Version classiqueVersion mobile

Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge. Tome 2

 | 
Philippe Contamine

Chapitre XV. Les gens de guerre de l’ordonnance : étude sociale

Texte intégral

  • 1 Le samedi 7 juin 1488, Guichart de Blois, homme d’armes de morte-paye au château de Dijon, et Henr (...)
  • 2 Arch. hist. Poitou, t. XXXVIII, p. 193-197, d’après A.N., JJ 196, n° 32.
  • 3 Roye, Chron. scandaleuse, t. I, p. 83.
  • 4 Arch. hist. Poitou, t. I, p. 142—144, d’après A.N., JJ 225, n° 663 et 665 : mention de gens de gue (...)
  • 5 Robert, Journal, p. 44.
  • 6 Arch. hist. Poitou, t. XXXVIII, p. 193—197.
  • 7 Gaguin, Epistole et orationes, t. II, p. 352, v. 36.
  • 8 B. N., fr. 23963.
  • 9 Ibid., Moreau 734, f° 234 sq.

1Une compagnie de la grande ordonnance forme, sous son capitaine, un groupement humain dont la composition est à tous égards complexe. Par ailleurs, les éléments hétérogènes qu’elle comprend se laissent inégalement saisir à travers la documentation. Voici d’abord ceux qui, extérieurs à la compagnie proprement dite, gravitent toutefois habituellement autour d’elle. Ce sont par exemple les « filles publiques suivant l’ost », plus ou moins attachées à une troupe déterminée, qu’elles accompagnent dans ses déplacements, plus ou moins contrôlées aussi par le prévôt des maréchaux qui, pour d’évidentes raisons de discipline, peut à l’occasion les passer en revue1 « Femmes de peché »2 « ribaudes »3 « garses »4, « bacelettes »5 elles servent souvent de « chambrieres »6ou de « meschines »7aux gens de guerre. Les liens personnels qui les unissent à leurs maîtres sont une source de conflits entre les soudoyers qui se disputent leur propriété. Aussi l’autorité militaire entend-elle interdire ces liens : par le règlement de 1473, Charles le Téméraire ne se contentait pas de limiter le nombre des femmes dans son armée — pas plus de 30 pour une compagnie de 100 lances —, il interdisait aussi à tout homme de guerre de se réserver l’une d’elles à son usage8. Pareillement, dans une ordonnance de 1484, Charles VIII défend que les gens de guerre « ne tiennent aucunes filles propres et qu’elles n’ayent aucuns chevaulx » ; si elles veulent néanmoins « suyvre les compaignies elles yront a pyé, et ou cas qu’elles sont trouvées a cheval, le roy donne leurs chevaulx a ceulx qui les desmonteront, comme confisqués a luy »9 Quoi qu’il en soit, leur présence ne suffisait pas aux gens de guerre, qui se rendirent responsables d’une infinité de délits sexuels commis aux dépens de la population civile.

  • 10 Roye, Chron. scandaleuse, t. I, p. 83 ; B. N., fr. 21497, n° 191.
  • 11 A. M. Mâcon, A A 4.
  • 12 A. N., JJ 206, n° 1089 et 221, n° 846.

2Une compagnie peut également compter un prêtre assurant le service religieux en campagne10un secrétaire ou un clerc chargé des besognes d’écriture, de plus en plus absorbantes à mesure que les exigences de l’administration militaire se précisent et grandissent11, un « cousturier » ou « taillandier » dont la tâche essentielle est la confection ou l’entretien des « livrées », un « brigandinier » pour la remise en point des brigandines et des harnois12.

Pages, valets, coutilliers

  • 13 Ibid., 190, n° 78.
  • 14 Hist. Bayart, p. 43 ; A.N., X2a 44 (vendredi 12 mai 1480).

3Régulièrement incorporés aux effectifs de la compagnie, les pages et les valets n’ont pas pour autant l’habitude de prendre une part active aux combats. Il leur appartient d’entretenir les chevaux, d’aller au fourrage, d’assurer le ravitaillement et la cuisine de leurs maîtres, de veiller à leur équipement13. Pendant et après la bataille, ils participent au pillage et aux « destrousses ». Quand la compagnie se déplace, ils portent la lance, mènent les « grands chevaux »14.

  • 15 A.N., JJ 182, n° 138.
  • 16 Ibid., 202, n° 80.
  • 17 Ibid., 207, n° 161.
  • 18 Ibid., 191, n° 45.
  • 19 Mentions d’âges de valets et serviteurs de gens de guerre :
    19 ans : A. N., JJ 195, n° 233.
    20 ans : (...)
  • 20 Ibid., 195, n° 233.
  • 21 Ibid., 197, n° 273.

4Les valets de guerre sont en règle générale de basse extraction. Ils sont souvent recrutés dans la région où est cantonnée la compagnie15 ou dans la province d’origine des hommes d’armes qu’ils servent16 Ce n’est pas un hasard si Jean Ricard, écuyer du Quercy, homme d’armes de la compagnie de Jacques Galiot de Genouillac, lui aussi Quercinois, comptait parmi ses trois « serviteurs et familiers domestiques », à côté d’un Champenois, un Limousin et un Quercinois17. Il peut s’agir d’anciens hommes de guerre, comme Jean Bardit, valet de Foucault de Polignac, homme d’armes sous la charge de Jean de la Perche, qui servit longtemps Charles VII contre les Anglais en Saintonge, sous Foucault et Henri de Polignac son frère18. Si l’on utilise la poignée de documents — une quinzaine en tout — qui indiquent l’âge de ces valets, on constate qu’ils sont assez jeunes : entre vingt et trente ans19. Vie souvent instable, comme le montrent bien des exemples : Jean Bigorroys, natif de Chinon, n’avait que quatorze ans à la mort de son père. Il gagna alors Tours, où il servit un de ses cousins. Puis il tenta sa fortune à la cour ; pendant deux ans, il y fut le valet d’un certain Thomas Chissalier ; il passa ensuite au service du maître d’hôtel de Joachim Rouaut, maréchal de France et capitaine de 100 lances et à celui de Rouaut lui-même ; il devint enfin le domestique de Pierre Carrion, homme d’armes de la compagnie du maréchal20. Alors qu’il était « sans maistre et vaguebont », Michault de Lannay s’engagea au service d’un gentilhomme, Jean du Marchés, homme d’armes sous la charge de Jean de Salazar ; il lui promit de rester un an, moyennant 10 francs de gages, la nourriture et l’entretien ; mais il le quitta avant la fin de ce terme et devint le valet d’un autre homme d’armes21.

  • 22 Ibid., 199, n° 331.

5La médiocrité de leurs ressources maintient normalement ces serviteurs de guerre dans l’étroite dépendance de leurs maîtres. Ils ne peuvent s’évader de leur condition qu’avec leur aide. En 1462, Guillaume de Roque, dit « Basque », était le serviteur d’un noble, originaire du comté de Rieux dans la sénéchaussée de Toulouse, Guillaume-Arnaud Massot. Ce dernier avait obtenu du maréchal d’Armagnac le commandement d’une troupe de gens de pied dans l’armée de Catalogne. Basque eut la chance d’être équipé par son maître, mis en point, incorporé par lui aux « gens et rolle » de sa charge22.

  • 23 Ord. Roys, t. XVII, p. 293-297.
  • 24 A. D. Isère, B 2905, f° 169-174.
  • 25 B. N., Moreau 734, f° 234 sq.

6Déracinés, habitués à toutes les violences, les valets formaient un groupe remuant, difficile à contrôler. Ceux qui restaient ainsi dans l’orbite des compagnies n’étaient pas toujours au service d’hommes de guerre déterminés : souvent, ayant laissé leur métier pour mener « vie oizeuse », ils hantaient les lieux où les gens d’armes se trouvaient logés, profitant du désordre pour assurer leur subsistance, espérant trouver tôt ou tard un maître qui leur procurerait un entretien régulier. Aussi en 1470 Louis XI décida-t-il que chaque homme d’armes indiquerait à la justice locale le nom de ses valets, qu’il serait tenu pour responsable de leurs actes et qu’il ne pourrait désavouer les coupables23. Quelques années plus tard, une tentative plus intéressante fut faite par le même souverain : par un acte de 1476, il prescrivit que les maîtres devraient désormais faire exercer leurs valets « a aprendre a tirer de l’arc, pour les metre es ordonnances », une fois qu’ils auraient atteint un âge suffisant24. C’était prévoir pour cette catégorie sociale une promotion régulière qui ne pouvait qu’améliorer le recrutement et la discipline. En 1484, une ordonnance de Charles VIII reprit les mêmes dispositions25.

  • 26 A. N., JJ 190, n° 78.
  • 27 Sur la tradition militaire dans la famille de Bayart, cf. Hist. Bayart, p. 4, n. 1 : Philippe Terr (...)
  • 28 A. N., JJ 216, n° 156.
  • 29 Mentions d’âges de pages :
    9 ans : A. N., JJ 190, n° 78.
    10 ans : A. N., JJ 185, n° 138.
    12 ans : B. (...)
  • 30 B. N., Bourgogne 60, f° 201-204.
  • 31 A. D. Isère, B 2905, f° 169-174.
  • 32 B. N., Moreau 734, f° 234 sq.

7Par opposition aux valets de guerre, les pages, dans la seconde moitié du 15ee siècle, étaient fréquemment de bonne naissance. Leurs parents avaient l’habitude de les confier à un homme d’armes qui se chargeait de leur apprendre le métier de la guerre26. Les exemples ne manquent pas de combattants ayant d’abord servi comme pages avant d’être un jour admis comme archers, coutilliers ou hommes d’armes. Tel est le cas de Pierre Terrail, seigneur de Bayart. Issu d’une famille de modeste mais assez ancienne noblesse dauphinoise, Bayart naquit au château dont il porta le nom, dans le Graisivaudan, entre 1473 et 1475. Son frère aîné, de tempérament casanier, hérita de la seigneurie ancestrale, où il passa sa vie, « chassant l’ours ». Ses deux cadets prirent l’état ecclésiastique et devinrent successivement évêques de Glandèves. Lui-même resta fidèle à une vocation militaire solidement implantée dans sa famille. « Pour son commencement », son père se préoccupa de le « mettre en la maison de quelque prince ou seigneur, afin qu’il appreigne a se contenir honneste-ment, et quant il sera ung plus grant, apprendra le train des armes ». On songea à Charles VIII et au duc Jean de Bourbon, mais, sur l’intervention d’un parent, évêque de Grenoble, le jeune Bayart put devenir page du duc de Savoie. Il le resta une demi-année. « Il saultoit, luytoit, gectoit la barre selon sa grandeur et entre autres choses chevauchoit un cheval le plus possible ». Il avait alors 13 ou 14 ans. Puis, à l’occasion d’une rencontre, à Lyon, entre le duc de Savoie et le roi de France, il devint page et nourri d’un grand seigneur de la cour de Charles VIII, Louis de Luxembourg, comte de Ligny, fils du connétable de Saint-Pol. Il le demeura trois ans, jusqu’à l’âge de 17 ans. Son protecteur le jugea alors mûr pour devenir homme d’armes dans sa compagnie d’ordonnance, qui tenait garnison en Picardie. Tout en restant gentilhomme de la maison du comte de Ligny, à 300 francs de pension annuelle, le voici enrôlé dans l’armée royale27. Ce qu’on sait sur l’âge de ces pages, de ces « jeunes filz »28, coïncide bien avec l’exemple de Bayart : une quinzaine de documents signale des pages ayant de 9 à 19 ans, dont plus de la moitié de 15 à 1729. Les règlements militaires se préoccupaient même d’imposer un âge minimum : en 1471 Charles le Téméraire prescrivit que les pages de sa nouvelle ordonnance n’auraient pas moins de 17 ans30 en 1476, Louis XI exigea au moins 18 ans31 en 1484, Charles VIII n’en demandait plus que 1432. Comme pour les valets enfin, il était prévu que les hommes d’armes leur feraient faire l’exercice pour les préparer au métier des armes.

  • 33 Quelques exemples : Gillet Petit, dit Béthencourt, vingt ans, coutillier et serviteur de son frère (...)
  • 34 A. D. Isère, B 2905, f° 548r°.
  • 35 B. N., n. a. fr. 8610, f° 43 et 55 et 8610, f° 47 ; fr. 21501, n° 408 ; Clair. 237, n° 273 et fr. (...)

8On saisit encore moins bien les coutilliers, dont l’origine sociale était sans doute fort disparate33. Par exception, une chance pouvait leur être offerte de dépasser leur condition subalterne : en 1495, lorsque Charles VIII quitta le royaume de Naples, il laissa sur place une fraction de son armée afin d’assurer la défense de sa récente conquête ; mais une centaine d’hommes d’armes, appartenant aux compagnies qui devaient rester, ne consentirent pas à cet exil, leur départ créa des vides, qu’il fallut combler : le roi décida alors que les archers seraient promus hommes d’armes et les coutilliers archers34. On peut suivre un peu mieux la carrière des coutilliers maîtres qui constituent une faible proportion des compagnies dites à la mode d’Italie, logées en Roussillon sous Louis XI et Charles VIII ; leurs noms en effet sont portés sur les rôles des montres et revues. Leur carrière à l’intérieur d’une même compagnie est courte : une dizaine d’années, semble-t-il. Quelques-uns d’entre eux ont été promus hommes d’armes, tandis qu’un petit nombre d’hommes d’armes sont retombés coutilliers maîtres35Faut-il conclure, à partir de cet exemple très limité, que le fossé séparant ces deux catégories n’était pas infranchissable au moins dans le cas de troupes formées de mercenaires étrangers, et qu’il était parfois possible de le passer, dans un sens comme dans l’autre ?

Les âges

9A la lumière des 130 indications fournies par les lettres de rémission — indications peu nombreuses et dont la valeur n’est qu’approximative — tous, hommes d’armes aussi bien qu’archers, hommes de guerre ordinaires aussi bien que mortes-payes, ont des âges comparables. Aucune catégorie n’apparaît comme moins jeune ou plus jeune qu’une autre. La moyenne se situe à 28 ans. Les âges extrêmes vont de 20 à 60 ans. Par tranche d’âge, le tableau est le suivant :

  • de 20 à 25 ans : 40 %
  • de 26 à 30 ans : 38 %
  • de 31 à 36 ans : 16 %
  • plus de 36 ans : 6 %.

10C’est dire que plus des trois-quarts des gens de guerre de l’ordonnance ne servaient pas au-delà de trente ans et que plus des neuf-dixièmes avaient moins de 37 ans. Dans leur immense majorité, ils avaient donc terminé leur carrière lorsque beaucoup de capitaines commençaient la leur. Autant l’encadrement de l’ordonnance du roi était assuré par des hommes souvent mûrs, autant la masse des combattants professionnels était relativement jeune.

  • 36 B. N., fr. 1246, f° 22v°—23r°.

11Faut-il croire cependant que, dans les dernières années du 15e siècle, les compagnies d’ordonnance se soient progressivement peuplées d’éléments plus jeunes encore ? Un contemporain affirme que les capitaines faisaient alors « grans habuz au dommacge du prince » et diminuaient la valeur de son armée en incorporant comme hommes d’armes ou archers des « enfans en leur compaignie » « qui ne virent jamaiz tirer espée ». Sans doute, ajoute la même source, « pour en mectre en une compaignie de cent lances six ou sept qui soient de bonne rasse, il n’y aurait pas grand mal, mais qu’ilz soient bien montez et armés, car il fault que les jeunes gens aient une fois commencement », mais cette proportion est très largement dépassée36.

  • 37 Nombreux exemples offerts par la série JJ des A. N. ; cf. par exemple JJ 206, n° 700, 677 et 187, (...)

12Enfin, beaucoup d’hommes d’armes et surtout beaucoup d’archers étaient mariés, avaient des enfants, partageaient leur vie, selon un rythme préjudiciable aux besoins militaires de la monarchie, entre leur garnison et la résidence de leur famille37.

Origine géographique

  • 38 On relève par exemple, dans la compagnie de Boffille de Juge, Durasso de Rome, Juvenal de Pyemont, (...)
  • 39 Quelques exemples : Thomas Mareschal (Marshall), écuyer écossais, qui a quitté son pays depuis 30 (...)
  • 40 Un seul exemple parmi bien d’autres : Walter Stud, compagnon de Jean Stuart, connétable d’Ecosse, (...)
  • 41 On peut ajouter aux lettres de naturalité les lettres de libertas testandi : par exemple pour Patr (...)
  • 42 Baude dans Chartier, Ohron. Charles VII, t. III, p. 134.

