Version classiqueVersion mobile

Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge. Tome 2

 | 
Philippe Contamine

Annexes

Annexe V. Renouvellement des gens de guerre au sein des compagnies

Texte intégral

A. 14e SIÈCLE

Compagnies de gens de trait

  • 1 Annexe I, 60.
  • 2 Ibid., 106.
  • 3 Ibid., 120.
  • 4 Ibid., 120, 33 et 21.
  • 5 Ibid., 60 et 120.

1Cosme de Grimaldi, écuyer « du pays de Gênes », apparaît en 1374 comme capitaine de 30 arbalétriers à pied, servant en basse Normandie sous le gouvernement de l’amiral Jean de Vienne. Le 1er juin 1378, il est passé en revue à Pont-Audemer avec 22 arbalétriers dont un connétable. Toujours à la solde du roi de France, il tient garnison à Honfleur de 1384 à 1395 au moins, ayant sous ses ordres un nombre variable de « compagnons ». On le voit aussi en 1385 participer à l’expédition d’Ecosse, dont le chef est le même Jean de Vienne, et en 1388 commander une galée du roi, la Sainte-Marie. Son personnel semble relativement stable : sur 33 arbalétriers servant en 1389, 6 sont déjà avec lui en 1378 et 24 se trouvent signalés dans une montre de 13871. Telle n’est pas cependant la règle : Antoine Quinaille est connétable d’arbalétriers en 1379 — 1380, capitaine de 27 arbalétriers à cheval et 32 à pied en 1386, capitaine de 30 arbalétriers l’année suivante, connétable de 19 arbalétriers en 1392. On le voit encore servir en 1394. Or, l’examen de trois de ses montres et revues, datant de 1380, 1387 et 1392, indique qu’aucun nom, en dehors du sien, ne s’y trouve plus d’une fois : chaque fois le renouvellement est donc intégral2. Séraphin Truc est capitaine de 24 arbalétriers à pied en 1378, connétable d’arbalétriers en 1379 — 1380, servant à Dieppe en 1384, à Harfleur de 1386 à 1394, est passé en revue à Paris en 1385, capitaine de la galée Saint-Jacques en 1388. Entre son personnel de 1380 et celui de 1385, aucun nom commun ; 6 noms sur 48 communs aux deux montres ou revues de 1385 et 1386 ; enfin, sur 46 arbalétriers présents en 1389, 22 seulement sont déjà signalés en 1386 : en 26 mois, plus de la moitié de sa garnison de Harfleur s’est donc renouvelée3. On peut conclure à une instabilité assez nette des gens de trait, plus marquée en tout cas que celle de leurs chefs. Ajoutons cependant d’une part que certains arbalétriers purent servir successivement dans plusieurs compagnies, tel Daniel Capon, présent dans celle de Séraphin Truc en 1380, dans celle d’Antoine Conte en 1394 avec la fonction de connétable, enfin capitaine d’arbalétriers en 1386, 1387 et 13904 ; d’autre part, qu’une partie du recrutement s’opérait par voie familiale : on voit servir sous Cosme de Gri-maldi, Breton, Tade et Andalo de Grimaldi ; sous Séraphin Truc, Jean, Mournel, Léonard, Pierre, Guillaume et Laurent Truc5.

Compagnies d’hommes d’armes

2Première catégorie.

  • 6 Beauséjour, « Pesmes et ses seigneurs », preuves n° 286 et 287, p. 116 sq. Le seigneur de Pesmes, (...)
  • 7 Toutes ces montres se trouvent dans A. D. Côte-d’Or, B 11745 et 11746. Sur Guy de Pontalier, cf. G (...)

3On examinera ici le recrutement de ceux qu’amènent avec eux les nobles convoqués par mandement royal ou princier. Comparons la « route » d’Othe de Grandson, seigneur de Pesmes, chevalier banneret, composée de 3 chevaliers et de 29 écuyers, qu’il amena en 1338 à la suite de la semonce du duc de Bourgogne pour servir Philippe de Valois, avec celle de 4 chevaliers et 23 écuyers qu’il commandait en 1339 : entre ces deux formations, de dimension analogue, aucun chevalier commun ; en revanche, 14 écuyers se retrouvent dans l’une et l’autre, dont Guillaume de Grandson et le bâtard de Grandson6. On possède deux montres des hommes de Guy de Pontalier, chevalier, maréchal du duc de Bourgogne ; l’une, de 1365, comprend 4 chevaliers, 15 écuyers et 2 archers « desarmés » à cheval ; l’autre, de 1368, 4 chevaliers, 7 écuyers et 2 archers ; 4 noms en commun seulement : Jean et Philippe de Blaisy, chevaliers, Jean de Pontalier et Huguenin de la Chaume, écuyers. Les deux montres de Jean de Vergy, chevalier, datant des mêmes années et comportant l’une 2 chevaliers et 6 écuyers, l’autre 3 chevaliers et 12 écuyers, ont en commun un seul chevalier et un seul écuyer. Les deux exemples qui suivent portent chaque fois sur 3 montres de 1365, 1366 et 1368 : la première montre de Jacques de Vienne, seigneur de Longwy, chevalier banneret, comprend 3 chevaliers, 24 écuyers et deux archers ; on y relève les noms de 2 hommes d’armes ayant auparavant servi sous Guy de Pontalier ; sa seconde montre comprend un porte-bannière, 2 chevaliers, 22 écuyers et 4 archers ; sa troisième, un porte-bannière, 4 chevaliers et 28 écuyers. Or, 4 noms seulement se retrouvent dans deux des 3 documents et un seul — il est significatif que ce soit celui de Jean, bâtard de Vienne — dans les trois. Jean Garnier, Grand Prieur de l’Hôpital en Champagne, amène en 1365 4 écuyers, en 1366 un chevalier et 3 écuyers, en 1368 4 écuyers : effectifs identiques, mais avec un seul nom commun, celui de Simon de Tan-lay, et un autre présent deux fois sur trois7.

  • 8 Montre de 1355 : B. N., p. o. 66, dossier D’Anglure, n° 3.
    Montre de 1368 : B. N., Clair. 5, n° 45.(...)

