Version classiqueVersion mobile

Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge. Tome 2

 | 
Philippe Contamine

Annexes

Annexe XIII. Cris de guerre, drapeaux, uniformes

Texte intégral

1Cette étude n'a pas un caractère iconographique. Il s'agit seulement de montrer comment l'histoire d'un certain nombre de signes extérieurs reflète et exprime l'histoire sociale, institutionnelle, politique des armées des rois de France aux 14e et 15e siècles.

Cris de guerre

2L'essentiel est ici la disparition progressive des cris de guerre seigneuriaux au profit des cris de guerre royaux ou nationaux.

3A Cocherel, en 1364, où le roi n'est pas présent, les « signeur de France » décidèrent d'abord de crier « Nostre Dame ! Auçoirre », à cause de la présence du comte d'Auxerre et en définitive « Nostre Dame ! Claiekin » à cause de celle de Bertrand du Guesclin (Froissart, Chron., t. VI, p. 117—119). Au contraire, à Poitiers, Froissart parle d'un seul cri poussé par les Français : « Mont-joie Saint Denis ».

4Au 15e siècle, l'usage des cris de guerre propres à chaque seigneur recula ou môme disparut complètement.

5En 1423, attaque des Anglais installés au Crotoy par un parti de Français sous Jacques de Harcourt : « La firent ung grant effroy en criant : « Nostre Dame, Saint Denis ! Harcourt a la rescousse ! » (Wavrin, Recueil des Croniques, t. III, p. 41).

6Selon Calmette et Déprez (L'Europe occidentale, t. VII1, p. 387, n. 182, citant 0. de Watteville, « Le cri de guerre chez les différents peuples », Revue de la France moderne, 1889), « Montjoie Saint Denis » aurait été remplacé sous Charles VII par « France, France ». Je crois le changement plus tardif. A Verneuil (1424) comme à Montargis (1427), les Français crient « Saint Denis » (Wavrin, Recueil des Croniques, t. III, p. 116 et 219). Jeanne d'Arc offre son « blanc harnois » à Saint-Denis quia est acclamacio, le cry gallice, Francie (Procès de Condamnation de Jeanne d'Arc, éd. Tisset, t. I, i960, p. 272). Cri des Français à la prise de Pontoise en 1441 : « Saint Denys ! Ville gaignée » (cité par Du Cange, Clossarium, t. X, diss. XI, « Du cry d'armes » p. 41 A). Selon le Franc archier de Baignollet, v. 24 et 209, « Saint Denis » est le cri des Français. Dans une gravure représentant la bataille de Fornoue. datant du début du 16e siècle, une inscription est placée au dessus de la tête de Charles VIII où on lit : « Saint Denis Montjoie » (H.-F. Delaborde, L'expédition de Charles VIII en Italie, Paris, 1888, p. 640) ; à la même époque, le roi d'armes de France s'appelle toujours Montjoie Saint Denis (d'Auton, Chron. Louis XII, t. I, p. 294 et III, p. 246—247).

7A Saint-Aubin-du-Cormier, en 1488, les Français crient « Saint-Lau » (d'Angers) (La Borderie, Louis de la Trémoïlle, p. 63).

8Au moment des guerres d'Italie, le cri « France, France » est attesté par d'Auton, op. cit., t. I, p. 88 comme par Hist. Bayart, p. 73, 93 et 116.

9« Nationalisme » qui n'est pas propre aux armées des Valois : à la fin du 15e siècle, on crie : « Bourgogne » dans l'armée bourguignonne, « Bretaigne, Saint Yves » dans l'armée bretonne, les Anglais restant fidèles au cri de « Saint George ».

Livrées et uniformes

10A la bataille de Mons-en-Pévèle, 18 août 1304, « si cria on aval l'ost [de Philippe le Bel] que chascuns s'armast et que chascuns eust une blanque eskerpe, seur estre tenus comme anemis » (Chronique artésienne, 1295—1304, éd. F. Funck-Brentano, Paris, 1899, p. 84).