13Deux questions majeures se posent à cet égard : de quelles régions viennent les gens de guerre de l’ordonnance et dans quelle mesure certaines compagnies ont-elles un recrutement géographique homogène ? La série des lettres de rémission sera la source unique utilisée ici. Elles fournissent 200 exemples d’origine. Il convient de se servir avec d’autant plus de prudence d’un matériel documentaire de dimension aussi modeste que certaines origines ont probablement paru plus dignes d’être notées que d’autres, ce qui fausse les résultats. Il s’agit en particulier des origines étrangères, au nombre de 54, dont 27 écossaises, soit la moitié, 14 castillanes ou navarraises, soit le quart, 4 italiennes, six allemandes ou lorraines, deux provençales et une anglaise. Les trois cinquièmes de ces étrangers servent dans une compagnie dont le capitaine est un de leurs compatriotes, les deux autres cinquièmes dans des compagnies à la tête desquelles se trouvent des Français. En d’autres termes, il existait des compagnies dont le recrutement était à la fois géographiquement homogène et d’origine presque entièrement étrangère : telle la compagnie des Espagnols, dont on peut suivre l’existence jusqu’à la fin du règne de Louis XI, sous Martin Enriquez de Castille puis sous Jean de Salazar ; ou encore la compagnie des Ecossais, commandée successivement par Robin Pettylow, Thomas Stuyer, Robert Coningham, Joachim Coningham et Béraud Stuart, seigneur d’Aubigny ; enfin la garde écossaise du roi, dont les chefs furent, sous Charles VII, Nicole et Cristye Chamber puis Patrick Folcart et Thomas Halliday, sous Louis XI Guillaume Stuyer, Thomas Stuyer, son frère, Robert Coningham, son fils Joachim, enfin, à partir de 1493, Béraud Stuart, qui, à sa mort, en 1508, fut remplacé par son neveu Jean Stuart. D’autres formations, comme les compagnies « à la mode d’Italie », créées à partir de 1474 pour la défense du Roussillon et de la Cerdagne, eurent un recrutement plus composite : on y trouvait un bon nombre d’Italiens et de Catalans, mais aussi des Castillans, des Navarrais, des Béarnais, des Français de langue d’oc…38. Enfin, à titre individuel, beaucoup d’étrangers ont fait partie de compagnies où les sujets du royaume étaient en majorité39. On peut donc penser que ces étrangers, Béarnais compris, constituaient, par rapport à l’ensemble des gens de guerre de l’ordonnance, une proportion plus importante que celle des chefs étrangers par rapport à l’ensemble des capitaines. S’il fallait donner une estimation chiffrée, 15 % paraîtrait acceptable. Parmi les étrangers, incontestablement les Ecossais dominent, suivis par les hommes originaires des royaumes et des principautés ibériques ; viennent ensuite, à égalité, les Italiens et les gens de guerre de l’Empire. Tout comme les capitaines, beaucoup d’étrangers s’établissaient, se mariaient, acquéraient des biens en France40 Sur 18 lettres de naturalité accordées à des gens de guerre de l’ordonnance par la chancellerie royale, 13 Ecossais en sont bénéficiaires contre 4 Espagnols et un Piémontais41. Henri Baude est en tout cas dans l’erreur — mais une erreur sans doute volontaire — lorsqu’il affirme dans son Eloge de Charles VII que « les gens de guerre de ses ordonnances estoient de son royaume excepté les Escoussois »42 : à toutes les époques du 15e siècle, le recrutement étranger fut en réalité beaucoup plus composite.

  • 43 Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. I, p. 20.
  • 44 Voici, d’après le témoignage de A. N., JJ, l’origine géographique des gens de guerre de l’ordonnan (...)

14Parmi les « régnicoles », il n’est pas possible d’évaluer avec sûreté les apports des différentes provinces. Tout au plus notera-t-on la prédominance des éléments recrutés au nord de la Loire et parmi eux le rôle que jouèrent les Normands-les Picards,les Champenois et enfin les Bretons, d’abord dans les dernières années du règne de Charles VII — Commynes parle de 500 hommes d’armes, « la fleur de l’armée », qui, â l’avènement de Louis XI, en 1461, suivirent leurs chefs révoqués et se réfugièrent chez le duc de Bretagne43 — puis, de nouveau, après 1465. Mais les Poitevins, les Gascons, les hommes venus de l’Auvergne et du Bourbonnais, n’étaient pas rares non plus44.

  • 45 D’après B. M. Angers, 1184 ; B. M. Poitiers, 407 ; B. N., fr. 32905 ; Marol-les, Inv. titres Never (...)
  • 46 Jaurgain, « Profils Basques », p. 11, n. 1.
  • 47 Hist. Bayart, p. 473, n. 1. La remarque est de J. Roman, bon connaisseur de la noblesse dauphinois (...)
  • 48 Arch. hist. Poitou, t. II, p. 300 — 311.
  • 49 A. D. Pyrénées-Orientales, B 318.
  • 50 Montfaut, Recherches de Montfaut, éd. Labbey de Laroque.
  • 51 B. N., n. a. fr. 1232, n° 43.
  • 52 Stein, Charles de France, passim.

15Ce personnel disparate avait-il l’habitude de se regrouper au sein des compagnies en fonction de l’origine géographique des capitaines ? En d’autres termes existait-il alors des compagnies régionales, comme plus tard, dès le 16esiècle, des régiments d’infanterie régionaux, portant le nom de la province où ils puisaient leurs effectifs ? Certes, une correspondance apparaît entre la composition géographique des compagnies et l’origine de leurs chefs. En 1470, parmi 22 nobles exempts du service de l’arrière-ban par le fait qu’ils servent déjà dans l’ordonnance du roi, 12 sont enrôlés dans des compagnies dont les capitaines étaient leurs compatriotes45. Plusieurs lettres de rémission fournissent l’origine d’un certain nombre de gens de guerre appartenant à la charge du Normand Jean d’Estouteville, sire de Torcy : deux d’entre eux viennent du Vimeu, un troisième du bailliage de Caux, un autre de Sauqueville, un du Cotentin, un de la vicomte de Bayeux. On ne relève, en contrepartie, qu’une origine franchement excentrique, celle d’un homme de guerre venu du Lyonnais. Dans les compagnies de Robinet du Quesnoy, du maréchal d’Esquerdes, du connétable de Saint-Pol, du comte de Ligny, son fils, de Guillaume Bournel, de Robert de Framezelles, tous capitaines originaires du nord du royaume — Picardie, Artois, Boulonnais et Flandre — il est aisé de relever les noms d’une masse de leurs compatriotes. Un sondage effectué pour l’année 1475 permet de conclure à un fort pourcentage de noms basques, gascons ou béarnais dans la compagnie du Béarnais Gaston du Lion — 31 hommes d’armes sur 75, 18 archers sur 152 — comme dans celle du Gascon Estevenot de Tallaurresse — 25 hommes d’armes sur 75, 16 archers sur 152 — alors que ces noms ne sont qu’une poignée dans la compagnie de l’Angevin Georges de la Trémoïlle, du Berrichon Guérin le Groing ou du Normand François de la Sauvagière46. On a pu estimer à près du tiers la proportion des hommes d’armes et archers de la compagnie de Bayart appartenant à des familles notables du Dauphiné47 ; un pourcentage identique se retrouve, vers 1470, dans celle du sénéchal de Poitou, Louis de Crussol, où une centaine de noms sur 268 seraient d’origine poitevine48. Le recrutement local existait également pour les troupes de garnison : on ne s’étonnera pas de constater qu’une partie des gens de guerre établis au château de Perpignan étaient originaires du sud-ouest du royaume49 et que la Recherche des nobles du duché de Normandie, effectuée en 1463, indique les noms de 7 gentilshommes des bailliages de Caen et de Cotentin servant à cette date dans l’ordonnance du roi au Mont-Saint-Michel50. Cependant, pour différentes raisons, un grand nombre et peut-être la majorité des gens de guerre échappent à la pratique du recrutement régional. En 1487, par exemple, dans la compagnie du comte de Montpensier, on relève bien deux hommes d’armes-originaires de l’Auvergne, qui pouvaient être les vassaux ou les sujets de leur capitaine, mais un autre est originaire de Beauce, un autre de la Marche, un autre encore de Gascogne ; un archer vient de Normandie, un autre de Niort, un troisième de Poissy, en Ile-de-France51. Il faut donc mettre en cause d’autres types de recrutement : un capitaine, succédant à un autre chef d’origine différente, peut par exemple introduire, à un rythme variable, dans la compagnie dont il prend la charge, un nombre plus ou moins important de compatriotes ; la compagnie comprendra alors plusieurs noyaux géographiques, qui sont comme autant de sédiments révélateurs de l’origine de ses chefs successifs. Si on trouve de nombreux Normands dans les compagnies de Charles de France, alors duc de Guienne, vers 1470—1471, c’est qu’en 1466, lorsqu’il perdit son apanage de Normandie, une partie de la clientèle qu’ il s’y était constituée le suivit dans son exil et partagea sa fortune52. Enfin, surtout en période d’activité militaire intense, lorsque, du fait des désertions et des morts, les renouvellements sont plus fréquents, des hommes venus de toutes les régions, Français aussi bien qu’étrangers, affluaient dans la zone des armées, acceptant même de servir à leurs dépens, dans l’espoir d’obtenir un jour une place d’homme d’armes ou d’archer, qu’ils demandaient sans se soucier de l’origine du chef qui pouvait la leur offrir.

Les archers

  • 53 Mentions d’archers fourriers : A.N., JJ 195, n° 731 ; 190, n° 124 ; 195, n° 1538 ; B. N., fr. 2149 (...)
  • 54 Trompettes : A. N., JJ 221, n° 328 ; B. N., fr. 21499, n° 273 et 299 ; Clair. 236, n° 225.
    Canonnie (...)
  • 55 A. N., JJ 206, n° 90 et 1002 ; 216, n° 261 et 220, n° 263.
  • 56 B.N., Moreau 734, f° 234 sq.

16Par le seul fait que leurs noms apparaissent régulièrement dans les montres et revues, la documentation sur les archers est relativement abondante. Certains avaient des fonctions spécialisées au sein de la compagnie. Le capitaine avait l’habitude de désigner l’un d’eux comme fourrier, chargé de répartir les logis entre les gens de guerre53. On trouve encore parmi les archers un ou deux trompettes, parfois un canonnier ou un couleuvrinier54. Il existait aussi un capitaine des archers, mais choisi le plus souvent, peut-on penser, au sein des hommes d’armes55. Le reste des archers semble jouer un rôle militaire indifférencié. Toutefois, à partir de 1484, les capitaines furent autorisés à inclure dans les 200 archers que comptait une compagnie de 100 lances, 15 ou 20 arbalétriers exercés56 : preuve parmi d’autres qu’encore à cette date l’arbalète, dont les transformations techniques avaient progressivement amélioré l’efficacité, n’était pas jugée une arme démodée.

  • 57 Ord. Roys, t. XVII, p. 293-297.

17Evaluer la durée des carrières pose de multiples problèmes. Les documents en effet ne permettent pas de savoir combien de temps, avant de devenir archers, les mêmes hommes ont éventuellement servi comme pages, valets ou coutilliers. De plus, beaucoup d’archers ont dû passer d’une compagnie à l’autre, en dépit des efforts répétés de la monarchie et des capitaines pour limiter et contrôler ces transferts57. Or, on ne possède que pour la seule année 1475 l’ensemble des rôles de montres et revues où sont portés les noms des gens de guerre de la grande ordonnance : il est donc impossible de suivre les carrières de tous les archers entre deux dates suffisamment éloignées pour que des conclusions statistiques solides puissent être établies. Enfin, les archers ont pu servir dans d’autres armées que celle du roi de France. On devra donc se contenter d’examiner les carrières à l’intérieur d’une même compagnie. Cette enquête sera menée pour quatre époques différentes.

18Presque aussitôt après leur création, entre 1446 et 1449, il semble, selon un exemple il est vrai unique, que les compagnies de la nouvelle ordonnance aient possédé un personnel d’archers très stable : sur 23 d’entre eux servant dans une fraction de la compagnie du maréchal de Culant en 1448, 22 sont attestés dès 1446, 23 autres archers présents en juillet 1449 servent déjà, avec la même qualité, en avril 1448. Au cours des dix dernières années du règne de Charles VII, entre 1451 et 1461, une stabilité du même ordre se manifeste : en 1461, près de la moitié des archers servaient dans la même compagnie depuis un minimum de 10 ans. L’état de la documentation autorise une troisième coupe, entre 1469 et 1475, c’est-à-dire dans les premières années de la lutte contre le Téméraire et au moment de la reconquête du Roussillon par Louis XL Le commandement connaît alors un assez faible renouvellement, mais les effectifs s’accroissent régulièrement, de nouvelles compagnies se créent, qui ont pu attirer, dans une proportion inconnue, des archers venus des anciennes formations. Ces raisons suffisent-elles à expliquer l’instabilité nettement plus grande du personnel ? Le tiers seulement des archers de 1475 sert dans le même corps depuis 5 ans ou plus. Mais, tandis que sous Charles VII les différentes compagnies connaissaient un renouvellement analogue, ici les contrastes sont important entre elles : la Compagnie de Tanguy du châtel a ainsi vu son personnel d’archers se renouveler à plus de 90 %, tandis que celles de Joachim Coningham, de Georges de la Trémoïlle et de Tristan l’Hermite ont conservé, durant le même laps de temps, environ la moitié du leur. Les causes de ce contraste ne se laissent guère saisir, bien qu’on puisse trouver normal que les mercenaires écossais de Coningham, venus en France pour servir le roi, aient connu des carrières spécialement longues. Enfin, au début du règne de Charles VIII, entre 1485— 1486 et 1491, en un temps où les campagnes sont annuelles contre Maximilien et contre les Bretons, les pourcentages sont du même ordre que sous Louis XI : en 1491—1492, 31 % des archers servent depuis 6 ans au moins. Il faut donc conclure à des carrières d’archers assez courtes au sein d’une même compagnie : si de 1451 à 1461, 5 % de nouveaux venus apparaissent seulement chaque année, ce qui donnerait des carrières moyennes de 20 ans, de 1470 à 1475 le pourcentage de renouvellement annuel monte à 13 % et la durée des carrières descend à 7 ans et demi ; de 1485 à 1492 enfin, il est de 11 %, les carrières atteignant alors 9 ans.

19Comparons ces taux de renouvellement avec ceux que connaissent, aux mêmes époques, les troupes de garnisons — archers de la petite ordonnance et hommes de guerre de morte-paye. Voici l’exemple de la Normandie : sous Charles VII, 60 % du personnel sert depuis 10 ans au moins ; on y compte seulement 4 % de nouveaux venus chaque année. Entre 1474 et 1491, selon les garnisons, le taux de renouvellement annuel est compris entre 5 et 8 %. Ainsi, les troupes de garnison ont en moyenne des carrières nettement plus longues que celles de l’armée de campagne. Leur faible activité militaire, une existence par définition casanière, bref la légèreté de leur service expliquent cette différence. Mais il est frappant de constater le parallélisme des variations dans les pourcentages entre le temps de Charles VII d’une part et celui de Louis X I et de Charles VIII de l’autre. La multiplication des campagnes militaires ne suffit donc pas à expliquer l’augmentation du taux du renouvellement. Il est probable que la fréquence des mutations au niveau du commandement jouait également un grand rôle : on a vu en effet que sous Charles VII les chefs restèrent le plus souvent en place tandis qu’ils furent remplacés à maintes reprises durant les règnes suivants. Enfin, plus le contrôle militaire d’une troupe est sévère, plus le nombre des renvois est élevé : or ce contrôle semble se durcir surtout après 1470.

20A ces raisons, d’ordre général, ont pu s’en ajouter d’autres, d’ordre régional cette fois. En effet, les autres zones d’implantation militaire continue où des sondages sont possibles, la Guienne, le Roussillon et la Cerdagne, connaissent des taux de renouvellement bien plus élevés : en 11 ans, sur 50 mortes-payes tenant garnison au fort du Hâ, 48 ont disparu ; en 15 ans, sur les 50 du Château- Trompette, 49. Durant la même période de 15 ans, la garnison de Bordeaux proprement dite a subi un renouvellement de 89 %. Pour les places du Roussillon et de la Cerdagne, entre 1484 et 1490, les taux annuels de renouvellement sont compris entre 10 et 23 %. Tout se passe donc comme si en Normandie il existait, peut-être depuis le 14e siècle, un milieu humain considérant comme naturel et normal le fait d’accomplir une véritable carrière militaire, avec ses privilèges et ses servitudes, dans le cadre d’institutions stables, tandis qu’ailleurs rares étaient les individus pour lesquels la défense d’une place au service du roi était autre chose qu’un moyen de vivre tout temporaire (annexe VC).

  • 58 A. N., JJ 220, n° 272.
  • 59 Ibid., Zla 32, f° 83v° (1481).
  • 60 Stein, Charles de France, p. j. CXXIV, p. 783—787, d’après A. N., J 950, n° 12.
  • 61 Supra, p. 424.
  • 62 A. N., JJ 221, n° 161 et 227, n° 226 (1490 et 1496).
  • 63 Ibid., 207, n° 192 et 227, n° 377.
  • 64 Sur l’importance du titre dans les écrits, cf. l’argument avancé par un personnage du 15e siècle p (...)

