. Ces indications sont les suivantes :

2a) La substitution de mots, la variation ou le développement du schéma initial fourni par Iṣṭaẖrī seront signalés par des majuscules si ces procédés semblent trahir un simple souci de style ou de redondance, par des italiques s’ils révèlent une intention de fond : précision terminologique, énoncé de concepts ou de rubriques, etc. Afin de mettre en relief la comparaison des deux textes, la signalisation typographique sera pratiquée dans les deux textes mis face à face.

3b) La même signalisation apparaîtra également (toujours dans le cas d’un schéma initial fourni par Iṣṭaẖrī), mais seulement dans l’un des deux textes, si celui-ci comporte un mot ou une tournure n’appartenant pas à l’autre. On n’a pas prévu, en dehors de cette signalisation, de signe particulier pour les adjonctions opérées par Ibn Ḥawqal ; pour les suppressions (rares) faites par le même auteur, plus difficiles à déceler à première vue, elles sont indiquées, dans le texte d’Iṣṭaẖrī, par des crochets qui se combinent, le cas échéant, avec la signalisation de base déjà indiquée.

4c) L’adjonction de texte pure et simple (sans schéma initial fourni par Iṣṭaẖrī), ou la suppression, non plus d’un mot ou d’une tournure d’Iṣṭaẖrī, mais d’un passage entier, apparaîtront au simple vu du tableau :

5Majuscule et italique gardent la même signification que précédemment, mais n’apparaissent bien entendu, pour un cas donné, que dans une seule des deux colonnes.

6d) Le décalage sera signalé par deux astérisques encadrant le texte concerné. Dans le cas où il se combine avec des intentions littéraires ou de fond, majuscule et italique apparaissent à l’intérieur des astérisques.

7e) Les chiffres romains renvoient aux pages du texte arabe, les chiffres arabes à ses lignes, la traduction française ayant été élaborée dans le souci de respecter le parallélisme de rigueur dans une telle présentation, tout en s’inspirant, autant qu’il était possible, de la traduction de G. Wiet. Dans le cas d’adjonctions particulièrement importantes de la part d’Ibn Ḥawqal, on a, pour des motifs d’économie et les raisons du parallélisme tombant, renvoyé purement et simplement à la traduction de G. Wiet (chiffres romains et arabes conservant, pour celle-ci, la même signification).

8IṢṬAHRI

9Présentation de la terre

10(invocation négligée)

11XV, 1-5

12J'ai mentionné dans ce livre-ci *les climats* (aqālīm) de la terre, en me fondant sur les états et ayant en vue, [entre tous], les pays de l'Islam, dont j'ai distingué les villes et, distribués tout autour d'elles, les territoires respectifs qui leur reviennent en tant que relevant de leur autorité.

13Je n'ai pas eu en vue les sept climats entre lesquels se partage la terre ; j'ai préféré isoler les divisions territoriales, en réservant à chacune une carte qui rende parlante la position de cette province (iqlīm) en mentionnant à la fois et les contrées qui l'environnent et tout ce qu'elle abrite dans son périmètre : villes *et régions* [célèbres], mers, fleuves ou tout autre ensemble qu’elle enferme et qu’il faut connaître.

14XV, 5-8

15Je n'ai pas, [toutefois], poussé cette investigation à fond, par peur d'ennuyer, avec trop de longueurs, ceux qui liraient le présent ouvrage, et aussi parce que mon livre a pour but essentiel la représentation des provinces, négligée de tous ceux que j'ai pu connaître. Du reste, les villes de ces provinces, leurs montagnes, leurs fleuves, leurs mers, leurs distances et tous les autres renseignements que je livre se trouvent dans les recueils de traditions (akhbār), accessibles par conséquent à tous ceux qui veulent approfondir ces sujets, à quelque pays qu'ils appartiennent.

16XV, 8-15

17[Pour ces raisons,] c'est de façon schématique (?) que j'ai noté, entre autres choses, les distances et les villes.

18J'ai consacré à la terre en son ensemble, entourée de la mer Environnante où personne ne s'aventure, une carte :

19en la consultant, on y apprendra la position de chacune des provinces mentionnées, la façon dont elles s'assemblent et les rapports de leurs surfaces respectives à l'ensemble de la terre : ainsi, quand on en arrivera à la description détaillée d'une province, on connaîtra déjà sa situation sur la carte d'ensemble. Naturellement, ladite carte, qui rassemble toutes les provinces, ne peut s'ouvrir à tous les renseignements que requiert la carte particulière à telle ou telle province : sa distance en longitude et latitude, tracés ronds, quadrangulaires ou triangulaires et tous autres détails de figuration sur lesquels repose ce genre de cartes.

20Je me suis donc, dans la carte d’ensemble, contenté de rendre compte de la situation de chaque province, pour qu'on la connaisse bien, en réservant ensuite, à chacune de ces provinces qui composent le pays d'Islam, une carte séparée, où j'ai mis en lumière la forme affectée par la province, les villes qui s'y trouvent, et tous autres renseignements nécessaires dont l'exposé viendra en son temps, s'il plaît à Dieu.

21J'ai réparti le pays d'Islam en vingt provinces, en commençant par l'Arabie, dont j'ai fait une province : si je commence ainsi, c'est parce qu'elle abrite la Ka'ba et la Mekke, mère des cités, et qu'elle est le centre de ces provinces.

22Je passe ensuite à la mer du Fārs, parce qu'elle entoure la majeure partie de l'Arabie, puis je mentionne le Maghrib, en venant finir à l’Égypte, que je décris.