11Dans la seconde moitié du 15e siècle, les sources font fréquemment allusion à un « uniforme » propre à tel ou tel groupe de combattants. Les francs-archers de Lyon portaient un lion sur leur hoqueton, d'autres le nom de la ville ou de la province dont ils étaient originaires (A. M. Lyon, CC 454, n° 5 ; Roye, Chron. scandaleuse, t. I, p. 80-81 ; A. M. Montferrand, CC 190, f° 12r° ; B. N-, fr. 20494, f° 26—27). Hommes d'armes et archers des compagnies d'ordonnance portaient — ou devaient porter — la livrée de leur capitaine (A. N., JJ 206, n° 1019 : 1478 ; B. N., Moreau 734, f° 234 sq.). L'un des moyens proposés pour redonner vie à l'arrière-ban est d'imposer aux nobles qui y serviront la livrée de leur capitaine (B. N., fr. 1246, f° 28r°). Plus significative encore, la diffusion des couleurs propres aux différents souverains dans leurs armées : bleu, blanc et rouge, ou vert, blanc et rouge sous Charles VII, rouge et blanc sous Louis XI, violet et gris sous Charles VIII, jaune et rouge sous Louis XII. Et cela non seulement pour la garde du corps (archers et cranequiniers de Charles VII, par exemple, en 1449 : Escouchy, Chronique, t. I, p. 324 sq. ; garde écossaise sous Louis XI : Gay, Glossaire archéologique, s.v. couleurs, t. I, p. 157, col. B), mais aussi pour les francs-archers, les pionniers, les gens de pied (D'Auton, Chron. Louis XII, t. I, p. 88—90 ; Ledieu, « Abbeville et prise de Thérouanne », p. 566—568 ; Claudon, Hist. Langres, p. 89-90).

12Mais le fait le plus notable est sans doute l'adoption de la croix droite blanche par les troupes au service de la monarchie française.

13Faut-il croire qu'elle fut utilisée par les Français dès le 14e siècle ?

14En 1355, Jean, comte d'Armagnac, lieutenant général pour le roi de France en Languedoc, mande contre la menace anglaise toute la noblesse de la province et ordonne à ses troupes de porter des croix blanches sur leurs habits, à peine d'être traitées comme rebelles et ennemies (Hist. Languedoc, t. IX, p. 649).

15On trouve également mention de la croix blanche dans Cuvelier, Chron. B. du Guesclin, t. I, p. 31, v. 784—787 ; du Guesclin, ayant mis à mort un chevalier anglais, s'empare de son équipement :

Et toutes les armeurs du chevalier faitiz
Vesti li bers Bertran que delay n'i fust mis ;
La crois vermeille osta comme François gentilz
Et s'i mist la blanche crois ou non de fleur de liz.

16Or, on s'accorde à penser que Cuvelier composa son œuvre entre 1380 et 1387, date de la rédaction de l'abrégé en prose fait pour Jehannet d'Estouteville, capitaine de Vernon et Vernonnet (Molinier, Sources hist. France, t. IV, Paris, 1904, p. 71).

17Evoquant la campagne de Charles VI et de Bernard d'Armagnac contre Jean sans Peur, au printemps 1414, Jean Le Fèvre de Saint-Rémy, dit « Toison d'Or », fait allusion à l'ancienneté de cette enseigne :

18« En laquelle armée on fist porter au roy et au duc de Guienne la bende et ensaigne du conte d'Erminacq ; dont pluiseurs donnèrent grant merveille que il avoit laissié son enseigne anchienne et que ses prédécesseurs avoient tousjours porté en armes, c'est assavoir la blanche croix. Dont pluiseurs furent mal content. . . Toutteffoiz, la pluspart de ceste armée portoient les deux ensaignes, c'est assavoir la croix et la bende » (Chron., t. I, p. 159 ; cf. aussi Monstrelet, Chron., t. II, p. 466—467).

