Version classiqueVersion mobile

Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge. Tome 2

 | 
Philippe Contamine

Annexes

Annexe X. Données sur la fortune personnelle des gens de guerre de l’ordonnance

Texte intégral

1Roland de Saint-Quier, archer d’ordonnance sous le comte de Clermont, dont les chevaux « estoit la pluspart du vaillant dudit Saint-Quier » (A. N., JJ 191, n° 82 : 1455).

2JJ 226b, n° 338 (1493 : archer baillant ses terres à ferme). JJ 211, n° 338 (1486 : archer d’ordonnance ayant certains héritages qu’il fait labourer par un manouvrier, le payant 3 blancs par jour alors qu’il lui en réclame 4).

3JJ 219, n° 176 (1488 : h. d’à. : ses valets labourent ses terres ; un frère prêtre). JJ 220, n° 398 (1490 : permission à Patris Doudard, h. d’a. de l’ordonnance sous le sire d’Aubigny, de fortifier sa maison située au village de Mousson, bailliage de la Montagne, duquel village il est seigneur en partie et y a haute, basse et moyenne justice ; il peut édifier tours et tourelles). JJ 204, n0 44 (1476 : permission à Regnaut de Durfort, écuyer, seigneur de Bajamont, lieutenant de la compagnie d’Antoine de Chabannes, de bâtir, édifier et fortifier les forts et maisons de la baronnie de Gunac, Espersac et le Molin qu’il a achetés de Naudonnet de la Cassangne). JJ 179, n° 166 (1449 : h. d’a qui vit « bien et paisiblement » en garnison à Craon, « tant de ses gaiges que de ce qu’il a peut recouvrer de ses parens et amis qui sont nobles nez et extraiz de noble lignée »).

4JJ 199, n° 565 (1464 : permission pour Jacques Groing, écuyer, h.d’a. sous le comte de Boulogne, de faire fortifier sa maison ; il est seigneur « de la terre et seigneurie de Lannoy Makaire » en Sologne).

5JJ 194, n° 239 (1467 : Jean de Barbançois, écuyer, h. d’a. sous le sire de Craon, seigneur de la « tour de Gronugue » près de Faye-la-Vineuse). JJ 206, n° 147 (1478 : archer d’ordonnance, « mestayer » de Colin Sanne, en la vicomté de Mortain).

6JJ 196, n° 153 (1470 : Antoine de Vère, écuyer, h. d’a. de la compagnie de Sala-zar ; « noble homme natif de nostre pays du Daulphiné et a sa maison noblement tenue oudit pays appellée Chandeur en la chastellenie de Saint Romans a cause de laquelle lui et ses freres ont droit a une forest a eulx appartenant appellée les Meauges »).

7JJ 220, n° 61 (1489 : h. d’a. écossais, marié, serviteurs, sous le sire d’Esquerdes ; a plusieurs terres à « Orval lez Houdent »).

8JJ 206, n° 413 (1479 : archer d’ordonnance, originaire de Mons en Laonnois ; s’y rend « pour pourveoir au labour de ses heritaiges qu’il y a »).

9Guyon de Berneval, h.d’a. sous le sire de Richebourg ; a son hôtel à Berneval près Dieppe, 2 serviteurs gens de guerre (A. N., JJ 206, n° 412 : 1479). A un « plein fief » sis à Berneval, tenu du seigneur d’Estouteville, dans la vicomté d’Arqués, près de Dieppe ; mort en 1503 où l’on parle de ses héritiers (Beaucou-sin, Fiefs et arrière-fiefs du bailliage de Caux, p. 156).

10Hector Bérengier, écuyer, seigneur du Busc en Normandie (A. N., JJ 195, n° 1519 : 1475, et Beaucousin, op. cit., p. 157).

11B. N., p.o. 2176, dossier Ouches, n° 121 : testament, en date du 15 août 1488, de Jean d’Ouches, écuyer, homme d’armes de l’ordonnance dans la compagnie du gouverneur le Bourgogne : il ordonne sa sépulture en terre sainte, lègue à son frère Christophe son cheval bayart sellé et bridé, sa meilleure robe, son harnois complet ; au chapelain qui l’a administré, une robe jusqu’au prix de 6 l.t. ; il veut que ses serviteurs soient payés sur ses biens du service qu’ils lui ont fait ; que sa femme et son fils Aubert soient gouvernés par son frère ; il donne à sa femme 300 francs sur sa maison d’Ouches et, en viager, Morionville et Caulbigny ; il lègue le reste de ses biens à ses enfants.

12A. D. Pyrénées-Orientales, B 302, 305, 311, 312, 318, 319, 320, 324, 325, conserve les testaments d’un certain nombre d’hommes d’armes de la garnison de Perpignan à l’époque de l’occupation française. Cf. par exemple B 318, f° 65—67 : testament de Léonard Boteller armiger, 1482 : il choisit sa sépulture dans la chapelle de Sainte-Marie des Anges du monastère Saint-François de Perpignan. L’un des exécuteurs de son testament sera Jean dit « le bâtard Ruste », de la même garnison. Il lègue 7 livres 10 s. pour 50 messes que devront dire les frères mineurs du couvent ; il fait son légataire universel de son frère Jean Boteller. Ibid., f° 2r° : testament en date du 28 mai 1478 de Jean de Garrit, domicellus, civitatis Albiensis regni Francie, armiger garnisionis castri regii Perpiniani, suivi d’un second testament, du même, ibid., f° 2v° et 4, en date du 27 juillet 1482 ; il y choisit pour sépulture le monastère de Saint-François, où est enterrée sa mère. Pour sa sépulture, il lègue 10 livres ; autres legs : un florin à un monastère ; 20 francs à un autre ; à l’église paroissiale de Monte Alino, 5 francs ; à la Sainte Croix de Monte Regali, au diocèse de Carcassonne, 3 francs ; à Notre-Dame de Moleresio, au diocèse d’Albi, unum calicem cum patella quem ego habeo [fruit d’un butin ?] ; à un certain Jean Arval unum cavallum meliorem de meis ; au même, unas brigantinas de melioribus, salada de archer, bavera ; à son neveu Jean Jachier, ronchinum bayart, brigantinas et 10 livres, monnaie de Perpignan. Il fait de sa femme sa légataire universelle.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search