Version classiqueVersion mobile

La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du 11e siècle. Tome 1

 | 
André Miquel

Chapitre IV. Les gens du voyage

Texte intégral

C’est une belle chose, mon ami, que les voyages ; mais il faut avoir perdu son père, sa mère, ses enfants, ses amis, ou n’en avoir jamais eu, pour errer, par état, sur la surface du globe.
(Diderot, Salon de 1767)

Les vocations

  • 1 Mille et une Nuits, Le Caire, 1957, vol. 2, p. 119-144. Sur ce chapitre, cf. Kratch-kovsky, p. 129 (...)
  • 2 Nous ramassons en une seule deux citations (Buldān, p. 149, I. 11-17) où les thèmes interfèrent.

1Son septième et dernier voyage, le plus beau des voyages de Sindbad le marin, c’est vers le ciel qu’il l’entreprend : sur les ailes des hommes-oiseaux, il découvre le monde, non plus celui que ses pas ont à peine effleuré : le monde immédiatement total. Mais la vieille tentation prométhéenne, le cri poussé, dans les hautes sphères, avec les anges ses égaux, Sindbad les paie, lui aussi, de l’échec : « Tu ne tenteras pas le Seigneur ton Dieu » ; car l’homme-oiseau, c’est Satan, et le retour sur terre, le seul bonheur possible auprès d’une épouse très sage, ne se conquièrent décidément qu’au prix du savoir.1 La ville lointaine, la Rome des merveilles, n’est pas mieux partagée, et toutes les beautés, toute la science du monde y sont la négation de la seule beauté, du seul savoir : n’était le bruit du peuple de Rome, écrit Ibn al-Faqīh, on entendrait les chœurs des anges et, à l’horizon, la rumeur du soleil qui se lève ou décline.2

  • 3 Supra, p. 109.
  • 4 Lui aussi traité par Ğāiḥiẓ, notamment dans la Risāla qui porte ce titre (cf. Pellat, Inventaire, (...)
  • 5 Op. cit., p. 146. On peut considérer en effet, avec Heyd, op. cit., p. 31-32, et Ferrand, Voyages, (...)
  • 6 Op. cit., p. 146.
  • 7 Op. cit., p. 48, 49.

2Et pourtant, l’existence du voyage n’est pas moins réelle que son échec, le thème du dépaysement (iġtirāb), cher, nous l’avons vu, à Ğāiḥiẓ ?3, résiste d’autant plus qu’il est couplé, dans la conscience populaire, avec son contraire, l’attachement au pays natal (al-ḥanīn ilä l-waṭan)4 C’est que l’on reconnaît au voyage tout ensemble une nécessité et une dignité. Nécessaire, il l’est, bien évidemment, eu égard aux biens de ce monde puisqu’il permet la fortune rapide, la spéculation ; le palais de Sindbad est avant tout la victoire de l’esprit d’entreprise, et les conclusions du septième voyage, si elles reprennent le ton des anciennes maximes à la manière d’Ibn al-Muqaffa‘, les corrigent toutefois dans l’optique mercantile des années 800-900.5 Mais il n’est pas de profit que matériel : un savoir et une éthique se cachent derrière le vagabondage. Sindbad enrichi s’entend dire6 par son homonyme malheureux, le portefaix : « Tu as voulu apprendre, pour avoir souffert, ce qu’est le bonheur, pour avoir lutté, ce qu’est le repos. Tu es homme véritablement ! » Et Ibn al-Faqīh, ramassant tous ces thèmes : « Que l’exil (ġurba) ne vous effraie pas, s’il s’accompagne des moyens de vivre, que la séparation ne vous afflige pas, si elle vous fait rencontrer l’aisance, car la pauvreté est plus effrayante que l’exil et la compagnie de la richesse plus douce que celle du pays natal... La pauvreté au pays natal est comme un exil, la fortune dans l’exil, comme un pays natal. » Et de conclure : « Allez donc au loin chercher votre subsistance : à défaut de grande fortune, vous y ferez provision d’esprit ».7

  • 8 Tristes tropiques, Paris, 1962, p. 68, 70.

3Si « les tropiques sont moins exotiques que démodés », si le voyage, comme l’écrit Cl. Lévi-Strauss, se présente comme un triple déplacement « dans le temps, dans l’espace et dans la hiérarchie sociale »8, comment les voyageurs arabes des ixe et xe siècles se situent-ils par rapport à ce dépaysement ? La réponse est nette : leurs périples satisfont aux trois exigences formulées, car ils s’opèrent sur des terres extérieures à l’Islam et, partant, sur des sociétés et des styles de vie venus d’autres âges. Non que les déplacements soient inexistants dans le monde musulman, l’évidence dit le contraire. Mais la littérature, sédentaire, est une chose, et le voyage en est une autre : leur réunion en une description concrète et personnelle du domaine islamique, la formulation définitive, par écrit, du voyage chez soi en tant que thème littéraire, n’apparaîtront guère, on l’a vu — l’exception de Ya‘qūbī mise à part — qu’avec Iṣṭaẖrī et les masālik wa l-mamālik, soit vers le milieu du ive/xe siècle. A cette époque, bien des témoignages écrits sur le monde étranger à l’Islam auront déjà été produits, un peu comme si le sentiment d’une unité intérieure indivisible avait reporté aux frontières le souci de la curiosité, l’Islam mettant trois cents ans, du milieu du viie siècle à celui du xe, pour trouver en lui-même, sous l’unité du message, la diversité de l’humain.

  • 9 Tract, p. 176, 1. 11-13.
  • 10 Muqaddasī, trad., § 87.

4On peut, avec Ibn Rusteh9, répartir en quatre groupes ceux qui sont appelés, sous des titres divers, au voyage : au premier rang, les marins et commerçants, particulièrement nombreux et actifs, puis les ambassadeurs et courriers, personnages officiellement chargés d’enquêter en pays étranger ou d’y porter le message de la vraie foi, ensuite les pèlerins et missionnaires, qui constituent un groupe par bien des côtés marginal, enfin, comme dit Ibn Rusteh, « les autres », c’est-à-dire tous ceux qui voyagent sans d’autre motif que l’occasion ou le plaisir personnel. Pareil classement est évidemment schématique : il sépare ce qui parfois interfère, par exemple le commerce et la mission de renseignements, ou la curiosité personnelle et l’ambassade ; inversement, il ne fait aucune place à la catégorie des compilateurs qui, « douillettement installés »10, ne voyagent que dans le texte des autres. Enfin, il se substitue peut-être arbitrairement à un classement tout aussi justifié, qui regrouperait les œuvres par régions traitées, soit : Extrême-Orient (route maritime de l’Inde et de la Chine), Russie du Sud et Asie centrale (Turcs, Hazars, Russes, Bulgares), Empire byzantin (Rūm) et Europe, enfin régions méridionales (Nubie et rivages africains de l’océan Indien). Tel quel, pourtant, le classement adopté a le mérite de mettre en relief certaines optiques fondamentales du voyage, tout en recoupant, pour les plus importantes d’entre elles, la répartiton en zones géographiques : si, dans les récits qui nous sont parvenus, le commerce est surtout affaire de vent d’est, accessoirement du sud, la politique, en revanche, sous la forme de l’ambassade, de l’espionnage ou de la guerre, regarde en priorité les régions septentrionales, depuis le Turkestan jusqu’à l’Europe méditerranéenne. Or, c’est précisément en gardant présente à l’esprit une relation mutuelle entre les deux termes envisagés qu’on pourra, dans chaque cas, apprécier, à travers un genre littéraire donné — récits de marins ou rapports d’ambassadeurs — et par référence à un même cadre géographique, l’évolution des mentalités, les changements qui interviennent dans les rapports de l’auteur à son sujet, les parts respectives du réalisme et de la légende, telles qu’elles peuvent apparaître dans une étude globale où les compilateurs retrouvent cette fois tout naturellement leur place.

Le commerce et les routes maritimes de l’océan Indien : la Relation de la Chine et de l’Inde

  • 11 Cf. supra, p. 114, note 5 et Heyd, op. cit. ; compléter la bibliographie avec Sauvaget-Cahen, Intr (...)
  • 12 Cf. Ibn Rusteh, p. 132-134 (citant un Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. Isḥāq ; compte tenu de la durée d (...)
  • 13 Nous sommes largement redevable, pour les observations qui suivent, à l’introduction de Sauvaget ( (...)
  • 14 Sauvaget, op. cit., p. XX.
  • 15 Ce procédé n’interviendra que plus tard, notamment dans les Merveilles de l’Inde, lorsque la juris (...)

5On sait l’importance que revêt, au ixe siècle, le commerce maritime avec l’Inde, la Chine et l’Afrique orientale.11 De ces commerçants, marins et patrons de navires (nāẖudā-s), la littérature arabe a conservé le souvenir et, parfois, les noms.12 Un des témoignages les plus anciens et les plus remarquables des récits rapportés par ces voyageurs est l’anonyme Relation de la Chine et de l’Inde (Aẖbār aṣ-Ṣīn wa l-Hind), rédigée en 237/851.13 En sa forme, elle n’est guère originale : elle représente simplement l’application, à un sujet alors dans toute sa fraîcheur, de la technique éprouvée des aẖbār (traditions profanes). Suite de récits discontinus et fragmentaires, dont le seul lien, extérieur à l’œuvre, est précisément la référence géographique à l’Extrême-Orient, elle ne met d’autre acte en jeu, sur le plan littéraire, que celui du simple enregistrement par écrit de récits oraux, qu’elle transcrit dans le jaillissement spontané de la parole. Il manque, certes, à ce « recueil de matériaux bruts »14, la mention, noir sur blanc, des noms des informateurs15, mais l’absence de cette formulation ne change rien à l’esprit ni aux méthodes.

  • 16 L’adverbe se trouve chez Sauvaget, p. XXIII.
  • 17 Aux auteurs cités par Sauvaget, p. XXIII-XXIX, il convient d’ajouter certaines préoccupations comm (...)
  • 18 L’anecdote, rapportée par l’historien Ṣūlī (références dans Relation, p. XXX, note 2), est relativ (...)
  • 19 Sans compter des pans entiers d’œuvres plus vastes, par exemple les § 165-186, 243 sq. ou 328-355 (...)

6Cette discontinuité, de principe et d’effet, explique deux aspects apparemment16 contradictoires de l’ouvrage. D’une part, les échantillons d’information qu’il offre sont destinés, en vertu de leur anonymat, de leurs dimensions et, bien entendu, de leur agrément, à devenir la proie des compilateurs de l’adab ; ici encore, cette Relation, largement pillée17, ne fait que participer de la destinée commune des aẖbār, dont une anecdote célèbre nous montre quel rôle ils jouaient, avec les contes et les fables, dans cet adab récréatif et composite qui faisait la joie des classes cultivées.18 Mais que les données de cette œuvre soient passées, plus tard, dans l’adab, ne signifie pas que l’œuvre soit adab elle-même. Et sans doute en effet avons-nous trop tendance à la juger dans la diachronie : alors, certes, elle n’est guère séparable de son destin propre, qui est, dès sa naissance, l’éparpillement de ses thèmes dans l’adab, ni de sa postérité : car, ainsi qu’on le verra, les œuvres directement inspirées de cette tradition — Supplément à la Relation et Merveilles de l’Inde19 — voient le jour environ cinquante et cent ans après la Relation, autrement dit dans un climat littéraire définitivement envahi par l’adab, dont on pourra ainsi mesurer les influences sur une littérature de la mer. Mais, en 237/851, ces influences n’ont pas encore joué : ce qu’une synchronie rigoureuse nous montre, c’est une œuvre spontanée, aux thèmes d’une incomparable fraîcheur, un ensemble qui, soit en raison de sa date, soit parce que sa nouveauté se moque tranquillement des conventions et des styles, se situe à l’opposé même de l’adab.

  • 20 Cf. supra, p. 48, 52-53, ce qui a été dit à propos de Ğāḥiẓ.

7Rien en effet ne vient rompre l’unité de cette œuvre, exclusivement consacrée aux thèmes de la mer, de l’Inde et de la Chine. Ce n’est certes pas, on l’a dit, un exposé en forme : les conditions de collecte des récits, leur caractère primesautier et naïf font d’elle une suite de contes et d’images. Mais cette spontanéité d’ensemble n’est rien moins que désordre ou digression. L’œuvre est mue par un ordre interne qui la distingue radicalement de la technique de l’adab, fondée, elle, sur le passage perpétuel de tout thème traité au thème voisin, parallèle ou contraire. C’est qu’ici l’écrivain n’apparaît pas ; on pourrait en effet se demander si une des raisons de la dissipation de l’adab n’est pas à rechercher dans sa vocation éminemment sociale. Pour un écrivain de métier, à cette époque, l’acte d’écrire, rigoureusement différent de celui que nous imaginons aujourd’hui, vise à affirmer son auteur non pas comme individu, mais comme membre, à part entière, d’un groupe social. D’où, devant le jeu qui s’impose à lui, la volonté latente non pas tant de le bien jouer que de le jouer aussi bien ou mieux que d’autres, que de faire juger son talent avant tout à la quantité. Cette optique fait, à la limite, de tout écrivain un compilateur et de toute œuvre un prétexte à la parade. Dans la Relation, au contraire, l’écrivain, cantonné au rôle de consignateur, s’efface devant son sujet. Le souci n’est plus de la norme sociale, mais de la simple vérité. A travers l’enregistrement écrit passe, fidèle, le souvenir des acteurs eux-mêmes, le « j’étais là, telle chose m’avint », en un mot ce témoignage visuel et direct (‘iyān) dont le milieu du ixe siècle voit l’irruption dans la prose arabe.20

  • 21 On peut dire, avec toute la prudence qu’inspire l’état du manuscrit (cf. Sauvaget, p. XVI), que le (...)
  • 22 Et qu’on tentera d’autant moins de vérifier que le goût de l’extraordinaire aura pris de plus en p (...)

8Une autre preuve de l’intérêt porté par la Relation à l’information objective, fût-ce au détriment du merveilleux qui plaît, tient au fait que cette information est demandée non aux marins, mais aux commerçants. Les premiers en effet connaissent, bien évidemment, en priorité la mer, et ensuite seulement — et vue toujours du côté de la mer — la terre avec ses rivages et ses ports. Les marchands, au contraire, franchies la mer et la façade portuaire des continents21, voient du dedans les pays où ils séjournent, parfois des années durant. Ainsi s’explique le sérieux de leurs notations, ainsi s’explique, fait fondamental, que plus l’adab se fera envahissant, et plus les commerçants céderont littérairement le pas aux marins, gens traditionnellement hâbleurs, spécialistes d’un domaine réservé et étrange, colporteurs de contes difficilement vérifiables.22

  • 23 Cf. Relation, § 4-7, 9, 14, 25-26, etc.
  • 24 Cf. § 21-23, 33-49, 59, 64 (sur la Chine), 24-32, 50-53, 66 (sur l’Inde), 54-58, 60-63, 65, 67-72 (...)
  • 25 § 53, 56.
  • 26 Début et fin du § 72.
  • 27 § 21, 72 (sur le climat, les fleuves et l’état sanitaire de la Chine et de l’Inde).
  • 28 Sur la consommation de la viande de porc, cf. § 22 ; sur l’absence d’égorgement rituel des bêtes à (...)
  • 29 Épouse désignée par firāš (femme qu’on épouse avant tout pour avoir des enfants) au § 61, malpropr (...)
  • 30 Le cas est particulièrement net pour le droit pénal : interdiction de l’adultère (§ 57), exécution (...)

9Mais quelle vision les marchands ont-ils des pays, même occasionnels, de leur résidence ? Avant tout, naturellement, ils portent leurs regards sur les produits locaux et les monnaies.23 Souvent, toutefois, les nécessités qu’imposent un séjour prolongé et les rapports avec la clientèle font que l’intérêt s’élargit à une peinture globale de la société indienne ou chinoise. La Relation est ainsi, pour une large part24, une mine de renseignements sur l’organisation politique, économique, sociale et culturelle des pays traversés. L’application, à ces renseignements, des termes modernes d’ethnographie, d’ethnologie ou de géographie humaine ne vaut évidemment que si l’on accepte qu’ils recouvrent des méthodes et un esprit souvent différents des nôtres. Certes, on peut trouver, dans la Relation, bien des préfigurations d’un esprit vraiment scientifique, soucieux de poser des faits et rien que cela : tel exposé du système des castes, ou des luttes politiques en Chine25, telle évocation de la fourmilière chinoise26 se signalent à nous, comme la fiche du spécialiste, par l’objectivité de l’information et la réduction essentielle du style. A propos du vêtement chinois ou d’un trait de géographie biologique, nous retrouvons l’idée-force du rapport entre la situation d’un pays et les phénomènes naturels ou humains qui s’y déroulent.27 Mais cette objectivité est trompeuse, car elle ne dépasse pas le simple exercice de la faculté de voir ou de noter. Dès qu’on s’élève aux critères mêmes du jugement, on retrouve toujours la référence, explicite ou non, à l’Islam. Partout, dans la Relation, l’intérêt porté aux sociétés étrangères s’explique dans la mesure où celles-ci, sous la forme du semblable ou du contraire, ont le pouvoir éminent de rappeler la société à laquelle on appartient : tantôt criante, par exemple à propos des usages alimentaires28, tantôt formulée dans un vocabulaire qui révèle, à son insu, la mentalité du rédacteur29, la référence à la société islamique est latente dans l’ensemble de la description de la Chine et de l’Inde.30

  • 31 Typique de la pensée du Moyen Age en général, qui devra attendre qu’on lui substitue, à partir de (...)
  • 32 Cf. Relation, § 7, 14.
  • 33 Sur les débuts et les modalités de cette navigation, cf. Sauvaget, op. cit., p. XXXIX-XL ; Relatio (...)
  • 34 Soit au ixe siècle : cf. supra, p. 114, note 5.
  • 35 Alors qu’elle connaît, on l’a vu, le fait du commerce chinois : exemple : « La plupart des navires (...)

10Ainsi, puisque le jugement, consciemment ou non, est ramené à des critères de valeur, ce n’est pas d’objectivité qu’il faut parler à propos de la Relation, mais de tolérance. Que cette géographie humaine ou cette ethnologie soient loyales, compréhensives, n’est pas douteux ; mais elles ne touchent jamais à l’ordre de la connaissance du vrai, lequel est présupposé.31 Cette vision égocentrique du monde est patente également dans le domaine économique, l’enregistrement des faits commerciaux contredisant partiellement leur réalité : car, si les centres irakiens ont été, au ixe siècle, le principal moteur du commerce avec l’Extrême-Orient, il reste que la relation commerciale, ici comme ailleurs, implique une réciprocité de l’échange, et nous savons en effet, sans parler des opérations de troc réalisées à l’étranger par les marchands arabes32, que le commerce chinois a poussé, de son côté, jusqu’à l’ouest de l’océan Indien, Sīrāf étant le point extrême de navigation et de chargement des lourdes jonques cantonaises.33 Or, à l’époque même où ce trafic est intense dans les deux sens34. la Relation, comme le Kitāb at-tabaṣṣur bi t-tiğāra, son contemporain, ne mentionne que les produits qui prennent le chemin de l’Irak — ambre, camphre, pierres, métaux et bois précieux —, et jamais les autres35 : vision qui substitue, par conséquent, à la notion économique de l’échange, celle, unilatérale, du besoin.

  • 36 Sur ce thème, cf. C. E. Dubler, « El Extreme Oriente visto por los musulmanes anteriores a la inva (...)