19Jouvenel, Hist. Ch. VI, p. 467, signale l'usage de la croix droite blanche en 1411 : « Est a advertir que toutes les choses se faisoient au nom du Roy et de monseigneur le Dauphin. Mais ils laisserent la croix droite blanche, qui est la vraye enseigne du roy et prirent la croix de sainct André et la devise du duc de Bourgongne, le sautouer, et ceux qu'on disoit Armagnacs portoient la bande et pource sembloit que ce fussent querelles particulières. » Le 28 août 1415, Charles VI mande aux troupes qu'il lève de prendre la croix blanche pour enseigne, suffisamment apparente (B. N., fr. 25709, n° 725). A cette date, elle est donc déjà un symbole reconnu : Calmette et Déprez, L'Europe occidentale, se trompent en datant son adoption de 1422 seulement. Elle est exaltée par la « ballade du sacre de Reims », de 1429 : « Vive la croix gente, blanche et hautaine. Du beau jardin des nobles fleurs de lis » (Le Moyen Age, 1909, p. 374).

20Elle est visible sur de nombreuses miniatures du 15e siècle, où elle est portée par les troupes françaises, dans le dos et sur la poitrine. Voir, entre bien des exemples possibles, la description des tapisseries dites des Victoires de Charles VII (H. Stein, « Un fragment des tapisseries des Victoires de Charles VII, au château de Fontainebleau », Mémoires de la Société nationale des Antiquaires de France, 1899, p. 174—188). La croix droite blanche était peinte sur les pavais des gens de guerre, comme au siècle précédent les armes de France (Champion, Guillaume de Flavy, p.j. CI, p. 264).

21Au témoignage de Dunois, qui rapporta le fait à Charles VII, alors que les Français entraient dans Bayonne reprise sur les Anglais, le 20 août 1451, à 7 heures du matin, « le ciel a celle heure fut veu cler et l'air bien puriffié, auquel se apparut dedens une nuée, une crois blance, au droit de ladicte ville, au lez vers les parties d'Espaingne ; laquelle crois, sans mouvoir, demoura bien l'espace d'une heure. Aucuns disoient que au commencement, sur icelle avoit la semblance de ung crucifix couronné d'une couronne sur le chief, laquelle se mua en une fleur de lis » ; « plus de mille hommes ont veu ladicte croix, et dient tous ceulx qui l'ont veu, tant Franchois, Espaignois que Navar-rois, que jamais n'avoient veu chose semblable » (Escouchy, Chronique, t. I, p. 366-367).

22Cette croix fut plus tard identifiée à la croix de Constantin (B. Guenée et F. Lehoux, Les entrées royales, p. 257—261 et 273 : récit par Rouen Pinel de la première entrée de Charles VIII à Rouen, le 14 avril 1485 ; cf. aussi Th. et D. Godefroy, Ceremonial français, t. I, Paris, 1649, p. 676 : entrée du même roi à Troyes en mai 1486).

23Elle s'opposait à la croix droite rouge des Anglais, à la croix rouge de saint André, en sautoir, des Bourguignons, à la croix droite noire des Bretons, à la croix à double traverse des Lorrains. Sur le rôle de ces « enseignes », voir l'évocation de la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier, en 1488, par Alain Bouchart (Grandes Cron. Bretaigne, f° 347v°—348r°) : avant la rencontre, du côté breton, « pour cuider donner entendre qu'il y avoit plus grant nombre d'Anglois qu'il n'y avoit, car ilz n'estoient que trois cens Anglois que le conte de Talbot conduisoit, luy furent baillez XVII cens Bretons gens de pié vestuz de hocquetons a croix rouges » ; ce stratagème ne leur porta pas chance car « finablement tous ceulx qui la croix rouge portoient furent occis sauf bien peu ». Quant au prince d'Orange, pour tenter de sauver sa vie ou sa liberté, il « se mist contre terre a dans entre les mors et dessira sa croix noire ».

Drapeaux

24Sur la portée politique que pouvait avoir l'uniformité des drapeaux, cf. ce passage des Chroniques de Froissart, t. XIV, p. 59, où l'auteur montre l'archevêque d'York conseillant à Richard II que dans son armée « n'aient aultres banieres ne pennons que vos plaines armes pour mieulx monstrer que la besoingne soit vostre ».

