Version classiqueVersion mobile

Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge. Tome 2

 | 
Philippe Contamine

Annexes

Annexe XII. Armement, équipement, montures

Texte intégral

A. PRIX DES CHEVAUX D’ARMES D’APRÈS LES ESTIMATIONS SUR LES RÔLES DÉMONTRE : 1328—1368

1Ces estimations sont presque toujours exprimées en livres tournois, très rarement en monnaie réelle : écus, francs ou florins. En dépit des remuements monétaires, elles ne varient guère d’une année sur l’autre. C’est dire qu’elles fournissent une évaluation de caractère passablement théorique ou « coutumier », exprimée le plus souvent en chiffres ronds — 25, 30, 40, 50 1.t. —, et calculée par référence à une monnaie forte. C’est dans cette perspective qu’il faut apprécier les indications fournies par les sondages suivants :

2a) chevaux perdus par les gens du dauphin de Viennois à la bataille de Cassel en 1328 :

  • le dauphin : 600 1.t.
  • son porte-bannière : 200 1.t.

3prix moyen des chevaux des chevaliers : 148 1.t.

  • 1 Chevalier, Recueil documents Dauphiné, p. 31 — 33 (on n’a pas tenu compte des chevaux perdus sans (...)

4prix moyen des chevaux des écuyers : 49 1.t.1

  • 2 B. N., Clair. 229, p. 1261 sq. De plus, 11 montures sont qualifiées de « sans prix ».

5b) En 1338, à une date où l’écu d’or de 24 carats est estimé valoir 20 s.t., la retenue du Galois de la Baume, maître des arbalétriers, groupant des écuyers simples originaires de la Languedoïl, indique une valeur moyenne pour leurs montures de 26 l.t. — soit 26 écus2.

  • 3 B. N., n. a. fr. 9236-9240.

6c) En 1340, deux soldes différentes sont offertes par le roi aux écuyers servant à ses gages, l’une destinée à ceux ayant un cheval de moins de 25 l.t., l’autre destinée à ceux ayant un cheval d’au moins 25 l.t. ; or la plupart d’entre eux bénéficièrent du tarif le plus élevé3.

7d) 1351 — 1360 : époque de monnaie instable

8prix moyen des montures des chevaliers bannerets : 270 l.t.

9prix moyen des montures des chevaliers bacheliers : 103 l.t.

10prix moyen des montures des écuyers : 40 l.t.

11e) 1361—1368 : époque de monnaie forte et stable

12prix moyen des montures des chevaliers bacheliers : 75 l.t.

13prix moyen des montures des écuyers : 36 l.t.

14f) Sondage bourguignon de 1359 (6 chevaliers bannerets, 6 porte-bannière, 88 chevaliers bacheliers, 982 écuyers)

15prix moyen des montures des chevaliers bannerets : 206 l.t.

16prix moyen des montures des porte-bannière : 160 l.t.

17prix moyen des montures des chevaliers bacheliers : 109 l.t.

  • 4 Ibid., 1036, f° 2v° sq.

18prix moyen des montures des écuyers : 57 l.t.4

19g) Sondage bourguignon de 1363 (un chevalier bannere ,20 chevaliers bacheliers, 133 écuyers)

20prix du cheval du chevalier banneret : 100 florins.

21prix moyen des montures des chevahers bacheliers : 51 florins.

  • 5 A. D. Côte-d’Or, B 11744. En 1358—1359, le comte de Provence accorde les restors de 48 « cavalz mo (...)

22prix moyen des montures des écuyers : 24 florins5.

B. EQUIPEMENT DES GENS DE GUERRE : 1380—1418

  • 6 B. N., Clair. 216, n° 137.
  • 7 Varin, Arch. adm. Reims, t. III, p. 741.

231384 : Gilet le Clerc, haubergier et valet de chambre du roi, et Agnès, veuve de Jean des Portes, dit Benedicite, en son vivant lui aussi haubergier et valet de chambre du roi, se sont engagés à livrer à Jean Choque, dit « Desramet », maître du Clos des galées de Rouen, 500 « pere de harnois a armer homme », comprenant une « cote de fer bonne, large, longue et souffisant, pesant vint cinq livres et au dessus », de bons avant-bras et de bons gantelets, le tout à 16 francs pièce, plus 300 « paires de harnois de jambes bons et bien souffisans et garniz de maille par derriere », à 5 francs et demi pièce6. Un autre document, complétant le précédent, indique qu’à cet armement s’ajoutaient des bassinets à visière et camail, « de nouvelle façon ». Si l’on estime à 2 ou 3 l.t. le prix de chaque bassinet, on arrive à la conclusion qu’un équipement défensif d’homme d’armes de quahté courante, voire ordinaire, coûtait environ 25 l.t. à cette époque (prix de plusieurs bassinets à camail fournis par l’inventaire du château de Porte-Mars, en 1389 : de 8 à 32 s.p.7).

  • 8 Comptes de latrésorerie générale de Savoie, vol. 39, f° 163, cité par Ch. Buttin, « Notes sur les (...)

241392 : « Pour le pris de I bacignet et de I camail d’acier de toute botte, une pièce d’acier, un arnés de brach tout entier, uns gantehés et un arnés de chanbes tout entier, achettez de Symond Brulafer, armeur », 34 francs8. Par pièce, il faut entendre une armure de plates.

