Version classiqueVersion mobile

Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge. Tome 2

 | 
Philippe Contamine

Conclusion générale

Texte intégral

1En corrélation avec les événements, la conjoncture, l’alternance de la guerre et de la paix, de la victoire et de la défaite, il existe une histoire cyclique des armées du roi de France aux 14e et 15e siècles. On peut distinguer dans cette perspective les phases négatives — de 1340 à 1360, de 1415 à 1429 —, les phases positives — de 1369 à 1383, de 1429 à 1453 —, voire les phases neutres, où les réussites et les échecs se compensent, comme de 1385 à 1404 ou de 1470 à 1492. D’un autre point de vue, on peut opposer les périodes de désordre, où les structures militaires se disloquent, s’effondrent, où les gens de guerre déchaînés multiplient leurs ravages — entre 1356 et 1366, entre 1420 et 1445 —, aux périodes de réforme — le règne de Charles V, la dernière partie de celui de Charles VII —, où le pouvoir central réussit, au moins partiellement, à rétablir la discipline et à réorganiser son armée.

2Est-il possible, au-delà de ce mouvement pendulaire, d’apercevoir des constantes, de dégager une évolution, de discerner un processus séculaire cohérent ?

L’armée et le pouvoir monarchique

3Il est tout aussi nécessaire et éclairant d’évaluer les effectifs des armées pour les temps de paix, de trêve, ou d’activité militaire réduite que pour les périodes où l’on fait campagne, où l’on s’apprête à livrer bataille.

  • 1 Sans doute même avant 1337, à cause de la persistance depuis de longues années de la question de G (...)

4De 13371 à 1494, la monarchie des Valois disposa de garnisons dont l’implantation géographique, le nombre, l’importance, connurent de notables variations mais qui ne disparurent jamais complètement. Tel fut l’effet direct de la permanence des menaces et des ambitions : on passe sans solution de continuité des « establies » de l’époque de Philippe VI aux « mortes payes » de l’époque de Charles VIII. L’état de la documentation ne permet pas de suivre année par année l’évolution numérique de ces éléments défensifs, mais il est manifeste qu’ils connurent une certaine croissance. Menacées par le même adversaire, les garnisons de Normandie, en 1390, comptaient 240 combattants ; dans la seconde moitié du 15e siècle, elles en eurent plus du double ; l’augmentation fut un peu moins forte pour l’ensemble du royaume : de 2000 à 2500 combattants vers 1390, 3500 un siècle plus tard.

  • 2 Uno quidem die unoque campo, plus quam quindecim hominum millia cassata de caeteroque militare pro (...)

5Au début du conflit avec l’Angleterre, Philippe de Valois ne possédait pratiquement pas de troupes prêtes en permanence à entrer en campagne. Tout au plus avait-il à ses côtés une sorte d’état-major susceptible d’encadrer les forces qu’il recruterait ; à la veille des guerres d’Italie, Charles VIII avait 13 000 combattants pouvant intervenir partout à tout moment. Le contraste apparaît total. Faut-il dater ce changement des réformes de 1445 ? En réalité, les troupes de garnison de la deuxième moitié du 14e siècle étaient capables d’entreprendre de petites opérations locales à caractère offensif ; à l’occasion, elles quittaient momentanément les places qu’elles étaient chargées de protéger pour se joindre à une grande expédition. De plus, pendant quelques années, à partir de 1356—1360, des éléments de défense régionale plus ou moins permanents s’organisèrent et il fut prévu qu’en cas de besoin les capitaines locaux en prélèveraient la plus grande partie possible pour former un véritable « ost ». Entre 1369 et 1380, même durant les trêves avec l’Angleterre, Charles V entretint constamment un effectif d’environ 4 000 combattants. Certes, cette première esquisse d’armée permanente mobile n’eut qu’un temps. On la voit s’évanouir avec la crise politique et financière des premières années du règne de Charles VI, avec l’éloignement du danger anglais. Mais à partir des années 1420, sans que Charles VII ait été capable de les solder ni de les contrôler régulièrement, des bandes de gens de guerre se constituèrent, sur lesquels il pouvait à peu près compter. C’est dire que la réforme de 1445 ne fit que traduire dans les institutions une réalité sociale déjà existante : bien loin d’avoir fait surgir ex nihilo l’armée permanente, elle eut pour premier résultat — et pour première ambition — de disperser les gens de guerre et d’en diminuer le nombre dans une très forte proportion2.

6Troupes destinées à faire campagne et forces de garnison réunies, des éléments permanents existèrent au moins à partir de 1337 ; plus exactement le roi disposa en permanence d’un certain nombre de combattants : cependant, tandis que durant la seconde moitié du 14e siècle, ils descendirent par moments à un ou deux milliers, dans la seconde moitié du 15e, ils furent au minimum 8 000.

  • 3 J. C. Russell, « Late Ancient and Medieval Population », Transactions of the American Philosophica (...)

7Tel est le niveau de l’étiage. Mais celui de la crue ? A la fin de l’été 1340, Philippe VI eut à son service environ 50 000 combattants, représentant une masse d’au moins 80 000 hommes : en 1482, Louis XI n’en eut pas davantage à un moment d’effort militaire intense. Concluera-t-on que la puissance de la monarchie ne s’est pas accrue entre les deux dates ? En fait, la progression apparaît si l’on considère d’abord que les sujets du roi étaient sensiblement plus nombreux au début de la guerre de Cent ans, avant la Peste Noire, qu’à la fin du 15e siècle, à une époque où la reprise démographique n’avait pas réussi à combler tous les vides3 ; ensuite que la prospérité économique de la France était probablement moindre sous Louis XI que sous Philippe VI ; enfin que, durant le dernier quart du 15e siècle, les rois purent réunir à de multiples reprises des effectifs du même ordre, non point pour quelques semaines, comme durant le deuxième quart du 14e, mais pour plusieurs mois, voire pour plusieurs années, et cela en payant leurs troupes plus régulièrement et sans jamais recourir à des mutations monétaires importantes. En définitive, ce qui était vers 1340 une performance exceptionnelle devient un siècle et demi plus tard un effort certes toujours éprouvant mais susceptible de se répéter à intervalles rapprochés sans détruire gravement l’équilibre économique et financier, sans mettre en péril l’autorité et l’organisation de l’Etat.

8Mais si la dimension des armées était du même ordre de grandeur vers 1340 et vers 1480, leur composition était-elle semblable ? Au début de la guerre de Cent ans, l’immense majorité des combattants se répartit en deux catégories : les « gens d’armes » et les « gens de pied ». On ne peut manquer d’être frappé par l’importance de ces derniers qui constituent fréquemment au moins la moitié des effectifs. En 1482, la répartition est la suivante :

9cavalerie : 38 %

10infanterie : 44 %

11troupes de garnison : 13 %

12artillerie et génie : 5 %

13Là aussi l’infanterie joue un rôle majeur. Cependant, l’examen des deux périodes extrêmes masque l’évolution qui s’est produite dans l’intervalle. En effet, de 1350 à 1450 environ, l’infanterie subit une éclipse marquée et ce fut seulement au cours de la deuxième moitié du 15e siècle qu’elle retrouva progressivement la place qu’elle tenait durant la première moitié du 14e siècle. Par ailleurs, deux types militaires nouveaux sont apparus : d’une part, les utilisateurs d’armes à feu — canonniers, couleuvriniers —, dont le nombre est passé de quelques dizaines à la fin du 14e siècle à plusieurs centaines vers 1480 ; d’autre part, les gens de trait à cheval — arbalétriers et surtout archers —, deux fois moins nombreux que les hommes d’armes vers 1400, deux fois plus nombreux à partir des années 1430.

14Ces changements sont la conséquence directe des transformations de l’art militaire, mais l’art militaire à son tour est fonction de multiples éléments : imitation des méthodes d’un adversaire victorieux, environnement technique, économique, social, voire mental. Si par exemple la place croissante des archers à cheval s’explique par le modèle anglais, la longue éclipse des gens de pied, le rôle toujours essentiel des hommes d’armes, sont à mettre en rapport avec la structure de la société et la place privilégiée qu’y occupe la noblesse.

  • 4 Hist. France, t. XXIII, p. 732.

