Version classiqueVersion mobile

La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du 11e siècle. Tome 1

 | 
André Miquel

Chapitre I. Aux sources de la géographie arabe : les sciences nouvelles et les sciences traditionnelles

Texte intégral

La mathématique de la Création

  • 1 Cf. Reinaud, Introduction, passim ; Blachère, Extraits, p. 13-14 ; S. Maqbul Ahmad, « Djughrāfiyā  (...)
  • 2 Dans le volume qui fera suite à celui-ci.

1C’est un fait reconnu qu’aux origines de la géographie arabe, la recherche spéculative occupe une place importante.1 Est-ce bien le lieu, dira-t-on, d’oublier un propos qui tient avant tout à l’étude de l’homme pour des préoccupations d’un autre ordre ? Les choses ne sont pas si simples, car ici, la géographie des étoiles mérite mieux qu’une sèche mention. D’abord, on peut se demander, comme nous le ferons, si les Arabes auraient su regarder la terre sans en avoir auparavant trouvé la raison dans le ciel. Ensuite, l’esprit ségrégatif et l’ordre parcellaire de notre siècle ne sont pas de mise avec l’ambition totalisante des savants du Moyen Age, pour qui le savoir ne se dissocie pas. Et enfin, quand nous serons, beaucoup plus tard2, amenés à pénétrer les mentalités telles qu’elles se font jour à travers les pages de nos auteurs, nous verrons quelle place y tiennent la distribution du monde et la représentation qu’ils se font de la terre en son sein. Pour toutes ces raisons, et ce dès les origines, il n’est pas de géographe, s’il se pique de sérieux, qui ne commence son exposé sans sacrifier à cette recherche royale par quoi l’homme repense le dessein du Créateur.

  • 3 Cf. Nallino, dans El, loc. cit. : on exceptera bien entendu de notre propos les connaissances popu (...)
  • 4 Du sanscrit siddhānta (traité d’astronomie) et du persan zig (table astronomique) ; cf. Nallino, o (...)
  • 5 Elle se conserve sous la forme de survivances isolées dans la masse des données hellénistiques ; e (...)
  • 6 Cf. Nallino, dans El, t. I, p. 506; Mas‛ūdī, Prairies, t. VIII, p. 291-292.
  • 7 La grande génération de Hunayn, formée autour du bayt al-hikma d’al-Ma‛mūn, fondée en 217/832. Hun (...)
  • 8 Pour ne parler bien entendu, et ce sur le plan des œuvres théoriques seules, que des premiers aute (...)
  • 9 Sauf peut-être par la systématisation de l’emploi des procédés trigonométriques, où survit sans do (...)
  • 10 Place faite, toutefois, à la théorie d’un mouvement de la terre autour de son axe : Ibn Rusteh, p. (...)
  • 11 Pour l’astronomie s’entend. On ne dira rien ici des autres disciplines mathématiques, qui n’entren (...)
  • 12 « Le jaune dans l’œuf » : Ibn Hurdādbeh, p. 4 ; Ibn Rusteh, p. 8 ; Ibn al-Faqīh, p. 4 ; Muqaddasī, (...)
  • 13 Trad., p. 4-6 (citation de Saraẖsī : sur celui-ci, cf. infra, p. 78-79).
  • 14 Sur cette conception de la science, cf. infra, p. 200.
  • 15 Cf. infra, chap. II.
  • 16 Rapprocher de cette mentalité la mystique du nombre dans la cosmologie coranique, notamment les se (...)
  • 17 Cf. par exemple Ibn Rusteh, p. 15-22 ; MuqaddasI, trad., § 97 sq.
  • 18 Formule caractéristique chez Ibn Rusteh, trad., p. 19 : t Les villes de la terre sont, dit-on, au (...)

2Un mot ici pour rappeler les origines de la géographie astronomique chez les Arabes. Au sens rigoureusement scientifique du terme, celle-ci est venue de l’étranger.3 Les traductions hindoues et persanes qui, en initiant Bagdad au système du sindhind et du zīǧ4, donnent le branle à l’astronomie arabe, remontent sans doute au dernier quart du viiie siècle de J.-C. ; il semble toutefois qu’au moins au niveau de la formation des savants, cette influence a dû cesser de jouer un rôle de premier plan5 dès que la nouvelle venue, la grecque, a pris le relais, on sait avec quelle puissance. La première version arabe de l’Almageste de Ptolémée a sans doute vu le jour autour de l’an 8006; suivront bientôt, aux mains des traducteurs célèbres que furent Ḥunayn b. Isḥāq, Ṯābit b. Qurra. Qusṭā b. Lūqā et tant d’autres7, la Géographie du même Ptolémée, ses Tables, ses Hypothèses des planètes et son Planisphère; de Théon d’Alexandrie, les Tables ; de Marin de Tyr, la Géographie ; d’Aristarque, d’Autolycus, de Théodose, d’Ammonius, d’Hypsiclès et de leurs pareils, divers traités sur les planètes. A partir de ces traductions éclosent à leur tour les œuvres nouvelles de la première génération d’astronomes bagdadiens, pléiade de noms d’où émergent ceux de Muḥammad b. Mūsä al-Huwārizmī, mort vers 232/846, de Farġānī, notre Alfraganus (mort après 247/861) et d’Abū Ma’šar (Albumasar, mort en 272/886).8 Nouvelles, à vrai dire, ces œuvres ne le sont guère sur le plan théorique9, les auteurs reprenant pour leur compte bon nombre des idées des vieux maîtres, et notamment la cosmographie ptoléméenne des cercles intérieurs et des épicycles ordonnés autour d’une terre immobile au centre du système.10 Le mérite des Arabes se situe, nous le verrons bientôt, sur un autre plan que celui de la théorie pure11 ; mais, avant que de la quitter, force nous est de poser le problème de ses relations avec la géographie arabe à ses origines. A ne considérer que les intentions, on peut déjà avancer que c’est dans les étoiles, par une méditation sur l’ordre du monde dont notre globe est le noyau12, que la géographie de la terre a voulu se fonder en droit. « Dieu, écrit Ibn Rusteh13, n’a pas laissé cette mission [de l’étude des astres] en monopole à ceux qui s’estiment satisfaits en jetant un regard sur le ciel et ses astres, pour constater que ceux-ci se cachent de jour et sont visibles de nuit, et distinguer les points de leur lever et de leur coucher. Tel n’est pas le dessein essentiel de Dieu, et ce ne serait pas combler ses désirs que de se contenter d’observations aussi vagues, qui ne mènent pas à la science de la causalité et ne donnent même pas la notion d’une cause quelconque...14 Par conséquent, les astronomes se sont conformés à la volonté de Dieu... On s’éloigne de Dieu, on cherche à échapper à sa bonne direction en négligeant de consacrer sa pensée, son cœur, son action, ses regards à la création des cieux et de la terre. » C’est peu toutefois que, par de tels propos, où passe l’écho des luttes entre une soif ardente de connaître et une orthodoxie inquiète15, la géographie ait voulu se donner une raison de vivre : elle a trouvé aussi, dans cet exposé nombré de la création, de quoi projeter ici-bas l’ordonnance rigoureuse du ciel. Qu’on voie dans le nombre une simple méthode de la magie traditionnelle16 ou, avec Lévi-Strauss, une constante quasi-instinctive de notre nature, une systématique de l’univers qui est un peu comme « l’ombre »de la science, on constate qu’au départ la géographie arabe, dans la présentation d’ensemble qu’elle fait de la terre17, opère par le même esprit de classement numérique qui préside à la connaissance du cosmos, et la répartition des terres habitées ou des climats, les chiffres qui ponctuent la description de la planète reflètent bien le même tempérament distributif que la science des étoiles.18

  • 19 Cf. Ibn Rusteh, p. 5.

3Il reste que l’étude du globe va bien au-delà des termes que lui assigne la prière d’Alexandre19, de la simple projection ici-bas des « distributions calculées » et des « vérités mathématiques » de l’univers. Au départ en effet, le développement des thèmes géographiques proprement dits est justiciable de deux tendances : l’une, linéaire et diachronique si l’on veut, représente le passage normal de l’astronomie pure à la cartographie; l’autre, d’ordre synchronique, nous rappelle ce qui appartient en propre à ce siècle, et que cette science porte la marque de celles qui naissent ou, pour certaines, prennent leur essor au même instant.

Les sciences de la terre : la géodésie, l’astrologie et l’élaboration du genre cartographique de la ṣūrat al-arḍ

  • 20 Cf. par exemple Avicenne, Épltre sur la classification des sciences (Aqsām al-‛ulūm) et la VIe par (...)
  • 21 On sait que c’est en astronomie pratique (cf. la mesure d’un arc de méridien sous al-Ma‛mūn) que s (...)
  • 22 Mas‛ūdī, Tanbih, trad., p. 19-20, explique les rapports des deux sciences. Sur l’astrologie chez l (...)
  • 23 Tanbīh, trad., p. 54. Sur l’interprétation du mot « climat », cf. ci-après.
  • 24 Ibid., p. 47.
  • 25 Une illustration exemplaire en est donnée (p. 55 sq.) par le climat médian, le quatrième, celui de (...)
  • 26 Cf., entre autres passages, Ḥayaiwān, t. III, p. 245 ; t. V, p. 35-36.
  • 27 Tanbih, trad., p. 40.

4Par une idée chère aux héritiers de la science grecque, il n’est pas de recherche fondamentale qui ne trouve, sous la forme de dérivées ou de composantes (furū’), son application dans les faits.20 L’astronomie se subdivise ainsi, aux yeux des savants arabes du Moyen Age, en un certain nombre de disciplines, dont certaines lui appartiennent en propre et d’autres, au contraire, lui sont communes avec la géométrie. C’est à cette seconde espèce qu’il convient de rattacher la « science de l’astrolabe », notre géodésie, qui fut, on le sait, une des gloires les moins discutables de la pensée arabe au Moyen Age.21 Mais l’appréciation exacte des mesures de la terre et de sa position dans l’univers n’allait pas toutefois sans la volonté d’en éclaircir aussi la destinée : on s’étonnera peut-être de voir figurer ici, avec l’astrologie, une démarche de l’esprit à laquelle nous refusons aujourd’hui et le nom de science et, partant, tout droit à se dire représentative d’une quelconque réalité terrestre ; mais dans l’Antiquité et au Moyen Age, l’astrologie, branche de la science des astres, était comme elle soumise à des lois.22 Pour le sujet qui nous occupe, cette considération est d’une importance capitale, dans la mesure où c’est par l’astrologie que s’opère l’intégration de l’homme et des êtres vivants au système de l’univers : en établissant entre eux et l’ordre du monde un ensemble très étroit de relations, l’astrologie ouvrira la voie à un chapitre essentiel de la science géographique, celui des rapports des créatures au milieu qu’elles occupent. A l’origine toutefois, et pour rester dans la perspective où nous nous sommes placé jusqu’ici, ces relations s’ordonnent dans un cadre strictement astrologique, que Mas‛ūdī trace assez bien lorsque, rappelant des données désormais traditionnelles, il place chacun des sept « climats »23 sous l’influence d’une planète et que, ébauchant à travers certains exemples une loi d’adaptation à l’environnement astral, il conclut24 : « D’après certains astrologues, chaque partie de la terre se rapporte à une partie de la sphère et en reçoit son caractère propre. Des parties de la sphère, les unes, en effet, sont éclairées, les autres obscures, celles-ci parlent avec éclat, celles-là sont muettes, les unes émettent des sons, les autres sont creuses, et elles ont encore d’autres qualités variables dans chaque degré. C’est pourquoi le langage des habitants de chaque pays varie selon les influences avantageuses ou funestes qui y dominent ; c’est aussi pourquoi les hommes parlant une même langue ont une prononciation et des intonations particulières à chacun d’eux ».25 Ailleurs encore, reprenant l’idée maintes fois exploitée par Ğāḥiẓ26, selon laquelle la couleur de la peau est en rapport avec l’influence du soleil lors de la formation de l’embryon27, il déclare : « Chez eux (les peuples de l’Afrique sub-équatoriale), la chaleur est intense, l’humidité rare ; ils sont noirs de teint, ont les yeux rouges, un naturel emporté ; car l’atmosphère est enflammée et les enfants se développent tellement dans la matrice que leur teint en est brûlé ; leurs cheveux sont crépus par l’effet des radiations de la chaleur sèche ; c’est ainsi que les cheveux lisses qu’on approche du feu se contractent d’abord, puis se courbent ou se tordent en boucles à mesure qu’on les porte plus près du foyer ou qu’on les en éloigne. »

  • 28 Il faut entendre ici le mot au sens du grec κλίμα, dont les Arabes ont fait iqlīm : inclinaison de (...)
  • 29 Cartographie en effet, en ce sens que cette recherche nouvelle se borne à donner, en ses lignes es (...)
  • 30 Par exemple, les évaluations, remontant à Ptolémée, des distances maritimes et terrestres ou du no (...)
  • 31 Rapport des masses terrestres et aquatiques dans l’équilibre du globe, mouvement des fleuves, phén (...)
  • 32 Nous savons que Huwārizmī lui-même fait place dans son œuvre à des thèmes d’adab (sur ce mot, cf. (...)
  • 33 Il faudrait, en tout état de cause — ce qui n’est pas le lieu ici — reposer le problème aux origin (...)
  • 34 Sur l’absence de l’œuvre de Strabon parmi ces traductions, cf. infra, p. 270.
  • 35 Cf. Nallino, dans EI, p. 505-506. Cet intérêt et les nécessités de la communauté nouvelle explique (...)
  • 36 Cf. Schoy, « ḳibla », dans EI, t. II, p. 1045-1047. Muqaddasï illustre assez bien la façon dont s’ (...)