  • 9 B. N., p. o. 2793, dossier Tenques, n° 24.

251391 : Charles VI mande de délivrer 7 500 francs à son premier écuyer de corps et maître de son écurie Colart de Tenques « pour plusieurs hernois, tant bacinés, cotes ad armer, jaques, jaquetes, cotes d’achier, manches, pans, braconnieres, harnois de bras, plates et harnois de jambes » achetés en vue d’un voyage que le roi a l’intention d’entreprendre en Lombardie9.

  • 10 B. M., Add. Ch. 2585.

261398 : Boniface de Moiez, écuyer de corps du duc d’Orléans, a reçu 17 francs pour la même somme délivrée à un heaumier de Paris, prix « d’unes plates » faite à l’intention du duc10.

  • 11 B. N., p. o. 2351, dossier Potes, n° 5 ; B. M., Add. Ch. 2591 et 2592.

271403 — 1407 : mention de bassinet d’acier à camail, de cottes de fer et de haubergeons d’acier de Milan destinés au château de Coucy11.

  • 12 B. M. Rouen, Leber 5684.

281411 : distribution par ordre de Charles d’Orléans à des chevaliers et écuyers venus le servir d’un bassinet à bavière, d’une paire d’avant-bras, de deux garde-bras, d’une pièce d’Allemagne et d’une paire de gantelets (coût total de cet équipement, auquel manque le harnois de jambes : 31 1. 12 s. 6 d.t.), d’une paire d’avant-bras et de gantelets, d’un bassinet à bavière et d’un haubergeon d’acier (coût total de cet équipement, auquel manquent harnois de jambes et garde-bras : 60 1. 7 s. 6 d.t.)12.

  • 13 B. N., p. o. 2880, dossier Trenisac, n° 3 ; 909, dossier Courtet, n° 7—9 et 2750, dossier Saint Fe (...)

291412—1416 : prix de haubergeons de qualité : de 40 à 45 l.t.13

  • 14 B. M., Add. Ch. 2607.

301415 : Charles d’Orléans mande à son secrétaire et argentier maître Pierre Sauvage de bailler à son valet de chambre et armurier Richard de Melleville 80 l.t. « pour un hernois d’acier entier, c’est assavoir bacinet, platez a lames, avant braz, garde braz, brassellez, cuissos et hernois de jambes » et 3 1. 7 s. 6 d.t. « pour avoir fait garnir de satin noir moyen ledit bacinet par dedens, les cuissos, les estaches des pièces a lames, les brasselles et garde braz dessusdits et une pere de manches de maille »14.

  • 15 A. D. Isère, B 4363.

311418—1419 : plusieurs capitaines et châtelains de châteaux du Dauphiné reçoivent des « coyracias » et des « ulmetos »15.

C. EQUIPEMENT DES FKANCS-ABCHEKS

32Par homme :

331. Lyon, 1470-1475 :

34une paire de souliers.

35une paire de chausses de « drap », un pourpoint de futaine.

36un hoqueton de « drap », parfois garni de « blanchet » et doublé de toile, passé par-dessus la brigandine et portant la livrée.

37un hoqueton de cuir, garni parfois de peau de mouton, passé sous la brigandine.

38un manteau de « bon gris ».

39une brigandine.

40une salade.

412. Montferrand, 1469—1472 :

42une paire de souliers.

43une paire de chausses.

44un bonnet, placé sous la salade.

45un chapeau.

46une paire de gants.

47un pourpoint de futaine.

48un hoqueton de « drap » ou une « jaquette » sur la brigandine, portant la

49livrée, un hoqueton de cuir, une brigandine. une salade.

D. EQUIPEMENT ET MONTURE DES GENS DE GUERRE : 1440—PIN 15e SIÈCLE

Prix

  • 16 A. N., JJ 176, n° 495.
  • 17 Ibid., 178, n° 9.

50Surtout pour les hommes d’armes, l’ensemble de cet équipement — chevaux compris — représentait une assez grosse valeur. L’une des sanctions les plus fréquemment mentionnées par les règlements militaires consiste en la confiscation des chevaux et du harnois de l’homme de guerre coupable, opérée souvent au profit soit du capitaine, soit du délateur : l’efficacité de cette menace était évidemment fonction de la valeur de l’équipement. Voici, vers 1442, un noble ayant servi Charles VII sous le comte de Saint-Pol, au siège de Pontoise et à celui de Dieppe, où il fut fait chevalier de la main du dauphin Louis ; pour s’équiper et « luy aidier a habiller et monter », il n’hésite pas à demander à un de ses oncles de 100 à 200 écus, soit entre 125 et 250 l.t., l’équivalent de 8 à 16 mois de gages pour un homme d’armes16. A la même époque, Pierre Roland, écuyer, bâtard d’Avallon, est accusé d’avoir dérobé au sire de Beauvoir « deux chevaulx et son harnoys, valant cent escuz et plus » : or, tout homme d’armes n’avait pas deux, mais trois chevaux à sa disposition17.

  • 18 B. N., fr. 6241, f° 91r° sq.
  • 19 B. N., fr. 23963. Description concordante dans Chartier, Chron. Ch. VII, t. II, p. 235 (1449) : «  (...)