15Dans les premières années du conflit franco-anglais, le roi, pour recruter les combattants dont il avait besoin, utilisait de façon prépondérante les ressources humaines du royaume. Il adressait d’abord à un grand nombre de seigneurs des lettres ouvertes ou closes, par lesquelles il les convoquait, en tant que ses « amés et feaux ». Par le même procédé, il sollicitait l’aide militaire des habitants de ses bonnes villes, exigeait les contributions coutumières de diverses abbayes. D’autre part, il faisait proclamer par cri public sa semonce par laquelle il convoquait collectivement tous ceux lui devant le service d’ost ou bien, le plus souvent, tous ceux tenant en fief ou possédant des terres nobles. Par cri public également, il pouvait faire proclamer l’arrière-ban, s’adressant cette fois à l’ensemble de ses sujets. Il usait de ces convocations individuelles ou collectives en fonction de ses besoins militaires ; parfois tout le royaume était touché, parfois seulement telle province directement menacée. Ses lieutenants et capitaines généraux avaient les mêmes pouvoirs à l’intérieur de leurs circonscriptions respectives. La réponse à ces diverses convocations ne dépendait pas seulement des nécessités de la guerre, mais aussi de la nature du commandement : si le roi, ou son fils aîné, décidait de se mettre à la tête de l’« ost », si, selon l’expression du temps, « le corps dou rcy va en guerre »4, alors les réticences et les défaillances étaient réduites au minimum ; si au contraire il déléguait un de ses lieutenants, les résultats de la levée risquaient d’être plus médiocres. Enfin il était à peu près admis que le recours à l’arrière-ban n’était légitime que si la semonce des nobles n’avait pas suffi à écarter le péril ou repousser l’ennemi.

  • 5 Sur ce problème, cf. E. H. Kantorowicz, The King’s Two Bodies : a Study m Medieval Political Theol (...)

16En répondant aux « prières » du roi, en obéissant à ses « mandements », la plupart des hommes engagés à son service avaient conscience de remplir certaines obligations résultant soit des liens de fidélité ou de sujétion qui les unissaient à lui, soit des fiefs ou terres nobles qu’ils possédaient dans le royaume, soit des services spécifiques qu’ils lui devaient, soit même de leur rang et de leur rôle dans la société. Mais entre les véritables astreints et les purs volontaires de multiples nuances s’intercalaient. Tel grand seigneur — le duc de Bourgogne, le duc de Bretagne, le comte d’Armagnac —, devait servir le roi en ses guerres, mais quel contingent lui fallait-il amener ? Etait-il tenu, comme le roi dans son domaine ou l’apanagiste dans son apanage, de convoquer tous ses fieffés et arrière-fieffés ? A leur tour, ces derniers étaient-ils tenus d’obéir ? Dans une large mesure, le succès des mandements du roi dépendait d’une part des relations de nature politique qu’il entretenait avec ses grands vassaux, de l’autre de l’autorité de ces derniers à l’intérieur de leurs propres seigneuries. On aurait tort d’ailleurs de poser le problème en termes trop exclusivement juridiques : il y avait dans le royaume d’un côté les rebelles, ralliés à l’adversaire ; de l’autre ceux qui, voyant en Philippe VI le souverain légitime, répondaient à ses convocations, pour des motifs et des mobiles divers, de façon relativement satisfaisante. Apparemment, le système coercitif dont diposait la monarchie — amendes, confiscation de corps et de biens — eut alors assez peu l’occasion d’être appliqué. Le plus dur n’était pas tant de réunir les hommes que de les retenir jusqu’au terme de la campagne. Ajoutons que si les obligations militaires eurent une telle importance, c’est que la guerre prit d’emblée, et conserva par la suite, un caractère surtout défensif : or, depuis le début du 14e siècle, le principe voulait que tous les sujets dussent consacrer leur vie et leurs biens pro defensione patrioe et coronoe5.

17Dès cette époque, le roi étendit son recrutement dans une mesure appréciable au-delà des frontières. Cette politique s’explique par le désir d’obtenir le concours de techniciens dont il n’y avait pas d’équivalent en France : arbalétriers italiens et provençaux, mineurs d’Allemagne. Peut-être aussi le roi avait-il l’impression de disposer parmi ses sujets d’un nombre insuffisant de combattants efficaces, eu égard à ses ressources financières, en d’autres termes d’avoir plus d’argent que d’hommes ? Enfin, en sollicitant le concours de princes étrangers, il souhaitait priver du même coup l’Angleterre d’alliés éventuels. Tantôt, il s’adressait simplement à ces princes pour leur demander des gens de guerre ; tantôt, il utilisait des accords ou des contrats conclus au préalable, qui prenaient souvent la forme d’un fief-rente ; tantôt, il engageait les étrangers qui, individuellement ou par petits groupes, se présentaient spontanément, cédant au goût de la guerre, à l’amour de l’aventure, à l’attrait des profits.

18Au-delà des différences de vocabulaire, on reconnaît un siècle et demi plus tard bien des rouages précédents mais repris dans un système de recrutement plus cohérent et plus rigoureux. Trois catégories apparaissent nettement tranchées : les volontaires, originaires du royaume ou de l’étranger, retenus pour une seule campagne ou pour une période plus longue ; les combattants servant en vertu de leur situation personnelle, c’est-à-dire les possesseurs de fiefs ; enfin ceux servant en vertu d’obligations pesant sur les communautés : dans cette dernière catégorie, on trouve à la fois des hommes qui se sont engagés à répondre chaque fois qu’il le faut aux ordres royaux — les francs-archers —, et un personnel d’occasion, levé pour la circonstance — les pionniers et les charretiers de l’artillerie.

19L’une des différences majeures avec le milieu du 14e siècle est que même dans les grandes armées les volontaires jouent désormais le rôle essentiel. De plus, les obligations auxquelles sont astreints les individus et les communautés s’étendent indistinctement, à de rares exceptions près, à tout le royaume, Bretagne et Etat bourguignon exclus. Ces obligations elles-mêmes sont plus strictement définies ; les contraintes se sont durcies, précisées, non seulement à cause du progrès général de l’administration mais encore et surtout parce que le désir d’y échapper a grandi.

20Du point de vue de la monarchie, trois types principaux de chefs de guerre peuvent être distingués : ceux qui, comme les capitaines des places ou les lieutenants généraux, sont librement choisis par le roi ; ceux que Fritz Redlich a proposé de qualifier, non sans quelque anachronisme, d’« entrepreneurs militaires » et qui, tels les capitaines ou les seigneurs ayant conclu un accord avec lui, en vertu duquel il s’engage à les retenir à son service avec un effectif et contre une solde donnés, ont été en quelque sorte reconnus ou acceptés par lui ; ceux enfin, tels les seigneurs féodaux ou les chefs des contingents urbains arrivant à l’ost suivis de leurs hommes, qui s’imposent au roi ou à ses représentants.

21Au début de la guerre de Cent ans, le commandement en chef ressortit entièrement à la première catégorie : responsables d’un « ost », d’une chevauchée, d’une région, tous tiennent leurs pouvoirs du roi qui les en a investis par un acte particulier et peut à tout moment les en priver. On peut rattacher à la deuxième catégorie les capitaines de soudoyers étrangers ayant convenu avec les agents du roi de conduire en France leurs hommes, ou encore les seigneurs devant servir avec tel contingent en vertu du fief-rente dont ils bénéficient depuis quelques mois ou quelques années. Mais les plus nombreux sont les chefs de guerre du troisième type, ceux qui ont obéi aux semonces et aux mandements royaux : leur autorité ne dépendant pas du souverain, eux et leurs hommes conservent une large autonomie, une liberté d’action presque inévitable. C’est là une première insuffisance. Il y a plus : les armées de Philippe de Valois manquent tragiquement de structure, elles se présentent comme un simple agglomérat de groupes humains ayant une dimension et une cohérence extrêmement variables. L’unité la plus solide, ou du moins la plus constante, semble être la montre : un ensemble de combattants, allant de deux ou trois jusqu’à plusieurs centaines, placés sous l’autorité naturelle d’un « chef de montre » qui reçoit seul l’argent du roi et le répartit entre ses hommes. Les « montres » se regroupent ensuite en ensembles plus vastes, plus composites : garnisons, batailles, troupes servant dans une région sous le gouvernement d’un capitaine général.