23Après quoi, je passe au Shām, puis à la mer du Rūm, à la Haute-Mésopotamie (Jazīra) à l'Irak, au Khûzistân, au Fārs, au Kirmân, au pays d'al-Mançūra, avec les pays contigus, du Sind, de l'Inde et de l'Islam, à l'Àdherbaïjān et aux pays voisins, aux districts du Jibāl, au Daylam, à la mer des Khazars, au désert qui sépare le Fārs du Khurāsān, au Sijistān et aux régions voisines, au Khurāsān et enfin Mā warā’ an Nahr (Transoxiane). XV, 21-XVI, 12

24(sur les anciens empires et l'Islam : cf. trad. Wiet, IX, 21-X, 18) Texte identique, sauf les infimes variations suivantes :

25IBN ḤAWQAL

26présentation de la terre

27(invocation négligée)

28II, 15-III, 6

29J'ai fait à son intention (il s'agit du personnage de la dédicace) ce livre-ci, qui décrit les figures de la terre, ses dimensions en longitude et latitude, *les climats (aqālīm) des pays*, l'emplacement des lieux incultes et des lieux habités qui composent l'ensemble des pays de l'Islam, dont j'ai distingué les villes et, distribués tout autour d'elles, les territoires respectifs qui leur appartiennent en propre en tant que relevant de leur autorité. Je n'ai pas eu en vue les sept climats entre lesquels se partage la terre parce que la carte indienne qu'on voit à Quwädhiyän est, bien qu'exacte, terriblement confuse ;

30J'ai donc isolé des divisions territoriales, en réservant à chacune une carte et une figure qui rendent parlante la position de cette province (iqlīm), en mentionnant à la fois et les contrées *ou régions* qui l'environnent et tout ce qu'elle abrite dans son périmètre : villes et pays, tributs et revenus, fleuves et mers, ou tout autre ensemble qu'elle enferme et qu'il faut connaître : variétés des richesses, impositions, dîmes, impôts fonciers, distances des itinéraires, exportations, mouvements commerciaux,

31car c'est la une science intéressant en propre les princes régnants, les hommes de valeur et les chefs, a quelque génération qu'ils appartiennent.

32III, 7-IV, 10

33(adjonction sur les goûts et les voyages d'Ibn Hawqal : trad. Wiet, II, 30-111, 32)

34IV, 11-17

35Je n'ai pas poussé cette investigation à fond, par peur d'ennuyer, avec trop de longueurs, les lecteurs du présent ouvrage, et aussi parce que mon livre a pour but essentiel la représentation des provinces, négligée de tous ceux que j'ai pu connaître comme les ayant visitées. Du reste, les villes de ces provinces, leurs montagnes, leurs fleuves, leurs mers, les distances qu'on y parcourt et quelques autres renseignements que je livre se trouvent, en ordre dispersé, dans les recueils de traditions (akhbâr), accessibles par conséquent à tous les voyageurs qui veulent approfondir ces sujets, à quelque pays qu'ils appartiennent, encore qu'ils soient animés de partialités régionales ou tribales et enclins à contester ce qui, chez moi, est objet d'enquêtes, de recherches, de croquis visant à exprimer des vérités et à reproduire des situations réelles.

36V, 1-10

37J'ai noté sommairement, entre autres choses indispensables, les distances, mais épuisé la représentation des villes.

38J'ai consacré à la terre en son ensemble, entourée de la mer Environnante où personne ne s'aventure, une carte qui tantôt s'accorde et tantôt s'oppose à celle de Quwādhiyān : elle met en relief la position de chacune des provinces mentionnées, la façon dont elles s'assemblent, la surface de chaque région, son étendue et sa configuration, c'est-à-dire distance en longitude et latitude, tracés ronds, quadrangulaires ou triangulaires, et tous autres détails de figuration sur lesquels repose ce genre de cartes.

39J'ai indiqué les districts, la position de chaque ville par rapport aux villes voisines, selon qu'elles sont situées, par rapport à elle, au nord ou au sud, ou qu'elles se classent à l'est ou à l'ouest, afin qu'en consultant la carte, on se contente de se rendre compte de la situation de chaque province,

40de sa position et de son emplacement, ainsi que de tout ce que j'ai voulu préciser touchant son agencement ou sa configuration, et de tout ce que j'ai rapporté sur sa condition et son passé (akhbr).

41V, 10-18

42(adjonction sur le caractère novateur du livre, qui explique ses éventuelles contradictions avec les idées reçues : trad. Wiet, V, 18-34)

43V, 19-VIII, 2

44J'ai réparti le pays d'Islam province par province, pays par pays, district par district, pour chaque unité administrative, en commençant par la mention de l'Arabie, dont j'ai fait une province unique : si je commence ainsi, c'est parce qu'elle abrite la Ka'ba et la Mekke, mère des cités, et qu'elle est à mes yeux le centre de ces provinces.

45après avoir dessiné tout ce que l'Arabie comporte en fait de montagnes, de sables, de routes, ainsi que les cours d'eau voisins qui se jettent dans la mer du Frs, je passe à la mer du Fārs, parce qu'elle encercle la majeure partie de l'Arabie, en la contournant ainsi que je l'ai représenté, c'est-à-dire depuis la presqu'île de Mascate, en un point nommé Ra's al-Jumjuma et situé à cinquante parasanges de l'Oman, jusqu'au pays de la Mekke et d'al- Qulzum, vers l'ouest ;

46puis je mentionne le Maghrib, que je dessine en deux parties : je commence par figurer la partie couvrant les territoires entre le pays égyptien et al-Mahdiyya-Cairouan, ainsi que les villes, pourtant peu nombreuses, qui se trouvent dans ces étendues ; ensuite, je traite du reste du tableau, depuis al-Mahdiyya et Cairouan jusqu'au pays de Tanger et à Azīlä, en dessinant, sur les mers, les villes côtières, en représentant les routes menant aux diverses régions, dont on verra comment elles gagnent, des deux côtés occidental et oriental, toutes les directions.

47Puis je décris l'Égypte, en deux planches comme j'ai fait pour le Maghrib. Le travail étant de longue haleine, j'ai pu mettre en lumière, avec ces deux cartes, la condition des villes, leur situation par rapport aux eaux courantes du pays, en indiquant notamment celles qui s'en trouvent éloignées ; j'ai tracé les montagnes, les eaux, avec les canaux et leurs ramifications, montré comment ils se relient les uns aux autres ou s'écartent pour se jeter dans la mer qui fait face, et indiqué comment les eaux du Fayyoum se déversent dans le lac d'Aqnä et Tanhamat.