21Est-il possible de situer le niveau social des archers de l’ordonnance ? Voici d’abord quelques cas concrets. François du Mas est archer d’ordonnance sous le seigneur de Quintin ; son père est seigneur de Malleret, dans la paroisse de Chambon en Combraille58. Jean Bougon, originaire du Soissonnais, sert dans la compagnie du seigneur de Moreuil ; certes, il n’est pas noble, mais il n’est pas dépourvu de tout bien : avec un de ses frères, il exploite, moyennant un fermage de 20 muids de céréales, des terres appartenant à l’abbaye Saint- Médard de Soissons, qui supporteraient aisément une redevance double. Aussi les élus et les commis de son élection l’ont-ils astreint à payer la taille. Bougon refuse, alléguant le privilège des archers de l’ordonnance « et autres suyvans la guerre » : milites armate milicie, ils doivent être de plein droit « frans et exemps ». Il proteste qu’on l’a exécuté « en ses biens, et mesmement en ses chevaulx et harnoys, dont il va en la guerre »59. En 1471, Arnoulet de Hombreucq, natif du Hainaut, est âgé de trente-six ans. Il a passé toute sa jeunesse dans sa province natale, jusqu’en 1460, date à laquelle il quitta le pays et s’engagea au service du bâtard de Bourgogne qui marchait alors contre Gand, dans l’armée de Philippe le Bon. L’expédition terminée, Arnoulet, qui avait pris goût à la guerre, passa en Champagne, « querant son aventure » ; il y devint le serviteur d’un homme d’armes de la compagnie du sire d’Orval, qu’il accompagna dans le voyage de Catalogne, en 1462. L’année suivante, il était dans celle du bâtard d’Armagnac, comte de Comminges. Sans doute espérait-il obtenir une place d’archer dans l’une des trois garnisons qui protégeaient Bordeaux ? Son attente fut vaine. Il quitta la Guienne, gagna la Flandre. De là, il retourna en Hainaut, où il demeura un an. En 1465, il apprit que Philippe le Bon et le comte de Charolais rassemblaient leurs forces pour attaquer Louis XI Il ne put ou ne voulut s’y joindre. Il préféra chercher à se faire enrôler dans l’ordonnance du roi de France afin d’y faire une carrière durable. Il suivit la cour dans ses déplacements, à Poitiers, à Thouars. En fin de compte, Louis X I céda à ses sollicitations : il fut envoyé à Caen où le seigneur de Villiers qui avait alors la charge de 50 lances de la grande paye lui donna « ordonnance d’archer ». Le voilà devenu son serviteur, vivant dans sa maison, jusqu’ à ce que le duché de Normandie, à la fin de l’année 1465, fût accordé en apanage au frère du roi, Charles de France. Avec son maître, Arnoulet suivit la fortune du duc de Normandie qui, devenu duc de Guienne en 1469, lui procura une place d’archer dans sa garde du corps puis d’homme d’armes au château de la Lune, à Bordeaux. En 1471, il accompagna le duc lorsque celui-ci participa avec Louis XI à la campagne de Picardie. De retour en Guienne il demanda et obtint un congé pour revoir ses parents et ses amis du Hainaut. Ce congé était-il un prétexte couvrant des manœuvres politiques en faveur de son protecteur ? Au lieu de gagner directement la frontière du Nord, il passa par Caen, descendit dans une taverne où il prononça des paroles imprudentes qui le firent arrêter et juger par Tristan l’Hermite, prévôt des maréchaux de France60. Ajouter d’autres exemples, multiplierait les impressions contraires. Manifestement, les archers sont issus de milieux sociaux très divers. Leur carrière offre une large variété. Toutefois, plusieurs faits, qu’il est possible de réunir en un faisceau cohérent, méritent d’être soulignés. En premier lieu, comme on l’a vu61, il semble qu’aucun capitaine de l’ordonnance n’ait commencé sa carrière militaire comme simple archer : le cas de Bayart, directement enrôlé comme homme d’armes, dans la compagnie du comte de Ligny, serait la règle. Ensuite, à travers des milliers d’exemples, pas un seul archer qualifié de chevalier n’a pu être rencontré ; jamais leurs noms ne se trouvent précédés de mons. ou de messire, alors qu’on relève l’un ou l’autre terme devant ceux d’une minorité d’hommes d’armes, tant de la petite que de la grande ordonnance, et même, très rarement il est vrai, devant ceux de nobles de l’arrière-ban servant comme simples brigandiniers. En troisième lieu, les anoblissements d’archers par le roi dont les registres de la Chancellerie ont conservé la trace sont exceptionnels : en 50 ans, deux concernent des archers de la grande ordonnance62 et deux des archers de la garde du corps63. Parmi les noms d’archers on relève ce qu’on pourrait appeler les « surnoms » de valets : Petit Perrinet, Le petit Picard, Grandjehan de Soissons, Le Gros Jacques, Grosjehan Crespin… Onomastique très peu fréquente en soi — de l’ordre de 2 % — mais il est significatif qu’on la rencontre en moyenne deux fois plus souvent chez les archers que chez les hommes d’armes. L’examen des lettres de rémission accordées à des gens de guerre par la monarchie durant la seconde moitié du 15e siècle montre que, sur 594 mentions d’archers de l’ordonnance, 57 seulement sont qualifiés d’écuyers ou de gentilshommes, soit un peu moins de 10 %. Sans doute convient-il d’utiliser un semblable témoignage avec prudence : quelque importance qu’on ait attachée alors aux titres64,, il est probable qu’un certain nombre d’archers ont indûment obtenu, même dans un document officiel, le qualificatif d’écuyer ; il se peut également que d’autres archers, dont le nom n’est suivi d’aucun qualificatif, aient été en réalité nobles et qu’il faille mettre en cause la négligence des scribes. Mais le contraste est si net entre la proportion d’écuyers chez les archers et celle qu’on relève, d’après la même source, chez les hommes d’armes, qu’il paraît légitime d’attacher une certaine importance à ces résultats. Ceux-ci se trouvent d’ailleurs confirmés par l’examen d’une source différente : les quittances originales des archers, conservées par la Chambre des comptes, qui ont été insérées dans les séries généalogiques de la Bibliothèque nationale. Sur 49 archers, 43 noms ne sont suivis d’aucun qualificatif, un porte la mention de bâtard, 5 — soit 10 % là aussi — sont appelés écuyers.

22Comme l’indique le tableau suivant, les bâtards de nobles ne forment qu’une faible minorité parmi les archers :

23De 2,4 à 3,2 % : l’augmentation du nombre des archers bâtards de nobles en 30 ans est si faible qu’il serait hasardeux de lui accorder une quelconque signification.

24Il reste que la concordance de cette série d’indices autorise une double conclusion : dans leur grande majorité, les archers de l’ordonnance étaient d’origine non noble ; rien ne montre, d’autre part, que le service du roi leur ait permis d’accéder couramment à la noblesse.

  • 65 10 sur 50 dans la compagnie du duc de Bourbon ; 15 sur 94 dans celle des Coningham.
  • 66 8 sur 80 dans la compagnie d’Antoine de Chabannes ; 8 sur 89 dans celle de Georges de la Trémoïlle (...)

25C’est à cause de la médiocrité de leur recrutement social que les archers ont si rarement bénéficié de promotions : à l’intérieur d’une même compagnie, ceux qui deviennent tôt ou tard hommes d’armes constituent une très faible minorité. Reprenons, aux mêmes dates, les sondages concernant la durée des carrières. Sur 73 archers présents en 1446 et qui servent encore en 1449 dans la même formation, aucun n’est devenu homme d’armes : il est vrai qu’ici la stabilité des hommes d’armes n’a offert aux nouveaux venus qu’un très petit nombre de places. Sur 151 archers attestés en 1451 et qui sont toujours là dix ans plus tard, 10 seulement sont devenus hommes d’armes, soit 1 sur 15. Durant cette période, 51 places d’hommes d’armes ont été vacantes : 20 % de celles-ci ont donc été attribuées à des archers. Entre 1469 et 1475, sur 408 archers demeurés au service du roi, 55 sont devenus hommes d’armes. Certaines compagnies, comme celle des Ecossais, sous le commandement de Robert Coningham, puis de Joachim Coningham, son fils, comme aussi celle du duc de Bourbon, ont connu une mobilité sociale ascendante un peu plus grande que la moyenne65 ; d’autres, comme celles d’Antoine de Chabannes et de Georges de la Trémoïlle, un cloisonnement plus marqué66. De toute façon, il s’agit là seulement de nuances : il était toujours difficile, quelle que fût la compagnie, de franchir la barrière séparant les archers des hommes d’armes.

26En sens inverse, il est frappant de constater qu’on ne trouve guère d’exemple d’un homme d’armes retombé archer, du moins dans la même compagnie. Une exception à cette règle concerne les compagnies à la mode d’Italie : là, dans 2 sur 3 de ces formations, celles de Jean Latier et d’Antoine de Bonneval, au début du règne de Charles VIII, une poignée d’hommes d’armes disposant de 3 ou 4 chevaux se retrouvent, quelques années plus tard, coutilliers maîtres, avec un seul cheval.

27Ainsi, pendant 30 ans, la monarchie ne s’est pas souciée de faire bénéficier les gens de guerre de son ordonnance d’une mobilité ascendante. Il faut voir dans cette indifférence le désir d’obtenir un recrutement socialement homogène, même si l’efficacité militaire devait en pâtir. Pareillement, la mobilité descendante fut toujours quasi inexistante. Tout se passe comme si une naissance roturière, des moyens économiques réduits, avaient constitué pour les archers un obstacle bien difficile à franchir. Mais en 1476, Louis X I décréta des mesures qui tendaient à améliorer le statut social et économique des archers et à leur offrir des chances de promotion plus importantes.

  • 67 .« Archers sujets » : B. N., fr. 20498, f° 107v°.
    « Archers ayant maîtres » : B. N., fr. 26291, f° 3 (...)
  • 68 « Archers sans maître » : B. N., fr. 26291, f° 351.
    « Archers demeurant de par eux » : B. N., fr. 2 (...)
  • 69 B. N., fr. 26291, f° 351.
  • 70 Ibid., 25778, n° 1899.

28Jusqu’alors en effet et probablement dès 1445, on distinguait, dans les compagnies d’ordonnance, deux types d’archers : les « archers sujets », qualifiés également d’« archers ayant maîtres », d’« archers nourris », d’« archers et serviteurs », d’archers sous un homme d’armes ou « sous la lance »67, s’opposaient aux « archers sans maître » ou « archers demeurant de par eux », ou « archers francs » ou « archers non sujets » ou « archers qui sont à eux-mêmes »68. Les documents qui font allusion à l’existence de ces deux catégories sont malheureusement rares et les montres ou revues qui prennent soin de répartir les archers selon ce critère sont exceptionnelles. Il semble toutefois qu’à l’intérieur des différentes compagnies la proportion entre les deux types d’archers n’ait pas été constante. Un certain nombre d’hommes d’armes avaient le privilège, accordé soit par le capitaine, soit par le roi, de posséder des archers sujets, jusqu’à 4 pour un homme d’armes. En 1454, dans la compagnie de Guillaume de Rosnyvinen, il existait ainsi 23 archers sujets contre 37 archers francs ; 17 seulement des 29 hommes d’armes avaient à leur disposition un ou plusieurs archers sujets, selon la distribution suivante : un homme d’armes en avait 3, 6 en avaient 2, 8 un seul69. En 1460, la même compagnie comptait cette fois 24 archers sujets contre 29 archers francs ; un homme d’armes en avait 4, 7 en avaient 2,2 en avaient ensemble 3, 5 en avaient un70. On le voit : l’attribution des archers sujets aux hommes d’armes ne correspondait pas toujours à une lance fournie ; ce mode de groupement était donc dans bien des cas uniquement administratif, il ne correspondait qu’assez rarement à une réalité sociale. Disposer d’archers sujets était un avantage recherché : en 1460, c’est le lieutenant de la compagnie de Guillaume de Rosnyvinen, son parent, Jean de Rosnyvinen, également capitaine de Dinan pour le duc de Bretagne, qui possède le plus grand nombre d’archers sujets ; quant aux 6 autres Rosnyvinen qui servent dans la même compagnie, ils disposent tous d’un ou plusieurs archers sujets, à l’exception de Jean de Rosnyvinen le jeune.

  • 71 En 1474 ou 1475, Jean de Mouliart, écuyer, seigneur de Méleray « ou pais de Beausse », homme d’arm (...)
  • 72 Jean de Mondargon, écuyer, homme d’armes de la compagnie du maréchal Rouaut, « tenu en arrest » qu (...)
  • 73 Jean Simon, archer de Guillaume Simon (B. N., fr. 26291, f° 351). Henri et Jean Saint-Raoul (ou Sa (...)

29Les archers sujets étaient logés, nourris, entretenus par leur maître qui leur donnait des gages annuels, comme à de simples valets71. En revanche, leur maître touchait à leur place la solde prévue par le roi pour les archers de ses ordonnances72. Les archers sujets vivaient donc dans un état d’étroite dépendance ; le niveau social de la majorité d’entre eux était sans doute plus médiocre que celui des archers libres. Quelques-uns portent toutefois le même nom que leur maître : il s’agit alors de jeunes parents qu’un homme d’armes a pris sous sa protection73. Peut-être était-il plus facile aux archers francs de devenir hommes d’armes ? Sur 5 cas de promotion relevés dans les compagnies où les deux types d’archers sont distingués, un seul concerne un archer sujet ; encore le bénéficiaire de cet avancement porte-t-il le même nom que son ancien maître, il est par conséquent membre de sa famille. Il ne faudrait pas cependant majorer l’opposition sociale entre archers sujets et archers francs : dans la compagnie de Guillaume de Rosnyvinen, 2 archers francs sont devenus, entre 1454 et 1460, archers sujets, tandis que 4 archers sujets ont obtenu leur indépendance sans que pour autant leurs anciens maîtres aient quitté la compagnie. Les archers francs formaient un personnel plus stable. Enfin, on constate que les maîtres des anciens archers francs devenus sujets sont d’anciens archers libres devenus hommes d’armes.

30L’existence des archers sujets répondait à plusieurs nécessités : d’une part, elle permettait à certains hommes d’armes, les plus notables, d’avoir à leur disposition, aux frais du roi, un plus grand nombre de serviteurs ; ils avaient ainsi moins de raisons d’alourdir la compagnie avec des valets sans efficacité militaire, à l’entretien coûteux. D’autre part, la discipline se trouvait facilitée, chaque homme d’armes ayant à la fois les moyens et le devoir de contrôler ses archers sujets et pouvant être légitimement tenu pour responsable de leur conduite. En contrepartie, l’autorité du capitaine sur ces archers de rang inférieur était plus limitée puisqu’entre lui et eux s’interposait leur maître. De plus, les privilèges des hommes d’armes disposant d’archers sujets étaient enviés par ceux qui n’en possédaient pas. Quant aux archers sujets, dont la solde se trouvait en grande partie confisquée par leur maître, ils ne voyaient pas sans dépit les archers francs disposer librement de la leur.

  • 74 A. D. Isère, B 2905, f° 169—174. Système analogue de promotion interne pour la garnison anglaise d (...)

31C’est pour supprimer ces dissensions, c’est aussi pour améliorer la condition des archers en leur offrant une carrière plus sûre et plus ouverte, c’est enfin pour les transformer en une troupe plus efficace et plus dévouée parce que plus directement soumise à l’autorité militaire, que Louis X I décida la suppression des archers sujets. Désormais, les trésoriers des guerres et leur personnel de clercs devaient payer les archers « par teste » et ne plus remettre leur solde aux hommes d’armes. Il fut également prévu que, lorsqu’une place d’homme d’armes deviendrait vacante dans une compagnie, le capitaine avertirait le roi qui l’attribuerait à l’un des archers de cette compagnie. Quant aux places d’archers disponibles, c’était au capitaine cette fois de les remplir soit avec des éléments étrangers à la compagnie, soit, de préférence, avec des valets y servant déjà, à condition qu’ils fissent l’affaire74.

  • 75 A. N., JJ 201, n° 59 (1477) et 204, n° 26 (1476).
  • 76 A. D. Côte-d’Or, B 1860, f° 137 sq. (1480) : « Creue de cent s. t. que le roy nostredit seigneur a (...)
  • 77 B. N., Clair. 236, n° 257 et fr. 25780, n° 75.
  • 78 B. N., n. a. fr. 8609, f° 53 et fr. 25780, n° 99.

32La réforme lésait à la fois les intérêts des hommes d’armes et ceux des capitaines ; aussi fut-elle assez malaisément acceptée ; on a la preuve, en particulier, que des hommes d’armes continuèrent de percevoir la solde de leurs anciens archers sujets qui ne purent ainsi obtenir qu’une indépendance fictive75. Pour convaincre les hommes d’armes de renoncer à ces pratiques, on dut leur verser une indemnité compensatrice76. Il reste que les mesures prescrites par Louis XI furent partiellement appliquées : entre 1476 et 1478, dans la compagnie de Jean Chenu, sur 40 places d’hommes d’armes devenues vacantes, 13, soit près du tiers, furent réservées à d’anciens archers77 ; dans celle du Moine Blosset, entre 1475 et 1482, la proportion des archers passés hommes d’armes est du même ordre : parmi les 90 hommes d’armes de 1482, 27 servaient déjà comme hommes d’armes en 1475, mais 15 étaient encore à cette date de simples archers78. Manifestement, dans les dernières années de son règne, Louis XI était parvenu à introduire une mobilité ascendante plus grande au sein des compagnies d’ordonnance.

