Version classiqueVersion mobile

La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du 11e siècle. Tome 1

 | 
André Miquel

Tableau des auteurs

Texte intégral

1N.B. — Les pages qui suivent s’inspirent de deux préoccupations différentes :

21. A. On a voulu d’abord, sous la forme du tableau des auteurs proprement dit, dresser le répertoire des écrivains dont les œuvres offrent, à un titre quelconque, un rapport avec la géographie ou les thèmes géographiques (excepté la géographie mathématique et astronomique pure) : en d’autres termes, on s’est proposé de présenter ici synoptiquement les noms qui apparaissent dispersés dans le texte ou les notes des différents chapitres. Chaque rubrique comporte, sous le nom de l’auteur, une brève définition de son œuvre et une bibliographie : bibliographie de base, dans le cas de grands auteurs, ténors de la littérature arabe, plus poussée pour des cas moins connus ou litigieux et, naturellement, pour les géographes proprement dits. Le cas échéant, on a fait entrer dans ces rubriques des discussions sur des points de détail, qui eussent alourdi au-delà du tolérable l’annotation de l’ouvrage.

3B. On distinguera :

4— les auteurs dont les œuvres ont été conservées, sous la forme d’un ensemble cohérent (texte édité ou manuscrit) et bien individualisé;

5— les auteurs (signalés par une astérisque) dont les œuvres sont perdues ou connues seulement par des extraits ou de simples mentions qui en sont faits par les écrivains postérieurs.

6Il va de soi que, dans le cas de polygraphes, les œuvres prises ici en compte, qu’elles soient conservées ou perdues, sont celles-là seules qui intéressent notre sujet, dans l’esprit défini en A.

7C. Les auteurs sont classés par ordre chronologique, selon la date de leur mort (ou d’autres repères, quand celle-ci est inconnue). Par auteurs, on entend les créateurs d’une œuvre écrite ou, dans le cas d’une œuvre disparue, présumée comme écrite, et l’on exclut les simples informateurs : on ne signale pas, par exemple, Hālid al-Barīdī, informateur de Muqaddasī (trad., § 123), ni ces prisonniers musulmans de Byzance dont Ibn Ḥawqal (p. 195) enregistre les dires. En revanche, on signale, entre autres, ‘Umāra b. Ḥamza, la distance chronologique entre lui et Ibn al-Faqīh, qui le cite, impliquant transmission d’une œuvre écrite, ou, a fortiori, Ġazāl, séparé de ses transmetteurs par une distance encore supérieure.

82. Le canevas de l’histoire des thèmes géographiques étant ainsi tracé à travers le tableau des auteurs étudiés au présent volume, il nous a paru utile d’indiquer à sa suite, d’ores et déjà, lesquels, parmi ces auteurs, devaient être retenus, en un prochain livre, pour l’étude non plus de l’histoire, mais du contenu des thèmes géographiques, autrement dit pour l’étude du monde tel qu’il est vu par la géographie d’alors, ce qui revenait à poser la question : dans l’immense production de la littérature arabe, où les thèmes géographiques, en tant que pièce essentielle du bagage de l’honnête homme, se répandent un peu partout, où est la géographie, comment se cerne-t-elle, et qui est géographe ? On a cru pouvoir s’en tenir aux critères suivants :

9A. Au plan de la chronologie, d’abord, sont retenus seulement les auteurs dont l’œuvre est attestée comme ayant été composée avant les années 1050 ; si la date de composition n’est pas attestée, on prend en compte, autant qu’on puisse la déduire des dates de naissance ou de mort, la maturité de l’auteur, selon qu’elle se situe, fondamentalement, avant ou après 1050. Telle est la raison, par exemple, de l’exclusion de ’Uḏrī et de Bakrī (cf, chap. VIII, p. 269, note 1). Pour le cas spécial représenté par Bīrūnī, cf. chapitre VI, p. 223-227.

10B. Au plan de la thématique, et compte tenu du problème posé, qui est de cerner la géographie, on exploitera dans le prochain volume :

  1. Entièrement : les œuvres dont le propos est en rapport direct avec la géographie, à savoir celles dont il est question aux chapitres III (sauf Šābuštī : cf. infra, b), IV, V et VIII, plus, au chapitre VII : Hamdānī, le Calendrier de Cordoue, Rāzī, Warrāq et le dictionnaire d’Isḥāq b. al-Ḥusayn. Par exploitation intégrale, on veut dire qu’on enregistre,, dans des œuvres qui se veulent géographiques, toutes les données, y compris celles qui ne sont pas strictement géographiques : car, pour prendre cet exemple, l’histoire, telle qu’elle apparaît chez un Ibn Ḥawqal ou un Muqaddasī, fait partie intégrante des masālik wa l-mamālik.
  2. Partiellement : les œuvres des encyclopédistes, anthologues et polygraphes, pour leurs sections ou passages traitant de la géographie (au sens restreint ou large : ethnographie, biologie). Il s’agit donc, ici, d’extraire la géographie d’un propos plus général qui la dépasse. Il en résulte qu’il faut, dans ce cas, s’en tenir strictement à la géographie, l’histoire, les sciences religieuses ou les traditions rapportées par les auteurs en question faisant partie d’une construction d’ensemble et ne pouvant être, comme dans le cas précédent, rapportées à la géographie. Les auteurs exploités sont ceux des chapitres II et VI, plus, au chapitre III : Šābuštī, et, au chapitre VI : Ṯa‛ālibī et Ibn an-Nadīm.
  3. Pas du tout : les écrivains (historiens, anthologues, polygraphes et autres) dont le propos est carrément extérieur à la géographie (y compris la « géographie »topographique des ẖiṭaṭ, qui n’est qu’une forme de l’histoire pure), chez lesquels, donc, la géographie n’est que d’occasion : servante de l’histoire, préoccupation littéraire, etc. Sont ainsi exclus les auteurs des chapitres VI et VII, hormis ceux que l’on a cités en b. Pour les auteurs visés ici, on se contentera de quelques références sur des points jugés intéressants parce qu’illustrant les rapports des thèmes géographiques avec la littérature d’adab.

11C. Sur un plan plus strictement méthodologique, on ne citera, au prochain volume, les œuvres disparues et conservées chez les auteurs postérieurs que si ces auteurs sont extérieurs au cadre chronologique défini en 1 C. Par exemple, on cite Ibrāhīm b. Ya‘qūb (conservé par Bakrī et Qazwīnī, qui composent après 1050), mais non Hārūn b. Yaḥyä (conservé par Ibn Rusteh, qui entre dans les limites chronologiques de notre étude). Conformément à ce qui a été dit en 1 B, on prend en compte, pour définir ces œuvres disparues, non pas la taille même des vestiges conservés (c’est ainsi qu’on citera les Maġrūrūn ou Ġazāl, des œuvres desquels les vestiges sont très modestes), mais la possibilité de rapporter effectivement à leurs auteurs les textes qui leur reviennent : on exclut, par exemple, dans cet esprit, Sinān b. Ṯābit b. Qurra, cité par Bīrūnī, mais d’une façon si imbriquée qu’elle ne permet pas la distinction (cf. chap. VII, p. 257, note 3).

12D. Les noms d’auteurs ou d’œuvres ainsi retenus pour le prochain volume figurent en une liste spéciale (II), sous la forme abrégée qui sera la leur dans l’annotation dudit volume.

I. — TABLEAU DES AUTEURS ÉTUDIÉS AU PRÉSENT VOLUME

13* Mūsä b. Nuṣayr (Abū ‛Abd ar-Raḥmān). Le célèbre conquérant de l’Afrique du Nord et de l’Espagne, mort en 98/716-717, aurait laissé un récit des « merveilles »rencontrées lors de son expédition africaine ; il est le personnage central des légendes relatives à la Ville du Cuivre et au Fleuve de Sable, reprises notamment par Ibn al-Faqīh. Cf. Mas‘ūdī, Prairies, § 409.

14* Kalbī (Abū n-Nāḍir Muḥammad b. Mālik b. as-Sā’ib b. Bišr al-Kalbī).

15Mort en 146/763, ce lexicographe de la tendance d’Aṣma’ī (q.v.) écrit une description des points d’eau de la péninsule arabique (manāhil al-Arab), malheureusement perdue. Cf. C. Brockelmann, dans EI, t. II, p. 730, et chap. VII, p. 246, note 1.

16* ‘Umāra b. Ḥamza. Mawlä d’al-Manṣūr, qui l’envoya à Constantinople ; mort en 199/814. Son récit a été utilisé par Ibn al-Faqīh (vers 290/903), aux p. 137-139. Compte tenu de la distance chronologique entre les deux personnages, il faut donc estimer que l’œuvre de ‘Umāra était rédigée. Cf. les références bibliographiques données par de Goeje, op. cit., p. 137, note e.

17* Naḍr b. Šumayl (Abū l-Ḥasan an-Naḍr b. Šumayl al-Māzinī at-Tamīmī). Mort vers 204/818-819. Un des représentants de la littérature, à base de lexicographie, relative aux toponymes de la péninsule arabique, mais aussi à certains traits de civilisation, à certains noms de plantes, d’animaux ou de phénomènes météorologiques. A écrit également un Kitāb al-anwā’, toutes œuvres qui semblent perdues. Cf. GAL, t. I, p. 101 ; Reinaud, p. LI.

18* Tamīm b. Baḥr al-Muṭṭawwi‘ī. Sans doute originaire des régions frontières de l’Islam, si l’on en croit sa nisba, ce personnage est connu pour avoir laissé, des pays turcs d’Asie centrale, visités entre 143/760 et 184/800, une description dont on trouve des traces chez Ibn Hurdāḏbeh, à travers lequel ont pu le connaître d’autres auteurs, notamment Yāqūt et, avant lui, Ibn al-Faqīh (manuscrit de Mešhed). Cf. Ḥudūd al-ālam, p. 13, 26, 268-269, 272, 481.

19* Fazārī (Ibrāhīm b. Ḥabīb al-Fazārī). Un des représentants les plus affirmés de la géographie astronomique indienne. Écrit vers la fin du iie/viiie siècle. Cf. S. Maqbul Ahmad, « Djughrāfiyā », dans EI (2), t. II, p. 591, N. Levtzion, « Ibn Ḥawqal, the cheque and Awdaghost  », dans Journal of African History, IX, 1968, p. 223, et surtout la remarquable édition d’un Kitāb al-Ğarāfiyya par les soins de M. Hadj-Sadok (Bulletin d’Études Orientales, Damas, XXI, 1968, p. 7-311). Celle-ci pose a priori un problème. Il s’agit là d’un texte de Zuhrī (vie/xiie siècle), mais qui se dit inspiré par Fazārī. En vertu des principes énoncés supra, p. XV (C), on serait tenté d’inclure, grâce à Zuhrī, Fazārī dans la liste des auteurs exploités. Mais l’éditeur signale (p. 33) la légèreté et l’imprécision avec lesquelles Zuhrī cite ses sources : Fazārī, notamment, n’est cité qu’une fois (§ 1), et l’ouvrage de Zuhrī, qui porte des traces nombreuses et évidentes de ses origines espagnoles, s’éloigne ainsi considérablement du modèle qu’il prétend suivre. En outre, l’esprit de l’adab, qui se traduit, entre autres manifestations, par un goût prononcé pour les merveilles (‘ağā’ib), a visiblement littérarisé les thèmes de la géographie astronomique : on a peine à croire, par exemple, que « le manque de rigueur » et la « fantaisie »de la description du globe terrestre (p. 46-47) soient imputables au savant de profession que fut Fazārī. En fonction des principes énoncés supra, loc. cit., i.f., on n’a donc pu que renoncer à prendre en compte un Fazārī aussi incertain (sauf aux cas, très rares, de références générales à la géographie arabe en son ensemble).