4Ogier VII d’Anglure, important seigneur champenois, né vers 1340 d’Ogier VI d’Anglure et de Marguerite de Conflans. Il semble bien que ce soit lui — et non son père — qui sert en 1368 comme chevalier, avec 5 écuyers, pour la défense de Châlons-sur-Marne, sous la bannière et le gouvernement de noble et puissant seigneur le seigneur de Châtillon, souverain capitaine de Champagne. On le retrouve dix ans plus tard, devenu banneret, servant avec un chevalier et 9 écuyers sous Enguerran VII de Coucy : entre les deux montres, un seul nom commun, celui de l’écuyer Jacques ou Jacquinet Cartullat. Signalons que ce dernier était vassal du seigneur d’Anglure pour un fief situé à Sézanne. De plus, dans la montre de 1368, apparaissent deux autres de ses vassaux : Pierre Cartullat, parent du précédent, et Girart le Saine. Enfin, dans une montre de 1355, concernant cette fois Ogier VI, on trouve, à côté de Pierre et Saladin d’Anglure, un certain Girart de Saincheron, de la même famille sans doute qu’Ogier de Saint-Chéron, vassal d’Ogier VII d’Anglure en 13768.

5Deuxième catégorie : capitaines et chefs de guerre habituellement retenus par le roi.

6Raoul de Brienne, comte d’Eu, fut connétable de France de 1329 à 1345. On a conservé, en copie ou en original, plusieurs comptes de ses retenues pendant les premières années de la guerre de Cent ans. En 1337, il servit « es parties de la langue d’oc et de Gascoigne », en 1338, « es parties de Flandres ». Il fut présent à l’ost de Buironfosse en 1339, à l’ost de Bouvines en 1340, combattit l’année suivante en Bretagne, participa à l’ost de Ploërmel en décembre 1342 et janvier 1343, jusqu’à la trêve de Malestroit.

  • 9 Sur ce personnage et ses fiefs, Cazelles, Société politique, p. 137 — 139. Ses retenues :
    – 1337 : (...)

7De retenue en retenue, les mêmes noms se retrouvent fréquemment. Des parents : son fils Raoul, comte de Guînes, qui devint à son tour connétable de France ; Dreu et Guillaume de Mello, parents de sa femme, Jeanne de Mello. Des membres de son hôtel, depuis les chapelains jusqu’aux cuisiniers : en 1339 par exemple, « Jehan le Queu », « Guillemot le Mareschal », « Jacquinot le Barbier le vieil », « Mahet l’armurier », deux « trompeurs », un « corneur », un « naquaire ». Mais surtout, il apparaît que la plupart des hommes d’armes servant sous lui sont régulièrement originaires de régions où il possédait des fiefs : non seulement les comtés d’Eu et de Guînes, qui fournissent les plus gros contingents, mais la Bourgogne, le Rethélois, l’Artois, le Boulonnais, le Vimeu, la Picardie, le Beauvaisis, la Normandie, le Poitou et la Saintonge. La coïncidence est frappante, et l’on peut penser que, parmi les dizaines ou les centaines d’hommes d’armes dont il eut à différentes reprises le « gouvernement », beaucoup étaient ses vassaux ou arrière-vassaux, tandis que d’autres, sans être unis à lui par l’hommage féodal, possédaient des terres voisines des siennes. Enfin les liens familiaux sont manifestes au niveau des combattants eux-mêmes : en 1337, Guillaume et Gosse de Saint-Bury, chevaliers ; Pierre, seigneur de Préaux, et Jean de Préaux, chevaliers, ainsi que le « bastart de Preaux, dit Jehannot », qualifié d’écuyer ; Frarin et Guy de Huchon, chevaliers ; Jean de Marigny, évêque de Beauvais, et Thomas de Marigny, chevalier. Ainsi apparaissent les quatre grandes formes de solidarités : vassalique, régionale, lignagère, celle aussi des « retainers »9.

8Guillaume du Merle, sire de Messei, était un important seigneur normand, petit-fils de Foucaud du Merle, maréchal de France au début du 14e siècle ; on le trouve signalé dans la liste des seigneurs que Jean le Bon entendait convoquer en 1350 ; il fut capitaine des ville, château et vicomté de Caen de 1358 à 1361 puis en 1364 succéda à du Guesclin comme capitaine général des bailliages de Caen et de Cotentin, conservant cette responsabilité jusqu’en 1369. La même année, il fut capitaine du château d’Exmes ; on le trouve encore capitaine et châtelain des ville et château de Falaise de 1375 à 1378 ; On a de lui 4 montres :

  • Caen, 11 décembre 1358 : lui, plus 12 écuyers.
  • Caen, 15 octobre 1365 : lui, 2 chevaliers, 12 écuyers et 4 archers armés.
  • Caen, 18 novembre 1366 : lui, 2 chevaliers, 4 écuyers et 6 archers armés.
  • Caen, 3 septembre 1368 : lui, un chevalier et 7 écuyers.
  • 10 Sur ce personnage, Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. XXII, p. 197 — 198 ; 67. R., n° 4220, 7035, 4 (...)

9Deux noms se retrouvent constamment : Raoul de Segré, écuyer, et Jean du Merle, son fils, écuyer en 1358. puis chevalier à partir de 1365. Plusieurs sont signalés au moins 2 fois. Notons que dans la montre de Jean du Merle, reçue à Mortain le 12 mai 1378, on trouve Pierre et Colin Malerbe, qu’il faut sans doute identifier à deux combattants du même nom servant sous son père en 1365 et 136610.

10Henri de Colombières est un chevalier de basse Normandie, d’honorable lignée ; il servit pour le moins de 1357 à 1381 et fut fait prisonnier de guerre à 3 ou 4 reprises. Le futur Charles V, encore duc de Normandie, l’établit capitaine et garde des ville et vicomté de Bayeux par des lettres du 27 décembre 1357 ; on le voit servir en 1365, 1366, 1374, 1379, 1380 et 1381 ; il mourut avant le 28 novembre 1382, laissant plusieurs enfants, dont Jean de Colom-bières, son fils aîné, encore mineur à cette date. On a de lui 8 montres ou revues, ayant toutes eu lieu en basse Normandie :

  • Caen, 15 septembre 1365 et montre « en croissance » du 29 octobre 1365 : en tout, lui, 4 écuyers et 5 archers armés.
  • Caen, 26 mai 1366 : lui, 3 écuyers et 6 archers armés.
  • Caen, 18 novembre 1366 : lui, un écuyer et 2 archers armés.
  • Bayeux, 1er janvier 1374 : lui, un chevalier et 8 écuyers.
  • Saint-Lô, 1er mai 1374 : lui, un chevalier et 8 écuyers.
  • La Haye du Puits, 18 novembre 1379 : lui et 8 écuyers.
  • La Haye du Puits, 18 mars 1380 : lui et 8 écuyers.
  • Carentan, 1er juin 1381 : lui et 7 écuyers.
  • 11 B. N., p. o. 823, dossier Colombières, n° 2-3, 6 — 11, 13, 16, 21 — 22, 24 — 25, 27 et 30 ; fr. 32 (...)