48Puis, j'ai représenté le Shām, avec ses circonscriptions militaires, ses montagnes, ses eaux (fleuves et mer), ses villes côtières, le lac de Tibériade, celui de Zughar et le désert des enfants d'Israël, dont la situation est extérieure au Shām.

49vient ensuite la mer du Rūm, avec sa configuration particulière et sa forme bien à elle, les villes du Rūm situées sur le rivage oriental et les territoires qui font face aux pays du Maghrib : j'ai indiqué les villes du Rūm en Calabre, la Lombardie, le chenal dit du Péloponnèse, le golfe issu de la mer du Rūm et qui vient former le détroit entourant Constantinople, les eaux des pays du Rūm, les plus grands fleuves et les villes principales. Comme j'avais mené à bien la carte de l'Espagne avec les croquis du Maghrib, je n'ai pas eu à la reprendre ici. J'ai tracé en revanche dans cette mer les îles connues et habitées et tous les lieux qui, à ce double titre, doivent être cités.

50je mentionne ensuite la « presqu'île » (jazîra) célèbre sous le nom de Diyār Rabī'a, Diyār Mudar et Diyār Bakr ; je parle à ce propos de la manière dont le Tigre et l'Euphrate, ses fleuves, en circonscrivent les limites, mais aussi de ses montagnes, de ses autres chemins et de ses particularités.

51après quoi je représente l'Irak, ses eaux et ses marais, eaux qui se déversent dans la mer ou qui viennent, depuis les fleuves, se diviser et s'épuiser en ces contrées.

52je passe ensuite au Khûzistân, pays voisin, avec ses cours d'eau et tout ce que sa conformation et sa situation commandent de noter.

53j'enchaîne avec la représentation du Fārs ; j'en dessine tous les fleuves, les lacs, en fixe les villes et figure la mer, avec les villes côtières qui s'y trouvent.

54je passe ensuite a la représentation du Kirmān, avec son désert, sa mer, ses plaines, ses montagnes, et toutes ses voies et routes

55j'ai figuré ensuite les pays du Sind, leurs villes, voies, chemins, et la mer avec les villes qui s'y trouvent. J'ai précisé le cours de l'Indus, en montrant comment il s'écoule après Multân, et quelles régions, indiennes ou musulmanes, le bordent.

56au sind fait suite la carte de l'Àdherbaïjān : j'en ai représenté les montagnes, les routes, les fleuves d'eau douce comme le Rass et le Kurr ; j'ai dessiné aussi les lacs de Khilāt et de Kabūdhān, privés de toute communication avec la mer, et j'ai précisé la position du Caucase.

57j'ai représenté ensuite le Jibāl, ses territoires, la position de ses régions et notamment de celles qui sont à l'écart en raison du désert frontalier du Khurāsān et du Fārs, dont une partie pénètre à l'intérieur de la province.

58j'en viens ensuite a la carte du jïl, du Daylam et du tabaristĀn, ainsi que de la mer des Khazars, qui les baigne ; je mentionne quelques routes seulement, ne connaissant pas toute la région.

59je passe ensuite a la représentation du lac de Tabaristān, de ses deux îles, des eaux qui s'y déversent, des montagnes bordières ; j'évalue, dans ces régions, l'ampleur du domaine soumis à l'Islam, en précisant les frontières des pays qui lui échappent.

60j'ai figuré le désert qui sépare le Fārs du Khurāsān, avec toutes les routes qui le traversent et mènent, sur les frontières, aux régions avoisinantes,

61notamment au Sijistān tout proche avec le pays du Ghūr et ses montagnes, dont les eaux se déversent dans le lac de Zarah.

62j'ai représenté le Khurāsān, les régions qu'il englobe (Tukhayristān, monts de Bāmiyān, Tūs, Qūhistān), toutes ses eaux courantes, ses montagnes célèbres, ses sables et ses roules bien connues.

63j'ai représenté enfin le fleuve du jayhūn (oxus) et les pays situés au-delà (territoires de Bukhārā, Samarcande, Ushrūsana, Isbījāb, du Shāsh et du Khuwārizm), avec tous les cours d'eau qu'ils renferment et les routes ou voies d'accès qui les enserrent.

64(carte et commentaire de la carte négligés)

65IX, 14-X, 11

66(sur les anciens empires et l’Islam : cf. trad. Wiet, IX, 21-X, 18) Texte identique, sauf les infimes variations suivantes :

67les parties désolées (XV, 21)

68le noyau (XV, 22)

69l'Islam a arraché à l'empire de l'Inde les régions contiguës au pays d'al-Mançûra et de Multān, jusqu'à Kaboul et aux marges du Tukhāristān supérieur (XVI, 1-2)

70il s'annexa (XVI, 2)

71nous n'avons pas mentionné le pays du Soudan (XVI, 5)

72nous avons mentionné (XVI, 8)

73confinait A la Nubie (XVI, 10)

74L'empire de l'Islam s'est agrandi par l'annexion des marges de ces empires (XVI, 12)

75XVI, 13-19

76(sur une division est-ouest de la terre, du détroit de Gibraltar à la Chine, séparant les zones de race blanche, au nord, de celles de race noire, au sud)

77Texte identique, avec cinq variations minimes, du genre des précédentes, et qu’on ne reproduira pas les parties incultes (IX, 14)

78l'abondance des revenus (IX, 16)

79le centre (IX, 16)

80(manque)

81il s'adjoignit (IX, 20)

82JE n'ai pas mentionné LES pays du

83Soudan (IX, 24)

84J'ai mentionné (X, 4)

85Jouxtait la Nubie (X, 7)

86quand l'empire de l'Islam s'est agrandi par l'annexion de parcelles de ces empires, il a vu croître son prestige et sa grandeur (X, 10-11)

87X, 12-22(sur une division est-ouest de la terre, du détroit de Gibraltar à la Chine, séparant les zones de race blanche, au nord, de celles de race noire, au sud)

88Texte identique, avec cinq variations minimes, du genre des précédentes, et qu'on ne reproduira pas

89XVI, 19-26

90L'empire de l'Islam est limité à l'est par les pays de l'Inde et la mer du Fārs, à l'ouest par l'empire du Rūm et les régions contiguës : Arménie, alLan, ar-Rân, as-Sarīr, pays des

91Khazars, des Rūs, des Bulgares, des Slaves et d'une fraction des Turcs, au nord par l'empire de Chine et les régions contiguës du pays turc, au sud, enfin, par la mer du Fārs.