20Mā šā’ Allāh. Savant juif, astronome célèbre, mort en 205/820. Auteur d’un livre de météorologie, fondé essentiellement sur des considérations astrologiques (cf. l’art., cité ci-dessous, de Levi delia Vida, p. 271 sq.), et d’un ouvrage, qui nous est parvenu de façon fragmentaire, sur les prix des denrées. Cf. Carra de Vaux, Penseurs, t. II, p. 204-205 ; M. Steinschneider, Die arabische Literatur der Juden, Francfort-sur-le-Mein, 1902, p. 15-23 (détail des œuvres, p. 16 sq.) ; GAL, Suppl., t. I, p. 391-392 ; G. Levi della Vida, « Un opusculo astrologico di Māšā’allāh », dans RSO, XIV, 1933-1934, p. 270-281 (avec aperçu d’ensemble sur son œuvre) ; Pellat, Milieu, p. 230 ; Kratchkovsky, p. 65 (70), 68 (72), 73 (76).

21* Kalbī (Abū l-Munḏir Hišām b. Muḥammadal-Kalbī). Mort vers 206/820 et fils de Muḥammad al-Kalbī. Représentant de la tendance lexicographique arabe « large  », également représentée par Naḍr b. Šumayl (q.v.), Hišām semble également élargir, dans son Kitāb ištiqāq al-buldān (De l’étyomologie des noms de pays), malheureusement perdu, le champ de l’enquête lexicographique aux toponymes de pays autres que l’Arabie. Cf. C. Brockelmann, dans El, t. II, p. 730-731 ; GAL, t. I, p. 144-145 et Suppl., t. I, p. 211-212.

22* Aṣma‛ī (Abū Sa‛īd ’Abd al-Malik b. Qurayb al-Aṣma‛ī). Célèbre lexicographe, mort en 213/828, dont les recherches ont porté, en particulier, sur les toponymes de la péninsule arabique à l’exclusion de tout autre pays. Sa Ğazīrat al-’Arab a été exploitée notamment par Yāqūt. Cf. B. Lewin, dans EI (2), t. I, p. 739-740.

23* Abū ‛Ubayd (al-Qāsim b. Sallām al-Harawī). Né vers 154/770, mort vers 223-224/837-838, ce grammairien, exégète et juriste poursuit, en matière de lexicographie et de toponymie, notamment dans son Ġarīb al-muṣannaf, la tendance de Naḍr b. Šumayl, dont il s’inspire (q.v.). Cf. GAL, t. I, p. 105-106 et Suppl., t. I, p. 166-167 ; Kratchkovsky, p. 120 (126) ; H. L. Gottschalk, dans EI (2), t. I, p. 161-162.

24‛Arrām b. al-Aṣbaġ (as-Sulamī al-A‛rābī). Mort en 331/845, un des représentants de la lexicographie arabe, s’intéressant strictement à la Péninsule, mais en dépassant le cadre de la simple toponymie, comme Naḍr b. Šumayl (q.v.). Son Kitāb asmā’ ğibāl at-Tihāma wa makānihā (Noms des montagnes et situation de la Tihāma) a été repris par Abū l-Aš’aṭ al-Kindī (q.v.), ce dernier inspirant à son tour Abū ‛Ubayd (‛Ubayd Allāh) as-Sakūnī (q.v.). Cf. chap. VII (et la note p. 127 de la traduction en arabe de l’œuvre de Kratchkovsky) et Bakrī, Mu’ğam mā sta’ğam, cité dans Kratchkovsky, p. 278 (277).

25Huwārizmī (Muḥammad b. Mūsä al-Huwārizmī). Célèbre astronome de l’époque d’al-Ma’mūn (813-833 de J.-C), auteur du premier Kitāb ṣūrat al-arḍ (De la représentation de la terre). Chef de file de la géographie mathématique, il livre toutefois des connaissances qui s’apparentent au goût général du temps. Mort entre 220 et 230 (835-844) ou, selon d’autres, après 232/846-847. Cf. E. Wiedemann, dans EI, t. II, p. 965-966 ; GAL, t. I, p. 257 et Suppl., t. I, p. 381-382 ; Kratchkovsky, p. 91 sq. (98 sq.) et passim.

26Azraqī (Abū 1-Walīd Muḥammad b. ‛Abd Allāh b. Aḥmad al-Azraqī). Mort en 244/858, représentant, avec Fākihī, de la littérature de description et d’histoire des lieux saints de l’Arabie. Cf. J. W. Fück, dans EI (2), t. I, p. 849-850.

  • 1 Voir Addenda, page 401

27* Gazāl (Yaḥyä b. al-Ḥakam al-Bakrī al-Ğayyānī al-Ġazāl). Ambassadeur de ’Abd ar-Raḥmān II successivement auprès de l’empereur byzantin Théophile et des Normands du Jutland, a laissé des récits qui ne nous sont connus que de façon très fragmentaire et dans des textes largement postérieurs : Ibn Diḥya (xiie-xiiie siècles) et Maqqarī (xvie-xviie siècles) (voir bibl.). Vit de 153/770 à 250/864; par ailleurs connu comme courtisan et poète. Cf. Lévi-Provençal, « Un échange d’ambassadeurs entre Cordoue et Byzance au ixe siècle », dans Byzantion, XII, 1937, p. 1-24; Vasiliev, Byzance et les Arabes, t. I, p. 186-187 (avec bibliographie) ; H. Pérès, La poésie andalouse en arabe classique au xie siècle, Paris, 1953, 2e éd., p. 44-45, 54; Kratchkovsky, p. 133-134 (135-136); A. Huici Miranda, dans EI (2), t. II, p. 1062,1 et les ouvrages cités à la bibl. (s.v. « Ġazāl »).

28Ğāḥiẓ (‛Amr b. Baḥr al-Ğāḥiẓ). Un des plus grands polygraphes et prosateurs arabes, situé à l’époque essentielle des débuts de la géographie arabe, dont il est, en un sens, l’un des pionniers. Cf. Reinaud, p. LII-LIII; Kratchkovsky, p. 123-126 (128-130); surtout C. Pellat, dans EI (2), t. II, p. 395-398 (avec bibliographie); cf. également les références données au chap. II, passim.

29* Ğarmī (Muḥammad [ou Muslim] b. Abī Muslim al-Ğarmī). Ce personnage, dont le nom est incertain (Ğarmī ? Hurramī ?) et dont les œuvres ont à peu près entièrement disparu, aurait écrit, sous le califat d’al-Wāṭiq (228-233/842-847), un livre sur l’organisation et les coutumes des Rūm, Avares, Bulgares, Slaves et Hazars, livre dont les données ont été utilisées par Ibn Hurdāḏbeh, p. 105-108 (et peut-être p. 113); trad., p. 77-80 (ou p. 86), le passage p. 106-107 (trad., p. 78-79) étant en tout état de cause exclu : récit des Compagnons de la Caverne emprunté à Muḥammad b. Mūsä (q.v.). Cf. Masūdī, Tanbīh, p. 257-258 ; Vasiliev, Byzance et les Arabes, t. I, p. 203 ; Marquait, Streifzüge, p. 28-30 ; GAL, Suppl., t. I, p. 404; Kratchkovski, p. 131-132(134); Ḥudūd al-’ ālam, p. 319-320, 419, 422-423, 430.

30* Sallām (dit l’Interprète). Fonctionnaire du califat, accomplit, pour le compte du calife al-Wāṭiq (cf. ci-dessus), un voyage de vingt-huit mois en Asie centrale pour examiner la muraille de Gog et Magog (la grande Muraille de Chine). En rapporte un récit (rédigé à l’intention d’al-Wāṭiq, mais dont il communique verbalement les principales informations à Ibn Hurdāḏbeh) où le merveilleux domine et qui a été repris, après Ibn Hurdāḏbeh auquel ils l’empruntent, par Ibn al-Faqīh et Ibn Rusteh. Notons au passage que, comme Sallâm est secouru au retour par ‛Abd Allāh b. Ṭāhir, que certains chroniqueurs font mourir en 842, et compte tenu d’autre part de la date et de la durée du voyage de Sallām, nous pouvons fixer la mort de ‛Abd Allāh b. Ṭāhir à la date la plus couramment avancée : 230/844. Cf. Ibn Hurdāḏbeh, p. 162 sq. ; Ibn Rusteh, p. 149-150 (trad., p. 167, note 7, avec bibliographie) ; Ibn al-Faqīh, p. 301 ; Reinaud, p. LV-LVI ; Kratchkovsky, p. 131 (134), 137-141 (139-141); Ḥudūd al-ālam, p. 225, 451.

31Relation de la Chine et de l’Inde (Aẖbār aṣ-Ṣīn wa l-Hind). Ouvrage composé en 237/851 par un auteur anonyme. Fondamental par sa date (il est le premier des ouvrages connus sur les voyages vers l’Extrême-Orient) et par la qualité de l’information (cf. l’introduction de Sauvaget). Démarqué par nombre d’auteurs postérieurs. Sur les problèmes posés par la Relation, cf. Kratchkovsky, p. 141-142 (141-142) ; et surtout Sauvaget (cf. bibl.), passim.

32‛Abd al-Ḥakam (Abū l-Qāsim ‛Abd ar-Raḥmān b. ‛Alī b. ‛Abd al-Ḥakam). Mort en 257/871, auteur d’une histoire de l’Égypte et du Maġrib, qui figure parmi les œuvres inaugurant le genre topographique des ẖiṭaṭ. Cf. GAL, t. I, p. 154 et Suppl., t. I, p. 227-228.

