Version classiqueVersion mobile

La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du 11e siècle. Tome 1

 | 
André Miquel

Introduction

Texte intégral

  • 1 Pour un exposé d’ensemble, cf. S. Maqbul Ahmad, dans EI (2), t. II, p. 590 sq., avec bibliographie (...)
  • 2 Ibn Hurdāḏbeh, Kitāb al-masālik wa l-mamālik (232/846-272/885); Ya’qūbī, Kitāb al-buldān (276/889) (...)
  • 3 842 ap. J.-C.
  • 4 Par exemple le problème des mers ou des fleuves et ses implications pour celui de la foi : cf. Mu (...)
  • 5 Les deux exceptions vraiment notables sont celles de Persans : l’auteur anonyme des Ḥudūd al-ālam (...)
  • 6 Notamment celle des premiers auteurs : Ibn Hurdāḏbeh, Ibn Rusteh.
  • 7 Cette définition est de R. Ettinghausen, La peinture arabe, Genève, 1962, p. 11. Il convient toute (...)

1La géographie arabe1 est fille du califat de Bagdad : par certaines de ses composantes, certes, elle plonge bien au-delà de l’installation des Abbassides en Irak, mais, dans les faits, ne serait-ce qu’à considérer l’apparition des premiers textes2, elle eût été, nous le verrons, impossible sans la rencontre de vieux thèmes avec le double héritage de l’orient indo-persan et de l’occident grec. Et c’est parce que la renaissance abbasside a tiré des couvents où elle dormait l’antique science, qu’à l’heure du Moyen Age occidental, celle-là même des serments de Strasbourg3, des œuvres naissent qui vont ressusciter l’écho de voix que l’on croyait perdues. Née des grands courants de pensée qui ont agité le siècle arabe des lumières, la géographie du temps participe à plein de ses inquiétudes et de leur expression ; première caractéristique : elle sera vite, autant qu’un champ de recherches, un genre littéraire qui aura ses noms. Mais aussi, dans le grand débat qui a présidé à sa naissance, et qui intéresse avant tout le rôle et la place, dans le monde, de l’homme nouveau créé par l’Islam et la conquête, elle sera, dès ses débuts, un exposé de situations humaines et les rares chapitres de ce que nous appellerions géographie physique envelopperont au premier chef des problèmes humains4 ; d’où sa seconde caractéristique : en concevant ce terme au sens large, on peut dire qu’au moins à ses débuts, la géographie arabe est tout entière géographie humaine dans la mesure où, non contente de faire des hommes l’objet de son étude, elle a tendance à considérer le milieu où ils vivent comme leur posant un certain nombre de problèmes. Troisième caractéristique enfin : cette géographie du monde musulman sera, dans sa quasi-totalité, d’expression arabe5 ; la main qui l’écrit peut être persane6 par exemple, il n’importe : l’esprit qui la conçoit reste, malgré les divergences locales, parfois violentes, éminemment représentatif de « cette conviction claire et puissante que partagèrent tous les Musulmans du Moyen Age, de quelque origine qu’ils fussent, d’appartenir à une civilisation arabe qui reflétait le dessein du Créateur »7 : sentiment qui définit, fondamentalement, cette civilisation et explique, venant d’étrangers par la race, d’aussi remarquables monuments en langue arabe que les Āṯār de Bīrūnī ou le Muğam de Yāqūt.

  • 8 EGA, p. 14. Point de vue du même ordre dans J. M. Abd-et-Jalil, Littérature, p. 136-137.
  • 9 EGA, p. 9.
  • 10 Cf. Mas‛ūdī, Tanbih, p. 109 ; Muqaddasï, trad., § 10 sq.
  • 11 Les auteurs géographiques citent bien Ğāḥiẓ (cf. Muqaddasī, trad., § 13 bis), mais c’est un polygr (...)
  • 12 La première version du Kitāb al-masālik est de 232/846 et sa mise au point définitive de 272/885. (...)
  • 13 Cf. infra, chap. I. Pour la plupart chrétiens non bagdadiens de naissance, mais en relation consta (...)
  • 14 Ibn Sa‛d meurt en 230/845 et Balāḏurī en 279/892.
  • 15 Morts respectivement en 255/868 et vers 270-276/883-889.
  • 16 Nous retrouvons ici un des repères fondamentaux de R. Blachère dans ses Extraits.