11Ce qui vient d’être dit emporte deux conséquences. Si une géographie humaine qui fait constamment référence à la société dont elle est issue diffère, sur ce point, de l’image que nous nous faisons aujourd’hui de la connaissance, ce parti pris nous autorise en revanche à considérer qu’une étude du monde musulman se prolonge naturellement dans celle des sociétés étrangères, puisque l’Islam y est toujours vu en filigrane, et nous tenterons, le moment venu, d’expliciter toutes les nuances de cette relation. D’autre part, si l’étranger, toujours dans cette optique de référence à soi-même où baigne la géographie d’alors, est saisi à la fois par ce qui le rapproche ou le distingue de l’Islam, qui ne voit que le simple mouvement naturel de la curiosité ira bien entendu en priorité aux différences insolites, à tout ce qui fait coïncider l’étranger et l’étrange ? A fortiori en sera-t-il ainsi dans une société modelée par le goût d’un savoir récréatif, qui fait du merveilleux (‘ağīb) une des bases de l’adab. Les circonstances historiques, l’environnement social et culturel vont ainsi donner à la Relation une suite logique avec la géographie des merveilles36.

Abū Zayd as-Sīrāfī : la Relation revue et complétée

  • 37 Sur les rapports entre Abū Zayd (al-Ḥasan b. Yazīd) et Mas’ūdī, cf. Relation, p. XXIV-XXV. La renc (...)
  • 38 P. 13.
  • 39 Par exemple pour des produits intéressant à la fois la vie maritime et le commerce, ambre et perle (...)
  • 40 Cf. Relation, § 1-2, et Supplément, p. 133.
  • 41 Cf. Supplément, p. 93, 126, 130-131.
  • 42 Cf. supra, p. 119, note 2.

12Abū Zayd as-Sīrāfī, qui fut un des informateurs de Mas‘ūdī, écrit, dans les premières années du xe siècle, un supplément à la Relation37 où se marquent déjà, par rapport à l’œuvre originale, des différences essentielles. L’auteur, comme le déclare Ferrand38, « n’est ni voyageur ni marin ; c’est un simple érudit que la géographie intéresse. » Sans doute, mais, après tout, ces qualificatifs s’appliquaient aussi à l’auteur de la Relation ; ce n’est pas la méthode qui varie d’une œuvre à l’autre, c’est plutôt la « géographie » elle-même qui change de sens. En effet, une première constatation qui s’impose à la lecture du Supplément est le rôle accru qu’y jouent les récits de marins : le départ, certes, est quelquefois difficile à faire entre eux et les marchands39, et des récits comme ceux qui nous dépeignent la baleine ne font qu’exploiter un champ déjà ouvert40 ; mais, avec le Supplément, apparaissent des données qui intéressent, de façon prioritaire sinon exclusive, les matelots, notamment celles qui touchent aux conditions de la navigation ou aux techniques de construction de navires.41 Et surtout, pour n’apparaître expressément qu’au hasard de ces notations, les marins n’en sont pas moins présents derrière de larges pans de l’œuvre : malgré l’affirmation superbe d’Abū Zayd, qui clôt son livre en proclamant sa défiance pour les matelots et son souci de la seule information objective42, c’est bien aux marins qu’il faut attribuer la part accrue du merveilleux dans le Supplément.

  • 43 Cf. supra, p. 114, note 5.
  • 44 P. 95-96.
  • 45 Quelques commerçants musulmans continueront à pousser jusqu’à la Chine (cf. infra, p. 127, note 2) (...)

13Qu’on les considère, en effet, comme directement responsables du fait ou qu’on voie dans leurs récits, au contraire, le reflet de ce goût systématique pour l’insolite qui marque la culture d’alors, l’avenir du merveilleux est, dès ce moment, sur l’eau. Cela tient, d’abord, à des circonstances historiques : on a dit plus haut43 que l’apogée du commerce avec l’Extrême-Orient se situait de 800 à 900 environ, date à partir de laquelle le système des échanges évolue radicalement. Lorsque Abū Zayd écrit44 que « la ville de Kalah est le marché où se centralise le commerce de l’aloès, du camphre, du sandal, de l’ivoire, de l’étain, de l’ébène, du bois de brésil et de tous les épices et aromates », il enregistre un fait historique, à savoir le repli du terminus de la navigation arabe depuis Canton jusqu’au détroit de Malacca et la substitution d’un système de comptoirs portuaires à celui qui se fondait sur l’implantation d’agents commerciaux arabes loin à l’intérieur des pays visités.45 Et puisque ainsi semble close la grande époque des marchands-résidants, comment s’étonner qu’à l’aube du xe siècle, un texte comme le Supplément commence à leur substituer un nouveau personnage, celui qui, marin ou marchand-armateur, passe sa vie en courses perpétuelles et, de ses voyages jusqu’aux terres étrangères, retient surtout les mers qui l’y ont mené ?

  • 46 Conséquence des perturbations du commerce avec l’Extrême-Orient : la carte du inonde se brouille, (...)
  • 47 Le Supplément leur fait déjà une part notable : cf. p. 127 sq. ; le thème s’amplifiera ensuite ave (...)
  • 48 Cf. p. 109 (géographie physique de la Chine), 110 (sur le chevrotain porte-musc), 122 (régime des (...)
  • 49 Cf. Relation, § 56, et Supplément, p. 78, 79-80.
  • 50 Cf. Relation, § 52, et Supplément, p. 115.
  • 51 On traitera de cette dernière œuvre au chap. VII, où l’on justifiera le classement adopté.

14Et quoi d’étonnant que le merveilleux trouve tellement son compte à cette substitution ? Ce n’est pas le travail quotidien du sédentaire qui hante les cervelles des hommes, mais l’éternel voyageur, le marchand errant : à quelque époque qu’il soit né, c’est sous cet aspect, c’est sous son nom de marin que Sindbad vivra. A ces amoureux de l’étranger deux voies sont ouvertes, dès le Supplément. D’abord, ajouter le voyage au voyage, chercher l’inconnu sous d’autres latitudes : l’Extrême-Orient disparaissant peu à peu, dans le souvenir comme sur la carte46, Socotra, la mer Rouge et les rivages africains de l’océan Indien prennent le relais.47 Mais on peut tout aussi bien, en restant dans une région du monde définie, se complaire dans son évocation, ajouter cette fois la légende à la légende, d’autant plus puissante que le passé est plus lointain, le pays moins connu. De fait, pour l’Extrême-Orient, le Supplément, s’il ajoute peu à la Relation quant aux thèmes48, la développe en revanche beaucoup dans le sens de la fabulation. Il exagère, d’abord, purement et simplement, les données de l’œuvre originale : que, dans certaines circonstances relevant de la magie politique, les Chinois se livrent à l’anthropophagie, et le thème devient spécifique de leurs pays, où cette pratique, conçue comme châtiment, en cas d’adultère par exemple, se transforme en disposition courante du droit pénal.49 Que la Relation habitue les esprits à l’idée de la sainteté des ermites hindous, et voilà déclenché le même processus : c’est peu qu’un homme, avant de se jeter dans les flammes, s’ouvre le ventre et s’en extraie le foie, encore faut-il qu’il le fasse tout en continuant de deviser normalement avec ceux qui l’entourent.50 On voit, par ces deux exemples pris entre bien d’autres, comment se systématise, en ce domaine du voyage, une littérature des merveilles, dont les titres d’ouvrages, Merveilles de l’Inde, Abrégé des merveilles51, consacreront bientôt l’avènement définitif.

  • 52 Cf. Risāla fi manāqib al- Turk, p. 38, 43-46 et passim : les Grecs sont doués pour les sciences th (...)
  • 53 Respectivement § 55, 34 et 72.
  • 54 Supplément, p. 84 ; repris dans Prairies, § 354.
  • 55 Le renard jouant le rôle du rat chez La Fontaine (Fables, VIII, 9).
  • 56 Supplément, p. 135-137.
  • 57 Supplément, p. 98-102 ; repris dans Prairies, § 179 sq.
  • 58 Cf. supra, p. 120, note 2.

15En même temps apparaît une fabulation d’allure plus littéraire : je veux parler de celle par laquelle on répudie constamment la technique de la notation pure au profit du récit continu. Par exemple, pour illustrer le thème, classique dans l’adab et notamment chez Ğāḥiẓ52, de l’harmonieuse répartition des qualités entre les différentes nations, la Relation se contentait de noter : « Les Chinois aiment la musique », « ils ont de la poterie d’excellente qualité », « sont astronomes, mais moins qu’aux Indes », ou encore : « La médecine est florissante dans l’Inde, de même que la philosophie ».53 Dans le Supplément, au contraire, on voit apparaître, pour la Chine, l’histoire de l’artisan critiqué par un homme du peuple pour avoir représenté une tige de blé toute droite, non affaissée sous le poids de l’oiseau qui s’y pose.54 On dira peut-être que le thème, étant littéraire, se prête à de pareils développements. Mais le même phénomène se retrouve partout, à propos de faits naturels ou d’institutions : la fable du renard et de l’huître55 se dépouille de sa leçon commune pour illustrer ici cette constatation, « que le coquillage garde aussi jalousement la perle que la mère son enfant »56, tandis que le conte moralisateur se taille une part plus belle encore : Abū Zayd narre par exemple57 l’histoire du jeune roi khmer, tête folle et prétentieuse, qui voulut un jour qu’on lui apportât sur un plateau la tête de son puissant voisin, le « maharadjah » du Jâvaga, souverain éclairé autant que ferme et qui, outré du propos du roi khmer, entreprend contre lui une expédition, lui inflige le traitement qu’il avait rêvé pour d’autres et revient chez lui après avoir laissé intacts royaume et sujets khmers et félicité le vizir local pour avoir essayé, en son temps, de dissuader son jeune écervelé de monarque. Rien ne manque à l’histoire : ni l’esprit du Kalīla, ni le ton moralisateur, les formules, le goût de la justice distributive ou de l’éthique des rois, sauf que cette dernière change ici de pays et quitte la Perse ou l’Inde pour aller plus à l’est. Enfin et surtout, au beau milieu de l’expédition du maharadjah : « ...le roi, dit Abū Zayd, fit route à destination du royaume khmer. Le roi et ses compagnons se servaient du cure-dent ; chacun d’eux s’en servait plusieurs fois par jour. Chacun emportait un cure-dent et ne s’en séparait pas ou le donnait à garder à son domestique. Le roi khmer n’eut soupçon de ces événements que lorsque le Maharadjah... ». On voit, par cet exemple, comment s’opère, par le passage au récit continu, la littérarisation des thèmes. Un cure-dent, noté par le vieux texte de la Relation58 en raison des correspondances qu’il évoque avec les usages du monde musulman, s’incorpore ici à une histoire et participe du merveilleux du conte.

  • 59 Supplément, p. 116-117, 121, 122, 123.
  • 60 Supplément, p. 81, 124, où l’on voit que la prostitution sacrée est réduite à une simple pratique (...)
  • 61 Cf. Relation, p. XXXVI, XXXVIII ; L. Massignon, « Les Nuages de Magellan », extrait de REI, 1961, (...)
  • 62 Ḥayawān, t. I, p. 82, et Atours, trad., p. 227.

16Mais il y a plus que cela : la conviction, aussi, que sagesse, bonheur, succès se situent du côté de ceux qui s’inspirent, au plus près, de normes semblables à celles de l’Islam. Cette référence, on l’a vu, n’était pas absente, loin de là, de la Relation, mais à tout le moins y était-elle formulée d’une façon objective qui laissait au lecteur lui-même le soin d’édicter explicitement le jugement de valeur. Dans le Supplément, au contraire, le ton devient beaucoup plus incisif, la charge et la condamnation péremptoire apparaissent. Des hommes qui se mutilent par esprit de bravade ou qui jouent au trictrac les doigts de leurs mains, des rois qui prostituent leurs filles, des pratiques où l’insolence s’imagine trouver un moyen d’entrer en contact direct avec Dieu59 s’attirent le mépris que dicte le sentiment d’appartenir pour son compte à la seule vraie foi : « Louons Allāh, s’exclame Abū Zayd, qu’il nous ait purifiés de tels vices », par lesquels les étrangers « croient s’acquérir des mérites ».60 En méconnaissant le contexte local, désormais jugé autant et plus qu’observé, la littérature du voyage s’enferme en elle-même, elle se définit comme spécifiquement islamique. Peut-être ne fait-elle ainsi que traduire à son plan la prépondérance que les marchands musulmans, on l’a vu, s’assurent, sur la réalité des eaux, au détriment des Chinois paralysés par leurs luttes internes. Que le fait historique de la prépondérance, sinon de la solitude musulmane sur la mer, suscite dans les textes l’écho d’une exaltation religieuse et nationale ne fait dans le fond, ici encore, qu’entretenir une tradition née de l’adab. Celui-ci s’est très tôt attaché à montrer le rôle important effectivement joué par les Arabes en matière de navigation, non pas seulement à l’époque du grand commerce maritime, mais même au viiie siècle, où ils ont pu passer pour des pionniers.61 C’est en ce sens qu’il faut prendre l’affirmation de Ğāḥiẓ, copié par Ibn Rusteh62, selon lesquels le célèbre gouverneur umayyade de l’Irak, al- Ḥağğāğ, mort en 95/714, aurait été le premier à lancer sur mer des navires non plus cousus, mais cloutés et goudronnés.

  • 63 L’exception que constitue l’étude de Bīrūnī sur l’Inde s’explique, autant que par les dons du pers (...)
  • 64 Cf. supra, p. 107.
  • 65 Sans doute est-ce une des raisons pour lesquelles Sauvaget, qui met très haut le sérieux de la Rel (...)
  • 66 Dates principales : 264/878 : début de la révolte de Huang-Tch’ao (Yân-shû), massacre des commerça (...)

17Ainsi, les circonstances historiques, jointes au poids des modèles culturels, font que, pour un temps, du côté de l’Orient, la littérature va inverser son point de vue initial : alors que la Relation, mettant les mers au second plan, s’intéresse aux terres avec les hommes qu’elles portent, les œuvres postérieures, soucieuses d’insolite et à qui, de toute façon, certains continents sont fermés, s’attachent à la mer et ne voient plus, dans les pays — perdus ou non — qui la bordent, qu’un accessoire, un prétexte à redites, à contes et à merveilles.63 Ici comme pour la géographie administrative64, la survivance spirituelle d’une œuvre est à distinguer de sa survivance littéraire. L’esprit de curiosité, objective ou tolérante, de la Relation n’a rien à voir avec le goût systématique du curieux qu’illustrent, souvent au prix de la réalité65, le Supplément et les Merveilles de l’Inde ; les véritables successeurs de la Relation seront, beaucoup plus tard, les journaux de voyage en Extrême-Orient, ceux que composeront par exemple un Ibn Baṭṭūṭa ou, pourquoi pas ? avant lui, notre Marco Polo : renaissance qui n’est pas fortuite, car c’est l’époque où la paix mongole, qui s’étend jusqu’en Chine, rouvre à la curiosité des hommes les pays devenus inaccessibles ou délaissés depuis le xe siècle.66

Les Merveilles de l’Inde

  • 67 Sauvaget (Relation, p. XXIX-XXX) a fait justice de l’attribution des Merveilles à Buzurg b. Šahriy (...)

18Composé exactement un siècle après la Relation, le recueil intitulé Merveilles de l’Inde, dont le titre véritable et l’auteur nous sont inconnus67, reprend, en les amplifiant encore vers le fabuleux, les thèmes déjà traités dans la Relation et le Supplément. C’est que les merveilles du monde, comme nous l’explique la préface de l’œuvre, sont localisées, pour leurs neuf dixièmes, dans l’Orient, lequel mérite ainsi toutes les attentions. Ce parti pris de merveilleux, d’emblée affirmé, guide pratiquement l’inspiration du recueil, où la terre s’efface au profit de la mer, l’homme devant le bestiaire et l’étranger devant le triomphalisme de l’Islam.

  • 68 Merveilles, § 47, 60-61, 84, 91, 109, 114 : seul, le § 91 semble se rapporter à un trait de mœurs. (...)
  • 69 Cf. supra, p. 119, note 2 ; Merveilles, § 7, 31, 110, 122-123, 126-127, 134. On voit que le thème (...)
  • 70 Merveilles, § 15 ; il y a aussi l’île des femmes (§ 14), l’île des singes et de l’or (§ 41), etc.
  • 71 Pour l’imagerie, cf. infra, à propos du bestiaire, et aussi § 46, 60, 92, 112 et passim (types de (...)
  • 72 Merveilles, § 13, 18.
  • 73 Ibid., p. 205 i. f., 237.
  • 74 Ibid., p. 202-203, 218, 291-292.
  • 75 Ibid., p. 202-205, avec cette différence qu’ici, le feu, produit du choc des vagues (cf. également (...)
  • 76 Avènement d’un thème important : celui de la piraterie (Merveilles, § 62, 63, 81 b) ; sur des exem (...)
  • 77 « Il traitait les marchands à son bord comme les traitent les notaires » (Merveilles, § 49). Thème (...)
  • 78 Merveilles, § 89, 96 (sur les héméralopes et la façon dont on peut leur faire prendre leur femme p (...)
  • 79 Goût et ostentation de l’argent : § 32, 49, 50 i.f., 86, 87 et passim ; plaintes contre le fisc : (...)

19De la terre, ce sont les îles, l’Afrique orientale et l’Inde qui subsistent avant tout, la Chine étant reléguée dans une ombre d’où elle n’émerge que pour jeter les feux intermittents de ces pays que seule la légende fait vivre dans la mémoire des hommes.68 Encore toutes ces contrées baignent-elles indistinctement, la plupart du temps, dans une atmosphère fabuleuse, qui met sur le même plan l’Inde et le pays du Wāq-Wāq,69 Ceylan et l’île des animaux marins.70 C’est que les terres, visitées ou racontées, participent désormais de la mer et des rêves qu’elle véhicule ; elle règne ici sans partage et l’air, tout chargé de sel, qu’on respire dans les Merveilles, est inséparable de cet autre sel de la légende que les navires et les marins, dans tous les pays du monde, traînent après eux comme la constante et meilleure part de leurs cargaisons. La fresque de la mer, c’est celle que composent son imagerie, son vocabulaire, les techniques, les dangers, mais aussi la déontologie qu’elle suppose.71 Car la mer est « un autre monde », dont les êtres séjournent « dans les creux des rochers et dans des fourrés, des forêts, des arbres effrayants, bien plus effrayants et plus grands que les arbres que nous avons sur terre ».72 Tous ceux qui, comme Ulysse, attendent de « se rouler passionnément » sur la terre retrouvée, « la désirant passionnément après ce qu’ils ont enduré »73, sont en proie aux ombres immenses des vagues qui tour à tour les soulèvent jusqu’aux nuages ou leur cachent le ciel, à la « noirceur de poix des flots et de la brume », au vacarme du vent dans les cordages et les voiles.74 A la limite, lâché sous Canope, entraîné par une masse d’eau déclive qui lui interdit tout retour, le navire, comme celui d’Arthur Gordon Pym, touche à une zone de plus en plus chaude, où contrastent les ténèbres de la mer et le ciel illuminé d’un feu « qui se voit depuis l’Espagne ».75 Ce monde à part, si loin du nôtre, marque partout les hommes qui l’explorent, ces marins-marchands dont les récits trahissent la forfanterie, la brutalité, l’amour de la farce et de l’argent : ils parlent haut des dangers de leur métier et exagèrent leurs exploits76, traitent leurs passagers avec cynisme77, violent les filles et embrouillent les ménages78, proclament leur richesse tout en se plaignant des procédés du fisc.79

  • 80 Sur la baleine, cf. Merveilles, § 9, 10, 11, 13, 16 (début ; comparer avec Supplément p. 133), 33, (...)
  • 81 Sur les serpents, cf. Merveilles, § 25-26 ; sur les fourmis (sans doute à cause des réminiscences (...)
  • 82 Oiseaux aquatiques : Merveilles, § 120 et surtout 55 ; oiseaux vivant dans le feu : § 122. Même va (...)
  • 83 Cf. supra, p. 128, note 5.
  • 84 Merveilles, § 22.
  • 85 Sur la salamandre, cf. Merveilles, § 122 déjà cité ; sur le dragon, § 24 ; sur les poissons volant (...)
  • 86 Cf. supra, p. 51-52.
  • 87 De la même façon qu’il est uni aux singes et aux oiseaux dans les troisième et septième voyages de (...)
  • 88 Ğāḥiẓ connaît ces thèmes (par exemple pour le mulet : Ḥayawān, t. I, p. 103, 222 ; thème général d (...)