33* Muḥammad b. Mūsä. Le personnage désigné sous ce nom aurait accompli deux voyages pour le compte du calife al-Wāṭiq : le récit du premier, en Asie Mineure, à la recherche de la caverne des Sept Dormants, a été conservé en partie par Ibn Hurdāḏbeh (p. 106-107) et Mas‛ūdī (cf. infra) ; le second, chez les Hazars, était en relation avec l’expédition de Sallām l’Interprète. Le personnage est sans doute Muḥammad b. Mūsä b. Šākir, qui a pu parfois, ici comme en d’autres cas, être mal distingué de son homonyme, comme lui célèbre astronome et mathématicien, Muḥammad b. Mūsä al-Huwārizmī, de la mort duquel la date est incertaine (Muḥammad b. Mūsä b. Šākir mourant, lui, en 259/873). Si l’on admet (cf. J. Ruska, « Banū Mūsā », dans EI, t. III, p. 792) qu’il y avait une assez grande différence d’âge (sans doute de l’ordre d’une génération) entre les deux hommes, Muḥammad b. Mūsä b. Šākir étant le plus jeune et arrivant à l’âge d’homme sous al-Ma’mūn (813-833 de J.-C), la date des voyages accomplis sous le califat d’al-Wāṭiq renverrait à un homme dans la force de l’âge pour Muḥammad b. Mūsä b. Šākir, à un vieillard pour Muḥammadb. Mūsä al-Huwārizmī. C’est ce qui nous fait opter pour le premier, malgré Muqaddasī (cité infra), qui cite expressément Muḥammad b. Mūsä al-Huwārizmï à propos du voyage ches les Hazars, offrant ainsi un exemple de plus de la confusion fréquente entre les deux hommes, tandis que Mas’ūdī (Tanbīh, p. 134; trad., p. 186, reprenant Prairies, § 730), à propos du voyage en Asie Mineure, expressément référé au règne d’al-Wāṭiq, explicite non moins formellement le nom du voyageur en Muḥammad b. Mūsä b. Šākir. Cf. Muqaddasī, éd. de Goeje, p. 362 ; Ibn Hallikān, t. IV, p. 247-249 ; Kratchkovsky, p. 130-131 (133-134).

34Kindī (Ya‛qūb b. Isḥāq al-Kindī). Le célèbre philosophe et savant, né au début du ixe siècle de J.-C, mort après 256/870 (peut-être en 260/874), est notamment l’auteur d’un traité sur les mers, le flux et le reflux. Ses œuvres en rapport avec la géographie ont été conservées en traduction latine ou à l’état de fragments par les auteurs postérieurs, notamment par Mas’ūdī. Cf. Mas’ūdī, Tanbīh, trad., p. 77; GAL, t. I, p. 230-231 et Suppl., t. I, p. 372-374; Kratchkovsky, p. 99-100 (105) et passim.

35* Abū 1-Aš’aṭ al-Kindī (‛Abd ar-Raḥmān b. ‛Abd al-Malik). Représentant de la toponymie lexicographique, cité par Yāqūt comme ayant écrit un livre sur les montagnes de la Tihāma, lequel livre, au témoignage de Bakrī, se serait inspiré de l’ouvrage de ‛Arr ām b. al-Aṣbaġ (q.v.). L’ouvrage d’Abū 1- Aš‛aṭ aurait à son tour inspiré Abū ’Ubayd (’Ubayd Allāh) as-Sakūnū (q.v.). Vie par ailleurs inconnue. Cf. références chap. VII, p. 246, note 1, et Bakrī, Mu‛-ğam mā sta’ğam, cité dans Kratchkovsky, p. 278 (277).

36Fākihī (Abū ‛Abd Allāh Muḥammadb. Isḥāq b. al-‛Abbās al-Fākihī). Mort en 272/885, représente, avec Azraqï, la littérature de description et d’histoire des lieux saints de l’Arabie. Cf. F. Rosenthal, dans EI (2), t. II, p. 775.

37* Marwazī (Abū ‛Abbās Ğa‛far b. Aḥmad al-Marwazī). Mort vers 274 /887, ce personnage aurait écrit un Kitāb al-masālik wa l-mamālik qui semble perdu. Cf. Fihrist, p. 150; Yāqūt, Udabā’, t. VII, p. 151 ; Kratchkovsky, p. 127 (131).

38Ibn Qutayba (Abū ‛Abd Allāh Muḥammad b. Muslim). Sur les rapports de ce célèbre polygraphe, mort en 276/889, avec la géographie, cf. chap. II. Sur Ibn Qutayba, cf. G. Lecomte, Ibn Qutayba, op. cit.

39Balāḏurī (Aḥmad b. Yaḥyä b. Ğābir b. Dāwud al-Balāḏurī). Mort probablement en 279/892, le premier en date des grands historiens arabes prouve la spécificité et l’originalité de ce genre littéraire, notamment en ce qui concerne ses rapports avec la géographie. Cf. F. Rosenthal, dans EI (2), t. I, p. 1001-1002.

40Aḥmad b. Abī Ṭāhir Ṭayfūr (Abū l-Faḍl). Mort en 280/893, auteur d’une histoire de Bagdad, dont seule la sixième partie nous est parvenue et qui comprenait peut-être une introduction topographique comme celle de l’ouvrage d’al-Haṭīb al-Baġdādī. Cf. C. Huart, dans El, t. II, p. 379 ; GAL, t. I, p. 144 et Suppl., t. I, p. 210.

41Dïnawarī (Abū Ḥanīfa Aḥmad b. Dāwud ad-Dïnawarï). Mort en 282/895, auteur d’un Kitāb al-qibla, d’un Kitāb al-anwā’ et d’un ouvrage de botanique (Kitāb an-nabāt) à base lexicographique. Sur Dïnawarï historien, mêmes conclusions que sur Balāḏurī (q.v.). Cf. B. Lewin, dans EI (2), t. II, p. 308 ; Kratchkovsky, p. 118 (124).

42* Saraẖsī (Abū l-‛Abbās Aḥmad b. Muḥammad b. aṭ-Ṭayyib b. al-Farā‛-iqī as-Saraẖsī). Disciple du philosophe et savant Kindï (Ya’qūb b. Isḥāq), aurait composé « un bel ouvrage sur les voies et les royaumes, les mers et les fleuves, les histoires des divers pays, etc. », un « abrégé des livres de la logique », un livre « sur l’utilité des montagnes » et un autre sur « les bases de la philosophie et la science approfondie des lois stellaires ». Précepteur et familier du calife al-Mu‛taḍid, qui le fit ensuite périr en 286/899, il est donc contemporain d’Ibn Hurdāḏbeh. Cf. Ibn Rusteh, p. 6 (trad., p. 4, note 1) ; Mas‛ūdī, Prairies, § 268, 277, 297-298; t. II, p. 307-309; t. VIII, p. 179; Tanbīh, trad., p. 77, 89, 109; Ibn an-Nadīm, Fihrist, p. 261-262; GAL, t. I, p. 210-211 et Suppl., t. I, p. 375, 404; Kratchkovsky, p. 127-128 (131); Rosenthal, Saraẖsī, op. cit., p. 59-60 et passim ; Dunlop, « Balkhī », dans EI (2), t. I, p. 1034.

43Ibn Hurdāḏbeh (Abū l-Qāsim ‛Ubayd Allāh b. ‛Abd Allāh). Auteur du Kitāb al-masālik wa l-mamālik, le premier ouvrage de ce titre qui nous soit parvenu, composé en 232/846, avec adjonctions postérieures, de la main de l’auteur, vers 272/885. Représentatif des ouvrages de documentation technique à l’usage des fonctionnaires. Certains passages toutefois, qui appartiennent sans doute à la révision de 272, font place, de façon encore modeste, à des thèmes courants de l’adab. Du reste, Ibn Hurdāḏbeh a composé également des ouvrages d’histoire et d’adab. Cf. Mas’ūdī, Prairies, § 503 et t. VIII, p. 88-100 ; Muqaddasī, p. 4-5 ; Reinaud, p. LVII ; De Goeje, introd. au t. VI de la BGA ; C. Van Arendonck, dans El, t. II, p. 422; GAL, t. I, p. 258 et Suppl., t.1, p. 404 ; Blachère, EGA, p. 17-22 ; Kratchkovsky, p. 147-150 (155-158).

  • 2 Voir Addenda, page 401

44Ya’qūbī (Abū l-‛Abbās Aḥmad b. Abī Ya’qūb b. Ğa’far b. Wahb b. Wāḍiḥ al-Ya’qūbī)2. Mort dans les dernières années du ixe siècle ou les premières années du xe, auteur d’un Kitāb al-buldān (Les pays) composé en 276/889-890. Importance de l’apport personnel, de la documentation prise sur le vif et du voyage. Rédigé sans doute dans le même but que l’ouvrage d’Ibn Hurdāḏbeh, mais les thèmes puisés à l’information directe interviennent ici de façon décisive. Le même souci se retrouve dans l’œuvre historique de Ya’ qūbī, mais celle-ci reste néanmoins radicalement différente de la géographie des Buldān (cf. chap. VI i.f.). Cf. Yāqūt, Udabā’, t. V, p. 153-154; Reinaud, p. LXI ; De Goeje, BGA, t. VII, p. VII-VIII ; C. Brockelmann, dans EI, t. IV, p. 1215-1216 ; GAL, t. I, p. 258-260 et Suppl., t. I, p. 405 ; Wiet, introd. aux Pays, op. cit.; Blachère, EGA, p. 110-116; Kratchkovski, p. 515-154 (158-161); Y. Marquet, « le šī’isme au ixe siècle à travers l’histoire de Ya’qūbī », dans Arabica, XIX (1-2), février-juin 1972, p. 1-45 et 101-138.

  • 3 Voir Addenda, page 401

45* Hārūn b. Yaḥyä. Prisonnier de guerre des Byzantins, visite Constantinople, Salonique et Rome. Laisse de ce périple un récit utilisé par les auteurs postérieurs, notamment par Ibn Rusteh, ce qui rend peu probable la date de 300 /912 avancée pour son aventure3. L’affirmation de M. Izzedin (cité infra), selon laquelle la liberté de ses mouvements à Constantinople, et accessoirement son intérêt pour les églises et sa désaffection pour les mosquées, s’expliqueraient par sa qualité de chrétien, est réfutée par M. Canard, « Les relations politiques et sociales entre Byzance et les Arabes  », dans Dumbarton Oaks papers, XVIII, 1964, p. 45-46, qui montre que cette liberté de mouvement était plus fréquente que nous n’aurions tendance à le supposer. Cf. Marquart, Slreifzüge, p. 206-270 ; Vasiliev, Byzance et les Arabes, t. II, p. 382-394 ; GAL, t. I, p. 260-261 ; M. Izzedin, dans REI, 1941-1946, p. 41-62 ; Wiet, Atours, p. 134, note 3 (avec bibliographie) ; Kratchkovsky, p. 132-133 (135).

46* Abū ‛Abd Allāh Muḥammad b. Isḥāq. Voyageur (avant 290/903) et sans doute marchand, compte tenu du caractère de ses notations (cf. Sauvaget, Relation, p. XXXIII) ; son récit de voyage aux Indes et en Insulinde a inspiré Ibn Rusteh. Cf. Kratchkovsky, p. 136-137 (138).