5Ainsi s’élabore peu à peu ce que l’on a appelé la forme ou représentation de la terre (ṣūrat al-arḍ), genre incertain qui juxtapose les données mathématiques de l’astronomie appliquée et la « science des climats ».28 Genre incertain, dis-je, car, dans l’état actuel de nos connaissances, cette cartographie29 semble avoir très tôt, dans ses deux composantes fondamentales de la géodésie et de la répartition astrologique des climats, refusé de s’en tenir à la théorie pure. En ce qui concerne, tout d’abord, la science des mesures de la terre et de la répartition de ses différents éléments30, on constate qu’elle fait place, même de façon rudimentaire, à des considérations de physique naturelle qui ne sont peut-être à leur tour, au moins à l’origine, que l’application, aux données nouvelles, des thèmes de la mécanique.31 Et déjà, par là même, sont fixées les limites de la perspective envisagée : car — sans parler de tant d’autres sujets, si éloignés de l’astronomie pure et pourtant présents chez les tout premiers cartographes32 — reconnaître l’élément étranger qu’est la mécanique revient à constater que, si l’astronomie peut donner naissance à une géodésie, au sens large du terme, ce n’est pas d’elle seule, en vertu d’une espèce de nécessité interne qui ferait sortir la nouvelle science tout armée des carnets des savants. Le retour au point de vue synchronique, à un examen, même rapide, des autres disciplines dont l’éclosion ou l’essor accompagnent les premiers balbutiements de la science géographique s’impose d’autant mieux que cette géodésie elle-même, si tributaire qu’elle reste de l’astronomie pure, n’échappe pas à la coloration particulière de son siècle : d’abord, le développement établi, qui la fait dériver de l’astronomie, même s’il est dans l’ordre naturel des choses33, a été considérablement facilité, dans le cas précis qui nous occupe, par la traduction, parallèlement aux traités d’astronomie pure, des Géographies de Ptolémée et de Marin, qui ont pu préfigurer assez bien, aux yeux des savants arabes du iiie/ixe siècle — et ce non plus de façon théorique, mais dans la pratique, le poids de l’autorité et de la raison aidant — les voies dans lesquelles pouvaient s’engager les techniques de présentation de la terre.34 Il convient de noter, d’autre part, que cette curiosité pour l’astronomie appliquée n’est pas quelque chose d’artificiellement plaqué sur les productions du siècle, d’imposé du dehors à la mentalité des contemporains : bien au contraire, elle recoupe un goût du concret et de l’observation empirique des astres déjà signalé.35 Enfin, l’intérêt porté à la géodésie s’explique, tout autant que dans un prolongement naturel de l’astronomie pure, par des considérations religieuses : il importe, à une communauté désormais épandue très loin au dehors de son territoire d’origine, de connaître assez bien la configuration générale du globe pour y trouver, aux heures canoniques, la direction de la prière.36 Pour toutes ces raisons, et une fois la part faite au rôle générateur de la mathématique astronomique pure, il convient de réintégrer la géodésie au grand ensemble des sciences de la terre qui se sont développées dans le même cadre historique.

  • 37 Théorie générale de l’influence des planètes mâles ou femelles (p. 38) et parallélisme du feu inte (...)
  • 38 Quelques pages à peine dans les traités de masālik wa l-mamālik comme ceux d’Ibn Ḥawqal ou Muqadda (...)

6La même remarque vaut pour l’astrologie, la seconde des deux composantes de la ṣūrat al-arḍ. L’exemple de l’influence solaire prouve bien l’incapacité de cette recherche à se satisfaire de conditions idéales : dans le même contexte, à côté de l’idée fondamentale de la conjonction37, se fait jour celle des effets non plus du soleil en tant qu’astre, mais du phénomène physique du rayonnement. Et ainsi, de même que les considérations propres au siècle et l’observation concrète de la conformation du globe viennent tempérer, dans la géodésie, ce que la science des sphères peut avoir de trop schématique, de même la physique de la terre vient proposer à l’astrologie un système de relations plus naturelles entre la vie et le milieu où elle se développe : la relation perçue, étudiée, de l’homme à la nature prendra le pas sur la relation théorique de l’homme à son astre. Si donc la cartographie de la ṣūra, sous ses aspects géodésiques et astrologiques, joue un rôle fondamental dans l’élaboration de la géographie arabe, c’est, au total, beaucoup moins par l’importance de ses thèmes38 que comme moteur et cadre des recherches dont il nous faut maintenant parler.

Les sciences de la terre : la physique du globe

  • 39 Au sens défini plus haut, p. 12, note 1.
  • 40 Cf. M. Steinschneider, Die arabischen Übersetzungen aus dem Griechischen, Leipzig, 1889-1893, 2 vo (...)
  • 41 Sur cette dernière, cf. E. Wiedemann, « kīmiyā‛ », dans El, t. II, p. 1068-1076 (avec bibliographi (...)
  • 42 P. XII de l’introd. de C. Pellat. Un autre programme de connaissances, mais plus sujet à caution, (...)
  • 43 P. 26.
  • 44 P. 29. Cf. encore, entre autres questions, le débat entre l’explication mythologique et l’explicat (...)
  • 45 Tanbïh, trad., p. 68.
  • 46 Ibid., p. 46.
  • 47 Ibid., p. 47.
  • 48 Ibid., p. 46.

7L’étude du milieu physique, qui vient doubler, puis reléguer à l’arrière-plan la climatologie39 théorique des cartographes, a pour elle quelques grands noms et un programme. Les œuvres d’Aristote, d’Apollonius de Tyane, de Zosime, et tant d’autres disparues40 couvrent un domaine fort vaste, où se mêlent la météorologie, l’hydrographie, l’orographie, la pédologie et la minéralogie, cette dernière avec sa dynamique, l’alchimie.41 Le programme de cette recherche relative au milieu, il est, au sein d’ambitions plus vastes, tracé par Ğāḥiẓ vers les années 227-230/842-845, dans le Kitāb at-tarbī wa t-tadwīr42, lorsque l’auteur demande « depuis quand ont paru les montagnes, et les eaux coulé des collines ; quelle est la plus ancienne, des vallées de Bactres, du Nil, de l’Euphrate... ; d’où vient la terre de ces vallées, d’où l’argile qui s’étend du pied des montagnes à leur sommet; quelles mers elle a emplies, quelles dépressions comblées, et combien de terre s’est ainsi formée, combien de sources ont vu le jour...43 ; quelle était la nature de l’eau aux origines, aux tout premiers temps qu’elle était versée dans son réceptacle ; si c’était une nappe (baḥr) saumâtre, qui se changea ensuite en eau douce et limpide, ou une eau douce et limpide qui se changea en une nappe saumâtre ».44 Quant à Mas‛ūdī, il déclare : « Les climats des lieux diffèrent même s’ils ont, comme nous l’avons dit, des latitudes ou d’autres conditions communes, par suite de circonstances particulières. Par exemple, s’il y a des vapeurs froides dans les profondeurs de la terre, et qu’elles apparaissent au dehors en certains lieux, alors même que ces lieux sont soumis à des planètes dont l’influence est chaude, l’influence du froid de la terre y domine et détruit l’action des astres ».45 L’on a ainsi « diversifié les pays en quatre manières : premièrement par contrées, deuxièmement par l’élévation ou la dépression des lieux, troisièmement par leur proximité des chaînes montagneuses ou des mers, quatrièmement par la nature du sol en chaque lieu ».46 Et Mas‛ūdī de conclure : « Le caractère de chaque lieu s’imprime sur ce qui y vit »47, car « les effets et influences des lieux sur le tempérament varient sous trois rapports : avec l’abondance des eaux, avec la qualité des bois, avec l’altitude ou la dépressitude (sic) du lieu ».48

  • 49 Cf., sur ces constructions d’ensemble, P. Duhem, op. cit. ; Browne (cité infra, p. 16, note 6), p. (...)
  • 50 Ibn Rusteh, p. 87; trad., p. 95-96.
  • 51 Cf. infra, chap. vi.
  • 52 P. 103; trad. p. 114.

8Y a-t-il, dans ces conditions, étude désintéressée des phénomènes naturels, je veux dire en eux-mêmes et pour eux-mêmes ? Il faut répondre par la négative. A l’heure en effet où s’élabore ce qu’on peut appeler le nouvel esprit scientifique du iiie/ixe siècle, l’ensemble des phénomènes physiques prend sa place, à la faveur des traductions du grec, dans le réseau serré des implications qui relient les unes aux autres les composantes de l’univers.49 Rien, comme nous le disions en commençant, qui soit moins parcellaire que cette science, rien non plus qui soit aussi dynamique : chaque être, chaque phénomène y sont le résultat d’un jeu de forces où interviennent les influences des astres et des quatre éléments fondamentaux. L’étude de l’apparence extérieure et mobile du monde est donc, en dernière analyse, celle de la vie : ces minéraux qui se transmuent, ces tempêtes qui sont la bile de la mer50 et cet homme enfin, qui est la merveilleuse réduction du macrocosme, participent tous de ce monde en travail. Un des géographes, comme on le dira, les plus pénétrés de ce nouvel esprit51, Ibn Rusteh, évoquera, pour clore un de ses plus beaux passages, cette harmonie de forces ordonnée par le mystère imprescriptible de la force souveraine52 : « Tous les astres partagent avec le soleil une influence sur les climats, sur la spécialisation des individus et des espèces, sur la formation de chaque individu et ses conditions d’existence, suivant la nature des localités et la situation de leurs habitants, et tous les phénomènes qu’on peut y observer. Mais outre son action sur les climats, le soleil concourt à la formation des individus et des êtres animés, ainsi que des mélanges variés, comme les groupes urbains, le caractère, les mœurs, les religions, les mines, les plantes, et la naissance d’un être vivant, avec la permission de Dieu ».

Les sciences de la terre : les êtres vivants

  • 53 L’intégration des minéraux au cycle vital.
  • 54 La moins scientifique au sens aristotélicien du terme. Cf. Duhem, op. cit., t. II, p. 71.
  • 55 Sur elle, on pourra s’en tenir à L. Leclerc, Histoire de la médecine arabe, Paris, 1876, 2 vol.; B (...)
  • 56 Cf. Browne, op. cit., p. 24-25.
  • 57 Cf. R. Walzer, « Djālīnūs », dans EI (2), t. II, p: 413-414; B. Carra de Vaux, « Buqrāṭ », dans EI (...)
  • 58 Voir une bonne analyse de ce qu’ils étaient alors chez Browne, op. cit., p. 47-48 (analyse du cont (...)
  • 59 Étude des variations du complexe humain en fonction du climat et de la situation géographique : cf (...)
  • 60 Cf. infra, chap. II, p. 45.
  • 61 Cf. B. Carra de Vaux, Penseurs, t. II, p. 290-291, 294 sq. ; B. Lewin, « adwiya », dans EI (2), t. (...)
  • 62 Sur l’agronomie, cf. M. ash-Shihabi, « filāḥa », dans EI (2), t. II, p. 920 ; Ibn al-Faqīh, p. 152 (...)

9Sauf la réserve faite plus haut53, l’étude de l’être animé est ainsi la plus complexe, la moins théorique54 qui soit : au premier rang, la médecine55, déjà illustrée par la rencontre de la Grèce et de l’Orient à Ğunday-Sābūr56, associe aux deux grands noms de Galien et d’Hippocrate ceux de Rufus d’Éphèse, Aetius, Oribase, Paul d’Égine, Alexandre de Tralles, Dioscoride et Théodose57 ; elle domine les autres sciences de la vie par l’ampleur de ses matériaux, par la prééminence de son objet, par ses implications aussi : s’il est vrai qu’elle se subdivise en plusieurs champs de recherche58, elle est aussi, comme l’homme au centre de l’univers, située à un carrefour : par un certain côté, elle touche à ce que nous appellerions l’ethnologie59, par les caractéristiques de l’hominien qu’elle met en lumière, elle s’intègre à la science plus vaste de la zoologie, où l’influence d’Aristote est souveraine60, par la pharmacologie, avec Galien, Hippocrate et surtout Dioscoride, elle ouvre la voie à la botanique61, parce qu’elle est enfin, à cette époque, la science très vaste de l’adaptation de l’homme au milieu, elle n’est pas absente d’un certain ordre de recherches domestiques, et notamment de l’agronomie62.

Science grecque et géographie

  • 63 Je renvoie à la comparaison voisine établie entre l’âme arabe et l’abeille qui prend à toutes les (...)

10A ce point de notre recherche, nous nous sentons à n’en pas douter assez loin des considérations de géographie pure ; mais n’y a-t-il pas au juste, dans cette espèce de dépaysement, comme une première caractérisation, par la négative, de cette géographie qui seule nous intéresse ? Si, tablant sur le phénomène historique des traductions du grec et de leur développement postérieur en une science arabe, nous cherchons, dans le parterre des fleurs nouvelles, celle qui nous appartient en propre, nous ne pouvons guère, pour l’instant, que désigner à l’évidence celles que nous ne reconnaissons pas : la géographie est bien faite d’astronomie, mais le Zīǧ d’Ibn Yūnus, par exemple, n’est pas de la géographie ; les œuvres que nous qualifions de géographiques font bien la place aux variations du comportement physique de l’homme, mais les œuvres des grands médecins arabes ne sont pas pour autant de la géographie; on peut bien enfin trouver chez les géographes quelques développements sur les plantes ou l’agriculture, mais ni le Traité des simples d’Ibn al-Bayṭār, ni le Traité d’agronomie d’Ibn al-‛Awwām ne sont de la géographie. Nous pouvons ainsi poser, comme un premier jalon de notre recherche, que la géographie n’appartient à aucune discipline spécialisée. Toutefois, énoncer cette proposition n’est pas imposer un signe irréductiblement négatif à la définition que nous voulons trouver : car il revient au même de dire — et nous aurons maintes fois l’occasion de le vérifier — que la géographie, puisqu’elle n’est tributaire en propre d’aucune discipline spécialisée, l’est donc de toutes : ce n’est pas une fleur qui répondra à notre attente, mais le parterre tout entier.63

  • 64 A. et M. Croiset, Littérature grecque, 10e éd., Paris, s. d., p. 622, 632, 696.