92L'empire du Rūm est limité à l'est par les pays de l'Islam, à l'ouest et au sud par la mer Environnante, au nord par les marges du territoire chinois, car nous avons rattaché au pays du Rūm les peuples intermédiaires entre lui et les Turcs, à savoir les Slaves et les autres peuples.

93L'empire de la Chine est limité, a l'est et au nord, par la mer Environnante, au sud par l'empire de l'Islam et l'Inde, a l'ouest par la mer Environnante ; nous avons rattaché à cet empire Gog et Magog et tous les peuples situés au-dela, jusqu'à la mer.

94Le pays de l'Inde est limité à l'est par la mer du Fārs, à l'ouest et au sud par les pays d'Islam, au nord par l'empire de la Chine. Telles sont les délimitations des empires que nous avons mentionnés.

95XVI, 26-XVII, 13

96Quant aux mers, les plus grandes sont celles du Fārs et du Rūm. Ce sont deux golfes opposés qui se détachent de la mer Environnante. La plus grande en longitude et latitude est la mer du Fārs. Les terres au long desquelles s'étend la mer du Fārs vont de l'extrémité de la Chine jusqu'à al-Qulzum. Si l'on coupe en droite ligne d'al-Qulzum jusqu'à la Chine, la distance est de deux cents étapes.

97[En effet], si l'on va d'al-Quzum au pays d'Irak par le désert, il y a environ un mois de marche, puis, de l'Irak au fleuve de Balkh, environ deux mois, puis encore, du fleuve de Balkh aux fins fonds de l'Islam,sur les frontières du Ferghāna, un peu plus de vingt étapes. De là, pour traverser le territoire des Khazlajiyya de part en part et pénétrer dans celui des Tughuzghuz, il y a un peu plus de trente étapes ; enfin, de ce lieu jusqu'à la mer, vers les extrémités du territoire chinois, il y a environ deux mois de marche. Mais si l'on veut couvrir cette distance, depuis al-Qulzum jusqu'à la Chine, par mer, on trouvera le voyage encore plus long, en raison des sinuosités et des détours des itinéraires sur itinéraires sur cette mer. Quant à la mer du Rūm, elle sort de la mer Environnante par le canal situé entre le Maghrib et la [terre d'] Espagne et vient finir aux places-frontières syriennes. Sa longueur est d'environ sept mois de navigation. Elle est plus rectiligne et égale que la mer du Fārs : car, lorsqu'on part du débouché de ce canal, un vent unique vous mène aux extrémités de cette mer. Entre [la mer d'] al-Qulzum, laquelle est un golfe de la mer du Fārs, et la mer du Rūm, au niveau d'al-Faramā, il y a quatre étapes, mais il reste que la mer du Rūm s'étend, au delà d'al-Faramā [et jusqu'aux places-frontières], sur un peu plus de quatre-vingts étapes. nous donnons, a propos des distances du maghrib, des détails qui nous dispensent de nous répéter ici. De l'Égypte aux extrémités du Maghrib, il y a environ cent quatrevingts étapes. Ainsi, l'intervalle entre les extrémités occidentales et orientales de la terre est d'environ quatre cents étapes.

98XVII, 13-24.

99(sur diverses mesures de la terre et sa division en zones déserte et habitée) Texte identique, avec douze variations minimes d'ordre stylistique, non reproduites

100X, 22-XI, 10

101L'empire de l'Islam est limité à l'est par les pays de l'Inde et la mer du Fārs, à l'ouest par l'empire des Noirs (Soudan) qui habitent les parages de la mer Environnante confinant aux plaines et déserts d'Awdaghost, en face d'Ulīl, au nord par les pays du Rūm et les régions contiguës : Arménie, alLān, ar-Rân, as-Sarīr, pays des Khazars, des Rūs, des Bulgares, des Slaves et d'une fraction des Turcs ; et aussi, toujours au nord, par une partie de l'empire de Chine et les régions contiguës du pays turc, au sud, enfin, par la mer du Fārs.

102L'empire du Rūm est limité à l'est par les pays de l'Islam, à l'ouest et au sud par la mer Environnante, au nord par les marges du territoire chinois, car J'ai rattaché au pays du Rūm les peuples intermédiaires entre lui et les Turcs, à savoir les Slaves et les autres peuples voisins du Rūm.

103L'empire de la Chine est limité, au nord et a l'est, par la mer Environnante, au sud par l'empire de l'Islam et l'Inde, à l'ouest de nouveau par la mer Environnante, car nous avons rattaché à cet empire Gog et Magog et tous les peuples qui les avoisinent, jusqu'à la mer Environnante.

104Le pays de l'Inde est limité à l'est par la mer du Fārs, à l'ouest et au sud par les pays du Khurâsân, au nord par l'empire de la Chine. Telles sont les délimitations des empires que J'ai mentionnés.

105XI, 11-XII, 8

106Quant aux mers, les plus connues sont au nombre de deux : la plus grande est celle du Fārs, suivie par celle du Rūm. Ce sont deux golfes opposés qui se détachent de la mer Environnante. La plus vaste en longitude et latitude est la mer du Fārs. Les terres qui longent la mer du Fārs vont de l'extrémité de la Chine jusqu'à al-Qulzum. Si l'on coupe en droite ligne d'al-Qulzum jusqu'à la Chine, la distance est d'environ deux cents étapes.