47Ibn al-Faqīh (Abū Bakr Aḥmad b. Muḥammad b. Isḥāq b. Ibrāhīm al-Hamaḏānī). Iranien d’origine, compose aux alentours de 290/903 une sorte d’encyclopédie de la culture générale de l’époque, intitulée Kitāb al-buldān. L’ouvrage ne nous est connu que par un résumé rédigé sans doute au ve/xie siècle. Il est de toute façon capital, par la systématisation de l’esprit de l’adab à l’intérieur même de la géographie. Un texte d’une leçon plus complète que celle de la BGA, mais malheureusement réduit à la première moitié, se trouve dans le manuscrit de Mešhed qui contient la Risāla d’Ibn Faḍlān et les deux Risāla-s d’Abū Dulaf Mis‛ar (cf. références dans V. Minorsky, « A false Jayhānī », dans BSOAS, XIII, 1949-1950, p. 89, note 5, et introd. à l’édition de la deuxième Risāla d’Abū Dulaf Mis‛ ar, op. cit. p. 2, note 3, avec bibliographie). Sur Ibn al-Faqīh, qui composa également une anthologie de poèmes et était connu par ailleurs comme traditionniste, cf. Fihrist, p. 154; Yāqūt, Udabā, t. IV, p. 199-200 ; De Goeje, introd. au t. V de la BGA ; EI, t. II, p. 398 (art. anonyme); GAL, t. I, p. 260 et Suppl., t. I, p. 405-406; Blachère, EGA, p. 67-69; Kratchkovsky, p. 156-159 (162-164), II. Massé, dans EI (2), t. III, p. 784-785.

  • 4 Voir Addenda, page 401

48Ibn Rusteh (Abū ’Alī Aḥmad b. ‛Umar). Iranien d’origine, compose immédiatement après 290/903 une encyclopédie intitulée Kitāb al-a lāq an-nafīsa (Les atours précieux), dont la septième partie seulement a été conservée et qui présente, en les juxtaposant par larges tranches alternées, les thèmes traditionnels de l’adab et des connaissances géographiques désormais classiques. Cf. De Goeje, introd. au t. VII de la BGA, p. V-VII ; Marquart, Slreifzüge, p. 25-26 (avec arguments peu convaincants sur la date de composition des Atours, comme le remarque très justement W. Barthold, dans EI, t. I, p. 345) ; C. Van Arendonck, dans EI, t. II, p. 435 ; GAL, t.1, p. 260 et Suppl., t.1, p. 406 ; Wiet, Atours, op. cit., p. VIII ; Blachère, EGA, p. 18-19 et 32-33; Kratchkovski, p. 159-160 (164-165)4.

49Abū Zayd as-Sīrāfī (Muḥammad b. Yazīd). Auteur d’un supplément à la Relation de la Chine et de l’Inde (q. v.), rédigé vraisemblablement dans les premières années du xe siècle, comme on peut en juger d’après Mas’ūdī (Prairies, § 351), qui a été en rapport avec lui. Ni voyageur, ni marin, « simple érudit que la géographie intéresse » (Ferrand, Voyage, p. 13), il nous donne un ouvrage qui témoigne de quelques progrès faits dans la connaissance de l’Extrême-Orient, mais surtout de l’invasion des récits de voyage par le merveilleux et les thèmes de l’adab. Cf. G. Ferrand, Voyage du marchand arabe Sulaymân en Inde et en Chine, rédigé en 851, suivi de remarques par Abû Zayd Ḥasan (vers 916), Paris, 1922; Sauvaget, Relation, p. XXV, notes 2-3 ; Kratchkovsky, p. 141-142 (141-142).

50Ṭabarī (Abū Ğa’ far Muḥammad b. Ğarīr aṭ-Ṭabarī). Mort en 310/923, un des plus grands historiens de la littérature arabe. Sur la spécificité de l’histoire par rapport à la géographie, mêmes conclusions qu’à propos de Balāḏurī (q. v.). Cf. R. Paret, dans EI, t. IV, p. 607-608 ; GAL, t. I, p. 148-149 et Suppl., t. I, p. 217-218.

51* Ğayhānī (Abū ‛Abd Allāh Muḥammad b. Aḥmad b. Naṣr al-Ğayhānī). Vizir de la dynastie sāmānide, compose, vers les années 900 de J.-C, un Kitāb al-masālik wa l-mamālik qui reprend, en le développant, l’ouvrage d’Ibn Hurdāḏbeh et a lui-même été largement exploité par les géographes postérieurs : Idrīsī en a notamment repris la description de l’Asie, mais, avant lui, tous les géographes du ive/xe siècle l’ont largement mis à contribution. Les données concernant la vie et le nom même de Ğayhānī sont d’une extrême confusion : Ibn an-Nadïm l’appelle, par exemple, Aḥmad b. Muḥammad et Yāqūt Muḥammad b. Aḥmad. On le confond souvent, par ailleurs, avec son fils, Abū ’Alī (Muḥammad b. Muḥammad). Les renseignements dont nous disposons sur la vie des deux hommes sont les suivants :

  1. Abū ‛Abd Allāh est vizir de Naṣr I b. Aḥmad, qui règne de 261/874 à 279/892. Il écrit son ouvrage entre 279/892 et 295/907 (GAL).
  2. Le même personnage est nommé régent à l’avènement du jeune Naṣr II b. Aḥmad, âgé de huit ans, en 301 /913 (selon Yāqūt).
  3. Ibn Fadlān (Risāla, p. 76) est reçu, à son voyage aller, en 309/ 921, par Ğayhānī (sans précision) et par Naṣr II ; la date implique que le souverain sāmānide a alors seize ans, et Ibn Fadlān le décrit en effet comme « un jeune homme imberbe » (ġulām amrad). Ğayhānī est désigné comme kātib (et non plus vizir) de « l’émir du Hurāsān », mais il porte le titre d’aš-šayh al-’amīd (« soutien vénérable » : sur ce titre, cf. Risāla, trad. Canard, p. 54, note 51), qui ne peut s’appliquer, à l’évidence, qu’à un homme de l’âge et de la position d’Abū ‛Abd Allāh (et non de son fils).
  4. Balẖī (mort en 322/934) est en relation avec Abū ‛Alī al-Ğayhānī, vizir de Naṣr II b. Aḥmad (Fihrist).
  5. Ğayhānī succède, à la fin du règne de Naṣr II (301/913-331/ 943), au vizir Abū 1-Faḍl al-Bal‛amī (selon Muqaddasī ; personnage désigné sous sa simple nisba dans l’éd. de Constantinople ; l’éd. de Berlin, plus récente, ajoute : Abū ‛Abd Allāh).
  6. Abū ‛Alī al-Ğayhānī succède, en 326/937-938, au vizir Abū 1-Faḍl al-Bal‛amī et meurt accidentellement en 330/941-942 (selon Ibn al-Aṭīr, cité par Dunlop et Minorsky).
  7. « Le fils de Ğayhānī » (Ibn al-Ğayhānī) est donné comme le premier vizir de Nūḥ b. Manṣūr, dont le règne commence en 366/976 (selon Muqaddasī).

52De ces renseignements souvent confus (cf. les hésitations de D. M. Dunlop, « Bal’amī » et « Balkhī », dans EI [2], t. I, p. 1015 [1], 1034 [1]), il ressort toutefois que les Ğayhānī désignés en e) et f) sont sans nul doute un seul et même personnage : Abu ‛Alī, mort en 330/941-942 et dont le Ğayhānī désigné en g) serait alors le fils (Muqaddasī peut avoir désigné, en e), réellement Abū ‛Alī ; mais l’additif du manuscrit de Berlin inciterait à penser qu’il a pris, en réalité, le fils pour le père et du même coup, en g), le petit-fils pour le fils). Remarquons enfin qu’en d), si Balẖī avait connu Abu ‛Abd Allāh, le Fihrist l’eût sans doute mentionné.

53On peut donc conclure de tout cela que le géographe Abū ‛Abd Allāh al-Ğayhānī est mort sous le règne de Naṣr II, à coup sûr entre 309/921 et 322/934, plus précisément, peut-être, vers 313/925-318/ 930, et qu’à cette époque, tout en jouissant de la même considération, il n’était plus le « vizir » dont parle Muqaddasī (trad., § 10). Cette dernière conclusion est confirmée par le fait que Bal‛amī accède au vizirat, après Abū Ya’qub an-Nisābūrī (cf. Muqaddasī, éd. de Goeje, p. 337), vers 310/922 (cf. Barthold, cité par Dunlop, op. cit., p. 1015), sans que les textes réfèrent, pour cette période, à un vizirat de Ğayhānī.

54Cf. Mas’ūdī, Tanbīh, p. 109 ; Muqaddasī, trad., § 10-11 et éd. de Goeje, p. 241, 337-338 ; Tawḥīdī, al-Imtā‛ wa l-mu’ānasa, t. I, p. 78-89 ; Fihrist, p. 138, 154 ; Yāqūt, Udabā’, t. XVII, p. 156-159 ; De Goeje, introd. au t. V de la BGA, p. VII, XI ; Reinaud, p. LXIII-LXIV ; Marquart, Streifzüge, p. 160-206 ; K. V. Zetterstéen, « Naṣr b. Aḥmad  », dans EI, t. III, p. 932-933 ; GAL, t. I, p. 262 et Suppl, t. I, p. 407 ; Barthold, Ḥudūd al- ‛ālam, p. 23 sq. ; V. Minorsky, « A false Jayhānī », dans BSOAS, XIII, 1949-1950, p. 89-96 ; du même, introd. à la deuxième Risāla d’Abū Dulaf Mis‛ar, op. cit., p. 24 ; Kratchkovsky, p. 219-226 (219-224); D. M. Dunlop op. cit.; A. Miquel, « L’Europe occidentale dans la relation arabe d’Ibrāhīm b. Ya’qūb », dans Annales E.S.C., XXI, n° 5, septembre-octobre 1966, s.v. « Mayence », note 3.

55Bayhaqī (Ibrāhīm b. Muḥammadal-Bayhaqī). L’auteur des Maḥāsin wa l-masāwi’ (vers 295-320/908-932) n’utilise que rarement des thèmes géographiques, et toujours comme prétexte à dictons ou développements moraux. Cf. GAL, Suppl, t. I, p. 249 ; C. Brockelmann, dans EI (2), t. I, p. 1166.

56Ibn Faḍlān (Aḥmad b. Faḍlān b. al-‛Abbās b. Rāšid b. Ḥammād). Ce personnage, dont le nom même est incertain (cf. une discussion à ce sujet dans l’intr. de S. Dahan à la Risāla, p. 37-38) et la vie enveloppée de mystère, a laissé, de sa participation à une ambassade chez les Bulgares de la Volga, en 309-310/921-922, une relation que nous ne possédons sans doute que dans une version abrégée (si, comme le pense M. Canard, op. cit., p. 43, cet abrégé a été fait par un vizir sāmānide de Buẖārā, ce pourrait être Ğayhānī lui-même : cf. chap. III, p. 94, note 4). La Risāla a été largement exploitée par les géographes postérieurs (cf. S. Dahan, op. cit., p. 41) : elle représente, tant sur le plan du style que sur celui de la méthode (rôle de l’observation personnelle), une étape importante de la géographie arabe. Cf. Reinaud, p. LXXIX-LXXX ; W. Barthold, dans El, t. II, p. 398; GAL, t. I, p. 261-262 et Suppl., t. I, p. 406; Kratchkovsky, p. 184-186 (186-187); S. Dahan, introd. à l’édition de la Risāla, p. 45 sq. ; et surtout M. Canard, introd. et conclusion à la traduction de la Risāla, op. cit., p. 41-48 (avec bibliographie); et M. Canard, dans EI (2). t. III, p. 782.

