Version classiqueVersion mobile

Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge. Tome 2

 | 
Philippe Contamine

Postface

Philippe Contamine

Texte intégral

1À l’historien plus qu’à tout autre la chronologie s’impose. « An saillir de mon enfance et en l’âge de pouvoir monter à cheval », pour citer Philippe de Commynes, autrement dit, plus prosaïquement, une lois le bachot en poche (1949), après un bref faux-pas dans les facultés de droit, j’ai opté pour les études littéraires (on parlera plus tard des lettres et des sciences humaines, des sciences de l’homme et de la société, ou, comme en anglais, des humanités et des sciences sociales), avec l’idée fort banale de devenir professeur. Rien de plus. Il me fallut ensuite choisir, en fonction de mes goûts et plus encore de mes capacités, au sein de ces disciplines. Bien des savoirs me tentaient, mais l’histoire-géographie finit par s’imposer, puis l’histoire seule. Vint alors le temps, mais seulement après l’agrégation d’histoire (1956), du choix de la période : dans son éloignement, dans ce que je pouvais soupçonner des difficultés techniques qu’il fallait surmonter pour l’appréhender pleinement, le Moyen Age m’attirait, suite notamment à la question d’agrégation « Seigneurie et féodalité dans l’Occident des xi-xiiie siècles » proposée par le médiéviste du jury, alors professeur à Strasbourg, Robert Boutruche, et entérinée par son président, l’antiquisant André Aymard.

2Non sans détours, sur lesquels je passe, j’en vins, en 1960 ou 1961, à proposer à Robert Boutruche, devenu mon maître — un maître très libéral sous des dehors parfois abrupts ou du moins déconcertants - trois sujets, relativement négligés aux yeux du novice que j étais, portant sur la fin du Moyen Age : Paris (économie et société), l’université de Paris (les écoliers et les maîtres, les institutions, l’esprit et la pratique des enseignements), la guerre. Une rapide prospection me fit écarter les deux premiers sujets, chasses gardées, me dit-on, de savants déjà bien en place. Dans le contexte, il n’était pas question de passer outre. Restait le troisième thème : autrement dit — j’y insiste, ne serait-ce que pour achever de me convaincre — je n’étais prédestiné à l’histoire de la guerre ni par le modèle de mon père, historien, entre autres, de l’armée française aux xixe et xxe siècles, ni par l’expérience de l’Algérie, partagée, ne l’oublions pas, par quantité de futurs historiens (je ne les ai pas tous perdus de vue), qui, le moment venu, choisirent des sujets tout différents, dans les directions les plus variées.

3Simplement, un tour d’horizon bibliographique et archivistique m’avait persuadé que le thème de la guerre, à l’évidence important pour l’époque envisagée, était franchement délaissé et que les sources inédites ne manquaient pas. « Trop de munitions ». me disait même Chatles-Edmond Perrin au cours d’un entretien peu propice à m encourager.

4Le fait est que, dûment consultés, les médiévistes de la Sorbonne ou d’ailleurs — je songe à Edouard Perroy, à Robert Fawtier, à André Bossuat - estimèrent qu’il y avait là un sujet certes inattendu, étrange ou étranger par rapport à l’air que l’on respirait dans les universités françaises, mais qui, après tout, valait la peine d’être traité. Au demeurant, je prenais bien soin de mettre en avant mes trois cautions : l’infatigable chartiste qu’était Ferdinand Lot (L’art militaire et les années au Moyen Age en Europe et dans le Proche-Orient), l’américain John Nef (War and Human Progress : un ouvrage stimulant, aux larges perspectives encore que reposant sur une information souvent hâtive), l’italien Piero Pieri (il Rinascimento e la crisi militare italiana) qui avait la faveur des Annales ou plus exactement en était connu et y était reconnu.

5A vrai dire, mon maître, qui à l’époque ne manquait ni d’ambition ni d’horizon, tant pour lui que pour ses rares disciples, aurait souhaité une approche plus globale et aussi plus littéraire, qui se serait concentrée sur les sommets, de Froissart à Machiavel. D’où le titre de mon sujet de thèse tel qu’il fut déposé en Sorbonne dans le courant de 1961, « La guerre à la fin du Moyen Age en Angleterre, en France et en Italie : étude comparée ».