11Or, il apparaît que le personnel servant sous lui est d’une très grande instabilité. Un faible pourcentage de noms se trouve d’une année à l’autre, aucun n’est présent continuellement ; toutefois, après une interruption plus ou moins longue, les mômes personnages peuvent réapparaître. Parmi ceux qui servent le plus habituellement, on note Guyot de Colombières. Le recrutement familial est sensible : on relève trois Colombières, deux Bacon, deux Hautefeuille, deux Cantelou11.

12Guillaume, dit le Bègue de Fayel, est un notable seigneur de Vermandois ou de Normandie, qu’on voit servir à maintes reprises entre 1367 et 1393. Il a combattu surtout dans sa province d’origine, mais s’est rendu en Espagne vers 1367 et a fait la guerre en Auvergne, Touraine et Poitou en 1369. Il fut capitaine général en Normandie, capitaine des ville et château d’Orbeo en 1378, capitaine des château et ville de Saint-James-de Beuvron de 1380 à 1385, vicomte de Breteuil des 1380 à 1384 ; seigneur de Brucourt, il est qualifié de chevalier banneret à partir de 1386. Comparons 4 montres ou revues qu’on a de lui :

  • Paris, 13 septembre 1370 : lui, 7 chevaliers, 21 écuyers et 2 archers non étoffés.
  • Caen, 1er août 1371 : lui, 5 chevaliers et 22 écuyers.
  • Saint-Lô, 1er juin 1372 : lui, 9 chevaliers et 42 écuyers.
  • Saint-Lô, 1er novembre 1373 : lui, 7 chevaliers et 35 écuyers.
  • 12 Coville, Les états de Normandie, p. 317 — 319 ; G. R., n° 7722, 12632, 12885, 16183 ; Delisle, Man (...)

13Entre la première et la deuxième montre, 5 noms communs ; entre la deuxième et la troisième, 4 ; entre la troisième et la quatrième, aucun. Seul un tout petit noyau se retrouve dans les trois premières montres, formé de Jean de Ridel, Pierre de Pressy et de Raoul et Philippot de Fayel : quatre familiers ou parents12.

14Autre grand seigneur normand : Guillaume Painel, seigneur de Hambye. Son père fut capitaine des bailliages de Coutances et de Pontorson en 1347, capitaine commis et établi par le duc de Normandie en l’évêché de Coutances en 1350. Lui-même, simple écuyer en 1366 et 1368, sert alors dans les bailliages de Caen et de Cotentin sous le gouvernement de Guillaume du Merle. En 1369, le voilà qualifié de chevalier banneret. Il continue à servir en basse Normandie au moins jusqu’en 1395, étant même, depuis le début du règne de Charles VI, l’un des capitaines généraux de cette région. Mais, à l’occasion, il quitte sa province d’origine pour participer aux grandes expéditions : en 1380, action contre le comte de Buckingham, en 1382, Roosebeke, en 1386, « passage de la mer », en 1392, chevauchée du Mans. Guillaume Painel mourut peu avant la fin de 1402.

15Dans sa montre reçue à Saint-Lô le 29 mai 1366, on le voit commander, bien que jeune encore et simple écuyer, une troupe importante d’hommes d’armes et d’archers, parmi lesquels 8 chevaliers, dont Nicole, Fouques et Raoul Painel — ce dernier capitaine de Coutances de 1367 à 1379 — ainsi que Guillaume de Villers, sire du Hommet, qui fut capitaine de Carentan en 1378.

16Une autre montre a heu à Argentan le 23 mars 1369 : il a dans sa compagnie 7 chevaliers et 17 écuyers ; 4 chevaliers et 4 écuyers sont déjà signalés dans la montre précédente : parmi les premiers, Nicole Painel, Jean de la Champagne et Guillaume de Villers ; parmi les seconds, Robert de Ver et Geoffroy du Fresne.

17Dans sa revue faite à Saint-Lô le 1er juillet 1371 avec 6 chevaliers, 21 écuyers et 13 archers armés, on retrouve Nicole Painel et Jean de la Champagne, Robert de Ver et Geoffroy du Fresne, ainsi que 4 noms de la montre de 1369.

18Il est ensuite passé en revue à Corbeil, le 1er septembre 1380 : on retrouve parmi les chevaliers Guillaume de Villers et Nicole Painel, parmi les écuyers Robert de Ver. Deux autres écuyers ont déjà servi en 1369 : Jean de Sainte-Marie et Michel de Saint-Nicolas.

19Le voici ensuite installé en garnison à Carentan, où deux revues permettent de connaître son personnel, en 1385 et 1388 : dans la première, sont signalés le sire du Hommet, Robert de Ver, mais aussi Robinet de Ver, dit « le jeune », frère ou fils du précédent, Jean de Sainte-Marie, cité précédemment, Jean de Sillans et Colin de la Chambre, qui servirent en 1379. Servent toujours en 1388 le sire du Hommet, Robert de Ver, Colin le Tanneur, Jean de Sainte-Marie, Robinet de Ver, Colin de la Chambre et Jean de Sillans. Au total, sur les deux chevaliers et les 16 écuyers présents dans la revue de 1388, un chevalier et 10 écuyers sont déjà là trois ans plus tôt.

  • 13 Sur la famille Painel, S. Luce, « Jeanne Paynel à Chantilly », Mémoires de l’Académie des Inscript (...)

20Ainsi, de 1366 à 1388, un seul nom se retrouve toujours, celui de l’écuyer Robert de Ver, mais plusieurs sont présents à de nombreuses reprises ; le va-et-vient est incessant, mais il s’exerce à l’intérieur d’un cercle relativement restreint, où les liens familiaux jouent un rôle de premier plan : 4 Painel (Fouques, Nicole, Raoul et Henri), 4 Carbonnel (Colin, Gillot, Guillaume et Richard). Notons enfin que le personnel se stabilise à partir du moment où il s’installe durablement dans une garnison — ici Carentan13.

