Version classiqueVersion mobile

Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge. Tome 2

 | 
Philippe Contamine

Annexes

Annexe VII. Payement des gens de guerre (1369 — 1380)

Texte intégral

1Quelques exemples seulement ont été retenus, choisis parmi les plus représentatifs

  • 1 B. N., Clair. 487, f° 88.

21. Guillaume des Bordes, chevalier, chambellan du roi, a tenu en sa compagnie un certain nombre de gens d’armes au service du roi du 1er novembre 1369 au 1er mars 1370, cette dernière date correspondant à la fin du premier compte de Jean le Mercier, trésorier des guerres, chargé par le roi de faire son compte ; les sommes dues à Guillaume des Bordes montent à 14 137 l.t. ; sur ce total, il lui fut délivré, entre le 4 novembre et le 6 mars, 12 212 1. 10 s.t. Cinq jours après la fin de son service comptabilisé, on lui avait donc versé, sous la forme de prêts à compter, 86 % de son dû. Régulièrement, dans le compte de Jean le Mercier, arrêté en date du 1er mars 1370, lui et ses gens d’armes furent inscrits dans la partie « prêts à comper » ; mais les 1 924 1. 10 s.t. de complément ne tardèrent pas à lui être versés : dès le 13 avril 1370, Guillaume des Bordes se déclarait satisfait et pouvait appliquer son sceau au bas du compte1.

  • 2 A. N., K 49, n° 66.

32. Compte fait au même Jean le Mercier par Jean, comte de Sancerre, chevalier, pour lui et les gens d’armes qu’il tint en sa compagnie sous le gouvernement de son frère Louis de Sancerre, maréchal de France, du 1er mars au 1er juin 1371 : pour la période envisagée, les sommes dues montèrent à 2 983 l.t., sur lesquelles il avait seulement perçu à la fin de son service 2 040 l.t., soit 68 % ; encore les premiers acomptes ne lui furent-ils remis que le 4 mai, plus de deux mois après la date de sa retenue ; puis, par deux versements effectués dans la seconde quinzaine d’août, il toucha encore 600 l.t. Au moment où il scella son compte, le 16 septembre 1371, alors que son service était achevé depuis trois mois et demi, Jean de Sancerre avait encore à percevoir 243 l.t. : 8,1 % de ses gages. On ignore s’il se vit jamais attribuer ce reliquat2.

  • 3 La Roque, Hist. maison de Harcourt, t. IV, p. 1465.

43. Prêts à compter à Jacques de Harcourt et aux hommes de sa compagnie pour services accomplis à Thérouanne du 1er mai 1372 au 31 mars 1373 : du 1er juin au 24 avril des mêmes années, il perçut en 16 versements à peu près régulièrement espacés 2 069 l.t., représentant 91,7 % des sommes qu’il pouvait revendiquer3.

  • 4 B. N., fr. 25764, n° 197.

54. Compte fait à Etienne Braque, trésorier des guerres du roi, par Mouton, sire de Blainville, maréchal de France, retenu de nouveau par Charles V au nombre de 200 hommes d’armes pour la garde, sûreté et défense du pays de Caux, avec 300 francs d’or pour son état chaque mois ; son service va du 1er septembre au 26 octobre 1372, soit un mois et 26 jours, correspondant à 3 6491. 10 s.t. de gages et état. Cette somme lui a été intégralement remise en plusieurs versements effectués du 8 septembre au 19 octobre ; avant même la fin de son service, il avait donc tout reçu4.

  • 5 Marchand, « Un compte inédit de Bertrand du Guesclin ».

65. Compte fait au même Etienne Braque par Bertrand du Guesclin, duc de Molina, comte de Longueville et connétable de France, pour lui et les gens d’armes, « tant de creue comme autrement », qu’il tint en sa compagnie et sous son gouvernement « es guerres du roy nostre sire », y compris son état de 2 000 francs par mois, du 1er mars 1373 au 18 février 1374. Les effectifs dont il disposa se montèrent à 400 hommes d’armes pour les mois de mars à novembre, à 600 pour décembre, à 700 pour janvier et février 1374. La somme des gages et état qui lui étaient dus s’éleva à 126 873 l.t., dont il toucha la totalité en 16 versements effectués à intervalles à peu près réguliers entre le 20 mars 1373 et le 31 mars 1374. Un mois après la fin de son service, lui et ses hommes étaient donc intégralement payés5.

  • 6 Hay du Châtelet, Du Guesclin, p. 396 — 402.

76. Prêts faits par Jean le Flament, trésorier des guerres, à 300 hommes d’armes sous le gouvernement du connétable de France, qui servirent 5 mois, de juin à octobre 1378 ; leurs gages durent en conséquence s’élever à 23 925 l.t. ; or les 78 chefs de montre de cette retenue reçurent en 136 versements, échelonnés du 12 juin au 1er novembre, un total de 22 780 l.t. ; c’est dire qu’à la fin de leur service, ils avaient touché 95 % de leur solde6.

  • 7 B. N. fr. 26470, f° 3-4.

87. Compte de gens d’armes ayant servi en Languedoc sous le gouvernement de Colart d’Estouteville, seigneur de Torcy, chevalier, heutenant de Mouton de Blainville, maréchal de France et capitaine général pour le roi en ce pays : leur service s’étendit du 25 juillet au 1er octobre 1380 ; 40 quittances délivrées entre le 13 août et le 24 octobre attestent que Colart d’Estouteville reçut alors 86,2 % des gages ; le reste, soit 583 1. 10 s.t. sur 4 220, lui était encore dû le 24 janvier 13817.

Notes

1 B. N., Clair. 487, f° 88.

2 A. N., K 49, n° 66.

3 La Roque, Hist. maison de Harcourt, t. IV, p. 1465.

4 B. N., fr. 25764, n° 197.

5 Marchand, « Un compte inédit de Bertrand du Guesclin ».

6 Hay du Châtelet, Du Guesclin, p. 396 — 402.

7 B. N. fr. 26470, f° 3-4.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search