20Et puis, ils côtoient, dans leurs longs voyages, des êtres étrangers dont la fréquentation contribue à leur donner ce comportement en marge de la société. Les bêtes, tout d’abord : le monde marin où règnent la baleine, le crabe, la tortue et les poissons fortement différenciés80 est, on l’a vu, présenté comme profondément original, distinct de celui de la terre, où pourtant ne sont précisément retenus que ceux-là mêmes des animaux dont les particularités peuvent soutenir la comparaison avec celles qui se rencontrent sur l’eau : serpents, fourmis, singes, éléphants, crocodiles et oiseaux fabuleux.81 Par ces derniers, qui flottent entre les quatre éléments82, un pont est jeté sur l’ensemble des mondes, qui a valeur de symbole. Car, si les paysages sont ressentis comme différents, il n’existe pas en revanche de clivage fondamental entre les êtres qui les peuplent. La constance du merveilleux revient à poser, lorsqu’on va au fond des choses, qu’il n’y a pas de rupture entre les règnes, les espèces ou les éléments : de la même façon que le feu peut naître de l’eau83, de même « à chaque oiseau qui existe dans l’air ou sur la terre correspond dans la mer un animal... semblable à lui ».84 Le bestiaire présenté dans les Merveilles, c’est, fondamentalement, celui des êtres composites : salamandre, dragon, poissons et scorpions volants, quadrupèdes bisexués85, et l’homme lui-même, situé par Ğāḥiẓ et les Mu‘tazilites au centre de la création86, doit à cette position de s’unir avec bien d’autres espèces, quand ce n’est pas de laisser sa marque aux plantes elles-mêmes87 : thème courant du croisement biologique, mais présenté dans une optique où le souci du merveilleux l’emporte une fois de plus au détriment du sérieux qui caractérisait les premières œuvres de l’adab.88

  • 89 Types de contes (certains se retrouvent dans les Mille et une Nuits, par exemple § 12 [thème de la (...)
  • 90 Cf. supra, p. 124, note 3.
  • 91 Cf. supra, p. 19-20 ; Walzer et Gibb, « akhlāk », dans EI (2), t. I, p. 337 (1).
  • 92 Il s’impose aux Indes (§ 1, 14 [début] et 90), à Ceylan (§ 103), à l’Afrique (§ 32), au Wāq-Wāq et (...)
  • 93 Merveilles, § 32 i.f.

21L’imagerie des Merveilles et les thèmes qu’elle exploite donnent ainsi à l’œuvre l’apparence d’un recueil d’histoires beaucoup plus que d’une consignation de faits bruts. La farce, l’aventure à la Sindbad y prédominent largement, et les ombres de Polyphème et des sirènes s’y devinent.89 Un certain esprit scientifique, inauguré par la Relation, connaît ici sa déformation ultime avant de se dissoudre complètement soit dans les purs recueils de contes comme les Mille et une Nuits, soit dans de véritables encyclopédies de l’insolite comme l’Abrégé des merveilles.90 Evolution normale, sans doute, si l’on s’en réfère à celle de la littérature d’adab, poussant toujours plus avant la recherche du bizarre. Mais il y a plus : à l’époque où sont rédigées les Merveilles, en ce milieu du ive/ xe siècle, l’éthique musulmane est définitivement sortie de sa phase d’élaboration. Le succès d’un Ibn Qutayba, mort quelque cinquante ans auparavant, a doté la pensée musulmane d’un code de devoirs, « composantes de la morale orthodoxe » que vient renforcer, dans les esprits, l’accoutumance religieuse et sociale à un Islam vieux alors de trois siècles.91 L’avènement d’une éthique musulmane et, plus encore, de la conscience qu’on en a prise, n’est certainement pas étranger à l’usage croissant du jugement de valeur, à l’amplification de la distance entre l’observateur et son sujet, tous phénomènes déjà perceptibles, on l’a vu, dans la Relation, mais qui, au fil des œuvres, se manifestent davantage. La position musulmane recueille ainsi, volens nolens, l’héritage de la psychologie classique, qui oppose, à l’ordre commun de la raison et de la vertu, l’ordre du bizarre et du mal. L’Islam, dont le message s’impose à toutes les nations et dont les principes sont constamment rappelés92, est ressenti comme la seule expression de l’homme véritable, présenté comme un ennoblissement, et ce n’est pas sans fierté qu’un Africain proclame : « Dites aux Musulmans de venir chez nous, puisque maintenant nous voilà devenus leurs frères, musulmans comme eux ».93

  • 94 Le souci de ne laisser échapper rien de ce qui peut prêter à des développements sur le bizarre ren (...)
  • 95 Les datations sont fréquentes : § 1, 9, 10, 29, 32, 33, 37, 41, 48, 60, 81 b, 83, 93, 107, 112, 12 (...)
  • 96 Cf. § 13, 14, 15, 24, 27, 77, 117, 127.
  • 97 Voir par exemple § 5 (sur le thème : trop beau pour être vrai, et pourtant...), 92, début (souci d (...)
  • 98 P. 115.

22On voit pourquoi l’Orient et la mer sont des thèmes de prédilection94 : ils cumulent, en leur insolite, les sentiments contradictoires d’attirance et de refus que l’homme éprouve toujours pour un monde qui se définit comme extérieur à la Loi. On s’explique ainsi la dualité — ou la duplicité — fondamentale des Merveilles : au souci de localiser les faits dans le temps et dans l’espace95 répond l’invocation à Dieu, qui intervient d’autant plus sûrement que les faits, accrédités comme on vient de dire, dépassent les normes de la crédibilité et de la raison.96 De la même façon, plus la légende se renforce, plus le vrai se fait a priori plus lointain, et plus le désir d’y croire devient manifeste.97 Tout se passe donc comme si l’on voulait à la fois attirer le lecteur par la bizarrerie des thèmes, le convaincre de leur véracité par la rigueur de la méthode et le dissuader, au nom des impératifs religieux, de s’y complaire ou tout au moins de s’en inspirer. L’adab, qui substitue ainsi, chemin faisant, le goût du merveilleux à l’esprit de recherche, vise peut-être, en définitive, à beaucoup plus qu’un art d’écrire ou de connaître : en reportant dans « un autre monde » la soif du bizarre, de l’irrationnel et du péché que tout homme porte en lui, il présuppose et préserve tout à la fois l’homogénéité sans faille du monde de l’Islam. Et c’est peut-être, en dernière analyse, à ce souci latent d’apologétique que les mers et les terres étrangères doivent, comme nous le disions plus haut98, d’être apparues en priorité dans la littérature du voyage.

La route du nord et les voyageurs officiels : Ibn Faḍlān

  • 99 A titre d’exemple, citons seulement le Kitāb at-tabaṣṣur bi t-tiğāra du pseudo-Ğāḥiẓ, p. 157 i.f., (...)
  • 100 Par où passe aussi la route terrestre avec la Chine : cf. Sauvaget, Relation, p. XXXVII, note 2.
  • 101 Ajouter aux ambassades arabes en Chine, citées par Sauvaget (loc. cit.), pour l’époque umayyade, l (...)
  • 102 Notamment aux Sāmānides (et à leur vizir Ğayhānī), qui ont joué leur rôle dans l’organisation des (...)
  • * Voir Addenda, page 405
  • 103 Le premier de ces personnages, vraisemblablement le célèbre mathématicien et astronome Muḥammad b. (...)

23Vers le nord, les préoccupations commerciales, pour n’être absentes ni de la réalité ni des œuvres99, s’intègrent toutefois à un contexte d’ensemble où les visées politiques tiennent une place majeure. Le souci de défendre les frontières du Caucase et du Hurāsān100, d’exporter la foi aussi, ont été, dès l’époque umayyade101, des obligations dévolues au pouvoir califal ou aux principautés frontalières.102 La nécessité de connaître l’adversaire ou le feudataire éventuel, ses coutumes, son territoire, explique le nombre des expéditions ou missions entreprises, et que la littérature arabe ait pu nous conserver, des rapports consignés à cette occasion, le souvenir et parfois le texte : si Muḥammad h. Mūsä, Ğarmī* et Sallām l’Interprète ne nous sont connus, au mieux, que par des extraits de leurs œuvres repris par d’autres écrivains,103 l’histoire a préservé trois récits essentiels, l’un d’Ibn Faḍlān et les deux autres d’Abū Dulaf Mis‘ar.

  • 104 Accessoirement, le volume des extraits conservés nous est garant, par référence au caractère limit (...)
  • 105 Peu importe, au fond, que l’œuvre d’Ibn Faḍlān s’intitule kitāb, si l’on en croit le manuscrit, ou (...)
  • 106 P. 94.
  • 107 P. 162 sq. du Kitāb al-masālik wa l-mamālik.
  • 108 Cf. supra, chap. III, p. 93, 94, note 4. Sur d’autres emprunts, cf. Muqaddasī, éd. de Goeje, p. 34 (...)
  • 109 Sallām est exploité, entre autres, par Ibn al-Faqīh (p. 298-301, cf. p. 301, note h). Voir autres (...)

24Tous portent le titre classique de Risāla qui nous fixe assez sur les intentions des auteurs et la délimitation de leur propos104 : il s’agit de fournir, en réponse à une demande supposée ou réelle, les renseignements touchant un sujet quelconque, mais précis, circonscrit, dont la caractéristique est moins à trouver dans son intitulé que dans les dimensions, toujours modestes, du développement auquel il donnera lieu. Déjà largement accréditée dans les lettres arabes105, la risāla aborde ainsi la littérature administrative, dont elle est, sur un point essentiel, celui des frontières, la composante et le prolongement. Composante, car ses données sont intégrées, dans l’esprit qu’on a dit plus haut106, aux œuvres des kuttāb : Ibn Hurdāḏbeh reproduit Sallām107, cependant que Ğayhānī systématise le procédé, empruntant à une foule de voyageurs et peut-être à Ibn Faḍlān lui-même.108 Mais prolongement aussi, car, parallèlement à l’utilisation qui est faite d’elle par la géographie administrative, la risāla vit aussi, littérairement, de sa vie propre. Si donc, au lieu de rester confinée dans les cadres que sa définition première lui assigne — archives des chancelleries ou œuvres qui en sont l’émanation —, la risāla subsiste en même temps comme une forme originale, c’est qu’elle répond beaucoup plus qu’à des préoccupations officielles : à un goût, déjà connu, pour le bizarre, qui s’offre ici au public de l’adab sous la forme de la Grande Muraille de Chine devenue, chez Sallām, le rempart de Gog et Magog, ou encore sous les traits des peuplades de la Volga visitées par Ibn Faḍlān. Il n’y aurait, à tout prendre, entre la risāla et les récits de marins, d’autre différence qu’une variation géographique dans le champ de l’insolite, et l’on s’explique que la risāla partage le sort commun à tous ces thèmes en passant, elle aussi, dans les recueils d’adab.109

  • 110 P. 104-106.

25Elle n’échapperait donc à la géographie administrative que pour retomber dans le catalogue des connaissances générales du siècle : cheminement classique, si, comme on l’a vu plus haut110, les administrateurs ne sont eux-mêmes que les produits et les représentants de cette culture, si leurs œuvres, par conséquent, ne remettent pas fondamentalement en cause le processus général qui porte tout thème nouvellement apparu, fût-il technique au départ, à s’inscrire dans un répertoire de connaissances essentiellement littéraire. On peut donc, d’ores et déjà, poser en principe que le passage de la risāla à l’adab se fera par les voies que nous avons indiquées, notamment par la systématisation du merveilleux et l’effacement progressif de la découverte au profit de la redite. En même temps, comme pour toutes les autres formes d’expression déjà passées en revue, on estimera, sans grande crainte d’erreur, que la véritable postérité de la risāla est à chercher en dehors ces données où l’adab la fige, qu’ici encore l’originalité profonde d’un genre est indissociable de sa nécessaire évolution. La grande innovation de la risāla ayant été de consigner les choses vues dans l’ordre d’un itinéraire, de systématiser la relation entre le temps vécu et l’espace parcouru, ses héritiers véritables seront, d’une part les masālik wa l-mamālik du ive/xe siècle, et, plus encore, au-delà de l’époque qui nous occupe, le journal de voyage (riḥla) tel que l’illustreront, aux vie/xiie et viiie/xive siècles, un Ibn Ğubayr ou un Ibn Baṭṭūṭa.

  • 111 Particulièrement de l’histoire annalistique, telle qu’on la pratique alors. La différence entre la (...)

26Au bout du compte, le périple d’Ibn Faḍlān ne différerait guère de ceux de ses grands successeurs que par le caractère intéressé de son objet. Répondant à un souci extérieur au lieu d’être à soi-même sa propre justification, il s’enferme à l’avance, du même coup, dans des paysages déterminés au lieu de se maintenir perpétuellement disponible à de nouveaux horizons. Mais, ces réserves faites, la technique de consignation des faits est partout identique : le premier, Ibn Fadlān établit cette relation fondamentale espace-temps qui sera un des traits distinctifs de la riḥla : genre intermédiaire, donc, entre la géographie et l’histoire, puisque, comme la première, il s’exprime dans un espace, mais en le réordonnant selon des critères temporels qui relèvent de la seconde.111

  • 112 Auxquels il faut évidemment ajouter les Bulgares, mais aussi deux peuples voisins : les Russes (Rū (...)

27Deux dates essentielles jalonnent l’œuvre d’Ibn Faḍlān : le départ de Bagdad au 11 ṣafar 309/21 juin 921 et l’arrivée au pays des Bulgares, le 12 muḥarram 310/12 mai 922. Entre ces deux dates, décrits au hasard du chemin, les Huwārizmiens, les Turcs, les Petchénègues et les Bachkirs112 interviennent non seulement comme sujets d’observation, mais, plus encore, comme acteurs d’une histoire vécue, leur attitude, amicale, indifférente ou hostile, commandant directement l’avenir de la mission et suscitant, chez l’auteur lui-même, ces réactions diverses de joie et de désespoir, de frayeur et de quiétude, qui donnent à la Risāla un extraordinaire accent de vérité.

  • 113 Cf. Canard, op. cit., p. 43, 142-143.
  • 114 Buldān, t. I, p. 486. M. Canard, dans sa conclusion à la trad. de la Risāla, op. cit., situe le r (...)

28On peut voir par là qu’une telle œuvre doit ressortir en principe à deux ordres différents, selon que l’écrivain y intervient en tant qu’observateur ou en tant que personne : dans le premier cas, elle énonce une vérité scientifique, statique, fondée sur le témoignage direct (‘iyān) et dont l’expression relève des techniques de la description, de la note ou du portrait, tandis qu’elle se réfère, dans le second cas, à une vérité singulière et dynamique, vécue plus qu’observée, et dont la présentation s’inspire, cette fois, spontanément des techniques du récit. Ce dernier aspect de l’œuvre a porté certains critiques, qui en estiment le volume excessif pour un compte rendu officiel de mission, à contester que nous soyons en présence du véritable rapport dressé par Ibn Faḍlān à l’issue de son voyage.113 Le texte actuel, qui ne nous dit rien, au demeurant, du voyage de retour, alors que le récit de ce voyage existait originellement, au témoignage de Yāqūt114, serait donc un démarquage fait à partir de la leçon officielle et ne retenant de celle-ci que les détails propres à attirer la curiosité du public cultivé de l’époque. Mais, à vouloir ainsi que l’œuvre originale ait été plus conforme à son propos officiel, sommes-nous si sûrs que nous ne nous inspirons pas, pour en juger, de critères qui sont les nôtres aujourd’hui, et non ceux du ive/xe siècle ? Ne traçons-nous pas, entre gens cultivés et fonctionnaires, entre adab et administration, une limite dont nous avons vu qu’elle risquait fort d’être imaginaire ? Même si l’on admet que le texte d’Ibn Faḍlān s’est allégé, en passant au public, de considérations strictement politiques, on peut penser que ces variations n’ont pas altéré profondément le visage de l’œuvre tel qu’il a été dessiné plus haut, et rien ne prouve, en tout cas, que tout ce qui nous paraît aujourd’hui incompatible avec le caractère officiel d’un rapport n’ait pas fait partie du texte initial et ait été rajouté après coup, dans une version spécialement destinée à un public plus vaste.

  • 115 R. Blachère (EGA, p. 94-95) pose en effet le problème de la véracité de la Risāla dans son rapport (...)
  • 116 Cf. S. Dahān, op. cit., p. 28, les traits caractéristiques de cette prose étant l’art du récit con (...)
  • 117 Cf. Risāla, p. 114, note 8 ; Sourdel, Vizirat, t. II, p. 414 sq., 520-521 (et notes 1, 2) et passi (...)

29Il n’était pas concevable, en effet, pour que le calife fût convaincu de la véracité de l’ouvrage115, que celui-ci fût amputé, précisément, de ce qui lui donnait un incomparable accent de vérité, à savoir l’intervention d’une aventure personnelle, mais aussi le souci du style, dans la mesure où celui-ci est destiné à mettre en relief l’aspect vécu de cette aventure. Or, si l’on note, à juste titre, qu’Ibn Faḍlān s’exprime selon les normes de la prose littéraire d’alors et non selon la technique dépouillée de certains géographes116, l’on convient par là que le meilleur moyen de capter l’attention du lecteur était de lui présenter un rapport où les exigences de l’information se conciliaient avec l’agrément de la lecture, en un mot, de ménager, ici encore, les droits de l’adab. Le souci du style, acte d’honneur vis-à-vis du calife, a priori supposé lettré entre les lettrés, est, dans le cas d’Ibn Faḍlān, d’autant plus nécessaire que le véritable lecteur et utilisateur de l’ouvrage devait être, au-delà des apparences du pouvoir représentées par le calife ou le pâle vizir Ḥāmid b. al-‘Ab-bās, le célèbre kātib, à la fois ancien et futur vizir lui-même, ‘Alī b. ‘Isä, dont on connaît les dons littéraires.117

  • 118 Cf. EGA, p. 97.
  • 119 P. 155-165 ; trad., p. 122-134. Il faudrait citer de même, entre bien d’autres traits, tous ceux q (...)
  • 120 P. 101. Autres exemples : p. 120, à propos d’un Bulgare : « C’était un homme imposant, gros et cor (...)
  • 121 Risāla, p. 136-140 ; trad., p. 108-110 : passage assez bref, par conséquent, et présenté comme emp (...)
  • 122 Souvenirs, notamment, d’animaux anciens comme le mammouth ou le rhinocéros du nord (rhinoceros ant (...)
  • 123 P. 123-124 ; trad., p. 95-96 et note 198.
  • 124 Amṯāl an-nās wa d-duwābb... ašbāḥ tušbihu n-nās... atabayyanuhā wa atahayyalahā.
  • 125 P. 125-127.
  • 126 Il n’y aurait guère, en définitive, que ce qu’Ibn Faḍlān déclare sur le serpent « gros comme un ar (...)