107Si l'on va d'al-Qulzum au pays d'Irak par le désert, en ligne droite, par le pays d'as-Samâwa, on a environ un mois de marche, puis de l'Irak au fleuve de Balkh, environ deux mois, puis encore, du fleuve de Balkh aux fins fonds des pays d'Islam, sur les frontières du Ferghāna, un peu plus de vingt étapes. De là, pour traverser le territoire des Khazlajiyya de part en part et pénétrer dans celui des Tughuzghuz, il y a un peu plus de trente étapes ; enfin, de ce lieu jusqu'à la mer Environnante, vers les extrémités du territoire chinois, il y a environ deux mois de marche. Mais si l'on veut couvrir cette distance, depuis al- Qulzum jusqu'à la Chine, par mer, on trouvera le voyage encore plus long, en raison des sinuosités et des détours des itinéraires sur ces mers. Quant à la mer du Rūm, elle sort de la mer Environnante par le canal situé entre le Maghrib et l'Espagne et vient finir aux places frontières qu'on connaissait sous le nom de syriennes. Sa longueur est d'environ quatre mois de navigation. Elle est plus rectiligne et égale que la mer du Fārs : car, lorsqu'on part du débouché de ce canal un vent unique vous mène à peu près à tous les endroits de cette mer. Entre al-Qulzum, qui est un golfe de la mer du Fārs, et la mer du Rūm, au niveau d'al-Faramā, il y a trois étapes.

108Certains Très-Haut : « Entre elles s'élève une barrière qu'elles ne dépassent point » (Coran LV, 20), prétendent qu'elle vise ces parages, mais d'autres exégètes proposent une interprétation différente.

109Mais il reste que la mer du Rūm s'étend, au delà d'al-Faramā, sur un peu plus de vingt étapes, il y a pour cela des détails que nous donnons a propos des distances du maghrib et qui nous dispensent de nous répéter ici. De l'Égypte aux extrémités du Maghrib, il y a environ cent quatre-vingts étapes. Ainsi (corriger ka'anna en kāna), l'intervalle entre les extrémités occidentales et orientales de la terre est d'environ quatre cents étapes.

110XII, 9-25

111(sur diverses mesures de la terre et sa division en zones déserte et habitée) Texte identique, avec douze variations minimes d’ordre stylistique, non reproduites

112XVII. 24-XVIII, 2

113La mer des Khazars ne sort pas de ce golfe ; c'est une mer faite de telle sorte que quiconque voyage sur ses bords depuis les Khazars vers le Daylam, le Tabaristān, le Jurjān et le désert près de Siyâh-Kûh, revient à son point de départ, sans rencontrer d'autre obstacle que les fleuves qui se jettent en cette mer.

114La mer du Khuwārizm a la même configuration. Dans les pays des Zanj et [au-delà] du pays des Rūm, il y a *des golfes et des mers*, que nous ne mentionnons pas en raison de leur faible étendue par rapport aux autres mers, et aussi de leur nombre. De la mer Environnante SORT un golfe qui vient finir au pays des Slaves, en coupant le territoire du Rūm près de Constantinople avant de se jeter dans la mer du Rūm.

115XVIII, 2-14

116Les limites du pays du Rūm partent de la mer Environnante, vers le pays des Galiciens et des Francs, puis vers Rome et Athènes jusqu'à Constantinople, et enfin vers le pays des Slaves, distance qu'il convient d'évaluer à [environ] deux cent soixante-dix étapes. C'est qu'en effet, de la limite constituée par les places-frontières, au nord, jusqu'au pays des Slaves, il y a environ deux mois de marche. Nous avons établi que, des places frontières jusqu'à l'extrémité du Maghrib, il y a deux cent dix étapes. Le Rūm proprement dit va des frontières de Rome à celles des Slaves, [quant a] ceux que nous avons joints au pays du Rūm (Francs, Galiciens et autres), ils diffèrent entre eux par le langage, mais sont soumis à une même religion et à un même pouvoir, tout comme il y a, dans l'empire de l'Islam, des langues différentes et un pouvoir unique.

117[quant a] l'empire de Chine, il s'étend [environ] sur quatre mois de marche dans un sens et trois dans l'autre. Si, partant du début du bras de mer, on gagne le territoire de l'Islam, du côté de la Transoxiane, on a environ trois mois de marche. Si l'on va des limites orientales de cet empire jusqu'à ses limites occidentales, dans le pays du Tibet, pour venir ensuite aux pays des Tughuzghuz et des Khirkhīz, puis des Kaymāk, et arriver à la mer, on a environ quatre mois de marche. L'empire de Chine a des langues différentes, tandis que les Turcs, autant qu'ils soient, Tughuzghuz, Khirkhīz, Kaymāk, Ghuzz, Khazlaj, parlent une même langue et se comprennent les uns les autres, [quant au] pays de Chine et du Tibet, il a une langue différente des précédentes.

118cet empire est tout entier dans l'obédience du maître de la Chine qui réside à Khumdān, de même [que] l'empire du Rūm est dans l'obédience du roi qui réside à Constantinople, l'empire de l'Islam dans celle du Commandeur des Croyants à Bagdad, et *l'empire de l'Inde dans celle du roi qui réside à Qannāj*.

119XVIII, 14-21

120Le pays turc est très diversifié. Pour ce qui est des Ghuzz, les limites de leur territoire se situent entre les Khazars, les Kaymāk, le pays des Khazlaj et les Bulgares, les limites du territoire islamique se situant entre le Jurjân et les pays vers Fārāb et Isbījāb. quant au pays des Kaymāk, il est au-delà des Khazlaj, en direction du nord. ils sont situés entre les Ghuzz, les Khirkhīz et le pays slave. Les Gog sont dans les régions du nord, une fois qu'on est passé entre les Slaves et les Kaymāk, mais Dieu sait mieux ce qu'il en est de leur situation [et des autres pays] qu'ils occupent.