22A la fin du 15e siècle, la réalité est fort différente. Non seulement en effet le roi choisit l’encadrement supérieur des forces militaires — chefs d’armée et commandants territoriaux — mais il désigne aussi les capitaines de sa maison, ceux de l’ordonnance, des bandes d’artillerie, des pionniers, des francs-archers, et même de l’arrière-ban. C’est dire que la troisième catégorie de chefs a pratiquement disparu tandis que la seconde, représentée par exemple par les capitaines des bandes suisses, apparaît en net recul.

23Par ailleurs, les gens de guerre sont désormais répartis en unités plus stables, plus solides : les compagnies ou les bandes. Chacune d’elles se trouve articulée en un certain nombre de formations plus réduites, dont la plus fréquente, depuis 1370—1375, est la chambre. A Guinegatte, en 1479, les troupes de Louis XI se divisaient en une quarantaine de compagnies, moitié cavalerie, moitié infanterie. Même dispositif à Saint-Aubin-du-Cormier, neuf ans plus tard. Toutefois, ces unités demeurent assez inégales : une compagnie d’ordonnance comprend entre 100 et 400 combattants, une bande de gens de pied entre 100 et 600 ; une bande d’artillerie, si l’on y inclut les pionniers et les charretiers qu’exigent le déplacement et la mise en batterie des pièces, peut atteindre un millier d’hommes.

24Les changements dans la structure interne des armées sont à mettre en rapport avec le développement des lettres de retenue ou de provision par lesquelles le roi prend à son service pour une durée variable un capitaine et un nombre déterminé de combattants. Or, les lettres de retenue, très rares vers 1340, sont déjà plus fréquentes dix ans plus tard ; elles se généralisèrent sous Charles V au point que la plus grande partie de l’armée de la reconquête se trouva recrutée et réunie grâce à ce procédé. C’est dire que la nouvelle articulation des effectifs fut mise au point très tôt, durant le troisième quart du 14e siècle. Prévue primitivement pour les gens de guerre s’engageant librement, elle fut progressivement étendue aux forces provenant des obligations militaires.

25Aux environs de 1340, les combattants servant le roi sans être soldés par lui étaient encore relativement nombreux. Peut-être quelques services gratuits de garde et d’ost, de caractère purement féodal, furent-ils effectués au moins dans certaines provinces comme la Normandie ? Les contingents de quelques bonnes villes accomplirent leur quarantaine ; tels grands seigneurs — le duc de Bretagne, le comte de Hainaut — ne demandaient rien au roi pour les troupes qu’ils conduisaient à son armée. Cependant, on notera que les individus combattant réellement à leurs dépens étaient très rares : les éléments urbains étaient payés par les villes, les hommes d’armes accompagnant le duc de Bretagne par ses trésoriers.

26Pendant longtemps encore, les gens de guerre au service du roi, mais payés par d’autres que lui, subsistèrent : jusqu’à l’époque de Charles VII, de telles troupes furent financées par les états provinciaux, par les villes, par les princes. Mais à partir du milieu du 15e siècle, elles devinrent très rares ; même les francs-archers, équipés par les communautés, furent payés par les agents du roi. A la fin du 15e siècle, lors des campagnes bretonnes de Charles VIII, il ne subsiste plus qu’une frange infime de volontaires combattant à leurs frais, soit parce qu’ils escomptent vivre sur le pays, tirer un profit substantiel des gains de guerre, soit parce qu’ils attendent d’être intégrés dans l’armée soldée.

27En un siècle et demi, de Philippe VI à Charles VIII, les grands traits du système de contrôle et de payement des effectifs demeurèrent identiques. Les gens de guerre étaient passés en montre, la montre était expédiée aux organismes financiers qui versaient ensuite la solde et en demandaient quittance. A travers toute la période envisagée, les mêmes problèmes se posent : il s’agit de voir si les effectifs sont au complet, si un valet n’est pas « reçu » à la place d’un gentilhomme, si le harnois et la monture n’ont pas été empruntés pour le temps de l’inspection, si les gages sont intégralement versés par les gens de finance, en espèces et non en nature, sous la forme de chevaux ou d’armes. Le système s’est néanmoins perfectionné : après la montre initiale apparurent dès 1350—1360 les nouvelles montres ou revues, se répétant à intervalles variables : un mois en principe jusqu’au milieu du 15e siècle, un trimestre ensuite, du moins pour les troupes permanentes. A la même époque, pour les mêmes troupes permanentes, le prêt à compter disparut : l’administration royale ne versa plus les gages pour un service à accomplir, mais pour un service déjà accompli. Traditionnellement, les envois de montres et revues, les montres et les revues, les quittances, donnaient lieu à trois documents séparés : à partir de 1450 environ une pièce de parchemin unique réunit ces trois éléments. Pour le payement des troupes, sous Philippe de Valois, le rôle essentiel revenait aux trésoriers des guerres, au nombre de deux ou trois, et aux clercs des arbalétriers, au nombre d’un ou deux. Sous Charles VIII, on retrouve bien deux trésoriers des guerres, mais d’une part les clercs des arbalétriers ont disparu depuis longtemps ; d’autre part et surtout les payeurs spécialisés se sont multipliés depuis un demi-siècle, affectés aux troupes de la maison du roi, aux mortes-payes, à l’ordinaire et à l’extraordinaire de l’artillerie, aux Suisses, aux gens de pied originaires du royaume. En d’autres termes, la tâche des trésoriers des guerres s’est limitée au payement des compagnies de la grande ordonnance : recul indéniable mais ayant un caractère fort différent de l’éclipse qu’ils connurent aux époques de crise du pouvoir — entre 1356 et 1368, entre 1420 et 1440.

28A quelques nuances près, au début de la guerre de Cent ans, le principe de l’armée soldée était solidement établi. Par la suite, en fonction des circonstances, il reçut une application variable. Durant les premières années du conflit, tout le service semble avoir été compté, mais avec des retards énormes et surtout au prix de mutations monétaires qui diminuaient singulièrement la valeur réelle des sommes versées. Sous Charles V, sous Charles VII et ses successeurs, à partir de 1445, la paye se fit à peu près régulière, spécialement pour les troupes permanentes. 75 ans de financement acceptable, 75 ans de gages insuffisants, voire insignifiants : tel est le bilan du siècle et demi s’étendant du début des guerres anglaises au début des guerres d’Italie.

29En contraste avec cette diversité, les tarifs de soldes, exprimés en monnaie de compte, connurent le plus souvent une remarquable stabilité. En particulier, ils suivirent très imparfaitement les variations de grande amplitude dans la valeur des espèces qui se produisirent entre 1340 et 1360 et entre 1418 et 1436. Du temps de Charles V au temps de François 1er les gages nominaux mensuels de l’écuyer devenu, à partir de 1440, l’homme d’armes, demeurèrent constants, à de rares périodes près ; même permanence, à partir du début du 15e siècle, pour ceux de l’archer à cheval ; pour les gens de pied, augmentation légère.

30Deux faits méritent toutefois d’être soulignés ; le premier porte sur la disparition de la hiérarchie traditionnelle des gages entre les gens d’armes : à partir de 1440, le rang nobiliaire ne compta plus, les anciens chevaliers et écuyers bannerets, les chevaliers simples ou bacheliers, touchèrent la même solde que les écuyers ordinaires ou prétendus tels ; le second porte sur le rôle croissant joué par les pensions de la monarchie, en sorte que la distance a grandi de 1370 à 1470 entre les sommes que touchent les capitaines et les chefs de guerre, d’une part, les combattants ordinaires, d’autre part.

31Si l’on peut connaître pratiquement année par année l’évolution du tarif des gages, il est plus aléatoire de préciser leur valeur par rapport aux dépenses qui incombaient aux gens de guerre. A l’origine, les soldes furent davantage conçues comme des indemnités allouées à des combattants d’occasion, destinées à couvrir leurs frais durant le temps d’une campagne, que comme un revenu devant assurer à leurs bénéficiaires un certain niveau de vie ; or, elles conservèrent ce caractère par la suite. Dans la seconde moitié du 14e siècle comme dans la seconde moitié du 15e, un homme d’armes payant tout ce qu’il consommait — à supposer qu’il existât —, s’acquittant intégralement de son écôt, n’obtenant gratuitement des populations civiles, ainsi qu’il était admis, que le foin, la paille et le bois, déboursait à peu près la totalité de ce que lui remettaient le trésorier des guerres et ses clercs.