51Selon un document du milieu du 15esiècle qui évoque dans le détail l’équipement militaire en usage dans le royaume de France, les hommes d’armes « sont armez voulantiers, quant ilz vont en la guerre, de tout harnois blanc, c’est assavoir curasse clouse, avant braz, grans garde braz, harnois de jambes, gantelets, salade, visiere et une petite baviere qui ne couvre que le menton »18. Chacun d’eux est muni d’une lance et d’une épée, « long estoc roide et legier », précise une ordonnance de Charles le Téméraire19, accessoirement d’un « cousteau taillant, pendant au senestre costé de la selle » et d’une masse d’armes. Tout homme d’armes est accompagné d’un coutilher, pourvu d’une salade, d’un harnois de jambes et, pour la protection du buste, d’un haubergeon, d’un jaque, d’une brigandine ou d’un corset. Le coutillier est armé d’une dague, d’une épée, parfois d’un vouge ou d’une demi-lance. Enfin le valet ou le page pouvait avoir quelque protection et une ou deux armes offensives. Ce sont ces dernières qui coûtent le moins cher. On possède seulement le prix des dagues et des épées des francs-archers, dont la qualité devait être inférieure : un peu moins d’une l.t. pour une dague, un peu plus d’une l.t. pour une épée. Une lance, composée d’un fût de trois ou quatre mètres de long, en bois, et d’un fer ou glaive, ne coûtait pas plus d’une livre. On peut raisonnablement estimer l’ensemble de l’armement offensif dont disposait une lance de trois hommes à un douzaine de l.t. Les salades valaient de 3 à 4 l.t. pièce. Le prix d’un jaque, d’un corset ou d’une brigandine s’élevait en moyenne à 11 livres, celui d’un harnois complet à 40. Si on ajoute quelques menues pièces complémentaires, il faut compter, pour l’ensemble de l’équipement militaire d’une lance de 3 hommes, entre 70 et 80 l.t.

  • 20 Données réglementaires :
    — 1468 : selon une ordonnance de Charles le Téméraire, 2 coutilliers seron (...)

52Les montures étaient plus coûteuses encore. Un certain nombre d’exemples datant des dernières années du règne de Charles VII indiquent qu’à cette date, un « grand cheval » valait une centaine de l.t. et que le coût des deux autres chevaux s’élevait à la moitié environ de cette somme.20

  • 21 Inventaire des armes des habitants de Troyes en 1474 : « noble homme Pierre de Bournant, dit Franq (...)

53Encore faut-il souligner que l’homme d’armes, surtout dans le dernier quart du 15e siècle, disposait le plus souvent d’un quatrième cheval, pour porter ses « bagues », qu’il possédait souvent plusieurs épées, glaives et salades, une brigandine ou un corset supplémentaire, moins pénible à revêtir que le harnois blanc21.

54A. Prix de dagues (milieu 15e siècle) :

  • 1449 : 8 dagues pour 6 1. 13 s. 3 d. t. (A. M. Châlons-sur-Marne, EE 1).
  • 1464 : 1 dague pour 10 gros (A. M. Lyon, CC 411, n° 14).

551 dague pour 8 gros (ibid.).

561 dague pour 14 s. t. (Spont, « La milice des francs-archers », p. 453).

  • 1457 : 1 dague pour 22 s. 6 d. t. (A. M. Lyon, CC 411).
  • 1459 : 1 dague pour 20 s. t. (ibid., CC 422, n° 35).

57B. Prix d’épées (milieu 15e siècle) :

  • 1449 : 8 épées pour 12 1. 5 s. t. (A. M. Châlons-sur-Marne, EE 1).
  • 1454 : 1 épée pour 2 1. 5 s. t. (Spont, loc. cit.).

584 épées pour 3 écus 18 gros (A. M. Lyon, CC 411, n° 14).

59C. Prix de lances (fin 15e siècle) :

  • 1484 : 12 lances « toutes prestes, garnies de rochetz, d’agrappes et courrondelles » pour 10 1. t. (B. M., Add. Ch. 2660).
  • 1489 : 500 lances ferrées à un demi-écu pièce, soit 16 s. 5 d. t. (Raison du Cleuziou, « Gilles Rivault », p. 134, n° 9).

60D. Prix de salades (milieu 15e siècle) :

  • 1448 : 8 salades pour 24 1. t. (A. M. Châlons-sur-Marne, EE 1).

618 salades pour 22 1. 5 s. t. (A. M. Lyon, CC 411, n° 13). 1 salade pour 4 1. 2 s. 6 d. t. (Rédet, « Extraits des comptes de la ville de Poitiers », p. 437 — 442).

  • 1450 : 1 salade pour 4 1. t. (Spont, « La milice des francs-archers », p. 453).
  • 1454 : 2 salades pour 4 écus, à 25 s. t. l’écu (A. M. Lyon, CC 411, n° 14).
  • 1457 : 660 barbutes, à un écu et demi pièce, à 27 s. 6 d. t. l’écu (Morice, Preuves, t. II, col. 1695-1696).

62700 capelines d’arbalétrier à 3 éeua pièce (ibid.).

631 484 capelines d’archer à un écu et demi pièce (ibid.).