  • 79 B. N., Moreau 734, f° 169-174.
  • 80 B. N., fr. 21500, n° 357 et Clair. 238, n° 359.
  • 81 B. N., fr. 25781, n° 3 et n. a. fr. 8610, f° 52.

33Mais la suppression des archers sujets ne fut que temporaire. En 1484, un acte royal prescrivit que chaque compagnie de 100 lances comprendrait 120 archers francs et 80 archers sujets. Ce dernier chiffre devait inclure 12 archers que les seigneurs du sang, dès lors fréquemment capitaines des compagnies, pouvaient attacher à leur personne. C’était là leur concéder, aux frais du roi, une retenue ou une maison militaire. Les capitaines pouvaient répartir le reste des archers sujets à leur discrétion, mais en respectant les règles suivantes : les lieutenants, les porteurs de l’enseigne et du guidon de la compagnie, devaient en être pourvus ; quatre hommes d’armes ordinaires seulement pouvaient avoir chacun trois archers ; les autres n’en devaient avoir qu’un ou deux par personne. Ces archers sujets devaient être de « beaulx et bons combatans », de « hardiz hommes » que leurs maîtres tiendraient « en bons habillemens » et auxquels ils fourniraient leurs montures. En outre, les hommes d’armes disposant d’archers sujets pouvaient avoir chacun 4 chevaux, tandis que les autres n’en pouvaient conserver que 3. Du même coup, le roi renonçait à choisir lui-même les hommes d’armes parmi les archers de la compagnie : leur recrutement revenait au capitaine79. Les conséquences de ce retour en arrière ne tardèrent pas à se faire sentir : dans la compagnie de Philippe de Hochberg, en 1492, on compte seulement, parmi les hommes d’armes, 10 archers servant en 1485 contre 43 hommes d’armes80 ; la proportion des archers ayant bénéficié d’une promotion retombe au cinquième. Dans celle du bâtard de Cardonne, en 1488, sur 24 hommes d’armes, 2 seulement sont d’anciens archers de 1484 contre 8 anciens hommes d’armes81.

34Dans les dernières années du règne de Louis XI, la monarchie s’est donc efforcée d’empêcher qu’on pût devenir directement homme d’armes et d’obtenir que tout homme, quelles que fussent sa naissance ou sa fortune, accomplît un stage plus ou moins long en qualité d’archer. Les mesures qu’elle édicta à cet effet furent imparfaitement appliquées, elles parvinrent toutefois à assurer des promotions plus fréquentes. Mais cette tendance ne dura pas 10 ans. Avant comme après, les chances pour un archer de s’évader de sa condition subalterne restèrent minces. Au terme de cette analyse, il apparaît que les archers de l’ordonnance, recrutés dans leur grande majorité parmi les non-nobles, anoblis de façon exceptionnelle, formaient une catégorie assez méprisée d’hommes de guerre de « petit état » passant en moyenne au service du roi une douzaine d’années de leur existence ; de plus, une forte proportion de ces archers connaissait des conditions de vie toutes proches de celles qui s’offraient aux simples valets de guerre.

Les hommes d’armes

  • 82 Arch. hist. Poitou, t. I, p. 4 0 - 4 2, d’après A. N., JJ 229, n° 18 et Bouchet. Panegyric, p. 366

35Examiner les carrières des hommes d’armes présente les mêmes difficultés que pour les archers. En particulier, il ne saurait être tenu compte du temps, totalement inconnu, durant lequel les hommes d’armes ont pu être pages ni de la durée du service qu’ils ont pu accomplir en dehors de la compagnie où ils sont suivis. A cet égard, toutefois, deux faits sont assurés : dès dix-sept ou dix-huit ans on était jugé apte à porter le harnois, les pages ne dépassant que rarement cet âge82 par ailleurs, si, comme on l’a vu, le passage d’archer à homme d’armes était peu fréquent, celui de valet ou de coutillier à homme d’armes devait être à fortiori exceptionnel.

36Une stabilité identique à celle qui a été relevée parmi les archers dans les premières années de l’ordonnance se manifeste chez les hommes d’armes : entre 1446 et 1449, au témoignage des documents qui ont subsisté, départs et places vacantes sont très peu nombreux. Le tableau qui suit fournit, pour les périodes ultérieures, les pourcentages d’hommes d’armes servant depuis un temps donné dans la même compagnie :

  • 83 A. N., JJ 210, n° 130.
  • 84 A.N., JJ 216, n° 126.
  • 85 Ghron. Martiniane, p. 21 et 79. Chabannes, Preuves, t. II, p. 208, 233 et 289. Roye, Ghron. scanda (...)
  • 86 A. N., JJ 226b, n° 31.

37Ainsi, dans les dernières années du règne de Charles VII, la stabilité des hommes d’armes est étonnante : elle correspondait à des carrières moyennes théoriques de 33 ans ! Par la suite, cette stabilité diminue nettement, laissant entrevoir des carrières d’hommes d’armes d’une douzaine d’années : si l’on y ajoute les 3 ou 4 ans de « noviciat » passés comme pages, parfois les années accomplies comme archers, les services dans plus d’une compagnie, il est clair que bien des hommes d’armes pouvaient à bon droit se vanter d’avoir consacré 15 à 20 ans de leur existence au service du roi, c’est-à-dire toute leur jeunesse et une partie de leur âge mûr, de quinze à trente-cinq ans environ. Guy de Consden, écuyer, seigneur de Challié, a trente-deux ans en 1484 : à cette date, il sert déjà depuis 12 ans comme homme d’armes dans les compagnies du seigneur de la Forêt, puis du seigneur de Maigné, ses proches parents83. Antoine de Régnier, gentilhomme originaire du Piémont, sert depuis 18 ans le roi de France dans ses compagnies d’ordonnance84. Jean de Harmes, « bon et hardi homme d’armes », « natif de Beauvoysis », fut dès 1434 le page d’Antoine de Chabannes qui le prit sans doute à son service lorsqu’il était capitaine de Creil ; il l’incorpora par la suite dans sa compagnie d’ordonnance, où il resta au moins jusqu’en 147185.Voici enfin Lancelot Corgnol, écuyer, seigneur de Villefréac, « gentil-homme de toutes ses lignes, extrait de ancienne chevalerie » : dès son jeune âge et pendant 25 ans ou plus, il a été « es ordonnances de guerre », sous Charles VII et Louis XI Il a ainsi participé à la reconquête de la Guienne, entre 1451 et 1453, à l’expédition de Catalogne en 1462,au siège de Barcelone l’année suivante ; il a combattu en Picardie et en Bourgogne, y faisant de « grans fraiz, mises et despens » ; blessé « en plusieurs parties de son corps », retenu par Louis XI « en estat d’escuyer d’escuyerie », il a enfin quitté le service et s’est retiré en Poitou, « en son hostel du Vivier », où il vit désormais, avec père, mère, femme et enfants86. Bref, un grand nombre de carrières avait à peu près la même durée que celles de beaucoup de sous-officiers dans l’armée française actuelle. Il faut encore noter qu’en moyenne les carrières d’hommes d’armes étaient de 20 % plus longues que celles des archers : cette stabilité plus grande est sans doute à mettre en rapport avec une origine sociale et un recrutement différents.

  • 87 Cité par Cosneau, Richemont, p. 361, n. 1.
  • 88 Cf. t. II, p. 81.
  • 89 B. M. Rouen, Martainville 198, n° 7.
  • 90 Stein, Charles de France, p. 751, p. j. CV. Cf. aussi la demande du tiers état aux états de Tours (...)
  • 91 Hist. Bayart, p. 43.
  • 92 B. N., fr. 1246, f° 21v°.
  • 93 Machiavel, Œuvres complètes, p. 137.

38On a vu que parmi les archers d’ordonnance, les nobles ne formaient qu’une faible minorité. Etaient-ils plus nombreux, et dans quelle proportion, parmi les hommes d’armes ? Bien des témoignages du temps montrent que ces derniers étaient globalement considérés comme des gentilshommes, et cela dès l’origine, dès les opérations de tri réalisées en 1445. Olivier de la Marche déclare qu’à cette occasion « sembloit bien a chacun gentilhomme que, s’il se monstroit sur un bon cheval, il en seroit mieux congnu, queru et recueilly »87. Il est probable que la sélection se fit alors selon le double critère de la naissance et de l’équipement. Jean de Bueil, dans Le Jouvencel, qui, composé au début du règne de Louis XI, évoque une période quelque peu antérieure, est moins catégorique : « Nous, pouvres souldoyers, qui sommes de l’estat des nobles et nobles de lignée la plus part ; et ceulx qui ne sont nobles de lignée le sont par exercice et mestier des armes qu’ilz suyvent, qui est noble de soy-mesme. Et vous dy que le harnoys est de telle noblesse que, depuis que ung homme d’armes a le bacinet en la teste, il est noble et souffisant de combatre ung roy »88. Une revue de 1458 énumère les « nobles hommes d’armes », puis les archers89. En 1471, Charles de France, duc de Guienne, décide que, dans son ordonnance, lorsqu’il vaquera « aucunes places d’hommes d’armes, les cappitaines y pourvoiront des gens nobles » de son apanage, en choisissant « les plus suffisans et ydoines a ce »90. Le biographe de Bayart, évoquant l’accueil réservé à son héros lorsqu’il entra dans la compagnie du comte de Ligny, en 1492, décrit les hommes d’armes de cette troupe comme étant tous de « jeunes gentilshommes »91. « Trouvera l’on aux compaigniez », dit un auteur du début du 16e siècle, « de si metables jantilzhommes et autant gens de honneur et de bonne conscience »92. Pour Machiavel enfin, dans son Rapport sur les choses de la France, composé en 1510, « les hommes d’armes français sont aujourd’hui les meilleurs qui soient, car ils sont tous nobles et fils de grands seigneurs, en mesure de parvenir à la même grandeur »93. Ainsi, l’impression se dégage d’une forte majorité de nobles parmi les hommes d’armes de la grande ordonnance. Les contemporains avaient incontestablement le sentiment qu’à ce niveau militaire, le service du roi était surtout assuré par des gentilshommes.

  • 94 A. N., X2a 35 (lundi 28 mai 1470).
  • 95 Ibid. (mardi 24 mai 1468).
  • 96 Ibid., 25, f° 175v° (vendredi 27 novembre 1451).
  • 97 Aveu et dénombrement de son père Jean Sanglier, chevalier : ibid., P 3392, f° 4v° sq. Présence au (...)
  • 98 A.N. X2a 42 (mardi 2 décembre 1477). Geoffroy Taveau descendait de Guillaume Taveau, baron de Mort (...)
  • 99 Roserot, « Ban et arrière-ban dans le bailliage de Troyes », p. 49 et 51.

39Essayons de préciser cette impression. Voici les deux frères Jean et Baudouin de Champeigne, écuyers, hommes d’armes de l’ordonnance du roi sous la charge de Jean de Bueil. En mars 1470, logés « ou pais du Maine », ils se rendent au Mans, accompagnés de leurs archers et serviteurs « pour querir habillemens d’eulx et de leurs chevaulx ». Ils y soupent puis demandent « se il y avoit point de jeunes femmes en la ville ou ils peussent aler a l’esbat ». On leur en indique une, logeant « en l’ostel de la Jaroye ». Trouvant porte close, ils entrent par effraction, aperçoivent une femme dans un ht, la violent, rompent les coffres, se partagent le butin, enlèvent leur victime, la violent de nouveau. Dans le quartier, l’indignation tourne à l’émeute ; le lendemain matin, les officiers du comte du Maine viennent les arrêter. Ils sont jugés, condamnés, et font alors appel au Parlement de Paris, où leur défenseur les présente en ces termes : ce sont de « nobles gens », de « grande et ancienne maison » ; « leur pere est notable chevalier, qui a charge en l’ostel du roy et escuier d’escurye »94. Voici maintenant un certain Beslon, « notable escuier, bien apparenté », ayant un « hostel » « bien aproprié, et y a toute justice, et a plusieurs autres heritaiges » ; on l’accuse d’y avoir accueilli 6 ou 8 vagabonds avec lesquels il entreprend de mauvais coups ; rien n’est plus faux : « Il a tousjours suivy les guerres et a tousjours esté de l’ordonnance du roy », » et les gens qu’il tient avec luy ne sont vacabons et sont de l’ordonnance du roy », la plupart gentilshommes95. Bajon de Lastio, écuyer, possède une « maison plate », sans fossés ni créneaux, près de la ville de Brioude ; cette demeure, la Chaumète, a de tout temps appartenu aux Lastic « qui sont segneurs de grant ancienneté » ; un de ses parents, Etienne, lui en fit don. Bajon, dès son jeune âge, servit à Rhodes, contre les Infidèles, sept ans de suite, en la compagnie de Pons, maréchal de Rhodes. De retour en France, il est entré dans la garde du corps de Charles VII, dont il devint le lieutenant, « portant l’estendart en aucuns lieux, comme homme seheur », et revenant parfois, avec le congé du roi, dans son pays d’Auvergne96. Joachim Sanglier, écuyer, appartient à la bonne noblesse du Loudunais. Il tient en fief de René d’Anjou plusieurs seigneuries : La Melletière, Jouhé, Bois-Rogues. Il a servi comme homme d’armes dans la compagnie du sénéchal du Poitou, Louis de Crussol. Entre 1466 et 1470, Louis X I le retint « pour la garde et sûreté de sa personne »97. Mathurin Taveau, écuyer du Poitou, est le troisième fils de Geoffroy Taveau, chevalier, seigneur de Mortemer et de Lussac, et de Marie d’Oradour, dame de Chassay et du Bouchet. A sa mort, cette dernière lui aurait laissé le revenu considérable de 3 500 livres. Mais son père, voulant profiter de la fortune, refusa de le « tenir a l’estude » et le garda chez lui. Voyant qu’il perdait son temps, Mathurin prit la fuite et alla servir un de ses compatriotes, Joachim Rouaut, maréchal de France, qui, au bout d’un an « lui bailla la place d’omme d’armes » dans sa compagnie. Il y resta deux ans, demandant en vain à son père les sommes nécessaires à l’achat et à l’entretien de « grans chevaulz et harnois ». Mal monté, mal équipé, Mathurin fut cassé et dut revenir chez lui. Il en repartit bientôt pour aller servir dans la compagnie du Breton Tanguy du Châtel, puis dans celle du seigneur de la Forêt, un autre Poitevin, où. il demeura jusqu’à ce que son père le rappelât pour accomplir le service du roi dans l’arrière-ban. Telle est du moins la version que fournit l’avocat de Mathurin Taveau dans un procès en cour de Parlement qui l’oppose à son père au sujet de ses terres et seigneuries. Celle de Geoffroy, plus vraisemblable, est bien différente : Mathurin n’avait aucun goût pour l’étude ; aussi son père, faisant jouer ses amitiés et ses relations, lui donna-t-il harnois, chevaux et équipement pour qu’il pût suivre la guerre sous la charge du maréchal Joachim qui, de fait, « le retint en son houstel, a deux chevaulx de livrée ». Mais le jeune homme, encore simple page, était « noiseux », il quitta son protecteur et revint chez lui ; derechef, son père le « remonta d’autres chevaulx, harnois, habillemens et cinquante frans », le renvoya à son ancien capitaine auquel il confia directement une somme de 100 écus pour la lui remettre « a temps et par porcion » ; cette fois, Rouaut lui accorda une place d’homme d’armes, avec deux archers. Mais les 100 écus épuisés, Mathurin revint chez lui, y demeura longtemps, faisant « plusieurs desbatz, prinse de biens », battant les gens, « efforçant » les filles, que son père devait ensuite marier. Un nouvel essai fut tenté : Geoffroy donna à son fils sept chevaux puis le remit à Tanguy du Châtel, enfin au seigneur de la Forêt « qui luy fist du bien largement et le fist bien paier ». Tous ces efforts furent vains : Mathurin ne resta pas à l’armée et retourna en Poitou, accompagné d’une quinzaine de gens sans aveu qui commirent toutes sortes d’excès98. De petits nobles besogneux aussi : lors de la montre du ban et arrière-ban du bailliage de Troyes, en 1473, comparaît Robert, bâtard de Châteauvillain, écuyer, homme d’armes sous la charge du sire de Torcy ; il affirme à cette occasion « ne avoir ne tenir en fief que la somme de soixante sols ou environ », tandis que Renaud de Grassay, lui aussi homme d’armes de l’ordonnance, sous le connétable de Saint-Pol, est représenté par un « procureur » qui déclare que « icelluy Regnault ne tient en fief que la somme de sept livres tournois ou environ »99.

  • 100 A. N., Zla 31, f° 116v° (1479).
  • 101 Ibid., 26, f° 329 sq. (1467).
  • 102 Ibid., 19, f° 46r° (1451).