25Au 14e siècle, dans les armées du roi de France, présence de bannières, de pennons, de cottes d'armes aux armes des principaux seigneurs. Aux armes du roi aussi : à Poitiers, selon Froissart, Chron., t. V, p. 254, « le roy de Franche fist armes luy vintiesme de toutes ses plainnes armes de Franche, en manière que on ne seut a dire lequel estoit le roy, qui bien ne le congnoisoit ». En 1354, Robert de Houdetot, maître des arbalétriers, mande au vicomte de Rouen de faire peindre 200 pavois aux armes du roi (B. N., p.o. 1537, dossier Houdetot, n° 12). A Roosebeke, en plus de l'oriflamme, présence de deux bannières aux armes de France (Froissart, Chron., t. XI, p. 6). Encore 200 pavais aux armes de France en 1347 (Demay, n° 7405).

26Les sources montrent que l'oriflamme fut déployée à Crécy, Poitiers et Roosebeke. Elle fut emportée au moins en 1383 (Le religieux de Saint-Denis, t. I, p. 267), 1412 (ibid., t. IV, p. 697), 1414 (Jouvenel, Hist. Ch. VI, p. 496), 1415 (Le religieux de Saint-Denis, t. IV, p. 539) et 1418 (ibid., t. VI, p. 301). Après quoi, l'oriflamme n'est plus signalée avant 1465.

27La bannière royale, marquée de l'enseigne des fleurs de lis « qui est la souveraine enseigne royal » était bénite à Reims, après le sacre, l'oriflamme à Saint-Denis, au cours d'une messe solennelle. Il paraît que l'abbé de Saint-Denis commençait par la donner au roi qui la remettait ensuite au porte-oriflamme, une fois que ce dernier eût reçu l'eucharistie et prononcé à genoux, tête nue, le serment accoutumé : « C'est le serement que fait le chevalier a qui le Roy baille a porter l'oriflambe. Vous jurez et promettez sur le precieux corps Jesus-Christ sacré cy present et sur le corps de monseigneur saint Denis et ses compagnons qui cy sont, que vous loialment en vostre personne tendrez et gouvernerez l'oriflambe du Roy monseigneur qui cy est, a l'onneur et profit de luy et de son royaume. Et pour doubte de mort ne d'autre aventure qui puisse avenir ne la delairez. Et ferez par tout vostre devoir comme bon et loyal chevalier doit faire envers son souverain et droiturier seigneur » (The Coronation Book of Charles V of France, éd. E. S. Dewick, Londres, 1899, p. 56 ; cf. aussi B.N., Duchesne 65, f° 41r°).

28Froissart appelle l'oriflamme la « souveraine banniere dou roy » (Chron., t. V, p. 23).

  • 1 Il semble toutefois qu'on y ait un moment songé (A. N., KK 34, f° 87v°).

29Le roi prenait l'oriflamme quand il voulait « aler en bataille constraint par neccessité de la foy deffendre ou de l'eglise, ou pour la deffense de son royaume, qui est la sainte columpne et fermeté de Sainte Eglise » (B. N., fr. 176, f° 32r°). Selon Guillaume Guiart, dans la Branche des royaux lignages, l'oriflamme n'était emportée que lorsqu'il fallait combattre « Turs ou païens » ou « faus crestiens condampnés » ; sinon, utilisation d'une simple copie (cité par M. Bloch, Les Bois thaumaturges, Strasbourg, 1924, p. 235, n. 3). Si, non sans hésitation, elle fut développée à Roosebeke, c'est que les Flamands, tenant, d'Urbain VI, étaient réputés « incredule et hors de foi » (Froissart, Chron., t. XI, p. 52—53). On ne prit pas l'oriflamme en 1386 lors du projet d'expédition contre l'Angleterre car « elle ne se devoit prendre sinon a la defense du royaume mais non mie quand on veut conquester autre pays » (Jouvenel, Hist. Ch. VI, p. 3711). En 1415, l'oriflamme fut emportée bien que le roi fût absent.