11Du même coup est posée une caractéristique fondamentale de cette recherche : parmi toutes les branches du savoir, telles qu’elles s’élaborent au iiie/ixe siècle, elle est, de très loin, la plus représentative des inquiétudes de l’époque, de cet appétit encyclopédique qui la marque. Si « les sciences de toutes sortes sont cultivées avec une extrême ardeur », si, « dans toutes les directions, on trouve une immense curiosité, un besoin universel et intense de connaître les choses de la nature et celles de l’humanité », si « l’érudition est la marque propre de cette période », il semble que la géographie en soit conçue comme l’expression souveraine : « tableau complet des divers pays », qui fait « la place aux mœurs, aux idées, aux légendes mêmes et à une histoire rapide du passé », elle donne des œuvres « d’un caractère généralement encyclopédique, qui ont surtout pour objet de condenser les renseignements épars ». Ces lignes64, qui s’appliquent, à quelques siècles d’intervalle, aux splendeurs hellénistique et romaine de la science grecque, et notamment de la géographie, peuvent, presque à la lettre, exalter encore le miracle de leur résurrection.

  • 65 Cf. chap. II.
  • 66 On a déjà évoqué (cf. p. 13, note 2) l’absence, parmi les traductions du grec, de la géographie st (...)

12Ainsi se précisent les voies de notre prochaine recherche : la géographie face à son objet. Car, d’entre toutes les manières de traiter une donnée encyclopédique, lesquelles seront préférées ? La nouvelle science sera-t-elle vraiment, dans les intentions ou dans les faits, exhaustive, ou simplement éclectique, voire sélective ? Une pareille étude est inséparable toutefois de celle qui, sur un plan plus général, aura traité auparavant des attitudes d’ensemble du iiie/ixe siècle face au monde nouveau créé par l’essor de la connaissance.65 Or, dans cet essor, la pensée grecque n’est pas seule en cause : dans le domaine particulier de la géographie, l’examen des matières étudiées jusqu’ici et qui, pour l’essentiel, recouvrent ce que nous appellerions aujourd’hui les sciences théoriques et les sciences naturelles, n’épuise pas le champ de la recherche : car la géographie arabe fait aussi leur place aux sciences « humaines »ou morales, comme l’histoire, la lexicographie ou même une certaine philosophie, dans lesquelles la Grèce, cette fois, intervient à peine. Si leur présence en effet est constatée parallèlement dans les géographies grecque et arabe, il n’est pas du tout sûr que ce ne soit pas ici le résultat d’un simple hasard.66 Et en serait-il autrement qu’en tout état de cause il ne s’agirait plus guère que d’exemple formel, le contenu de la pensée étant, en l’occurrence, infiniment moins justiciable de la Grèce que d’influences traditionnelles : on étudiera maintenant celles-ci, en allant justement dans le sens de leur emprise croissante.

Les sciences morales: l’éthique67

  • 67 Voir Addenda, page 102
  • 68 Cf. Walzer et Gibb, op. cit., .335-339; Aḥmad Amīn, Ẓuhr al-Islām, t. II, p. 175 sq.
  • 69 Cf. infra, chap. II, p. 63, note 2.
  • 70 Soit le premier tiers du ixe siècle ap. J.-C, de façon un peu théorique, nous en convenons, pour l (...)
  • 71 Cf. les définitions citées dans l’art, de R. Walzer, p. 337.
  • 72 Sur l’œuvre d’Ibn al-Muqaffa‛, cf. C. Brockelmann, dans El, t. II, p. 738 ; F. Gabrieli, op. cit. (...)

13Ce singulier est à vrai dire impropre : c’est d’éthiques qu’il faudrait parler.68 L’élaboration d’une éthique musulmane, telle qu’elle se fera avec Ibn Qutayba69, puis avec un Miskawayh ou un Ġazālī, n’a pas encore commencé à l’époque où nous nous plaçons70, soit aux années où la conscience musulmane entasse et inventorie ses matériaux avant d’en faire la critique. Il existe ainsi une éthique grecque et nous retrouvons, aux mains des traducteurs déjà signalés, les noms de Galien et d’Aristote, auxquels se joignent ici ceux de Platon et de Pythagore, de Cébès et de Thémistius. C’est aux Grecs sans doute et à leur théorie de la connaissance que les Musulmans du iiie/ixe siècle ont dû de considérer la philosophie pratique de la conduite humaine comme une « science ».71 Ces recherches, toutefois, comme celles que nous avons évoquées jusqu’ici, restent encore affaire de savants. Le grand nom d’Ibn al-Muqaffa‛, mort vers 139/757, est au contraire représentatif d’une éthique beaucoup plus répandue, très composite, mi-savante mi-populaire, qui combine, dans l’unité de la jeune prose, les réminiscences littéraires de l’Inde et de la Perse avec les classiques apophtegmes populaires (ḥikma) : leçons des sages, souvenirs bibliques, dictons venus du vieux fonds méditerranéen ou mésopotamien, peut-être mis de ci de là sous l’autorité d’un grand nom, mais en fait refondus et brassés au creuset de la traditionnelle sagesse des nations.72

  • 73 Cf., dans le Kalila wa Dimna, l’absence quasi totale de référence à l’Islam, l’invocation mise à p (...)
  • 74 Cf. infra, sur la littérature juridico-théologique.
  • 75 L’ensemble des vertus qui composent la murū’a ou vertu de l’homme. Cf. B. Farès, L’honneur chez le (...)

14Dans cette éthique, la religion nouvelle intervient peu. A la limite, on peut dire que les écrits d’Ibn al-Muqaffa‛ consistent à remplacer, dans le texte, le zoroastrisme sassanide par l’Islam, qui ne fournit guère qu’un cadre ou des mots commodes, mais certainement pas encore un esprit.73 Pourtant, si l’Islam apparaît peu dans ces textes écrits, il est présent, on s’en doute, dans la conscience collective, sous la forme des obligations canoniques et rituelles74, des récits des prédicateurs et des traditions qui se colportent : ainsi s’élabore une troisième éthique, arabe sinon musulmane et qui mêle au souvenir édifiant du Prophète et de ses Compagnons les vertus très païennes des grands ancêtres de l’Arabie pré-islamique.75

  • 76 Cf. infra, p. 167-169. Citons, par exemple, chez Ibn al-Faqīh (p. 160-161), une anecdote sur le th (...)

15Les trois tendances signalées se retrouvent dans les textes des géographes.76 En fait, elles nous intéressent moins ici comme composantes — au reste secondaires, par la place tenue — de la géographie future que comme éléments essentiels du grand débat qui, au deuxième tiers du iiie/ixe siècle, va ouvrir le dossier de la connaissance et proposer, à la géographie comme aux autres recherches, les options fondamentales. Les mêmes inquiétudes, la même confrontation de l’esprit venu du dehors aux exigences du monde nouveau de l’Islam vont se faire jour dans le domaine de la science politique, mais ici, déjà, avec un avantage marqué en faveur du second.

Les sciences politiques : la technique du pouvoir

  • 77 Ibn al-Faqīh, p. 160, selon lequel cette lettre aurait été élue en présence d’al-Ma‛-mūn.
  • 78 La littérature politique intitulée al-aḥkām as-sulṭāniyya (Māwardī et Abū Ya‛lä), décrivant le fon (...)
  • 79 Rôle de la physiognomonie (firāsa). Cf. T. Fahd., s. v., dans EI (2), t. II, p. 937-938 ; Kalila w (...)
  • 80 Sur les présages et la divination, cf. Kalïla, trad., § 524 |et passim, et le Bāb al-irāfa wa z-z (...)
  • 81 Les Rasā’il de ‛Abd al-Ḥamïd b. Yaḥyä al-Kātib ont été éditées dans les Rasā’il al-bulaġā (publ. p (...)
  • 82 Cf. Qudāma, trad., p. 192 (conseils généraux aux princes), 200-201 (cas d’Anūširwän), 204 (cas d’A (...)
  • 83 Voir Addenda, page 403
  • 84 Cf. Croiset, op. cit., p. 790-791.
  • 85 Cf. Sourdel, op. cit., p. 59-61 ; Blachère, Extraits, p. 11-12 ; G. Lecomte, « L’introduction du K (...)

16Fait significatif : les traductions cèdent le pas, sinon aux œuvres originales, du moins aux adaptations. On cite, certes, de prétendues lettres d’Aristote à Alexandre77, et quelques autres titres grecs78, mais l’éthique des rois, l’étiquette, l’art du pouvoir face aux sujets, aux courtisans ou aux ennemis, l’aptitude du souverain à juger du caractère des hommes79 et des prémonitions venues de Dieu80, sont essentiellement inspirés, depuis les années 133/750, par un Orient où la Perse sassanide tient une place de choix, comme en font foi les Rasā’il de ‛Abd al-Hamīd, le Kalīla wa Dimna d’Ibn al-Muqaffa‛ ou le Kitāb at-tāǧ du pseudo- Ğāḥiẓ.81 Science toute théorique, d’ailleurs, d’allure moralisante, et qui n’est, après tout, que l’expression aristocratique de l’éthique des aẖlāq.82 Tout autre est la technique du pouvoir considérée maintenant non pas chez celui qui l’incarne, mais chez ceux qui l’exercent en son nom : les Grecs, aux ive et ve siècles après J.-C, s’étaient bien donné pour tāche, autour de professeurs célèbres, Themistios83 et Libanios surtout, de former les cadres de l’administration impériale84 et l’on pouvait, dans le principe, sous réserve d’heureux hasards dans la transmission des œuvres, s’attendre à retrouver, dans la science du parfait fonctionnaire, un écho des grandes écoles d’Athènes, de Constantinople ou d’Antioche. Or, ici, l’absence des œuvres grecques est, autant que je sache, totale : eussent-elles été connues, dans la réalité des faits, que les exigences de l’heure auraient évincé cette influence traditionnelle au profit des nécessités du nouvel empire : celui-ci est en effet bien décidé à ne pas retomber dans l’erreur de son prédécesseur umayyade, qui avait cru gouverner en plaquant une aristocratie arabe sur un pays qu’elle connaissait d’autant plus mal qu’il restait, au moins dans les débuts, administré par des fonctionnaires auxquels Byzance et la Perse donnaient leurs traditions et leurs routines, leur langue et parfois même encore leur religion.85 Le succès du califat abbasside, c’est d’abord celui d’une administration nouvelle fondée en fonction de trois impératifs : l’impôt, la paix intérieure, la frontière.

  • 86 Cf. D. Sourdel, « barīd », dans EI (2), t. I, p. 1077-1078 (mais cette institution remonte, bien q (...)
  • 87 Le premier en date semble être celui de Mā šā’ Allāh, mort en 205/820, mais le plus célèbre est le (...)
  • 88 En relation, eux aussi, avec les impôts (taxes perçues sur les voyageurs), l’organisation de la po (...)
  • 89 La géographie politique d’Ibn Hurdādbeh ou de Qudāma ne fera qu’intégrer à un cadre plus vaste ces (...)
  • 90 Dans Rasā’il al-bulaġā, op. cit., p. 117-134. Adressée au calife al-Manṣūr, elle passe en revue c (...)
  • 91 Ce Livre de l’impôt foncier, rédigé à l’intention de Hārūn ar-Rašīd, est consacré aux principes qu (...)
  • 92 Ibrahīm b. Muhammad aš- Šaybānï est, ainsi que le montre D. Sourdel (« Le Livre des Secrétaires de (...)
  • 93 L’expression de « scribe-géomètre-ingénieur », qui est de D. Sourdel (op. cit., p. 122, note 90), (...)

17Les trois thèmes fondamentaux de la géographie politique des Ğayhānī ou des Qudāma, à savoir les listes de l’impôt foncier (ẖarāǧ), les itinéraires (masālik) et la description des places-frontières (ṯuġūr), s’organisent autour du thème central de la poste, du barīd traditionnel, mais rénové, remarquable outil de renseignements autant que de communications.86 Sans doute aussi faut-il rattacher aux préoccupations de l’administration centrale Les catalogues de prix de denrées87 et les itinéraires de pèlerinage.88 Ces connaissances, du reste, ne retiennent guère qu’une catégorie de fonctionnaires, ceux-là mêmes qui seront à l’origine d’une certaine géographie89 ; mais il y en a bien d’autres, qui seront intéressés, selon les cas, à des notions d’art militaire, d’irrigation ou de police par exemple. Et si, comme nous le verrons au chapitre suivant, le problème de la formation intellectuelle du fonctionnaire (kātib) est un de ceux qui vont le plus agiter la conscience du iiie/ixe siècle, il n’existe pas, en revanche, lorsqu’il s’agit de sa formation professionnelle, de divergences fondamentales. Assez tôt en effet, après les ébauches que constituent la Risāla fī ṣ-ṣaḥāba90 d’Ibn al Muqaffa‛ ou le Kitāb al-ẖarāǧ91, d’Abū Yūsuf Ya‛qūb, on verra des écrivains comme Šaybānī, ‛Abd Allāh al-Baġdādī et Ibn Qutayba92, pourtant si divisés sur la culture générale (adab) de cet homme nouveau, s’accorder, dans les faits, sur sa formation technique, à savoir : quelques disciplines différenciées selon l’affectation du fonctionnaire, et un programme de base, commun à toutes les catégories et visant à la formation du scribe-arpenteur-juriste.93

La tradition : les sciences philologiques. Géographie, iranisme et langue arabe.