40Les hommes d’armes qu’on a évoqués jusqu’à présent étaient d’incontestables gentilshommes ; certains appartenaient même à la noblesse très fortunée. D’autres exemples laissent apparaître des origines plus médiocres ou du moins plus incertaines. Nicolas Gomer, d’Oisemont, se prétend noble, extrait de noble lignée, vivant noblement ; il affirme que ses héritages ont été détruits par les guerres et que pour cette raison Louis XI lui a octroyé des « lectres de marchander » ; deux de ses frères servent comme hommes d’armes ; l’un appartient même à la garde du corps du roi ; c’est donc indûment, selon lui, que les collecteurs et les habitants d’Oisemont l’ont astreint à payer la taille. Tel n’est pas l’avis de ces derniers, qui contestent sa noblesse : il est sujet aux tailles, comme tous ; s’il a gagné son procès, c’est grâce aux menaces proférées par ses frères, tous deux gens de guerre100. L’origine sociale de l’Auvergnat Pierre de Carbonnière n’est pas mieux assurée ; certes, il soutient sa noblesse, alléguant qu’il a « suivi les armes », qu’il n’a jamais été astreint aux tailles, enfin que deux de ses fils servent dans la compagnie de l’amiral de France, le bâtard de Bourbon ; mais pour la partie adverse, c’est-à-dire pour les paroissiens de Ruffiac, où il réside, il est « homme de bras et rusai », tenant à ferme une borderie ; il y a plusieurs années, il a déjà tenté, mais en vain, de se faire exempter de la taille, sous le prétexte, cette fois, qu’il était le bâtard d’un gentilhomme. D’où un premier procès, qu’il a perdu : un accord fut alors conclu et appliqué pendant trois ans, sans contestation de part ni d’autre, selon lequel il payerait 6 d. t. pour chaque livre imposée à la paroisse101. Philippot Poitevin a été imposé par les élus de Lisieux et par les collecteurs de son village, Gran-douet, à une somme de 70 s. t. ; mais il proteste : contrairement à ce que soutien-nent ses adversaires, il n’a pas fait la guerre aux côtés des Anglais, il n’a nulle-ment été anobli par eux à cause de sa prétendue présence « a la bataille d’Aigen-court », il n’est pas marchand, et ne revendique pas une exemption de taille pour noblesse, mais parce que « ceulx qui suivent les guerrres et sont aux gaiges du roy, et mesmement durant le temps du service qu’ilz y sont » « sont francs, quictes et exemps de toutes tailles » ; or, il a participé à la reconquête de la Normandie, le roi l’a bel et bien retenu à ses gages, il a servi et sert encore dans la compagnie du sire de Torcy, tenant garnison à Caen102.

  • 103 Mailliard, Ghron.
  • 104 A. N., JJ 225, n° 1299 (1491).

41Pierre Mailliard est le frère de Benoît Mailliard, prieur de l’abbaye de Sa-vigny, en Lyonnais, qui, dans sa Chronique, fait quelques allusions aux destinées des membres de sa famille. Leur grand-père commun, Barthélemy Tassin, était notaire ; leur père, Pierre Mailliard, emmena tous ses fils à Paris, en 1441, où ils restèrent plusieurs années afin de poursuivre des études à l’Université. Par la suite, trois des frères du prieur eurent des carrières militaires : Claude, né en 1434, participa à l’expédition de 1461 contre Gênes ; il y fut fait prisonnier et dut revenir — à pied — dans sa patrie avec d’autres nobles du Lyonnais ; puis il passa au service des Bourguignons ; Jean, né en 1430, devint capitaine des francs-archers de Lyonnais, Beaujolais et Forez, sous la charge de Ruffec de Balsac ; à la tête de sa troupe, il fut au siège de Lectoure et à la guerre contre le comte d’Armagnac, en 1472 ; quant au plus jeune, Pierre, qui avait accompagné son frère Claude outremonts dès 1461, il devint, au début du règne de Louis X I, homme d’armes dans la compagnie de Louis de Crussol ; il était dans les rangs de l’armée royale qui sauva Beauvais en 1472, et à la rencontre d’Argencourt, près de Thérouanne, en 1478, cette fois dans la compagnie du Moine Blosset. Il mourut quelques mois plus tard, alors qu’il était en garnison à Béthune103. Voici enfin Claude, bâtard de Wyart, gentilhomme, homme d’armes de l’ordonnance sous le maréchal d’Esquerdes : il s’est pris de querelle avec Jacques de Frahens, lui aussi bâtard, lui aussi homme d’armes sous le même chef, mais de naissance roturière, qui contestait sa « vaillance et la valeur de ses chevaulx »104.

  • 105 Cf. le procès, par devant la Cour des aides, entre Jean de Rosse, appelant des élus de Reims d’une (...)

42L’examen de ces quelques cas laisse paraître une grande variété d’origine : nobles d’ancienne lignée, gentilshommes ruinés par les guerres et contraints de marchander, hommes d’armes s’avouant franchement de naissance roturière, bâtards nobles et roturiers. Il semble toutefois que servir comme homme d’armes dans l’ordonnance du roi ait été considéré comme une présomption de gentillesse, comme un argument supplémentaire pour prouver une naissance noble105. Une analyse quantitativement plus précise viendra-t-elle confirmer l’impression que procure cette première approche du problème ?

43Parmi 362 hommes d’armes de la grande ordonnance auxquels des lettres de rémission furent accordées, on relève 2 chevaliers, 200 écuyers ou gentilshommes, 9 bâtards, ces derniers sans doute presque tous d’origine nobiliaire au moins d’un côté, 151 noms enfin qui ne sont suivis d’aucun qualificatif. A accepter ces chiffres, on pourrait conclure à la présence, parmi les hommes d’armes, de 57,4 % de nobles dont 2,4 % étaient de naissance illégitime, contre 42,6 % de présumés non-nobles. Les quittances et actes divers conservés dans les séries généalogiques de la Bibliothèque nationale fournissent les noms de 90 hommes d’armes : sur ce total, 9 sont chevaliers, 56 écuyers, 2 bâtards de nobles, 23 dépourvus de qualificatif. Les non-nobles ne seraient donc cette fois que 2 4 % contre 76 % de nobles. Acceptons, faute de mieux, ces données. Il est possible que, durant la seconde moitié du 15e siècle, de 60 à 70 % des hommes d’armes de la grande ordonnance aient été de naissance noble.

  • 106 Supra, p. 183—184.

44Examinons maintenant le témoignage des rôles de montres et revues. Ils n’indiquent que deux catégories particulières : celle des bâtards de nobles et celle des chevaliers. La proportion des premiers est de 1,5 % en 1461, 3,5 % en 1475, 3,6 % en 1491—1492. Ce sont là des chiffres comparables à ceux qu’on avait relevés chez les archers, avec une tendance parallèle à l’augmentation. Pourcentage assez médiocre qui montre que les bâtards de nobles n’ont pas peuplé massivement les rangs de la cavalerie permanente. La proportion est du même ordre que celle constatée parmi les hommes d’armes au 14e siècle106.

  • 107 Quelques sondages seulement à cet égard.
    En 1471, sur 655 nobles de l’arrière-ban d’Anjou, 30 cheva (...)
  • 108 Supra, p. 255.

45Quant aux chevaliers, on en relève 3 % en 1461, 2,8 % en 1475, 4,5 % en 1491—1492. La proportion est là aussi faible. Elle est en tout cas beaucoup plus médiocre qu’au niveau des chefs : capitaines de l’ordonnance, de l’arrière-ban, des francs-archers. On manque d’éléments pour savoir si le pourcentage des chevaliers dans l’ensemble de la noblesse française de la seconde moitié du 15esiècle était différent107. Retenons cependant que le pourcentage des chevaliers était moins élevé parmi les hommes d’armes servant le dauphin Charles en 1418—1420108, et que, contrairement à ce qu’on a pu constater pour les sondages effectués entre 1340 et 1420, une légère augmentation de ce même pourcentage s’est produite entre 1461 et 1491 : indices parmi d’autres d’un certain relèvement social depuis la fin du conflit franco-anglais jusqu’aux guerres d’Italie.

  • 109 A. D. Isère, B 2905, f° 169—174.
  • 110 Ibid., B 2904, f° 319-320.

46Ce relèvement ne fut cependant pas toujours favorisé par le pouvoir. En 1476, un acte de Louis XI évinça des ordonnances « tous les chefs des maisons et aultres » jouissant d’un revenu annuel égal ou supérieur à 200 l.t.109. On peut s’interroger sur les mobiles de cette mesure. Peut-être venait-elle d’une volonté de « démocratisation », mais aussi du désir d’écarter les éléments trop fortunés, ceux qui traînaient à leur suite trop de chevaux, trop de serviteurs, ceux que leurs ressources mêmes rendaient moins dociles aux ordres d’un capitaine dont le patrimoine et le niveau social risquaient d’être plus modestes que les leurs ? Il faut songer encore au souci de ne point trop affaiblir la valeur de l’arrière-ban en le privant du concours des nobles les plus riches, ceux qui précisément devaient y servir comme hommes d’armes. Il est significatif qu’à la même époque une mesure ait été prise prescrivant que tout possesseur de fief valant au moins 100 1.1. de rente annuelle devrait, même s’il servait déjà dans l’ordonnance, fournir un remplaçant en cas de convocation de l’arrière-ban110.

  • 111 B. N., fr. 26267, n° 485.
  • 112 Ibid., 21497, n° 141.
  • 113 Ibid., 21499, n° 297, 300 et 302.
  • 114 Ibid., n° 267 et 272 et Clair. 236, n° 227.
  • 115 B. N., fr. 21502, n° 471.
  • 116 Ibid., n° 472.
  • 117 B. N., Clair. 236, n° 243.
  • 118 B. N., fr. 1246, f° 25v°-26r°.

47La répartition des chevaliers au sein des différentes compagnies était très inégale. Certaines formations avaient un recrutement plus relevé que d’autres. En 1461, par exemple, dans la compagnie de Dunois, bâtard d’Orléans, on compte 4 chevaliers sur 86 hommes d’armes111, dans celle de Pierre de Brézé, grand sénéchal de Normandie, 7 sur 95. Dans chacune des deux servent deux futurs capitaines de compagnie : Jean Chenu et Jacques Galiot de Genouillac ici, Jean Blosset et Jean le Beauvoisien là112. En 1475, les compagnies de Tanguy du Châtel, du duc de Bourbon, de Jean Daillon, seigneur du Lude, sont aussi de qualité supérieure : dans chacune d’entre elles, on trouve 7 chevaliers pour un peu moins de 100 hommes d’armes113. Dans les trois compagnies du connétable de Saint-Pol, sur 297 hommes d’armes, il y a 25 chevaliers114. En 1491, on relève 7 chevaliers sur 99 hommes d’armes dans la compagnie de Jean de Baudricourt, gouverneur de Bourgogne115, et 4 sur 43 dans celle du comte de Vendôme116. En sens contraire, certaines formations comptaient un nombre impressionnant de bâtards : l’exemple le plus frappant est sans doute celui de la compagnie d’Odet d’Aydie, seigneur de Lescun, où, en 1475, on relève 14 bâtards sur 96 hommes d’armes117. Les compagnies n’avaient donc pas toutes le même caractère ni la même valeur. Certaines d’entre elles au moins possédaient un esprit de corps qui leur était propre. D’où l’intérêt pour la monarchie de ne pas dissoudre les compagnies mais de prolonger leur existence sous des chefs successifs. Tels sont les conseils qu’un anonyme du début du 16e siècle donnait à Louis XII : « Quant un prince est contrainct et qu’il n’a point de guerre de casser quelques gens d’armes parce que ses deniers ne le peuvent pourter ne y fournyr, qu’il ne casse pas les vielles compaigniez qui ontesté longuement ensemble et nourris a la guerre, car mieulx en valent cent que deux cens nouveaulx ». « Quant le prince », ajoutait-il, « veult changer les capitaines et que a raison de le faire, qu’il ne desassemble pas pourtant la compaignie maiz la baille a ung aultre » car les vieilles compagnies valent mieux, sans compter que « l’on ne doit pas chasser ceulx qui ont bien et longuement servy pour les nouveaulx venuz »118.

  • 119 Bueil, Le Jouvencel, t. II, p. 299.
  • 120 Chabannes, Preuves, Suppl. I, p. 16.
  • 121 B. N., Clair. 839, f° 3—7, 114r°—118, 141 — 145 et 162v°—169.

48De fait, certaines formations paraissent avoir été particulièrement réputées, tant socialement que militairement. Elles étaient comme les pépinières des futurs chefs. Guillaume Tringant, commentant Le Jouvencel, souligne que de la compagnie de son maître, Jean de Bueil, sortirent « plusieurs gens de bien, qui se firent grans gens », entre autres Joachim Rouaut, qui devint maréchal de France, Jean de Brézé ainsi que Pierre, son frère, qui finit sa vie comme grand sénéchal de Normandie119. Tout aussi prestigieuse celle de Gilbert de Chabannes, seigneur de Curton : elle compta, entre autres, deux gentilshommes originaires de Pont- Saint-Esprit, Antoine de Montfaucon, qui en devint, le lieutenant et Gabriel, son neveu, qui en fut le guidon avant d’être lieutenant des gentilshommes de la maison du roi ; quant à l’enseigne de la compagnie de Gilbert de Chabannes, ce fut un membre d’une grande famille de Languedoc, les Roquetaillade ; parmi les simples hommes d’armes, Yves de Tourzel, baron d’Alègre, était un « homme de dix mil tournois en Auvergne », qui avait épousé la nièce du capitaine, Jeanne de Chabannes, fille de Geoffroy de Chabannes, capitaine général de 4 000 francs-archers ; Yves de Tourzel devint plus tard capitaine des Cent gentilshommes de l’Hôtel ; Aymar de Prie, gouverneur de Pont-Saint-Esprit, fut le dernier grand-maître des arbalétriers de France ; il épousa en secondes noces une fille de la très haute noblesse bressane, Claude de la Baume-Montrevel ; le frère de Béraud Stuart, capitaine de la garde écossaise ; le seigneur de Saint- Theye en Quercy, qui eut charge de gens d’armes au début du 16e siècle et devint sénéchal de Quercy ; d’autres hommes d’armes encore portaient les noms des meilleurs familles du Quercy, du Périgord, de l’Aunis, de la Marche, du Limousin. Il s’agissait là d’une belle troupe recrutée par un chef qui ne voulait « fors gens de bien a l’entour de luy » et « hardys hommes » : tant qu’il vécut, conclut l’historiographe de la famille de Chabannes qui donne ces détails, « on a estimé sa compagnie une des meilleures et des plus belles compagnies du royaume de France et la mieux entretenue »120. Voici enfin les Cent gentilshommes de l’Hôtel, où l’on relève 9 chevaliers en 1474, 33 en 1494. Bien des futurs chefs de guerre y firent leurs débuts, comme Gilbert de Grassay, seigneur de Champéroux, Etienne de Poisieu, Foucault de Bonneval, Jean de Karquelevant, Claude de la Châtre, Jean Baucher, roi d’Yvetot121.

49Servir le roi comme homme d’armes des ordonnances était, en cas de naissance roturière, un moyen et un motif d’être anobli par le roi ; toutefois, on doit reconnaître que les anoblissements d’hommes d’armes dont les registres de la Chancellerie ont conservé la trace sont peu nombreux : une quinzaine seulement en 50 ans.

50Est-il possible d’estimer quelle proportion de la noblesse du royaume trouvait un débouché dans l’armée permanente ? Les difficultés sont à cet égard multiples et il ne peut s’agir ici que de fournir une approximation très incertaine, d’établir un ordre de grandeur. Choisissons l’année 1476 : à cette date, les troupes de l’ordonnance et la maison militaire du roi comptaient 3 000 lances fournies auxquelles s’ajoutaient 100 archers de la grande garde française et 100 archers de la garde écossaise. 3 000 hommes d’armes et 6 400 archers étaient ainsi retenus par le roi, auxquels il faut ajouter les 1 200 mortes-payes de Normandie, Guienne et Roussillon qu’on peut, du point de vue social, assimiler aux archers. Sur ce total, on compte environ 15 % d’étrangers ; il reste donc 2 550 hommes d’armes et 5 290 archers originaires du royaume, Bretagne et Dauphiné compris. Quant aux possessions bourguignonnes, à cette époque elles ne fournissent encore rien, ou presque. Sion applique à ces chiffres les pourcentages établis précédemment, on concluera à la présence, au sein de l’armée permanente royale, de 500 à 600 archers et de 1 600 à 1 700 hommes d’armes nobles. En 1476, peut-être 2 200 jeunes nobles régnieoles sont aux gages du roi. Mais combien y avait-il alors, à l’intérieur des mêmes limites géographiques, de familles nobles ? Douze, quinze fois plus ? Bien qu’elle ne soit pas écrasante, la proportion est cependant loin d’être négligeable : l’armée permanente était pour le roi l’un des moyens essentiels de discipliner sa noblesse, de l’unifier, de la récompenser ou de l’entretenir, de lui inculquer le dévouement à sa personne.