30Louis IX avait emporté l'oriflamme, appelée tantôt « l'enseigne Saint-Denis », tantôt le « gonfanon Saint-Denis » à la croisade d'Egypte (Joinville. Hist. Saint Louis, éd. N. de Wailly, Paris, 1867, p. 106 et 155). Il est douteux qu'elle ait été sauvée. De même, elle fut perdue à Crécy et à Poitiers. Une chronique anglaise, après avoir rapporté que les Français abandonnèrent l'oriflamme sur le champ de bataille de Crécy, ajoute : Ita quod non oportet nter reliquias illam venerari (cité par Kervyn dans son édition de Froissart, i t. XX, p. 66). Mais en réalité, ce n'était pas l'oriflamme primitive, celle dont parle Suger en 1124, celle qui, selon la croyance du 14e siècle, avait été donnée aux rois de France « par revelacion d'angelz » (B. N., fr. 176, f° 33), « envoiié dou chiel par grant mistere » (Froissart, Chron., t. XI, p. 52—53), celle que Charlemagne, disait-on, avait prise à Saint-Denis pour délivrer la Terre sainte (B. N., fr. 176, f° 32), mais une simple reproduction, qu'on bénissait pour la circonstance : « Quant les roys de France vont en bataille, il prennent la mesure de celle que Charlemaigne raporta de Constantinoble et font benoir la nouvelle et laissent celle de Charlemaigne et emportent la nouvelle et apres la victoire la raportent a mons. Saint Denis » (ibid., f° 33). Voir à ce sujet la miniature conservée dans B. M., Cott. Tiberius B VIII, f° 71r°, où trois oriflammes paraissent être bénies à la fois. On trouve dans l'inventaire de Jean le Bon cette mention : « Item, VI oriflambes de sendail vermeil » (cité par P. E. Schramm, Der Kônig von Frankreich. Das Wesen der Monarchie vom 9. bis zum 16. Jahrhundert, t. II, Weimar, 1939, p. 99). D'où sans doute les menues contradictions des chroniqueurs et des miniatures au sujet de l'oriflamme. Ajoutons que certains des porte-oriflamme gardaient cette bannière plusieurs années avec eux (Le religieux de Saint-Denis, t. II, p. 547). Peut-être même les moines de Saint-Denis avaient-ils perdu le « pseudooriginal » depuis longtemps ?

31Charles V chercha à redonner vie à la mystique de l'oriflamme (cf. le prologue de la traduction de la Cité de Dieu par Raoul de Presles, B.N., fr. 170, f° 2, et du même, un sermon sur l'oriflamme, Arsenal, 1030,f° 76r°—81r°).

32L'oriflamme était habituellement confiée à un chevalier expérimenté, âgé, « preudomme et preux es armes ». Pendant longtemps, pas de gages ni de pension prévus pour le porte-oriflamme ainsi qu'il résulte d'une enquête faite par la Chambre des comptes et remise à Charles V le 1er octobre 1372 : « Le seigneur de Noyers fut retenu du grand conseil du roy a 2 000 libvres de pension et long temps apres fut ordonné pour porter l'auriflambe et ne l'y fut en rien creu, excepté que pour le temps qu'il portoit l'auriflambe il estoit a touts despens du roy. Item, messire Geoffroy de Charny fut retenu du Grand Conseil du roy a 1 000 libvres de pension et aprez luy fut baillé l'auriflambe sans aulcune croissance, comme dessus a touts despens. Item, le mareschal d'Auden-ham, quand il laissa l'office de mareschaulcie, fut retenu du conseil du Roy a 2 000 libvres de pension pour ce qu'il ne prenoit aucune chose sur le Roy et estoit ancien homme et rien ne luy fut creu pour l'auriflambe. En encoures le retours des chevaulx ce qu'ils avoient cousté » (B. N., Dupuy 690, f° 120).

33Puis, le roi prit l'habitude de donner 1 000 1.1. par an au porte-oriflamme (Moranvillé, « Journaux du Trésor », p. 377, n° 290) ; soucieuse de réaliser des économies, l'ordonnance cabochienne de 1413 supprima cette gratification, du moins pour les années où l'oriflamme ne serait pas portée (Coville, Ord. cabochienne, art. 47, p. 26).

