Version classiqueVersion mobile

La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du 11e siècle. Tome 1

 | 
André Miquel

Chapitre VII. Les monographies et les dictionnaires

Texte intégral

  • 1 Et à peine inventorié : cf. Kratchkovsky, p. 128 (131).
  • 2 Et, bien entendu, des masālik wa l-mamālik, dont le cas sera traité au chapitre suivant.
  • 3 C’est si vrai que ces notions générales sur le monde occuperont à peine deux maigres chapitres d’i (...)

1On regroupe, sous l’intitulé du présent chapitre, un ensemble, au demeurant mal connu1 ; d’œuvres à premières vue disparates : car la monographie, qui se veut topographiquement limitée, mais exhaustive, s’oppose résolument au dictionnaire, topographiquement ambitieux, mais réduit à l’essentiel. Pourtant, le disparate le cède, et de loin, aux traits communs : le dictionnaire, comme on le verra plus loin, a pu n’être qu’une forme systématisée de la monographie, les deux genres participant, au moins à l’origine, de préoccupations de même ordre. Surtout, les œuvres traitées ici, quelles qu’elles soient, retrouvent une unité de conception dès qu’on les différencie, globalement, de toutes les autres : à l’opposé des cas traités dans les pages précédentes, monographies et dictionnaires se caractérisent par un sujet qui reste, au-delà des variations quantitatives du champ choisi, d’ordre strictement topographique. On serait dès lors tenté de les rapprocher d’ouvrages résolument géographiques, fondés, eux aussi, sur le même principe, qu’il s’agisse de la géographie administrative avec Ibn Hurdāḏbeh, de la ṣūrat al-arḍ avec Balhī ou de l’adab géographique avec Ibn al-Faqīh.2 Mais une nouvelle distinction intervient ici, qui oppose la vision universelle de ces géographies à l’optique régionale des monographies sans doute, mais, tout autant, des dictionnaires. Car, pour être ambitieux, ainsi qu’on l’a dit, ceux-ci ne font guère qu’ajouter la monographie à la monographie et ils se montrent aussi incapables qu’insouciants d’une synthèse qui serait en contradiction avec l’option fondamentale de l’œuvre, laquelle récuse précisément la synthèse au profit de la rubrique.3

2Le propre des monographies et des dictionnaires est ainsi de se définir comme des genres intermédiaires. Cette commune caractéristique explique qu’ils soient, sous leurs formes originelles, historiquement assez instables et destinés à évoluer, comme on le verra, vers des genres plus amples ou même, pour prix d’une structuration plus nette, vers un gauchissement de leur propos initial : toutes tendances dont les aboutissements définitifs ne prendront place, pour une large part, qu’au-delà du terme chronologique assigné à cette étude. Mais pour l’heure, on peut, aux premiers siècles de la littérature arabe, répartir l’ensemble de ces œuvres en trois catégories fondamentales : les textes relatifs à l’Arabie, ceux qui traitent de pays ou de villes extérieurs à la Péninsule et, enfin, les ébauches de dictionnaires.

La littérature arabique : ses diverses composantes

  • 4 Cf. les articles de C. Pellat dans Arabica, II, 1955, p. 17-41 (« Dictons rimés, anwā’ et mansions (...)
  • 5 On fait abstraction ici du traitement purement mathématique des anwā’ dans lequel s’illustrèrent n (...)
  • 6 Autres noms dans Arabica, op. cit., p. 36-37 ; cf. aussi Kratchkovsky, p. 118-119 (124-125).
  • 7 Elles sont faussées, notamment, par le jeu de la précession des équinoxes.
  • 8 Arabica, op. cit., p. 36.

3Dans le climat d’érudition, de patriotisme et de religiosité mêlés qui préside à la collecte du patrimoine de la Péninsule, la recherche de la tradition arabique s’opère, pour les matières qui nous intéressent, en trois directions essentielles. La première est celle de la littérature des anwā’4, qui a connu elle même une évolution en deux phases.5 Au sens propre, le mot désignait un système bédouin de comput et d’observations météorologiques, fondé sur les couchers acronyques de certaines étoiles et les levers héliaques de leurs opposites, les vingt-huit périodes annuelles ainsi déterminées s’étant confondues par la suite avec les vingt-huit mansions lunaires héritées, elles, des Indiens. Dans cette perspective, un Kitāb al-anwā’, tel que l’écrivent un Ibn Qutayba ou un Dīnawarī6, vise à donner les renseignements essentiels sur l’ensemble de ces mouvements astraux et sur les états correspondants de l’atmosphère terrestre. Le tout, agrémenté des sentences et dictons courants dans toute littérature populaire pour des faits de ce genre, est si furieusement arabe et même bédouin que les informations ainsi données n’ont guère de valeur en dehors du contexte désertique, alors qu’elles sont, pour l’essentiel, consignées par des érudits sédentaires vivant en Irak ; surtout, elles apparaissent très tôt comme des thèmes figés, qui n’ont plus de lien avec le contexte astronomique lui-même7 : aussi bien le but de ces enregistrements est-il avant tout littéraire, inséparable du souci de fixer un certain nombre de thèmes et de mots arabes « en voie de disparition ».8 On s’explique mieux, dans ces conditions, que la nécessité de maintenir ses prérogatives à l’information astrologique et météorologique ait amené la littérature des anwā’ à chercher son indispensable renouvellement hors des sentiers d’une lexicographie périmée : elle trouve ainsi un prolongement naturel dans les calendriers, mais y perd en même temps sa spécificité arabique. Car, en combinant la tradition des anwā’ à des héritages étrangers, les calendriers élaborent un système composite dont le syncrétisme porte la marque de la Mésopotamie abbasside et qui, fait fondamental, va servir à l’étude de pays autres que l’Arabie.

  • 9 Sur cette littérature, cf. Kratchkovsky, p. 118-123 (124-128).
  • 10 Compléter, sur ce point, l’aperçu de Kratchkovsky avec les noms d’Abū ‘Ubayd as-Sakūnī, d’Abū l-Aš (...)
  • 11 Ne pas confondre ce célèbre philologue avec Abū Zayd as-Sīrāfī, l’auteur du Supplément à la Relati (...)
  • 12 Notamment avec ses deux Livres des pays (Kitāb al-buldān al-kabīr et Kitāb al-buldān aṣ-ṣaġīr). Il (...)

4Si l’on est ainsi amené à réserver pour plus tard l’étude des calendriers, force est de constater que, sur d’autres points que les anwā’, la tradition lexicographique reste extraordinairement vivace et que, de toutes les formes assignées à la recherche des traditions péninsulaires, elle est sans doute une des plus spécifiques. Il ne s’agit guère ici9, au fond, que de préciser les toponymes qui interviennent dans la poésie arabe et dans la tradition, religieuse ou profane : recherche qui s’intègre, comme les anwā’, à une investigation plus ample, visant à recueillir l’ensemble du patrimoine arabique. Le cas est particulièrement net pour an-Nadr b. Šumayl (mort vers 204/818-819) ou pour Aṣmaī (mort en 213/828), cités comme maîtres dans ces deux disciplines à la fois. La recherche lexicographique, ainsi définie, reste inséparable de l’Arabie. Elle lui est, tantôt, limitée au sens topographique du terme, notamment avec Aṣma‘ī ou ‘Arrām b. al-Aṣbaġ (mort en 331/845).10 D’autres fois, elle excède le cadre strictement topony-mique pour éclairer par exemple des noms de plantes, d’animaux, de phénomènes météorologiques, voire certains traits de civilisation, de vie matérielle ou d’histoire, mais sans déborder jamais hors du cadre de la Péninsule, qui reste, au nom des impératifs signalés, l’unique référence : de cette méthode, an-Naḍr b. Šumayl, Hišām al-Kalbī (mort vers 206/820), Abū ‘Ubayd (al-Qāsim b. Sallām) (mort en 223/837), ‘Arrām b. al-Aṣbaġ et Sīrāfī (mort vers 368/979)11 sont les meilleurs représentants. Avec Kalbī, du reste, il semblerait que se fît jour une ébauche d’évasion hors du domaine arabique12 ; mais ce n’est là qu’illusion, l’Arabie se taillant toujours la part du lion et les rares noms cités en dehors de son domaine topographique référant à des villes qui demeurent liées à son histoire à elle et aux souvenirs recueillis par sa tradition : Ḥīra, Kūfa, Édesse. Rien donc qui s’élargisse, ici encore, à une quelconque vision, géographique et panoramique, du monde.

  • 13 Supra, p. 73-74, 167 et passim.
  • 14 Cf. supra, p. 29 sq.
  • 15 Sur cette littérature, cf. supra, p. 149 sq.

5Si criante que soit l’arabicité de cette recherche lexicographique, elle s’amplifie pourtant encore, comme on peut s’y attendre, lorsqu’on passe à la peinture du cœur de la Péninsule : l’évocation des Lieux Saints, qui est, on l’a déjà vu13, une des pages obligées de toutes les descriptions du monde, est évidemment née sur la place même, où elle a inspiré, à elle seule, des ouvrages entiers, les plus célèbres étant ceux d’Azraqī et de Fākihī, morts respectivement en 244/858 et vers 272/885. Cette littérature, qui brasse descriptions, poèmes et récits, est en vérité assez éloignée de la géographie, à laquelle ne l’apparentent guère que les précisions topographiques qu’elle livre. S’il fallait la rapprocher d’autres genres littéraires, c’est à l’histoire qu’on songerait, je veux dire à celle qui est née, elle aussi, dans la Péninsule14, ou encore à une certaine littérature de pèlerinage, précisément liée à la monographie.15 Mais si la description des Lieux Saints, et avec elle toutes les formes de l’évocation de l’Arabie, restent ainsi, en elles-mêmes, marginales par rapport à une géographie véritable, elles vont, au ive/xe siècle, converger et trouver leur aboutissement dans une description générale de la Péninsule qui méritera, par bien des côtés cette fois, l’appellation de géographie.

La géographie de la Péninsule arabique : Hamdānī

  • 16 Son nom même est incertain : il est parfois appelé Ibn al-Ḥā’ik ou Ibn Abī d-Dumayna.
  • 17 Une exception (cf. O. Löfgren, dans EI [2], t. III, p. 127) : le voyage en Irak, terre d’élection (...)
  • 18 Sur la participation de Hamdānī aux luttes intestines du Yémen, qui mettent aux prises, entre autr (...)

6Le peu que l’on sait de Hamdānī16 nous met en présence d’un Arabe de souche, vivant dans la Péninsule17, plus précisément en ses régions méridionales, et engagé à plein dans des intrigues, sans doute d’inspiration Ismaélienne, menées contre le pouvoir zaydite local : vie relativement sédentaire, donc, mais politiquement agitée et placée parfois sous le signe de la prison, où Hamdānī, selon certaines traditions, serait mort en 334/945-946.18

  • 19 Le mot est de Kratchkovsky, p. 167 i. f. (170).
  • 20 Voir Addenda, page 105
  • 21 Si l’on fait abstraction de l’introduction astronomique et cosmologique (p. 1-46) et, d’autre part (...)
  • 22 La Mekke et Médine sont quasi absentes de la Description, et la tradition prête à Hamdānī des vers (...)