  • 94 Cf. les art. cités, et, sur les modalités de cette préférence, infra, chap. II.
  • 95 Cf. Sourdel, Vizirat, p. 61.
  • 96 Morts respectivement vers 132/750, 139/757, 215-231/830-845 et 244/858.
  • 97 Sur ces écoles, et pour une vue d’ensemble de la grammaire arabe, cf. H. Fleisch, Traité de philol (...)
  • 98 Morts respectivement vers 175/791, 177/793 et 183/799.
  • 99 Muqaddasī par exemple consacrera des pages entières à des questions de vocabulaire (trad., § 18-19 (...)
  • 100 Le cas le plus remarquable est celui de Dīnawarï (mort peut-être vers 281-282/894-895, et en tout (...)

18Tous sont d’accord, au demeurant, pour réserver à la mise en forme des actes administratifs, à l’expression, une place de choix.94 L’élaboration d’une langue arabe en tant qu’instrument de chancellerie va évidemment de pair avec le souci des califes abbassides « d’affirmer, par réaction contre leurs prédécesseurs, le caractère religieux de leur fonction et l’aspect profondément musulman de la communauté qu’ils dirigent »95, mais elle s’explique aussi par la vivacité, en matière de langue, d’une tradition « nationale » déjà établie : car la communauté musulmane a, sur ce point, défini une culture originale. Les modèles, elle les trouve dans la prose profane de ‘bd al-Ḥamīd, Ibn al-Muqaffa‛, Madā’inī ou Sahl b. Hārūn96 ; quant à l’école, elle a sa doctrine : l’exemplarité — d’ailleurs inimitable — du Coran et son corollaire, la recherche au désert de la langue la plus pure ; ses écoles : Baṣra et Kūfa surtout97; ses noms : al-Halīl, Sibawayh, Ki-sā‛ī98 et tant d’autres. Les recherches lexicographiques, les réflexions grammaticales, l’enregistrement des monuments, surtout poétiques, de la vieille langue, ont une telle résonance, religieuse et sentimentale, que non seulement toutes les disciplines leur sacrifient peu ou prou99, mais même que certaines sciences étrangères, venues par les traducteurs, seront remodelées dans un cadre arabe à la faveur des recherches linguistiques.100

  • 101 Son père était du reste en relation avec Ibn Hurdādbeh : cf. Aġāni, t. XIX, p. 133. Si l’on consid (...)
  • 102 L’histoire, chez Ya‛qūbī et Marwazī, la philosophie, chez Sarahsī, la musicologie, chez Ibn Hurdād(...)
  • 103 Cf., pour l’exemple typique des Barmécides, D. Sourdel, « Barämika », dans EI (2), t. I, p. 1066-1 (...)
  • 104 On retrouvera chez les géographes le thème du ‛aǧamī donnant des leçons de pur arabe aux Arabes eu (...)
  • 105 Cf. supra, p. 2, note 4.
  • 106 Des maîtres en philologie, comme Sibawayh, Kisā’ī, al-Farrā‛, sont iraniens. Tradition vivace : un (...)
  • 107 Cf. le propos d’Ibn Hurdādbeh : traduire Ptolémée de la langue ‛aǧamiyya en arabe, pour le rendre (...)

19La géographie, quant à elle, doit plus que des thèmes à cette philologie : presque son existence. Ibn Hurdādbeh, Ibn al-Faqīh, Ibn Rusteh, pour ne parler que de ceux-là parmi les premiers géographes, sont des Persans, et Qudāma est né chrétien.101 Mais, en même temps, ces non-Arabes ne sont pas géographes de façon exclusive ou systématique ; ils restent avant tout des polygraphes102, et nous pouvons voir dans cette conjonction des deux faits racial et littéraire la marque même de la politique suivie, dès l’avènement du califat abbasside, par ses clients (mawālī) iraniens, politique qui tendait à prouver, par opportunisme et engagement sincère à la fois103, leur aptitude à prendre en charge104 l’unité linguistique et morale de la communauté. C’est cette « conviction claire et puissante105 » qui explique, sur le plan littéraire, que ces étrangers par la race aient voulu faire de l’arabe une langue à la fois pure106 et moderne, adaptée aux multiples besoins du monde nouveau. Or, dans cette entreprise, quasi systématique, d’élaboration d’une langue polyvalente, la géographie, au même titre que l’histoire, la littérature scientifique ou la prose d’agrément, avait son rôle à tenir107, et c’est peut-être ainsi, en dernière analyse, qu’il faut expliquer le succès, au moins dans une élite, du nouveau genre à ses débuts. On peut dire en effet que, si la géographie a réussi, c’est parce que, loin d’être un genre privilégié, elle n’était qu’un genre parmi d’autres, et cela n’est paradoxal que d’apparence : car si elle s’est ainsi affirmée d’emblée, c’est que son avènement servait, à son heure, le grand dessein d’unification poursuivi par les Persans, qu’elle présentait ensemble l’attrait pour l’inédit et les lettres de noblesse de la langue, en un mot qu’elle concourait, avec les autres disciplines, au monopole de la langue à l’exclusion de tout monopole racial.

La tradition : les sciences religieuses

  • 108 Ceci a été remarquablement mis en lumière, dans l’ensemble de ses ouvrages, par H. Laoust, qui pla (...)
  • 109 Morts en 256/870 et 261/875.
  • 110 Mort en 310/923.
  • 111 Cf. I. Goldziher, cité par Lecomte, loc. cit., note 1, et J. Schacht, Esquisse d’une histoire du d (...)
  • 112 Abū Ḥanïfa meurt en 150/767, Mālik en 179/795, Šāfi’ī en 204/820; sur Ibn Ḥanbal, cf. supra, p. 25 (...)
  • 113 Morts en 110/728 et 243/857. Cf. un exposé des tendances et caractéristiques de cette « mystique » (...)
  • 114 Soit jusqu’en 232/847, date de l’avènement d’al-Mutawakkil (cf. supra, p. 25, note 6).

20Les années 850 après J.-C. sont également décisives pour l’histoire des sciences religieuses arabes, en ce sens qu’elles marquent la fin de la période d’élaboration, avant les développements ultérieurs.108 Les grandes répartitions de l’ensemble musulman — sunnisme, šī‛isme, ẖāriǧisme — sont acquises. La science de la tradition (ḥadīṯ) ne sera, certes, vraiment codifiée qu’avec les recueils célèbres de Buẖārī et de Muslim109, comme l’exégèse coranique (tafsīr) avec Ṭabarī110, mais le Musnad d’Ibn Ḥanbal, l’une des gloires de la pensée religieuse arabe, a déjà paru et surtout, à défaut d’autres maîtres, ḥadīṯ et tafsīr sont bien vivants dans les consciences, ne fût-ce que par les enseignements des prédicateurs et par des recueils qui circulent dès cette date.111 La jurisprudence (fiqh) a ses quatre écoles (maḏāhib)112, et deux grands noms au moins illustrent la mystique, ceux d’al-Ḥasan al-Baṣrī et de Muḥāsibī.113 La théologie dogmatique (kalām), enfin, est en pleine gloire avec l’école mu‛tazilite, florissante sous les califats d’al-Ma‛mūn, d’al-Mu‛taṣim et d’al-Wāṯiq.114

  • 115 Cf. le rôle que le fiqh et ses méthodes jouent chez un Muqaddasī : cf. infra, chap. VIII.
  • 116 Cf. infra, chap. IX.
  • 117 On pense évidemment aux rapports — d’interférence et d’opposition — de la philosophie grecque et d (...)
  • 118 Concepts juridiques tels qu’iǧmā, istiḥsān, istiṣlāḥ..., création originale du ḥadiṭ comme élémen (...)
  • 119 Il faudrait dire, pour les débuts de l’école : surtout pas eux, puisqu’ils se posent en défenseurs (...)
  • 120 Pour le droit, trois des quatre imams (Mālik, Šāfi’ī, Ibn Ḥanbal) sont arabes de souche ; le quatr (...)

21Ces recherches, au même titre que les autres, auront leur rôle à jouer dans la géographie future, non pas seulement dans la lettre des textes115, mais surtout par les options spirituelles ou politico-religieuses qu’elles entraîneront chez les auteurs.116 C’est qu’avec elles, plus encore qu’avec les études philologiques, qui n’en sont qu’un prolongement, on entre enfin dans un domaine de valeurs spécifiquement arabes, qui engagent l’essence même de la communauté en tant que telle. Certes, on note encore, sur certains points, des présences étrangères117, mais si l’on considère les moteurs de cette recherche, on voit à l’évidence que ce n’est plus dans la résurrection grecque qu’il faut les chercher, mais bien dans les exigences de la communauté. Quant aux résultats, on est frappé par l’originalité foncière des concepts élaborés, soit qu’ils appartiennent en propre à l’esprit musulman118, soit que d’anciens concepts aient été remodelés et profondément transformés : la puissance assimilatrice de l’Islam, comme elle a adapté à son credo même les figures étrangères des prophètes bibliques et du Christ, a fait de même ici pour l’héritage hellénique. A ce titre, l’apport de la Grèce, lorsqu’il existe, n’est plus guère qu’une modalité : les Mu‛tazilites eux-mêmes119 ne mettent pas en cause le primat des valeurs islamiques, et les démarches grecques sont simplement réemployées, comme les matériaux des anciens temples dans les nouvelles constructions : on conviendra par exemple que la doctrine du Coran créé, même si elle se situe dans un contexte rationaliste où la Grèce joue son rôle, a une signification et un contenu émotionnel purement musulmans. C’est donc, au bout du compte, sur un terrain neuf que nous nous trouvons, et véritablement « national »: car, si les autres disciplines faisaient la part belle aux étrangers, Persans surtout, pour l’élaboration d’une culture fondamentalement composite, ici au contraire, les grands noms de la science sont ceux ou bien d’Arabes de souche, ou bien de Persans qui, loin de s’affirmer comme tels — ne fût-ce qu’en gardant un nom aux consonances étrangères — sont au contraire déjà intégrés au noyau arabe de la communauté.120

  • 121 Dans le volume qui suivra celui-ci.

22On a pu ainsi mesurer, dans la hiérarchie des sciences, le degré d’originalité et de puissance d’une langue et d’une mentalité arabes et aussi, à travers les rapports des cultures et des traditions, le rôle subtil et complexe, sur lequel nous aurons l’occasion de revenir121, des divers groupes ethniques et linguistiques à l’intérieur d’une communauté musulmane de langue arabe. L’histoire au contraire, jusqu’au milieu du ixe siècle de J.-C, nous offre une construction d’une incomparable et rigide unité.

La tradition : l’histoire122

  • 122 Voir Addenda, page 403
  • 123 Sur l’histoire, cf. D. S. Margoliouth, Lectures on arabic historians, Calcutta, 1930; Sauvaget-Cah (...)
  • 124 On se place sur le terrain de la conception même de l’histoire (cf. infra), et non sur celui des m (...)
  • 125 Les œuvres d’Hérodote, Xénophon, Thucydide, Polybe, Diodore, Strabon, Plutarque (cf. toutefois inf (...)
  • 126 Quatre grands noms : Balādurī (mort vers 279/892), Dïnawarī (mort vers 281-282/894-895 : cf. p. 24 (...)
  • 127 On rapprochera sur ce point l’histoire-éthique de Plutarque et le thème des taǧārib al-umam (cf. A (...)
  • 128 En dernière analyse, peut-être, à une constante de la pensée humaine : l’antinomie fondamentale de (...)
  • 129 Intervention de Persans, arabisés peut-être (je songe surtout à Ya‛qūbī et Balādurï), mais tout im (...)

23Terrain réservé123, recherche qu’il faut placer, du point de vue de la stricte arabicité, au sommet de la hiérarchie des sciences traditionnelles, telle nous apparaît l’histoire en ce milieu du ixe siècle après J.-C. Elle est en effet le seul domaine où les influences étrangères n’ont pas du tout joué.124 Non que l’histoire arabe, qui n’a connu, semble-t-il, aucune traduction des grandes œuvres grecques125, ne s’inspire pas pour autant de considérations ou de procédés du même ordre : on peut, par exemple, noter que l’esprit de l’histoire qui interviendra, il est vrai, un peu plus tard, dans la deuxième moitié du ixe siècle de J.-C.126, n’est pas si éloigné, mutatis mutandis, de celui des auteurs grecs : la conception totalisante de l’histoire universelle comme répertoire de l’expérience édifiante des nations127, conjuguée avec le mouvement inverse, par lequel l’ensemble du donné historique est relié à l’événement central qui en est la charnière — Rome pour Polybe, l’Islam pour Ṭabarï —, se retrouve dans les deux cas. Et peut-être faut-il, en l’occurrence, ne pas se contenter de voir là comme un étrange accord, à quelques siècles d’intervalle, mais bien rapporter l’avènement de la nouvelle histoire128 à celui d’une génération ethniquement et culturellement très mêlée129, ouverte aux influences et notamment à cette éthique gréco-persane alors à la mode, volontiers encline, on l’a vu, à consigner, derrière les cas exemplaires des rois, les leçons morales du passé.