64E. Prix de corsets (milieu 15e siècle) :

  • 1454 : 200 corsets garnis, à 14 écus pièce (B. N., fr. 5909, f° 256v°—258).
  • 1457—1458 : 316 corsets complets à 20 écus et demi pièce (Morice, Preuves, t. II, col. 1695-1696).

651 636 corsets communs à 13 écus pièce (ibid.).

  • 1460 : 70 corsets garnis de salades, garde-bras et petits gantelets pour

661 251 1. 5 s. t. (B. N., fr. 23261, f° 28).

67F. Prix de brigandines (milieu 15e siècle) :

  • 1447 : 50 brigandines pour 687 1. 10 s. t. (Escouchy, Chronique, t. III, p. 261).

688 brigandines à 48 1. 2 s. 6 d. t. pièce (ibid., p. 256 — 256).

693 brigandines à 24 1. 16 s. t. pièce (ibid.).

701 brigandine à 30 1. 5 s. t. (ibid.).

711 brigandine à 16 1. 10 s. t. (ibid.).

  • 1448 : 1 brigandine à 13 1. 15 s. t. (Rédet, « Extraits des comptes de la

72ville de Poitiers », p. 437-442).

  • 1449 : 100 brigandines pour 602 1. t. (B. N., p. o. 953, dossier Culant, n° 69).
  • 1460 : 15 brigandines à 13 1. 15 s. t. pièce (Beaucourt, « Rôle des dépenses du temps de Charles VII », p. 129).
  • 1452 : 15 brigandines pour 82 1. 10 s. t. (B. N., p. o. 1409, dossier Grignon, n° 3).
  • 1453—1455 : 4 brigandines pour 22 écus d’or (Inv. arch. com. Lyon, BB 6).
  • 1454 : 100 brigandines à 12 1. t. pièce (B. N., fr. 26082, n° 6731).

73100 brigandines pour 1 200 1. t. (ibid., 5909, f° 256v°-257).

  • 1456—1457 : 6 brigandines pour 66 1. t. (Inv. arch. com. Lyon, CC 78).
  • 1457 : 100 brigandines à 12 1. t. (B. M., Add. Ch. 12437).

74G. Prix de harnois de guerre (milieu 15e siècle) :

  • 1441 : 1 harnois complet pour 20 1. t. (A. N., 1 AP 565, n° 1).

751 harnois complet pour 21 1. t. (ibid.).

761 harnois complet pour 70 1. t. (ibid.).

  • 1443 : 12 harnois de guerre à 18 saluts pièce (A. D. Côte-d’Or, B 1964, f° 135).
  • 1444— 1446 : 5 harnois de guerre pour 160 1. (J. Finot, Inv. arch. dép. Nord, série B, t. VIII, Lille, 1895, p. 403, col. B, d’après B 3659, f° 82v°).
  • 1447 : 67 harnois complets à 35 1. 15 s. t. pièce (B. N., Gaignières 658, 7, f° 4).

772 harnois sur mesure pour 110 1. t. (ibid.).

781 harnois pour rencontre (tournois) pour 82 1. 10 s. t. (ibid.).

793 harnois à armer pour 107 1. 10 s. t. (Escouchy, Chronique, t. III, p. 264).

  • 1449 : 22 harnois complets pour 786 1. 10 s. t., soit 35 1. 15 s. t. pièce (B. N., fr. 23259, f° 14).

801 harnois complet à mesure pour 55 1. t. (ibid.).

  • 1460 : 12 harnois de guerre pour 360 1. (A. D. Côte-d’Or, B 1717, f° 68).

8116 harnois de guerre (Beaucourt, « Rôle des dépenses du temps de Charles VII », p. 129).

  • 1451 : 1 harnois de mesure pour 55 1. t. (B. N., fr. 23260, f° 18—19).

821 harnois pour 41 1. 5 s. t. (ibid.).

836 harnois pour 247 1. 10 s. t. (ibid.).

  • 1463 : 1 harnois pour 82 1. t. (B. N., p. o. 1043, dossier Durfort, n° 40).
  • 1457 : 16 harnois complets à 25 écus pièce (B. N., fr. 23261, f° 20).

8410 harnois complets à 34 écus pièce (Morice, Preuves, t. II, col. 1695 — 1696).

  • 1459—1460 : 10 harnois complets, « souldez et de mesure », 340 écus d’or, soit 510 1. t. (B. N., fr. 20683, f° 49).

85H. Il semble que, jusqu’au début du 16e siècle, le prix des brigandines et des harnois ne se soit guère modifié :

86Brigandines (1460 1494) :

  • 1460 : 395 brigandines à 11 1. t. pièce (A. N., K 69, n° 362).
  • 1462—1463 : 150 brigandines à 8 éous pièce (1 écu = 30 s. t.) (B. N., fr. 23262, f° 14).
  • 1463—1464 : 303 brigandines à 11 1. t. pièce (A. N., KK 65, f° 106r°, 110r » et 125r° : 3 300 1. t., soit 2 400 écus d’or).
  • 1464 : 25 brigandines à 12 1. t. pièce (B. N., p. o. 1955, dossier Meurice, n° 2).
  • 1465 : 2 brigandines à 11 1. t. pièce (8 écus d’or) (Stein, Charles de France, p. j. 5, p. 522).

871 brigandine plus 5 quartiers de drap violet pour la couvrir pour 14 1. 2. s. 6 d. t. (ibid.).