34En même temps qu'une pension régulière était prévue, la fonction de porte-oriflamme devenait en quelque sorte permanente : Arnoul d'Audrehem, de 1368 à 1372 ; Pierre de Villiers de 1372 à 1382 ; Guy de la Trémoïlle en 1383 Guillaume des Bordes de 1383 à 1397 ; Hutin d'Aumont de 1397 à 1414 ; Guillaume Martel, sire de Bacqueville, en 1414 et 1415. Sur les porte-oriflamme, cf. Anselme, Hist. maison royale, t. VIII, p. 195—212. En 1418, on voit Charles VI la confier à un petit noble du nom de Chapelain (Le religieux de Saint-Denis, t. VI, p. 301). En 1465, dans l'église Sainte-Catherine-du-Val, à Paris, l'abbé de Saint-Denis la remet à Louis XI (Maupoint, Journal, p. 71).

35Le « baston et lance de l'oriflamme » était doré (A. N., KK 34, f° 23 v°).

36Charles d'Orléans cite l'oriflamme comme un symbole toujours vivant dans sa Complainte de France, v. 33 :

L'auriflamme qui t'a fait seigneurir
Tes ennemis.

37Le Debat des heraulx d'armes de France et d'Angleterre, éd. L. Pannier, Paris, 1877, p. 12, cite « la sainte banniere de l'oriflambe . . . envoiée du ciel » au roi de France. Il est fait allusion à l'oriflamme dans le récit de l'entrée de Charles VIII à Rouen, le 11 mai 1486 (Guenée et Lehoux, Les entrées royales, p. 273) :

Sur champ d'azur, l'enfant luy baille aussi
Ung escusson tres bien faiet par compas,
Auquel estoit eslevé bien espars
Ce nom Jesus, par une façon bonne
De lettres d'or moult bien servans au cas,
Et avec ce d'espines la couronne.
Tres hault roy triumphant,
A toy presente cet escu
Qui represente l'oriflan,
Pour toy garder d'estre vaincu.

38Quelle évolution constate-t-on au 15e siècle ?

39Antoine de la Sale, dans La Salade, achevée en 1444, expose comment, au combat, les simples chevaliers ont droit à un pennon, les bannerets, barons, vicomtes, comtes et marquis à une bannière, les princes et les rois à la fois à une bannière et à un pennon. Des textes contemporains proposent les mêmes règles, à quelques variantes près : selon certains, les comtes aussi ont droit au pennon et à la bannière ; même s'ils ne sont ni barons, ni bannerets, le connétable, les maréchaux, le maître des arbalétriers, l'amiral, le lieutenant général ou le « lieutenant de païs » peuvent avoir une bannière ; si un homme a longuement suivi les guerres, s'il peut « tenir gens » à cause de ses capacités ou de sa fortune, le roi peut le faire « cappitaine » ; il peut alors « lever l'estandart », à condition d'avoir sous lui un minimum de 50 hommes d'armes accompagnés d'archers : si ses ennemis le lui ravissent, il n'en aura plus jusqu'à ce qu'il en ait gagné un autre au combat (La Sale, Œuvres complètes, t. I, p. 238 ; B. N., fr. 5241, f° 4 sq. ; n. a. fr. 10054, f° 38v° et 40v°).