  • 130 Abd-el-Jalil, op. cit., p. 123.
  • 131 Sur cette histoire, cf. Huart, Littérature, p. 59 sq., 173 sq. ; Abd-el-Jalil, p. 79, 81, 83, 127- (...)
  • 132 Sinon quelques parallèles de surface, comme celui qu’on pourrait établir entre la méthode des Vies (...)
  • 133 Puisque c’est là, autour du Prophète, que se sont d’abord trouvés ceux auxquels on pouvait demande (...)
  • 134 Dans l’espace (les Médinois et les Mekkois en Irak) ou dans le temps (en 272/885 par exemple, Fāki (...)
  • 135 Abd-el-Jalil, op. cit., p. 125.
  • 136 Sauvaget-Cahen, Introduction, p. 25 sq.
  • 137 Cf. L. Massignon, Parole donnée, Paris, 1962, p. 234, 237.
  • 138 Ce qui explique que les historiens sont en même temps philologues (Abū ‛Ubayda et, à la limite, Aṣ (...)
  • 139 Sauvaget-Cahen, op. cit., p. 31.

24Si l’apparition de l’histoire annalistique ou encyclopédique reste ainsi liée « au grand mouvement culturel qui imprima l’élan à toutes les recherches scientifiques comme à l’activité littéraire proprement dite »130, il n’en reste pas moins que, bien avant le ixe siècle, dans le secret de la péninsule arabique, une autre histoire a vu le jour.131 Celle-ci, rien ne la rapproche de sa devancière grecque132, tant est grande la distance entre le propos de cette dernière et celui des Médinois. Je dis médinois de façon symbolique, car c’est dans la ville du Prophète que, pour une large part, l’histoire arabe est née133 et, même exportée134, elle garde jalousement ses souvenirs. Répondant en effet à « une exigence interne et naturelle de la communauté musulmane »135, elle vise à garder en l’état, in illo tempore, les actes essentiels des Arabes et du Prophète. Les récits qu’elle colporte sont de deux ordres136 : il y a, d’un côté, une histoire exclusivement populaire, celle des faits de gloire des tribus (ayyām) et de Muḥammad (maġāzī), sorte d’épopée en prose et vers mêlés, fondée sur la répétition et l’enregistrement mécanique du passé national par la voie orale et sur leur corollaire : le passage progressif à la légende. Mais, de bonne heure, le souci de lutter contre la dégradation continue du souvenir des instants ou des gestes fondamentaux, la nécessité de se référer au passé pour y retrouver, une fois le Prophète mort, des exemples et des conseils, ont entraîné leur consignation par écrit, selon une méthode d’investigation plus rigoureuse. L’acte d’écrire, bien que simple support d’une transmission restée profondément populaire et orale137, fait intervenir une démarche plus scientifique, celle de la chaîne de garants (isnād), fondement même du ḥadīṯ : l’histoire est ainsi comme une parente de la science de la tradition, et ce d’autant plus qu’au-delà des méthodes, elle s’en rapproche aussi par une remarquable communauté des fins. La frontière est en effet imprécise et les empiétements fréquents, entre la notation du fait historique, la collecte philologique et l’enregistrement d’une jurisprudence ou d’un dogme fondés sur un passé idéal138 : en ce sens, l’histoire est réellement « une discipline auxiliaire des sciences de la loi ».139 Mais l’unité de style, si patente en elle, n’implique pas l’unité de vues : car, si elle participe du ḥadīṯ pour la rigueur de la méthode, elle est tout autant, pour ses données, tributaire de ses flottements : ce qu’elle enregistre avec lui, au gré des options déformantes des auteurs, ce sont les divisions internes, jadis fixées, avant l’Islam, sur l’honneur des clans et l’antagonisme des tribus, et transposées désormais, depuis la mort du Prophète, en des affrontements politiques plus vastes autour de la dévolution du califat.

  • 140 Tradition vivace : plus tard, soit à partir de la fin du iiie/ixe siècle, la nouvelle fonction du (...)

25Ainsi naît le genre des aẖbār (récits rapportés), de style uniforme mais de contenu varié, où se rencontrent, sous la même estampille de la tradition, les généalogies (ansāb), les vies de Muhammad et de ses Compagnons, les tableaux de générations (ṭabaqāt) de personnages célèbres, l’histoire de telle ville, de tel groupe ethnique, professionnel ou social140 : en un mot, l’art des monographies.

Histoire, géographie et tradition. Science grecque et science arabe

  • 141 Cf. Sauvaget, Introduction, 2e éd., p. 33.

26Il manque, certes, à cette histoire une composante nécessaire : celle de la continuité synthétique d’un récit regroupé autour de quelques dates majeures. Jusqu’à Wāqidī141, la datation ne sera cultivée que de façon épisodique et finalement accessoire, puisque aussi bien l’essentiel n’est pas tant, dans l’ensemble, d’enregistrer un déroulement historique que de remonter à un passé désormais arrêté. Le caractère fragmentaire de l’histoire arabe à ses débuts n’est, de ce point de vue, que le résultat de la projection dans l’actualité, au hasard des besoins de la politique, de la jurisprudence ou de l’exégèse, de tel ou tel aspect du passé idéal pris comme système de référence. C’est par là que l’histoire est, fondamentalement, la science de la tradition. Non que son existence soit traditionnelle au sens courant du terme, puisque son apparition est liée au mouvement, jeune encore, de l’Islam, mais parce qu’elle vise, avec le ḥadīṯ et les sciences de la langue, à maintenir et à rendre précisément traditionnelle cette irruption, dans l’histoire, du phénomène dont elle est fille. Ainsi chargée des valeurs du passé, elle se situe, semble-t-il, à l’opposé d’une certaine géographie, de celle qui, par une démarche inverse de la sienne, emprunte au dehors une science très ancienne, certes, mais dont la renaissance fait, au milieu du iiie/ixe siècle, figure de révolution. La distance entre le donné islamique, vieux à peine de deux cents ans, mais en voie de fixation, et le donné grec, plusieurs fois séculaire, mais alors dans toute la fraîcheur de sa résurrection, n’est qu’un des aspects de la grande controverse où va se trouver plongé l’Irak d’après 850.

  • 142 On renverra, pour l’ensemble de ces questions, aux ouvrages déjà indiqués.

27Celle-ci va être d’autant plus âpre que les deux sciences arabe et étrangère ne vont pas se contenter de s’opposer de part et d’autre d’une frontière idéale qui délimiterait leurs domaines respectifs, mais bien s’attaquer sur leurs propres terrains. L’astronomie grecque, par exemple, va mettre à rude épreuve la conception de l’architecture terrestre et cosmique telle qu’elle découle du Coran et du ḥadī. Inversement, les pratiques en honneur dans la Péninsule, touchant l’observation des étoiles, le traitement des maladies ou la connaissance des simples, se heurteront d’aventure à celles que recommandaient les maîtres grecs.142 Or, au centre de ces interférences, dans ce brassage des connaissances de tous ordres et de toutes origines qui caractérise la Bagdad cosmopolite des années 850, la géographie s’affirme précisément, on l’a vu, comme le symbole de la totalité, du refus de la spécialisation ou de l’exclusive. Aucune autre discipline ne peut lui disputer l’honneur d’avoir été comme elle ouverte à toutes les influences sans exception. C’est par cette vocation éminente à représenter l’ensemble du grand mouvement scientifique d’alors que la géographie, touchant à toutes les autres recherches, est autre chose que chacune d’entre elles.

  • * Voir Addenda, page 404
  • 143 Pour les rapports de la géographie et de l’histoire, on se reportera au chap. VI i. f.
  • 144 Cf., entre autres exemples, Muqaddasī, trad., § 51, 81, 123, 187 et passim.
  • 145 Infra, chap. V, à propos d’Ibn al-Faqīh.

28Sa relation avec l’histoire*, qui nous occupe ici, est de cet ordre.143 Comme les autres sciences, l’histoire intervient, pour une large part, dans les œuvres géographiques, par exemple à l’occasion d’un lieu célèbre : on voit alors apparaître un de ces aẖbār dont nous avons parlé, appuyé ou non sur une chaîne de garants.144 Cette histoire que nous appellerons traditionnelle, pour la distinguer de celle qui voit le jour dans la deuxième moitié du iiie/ixe siècle, loin de déformer la géographie à son profit, s’intègre au contraire parfaitement, on y reviendra145, à son propos. Même chez un auteur comme Ibn al-Faqīh, où elle tient un rôle prépondérant, elle ne réussit pas à faire de l’ouvrage une histoire, par le simple fait que, dans l’énorme majorité des cas, les développements de cet ordre sont reliés à un propos qui ne ressortit pas à l’histoire, mais à la description du monde, et qui, n’étant perdu de vue à aucun stade du déroulement sinueux de l’œuvre, suffit à lui conférer une unité à laquelle l’histoire, avec les autres sciences, se plie.

  • 146 Cf. Blachère, Extraits, p. 10-11 (repris par Abd el-Jalil, Littérature, p. 136).
  • 147 Elle n’est pas la seule, en effet : les sciences théoriques, pour une large part, sont dans ce cas

29Inversement, et même si l’on ne peut parler de soumission de la géographie à l’histoire, ne peut-on du moins établir, à l’origine, une filiation de l’une à l’autre ? Cela nous paraît tout à fait problématique. Dire en effet146 que la géographie se trouve d’abord dans les ouvrages d’histoire, comme ceux de Wāqidī, sous la forme de monographies, relève, nous le craignons, d’une erreur d’interprétation. Car ces passages ne peuvent être qualifiés de géographiques que parce que l’on se réfère inconsciemment, pour en juger, à l’image que les textes postérieurs, voire notre conception moderne, donnent de la géographie. En réalité, tout ce que nous avons le droit de dire, c’est qu’il existe alors, d’un côté des descriptions de villes ou de pays qui appartiennent au genre historique, et, de l’autre, il faut y insister, des ouvrages d’un ton et d’un style nouveaux, qui sont aussi radicalement différents de l’histoire que de toutes les autres disciplines auxquelles ils empruntent une part de leurs données. On retiendra donc en définitive de la géographie que son originalité fondamentale n’est pas tant d’être née avec les préoccupations du siècle147 que d’en avoir présenté une vue d’ensemble, qualification qui la rend, entre toutes, apte à donner la meilleure image des affrontements qui marquent le monde de sa naissance, pris entre la nouveauté et la tradition.

Notes

1 Cf. Reinaud, Introduction, passim ; Blachère, Extraits, p. 13-14 ; S. Maqbul Ahmad, « Djughrāfiyā », dans El (2), t. II, p. 592. Sur l’astronomie, cf. Nallino, s.v., dans EI, t. I, p. 505-508 ; du même, ‛Ilm al-falak. Le Caire, 1911-1912 ; P. Duhem, Le système du monde, passim ; L. A. Mayer, Islamic astrolabists and their works, Genève, 1956 ; Kratchkovsky, p. 91 sq. (98 sq.) ; W. Hartner, « falak », dans El (2), t. II, p. 780-782.

2 Dans le volume qui fera suite à celui-ci.

3 Cf. Nallino, dans El, loc. cit. : on exceptera bien entendu de notre propos les connaissances populaires d’astronomie pratique.

4 Du sanscrit siddhānta (traité d’astronomie) et du persan zig (table astronomique) ; cf. Nallino, op. cit.

5 Elle se conserve sous la forme de survivances isolées dans la masse des données hellénistiques ; en littérature au contraire, le thème de la science astronomique hindoue laissera un souvenir vivace : cf. Relation, § 72; Ğāḥiẓ, Risāla fi manāqib at-Turk, p. 38, 43-46 et passim.

6 Cf. Nallino, dans El, t. I, p. 506; Mas‛ūdī, Prairies, t. VIII, p. 291-292.

7 La grande génération de Hunayn, formée autour du bayt al-hikma d’al-Ma‛mūn, fondée en 217/832. Hunayn meurt en 260/873, Qusṭā en 300/912 (mais, né en 205/820, il a sans doute produit à partir des années 230-235/845-850) ; Ṭābit vit de 221/836 à 288/901. Il faudrait citer encore Yaḥyä b. Māsawayhi, mort en 234/857, Isḥāq b. Ḥunayn, légèrement postérieur puisqu’il meurt en 298-299/910-911. Sur le problème des traductions syro-arabes, cf., après les travaux de Ryssel et de Tkatsch, celui de Khalil Georr : Les Catégories d’Aristote dans leurs versions syro-arabes, Damas (IFD), 1948, p. 1-32, 387 sq. (bibliographie). A noter, au chapitre de la géographie, le rôle de pionnier que semble avoir joué, parmi les traducteurs syriaques, Jacques d’Edesse (p. 27).

8 Pour ne parler bien entendu, et ce sur le plan des œuvres théoriques seules, que des premiers auteurs ; sinon, il faut aussi songer à d’autres grands noms, notamment à Battānī (Albatenius), mort en 317/929. A noter qu’Abū Ma‛šar est connu surtout comme astrologue : cf. infra. Sur ces astronomes, cf. les articles de l’EI, s.v., et les ouvrages ou articles déjà cités. On n’omettra pas enfin que les traducteurs, Ṭābit b. Qurra notamment, ont composé eux aussi des traités théoriques. Bon exemple de ces œuvres avec The astronomical tables of al- Khwārizmi (cf. bibl.).

9 Sauf peut-être par la systématisation de l’emploi des procédés trigonométriques, où survit sans doute une influence indienne.

10 Place faite, toutefois, à la théorie d’un mouvement de la terre autour de son axe : Ibn Rusteh, p. 23, i.f. -24 (cf. Nallino, dans EI, t. I, p. 507 [2], 1. 24-26).

11 Pour l’astronomie s’entend. On ne dira rien ici des autres disciplines mathématiques, qui n’entrent pas dans notre propos.

12 « Le jaune dans l’œuf » : Ibn Hurdādbeh, p. 4 ; Ibn Rusteh, p. 8 ; Ibn al-Faqīh, p. 4 ; Muqaddasī, p. 58, etc.

