Version classiqueVersion mobile

Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge. Tome 2

 | 
Philippe Contamine

Annexes

Annexe VI. Tarifs des gages des gens de guerre

Texte intégral

A. SERVICE DU ROI DE FRANCE : 1202—1380 (sauf mentions contraires, soldes journalières)

  • 1 Audouin, Armée Philippe Auguste, p. 51.

11. 1202 : armée de Philippe Auguste contre Jean sans Terre1

  • chevalier simple : le plus souvent 6 s.p., quelquefois 7 s.p.

  • sergent à cheval : de 2 s. 8 d.p. à 5 s.p., les gages les plus fréquents étant de 4 s.p., 3 s. 6 d.p. et 3 s.p.

  • arbalétrier à pied : de 11 d.p. à 24 d.p., les gages les plus fréquents étant de 1 s.p. et 1 s.6 d.p.

  • sergent à pied : 8 d.p.

  • 2 Hist. France, t. XXI, p. 220.

22. 1231 : expédition de Louis IX contre le comte de Bretagne2

  • chevalier simple : 6 s.p.

  • sergent à cheval : jamais moins de 2 s.p., en général 5 s.p.

  • arbalétrier à pied : 12 d.p.

  • 3 Ibid., p. 513-531.

33. 1248 : croisade de Louis IX3

  • chevalier simple : 7 s. 6 d.t.

  • arbalétrier à pied : 12 d.t.

  • 4 Petit, Essai, n° 32, p. 178-180.

44. 1272 : guerre de Foix4

  • comte : 20 s.t.

  • chevalier banneret : 10 s.t.

  • chevalier simple : 7 s. 6 d.t.

  • écuyer à cheval : 5 s.t.

  • homme de pied : 12 d.t.

  • 5 Hist. France, t. XXI, p. 787.

55. 1276 : guerre de Navarre5

  • baron et banneret : 20 s.p.

  • chevalier : 10 s.p.5

  • 6 Petit, Essai, n° 32, p. 178—180.

66. 1285 : guerre d'Aragon6

  • noble (nobilis) : 6 s.p.

  • sergent (ser viens) : 12 d.p.

  • connétable (de gens de pied ? : constabularius) : 2 s.p.

  • soudoyer à cheval (stipendiarius eques) : 5 s.p.

  • soudoyer à pied (stipendiarius pedes) : 12 d.p.

  • chevalier soudoyer de France et de Toulouse (stipendiarius miles de Frauda et de Tholosa) : 10 s.t.

  • écuyer (scutifer) : 5 s.t.

  • chevalier et écuyer de la sénéchaussée de Carcassonne (miles et armiger de senescallia Carcassonne) : 6 s.p.

  • 7 Ibid., n° 29, p. 176-177.

77. 1294-1299 : guerres de Philippe le Bel7

  • chevalier banneret : 20 s.t., 22 s.t., 25 s.t., parfois 50 s.t.

  • chevalier simple : 10 s.t., 12 s. 6 d.t., 15 s.t., parfois 25 s.t.

  • écuyer ayant un cheval « couvert » et suffisant : 12 s. 6 d.t.

  • écuyer ayant un cheval insuffisant : 5 s.t.

  • autre écuyer : 5 s.t. et 6 s. 3 d.t.

  • arbalétrier à cheval : 7 s.t.

  • gentilhomme ou écuyer de pied : 2 s.t.

  • sergent de pied : 12 d.t.

  • maître des engins : 3 s. 6 d.t.

  • charpentier : 2 s.t.

  • maçon : 2 s.t.

  • 8 Ibid., n° 32, p. 178-180.

88. 1310 : guerre de Lyon8

  • chevalier banneret : 20 s.t.

  • chevalier simple : 10 s.t.

  • écuyer : 5 s.t.

  • sergent de pied : 15 d.t.

  • 9 Ibid.

99. 1315 : « ost boueux » (guerre de Flandre)9

  • 10 A.N., JJ 58, n° 423.

1010. 131910

  • chevalier banneret : 30 s.t. 30 s.t.

  • chevalier simple : 15 s.t. 20 s.t.

  • chevalier simple : 15 s.t.

  • écuyer : 7 s. 6 d.t.

  • sergent à pied : 2 s.t.

  • 11 Vuitry, Régime financier de la France, t. II, p. 476, n. 1.

1111. 1324 : guerre de Saint-Sardos11

  • chevalier banneret : 20 s.t.

  • chevalier simple : 10 s.t.

  • écuyer monté « au prix » : 7 s. 6 d.t.

  • écuyer monté « à moindre prix » : 5 s.t.

  • arbalétrier à cheval : 7 s.t.

  • écuyer à pied : 2 s.t.

  • sergent à pied : 1 s.t.

  • sergent à cheval : 5 s.t.

  • 12 Jusselin, « Comment la France se préparait à la guerre de Cent ans », p. 222-226.

1212. 1329 : projet pour la guerre de Gascogne12

  • homme d'armes, « l'un dans l'autre » : 10 s.t.

  • hommes de pied : 15 d.t.

  • 13 Ibid.

1313. 1330 : projet pour la guerre de Gascogne13

  • homme d'armes, « l'un dans l'autre » : 10 s.t.

  • homme de pied de Languedoc : 12 d.t.

  • 14 Viard, « La France sous Philippe de Valois : état géographique et militaire », p. 377. Cf. aussi Fr (...)

1414. 1332 : accord entre Philippe de Valois et Waléran, archevêque de Cologne14

  • chevalier banneret : 20 s.t.

  • chevaher bachelier : 10 s.t.

  • écuyer : 6 s.t. ; 7 s.t. dans une ville assiégée ou dans un lieu où on ne pourrait prendre de fourrage.

  • 15 B. E. C, 1859, t. XX, p. 609.

1515. 1335 : projet pour le « voyage d'outremer »15

  • chevalier banneret : 20 s.t.

  • chevalier bachelier : 10 s.t.

  • écuyer : 5 s.t.

  • 16 Ord. Roys, t. II, p. 120—128.

1616. 1338 : gages des gens de guerre de Languedoc16

    1. demande des nobles de Languedoc :

  • homme d'armes montant un cheval d'au moins 25 l.t. : 7 s. 6 d.t.

  • homme d'armes montant un cheval de moins de 25 l.t. : 5 s.t.

  • sergent de pied : 15 d.t.

    1. propositions des agents du roi :

  • homme d'armes montant un cheval n'étant pas ou ne pouvant pas être « couvert de fer » : 5 s.t.

  • sergent de pied : 12 d.t.

    1. aux termes de l'accord intervenu entre les deux parties :

  • chevalier à double bannière : gages habituels (non précisés).

  • chevalier banneret (miles cum banneria) : 20 s.t.