32Il faut admettre que le profit de la guerre ne venait pas des florins, des francs, des écus ou des blancs versés par les gens de finance mais des libéralités exceptionnelles en terres, en chevaux, en armes, en or, que pouvaient consentir le roi ou les grands seigneurs, et, plus encore, des rançons et des butins.

33Pendant longtemps, l’une des constantes des institutions militaires françaises fut la relative indépendance de celles de Languedoc par rapport à celles de Languedoïl ; en d’autres termes, il exista, jusqu’à un certain degré, distincte de l’armée de Languedoïl, une armée de Languedoc, ayant son trésorier des guerres, son commandement, souvent ses propres maréchaux, son tarif de gages particulier, une répartition spécifique entre les différents types de combattants, sa zone préférentielle de recrutement, parfois même des caractères sociaux originaux. L’existence d’un double danger — ou d’un double objectif —, en Guienne et dans le nord du royaume, favorisa cette dichotomie ; mais elle ne fut pas propre aux armées royales, et affecta aussi bien les domaines administratif, fiscal, judiciaire, politique. Cependant, à partir du milieu du 15e siècle, la distinction des deux ensembles militaires s’efface, l’unité de l’armée royale est plus marquée qu’auparavant, alors même que persiste à d’autres égards l’originalité d’un Languedoc, cette fois strictement réduit à ses trois sénéchaussées.

  • 6 B. N., lat. 13868, f° 33v°—34r°.
  • 7 A.D. Meurthe-et-Moselle, B 527, n° 42 (1475) ; cf. aussi n° 43 (1478).
  • 8 En 1470, les dépenses militaires absorbent la moitié des deux millions de livres tournois constitu (...)

34Augmentation des effectifs permanents, amélioration des rouages administratifs et financiers, unification de l’armée, élargissement et uniformisation des obligations : il serait tentant de conclure à la place croissante des institutions militaires dans l’ensemble des institutions monarchiques. La réalité est cependant assez différente. Dès 1340 en effet, les problèmes de la défense du royaume étaient essentiels pour l’État et il n’est pas sûr que la puissance royale s’en soit davantage préoccupée à la fin du 15e siècle. Un indice de la continuité des questions militaires apparaît quand on compare aux différentes époques les pouvoirs accordés par le roi à ses lieutenants ou capitaines généraux. Charles V, se confiant à leur « sens, diligence et loiauté », leur donnait « pouvoir et autorité » « de faire mandemens et assembleez de gens d’armes et de pié, host, chevauchée, siege, defense et assault » contre les ennemis, de pourvoir en hommes et en matériel les châteaux et les forteresses, de diminuer ou d’amoindrir les garnisons, de pardonner aux rebelles et de leur faire réintégrer la communauté de ses sujets6. Un siècle plus tard, Louis XI, établissant le duc de Lorraine comme lieutenant général en Champagne et Brie, lui accorde « plein pouvoir et autorité » d’obliger les villes à se garder, de conduire « ensemble ou par partie » les gens de guerre, quels qu’ils soient, ordonnance, arrière-ban et francs-archers, de prendre « par siege, assault, amblées, eschelemens, composicion ou autrement » toutes les places contraires ou désobéissantes, de remettre en la bonne grâce du roi leurs habitants, d’abolir leurs crimes et délits de lèse-majesté7. Le parallélisme est frappant. Certes, les rouages grâce auxquels les lieutenants du roi accomplissent leurs tâches sont plus solides, plus efficaces en 1475 qu’en 1375, la progression des institutions militaires n’est pas niable, mais durant cette même période de 150 ans, les autres grands attributs de la monarchie, en matière de justice, de finances, de contrôle de la vie économique, sociale, religieuse, se sont développés selon un rythme analogue. Que les dépenses militaires aient accaparé sous Philippe VI comme sous Charles V, sous Charles VII comme sous Louis XI, une énorme proportion des recettes de la monarchie, n’a rien que de normal puisqu’aussi bien les impositions nouvelles furent créées précisement pour y faire face8. Ce qui fait problème, voire scandale, aux yeux des contemporains, c’est que les tailles, les « aides ordonnées pour la guerre », ne soient pas entièrement consacrées à la sécurité du royaume et des sujets et qu’une large fraction de leur montant passe en dons et pensions, en constructions fastueuses, en commande d’objets de luxe.

  • 9 Se reporter à Guenée et Lehoux, Les entrées royales.
  • 10 Froissart (Chron., t. IX, p. 127), soulignant que Charles V, « estans en ses cambres et en ses ded (...)

35Peut-on dire que l’aspect militaire de la fonction royale ait pris le pas sur son aspect judiciaire ou mystique ? Les « entrées des rois de France », symbole de la majesté du monarque, ont-elles un caractère plus guerrier sous Charles VIII que sous Charles VI9 ? Certes, les gens de guerre se sont multipliés autour du roi. Aux quelques huissiers et sergents d’armes chargés de maintenir l’ordre, aux « chevaliers de l’hôtel », aux nobles de tout rang membres de son conseil, vint s’ajouter à partir du règne de Charles V une véritable maison militaire : longtemps modeste, elle dépassait la centaine à la mort de Charles VII, atteignait le millier trente ans plus tard. Mais cette augmentation s’est accompagnée d’un gonflement à peine moins important des effectifs « civils » de la cour. Il est d’autre part certain qu’au moins à partir de Charles V l’absence du roi ne fut plus un obstacle à la réunion de grandes armées, au déroulement de campagnes décisives. Tout se passe comme si le roi avait pu prendre une certaine distance physique vis-à-vis de la guerre. Mais c’est là un fait de conjoncture, lié à la crainte qu’on avait de le voir fait prisonnier, ainsi qu’à sa faible complexion10 : Charles VI, durant les premières années de son règne, Charles VII pendant les dernières campagnes de la guerre de Cent ans, Louis XI même à Montlhéry, Charles VIII enfin lors des guerres d’Italie, furent présents au milieu de leurs troupes. A la capture de Jean le Bon lors de la bataille de Poitiers, répond celle de François 1er lors de la bataille de Pavie. En définitive, les changements apparaissent peu nets à cet égard, ou plutôt, le développement des institutions militaires ne fut qu’un des moyens, qu’une des formes du développement de la puissance monarchique.

36Il n’en va pas de même si l’on examine la place des forces relevant du roi par rapport aux autres forces existant dans le royaume. Au milieu du 14e siècle en effet, l’habitude des guerres privées était loin d’avoir disparue ; de plus, nombre de seigneurs et de villes disposaient d’un potentiel militaire non négligeable qu’ils pouvaient utiliser soit pour leurs propres guerres, indépendantes de celles du roi, soit contre le roi lui-même. C’est au cours du 15e siècle que le principe fut nettement affirmé selon lequel la guerre du roi relevait du roi seul et qu’il lui appartenait seul de « mouvoir guerre » dans son royaume. Certes ce principe reçut une application inégale. Même sans tenir compte du duché de Bretagne ni de l’Etat bourguignon qu’on peut considérer comme des principautés indépendantes, les seigneurs et les villes continuèrent d’entretenir pour leur compte de petites compagnies de gens de guerre, conservèrent des arsenaux d’importance variable. Mais à partir de 1440, le contrôle de la monarchie sur ces ressources se fit plus étroit, les villes n’osèrent plus les utiliser sans son accord ; plus souvent, plus complètement qu’au 14e siècle, elles durent, le cas échéant, les mettre à la disposition du pouvoir central ; les prérogatives militaires des seigneurs châtelains, des possesseurs de forteresses, ne disparurent pas mais furent étroitement limitées ; un seigneur lançant une expédition punitive contre un autre seigneur courait le risque de voir intervenir contre lui quelques compagnies de la grande ordonnance. Si même il s’agissait d’entamer un conflit à l’extérieur du royaume, il ne pouvait le faire sans l’accord ou l’appui du roi. En un mot, ce dernier put non seulement utiliser plus librement les ressources militaires des villes ou des grandes seigneuries, mais surveiller et condamner plus efficacement leurs initiatives guerrières.