13 Trad., p. 4-6 (citation de Saraẖsī : sur celui-ci, cf. infra, p. 78-79).

14 Sur cette conception de la science, cf. infra, p. 200.

15 Cf. infra, chap. II.

16 Rapprocher de cette mentalité la mystique du nombre dans la cosmologie coranique, notamment les sept cieux et les sept terres : cf. références de Toufy Fahd, dans La naissance du monde, Paris, 1959, p. 250 sq.

17 Cf. par exemple Ibn Rusteh, p. 15-22 ; MuqaddasI, trad., § 97 sq.

18 Formule caractéristique chez Ibn Rusteh, trad., p. 19 : t Les villes de la terre sont, dit-on, au nombre de 21 600, nombre égal à celui des minutes de la sphère ».

19 Cf. Ibn Rusteh, p. 5.

20 Cf. par exemple Avicenne, Épltre sur la classification des sciences (Aqsām al-‛ulūm) et la VIe partie d’Ibn Haldūn, Muqaddima. Pour une vue d’ensemble du problème chez les Grecs, cf. P. Duhem, Système, t. II, 1914, p. 71.

21 On sait que c’est en astronomie pratique (cf. la mesure d’un arc de méridien sous al-Ma‛mūn) que se solde l’apport le plus positif de l’astronomie arabe. Cf. Nallino, dans EI, t. I, p. 505 sq.

22 Mas‛ūdī, Tanbih, trad., p. 19-20, explique les rapports des deux sciences. Sur l’astrologie chez les Arabes, cf. Nallino, dans EI, t. I, p. 502 sq.

23 Tanbīh, trad., p. 54. Sur l’interprétation du mot « climat », cf. ci-après.

24 Ibid., p. 47.

25 Une illustration exemplaire en est donnée (p. 55 sq.) par le climat médian, le quatrième, celui de l’Irak et de Babylone, auquel sa position confère un rôle primordial dans le monde et dont les habitants, en vertu du même principe, donnent de la personne humaine une image idéalement composée.

26 Cf., entre autres passages, Ḥayaiwān, t. III, p. 245 ; t. V, p. 35-36.

27 Tanbih, trad., p. 40.

28 Il faut entendre ici le mot au sens du grec κλίμα, dont les Arabes ont fait iqlīm : inclinaison de la terre vers le pôle à partir de l’équateur, d’où : climat, région, zone terrestre en rapport avec l’astre influent. L’idée est connue aussi des Persans, mais les kešwar iraniens, bien qu’ils soient sept eux aussi, sont des entités politico-ethniques (Rūm, Inde, Chine, etc.) et non plus géodésiques. Cf. T. H. Weir, « iḳlīm », dans EI, t. II, p. 488-489.

Le titre célèbre de Kitāb ṣūrat al-arḍ s’applique aux traductions de la Géographie de Ptolémée (dont une de Ṭābit b. Qurra : cf. Nallino, commentaire de Battānī, Opus astronomicum, p. 210-211) et aussi à ses adaptations, dont la principale consiste, dans la répartition des lieux par climats, à ajouter à la nomenclature ptoléméenne les principaux toponymes arabes : le type de ces ouvrages reste Huwārizmī, Kitāb ṣūrat al-arḍ (cf. bibl. et C. A. Nallino, « al-Huwārizmi e il suo rifacimento delia Geografia di Tolomeo », dans MRAL, série V, t. II, 1894-1895, p. 3-53) et le chap. VI de Battānī, Opus astronomicum (éd. Nallino), un peu plus tardif il est vrai.

29 Cartographie en effet, en ce sens que cette recherche nouvelle se borne à donner, en ses lignes essentielles, une image graphique du paysage de notre globe, le texte, si texte il y a, n’étant guère que le commentaire technique du dessin : tel est le cas de Huwārizmī, dont le Kitāb apparaît comme la consignation, dans un texte, des données graphiques de l’atlas élaboré par les savants du règne d’al-Ma‛mūn, tel est le cas aussi de Balhī : cf. Muqaddasī, p. 4 (trad., § 12) ; J. H. Kramers, « La question Balhī-Iṣṭahrī et l’atlas de l’Islām », dans Acta Or., XI, 1932, p. 9-30. Huwārizmï, qui juxtapose le Kitāb et des traités d’astronomie pure, est un des exemples les plus intéressants, mais on voit que la tendance est vivace, puisqu’on la retrouve encore chez Balhī (cf. infra, chap. III). Sur les aspects techniques de la cartographie arabe, cf. K. Miller, Mappae arabicae, Stuttgart, 1926-1927, 3 vol.

30 Par exemple, les évaluations, remontant à Ptolémée, des distances maritimes et terrestres ou du nombre des îles de la mer Orientale (1378 dans Géographie, VII, 4; 1370 chez Ibn Rusteh [p. 84] et Battānī (p. 26|), la configuration générale des mers aussi (cf. Nallino, commentaire de Battāni, Opus astronomicum, p. 166 sq.).

31 Rapport des masses terrestres et aquatiques dans l’équilibre du globe, mouvement des fleuves, phénomènes d’attraction, marées : un bon exemple dans Tanbih, p. 45-46.

32 Nous savons que Huwārizmī lui-même fait place dans son œuvre à des thèmes d’adab (sur ce mot, cf. chap. II) : cf. la classification des édifices les plus somptueux au monde, reprise par Ibn Rusteh, p. 83, et, dans le Kitāb (éd. von Mzik, p. 106, 108), le thème des sources et du delta du Nil : ces notations restent toutefois très rares et sèches, et n’enlèvent rien à la présentation mathématique et sévère de l’ouvrage.

33 Il faudrait, en tout état de cause — ce qui n’est pas le lieu ici — reposer le problème aux origines, dans le cadre de la science grecque.

34 Sur l’absence de l’œuvre de Strabon parmi ces traductions, cf. infra, p. 270.

35 Cf. Nallino, dans EI, p. 505-506. Cet intérêt et les nécessités de la communauté nouvelle expliquent, comme on l’a dit (cf. p. 12, note 1), que ces œuvres juxtaposent, dans la répartition des climats, une nomenclature de tradition ptoléméenne et celle des lieux les plus célèbres d’Arabie : un exemple avec Huwārizmī, introd. de von Mzik, p. IX-X.

36 Cf. Schoy, « ḳibla », dans EI, t. II, p. 1045-1047. Muqaddasï illustre assez bien la façon dont s’est développée cette science de la qibla. Venant plus d’un siècle après les premiers géographes, il ne la mentionne plus au nombre des rubriques qui composent la science géographique totale (trad., § 2) ; la question de la qibla ne réapparaît que dans son cadre d’origine, c’est-à-dire dans le chapitre réservé à la description générale du globe et des « climats » (trad., § 95).

37 Théorie générale de l’influence des planètes mâles ou femelles (p. 38) et parallélisme du feu interne des entrailles, qui opère la maturation de l’embryon, avec le feu solaire (p. 11).

38 Quelques pages à peine dans les traités de masālik wa l-mamālik comme ceux d’Ibn Ḥawqal ou Muqaddasï.

39 Au sens défini plus haut, p. 12, note 1.

40 Cf. M. Steinschneider, Die arabischen Übersetzungen aus dem Griechischen, Leipzig, 1889-1893, 2 vol., et les articles de l’EI, notamment : B. Walzer, « Arisṭūṭālīs », EI (2), t. I, p. 651-654 (documentation bibliographique très abondante) ; M. Plessner, « Balïnūs », ibid., p. 1024-1026 ; sur Zosime le Panopolitain, cf. bibl. par C. Pellat, Le Livre des avares, p. 345.

41 Sur cette dernière, cf. E. Wiedemann, « kīmiyā‛ », dans El, t. II, p. 1068-1076 (avec bibliographie, mais compléter avec J. Ruska, « Alchemy in Islam », dans Islamic Culture, XI, 1937, p. 30-36; « Arabische Alchemic », dans Archeion, XIV, p. 425-535) ; cf. également P. Kraus, « Djābir b. Ḥayyān », dans El (2), t. II, p. 367-369. Sur la météorologie (traductions d’Aristote et de Théophraste), cf. B. Lewin, « al-āthār al-‛ulwiyya », dans EI (2), t. I, p. 758-759.

42 P. XII de l’introd. de C. Pellat. Un autre programme de connaissances, mais plus sujet à caution, étant donné les incertitudes quant à la date de composition et au genre de l’œuvre, est donné par l’interrogatoire de la sage esclave Tawaddud des Mille et une Nuits (cf. infra, p. 39). Sur le Tarbi‛, cf. infra, chap. II.

43 P. 26.

44 P. 29. Cf. encore, entre autres questions, le débat entre l’explication mythologique et l’explication mécanique de la marée (p. 91).

45 Tanbïh, trad., p. 68.

46 Ibid., p. 46.

47 Ibid., p. 47.

48 Ibid., p. 46.

49 Cf., sur ces constructions d’ensemble, P. Duhem, op. cit. ; Browne (cité infra, p. 16, note 6), p. 130.

50 Ibn Rusteh, p. 87; trad., p. 95-96.

51 Cf. infra, chap. vi.

52 P. 103; trad. p. 114.

53 L’intégration des minéraux au cycle vital.

54 La moins scientifique au sens aristotélicien du terme. Cf. Duhem, op. cit., t. II, p. 71.

55 Sur elle, on pourra s’en tenir à L. Leclerc, Histoire de la médecine arabe, Paris, 1876, 2 vol.; B. Carra de Vaux, « ṭibb », dans EI, t. IV, p. 779-780; surtout E. G. Browne, La médecine arabe (traduction française par H. P. J. Renaud), Paris, 1933 (on négligera l’introduction de A. K. Chehade à son livre sur Ibn an-Nafis et la découverte de la circulation pulmonaire, Damas [IFD], 1955). En arabe, l’œuvre de base reste Ibn Abī Uṣaybi‛a, ‘Uyūn al-anbā’ fi ṭabaqāt al-aṭibbā‛, publ. par A. Müller, Le Caire, 1299/1882, 2 vol. On trouvera un exemple du succès de l’école de Ğunday-Sābūr dans Ğāḥiẓ, Buhalā‛ (trad., p. 147-148). L’embryologie exposée dans le Kallla wa Dimna (trad., p. 43 sq) est, elle, d’inspiration indienne (cf. F. Gabrieli, « L’opera di Ibn al-Muqaffa‛ », dans RSO, XIII, 1931-1932, p. 203).

56 Cf. Browne, op. cit., p. 24-25.

57 Cf. R. Walzer, « Djālīnūs », dans EI (2), t. II, p: 413-414; B. Carra de Vaux, « Buqrāṭ », dans EI, t. I, p. 804 et Browne, op. cit. Sur Théodose en particulier, cf. Browne, p. 19 ; Ibn al-Faqīh, p. 223 (Tayādūs) : ne pas confondre avec tayāduriṭūs (θεοδώρητoς), médicament : cf. Ibn al-Faqīh, p. 127 ; Dozy, t. I, p. 861.

58 Voir une bonne analyse de ce qu’ils étaient alors chez Browne, op. cit., p. 47-48 (analyse du contenu du Firdaws al-ḥikma, composé vers 850 ap. J.-C. par ‛Ali b. Rabban aṭ-Ṭabarï).

59 Étude des variations du complexe humain en fonction du climat et de la situation géographique : cf. op. cit, p. 47-48.

60 Cf. infra, chap. II, p. 45.

61 Cf. B. Carra de Vaux, Penseurs, t. II, p. 290-291, 294 sq. ; B. Lewin, « adwiya », dans EI (2), t. I, p. 219-221 ; C. E. Dubler, « Diyuskuridīs », dans EI (2), t. II p. 359. Sur Dīnawarī (mort avant 290/902-903), Kitāb an-nabät, cf. infra, p. 24, note 5.

62 Sur l’agronomie, cf. M. ash-Shihabi, « filāḥa », dans EI (2), t. II, p. 920 ; Ibn al-Faqīh, p. 152 (références à Fasṭūs [à identifier sans doute avec Casthos ou Costus : cf. Prairies, trad. Pellat, § 308, note 4 et M. ash-Shihabi, op. cit.], Kitāb al-filāḥa). Par recherches domestiques, on entend les traités de domestication et d’utilisation des animaux (cf. Penseurs, chap. X, passim), de choix d’un site convenable pour l’habitation (cf. Ibn al-Faqīh, p. 152, 154), de cuisine et d’hygiène alimentaire, d’organisation de la vie quotidienne (tadbīr al-manzil : cf. la traduction arabe de l’Оίκονομικòς de Bryson) : cf. B. Walzer et H. A. R. Gibb, « akhlāk », dans EI (2), t. I, p. 337 (1) et 338 (1).

63 Je renvoie à la comparaison voisine établie entre l’âme arabe et l’abeille qui prend à toutes les fleurs, par Ahmad Amīn (Faǧr al-Islām, p. 31-43, et plus spécialement p. 42,1. 16-17).

64 A. et M. Croiset, Littérature grecque, 10e éd., Paris, s. d., p. 622, 632, 696.

65 Cf. chap. II.

66 On a déjà évoqué (cf. p. 13, note 2) l’absence, parmi les traductions du grec, de la géographie strabonienne, à laquelle on pense bien évidemment ici.

67 Voir Addenda, page 102

68 Cf. Walzer et Gibb, op. cit., .335-339; Aḥmad Amīn, Ẓuhr al-Islām, t. II, p. 175 sq.

69 Cf. infra, chap. II, p. 63, note 2.

70 Soit le premier tiers du ixe siècle ap. J.-C, de façon un peu théorique, nous en convenons, pour la clarté de l’exposé.

71 Cf. les définitions citées dans l’art, de R. Walzer, p. 337.

72 Sur l’œuvre d’Ibn al-Muqaffa‛, cf. C. Brockelmann, dans El, t. II, p. 738 ; F. Gabrieli, op. cit. (supra, p. 16, note 6). Autre exemple de cette éthique avec Ğāḥiẓ, Maǧmū.