7C’est, au fond, avec les engagements sentimentaux, politiques, mais aussi religieux que le mot recouvre alors, une manière de patriote19 : on le voit à son œuvre, qu’il consacre en effet, de façon prioritaire, à l’Arabie. Les deux livres majeurs, l’un d’histoire et l’autre de géographie, que sont le Diadème des généalogies (al-Iklīl fī l-ansāb) et la Description de lArabie (Ṣifat ğazīrat al-‘Arab)20 sont même beaucoup plus qu’arabes : yéménites, pourrait-on dire, puisque l’Iklīl rassemble des traditions sur les régions méridionales de la Péninsule et que la Description, à son tour, réserve à ces mêmes régions une place éminente21, indice d’un particularisme jaloux, allant de pair avec une indifférence marquée, voire une franche hostilité, pour la tradition ḥiğāzienne.22 Toutefois, cette communauté d’inspiration ne rend pas les deux ouvrages semblables, tant s’en faut. Loin de faire double emploi, ils ont chacun, dans la pensée de Hamdānī, leur domaine réservé : leur définition va nous permettre, chemin faisant, de préciser les traits fondamentaux de la géographie de la Description.

  • 23 Par exemple p. 67, à propos de Ṣan‘ā’ (où Hamdânï renvoie, pour les ahbār relatifs à la ville, à « (...)
  • 24 Cf. par exemple p. 67 (simple allusion aux cuirs et aux aciers du Yémen), 132 (« l’église d’Édesse (...)

8Et d’abord, celle-ci s’éclaire, précisément, par référence à l’Iklīl. En plus d’un passage, Hamdānī récuse, dans la Description, tout le domaine des traditions (ahbār), qu’il déclare réserver, expressément et exclusivement, à l’Iklīl.23 Il entend, du reste, le mot d’ahbār en un sens très large, puisqu’il dépouille la Description non seulement de tout ce qui est tradition historique, mais aussi, bien souvent, des données littéraires de convention : il y a, au propre, dans la Description, une manière allusive de traiter l’adab24 qui n’est pas un des traits les moins originaux de l’œuvre, un peu comme si l’auteur, supposant connus ces thèmes, entendait réserver son livre à des renseignements plus intéressants et surtout moins rebattus.

  • 25 P. 46.
  • 26 En dehors des rubriques signalées, la Description traite, à l’occasion, d’orographie ou de pédolog (...)
  • 27 La seule exception notable (p. 55-67) est une monographie consacrée à Ṣan‘ā’, ville natale de l’au (...)

9Ainsi débarrassée de l’histoire et de l’adab, la Description sera celle « des lieux habités, des routes, des eaux, des montagnes, des pâturages et des vallées »25 : programme, on le voit, très précis, et non moins précisément exécuté dans le corps même de l’œuvre. Mais prenons garde que les rubriques qui constituent ainsi la géographie de Hamdānī sont traitées selon les techniques chères à la tradition péninsulaire, je veux dire dans le même esprit lexicographique déjà étudié. Par là, et quel que soit le terrain qu’elle aborde à la faveur de ce programme26, la Description prend tout naturellement place dans une lignée d’œuvres soucieuses de mots plus que de réalités concrètes, de significations plus que d’objets. L’important, pour elle, n’est, pas tant de savoir ce qui est, que de savoir ce que parler veut dire. Mise en présence d’un nom de ville ou de montagne, elle ne se préoccupe pas d’évoquer la réalité vivante à laquelle il renvoie, mais seulement de préciser ce qu’on doit désigner sous ce nom. La nature cède ainsi le pas au bon usage, la description à la définition et la géographie au lexique : les mots étant ici des toponymes, les définir reviendra donc à localiser, sur la carte, les aires qui leur correspondent. Mais cette orientation préfigure, à son tour, un visage essentiel de cette géographie : comme les toponymes connaissent leur plus grande richesse non pas dans les villes, mais hors d’elles, dans l’infini foisonnement des lieux-dits, et comme, de toute façon, c’est au désert que la tradition poétique de la Péninsule — et, par voie de conséquence, la lexicographie qui l’éclaire — trouvent leurs modèles et leurs cadres, il en résulte un déséquilibre fondamental pour cette géographie de l’Arabie : si les tribus et leurs domaines y tiennent une place considérable, les villes n’y apparaissent pas.27 Géographie du mot, elle est, du même coup, une géographie de la campagne.

  • 28 P. 1-46.
  • 29 Dont le nom apparaît p. 10, 28, 31.
  • 30 J’entends par là : sans autre intermédiaire que le traducteur éventuel. A remarquer en particulier (...)
  • 31 Aux sources indiennes également : le Sindhind est cité p. 27.
  • 32 Ils interviennent p. 24-26.
  • 33 P. 10 sq. Le même esprit est étendu à l’étude de l’Arabie : Hamdānī ne se contente pas d’en situer (...)
  • 34 P. 28-44.

10Ces caractères s’affirment d’autant plus qu’ils tranchent, paradoxalement, sur un fond de géographie grecque, dont l’exposé, sur bien des points magistral, constitue comme une préface à la description proprement dite de l’Arabie.28 A plusieurs reprises, Hamdānī prouve qu’il a, du texte de Ptolémée29, non pas les approximations fournies par la tradition de l’adab, mais une connaissance précise et directe.30 A ce retour aux sources31, nous devons une présentation de la mappemonde extrêmement originale dans la littérature arabe d’alors : non pas tant selon les sept « climats » traditionnels32 que par zones délimitées au moyen de vingt-six parallèles en partant de l’Équateur.33 De la même façon, la théorie des influences solaires et astrales sur les êtres vivants et leurs caractères, dont a on vu quel rôle elle avait joué dans l’élaboration d’une certaine géographie humaine, inspire à Hamdānī l’un des exposés les plus complets et les plus remarquables qui nous soient parvenus sur la distribution du monde selon ces influences.34

  • 35 P. 28.
  • 36 P. 28-44, déjà citées.
  • 37 P. 46.
  • 38 Référence p. 248, note 4.
  • 39 P. 155-156.
  • 40 Cf. également, p. 248, note 5.
  • 41 Il y a ainsi, notamment, une façon originale de traiter le thème des itinéraires, qui combine l’in (...)
  • 42 Il faudrait dire un mot, sur le plan de la méthode, d’une part du souci d’information et de critiq (...)
  • 43 Traitant de l’Arabie du sud, qu’il connaît bien, et directement.
  • 44 Exemple p. 104, à propos du canton (mihlāf) de Ḏimār : « canton riche, avec des chevaux de race, d (...)

11On voit en quel sens il est permis, véritablement, de parler de géographie à propos de la Description. Il y a, d’abord, souci de localisation au niveau de la planisphère, et ce d’une façon qui mérite que l’on s’y attarde quelque peu. Si l’Arabie est ainsi reliée à la terre dans son ensemble, c’est en vertu, non pas d’une concession quelconque aux modes de la ṣūrat al-arḍ revue par l’adab, mais d’un propos délibéré et fort cohérent. Hamdānī déclare expressément35 qu’il existe deux ordres de données à inventorier à propos de l’Arabie : celles qu’elle partage avec le reste du monde et celles qui lui appartiennent en propre. Or, ces deux catégories s’éclairent admirablement dans la suite du texte : les données générales, ce sont les caractères naturels imposés, à l’Arabie comme aux autres pays du monde, par les influences astrales et zodiacales ; puis, une fois traité de cette question, c’est-à-dire de la distribution, déjà signalée, du monde selon ces influences36, « reste », comme le déclare Hamdānī37, à parler de l’Arabie elle-même, de l’Arabie irréductible au monde, autrement dit de sa topographie, selon les thèmes38 et dans l’esprit que l’on a définis. La description de la Péninsule est ainsi reliée très fortement, dans la pensée de Hamdānī, à celle, qui lui est préliminaire, du monde. On dira, certes, que la géographie de l’Arabie proprement dite n’a presque rien à voir, étant donné son caractère essentiellement lexicographique, avec ce que nous entendons aujourd’hui par le terme de géographie. Mais ce qui est remarquable et qui nous permet de prendre la mesure de Hamdānī par rapport aux auteurs précédents, c’est précisément tout ce qui arrache cette description à la norme lexicographique pure en la tirant vers ce qui est, au-delà des mots, une géographie. Dans la mesure en effet où l’on explique ici, non pas seulement, comme c’est souvent le cas pour le lexicographe, les mots difficiles ou mal connus, mais tous les mots, on finit immanquablement par livrer avec eux, si leur énumé-ration est complète, des catégories globales. La liste des plantes du Nağd, par exemple, contient plus que les noms eux-mêmes : une évocation, au vrai, du tapis végétal et du paysage du plateau39 ; de la même façon, le Ḥiğāz tout entier se profile dans ce chapelet de toponymes qu’on égrène, du Yémen à la Syrie, pour désigner la chaîne côtière ; et puis, il y a les pistes, les puits, les vallées, les roches, les pluies, tous ces à-côté de la lexicographie40 qui, nés à son ombre, la prolongent et surtout la dépassent en fait, magiquement, par ce qu’ils évoquent. Et cette terre, enfin, est partout animée d’hommes, puisque aussi bien les noms de ces lieux qui la composent s’accompagnent toujours de la mention des tribus qui les hantent.41 Au point extrême de ce glissement de la lexicographie à une manière de géographie42, Hamdānī serre de très près, en quelques passages43, une présentation générale des lieux qui sera celle des masālik wa l-mamālik.44

  • 45 Irréductible aussi, chaque partie de l’Arabie à toutes les autres, en vertu de la fidélité Je cett (...)

12Et pourtant, il ne s’agit, en tout cela, que de réussites partielles, de promesses avortées ; dès qu’il traite de l’Arabie, tout se passe comme si Hamdānī, par ailleurs si remarquable dès qu’il est question de la terre entière, s’enfermait dans un esprit et des techniques qui l’éloignent de la géographie véritable : quoi qu’il fasse et quelque prolongement qu’il donne à la lexicographie, sa description de la Péninsule, si riche par tant de traits, ne sort jamais de la méthode de la nomenclature commentée : en d’autres termes, la science grecque s’arrête aux portes de l’Arabie, qui lui substitue ses propres modes de pensée. Là n’est certes pas le moindre paradoxe de cette Description : nous disions tout à l’heure que la présentation de la Péninsule était directement liée à celle de la terre, qui la précède. C’est vrai, sans doute, mais au sens où se tiennent les deux volets d’un diptyque, ou les deux faces d’un miroir : l’Arabie est bien unie au reste de la terre, mais elle lui est en même temps irréductible.45 Cette distinction, qui isole l’Arabie du monde tout comme elle juxtapose, sans les fondre, la tradition péninsulaire et la science grecque, pose, en fin de compte, sur le plan de la culture, deux problèmes essentiels.

  • 46 Il se peut toutefois, reconnaissons-le, outre la tradition relative au voyage en Irak (supra, p. 2 (...)
  • 47 La même irréductibilité se fait jour en science : pour l’évaluation des latitudes et des longitude (...)