121Quant aux Khirkhīz, ils sont entre les Tughuzghuz, les Kaymāk, la mer Environnante et le pays des Khazlaj. Pour les Tughuzghuz, ils sont entre le Tibet, le pays des Khazlaj, les Khirkhīz et l'empire de Chine. La Chine, elle, est entre la mer, les Tughuzghuz et le Tibet.

122La Chine proprement dite est constituée par la province ainsi délimitée, mais nous lui avons rattaché, en un même empire, le reste des pays turcs, de la même façon que nous avons groupé autour des territoires de Rome et de Constantinople le reste de l'empire du Rūm, ou bien, autour de l'Irānshahr (c'est-à-dire de B bel), le reste des possessions islamiques.

123XVIII, 21-XIX, 1

124Le territoire des Slaves, étendu en latitude comme en longitude, couvre deux mois de marche dans chaque sens. La Bulghār [extérieure] est une petite ville, sans beaucoup de territoires. Elle est célèbre comme centre commercial de tous ces royaumes.

125Les Rūs sont un peuple des régions bulgares, entre celles-ci et les Slaves. Une peuplade turque a quitté son pays pour venir s'établir entre les Khazars et le Rūm : on les appelle Petchénègues. La région qu'ils occupent n'était pas leur territoire dans l'antiquité : ils l'ont envahie et occupée de force.

126[quant aux] Khazars, on désigne sous ce terme et une peuplade humaine et un pays : ce pays est celui d'Itil, [grande ville] nommée ainsi d'après le fleuve

127qui la baigne avant de gagner la mer des Khazars.

128Cette grande ville ne commande qu'un petit nombre de cantons et son pouvoir n'est pas très étendu. Ce pays est situé entre la mer des Khazars, as-Sarīr, les Rūs et les Ghuzz.

129XIX, 2-7

130(sur le Tibet et le Soudan) Texte identique, avec cinq variations minimes (deux portent sur les pronoms affixes et la particule ammā) Le seul point à signaler est une variante sur la fin :

131XIII, 1-16

132La mer des Khazars ne reçoit, d'aucune façon, absolument aucune alimentation de ces deux mers. On raconte à son sujet beaucoup d'histoires en se référant aux plus grands auteurs. J'ai lu dans des exemplaires de la « Géographie », sont le Nahr Itil, le plus important, qui est le fleuve des Rūs, puis le Kurr, le Rass et les cours d'eau du Daylam, du Tabaristān et des contrées des Ghuzz. Toutes ces rivières sont douces, mais comme le sol, malsain, est un foyer de fièvres, l'eau s'y gâte et altère.

133C'est une mer faite de telle sorte que quiconque voyage sur ses bords, depuis les Khazars, près du pays d'Àdherbaïjān, vers le Daylam, le Tabaristān, le Jurjān et le désert près de la montagne de Siyâh-Kûh, revient à son point de départ sans rencontrer aucun obstacle d'eau salée, mais seulement les fleuves d'eau douce que nous venons de citer.

134La mer du Khuwârizm a également la même configuration : elle ne communique avec aucune autre mer. Dans les territoires et les contrées des Zanj, il y a des golfes et semblablement, au pays du Rūm, *des golfes et des mers*, qu'on ne mentionne pas en raison de leur faible étendue par rapport aux autres mers, et aussi de leur nombre. il y a, sortant de la mer Environnante, un golfe qui passe au pays des Slaves, en coupant le territoire du Rūm près de Constantinople avant de se déverser dans la mer du Rūm.

135XIII, 17-XIV, 15

136Les limites du pays du Rūm partent de cette mer Environnante, vers le pays des Galiciens et des Francs, puis vers Rome et Athènes jusqu'à Constantinople, et enfin vers le pays des Slaves, distances qu'il convient d'évaluer à cent soixante dix étapes. C'est qu'en effet, de la limite constituée par les places frontières, au nord, jusqu'au pays des Slaves, il y a environ deux mois de marche. Il est confirmé que, des extrémités du sud jusqu'aux extrémités du nord, il y a deux cent dix étapes. Le Rūm proprement dit va des frontières de Rome à celles des Slaves. Ceux que J'ai joints au pays du Rūm (Francs, Galiciens et autres) diffèrent entre eux par le langage, mais sont soumis à une même religion et à une même autorité, tout comme il y a, pour l'empire de l'Islam, des langues différentes et un pays unique.

137Selon les assertions d'Abū Ishāq al-Fārisī et d'Abû Ishāq Ibrahīm b. Alptakīn, chambellan du maître du Khurāsān, l'empire de Chine s'étend sur quatre mois de marche dans un sens et trois dans l'autre. Si, partant du début du bras de mer, on gagne le territoire de l'Islam, du côté de la Transoxiane, on a environ trois mois de marche. Si l'on va des limites orientales de cet empire jusqu'à ses limites occidentales, dans le pays du Tibet, pour passer ensuite au pays des Tughuzghuz et des Khirkhīz puis des Kaymāk, et arriver à la mer, on a environ quatre mois de marche. L'empire de Chine a des langues différentes, tandis que l'ensemble des turcs, Tughuzghuz, Khirkhīz, Kaymāk, Ghuzz, Khazlaj, parlent une même langue, les uns comprenant les autres. Le pays de Chine et du Tibet a une langue différente des précédentes.

138Le phénomène est le même pour les Çanhāja d'Awdaghost, les habitants de Surt et de Qastiliyya et d'autres Berbères, qui ont tous, parallèlement à leurs dialectes particuliers, un langage berbère qui les réunit et les (ait se comprendre les uns les autres.