  • chevalier simple (miles simplex) : 10 s.t.

  • écuyer montant un cheval d'au moins 40 l.t., « couvert de fer, de cuir, de corne ou de plates » (cohopertum ferro, corio, cornu vel pilotis) : 7 s. 6 d.t.

  • écuyer montant un cheval d'au moins 25 l.t., non couvert :

      1. partout, dans le royaume de France, sauf en Languedoc et Auvergne : 7 s.t.

      2. En Languedoc et en Auvergne : 6 s. 6 d.t.

  • gentilhomme à pied armé d'une tunique gamboisée et d'un bassinet (nobilis homo pedes armatus tunica combazeta et bassineto) : 2 s.t.

  • genilhomme à pied mieux armé, comme il convient (et si sit magis sicut decet armatus) : 2 s. 6 d.t.

  • sergent à pied :

  1. partout dans le royaume de France, sauf en Languedoc, Aquitaine et Auvergne : 15 d.t.

  2. En Languedoc, Aquitaine et Auvergne : 12 d.t.

17— arbalétrier à pied : 15 d.t.

  • 17 Froissart, Ghron., éd. Kervyn, t. XVIII, p. j. 24, p. 67 — 73.

1817. 1339 : projet de débarquement des Normands en Angleterre (grands gages)17

  • chevalier banneret : 30 s.t.

  • chevalier bachelier : 15 s.t.

  • écuyer : 7 s. 6 d.t.

  • 18 B. N., n. a. fr. 9236-9240.

1918. Campagnes de 1339-134018

20Catégories spéciales :

  • « artilleur » : 2 s. 6 d.t.

  • maître des engins : de 3 s.t. à 5 s.t.

  • valet du maître des engins : 2 s.t.

  • maître mineur : de 5 s.t. à 10 s.t.

  • valet d'un maître mineur : de 2 s. 6 d.t. à 3 s. 4 d.t.

  • maître charpentier : 4 s.t.

  • valet d'un maître charpentier : 2 s.t.

  • chirurgien : de 6 s. à 10 s.t.

  • armurier : 2 s. 6 d.t.

  • capitaine de « nauteurs » : 5 s.t.

  • « nauteur » : 2 s. 6 d.t.

  • capitaine ou connétable d'arbalétriers génois : de 5 à 6 s.t.

  • arbalétrier génois : de 2 s. 6 d.t. à 3 s.t.

  • connétable de ! sergents de Gênes : 10 l.t. par mois.

  • sergent de Gênes : 5 l.t. par mois.

  • sergent d'armes du roi, « outre les gages de sa masse » : 2 s. 6 d.t.

  • 19 B. N., fr. 7877, f° 217.

2119. 1341 — 1343 : guerres de Gascogne19

22Venant de la : Languedoïl Languedoc

  • chevalier banneret 30 s.t. 20 s.t.

  • chevalier bachelier et écuyer banneret 15 s.t. 10 s.t.

  • écuyer monté « au prix » 7 s. 6 d.t. 6 s. 6 d.t.

  • écuyer monté « à moindre prix » 5 s.t. 5 s.t.

  • ménestrel à cheval 3 s.t.

  • gentilhomme à pied gages

23variables selon les mandements

  • arbalétrier à pied 15 d.t.

  • sergent à lance à pied 12 d.t.

  • 20 B. N., n. a. fr. 9241, f° 100v°.

2420. 1346 : semonce de Compiègne20

  • chevalier banneret : 30 s.t.

  • chevalier bachelier : 15 s.t.

  • écuyer monté « au prix » : 7 s. 6 d.t.

  • écuyer monté « à moindre prix » : 5 s.t.

2521. 1350 :

  • 21 Ibid., 20528, p. 1.
  • 22 Ibid., 7413, f° 354r°.

Compte de : Jean Chauvel21 Barthélémy du Drach22

Compte de : Jean Chauvel21 Barthélémy du Drach22
  • 23 Ord. Roys, t. IV, p. 67 sq.

2622. 1351 : ordonnance du 30 avril23

  • chevalier banneret : 40 s.t.

  • chevalier bachelier : 20 s.t.

  • écuyer : 10 s.t.

  • valet armé, monté sur un cheval d'au moins 20 l.t. : 5 s.t.

  • arbalétrier à pied : 3 s.t.

  • pavesier à pied : 2 s. 6 d.t.

  • connétable de gens de pied : 5 s.t.

  • 24 B. N., fr. 32510, f° 206r°.

2723. 1351—1352 : gens de guerre sous le gouvernement d'Arnoud d'Audrehem24

  • chevalier banneret : 30 s.t.

  • chevalier bachelier : 15 s.t.

  • écuyer monté : 7 s. 6 d.t.

  • écuyer non monté : 5 s.t.

  • Génois, archer ou sergent à cheval : 3 s. 9 d.t.

  • sergent ou archer à pied : 2 s. 6 d.t.

  • 25 Ibid., f° 218r°.

2824. 1352 : guerre de Gascogne25

  • chevalier banneret : 30 s.t.

  • chevalier bachelier : 15 s.t.

  • écuyer monté : 7 s. 6 d.t.

  • écuyer non monté : 5 s.t.

  • sergent ou archer à cheval : 5 s.t.

  • sergent ou archer à pied : 3 s.t.

2925. 1353

    • 26 Ibid., f° 206-216.

    hommes d'armes italiens26 : 6 florins par mois.

    • 27 Ibid., f° 209.

    gens de guerre sous le gouvernement du connétable Charles d'Espagne27

  • chevalier banneret : 60 s.t.

  • chevalier bachelier : 30 s.t.

  • écuyer monté : 15 s.t.

  • écuyer non monté : 5 s.t.

  • archer ou sergent à cheval : 5 s.t.

  • homme de pied : 2 s. 6 d.t.

    • 28 A. N., K 47, n° 24.

    autres gens de guerre28

  • homme d'armes : 6 s.p.

  • arbalétrier ou archer à pied : 3 s.p.

  • lancier ou pavesier : 2 s.p.

  • 29 B. N., Clair. 29, n° 131.

3026. 135429

  • chevalier : 15 s.t.

  • écuyer : 7 s. 6 d.t.

3127. 1355

32a) — « gentilhomme » : 4 s.p.

  • 30 A. N., K 47, n° 32.

33— « soudoyer » : 2 s. 6 d.p.30

34— chevalier banneret : 30 s.t.

35b) — chevalier bachelier : 15 s.t.

36— écuyer monté « au prix » : 7 s. 6 d.t.

  • 31 B. N., n. a. fr. 9241, f° 162 sq.

37— écuyer monté « à non prix » : 5 s.t.31

3828. 1356

      • 32 Ord. Roys, t. III, p. 99-110.

      ordonnance des états de Languedoc32

  • homme d'armes : 15 écus par mois.