73 Cf., dans le Kalila wa Dimna, l’absence quasi totale de référence à l’Islam, l’invocation mise à part, et le déisme qui se donne libre cours dans le célèbre passage sur l’égalité des religions et la morale naturelle (trad., p. 35-40). L’Adab al-kabir et l’Adab aṣ-ṣagir sont plus discrets encore quant à la religion nouvelle : on n’oubliera pas que l’auteur était un mazdéen converti de fraîche date et de façon peut-être peu sincère : cf. D. Sourdel, « La biographie d’Ibn al-Muqaffa‛ d’après les sources anciennes », dans Arabica, I, 1954, p. 307-323. Même discrétion quant à l’Islam dans pseudo- Ğāḥiẓ, Kitāb at-tāǧ (cité infra, p. 21) : cf. l’introd. de C. Pellat, passim.

74 Cf. infra, sur la littérature juridico-théologique.

75 L’ensemble des vertus qui composent la murū’a ou vertu de l’homme. Cf. B. Farès, L’honneur chez les Arabes avant l’Islām, Paris, 1932 ; R. Blachère, Littérature, t. I, p. 23-36 (avec bibliographie).

76 Cf. infra, p. 167-169. Citons, par exemple, chez Ibn al-Faqīh (p. 160-161), une anecdote sur le thème de « passe encor de bâtir... » ; de même, on lit, sur le texte gravé dans le rocher de Tabānabar, près de Hamadān, une apologie traditionnelle de la franchise, dont on donne lecture à Alexandre, lors de son passage (p. 243-244). 0 n’est pas jusqu’à la fable qui ne soit réintégrée dans un développement d’allure technique : cf. la fable du renard et de l’huître, à propos d’un exposé sur la perle, dans Abū Zayd as-Sīrāfī, Supplément, p. 135-137.

77 Ibn al-Faqīh, p. 160, selon lequel cette lettre aurait été élue en présence d’al-Ma‛-mūn.

78 La littérature politique intitulée al-aḥkām as-sulṭāniyya (Māwardī et Abū Ya‛lä), décrivant le fonctionnement idéal des institutions du droit public musulman, n’interviendra qu’au ve/xie siècle. La politique à la manière grecque semble mal connue ou très vite remodelée : la Politique d’Aristote ne parait pas avoir été traduite (cf. R. Walzer, op. cit.), contrairement à la République de Platon (au moins partiellement : cf. R. Walzer, « Aflāṭūn », dans EI [2], t. I, p. 242), mais les œuvres que la philosophie grecque inspire et qui portent le titre attendu de Kitāb as-siyāsā (Fārābï, Avicenne, Abū l-Qāsim al-Maġribï) sont, en fait, des ouvrages d’éthique personnelle et sociale plus que des exposés des principes du pouvoir et de l’organisation de l’Etat : cf. L. Strauss, « How Fārābï read Plato’s laws », dans Mélanges Massignon, t. III, Damas (IFD), 1957, p. 319 sq ; S. Dahan, introd. à Abū 1-Qāsim al-Maġribï, Kitāb as-siyāsa, Damas, (IFD), 1948, p. 32-42.

79 Rôle de la physiognomonie (firāsa). Cf. T. Fahd., s. v., dans EI (2), t. II, p. 937-938 ; Kalila wa Dimna, trad., § 34, 45 (et note 11), 297 (avec ébauche de critique de cette science, § 299) ; Y. Mourad, La physiognomonie arabe et le Kitāb al-firāsa de Fakhr al-Dīn al-Rāzi, Paris, 1939 ; et le traité du pseudo-Ğāḥiẓ cité à la note suivante ; compléter avec bibl. indiquée par C. Pellat, index de Ğāḥiẓ, Kitāb al-tarbi, s. v. « Polémon ». Les apports arabes (cf. D. B. MacDonald, « kiyāfa », dans EI, t. II, p. 1108-1109) semblent inexistants dans le Kalīla.

80 Sur les présages et la divination, cf. Kalïla, trad., § 524 |et passim, et le Bāb al-irāfa wa z-zaġr wa l-firāsa alä madhab al-Furs, faussement attribué à Ğāḥiẓ ; sur cet ouvrage et sur les rapports entre cette science et la Perse sassanide, cf. la bibliographie donnée par T. Fahd, « Les présages par le corbeau », dans Arabica, VIII, 1961, p. 30-58 (notamment p. 54). Sur l’oniromancie, cf. Kalïla, trad., § 541-545, 564-568 (avec réminiscences hindoues) ; E. Doutté, Magie et religion dans l’Afrique du Nord, Alger, 1909, p. 395 sq. ; T. Fahd, « Dïnawarī », dans EI (2), t. II, p. 309 et, du même, Le Livre des songes (Kitāb tabir ar-ruyā), publ. de la trad., par Ḥunayn b. Isḥāq, de l’œuvre d’Artémidore d’Éphèse, Damas (IFD), 1964.

81 Les Rasā’il de ‛Abd al-Ḥamïd b. Yaḥyä al-Kātib ont été éditées dans les Rasā’il al-bulaġā (publ. par M. Kurd’Alï, 3e éd., Le Caire, 1946, p. 173-226). Sur le Kitāb at-tāǧ fi ahlāq al-mulük, composé sous le règne d’al-Mutawakkil (232-247/847-861), cf. la traduction de C. Pellat (Le livre de la couronne attribué à Ğāḥiẓ, Paris, 1954). Sur cette présence de la Perse, cf. notamment introd. de ce dernier ouvrage, p. 9, 15 ; F. Gabrieli, « Etlchetta di corte e costumi Sasānidi nel Kitāb ahlāq al-Mulūk di al-Ğāḥiẓ », dans RSO, XI, n° 3, 1928, p. 292-305 ; D. Sourdel, Vizirat, p. 59-60, 719-720. Voir aussi Hilāl aṣ-Ṣābi‛, Rusūm dār al-hiläfa, publ. par M.‛Awād, Bagdad, 1964.

82 Cf. Qudāma, trad., p. 192 (conseils généraux aux princes), 200-201 (cas d’Anūširwän), 204 (cas d’Alexandre). La tradition est vivace : on la retrouvera notamment dans Harawī (mort en 611/1215), Kitāb al-tadkira (traduit et annoté par J. Sourdel-Thomine, dans BEO, XVII, p. 205 sq.).

83 Voir Addenda, page 403

84 Cf. Croiset, op. cit., p. 790-791.

85 Cf. Sourdel, op. cit., p. 59-61 ; Blachère, Extraits, p. 11-12 ; G. Lecomte, « L’introduction du Kitāb adab al-kātib d’Ibn Qutayba », dans Mélanges Massignon, t. III, Damas, (IFD), 1957, p. 46.

86 Cf. D. Sourdel, « barīd », dans EI (2), t. I, p. 1077-1078 (mais cette institution remonte, bien que l’article ne le signale pas, à l’Empire achéménide) ; Qudāma, trad., p. 144-145; chap. III, p. 85, note 3.

87 Le premier en date semble être celui de Mā šā’ Allāh, mort en 205/820, mais le plus célèbre est le Tabaṣṣur bi t-tiǧāra, attribué à Ğāḥiẓ : sur ces œuvres, cf. infra, chap. III i. f.

88 En relation, eux aussi, avec les impôts (taxes perçues sur les voyageurs), l’organisation de la poste et le maintien de la sécurité en présence de mouvements de foule parfois considérables. L’on verra infra (chap. IV i f.) les développements propres du thème.

89 La géographie politique d’Ibn Hurdādbeh ou de Qudāma ne fera qu’intégrer à un cadre plus vaste ces thèmes administratifs.

90 Dans Rasā’il al-bulaġā, op. cit., p. 117-134. Adressée au calife al-Manṣūr, elle passe en revue certaines questions touchant l’armée, la justice et l’impôt.

91 Ce Livre de l’impôt foncier, rédigé à l’intention de Hārūn ar-Rašīd, est consacré aux principes qui règlent la perception de l’impôt et à des notions de justice criminelle et de finances publiques ; son auteur, un des fondateurs de l’école hanafite, est surtout connu pour avoir été le premier Grand Cadi : cf. J. Schacht, s. v., dans EI (2), t. I, p. 169 et infra, p. 97 (compléter avec GAL, t. I, p. 177 et Suppl., t. I, p. 668). Il faudrait évoquer encore, dès la fin du califat umayyade, les Rasā il de ‛Abd al-Ḥamīd (citées supra, p. 21, note 5).

92 Ibrahīm b. Muhammad aš- Šaybānï est, ainsi que le montre D. Sourdel (« Le Livre des Secrétaires de ‛Abdallāh al Baġdādī », dans BEO, XIV, 1954, p. 116, note 2), l’auteur de la Risäla al-ad(La lettre vierge), sur la technique épistolaire et les connaissances requises du kātib. Cf. infra, chap. II, où l’on verra que Ğāḥiẓ, par son épître sur les fonctionnaires, joue également un rôle important.

93 L’expression de « scribe-géomètre-ingénieur », qui est de D. Sourdel (op. cit., p. 122, note 90), nous paraît un peu étroite, compte tenu des disciplines indiquées à la fois par Baġdādï(même art., p. 115-127) et par Ibn Qutayba (cf. G. Lecomte, op. cit., p. 59-60). Du reste, D. Sourdel l’élargit lui-même (Vizirat, p. 569) en « styliste, géomètre, juriste ».

94 Cf. les art. cités, et, sur les modalités de cette préférence, infra, chap. II.

95 Cf. Sourdel, Vizirat, p. 61.

96 Morts respectivement vers 132/750, 139/757, 215-231/830-845 et 244/858.

97 Sur ces écoles, et pour une vue d’ensemble de la grammaire arabe, cf. H. Fleisch, Traité de philologie arabe, t. I, Beyrouth, 1961, p. 1-49 ; Abd-el-Jalil, op. cit., p. 117 sg. Le premier minimise avec raison l’influence grecque en matière de sciences de la langue (p. 23-26 ; compléter la bibliographie avec A. Schaade, « balāġa », dans EI [2], t. I, p. 1012 ; Georr, op. cit., p. 40 sg.).

98 Morts respectivement vers 175/791, 177/793 et 183/799.

99 Muqaddasī par exemple consacrera des pages entières à des questions de vocabulaire (trad., § 18-19, 58/2, 92-93 et passim) et sera très attentif à noter le degré de pureté de l’arabe parlé ici ou là (cf. notamment trad., § 58/6 ; éd. de Goeje, p. 128 et passim).

100 Le cas le plus remarquable est celui de Dīnawarï (mort peut-être vers 281-282/894-895, et en tout cas avant 290/902-903 : cf. B. Lewin, dans EI (2), t. II, p. 308) ; ayant reçu la culture hellénistique, il s’intéresse aux sciences, astronomie et botanique notamment, mais il les aborde dans l’esprit lexicographique et selon la tradition péninsulaire qui étaient en honneur chez les philologues irakiens, desquels il a reçu aussi l’enseignement. Cf., sur les applications de la lexicographie arabe, dans EI (2), t. I, les articles de B. Lewin (« Aṣma‛ï », p. 740 [1]) et J. Hell (« Bāhilī », p. 949).

101 Son père était du reste en relation avec Ibn Hurdādbeh : cf. Aġāni, t. XIX, p. 133. Si l’on considère les premiers géographes, soit ceux dont les œuvres paraissent jusqu’à l’année, arbitrairement fixée, de 318/930, et si, éliminant les relations de voyage, les ouvrages de théorie pure et les opuscules spécialisés, on s’en tient (cf. le tableau des auteurs) à ceux qui ont conçu véritablement — ceci est essentiel pour le propos qui nous occupe — une œuvre géographique, on constate que seul Hamdānī est Arabe de souche ; en revanche, on trouve, comme non-Arabes (‛aǧam, Persans essentiellement) : Ibn Hurdādbeh, Marwazī (Ğa‛far b. Aḥmad), Ya’qūbï, Sarahsï (Aḥmad b. aṭ-Ṭayyib), Ibn al-Faqïh, Ibn Rusteh, Ğayhānī et Balhī; Qudāma, on l’a dit, est un Chrétien converti ; quant à Ğāḥiẓ, qui intervient ici par son Kitāb al-amṣār (cf. chap. II), cf., sur ses origines, Pellat, Milieu, p. 51-54. Le cas d’Ibn an-Nāǧīm me reste obscur.

102 L’histoire, chez Ya‛qūbī et Marwazī, la philosophie, chez Sarahsī, la musicologie, chez Ibn Hurdādbeh, le comportement (ādāb), chez Marwazï et Ibn Hurdādbeh, la critique littéraire, chez Marwazī et Qudāma, la poésie, chez Ibn al-Faqīh, sont autant de préoccupations fondamentales, qui donnent lieu à des traités distincts.

103 Cf., pour l’exemple typique des Barmécides, D. Sourdel, « Barämika », dans EI (2), t. I, p. 1066-1067.

104 On retrouvera chez les géographes le thème du ‛aǧamī donnant des leçons de pur arabe aux Arabes eux-mêmes : cf. par exemple Muqaddasī, trad., § 213.

105 Cf. supra, p. 2, note 4.

106 Des maîtres en philologie, comme Sibawayh, Kisā’ī, al-Farrā‛, sont iraniens. Tradition vivace : un monument de la grammaire arabe, le Mufaṣṣal, sera écrit par un Persan, Zamahšarī, au début du vie/xiie siècle.

107 Cf. le propos d’Ibn Hurdādbeh : traduire Ptolémée de la langue ‛aǧamiyya en arabe, pour le rendre compréhensible (éd. de Goeje, p. 3).