51Théoriquement le rôle des nobles aurait pu être encore plus prépondérant : ils auraient pu par exemple accaparer les places d’archers, tout comme celles d’hommes d’armes. Pourquoi ne l’ont-ils pas fait ? C’est peut-être que la condition d’archer était peu enviable, trop proche bien souvent de celle des valets d’armes, ou que les places d’hommes d’armes suffisaient approximativement à la demande provenant des milieux nobiliaires.

  • 122 Chartier, Le Quadriloge invectif ; Gaguin, Epistole et Orationes, t. II.
  • 123 Seyssel, La monarchie, p. 121 — 122.

52La vocation militaire de la noblesse française s’épanouit désormais dans le service armé permanent accompli au sein des forces royales. Au début du 15e siècle, Alain Chartier opposait dans le Quadriloge Invectif le peuple, les clercs et les nobles ; à la fin du même siècle, Robert Gaguin, dans le Débat du laboureur, du prêtre et du gendarme, substitue aux nobles les hommes de guerre de l’ordonnance : il charge ces derniers des mêmes griefs dont Chartier accablait les nobles, il les défend par les mêmes excuses122. Car si les éléments roturiers étaient en fin de compte majoritaires dans les compagnies d’ordonnance, ces dernières n’en étaient pas moins considérées par l’opinion comme le réceptacle de la noblesse. Au début du 16e siècle, Claude de Seyssel pouvait affirmer qu’il appartenait aux seuls gentilshommes de « porter les armes partout, et jusques dedans la Chambre du Roi », de défendre le roi et le royaume ; « vivant noblement », poursuit-il, « sans exercer art mecanique ni questuaire qui leur est interdit », ils entrent au service du roi, des princes du sang, des autres grands seigneurs, mais surtout ils voient s’offrir à eux les ressources de la « gendarmerie ordinaire », « plus grande et mieux payée et entretenue qu’en nul autre lieu que l’on sache », dont l’une des raisons d’être est précisément « l’entretenement des gentilshommes », « de sorte qu’un bien grand nombre de nobles hommes de diverses conditions s’y peuvent entretenir honnetement », même quand le royaume n’est pas en guerre ; car si les Grands sont capitaines, « les autres sont lieutenants, les autres porteurs d’enseigne, les autres hommes d’armes et les autres archers, et encore les jeunes gentilshommes y sont nourris pages »123.

  • 124 Bueil, Le Jouvencel, t. I, p. 38.
  • 125 Lettres de Charles VIII, t. I, p. 315, n° 297.

53Un dernier point nous retiendra : nombreux sont les gens de guerre qui portent un surnom. « Vous devez sçavoir, » dit Jean de Bueil dans Le Jouvencel, « que de coustume les capitaines et chefz de guerre ne sont pas nommez par leurs noms, s’ils ne sont bien cours, comme Galiot, Salzard, Gascon, Poton, Blosset, Talbot, Floquet, etc. Mais on les nomme aucunesfois par le nom de leurs seigneuries, comme Mongascon, Gaucourt, Wilby, Scales, Dunoys etc. Aucunesfois, on les nomme pour le nom des pays dont ils sont, comme l’Arragonois, Navarrot, le Galoys, le Barrois, le Bearnois et autres ; et aucunes-fois pour les imperfections qu’ilz ont, comme le Bègue de Vilaines, Jehan le Baveux, le Manchot, le Borgne Clisson, le Borgne Foucault et plusieurs autres. Et je vy ung capitaine qui, en son enfance, avoit nom Estienne de Vignoles, et toutesfois, depuis qu’il se mist a suivyr les armes jusques a sa mort, on le nomma la Hire » ; aussi « il ne se fault point esbahir », conclut-il, » se, pour la difference des aultres, nostre jeune homme fut nommé par tout le temps qu’il hanta les aimes le Jouvencel »124. Aux exemples fournis par Jean de Bueil, bien d’autres pourraient être ajoutés, tel Aymal de Poisieu, dit « Capdorat » ou son neveu, Etienne, dit « le Poulaillier ». Toutefois, l’usage des surnoms, des noms de guerre, s’est surtout répandu durant la dernière phase de la guerre de Cent ans, entre 1420 environ et 1453 ; par la suite, les capitaines furent désignés par leurs noms propres, ceux de leurs seigneuries ou leurs titres officiels. Dans sa correspondance, Louis X I parle ainsi du maréchal Joachim — Joachim Rouaut, maréchal de France —, du sénéchal de Toulouse — Gaston du Lion —, du seigneur de Saint-Pierre — Jean Blosset —, du gouverneur du Roussillon — Tanguy du Châtel. Or, la même évolution se constate au niveau des simples hommes de guerre. Chez eux aussi, l’usage des pseudonymes a nettement reculé durant la seconde moitié du siècle : au témoignage des rôles de montres, entre 1448 et 1461, 3 % des hommes d’armes et 5 % des archers en portaient ; entre 1469 et 1476, la proportion tomba respectivement à 0,3 % et 0,6 % ; entre 1488 et 1494 elle est de 0,3 % et 2 %. S’agit-il là seulement d’un changement de mode ? Ou bien ce changement n’est-il pas en lui-même une preuve que les capitaines comme les souverains eurent la volonté de supprimer ce signe distinctif chez les gens de guerre, de les réincorporer dans l’ensemble de la société, de montrer, par leurs noms mêmes, qu’ils n’étaient ni des déclassés ni des hors-la-loi125 ? Car le fait que les pseudonymes soient environ deux fois plus fréquents parmi les archers que parmi les hommes d’armes est l’indice que leur usage a bien une certaine signification sociale. On est donc en droit d’utiliser leur fréquence relative comme un critère de la qualité du recrutement.

54Faut-il alors penser que, comme celle de leurs capitaines, l’origine des gens de guerre s’est progressivement améliorée ? Certes, la sélection essentielle, qui a donné sa physionomie sociale à l’ordonnance du roi pour au moins un demi-siècle, s’est opérée dès 1445. Par la suite, il n’y eut plus que des retouches, dont témoignent la légère augmentation du nombre des chevaliers, une proportion d’archers écuyers plus forte sous Charles VIII que sous Charles VII — 14 % contre 10 % — la fréquence croissante des bâtards nobles, surtout chez les archers, mais aussi la régression de l’usage des noms de guerre.

Les subdivisions de la compagnie

  • 126 Parmi les « obligacions, scellez et prommesses de plusieurs princes du sang, prélats, seigneurs et (...)
  • 127 B. N., Moreau 734, f° 234 sq
  • 128 Raison du Cleuziou, « Gilles Rivault », p. 135, n° XI.
  • 129 A. M. Mâcon, BB 20, f° 69—77.
  • 130 Cf. les revues de la compagnie du maréchal de Culant : A. N., K 68, n° 21 et 33.
  • 131 Ord. Roys, t. XVII, p. 293—297.
  • 132 A. N., JJ 205, n° 179. Cf. aussi 218, n° 89.
  • 133 Ord. Roys, t. X I X, p. 601 — 603.
  • 134 A. N., JJ 226, n° 159.
  • 135 Ord. Roys, t. XIX, p. 601—603.

55Il existait dans toute compagnie de la grande ordonnance une hiérarchie des fonctions. Derrière le capitaine, venait son lieutenant, qu’il désignait et qui le remplaçait le cas échéant dans l’ensemble de ses prérogatives et de ses pouvoirs126. Les lieutenants devaient accompagner les compagnies dans leurs déplacements, demeurer avec elles lorsqu’elles étaient en garnison127. Leur nom devait être fourni par le capitaine au roi, qui pouvait refuser son agrément128. Il existait ensuite une ou plusieurs enseignes, chargées du ou des drapeaux de la compagnie, et un guidon portant l’étendard des archers dont il était sans doute le chef. Une ordonnance de 1485 prévoit par exemple que « celluy qui aura la charge du guydon de chacune compaignie, le cappitaine luy baillera ledit guydon, a la charge de faire tirer chaque sepmaine quatre ou cinq foys les archers de la compaignie, affin de les faire fere bons archers et qu’ilz soient en plus grant obéissance »129. De plus, dès 1445130, le capitaine avait l’habitude de désigner un homme pour le représenter dans chacun des lieux où la compagnie était cantonnée : le chef de chambre, se trouvant à la tête d’une « bande », ayant « la charge totalle d’icelle bande »131 Subdivision instable, dans la mesure où elle dépendait des hasards du logement. L’expression demeure en usage jusqu’à la fin du 15e siècle au moins : en 1478 par exemple, rémission est accordée à Antoine de Valbarot et Jaquet de Réville, archers de la compagnie du sire de Bricquebec, « compaignons d’une chambrée »132 Une ordonnance de 1485 prévoit que, pour le logement ou pour les déplacements, chaque compagnie de 100 lances sera divisée en trois « bandes »133 La mesure fut bel et bien appliquée : en 1493, la compagnie du sire d’Albret retournait par bandes du duché de Bourgogne, « pour plus aisiement vivre sur les champs, jusques au nombre de XXIIII ou XXV hommes d’armes et de XL ou L archiers »134. Ainsi la chambre ou la bande formait un groupe aux contours incertains, variables, dont l’utilité était plus disciplinaire que tactique. De même la lance fournie : l’homme d’armes jouissait en effet d’une certaine autorité sur ses deux archers. Encore en 1485, il est prévu que le commissaire chargé du logement « fera loger l’omme d’armes et ses deux archiers ensemble, afin que l’on saiche mieulx au vray leur vie et gouvernement et que l’omme d’armes respondra du logis desd. deux archiers et de leur gouvernement »135 La composition officielle de la compagnie s’établissait donc ainsi : un capitaine suppléé par son lieutenant, assisté par une enseigne et un guidon ; la compagnie était divisée en plusieurs bandes ou chambrées, à la tête desquelles était un chef de bande ou chef de chambre ; enfin chaque chambre réunissait un certain nombre de lances fournies. Ces divisions avaient un intérêt surtout administratif : sur le champ de bataille, les groupements étaient différents, les hommes d’armes combattaient d’un côté, les archers de l’autre.

  • 136 B.N., Clair. 234, n° 19.
  • 137 B. N., fr. 21497, n° 148.
  • 138 1475 : dans la compagnie d’Yvon du Fou, sénéchal du Poitou, le cadet de Saint-Gelais, Jeannot et G (...)
  • 139 A. N., JJ 195, n° 145 ; 209, n° 6 et 200, n° 79.

56Telles étaient les directives, larges et souples, prévues par la monarchie, qui abandonnait au capitaine le soin de les appliquer et de désigner les cadres subalternes. Cependant, à côté des groupements officiels, d’autres solidarités se manifestent, fondées non plus sur des institutions mais sur des réalités humaines. Ce sont d’abord les noyaux familiaux ; au sein d’une même compagnie, il est très fréquent que plusieurs combattants soient parents : dans la compagnie de 30 lances fournies d’Olivier de Broons, 4 noms sont représentés 2 fois, 2 noms le sont 3 fois, dont celui du capitaine, aux côtés duquel servent l’homme d’armes Julien de Broons et l’archer Jean de Broons136 ; dans celle de Guillaume de Rosnyvinen, d’égale dimension 5 noms sont représentés 2 ou 3 fois, et l’on compte, en plus du chef, 7 Rosnyvinen137. Il arrive souvent qu’un homme d’armes porte le même nom qu’un archer qualifié de bâtard : deux frères, dont l’un, de naissance illégitime, a une condition subalterne138. Frères, cousins, oncle et neveu, filleul et parrain, voire père et fils, se retrouvent dans la même compagnie139 On saisit ici un mode fréquent de recrutement, soit que le capitaine choisisse ses propres parents, soit que les hommes de sa compagnie lui proposent des membres de leur famille. Le fait que dans des lettres de rémission, des parents sont souvent impliqués et absous ensemble montre qu’ils vivaient aussi ensemble. Tout se passe comme si, en fin de compte, la carrière des armes, par le jeu des parentés, des alliances et des amitiés, s’offrait à des milieux relativement restreints où il était habituel de servir.

57Une autre réalité sociale est fondée sur la fraternité d’armes. L’existence des frères d’armes n’est pas seulement un thème littéraire, une fiction des romans de chevalerie, comme celui de Perceforest où Amis et Amiloun sont unis

  • 140 Weber, Metrical Romances, Edimbourg, 1810, t. II, p. 375, cité par Keen, « Brotherhood in Arms ».

In wele and wo, in wrong and right…
In work, in werk, in wille, in dede140.

  • 141 Ibid. ; Chron. de Pierre le Prestre, p. 65 ; Escouchy, Chronique, t. I, p. 10. Leseur, Hist. Gasto (...)
  • 142 A. N., JJ 179, n° 372 et n° 9 ; 181, n° 71 ; 187, n° 187. Gf. la lettre adressée vers 1473 par And (...)
  • 143 A. N., JJ 206, n° 682.
  • 144 Escouchy, Chronique, t. I, p. 10.
  • 145 Sur la portée de la fraternité d’armes, cf. encore Hist. de Metz, t. V, p. 68—70 et Cousinot, Chro (...)
  • 146 Bueil, Le Jouvencel, p. XVI, n. 4.
  • 147 Arch. hist. Poitou, t. X X X I I, p. 185-190.
  • 148 Jean de Siquenville, écuyer de Gascogne : en 1439, le sire de Rais, dont il était le vassal par sa (...)
  • 149 Ibid., 179, n° 196.
  • 150 B. N., n. a. fr. 1232, f° 231v°-232r° ; A. N., JJ 188, n° 133.
  • 151 A. N., JJ 206, n° 443.
    Parmi les pensionnés des ducs de Bourbon, on relève des hommes d’armes ou d’ (...)
  • 152 Hist. Bayart, p. 41.
  • 153 A.N., JJ 219, n° 192.
  • 154 B. N., fr. 32511, f° 117v°.
  • 155 Ibid., 26082, n° 6658.
  • 156 Montre et revue : B. N., Clair. 235, n° 125.
    Les personnages cités apparaissent dans La Trémoïlle, (...)
  • 157 B. N., fr. 6142, f° 100v°—103.
  • 158 B. N., Moreau 734, f° 234 sq.

58La fraternité d’armes ne réunit pas seulement de grands personnages — rois compris — comme François de Bretagne et Charles le Téméraire, les ducs d’Orléans et de Clarence, Bertrand du Guesclin et Olivier de Clisson, Pierre de Brézé et Gaston de Foix, Louis X I et Jean de Bueil, Mathieu, grand bâtard de Bourbon et Charles VIII Elle n’est pas seulement un lien entre des chefs de guerre, Fort-Espice et le bourc de Mascaras, Robert de Floques et Matthew Gough141 ; elle se situe aussi fréquemment au niveau des simples combattants142. Ce lien pouvait être durable, voire viager ; Jean Poulouart et Jean de la Mote, deux archers qui en 1481 tiennent garnison à Franchise, sont à cette date frères d’armes depuis 30 ans ; une attache supplémentaire les unit : le fils de Jean de la Mote, qui sert dans la même troupe, est le filleul de Poulouart143. La fraternité d’armes pouvait aussi être de courte durée, comme dans le cas de Matthew Gough et de Robert de Floques, frères d’armes pour le seul voyage d’Allemagne de 1444144 Y avait-il à la base de cette parenté volontaire ou d’adoption une cérémonie religieuse — le partage de l’hostie en deux au moment de la communion —, un pacte de sang, un échange de lettres scellées, un serment oral ou écrit ? Il apparaît seulement que dans une compagnie les frères d’armes se prêtaient aide mutuelle, partageaient les risques et les profits de la guerre, mettaient leurs ressources et vivaient en commun145Des vassaux du capitaine pouvaient également servir sous ses ordres : ainsi sans doute certains des nombreux Bourbonnais incorporés à la compagnie du duc de Bourbon, certains des hommes appartenant à celles du comte de Saint-Pol. Dans la charge de Jean de Bueil, on peut relever au moins deux de ses vassaux : Jean Tibergeau, écuyer, originaire de Saint-Calais146, et Jean Poret, également écuyer, seigneur de la Mabilière, dans la châtellenie de Faye-la-Vineuse ; ce dernier, âgé de soixante ans en 1450, abandonna alors le métier de la guerre, après avoir servi dans la garde du corps du roi mais aussi dans la compagnie de Jean de Bueil, son seigneur féodal, qui lui avait donné permission, en 1438, de fortifier son manoir147 Ainsi, même à cette époque tardive, les structures féodales n’intervenaient pas seulement pour les guerres seigneuriales ou princières148 ; elles ne formaient pas seulement la base institutionnelle de l’arrière-ban royal ou princier ; en tant que réalité non plus juridique mais sociale, elles pouvaient avoir leur rôle dans le recrutement des compagnies d’ordonnance. Pareillement, des hommes de guerre servent sous des seigneurs dont ils sont en même temps les sujets149 Enfin, chaque capitaine disposait personnellement d’un petit nombre d’hommes d’armes et d’archers appartenant à sa maison, à son hôtel, à sa retenue150, qui l’accompagnaient dans ses déplacements et partageaient son existence quotidienne. Richard de Courcelles est noble, extrait de noble lignée — son frère utérin est seigneur de Saint-Deniscourt, où Richard a l’habitude de passer ses congés ; il est homme d’armes sous l’amiral de Bourbon ; dès son jeune âge il a demeuré en son hôtel151 Bayart, tout en servant dans la compagnie du comte de Ligny, est l’un de ses pensionnaires152 Antoine de Théliz, bâtard de l’Espinasse, homme d’armes de la compagnie du duc de Bourbon, est aussi son « serviteur continuel »153 En 1446, autour de Philippe de Culant, maréchal de France, demeurent en permanence 7 hommes d’armes et 14 archers, payés à part154 Le 8 avril 1454, Jean d’Estouteville, seigneur de Torcy et de Blain-ville, maître des arbalétriers de France, donne quittance de 180 1.t. à Thomas de Loraille pour les gages de 4 hommes d’armes de sa charge « estans et demourans en nostre hostel par le congié et licence du roy »155 Parmi les archers de la compagnie du sire de Craon, en 1470, on relève deux de ses valets, Empire-ville et Gilles de la Fosse, ainsi que son fourrier, Pierre de la Touche ; parmi les hommes d’armes, quatre de ses maîtres d’hôtel, Pierre de Salignac, seigneur de Saint-Martin en Limousin, Louis de la Palu, seigneur du dit lieu, Adam de Ravenel, seigneur de la Rivière et Macé de Rallay, seigneur de Beauregart, auxquels on peut ajouter Jean Méron, capitaine d’un de ses châteaux, Roche-fort-sur-Loire156 Vainement, en 1470, Louis XI voulut interdire aux « capitaines et seigneurs » d’accorder aux gens de leur hôtel des places d’hommes d’armes ou d’archers dans leur compagnie157 De façon plus réaliste, Charles VIII chercha surtout à limiter cette pratique : en 1484 par exemple, il fut prévu que les capitaines présents à la cour, autour du roi, pourraient « tenir avecques eulx six gentilzhommes et XII archiers de leur compaignie » qui ne devraient assister qu’à deux des quatre revues annuelles ; si les capitaines voulaient partir en congé, « aller a leurs affaires », ils pourraient se faire accompagner de 4 hommes d’armes et 8 archers, eux aussi dispensés de revue mais inscrits sur le rôle et payés. Quant aux seigneurs du sang ayant la charge d’une compagnie, ils avaient droit à 12 archers sujets158.