57* Abū ’Ubayd as-Sakūnī. Sous ce nom, que Yāqūt livre après celui d’Aṣma’ī, il faut sans doute voir un lexicographe préoccupé de toponymie arabique : Bakrī déclare, dans son Mu’ğam mā sta’ğam (cité dans Kratchkovsky, références ci-après), avoir fait des emprunts à un livre sur les montagnes et autres lieux de la Tihāma, dû à Abū ‛Ubayd Allāh ’ ‛Amr b. Bišr as-Sakūnī, qui s’inspirait lui-même d’Abū 1-Aš ’aṭ al-Kindī (q. v.), ce dernier s’inspirant à son tour de ‛Arrām b. al-Aṣbaġ (q. v.). Cf. Yāqūt, Mu’ğam al-buldān, t. I, p. 11, traduction anglaise par W. Jwaideh, The inlroductory chapters of Yāqūt’s Mu’jam al-buldān, Leyde, 1959, p. 11 ; Kratchkovsky, p. 278 (277).

58* Merveilles de la mer (’Ağā’ib al-baḥr). Ouvrage perdu, cité dans Ṣūlī, Aẖbār ar-Rāḍī wa l-Muttaqī, Le Caire, 1935, publ. par J. Dunne, p. 6. Antérieur à 322/934, puisque Rāḍī, dans la bouche duquel Ṣūlī met cette citation, n’est donné dans l’histoire que comme prince héritier et qu’il monte sur le trône en 322/934. Cf. Aḥmad Amīn, Ẓuhr al-Islām, t. I, p. 27 ; Sauvaget ; Relation, p. XXX, § 3.

59* Balẖī (Abū Zayd Aḥmad b. Sahl al-Balẖī). Né vers 235/849-850, mort en 322/934, qualifié par Brockelmann de « fondateur de l’école classique de la géographie arabe ». Compose, vers 308-309/920 ou un peu plus tard, un atlas commenté du monde de l’Islam, dont la trame s’est conservée chez les auteurs de masālik wa l-mamālik du ive/xe siècle. Cf. De Goeje, dans ZDMG, XXV, p. 42-58 ; C. Huart, p. X-XVI de l’introduction au Kitāb al-bad’ wa t-ta’rīh de Maqdisī (Muṭahhar b. Ṭāhir) (q. v.) ; Barthold, dans Ḥudūd al-’ālam, op. cit., p. 15 sq. ; Kratchkovsky, p. 195-197 (198-199) ; D. M. Dunlop, dans EI (2), t. I, p. 1033-1034.

60* Ibn (Abī) ‛Awn al-Kātib, ou Ibn an-Nāğim (Abū Isḥāq Muḥammad (ou Ibrāhīm) b. Aḥmad). Mort en 322/934, au début du règne d’ar-Rāḍī qui le fit exécuter comme hérétique (il était disciple du šī’ite Šal-maġānī), ce personnage, dont le nom est très incertain, composa, selon Mas’ūdī (Tanbīh, p. 75; trad. 109-110, 503), un Kitāb an-nawāḥī wa l-āfāq (Des contrées et des horizons), « où il rapportait des traditions (aẖbār) sur les pays et nombre de merveilles (‛ağā’ib) qui se voient sur terre et sur mer ». L’ouvrage est malheureusement perdu. A ne pas confondre avec Ibn Abī ‛Awn (ou Abū ‛Awn) Isḥāq b. ‛Alī, astronome qui aurait repris les tables astronomiques (zīğ) de Huwārizimī (cf. Yāqūt, Buldān, trad. Jwaideh, p. 10-11 et note 1; Kratchkovsky, p. 340 (342)). Cf. Fihrist, p. 147 ; Kratchkovsky, p. 179-180 (183-184) ; Laoust, Ibn Baṭṭa, p. XXXVIII, note 86 ; Sourdel, Vizirat, p. 486, note 4.

61Waššā’ (Abū ṭ-Ṭayyib Muḥammad b. Aḥmad b. Isḥāq b. Yaḥyä al-Waššā’). Mort vers 324-325/936, l’auteur du Muwaššä n’est en rapport avec la géographie que par de très rares thèmes, où le propos initial est oublié au profit de l’utilisation, morale ou sociale, qui peut en être faite. Cf. C. Brockelmann, dans EI, t. IV, p. 1186; GAL, t. I, p. 129.

62Ibn ‛Abd Rabbih (Abu ‛Umar (‛Amr) Aḥmad b. Muḥammad). Mort en 328/940, l’auteur d’al-’Iqd al-farīd, célèbre anthologie d’adab composée en Espagne, fait intervenir la géographie sous quelques thèmes traditionnels : image malheureusement déformée par une recherche systématique du curieux. Cf. C. Brockelmann, dans EI, t. II, p. 375-376; GAL, t. I, p. 161 et Suppl., t. I, p 250-251.

63* Wakī’ (al-Qāḍī) (Abū Muḥammad Bakr b. Ḥayyān b. Ṣadaqa). Mort en 330/941, auteur d’un livre d’anwā’ et d’un recueil de traditions sur les routes (ṭuruq) et les pays (buldān), resté inachevé et malheureusement perdu. Cf. chap. VII, p. 246, note 3; Fihrist, p. 114; GAL, Suppl., t. I, p. 225 ; Kratchkovsky, p. 123 (128).

64* Sinān b. Ṯābit b. Qurra (Abū Sa’īd). Mort en 331/943, fils du célèbre mathématicien et astronome Ṯābit b. Qurra, compose, sous le titre d’Anwā’, un calendrier dont Bīrūnī, dans ses Āṯār, nous a conservé des fragments, d’une façon malheureusement trop imbriquée pour qu’on puisse attribuer à chacun des deux auteurs ce qui lui revient en propre. Cf. GAL, t. I, p. 244-245 et Suppl., t.1, p. 386.

  • 5 Voir Addenda, page 401

65Hamdānī (Abū Muḥammad al-Ḥasan b. Aḥmad b. Ya’qūb b. Yūsuf b. Dāwud al-Hamdānī ; dit aussi Ibn al-Ḥā’ik ou Ibn Abī d-Dumayna). Originaire de l’Arabie du sud, meurt à Ṣan’ā’, en 334/945. Savant renommé en diverses disciplines (généalogies, alchimie, astronomie et philologie), il est connu notamment par un ouvrage sur l’histoire de l’archéologie du Yémen (al-Iklīl min aẖbār al-Yaman), un traité de minéralogie et d’alchimie (Kitāb al-ğawharatayn al-’atīqatayn al-mā’i’atayn min aṣ-ṣafrā’ wa l-bayḏā’) et une description de l’Arabie (Ṣifat Ğazïrat al-’Arab), où il se montre un incontestable savant, par son sens critique, le sérieux de sa documentation et le souci de confronter un sujet traditionnel aux acquisitions de la science de son temps, Cf. Yāqūt, Udabā’, t. VII, p. 230-231 ; GAL, t. I, p. 263-264 et Suppl., t. I, p. 409 ; Kratchkovsky, p. 166-170 (170-172) ; O. Löfgren, dans EI (2), t. III, p. 126-128 ; pour l’Iklīl, voir éd. et trad. partielles par Nahib Amin Faris, Princeton, 1938 et 1940, O. LÖfgren, Uppsala, 19545.

66Ibn al-Qāṣṣ (Abū l-’Abbās Aḥmad b. Abī Aḥmad aṭ-Ṭabarī al-Āmulī). Jurisconsulte šāfi’ite, qui, sur la base de leur orientation par rapport à la qibla, traite de l’ensemble des pays, et notamment de leur situation, de leurs principales caractéristiques et de leurs curiosités. L’œuvre, intitulée Dalā’il al-qibla (Des indications de la qibla), appartient à une collection privée et est malheureusement encore manuscrite. Cf. chap. VI, p. 235, note 1 ; GAL, t.1, p. 191 et Suppl., t. I, p. 306-307; Kratchkovsky, p. 236-237 (230-232); Girgis Efendi Ṣafā, « Ta’rīf ba’ḍ maẖṭūṭāt maktabatï », dans al-Mašriq, XVI, 1913, p. 439-442 (avec présentation de deux brefs extraits de quelques lignes, relatifs à Constantinople [inspiré de Hārūn b. Yaẖyä, q.v.] et à Baṣra).

67Qudāma b. Ğa’far (Abū l-Farağ al-Kātib al-Baġdādī). Né sans doute vers 270/883, mort en 337 /948 ; un des plus purs représentants de la géographie politique, rédigée à l’intention des fonctionnaires du califat. Son Kitāb al-ẖarāğ wa ṣinā’at al-kitāba (De l’impôt foncier et de l’art du secrétaire), encyclopédie écrite dans cet esprit autour des années 316-320/928-932, ne nous est malheureusement parvenu qu’en ses derniers développements, eux-mêmes publiés seulement de façon partielle. Qudāma est aussi l’auteur d’anthologies, d’ouvrages de critique, d’histoire et, avec moins de certitude quant à leur attribution, de philosophie. Cf. Fihrist, p. 130 ; Yāqūt, Udabā’, t. XVII, p. 12-15; Reinaud, p. LX-LXI ; De Goeje, introd. au t. VI de la BGA, p. XXII-XXIII; C. Brockelmann, dans EI, t. II, p. 1158 ; GAL, t. I, p. 262 et Suppl., t. I, p. 406-407 ; Blachère, EGA, p. 19-20, 53-54 ; Kratchkovsky, p. 160-162 (165-166) ; A. Makkī, Qudāma b. Ğa’far et son œuvre, op. cit. ; Sourdel, Vizirat, p. XXV-XXVI, 16.

68Ibn Serapion. Entre 289/902 et 334/945, un auteur nommé Suhrāb, ce qui peut n’être qu’un pseudonyme, donne du Kitāb ṣūrat al-arḍ de Huwārizmī une nouvelle version qu’il attribue à un Ibn Saräbiyūn par ailleurs inconnu. Nom d’auteur et titre d’ouvrage demeurent, semble-t-il, à jamais perdus, mais il est clair que l’ouvrage lui-même continue la tradition de la ṣūrat al-arḍ en l’amplifiant : tout en gardant, des origines du genre, les thèmes et un certain esprit de classement (par exemple, la notation par coordonnées géographiques), il les développe parfois à la manière de l’adab. Cf. GAL, t. I, p. 261 et Suppl., t. I, p. 406 ; Kratchkovsky, p. 97-99 (103-105); A. Seippel, op. cit., p. 12-14.

69* Maġrūrūn (al-). Sous ce terme d’» Aventuriers », la tradition désigne huit jeunes gens qui, embarqués à Lisbonne au ive siècle, auraient exploré les parages de Madère et des Canaries. Ont laissé un récit (la distance chronologique entre eux et leurs transmetteurs s’accommodant mal d’une tradition orale) conservé, de façon très fragmentaire, par Idrīsī, repris à son tour par Abū Ḥāmid al- Ġarnāṭī et ‛Umarī. Cf. bibl. et Kratchkovski, p. 134-135 (136-137); D. M. Dunlop, « Baḥr Muḥīṭ », dans EI (2), t. I, p. 963.

70* ‛Alī as-Sallāmī. Mort en 344/955, auteur d’une histoire des gouverneurs du Hurāsān, perdue. Cf. Kratchkovsky, p. 164 (168).