37En un siècle et demi, la position de la monarchie s’est donc considérablement renforcée à l’intérieur du royaume. Mais à l’extérieur ? Au milieu du 14e siècle, l’organisation militaire française était à coup sûr inférieure à celle de son adversaire d’outre-Manche : cependant, cette infériorité n’était pas si grande qu’elle suffise à expliquer l’ampleur et la constance des défaites subies alors par les Valois. D’autres raisons intervinrent, ressortissant à l’art militaire, aux capacités des combattants. Inversement, dans la deuxième moitié du 15e siècle, les institutions de l’armée française servirent de modèle pour la Bretagne comme pour l’Etat bourguignon ; aucune force militaire ni en Angleterre, ni dans l’Empire germanique, ni en Espagne, ni en Italie, n’offre le même degré de cohérence et de relative perfection. L’avance française est d’une vingtaine d’années par rapport à ses rivaux les mieux placés. Il n’empêche que contre le Téméraire, contre Maximilien, voire contre les troupes catalanes lors des campagnes du Roussillon, l’armée française fut loin de l’emporter régulièrement. Organisation supérieure ne veut pas dire succès assuré sur le terrain. On n’aura garde d’oublier que les victoire ? les plus éclatantes furent alors remportées par l’infanterie suisse, représentant un type institutionnel relativement « primitif ».

38L’évolution des institutions militaires françaises s’explique en partie par le jeu des influences étrangères. A plusieurs reprises, différents modèles furent imités : italien, suisse, anglais, mais aussi, par delà les siècles, ce modèle idéal qu’était l’armée romaine, telle que les dirigeants la connaissaient, ou l’imaginaient, à travers Végèce, Frontin, Valère-Maxime, Tite-Live, les sources juridiques. Inversement, certains Etats s’inspirèrent de l’exemple français, tels les duchés de Bourgogne et de Bretagne, dans la deuxième moitié du 15e siècle, ainsi que la dynastie lancastrienne, qui, pour l’occupation de la Normandie, réunit en une synthèse efficace le système de l’endenture de guerre anglaise et celui de la montre et revue française.

Naissance d’une société militaire

39Il serait inexact de soutenir que la période envisagée ici a vu la naissance en France de la société militaire. Assurément, l’aristocratie laïque des 11e et 12e siècles, pour ne pas remonter plus haut, formait déjà une société militaire : celle des bellatores, des pugnatores, des milites. Bien mieux : des professionnels de la guerre, soudoyers de la monarchie, existèrent sous Philippe Auguste ou sous Philippe le Bel. Plutôt que d’une naissance, il vaudrait mieux parler d’une mutation de la société militaire.

40Parmi les différentes expressions utilisées par la sociologie contemporaine — catégorie, classe, monde, strate, couche, statut, agrégat, milieu, groupe — c’est ce dernier terme qu’il a paru préférable de retenir. Le problème est en effet de savoir s’il exista en France à la fin du Moyen Age une société militaire définie comme un « groupe de statut socio-professionnel ». Une réponse affirmative implique plusieurs conditions : que les pouvoirs publics, ici le roi de France, aient à leur service, contrôlent, entretiennent un certain nombre de gens de guerre pendant un laps de temps suffisamment long, atteignant au moins quelques années ; qu’à l’intérieur des différentes formations dont l’ensemble constitue la société militaire le renouvellement des hommes ne soit pas exagérément rapide, leur présence trop éphémère, ou discontinue ; que les obligations professionnelles soient assez lourdes, assez régulières, pour que l’appartenance à la société militaire ne se résume pas à la seule perception de gages mais requiert une part notable de l’activité de ses membres ; enfin que les dirigeants, les combattants aussi bien que l’ensemble de la population aient le sentiment qu’il existe une société militaire, en d’autres termes qu’une certaine « conscience de groupe » se manifeste au niveau des mentalités.

41Si l’on retient ces différents critères, il apparaît que la documentation permet de saisir successivement deux sociétés militaires : l’une prenant corps sous Charles V puis se dissolvant progressivement à la fin du 14e siècle, l’autre surgissant sous Charles VII, acquérant à partir de 1445 des structures solides et durables et se prolongeant ensuite à travers les temps modernes. Quelles sont leurs similitudes, leurs dissemblances, pourquoi l’une d’elles avorta-t-elle alors que l’autre parvint à prendre place durablement dans l’ensemble de la société ?

42La société militaire du temps de Charles V se compose de deux grandes catégories : les hommes d’armes et les hommes de trait. Ceux-ci sont presque tous d’origine étrangère : Espagnols, Provençaux et surtout Italiens. Leur présence en France est relativement brève ; ils passent aisément d’une compagnie à l’autre ; à leur tête, des capitaines ou des connétables souvent qualifiés — par simple courtoisie ? — d’écuyers, moins instables peut-être que leurs hommes mais qui, apparemment, ne parviennent pas à s’implanter dans le royaume, à y trouver fortune, à y faire souche. Parmi les capitaines de gens d’armes, un petit nombre seulement se trouve constamment retenu au service du roi. Cet encadrement permanent comprend des hommes ayant derrière eux le plus souvent un long passé militaire, une expérience internationale de la guerre. Beaucoup se sont imposés progressivement. Tous se disent et sont réputés nobles. On y trouve un mélange de princes, de grands seigneurs, de simples gentilshommes s’élevant grâce à la guerre et à ses profits dans la hiérarchie sociale. Leur origine géographique est diverse. S’ils comptent peu d’étrangers, les hommes que des circonstances politiques ont déracinés — tels les Bretons ou les Gallois — y sont assez nombreux. Les alliances familiales, les compagnonnages d’armes, les solidarités régionales, les rapprochent fréquemment : au total, un milieu assez restreint. Très peu ont appartenu à proprement parler au monde des Compagnies ; moins rares sont ceux qui furent au service d’Edouard III ou du prince de Galles avant de passer à celui du roi de France. La plupart cumulent d’autres fonctions ou d’autres activités, d’ordre politique, diplomatique, administratif. Ils constituent un personnel relativement stable : même une fois l’armée permanente disparue, on les voit régulièrement appelés à encadrer les forces réunies pour la durée d’une campagne. Beaucoup participent enfin à la mentalité, à l’idéologie ou à la culture nobiliaire la plus traditionnelle.

43Ces chefs de guerre se trouvent à la tête de routes ou de compagnies dont les effectifs varient très largement au sein d’une même année : faibles durant la morte saison quand les hommes d’armes prennent leurs quartiers d’hiver dans les garnisons, grossissant en été lors de l’entrée en campagne, se réduisant de nouveau à la fin de l’automne. Seul le noyau permanent, faisant partie de ce qu’on appelle parfois la retenue ordinaire, doit se rattacher à la société militaire proprement dite. Or celle-ci est d’autant plus réduite qu’à l’intérieur du noyau lui-même départs et arrivées sont très fréquents. En fait, autour des capitaines, il existe seulement un petit groupe de compagnons habituels partageant leur existence quotidienne, unis fréquemment par les liens du sang ou une origine géographique commune. Au delà de ces quelques fidèles auxquels les capitaines confient souvent le soin d’encadrer les effectifs de « crue », l’instabilité est très grande ; on sert quelques mois, on regagne son « hôtel », ou bien on passe sous un autre chef, quitte à revenir ultérieurement dans sa première compagnie.

44Les capitaines possèdent de très larges pouvoirs sur leurs hommes : ils les recrutent, les renvoient, leur accordent des congés, nomment les subalternes, — lieutenants ou chefs de chambre. La monarchie s’efforce cependant de ne pas leur remettre globalement la solde de leurs hommes, de faire inspecter ces derniers par un corps autonome de commissaires aux montres et revues, de renforcer les rouages de la justice militaire.

45Enfin, au niveau des hommes d’armes, les membres de la société militaire ont une origine sociale variée : on y trouve à coup sûr des non-nobles mais en quelle proportion ? Il ne semble pas du moins que le contraste soit marqué entre les volontaires d’une part, les combattants convoqués par semonce ou mandement royal d’autre part : on peut dès lors supposer que les nobles dominent dans le premier cas comme par définition ils l’emportent dans le second.