40Ces textes de nature théorique sont-ils confirmés par les témoignages de la pratique ? Au cours du 15e siècle, la présence des bannières et des pennons des seigneurs dans les batailles se fait de plus en plus rare ; à la place, on trouve mention d'autres drapeaux, appelé « pennonceaux », guidons, enseignes et, le plus souvent, étendards. Entre l'étendard et la bannière, il existe d'abord une différence de forme : celle-ci est un morceau d'étoffe se rapprochant du carré, celui-là est de forme beaucoup plus allongée ; d'après les miniatures du temps, il se termine le plus souvent, à son extrémité flottante, par une double langue ; en 1386, des bannières du duc de Bourgogne ont les unes deux aunes et demie de long sur une et demie de large, les autres, 5 quartiers de long sur trois de large ; ses étendards ont tantôt 16 aunes de long sur deux et demie de large, tantôt trois aunes de long sur un tiers de large (Petit, Itinéraire de Philippe le Hardi, p. 520—521). Mais là ne s'arrête pas le contraste : bannières et pennons sont normalement aux armes du seigneur ; pennonceaux et étendards à la devise de celui auquel ils appartiennent (ibid. ; B. M. Rouen, fonds Leber 5683 ; B. M., Add. Ch. 14061 et Eg. Ch. 141). Le drapeau de Jeanne d'Arc, où étaient représentés deux anges assistentes Deo tenenti mundum in manu sua, cum Mis nominibus Ihesus Maria et aliis picturis, est qualifié d'« estandart » (Procès de Condamnation de Jeanne d'Arc, t. I, p. 268— 269). En 1494, les étendards de la nef du duc d'Orléans sont à ses couleurs — le jaune et le rouge ; ils sont peints d'une image de Notre-Dame « et aupres de chacune ymaige y a ung porc espy », tandis que les bannières de ce même bâtiment sont aux armes soit des Visconti soit des Orléans (A. N., KK 333, passim).

41Dès la fin du 14e siècle, certains seigneurs disposaient à la fois de bannières et de pennons, d'étendards et de pennonceaux (Petit, Itinéraire de Philippe le Hardi, p. 520—521). Une miniature du livre d'heures du maréchal Boucicaut, conservé au musée Jacquemart-André, à Paris, montre l'étendard de Boucicaut, à ses couleurs : vert, blanc et or (J. Longnon, « Le livre d'heures d'un preux chevalier », L'Œil, n° 36, Noël 1957, reproduction en face de la page 26). Au début du 15e siècle, dans les armées du dauphin Charles, les capitaines retenus par ses soins, quel que soit leur rang nobiliaire, disposent chacun d'un étendard (B. N., fr. 7858, f° 335 sq.). Même pratique après 1445 dans les compagnies d'ordonnance : Jean de Bueil « porte un rangier en son estandart » alors que ses armes sont « écartelées, aux 1 et 4, six croix recroise-tées au pied fiché au croissant en abîme ; aux 2 et 3, une croix ancrée » (Bueil, Le Jouvencel, t. II, p. 274 ; rangier : renne ; armes décrites dans Demay, n° 8376) ; l'étendard de Pierre de Rohan, seigneur de Gié, maréchal de France, est « vert, semé de P et R et de bourdons de pelerin en or avec une bordure blanche et jaune » ; celui de Louis de la Trémoïlle, jaune à bordure noire, avec une roue comme emblème et la devise : « Sans sortir de l'ornière » (L. de Bouille, Les drapeaux français, étude historique, Paris, 1875, p. 133 ; Auton, Chron. Louis XII, t. I, p. 99, n. 4). Tel autre représente un loup étranglant des moutons (Molinet, Chron., t. I, p. 245). En plus de cet étendard principal, les capitaines avaient chacun une enseigne et un guidon, ornés, semble-t-il, des mêmes symboles. A l'expédition de 1458 contre Sandwich, « y avoit ung guidon du comte de Dunois », porté par Galiot de Genouillac (Wavrin, Recueil des Croniques, t. V, p. 386). Guidon du comte du Maine signalé dans Bueil, Le Jouvencel, t. II, p. 286. Le guidon était considéré comme de moindre importance que l'étendard (Leseur, Hist. Gaston IV, t. II, p. 236. A l'enterrement du bâtard de Bourgogne, en 1452, « fut mise sur luy sa banniere, son estendard et son pennon » (La Marche, Mém., t. II, p. 271). A celui du comte de Vendôme, à la fin du siècle, on porte son étendard, son enseigne et son guidon (Saint-Gelais, Vergier d'Honneur, p. 424). Le remplacement du blason par la devise ne signifie pas seulement le succès d'une mode ou d'un usage nouveaux ; il manifeste aussi l'élimination du seigneur, banneret ou bachelier, dont l'autorité dépendait de sa place dans la hiérarchie nobiliaire et de sa naissance au profit du capitaine de compagnie, tirant du roi seul son pouvoir de commandement.