  • sergent, arbalétrier ou pavesier à cheval : 7 écus et demi par mois.

      • 33 B. N., fr. 24031, f° 1-14.

      ordonnance des états d'Auvergne33

39— homme d'armes : 15 écus par mois.

  • 34 Ord. Roys, t. III, p. 219-232.

4029. 135834

41— homme d'armes : un demi-écu.

  • 35 B. N., Clair. 194, n° 30 ; A. N., K 47, n° 51.

4230. 135935

  • chevalier : un écu.

  • écuyer ou « paye » : un demi-écu.

  • 36 B. N., n. a. fr. 7414, f° 13r°.

4331. 136136

  • chevalier banneret : 10 florins par mois.

  • chevalier bachelier : 24 florins par mois.

  • écuyer ou archer monté « au prix » ou « à non prix » : 15 florins par mois.

  • sergent ou archer à pied : 6 florins par mois.

  • 37 Ord. Roys, t. III, p. 618-627.

4432. 1363 : sénéchaussée de Beaucaire et de Nîmes.37

  • 38 B. M., Add. Ch. 11343 ; B. N., Clair. 50, n° 67 ; Delisle, Mand. Ch. V, n° 154.

4533. 136438

  • chevalier banneret : 40 s.t.

  • chevalier bachelier : 20 s.t.

  • écuyer ou homme d'armes : 10 s.t.

  • arbalétrier : 8 s.t. ou 8 francs d'or par mois.

  • 39 B. N., fr. 25764, n° 173.

4634. 136539

  • chevalier banneret : 40 s.t.

  • chevalier bachelier : 20 s.t.

  • homme d'armes : 10 s.t.

  • 40 B. N., n. a. fr. 7414, f° 154 ; Delisle, Mand. Ch. V, n° 1830, p. 895-898.

4735. 1369—138040

    1. gages normaux :

  • chevalier banneret : 40 s.t.

  • chevalier bachelier : 20 s.t.

  • écuyer ou archer « étoffé » : 10 s.t.

  • archer « non étoffé » : 5 s.t.

  • arbalétrier à cheval : 12 francs par mois.

  • arbalétrier à pied : 8 francs par mois.

  • capitaine d'arbalétriers à cheval ou à pied : 30 francs par mois.

  • connétable d'arbalétriers à cheval : 24 francs par mois.

  • connétable d'arbalétriers à pied : 16 francs par mois.

      • 41 B. N., p. o. 93, dossier Armagnac, n° 40 ; fr. 20586, f° 33-35 et 26470, f° 3 — 4 ; Teilhard de Cha (...)

      exceptions41

  • 12, 18, 20, 25 francs par mois pour un homme d'armes.

  • 15, 35 et 40 francs par mois pour un chevalier.

B. GAGES PROPOSÉS AUX GENS DE GUERRE PAR D'AUTRES QUE LE ROI DE FRANCE : 1326 — 1380 (gages journaliers, sauf mentions contraires)

France

  • 42 A. D. Côte-d'Or, B 11733.

481. 1326 : duché de Bourgogne42

  • chevalier banneret : 30 s.t.

  • chevaher simple : 10 s.t.

  • écuyer : 7 s.t.

  • 43 Guesnon, « Documents inédits sur l'invasion anglaise », p. 18 — 28.

492. 1340 : gens de guerre payés et envoyés par la ville d'Arras à l'ost de Philippe VI43

  • gouverneur de gens de pied avec 2 valets et 2 chevaux : 16 s.p.

  • connétable de gens de pied : 6 s.p.

  • « compagnon » ou « bourgeois » à glaive et à « goudendard » : 3 s.p. et 2 s.p.

  • arbalétrier à pied : 3 s. 4 d.p. et 2 s. 6 d.p.

  • « trompeur » ou ménestrel : 2 s. 6 d.p.

  • 44 Arch. hist. Bretagne, t. I, p. 10 et 11, n° 6.

503. 1348 : garde de la ville de Nantes44

  • homme d'armes : 7 1. 10 s. monnaie bretonne par mois.

  • arbalétrier : 60 s. monnaie bretonne par mois.

  • 45 A. D. Isère, B 4359. En 1355, contre le Dauphiné, le comte de Savoie offre les gages suivants : arm (...)

514. 1353—1355 : gens de guerre servant à la défense du Dauphiné45

  • chevalier : 6 s. viennois.

  • nobilis avec 2 chevaux : 4 s. viennois.

  • nobilis avec un cheval : 3 s. viennois.

  • domicellus pedester : 2 s. viennois.

  • cliens (compagnon de guerre, non-noble, à pied) : entre 12 et 18 d. viennois.

  • 46 Varin, Arch. adm. Reims, t. III, p. 120-123.

525. 1358 : gens de guerre au service des villes de Reims et de Châlons-sur-Marne46

53— un glaive, « de quelque estât qu'il soit » : un écu de Philippe VI.

546. 1359

    • 47 Lemaire, Arch. Saint-Quentin, t. II, p. 245 — 248, n° 679.

    gens de guerre au service de la ville de Saint-Quentin47

  • chevalier à 2 chevaux : un écu d'or de Philippe VI.

  • homme d'armes : un « florin d'or à l'écu » de Jean le Bon.

    • 48 A. M. Troyes, BB 5.

    gens de guerre au service de la ville de Troyes48

  • un chevalier plus un écuyer : entre un mouton et 2 écus par jour.

  • un écuyer : un demiéeu.

    • 49 B. N., Clair. 213, n° 94.

    gens de guerre au service de la ville de Caen49

  • un écuyer plus un archer : un mouton d'or.

  • un écuyer plus 2 archers : 2 écus.

  • un homme d'armes plus un archer : un écu de Philippe VI.

  • un archer : un demi-écu.

    • 50 B. M. Blois, Joursanvault, n° 307, 313, 316, 319. On notera que le comte de Blois paye parfois ses (...)

    gens de guerre au service du comte de Blois50

  • archer et homme de guerre : entre 3 et 5 écus par mois.

  • un chevalier, 2 écuyers plus 4 archers : 3 écus.

  • un chevalier, 2 écuyers et 7 archers : 37 écus et demi par mois.

  • un homme d'armes : 5 écus par mois.

    • 51 Cosneau, Les grands traités de la guerre de Cent ans, p. 13 — 14. Le même taux est prévu, l'année s (...)

    solde prévue par le traité de Londres du 24 mars 1359 pour les gens de guerre anglais auxquels le roi de France pourrait faire appel en vue d'accélérer le transfert des territoires cédés51

557. 1360

    • 52 Delaville Le Roulx, Comptes Tours, t. I, p. 187—189.

    gens de guerre au service de la ville de Tours52

  • un chevalier, 7 hommes d'armes et 4 archers : 100 écus par mois.