108 Ceci a été remarquablement mis en lumière, dans l’ensemble de ses ouvrages, par H. Laoust, qui place au ive/xe siècle l’époque où l’orthodoxie engagera, de façon décisive, son existence contre les mouvements dissidents. Cf. également Lecomte, op. cit., p. 47. On notera, comme dates exemplaires, 232/847, début de la réaction anti-mu’tazilite avec le califat d’al-Mutawakkll, et 241/855 : mort d’Ibn Ḥanbal, le plus tardif des quatre imams.

109 Morts en 256/870 et 261/875.

110 Mort en 310/923.

111 Cf. I. Goldziher, cité par Lecomte, loc. cit., note 1, et J. Schacht, Esquisse d’une histoire du droit musulman (trad. par J. et F. Arin), Paris, 1953, p. 30-33.

112 Abū Ḥanïfa meurt en 150/767, Mālik en 179/795, Šāfi’ī en 204/820; sur Ibn Ḥanbal, cf. supra, p. 25, note 6. Sur l’histoire du droit musulman jusqu’à cette époque, cf. Schacht, op. cit., p. 9-55.

113 Morts en 110/728 et 243/857. Cf. un exposé des tendances et caractéristiques de cette « mystique »dans Pellat, Milieu, p. 93 sq. (voyez notamment p. 102).

114 Soit jusqu’en 232/847, date de l’avènement d’al-Mutawakkil (cf. supra, p. 25, note 6).

115 Cf. le rôle que le fiqh et ses méthodes jouent chez un Muqaddasī : cf. infra, chap. VIII.

116 Cf. infra, chap. IX.

117 On pense évidemment aux rapports — d’interférence et d’opposition — de la philosophie grecque et du mu’tazilisme. Autre exemple, pour le ḥadiṭ cette fois, dans I. Goldziher, « Études islamologiques » (dans Arabica, VII, 1960, p. 11-12 [trad. par G. H. Bousquet]), et dans T. W. Juynboll, s.v., dans EI, t. II, p. 201-202.

118 Concepts juridiques tels qu’iǧmā, istiḥsān, istiṣlāḥ..., création originale du ḥadiṭ comme élément du droit (cf. Schacht, op. cit., p. 31), etc.

119 Il faudrait dire, pour les débuts de l’école : surtout pas eux, puisqu’ils se posent en défenseurs de l’orthodoxie contre la pensée grecque ; on n’a retenu ici que la méthode employée, cette argumentation rationaliste qui, quoi qu’ils en aient, fait d’eux des héritiers, lointains mais hardis, de cette pensée, et les entraîne souvent fort loin de l’orthodoxie (voyez par exemple le cas d’Abū ‛Ïsa al-Warrāq).

120 Pour le droit, trois des quatre imams (Mālik, Šāfi’ī, Ibn Ḥanbal) sont arabes de souche ; le quatrième, Abū Ḥanīfa, est d’ascendance iranienne, mais son père est déjà membre de plein droit de la tribu des Banū Taym Allāh. Pour le ḥadiṭ, sans parler d’Ibn Ḥanbal, Muslim, l’un des deux grands maîtres de cette discipline, est arabe; l’autre, Buhārī, est persan, comme les auteurs des quatre autres recueils officiels (ṣaḥiḥ), au reste beaucoup moins importants, mais on remarquera, en tout état de cause, qu’il ne s’agit pas ici de science créatrice, mais d’enregistrement d’un donné déjà établi, où seule joue une tradition arabe, pure ou syncrétiste (cf. Juynboll, op. cit., p. 205 [1)) ; la même remarque, avec plus de nuances toutefois, joue pour Tabarī et le tafsīr. La science de la lecture du Coran (qirāa) est aux mains d’Arabes ou de Persans arabisés (cf. R. Blachère, Introduction au Coran, Paris, 1959, p. 118 sq.). Pour la mystique, le grand maître, al-Ḥasan al-Baṣrī, est irakien par son père, mais lui-même est arabisé, né à Médine, et, quoique connaissant le persan, ne s’exprime qu’en arabe. Pour le kalām, nous avons affaire, en majorité, à des mawāli de grandes tribus arabes (par exemple Wāṣil b. ‛Aṭā’, ‛Amr b. ‛Ubayd, Abū l-Hudayl al-‛Allāf), très arabisés, et dont Ğāḥiẓ, comme eux mu‛tazilite et comme eux arabe de cœur, sinon d’origine, incarnera assez bien les sentiments ; cf. Pellat, Milieu, p. 54.

121 Dans le volume qui suivra celui-ci.

122 Voir Addenda, page 403

123 Sur l’histoire, cf. D. S. Margoliouth, Lectures on arabic historians, Calcutta, 1930; Sauvaget-Cahen, Introduction, p. 24-39 et passim ; Sauvaget, choix de textes traduits dans Historiens arabes, Paris, 1946 ; F. Wüstenfeld, Die Geschitsehreiber der Araber und ihre Werke, Göttingen, 1882 ; Pellat, Milieu, p. 139 sq. ; du même, Langue et littérature, p. 142 sq. ; Blachère, Littérature, t. I, p. 128 sq. ; Aḥmad Amīn, Ḍuḥä al-Islām, t. II, p. 319-360 ; Historians of the Middle East (sous la direction de B. Lewis et P. M. Holt), Oxford, 1962 ; H.A.R. Gibb, « ta‛rïkh », dans EI, Suppl., p. 250-263.

124 On se place sur le terrain de la conception même de l’histoire (cf. infra), et non sur celui des matériaux qu’elle traite, où, bien évidemment, le contexte extra-musulman intervient : cf. Abd-el-Jalil, Littérature, p. 124-125. Les influences persanes (loc. cit. et Huart, Littérature, p. 173-174) ne font que confirmer un mouvement déjà lancé et valent par leur contenu plus que par leur esprit.

125 Les œuvres d’Hérodote, Xénophon, Thucydide, Polybe, Diodore, Strabon, Plutarque (cf. toutefois infra, p. 213 (n. 6) et 216), Dion Cassius, semblent inconnues.

126 Quatre grands noms : Balādurī (mort vers 279/892), Dïnawarī (mort vers 281-282/894-895 : cf. p. 24, note 5), Ya’qūbï (mort après 292/905) et Ṭabarï (224/839-310/ 923).

127 On rapprochera sur ce point l’histoire-éthique de Plutarque et le thème des taǧārib al-umam (cf. Ahmad Amīn, Ẓuhr al-Islām, p. 201 sq.).

128 En dernière analyse, peut-être, à une constante de la pensée humaine : l’antinomie fondamentale de la connaissance historique (cf. Pensée sauvage, p. 342 sq.), qui expliquerait du reste l’échec d’un Ṭabarï, abandonnant son propos universaliste à l’apparition de l’Islām.

129 Intervention de Persans, arabisés peut-être (je songe surtout à Ya‛qūbī et Balādurï), mais tout imprégnés de la culture composite de l’Irak d’alors, et de surcroît, pour certains, grands voyageurs, notamment dans les pays de carrefour : Irak bien sûr, mais aussi Syrie et Egypte. Cf. C. H. Becker, « Balādhurī », dans EI (2), t. I, p. 1001-1002 (et Sourdel, Vizirat, p. 22, qui confirme l’origine iranienne) ; B. Lewin, « Dïnawarī », dans EI (2), t. II, p. 308 ; C. Brockelmann, « Ya‛kūbī », dans EI, t. IV, p. 1215-1216; R. Paret, « Ṭabarī », dans EI, t. IV, p. 607-608.

130 Abd-el-Jalil, op. cit., p. 123.

131 Sur cette histoire, cf. Huart, Littérature, p. 59 sq., 173 sq. ; Abd-el-Jalil, p. 79, 81, 83, 127-128; Sauvaget-Cahen, Introduction, p. 24-31.

132 Sinon quelques parallèles de surface, comme celui qu’on pourrait établir entre la méthode des Vies et celle des Ṭabaqāt.

133 Puisque c’est là, autour du Prophète, que se sont d’abord trouvés ceux auxquels on pouvait demander les traditions nécessaires. Malgré l’obscurité qui enveloppe ces débuts (cf. Sauvaget-Cahen, op. cit., p. 31), on constate que, jusqu’au milieu du IIe siècle de l’Hégire (année 767 de J.-C), les historiens connus (on fait abstraction des simples Informateurs comme Ibn ‛Abbas. Wahb b. Munabbih*. les conteurs comme ‛Ubayd. b. Šarya [ou Šariyya ; cf. Pellat, introd. à Ğāḥiẓ, Kitāb at-tarbi’, p. XVII, 21]), sont nés à Médine (Zuhrī, mort en 124/742 ; Mūsä b. ‛Uqba b. Abï ‛Ayyāš, mort en 141 /758 ; Ibn Isḥāq, mort vers 151/768). Seuls de cette période Muḥammad al-Kalbī (mort en 146/763) et Abū Mihnaf (mort en 157/774) sont nés en Irak, mais ils appartiennent à un milieu arabe ou arabisé tout imprégné de traditions, et leurs grand’père et arrière-grand’père respectifs ont combattu aux côtés de‛Ali : c’est qu’en effet, jusqu’à la chute des Umayyades, l’histoire reste dominée, au travers des dissensions internes (Abū Mihnaf par exemple représente un point de vue irakien et küfien, foncièrement anti-umayyade), par la tradition arabe, particulièrement vivace à la cour de Damas, et les historiens ou les transmetteurs (‛Ubayd b. Šariyya, Wahb, Zuhrï) feront le voyage de Syrie (sur le cas, moins clair de ‛Awāna b. al-Ḥakam, cf. Saleh el-Ali, dans EI [2], t. I, p. 782-783). Ce n’est qu’ensuite, comme en d’autres domaines, que l’Irak intervient de façon plus prononcée avec Sayf b. ‛Umar (mort après 170/786-787), Abū 1-Yaqẓān (Suḥaym b. Ḥafṣ, à ne pas confondre avec le Compagnon du Prophète, appelé également Abū 1-Yaqẓān, mort en 190/805-806), al-Hayṭam b. ‛Adī (mort vers 206-209/821-824), Hišām al-Kalbï (mort en 204/819), Abū ‛Ubayda (mort vers 210/825), Ibn Hišām (mort en 218/834), Abū Nu‛aym al-Mulā‛ï (mort en 219/834, au reste connu comme informateur), Madā‛inī (mort vers 215-231/839-845), Ibn Sa‛d (mort en 230/845), etc., mais on peut considérer qu’il s’agit là d’écrivains travaillant sur un donné déjà acquis (Ibn Sa‛d en particulier a été secrétaire de Wāqidī [cf. ci-après] et Ibn Hišām s’inspire d’Ibn Isḥāq) et qui reste, malgré les prises de position divergentes, fondamentalement arabe (cf. les titres donnés par C. Pellat dans Milieu, p. 142,144) ; du reste, la tradition péninsulaire reste vivace avec Ibn Zabāla à Médine (il écrit son histoire de la ville en 198/814 : cf. Ibn Rusteh, trad., p. VI, 63 [et note 3], 66, 81 [et note 4], 84 [note 5] ; J. Sauvaget, La mosquée omeyyade de Médine, Paris, 1947, p. 26), Azraqī à La Mekke (mort en 244/858), az-Zubayr b. Bakkār, biographe et généalogiste des Qurayš (mort en 256/870; cf. Dahabī, Tadkira, t. II, p. 528) et Wāqidī (mort en 208/823), cadi de Bagdad, mais né à Médine. Dans un troisième temps enfin, qui déborde le cadre chronologique de ce chapitre, soit après les années 246/860 — ou, si l’on préfère, parallèlement à une vision plus large de l’histoire : Balādurï, Ṭabarī... — le genre des monographies s’étend à la Haute-Mésopotamie, à l’Iran et au Hurāsān, avec des auteurs originaires de ces contrées : cf. Huart, op. cit., p. 177 (les notices sur les auteurs sont à chercher dans Dahabī, Tadkira, s.v.).

134 Dans l’espace (les Médinois et les Mekkois en Irak) ou dans le temps (en 272/885 par exemple, Fākihī compose encore à La Mekke une histoire de cette ville).

135 Abd-el-Jalil, op. cit., p. 125.

136 Sauvaget-Cahen, Introduction, p. 25 sq.

137 Cf. L. Massignon, Parole donnée, Paris, 1962, p. 234, 237.

138 Ce qui explique que les historiens sont en même temps philologues (Abū ‛Ubayda et, à la limite, Aṣma‛ī, plus philologue qu’historien) ou traditionnistes (l’énorme majorité des premiers historiens arabes est consignée dans la Tadkirat al-ḥuffāẓ de Dahabī ; cf. également, en matière de transmission, le double rôle de Wahb b. Munabbih ou d’Ibn ‛Abbās pour le ḥadïṭ et pour l’histoire).

139 Sauvaget-Cahen, op. cit., p. 31.

140 Tradition vivace : plus tard, soit à partir de la fin du iiie/ixe siècle, la nouvelle fonction du wazīr aura ses ahbār : cf. Sourdel, op. cit., p. 6-7.

141 Cf. Sauvaget, Introduction, 2e éd., p. 33.

142 On renverra, pour l’ensemble de ces questions, aux ouvrages déjà indiqués.

143 Pour les rapports de la géographie et de l’histoire, on se reportera au chap. VI i. f.

144 Cf., entre autres exemples, Muqaddasī, trad., § 51, 81, 123, 187 et passim.

145 Infra, chap. V, à propos d’Ibn al-Faqīh.

146 Cf. Blachère, Extraits, p. 10-11 (repris par Abd el-Jalil, Littérature, p. 136).

147 Elle n’est pas la seule, en effet : les sciences théoriques, pour une large part, sont dans ce cas.

Notes de fin

* Voir Addenda, page 404

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search