Version classiqueVersion mobile

Dossier : Nature/natures : approches anthropologiques

Varia

Du double regard « phantastique » d’Aristote

« Regard mnémotechnique » et « regard pictural » dans le De Anima III, 3

Aristotle’s “Phantastic” Double Gaze. “Mnemonic Gaze” and “Pictorial Gaze” in De Anima III, 3.

Jean-Louis Labarrière

Résumé

Dans le De Anima III, 3, 427b17-24, Aristote entend montrer que la phantasia diffère de la doxa en ce que celle-ci est « libre » de tout rapport à la vérité contrairement à celle-là. Il s’appuie pour ce faire sur la mise en scène de deux regards : le « regard mnémotechnique » et « le regard pictural » car ni l’un ni l’autre n’entretiennent un quelconque rapport « nécessaire » à la vérité. Il n’est pour autant nullement question d’esthétique en ce passage.

Entrées d'index

Mots clés :

Aristote

Keywords :

Aristotle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Une remise en contexte

Repartons, afin de bien cadrer les choses, de la distinction entre la phantasia et la doxa, qui est donnée par Aristote en guise de hors d’œuvre aux difficultés qui nous attendent puisque le véritable examen de la phantasia commence après la présentation de cette distinction (en 428a1, pour être précis)1.

Relisons préalablement ces quelques lignes :

Cette affection (pathos) dépend de nous (eph’hêmin), quand nous le souhaitons (on peut en effet se mettre devant les yeux des objets [pro ommatôn esti poiêsasthai], comme font ceux qui, dans les exercices de mnémotechnique, posent et construisent des images [eidolopoiountes]), tandis que se faire une opinion (doxazein) ne dépend pas de nous ; car c’est nécessairement être dans le faux ou dans le vrai. De plus, quand nous nous formons l’opinion qu’une chose est terrible ou effrayante, nous en éprouvons aussitôt l’émotion, et il en va de même si la chose est rassurante ; mais, selon la phantasia, nous sommes comme si no...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2022

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search