  • un homme d'armes et 3 archers : 24 écus par mois.

    • 53 B. M., Add. Ch., 13471.

    duché de Bourgogne53

  • chevalier : 20 florins de Florence par mois.

  • écuyer : 10 florins de Florence par mois.

  • sergent (à pied) : 4 florins de Florence par mois

  • 54 Dom Urbain Plancher, Histoire générale et particulière de Bourgogne, Dijon, 1739—1781, t. III, Preu (...)

568. 1363 : duché de Bourgogne54

  • chevalier banneret : 2 florins de Florence.

  • chevalier bachelier ou « compaignon » : un florin de Florence.

  • écuyer, quel que soit le prix de sa monture : un demi-florin de Florence.

  • 55 B. M. Blois, Joursanvault, n° 522—530.

579. 1364 : comté de Blois55

58— un arbalétrier : 4 écus par mois, les vivres étant chèrs et son armement de qualité. Ordinairement, 3 écus par mois.

  • 56 Ibid., n° 541.

5910. 1365 : comté de Blois56

60— un chevalier plus un écuyer : 30 réaux par mois.

  • 57 Dom Plancher, Histoire générale et particulière de Bourgogne, t. III, Preuves, p. XVII.

6111. 1366 : duché de Bourgogne57

  • chevalier banneret : 2 réaux.

  • chevalier bachelier ou « compaignon » : un réal.

  • écuyer : un demi-réal.

  • archer ou arbalétrier à cheval : un tiers de réal.

  • 58 A. D. Isère, B 4358.

6212. 1369 : gens de guerre employés en Dauphiné58

  • chevalier : 20 florins par mois.

  • écuyer : 15 florins par mois.

  • chapeau de fer : 7 florins et demi par mois.

  • brigand : 6 florins par mois.

  • 59 A. Dussert, Les Etats du Dauphiné de la guerre de Cent ans aux guerres de religion, Grenoble, 1915, (...)

6313. 1375 : Dauphiné59

  • chevalier banneret : 40 florins par mois.

  • chevalier bachelier : 30 florins par mois.

  • écuyer : 15 florins par mois.

  • 60 B. N., p. o. 1777, dossier De Lux, n° 2. La même année, guerre du comte de Savoie contre le sire de (...)

6414. 1378 : gens de guerre au service du roi de Navarre dans le bailliage de Cotentin60

  • homme d'armes, par mois, 10 francs.

  • « servans », par mois, 4 francs.

Pays étrangers autres que L'Angleterre

  • 61 Guillemain, La cour pontificale d'Avignon, p. 620 — 621.

6515. 1357—1358 : gens de guerre au service de la Papauté pour la défense d'Avignon61

  • baron-chevalier : 60 ou 30 florins de la Chambre par mois.

  • chevalier : 30 ou 20 florins de la Chambre par mois.

  • damoiseau : 15 ou 12 florins de la Chambre par mois.

  • homme de pied : 6 ou 5 florins de la Chambre par mois.

  • 62 A. D. Bouches-du-Rhône, B 205, f° 116. En 1362, Aimery VII, vicomte de Narbonne, s'engage à servir (...)

6616. 1358 : gens de guerre sous les ordres du comte Jean d'Armagnac, au service du comte de Provence62

  • « cavaler banaret » : 30 florins par mois.

  • « cavaler bachaler » et « scudier banaret », 20 florins par mois.

  • glaive : 12 florins par mois.

  • sergent à cheval : 6 florins par mois.

  • sergent à pied : 3 florins par mois.

  • 63 Hist. de Metz, t. IV, p. 270-275.

6717. 1371 : convention entre la ville de Metz et Owen de Galles63

  • chevalier : 40 florins (du Rhin ?) par mois.

  • homme d'armes armé de pied en cap avec 3 chevaux et un « bon valet » : 30 florins par mois.

  • homme d'armes armé de pied en cap avec 2 chevaux et un valet : 25 florins par mois.

  • 64 A. D. Meurthe-et-Moselle, B 524, n° 105.

6818. 1372 : Bretons au service du due de Bar et marquis de Pont64

  • homme d'armes ou archer à 3 chevaux : 25 florins par mois.

  • homme d'armes ou archer à 2 chevaux : 20 florins par mois.

  • 65 Frauenholz, Heerwesen des Seiches in der Landsknechtzeit, Munich, 1937, t. I, p. 272, n° 64.

6919. 1373 : service de l'empereur Charles IV65

70— glaive avec 3 chevaux et un homme de trait on un compagnon armé : 18 florins du Rhin par mois.

  • 66 B.N., lat. 4190, f° 26-33' à cette époque, un franc est estimé par le Camé-rier valoir 30 s. et un (...)

7120. 1376 : Bretons au service du pape Grégoire XI66

  • une lance : 18 florins (de la Chambre) par mois.

  • arbalétrier à cheval : 12 florins par mois.

  • arbalétrier à pied : 8 florins par mois.

  • soudoyer de pied (stipendiarius pedes) : 4 florins par mois.

Angleterre

  • 67 Engiish Govern., t. I, p. 336 sq. ; Hewitt, The Black Prince, p. 17 ; McKisack, The Fourteenth Cent (...)

7221. Sous Edouard III, les deux tarifs suivants furent pratiqués67

  1. tarif habituel

  • duc : 13 s. 4 d. st.

  • comte : 6 s. 8 d. st.

  • chevalier banneret : 4 s. st.

  • chevalier bachelier : 2 s. st.

  • homme d'armes ou écuyer : 1 s. st.

  • « hobelar » : 6 d. st.

  • archer monté : 6 d. st.

  • archer à pied : 3 d. st.

  • homme de pied gallois : 2 d. st.

  1. tarif pratiqué en 1369, 1370 et 1372

  • comte : 13 s. 4 d. st.

  • chevalier banneret : 8 s. st.

  • chevalier bacheher : 4 s. st.

  • homme d'armes : 2 s. st.

  • archer monté : 1 s. st.

C. SERVICE DU ROI DE FRANCE : 1418—1445 (sauf mentions contraires, gages mensuels)

1. Languedoïl.

73Jusqu'en 1426—1427, en dépit des dévaluations monétaires, les taux des gages mensuels demeurèrent inchangés pour les hommes d'armes :

  • chevalier banneret : 60 l.t.

  • chevalier bachelier ou écuyer banneret : 30 l.t.

  • écuyer simple : 15 l.t.

74Quelques variations en revanche pour les autres catégories de combattants :

  • capitaine d'arbalétriers à cheval : 24 ou 30 l.t.

  • capitaine d'archers : 30 l.t.

  • capitaine d'arbalétriers à pied : 24 l.t.