13Le premier touche aux conditions mêmes de l’acheminement des thèmes grecs jusqu’au cœur de cette forteresse : faut-il penser que, si les traductions du iiie/ixe siècle se sont frayé un accès à l’Arabie du sud, c’est justement parce qu’elle était, depuis toujours, infiniment moins fermée aux marchandises et aux influences étrangères que le reste de la Péninsule, jalousement gardé par la nature et la tradition ? Sans doute faut-il répondre par l’affirmative, surtout si l’on songe aux relations maritimes très actives qui unissaient ce pays et l’Irak, et, en tout état de cause, tant qu’on n’a pas de preuve formelle que Hamdānī a lui-même rapporté cette science grecque de voyages hors du pays natal.46 Quoi qu’il en soit, et une fois constatée, à travers Hamdānī, une présence des thèmes grecs en Arabie du sud, un deuxième problème se pose, qui touche à l’étude desdits thèmes non plus cette fois dans leur acheminement, mais à l’arrivée. Or, si l’on veut ainsi juger de l’impact d’une culture étrangère dans le contexte d’accueil de l’Arabie du sud, la réponse, ici, paraît simple pour la bonne raison qu’il n’y a pas de contexte d’accueil : si, même avec une personnalité aussi éclairée et ouverte que Hamdānī, l’esprit grec n’a droit de cité, en Arabie, que pour parler précisément d’autre chose que de cette Arabie, cela prouve que, dès qu’il s’agit d’elle, je veux dire de son terroir, de ses modèles, de ses formes les plus spécifiques, la culture de la Péninsule se révèle d’emblée allergique à tout corps étranger.47

  • 48 Patrimoine qu’exprime la littérature, au sens courant du terme ; ceci exclut la réflexion spéciali (...)
  • 49 Ce qui implique, compte tenu de ce qu’on vient de dire à ce propos, qu’il est dépouillé des thèmes (...)

14L’importance de Hamdānī tient donc, au bout du compte, à ce qu’il pose le problème de la rencontre entre l’Arabie et la Grèce dans son éclairage le plus cru. Au niveau d’une culture entendue comme patrimoine intellectuel du plus grand nombre48, la Grèce est confrontée à deux situations possibles : dans un contexte arabo-musulman, très mêlé par conséquent, tel qu’il existe en Irak et s’exprime dans cette culture composite qu’est l’adab, la Grèce est acceptée, mais au prix, on l’a vu, de transformations qui en changent le visage ; si, comme chez Hamdānī, le contexte est purement arabe49, elle garde ses caractères originaux, mais est traitée comme un produit d’importation culturelle non incorporable à ce contexte. Elle n’a donc le choix, en définitive, selon l’arabicité plus ou moins estompée de la culture à laquelle on la confronte, qu’entre un accueil qui implique aliénation et une sauvegarde qui vaut exclusion. Par voie de conséquence, si la géographie humaine véritable, celle des masālik wa l-mamālik, peut être considérée, sous un certain angle, comme la remise en cause, par l’expérience personnelle, des théories grecques touchant à la fois et la situation des terres sur la carte et les relations des hommes à ces terres, on voit que cette remise en cause pourra s’opérer seulement dans un milieu où des contestations de ce genre ont quelque chance d’aboutir : non pas, donc, dans une culture monolithique comme l’est celle de la Péninsule, où les apports extérieurs, lorsqu’ils y parviennent, restent étrangers et plaqués, mais au sein d’une culture composite, qui, parce qu’elle est née de la rencontre de traditions différentes, ne peut précisément s’élaborer, en tant que telle, qu’au prix de concessions réciproques de ces cultures les unes vis-à-vis des autres. En dernière analyse, c’est dans le contexte de la culture non pas arabe, mais arabo-musulmane, telle qu’elle se compose, en Irak surtout, avec le concours de l’Arabie, mais aussi de la Perse, de la Grèce et de l’Inde, et en tout cas hors du sol même de la Péninsule, que le genre des masālik wa l-mamālik, par bien des côtés héritier de cette culture, aura chance de voir le jour. La leçon de la Description est ainsi très claire : c’est la preuve, pour l’époque, et même avec toutes les chances d’une personnalité exceptionnelle comme celle de Hamdānī, de l’échec d’une géographie humaine en milieu arabe pur.

La littérature provinciale sous le signe de l’histoire

  • 50 Dès le iiie/ixe siècle, selon les plus anciens témoignages ou documents parvenus jusqu’à nous. Ape (...)
  • 51 L’expression est de C. Cahen, op. cit.
  • 52 Le cas de l’Espagne sera examiné un peu plus loin.

15De ce genre littéraire qui consiste à raconter et exalter une terre au-dessus et parfois à l’exclusion de toutes les autres, la littérature arabique ne possède pas le monopole. Si elle est, pour des raisons religieuses évidentes, la première à voir le jour dans les lettres arabes, on peut raisonnablement poser que d’autres villes, d’autres pays suivront un exemple aussi illustre : nécessités administratives de connaissance du milieu local, zèle d’érudits provinciaux et, par-dessus tout, refus de céder la première place se conjuguent pour favoriser assez tôt50 l’éclosion de ce qu’on pourrait appeler, dans un autre contexte, une littérature de clocher51 : on ne s’étonnera guère de la trouver particulièrement vivace en Égypte et dans les pays iraniens52, autrement dit là où un particularisme de base se renforce au souvenir d’une histoire spécifique, voire, dans le cas de l’Iran, à la survivance d’une langue nationale.

  • 53 Citons ici (cf. Kratchkovsky, p. 164 [168]) ‘Alī as-Sallāmī, mort en 344/955, auteur d’une histoir (...)
  • 54 Pour la célèbre introduction topographique à l’histoire de Bagdad, d’al-Haṭīb al-Baġdādī (mort en (...)
  • 55 On a déjà noté, chemin faisant (cf. notamment p. 54-56, 174-175), l’importance de ces thèmes dans (...)
  • 56 Sur l’orthographe de ce nom et la discussion relative à la date de composition de l’Abrégé, voir r (...)
  • 57 P. 124, 130.
  • 58 P. 3-157 de la trad. de Carra de Vaux, op. cit. Cf. par exemple l’accélération du fantastique dans (...)
  • 59 Cf. Carra de Vaux, op. cit., p. XXIII-XXIV.
  • 60 Cf. l’eulogie qui ouvre cette deuxième partie (p. 161) et donne le ton à toute cette histoire égyp (...)

16On peut classer les œuvres composant cette littérature en trois catégories fondamentales : les monographies historiques appliquent à un domaine spatialement circonscrit la technique éprouvée des traditions profanes (ahbār), employée par les histoires universelles53 ; elles s’attachent parfois, de façon toute particulière, à la description des lieux, soit qu’elles lui réservent un chapitre spécial, comme c’est le cas chez al-Haṭīb al-Baġdādī, soit qu’elles évoluent globalement, sous cette influence, vers un genre spécial, celui de la topographie historique (les hiṭaṭ), qui connaîtra sa plus grande vogue en Égypte54 ; enfin, le thème de la défense et illustration du pays, avoué ou latent en toutes ces œuvres, peut s’accuser au point de les transformer en recueils de particularités (haṣā’iṣ) et d’avantages (faḍā’il) à la gloire dudit pays55 : un des exemples les plus célèbres de ces recueils est l’Abrégé des merveilles (Muẖtaṣar al-‘ağā’ib), composé vers l’an 1000 par Ibrāhīm b. Waṣīf Šāh.56 On a déjà présenté cette œuvre57 comme l’aboutissement d’une littérature de l’insolite, dont les thèmes se développent, selon un processus continu, dans le sens de l’accentuation du merveilleux : Ibrāhīm b. Waṣīf Šāh est ainsi, pour l’époque qui nous occupe, le dernier jalon de cette chaîne qui, depuis le milieu du ixe siècle de J.-C. et de cinquante ans en cinquante ans environ, fait chaque fois s’ajouter l’extraordinaire à l’extraordinaire, à travers ces œuvres qui ont nom Relation, Supplément, Merveilles de l’Inde, et enfin, Abrégé. C’est à bon droit, par conséquent, qu’on peut parler d’une encyclopédie de l’insolite à propos de la première partie de l’Abrégé58, laquelle traite des mirabilia de l’ensemble du monde. Du même coup, le reste de l’œuvre, consacré à l’Égypte seule et inspiré de puissantes traditions locales59, vise à présenter le pays, à travers son histoire pré-islamique ou légendaire, ses monuments et son fleuve, comme la terre d’élection de ces mirabilia60 : ainsi, tout comme il est l’aboutissement de la littérature des merveilles, l’Abrégé donne également, à travers cette littérature qu’il applique à un pays de choix, une de ses formes les plus caractéristiques au genre des ẖaṣā’iṣ et des faḍā’il.

  • 61 Texte perdus, ou connus seulement par des citations éparses où le visage originel des œuvres se dé (...)
  • 62 P. 239-241.
  • 63 Un exemple typique nous est donné par al-Haṭīb al-Baġdādī, trad. Salmon, p. 132-133 : la seule évo (...)
  • 64 Cf. trad. Salmon, p. 26-27.

17De cette littérature provinciale, souvent encore très mal connue61, une certitude au moins se dégage : son silence absolu quant à la géographie humaine. Silence fort explicable, du reste, dans la mesure où ces œuvres, relevant de l’histoire, affichent, comme on l’a dit au chapitre précédent62, une spécificité qui les rend irréductibles aux notations « extérieures », géographiques notamment. La topographie, à laquelle, on l’a vu, elles peuvent être conduites, n’est guère, de ce point de vue, que l’application d’un principe qui reste strictement historique, à savoir la fixation, dans l’espace, des faits qui constituent précisément l’histoire : rien là, donc, qui soit vraiment géographique, tant que cette topographie — ce qui est le cas — reste topographie et ne s’élargit pas, au-delà de l’inscription des lieux sur la carte, jusqu’à leur peinture et surtout jusqu’à l’évocation des activités qui s’y déroulent, non pas tel jour, privilégié et révolu, de l’histoire, mais tous les jours que Dieu fait dans la vie des hommes.63 Mais quoi d’étonnant à cette attitude, si l’on songe qu’une histoire ainsi conçue est exclusivement fondée sur le récit rapporté (habar), qui laisse peu de place à des évocations de ce genre, dont la fraîcheur et l’existence même dépendent évidemment d’un contact personnel de l’auteur avec la réalité à décrire ? Ici, le souci permanent de l’autorité invocable, et cette conviction aussi que la vérité, pour être affirmée et crue, doit passer par un autre, paralysent les auteurs lorsqu’ils se confrontent à un pays : celui-ci, pour eux, est toujours une somme d’ahbār disponibles, à propos des faits marquants de son histoire, de ses hommes célèbres, de ses mérites, et jamais une invitation à l’observation personnelle et directe (‘iyān). Incapacité, à nos yeux du moins, majeure et formidable, qui fait qu’un écrivain comme al-Haṭīb al-Baġdādī peut passer la plus grande partie de son existence à Bagdad sans jamais en parler autrement que par ouï-dire.64 On jugera par là des entraves qu’en ce système comme en d’autres, les données d’une culture opposent à l’exercice de la personnalité. Et l’on conclura, pour s’en tenir au sujet de cette étude, en invoquant une fois de plus le caractère révolutionnaire — et nécessaire — que revêtira, dans l’avènement de cette géographie humaine véritable que seront les masālik wa l-mamālik, l’apparition de personnes autant et plus que d’écrivains.