21Toujours en Normandie, Guillaume aux Epaules, chevalier, est de notable lignée, un peu moindre cependant que celle des Painel. Il fut capitaine de Néhou-en-Cotentin entre 1364 et 1375 et capitaine du château de Moulineaux près de Rouen, de 1376 à 1394. Outre cela, on le voit servir à Caen en 1370, à Pont-l’Abbé, en Bretagne, en 1374. Il garde Carentan à partir de 1380, jusqu’en 1392 au moins, mais participe au voyage d’Ecosse en 1385 et au projet de passage de la mer en 1386. Signalons enfin qu’il a été fait prisonnier lors du siège de Saint-Sauveur-le-Vicomte en 1375.

  • 14 G. B., ne 7675 et 19602 ; B. N., fr. 32510, f° 244v°, 272r°, 282r°, 290r » , 304r° et 312v° ; fr. (...)

22Ses trois premières montres de 1370, 1374, et 1380 n’offrent aucun nom commun : peut-être était-il un trop petit seigneur pour disposer constamment de familiers susceptibles d’être à ses côtés lorsqu’il servait le roi ? Tout se passe comme s’il avait recours à un recrutement occasionnel. Mais son installation à Carentan va modifier cette situation : lorsqu’il se rend en Ecosse en 1385, il emmène, outre un nombre considérable de recrues engagées pour la circonstance, une bonne partie de sa garnison, présente dès 1380 : Robin Beaugendre, Guillaume Picot, Colin de la Haye, Philippot du Bosc. Pendant ce temps, un de ses parents, Jean aux Epaules, le remplace à Carentan avec l’autre partie de la garnison. Enfin, lorsqu’il repart en expédition l’année suivante, il conserve quelques-uns de ses compagnons d’Ecosse14.

  • 15 Belleval, Trésor généalogique, t. II ; Froissart, Ghron., éd. Kervyn, t. XXI, p. 360 — 362 et t. X (...)

23Guillaume, le Châtelain de Beauvais, est un important banneret originaire de Vermandois qui devint « grant queux de France » et mourut en 1390. On a de lui 4 montres ou revues allant de 1369 à 1387. Les anthroponymes de Picardie et de Vermandois y dominent manifestement. L’instabilité est assez grande, mais quelques personnages servent au moins deux fois : Guillaume de Landen-court, Flamant de Crèvecœur, tous deux chevaliers, Colin du Jardin, Raoul de Rouvroy, écuyers. Un nom se rencontre dans les 4 documents : celui de Jean de Landencourt, écuyer15.

24Un dernier exemple sera fourni par les hommes du normand Mouton de Blainville, dont on a évoqué la carrière précédemment. On a de lui 7 montres et revue : 1365, 1370, 1371, 1372, 1379, 1383 et 1388, représentant un total de 139 combattants, dont :

2580 apparaissant une fois

2614 apparaissant 2 fois 6 apparaissant 3 fois

271 apparaissant 4 fois

282 apparaissant 6 fois.

  • 16 Annexe II, 5.

29Ces deux derniers personnages, qui faisaient sans doute partie en permanence de l,’ « hôtel » de Mouton de Blainviïle, étant de sa livrée, à ses robes et gages, sont Jean, seigneur de la Hélotière, qualifié par son maître de « nostre escuier » dans un acte de 1381, à coup sûr un noble authentique, et Hanequin l’Arde-nois, dont le nom même paraît impliquer une naissance plus douteuse16.

30Troisième catégorie : troupes de garnison.

31Les cas de Guillaume aux Epaules et de Guillaume Painel ont permis de constater une relative stabilisation du personnel lorsqu’il s’installait durablement dans une garnison. Deux autres exemples vont-ils confirmer cette impression ?

  • 17 67. R., n° 7675bis et 7749. En 1377, il a en garde les fiefs de Catherine de la Luzerne, sa nièce, (...)

32Thomas de la Luzerne est un chevalier normand, dont on peut suivre la carrière militaire de 1365 à 1393 ; à cette dernière date, il était conjointement capitaine de Néhou-en-Cotentin et de Saint-Sauveur-le-Vicomte. On a une montre de lui, reçue à Caen le 1er mai 1371 en compagnie de 6 écuyers et 3 archers armés, sous le gouvernement du comte d’Alençon, lieutenant du roi en Normandie, une revue de 1374, puis 4 autres datant de 1380, 1381, 1387 et 1388 alors qu’il se trouvait en garnison à Carentan. Entre la montre de 1371 et la revue de 1380, un seul nom commun, celui de Jean de Pierrefitte, ce qui n’a rien de très étonnant, mais, chose plus grave, sur les 7 écuyers signalés en 1388, un seul est déjà là en 1380. Ici, l’instabilité demeure donc marquée17.

33Durant la seconde moitié du 14e siècle, le château de Caen abrita une petite garnison permanente, soldée non point par un des trésoriers des guerres, mais par un receveur spécial rassemblant les « compositions » des villages alentour qui préféraient payer plutôt qu’y faire eux-mêmes le guet. Cette garnison eut successivement trois capitaines. Le premier fut Robert de Wargnies, chevalier, dont la famille était d’origine picarde, mais qu’on trouve très tôt fixé en Normandie. Selon Froissart, il fut capitaine de Caen dès 1346, défendant cette ville contre les Anglais, puis capitaine de l’abbaye de Guînes enl352, capitaine de Saint-Malo en 1354, bailli de Caen en 1355— 1356, 1358— 1359 et 1363— 1368. Il fut aussi capitaine de Saint-James-de-Beuvron en 1354, capitaine de Caen une seconde fois en 1356 et une troisième de 1362 à sa mort, le 1er septembre 1377. Un chevalier normand lui succéda, Claudin de Harenvillier, maréchal de Normandie en 1369 — 1370 et 1377 — 1378, présent au siège de Saint-Sauveur-le-Vicomte en 1375, enfin capitaine de la ville et du château de Caen de 1377 à 1380. Le troisième nom est celui d’Yon, sire de Garencières, de notable famille normande possessionnée dans la région d’Evreux. Son père, sans doute, Yon, sire de Garencières, chevalier, servit en 1340 lors de l’ost de Bouvines, dans la bataille des maréchaux. Lui-même a dû naître vers 1330 ; il apparaît dès 1355 et en 1356 on le trouve chevalier, chambellan du duc de Normandie, dauphin de Viennois. En 1364, il sert dans le diocèse de Rouen, sous le gouvernement de Mouton de Blainville, ayant avec lui un chevalier, 13 écuyers et 8 archers. Il fut capitaine de Caen de 1381 jusqu’à sa mort, survenue en avril 1409 ; mais cette responsabilité ne l’empêcha pas de servir le roi ailleurs, particulièrement en 1369, 1375, 1378, 1382, 1386, 1388, et 1391. En 1390, il participa même à l’expédition d’Afrique. Longtemps simple chevalier, il porte le titre de chevalier banneret à partir de 1386. Ajoutons qu’il fut maître d’hôtel de la reine Isabeau de Bavière de 1398 à 1409 et qu’il épousa en secondes noces une favorite de celle-ci, Brunissent de Lautrec.