71Merveilles de l’Inde (Kitāb ağā’ib al-Hind). Faussement attribué au capitaine (nāẖudā) Buzurg b. Šahriyār ar-Rāmhurmuzī, ce livre, écrit vers 339/950, témoigne de l’envahissement des récits relatifs aux mers de l’Inde par la légende. Cf. GAL, Suppl., t. I, p. 409-410 ; Kratchkovsky, p. 143 (143); Sauvaget, Relation, p. XXIX-XXX (rectifier les termes de la note 3 de la p. XXIX : le nom de [b.] Šahriyār apparaît peut-être dans le texte lui-même, § 46, sous la forme Šahriyārī) ; J.W. Fück, « Buzurg b. Shahriyār  », dans EI (2), t. I, p. 1398-1399; S. Maqbul Ahmad, « Djughrāfiyā », op. cit., p. 598 (1).

72Rāzī (Abū Bakr Aḥmad b. Muḥammad ar-Rāzī). Historien et géographe de l’Espagne musulmane, de la vie duquel l’histoire comporte quelques incertitudes (estimations diverses de la date de sa mort, Lévi-Provençal la fixant à 344/955 ; cf. aussi la date de naissance avancée (ḏū l-ḥiğğa 274/avril 888), par rapport à la date de la mort de son père : rabī’ II 273/septembre-octobre 886). Auteur d’une Description de Cordoue (Ṣifat Qurṭuba), perdue, et d’un ouvrage plus étendu, portant sur les routes, les ports, les villes et les divisions administratives de l’Espagne. Ce dernier ouvrage, sorte de masālik wa l-mamālik espagnols, a été conservé dans une version portugaise, celle-ci ayant été traduite à son tour en castillan. Cf. GAL, t. I, p. 156-157 et Suppl., t. I, p. 231 ; Kratchkovsky, p. 165-166 (169); E. Lévi-Provençal, dans EI, t. III, p. 1215-1216 (avec bibliographie) ; du même, introd. à la traduction de « La description de l’Espagne d’Aḥmad ar-Rāzī », dans al-Andalus, XVIII, 1953, p. 51 sq.

73Mas’ūdī (Abū l-Ḥasan ‛Alī b. al-Husayn b. ‛Alī al-Mas’ūdī). Un des plus grands encyclopédistes musulmans, né à Bagdad, mort au Caire en 355 ou 356/956-957. Grand voyageur, il a composé une foule d’ouvrages dont deux seulement nous ont été entièrement conservés : les Murūğ aḏ-ḏahab (Prairies d’or) et le Kitāb at-tanbīh wa l-išrāf (Livre de l’avertissement et de la révision), résumé de l’ouvrage précédent. Représentant exemplaire, avec des options šī’ites, de l’adab pour la première moitié du ive/xe siècle. Cf. Fihrist, p. 154; Yāqūt, Udabā’, t. XIII, p. 90-94; C. Barbier de Meynard, introd. à la traduction des Prairies, p. I-XII ; B. Carra de Vaux, introd. à la traduction du Tanbih, p. I-XII (très pertinent); Huart, Littérature, p. 182-183; De Goeje, introd. au t. VIII de la BGA, passim; C. Brockelmann, dans EL, t. III, p. 457-458; GAL, t. I, p. 150-152 et Suppl., t. I, p. 220-221 ; Blachère, EGA, p. 201-204; Kratchkovsky, p. 171-182 (177-185).

74Abū Dulaf Mis’ar (b. al-Muhalhil al-Hazrağī al-Yanbu’ī). Esprit curieux et grand voyageur, fixé quelque temps à la cour du Sāmānide Naṣr II b. Aḥmad. Il est connu par deux Risāla-s : la première, fort justement suspecte quant à ses données, est relative à un périple en Asie centrale, en Malaisie et en Inde ; elle a été copiée par Ibn an-Nadīm, Fihrist, p. 346,1. 30 sq., p. 350,1.15 sq. ; d’autres rédactions de la même œuvre se trouvent dans la deuxième version de la Cosmographie de Qazwīni et chez Yāqūt (Buldān, t. III, p. 440 i.f.). La seconde Risāla, relative à l’Iran et à l’Arménie et composée sans doute peu après 341/952-953, représente un effort louable pour mettre à l’épreuve de l’observation personnelle le thème des « merveilles ». Les deux Risāla-s sont connues par le même manuscrit de Mešhed qui contient l’ouvrage d’Ibn Faḍlān. Cf. Fihrist, p. 346, 347, 350; Reinaud, p. LXXVIII-LXXIX ; Ferrand, Relations, t. I, p. 89 ; Marquart, Streifzüge, p. 74-95 ; GAL, t. I, p. 262-263 et Suppl., t. I, p. 407; Kratchkovsky, p. 186-189 (187-190); V. Minorsky, dans EI (2), t. I, p. 119 (avec bibliographie) ; du même, introd. à l’édition de la deuxième Risāla, op. cit. (essentiel); S. Dahan, introd. à la Risāla d’Ibn Faḍlān, op. cit., passim.

75Naršaẖī (Abū Bakr Muḥammad b. Ğa‛far an-Naršaẖī). Mort en 348/959, compose, vers 332/943, pour le souverain sāmānide Nūḥ b. Naṣr, une histoire de Buẖārā, qui nous est parvenue dans une traduction persane du vie/xiie siècle. Cf. GAL, Suppl., t. I, p. 211 ; Kratchkovsky, p. 164 (168).

76Kindī (Muḥammad b. Yūsuf b. Ya’qūb at-Tuğībī). A ne pas confondre avec le philosophe et savant de même nom (Ya’qūb b. Iḥsāq), ni avec Abū l-Aš’aṯ al-Kindï (qq.v.). Mort en 350/961, celui-ci est l’auteur d’une histoire des gouverneurs et cadis d’Egypte, qui figure parmi les œuvres inaugurant le genre topographique des ẖiṭaṭ, auquel le même auteur consacre du reste un ouvrage spécial, perdu. Cf. GAL, t. I, p. 155-156 et Suppl., t. I, p. 229-230.

77Isḥāq b. al-Ḥusayn. Au milieu du ive/xe siècle, selon toute vraisemblance, cet auteur, dont la vie reste inconnue, compose en Espagne un Kitāb ākām al-marğān fi ḏikr al-madā’in al-mašhūra bikull makān (Les collines de corail, ou De l’évocation des villes célèbres de tous pays), sorte de compendium géographique puisé, sans qu’elles soient citées, aux sources classiques de la géographie arabe, notamment Huwārizmī, Ibn Hurdāḏbeh, Ya’qūbī et Ibn Rusteh. Il n’est pas sûr, contrairement à ce qu’on avait longtemps cru, qu’Isḥāq ait inspiré Idrīsī et Ibn Haldūn. Cf. GAL, Suppl., t. I, p. 405 ; Kratchkovsky, p. 233-234 (229-230) ; A. Codazzi, introd. à la traduction des Ākām, op. cit, p. 373-381.

78Calendrier de Cordoue. Ouvrage rédigé vers les années 350/961, c’est un almanach donnant, pour l’Espagne d’alors, les renseignements touchant principalement l’astrologie, la météorologie, la botanique, l’agriculture et les fêtes (chrétiennes). Cf. Dozy, préface à l’édition du Calendrier de Cordoue de l’année 961, Leyde, 1873; Pellat, introd. à la nouvelle édition du Calendrier, op. cit. (à compléter avec F. Viré, « La volerie dans l’Espagne du xe siècle à travers le Calendrier de Cordoue », dans Arabica, XII, 1965, p. 306-314); du même, « Dictons, anwā’ et mansions lunaires », dans Arabica, t. II, 1955, p. 39-41.

79Iṣṭaẖrī (Abū Isḥāq Ibrāhīm b. Muḥammad al-Fārisī al-Karẖī al-Iṣṭaẖrī). Le premier représentant authentique du genre des masālik wa l-mamālik; mort après 340/951. Sur la base de l’atlas de Balẖī, il développe une géographie totale de l’Islam, divisé en grandes entités régionales : si l’organisation du propos se ressent encore du schéma squelettique de l’atlas, du moins les grandes options des masālik sont-elles prises, et, surtout, l’information personnelle systématisée comme fondement de la méthode, en même temps que le voyage. L’ouvrage d’Iṣṭaẖrī a été démarqué en turc et en persan (notamment, en cette langue, sous le titre d’Aškāl al-’ālam : sur ce manuscrit, cf. V. Minorsky, « A false Jayhānī », dans BSOAS, XIII, 1949-1950, p. 156-159). Cf. Muqaddasī, éd. de Goeje, p. 475; Reinaud, p. LXXXI sq. ; EI, t. II, p. 596 (art. anonyme); Kramers, « La question Balẖī-Iṣṭaẖrī », op. cit.; GAL, Suppl., t. I, p. 408 ; Kratchkovsky, p. 196-198 (199-200), avec autres références.

80* Ibn Mardūya (Abū Bakr Aḥmad b. Mūsä). Mort en 352/963, cet auteur, par ailleurs inconnu, aurait composé un dictionnaire géographique intitulé Mu’ğam al buldān. Cf. GAL, Suppl., t. I, p. 411.

81Iẖwān aṣ-Ṣafā’ (Frères de la Sincérité). Confrérie de tendances ismaéliennes et hermétiques, qui a laissé, au ive/xe siècle (cf. Massignon dans Der Islam, t. IV, p. 324) une suite d’essais (rasā’il), qui constituent une manière d’encyclopédie philosophique où la géographie n’intervient guère que sous la forme des principes classiques de la ṣūrat al-arḍ et des thèmes théoriques touchant les rapports de l’homme à son environnement, physique et surtout astral. Cf. Tawḥīdī, Imtā’, t. II, p. 5 ; T. J. de Boer, dans EI, t. II, p. 487-488 ; Massignon, dans Der Islam, IV, 1913, loc. cit. ; GAL, t. I, p. 236-238 et Suppl., t. I, p. 379-381 ; Kratchkovsky, p. 229-233 (226-229) (avec bibliographie); Y. Marquet, dans EI(2), t. III, p. 1098-1103.

82* Warrāq (Muḥammad b. Yūsuf al-Qarawī al-Warrāq). Géographe espagnol, né en 292/904 à Guadalajara et qui, après avoir séjourné longtemps à Cairouan, revint vivre à Cordoue sous le règne d’al-Ḥakam II. Mort en 363/973. Auteur d’un Kitāb al-masālik wa l-mamālik traitant de l’Ifrīqiya, largement mis à contribution par les auteurs postérieurs, et surtout par Bakrī, dont il est une des sources essentielles. Cf. Pons-Boigues, Ensayo bio-bibliográfico sobre los historiadores y geografos arabigo-españoles, Madrid, 1898, p. 80, note 1 ; GAL, SuppL, t. I, p. 233 ; Kratchkovsky, p. 165 (169); R. Brunschvig, « Un aspect de la littérature historico-géo-graphique de l’Islam »dans Mélanges Gaudefroy-Demombynes, Le Caire (IFAO), 1935-1945, p. 147-158; E. Lévi-Provençal, « Abū ’Ubayd al-Bakrī », dans EI (2), t. I, p. 161.