  • connnétable d'arbalétriers : 16 ou 24 l.t.

  • arbalétrier à cheval : 5 1. 10 s.t., 8 l.t. ou 12 l.t.

  • archer à cheval : 5 1. 10 s.t., 7 1. 10 s.t. ou 10 l.t.

  • arbalétrier à pied : 5 1. 10 s.t. ou 8 l.t.

    • 68 1414 : Morice, Preuves, t. II, col. 902-909.
      1415 : B. N., Clair. 4, n° 17.
      1418-1419 : B. N., fr. 78 (...)

    archer à pied : 5 1. 10 s.t. ou 7 1. 10 s.t.68

  • 69 B. N., fr. 32510, f° 383r°.

75Puis vient une longue période pendant laquelle, à cause de l'insuffisance radicale des payements, il n'est plus fait mention de gages mensuels ; c'est en 1439 seulement, à l'occasion du siège de Meaux, qu'un tarif de solde est de nouveau proposé69 :

  • homme d'armes : 12 l.t.

  • homme de trait : 6 l.t.

  • combattant à pied : 5 l.t.

  • 70 A. N., P 1335, n° 123.

76Enfin, un document de 1444 fixe à 10 l.t. les gages mensuels d'un homme d'armes70.

2. Languedoc.

77Un mandement du dauphin Charles, datant sans doute de l'été 1422, expose comment la nécessité de poursuivre la guerre à la fois contre les Anglais et contre les rebelles — comprenons les Bourguignons —, l'a contraint d'affaiblir la monnaie « telement qu'elle est devenue comme de nulle valeur » ; les gens d'armes et de trait à son service n'ont pu vivre de leurs gages, ils ont été réduits au pillage ; son intention est donc de rétablir la bonne monnaie, mais à cause de l'insuffisance de ses ressources financières, il lui faut abaisser le tarif traditionnel et n'accorder à ses troupes, jusqu'à nouvel ordre, que les gages mensuels suivants :

  • chevalier banneret : 30 l.t.

  • chevalier bacheher : 20 l.t.

  • écuyer : 10 l.t.

  • homme de trait : 5 l.t.

  • connétable d'arbalétriers : 8 l.t.

  • 71 B. N., lat. 17056, f° 20v°-21v°.

78La diminution prévue, massive pour les catégories supérieures, plus limitée aux derniers échelons, était dans tous les cas sensible : entre le tiers et la moitié. Cependant, un deuxième mandement autorisa les représentants du dauphin en Languedoc à revenir aux « gaiges anciens » s'il le fallait « tant pour chierté de vivres comme pour autres causes »71.

  • 72 1425 : B. N., p. o. 407, dossier Bonnay, n° 17.
    1426 : ibid., n° 25 et 1516, dossier Hermentier, n° (...)

79De fait, entre 1425 et 1437, une certaine incertitude se manifeste dans les barêmes72 :

  • chevalier banneret : 30, 48 ou 60 l.t.

  • chevalier bachelier : 18, 20, 24, 25 ou 30 l.t.

  • écuyer ou homme d'armes : 12 ou 15 l.t. ; en 1435, 15 moutons d'or, valant, à cette date, 10 1. 11 s. 10 d.t.

  • arbalétrier ou homme de trait : 5 l.t., 6 l.t., 7 1. 10 s.t. ou 10 l.t. ; en 1435, 7 moutons d'or, valant 5 l.t.

  • 73 1439 : B. N., p. o. 93, dossier Armagnac, n° 109.
    1440 : B. N., fr. 26066, n° 3926 ; B. M., Add. Ch. (...)

80A partir de 1439, nouvelle réduction des types de combattants73 :

  • homme d'armes : 10 ou 15 l.t.

  • homme de trait à cheval : 5 l.t.

  • homme de trait à pied : 3 l.t.

D. SERVICE DU ROI DE FRANCE : 1445—1494 (gages mensuels)

Arrière-ban74

  • 74 1448 ou 1449 : B. N., fr. 6909, f° 206v° et 207.
    1453 : Clément-Simon, Arch. hist. Corrèze, t. I, p. (...)

81Date Equipement Solde

821448 ou l449 homme d'armes monté de trois chevaux, « en estat 15 1.t.

83convenable »

84archer 7 1. 10 s.t.

851453 gentilhomme en habillement suffisant, ayant page

86ou valet et deux chevaux 10 1.t.

87homme de trait en habillement suffisant, à pied ou

88à cheval 5 1.t.

891455 homme d'armes, avec deux chevaux suffisants, « pour

90pouvoir besoigner dessus », et un coutillier bien

91monté, armé de corset, petits garde-bras, petits

92gantelets, salade, gorgerin, épée et « glaviot » 15 1.t.

93homme d'armes avec un cheval et un page 10 1.t.

94homme armé de corset, petits garde-bras, avant-

95bras et gantelets, harnois de jambes, salade, petite

96targe, épée de passot et « glaviot » avec un cheval

97suffisant 7 1. 10 s.t

98homme en équipement de coutillier 5 1.t.

99archer équipé comme dans la grande

100ordonnance : brigandine, capeline, gorgerin, petit

101harnois de jambes, monté suffisamment 7 1. 10 s.t.

102arbalétrier bien équipé et bien monté 7 1. 10 s.t.

103archer ou arbalétrier monté, mais avec un

104équipement insuffisant 5 1.t.

105homme d'armes armé de tout harnois avec page

106ou valet, mais à pied 8 1.t.

1071462 homme d'armes 15 1.t.

108archer ou arbalétrier à cheval 4 1.t.

1091465 homme d'armes 15 1.t.

110(Dauphiné) archer, arbalétrier, brigandinier ou autre 7 1. 10 s.t.

1111465 homme d'armes 10 1.t.

112(Nivernais) archer à cheval 5 1.t.

1131471 homme d'armes 6 1.t.

114archer à cheval 3 1.t.

1151474 noble en habillement suffisant 10 1.t.

1161491 homme d'armes 10 1.t.

117homme de guerre en habillement de brigandines 5 1.t.

Gens de pied

118Entre 1460 et 1490, les gens de pied sont passés de 4 à 5 l.t. par mois et même 6 l.t. pour les Suisses.

Garde du corps

119a) garde écossaise :

120Jusqu'à la mort de Charles VII l'homme d'armes perçoit 24 1.t. par mois, l'archer du corps 18 1.t., l'archer de la garde 13 1.t. A l'avènement de Louis XI, il ne resta qu'un homme d'armes, payé au taux de 24 1. 1 s. 3 d.t. ; quant aux gages des archers, ils furent portés respectivement à 23 et 18 1.t. Ces gages restèrent à ce niveau par la suite, mais, à partir de 1469, s'y ajouta une indemnité pour les « robes » et pour les montures : cette indemnité fut pour l'homme d'armes de 155 1. 10 s.t. par an, pour les archers du corps de 50 écus soit 68 1. 15 s.t. — et pour les archers de la garde de 30 écus soit 41 1. 5 s.t. Gages et indemnités demeurèrent inchangés jusqu'en 1514.