  • 65 On opposera par exemple, aux caractéristiques (haṣā’iṣ) et avantages (faḍā’il) exposés dans cette (...)

18On objectera peut-être, en se rappelant ce que nous disions au chapitre d’Ibn al-Faqīh, qu’il n’est pas impossible a priori que certains auteurs, tout en restant exclusivement tributaires de la méthode des ahbār, débouchent sur une géographie et même, par certains côtés, sur une manière de géographie humaine. Mais encore faut-il — ce qui n’est pas le cas pour cette littérature provinciale — que l’auteur ne soit pas, comme ici, englué dans une histoire qui lui dicte la totalité de la matière de son livre. Ce qui fait le prix, on l’a vu, de l’œuvre d’Ibn al-Faqῑh, c’est la systématisation de la collecte des ahbār, collecte jamais close, par laquelle il arrive à s’intéresser à tout ce qui constitue, historiquement ou topographiquement sans doute, mais aussi économiquement, un pays.65 Car c’est bien là, en définitive, que réside la faiblesse de cette littérature régionale : dans les traditions qu’elle nous livre, les pays, au vrai, n’apparaissent pas, ou du moins n’apparaissent que comme lieux d’une histoire dont chacun tient, à l’exclusion de toute autre source, sa singularité par rapport au reste du monde. L’histoire passe ainsi avant la terre, elle seule est grâce et ses événements exemplaires, absolus, dérobent aux regards la vie quotidienne des hommes.

La littérature provinciale : les calendriers

  • 66 Cf. Pellat, « Dictons », op. cit., p. 38 sq.
  • 67 Tel est le cas notamment du Kitāb al-anwāde Sinān b. Ṯābit b. Qurra, mort en 331/943, fils du cé (...)
  • 68 Sur ces influences et cette originalité, cf. Pellat, op. cit., p. 39 (et notes 4, 6), 41 i.f.
  • 69 On comptera pour rien les toutes premières pages, de ton plus ample et plus rythmé, comme il sembl (...)
  • 70 Puisque l’ouvrage conjugue deux sources d’information, sans citer le nom du compilateur : cf. Pell (...)

19Les conditions historiques de l’expansion musulmane, qui met les Arabes en présence de civilisations où le calendrier semble une institution connue depuis les âges les plus lointains, tout comme les nécessités mêmes d’une connaissance plus approfondie du temps astrologique et du temps climatique, ont amené, ainsi qu’on l’a dit plus haut, l’élargissement du genre des anwā’ et son passage à celui de l’almanach. Les maillons de cette évolution sont désormais connus66, parfois même dans la lettre des textes : si trop de pertes, ici encore, affectent des ouvrages essentiels67, du moins la chance nous a-t-elle conservé un des exemplaires les plus remarquables de cette littérature, le Calendrier de Cordoue, composé vers 350/961 en Espagne. L’ouvrage se présente comme une liste, mois par mois et même jour par jour, des influences astrales, des phénomènes météorologiques, des productions ou des activités de la terre et, enfin, des fêtes, chrétiennes pour la plupart. En ces matières, l’Espagne confirme ce qui semble alors une des constantes de sa production littéraire : elle suit, avec un décalage chronologique variable, des impulsions venues de l’Orient, mais les enregistre dans un esprit bien à elle, que justifie l’originalité de sa place à l’extrémité des terres musulmanes et de son histoire au sein de cet ensemble : car le Calendrier, s’il sacrifie, jusque dans les mots eux-mêmes, à une tradition qui lui vient de l’est, ne s’en intéresse pas moins, en priorité, au pays où il voit le jour.68 Terre d’Espagne, seule ou presque, et saisie dans sa vie quotidienne, d’un bout de l’an à l’autre : on pressent que le traitement d’un pareil thème s’identifie à une véritable étude de géographie humaine : étude d’autant mieux conduite que l’auteur, visiblement éloigné des préoccupations de l’adab et exempt de toute ambition littéraire ou sociale69, s’efface, jusqu’à l’anonymat70, derrière son sujet, qui seul compte.

  • 71 Très accessoirement tributaire de la tradition bédouine, dont il reproduit quelques noms ou thèmes (...)
  • 72 Cf. exemple pour Muqaddasī : trad., § 148, 212, 232. Au sens large, on rapportera à cette inspirat (...)
  • 73 Et notamment de leur connaissance plus complète de telle ou telle terre, par exemple de leur pays (...)
  • 74 Chap. IX, p. 342-343.

20Bien des traits apparentent ainsi le Calendrier aux œuvres des masālik wa l-mamālik, comme lui attentives aux réalités de la terre. Je sais bien que cette attention opère, dans les masālik, sur un plan beaucoup plus vaste qu’elle ne le fait avec ce Calendrier presque exclusivement espagnol71 ; et puis, les masālik connaissent, toujours dans l’ordre strict de la géographie humaine, d’autres préoccupations que l’art des champs, les fêtes ou l’observation du temps. Mais, si les masālik débordent ainsi largement le cadre de l’almanach, il n’en reste pas moins que les thèmes de celui-ci s’intègrent le plus naturellement du monde à la description de la terre dans les masālik. On respire, en certains de leurs passages, notamment chez Muqaddasī, une fraîcheur puisée, comme celle du Calendrier, aux mêmes sources populaires, à la même expérience, quotidienne et sensible, du terroir et du temps.72 Si les almanachs ou, de façon plus générale, les traditions populaires qu’ils reflètent assurent ainsi une part non négligeable de ces données concrètes qui font, on le verra, le prix des masālik wa l-mamālik, on peut à bon droit se demander si ces influences s’exercent en vertu des tempéraments singuliers des auteurs73 ou des conditions mêmes de la circulation de cette littérature folklorique. Car la diffusion de ce genre de textes a pu être beaucoup plus vaste et intense que nous ne serions tentés de le supposer. Il n’est pas interdit de penser en effet que la rareté des échantillons parvenus jusqu’à nous est en raison directe du peu de soin qu’on a manifesté pour conserver une littérature à la fois aussi spécialisée, utilitaire et populaire, une littérature, par conséquent, dont les soucis, les thèmes et le public s’éloignaient à ce point des canons de l’art d’écrire. L’écran de la littérature consacrée peut ainsi nous masquer les véritables proportions d’une littérature de colportage, sur le problème de laquelle on reviendra.74

La littérature provinciale : l’Espagne et l’Afrique du Nord

  • 75 Une autre œuvre, le Mağmū’ al-muftaraq, est sans doute de la plume de Bakrī : cf. É. Lévi-Provença (...)
  • 76 Cf. É. Lévi-Provençal, dans EI, t. III, p. 1215. Sur Ṭayfûr, cf. supra, p. 254, note 4. Il faudrai (...)

21Jusqu’au milieu du ve/xie siècle, la production géographique espagnole est dominée par les deux noms de Rāzī (Aḥmad b. Muḥammad) et de Warrāq, sensiblement contemporains, morts tous deux dans la deuxième moitié du ive/xe siècle et tous deux sources du grand géographe Abū ‘Ubayd al-Bakrī.75 Leur œuvre reprend, en l’appliquant au Maġrib et à l’Espagne, la tradition provinciale déjà étudiée : la Description de Cordoue (Ṣifat Qurṭuba), de Rāzī, suit, par exemple, le plan utilisé par Aḥmad b. Abī Ṭāhir Ṭayfūr à propos de Bagdad.76 De la même façon, on peut considérer que la description de l’Espagne, également de Rāzī, ou celle de l’Afrique du Nord, due à Warrāq, ne sont que des applications occidentales du genre de la géographie topographique provinciale qui fleurit alors plus à l’est et notamment en Égypte.

  • 77 Cf. Brunschvig, op. cit., p. 147-158.
  • 78 Naturellement très laudative : cf. Rāzī, p. 59, 61-63 et passim.
  • 79 Le cas de Warrāq est sans doute le plus probant : né en Espagne, mais ayant vécu de longues années (...)

22Un tel jugement, toutefois, ne correspondrait qu’imparfaitement à la réalité. Le contexte, très particulier, de cette géographie occidentale, n’est pas que d’ordre topographique. Il est, tout autant, dicté par des impératifs politiques77 : pour des Occidentaux comme le sont Rāzī et Warrāq, la peinture78 de l’Espagne où ils vivent et, par voie de conséquence, l’illustration de la dynastie umayyade qui la gouverne vont de pair avec la description de l’Afrique du Nord, essentiellement conçue comme le terrain futur de l’expansion de cette dynastie au détriment des Fāṭimides : ce n’est pas un hasard si Rāzī et Warrāq écrivent au moment même où les visées fāṭimides sur l’Égypte incitent le calife umayyade ‘Abd ar-Raḥmān III, conscient du vide que cette poussée va créer en Afrique du Nord, à multiplier ses initiatives de l’autre côté de la Méditerranée. Rāzī et Warrāq, avec leurs descriptions respectives de l’Espagne et du Maġrib, sont ainsi comme les deux incarnations d’une même politique.79

  • 80 Celui de l’œuvre de Warrāq, éparpillée dans l’ouvrage de Bakrī, nous demeure inconnu. Pour Rāzī, l (...)
  • 81 Le trait dominant est la conjonction de données traditionnelles avec l’expérience vécue et personn (...)
  • 82 Le talent de l’observation directe, de la notation précise, va de pair avec une incontestable apti (...)
  • 83 Citons, pour Warrāq : p. 79 (Monastir), 108-109 (Tobna), 122 (Bizerte) ; pour Rāzī : p. 64-65 (Cor (...)

23On conviendra toutefois que ces intentions politiques ne sont pas l’apanage des œuvres de Rāzī et de Warrāq, puisque, on l’a dit, les géographies topographiques et les histoires locales s’expliquaient largement, elles aussi, par un patriotisme de même ordre. Il n’y aurait donc, à tout prendre, en passant de ces œuvres à celles des auteurs espagnols, habitants d’un pays vraiment indépendant et par conséquent plus résolus dans leur souci de servir les intérêts de ce pays et de ses chefs, qu’une accentuation de la tendance commune, et rien de plus. La différence essentielle, de nature cette fois, est décidément ailleurs : le plan suivi80, les matières traitées81, un esprit scientifique indéniable82 et, surtout, une aptitude remarquable à traiter globalement la peinture des lieux par quelques détails essentiels83 composent à l’œuvre de Rāzī et de Warrāq un visage tout à fait original : celui-là même des masālik wa l-mamālik qui naissent, à ce moment-là, en Orient.

  • 84 Ils meurent respectivement en 344/955, 363/973, après 340/951-952 et après 378/988.
  • 85 Le cas le plus célèbre est celui de l’installation en Espagne, en 330/941-942, du célèbre philolog (...)
  • 86 On pense ici, par exemple, aux itinéraires, aux merveilles (cf. p. 260, note 2), et aussi à des so (...)
  • 87 Cf. É. Lévi-Provençal, « ‘Arabiyya », op. et loc. cit.
  • 88 L’exploitation du thème des « merveilles » chez Rāzī est à cet égard très probante. On se contente (...)
  • 89 D’un certain point de vue en effet, tout se passe comme si la géographie espagnole conjuguait l’es (...)