6Sans doute un semblable sujet aurait-il pu être raisonnablement traité dans une optique juridique, au sens large, mais en 1962 parut le bel essai de Maurice Keen, devenu bientôt mon ami, The Laws of War in the Late Middle Ages, qui me fit renoncer aussitôt à cette éventualité. Sans doute aussi, comme tour à tour me le suggérèrent le chanoine Etienne Delaruelle le doyen Gabriel Le Bras, un sujet relatif à la juste guerre (et, pour faire bonne mesure, à la juste paix) aurait-il pu me retenir. Il est vrai que, dans ces années 1960, ni la théologie ni le droit canonique n’avaient pleinement droit de cité en Sorbonne.

7D’où ma décision, que je ne regrette toujours pas, de me plonger à corps perdu dans les archives financières de la royauté française, de Philippe de Valois à Charles VIII, autrement dit du début de la guerre de Cent ans à la fin de la guerre de Bretagne, dès lors que c’est principalement par le biais des comptes et des documents annexes (et notamment les montres et les revues d’armes — je les ai transcrites par milliers) que l’on est en mesure de connaître la société militaire ainsi que la mise en place et le fonctionnement de ses institutions. Majoritairement, ces sources, qui n’avaient pas fait l’objet jusqu’alors d’une enquête systématique, se trouvaient non point aux Archives nationales mais au département des manuscrits de ce qui était alors la Bibliothèque nationale, au sein du « cabinet des titres » réuni sous l’Ancien Régime à des fins généalogiques. En quelque sorte le saint des saints. Que ne suis-je pas redevable à d’Hozier, à Cherin, à Caille du Fourny, ce continuateur trop oublié de l’illustre Père Anselme !

8Bien sûr, j’aurais pu envisager le même sujet dans le cadre plus restreint d’une principauté, tel l’État bourguignon, privilégié par ses magnifiques séries de Dijon, de Lille, de Bruxelles, mais j’ai pensé qu’il valait mieux atteindre le problème en son cœur dès lors que j’avais l’intuition, confirmée depuis, que les institutions militaires bourguignonnes, du moins jusqu’au tournant des années 1470, s’inspiraient largement du puissant modèle royal.

9Les années durant lesquelles j’ai bâti ma thèse, au milieu d’assez lourdes tâches d’enseignement, à la Sorbonne puis à Nancy, étaient dominées par plusieurs paradigmes historiographiques : la dévalorisation de l’histoire-récit, la préférence pour la longue durée, la recherche des structures au détriment des événements, la primauté accordée à l’ample histoire économique et sociale au détriment de la chétive, voire exsangue, histoire politique, le souci d’envisager des groupes ou des milieux et non des individus (autrement dit le refus du genre biographique). Dès lors que l’histoire militaire pouvait a priori passer comme en décalage complet pat rapport à ces différents impératifs, et dès lors que je me refusais à toute provocation intempestive, j’ai été amené à adopter des compromis. C’est ainsi que Guerre, Etat et société se tient soigneusement à l’écart de toute histoire-bataille. C’est ainsi que le livre porte sur près de deux siècles d’une histoire de France très riche précisément dans ce domaine, au risque du survol trop rapide de certaines périodes jugées à tort ou à raison peu innovantes (le long règne de Charles VI). C’est ainsi qu’il se montre fort discret dans l’évocation des « grands capitaines » et accorde toute leur importance aux combattants de base, vus sous un angle quantitatif, ainsi qu’aux problèmes de solde et de ravitaillement. Plutôt que d’étudier sous toutes ses facettes (y compris le déroulement des campagnes) une période courte — disons la première décennie du conflit franco-anglais que viennent éclairer des sources documentaires et narratives remarquablement abondantes — j’ai fait le choix de réunir un certain nombre d’études portant sur le temps long. Ce qui ne veut pas dire le temps immobile : ce dont peut-être je suis le plus satisfait, c’est, en rupture avec la chronologie classique ou scolaire de la « guerre de Cent ans » (1337-1453), d’avoir mis en valeur la naissance d’une institution, l’armée française d’Ancien Régime, en tant que corps social, et l’émergence d’un nouveau type de combattant -non pas le mercenaire ou le soudoyer prenant la suite du chevalier mais le passage, d’ailleurs précaire, imparfait, aléatoire, du guerrier au militaire. En revanche si j’ai un regret, à l’intérieur même de la perspective retenue, c’est celui d’avoir trop mis l’accent sur les armées en campagne (effectifs, encadrement, entretien, organisation, composition sociale) et de n’avoir consacré que peu de pages aux garnisons et surtout aux fortifications, qu’elles soient urbaines ou rurales, castrales, monastiques ou ecclésiales. Il est vrai que j’ai tenu à rétablir l’équilibre par des publications ultérieures. Dans son épaisseur, au-delà des vestiges qui en subsistent, l’archéologie militaire de la fin du Moyen Age, si ingénieuse, si variée et aussi si coûteuse pour les contemporains, n’a cessé de me fasciner : non seulement Vincennes ou Dinan, Tarascon ou Parthenay mais aussi les innombrables lieux forts, en même temps d’ailleurs que résidentiels, qui ponctuaient alors l’espace français. Du xiii au xvie siècle, la maison forte, avec tout ce qu’elle impliquait en termes de pouvoir matériel et symbolique, ne fut-elle pas une figure majeure, une pièce maîtresse du régime social, économique et politique ?