121b) archers de la garde française :

12218 1.t. par mois, plus une indemnité de monture de 20 écus par an, soit 27 1. 10 s.t.

123c) gentilshommes de l'Hôtel :

  • 75 Gages de la garde écossaise : B. N., fr. 8000 et A. N., KK 67.
    Gages des hommes d'armes de la garde (...)

124Dans la majorité des cas, 27 1. 10 s.t. par mois, soit 240 écus par an.75

Gens de guerre de l'ordonnance76

  • 76 B. N., fr. 6971, f° 239 ; 25778, n° 1904 (à Cherbourg, en 1454, 2 canonniers sont comptés pour 3 pa (...)

125Homme d'armes de la grande ordonnance 15 1.t.

126Archer de la grande ordonnance 7 1. 10 s.t.

127Homme d'armes de la petite ordonnance 10 1.t.

128Archer de la petite ordonnance ou homme de guerre de morte-paye 5 1.t.

129A ces tarifs généraux s'ajoutent ceux pratiqués à l'égard de quelques spécialistes ou formations particulières :

130Canonnier de garnison 8 1.t.

131Coutillier de la garnison de Bordeaux 4 1.t.

132Homme à cheval (1474) 5 1.t.

133Homme à pied (1474) 55 s.t.

134Genétaire (1475) 6 1.t.

135Laquais (1475) 60 s.t.

136Morte-paye à cheval (1484) 7 1. 10 s.t.

137Homme d'armes à la mode d'Italie :

138— à 4 chevaux 20 1.t.

139— à 3 chevaux 15 1.t.

140Genétaire à la mode d'Italie 7 1.10 s.t.

141Coutillier à la mode d'Italie 5 1.t.

E. GAGES PROPOSÉS AUX GENS DE GUERRE PAR D'AUTRES QUE LE ROI DE FRANCE : SECONDE MOITIE DU 15e SIÈCLE

  • 77 Morice, Preuves, t. II, col. 1777 et 1778. Sur la valeur de la livre bretonne par rapport à la livr (...)
  • 78 Morice, Preuves, t. III, col. 119—125. Valeur des réaux fournie par Ord, Roys, t. XVI, p. 471-473.

1421. Duché de Bretagne. En 1461, une lance garnie, l'équivalent de la lance fournie française, perçoit 300 livres bretonnes par an, soit 375 1.t., contre 360 1.t. pour la lance fournie française77. En 1464—1465, l'homme d'armes breton touche 10 réaux par mois, soit 15 1.t., l'archer à cheval 5 réaux, soit 7 1. 10 s.t., l'homme d'armes de morte-paye 8 1. 6 s. 8 d. bretons, soit 10 1. 4 s. 8 d.t. ; l'archer de morte-paye 41. 6 s. 4 d. bretons, soit 5 1. 2 s. 4d.t. ; dans les deux derniers exemples, les gens de guerre bretons touchent des gages à peine supérieurs à leurs congénères français dont les soldes mensuelles sont respectivement de 10 1.t. et 5 1.t.78.

  • 79 Stein, Charles de France, p. 800.

1432. Les compagnies entretenues en Guienne par Charles de France entre 1469 et 1472 connaissent exactement les taux français79.

  • 80 Brusten, L'armée bourguignonne, p. 60 — 65 ; Tuetey, Les Ecorcheurs, t. II, p. 5.

1443. Dans l'Etat bourguignon, l'ancienne hiérarchie des gages fut maintenue jusqu'en 147080.

  • 81 B. N., Bourgogne 60, f° 67-72.

145En 1471, Charles le Téméraire, instaurant son armée permanente sur le modèle français, rompit avec cette tradition. L'homme d'armes à trois chevaux toucha par mois 15 francs de 32 gros par franc, chacun des archers à cheval 5 francs, un couleuvrinier ou un arbalétrier 4 francs, un piquenaire deux patars par jour, soit 60 sous par mois81. A cette date, par conséquent, tandis que l'homme d'armes français recevait mensuellement 36,70 g d'or, l'homme d'armes bourguignon en touchait 38,60. L'« état » du capitaine était de même grandeur que du côté français : 100 francs ici contre 100 1.t. là ; en revanche, les cadres subalternes bourguignons recevaient un supplément dont il n'y a pas d'équivalent dans l'ordonnance française : le dizainier percevait en effet 9 francs par mois en plus de sa paye ordinaire d'homme d'armes ; cette indemnité était destinée à assurer une rigueur plus grande à l'organisation interne de la compagnie bourguignonne.

  • 82 B. N., fr. 23963.

146Par le règlement de 1473, des indemnités de commandement étaient toujours accordées aux cadres : chefs de chambre et chefs d'escadre, cette fois. La paye mensuelle de l'homme d'armes passait à 18 francs. A cette date, il touchait alors 46,56 g d'or alors que son collègue français, en 1474, n'en recevait plus, à la suite d'une mutation monétaire, que 34. Mais l'archer ou l'arbalétrier à cheval bourguignon recevait 3 sous par jour, soit 14,60 g d'or par mois à une époque où son homologue français, plus favorisé, en touchait 1782.

  • 83 Dépêches des ambassadeurs milanais, éd. Gingins La Sarraz, t. II, p. 360, n° 271 et p. 369-370, n° (...)
  • 84 B. M. Reims, Tarbé VII, 18. Valeur des monnaies bourguignonnes fournie par H. Enno van Gelder et M. (...)

147Jusqu'à la mort du Téméraire, en janvier 1477, la solde bourguignonne resta inchangée, sauf dans les périodes d'intense crise militaire — après les défaites de Grandson et Morat — où l'on dut, pour retenir les hommes, leur proposer des gages doubles83. A l'époque de Maximilien de Habsbourg, en 1487, un homme d'armes recevait chaque mois 8 livres de 40 gros par cheval, soit, pour un homme d'armes à trois chevaux, 24 livres ou 16 florins — 54,20 g d'or à cette date où l'homme d'armes français en touchait 31,4084.

  • 85 Vigneulles, Chron., t. III, p. 158. Sur la valeur de la monnaie messine à cette époque, cf. J. Schn (...)

1484. La ville de Metz engage ses mercenaires au taux de 4 puis, à partir de 1490, de 6 livres messines par homme et par mois, soit respectivement 22 et 33 g d'or85.

  • 86 Frauenholz, Heerwesen des Reiches in der Landsknechtzeit, t. VIII, p. 166— 167 (supra, n. 65).