24Un problème est ainsi posé : l’existence de relations éventuelles, sur ce point précis, entre cet Occident et le reste du monde islamique. Si l’on songe, d’une part, que Rāzī et Warrāq sont à peu près contemporains d’Iṣṭahrī et d’Ibn Ḥawqal84, que, d’autre part, ils écrivent sous ‘Abd ar-Raḥmān III, soit pendant un règne où les échanges avec l’Orient, considéré, sur bien des points encore, comme la source fondamentale de la culture, sont particulièrement florissants85, on peut être tenté de conclure à une influence des masālik wa l-mamālik sur la géographie occidentale. Une telle interprétation, toutefois, ne tiendrait pas compte du décalage chronologique nécessaire pour le transfert en Espagne des ouvrages et des thèmes orientaux. On s’expliquerait mal, par ailleurs, dans un contexte d’imitation, qu’on ait renié, au profit de la description de la seule Espagne, ce qui est un des traits les plus caractéristiques des masālik, à savoir la peinture du monde musulman en son ensemble, sans parler de quelques échappées vers l’extérieur. La preuve en est, a contrario, que, lorsque les conditions tenant à la chronologie seront remplies, les adaptations occidentales des masālik, bien que réservant leur meilleure part à l’Espagne et au Maġrib, respecteront néanmoins le cadre général de la description du monde : mais ce qui est ainsi valable pour Bakrī, mort en 487/1091, ou Idrīsī, mort en 560/1166, ne l’est pas encore, semble-t-il, pour Rāzī ou Warrāq. Mieux vaut penser ici à l’élaboration, à partir, peut-être, d’éléments orientaux86, mais repensés, en tout état de cause, dans un contexte local, d’un genre nouveau qui serait, à une partie du monde islamique, ce que les masālik wa l-mamālik ont eu l’ambition d’être à sa totalité. Les raisons de cette originalité seraient à chercher, sans doute, dans les constantes de la production littéraire espagnole, imitatrice, certes, mais non esclave de la tradition irakienne87, à condition, toutefois de préciser, pour la géographie, que cette indépendance littéraire s’est renforcée au sentiment et aux nécessités de l’indépendance politique : c’est cette dernière qui donne en définitive, par son intensité ou par les thèmes qu’elle inspire, sa marque propre88 à une production occidentale située à mi-chemin de la géographie, purement historique ou topographique, des cités et de la géographie globale des masālik.89

Les répertoires, premières ébauches des dictionnaires : Isḥāq b. al-Ḥusayn

  • 90 Et après lui, sous une forme plus condensée, Zamahšarī (mort en 538/1144) : cf. M. Reinaud, « Noti (...)
  • 91 Plus que d’un principe alphabétique, c’est de trois qu’il faudrait parler : celui de l’alphabet ra (...)
  • 92 Reposant sur deux critères : distinction entre pays musulmans (p. 427-452) et étrangers (p. 452-46 (...)

25Au sens courant et complet du terme, un dictionnaire se définit par la conjonction, dans un ordre de recherches choisi, de l’investigation totale du donné et d’un principe de classement. L’histoire des dictionnaires géographiques arabes est ainsi celle des diverses combinaisons possibles entre deux types de sujets, à savoir l’Arabie seule ou le monde, d’une part, et deux systèmes de classement, thématique ou alphabétique, d’autre part. Si nous prenons à rebours l’ordre chronologique des œuvres, la réussite finale, dont le Mu‘ğam al-buldān de Yāqūt, au viie/xiiie siècle, semble la meilleure manifestation, est celle de l’application du principe alphabétique à la présentation de l’ensemble du monde habité. Quelque cent cinquante ans auparavant, Bakrī90, dans son Mu‘ğam mā sta‘ğam (Dictionnaire [des noms géographiques] à orthographe douteuse), avait bien utilisé un classement de même ordre, mais en le restreignant, pour l’essentiel, à l’Arabie : rien d’étonnant à cela, Bakrī ne faisant que rester fidèle à l’inspiration, exclusivement péninsulaire, de la lexicographie à laquelle est emprunté justement le principe alphabétique.91 Enfin, un siècle avant Bakrī, Isḥāq b. al-Ḥusayn, dans ses Collines de corail (Ākām al-marğān), s’était proposé de passer en revue quelques-uns des pays ou villes les plus célèbres, suivant un point de vue exactement inverse de celui de Bakrī : extension du sujet au monde entier, mais selon un principe thématique.92

  • 93 L’ouvrage d’Isḥāq b. al-Ḥusayn n’était certainement pas le seul en son genre : Ibn Mardūya, mort e (...)
  • 94 Et notamment de celles qui traitent de la péninsule arabique et représentent la quatrième et derni (...)
  • 95 Le classement alphabétique change ainsi de sens : de technique lexicographique, il devient moyen d (...)

26En l’état actuel de notre information93, on le voit, ces premières ébauches de dictionnaires ne sont pas radicalement différentes, par l’esprit, des monographies déjà étudiées94, Bakrī se contentant de refondre alphabétitiquement celles qui traitaient, avant lui, de la Péninsule, et Isḥāq b. al-Ḥusayn de juxtaposer, ville après ville, celles qu’il élabore lui-même à partir, comme on le verra, de ses lectures. Et par rapport à toutes ces œuvres, à son tour, le dictionnaire de Yāqūt constitue comme un prolongement et une révolution tout ensemble : il ne fait pas autre chose, en effet, que systématiser la monographie, mais en s’efforçant, cette fois, à une exhaustivité qui ne supporte aucune entrave, de sujet ni de méthode.95

  • 96 Cf. É. Lévi-Provençal, dans EI, (2), t. I, p. 160 (2).
  • 97 Il s’agit, à la vérité, de listes, à l’occasion commentées, des maîtres et des enseignements dispe (...)
  • 98 Cf. EGA, 253, et, au tableau des auteurs : Dāraquṭnī (306/918-385/995) et al-Haṭīb al-Baġdādī, déj (...)
  • 99 Quatre auteurs paraissent bien connus, encore qu’Iṣhāq ne cite jamais ses sources (cf. éd. A. Coda (...)
  • 100 La principale étant l’indication des latitudes et longitudes, qualifiée de « grande science » (p. (...)

27L’œuvre d’Isḥāq b. al-Ḥusayn, qui est la seule en son genre, jusqu’à plus ample informé, à prendre place dans le cadre chronologique de cette étude, répond, de toute évidence, à un besoin d’ordonner et même d’épurer, en le réduisant à quelques rubriques fondamentales, le donné géographique de son temps. Isḥāq représente ainsi, pour cette discipline, une tendance alors florissante : celle du classement et du répertoire qu’illustrent par ailleurs, en bibliographie Ibn an-Nadīm, en botanique les catalogues andalous96, en « pédagogie » la fahrasa97, ou encore, pour les biographies, le genre des ṭabaqāt (tableaux de générations), sans parler des recueils de noms ethniques, dont la composition, faite selon le principe alphabétique, a pu influer directement sur l’introduction de ce mode de classement dans les dictionnaires de géographie.98 Le répertoire auquel aboutit, pour son compte, Isḥāq b. al-Ḥusayn s’élabore à partir de lectures assez riches99, mais la science qui nous est ainsi présentée reste d’une inspiration toute classique, bien dans la ligne de l’adab, tant par l’intérêt qu’elle porte aux peuples étrangers que par les rubriques fondamentales de l’information qu’elle livre.100

  • 101 Cf. éd. Codazzi, p. 380 ; cela expliquerait l’absence, signalée à la note précédente, d’informatio (...)
  • 102 Même si la mode du répertoire, comme on l’a dit, est dans l’air, l’application de cette idée à la (...)
  • 103 Ibn Hurdāḏbeh, qui est une des sources d’Isḥāq, n’appartient pas, malgré le titre de son œuvre géo (...)
  • 104 Isḥāq b. al-Ḥusayn compose, selon toute vraisemblance, vers le milieu du ive/xe siècle (cf. A. Cod (...)
  • 105 Compte tenu du temps nécessaire au transfert en Espagne d’une œuvre parue en Orient, Iṣṭahrī, qui (...)
  • 106 Dont les Collines, en l’état actuel de notre documentation, demeurent l’unique exemplaire, mais do (...)
  • 107 C’est peut-être l’ampleur de ce donné et le souci d’en respecter l’intégralité qui ont pesé, de fa (...)
  • 108 Le cas de Bakrī est, compte tenu de ce raisonnement, à première vue aberrant puisque, auteur lui-m (...)

28On est dès lors tenté de porter ici des conclusions qui s’apparenteraient à celles que l’on émettait à propos de Rāzī et de Warrāq, et ce d’autant plus que, selon de fortes présomptions, Isḥāq aurait, comme eux, composé son œuvre en Espagne.101 Malgré l’originalité que son propos revêt dans l’ordre de la géographie102, une tentative comme celle-ci avorte parce qu’elle éclôt dans un climat qui n’est pas encore mûr pour ce genre d’entreprises, tranchons le mot : dans un climat non encore marqué par les masālik wa l-mamālik. Le seul auteur qui, parmi les sources d’Isḥāq b. al-Ḥusayn, s’apparente à la géographie des masālik est Ya‘qūbī, mais il reste, on y reviendra, un précurseur auquel manquent, malgré tous ses mérites, cette systématisation et cette présentation ordonnée de l’enquête qui sont au nombre des marques essentielles des masālik103 ; quant à ces maîtres du genre que sont Iṣṭahrī, Ibn Ḥawqal et Muqaddasī, leurs œuvres ne pouvaient être connues d’Isḥāq b. al-Ḥusayn, en raison des nécessités soit de la chronologie pure104, soit de celle qui intéresse plus particulièrement, comme on l’a dit pour Rāzī et Warrāq, la production espagnole.105 Si donc on rapporte le caractère stéréotypé et étriqué des données fournies par les Collines à l’absence — par la faute du temps ou de la position dans l’espace — d’une relation entre ces premières tentatives de répertoires géographiques106 et les masālik wa l-mamālik, on n’aura pas de peine, inversement, à comprendre pourquoi l’apparition du véritable dictionnaire à la Yāqūt n’intervient justement qu’à une époque où les masālik ont définitivement fait s’accréditer leurs thèmes et leur prestige, s’accroître dans des proportions réellement fantastiques, grâce à la systématisation du voyage, de l’enquête et de la notation, le nombre des lieux décrits, donc des lieux à inventorier107, et craquer enfin les cadres classiques de la description des lieux célébres, dans lesquels la géographie et, avec elle, le dictionnaire qui en est l’émanation s’enfermaient jusque là, précisément avec Isḥāq et la science dont il s’inspirait.108

Notes

1 Et à peine inventorié : cf. Kratchkovsky, p. 128 (131).

2 Et, bien entendu, des masālik wa l-mamālik, dont le cas sera traité au chapitre suivant.

3 C’est si vrai que ces notions générales sur le monde occuperont à peine deux maigres chapitres d’introduction dans le Mu‘ğam de Yāqūt, qui constitue pourtant, par son ampleur et sa distribution alphabétique, comme le modèle achevé de ces dictionnaires. Le cas-limite est offert par l’ouvrage d’Isḥāq b. al-Ḥusayn al-Munağğim, dont il sera question plus loin : les rubriques ne sont ici précédées d’aucune introduction. On nous objectera sans doute la taille de certaines rubriques, par exemple de celles qui portent sur une province, voire sur un pays tout entier. Mais, même ainsi, la rubrique ne participe pas — ce qui est le fait essentiel — d’un ensemble ordonné. Elle est à elle seule un tout, coupé de toute relation avec les autres composantes de l’ensemble terre.