83* Sīrāfī (Abū Sa’īd al-Ḥasan b. ‛Abd Allāh as-Sīrāfī). Célèbre philologue, mort vers 368/979, représentant de la tendance lexicographique arabe « large » de Naḍr b. Šumayl (q.v.). A écrit un Kitāb Ğazīrat al-‛Arab dont Yāqūt et Bakrī nous ont conservé des extraits. Cf. F. Krenkow, dans EI, t. IV, p. 463-464.

84Maqdisī (Muṭahhar b. Ṭāhir al-Maqdisī). Ce Palestinien, dont la vie nous est à peu près inconnue, rédigea dans le Siğistān, vers 355/966, à la demande d’un ministre sāmānide, une encyclopédie appelée Livre de la création et de l’histoire (Kitāb al-bad’ wa t-ta’rīẖ), dont la texture rappelle celle des Prairies d’or, de Mas’ūdī, mais qui s’en différencie par certains traits profondément originaux, notamment par la constance de l’inquiétude philosophique. Cf. Huart, introd. aux divers tomes de l’édition de la Création, op. cit. ; du même, Littérature, p. 282-283, 289, 299 ; GAL, Suppl., t.1, p. 222 ; Kratchkovsky, p. 226-229 (224-226).

  • 6 Voir Addenda, page 401

85* Ibrāhīm b. Ya’qūb (al-Isrā’īlī at-Ṭurṭūšī). Marchand juif espagnol, qui voyage en Europe vers 354/965. Il laisse une relation connue par quelques extraits chez Bakrī (pour les Slaves) et Qazwīnī (pour quelques villes de l’Europe occidentale). Cf. G. Jacob, Studien, fasc. I, II, IV ; GAL, Suppl., t. I, p. 410 ; Kratchkovsky, p. 190-192 (190-192), 275 (274); E. Lévi-Provençal, « Abu ‛Ubayd al-Bakrī », dans EI (2), t. I, p. 161 (1) ; M. Canard, « Ibrāhīm b. Ya’qūb et sa relation de voyage en Europe », dans EOLP, t. II, p. 503-508; T. Kowalski, introd. à l’édition d’Ibrāhīm b. Ya’qūb d’après Bakrī, op. cit. ; A. Miquel, « L’Europe occidentale dans la relation arabe d’Ibrāhim b. Ya’qūb », dans Annales E.S.C., XXI, n° 5, septembre-octobre 19666.

86Huwārizmī (Abū ‛Abd Allāh Muḥammad b. Aḥmad b. Yūsuf al-Huwārizmī al-Kātib). Fonctionnaire de la dysnatie sāmānide, écrit vers 365-381 /976-991 une encyclopédie des termes techniques des diverses sciences. Cet écrivain, dont la vie nous est par ailleurs inconnue, ne doit être confondu ni avec l’astronome Muḥammad b. Mūsä al-Huwārizmī (q. v.), ni avec le poète et épistolier Abū Bakr Muḥammad b. al-‛Abbās al-Huwārizmī, mort en 383/993 (sur ce dernier, cf. R. Blachère et P. Masnou, Choix de séances de Hamaḏānī, Paris, 1957, p. 26, note 5), ni avec Bīrūnī (q. v.), parfois désigné sous cette nisba (par Yāqūt notamment). Cf. Van Vloten, introd. au Kitāb mafātīḥ al-’ulūm (Clés des sciences), op. cit. ; E. Wiedemann, dans EI, t. II, p. 965 ; GAL, t. I, p. 282-283 et Suppl., t. I, p. 434-435 ; Kratchkovsky, p. 240-241 (234-235); Sourdel, Vizirat, p. 17-18.

87Ma’n b. Fri’ūn (? ou Furay’īn ou Farīġūn). Elève de Balẖī, auteur d’une encyclopédie intitulée Ğawāmi’ al-’ulūm (Encyclopédie des sciences), illustratrice, mais de façon encore plus poussée dans la concision, de la tendance représentée par Huwārizmī (cf. ci-dessus) : simple enregistrement de termes techniques. Cf. GAL, Suppl., t. I, p. 435 ; Sourdel, Vizirat, p. 18, note 1.

88Ḥudūd al-‛ālam (Des limites du monde). Ouvrage anonyme, rédigé en persan (372/982-983), dans la tradition de la géographie universelle de la ṣūrat al-arḍ, et avec intérêt marqué, à l’intérieur du monde musulman, pour les régions non arabes. Cf. Minorsky et Barthold, introduction et commentaire de l’édition des Ḥudūd, op. cit. ; Kratchkovsky, p. 224-226 (223-224) ; Lazard, Prose persane, op. cit., p. 53-54.

  • 7 Voir Addenda, page 402

89* Muhallabī (al-Ḥasan b. Muḥammad (Aḥmad) al-Miṣrī al-Muhallabī). Mort en 380/990, compose un Kitāb al-masālik wa l-mamālik d’allure très classique, autant qu’on en puisse juger par les nombreux mais très courts extraits conservés par Yāqūt et Abū l-Fidā’. L’ouvrage est aussi appelé Kitāb al-‛Azīz ou al-‛Azīzī, du nom du calife fatimide al-‛Azīz, mort en 386 /9967, auquel il est dédié. Cf. Ḥāğğī Halīfa, t. V, p 512, n° 11875; Reinaud, p XCII-XCIII; Kratchkovsky, p. 234-236 (230) ; S. Munağğid, op. cit., p. 43, sq. ; W. Jwaideh, op. cit., p. 11, note 9 (avec bibliographie; compléter avec Yāqūt, Buldān, t. II, p. 145; t. IV, p. 347; t. V, p. 419).

90Tanūẖī (Abū ‛Alī al-Muḥassin b. ‛Alī at-Tanūẖī). Mort en 384/994, auteur d’al-Farağ ba’d aš-šidda (La détente après l’épreuve), anthologie d’adab, d’allure moralisante, où les thèmes géographiques n’interviennent que comme prétexte à contes ou développements parénétiques. Cf. R. Paret, dans EI, t. IV, p. 689 ; GAL, t. I, p. 161-162 et Suppl., t. I, p. 252-253.

91Ibn an-Nadīm (Abū l-Farağ Muḥammad b. Isḥāq b. Abī Ya’qūb). Le célèbre auteur du Fihrist (Index), composé en 377/987-988, est indiqué ici pour divers passages de son œuvre touchant à la géographie (cf. chap. VI). Cf. J. Fück, dans EI, t. III, p. 863-865 ; GAL, t. I, p. 153 et Suppl., t. I, p. 226.

92* Dāraquṭnī (Abū 1-Ḥasan ‛Alī b. ‛Umar b. Aḥmad ad-Dāraquṭnī). Célèbre homme de lettres et traditionniste (306/918-385/995), qui composa notamment, sous le nom de Kitāb al-mu’talaf, un dictionnaire d’ethniques, repris et complété par al-Haṭīb al Baġdādī (q. v.). Cf. GAL, t. I, p. 173-174 et Suppl., t. I, p. 275 ; J. Robson, dans EI (2), t. II, p. 139-140.

93Kindī (‛Umar b. Muḥammad al-Kindī). Vie à peu près inconnue; fils de Muḥammad b. Yūsuf al-Kindī (q. v.), lui-même mort en 350/961. Auteur d’un ouvrage sur les mérites (faḍā’il) de l’Egypte. Ne pas confondre ces deux auteurs avec le philosophe et savant Ya’qūb b. Isḥāq al-Kindī, ni avec Abū l-Aš’aṯ al Kindī (qq. v.). Cf. GAL, t. I, p. 155-156 et Suppl., t. I, p. 230.

94* Ibn Zūlāq (Abū Muḥammad al-Ḥasan b. Ibrāhīm b. Zūlāq al-Layṯī). Mort en 387/998, compose, sur l’Egypte, un ouvrage de géographie topographique (ẖiṭaṭ) et de particularités et mérites (al-ẖaṣā’iṣ wa l-faḍā’il). Cf. GAL, t. I, p. 156 et Suppl., t. I, p. 230.

95Ibn Ḥawqal (Abū 1-Qāsim Muḥammad an-Naṣībī). Héritier spirituel d’Iṣṭaẖrī, dont il reprend l’œuvre en la refondant, sous le titre de Kitāb ṣūrat al-arḍ, il est avec Muqaddasī le représentant par excellence des masālik wa l-mamālik, par l’ampleur de la documentation personnelle et, plus encore peut-être, le souci de mettre exactement à jour les renseignements qu’il livre. On estime qu’il a travaillé plus de vingt ans à la rédaction de son ouvrage, lequel a dû connaître sa forme définitive vers 378/988. Cf. Reinaud, p. LXXXI s. q. ; C. Van Arendonk, dans El, t. II, p. 407 ; GAL, t. I, p. 263 et Suppl., t. I, p. 408 ; Kratchkovsky, p. 198-205 (200-205) ; Wiet, introd. à la traduction du Kitāb ṣūrat al-arḍ, op. cit. ; A. Miquel, dans ElI (2), I. III, p. 810-811.

96Muqaddasī (Abū ‛Abd Allāh Šams ad-Dīn Muḥammad b. Aḥmad b. Abī Bakr al-Bannā’ aš-Šāmī al-Muqaddasī al-Baššārī). Le plus grand représentant du genre des masālik wa l-mamālik, qu’il porte à sa perfection, par la qualité de l’information personnelle, l’ampleur de l’héritage recueilli et surtout la mise au point d’une méthode de classement et de présentation du donné. Avec son Aḥsan al-taqāsīm fï ma’rifat al-aqālīm (La meilleure répartition pour la connaissance des provinces), composé vers les années 375/985-380/990, la géographie humaine du monde musulman trouve définitivement son sujet, son vocabulaire et sa méthode. Cf. De Goeje, introd. au t. IV de la BGA, p. VI-VII ; J. H. Kramers, dans EI, t. III, p. 757; GAL, t. I, p. 264 et Suppl., t. I, p. 410-411 ; Kratchkovsky, p. 210-218 (208-215) ; complément de bibliographie dans trad. A. Miquel, introd., op. cit., passim.

97* Uswānī (Abū Muḥammad ‛Abd Allāh b. Aḥmad b. Sulaym al-Uswānī). Voyageur qui effectua, auprès des Nubiens et pour le compte du chef fāṭimide Ğawhar, une ambassade qui prit place vers les années 359/969-363/973. Le tableau des pays visités, composé entre 365/ 975 et 386/996, nous a été partiellement conservé par Maqrīzī, lui-même démarqué par Manūfī et Ibn Iyās (ixe/xve siècle). Cf. GAL, Suppl., t. I, p. 410 ; Kratchkovsky, p. 192-193 (192-193) ; G. Troupeau, dans Arabica, 1, 1954, p. 276 sq.; Y. Fadl Hasan, « Ibn Sulaym al-Aswānī », dans EI (2), t. III, p. 973.