1495. En 1495, le duc Albert de Saxe, choisi comme capitaine général pour l'Empire, demande pour chacun de ses 400 cavaliers, une solde de 10 florins par mois, l'année comptée pour 13 mois, à Maximilien qui accepte ce taux mais pour une année de 12 mois seulement : chaque cavalier doit donc percevoir par mois 35 g d'or86.

  • 87 Calmette et Périnelle, Louis XI et l'Angleterre, p. 167.

1506. Plus longtemps encore que la Bourgogne, la monarchie anglaise conserva la hiérarchie traditionnelle des gages : pour l'expédition de 1475, les comtes reçoivent 6s.st. par jour, les barons et les bannerets 4 s. st., les chevaliers 2 s. st., les hommes d'armes 18 d. st., les archers 6 d. st.87. L'homme d'armes anglais recevait donc par mois 31,48 g d'or, l'homme d'armes français 31,40. Mais les archers français étaient plus favorisés puisqu'ils recevaient chacun 15,70 g d'or contre 10,34 pour l'archer anglais.

  • 88 B. M. Rouen Martainville 217, n° 23.

1517. Gages de gens de guerre soudoyés par le comte d'Angoulême (juillet 1450) : un homme d'armes à 4 chevaux touche 10 l.t. par mois ; un archer 70 s.t. ; un homme d'armes à 3 chevaux, 8 l.t. ; un homme d'armes à 2 chevaux : 110 s.t.88

  • 89 Ibid., 216, n° 9.

1528. « Coustilleurs » et archers de la garde du duc d'Orléans en 1492 : 5 s.t. par jour89.

  • 90 Commynes, Mémoire, séd. Calmette et Durville, t. III, p. 41.

1539. En 1493, préparant son expédition d'Italie, Charles VIII offre 10000 ducats pour un an de gages de 100 hommes d'armes « a la soulde d'Italie » que lui fournirait Florence : soit, à 40 s.t le ducat, 200 1.t. par an, alors que l'homme d'armes français en touchait 18090.

Notes

1 Audouin, Armée Philippe Auguste, p. 51.

2 Hist. France, t. XXI, p. 220.

3 Ibid., p. 513-531.

4 Petit, Essai, n° 32, p. 178-180.

5 Hist. France, t. XXI, p. 787.

6 Petit, Essai, n° 32, p. 178—180.

7 Ibid., n° 29, p. 176-177.

8 Ibid., n° 32, p. 178-180.

9 Ibid.

10 A.N., JJ 58, n° 423.

11 Vuitry, Régime financier de la France, t. II, p. 476, n. 1.

12 Jusselin, « Comment la France se préparait à la guerre de Cent ans », p. 222-226.

13 Ibid.

14 Viard, « La France sous Philippe de Valois : état géographique et militaire », p. 377. Cf. aussi Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. XVIII, p. 22—26.

15 B. E. C, 1859, t. XX, p. 609.

16 Ord. Roys, t. II, p. 120—128.

17 Froissart, Ghron., éd. Kervyn, t. XVIII, p. j. 24, p. 67 — 73.

18 B. N., n. a. fr. 9236-9240.

19 B. N., fr. 7877, f° 217.

20 B. N., n. a. fr. 9241, f° 100v°.

21 Ibid., 20528, p. 1.

22 Ibid., 7413, f° 354r°.

23 Ord. Roys, t. IV, p. 67 sq.

24 B. N., fr. 32510, f° 206r°.

25 Ibid., f° 218r°.

26 Ibid., f° 206-216.

27 Ibid., f° 209.

28 A. N., K 47, n° 24.

29 B. N., Clair. 29, n° 131.

30 A. N., K 47, n° 32.

31 B. N., n. a. fr. 9241, f° 162 sq.

32 Ord. Roys, t. III, p. 99-110.

33 B. N., fr. 24031, f° 1-14.

34 Ord. Roys, t. III, p. 219-232.

35 B. N., Clair. 194, n° 30 ; A. N., K 47, n° 51.

36 B. N., n. a. fr. 7414, f° 13r°.

37 Ord. Roys, t. III, p. 618-627.

38 B. M., Add. Ch. 11343 ; B. N., Clair. 50, n° 67 ; Delisle, Mand. Ch. V, n° 154.

39 B. N., fr. 25764, n° 173.

40 B. N., n. a. fr. 7414, f° 154 ; Delisle, Mand. Ch. V, n° 1830, p. 895-898.

41 B. N., p. o. 93, dossier Armagnac, n° 40 ; fr. 20586, f° 33-35 et 26470, f° 3 — 4 ; Teilhard de Chardin, « Registre de Barthélémy de Noces », p. 249 — 250 et 447 ; Delisle, Mand. Ch. V, n° 844, p. 432 ; Morice, Preuves, t. II, col. 81-82.

42 A. D. Côte-d'Or, B 11733.

43 Guesnon, « Documents inédits sur l'invasion anglaise », p. 18 — 28.

44 Arch. hist. Bretagne, t. I, p. 10 et 11, n° 6.

45 A. D. Isère, B 4359. En 1355, contre le Dauphiné, le comte de Savoie offre les gages suivants : armiger de sa terre, 7 florins et demi par mois ; armiger étranger, 10 florins par mois ; chevalier banneret : doubles gages ; miles baccalarius : 7 s. v. par jour, 20 s. v. faisant un florin (soit 10 florins et demi par mois de 30 jours) (L. Ménabréa, « De l'organisation militaire au Moyen Age d'après des documents inédits », Mémoires de l'Académie royale de Savoie, t. I, Chambéry, 1851, p. 214 et 199 : arbalétrier et pavesier italien : respectivement 4 florins et demi et 4 fl. par mois).

46 Varin, Arch. adm. Reims, t. III, p. 120-123.

47 Lemaire, Arch. Saint-Quentin, t. II, p. 245 — 248, n° 679.

48 A. M. Troyes, BB 5.

49 B. N., Clair. 213, n° 94.

50 B. M. Blois, Joursanvault, n° 307, 313, 316, 319. On notera que le comte de Blois paye parfois ses gens de guerre en nature : tel arbalétrier reçoit un muid de blé (ibid., n° 398 : 1360), un tonneau de vin (ibid., n° 280).

51 Cosneau, Les grands traités de la guerre de Cent ans, p. 13 — 14. Le même taux est prévu, l'année suivante, par le traité de Brétigny (ibid., p. 59).