10La simple objectivité m’amène à constater que Guerre, Etat et société a inspiré, en France et hors de France, un certain nombre de travaux. Il serait faux de soutenir que j’ai été indifférent à ces échos, à ces prolongements.

11À la différence de bien des historiens qui aiment tourner la page, je n’ai jamais abandonné le thème de la guerre et des armées, ne serait-ce que par un souci de rééquilibrage, tant j’avais conscience des lacunes de mon travail, soutenu en 1969, publié en 1972. D’où quantité de textes ponctuels traitant du problème des fortifications, de l’armement des populations civiles, des industries de guerre, ou encore évoquant telle pratique (les rançons, les butins, les appatis), telle figure de combattant (Geoffroy de Charny, le sire de Torcy, le maréchal de Rieux), tel siège (Orléans, 1428-1429), tel aspect de la vie aux armées (la musique, sur laquelle il y a encore tant à dire), tel auteur militaire (Jean de Bueil, Bérault Stuart et Philippe de Clèves mais aussi Philippe de Mézières et Philippe de Commynes), tel problème éthique ou juridique. D’où aussi deux synthèses, l’une, intitulée sans fioriture La guerre au Moyen Age (en fait moins Byzance et l’Islam et moins la guerre navale), l’autre, de facture délibérément classique, l’Histoire militaire de la France.

12Généraliste de l’histoire, principalement française mais parfois aussi européenne, durant les deux ou trois derniers siècles du Moyen Âge, j’ai écrit ou j’ai dirigé des publications sur l’économie et sur la politique, j’ai participé à des ouvrages sur la vie privée et sur le christianisme. Avec plus de persévérance et de pertinence, je suis passé, par une pente naturelle, de l’étude de la guerre à l’étude de la noblesse et des pouvoirs. Ma démarche a donc été dans le sens de l’élargissement et de la diversification, mais sans rupture. J’ajoute que je n’entends nullement faire de la guerre un facteur dominant, encore moins exclusif, de l’évolution des sociétés. À mes yeux, même la genèse de l’Etat moderne — cette formule stimulante qui a suscité tant de travaux et de rencontres internationales - est loin de tout devoir, mécaniquement, à la guerre.

13Il n’empêche. Trois obsessions persistent à me hanter : Charles VII, Jeanne d’Arc, le Moyen Âge comme civilisation du cheval. Or toutes trois contiennent à l’évidence une dimension guerrière, et cela même si le cheval médiéval ne fut pas seulement, tant s’en faut, le cheval d’armes, le coursier, le palefroi ou le destrier mais aussi la haquenée et le cheval de labour (sans compter les mules et les ânes qui font pleinement partie du sujet), même si Charles VII le Victorieux fut aussi le roi du traité d’Arras et du retour à la paix et à l’ordre dans son royaume enfin recouvré, et même si la Pucelle fut bien autre chose qu’un chef de guerre.

14Vue sous un certain angle, ma réflexion s’est attachée à trois phénomènes — Jeanne d’Arc, la noblesse, la guerre — que notre société française, laïque, démocratique et pacifique, quand elle veut bien les considérer, a le plus grand mal non seulement à admettre mais tout simplement à comprendre. C’est ce défi intellectuel qu’au bout du compte, depuis tant d’années, j’ai prétendu relever.

15(novembre 2003)

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search