Version classiqueVersion mobile

Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge. Tome 2

 | 
Philippe Contamine

Annexes

Annexe IX. Les gens de guerre : gages et niveau de vie

Texte intégral

1Il est bien difficile d’évaluer, même approximativement, le rapport entre les dépenses journalières des gens de guerre et la solde qu’ils recevaient. On se contentera ici de verser quelques pièces disparates à ce dossier.

  • 1 Chron., t. XIV, p. 132.

2Voici d’abord Froissart évoquant les soudoyers du roi de France ayant combattu en Espagne sous Gaucher de Passac et Olivier du Guesclin, en 1387 : « Et revenoient les plus des chevaliers et des escuiers qui n’avoient entendu a nul pillaige, mais singulierement vesqut de leurs gaiges, tout povre et mal montez ; et les aulcuns qui s’estoient enhardis et avanchis d’entendre au pillaige et a la roberie bien montez et bien furny d’or et d’argent et des grosses malles. Ainsi est de telz aventures : les ungs y perdent, les aultres y gaingnent »1.

  • 2 B. N., p. o. 856, dossier Cormeilles, n° 34.
  • 3 B. N., n. a. fr. 20513, n° 56.
  • 4 A. M. Troyes, BB 5.

3Passons aux estimations chiffrées. On possède les « parties des despens faiz par Ricart de Cormeilles pour lui, VI hommes d’armes et III archiers en sa compaignie » qui, en 1388, conduisirent un prisonnier de Rouen au Châtelet de Paris. En trois jours leur entretien s’éleva à 33 1. 3 s. 8 d.p., ou, en tournois, un peu plus de 411. Or, à l’époque, trois jours de gages pour le même personnel s’élèvent seulement à 15 1. 6 s.t. Il est vrai qu’ils eurent à entretenir leur prisonnier et son valet. De Paris à Rouen, retour en deux jours du chef de détachement, 2 hommes d’armes et 4 archers : 20 1. 11 s.t. de dépenses, alors que deux jours de gages pour cet effectif montent à 6 1. 4 s.t.2. En 1417, le lieutenant du capitaine du château d’Yèvre, pour le duc d’Orléans, affirme que l’entretien pendant une semaine de 8 gentilshommes, munis de 30 chevaux, a coûté 19 1. 5 d.t. : un peu moins de 7 s.t. par gentilhomme et par jour3. La même année, la dépense d’une troupe de 28 hommes et 28 chevaux ayant séjourné dans une hôtellerie de Troyes du 29 juillet au 2 août 1417 s’élève à 59 francs 14 s. 8 d.t.4.

  • 5 Varin, Arch. adm. Reims, t. I, p. 768.
  • 6 Caillet, Relations de Lyon avec Charles VII et Louis XI, p. 137.
  • 7 Marolles, Inv. titres Nevers, col. 45
  • 8 A.N., 1 AP 5654.
  • 9 Contamine, « L'artillerie royale française », p. 237.
  • 10 A.N., 1 AP 197.
  • 11 A. M. Angers, BB 8, f° 28v°.
  • 12 A. M. Nevers, CC 71, f° 20r°.

4En 1468, pour le ravitaillement des gens de l’ordonnance cantonnés à Reims, la municipalité prévoyait une dépense mensuelle de 22 livres par lance fournie en ne comptant ni le foin pour les montures, ni le prix du logement : or une lance fournie touchait 30 livres de gages par mois5. Vers 1450, à Lyon, les frais quotidiens d’« hostelage » par homme à cheval étaient évalués à 5 s.t., alors que la solde royale ne correspondait qu’à 3 s. 4 d.t.6. C’est à oette dernière somme qu’une ordonnance de Charles, comte de Nevers, estime, en 1452, l’entretien journalier d’un homme et d’un cheval de son hôtel7. En 1451, le compte de la dépense d’Ohvier de Coëtivy, se rendant, avec une suite de 10 personnes et 13 chevaux, de La Réole à Taillebourg, où se trouvait Charles VII, permet de conclure à une dépense quotidienne de 3 s.t. par homme et de 2 s.t. par cheval8.En 1478, à Dijon, la dépense quotidienne d’un genétaire installé dans une auberge de la ville est évaluée à 4 s.t.9. En 1491, le compte du « traing de mons. de Thouars » et de « plusieurs gens d’armes de sa compaignye avec luy », qui se rendent d’Amboise à Nantes, indique une dépense journalière de 3 à 4 s.t. par homme et de 2 s. 6 d.t. à 3 s.t. par cheval10. La même année, trois archers de la garde du roi et leurs valets — soit 6 hommes et 6 chevaux — sont logés pendant 11 jours « en l’ostelerie de la Licorne », aux frais de la ville d’Angers, qui dépense de ce fait 26 1. 2 s. 10 d. t., soit 8 sous pour un homme et son cheval par jour11. En 1483, à Nevers, la dépense d’un trésorier de l’artillerie, deux aides et trois chevaux, se monte pour trois jours à 77 s. 6 d.t.12.

  • 13 Flammermont, Institutions municipalee de Senlie, p. j. LVIII, p. 270—271.