  • 1470—1471 : 11 brigandines à 11 1. t. pièce (B. N., fr. 20496, f° 1).
  • 1484 : 3 brigandines à 13 1. t. pièce (B. M., Add. Ch. 2661).

881 brigandine pour 13 1. 12 s. t. (B. N., p. o. 714, dossier Chaulme, n° 2).

  • 1486 : 9 brigandines pour 45 1. t. (ibid., 1333, dossier Giresme, n° 49).
  • 1494 : 5 brigandines pour 15 ducats d’or (B. M., Add. Ch. 2674).

89Harnois (1460—1492) :

  • 1463 — 1464 : 2 harnois complets soudés et de mesure pour 88 1. t. (A. N., KK 65, f° 123r°).
  • 1467 : 200 harnois de guerre complets pour 2 900 écus (A. M. Lyon, AA 23, n° 32).
  • 1468 : 1 harnois de guerre tout complet avec une barbute pour 36 1. t. (A. D. Nord, B 2068, f° 69).
  • 1473 : 25 harnois complets pour 618 1. 15 s. t. (B. N., fr. 20685, f° 608).
  • 1477 : 50 harnois complets à 25 1. 13 s. 4 d. t. pièce (B. N., fr. 23264, f° 63).
  • 1478 : 30 harnois pour 770 1. t. (B. N., p. o. 2928, dossier De Varey, n° 7).
  • 1486 : 1 harnois à 50 1. t. (ibid., 1701, dossier De Lestrange, n° 17).

901 harnois à 50 1. t. (ibid., 599, dossier De Carmené, n° 2).

912 harnois à 46 1. 13 s. 4 d. t. pièce.

921 harnois à 45 1. 12 s. t. (A. D. Meurthe-et-Moselle, B 985, f° 628r°, 518r°, 530r°).

  • 1488 : 5 harnois complets à 30 écus, soit 41 1. 5 s. t., pièce (A. N., P 13591, n° 664).

934 harnois d’armes complets pour 106 écus d’or, soit 49 1. 12 s. 1 d. t. pièce (A. D. Meurthe-et-Moselle, B 986, f° 543v°).

  • 1491 —1492 : 910 1. t. pour 20 harnois, soit 45 1. 10 s. t. pièce (Betgé, « Compte du receveur général des finances de Languedoïl », p. 89).

94I. Prix de chevaux de guerre (milieu 15e siècle ; un certain nombre d’entre eux sont destinés à des chefs, d’où leur valeur parfois exorbitante) :

  • 1441 : un cheval pour 50 écus d’or (A. N., JJ 176, n° 390).

952 chevaux pour 216 1. t. (ibid., 1 AP 5651).

964 chevaux pour 400 1. t. (ibid.).

  • 1443 : un cheval pour 275 1. t. (B. M., Add. Ch. 3960).
  • 1444 : un cheval pour 100 écus d’or (A.N., JJ 191, n° 194).
  • 1445 : un cheval pour 200 1. t. (B. N., fr. 32511, f° lllr0).
  • 1446 : un cheval pour 137 1. 10 s. t. (ibid., f° 102r°).
  • 1447 : un cheval pour 27 1. 10 s. t. (ibid., f° 115r°).

97un cheval pour 443 1. 2 s. 6. d. t. (Escouchy, Chronique, t. III, p. 258).

98un cheval pour 275 1. t. (ibid.).

99un cheval pour 687 1. 10 s. t. (ibid.).

100un cheval pour 192 1. 10 s. t. (ibid.).

101un cheval pour 165 1. t. (ibid.).

102un cheval pour 412 1. 10 s. t. (ibid.).

103un cheval pour 92 1. 10 s. t. (ibid.).

  • 1448 : un cheval pour 412 1. 10 s. t. (B. N., fr. 32511, f° 125v°).

104un cheval pour 137 1. 10 s. t. (ibid., f° 124r°). un cheval pour 27 1. 10 s. t. (ibid., f° 126r°).

  • 1449 : un cheval pour 165 1. t. (ibid., f° 133v°).

105un cheval pour 412 1. 10 s. t. (B. N., Clair. 220, n° 514).

  • 1450 : 70 chevaux pour 5 859 1. 16 s. t. (B. N., fr. 8000, f° 30v°-31r°).

1066 grands chevaux d’Allemagne achetés pour le roi à Guillaume Hagues, marchand dudit pays : 2 125 1. t. (Beaucourt, « Rôle des dépenses du temps de Charles VII », p. 33).

  • 1452 : un cheval pour 412 1. 10 s. t. (B. N., fr. 26081, n° 6445).
  • 1455 : un cheval pour 400 écus (A. N., JJ 191, n° 112).
  • 1457 : un cheval pour 400 écus (B. N., fr. 23261, f° 20).
  • 1459 : un cheval pour 41 1. 5 s. t. (B. N., fr. 32611, f° 210r°).

1073 chevaux au même prix (ibid., f° 209r°).

108un « bon cheval » : 300 écus, soit 450 1. t. (B. N., fr. 20683, f° 49).