  • 11 Deschamps, OEuvres, t. I, p. 88—89, n° XIII ; L. Auvray, « Epitaphe versifiée de Jean de Bueil », (...)

46A une échelle plus vaste, bien des éléments précédents se retrouvent dans la société militaire de la seconde moitié du 15e siècle. Au niveau du commandement par exemple, prédominance à peu près totale des nobles, avec un mélange comparable de grands seigneurs et de modestes gentilshommes, importance des liens de parenté, des compagnonnages d’armes. L’historien retrouve la même impression, un peu subjective, de se trouver en face d’un milieu restreint, qu’il est relativement aisé de situer géographiquement ou socialement. Aux anciens fidèles d’Edouard III passés dans le camp de Charles V, répondent, sous Louis XI et Charles VIII, les transfuges des duchés de Bretagne et de Bourgogne. Comparons la ballade écrite par Eustache Deschamps vers 1386 en l’honneur du « bon prodomme et chevalier Sampy » à l’épitaphe composée vers 1478 à l’intention du « très preux assaillant » et « noble bataillant » Jean de Bueil, « hardy en euvre et saige en conseillant »11. Le contenu idéologique, les valeurs qui s’y expriment sont pratiquement les mêmes : mais faut-il attribuer cette identité à l’utilisation d’un même genre littéraire ou à l’immobilisme des mentalités ?

  • 12 A. Prost, L’enseignement en France, 1800—1967, Paris, 1968, p. 71.
  • 13 Le mot est de Daniel Halévy (cité par J.-M. Mayeur, Histoire du peuple français, t. V, Paris, 1964 (...)

47La principale différence entre la société militaire du temps de Charles V et celle de la seconde moitié du 15e siècle se situe au niveau de la durée : la première n’a guère subsisté qu’une quinzaine d’années au mieux, la deuxième a connu des alternances d’expansion et de contraction mais elle n’a jamais disparu. Il est dès lors possible de suivre l’existence d’une compagnie non point pendant dix ans, mais pendant trente ans, sous plusieurs chefs successifs. D’où une stabilité plus grande des combattants, une cohérence plus forte des unités. La hiérarchie se dessine : archer avec ou sans maître, homme d’armes, enseigne, lieutenant, capitaine. Les modalités des carrières se fixent, entraînant des « tensions catégorielles » plus ou moins apparentes. Une tradition militaire s’institue : de nouvelles ordonnances reprennent les prescriptions antérieures, mais améliorées, complétées, enrichies. C’est déjà le règne du règlement avec sa minutie tatillonne. Le service de l’ordonnance est devenu plus qu’une activité : une profession, une qualité, un « état ». La mention « archer de l’ordonnance », « homme d’armes de l’ordonnance » forme un élément de la fiche signalétique des bénéficiaires des lettres de rémission au même titre que le nom et le surnom, l’âge, l’origine géographique, la situation familiale, la qualité nobiliaire ; on commence à inclure dans les inscriptions funéraires, à côté du nom des seigneuries, des titres de chambellan ou conseiller du roi, celui de capitaine de lances fournies. Ainsi, à coup sûr, groupe socio-professionnel, mais s’agit-il également d’un milieu social ? Les universitaires du 19e siècle, écrit A. Prost, « s’éparpillent en une multitude de petites garnisons, dont chacune n’a qu’un faible effectif...Isolés dans les petites villes, [ils] y sont trop peu nombreux pour constituer à eux seuls un véritable milieu social »12. La remarque vaut-elle pour les troupes de l’ordonnance de la deuxième moitié du 15e siècle ? Certes, Charles VII, après 1445, prit soin de les disséminer à travers le royaume, mais par la suite un certain regroupement se produisit ; de plus, les nécessités de la guerre obligeaient au passage fréquent de la vie de garnison à la vie des camps. Dans ces conditions, il semble bien que l’armée permanente ait formé un milieu social, une ébauche de « cité intérieure, caractérisée par des éducations, des alliances et des moeurs »13.

48Le grand problème est celui de la continuité : pourquoi, après 1380, le noyau permanent de l’armée s’est-il pratiquement désintégré ? Pourquoi, après 1453, alors que les menaces pesant sur le royaume n’étaient pas plus fortes, a-t-il au contraire subsisté ? Les causes proprement économiques n’apparaissent pas déterminantes : la France de Charles VI aurait pu tout aussi bien que celle de Charles VII supporter l’entretien constant de quelques milliers de combattants. En revanche, à la fin du 14e siècle, le pouvoir ne jugeait sans doute pas nécessaire, une fois le danger anglais éloigné, de disposer en permanence d’une force d’intervention. Il estimait que les garnisons des frontières, le réseau des fortifications, suffisaient à la protection du royaume en attendant que se réunissent les nobles et les contingents des villes. Au contraire, à partir du milieu du 15e siècle, l’opinion s’était imposée dans les cercles dirigeants que les guerriers d’occasion, levés pour une campagne en vertu de leurs obligations, avaient une valeur militaire réduite, qu’il fallait donc entretenir quelques corps de cavalerie d’élite ayant l’habitude constante de la guerre.

  • 14 Masselin, Journal des Etats Généraux, p. 370 : Sed ut luce clarius nobis constat, adeo inclevit ha (...)
  • 15 Le mot se trouve dans Le Franc archier de Baignollet (p. 42, v. 295), écrit semble-t-il entre 1468 (...)

49Il est probable d’autre part qu’il était plus aisé vers 1450 que vers 1380 de trouver dans la noblesse des éléments acceptant les servitudes de la condition militaire. En d’autres termes, sans doute à la suite de la crise qui marqua le temps du royaume de Bourges, les hommes étaient mieux préparés psychologiquement à l’armée permanente sous Charles VII que sous Charles V. Môme changement enfin dans l’ensemble de la société. Certes, dès le troisième quart du 14e siècle, l’apparition d’expressions comme « gens de guerre » ou « gens d’armes » s’opposant aux « gens de conseil », à la « gent sacerdotal », aux « gens de mestier », « aux cultiveurs de terre », aux « marchands » montre que dans la représentation de la société, la profession militaire prenait sa place dans l’éventail des activités humaines, mais dans quelle mesure la pensait-on continuellement nécessaire ? Au contraire, dans la deuxième moitié du 15e siècle, un large consensus se dégage quant à l’existence des compagnies d’ordonnance. On pense que c’est un moindre mal. On s’habitue à leur présence. Mieux vaut la lourde fiscalité qu’implique l’armée permanente que la ruineuse anarchie de l’époque antérieure. On se plaint davantage de leurs abus, de leur nombre que de leur existence même. Thomas Basin et Jean Jouvenel lorsqu’ils estiment l’armée permanente inutile et nuisible au royaume ne rencontrent guère d’écho. Même les députés des villes aux états généraux de 1484 ne demandèrent qu’une réduction, et non une suppression, des effectifs14. A cette date, le « gendarme » — l’expression apparaît, semble-t-il, sous Louis XI15 — a acquis droit de cité.

La société et la guerre

50Aux 14e et 15e siècles, le recrutement des armées des rois de France ne se limitait pas au royaume mais s’étendait à une large partie de l’Occident : Italie, Espagne, pays de .Galles, Ecosse, Empire germanique, y compris cette « Europe médiane » constituée de principautés pratiquement indépendantes, allant des Pays-Bas à la Provence. Les raisons essentielles qui expliquent cette géographie du recrutement sont d’ordre politique et militaire. Raisons politiques ? Les combattants venaient des régions soumises à l’autorité du roi et des pays dont les princes lui étaient alliés. Raison militaire ? Si, jusque dans les premières décennies du 15e siècle, les Valois firent venir de nombreux arbalétriers d’Italie et spécialement de Gênes, c’est que selon le proverbe du temps « de Gènes sont les bons arbalestiers ». Pareillement, la présence des Suisses dans les armées de Louis XI et de Charles VIII s’explique avant tout par les victoires qu’ils venaient de remporter à Grandson, Morat et Nancy.