34On a conservé plusieurs dizaines de montres et revues de cette garnison, forte de 6 écuyers et 10 arbalétriers. Ces montres ou revues vont de 1374 à 1409 ; elles sont mensuelles et sont en général passées par le bailli de Caen ou son lieutenant dans les premiers jours du mois pour lequel elles valent. A de très rares exceptions près, le capitaine lui-même est absent. Quels enseignements peuvent-ils être tirés d’une documentation exceptionnellement abondante ?

  • 18 Sur Robert de Wargnies : Hunger, Actes normands, p. 25 ; Coville, Les états de Normandie, p. 308 — (...)

35Par rapport à la revue du 1er juin 1374, celle du 1er novembre 1377 contient un écuyer et deux arbalétriers communs. Par rapport à celle de 1377, celle du 1er février 1378 comporte 9 arbalétriers communs, mais aucun écuyer. C’est dire que le nouveau capitaine, Claudin de Harenvillier, a remplacé entièrement le personnel noble. Parmi les nouveaux venus, l’un de ses parents, Dangin de Harenvillier. En 1381, avec Yon de Garencières, un seul écuyer déjà présent en 1378, mais 7 arbalétriers ; Yon de Garencières a placé ses protégés : on trouve désormais à Caen plusieurs de ses compagnons qui servaient à ses côtés à Breteuil en 1378. Désormais, une stabilité fort grande se manifeste : en moyenne, tous les 4 ans, un écuyer sur 6 et un arbalétrier sur 5 sont nouveaux. Parfois, même, d’anciens soudoyers reprennent du service après une éclipse momentanée. Prenons la dernière revue, celle du 20 avril 1409 : à cette date, l’un des écuyers, Richard de Mailloc, sert depuis 29 ans, tandis que 6 arbalétriers sur 10 sont là depuis 24 jusqu’à 36 ans. Il est probable que cette permanence exceptionnelle s’explique par la régularité de la paye, laquelle, à son tour, rend compte de l’abondance même de notre documentation. Ajoutons que si les profits étaient certains, les obligations étaient minces et les risques nuls. Comme toujours, les liens familiaux jouent à plein pour le recrutement. Il est intéressant de noter qu’aucun arbalétrier ne fut admis, à un moment quelconque de sa carrière, parmi les écuyers : barrière sociale infranchissable18 ?

36Quatrième catégorie : personnel des compagnies non point attachées à une garnison, mais à la fois itinérantes et entretenues de façon continuelle par le pouvoir royal.

  • 19 B. N., n. a. fr. 7413, f° 275 ; Clair. 100, n° 134 et 140 ; B. M. Rouen, Martain-ville 215, n° 7 ; (...)

37Entre la montre de Louis de Sancerre, chevalier, un autre chevalier et 18 écuyers de sa compagnie reçue le 26 octobre 1358 et la revue du même Louis de Sancerre, devenu maréchal, de France et chevalier banneret, reçue à Périgueux le 8 septembre 1376, avec 9 chevaliers, 20 écuyers, « queux, trompete et mareschal », un seul nom commun : celui de l’écuyer Simonnet Hastier. Mais, entre cette dernière revue et celle, passée à Cognac trois ans plus tard, le premier octobre 1379, de 9 chevaliers bacheliers, 17 écuyers, queux, trompette et maréchal de son hôtel, on relève en commun 4 chevaliers et 15 écuyers, soit 19 noms sur 26 : 73 % de l’effectif. En 1376, 1379 et 1382, présence, dans la compagnie du maréchal, de Jean Foucaut, qu’il faut peut-être assimiler à Guillaume Foucaut dont Froissart dit qu’en 1388, il fit armes à Bordeaux avec quatre autres membres de 1’« ostel » du maréchal contre cinq Anglais de l’hôtel du duc de Lancastre19.

  • 20 B. N., p. o. 1639, dossier De la Houssaye en Bretagne, n° 6, 8, 10 et 22.

38Revue d’Alain de la Houssaye, chevalier, chef de 40 hommes d’armes, faite à Bellac le 15 décembre 1375 avec 2 chevaliers bacheliers et 11 écuyers de sa chambre ; sur ces 13 noms, 3 seulement se retrouvent dans la revue du même capitaine faite un mois plus tard, le 15 janvier 1376. Mais parmi les 9 noms de son « hôtel » revus à Tulle le 1er mai de la même année, 8 sont attestés dans la revue précédente. Une montre du même Alain de la Houssaye, comportant 13 noms, fut reçue à Gavray le 12 mai 1378 : ici, renouvellement total mais deux des noms de 1376 se retrouvent à Dinan, en 1378, cette fois sous le frère d’Alain de la Houssaye, Eustache20.

  • 21 Delisle, Mavd. Ch. V, n° 1423 ; B. n., n. a. fr. 20528, p. 53-77 ; fr. 32510, f° 288r° et 301r° et (...)

39A partir du règne de Charles V, il exista une garde du corps du roi composée de deux formations. La première apparaît en 1379 avec Etienne Présent, valet de chambre de Charles V, auparavant garde de l’artillerie royale au Bois de Vincennes, retenu avec 24 arbalétriers à cheval français « pour estre et demou-rer continuellement a la garde et seureté de nostre corps au lieu de Jehan de la Ruie ». Puis, en 1386 — 1388, cette troupe se trouva sous le commandement de Guillaume le Blond, sergent d’armes du roi. De 1391 à 1399 au moins, Robert d’Esneval, écuyer, a la responsabilité de 25 gens de trait : mais archers à cheval cette fois et non plus arbalétriers21. Quant à la seconde formation, il s’agit d’une garde de 20 ou 21 hommes d’armes, placés d’abord, entre 1369 et 1380, sous le commandement de Hue du Boulay, puis de 1381 à 1388, successivement ou peut-être alternativement sous ceux de Jean de Blaisy et de Gaucher de Passac, tous deux chevaliers.

  • 22 Pour Hue du Boulay et Gaucher de Passac, cf. l’annexe II, 8 et 28 ; Jean de Blaisy, dans une chart (...)