30Resterait à débattre du problème du merveilleux, dont on s’est plu à trouver de ci de là des traces dans la Risāla.118 On éliminera, bien évidemment, de ce merveilleux les passages qui tirent leur originalité soit des sujets eux-mêmes, par exemple l’extraordinaire récit des funérailles d’un noble russe119, soit des qualités de la prose d’Ibn Faḍlān : « Il avait, déclare-t-il à propos d’un Turc, épilé sa barbe tout en gardant quelques poils au menton, et comme il était vêtu d’une pelisse, il passait, vu de loin, à tout coup pour un bouc ».120 En tout cela, il y a, certes, dépaysement pur ou transfiguration littéraire, mais rien qui ne soit strictement vrai. Lorsque Ibn Faḍlān, en revanche, agrémente son récit de quelques traits résolument merveilleux, on n’a guère le choix qu’entre deux opinions : ou bien le lecteur de la Risāla, considéré comme un représentant éminent des milieux lettrés tout autant que comme un personnage investi de fonctions officielles, devait être à même de faire le départ entre l’information véritable et certains traits légendaires, assez rares du reste, destinés à la rendre plus attrayante, ou bien alors, tout simplement, ce merveilleux est moins merveilleux qu’il n’y paraît, dans sa présentation ou même dans sa réalité. Une analyse des quelques passages de la Risāla généralement incriminés convainc vite, tout d’abord, qu’Ibn Faḍlān ne prend jamais à son compte les récits extraordinaires : pour Gog et Magog, il note, fidèle à sa mission, ce qui se dit à propos d’une peuplade réputée voisine des régions visitées, tout en prenant soin de citer ses sources sans s’engager lui-même, et l’on conviendra qu’un merveilleux présenté de cette façon perd, à ce compte, beaucoup de sa crédibilité121. La description du rhinocéros est de la même veine, mais en outre elle se trouve, elle, objectivement recouper certaines réalités entretenues par les traditions locales.122 Enfin, la forme épique sous laquelle est dépeinte une aurore boréale123 n’enlève rien à la réalité du phénomène ; encore faut-il souligner qu’Ibn Faḍlān, malgré le trouble où le jette la nouveauté du phénomène, ne voit, dans les formes étranges qui balaient l’atmosphère, que des « apparences » d’hommes et de chevaux, des « ombres » plus ou moins imaginaires124 ; s’il parle d’un combat de djinns, c’est, ici encore, la tradition locale qui le lui souffle, et il retrouve en d’autres endroits, pour des phénomènes de même ordre125, les justes appréciations que nous lui connaissons.126

  • 127 Voir, par exemple, au tableau des auteurs, les références relatives au récit de Sallām l’Interprèt (...)
  • 128 On a vu que la Relation est de 237/851 et le Suppément d’Abū Zayd des années 303-304/915-916 (supr (...)
  • 129 Autre cas éclatant, en dehors de la géographie pure : l’autobiographie d’Usāma b. Munqiḏ, au ve/xi(...)

31Ce n’est pas, au total, de merveilleux qu’il faudrait parler à propos de la Risāla, mais d’émerveillement : différence essentielle qui sépare la convention littéraire, avec ce qu’elle implique de références aux normes culturelles d’un groupe, de l’intervention directe de la personne. En effet, des thèmes qui, par leur caractère insolite, relèvent du domaine de l’adab, ne sont, dans la Risāla, jamais traités précisément comme l’adab a coutume de le faire : non pas livrés bruts, comme des articles de savoir que l’on se repasse, de lettré à lettré, selon la règle mécanique d’un jeu, mais réservant toujours les droits de celui qui les présente, soit qu’ils nous viennent, en tant qu’aventures, dans l’émotion singulière où ils ont été vécus, soit que, recueillis d’une autre bouche, ils laissent percer l’incertitude, la critique ou le doute de l’écrivain. Si l’on peut parler d’adab à propos de la Risāla, ce ne peut donc être qu’au plan de la forme qu’elle revêt, du souci de style manifesté par un auteur qui se sait devoir être lu par un public de connaisseurs. En dehors de là, par l’allure personnelle et la vérité constante du voyage, la Risāla occupe, selon nous, une place tout à fait à part dans les lettres arabes. Le cas est d’autant plus remarquable qu’à l’époque d’Ibn Faḍlān, les thèmes du nord sont largement accrédités dans l’adab127 : on eût donc pu s’attendre qu’un récit intervenant après les premières œuvres consacrées à ces contrées, celles de Sallām et de Ğarmī, se comportât vis-à-vis d’elles comme le Supplément d’Abū Zayd as-Sīrāfī par rapport à la Relation, c’est-à-dire en systématisant les données dans le sens du merveilleux. Le parallèle est d’autant plus valable que non seulement les situations chronologiques sont exactement semblables dans les deux cas128, mais surtout que, pour Ibn Faḍlān, les œuvres-modèles étaient déjà — à travers le thème de Gog et Magog chez Sallām, par exemple — largement ouvertes au merveilleux, infiniment plus, en tout état de cause, que la Relation, dont on a vu plus haut les mérites. A quoi donc attribuer ceux d’Ibn Faḍlān ? Au caractère officiel du compte rendu de mission ? Mais il n’est pas besoin de rappeler les limites de l’argument. Pourquoi ne pas songer, comme on l’a fait pour Ya‘qūbī et la littérature administrative, à l’intervention de personnalités qui, ici comme dans tous les pays du monde, éprouvent le besoin de quitter les sentiers battus, de voir et de réfléchir par elles-mêmes ? Ya‘qūbī, Ibn Faḍlān, plus tard Ibn Gubayr, et tant d’autres129, la liste serait longue de ceux qui maintiennent les droits de la spontanéité : les masālik wa l-mamālik, au moment de leur meilleure production, soit au ive/xe siècle, ne feront pas autre chose que reprendre, dans un climat de syncrétisme qui emprunte aux genres éprouvés de la géographie d’alors, cette autre tradition, combien vivace, de l’observation directe et vécue.

La route du nord : Abū Dulaf Mis’ar ; le voyage réel et le voyage imaginaire

  • 130 A distinguer de son homonyme, Abū Dulaf al-‘Iğlī (al-Qāsim b. ‘Isä), fondateur d’une petite dynast (...)
  • 131 A propos des Sāmānides, il convient de poser, comme on l’a fait, le problème des rapports éventuel (...)
  • 132 Cf. Minorsky, op. cit., p. 17-18 ; Muqaddasī, éd. de Goeje, p. 337.
  • 133 4. Selon Ṯa‘ālibī, cité par Minorsky, op. cit., p. 9.
  • 134 Voir références au tableau des auteurs.

32Abū Dulaf Mis‘ar130 est un héros de roman : poète qui eut ses heures de célébrité, en même temps que minéralogiste compétent, il fait sa cour, entre les années 330/940 et 380/990, successivement aux Sāmānides de Buāẖrā131, à leurs vassaux, les princes ṣaffārides du Siğistān132 et au célèbre aṣ-Ṣāḥib Ibn ‘Abbād, vizir des Būyides à ar-Rayy. Mais il fréquente les truands aussi bien que les princes et s’affilie à la célèbre compagnie des Banū Sāsān. Dans cette vie longue de près de quatre-vingt-dix ans133, les séjours citadins semblent avoir été coupés de nombreux voyages et Ibn an-Nadīm, qui aurait connu Abū Dulaf personnellement, le qualifie de « globe-trotter » (ğawwāla).134

  • 135 Minorsky, op. cit., p. 26.
  • 136 Pour l’Orient, cf. l’étude de R. Blachère et P. Masnou dans l’introd. à leur Choix de séances de H (...)
  • 137 Cyrano et Régnard illustrent assez bien, par leurs aventures, les « vies » dont nous parlions ; le (...)

33Son œuvre n’est pas moins originale : il compose, presque simultanément135, deux risāla-s aussi dissemblabes qu’on puisse l’imaginer, l’une, sur les Turcs, accessoirement sur l’Inde et la Malaisie, l’autre sur l’Iran et l’Arménie. Aussi sérieux et personnel dans la seconde que plagiaire et suspect dans la première, il hésite ainsi, d’œuvre à œuvre, entre les procédés de l’adab et l’observation directe, comme s’il s’ingéniait, jusque dans ses écrits, à confirmer l’image d’une personnalité double. Cet Arabe de souche vivant en milieu iranien, cet homme connu pour son amour des pierres comme pour avoir composé un poème célèbre dans l’argot des coquillards, est décidément plus qu’un écrivain : une figure, et des plus grandes parmi toutes celles qui illustrèrent, en Orient, une vie et une littérature picaresques avant la lettre.136 Car le trait essentiel de cette dernière est d’émaner d’auteurs qui, tout en disposant de la culture requise par leur groupe, sont privés, dans ce groupe, de la position sociale qu’elle leur assigne, ou bien ont refusé de la prendre, ou bien encore, tout en l’occupant, manifestent vis-à-vis d’elle de l’impatience ou du détachement. Vies ou âmes de picaros, ils font passer dans leurs œuvres ce divorce entre ce qu’ils sont et ce qu’ils pourraient ou devraient être : ainsi, leur production n’est pas tant caractérisée par la composition d’œuvres en rupture de ban avec les normes culturelles de leur siècle — ici par la langue choisie, là par le sujet, là encore par l’intrusion de l’auteur dans son livre — que par la juxtaposition de ces œuvres avec d’autres qui, elles, respectent lesdites normes : geste de défi ou d’honneur, par lequel on montre à la fois et l’aptitude que l’on a à respecter les Muses et le plaisir qu’on prend à les violer.137

  • 138 Ces deux hypothèses sont envisagées par V. Minorsky dans EI (2), t. I, p. 119, et Oriens, V, 1952, (...)
  • 139 Cf. Marquart, Streifzüge, p. 77 sg., 83 sq. ; seconde Risāla, trad. Minorsky, p. 12-18, où il est (...)
  • 140 Risāla, p. 15, 19.
  • 141 Un cas remarquable est celui de la notation relative à la péninsule malaise (Kalah), signalée just (...)
  • 142 Dans Oriens, op. cit., p. 24.
  • 143 A plus forte raison si, comme on l’a vu plus haut (p. 140, note 3), cette composition est dictée p (...)

34Abū Dulaf est dans ce cas. Faut-il disserter, pour un protecteur ou un mécène138, des Turcs ou de l’Inde ? Qu’à cela ne tienne : rompu que l’on est aux goûts du public lettré, on décrira, d’après un itinéraire de fantaisie, les principaux pays ou tribus qu’on prétend avoir visités, un peu avec les souvenirs que l’on a effectivement retenus aux lieux où l’on a voyagé — mais infiniment moins nombreux ou lointains qu’on ne le dit —, beaucoup en compilant les œuvres des prédécesseurs.139 L’invention frise l’insolence, car le « je », qui intervient régulièrement dans cette première Risāla, n’est jamais le constat d’un témoignage direct : simplement un exercice de style assuré de l’impunité. De là naissent quelques paysages fantastiques, où les poivriers se racornissent sous l’effet du vent et où les serpents, confinés sur une montagne magique, tuent, rien qu’en les regardant, tous ceux qui s’en approchent.140 Mais ces traits d’insolite outrancier sont assez rares.141 Dans ce jeu — puisqu’il ne s’agit, après tout, que de cela —, Abū Dulaf garde l’habileté de rester en deçà des limites imposées, à une espèce de moyenne dans le dépaysement, au-delà de laquelle il risque de passer pour un simple fabulateur. Car, si la règle du merveilleux (’ağīb) est en effet, pour lui donner le plus de force et d’attrait, non pas de le créer de toutes pièces, mais de le rendre vraisemblable en l’inscrivant dans un contexte plus ou moins authentique qui lui sert de garant, il importe chaque fois d’en doser les effets. Et comme la règle devient d’autant plus valable que l’on se rapproche de terrains connus, on comprend pourquoi les Turcs d’Abū Dulaf représentent assez bien cet amalgame idéal de bizarre et de quotidien par lequel seul, pour reprendre l’expression célèbre, l’artiste peut les « figurer ». C’est pourquoi il n’est pas besoin de suivre V. Minorsky lorsqu’il affirme142, au vu du caractère décousu de cet itinéraire, que le destinataire de la Risāla ne pouvait vivre que loin de Buẖārā : en admettant que l’on connût alors exactement l’emplacement des tribus turques, rien ne prouve que le protecteur d’Abū Dulaf ait été dans les dispositions d’esprit que nous lui prêtons aujourd’hui, avec notre souci d’information objective et précise. Comme on peut présumer, au contraire, qu’Abū Dulaf a modelé sa Risāla dans le sens requis par la personnalité du demandeur143, il n’est pas besoin de chercher, avec l’éloignement géographique, une cause extérieure à tant de tranquille et plaisant désordre : si la Risāla n’est pas une étude en forme, mais un mémoire récréatif, si elle se préoccupe moins de vérité que de thèmes à la mode, c’est, tout simplement, parce que son destinataire lui-même voulait qu’elle fût cela. Ainsi nous est prouvé, si besoin en était, que les pays du nord, tout comme les mers orientales, sont devenus, vers le milieu du ive/xe siècle, de simples articles au catalogue de l’adab.

  • 144 Cf. Minorsky, introd. à la Risāla, p. 20, 21, 23 ; P. G. Bulgakov et A. B. Khalidov, dans leur éd. (...)
  • 145 La deuxième Risāla, comme on l’a dit, ne porte pas trace de réminiscences littéraires ; inversemen (...)
  • 146 Trad., § 85-86 ; une partie du texte est citée supra, p. 52.
  • 147 Cf. Risāla : sur les fleuves : p. 13 et passim ; sur les montagnes : p. 18 ; sur les itinéraires : (...)
  • 148 Les raisons invoquées par V. Minorsky (introd. à la Risāla, p. 25-26) en faveur d’un destinataire (...)
  • 149 Cf. P. G. Bulgakov et A. B. Khalidov, op. cit., p. 22. Ce goût du passé iranien et daylamite va pa (...)
  • 150 Un cas unique, à ma connaissance, d’exagération manifeste et impudente (trad., p. 60 : « my listen (...)
  • 151 P. 12 ; trad., p. 35.
  • 152 Risāla, p. 34-35 ; trad., p. 54-55 ; le point culminant de l’Elbourz (Demāvend, Dunbāwand) est en (...)

35Tout autre apparaît, nous l’avons dit, la seconde Risāla, qui porte, elle, sur l’Iran et l’Arménie. Les thèmes y deviennent l’affaire personnelle de l’auteur et non plus le prétexte à une démonstration mondaine de sa culture, à l’exercice social d’un savoir. Cet examen passé, pourrait-on dire, Abū Dulaf revient à ce qu’il aime : les roches, les plantes, la thérapeutique... Ici, il ne procède plus par emprunts littéraires, mais travaille de mémoire, d’après des observations consignées au cours du voyage, selon un itinéraire parfaitement clair.144 Il suit ainsi une méthode originale qui n’est pas sans rappeler celle qui va connaître tant de succès avec les masālik wa l-mamālik. Mais est-ce un hasard que cette parenté entre les deux genres ? Au moment même où Abū Dulaf compose, les masālik wa l-mamālik connaissent, avec Iṣṭaẖrī, leur première illustration vraiment caractéristique. Dans l’impossibilité où nous sommes de tracer le jeu des influences éventuelles145, constatons du moins que ce milieu du iv/xe siècle propose aux écrivains, parallèlement aux modèles culturels qui s’incarnent dans l’adab, un autre type d’homme, de savoir et de style. L’homme, c’est le voyageur, courant le monde pour son plaisir ou du moins en trouvant du plaisir aux obligations qui lui imposent ces courses, vivant comme il peut, parfois très mal selon les exigences de la faim ou celles de la morale, et subordonnant tout à la possibilité de voir, de ses yeux, le plus grand nombre de choses. De cette vie, les auteurs des masālik wa l-mamālik ont été les illustrateurs exemplaires et Muqaddasī nous en a laissé un tableau mémorable à travers lequel il ne nous est pas interdit d’imaginer, avant lui, Abū Dulaf, puisqu’il a, comme lui, « revêtu les robes d’honneur », mais aussi « connu les républiques de gueux ».146 Le savoir, c’est donc celui qu’on cueille, avec la vie et l’aventure, au fil des routes : paysages, itinéraires, monuments ou « merveilles », villes, produits du sol ou de l’industrie des hommes, tarifs commerciaux, tableaux de mœurs, célébrités ou spécialités locales.147 Tout cela ne va pas sans quelques contradictions : car le goût du concret jure avec cet autre engouement qu’Abū Dulaf, en bon lettré, éprouve pour les choses insolites (a‘āğīb), la quasi-totalité des exemples cités dans ce dernier cas se rapportant soit aux souvenirs archéologiques de l’Iran, soit aux phénomènes naturels. Prenons garde toutefois que les premiers ont leur raison d’être dans la personnalité du destinataire de la Risāla : si l’on est en droit de penser, compte tenu des régions décrites dans l’œuvre comme des relations qui ont marqué la vie d’Abū Dulaf, que ce destinataire devait être en rapport plus ou moins direct avec les princes sāmānides ou būyides148, on conviendra alors qu’il était normal qu’un protégé de ces princes rappelât dans son livre les monuments et les légendes d’un pays dont ils prétendaient reprendre en charge les traditions149 : le goût du monument peut n’être ainsi qu’une parure noble jetée sur cette pitoyable nécessité de vivre qui attache l’écrivain au mécène. Mais il en va tout autrement pour les phénomènes naturels : ici, Abū Dulaf reproduit bien tout ce qui se dit, de réel ou d’étrange, mais son intérêt personnel et presque son honneur de spécialiste lui font un devoir, chaque fois qu’il le peut, de se rendre compte par lui-même des conditions du phénomène cité. Deux exemples célèbres, entre bien d’autres, témoignent de son souci de soumettre les données traditionnelles sur le merveilleux au contrôle de l’investigation directe (‘iyān)150 : Abū Dulaf est, à notre connaissance, le premier auteur arabe à décrire les sources de pétrole de Bakou151 ; parfaitement conscient du caractère mythique des récits colportés sur la montagne de Demāvend, il la gravit « au péril de sa vie » jusqu’à mi-hauteur, assez pour se rendre compte que les vapeurs de la montagne n’ont de causes que naturelles.152

  • 153 Risāla, p. 41 ; trad., p. 60.
  • 154 On peut même, en tenant compte du goût croissant pour la prose rimée (sağ ‘) qui se manifestera da (...)

36Tant de choses à dire, dans l’improvisation de la route ou du souvenir, ne supportent qu’un style spontané qui suit, comme il le peut, les sollicitations de l’œil ou de l’esprit. « Les pommes, à Ispahan, restent fraîches sept années durant et les charançons n’y attaquent pas le blé. On y voit des ruines superbes ».153 La moisson serait abondante, s’il fallait relever les notations de ce genre, typiques d’une expression désordonnée, truffée de coq-à-l’âne, qui caractérisera tant de passages des masālik wa l-mamālik.154 Que manque-t-il donc à Abū Dulaf, malgré le mode de vie, le savoir et le style qu’il propose, pour être vraiment géographe, au sens où l’est son contemporain Iṣṭahrī ? Précisément la conscience de cette vocation, qui lui eût fait, d’une part, élargir le champ de vision trop restreint d’une risāla et, d’autre part, regrouper ses données autour de quelques grandes rubriques, territoriales ou autres : en un mot, de trouver, comme les masālik wa l-mamālik, le moyen terme attendu entre la partitio mundi à la mode de la ṣūrat al-arḍ, trop schématique et théorique, et l’observation concrète du monde, qui mène à la vérité, sans doute, mais à travers une expression désordonnée.