51Toutefois, l’apport massif que fournirent à plusieurs reprises les Savoyards, les Dauphinois, les Bretons, les Gascons, les Suisses, les Ecossais, peut venir aussi d’un surpeuplement relatif de leurs pays d’origine et des difficultés économiques qu’y connaissaient les habitants. Peut-être, comme en Bretagne et en Gascogne, l’élément nobiliaire, particulièrement nombreux, était-il plus disposé qu’ailleurs à trouver dans la guerre un remède à sa pauvreté ? Il ne faudrait cependant pas attacher trop d’importance à ces motifs : la Normandie, la Picardie, l’Ile-de-France, autant de régions traditionnellement prospères qui donnèrent également de nombreux combattants, simplement parce qu’elles étaient plus étroitement soumises au contrôle royal et plus proches que d’autres des théâtres d’opérations habituels.

52Faut-il d’ailleurs penser que les pauvres cherchèrent à entrer dans les armées royales davantage que les riches ? Dans le cas des obligations personnelles, la norme est que celles-ci sont d’autant plus lourdes qu’on est plus riche. Lors de la levée de l’arrière-ban, au milieu du 14e siècle, ceux qui ne tiennent pas de feu, les mendiants, les domestiques, sont pratiquement exemptés. Chacun doit s’armer selon son pouvoir, c’est-à-dire à la fois selon son aptitude physique et selon sa fortune. Dans la seconde moitié du 15e siècle, il est admis que les nobles les plus démunis n’ont pas à obéir aux semonces royales ; mais en même temps, ce sont les plus riches, les plus puissants, les mieux en cour, qui ont les plus grandes possibilités de se faire exempter ou remplacer.

53Le problème se pose différemment en cas d’obligations collectives. Telle ville doit fournir à l’armée 30 ou 40 gens de guerre : dans quel milieu social les recrutera-t-elle ? L’exemple des francs-archers indique que les plus misérables étaient généralement écartés et qu’on préférait choisir des hommes ayant un certain répondant.

54Peut-on alors penser que parmi les volontaires s’engageant comme hommes d’armes ou archers à cheval les pauvres étaient spécialement nombreux ? N’y a-t-il pas là aussi une sélection par la fortune ? On remarquera que rarement la monarchie fournit les frais d’équipement. Chacun doit se procurer lui-même ses chevaux, son armure, ses armes ; il est vrai qu’un archer pouvait les obtenir d’un homme d’armes, un homme d’armes d’un capitaine ou d’un grand seigneur. Il est impossible de savoir si, parmi les volontaires d’origine noble, les puînés étaient proportionnellement plus fréquents que les aînés. Il est moins malaisé de déterminer l’importance relative des bâtards de nobles ; leur nombre varie selon les catégories de combattants : toujours insignifiant parmi les gens de pied et les arbalétriers à cheval, longtemps faible parmi les archers à cheval, notable dès le 14e siècle parmi les hommes d’armes ; il varie aussi selon les compagnies, les régions de recrutement, les époques. Particulièrement élevé durant les premières décennies du 15e siècle, il redescend, après 1450, à un niveau comparable à celui du temps de Charles V. Peut-être la deuxième partie de la guerre de Cent ans a-t-elle vu l’irruption dans la cavalerie des couches les plus démunies de la noblesse française ? Mais avant comme après, on ne saurait dire que les gentilshommes les plus pauvres aient été davantage portés à la guerre que les autres. Ou plutôt, s’ils ont peu de fortune, c’est souvent parce qu’ils sont jeunes et qu’ils n’ont pas encore hérité du fief de leur père ou du douaire de leur mère. Ajoutons qu’en raison de la crise générale des revenus nobiliaires, même un chevalier bien pourvu en terres avait la plus grande peine à « soutenir son état » et pouvait trouver dans le service du roi un complément financier indispensable. Parmi les non-nobles, enfin, il est certes assuré que les riches marchands, les gens de loi et de finance, ne fréquentaient pas volontiers les armes mais si leurs fils avaient l’ambition de s’introduire dans la noblesse, la possession de terres nobles ne suffisait pas, il leur était indispensable de mener un genre de vie noble, c’est-à-dire, entre autres éléments, de faire la guerre.

55Si donc les pauvres étaient en majorité dans les armées des rois de France, c’est qu’ils étaient aussi en majorité dans l’ensemble de la société : sauf peut-être durant la première moitié du 15e siècle, à la suite de circonstances exceptionnelles, la noblesse aisée ou riche combattit dans une proportion normale au service de la monarchie.

56Cependant, les différentes couches ou catégories sociales furent loin de fournir des proportions analogues de combattants. Est-il par ailleurs possible de discerner une évolution à cet égard ? En d’autres termes, certains secteurs de la population étaient-ils tenus davantage à l’écart de l’armée à la fin du 15e siècle qu’au milieu du 14e, tandis que d’autres auraient renforcé leur emprise ?

  • 16 L’opposition apparaît dans diverses plaidoiries au Parlement de Paris (A. N., Xla 4798, f° 29r° : (...)

57Parmi les roturiers, il convient d’abord de distinguer — comme le fait la langue du temps16 — les habitants des bonnes villes ou des villes et ceux des villages et des bourgades. Vers 1340, ces derniers sont astreints à répondre aux semonces royales et plus particulièrement à l’arrière-ban ; de plus, en même temps que renaît l’obligation de guet et garde, un grand nombre de paysans doivent régulièrement participer à la défense des châteaux et des forteresses. Il semble toutefois que, tandis que le guet et garde correspondait le plus souvent alors à un service réel, les semonces et l’arrière-ban aboutissaient en général — mais non point toujours — à une commutation en argent. Même les non-libres étaient soumis à ces obligations. militaires en apparence, financières en réalité : si elles étaient souvent allégées à leur égard, c’est que la taille royale devait tenir compte de la taille seigneuriale, qui pesait encore particulièrement sur les serfs. De plus, en nombre indéterminé, les habitants du plat pays servaient comme hommes de pied, pages, serviteurs de toute espèce. La situation ne s’est pas fondamentalement modifiée 150 ans plus tard. Plaçons-nous vers 1475 : certes le guet et garde est moins fréquemment exigé et surtout il correspond le plus souvent à une simple redevance ; mais les populations rurales doivent fournir des francs-archers, des pionniers, des charretiers ; une paroisse donnée enverra ainsi régulièrement, presque chaque année, un combattant qu’elle aura équipé, et plus rarement, en fonction de sa situation géographique, deux ou trois auxiliaires et une demi-douzaine de chevaux. Quant au nombre des valets ou des coutilliers d’origine paysanne, il a plutôt augmenté que diminué. A cette date, l’aide militaire fournie par les ruraux est certes toujours subalterne mais toujours aussi numériquement importante ; la figure de l’homme qui a fréquenté les guerres, qui a hanté les gens de guerre, n’est pas moins rare sans doute dans les villages à la fin du 15e siècle qu’au milieu du 14e.

58Davantage que pour le plat pays, les obligations des communautés urbaines, au début de la guerre de Cent ans, avaient un caractère réel. Leur premier soin était de se défendre elles-mêmes, soit en se mobilisant, soit en prenant des gens de guerre étrangers à leurs gages. Mais elles devaient aussi envoyer leurs contingents aux différentes armées réunies par le roi ou ses lieutenants ; or, ces contingents semblent parfois nombreux, dépassant la centaine pour une ville de quelques milliers d’habitants. Ne comprenaient-ils alors que des bourgeois ou des fils de bourgeois, ou bien s’efforçait-on de recourir aux populations des villages voisins ou aux habitants des villes n’ayant point le statut de bourgeois ? Tous les cas se sont sans doute rencontrés. Il est sûr du moins que les plus riches, les patriciens, servaient dans certaines circonstances « en chevaux et en armes » au même titre que les nobles.

59Encore sous Louis XI les bourgeois doivent défendre leur ville, posséder chacun un équipement militaire correspondant à leur richesse ; mais ils ne font campagne que s’ils le veulent bien. Dans le contexte économique et social du temps, il leur est toujours possible de recruter les quelques dizaines de francs-archers, de pionniers ou de charretiers exigés par le pouvoir. De même les habitants de beaucoup de villes sont exemptés du service pesant sur leurs fiefs et arrière-fiefs, ou, sinon, ils ont le droit de se faire remplacer. Entre le milieu du 14e et la fin du 15e siècle, la distance s’est sans doute accrue, du point de vue militaire, entre les gentilshommes et les marchands, gens de loi, gens de métier, ou, plus brièvement, entre les « nobles » et les « notables ».