139L'empire de chine est tout entier dans l'obédience du maître de la Chine qui réside à Khumdān ; de même, l'empire du Rūm est dans l'obédience du - roi qui réside à Constantinople, *l'empire de l'Inde dans celle du roi qui réside à Qannūj*, pareils en cela a l'obédience de l'empire de l'Islam par rapport au roi qui réside à Bagdad.

140XIV, 16-XV, 7

141il y a, au pays turc, des rois avec divers domaines. Pour ce qui est Ghuzz, les limites de leur territoire se situent entre les Khazars, les Kaymāk, le pays des Khazlaj et les Bulgares, les limites du territoire islamique se situant entre Jurjân et les pays vers Bârâb et Isbïjâb. Le pays des Kaymāk est au-delà des Khazlaj, en direction du nord, entre les Ghuzz, les Khirkhīz et le pays slave. quant aux Gog, ils sont dans les régions du nord, une fois qu'on est passé entre les Slaves et les Kaymāk, mais Dieu sait mieux quelles surfaces ils occupent ; leur pays consiste en montagnes élevées, que les bêtes de somme ne peuvent escalader et qui sont accessibles aux seuls piétons. Je n'ai vu personne d'aussi bien informé sur eux qu'Ibrahim b. Alptakīn, chambellan du maître du Khurāsān, qui m'a appris que les marchandises leur arrivent à dos d'homme ou sur l'échine des chèvres, et que leurs marchands, pour revenir du Khuwārizm, mettent parfois, à gravir ou à descendre une montagne, une semaine et même dix jours.

142Quant aux Khirkhīz, ils sont entre les Tughuzghuz, les Kaymāk, la mer Environnante, le Pays des Kahzlaj et les Ghuzz. Pour les Tughuzghuz, ils constituent une immense peuplade, largement répandue entre le Tibet, le pays des Khazlaj, les Khirkhīz et l'empire de Chine. La Chine est entre la mer Environnante, les Tughuzghuz, le Tibet et le golfe Persique.

143XV, 7-19.

144Le territoire des Slaves, étendu en latitude comme en longitude, couvre deux mois de marche dans chaque sens. Bulghār est une petite ville, qui n'a pas beaucoup de territoires. Elle était célèbre comme centre commercial de tous ces royaumes.

145Mais les Rūs la ravagèrent, lorsqu'ils attaquèrent Khazarān, Samandar et Itil en 358, puis se jetèrent, sur leur lancée, en se divisant en deux groupes, vers le pays du Rūm et l'Andalus.

146Les Rūs sont un peuple barbare, qui habite les régions bulgares, entre celles-ci et les Slaves, sur le Nahr Itil. Une peuplade des turcs a quitté son pays pour venir s'établir entre les Khazars et le Rūm : on les appelle Petchénègues. La région qu'ils occupent n'était pas leur territoire dans l'antiquité : ils l'ont envahie et occupée de force.

147Ils constituent la force des Rūs, dont ils sont les alliés ; ce sont eux qui se sont autrefois avancés vers l'Andalus et ensuite vers Bardha'a. Khazars est un terme qui désigne une peuplade humaine. Leur pays est exigu, formé de deux parties, l'une nommée Itil, du nom du fleuve, et l'autre Khazarān. Le fleuve en question vient du pays des Rūs.

148Cette grande ville ne commande qu'un petit nombre de cantons et son autorité n'est pas très étendue. Ce pays est situé entre la mer des Khazars, as-Sarïr, les Rūs et les Ghuzz.

149XV, 19-XVI, 3

150(sur le Tibet et le Soudan) Texte identique, avec cinq variations minimes (deux portent sur les pronoms affixes et la particule ammā) Le seul point à signaler est une variante sur la fin :

151[On m'a déclaré que] la longueur de ce pays est de sept cents parasanges dans les deux sens, encore que, depuis la mer jusqu'au territoire des Oasis, il soit plus long que large.

152XIX, 8-10

153[quant au] pays de Nubie, il a une limite qui [vient finir] au pays d'Égypte, une autre vers ce désert qui est entre le pays du Soudan et l'Égypte, une autre vers le pays des Bedja et des déserts situés entre ce dernier et al-Qulzum, une autre vers ces déserts infranchissables.

154[quant au] pays des Bedja, son territoire est exigu.

155il est situé entre l'Abyssinie, la Nubie et le [même] désert infranchissable.

156XIX, 10-12

157(sur l’Abyssinie)

158Texte identique, avec deux variantes minimes, d’ordre stylistique

159La longueur de ce pays est de mille parasanges pour une largeur de même distance, encore que, vers la mer et non vers le territoire des Oasis, il soit plus long que large.

160XVI, 3-11

161Le pays de Nubie a une limite vers le pays d'Égypte, dans la région du Ça'īd, une autre vers ce désert qui est entre le pays du Soudan et l'Égypte, une autre vers le pays des Bedja et des déserts situés entre ce dernier et al-Qulzum, une autre vers ces déserts infranchissables. Le pays des Bedja a un territoire exigu en largeur, mais long, qui s'étend, au sud, entre le fleuve du Nil et la mer d'al-Qulzum ;

162ils sont situés entre l'Abyssinie et la Nubie, depuis les approches de Qūs jusqu'au désert infranchissable.

163il y aurait beaucoup de choses originales a dire sur le nombre des habitants, leur condition, leurs rois, leurs croyances, les changements apportés a leur situation par l'islam, mais je n'ai trouvé sur eux aucune citation dans les ouvrages biographiques, et je donnerai un résumé de leur histoire qui sera approuvé de ceux qui le trouveront devant eux en cas de besoin.

164XVI, 11-13

165(sur l'Abyssinie)

166Texte identique, avec deux variantes minimes, d'ordre stylistique

167XIX, 12-15

168[quant au] pays des Zanj, il est le plus long du territoire soudanais, et contigu à un seul empire : l'Abyssinie.

169L'Abyssinie est en face du Yémen, du Fārs, du Kirmān, et, plus loin, fait face à une partie du pays de l'Inde.