98Šābuštī (Abū l-Ḥasan ’Alī b. Muḥammad aš-Šābuštī). Ce personnage, dont le nom exact est mal connu et qui serait mort vers 388-399/998-1008, aurait été bibliothécaire du calife fāṭimide al-’Azīz. De son œuvre, en majorité perdue, ne subsiste plus que le Kitāb ad-diyārāt (Les monastères), dont les parties sauvegardées traitent essentiellement des couvents irakiens. Cf. Yāqūt, Udabā’, t. XVIII, p. 16-17 (Abū ‛Abd Allāh Muḥammad b. Isḥāq aš-Šābastī) ; Ibn Hallikān, t. III, p. 8-9 ; GAL, Suppl., t. I, p. 411 ; Kratchkovsky, p. 242 (235-236) ; K. ‛Awwād, introd. à l’édition des Diyārāt, op. cit.

99Abu Ḥayyān at-Tawḥīdī (‛Alī b. Muḥammad b. al-‛Abbās). L’auteur des Muqābasāt et du Kitāb al-Imtā’, mort après 400/1009, n’utilise de thèmes géographiques ou en rapport avec la géographie qu’autant qu’ils peuvent se prêter, par l’abstraction, à des développements philosophiques et moraux. Cf. GAL, t. I, p. 283 et Suppl., t. I, p. 435-436; S. M. Stern, dans EI (2), t. I, p. 130-131.

100Ibrāhīm b. Waṣīf Sāh. Rédige aux alentours de l’an 1000 un Abrégé des merveilles (Muẖtaṣar al-‛ağā’ib), qui marque, venant après les Merveilles de l’Inde, un renforcement du légendaire dans les récits relatifs à l’Orient. La seconde partie du livre est consacrée à l’histoire pré-islamique de l’Egypte. Cf. Carra de Vaux, introd. à la traduction de l’Abrégé, op. cit. ; C. F. Seybold, compte rendu de cette traduction dans Orientalistische Literaturzeitung, I, 1898, p. 146-150 (important : rectifie un certain nombre d’interprétations du traducteur, signale la distinction entre l’auteur de l’Abrégé et un homonyme, contemporain de Soliman le Magnifique, et fixe la datation de l’œuvre : réviser sur ce point l’affirmation de S. Maq-bul Ahmad, dans « Djughrāfiyā », op. cit., p. 601 [1], qui déclare qu’Ibrāhïm écrit en 605/1209 [mauvaise interprétation d’une phrase de Seybold, p. 147 : « Aus der Datierung der Handschrift ergab sich von selbst, dass der Verfasser... vor 606 gelebt haben muss » ; ou référence trop stricte à F. Wüstenfeld, Geschichtschreiber (cité infra, chap. I, p. 28, note 1), dont Seybold, ibid., déclare : « auch in Wüstenfeld, Geschichtschreiber n° 373 a, herrscht Unge-nauigkeit und Konfusion »]) ; Sauvaget, Relation, p. XXVI.

101Miskawayh (ou Ibn Miskawayh) (Abū ‛Alī Aḥmad b. Muḥammad b. Ya’qūb). Mort en 421 /1030, l’auteur du Tahḏīb al-aẖlāq est avant tout préoccupé de considérations et développements philosophiques : les thèmes géographiques n’interviennent donc qu’autant qu’ils fournissent, à un degré supérieur d’abstraction, matière à philosopher. Sur Miskawayh historien, mêmes conclusions que pour Balāḏurī. Cf. El, t. III, p. 429 (art. anonyme) ; GAL, t. I, p. 417-418 et Suppl., t. I, p. 582-584.

102Ṯa‛ālibī (Abū Manṣūr ‛Abd al-Malik b. Muḥammad b. Ismā‛īl aṯ-Ṯa‛ālibī). Ce célèbre polygraphe, mort en 429/1038, consacre à la géographie, dans son anthologie des Laṭā’if al-ma’ārif (Fleurs de la connaissance), un chapitre essentiel pour l’appréciation de la place tenue par cette discipline dans la culture fondamentale de l’époque. Cf. C. Brockelmann, dans EI, t. IV, p. 768-769 ; GAL, t. I, p. 337 sq. et Suppl., t. I, p. 499 sq.

103* Ġundiğānī (Abū Muḥammad al-Aswad al-Ğundiğānī). Mort en 433/1041, poursuit, semble-t-il, la tradition lexicographique d’Aṣma’ī (q. v.), avec un livre, perdu, sur les eaux de la péninsule arabique. Cf. références au chap. VII, p. 246, note 1.

104Abū l-Ḥasan ‛Alī ar-Raba’ī (b. Muḥammad b. Šuğā’ al-Mālikī). Mort en 435/1043, auteur d’un ouvrage de topographie historique sur Damas et la Syrie (Kitāb al-i’lām fī faḍā’il aš-Šām wa Dimašq). Cf. GAL, t. I., p. 403 et Suppl., t. I, p. 566 ; S. Munaggid, introd. à l’édition de l’I'lām, Damas, 1951.

105Bīrūnī (Abū r-Rayḥān Muḥammad b. Aḥmad al-Bīrūnī). Un des plus grands et des plus complets savants musulmans du Moyen Age, né dans le Huwārizm en 362/973, mort sans doute à Ġazna, après 442/1050. Se situe en marge de notre étude, pour les raisons expliquées au chap. VI. Cf. D. J. Boilot, dans EI (2), t. I, p. 1273-1275 (qui donne l’état des questions et une bibliographie; y ajouter Kratchkovsky, p. 244-262 [245-258]).

106Ḥuṣrī (Abū Isḥāq Ibrāhīm b. ‛Alī b. Tamīm al-Ḥuṣrī). Mort vers 452/1060, l’auteur du Zahr al-ādāb montre, en prenant quelques thèmes géographiques comme prétexte à développements stylistiques, à quel point les données classiques de la géographie sont alors intégrées à la culture de l’honnête homme. Cf. GAL, t. I, p. 314-315 et Suppl., t. I, p. 472-473.

107* Quḍā’ī (Abū ‛Alī Muḥammad b. Salāma (Sālim) b. Ğa’far b. Aḥmad b. Ḥakmūn al-Quḍā’ī). Mort en 454/1062, un des premiers représentants, pour l’Egypte, du genre topographique des ẖiṭaṭ. Cf. GAL, t. I, p. 418-419 et Suppl, t. I, p. 584-585.

108Haṭīb (al-) (Abū Bakr Aḥmad b.‛Alī b. Ṯābit al-Haṭīb al-Baġdādī). Mort en 463/1071, historien de Bagdad, célèbre surtout pour l’introduction de son œuvre, consacrée à la topographie de la ville. Composa aussi, en supplément à une œuvre de ce genre écrite par Dāraquṭnī (q.v.), un dictionnaire d’ethniques intitulé Kitāb al-mu’tanaf fī takmilat al-mu’talaf wa l-muẖtalaf. Cf. W. Marçais, dans EI, t. II, p. 981 ; GAL, t. I, p. 400-401 et Suppl., t. I, p. 562.

II. — LISTE DES AUTEURS8 À EXPLOITER POUR UNE ÉTUDE DU CONTENU DES THÈMES GÉOGRAPHIQUES

  • 8 Voir Addenda, page 402

109Cal : Calendrier de Cordoue.

110FAḌ : Ibn Faḍlān, Risāla.

111FAQ : Ibn al-Faqīh, Kitāb al-buldān.

112ĞĀḤ (a) : Ğaḥiẓ, Kitāb al-amṣār wa ‛ağā’ib al-bulān.

113ĞĀḤ (h) : Ğaḥiẓ, Kitāb al-ḥayawān.

114ĞĀḤ (t) : pseudo-Ğaḥiẓ, Kitāb at-tabaṣṣur bi t-tiğāra.

115ĠAZ (C) : Ġazāl, « Relation de voyage à Constantinople ».

116ĠAZ (n) : Ġazāl, « Relation de voyage chez les Normands ».

117HAM : Hamdānī, Ṣifat Ğazīrat al-’Arab.

118ḤAW : Ibn Ḥawqal, Kitāb ṣūrat al-arḍ.

119Ḥud : Ḥudūd al-’ālam.

120HUR : Ibn Hurdāḏbeh, Kitāb al-masālik wa l-mamālik.

121HUW (m) : Huwārizmī (Muḥammad b. Aḥmad), Kitāb mafātīḥ al-’ulūm.

122HUW (s) : Huwārizmī (Muḥammad b. Mūsä), Kitāb ṣūrat al-arḍ.

123IBR (e) : Ibrahīm b. Ya’qūb, « Relation de voyage en Europe occidentale ».

124IBR (s) : Ibrāhīm b. Ya’qūb, « Relation de voyage chez les Slaves ».

125IHW : Iẖwān aṣ-Ṣafā’, Rasā’il.

126ISḤ : Isḥāq b. al-Ḥusayn, Kitāb ākām al-marğān.

127IṢṬ : Iṣṭaẖrī, Kitāb al-masālik wa l-mamālik.

128MAĠ : Maġrūrūn (al-), « Récit de voyage ».

129MAQ : Maqdisī, Kitāb al-bad’ wa t-ta’rīẖ.

130MAS (p) : Mas’ūdī, Prairies d’or.

131MAS (t) : Mas’ūdī, Kitāb at-tanbīh wa l-išrāf.

132Merv : Merveilles de l’Inde.

133MIS (a) : Abū Dulaf Mis’ar, De itinere asiatico.

134MIS (b) : Abū Dulaf Mis’ar, ar-Risāla aṯ-ṯāniya.

135MŠA : Mā šā’ Allāh, Kitāb al-as’ār.

136MUH (f) : Muhallabī, extraits chez Abū l-Fidā’.

137MUH (m) : Muhallabī, extraits chez S. Munağğid.

138MUH (y) : Muhallabī, extraits chez Yāqūt.

139MUQ : Muqaddasī, Aḥsan ai-taqāsīm fī ma’rifat al-aqālīm.

140NAD : Ibn an-Nadīm, Fihrist.

141QUD : Qudāma b. Ğa’far, Kitāb al-ẖarāğ wa ṣinā’at al-kitāba.

142RĀZ : Rāzī, « Description de l’Espagne ».

143Rel : Relation de la Chine et de l’Inde.

144RST : Ibn Rusteh, Kitāb al-a’lāq an-nafīsa.

145ŠĀB : Šābuštī, Kitāb ad-diyārāt.

146SER : Ibn Serapion, Kitāb ’ağā’ib al-aqālīm as-sab’a.

147SĪR : Abū Zayd as-Sīrāfī, Supplément à la Relation de la Chine et de l’Inde.

148ṮA’Ā : Ṯa’ālibī, Laṭā’if al-ma’ārif.

149USW : Uswānī, Kitāb aẖbār an-Nūba.

150WAR : Warrāq, Kitāb al-masālik wa l-mamālik.

151WAS : Ibrāhīm b. Waṣīf Šāh, Muẖtaṣar al-’ağā’ib.

152YA’Q : Ya’qūbī, Kitāb al-buldān.

Notes

1 Voir Addenda, page 401

2 Voir Addenda, page 401

3 Voir Addenda, page 401

4 Voir Addenda, page 401

5 Voir Addenda, page 401

6 Voir Addenda, page 401

7 Voir Addenda, page 402

8 Voir Addenda, page 402

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search