  • 155 Il faut repenser, ici encore, au caractère exceptionnel et précurseur de l’œuvre de Ya’qūbī.
  • 156 N’oublions pas que la première Risāla est rédigée à l’occasion d’une ambassade destinée à traiter, (...)

37On ne saurait, bien entendu, faire à Abū Dulaf le procès de n’être pas géographe, puisqu’il ne visait pas après tout à cela. Son mérite est ailleurs : dans sa personnalité ambiguë, vivant d’attitudes contradictoires et opposant, aux formules dépassées de la mode, les engagements libres de la personne. Pour tout dire, mérite de la contestation, mais exprimée dans les formes que lui prête, on l’a vu, la mentalité picaresque. Or, des protestations de ce genre ne valent pas seulement par l’image qu’elles donnent d’un certain type de mentalité. Les inquiétudes d’Abū Dulaf, rapprochées de celles qui se font jour au même moment dans les masālik wa l-mamālik d’Iṣṭah155, témoignent qu’en ce milieu du ive/xe siècle, la curiosité de quelques lettrés évolue de façon décisive et proclame périmés un certain nombre de modèles : périmé le rapport d’ambassade156, traité cavalièrement, bâclé même, et qui se voit opposer le plaisir du voyage en soi ; périmée l’excursion imaginaire dans les livres et les dires d’autrui, car l’époque arrive de l’aventure personnelle ; périmé enfin l’au-delà des frontières, au profit de la découverte chez soi. Si l’on ne peut établir de liaison formelle entre un Abū Dulaf et un Iṣṭaẖrī, du moins la commune présence, en leurs œuvres, de ce manifeste d’un nouveau style témoigne-t-elle, dans la littérature géographique d’alors, de l’intervention de changements décisifs.

Les routes du nord-ouest et du sud : l’Europe et l’Afrique

  • 157 Cf. M. Hamidullah, « L’Europe et l’Orient musulman », dans Arabica, VII, 1960, p. 281-300 (avec bi (...)
  • 158 Il ne saurait être question de passer en revue toutes les ambassades arabes dans l’Empire byzantin (...)
  • 159 Sur Mūsä b. Nuṣayr, cf. tableau des auteurs.
  • 160 Sur des récits d’échanges de prisonniers, cf. Mas’ūdī, Tanbīh, p. 255 sq. (à noter, parmi ces écha (...)
  • 161 Cf. supra, p. 132. Sur l’identification du personnage, cf. tableau des auteurs.
  • 162 Ibid.
  • 163 Cf. Canard, dans EOLP, op. cit.

38Les préoccupations déjà signalées se retrouvent aux routes d’Europe et d’Afrique. Les ambassadeurs et agents de renseignements, ici encore, jouent un rôle essentiel : le pôle des visées extérieures du monde musulman est évidemment Byzance, engagée avec lui dans un subtil complexe de guerres et d’échanges157 : ‘Umāra b. Ḥamza la visite, avec tant d’autres158, au nom du calife, et Ġazāl pour le compte de l’émir de Cordoue. Mais Byzance, malgré son importance, n’épuise pas l’activité diplomatique : le même Ġazāl, quelque temps après, se rend dans le Jutland pour y trouver un modus vivendi entre les envahisseurs normands de l’Espagne et l’émir ‘Abd ar-Raḥmān II, tandis que, vers les années 359/969-363/973, Uswānī opère en Nubie et chez les Bedja, comme envoyé du général fāṭimide Ğawhar.159 Ces personnages officiels, toutefois, ne sont que les points de mire d’une immense piétaille vivant, sous toutes ses formes, la même aventure de conquête, d’argent ou de curiosité : soldats ou prisonniers160, commerçants qui passent au travers des guerres, et tous ceux-là aussi en qui l’explorateur sommeille. Muḥammad b. Mūsä, que nous avons déjà trouvé sur les routes du nord161, parcourt en Asie Mineure, vers les années 845 de J.-C, la région de la Caverne des Sept Dormants. Ğarmī, prisonnier des Byzantins, écrit un ouvrage sur leur Empire et les peuples voisins.162 Hārūn b. Yaḥyä, surpris par des pirates sur les rivages de Palestine, sans doute à l’extrême fin du ixe siècle, visite, sur les chemins de sa captivité, Constantinople, Salonique, les pays slaves du sud, Venise, Pavie et Rome, où il recueille des renseignements sur la France, la Bourgogne et la Grande-Bretagne. Le Juif espagnol Ibrāhīm b. Ya‘qūb, pour des raisons commerciales ou religieuses163, entreprend en Europe, vers 354/965, un très long périple qui le mène de la Bretagne — peut-être de l’Irlande ou même de l’Islande — en Pologne et du Schleswig à la Sicile, en passant par les Pays-Bas et l’Allemagne de l’empereur Othon le Grand, qui le reçoit à sa cour. A l’extrême ouest, enfin, le ive/xe siècle voit huit jeunes hommes, que l’histoire a surnommés les Fils de l’Aventure (al-Maġrūrūn), quitter par mer Lisbonne et explorer les parages de Madère et des Canaries.

  • 164 Kratchkovsky, par exemple, p. 135 (137), peut, après de Gœje, trouver, dans le récit des Maġrūrūn, (...)
  • 165 Si le mal paraît moindre, a priori, pour un ‘Umāra b. Ḥamza, reproduit par Ibn al-Faqīh, un Muḥamm (...)
  • 166 Tel est le cas, notamment, de Hālid al-Barīdī (Muqaddasī, trad., § 123, où l’isnād donné n’est pas (...)
  • 167 Sur le premier et son sens critique, cf. Kratchkovsky, p. 130 (133) ; sur Ğarmī et l’exactitude de (...)
  • 168 Le but de leur expédition est donné comme strictement scientifique : reconnaître la configuration (...)
  • 169 Il nous livre une représentation assez exacte du système du Nil et de ses affluents, en même temps (...)
  • 170 On prendra ce terme, bien entendu, toujours sur le plan de l’appréciation objective d’une réalité (...)
  • 171 Même si celui-ci existait, dans son principe, à la cour de l’empereur byzantin, les modes sous les (...)
  • 172 Lévi-Provençal (repris par A. Huici Miranda, dans EI (2), t. II, p. 1062) a pu noter (« Un échange (...)
  • 173 Même si l’on admet, comme plus haut (p. 135-136, 141), que cette rédaction elle-même n’est pas inc (...)

39On a beau jeu, certes de dénoncer le caractère parfois suspect des prétendus résultats de ces expéditions.164 C’est qu’en effet, si la réalité de ces voyages peut être à peu près sûrement affirmée, et tout autant celle des récits qui les consignèrent, le doute règne, en revanche, sur la forme et le contenu originels de ces récits, tant les épaves conservées sont réduites, et grande la distance chronologique entre ces originaux et les textes dans lesquels, aujourd’hui, nous les lisons.165 Sur le plan quantitatif, donc, on peut à peine, devant quelques pages ou même quelques lignes, parler d’œuvres, au sens courant du terme, le récit des Maġrūrūn, ou du moins ce qu’il en reste, occupant, de par sa minceur, une position extrême au-delà de laquelle le souvenir des voyageurs est réduit à la simple mention d’un nom, sans qu’on puisse savoir si ce nom, en son temps, était bien synonyme d’un récit de voyage effectivement sanctionné par l’écriture.166 Mais en définitive, si tout jugement sur l’authenticité des fragments conservés, tout effort en vue de leur exploitation apparaissent ainsi très difficiles, cela tient moins au caractère discontinu et parcellaire des textes sauvés qu’aux formes dans lesquelles la littérature arabe a pu les reprendre et les couler, depuis le temps de leur rédaction jusqu’à celui de leur consignation par des écrivains pour la plupart largement postérieurs. Les modes de l’adab, sa recherche du merveilleux, parfois aussi une certaine tradition poétique arabe ont si bien marqué, sur plus d’un point, les textes conservés que chacun des auteurs doit être jugé non pas en lui-même, mais toujours dans son rapport à son transmetteur et selon un double critère : la distance chronologique qui sépare ce transmetteur de ses sources et son goût plus ou moins prononcé pour les formes homologuées de l’art d’écrire. Aussi peut-on établir, semble-t-il, quatre degrés dans l’appréciation de la fidélité aux textes anciens. L’image la plus sûre naît sans doute du rapport entre un écrivain reconnu pour sérieux et un modèle assez rapproché dans le temps : c’est le cas pour Muḥammad b. Mūsä et Ğarmī, démarqués et cités par Ibn Hurdāḏbeh, ou pour Hārūn b. Yaḥyä à travers Ibn Rusteh.167 La fidélité aux sources diminue lorsqu’elle est compromise par le seul effet de la distance chronologique entre deux auteurs, même si l’on admet leur goût de la recherche objective, comme pour les Maġrūrūn168 et Idrīsī, ou pour Uswānī169 et Maqrīzī, qui ne nous livre, du texte de son modèle, que la matière de quelques paragraphes. Les mêmes déficiences170 peuvent se faire jour lorsque le modèle est cité par un écrivain assez peu éloigné de lui dans le temps, mais dont nous connaissons le goût avéré pour les formes littéraires en honneur dans son siècle : qu’Ibn al-Faqīh ait déformé ‘Umāra b. Hamza dans le sens du merveilleux ou qu’il se réfère à lui parce qu’il trouve en cet auteur comme un modèle, précisément, au regard de ses propres tendances, le résultat est le même : l’envahissement du récit par le prodige171. Enfin, les atteintes les plus graves seront portées à l’original lorsque l’utilisation de formes littéraires conventionnelles se conjugue à la distance chronologique : que reste-t-il de l’œuvre d’Ibrāhīm b. Ya‘qūb, mutilée, confondue avec d’autres, éparpillée aux quatre coins de l’ouvrage d’un Qazwīnī, vulgarisateur honnête, certes, mais pour lequel l’apprentissage du savoir est rarement séparable du plaisir que procure l’insolite ? Et ce Ġazāl qu’on nous présente, quatre ou huit siècles après, dans les mêmes formes stéréotypées de l’amour courtois et de l’honneur172, s’était-il vraiment comporté ainsi dans ces affaires en principe sérieuses que sont une ambassade et la rédaction des rapports que l’on en donne ?173 On le voit, la distance chronologique doit être, en tous ces cas, jugée à deux niveaux : à celui de la connaissance historique, on devra évidemment faire de sérieuses réserves sur l’authenticité de l’œuvre transmise ; mais précisément l’ampleur de la défiguration historique des textes originaux est la preuve, sociologique cette fois, de son remodelage en fonction du système culturel accrédité dans les consciences. Ce sont les Arabes du Moyen Age, et non pas nous, qui désignent ce remodelage, une fois de plus sous le même terme d’adab.

Les débuts d’une « géographie spirituelle des intercessions »

  • 174 « Muhammedanische Tradltionen... », dans ZDPV, II, 1879, p. 14 ; Muḥammeda-nische Studien, t. II, (...)
  • 175 Voir références chez J. Sourdel-Thomine, op. cit., p. XXX, notes 2, 3.
  • 176 A de très rares exceptions près, représentant d’ailleurs des œuvres disparues : cf. Muḥammedanisch (...)
  • 177 Cf. V. Monteil, introd. à Parole donnée, p. 27 sq.

40On connaît, à travers certaines remarques de Goldziher et d’autres études plus récentes174, une littérature née des thèmes, rites ou lieux de pèlerinage. Si le genre des manāsik al-ḥağğ ou des traités de rituel175 n’intéresse pas notre propos, il n’en est pas de même des Pilgerführer « à base topographique ». Ceux-ci, dont l’apparition semble avoir été assez tardive176, sont en réalité des œuvres à deux visages : l’un, que l’on pourrait appeler de topographie profane, regarde en effet les lieux et observe parfois, à cette occasion, leurs particularités ou leurs productions ; l’autre, qui nous fait reprendre les termes employés à propos de Massignon177, vise une « géographie spirituelle des intercessions », pour laquelle les lieux décrits « ne sont pas des sites attirants pour les yeux », mais ceux-là mêmes que regroupe, au-delà des différences de situation sur le globe, la commune et active mémoire des saints qui les hantèrent.

  • 178 Cf. infra, chap. VII. Genre lui-même développé à partir du thème de la comparaison et des mafāẖir (...)
  • 179 Et, comme lui, accessoirement à la littérature des « merveilles » : cf. J. Sourdel-Thomine, p. XXX (...)
  • 180 Autres noms dans K. ‘Awwād, introd. à l’éd. du Kitāb ad-diyārāt, p. 22-26.
  • 181 Op. cit., p. 19 : l’auteur (que l’on a précédemment qualifié d’adīb) « ne parle que de ce qui peut (...)

41On voit bien, certes, en quoi cette littérature, en son souci de décrire les pays et les villes, est tributaire des œuvres géographiques : particulière à un ensemble régional, elle s’inscrit dans la tradition des monographies178 ; générale, comme c’est le cas avec Harawī (mort en 611/1215), elle puise au genre, non moins établi alors, des masālik wa l-mamālik.179 Il est beaucoup plus difficile, en revanche, de lui trouver, à l’époque qui nous occupe, des antécédents en tant que géographie spirituelle. Les seuls livres qui, à ma connaissance, se présentent avant l’an mil comme des répertoires systématiques de lieux saints, se situent dans une perspective radicalement différente : le Livre des monastères (Kitāb ad-diyārāt), de Šābuštī, le seul que l’histoire nous ait conservé, n’est ni plus ni moins qu’un recueil très profane, tout comme devaient l’être, avant lui ou à son époque, ceux qu’avaient composés, sur ce même sujet, quelques-uns des plus grands noms de la littérature arabe : Hišām b. Muhammad al-Kalbī et Abū l-Farağ al-Iṣfahānī, pour ne citer que ces deux-là.180 Recueil profane, en effet, disions-nous, et à plus d’un titre : au regard de la religion islamique, d’abord, car les monastères dont parlent ces Musulmans sont exclusivement chrétiens, mais aussi en un sens absolu, par l’absence totale, en ces rapports, de la moindre religiosité. Qu’est-ce qu’un monastère pour Šābuštī ? Avant tout, le lieu d’origine d’un certain nombre de traditions historiques (aẖbār) où le couvent intervient, à l’occasion des vicissitudes politiques dont il fut le témoin, des personnages célèbres qu’il accueillit ou des poèmes qu’il inspira. Mais ces récits, qui occupent l’énorme majorité de l’ouvrage, sont introduits, pour chaque couvent, par quelques lignes stéréotypées, qui nous le présentent comme un lieu dont la fonction essentielle est le plaisir : celui des yeux, qui s’attardent au même paysage de verdure, de fontaines et de cours d’eau, et aussi ceux que procure, à la foule des villes, chrétienne ou musulmane, lors de la fête annuelle du saint surtout, le vin tiré aux pressoirs du monastère et bu dans des tavernes voisines où les filles ne manquent pas. Vu par ce bout, le monachisme chrétien, en Mésopotamie notamment, est, pour un lettré musulman de l’époque, synonyme de ripaille et c’est, fort justement, au mot d’adab encore que recourt l’éditeur du Kitāb ad-diyārāt pour caractériser, dans ses thèmes, ses formes et son esprit, cette littérature du plaisir.181

  • 182 Voir les noms cités dans K. ‘Awwād, op. cit., p. 27 sq.
  • 183 H. Laoust, Le précis de droit d’Ibn Qudāma, Damas (IFD), 1950, p. XX (cité dans J. Sourdel-Thomine (...)

42Or, à partir du xie siècle, on assiste, en ce domaine particulier, à un renversement de la tendance : l’histoire et la topographie des couvents chrétiens sont abandonnées par les Musulmans, au moins sous la forme systématique où nous les avons connues, et prises en charge par les Chrétiens eux-mêmes, dans un esprit, on s’en doute, tout différent182, cependant que les Musulmans se préparent, de leur côté, à travers l’étude de leurs propres sanctuaires et l’essor du culte des saints, à inaugurer réellement une géographie spirituelle qui leur appartienne en propre. Ce double mouvement n’a pas de quoi surprendre : il est permis d’y voir le résultat des nouvelles conditions politiques et religieuses faites aux deux communautés. Chez les Chrétiens, la prise en charge de cette littérature des couvents s’inspire, à n’en pas douter, d’un souci d’apologétique, de défense et illustration des monastères, alors menacés par le renouveau de l’orthodoxie musulmane et, plus encore, par le raidissement général de l’Islam à la suite de l’impact des Croisades. Ce sont ces mêmes raisons qui expliquent, avec plus de nuances, du côté musulman, le désir de promouvoir une hagiographie spécifiquement islamique, soit que les écoles, en ordre dispersé, recherchent, chacune pour leur propre compte, les garants que constituent tel ou tel groupe de lieux saints, tel ou tel personnage dont elles se réclament, soit qu’on devine, au-delà des préférences personnelles des auteurs, une volonté de donner, dans une vision syncrétiste et globale, le dénominateur commun de l’Islam à l’ensemble des lieux saints, un souci « de reconstruire, par une réconciliation entre Sunnites et Chiites, l’unité primitive de l’Islam ».183

  • 184 On pense notamment au rôle joué par les kuttāb d’origine chrétienne : cf. D. Sourdel, Vizirat, pas (...)
  • 185 Et donc justiciable, en soi, du chapitre « La géographie sans les géographes ».

43Si, à partir du xie siècle, les efforts de conciliation islamo-chrétienne qui avaient pu être tentés jusque là, sur le plan social et politique184, semblent réduits à néant, si, sur le plan religieux, chacune des deux communautés se montre désormais soucieuse de s’affirmer essentiellement en se distinguant de l’autre, on s’étonnera moins que, sur le plan littéraire, cet autre syncrétisme soit rompu, que représentait le traitement d’un thème chrétien, celui des monastères, selon les normes en usage dans la littérature arabo-musulmane du xe siècle. Auteur marginal185 si l’on s’en tient aux limites historiques imposées à cette étude, Šābuštī ne l’est plus si on le replace dans l’évolution d’ensemble de ce genre que nous avons appelé la géographie spirituelle. Car il est un peu, à l’itinéraire religieux d’un Harawī ou au récit de pèlerinage d’un Ibn Ğubayr, ce que la géographie théorique, sous sa forme administrative ou cartographique, est aux masālik wa l-mamālik. Ici aussi, les thèmes livresques seront appelés à être revus, vivifiés par l’expérience visuelle et directe, à cette différence que, d’une part, le phénomène se produira, pour cette géographie spirituelle, avec quelques siècles de retard et, surtout, qu’il ne naîtra pas de simples motifs personnels de curiosité, mais de raisons plus profondes ressortissant, on l’a vu, à de nouvelles circonstances historiques. Le schéma de l’évolution, toutefois, reste le même et substitue, il faut y insister, à une expérience livresque la confrontation avec les lieux d’une expérience personnelle, qui est ici celle de la foi.

Conclusion

  • 186 Dans le premier cas, on pensera par exemple à un Abū Dulaf Mis‘ar ; dans le second, on opposera le (...)
  • 187 P. 108.