  • 159 B. N., Bourgogne 60, f° 6 7 - 72.

59Par opposition aux divisions imprécises et multiples des compagnies françaises, où les groupements administratifs, militaires, sociaux, se superposaient et souvent se chevauchaient, le système en vigueur dans l’armée permanente bourguignonne frappe par sa rigidité et sa cohérence. Selon l’ordonnance de 1471, l’unité de base y était la lance, composée d’un homme d’armes, de 3 archers à cheval, d’un couleuvrinier, d’un arbalétrier et d’un piquenaire à pied. 10 lances formaient une dizaine, à la tête de laquelle se trouvait un dizainier. Une dizaine se divisait en 2 chambres, celle du dizainier — 6 lances, la sienne comprise — et une seconde chambre dont le responsable devait être « le plus suffisant » des 4 hommes d’armes restants. Ce chef de chambre servait en même temps de lieutenant au dizainier. Une compagnie réunissait 10 dizaines. La dernière dizaine formait la chambre du « conductier » sous lequel l’ensemble de la compagnie était placé. La hiérarchie militaire était clairement définie ; les archers et les gens de pied obéissaient à l’homme d’armes de leur lance, les hommes d’armes à leur dizainier, les dizainiers au conductier. Les gens de guerre logeaient « sous et avec » leur chef de chambre. Ces divisions n’avaient pas comme seul objet le maintien de l’ordre : l’organisation tactique de la compagnie se calquait sur elles. Lorsque le trompette sonnait le boute-selle, les gens de pied et de trait rejoignaient leur homme d’armes ; à son tour celui-ci se plaçait derrière son chef de chambre et son dizainier ; puis, les dizainiers gagnaient l’enseigne du conductier. Toute la compagnie se trouvait alors rassemblée, mais les archers, sous la conduite de 10 hommes d’armes, à raison d’un par dizaine, se regroupaient à part, autour du guidon qui leur servait d’emblème et de point de ralliement. Ainsi, la compagnie se déplaçait « soit en front, soit en train », sans que théoriquement pussent se mêler les dizaines, les hommes d’armes et les archers. Chaque dizainier portait à sa lance une cornette à sa marque tandis que l’homme d’armes chargé des gens de trait de la dizaine portait la même marque distinctive mais sur son casque159.

  • 160 Molinet, Chron., t. I, p. 96. Jean de Bueil emploie le mot « escadre » comme synonyme de « bataill (...)
  • 161 B. N., fr. 23963.
  • 162 F. Mazerolle, Les médailleurs français, Paris, 1902, t. II, p. 3, n° 5.

60En 1473, le système bourguignon reçoit de nouveaux perfectionnements : les dizaines disparaissent pour être remplacées, à la manière italienne160, par des escadres ; chaque compagnie de 100 lances en compte 4. Mais surtout, les droits respectifs du duc de Bourgogne et des conductiers sur la nomination des responsables subalternes sont précisés ; des 4 chefs d’escadre, 3 étaient choisis par le conductier, le quatrième par le duc ; parmi les chefs d’escadre désignés par le conductier, l’un d’eux au moins devait être originaire de l’État bourguignon. Le conductier choisissait son lieutenant au sein des chefs d’escadre. Enfin chaque chef d’escadre divisait sa formation en 4 chambres ; il choisissait les chefs de chambre parmi les hommes d’armes de son escadre161. Même si leur carrière n’était souvent ni très longue ni très régulière, les gens de guerre de l’ordonnance du roi de France étaient incontestablement, dans la seconde moitié du 15e siècle, de véritables professionnels ; ils gardaient néanmoins en général de solides attaches avec leur milieu d’origine, social ou géographique. C’est l’habileté de la monarchie française, après 1445, d’avoir su dissocier durablement deux éléments longtemps presque inséparables ; le métier de la guerre et le déracinement. Cette conjonction avait donné naissance, à maintes reprises, depuis 1360 environ, à un danger politique, social et économique majeur : les « Compagnies ». Certes, les troupes de l’ordonnance constituent encore une armée d’errants, de nomades, mais contrôlés, suivis, surveillés, divisés. Milites disciplina cohercens, proclame la légende d’une médaille frappée par la monnaie de Paris en 1455 à la gloire de Charles VII 162 Avec plus ou moins de bonheur, d’efficacité, ses successeurs restèrent fidèles à ce mot d’ordre. Ainsi se trouvèrent définis, précisés, multipliés, les rouages de ce qu’il est permis d’appeler la condition militaire.

Notes

1 Le samedi 7 juin 1488, Guichart de Blois, homme d’armes de morte-paye au château de Dijon, et Henri de Beaumont, homme de guerre, se trouvent à Ancenis, dans l’ « host et exercite » que Charles VIII a envoyé en Bretagne. « Saichant », disent les lettres de remission qui leur furent accordées, « que nostre prevost des mareschaulx avoit fait assembler les filles publiques suivant l’ost dessusdit pour pourveoir a la confusion qu’on disoit en y estre », l’un d’eux « se print a dire en devisant joyeusement et sans mal penser, telles ou semblables parolles :,,Vous n’avez pas esté a la monstre des filles, vous en serez cassée", et elle respondit aussi joyeusement qu’elle estoit toute monstrée » (A.N., JJ 219, n° 73).

2 Arch. hist. Poitou, t. XXXVIII, p. 193-197, d’après A.N., JJ 196, n° 32.

3 Roye, Chron. scandaleuse, t. I, p. 83.

4 Arch. hist. Poitou, t. I, p. 142—144, d’après A.N., JJ 225, n° 663 et 665 : mention de gens de guerre accompagnés d’une « garse habillée en habit d’homme » et d’une « jeune fille vestue en habit de paige », ce qui peut contribuer à expliquer les réactions bourguignonnes et anglaises à l’égard de Jeanne d’Arc, qui elle aussi avait emprunté des vêtements masculins.

5 Robert, Journal, p. 44.

6 Arch. hist. Poitou, t. XXXVIII, p. 193—197.

7 Gaguin, Epistole et orationes, t. II, p. 352, v. 36.

8 B. N., fr. 23963.

9 Ibid., Moreau 734, f° 234 sq.

10 Roye, Chron. scandaleuse, t. I, p. 83 ; B. N., fr. 21497, n° 191.

11 A. M. Mâcon, A A 4.

12 A. N., JJ 206, n° 1089 et 221, n° 846.

13 Ibid., 190, n° 78.

14 Hist. Bayart, p. 43 ; A.N., X2a 44 (vendredi 12 mai 1480).

15 A.N., JJ 182, n° 138.

16 Ibid., 202, n° 80.

17 Ibid., 207, n° 161.

18 Ibid., 191, n° 45.

19 Mentions d’âges de valets et serviteurs de gens de guerre :
19 ans : A. N., JJ 195, n° 233.
20 ans : A. N., JJ 220, n° 9.
20 ans : A. N., JJ 204, n° 77.
20 ans : A. N., JJ 195, n° 1555.
21 ans : A. N., JJ 211, n° 672.
22 ou 23 ans : A. N., JJ 221, n° 49.
24 ans : A. N., JJ 220, n° 256.
24 ans : A. N., JJ 182, n° 138.
25 ans : A. N., JJ 191, n° 45.
25 ans : A. N., JJ 204, n° 77.
25 ans : A. N., JJ 207, n° 161.
25 ans : A. N., JJ 219, n° 252.
29 ans : A. N., JJ 207, n° 161.
29 ans : A.N., JJ 207, n° 161.
30 ans : A. N., JJ 195, n° 879.

20 Ibid., 195, n° 233.

21 Ibid., 197, n° 273.

22 Ibid., 199, n° 331.

23 Ord. Roys, t. XVII, p. 293-297.

24 A. D. Isère, B 2905, f° 169-174.

25 B. N., Moreau 734, f° 234 sq.

26 A. N., JJ 190, n° 78.

27 Sur la tradition militaire dans la famille de Bayart, cf. Hist. Bayart, p. 4, n. 1 : Philippe Terrail, son trisaïeul, mourut à Poitiers en 1356 ; des deux fils de ce dernier, l’un, Jean, mourut à Verneuil en 1424, l’autre, Pierre, à Azincourt en 1415. « A la journée de Montlehery, demoura sur le champ son ayeul avecques aix plaies mortelles, sans les autres ; et a la journée de Guignegaste [en 1479] fut son pere si fort blessé que oncques ne peut gueres partir sa maison, ou il mourut sagé de bien quatre vingts ans » (ibid., p. 4).

28 A. N., JJ 216, n° 156.

29 Mentions d’âges de pages :
9 ans : A. N., JJ 190, n° 78.
10 ans : A. N., JJ 185, n° 138.
12 ans : B. N., fr. 26083, n° 6807.
13 ou 14 ans : A. N., JJ 185, n° 257.
13 ou 14 ans : A. N., JJ 190, n° 78.
15 ans : A. N., JJ 221, n° 49.
15 ou 16 ans : A. N., JJ 200, n° 76.
15 ou 16 ans : A. N., JJ 206, n° 143.
16 ans : A. N., JJ 197, n° 113.
16 ans : A. N., JJ 195, n° 1443.
17 ans : A. N., JJ 196, n° 1.
17 ans : A. N., JJ 196, n° 1.
18 ans : A. N., JJ 178, n° 191.
18 ans : A. N., JJ 215, n° 22.
18 ou 19 ans : A. N., JJ 190, n° 107.
Olivier de la Marche devint page de l’hôtel du duc de Bourgogne à 13 ans (Mémoires, t. I, p. 251—252).

30 B. N., Bourgogne 60, f° 201-204.

31 A. D. Isère, B 2905, f° 169-174.

32 B. N., Moreau 734, f° 234 sq.

33 Quelques exemples : Gillet Petit, dit Béthencourt, vingt ans, coutillier et serviteur de son frère, Jehannot Petit, dit Béthencourt, homme d’armes de la compagnie de Jean Daillon, seigneur du Lude (1479 : A. N., JJ 206, n° 577) ; Robinet Picart, originaire du diocèse de Chartres, vingt et un ans, coutillier au service de Jean d’Amboise, éçuyer, homme d’armes sous Jean de Bueil (1472 : ibid., 197, n° 204).

34 A. D. Isère, B 2905, f° 548r°.

35 B. N., n. a. fr. 8610, f° 43 et 55 et 8610, f° 47 ; fr. 21501, n° 408 ; Clair. 237, n° 273 et fr. 21502, n° 489.

36 B. N., fr. 1246, f° 22v°—23r°.

37 Nombreux exemples offerts par la série JJ des A. N. ; cf. par exemple JJ 206, n° 700, 677 et 187, n° 19.

38 On relève par exemple, dans la compagnie de Boffille de Juge, Durasso de Rome, Juvenal de Pyemont, Andriano de Capoue, Francisco Calabres, Miquel d’Armandaires (nom basque), George Albanes, Paulo Greco, George de Bergamo, Bernart de Chipre (B. N., Clair. 237, n° 273) ; cf. aussi A. D. Pyrénées-Orientales, B 318, f° 2r°.

39 Quelques exemples : Thomas Mareschal (Marshall), écuyer écossais, qui a quitté son pays depuis 30 ans, servant Charles VII et Louis XI ; il est marié « en la ville d’Aubigny sur Nyere, ou pais de Berry » où Charles VII installa effectivement bon nombre d’Ecossais passés à son service ; en 1473, homme d’armes de la compagnie d’Antoine de Chabannes, il est en conflit avec un archer de la même compagnie, d’origine italienne, Jean Colombier, dit Lombart (A. N., JJ 197, n° 279).
Thomas Harie (Harry), Ecossais, archer de la compagnie de Jean de Salazar (1476 : ibid., 204, n° 131).
Don Coulandon et Jean Wach, tous deux Ecossais, le premier homme d’armes, le second archer dans la compagnie de Tanguy du Châtel (1470 : ibid., 196, n° 177). Piètre de Salmanque, Espagnol, archer de la compagnie de Joachim Rouaut (1460 : ibid., 190, n° 96).
Jean de Dorguir, Allemand, homme d’armes sous le duc de Bourbon (1474 : ibid., 204, n° 94).
Liénard Offlich, Allemand, archer sous Jean Blosset, seigneur de Saint-Pierre (1478 : ibid., 206, n° 998).
En 1478, « trente personnes anglois, nouvellement venus par deçà » au service de Louis XI, furent « distribuez et deppartiz par les compaignies des ordonnances » (A. D. Côte-d’Or, B 1781, f° 94r°).

40 Un seul exemple parmi bien d’autres : Walter Stud, compagnon de Jean Stuart, connétable d’Ecosse, devint capitaine d’Avallon en 1441, archer de la garde du corps de Charles VII, qui lui fit don de la terre d’Assay en Gâtinais vers 1445 ; mort sans postérité, il légua celle-ci à son frère Thomas, lui aussi archer de la garde écossaise, d’où est issue la famille Destutt de Tracy (A. de Villenaut et H. de Flamare, Nobiliaire du Nivernais, Nevers, 1900, t. II, p. 542).

41 On peut ajouter aux lettres de naturalité les lettres de libertas testandi : par exemple pour Patrix Malelilau, homme d’armes de la garde écossaise (1490 : A. N., JJ 221, n° 70) et pour Jean Chudeberch, dit le Page, écuyer allemand, homme d’armes sous le sire d’Orval, en France depuis 22 ans (ibid., 225, n° 770 : 1489).

42 Baude dans Chartier, Ohron. Charles VII, t. III, p. 134.

43 Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. I, p. 20.

44 Voici, d’après le témoignage de A. N., JJ, l’origine géographique des gens de guerre de l’ordonnance à l’intérieur de la France :
Ouest (Normandie, Maine, Anjou, Bretagne) : 36.
Nord (Picardie, Artois, Flandre, Boulonnais, Ponthieu, Vimeu, Thiérache, Rethé-lois) : 34.
Centre (Brie, Champagne, Ile-de-France, Beauce) : 16.
Centre-Ouest (Touraine, Sologne, Poitou, Combraille, Limousin, Marche) : 19.
Sud-Ouest (Gascogne, Guienne, Périgord, Quercy, Saintonge, Languedoc) : 15.
Centre-Sud-Est (du Berri au Dauphiné, y compris le Bourbonnais, l’Auvergne et le duché de Bourgogne) : 27.
Est-ce un hasard si l’Ouest et le Nord fournissent presque autant (70) que tout le reste du royaume (77) ?

45 D’après B. M. Angers, 1184 ; B. M. Poitiers, 407 ; B. N., fr. 32905 ; Marol-les, Inv. titres Nevers, col. 389 — 392 ; Monstres generalles de la noblesse du bailliage d’Evreux ; La Roque, Ban et arrière-ban, p. 113—131.