4 Cf. les articles de C. Pellat dans Arabica, II, 1955, p. 17-41 (« Dictons rimés, anwā’ et mansions lunaires chez les Arabes »), et dans EI (2), t. I, p. 538-540.

5 On fait abstraction ici du traitement purement mathématique des anwā’ dans lequel s’illustrèrent notamment Ṯābit b. Qurra, Ibn Hurdāḏbeh et Bīrūnī : cf. Arabica, op. cit., p. 38.

6 Autres noms dans Arabica, op. cit., p. 36-37 ; cf. aussi Kratchkovsky, p. 118-119 (124-125).

7 Elles sont faussées, notamment, par le jeu de la précession des équinoxes.

8 Arabica, op. cit., p. 36.

9 Sur cette littérature, cf. Kratchkovsky, p. 118-123 (124-128).

10 Compléter, sur ce point, l’aperçu de Kratchkovsky avec les noms d’Abū ‘Ubayd as-Sakūnī, d’Abū l-Aš’aṭ al-Kindī (qu’on ne confondra pas avec le savant cité au chap. III, ni avec les historiens cités infra, p. 254, notes 3, 4, 5), de Muḥammad al-Kalbī (mort en 146/763) et d’Abū Muḥammad al-Aswad al-Ġundiğānī (mort en 433/ 1041) : cf. Yāqūt, Mu‘ğam al-buldān, t. I, p. 11 (références bibliographiques dans W. Jwaideh, The introductory chapters of Yāqūt’s Mu ‘jam al-buldān, Leyde, 1959, p. 11-12).

11 Ne pas confondre ce célèbre philologue avec Abū Zayd as-Sīrāfī, l’auteur du Supplément à la Relation, étudié au chap. IV. Sur cet aspect lexicographique arabique, mais élargi à d’autres sujets que la toponymie, cf. la note de la p. 127 de la traduction en arabe de l’ouvrage de Kratchkovsky. On rectifiera par ailleurs le lapsus du traducteur de Kratchkovsky, qui donne Abū ‘Ubayda et non Abū ’Ubayd : op. cit., p. 120 (126).

12 Notamment avec ses deux Livres des pays (Kitāb al-buldān al-kabīr et Kitāb al-buldān aṣ-ṣaġīr). Il faudrait citer ici également le cadi Wakī‘, mort en 330/941, par ailleurs auteur d’un livre d’anwā’, mais dont l’œuvre principale semble avoir été un livre de traditions (ahbār) sur les routes (ṭuruq) et les pays (buldān). Malheureusement, ce livre, resté d’ailleurs inachevé (cf. Fihrist, p. 114), ne nous est pas parvenu.

13 Supra, p. 73-74, 167 et passim.

14 Cf. supra, p. 29 sq.

15 Sur cette littérature, cf. supra, p. 149 sq.

16 Son nom même est incertain : il est parfois appelé Ibn al-Ḥā’ik ou Ibn Abī d-Dumayna.

17 Une exception (cf. O. Löfgren, dans EI [2], t. III, p. 127) : le voyage en Irak, terre d’élection de la grammaire et de la lexicographie, voyage indispensable pour qui se veut, comme Hamdānī, spécialiste en ces matières. A cette exception près, les déplacements de Hamdānī se situent en Arabie même, notamment à La Mekke, où il semble avoir séjourné assez longtemps.

18 Sur la participation de Hamdānī aux luttes intestines du Yémen, qui mettent aux prises, entre autres intérêts, ceux des Ziyādides, des Zaydites et des Qarmaṭes, cf. les articles de G. van Arendonk et O. Löfgren, dans EI, t. II, p. 262 et EI (2), t. III, loc. cit.

19 Le mot est de Kratchkovsky, p. 167 i. f. (170).

20 Voir Addenda, page 105

21 Si l’on fait abstraction de l’introduction astronomique et cosmologique (p. 1-46) et, d’autre part, du long poème qui clôt l’ouvrage (p. 235-279), la matière des 189 pages restantes, qui composent réellement la description de l’Arabie, se répartit comme suit : a. généralités sur l’Arabie : p. 46-51, 134-136, 173-176, 203-235, soit 42 pages ; b. régions hors de l’Arabie du sud ou passages portant à la fois sur l’Arabie du sud et d’autres régions : p. 52, 67-81, 136-172, 176-190, soit 65 pages (les régions carrément extérieures à l’Arabie [Égypte, Syrie, Irak], qui sont du reste celles où l’implantation arabe, après la conquête, fut la plus forte esprit confirmé par p. 130-133 : liste des tribus installées en ces pays ; autre exemples p. 129-130], sont traitées, comme tout ce qui n’est pas l’Arabie du sud, sous forme d’excursus) ; c. passages consacrés exclusivement à l’Arabie du sud : p. 51, 53, 54, 55-67, 81-134, 190-203, soit 81 pages. Une réserve toutefois : il se peut, d’après Qifṭī, cité par O. Löfgren (op. cit.), que la Description ait fait partie d’un Kitāb al-masālik wa l-mamālik plus ample.

22 La Mekke et Médine sont quasi absentes de la Description, et la tradition prête à Hamdānī des vers injurieux à l’adresse du Prophète.

23 Par exemple p. 67, à propos de Ṣan‘ā’ (où Hamdânï renvoie, pour les ahbār relatifs à la ville, à « d’autres livres »), et 203 (renvoi au livre VIII de l’Iklīl pour l’histoire des forteresses célèbres du Yémen). Autres références à l’Iklīl p. 55, 57, 58 et passim.

24 Cf. par exemple p. 67 (simple allusion aux cuirs et aux aciers du Yémen), 132 (« l’église d’Édesse fréquemment citée dans les dictons »), ibid. (Palmyre « l’antique ») et passim. Le procédé de l’allusion est ainsi systématisé jusqu’aux ahbār eux-mêmes, pour lesquels, lorsqu’ils sont trop connus, on évite même la référence à l’Iklīl, en se contentant d’une formule vague rappelant leur célébrité : cf. p. 74 (à propos du territoire des Sakāsik), 103 (quatre lignes à peine pour rappeler l’histoire du célèbre canton de Ma’rib. dont la description occupe les p. 102-103), etc.

25 P. 46.

26 En dehors des rubriques signalées, la Description traite, à l’occasion, d’orographie ou de pédologie (p. 67, 157-158), de météorologie (p. 154), de botanique (p. 155-156), de lieux de culte (p. 127), de productions agricoles ou minières (p. 196-203), etc.

27 La seule exception notable (p. 55-67) est une monographie consacrée à Ṣan‘ā’, ville natale de l’auteur.

28 P. 1-46.

29 Dont le nom apparaît p. 10, 28, 31.

30 J’entends par là : sans autre intermédiaire que le traducteur éventuel. A remarquer en particulier l’absence de tout cliché littéraire (par exemple du thème du « jaune dans l’œuf », si en faveur alors pour symboliser la position centrale de la terre dans l’univers : cf. Ibn Hrdāḏbeh, p. 4 ; Ibn al-Faqīh, p. 4-5 ; Ibn Rusteh, p. 8 ; Mas‘ūdī, Prairies, § 1326, Muqaddasī, trad., § 96) et la forme grecque sous laquelle sont livrés les principaux noms de la ṣūrat al-arḍ (p. 10 sq. ; on se contentera ici d’un exemple particulièrement significatif : Ceylan est indiquée sous son nom de la géographie grecque [Taprobane, Ṭabrūbānä], et non sous celui de Sarandīb). Autres auteurs cités : Hermès (p. 6) et Dioscorlde (p. 37).

31 Aux sources indiennes également : le Sindhind est cité p. 27.

32 Ils interviennent p. 24-26.

33 P. 10 sq. Le même esprit est étendu à l’étude de l’Arabie : Hamdānī ne se contente pas d’en situer approximativement les villes, par référence aux « climats » ou aux parallèles, par exemple, mais il en donne les latitudes et longitudes : p. 44-46.

34 P. 28-44.

35 P. 28.

36 P. 28-44, déjà citées.

37 P. 46.

38 Référence p. 248, note 4.

39 P. 155-156.

40 Cf. également, p. 248, note 5.

41 Il y a ainsi, notamment, une façon originale de traiter le thème des itinéraires, qui combine l’indication des distances, celle des latitudes des principaux points qu’ils joignent et, enfin, celle des tribus dont ils traversent les territoires : cf. p. 130-133, 173-175. Le procédé de référence à la tribu est par ailleurs à peu près constant dès qu’il s’agit de montagnes, de vallées et de points d’eau.

42 Il faudrait dire un mot, sur le plan de la méthode, d’une part du souci d’information et de critique personnelles manifesté par Hamdānī (cf. exemple p. 74 : information demandée sur place, pour la localisation d’un toponyme ; p. 172-173 : critique d’une tradition ; p. 191-192 : remarquable passage sur le climat du Yémen, où les données astronomiques sont mises, avec rigueur, à l’épreuve de l’observation directe) et, d’autre part, d’une ébauche d’élaboration d’un lexique technique (cf. p. 157-158 : terminologie relative au relief).

43 Traitant de l’Arabie du sud, qu’il connaît bien, et directement.

44 Exemple p. 104, à propos du canton (mihlāf) de Ḏimār : « canton riche, avec des chevaux de race, des raisins à profusion, des cultures, canton chargé d’histoire aussi » (nafīs kaṭīr al-hayr ‘atīq al hayl kaṭīr al-a‘nāb wal-mazāri‘ wal-ma’āṭir) ; comparer ce type de présentation, classique, avec celles que donne de son côté Muqaddasī, par exemple celles de ‘Ammān ou de Maāb : trad., § 186, 197.

45 Irréductible aussi, chaque partie de l’Arabie à toutes les autres, en vertu de la fidélité Je cette nomenclature, qui reproduit à merveille les cloisonnements topographiques et tribaux.

46 Il se peut toutefois, reconnaissons-le, outre la tradition relative au voyage en Irak (supra, p. 247 note 3), qu’ait joué ici une tradition familiale, Hamdānī ayant peut-être connu les théories de Ptolémée par son père, qui avait voyagé, ainsi qu’il est dit dans la Description (p. 200), en Irak, en Égypte et au ‘Umān.

47 La même irréductibilité se fait jour en science : pour l’évaluation des latitudes et des longitudes, Hamdānī prend bien soin de citer, à côté de l’école indienne (le Sindhind) et de la tradition ptoléméenne, une tradition arabe et musulmane représentée par l’école d’al-Ma’mūn, mais aussi par « les calculateurs de Ṣan’ā’ »(ḥussāb Ṣan‘ā) : p. 26-27.