60Vers 1340, les chapelains, les prêtres, les frères, les moines, se rencontrent assez souvent dans les armées royales, y remplissant leurs fonctions religieuses, jouant parfois le rôle de conseillers, d’espions, de diplomates entre les belligérants. D’autre part, diverses personnes ou communautés ecclésiastiques, évoques, abbayes de moines blancs ou noirs, doivent des services de nature militaire au roi : ils envoient des charrois, des sommiers, parfois des combattants. Dans les batailles, d’assez nombreux prélats se signalent à la tête de leurs hommes ; véritables chefs de guerre, ils peuvent y trouver la mort, y être faits prisonniers. On rencontre aussi quelques Hospitaliers. Enfin, à cause de l’insécurité générale, les religieux des monastères ruraux, voire le clergé de certaines villes, durent prendre en main leur propre défense, fortifier leurs bâtiments, exiger le guet et garde de leurs sujets, recruter des capitaines et même se battre en personne.

61A la fin du 15e siècle, les obligations pesant sur les établissements religieux ont fortement diminué : exceptionnellement, telle abbaye doit encore envoyer son charroi ou se procurer un homme de guerre lorsque le roi convoque son ban et arrière-ban. Le retour à une relative sécurité à l’intérieur du royaume permit aux monastères d’abandonner leurs tâches militaires. Sans être totalement absents, les prélats se font plus rares dans les armées royales. Tout se passe donc comme si le monde des clercs, en dépit de frère Jean des Entommeures, avait pris plus de distance par rapport à celui des gens de guerre.

62Restent les nobles, c’est-à-dire ici au sens le plus large, la couche sociale réunissant les hommes se disant nobles, considérés comme tels par le pouvoir, par leurs pairs, par l’ensemble de la population.

63Le premier point à leur sujet est le maintien du service militaire des possesseurs de fiefs et arrière-fiefs au profit du roi. Une pratique analogue à celle de l’écuage anglais ne s’est pas généralisée. Le plus souvent, le roi demande aux nobles non de l’argent, mais un service effectué de préférence personnellement, à la rigueur grâce à un remplaçant. L’armée permanente n’a pas supprimé les obligations militaires de la noblesse, elle en a seulement diminué l’intérêt pour le pouvoir. Faut-il voir dans cette survie une conséquence de la consolidation des privilèges nobiliaires, notamment en matière fiscale, un contrecoup du principe de la dérogeance ? Mais c’est aussi parce qu’ils participèrent effectivement aux guerres du roi que, lors de l’établissement de l’impôt permanent, au cours de la seconde moitié du 14e siècle, les sujets du roi admirent sans trop protester leur exemption fiscale.

64En deuxième lieu, les nobles parvinrent à s’assurer une place de choix dans les forces permanentes, aussi bien au niveau des chefs qu’à celui des simples combattants. Non seulement ils fournissent à peu près tous les capitaines de la maison du roi, de la grande ordonnance, des mortes-payes, de l’arrière-ban, mais une grande partie de ceux de l’artillerie et de l’infanterie. En d’autres termes, même les armes nouvelles ne leur échappèrent pas : il est significatif qu’un Bayart, considéré comme un modèle de chevalerie, ait fait une grande partie de sa carrière comme chef d’une bande de gens de pied. Si les nobles sont très rares parmi les gens de pied eux-mêmes, ne constituent qu’une minorité parmi les archers à cheval, ils sont largement majoritaires parmi les hommes d’armes de l’ordonnance. On aurait pu cependant imaginer un recrutement différent, la constitution d’une infanterie permanente composée en grande partie de roturiers ; il est probable qu’au temps du royaume de Bourges les non-nobles parvinrent à s’introduire en grand nombre dans la cavalerie. Mais un semblable phénomène était contraire aux normes admises par la mentalité de l’époque, celle du moins des milieux dirigeants français ; en même temps que la monarchie entreprit, de remettre en ordre l’ensemble du corps social, elle favorisa par de multiples moyens l’entrée des nobles dans l’armée permanente. Ses efforts aboutirent. Ainsi apparut et se fixa l’un des caractères originaux de la société française d’Ancien Régime.

65Faut-il conclure pour autant que la présence d’une société militaire, prenant corps au 15e siècle, traduise une « militarisation » croissante de la société dans son ensemble ? L’inverse, en réalité, serait plutôt vrai. Quand une société tout entière est tournée vers la guerre, organisée en fonction de la guerre — ainsi les sociétés barbares du haut Moyen Age, la société arabe à l’époque de Mahomet et des premiers califes —, quand tout homme est réputé détenir une aptitude et une vocation militaires, s’ajoutant à ses autres activités, il n’existe à la limite ni d’armée ni de professionnels de la guerre, l’armée se confond avec le peuple en armes. Il faut donc interpréter l’apparition d’une armée permanente comme la traduction d’une certaine spécialisation des fonctions, aboutissant à une « démilitarisation » de tous ceux qui ne participent pas à la fonction guerrière, dès lors plus strictement isolée et définie.

Notes

1 Sans doute même avant 1337, à cause de la persistance depuis de longues années de la question de Guienne.

2 Uno quidem die unoque campo, plus quam quindecim hominum millia cassata de caeteroque militare prohibita (Masselin, Journal des Etats Généraux, p. 372).

3 J. C. Russell, « Late Ancient and Medieval Population », Transactions of the American Philosophical Society, nouvelle série, t. XLVIII, 3e partie, 1958, p. 121.

4 Hist. France, t. XXIII, p. 732.

5 Sur ce problème, cf. E. H. Kantorowicz, The King’s Two Bodies : a Study m Medieval Political Theology, Princeton University Press, 1957, p. 232 sq.

6 B. N., lat. 13868, f° 33v°—34r°.

7 A.D. Meurthe-et-Moselle, B 527, n° 42 (1475) ; cf. aussi n° 43 (1478).

8 En 1470, les dépenses militaires absorbent la moitié des deux millions de livres tournois constituant les dépenses de la monarchie française (B. N., fr. 20485, f° 89) ; en 1482, 3 500 000 1. t. sur 4 700 000 1. t., soit 74 % (ibid., 23266, f° 5 sq. ; Spont (« La milice des francs-archers », p. 476) arrive à 3 000 000 1. t. pour les dépenses militaires, mais il omet les mortes-payes et les troupes de la maison du roi.

9 Se reporter à Guenée et Lehoux, Les entrées royales.

10 Froissart (Chron., t. IX, p. 127), soulignant que Charles V, « estans en ses cambres et en ses deduis », reconquit ce que ses prédécesseurs avaient perdu « la teste armée et l’espee en la main ».

11 Deschamps, OEuvres, t. I, p. 88—89, n° XIII ; L. Auvray, « Epitaphe versifiée de Jean de Bueil », B.E.C., 1898, t. LIX, p. 821 — 824. Cf. aussi l’épitaphe versifiée de Louis de Sancerre, maréchal de France (reproduite dans L, Raynal, Histoire du Berry depuis les temps les plus anciens jusqu’en 1789, t. II, Bourges, 1847, p. 434).

12 A. Prost, L’enseignement en France, 1800—1967, Paris, 1968, p. 71.

13 Le mot est de Daniel Halévy (cité par J.-M. Mayeur, Histoire du peuple français, t. V, Paris, 1964, p. 108).

14 Masselin, Journal des Etats Généraux, p. 370 : Sed ut luce clarius nobis constat, adeo inclevit haec stipendiariorum consuetudo, ut non sit facile hanc protinus aboleri, quin potius oportere, pro temporis et homvnum morïbus, illam adhuc utcum-que sustinere.

15 Le mot se trouve dans Le Franc archier de Baignollet (p. 42, v. 295), écrit semble-t-il entre 1468 et 1480 : « Ainsi que fait ung bon gendarme ». Cf. aussi Leseur, Hist. Gaston IV, t. I, p. 154 (écrite entre 1477 et 1482).

16 L’opposition apparaît dans diverses plaidoiries au Parlement de Paris (A. N., Xla 4798, f° 29r° : 1439).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search