Le rôle de la monarchie

  • 22 B. N., Moreau 734, f° 234 sq. Les chevaux des Français étaient réputés moins robustes que les « pu (...)
  • 23 A. N., KK 67, f° 6v°.
  • 24 « Nazarin Goujon, brigandinier de l’ordonnance du roy » (B. N., fr. 32511, fo 377 r° . 147g) ; Pie (...)
  • 25 C’est-à-dire à poulies.
  • 26 A. N., JJ 219, n° 186.
  • 27 Cf. lettres de naturalité accordées à des armuriers fixés à Tours et originaires de Milan : A. N., (...)
  • 28 Mouette, Dix ans à Tours, p. 57.
  • 29 B. N., fr. 10369, f° 16v° ; n. a. fr. 7639, f° 168 sq.

109L’ordonnance de 1484 décide qu’il doit y avoir « cinq ou six marchans de chevaulx qui (...) seront tenuz venir et amener en ce reaulme des chevaulx d’Espaigne, de Poille, d’Alemaigne et d’autres lieux, pour en fournir les gens de guerre desdictes ordonnances, a leurs despens. Et apres qu’ilz les auront amenez, ilz ne les pourront vendre a autres que ausd. gens de guerre que premierement ilz n’en soient refusans et fournys ». La même ordonnance prévoit qu’« en neuf villes de son reaulme, c’est assavoir Paris, Orleans, Bourges, Lyon, Tours, Poictiers, Bourdeaulx, Amyens et Abbeville, y ait ung artilleur que le roy exemptera de toutes subsides, peaiges et autres aydes pour fournir d’arcs, par chacun an, les archers de ses ordonnances, et a chacun artillier sera ordonné quel nombre d’arcz il devra fournir pour les departir par les compaygnies en les payant par les archers d’icelles »22. La garde écossaise comptait un « artilleur » soldé par le roi23. Des brigandiniers et des armuriers étaient reconnus par le pouvoir pubhc ; sous les noms de « brigandiniers et armuriers du roi », ils étaient exempts de la taille24. Leurs métiers étaient réglés par voie d’autorité. Les armuriers d’Angers, en 1488, devaient, pour les hommes d’armes, fabriquer des harnois blancs « de toute espreuve, qui est a dire d’arbalestes a tilloles25 et les coursetz a tout le moins de demie espreuve, qui est a entendre d’arbaleste a crocq et traict d’archier » ; quant aux brigandiniers de la ville, ils étaient tenus de faire leurs brigandines « c’est assavoir les plus pesantes de vingt six a vingt sept livres, poix de marc, tout au plus, tenant espreuve d’arbalestes a tilloles et marquées de deux marques, et les moindres de dix huit a vingt livres, tel poids que dessus, et d’espreuve d’arbaleste a crocq et traict d’archier, marquée d’une marque » ; ces brigandines devaient être « d’assier trampé pour tout et aussi toutes garnies de cuir entre les lames et la toile, c’est assavoir a chacune rencontre de lames »26. Le 10 octobre 1470, la municipalité de Tours convoqua les 10 armuriers et fabriquants de salades et les 16 brigandiniers de la ville, parmi lesquels un bon nombre était originaire d’Italie27, pour leur communiquer le nouveau règlement imposé par Louis XI : « Qu’ils ne facent doresenavant nulles cuirasses longues du voilant mais rondes, comme il souloit estre faictes », qu’elles ne soient ni « retroussées ne escollées, comme paravant ce jour ils faisoient, mais de si bonne façon que l’omme en soit bien couvert et armé » ; qu’elles ne soient pas non plus trop larges du haut, « de façon que l’omme d’armes se puisse bien et plus a son aise aider des bras en icelle » ; que les « harnois plains » soient fabriqués « sans nervures et aultres ouvrages quelconques ». Quant aux armures venues de Milan pour être mises en vente à Tours, elles devaient être contrôlées par des experts désignés par le roi, « marquées de la ville », enregistrées par un greffier qui noterait également le nom de l’acheteur ; les armuriers ne devaient plus faire de « barbutes » mais « des sallades longues, sans ce qu’elles battent sur la cuirasse et gardebras, et ne soient retroussées par derriere ne trop escolletées et ne les delivrent sans estre marquées et registrées »28. En 1480, pour certains « menus harnois » — salade, garde-bras, avant-bras, mitons, cuissots — Louis XI fit fabriquer des modèles qu’il remit à certains chefs de guerre : les pièces réalisées d’après ce prototype furent distribuées dans certaines compagnies, mais on en défalqua le prix des gags versés29. En d’autres termes, la monarchie se souciait de la quantité et de la qualité du matériel ; elle manifesta à cette occasion le désir assez nouveau d’obtenir une certaine uniformité, mais elle n’entreprit pas de financer elle-même l’équipement de l’ensemble de ses troupes permanentes.

E. NOTE SUR L’ARTILLERIE : 1406—1442

  • 30 Rey, qui souligne opportunément l’importance du document, inclut 485 arbalétriers, 339 piquenaires (...)

1101. L’expédition de 1406 contre Calais paraît avoir réuni 3 400 hommes d’armes, auxquels, selon les usages contemporains, il conviendrait d’ajouter 1 700 gens de trait30. La construction d’engins volants et de manteaux, de palis et de bastides exigea le recrutement de 710 charpentiers ; pour les terrassements, 1 860 pionniers ; pour le transport du matériel, prévu par voie d’eau, 322 « maronniers ». L’artillerie à poudre requit le service d’au moins 49 canonniers.