40Cette garde du corps accompagnait le roi dans ses déplacements : on la voit passée en revue à Paris le 1er août 1386, à Lens le 1er octobre, à L’Ecluse le 1er novembre, à Paris de nouveau le 1er janvier 1387, puis, dans les mois qui suivent, à Maubuisson près de Pontoise, à Compiègne, à Rouen, à Vernon, à Beauvais, à Noyon. Plusieurs documents permettent de suivre les carrières : sur les 6 chevaliers et les 14 écuyers passés en revue le 1er mai 1379, 4 chevaliers et 5 écuyers — près de la moitié des effectifs — servent déjà 7 ans plus tôt, le 1er mai 1372. Même, la mutation du capitaine ne provoque pas un renouvellement total du personnel : entre les revues du 1er mai 1379 et du 1er juin 1387, deux noms se retrouvent. Certes, on voit Gaucher de Passac caser son fils, Philippe de Passac, qui servait déjà sous ses ordres en 1372 : il reste que la garde du corps du roi était bien un organisme autonome, ne dépendant pas uniquement de son chef22.

  • 23 Les 9 revues en question sont reproduites dans Hay du Châtelet, Du Guesclin, p. 333 — 376. Parmi l (...)

41On possède 9 revues mensuelles de la compagnie de Bertrand du Guesclin, pour les mois de décembre 1370, janvier, avril, mai, juin, juillet, août, septembre et novembre 1371. On ne peut qu’être frappé par l’instabilité de cette formation comprenant environ 23 chevaliers et 140 écuyers : un seul des premiers et 14 des seconds sont présents dans les 9 documents. Toutefois, cette constatation est atténuée par le fait qu’un bon nombre de combattants réapparaissent après une interruption d’un mois ou deux dans leur service. C’est que du Guesclin confiait à certains hommes d’armes servant sous ses ordres la responsabilité temporaire de petits détachements créés en période d’activité militaire intense, lorsque brusquement sa « retenue » doublait ou triplait. Sa compagnie « ordinaire » était donc comme une pépinière de cadres subalternes en puissance qu’il pouvait détacher pour quelques mois et ensuite réintégrer23.

  • 24 Annexe II, 12. Sur le mode de recrutement de ses hommes, cf. la lettre qu’il adressa au seigneur d (...)

42Entre 1371 et 1380, Olivier de Clisson eut constamment à sa disposition une compagnie d’environ 200 hommes d’armes, régulièrement payés par les soins des trésoriers des guerres. Les documents permettent d’en connaître la composition en 1371, 1376 et 1380. Sur 24 chevaliers présents en 1371, 9 sont toujours signalés en 1376. Sur 34 chevaliers présents en 1376, 16 sont toujours signalés en 1380. En tout, 6 chevaliers paraissent avoir servi en permanence entre 1371 et 1380. L’instabilité est plus grande chez les écuyers puisque sur 163, 10 seulement se retrouvent dans les trois revues envisagées24.

B. 1418 — 1445

  • 25 Ghron. Martiniane, p. 5.
  • 26 Ibid., p. 17.

43L’absence de montres et revues interdit toute enquête sur la permanence des compagnies pour la Languedoïl ; elle ne se trouve attestée que par de rares témoignages indirects : « L’an 1423, fut la journée de Crevant ou moururent environ trois mille François et Escoçois : entre lesquelz y mourut Estienne de Chabannes, capitaine de gens d’armes. Et apres son trespas se retirèrent les gens d’armes de sa compaignie devers messire Jacques de Chabannes, qui estoit frere dudit Estienne et lieutenant de sa compaignie »25 ; de même en 1436, Jacques de Chabanne spart en expédition pour s’emparer du château de Vincennes ; son frère, Antoine, lui demande où il va : « Je n’en sçay riens », répond-il pour garder le secret de l’affaire, « et ne sçay si jamais tu me verras : mais j’ay prié aux gens d’armes qui sont a moy qu’ilz demourent soubz ta charge s’il advient que ma vie prengne fin et te tiennent pour leur capitaine : ce qu’ilz ont promis de faire »26.

44La documentation de Languedoc, en revanche, autorise quelques sondages :

  1. Jean-Roger de Comminges, chevalier banneret, vicomte de Couserans, seigneur de Terride, sénéchal de Quercy : entre sa montre reçue à Moissac, le 13 septembre 1430, avec un chevalier bachelier et 28 écuyers de sa chambre, et sa revue, reçue à Montauban, le 2 septembre 1437, avec 19 écuyers de sa compagnie, quatre noms en commun, dont celui d’Odet, bâtard de Terride27.
  2. Naudonnet de Lustrac, écuyer : entre sa revue, faite à Agen le 20 octobre 1430, avec 9 écuyers, sa revue faite à Gavaudun le 14 novembre 1435, avec 19 écuyers, et sa montre reçue à Lauzerte le 1er août 1437, avec 29 hommes d’armes, 4 noms en commun, dont celui de Bernard de Lustrac28.
  3. Charles d’Albret, comte de Dreux et de Gaure, chevalier banneret : entre sa montre faite à Millau le 17 septembre 1428 avec un chevalier banneret, 2 chevaliers bacheliers et 16 écuyers, sa revue reçue à Tartas le 16 septembre 1435 avec un chevalier banneret, 2 chevaliers bacheliers et 56 écuyers, et sa revue faite à Casteljaloux le 20 octobre 1437 avec 59 hommes d’armes, dont trois chevaliers, 5 noms en commun ; entre les deux dernières revues, 38 noms en commun29.
  4. Aux termes du traité conclu le 16 février 1425, entre Charles VII, d’une part, et le comte de Foix, de l’autre, ce dernier obtint, pour la durée de sa lieutenance de Languedoc, « en temps de paix ou de treves, retenue et payement de six vins cinq payes d’ome d’armes, tant pour le acompaigner comme pour pourveoir promptement aux cas et affaires qui porroient soubdainement survenir esditz pays ou en l’un d’iceulx, dont il sera tenu faire et bailler bonnes montres et reveues, et seront payez chascun mois ». En temps de guerre, la retenue devait être de 120 payes d’hommes d’armes et 50 hommes de trait30. Ce fut le second cas qui se réalisa31.

45On a conservé une quinzaine de revues de ses gens d’armes, entre 1426 et

46L’examen des n° 1, 3, 5, 7 et 13 montre que 15 noms sur 110 se retrouvent dans les cinq revues, distantes de quatre ans et demi ; l’examen des n° 3, 5, 7 et 13 montre que 42 noms sur 110 se retrouvent dans les quatre revues, distantes de 3 ans. Plusieurs noms sont présents dans telle revue, disparaissent de la suivante, puis resurgissent : va-et-vient à l’intérieur d’un cercle assez vaste.