5Si le payement en espèces des gens de guerre de l’ordonnance fut la règle, cependant, aussitôt après 1445, un système de payement en nature fut prévu et institué, selon des modalités diverses. Dans certaines régions, comme l’élection de Senlis, chaque homme de guerre devait percevoir, par an, 3 charges et demie de céréales, une charge pesant de 200 à 250 livres, poids de Paris, et deux pipes de vin ; chaque lance fournie de six hommes devait avoir, par mois, 2 moutons et un demi-bœuf (ou une demi-vache) et une l.t. pour l’achat du sel, de l’huile, de la chandelle, des œufs et fromages destinés aux jours maigres « et autres menuez neccessitez », et, par an, 4 lards. Enfin, pour chaque cheval, il était prévu par an 12 charges d’avoine et 4 charretées de paille et de foin13. Ailleurs, comme en Auvergne, trois « voies » étaient offertes au choix des populations pour l’entretien des gens de guerre :

  • leur procurer tout le ravitaillement, y compris le pain et la viande, et verser chaque mois à chaque lance fournie 9 francs, se décomposant ainsi : 4 francs pour l’homme d’armes, 4 francs pour les deux archers et un franc pour l’« état » du capitaine. Moyennant quoi, les gens de guerre devaient payer des « hostelaiges moderés et raisonnables » ;
  • procurer chaque mois à chaque lance fournie une charge trois quarts de « blé », moitié froment, moitié seigle, six setiers ou six charges d’avoine, trois charrettes de bois, deux charretées de foin et de paille, à raison des deux tiers en foin et d’un tiers en paille, chaque charretée pesant 1 000 livres, poids de Paris, enfin 21 francs en espèces ;
  • payer en espèces chaque lance fournie, au prix de 31 francs par mois14. En Rouergue, l’entretien en nature était seul prévu au départ ; mais les habitants préférèrent procéder, en présence du capitaine de l’ordonnance, Galéas Jambe, à leur évaluation en espèces, qui fut fixée d’un commun accord à 18 1. 7 s. 10 d.t. par mois et par lance fournie. Puis, le 16 septembre 1445, il fut décidé de revenir au payement en nature : chaque lance fournie devait recevoir par mois 5 quintaux un quart de froment, une pipe de vin pesant 10 quintaux, fût compris, un tiers de quintal de porc salé, 2 moutons, la moitié d’un bœuf ou d’une vache, 18 quintaux d’avoine, 30 de foin, 10 de paille, une l.t. pour l’huile, la chandelle, les œufs et autres ingrédients. Enfin, en mars 1446, les états du Rouergue reçurent l’ordre de payer chaque mois à chaque lance fournie 21 l.t. et de verser le reste — soit 10 l.t. — en vivres15.
  • 16 Même constatation pour la Normandie lancastrienne (B. N., fr. 25900, n° 19).

6Or, très rapidement, le système du payement en nature fut abandonné par les contribuables, ce qui tendrait à montrer que la solde en espèces ne représentait pas une somme nettement supérieure au prix des vivres16. Il est vrai que le pouvoir monarchique a pu contraindre ses sujets à cet abandon.

  • 17 A. D. Meurthe-et-Moselle, B 5248.

7Quittons un instant le domaine proprement français. En 1486, pour entretenir des « piétons » en garnison à Fénétrange au service de René II de Lorraine, un agent ducal, qui compte sans doute largement, dépense 10 blancs par jour et par homme. Chaque ration quotidienne comprend une « marande », une « racine » et deux « mengiers ». Elle coûte en monnaie de compte 3 s. 5 d.t., soit, pour un mois, un peu moins de 4 florins. Or d’autres « pietons », se nourrissant par leurs propres moyens, reçoivent une solde mensuelle de 4 florins ; d’autres encore, nourris aux dépens du duc, ne touchent que 2 florins. Il apparaît en conséquence que les dépenses d’alimentation absorbaient une grande partie des gages17.

Notes

1 Chron., t. XIV, p. 132.

2 B. N., p. o. 856, dossier Cormeilles, n° 34.

3 B. N., n. a. fr. 20513, n° 56.

4 A. M. Troyes, BB 5.

5 Varin, Arch. adm. Reims, t. I, p. 768.

6 Caillet, Relations de Lyon avec Charles VII et Louis XI, p. 137.

7 Marolles, Inv. titres Nevers, col. 45

8 A.N., 1 AP 5654.

9 Contamine, « L'artillerie royale française », p. 237.

10 A.N., 1 AP 197.

11 A. M. Angers, BB 8, f° 28v°.

12 A. M. Nevers, CC 71, f° 20r°.

13 Flammermont, Institutions municipalee de Senlie, p. j. LVIII, p. 270—271.

14 Thomas, Les Etats provinciaux, t. II, p. 237—244. 16. Artières, Hist. Millau, p. 103.

15 Artières, Hist. Millau, p. 103.

16 Même constatation pour la Normandie lancastrienne (B. N., fr. 25900, n° 19).

17 A. D. Meurthe-et-Moselle, B 5248.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search