44On a posé, chemin faisant, deux termes essentiels de cette géographie du voyage, termes opposés et en même temps indissociables : le témoignage direct (‘iyān) et les données d’une culture (adab). Ces deux constantes voisinent toujours et toujours s’affrontent ou se modèlent l’une l’autre, soit chez un même auteur, soit au niveau d’un jugement global sur l’ensemble des œuvres.186 Il semblerait à première vue normal, au terme d’une étude sur les voyages, d’essayer de préciser ce qu’est, pour un Musulman de cette époque, l’acte de voir ; mais précisément celui-ci ne peut jamais être défini de façon absolue, jugé en lui-même, autrement dit en dehors de tout rapport avec les données de la culture qui est celle des voyageurs. Il importe donc de s’attacher maintenant à étudier les thèmes, l’esprit et les mécanismes de l’adab, en définissant en même temps ses rapports avec l’expérience personnelle : ainsi qu’on l’a dit plus haut187, c’est à Ibn al-Faqīh qu’on demandera d’éclairer cette recherche.

Notes

1 Mille et une Nuits, Le Caire, 1957, vol. 2, p. 119-144. Sur ce chapitre, cf. Kratch-kovsky, p. 129 sq. (132 sq.), 184 sq. (186 sq).

2 Nous ramassons en une seule deux citations (Buldān, p. 149, I. 11-17) où les thèmes interfèrent.

3 Supra, p. 109.

4 Lui aussi traité par Ğāiḥiẓ, notamment dans la Risāla qui porte ce titre (cf. Pellat, Inventaire, n° 53).

5 Op. cit., p. 146. On peut considérer en effet, avec Heyd, op. cit., p. 31-32, et Ferrand, Voyages, p. 75 sq., que les troubles intervenant en Chine à partir de 875 ap. J.-C. et l’anarchie générale qu’ils entraînent marquent la fin des grands échanges avec la Chine, la presqu’île de Malacca devenant, de simple étape sur la route maritime chinoise, terminus des navigations chinoise et arabe. Le mouvement, ainsi freiné, se ralentit encore au xe siècle, par suite de « l’anarchie prolongée » (du monde musulman cette fois) et « de la misère générale qu’elle provoqua » : cf. Sauvaget, Relation, p. XXXVII (cf. également Mas‘ūdī, Prairies, § 329, 336).

L’histoire de Sindbad, à quelque époque qu’elle ait été enregistrée par écrit, remonte, à l’évidence, à la grande période commerciale du ixe siècle (cf. E. Littmann, « Alf layla wa layla », dans EI [2], t. I, p. 372 [2J, 374 [2]).

6 Op. cit., p. 146.

7 Op. cit., p. 48, 49.

8 Tristes tropiques, Paris, 1962, p. 68, 70.

9 Tract, p. 176, 1. 11-13.

10 Muqaddasī, trad., § 87.

11 Cf. supra, p. 114, note 5 et Heyd, op. cit. ; compléter la bibliographie avec Sauvaget-Cahen, Introduction, p. 98-99.

12 Cf. Ibn Rusteh, p. 132-134 (citant un Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. Isḥāq ; compte tenu de la durée du séjour chez le souverain khmer, il s’agit bien, comme le note Sauvaget, d’un commerçant : cf. Relation, p. XXXIII, note 2) ; Mas‘ūdī, Prairies, § 246 (pour l’Afrique ; orthographe nāhūḏa) ; Merveilles de l’Inde, passim ; Muqaddasī, trad., § 28. la même époque est née la littérature technique maritime (cartes et portulans), qui devait s’épanouir aux ixe/xve-xe/xvie siècles, notamment avec Ibn Māğid, le pilote de Vasco de Gama. Malheureusement, ces premières œuvres ont disparu et nous ne conservons que le souvenir de leurs auteurs : Muḥammad b. Šādān, Sahl b. Abān, Layṯ b. Kahlān (fin du iiie/ixe siècle) et, plus tard, Hawāšīr b. Yūsuf al-Arikī (vers 400/1009) : cf. Maqbul Ahmad, dans EI (2), t. II, p. 597 (2), 600 (2) ; Krat-chkovsky, p. 243 (237).

13 Nous sommes largement redevable, pour les observations qui suivent, à l’introduction de Sauvaget (p. XV-XLI), à laquelle nous renvoyons globalement, afin de ne pas alourdir l’annotation, en nous contentant des quelques références jugées indispensables.

14 Sauvaget, op. cit., p. XX.

15 Ce procédé n’interviendra que plus tard, notamment dans les Merveilles de l’Inde, lorsque la jurisprudence et l’histoire en auront définitivement accrédité l’usage : cf. Sauvaget, p. XXIX-XXX.

16 L’adverbe se trouve chez Sauvaget, p. XXIII.

17 Aux auteurs cités par Sauvaget, p. XXIII-XXIX, il convient d’ajouter certaines préoccupations communes à la Relation et aux Ḥayawān de Ğāiḥiẓ (exemple : les poissons se mangent les uns les autres [as-samaku kulluhu ya’kulu ba‘ḍuhu ba‘ḍan] : Relation, § 3 i. f. ; texte quasi identique dans Ḥayawān, t. III, p. 265 ; t. IV, p. 171 ; t. V, p. 321 ; de même, attention portée à la taille de la baleine [20 ou 50 coudées] : Relation, § 2 ; Ḥayawān, t. V, p. 362). Mais ces rapprochements sont sans doute dus, en dernière analyse, à une communauté de sources : les récits de marins, d’autant plus que les deux exemples cités sont à l’évidence des stéréotypes.

18 L’anecdote, rapportée par l’historien Ṣūlī (références dans Relation, p. XXX, note 2), est relative à ar-Rāḍī, héritier désigné du califat. Furieux qu’on ait saisi ses livres, celui-ci apostrophe ses adversaires en ces termes : « Ce ne sont pas de ces livres que vous-mêmes prisez tant, comme les Merveilles de la mer, l’Histoire de Sindbad et le Chat et le rat ! » (trad. Sauvaget). Aḥmad Amīn, qui rapporte lui aussi le fait (Ẓuhr, t. I, p. 27-28), souligne qu’en arrachant au prince ses livres de droit, de religion, de philologie et d’histoire, et en cherchant à le cantonner dans des amusettes, les prétoriens turcs poursuivaient leur politique méthodique de mise en tutelle du califat.

Sur les Merveilles de la mer, ouvrage perdu, cf. Sauvaget, p. XXX, § 3. Le Chat et le rat est une fable du Livre de Kalīla et Dimna (trad. A. Miquel, Paris, 1957, p. 229-235). Sur d’autres titres de « merveilles » (de la terre et de la mer), cf. Fihrist, p. 308.

19 Sans compter des pans entiers d’œuvres plus vastes, par exemple les § 165-186, 243 sq. ou 328-355 des Prairies, ou encore la première partie de l’Abrégé des merveilles, les deux œuvres étant respectivement postérieures d’environ cent et cent cinquante ans à la Relation (sur la date de composition des Prairies, cf. infra, p. 121, note 4 ; sur celle de l’Abrégé, cf. tableau des auteurs, s.v. « Ibrāhīm b. Waṣīf Šāh »).

20 Cf. supra, p. 48, 52-53, ce qui a été dit à propos de Ğāḥiẓ.

21 On peut dire, avec toute la prudence qu’inspire l’état du manuscrit (cf. Sauvaget, p. XVI), que les récits relatifs à la mer ou aux franges maritimes des terres sont très rares dans la Relation : cf. § 1-3, 9-10, 17, 19, et notations isolées dans § 4-8, 11, 13-17 (sur un total de 73 paragraphes).

22 Et qu’on tentera d’autant moins de vérifier que le goût de l’extraordinaire aura pris de plus en plus le pas sur celui du savoir objectif. Les auteurs qui se veulent sérieux ont toujours stigmatisé la forfanterie des matelots (cf. Ğāḥiẓ, Ḥayawān, t. VI, p. 19), ou tout au moins pris vis-à-vis d’eux une certaine distance (cf. Mas’ūdī, Prairies, § 245, 305) ; à noter l’affirmation d’Abū Zayd as-Sīrāfī (Supplément, p. 139) : « Je me suis abstenu de reproduire les histoires mensongères que racontent les marins et auxquelles ils ne croient pas eux-mêmes », affirmation que contredit sur bien des points, on le verra, l’attitude de l’auteur, prisonnier, avec son époque, du goût pour le merveilleux. Par référence à cette attitude, un test du sérieux de la Relation est l’absence en elle du thème du Wāq-Wāq (pays de l’Extrême-Orient [Japon ?] ou de l’extrême sud [Madagascar ? Afrique orientale ?]) : cf. Abrégé des merveilles, p. 26, 29 ; Merveilles de l’Inde, § 7, 31, 38, 110, 122-123, 126-127, 134 (sur la localisation du Wāq-Wāq, cf. R. Hartmann et D. M. Dunlop, « Baḥr al-Hind », dans EI [2], t. I, p. 958 [2]-959 [1] ; Ferrand, Voyages, t. I, p. IV ; du même, « Wāḳ-Wāḳ », dans EI, t. IV, p. 1164-1168).

23 Cf. Relation, § 4-7, 9, 14, 25-26, etc.

24 Cf. § 21-23, 33-49, 59, 64 (sur la Chine), 24-32, 50-53, 66 (sur l’Inde), 54-58, 60-63, 65, 67-72 (tableau comparatif des deux pays) ; le § 73 parle de la situation du Tibet et de quelques traits relatifs à la Corée. Il faut enfin ajouter des renseignements épars, sur les habitants des différentes îles (§ 4-20, passim).

25 § 53, 56.

26 Début et fin du § 72.

27 § 21, 72 (sur le climat, les fleuves et l’état sanitaire de la Chine et de l’Inde).

28 Sur la consommation de la viande de porc, cf. § 22 ; sur l’absence d’égorgement rituel des bêtes à consommer, § 71 ; sur l’usage du cure-dent, ibid. (et note 6).

29 Épouse désignée par firāš (femme qu’on épouse avant tout pour avoir des enfants) au § 61, malpropreté par ğanāba (pollution majeure) au § 71, guerre par ğihād (guerre sainte) au § 72, etc.

30 Le cas est particulièrement net pour le droit pénal : interdiction de l’adultère (§ 57), exécution des voleurs de grand chemin (§ 69). Mais tels détails sur une morale de l’abstinence du vin (§ 55), sur les rituels du mariage (§ 57) ou sur le port de la barbe et de la moustache (§ 65) s’inspirent du même esprit.

31 Typique de la pensée du Moyen Age en général, qui devra attendre qu’on lui substitue, à partir de la Renaissance, des systèmes d’explications rationnelles, avant que l’analyse moderne, poussant plus loin, s’emploie à distinguer en ceux-ci la part qui revient au système global de la culture dont ils relèvent.

32 Cf. Relation, § 7, 14.

33 Sur les débuts et les modalités de cette navigation, cf. Sauvaget, op. cit., p. XXXIX-XL ; Relation, § 11, 13, 14.

34 Soit au ixe siècle : cf. supra, p. 114, note 5.

35 Alors qu’elle connaît, on l’a vu, le fait du commerce chinois : exemple : « La plupart des navires chinois font leur chargement à Sīrāf » (§ 13). Le Tabaṣṣur est encore plus systématique, puisqu’il étend le principe de la notation exclusive des mouvements vers Bagdad à l’intérieur même du monde musulman.

36 Sur ce thème, cf. C. E. Dubler, « El Extreme Oriente visto por los musulmanes anteriores a la invasión de los Mongoles en el siglo XIII (la deformación del saber geográfico y etnológico en los cuentos orientales) », dans Homenaje a Millás Vallicrosa, t. I, p. 465 sq.

La force des normes culturelles est telle que le merveilleux habille même, non plus les différences, mais les identités : l’exotisme hindou a déjà prêté un cadre commode, dans la fable, aux apophtegmes traditionnels (cf. Kalīla wa Dimna, passim).

37 Sur les rapports entre Abū Zayd (al-Ḥasan b. Yazīd) et Mas’ūdī, cf. Relation, p. XXIV-XXV. La rencontre des deux hommes à Baṣra a permis à Abū Zayd de communiquer à Mas‘ūdī la Relation revue et complétée par ses soins. Cette rencontre, rapportée dans les Prairies (§ 351), se situe entre 303/915-916, date de l’installation d’Abū Zayd à Basra (toujours d’après Prairies, loc. cit.), et, bien évidemment, 332/943, date de composition des Prairies (cf. Tanbīh, p. 213). Mais déjà, dès les années 313-315/925-927, Mas‘ūdī semble se cantonner en Mésopotamie supérieure, en Syrie et en Égypte (Tanbīh, p. 73, 150, 213, 433, 488), alors qu’au contraire, jusqu’à ces années-là, ses voyages « orientaux » nécessitent sa présence dans les régions du golfe Persique (cf. G. Brockelmann, dans EI, t. III, p. 457-458) : il est, en particulier, à Iṣṭaẖr en l’an 303 même (Tanbīh, p. 150) et revient en ‘Umān, au terme de sa dernière navigation sur l’Océan Indien, en 304/916-917 (Prairies, § 246). On peut donc déduire raisonnablement que la rencontre entre Mas‘ūdī et Abū Zayd se situe en 303/915-916 ou dans les années immédiatement postérieures, et par conséquent que le Supplément, antérieur à la rencontre, se situe, lui, au plus tard vers 915-916 : opinion admise, sans discussion, par Sauvaget (loc. cit.) et Ferrand (notamment dans l’intitulé du titre du Voyage du marchand arabe Sulaymân : cf. tableau des auteurs, s.v. « Abū Zayd as-Sīrāfī »).

38 P. 13.

39 Par exemple pour des produits intéressant à la fois la vie maritime et le commerce, ambre et perles notamment : cf. Supplément, p. 132-135.

40 Cf. Relation, § 1-2, et Supplément, p. 133.

41 Cf. Supplément, p. 93, 126, 130-131.

42 Cf. supra, p. 119, note 2.

43 Cf. supra, p. 114, note 5.

44 P. 95-96.

45 Quelques commerçants musulmans continueront à pousser jusqu’à la Chine (cf. infra, p. 127, note 2), mais leurs récits sont si suspects qu’on peut douter, malgré leurs dires, qu’ils aient séjourné dans le pays. Nos renseignements sur le commerce avec l’Inde ne sont guère, de leur côté, très substantiels (cf. Relation, p. XXXVI, note 8). Il semble avoir souffert, bien entendu, de la réduction du commerce avec la Chine et, plus profondément, de la baisse de trafic due à l’anarchie irakienne (Relation, p. XXXVII, i.f.) : cf. Supplément, p. 139, qui signale qu’on importait « autrefois » aux Indes des dinars du Sind, des émeraudes d’Égypte et du corail, mais que ces importations ont cessé ; autre notation intéressante, p. 118, sur le banditisme à Ceylan et ses effets fâcheux sur le négoce arabe. Cf. également Merveilles de l’Inde, § 112 (début et fin), qui rapporte aux années 918-919 l’accentuation du déclin du trafic.

46 Conséquence des perturbations du commerce avec l’Extrême-Orient : la carte du inonde se brouille, le Khmer étant situé « sur la partie [du continent asiatique] qui confine au pays des Arabes » : Supplément, p. 98.

47 Le Supplément leur fait déjà une part notable : cf. p. 127 sq. ; le thème s’amplifiera ensuite avec les Merveilles de l’Inde et la première partie de l’Abrégé des merveilles.

48 Cf. p. 109 (géographie physique de la Chine), 110 (sur le chevrotain porte-musc), 122 (régime des moussons) et passim.

49 Cf. Relation, § 56, et Supplément, p. 78, 79-80.

50 Cf. Relation, § 52, et Supplément, p. 115.

51 On traitera de cette dernière œuvre au chap. VII, où l’on justifiera le classement adopté.

52 Cf. Risāla fi manāqib al- Turk, p. 38, 43-46 et passim : les Grecs sont doués pour les sciences théoriques, les Chinois pour l’art et l’artisanat, les Hindous pour les sciences (astronomie et médecine surtout), les Persans pour la politique, et les Turcs, comme les Arabes, se distinguent par l’amour du pays et de la liberté ; thème repris, pour les Chinois qui nous intéressent ici, dans Ḥayawān, t. V, p. 36.

53 Respectivement § 55, 34 et 72.

54 Supplément, p. 84 ; repris dans Prairies, § 354.

55 Le renard jouant le rôle du rat chez La Fontaine (Fables, VIII, 9).

56 Supplément, p. 135-137.

57 Supplément, p. 98-102 ; repris dans Prairies, § 179 sq.

58 Cf. supra, p. 120, note 2.

59 Supplément, p. 116-117, 121, 122, 123.

60 Supplément, p. 81, 124, où l’on voit que la prostitution sacrée est réduite à une simple pratique commerciale.

61 Cf. Relation, p. XXXVI, XXXVIII ; L. Massignon, « Les Nuages de Magellan », extrait de REI, 1961, repris dans Parole donnée, Paris, 1962, p. 421 sq.

62 Ḥayawān, t. I, p. 82, et Atours, trad., p. 227.

63 L’exception que constitue l’étude de Bīrūnī sur l’Inde s’explique, autant que par les dons du personnage, par les circonstances de son voyage : l’ouverture forcée du pays aux troupes ġaznévides, qui laisse à Bīrūnī toute sa liberté d’action.

64 Cf. supra, p. 107.

65 Sans doute est-ce une des raisons pour lesquelles Sauvaget, qui met très haut le sérieux de la Relation (op. cit., p. XXXII), en a disjoint, dans son édition, le Supplément ; il qualifie d’ailleurs les deux œuvres d’« effectivement distinctes quant à leur auteur et à leur date, et dissemblables quant à leur caractère » (p. XVIII).

66 Dates principales : 264/878 : début de la révolte de Huang-Tch’ao (Yân-shû), massacre des commerçants arabes et fin du commerce direct avec la Chine ; milieu du xiiie siècle - 1368 : dynastie mongole Yüan en Chine (1368 : avènement de la dynastie nationale des Ming) ; 1275-1291 ; séjour de Marco Polo en Chine (retour à Venise par Sumatra, Ceylan, Inde et Perse : 1291-1295) ; 734/1333-748/1347 : voyage d’Ibn Baṭṭūṭa en Inde et en Chine (la première date est celle de son arrivée sur l’Indus : cf. Riḥla, éd. de Beyrouth, 1379/1960, p. 393 [confirmé par H. A. R. Gibb, The travels of Ibn Baṭṭūṭa, Cambridge, t. II, 1962, p. 528 i. f., 530] ; la seconde date est celle du retour en Arabie : Riḥla, p. 648 ; dans l’Inde, qui échappe encore à la domination mongole, le règne de Muḥammad b. Tuġluq [725/1325-752/1351], période de faste du sultanat de Delhi, coïncide exactement avec le passage d’Ibn Baṭṭūṭa en ces régions).

67 Sauvaget (Relation, p. XXIX-XXX) a fait justice de l’attribution des Merveilles à Buzurg b. Šahriyār : le personnage (cf. Merveilles, § 46) n’est qu’un de ces gens de mer dont les récits composent le livre ; mais il n’y a aucune raison de le lui attribuer, et ce d’autant moins qu’il n’est cité qu’une fois, contrairement à d’autres marins dont les noms reviennent assez souvent. Sur la date de composition, cf. § 93, qui rapporte un fait remontant à 342/953-954, date la plus récente parmi toutes celles que cite le livre (cf. infra, p. 131, note 3), ce qui situe la composition aux années 343/954-5 (cf. Sauvaget, Relation, p. XXX, note 1).