  • 31 A. N., J 919, n° 24. Ce compte contient-il la totalité des dépenses d’artillerie effectuées à cett (...)

111Les dépenses de matériel concernèrent surtout l’achat de trait, d’arbalètes, d’arcs, de boucliers, de haches, d’échelles, de hottes et de claies, de charrettes et de chariots, de lanternes, de pelles, pics et pieds-de-chèvre, et la fabrication de 7 engins volants ; mais on acquit également d’un bourgeois de Bruges 16 canons, d’un poids total de 4 314 livres ; 3 canons furent demandés à la ville d’Utrecht, d’autres encore, en nombre indéterminé, à la Hollande et au Limbourg, à Bruxelles et à Louvain. Il est fait mention de 2 750 pierres, une partie, il est vrai, destinée à l’artillerie à trébuchet. Enfin, on acheta 20 000 livres environ de poudre à canon31.

112Dans un texte contemporain, Christine de Pisan, se servant à coup sûr de documents fournis par des spécialistes, confirme ces données :

113a) Matériel nécessaire à la défense d’une place pourvue d’une garnison de 200 hommes d’armes.

114— armes de trait :

11524 arbalètes à tillole. 6 arbalètes à tour. 24 arbalètes à croc. 20 arcs.

1162 ou 3 « espringales ».

11737 200 flèches, viretons ou gros traits.

118— armes d’hast :

11972 lances ferrées.

120— artillerie à trébuchet :

1212 bricoles.

1222 « couillars ».

123— artillerie à poudre :

12412 canons perriers.

125200 pierres toutes prêtes (avec possibilité d’en tailler d’autres).

126400 tampons (avec possibilité d’en fabriquer d’autres), de 1 000 à 1 500 livres de poudre.

1273 000 livres de plomb pour les plommées.

  • 32 32. Une semblable description s’applique précisément tout à fait bien à Calais.

128b) Matériel et personnel nécessaires à faire le siège « quoy qu’il doye durer », d’une « tres forte place assise sur mer d’une part ou sur grosse riviere, grande, forte et tres difficile a prendre »32.

129— personnel autre que les combattants :

130600 charpentiers.

131600 aides charpentiers.

1322 000 pionniers.

133— armes de trait :

134330 arbalètes de différent type.

135300 arcs.

136262 000 flèches, viretons ou gros traits.

137— armes d’hast :

138400 haches de guerre.

139— artillerie à trébuchet :

1404 engins volants.

1414 « couillars ».

1421 000 pierres.

143— artillerie à poudre :

144128 canons.

1451 170 pierres.

  • 33 B. N., fr. 585, f° 53v°—55v°. Ces renseignements furent repris, de façon anachronique, par Jean de (...)

1465 000 livres de plomb pour les plommées. 30 000 livres de poudre33.

  • 34 B. N., fr. 20877, n° 36.
  • 35 La Trémoïlle, Prigent de Coëtivy, p. 37 — 39
  • 36 Pour l’artillerie nécessaire à une place, cf. ibid., p. 63

1472. Le document d’archive le plus complet qu’on ait sur l’artillerie royale française au milieu du 15e siècle est de 1442 : à cette date, Jean Bureau, commis par Charles VII « ou fait et gouvernement » de son artillerie34, prévoit, « avant la nouvelle saison venue », la fabrication ou la réfection d’au moins 6 bombardes, 16 veuglaires, 20 serpentines, 40 couleuvrines, plus un nombre inconnu de ribaudequins, le tout représentant une dépense de 4 198 l.t. ; il estime nécessaire l’achat de 20 000 livres de poudre : 2 200 l.t. ; pour le matériel traditionnel — 30 000 traits, 1 000 lances, 1 000 arcs, 1 000 trousses —, 3 100 l.t. doivent suffire35. Ainsi, dès cette époque, l’artillerie nouvelle coûte plus cher que l’artillerie ancienne ; quant à l’artillerie à trébuchet, il n’en est plus question36.

Notes

1 Chevalier, Recueil documents Dauphiné, p. 31 — 33 (on n’a pas tenu compte des chevaux perdus sans montre).

2 B. N., Clair. 229, p. 1261 sq. De plus, 11 montures sont qualifiées de « sans prix ».

3 B. N., n. a. fr. 9236-9240.

4 Ibid., 1036, f° 2v° sq.

5 A. D. Côte-d’Or, B 11744. En 1358—1359, le comte de Provence accorde les restors de 48 « cavalz mortz et gastatz », appartenant aux hommes de Jean, comte d’Armagnac, qui se trouvait à son service. La somme des restors, calculée « segon los pretz contengutz en las mostras », s’élève à 1 710 florins, soit, en moyenne, 33 florins par monture (A. D. Bouches-du-Rhône, B 205, f° 116).

6 B. N., Clair. 216, n° 137.

7 Varin, Arch. adm. Reims, t. III, p. 741.

8 Comptes de latrésorerie générale de Savoie, vol. 39, f° 163, cité par Ch. Buttin, « Notes sur les armures à l’épreuve », Revue savoisienne, 1901, t. XLII, p. 69.