  1. On peut suivre assez bien le personnel et les déplacements de la compagnie de Thomas Moras, où dominent les Ecossais. Thomas Moras et ses hommes servaient en la compagnie du comte de Foix, de 1426 à 1441. A peu de choses près, mêmes déplacements que pour les hommes du comte de Foix :
  • 32 B. N., p. o. 2043, dossier Moras, n° 28.

47Il est encore payé pour ses hommes le 1er septembre 144132.

48Jusqu’à la fin de 1435, Thomas Moras, écuyer, eut sous lui 29 écuyers ou prétendus tels ; puis on le retrouve en 1437 qualifié d’archer avec, sous lui, 11 archers. On constate que 13 des 29 écuyers présents en 1426 servent encore en 1435. Les mêmes sont après 1437 qualifiés d’archers : preuve supplémentaire du caractère non social du terme d’écuyer dans les montres et revues. Sur les 11 archers de 1439, 4 servent depuis 2 ans, 3 depuis 3 ans, un depuis 8 ans et 3 depuis 13 ans.

49Ainsi la documentation ne permet de saisir que des cas exceptionnels, favorisés. La composition sociale, le renouvellement des compagnies de routiers nomadisant à travers le royaume et au-delà, demeurent inconnus.

50Pour le problème de la cohésion des compagnies du côté anglo-bourguignon, voir le cas de la compagnie de François de Surienne dans Bossuat, Perrinet Gressart, p. 287 sq.

C. COMPAGNIES D’ORDONNANCE : 1446 — 1494

Archers de la grande ordonnance

Archers de la grande ordonnance

Troupes de garnison : petite ordonnance et mortes-payes

Troupes de garnison : petite ordonnance et mortes-payes

Hommes d’armes de la grande ordonnance

  • 33 A. N., K 68, n° 21 et B. N., Clair. 234, n° 15.

51En 1448, 9 des 12 hommes d’armes qui, sous leur chef de chambre, Antoine de Giverlay, servaient deux ans plus tôt dans la compagnie du maréchal de Culant, sont toujours présents33.

  • 34 A. N., K 68, n° 28 et B. N., fr. 25778, n° 1839.

52Pendant 18 mois, entre janvier 1448 et juillet 1449, un seul départ parmi les 15 hommes d’armes de la même compagnie, sous leur chef de chambre Olivier Guérin34.

Notes

1 Annexe I, 60.

2 Ibid., 106.

3 Ibid., 120.

4 Ibid., 120, 33 et 21.

5 Ibid., 60 et 120.

6 Beauséjour, « Pesmes et ses seigneurs », preuves n° 286 et 287, p. 116 sq. Le seigneur de Pesmes, banneret, avec 7 chevaliers et 39 écuyers, servit également Philippe VI dans la bataille et sous le gouvernement d’Eudes, duc de Bourgogne, du 3 au 27 juillet 1340, date de sa mort sous Saint-Omer (B. N., n. a. fr. 9238, f° 202r°).

7 Toutes ces montres se trouvent dans A. D. Côte-d’Or, B 11745 et 11746. Sur Guy de Pontalier, cf. G. Dumay, Guy de Pontaller, sire de Talmay, gouverneur et maréchal de Bourgogne (1364 — 1392), Dijon, 1907.

8 Montre de 1355 : B. N., p. o. 66, dossier D’Anglure, n° 3.
Montre de 1368 : B. N., Clair. 5, n° 45.
Montre de 1378 : ibid., n° 42.
Liste des vassaux d’Ogier VII d’Anglure dans l’aveu et dénombrement de sa. seigneurie d’Anglure rendu à Charles V « a cause de son chastel et chastellerie de Sezanne » le 11 juillet 1376 (Le saint voyage de Jherusalem du seigneur d’Anglure, éd. F. Bonnardot et A. Longnon, Paris, 1878, pièce à l’appui I, p. LV — LXIV).

9 Sur ce personnage et ses fiefs, Cazelles, Société politique, p. 137 — 139. Ses retenues :
– 1337 : B. N., fr. 32510, f° 147-148.
– 1338 : ibid., f° 162-164.
– 1339 : ibid., f° 168-170.
– 1340 : B. N., n. a. fr. 9238, f° 127v°-132r°.
– 1341 : ibid., 7413, f° 416-419.
– 1342 : ibid., f° 466-467.
Sur son entourage, cf. aussi A. N., JJ 269.

10 Sur ce personnage, Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. XXII, p. 197 — 198 ; 67. R., n° 4220, 7035, 4798, 16176 et 16178 ; B. N., p. o. 1936, dossier Du Merle en Normandie, n° 3 — 6, 9 — 10, 15, 21, 28, 31, 36, 42 — 43, 45 — 46 et 62 ; Hunger, Actes normands, p. 26, n. 4.

11 B. N., p. o. 823, dossier Colombières, n° 2-3, 6 — 11, 13, 16, 21 — 22, 24 — 25, 27 et 30 ; fr. 32510,.f° 241r°. Il était seigneur de La-Haye-du-Puits, où ont lieu ses montres ou revues de 1379 — 1380.

12 Coville, Les états de Normandie, p. 317 — 319 ; G. R., n° 7722, 12632, 12885, 16183 ; Delisle, Mand. Oh. V, p. 505 — 506, n° 977 ; Moranvillé, Jean le Mercier, p. 219 et 249 ; B. N., n. a. fr. 20528, p. 36 et 7414, f° 288r° ; fr. 32510, f° 287r°, 388r°, 317v° ; les 4 montres et revues examinées se trouvent dans B. N., fr. 21539, p. 407, 418, 481 et 453-454.

13 Sur la famille Painel, S. Luce, « Jeanne Paynel à Chantilly », Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1892, t. XXXIV, lère partie, p. 301 — 415. Sur Guillaume Painel, Coville, Les états de Normandie, p. 330 — 332 ; G. B., n° 7572, 7636 — 7637, 7598 et 16188 ; B. N., fr. 32510, f° 239 — 240v°, 244r°, 272r°, 328v°, 330v°, 303v° et 4482, passim ; les montres et revues utilisées ici se trouvent dans B. N., p. o. 2182, dossier Painel, n° 23 ; Clair. 83, n° 55, 63, 71, 90 et 108. Autres montres : B. N., fr. 25764, n° 8 et n. a. fr. 8604, n° 40.