68 Merveilles, § 47, 60-61, 84, 91, 109, 114 : seul, le § 91 semble se rapporter à un trait de mœurs. Le reste, collection de « merveilles », accrédite l’idée d’un Eldorado perdu. La datation de ces voyages à la Chine n’est pas indiquée aux § 47, 91, 109 et 114 ; elle renvoie aux années 296-312/908-924 (époque des trois vizirats d’Ibn al-Furāt) aux § 60-61, aux années 308/920 ( ?) au § 84. Mais les anecdotes rapportées sont si extraordinaires qu’on peut légitimement douter, sinon que leurs rapporteurs soient effectivement allés en Chine, du moins qu’ils aient vu ce dont ils parlent et séjourné dans le pays.

69 Cf. supra, p. 119, note 2 ; Merveilles, § 7, 31, 110, 122-123, 126-127, 134. On voit que le thème devient ici majeur.

70 Merveilles, § 15 ; il y a aussi l’île des femmes (§ 14), l’île des singes et de l’or (§ 41), etc.

71 Pour l’imagerie, cf. infra, à propos du bestiaire, et aussi § 46, 60, 92, 112 et passim (types de récits maritimes classiques) ; sur le vocabulaire, § 17 et 48 (noms de navires) ; sur les techniques de la navigation, § 40-41 et passim ; sur les dangers, § 46 (énonciation explicite du thème) et passim (pour son illustration) ; sur la déontologie, § 14 (p. 203).

72 Merveilles, § 13, 18.

73 Ibid., p. 205 i. f., 237.

74 Ibid., p. 202-203, 218, 291-292.

75 Ibid., p. 202-205, avec cette différence qu’ici, le feu, produit du choc des vagues (cf. également § 23), signale simplement les flots qui se brisent aux récifs d’une île. L’ensemble de ces croyances est à rattacher au cycle du Nuage fixe de Magellan (cf. terme qumr, « clarté lunaire cendrée montrant le sud ») : cf. Massignon, op. cit., p. 426-427. Le thème de la lumière et de la cendre, conjugué à celui des ténèbres de la mer, clôt précisément l’aventure de Pym.

76 Avènement d’un thème important : celui de la piraterie (Merveilles, § 62, 63, 81 b) ; sur des exemples d’exagération, cf. § 27, 46 bis et passim.

77 « Il traitait les marchands à son bord comme les traitent les notaires » (Merveilles, § 49). Thème essentiel, traité dans un éclairage d’un rude réalisme : l’esclavage (Merveilles, p. 196, 208, et § 32).

78 Merveilles, § 89, 96 (sur les héméralopes et la façon dont on peut leur faire prendre leur femme pour une autre). Autres exemples de farces ou contes graveleux § 67, 90, 102.

79 Goût et ostentation de l’argent : § 32, 49, 50 i.f., 86, 87 et passim ; plaintes contre le fisc : p. 257-259 et § 81 b.

80 Sur la baleine, cf. Merveilles, § 9, 10, 11, 13, 16 (début ; comparer avec Supplément p. 133), 33, 54 ; sur le crabe, § 5-6 ; sur la tortue, § 18 ; sur le poisson-scie et le poisson volant, § 16, 22.

81 Sur les serpents, cf. Merveilles, § 25-26 ; sur les fourmis (sans doute à cause des réminiscences coraniques : Coran, XXVII, 18), § 37, 75 ; sur les singes, § 39 sq. ; sur les éléphants, § 111 ; sur les crocodiles, § 58, 105.

82 Oiseaux aquatiques : Merveilles, § 120 et surtout 55 ; oiseaux vivant dans le feu : § 122. Même variété en ce qui concerne les tailles : on insiste surtout sur l’immensité de certains oiseaux fabuleux, où se reconnaît l’oiseau-ruẖẖ des deuxième et cinquième voyages de Sindbad : § 8, 34-36, 52-53, 130.

83 Cf. supra, p. 128, note 5.

84 Merveilles, § 22.

85 Sur la salamandre, cf. Merveilles, § 122 déjà cité ; sur le dragon, § 24 ; sur les poissons volants, § 22 déjà cité ; sur les scorpions volants, § 31 ; sur les quadrupèdes bisexués, § 123.

86 Cf. supra, p. 51-52.

87 De la même façon qu’il est uni aux singes et aux oiseaux dans les troisième et septième voyages de Sindbad, l’homme s’unit ici au singe (Merveilles, § 20, 40, 74), aux panthères et aux hyènes (§ 20), aux animaux marins (§ 15, 19 [ ?], 20) ; un animal mystérieux dispose d’un appareil génital qui rappelle celui de la femme : f 21 ; sur l’arbre aux fruits qui rappellent une tête humaine, cf. § 38.

88 Ğāḥiẓ connaît ces thèmes (par exemple pour le mulet : Ḥayawān, t. I, p. 103, 222 ; thème général du rapprochement entre espèces différentes : t. VII, p. 243-244) ; mais, s’il cite des exemples insolites, il se garde bien de les prendre à son compte (Ḥayawān, t. I, p. 146 ; t. VII, p. 171, 204 : sur une parenté entre l’éléphant et le porc ; ibid., t. VII, p. 204 : rapprochement entre le buffle et l’éléphant). On comparera avec le ton catégorique des Merveilles donnant (§ 20) quelques exemples de croisements. S’agissant des égarements de l’homme (Ḥayawān, t. III, p. 203-204), Ğāḥiẓ ne livre pas ses données brutes, comme un prétexte à récits excitants, mais assorties à la fois d’une condamnation morale et d’une réflexion sur les causes physiologiques et psychologiques de ces comportements (sur cette attitude, cf. supra, chap. II, p. 44-45).

89 Types de contes (certains se retrouvent dans les Mille et une Nuits, par exemple § 12 [thème de la bague retrouvée dans le ventre d’un poisson : cf. par exemple l’histoire d’Abū Qīr et Abū Ṣīr, Mille et une Nuits, t. IV, p. 50-51], 81 a [vallée aux pierres précieuses gardées par les serpents : cf. deuxième voyage de Sindbad] ; sur les farces, cf. supra, p. 128, note 8) : § 8, 12, 26-27, 41, 45 (d’où mer et Orient sont totalement absents), 50, 59, 81 a, 88, 105, 112 (début de l’histoire du « petit navire »). Le personnage de Polyphème, qu’on retrouvera au troisième voyage de Sindbad, est ébauché au § 133 ; les femmes de l’île dont il est question au § 14 sont une variante, sur le plan sexuel, du mythe de la femme dévoreuse, de la sirène.

90 Cf. supra, p. 124, note 3.

91 Cf. supra, p. 19-20 ; Walzer et Gibb, « akhlāk », dans EI (2), t. I, p. 337 (1).

92 Il s’impose aux Indes (§ 1, 14 [début] et 90), à Ceylan (§ 103), à l’Afrique (§ 32), au Wāq-Wāq et aux îles lointaines (§ 7, 14). Rappel des principes musulmans : § 86 (p. 275), et aussi 13, 14, 32, etc. Un passage (p. 202) est particulièrement révélateur : extension de la notion de qibla à diverses religions. Plus révélatrice encore est l’irruption des thèmes de l’histoire musulmane : le stratagème de Mu‘āwiya à Ṣiffīn et le souvenir de la révolte d’esclaves (celle des Zanğ du Bas-Irak en 877-883) sont patents au § 7.

93 Merveilles, § 32 i.f.

94 Le souci de ne laisser échapper rien de ce qui peut prêter à des développements sur le bizarre rend plus naïve encore l’affirmation du § 20 i.f. : « Si nous nous laissions aller à dénombrer tout ce qui résulte de l’accouplement d’espèces différentes, nous fatiguerions l’attention du lecteur et nous nous écarterions de notre dessein qui est de traiter spécialement des merveilles de l’Inde. »

95 Les datations sont fréquentes : § 1, 9, 10, 29, 32, 33, 37, 41, 48, 60, 81 b, 83, 93, 107, 112, 125, 127, citant des faits compris entre 288/900-901 et 342/953-954. La citation des sources intervient plus fréquemment encore : § 1-2, 3-5, 6, 7, 8, 9, 10, etc. Sur l’usage de ces citations, cf. Sauvaget (cité supra, p. 117, note 2).

96 Cf. § 13, 14, 15, 24, 27, 77, 117, 127.

97 Voir par exemple § 5 (sur le thème : trop beau pour être vrai, et pourtant...), 92, début (souci de ne pas faire rejaillir sur l’ensemble du récit une imprécision, au reste minime, due au rédacteur seul) ; opposer à ce souci divers passages qui montrent l’enjolivement des thèmes depuis le Supplément (l’idole d’or pur, à Ceylan. dont le poids est extraordinaire [Supplément, p. 119], passe la mer dans les Merveilles [§ 73] et se voit flanquée d’un arbre de cuivre [ibid., § 3] dont on peut se demander s’il ne représente pas une adaptation du thème de l’arbre merveilleux de même genre, à Rome ou à Constantinople [cf. Ibn Hurdāḍbeh, p. 116 ; Ibn al-Faqīh, p. 72 ; Ibn Rusteh, p. 79, 128]). A l’intérieur même des Merveilles, l’insistance sur le fabuleux s’opère autrement : le thème se dédouble ou se relance en se répétant, parfois mot pour mot (§ 34, 36, 77-78).

98 P. 115.

99 A titre d’exemple, citons seulement le Kitāb at-tabaṣṣur bi t-tiğāra du pseudo-Ğāḥiẓ, p. 157 i.f., 159.

100 Par où passe aussi la route terrestre avec la Chine : cf. Sauvaget, Relation, p. XXXVII, note 2.

101 Ajouter aux ambassades arabes en Chine, citées par Sauvaget (loc. cit.), pour l’époque umayyade, la lettre de l’empereur de Chine à Mu‘āwiya, citée par Ğāḥiẓ, Ḥayawān, t. VII, p. 113.

102 Notamment aux Sāmānides (et à leur vizir Ğayhānī), qui ont joué leur rôle dans l’organisation des voyages d’Ibn Faḍlān et d’Abū Dulaf Mis‘ar. Sallām l’Interprète, dont il sera question plus bas, a, de la même façon, été aidé par les Ṭāhirides. Cf. Risāla d’Ibn Faḍlān, p. 76, et autres références au tableau des auteurs.

103 Le premier de ces personnages, vraisemblablement le célèbre mathématicien et astronome Muḥammad b. Mūsä b. Šākir, a parfois été confondu avec son homonyme, non moins célèbre que lui et comme lui mathématicien et astronome, Muḥammad b. Mūsä al-Huwārizmī. Cf. infra, p. 145-146, et tableau des auteurs (auquel on renvoie également pour Ğarmī et Sallām). Sur Ğarmī, cf. aussi infra, p. 146.

104 Accessoirement, le volume des extraits conservés nous est garant, par référence au caractère limité de ce propos, que le temps n’a pas été ici l’occasion de pertes trop importantes.

105 Peu importe, au fond, que l’œuvre d’Ibn Faḍlān s’intitule kitāb, si l’on en croit le manuscrit, ou risāla, si l’on suit Yāqūt (cf. Canard, trad.. p. 42, note 8) et l’usage courant : ce sont les traits essentiels de l’œuvre qui comptent et qui en font, sous cet intitulé ou sous un autre, une risāla (« mémoire », plutôt qu’« épître ») : il faudrait, naturellement, reposer ici le problème de l’influence des modèles, de Ğāḥiẓ notamment ; la risāla touche aussi, avec Kindī, aux sujets scientifiques (cf. Fihrist., p. 255-261, passim) et, avec Saraẖsī, à l’historiographie (sur l’expédition d’Aḥad b. al-Muwaffaq, futur calife al-Mu‘taḍid, contre Humārawayh : cf. Rosenthal, op. cit., p. 59).

106 P. 94.

107 P. 162 sq. du Kitāb al-masālik wa l-mamālik.

108 Cf. supra, chap. III, p. 93, 94, note 4. Sur d’autres emprunts, cf. Muqaddasī, éd. de Goeje, p. 346 (345, note b) ; Wiet, introd. aux Atours précieux d’Ibn Rusteh, p. VI-VII ; S. Maqbul Ahmad, « Djughrāfiyā », dans EI (2), t. II, p. 595 (2).

109 Sallām est exploité, entre autres, par Ibn al-Faqīh (p. 298-301, cf. p. 301, note h). Voir autres références chez Ibn Rusteh, trad., p. 167, note 7.

110 P. 104-106.

111 Particulièrement de l’histoire annalistique, telle qu’on la pratique alors. La différence entre la risāla et la géographie « classique » est soulignée par S. Dahān, op. cit., p. 28.

112 Auxquels il faut évidemment ajouter les Bulgares, mais aussi deux peuples voisins : les Russes (Rūs), décrits d’après certains spécimens résidant chez les Bulgares (cf. trad., p. 116 sq.) et les Hazars, sur lesquels l’auteur ne possédait que des informations orales (Ibid., p. 135, note 362).

113 Cf. Canard, op. cit., p. 43, 142-143.

114 Buldān, t. I, p. 486. M. Canard, dans sa conclusion à la trad. de la Risāla, op. cit., situe le retour à Bagdad en 311/923.

115 R. Blachère (EGA, p. 94-95) pose en effet le problème de la véracité de la Risāla dans son rapport avec le lecteur auquel elle était destinée, mais c’est, comme on va le voir, un problème de forme et non de fond. Faut-il rappeler que le souci de la forme passe parfois encore, de nos jours, pour une des marques de la correspondance diplomatique ?

116 Cf. S. Dahān, op. cit., p. 28, les traits caractéristiques de cette prose étant l’art du récit continu (qu’on opposera aux nomenclatures des géographes-administrateurs) et de l’effet littéraire (dont on verra quelques exemples infra ; à noter que cette recherche ne va jamais jusqu’à la prose rimée ou sağ‘).

117 Cf. Risāla, p. 114, note 8 ; Sourdel, Vizirat, t. II, p. 414 sq., 520-521 (et notes 1, 2) et passim. Ḥāmid b. al-‘Abbās est explicitement désigné, dans la Risāla (p. 114 i.f.), comme l’auteur de la lettre d’introduction auprès du roi des Bulgares.

118 Cf. EGA, p. 97.

119 P. 155-165 ; trad., p. 122-134. Il faudrait citer de même, entre bien d’autres traits, tous ceux qui tirent leur étrangeté de leur opposition aux coutumes de l’Islam (cf. p. 92-93, 94, 115, 131-132 et passim). Mais, à la différence de ce qui se passe dans la Relation, le Supplément ou les Merveilles de l’Inde (cf. supra, p. 120, 125, 130-131), la notation de ces différences s’inspire ici de soucis en réalité politiques : la conversion des Bulgares est la mission dévolue en propre à Ibn Faḍlān (cf. en particulier, sur cette attitude, les p. 117, 131-132 [déjà citées], 134).

120 P. 101. Autres exemples : p. 120, à propos d’un Bulgare : « C’était un homme imposant, gros et corpulent, avec une voix qu’on eût dite sortant d’une jarre. » P. 83-87 : notations concrètes sur le froid au Huwārizm, les vêtements qu’il nécessite et certaines coutumes ou attitudes qu’il inspire, le tout représentant la transcription vécue, expérimentale, du thème théorique de la relation de l’homme au sol et au climat : cf. supra, chap. I et II, p. 14-16 et passim). Un dernier exemple est plus intéressant encore, car il nous montre de quel profit pourrait être pour l’étude de la littérature arabe, de ses motifs et de ses techniques, l’observation du cheminement de certains thèmes fondamentaux. Soit le thème de l’habileté du Turc, dont Ğāḥiẓ traite dans le contexte général du partage des qualités diverses de l’être humain entre les grands groupes ethniques du globe (cf. Risāla ilä Fatḥ b. Hāqān, passim) ; Ibn Faḍlān (p. 103) représente le stade du passage du thème théorique à son illustration vécue : « Un jour que ce Turc nous accompagnait à cheval, je l’ai vu, une oie venant à passer, bander son arc, presser sa monture, tirer sur sa cible et l’abattre. » Voici enfin, avec Hamaḏānī (Maqāma asadiyya, éd. M. ‘Abduh, Beyrouth, 1957, p. 33 [et note 7] — 35), dans la prose rimée propre à cet auteur, un Turc qui « prend un arc, le bande, fait voler une flèche dans les airs, puis une autre qui fend la première en plein vol. »

121 Risāla, p. 136-140 ; trad., p. 108-110 : passage assez bref, par conséquent, et présenté comme emprunté à un informateur (parfois même, l’information est au second degré : cf. p. 137 i. f.-138). On dira qu’Ibn Faḍlān prétend avoir été mené, selon les dires de ses hôtes, aux ossements d’un spécimen de Gog et Magog (p. 139-140 : passage, du reste, très altéré) ; mais nulle part, l’auteur ne déclare expressément avoir reconnu dans ces ossements des débris humains, et il aurait même, si l’on en croit Yāqūt (Buldān, t. I, p. 88, qui donne une leçon beaucoup plus concise et prudente quant aux dimensions des ossements), déclaré formellement son scepticisme à ce sujet.

122 Souvenirs, notamment, d’animaux anciens comme le mammouth ou le rhinocéros du nord (rhinoceros antiquitatis), certains auteurs allant jusqu’à penser que le rhinocéros « n’avait pas encore disparu en Sibérie à cette époque » : Risāla, p. 141-142 ; trad., p. 112-113, et note 271.

123 P. 123-124 ; trad., p. 95-96 et note 198.

124 Amṯāl an-nās wa d-duwābb... ašbāḥ tušbihu n-nās... atabayyanuhā wa atahayyalahā.

125 P. 125-127.

126 Il n’y aurait guère, en définitive, que ce qu’Ibn Faḍlān déclare sur le serpent « gros comme un arbre » qui porterait une marque indélébile de merveilleux. C’est, du reste, un des thèmes favoris de l’adab, comme le remarque justement M. Canard (trad. p. 100, note 211) ; Yāqūt, lui (Baldān, t. I, p. 487-488), ne mentionne pas le fait, ce qui doit nous inciter à nous demander (cf. également supra, note 1) si le texte suivi par lui, plus bref en général, ne représentait pas une version plus fidèle de l’original, les additions du manuscrit de Mešhed allant, ici comme ailleurs, dans le sens du merveilleux et de l’adab.

127 Voir, par exemple, au tableau des auteurs, les références relatives au récit de Sallām l’Interprète.

128 On a vu que la Relation est de 237/851 et le Suppément d’Abū Zayd des années 303-304/915-916 (supra, p. 121, note 4). Sallām et Ğarmī sont tous deux en relation avec le califat d’al-Wāṯiq (227 /842-232 /847) et la Risāla d’Ibn Faḍlān date des années 309-311 / 921-923 (cf. supra, p. 134, 135, note 2).

129 Autre cas éclatant, en dehors de la géographie pure : l’autobiographie d’Usāma b. Munqiḏ, au ve/xie siècle.

130 A distinguer de son homonyme, Abū Dulaf al-‘Iğlī (al-Qāsim b. ‘Isä), fondateur d’une petite dynastie locale dans la région comprise entre Ispahan et Hamaḏān, mort en 225/839-840. Cf. K. V. Zetterstéen, « al-Ḳāsim », dans EI, t. III, p. 844-845 ; E. Marin, « Dulafides », dans EI (2), t. II, 639 ; Abū Dulaf II, trad., p. 50, 98 ; Ibn Rusteh, trad., p. 179 (et note 4), 204, 242.