9 B. N., p. o. 2793, dossier Tenques, n° 24.

10 B. M., Add. Ch. 2585.

11 B. N., p. o. 2351, dossier Potes, n° 5 ; B. M., Add. Ch. 2591 et 2592.

12 B. M. Rouen, Leber 5684.

13 B. N., p. o. 2880, dossier Trenisac, n° 3 ; 909, dossier Courtet, n° 7—9 et 2750, dossier Saint Fer, n° 2 et 3.

14 B. M., Add. Ch. 2607.

15 A. D. Isère, B 4363.

16 A. N., JJ 176, n° 495.

17 Ibid., 178, n° 9.

18 B. N., fr. 6241, f° 91r° sq.

19 B. N., fr. 23963. Description concordante dans Chartier, Chron. Ch. VII, t. II, p. 235 (1449) : « Les hommes d’armes estoient tous armez de bonnes cuirasses, harnois de jambes, espées, sallades, dont la plus part desdites sallades estoient garnies d’argent, et lances que portoient les pages de chacun d’iceulx hommes d’armes, montez de trois bons chevaulx, savoir pour luy, son page et son varlet, lequel varlet estoit armé de sallade, jacquette, dague, ou haubergeon, brigandine, hache ou guisarme. Et avoit chacun desdits hommes d’armes pour lance deux archiers a cheval, armez le plus de brigandines, harnois de jambes et sallades, dont la plus part estoient aussi garnis d’argent ou a tout le moins avoient jaques ou bons haubergeons ».

20 Données réglementaires :
— 1468 : selon une ordonnance de Charles le Téméraire, 2 coutilliers seront comptés pour une paye, si chacun d’eux est monté sur un cheval d’au moins 20 florins d’or.
— 1471 : selon une ordonnance du même, l’archer devra être monté sur un cheval d’au moins 10 écus, l’homme d’armes doit avoir 3 bons chevaux, dont le moindre du prix de 30 écus (B. N., Bourgogne 60, f° 67 — 72).
— 1473 : selon un règlement du même, l’homme d’armes doit être monté de 3 chevaux, l’un « souffisant de courre et rompre lance », les deux autres du prix de 30 et 20 écus ; le cheval de l’archer devra valoir au moins 6 francs (B. N., fr. 23963).

21 Inventaire des armes des habitants de Troyes en 1474 : « noble homme Pierre de Bournant, dit Franquelance, homme d’armes de l’ordonnance du roy soubz mons. le connestable, a ung harnois complet, trois couleuvrines, ung espieu, becq de faucon, hache et une arbalestre fournie » (A. M. Troyes, EE 65bis.

22 B. N., Moreau 734, f° 234 sq. Les chevaux des Français étaient réputés moins robustes que les « puissans chevaulx d’Allemagne » (La Marche, « Advis au Roy des Romains Maximilien », p. 235 : cf. annexe XI, n. 4).

23 A. N., KK 67, f° 6v°.

24 « Nazarin Goujon, brigandinier de l’ordonnance du roy » (B. N., fr. 32511, fo 377 r° . 147g) ; Pierre de Lonuron ( ?), brigandinier de la « retenue » du roi (ibid., f° 359r° : 1475). Exemption d’aides et de taille pour les « brigandiniers ayant retenue et gages du roy » (ibid., 26082, n° 6637 : 1454).

25 C’est-à-dire à poulies.

26 A. N., JJ 219, n° 186.

27 Cf. lettres de naturalité accordées à des armuriers fixés à Tours et originaires de Milan : A. N., JJ 203, n° 8 et 12 et 205, n° 376 : 1477-1479). Autres armuriers ou brigandiniers étrangers ayant obtenu des lettres de naturalité : ibid., 194, n° 3 : 1465 ; 200, n° 113 : 1468 ; brigandinier originaire de Barcelone : 196, n° 254 : 1469. Parfois le roi subventionnait tel armurier pour lui permettre d’ouvrir boutique : « A Jaquemin Herolde, marchant de harnoiz », la somme de 1 375 1. t. « pour le parfait de 2 000 escuz que le Roy lui avoit promis pour lever a Tours une boutique de son mestier » (1455 : B. N., fr. 23261, f° 7). Rémission pour un armurier de Milan fixé à Tours (1459 : A. N., JJ 188, n° 124).

28 Mouette, Dix ans à Tours, p. 57.

29 B. N., fr. 10369, f° 16v° ; n. a. fr. 7639, f° 168 sq.

30 Rey, qui souligne opportunément l’importance du document, inclut 485 arbalétriers, 339 piquenaires et quelques dizaines d’hommes d’armes, qui, ce semble, tenaient en fait garnison dans les forteresses (Finances royales, p. 429, n. 1).

31 A. N., J 919, n° 24. Ce compte contient-il la totalité des dépenses d’artillerie effectuées à cette occasion ? Quel rapport avec celui de « Jehan de Vellery pour le duc de Bourgogne pour l’artillerie devant la forteresse de Calais en septembre 1406 » (Mirot, « Dom Bévy », p. 361) ?

32 32. Une semblable description s’applique précisément tout à fait bien à Calais.

33 B. N., fr. 585, f° 53v°—55v°. Ces renseignements furent repris, de façon anachronique, par Jean de Bueil dans Le Jouvencel, t. II, p. 47 sq

34 B. N., fr. 20877, n° 36.

35 La Trémoïlle, Prigent de Coëtivy, p. 37 — 39

36 Pour l’artillerie nécessaire à une place, cf. ibid., p. 63

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search