14 G. B., ne 7675 et 19602 ; B. N., fr. 32510, f° 244v°, 272r°, 282r°, 290r » , 304r° et 312v° ; fr. 4482, p. 143 ; p. o. 1052, dossier Aux Epaules, où se trouvent les montres et revues examinées.

15 Belleval, Trésor généalogique, t. II ; Froissart, Ghron., éd. Kervyn, t. XXI, p. 360 — 362 et t. XXII, p. 75 ; Anselme, Hist. maison royale, t. VIII, p. 836 ; A. N., JJ 121, n° 237.

16 Annexe II, 5.

17 67. R., n° 7675bis et 7749. En 1377, il a en garde les fiefs de Catherine de la Luzerne, sa nièce, fille mineure d’Amaury de la Luzerne (B. N., n. a. fr. 3653, p. 54). Sur sa carrière après 1380 : B. N., fr. 32510, f° 328v° et 4482, p. 142. Montres et revues utilisées : B. N., Clair. 67, n° 156 — 157, 159 — 160 et 175. Gj. aussi Roman, n° 6730.

18 Sur Robert de Wargnies : Hunger, Actes normands, p. 25 ; Coville, Les états de Normandie, p. 308 — 311 ; Froissart, Chron., t. III, p. 141 et 143 ; 67. R., n° 4752bis, 4226, 7719, 4756.
Sur Claudin de Harenvillier, Hunger, Actes normands, p. 31, n. 1 ; 67. R., n° 16268, 16270, 4761.
Sur Yon de Garencières, B. N., n. a. fr. 9239, f° 233r° ; p. o. 1280, dossier Garen-cières ; G. R., n° 4765 et 4766 ; Rey, Finances royales, p. 193 et n. 4 ; Anselme, Hist. maison royale, t. II, p. 365 — 366 ; Moranvillé, Jean le Mercier, p. 217 ; B. N., n. a. fr. 7414, f° 226v° et 20628, p. 45 ; fr. 32510, f° 281r°, 306r° et 317v° ; Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. XIV, p. 225 et t. XXI, p. 360 — 362.
Parmi la cinquantaine de revues de la garnison du château de Caen repérées dans les mss. de la Bibliothèque nationale, des Archives nationales, du Ministère des armées et des bibliothèques municipales de Caen et de Rouen, j’ai utilisé ici celles contenues dans B. N., fr. 25764, n° 201 et 262 ; A. N., K 53, n° 6, 20bis, 44 ; B. N., fr. 25766, n° 573, 686, 622 et 691 ; B. M. Caen, Mancel 16, n° 25.

19 B. N., n. a. fr. 7413, f° 275 ; Clair. 100, n° 134 et 140 ; B. M. Rouen, Martain-ville 215, n° 7 ; Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. XIII, p. 301.

20 B. N., p. o. 1639, dossier De la Houssaye en Bretagne, n° 6, 8, 10 et 22.

21 Delisle, Mavd. Ch. V, n° 1423 ; B. n., n. a. fr. 20528, p. 53-77 ; fr. 32510, f° 288r° et 301r° et 25765, n° 42, 75 ; B. M. Rouen, Martainville 216, n° 3 ; B. N., fr. 25766, n° 639-640, 643 ; Clair. 159, n° 24.

22 Pour Hue du Boulay et Gaucher de Passac, cf. l’annexe II, 8 et 28 ; Jean de Blaisy, dans une charte du 17 novembre 1381, s’intitule « seigneur de Malveillie, capitaine de gens d’armes ordonné pour la garde du corps du roy » (Froissart, Ghron., éd. Kervyn, t. XX, p. 329) ; ses revues : B. N., fr. 25765, n° 68, 74, 119, 174, 175, 241 et 255. C’est à cette garde du corps que Christine de Pisan fait allusion dans le Livre de la Paix, p. 72 : « La estoit ou millieu de sa gent un nombre de gens d’armes et arbalestiers tousjours devant lui [Charles V] ». Sur la nécessité pour le roi d’avoir une garde du corps, cf. Mézières, Le Songe du Vieil Pèlerin, t. II, p. 218-220.

23 Les 9 revues en question sont reproduites dans Hay du Châtelet, Du Guesclin, p. 333 — 376. Parmi les futurs chefs servant dans la compagnie de du Guesclin en 1370 — 1371, Alain de Beaumont, Geoffroy Budes, Alain de Rohan, Maurice de Tréséguidy, Olivier du Guesclin, Eustache, Henri et Olivier de Mauny, ou encore Geoffroy Février, chevalier, qu’on voit servir en 1369 (Moranvillé, Jean le Mercier, p. 215) et 1375 (B. N., n. a. fr. 7414, f° 231v°) ; le même personnage est chef de 30 hommes d’armes en 1376 (ibid., f° 239v°), sert en 1377 (ibid., f° 266), en 1378, où sa montre est reçue à Valognes, le 17 novembre (B. N , Clair. 47, n° 120 ; n. a, fr. 20528, p. 32), en 1379 (B. N., n. a. fr. 20528, p. 57), en 1380, où sa revue est passée à La Guerehe, le 1er octobre (B. N., Clair. 47, n° 125), en 1381, où il est qualifié de capitaine de La Guerehe (ibid., n° 134) et en 1386 (B. N., fr. 32510, f° 293v°).

24 Annexe II, 12. Sur le mode de recrutement de ses hommes, cf. la lettre qu’il adressa au seigneur de la Tremblaie, son « bon parent et favorable ami », où il lui propose de prendre en charge ses deux fils, Pierre et Drouin (Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. XXI, p. 16).

25 Ghron. Martiniane, p. 5.

26 Ibid., p. 17.

27 B. N., n. a. fr. 8606, n° 9 et fr. 25774, n° 1210.

28 B. N., p. o. 1777, dossier Lustrac, n° 9, 15 et 22.

29 Ibid., dossier Albret, n° 144 ; fr. 25772, n° 992 ; n. a. fr. 8606, n° 59.

30 Hist. Languedoc, t. X, col. 2051.

31 B. N., p. o. 1172, dossier Foix, n° 24.

32 B. N., p. o. 2043, dossier Moras, n° 28.

33 A. N., K 68, n° 21 et B. N., Clair. 234, n° 15.

34 A. N., K 68, n° 28 et B. N., fr. 25778, n° 1839.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/519/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/519/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 409k
Titre Archers de la grande ordonnance
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/519/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre Troupes de garnison : petite ordonnance et mortes-payes
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/519/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/519/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 208k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search