48 Patrimoine qu’exprime la littérature, au sens courant du terme ; ceci exclut la réflexion spécialisée (philosophique ou scientifique), laquelle est marginale par rapport à ce patrimoine et connaît, bien évidemment, pour le cas qui nous occupe, d’autres traitements de la pensée grecque.

49 Ce qui implique, compte tenu de ce qu’on vient de dire à ce propos, qu’il est dépouillé des thèmes de l’adab, dont le caractère composite altérerait sa pureté ; on a vu plus haut (p. 248, note 3) que tel était bien le cas.

50 Dès le iiie/ixe siècle, selon les plus anciens témoignages ou documents parvenus jusqu’à nous. Aperçus sur cette littérature dans Kratchkovsky, p. 163-165 (167-169) ; Cahen, « Mouvements populaires... », dans Arabica, VI, 1959, p. 250-251 (avec référence à Rosenthal, History of Muslim Historiography) ; GAL (voir références ci-dessous, notes 3 et suiv.). Impossibilité, en tout état de cause, d’une recension totale : cf. Kratchkovsky, p. 166 (170).

51 L’expression est de C. Cahen, op. cit.

52 Le cas de l’Espagne sera examiné un peu plus loin.

53 Citons ici (cf. Kratchkovsky, p. 164 [168]) ‘Alī as-Sallāmī, mort en 344/955, auteur d’une histoire des gouverneurs du Hurāsān, et Naršahī, mort en 348/959, auteur d’une histoire de Buhārā ; pour l’Égypte : ‘Abd al-Ḥakam, mort en 257/871 (histoire de la conquête de l’Égypte et du Maġrib : Kratchkovsky, ibid. ; GAL, t. I, p. 154) et Muḥammad b. Yūsuf al-Kindī, mort en 250/961 (histoire des gouverneurs et cadis d’Égypte : Kratchkovsky, p. 164-165 [168-169] ; GAL, t. I, p. 155 et Suppl., t. I, p. 229-230). Ce genre de traditions historiques locales peut, du reste, s’intégrer à des œuvres plus vastes : cf. par exemple les listes de préfets données par Ya‘qūbī (Pays, passim) à l’occasion de la description des provinces.

54 Pour la célèbre introduction topographique à l’histoire de Bagdad, d’al-Haṭīb al-Baġdādī (mort en 463/1071), cf. l’éd., avec traduction et introduction, de G. Salmon, Paris, 1904, 184 p. + index et texte arabe. En ce qui concerne Bagdad, du reste, la tradition est peut-être plus ancienne : cf. Kratchkovsky, p. 163 (167), posant le cas d’Aḥmad b. Abī Ṭāhir Ṭayfūr. Pour les hiṭaṭ d’Égypte, ajouter, aux noms, déjà cités (note précédente), de ‘Abd al-Ḥakam et Muḥammad al-Kindī, lesquels consacrent, à ces problèmes de topographie historique, soit un chapitre de leur ouvrage historique, soit un ouvrage particulier, les noms d’al-Quḍā‘ī, mort en 454/1062 (cf. Kratchkovsky, p. 165 [169] ; GAL, t. I, p. 418-419 et Suppl., t. I, p. 584-585), et d’Ibn Zūlāq (sur ce dernier, cf. note suivante). La tradition se poursuit, au-delà des limites chronologiques de cette étude, avec de nombreux auteurs, dont le plus important est Maqrīzī, mort en 845/1442. La Syrie est représentée par Abū l-Ḥasan ‘Alī ar-Raba’ī, mort en 435/ 1043 (cf. tableau des auteurs).

55 On a déjà noté, chemin faisant (cf. notamment p. 54-56, 174-175), l’importance de ces thèmes dans les lettres arabes et sans doute les lettres orientales en général. Citons ici ‘Umar b. Muḥammad al- Kindī, fils du Kindī cité aux deux notes précédentes (cf. Kratchkovsky, p. 165 [169] ; GAL, Suppl, t. I, p. 230), auteur d’un livre sur les faḍā’il de l’Égypte, et Ibn Zūlāq, mort en 387/997, auteur, pour l’Égypte encore, d’un ouvrage à cheval sur le genre des faḍā’il et celui des hiṭaṭ (cf. Kratchkovsky, ibid. ; GAL, ibid).). Les faḍā’ il inspirent des poésies entières : cf. la Risāla fi maḥāsin Iṣfahān (Epître sur les charmes d’Ispahan), d’al-Mufaḍḍal b. Sa‘īd al-Māfarruhī, écrite, en vers pour sa plus grande partie, en 421/1030 (cf. GAL, Suppl., t. I, p. 875).

56 Sur l’orthographe de ce nom et la discussion relative à la date de composition de l’Abrégé, voir références au tableau des auteurs.

57 P. 124, 130.

58 P. 3-157 de la trad. de Carra de Vaux, op. cit. Cf. par exemple l’accélération du fantastique dans les récits de marins (p. 31-32, 38-39) et le cycle des îles fantastiques (p. 45-54, 67-74).

59 Cf. Carra de Vaux, op. cit., p. XXIII-XXIV.

60 Cf. l’eulogie qui ouvre cette deuxième partie (p. 161) et donne le ton à toute cette histoire égyptienne ; sur les monuments, cf. index, s.v. « Memphis », « Ochmoun », « Pyramides », etc. ; sur le Nil, passim et p. 343-350 (sur l’origine divine du fleuve).

61 Texte perdus, ou connus seulement par des citations éparses où le visage originel des œuvres se dégage mal, ou encore manuscrits, ou encore mal ou partiellement édités, les lacunes sont décidément immenses : cf. Kratchkovsky, loc. cit. et annotation.

62 P. 239-241.

63 Un exemple typique nous est donné par al-Haṭīb al-Baġdādī, trad. Salmon, p. 132-133 : la seule évocation des rues de Bagdad — non pas celles du Bagdad monumental qui fait le sujet de cette introduction topographique, mais les rues vivantes, avec le peuple qui les hante — intervient à l’occasion d’un événement : la réception d’un ambassadeur byzantin sous le règne d’al-Muqtadir.

64 Cf. trad. Salmon, p. 26-27.

65 On opposera par exemple, aux caractéristiques (haṣā’iṣ) et avantages (faḍā’il) exposés dans cette littérature des provinces et puisés aux souvenirs de leur histoire, ceux que cite Ibn al-Faqīh : monuments et merveilles, sans doute, mais aussi faune et flore, climat, produits du sol ou de l’artisanat, etc.

66 Cf. Pellat, « Dictons », op. cit., p. 38 sq.

67 Tel est le cas notamment du Kitāb al-anwāde Sinān b. Ṯābit b. Qurra, mort en 331/943, fils du célèbre mathématicien et astronome mort en 288/901 (cité supra, p. 244, note 4) : le Kitāb de Sinān est décidément trop imbriqué au texte des Āṭār de Bīrūnī (cf. éd. Sachau, p. 243, 244, 270, 275, 326) pour qu’on puisse vraiment lui attribuer, de façon précise, ce qui lui revient en propre à l’exclusion de son successeur : cf. Pellat, op. cit., p. 39. C’est pourquoi on n’a pu faire figurer Sinān au nombre des sources exploitables pour l’étude de la thématique de la géographie arabe, telle qu’elle est définie au tableau des auteurs.

68 Sur ces influences et cette originalité, cf. Pellat, op. cit., p. 39 (et notes 4, 6), 41 i.f.

69 On comptera pour rien les toutes premières pages, de ton plus ample et plus rythmé, comme il semble de règle pour une préface, et les quelques allusions dont il est fait état infra, note 4.

70 Puisque l’ouvrage conjugue deux sources d’information, sans citer le nom du compilateur : cf. Pellat, introd. au Calendrier, p. VIII-X.

71 Très accessoirement tributaire de la tradition bédouine, dont il reproduit quelques noms ou thèmes fondamentaux.

72 Cf. exemple pour Muqaddasī : trad., § 148, 212, 232. Au sens large, on rapportera à cette inspiration les innombrables passages où les auteurs des masālik donnent des indications sur les fêtes, les coutumes, les productions et les pratiques agricoles.

73 Et notamment de leur connaissance plus complète de telle ou telle terre, par exemple de leur pays natal : tel est le cas pour le Palestinien Muqaddasī, aux passages cités à la note précédente.

74 Chap. IX, p. 342-343.

75 Une autre œuvre, le Mağmū’ al-muftaraq, est sans doute de la plume de Bakrī : cf. É. Lévi-Provençal, dans EI (2), t. I, p. 160. Sur le cas de ‘Uḏrī et Bakrī, eux aussi géographes essentiellement occidentaux, cf. chap. VIII, p. 269, note 1.

76 Cf. É. Lévi-Provençal, dans EI, t. III, p. 1215. Sur Ṭayfûr, cf. supra, p. 254, note 4. Il faudrait signaler également, sur le modèle des histoires locales parues en Orient, une foule d’histoires de dynasties ou de villes nord-africaines : cf. GAL, t. I, p. 156-157 et Suppl., t. I, p. 231-232, et R. Brunschvig, « Un aspect de la littérature historico-géographique de l’Islam », dans Mélanges Gaudefroy-Demombynes, Le Caire (IFAO), 1935-1945, p. 151.

77 Cf. Brunschvig, op. cit., p. 147-158.

78 Naturellement très laudative : cf. Rāzī, p. 59, 61-63 et passim.

79 Le cas de Warrāq est sans doute le plus probant : né en Espagne, mais ayant vécu de longues années à Cairouan, il a choisi de revenir ensuite au pays natal, prouvant par là ses sympathies. Par parenthèse, constatons que sa description du Maġrib est celle d’un connaisseur, ce qui en explique la valeur, à la fois pour les buts que poursuivaient les Umayyades d’Espagne et par ses qualités intrinsèques : d’où la large utilisation qu’en a faite Bakrī.

80 Celui de l’œuvre de Warrāq, éparpillée dans l’ouvrage de Bakrī, nous demeure inconnu. Pour Rāzī, la description de l’Espagne s’ordonne de la façon suivante : généralités et eulogie (p. 59-63), Cordoue (p. 64-65), autres districts (p. 65-99), nouveau retour à des généralités (montagnes et cours d’eau de l’Espagne : p. 100-104).

81 Le trait dominant est la conjonction de données traditionnelles avec l’expérience vécue et personnelle. Relèvent des premières : l’étymologie des toponymes (Warrāq, p. 63), l’histoire des villes (Warrāq, p. 140, 178 ; Rāzī, p. 73, 76, 82 et passim), les ahbār et traditions légendaires (Warrāq, p. 12-13, 23, 113, 126, 301 ; Rāzī, p. 81-82, 84-86 et passim), les merveilles (Rāzī, p. 73, 79, 81, 90 et passim). Relèvent de la part personnelle des auteurs : la localisation des lieux (Warrāq, p. 24, 30, 231, 272 ; Rāzī, p. 65, 66, etc.), la description des villes (Warrāq, p. 12, 25-26, 280 ; Rāzī, p. 64 sq.), celle des cours d’eau (Warrāq, p. 210 ; Rāzī, p. 101-104), des montagnes (Warrāq, p. 304 ; Rāzī, p. 66, 76, 100-101), des itinéraires (Warrāq, p. 206-209 [itinéraire marin de Tanger à Ceuta], 217, 280, 281, 289 ; Rāzī, p. 68, 74, 75, etc.), des coutumes (Warrāq, p. 292), des productions (Rāzī, p. 62-63, 64, 66, etc.).