2Ainsi que le souligne très justement R. Blachère8, il serait faux de croire que les diverses influences qui ont présidé à l’élaboration de la géographie arabe ont « joué séparément et à tour de rôle ». D’où la tentation, pour éviter les redites à quoi entraînerait une étude uniquement chronologique, de distinguer plutôt entre des tendances, à condition d’admettre que rares sont non seulement les générations, mais même les auteurs qui ne participent pas de plusieurs de ces mouvements. Il nous a paru toutefois qu’à sérier ainsi les choses, on risque de les fausser tout autant. La perspective chronologique en effet ne doit, dans ces débuts, être restituée ni de façon accessoire, ni dans un cadre aussi diffus que celui des débuts du califat abbasside en général, mais bien réintégrée à chaque instant dans la perspective littéraire, qu’elle seule éclaire, et ramassée autour des années décisives qui président à la naissance de la géographie. Or, dans l’incertitude où nous plongent parfois le mystère d’époques aussi lointaines, la fantaisie des transmetteurs, l’adultération ou la perte d’ouvrages fondamentaux9, une chose au moins est sûre : au témoignage des écrivains eux-mêmes10, Ibn Hurdāḏbeh est bien, par son propos, le premier géographe11, le premier écrivain à lancer dans le siècle le nouveau genre de l’étude des pays. Si l’on admet que ce phénomène décisif eut lieu autour des années 236-267 /850-88012, on se place dès lors à une époque où les grands mouvements de la pensée future viennent d’être tracés, les grandes options proposées. Trois facteurs décisifs vont peser sur l’avènement de l’esprit géographique : le premier, qui porte ici les fruits des lumières du siècle d’al-Ma’mūn (199-218/813-833), c’est, des années 205/820 à 256/870, l’apogée de la grande école des traducteurs de Bagdad.13 Le second, c’est la vigueur des disciplines traditionnelles et notamment de l’histoire14, le troisième, enfin, le problème posé, autour des deux grands noms de Ğāḥīẓ et d’Ibn Qutayba15, de la formation des élites et des esprits. Ce n’est qu’une fois passés en revue les éléments de ce cadre chronologique qu’on pourra aborder l’étude des différents courants de la géographie jusqu’au milieu du xie siècle après J.-C.16

Notes

1 Pour un exposé d’ensemble, cf. S. Maqbul Ahmad, dans EI (2), t. II, p. 590 sq., avec bibliographie, et Kratchkovsky, op. cit.

2 Ibn Hurdāḏbeh, Kitāb al-masālik wa l-mamālik (232/846-272/885); Ya’qūbī, Kitāb al-buldān (276/889) (pour ne parler que des œuvres qui nous sont parvenues).

3 842 ap. J.-C.

4 Par exemple le problème des mers ou des fleuves et ses implications pour celui de la foi : cf. Muqaddasī, trad., § 39 sq. On exceptera les considérations de mathématique pure, dans la mesure où, intéressant la seule science, elles sont sans résonance dans la conscience moyenne reflétée par la littérature.

5 Les deux exceptions vraiment notables sont celles de Persans : l’auteur anonyme des Ḥudūd al-ālam et Nāṣir-i Husraw : cf. infra, appendice.

6 Notamment celle des premiers auteurs : Ibn Hurdāḏbeh, Ibn Rusteh.

7 Cette définition est de R. Ettinghausen, La peinture arabe, Genève, 1962, p. 11. Il convient toutefois de ne pas perdre de vue qu’elle définit une moyenne, en dehors des mouvements de résistance nationale (šuūbiyya). Elle semble surtout valable pour la langue, dont la primauté, de fait ou de droit, est dans l’ensemble Incontestée, au moins dans toute la période des débuts du califat abbasside.

8 EGA, p. 14. Point de vue du même ordre dans J. M. Abd-et-Jalil, Littérature, p. 136-137.

9 EGA, p. 9.

10 Cf. Mas‛ūdī, Tanbih, p. 109 ; Muqaddasï, trad., § 10 sq.

11 Les auteurs géographiques citent bien Ğāḥiẓ (cf. Muqaddasī, trad., § 13 bis), mais c’est un polygraphe qui s’occupe, à l’occasion, de géographie : sur le problème, cf. infra, chap. II. Et du reste, Ğāḥiẓ mourant en 255/868, le problème n’est pas modifié fondamentalement quant aux dates. On ne tient, ici non plus, aucun compte des astronomes ni des cosmographes purs.

12 La première version du Kitāb al-masālik est de 232/846 et sa mise au point définitive de 272/885. Nous aurons l’occasion de revenir (cf. infra, p. 90) sur le problème posé par ces deux versions.

13 Cf. infra, chap. I. Pour la plupart chrétiens non bagdadiens de naissance, mais en relation constante avec le califat : cf. Abd-el-Jalil, op. cit., p. 133, et R. Arnaldez, «  Sciences et philosophie dans la civilisation de Baġdād sous les premiers ‘Abbāsides », dans Arabica, IX, 1962, p. 357 sq.

14 Ibn Sa‛d meurt en 230/845 et Balāḏurī en 279/892.

15 Morts respectivement en 255/868 et vers 270-276/883-889.

16 Nous retrouvons ici un des repères fondamentaux de R. Blachère dans ses Extraits.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search