52 Delaville Le Roulx, Comptes Tours, t. I, p. 187—189.

53 B. M., Add. Ch., 13471.

54 Dom Urbain Plancher, Histoire générale et particulière de Bourgogne, Dijon, 1739—1781, t. III, Preuves, p. III.

55 B. M. Blois, Joursanvault, n° 522—530.

56 Ibid., n° 541.

57 Dom Plancher, Histoire générale et particulière de Bourgogne, t. III, Preuves, p. XVII.

58 A. D. Isère, B 4358.

59 A. Dussert, Les Etats du Dauphiné de la guerre de Cent ans aux guerres de religion, Grenoble, 1915, p. 51.

60 B. N., p. o. 1777, dossier De Lux, n° 2. La même année, guerre du comte de Savoie contre le sire de Beaujeu : lance, 20 florins par mois ; arbalétrier, 7 florins (A. S. Turin, inv. 29, n° 16).

61 Guillemain, La cour pontificale d'Avignon, p. 620 — 621.

62 A. D. Bouches-du-Rhône, B 205, f° 116. En 1362, Aimery VII, vicomte de Narbonne, s'engage à servir le roi d'Aragon, Pierre, avec 25 glaives, pour une solde de 20 florins par mois et par glaive (Hist. Languedoc, t. IX, p. 813).

63 Hist. de Metz, t. IV, p. 270-275.

64 A. D. Meurthe-et-Moselle, B 524, n° 105.

65 Frauenholz, Heerwesen des Seiches in der Landsknechtzeit, Munich, 1937, t. I, p. 272, n° 64.

66 B.N., lat. 4190, f° 26-33' à cette époque, un franc est estimé par le Camé-rier valoir 30 s. et un florin de la Chambre 28 s. (L. Mirot, « Sylvestre Budes et les Bretons en Italie », B.E.C., t. LVIII, 1897, p. 594—596, en note).

67 Engiish Govern., t. I, p. 336 sq. ; Hewitt, The Black Prince, p. 17 ; McKisack, The Fourteenth Century, p. 237 et 239—841 ; Prince, « The Indenture System », p. 291—292.
En 1339, la paye offerte par Edouard III fut particulièrement élevée (Prince, « The Strength of Engl. Armies », p. 360—362).

68 1414 : Morice, Preuves, t. II, col. 902-909.
1415 : B. N., Clair. 4, n° 17.
1418-1419 : B. N., fr. 7858, f° 335 sq.
1423 : ibid., 32510, f° 364r°.
1425 : Morice, Preuves, t. II, col. 1164-1165.
Ajoutons qu'en 1415, des arbalétriers ne sont pas satisfaits d'une solde mensuelle de 8 francs ; pour les empêcher de déserter, on leur en accorde 10 (B. N., Clair. 64, n° 117). En 1418, pour la garde du château de Poitiers, les hommes d'armes, touchent par mois 8 l.t., les hommes de trait 4 l.t. (B. N., fr. 7858, f° 335 sq.).

69 B. N., fr. 32510, f° 383r°.

70 A. N., P 1335, n° 123.

71 B. N., lat. 17056, f° 20v°-21v°.

72 1425 : B. N., p. o. 407, dossier Bonnay, n° 17.
1426 : ibid., n° 25 et 1516, dossier Hermentier, n° 2 (sacquemans : 10 l.t.) ; B. M., Add. Ch. 1425.
1427 : B. N., p. o. 407, dossier Bonnay, n° 32.
1428 : B. N., fr. 26710, n° 56.
1431 : ibid., n° 1665 et 1666.
1435 : B. N., p. o. 25, dossier Albret, n° 145.
1437 : ibid., n° 162.

73 1439 : B. N., p. o. 93, dossier Armagnac, n° 109.
1440 : B. N., fr. 26066, n° 3926 ; B. M., Add. Ch. 16251.

74 1448 ou 1449 : B. N., fr. 6909, f° 206v° et 207.
1453 : Clément-Simon, Arch. hist. Corrèze, t. I, p. 290—293.
1456 : Ord. Roys, t. XIV, p. 360-362.
1462 : B. N., fr. 25779, n° 6 et 7.
1465 : Dauphiné : B. N., Clair. 235, n° 105 ; Nivernais : B. N., fr. 20496, f° 32.
1470 : B. M. Rouen, Martainville 202, n° 10.
1474 : B. N., fr. 25779, n° 47 et 51.
1491 : B. N., Clair. 237, n° 339.

75 Gages de la garde écossaise : B. N., fr. 8000 et A. N., KK 67.
Gages des hommes d'armes de la garde du corps et des gentilshommes de l'hôtel du roi : B. N., fr. 8000 ; Clair. 438 et fr. 21451, f° 309—318.
Gages de la garde française du corps : B. N., fr. 8002 et 8004.

76 B. N., fr. 6971, f° 239 ; 25778, n° 1904 (à Cherbourg, en 1454, 2 canonniers sont comptés pour 3 payes, soit, par canonnier, 7 1. 10 s. t. par mois : n° 1852) ; 25779, n° 52 et 53 ; 25781, n° 5 et 32 ; et 6909, f° 137v° et 138r°.

77 Morice, Preuves, t. II, col. 1777 et 1778. Sur la valeur de la livre bretonne par rapport à la livre tournois, cf. Dupuy, Réunion Bretagne, t. II, p. 295 et H. Touchard, Le commerce maritime breton à la fin du Moyen Age, Paris, 1967, p. 295-298.

78 Morice, Preuves, t. III, col. 119—125. Valeur des réaux fournie par Ord, Roys, t. XVI, p. 471-473.

79 Stein, Charles de France, p. 800.

80 Brusten, L'armée bourguignonne, p. 60 — 65 ; Tuetey, Les Ecorcheurs, t. II, p. 5.

81 B. N., Bourgogne 60, f° 67-72.

82 B. N., fr. 23963.

83 Dépêches des ambassadeurs milanais, éd. Gingins La Sarraz, t. II, p. 360, n° 271 et p. 369-370, n° 274 (juillet 1476).

84 B. M. Reims, Tarbé VII, 18. Valeur des monnaies bourguignonnes fournie par H. Enno van Gelder et M. Hoc, Les monnaies des Pays-Bas bourguignons et espagnols, 1434 — 1713, Amsterdam, 1960.

85 Vigneulles, Chron., t. III, p. 158. Sur la valeur de la monnaie messine à cette époque, cf. J. Schneider, Le livre de comptes des merciers messins Jean le Clerc et Jacquemin de Moyeuvre (1460—1461), Metz, 1951, p. 48 et n. 17.

86 Frauenholz, Heerwesen des Reiches in der Landsknechtzeit, t. VIII, p. 166— 167 (supra, n. 65).

87 Calmette et Périnelle, Louis XI et l'Angleterre, p. 167.

88 B. M. Rouen Martainville 217, n° 23.

89 Ibid., 216, n° 9.

90 Commynes, Mémoire, séd. Calmette et Durville, t. III, p. 41.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2004

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search