46 Jaurgain, « Profils Basques », p. 11, n. 1.

47 Hist. Bayart, p. 473, n. 1. La remarque est de J. Roman, bon connaisseur de la noblesse dauphinoise.

48 Arch. hist. Poitou, t. II, p. 300 — 311.

49 A. D. Pyrénées-Orientales, B 318.

50 Montfaut, Recherches de Montfaut, éd. Labbey de Laroque.

51 B. N., n. a. fr. 1232, n° 43.

52 Stein, Charles de France, passim.

53 Mentions d’archers fourriers : A.N., JJ 195, n° 731 ; 190, n° 124 ; 195, n° 1538 ; B. N., fr. 21499, n° 272. Il arrive rarement que le fourrier soit un homme d’armes, comme dans A. N., JJ 206, n° 315.

54 Trompettes : A. N., JJ 221, n° 328 ; B. N., fr. 21499, n° 273 et 299 ; Clair. 236, n° 225.
Canonnier : B. N., fr. 21499, n° 274.
Couleuvrinier : ibid., n° 308.
On trouve aussi des barbiers : ibid., 21495, n° 29 ; parmi les « archers » des troupes de garnison, des charpentiers et des maçons (B. N., n. a. fr. 8607, f° 40).

55 A. N., JJ 206, n° 90 et 1002 ; 216, n° 261 et 220, n° 263.

56 B.N., Moreau 734, f° 234 sq.

57 Ord. Roys, t. XVII, p. 293-297.

58 A. N., JJ 220, n° 272.

59 Ibid., Zla 32, f° 83v° (1481).

60 Stein, Charles de France, p. j. CXXIV, p. 783—787, d’après A. N., J 950, n° 12.

61 Supra, p. 424.

62 A. N., JJ 221, n° 161 et 227, n° 226 (1490 et 1496).

63 Ibid., 207, n° 192 et 227, n° 377.

64 Sur l’importance du titre dans les écrits, cf. l’argument avancé par un personnage du 15e siècle pour prouver sa noblesse : « Item, et que le dit maistre Jehan Bardin s’est tousjours porté et nommé noble homme en tous ses contractz, lettres et autres affaires » (Favreau, « La preuve de noblesse », p. 621).

65 10 sur 50 dans la compagnie du duc de Bourbon ; 15 sur 94 dans celle des Coningham.

66 8 sur 80 dans la compagnie d’Antoine de Chabannes ; 8 sur 89 dans celle de Georges de la Trémoïlle. Exemple de deux archers promus hommes d’armes à la suite de départs : B. N., Clair. 64, n° 57 (1458).

67 .« Archers sujets » : B. N., fr. 20498, f° 107v°.
« Archers ayant maîtres » : B. N., fr. 26291, f° 351.
« Archers nourris » : A. N., JJ 188, n° 14.
« Archers et serviteurs » : A. N., JJ 180, n° 139.
« Archers sous la lance » : A. N., JJ 188, n° 206.
Origine anglaise possible de la sujétion des archers aux hommes d’armes : B. N., fr. 25773, n° 1076, parle de « lances maistres » des archers.

68 « Archers sans maître » : B. N., fr. 26291, f° 351.
« Archers demeurant de par eux » : B. N., fr. 25778, n° 1899.
« Archers non sujets » : B. N., fr. 20498, f° 107v°.
« Archers qui sont à eux-mêmes » : A. D. Meuse, B 267, f° 83v°.

69 B. N., fr. 26291, f° 351.

70 Ibid., 25778, n° 1899.

71 En 1474 ou 1475, Jean de Mouliart, écuyer, seigneur de Méleray « ou pais de Beausse », homme d’armes de l’ordonnance sous Charles d’Allonville, prit comme archer un homme de son village, Michau Alais, qui le servit un temps « jusques qu’il fust trouvé estre mauvais archier par le cappitaine » qui le renvoya. Mais quelque temps après, Alais vint retrouver son ancien maître, alors en garnison en Picardie. Il fut repris, moyennant 18 francs de gages par an (A. N., JJ 215, n° 76).

72 Jean de Mondargon, écuyer, homme d’armes de la compagnie du maréchal Rouaut, « tenu en arrest » quelque temps à Tours par la justice royale, ne put comparaître à la revue des gens de guerre de sa compagnie valant pour le dernier trimestre 1475. Y furent seuls présents ses 4 archers sujets, qui ne touchèrent chacun que 6 1. t., correspondant à la somme que, « par composicion », leur maître leur laissait sur la solde versée par le roi : soit environ le quart. Louis XI, par lettres du 28 août 1476, ordonna que Mondargon touchât les trois quarts restants (B. N., p. o. 1994, dossier Mondargon, n° 2).

73 Jean Simon, archer de Guillaume Simon (B. N., fr. 26291, f° 351). Henri et Jean Saint-Raoul (ou Sarraoul), archers d’Alain Saint-Raoul (ibid., 25778, n° 1899).

74 A. D. Isère, B 2905, f° 169—174. Système analogue de promotion interne pour la garnison anglaise de Calais au début du 16e siècle (Cruickshank, Army Royal, p. 21).

75 A. N., JJ 201, n° 59 (1477) et 204, n° 26 (1476).

76 A. D. Côte-d’Or, B 1860, f° 137 sq. (1480) : « Creue de cent s. t. que le roy nostredit seigneur a ordonné par mois a quarante hommes d’armes en chacune compaignie de cent lances et des autres moindres pro rata [40 % : telle devait être alors la proportion habituelle des hommes d’armes disposant d’archers sujets] pour lesd. deux quartiers, pour recompense des archers qui estoient subgectz, les-quelz ne le seront plus doresenavant, afin d’eviter la pillerie et entretenir les ordonnances par le roy nostre dit seigneur sur ce faites ».

77 B. N., Clair. 236, n° 257 et fr. 25780, n° 75.

78 B. N., n. a. fr. 8609, f° 53 et fr. 25780, n° 99.

79 B. N., Moreau 734, f° 169-174.

80 B. N., fr. 21500, n° 357 et Clair. 238, n° 359.

81 B. N., fr. 25781, n° 3 et n. a. fr. 8610, f° 52.

82 Arch. hist. Poitou, t. I, p. 4 0 - 4 2, d’après A. N., JJ 229, n° 18 et Bouchet. Panegyric, p. 366.

83 A. N., JJ 210, n° 130.

84 A.N., JJ 216, n° 126.

85 Ghron. Martiniane, p. 21 et 79. Chabannes, Preuves, t. II, p. 208, 233 et 289. Roye, Ghron. scandaleuse, t. II, p. 269.
Harmes serait, selon P. Champion, l’annotateur de la Chron. Martiniane, Hermes (Oise, ar. Beauvais, cant. Noailles).

86 A. N., JJ 226b, n° 31.

87 Cité par Cosneau, Richemont, p. 361, n. 1.

88 Cf. t. II, p. 81.

89 B. M. Rouen, Martainville 198, n° 7.

90 Stein, Charles de France, p. 751, p. j. CV. Cf. aussi la demande du tiers état aux états de Tours de 1484 (Masselin, Journal des Etats Généraux, p. 677).

91 Hist. Bayart, p. 43.

92 B. N., fr. 1246, f° 21v°.

93 Machiavel, Œuvres complètes, p. 137.

94 A. N., X2a 35 (lundi 28 mai 1470).

95 Ibid. (mardi 24 mai 1468).

96 Ibid., 25, f° 175v° (vendredi 27 novembre 1451).

97 Aveu et dénombrement de son père Jean Sanglier, chevalier : ibid., P 3392, f° 4v° sq. Présence au service de Louis X I : B. N., fr. 8000, f° 65. Député de la noblesse du Loudunais aux états de 1484 (Masselin, Journal des Etats Généraux, p. 731). Toujours en vie en 1491 (A. N., X2a 60, lundi 30 mai 1491).

98 A.N. X2a 42 (mardi 2 décembre 1477). Geoffroy Taveau descendait de Guillaume Taveau, baron de Mortemer, échevin de Poitiers en 1422 (R. Favreau, « La condition sociale des maires de Poitiers au xve siècle », Bulletin philologique et historique (jusqu’en 1610) du Oomité des travaux historiques et scientifiques, 1961 (Paris, 1963), p. 162.

99 Roserot, « Ban et arrière-ban dans le bailliage de Troyes », p. 49 et 51.

100 A. N., Zla 31, f° 116v° (1479).

101 Ibid., 26, f° 329 sq. (1467).

102 Ibid., 19, f° 46r° (1451).

103 Mailliard, Ghron.

104 A. N., JJ 225, n° 1299 (1491).

105 Cf. le procès, par devant la Cour des aides, entre Jean de Rosse, appelant des élus de Reims d’une part et les élus de Reims et les habitants de la paroisse de Vraux, intimés, d’autre part. L’un des arguments dont se sert l’avocat de Jean de Rosse pour attester sa noblesse est qu’il sert comme homme d’armes de l’ordonnance du roi sous le sire de Gié (ibid., Zla 31, f° 88v° : 1479).

106 Supra, p. 183—184.

107 Quelques sondages seulement à cet égard.
En 1471, sur 655 nobles de l’arrière-ban d’Anjou, 30 chevaliers (B. M. Angers, 1184). En 1474, sur 511 nobles de l’arrière-ban du duché de Bourgogne, 78 chevaliers (A. D. Côte-d’Or, B 11725, f° 1 — 60). En 1488, sur 405 nobles de l’arrière-ban des bailliages de Saint-Pierre-le-Moûtier, les Montagnes et Montferrand, 25 chevaliers (Teilhard de Chardin, « Aveux et dénombrements des nobles et roturiers tenant fiefs aux bailliages de Saint-Pierre-le-Moûtier, de Montferrand et des Montagnes »).

108 Supra, p. 255.

109 A. D. Isère, B 2905, f° 169—174.

110 Ibid., B 2904, f° 319-320.

111 B. N., fr. 26267, n° 485.

112 Ibid., 21497, n° 141.

113 Ibid., 21499, n° 297, 300 et 302.

114 Ibid., n° 267 et 272 et Clair. 236, n° 227.

115 B. N., fr. 21502, n° 471.

116 Ibid., n° 472.

117 B. N., Clair. 236, n° 243.

118 B. N., fr. 1246, f° 25v°-26r°.

119 Bueil, Le Jouvencel, t. II, p. 299.

120 Chabannes, Preuves, Suppl. I, p. 16.

121 B. N., Clair. 839, f° 3—7, 114r°—118, 141 — 145 et 162v°—169.

122 Chartier, Le Quadriloge invectif ; Gaguin, Epistole et Orationes, t. II.

123 Seyssel, La monarchie, p. 121 — 122.

124 Bueil, Le Jouvencel, t. I, p. 38.

125 Lettres de Charles VIII, t. I, p. 315, n° 297.

126 Parmi les « obligacions, scellez et prommesses de plusieurs princes du sang, prélats, seigneurs et capitaines du royaume de France » au sujet de la paix d’Ancenis en 1468, on relève ceux de plusieurs lieutenants ou lieutenants généraux de compagnies de l’ordonnance : c’est un signe, parmi d’autres, de leur position quasi officielle (Lobineau, Hist. Bretagne, t. II, col. 1308—1311).

127 B. N., Moreau 734, f° 234 sq

128 Raison du Cleuziou, « Gilles Rivault », p. 135, n° XI.

129 A. M. Mâcon, BB 20, f° 69—77.

130 Cf. les revues de la compagnie du maréchal de Culant : A. N., K 68, n° 21 et 33.

131 Ord. Roys, t. XVII, p. 293—297.

132 A. N., JJ 205, n° 179. Cf. aussi 218, n° 89.

133 Ord. Roys, t. X I X, p. 601 — 603.

134 A. N., JJ 226, n° 159.

135 Ord. Roys, t. XIX, p. 601—603.

136 B.N., Clair. 234, n° 19.

137 B. N., fr. 21497, n° 148.

138 1475 : dans la compagnie d’Yvon du Fou, sénéchal du Poitou, le cadet de Saint-Gelais, Jeannot et Guyot de Saint-Gelais servent comme hommes d’armes, le bâtard de Saint-Gelais sert comme archer (ibid., 21499, n° 260). Dans celle du maréchal de Lohéac, messire Jean Savary et le bâtard Savary servent comme hommes d’armes (ibid., n" 268).
1472 : Audebert du Chier, homme d’armes et son frère bâtard, Jean du Chier, archer d’ordonnance, sous le comte de Penthièvre (A.N., JJ 195, n° 1366).

139 A. N., JJ 195, n° 145 ; 209, n° 6 et 200, n° 79.

140 Weber, Metrical Romances, Edimbourg, 1810, t. II, p. 375, cité par Keen, « Brotherhood in Arms ».

141 Ibid. ; Chron. de Pierre le Prestre, p. 65 ; Escouchy, Chronique, t. I, p. 10. Leseur, Hist. Gaston IV, t. I, p. 308—309 (« ung frère adoptif et d’armes ») ; Frois-sart, Chron., éd. Kervyn, t. XV, p. 16 (« frères et eompaignons d’armes »).

142 A. N., JJ 179, n° 372 et n° 9 ; 181, n° 71 ; 187, n° 187. Gf. la lettre adressée vers 1473 par André de Chauvigny à son « frère d’armes, Lyonet d’Oreilhe » qui servait alors comme homme d’armes dans la compagnie de Charles d’Amboise, seigneur de Chaumont (Hubert et Pierre, « Lettre familière d’André de Chauvigny »).

143 A. N., JJ 206, n° 682.

144 Escouchy, Chronique, t. I, p. 10.

145 Sur la portée de la fraternité d’armes, cf. encore Hist. de Metz, t. V, p. 68—70 et Cousinot, Chron. Pucelle, p. 134.
On peut ajouter à la fraternité d’armes, une autre forme de solidarité, celle-là purement économique : la vie « a pot commun » entre les gens de guerre (A. N., JJ 208, n° 36 ; 205, n° 98 et 222, n° 152).

146 Bueil, Le Jouvencel, p. XVI, n. 4.

147 Arch. hist. Poitou, t. X X X I I, p. 185-190.

148 Jean de Siquenville, écuyer de Gascogne : en 1439, le sire de Rais, dont il était le vassal par sa femme, lui proposa la charge des gens de guerre qu’avait alors Jeanne des Armoises, la pseudo-Pucelle (1441 : A. N., JJ 176, n° 84). Déodat de Corn, seigneur d’Anglars, seigneur en partie de Corn et Soanac, au diocèse de Cahors ; il a servi continuellement le roi aux frontières de Quercy, Périgord, Limousin et Gascogne : « Pendant lequel temps il a esté en la compaignie de nostre amé et feal conseiller et chambellan le sire de [un blanc] duquel ledit suppliant est home vassal pour raison de certains héritages et rentes qu’il tient de lui » (ibid., 179, n° 283 : 1447).
Robert de la Chassaigne, écuyer du Nivernais : « Entre autres choses fut led. suppliant ou temps que aucuns noz gens d’armes tenoient les champs ou val de Nyvernois et autre part en icelluy païs de Nyvernois et es environs, par l’ordon-nance de nostre très chier et amé cousin le conte de Nevers, duquel il est vassal et subgiet » (ibid., 185, n° 164 : 1447). Autres exemples : ibid., 178, n° 4 (1446) et n° 20 (1446).

149 Ibid., 179, n° 196.

150 B. N., n. a. fr. 1232, f° 231v°-232r° ; A. N., JJ 188, n° 133.

151 A. N., JJ 206, n° 443.
Parmi les pensionnés des ducs de Bourbon, on relève des hommes d’armes ou d’anciens hommes d’armes de leurs compagnies : en 1492, mons. de Canillac, pensionné à 300 1. t., François Chambre, seigneur de Villeneuve, pensionné à 150 1. t. (B. N., fr. 15538, f° 261—267).

152 Hist. Bayart, p. 41.

153 A.N., JJ 219, n° 192.

154 B. N., fr. 32511, f° 117v°.

155 Ibid., 26082, n° 6658.

156 Montre et revue : B. N., Clair. 235, n° 125.
Les personnages cités apparaissent dans La Trémoïlle, Arch. serviteur Louis XI, p. 8 et 10 et A. N., 1 AP 1535, 1696 et 2065. On peut même ajouter Ambroise Roichette, qui fut l’amant de Marie de Montauban, femme du sire de Craon, tenta d’empoisonner ce dernier et fut exécuté pour ses démérites à Tours en 1471 (La Trémoïlle, Arch. serviteur Louis XI, p. 39 — 40).

157 B. N., fr. 6142, f° 100v°—103.

158 B. N., Moreau 734, f° 234 sq.

159 B. N., Bourgogne 60, f° 6 7 - 72.

160 Molinet, Chron., t. I, p. 96. Jean de Bueil emploie le mot « escadre » comme synonyme de « bataille » ou « échelle » (Le Jouvencel, t. II, p. 245).

161 B. N., fr. 23963.

162 F. Mazerolle, Les médailleurs français, Paris, 1902, t. II, p. 3, n° 5.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search