170[quant au] pays de l'Inde, il s'étend en longueur depuis le territoire du Makrān, en passant par le pays d'al-Mançūra, les Budha et les autres régions du Sind, puis, en dépassant Qannūj, jusqu'au pays du Tibet, ce qui fait environ quatre mois de marche. En largeur, depuis la mer du Fārs jusqu'au pays de Qannûj, on arrive à trois mois de marche.

171XIX, 15-23

172[quant a] l'empire de l'Islam, sa longueur, depuis les frontières du Ferghāna, puis à travers le Khursān, le Jibāl, l'Irak, l'Arabie, et jusqu'aux rivages du Yémen, est d'environ cinq mois de marche. En largeur, depuis le pays du Rūm en passant par le Shām, la Jazīra, l'Irak, le Fārs, le Kirmân, et jusqu'au pays d'al-Mançūra sur le rivage de la mer du Fārs, on arrive à environ quatre mois de marche. A remarquer que nous avons négligé de prendre en compte, dans la longueur de l'Islam, les limites du Maghrib jusqu'à l'Andalus, pays qui sont comparables a une manche par rapport à un vêtement. A l'est comme à l'ouest du Maghrib, il n'y a aucun territoire musulman, car, lorsqu'on quitte l'Égypte pour passer au Maghrib, toute la région sud est le pays du Soudan, tandis qu'au nord [du maghrib], c'est la mer du Rūm, puis le pays du Rūm. Si l'on convenait de prendre pour longueur de l'Islam la distance du Ferghāna jusqu'au pays de l'Andalus, on trouverait une distance de trois cent dix étapes. En effet, depuis le [fin fond du] Ferghāna jusqu'à la vallée de Balkh, il y a un peu plus de vingt étapes ; de la vallée de Balkh à l'Irak, environ soixante étapes ; de l'Irak à l'Égypte, environ cinquante étapes. Et nous expliquons, à propos des distances du Maghrib, que, depuis l'Égypte jusqu'à son extrémité, il y a cent quatre-vingts étapes.

173XIX, 23-27

174(conclusion sur des redites, prises, presque textuellement, à XV, 8-15 d’Iṣṭaẖrī et V, 1-10 d’Ibn Ḥawqal)

175Texte identique, à douze variantes près, toutes infimes et d’ordre stylistique, dont quatre se rapportent à la substitution du « je » au « nous », deux à de simples substitutions de mots non techniques, trois à des substitutions ou adjonctions de conjonctions, une à des pronoms de rappel et les deux dernières aux modifications suivantes :

176XVI, 13-21

177Le pays des Zanj est le plus long des territoires soudanais, et contigu à un seul empire : l'Abyssinie.

178Cette dernière constitue une région à part et un vaste empire, gouverné, de nos jours et depuis une trentaine d'années, par une reine dont l'histoire est une des plus curieuses qui soient.

179L'Abyssinie regarde le Yémen, le Fārs, le Kirmân, et, plus loin, fait face à une partie du pays de l'Inde.

180Le pays de l'Inde regarde les pays des Zanj, du côté oriental de la mer du Fārs.

181Il s'étend en longueur depuis le territoire du Makrān, en passant par le pays d'al-Mançūra, les Sindhind, qui sont les Budha, et les autres régions du Sind, et, en dépassant Qannūj, jusqu'au pays du Tibet, ce qui fait environ quatre mois de marche. En largeur, depuis la mer du Fārs jusqu'au pays de Qannûj, on arrive à trois mois de marche.

182XVI, 22-XVII, 12

183L'empire de l'Islam, à notre époque et de nos jours (sic), a pour longueur, depuis les frontières du Ferghāna, puis à travers le Khurāsān, le Jibāl, l'Irak, l'Arabie et jusqu'aux rivages du Yémen, environ cinq mois de marche. En largeur, depuis le pays du Rūm en passant par le Shām, la Jazīra, l'Irak, le Fārs et le Kirmân, et jusqu'au pays d'al-Mançûra sur le rivage de la mer du Fārs, on arrive à environ quatre mois de marche. A remarquer que J'ai négligé, dans la prise en compte de la longueur de l'Islam, les limites du Maghrib jusqu'à l'Andalus, qui sont comme une manche par rapport à un vêtement. A l'est comme à l'ouest du Maghrib, il n'y a aucun territoire musulman, car, lorsqu'on quitte l'Égypte pour passer au Maghrib, toute la région sud est le pays du Soudan, tandis qu'au nord, c'est la mer du Rūm, puis le pays du Rūm. Si l'on convenait de prendre pour longueur de l'Islam la distance du Ferghāna jusqu'au pays du Maghrib et de l'Andalus, on trouverait une distance de trois cents étapes. En effet, depuis le Ferghāna jusqu'à la vallée de Balkh, il y a un peu plus de vingt étapes ; de la vallée de Balkh à l'Irak, environ soixante étapes ; de l'Irak à l'Égypte, environ trente étapes. Et il est démontré, à propos des distances du Maghrib, que, depuis l'Égypte jusqu'aux extrémités du maghrib, il y a cent quatre-vingts étapes, tandis que, de l'Égypte jusqu'à la région qui fait face aux premières terres de l'Andalus, soit jusqu'au territoire de Tanger, il y a une distance égale à la moitié de la précédente.

184XVII, 13-19

185(conclusion sur des redites, prises, presque textuellement, à XV, 8-15 d'Iṣṭaẖrï et V, 1-10 d'Ibn Hawqal)

186Texte identique, à douze variantes près, toutes infimes et d'ordre stylistique, dont quatre se rapportent à la substitution du « je » au « nous », deux à de simples substitutions de mots non techniques, trois à des substitutions ou adjonctions de conjonctions, une à des pronoms de rappel et les deux dernières aux modifications suivantes :

187je me suis proposé [dans ce livre-ci]

188les villes qui y sont situées

189je me suis proposé

190les villes qui sont situées sur son territoire

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/553/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search