131 A propos des Sāmānides, il convient de poser, comme on l’a fait, le problème des rapports éventuels d’Abū Dulaf avec le vizir de cette dynastie, le géographe Ğayhānī (cf. la trad. de Minorsky de la deuxième Risāla, op. cit., p. 14, 24). En réalité, si Abū Dulaf a sans doute connu l’œuvre de Ğayhānī, dont il a pu s’inspirer pour les détails de sa première Risāla concernant les Turcs (cf. Minorsky, loc. cit.), il est en revanche à peu près sûr (cf. tableau des auteurs) que Ğayhānī était mort à cette époque : Abū Dulaf n’a pu connaître, au mieux, que son fils, Abū ‘Alī al-Ğayhānī, mort en 330/941-942.

132 Cf. Minorsky, op. cit., p. 17-18 ; Muqaddasī, éd. de Goeje, p. 337.

133 4. Selon Ṯa‘ālibī, cité par Minorsky, op. cit., p. 9.

134 Voir références au tableau des auteurs.

135 Minorsky, op. cit., p. 26.

136 Pour l’Orient, cf. l’étude de R. Blachère et P. Masnou dans l’introd. à leur Choix de séances de Hamaḏāni, Paris, 1957, p. 10-13.

137 Cyrano et Régnard illustrent assez bien, par leurs aventures, les « vies » dont nous parlions ; leurs œuvres juxtaposent le Voyage dans la lune ou le Voyage en Laponie au goût pour les genres affirmés que sont la tragédie pour le premier et la comédie pour l’autre. Furetière et Le Sage représentent, eux, les « âmes » : le second, qui cultive à la fois la comédie, genre classique, et le roman picaresque ou d’aventures avec Gil Blas ou les Aventures de Beauchêne, poursuit une vie systématiquement exempte d’honneurs ; le premier est un Académicien, mais son mépris des conventions littéraires ou sociales va jusqu’à la composition du Roman bourgeois et de fables, et surtout jusqu’à braver, par la publication de son dictionnaire, l’Académie qui l’exclura.

138 Ces deux hypothèses sont envisagées par V. Minorsky dans EI (2), t. I, p. 119, et Oriens, V, 1952, p. 24 : « Abū Dulaf, toujours à court d’argent, a pu fabriquer son faclum... pour s’assurer une récompense plus abondante. »

139 Cf. Marquart, Streifzüge, p. 77 sg., 83 sq. ; seconde Risāla, trad. Minorsky, p. 12-18, où il est montré qu’Abū Dulaf est sans doute allé de Buẖārā au Siğistān, mais que sa prétendue expédition jusqu’aux provinces de Nan-Chan et de Kan-Sou (à 500-700 km au sud de la frontière méridionale de l’actuelle Mongolie Extérieure) ne laisse pas d’être suspecte en raison de l’incroyable désordre de la nomenclature des tribus turques traversées ; tous les renseignements qui se rapportent à la Malaisie et à l’Inde, maigres au demeurant, sont des emprunts.

140 Risāla, p. 15, 19.

141 Un cas remarquable est celui de la notation relative à la péninsule malaise (Kalah), signalée justement (p. 18) comme le terminus de la navigation vers l’Orient ; mais les circonstances historiques qui en ont fait un terminus (cf. supra, p. 114, note 5, p. 123, note 1) deviennent ici comme le pendant, à l’est, des îles Fortunées à l’Occident, une sorte de « bout du monde » magique, « point extrême pour les navires, qui ne peuvent, sous peine de naufrage, aller au-delà. »

142 Dans Oriens, op. cit., p. 24.

143 A plus forte raison si, comme on l’a vu plus haut (p. 140, note 3), cette composition est dictée par un besoin d’argent.

144 Cf. Minorsky, introd. à la Risāla, p. 20, 21, 23 ; P. G. Bulgakov et A. B. Khalidov, dans leur éd. de la même Risāla, p. 22, 23, où ils déclarent, sans plus de précision, que l’intérêt de l’auteur pour les sciences naturelles et médico-pharmacologiques est lié à son appartenance aux Banū Sāsān. Pour mon compte, je trouve dans l’exposé de ces préoccupations des accents classiques : des références à l’influence des lieux sur la santé ou le comportement des êtres humains (Risāla, p. 38, 40) sont tout à fait dans l’esprit de Ğāḥiẓ, et les célèbres scorpions de Naṣībīn ou Šahrazūr (Ḥayawān, t. IV, p. 226 ; t. V, p. 358) sont rappelés à la p. 18 de la Risāla.

145 La deuxième Risāla, comme on l’a dit, ne porte pas trace de réminiscences littéraires ; inversement, Abū Dulaf n’est pas cité et ne paraît pas copié par Iṣṭaẖrī, Ibn Ḥawqal ou Muqaddasī.

146 Trad., § 85-86 ; une partie du texte est citée supra, p. 52.

147 Cf. Risāla : sur les fleuves : p. 13 et passim ; sur les montagnes : p. 18 ; sur les itinéraires : p. 20, 22, 30 ; sur les monuments et merveilles : p. 11, 13, 20, 21, etc. ; sur les villes : p. 33, 39 et passim ; sur les produits : p. 7, 10, 11, 12, etc. ; sur les prix : p. 17 ; sur les caractères et les mœurs : p. 18, 32 ; sur les hommes célèbres : p. 32 ; sur les spécialités locales : p. 32, 37-38.

148 Les raisons invoquées par V. Minorsky (introd. à la Risāla, p. 25-26) en faveur d’un destinataire résidant en Irak, non susceptible, par conséquent, d’être choqué par les exagérations d’Abū Dulaf, doivent être rejetées au nom des mêmes principes que ceux que l’on a déjà invoqués pour la première Risāla.

149 Cf. P. G. Bulgakov et A. B. Khalidov, op. cit., p. 22. Ce goût du passé iranien et daylamite va parfois jusqu’au nationalisme (šu‘ūbiyya), étrange chez un Arabe, dont la plume sert ainsi, par conviction ou intérêt, le camp traditionnellement adverse. Cf. p. 31 (trad., p. 51), où il est dit que les Arabes ont détruit, dans la région d’ar-Rayy, toute trace des anciens monuments iraniens. La même exploitation politique des « merveilles » peut être décelée chez Muqaddasī : cf. trad., § 88, note 1.

150 Un cas unique, à ma connaissance, d’exagération manifeste et impudente (trad., p. 60 : « my listeners will take this for an exaggeration on my part, though I have stated only what I have witnessed ») concerne Nīsābūr, où une tige de rhubarbe pourrait peser jusqu’à 40 kg et un coing jusqu’à 1,3 kg (ibid., avec commentaire, p. 107).

151 P. 12 ; trad., p. 35.

152 Risāla, p. 34-35 ; trad., p. 54-55 ; le point culminant de l’Elbourz (Demāvend, Dunbāwand) est en effet un massif volcanique dont l’activité était sans doute plus forte qu’aujourd’hui, ce qui donne leur juste prix aux risques qu’Abû Dulaf dit avoir courus. Il a très bien noté les phénomènes, sulfureux notamment, et il conclut fort justement : « The smoke which is taken for the breath (des êtres mythiques enfermés dans la montagne) is simply the vapour of that sulphurous spring. And this combination gives an air of plausibility to what the common people allege ». Sur cette montagne, cf. M. Streck, dans EI (2), t. II, p. 108-109 (ne signale pas Abū Dulaf). On comparera Abū Dulaf avec Ibn al-Faqīh, p. 274-279.

153 Risāla, p. 41 ; trad., p. 60.

154 On peut même, en tenant compte du goût croissant pour la prose rimée (sağ ‘) qui se manifestera dans les masālik, prévoir la transformation des notations comme celles d’Abu Dūlaf dans le style de Muqaddasī. Soit (Risāla, p. 17) la phrase suivante : « l’Arménie connaît des prix modérés, mais parfois des sécheresses redoutables » : Arminiyyatu raiẖiṣatu l-as‘ār wa rubbamā kāna l-qaḥṭu bihā ‘aẓiman ğiddan. On peut très bien envisager, chez un Muqaddasī, le schéma suivant : Armīniyyatu / raiẖiṣatu l-as‘ār / qalilatu l-amṭār / rubbamā kāna..., avec institution de doublets phonétiques.

155 Il faut repenser, ici encore, au caractère exceptionnel et précurseur de l’œuvre de Ya’qūbī.

156 N’oublions pas que la première Risāla est rédigée à l’occasion d’une ambassade destinée à traiter, pour le compte des Sāmānides de Buẖārā, l’affaire des « mariages turcs ».

157 Cf. M. Hamidullah, « L’Europe et l’Orient musulman », dans Arabica, VII, 1960, p. 281-300 (avec bibliographie) ; A. Vasiliev, Byzance et les Arabes, passim ; M. Canard, « Les expéditions des Arabes contre Constantinople dans l’histoire et dans la légende », dans J. As., 1926, p. 61-121. Du même, une étude d’ensemble des rapports militaires, diplomatiques, économiques et culturels entre Byzance et l’Islam : « Les relations politiques et sociales entre Byzance et les Arabes », dans Dumbarton Oaks papers, n° 18, p. 35-56. Voir aussi Mas‘ūdī, Prairies, t. II, p. 335 sq., et Muqaddasī, trad., § 123.

158 Il ne saurait être question de passer en revue toutes les ambassades arabes dans l’Empire byzantin, sur lesquelles on renverra aux ouvrages et articles déjà cités, mais d’indiquer celles qui semblent avoir donné lieu à des relations de voyage : à ma connaissance, celle de ‘Umāra, reprise par Ibn al-Faqīh (cf. tableau des auteurs) en est jusqu’à présent le seul spécimen, qui a d’ailleurs échappé à l’habituelle sagacité de Kratchkovsky. Je n’ai pas retrouvé trace, chez Ibn Ḥawqal, de cet agent de renseignements que S. Dahan (introd. à la Risāla d’Ibn Faḍlān, p. 17) donne, d’après cet auteur, comme étant resté vingt ans à Constantinople, sur l’ordre de Hārūn ar-Rašīd. L’histoire est connue, mais elle remonte à des sources beaucoup plus tardives, et son authenticité est très contestable : cf. Kratchkovsky, p. 129-130 (133).

159 Sur Mūsä b. Nuṣayr, cf. tableau des auteurs.

160 Sur des récits d’échanges de prisonniers, cf. Mas’ūdī, Tanbīh, p. 255 sq. (à noter, parmi ces échanges, celui qui comprend Ğarmī) ; récits recueillis oralement de prisonniers ou autres voyageurs musulmans dans l’Empire byzantin chez Ibn Ḥawqal, p. 195 sq. Cette tradition de voyage, forcé ou non, vers Constantinople, restera vivace jusqu’à une époque tardive : voir la traduction du récit du Ḥāğğ ‘Abd Allāh b. Muḥammad, qui visita Constantinople sous Andronic II Paléologue (1282-1328), par M. Izeddin, dans J. As., 1958, p. 453-457.

161 Cf. supra, p. 132. Sur l’identification du personnage, cf. tableau des auteurs.

162 Ibid.

163 Cf. Canard, dans EOLP, op. cit.

164 Kratchkovsky, par exemple, p. 135 (137), peut, après de Gœje, trouver, dans le récit des Maġrūrūn, des traces évidentes de « folklore ».

165 Si le mal paraît moindre, a priori, pour un ‘Umāra b. Ḥamza, reproduit par Ibn al-Faqīh, un Muḥammad b. Mūsä (par Ibn Hurdāḏbeh et Mas‘ūdī), un Ğarmī (par Ibn Hurdāḏbeh), un Hārūn b. Yaḥyä (par Ibn Rusteh), que dire pour Uswānī, connu seulement à travers Maqrīzī (xive-xve siècles), à son tour repris par Manūfī et Ibn Iyās (xve siècle ; cf. G. Troupeau, dans Arabica, I, 1954, p. 276-277), pour Ibrāhīm b. Ya‘qūb, transmis par Bakrī (xie siècle) et Qazwīnī (xiiie siècle), pour les Maġrūrūn (Idrīsī [xiie siècle], repris par Abū Ḥāmid al- Ġarnātī [xiie siècle] et ‘Umarī [xive siècle]), et surtout pour Ġazāl (Ibn Diḥya [xiie-xiiie siècles] et Maqqarī [xvie-xviie siècles]) ? Le problème est repris infra, p. 147-148.

166 Tel est le cas, notamment, de Hālid al-Barīdī (Muqaddasī, trad., § 123, où l’isnād donné n’est pas incompatible, dans le principe, avec la production, par ce personnage et en son temps, d’une relation écrite) et des envoyés de Hārūn ar-Rašīd en Arabie du sud (Idrīsī, éd. Jaubert, t. I, p. 64, cité par Kratchkovsky, p. 129 [132]). Il convient de ne pas oublier, enfin, toutes les sources orales (cf. par exemple supra, p. 145, note 4), qui ne peuvent trouver leur place dans le présent chapitre, conçu comme un répertoire des sources écrites (connues directement ou non).

167 Sur le premier et son sens critique, cf. Kratchkovsky, p. 130 (133) ; sur Ğarmī et l’exactitude de sa description administrative de l’Empire byzantin, ibid., p. 132 (134) ; Hārūn b. Yaḥyä, s’il se laisse aller, dans sa description de Rome, à un goût du merveilleux qui n’exclut d’ailleurs pas un fond de réalité, nous a donné, en tout état de cause, sur Constantinople, des renseignements d’un extraordinaire intérêt. Reste évidemment le problème même du volume, extrêmement réduit, de ces extraits : la perte la plus sensible semble affecter l’œuvre de Ğarmī, plus ample à l’origine que les autres (cf. Kratchkovsky, p. 132 i. f. [135]).

168 Le but de leur expédition est donné comme strictement scientifique : reconnaître la configuration et les limites de la mer des Ténèbres (océan).

169 Il nous livre une représentation assez exacte du système du Nil et de ses affluents, en même temps qu’un tableau remarquablement détaillé et précis de l’organisation territoriale et politique de la Nubie et des Bedja. Mais le fait même que ce tableau soit reproduit fidèlement par Maqrīzī, s’il témoigne, chez celui-ci, d’une conception élevée de son honneur d’écrivain, le fait tomber dans un autre travers : l’absence d’une conception de l’histoire. Tout se passe comme si les quatre siècles qui le séparent d’Uswānī étaient passés sur ces pays sans y rien changer.

170 On prendra ce terme, bien entendu, toujours sur le plan de l’appréciation objective d’une réalité historique, étant entendu que, pour l’étude sociologique des mentalités, les textes n’ont pas moins de valeur que les autres.

171 Même si celui-ci existait, dans son principe, à la cour de l’empereur byzantin, les modes sous lesquels il nous est présenté ici (Ibn al-Faqīh, p. 137-139) n’en demeurent pas moins extravagants.

172 Lévi-Provençal (repris par A. Huici Miranda, dans EI (2), t. II, p. 1062) a pu noter (« Un échange d’ambassadeurs entre Cordoue et Byzance au ixe siècle », dans Byzantion, XII, 1937, p. 1-24) l’inquiétante constance des mêmes thèmes dans le récit des deux ambassades de Gazāl à Constantinople et au Jutland : ruse pour éviter l’entrée à l’audience du souverain par une porte-joug, amitié amoureuse avec la reine et envoi de poèmes. Lévi-Provençal en concluait que le récit du Jutland était « une contamination postérieure », l’ambassade à Constantinople recouvrant seule une réalité historique. Kratchkovsky, p. 133-134 (136), a fait justice de cette hypothèse, mais l’article de Lévi-Provençal n’en demeure pas moins essentiel, dans la mesure où il démontre la constance de ces thèmes : il se réfère en effet à une chronique-compilation sans doute antérieure aux textes d’Ibn Diḥya et de Maqqarī, mais où, déjà, ces thèmes existaient : thèmes, par conséquent, dont l’aura poétique et merveilleuse ne pouvait que s’affirmer au cours des âges*.

173 Même si l’on admet, comme plus haut (p. 135-136, 141), que cette rédaction elle-même n’est pas incompatible avec certaines formes littéraires, il n’en demeure pas moins étrange, ici, que les souvenirs des ambassades de Ġazāl se réduisent exclusivement à ces formes.

174 « Muhammedanische Tradltionen... », dans ZDPV, II, 1879, p. 14 ; Muḥammeda-nische Studien, t. II, p. 318, note 2. Dernier état de la question dans J. Sourdel-Thomine introd. à la trad. de Harawī, Kitāb az-ziyārāt, Damas (IFD), 1957.

175 Voir références chez J. Sourdel-Thomine, op. cit., p. XXX, notes 2, 3.

176 A de très rares exceptions près, représentant d’ailleurs des œuvres disparues : cf. Muḥammedanische Studien, loc. cit., et J. Sourdel-Thomine, p. XXX-XXXV.

177 Cf. V. Monteil, introd. à Parole donnée, p. 27 sq.

178 Cf. infra, chap. VII. Genre lui-même développé à partir du thème de la comparaison et des mafāẖir wa l-maṯālib : cf. supra, chap. II, p. 54, note 1, p. 55, note 2.

179 Et, comme lui, accessoirement à la littérature des « merveilles » : cf. J. Sourdel-Thomine, p. XXXVII.

180 Autres noms dans K. ‘Awwād, introd. à l’éd. du Kitāb ad-diyārāt, p. 22-26.

181 Op. cit., p. 19 : l’auteur (que l’on a précédemment qualifié d’adīb) « ne parle que de ce qui peut procurer plaisir et agrément (mā laḏḏa wa ṭāba) : belles histoires, jolies descriptions... Il écrit dans le style élégant et charmant des plus grands lettrés de ce ive/xe siècle ». Sans partager l’enthousiasme de l’éditeur pour la manière d’un Šābuštī, on peut lui reconnaître de la simplicité, de l’aisance et parfois, malgré les formules stéréotypées, quelques trouvailles heureuses : en bref, une certaine attention portée au style, laquelle est une des marques de l’adab.

182 Voir les noms cités dans K. ‘Awwād, op. cit., p. 27 sq.

183 H. Laoust, Le précis de droit d’Ibn Qudāma, Damas (IFD), 1950, p. XX (cité dans J. Sourdel-Thomine, op. cit., p. XX, qui cite également, avec Harawī, quelques autres exemples de ce syncrétisme chez les pèlerins). Sur l’ensemble des problèmes évoqués ici, cf. J. Sourdel-Thomine, p. XXII-XXIII ; D. Sourdel, « dayr », dans EI (2), t. II, p. 201 ; II. Laoust, La profession de foi d’Ibn Baṭṭa, Damas (IFD), 1958, p. XXVIII, XCII sq. ; C. Cahen, « dhimma », dans EI (2), t. II, p. 234 sq. (dans une perspective plus historique et socio-économique que culturelle) ; G Graf, Geschichte der christlichen arabischen Literatur, Vatican, 1944-1953, 5 vol., t. I, p. 52-77 ; t. II, passim.

184 On pense notamment au rôle joué par les kuttāb d’origine chrétienne : cf. D. Sourdel, Vizirat, passim, et « Dayr Kunnā », dans EI (2), t. II, p. 203-204.

185 Et donc justiciable, en soi, du chapitre « La géographie sans les géographes ».

186 Dans le premier cas, on pensera par exemple à un Abū Dulaf Mis‘ar ; dans le second, on opposera les données de la Relation au traitement qu’elles subissent dans le Supplément ou les Merveilles.

187 P. 108.

Notes de fin

* Voir Addenda, page 405

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search