82 Le talent de l’observation directe, de la notation précise, va de pair avec une incontestable aptitude à la remarque générale : on comparera, sur ce plan, la distinction des deux Espagnes, chez Rāzī (p. 60-61), à celle des quatre zones de Palestine chez Muqaddasī (trad., § 225-226).

83 Citons, pour Warrāq : p. 79 (Monastir), 108-109 (Tobna), 122 (Bizerte) ; pour Rāzī : p. 64-65 (Cordoue), 66 (Elvira), 97 (Algésiras), 74, 76 et passim (divers paysages : vignes, vergers, verdure), 65, 76, 83 (moulins), 91 (pinèdes et eaux vives), et, plus significatif encore, p. 76 : « ... deux châteaux excellents, celui de Sen et celui de Men, qui se dressent sur deux pitons qui dominent la chaîne d’Aragon et entre lesquels court le rio Flumen. »

84 Ils meurent respectivement en 344/955, 363/973, après 340/951-952 et après 378/988.

85 Le cas le plus célèbre est celui de l’installation en Espagne, en 330/941-942, du célèbre philologue al-Qālī. Sur les rapports culturels entre l’Espagne et l’Orient, cf. H. Pérès, La poésie andalouse en arabe classique, Paris, 1953, p. 41 i.f. ; R. Blachère, EGA, p. 314-315 ; É. Lévi-Provençal, « ‘Arabiyya », dans EI (2), t. I, p. 620 (2).

86 On pense ici, par exemple, aux itinéraires, aux merveilles (cf. p. 260, note 2), et aussi à des souvenirs de la ṣūrat al-arḍ : cf. Rāzī, p. 59 (« Le pays d’al-Andalus forme l’extrémité du quatrième climat vers l’Occident ») et les diverses notations sur les montagnes et les fleuves, elles aussi bien dans l’esprit de la ṣūra. Pour le style de Rāzī, exempt d’hispanismes et qui demeure « entièrement oriental », cf. É. Lévi-Provençal, introd. à la traduction de Rāzī, op. cit., p. 56.

87 Cf. É. Lévi-Provençal, « ‘Arabiyya », op. et loc. cit.

88 L’exploitation du thème des « merveilles » chez Rāzī est à cet égard très probante. On se contente, parfois, d’indiquer ces curiosités : antiquité du pays (p. 70-73, 79, 92 et passim), monuments (p. 79, 81, 94, 96-97 et passim), particularités de la faune (p. 92 : chien de mer ; p. 103 : truite), merveilles du climat (p. 82) ; d’autres fois, on use de la référence implicite à un thème oriental : les châteaux, par exemple (p. 66-67 et passim), peuvent répondre à ceux du Yémen, l’égalité du climat (p. 59) à celle du climat de l’Irak ; d’autres fois enfin, la référence ou la comparaison sont explicites : p. 59 (comparaison avec la flore indienne), 66 (avec la Ġūṭa de Damas), 70 (avec le Nil ; reprise implicite p. 88), 84-86 (relations historiques entre Jérusalem et Merida), 91 (ambre espagnol égal à l’ambre indien). Tout cela revient, on le voit, à doter l’Espagne, qui ne tient qu’un rôle très effacé dans les thèmes de l’adab tel qu’il s’est élaboré en Orient, ni plus ni moins que d’un adab à elle.

89 D’un certain point de vue en effet, tout se passe comme si la géographie espagnole conjuguait l’esprit de la géographie topographique et historique (exaltation d’un patriotisme local) avec les méthodes et le style des masālik.

90 Et après lui, sous une forme plus condensée, Zamahšarī (mort en 538/1144) : cf. M. Reinaud, « Notice sur les dictionnaires géographiques arabes », dans J. As., 5e série, XVI, août-septembre 1860, p. 65 sq.

91 Plus que d’un principe alphabétique, c’est de trois qu’il faudrait parler : celui de l’alphabet rationalisé d’al-Halīl, qui range les lettres selon les catégories des phonèmes qu’elles transcrivent, et celui de l’alphabet traditionnel, lui-même décomposable en deux systèmes, selon que l’on prend pour base du classement la première ou la dernière des trois consonnes qui composent la racine : cf. L. Kopf, « Djawharī », dans EI (2), t. II, p. 509 (avec bibliographie).

92 Reposant sur deux critères : distinction entre pays musulmans (p. 427-452) et étrangers (p. 452-462 ; Espagne intercalée, p. 453-456) et, surtout, célébrité des lieux : exemples typiques avec l’Irak, où ne sont traitées que Bagdad, Sāmarrā, Baṣra, Kūfa et Wāsiṭ, avec l’Aqūr (Mossoul), le Maġrib (Tripoli, Cairouan, Tāhart), etc.

93 L’ouvrage d’Isḥāq b. al-Ḥusayn n’était certainement pas le seul en son genre : Ibn Mardūya, mort en 352/963, aurait composé un Mu‘ğam al-buldān (cf. tableau des auteurs). Quant à Ya‘qūbī, je ne suis pas si sûr que le « dictionnaire géographique » (Kitāb asmā’ al-buldān), auquel pense G. Wiet (Les pays, p. IX i.f. ; sur la foi de Yāqūt : Udabā’, t. V, p. 153-154), ne soit pas tout simplement le Kitāb al-buldān de cet auteur, dont il serait fort étrange que Yāqūt ne l’eût pas cité, alors que Ya‘qūbī constitue une de ses sources essentielles en géographie (cf. Mu‘ğam al-buldān, t. I, p. 11, sous le nom d’Ahmad b. Wāḍiḥ).

94 Et notamment de celles qui traitent de la péninsule arabique et représentent la quatrième et dernière des relations possibles entre les différents types de donnés et de classements : ici, contexte fondamentalement arabe, mais traité par la thématique : points d’eau, montagnes, etc. Cf. les œuvres, indiquées au tableau des auteurs, de Muḥammad al-Kalbī, ‘Arrām b. al-Aṣbaġ, Abū l-Aš’aṭ al-Kindī, Abū ‘Ubayd as-Sakūnī et al-Ġundiğānī.

95 Le classement alphabétique change ainsi de sens : de technique lexicographique, il devient moyen d’information et critère essentiel, par les fiches qu’il permet de constituer et de reproduire, de l’exhauslivité recherchée.

96 Cf. É. Lévi-Provençal, dans EI, (2), t. I, p. 160 (2).

97 Il s’agit, à la vérité, de listes, à l’occasion commentées, des maîtres et des enseignements dispensés par eux : nous dirions une « programmatique ». Cf. C. Pellat, dans EI (2), t. II, p. 762.

98 Cf. EGA, 253, et, au tableau des auteurs : Dāraquṭnī (306/918-385/995) et al-Haṭīb al-Baġdādī, déjà cité.

99 Quatre auteurs paraissent bien connus, encore qu’Iṣhāq ne cite jamais ses sources (cf. éd. A. Codazzi, p. 375) : l’astronome Huwārizmī, Ya‘qūbī, Ibn Hurdāḏbeh et Ibn Rusteh (cf. éd. Codazzi, p. 377-378). Une information originale (pour mieux dire, empruntée à des auteurs par ailleurs inconnus) se fait jour par exemple dans certains détails de la description de Rome (p. 458) ou du pays des Noirs (452).

100 La principale étant l’indication des latitudes et longitudes, qualifiée de « grande science » (p. 428) et systématiquement pratiquée. Viennent ensuite : les productions (exemples p. 433, 435, 446), les lieux de culte (p. 430, 438, 439, 448-449), l’histoire (p. 432, 433, 438, 439, 440, 442), l’impôt foncier (p. 440, 441, 442) ; en tous ces passages, en tous ces thèmes désormais assimilés par l’adab, rien qui fasse penser à autre chose qu’à la compilation, rien qui rappelle le souvenir d’une observation vécue et personnelle.

101 Cf. éd. Codazzi, p. 380 ; cela expliquerait l’absence, signalée à la note précédente, d’information personnelle pour la quasi-totalité de l’ouvrage.

102 Même si la mode du répertoire, comme on l’a dit, est dans l’air, l’application de cette idée à la géographie, afin d’en classer les données essentielles, est du moins une nouveauté. C’est un trait, parmi d’autres, de l’originalité d’Isḥāq, qui, pour être, fondamentalement, un homme de lectures et d’érudition, n’en est pas moins un esprit curieux, original justement dans ses lectures (cf. supra, note 1) et sérieux : cf. par exemple, pour la description de Rome déjà signalée, une évocation, concise mais exacte, du rôle du vin dans le sacrifice de la messe (p. 458, 1. 8-9, texte p. 416, 1. 1).

103 Ibn Hurdāḏbeh, qui est une des sources d’Isḥāq, n’appartient pas, malgré le titre de son œuvre géographique, au genre des masālik wa l-mamālik : cf. la distinction établie à ce propos au début du chapitre suivant.

104 Isḥāq b. al-Ḥusayn compose, selon toute vraisemblance, vers le milieu du ive/xe siècle (cf. A. Codazzi, op. cit., p. 380, et Kratchkovsky, p. 233 [229], qui fait le point de la question), ce qui exclut toute influence d’Ibn Ḥawqal, qui compose après 340/951, et de Muqaddasī, qui compose au plus tôt en 375/985.

105 Compte tenu du temps nécessaire au transfert en Espagne d’une œuvre parue en Orient, Iṣṭahrī, qui vit pendant la première moitié du ive/xe siècle, ne peut être connu de notre auteur.

106 Dont les Collines, en l’état actuel de notre documentation, demeurent l’unique exemplaire, mais dont elles n’ont été sans doute qu’un exemplaire parmi d’autres, malheureusement disparus (cf. p. 263, note 1).

107 C’est peut-être l’ampleur de ce donné et le souci d’en respecter l’intégralité qui ont pesé, de façon décisive, dans l’adoption de la méthode alphabétique, la plus sûre eu égard au but poursuivi (cf. p. 263, note 3).

108 Le cas de Bakrī est, compte tenu de ce raisonnement, à première vue aberrant puisque, auteur lui-même de masālik, il compose, avec le Mu‘ğam mā sta’ğam, un dictionnaire non pas universel, mais réservé, on l’a vu, à l’Arabie. Mais la personnalité de Bakrī est complexe, non entièrement réductible, tant s’en faut, à la géographie ; les préoccupations du Mu‘ğam sont, à l’évidence, lexicographiques, sans plus : il s’agit d’éclairer les toponymes arabes apparaissant dans la poésie et le ḥadīṭ. On ne peut donc pas juger d’un dictionnaire géographique de Bakrī, pour la bonne raison que ce dictionnaire, au sens propre, n’existe pas.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search