42De plus, le roi et les princes territoriaux s'efforcèrent de multiplier au sein de leurs armées les drapeaux ornés de leurs devises. Lors du projet de « passage de la mer » de 1386, Philippe le Hardi commanda 4 000 pannonceaux blanc et rouge à sa devise destinés à être remis aux hommes d'armes après le débarquement en Angleterre. En juillet 1411, Charles d'Orléans distribua à ses troupes rassemblées contre Jean sans Peur 4 200 « pannonceaux » de toile noire où s'inscrivait en lettres d'or et d'argent le mot « Justice » (B. M. Rouen, Leber 5683. Par ailleurs, il y avait aussi des bannières à ses armes ; des cottes d'armes marquées de fleurs de lys furent remises aux combattants). Les comptes de l'écurie du dauphin Charles, entre 1419 et 1421, indiquent que celui-ci disposait de bannières et de pennons à ses armes — dauphins et fleurs de lys —, de bannières aux armes du roi, d'étendards à ses « devise et mot » : l'un d'eux représentait un « Saint Michiel tout armé qui tient une espée nue et fait maniere de tuer ung serpent », un autre, « ung braz armé qui tient une espée nue ». On le voit aussi commander plus de 1 200 « pennon-ceaulx a lance », à ses couleurs, « vermeil, blanc et bleu », et portant son « mot » en lettres d'or ou d'argent (A. N., KK 53, f° lr°, 19v°, 21v°, 24v°, 85v° et 87r°).

43A l'entrée de Charles VII dans Paris en 1437, présence d'un

... escuier d'escuierie Allant sur ung destrier en main
Couvert de bel orfaverie
A tout l'estendart en sa main,
Duquel la pour devise estrange
Avoit plusieurs estrilles [sic : estoilles ?] d'or
Et ou dedens Saint Michel l'Ange
Broddé d'asur et de fin or
(Auvergne, Les Vigilles de Charles VII, t. I, p. 158).

44En 1449, lors de l'entrée de Charles VII dans Rouen, à côté du pennon « de veloux azuré a trois fleurs de lys d'or », porté par Jean Havart, bailli de Caux, les chroniqueurs signalent l'étendard royal, de satin rouge parsemé de soleils d'or avec un Saint Michel dans le champ, porté par Rogerin Blosset ; quant aux 600 hommes d'armes de la bataille du roi, ils avaient chacun à leur lance un « pannoncel » de satin rouge avec un soleil d'or (Chartier, Chron. Ch. VII, t. II, p. 165—166 ; Héraut Berry, « Recouvrement de Normandie » dans Stevenson, Narratives of the Expulsion of the English, p. 312). Lors des premières campagnes d'Italie, à la fin du 15e siècle, de nombreux drapeaux portaient les symboles de Louis XII : le jaune et le rouge, le porc-épic, remplacé parfois par le soleil. Mais on rencontre aussi fréquemment dans les miniatures du temps des drapeaux de différentes couleurs marqués de la croix droite blanche (Auton, Chron. Louis XII, 1.1, p. 88—90). Organisant militairement les gens de métier de Paris en 1467, Louis XI prescrit : « Que en chascun desdits mestiers et compaignies y aura une baniere armoyee et figuree chacune d'une croix blanche ou meillieu et de telles enseignes et armoiries que lesdits mestiers et compaignies adviseront » (Fagniez, Docum. relat. hist. industrie et comm. en Fr., t. II, p. 268).

45Concluons. Au cours du 15e siècle, et plus spécialement dans sa seconde moitié, les modifications dans les signes extérieurs se sont manifestées principalement à deux niveaux : celui de la compagnie, combattant sous l'étendard de son chef, revêtant sa livrée ; celui de l'armée, où se multiplient, de façon à vrai dire désordonnée et incomplète, les symboles propres au roi et au royaume de France.

Notes

1 Il semble toutefois qu'on y ait un moment songé (A. N., KK 34, f° 87v°).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search